Principal
Ostéome

Gonflement et rétention d'eau

Consultation gratuite sur le traitement à Moscou.
Appelez le 8 (800) 350-85-60 ou remplissez le formulaire ci-dessous:

Un gonflement peut survenir pour plusieurs raisons. Premièrement, un œdème peut survenir à la suite d'une chimiothérapie. Deuxièmement, certains types de tumeurs peuvent provoquer un gonflement. Troisièmement, votre état général du corps peut également influencer.

Informez votre professionnel de la santé si:

  1. Vous avez un gonflement soudain et croissant;
  2. Vous ressentez une interruption dans le travail du cœur;
  3. Vous avez du mal à respirer;
  4. Vous prenez du poids rapidement;
  5. Vous avez une forte diminution de la miction;
  6. Votre visage, vos mains, vos bras ou vos jambes sont enflés;
  7. Vous avez un ventre gonflé ou une sensation de ballonnement dans le bas de l'abdomen

Si vous ou vos proches avez besoin d'une assistance médicale, veuillez nous contacter. Les spécialistes du site conseilleront une clinique où vous pourrez obtenir un traitement efficace:

Recommandations du médecin pour l'œdème après la chimiothérapie

  1. Essayez de porter des vêtements amples et des chaussures, demandez à votre médecin des bas spéciaux;
  2. En position couchée ou assise, gardez les pieds surélevés;
  3. Essayez de ne pas rester debout pendant longtemps;
  4. Pesez-vous tous les jours à la même heure, gardez des registres. Assurez-vous d'informer votre médecin si vous prenez du poids;
  5. Évitez les aliments riches en sel. Ne mangez pas de frites et de jambon, de choucroute et de cornichons. N'ajoutez pas de sel ou de sauce soja à vos aliments;
  6. Vérifiez les étiquettes des aliments. Demandez à votre médecin combien de sel vous pouvez consommer par jour.

Troubles urinaires après chimiothérapie

Pendant la chimiothérapie, la couleur et l'odeur de l'urine peuvent changer. Discutez-en avec votre médecin pour savoir comment y faire face à l'avenir. Assurez-vous d'informer votre médecin si:

  1. Température 38 ou plus, vous avez des frissons;
  2. Difficulté à uriner ou saignement dans l'urine, douleur et sensation de brûlure en urinant;
  3. Vous avez souvent une forte envie d'uriner, votre urine devient trouble ou change de couleur brusquement et votre urine dégage une forte odeur.

Questions à poser à votre médecin pour les troubles urinaires après une chimiothérapie

  1. Quand devrais-je t'appeler?
  2. Combien de liquide dois-je boire quotidiennement?
  3. Quelles boissons sont préférables?
  4. Quelles boissons devez-vous refuser ou limiter votre consommation??

Astuce: buvez beaucoup de liquides! De plus, demandez à votre médecin de quelle quantité de liquide vous avez besoin par jour. Il s'agit généralement d'au moins 8 verres. Buvez plus de boissons aux fruits, de soupes, de milkshakes. Diluer les jus avec de l'eau.

Vous pouvez également trouver ces articles utiles

Chimiothérapie: constipation et diarrhée

Si vous ou vos proches avez besoin d'une assistance médicale, veuillez nous contacter. Les spécialistes du site conseilleront la clinique où vous pouvez obtenir.

Cancer du col utérin

Quels sont les symptômes du cancer du côlon Diagnostic Causes du développement (ce qui peut causer) Antécédents du cancer Classification Stades du cancer du col de l'utérus.

Traitement de chimiothérapie pour le mélanome choroïdien

La chimiothérapie du mélanome de la choroïde de l'œil fait partie d'un traitement complexe consistant en une opération chirurgicale sur le.

Chimiothérapie: nausées et vomissements

Si vous ou vos proches avez besoin d'une assistance médicale, veuillez nous contacter. Les spécialistes du site conseilleront la clinique où vous pouvez obtenir.

Consultation gratuite sur le traitement à Moscou.
Appelez le 8 (800) 350-85-60 ou remplissez le formulaire ci-dessous:

Complications de la chimiothérapie: comment en protéger vos veines?

L'administration de médicaments chimiothérapeutiques utilisés dans le traitement du cancer, dans la plupart des cas, se fait par les veines. Ce sont eux qui souffrent en premier lorsqu'ils sont exposés à des médicaments toxiques. L'effet néfaste des cytostatiques est aggravé par le fait que les injections dans la même veine sont effectuées plusieurs fois, dans certains cas - quotidiennement.

Avec l'administration intraveineuse de médicaments cytostatiques, des réactions inflammatoires veineuses se développent souvent. Ils se manifestent de diverses manières - de la douleur intense le long des vaisseaux déjà pendant l'injection à la phlébite aiguë, la thrombophlébite, la phlébothrombose.

Quels événements indésirables dans la zone veineuse peuvent survenir pendant la chimiothérapie??

  • Assez souvent, des démangeaisons et des rougeurs apparaissent le long des veines lors de l'administration du médicament. Que faire dans ce cas?

Le patient doit lever les bras et appliquer de la chaleur ou du froid dans les veines (selon le type de médicament administré). Le plus souvent, ces symptômes disparaissent après environ 30 minutes et n'entraînent aucune complication supplémentaire..

  • Si un agent cytostatique pénètre sous la peau, s'il est mal injecté, le bras peut perdre sa capacité à se plier ou à se plier complètement. Autrement dit, une contracture apparaît - restriction du mouvement dans la zone de lésion tissulaire.

Il est nécessaire immédiatement, sans retirer la seringue ou le cathéter, d'essayer de retirer le médicament. Retirez ensuite l'aiguille et injectez l'antidote approprié.

  • Les médicaments irritants, tels que le cisplatine, la dacarbazine, l'étoposide, le fluorouracile, le paclitaxel, la vinorelbine, peuvent provoquer une douleur brûlante au site d'injection, mais n'entraînent pas de nécrose.

Les médicaments à action cloquante sur la peau - la doxrubicine, l'épirubicine, la mitomycine, la vinblastine, la vinkistine provoquent généralement une douleur intense. Un œdème peut apparaître en quelques jours, puis une compaction tissulaire se produit. Après une à quatre semaines, des ulcères peuvent apparaître sur la peau et une nécrose, c'est-à-dire une nécrose tissulaire, peut se développer. L'auto-guérison est presque impossible, le patient doit demander l'aide d'un chirurgien.

Toute chimiothérapie doit être effectuée uniquement dans un service spécialisé d'un établissement médical avec une accréditation appropriée. Chaque médicament a son propre système d'administration complexe. Pour minimiser ou prévenir les effets secondaires, les médecins et les infirmières doivent avoir la formation et l'expérience nécessaires avec les cytostatiques..

Complications veineuses après un traitement de chimiothérapie

Les complications assez fréquentes après une chimiothérapie sont des maladies veineuses - phlébite. Ce sont des processus inflammatoires des parois des vaisseaux sanguins, qui conduisent parfois à la formation de caillots sanguins et à l'apparition d'une thrombophlébite. Cela se produit principalement chez les patients ayant une mauvaise santé vasculaire, qui ont tendance à former des caillots sanguins..

Préparation des veines à la chimiothérapie et prévention des effets secondaires

  • Pour la manifestation des veines avec leur faible disponibilité - un sérieux obstacle à la thérapie.

Il est conseillé aux patients de boire plus d'eau et de garder leurs mains au chaud. Immédiatement avant la procédure de chimiothérapie, un expanseur et des enveloppements chauds aideront. Le médecin peut utiliser un manomètre pour créer une compression..

  • Pour réduire les effets toxiques des médicaments sur les veines.

Dans ce cas, les injections d'une solution de cytostatiques sont effectuées aux concentrations minimales admissibles. La méthode d'administration la plus douce est la perfusion goutte à goutte avec une grande quantité de liquide. Lorsqu'il est administré par la méthode du jet, après l'injection, la veine doit être lavée avec une solution isotonique.

Mais il n'est pas toujours possible de choisir - chaque médicament a sa propre concentration, son taux d'administration et sa méthode recommandés.

La chimiothérapie doit être injectée alternativement dans les veines de différentes extrémités, si, encore une fois, il existe une telle possibilité.

  • Pour réduire le risque d'inflammation ou de gonflement.

Pendant les 48 heures suivant la chimiothérapie, il est recommandé de maintenir le membre «souffrant» en position élevée aussi souvent que possible.

Traitement des complications

Tout d'abord, si les tissus environnants sont endommagés, vous devez en informer votre chimiothérapeute..

Diverses méthodes d'automédication ne peuvent qu'intensifier les brûlures chimiques et entraîner des ulcères..

Avec inflammation et nécrose

Une compresse chaude ou un sac de glace peut être utilisé, selon le type de préparation. L'application d'une pommade à l'hydrocortisone est possible en présence d'une réaction inflammatoire. Attention! Avant le traitement, une consultation avec un médecin est requise.

Si les symptômes persistent pendant deux jours ou plus, le chirurgien est impliqué dans le traitement ultérieur de ces complications. Si la nécrose dure plus de 10 jours, le tissu nécrotique est excisé avec plastie ultérieure du défaut.

Avec phlébite et thrombophlébite

Le traitement de la phlébite envahissante et de la thrombophlébite provoquée par l'administration de cytostatiques est effectué exclusivement par un médecin et ne diffère pas du traitement de ces maladies résultant d'autres causes. Le but du traitement est de réduire la douleur et l'inflammation et d'éviter l'apparition de complications. Si la thrombophlébite est due à un cathéter, le cathéter doit être retiré.

Utilisation d'un accès veineux pour la chimiothérapie

Pour injecter le médicament pendant une longue période, un dispositif spécial est utilisé - un cathéter veineux ou un port implantable, ce qui fait de la chimiothérapie une procédure beaucoup plus douce pour les veines, réduit le risque d'effets secondaires indésirables.

Le cathéter veineux périphérique est aujourd'hui un dispositif courant dans les établissements médicaux de Saint-Pétersbourg. Avec un soin adéquat, le cathéter inséré peut être utilisé jusqu'à 7 à 10 jours. Ces appareils nécessitent un entretien et un rinçage soigneux, et une installation répétée augmente le risque d'infection.

Un cathéter veineux central est installé sur les grosses veines et présente des avantages évidents: il peut être installé pendant une longue période, ne limite pas le débit et le volume d'administration de la solution, et les grosses veines absorbent plus facilement le médicament. Dans le même temps, le risque d'infection augmente et ses conséquences s'intensifient. L'utilisation d'un tel cathéter implique des exigences accrues pour les qualifications du personnel et pour l'entretien du dispositif..

Un orifice veineux implantable est exempt de nombreux inconvénients des cathéters. Il s'agit d'un petit appareil placé sous la peau du patient sous anesthésie locale (généralement dans la région sous-clavière droite) et connecté à la veine jugulaire. Dans ce cas, l'âge et le teint du patient n'ont pas d'importance. Dimensions - seulement 4 centimètres de diamètre avec une épaisseur de 1 centimètre. La partie externe de l'appareil a une membrane en silicone à travers laquelle des médicaments sont injectés. L'entretien du port implique l'utilisation exclusive des aiguilles de Huber pour l'injection et le rinçage avec une solution saline après perfusion ou prélèvement sanguin. Ces aiguilles n'endommagent pas la membrane en silicone et permettent jusqu'à 2000 injections.

Le port n'est pas visible de l'extérieur, ne peut pas être infecté accidentellement, son utilisation n'impose pas de restrictions au mode de vie du patient: vous pouvez nager, faire du sport, subir une IRM / TDM. La durée de vie du port est de 5 à 7 ans.

Les ports sont largement utilisés en Europe occidentale lorsque plusieurs séances de chimiothérapie sont prévues, en particulier avec des médicaments cytotoxiques. Au sein du service conseil et diagnostic de N.N. N.N. Petrov, la pratique de l'installation de ports veineux chez les patients oncologiques s'est déjà développée, malgré le fait que dans les institutions oncologiques nationales, ces dispositifs sont encore assez rarement utilisés.

Publication de l'auteur:
TKACHENKO ELENA VIKTOROVNA
chimiothérapeute oncologue, gériatre
Chef du service de chimiothérapie de courte durée, médecin-oncologue de la plus haute catégorie
Centre national de recherche médicale en oncologie nommé d'après N.N. Petrova

Gonflement des jambes après la chimiothérapie que faire

L'oncologie est une condition complexe du corps, difficile à gérer, mais possible. Le traitement classique, qui affecte radicalement les néoplasmes, provoque un œdème après une chimiothérapie. Mais malgré cela, on ne peut pas refuser la possibilité de lutter contre une maladie grave et être sûr de la vaincre. Il est nécessaire de contacter votre médecin, de parler des complications qui sont survenues et il vous dira certainement quoi faire si vos jambes gonflent après la chimiothérapie, comment améliorer l'état et réduire les effets secondaires du traitement..

Les raisons

La lutte contre les néoplasmes malins entraîne de nombreux effets secondaires, notamment l'accumulation de liquide dans certaines zones:

  • Œdème cérébral après chimiothérapie.
  • Gonflement des jambes et des bras.
  • Poumons.
  • Visage bouffi, etc..

Tout dépend du lieu de formation de la tumeur et du degré de sa croissance et de la durée de l'irradiation pour le cancer ou du type de médicament utilisé pour le traitement.

Un gonflement après la chimiothérapie se développe en raison d'une mauvaise fonction rénale, à la suite d'une exposition aux radiations, à la prise de médicaments puissants pendant le traitement. A ces caractéristiques s'ajoutent un affaiblissement des parois du système vasculaire et une augmentation du stress sur le cœur..

Pour prescrire un traitement de qualité, vous devez comprendre pourquoi les jambes gonflent après une chimiothérapie. Les raisons peuvent être les suivantes:

  1. Perturbation hormonale due à une maladie complexe.
  2. Violation de l'équilibre eau-sel, due à la prise de médicaments puissants, dont l'effet vise à éliminer la tumeur.
  3. Troubles du foie et des reins.
  4. Souvent, un gonflement après la chimiothérapie peut être causé par la croissance du néoplasme lui-même ou par une métastase.

Souvent, le gonflement des membres s'accompagne des symptômes suivants:

  • Prise de poids rapide.
  • Miction retardée.
  • Respiration difficile.
  • Interruptions dans le travail du cœur.

Par conséquent, les experts prescrivent un cours pour restaurer tout le corps, et pas seulement pour éliminer les symptômes. Tout traitement est effectué sous la surveillance et la prescription d'un médecin.

Recommandations spéciales

Un patient après une chimiothérapie fera face à des essais considérables et à une récupération longue et difficile, si un œdème apparaît après la chimiothérapie, les recommandations suivantes doivent être respectées:

  • Portez des vêtements et des chaussures confortables.
  • Utilisez des bas de compression.
  • En position couchée, gardez vos jambes levées..
  • Asseyez-vous et couchez-vous plus, restez au lit.
  • Tenez un journal de tous les changements, pesez-vous quotidiennement.

Ces recommandations aideront à améliorer la condition, à soulager le stress, à réduire la douleur et l'inconfort..

Traitement

Comment soulager le gonflement après une chimiothérapie et que faire pour lutter contre les conséquences d'un tel traitement ne sera correctement recommandé que par un médecin. Tout médicament pendant cette période ne peut être pris qu'après consultation d'un spécialiste.

Pour réduire la localisation de l'œdème, il est nécessaire de réduire au minimum la consommation de sel et d'inclure également les aliments suivants dans l'alimentation quotidienne:

Les produits ci-dessus ont un effet diurétique élevé et aident à éliminer les ballonnements des membres.

Il est nécessaire d'exclure du menu quotidien les recettes qui augmentent la viscosité du sang:

L'œdème après la chimiothérapie se forme également en raison d'un manque de vitamines et de micro-éléments utiles dans le corps, qui ont été perdus pendant le traitement. Le problème concerne en particulier le manque de potassium dans les tissus, qui peut être reconstitué par des fruits tels que les pêches, les abricots, les bananes, ainsi que le miel, les abricots secs et la laitue.

Recettes folkloriques

Certaines méthodes de médecine alternative peuvent aider à soulager le gonflement des jambes après une chimiothérapie:

Pourquoi ce problème apparaît et comment y faire face, le médecin vous le recommandera. La procédure de chimiothérapie aide à faire face au cancer, mais, malheureusement, elle cause des dommages irréparables à la santé. Cependant, ce n'est pas une raison pour se sentir bouleversé ou abandonner, c'est juste une petite difficulté sur le chemin du rétablissement.!

La cause de l'œdème

Un œdème peut survenir chez les patients traités par chimiothérapie en raison d'une rétention d'eau dans le corps. Une rétention excessive de liquide dans le corps du patient et un œdème après une chimiothérapie apparaissent pour plusieurs raisons:

S'il y a un gonflement du visage après une chimiothérapie ou un gonflement des extrémités, vous devez d'abord en informer votre médecin. Un traitement ultérieur est effectué en tenant compte de ses recommandations.

Des poches après le traitement

Des poches peuvent survenir dans tout le corps du patient ou dans certaines de ses parties. Un gonflement des jambes après une chimiothérapie, des mains, du visage ou de l'abdomen est assez fréquent. Le gonflement peut se manifester par un gonflement abdominal et des ballonnements, qui sont également observés localement ou sur toute la zone. Autres symptômes de poches:

  1. Respiration difficile,
  2. Insuffisance cardiaque,
  3. Apparition assez brutale d'œdème dans tout le corps,
  4. Prise de poids rapide,
  5. Interruptions de la miction, jusqu'à une absence presque complète.

Les poches après la chimiothérapie doivent être éliminées par une restauration complète de tout le corps.

Produits d'élimination des poches

En cas de gonflement du bras après une chimiothérapie, des jambes, du visage ou de l'ensemble du corps, vous devez immédiatement consulter un médecin pour obtenir des conseils et de l'aide. Il peut recommander de limiter l'apport hydrique, de réduire la quantité de sel consommée. De plus, votre médecin peut vous prescrire un diurétique. Vous ne devez pas prendre ces fonds vous-même, sans prescription médicale..

De plus, les recommandations habituelles sur ce qu'il faut faire pour soulager les poches sont les suivantes:

  1. Vous ne pouvez pas abandonner complètement l'utilisation du sel de table, mais le remplacer par du sel iodé ou de mer. Mais il est souhaitable de limiter sa consommation au minimum. Pendant quelques jours, il vaut mieux abandonner complètement l'utilisation du sel et du sel sous sa forme pure.
  2. Vous pouvez ajouter du persil et de l'aneth à votre nourriture, ils ont un effet diurétique. Le jus de citron frais a le même effet. Les verts peuvent être consommés frais, cela ne nuira pas, même en grande quantité.

ethnoscience

En plus des médicaments officiellement reconnus, il existe également des remèdes populaires pour se débarrasser des poches dans le corps. Il est également préférable de coordonner leur utilisation avec votre médecin. Les médicaments traditionnels suivants sont utilisés:

Ne vous soignez pas. Toutes les prescriptions doivent être convenues avec le médecin traitant et utilisées sur une base individuelle..

De nombreuses patientes atteintes d'une maladie telle que le cancer du sein se rendent à la clinique assez tard. Ils ont souvent le stade 2 ou 3 de cette maladie. Dans ce cas, la chirurgie et la chimiothérapie sont tout simplement inévitables. Et toute intervention sur le corps humain a des conséquences sur sa santé future. Quelle sera leur gravité, même les médecins ne peuvent pas répondre, car chaque patient a ses propres caractéristiques individuelles..

Après une opération pour enlever une tumeur cancéreuse du sein, de nombreuses patientes sont confrontées à un œdème des membres supérieurs et de la poitrine. De plus, après un cours de chimiothérapie, les femmes subissent une diminution de l'immunité. À cet égard, œdème dans le cancer. l'immunité après la chimiothérapie mérite une attention particulière.

Gonflement après une intervention chirurgicale pour enlever une tumeur cancéreuse du sein

Cet effet secondaire est très fréquent et est appelé lymphœdème. La raison de cette conséquence désagréable est que pendant l'opération, non seulement la tumeur cancéreuse est retirée, mais également les ganglions lymphatiques infectés. Et lors du retrait des ganglions limatiques, le médecin perturbe le système vasculaire à travers lequel la lymphe se déplace. Puisqu'elle n'a pas la possibilité d'aller plus loin dans le système, la stagnation se produit. Il se manifeste sous la forme d'un œdème des membres supérieurs.

Cette condition des patients nécessite une surveillance attentive en clinique, car les microbes peuvent se propager dans la lymphe stagnante, ce qui entraînera inévitablement un abcès. De plus, une récidive du cancer du sein peut survenir..

Aux premières manifestations du lymphœdème, vous devez rechercher un traitement approprié à la clinique. Un gonflement peut également survenir avant la chirurgie, ce qui est causé par la même violation des vaisseaux lymphatiques et de la tumeur qui leur est propagée.

Le système immunitaire humain est quotidiennement menacé. Une mauvaise écologie, une alimentation malsaine, des maladies fréquentes - tout cela affaiblit gravement le système immunitaire. Il est bien connu que ce système est capable de restaurer le corps sans l'aide de facteurs externes. Mais comment elle va réagir à la chimiothérapie, personne ne peut répondre.

Le système immunitaire du patient ne peut pas faire face seul aux cellules cancéreuses. Puisque les cellules cancéreuses peuvent se déguiser en cellules saines pendant le processus de mutation, le système immunitaire n'y répond tout simplement pas. Mais il y a aussi des cas où il y a déjà beaucoup de cellules cancéreuses et les cellules saines ne sont pas capables de les surmonter. Dans les deux cas, les médecins prescrivent à la femme un cours de chimiothérapie..

Bien que la chimiothérapie soit une méthode de traitement non immunitaire, elle réduit considérablement l'immunité du patient. Après tout, les médicaments et les radiations affectent toutes les cellules, saines et infectées, dans la même mesure. En raison de cette influence, le système immunitaire est déprimé et ne peut lutter seul contre aucune autre infection, et les processus de récupération deviennent plus lents. Dans ce cas, le médecin prescrit généralement des tests supplémentaires et, si nécessaire, prescrit un certain nombre de médicaments qui augmentent l'immunité affaiblie. En plus des médicaments, un régime spécial est prescrit pour aider le corps à récupérer..

Des diagnostics aussi courants que l'œdème dans le cancer, une immunité réduite après une chimiothérapie, bien qu'ils soient courants, sont bien traités. Et, en règle générale, ils ne nuisent pas beaucoup au corps du patient. Mais ce n'est que si la femme se rend immédiatement chez le médecin pour obtenir de l'aide et ne prolonge pas la maladie. N'oubliez pas que plus vous vous rendez tôt à la clinique, plus vous avez de chances de mener une vie future normale..

Recommandations du médecin pour l'œdème après la chimiothérapie

Troubles urinaires après chimiothérapie

Pendant la chimiothérapie, la couleur et l'odeur de l'urine peuvent changer. Discutez-en avec votre médecin pour savoir comment y faire face à l'avenir. Assurez-vous d'informer votre médecin si:

  1. Température 38 ou plus, vous avez des frissons;
  2. Difficulté à uriner ou saignement dans l'urine, douleur et sensation de brûlure en urinant;
  3. Vous avez souvent une forte envie d'uriner, votre urine devient trouble ou change de couleur brusquement et votre urine dégage une forte odeur.

Questions à poser à votre médecin pour les troubles urinaires après une chimiothérapie

  1. Quand devrais-je t'appeler?
  2. Combien de liquide dois-je boire quotidiennement?
  3. Quelles boissons sont préférables?
  4. Quelles boissons devez-vous refuser ou limiter votre consommation??

Astuce: buvez beaucoup de liquides! De plus, demandez à votre médecin de quelle quantité de liquide vous avez besoin par jour. Il s'agit généralement d'au moins 8 verres. Buvez plus de boissons aux fruits, de soupes, de milkshakes. Diluer les jus avec de l'eau.

Toxicité cutanée de la chimiothérapie et complications tardives

Effet toxique sur la peau et ses phanères

Les lésions cutanées de genèse toxique sont relativement courantes dans les manifestations et sont caractéristiques des cytostatiques individuels et des groupes de médicaments.

Certaines des réactions cutanées sont clairement allergiques..

Les effets secondaires précoces se manifestent par l'apparition d'érythème, d'éruption urticarienne et peuvent être accompagnés de démangeaisons, de fièvre et d'une diminution de la sensibilité, suivis du développement d'une hyperesthésie et d'une paresthésie.

Plus tard, ils sont capables de se transformer en dermatopathies assez persistantes telles que hyperkératose, éruption cutanée productive (souvent en plaques), desquamation avec le développement possible d'une infection secondaire, hyperpigmentation (peau, ongles, muqueuses).

L'hyperpigmentation de la peau sous la forme de taches ou de rayures clairement définies est caractéristique de la bléomycine, de la peplomycine et du busulfan. L'effet photosensibilisant est observé pendant le traitement par le fluorouracile et la dacarbazine. Les modifications sclérotiques en plaques de la peau (formations nodulaires dans son épaisseur), l'hyperkératose, parfois la nécrose sont des complications assez typiques de la chimiothérapie (TDM) avec la bléomycine.

Des réactions d'irradiation cutanée (érythème, desquamation, hyperpigmentation) peuvent survenir pendant ou après le traitement par la dactinomycine. Pour la procarbazine (Natulan), des changements cliniques sous forme d'exanthème érythémateux (de type rougeole) sont caractéristiques, pour le méthotrexate, des éruptions maculopapuleuses. La toxicodermie pendant le traitement avec des antibiotiques antitumoraux est généralement plus sévère et avec une composante ulcérative-exsudative prononcée.

Lors de l'utilisation de taxanes, une hyperkératose, une desquamation de la peau, une éruption cutanée, un prurit et des modifications des ongles sont notés. La toxicité cutanée est plus prononcée avec le traitement par docétaxel. Dans le traitement de la capécitabine, 5-FU sous forme de perfusion à long terme, doxorubicine liposomale pégylée, so-rafenib, desquamation sélective, œdème, hyperémie de la peau des pieds et des mains (érythrodysesthésie palmo-plantaire) sont souvent observées.

Le syndrome palmoplantaire de grade I (LPS) n'interfère pas avec l'activité quotidienne du patient et se manifeste par un engourdissement, une dysesthésie et une paresthésie, des picotements ou une rougeur des paumes et / ou de la plante des pieds, et une gêne physique. Le LPS de grade II est caractérisé par une rougeur douloureuse de la peau et un gonflement des mains et / ou des pieds, et l'inconfort causé par ces symptômes interfère avec les activités quotidiennes du patient.

Dans le syndrome palmoplantaire de grade III, on observe une desquamation humide, une ulcération, des cloques et une douleur intense dans les mains et / ou les pieds, ainsi qu'un inconfort sévère qui empêche le patient de tout type d'activité quotidienne. Avec le degré LPS II ou III, l'utilisation du médicament doit être interrompue jusqu'à ce que les symptômes disparaissent ou qu'ils diminuent au degré I. Le degré de toxicité IV est caractérisé par la présence de complications infectées nécessitant une hospitalisation.

Actuellement, les mesures suivantes sont recommandées pour réduire les manifestations du syndrome main-plantaire:

• abaisser la dose du médicament lors de la reprise du traitement;
• en utilisant des crèmes pour la peau contenant de la vaseline, de la lanoline ou de l'acide lactique.

Après l'application de la crème, mettez un gant en coton et / ou une chaussette (surtout la nuit) afin que le maximum de crème puisse être absorbé et que la peau en reste couverte.

Les corticostéroïdes topiques ou oraux, la vitamine B6 (pyridoxine) peuvent parfois être recommandées. L'utilisation de pyridoxine à une dose très variable de 50 à 150 mg 3 fois par jour pendant 6 semaines. peut réduire le LPS lorsqu'il est traité par la capécitabine (Xeloda). La vitamine B6 n'est pas recommandée lorsque la capécitabine est associée au cisplatine car il peut réduire l'efficacité de ce dernier.

Des bains froids ou des sacs de gel réfrigérant peuvent également être appliqués sur les zones les plus problématiques. Le refroidissement des paumes et des pieds réduira le flux sanguin et peut rendre tous les symptômes du syndrome palmoplantaire moins sévères. Parfois, la position élevée (haute) des pieds et des paumes aide. Lors du développement du LPS, il est conseillé aux patients de porter des vêtements et des chaussures confortables et amples à la maison - des pantoufles.

L'utilisation prolongée d'eau chaude pour les mains et les pieds est inacceptable. De l'eau froide ou légèrement tiède est recommandée pour le lavage. Après le lavage, la peau doit être séchée doucement, mais pas frottée. Toute peau exposée doit être protégée du soleil lorsqu'elle est à l'extérieur de la maison. La peau sèche sur les mains ne doit pas être autorisée. Nous vous recommandons d'utiliser des hydratants doux. Toutes les activités physiques qui peuvent exercer une pression sur la peau ou des frottements doivent également être évitées, y compris les travaux ménagers, les sports, les longues marches.

De nombreuses réactions toxiques de la peau (hyperpigmentation, modifications sclérotiques, hyperkératose, ulcères) et des modifications trophiques des ongles disparaissent d'elles-mêmes et assez rapidement après l'arrêt de XT. Les changements cutanés tels que l'hyperpigmentation, l'hyperkératose ne nécessitent généralement pas l'arrêt du traitement. Les lésions cutanées sont une complication fréquente des inhibiteurs de l'EGFR (géfitinib, erlotinib, cetuximab).

L'alopécie est une manifestation de dommages toxiques aux phanères cutanées lors de l'utilisation de certains médicaments anticancéreux. Cette complication résulte de la suppression de la prolifération de l'épithélium des follicules pileux. L'alopécie areata est un traumatisme mental réversible mais sévère.

Elle accompagne naturellement la chimiothérapie avec doxorubicine, épirubicine, étoposide, taxanes, irinotécan et est observée chez 10 à 30% des patients sous traitement par cyclophosphamide, dactinomycine, mitomycine, vinblastine, vincristine, VM-26, gemcitabine, cisplatine. La restauration complète du cuir chevelu se produit en 3-6 mois. après la fin du traitement médicamenteux.

Complications tardives

Lors de l'utilisation de méthylchloroéthylamine (Embikhin, Mustargen), busulfan, chlorambucine, cyclophosphamide, lomustine, carmustine, procarbazine, il existe des cas d'infertilité. L'infertilité est possible avec le cisplatine, la cytarabine, la doxorubicine, l'étoposide, la vinblastine. Lors de la planification d'un traitement avec ces médicaments, la cryoconservation des spermatozoïdes et des ovocytes peut être réalisée chez les patientes en âge de procréer si elles souhaitent avoir des enfants après la guérison..

Les patients qui ont reçu une XT à long terme et / ou une radiothérapie ont un risque plus élevé de développer des tumeurs secondaires.

Dans les derniers stades, une cytopénie persistante, une vitesse diastolique minimale (SMD), une immunosuppression, une altération de la fonction gonadotrope, une cardiomyopathie, une pneumopathie, des troubles de la mémoire, une diminution de la fonction mentale peuvent se développer.

Effet toxique des médicaments ciblés

L'émergence dans la pratique oncologique de nouveaux médicaments anticancéreux à action moléculaire ciblée (ciblée) a introduit des ajouts à la fréquence et à la structure des effets indésirables. Manquant dans la plupart des cas de la toxicité typique de la chimiothérapie, les agents ciblés se caractérisent par le développement de nouvelles variantes d'effets secondaires.

La survenue de réactions à la perfusion (généralement lors de la première administration) sous forme d'augmentation de la température corporelle, de frissons, de maux de tête, d'urticaire, d'hypotension artérielle est notée avec l'utilisation du rituximab, du trastuzumab, du cetuximab, du bevacizumab. Pour la prévention de l'hypersensibilité aux protéines étrangères, une prémédication anti-oppression et corticostéroïde est utilisée.

Si la réaction à la perfusion est légère ou modérée, la perfusion doit être temporairement arrêtée, de la dexaméthasone (8-12 mg), des antipyrétiques et d'autres agents symptomatiques doivent être utilisés et la perfusion doit être reprise après le soulagement des symptômes, en réduisant la vitesse d'administration. Le patient doit être averti de la possibilité de réactions retardées (jusqu'à 12 heures après la perfusion) et invité à consulter un médecin si elles surviennent..

Des réactions dermatologiques, des anomalies de la structure des ongles accompagnent souvent un traitement médicamenteux ciblé; ils sont particulièrement caractéristiques des inhibiteurs de l'EGFR. Éruption maculopapuleuse de type acnéique, peau sèche, desquamation se développent avec le géfitinib, l'erlotinib, le cetuximab; le sorafénib peut provoquer un syndrome palmoplantaire.

La plupart des réactions cutanées se développent au cours des 3 premières semaines. traitement, un peu plus tôt (7 à 10 jours) lors de l'utilisation de l'erlotinib. Après la disparition de la composante inflammatoire, une hypo- ou une hyperpigmentation de la peau peut se développer sur le site des anciennes éruptions cutanées. Il a été établi que la toxicité dermatologique peut être un indicateur indirect de l'efficacité du traitement par l'erlotinib et, dans une moindre mesure, le cetuximab.

Pour la prévention et l'élimination des réactions dermatologiques, un régime ménageant pour la peau, une hydratation intensive de la peau et une application locale d'anti-inflammatoires (pimécrolimus, tacrolimus) sont nécessaires. utiliser simultanément avec le traitement local des antihistaminiques, de l'hydrocortisone; au degré II de gravité et au-dessus, des tétracyclines sont prescrites.

La toxicité du tractus gastro-intestinal (tractus gastro-intestinal) (nausées, vomissements, anorexie), avec un léger degré de gravité, est caractéristique de nombreux médicaments ciblés, mais n'est pas limitative et nécessite des mesures de traitement standard. La diarrhée survient avec l'erlotinib, le géfitinib, le sunitinib, le lapatinib; généralement transitoire et, dans la plupart des cas, répond bien au traitement par le lopéramide.

La cardiotoxicité se développe rarement avec le trastuzumab et le sunitinib en monothérapie (jusqu'à 10% des cas). Cependant, le risque de cardiotoxicité augmente lorsque le trastuzumab est associé aux anthracyclines et, dans une moindre mesure, au paclitaxel, au cyclophosphamide. Une hypertension modérée survient lors d'un traitement par bevacizumab, sorafénib et sunitinib.

Une surveillance cardiologique approfondie (dynamique de la fraction d'éjection ventriculaire gauche), une évaluation adéquate de l'état du système cardiovasculaire et un traitement médicamenteux standard des manifestations cliniques de toxicité cardiovasculaire peuvent prévenir et arrêter efficacement ces manifestations toxiques.

La myélosuppression est observée principalement lorsque des agents de ciblage sont associés à des médicaments cytotoxiques.

Des modifications du système de coagulation sous forme d'hypocoagulation et le développement de saignements à court terme, principalement nasaux, sont observés pendant le traitement par géfitinib, sorafénib. L'hypercoagulabilité avec formation de complications thromboemboliques lors de l'utilisation du bevacizumab mérite une grande attention. Le risque le plus élevé est observé chez les patients de plus de 65 ans et ayant des antécédents de complications thromboemboliques artérielles.

Avec le développement de la thromboembolie, le traitement par bevacizumab est interrompu, la question de la reprise du traitement est décidée individuellement, en tenant compte de la dynamique du tableau clinique et des indicateurs de coagulogramme.

Le bevacizumab est également caractérisé par d'autres effets indésirables non standard de signification variable: le développement d'une protéinurie nécessite une étude de la fonction rénale et une surveillance attentive. Si une protéinurie de grade IV (syndrome néphrotique) se développe, le traitement par bevacizumab doit être annulé.

La tendance à perturber le processus de cicatrisation de la plaie détermine le respect des paramètres de temps lors de l'association de la chirurgie avec l'utilisation du bevacizumab: le traitement par le bevacizumab doit être débuté au plus tôt 28 jours après la chirurgie. Dans le cas de la planification d'une intervention chirurgicale après un traitement par bevacizumab, il est nécessaire d'annuler temporairement le médicament; le délai entre la dernière administration de bevacizumab et l'opération doit être d'au moins 6 semaines. Lors d'une intervention chirurgicale mineure, le traitement par bevacizumab peut être débuté au plus tôt 7 jours plus tard..

Les lésions cutanées de genèse toxique sont relativement classiques dans les manifestations et sont caractéristiques de certains cytostatiques et groupes de médicaments. Certaines des réactions cutanées sont clairement de nature allergique. Les premiers effets secondaires sont l'apparition d'un érythème, une éruption urticarienne et peuvent être accompagnés de démangeaisons.

Le cancer du côlon comprend les cancers du côlon et du rectum. Le terme «cancer colorectal» est souvent utilisé pour le définir. Selon le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), le cancer colorectal dans la structure de la morbidité oncologique chez l'homme occupe la 4e place, chez la femme - sur 3-.

Les lymphomes non hodgkiniens sont un groupe hétérogène de tumeurs malignes qui diffèrent par la structure morphologique du tissu tumoral, le type immunitaire, les manifestations cliniques, la réponse au traitement et le pronostic. Ils se développent à partir d'un seul nœud tumoral et se propagent à travers.

Le myélome multiple (synonyme: myélome multiple, maladie de Rustitsky-Kalera), selon les classifications REAL / WHO, fait référence aux tumeurs périphériques (cellules matures) des cellules B. Une tumeur limitée de la même structure, mais située à la fois dans les os et à l'extérieur du système squelettique - plasmocytome.

Le cancer du poumon est le problème le plus aigu de l'oncologie moderne. En termes de morbidité, elle se classe au premier rang parmi les autres tumeurs malignes chez les hommes en Russie, et en mortalité - au premier rang parmi les hommes et les femmes en Russie et dans le monde..

Les facteurs de stimulation des colonies sont des cytokines nécessaires à la progression des cellules de la tige pluripotente vers les cellules sanguines différenciées matures, qui ont également la capacité d'influencer la fonction de ces dernières.

La leucémie lymphocytaire chronique est une maladie tumorale clonale dont le substrat morphologique est constitué de lymphocytes B matures avec un petit mélange de prolymphocytes. Pour établir un diagnostic de leucémie lymphoïde chronique, selon les critères modernes, trois signes sont nécessaires: le nombre absolu de lymphocytes.

Les jambes font mal et gonflent après la chimiothérapie que faire

L'oncologie est une condition complexe du corps, difficile à gérer, mais possible. Le traitement classique, qui affecte radicalement les néoplasmes, provoque un œdème après une chimiothérapie. Mais malgré cela, on ne peut pas refuser la possibilité de lutter contre une maladie grave et être sûr de la vaincre. Il est nécessaire de contacter votre médecin, de parler des complications qui sont survenues et il vous dira certainement quoi faire si vos jambes gonflent après la chimiothérapie, comment améliorer l'état et réduire les effets secondaires du traitement..

La lutte contre les néoplasmes malins entraîne de nombreux effets secondaires, notamment l'accumulation de liquide dans certaines zones:

  • Œdème cérébral après chimiothérapie.
  • Gonflement des jambes et des bras.
  • Poumons.
  • Visage bouffi, etc..

Tout dépend du lieu de formation de la tumeur et du degré de sa croissance et de la durée de l'irradiation pour le cancer ou du type de médicament utilisé pour le traitement.

Un gonflement après la chimiothérapie se développe en raison d'une mauvaise fonction rénale, à la suite d'une exposition aux radiations, à la prise de médicaments puissants pendant le traitement. A ces caractéristiques s'ajoutent un affaiblissement des parois du système vasculaire et une augmentation du stress sur le cœur..

Pour prescrire un traitement de qualité, vous devez comprendre pourquoi les jambes gonflent après une chimiothérapie. Les raisons peuvent être les suivantes:

  1. Perturbation hormonale due à une maladie complexe.
  2. Violation de l'équilibre eau-sel, due à la prise de médicaments puissants, dont l'effet vise à éliminer la tumeur.
  3. Troubles du foie et des reins.
  4. Souvent, un gonflement après la chimiothérapie peut être causé par la croissance du néoplasme lui-même ou par une métastase.

Souvent, le gonflement des membres s'accompagne des symptômes suivants:

Par conséquent, les experts prescrivent un cours pour restaurer tout le corps, et pas seulement pour éliminer les symptômes. Tout traitement est effectué sous la surveillance et la prescription d'un médecin.

Un patient après une chimiothérapie fera face à des essais considérables et à une récupération longue et difficile, si un œdème apparaît après la chimiothérapie, les recommandations suivantes doivent être respectées:

  • Portez des vêtements et des chaussures confortables.
  • Utilisez des bas de compression.
  • En position couchée, gardez vos jambes levées..
  • Asseyez-vous et couchez-vous plus, restez au lit.
  • Tenez un journal de tous les changements, pesez-vous quotidiennement.

Ces recommandations aideront à améliorer la condition, à soulager le stress, à réduire la douleur et l'inconfort..

Comment soulager le gonflement après une chimiothérapie et que faire pour lutter contre les conséquences d'un tel traitement ne sera correctement recommandé que par un médecin. Tout médicament pendant cette période ne peut être pris qu'après consultation d'un spécialiste.

Pour réduire la localisation de l'œdème, il est nécessaire de réduire au minimum la consommation de sel et d'inclure également les aliments suivants dans l'alimentation quotidienne:

Les produits ci-dessus ont un effet diurétique élevé et aident à éliminer les ballonnements des membres.

Il est nécessaire d'exclure du menu quotidien les recettes qui augmentent la viscosité du sang:

L'œdème après la chimiothérapie se forme également en raison d'un manque de vitamines et de micro-éléments utiles dans le corps, qui ont été perdus pendant le traitement. Le problème concerne en particulier le manque de potassium dans les tissus, qui peut être reconstitué par des fruits tels que les pêches, les abricots, les bananes, ainsi que le miel, les abricots secs et la laitue.

Certaines méthodes de médecine alternative peuvent aider à soulager le gonflement des jambes après une chimiothérapie:

  1. Il est nécessaire de combiner l'huile de ricin et la térébenthine dans des proportions 1: 2, l'huile doit être chauffée et versée dans la térébenthine. Bien mélanger et frotter doucement la zone enflée avec le mélange résultant.
  2. Essuyez la zone à problèmes avec des glaçons pour éliminer le gonflement des jambes après la chimiothérapie.
  3. Mélangez 1 cuillère à soupe. vinaigre de cidre de pomme avec 1 jaune d'oeuf, ajoutez 1 c. térébenthine, appliquez la compresse obtenue sur la zone enflée jusqu'à ce qu'elle soit complètement sèche.

Pourquoi ce problème apparaît et comment y faire face, le médecin vous le recommandera. La procédure de chimiothérapie aide à faire face au cancer, mais, malheureusement, elle cause des dommages irréparables à la santé. Cependant, ce n'est pas une raison pour se sentir bouleversé ou abandonner, c'est juste une petite difficulté sur le chemin du rétablissement.!

Le cancer est de plus en plus courant chaque année. Pour leur traitement, une méthode telle que la chimiothérapie est utilisée avec succès. En plus de l'effet sur la tumeur, cette méthode de traitement a également des effets secondaires. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe plus de 20 types d'effets secondaires qui surviennent après une chimiothérapie. En tant que complication du traitement des maladies tumorales, un œdème se produit.

Un œdème peut survenir chez les patients traités par chimiothérapie en raison d'une rétention d'eau dans le corps. Une rétention excessive de liquide dans le corps du patient et un œdème après une chimiothérapie apparaissent pour plusieurs raisons:

  • en raison de changements hormonaux qui se produisent dans le corps du patient pendant le traitement;
  • en raison de violations de l'équilibre eau-sel, qui se produisent à la suite des effets secondaires des médicaments visant à combattre la tumeur;
  • en raison de la détérioration de la fonction rénale due à l'exposition à des produits chimiques et à un stress accru;
  • sous l'influence du néoplasme lui-même.

S'il y a un gonflement du visage après une chimiothérapie ou un gonflement des extrémités, vous devez d'abord en informer votre médecin. Un traitement ultérieur est effectué en tenant compte de ses recommandations.

Des poches peuvent survenir dans tout le corps du patient ou dans certaines de ses parties. Un gonflement des jambes après une chimiothérapie, des mains, du visage ou de l'abdomen est assez fréquent. Le gonflement peut se manifester par un gonflement abdominal et des ballonnements, qui sont également observés localement ou sur toute la zone. Autres symptômes de poches:

  1. Respiration difficile,
  2. Insuffisance cardiaque,
  3. Apparition assez brutale d'œdème dans tout le corps,
  4. Prise de poids rapide,
  5. Interruptions de la miction, jusqu'à une absence presque complète.

Les poches après la chimiothérapie doivent être éliminées par une restauration complète de tout le corps.

En cas de gonflement du bras après une chimiothérapie, des jambes, du visage ou de l'ensemble du corps, vous devez immédiatement consulter un médecin pour obtenir des conseils et de l'aide. Il peut recommander de limiter l'apport hydrique, de réduire la quantité de sel consommée. De plus, votre médecin peut vous prescrire un diurétique. Vous ne devez pas prendre ces fonds vous-même, sans prescription médicale..

De plus, les recommandations habituelles sur ce qu'il faut faire pour soulager les poches sont les suivantes:

  1. Vous ne pouvez pas abandonner complètement l'utilisation du sel de table, mais le remplacer par du sel iodé ou de mer. Mais il est souhaitable de limiter sa consommation au minimum. Pendant quelques jours, il vaut mieux abandonner complètement l'utilisation du sel et du sel sous sa forme pure.
  2. Vous pouvez ajouter du persil et de l'aneth à votre nourriture, ils ont un effet diurétique. Le jus de citron frais a le même effet. Les verts peuvent être consommés frais, cela ne nuira pas, même en grande quantité.
  3. De nombreux fruits et légumes ont un effet diurétique. Les légumes comme les tomates, les concombres et les carottes sont de bons diurétiques pour le corps. Les baies telles que les pastèques, les melons, la viorne, les mûres, la citrouille et autres sont utiles pour soulager les poches. Les pommes, les abricots secs et les abricots ont les mêmes propriétés.
  4. Il n'est pas recommandé de manger des aliments tels que la viande en gelée, la gelée et le sorbier. Ils augmentent la viscosité du sang, ce qui est nocif pour les patients. Les aliments anticoagulants comme les framboises, les citrons, les groseilles noires et rouges et l'ail sont bénéfiques.
  5. Il est utile de boire des jus fraîchement pressés à cause des poches du corps. Par exemple, des jus frais de carottes, de betteraves et de concombres. Vous pouvez boire des jus de persil et de céleri.
  6. Pendant la chimiothérapie, le corps laisse les oligo-éléments nécessaires, par exemple le potassium. Des poches se produisent également à cause de cela. Il est important de reconstituer les réserves d'oligo-éléments utiles dans l'organisme.

En plus des médicaments officiellement reconnus, il existe également des remèdes populaires pour se débarrasser des poches dans le corps. Il est également préférable de coordonner leur utilisation avec votre médecin. Les médicaments traditionnels suivants sont utilisés:

  1. 1. Un mélange d'huile de ricin chauffée et de térébenthine dans des proportions 1: 2. Ce remède est utilisé comme une pommade pour les taches gonflées sur le corps..
    2. Un autre remède peut être utilisé pour l'œdème sur le corps. Il est également utilisé comme onguent. Prenez 1 cuillère à soupe. une cuillerée de vinaigre de cidre de pomme et de térébenthine, puis ils sont mélangés avec le jaune d'un œuf de poule. Le produit résultant est frotté sur les endroits oedémateux du corps.
    3. Pour soulager l'œdème, des infusions de camomille, de prêle, de renouée, de bleuet, de tilleul, de menthe, de busserole, etc. conviennent. À partir des infusions de ces herbes, de la glace est fabriquée, avec laquelle elles frottent les zones à problèmes sur le corps.

Ne vous soignez pas. Toutes les prescriptions doivent être convenues avec le médecin traitant et utilisées sur une base individuelle..

Les maladies oncologiques sont aujourd'hui très courantes chez les personnes de sexe et d'âge différents. Souvent, une méthode telle que la chimiothérapie est utilisée pour traiter la pathologie. Mais cela affecte non seulement les cellules pathologiques, mais également les cellules saines, entraînant de nombreuses complications. L'une des conséquences négatives est la douleur articulaire après la chimiothérapie. Cela indique souvent que le cancer s'est propagé aux os. Les produits chimiques couramment utilisés, qui sont injectés à plusieurs reprises en grande quantité, ont des effets toxiques sur le corps, provoquant des douleurs dans les membres, le dos et la tête..

La principale cause de douleur aux jambes après la chimiothérapie est l'utilisation de médicaments de chimiothérapie qui sont administrés à fortes doses pour rendre la thérapie efficace. Après leur introduction dans le corps, leurs composants pénètrent dans la circulation sanguine, entrent en contact avec des protéines et se dispersent dans tout le corps, affectant les cellules anormales et les tissus sains. Tous les cytostatiques, qui sont utilisés pour le traitement du cancer, provoquent des lésions de l'épithélium du tractus gastro-intestinal.Par conséquent, des douleurs à l'estomac surviennent également et perturbent également l'activité du foie, des reins et d'autres organes et systèmes vitaux..

Les effets négatifs des médicaments chimiques comprennent également l'apparition de douleurs neuropathiques périphériques sévères, provoquées par l'effet neurotoxique des cytostatiques. Ils endommagent les neurones de la douleur du NS périphérique, perturbent la conduction des signaux des nocicepteurs, qui sont situés dans la peau, le tissu adipeux, les muscles et les articulations et le périoste. Par conséquent, les membres, la colonne vertébrale sont souvent blessés, l'ostéochondrose et d'autres pathologies se développent.

Selon la gravité de l'atteinte des tissus sains, le degré de manifestation de la douleur peut être d'intensité variable. Cela dépend également de la posologie des médicaments, de la durée du traitement, ainsi que des caractéristiques individuelles du corps du patient. La principale cause de douleur dans la tête est l'influence des cytostatiques, quels que soient les points ci-dessus. Ce phénomène est toujours observé après une chimiothérapie. Avec le développement de la neuropathie périphérique, un engourdissement et des picotements des orteils sont observés après une chimiothérapie, des douleurs dans le dos et le bas du dos, dans les membres inférieurs et supérieurs, les os et les muscles se développent. Ils disparaissent généralement dans les trois mois suivant la fin du traitement..

Remarque! La chimiothérapie a une énorme liste d'effets secondaires. Le développement du syndrome douloureux n'est pas la complication la plus dangereuse, sa disparition est possible après un certain temps.

Les effets secondaires après la chimiothérapie peuvent se manifester non seulement par des douleurs dans les jambes, les muscles, les intestins, mais également dans la tête, car des médicaments puissants affectent certaines zones du cerveau. Le plus souvent, les maux de tête surviennent par intermittence, seul un petit nombre de patients en souffrent pendant une longue période. En raison de lésions cérébrales, les récepteurs nerveux transmettent une impulsion au système nerveux périphérique, ce qui provoque l'apparition d'un syndrome douloureux. Cela peut également indiquer la présence d'une infection dans le corps, il est donc recommandé de consulter un neurologue.

Souvent, pendant la chimiothérapie, des douleurs surviennent dans les genoux et d'autres articulations, tandis que les jambes sont souvent tordues et un gonflement des extrémités apparaît. Cela est dû à une intoxication après un traitement, que les oncologues subdivisent en plusieurs degrés: de la classe zéro à la cinquième année. Lorsque des douleurs dans les articulations apparaissent, elles parlent du premier ou du deuxième degré d'intoxication, dans lequel les complications se manifestent sous la forme de lésions immédiates. Vous pouvez soulager ces symptômes désagréables à l'aide d'analgésiques, qui doivent être pris en association avec "Cerucal". Dans ce cas, il n'est pas recommandé de s'auto-traiter, les médicaments ne doivent être prescrits que par un médecin. Si la douleur survient chez les personnes atteintes de diabète, cela peut être associé à une complication de la pathologie sous forme d'arthrose. Ces complications sont généralement appelées des conséquences à long terme qui peuvent apparaître une semaine après la fin du traitement. La thérapie dans ce cas vise à abaisser la glycémie, qui est élevée après la chimiothérapie..

Si le syndrome douloureux ne disparaît pas dans les six mois suivant le traitement, cela indique la présence de pathologies dégénératives dans le cartilage des articulations. Pour confirmer le diagnostic, une radiographie ou une échographie est effectuée, alors seulement un traitement approprié est prescrit.

Remarque! Souvent, la cause des douleurs articulaires est une diminution des taux d'hémoglobine. Le traitement doit viser à augmenter le taux de globules rouges et d'hémoglobine.

Après un traitement par cytostatiques, la douleur osseuse est d'intensité modérée ou sévère. Ceci est observé en raison de dommages aux préparations de moelle osseuse, impliquées dans l'hématopoïèse. Les cellules de la moelle osseuse se multiplient et se développent assez rapidement, et l'effet des produits chimiques est précisément dirigé vers ces cellules, qui comprennent les cellules cancéreuses..

La moelle osseuse est située dans les cavités des os, lorsque des substances nocives agissent sur elle, elle accumule des toxines, ce qui provoque le développement d'un syndrome douloureux. Pour soulager une douleur légère, les médecins recommandent de suivre un régime qui fonctionne pour restaurer la moelle osseuse..

Le syndrome douloureux peut avoir divers degrés d'intensité. Cela est dû à des dommages aux tissus de la NS périphérique, à la destruction de la moelle osseuse, à une perturbation de la fonction vasculaire. Dans ce cas, le médecin prescrit des analgésiques et des antiépileptiques. "Ketolorak" a fait ses preuves, il est prescrit pour le traitement à court terme de la douleur. Avec un syndrome douloureux sévère, «Diclofenac» est prescrit.

Après avoir subi un traitement anticancéreux avec des médicaments chimiques, le syndrome palmoplantaire survient souvent, qui se manifeste par une rougeur, un gonflement, une sensation de brûlure et une douleur à la plante des pieds ou des paumes. Cela est dû au fait qu'un petit pourcentage de médicaments s'infiltre à travers les capillaires sur la peau des membres. Les substances toxiques endommagent les tissus de la zone suintante. Cette pathologie peut provoquer le développement d'ulcères, de fissures ou de cloques sur la peau, une augmentation de la température corporelle, une éruption cutanée.

Le diagnostic du syndrome douloureux vise à identifier sa cause. Pour cela, en oncologie et en chirurgie, différentes techniques sont utilisées: tests sanguins et urinaires, échographie, radiographie, IRM et TDM. La consultation d'autres spécialistes est presque toujours nécessaire pour déterminer la cause exacte des complications après une chimiothérapie. Les mesures diagnostiques sont effectuées avec la participation d'un urologue, proctologue, neuropathologiste, gastro-entérologue et autres.

L'élimination de la douleur après le traitement des excroissances cancéreuses est symptomatique. Le patient se voit prescrire des analgésiques, dont la posologie est choisie par le médecin après que le patient a réussi tous les tests. Il peut s'agir de médicaments non stéroïdiens, d'antiépileptiques, d'antidépresseurs, de vitamines.

Remarque! Le médecin ne peut pas trouver de médicament pour le traitement du cancer qui n'aura aucun effet secondaire. Par conséquent, la manifestation du syndrome douloureux après le traitement est observée le plus souvent. Après avoir pris des produits chimiques, il est recommandé d'effectuer un traitement symptomatique des complications.

Habituellement, après trois mois, les effets secondaires après le traitement du cancer sous forme de douleurs aux jambes disparaissent, à mesure que les tissus du système nerveux périphérique, ainsi que les vaisseaux et les capillaires, sont restaurés. La fatigue, la lourdeur et le gonflement des jambes passent également.

Des sensations douloureuses dans les jambes peuvent apparaître en raison du manque d'oligo-éléments et de vitamines dans le corps d'une personne malade. Les oncologues prescrivent souvent des vitamines B, de l'acide folique, cela favorise l'absorption du fer, qui est impliqué dans la formation de l'hémoglobine. Si l'anémie se développe à la suite d'une destruction de la moelle osseuse et d'une carence en fer, un oncologue peut prescrire des médicaments tels que l'Aktiferrin, le Maltofer ou le Sorbifer. Avec l'utilisation de ces médicaments, la faiblesse et la fatigue, les étourdissements et la tachycardie disparaissent progressivement..

Les médecins attribuent souvent le magnésium à une douleur intense dans les membres, la sensibilité des articulations aux changements des conditions météorologiques. Le magnésium aide à réduire les symptômes.

Remarque! Les préparations de magnésium doivent être prescrites en association avec de la vitamine B6.

Souvent, les oncologues prescrivent du calcium, avant de le prendre, un test sanguin pour un oligo-élément ionisé est prescrit pour sélectionner la posologie des médicaments. De plus, des antidépresseurs peuvent être prescrits pour soulager le stress.

Les médicaments traditionnels peuvent également aider à soulager les symptômes désagréables après un traitement contre le cancer. Pour éliminer les douleurs dans les bras et les jambes, des huiles essentielles de lavande, d'arbre à thé, de citron, etc. sont utilisées. Ils sont frottés dans les zones à problèmes pendant plusieurs semaines à des intervalles de sept jours. Il est recommandé d'éviter le contact avec les cosmétiques, les détergents, les produits chimiques. Reposez-vous souvent, suivez un régime et portez des chaussures confortables.

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers de telles études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) identifie plus de vingt types d'effets secondaires après une chimiothérapie.

  1. Lésions du tractus gastro-intestinal:
    • l'apparition de la stomatite,
    • la survenue d'une œsophagite,
    • détection de la gastrite,
    • apparence d'énétrocolite,
    • l'apparition d'une dysbiose avec infection fongique,
    • l'apparition de nausées et de vomissements,
    • l'apparition de l'anorexie,
    • détection des lésions hépatiques.
  2. Dommages au système hématopoïétique et au sang:
    • survenue d'anémie,
    • l'apparition de la leucopénie,
    • survenue d'une neutropénie (fièvre fébrile).
  3. L'émergence de l'immunodéficience:
    • la survenue d'infections fréquentes des voies respiratoires,
    • l'apparition d'herpès récidivant,
    • détection des infections fongiques.
  4. L'apparition d'une insuffisance rénale:
    • l'apparition de la fréquence urinaire,
    • détection d'une teneur accrue en protéines dans l'urine, ainsi que dans les leucocytes et les érythrocytes.
  5. Dysfonctionnement du système reproducteur:
    • insuffisance ovarienne,
    • l'apparition d'irrégularités menstruelles chez les femmes,
    • l'apparition de l'échec des testicules,
    • la survenue de troubles de la spermatogenèse.
  6. L'apparition de lésions du système nerveux:
    • l'apparition de polyneuropathies,
    • détection des troubles de la conscience.
  7. L'apparition de lésions cardiaques.
  8. L'apparition de lésions du système respiratoire.
  9. Violation du système cutané:
    • l'apparition d'une dermatite.
  10. Chute de cheveux.
  11. L'apparition de réactions allergiques.

L'OMS classe les effets secondaires après une chimiothérapie par gravité comme suit:

  • 0 degré - il n'y a pas de changement dans l'état du patient et les données de laboratoire.
  • I degré - des changements minimes sont enregistrés qui n'affectent pas l'état général du patient; les indications des tests de laboratoire enregistrent les modifications mineures qui ne nécessitent pas de mesures correctives.
  • II degré - des changements de niveau modérés apparaissent dans l'état et l'activité du patient, ses organes internes; les données d'analyse sont sensiblement modifiées, ce qui nécessite des mesures correctives.
  • III degré - la survenue de troubles graves nécessitant un traitement somatique intensif, ainsi que le transfert de séances de chimiothérapie ou l'annulation du traitement
  • Degré IV - l'apparition de troubles dans le corps qui constituent une menace pour la vie du patient; cela nécessite l'arrêt immédiat de la chimiothérapie.

Chez certains patients, après le traitement, une augmentation de la température corporelle générale est observée. Cela est dû à une diminution de l'immunité du patient, qui est toujours observée après la chimiothérapie. La température peut augmenter en raison de la pénétration de diverses infections dans le corps du patient, ce qui se manifeste par l'apparition de diverses maladies de nature bactérienne virale.

Une température corporelle élevée indique qu'il existe des foyers d'infections dans le corps qui doivent être traités avec une cure d'antibiotiques. Par conséquent, dans la plupart des cas, après la chimiothérapie, le patient reçoit un traitement antibactérien..

Une température corporelle élevée constante signifie que le corps du patient ne peut pas faire face seul aux foyers de la maladie. Cette caractéristique est due à une diminution du nombre de leucocytes dans le sang, responsables de la protection du corps humain contre diverses infections. Les processus d'inflammation dans le corps du patient à ce moment peuvent considérablement progresser.Par conséquent, le traitement doit être commencé immédiatement après l'apparition des premiers symptômes de la maladie..

L'exactitude des médicaments sélectionnés est déterminée en effectuant un test sanguin et en identifiant le type d'infection pour lequel un traitement est nécessaire. Dans le même temps, vous ne pouvez pas utiliser de médicaments sans consulter un médecin, cela s'applique à tous les médicaments, y compris les antipyrétiques.

Pour éviter l'infection, après la chimiothérapie, il est nécessaire de refuser de visiter des lieux à forte concentration de personnes, et également d'éviter la communication avec des patients atteints de diverses infections..

Les médicaments de chimiothérapie - cytostatiques - ont un effet toxique prononcé sur le corps. L'intoxication après chimiothérapie peut se manifester à des degrés divers de zéro à cinquième, correspondant à la gravité des conséquences après chimiothérapie.

L'effet toxique des médicaments réside dans le fait qu'ils affectent également toutes les cellules en division et en croissance: à la fois malignes et saines. Les cellules saines qui se multiplient rapidement comprennent les cellules de la peau, les follicules pileux, les cellules épithéliales des organes internes - la membrane muqueuse, les cellules de la moelle osseuse. Par conséquent, les complications fréquentes après la chimiothérapie sont des nausées et des vomissements, une chute de cheveux, un dysfonctionnement de l'hématopoïèse, des modifications inflammatoires et dégénératives des muqueuses, des saignements fréquents..

L'intoxication du corps après la chimiothérapie se traduit par des dommages à presque tous les tissus et organes internes, car les toxines cytostatiques agissent de la même manière sur les cellules malades et les cellules saines..

Après la chimiothérapie, tous les patients se plaignent de faiblesse dans tout le corps, ainsi que de léthargie et de fatigue constante..

Le sentiment de faiblesse chez les patients survient pour les raisons suivantes:

  1. Intoxication générale du corps - généralement, ces sensations disparaissent quelque temps après la fin du cours de chimiothérapie. Mais chez les patients âgés, qui présentent des degrés sévères de développement des processus oncologiques, les sentiments de faiblesse peuvent persister longtemps.
  2. La présence de lésions aux organes internes - l'apparition d'une insuffisance cardiaque, rénale, hépatique et pulmonaire.
  3. L'apparition d'une anémie due à l'inhibition de la fonction de l'hématopoïèse.
  4. La pénétration des infections dans le corps en raison d'une diminution de l'immunité.
  5. L'émergence d'un stress psycho-émotionnel dû au report de traitement et à des facteurs connexes.
  6. Perte de poids due à:
    • détérioration de la transformation des aliments et absorption des nutriments par le tube digestif;
    • une augmentation du besoin d'énergie du corps pour la récupération;
    • diminution de la capacité à consommer de la nourriture - manque d'appétit, nausées et vomissements, diarrhée ou constipation, etc..
  7. Troubles métaboliques dans le corps.
  8. L'apparition de troubles hormonaux dus à une intoxication de la glande thyroïde et des glandes surrénales, qui se traduit par un fonctionnement insuffisant de ces organes.
  9. La présence d'hypodynamie - une faiblesse accrue provoque le désir de rester constamment au repos. Mais le manque de mouvement entraîne une diminution du tonus musculaire et de la fonte musculaire, une diminution de l'endurance physique du patient et de la capacité à mener une vie active. Tout cela renforce l'état de faiblesse déjà existant et conduit à un cercle vicieux de causes et d'effets..
  10. Troubles du sommeil - l'incapacité à passer une bonne nuit de sommeil et à reprendre des forces entraîne une faiblesse et une fatigue accrues. Tout cela est également la raison d'un changement du côté négatif de l'état psycho-émotionnel du patient..
  11. La douleur dans tout le corps conduit également à la faiblesse. Des douleurs épuisantes et constantes provoquent un état de fatigue et de vide, ainsi qu'une réticence à bouger et à mener une vie active.
  12. La présence de nausées et de vomissements - l'apparition de ces symptômes ne permet pas aux liquides et aux aliments d'être absorbés normalement dans le corps, ce qui provoque son épuisement et sa déshydratation et, par conséquent, l'apparition d'une faiblesse.
  13. Tous les changements ci-dessus dans l'état du patient peuvent entraîner l'apparition d'anxiété et de dépression, ce qui ne fait qu'augmenter la sensation de faiblesse dans le corps. Dans le contexte de ces troubles, la faiblesse physique ne fait qu'augmenter, mais même si ses causes sont éliminées, elle provoque l'apparition de fatigue et de léthargie de nature psycho-émotionnelle.

Pour réduire les manifestations de faiblesse, les patients doivent recourir à certaines mesures:

  • Augmenter le taux d'hémoglobine dans le sang en passant à un régime spécial et en utilisant certains suppléments.
  • Augmenter le nombre de globules blancs grâce à une nutrition adéquate et à l'utilisation de médicaments.
  • Pratiquez une activité physique régulière - gymnastique légère matinale, marchez plus souvent à l'air frais.
  • Organisez une courte journée de repos, ou mieux - dormez pendant une heure.
  • Couchez-vous à l'heure, au plus tard à 22h30. De plus, la durée d'une nuit de sommeil doit être d'au moins neuf heures..
  • Déchargez-vous de ces choses qui peuvent attendre ou d'autres personnes peuvent tout à fait y faire face. Essayez de vous épargner et de minimiser le stress.

De nombreux patients subissant une chimiothérapie développent un œdème. Les poches peuvent survenir soit sur tout le corps, soit dans certaines de ses parties. On observe l'apparition d'un œdème sur le visage, les mains, toutes les mains, la plante des pieds ou sur toute la surface des jambes. En outre, le gonflement se manifeste par le gonflement de l'abdomen et l'apparition d'une sensation de ballonnement dans tout l'abdomen ou juste en dessous..

L'œdème après la chimiothérapie est le résultat d'une détérioration du fonctionnement des reins, en raison de leurs dommages toxiques par la chimiothérapie et des lourdes charges qui pèsent sur les reins pendant le traitement. Par conséquent, dans ce cas, il est nécessaire non seulement d'éliminer l'œdème, mais également de restaurer complètement l'ensemble du corps..

Dans ce cas, le gonflement peut être accompagné des symptômes suivants:

  1. Détérioration de la qualité de la respiration - la respiration devient plus difficile.
  2. L'apparition d'interruptions dans le fonctionnement du cœur.
  3. L'apparition rapide de l'œdème dans tout le corps.
  4. Une forte augmentation du poids corporel.
  5. L'apparition d'interruptions de la miction - presque pas de vidange de la vessie ou de rares cas de ce phénomène.

Si vous présentez de tels symptômes, vous devez immédiatement consulter un médecin pour obtenir des conseils et de l'aide..

Que peut-on faire pour réduire l'enflure du corps? Il y a un certain nombre de conseils à suivre:

  1. Il est nécessaire d'abandonner l'utilisation du sel de table et de le remplacer par du sel de mer ou iodé. Dans ce cas, la quantité quotidienne de sel doit être minimale. Il est préférable de renoncer au sel et aux aliments salés pendant plusieurs jours. Au lieu de sel, vous pouvez utiliser des algues sèches en poudre - thalle de varech.
  2. Vous devez ajouter des légumes verts avec un effet diurétique à la nourriture, à savoir le persil et l'aneth. Le jus de citron frais a les mêmes propriétés. Les légumes verts peuvent et doivent être consommés frais en grande quantité.
  3. Vous devez manger des légumes, des fruits et des baies avec un effet diurétique. Ceux-ci incluent les pastèques, les melons, les airelles, les fraises, les canneberges, la viorne, les mûres, la citrouille, les carottes, les concombres, les tomates, les pommes, les abricots secs (abricots secs, abricots, kaisa).
  4. Évitez les aliments et les aliments qui augmentent la viscosité du sang. Il s'agit notamment de la gelée, de la viande et de la gelée en gelée, du sorbier, etc. Pour obtenir un effet diurétique, vous devez manger des aliments ayant un effet fluidifiant sur le sang - framboises, groseilles noires et rouges, citrons et ail.
  5. Les poches se produisent également en raison du fait que les oligo-éléments bénéfiques ont été éliminés du corps par chimiothérapie. Tout d'abord, cela concerne les réserves de potassium. Pour saturer le corps avec cette substance utile, vous devez manger beaucoup d'abricots et de pêches, de bananes, d'abricots secs, de miel et de laitue.
  6. Les jus fraîchement préparés aident bien contre l'œdème. Dans des proportions égales, vous devez mélanger des jus frais de betteraves, de concombres et de carottes. Les jus de persil et de céleri conviennent également. Un tiers de verre de ce jus remplace un comprimé diurétique.

Quelques conseils de médecine traditionnelle pour aider à soulager l'enflure:

  1. L'huile de ricin et la térébenthine sont prises dans des proportions 1: 2. L'huile est chauffée et versée dans la térébenthine. Après quoi, ce liquide est appliqué sur les lieux de l'œdème..
  2. Une cuillère à soupe de vinaigre de cidre de pomme est mélangée avec le jaune d'un œuf de poule, puis une cuillère à soupe de térébenthine est ajoutée. Après cela, avec ce remède, vous devez broyer les zones œdémateuses.
  3. On prend des herbes qui ont un effet décongestionnant. Une infusion est préparée à partir d'eux, qui est ensuite versée dans des moules et congelée. La glace de guérison qui en résulte est utilisée pour essuyer les endroits de l'œdème. Les fleurs de camomille, la fleur de tilleul, les feuilles de busserole, la soie de maïs, l'herbe de renouée, l'herbe de prêle, les feuilles de menthe poivrée, les fleurs de bleuet bleu conviennent bien à ces fins..

Un gonflement des jambes après une chimiothérapie est observé en raison d'une fonction rénale anormale. Cela a été discuté plus en détail dans la section précédente..

Pour aider à soulager le gonflement des membres inférieurs, vous devez recourir aux conseils donnés dans la rubrique œdème après chimiothérapie..

La stomatite est un effet secondaire courant après une chimiothérapie. Les médicaments agissent sur les cellules de la cavité buccale.

La stomatite se manifeste par la rougeur et le gonflement de la membrane muqueuse, ainsi que par l'apparition de petits ulcères. Dans ce cas, on observe une desquamation des cellules épithéliales et la cavité buccale devient très sèche, des fissures apparaissent sur les lèvres. Un saignement des gencives est possible.

La stomatite est une complication temporaire après la chimiothérapie. La maladie disparaîtra lorsque le taux de leucocytes dans le sang redeviendra normal.

Vous pouvez prendre des mesures préventives pour réduire le risque de stomatite comme suit:

  • Rincer la bouche avec des élixirs dentaires - Pepsodent, Elkadent.
  • Lubrifiez périodiquement les lèvres avec du rouge à lèvres huileux, hygiénique incolore.
  • Avant de commencer une chimiothérapie, vous devez désinfecter la cavité buccale sous forme de traitement de la carie dentaire.
  • Rafraîchissez-vous la bouche avec des glaçons plusieurs fois par jour.

En cas de stomatite, il est recommandé de prendre les mesures suivantes:

  • Remplacer le brossage des dents par un rinçage de la cavité buccale avec les élixirs dentaires mentionnés ci-dessus.
  • Il est recommandé de se rincer la bouche avec une solution de soude - une demi-cuillère à café de soude se dissout dans un verre d'eau. Il est également bon de recourir au rinçage avec une solution saline - une cuillère à café de sel se dissout dans un litre d'eau.
  • Les infusions et décoctions d'herbes médicinales sont utiles dans le traitement de la stomatite. La camomille, l'écorce de chêne, la sauge, le millepertuis doivent être utilisés à ces fins..
  • Vous devez boire beaucoup de liquides, au moins deux litres d'eau par jour.

La perte de cheveux après une chimiothérapie est un phénomène courant qui affecte la plupart des patients. Le patient commence à perdre des poils sur tout le corps vers la troisième semaine après la fin du traitement. Cela est dû à l'effet toxique des médicaments sur les follicules à partir desquels les cheveux poussent et à leur destruction. Après un certain temps après la chute des cheveux, les follicules sont restaurés et les cheveux repoussent.

Pour plus d'informations, voir la section sur les cheveux du patient après chimiothérapie..

La calvitie après la chimiothérapie survient à la suite d'une exposition aux follicules à partir desquels les cheveux poussent, aux médicaments. Les follicules sont détruits, les cheveux de la tête tombant complètement ou partiellement. Quelque temps après la chimiothérapie, les cheveux commencent à repousser et deviennent plus sains et plus épais qu'auparavant..

L'engourdissement des extrémités après la chimiothérapie est le résultat de lésions des fibres nerveuses du système nerveux périphérique. Pendant le traitement, les fibres nerveuses subissent des perturbations structurelles et perdent la capacité de conduire suffisamment les impulsions nerveuses des récepteurs situés dans la peau vers les zones correspondantes du cerveau..

L'engourdissement des membres se manifeste par une perte de sensation dans les bras et les jambes et une perte de flexibilité dans les membres. La sensation d'engourdissement commence au bout des doigts et des orteils, des pieds et des mains et se propage plus loin sur toute la surface des membres et le long de la colonne vertébrale. Les sensations d'engourdissement peuvent également être accompagnées de symptômes vifs de picotements, de brûlures, de constriction dans les membres, ainsi que de douleurs.

Cela réduit la sensibilité du corps et de la peau, perturbe la capacité de se déplacer, ainsi que de manipuler des objets pendant le libre-service. Les patients peuvent avoir des difficultés à nouer les lacets et à boutonner, ils peuvent souvent trébucher et tomber, il leur est difficile de maintenir l'équilibre et de maintenir la coordination des mouvements. Ce phénomène est considéré comme l'un des symptômes de la polyneuropathie, qui a été décrit dans la section correspondante..

Après la chimiothérapie, certains patients commencent à remarquer de l'acné sur leur peau. L'acné survient à la suite de lésions toxiques de la peau et d'une diminution de l'immunité du patient. L'acné indique que le bon fonctionnement des glandes cutanées est altéré, ce qui provoque l'apparition de processus inflammatoires sur la peau..

L'apparition de l'acné indique que les processus métaboliques dans le corps sont en déséquilibre. Par conséquent, pour éliminer l'acné sur la peau, il est tout d'abord nécessaire de prendre des mesures pour restaurer le bon fonctionnement de tous les organes et systèmes. Cela s'applique tout d'abord aux processus immunitaires, hormonaux et hématopoïétiques..

Pour éviter l'acné, il est recommandé d'utiliser un savon antibactérien pour prendre soin de votre peau, puis d'appliquer une crème hydratante sur la zone lavée..

Certains patients après une chimiothérapie commencent à ressentir les symptômes suivants: début de léthargie, étourdissements et fatigue accrue. Dans le même temps, en se levant d'une position assise, en particulier une position forte, il peut y avoir une faiblesse sévère, un trouble de la conscience, l'apparition d '"étoiles" devant les yeux, des nausées et même des évanouissements. Ces manifestations sont des signes d'hypotension..

La baisse de la pression artérielle après la chimiothérapie est causée par une diminution de la quantité de sang qui traverse les vaisseaux du système circulatoire. La pression artérielle diminue car moins de sang est pompé par le cœur dans l'artère. Une pression artérielle basse peut être causée par la dilatation des petites artères et une augmentation de leur flexibilité, de sorte qu'elles sont moins résistantes au flux sanguin. Dans le même temps, les veines sont également dilatées et plus de sang y est stocké, et une plus petite quantité retourne au cœur.

Lorsque la circulation sanguine est altérée, le pourcentage d'oxygène et de nutriments acheminés vers les organes internes diminue, ce qui altère leur fonctionnement..

L'apparition de la ménopause dans la vie d'une femme est un événement naturel auquel le corps et le psychisme de la femme se préparent progressivement. Après la chimiothérapie, la ménopause peut survenir soudainement et sous une forme aiguë, ce qui entraîne un stress grave et une détérioration de l'état mental et émotionnel des patients. Dans le même temps, la ménopause est toujours considérée comme précoce, c'est-à-dire qu'elle est survenue prématurément et est appelée provoquée.

Les manifestations de la ménopause pendant cette période peuvent être tellement exprimées qu'une femme ne peut tout simplement pas y faire face par elle-même. Les symptômes de la ménopause sont:

  • arrêt du flux menstruel,
  • les bouffées de chaleur,
  • gain de poids,
  • sécheresse du vagin,
  • l'apparition de sautes d'humeur soudaines,
  • l'apparition de faiblesse, une fatigue accrue, une perte de force,
  • changements dans la structure de la peau et des cheveux,
  • l'apparition de l'ostéoporose,
  • perte de mémoire.

Certains patients peuvent avoir des pertes vaginales à ce moment..

L'entrée dans la période précoce de la ménopause est si fortement perçue par de nombreuses femmes qu'elle peut conduire à la dépression. Dans ce cas, il est impossible de se passer d'une aide extérieure et la femme a besoin de l'aide qualifiée d'un psychothérapeute, ainsi que d'une attitude prudente et attentive de ses proches..

La cystite est une maladie inflammatoire de la vessie qui provoque une inflammation de l'épithélium de la vessie (membrane muqueuse).

Les symptômes de la cystite sont:

  • la survenue de douleur, de coupures ou de sensation de brûlure lors de la vidange de la vessie,
  • l'apparition de mictions fréquentes,
  • l'incapacité de se retenir lorsque l'envie d'uriner se produit et l'exigence du corps d'uriner immédiatement,
  • l'apparition de rougeurs dans les urines ou de sang dans les urines,
  • apparition de signes de fièvre,
  • frissons.

Lorsque les symptômes ci-dessus apparaissent, il est recommandé de boire beaucoup d'eau et de liquide, au moins deux litres par jour, ainsi que des jus de fruits frais. Une augmentation de la quantité d'urine provoquera le rinçage des toxines du corps, ce qui aidera à réduire l'effet irritant des poisons sur la vessie du patient.

[20], [21], [22], [23], [24], [25], [26], [27], [28], [29]

À la fin du cours de chimiothérapie, certains patients remarquent une détérioration de leur état psycho-émotionnel. Cela se traduit par une diminution du ton émotionnel, des sautes d'humeur soudaines, une dépression générale et une dépression..

La dépression après chimiothérapie survient chez 15 à 20% des patients. Apathie et léthargie, anxiété et larmoiement, vision sombre du monde, manque de foi dans le rétablissement, refus de revenir à une vie normale, isolement et aliénation constants, sentiments de mélancolie et de désespoir - ce sont les manifestations des états dépressifs. Il y a aussi une diminution de la concentration de l'attention, une détérioration de l'activité mentale et mentale, des problèmes de mémoire.

Les causes de la dépression après la chimiothérapie sont considérées:

  • Intoxication générale du corps, qui déprime le système nerveux central et périphérique.
  • Dommages à certaines parties du cerveau qui sont directement liés à l'humeur émotionnelle et à la stabilité mentale du patient.
  • Changements des niveaux hormonaux dus à des dommages au système endocrinien.
  • Grave détérioration du bien-être, qui affecte la qualité de l'état émotionnel général et la stabilité mentale après une chimiothérapie.
  • La manifestation de la duodénite est une maladie inflammatoire du duodénum. Dans cette section de l'intestin grêle, des hormones sont produites qui sont non seulement associées à la digestion, mais affectent également le comportement humain. Dans les processus inflammatoires, ces hormones ne peuvent pas être produites en quantités suffisantes, ce qui provoque une dépression duodénale.

Les états dépressifs survenus dans le contexte de troubles somatiques graves ne font qu'intensifier leurs manifestations. Il arrive que lorsque la condition physique s'améliore à la suite d'une thérapie correcte, la dépression entraîne une détérioration du bien-être. Cela est dû à la présence de processus complexes d'interconnexion de l'activité mentale d'une personne et de ses processus somatiques..

Le muguet chez la femme est un écoulement vaginal qui est blanc et fromage et a une odeur aigre. Avec cette maladie, des symptômes supplémentaires peuvent apparaître:

  • Inconfort dans la région vaginale - démangeaisons sévères des organes génitaux externes au cours du premier jour; le deuxième ou le troisième jour, une sensation de brûlure supplémentaire peut apparaître.
  • L'apparition de douleur dans la région génitale externe pendant la miction - l'urine irrite les lèvres enflammées, ce qui provoque une douleur et des crampes intenses.
  • L'apparition de la douleur pendant les rapports sexuels - la membrane muqueuse du vagin due au muguet s'avère également enflammée.
  • L'apparition d'un gonflement sévère des grandes lèvres et parfois de l'anus.

Certaines femmes observent l'apparition de tous les symptômes ci-dessus, et certains - seulement une partie d'entre eux.

L'apparition du muguet est causée par une diminution générale de l'immunité après la chimiothérapie et par l'incapacité du corps à résister aux infections. Les experts appellent le muguet "candidose" - cette maladie est causée par la levure Candida. Ce champignon vit sur la peau de toute personne, mais en petites quantités. La propagation du champignon est contrôlée par le système immunitaire humain et cette microflore, ce qui est favorable. Avec une diminution de l'immunité et la destruction de la microflore bénéfique, le champignon Candida commence à se multiplier rapidement et à pénétrer dans le vagin, où il provoque l'apparition du muguet.

L'insomnie est un trouble qui cause des difficultés à s'endormir. Le sommeil à ce moment devient intermittent, une personne dort légèrement et se réveille de tout stimuli étranger, ainsi que sans raison apparente.

L'insomnie ne donne pas à une personne la possibilité de se reposer et de gagner en force la nuit. Par conséquent, pendant la journée, les patients se sentent fatigués, ce qui affecte l'humeur, le bien-être et la qualité de vie globale..

Les signes d'insomnie sont:

  • Long temps pendant lequel le patient s'endort la nuit.
  • Réveils fréquents et déraisonnables la nuit.
  • Réveil tôt le matin.
  • Fatigue qui ne disparaît pas après une nuit de repos.
  • Sensation de fatigue et de somnolence accompagnant le patient pendant la journée.
  • Excitabilité émotionnelle accrue, exprimée dans un état irritable, un sentiment d'anxiété, des crises d'anxiété et de peur non motivées, une dépression ou un état d'esprit dépressif.
  • Diminution de la concentration et difficulté à se concentrer.
  • L'apparition de maux de tête.
  • Inquiétude constante et persistante sur la façon de s'endormir la nuit.

L'insomnie après la chimiothérapie est causée par de nombreuses raisons:

  • Les patients cancéreux sont caractérisés par une modification du rythme et de la qualité du sommeil, l'apparition d'insomnie.
  • Chez la femme, la survenue d'insomnie est associée à l'apparition d'une ménopause (ou ménopause) précoce provoquée.
  • L'insomnie peut être l'un des symptômes de la dépression.
  • Les dommages à certaines parties du cerveau et du système nerveux central peuvent provoquer des troubles du sommeil et de l'insomnie..
  • Une douleur et un inconfort intenses dans le corps peuvent provoquer des troubles du sommeil.
  • Les troubles gastro-intestinaux, tels que la duodénite, peuvent entraîner une modification de l'état psycho-émotionnel, ce qui provoquera l'apparition d'insomnie.

Après la chimiothérapie, de nombreux patients observent des ganglions lymphatiques enflés. Les raisons de cette modification des ganglions lymphatiques ont été décrites dans la section «Ganglions lymphatiques après chimiothérapie».

Après la chimiothérapie, la numération plaquettaire diminue considérablement. Ces éléments sanguins affectent l'arrêt des saignements, s'accumulant au site des lésions vasculaires et "collant" les uns aux autres. Ce faisant, ils produisent des substances qui stimulent la vasoconstriction et conduisent à la formation d'un caillot sanguin, ce qui empêche les saignements..

Après la chimiothérapie, le taux de plaquettes dans le sang est considérablement réduit, ce qui empêche une bonne coagulation sanguine. Les coupures et dommages à la peau et aux muqueuses peuvent entraîner des saignements prolongés et des plaies non cicatrisantes.

Les premiers signes de saignement sont des ecchymoses sous la peau, qui sont causées par la rupture des vaisseaux sanguins et des saignements dans la peau. Des saignements spontanés après chimiothérapie sont observés au niveau des muqueuses des gencives et de la bouche, des cavités nasales et du tractus gastro-intestinal. Cela indique que les médicaments, tout d'abord, endommagent les cellules en division active, qui sont également des cellules des muqueuses. Des ulcères peuvent apparaître à leur surface, qui ne guérissent pas pendant une longue période et saignent constamment. Les hémorragies des organes internes sont plus dangereuses, ce qui peut être dangereux pour la santé du patient..

Pour éviter un saignement prolongé, il est nécessaire d'augmenter le taux de plaquettes dans le sang, ce qui a été décrit dans la section correspondante..

Le cancer est de plus en plus courant chaque année. Pour leur traitement, une méthode telle que la chimiothérapie est utilisée avec succès..

En plus de l'effet sur la tumeur, cette méthode de traitement a également des effets secondaires..

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe plus de 20 types d'effets secondaires qui surviennent après une chimiothérapie. En tant que complication du traitement des maladies tumorales, un œdème se produit.

Un œdème peut survenir chez les patients traités par chimiothérapie en raison d'une rétention d'eau dans le corps. Une rétention excessive de liquide dans le corps du patient et un œdème après une chimiothérapie apparaissent pour plusieurs raisons:

  • en raison de changements hormonaux qui se produisent dans le corps du patient pendant le traitement;
  • en raison de violations de l'équilibre eau-sel, qui se produisent à la suite des effets secondaires des médicaments visant à combattre la tumeur;
  • en raison de la détérioration de la fonction rénale due à l'exposition à des produits chimiques et à un stress accru;
  • sous l'influence du néoplasme lui-même.

S'il y a un gonflement du visage après une chimiothérapie ou un gonflement des extrémités, vous devez d'abord en informer votre médecin. Un traitement ultérieur est effectué en tenant compte de ses recommandations.

Des poches peuvent survenir dans tout le corps du patient ou dans certaines de ses parties. Un gonflement des jambes après une chimiothérapie, des mains, du visage ou de l'abdomen est assez fréquent. Le gonflement peut se manifester par un gonflement abdominal et des ballonnements, qui sont également observés localement ou sur toute la zone. Autres symptômes de poches:

  1. Respiration difficile,
  2. Insuffisance cardiaque,
  3. Apparition assez brutale d'œdème dans tout le corps,
  4. Prise de poids rapide,
  5. Interruptions de la miction, jusqu'à une absence presque complète.

Les poches après la chimiothérapie doivent être éliminées par une restauration complète de tout le corps.

En cas de gonflement du bras après une chimiothérapie, des jambes, du visage ou de l'ensemble du corps, vous devez immédiatement consulter un médecin pour obtenir des conseils et de l'aide. Il peut recommander de limiter l'apport hydrique, de réduire la quantité de sel consommée. De plus, votre médecin peut vous prescrire un diurétique. Vous ne devez pas prendre ces fonds vous-même, sans prescription médicale..

De plus, les recommandations habituelles sur ce qu'il faut faire pour soulager les poches sont les suivantes:

  1. Vous ne pouvez pas abandonner complètement l'utilisation du sel de table, mais le remplacer par du sel iodé ou de mer. Mais il est souhaitable de limiter sa consommation au minimum. Pendant quelques jours, il vaut mieux abandonner complètement l'utilisation du sel et du sel sous sa forme pure.
  2. Vous pouvez ajouter du persil et de l'aneth à votre nourriture, ils ont un effet diurétique. Le jus de citron frais a le même effet. Les verts peuvent être consommés frais, cela ne nuira pas, même en grande quantité.
  3. De nombreux fruits et légumes ont un effet diurétique. Les légumes comme les tomates, les concombres et les carottes sont de bons diurétiques pour le corps. Les baies telles que les pastèques, les melons, la viorne, les mûres, la citrouille et autres sont utiles pour soulager les poches. Les pommes, les abricots secs et les abricots ont les mêmes propriétés.
  4. Il n'est pas recommandé de manger des aliments tels que la viande en gelée, la gelée et le sorbier. Ils augmentent la viscosité du sang, ce qui est nocif pour les patients. Les aliments anticoagulants comme les framboises, les citrons, les groseilles noires et rouges et l'ail sont bénéfiques.
  5. Il est utile de boire des jus fraîchement pressés à cause des poches du corps. Par exemple, des jus frais de carottes, de betteraves et de concombres. Vous pouvez boire des jus de persil et de céleri.
  6. Pendant la chimiothérapie, le corps laisse les oligo-éléments nécessaires, par exemple le potassium. Des poches se produisent également à cause de cela. Il est important de reconstituer les réserves d'oligo-éléments utiles dans l'organisme.

En plus des médicaments officiellement reconnus, il existe également des remèdes populaires pour se débarrasser des poches dans le corps. Il est également préférable de coordonner leur utilisation avec votre médecin. Les médicaments traditionnels suivants sont utilisés:

    1. Un mélange d'huile de ricin chauffée et de térébenthine dans des proportions 1: 2. Ce remède est utilisé comme une pommade pour les taches gonflées sur le corps. 2. Un autre remède peut être utilisé pour l'œdème sur le corps. Il est également utilisé comme onguent. Prenez 1 cuillère à soupe. une cuillerée de vinaigre de cidre de pomme et de térébenthine, puis ils sont mélangés avec le jaune d'un œuf de poule. Le produit résultant est frotté sur les endroits oedémateux du corps.

3. Pour soulager l'œdème, des infusions de camomille, de prêle, de renouée, de bleuet, de tilleul, de menthe, de busserole, etc. conviennent. À partir des infusions de ces herbes, de la glace est fabriquée, avec laquelle elles frottent les zones à problèmes sur le corps.

Ne vous soignez pas. Toutes les prescriptions doivent être convenues avec le médecin traitant et utilisées sur une base individuelle..

Types de manifestation du virus Symptômes Diagnostic de la maladie Le papillomavirus humain chez l'homme est une maladie très courante.

Bien que cette maladie survienne aussi souvent chez les hommes et les femmes. Pendant une longue période, le virus existe dans le corps sans symptômes. Le plus souvent, l'infection survient pendant l'enfance..

Le virus pénètre dans le corps par microtraumatisme et fissures dans la peau.

Qu'est-ce que l'éjaculation précoce? Les causes de l'éjaculation précoce Diagnostics Qu'est-ce que l'éjaculation précoce? L'éjaculation précoce est l'un des problèmes les plus courants chez les hommes.

L'éjaculation se produit très rapidement avec un minimum d'effort et laisse les deux partenaires insatisfaits.

Le concept du taux d'éjaculation lors de la proximité intime est plus qu'arbitraire, cependant, basé sur la classification des maladies, l'éjaculation précoce est telle.

Causes de la vascularite Types de vascularite Diagnostic et symptômes de la vascularite La vascularite est une maladie causée par une inflammation des parois des vaisseaux sanguins du système circulatoire.

Les vaisseaux affectés sont étirés, tout en perdant leur élasticité, ou ils peuvent se rétrécir, bloquant ainsi l'accès du sang aux organes.

La vascularite peut survenir dans n'importe quel organe, et comme cela perturbe l'approvisionnement normal en sang, les conséquences..

Hypoplasie rénale pendant la grossesse Causes de la maladie Symptômes de la maladie L'importance d'un organe aussi apparié que le rein est tout simplement impossible à surestimer.

Ils sont responsables du nettoyage du corps en filtrant et en éliminant les toxines et autres substances nocives. De tels éléments se forment au cours du processus de la vie humaine. Et aussi sous l'influence de facteurs externes.

Les reins sont très stressés, surtout pendant la grossesse. il..

Comment faire correctement un test de grossesse Types de tests de grossesse et résultats Erreurs possibles Il est rare de rencontrer une femme qui ne rêve pas de devenir mère.

Tel est son but, qui est déterminé par la nature. La grossesse est une étape importante. De nombreuses familles prennent la planification de la grossesse très au sérieux..

À bien des égards, le développement ultérieur de la future personne dépend de cette période. Physiologique de base..

Chaque femme veut devenir mère. Donner la vie, investir un morceau de soi, élever une personne à part entière, protéger, aimer son enfant est le bonheur le plus élevé qui soit accordé à une femme.

Le processus de planification de l'enfant doit occuper une place particulière et être abordé de manière très responsable.

De nombreux couples mariés surveillent toutes les périodes du cycle afin de choisir le moment le plus approprié et le plus favorable pour concevoir un enfant...

Causes du ronflement chez la femme Dangers du ronflement Le ronflement est un son qui se produit pendant le sommeil, qui se produit lorsque les parois de la gorge, du palais mou et de la luette vibrent. L'air traversant les voies respiratoires crée cette vibration, entraînant des ronflements. Les hommes ont souvent tendance à ronfler, mais les ronflements féminins ne sont pas rares. Causes du ronflement dans..

≫ Plus d'informations sur le sujet: http://medinovo.ru/oteki_posle_himioterapii.html

Il y a 15 ans, la maladie «cancer» signifiait une condamnation à mort, aujourd'hui la médecine est loin devant et il existe de nombreux cas où le cancer a été guéri. Cela est souvent dû à la chimiothérapie.

La chimiothérapie est un traitement du cancer qui utilise des médicaments chimiques spéciaux qui peuvent tuer les cellules cancéreuses. Après la chimiothérapie, la tumeur disparaît partiellement ou complètement, parfois les cellules cancéreuses ne sont pas du tout détruites, mais ralentissent leur croissance et cela s'appelle la rémission de la maladie.

La chimiothérapie pour le traitement des maladies tumorales utilise des substances très toxiques qui détruisent non seulement les cellules cancéreuses, mais également les cellules saines du corps. C'est pourquoi il y a tant d'effets secondaires après un cours de «chimie»: vomissements, nausées, maux de tête, chute de cheveux et gonflement atroce..

Un gonflement après la chimiothérapie apparaît en raison de la détérioration des reins, car pendant le traitement, ils ont une charge énorme. Par conséquent, il est nécessaire de traiter non seulement l'œdème, il est nécessaire d'appliquer un traitement complet de tout l'organisme..

Tout d'abord, renoncez à l'utilisation du sel, remplacez-le par du sel iodé. Ajoutez des herbes épicées aux plats, en particulier l'aneth et le persil, qui ont un effet diurétique, ou le jus de citron a un bon effet sur la santé.

Essayez de manger plus de légumes et de fruits qui peuvent éliminer l'eau du corps, mangez des pastèques, des airelles et des fraises..

Essayez d'éviter les aliments qui augmentent la viscosité du sang - ce sont la gelée, la viande en gelée, le sorbier, mais au contraire, utilisez des aliments qui fluidifient le sang - ce sont les framboises, les raisins de Corinthe, le citron et l'ail.

L'œdème après la chimiothérapie apparaît du fait que le corps manque d'oligo-éléments et de vitamines utiles qui ont été éliminés du corps. Le corps souffre surtout d'un manque de potassium, afin de se reconstituer, manger plus d'abricots, de pêches, de bananes, d'abricots secs, de miel et de feuilles de laitue.

Il existe également des conseils populaires qui vous épargnent l'œdème:

URGENCES APRÈS LA CHIMIOTHÉRAPIE - comment... - Medislab.com
Un gonflement après la chimiothérapie apparaît en raison d'une détérioration du fonctionnement des reins, car pendant le traitement, ils ont une charge énorme.
  1. Vous devez prendre de l'huile de ricin et de la térébenthine dans un rapport de 1: 2. Chauffez l'huile et versez-la dans de la térébenthine, frottez les endroits oedémateux avec le liquide résultant;
  2. Mélangez une cuillère à soupe de vinaigre de cidre de pomme avec le jaune et ajoutez une cuillère à café de térébenthine. Perdez avec ce remède les endroits qui souffrent d'œdème;
  3. Vous pouvez acheter des herbes médicinales dans la pharmacie qui soulagent le gonflement, en préparer une infusion, les verser dans des moules, les congeler. Utilisez des morceaux de glace pour essuyer votre visage, vos mains ou vos pieds.
  • Caractéristiques de la décharge chez les filles Causes de la décharge chez les filles Symptômes accompagnant la décharge chez les filles Diagnostic de la sortie chez les filles Traitement de la décharge chez les filles Prévention de la prévention de la décharge chez les filles Des pertes vaginales sont observées chez les femmes et les filles. Dès la naissance, la fille a un écoulement, qui se subdivise en: physiologique; Pathologique. Les décharges physiologiques chez les filles sont normalement légères.
  • Causes d'une toux grasse sans fièvre chez un enfant Toux sans fièvre chez un enfant Causes d'une toux prolongée sans fièvre chez un enfant Comment améliorer l'état de l'enfant lorsqu'il tousse? Toux sans fièvre chez un enfant Les parents sont toujours alarmés par la toux d'un enfant. Mais souvent, ce n'est pas un signe de maladie ou de pathologie. En raison du fait que les particules de poussière et diverses particules volent dans l'air, la lumière des voies respiratoires se bouche. En cela..
  • Comment reconnaître et traiter l'hémangiome chez les nouveau-nés et comment l'hémangiome survient-il? Raisons de l'apparition d'hémangiomes Élimination des hémangiomes chez les nouveau-nés L'hémangiome est une formation vasculaire de caractère bénin qui est survenue en raison de modifications des parois des vaisseaux sanguins. Cette maladie touche un enfant sur 10 né. Les hémangiomes sont des tumeurs de différentes tailles et couleurs qui se forment sur le visage, le cuir chevelu, les organes génitaux et d'autres parties du corps. L'éducation peut se manifester..
  • Pourquoi un enfant a-t-il une toux aboyante sans fièvre et comment la traiter? Une toux sèche, contrairement à une toux humide, est plus difficile pour les patients. Le mucus et les mucosités ne quittent pas les voies respiratoires et les crises sont douloureuses et épuisantes. Dans l'enfance, lorsque les muscles ne sont pas encore aussi développés que chez l'adulte, les manifestations de la maladie peuvent être particulièrement aiguës. Lors d'une crise, des vomissements peuvent survenir, et dans certains cas, un arrêt respiratoire...
  • Méthodes de traitement des végétations adénoïdes chez les enfants Les amygdales pharyngées situées dans le nasopharynx augmentent souvent en taille en raison de la prolifération du tissu lymphadénoïde. Ces amygdales hypertrophiées sont appelées végétations adénoïdes et sont particulièrement fréquentes chez les enfants. Leur croissance a un effet négatif sur les voies respiratoires et les organes auditifs de l'enfant, la respiration par le nez devient difficile, la voix change et l'apport sanguin cérébral est perturbé. Le plus souvent, la prolifération des végétations adénoïdes se produit chez un enfant âgé de 3 à 10 ans..

Le traitement des affections associées aux néoplasmes malins - comprend non seulement une intervention chirurgicale, mais également une radiothérapie et une chimiothérapie. Les cours qui incluent l'utilisation de médicaments chimiothérapeutiques sont prescrits par des médecins à des stades avancés du processus oncologique, lorsque de nombreuses métastases sont apparues (non seulement à proximité, mais également à distance).

Le cours de la chimiothérapie implique l'administration intraveineuse de médicaments dont l'action vise à détruire le cancer. Malheureusement, les toxines ne font pas la différence entre les cellules malignes et saines. Après l'administration du médicament, les effets secondaires de la chimiothérapie apparaissent, mais les cellules cancéreuses sont partiellement détruites.

La technique impliquant l'utilisation de la chimiothérapie est très efficace, car les médicaments tuent non seulement la tumeur d'origine, mais également ses métastases distantes..

Après la chimiothérapie, les cellules saines sont progressivement restaurées, mais les cellules malignes meurent complètement. Mais, malheureusement, de nombreux patients ont des effets secondaires de la chimiothérapie..

De nombreux symptômes désagréables disparaissent complètement après l'arrêt de l'administration de produits chimiques, mais certains d'entre eux peuvent durer des mois, voire des années..

La perte de cheveux est considérée comme la complication la plus inoffensive causée par les médicaments. Mais, après l'arrêt du traitement, les cheveux sont restaurés.

La perte de cheveux est l'effet le plus inoffensif de la chimiothérapie.

Effets secondaires graves que la chimiothérapie peut provoquer

Les conséquences les plus dangereuses du traitement comprennent:

  • leucémie. C'est la complication la plus difficile, mais elle est assez rare. Provoque un effet secondaire de la prise du médicament Cyclophosphamide;
  • larmoiement excessif. Un effet secondaire chez de nombreux patients est causé par l'administration du médicament Adriamycine;
  • les médicaments chimiothérapeutiques peuvent provoquer l'ostéoporose, qui affaiblit le tissu osseux. Les os deviennent fragiles, de sorte que les patients exposés à des agents chimiothérapeutiques développent des luxations et des fractures;
  • Takoster, qui fait partie de certains schémas thérapeutiques, peut entraîner des problèmes de fonctionnement du système cardiovasculaire. Par conséquent, ce médicament est prescrit aux patients à petites doses;
  • Taksanov et Abraksan provoquent une calvitie sévère, presque impossible à traiter.

En oncologie, les effets secondaires de l'introduction de la chimiothérapie peuvent se manifester à des degrés divers. Tout dépend de la composition du médicament, de la force de l'impact et de la forme du processus oncologique.

La chimiothérapie perturbe le fonctionnement des cellules saines, ce qui provoque une variété d'effets secondaires dans le corps. Les poisons et les toxines contenus dans la chimiothérapie détruisent fortement les follicules pileux, c'est pourquoi de nombreux patients cancéreux sous chimiothérapie perdent leurs cheveux.

Les médicaments utilisés dans le traitement des patients cancéreux détruisent les cellules à partir desquelles les cheveux poussent, de sorte que les patients perdent des cheveux sur toutes les parties du corps. En médecine, ce processus s'appelle l'alopécie. La calvitie peut commencer quelques jours après l'administration de médicaments. Cet effet secondaire n'est pas dangereux pour la santé du patient, mais il provoque une gêne psychologique..

Vous pouvez essayer de prévenir l'alopécie en suivant ces directives:

  • ramassez des shampooings, des baumes et des masques capillaires qui renforcent les follicules pileux. Il est souhaitable que les produits de soins personnels soient formulés à partir de plantes naturelles;
  • une coupe courte aidera à s'habituer au nouveau look, puis le contraste sera moins perceptible;
  • assurez-vous d'utiliser un écran solaire en été pour éviter d'endommager la peau.

Les manifestations anémiques provoquées par la chimiothérapie dans le cancer sont associées à une altération de la fonction des cellules sanguines. Les tissus du corps humain sont alimentés en oxygène, qui est obtenu à partir de globules rouges, et si leur nombre diminue, la privation d'oxygène commence. D'où l'anémie. Un patient atteint de cancer note un essoufflement, une fatigue chronique, une faiblesse sévère, une peau pâle.

Au premier signe d'anémie, un traitement immédiat doit être prescrit.

Les manifestations anémiques nécessitent un traitement immédiat. Si le patient présente des signes de manque d'oxygène (vertiges, faiblesse, manque d'air, palpitations), vous devez immédiatement consulter le médecin..

Si le patient présente des signes d'anémie, il peut être conseillé:

  • promenades en plein air;
  • sommeil complet (au moins 7 à 8 heures par jour);
  • une bonne nutrition, équilibrée avec des oligo-éléments et des vitamines;
  • activité physique minimale.

Les patients cancéreux qui ont suivi des cours de chimiothérapie peuvent éprouver une violation du processus de pensée, ainsi que des problèmes de mémoire. Après le traitement, les patients ont du mal à se concentrer, à résoudre des problèmes mathématiques et logiques, à répondre aux questions.

Mais toutes les connaissances sont gardées en mémoire, une certaine inhibition surgit juste lors de la réponse. Les patients cancéreux ont du mal à se concentrer sur certaines pensées, ils ne se souviennent pas des noms et des numéros de téléphone.
Si des symptômes tels que mélancolie, trouble de la conscience, difficulté à penser, lourdeur dans la tête apparaissent, il est nécessaire de consulter un oncologue.

Le traitement médicamenteux avec chimiothérapie affecte l'état de la peau et des ongles. Si des médicaments puissants sont administrés à un patient atteint de cancer, il peut y avoir un risque d'allergies. Certains patients développent des plaies purulentes sur le corps, des éruptions cutanées, de l'urticaire.
Une transpiration accrue peut survenir ou, au contraire, la peau devient sèche, une infection secondaire se joint.

Les processus pathologiques se produisant dans les organes internes affectent l'état des cheveux et de la peau. Les personnes sous chimiothérapie ont des abcès et d'autres éruptions cutanées.

La principale conséquence du traitement de la pathologie cancéreuse est un œdème associé à une altération de la circulation sanguine, une obstruction lymphatique, un manque d'activité physique.

Certaines formes de tumeurs nécessitent non seulement l'ablation du néoplasme, mais également des ganglions lymphatiques voisins.

L'élimination des ganglions régionaux entraîne une stagnation dans le corps de l'excès de liquide qui s'accumule dans les poumons, les bras et les membres inférieurs.

L'effet secondaire le plus dangereux d'un drainage excessif de liquide est l'œdème pulmonaire. Le liquide ne quitte pas le corps de lui-même, ce qui peut avoir des conséquences désastreuses, pouvant aller jusqu'à la mort..

L'œdème est traité par chirurgie - le patient reçoit un drainage lymphatique. Avant l'opération, le patient se voit prescrire un régime correctif, de la physiothérapie, des diurétiques, etc..

La perte de poids et la perte d'appétit sont des effets secondaires majeurs de la chimiothérapie, affectant le bien-être psychologique et physique du patient. Par conséquent, vous devez choisir le bon régime alimentaire équilibré et y adhérer avant et après le traitement. Le patient doit boire suffisamment de liquide, ce qui normalise l'équilibre hydrique et améliore l'appétit du patient.

La prise de médicaments affecte l'appétit du patient, certains refusent du tout de prendre de la nourriture, tandis que d'autres ont un sentiment d'aversion pour certains types d'aliments. Pour maintenir l'appétit et éviter l'épuisement, il est recommandé au patient d'ajuster son alimentation pour inclure des aliments riches en protéines et oligo-éléments..

Il est conseillé de prendre de la nourriture pendant le traitement et après un traitement en même temps, afin que le corps s'y habitue progressivement. Il est souhaitable de manger souvent, mais en petites portions, alors que la nourriture doit être saine, fraîche et riche en calories.

Pour minimiser les effets secondaires de la chimiothérapie, il est conseillé au patient de tenir un journal alimentaire, où il indique la quantité et les types d'aliments qu'il a mangés pendant la journée. À l'aide du journal, le patient et son oncologue pourront choisir le régime optimal. En outre, les enregistrements aideront à identifier les aliments que le corps rejette afin de les exclure ensuite de l'alimentation..

Les vomissements fréquents, les nausées, les troubles intestinaux sont les principaux effets secondaires provoqués par la chimiothérapie..

Les conséquences s'expliquent par l'effet négatif des médicaments sur les cellules de l'intestin et de l'estomac. Les cellules du tractus gastro-intestinal sont rapidement détruites, mais elles sont restaurées tout aussi rapidement.

Certains patients cancéreux ne remarquent même pas de troubles dyspeptiques, tandis que chez d'autres, au contraire, les troubles se manifestent pleinement.

Les analgésiques peuvent causer des nausées.

L'état émotionnel des patients a un impact direct sur les troubles dyspeptiques. Le stress sévère que le patient subit après le diagnostic, ainsi que la nécessité d'injecter des substances toxiques pendant la chimiothérapie, provoquent des problèmes au niveau du tractus gastro-intestinal.

Les nausées et les vomissements sont causés par divers facteurs, tels que les analgésiques et les sédatifs. De plus, la constipation et les troubles du tube digestif provoquent le réflexe nauséeux..

Pour minimiser les troubles dyspeptiques, un traitement correctif est prescrit au patient, qui vise à soulager les symptômes gastro-intestinaux désagréables. L'oncologue peut recommander au patient un traitement médicamenteux qui soulagera les principaux symptômes des troubles dyspeptiques.

Une fois l'administration de médicaments toxiques terminée, les cellules saines de patients cancéreux commencent à se rétablir progressivement. Lorsque les cellules sont complètement restaurées, les effets secondaires disparaissent..

Chaque patient a une durée différente de la période de récupération, tout dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme..

Mais il y a des conséquences désagréables des cours de chimie qui se font sentir pendant longtemps (de plusieurs mois à 2-3 ans). Nous parlons ici de dommages importants au système génito-urinaire, aux poumons, au cœur, etc..

De plus, certains problèmes et violations n'apparaissent pas immédiatement, mais après quelques mois.

Les patients cancéreux recevant une chimiothérapie doivent être conscients que leur tâche principale est de tuer la tumeur et que les complications accompagnant le processus de traitement ne constituent pas une menace sérieuse pour la vie..

Si les conséquences du traitement sont très prononcées et interfèrent avec le mode de vie normal d'une personne, vous devez en informer le médecin traitant. L'oncologue corrigera le schéma thérapeutique (remplacera un agent anticancéreux par un autre) ou conseillera un traitement correctif qui soulage les symptômes désagréables.

En conclusion, je voudrais ajouter que chaque effet secondaire affecte l'état du corps du patient à des degrés divers, certains disparaissent sans laisser de trace, tandis que d'autres doivent être traités pendant longtemps. Mais le plus important est de tuer les cellules cancéreuses et la santé se rétablira progressivement..

Le cancer est de plus en plus courant chaque année. Pour leur traitement, une méthode telle que la chimiothérapie est utilisée avec succès..

En plus de l'effet sur la tumeur, cette méthode de traitement a également des effets secondaires..

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe plus de 20 types d'effets secondaires qui surviennent après une chimiothérapie. En tant que complication du traitement des maladies tumorales, un œdème se produit.

Le cours de la chimiothérapie est souvent associé à des épisodes de nausées et parfois de vomissements. Cette condition est provoquée par l'influence de certains agents antinéoplasiques. Certaines personnes ressentent de l'inconfort peu de temps après une séance de traitement. D'autres peuvent avoir des nausées après une chimiothérapie jusqu'à 48 heures.

En fonction de la probabilité d'effets secondaires sous forme de nausées ou de vomissements, les médicaments anticancéreux sont divisés en 4 catégories: niveau élevé de complications possibles, moyen, faible ou minime.

Les médecins ne savent pas exactement pourquoi les médicaments anticancéreux peuvent vous rendre malade et provoquer des nausées. Certains traitements contre le cancer affectent le système nerveux. D'autres irritent la muqueuse de l'estomac.

Une faible dose ne provoque généralement pas de nausées, mais elle n'est pas efficace contre la maladie. Par conséquent, une dose plus élevée est nécessaire pour tuer et empêcher les cellules cancéreuses de se diviser..

L'utilisation d'autres méthodes de traitement, en particulier la radiothérapie pendant la chimiothérapie, contribue à l'émergence de complications du cerveau et du système nerveux central.

Le cancer peut être traité avec une variété de médicaments. Il existe plus de 100 médicaments différents pour le traitement du cancer. Certains sont plus susceptibles de provoquer des nausées et des vomissements que d'autres. Par conséquent, vous devez consulter votre médecin afin de choisir la méthode de traitement la plus douce..

Les plus vulnérables aux nausées et aux vomissements sont:

  • les femmes, en particulier celles de moins de 50 ans;
  • les personnes qui ont utilisé une chimiothérapie et qui ont eu ces effets secondaires;
  • les patients avec un niveau élevé d'anxiété;
  • les femmes qui ont eu des nausées et des vomissements pendant la grossesse;
  • les personnes ayant un appareil vestibulaire faible;
  • patients sujets à la consommation d'alcool.
  1. Tout d'abord, vous devez vous renseigner auprès de votre médecin sur le fournisseur de médicaments et lui poser des questions sur les effets secondaires possibles..
  2. Si des nausées et / ou des vomissements font partie de ces effets secondaires, vous devez savoir combien de temps ces conditions durent habituellement..
  • Obtenez des informations sur les traitements possibles contre les nausées et les vomissements.
  • Buvez beaucoup de liquides (eau et jus) tout au long de la journée. Après la chimiothérapie, vous devez boire au moins 2 litres de liquide par jour. De plus, si des nausées et des vomissements après une chimiothérapie se sont déjà produits, il est nécessaire de remplacer la perte de liquide perdue..

    Mais en mangeant, il vaut mieux s'abstenir de boire de l'eau..

    Si des effets secondaires indésirables surviennent pendant la chimiothérapie, vous devez suivre quelques règles simples de nutrition et de vie:

    • ne prenez pas trop de nourriture pendant la journée;
    • manger à de courts intervalles, c'est-à-dire ne pas permettre les grèves de la faim;
    • Mangez des aliments secs comme des céréales, des toasts, des craquelins sans liquide, surtout le matin;
    • éviter les repas lourds riches en graisses et en glucides avant la chimiothérapie;
    • éviter les odeurs fortes;
    • au moins ne se couche pas pendant deux heures après avoir mangé. Vous devez vous reposer assis ou allongé, la tête haute;
    • assurer l'accès à une quantité suffisante d'air frais, surtout après avoir mangé;
    • après la chimiothérapie, détendez-vous, vous pouvez activer votre musique apaisante préférée.

    En présence d'effets secondaires, il est conseillé d'utiliser des médicaments qui préviennent les nausées et les vomissements. Ces produits se présentent généralement sous forme de pilule, mais peuvent également se présenter sous la forme d'un patch appliqué sur la peau..

    Les médicaments les plus courants pour les nausées et les vomissements comprennent:

    • aprépitant;
    • dexaméthasone;
    • dimension bouche d'incendie;
    • le dolasétron;
    • granisétron;
    • ondasétron;
    • la prométhazine;
    • le lorazépam;
    • métoclopramide;
    • famotidine;
    • olanzapine.

    Les cancers doivent être traités par chimiothérapie. Par conséquent, le médecin peut recommander de prendre les médicaments avant, pendant ou après le cours de chimiothérapie. Cependant, ces médicaments peuvent également provoquer un certain nombre d'effets secondaires:

    • somnolence ou confusion;
    • maux de tête;
    • diarrhée ou constipation;
    • malaise général et fatigue;
    • spasmes musculaires.

    Tous les médicaments n'ont pas le même effet sur les patients, vous devrez donc peut-être essayer plusieurs médicaments avec les effets secondaires les moins visibles..

    Les traitements contre les nausées et les vomissements fonctionnent de différentes manières. L'oncologie prévoit un cours obligatoire de chimiothérapie, vous devez donc être conscient de tous les problèmes possibles qui y sont associés.

    Certains bloquent les produits chimiques dans le cerveau qui contrôlent les vomissements. D'autres réduisent le gonflement de la partie du cerveau responsable des nausées.

    Il existe des médicaments qui ralentissent le système nerveux central..

    Parfois, les nausées et vomissements associés au cancer peuvent ne pas être liés à la chimiothérapie. Par conséquent, vous devez faire attention aux phénomènes suivants:

    • les attaques continuent malgré la prise de médicaments anti-nauséeux et antiémétiques;
    • nausées qui interfèrent avec l'alimentation;
    • vomissements 4 à 5 fois en 24 heures;
    • douleur abdominale et gonflement.
    • 1 raisons
    • 2 Recommandations spéciales
    • 3 Traitement

    L'oncologie est une condition complexe du corps, difficile à gérer, mais possible. Le traitement classique, affectant radicalement les néoplasmes, provoque un œdème après une chimiothérapie.

    Mais malgré cela, on ne peut pas refuser la possibilité de lutter contre une maladie grave et être sûr de la vaincre..

    Il est nécessaire de contacter votre médecin, de parler des complications qui sont survenues et il vous dira certainement quoi faire si vos jambes gonflent après la chimiothérapie, comment améliorer l'état et réduire les effets secondaires du traitement..

    La lutte contre les néoplasmes malins entraîne de nombreux effets secondaires, notamment l'accumulation de liquide dans certaines zones:

    • Œdème cérébral après chimiothérapie.
    • Gonflement des jambes et des bras.
    • Poumons.
    • Visage bouffi, etc..

    Tout dépend du lieu de formation de la tumeur et du degré de sa croissance et de la durée de l'irradiation pour le cancer ou du type de médicament utilisé pour le traitement.

    Un gonflement après la chimiothérapie se développe en raison d'une mauvaise fonction rénale, à la suite d'une exposition aux radiations, à la prise de médicaments puissants pendant le traitement. A ces caractéristiques s'ajoutent un affaiblissement des parois du système vasculaire et une augmentation du stress sur le cœur..

    Pour prescrire un traitement de qualité, vous devez comprendre pourquoi les jambes gonflent après une chimiothérapie. Les raisons peuvent être les suivantes:

    1. Perturbation hormonale due à une maladie complexe.
    2. Violation de l'équilibre eau-sel, due à la prise de médicaments puissants, dont l'effet vise à éliminer la tumeur.
    3. Troubles du foie et des reins.
    4. Souvent, un gonflement après la chimiothérapie peut être causé par la croissance du néoplasme lui-même ou par une métastase.

    Souvent, le gonflement des membres s'accompagne des symptômes suivants:

    • Prise de poids rapide.
    • Miction retardée.
    • Respiration difficile.
    • Interruptions dans le travail du cœur.

    Par conséquent, les experts prescrivent un cours pour restaurer tout le corps, et pas seulement pour éliminer les symptômes. Tout traitement est effectué sous la surveillance et la prescription d'un médecin.

    Un patient après une chimiothérapie fera face à des essais considérables et à une récupération longue et difficile, si un œdème apparaît après la chimiothérapie, les recommandations suivantes doivent être respectées:

    • Portez des vêtements et des chaussures confortables.
    • Utilisez des bas de compression.
    • En position couchée, gardez vos jambes levées..
    • Asseyez-vous et couchez-vous plus, restez au lit.
    • Tenez un journal de tous les changements, pesez-vous quotidiennement.

    Ces recommandations aideront à améliorer la condition, à soulager le stress, à réduire la douleur et l'inconfort..

    Comment soulager le gonflement après une chimiothérapie et que faire pour lutter contre les conséquences d'un tel traitement ne sera correctement recommandé que par un médecin. Tout médicament pendant cette période ne peut être pris qu'après consultation d'un spécialiste.

    Pour réduire la localisation de l'œdème, il est nécessaire de réduire au minimum la consommation de sel et d'inclure également les aliments suivants dans l'alimentation quotidienne:

    Les produits ci-dessus ont un effet diurétique élevé et aident à éliminer les ballonnements des membres.

    Il est nécessaire d'exclure du menu quotidien les recettes qui augmentent la viscosité du sang:

    L'œdème après la chimiothérapie se forme également en raison d'un manque de vitamines et de micro-éléments utiles dans le corps, qui ont été perdus pendant le traitement. Le problème concerne en particulier le manque de potassium dans les tissus, qui peut être reconstitué par des fruits tels que les pêches, les abricots, les bananes, ainsi que le miel, les abricots secs et la laitue.

    Certaines méthodes de médecine alternative peuvent aider à soulager le gonflement des jambes après une chimiothérapie:

    1. Il est nécessaire de combiner l'huile de ricin et la térébenthine dans des proportions 1: 2, l'huile doit être chauffée et versée dans la térébenthine. Bien mélanger et frotter doucement la zone enflée avec le mélange résultant.
    2. Essuyez la zone à problèmes avec des glaçons pour éliminer le gonflement des jambes après la chimiothérapie.
    3. Mélangez 1 cuillère à soupe. vinaigre de cidre de pomme avec 1 jaune d'oeuf, ajoutez 1 c. térébenthine, appliquez la compresse obtenue sur la zone enflée jusqu'à ce qu'elle soit complètement sèche.

    Pourquoi ce problème apparaît et comment y faire face, le médecin vous le recommandera. La procédure de chimiothérapie aide à faire face au cancer, mais, malheureusement, elle cause des dommages irréparables à la santé. Cependant, ce n'est pas une raison pour se sentir bouleversé ou abandonner, c'est juste une petite difficulté sur le chemin du rétablissement.!