Principal
Cirrhose

Symptômes du cancer de la thyroïde. Méthodes de traitement, pronostic de survie

Le cancer de la thyroïde est un néoplasme malin qui se développe à partir de cellules folliculaires, médullaires ou papillaires.

L'augmentation de la fréquence de diagnostic - cancer de la thyroïde au cours des 15 dernières années était de 6%. Selon les experts, cela est dû à l'introduction généralisée de méthodes de diagnostic par ultrasons capables de détecter à un stade précoce la présence de tumeurs malignes qui restaient auparavant non diagnostiquées..

Il est possible d'identifier les signes de cancer de la thyroïde à un stade précoce à l'aide de l'autodiagnostic - le soi-disant «auto-examen thyroïdien». L'auto-examen du cou révèle souvent un gonflement et une hypertrophie de certaines structures, indiquant un goitre, des tumeurs bénignes ou un cancer de la thyroïde..

Pour 2014, les statistiques thyroïdiennes suivantes sont attendues aux États-Unis:

  • Environ 63 mille nouveaux cas de cancer diagnostiqués 48 mille femmes et 15 mille hommes
  • 1800 - 1850 décès par cancer 1050 femmes et 800 hommes

Le cancer de la thyroïde, dont les symptômes permettent de déterminer rapidement la présence d'un processus pathologique, est généralement diagnostiqué chez l'adulte à un âge plus précoce que les tumeurs malignes d'autres organes. 65% du nombre total de cas confirmés sont retrouvés chez des patients de moins de 55 ans. Environ 2% des cancers de la thyroïde surviennent chez les enfants et les adolescents.

Au cours des dernières décennies, l'incidence du cancer de la thyroïde a considérablement augmenté, ce qui en fait le cancer malin à la croissance la plus rapide aux États-Unis. Néanmoins, le taux de mortalité de la maladie reste systématiquement faible par rapport aux autres tumeurs.

Facteurs de risque

Les conditions qui augmentent le risque de cancer de la thyroïde comprennent:

  • Sexe et âge (chez la femme, la maladie se développe trois fois plus souvent. De plus, chez la femme, le cancer est détecté à un âge plus précoce (40-50 ans) que chez l'homme (60-70));
  • Consommation insuffisante d'aliments contenant de l'iode (dans les régions où l'iode est insuffisant dans les aliments, le développement d'un cancer folliculaire de la thyroïde est plus souvent noté. Une carence en iode augmente le risque de carcinome papillaire, en particulier chez les personnes exposées aux radiations);
  • Rayonnement (l'exposition aux rayonnements radioactifs est un facteur de risque confirmé. La radiothérapie dans la région de la tête et du cou, administrée pendant l'enfance, augmente considérablement le risque de maladie à l'avenir. L'exposition radioactive comprend également les procédures de diagnostic - rayons X ou tomodensitométrie. L'utilisation de ces méthodes dans l'enfance devrait effectuée uniquement pour des indications claires et à petites doses si les autres méthodes sont inefficaces).

Des études ont montré qu'après l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, il y avait eu une forte augmentation de l'incidence du cancer de la thyroïde d'un facteur 10. Dans le même temps, les personnes ayant un apport suffisant en iode dans le corps avaient un risque moindre de maladie. L'exposition des adultes aux rayonnements comporte un risque beaucoup plus faible que l'exposition des enfants.

  • Maladies héréditaires (il existe parfois une prédisposition familiale au développement d'un cancer. Cependant, dans la structure générale de l'incidence, elles sont isolées et n'ont pas une base suffisante pour la confirmation).

Tous ces facteurs conduisent à la cause ultime de la dégénérescence des cellules glandulaires en cellules cancéreuses - des mutations dans l'ADN du patient. Dans le cas de l'hérédité accablée, une personne acquiert un gène muté même à la conception. Dans d'autres cas, la mutation se produit sous l'influence de divers facteurs décrits ci-dessus..

Types de tumeurs

La plupart des cancers de la glande thyroïde sont différenciés, c'est-à-dire qu'ils se composent de cellules folliculaires presque inchangées de l'organe.

Le carcinome papillaire représente environ 80% de tous les cancers de la thyroïde. Cette espèce est caractérisée par une croissance lente et des dommages à seulement 1 lobe de l'organe. Malgré une croissance plutôt lente, la tumeur se propage souvent aux ganglions lymphatiques cervicaux. Le cancer papillaire se caractérise par une faible mortalité et un pronostic de traitement favorable.

Le carcinome folliculaire est la deuxième forme la plus courante de cancer de la thyroïde (10%). Son incidence est significativement plus élevée dans les pays où les niveaux d'iode dans les aliments sont insuffisants. Ces tumeurs ne se propagent généralement pas aux ganglions lymphatiques, mais peuvent envahir d'autres organes, y compris les poumons et le système squelettique. Le pronostic du carcinome folliculaire n'est pas aussi favorable que celui du carcinome papillaire, bien que dans la plupart des cas, le traitement puisse complètement éliminer la maladie.

Le carcinome médullaire dans la structure des cancers de la thyroïde est d'environ 6%. Il se développe à partir de cellules glandulaires qui produisent l'hormone calcitonine, qui contrôle les taux de calcium sanguin. La présence d'une tumeur peut être indiquée par une teneur accrue en calcitonine et en une protéine spéciale - l'antigène carcino-embryonnaire. Ce type de cancer métastase aux ganglions lymphatiques, aux poumons, au foie et à d'autres organes. Cela se produit souvent avant même que la tumeur ne soit détectée. En raison de l'impossibilité de diagnostiquer et de traiter ce type de cancer à l'iode radioactif, le pronostic reste défavorable pour le moment..

Le carcinome anaplasique est une forme rare de cancer, représentant environ 2 à 4% des cas. Il s'agit d'une forme indifférenciée de cancer, car le type de cellules tumorales ne peut être déterminé avec précision. On pense que ce cancer se développe à partir de carcinomes papillaires ou médullaires existants. Les symptômes du cancer anaplasique de la thyroïde sont caractérisés par un développement plus rapide, une croissance tumorale accélérée et des métastases précoces aux ganglions lymphatiques cervicaux et aux organes distants, ce qui entraîne des difficultés importantes dans le traitement.

Symptômes

Les signes du cancer de la thyroïde sont:

  • Sensation d'une masse cervicale élargie (généralement d'un côté, souvent avec une croissance rapide)
  • Gonflement du cou dans la région de la glande
  • Douleur dans la région des glandes, s'étendant parfois jusqu'aux oreilles
  • Enrouement et autres changements de voix persistants
  • Difficulté à avaler
  • Trouble respiratoire - essoufflement, suffocation, toux
  • Toux persistante non associée au rhume (cancer de la thyroïde de stade 4 dans 61% des cas métastasant aux poumons)

La douleur qui survient lors de la déglutition stimule excessivement les glandes de la gorge qui produisent du mucus visqueux. Pour cette raison, il y a une sensation de "boule de coton dans la gorge".

La dégénérescence des cellules glandulaires entraîne une diminution du volume de tissu organique sain et une diminution de la quantité d'hormones produites, à la suite desquelles l'hypothyroïdie se développe. Les signes de cette condition sont:

  • Apathie, léthargie, somnolence
  • Des picotements dans les membres
  • Chute de cheveux (causes), voix rauque

Avec le développement du cancer folliculaire de la thyroïde, au contraire, l'organe est stimulé, ce qui conduit à l'hyperthyroïdie. En raison de la surproduction d'hormones par les cellules tumorales pathologiques, les symptômes suivants apparaissent:

  • Des convulsions
  • Sensation de chaleur, transpiration excessive (causes)
  • Insomnie, fatigue chronique
  • Perte de poids, perte d'appétit

Étapes

Formes différenciées chez les patients de moins de 45 ans

Les jeunes sont moins susceptibles de mourir de ce cancer. La division en étapes dans le groupe d'âge décrit se fait comme suit:

  • Stade 1 - la tumeur a n'importe quelle taille, mais elle ne se désintègre pas et ne métastase pas vers des organes distants. Il peut se propager aux ganglions lymphatiques les plus proches;
  • Stade 2 - une tumeur de toute taille, qui a en même temps des métastases dans des parties éloignées du corps.
Formes différenciées chez les patients après 45 ans
  • Le stade 1 est caractérisé par une croissance tumorale limitée (jusqu'à 2 cm), qui ne présente pas de métastases dans les ganglions lymphatiques et d'autres organes;
  • Stade 2 - une tumeur d'un diamètre de 2 à 4 cm, qui ne dépasse pas l'organe. Les métastases aux ganglions lymphatiques et aux autres organes sont absentes;
  • Les signes du stade 3 sont une augmentation de la taille de la tumeur> 4 cm ou dépassant les limites de l'organe sans se propager aux ganglions lymphatiques et à d'autres parties du corps, ou la présence d'une tumeur de toute taille qui a des métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux les plus proches, mais sans carie et métastase à d'autres organes;
  • Stade 4A - une tumeur de toute taille avec des lésions à l'extérieur de l'organe. La présence de métastases dans les ganglions lymphatiques environnants (cervicaux, thoraciques) est possible, mais sans foyers secondaires distants;
  • Stade 4B - une tumeur de toute taille, caractérisée par une invasion profonde dans le cou vers la colonne vertébrale ou dans les gros vaisseaux sanguins à proximité. Des métastases aux ganglions lymphatiques sont possibles, mais il n'y a pas de métastases à distance;
  • Le stade 4C signifie la présence de métastases dans d'autres organes. Dans ce cas, la tumeur peut être de n'importe quelle taille et ne dépasse même pas la glande ou ne métastase pas jusqu'aux ganglions lymphatiques.
Formes anaplasiques

Toutes les formes anaplasiques détectées sont évidemment considérées comme des cancers de grade 4, ce qui caractérise un pronostic défavorable de la maladie..

  • Stade 4A - la tumeur se trouve dans la glande thyroïde. Il n'y a pas de métastases à distance, mais des foyers dans les ganglions lymphatiques les plus proches peuvent être déterminés;
  • Le stade 4B est caractérisé par une invasion tumorale à l'extérieur de l'organe sans formation de métastases à distance;
  • Le stade 4C reflète la présence de métastases tumorales à distance. Dans ce cas, le foyer principal peut être dans la glande et ne pas avoir de métastases dans les ganglions lymphatiques.

Traitement

Le choix de la méthode de traitement dépend de la forme de cancer et du stade de développement de la tumeur. Le cancer de la thyroïde est traité par un ou une combinaison de plusieurs des éléments suivants:

  • Chirurgie;
  • Traitement à l'iode radioactif;
  • Radiothérapie;
  • Thérapie hormonale;
  • Chimiothérapie;
  • Thérapie sélective (ciblée, ciblée).

Habituellement, l'oncologie de la glande thyroïde est curable, en particulier si la tumeur n'a pas encore commencé à métastaser. Dans une situation où il n'est pas possible de guérir complètement le cancer, le traitement vise à éliminer ou à détruire la plupart des cellules cancéreuses et à arrêter leur croissance et métastase. Dans les cas avancés, un traitement palliatif est réalisé dans le but d'éliminer les symptômes dangereux du cancer (douleur, problèmes respiratoires, déglutition).

Chirurgie

La chirurgie est aujourd'hui le principal traitement du cancer de la thyroïde. L'exception concerne certaines formes anaplasiques..

La lobectomie est une opération qui consiste à retirer 1 lobe de la glande thyroïde. Cette méthode est utilisée pour traiter les petits cancers qui n'ont pas pénétré au-delà du tissu glandulaire. Dans certains cas, une telle opération est effectuée à des fins de diagnostic, si la biopsie n'a pas fourni un résultat fiable..

L'avantage de l'opération est qu'il n'est pas nécessaire de prendre des médicaments hormonaux à l'avenir, car le traitement laisse une partie saine de la glande.

Une thyroïdectomie est une opération qui supprime complètement la glande thyroïde. C'est la méthode chirurgicale la plus courante. Distinguer thyroïdectomie totale et subtotale. Ce dernier suppose une élimination incomplète du tissu glandulaire en raison des particularités de la croissance tumorale ou de la structure anatomique de l'organe..

Après l'ablation de la glande thyroïde, le patient se voit prescrire quotidiennement des médicaments hormonaux (hormone thyroïdienne lévothyroxine).

L'ablation des ganglions lymphatiques est généralement effectuée en même temps que l'opération principale. L'ablation des ganglions lymphatiques cervicaux est d'une importance particulière dans le traitement du cancer médullaire, ainsi que des formes anaplasiques.

Les complications et les effets secondaires de la chirurgie comprennent:

  • Enrouement temporaire ou permanent de la voix, ainsi que sa perte;
  • Dommages aux glandes parathyroïdes;
  • Saignements ou grandes ecchymoses dans le cou;
  • Infection de la plaie.

Traitement à l'iode radioactif

Lorsque l'iode radioactif (Iode-131) pénètre dans le corps, il s'accumule presque complètement dans les cellules de la glande thyroïde. Cette méthode de traitement est basée sur cela. Après administration orale sous forme de capsule, le médicament est absorbé de l'intestin dans le sang et absorbé par les cellules de la glande. Sous l'influence des radiations, les cellules glandulaires (cancéreuses et saines) sont détruites, alors qu'il n'y a aucun effet négatif sur tous les autres organes.

Cette méthode peut être utilisée pour détruire le tissu thyroïdien laissé après un traitement chirurgical. Le traitement à l'iode radioactif est également efficace contre les métastases dans les ganglions lymphatiques et d'autres organes..

La méthode décrite permet une augmentation significative du taux de survie des patients atteints d'un cancer de la thyroïde papillaire et folliculaire, qui sont passés au stade 4 (avec métastases). Dans le même temps, les avantages de la méthode restent douteux dans les premiers stades, lorsque l'ablation de la tumeur peut être réalisée efficacement avec une méthode chirurgicale..

Afin d'obtenir une plus grande efficacité du traitement à l'iode radioactif, il est nécessaire d'atteindre une concentration élevée d'hormone thyréostimulante dans le sang du patient. Il favorise l'agrégation de l'iode par les cellules glandulaires. Si vous avez déjà subi une intervention chirurgicale pour retirer votre thyroïde, vous pouvez augmenter les taux d'hormones stimulant la thyroïde en limitant votre apport quotidien en hormones thyroïdiennes pendant plusieurs semaines. Une autre manière est l'introduction de la préparation médicinale Tyrogen, qui est une solution d'hormone stimulant la thyroïde. Il est injecté une fois par jour pendant 2 jours. Le troisième jour, de l'iode radioactif est administré.

Les complications de la méthode dépendent de la dose de rayonnement reçue:

  • Gonflement du cou
  • Bouche sèche;
  • Nausée et vomissements;
  • Gonflement et induration des glandes salivaires;
  • Changement des sensations gustatives;
  • Yeux secs (voir syndrome de l'œil sec).

Thérapie hormonale

L'utilisation continue de comprimés d'hormones thyroïdiennes a deux objectifs:

  • Maintenir le fonctionnement normal du corps;
  • Arrêter la croissance des cellules cancéreuses restantes après un traitement chirurgical.

Étant donné qu'après la thyroïdectomie, le corps est incapable de produire des hormones thyroïdiennes, le patient doit suivre un traitement hormonal substitutif. Cela permet d'éviter que le cancer ne se reproduise. Habituellement, les médecins recommandent de prendre des hormones à des doses supérieures à la norme quotidienne.

Radiothérapie

La radiothérapie implique l'utilisation de rayonnements de haute intensité pour cibler les cellules cancéreuses. Avant l'irradiation, un ajustement fin et précis est effectué pour n'irradier que le foyer pathologique sans endommager les tissus sains. Cette méthode n'est généralement pas utilisée pour traiter les cancers à accumulation d'iode, car la thérapie à l'iode radioactif est un traitement plus efficace. Ainsi, la radiothérapie est utilisée pour traiter les formes anaplasiques de cancer de la thyroïde..

Lorsque la tumeur se développe en dehors de la glande thyroïde, la radiothérapie peut réduire le risque de re-développement de la tumeur après la chirurgie et ralentir la croissance des métastases dans d'autres organes.

Le cours du traitement se déroule sur plusieurs semaines, 5 jours par semaine. Avant de commencer le traitement, un professionnel de la santé effectuera des mesures précises des structures anatomiques de chaque patient, déterminera l'angle d'exposition requis et définira la dose de rayonnement requise. La séance de radiothérapie dure quelques minutes et est absolument indolore.

Effets secondaires de la radiothérapie:

  • Dommages aux tissus environnants;
  • Décoloration de la peau;
  • Bouche sèche;

Thérapie sélective

À l'heure actuelle, le développement de nouveaux médicaments se poursuit, dont l'action vise à éliminer uniquement les cellules cancéreuses modifiées. Contrairement à la chimiothérapie standard, au cours de laquelle toutes les cellules à croissance rapide sont détruites, ces médicaments sont plus sélectifs et n'affectent que les cellules cancéreuses.

Médicaments de thérapie sélective pour le cancer médullaire de la thyroïde

Le traitement de ce type de cancer est d'un plus grand intérêt, car l'hormonothérapie standard, ainsi que le traitement à l'iode radioactif, restent dans ce cas inefficaces..

Le vandétanib est un médicament de thérapie sélective qui arrête la croissance tumorale dans les 6 mois suivant le début du traitement. Dans le même temps, les données sur le taux de survie des patients prenant ce médicament sont insuffisantes par rapport aux autres groupes..

Le cabozantinib est un autre médicament utilisé pour le traitement sélectif du cancer médullaire de la thyroïde. Le terme pour limiter la croissance d'une tumeur cancéreuse lors de la prise du médicament est de 7 mois.

Thérapie sélective pour le cancer papillaire et folliculaire de la thyroïde

Le besoin de médicaments pour le traitement de ces types de cancer est moins prononcé, car dans ces cas, des méthodes chirurgicales et une thérapie à l'iode radioactif sont utilisées avec succès. Les médicaments pour la thérapie sélective comprennent:

  • Sorafenib (sorafenib);
  • Sunitinib (sunitinib);
  • Pazopanib (pazopanib);
  • Vandétanib.

Prévoir

L'efficacité du traitement et la qualité de la vie ultérieure dépendent du type et du stade de la maladie. Pour 2010, les statistiques de survie étaient représentées par les chiffres suivants.

Taux de survie à cinq ans des patientsÉtape 1Étape 2Étape 3Étape 4
Cancer papillairetaux de survie de près de 100%taux de survie de près de 100%93%51%
Cancer folliculaireenviron 100%environ 100%71%50%
Cancer médullaireenviron 100%98%81%28%

Le taux de survie à cinq ans des carcinomes thyroïdiens anaplasiques (indifférenciés), dont la plupart ont atteint le stade 4 au moment de la détection, est d'environ 7%.

Quel est le pronostic des tumeurs thyroïdiennes bénignes et malignes

Une tumeur thyroïdienne est une croissance bénigne ou cancéreuse qui provient des cellules d'un organe. Au stade initial, il se déroule presque sans symptômes. À mesure que le nœud grandit, les mouvements de déglutition et la respiration deviennent plus difficiles, le cou se déforme, le timbre de la voix change et le bien-être général se détériore. Pour le diagnostic des maladies tumorales, une échographie de la glande thyroïde, une analyse des hormones thyroïdiennes, une scintigraphie, une analyse histologique des tissus sont prescrites.

Classification des tumeurs

En endocrinologie, on distingue différents types de tumeurs de la glande thyroïde (TG), différant par leur structure, leur quantité et la raison de leur formation. En aval, il peut s'agir d'une formation bénigne ou maligne. Dans la structure des pathologies cancéreuses, les carcinomes thyroïdiens ne représentent pas plus de 2,2%. Ils se développent lentement, métastasent rarement vers des organes distants. Selon les statistiques, la maladie est diagnostiquée 3 fois plus souvent chez les femmes.

Bénin

Une tumeur de la glande thyroïde est une conséquence de la transformation des thyrocytes (cellules épithéliales de la glande), qui survient lorsque les gènes sont endommagés. En raison de la mutation de l'ADN, le processus de division et de renouvellement cellulaire est interrompu. En raison des changements néoplasiques, les tissus glandulaires perdent leur capacité à réguler la mitose (division). Mais la différenciation des thyrocytes est préservée, c'est-à-dire que leur structure ne diffère pas des cellules des zones normalement fonctionnelles de la glande.

Une glande thyroïde hypertrophiée résultant d'une division et d'une croissance anormales des thyrocytes est appelée hyperplasie. Sans traitement approprié, un goitre se forme dans la glande - un néoplasme nodulaire limité ou diffus.

Types de tumeurs bénignes (néoplasies) de la glande thyroïde:

  • Un kyste est une formation creuse avec un contenu liquide, entouré d'une capsule de tissu conjonctif. Cela se produit en raison d'une hémorragie ou de dommages à l'adénome. Les kystes ne représentent pas plus de 10% de tous les néoplasmes de la glande endocrine. Ils deviennent rarement malins, ils ne provoquent donc pas de complications potentiellement mortelles..
  • Adénome folliculaire - une tumeur des cellules folliculaires de la glande, enfermée dans une capsule dense. Il progresse lentement et n'a pratiquement aucun effet sur l'activité sécrétoire de la glande thyroïde.
  • L'adénome toxique est une formation nodulaire qui produit des hormones contenant de l'iode. Croît rapidement en taille, provoquant une thyrotoxicose.

Les tumeurs non malignes des lobes thyroïdiens sont provoquées par une carence en iode, des maladies auto-immunes, une prédisposition génétique, une dépendance.

Malin

Les néoplasies malignes proviennent de cellules C folliculaires, non thyroïdiennes et parafolliculaires. En fonction du degré de leur différenciation, plusieurs types de cancer de la glande sont distingués - indifférenciés, différenciés, mal différenciés.

Au stade initial, la croissance des néoplasmes malins ne provoque aucune sensation, ce qui complique le diagnostic rapide.

Types de néoplasmes malins de la glande thyroïde:

  • Le carcinome folliculaire est une croissance nodulaire de cellules folliculaires qui survient chez 5% des personnes atteintes d'un cancer de la thyroïde. Les tumeurs se développent très lentement, métastasent rarement vers les organes voisins et éloignés.
  • Carcinome papillaire - formations de cellules papillaires de la glande qui ne sont pas sujettes à une croissance invasive (germination dans les tissus environnants). Trouvé chez 90% des patients atteints d'un cancer de la thyroïde. Pendant longtemps, ils sont asymptomatiques, ils sont donc détectés avec une déformation évidente de l'un des lobes thyroïdiens. Dans de rares cas, des métastases régionales dans les ganglions lymphatiques sont détectées.
  • Carcinome mal différencié - nœuds folliculaires et papillaires, constitués de cellules mal différenciées. Souvent poussent dans les tissus adjacents, se développent rapidement.
  • Le cancer médullaire est un type rare de pathologie détecté chez seulement 1% des patients atteints d'un cancer de la thyroïde. Une tumeur se forme dans l'un des lobes thyroïdiens à partir de cellules parafolliculaires qui produisent de la calcitonine. Avec un diagnostic tardif, il est compliqué par d'autres maladies endocriniennes.
  • Le lymphome est une tumeur formée à partir de cellules de tissu lymphoïde. Dans 92% des cas, il survient dans le contexte d'autres néoplasies. Les personnes âgées sont sujettes à la pathologie. Chez les femmes, il est détecté 3 fois plus souvent.
  • Carcinome indifférencié - néoplasie des cellules immatures (anaplasiques), sujettes à une croissance rapide. Les nodules de la glande thyroïde se développent rapidement dans l'organe, les vaisseaux sanguins et lymphatiques. Le cancer indifférencié est très malin, car il métastase vers des organes distants. 2 fois plus souvent détecté chez les hommes âgés.
Les néoplasmes pauvres ont tendance à se développer rapidement, ce qui se traduit par une insuffisance respiratoire et une suffocation.

Manifestations externes et signes subjectifs

Pendant longtemps, un néoplasme dans la glande thyroïde ne provoque pas d'inconfort. Les symptômes apparaissent lorsque la tumeur serre les tissus environnants, endommage la capsule thyroïdienne.

Les premiers symptômes de la néoplasie thyroïdienne:

  • sensation de boule dans la gorge;
  • Difficulté à avaler
  • distension dans le cou;
  • enrouement de la voix;
  • dyspnée;
  • toux sèche.

Avec des dommages diffus à la glande thyroïde, le cou gonfle et avec des dommages locaux, il se déforme. La palpation est douloureuse. Avec la croissance des néoplasmes dans la capsule de l'organe, la douleur s'intensifie. Le cancer de la thyroïde s'accompagne de:

  • gonflement du cou;
  • léthargie;
  • somnolence;
  • diminution du poids corporel;
  • manque d'appétit;
  • augmentation modérée de la température;
  • augmentation de la pression artérielle.

Avec le goitre hormono-actif chez la femme, le cycle menstruel est perturbé, ce qui est associé à une augmentation du taux d'hormones thyroïdiennes dans le sang. De plus, les personnes des deux sexes présentent des symptômes de thyrotoxicose:

  • irritabilité;
  • selles instables;
  • fatigue accrue;
  • yeux exorbités;
  • sensation de rythme cardiaque;
  • augmentation de la transpiration;
  • tremblement de la main;
  • sautes d'humeur soudaines.

Diminution de la libido, agressivité, interruptions du travail du cœur sont les principaux symptômes chez les hommes atteints d'adénome toxique. À mesure que la tumeur se développe, la douleur de la glande thyroïde se propage à:

En raison d'un déséquilibre hormonal, les patients deviennent anxieux et déprimés. La moitié d'entre eux ont des capacités intellectuelles réduites, la mémoire se détériore.

Si la néoplasie a été précédée d'une inflammation auto-immune, des symptômes d'hypothyroïdie apparaissent - hypotension artérielle, apathie, prise de poids, poches du visage, frissons, somnolence.

Diagnostic des néoplasmes

Avec la néoplasie, des formations diffuses ou nodulaires apparaissent dans la glande thyroïde. Le diagnostic commence par un examen physique, une palpation du cou et des ganglions lymphatiques régionaux. En cas de détection de néoplasmes, les éléments suivants sont également prescrits:

  • Tests d'hormones. Avec l'adénome hormono-actif et le goitre multinodulaire, le taux d'hormones endocrines - triiodothyronine (T3) et thyroxine (T4) - augmente dans le sang. Parfois, la thyrotoxicose est diagnostiquée avec des tumeurs folliculaires. Au dernier stade du cancer, une carence en hormones contenant de l'iode est détectée.
  • Échographie de la glande thyroïde. Les néoplasmes non malins de la glande thyroïde se présentent sous la forme d'objets hyperéchogènes aux contours nets et à la structure homogène. Les tumeurs malignes sont hétérogènes, ont des bords flous, contiennent des inclusions liquides, donc dans 90% des cas elles sont hypoéchogènes.
  • Scintigraphie. Une étude radio-isotopique est réalisée avant l'opération pour déterminer avec précision l'emplacement de la néoplasie. Les tumeurs hormono-actives accumulent un agent de contraste, de sorte qu'elles ressemblent à des zones jaune-rouge chaudes sur les images. Si les néoplasmes ne synthétisent pas les hormones et ne capturent pas l'iode radioactif, ils acquièrent une teinte bleu pâle (zone froide).
  • Test de calcitonine. Une surabondance de l'hormone est un marqueur du cancer médullaire de la thyroïde. La maladie est confirmée si, dans les 3 minutes après l'administration de pentagastrine, le taux de calcitonine augmente fortement.
Pour confirmer le diagnostic, une biopsie à l'aiguille fine est réalisée, suivie d'un examen histologique des échantillons de tissus. Selon les données obtenues, le médecin détermine le type de néoplasmes dans la glande - goitre colloïdal, cancer papillaire, adénome toxique.

Méthodes de traitement

La stratégie thérapeutique est développée individuellement, en tenant compte de la localisation, de la tendance à augmenter, de la croissance tumorale invasive. Avec des néoplasmes bénins dans la glande, ils se limitent à une intervention chirurgicale. En cas de tumeurs hormono-actives et malignes, des agents antithyroïdiens et antitumoraux sont également prescrits.

Thérapie médicamenteuse

Dans 8 cas sur 10, les médicaments sont utilisés en complément de la chirurgie. Les néoplasmes résiduels dans la glande thyroïde sont éliminés avec des agents antinéoplasiques qui inhibent la division des cellules atypiques. Selon l'indication, la chimiothérapie est prescrite avec un ou plusieurs médicaments. Les produits suivants sont utilisés comme médicaments anticancéreux:

  • Adriamycine;
  • Vizdokso;
  • Dacarbazine;
  • La bléomycine;
  • Cisplatine;
  • Vincristine;
  • Doxopeg;
  • Adriblastin.

En cas d'adénome bénin et de carcinome de la glande, une thérapie à l'iode radioactif est indiquée, dans laquelle il est nécessaire de prendre des médicaments à base d'isotopes radioactifs de l'iode (I-131). Ils sont capturés par les thyrocytes, après quoi ils se décomposent en particules gamma et bêta. Cela conduit à la mort du tissu thyroïdien, une diminution de la tumeur.

Opération

En l'absence de contre-indications, l'ablation chirurgicale de la tumeur thyroïdienne est prescrite à tous les patients. En fonction de la taille et de l'emplacement de la néoplasie, ils ont recours à différentes techniques chirurgicales:

  • Résection économique - une opération économe, au cours de laquelle seul le néoplasme est excisé avec une préservation maximale du tissu glandulaire.
  • Thyroïdectomie sous-totale - ablation de la glande thyroïde tout en préservant un petit morceau de tissu glandulaire. Réalisé pour plusieurs tumeurs, maladie de Graves.
  • Résection totale - excision de toute la glande thyroïde avec l'isthme. La chirurgie radicale est indiquée pour les carcinomes folliculaires, papillaires et médullaires.
Avec une tumeur maligne élevée du cancer, une dissection cervicale est effectuée - une opération d'exérèse des ganglions lymphatiques dans le cou.

Autres méthodes

Si une personne a non seulement une glande thyroïde enflée, mais également des métastases dans d'autres organes, on lui prescrit un traitement par rayonnement ionisant - radiothérapie. Elle est effectuée lorsque:

  • lymphome;
  • cancer médullaire;
  • tumeurs anaplasiques.

La radiothérapie est utilisée en cas de contre-indications à la chirurgie. Lors de l'irradiation, les cellules des néoplasmes sont détruites, ce qui conduit à la récupération. Souvent, la radiothérapie est administrée après l'ablation de la néoplasie glandulaire pour éviter la récidive.

Ce qui détermine le pronostic des tumeurs thyroïdiennes

Dans la plupart des cas, les patients de l'endocrinologue ont des tumeurs thyroïdiennes bénignes qui répondent bien au traitement. Le pronostic de survie dépend:

  • un type de néoplasie thyroïdienne;
  • diagnostic opportun;
  • méthode d'élimination de la tumeur;
  • l'alphabétisation du traitement de suivi;
  • complications associées.

Avec un traitement rapide des tumeurs bénignes, l'espérance de vie n'est pas réduite. Parmi les néoplasmes de qualité inférieure, le carcinome folliculaire est le moins dangereux, car le taux de survie à 10 ans des patients dépasse 90%.

Le pire pronostic dans le cancer médullaire mal différencié, qui se caractérise par:

  • cours latent;
  • progression rapide;
  • métastases aux poumons, au cerveau.

Les conséquences les plus redoutables sont observées avec les tumeurs secondaires du tissu osseux. Avec des lésions étendues, pas plus de 60% des patients dépassent le seuil de survie à 10 ans.

Sans chirurgie, la néoplasie maligne de la glande thyroïde entraîne la mort par suffocation dans les 6 à 12 mois.

Par rapport aux tumeurs bénignes et malignes d'autres organes, les carcinomes thyroïdiens sont plus faciles à traiter. Dans la plupart des cas, le pronostic est favorable. Mais le succès du traitement dépend en grande partie de l'opportunité de contacter un endocrinologue. Par conséquent, aux premiers signes de maladie, vous devez prendre rendez-vous avec un médecin..

Cancer de la thyroïde: symptômes et traitement

Le cancer de la thyroïde est une masse nodulaire maligne qui peut se développer à partir d'un épithélium de caractéristiques particulières, de type folliculaire ou parafolliculaire (cellules C). Ils se forment naturellement dans la glande thyroïde.

Les statistiques montrent qu'environ 5% des nodules thyroïdiens sont malins. Une telle maladie nécessite les tactiques de traitement les plus radicales..

La fréquence de la prévalence de cette formation maligne atteint environ 1,5% des tumeurs malignes existantes de diverses localisations. Après la tragédie de Tchernobyl, le taux d'incidence a considérablement augmenté. Il s'est largement répandu parmi les enfants. Le plus souvent, cette maladie de l'organe thyroïdien est diagnostiquée chez la femme âgée de 40 à 60 ans. C'est, au total, 3,5 fois plus souvent que les hommes. En cas d'exposition aux rayonnements, la maladie est sensible à l'accumulation d'une substance telle que l'iode radioactif. S'il n'y a aucun fait de l'effet des radiations, le trouble de santé est probablement plus lié à l'âge..

Les particularités de l'évolution d'une maladie telle que le cancer de la thyroïde sont le flou et la controverse du tableau clinique..

Vous devez également vous rappeler:

indolore des nœuds palpables,

métastases prématurées aux ganglions lymphatiques et aux organes et cellules situés à proximité.

Les diagnostics révèlent plus souvent des nodules bénins dans cet organe, dont l'activité est associée à la production d'hormones (90% -95% et 5% -10%). Cela indique la nécessité d'un diagnostic différentiel consciencieux..

Signes et symptômes du cancer de la thyroïde

Les patients se plaignent de:

Formation de caillots nodulaires dans la région de la glande thyroïde.

Augmentation marquée des ganglions lymphatiques cervicaux.

Plus l'enflure est importante, plus les symptômes sont évidents. Ils concernent la pression des structures du cou:

Les autres symptômes du cancer de la thyroïde comprennent:

perte de poids notable.

Si le patient est un enfant, la maladie est relativement lente et plus favorable. Les jeunes patients sont confrontés à une prédisposition aux métastases tumorales lymphogènes. Chez les personnes âgées, il y a souvent une prolifération des organes cervicaux environnants..

Causes du cancer de la thyroïde

Les maladies antérieures du cancer de la thyroïde sont de nature bénigne:

En outre, le cancer se développe à la suite de maladies:

Organes génitaux féminins.

Directement de la glande thyroïde et d'autres organes endocriniens - chez des parents proches.

Tumeurs et maladies dyshormonales des glandes mammaires.

Blessure au travail.

Trouble mental sévère.

Souvent, les personnes qui vivent dans des endroits où le goitre endémique se propage souffrent d'un cancer. En outre, une telle maladie devient souvent la conséquence de l'atteinte d'un certain âge..

Types de cancer de la thyroïde

Les tumeurs thyroïdiennes peuvent être classées en deux grandes catégories: bénignes et malignes. La première catégorie a des subdivisions telles que l'adénome folliculaire et papillaire.

La maladie est divisée en un certain nombre de variétés:

papillaire (moyenne 76%),

folliculaire (moyenne 14%),

médullaire (en moyenne 5-6%),

indifférenciée et anaplasique (ces variétés représentent 3,5 à 4%).

Il existe des variétés assez rares, qui comprennent le sarcome, le lymphome, le fibrosarcome, le cancer épidermoïde et métastatique. Leur part est, au total, de 1 à 2% des tumeurs malignes thyroïdiennes existantes.

Cancer médullaire de la thyroïde

Le cancer médullaire d'un organe tel que la glande thyroïde est le troisième type le plus courant de cette maladie (5 à 8%).

Cela peut être facilement identifié à l'aide de statistiques pertinentes. Par rapport aux papillaires et folliculaires, qui ont leurs propres méthodes de génération, le cancer médullaire peut provenir d'une source telle que les cellules parafolliculaires. Avec leur participation, l'hormone calcitonine est synthétisée. Il n'est pas nécessaire pour le métabolisme par rapport à la valeur d'autres hormones dans cet organe. La synthèse de cette hormone peut être commodément contrôlée en effectuant une opération appropriée pour contrôler la présence de cellules cancéreuses et une éventuelle rechute..

Cette maladie s'accompagne d'un faible taux de guérison dans un contexte de cas différenciés. Mais dans cette variété, l'efficacité des méthodes de traitement est encore plus faible. Le taux de survie à 10 ans atteint 90% - ici, les cellules cancéreuses se développent uniquement dans cet organe, dans 70%, elles se propagent aux ganglions lymphatiques cervicaux. 20% sont en cas de métastases à distance.

Cancer de la thyroïde folliculaire

Selon les statistiques, le type folliculaire de cancer de la thyroïde est la deuxième forme de cancer la plus courante de cet organe (

15%). Il se développe souvent chez les enfants, ainsi que chez les patients plus âgés, ce qui est légèrement supérieur aux statistiques du carcinome papillaire. Il a une évolution plus agressive et dépasse le carcinome papillaire en termes de malignité..

L'âge reste un facteur très important. Chez les patients de plus de 40 ans, la tumeur a une évolution plus agressive. La concentration d'iode radioactif est exclue, comme chez les patients plus jeunes. Comparé au carcinome papillaire, il se développe à peine à la suite de la radiothérapie. Avec l'invasion vasculaire, le taux de mortalité par carcinome folliculaire augmente. Dans le cas d'un carcinome folliculaire, une invasion vasculaire peut être diagnostiquée (le tissu tumoral se développe dans un vaisseau sanguin).

Dans le même temps, les métastases affectent des organes distants et peuvent menacer:

Chez les patients atteints de carcinome folliculaire, l'atteinte des ganglions lymphatiques est beaucoup moins fréquente par rapport au carcinome papillaire.

Cancer papillaire de la thyroïde

Le cancer papillaire de la thyroïde le plus courant. Cette forme est diagnostiquée dans 85% de toutes les pathologies thyroïdiennes malignes. Chez la femme, le cancer papillaire de la thyroïde survient trois fois plus souvent. En règle générale, il est diagnostiqué chez des sujets âgés de 30 à 50 ans. En règle générale, le cancer papillaire à un stade précoce est détecté par palpation ou échographie.

Dans 30% des cas, cette formation capte les ganglions lymphatiques cervicaux après l'opération. En règle générale, le cancer papillaire de la thyroïde évolue vers des métastases osseuses et pulmonaires. La complexité du diagnostic est associée au développement lent de cette maladie..

Le cancer papillaire de la thyroïde est assez bien traité. Dans ce cas, son diagnostic précoce est recommandé. Le mode opératoire est montré, c'est-à-dire thyroïdectomie.

Cancer de la thyroïde capillaire

Le cancer capillaire peut affecter différents lobes de la glande thyroïde. Il a plusieurs diplômes. Souvent diagnostiqué après une opération d'organe. Il est possible de distinguer les maladies concomitantes, parmi lesquelles l'hypertension, la cholécystite calculeuse, l'arthrose déformante des articulations du genou, l'obésité constitutionnelle exogène à différents stades, la gastrite atrophique chronique.

La thérapie à l'iode radioactif est une branche de la médecine nucléaire. Il est conçu spécifiquement pour le traitement du cancer papillaire de la thyroïde. Il ne peut pas soulager les symptômes d'autres types de cancer de la thyroïde.

Vous devez considérer: De nombreuses personnes font souvent l'erreur d'essayer de trouver des informations sur le cancer capillaire de la thyroïde en ligne. Il n'existe pas et est généralement appelé cancer papillaire..

Cancer de la thyroïde anaplasique

Le cancer anaplasique de la thyroïde est considéré comme le plus rare. Il représente 0,5 à 1,5%. En attendant, c'est la forme la plus difficile dans ce cas..

Cette forme présente des différences telles que le taux de guérison le plus bas. Seuls 10% des patients diagnostiqués avec un cancer anaplasique de la thyroïde ont survécu pendant 3 ans. En règle générale, après son identification, le patient ne peut vivre qu'un an.

Le cancer anaplasique appartient aux formes différenciées et peut même survenir à partir du goitre. Il y a des cas fréquents où il n'est diagnostiqué qu'après un nombre considérable d'années (plus de 20) après que le patient a été exposé aux rayonnements. Si la présence de métastases dans les zones des ganglions lymphatiques cervicaux est détectée, on peut parler de la survenue fréquente de rechutes et d'une mortalité élevée.

Cette pathologie diffère en ce que, en règle générale, elle se manifeste de manière assez visible. Il est capable d'identifier le patient lui-même ou quelqu'un de parents proches, quelqu'un d'autres attentifs, car le gonflement du cou est assez perceptible. C'est clair pour le patient lui-même: le gonflement se développe littéralement sous nos yeux, en quelques jours, dans un cas long - des semaines. Lors de la réalisation de sensation, il est facile de le distinguer par sa grande taille et sa densité. La tumeur se développe très rapidement. Sa taille augmente chaque jour..

Le cancer anaplasique capture les tissus et les organes adjacents, propageant des métastases à la région des ganglions lymphatiques cervicaux et aux organes situés quelque peu à distance, sans exclure les poumons et les os. Lorsque cette maladie est détectée, la tumeur commence à se développer dans la trachée dans 25% des cas. En conséquence, souvent chez les patients avec un diagnostic similaire, une trachéotomie est nécessaire..

Lorsqu'un diagnostic est posé, 50% des patients ont des métastases dans les poumons. Ce type de cancer se développe très rapidement dans les organes du cou considérés comme vitaux. Autrement dit, une fois diagnostiqué, il devient déjà inopérable. Même l'utilisation de la thérapie la plus intensive - rayonnement hyperfractionné, chimiothérapie et chirurgie est inefficace.

Stades du cancer de la thyroïde

Il est très important de comprendre dans quelle mesure la tumeur s'est propagée. Le cancer de la thyroïde est échelonné pour déterminer les options de traitement. Cela peut être fait après le diagnostic de la maladie et des recherches supplémentaires effectuées. Cela aide à identifier - quelle est la fréquence des cellules cancéreuses, s'il y a des métastases dans d'autres parties du corps.

Le stade de la maladie a un rôle décisif à jouer dans la planification du traitement ou de la chirurgie appropriée. Ce cancer n'est pas un leader dans la catégorie des pathologies malignes. Mais ses conséquences peuvent être dangereuses. Le diagnostic, dans ce cas, est assez précis, mais au cours des dernières décennies, l'augmentation de l'incidence a augmenté. De plus, la maladie est détectée au début des stades ultérieurs, lorsqu'une guérison réussie semble peu probable. Les particularités des symptômes sont un gros problème. Dans les premiers stades, il est presque absent. Le patient consulte un spécialiste lorsque la maladie est avancée.

Cancer de la thyroïde de stade 1

Le cancer de la thyroïde de stade 1 est une petite tumeur. Il ne dépasse pas 2 cm de diamètre. Son emplacement est à l'intérieur de la glande. Le patient est capable d'identifier indépendamment un petit joint.

Cancer de la thyroïde de stade 2

Le cancer de la thyroïde de stade 2 est reconnu par une tumeur hypertrophiée (jusqu'à 4 cm), mais il est toujours dans les limites de la capsule.

Parmi les symptômes - inconfort mineur, l'éducation peut être ressentie et vue. Si vous commencez le traitement à ce stade, il réussira dans 95% des cas..

Cancer de la thyroïde de stade 3

Le cancer de la thyroïde de stade 3 atteint plus de 4 cm et les symptômes deviennent sévères. En raison du fait que la tumeur comprime les organes voisins, en particulier la trachée, la déglutition est difficile. En raison d'un effort physique, un essoufflement se produit, une attaque d'étouffement peut être diagnostiquée.

À la suite de la compression de l'œsophage, une dysphagie se produit. En raison de la défaite du nerf récurrent, la mobilité des cordes vocales est altérée. Cela conduit à un enrouement ou à un enrouement. Mais il y a des moments où les changements de voix ne sont pas très prononcés. Ensuite, la lésion ne peut être détectée que par laryngoscopie. À ce stade, la taille des ganglions lymphatiques régionaux sera augmentée.

Cancer de la thyroïde de stade 4

Le cancer de la thyroïde de stade 4 peut être reconnu par la détérioration de l'état du patient. Les organes et tissus adjacents sont recouverts par la tumeur et ses métastases sont facilement détectées dans les systèmes des poumons, des os, de l'œsophage, etc..

Les manifestations cliniques dépendront de l'organe affecté par les métastases. Si cela a affecté les poumons, des quintes de toux, l'apparition de sang dans les expectorations sont caractéristiques. Si le cerveau est affecté, des maux de tête sans cause surviennent..

Les symptômes du stade 4 sont les suivants:

perte de poids apparemment irrationnelle,

Comment identifier le cancer de la thyroïde?

Certains tests sont nécessaires pour confirmer le diagnostic. Auparavant, la mesure de base était considérée comme la clarification des fonctions de la glande thyroïde. S'ils ont été violés, cela signifie qu'il y avait une maladie. Mais le cancer de la thyroïde ne peut pas être diagnostiqué de cette façon. Selon les statistiques, le travail des hormones en relation avec l'organe affecté change considérablement, leur activité est montrée par 1% des formations thyroïdiennes.

Lorsque la maladie vient de devenir active, elle est reconnue par son hypertrophie, une petite tumeur qui surgit dans l'un des lobes de l'organe. Il se caractérise par certaines sensations:

problème de mobilité émergent,

l'organe affecté par la pathologie semble être pressé par quelque chose,

Il existe plusieurs méthodes classiques pour diagnostiquer cette maladie:

L'établissement médical offrira un balayage des radio-isotopes. Ce n'est pas la meilleure méthode, cela ne vous aidera pas à déterminer de quel type de pathologie il s'agit - bénigne ou maligne. Cette méthode est devenue intéressante pour le diagnostic des métastases d'une maladie en développement, car elles ont la propriété d'accumuler des préparations contenant de l'iode..

La biopsie par ponction permet aux plus précis, dans des conditions médicales, de diagnostiquer les ganglions bénins et malins de l'organe, lorsque la différence demeure. C'est la meilleure opportunité pour obtenir des données précises sur la présence de la forme histologique de la tumeur. En outre, avec son aide, ils découvriront à quel point la tumeur a grandi..

Il y a des cas où le diagnostic de la maladie est compliqué - il est alors logique de recourir à la base histologique de l'analyse, de la recherche, lorsque l'opération est déjà en cours. Sur la base des données qui peuvent être obtenues, de nombreuses conclusions utiles sont tirées - sur la nécessité d'une intervention médicale, son volume, etc..

Un certain nombre de méthodes peuvent être utilisées pour déterminer le degré de détérioration de l'état des nerfs récurrents:

Laryngoscopie. Si une telle pathologie des cordes vocales, telle que la paralysie, s'est déjà développée, on peut dire que le nerf de la tête est affecté.

Bronchoscopie. Si vous devez établir l'état de la trachée et déterminer son rétrécissement, la bronchoscopie est suffisante.

Dans certains cas, il est judicieux de demander l'aide d'instruments à rayons X:

Dans une procédure de diagnostic telle que la pneumographie thyroïdienne, la tâche consiste à identifier la taille de la tumeur.

À l'aide de l'angiographie, une image d'une violation du réseau vasculaire est dessinée

Une procédure telle qu'une radiographie de la trachée peut être prescrite, suivie d'une détection par contraste de l'état de l'œsophage basé sur le baryum - cela aide à établir quelle est la pression du patient ou à quel point la croissance de la tumeur est avancée..

Une importance considérable dans le diagnostic est attribuée à l'examen échographique (échographie) de l'organe, malgré l'attitude controversée envers cette méthode. Il permet - mais avec quelques problèmes - de distinguer le cancer. Mais cela ne diminue en rien sa sécurité. Cette méthode donne d'excellents résultats visuels. Ceci explique pourquoi cet instrument non nouveau est utilisé comme une technologie efficace pour les examens préventifs des patients dans la catégorie dite «à haut risque». L'échographie est le meilleur moyen de comprendre si les structures nodulaires de la glande thyroïde se sont formées, si elles n'ont pas pu être détectées par palpation.

Pronostic de la maladie

Le pronostic d'une tumeur maligne de la glande thyroïde doit être clairement justifié. Ceci est possible grâce à une simple recherche. Malheureusement, cela n'aide guère en cas de suspicion de cancer. Moins de 1% des tumeurs thyroïdiennes peuvent être dotées d'une activité hormonale.

À un certain stade, le diagnostic est assez simple, dans ce cas, il est possible de faire avec l'identification d'une augmentation de la tumeur dans l'un des lobes de la glande. Le tableau clinique est basé sur la structure morphologique de la tumeur.

Très différenciés sont caractérisés par une croissance lente, souvent - sans conduire à un dysfonctionnement de la glande. Il convient de prêter attention à:

la croissance rapide de chaque nœud douloureux, en particulier chez l'homme (la palpation apporte des sensations douloureuses, la formation semble être dense, vallonnée, sans limites claires),

croissance des ganglions lymphatiques dans le cou (la palpation apporte une sensation d'indolence, est dense, fusionnée),

signes caractéristiques de la compression des organes médiastinaux, la zone du tronc nerveux sympathique,

symptômes de transition vers le cartilage du larynx, trachée (dysphagie, formation d'un enrouement de la voix, déglutition difficile, comme la parole).

Certains paramètres de laboratoire sont également importants. Ainsi, la présence d'une légère leucocytose est caractéristique de la forme pseudo-inflammatoire, l'ESR reste normale ou légèrement augmentée, etc..

Traitement du cancer de la thyroïde

Pour déterminer la tactique de traitement, il est nécessaire de déterminer la nature histologique de la formation, le degré de son agressivité, le nombre de cellules malades, l'âge, etc. Pour déterminer ces données - chaque cas doit être étudié séparément, car il y a toujours de la place pour toutes les caractéristiques dans le.

Thyroïdectomie. Si nous parlons de traitement radical - dans ce cas, il est reconnu comme une thyroïdectomie des ganglions lymphatiques et des tissus du cou (plus simplement, leur élimination). De sorte que dans l'enfance, il y a des chances d'éviter d'éventuels troubles endocriniens ultérieurs - ils conservent un petit volume de la zone non affectée de la glande thyroïde (une telle opération est appelée thyroïdectomie subtotale).

En cas de diagnostic intempestif, une intervention minimale est parfois réalisée avant la chirurgie. Cela signifie qu'une seconde opération est inévitable lorsqu'un volume radical avec irradiation est organisé. Cette procédure est réalisée au stade pré ou postopératoire. Si une certaine situation se présente, il est préférable de recourir à une autre méthode - la méthode systémique. Tout d'abord, une gamma thérapie externe sera nécessaire pour la tumeur primaire, qui s'étend également aux zones de métastases régionales dans le cou. Ensuite, ils recourent déjà à la technique qui représente une intervention médicale chirurgicale radicale..

Les hormones. Si l'hypothyroïdie se développe après l'ablation de la glande par une méthode opératoire, il est nécessaire de prescrire une hormone thyroïdienne sous la forme d'une préparation médicale à vie. On sait également que la production d'hormone stimulant la thyroïde est supprimée par des médicaments.

Iode radioactif. Une option de traitement actif pour les métastases à distance est considérée comme une caractéristique unique du développement de la maladie. Si nous parlons d'autres organes dans lesquels les métastases peuvent être localisées, en particulier multiples - un effet radical est contre-indiqué.

Les métastases d'une pathologie telle que le cancer de la thyroïde peuvent être facilement traitées avec un agent médical tel que l'iode radioactif. Il agit précisément sur les métastases distantes, elles disparaissent presque complètement. Ce n'est pas une panacée, mais avec l'aide d'iode radioactif, l'état d'un patient atteint d'un cancer de la thyroïde peut être sensiblement amélioré..

Chimiothérapie, radiothérapie et trachéotomie. Lorsqu'ils diagnostiquent des formes d'un cancer de la thyroïde particulièrement courant, ils recourent à des méthodes palliatives telles que la radiothérapie ou la chimiothérapie. Vient ensuite le stade où la trachéotomie est autorisée (une opération avec ouverture de la trachée et insertion d'un tube spécial dans la lumière résultante pour restaurer la respiration). Si le patient a déjà atteint des stades particulièrement dangereux, il doit faire face à un syndrome très alarmant. Elle est associée à une sensation de compression de la trachée. Ensuite, l'opération doit être effectuée dès que possible. Sinon, les crises d'asthme commenceront par un risque d'asphyxie. Techniquement, cela peut être imaginé comme extrêmement difficile, car le réseau de tumeurs sert d'obstacle à la trachée..

Invalidité avec cancer de la thyroïde

Le cancer de la thyroïde est une maladie difficile à éliminer avec une seule méthode de traitement. Une combinaison de plusieurs traitements est nécessaire. Cette catégorie comprend la chirurgie, la radiothérapie à l'iode et la radiothérapie. Après le traitement, le patient a besoin d'une hormonothérapie à vie, dont le but est de reconstituer les besoins du corps en hormones. Souvent, le patient choisit de sauter l'étape requise, car il pense que cela entraînera un handicap. Mais ce n'est pas un facteur aggravant, mais telle est la métastase dans le cancer de la thyroïde..

Dans le groupe III, les éléments suivants doivent être diagnostiqués:

hypothyroïdie de gravité modérée;

dysfonctionnement de l'articulation de l'épaule.

Le groupe II est donné à ceux qui souffrent de:

lésion nerveuse récurrente bilatérale.

degré d'hypoparathyroïdie II et hypothyroïdie sévère;

effectuer un traitement non radical;

qui a un pronostic douteux;

Le groupe I est déterminé lorsque:

cancer indifférencié et généralisation du processus;

hypothyroïdie sévère avec développement d'une myopathie sévère, ainsi qu'une dystrophie myocardique.

Avec un néoplasme malin de la glande thyroïde, la période moyenne d'incapacité temporaire chez les patients ayant subi un traitement radical est jusqu'à 3 mois. Après l'opération, une période de rééducation est nécessaire. Sa durée est calculée en fonction du type de tumeur maligne, du stade de la maladie et de la méthode d'intervention chirurgicale. Si vous avez reçu une radiothérapie et une chimiothérapie, vous pouvez vous attendre à une période d'invalidité plus longue. Les statistiques le confirment: une rééducation partielle se produit dans 77% des cas en trois ans. La rééducation complète nécessite plus de temps - parfois jusqu'à 5 ans ou plus.

L'indication peut être la récidive du cancer, l'absence d'effet thérapeutique chez les victimes de formes indifférenciées.

L'auteur de l'article: Bykov Evgeny Pavlovich | Oncologue, chirurgien

Éducation: Diplômé de la résidence au Centre scientifique d'oncologie russe nommé d'après N. N. Blokhin "et a reçu un diplôme dans la spécialité" Oncologue "