Principal
Tératome

Les premiers signes et symptômes du cancer du cerveau - quand sonner l'alarme?

Au cours de la pathologie considérée, il y a une division et une modification accrues des cellules qui composent le cerveau et ses composants: fibres nerveuses, méninges, vaisseaux sanguins. Les cellules malignes peuvent également être introduites dans le cerveau avec l'écoulement de sang ou de lymphe provenant d'organes affectés par le cancer..

La tumeur spécifiée a tendance à se développer dans les tissus voisins, affectant négativement le fonctionnement des structures cérébrales. Cela se manifeste par des troubles végétatifs, psychologiques et intellectuels..

Les principales causes du cancer du cerveau - quels facteurs déclenchent le développement de la tumeur?

À ce jour, la cause exacte de la maladie en question n'a pas été établie..

  • Rester dans une zone de rayonnement radioactif pendant une longue période.
  • Travailler dans des conditions qui impliquent un contact régulier avec des agents chimiques.
  • Traumatisme crâne.
  • La présence d'une pathologie similaire chez les plus proches parents est un facteur génétique.
  • Dépendance à l'alcool.
  • Manger des aliments OGM.
  • Fumeur.
  • Maladies affectant les fonctions protectrices du corps. Cela comprend principalement le VIH.

Vidéo: Les premiers signes du cancer du cerveau

Le risque de développer un néoplasme malin dans le cerveau augmente dans:

  1. Représentants du ballon masculin.
  2. Petits patients de moins de 8 ans.
  3. Personnes de plus de 65 ans.
  4. Ceux qui dorment avec un téléphone portable près de leur tête.
  5. Les liquidateurs de la tragédie de la centrale nucléaire de Tchernobyl.
  6. Survivants d'une greffe d'organe interne.
  7. Subir une chimiothérapie comme méthode de traitement d'une tumeur, quel que soit son emplacement.

Types d'oncologie cérébrale et caractéristiques de leur développement - le degré de cancer GM

Il existe une classification assez étendue de la maladie en question..

1. Selon l'emplacement, les néoplasmes malins sont:

  • Intracérébral. Ils sont diagnostiqués dans la substance du cerveau.
  • Extracérébral. Les cellules cancéreuses n'affectent pas la cavité cérébrale - elles affectent ses membranes, ses nerfs crâniens.
  • Intraventriculaire. La tumeur se propage aux ventricules du cerveau.

2. Sur la base de l'étiologie des tumeurs, les cancers du cerveau suivants sont distingués:

  1. Primaire. Ils apparaissent à la suite de mutations cellulaires de certains composants situés à l'intérieur du crâne. Les changements dégénératifs peuvent affecter les os, les fibres nerveuses, les vaisseaux sanguins qui irriguent le cerveau, la matière grise, etc. Ils sont divisés à leur tour en deux grands groupes: les gliomes et les non-gliomes. Chacun de ces groupes peut être représenté par divers types de néoplasmes malins, qui seront décrits ci-dessous..
  2. Secondaire. Développer dans le contexte de la métastarisation d'autres organes internes.

3. Les tumeurs cérébrales primaires sont de plusieurs types:

  • Astrocytome. Les coupables de cette maladie sont les astrocytes - des cellules cérébrales auxiliaires. Les hommes sont plus sensibles à cette pathologie.
  • Oligodendroglioma. Extrêmement rare en raison de la transformation des oligodendrocytes.
  • Gliomes mixtes. En pratique, ce type de tumeur intracérébrale est le plus fréquent. L'étude confirme toujours la présence d'oligodendrocytes et d'astrocytes modifiés dans ce type de cancer..
  • Lymphomes du SNC. Les cellules cancéreuses sont situées dans les vaisseaux lymphatiques à l'intérieur du crâne. Selon les études, ce type de tumeurs génétiquement modifiées se déroule souvent dans le contexte de faibles défenses du corps ou après une transplantation d'organes internes..
  • Adénomes hypophysaires. Ce type de néoplasme est rarement malin. On la trouve souvent chez la femme, et elle se manifeste par des dysfonctionnements du système endocrinien: obésité, croissance capillaire accrue, cicatrisation prolongée des plaies, etc. Chez les enfants, cette maladie se manifeste par un gigantisme..
  • Méningiomes. Formé à partir de cellules mutées de la membrane arachnoïdienne du cerveau. Ils peuvent provoquer des métastases.
  • Ependymoma. Les cellules responsables de la synthèse du liquide céphalo-rachidien subissent des modifications. Ils viennent dans plusieurs classes:
    - Très différencié. Les paramètres augmentent assez lentement, les métastases ne sont pas observées.
    - Moyennement différencié. Comme la classe précédente, ils ne sont pas capables de métastaser, mais la tumeur se développe plus vite.
    - Anaplastique. Les cellules cancéreuses se divisent assez rapidement, provoquant l'apparition de métastases.

Vidéo: Tumeur cérébrale. Que faire lorsque votre tête se gonfle de douleur?

Il existe 4 stades de cancer du cerveau:

  1. Première. Les cellules d'un néoplasme pathologique ne sont pas agressives, elles ne sont pas sujettes à se propager. En raison de symptômes bénins (perte de force, légers vertiges), l'identification de la maladie en question à ce stade est problématique.
  2. Seconde. La croissance et l'augmentation de la dégradation cellulaire sont enregistrées. Le processus pathologique implique les tissus voisins, les ganglions lymphatiques, les vaisseaux sanguins. Le traitement chirurgical ne donne pas toujours les résultats escomptés.
  3. Troisième. Du côté des patients, il y a des plaintes de maux de tête graves et fréquents, des étourdissements, de la fièvre. Dans certains cas, il y a désorientation dans l'espace, détérioration de la qualité de la vision. Les nausées et les vomissements sont un phénomène courant. Après des mesures de diagnostic appropriées, le médecin peut reconnaître la tumeur comme inopérable. En général, le pronostic du troisième stade du cancer du cerveau est défavorable.
  4. Quatrième. Les maux de tête sont intenses, constamment présents et difficiles à arrêter avec des médicaments. De plus, des hallucinations, des crises d'épilepsie et des évanouissements sont observés. Des perturbations du travail du foie et des poumons sont notées en relation avec des métastases actives. À ce stade, la tumeur n'est pas opérée et tous les traitements visent à éliminer les symptômes.

Les tout premiers signes et symptômes du cancer du cerveau - quand sonner l'alarme?

La maladie en question dans les premiers stades se manifeste par des symptômes non spécifiques. Des signes similaires sont présents dans certaines autres maladies associées au fonctionnement du système nerveux central musculaire, ainsi que des organes internes..

Premiers symptômes du cancer du cerveau

Par conséquent, la présence d'au moins l'une des conditions décrites ci-dessous est une raison pour contacter un médecin:

  • Nausées et vomissements, qui ne dépendent pas du moment du repas. Si le vomissement commence peu de temps après avoir mangé, le vomi contiendra des particules alimentaires non digérées. La présence de bile indique que le patient n'a rien mangé depuis longtemps. La principale caractéristique de ce symptôme est le manque de soulagement après un vomissement, comme c'est le cas en cas d'intoxication..
  • Maux de tête nocturnes et / ou matinaux que les analgésiques sont incapables de traiter. En position verticale, la douleur disparaît. Avec les mouvements du cou, du corps, la douleur augmente. Au fur et à mesure que la tumeur progresse, la douleur dans la tête ne s'arrête pas.
  • Perte de capacité à analyser les informations reçues.
  • Difficulté à mémoriser.
  • Concentration altérée.
  • Perception inadéquate des événements.
  • Crampes aux membres. Le corps entier peut être impliqué dans ce processus et, dans certains cas, une personne perd connaissance avec un bref arrêt de la respiration..

Le tableau symptomatique de cette pathologie est divisé en 2 grands groupes:

1. Signes cérébraux généraux

Ils comprennent les états suivants:

  1. Violation des modes d'éveil et de sommeil. La plupart du temps, sur fond de maux de tête et de faiblesse, une personne dort. L'éveil ne peut être déclenché que par l'envie d'aller aux toilettes. Une fois que le patient s'est réveillé, il n'est pas capable de naviguer dans le temps et l'espace, ses pensées sont confuses, il ne reconnaît pas les gens autour de lui.
  2. Maux de tête éclatants. Après avoir pris des diurétiques, la douleur diminue, mais ne disparaît pas complètement. Le pic de douleur est le matin. Elle est associée à un gonflement des méninges pendant le sommeil..
  3. Une réaction négative des organes de la vision aux rayons lumineux: larmoiement, fermeture brusque des paupières, douleur dans les yeux, etc..
  4. Vertiges. Le patient a une sensation de "pieds rembourrés", dans laquelle le sol sous les pieds semble mou et / ou tombe à travers.

Cancer du cerveau: symptômes, premiers signes

Cancer du cerveau

Après avoir lu un autre titre avec la triste nouvelle qu'une personne célèbre a été diagnostiquée avec un cancer du cerveau, nous avons certainement peur. Comment ne pas manquer les symptômes de cette maladie? Le cancer du cerveau est-il toujours mortel? Quel médecin doit être consulté pour ne pas manquer le cancer?

Pour commencer, parlons du fait que «cancer du cerveau» est un nom trop général pour tous les cancers dans ce domaine. En effet, à proprement parler, même les yeux font partie du cerveau antérieur qui se situe à l'extérieur et transmet des informations importantes au cerveau. Des formations oncologiques peuvent apparaître dans l'hypophyse, dans le lobe frontal, dans les pons du cerveau, dans n'importe quelle partie de cet organe complexe. Parfois, ce sont des tumeurs primaires qui ont initialement affecté le cerveau, parfois des lésions métastatiques. Dans ce cas, le cancer est apparu initialement dans un autre organe. Les métastases cérébrales donnent un mélanome, des processus oncologiques dans la glande mammaire et de nombreuses autres maladies.

Quels symptômes devraient nous alerter? Précisément pour alerter, car personne ne diagnostique le cancer du cerveau sur la seule base des symptômes. De plus, des tumeurs bénignes peuvent également les provoquer..

  • Maux de tête

Les maux de tête sont le moindre symptôme à guider. La chaîne logique «J'ai mal à la tête, donc j'ai un cancer du cerveau» est fondamentalement fausse. Trop de raisons peuvent déclencher un mal de tête. Ceux-ci incluent le stress et les maladies vasculaires. Si le mal de tête est sévère et vous dérange régulièrement, ce n'est qu'une excuse pour consulter un médecin et vous faire tester. Le parcours sera le suivant: thérapeute - neurologue. C'est le neurologue qui décide, en fonction de l'ensemble des symptômes, quels examens vous devez subir.

  • Déficience visuelle

Les tumeurs de l'hypophyse peuvent être exprimées en déficience visuelle. Le plus souvent, il s'agit d'un rétrécissement des champs visuels. Si vous trouvez ce symptôme en vous-même, gardez à l'esprit que des formations bénignes - des adénomes et des kystes se trouvent souvent dans l'hypophyse, le cancer du cerveau dans cette zone n'est pas si courant, mais il est nécessaire de consulter un médecin dans tous les cas, de tels cas entraînent une perte complète de la vision. Le glaucome présente des symptômes similaires. N'oubliez donc pas de consulter un optométriste. Un autre symptôme alarmant est la vision double, qui est également courante avec l'astigmatisme. Dans ce cas, vous serez également référé à un ophtalmologiste, mais vous devez en informer le médecin..

Voici à quoi ressemble le rétrécissement des champs de vision. Image: proglazki.ru

  • Troubles de la coordination

Si vous remarquez que vous trébuchez constamment, que vous remarquez des vertiges fréquents, il vous est difficile de garder votre équilibre, vous ne pouvez pas attraper le ballon (et vous étiez un excellent athlète avant), assurez-vous de consulter un médecin. Il est possible que la raison ne soit pas du tout dans le cerveau, mais il ne sera pas superflu de subir un examen.

Les nausées matinales, les vomissements indomptables peuvent indiquer non seulement des problèmes d'estomac, mais également des processus dans le cerveau. Encore une fois, notez que la pensée «Je suis malade le matin, c'est donc un cancer du cerveau» est fausse. Il est beaucoup plus probable que la gastrite se manifeste de cette manière. Mais si quelque chose vous dérange, consultez un gastro-entérologue, peut-être que votre médecin est un neurochirurgien.

  • Perte de mémoire

La perte de mémoire, la distraction sévère et l'oubli ne parlent souvent que de stress et de fatigue. Le cerveau est notre "système d'exploitation", que se passe-t-il si nous exécutons plusieurs programmes sur l'ordinateur à la fois? Les mêmes dysfonctionnements se produisent avec l'ordinateur interne d'une personne. Il est difficile pour nous de traiter beaucoup d'informations. Mais parfois, de tels symptômes, surtout s'ils sont prononcés, peuvent indiquer que vous devez consulter un neurologue. Cela signifie-t-il que vous serez définitivement diagnostiqué avec un cancer du cerveau? Ne pas. Le problème réside peut-être dans quelque chose de complètement différent et certaines maladies auto-immunes se manifestent de la même manière. Et parfois, vous avez juste besoin de repos ou d'un bon thérapeute. Mais ce problème doit être résolu avec un médecin..

  • Changement de comportement drastique

Si une personne gentille et modeste a soudainement commencé à montrer une agression inhabituelle, ne soyez pas offensé, peut-être devrait-il être montré à un médecin. Un changement brusque de comportement, des traits de caractère à l'opposé exact peuvent indiquer qu'une personne a des problèmes de santé. Et un certain nombre de ces problèmes peuvent indiquer des formations dans le cerveau. Ce n'est pas nécessairement un cancer du cerveau, les tumeurs bénignes donnent également une telle image. Cependant, cette condition peut également indiquer une névrose plutôt qu'un cancer..

Par ailleurs, nous notons que les matériels de lecture sur le cancer du cerveau ne remplacent pas un rendez-vous avec un médecin, sont de nature recommandative et ne donnent qu'une raison de penser à consulter un spécialiste.!

Le cancer du cerveau est-il toujours mortel??

Non, de nombreuses formations du cerveau, y compris les lésions métastatiques, se prêtent avec succès au traitement chirurgical, à la radiothérapie et à d'autres méthodes de lutte contre le cancer. Les glioblastomes sont réputés pour le pronostic le moins favorable. Mais la médecine moderne vous permet de maximiser la vie du patient et d'améliorer sa qualité, même s'il n'y a aucun moyen d'obtenir une rémission complète. Dans le même temps, de nouvelles méthodes de traitement du cancer du cerveau se développent et apparaissent constamment..

Comment diagnostiquer le cancer du cerveau?

Le cancer du cerveau est le plus susceptible d'être suspecté lors de l'imagerie par résonance magnétique (IRM), un examen histologique donnera une réponse précise sur la nature de la tumeur, mais seul un médecin doit déterminer les mesures appropriées..

Contactez votre thérapeute pour planifier un examen et vous référer à un neurologue si vous présentez l'un des symptômes alarmants. N'oubliez pas qu'aucun d'entre eux n'indique directement la présence d'un cancer du cerveau. L'IRM de routine n'est pas indiquée et n'est pas incluse dans le plan d'examen clinique. Toutes les mesures diagnostiques et thérapeutiques doivent être convenues avec le médecin.

La science

Médicament

«C'est comme une consommation éphémère»: mythes et idées fausses sur le cancer du cerveau

L'oncologue a parlé des signes d'une tumeur au cerveau

Quels sont les principaux mythes sur le cancer du cerveau, après quels symptômes doit-on courir chez le médecin et si la grossesse affecte les risques, le coordinateur du service neuro-oncologique pour enfants au N.N. L'académicien N. N. Burdenko, chercheur principal, N.N. D. Rogacheva Boris Kholodov.

- Zavorotnyuk, Friske, Hvorostovsky - êtes-vous d'accord pour dire que les maladies des célébrités incitent les gens à réfléchir à leur santé et favorisent la sensibilisation, principalement au cancer?

- Malheureusement, les publications à ce sujet ne donnent généralement pas de détails. Un diagnostic spécifique n'est pas indiqué, il s'agit simplement du fait qu'il y a quelque chose de très grand et de terrible, cela frappe tout le monde et n'épargne personne. Voici l'impression. Pour que les gens réfléchissent à la santé, des publications plus détaillées sont nécessaires pour expliquer les symptômes et les types de maladie. Ce serait plus efficace.

- Pouvez-vous nommer les facteurs de risque spécifiques au cancer du cerveau?
- Absolument aucun spécifique, comme pour toute tumeur. Ce sont des maladies sporadiques.

Il existe des prédicteurs génétiques d'un certain nombre de tumeurs, y compris les tumeurs cérébrales, mais en eux-mêmes, ils ne sont pas une cause absolue du processus oncologique. Cela nécessite un ensemble de conditions, et cet ensemble reste encore inexploré..

- En lien avec le cas de Zavorotnyuk et d'autres célébrités, beaucoup recherchent la cause du cancer dans la FIV, le rajeunissement des cellules souches. Tout cela pourrait-il contribuer au développement du cancer? Ou d'autres procédures médicales? Par exemple, des substances présentes dans la vie quotidienne, au travail.

- Il existe des agents cancérigènes ou tératogènes absolus - des substances, dont certains médicaments, qui ont déjà prouvé aujourd'hui leurs qualités nocives. Encore une fois: nous parlons d'une légère augmentation statistique de l'incidence des personnes qui, entre autres conditions de leur vie, ont pris, par exemple, des médicaments. Dans le même temps, il est absolument impossible d'établir une connexion directe absolue dans une telle situation. Ce sont tous des tirages artificiels.

L'exemple le plus célèbre que tout le monde connaisse est celui des téléphones portables. À propos des dommages causés par les radiations il y a 15 ans, il y a eu une agitation, presque de la panique. Mais une relation causale n'a jamais été trouvée. La théorie était excellente, mais ce n'était pas le cas. De même, cela peut être appliqué à d'autres bundles..

Mais, néanmoins, si nous savons qu'une substance particulière ou même un produit alimentaire a un effet cancérigène, bien sûr, il vaut mieux l'éviter..

- Comment la grossesse affecte le risque de tumeur?

- Théoriquement, pendant la grossesse, l'immunité ne tombe pas exactement, mais se comporte différemment. Et - encore une fois, en théorie - la grossesse est une sorte de contexte favorable à certaines maladies pour les femmes. En pratique, un grand nombre de femmes tombent enceintes -

la plupart des femmes vivant sur Terre, et non seulement des tumeurs, mais même des rhumes, elles ont rarement.

Les tumeurs cérébrales chez les femmes enceintes sont une rareté absolue. En Russie, une seule institution médicale traite de tels cas - l'Institut d'oncologie P.A.Herzen. Là, ils suivent spécifiquement non seulement ceux qui sont tombés malades pendant la grossesse, mais aussi ceux qui ont déjà reçu un traitement anticancéreux et qui ont développé une grossesse pendant le traitement d'un cancer ou dans le contexte d'une tumeur déjà guérie. Le nombre de ces personnes n'est pas élevé.

- Quels sont les principaux symptômes du cancer du cerveau? Les toutes premières cloches auxquelles prêter attention.

- C'est une question très difficile. Il n'y a pas de symptômes spécifiques. Ils répètent encore les symptômes de certaines autres conditions pathologiques. Par exemple, un mal de tête. Si nous disons maintenant qu’un mal de tête est l’un des symptômes d’une tumeur au cerveau, c’est comme lancer une bombe fumigène sur une foule qui marche le jour de la ville. La panique augmentera. Et, plus important encore, dans le diagnostic précoce, cela ne donnera rien - ce symptôme est déjà entendu par la plupart des gens, et le surdiagnostic suffit sans nous.

Mais tout nouveau symptôme persistant et croissant pendant au moins plusieurs semaines peut être alarmant et parler de processus tumoraux. Ensuite, vous devriez vraiment effectuer des diagnostics plus approfondis.

- À quelle fréquence les gens demandent-ils de l'aide lorsqu'il n'est plus possible de sauver leur vie??

- Récemment - moins souvent. Fondamentalement, ce sont des personnes qui, ayant un complexe de symptômes prononcé et progressif, ne sont toujours pas allées chez le médecin. Malheureusement, très souvent, les premiers symptômes surviennent lorsque la tumeur atteint une taille considérable, se développe quelque part et devient parfois inopérable. On ne peut pas dire que les gens sont arrivés trop tard - ils sont venus lorsque les symptômes sont apparus..

Maintenant, au contraire, il y a beaucoup de cas de diagnostics de réassurance, quand ils prennent des photos, ils ne trouvent rien, mais ils découvrent certaines particularités et n'arrivent pas à comprendre ce que c'est. Et nous devons nous consulter, même si nous savons qu'il ne s'agit pas d'un processus tumoral, mais de certaines caractéristiques congénitales ou des conséquences de maladies passées. Le plus souvent, cela est caractéristique des poumons, mais dans le cerveau, vous pouvez parfois trouver quelque chose d'absolument insignifiant cliniquement, mais révélé dans le contexte d'expériences associées, entre autres, à la diffusion massive d'informations que même les étoiles se révèlent être quelque chose. alors tombe malade.

- Comment augmenter le pourcentage de détection rapide des tumeurs cérébrales?

- Cette question est posée dans le monde depuis longtemps, et jusqu'à présent, il n'y a qu'une seule réponse: le diagnostic de dépistage préventif. Maintenant, fondamentalement, il y a une recherche d'une sorte de marqueurs génétiques et moléculaires afin d'obtenir des informations sur ce à quoi il est prédisposé, en utilisant moins d'argent, de temps et d'émotions. Mais jusqu'à présent, toutes ces études, malheureusement, sont, au mieux, au stade de développement. Bien que même en Russie, un programme ait été approuvé pour l'introduction de marqueurs tumoraux dans les diagnostics de dépistage.

Si nous parlons d'IRM, comptons. Il y a 15 millions d'habitants à Moscou, dont, disons, 14 millions peuvent se plaindre d'un mal de tête. Une IRM de la tête dure au mieux 40 minutes. Même si le tomographe fonctionne 24 heures sur 24, il sera possible de servir environ 30 personnes.

Combien de tomographes devez-vous installer à Moscou pour passer un tel flux? Ensuite, nous n'aurons pas de bâtiments résidentiels.

Dans le même temps, l'IRM est la seule méthode qui vous permet de parler avec précision de la présence d'un processus ou de son absence. Tout le reste est un diagnostic préliminaire. Bien que même sur l'IRM aux premiers stades, le processus tumoral peut ne pas être perceptible, mais c'est très rare.

- Autrement dit, s'il n'y a pas de symptômes persistants suspects, vous ne devriez pas vous inquiéter et courir.?

- Bien sûr que non. Dans tous les cas, les maladies, en particulier celles-ci, se manifesteront. Assez souvent, les tumeurs se manifestent aux premiers stades de leur développement. Ce ne sont pas seulement des maux de tête, mais aussi d'autres symptômes neurologiques - convulsions, parésie, paralysie. Et une personne a le temps de demander un diagnostic et un traitement, en particulier compte tenu des possibilités modernes.

- L'incidence du cancer et sa curabilité dépendent-elles de l'âge du patient??

- Les diagnostics modernes ont montré que les tumeurs cérébrales sont beaucoup plus fréquentes chez les enfants atteints de cancer que chez les adultes atteints de cancer. Mais en termes absolus, les enfants tombent beaucoup moins malades que les adultes. En général, l'apparition de telles formations est caractéristique de tout groupe. Il y a quelques fluctuations de fréquence, mais pas de pics.

- Si la tumeur n'est plus opérable, pendant combien de temps sa croissance peut-elle être ralentie? Est-il possible de conserver la capacité de travail à ce moment?

- Tout dépend du type de tumeur, de sa sensibilité au traitement et de la précision de sa sélection. De nombreux patients avec nous vivent depuis de nombreuses années avec des processus tumoraux inopérables, à la fois bénins et malins.

À la suite du traitement, le processus est «conservé» pendant une très longue période de temps. La capacité des patients à travailler demeure.

- Quand se développe l'œdème cérébral - est-ce la fin? Ou est-il encore possible d'améliorer?

S'il est présent, alors simultanément avec le traitement de la tumeur, ses complications, y compris l'œdème, disparaissent.

- Quelles méthodes, outre les méthodes opérationnelles, sont suffisamment efficaces? L'immunothérapie et d'autres techniques avancées sont-elles utilisées en Russie??

- Radiothérapie, pharmacothérapie. La chimiothérapie inhibe la croissance cellulaire avec des médicaments cytostatiques qui détruisent les cellules vivantes en division. L'immunothérapie, la thérapie ciblée, la thérapie immuno-ciblée sont utilisées. En Russie, ils sont très largement utilisés et leur introduction a eu lieu assez rapidement, quelque part dans les années 2010, et aujourd'hui, les médicaments ciblés sont utilisés avec la même prévalence que dans n'importe quel pays du monde..

- Dans quelle mesure est-il réaliste de guérir une tumeur cérébrale en utilisant l'assurance médicale obligatoire? En effet, dans ce cas, il y a des retards avec les analyses, des files d'attente pour les procédures, etc..

- Absolument réel. Si nous parlons de laideur, c'est un côté. Mais il est certainement possible de guérir, et il existe de nombreux cas de ce type, car maintenant la grande majorité des personnes sont traitées avec une assurance médicale obligatoire. Et le nombre de récupérations n'a pas diminué, au contraire, il augmente. D'un autre côté, la vie fait ses propres ajustements, notre réforme de la santé se poursuit, parfois des incohérences apparaissent entre les normes d'assurance maladie obligatoire et la terminologie utilisée par les médecins, ce qui entraîne des retards dans la rapidité des traitements..

La même chose s'applique à l'achat de médicaments, à la substitution des importations, encore une fois. Le remplacement des importations de médicaments ciblés est tout à fait justifié. Aujourd'hui, des médicaments produits en Russie sont utilisés, ils ne sont pas pires que ceux importés - tout oncologue vous le confirmera, s'il est objectif. Il existe des développements de nouveaux médicaments, et il existe des répliques, c'est-à-dire des génériques de médicaments déjà connus. En général, dans le monde, et pas seulement dans notre pays, il n'est pas considéré comme honteux d'acheter des médicaments à moindre coût, produits par un fabricant non primaire. Ces médicaments, en règle générale, sont fournis par les canaux d'assurance médicale obligatoire, il en va de même pour la radiothérapie - aujourd'hui, nous avons beaucoup de centres de radiothérapie bien équipés. Y compris les entreprises commerciales qui travaillent sous assurance médicale obligatoire.

Et comment deviner avec le traitement, comment le sort du patient va se passer - bon ou mauvais - je ne connais pas un tel outil.

Je ne peux même pas dire que tout est absolument moche dans cette ville et que tout va très bien dans une autre..

- Depuis 2020, le ministère de la Santé introduit la protonthérapie dans la liste des soins médicaux de haute technologie qui ne sont pas inclus dans le programme d'assurance médicale obligatoire de base, et la norme moyenne par unité de ces soins médicaux est de 2,5 millions de roubles. Les critiques disent que la radiothérapie est tout aussi efficace mais moins chère. Êtes-vous d'accord?

- Le principal atout de la protonthérapie aujourd'hui est qu'un proton est une particule lourde, et nous pouvons irradier avec des protons, mieux prédire leurs trajectoires d'accélération et de décélération dans différents environnements. Autrement dit, les protons atteignent plus précisément les cibles, ne dépassent pas ses limites et, par conséquent, la trace de rayonnement n'est pas transportée vers les tissus environnants. Donc, la théorie dit. Quant à la pratique, elle est encore insuffisante pour tirer des conclusions globales. Tout ce boom a commencé alors, nos sociétés d'État se sont jointes, et tout cela est devenu disponible à l'intérieur du pays..

Dans d'autres pays, où l'irradiation par protons est utilisée depuis longtemps, il n'y a pas d'excitation à attirer un grand nombre de patients de l'irradiation conventionnelle à l'irradiation par protons. L'irradiation par protons est toujours suggérée dans les cas où il existe une cible petite et très bien définie. En effet, s'il s'agit d'une tumeur cérébrale à croissance diffuse qui n'a pas de limites claires, et si c'est le cas, nous ne le saurons jamais ni par IRM ni pendant la chirurgie, alors, n'irradiant qu'une partie du processus tumoral, sans un apport minimum de tissus sains, nous arriverons à une poursuite rapide de la croissance tumorale le long de la périphérie, c'est-à-dire de la partie non irradiée.

Un tel traitement peut difficilement être qualifié d'utile, plutôt nocif. Là où le processus est trop répandu, multiple ou n'a pas de limites claires, même à une petite taille, aujourd'hui l'utilisation de la protonthérapie n'est pas du tout justifiée..

Mais la recherche d'optimisation de cette méthode est en cours, des investissements assez importants y ont été attirés, un travail de recherche constant est en cours pour étendre cette méthodologie. Et bien qu'il y ait beaucoup moins de réponses que de questions.

Mon opinion est que l'irradiation par protons n'a pas encore trouvé une large application en oncologie pratique..

- Combien de centres neuro-oncologiques y a-t-il en Russie et où se rendre à une personne dans les provinces avec suspicion ou pour diagnostic?

- Il n'y a pratiquement pas de centres neuro-oncologiques en Russie, peut-être le seul est le centre de neurochirurgie N. N. Burdenko, car ils traitent du traitement d'un système nerveux purement central. Les autres centres sont encore complexes, même s'ils sont oncologiques et disposent d'un service de neuro-oncologie. Il n'y a pas beaucoup de grands centres, comme pour la province éloignée, nous avons construit certains horizontaux et verticaux en médecine, et selon les ordres d'aujourd'hui, les gens doivent d'abord se tourner vers un oncologue. Bien que maintenant, comme auparavant, si quelque chose est détecté dans la tête, les gens vont simplement chez un neurochirurgien, et dans cette situation, le neurochirurgien doit être conscient qu'un patient atteint d'une tumeur doit être transféré à un oncologue pour une prise en charge plus approfondie..

Quel que soit le type de tumeur - bénigne, maligne, vraie, fausse. Et maintenant, de plus en plus de personnes consultent un neurochirurgien d'un oncologue.

Ces patients sont plus susceptibles de recevoir le bon traitement..

- Mais il y a des endroits où, à part le point de l'assistant médical, il n'y a rien...
- Dans de telles situations, le point du feldsher est envoyé à l'hôpital régional central. Oui, cela allonge le temps, mais au moins il n'y a rien de tel que vous n'allez pas au-delà du médecin du comté et vous êtes condamné à mourir.

- Quels sont les mythes les plus courants sur le cancer du cerveau auxquels vous faites face??
- Le plus courant est lorsqu'une tumeur est appelée cancer. Parce que le cancer est un type distinct de tumeur. Ce n'est pas un nom général pour toutes les tumeurs malignes, mais un type spécifique. Il existe d'autres noms, par exemple, sarcome, qui sont également entendus. Le cancer ne se produit pas dans le cerveau, la tumeur a d'autres noms et le pseudo-terme «cancer» est utilisé pour simplifier.

Ce qui n'est pas tout à fait vrai, car si une personne a une tumeur cérébrale bénigne, par exemple un méningiome,

puis certains voisins dans l'escalier l'appelleront aussi le mot cancer.

Premièrement, cela créera une attitude complètement fausse envers une personne et pour la personne elle-même, peu importe ce que les médecins lui expliquent. Il n'entendra toujours que la moitié, il ne comprendra pas tout correctement, et le mot cancer sera dominant pour lui. Nous sommes constamment confrontés à cela et il est très difficile d'expliquer quelque chose..

«Le cancer du cerveau» est comme une «consommation éphémère» au 19e siècle, lorsqu'une personne est tombée gravement malade avec quelque chose et est décédée rapidement. En règle générale, dans le milieu médical, il s'agissait de tuberculose. Mais parmi les gens, la consommation éphémère était comprise comme n'importe quoi, parfois une pneumonie aiguë.

Il existe des mythes persistants et persistants selon lesquels une tumeur cérébrale est toujours héréditaire ou même congénitale. En fait, il n'y a qu'une seule tumeur cérébrale congénitale - elle s'appelle un craniopharyngiome et elle est considérée comme une malformation. Il est définitivement congénital et peut se manifester à tout âge ou ne pas apparaître du tout. Il y a eu des cas où elle a été retrouvée, par exemple, parmi des personnes très âgées heurtées par une voiture. Et tout cas de ce type génère de telles courbes d'interprétation qu'une tumeur cérébrale est congénitale, ne se manifeste qu'à différentes périodes de la vie. Mais ces mythes ne sont pas répandus..

Il existe un mythe selon lequel si une tumeur cérébrale n'est pas opérable, elle est incurable..

C'est une idée fausse courante, car tout le monde ne sait pas qu'une tumeur cérébrale ne peut pas être éliminée radicalement, au sens oncologique de ce terme - c'est-à-dire avec un organe ou une grande quantité de tissu environnant. Dans le cerveau, de telles opérations ne sont tout simplement pas réalisables, de sorte que le calcul principal est effectué sur la radiothérapie. Et, comme le montre la pratique, ce calcul se justifie - les restes de la tumeur disparaissent.

Cancer du cerveau: types de pathologies, causes et symptômes, stades du cancer et méthodes de traitement

Le cancer du cerveau est une tumeur maligne qui affecte les tissus et certaines parties de l'organe. Parmi le nombre total de maladies oncologiques, le cancer du cerveau survient dans 5 à 6% des cas. Les cancers des tumeurs bénignes se distinguent par un développement rapide, la capacité de se propager à d'autres tissus et organes (métastases).

Types de cancer du cerveau

Le cancer du cerveau est une désignation collective des lésions d'organes malins. La formation du cancer est classée en fonction du lieu de localisation:

  • La défaite des nerfs crâniens caractérise le névrome;
  • Le gliome se développe dans les tissus nerveux;
  • Un sarcome se développe dans les cellules du tissu conjonctif;
  • Les méninges sont affectées par le méningiome;
  • L'adénome hypophysaire est localisé dans la glande.

Sur la base de l'étiologie des tumeurs, il existe:

  • Tumeurs malignes hormono-dépendantes (principalement chez les femmes). Le type de tumeurs cancéreuses provoque des perturbations hormonales résultant de la grossesse, de l'utilisation à long terme de contraceptifs oraux, de la FIV;
  • Cancers formés sur la base de dommages chimiques et radiologiques;
  • Formation cancéreuse de nature traumatique;
  • Tumeurs de nature congénitale résultant d'anomalies fœtales pendant la période embryonnaire;
  • Prédisposition héréditaire, facteur génétique;
  • Infections virales sévères (VIH).

Les cancers du cerveau sont de nature primaire ou secondaire:

Le néoplasme malin primaire est formé à partir des tissus du cerveau, des nerfs crâniens, des membranes;

Secondaire - est une formation maligne fille qui s'est propagée à partir de la source principale. Dans le cerveau, une oncotumeur secondaire se développe à la suite d'une métastase d'un foyer cancéreux situé dans un autre organe.

Signes de cancer du cerveau

Les premières manifestations du cancer du cerveau sont caractérisées par:

  • Le principal symptôme du cancer du cerveau est le mal de tête. Le syndrome douloureux peut être de nature et d'intensité différentes, il se manifeste régulièrement ou est constamment présent. Au stade initial du développement de la tumeur, il y a une manifestation régulière de douleurs pressantes, avec la croissance du néoplasme, la douleur s'intensifie, devient atroce, l'état du patient atteint le point de perte de conscience;
  • Dans le contexte de maux de tête, des crises de vertige peuvent survenir. De tels états se manifestent sans raison. Dans la plupart des cas, le vertige survient lorsque le cervelet est touché. La croissance de l'éducation s'accompagne d'une conscience altérée, de l'apparition d'hallucinations, de troubles de l'orientation spatiale;
  • Déficience visuelle. Aux stades initiaux du développement de la pathologie, des perturbations visuelles (perturbations de la perception spatiale, bifurcation des objets, diminution de l'acuité visuelle) sont possibles, qui se produisent périodiquement. Avec le développement du cancer, des signes similaires de cancer du cerveau apparaissent de plus en plus souvent;
  • Perte de poids rapide. En raison du développement des cellules cancéreuses, les processus métaboliques sont perturbés, ce qui entraîne un épuisement rapide du corps;
  • Crises de vomissements. Les nausées et les vomissements sont l'un des signes révélateurs du cancer du cerveau. Au stade initial de la maladie, la maladie survient principalement le matin, avec le développement de la maladie, elle est présente quelle que soit l'heure de la journée, la position du corps du patient, la prise alimentaire;
  • Fatigue rapide. À la suite de l'activation des cellules cancéreuses, le corps est empoisonné par les produits de leur activité vitale, en conséquence, tous les processus sont perturbés. Une personne se fatigue même sans le moindre effort physique;
  • L'un des symptômes du cancer du cerveau est une augmentation constante de la température, en réponse du système immunitaire au cancer..
retour au contenu ↑

Causes du cancer du cerveau

Les causes du cancer du cerveau ne sont pas entièrement comprises. Les scientifiques ne sont parvenus à un consensus que sur les facteurs provoquant le développement de cette pathologie:

  • Prédisposition héréditaire. Dans certains cas, la maladie peut être transmise par des gènes. L'option la plus courante est le développement de la pathologie à travers une génération;
  • Troubles hormonaux;
  • Exposition à long terme aux rayonnements. Différents types de rayonnement sont l'un des facteurs qui provoquent le développement du cancer;
  • Empoisonnement chimique du corps. Les maladies cancéreuses se développent à la suite de l'impact négatif sur l'homme de divers composés chimiques (plomb, mercure, chlorure de vinyle);
  • Les personnes ayant de mauvaises habitudes sont à risque: abus d'alcool, tabagisme excessif. À la suite d'un empoisonnement régulier du corps, de violations au niveau cellulaire, il y a une dégénérescence des cellules saines en cellules cancéreuses anormales. Cela provoque le développement d'un cancer;
  • Troubles sévères du système immunitaire: VIH, SIDA, transplantations d'organes.
retour au contenu ↑

Comment reconnaître le cancer du cerveau: procédures de diagnostic nécessaires

En cas de suspicion de cancer, un spécialiste doit désigner pour subir l'examen nécessaire. En raison d'une détection rapide, la pathologie peut être déterminée au stade initial, lorsque la maladie est traitable. Le diagnostic du cancer du cerveau combine les principales méthodes:

  • Tomodensitométrie (CT). L'examen vous permet d'identifier l'emplacement exact, la taille, le type de néoplasme. La tomodensitométrie permet d'évaluer le degré d'effet de la tumeur sur les tissus voisins, les troubles circulatoires dans la zone touchée;
  • IRM (imagerie par résonance magnétique). La procédure permet un examen détaillé de la tumeur dans différents plans, un modèle tridimensionnel du néoplasme est construit. Lors de l'examen, la taille de la tumeur et son effet sur les tissus voisins sont déterminés avec précision. Les structures complexes du cerveau sont examinées en détail, le degré de ses dommages est évalué;

Les méthodes diagnostiques supplémentaires d'examen sont:

  • TEP (tomographie par émission de positons), qui est un examen de clarification de la tomodensitométrie et de l'IRM;
  • SPECT (tomographie par émission monophotonique), qui est utilisée pour détecter les cellules anormales après traitement. Il est utilisé après IRM, CT, pour déterminer avec précision le degré de malignité (faible, élevé);
  • MEG (magnétoencéphalographie). En utilisant la procédure, le fonctionnement de diverses zones du cerveau est évalué;
  • Ponction lombaire (rachidienne). La procédure est effectuée pour la collecte de matériel de liquide céphalo-rachidien et son examen supplémentaire pour la présence de cellules cancéreuses;
  • Angiographie IRM, utilisée pour détecter les anomalies du flux sanguin;
  • Biopsie. La procédure vous permet de déterminer le type de cellules cancéreuses.
retour au contenu ↑

Étapes de développement de la pathologie

Un néoplasme cancéreux passe par plusieurs étapes de son développement. Selon le stade, le patient présente différents signes.

Les principales étapes du développement de la pathologie:

  1. Initiale (premier). Le stade le plus dangereux du cancer. À ce stade, une personne développe un petit nombre de cellules cancéreuses; le néoplasme malin se caractérise par une croissance lente. Si les premiers symptômes apparaissent (maux de tête inexprimés, rares épisodes de nausée, vertiges), il est possible de procéder à une intervention chirurgicale et de réussir;
  2. Moyen (deuxième étape). À ce stade, la croissance du néoplasme est observée, sa croissance dans d'autres tissus cérébraux. Les principaux signes cliniques de la deuxième étape sont: des étourdissements, des maux de tête, parfois des nausées et des vomissements (non liés à la prise alimentaire). Au deuxième stade du développement de la pathologie, un traitement chirurgical est possible, un résultat positif;
  3. Cancer du cerveau modéré (troisième stade). On observe ici une prolifération accélérée des cellules cancéreuses. Ils se propagent à de vastes zones de tissus sains. À ce stade, l'intervention chirurgicale échoue, la pathologie à ce stade n'est pas guérie. À ce stade du développement de la maladie, un traitement médicamenteux de soutien est possible;
  4. Sévère (quatrième étape). C'est la plus dangereuse; les tumeurs oncologiques ne répondent pas au traitement chirurgical et sont mortelles. L'homme disparaît très vite.
retour au contenu ↑

Traitement du cancer du cerveau

Le cancer du cerveau est un type de cancer plus difficile à traiter que les autres types. Pour lutter efficacement contre la pathologie, une approche intégrée est souvent utilisée qui combine chirurgie, intervention radiochirurgicale et exposition radio. La tâche principale du traitement du cancer du cerveau n'est pas seulement l'élimination de la formation de tumeurs, mais également la prévention des rechutes (re-développement de la tumeur). Dans les premiers stades, la formation oncologique répond plus rapidement au traitement, le pourcentage de réussite est assez élevé.

Parmi les méthodes de lutte contre le cancer du cerveau figurent:

  • Chirurgie ou ablation d'un cancer du cerveau. Cette méthode est la principale méthode pour influencer la tumeur oncologique. Pendant l'opération, le spécialiste essaie d'enlever toute la zone touchée. Une telle approche est impossible en cas de lésions oncologiques étendues de l'organe. Par conséquent, avec un degré de dommage prononcé, une chimiothérapie et une radiothérapie sont effectuées au préalable pour réduire le volume des lésions malignes;
  • Chirurgie stéréotaxique. La méthode est la plus moderne et la plus efficace. L'essence de l'opération est l'impact local sur les zones touchées. Lors de l'intervention, le faisceau agit sur les cellules tumorales; les tissus sains voisins ne sont pratiquement pas endommagés. Cette caractéristique augmente considérablement l'efficacité de l'opération, minimise les effets secondaires;
  • Effet de radiothérapie. L'essence de la méthode réside dans l'effet des substances radioactives sur les tissus du corps. L'efficacité de la méthode réside dans la sensibilité particulière des cellules atypiques aux effets radioactifs. Les cellules sont détruites, la tumeur cérébrale meurt. La méthode est réalisée en cours, leur durée et leur fréquence dépendent du stade de la pathologie et du volume du cancer. Ce type de thérapie est efficace avant et après la chirurgie;
  • Direction de la chimiothérapie. L'essence de la procédure réside dans l'effet sur la tumeur tumorale avec des médicaments agressifs qui perturbent le fonctionnement et la viabilité des cellules cancéreuses, les détruisant progressivement. Le complexe de médicaments nécessaires, le spécialiste sélectionne individuellement, en tenant compte des caractéristiques du patient. Les médicaments peuvent être sous forme d'injections ou de comprimés. La chimiothérapie est effectuée dans les cours. Malgré sa grande efficacité, la direction thérapeutique a de nombreux effets secondaires;
retour au contenu ↑

Période de rééducation

En plus de la thérapie principale, le patient a besoin d'un long cours de récupération. Vous devez adhérer à un régime spécial, consulter un psychologue, un orthophoniste, effectuer un cours spécial d'exercices physiques thérapeutiques pour restaurer l'activité physique. Dans un certain nombre de cas, après le traitement, le patient peut avoir des conséquences négatives d'un cancer du cerveau: états convulsifs, crises d'épilepsie. Dans de telles situations, il est optimal de prescrire des médicaments..

La diététique joue un rôle important dans le maintien du corps dans la période post-thérapeutique. Pendant la maladie, avant et après une chirurgie (ou une cure), le patient manque souvent d'appétit. Cependant, le corps a besoin d'une alimentation régulière et soigneusement équilibrée, nécessaire pour récupérer et combattre le cancer du cerveau. Le régime alimentaire du patient doit contenir des légumes et des fruits, des céréales en grande quantité. Il est recommandé de manger du poisson maigre et de la viande. Manger doit être fréquent et petit, le patient ne doit pas se forcer à trop manger.

Il faut renoncer aux aliments trop sucrés, salés, gras, aux viandes fumées et aux conservateurs. Arrêtez de boire du café et du thé fort.

Pronostic du cancer du cerveau

Une détection rapide et un traitement adéquat donnent plus de chances d'aboutir. Dans les cas où la pathologie a été détectée au premier stade (initial), le nombre de patients cancéreux survivants, dans les 5 ans, atteint 80% des cas.

Malheureusement, le cancer du cerveau de stade avancé 4, dans la plupart des cas, ne répond pas au traitement. Dans les 5 ans, après le traitement nécessaire, le taux de survie des patients n'est pas si élevé - 60% des cas.

Cancer du cerveau

Le cancer du cerveau est un néoplasme pathologique du cerveau. Sa particularité est sa croissance rapide dans les tissus environnants et leur destruction. La raison du développement de la maladie est la croissance et le développement illimités de cellules cérébrales malignes.

En comparaison avec d'autres cancers, le cancer du cerveau est la forme la plus rare de cancer. Dans le nombre total de tumeurs malignes, sa part n'est que de 1,5%.

Évolution clinique de la maladie

Quant au cancer du cerveau, il ne peut pas être divisé en tumeurs bénignes et malignes. Sans exception, tous les néoplasmes du cerveau sont malins. Quel que soit le taux de croissance de la tumeur dans le cancer du cerveau, cela peut entraîner la mort du patient à tout moment. La localisation est ici le facteur décisif..

Symptômes du cancer du cerveau

La localisation de la tumeur dans le cerveau et sa taille provoquent la manifestation de tout un spectre de symptômes variés (focaux, cérébraux et somatiques généraux), dont l'intensité augmente au fur et à mesure que la maladie progresse.

Dans certains cas, pendant une période assez longue, la tumeur peut se développer sous une forme latente. L'augmentation des manifestations cliniques dans ce cas est périodique..

Cependant, une manifestation aiguë de la maladie est possible, parfois un accident vasculaire cérébral. Les signes de cancer du cerveau dans ces cas peuvent être similaires aux signes de méningo-encéphalite virale ou de toute maladie du système vasculaire cérébral..

Symptômes focaux du cancer du cerveau:

  • Sensibilité altérée (incapacité ou capacité réduite à percevoir les stimuli externes, perception altérée dans l'espace de son propre corps ou de ses différentes parties);
  • Troubles de la mémoire (jusqu'à la perte totale ou partielle de celui-ci);
  • Diminution de l'activité musculaire et altération de la fonction motrice (se manifestant sous forme de parésie ou de paralysie);
  • Crises épileptiques causées par la formation d'un foyer d'excitation stagnante dans le cortex cérébral;
  • Déficience auditive et reconnaissance de la parole;
  • Déficience visuelle et reconnaissance de texte / objets;
  • Perte totale ou partielle de la parole (orale et écrite);
  • Troubles de l'autonomie (étourdissements, fluctuations du pouls et de la pression, faiblesse générale);
  • Troubles hormonaux;
  • Coordination altérée des mouvements;
  • Changements de caractère, altération de l'attention, distraction, perte d'orientation dans l'espace, le temps, le soi;
  • Troubles des fonctions intellectuelles et de la sphère émotionnelle, perte des traits de personnalité;
  • Hallucinations auditives et visuelles.

Symptômes cérébraux généraux du cancer du cerveau:

  • Maux de tête intenses, permanents et mal contrôlés par des analgésiques ne contenant pas de stupéfiants (ce signe de cancer du cerveau est l'un des plus fréquents et précoces; l'intensité de la douleur dépend en grande partie de la taille et de l'emplacement de la tumeur);
  • Vomissements, jaillissements, soudains, réflexes. Il ne dépend pas de la prise alimentaire, peut ne pas être accompagné de nausées antérieures, apparaît, en règle générale, au sommet du mal de tête (le plus souvent tôt le matin ou tard le soir / la nuit), dans certains cas, il est provoqué par un changement de position du corps;
  • Étourdissements causés par une augmentation de la taille d'une tumeur et, par conséquent, une détérioration de l'apport sanguin au cerveau;
  • Un symptôme de disques optiques congestifs (l'un des signes les plus précieux qui manifestent une congestion veineuse et un piégeage du nerf optique). Ce symptôme peut entraîner une atrophie optique de type secondaire..

La nature des troubles mentaux émergents, qui sont des signes de cancer du cerveau, dépend directement de la localisation de la tumeur:

  • Léthargie, inertie, apathie; agression, suivie d'un état d'euphorie; diminution de la mémoire et déficience intellectuelle; comportement étrange, manque de propreté avec les selles et l'urine, manque de criticité (avec le développement d'une tumeur dans les lobes frontaux);
  • Hallucinations gustatives, olfactives, auditives (avec développement d'une tumeur dans le lobe temporal);
  • Hallucinations visuelles (si la tumeur est située à la jonction des lobes temporal et occipital);
  • Paresthésies et survenue de douleurs dans les membres opposés (avec une tumeur dans le lobe pariétal).

Types de cancer du cerveau

Il existe deux types de cancers dans le cerveau: les tumeurs primaires et les tumeurs secondaires.

Le cancer qui se développe directement à partir des cellules cérébrales est du type primaire.

Un néoplasme résultant de la propagation de métastases au cerveau à partir d'autres organes affectés par des cellules cancéreuses est un type secondaire de tumeur.

Stades du cancer du cerveau

Comme la plupart des autres cancers, le cancer du cerveau se produit en plusieurs étapes. La méthode généralement acceptée pour déterminer le stade de la maladie est la méthode TNM. Ce système est basé sur l'évaluation de la tumeur selon trois critères principaux et leur contribution au niveau global de risque de cancer.

La valeur de la caractéristique «T» dans ce système sert à évaluer la taille et l'emplacement de la tumeur. Son indicateur varie de 1 à 4 (plus il est élevé, plus le stade de la maladie est sévère).

La caractéristique «N» mesure la propagation du cancer du cerveau aux ganglions lymphatiques adjacents. Au cours de l'analyse, une attention particulière est portée au nombre de ganglions lymphatiques affectés et à leur taille. La caractéristique est décrite par une valeur numérique comprise entre 0 et 2 (plus elle est grande, plus la maladie progresse).

La caractéristique «M» vous permet d'évaluer la présence et le nombre de métastases à distance. Le chiffre "0" indiqué à côté de la lettre M indique l'absence de métastases. Un autre chiffre indique leur présence. L'index numérique peut être quelconque, ce qui vous permet de clarifier le système ou l'organe affecté et permet d'obtenir plus d'informations sur le danger de la maladie.

Plusieurs codes sont utilisés pour décrire chaque stade spécifique du cancer du cerveau, y compris les caractéristiques T, N et M..

Traitement du cancer du cerveau

Pour le traitement du cancer du cerveau, une thérapie complexe est utilisée, qui peut inclure:

  • Traitement symptomatique, qui n'élimine pas la cause de la maladie, mais permet de réduire ses manifestations, prolongeant la vie du patient ou contribuant à son amélioration de la qualité;
  • Chirurgie. Cette méthode de traitement est la plus efficace, cependant, elle peut être compliquée par la localisation de la tumeur dans les parties vitales du cerveau. La plus grande efficacité de la chirurgie cérébrale est assurée par l'utilisation de techniques laser et ultrasonores;
  • Radiothérapie;
  • Chimiothérapie.

Néanmoins, malgré le traitement du cancer du cerveau, la vie d'un patient atteint de cette maladie dans seulement 25% des cas dépasse 2 ans..

Vous ne pouvez vous débarrasser de la plupart des tumeurs que par chirurgie. Nous vous recommandons d'être très prudent sur le site de l'opération pour une tumeur au cerveau.

La principale caractéristique de l'évolution du cancer du cerveau est une forte probabilité de récidive..