Principal
Tératome

Sarcome: tout sur la maladie

Le sarcome est l'une des pathologies oncologiques malignes les plus dangereuses, qui réclame chaque année des centaines de milliers de vies dans le monde. Ce terme combine une grande variété de néoplasmes qui se développent à partir du tissu conjonctif.

Cet article décrit en détail la composante histologique, les causes du développement, les symptômes, les méthodes modernes de diagnostic et de traitement, ainsi que le pronostic concernant la survie du sarcome..

Définition

Le sarcome est l'un des nombreux types de maladies oncologiques qui se développent à partir des structures cellulaires du tissu conjonctif. Il n'y a pas un seul organe dans le corps humain qui ne contienne ce type de tissu. Par conséquent, la tumeur peut être trouvée à la fois dans les poumons, le cœur, les os et dans l'estomac, les ganglions lymphatiques et les reins..

Fonctionnalités:

Les statistiques affirment que le sarcome est diagnostiqué chez deux personnes pour cent mille de la population. Beaucoup de gens savent ce qu'est un sarcome à l'exemple de parents proches, car parmi toutes les tumeurs oncologiques, son incidence est de 5%. Quant à la mortalité, elle se classe deuxième après les maladies cancéreuses (épithéliales)..

La division constante des cellules parénéoplasiques entraîne un degré élevé de croissance invasive, des métastases précoces fréquentes et une tendance à la récidive postopératoire.

En outre, on pense que les adolescents et les jeunes de moins de trente-cinq ans sont plus sensibles à cette pathologie. La défaite des structures des tissus mous est observée plus souvent après cinquante ans. Le nombre de personnes qui composent le groupe à risque comprend les personnes à la peau claire et à la réactivité immunitaire réduite.

Différences avec le cancer

Afin de distinguer le cancer du sarcome, il est nécessaire de comprendre quel type de tumeur se développe à partir de quoi. Les maladies cancéreuses se développent à la suite de la dégénérescence des cellules épithéliales, des structures glandulaires, des muqueuses et de la peau. Le sarcome se développe à la suite d'un échec du codage génétique des cellules du tissu conjonctif..

Les points communs à ces deux pathologies sont les suivants:

Métastases précoces avec développement de symptômes secondaires.

Les deux maladies surviennent le plus souvent après quarante ans..

Les différences résident dans le fait qu'il sera différent sur la tranche de la micropréparation; les cancers sont plus souvent détectés à des stades précoces en raison de leurs symptômes plus prononcés. Le traitement appliqué est également différent et est sélectionné individuellement.

Raisons de développement

Comme dans le cas d'autres cancers, la nature du développement du sarcome n'est pas entièrement comprise. Cependant, il existe une tendance claire vers un risque accru de maladie en raison de l'exposition à des facteurs de provocation. Des études cliniques dans ce domaine ont identifié les déclencheurs étiologiques suivants:

Troubles hormonaux.

Exposition chronique aux dangers des travailleurs.

La présence de cette pathologie dans l'anamnèse du plus proche parent, qui peut indiquer une prédisposition génétique.

Infection par le virus herpès simplex.

Présence de facteurs chimiques ou physiques traumatiques.

Drainage lymphatique altéré des membres inférieurs.

Opérations de transplantation d'organes.

Thérapie immunosuppressive et chimiothérapie.

Même en l'absence totale de facteurs provoquants, la maladie peut encore survenir.

Sur l'IRM, vous voyez un sarcome du genou

Classification

L'incidence élevée de sarcome et les taux de mortalité élevés ont conduit au fait que cette maladie attire beaucoup l'attention des spécialistes. À cet égard, de nombreuses classifications ont été développées, à la fois dans la structure histologique, la localisation et dans de nombreux autres paramètres..

Par origine

  • Croissance à partir de tissus durs.
  • Mouchoir doux.

Par le degré de différenciation cellulaire

  • Très différencié, ont une structure assez similaire aux cellules normales, remplissent partiellement leurs fonctions.
  • Différenciation morphologique moyenne, ces cellules ont complètement perdu leurs fonctions, ont une croissance assez agressive et sont moins réactives au traitement.
  • Différenciation moyenne, signes mal définis caractéristiques des structures du tissu conjonctif, croissance très agressive et métastases fréquentes.
  • Indifférencié, ne se prêtant pas à la définition morphologique et ne répond pratiquement pas à la chimiothérapie.

Classification histologique

  • Sarcome à cellules claires.
  • Sarcome pléomorphe.
  • Sarcome épithélioïde.
  • Gliosarcome.
  • Neurosarcome.
  • Neurofibrosarcome.
  • Sarcome à cellules fusiformes.
  • Sarcome à cellules polymorphes.
  • Sarcome à cellules claires.
  • Sarcome histiocytaire.
  • Sarcome myéloïde.

Les types de sarcome les plus courants

Sarcome épithélioïde

Le sarcome épithélioïde est une tumeur mesurant jusqu'à cinq centimètres, qui ressemble à un nœud dense. Lorsque son corps est coupé, une structure de couleur claire est déterminée avec de rares taches brunes ou rouges. À l'examen histologique, le sarcome épithélioïde comprend des cellules épithélioïdes et fusiformes éosinophiles.

Photo: Histologie du sarcome épithéloïde

Le diagnostic est établi sur la base d'un tableau clinique caractéristique, d'un examen physique, de données instrumentales et de laboratoire. Le sarcome épithélioïde fait l'objet d'un diagnostic différentiel afin de le distinguer de tumeurs telles que l'histiocytome, la fibromatose, le rhabdomyosarcome. Le sarcome épithélioïde doit faire l'objet d'un traitement complexe, mais dans ce cas seulement une issue favorable de cette pathologie est possible.

Gliosarcome

Le gliosarcome est un néoplasme malin qui se développe dans les structures du système nerveux central à partir de la glie. Il contient des cellules neurogliales, ainsi que des composants d'origine sarcomateuse. Le gliosarcome provient de la dégénérescence des cellules mésodermiques et ectodermiques.

Le diagnostic repose sur l'application de mesures telles que:

  • Examen du liquide céphalo-rachidien.
  • Échoencéphaloscopie.
  • Imagerie par résonance magnétique.
  • Application de la tomodensitométrie.
  • Échantillonnage de matériel à l'aide d'une biopsie pour examen histologique.

Les tactiques thérapeutiques en cas de détection du gliosarcome sont réduites à l'intervention de neurochirurgiens, à l'utilisation de cytostatiques et d'autres composants de la chimiothérapie, ainsi qu'à l'exposition aux radiations de la tumeur.

Neurosarcome

Le neuroblaste est un autre type de tumeur qui se développe dans le système nerveux central à partir des neuroblastes et des gangliocytes. Il existe de tels types:

  • Ganglioneuroblastome.
  • Astroblastome.
  • Neuroblastome.
  • Glioblastome.
  • Tumeur de Schwann

Parmi les raisons de sa formation, les experts mentionnent souvent le sexe, un certain âge, la prédisposition génétique, l'exposition aux rayonnements et autres cancérogènes, ainsi que les risques professionnels. Les symptômes typiques sont considérés comme des crises d'épilepsie fréquentes, jusqu'à un état épileptique, la présence de symptômes cérébraux focaux, ainsi que des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques.

Comme méthodes de diagnostic, la tomographie, l'imagerie par résonance magnétique, l'analyse des radio-isotopes, l'angiographie et l'examen du liquide céphalo-rachidien sont utilisés. Les tactiques thérapeutiques comprennent la radiochirurgie et la chimiothérapie.

Neurofibrosarcome

Le neurofibrosarcome est une tumeur qui comprend dans sa structure l'entrée de cellules nerveuses. Les tumeurs de cette classe comprennent les suivantes:

  • Sarcome neurogène.
  • Neurofibrosarcome.
  • Névrome.

Le sarcome neurogène survient dans cinq pour cent des cas parmi tous les sarcomes.Le développement de cette pathologie est le plus souvent observé dans la transformation maligne de la neurofibromatose. Le substrat est la gaine de fibres nerveuses. Le groupe à risque comprend les jeunes de moins de trente-cinq ans. Un épaississement du tronc nerveux est déterminé macroscopiquement. Parfois, la germination se développe dans les vaisseaux sanguins. Les métastases rares sont un bon critère pronostique pour le taux de survie, qui est de quatre-vingt dix pour cent.

Sarcome à cellules fusiformes

Le sarcome à cellules fusiformes est l'une des sous-espèces, qui se caractérise par une caractéristique de la structure histologique. Sur une coupe de microscope, il se compose de cellules qui ressemblent à un fuseau, à savoir, elles ont une forme allongée et un noyau hyperchromique.

Sarcome à cellules polymorphes

Le sarcome à cellules polymorphes est une tumeur en développement principalement, qui est un nœud dermique dense, qui se caractérise par une croissance plus périphérique et la présence d'une bordure de peau rougie. La particularité réside dans l'absence totale de symptômes avec la présence de cachexie et le syndrome d'épuisement complet. Le traitement utilisé aujourd'hui n'est que chirurgical.

Sarcome histiocytaire

Le sarcome histiocytaire est une tumeur agressive rare qui touche le plus souvent le tube digestif, la peau et les tissus mous. Les lésions métastatiques de la rate, du foie, de la moelle osseuse et des structures du système nerveux central sont les plus fréquentes.

Sarcome à cellules claires

Le sarcome à cellules claires est un type de lésion tumorale à développement lent des tissus mous, qui est le plus souvent observé dans la région des membres supérieurs distaux.

Sarcome pléomorphe

Le sarcome pléomorphe est un diagnostic établi sur la base d'une étude immunohistochimique en présence d'une tumeur indifférenciée.

Sarcome myéloïde

Le sarcome myéloïde, ou comme on l'appelle aussi, le sarcome granulocytaire, est un néoplasme malin qui se développe dans le système hématopoïétique. On parle de leucémie myéloïde. Les raisons exactes de ce développement ne sont toujours pas connues de la médecine moderne, mais une prédisposition génétique a été prouvée. Le sarcome myéloïde se manifeste aux premiers stades de son développement par un épaississement de la peau, qui est légèrement surélevée au-dessus du niveau des autres tissus.

De plus, il se développe en hyperplasie violette, à laquelle se joint le syndrome douloureux. Le myélosarcome est une maladie assez dangereuse, car elle ne se manifeste pas pendant longtemps. Des symptômes d'anémie ferriprive sont possibles, qui deviennent plus tard aplasiques. Avec une évolution prolongée, le sarcome myéloïde peut être caractérisé par des métastases hématogènes vers des tissus distants avec leurs dommages secondaires. Le sarcome myéloïde est diagnostiqué selon les méthodes suivantes:

  • Examen histologique du matériel recueilli lors de la trépanobiopsie.
  • Examen du liquide céphalo-rachidien.
  • Test sanguin clinique.
  • Examen échographique de la rate et du foie.
  • Imagerie par résonance magnétique calculée.

Le sarcome myéloïde doit nécessairement faire l'objet d'un traitement complexe, qui comprend une chimiothérapie et une exposition à des doses thérapeutiques de rayonnement.

le sarcome de Kaposi

C'est un sarcome qui affecte la peau et qui est causé par un virus. Vous pouvez en savoir plus sur ce type de maladie dans un article séparé en cliquant sur le lien.

Sarcome

informations générales

Le sarcome est un groupe de tumeurs malignes constituées de tissu conjonctif immature. Une caractéristique de ces tumeurs est une couleur blanc rosé sur la coupe. Un certain nombre de caractéristiques liées aux tumeurs cancéreuses sont également inhérentes au sarcome. Il s'agit d'une croissance infiltrante, dans laquelle les tissus voisins sont détruits; manifestation de rechutes après ablation de la tumeur, apparition rapide de métastases qui se propagent aux poumons (s'il y a un sarcome des membres, du cou, de la tête, du tronc) ou au foie (s'il y a un sarcome de la cavité abdominale).

La plupart des tumeurs malignes qui se développent sur les tissus mous sont appelées sarcomes. Ces formations sont caractérisées par une évolution malosymptomatique, dans laquelle le tableau clinique général est très similaire aux tumeurs bénignes et aux maladies non tumorales..

Les tumeurs malignes des tissus mous sont des maladies relativement rares. Chez les hommes, cette maladie se manifeste plus souvent que chez les femmes. De plus, la plupart des cas de la maladie surviennent chez des personnes âgées de trente à soixante ans..

Caractéristiques du sarcome

Le sarcome des tissus mous peut survenir n'importe où. Le plus souvent, ce type de sarcome affecte la hanche. Moins fréquemment, le sarcome se produit sur la tête.

Une tumeur de ce type ressemble à un nœud blanc arrondi ou à un nœud jaune-gris. Il peut avoir des surfaces lisses et cahoteuses. En fonction de la structure histologique de la tumeur, sa consistance est déterminée. Ainsi, une tumeur peut être de type mou (liposarcome et angiosarcome), de type dense (fibrosarcome), de type gélatineux (myxome).

En règle générale, une tumeur maligne apparaît dans les couches profondes des muscles. Au fur et à mesure que la tumeur se développe, elle se déplace vers la surface du corps. L'éducation peut se développer plus rapidement sous l'influence de la physiothérapie, des traumatismes.

Fondamentalement, le sarcome est une tumeur solitaire, cependant, avec certains types de cette maladie, de multiples lésions peuvent également apparaître. De plus, ils peuvent même être à une assez grande distance les uns des autres..

Les métastases du sarcome se propagent à travers les vaisseaux sanguins. Les métastases se manifestent particulièrement souvent dans les poumons du patient, moins souvent le foie, les os et les ganglions lymphatiques sont endommagés.

Symptômes du sarcome

Le premier signe d'un sarcome est un nodule ou un gonflement sur une partie spécifique du corps. L'éducation a une forme ronde ou ovale, la personne ne ressent pas de douleur. La taille de ce nœud peut être petite (à partir de 2 cm) et assez étendue (jusqu'à 30 cm).

En fonction du type de sarcome, la nature de la surface de la tumeur est déterminée. En règle générale, il n'y a pas de changement sur la peau, mais il y a une augmentation locale de la température dessus. Si la tumeur se développe très rapidement, un réseau de veines saphènes peut apparaître à sa surface, la formation acquiert une couleur cyanosée et des ulcérations apparaissent sur la peau. Lors du sondage d'une tumeur, sa mobilité est limitée.

Parfois, assez rarement, en raison de sarcomes des tissus mous, les membres sont déformés, cependant, leurs fonctions ne sont pratiquement pas perturbées.

Une personne doit être alertée de certains symptômes dans lesquels un sarcome des tissus mous est suspecté. Il s'agit de l'apparition d'une tumeur qui augmente au fil du temps, de la restriction de la mobilité de la tumeur apparue, de la formation d'une tumeur provenant des couches profondes des tissus mous, de l'apparition d'un gonflement après une longue période (de plusieurs semaines à plusieurs années) après une blessure.

Les médecins

Makarov Andrey Veniaminovich

Kvaratskhelia Levan Leonidovich

Pyzhov Viktor Mikhailovich

Traitement du sarcome

Un traitement complexe est utilisé pour les sarcomes des tissus mous. Avec cette approche, une large excision de la tumeur est effectuée, après quoi le patient se voit prescrire un cours de radiothérapie et de chimiothérapie. C'est l'opération chirurgicale qui est l'élément principal du traitement radical du sarcome. En fonction de la propagation du sarcome et de l'endroit exact où la formation est localisée, la portée de l'opération est déterminée.

En tant qu'intervention chirurgicale standard, la tumeur est retirée dans la zone anatomique. Dans les espaces intermusculaires, avec les tumeurs, des zones des muscles adjacents sont supprimées. Si la tumeur se développe dans l'os, les troncs nerveux ou les gros vaisseaux, le patient est amputé..

Une autre méthode de traitement pratiquée après la chirurgie est la radiothérapie. Si la tumeur est petite, une radiothérapie est effectuée après l'opération. Cette méthode réduit considérablement la possibilité de rechute..

Récemment, les patients atteints de tumeurs malignes se voient souvent prescrire une chimiothérapie. Lors de l'utilisation d'une chimiothérapie adjuvante, le risque de récidive ou de métastases après la chirurgie est nettement réduit.

En conséquence, sous réserve d'une approche intégrée (recours à la radiothérapie, chimiothérapie adjuvante), l'efficacité du traitement est significativement augmentée.

le sarcome de Kaposi

Le sarcome de Kaposi est une tumeur maligne qui a de nombreux foyers et affecte tout le corps humain. Le néoplasme provient de l'endothélium vasculaire, son évolution clinique peut être différente. En règle générale, le sarcome de Kaposi se manifeste par des tumeurs cutanées, mais dans de nombreux cas, il affecte le système lymphatique, les muqueuses et les organes internes. Avec cette maladie, les poumons et les organes du système digestif sont principalement touchés..

Il est courant de distinguer quatre formes de sarcome de Kaposi. Il s'agit du sarcome classique, du sarcome immunosuppresseur, du sarcome endémique (africain) et du sarcome épidémique. La dernière forme de la maladie est associée au SIDA..

En règle générale, la couleur de la tumeur résultante est violette, mais parfois la couleur peut avoir une teinte rouge, brune ou violette. Le néoplasme s'élève parfois légèrement au-dessus de la peau, mais dans d'autres cas, il peut être complètement plat. La tumeur ressemble à des taches ou des nodules sans douleur. Parfois, cette maladie est associée à des lésions des ganglions lymphatiques et de la muqueuse du palais. La maladie progresse assez lentement. Si le sarcome de Kaposi est diagnostiqué chez un patient infecté par le VIH, alors ce diagnostic permet, au final, de déterminer le SIDA du patient. Avec le sarcome des tissus mous, l'évolution est asymptomatique. Dans le même temps, lors du diagnostic, une attention particulière est nécessaire, car le tableau clinique de la maladie est très similaire à celui des tumeurs bénignes, ainsi que de certaines maladies de nature non néoplasique..

Le sarcome de Kaposi est une maladie assez rare. Il est plus souvent diagnostiqué chez les hommes..

Le sarcome de Kaposi est causé par une infection causée par l'herpèsvirus humain de type 8. Ce virus peut être transmis sexuellement - avec de la salive ou du sang. Lorsqu'une personne est infectée, des anticorps spécifiques apparaissent dans son sang plusieurs mois avant que le patient ne développe des foyers visibles de sarcome de Kaposi. Cependant, la présence de ce virus seul ne provoque pas le développement du sarcome de Kaposi. Cette maladie ne se manifeste qu'en présence de troubles graves du fonctionnement du système immunitaire. En conséquence, le virus se multiplie rapidement, provoquant l'apparition d'un cancer.

Symptômes du sarcome de Kaposi

Un sarcome des tissus mous peut survenir dans presque toutes les parties du corps. Si la forme classique du sarcome de Kaposi a lieu, les foyers de la maladie apparaissent d'abord sur les membres, à savoir sur les pieds et les jambes. La symétrie et les lésions multifocales peuvent être notées comme les caractéristiques déterminantes de cette maladie. Un sarcome ressemble à un nœud arrondi, dont la couleur est blanche ou gris-jaune. La surface peut être lisse ou cahoteuse. Des taches, des plaques, similaires à des nodules apparaissent sur la peau. Les lésions peuvent varier en couleur du rouge cyanosé au brun. Les contours des lésions sont également différents. En règle générale, ils ont des limites claires, une consistance dense et élastique, il n'y a pas de douleur à la palpation. Parfois, une ulcération des tumeurs se produit, un œdème des membres touchés par la maladie apparaît. Dans certains cas rares, seuls les organes génitaux, les yeux, les oreilles, les muqueuses et d'autres organes sont touchés. D'autres symptômes subjectifs comprennent des courbatures, des douleurs, une sensation de brûlure, une mobilité articulaire limitée. En raison du fait que le sarcome de Kaposi est une maladie systémique, les ganglions lymphatiques, les os et d'autres organes peuvent être impliqués dans le processus de la maladie..

Si la forme classique du sarcome de Kaposi se manifeste principalement chez les hommes plus âgés et que dans le processus de développement de cette maladie, les pieds et les jambes sont touchés, alors avec le sarcome épidémique de Kaposi, nous ne parlons pas du tout d'un emplacement spécifique de la maladie. Ainsi, les premiers foyers de la maladie apparaissent sur n'importe quelle partie de la peau. Au départ, le code montre un seul nœud ou une tache cramoisie ou violette. La douleur ne survient pas dans ce cas. Souvent, plusieurs foyers de la maladie apparaissent à la fois. Dans les derniers stades, la maladie peut se développer de différentes manières. Ainsi, dans certains cas, la forme et la couleur des nœuds ne changent pas pendant plusieurs années, mais il arrive que la modification se produise même dans quelques semaines. Si la formation se développe trop rapidement, la personne ressent souvent de la douleur et la peau près de la tumeur devient jaune-vert en raison d'hémorragies constantes. Une ulcération et un foyer de nécrose apparaissent souvent au centre de la formation. En outre, la tumeur peut saigner légèrement. Les nodules et plaques qui en résultent peuvent fusionner, entraînant un œdème très grave. Si le sarcome de Kaposi se produit sur la muqueuse buccale, les lésions apparaissent sur le palais dur. Tout d'abord, un érythème violet se produit, des plaques ou des nodules ultérieurs apparaissent sur le site de l'érythème. De plus, des foyers de sarcome de Kaposi se produisent parfois sur les organes génitaux..

Dans le processus de diagnostic de cette maladie, les spécialistes sont guidés par la présence d'un certain nombre de signes décrits ci-dessus..

Pour le traitement du sarcome de Kaposi, des méthodes systémiques et locales sont utilisées. La thérapie locale utilise la radiothérapie, la cryothérapie, les injections d'agents chimiothérapeutiques directement dans la tumeur, etc. L'irradiation est réalisée principalement en présence de foyers larges et douloureux.

Le sarcome utérin est une formation maligne qui se produit dans l'utérus. Aujourd'hui, la maladie est relativement rare. Le sarcome utérin survient le plus souvent chez les femmes âgées de 43 à 53 ans. Avec le sarcome de l'utérus, les traits caractéristiques de la maladie sont un élargissement rapide de l'utérus, la manifestation d'irrégularités dans le cycle mensuel, la présence de sensations douloureuses dans le petit bassin, un écoulement de nature aqueuse, ayant parfois une odeur désagréable. Si un sarcome utérin survient dans les ganglions myomateux, le tableau clinique de la maladie peut être similaire

Au cours du développement de la maladie, de grandes zones de nécrose peuvent apparaître, une infection tumorale, entraînant une anémie, de la fièvre, après quoi une cachexie se produit. En règle générale, les patients consultent un spécialiste plusieurs mois après l'apparition des symptômes de la maladie..

Il est courant de définir plusieurs stades du sarcome utérin, qui sont délimités en fonction du degré de propagation de la tumeur.

Le diagnostic est effectué, guidé par les données de l'anamnèse, les résultats de l'examen échographique, ainsi que l'utilisation de méthodes d'hystéroscopie et de curetage diagnostique séparé.

Le traitement principal du sarcome utérin est la chirurgie. Pour cela, une extirpation prolongée de l'utérus avec appendices est effectuée. Après la chirurgie, les patients se voient généralement attribuer un certain nombre de séances de radiothérapie, au cours desquelles les organes pelviens sont irradiés..

Avec le sarcome utérin, des rechutes de la maladie se produisent très souvent et, même au premier stade de la maladie, le taux de survie est très faible en raison de la manifestation rapide des métastases..

Si le sarcome se développe dans le nœud myomateux, le pronostic sera plus favorable..

Sarcome de l'utérus: symptômes, traitement et pronostic de vie

Le sarcome utérin est une tumeur maligne assez rare localisée sur le cou ou le corps d'un organe. Le néoplasme est formé de cellules stromales indifférenciées de l'endomètre et du myomètre. Cette oncopathologie peut toucher les femmes de tout âge, mais un ordre de grandeur plus souvent elle est diagnostiquée chez les filles, ce qui s'explique par la dysembryogenèse.

Le sarcome utérin est une tumeur hautement maligne qui nécessite une approche intégrée de son traitement. Un diagnostic précoce augmente les chances d'éliminer le néoplasme tout en préservant la fertilité de la femme.

Le diagnostic tardif, même avec un traitement complexe, a un pronostic défavorable, il est donc important d'identifier la maladie en temps opportun.

Raisons du développement du sarcome utérin

L'étiologie et la pathogenèse de la maladie n'ont pas été étudiées de manière approfondie aujourd'hui, cependant, selon les experts, le rôle principal dans la survenue d'un sarcome utérin appartient à la dysembryoplasie - une anomalie dans le développement du système reproducteur chez les filles, qui ne s'accompagne pas d'une fonction de reproduction altérée.

De plus, un tel néoplasme peut être causé par des blessures récurrentes qui provoquent des processus prolifératifs dans les tissus de référence..

Souvent, le développement d'un sarcome se produit en raison d'une autre condition pathologique de l'utérus. Dans plus de la moitié des cas, la maladie est une conséquence de fibromes malins et d'autres néoplasmes bénins.

Le développement d'un sarcome utérin peut être associé à une exposition aux facteurs indésirables suivants:

  • curetage diagnostique;
  • traumatisme à la naissance;
  • Avortement;
  • prolifération pathologique de l'endomètre;
  • les polypes;
  • toxicomanie et alcoolisme;
  • infections virales;
  • troubles neuroendocriniens;
  • exposition aux radiations;
  • interruption chirurgicale de grossesse;
  • vivant dans des zones écologiquement défavorables;
  • longue expérience du tabagisme;
  • travailler dans des industries dangereuses.

Classification du sarcome utérin

Selon la classification histogénétique de Bohman, le sarcome utérin a plusieurs variétés:

  • léiomyosarcome de l'utérus (renaissant à partir de fibromes utérins);
  • sarcome stromal endométrial de l'utérus (pronostic le plus favorable);
  • adénosarcome de l'utérus (carcinome) - un sarcome de l'utérus, diagnostiqué le plus souvent;
  • sarcome mésodermique hétérologue (mixte);
  • autres types de tumeurs malignes (y compris non classifiées).

Conformément à la morphologie cellulaire du sarcome utérin peut être:

  • cellule musculaire;
  • fibroblastique;
  • cellule polymorphe;
  • cellule de broche;
  • cellule ronde;
  • cellule géante;
  • multicellulaire.

Sarcome de l'utérus: symptômes et signes

Comme toute autre formation maligne, le sarcome utérin passe par quatre étapes de son développement. La mesure dans laquelle les manifestations symptomatiques sont exprimées dépend du degré de prévalence du processus malin.

  • Au premier stade, un petit sarcome est trouvé, localisé dans la couche musculaire de l'utérus. Pas de processus métastatique.
  • Au deuxième stade du processus malin, la tumeur est limitée au corps et au col de l'utérus, ne dépasse pas l'organe.
  • Au troisième stade du processus oncologique, les tissus du sarcome se développent à l'extérieur de l'organe. En règle générale, la tumeur se propage aux organes pelviens. Dans certains cas, des tumeurs métastatiques secondaires localisées dans des organes distants sont retrouvées.
  • Au quatrième stade du processus malin, le sarcome dépasse le petit bassin et se propage aux organes abdominaux. La détection tardive de l'oncopathologie menace le plus souvent avec un résultat défavorable.

Le sarcome utérin, dont les symptômes et les signes sont pratiquement absents pendant une longue période, est considéré comme une maladie plutôt insidieuse.

Les premiers symptômes de cette oncopathologie comprennent des irrégularités menstruelles. De plus, les femmes peuvent se plaindre de l'apparition de sensations douloureuses plutôt faibles de nature transitoire..

Dans le contexte du développement de cette tumeur à haut degré de malignité, des infections peuvent se joindre.

Les stades avancés du sarcome utérin sont caractérisés par l'apparition de signes d'anémie ferriprive, une faiblesse constante, des signes prononcés d'intoxication et une forte diminution du poids corporel. Presque toutes les femmes atteintes d'un sarcome utérin de stade 4 développent une ascite abdominale.

Avec la propagation du processus métastatique dans les poumons, le développement d'une pleurésie est souvent noté. À la suite de lésions hépatiques causées par des tumeurs métastatiques, une jaunisse apparaît, les fonctions des organes sont altérées.

Lorsque des métastases se produisent dans la colonne vertébrale, les femmes ressentent une douleur similaire à la sciatique. Le lumbago est noté dans n'importe quelle partie de la colonne vertébrale, qui dépend de la localisation des tumeurs métastatiques.

Sarcome utérin: diagnostic

Souvent, un sarcome de l'utérus est détecté par un gynécologue lors d'un examen de routine ou à des stades ultérieurs de développement en présence de symptômes déjà prononcés, dont l'apparition est due à la prolifération du processus oncologique dans les organes adjacents. Les premiers signes de la maladie devraient être la raison d'une attention médicale immédiate..

Tout d'abord, le médecin recueille une anamnèse et la femme se voit également assigner un examen gynécologique, des tests cliniques et de laboratoire et des études instrumentales:

  • examen échographique de l'utérus;
  • biopsie aspirée;
  • analyse histologique de la biopsie obtenue;
  • grattage de l'endomètre;
  • hystéroscopie;
  • lymphographie;
  • angiographie;
  • urographie;
  • la renographie;
  • chromocystoscopie;
  • l'irrigoscopie;
  • radiographie des poumons;
  • examen échographique du foie;
  • sigmoïdoscopie.

Sarcome de l'utérus: traitement

Les meilleurs résultats du traitement du sarcome utérin confirmé sont obtenus grâce à la thérapie combinée.

Si une maladie est détectée au stade initial, il est possible de préserver l'utérus, par conséquent, la fonction reproductrice de la femme, par conséquent, des méthodes d'épargne sont utilisées pour traiter le sarcome dans ces cas.

Les cas négligés nécessitent une extirpation prolongée de l'utérus avec appendices et ganglions lymphatiques, foyers d'infiltration. De plus, avec de telles options défavorables, il est souvent nécessaire d'effectuer une résection des organes adjacents affectés par un sarcome utérin..

Le traitement chirurgical d'une maladie diagnostiquée aux derniers stades de développement est inefficace sans l'ablation des ganglions métastatiques, dont l'apparition a été provoquée par un sarcome utérin. Le pronostic de survie après une intervention chirurgicale pour éliminer les métastases du foie et des poumons est presque toujours mauvais.

En plus des méthodes chirurgicales, le traitement complexe du sarcome utérin comprend la radiothérapie et, dans certains cas, il est complété par une chimiothérapie.

Le traitement médicamenteux est effectué à l'aide des médicaments suivants:

  • fluorouracile;
  • doxorubicine;
  • vincristinome;
  • cyclophosphamide;
  • dactinomycine.

Le traitement chimiothérapeutique ne garantit pas l'élimination complète des cellules malignes, mais il contribue à soulager considérablement l'état des patients.

Cette méthode est utilisée comme palliatif, le plus souvent - avec le développement de rechutes de tumeurs malignes de haut grade dans l'utérus.

Sarcome utérin: pronostic de vie

Le diagnostic de «sarcome utérin» est toujours un choc grave tant pour la femme elle-même que pour ses proches. Tout d'abord, ils s'inquiètent du degré de probabilité de guérison complète et de l'espérance de vie d'un patient atteint d'une maladie similaire. Le plus souvent, ces alarmes ne sont pas infondées, car le pronostic du sarcome à balises est le plus souvent décevant.

Lorsque la pathologie cancéreuse est détectée au premier stade de développement, le taux de survie à cinq ans est d'environ 50%.

Chez les femmes atteintes d'un sarcome utérin diagnostiqué au deuxième ou au troisième stade de développement, la durée de survie à cinq ans, en moyenne, est de 40 à 45%.

Avec un diagnostic tardif de la maladie et l'absence de traitement adéquat, le taux de survie à cinq ans n'est généralement pas supérieur à 10%.

La probabilité de guérison complète est beaucoup plus élevée si ce néoplasme hautement malin de l'utérus a été détecté avant des lésions métastatiques d'autres organes.

Sarcome de l'utérus: prévention

À ce jour, aucune méthode spécifique de prévention du sarcome utérin n'a été développée.

Il est possible de prévenir le développement de cette maladie oncologique en respectant les règles d'hygiène personnelle et en ne négligeant pas les examens réguliers programmés par un gynécologue..

De ce fait, les risques de sarcome utérin sont considérablement réduits, la probabilité de détection précoce d'une tumeur maligne augmente, ce qui améliore le pronostic, à condition que le traitement combiné soit commencé immédiatement.

Afin d'empêcher le début et la progression du processus pathologique, un traitement rapide des maladies infectieuses des organes pelviens est nécessaire..

Chaque femme doit comprendre que l'alcool, la nicotine et la toxicomanie entraînent une intoxication chronique du corps, qui, à son tour, porte gravement atteinte à l'état de santé des femmes. L'apport systématique de substances toxiques dans le corps féminin perturbe le travail de tous les organes et systèmes, peut modifier le fond hormonal et provoquer l'apparition d'autres processus pathologiques, créant ainsi un «terrain fertile» pour la transformation maligne des cellules.

Afin de continuer une vie bien remplie, en éliminant le risque de développer des tumeurs malignes, une femme doit mener une vie saine et oublier toutes les mauvaises habitudes pour toujours.

De plus, une femme doit suivre les règles d'une alimentation saine, faire de l'exercice et contrôler son poids, car l'augmentation du poids corporel a un effet négatif sur le fond hormonal du corps féminin, ce qui peut provoquer une dégénérescence maligne des tissus..

La clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov de Moscou fournit des services de diagnostic de haute qualité et de traitement efficace des tumeurs malignes de n'importe quel endroit. L'équipement moderne de haute technologie de la clinique permet d'obtenir les résultats de diagnostic les plus précis dans les plus brefs délais, ce qui permet aux médecins de commencer rapidement le traitement en utilisant les dernières techniques qui ont prouvé leur grande efficacité dans la pratique et sont utilisées avec succès dans les principaux centres médicaux du monde..

Pour les patients de l'hôpital Yusupov, toutes les conditions ont été créées pour un séjour confortable dans les murs de la clinique: des salles confortables sont équipées, des repas équilibrés sont organisés, une assistance 24 heures sur 24 par du personnel médical hautement qualifié est fournie.

Causes, symptômes, stades et traitement du sarcome

Qu'est-ce que le sarcome?

Le sarcome est l'un des types de néoplasmes malins émanant des éléments cellulaires du tissu conjonctif. Étant donné que dans le corps humain, il n'y a pas un seul organe et segment anatomique qui ne contient pas de tissu conjonctif, le sarcome n'a pas de localisation stricte. Toute partie du corps humain est sensible à une telle transformation tumorale. En pratique, cela est associé à des données statistiques contradictoires, selon lesquelles seuls 5% de tous les néoplasmes malins sont des sarcomes. Mais leur caractéristique est telle que l'apparition d'une telle tumeur est associée à une mortalité élevée. Une autre caractéristique des sarcomes est la survenue prédominante à un jeune âge pendant la période de croissance active du corps (l'âge de plus de 35% des patients est inférieur à 30 ans).

Caractéristiques générales du sarcome:

Haut degré de malignité;

Type de croissance invasive avec germination des tissus environnants;

De plus en plus à de grandes tailles;

Métastases fréquentes et précoces aux ganglions lymphatiques et aux organes internes (foie, poumons);

Récidives fréquentes après l'ablation de la tumeur.

Chacun des types de sarcomes a un site de croissance préféré, une tranche d'âge, un lien avec un sexe spécifique et d'autres facteurs. Ils diffèrent les uns des autres macroscopiquement et histologiquement, le degré de malignité, la propension différente aux métastases et aux récidives, la profondeur de germination et la prévalence. La grande majorité des sarcomes se développent sous la forme de nœuds de différentes tailles et formes, n'ont pas de frontières claires et dans la coupe ressemblent à de la viande de poisson d'une nuance gris pâle avec des zones de nécrose et un nombre différent de vaisseaux. Certains sarcomes se caractérisent par une croissance rapide (semaines, mois), mais il existe également des tumeurs de type à croissance lente (années, décennies). Les tumeurs de ce type sont toujours bien approvisionnées en sang..

Les localisations les plus courantes du sarcome

Les principaux dérivés du tissu conjonctif dans le corps sont les os, les vaisseaux sanguins, les muscles, les ligaments, les tendons, les fascias, les membranes du tissu conjonctif et les capsules des organes internes et des nerfs, les constrictions du tissu conjonctif du tissu adipeux et des espaces cellulaires.

En fonction de cela et de la localisation, la croissance tumorale est la plus sensible à:

Les tissus mous des extrémités (avec les sarcomes osseux représentent 60% de tous les sarcomes);

Tissus mous et os du tronc;

Tissus mous, espaces tissulaires et os de la tête et du cou;

Éléments du tissu conjonctif des glandes mammaires et de l'utérus;

Fibre rétropéritonéale;

Autres sites rares (organes internes, cavité abdominale et pleurale, médiastin, cerveau et nerfs périphériques).

Classification histologique et types de sarcome

Parmi toutes les tumeurs malignes, le sarcome a la plus grande variété de types histologiques. La catégorie des sarcomes comprend:

La structure et la description de la tumeur

Formé à partir de composants cellulaires du tissu osseux

Présenté par le cartilage

Formé à partir du périoste et des tissus environnants

Croissance tumorale à partir d'éléments de la moelle osseuse

Un type d'ostéosarcome, affectant principalement les sections terminales des os longs des extrémités

Tumeur des éléments du tissu conjonctif et des fibres fibreuses

La base de la tumeur est la croissance d'éléments vasculaires

Sarcome stromal du tractus gastro-intestinal et d'autres organes internes

Dérivé du tissu conjonctif qui compose le stroma de tout organe

Une tumeur qui se développe à partir du tissu adipeux

La prédominance des éléments des muscles striés

Multiples croissances tumorales des vaisseaux sanguins de la peau et du tissu lymphoïde dans le contexte de l'immunodéficience

Tumeur avec prolifération des composants des vaisseaux lymphatiques

Tumeur des structures cutanées avec une base de tissu conjonctif

Croissance tumorale de leurs membranes synoviales des articulations

Croissance tumorale du tissu lymphoïde

Pousse des gaines des nerfs

Contient différents types de cellules et de fibres du tissu conjonctif

Affecte les muqueuses et se compose de grandes cellules en forme de fuseau

Le substrat de la tumeur peut être le mésothélium du péricarde, du péritoine et de la plèvre

Le degré de différenciation du sarcome

Pas toujours, même au microscope, on peut clairement distinguer la structure d'un sarcome de son type histologique. La chose la plus importante à établir est le fait même de l'origine de la tumeur à partir du tissu conjonctif et le degré de sa différenciation..

En fonction de cela, il y a:

Sarcome mal différencié. Les tumeurs de ce type ont le plus bas degré de malignité, car dans leur structure, elles ne ressemblent pas aux tissus à partir desquels elles se développent. Ils ne métastasent pratiquement pas, se développent lentement, sont volumineux, le retrait provoque rarement des rechutes;

Sarcome hautement différencié. Ils sont à l'opposé absolu de mal différenciés. En termes de structure, ils sont similaires aux tissus dont ils proviennent, sont très malins, se développent rapidement, métastasent précocement et ne répondent pas bien au traitement chirurgical;

Sarcome modérément différencié. Ils occupent une position intermédiaire entre les types précédents.

Toutes les tumeurs malignes du corps humain sont globalement divisées en épithélial - cancer, glandulaire - adénocarcinomes et tissu conjonctif - sarcomes. Ce dernier type de tumeur est moins courant que d'autres, mais se caractérise par la plus grande variété de types histologiques et la possibilité de dommages à tous les organes, tissus et segments anatomiques.!

Symptômes du sarcome

Le tableau clinique d'un sarcome dépend de l'emplacement et des caractéristiques de sa malignité. Les principaux symptômes de la maladie sont indiqués dans le tableau.

Douleur intense ou modérée au site de croissance tumorale. Plus fréquent dans les sarcomes hautement malins;

Inconfort, distension et sensation de corps étranger dans la zone touchée. Caractérise les sarcomes à croissance lente avec un faible degré de différenciation;

Augmentation de la douleur pendant l'exercice et la palpation de la tumeur.

Identification visuelle d'une tumeur à la surface de la peau;

Détermination par palpation d'une formation semblable à une tumeur située à différentes profondeurs de la surface de la peau;

Déformation et gonflement du membre affecté;

Surface de la plaie au site de croissance de la tumeur, en raison de sa décomposition;

Les tumeurs en désintégration sont toujours accompagnées d'un écoulement fétide abondant de la surface de désintégration..

Dysfonctionnement de l'organe ou du segment affecté

Incapacité à effectuer des mouvements ou à marcher avec des tumeurs des tissus mous ou des os des extrémités;

Avec la croissance des tumeurs des organes internes, leur taille augmente avec le dysfonctionnement et la défaillance d'organe.

Germination des tissus environnants

Avec germination ou compression des vaisseaux sanguins - troubles circulatoires avec gangrène du membre ou saignement abondant;

Avec germination ou compression des nerfs - douleur intense et faiblesse du membre;

Avec la germination de l'espace rétropéritonéal - une violation de l'écoulement de l'urine et de l'hydronéphrose;

Avec compression des organes médiastinaux et cervicaux - troubles de la déglutition et de la respiration;

Ganglions lymphatiques enflés près du foyer de la tumeur.

Diagnostic du sarcome

La présence de tout symptôme de sarcome est une indication directe pour sa confirmation ou son exclusion dès que possible.

Les méthodes de diagnostic suivantes peuvent vous aider:

Examen aux rayons X pour un ostéosarcome suspecté et d'autres tumeurs osseuses;

Examen échographique des tissus mous ou des organes internes;

Tomographie. Pour les tumeurs osseuses, la tomodensitométrie est plus appropriée. Les tumeurs des tissus mous sont mieux vues à l'IRM;

Méthodes de diagnostic des radio-isotopes. Leur valeur diagnostique augmente avec la localisation profonde des tumeurs dans les cavités et les espaces cellulaires;

Biopsie tumorale. Avec des tumeurs superficielles, ce n'est pas difficile. Les tumeurs profondément localisées ne peuvent être examinées que sous contrôle échographique ou tomographique;

Angiographie. L'agent de contraste injecté dans les artères détermine l'accumulation locale de vaisseaux au site de croissance tumorale et la nature des troubles circulatoires sous le site de croissance du sarcome.

Causes de sarcome

Tous les types de sarcomes, comme tous les néoplasmes malins, appartiennent à des maladies polyétiologiques qui surviennent sous l'influence de nombreux facteurs causaux. Il est possible de les déterminer dans de rares cas..

Les principaux coupables de la transformation tumorale du tissu conjonctif peuvent être:

Histoire héréditaire compliquée et prédisposition génétique;

L'effet néfaste des rayonnements ionisants sur l'ADN cellulaire;

L'impact des virus oncogènes sur les cellules qui déclenchent les mécanismes de division incontrôlée;

Violation du drainage lymphatique après les opérations et les processus pathologiques;

Immunodéficience congénitale et acquise, infection par le VIH;

Cours de chimiothérapie et traitement avec des médicaments immunosuppresseurs;

Greffe d'organe interne;

Blessures traumatiques, plaies étendues et à long terme non cicatrisantes, corps étrangers non récupérés des tissus mous.

La réalisation de l'action oncogène des facteurs causaux dans le développement des sarcomes se produit le plus souvent dans un organisme en croissance. En effet, il est beaucoup plus facile de provoquer une panne dans les cellules qui se divisent activement. Le schéma est que plus les dommages à l'ADN sont profonds, plus le sarcome sera malin.!

Stades du sarcome

La séparation des sarcomes au stade est basée sur:

La taille de la tumeur primaire;

Se propager à l'extérieur de la capsule de l'organe ou du fascia de la formation anatomique à partir de laquelle le sarcome se développe (muscles, os, tendons, etc.);

Implication dans le processus et la germination des tissus environnants;

La présence de métastases aux ganglions lymphatiques régionaux;

Présence de métastases vers des organes distants.

Le type histologique de tumeur n'affecte pas la stadification des sarcomes, contrairement au site primaire de localisation de la tumeur dans le corps. C'est l'organe dans lequel le sarcome a commencé sa croissance qui affecte le plus la détermination du stade du processus.

Sarcome de stade 1

Ces sarcomes sont de petite taille, ne dépassent pas les limites de l'organe ou du segment à partir duquel ils ont commencé à se développer, ne violent pas sa fonction, ne serrent pas les structures anatomiques vitales, sont pratiquement indolores, ne métastasent pas. Révéler même un sarcome hautement différencié au premier stade permet d'obtenir de bons résultats de traitement.

Les signes du premier stade du sarcome, en fonction de l'emplacement spécifique, sont les suivants:

Sarcome de la cavité buccale et de la langue - une tumeur d'environ 1 centimètre provient de la membrane muqueuse ou de la sous-muqueuse sous la forme d'un petit nœud avec des limites claires;

Sarcome de la lèvre - situé dans la couche sous-muqueuse, la membrane muqueuse ou dans l'épaisseur de la lèvre;

Sarcome des espaces cellulaires et des tissus mous du cou - peut mesurer jusqu'à 2 cm et ne dépasse pas le fascia qui limite la zone de son emplacement;

Le sarcome du larynx est un nœud atteignant 1 cm délimité par la membrane muqueuse, ou d'autres couches du larynx, sans dépasser sa gaine fasciale, ne provoque pas de phonation prononcée et de troubles respiratoires;

Le sarcome thyroïdien est une tumeur jusqu'à 1 centimètre avec une localisation intra-organique dans l'épaisseur des tissus. La capsule ne germe pas;

Sarcome du sein - défini comme un nœud atteignant 2-3 cm, situé dans le lobule, à partir duquel sa croissance a commencé;

Sarcome de l'œsophage - taille de la tumeur jusqu'à 1-2 cm, située dans l'épaisseur de la paroi de l'organe. Le passage des aliments dans l'œsophage n'est pas perturbé;

Sarcome pulmonaire - affecte l'une des bronches segmentaires. Ne dépasse pas le segment et ne viole pas la fonction pulmonaire;

Sarcome testiculaire - ressemble à un petit nœud et n'implique pas la tunique albuginée;

Sarcome des tissus mous des extrémités - le nœud peut atteindre 5 cm, mais ne dépasse pas les gaines fasciales.

Sarcome de stade 2

Caractéristiques générales des sarcomes du deuxième stade: localisation intra-organique avec croissance de toutes les couches, augmentation de la taille de la tumeur, altération de la fonction des organes, absence de métastases.

Avec la défaite d'organes spécifiques, cela ressemble à ceci:

Sarcome de la cavité buccale et de la langue - la tumeur est clairement visible à l'examen visuel, située dans l'épaisseur des formations anatomiques, mais toutes ses couches, y compris la membrane muqueuse et le faciès, se développent;

Sarcome de la lèvre - le nœud est situé dans l'épaisseur de la lèvre, mais la peau et les muqueuses se développent;

Sarcome des espaces cellulaires et des tissus mous du cou - la tumeur atteint 3 à 5 cm et dépasse le fascia qui limite l'espace de sa croissance;

Sarcome du larynx - un nœud de plus de 1 cm avec propagation à travers toutes les couches de l'organe, phonation et respiration altérées;

Sarcome thyroïdien - la taille du nœud est d'environ 2 cm, la capsule de l'organe est impliquée dans le processus pathologique;

Sarcome du sein - la taille de la tumeur est d'environ 5 cm, plusieurs segments se développent;

Sarcome œsophagien - la tumeur envahit toute l'épaisseur de la paroi œsophagienne de la muqueuse à la couche séreuse avec l'implication du fascia. Dysphagie sévère;

Sarcome pulmonaire - la tumeur provoque une compression des bronches ou se propage aux segments adjacents du poumon;

Sarcome testiculaire - germination tumorale de la tunique albuginée;

Sarcome des tissus mous des extrémités - invasion tumorale des formations fasciales, qui limitait le segment anatomique (muscle, tissu cellulaire).

Le principe de l'isolement du deuxième stade du sarcome est que ces tumeurs sont situées dans l'organe, mais nécessitent une excision tissulaire prolongée lorsqu'elles sont retirées. Les résultats sont pires que dans la première étape du processus, mais les rechutes ne se produisent pas souvent.

Sarcome stade 3

Le troisième stade du sarcome implique l'invasion de la tumeur du fascia et des organes situés à proximité immédiate de la tumeur, ou la présence de métastases aux ganglions lymphatiques régionaux, par rapport à celle-ci.

Pour des organes spécifiques, cela ressemble à ceci:

Le sarcome de la cavité buccale et de la langue est une grosse tumeur primaire, un syndrome douloureux est exprimé, les relations anatomiques normales et la mastication sont perturbées. Il y a des métastases aux ganglions lymphatiques sous-maxillaires et cervicaux;

Le sarcome de la lèvre est une grosse tumeur qui déforme brusquement la lèvre avec une possible propagation aux zones environnantes de la membrane muqueuse. Métastases dans les ganglions sous-maxillaires ou lymphatiques du cou;

Sarcome des espaces cellulaires et des tissus mous du cou - signes prononcés de dysfonctionnement des organes du cou (déglutition, respiration, troubles de l'innervation et de l'apport sanguin). La tumeur atteint une grande taille et fait croître les vaisseaux, les nerfs et les organes adjacents du cou. Il existe des métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux et thoraciques superficiels et profonds;

Sarcome du larynx - perturbe brusquement la respiration et la voix. Les vaisseaux, les nerfs, les fascias voisins se développent. Il y a des métastases dans les collecteurs lymphatiques superficiels et profonds du cou;

Sarcome thyroïdien - envahit les tissus adjacents à la glande thyroïde. Il y a des métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux;

Sarcome du sein - une grosse tumeur avec une forte déformation de la glande mammaire et des métastases dans les ganglions lymphatiques axillaires ou supraclaviculaires;

Le sarcome de l'œsophage est une grosse tumeur, qui se propage au tissu du médiastin, perturbe brusquement le passage des aliments. Metastase aux ganglions lymphatiques du médiastin;

Sarcome pulmonaire - atteint de grandes tailles, provoque une compression des bronches, des métastases aux ganglions lymphatiques péribronchiques et médiastinaux;

Le sarcome testiculaire est grand, déforme le scrotum et ses couches se développent. Il y a des métastases aux ganglions lymphatiques inguinaux;

Le sarcome des tissus mous des extrémités est un foyer tumoral d'environ 10 cm, perturbe la fonction du membre, le déforme brusquement. Il y a des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux.

Le sarcome de stade III se caractérise par des résultats de traitement décevants, nécessite des interventions chirurgicales importantes et se reproduit souvent.

Sarcome stade 4

Le pronostic le plus défavorable est la détection d'un sarcome au stade 4 du processus tumoral. Le danger d'une telle situation est que ces tumeurs sont de taille gigantesque, pressent fortement les tissus environnants ou s'y développent, formant un conglomérat tumoral continu, souvent accompagné de caries et de saignements. Il y a toujours des métastases aux ganglions régionaux et lymphatiques de toute localisation. La présence de métastases à distance dans le foie, les poumons, le cerveau et les os est caractéristique. Il n'est pas nécessaire de s'attarder en détail sur la description du 4 stade des localisations individuelles des sarcomes, car ils sont similaires au troisième stade. Il ne se distingue que par l'aggravation des manifestations locales et les effets destructeurs de la tumeur, ainsi que par la présence de métastases à distance.

Sarcome avec métastases

Les métastases sont des cellules tumorales qui se propagent à travers les vaisseaux lymphatiques ou veineux du foyer tumoral primaire aux tissus sains (ganglions lymphatiques, organes internes). Dans les endroits où un grand nombre d'éléments de la microvascularisation s'accumulent, leur attachement et une croissance tumorale active se produisent. Il est difficile de prédire quel organe sera la cible. Le plus souvent, des lésions métastatiques sont enregistrées dans les ganglions lymphatiques régionaux, le foie, les poumons, le cerveau, la colonne vertébrale et les os plats. Chaque type histologique de sarcome d'une certaine localisation a des sites métastatiques préférés. La plupart d'entre eux en 4 étapes provoquent des lésions hépatiques.

Les types de sarcomes les plus métastatiques sont le sarcome d'Ewing, le liposarcome, l'histiocytome fibreux, le lymphosarcome. Ces tumeurs ont le potentiel de métastaser lorsqu'elles mesurent moins d'un centimètre. Ce phénomène s'explique par la concentration élevée de calcium dans le foyer de la tumeur, le flux sanguin très intense et la croissance active des cellules tumorales. Ils n'ont pas de capsule qui limiterait la zone de leur croissance et de leur reproduction..

Les métastases des sarcomes vers les ganglions lymphatiques régionaux ne causent pas de grandes difficultés en ce qui concerne l'évolution de la maladie et son traitement. Les métastases à distance des organes internes se comportent d'une manière complètement différente. Ils sont sujets à une progression sous forme d'augmentation de taille et de nombre. Il est très rarement possible d'y faire face à l'aide de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimiothérapie. Seules les métastases uniques, dans une zone limitée du foie, des poumons ou des os, peuvent être enlevées. Les métastases multiples ne sont pas supprimées, car cela n'aura aucun effet.

Histologiquement, les métastases des sarcomes diffèrent des foyers primaires. Ils ont moins de vaisseaux, des mitoses cellulaires et d'autres signes d'atypie, de nombreuses zones de nécrose. Parfois, les métastases d'un foyer inconnu sont initialement détectées. Seul un histologiste expérimenté sur la structure des métastases peut déterminer à quel type de sarcome il appartient.

Traitement du sarcome

Le traitement du sarcome doit être effectué conformément aux principes modernes de soins oncologiques..

L'objectif principal est une approche différenciée intégrée:

Utilisation de techniques chirurgicales;

Chimiothérapie (administration de médicaments: ifosfamide, doxirubicine, dacarbazine, méthotrexate, cyclophosphamide, vincristine);

Thérapie par faisceau externe et radio-isotope.

Le choix des traitements spécifiques et leur association dépend: