Principal
Tératome

Une croissance de l'oreille chez l'homme: causes, symptômes, traitement

L'apparition de la maladie affecte le tissu de l'organe auditif. Dans 80% des cas, la tumeur part de l'oreillette, dans 15%, la croissance concerne le conduit auditif. Une maladie de l'oreille moyenne a été signalée chez 5%.

La probabilité de trouver rapidement une maladie est faible. Les premiers signes apparaissent lorsque le cancer est passé au stade 2. Il peut se développer en raison d'un processus inflammatoire chronique ou d'un traumatisme aux oreilles.

Le danger de l'oncologie de l'oreille réside dans ses dommages rapides aux ganglions lymphatiques, aux nerfs crâniens, à la mâchoire et au cerveau. Le développement de métastases sur les sites tumoraux transfère la maladie dans la catégorie des maladies agressives.

Causes et types de cancer de l'oreille

Les néoplasmes malins dans la région de l'oreille surviennent dans le contexte de processus pathologiques appelés précancéreux. La structure morphologique des tumeurs malignes de l'oreille externe est diverse. Dans 61% des cas, les morphologues déterminent un cancer épithélial, 38% - glandulaire.

Dans le conduit auditif externe, l'incidence du carcinome basocellulaire est 2 à 3 fois inférieure à celle du carcinome épidermoïde. Le carcinome épidermoïde avec divers degrés de kératinisation prédomine. La localisation initiale des néoplasmes malins de l'oreillette est la surface postérieure, la zone derrière le pli de l'oreille et le lobe de l'oreille.

La tumeur primaire du conduit auditif externe se produit sur l'une de ses parois. Le processus pathologique se développe principalement dans la zone des parois inférieure et postérieure du conduit auditif. Le cancer de l'oreille peut également se développer sur les cicatrices. Le gonflement derrière l'oreille peut également être cancéreux.

Tumeurs de l'oreille externe

Les néoplasmes épithéliaux bénins de l'oreille externe comprennent le papillome épidermoïde et le céruminome. Les néoplasmes malins sont représentés par les tumeurs suivantes:

  • Carcinome squameux;
  • Carcinome basocellulaire;
  • Adénocarcinome du céruminome;
  • Carcinome adénocystique.

Les oncologues identifient les tumeurs des tissus mous suivantes dans la région de l'oreille et de la mâchoire:

  • Hémangiome;
  • Neurofibroma;
  • Implacable (schwannome).

Un fibrosarcome ou un rhabdomyosarcome peut se développer à l'intérieur et près de l'oreille. Les papillomes surviennent souvent sur la peau de l'oreillette. Si les néoplasmes sont situés dans le conduit auditif externe, ils remplissent souvent sa lumière, ressemblant à des polypes qui émanent de l'oreille moyenne. Le céruminome du conduit auditif externe est une tumeur très rare et à croissance longue provenant des glandes sébacées (soufre).

Le céruminome survient généralement chez les personnes de plus de 20 ans. Dans ce type de cancer de l'oreille, les symptômes sont les suivants:

  • Congestion de l'oreille;
  • Diminution de l'audition;
  • Douleur et écoulement de l'oreille.

Dans la période initiale, le néoplasme est situé sur la paroi du conduit auditif externe. La tumeur est rose. En grandissant, il remplit le conduit auditif et ressemble à un polype. La radiographie montre une bonne pneumatisation du processus mastoïde. Peu à peu, le néoplasme se propage dans l'oreille moyenne et ses parois, les détruisant. Ces changements sont déterminés sur les radiographies.

Les tumeurs mixtes du conduit auditif externe sont secondaires. Ils émanent le plus souvent de la glande salivaire parotide et pénètrent dans le conduit auditif externe..

L'évolution clinique des naevi (tumeurs pigmentées bénignes de l'oreillette et du conduit auditif externe) ne diffère pas des naevus situés sur d'autres zones de la peau. Les tumeurs des tissus mous (fibrome, hémangiome) proviennent de tissus fibreux, adipeux, musculaires, vasculaires et autres.

Le fibrome est souvent situé sur le lobe de l'oreillette, au niveau des sites de ponction avec une aiguille pour porter des boucles d'oreilles. Les tailles varient de 5 mm à 4 cm, moins souvent, la tumeur est localisée à la branche ascendante de la boucle de l'oreillette et à l'entrée du conduit auditif externe.

Les hémangiomes se développent dans toutes les parties de l'oreille. Des formes capillaires et caverneuses de tumeurs vasculaires sont plus souvent observées. Les premiers dans l'enfance disparaissent très souvent. Les hémangiomes caverneux sont situés dans l'épaisseur de l'oreillette. Ils se présentent sous la forme de néoplasmes séparés ou multiples. Ils ont une texture douce et une teinte bleutée. Les hémangiomes de l'oreillette peuvent affecter son bord et d'autres parties. Ils se propagent souvent vers le conduit auditif externe, fermant sa lumière; en cas de blessure, ils saignent.

Les principales méthodes de diagnostic de la pathologie

Le médecin diagnostiquant une tumeur peut être soit un oto-rhino-laryngologiste, soit un dermatologue.

Le diagnostic est posé sur la base d'un examen externe et d'une analyse histologique. De plus, le médecin peut prescrire:

  • otoscopie avec pincement d'un morceau de tissu pour une biopsie;
  • tomodensitométrie;
  • topographie par résonance magnétique;
  • radiographie;
  • pharyngoscopie.

Selon les résultats des analyses, le type, la taille et la forme de la croissance, ainsi que la présence de métastases et le lieu de leur localisation sont déterminés.

Pour le dimensionnement le plus précis, la meilleure méthode est le Doppler avec un agent de contraste.

Un diagnostic précis est posé après la réception des données histologiques et tomographiques. C'est la nature de la tumeur qui détermine le traitement et sa séquence..

Tumeurs malignes de l'oreille

Le carcinome basocellulaire appartient aux néoplasmes localisés de l'oreille, tandis que le cancer, le mélanome et le sarcome sont des cancers malins. Les carcinomes basocellulaires et le cancer sont les plus courants. Les tumeurs répertoriées de l'oreille externe, affectant la peau et se propageant aux parties cartilagineuses et osseuses de l'oreille, envahissent le cuir chevelu, les os du visage et du crâne et la glande salivaire parotide. Ils poussent lentement ou très rapidement..

Le cancer de l'oreille externe survient souvent sur le site de blessures, de processus inflammatoires à long terme, de changements cutanés liés à l'âge. Il se développe sous l'influence des facteurs prédisposants suivants:

  • Brûle;
  • Gelure;
  • Risques domestiques et professionnels.

Le cancer de l'oreille externe peut être endophyte (un ulcère plat avec des bords infiltrés) ou exophytique (nodules verruqueux à base large). Une tumeur cancéreuse, apparue dans l'une ou l'autre partie de l'oreillette, s'infiltre et détruit progressivement toute la coquille, puis se propage aux tissus et organes adjacents. Le cancer du conduit auditif externe peut se développer dans l'oreillette, la mastoïde, l'oreille moyenne, la glande salivaire parotide, les os du crâne et provoquer une paralysie des muscles faciaux du côté de la tumeur.

Le cancer du conduit auditif externe aux premiers stades de développement est généralement impossible à ne pas reconnaître, car les patients ne présentent aucune plainte et le processus pathologique extérieur ressemble à un eczéma pleureur ou à un processus inflammatoire chronique, qui se manifeste par la formation de granulations pâles. Pendant cette période, les premiers signes de cancer de l'oreille sont souvent notés: démangeaisons et douleurs dans le conduit auditif externe. Les tumeurs cancéreuses du conduit auditif externe se développent plus rapidement que les néoplasmes de l'oreillette et se caractérisent par des saignements sévères. Une croissance supplémentaire se produit vers l'oreillette ou vers l'oreille moyenne, ou dans toutes les directions en même temps. Avec la propagation de la tumeur cancéreuse à l'oreille moyenne, les tissus et les os environnants ajoutent une douleur atroce, les symptômes suivants se développent:

  • Paralysie des muscles faciaux;
  • Surdité;
  • Métastases ganglionnaires régionales.

Qu'est-ce que le VPH

Le papillomavirus humain (HPV) est une maladie qui infecte 70% de la population mondiale. Les adultes sont infectés par le papillomavirus le plus souvent lors de rapports sexuels ou par contact étroit avec un porteur. La plupart des personnes sont infectées pendant l'enfance: par voie domestique ou par infection intra-utérine de la mère. Une infection virale pénètre également dans le corps par des plaies, des égratignures, des muqueuses au contact d'un patient atteint du VPH.

Une fois dans le corps, l'agent pathogène y vit et ne se manifeste pas tant que des conditions favorables ne se présentent pas pour cela - une diminution de l'immunité.

Les principaux facteurs affectant la suppression des défenses naturelles du corps humain sont:

  • stress, expériences émotionnelles fréquentes,
  • manque de sommeil, jeûne ou alimentation déséquilibrée,
  • maladies chroniques,
  • médicaments à long terme,
  • rhumes fréquents,
  • immunodéficience,
  • diminution de l'immunité en raison de l'âge d'une personne (jeunes enfants, personnes âgées),
  • changements hormonaux (adolescence, grossesse),
  • troubles du tube digestif, allergies, problèmes du système nerveux chez les enfants.

Traitement des tumeurs de l'oreille externe

Pour les tumeurs bénignes, un traitement chirurgical est effectué. Les méthodes suivantes sont utilisées:

  • Excision locale avec un scalpel;
  • Electroexcision et coagulation;
  • Impact cryogénique.

Pour éviter la récidive tumorale, l'opération est réalisée de manière radicale, en tenant compte de l'éventuelle érosion du cartilage et des os. La période postopératoire après l'ablation de la tumeur de l'oreille se déroule dans la plupart des cas sans complications. Parfois, avec une tumeur limitée, il devient nécessaire de réséquer l'oreillette.

Pour le cancer de stade I et le basaliome de l'oreillette, des méthodes chirurgicales et radiologiques sont utilisées. Si, après avoir effectué une radiothérapie à foyer rapproché, les restes du néoplasme restent, une fois l'épiderme de rayonnement apaisé, une électro-excision de la tumeur est effectuée. La thérapie cryogénique est également efficace..

Les cancers auriculaires de stade II et les carcinomes basocellulaires de même taille sont soumis à un traitement chirurgical et combiné. Tout d'abord, une radiothérapie préopératoire est administrée. Après 2 semaines, une résection électrochirurgicale de la zone touchée de l'oreillette avec le cartilage sous-jacent est réalisée. Les patients âgés obtiennent de bons résultats après avoir utilisé la cryochirurgie. Avec le cancer de l'oreille de stade III et le basaliome, un traitement combiné est effectué. 2 semaines après la fin de la radiothérapie préopératoire, une opération radicale de grande envergure est réalisée. Souvent, les chirurgiens doivent exciser le conduit auditif externe. Le défaut résultant est fermé avec une greffe de peau libre ou des tissus locaux.

Néoplasmes bénins

Bien que les tumeurs bénignes ne soient pas classées comme cancers, une fine ligne les sépare des tumeurs malignes. Dans certaines conditions (lésion de la tumeur, diminution de l'immunité, exposition aux radiations ou à d'autres mutagènes), chaque néoplasme cellulaire peut devenir malin. Par conséquent, une consultation avec un oncologue lorsqu'une tumeur bénigne est détectée est nécessaire. Ce type de formations comprend:

  • Lipome. Croissance excessive de cellules du tissu adipeux. D'une autre manière, on l'appelle "wen".
  • Papillome. Ils ressemblent à des verrues ou des verrues sur une tige mince. Les formations surviennent sous l'influence du papillomavirus humain.
  • Tserumin. Extérieurement semblable à un polype qui se développe à partir des glandes de soufre.
  • Hémangiome. Il provient des cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins. S'il se développe dans l'oreille moyenne, il peut y avoir une perte auditive importante.
  • Fibrome. Il est situé dans la région tympanique ou sur les lobes d'oreille et est une formation ronde de la taille d'une noix. Affecte particulièrement souvent les sites de ponction pour le port de boucles d'oreilles.
  • Ostéome. Il s'agit d'une tumeur qui apparaît avec une division excessive des cellules osseuses dans la région pétrosale-mastoïde. Se produit le plus souvent dans l'oreille moyenne. Malgré un pronostic favorable, la seule méthode de son traitement est chirurgicale.

Comme les tumeurs malignes, les masses auriculaires bénignes sont rares. S'ils grossissent, altèrent l'audition et causent de l'inconfort, ils sont supprimés. Le traitement conservateur n'est généralement proposé que pour les hémangiomes. Il est inclus dans le cours de la sclérothérapie, lorsque de l'alcool avec du formol est injecté dans la tumeur. L'ablation des tumeurs bénignes peut être réalisée par cryodestruction, laser ou chirurgie.

Tumeur de l'oreille moyenne

Les tumeurs bénignes de l'oreille moyenne sont représentées par les néoplasmes suivants:

  • Les fibromes;
  • Angiomes (à croissance relativement lente, saignements souvent récurrents);
  • Endothéliomes;
  • Ostéomes du processus mastoïde;
  • Ostéoblastomes mastoïdes et pyramidaux.

Le traitement des fibromes, des endothéliomes, des ostéomes est effectué chirurgicalement. Pour le traitement des angiomes, l'électrocoagulation et la radiothérapie sont utilisées. La radiothérapie est utilisée pour les ostéoblastomes courants.

Ces dernières années, les oto-rhino-laryngologistes ont souvent observé une tumeur glomique. Il se classe premier en termes de fréquence parmi les néoplasmes bénins de l'oreille moyenne. Il se développe à partir des glomes (glomérules), qui se trouvent souvent le long du nerf tympanique, la branche auriculaire du nerf vague, moins souvent le nerf pétreux supérieur. Ils peuvent être situés dans la membrane muqueuse de la cavité tympanique, adventice du bulbe de la veine jugulaire. Les glomes ont une taille de 0,5 mm à 2,5 mm, entourés d'une capsule. Se compose de nombreux capillaires et précapillaires entrelacés, ainsi que de cellules épithélioïdes ou glomiques spéciales. Innervé par les nerfs glossopharyngien et vague.

La tumeur qui émane de la cavité tympanique fait progressivement saillie de la membrane tympanique et se développe dans le conduit auditif externe. Il provoque une destruction de la cavité tympanique, ce qui entraîne une perte auditive et une paralysie du nerf facial. Le néoplasme peut se développer dans la fosse jugulaire, provoquant sa destruction et la paralysie des nerfs crâniens IX, X et XI. Parfois, il se développe dans la fosse postérieure, provoquant les symptômes correspondants. La tumeur se développe lentement, mais elle a une croissance infiltrante et saigne souvent. En conséquence, il appartient aux néoplasmes cliniquement malins..

Le diagnostic repose sur les résultats de l'examen:

  • Image clinique;
  • Otoscopie;
  • Radiographie;
  • Examen histologique.

Parfois, la présence du symptôme de Brown aide à poser un diagnostic précis - l'arrêt de la pulsation du néoplasme avec une augmentation de la pression dans le conduit auditif externe à l'aide de l'entonnoir de Siegle. Comme la chirurgie radicale n'est souvent pas possible en raison de saignements sévères, les oncologues utilisent la radiothérapie ou pratiquent une chirurgie suivie d'une radiothérapie. Une dynamique positive est observée après 20-25 injections d'une solution à 10% de chlorhydrate de quinine 0,5 ml dans la tumeur.

Lorsque le néoplasme se propage au canal de l'artère carotide, la congélation est effectuée à l'aide d'une sonde cryochirurgicale de Cooper. À une température de -180 ° C, le tissu néoplasique est congelé et complètement éliminé. La paroi artérielle est protégée du gel par le sang dans l'artère.

Le sarcome appartient aux néoplasmes malins de l'oreille moyenne. C'est un myxosarcome à cellules rondes, fusiformes. C'est très rare, plus souvent chez les enfants. En cas de sarcome, les oncologues pratiquent une radiothérapie ou une électrocoagulation de la tumeur, suivie d'une radiothérapie.

Beaucoup plus souvent, les médecins de l'hôpital de Yusupov diagnostiquent un carcinome basocellulaire et épidermoïde de l'oreille moyenne. La tumeur se développe principalement sur la base d'une otite moyenne chronique suppurée, elle est donc diagnostiquée tardivement. La survenue de modifications précancéreuses (excroissances papillomateuses) est facilitée par la carie des parois osseuses de la cavité tympanique dans l'otite moyenne purulente chronique. Il soutient l'inflammation chronique de l'épithélium métaplasique de la muqueuse tympanique, constamment irrité par les sécrétions purulentes..

Le plus souvent, une tumeur cancéreuse provient de la région attico-antrale ou de l'anneau tympanique. Le cancer de l'oreille moyenne se caractérise par une croissance infiltrante rapide, en particulier chez les jeunes, se propageant à la glande parotide, à l'oreille interne, à l'articulation de la mâchoire inférieure et à la cavité crânienne. Cela complique grandement l'élimination radicale du néoplasme. Les cellules cancéreuses métastasent tôt dans les ganglions lymphatiques régionaux.

Une tumeur maligne de l'oreille moyenne est caractérisée par les symptômes suivants:

  • Douleur à l'oreille;
  • Mal de crâne;
  • Écoulement de pus offensant, souvent mélangé avec du sang;
  • Saignement des granulations denses qui réapparaissent rapidement après le retrait;
  • Paralysie périphérique précoce du nerf facial;
  • Une forte diminution de l'audition.

Dans les derniers stades, la fonction cochléaire et vestibulaire s'estompe. Les complications intracrâniennes (méningite) se développent assez rapidement. Les oncologues proposent un traitement combiné du cancer de l'oreille moyenne. Au stade III du cancer (lésions des parties cartilagineuses et osseuses de l'oreille avec métastases aux ganglions lymphatiques régionaux), une large intervention chirurgicale avec diathermocoagulation est réalisée. L'oreille externe, l'os temporal (une résection subtotale est réalisée), la glande parotide, le processus articulaire de la mâchoire inférieure sont retirés en un seul bloc. Au stade IV, la radiothérapie et la chimiothérapie sont effectuées.

ethnoscience

Avec les méthodes de thérapie traditionnelles, il est possible d'utiliser des méthodes de traitement alternatives. Vous devez d'abord consulter un spécialiste. Parmi les plus populaires, il convient de noter:

  1. Un traitement de cinq jours avec des lotions contenant 3% de peroxyde d'hydrogène. Assurez-vous que la solution ne pénètre pas dans l'oreille.
  2. Lubrifiez la zone touchée avec du jus de chélidoine.
  3. Une infusion de feuilles de noyer peut être utilisée pour essuyer la zone du papillome.
  4. Faites une compresse en utilisant des coquilles d'œufs chaudes. Il doit d'abord être écrasé et saupoudré sur le lieu de formation.
  5. Compresse avec du jus de chou fraîchement pressé.
  6. Un mode de vie correct, qui comprend une alimentation équilibrée, une activité physique, un régime de repos et de marche, un bon sommeil.

Bien sûr, si un enfant a un papillome avec lequel il est né ou une maladie d'une forme acquise, toutes les manipulations nécessitent une discussion préalable avec le médecin traitant. Exclure l'automédication, en particulier chez les enfants nés avec des papillomes dans l'oreille. Ceci est particulièrement important, car il peut menacer la propagation des néoplasmes dans tout le corps..

Tumeur de l'oreille interne

Les symptômes de lésions de l'oreille interne surviennent chez les patients présentant des tumeurs situées en dehors de cette formation anatomique. Les oto-rhino-laryngologistes ne sont pas conscients des néoplasmes qui surviendraient dans le labyrinthe de l'oreille. Les vrais cholestéatomes, qui se trouvent rarement dans l'oreille interne, se réfèrent uniquement à des formations ressemblant à des tumeurs dont la structure est fondamentalement différente de la structure des tumeurs «tissulaires» connues.

Le neurinome du nerf vestibulaire est une tumeur encapsulée bénigne qui se développe principalement dans le conduit auditif interne à partir du neurolemme du nerf vestibulaire, puis se développe dans le sens de l'angle cérébellopontin. Au cours de sa croissance, la tumeur remplit tout l'espace de la citerne latérale du cerveau, étirant et amincissant considérablement les sections du nerf crânien de l'angle cérébellopontin (facial, vestibulaire cochléaire, intermédiaire et trijumeau) qui apparaissent à sa surface. Cela entraîne des troubles trophiques et des changements morphologiques de ces nerfs, qui perturbent leur conduction et déforment la fonction des organes qu'ils innervent. Remplissant tout le conduit auditif interne, le néoplasme comprime l'artère auditive interne, qui alimente les structures de l'oreille interne. En entrant dans la région de l'angle cérébellopontin, le néoplasme exerce une pression sur les artères qui fournissent la nutrition au cervelet et au tronc cérébral.

Les manifestations cliniques de la maladie sont en proportion directe avec le taux de croissance du néoplasme et sa taille. Dans les cas atypiques, des symptômes (perte auditive, bruit, étourdissements) peuvent être observés avec de petites tumeurs.

Au cours de la période otiatrique de l'évolution de la maladie, la tumeur est située dans le conduit auditif interne. Il provoque des symptômes qui sont déterminés par le degré de compression des vaisseaux sanguins et des troncs nerveux. Les premiers signes d'altération des fonctions auditives et gustatives se manifestent: bruit de l'oreille et perte auditive selon le type perceptif sans phénomène d'augmentation accélérée du volume). À ce stade de la maladie, les symptômes vestibulaires sont moins constants. Parfois dans la période otiatrique, il y a des crises qui imitent la maladie de Ménière.

Un trait caractéristique de la période otonévrotique, associé à une forte augmentation des symptômes otiatriques, causés par des lésions du nerf cochléaire vestibulaire, est l'apparition de signes de compression d'autres nerfs crâniens, situés dans l'angle cérébellopontin, en relation avec la libération de la tumeur dans son espace. La deuxième étape est caractérisée par les symptômes suivants:

  • Changements aux rayons X dans le conduit auditif interne et au sommet de la pyramide;
  • Perte auditive sévère ou surdité d'une oreille;
  • Bruit intense dans l'oreille et la moitié correspondante de la tête;
  • Ataxie (troubles de la coordination des mouvements);
  • Déviation du corps vers l'oreille affectée en position de Romberg.

Les crises de vertige deviennent plus fréquentes et plus graves. Ils sont accompagnés d'un nystagmus spontané et optocinétique. Avec une taille importante du néoplasme, le nystagmus positionnel gravitationnel apparaît lorsque la tête est inclinée vers le côté sain, ce qui est dû au déplacement du néoplasme vers le tronc cérébral.

Dans la période neurologique, les troubles otiatriques disparaissent au second plan. Les signes neurologiques, causés par des dommages aux nerfs de l'angle cérébellopontin et la pression du néoplasme sur le tronc, le pont et le cervelet, commencent à occuper une position dominante:

  • Paralysie des nerfs oculomoteurs;
  • Douleur trijumeau;
  • Perte de tous types de sensibilité et de réflexe cornéen dans la moitié correspondante du visage;
  • Diminution ou perte de la sensibilité au goût dans le tiers arrière de la langue;
  • Parésie de la corde vocale du côté de la tumeur.

À ce stade, le syndrome vestibulaire-cérébelleux est prononcé..

Avec la poursuite de la croissance du néoplasme, des kystes remplis de liquide jaunâtre s'y forment. La tumeur augmente et appuie sur les centres respiratoire et vasomoteur, serre les voies du liquide céphalo-rachidien, ce qui augmente la pression intracrânienne et provoque un œdème cérébral. En raison du blocage des centres vitaux du tronc, un arrêt respiratoire et cardiaque se produit.

Le traitement du névrome du nerf cochléaire vestibulaire est exclusivement chirurgical. Les symptômes de la maladie, y compris les acouphènes, disparaissent après l'ablation de la tumeur. Les oto-rhino-laryngologistes utilisent des approches sous-occipitales, rectosigmoïdales et translabyrinthiques. Pour subir un examen et un traitement en présence de symptômes et de signes de cancer de l'oreille, appelez le centre de contact de l'hôpital Yusupov.

Yulia Vladimirovna Kuznetsova

Papillomes chez les nouveau-nés

Le papillome sur les oreilles d'un nouveau-né est un sujet de conversation distinct. L'infection d'un nouveau-né est possible de deux manières:

  1. Intra-utérin ou congénital. Le diagnostic est posé si la femme enceinte était porteuse du VPH et si l'enfant est né avec un papillome dans l'oreille. Lors de l'examen initial, une excroissance sur la peau d'un nouveau-né est trouvée.

La maladie est également congénitale si l'infection survient lors du passage du fœtus dans le canal génital de la mère malade. Dans ce cas, l'éducation apparaît quelque temps après la naissance. Trouver un grand nombre de papillomes dans les organes génitaux d'une femme enceinte est la raison d'une césarienne.

  1. Acheté. Cela est dû au manque de sa propre immunité chez l'enfant au cours de la première année de vie. La peau est facilement blessée, ce qui est une condition favorable à la pénétration du virus dans le corps de l'enfant.

En raison du manque de sa propre immunité, le bébé peut attraper le VPH

Les médecins ne sont pas parvenus à une conclusion commune concernant les enfants nés avec un papillome. Certaines personnes pensent qu'il suffit de garder les bébés sous contrôle, ce qui permettra un traitement chirurgical dès les premiers signes de complications..

Une autre partie des médecins pense que si un enfant est né avec une pathologie, une intervention immédiate est nécessaire pour éliminer la croissance. Cela évitera ses blessures supplémentaires, et donc la propagation des papillomes dans tout le corps..

Dans tous les cas, de la part des parents, il est nécessaire de fournir des soins appropriés à l'enfant, de le durcir, d'augmenter l'immunité de l'enfant de toutes les manières.

Puisque nous parlons de complications, il est nécessaire de souligner les signes qui devraient alerter les parents et peuvent devenir un motif d'intervention chirurgicale:

  • la verrue a changé sa couleur d'origine;
  • la croissance du papillome s'est intensifiée;
  • des sensations douloureuses sont apparues.

Dans tous les cas, si des papillomes sont trouvés sur les oreilles d'un nouveau-né, ces patients doivent être sous la surveillance constante de spécialistes..

Papillome dans l'oreille: causes, symptômes, méthodes de traitement

L'apparition de diverses formations sur les surfaces de la peau vous fait sonner l'alarme sur votre santé. Le papillome de l'oreille, ainsi que les verrues ou les grains de beauté, sont souvent une source de préoccupation. Son apparition nécessite un appel immédiat auprès d'un établissement médical à un thérapeute ou à un pédiatre. Après avoir terminé l'examen nécessaire, le médecin vous dirigera vers le spécialiste approprié.

Qu'est-ce que le papillome

Afin de résoudre le problème de la formation d'une accumulation, vous devez comprendre plus en détail de quoi il s'agit..

Le papillome est une croissance bénigne de la peau. Avec un traitement approprié, la pathologie est traitable. La négligence du processus peut entraîner des conséquences graves, telles que la dégénérescence de la formation en une tumeur maligne. Et cela nécessite d'autres mesures médicales..

L'agent causal du phénomène pathologique est le papillomavirus humain, ou HPV en abrégé. La façon dont il pénètre dans le corps est des blessures mineures, des fissures, qui ne sont parfois pas visibles à l'œil nu. Mais cela est suffisant pour la pénétration du virus dans le corps et sa progression ultérieure..

Papillome dans l'oreille humaine

Il n'y avait pas de symptômes évidents du développement de la maladie au stade initial. Le virus est activé dans le contexte d'une diminution des propriétés immunitaires du corps. Cela peut être dû à:

  • choc nerveux;
  • hypothermie du corps;
  • traitement antibiotique de longue durée;
  • la présence de microtraumatismes sur les surfaces cutanées;
  • adhésion à de mauvaises habitudes;
  • déséquilibre nutritionnel;
  • manger des fast-foods, des aliments salés, fumés, frits;
  • maladies chroniques des organes internes;
  • état d'immunodéficience;
  • manque d'activité physique.

Papillomes chez les nouveau-nés

Le papillome sur les oreilles d'un nouveau-né est un sujet de conversation distinct. L'infection d'un nouveau-né est possible de deux manières:

  1. Intra-utérin ou congénital. Le diagnostic est posé si la femme enceinte était porteuse du VPH et si l'enfant est né avec un papillome dans l'oreille. Lors de l'examen initial, une excroissance sur la peau d'un nouveau-né est trouvée.

La maladie est également congénitale si l'infection survient lors du passage du fœtus dans le canal génital de la mère malade. Dans ce cas, l'éducation apparaît quelque temps après la naissance. Trouver un grand nombre de papillomes dans les organes génitaux d'une femme enceinte est la raison d'une césarienne.

  1. Acheté. Cela est dû au manque de sa propre immunité chez l'enfant au cours de la première année de vie. La peau est facilement blessée, ce qui est une condition favorable à la pénétration du virus dans le corps de l'enfant.

En raison du manque de sa propre immunité, le bébé peut attraper le VPH

Les médecins ne sont pas parvenus à une conclusion commune concernant les enfants nés avec un papillome. Certaines personnes pensent qu'il suffit de garder les bébés sous contrôle, ce qui permettra un traitement chirurgical dès les premiers signes de complications..

Une autre partie des médecins pense que si un enfant est né avec une pathologie, une intervention immédiate est nécessaire pour éliminer la croissance. Cela évitera ses blessures supplémentaires, et donc la propagation des papillomes dans tout le corps..

Dans tous les cas, de la part des parents, il est nécessaire de fournir des soins appropriés à l'enfant, de le durcir, d'augmenter l'immunité de l'enfant de toutes les manières.

Puisque nous parlons de complications, il est nécessaire de souligner les signes qui devraient alerter les parents et peuvent devenir un motif d'intervention chirurgicale:

  • la verrue a changé sa couleur d'origine;
  • la croissance du papillome s'est intensifiée;
  • des sensations douloureuses sont apparues.

Dans tous les cas, si des papillomes sont trouvés sur les oreilles d'un nouveau-né, ces patients doivent être sous la surveillance constante de spécialistes..

Types de papillomes de l'oreillette

Les oreillettes sont souvent sujettes à des lésions cutanées. Parmi les plus courants, il convient de noter les papillomes de l'oreille. Il existe plusieurs types de croissance:

  • Vulgaire ou commun. Le plus souvent, la zone de l'oreillette est affectée dans le conduit auditif et au-delà. Au départ, une petite tumeur a une structure lisse. Au fil du temps, il augmente progressivement de taille, acquérant une surface rugueuse, si caractéristique des verrues.
  • Filamenteux. La zone touchée: oreillettes ou près de l'oreille. Au départ, c'est une plaque jaunâtre. Au fil du temps, ils grossissent, acquièrent une structure dense. Si vous regardez la photo du néoplasme, vous pouvez clairement voir la fine base filiforme de la verrue..
  • Les papillomes juvéniles plats préfèrent les oreillettes des jeunes, y compris celles situées sur le lobe de l'oreille. L'éducation a une forme convexe avec une surface plane. La structure est généralement lisse.

Quel que soit le type de néoplasme, ils causent un inconfort avec leur existence.

Symptômes

Toute manifestation dermatologique a ses propres signes, dont l'apparition indique la présence d'un certain problème de santé. Le papillome auriculaire présente également un certain nombre de symptômes principaux, dont l'apparition est la raison pour laquelle il faut consulter un médecin:

  • En règle générale, la croissance des formations cutanées s'accompagne d'une sensation de démangeaisons et de brûlures dans la zone touchée;
  • avec une augmentation de la taille de la formation, la présence d'un corps étranger dans les oreilles commence à se faire sentir;
  • détérioration des qualités auditives;
  • lorsque le papillome est situé près de la partie médiane des oreilles, on note l'apparition d'une sensation de nausée, une violation de l'orientation dans l'espace;
  • si le néoplasme se développe dans la membrane tympanique, le processus s'accompagne d'un léger saignement, d'une suppuration de la zone enflammée;
  • dès que la croissance bloque la lumière dans l'oreillette, toute décharge s'arrête.

En outre, la croissance peut être située à l'extérieur de l'organe de l'audition. Les papillomes sur le lobe de l'oreille, ainsi que près de celui-ci, sont souvent diagnostiqués.

Diagnostique

La présence de tumeurs à la surface de la peau près des organes auditifs peut être diagnostiquée par un simple examen visuel. Une caractéristique distinctive est le saignement à n'importe quelle pression. Cela indique le traumatisme du néoplasme..

La présence de papillomes dans la zone de l'oreille peut être diagnostiquée par un examen de routine

Si un papillome dans l'oreille d'une personne est situé à l'intérieur d'un organe, une consultation d'oto-rhino-laryngologiste sera nécessaire. À l'aide d'appareils professionnels, il examinera la surface interne de l'oreillette et déterminera la présence de l'éducation, sa taille, sa structure et son emplacement. Ce sont ces données qui aideront à prescrire le bon traitement. Si nécessaire, le thérapeute ou le pédiatre local désignera une consultation avec un oncologue ou un dermatologue. Dans ce cas, des méthodes d'examen supplémentaires peuvent être nécessaires:

  1. TDM ou IRM avec de très petites excroissances à la surface à l'extérieur de la membrane tympanique;
  2. Otoscopie, ce qui signifie examiner un patient à l'aide d'un appareil. Il se compose d'un entonnoir et d'un miroir spécial.
  3. Une biopsie et un examen microscopique peuvent également être nécessaires. Cela exclura les maladies présentant des symptômes similaires..
  4. Sondage.
  5. radiographie.
  6. Microscopie.

Méthodes de traitement

Lors du diagnostic de pathologies cutanées chez l'adulte, il est possible d'utiliser toute une gamme de procédures médicales. Ce que l'on ne peut pas dire sur les petits patients Lors de la détection d'un papillome dans l'oreille chez un enfant, les mesures thérapeutiques doivent être aussi douces que possible. Lors de l'examen, le médecin détermine le stade de la maladie, le développement d'autres risques.

Lors de l'examen, le médecin détermine le stade de développement du papillome, évalue les risques

Le traitement principal vise à arrêter le processus de multiplication des formations, à renforcer l'immunité, à empêcher la division ultérieure des cellules pathologiques. En cas de négligence de la maladie, un traitement chirurgical est supposé. Il est à noter qu'il existe plusieurs types de traitement des néoplasmes des surfaces cutanées:

  1. Un traitement conservateur. Appliqué uniquement pour les papillomes simples. Le traitement vise l'utilisation de médicaments pour augmenter l'immunité, d'agents antiviraux, de complexes vitaminiques, de pommades à usage externe.
  2. Électrocoagulation. Cela implique l'effet d'un courant alternatif ou continu sur le papillome près de l'oreille. Une anesthésie locale peut être nécessaire. À la fin de la procédure, des cicatrices restent souvent sur le site de la manipulation. La guérison se déroule sur 14 jours. Cette méthode vous permet de contrôler la profondeur de l'impact.
  3. La cryodestruction implique l'utilisation de produits chimiques. Dans ce cas, de l'azote liquide est utilisé, qui est appliqué comme applicateur sur la zone affectée. Le papillome s'assombrit, disparaît complètement en environ 2 semaines après l'application du produit. Ne nécessite pas d'anesthésie, indolore, pas de saignement. Aucune cicatrice ne reste après la chirurgie.
  4. Moxibustion. Implique l'effet sur la zone touchée d'un mélange d'acides organiques et inorganiques. Sous leur influence, la mort des tissus survient. Une croûte se forme sur le site de la cautérisation. Ici, il est important de tenir jusqu'au moment où elle disparaît. Si cela est fait de force, une cicatrice restera à la place du papillome dans l'oreille. A un long temps de guérison.
  5. Suppression laser. L'une des méthodes indolores de traitement du papillome dans l'oreillette. La période de guérison peut aller jusqu'à 1 mois. L'inconvénient de la procédure est qu'il reste une cicatrice. Bien que cela ne provoque pas un inconfort tel qu'un néoplasme pathologique.
  6. Opérations radiochirurgicales à l'aide d'un couteau radio. Cela implique une irradiation de l'accumulation avec des ions en une quantité suffisamment grande. À l'aide d'un couteau radio, la formation est coupée, envoyée à l'histologie. Selon les résultats de l'analyse, il est possible de confirmer ou d'exclure la malignité de la formation. La peau autour du papillome n'est pas blessée. La guérison est assez rapide. Pas de cicatrice sur le site de coupe.

Après avoir effectué toute manipulation médicale, il est important de suivre les recommandations tout au long de la semaine:

  • exclure le lavage de la tête, des oreillettes;
  • abandonner les chapeaux pendant un certain temps;
  • limiter l'exposition au soleil, tant pour les patients adultes que pour les enfants.

Toutes les méthodes de traitement ne peuvent pas être utilisées pour traiter la pathologie chez un enfant. Le médecin déterminera le schéma thérapeutique individuellement.

Traitements non conventionnels

ethnoscience

Avec les méthodes de thérapie traditionnelles, il est possible d'utiliser des méthodes de traitement alternatives. Vous devez d'abord consulter un spécialiste. Parmi les plus populaires, il convient de noter:

  1. Un traitement de cinq jours avec des lotions contenant 3% de peroxyde d'hydrogène. Assurez-vous que la solution ne pénètre pas dans l'oreille.
  2. Lubrifiez la zone touchée avec du jus de chélidoine.
  3. Une infusion de feuilles de noyer peut être utilisée pour essuyer la zone du papillome.
  4. Faites une compresse en utilisant des coquilles d'œufs chaudes. Il doit d'abord être écrasé et saupoudré sur le lieu de formation.
  5. Compresse avec du jus de chou fraîchement pressé.
  6. Un mode de vie correct, qui comprend une alimentation équilibrée, une activité physique, un régime de repos et de marche, un bon sommeil.

Bien sûr, si un enfant a un papillome avec lequel il est né ou une maladie d'une forme acquise, toutes les manipulations nécessitent une discussion préalable avec le médecin traitant. Exclure l'automédication, en particulier chez les enfants nés avec des papillomes dans l'oreille. Ceci est particulièrement important, car il peut menacer la propagation des néoplasmes dans tout le corps..

Étiologie, clinique, classification des néoplasmes de l'oreille externe

Le problème de la lutte contre les maladies tumorales des organes ORL a été et reste d'actualité en oto-rhino-laryngologie. Les tumeurs de l'oreille sont les moins étudiées de tous les néoplasmes ORL..

Les formations de type tumeur de l'oreillette et du conduit auditif externe comprennent: fistules, kystes, chéloïdes, naevus, hyperkératose sénile, athéromes, histiocytose, corne cutanée.

Les tumeurs bénignes sont plus fréquentes et ont une grande variété de structures histologiques. La première place est occupée par les papillomes, moins souvent les hémangiomes, les ostéomes, les céruminomes, les fibromes, les chondromes, les lipomes sont observés.

Jusqu'à 2% de toutes les tumeurs malignes et de 5 à 12% de toutes les tumeurs ORL sont des tumeurs malignes de l'oreille. Parmi ceux-ci, l'oreillette représente 85%, le conduit auditif externe - 10%.

Les chéloïdes, les naevus, les papillomes, les hémangiomes, les céruminomes, la corne cutanée secondaire (papillome épidermoïde avec kératinisation) sont des affections précancéreuses. Les conditions de fond sont les engelures, les brûlures, les blessures mécaniques; processus de fond - maladies inflammatoires chroniques de la peau de l'oreillette et du conduit auditif externe.

Les tumeurs bénignes et les conditions de type tumoral peuvent devenir malignes. Le rapport du carcinome basocellulaire et épidermoïde de l'oreillette, selon V.F. Antoniv, est approximativement le même. Dans le conduit auditif externe, l'incidence du carcinome basocellulaire est 2 à 3 fois inférieure à celle du carcinome épidermoïde..

La principale méthode de traitement des patients atteints de tumeurs de l'oreille externe est chirurgicale. Des études expérimentales ont permis d'introduire dans la pratique chirurgicale des générateurs d'ondes ultrasoniques, laser et radio et d'autres options pour combiner l'intervention chirurgicale.

Le problème du choix de l'instrumentation optimale qui vous permet de disséquer rapidement les tissus avec un minimum de dommages est urgent. Le scalpel à ondes radio Elleman Surgitron est utilisé en oto-rhino-laryngologie depuis plus de quinze ans.

La technique des ondes radio en chirurgie du larynx a été utilisée pour la trachéotomie. LA TÉLÉ. Antoniv (2004) a utilisé l'appareil Elleman Surgitron pour la résection endolaryngée du cancer du larynx de stade I-II. Dans la littérature, il existe des informations isolées sur l'élimination du cancer de l'oreille à l'aide d'un scalpel à ondes radio..

Peu de données sur l'utilisation réussie du scalpel à ondes radio Elleman Surgitron en oto-rhino-laryngologie suggèrent que la chirurgie par ondes radio est prometteuse et hautement préférable pour notre spécialité. À cet égard, nous avons orienté nos recherches pour étudier les possibilités d'utiliser la chirurgie par ondes radio pour éliminer les néoplasmes tumoraux, bénins et malins de l'oreille externe..

Néoplasmes de l'oreille externe

En termes de fréquence des lésions parmi les néoplasmes des organes ORL, l'oreille occupe l'une des dernières places. Le plus souvent, l'oreillette et le conduit auditif externe sont impliqués dans le processus. Au cours des 10 à 20 dernières années, il y a eu une augmentation notable de ces néoplasmes..

Les tumeurs de l'oreille externe sont divisées en formations ressemblant à des tumeurs, bénignes et malignes..

H. Dwoyacek, H. Pichter (1957) pensent que les tumeurs de l'oreille externe et, en particulier, de l'oreillette, appartiennent à la frontière entre la dermatologie et l'oto-rhino-laryngologie dans le domaine de la médecine. Le substrat pour les tumeurs de l'oreillette peut servir non seulement la peau, mais également la structure cartilagineuse de l'oreillette.

Dans la littérature, il n'y a pratiquement pas de données statistiques sur l'incidence des tumeurs de l'oreille en fonction de la localisation initiale, principalement des néoplasmes malins sont décrits, alors qu'il existe peu de données sur les néoplasmes de type tumoral et bénins..

Formations tumorales de l'oreille externe

Les formations ressemblant à des tumeurs n'ont pas été suffisamment étudiées, ainsi que les conditions et processus précancéreux. Dans la zone de l'oreillette et du conduit auditif externe, il y a: des fistules se développant à partir des restes de la première fente branchiale, des kystes et des cicatrices après des blessures mécaniques, chimiques et thermiques, des chéloïdes, des naevus congénitaux et acquis, une hyperkératose sénile, une chondrodermatite nodulaire chronique, une athérome, une histiocytose (éosinophile ), corne cutanée.

Seules quelques publications de plusieurs observations de patients atteints d'une chéloïde de l'oreille externe sont décrites. Une chéloïde est une formation semblable à une tumeur liée à la fibrose qui se développe généralement après une blessure ou une brûlure. VF Antoniv pense que la chéloïde se développe en présence d'une tendance congénitale à l'hyperplasie. À l'examen histologique, une chéloïde est une prolifération excessive de tissu cicatriciel dans le derme et les structures profondes avec hyalinose des faisceaux de fibres de collagène.

La chéloïde est principalement localisée sur l'oreillette, sur le lobe de l'oreille et est plus fréquente chez la femme. Habituellement, la formation se développe lentement, occupe toute l'oreillette, provoquant sa déformation et sa destruction, il est nécessaire d'éliminer la formation le plus tôt possible.

Selon la classification histologique internationale moderne, les naevus sont considérés comme des formations ressemblant à des tumeurs. V.F. Antoniv (1983) classe les naevus comme conditions précancéreuses. Leur origine est associée à des malformations des mélanoblastes du derme ou de la gaine de Schwann des nerfs situés dans le derme. Nevi se distingue par le nombre de pigments - pigmentés et non pigmentés, par la profondeur de localisation - connexions intradermiques, intraépidermiques et naevus.

Souvent, les naevus sont localisés sur l'oreillette, dans la zone du processus mastoïde, dans le conduit auditif externe, le plus souvent sur le visage. Les naevus de l'oreille sont mal compris, la plupart des travaux sur la clinique, le diagnostic et le traitement sont consacrés à la localisation de ce processus dans d'autres parties du corps humain.

La corne cutanée appartient à de rares formations d'origine épidermique. Selon la structure histologique, il est constitué d'une masse de cellules kératinisées, la base est entourée d'une corolle de peau hyperémique et légèrement œdémateuse. Distinguer la corne cutanée primaire et secondaire.

La corne cutanée primaire se développe sur une peau saine, sans modifications pathologiques antérieures; secondaire - provient de l'athérome ou en tant que variante du papillome dur. La corne cutanée est considérée comme une condition précancéreuse. V.F.Antoniv (1981) indique la possibilité de sa malignité - une variété papillaire de cancer squameux kératinisant se développe à partir de celle-ci.

Sur la surface postérieure de l'oreillette, dans la région du processus mastoïde, des athéromes sont trouvés. La kératose sénile et la dermatose folliculaire font également référence à des formations ressemblant à des tumeurs. Dans la zone de l'oreillette et du conduit auditif externe, ils sont extrêmement rares..

Sur l'oreillette et dans la région antérieure, des fistules et des kystes congénitaux peuvent être trouvés. Le plus souvent, ils sont localisés en avant ou au-dessus du tragus, à la base de la boucle, se développent à partir des restes de la première fente branchiale..

Les formations tumorales de l'oreille externe peuvent devenir un substrat pour l'apparition d'une tumeur maligne.

Tumeurs bénignes de l'oreille externe

Les tumeurs bénignes de l'oreillette et du conduit auditif externe sont assez fréquentes, elles se caractérisent par une grande variété de structures histologiques. Le papillome est en premier lieu parmi les tumeurs bénignes de l'oreille externe. Cette formation peut être congénitale et acquise. Il est localisé exclusivement dans le conduit auditif externe et sur l'oreillette. Pousse lentement, atteint rarement de grandes tailles.

C'est une formation bien définie, dense et grisâtre sur une large base avec une surface inégale. Après détection, le papillome est enlevé chirurgicalement en raison de sa malignité.

De tous les néoplasmes humains bénins, les tumeurs vasculaires représentent 1 à 7%. Le plus fréquent d'entre eux, selon N.L. Lutfullaeva (1998) et G.B. Elkun, sont des hémangiomes. 60 à 80% de ces tumeurs sont localisées sur le visage.

Dans la littérature, il est prouvé que les femmes développent la maladie plus souvent que les hommes. Le rapport femmes / hommes parmi les patients atteints d'hémangiomes est de 3: 1.

Les hémangiomes sont très courants dans la région de l'oreille externe. En termes de fréquence des lésions, l'oreillette et le processus mastoïdien sont en premier lieu. Moins fréquemment, la tumeur est localisée dans le conduit auditif externe et assez rarement elle provient de l'oreille moyenne.

Parmi les patients atteints de tumeurs vasculaires, la proportion de femmes est, selon D.M. Gorbushina (1978), 72%. Dans la pratique pédiatrique, il a été noté que les hémangiomes surviennent 2 à 4 fois plus souvent chez les filles (64 à 80%) et sont déterminés peu après la naissance. Chez 20 à 30% des patients atteints d'hémangiome, pour un certain nombre de raisons (localisation profonde, petite taille des tumeurs, etc.) sont détectés à l'âge adulte.

La plupart des chercheurs notent que les tumeurs vasculaires de l'oreille se trouvent principalement chez les personnes âgées de 11 à 70 ans. L'incidence maximale, selon N.V. Kolody (1990), tombe sur l'âge de 30 à 60 ans.

Dans la classification histologique internationale des tumeurs humaines, une grande section est consacrée aux néoplasmes des vaisseaux sanguins..

Tumeurs et lésions ressemblant à des tumeurs des vaisseaux sanguins

A. Bénin.
I. Hémangiome.
a) hémangioendothéliome bénin;
b) hémangiome capillaire (hémangiome juvénile);
c) hémangiome caverneux;
d) hémangiome veineux;
e) hémangiome aciniforme (ramifié) (artériel, veineux, artério-veineux);
II. Hémangiome intramusculaire (capillaire, caverneux ou artériel);
III. Hémangiomatose systémique;
IV. Hémangiomatose avec ou sans fistule artério-veineuse congénitale;
V. Tumeur glomique;
Vi. Angiomyome (léiomyome vasculaire);
Vii. "Hémangiome" de type granulation (granulome pyogène).

B. Malin.
I. hémangioendothéliome malin (angiosarcome);
II. Hémangiopéricytome malin.

Tumeurs et lésions néoplasiques des vaisseaux lymphatiques

A. Bénin.
1. Lymphangiomes:
a) capillaire,
b) caverneux,
c) lymphangiome kystique (hygroma).
2. Lymphangiomatose systémique.

B. Malin.
1. Lymphangioendothéliome malin.

Tumeurs vasculaires primaires (os)

A. Bénin.
1. Hémangiome.
2. Lymphangiome.
3. Tumeur glomique (hyomangiome).

B. Intermédiaire ou non défini.
1. Hémangioendothéliome.
2. Hémangiopéricytome.

Pour les besoins d'un oto-rhino-laryngologiste, la classification internationale, simplifiée et adaptée par P.M. Gorbushina (1978). Il est moins encombrant et plus facile à comprendre par les praticiens.

Tumeurs vasculaires matures (bénignes)

Tumeurs vasculaires immatures (malignes)

I. Angiosarcomes.
II. Hémangioendothéliome.

Les classifications ci-dessus sont basées soit sur l'apparence de la tumeur (premières classifications du début du XIXe siècle), soit sur la prise en compte de la structure histologique du néoplasme. Bien qu'elles soient répétées dans certains détails, il est très difficile voire impossible de les réduire à un seul dénominateur. Chaque classification a des points contradictoires.

La classification des hémangiomes de l'oreille, basée sur la stadification de la tumeur, a été développée en 1987 par V.F. Antoniv, N.V. Kolody et W.L. Lutfullaev.

La division en étapes de la classification permet de détailler les indications des interventions chirurgicales, de déterminer plus précisément la portée de l'opération et, ce qui est très important, de comparer les résultats du traitement avec l'utilisation de diverses méthodes d'influence thérapeutique obtenues par divers auteurs.

Stadification des hémangiomes de l'oreille:

Stade I d'une tumeur vasculaire à croissance destructrice - le processus est limité à un fragment (tiers supérieur, moyen ou inférieur de l'oreillette, parois supérieures antéro-inférieures et postérieures de la partie membraneuse-cartilagineuse du conduit auditif externe, partie osseuse du conduit auditif externe, cavité tympanique);

Stade II - la tumeur occupe plusieurs fragments, mais ne dépasse pas le département (oreillette et partie membraneuse-cartilagineuse du conduit auditif externe);

Stade III - la tumeur occupe les deux parties du conduit auditif externe, l'oreillette, ou elle pénètre de la cavité tympanique dans le système de cellules du processus mastoïde, détruit la membrane tympanique et occupe tout le conduit auditif externe, et éventuellement la coquille. La tumeur ne dépasse pas l'oreille;

Stade IV - le néoplasme, en plus de l'oreille ou de l'une de ses sections, occupe des zones importantes du cuir chevelu ou du visage (la tumeur occupe des bandes de peau de 3 à 4 cm de large devant ou derrière l'oreille), la glande salivaire parotide est impliquée dans le processus.

I.I. Kondrashin (1963), sur la base d'une grande expérience personnelle, estime que dans la plupart des cas, l'hémangiome doit être attribué à une tumeur congénitale bénigne, car dans son évolution clinique, il est plus proche des néoplasmes, dans certains cas, lorsqu'il n'y a pas de croissance de l'hémangiome, il est plus correct de le considérer comme une manifestation d'une malformation du système vasculaire pendant la période de développement intra-utérin du fœtus.

Les tumeurs vasculaires ont une croissance destructrice et sont capables de détruire les tissus environnants, y compris cartilagineux et osseux.

Avec l'hémangiome de l'oreillette, le patient consulte un médecin en raison de défauts esthétiques et avec des tumeurs du conduit auditif externe, le traitement est associé à une violation de l'état fonctionnel de l'organe.

Parmi les formations auriculaires bénignes, on trouve souvent une tumeur du tissu osseux - un ostéome, localisé exclusivement dans la partie osseuse du conduit auditif externe.

Il pousse lentement et pendant longtemps. Il se développe, en règle générale, à partir d'une couche compacte de la partie postérieure, moins souvent des parois supérieure et inférieure de la partie osseuse du conduit auditif. Il existe les types suivants de structure histologique des ostéomes: 1) compacte; 2) cellulaire; 3) cartilagineux; 4) mixte.

La structure histologique des exostoses et des hyperostoses est très proche des ostéomes du conduit auditif externe; par conséquent, leur diagnostic différentiel est considérablement difficile. Selon Monasse, ces formations ne diffèrent des ostéomes que par la configuration. Les exostoses ont une base étroite et les hyperostoses ont une large.

En 1962, A.P. Shanin a découvert dans la littérature 15 descriptions d'oreille avec de la cérumine; de ​​nos jours, les médecins traitant des tumeurs de l'oreille rapportent des dizaines d'observations. Il s'agit d'un néoplasme qui se développe à partir des glandes de soufre (sudation réduite).

Les signes précoces et les caractéristiques cliniques du céruminome ont été mieux étudiés qu'il y a 30 ans. Il est souligné que le céruminome peut être à la fois bénin et malin, en outre, la variante bénigne peut devenir maligne. Distinguer par structure histologique les formes suivantes de cérumine: papillaire, à cellules claires, kystique glandulaire, mixte.

Le chondrome fait partie des néoplasmes de l'oreille les plus rares. Le chondrome du processus mastoïde a été observé par B.A. Schwartz (1961), oreillette - V.F. Antonive (1981, 1983). Une tumeur bénigne de l'oreille externe du tissu adipeux - le lipome est plus fréquent chez les femmes. Il est peu décrit, se développe à la fois sur l'oreillette et dans le conduit auditif externe.

Tumeurs malignes de l'oreille externe

Les tumeurs malignes de l'oreille représentent environ 2% de toutes les tumeurs malignes et de 5 à 12% des tumeurs ORL. Parmi ceux-ci, l'oreillette représente 85% et le conduit auditif externe 10%. D'autres ratios sont cités par K. Chen et L. Degner (1978): cancer de l'oreille 19%, conduit auditif externe 54%.

Pour l'apparition du cancer de l'oreille externe, une combinaison du processus pathologique, contre lequel le néoplasme malin se développe, et du mécanisme de déclenchement qui a donné une impulsion au développement de la tumeur, est nécessaire.

Dans la région de l'oreille, les tumeurs malignes surviennent généralement dans le contexte de processus et de conditions pathologiques. Ces processus et conditions sont appelés antécédents ou précancéreux..

A.I.Savitsky (1968) divise les précancéreux en obligatoire, qui se transforme en cancer dans la plupart des cas, et facultatif, se transformant rarement en cancer.

Pour la première fois en 1952, D.E. Rosengauz, fait la distinction entre l'état précancéreux et le fond. L'auteur divise le précancer en 2 groupes: le premier consiste en de multiples blessures, cicatrices, érosion, maladies inflammatoires chroniques de l'oreille moyenne, accompagnées de modifications secondaires de la peau du conduit auditif externe; la seconde - verrues, taches diverses, angiomes, kératose sénile. V.F. Antoniv (1983) fait la différence entre les conditions précancéreuses et de fond ainsi que les processus de fond.

Les conditions précancéreuses sont les chéloïdes, les naevus, les papillomes, les hémangiomes, les céruminomes, la corne cutanée secondaire (papillome épidermoïde avec kératinisation), les conditions de fond - gelures, brûlures, traumatismes mécaniques et processus de fond sont des maladies inflammatoires chroniques de la peau de l'oreillette et du conduit auditif externe.

Les tumeurs bénignes et les affections ressemblant à des tumeurs sont dangereuses en ce qu'elles ont le potentiel de devenir malignes. N.F. Krymchaninova (1966), V.F. Antoniv (1982, 1983) pense que pour la manifestation d'une tumeur maligne, en plus des changements pathologiques locaux, un facteur provoquant est nécessaire - un facteur de risque. Ces facteurs sont le rayonnement solaire, les blessures mécaniques et thermiques..

Le cancer de l'oreille est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. Cela est dû au fait que chez les femmes, l'oreillette est plus protégée de l'environnement extérieur. Selon V.S. Pogosova et coll. (1975), l'incidence du cancer du conduit auditif externe est à peu près la même chez les deux sexes. Le cancer de l'oreille externe survient principalement chez les personnes d'âge moyen et âgées. Dans la littérature, l'observation du cancer de l'oreillette et du conduit auditif externe chez les jeunes est décrite par K.I. Pleskov (1961), N.F. Krymchaninov (1966).

La structure morphologique des tumeurs malignes de l'oreille externe est diverse. UN V. Smolyaninov (1982) estime que le cancer épithélial prédomine (61%), le cancer glandulaire est moins fréquent (38%). Selon V.F. Antoniva, le rapport de carcinome basocellulaire et épidermoïde de l'oreillette est à peu près le même. Dans le conduit auditif externe, l'incidence du carcinome basocellulaire est deux à trois fois inférieure à celle du carcinome épidermoïde. Le carcinome épidermoïde avec divers degrés de kératinisation prédomine. Le cancer de l'oreille externe peut survenir à la fois primaire et secondaire lorsqu'une tumeur se développe à partir d'organes voisins.

Selon la forme de croissance V.S. Pogosov et coll. (1975) ont divisé le cancer auriculaire en un cancer exophytique, à croissance lente, capable d'atteindre de grandes tailles sans expression, et infiltrant. P.F. Svetitsky et coll. (1983) ont isolé des formes ulcéreuses et tumorales de cancer.

La localisation initiale des tumeurs malignes de l'oreillette, selon V.S. Pogosova (1975), la surface postérieure, la zone derrière le pli de l'oreille et le lobe de l'oreille peuvent devenir. Le lieu d'origine d'une tumeur du conduit auditif externe peut être n'importe laquelle de ses parois (S.F. Letnik, 1960). CONTRE. Pogosov (1975), V.F. Antoniv (1982) note le développement prédominant du processus malin dans la région des parois inférieure et postérieure du conduit auditif. Le cancer peut se développer sur les cicatrices. Le moment de sa manifestation est différent et peut être de trois à soixante-dix ans..

Les tumeurs de cette localisation sont capables de métastaser. La localisation des métastases dépend des caractéristiques anatomiques et topographiques de l'oreille, de la direction du flux lymphatique à travers le réseau développé de vaisseaux lymphatiques. Les métastases se trouvent le plus souvent devant l'arrière de l'oreille et les ganglions lymphatiques sous-maxillaires. Avec la progression du processus tumoral, les métastases sont déterminées dans les ganglions lymphatiques cervicaux profonds. Les métastases bilatérales ne sont pratiquement pas observées.

KI Pleskov a proposé en 1964 la classification des néoplasmes malins de l'oreille. Dans les tumeurs malignes de l'oreillette et du conduit auditif externe, il distingue 4 stades.

Le Comité international de contrôle des tumeurs a développé une classification selon le système de symboles TNM. Nous présentons les sections de cette classification histologique concernant les néoplasmes malins de l'oreille externe.

Classification histologique des tumeurs de l'oreille externe (oreillette et conduit auditif externe)

I. Tumeurs épithéliales:
1. Carcinome épidermoïde;
2. Carcinome basocellulaire;
3. Adénocarcinome du céruminome;
4. Carcinome adénocystique;
II. Tumeurs des tissus mous:
1. Fibrosarcome;
2. Rhabdomyosarcome;
3. Autres;
III. Tumeurs osseuses et cartilagineuses:
1. Chondrosarcome;
2. Ostéosarcome.

La stadification des tumeurs malignes de l'oreille selon le système TNM a été développée par le professeur V.F. Antoniv (1980, 1982). Cette classification est basée sur le principe de la division de l'oreille en sections et fragments, ainsi que sur la prévalence de la tumeur conformément à ces coupes et fragments. Les stades sont définis séparément pour la tumeur primaire (T) et les métastases régionales (N).

Classification des tumeurs malignes de l'oreille

La classification des tumeurs malignes de l'oreille selon le système de symboles TNM est cohérente avec les étapes du processus tumoral

Stade I - T1 N0 M0;
Stade II - T2 N0 M0 ou T1-2 N1 M0;
Stade III - T3 N0 M0 ou T1-4 N2 M0;
Stade IV - T4 N1-3 M0 ou T1-4 N3 M0 ou T1-4 N0 M.