Principal
La prévention

Chirurgie pour enlever un polype dans l'utérus


À l'aide de méthodes de diagnostic modernes - échographie, hystéroscopie, des polypes se trouvent dans l'utérus dans 6 à 20% des cas chez les femmes, et le seul traitement proposé par les médecins est son élimination. Et même l'élimination des polypes dans l'utérus ne contribue pas toujours à l'élimination complète des néoplasmes, très souvent une rechute se produit et des polypes réapparaissent, car toute opération arrête seulement les conséquences, mais n'affecte pas la cause de la pathologie.

Quels sont les polypes, leurs symptômes et leurs causes

Les polypes de l'utérus sont une hyperplasie de l'endomètre, lorsque les muqueuses se développent dans certaines zones de l'endomètre. Les polypes sont de formes diverses - rondes, champignon, sur une tige ou sur une base épaisse, ainsi que de différentes couleurs allant du rose pâle au bordeaux foncé, ils sont nombreux ou solitaires. On pense que la principale raison de leur apparition est un déséquilibre du fond hormonal chez une femme, en règle générale, il s'agit d'un excès d'œstrogènes et d'un manque de progestérone. Également, en combinaison avec des troubles hormonaux, divers processus inflammatoires dans les organes génitaux, des dommages mécaniques, des traumatismes pendant l'accouchement, des avortements fréquents (conséquences), un curetage diagnostique.

Il existe plusieurs types de polypes: glandulaires, fibreux, fibreux-glandulaires et adénomateux les plus dangereux. Lorsque des polypes sont trouvés, il est très important de procéder à un examen histologique pour déterminer l'état des cellules du tissu de polypose, s'il y a des signes de prolifération, c'est-à-dire le début de processus oncologiques, ces polypes doivent être enlevés avec l'utérus. Ceci est considéré comme le stade initial du cancer de l'utérus et retarder l'opération peut être très dangereux..

Le plus souvent, la petite taille des polypes ne se manifeste pas avec des symptômes, cependant, avec la polypose (polypes multiples) ou avec une grande taille du néoplasme, il peut y avoir des symptômes, car les polypes réduisent la contractilité de l'utérus, perturbent le processus naturel de rejet muqueux, provoquant des saignements, qui se manifestent:

  • saignement utérin
  • écoulement sanglant et brun au milieu du cycle
  • maux de dos et douleurs de traction dans le bas de l'abdomen, douleurs pendant les rapports sexuels
  • aussi, dans certains cas, un polype peut rendre la conception difficile (voir l'utérus de bore pour la conception) ou contribuer à une fausse couche spontanée

Par conséquent, les femmes qui souhaitent devenir enceintes doivent veiller à éliminer les polypes. Après un traitement radical et un traitement hormonal postopératoire, la membrane muqueuse est progressivement restaurée et la santé de la femme est normalisée. Plus d'informations sur les polypes dans l'utérus, le traitement, les symptômes, les causes peuvent être trouvées dans notre article.

Comment enlever un polype de la cavité utérine - méthodes, méthodes

La méthode moderne qui élimine le plus efficacement les polypes de l'endomètre est l'hystéroscopie suivie d'un curetage du col de l'utérus et de la cavité utérine (polypectomie et curetage), ainsi que d'un examen histologique ultérieur du matériel retiré. Il est également possible d'utiliser un curetage diagnostique séparé ou une élimination au laser des polypes.

Des facteurs tels que la taille du polype, sa structure, l'âge du patient, la nature de l'endomètre, les raisons du développement du polype, ainsi que la présence de maladies métaboliques endocriniennes chez une femme déterminent les tactiques de gestion du patient..

Si une femme a des polypes fibreux, ils doivent être enlevés..

  • Si une femme a un polype fibreux glandulaire, cela indique un déséquilibre hormonal à 100% et un traitement hormonal est indiqué après la chirurgie.
  • Avec les polypes qui menacent le cancer - adénomateux, chez la femme en période précédant la ménopause (voir les premiers signes de la ménopause) ou en ménopause, l'ablation de l'utérus est indiquée - extirpation de l'utérus ou amputation supravaginale avec révision des ovaires voire ablation des appendices.
  • Hystéroscopie de l'utérus - élimination des polypes

    Si une femme subit une opération pour enlever un polype, elle doit contacter une clinique où les technologies médicales modernes et des médecins de haut niveau sont utilisés pour cela, qui utilisent l'hystéroscopie médicale de l'utérus pour retirer un polype..

    Il s'agit d'une méthode moderne d'examen de la cavité utérine et de retrait avec un minimum de complications, sans conséquences graves pour le corps de la femme, il s'agit d'une procédure douce, car elle est réalisée sous la surveillance visuelle du médecin opérant. Pour que l'opération soit réussie, il y avait une bonne visualisation de l'ensemble de la cavité et du polype, il est préférable d'effectuer une hystéroscopie après la menstruation, mais au plus tard 10 jours du cycle menstruel. Ni boissons ni nourriture ne doivent être prises 6 heures avant l'hystéroscopie pour éviter les nausées après la chirurgie.

    Hystéroscopie de l'utérus - l'ablation des polypes est réalisée sous anesthésie générale, moins souvent sous anesthésie locale. L'opération pour enlever un polype dans l'utérus commence par l'introduction dans le col de l'utérus d'un hystéroscope - un mince tube flexible avec une caméra vidéo à l'extrémité, qui transmet l'image au moniteur. Ensuite, la cavité utérine est examinée, l'emplacement du polype, sa taille, le nombre de néoplasmes sont déterminés, après quoi le polype est retiré avec un instrument spécial disponible sur l'hystéroscope, puis les tissus prélevés sont envoyés au laboratoire pour recherche.

    Les polypes pédonculés doivent être enlevés par «dévissage», et l'endroit où le néoplasme a été attaché ou le lit de polype est traité cryogéniquement ou cautérisé par électrocoagulation, et un laser peut également être utilisé - cela est fait pour détruire les tissus pathologiques, afin d'éviter la repousse, la rechute de la maladie. Durée de l'hystéroscopie de 10 minutes à 30 minutes, selon l'état de l'endomètre.
    En savoir plus sur l'état après l'hystéroscopie.

    Curetage diagnostique

    Près de 30% des cas de polypes réapparaissent après le retrait, par conséquent, une condition très importante pour l'opération est un traumatisme minimal et une coagulation soigneuse (cautérisation) du lit de polypes. Lorsqu'une femme se voit proposer un curetage diagnostique simple sans hystéroscopie, dans ce cas, le médecin travaille à l'aveugle et il est impossible de retirer la jambe du polype, il est donc préférable d'effectuer une hystéroscopie suivie d'un curetage. Jusqu'à présent, de nombreuses institutions médicales ne disposent pas encore d'hystéroscopes modernes et de personnel qualifié, par conséquent, un curetage diagnostique séparé est toujours utilisé, bien que de moins en moins.

    Aujourd'hui, le curetage diagnostique est considéré comme une procédure absolument inutile par rapport au traitement des polypes de l'utérus. Autrement dit, vous devez d'abord faire une hystéroscopie, «déchirer» le polype, cautériser la jambe, puis effectuer un curetage diagnostique, mais afin d'obtenir le reste de l'endomètre, assurez-vous qu'il est «normal» ou anormal.

    Le curetage est très souvent effectué pour des raisons urgentes, lorsqu'un saignement sévère se produit dans le contexte de polypes ou d'hyperplasie de l'endomètre, auquel cas une telle procédure forcée empêche une perte de sang sévère. Dans ce cas, il est gratté non pas pour éliminer le polype (et le saignement se produit souvent soudainement et nécessite des mesures d'urgence), mais à des fins d'hémostase. Avec cette méthode de curetage, d'abord, à l'aide d'instruments spéciaux, le col de l'utérus est élargi, puis à l'aide d'une boucle métallique - une curette sous anesthésie générale, des polypes et des échantillons de tissus sont grattés des parois de l'utérus pour un examen plus approfondi.

    Élimination des polypes dans l'utérus avec un laser

    Aujourd'hui, cette méthode n'est utilisée qu'à Moscou, mais dans un proche avenir, elle devra être utilisée dans toutes les villes - il s'agit de l'élimination ciblée des polypes dans l'utérus avec un laser, qui est mélodramatique, ne laisse pas de cicatrices, tout en maintenant la fonction reproductrice, ce qui est particulièrement important pour les femmes qui envisagent d'avoir les enfants. Depuis la grossesse après le retrait au laser est plus probable. Dans les centres où les technologies modernes sont utilisées, un examen complet et une ablation laser d'un polype peuvent être effectués en 3 heures, sans hospitalisation, sans handicap, sans lésion de la cavité utérine.

    Aussi, pour un diagnostic plus détaillé, il est possible d'utiliser la mini-hystéroscopie ou la soi-disant hystéroscopie en cabinet, qui se produit sans traumatisme cervical et sans anesthésie. Dans ce cas, le choix de la méthode de traitement et l'évaluation de l'état de la cavité utérine sont effectués par la femme en collaboration avec le médecin traitant. À l'aide d'un tel équipement, il est possible de déterminer toute pathologie de l'utérus - fibromes utérins (symptômes de fibromes utérins), hyperplasie de l'endomètre, synéchie intra-utérine.

    C'est la méthode de traitement la plus efficace et la plus douce, car le médecin contrôle la profondeur de pénétration du laser en couches, prévenant les blessures, raccourcissant la période de récupération, réduisant la perte de sang, puisque le laser scelle les vaisseaux, la procédure ne laisse pas de cicatrices, ce qui est favorable pour une future grossesse, la période de récupération après la chirurgie est de 6-8 mois.

    Décharge après élimination du polype

    Ce qui est considéré comme normal après le retrait des polypes utérins?

    • Après l'hystéroscopie, une femme peut ressentir une douleur mineure de nature spasmodique lorsque l'utérus se contracte, comme lors de la menstruation
    • Il devrait y avoir une légère décharge après la procédure dans les 14-20 jours

    Après l'opération d'élimination des polypes, une semaine plus tard, le patient doit subir un examen gynécologique planifié, qui prescrira une thérapie réparatrice en fonction de la nature du polype, de l'âge de la femme et en fonction de la raison principale du développement d'un néoplasme chez une femme.

    Traitement après élimination des polypes dans l'utérus

    Si l'opération est réalisée par hystéroscopie, le risque de complications est minime, c'est une procédure assez sûre. Mais, dans tous les cas, la véritable cause de l'apparition de tels néoplasmes doit être déterminée afin de procéder à un traitement préventif après le retrait des polypes.

    Dans les 3 premiers jours après l'opération, vous devez prendre No-shpa 3 r / jour, pour détendre les muscles de l'utérus, afin d'exclure un phénomène tel qu'un hématomètre - accumulation de sang dans l'utérus à cause d'un spasme cervical.

    Étant donné que les polypes sont souvent de nature inflammatoire, les médecins prescrivent des traitements préventifs anti-inflammatoires de courte durée après la chirurgie.

    Les résultats d'histologie, qui sont prêts après environ 10 jours, doivent absolument être discutés avec votre médecin et doivent être collectés et enregistrés..

    Si la cause de la croissance des polypes est une défaillance hormonale et que les polypes sont glandulaires et glandulaires-fibreux, les médecins peuvent prescrire des agents hormonaux - des gestagènes, tels que Duphaston, Norkolut, Utrozhestan. Contraceptifs oraux hormonaux - Yarina, Janine, Jess, Regulon, Dimia.

    Une femme peut également se tourner vers un homéopathe ou un herboriste pour une éventuelle prescription de traitement préventif avec de telles méthodes non traditionnelles. Étant donné que le traitement avec des remèdes populaires a du sens le plus souvent à des fins préventives, après l'élimination des polypes pour maintenir l'immunité ou les niveaux hormonaux. Vous pouvez utiliser de la chélidoine, du bore utérin (voir bore utérus - indications d'utilisation), ainsi que des médicaments homéopathiques prescrits par un médecin.

    Conséquences, complications de l'opération

    Si, après une intervention chirurgicale, à la fois curetage et hystéroscopie, les symptômes suivants apparaissent, vous devez immédiatement consulter un médecin:

    • Saignement abondant
    • Décharge avec une odeur désagréable de couleur sombre
    • Augmentation de la température corporelle
    • Douleur durant plus de 2 jours ou apparition de douleurs abdominales aiguës et sévères

    Quelles complications peuvent survenir, les conséquences après une chirurgie de retrait par grattage?

    un événement très rare qui est possible si l'opération a eu lieu dans le contexte d'une infection non traitée, d'un processus inflammatoire, et également si les règles des antiseptiques et des fosses septiques ont été violées pendant l'opération. Dans ce cas, une antibiothérapie est prescrite..

    la formation d'une ponction de la paroi utérine, qui peut être avec des parois lâches ou une mauvaise expansion. Les grandes perforations doivent être suturées et les petites se développent d'elles-mêmes.

    S'il y avait un arrêt brutal des écoulements sanglants après l'opération, une douleur intense est apparue - cela pourrait être un spasme du col de l'utérus et la formation d'un hématomètre. Dans ce cas, une infection et une douleur sont possibles, qui sont soulagées par un traitement anti-inflammatoire et l'utilisation d'antispasmodiques..

    Ce qu'une femme ne devrait pas faire après la chirurgie?

    Étant donné qu'après l'ablation du néoplasme pendant 2-3 semaines, un léger saignement est noté, la femme ne peut pas:

    • Prendre un bain chaud, un hammam, un sauna, il vaut mieux ne prendre qu'une douche, car la surchauffe favorise les saignements
    • Ne prenez pas d'acide acétylsalicylique, d'aspirine, qui augmentent les saignements
    • Pendant un mois, vous ne pouvez pas soulever des objets lourds, faire du sport
    • Observer attentivement l'hygiène intime
    • Vous ne pouvez pas vous doucher et avoir des relations sexuelles pendant un mois après l'opération

    Élimination du polype de l'endomètre: méthodes, contre-indications

    Les polypes de l'endomètre sont des excroissances bénignes formées dans la muqueuse de l'utérus. L'élimination mécanique est le seul moyen efficace de s'en débarrasser. De plus en plus gros, les polypes aggravent la qualité de l'endomètre, ce qui, chez les jeunes femmes, entraîne une diminution des chances de tomber enceinte et l'apparition d'autres complications. Une dégénérescence maligne des néoplasmes peut survenir. Par conséquent, il est important de les détecter en temps opportun et de se débarrasser d'une telle menace. Il existe plusieurs options pour effectuer des opérations, qui sont sélectionnées en tenant compte de l'âge du patient.

    Quels facteurs sont considérés lors du choix d'une méthode de traitement

    Un polype est un néoplasme rond ou légèrement allongé avec une tige mince ou épaissie. Il se développe à partir des cellules de la couche basale (interne) de l'endomètre, est formé de tissus conjonctifs (fibreux), musculaires et glandulaires. Parfois, l'un d'eux prédomine dans la structure, par exemple, un polype fibreux ou glandulaire se forme. L'apparition de néoplasmes à structure mixte est également possible..

    Le traitement médicamenteux ne donne pas de résultats, car les polypes ne se dissolvent pas après la prise de médicaments hormonaux. La nature de l'intervention chirurgicale dépend du type de néoplasmes, de leur nombre et de leur localisation. L'élimination du polype de l'endomètre chez les jeunes femmes est effectuée, en essayant de préserver la fonctionnalité de l'utérus et la capacité de la femme à porter des enfants. Lors du traitement de patients en âge de ménopause, les opérations sont effectuées à l'aide de méthodes plus radicales, car pendant cette période, la probabilité de transformation maligne augmente.

    Types de chirurgie pour enlever les polypes, leurs avantages et leurs inconvénients

    Les principales méthodes chirurgicales pour éliminer les polypes sont:

    • grattage du polype (curetage);
    • hystérorésectoscopie;
    • résection polype avec ablation endométriale;
    • excision laser d'un polype.

    La méthode de l'opération est choisie par le médecin.

    Grattage

    Avec une telle opération, l'élimination du néoplasme est effectuée à l'aide d'une cuillère spéciale aiguisée sur un côté (curette). Cette méthode est la plus primitive, son efficacité n'est pas assez grande par rapport aux méthodes plus modernes. L'opération est effectuée à l'aveugle. Après avoir effectué une hystéroscopie diagnostique, le médecin doit se rappeler où se trouve le polype. Dans ce cas, il n'est pas toujours possible de retirer complètement la jambe qui s'est enfoncée profondément dans l'endomètre. Par conséquent, les polypes repoussent souvent. L'inconvénient de cette méthode est l'augmentation du traumatisme. Il y a un risque de coupure de la paroi utérine et de saignement.

    Hystérorésectoscopie

    L'avantage est la capacité de détecter et d'éliminer avec précision le polype de l'endomètre à l'aide d'un hystéroscope inséré dans l'utérus par le vagin. L'image est agrandie plusieurs fois et affichée à l'écran. Le tube optique de l'hystéroscope est situé à l'intérieur d'un boîtier creux en métal, où se trouve un canal spécial à travers lequel des instruments flexibles sont insérés dans l'utérus. À l'aide d'un tel appareil, vous pouvez effectuer un retrait diagnostique d'une partie de l'endomètre (biopsie).

    Les formations uniques sont immédiatement retirées lors de l'examen, le matériel est envoyé pour un examen histologique pour étudier la structure des cellules et détecter les éléments atypiques. L'avantage de cette technique est la possibilité de cibler l'utilisation d'outils. Dans ce cas, les parois de l'utérus ne sont pas endommagées et la jambe, percée de vaisseaux, est complètement retirée. La probabilité de récidive après un tel retrait est beaucoup plus faible qu'avec un curetage conventionnel.

    Il existe différents types d'appareils, qui diffèrent par le nombre d'instruments pouvant être insérés dans l'utérus. Ils ont un appareil pour laver sa cavité, une électrode en boucle utilisée comme couteau, une pince pour couper un polype.

    De cette manière, les petits polypes de l'endomètre sont éliminés. L'état de l'utérus après la chirurgie est surveillé par échographie. Si une hyperplasie endométriale étendue est détectée, elle est complètement supprimée. Le matériel saisi est envoyé pour histologie.

    Vidéo: élimination de la polypose par hystérorésectoscopie

    Élimination d'un polype suivie d'une électro-destruction (ablation) de l'endomètre

    Une telle opération est réalisée principalement dans le traitement de patients âgés chez lesquels on retrouve une prolifération de polypes, entraînant des saignements utérins. L'essentiel est qu'après l'élimination des gros polypes de l'endomètre, les tissus sont complètement détruits à l'aide d'un courant électrique (l'ablation est effectuée). Après une telle opération, la muqueuse utérine n'est plus restaurée..

    L'électrodestruction est souvent effectuée au lieu de l'ablation complète de l'utérus et des appendices. Il vous permet d'éviter le prélèvement radical d'organes dans les cas où une condition précancéreuse se produit (c'est-à-dire que lors de l'analyse histologique, des cellules atypiques sont trouvées).

    Retrait avec un laser

    Dans cette méthode, le néoplasme est coupé en couches séparées à l'aide d'un faisceau laser, puis la plaie est cautérisée afin qu'il n'y ait pas de saignement. À l'aide d'un équipement vidéo, l'image est affichée sur l'écran, de sorte que le médecin lors des manipulations ne peut pas faire d'erreur et blesser l'utérus.

    L'ensemble de la procédure ne prend pas plus d'une demi-heure. La plaie guérit rapidement, aucune cicatrice ne reste sur la surface interne de l'utérus.

    Se préparer à la chirurgie

    Avant l'opération d'élimination du polype de l'endomètre, la patiente est examinée. Il consiste à effectuer les procédures suivantes:

    • examen du col de l'utérus à l'aide de miroirs gynécologiques, dans lequel l'état de la membrane muqueuse (présence de lésions, inflammation) et la possibilité d'introduire des instruments sont évalués;
    • prélever un frottis du vagin et du col de l'utérus pour une analyse de la microflore bactérienne et de l'absence de maladies infectieuses;
    • examen cytologique d'un frottis pour la présence de cellules atypiques;
    • échographie transvaginale, lorsqu'un capteur est inséré dans l'utérus par le vagin pour examiner sa surface;
    • tests sanguins pour le sucre, les virus et les infections;
    • analyse d'urine générale et biochimique.

    L'état de santé général est à l'étude: le patient est examiné par un thérapeute, cardiologue.

    Une semaine avant l'opération, une femme doit arrêter d'avoir des relations sexuelles sans préservatif. Ne pas doucher, utiliser des onguents vaginaux, des suppositoires, des comprimés.

    À la veille de l'élimination du polype de l'endomètre, il est nécessaire de passer à un régime léger, excluant du régime les aliments qui provoquent des ballonnements (chou, pain noir, haricots, etc.). Un lavement nettoyant est effectué avant l'opération.

    Lors du traitement de jeunes femmes, l'opération est généralement effectuée 2 à 3 jours après la fin des règles, car l'épaisseur de l'endomètre pendant cette période est minime, les néoplasmes sont plus faciles à voir. Beaucoup moins de risques de saignement.

    Contre-indications à l'élimination des polypes

    L'intervention chirurgicale n'est pas pratiquée si une femme a des maladies inflammatoires ou infectieuses de toute nature dans les organes génitaux internes ou externes. L'opération est reportée jusqu'à la récupération complète.

    Une contre-indication à cette intervention est la présence de saignements utérins, difficiles à arrêter avec des médicaments. Souvent, dans ces cas, seule la chirurgie abdominale aide..

    L'introduction d'instruments dans l'utérus est impossible s'il y a des sutures rugueuses sur le col de l'utérus, des déchirures après l'accouchement et un rétrécissement important du canal cervical. L'opération n'est pas effectuée si le patient souffre de diabète sucré, d'hypertension, d'asthme bronchique, de maladies infectieuses des organes respiratoires, d'ulcères d'estomac sous forme aiguë, ainsi que de maladies du sang et des vaisseaux sanguins.

    L'élimination du polype de l'endomètre n'est pas effectuée pendant la grossesse. L'opération est reportée jusqu'à la période post-partum.

    Chirurgie pour enlever les polypes

    La durée dépend de la technique choisie.

    Les néoplasmes situés à l'entrée des trompes de Fallope sont généralement retirés mécaniquement à l'aide de forceps ou de ciseaux spéciaux. La paroi de l'utérus a ici la plus petite épaisseur; lors de l'utilisation d'autres techniques, il est facile de l'endommager. L'élimination des gros néoplasmes sur une tige mince est effectuée en tordant la tête du polype. La jambe restante est ensuite grattée de la paroi utérine.

    L'électrorésection avec une électrode en boucle est le plus souvent utilisée pour éliminer les polypes fibreux qui ont une structure dense (ils sont généralement situés sur les parois de l'utérus). Les opérations sont réalisées sous anesthésie générale. Si le patient a des contre-indications à l'utilisation des médicaments correspondants, une anesthésie rachidienne est effectuée.

    Récupération après la chirurgie

    La restauration complète du fonctionnement du système reproducteur se produit environ six mois après l'élimination des polypes de l'endomètre. À ce stade, une femme doit subir un examen gynécologique une fois par mois, faire une échographie et prendre des médicaments hormonaux. Ils sont prescrits pour éliminer la cause de l'hyperplasie de l'endomètre et rétablir l'équilibre hormonal.

    Les jeunes femmes sont traitées avec des COC. Les patients plus âgés se voient prescrire des médicaments du groupe progestatif pour éliminer l'hyperestrogénie. En outre, des agents anti-inflammatoires et des douches douces avec des solutions antiseptiques sont prescrits..

    Attention: la médecine traditionnelle (analgésiques, décoctions anti-inflammatoires et infusions) n'est utilisée qu'après consultation du médecin.

    Il est conseillé au patient de s'abstenir de tout rapport sexuel pendant 1 mois après l'opération. Elle ne peut pas aller au sauna, se laver dans le bain (uniquement sous une douche chaude), utiliser un coussin chauffant si des sensations douloureuses dans l'abdomen se produisent, faire du sport et soulever plus de 3 kg.

    Complications et conséquences possibles

    Les complications lors de l'ablation du polype de l'endomètre, en particulier avec les méthodes modernes peu traumatiques, sont rares. Ceux-ci inclus:

    1. Perforation de l'utérus (par coupure dans sa paroi). Cela peut se produire lors d'un curetage ou d'une hystéroscopie.
    2. Introduire une infection dans l'utérus et l'apparition d'un processus inflammatoire avec des instruments mal préparés.
    3. Formation d'adhérences à l'intérieur de l'utérus, cicatrices sur le site d'élimination des néoplasmes.
    4. Accumulation de sang dans la cavité utérine (hématomètre). Cela peut provenir d'une hémorragie interne, une coupure qui passe inaperçue. Suppuration possible du sang coagulé.

    La survenue de complications est indiquée par l'apparition d'un écoulement inhabituel, de douleurs abdominales, de saignements du tractus génital, d'évanouissements, de tachycardie, ainsi que d'une augmentation de la température, d'une diminution de la pression artérielle.

    Les conséquences d'une élimination insuffisamment complète des polypes de l'endomètre peuvent être l'apparition d'une tumeur maligne au site de la croissance, contenant des cellules atypiques, la re-formation de polypes.

    La menstruation après une telle opération s'accompagne de légers écarts par rapport à la période habituelle, leur intensité peut augmenter. La grossesse peut déjà survenir au cours du prochain cycle menstruel, cependant, il n'est pas recommandé de planifier la conception plus tôt que 3 mois après l'opération, car il faut du temps pour restaurer l'état de l'utérus et de l'endomètre..

    Si le fond hormonal est rétabli avec des médicaments à base de progestérone, alors à la fin du traitement et à l'arrêt de la prise des pilules, la probabilité de grossesse augmente..

    Ablation d'un polype dans l'utérus - hystéroscopie et ses conséquences

    La croissance d'un polype à partir de l'épithélium dans la cavité utérine est un phénomène courant chez les femmes, quel que soit l'âge.

    Habituellement, il est bénin, mais avec la croissance et l'hyperplasie de la membrane muqueuse de l'utérus, il peut bien se transformer en une forme maligne. Cela augmente le risque de développer une oncologie, un cancer de l'endomètre ou une infertilité..

    L'hystéroscopie est une nouvelle procédure moderne qui vous permet de scanner la cavité utérine dans son intégralité, d'identifier en temps opportun les zones de tissus polypes, de les retirer au stade initial afin d'éviter le développement d'une tumeur et des conséquences complètement désagréables à l'avenir.

    Quels sont les polypes dans l'utérus?

    Un polype est un petit processus ressemblant à une verrue jusqu'à 3 cm de longueur. Sous l'influence d'un certain nombre de facteurs provoquants, il commence à se développer à partir de la muqueuse endométriale dans la cavité utérine et a initialement une évolution bénigne. Créer progressivement des conditions favorables n'empêche pas la dégénérescence en cancer.

    La localisation du polype est possible à la fois à l'intérieur et à la surface de la cavité cervicale.

    Le néoplasme est éliminé en effectuant une opération, bien qu'au stade initial et selon les indications des résultats du diagnostic, il soit possible d'éradiquer le polype avec des médicaments et des méthodes folkloriques.

    Causes des polypes

    L'impulsion pour la croissance d'une croissance sur le tissu muqueux de l'endomètre dans l'utérus peut être les facteurs de provocation suivants:

    • déséquilibre hormonal, lorsque la quantité d'œstrogène commence à prévaloir sur toutes les autres hormones, stimulant ainsi la croissance de cellules anormales de la couche utérine épithéliale;
    • maladies gynécologiques: hyperplasie, endométrite, adénomyose, mastopathie, ovaire polykystique;
    • maladies causées par l'inflammation: annexite, colpite, vaginite;
    • avortements fréquents;
    • installation d'un dispositif intra-utérin;
    • grattage dans le contexte d'une lésion mécanique excessive de la membrane muqueuse délicate de l'endomètre.

    En particulier, le groupe à risque comprend les femmes souffrant de:

    • diabète sucré;
    • hypertension;
    • obésité;
    • problèmes avec la glande thyroïde;
    • maladies du système nerveux et endocrinien.

    La cause de la polypose peut bien être un stress constant, la famine, une alimentation stricte.

    Types de polypes dans l'utérus

    Le polype sur le col de l'utérus apparaît à la fois dans une seule instance et dans un petit groupe. A une structure poreuse et ressemble à une croissance cylindrique violet foncé.

    Selon la cause et la nature de la croissance, il existe trois types de polypes:

    • adénomateuses comme les excroissances les plus dangereuses avec la capacité de progresser et de dégénérer en une tumeur maligne;
    • glandulaire avec croissance du tissu de fer de l'utérus, plus souvent détectée chez les jeunes femmes (jusqu'à 25 ans);
    • fibreux, qui peut être causé par une prolifération ou une hyperplasie du tissu conjonctif de l'utérus dans le contexte de la localisation d'un autre type de néoplasme.

    Symptômes des polypes

    Avec l'apparition d'un petit polype solitaire, il n'y a pratiquement aucun symptôme. Seule une visite programmée au hasard chez un gynécologue peut identifier le problème à un stade précoce..

    Le plus souvent, les femmes se tournent vers les médecins, l'évolution inflammatoire dans la cavité utérine va trop loin, devient chronique et prolongée, et bien sûr, tous les signes de polypose sont évidents:

    • douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen avec intensification avant le début des règles;
    • inconfort pendant l'intimité;
    • écoulement de caillots blancs, flocons du vagin ou écoulement sanglant (brun) qui n'a rien à voir avec la menstruation;
    • l'apparition de menstruations peu abondantes ou de périodes prolongées avec apparition périodique de saignements utérins.

    Les symptômes ne s'intensifieront qu'avec un léger contact ou un impact mécanique:

    • La membrane muqueuse de la cavité utérine devient hyperémique, irritée.
    • Peu à peu, le polype commencera à se développer, bloquant l'entrée du canal cervical de la cavité utérine. Les femmes ont des règles prolongées.
    • Au fil du temps, la couche épithéliale commencera à dégénérer en tissu pathologique. En conséquence, la malignité du processus se produira, la formation de cellules cancéreuses pathogènes.Cette condition peut provoquer une fausse couche chez les femmes, si elles parviennent toujours à devenir enceintes. Ou la grossesse passera avec des complications, et le polype, à mesure qu'il grandit, conduira éventuellement à l'abaissement du placenta, à une insuffisance de l'isthme et du col de l'utérus.

    Le groupe à risque comprend les femmes âgées pendant la ménopause, lorsque des saignements abondants ou des saignements apparaissent. Ces signes ne peuvent plus être ignorés et vous devez consulter un médecin

    Dois-je retirer les polypes de l'utérus?

    Les polypes dans l'utérus présentent une sorte de danger pour la santé des femmes, car la probabilité de développer une oncologie est élevée.Il est donc bien sûr impératif d'éliminer les excroissances le plus rapidement possible..

    De plus, la polypose entraîne des saignements utérins abondants, l'incapacité de tomber enceinte ou des complications pendant la gestation.

    Éviter de telles complications signifie que les médecins éradiqueront les polypes immédiatement après leur détection, quel que soit le stade de développement..

    Les principales indications de l'opération doivent être considérées:

    • atteignant des polypes de tailles supérieures à 10 mm;
    • la catégorie d'âge des femmes après 42 ans, lorsque le fond hormonal devient extrêmement instable.

    La forme adénomateuse des polypes est particulièrement dangereuse, sujette à la malignité et à la dégénérescence en cancer malin à tout moment..

    Méthodes de traitement

    Traitement complexe des polypes dans l'utérus.

    Au stade initial, afin d'éviter une intervention chirurgicale, après tout, une intervention macroscopique dans la cavité utérine déjà blessée, des médicaments sont prescrits:

    • antispasmodiques pour les douleurs de traction sévères (Diclofénac, Ibuprofène, Paracétamol, Analgin);
    • antiseptiques locaux pour la douche vaginale (Septoderm, permanganate de potassium) pour supprimer les foyers de la maladie, éliminer l'infection.

    Les méthodes les plus efficaces pour éliminer les excroissances dans la cavité utérine aujourd'hui sont:

    • grattage;
    • cryodestruction;
    • coagulation au laser;
    • polypectomie;
    • curetage comme mesure d'urgence en cas de saignement abondant sur fond de polypose, auquel les médecins ont recours s'il est impossible d'éliminer l'accumulation d'une autre manière.

    Mais l'hormonothérapie ne peut pas se débarrasser complètement du néoplasme, mais elle peut arrêter le processus de polypose et la croissance du néoplasme en taille.

    Si cela a du sens, les médecins prescrivent des hormones pour des traitements de longue durée si nécessaire pour obtenir une rémission stable.

    Même les méthodes d'intervention chirurgicale ne garantissent pas l'élimination complète du tissu affecté focal..

    Parfois, les médecins doivent prescrire des médicaments chimiques aux femmes après la chirurgie. offert de suivre un cours de chimiothérapie.

    Grattage

    Auparavant, un curetage de l'utérus pour éliminer les polypes afin d'éviter le développement de rechutes était pratiqué chez presque toutes les femmes.

    Mais aujourd'hui, c'est une méthode inefficace et traumatisante. La procédure est effectuée à l'aveugle, ce qui signifie qu'il n'y a aucune garantie de retrait, de séparation complète de la jambe du polype.

    Il existe une forte probabilité de laisser des particules du tissu affecté dans l'utérus, ce qui peut par la suite commencer leur réveil et entraîner des rechutes..

    Aujourd'hui, le curetage est reconnu par de nombreux médecins comme une procédure absolument inutile, bien qu'il soit souvent réalisé en conjonction avec une technique plus récente et plus efficace - l'hystéroscopie..

    Cela permet une meilleure manipulation. Grâce à l'hystéroscope inséré, le médecin sera en mesure d'inspecter visuellement et d'évaluer l'état de la cavité dans son intégralité. De plus, le polype sera arraché avec la jambe et la cautérisation est effectuée.

    Ou, une curette est utilisée comme instrument introduit pour dilater le col de l'utérus, puis une boucle métallique est faite, le polype est arraché de la paroi de l'utérus et sorti.

    Des échantillons de tissu prélevé ont été transférés au laboratoire pour une étude plus approfondie..

    Hystéroscopie

    L'hystéroscopie est l'une des techniques modernes qui vous permet d'éliminer complètement le polype, évitant ainsi d'éventuelles complications après la chirurgie.

    L'essence de la technique est d'utiliser un hystéroscope - un tube mince et pliable avec une caméra vidéo miniature à la fin.

    Son introduction dans la cavité utérine permet aux médecins de visualiser pleinement les excroissances de tous les côtés, d'évaluer leur taille, leur forme, leur degré de propagation.

    La durée de la procédure ne prend pas plus de 30 minutes.

    De plus, le dispositif permet d'effectuer immédiatement la procédure d'élimination du polype, c'est-à-dire dévisser les jambes, visualiser toutes les manipulations sur l'écran de l'ordinateur, puis - neutraliser la zone touchée, cautériser avec des antiseptiques.

    Avantages de la procédure

    L'hystéroscopie a gagné la reconnaissance des médecins et est souvent utilisée dans la pratique pour éliminer les polypes chez les femmes..

    Principaux avantages:

    • la possibilité d'effectuer sans anesthésie;
    • faible traumatisme du col de l'utérus et du canal cervical;
    • diagnostic approfondi de la cavité utérine;
    • identification de presque toutes les pathologies gynécologiques, quel que soit le degré, le stade de la lésion;
    • élimination à un stade précoce de l'hyperplasie de l'endomètre, du parenchyme utérin;
    • la procédure prend 30 à 40 minutes et les patients n'ont pas besoin de traitement hospitalier;
    • rééducation rapide après la chirurgie;
    • réduire la probabilité de complications, rechutes plus tard.

    Il s'agit d'une technique douce et efficace qui vous permet d'étudier la cavité utérine couche par couche, d'effectuer la procédure sans douleur, de minimiser les saignements possibles et de raccourcir la période de récupération.

    C'est l'hystéroscope, par insertion dans la cavité utérine, qui permet d'identifier les excroissances même des plus petites tailles, lorsque les symptômes chez la femme sont pratiquement absents.

    En outre, les polypes fibreux glandulaires, chargés de développer un cancer, suppriment ainsi le foyer infectieux à temps, en dévissant soigneusement la jambe du polype avec une pince spéciale et en la retirant, pour réduire le risque d'oncologie.

    Toutes les actions sont reflétées sur le moniteur, de sorte que les manipulations du médecin sont effectuées en douceur et rapidement, laissant des parois plus uniformes dans la cavité utérine.

    Technique d'élimination

    La technique est réalisée en ambulatoire et ne nécessite pas de préparation préalable, l'utilisation d'autres techniques thérapeutiques.

    L'essence de la procédure:

    • le patient est assis sur une chaise gynécologique;
    • une anesthésie est introduite, qui dure 1,5 heure en introduisant une solution par voie intraveineuse;
    • le canal cervical est élargi outils;
    • un tube d'hystéroscope avec une caméra vidéo à l'extrémité et un éclairage est introduit pour visualiser le canal cervical et les orifices tubaires, à savoir, une petite quantité de gaz pour ouvrir complètement la cavité et redresser les parois de la membrane muqueuse;
    • un frottis est prélevé pour une étude ultérieure, également un morceau de tissu affecté pour une étude ultérieure;
    • un chariot de curetage est introduit, la patte polype est dévissée; ciseaux chirurgicaux;
    • un grattage est effectué;
    • un liquide anormal est pompé de la cavité utérine.

    Se préparer à la chirurgie

    Avant de se préparer à une hystéroscopie, le médecin mène une conversation diagnostique avec les patients.

    Il est important d'identifier la présence de contre-indications, de symptômes existants, d'intolérance individuelle au miel injecté. drogues.

    En particulier, il est nommé:

    • test sanguin pour la syphilis, le SIDA, le facteur Rh;
    • faire un frottis pour détecter une infection ou déterminer le degré de propreté du vagin et prendre du matériel pour les anticorps, l'hépatite à l'aide de marqueurs;
    • analyse générale du sang et de l'urine pour réfuter ou corriger le développement de l'évolution inflammatoire.

    De plus, une femme doit passer par:

    • fluorographie;
    • Ultrason;
    • consultation avec un thérapeute, qui émet une conclusion sur la nécessité d'une hystéroscopie.

    Avant l'opération, aucune procédure préparatoire n'est effectuée. Assez la veille:

    • ne pas trop manger;
    • limiter l'utilisation de liquide et d'eau afin d'éviter l'apparition de symptômes négatifs après l'introduction de l'anesthésie;
    • éviter les rapports sexuels pendant 4 à 5 jours;
    • ne pas se doucher pendant 7 jours, ne pas mettre de suppositoires vaginaux et prendre des pilules la veille.

    Recommandations après la thérapie

    Le grattage est une procédure difficile et, bien entendu, ne passe pas inaperçu. L'opération est similaire à un mini-avortement, lorsque, après tout, après sa mise en œuvre, des douleurs dans le bas-ventre sont possibles, des saignements des feuilles du vagin.

    À titre de recommandation, les femmes doivent être informées lorsque des signes désagréables apparaissent:

    • prenez un antispasmodique analgésique (no-shpa);
    • douches vaginales pendant 3-4 jours, jusqu'à ce que le saignement s'arrête et que le col de l'utérus retrouve son tonus normal

    Les médecins ont une opinion très ambiguë sur l'hormonothérapie en cas de déséquilibre. L'essentiel est de comprendre à quel point leur utilisation est efficace et appropriée. D'autre part, bien sûr, l'endomètre doit être restauré..

    Par conséquent, le plus souvent, un traitement hormonal est prescrit en cas d'élimination d'une polypose adénomateuse glandulaire ou d'une hyperplasie de l'endomètre, c'est-à-dire dans les cas avancés sévères.

    Certaines femmes sont invitées par les médecins à mettre des dispositifs intra-utérins avec du «lévonorgestrel», qui peut restaurer les fonctions de l'endomètre, améliorer les niveaux hormonaux et même favoriser la conception.

    Élimination des polypes avec un laser

    L'élimination au laser de la polypose est depuis longtemps très populaire.

    C'est le laser en tant que méthode douce qui n'entraîne pas de cicatrices des tissus et préserve les fonctions reproductives, ce qui est important pour les femmes qui planifient un accouchement..

    La méthode prévient les rechutes et permet aux femmes de ne pas subir de traitement hospitalier. La procédure ne prend pas plus de 3 heures.

    Mais le résultat est une élimination rapide des polypes, le scellement des vaisseaux sanguins, l'absence de laisser de cicatrices dans la cavité utérine, ce qui, bien sûr, augmente considérablement les chances de conception à l'avenir..

    Conséquences de l'élimination des polypes

    Aucune conséquence particulière après une thérapie au laser ou une hystéroscopie n'a été identifiée. Mais tout dépend des mains habiles et des manipulations du médecin pendant les opérations..

    Dans certains cas, il peut y avoir:

    • taches du vagin;
    • douleur abdominale basse;
    • modification du cycle menstruel et de la nature de l'écoulement;
    • une légère augmentation de la température en cas d'infection de l'endomètre;
    • l'apparition d'inconfort et de douleur après un contact sexuel;
    • longue absence de menstruation jusqu'à 3-4 mois;
    • l'apparition d'une perforation de l'utérus sur fond de grattage aveugle ou d'hystéroscopie;
    • accumulation de caillots sanguins dans le corps utérin.

    Rarement, mais avec une élimination incomplète de la croissance, une croissance adénomateuse est à nouveau possible, en tant que processus précancéreux.

    En fait, si le foyer polypique commençait à se reproduire, des complications et des signes désagréables apparaissaient, la probabilité de propagation des polypes est élevée..

    Avec une technique correctement choisie et une opération correctement effectuée, les conséquences négatives sont exclues. Le processus de régénération des cellules et tissus endommagés se déroulera rapidement.

    Si des symptômes désagréables apparaissent, vous ne devez pas ignorer tels que:

    • écoulement séreux et purulent de l'utérus avec une odeur désagréable;
    • une augmentation de la température qui ne baisse pas en 3 jours;
    • l'apparition de douleurs aiguës et brûlantes dans le bas de l'abdomen;
    • l'apparition de saignements abondants, qui peuvent indiquer une manipulation de mauvaise qualité par le médecin.

    Dans ces cas, il est possible de prescrire un cours de traitement avec des antibiotiques, des antispasmodiques, des antiseptiques, des anti-inflammatoires.

    Période après la chirurgie

    Le respect des recommandations médicales après la chirurgie est d'une grande importance..

    Il est important d'observer l'hygiène personnelle, de garder la cavité utérine propre et de ne pas l'exposer la première fois à des blessures, des contraintes mécaniques, des frottements.

    Observation

    Les visites chez le gynécologue après la chirurgie pour examen doivent être régulières.

    Tout d'abord, une fois toutes les 2 semaines, puis une fois tous les 3-4 mois.

    Il peut être nécessaire de corriger le cours du traitement réparateur.

    Il sera nécessaire de boire des médicaments pour détendre les muscles ou soulager les spasmes du col de l'utérus.

    Suivez également un traitement anti-inflammatoire au besoin.

    Traitement hormonal

    L'hormonothérapie est prescrite après l'ablation du polype glandulaire-fibreux, ainsi que pour la correction des niveaux hormonaux, qui échouent généralement et sont affaiblis après des interventions chirurgicales.

    Il est important de restaurer le statut hormonal, de normaliser le cycle des menstruations.

    Médicaments hormonaux gestagènes applicables par voie orale:

    Les femmes après 35 ans se voient proposer de mettre la spirale Mirena jusqu'à 5 ans, ce qui n'entraîne pas d'effets secondaires et en tant que médicament hormonal totalement efficace.

    L'intervention n'a pas le meilleur effet sur la cavité utérine, il est donc important que les femmes suivent toutes les recommandations et instructions du médecin.

    Lors de la réalisation d'un traitement hormonal jusqu'à 6 mois, il est important de subir un examen final, de passer des tests.

    Traitement antibactérien

    Un traitement antibiotique est effectué plus souvent pour la prophylaxie, afin de prévenir d'éventuelles complications infectieuses après une opération pour enlever les polypes.

    Les antibiotiques sont prescrits en cure de 10 jours maximum. Mais le traitement n'est effectué que selon les indications dans un certain nombre de cas cliniques, lorsque le développement du processus inflammatoire, une infection des voies urinaires est observée.

    Il arrive que le grattage et les manipulations ineptes du médecin conduisent au début du développement d'un foyer inflammatoire, quand pour soulager l'inflammation, vous devez boire des médicaments afin d'éviter de prévenir, ainsi, les rechutes à l'avenir.

    Complications possibles après la chirurgie

    Les complications surviennent souvent après un curetage, c'est-à-dire élimination aveugle du polype. Les particules non retirées du tissu affecté recommencent à se réveiller de l'épithélium de la muqueuse utérine.

    Les femmes ont:

    • leucorrhée;
    • douleur et lourdeur dans le bas de l'abdomen;
    • haute température.

    Une infection des voies génito-urinaires peut entraîner:

    • perforation utérine;
    • l'accumulation de caillots sanguins dans le corps utérin;
    • cicatrisation des tissus;
    • l'apparition d'adhérences après curetage

    La complication la plus dangereuse peut être une évolution récurrente de polypose, qui peut dégénérer en une forme maligne et en un processus cancéreux..

    Bien sûr, cela est rare dans la pratique médicale et dépend beaucoup des femmes elles-mêmes, du respect de toutes les recommandations après l'opération.

    S'il y a des douleurs sévères, des spasmes dans le canal cervical de l'utérus, vous devez revoir le gynécologue. Cela ne peut que signifier qu'il est nécessaire de réaliser un curetage répété, de cautériser la cavité utérine avec un laser.

    Est-il possible de tomber enceinte après avoir enlevé les polypes?

    La défaite de l'endomètre, bien sûr, empêche l'implantation de l'ovule. Mais les médecins disent que la fécondation d'un ovule est possible..

    Cependant, pendant 0,6 mois alors que la patiente est traitée après une intervention chirurgicale pour enlever le nœud polype, il est recommandé d'utiliser des médicaments de barrière contraceptive pour permettre à l'utérus de se rétablir complètement, de revenir à son état antérieur de fertilité..

    Il est nécessaire de planifier une grossesse au plus tôt 3-4 mois et seulement après la restauration complète des niveaux hormonaux, la guérison de tous les foyers affectés dans la cavité utérine, la normalisation de l'épaisseur de l'endomètre.

    Ce qui n'est pas recommandé après la chirurgie?

    Il est important pour les femmes en période postopératoire de surveiller leur santé et de ne pas négliger les recommandations du médecin.

    Pour que la période de récupération passe rapidement et imperceptiblement, vous avez besoin de:

    • refuser de visiter les bains chauds, les bains, les saunas pendant 3-4 jours;
    • ne pas doucher et insérer des tampons;
    • éliminer pendant un certain temps (jusqu'à 1 semaine) les contacts sexuels et une intervention grossière dans l'utérus;
    • ne prenez pas de médicaments pendant 1 semaine qui peuvent fluidifier le sang et entraîner des saignements;
    • abandonner l'entraînement physique intensif;
    • ajuster son alimentation et son sommeil.

    Commentaires

    Avis des femmes après l'hystéroscopie:

    instructions spéciales

    L'hystéroscopie est une technique chirurgicale mini-invasive qui vous permet d'éliminer l'hyperplasie de l'endomètre le plus rapidement possible et sans douleur, de supprimer les foyers affectés et d'éliminer complètement les polypes. Les rechutes sont extrêmement rares chez les femmes..

    Mais vous ne devez pas ignorer les observations après l'opération, refuser le traitement opportun d'autres maladies de la cavité utérine. La première menstruation devrait être prévue plus près de 8 semaines après le retrait du polype.

    Bien qu'il soit intéressant de comprendre que l'intervention chirurgicale peut affecter le bien-être et le fond hormonal d'une femme de différentes manières.

    La première menstruation peut commencer par une gêne et une douleur accrues, aller d'une manière spéciale et pas comme d'habitude.

    L'essentiel est d'éviter les conséquences négatives. Si des symptômes désagréables apparaissent, vous devriez consulter un médecin et lui indiquer la marche à suivre..

    Comment enlever les polypes dans l'utérus - chirurgie d'ablation

    Le polype utérin est une prolifération locale de l'endomètre utérin. En forme, il peut ressembler à une verrue ou à un champignon sur une jambe.

    En substance, ces formations appartiennent au groupe des bénins, mais la malignité n'est pas exclue. Traitement chirurgical.

    Conclusion

    • Les polypes de l'utérus sont bénins. La renaissance n'est caractéristique que des espèces adénomateuses.
    • Le traitement médicamenteux n'apporte pas toujours des résultats. Dans la plupart des cas, les gynécologues recommandent une intervention chirurgicale pour éliminer la formation.
    • La préparation à la chirurgie est standard et implique la livraison de tests.
    • Les techniques suivantes sont utilisées pour retirer le polype - hystéroscopie, curetage, laser et cryodestruction.
    • L'opération peut s'accompagner du développement de complications, notamment perforation de la paroi utérine, inflammation de l'endomètre, aménorrhée, etc..
    • Un léger saignement persiste pendant deux à trois jours après la chirurgie.
    • La récidive de la maladie accompagne le plus souvent la technique de curetage.
    • Après la fin de la procédure et la récupération de l'anesthésie, la femme est autorisée à rentrer chez elle.

    Indications et contre-indications pour l'élimination

    Indications pour le retrait du polype utérin:

    • taille de l'éducation supérieure à 10 mm;
    • absence d'effet de la pharmacothérapie;
    • infertilité;
    • polypes adénomateux.

    La chirurgie pour enlever les polypes utérins est obligatoire chez les femmes de plus de 40 ans.

    Contre-indications pour l'opération:

    • tout type d'inflammation des organes du système reproducteur féminin;
    • muguet;
    • saignement du tractus génital;
    • période gestationnelle;
    • pathologie du col de l'utérus, qui interfère avec l'introduction d'instruments dans sa cavité, en particulier la présence de cicatrices rugueuses;
    • maladies chroniques en phase de décompensation ou en période d'exacerbation;
    • ARVI.

    Dois-je supprimer

    Le retrait du polype utérin peut être reporté en essayant d'arrêter l'augmentation de la formation avec des médicaments. Mais le plus souvent, les gynécologues recommandent la chirurgie aux patients..

    Quand une intervention chirurgicale est nécessaire

    L'opération est recommandée lors du diagnostic d'un polype supérieur à 10 mm. Si la formation est moindre - ne dépasse pas 5-6 mm - et n'est pas accompagnée de l'apparition de symptômes pathologiques, une observation sera recommandée.

    Dans de rares cas, les excroissances endométriales régressent d'elles-mêmes.

    Si la croissance du polype est notée, un traitement chirurgical sera prescrit au patient.

    Quel jour du cycle supprimer

    Il est recommandé d'éliminer les polypes utérins de 6 à 9 jours du cycle menstruel. C'est la meilleure période pour la chirurgie, car les saignements menstruels sont déjà terminés, mais la croissance de l'endomètre n'a pas encore commencé.

    Comment se préparer à la chirurgie

    L'opération d'élimination du polype utérin n'implique pas de préparation particulière. La femme sera informée de ce qui suit:

    • refus d'activité sexuelle dans la semaine précédant la date de la procédure proposée, ainsi que l'assainissement vaginal, l'utilisation de suppositoires / comprimés vaginaux, de tampons médicamenteux;
    • le dîner de la veille du jour de l'opération doit contenir des aliments faciles à digérer, il est nécessaire d'exclure les légumineuses, le chou et le pain noir.

    Il est interdit de manger et de boire le matin de l'opération.

    Quels tests doivent être passés

    En préparation de l'opération d'élimination des polypes utérins, les tests suivants sont nécessaires:

    • cytologie des frottis - est nécessaire pour exclure les oncopathologies;
    • culture de frottis bactérien - nécessaire pour exclure une infection bactérienne;
    • échographie transvaginale;
    • études cliniques générales - UAC, biochimie du sang, analyse d'urine générale, FLG, ECG, test sanguin pour le VIH, hépatite, syphilis.

    La possibilité d'effectuer une opération est déterminée en fonction des résultats obtenus.

    Types d'opérations de base

    Les techniques suivantes sont utilisées pour éliminer les polypes utérins:

    • hystéroscopie;
    • grattage;
    • retrait au laser;
    • cryodestruction.

    Hystéroscopie

    L'avantage de la technique est l'utilisation d'un hystéroscope. Grâce à l'appareil, le gynécologue "voit" le champ opératoire et toutes les manipulations qu'il effectue sur le moniteur. La durée de la procédure dépend de la complexité de l'opération.

    Grattage

    Cette technique chirurgicale est rarement utilisée, car l'élimination de la formation est réalisée à l'aveugle. Le taux de récidive de la pathologie est de 30% de tous les cas.

    L'opération est réalisée sous anesthésie générale. L'anesthésie locale est réalisée dans des cas exceptionnels.

    Suppression laser

    Le retrait d'un polype de l'utérus avec un laser est la technique la plus efficace pour exciser les polypes. La probabilité de récidive de la maladie et de lésion des muqueuses de l'endomètre est réduite à zéro.

    La polypectomie au laser est indiquée pour les jeunes femmes sans enfants, car elle permet une préservation complète de la fonction reproductrice. Mais la mise en œuvre de la technique n'est possible que si le polype a une "jambe".

    Cryodestruction

    La procédure de cryodestruction a un effet sur la formation d'azote liquide. Le polype est congelé puis retiré.

    Les avantages de la cryodestruction comprennent des saignements mineurs et des dommages minimes au tissu endométrial.

    Conséquences postopératoires

    Complications postopératoires possibles:

    • aménorrhée;
    • augmentation de la somnolence, de la fatigue;
    • inconfort et même douleur pendant les rapports sexuels;
    • impossibilité de conception;
    • une lésion infectieuse des tissus de l'endomètre, elle est indiquée par une douleur intense dans le bas de l'abdomen, irradiant vers le périnée, une augmentation significative de la température corporelle;
    • violation de l'intégrité des parois de l'utérus;
    • la formation d'adhérences et de cicatrices - une complication caractéristique du curetage de la cavité utérine;
    • hématomètre - accumulation et suppuration de sang dans la cavité utérine en raison de l'impossibilité de sa sortie en dehors de l'organe;
    • polype récurrent.

    L'une des complications après une élimination incomplète du polype adénomateux est la prolifération des cellules pathologiques restantes avec une dégénérescence ultérieure en néoplasme cancéreux..

    Peut-il saigner et combien

    Au cours des deux à trois premiers jours suivant la fin de l'opération, la femme saigne, qui devient progressivement de moins en moins intense. L'écoulement peut contenir des caillots sanguins. Le volume de sang sécrété est constamment réduit et la décharge devient jaunâtre ou brune.

    Si la décharge s'arrête trop tôt, c'est un mauvais symptôme. Cela peut indiquer le développement d'hématomes - une affection accompagnée d'une rétention de sang dans la cavité utérine et de sa suppuration ultérieure. Augmentation de la douleur dans le bas de l'abdomen et des saignements actifs, durant plus de 5 à 6 jours - un signe de pathologie nécessitant une intervention médicale.

    La possibilité de rechute

    Une rechute de la maladie ne peut être exclue. Le plus souvent, la re-formation d'un polype se produit après le grattage de la cavité utérine. La mise en œuvre d'autres techniques permet de le réduire à presque zéro.

    Combien de temps faut-il pour rester à l'hôpital après le retrait des polypes

    La durée du séjour à l'hôpital est déterminée par la méthode choisie par le médecin pour retirer le polype. En moyenne, c'est 3-4 heures. Après l'hystéroscopie et le laser, une femme peut quitter l'hôpital immédiatement après avoir récupéré de l'anesthésie.