Principal
Cirrhose

Symptômes et traitement du cancer du col de l'utérus

Il est difficile de reconnaître le cancer du col de l'utérus à un stade précoce, car les symptômes cliniques de cette pathologie oncologique sont presque complètement absents. C'est pourquoi une telle maladie est dangereuse et entraîne de graves complications dont une femme peut mourir. Au stade initial du développement et au traitement adéquatement sélectionné, la maladie peut être guérie, sinon le pronostic de survie se détériore considérablement.

Raisons pour lesquelles le cancer survient

Le principal facteur donnant une impulsion à la progression d'une maladie aussi dangereuse est l'infection du corps par une infection par le virus du papillome humain. L'agent pathogène qui affecte le service cervical conduit d'abord au développement d'une dysplasie, mais si la pathologie n'est pas identifiée et traitée à temps, une dégénérescence cancéreuse se produit et l'oncologie se développe rapidement.

Les autres causes courantes de cancer du col de l'utérus sont:

  • les perturbations hormonales et endocriniennes, qui surviennent le plus souvent dans la vieillesse, lorsqu'une femme entre en phase de ménopause;
  • lésions infectieuses chroniques de la muqueuse vaginale, du col de l'utérus et du corps utérin;
  • blessures subies après l'accouchement, pendant les rapports sexuels ou lors d'un examen diagnostique;
  • début précoce de l'activité sexuelle, grand nombre de partenaires sexuels, rapports sexuels non protégés;
  • abus de mauvaises habitudes;
  • environnement défavorable environnement écologique;
  • utilisation incontrôlée de contraceptifs oraux;
  • naissances multiples ou interruptions fréquentes de grossesse.
L'obésité est une condition préalable au développement de l'oncologie utérine, les femmes en surpoids sont donc à risque.

Les facteurs de risque d'apparition du cancer sont:

  • diminution des fonctions de protection du corps;
  • obésité;
  • carence en vitamines A et C;
  • parakératose, érosion et dysplasie du col de l'utérus.
Retour à la table des matières

Variétés

La région cervicale est recouverte de deux couches d'épithélium. En tenant compte des cellules ayant subi une transformation maligne, il existe la classification suivante du cancer:

  • Squamous. Il se développe à partir de cellules épithéliales squameuses dans le vagin. Cette forme de pathologie, à son tour, est divisée en types suivants:
    • mal différencié;
    • non kératinisé;
    • kératinisé.
  • Adénocarcinome. Des transformations malignes se développent dans les couches profondes de l'endocol de diverses glandes. Ce type d'oncologie est difficile à traiter et entraîne des conséquences dangereuses..

En tenant compte de l'histotype, on distingue le cancer des formes suivantes:

  • cellule claire;
  • petite cellule;
  • mucoépidermoïde.

En fonction du degré de progression, on distingue les types d'oncologie suivants:

Stades du cancer

Il y a 5 étapes dans le développement de la pathologie:

  • Le degré 0 initial est caractérisé par des dommages à la couche supérieure de l'épithélium, tandis que la membrane basale reste intacte. Les femmes avec ce diagnostic sont guéries avec succès et, après l'opération, elles vivent leur vie habituelle..
  • Avec le développement du grade 1, les cellules cancéreuses se propagent au stroma du cou de l'organe. La première étape peut également être traitée avec succès, le pronostic de récupération est positif.
  • Le cancer du col de l'utérus de stade 2 est caractérisé par une augmentation de la zone de lésion des tissus vaginaux et du corps de l'utérus. La maladie se manifeste par des symptômes graves qui ne peuvent être ignorés.
  • Le cancer du col de l'utérus de stade 3 diffère par sa propagation aux organes reproducteurs internes, à la vessie, aux reins et aux intestins. La tumeur augmente rapidement en taille et metastases aux ganglions lymphatiques. Le troisième degré de cancer est dangereux, l'espérance de vie est considérablement réduite, le taux de survie à cinq ans ne dépasse pas 30%.
  • Les 4 derniers étages sont considérés comme avancés et inopérants. Des métastases sont observées dans tout le corps. En raison de la désintégration de la tumeur, une intoxication du corps se produit, le fonctionnement normal des organes internes est perturbé, à la suite de quoi le patient meurt.
Retour à la table des matières

Symptômes typiques

Le stade initial zéro et 1 de la maladie peut se dérouler sans aucun symptôme spécifique.Par conséquent, à ce stade, la maladie est diagnostiquée extrêmement rarement et est le plus souvent déterminée lors d'un examen médical préventif. Mais à mesure que les femmes progressent, les symptômes du cancer du col de l'utérus deviennent plus prononcés. L'image symptomatique ressemble à ceci:

  • saignement non associé à la menstruation;
  • douleur et inconfort dans le bas-ventre;
  • perturbation de la vessie et des intestins;
  • la formation d'un œdème des membres inférieurs;
  • l'apparition de fistules sur la muqueuse vaginale, qui ne peuvent pas être guéries;
  • problèmes de miction et de selles;
  • maladies infectieuses et inflammatoires chroniques du système génito-urinaire.

Les signes courants du cancer du col de l'utérus sont:

  • une diminution rapide du poids corporel avec le régime habituel;
  • détérioration de l'appétit, jusqu'à une aversion totale pour la nourriture;
  • augmentation de la température corporelle;
  • transpiration excessive;
  • faiblesse, léthargie, somnolence;
  • pâleur et sécheresse de la peau.
Retour à la table des matières

Comment est diagnostiqué?

Si une femme soupçonne une telle maladie et commence à se sentir différemment, pas comme d'habitude, il vaut mieux ne pas hésiter à consulter le gynécologue, car plus tôt il sera possible de déterminer le diagnostic, plus le traitement sera efficace et efficace. Pendant l'examen, le médecin posera des questions sur les symptômes inquiétants, collectera toutes les données nécessaires, puis donnera des instructions pour subir un certain nombre de ces procédures de diagnostic:

  • examen cytologique;
  • Le test de Schiller;
  • biopsie des zones touchées;
  • colposcopie;
  • cystoscopie;
  • urographie intraveineuse;
  • rétroromanoscopie;
  • radiographie, qui aidera à identifier l'étendue de la propagation des métastases.
Retour à la table des matières

Quel traitement est prescrit?

Chirurgical

Si une maladie oncologique est diagnostiquée aux premiers stades de développement, lorsque seule la couche supérieure de l'épithélium est affectée, une ablation chirurgicale économe des tissus cervicaux altérés est effectuée. Une opération efficace dans laquelle l'organe est préservé autant que possible est appelée amputation conique ou conisation. Les techniques chirurgicales telles que l'excision électrochirurgicale de l'anse et l'amputation cervicale élevée aident à préserver la fonction reproductrice..

Si un cancer du col de l'utérus de grade 3 est diagnostiqué, l'ablation complète de l'utérus, d'une partie du vagin affecté, des trompes de Fallope, des ganglions lymphatiques affectés et du tissu paracervical est indiquée.

Chimiothérapie et exposition aux rayonnements

La chimiothérapie du cancer du col utérin est effectuée avant l'opération, ce qui ralentit la croissance de la tumeur et la propagation des métastases. Et aussi la procédure est indiquée après l'élimination du néoplasme malin. Cela aide à détruire les cellules cancéreuses restantes, empêchant ainsi la récurrence de la maladie. Pendant la procédure, des médicaments hautement toxiques sont utilisés, qui sont utilisés sous forme de comprimés ou sont injectés dans le corps.

La radiothérapie est souvent associée à la chimiothérapie. Les technologies modernes permettent d'irradier uniquement les zones localisées touchées de l'organe, tandis que les tissus sains ne sont pas affectés. De telles procédures auxiliaires sont également effectuées s'il existe des contre-indications à la chirurgie. La chimiothérapie et la radiothérapie aident à arrêter la croissance du néoplasme, grâce à quoi la vie du patient est prolongée.

Effets

Les lésions cancéreuses du col de l'utérus avec un traitement inopportun entraînent de nombreuses complications graves, parmi lesquelles les plus courantes sont:

  • hydronéphrose;
  • infection purulente du système génito-urinaire, qui se propage ensuite dans tout le corps;
  • saignement interne abondant;
  • Déficience en fer;
  • formation de fistule;
  • propagation des métastases dans tout le corps;
  • intoxication sévère;
  • perturbation des organes internes;
  • issue fatale.
Retour à la table des matières

Survie et pronostic

Si le traitement du cancer du col de l'utérus est effectué en temps opportun, le risque de développer des conséquences négatives est réduit, les chances de guérison et de préservation de la fonction reproductrice sont élevées. Avec le développement du stade 2, le taux de survie à cinq ans est de 65 à 75%, pour le stade 3 de 35 à 40%. Si la maladie est avancée, moins de 10% des patients survivent dans les cinq ans.

La prévention

Étant donné que la principale cause d'une telle maladie oncologique est le papillomavirus humain, il est recommandé de procéder à une vaccination de routine, ce qu'ils commencent à faire aux filles qui ont atteint l'âge de 10 ans. Grâce au vaccin, le système immunitaire développe une forte immunité qui peut combattre les infections et prévenir les dommages aux organes.

À titre préventif, il est recommandé de subir un examen médical de routine par un gynécologue une fois par an, de traiter en temps opportun les maladies inflammatoires et infectieuses du système génito-urinaire, d'augmenter les fonctions de protection du corps, de se débarrasser des mauvaises habitudes, de normaliser le poids, de mener une vie saine et active. En cas de symptômes suspects, ne vous soignez pas, mais prenez dès que possible rendez-vous avec un gynécologue.

Cancer du col utérin. Symptômes et signes, causes, étapes, prévention

Le cancer du col de l'utérus est une tumeur maligne des organes génitaux féminins. Cette maladie courante se classe au 4e rang des problèmes de cancer chez les femmes. Dans la plupart des cas, la maladie est asymptomatique et est détectée accidentellement lors d'un examen par un gynécologue. Une femme peut remarquer de légers saignements après avoir soulevé des poids, des douches vaginales ou des rapports sexuels.

11 femmes sur 100 000 reçoivent un diagnostic de cette maladie. Cela représente environ 600 000 cas par an. Pour une raison quelconque, la maladie survient 2 fois plus souvent chez les Hispaniques. Il y a deux périodes dans la vie d'une femme où le risque de développer la maladie est particulièrement élevé: 35 à 40 ans et 60 à 65 ans. Et les filles de moins de 25 ans n'ont pratiquement pas de cancer du col de l'utérus..

Depuis les années 70 du siècle dernier, le taux de mortalité par cancer du col utérin a diminué de 70%. Cela est dû au fait que les médecins examinent massivement les patients pour détecter la présence de cellules modifiées. Grâce à cette approche, dans la plupart des cas, il est possible de reconnaître la maladie à un stade précoce, lorsqu'elle peut être complètement guérie..

Le cancer du col utérin se développe à partir de la membrane muqueuse qui tapisse le canal cervical. Une tumeur ne peut pas se développer à partir de cellules saines. Par conséquent, les maladies sont toujours précédées de conditions précancéreuses. Par exemple, il s'agit de la dysplasie cervicale. En commençant son traitement à temps, vous pouvez vous sauver du cancer. La tumeur peut se développer à partir de verrues et de cicatrices qui se forment après l'accouchement. Il faut 2 à 15 ans pour que ces conditions précancéreuses se transforment en tumeur..

Le cancer du col de l'utérus est l'un des rares cancers pouvant être évités. Une visite régulière chez un gynécologue et une vaccination spéciale vous aideront à vous protéger. Le frottis PAP et d'autres méthodes modernes permettent de détecter la maladie à un stade précoce.

Le cancer du col de l'utérus est causé par une infection par le papillomavirus humain. Augmenter le risque de tumeur maligne: grossesse précoce, grand nombre de partenaires sexuels, maladies sexuellement transmissibles, inflammation des organes génitaux, tabagisme et utilisation à long terme de contraceptifs hormonaux.

Anatomie de l'utérus

L'utérus est un organe creux composé de muscles lisses. Il est situé dans le bas de l'abdomen entre la vessie et le rectum. L'utérus est suspendu par des ligaments qui se fixent aux parois de l'abdomen et le maintiennent en place.

La fonction principale de l'utérus est d'assurer la fixation de l'ovule fécondé, afin de créer les meilleures conditions pour la croissance du fœtus. Pendant le travail, l'utérus se contracte, poussant le bébé vers l'extérieur. L'utérus est un organe qui permet à une femme de remplir sa fonction principale - donner naissance à un enfant.

La taille de l'utérus est petite. Environ 8 cm de haut, 4 de large et 2 d'épaisseur. Cela ressemble à une poire aplatie. Sa partie large est tournée vers le haut - c'est le bas de l'utérus. Dans cette zone, il comprend les trompes de Fallope menant aux ovaires. La partie médiane est le corps de l'utérus. En bas, il se rétrécit, passant dans le col de l'utérus, qui descend dans le vagin.

L'utérus se compose de trois couches:

1. Périmétrie - la membrane séreuse externe. C'est la feuille du péritoine qui recouvre les organes de l'abdomen..

2. Myomètre - la couche musculaire moyenne. Se compose de trois couches de muscles lisses, qui sont situés longitudinalement ou dans des anneaux qui entourent l'utérus. A une petite quantité de fibres conjonctives et élastiques.

3. Endomètre - la couche muqueuse interne. Il, à son tour, se compose de deux couches: basale et fonctionnelle. Basal est adjacent au myomètre. Il est responsable de la restauration de la membrane muqueuse après la menstruation. Une couche fonctionnelle est située à l'intérieur de la cavité. Il se compose de cellules épithéliales et de glandes.

Regardons de plus près la structure du col de l'utérus, qui nous intéresse le plus aujourd'hui.

Le col de l'utérus est principalement composé de muscle lisse, de collagène et de tissu élastique. En raison de cette structure, il est plus dense que l'utérus. Sa tâche principale est de bloquer l'accès des microbes à l'utérus et de ne pas en libérer l'enfant à l'avance..

La longueur du col de l'utérus est de 3 à 4 cm, à l'intérieur il y a un canal cervical ou un canal cervical. Il relie l'intérieur de l'utérus au vagin. Il y a des plis sur la surface intérieure du canal. Ils sont nécessaires pour que le contenu du vagin ne pénètre pas dans l'utérus. Le canal est généralement obstrué par un mucus épais qui empêche les germes et les spermatozoïdes de pénétrer dans l'utérus. Mais au milieu du cycle menstruel, le mucus s'amincit. Ceci est nécessaire pour que le sperme puisse pénétrer dans l'utérus et féconder l'ovule.

De l'intérieur, le canal cervical est recouvert d'un épithélium cylindrique dans lequel se trouvent de nombreuses glandes tubulaires. À l'intérieur du canal cervical, il y a une frontière où l'épithélium squameux devient cylindrique. La partie du col de l'utérus qui pénètre dans le vagin (lèvres) est recouverte d'épithélium squameux non kératinisant.

Quels sont les stades du cancer de l'utérus?

Afin de choisir le bon traitement, vous devez connaître les caractéristiques de la tumeur et son degré de développement. Pour cela, les néoplasmes sont classés.

Le cancer du col utérin se développe à partir de cellules glandulaires et épithéliales. Sur cette base, les tumeurs sont divisées en fonction des caractéristiques morphologiques:

Adénocarcinome - provient de cellules glandulaires qui se trouvent dans le col de l'utérus.

· Carcinome épidermoïde - provient de cellules épithéliales squameuses mutées. Cette forme est la plus courante.

En fonction de la taille de la tumeur, de sa propagation, de la présence de métastases et de l'état des ganglions lymphatiques, le médecin détermine le stade du cancer du col de l'utérus. Chaque étape a plusieurs sous-étapes, qui sont désignées par des chiffres romains et des lettres..

Les cellules cancéreuses n'ont été trouvées qu'à la surface du canal cervical. Ils ne pénètrent pas dans les couches plus profondes. Cette condition est également appelée néoplasie intraépithéliale cervicale..

Un frottis d'oncocytologie (test PAP) et une biopsie permettent de diagnostiquer et de démarrer le traitement. Pour une biopsie, une petite zone de membrane muqueuse est prélevée sur la zone altérée et examinée en laboratoire.

Les cellules cancéreuses se développent profondément dans les tissus du col de l'utérus, mais la tumeur ne dépasse pas l'organe.

· IA - une tumeur de petite taille de 0,5 à 7 mm. Ne se propage pas aux ganglions lymphatiques et aux autres organes.

· IB - la tumeur peut être vue à l'œil nu. Il mesure 7 mm à 4 cm de diamètre et pénètre à plus de 5 mm de profondeur dans le col de l'utérus. Ne s'applique pas aux ganglions lymphatiques et aux organes voisins.

Si un frottis d'oncocytologie a montré qu'une femme a altéré les cellules (atypiques) de l'épithélium glandulaire sur la muqueuse cervicale, un examen diagnostique est prescrit. Pour le diagnostic: coloscopie avec biopsie. Le coloscope est un appareil qui vous permet d'examiner le vagin et le col de l'utérus avec un grossissement multiple. Dans le même temps, le médecin prélève un échantillon de cellules (un minuscule morceau de membrane muqueuse) pour analyse au microscope. C'est une méthode très précise qui détecte avec précision la présence d'un cancer..

La tumeur dépasse les limites du col de l'utérus et du corps de l'utérus, mais n'est pas encore détectée dans les parties inférieures du vagin et sur les parois du petit bassin.

IIA - une tumeur d'environ 4 cm de diamètre, mais ne s'étend pas dans l'espace péri-oculaire Cela peut affecter le vagin supérieur. Il n'y a pas de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques voisins et les organes éloignés.

· IIB - la tumeur affecte les tissus de l'espace péri-oculaire (paramètre). Les ganglions lymphatiques et les organes adjacents ne sont pas infectés.

Pour le diagnostic, un coloscope est utilisé et un échantillon de cellules muqueuses est prélevé pour une biopsie. À l'aide d'une pince à biopsie, le médecin coupe 0,5 cm de tissu de la partie vaginale du col de l'utérus. Pour étudier la membrane muqueuse dans les profondeurs du canal cervical, un curetage diagnostique est réalisé à l'aide d'une curette. En outre, le médecin sonde tous les ganglions lymphatiques voisins et détermine s'ils sont hypertrophiés. Cela peut indiquer la présence de métastases tumorales..

La tumeur affecte la partie inférieure du vagin et se trouve sur les parois du bassin. Il peut être de n'importe quelle taille. Le néoplasme resserre les uretères et interfère avec l'écoulement de l'urine des reins dans la vessie. Les ganglions lymphatiques et les organes éloignés ne sont pas affectés par les cellules cancéreuses.

IIIA - la tumeur a affecté le tiers inférieur du vagin, mais les parois du petit bassin sont propres.

IIIB - la tumeur se trouve sur les parois du bassin et interfère avec la perméabilité des uretères. Les ganglions lymphatiques et les organes distants ne sont pas affectés par le cancer. Le même sous-stade comprend les cas où il y a des métastases dans les ganglions lymphatiques les plus proches..

Le diagnostic à ce stade est la coloscopie et la biopsie par coin. Cette procédure prélève un échantillon de cellules des couches profondes du col de l'utérus. De plus, une étude avec un endoscope de la vessie et du rectum est prescrite. Cela aide à déterminer s'il y a des métastases là-bas. Les rayons X et la tomodensitométrie (CT) sont utilisés pour examiner des organes éloignés..

La tumeur se propage bien au-delà du col de l'utérus. Les métastases se trouvent dans tous les organes et ganglions lymphatiques.

IVA - La tumeur s'est propagée au rectum et à la vessie, qui entourent l'utérus. Il n'affecte pas les ganglions lymphatiques les plus proches ou les organes situés loin du col de l'utérus..

IVB - la tumeur se trouve dans des organes distants: foie, poumons.

Afin de diagnostiquer quel type de tumeur est une biopsie est effectuée. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est utilisée pour détecter les métastases dans les organes distants.

Quels sont les signes du cancer de l'utérus?

Ce qu'une femme vit avec le cancer du col de l'utérus

Aux stades initiaux, la maladie ne se manifeste en aucun cas et la femme ne ressent rien d'inhabituel. Mais ensuite, la tumeur se développe dans les couches les plus profondes de l'utérus. Cela provoque l'apparition des symptômes suivants:

  1. Les menstruations deviennent plus longues, plus lourdes ou douloureuses
  2. Saignements intermenstruels abondants ou spottings au milieu du cycle
  3. Écoulement vaginal sanglant après la douche, l'exercice et la visite d'un gynécologue
  4. Écoulement muqueux abondant, parfois mélangé à du sang
  5. Douleur pendant les rapports sexuels
  6. Douleurs douloureuses dans le bas de l'abdomen
  7. Chez les femmes ménopausées, des saignements vaginaux peuvent commencer.

Bien que ces symptômes puissent apparaître avec d'autres maladies gynécologiques, ils devraient alerter une femme. C'est une raison pour voir un médecin..

Ce qu'un gynécologue peut révéler pour le cancer du col de l'utérus

Le premier jour, le médecin fait une anamnèse. Cela signifie que le gynécologue pose des questions sur les symptômes de la maladie qui dérangent la femme. Découvre s'il y a eu des cas de cancer génital parmi ses proches.

Après cela, le médecin procède à des procédures de diagnostic:

1. examen laginal à l'aide de miroirs gynécologiques. En même temps, il évalue l'état du col de l'utérus, des arcades et des parois du vagin. Chez environ 95% des femmes malades, des signes de cancer peuvent être détectés lors d'un examen de routine. Sur le col de l'utérus, un gonflement grumeleux est visible, couvert de plis, qui saigne. Il y a souvent des ulcères et une plaque de cellules mortes dessus. Parfois, ces changements vont aux voûtes vaginales. Si la tumeur est située profondément dans le canal ou ne se développe pas vers l'extérieur, mais dans l'épaisseur de la paroi utérine, les symptômes peuvent être moins visibles.

2. Examen gynécologique à deux mains. Une main du médecin sonde l'utérus à travers le vagin et l'autre à travers la paroi avant de l'abdomen. Dans le cancer, l'utérus est élargi, douloureux et plus dense. Si des métastases se sont produites, elles ne se déplacent pas bien sur les côtés.

3. Un frottis pour l'oncocytologie (test Pap, test Pap). Il s'agit d'un frottis de l'épithélium glandulaire (cellules de surface). Si les cellules muqueuses ont muté, cela sera perceptible lorsqu'elles seront examinées au microscope. Dans de telles cellules, la structure du cytoplasme change et les noyaux augmentent. Un résultat de test positif ne prouve pas la présence d'un cancer, mais sert de raison à un examen plus approfondi. Si des cellules atypiques sont détectées, le médecin conseille de faire une analyse pour identifier l'ADN du papillomavirus humain.

4. Une colposcopie est effectuée si les résultats du test ne sont pas très bons (il y a des cellules atypiques ou des signes de papillomavirus humain). Le coloscope est un appareil qui ressemble à des jumelles. Il vous permet d'augmenter considérablement l'image de la muqueuse vaginale et du col de l'utérus. Pour que les changements deviennent plus visibles, la membrane muqueuse est traitée avec une solution d'acide acétique. Pendant l'examen, le médecin peut remarquer même les plus petits changements et les plus petits gonflements. Peut être alerté par des ulcères, des zones qui dépassent le reste de la membrane muqueuse, des verrues.

5. Une biopsie est le prélèvement d'un échantillon de tissu pour un examen minutieux au microscope. Le matériel est prélevé à l'aide d'une pince spéciale, d'une curette, d'un scalpel ou d'une boucle électrique à partir des endroits où il y a des signes de maladie. Pour rendre la procédure indolore, cette zone est traitée avec des médicaments anesthésiques..

6. Sensation des ganglions lymphatiques. Le médecin vérifie les ganglions lymphatiques au toucher, détermine leur taille et leur densité. Ceci est fait pour détecter les métastases..

7. Recherches supplémentaires. Le médecin peut prescrire une échographie des organes pelviens, des rayons X, une imagerie par résonance magnétique et calculée. Si la tumeur est confirmée, les méthodes suivantes sont utilisées pour clarifier sa taille et rechercher des métastases: cystoscopie, urographie excrétrice, renographie radio-isotopique, sigmoïdoscopie.

Qu'est-ce que le carcinome épidermoïde cervical?

Le carcinome épidermoïde du col de l'utérus est une tumeur maligne qui provient de cellules squameuses mutées qui recouvrent la partie vaginale inférieure du col de l'utérus.

Comment cette forme de cancer apparaît-elle??

Avant l'apparition de la tumeur, pour une raison quelconque, des changements sont apparus dans les cellules de l'épithélium squameux. Le plus souvent, cela est dû à une infection par le papillomavirus humain, qui se transmet par contact sexuel. D'autres raisons peuvent conduire à des mutations:

· Début précoce de l'activité sexuelle;

· Grossesse précoce jusqu'à 16 ans;

Ils provoquent des changements dans les chromosomes. Dans le même temps, la division cellulaire est accélérée et les mécanismes naturels de leur mort sont perturbés. En conséquence, les cellules changent, cessent de remplir leurs fonctions et se divisent très activement. La croissance tumorale est associée à ce.

Comment se manifeste le carcinome épidermoïde du col de l'utérus??

Dans les premiers stades, une tumeur cancéreuse provoque des saignements mineurs du vagin. Cela est dû au fait que les vaisseaux sanguins qui l'alimentent sont facilement blessés. Cela peut se produire pendant les rapports sexuels, les sports ou les douches vaginales..

Lorsque la tumeur atteint une taille importante, d'autres symptômes se rejoignent:

· Douleur dans le bas de l'abdomen et le bas du dos;

• faiblesse et fatigue;

Légère montée en température.

Comment le carcinome épidermoïde cervical est-il traité??

Il existe plusieurs traitements disponibles. Le choix dépend du stade de la maladie, de l'état de santé de la femme, de son âge.

1. Opération - si la maladie a été détectée à un stade précoce, il suffit de retirer la section du cou. Si la tumeur a atteint une taille importante, l'utérus et les ovaires sont retirés.

2. Radiothérapie - destruction des cellules cancéreuses à l'aide de rayonnements à haute énergie: rayons X, neutrons, rayons bêta et gamma.

3. Chimiothérapie - traitement avec des toxines qui détruisent les cellules cancéreuses. Se combine efficacement avec la radiothérapie.

4. Immunothérapie - le traitement avec des interférons aide dans les étapes initiales. Ce sont des médicaments qui contiennent des protéines qui ne sont pas similaires à celles qui produisent une immunité humaine pour combattre les cellules cancéreuses.

Comment le carcinome épidermoïde du col de l'utérus met la vie en danger?

Tout dépend du stade auquel la maladie a été détectée. Si les changements sont microscopiques ou peu profonds (degré I), il suffira de retirer une partie du col de l'utérus. Cela ne met pas la vie en danger. Avec le bon traitement, la maladie ne dérangera plus une femme. Si après 2 ans, il n'y a pas de complications, elle peut endurer et donner naissance à un enfant.

Aux stades II et III, vous devrez retirer l'utérus. Dans ce cas, cela ne fonctionnera pas pour tomber enceinte. Mais les chances de vie et de guérison sont assez élevées - environ 70%. Lorsqu'il y a des métastases dans d'autres organes (stade IV), la femme aura un dur combat contre la maladie.

Quelle est la prévention du cancer du col de l'utérus?

La prévention du cancer du col utérin implique de nombreux problèmes. Il existe un vaccin spécial conçu pour protéger contre le virus du papillome humain (VPH), principale cause de la maladie. Ça s'appelle Gardasil. Utilisé pour vacciner uniquement les femmes sans virus.

D'autres méthodes visent à éliminer les facteurs de risque de développer un cancer.

1. Traitement des conditions précancéreuses. Tout d'abord, il s'agit de la dysplasie cervicale, ainsi que de l'érosion, des papillomes et des verrues dans cette zone. De tels défauts peuvent devenir la base d'une tumeur, car leurs cellules peuvent dégénérer en cancéreuses.

2. Prévention de l'infection par le papillomavirus humain et l'herpès génital. Ces infections sont transmises sexuellement. Les préservatifs peuvent aider à se protéger contre eux - un remède efficace contre d'autres maladies sexuellement transmissibles qui augmentent le risque de cancer..

3. Refus de la vie sexuelle promiscuité. Des études ont montré que si une femme a plus de 10 partenaires sexuels dans sa vie, le risque de développer un cancer du col de l'utérus augmente 3 fois.

4. En cas de rapports sexuels non protégés avec un préservatif, l'agent antiviral Epigen-intim aidera à réduire le risque d'infection. Ce spray doit être appliqué sur les organes génitaux internes et externes..

5. Il est nécessaire d'informer les filles des dangers d'une activité sexuelle précoce et d'une première grossesse précoce (jusqu'à 16 ans). À cet âge, la membrane muqueuse des organes génitaux n'est pas encore complètement formée et ses cellules se développent et se divisent activement. Si vous les blessez, il y a une forte probabilité qu'ils commencent à muter..

6. Si des manipulations gynécologiques sont nécessaires: avortement, curetage, mise en spirale, contactez un gynécologue qualifié. Une mauvaise performance de ces procédures conduit à des cicatrices. Et ils peuvent servir de base à une tumeur.

7. Lors du choix des pilules contraceptives hormonales, vous devez contacter votre gynécologue. L'auto-administration de ces fonds peut provoquer des troubles hormonaux qui conduisent à l'apparition de tumeurs hormono-dépendantes. Le défaut de production d'hormones peut survenir pour une autre raison. Par conséquent, si vous remarquez que vos règles sont devenues irrégulières, informez-en votre médecin. Il prescrira les tests nécessaires, puis prescrira un traitement.

8. Cesser de fumer contribue à réduire le nombre de cancérogènes qui affectent le corps féminin. Ces composés provoquent des mutations cellulaires et des tumeurs..

9. Des visites régulières chez le gynécologue aident à prévenir le développement du cancer ou à le détecter à un stade précoce. Par conséquent, au moins une fois par an, venez chez le médecin pour un examen de routine, même si rien ne vous dérange..

Quel est le test du cancer du col utérin?


Pour détecter le cancer du col de l'utérus à un stade précoce, les femmes sont massivement enduites d'oncocytologie. Il est également appelé test Pap ou test Pap du nom du scientifique qui l'a inventé. Pour ce faire, un frottis est prélevé sur le canal cervical avec une brosse spéciale. Ensuite, il est réalisé sur une lame et une empreinte est obtenue. Il est envoyé au laboratoire. Là, la structure des cellules est examinée au microscope. Si des écarts sont trouvés dans la structure de leurs noyaux ou de leur cytoplasme, on soupçonne qu'une femme peut développer une tumeur. Dans ce cas, des recherches supplémentaires sont nécessaires..

Un frottis PCR (réaction en chaîne par polymérase) est un autre test qui montre s'il existe un risque de développer un cancer du col de l'utérus. Il détermine si une femme est infectée par le papillomavirus humain. Des échantillons de mucus et de cellules sont prélevés avec une sonde spéciale et transférés dans un tube à essai, qui est envoyé au laboratoire. Mais il faut garder à l'esprit que l'infection ne provoque pas toujours la maladie. Les papillomes, et plus encore le cancer, peuvent ne pas se développer si le système immunitaire fait face aux virus.

La cytologie liquide est la troisième option, la plus informative et la plus précise, mais coûteuse. Il vous permet de déterminer si un virus est présent, sa quantité et s'il y a des changements dans les cellules. La brosse, qui a été prélevée dans le canal cervical, est immergée dans un récipient spécial contenant du liquide. Ensuite, cette solution cellulaire est appliquée sur une lame de verre et examinée au microscope..

Comment se déroule la chirurgie du cancer du col utérin??

Il existe de nombreuses options chirurgicales pour le cancer du col de l'utérus. Le choix de la méthode dépend du stade de la maladie. Nous vous familiariserons avec les techniques de base.

Chirurgie au laser et cryochirurgie

Prescrit au stade 0. De cette façon, vous pouvez éliminer les cellules cancéreuses qui se trouvent à la surface. Cela n'est fait que si la tumeur n'a pas pénétré profondément dans les tissus. La chirurgie au laser brûle ou vaporise les cellules cancéreuses à l'aide d'un faisceau de rayons laser. La cryochirurgie utilise de l'azote liquide, qui gèle la zone touchée et provoque la mort des cellules cancéreuses.

Cette petite opération vous permet de vous débarrasser d'une tumeur qui a grossi de 1 mm de profondeur - stade I. Au cours de la procédure, une zone en forme de cône est retirée du col de l'utérus. Plus tard, il est examiné en laboratoire. Si aucune cellule altérée n'est trouvée sur les bords du cône, c'est là que le traitement se termine.

La procédure peut être effectuée avec un scalpel ou une boucle de fil à travers laquelle un faible courant électrique est passé. Après une opération aussi douce, une femme peut devenir enceinte et donner naissance à un enfant..

Trachélectomie (amputation du col de l'utérus)

Il est indiqué pour le traitement du cancer du col de l'utérus du 1er degré pour les femmes qui souhaitent avoir un enfant à l'avenir. L'opération est réalisée par une incision dans la paroi abdominale. Le col de l'utérus et la partie supérieure du vagin sont retirés. De plus, le médecin peut retirer les ganglions lymphatiques voisins. Après une telle opération, le risque de re-développement de la maladie est faible. Une femme peut donner naissance à un enfant dans 5-6 ans. L'accouchement se fait par césarienne.

Il s'agit d'une opération visant à retirer le col de l'utérus et le corps de l'utérus dans les cancers de stade I et II. Dans le même temps, le médecin tente de préserver les ovaires, les ganglions lymphatiques et les ligaments de l'utérus. Il existe plusieurs options pour l'amputation utérine.

· Hystérectomie ouverte - l'opération est réalisée à travers la paroi abdominale antérieure. Après cela, la femme passe une semaine à l'hôpital et il lui faudra environ 6 semaines pour se rétablir..

· Hystérectomie vaginale - ablation de l'utérus par le vagin. Il est plus facile à transférer qu'une opération ouverte, les complications surviennent moins souvent et il ne reste plus de points de suture. La femme passe 2-3 jours à l'hôpital. La période de récupération dure jusqu'à 3 semaines.

· Hystérectomie laparoscopique - ablation d'un organe malade par de petites incisions (1-2 cm) à l'aide d'un équipement spécial - un laparoscope. Une telle opération anémique et de haute précision évite les complications et se rétablit complètement en 2-3 semaines..

Il s'agit d'un traitement contre le cancer de stade II. Il comprend l'ablation du col de l'utérus et du corps de l'utérus, ainsi que de la partie supérieure du vagin, des trompes de Fallope et des ligaments, des ovaires et des ganglions lymphatiques.

· Ablation d'organes par une incision dans le bas de l'abdomen. La femme passe 5 à 7 jours à l'hôpital, il lui faut environ un mois et demi pour récupérer.

· Ablation de l'utérus par le vagin. Les ganglions lymphatiques et les ligaments sont enlevés à l'aide d'un laparoscope. Une caméra et un instrument chirurgical sont attachés à l'extrémité d'un tube spécial. Le lapscope est inséré dans la cavité abdominale par de petites ouvertures dans l'abdomen. Avec cette version de l'opération, il y a moins de perte de sang et la guérison est plus facile..

Lors du choix d'une opération, le chirurgien se fixe 2 tâches: préserver au maximum les organes sains et éliminer toutes les cellules cancéreuses pour que la tumeur ne se reproduise pas.

Exentération des organes pelviens

L'opération la plus étendue réalisée pour le cancer du col de l'utérus de stade III et IV. Dans ce cas, tous les organes du petit bassin touchés par la tumeur sont retirés. Il s'agit de l'utérus, d'une partie du côlon, de la vessie, des ganglions lymphatiques. Après cela, une vessie et une voie d'excrétion des matières fécales sont créées à partir d'autres parties de l'intestin. La récupération après une telle opération peut prendre de 6 mois à un an..

Les maladies graves peuvent devenir des contre-indications à l'opération d'ablation de l'utérus. Ceux-ci comprennent: les maladies graves du système cardiovasculaire et des reins, des poumons et du foie, le diabète sucré aux stades ultérieurs, l'inflammation de l'utérus et du tissu pelvien. Avec eux, tout traitement chirurgical met la vie en danger. Dans ce cas, d'autres méthodes de traitement sont prescrites: radiothérapie et chimiothérapie, préparations d'interféron.

Malgré les statistiques, le stade et les prévisions des médecins, il y a toujours une chance de guérison et une vie normale. Souviens-toi de ça! La condition la plus importante est votre optimisme et votre foi en la guérison..

Quand la radiothérapie pour le cancer de l'utérus est-elle indiquée??

La radiothérapie ou la radiothérapie détruit les cellules cancéreuses par rayonnement. Pour cela, utilisez: les rayons X, les rayonnements bêta, gamma et neutronique. Il existe deux traitements:

· Externe - la source de rayonnement n'est pas dans le corps du patient;

Interne - un cylindre contenant une substance radioactive est inséré dans le vagin de la femme.

Le traitement est effectué en plusieurs séances. La femme est allongée sur le canapé. Les sources de rayonnement sont dirigées vers le point sensible et les parties saines du corps sont recouvertes d'un tissu protecteur spécial. L'irradiation dure quelques minutes, puis la femme peut rentrer chez elle.

La radiothérapie est effectuée pendant 6-7 semaines. Pour renforcer l'effet thérapeutique de la radiothérapie, de faibles doses du médicament de chimiothérapie Cisplatin sont en outre administrées. Ce traitement est appelé thérapie de chimioradiothérapie..

Le cancer du col de l'utérus répond bien à la radiothérapie. Par conséquent, cette méthode est utilisée à tous les stades de la tumeur. Le médecin sélectionne individuellement la méthode de réalisation des procédures et la dose.

Il existe des maladies pour lesquelles la radiothérapie ne peut pas être utilisée:

· Maladies accompagnées de fièvre;

· Formes sévères de diabète;

· Crise cardiaque, insuffisance cardiaque et rénale;

Décomposition de la tumeur, qui s'accompagne de saignements.

Effets secondaires de la radiothérapie

Au cours de la radiothérapie, le patient subit des effets secondaires désagréables du traitement. Ils peuvent être aggravés par l'administration concomitante de médicaments chimiothérapeutiques. Le plus souvent, il y a:

• faiblesse et fatigue;

• nausées, vomissements et diarrhée;

• violations de la composition sanguine: diminution du nombre d'érythrocytes et de leucocytes;

· Rétrécissement et raccourcissement du vagin;

· Douleur pendant les rapports sexuels;

· Début précoce de la ménopause;

Douleur pendant la miction et écoulement altéré de l'urine;

Risque accru de fractures du fémur.

Une femme doit savoir que tous ces phénomènes désagréables passeront après la fin du cours, que les cheveux repousseront et que la santé et la beauté reviendront..

Comment surmonter les difficultés lors de la radiothérapie

1. Après la procédure, la femme doit s'allonger et se reposer pendant 3 heures.

2. Il est nécessaire d'arrêter de fumer. Cette habitude aggrave la situation pendant le traitement..

3. N'allez pas aux bains, ne prenez pas de bain chaud ou ne vous réchauffez pas. Prenez une douche chaude.

4. Il est nécessaire de respirer de l'air frais, d'être plus à l'extérieur et de bien ventiler la pièce.

5. Mangez plus de légumes, d'herbes et de fruits frais. En outre, une femme a besoin de plats protéinés: fromage cottage, poisson, volaille, viande. Ils ne doivent pas être gras.

6. Il est nécessaire d'abandonner les aliments frits et fumés, les additifs alimentaires non naturels, l'alcool.

7. Pendant cette période, il est préférable de ne pas utiliser de produits cosmétiques et de parfums. Il peut irriter la peau.

8. Afin d'éviter les brûlures, des huiles ou des onguents d'églantier et d'argousier sont appliqués sur la peau: Dermozolone, Levosin.

9. Pour renforcer le système immunitaire, diverses méthodes traditionnelles sont utilisées. Par exemple, teinture de ginseng, éleuthérocoque, décoction d'églantier.

En suivant ces recommandations, vous pouvez rendre le traitement aussi simple et efficace que possible..

En conclusion, je voudrais dire: si vous avez reçu un diagnostic de cancer du col de l'utérus, ne retardez pas le traitement, ne perdez pas de temps sur la médecine alternative. Faites confiance aux médecins, ils ont sauvé des centaines de vies. Votre attitude positive, votre optimisme et votre croyance en la guérison aideront certainement à vaincre la maladie..

Cancer du col de l'utérus de stade 1

Le cancer du col utérin a la résonance la plus large en oncologie gynécologique - en termes d'incidence, la pathologie est la deuxième après le cancer du sein. La maladie dans la plupart des cas est diagnostiquée chez les femmes de plus de 50 ans. Nous vous proposons de découvrir comment évolue le cancer du col de l'utérus de stade 1 et s'il peut être guéri.

Code de la maladie selon le système CIM-10: C53 Néoplasme malin du col de l'utérus.

Les raisons

Les premières études visant à trouver l'épidémiologie des tumeurs malignes du col de l'utérus sont apparues au XIXe siècle. Même dans ce cas, les scientifiques ont noté que la maladie emporte de nombreuses vies de femmes mariées ou de veuves, mais en même temps, elle ne se produit jamais chez les vierges et les nonnes. Sur la base de ces observations, il a été émis l'hypothèse que le cancer du col de l'utérus est de nature infectieuse..

En 1950, de nouvelles études ont été menées dans lesquelles 13 mille histoires de nonnes ont été étudiées, tandis que les tumeurs malignes du col de l'utérus n'y ont pas été détectées. En 1973, puis en 1976 et 1982, les scientifiques ont pu prouver que des cas isolés de carcinome épidermoïde du col de l'utérus chez les vierges représentent une affection extrêmement rare..

Aujourd'hui, les oncologues connaissent les résultats des études épidémiologiques modernes, qui aident à suggérer les causes probables du développement du cancer du col de l'utérus et des pathologies précancéreuses précédant la maladie - dysplasie, leucoplasie et érosion tissulaire. Listons-les:

  • Rapports sexuels précoces.
  • Une vie intime désordonnée, qui consiste en un changement fréquent de partenaire non seulement par une femme, mais aussi par ses partenaires masculins.
  • Manque d'hygiène intime.
  • Les infections sexuellement transmissibles.
  • Maladies virales, parmi lesquelles le VPH joue le rôle principal, ou papillomavirus humain.
  • Fumeur.
  • Un état insatisfaisant du système immunitaire.
  • Manque de vitamines A et C.
  • Contraception hormonale à long terme.

Le facteur de risque le plus courant est considéré comme les sérotypes HPV 16 et 18. Dans près de 70% des cas, ce virus provoque le développement d'un cancer du col de l'utérus. L'infection survient par contact sexuel et les contraceptifs de barrière n'offrent pas toujours une protection adéquate. Le virus dans le corps détruit le système immunitaire de la femme dans 90% des cas. Si cela ne se produit pas, le virus envahit les structures cellulaires et provoque une évolution persistante de la maladie, provoquant certains changements dans les tissus du col de l'utérus..

Symptômes, premiers signes

Le tableau clinique du cancer du col de l'utérus à un stade précoce est généralement absent ou se manifeste sous la forme des premières sensations et signes d'inconfort difficiles à différencier. Listons-les:

  • Saignements vaginaux de type contact. Peut se manifester par un écoulement léger ou, au contraire, abondant, par exemple après un rapport sexuel ou un examen gynécologique.
  • Les leucorrhées à un stade précoce sont de nature aqueuse, sans la présence d'une odeur désagréable.
  • Changements dans la nature et la durée des saignements menstruels.
  • Tirant des douleurs légères d'origine inconnue, localisées dans le bas de l'abdomen et dans le bas du dos.

L'absence de manifestations cliniques prononcées du cancer du col de l'utérus au stade 1 affecte négativement le diagnostic précoce de la pathologie. Si, dans ce contexte, des examens gynécologiques réguliers ne sont pas effectués, le risque de détection tardive de la maladie augmente considérablement, ce qui complique considérablement le pronostic d'une éventuelle guérison.

À quelle vitesse il se développe?

Le cancer du col de l'utérus est une mutation des cellules saines du corps qui, en l'absence de diagnostic et de traitement précoces, peut se propager rapidement à l'organe génital, puis à tout le corps de la femme. Le néoplasme commence à se développer à partir de la membrane muqueuse du canal cervical endommagée par des facteurs négatifs. Si les cellules de cette partie du système reproducteur sont saines, la formation d'un foyer malin dans le col de l'utérus est impossible. Pour cette raison, des conditions telles que la dysplasie et l'érosion cervicale et les cicatrices post-partum sont les plus susceptibles de devenir des précurseurs de la maladie. En règle générale, leur transformation en processus oncologique se produit dans les 2 à 15 ans..

Avec l'apparition de cellules malignes dans les tissus du col de l'utérus, le taux de progression de la maladie dépend de divers facteurs, par exemple:

  • l'âge du patient;
  • stade de la pathologie;
  • le degré de suppression du système immunitaire;
  • la présence de maladies concomitantes.

Si une femme n'est pas jeune - plus de 50 ans - et qu'elle a un certain bouquet de maladies chroniques, le cancer du col de l'utérus chez une telle patiente progressera plus rapidement que chez les femmes plus jeunes. En outre, l'oncologie se développe plus rapidement dans le corps des personnes présentant un déficit immunitaire existant, car en l'absence d'un système de défense à part entière, le corps n'est pas en mesure de lutter contre le cancer dans la mesure appropriée..

En général, tous les cas cliniques sont individuels. Certaines personnes meurent d'une tumeur maligne agressive dans l'année ou même plusieurs mois de vie, chez d'autres, la tumeur se développe pendant des années. Par conséquent, sans un diagnostic approfondi, personne ne peut donner de réponse précise à la question de savoir combien de temps une personne vivra lorsqu'une maladie est détectée..

Classification du système TNM international

La classification TNM n'est applicable qu'en oncologie. Les critères sont évalués et confirmés par des méthodes de diagnostic telles que l'examen par un gynécologue, la cystoscopie, les techniques d'imagerie avec l'inclusion de l'urographie. Considérez à quoi ressemble la classification, qui est valable pour le stade 1 du cancer du col de l'utérus..

SymbolesQue signifient-ils
ThDonnées insuffisantes pour identifier la tumeur
T0Néoplasme primaire introuvable
TisCancer préinvasif (stade FIGO 0)
T1La tumeur est confinée au col de l'utérus (FIGO 1)
T1aLa lésion maligne est invasive, déterminée au microscope (FIGO 1a)
T1a1Il pousse dans le stroma jusqu'à une profondeur de 3 mm et sur une surface jusqu'à 7 mm (FIGO 1a1)
T1a2Croissance invasive dans le stroma jusqu'à 5 mm de profondeur et en surface jusqu'à 7-10 mm (FIGO 1a2)
T1bLa lésion est confinée au col de l'utérus et est clairement identifiée à l'examen clinique (FIGO 1b)
T1b1Néoplasme jusqu'à 4 cm de dimension maximale (FIGO 1b1)
T1b2Tumeur de plus de 4 cm (FIGO 1b1)
NxIl n'y a pas de données sur la défaite des ganglions lymphatiques régionaux
N0Les ganglions lymphatiques ne sont pas affectés
MxAucune information sur les métastases à distance
M0Les métastases ne sont pas détectées

Les stades IA1 et IA2 sont diagnostiqués uniquement sur la base de l'examen histologique de l'échantillon chirurgical après conisation du col de l'utérus. Pendant la procédure, toute la partie vaginale est soumise à une résection. Si le foyer tumoral est déterminé macroscopiquement, il appartient au stade IB1. La profondeur d'invasion est évaluée à partir de la membrane de la couche basale, quel que soit l'endroit où la croissance des cellules atypiques a commencé - à partir de l'épithélium glandulaire ou superficiel. Une analyse histologique détaillée influence les tactiques de traitement.

Classification

Le principal critère qui détermine la forme d'un processus malin dans les tissus du col de l'utérus est un signe histologique. Selon l'origine du carcinome, les tumeurs sont des types suivants:

  • Carcinome squameux. Il se développe à partir de cellules d'épithélium endommagé qui recouvrent le canal cervical de l'utérus. Elle survient dans 80 à 90% des cas, principalement chez les femmes de 35 à 45 ans. La maladie évolue dans le contexte de changements mutationnels progressifs dans les structures cellulaires de l'épithélium. Les cellules saines peuvent subir une dégénérescence avec une infection au VPH, des polypes et une érosion cervicale, avec un DIU mal inséré. Le processus inflammatoire dans l'épithélium squameux provoque un flux inadéquat du code génétique vers les cellules filles, ce qui entraîne des défauts de division et un risque élevé de formation de cellules cancéreuses. Ils sont incapables de remplir les fonctions inhérentes à la nature: partager et créer des structures identiques à eux-mêmes. Le carcinome épidermoïde progresse extrêmement rapidement et, tout d'abord, endommage le matériel cellulaire des parois vaginales.
  • Adénocarcinome ou cancer glandulaire. La tumeur se développe à partir de l'épithélium cylindrique du canal cervical de l'utérus. Elle survient dans 5 à 10% des cas, principalement pendant la ménopause chez les femmes de plus de 50 ans. La lésion affecte les tissus situés au bas de l'utérus.

Selon la croissance anatomique du néoplasme, le cancer du col de l'utérus de type glandulaire peut avoir une croissance endophyte et mixte. La forme exophytique de propagation est caractéristique du carcinome épidermoïde. Voyons à quoi ressemble la description de cette classification:

  • La variante endophyte est caractéristique des tumeurs situées dans la zone de l'isthme de l'utérus menant au vagin, tandis que le cou devient plus lâche et déformé, concave vers l'intérieur. Lorsqu'ils sont diagnostiqués à un stade précoce, ces foyers sont déterminés avec difficulté, ce qui rend difficile la réalisation d'un traitement opportun..
  • Le type de tumeur exophytique est retrouvé dans la très grande majorité des cas et, au contraire, est facilement détecté lors de l'examen par un gynécologue. La lésion s'étend à la partie vaginale du col de l'utérus. La détection précoce du carcinome exophytique est caractérisée par un pronostic plus favorable par rapport aux tumeurs endophytes.
  • Le type mixte est détecté extrêmement rarement, il combine non seulement deux directions de croissance d'une formation maligne, mais également plusieurs types histologiques de cellules à la fois.

Le carcinome épidermoïde du col de l'utérus est différencié en fonction du type de structures cellulaires et de leur morphologie, de la structure de la tumeur. L'analyse différentielle de l'adénocarcinome dépend du degré d'architectonique du néoplasme, basé sur le nombre de structures glandulaires. Considérez à quoi ressemble la différenciation du cancer du col de l'utérus dans le tableau suivant.

Un typeCarcinome squameuxAdénocarcinome
Différenciation élevée (G1)La tumeur est constituée de grosses cellules kératinisantes, au moins 75% d'entre elles restent normales, c'est-à-dire différenciées. L'activité mitotique est faible. Les frontières de la tumeur sont remplies de cellules conjonctives.La tumeur est constituée de cellules glandulaires avec des papilles. Les cellules ont la même forme et les noyaux allongés, il y a peu de mitoses.
Différenciation modérée (G2)Le type cellulaire est de grande taille non kératinisant, dont 50% sont différenciés. L'activité mitotique est améliorée. Il y a des signes de processus inflammatoires le long des bords de la tumeur.Le néoplasme comprend des cellules glandulaires complexes avec une apparence périodique de cribra. Les noyaux cellulaires deviennent arrondis, la composition de la tumeur est moins uniforme.
Faible différenciation (G3)La tumeur est constituée de petites cellules de même taille. Moins de 25% d'entre eux restent différenciés. Un nombre important de mitoses sont présents. La tumeur a un caractère infiltrant, les cellules malignes sont situées le long de sa bordure, ce qui signifie un risque élevé de dissémination.Les cellules tumorales sont grandes, les noyaux sont irréguliers. Des éléments en forme d'anneau occasionnels sont révélés. Il existe de nombreux foyers de mitose et des changements nécrotiques prononcés.

Diagnostique

Étant donné que les manifestations cliniques du cancer du col utérin au stade 1 sont généralement effacées, la méthode la plus efficace pour diagnostiquer la maladie à ce stade est considérée comme des examens réguliers par un gynécologue visant à détecter d'éventuelles conditions précancéreuses et malignes..

Les principales méthodes de dépistage d'un foyer tumoral du col de l'utérus au stade initial de développement sont l'examen gynécologique, la colposcopie et l'examen des frottis pour la cytologie. En cas de suspicion de cellules atypiques, les méthodes de diagnostic suivantes sont prescrites:

  • prendre un frottis pour le VPH;
  • biopsie ciblée;
  • analyse oncocytologique de la biopsie;
  • examen histologique.

Analyse très informative pour l'étude de la concentration dans le sang d'un marqueur tumoral spécifique - SCC.

Méthodes de recherche supplémentaires:

  • échographie transvaginale;
  • CT et IRM;
  • urographie excrétrice;
  • sigmoïdoscopie;
  • radiographie simple.

L'ensemble des informations obtenues sur la base des techniques de diagnostic permet au spécialiste de poser le bon diagnostic et de prescrire un traitement adéquat. Il est important de noter que les femmes elles-mêmes sont souvent responsables du diagnostic tardif, qui ignorent les examens réguliers par un gynécologue et ne se tournent vers un spécialiste que dans le contexte de symptômes graves de la maladie. Dans ce cas, l'efficacité des mesures thérapeutiques est inférieure à celle des premiers stades de l'oncologie..

Traitement

Le traitement du cancer du col de l'utérus précoce comprend une thérapie combinée visant la tumeur primaire. Le choix d'une méthode particulière dépend du type histologique de néoplasme (carcinome épidermoïde ou adénocarcinome), de la présence de maladies concomitantes chez le patient et de certains autres facteurs.

CHIRURGIE. Il existe plusieurs types d'interventions chirurgicales visant à éliminer le foyer tumoral du col de l'utérus. Listons-les:

  • conisation au couteau;
  • amputation du col de l'utérus;
  • trachélectomie radicale;
  • exentération du bassin;
  • hystérectomie de divers types.

En ce qui concerne le traitement du cancer du col de l'utérus de stade 1, l'hystérectomie est principalement utilisée, moins souvent la trachectomie.

Une trachélectomie est une excision partielle ou complète d'une partie du vagin, du col de l'utérus, des ganglions lymphatiques iliaques et de certaines classes de ligaments. Avec une telle opération, les fonctions reproductives du patient seront préservées..

Une hystérectomie est l'ablation complète de l'utérus. Au stade 1 du cancer du col utérin, trois variantes d'hystérectomie sont utilisées, en fonction de la sous-étape du processus malin:

  • Type I - réalisé aux stades Tis et T1a1, basé sur l'ablation de l'utérus et une petite zone du vagin - pas plus de 1 cm.
  • Type II - réalisé aux stades T1a1, T1a2 et T1b. Nous parlons d'élimination radicale de l'utérus, des uretères et d'une petite partie du vagin - jusqu'à 2 cm.
  • Type III - réalisé au stade T1b2, implique la résection de l'utérus, des ligaments utéro-sacrés, des uretères et d'une partie du vagin, du tissu adipeux.

CHIMIOTHÉRAPIE. Dans le traitement du cancer du col de l'utérus de stade 1, la chimiothérapie peut être utilisée comme méthode auxiliaire. Il est prescrit en cas de contre-indications à la radiothérapie combinée ou en cas de tolérance insatisfaisante de cette dernière avant et après la chirurgie. La méthode n'est pas utilisée chez la plupart des patients.

RADIOTHÉRAPIE. L'irradiation peut être prescrite comme méthode de traitement indépendante ou en association avec une chirurgie et une chimiothérapie. Aux premiers stades du cancer du col de l'utérus, les types de radiothérapie suivants sont utilisés:

  • Éloigné. La source de rayonnement, généralement un accélérateur linéaire, n'entre pas en contact avec le foyer de la tumeur, la procédure peut être réalisée en ambulatoire.
  • Intracavitaire. La source de rayonnement est en contact direct avec le carcinome cervical;
  • Radiothérapie combinée. Combine les deux méthodes ci-dessus.

Avec l'aide de la radiothérapie, il est possible de stabiliser le processus malin, de réduire la gravité des symptômes de la maladie, d'améliorer le bien-être du patient et même de conduire à un rétablissement complet..

La méthode de traitement est contre-indiquée dans les conditions suivantes:

  • myome;
  • processus adhésif;
  • l'endométrite;
  • certaines maladies du tractus génito-urinaire.

Le traitement d'une tumeur maligne dans les tissus du col de l'utérus aux stades T1a1 et T2a2 consiste généralement à réaliser une hystérectomie associée à une radiothérapie à distance ou de contact.

Le stade T1b1 est traité par hystérectomie associée à une radiothérapie externe et / ou une chimiothérapie.

Le traitement du stade T1b2 repose sur l'utilisation de la chimioradiothérapie. Dans certains cas, l'hystérectomie est réalisée en combinaison avec un rayonnement combiné.

Processus de récupération après traitement

Malgré le fait que le cancer du col de l'utérus est une maladie grave, de nombreuses femmes sont traitées avec succès pour cette pathologie chaque année. Après une thérapie difficile, il est important de retrouver une vie saine et normale. Selon les experts, un rétablissement rapide de la santé est impossible sans observer les aspects suivants:

  • nutrition adéquat;
  • maintenir un poids santé;
  • exercice physique.

De plus, une attention est portée à l'équilibre mental du patient et au rejet inévitable des mauvaises habitudes. La vie d'une femme doit être pleinement adaptée au rétablissement final..

L'activité physique comprend une liste de complexes simples et des recommandations:

  • Exercices du matin visant à retrouver vitalité et forme physique optimale. Lorsqu'il est fait quotidiennement, il aide à renforcer les systèmes respiratoire et cardiovasculaire, à améliorer l'immunité, à soulager la mauvaise humeur et la somnolence.
  • L'activité physique doit être minimale. Personne n'encourage les femmes à faire du sport de manière intensive après avoir souffert d'une maladie oncologique. Vous pouvez commencer par marcher, marcher au grand air.
  • L'augmentation des charges doit être contrôlée par un médecin, cela doit être fait avec plaisir et une humeur positive, en cas de fatigue, l'intensité des exercices doit être réduite.

Il est important que l'alimentation soit aussi équilibrée et saine que possible. Légumes et fruits, poisson de mer et viande maigre, les produits laitiers fermentés aideront à améliorer considérablement l'état du patient après une maladie. Il est important d'éviter les graisses animales et les additifs alimentaires artificiels. Les aliments doivent être cuits à la vapeur ou cuits au four.

La vie intime après un cancer du col de l'utérus de stade 1 peut être épanouissante, car la patiente a un vagin. Cela signifie qu'elle peut entrer dans une relation intime. Étant donné qu'à ce stade de la maladie, les ovaires ne peuvent généralement pas être retirés, le fond hormonal de la femme reste normal, par conséquent, la libido et la capacité à l'orgasme ne souffrent pas. Avec un utérus préservé, certaines femmes peuvent même accoucher sans menacer l'enfant à naître..

L'observation dispensaire d'un patient qui a subi un traitement pour un cancer du col utérin comprend les points suivants:

  • Examen physique avec examen par un gynécologue et analyse cytologique des frottis du moignon vaginal tous les 3 mois pendant les 2 premières années, tous les 6 mois les 3e et 4e années, puis annuellement.
  • Échographie du bassin, de la cavité abdominale et de l'espace rétropéritonéal, détermination du marqueur tumoral SCC (pour carcinome épidermoïde) tous les 3 mois pendant les 2 premières années, puis annuellement.
  • Radiographie thoracique une fois par an.
  • CT et IRM selon les indications.

Rechute

La plupart des rechutes après le traitement du cancer du col de l'utérus surviennent dans les 24 mois suivant le traitement. Selon les statistiques, le risque de rechute au stade 1A est de 0,7%, 1B - 9,8%. Les raisons du développement d'une rechute sont des opérations non radicales ou des cas où des cellules malignes s'étaient propagées au-delà de la lésion avant la chirurgie.

Les symptômes de la pathologie dépendent directement de l'état du canal cervical du col de l'utérus. Si, dans le contexte d'une radiothérapie précédente, elle s'est infectée, le volume des sécrétions dans la cavité de l'organe augmente, ce qui entraîne des douleurs de traction dans le bas du dos et le bas de l'abdomen, s'intensifiant la nuit. Si la perméabilité du canal cervical est restée inchangée, une femme peut être perturbée par du sang et des écoulements purulents du tractus génital. En outre, la rechute de la maladie s'accompagne de troubles dysuriques, de fièvre, de faiblesse et de nausées. Moins souvent, les symptômes de la reprise du processus malin seront complètement absents.Dans ce cas, son apparition peut être déterminée sur la base d'une colposcopie et d'un examen cytologique.

Les méthodes suivantes sont utilisées pour diagnostiquer la récidive du cancer du col de l'utérus:

  • examen sur une chaise gynécologique;
  • échographie transvaginale;
  • la renographie radio-isotopique;
  • urographie excrétrice;
  • Test des marqueurs tumoraux SCC;
  • CT et IRM.

La détection précoce d'une rechute de la pathologie est d'une grande importance - dans ce cas, une guérison complète peut être obtenue. Les méthodes de traitement dépendent de l'emplacement et de la taille de la nouvelle tumeur. L'hystérectomie prolongée réussit dans 40% des cas cliniques. Si les ganglions lymphatiques régionaux et la fibre paramétrique sont impliqués dans le processus oncologique, des foyers métastatiques distants sont observés, le traitement chirurgical est considéré comme peu prometteur. Dans cette situation, des mesures palliatives sont utilisées pour réduire les symptômes de la maladie et améliorer la qualité de vie du patient..

Régime

Une alimentation déséquilibrée, comprenant un grand nombre de composants artificiels - colorants et arômes, produits semi-finis, etc., joue un rôle important dans le développement de lésions malignes du col de l'utérus. Bien sûr, au stade 1 de la maladie, les méthodes cliniques peuvent faire face à la maladie, mais pour une guérison réussie, il est important d'organiser correctement votre alimentation..

Vous devriez manger en petites portions 5 à 6 fois par jour. Il est important d'abandonner les aliments cuits au micro-ondes en fumant et en les faisant frire. Les produits semi-finis familiers à toute personne moderne devraient être remplacés par des produits verts - laitue, brocoli, radis, navets et betteraves. Les composants qu'ils contiennent éliminent les toxines du corps. Il est important d'ajouter des légumes verts aux repas non transformés, car la chlorophylle dans leur composition inhibe la croissance des cellules cancéreuses dans le corps.

Le régime alimentaire pour le cancer du col de l'utérus doit inclure des poissons marins - les substances qu'il contient ralentissent considérablement la progression du processus malin. Vous ne pouvez pas vous laisser emporter par la viande et ses variétés grasses doivent être complètement supprimées de l'alimentation. Les produits laitiers fermentés, les céréales et les céréales germées sont très utiles. Le riz, les haricots, l'avoine, le millet, les concombres et les poivrons sont enrichis d'un grand nombre d'acides aminés, de vitamines et de minéraux, grâce auxquels ils peuvent couvrir les besoins humains quotidiens en oligo-éléments.

  • plats gras, fumés, épicés et salés;
  • aliments en conserve, produits semi-finis;
  • cacao, chocolat, café;
  • confiserie;
  • boissons alcoolisées.

Il est également important de limiter votre consommation de sucre et de sel..

L'évolution et le traitement de la maladie chez les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, les personnes âgées

ENFANTS. Ces dernières années, il y a eu une tendance à une diminution de l'âge auquel les adolescents commencent à avoir des relations sexuelles. Ceci, à son tour, peut provoquer de graves maladies du système génito-urinaire de la fille, y compris le développement d'un cancer du col de l'utérus..

L'épithélium de la membrane muqueuse du canal cervical chez les enfants et les adolescents ne peut pas être mature, des cellules principalement cylindriques et métaplasiques prédominent dans les tissus. Lorsque le VPH est infecté, il existe une forte probabilité de dégénérescence des structures cellulaires immatures en structures atypiques, ce qui peut provoquer la formation d'une tumeur maligne. Il existe également des informations selon lesquelles, en plus de l'entrée précoce dans des relations intimes, le développement du cancer du col de l'utérus chez les enfants et les adolescents peut être influencé par une hérédité dysfonctionnelle pour les maladies oncologiques et une faible immunité..

Au stade 1, un foyer tumoral qui est apparu dans les tissus du col de l'utérus ne dépasse pas ses limites et n'entre pas en contact avec les structures anatomiques adjacentes, par conséquent, la symptomatologie du processus pathologique reste souvent cachée. Tant l'enfant lui-même que les parents peuvent ne pas être conscients pendant longtemps du développement d'une maladie grave. Dans certains cas seulement, une mère consulte un médecin avec sa fille à un stade précoce du carcinome du col de l'utérus avec des plaintes de douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen et dans la région lombaire, écoulement inhabituel avec inclusion d'ichor, modifications du cycle menstruel.

Les tactiques de traitement pour l'enfant sont sélectionnées individuellement. Considérant que nous parlons d'un degré de cancer du col de l'utérus, les médecins essaient de pratiquer une chirurgie de préservation des organes chaque fois que possible, afin de laisser au patient une chance d'avoir des enfants dans le futur, jusqu'à ce que la maladie se généralise. Pour augmenter l'effet de l'intervention chirurgicale, des méthodes de radiothérapie sont utilisées. La chimiothérapie dans l'enfance et l'adolescence n'est pas utilisée pour ce diagnostic..

Le pronostic de rémission et de récupération dépend de l'urgence des mesures de traitement prises. Très souvent, un jeune organisme dispose de ressources importantes pour se rétablir. À l'avenir, il est conseillé à une femme ayant une maladie antérieure d'éviter les facteurs qui provoquent une rechute du processus malin, de consulter régulièrement un gynécologue et un oncologue et d'être attentive à sa propre santé.

ENCEINTE. La maladie chez les femmes enceintes est extrêmement rare. L'âge moyen des femmes dans ce cas est d'environ 30 ans. Selon les statistiques disponibles aujourd'hui, il y a une grossesse pour 55 diagnostics confirmés de carcinome cervical..

Les symptômes de la pathologie au cours de la période de naissance d'un bébé seront les mêmes avec l'évolution habituelle de la maladie. Au stade 1, le tableau clinique peut être complètement absent, moins souvent le patient peut être dérangé par des écoulements muqueux et sanglants abondants, des saignements de contact. De tels signes sont généralement perçus comme une menace ou le début d'une fausse couche..

Une caractéristique du cancer du col de l'utérus pendant la grossesse est l'invasion plus profonde de la tumeur dans le tissu organique. Dans ce contexte, le foyer malin peut se développer plus rapidement et plus tôt que dans le cours normal de la maladie, aller au-delà du col de l'utérus. Dans le même temps, des lésions régionales des ganglions lymphatiques de la région pelvienne sont plus souvent détectées. Selon les oncologues, la grossesse affecte négativement le pronostic des tumeurs malignes du col de l'utérus..

Le diagnostic de la maladie commence par l'examen initial du patient dans une clinique prénatale. Lors de l'examen du col de l'utérus à l'aide de miroirs gynécologiques, un spécialiste peut voir des signes indiquant des changements dans ses tissus. En cas de suspicion d'oncologie, une analyse cytologique est réalisée, basée sur la collecte de frottis du canal cervical de l'organe, qui sont ensuite étudiés au microscope. Si nécessaire, une colposcopie et une biopsie tissulaire sont effectuées - ces techniques sont effectuées dans des conditions stationnaires, car dans le contexte de leur mise en œuvre, il existe un risque de saignement utérin et une menace de fausse couche.

Le traitement du cancer du col de l'utérus de stade 1 pendant la grossesse est prévu en tenant compte de l'âge gestationnel, du stade de la maladie et des caractéristiques histologiques de la tumeur. Les intérêts de la femme sont toujours mis en avant..

Si la période de gestation ne dépasse pas 3 mois, il est recommandé de commencer un traitement immédiat, car les 6 prochains mois de gestation sont une période trop longue pendant laquelle la tumeur peut atteindre les derniers stades de développement. Dans ce cas, la patiente est référée par des spécialistes pour un avortement artificiel..

Si un foyer tumoral est trouvé au 2e trimestre, l'extirpation de l'utérus est recommandée. Lors du diagnostic du stade 1 de la maladie au 3ème trimestre, la grossesse est généralement sujette à une prolongation sans recours à des mesures thérapeutiques. Après l'accouchement, il est important de commencer le plus tôt possible un traitement complet, dont la tactique dépendra du taux de progression de la pathologie. Il est démontré que l'accouchement est réalisé par césarienne; il n'est pas recommandé à une femme d'accoucher seule. Après avoir retiré l'enfant, l'utérus et les ganglions lymphatiques régionaux sont retirés.

Malheureusement, le cancer est incompatible avec la grossesse. Il existe une possibilité d'un effet négatif de la tumeur sur le fœtus et / ou de son développement accru dans le contexte de la gestation, ce qui, à son tour, est dangereux pour la vie d'une femme. Bien sûr, il est difficile de prendre une décision sur un avortement ou une prolongation de grossesse, en connaissant tous les risques, donc dans ce domaine, il est préférable de suivre l'avis d'experts.

NOURRISSEURS. Les experts associent le cancer du col de l'utérus à l'influence des types de VPH 16 et 18. Mais il peut y avoir plusieurs facteurs de risque pour cette pathologie. Immédiatement après l'accouchement, l'équilibre des hormones sexuelles dans le corps d'une jeune mère change, ce qui, tout comme pendant la ménopause, peut contribuer au développement de modifications malignes dans les tissus.

La maladie est caractérisée par une longue période asymptomatique au tout début de la formation de la tumeur, ce qui n'est pas facile à diagnostiquer à un stade précoce en raison de la similitude externe avec des processus destructeurs dans le col de l'utérus, par exemple l'érosion. À ce stade, le carcinome chez les mères allaitantes est le plus souvent diagnostiqué par accident lorsqu'une femme subit un examen gynécologique prolongé.

Si un spécialiste soupçonne un processus malin, en plus d'un examen bimanuel et d'une évaluation du col de l'utérus sur des miroirs avec l'identification des modifications de ses tissus, la nature de l'ulcération est évaluée et les lésions visibles sont traitées avec des solutions d'acide acétique et d'iode. Si nous parlons d'une maladie oncologique, les tissus seront colorés dans une couleur spécifique. La colposcopie vous permet d'identifier les conditions précancéreuses ou directement le processus malin lui-même. La biopsie et l'examen cytologique des tissus affectés peuvent déterminer le stade de la maladie, et les tactiques de traitement ultérieures en dépendront.

Si une mère qui allaite reçoit un diagnostic de cancer du col de l'utérus, il est démontré qu'elle suit un régime quotidien strict, adhère aux recommandations du médecin, établit une nutrition appropriée et prend les médicaments prescrits à temps. Il est hors de question de continuer à allaiter. La lactation est incompatible avec les rayons X, la thérapie anticancéreuse et de nombreux médicaments. Dans ce cas, le bébé est transféré à une alimentation artificielle, avec l'aide d'un pédiatre, il doit choisir un mélange adapté à ses besoins de croissance et de développement.

Le traitement d'une femme aux premiers stades de la maladie dans la période post-partum est effectué selon les principes utilisés chez d'autres patients. Les interventions chirurgicales sont complétées par la radiothérapie - externe et intracavitaire. Le pronostic dépend du traitement commencé en temps opportun et de sa mise en œuvre dans la quantité requise..

ÂGÉ. Chez les personnes âgées, le stade 1 du cancer du col de l'utérus est beaucoup moins fréquent que chez les femmes plus jeunes, mais le deuxième stade de la pathologie est diagnostiqué 2 fois plus souvent. Cela indique une détection tardive du processus tumoral chez les patients âgés et séniles, qui est due à leur renvoi tardif à un spécialiste et à une diminution de la fréquence des examens préventifs réguliers par un gynécologue..

Le traitement de la maladie chez les patients âgés dépend du stade du processus oncologique, de l'état de santé de la femme et de la présence d'affections somatiques concomitantes. Au stade 1 du cancer du col utérin, les patients se voient prescrire principalement une méthode chirurgicale de traitement visant à l'excision complète de l'utérus et de sa partie cervicale, ainsi que des appendices et du grand épiploon, en combinaison avec une thérapie de chimioradiation. Le matériel extrait lors de l'opération est envoyé pour examen histologique. Les contre-indications à la radiothérapie sont des processus inflammatoires aigus dans le petit bassin, une combinaison d'un processus oncologique avec des fibromes utérins, des malformations des organes génitaux.

Le pronostic après traitement du cancer du col de l'utérus chez les patients âgés est généralement inférieur à celui des jeunes femmes. Mais la détection rapide de la maladie et la lutte contre celle-ci au stade initial se terminent dans la plupart des cas avec succès.

Traitement du cancer du col de l'utérus de stade 1 en Russie et à l'étranger

Nous vous invitons à découvrir comment le cancer du col de l'utérus de stade 1 est traité dans différents pays.

Traitement en Russie

Dans ce pays, le cancer du col de l'utérus occupe le deuxième rang en fréquence d'apparition (après le cancer de l'utérus) en oncologie gynécologique et le cinquième en statistiques générales sur l'incidence des néoplasmes malins. Selon MNIOI eux. PENNSYLVANIE. Herzen, la fréquence globale des rechutes et des métastases après un cancer du col de l'utérus traité reste assez élevée - 40 à 52%. En l'absence de traitement spécifique pour le néoplasme primaire, il existe une lésion assez précoce des structures anatomiques de la cavité - le rectum et la vessie.

Le traitement primaire du stade initial du cancer du col de l'utérus en Russie est effectué par l'alternance obligatoire de la thérapie par faisceau intracavitaire et externe, ce qui peut empêcher la croissance des métastases. Si seule une méthode d'irradiation à distance est utilisée comme traitement, il y a une forte probabilité de croissance de la tumeur primaire, ainsi que le processus de métastase et de récidive à l'avenir..

Les opérations au stade 1 des lésions malignes du col de l'utérus sont caractérisées par un faible traumatisme. Les cliniques modernes utilisent des méthodes de laparoscopie et des techniques chirurgicales robotiques, qui peuvent réduire le risque de saignement postopératoire et d'autres complications, ainsi que réduire considérablement la durée d'hospitalisation et de réadaptation des femmes.

La combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie est rarement utilisée. Avec son aide, il est possible d'améliorer les résultats de l'opération, de réduire le volume du foyer tumoral avant sa mise en œuvre, de réduire le risque de dissémination de cellules malignes dans les ganglions lymphatiques régionaux. Mais, malgré la nette évolution des méthodes de traitement du cancer du col de l'utérus et une amélioration générale des statistiques de guérison des patients, les rechutes sont encore fréquentes - jusqu'à 9,8% des cas au stade 1 de la maladie. À cet égard, il est recommandé de procéder à une rééducation conformément aux principes généraux de récupération des patients après des interventions chirurgicales, radiologiques et chimiothérapeutiques effectuées..

Le traitement du cancer en Russie est officiellement gratuit pour les citoyens du pays. Mais la demande de médicaments rémunérés dans les centres et départements de cancérologie modernes augmente. Considérez combien il en coûtera pour diagnostiquer et traiter le cancer du col utérin en utilisant l'exemple de la clinique De Vita à Saint-Pétersbourg.

Nom des services médicauxCoût, roubles
Consultation avec un oncologue2500
Diagnostic oncologique complet du cancer du col de l'utérusÀ partir de 9500
HystérectomieÀ partir de 61000
RadiothérapieÀ partir de 30 000
Traitement symptomatique5500-11000 par jour
Cours de chimiothérapieÀ partir de 30 000
Prise en charge des patients gravement malades1500 par jour

Quelles cliniques russes puis-je contacter?

  • Hôpital clinique sur la Yauza, Moscou. Un centre médical multidisciplinaire de nouvelle génération, équipé d'équipements et de technologies modernes permettant de réaliser des procédures diagnostiques, chirurgicales et médicales complexes.
  • Clinic De Vita, Saint-Pétersbourg. Le premier centre de cancérologie non gouvernemental, ouvert en 2011. Pendant tout ce temps, les spécialistes de la clinique aident globalement les personnes confrontées à un diagnostic de «cancer» ou de «sarcome» à tout stade du développement de la maladie..

Pensez aux examens des cliniques répertoriées.

Traitement en Allemagne

Des contrôles réguliers avec un gynécologue et un mammologue sont une procédure assez courante pour les femmes qui vivent en Allemagne. Les patients russes sont beaucoup moins susceptibles de se tourner vers ces spécialistes pour des examens médicaux préventifs de routine, pour lesquels le taux de détection des maladies oncologiques du système reproducteur à un stade précoce est extrêmement faible..

Toutes les conditions nécessaires ont été créées dans les centres médicaux allemands pour confirmer le diagnostic:

  • équipement de diagnostic moderne;
  • les derniers développements dans le domaine du diagnostic de laboratoire.

Grâce à un examen de haute qualité, les médecins sont en mesure de déterminer le type histologique de la tumeur et le stade du cancer du col de l'utérus, le degré de lésion tissulaire et la présence de métastases. Le traitement de la maladie est effectué avec de véritables soins allemands. La tactique choisie par le spécialiste correspondra pleinement au stade du carcinome. Le but du traitement n'est pas seulement de faire face à la maladie, mais aussi d'essayer de préserver la capacité de la femme à devenir mère à l'avenir..

Les conditions précancéreuses et les premiers stades du carcinome cervical en Allemagne sont éliminés par destruction ou exposition au laser - cette approche permet de sauver non seulement l'utérus, mais également les fonctions reproductives de la femme. Si une telle intervention ne résout pas le problème, les médecins enlèvent complètement l'utérus avec les ganglions lymphatiques régionaux, alors qu'en règle générale, il n'est pas nécessaire de résection des appendices, ce qui a un effet positif sur la période de rééducation. Au stade 1 du carcinome épidermoïde, la conisation du col de l'organe est réalisée.

Le pronostic de guérison du cancer du col de l'utérus du 1er degré dans les cliniques allemandes est de 95 à 97%, ce qui indique une efficacité thérapeutique élevée par rapport à la maladie. Le coût du traitement dépend de divers facteurs, par exemple le type histologique de la tumeur, l'âge et les caractéristiques de santé du patient. Considérez dans le tableau suivant les prix approximatifs pour le diagnostic et la thérapie en Allemagne.

Services médicauxCoût, €
Examen complet, confirmation du diagnostic2500
Radiothérapie (cours)7000
Chimiothérapie4500
Hystérectomie19 000 - 25 500
Séjour en chambre individuelle (hors frais de médicaments)350

Quelles cliniques puis-je contacter?

  • Hôpital universitaire de Heidelberg. La clinique effectue des diagnostics et des traitements complexes des maladies tumorales conformément aux normes modernes et aux exigences médicales. Non seulement les résidents allemands peuvent suivre une thérapie dans ses murs, mais aussi les patients vivant dans n'importe quelle autre partie du monde.
  • Cyberknife Cancer Center de Hambourg. Il propose des méthodes de traitement fondamentalement nouvelles et donne de l'espoir aux patients atteints de tumeurs malignes avancées. Le traitement du cancer du col de l'utérus dans les murs de la clinique est effectué avec succès à un stade précoce de la pathologie.

Pensez aux examens des cliniques répertoriées.

Traitement du cancer de l'utérus de première étape en Israël

Les meilleures cliniques d'Israël attachent une grande importance au diagnostic et au traitement de haute qualité du cancer du col de l'utérus. Les tactiques de traitement optimales sont sélectionnées sur la base des données obtenues à la suite de l'examen: le type histologique de la tumeur, sa localisation et son degré de propagation, la présence de complications, l'état de santé et l'âge du patient. Pour le traitement de la maladie, seuls des équipements modernes et des techniques de haute technologie sont utilisés.

OPÉRATION. Le traitement chirurgical du cancer du col de l'utérus de stade 1 s'accompagne d'une ablation partielle ou complète de l'organe génital. Les techniques suivantes peuvent être utilisées comme intervention chirurgicale:

  • conisation du cou;
  • cryodestruction;
  • approche radiochirurgicale;
  • chirurgie par ultrasons;
  • chirurgie au laser;
  • amputation au couteau;
  • trachélectomie;
  • hystérectomie.

Après le traitement chirurgical du col de l'utérus, les cliniques israéliennes proposent des programmes de rééducation prolongés. Ils visent à réduire le risque de complications postopératoires et à maximiser la période de récupération. Ce programme est basé sur une planification préliminaire minutieuse du traitement chirurgical - les oncologues israéliens estiment qu'il est extrêmement important de préparer une femme à la chirurgie..

Les complications postopératoires sont rares. Seules certaines femmes mettent plus de temps à se remettre de l'intervention. Les conséquences à long terme dans cette situation peuvent être des problèmes de vidange de l'intestin et de la vessie, une tendance au gonflement des jambes..

RADIOTHÉRAPIE. En plus du traitement chirurgical, des méthodes de radiothérapie sont nécessaires. L'utilisation de rayonnements ionisants peut détruire les cellules tumorales. La radiothérapie est réalisée chez les femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus de stade 1 ou présentant un processus tumoral localement avancé, ainsi que s'il existe un risque élevé de récidive après la chirurgie. Dans ce dernier cas, il est recommandé d'associer la radiothérapie à la chimiothérapie - chimiothérapie.

Le cours moyen de radiothérapie dure de 5 à 8 semaines. L'effet ionisant sur le corps peut affecter négativement le travail des ovaires, et si la patiente n'a pas encore atteint la ménopause, ses ovules peuvent mourir et les appendices cesseront de produire des hormones sexuelles dans le volume requis, ce qui entraînera une ménopause précoce environ 8 semaines après une radiothérapie intensive. Cela signifie une infertilité irréversible.Par conséquent, si une femme envisage toujours de devenir mère, le spécialiste lui propose d'abord les options disponibles pour la mise en œuvre de ce plan, par exemple, le retrait des ovules existants et leur stockage ultérieur dans une cryobanque à des fins de fécondation future et de gestation de substitution..

CHIMIOTHÉRAPIE. Dans les cliniques israéliennes à un stade précoce du cancer du col de l'utérus, il est rarement utilisé. Lors du choix d'un régime et de la posologie des médicaments, les médecins prennent en compte les caractéristiques individuelles de chaque patient..

Indications de la chimiothérapie:

  • La principale méthode de traitement du cancer du col de l'utérus, si la maladie est détectée pour la première fois ou si sa rechute est survenue après une thérapie complexe précédemment menée.
  • En association avec la radiothérapie pour augmenter l'efficacité de cette dernière et réduire le risque de récidive de la pathologie.
  • Après la chirurgie pour éviter les récidives.
  • Réduction de la zone du processus malin dans les tissus du col de l'utérus avant la chirurgie ou la radiothérapie.

Le pronostic de la guérison du carcinome cervical en Israël est de 90 à 95%. Le coût du traitement d'un stade précoce du cancer du col de l'utérus dépend non seulement du type d'ablation chirurgicale de la tumeur utilisée, mais également du statut de la clinique d'accueil et des qualifications du spécialiste opérant. Considérez les prix approximatifs pour le diagnostic et le traitement dans le tableau suivant.

Services médicauxCoût, $
Consultation avec un oncologue gynécologique520
Analyses de sang et d'urine avancées210
Révision de la biopsie fournie par le patient450
TEP-CT1400
Échographie pelvienne350
Sélection et discussion des tactiques de traitement450
Conisation6600
Trachélectomie25 000
Hystérectomie15 000
Chimiothérapie combinéeÀ partir de 20 000

Quelles cliniques puis-je contacter?

  • Centre médical. Sourasky, Tel Aviv. Une clinique populaire dans le domaine du tourisme médical. Le professeur Dan Grisaro, chef du service d'oncologie gynécologique depuis plus de 25 ans, examine et prescrit des traitements pour le cancer du col de l'utérus. Les spécialistes de la clinique développent et mettent en œuvre de nouvelles méthodes de contrôle des maladies.
  • Clinique "Centre médical Herzliya", Herzliya. La clinique a beaucoup d'avis positifs de patients qui y ont subi des diagnostics et des traitements. Le ministère de la Santé du pays a évalué son travail à 95,5 points sur 100 possibles. Le département d'oncogynécologie reçoit en permanence des patients atteints d'un cancer du col de l'utérus et d'autres organes du système reproducteur.

Pensez aux examens des cliniques répertoriées.

Complications

Le cancer du col de l'utérus est une maladie maligne qui peut entraîner la mort. Cette pathologie est connue dans l'histoire de la médecine depuis le XIXe siècle. Depuis, le diagnostic et le traitement de la maladie ont considérablement progressé. Aujourd'hui, ce n'est plus un verdict, surtout avec une détection précoce. Mais même avec les méthodes modernes de thérapie, il n'est pas facile d'éviter les effets secondaires et les conséquences de la pathologie..

EFFETS DE LA RADIATION. Pendant et après le cours de la radiothérapie, un certain nombre de réactions indésirables de la peau et du système nerveux peuvent survenir..

Au cours du processus d'irradiation, de nombreux patients rapportent une sécheresse et une irritation cutanée accrue, ce qui n'avait pas été observé auparavant. Dans ce cas, le médecin peut sélectionner des médicaments spéciaux qu'il est important d'utiliser uniquement sous sa supervision. Les patients qui ont reçu une radiothérapie doivent éviter davantage l'exposition aux rayons ultraviolets.

Pendant et après l'irradiation, certaines femmes éprouvent des symptômes de brûlure et de démangeaisons dans le vagin, une gêne pendant la miction et la défécation. Dans le même temps, il peut y avoir des problèmes dans les relations intimes - en plus de la sécheresse, les parois du vagin perdent leur élasticité antérieure. Le traitement symptomatique et l'utilisation de lubrifiants à base d'eau pendant les rapports sexuels aident à faire face aux problèmes énumérés..

CONSÉQUENCES DE LA CHIMIOTHÉRAPIE. Les complications de la thérapie anticancéreuse sont dues au travail des médicaments utilisés. Agissant sur les cellules malignes, les agents de chimiothérapie inhibent et détruisent simultanément les structures cellulaires saines. Tout d'abord, le système hématopoïétique, les follicules pileux et la membrane muqueuse du tractus gastro-intestinal souffrent.

Les complications suivantes peuvent survenir à la suite de la chimiothérapie:

  • perte d'appétit;
  • nausées Vomissements;
  • chute de cheveux;
  • stomatite;
  • violation de la coagulation du sang;
  • immunodéficience;
  • faiblesse générale;
  • tendance aux ecchymoses et aux saignements.

Ces conséquences sont réversibles, c'est-à-dire qu'elles disparaissent après la fin du cours de chimiothérapie..

CONSÉQUENCES DE L'INTERVENTION OPÉRATIONNELLE. Après une hystérectomie radicale, de nombreux patients ont des difficultés à vider la vessie et le rectum. Parfois, ces complications disparaissent d'elles-mêmes et dans une période assez courte, moins souvent, il faut beaucoup de temps pour se rétablir.

De nombreuses femmes peuvent reprendre des relations intimes avec un partenaire 2 mois après la chirurgie. Mais certains d'entre eux ont des problèmes d'acceptation de la sexualité personnelle, développent un vide émotionnel. En fonction de l'attitude face à ces conséquences du traitement du partenaire, il sera clair à quelle vitesse une femme peut surmonter ses complexes et cet état. Si nécessaire, la situation actuelle doit être discutée avec un psychologue ou un spécialiste traitant.

Le cancer du col utérin est impitoyable pour la santé des femmes. Après son traitement, certaines complications peuvent causer de l'inconfort et de l'inconfort, tandis que d'autres peuvent affecter gravement la vie du patient et provoquer une dépression grave. Mais les médecins insistent sur le fait qu'il ne faut pas désespérer - il est important de trouver la force de combattre la maladie malgré son stade.

Obtenir un handicap

L'invalidité avec un processus de cancer dans le col de l'utérus n'est pas autorisée pour les femmes avec un traitement radical complet réussi effectué sans complications et conséquences graves au stade 1 de la maladie.

Le groupe d'invalidité III peut être attribué aux patients avec un traitement radical terminé. La condition pour une telle décision est la nécessité objective de leur emploi professionnel avec une diminution des qualifications antérieures et du volume de travail..

L'invalidité du groupe II est définie pour les femmes dont le pronostic est douteux dans le contexte d'un traitement terminé:

  • En cas de traitement chirurgical non radical au stade 1B.
  • Lorsqu'il est effectué dans le cadre d'une intervention chirurgicale appropriée, mais lorsque le besoin de radiothérapie se fait sentir.
  • Avec le développement de complications nécessitant une rééducation prolongée.

Un groupe d'invalidité est délivré aux derniers stades du cancer du col de l'utérus aux patients nécessitant des soins extérieurs. Au premier stade de la maladie, ce groupe n'est généralement pas discuté..

Prévisions pour différentes formes

Combien de temps ils vivent après la chirurgie et d'autres types d'effets thérapeutiques pour le cancer du col utérin dépend de plusieurs facteurs:

  • l'âge du patient;
  • la présence de maladies concomitantes;
  • la nature histologique de la tumeur;
  • stade du processus malin.

Le succès de la thérapie complexe a maintenant atteint des taux élevés, car elle utilise de nouvelles méthodes de traitement et adhère aux principes d'une approche différenciée. Dans la clinique du N.I. N.N. Petrova a étudié le taux de survie des patients présentant des stades précoces de cancer du col utérin:

  • stade Tis, ou 0 degré - 98,9% (traitement chirurgical);
  • 1A - 97% (traitement chirurgical);
  • 1B - 91% (traitement chirurgical et chimioradiothérapie).

La prévention

La prévention primaire du cancer du col de l'utérus vise à mettre en œuvre des mesures qui empêchent le développement de la maladie. Ceux-ci inclus:

  • éducation sanitaire de la population;
  • réduire au minimum les facteurs de risque;
  • vaccination.

Aujourd'hui, en Russie, les recommandations sur la prophylaxie vaccinale du VPH chez les adolescentes âgées de 13 à 15 ans sont pertinentes. Dans certains pays, des vaccinations sont également effectuées dans la population masculine de la puberté afin de réduire le risque d'infection et de propagation du papillomavirus dans la société. La vaccination est réalisée avec Gardasil ou Cervarix.

Dans le même temps, les adolescents et les jeunes femmes sont familiarisés avec les règles de prévention des grossesses non désirées, les relations monogames, un mode de vie sain, les méthodes de barrière de contraception et d'autres facteurs qui ne sont pas propices au développement du cancer du col de l'utérus sont promus.

La prévention secondaire doit viser le diagnostic et le traitement précoces des conditions précancéreuses, le dépistage des modifications oncologiques du col de l'utérus. Il devrait commencer à 25 ans.

Merci d'avoir pris le temps de répondre au sondage. L'opinion de chacun est importante pour nous.