Principal
Myome

Polype dans le traitement de l'utérus, symptômes, remèdes populaires

Les polypes utérins sont des néoplasmes bénins ou une hyperplasie focale de l'endomètre. En raison de la prolifération de la membrane muqueuse dans la cavité utérine, des polypes simples et multiples (polypose) peuvent apparaître sur une tige mince ou sur une large base. Les symptômes les plus graves des polypes dans l'utérus sont des saignements utérins, et les excroissances peuvent provoquer l'infertilité ou des douleurs récurrentes chez une femme. Le traitement consiste en une ablation chirurgicale par diverses méthodes..

La maladie est diagnostiquée par échographie, examen gynécologique, hystéroscopie, histologie. La taille des excroissances peut aller d'une graine de sésame à une balle de golf. Les polypes endométriosiques de l'utérus sont souvent associés à des polypes du col de l'utérus. Les médecins voient les raisons de la formation de polypes dans les troubles hormonaux et les processus inflammatoires de l'endomètre, ce qui est possible à tout âge.Par conséquent, leur apparition survient à la fois chez les jeunes filles et chez les femmes pendant la période précédant la ménopause (voir les premiers signes de la ménopause), les cas cliniques de développement de tels néoplasmes sont de 6 -20% de toutes les pathologies gynécologiques. Les polypes en gynécologie étant considérés comme le stade initial du cancer, ils doivent dans tous les cas être retirés..

Quels sont les polypes les plus dangereux de l'utérus?

Selon leur structure morphologique, les polypes sont divisés en:

  • Glandulaire - ils se composent de tissu endométrial, composé de glandes et le plus grand nombre d'entre eux se trouve chez les femmes à un jeune âge
  • Fibres - consistent en un tissu conjonctif dense avec de rares glandes uniques, surviennent chez les femmes après 40 ans
  • Glandular fibrous - un mélange de glandes et de tissu conjonctif, trouvé chez les femmes de plus de 35 ans
  • Les polypes adénomateux sont les types de polypes les plus dangereux, car l'épithélium glandulaire dans ce cas présente des signes de prolifération, c'est-à-dire le début de la nucléation des cellules cancéreuses, qui nécessite un contrôle minutieux particulier et est essentiellement une condition précancéreuse. (voir les signes de cancer du col de l'utérus)

Les polypes de l'utérus ont la structure suivante - le canal vasculaire central, les glandes endométriales et le stroma. Le pédicule est constitué de vaisseaux à paroi épaisse et de stroma fibreux, et la surface du néoplasme est recouverte d'épithélium. Avec l'existence à long terme des polypes, ils peuvent infecter, ulcérer, nécroser et des changements cellulaires peuvent également se produire en eux, des transitions de cellules d'un tissu à un autre, c'est-à-dire malignes.

Il convient particulièrement de souligner des types tels que les placentaux, qui sont formés à partir des éléments du placenta, qui peuvent subsister après un accouchement difficile, des avortements compliqués, ainsi qu'après une fausse couche ou une grossesse gelée. Avec ce type de polypes dans l'utérus, les symptômes se manifestent par des saignements sévères et prolongés, entraînant une infection et même une infertilité..

Pourquoi les polypes apparaissent dans l'utérus

Les principales causes de croissance dans la couche basale de l'endomètre sont les changements inflammatoires et les troubles hormonaux.

Un trouble de la production d'hormones, à savoir une sécrétion accrue d'œstrogènes, ainsi qu'un dysfonctionnement des ovaires, entraînent une hyperplasie focale de la couche interne de l'utérus, de sorte que l'endomètre s'épaissit et des polypes apparaissent. Étant donné que de tels troubles peuvent non seulement entraîner une polypose, les femmes atteintes de dysfonctionnement ovarien et d'œstrogénie ont une mastopathie, un fibrome utérin, une maladie des ovaires polykystiques, une hyperplasie glandulaire de l'endomètre..

  • Processus inflammatoires des organes génitaux féminins

Toutes les maladies chroniques du système reproducteur féminin, telles que l'annexite (salpingo-ovariite, ovariite, voir inflammation des appendices: symptômes, traitement), l'endométrite, ainsi que d'autres infections sexuellement transmissibles, en particulier les maladies chroniques, sont également des causes de polypes dans l'utérus.

Toutes les manipulations gynécologiques, les avortements chirurgicaux infructueux, les avortements fréquents, le curetage diagnostique, l'utilisation prolongée d'un dispositif intra-utérin, etc. appartiennent également à des groupes à risque pour le développement de néoplasmes bénins.

  • Autres maladies systémiques

Les femmes présentant des signes de diabète sucré, d'obésité, d'hypertension artérielle, de troubles immunitaires, de maladie mentale, de maladies thyroïdiennes sont également à risque de polypes.

Signes et symptômes

Quels que soient le type et la structure d'un polype dans l'utérus, les symptômes sont similaires dans tous les cas. Au début, avec sa petite taille, la présence d'un néoplasme ne se manifeste d'aucune manière, car elle augmente, ainsi que la durée de son existence, les symptômes suivants peuvent survenir:

  • Règles abondantes, écoulement brun avant les règles et règles douloureuses
  • Saignements utérins, qui peuvent être acycliques ou cycliques
  • Saignements entre les règles
  • Rapports sexuels douloureux et spotting après un rapport sexuel
  • Saignement chez les femmes ménopausées
  • Avec des saignements utérins fréquents, les femmes peuvent souffrir d'anémie, donc vertiges, pâleur de la peau, faiblesse
  • Avec de gros polypes, les symptômes peuvent être complétés par l'apparition de douleurs dans le bas-ventre, la libération de leucorrhée pathologique de nature muqueuse, des crampes et des douleurs pendant les rapports sexuels
  • Chez les jeunes femmes, si elles sont présentes, il peut y avoir une infertilité persistante ou, avec le début de la grossesse, la menace d'une interruption de grossesse, ainsi que le risque de naissance prématurée.

Les symptômes des polypes ressemblent à des signes de fibromes utérins, d'endométriose, par conséquent, pour tout inconfort, irrégularités du cycle menstruel, règles abondantes, vous devez subir un examen approfondi par un gynécologue.

Comment identifier les polypes?

Avant de prescrire des procédures de diagnostic, le gynécologue recueille les antécédents du patient, reproductifs et gynécologiques, puis procède à un examen vaginal, l'envoie à l'échographie, à la métrographie et à l'hystéroscopie, au curetage diagnostique avec un examen histologique de l'endomètre.

  • L'examen vaginal gynécologique vous permet de déterminer uniquement les polypes du col de l'utérus, mais dans l'utérus, ils ne peuvent pas être palpés ou inspectés visuellement, d'autres méthodes sont utilisées pour cela. Cependant, en présence de polypes cervicaux, il existe une forte probabilité de développement de néoplasmes dans l'utérus lui-même..
  • L'échographie doit également être effectuée à dessein, une attention particulière est portée à l'expansion de la cavité utérine, avec des polypes, l'endomètre s'épaissit et des excroissances claires de la muqueuse sont visibles et elles sont de structure homogène.
  • L'étude la plus informative est l'hystéroscopie, lorsque l'examen de la cavité utérine est effectué avec un appareil mince et flexible avec une caméra vidéo, il est introduit par le canal cervical dans la cavité utérine. Avec cette procédure, vous pouvez déterminer l'emplacement, le nombre de polypes, la taille. Ils peuvent être jaunâtres, rose pâle, ainsi que pourpre foncé, simples ou multiples, oblongs ou arrondis. Au cours de cette procédure, il est possible de retirer simultanément un seul polype sous le contrôle d'une caméra vidéo et un examen morphologique ultérieur pour établir un diagnostic précis.
  • Un curetage diagnostique est également effectué pour obtenir des tissus à examiner..
  • La métrographie est une radiographie de la cavité utérine, qui est réalisée avec un agent de contraste, tandis que les contours inégaux de la cavité sont déterminés et les polypes sont visualisés.

Traitement des polypes dans l'utérus

La polypectomie endoscopique est la manière la plus moderne et la plus optimale de traiter les polypes dans l'utérus. Cette procédure a lieu lors d'une hystéroscopie suivie d'un curetage diagnostique. Si le polype est sur une jambe, il est retiré en le dévissant, et le site de fixation est cautérisé avec de l'azote liquide (méthode cryogénique) ou une électrocoagulation, ceci est fait pour exclure les rechutes. Ensuite, après une telle procédure, après 3-4 jours, il est nécessaire de procéder à une échographie histologique de contrôle.

Avant de planifier le traitement des polypes, une femme doit être examinée pour toutes les infections génitales - muguet chez la femme, chlamydia chez la femme, gonorrhée, mycoplasmose, trichomonase, ainsi qu'un examen microscopique, oncocytologique et bactériologique d'un frottis du vagin et du canal cervical.

Au cours des 10 jours suivant l'ablation hystéroscopique des polypes, la femme ressent des douleurs spasmodiques dans le bas de l'abdomen, ainsi que des saignements vaginaux. Afin d'éviter les complications et la pénétration de l'infection, vous devez vous abstenir de prendre un bain, un bain, un hammam, des rapports sexuels, n'utilisez pas de tampons et n'effectuez aucune procédure indépendante (par exemple, une douche vaginale). En savoir plus sur la condition après l'hystéroscopie.

Le traitement ultérieur dépend de l'examen histologique du matériel retiré, ainsi que du degré d'irrégularités menstruelles, de l'âge de la femme. Si le polype fibreux a été retiré et que le dysfonctionnement menstruel ne s'est pas produit, alors avec un tel polype de l'endomètre de l'utérus, le traitement se limite uniquement à la polypectomie.

Les femmes atteintes de polypes glandulaires fibreux et glandulaires, quel que soit leur âge après le retrait, ont besoin d'un traitement hormonal, pour cela, on leur prescrit une contraception orale (Yarina, Regulon, Janine, Jess, Dimia), un traitement progestatif - Duphaston, Utrozhestan, Norkolut), l'installation est possible dispositif intra-utérin "Mirena".

Lorsqu'un polype adénomateux est détecté, les femmes se font enlever l'utérus, en particulier chez les femmes préménopausées ou postménopausées. Dans ce cas, une extirpation ou une amputation supravaginale est effectuée.

Traitement avec des remèdes populaires

Malheureusement, le traitement avec des remèdes populaires pour les polypes dans l'utérus ne donne pas une efficacité élevée. Une femme, surtout après 40 ans, doit comprendre que sans étude histologique d'un néoplasme, il est dangereux de traiter les néoplasmes de l'utérus sans chirurgie seule, avec des herbes, l'homéopathie..

Si des néoplasmes sont découverts, il est impératif de savoir s'il y a des changements, des mutations dans les cellules, car si les polypes sont adénomateux, il ne peut être question d'aucune méthode de traitement traditionnelle, il s'agit essentiellement de la vie d'une femme. À notre époque de tension oncologique, le risque de dégénérescence de tout néoplasme en oncologie augmente, même chez les jeunes femmes, vous ne devriez donc pas perdre de temps à refuser de l'enlever, en espérant des méthodes folkloriques..

Tout le monde sait que l'oncologie est plus facile et beaucoup plus efficace à traiter à zéro ou 1 degré de développement que dans un état négligé. Il est impossible de retarder le retrait d'un néoplasme dangereux. Mais après le retrait, sur recommandation d'un médecin, d'un herboriste, pour maintenir l'immunité, l'équilibre hormonal, il est possible d'utiliser divers remèdes populaires, tels que l'utérus de Borovaya - indications d'utilisation, chélidoine.

Mais il convient également de rappeler que les préparations à base de plantes sont les mêmes médicaments, avec de nombreux effets secondaires et contre-indications. De plus, les herbes peuvent provoquer des réactions allergiques autant que n'importe quel médicament. Avant d'utiliser un remède, vous devez être testé pour les niveaux hormonaux et utiliser des herbes uniquement selon les schémas suggérés par le phytothérapeute..

Versez 500 ml de 50 articulations de la moustache dorée. vodka, laissez infuser pendant 10 jours. La réception est réalisée en 20 gouttes, diluée avec 1/3 d'eau, 2 r / jour une demi-heure avant les repas. Après un mois d'un tel traitement, vous devez faire une pause de 10 jours, vous pouvez effectuer jusqu'à 5 de ces cours.

C'est un remède très connu depuis longtemps, qui est utilisé pour diverses maladies de la peau, le jus de chélidoine aide également bien contre les verrues, mais il faut se rappeler que cette plante médicinale est toxique et son utilisation doit être extrêmement prudente. La chélidoine peut traiter les polypes à l'aide de la douche vaginale (voir comment faire une douche vaginale et si elle doit le faire), mais la plupart des gynécologues considèrent la procédure de rinçage de la muqueuse vaginale par tous les moyens extrêmement indésirable et même inefficace. Dans cette affaire, la décision d'appliquer ou de ne pas se doucher est prise par une femme après avoir consulté son médecin. La recette pour faire une infusion pour la douche est simple - la chélidoine est appliquée dans un bocal d'un litre et versée avec de l'eau bouillante, seule l'eau a refroidi à température normale, la procédure peut être effectuée. L'irrigation se fait une fois par jour le soir pendant 2 semaines, puis une pause de 2 semaines. En savoir plus sur les propriétés bénéfiques et les contre-indications de la chélidoine.

On l'appelle aussi poivre monastique ou arbre d'Abram, 50 g sont versés dans un verre d'alcool à 70%. fruits secs, insistez pendant 2 semaines, en secouant régulièrement, puis prenez 30 gouttes par 1/4 cuillère à soupe. eau 1 heure avant les repas 3 r / jour. Le traitement n'est effectué qu'en phase 2 du cycle, avec une augmentation de la production de progestérone. La réception est effectuée 3-4 mois.

  • Airelle, ortie et églantier

Ortie et églantier, 6 cuillères à soupe chacune, 4 cuillères à café d'airelles, vous devez d'abord bien broyer, puis verser un mélange de 1 cuillère à soupe. eau bouillante, insister 3 heures, boire une infusion dans 0,5 tasse 3 r / jour.

Polypes dans l'utérus: types, conséquences, méthodes de traitement

Les polypes dans l'utérus sont un processus pathologique qui est une prolifération bénigne de l'endomètre. Les néoplasmes sont en forme de doigt ou de poire et peuvent être détectés à tout âge. Les polypes sont uniques et multiples, se manifestent différemment selon la localisation et la structure.

Structure

Les polypes utérins varient en forme, taille et structure cellulaire. Les néoplasmes endométriaux sont de deux types:

  • polype en forme de cône avec une base large, se rétrécissant vers l'apex;
  • en forme de champignon, composé d'une jambe mince, avec laquelle la formation est attachée à l'utérus, et d'un apex sphérique situé dans la cavité de l'organe.

La quantité d'accumulation est également différente. Il peut être de 1-2 mm à 10 cm.

Pathogénèse

Le plus souvent, la formation d'un polype se produit à partir de la couche supérieure tapissant la cavité utérine. Le début du développement de la pathologie est le rejet incomplet de la couche fonctionnelle de l'endomètre dans une certaine zone de l'organe reproducteur. L'accumulation de cellules non exfoliées pendant le cycle menstruel donne lieu à la croissance du polype. En outre, un néoplasme peut se développer à partir d'une zone du placenta qui ne s'est pas séparée d'une femme après l'accouchement ou un avortement..

Le processus de formation des polypes est un trouble hormonal du corps, qui se manifeste par la prédominance des œstrogènes (ou une diminution de la production de progestérone). Cela conduit à une hypertrophie de l'endomètre et à un rejet incomplet. Après plusieurs cycles, un néoplasme pathologique se forme dans la zone de dysfonctionnement de la membrane muqueuse. Au fil du temps, les vaisseaux se développent dans le polype, alimentant la croissance ultérieure de la tumeur..

Les polypes de l'endomètre diffèrent par la localisation, la structure et la composition des cellules.

Types de néoplasmes endométriaux:

  • Glandulaire. Se compose de structures de soutien (stromales) avec une teneur élevée en cellules des glandes endocrines.
  • Glandulaire fibreux. Il se développe chez les femmes en âge de procréer dans un contexte de règles stables ou en phase de ménopause (rare). La structure histologique comprend une variété de glandes endocrines déformées avec des lumières kystiques. Les couches supérieures de cellules et la tige sont formées principalement de tissu conjonctif fibreux, qui fournit la densité et la croissance de la structure tout en conservant la forme. Les enchevêtrements vasculaires sont situés au hasard dans différentes directions sur tout le périmètre du néoplasme.
  • Fibreux. Se compose de cellules du tissu conjonctif. Les glandes définies dans la structure du polype ne sont pas fonctionnelles. Vaisseaux simples et sclérosés à paroi épaissie.
  • Polype adénomateux. Il est caractérisé par un polymorphisme de la structure (il comprend une variété de cellules, y compris des cellules atypiques). La jambe d'un tel polype est riche en glomérules de vaisseaux sclérosés. Risque élevé de dégénérescence en tumeur maligne. Les néoplasmes se développent dans le contexte de l'atrophie de l'endomètre, qui survient lors d'une inflammation fréquente de l'organe reproducteur féminin ou avec une diminution de la production d'hormones pendant la postménopause.

Important! Les polypes de l'utérus, qui ont une structure glandulaire-fibreuse, sont sujets aux saignements et à l'inflammation, ce qui aggrave l'évolution de la pathologie et constitue une menace pour la santé de la femme. Un polype de l'endomètre avec une structure adénomateuse ou glandulaire fait référence à des formations à haut risque de malignité. L'élimination de ce type de polypes est la principale prévention du cancer de l'utérus.

Qui est à risque

Le polype endométrial est une maladie hormono-dépendante. La formation d'une accumulation se produit avec une teneur élevée en œstrogènes dans le sang ou dans le contexte d'une diminution de la progestérone. Cependant, une modification des taux hormonaux n'est pas à elle seule la cause de la polypose. Le groupe à risque comprend les femmes dont le déséquilibre hormonal coïncide avec l'action de facteurs environnementaux nocifs.

Conditions favorables à la croissance des polypes utérins:

  • excès d'œstrogènes, ce qui conduit à une division incontrôlée des cellules de l'endomètre (hyperplasie); dans le contexte d'une diminution de la progestérone, le rejet de la muqueuse de l'utérus est perturbé pendant le cycle menstruel;
  • processus inflammatoires chroniques et aigus dans le système reproducteur féminin, qui entraînent une modification des membranes de l'organe;
  • avortements et curetage fréquents, qui violent l'intégrité de la structure de l'endomètre; lorsqu'une infection survient dans le contexte d'une intervention médicale, le risque de croissance augmente plusieurs fois;
  • une faible activité physique, qui provoque une stagnation du sang dans les organes pelviens, ce qui entraîne une diminution de la nutrition des ovaires et de l'utérus; cette violation entraîne un changement de fonctionnement, ce qui crée des conditions favorables à la polypose;
  • la pathologie des vaisseaux de l'utérus peut provoquer la croissance d'une veine ou d'une artère, autour de laquelle un processus douloureux se forme;
  • dysfonctionnement du système endocrinien (obésité, diabète sucré, maladie thyroïdienne);
  • prédisposition génétique;
  • plus de 40 ans.

Important! La polypose de l'endomètre de l'utérus est un processus bénin et ne constitue pas en soi un danger pour la santé de la femme. Le néoplasme provient de l'endomètre et préserve complètement sa structure. La nécessité d'un traitement est due à des complications possibles, telles que des saignements (si le polype est endommagé), une inflammation et une dégénérescence en tumeur maligne.

L'emplacement du processus dans l'utérus

Les types de polypes utérins par localisation du processus sont divisés en deux groupes.

  • Le polype du corps de l'utérus est situé dans la cavité de l'organe. La probabilité la plus élevée de développement du processus dans sa partie supérieure (moins souvent dans d'autres départements).
  • Les polypes sont localisés sur le col de l'utérus, la croissance est dirigée dans la cavité de l'organe musculaire.

En fonction de l'emplacement du néoplasme et du type de cellules incluses dans sa structure, le tableau clinique de la maladie et la méthode de traitement différeront.

Comment cela se manifeste

Le polype de l'endomètre peut se développer pendant une longue période sans aucune manifestation. La plupart des processus simples sont découverts par hasard lors d'examens de routine par une femme médecin. Cependant, la polypose de l'utérus (formations multiples dans la cavité d'un organe) ou un polype qui a atteint une taille énorme, ainsi que compliqué par une inflammation ou des saignements, peut provoquer un certain nombre de symptômes désagréables chez une femme..

Violation de la menstruation

Le polype endométrial affecte le cours du cycle menstruel. La plupart des femmes consultent un gynécologue pour se plaindre de règles irrégulières, accompagnées de saignements abondants et de douleurs intenses. Entre les règles, des saignements peuvent survenir au milieu du cycle..

Les polypes volumineux et multiples se manifestent par une douleur intense dans le bas de l'abdomen d'un personnage tirant.

Saignement utérin

Les femmes ménopausées se retrouvent souvent à l'hôpital avec des saignements utérins. Les dommages au polype (décollement de la jambe, ulcération, inflammation) peuvent provoquer cette pathologie. Le caractère chronique est possible avec l'érosion des polypes. Une telle violation peut provoquer une anémie..

Douleur pendant les rapports sexuels

Les rapports sexuels sont accompagnés de douleur lorsque la formation est blessée. Il peut y avoir de petites pertes de sang ou de taches après un rapport sexuel.

Infertilité

Pour les femmes en âge de procréer, il existe un grand danger de développement d'une pathologie, qui se manifeste par l'impossibilité de concevoir un enfant (avec un changement de l'endomètre) ou un avortement spontané.

Allocations

L'écoulement est sanglant et se produit au milieu du cycle. Le symptôme s'aggrave avec le temps. Le développement de saignements utérins est possible.

Important! Tout changement dans le système reproducteur doit servir de raison pour consulter un médecin et passer toutes les procédures de diagnostic prescrites.

Danger de polype malin

Tous les types de polypes dans l'utérus sont initialement présentés par des néoplasmes de nature bénigne. Cependant, sous l'influence de facteurs négatifs, les cellules subissent constamment des changements et peuvent renaître en cancéreuses. Le développement de cellules atypiques provoque l'apparition d'un processus malin.

La détection d'une seule cellule immature, se référant à indifférenciée (atypique), est la raison pour laquelle on traite une femme selon le schéma des tumeurs cancéreuses. Les polypes adénomateux sont particulièrement sujets à la malignité. L'élimination de la pathologie au stade initial évite le développement de l'oncologie des organes génitaux féminins et nécessite moins de traitement par rapport au processus malin.

Diagnostique

Le diagnostic d'un polype utérin repose sur l'acquisition et la collecte de données lors de l'examen. Si le médecin soupçonne une violation de la santé du système reproducteur, un examen échographique des organes pelviens est d'abord prescrit..

Les principales procédures de diagnostic sont énumérées ci-dessous.

  • Une échographie peut déterminer la présence d'un polype. Cependant, pour étudier la structure, la forme et le danger de la pathologie pour la santé, des procédures plus sérieuses seront nécessaires pour examiner le polype et l'étudier complètement..
  • L'échoscopie est réalisée en cas d'obtention d'un résultat douteux à l'échographie. La cavité utérine est remplie de solution saline, ce qui augmente considérablement la possibilité d'examiner le néoplasme.
  • L'hystéroscopie est une méthode qui comprend un examen complet de la cavité utérine avec la possibilité de retirer un polype pédonculé. L'opération est réalisée sous anesthésie locale. Le médecin, à l'aide d'un hystéroscope, examine la cavité de l'organe, détermine la localisation et la prévalence des structures indésirables. Après examen, il retire le polype et cautérise le lieu de sa fixation à l'utérus avec un électrocoagulant. Une telle opération est possible avec un seul développement du foyer pathologique et une légère augmentation de l'éducation.
  • Si de nombreux petits polypes se trouvent dans la cavité utérine, l'hystéroscopie ne résoudra pas le problème. Dans ce cas, un curetage complet de la cavité de l'organe est réalisé, sous le contrôle d'un hystéroscope. Le matériel obtenu est envoyé pour examen histologique. La détection de cellules atypiques suggère une chimiothérapie supplémentaire (ou un traitement radio-isotopique). Si nécessaire, l'utérus est retiré.

Traitement

L'élimination du polype est reconnue comme le traitement le plus efficace. Avec une détection précoce de la pathologie, une hystéroscopie ou un curetage de l'utérus suffit. À l'avenir, l'état de l'organe est surveillé. La réémergence des polypes du corps de l'organe est la raison de l'ablation complète de l'endomètre (résection). Ce type d'opération vous permet d'éliminer complètement les structures modifiées. Il est effectué uniquement pour les femmes qui ne prévoient pas d'avoir d'enfant (plus de 35 ans). L'apparition de polypes après une intervention chirurgicale et dans le contexte d'un traitement conservateur de la polypose est la raison de l'ablation de l'utérus. De plus, l'organe est éliminé lorsque des cellules atypiques sont trouvées..

Méthodes conservatrices

En plus du traitement chirurgical, il existe des méthodes pour maintenir le processus à un niveau sûr et prévenir les complications..

Compte tenu de la forte dépendance du développement de la maladie à la perturbation du système endocrinien, le principal moyen de traitement de la polypose sera un groupe de médicaments hormonaux.

  • Contraceptifs oraux combinés. Après avoir déterminé le fond hormonal d'une femme, le médecin sélectionne un remède qui peut restaurer le fond normal. Le cours du traitement dure de 21 jours à 3 mois.
  • Les Gestagens vous permettent de réguler l'équilibre des hormones dans le corps. Ils ont un effet hémostatique. Appliqué pendant 5 à 6 mois au cours de la deuxième phase du cycle.

En plus de l'hormonothérapie, des agents non hormonaux sont également utilisés..

Les femmes pendant la ménopause et avant son apparition se voient prescrire des antagonistes de la gonadolibérine. Ces médicaments permettent non seulement d'arrêter le processus de croissance des polypes, mais aussi de l'inverser.

Remèdes populaires

Les méthodes de médecine traditionnelle sont une thérapie d'appoint dans le contexte du traitement. Pour éliminer efficacement les polypes de l'endomètre, les décoctions et infusions à base de plantes sont utilisées à la fois pour la consommation orale et topique (bains, tampons et douches douches).

Important! Lors du traitement de la croissance pathologique en utilisant exclusivement des méthodes traditionnelles, le processus de guérison sera reporté, car la phytothérapie prend beaucoup de temps. Il est permis de procéder uniquement avec une pathologie non compliquée à un stade précoce de la maladie et sous la surveillance d'un médecin (examen tous les 1,5 mois).

La prévention

Les méthodes de prévention de la prolifération des polypes utérins comprennent:

  • traitement rapide des processus inflammatoires du système reproducteur de la femme;
  • correction de la pathologie en cas de déséquilibre hormonal;
  • examens périodiques par un gynécologue;
  • utiliser un préservatif lors de rapports sexuels occasionnels;
  • planifier une grossesse (l'absence d'avortement a un effet bénéfique sur l'état de l'endomètre);
  • traitement rapide des blessures à la naissance (fissures et ruptures);
  • référence à un spécialiste en cas de saignement des organes génitaux externes ou en violation du cycle.

Après le traitement de la polypose, il est nécessaire de renforcer les méthodes préventives afin d'éviter une éventuelle rechute du processus..

Symptômes et traitements des polypes dans l'utérus

Les polypes de l'utérus sont des excroissances bénignes uniques ou multiples qui se forment lorsque les tissus de la muqueuse endométriale.

  1. Un polype dans la cavité utérine est un nœud tissulaire de l'endomètre. Une excroissance dans le canal du col utérin est appelée polype du canal cervical.
  2. Le polype endométrial dans l'utérus ressemble à une excroissance arrondie sur la muqueuse d'une taille allant de 2 à 3 mm à 2 à 4 cm (et plus).
  3. Les néoplasmes peuvent avoir une base large ou se connecter au tissu muqueux par le soi-disant pédicule, imprégné d'un grand nombre de vaisseaux sanguins et saignant facilement s'ils sont endommagés.
  4. De grandes formations restent dans la cavité utérine, mais peuvent pendre dans le vagin.
  5. Une condition dans laquelle de multiples excroissances sont trouvées dans l'utérus est définie comme une polypose endométriale.
  6. Les polypes utérins sont considérés comme une affection précédant la dégénérescence cancéreuse des cellules, car dans certaines circonstances, ils peuvent dégénérer en formations malignes (cancer).
  7. La maladie est diagnostiquée chez 25% des femmes chez qui on a diagnostiqué des modifications bénignes de la muqueuse utérine. Le plus souvent, les polypes de l'endomètre se forment entre 30 et 35 à 50 ans. Cependant, ils sont également détectés chez les patientes nullipares et chez les femmes ménopausées..

Par structure, on distingue les types de formations tissulaires suivants:

  1. Un polype glandulaire dans l'utérus, formé à partir des cellules glandulaires de l'endomètre.
  2. Polype fibreux formé de fibres fibreuses du tissu conjonctif. Ce type est typique des patients âgés de 42 à 47 ans. Dans 14 à 16% des cas, elle est diagnostiquée chez les femmes de moins de 40 ans.
  3. Néoplasmes fibreux glandulaires, dont la structure est constituée de structures glandulaires interconnectées par des fibres fibreuses.
  4. Formations adénomateuses dans lesquelles des foyers avec une structure tissulaire modifiée et la présence de cellules atypiques sont observés.

Les polypes adénomateux sont considérés comme les formations les plus dangereuses en termes de transformation maligne. Dans 20% des cas, ces structures se transforment en tumeurs cancéreuses. Ces néoplasmes doivent être supprimés même s'il n'y a pas de symptômes désagréables. La probabilité d'une transformation maligne de ce type de polypes utérins augmente si le patient est diagnostiqué avec:

  • maladies chroniques du foie et de la thyroïde;
  • infections génito-urinaires persistantes à long terme;
  • obésité, diabète sucré.

Les raisons

Jusqu'à présent, les médecins n'ont pas identifié avec précision toutes les raisons de la formation de polypes dans l'utérus. Mais la recherche montre que la prolifération des tissus muqueux peut être déclenchée par un certain nombre de facteurs. Parmi les principales raisons de l'apparition d'un polype de l'endomètre, les experts identifient les suivantes:

  1. Déséquilibre hormonal entraînant une modification de la structure de la muqueuse utérine. Le plus souvent, des modifications diffuses de l'utérus sont associées à une sécrétion accrue d'œstrogènes avec déficit en progestérone. De tels troubles peuvent survenir pendant la grossesse, la puberté, la ménopause, lorsqu'il y a une poussée ou une baisse de la production d'hormones sexuelles.
  2. Inflammation de la paroi interne de l'utérus (endométrite, cervicite).
  3. Endométriose, fibromes ou kystes utérins.
  4. Dommages à la membrane muqueuse lors des procédures diagnostiques et chirurgicales, lors de l'accouchement et de l'avortement.
  5. Érosion, kératinisation de l'épithélium du col utérin.
  6. Processus inflammatoires dans les ovaires (annexite).
  7. Candidose, infections génito-urinaires (trichomonase, chlamydia, ureaplasmose, papillomavirus, herpès génital, gonorrhée).

Chez 70% des patients atteints de polypose endométriale, aucun des facteurs causaux ci-dessus n'est détecté, mais toute une gamme de problèmes de santé.

Les maladies concomitantes telles que les maladies endocriniennes et auto-immunes, l'obésité, le stress prolongé, y compris les états latents et dépressifs, augmentent le risque de croissance muqueuse.

Symptômes

Il n'y a pas de signes spécifiques de polypose utérine, car à bien des égards, ils sont très similaires aux symptômes d'autres maladies gynécologiques.

Si les néoplasmes sont petits (jusqu'à 3 à 5 mm), ils ne provoquent pas du tout de manifestations désagréables, à l'exclusion de multiples excroissances dans le canal cervical.

Parmi les symptômes les plus courants des polypes dans l'utérus chez les femmes avec leur croissance, il convient de noter:

  • douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen;
  • contacts intimes douloureux;
  • légères taches entre les règles et après les rapports sexuels;
  • violation du cycle mensuel;
  • impossibilité de conception;
  • augmentation périodique de la température à 37,3 degrés.

Diagnostic des polypes

L'étude de la membrane muqueuse de l'utérus et du canal cervical est nécessaire afin de développer le schéma de traitement correct, de décider si une opération est nécessaire et de prévenir les processus cancéreux.

Les méthodes matérielles les plus courantes sont:

  1. Procédure d'échographie. À l'échographie, un diagnosticien peut détecter un polype de l'endomètre si sa taille dépasse 9-10 mm, déterminer le nombre d'excroissances, leur localisation, leur structure, leur taux de croissance.
  2. Hystéroscopie. La technique consiste à introduire par le canal cervical un tube flexible (fibroscope) équipé d'une microcaméra, à l'aide de laquelle le médecin examine en détail les excroissances polypes, leur nombre, leur taille, le lieu de fixation de la jambe et les foyers inflammatoires. Lors de l'examen, il est possible de prélever un fragment de tissu de croissance anormale pour un examen microscopique (biopsie) afin de détecter des changements malins.
  3. L'hystérographie (métrographie) est un type de radiographie de contraste, dans lequel un agent de contraste est injecté dans la cavité utérine et une photo est prise. Avec cette méthode, seule la présence de polypes est détectée, mais il est impossible de déterminer leur structure.
  4. Tomodensitométrie et imagerie par résonance magnétique (CT et IRM). Méthodes coûteuses, mais les plus fiables, qui donnent un maximum d'informations sur les modifications des tissus de la muqueuse utérine, la localisation du polype, le degré de sa croissance dans l'endomètre et le début du processus de transformations cancéreuses. Ils sont généralement prescrits en cas de suspicion de cancer..

Tests diagnostiques supplémentaires:

  • La biopsie tissulaire est l'une des études les plus précises dans laquelle le type, la structure du tissu d'excroissance pathologique, les foyers de cellules cancéreuses, le cas échéant, sont déterminés.
  • Examen cytologique. Examen d'un frottis pour identifier les cellules dégénérées. La méthode est moins précise qu'une biopsie, elle est donc souvent utilisée en combinaison avec d'autres méthodes de diagnostic.
  • Tests d'hormones. Une telle analyse est nécessaire, car très souvent, il s'agit d'une violation du statut hormonal qui conduit au développement d'une pathologie.
  • Analyse bactériologique. Un frottis du canal cervical est examiné pour identifier la présence de micro-organismes nocifs - agents responsables des infections génito-urinaires.
  • Analyse générale de l'urine et du sang, ainsi que l'analyse de l'urine selon Nechiporenko.

Sur la base des résultats de toutes les études de laboratoire et instrumentales, le médecin développe un schéma thérapeutique individuel pour les polypes de l'endomètre de l'utérus pour un patient particulier.

Pourquoi un polype dans l'utérus est-il dangereux?

Si le polype se développe, augmentant à 20 millimètres ou plus, les conséquences de cette condition peuvent être assez graves. Possible:

  1. Saignement utérin. Un réseau vasculaire se forme dans le corps d'un gros polype. Les parois des vaisseaux de polypose sont hautement perméables, ce qui conduit à un saignement de la formation. Si l'excroissance est grande ou s'il y a beaucoup de polypes, le saignement devient abondant..
  2. Infection et suppuration à la fois d'un grand polype et d'un tissu endométrial pendant la propagation du processus infectieux.
  3. Si un polype sur un pédicule se développe au niveau du pharynx utérin ou dans le canal cervical, lorsqu'il se développe, il peut tomber dans la cavité vaginale. Dans ce cas, une torsion de la jambe du polype et des dommages au corps lui-même (par exemple, lors d'un rapport sexuel) sont possibles. La douleur avec une telle complication est vive et vive.
  4. Difficultés de conception dues à des polypes affectant une large zone de l'endomètre.
  5. Transformation cancéreuse des cellules. Une transformation maligne se produit dans 1,5 à 2% des cas. Si le polype de l'utérus saigne, il existe une forte probabilité de dégénérescence pathologique de ses tissus..

Polype dans l'utérus et grossesse

Si des polypes de l'endomètre ont été diagnostiqués chez une patiente qui envisage une grossesse, il est conseillé de retirer les néoplasmes 2 à 3 mois avant la conception (s'il y a des indications pour une intervention chirurgicale). Il est possible de devenir enceinte en présence de telles excroissances, mais la polypose de l'utérus réduit considérablement la probabilité d'une fixation correcte de l'ovule, car plusieurs formations ou un grand polype de l'endomètre dans l'utérus occupe une zone importante de la muqueuse.

Pendant la grossesse, un polype de l'endomètre peut entraîner les complications suivantes:

  • grossesse extra-utérine;
  • décollement et saignement placentaires précoces;
  • la privation d'oxygène du fœtus en raison d'une altération du flux sanguin placentaire et de défauts de développement congénitaux;
  • interruption de grossesse ou naissance prématurée à la suite d'une irritation constante par des polypes des parois de l'utérus et de ses contractions spontanées.

De telles conséquences graves se produisent relativement rarement (seulement si la femme qui attend un enfant ignore les examens et les recommandations du gynécologue traitant).

Si un polype détecté pendant la grossesse se développe rapidement, une surveillance particulièrement attentive de l'état de l'utérus de la femme enceinte est nécessaire afin de maintenir la grossesse. Dans de tels cas, l'élimination de la pathologie se fait après l'accouchement..

Traitement

Les polypes de l'utérus peuvent-ils se dissoudre d'eux-mêmes? En gynécologie, une résorption spontanée des néoplasmes est très rarement observée. Surtout si la raison qui a conduit à leur formation n'a pas été éliminée.

Un polype est constitué de tissu qui ne répond presque à aucun stimuli. Même l'élimination de la maladie causale ne conduit pas au développement inverse et à la disparition des nœuds de polypose déjà formés.

Le traitement des polypes dans l'utérus comprend les méthodes suivantes:

  • intervention chirurgicale;
  • l'utilisation de médicaments hormonaux de différents groupes;
  • antibiothérapie;
  • physiothérapie.

Traitement médical

Les principales tâches de la pharmacothérapie:

  • éliminer la douleur, les écoulements et autres symptômes désagréables;
  • réduire le risque de saignement utérin et de dégénérescence des cellules malignes;
  • stabiliser l'état hormonal du corps;
  • normaliser la fonction ovarienne et le cycle menstruel;
  • arrêter la croissance et la propagation des néoplasmes;
  • prévenir l'apparition de complications.

Médicaments hormonaux

Étant donné que les troubles hormonaux sont considérés par les médecins comme l'une des causes courantes de la formation de polypes de l'endomètre, les médicaments contenant des glucocorticostéroïdes peuvent avoir un certain effet thérapeutique sur le tissu utérin..

Si des foyers polypes sont détectés dans le contexte des infections inflammatoires actuelles des voies urinaires, il est alors nécessaire de supprimer complètement l'inflammation avec des antibiotiques avant le traitement hormonal..

Les principaux groupes de médicaments:

  1. Contraceptifs à deux composants à faible dosage en comprimés (Jess, Regulon, Yarina, Desmulen, Janine, Diane 35, Marvelon). Ils sont indiqués pour les femmes en âge de procréer (18 - 45 ans) et les filles de 13 - 17 ans avec un cycle menstruel irrégulier. L'utilisation de pilules contraceptives donne un effet thérapeutique si des excroissances polypes de type glandulaire se trouvent dans l'utérus.
  2. Préparations contenant du gestagène (hormone féminine): Vizanna, Utrozhestan, Norkolut, Duphaston.
  3. Antigonadotrope ou a-GnRH (analogues de l'hormone de libération gonadotrope), qui stimulent la production d'hormones hypophysaires qui activent l'activité des gonades: Danogen, Nafarelin, Zoladex, Leguprorelin, Nemestran, Decapeptil, Buserelin-Depo, Danol, Differelin-depot, Lucrinerelin. Ces fonds sont indiqués pour les patients de plus de 35 ans, en particulier les femmes âgées de 48 à 60 ans. Ils aident à arrêter l'hyperplasie (prolifération) du tissu endométrial.

Le traitement d'un polype de l'endomètre avec des hormones est prescrit selon un schéma spécifique et dure jusqu'à 3 à 6 mois.

L'auto-administration de médicaments hormonaux est inacceptable, car vous devez connaître la cause de la polypose utérine. Sinon, vous ne pouvez qu'aggraver la situation ou provoquer l'apparition du processus de cancer. Après l'examen, le médecin déterminera quel médicament est nécessaire dans un cas particulier..

Groupe de médicaments antibiotiques

Les antibiotiques sont nécessaires lorsque les maladies génito-urinaires sont l'une des causes des excroissances polypes. Parmi les antibiotiques, les médicaments suivants sont le plus souvent utilisés: azithromycine, doxycycline, érythromycine. En plus d'eux, des médicaments antibactériens sont prescrits, qui détruisent simultanément les micro-organismes les plus simples: métronidazole, ornidazole, tinidazole.

Médicaments et suppositoires anti-inflammatoires et analgésiques

Ils sont traditionnellement prescrits pour la douleur et l'inflammation des organes pelviens. Basique: Nurofen, Nise, Nimésulide, Paracétamol avec Analgin. Avec des saignements mensuels douloureux, No-shpa, Drotaverin, Duspatalin, Spazgan, Spazmalgon aident (avec une douleur intense, il est préférable d'utiliser des médicaments en injections).

Les suppositoires vaginaux et rectaux pour les polypes dans l'utérus doivent être prescrits pour les infections génitales identifiées ou les maladies inflammatoires des organes reproducteurs.

Les principaux effets thérapeutiques de l'utilisation de suppositoires:

  • anesthésie;
  • normalisation de la microflore bénéfique dans le tractus génital;
  • suppression de l'activité des bactéries responsables des infections génito-urinaires;
  • prévention de l'érosion.

Utilisation: Vagiferon, Osarbon, Geksikon, Atzilakt, Longidaza, Fluomizin, Terzhinan. Mais il faut garder à l'esprit que de nombreux suppositoires sont interdits pendant la grossesse..

Physiothérapie

La physiothérapie est absolument interdite pendant la grossesse ou un processus malin détecté. Par conséquent, les méthodes physiothérapeutiques doivent être utilisées avec une grande prudence, car avec les polypes adénomateux de l'utérus, la physiothérapie peut augmenter le risque de dégénérescence cancéreuse des tissus..

Les procédures sont prescrites par le médecin traitant, car cette thérapie est auxiliaire lors de la prise de médicaments. Toutes les méthodes ont leurs propres contre-indications, elles ne doivent donc pas être utilisées seules.

La tâche principale de ces procédures est de restaurer le fonctionnement normal de l'organe, d'améliorer la circulation sanguine et d'accélérer la résorption des néoplasmes bénins..

Parmi les principales procédures de physiothérapie: électroionophorèse, boue, magnétothérapie, traitement laser et ultrasons, hirudothérapie (traitement par sangsues médicales), électromyostimulation.

La médecine traditionnelle

Le traitement des polypes dans l'utérus avec des remèdes et des méthodes populaires vise à éliminer les symptômes, mais se débarrasser de la maladie à l'aide de médicaments à domicile échoue généralement. Les infusions et décoctions d'herbes médicinales ont un effet antimicrobien ou fortifiant, mais n'affectent pratiquement pas la résorption des polypes de l'endomètre.

Les herbes telles que la brosse rouge, l'utérus au bore, la chélidoine, la prêle et le champignon chaga ont un certain effet de résorption, normalisent les niveaux hormonaux et améliorent le fonctionnement des organes reproducteurs.

Dans la fabrication d'infusions et de décoctions de chélidoine, un dosage strict est nécessaire, car il s'agit d'une plante vénéneuse.

  1. Mélanger les jaunes de 4 œufs durs avec 3 cuillères à soupe de graines de citrouille écrasées.
  2. Ajouter 250 ml d'huile de tournesol non raffinée et maintenir au bain de vapeur pendant 15 à 20 minutes. La perfusion doit être appliquée par voie orale dans une cuillère à café avant le petit déjeuner, selon le schéma de 5 jours de prise, 5 jours de congé. Le cours dure 2 à 3 mois.
  3. Mélangez une cuillère à soupe de champignon chaga pilé avec des feuilles de cassis et de fraise hachées (2 cuillères à soupe chacune). Le mélange est versé avec un litre d'eau bouillante et après 2 heures d'infusion, filtrer et boire tiède, un demi-verre deux fois par jour (pendant 30 jours). Après 15 jours, répétez le cours.

Malgré un traitement médicamenteux actif, les polypes de l'utérus répondent rarement au traitement médicamenteux. Le plus souvent, en particulier avec des excroissances importantes ou multiples de l'endomètre, vous pouvez vous débarrasser de la pathologie en combinant l'ablation chirurgicale des excroissances avec un traitement hormonal ultérieur.

Dans le cadre du traitement, il est conseillé aux patients atteints de polypose utérine de perdre du poids en augmentant leur poids corporel. Parfois, la perte de poids suffit à arrêter la croissance et la propagation des excroissances de polypose.

Polypes dans l'utérus: causes de formation, symptômes, traitement, conséquences

Un polype dans l'utérus est un néoplasme bénin qui se forme à la suite de la prolifération pathologique des cellules endométriales. Extérieurement, c'est une croissance arrondie sur une jambe, ressemblant à un champignon, avec une surface poreuse de couleur bordeaux-violet ou jaunâtre.

La taille du néoplasme peut atteindre de quelques millimètres à trois centimètres. Les polypes sont simples et multiples, peuvent être localisés à différents endroits (par exemple, sur la paroi avant et / ou arrière de l'utérus).

Le plus souvent, cette pathologie survient chez les femmes âgées de 40 à 50 ans avant le début de la ménopause, mais dans certains cas, des polypes peuvent également se former chez les filles à l'adolescence.

Types de polypes

En fonction du tissu dont sont constitués les polypes, ils sont subdivisés comme suit:

Formé à partir de tissu conjonctif, survient le plus souvent pendant la ménopause à la suite de changements dans les niveaux hormonaux

Ils sont constitués de cellules glandulaires atteintes d'hyperplasie de l'endomètre. Plus fréquent chez les jeunes femmes. Dans certains cas, ils apparaissent comme des kystes remplis de liquide

Constitué de cellules atypiques modifiées. Le plus souvent formé à l'âge de plus de 40 ans. Peut dégénérer en tumeurs cancéreuses

Composé de tissu conjonctif et de cellules glandulaires

Formé à partir de particules du placenta restant dans la cavité utérine après l'accouchement

Les polypes du corps de l'utérus sont situés sur la surface interne de l'organe, dans la plupart des cas - dans la partie supérieure.

Pourquoi les polypes se forment

D'où viennent ces néoplasmes? La raison de la formation de polypes dans l'utérus est le plus souvent des troubles hormonaux, à savoir un excès d'œstrogène (hormone sexuelle féminine).

Il n'est nécessaire pour le corps féminin que dans les deux premières semaines du cycle menstruel. Si l'œstrogène est produit en permanence en grande quantité, cela conduit à la prolifération de l'endomètre, dont certaines parties ne s'écaillent pas pendant la menstruation, mais restent dans la cavité utérine..

Si cela se produit sur plusieurs cycles, une excroissance apparaît à cet endroit, dans laquelle se développent les fibres du tissu conjonctif et des vaisseaux sanguins, ce qui conduit à la formation de polypes. Leur croissance active est affectée par un manque de progestérone..

Autres raisons possibles:

  • Avortement. Les lésions tissulaires pendant le curetage entraînent une croissance cellulaire accrue dans certaines zones de la cavité utérine;
  • processus inflammatoires dans la région génitale. Le résultat peut être une croissance pathologique de l'endomètre et la formation de polypes;
  • maladies endocriniennes. Les maladies de la glande thyroïde, des glandes surrénales ou du diabète sucré peuvent provoquer un dysfonctionnement du corps et l'apparition de néoplasmes;
  • prédisposition héréditaire. Dans certains cas, la tendance à former des excroissances est héréditaire;
  • en surpoids. Il a été prouvé que le tissu adipeux est la principale source d'œstrogènes chez les femmes âgées, par conséquent, son excès entraîne une modification des taux hormonaux et, par conséquent, la formation de croissances;
  • stagnation du sang dans les organes pelviens. Le plus souvent, cela résulte d'un mode de vie sédentaire. Ceci est une condition préalable au dysfonctionnement ovarien, qui à son tour devient la cause d'un déséquilibre hormonal;
  • maladies qui entraînent une altération de la circulation sanguine. Les cellules qui ne reçoivent pas suffisamment d'oxygène peuvent se diviser rapidement, se transformant en néoplasmes;
  • prendre certains médicaments (Tamoxifen, Dostinex). Les médicaments bloquent les récepteurs responsables de la sensibilité aux hormones sexuelles. Chez certaines femmes, pendant la période de traitement, les polypes commencent à se développer activement dans la cavité utérine..

Symptômes

Il est possible de soupçonner qu'un néoplasme est apparu dans la cavité utérine lorsque les symptômes suivants apparaissent:

  • irrégularités menstruelles, saignements utérins abondants;
  • spotting entre les périodes;
  • douleur dans le bas-ventre ou dans la région lombaire;
  • écoulement vaginal muqueux.

Très souvent, les symptômes de polypes dans la cavité utérine sont complètement absents et les néoplasmes sont détectés par hasard lors d'une échographie (examen échographique).

Diagnostique

Pour poser un diagnostic, vous devez consulter un médecin du service de gynécologie. Il procédera à un examen et prescrira l'examen nécessaire.

La méthode la plus accessible et en même temps indolore pour diagnostiquer les néoplasmes est l'échographie transvaginale. Elle est réalisée à l'aide d'un capteur inséré dans le vagin..

Dans certains cas, une hystéroscopie est réalisée pour examen et élimination ultérieure de l'accumulation. Un tube avec une micro-caméra vidéo est inséré dans la cavité utérine.

Parfois, pour diagnostiquer la pathologie de l'utérus et des trompes de Fallope, une radiographie avec contraste est effectuée.

Médicaments contre les polypes utérins

Les jeunes femmes nullipares sont traitées par hormonothérapie pour les néoplasmes. Dans la plupart des cas, des contraceptifs oraux sont prescrits (Yarina, Jazz, Klayra). Vous devez les prendre selon le schéma indiqué dans les instructions. La durée du traitement est d'au moins six mois.

Pour les femmes après 40 ans ou pendant la ménopause, le traitement est effectué à l'aide de médicaments qui protègent contre l'action des œstrogènes et de l'hormone lutéinisante, qui provoquent des perturbations dans le travail des organes pelviens (Zoladex, Dipherelin).

Des médicaments sont également prescrits aux femmes qui ont une petite croissance. Dans d'autres cas, l'ablation chirurgicale de la tumeur est nécessaire.

Élimination des polypes

Hystéroscopie

Le plus souvent, la formation est éliminée par hystéroscopie. Il s'agit d'une procédure peu traumatique qui vous permet de détecter une croissance et de l'éliminer immédiatement. Cette opération est réalisée sous anesthésie générale, elle dure 15-20 minutes.

Selon les avis des patients, les avantages de cette méthode comprennent:

  • sécurité absolue;
  • manque de douleur.

À l'aide de l'appareil photo, vous pouvez voir toutes les excroissances (y compris les petites) et les prendre en photo. Le patient peut rentrer chez lui immédiatement après la chirurgie.

L'hystéroscopie est réalisée 2-3 jours après la fin des règles. À ce moment, l'endomètre est très mince et même de petits polypes peuvent être vus. Le patient est anesthésié et le canal cervical est ouvert avec un instrument spécial.

Comment l'hystéroscopie est-elle réalisée

Un tube avec une petite caméra à l'extrémité (hystéroscope) est inséré dans la cavité utérine à travers le vagin. Tous les polypes identifiés sont coupés avec une boucle chirurgicale électrique et traités avec de l'azote liquide..

Si un seul polype du corps utérin devient grand, il peut être retiré avec une pince. Le néoplasme est capturé et tordu, tournant autour de l'axe. Ensuite, le lit de l'accumulation est gratté avec une curette et traité avec un antiseptique.

Avec cette méthode d'élimination, les vaisseaux alimentant la formation sont tordus, ce qui empêche les saignements. Le grattage vous permet d'éviter la réapparition de la pathologie.

Si, à l'aide d'un hystéroscope, le médecin trouve plusieurs polypes sur les parois antérieure et / ou postérieure de l'utérus, un curetage est effectué. À l'aide d'une curette, toute la couche supérieure (fonctionnelle) de la muqueuse de l'organe est enlevée.

Le matériel retiré au cours de la procédure est envoyé au laboratoire pour recherche. Cela permet d'identifier les cellules malignes et de démarrer le traitement du cancer à temps.

Laparoscopie

Dans le cas où des cellules atypiques ont été trouvées dans le polype, l'utérus est retiré. La méthode laparoscopique est une méthode plus douce que la chirurgie abdominale. Une telle intervention est réalisée sous anesthésie générale..

À travers un petit trou dans l'abdomen (jusqu'à 1,5 cm), la cavité abdominale est remplie de dioxyde de carbone. Cela permet de surélever la paroi abdominale afin de permettre au chirurgien de travailler sans encombre..

Un laparoscope avec une caméra est inséré dans l'incision et le médecin est en mesure d'évaluer l'état de l'utérus. À l'aide d'instruments spéciaux, l'orgue est excisé et retiré. L'incision est suturée et le patient est livré à la salle de réveil.

La femme est à l'hôpital pendant 5 à 7 jours. Elle peut retourner au travail dans deux semaines. Dans le même temps, il n'y a pratiquement pas de cicatrices sur le corps du patient..

Méthodes de médecine traditionnelle

En plus des médicaments, des méthodes de traitement alternatives sont utilisées pour lutter contre les polypes dans la cavité utérine. Cela permet de se débarrasser rapidement du problème. L'utilisation de remèdes populaires doit être convenue avec le médecin traitant.

Graines de citrouille

Afin de préparer le produit, un verre de graines de citrouille pelées séchées (non torréfiées) est broyé avec un mélangeur ou un moulin à café. Ajoutez 3 cuillères à soupe de miel et 300 ml d'huile d'olive raffinée. Le mélange est chauffé au bain-marie et 3 jaunes bouillis y sont ajoutés (ils doivent d'abord être écrasés).

Le produit fini est stocké dans un bocal en verre avec un couvercle bien fermé sur la tablette inférieure du réfrigérateur. Appliquez-le dans une cuillère à café une fois par jour avant les repas. La durée du traitement est de deux mois, puis vous devez faire une pause. Le traitement des polypes dans ce cas est assez long, mais, selon les critiques, efficace.

Teinture de moustache dorée

Pour préparer le produit, vous aurez besoin d'une vingtaine d'articulations d'une moustache dorée. La plante est broyée et versée avec 300 ml d'alcool médical à 70%. L'outil est insisté pendant une semaine dans un endroit sombre et frais. Secouez-le périodiquement..

Conservez la teinture au réfrigérateur pendant un an. 20 gouttes du médicament sont diluées dans une cuillère à soupe d'eau et prises matin et soir avant les repas. Le traitement dure un mois, puis une pause de dix jours est prise et le médicament est repris.

Bouillon de douche

Pour préparer le bouillon, mélangez une cuillère à soupe de fleurs de camomille, de feuilles de sauge, d'écorce de chêne et de millefeuille. Versez le mélange sec avec deux litres d'eau et laissez mijoter à feu doux pendant 5 minutes.

Une fois le produit refroidi à une température confortable, il est filtré à travers un tamis. À l'aide d'une seringue, le vagin est irrigué avec une décoction. La procédure est effectuée une fois par jour pendant une semaine, puis une pause de dix jours est prise..

Dans une procédure, 1 litre de bouillon est utilisé. La deuxième partie peut être conservée au réfrigérateur dans un récipient scellé pendant une journée maximum. L'agent est chauffé avant utilisation. Le traitement ne dure pas plus de deux mois. Avant d'utiliser le bouillon, vous devez consulter un médecin..

Prévisions et conséquences

L'apparition de néoplasmes dans l'utérus est souvent associée à un dysfonctionnement ovarien.Par conséquent, malgré l'intervention chirurgicale réalisée, sans correction appropriée du fond hormonal, ils peuvent se développer à nouveau.

Les polypes adénomateux dégénèrent dans certains cas en néoplasmes malins.Par conséquent, lorsque de telles excroissances sont détectées, une femme doit surveiller de près sa santé.

Un polype dans la cavité utérine peut être détecté pendant la grossesse. Ceci est dangereux car il existe un risque de décollement placentaire. Grâce à lui, le fœtus, avec le sang, reçoit de l'oxygène et de la nutrition. Si le placenta n'est pas trop étroitement attaché à la paroi de l'utérus, cela peut provoquer une hypoxie fœtale ou retarder son développement.

Pendant la grossesse, le traitement n'est pas effectué et tous les efforts du médecin visent à améliorer l'état du fœtus. Dans certains cas, une modification des taux hormonaux conduit au fait que les néoplasmes se résolvent d'eux-mêmes..

La prévention

Afin d'éviter la formation de croissances dans la cavité utérine, il est nécessaire:

  • éviter l'hypothermie;
  • manger correctement, exclure les aliments contenant une grande quantité de colorants et de conservateurs de l'alimentation;
  • mener une vie active, faire du sport, ce qui aide à prévenir la stagnation du sang dans la région pelvienne;
  • se débarrasser des mauvaises habitudes;
  • consulter un gynécologue tous les six mois, coordonner avec lui le choix des contraceptifs hormonaux.

Si des symptômes indiquant la formation de polypes dans la cavité utérine sont détectés, il est nécessaire de demander conseil à un gynécologue-endocrinologue.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.