Principal
Ostéome

Cancer de l'utérus: chirurgie

Le cancer de l'utérus est un néoplasme malin qui peut affecter le corps ou le col de l'utérus d'un organe. Lors de l'élaboration du schéma thérapeutique optimal pour la pathologie, les spécialistes doivent prendre en compte le stade de la maladie, la prévalence du processus, la présence de complications, le taux de croissance tumorale, ainsi que l'âge et l'état général du patient..

La structure de l'utérus

Cet organe est non apparié, musculaire lisse et creux. Dans celui-ci, le développement de l'embryon et la mise bas du fœtus ont lieu. L'utérus est situé dans la cavité pelvienne, à savoir dans sa partie médiane. Le rectum est à l'arrière de l'organe et la vessie est à l'avant. Les principales parties de l'utérus sont:

  • bas. Il est convexe et situé en haut. Fait saillie au-dessus de la ligne où les trompes de Fallope se jettent dans l'utérus;
  • corps. C'est la partie centrale, qui a une forme conique;
  • cou. Il est plus étroit (par rapport au bas et au corps) et arrondi.

Chez une femme en âge de procréer, la longueur de l'utérus est généralement de 4 à 7 cm. L'épaisseur varie entre 4 et 5 cm, et la largeur est normalement de 4 cm. L'organe lui-même est en forme de poire, assez mobile et peut prendre différentes positions selon l'état de la vessie et rectum. Si nous parlons des couches des parois de l'utérus, alors, à partir de l'extérieur, elles sont appelées comme ceci:

  • périmétrie,
  • myomètre,
  • endomètre (membrane muqueuse, couche interne).

L'endomètre, à son tour, se compose de deux couches: superficielle (fonctionnelle) et basale (située plus profondément). Le premier s'épaissit tous les mois, ce qui lui permet d'être prêt pour la grossesse. Si cela ne vient pas, la femme a ses règles - la membrane muqueuse est rejetée et sort sous forme de décharge avec peu de saignements.

Types d'opérations pour le cancer de l'utérus

Radical. Avec ce type de chirurgie, le but est d'enlever toute la tumeur. La chimiothérapie est administrée après la chirurgie pour détruire toutes les cellules cancéreuses qui pourraient être restées dans le corps..

Cytoréductif. Des opérations de ce type sont utilisées si la tumeur est très volumineuse ou s'est propagée et a germé dans les tissus des organes voisins. Le chirurgien enlève les volumes de tissu qui peuvent être retirés. Le reste est traité par radiothérapie ou chimiothérapie. Le plus souvent, des variantes cytoréductives sont utilisées si la tumeur a pénétré dans la cavité pelvienne ou abdominale.

Diagnostique. Au cours d'une telle opération, il est possible de clarifier la profondeur de croissance du tissu tumoral dans les organes voisins. Il est également généralement possible de diagnostiquer le stade du cancer et de prélever des échantillons cellulaires pour une biopsie.

Palliatif. Avec leur aide, vous pouvez soulager l'état de santé d'une femme et réduire la gravité des symptômes. De plus, des opérations sont effectuées pour éliminer la compression des organes internes par les tissus tumoraux..

Traitement chirurgical du cancer de l'utérus

Le traitement de la maladie dans la plupart des cas est complexe, cependant, la chirurgie du cancer de l'utérus reste la base de toute tactique de prise en charge du patient. Dans les premiers stades, l'ablation de l'endomètre est prescrite - la destruction de la couche basale de la membrane muqueuse et d'une partie du myomètre située en dessous. Dans les cas opératoires, au deuxième stade, une panhystérectomie (ablation d'un organe) est effectuée, accompagnée d'une annexectomie bilatérale (ablation des appendices) et d'une lymphadénectomie (excision des ganglions lymphatiques voisins). Si les trompes de Fallope d'une femme sont complètement retirées avec les ovaires, la ménopause artificielle se produit après l'opération. Si indiqué, le chirurgien peut exciser le groupe souhaité de ganglions lymphatiques. En règle générale, les cellules malignes pénètrent d'abord dans les ganglions lymphatiques pelviens. Si le cancer s'est propagé à l'extérieur du bassin, les ganglions lymphatiques para-aortiques peuvent être retirés..

Méthodes thérapeutiques de base pour le cancer du col de l'utérus

Dans le traitement du cancer du col de l'utérus, en fonction de la prévalence du processus oncologique, de l'âge de la femme et de ses projets de reproduction, les chirurgiens pratiquent des opérations de préservation d'organes ou radicales. Le premier type de chirurgie comprend l'amputation du cône (conisation) du col de l'utérus, l'excision de l'anse électrochirurgicale et l'amputation élevée du col de l'utérus. Grâce à de telles méthodes, les médecins peuvent préserver les fonctions reproductives de l'organe. Des tactiques de traitement radicales sont nécessaires pour des changements prononcés ou une forte prévalence du processus pathologique. Dans de tels cas, l'utérus, ses appendices et les ganglions lymphatiques voisins sont enlevés, ainsi qu'une partie du vagin (si la tumeur l'a affecté) et le tissu paracervical sont excisés.

Traitement combiné du cancer du col de l'utérus

Elle est réalisée au premier stade (précoce), moins souvent au second. Un tel traitement complexe est une combinaison de radiothérapie et d'extirpation prolongée de l'utérus selon la méthode de Wertheim. L'irradiation est généralement effectuée le 8 à 10 jours après la chirurgie ou en période préopératoire. Dans les deuxième et troisième étapes, une radiothérapie combinée est généralement effectuée. Si le patient a le quatrième stade, alors dans ce cas, des soins palliatifs (ablation partielle de l'organe, car une excision complète est impossible) et un traitement symptomatique peuvent être fournis.

Prise en charge postopératoire des patients

Si le processus malin a affecté les organes voisins, dans la période postopératoire, une radiothérapie est prescrite dans la région pelvienne et les zones de métastases régionales. Selon les indications, la chimiothérapie est incluse. En cas de sensibilité tumorale à l'hormonothérapie, le patient se verra prescrire des traitements avec des anti-œstrogènes, des gestagènes et des médicaments œstroprogestatifs. Le succès du traitement dépend de trois facteurs principaux: un diagnostic précoce, des tactiques correctes et le professionnalisme des spécialistes. Après le traitement, les patients doivent subir:

  • examen physique. Pendant 3 ans, une femme devrait consulter un médecin tous les trimestres. Après cela, pendant encore 2 ans - tous les six mois;
  • examen cytologique des frottis. L'analyse est prise à partir du moignon vaginal chez les patientes qui ne sont pas exposées aux radiations. Les écouvillons doivent être prélevés à la même fréquence qu'un examen physique;
  • R-graph des organes de la poitrine. Il devrait être effectué annuellement;
  • Ultrason. Elle est réalisée pour différents organes: la cavité abdominale, le petit bassin et la région rétropéritonéale. Le diagnostic est effectué trimestriellement pendant 2 ans, après quoi 1 fois en 6 mois pendant 3 ans.

À quoi vous devez faire attention pendant la période de rééducation

Chez les femmes qui ont subi un traitement pour un cancer de l'utérus, divers changements se produisent dans le corps, ce qui, à son tour, nécessite des mesures de réadaptation spéciales. Voyons ce à quoi le médecin et le patient doivent prêter attention..

État psychologique. En règle générale, de nombreuses femmes sont stressées émotionnellement, anxieuses, stressées et craintives. Au stade du diagnostic et du traitement, il vaut la peine d'entourer le patient d'attention, de soins et de créer un environnement favorable. Si possible, les médecins doivent parler avec une femme lors de la première conversation que la dépression, le retrait et autres pensées négatives ne sont pas une solution au problème, qu'il vaut d'abord la peine d'obtenir des données d'examen précises, puis d'agir en fonction de la situation. Pendant le traitement, le spécialiste peut recommander de prendre certains médicaments pour réduire l'anxiété ou utiliser d'autres méthodes pour corriger l'état psychologique..

Oppression de l'hématopoïèse, lésions trophiques des intestins et de la vessie. Pendant la période de rééducation, vous devez manger des aliments riches en protéines, graisses et micro-éléments, c'est-à-dire contenant la quantité requise. Diverses conditions associées à des lésions trophiques de la vessie sont corrigées par un médecin à l'aide de médicaments.

Le service Doctors Online peut vous aider à choisir un chirurgien-gynécologue expérimenté et à prendre rendez-vous avec lui.

Chirurgie du cancer du col de l'utérus

Les néoplasmes malins du col de l'utérus sont en deuxième position après les tumeurs du sein en termes de fréquence d'apparition. Par conséquent, les oncologues de notre centre accordent une attention particulière aux problèmes de diagnostic rapide et de traitement efficace de cette maladie..

Caractéristiques du traitement chirurgical du cancer du col de l'utérus

L'approche thérapeutique peut inclure des techniques opératoires, pharmacologiques et radiologiques. Ils sont généralement utilisés de manière complexe, mais l'intervention chirurgicale est presque toujours le traitement de premier plan, le plus radical et le plus efficace..

Avec cette pathologie, deux types d'opérations peuvent être utilisés:

  • Conisation du col de l'utérus. C'est le nom de l'excision de tissu avec la mise en forme du cou, semblable à un cône. L'objectif principal est l'excision de la zone sur laquelle il y a des changements suspects.
  • Prélèvement à grande échelle d'organes situés dans la région pelvienne. Habituellement, dans de tels cas, l'utérus est complètement excisé. En outre, le vagin, les ganglions lymphatiques et les autres organes et tissus environnants peuvent être retirés..

Comment les opérations d'élimination du cancer du col de l'utérus sont-elles effectuées au centre d'oncologie SM-Clinic?

Nos oncologues appliquent toutes les méthodes chirurgicales les plus avancées pour traiter cette maladie. En particulier, lors des interventions, les médecins du Centre tentent de privilégier l'approche laparoscopique. Par rapport à la laparotomie traditionnelle, elle traumatise moins les tissus, réduit le risque de complications et accélère le rétablissement du patient. Le type spécifique d'opération est déterminé par le stade de développement de la tumeur.

1. Si la tumeur a pénétré dans l'épaisseur du tissu cervical de 3 mm au maximum et s'est étendue sur les côtés de 7 mm au maximum, il s'agit du stade initial du cancer (cancer in situ ou stade 1A1). Dans ce cas, la conisation du col de l'utérus avec curetage de la membrane muqueuse du canal cervical est suffisante..

2. Au stade 1A2 (invasion tissulaire de plus de 3 mais de moins de 5 mm, propagation horizontale de la tumeur inférieure à 7 mm), l'ablation totale de l'utérus avec excision des ganglions lymphatiques pelviens est montrée. S'il est nécessaire de préserver la fonction reproductrice, la Fédération internationale des gynécologues et obstétriciens (FIGO) et le US National Cancer Clinic Network (NCCN) recommandent de limiter la conisation large ou l'ablation du col de l'utérus et des ganglions lymphatiques pelviens..

3. La chirurgie du cancer du col de l'utérus de stade 1B1 et II implique une ablation totale prolongée de l'utérus et de tous les ganglions lymphatiques du petit bassin. Avant et après l'intervention, une chimiothérapie radicale et une radiothérapie sont prescrites.

4. Au troisième stade, la tumeur se propage au corps de l'utérus, des ovaires et du vagin, par conséquent, tous ces organes sont soumis à une excision. Une radiothérapie et un traitement pharmacologique sont également nécessaires.

5. Au quatrième stade, les interventions chirurgicales sont généralement inappropriées. Les principales méthodes thérapeutiques sont la chimiothérapie et l'exposition aux rayonnements. Cependant, si nécessaire, certaines interventions palliatives sont également effectuées ici..

Préparation à la chirurgie:

  1. analyse d'urine générale;
  2. clinique et biochimie du sang;
  3. concentration de glucose sanguin;
  4. étude de la capacité de coagulation du sang;
  5. détermination du groupe sanguin et du facteur Rh;
  6. dépistage du VIH, de la syphilis, de l'hépatite C et B;
  7. Examen aux rayons X des organes thoraciques;
  8. électrocardiographie;
  9. consultations avec un thérapeute et un anesthésiste;
  10. hystéroscopie;
  11. curetage diagnostique séparé de l'utérus et du canal cervical;
  12. biopsie avec examen histologique du matériel obtenu et détermination de la profondeur de croissance tumorale.

Les résultats des tests sont discutés lors d'une consultation des oncologues du Centre. Nos médecins prennent une décision collégiale sur les tactiques de traitement pour un patient particulier.

Réhabilitation

À la fin de l'intervention, le patient est à l'hôpital sous surveillance médicale. À l'avenir, il est nécessaire de subir des examens programmés. Le pronostic après la chirurgie du cancer du col de l'utérus sera aussi positif que possible si la tumeur est détectée tôt.

Cancer du col utérin: traitement

Le traitement du cancer du col utérin dépend du stade de la maladie et de ses caractéristiques. La partie inférieure de cet organe qui fait saillie dans le vagin s'appelle le col de l'utérus. Le cancer se développe généralement à partir de sa membrane externe en couche mince (carcinome épidermoïde). Les adénocarcinomes sont moins courants, formés à partir des cellules glandulaires du canal cervical (canal cervical). Parfois, les deux types de cellules sont impliqués dans la formation des tumeurs..

Il a été prouvé que le virus du papillome humain (VPH), une infection sexuellement transmissible, joue le rôle principal dans l'apparition de la maladie. En plus du VPH, les facteurs de risque de développement cervical comprennent:

  • les infections sexuellement transmissibles,
  • affaiblissement de l'immunité,
  • fumeur.

Stades du cancer du col de l'utérus

  • Lors du traitement du cancer du col de l'utérus au stade 1, la thérapie est simplifiée par le fait que le cancer est limité au col de l'utérus lui-même. Pronostic favorable pour la guérison, chez la plupart des patients, il est possible d'éviter la rechute (retour) de la maladie.
  • Au stade 2, la tumeur se développe dans la partie supérieure du vagin. En l'absence de métastases au niveau des ganglions lymphatiques, le pronostic est également favorable (rémission stable, aucun signe de la maladie, dans jusqu'à 80% des cas sur une période de cinq ans, selon le type de maladie).
  • Le cancer du col de l'utérus de stade 3 s'étend jusqu'au fond du vagin ou pénètre dans la paroi latérale de la région pelvienne.
  • Au stade 4, les métastases se trouvent dans les organes voisins - la vessie ou le rectum. De plus, le cancer peut migrer vers les poumons, le foie ou les os. Malgré la forme sévère de la maladie et le pronostic, même à ce stade, il y a des chances d'obtenir une rémission positive.

Méthodes de traitement

Les principaux traitements du cancer du col utérin comprennent la chirurgie et la radiothérapie. La chimiothérapie joue un rôle auxiliaire et peut être prescrite aux stades ultérieurs et dans le cadre d'une thérapie complexe.

Radiochirurgie

Les technologies modernes dans certains cas aident à éviter une intervention chirurgicale. La radiochirurgie est l'un des domaines de la radiothérapie. Principales caractéristiques:

  • Haute intensité de rayonnement - vous permet de détruire les cellules cancéreuses en une seule session;
  • Haute précision de focalisation du rayonnement - impact minimal sur les tissus sains;
  • Indolore, a des conséquences minimes.

Certains des systèmes de radiothérapie les plus avancés disponibles en Russie aujourd'hui sont: CyberKnife et TrueBeam.

Radiothérapie

La radiothérapie (RT) est un traitement standard du carcinome épidermoïde du col de l'utérus et de l'adénocarcinome avancé. Avant l'opération, une radiothérapie est effectuée pour réduire la taille de la tumeur, à la fois séparément et en association avec une chimiothérapie. Après la chirurgie, la RT est utilisée pour détruire les cellules cancéreuses restantes.

Un radiothérapeute peut prescrire une irradiation à distance (externe), une irradiation interne (curiethérapie) ou leur complexe.

Les méthodes modernes d'irradiation à distance, telles que la radiothérapie à modulation d'intensité (IMRT), peuvent délivrer de fortes doses de rayonnement aux cellules tumorales, tout en réduisant simultanément l'exposition aux rayonnements des tissus sains. Lors du choix de cette méthode, le risque d'effets secondaires et leur gravité sont minimisés..

Chirurgie

Dans les premiers stades de la maladie (si une leucoplasie ou une très petite tumeur est détectée), une conisation peut être effectuée - l'opération la plus douce dans laquelle une petite zone en forme de cône du col de l'utérus avec une partie du canal cervical est enlevée.

Dans les cas plus difficiles, une hystérectomie est effectuée - une opération au cours de laquelle l'utérus est complètement retiré. L'hystérectomie peut conduire à une guérison complète et est une prévention de la rechute, mais après le retrait complet de cet organe, il est impossible de devenir enceinte.

Par conséquent, dans certains cas, lors du traitement du cancer du col de l'utérus, une décision peut être prise de procéder à une opération de préservation d'organes - une trachectomie radicale. Pour ce faire, des dispositifs spéciaux sont insérés par de petites incisions dans la cavité abdominale, à l'aide desquelles le chirurgien enlève le col de l'utérus et la partie supérieure du vagin, si nécessaire, les ganglions lymphatiques. L'utérus se connecte alors directement à la partie inférieure du vagin. Il faut comprendre que la réalisation d'une trachélectomie vous permet de garder l'espoir de la possibilité d'une grossesse, mais ne peut pas non plus la garantir à 100%.

Hormone et chimiothérapie

En outre, avec un type de maladie hormono-dépendante, il est possible d'utiliser une hormonothérapie. La dépendance hormonale est déterminée à l'aide de tests de laboratoire. En règle générale, des anti-œstrogènes sont utilisés, ce qui réduit l'activité des hormones féminines, parfois des gestagènes sont également utilisés dans le schéma. Il peut être prescrit aux stades précoces en cas de forte dépendance hormonale. La chimiothérapie est principalement utilisée comme adjuvant dans le traitement du cancer du col de l'utérus avancé, pour lutter contre les cellules malignes qui se sont propagées à l'extérieur de l'utérus.

Conséquences et récupération après le traitement du cancer du col utérin

Après une hystérectomie, des complications transitoires telles qu'une infection pelvienne, des saignements et des caillots sanguins dans les urines ou les selles peuvent survenir. Les conséquences à long terme de la chirurgie incluent la possibilité de raccourcir et de dessécher le vagin, ce qui entraîne des douleurs pendant les rapports sexuels. Cet effet secondaire est facilement corrigé..

Après une séance de radiothérapie, une femme peut parfois être gênée par des nausées et se sentir fatiguée..

La récupération postopératoire ne prend généralement pas plus de 8 semaines. Dans les cas compliqués (par exemple, lorsqu'une chirurgie plastique est nécessaire pour former un nouveau vagin), la guérison du traitement du cancer du col de l'utérus peut prendre plusieurs mois. Pour une rééducation rapide et complète, vous devez suivre les recommandations du médecin concernant l'hygiène personnelle et le mode de vie.

Si vous avez besoin d'un deuxième avis pour clarifier le diagnostic ou le plan de traitement, envoyez-nous une demande et des documents pour une consultation, ou inscrivez-vous à une consultation en personne par téléphone.

Traitement chirurgical du cancer du col de l'utérus. Extirpation de l'utérus

L'opération est réalisée chez certains patients atteints d'un cancer du col de l'utérus pré-invasif qui ont les contre-indications décrites au couteau et à la conisation électrochirurgicale, ainsi que dans le cancer micro-invasif sans aller aux voûtes vaginales.

Lors de l'extirpation de l'utérus, la technique extrafasciale est préférée. La question de l'ablation ou de la sortie des ovaires chez chaque patient doit être résolue individuellement - en fonction de l'âge et de l'état des ovaires. Nous ne trouvons pas de raisons suffisantes pour l'ablation des ovaires visuellement inchangés chez les patientes atteintes d'un cancer du col de l'utérus pré- et micro-invasif pendant la période de reproduction, car les métastases du cancer du col utérin de stade Ia dans les appendices utérins n'ont pas été décrites..

Après l'extirpation de l'utérus, les ovaires se déplacent de la zone pelvienne dans la direction proximale et sont fixés au péritoine pariétal, en reculant de 4 à 5 cm du pôle inférieur des reins. Le déplacement des ovaires vers le haut est effectué afin d'éviter leur irradiation (si, après examen de la préparation opératoire, des indications de radiothérapie sont établies).

Il convient de noter que l'extirpation de l'utérus pour un cancer pré-invasif n'exclut pas la nécessité d'un contrôle clinique et cytologique supplémentaire, car dans 1 à 2% des cas, on note la survenue de rechutes ou de foyers de cancer invasif dans le moignon vaginal..

L'extirpation extrafasciale de l'utérus du tiers supérieur du vagin a montré des patients atteints d'un cancer du col pré-invasif et micro-invasif, qui ont un processus généralisé qui s'approche ou passe au cul-de-sac vaginal. Ceci est établi en comparant les données des études histologiques et endoscopiques. Avant la chirurgie, il est conseillé d'utiliser le test de Schiller et la colposcopie prolongée pour évaluer l'état du fornix vaginal.

La description de la technique que nous utilisons pour l'extirpation extrafasciale de l'utérus est d'une grande importance pratique. Seule cette technique rend la disparition de l'utérus anatomique. Il se compare favorablement à la technique intrafasciale habituelle dans la simplicité, le contrôle de la position des uretères et un nombre minimum de complications. Le fait est qu'avec la technique intrafasciale, la feuille postérieure du ligament utérin large n'est pas séparée et l'uretère rétracté par des cicatrices peut pénétrer dans la pince placée sur la branche descendante de l'artère utérine.

De plus, avec la technique intrafasciale, il est nécessaire d'ouvrir le vagin du côté du fornix antérieur, puis d'appliquer encore 5 à 6 pinces sur ses parois. En conséquence, un "hérisson" est formé dans la plaie à partir d'un grand nombre de pinces, ce qui complique la manipulation, notamment en cas de saignement. En même temps, avec la technique extrafasciale, il suffit de placer 2 clips sur le vagin avant de retirer la préparation.

L'incision longitudinale médiane du sein au nombril et l'incision transversale de Pfannenstiel sont tout aussi bonnes.

Après l'ouverture de la cavité abdominale, une révision approfondie est effectuée. Sur les bords latéraux de l'utérus, 2 pinces de Kocher sont appliquées, ce qui libère de l'imposition de contre-pinces lors du croisement des ligaments ronds et en entonnoir-pelvien (suspendant l'ovaire). Chez les femmes en période de reproduction, les ovaires visuellement inchangés sont laissés. Dans ces cas, des pinces sont appliquées sur le mésentère de la trompe de Fallope et sur le propre ligament de l'ovaire..

Avant d'appliquer des pinces sur les ligaments entonnoir-pelviens, il est nécessaire de faire attention à la position des uretères, qui sont visibles à travers les feuilles postérieures des larges ligaments utérins. Après l'intersection des ligaments rond et entonnoir-pelvien, le pli vésico-utérin du péritoine est ouvert entre les moignons étirés des ligaments ronds. De manière aiguë, la vessie est séparée du col de l'utérus strictement au centre - au fornix antérieur du vagin.

Les zones paramétriques sont largement exposées. Les ganglions lymphatiques régionaux sont examinés, la topographie des uretères est spécifiée. Avec la méthode extrafasciale, il n'y a pas besoin d'intersection et de ligature spéciales des ligaments sacro-utérins: ils sont abaissés vers le bas avec la foliole postérieure. Lorsque la foliole postérieure du ligament utérin large est séparée, le risque de lésion des uretères est réduit: ils se déplacent vers le bas avec cette feuille. Néanmoins, si un processus d'adhésion cicatricielle est déterminé dans les sections de tissu paramétrique proches du col de l'utérus et que les sections latérales de la paroi postérieure de la vessie sont fixées au col de l'utérus ou au vagin, il est alors plus sûr d'isoler les uretères à l'endroit de leur confluence dans la vessie..

En raison de la séparation des feuilles antérieure et postérieure du ligament utérin large et de la mobilisation de la vessie et de la paroi rectale antérieure, la nature anatomique de l'opération est obtenue: l'utérus et le tiers supérieur isolé du vagin sont amenés dans la plaie chirurgicale, latérale dont les vaisseaux utérins, leurs branches cervicales et vaginales sont clairement définis.

Le moment suivant de l'opération est l'intersection et la ligature des vaisseaux utérins. Tout d'abord, une forte pince de Wertheim légèrement incurvée est appliquée sur le tronc principal de l'artère utérine et de la veine au niveau de l'os utérin interne, strictement perpendiculaire au col de l'utérus. Après avoir traversé et ligaturé le tronc principal, la même pince est appliquée sur la branche cervicale de l'artère utérine - strictement parallèle au col de l'utérus, avec la vessie (en particulier ses parties latérales) et la foliole postérieure du large ligament utérin bien rétractées. Les branches cervicales des vaisseaux utérins sont sectionnées et ligaturées.

L'étape suivante, après avoir poussé l'angle de la vessie vers le bas et latéralement, place une pince sur les branches vaginales des vaisseaux utérins, également strictement parallèles à la surface latérale du vagin. Suite à cela, il est possible de produire sans effusion de sang une séparation supplémentaire de la vessie et du rectum. Le tiers supérieur du tube vaginal est complètement libéré du tissu environnant. Après séparation de la vessie et du rectum, 2 pinces de Wertheim courbes sont appliquées perpendiculairement à la surface latérale du vagin.

Le médicament est retiré. Les parois latérales du vagin sont gainées. Après cela, avec deux sutures en forme de 8, la paroi antérieure du vagin est suturée au péritoine de la vessie et la paroi postérieure au péritoine du rectum, c.-à-d. la feuille postérieure précédemment séparée du ligament utérin large. Une péritonisation linéaire est réalisée et une suture aveugle couche par couche est appliquée sur la paroi abdominale antérieure.

Ainsi, les principales caractéristiques de cette opération sont la large séparation des feuilles antérieures et postérieures du large ligament utérin et l'introduction à la préparation du fascia fin recouvrant le col de l'utérus et, si indiqué, le tiers supérieur du vagin (technique extrafasciale), la clarification de la topographie des uretères et de l'anatomicité à l'intersection de l'utérus vaisseaux, l'imposition de seulement deux pinces lors de la traversée du vagin. Nous utilisons la même technique de chirurgie extra-fasciale (sans traverser les branches vaginales de l'artère utérine et enlever le tiers supérieur du vagin) pour une simple extirpation de l'utérus pour un cancer pré- et micro-invasif, limité par l'ectocervix.

En appliquant la procédure décrite ci-dessus pendant 25 ans, nous avons été convaincus de son anatomicité et de sa simplicité, de l'absence totale de blessures et de fistules de la vessie et des uretères, ainsi que des rechutes de cancer du col de l'utérus préinvasif et micro-invasif..

Traitements du cancer du col de l'utérus

Le traitement du cancer du col de l'utérus est réalisé par une équipe multidisciplinaire de spécialistes: oncologues, psychologues, radiologues, etc..

Plan de traitement

Le régime et le plan de traitement dépendent de nombreux facteurs. Certains d'entre eux incluent:

  • Stade de la maladie.
  • Âge du patient et désir de procréer.
  • L'état général du patient.
  • Préférence personnelle du patient.

Recommandations basées sur les stades du cancer

  • Le stade 0 est le stade le plus précoce (précancéreux). Toutes les cellules anormales trouvées sont supprimées. Cela peut être fait de plusieurs façons, notamment en utilisant des lasers pour brûler les cellules ou en utilisant un instrument très froid pour les congeler (cryothérapie).
  • Au 1er stade de la maladie, la chirurgie est le premier et principal choix. Le col de l'utérus est retiré en tout ou en partie. La perspective d'une guérison complète est généralement suffisante.
  • Stade 2 et cancer avancé: Après la chirurgie, une radiothérapie est administrée pour tuer les restes de cellules cancéreuses. La perspective d'une guérison est considérée comme modérée.
  • Cancer de stade 3 et de stade précoce 4: la radiothérapie est associée à la chimiothérapie. Une guérison complète est moins probable à ce stade du cancer du col de l'utérus.
  • Cancer avancé de stade 4 - ici l'opération est accompagnée à la fois de chimiothérapie et de radiothérapie. Traitement peu probable du cancer du col de l'utérus de stade 4.
  • Soins palliatifs - généralement fournis pour les cancers avancés pour maximiser le soulagement des symptômes, très peu susceptibles d'être guéris.

Méthodes de traitement

Les traitements suivants pour le cancer du col de l'utérus sont utilisés:

Élimination des cellules dysplasiques ou anormales

Cette méthode est couramment utilisée pour les conditions précancéreuses. La thérapie au laser utilise un laser ou des faisceaux lumineux spéciaux pour détruire les cellules anormales. La cryothérapie, ou coagulation à froid, gèle les cellules anormales et les tue. La biopsie du cône élimine les cellules anormales avec une chirurgie factice.

Chirurgie

Il existe trois principaux types de chirurgie du cancer du col de l'utérus. L'une est une trachectomie radicale, dans laquelle le col de l'utérus, les tissus environnants et la partie supérieure du vagin sont enlevés, mais l'utérus reste en place. Les ganglions lymphatiques du bassin peuvent également être retirés.

Dans une hystérectomie radicale, le col de l'utérus et l'utérus sont retirés. La chirurgie peut être accompagnée d'un cours de radiothérapie pour empêcher le cancer de revenir.

La troisième et la plus vaste chirurgie est appelée dilatation pelvienne, qui enlève le col de l'utérus, le vagin, l'utérus, la vessie, les ovaires, les trompes de Fallope et le rectum..

Radiothérapie

Il est utilisé dans le cancer de stade précoce et est associé à une chirurgie et une chimiothérapie de stade 2, ainsi qu'à une chirurgie de stade 3 et 4 pour le cancer du col de l'utérus. La radiothérapie n'est généralement pas associée à la chirurgie en raison du risque plus élevé d'effets secondaires.

La radiothérapie dure généralement de cinq à huit semaines. La radiothérapie a plusieurs effets secondaires car elle détruit également les cellules saines environnantes. Certains des effets secondaires des rayonnements dans le cancer du col de l'utérus comprennent la douleur lors de la miction, la diarrhée, les saignements du vagin et / ou du rectum, la fatigue, les nausées, les plaies cutanées, le rétrécissement du vagin entraînant des rapports sexuels douloureux, l'infertilité, la ménopause et des lésions de l'intestin et de la vessie.

Chimiothérapie

La chimiothérapie peut être associée à la radiothérapie et à la chirurgie pour les stades 3 et 4 du cancer du col de l'utérus. Il aide à ralentir la progression du cancer et à soulager les symptômes. Les effets secondaires de la plupart des agents chimiothérapeutiques comprennent les nausées, la diarrhée, les ulcères buccaux, la faiblesse, l'anémie, la tendance aux saignements, la tendance aux infections, la perte de cheveux, la perte d'appétit.

Intégrez Pravda.Ru dans votre flux d'informations si vous souhaitez recevoir des commentaires et des actualités opérationnelles:

Ajoutez Pravda.Ru à vos sources dans Yandex.News ou News.Google

Nous serons également heureux de vous voir dans nos communautés sur VKontakte, Facebook, Twitter, Odnoklassniki.

Symptômes et traitement du cancer du col de l'utérus

Le cancer du col de l'utérus est une tumeur maligne qui survient principalement dans le col de l'utérus. Chaque année dans le monde, la maladie est détectée chez près de 500 000 femmes, y compris des jeunes filles. Malheureusement, les statistiques sont implacables, tous les 12 mois, le nombre de patients atteints d'un cancer du col de l'utérus qui n'ont pas atteint l'âge de 30 ans augmente de près de 2%. Dans le même temps, selon les oncologues, chaque femme peut réduire le risque de développer un cancer. Cela ne nécessite pas de médicaments miraculeux ou de méthodes spéciales. Il suffit de mener une vie saine, de prendre soin de sa santé et de se faire une règle de se soumettre chaque année à des examens gynécologiques préventifs. En effet, lorsque le cancer du col de l'utérus est détecté au stade initial, jusqu'à ce qu'il devienne visible à l'œil, une guérison ou une rémission stable peut être obtenue chez 98% des patients oncologues..

Chaque femme devrait avoir des contrôles réguliers avec un gynécologue, idéalement une fois tous les six mois. Lors d'une visite chez un gynécologue, le médecin fait sans faute à des fins préventives un grattage pour examen cytologique. Le but de ces diagnostics est d'identifier les premiers signes de pathologie au niveau cellulaire. La pertinence d'un tel dépistage du cancer du col de l'utérus était déjà prouvée à la fin des années 40 du XXe siècle. Les médecins se sont rendu compte que la guérison du cancer détecté visuellement, qui correspond au stade III ou IV de la maladie, ne réussit pas et ne permet de sauver qu'une petite partie des patients. En 1949, le dépistage cytologique ou test Pap (Pap) est devenu pour la première fois la méthode officielle de détection des signes d'oncologie. Ils ont commencé à le jouer au Canada. Le test Pap est une évaluation des options de coloration des cellules du col de l'utérus à l'aide de la technique de Papanicolaou. Il convient de noter que le test lui-même a été développé en 1928, mais que son créateur, Georgios Papanikolaou, était un émigré grec qui a reçu un emploi de chercheur à l'Université Cornell de New York (États-Unis) uniquement grâce au mécénat et n'était pas considéré comme le spécialiste le plus exceptionnel. Son idée selon laquelle les cellules cancéreuses peuvent être détectées plus tôt que la tumeur elle-même, à un stade asymptomatique, n'a d'abord semblé pas trop cohérente aux médecins faisant autorité. Maintenant, le test Pap est une méthode généralement acceptée pour détecter le cancer du col de l'utérus et les peuplements précancéreux. Chaque fille qui a atteint l'âge de 21 ans doit commencer à prendre des frottis pour la cytologie. La fréquence de répétition de la procédure est une fois tous les 2-3 ans. En règle générale, la fiabilité de la détection du cancer par cette méthode de recherche est de 85 à 95%.

Il est également important de savoir que la principale cause de cancer du col de l'utérus (97% des cas) est une infection antérieure par le virus du papillome humain (HPV) et l'absence de traitement en temps opportun. Les sous-types les plus oncogènes du virus sont considérés comme 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 56, 68, 73, 82, 26, 52, 53. Les chercheurs ont constaté que les virus ont des gènes spéciaux, ils ont été nommés E6 et E7, ils sont responsables de la «transformation» des cellules cervicales en cellules malignes. Certes, pour le début du processus oncologique, l'infection par le VPH seule ne suffit pas, l'influence de facteurs endogènes et exogènes défavorables est nécessaire.

Les experts sont classés parmi les facteurs de risque:

  • le début de l'activité sexuelle à l'âge de 14 ans;
  • le début de la grossesse avant l'âge de 18 ans;
  • Avortement;
  • tabagisme (on trouve des cancérogènes provenant de la fumée de cigarette, y compris dans les échantillons de glaire cervicale);
  • changement fréquent de partenaires sexuels (antécédents de maladies sexuellement transmissibles);
  • troubles hormonaux;
  • mauvaise qualité de vie (incapacité à consulter régulièrement un médecin).

Faites attention aux symptômes du cancer du col de l'utérus

Divers signes de la maladie apparaissent déjà aux premiers stades du cancer du col de l'utérus, en règle générale, ils apparaissent lorsque la tumeur peut déjà être visualisée.

Les premiers symptômes qui signalent l'apparition d'un cancer du col de l'utérus comprennent:

  • Écoulement aqueux abondant du tractus génital, inodore (lymphorrhée). Apparaissent en raison de lésions des ganglions lymphatiques par des cellules malignes.
  • Écoulement sanglant observé après un rapport sexuel, levage de charges lourdes, activité physique intense.
  • Saignement acyclique (survient uniquement chez les femmes en âge de procréer).
  • Écoulement sanglant après la ménopause.
  • La douleur peut être absente.
  • Avec la croissance de la tumeur, sa décomposition, les symptômes dangereux suivants peuvent vous déranger: douleur dans le bas de l'abdomen, le bas du dos, irradiant vers les membres inférieurs. La douleur n'est pas associée au mouvement ou à d'autres stimuli et survient souvent la nuit. De tels symptômes permettent de le distinguer de la douleur dans les maladies des articulations, du système musculo-squelettique.
  • Gonflement des jambes causé par une infiltration tumorale, jusqu'à une thrombophlébite.
  • La présence d'une odeur putride du tractus génital, qui indique la destruction de la tumeur et la stagnation des sécrétions.
  • Saignement abondant lorsque la tumeur se désintègre.
  • Violation (rapidité, anurie) de la miction due à la pression tumorale sur les organes pelviens.
  • Constipation.
  • Perte de poids soudaine.
Scènes FIGOLa description
Les premiers stades du cancer du col de l'utérus. La maladie ne se manifeste pas, les symptômes sont mal exprimés. Le médecin envisagera d'abord les traitements chirurgicaux
jeGonflement du col de l'utérus
IACancer invasif - va au-delà des cellules épithéliales, mais n'est détecté qu'à l'aide de dispositifs spéciaux
IA2
IBLésion cliniquement visible du col de l'utérus
IB1Un gonflement notable du col de l'utérus, dans une dimension atteignant environ 4 centimètres
Stades localement avancés du cancer du col utérin. Vous pouvez suspecter une pathologie cervicale par la présence de signes spécifiques, le médecin envisage des options de chimiothérapie, de radiothérapie avec ou à la place d'un traitement chirurgical.
IB2Tumeur de plus de 4 centimètres
IILa tumeur a dépassé l'utérus, mais n'a pas affecté le tiers inférieur du vagin, les organes pelviens
IIALa tumeur se propage au tiers supérieur du vagin, près du tissu utérin (paramètre) sans cellules cancéreuses
IIA1Tumeur cliniquement détectable de 4 cm ou moins
IIA2La tumeur de plus de 4 centimètres se propage au tiers supérieur du vagin
IIBLa tumeur affecte le paramètre
IIILa tumeur s'est propagée aux parois du bassin, au tiers inférieur du vagin, la fonction rénale est altérée
IIIALe néoplasme malin s'étend au tiers inférieur du vagin
IIIBLa tumeur se propage à la paroi pelvienne, affecte le rein
IVALa tumeur a frappé la vessie, le rectum, s'est étendue au-delà du bassin
IVBLa tumeur a donné des métastases à distance

Clarifier les concepts

Désormais, les médecins, lorsqu'ils planifient un schéma thérapeutique pour une maladie oncologique, s'appuient sur deux catégories de sa description:

Les médecins désignent les stades du cancer du col utérin avec une lettre ou un code numérique spécial. Ainsi, dans la littérature, ou dans ses propres antécédents médicaux (sortie de la clinique), une femme peut voir les chiffres romains suivants:

Aux stades avancés du cancer du col de l'utérus, des métastases sont souvent détectées. La plupart du temps, ils se propagent dans tout le corps avec un flux lymphatique. Des métastases à distance se trouvent dans les os, le foie et les poumons.

Méthodes de diagnostic supplémentaire du cancer du col de l'utérus

Si un cancer du col de l'utérus est suspecté, pour clarifier le diagnostic, les éléments suivants peuvent être indiqués:

  • Échographie - diagnostic par ultrasons. Un examen transvaginal peut être ordonné. La méthode vous permet de voir même la présence de petits nœuds sur le col de l'utérus. Dans un processus oncologique courant, le médecin recommande généralement une échographie transrectale pour évaluer la taille et la structure de la tumeur. Parmi les avantages d'un tel diagnostic, la possibilité de recherches répétées sans risques pour la santé du patient.
  • Votre médecin peut commander une tomodensitométrie (tomodensitométrie) et une imagerie par résonance magnétique (IRM) pour vérifier les résultats de l'échographie. En outre, pour déterminer la nature de la pathologie en évaluant le flux sanguin dans les artères, une échographie Doppler pulsée est présentée..
  • Pour confirmer la nature maligne de la tumeur sur le col de l'utérus, une biopsie est réalisée avec un examen histologique ultérieur.
  • Des analyses de sang sont prescrites, y compris des études pour identifier un marqueur de la maladie, l'analyse d'urine.
  • Le traitement par des oncologues commence après avoir été examiné par un cardiologue, un thérapeute, si nécessaire, par un chirurgien vasculaire, un endocrinologue, afin de prédire les risques possibles et d'exclure ou de confirmer la présence de maladies chroniques pouvant modifier le traitement de l'oncologie.
  • Pour éliminer les risques de métastases, une radiographie pulmonaire, une scintigraphie (évaluation de l'état de tous les os du squelette).

Traitement: les principales caractéristiques du cancer du col de l'utérus

Lors de la planification d'un schéma thérapeutique, la forme de cancer est prise en compte: précoce ou localement avancé.

Comme déjà noté, dans les premiers stades, le traitement est chirurgical. Avec une tumeur de taille importante, la chimiothérapie, la radiothérapie et les interventions chirurgicales sont effectuées comme indiqué. Cela s'explique par la relation fréquente d'une grosse tumeur sur le col de l'utérus et la détection de métastases dans les ganglions lymphatiques, dans des organes et des structures éloignés.

Parmi les stratégies chirurgicales, il y a:

  • L'hystérectomie est la première chirurgie approuvée par un médecin pour enlever les organes génitaux du cancer du col de l'utérus. Il a été réalisé pour la première fois en 1912. Aujourd'hui, de nombreuses modifications de la procédure ont été développées, certaines d'entre elles impliquent la préservation de l'utérus et des appendices non affectés par la maladie. Ainsi, par exemple, une simple hystérectomie ou une hystérectomie de type A implique l'ablation partielle de tissu autour du tissu utérin. Alors que l'hystérectomie de type D implique l'excision de tissu jusqu'à la paroi pelvienne.
  • Dans les premiers stades du cancer du col de l'utérus, des chirurgies de préservation d'organes peuvent également être pratiquées:
    • Conisation du col de l'utérus - ablation d'une partie de la membrane muqueuse du col de l'utérus, suivie d'un grattage de la membrane muqueuse intacte. Peut être réalisé avec un couteau, un couteau radio, à l'aide d'un laser. L'utérus est sauvé.
    • Amputation (y compris l'amputation par ultrasons) - excision de la partie vaginale de l'organe, le médecin ne touche pas l'utérus.

Dans le même temps, ces types de chirurgie ne seront prescrits que si les résultats de la biopsie ont montré un faible risque de métastase du cancer du col de l'utérus:

  • Trachélectomie radicale (vaginale ou abdominale). Il a été testé pour la première fois en 1987. Chirurgie laparoscopique, qui permet d'éliminer les tissus affectés, les ganglions lymphatiques, mais de préserver la fertilité. Un tel traitement n'est pas souvent prescrit, car il nécessite une formation spéciale et sérieuse des médecins..
  • Exentération du bassin. Une opération radicale pour enlever les organes du système reproducteur, réalisée si le cancer du col de l'utérus est déjà détecté dans les derniers stades, lorsque la tumeur se développe en dehors des organes reproducteurs. En cours de manipulation, y compris la vessie affectée, le rectum est excisé.

Si le cancer du col utérin est caractérisé par une activité cellulaire accrue, une chimiothérapie ou une radiothérapie «prophylactique» peut être prescrite après la chirurgie. Les mesures vous permettent de détruire les cellules anormales qui pourraient vraisemblablement se propager dans tout le corps. En ce qui concerne les cas où le cancer du col utérin a une évolution progressive, lors de leur thérapie, l'introduction de produits chimiques et de radiations agit comme:

  • la principale méthode de contrôle de la maladie (s'il est impossible d'effectuer une opération);
  • comme méthode de thérapie palliative (pour améliorer la qualité de vie, sans possibilité de rémission).

Deux types de radiothérapie sont les plus couramment utilisés: les rayonnements externes et intracavitaires. Il peut être dirigé vers le cancer du col de l'utérus, vers les ganglions lymphatiques, vers les zones où se trouvent des métastases à distance.

La chimiothérapie peut également prendre deux formes. Elle est prescrite avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur et réduire le risque de complications; elle est appelée chimiothérapie néoadjuvante. Et aussi le cours de l'administration de médicaments toxiques peut commencer après l'ablation de la tumeur, pour détruire les cellules pathologiques qui, pour une raison ou une autre, n'ont pas pu être éliminées pendant la chirurgie. Ce type de thérapie est appelé chimiothérapie adjuvante..

La complexité du traitement du cancer réside dans le risque élevé de complications diverses. C'est pourquoi, afin d'aider le corps à récupérer plus rapidement, à vaincre le cancer du col de l'utérus, il est conseillé aux patients de changer de mode de vie, d'abandonner les mauvaises habitudes, de passer plus de temps à l'air frais et de bouger autant que possible. L'habitude de profiter de la vie peut également améliorer considérablement la tolérance à la chimiothérapie et aux radiations. Les psychologues conseillent au moment de la maladie d'adopter la stratégie des «petits pas», pour apprendre à se vanter de chaque réalisation. Cela peut être considéré comme se lever le matin, une procédure constamment transférée. Il est important d'apprécier le principe «ici et maintenant» et de ne pas se concentrer sur des images hypothétiques du futur.

Et après?

Les médecins sont très prudents quant à la possibilité d'un rétablissement complet dans le contexte d'une maladie telle que le cancer du col de l'utérus. Le concept de rémission est utilisé plus souvent. Une fois atteinte, la patiente est enregistrée et une surveillance dynamique ambulatoire de son état commence. Sous la supervision d'un oncologue-gynécologue, une femme sera gardée au moins 5 ans, au cours desquels des examens, une échographie, des tests et des frottis sont nécessaires.

Pour prévenir la maladie, les médecins recommandent à leur tour d'utiliser régulièrement une contraception barrière, d'arrêter de fumer, de prêter attention à tout changement de l'état des organes reproducteurs (leucorrhée, douleur, démangeaisons, brûlures) et de consulter régulièrement un gynécologue..

Médecins qui traitent les maladies du col de l'utérus:

Obstétricien-gynécologue, gynécologue-endocrinologue, échographe,
Spécialiste du remodelage vulvo-vaginal au laser.
Médecin de la plus haute catégorie médicale

Rendez-vous

Obstétricien-gynécologue, gynécologue-endocrinologue, échographe,
Spécialiste du remodelage vulvo-vaginal au laser.
Médecin de la plus haute catégorie médicale

Rendez-vous

Obstétricien - gynécologue, échographe,
Spécialiste en gynécologie endoscopique (hystéroscopie, laparoscopie),
Médecin de la plus haute catégorie médicale

Rendez-vous

Obstétricien-gynécologue, médecin échographe,
Spécialiste du remodelage vulvo-vaginal au laser.
Médecin en chef

Rendez-vous

Obstétricien-gynécologue, échographe,
Spécialiste en chirurgie plastique intime,
Spécialiste du remodelage vulvo-vaginal au laser.
Médecin de la plus haute catégorie médicale

Rendez-vous

Obstétricien-gynécologue, gynécologue-endocrinologue, échographe,
Spécialiste en réadaptation intime,
Spécialiste du remodelage laser vulvo-vaginal complexe

Rendez-vous

Obstétricien-gynécologue, gynécologue-immunologiste,
Spécialiste en gynécologie esthétique.
Candidat en sciences médicales

Rendez-vous

Le coût

Cancer du col de l'utérus: symptômes et traitement
  • Accueil d'un obstétricien-gynécologue, thérapeutique et diagnostique, primaire, ambulatoire 1800
  • Accueil d'un obstétricien-gynécologue, thérapeutique et diagnostique, répété, ambulatoire 1600
  • Coloscopie vidéo 1950
  • Pipel-aspiration du contenu de la cavité utérine 3200
  • Biopsie du col de l’utérus avec l’appareil «Surgitron» boucle 2 900
  • Biopsie du col de l’utérus avec l’appareil de conisation «Surgitron» 4 900
  • Traitement de l'érosion cervicale avec l'appareil "Surgitron", taille inférieure à 1 cm 5300
  • Traitement de l'érosion cervicale avec l'appareil "Surgitron", taille supérieure à 1 cm 7 500
  • Traitement médicamenteux de l'érosion cervicale (hors coût des médicaments) 1400
  • Traitement de la pathologie bénigne du col de l'utérus à l'aide d'un laser CO2, 1 catégorie de complexité (1/4 de la surface) 7500
  • Traitement de la pathologie bénigne du col de l'utérus à l'aide d'un laser CO2, 2 catégorie de complexité (1/2 surface) 9700
  • Traitement de la pathologie bénigne du col de l'utérus à l'aide d'un laser CO2, 1ère catégorie de complexité (surface entière) 12000
  • Élimination des verrues génitales par le dispositif NPO "Surgitron" jusqu'à 3 pièces 1 900
  • Élimination des verrues génitales par l’appareil NPO «Surgitron» de 3 à 10 pièces 3 800
  • Ablation des verrues génitales par l’appareil NPO Multiple «Surgitron» (plus de 10) 6 550
  • Destruction des foyers d’endométriose du col de l’utérus par l’appareil "Surgitron" 1 950

* - Nous attirons votre attention sur le fait que cette ressource Internet est à titre informatif uniquement et ne constitue pas une offre publique! * - Accueil par les spécialistes de la clinique uniquement sur rendez-vous!

La chirurgie est le principal traitement du cancer du col de l'utérus

En cas de cancer du col de l'utérus, la chirurgie est le traitement principal. La méthode d'intervention chirurgicale dépend du degré de lésion maligne. Dans quels cas l'utérus entier est-il retiré et quels types d'opérations sont effectués à différents stades de développement du cancer?

Quelles sont les indications de la chirurgie

L'opération dans la région cervicale est attribuée individuellement en fonction de chaque cas individuel. Auparavant, le patient subissait un examen complet, grâce auquel la nature du néoplasme est déterminée avec précision.

Les indications de la chirurgie peuvent être:

  • développement du processus oncologique - une opération dans de telles situations peut être effectuée non seulement pour préserver la santé, mais aussi pour sauver la vie du patient;
  • hypertrophie du col de l'utérus - une augmentation du volume du tissu cellulaire entraîne souvent une inflammation constante, la formation de fibromes ou un déplacement de l'utérus en dessous du niveau des limites antinomiques.
  • élimination des néoplasmes malins aux stades précoces - l'intervention chirurgicale vise à préserver toutes les fonctions reproductrices du patient, par conséquent, seules des méthodes chirurgicales superficielles épargnantes sont utilisées;
  • les formes sévères du processus inflammatoire de la membrane muqueuse du col de l'utérus - les rechutes d'endocervicite, qui peuvent survenir après des avortements pratiqués sur des lignes ultérieures, ou en raison de complications à la naissance conduisent à des tumeurs malignes;
  • lésions de la membrane muqueuse du col de l'utérus - érythroplasie et leucoplasie sévère dans 30% des cas se transforme en cancer;
  • déformation cicatricielle du col de l'utérus - une pathologie congénitale ou acquise à la suite du développement peut conduire au cancer.

Les interventions chirurgicales peuvent être à la fois douces et radicales. Le type d'opération dépend du degré de dommage et de la forme de son développement.

Pour le cancer du col de l'utérus, la chirurgie est le traitement principal

L'opportunité d'une opération chirurgicale

Dans de nombreux cas, une opération est prescrite lorsqu'il est impossible de guérir le patient avec d'autres méthodes thérapeutiques. Une intervention chirurgicale radicale, dans laquelle l'organe entier n'est pas retiré, mais uniquement la partie touchée de celui-ci, est recommandée dans les premier et deuxième stades du cancer du col de l'utérus. À savoir, lorsqu'il n'y a pas de ganglions tumoraux secondaires - métastases.

Des opérations palliatives sont effectuées en cas de lésions malignes révélatrices qui menacent la vie du patient. Ces actions chirurgicales radicales sont pratiquées pour les maladies oncologiques des troisième et quatrième stades de développement..

Contre-indications

La chirurgie ne peut pas être pratiquée sur des patients cancéreux présentant les pathologies suivantes:

  • péritonite et infection de la cavité abdominale;
  • forme aiguë d'insuffisance cardiaque et perturbation du système circulatoire;
  • maladies graves du système de coagulation sanguine.

Parfois, les actions chirurgicales sont annulées pour les patients intolérants à l'anesthésie et les personnes âgées. L'intervention chirurgicale n'est pas non plus utilisée en cas de germination significative d'un néoplasme malin dans les vaisseaux des organes adjacents à l'utérus..

Analyses et examens préliminaires

Avant l'opération, un examen complet est nécessaire, ce qui vous permet d'avoir une image complète de l'état du patient et de confirmer l'absence de contre-indications.

La préparation à la chirurgie comprend les études suivantes:

  • examen diagnostique de l'utérus - hystéroscopie et colposcopie;
  • analyses sanguines biochimiques, générales et complexes, y compris des indicateurs du niveau de coagulation sanguine;
  • échographie, IRM et tomodensitométrie;
  • tests de détection des infections;
  • examen de l'état général du corps.

Dans chaque cas individuel, l'oncologue peut prescrire des tests supplémentaires. L'intervention chirurgicale est effectuée uniquement avec l'autorisation écrite du patient. Lors de la signature de l'accord, toutes les actions chirurgicales imprévues possibles pendant l'opération elle-même sont discutées.

Avant l'opération, un examen échographique de l'utérus est effectué

Technique chirurgicale

Le traitement principal du cancer du col utérin est la chirurgie. L'élimination de la lésion peut être réalisée des manières suivantes:

  • ablation de tout l'utérus;
  • amputation de l'utérus et des organes de liaison - ovaires, trompes de Fallope ou appendices;
  • extirpation de l'utérus hypertrophié - opération de Wertheim, dans laquelle non seulement l'utérus est enlevé, mais aussi les appendices, les ganglions lymphatiques régionaux, la partie supérieure du vagin, la cellulose.

En fonction de l'accès rapide à la lésion, l'ablation de l'utérus peut être striée, vaginale ou laparoscopique.

Toutes les interventions chirurgicales pour retirer l'utérus sont réalisées sous anesthésie générale ou rachidienne. Le patient qui a reçu une anesthésie doit être constamment sous la surveillance d'un spécialiste qualifié.

L'extirpation est effectuée uniquement par un chirurgien gynécologique en exercice. Le patient avant et après la chirurgie est hospitalisé.

Toutes les interventions chirurgicales pour retirer l'utérus sont réalisées sous anesthésie générale

Ablation de la cavité abdominale de l'utérus

L'extirpation cavitaire de l'utérus est l'option la plus courante pour enlever un organe cancéreux. Avec une telle opération oncologique, il existe une menace minimale de complications peropératoires. La méthode abdominale abdominale peut être utilisée pour retirer l'utérus dans n'importe quelle clinique spécialisée.

L'ablation de l'organe est réalisée par une incision horizontale ou verticale dans le bas de l'abdomen. La méthode de la cavité vous permet d'examiner attentivement non seulement l'utérus, mais également les organes de liaison et adjacents.

L'utérus est fixé avec une pince avant l'amputation. Après son retrait par l'incision, les ligaments, les vaisseaux et les trompes de Fallope sont pincés. Après cela, un examen final des organes internes est effectué et des sutures chirurgicales sont appliquées.

L'inconvénient d'une telle opération est la cicatrice restant sur l'abdomen et la durée de la récupération..

Chirurgie abdominale pour enlever l'utérus

Hystérectomie vaginale

L'ablation vaginale de l'organe affecté se réfère à des opérations avec une technique complexe. Cependant, une telle hystérectomie de l'utérus est transférée beaucoup plus facilement et après cela, il n'y a pas de cicatrices visibles sur le corps..

Fondamentalement, l'amputation vaginale de l'organe touché par le cancer est pratiquée chez les femmes qui ont déjà accouché. Cela est dû au fait que chez ces patients, la largeur du vagin permet des manipulations chirurgicales précises..

L'hystérectomie vaginale est effectuée uniquement lorsque l'utérus est retiré - l'amputation des organes qui y sont connectés est réalisée par la méthode abdominale abdominale.

Pour ouvrir l'accès à l'utérus, une petite incision est pratiquée dans le vagin. Avant de retirer l'organe malade, les trompes de Fallope sont ligaturées et tous les vaisseaux sanguins et ligaments connectés à l'utérus sont coupés. Après l'amputation, des points sont placés sur l'incision réalisée précédemment.

Ablation laparoscopique de l'utérus

Comme l'hystérectomie vaginale, l'ablation laparoscopique de l'utérus est une opération à faible traumatisme. Cependant, le risque de complications postopératoires demeure. Cela est dû au fait qu'il existe une possibilité de dommages à l'urètre, au côlon ou aux vaisseaux environnants..

L'amputation de l'utérus est réalisée par laparoscopie à l'aide d'un appareil spécial. Des perforations sont pratiquées dans la cavité abdominale à travers laquelle des tubes spéciaux sont insérés. Une caméra vidéo les traverse, permettant l'observation des organes internes et des outils.

Parfois, l'amputation vaginale et laparoscopie sont combinées. L'utérus affecté est éliminé par le vagin et les vaisseaux et les ligaments sont retirés par des ponctions.

Ablation laparoscopique de l'utérus

Retrait du col de l'utérus

L'extirpation du col de l'utérus est réalisée par voie vaginale. Cette opération transvaginale permet de préserver l'organe génital. Dans ce cas, seuls le col de l'utérus et les ganglions lymphatiques affectés sont enlevés et tous les appendices restent en place.

Conisation du col de l'utérus

Cette opération supprime les cellules épithéliales modifiées du col de l'utérus. L'organe lui-même et sa membrane muqueuse restent en place. La partie retirée est transférée pour la recherche afin de déterminer la nature de l'épithélium.

La conisation est effectuée à l'aide d'une charge électrique passée à travers une boucle spéciale. Le scalpel et les autres outils de coupe ne changeront pas. Le processus opératoire est effectué par le passage vaginal.

Période postopératoire

Le temps et les caractéristiques de la période de rééducation après l'ablation de l'utérus dépendent du type d'hystérectomie:

  1. Amputation de l'utérus avec appendices. Une telle intervention chirurgicale est réalisée en ouvrant la cavité abdominale. Par conséquent, la période de récupération et d'observation à l'hôpital est la plus longue - de sept à dix jours..
  2. Retrait du col de l'utérus. Ce type d'opération est plus doux et, par conséquent, la période de récupération est beaucoup plus rapide. Le patient est généralement sous la surveillance d'un médecin pendant jusqu'à cinq jours..

Le temps de rééducation après la conisation de l'utérus dépend du type d'anesthésie utilisé. Si une anesthésie locale a été réalisée, le patient reste sous la surveillance d'un médecin pendant environ deux heures.

Puisqu'une opération oncologique a été réalisée, le patient doit consulter régulièrement l'oncologue pendant plusieurs années. Grâce au traitement moderne du cancer, le risque de récidive après prélèvement d'organe est minime. Des visites périodiques chez le médecin traitant et des procédures de diagnostic aideront non seulement à sauver la santé, mais aussi la vie..