Principal
La prévention

Aide au mélanome: marqueurs tumoraux, analyses, diagnostics

Aide au mélanome: marqueurs tumoraux, analyses, diagnostics

Diagnostic du mélanome à l'aide de marqueurs tumoraux

Marqueur tumoral, marqueur tumoral est une composante importante du diagnostic en oncologie Marqueur tumoral, marqueur tumoral est une composante importante du diagnostic en oncologie. Pendant la maladie, des substances se forment, dont la présence et l'état peuvent être déterminés. À l'heure actuelle, les marqueurs tumoraux sont largement utilisés pour surveiller l'état du patient et détecter les rechutes..

Les marqueurs tumoraux comprennent un grand nombre de substances dont la concentration sérique indique la présence d'un processus malin. Ce sont des macromolécules qui diffèrent quantitativement ou qualitativement des cellules ordinaires. Certains des marqueurs tumoraux sont sécrétés dans le sang, la concentration est déterminée par dosage immunoenzymatique.

À quoi servent les marqueurs tumoraux?

Le marqueur tumoral permet d'identifier plusieurs faits:

  • savoir si la tumeur entière a été enlevée ou non;
  • comprendre si une personne est à risque;
  • permettent d'identifier une rechute;
  • vous permettent de connaître l'emplacement de la source de la tumeur.

Les marqueurs tumoraux comprennent un grand nombre de substances dont la concentration sérique indique la présence d'un processus malin.

Comment se déroule le processus

Pour le mélanome, un marqueur tumoral est prélevé dans des laboratoires spéciaux. Dans ce cas, le sang est donné à partir d'une veine à jeun. Le sang peut également être prélevé d'un doigt.

Classification des marqueurs tumoraux

Cancer de la prostate

Cancer du pancréas

Cancer mammaire

Chorionépithéliome, dérive kystique

Cancer de l'estomac, cancer du côlon et du rectum, cancer du poumon, cancer de la vessie.

Cancer du poumon, mélanome, neuroblastome.

Cela vaut la peine de faire ce genre d'analyse si vous soupçonnez un mélanome. Ensuite, la signification de la méthode est vraiment grande. Vous pouvez découvrir quels signes caractérisent le développement du mélanome et comment établir un pronostic.

Les marqueurs tumoraux jouent un rôle important dans le contrôle de la maladie après le traitement. Si leur quantité dans le sang a diminué, la bonne action a été prise. Avec une augmentation des substances, on peut parler d'une rechute. Un suivi régulier à l'aide de marqueurs tumoraux vous permet d'évaluer correctement la situation et de démarrer le diagnostic et le traitement.

Le processus de détermination des marqueurs se déroule comme suit: un échantillon d'urine ou de sang est prélevé en laboratoire. Des anticorps y sont ajoutés. Ils donnent une réaction qui raconte le véritable état des choses..

Il semble que tout soit simple. En fait, les cellules saines peuvent également réagir. Dans ce cas, le niveau de marqueurs peut être surestimé en raison de la présence d'autres maladies. Par conséquent, une analyse précise ne fonctionnera pas. Si la réaction est positive, le médecin prescrira simplement d'autres tests ou diagnostics, après quoi la réponse sera donnée.

Pour le mélanome, un marqueur tumoral est prélevé dans des laboratoires spéciaux. Dans ce cas, le sang est donné à partir d'une veine à jeun.

Ça fait mal de passer le test

Si un test d'urine est effectué, il n'y a rien de terrible ou de douloureux. Il est beaucoup plus désagréable de donner du sang d'une veine, mais dans ce cas, le résultat sera plus précis. Dans la plupart des cas, la deuxième méthode est utilisée.

Le patient reçoit les résultats finis après quelques heures.

Important! Ayant reçu la réponse, il ne faut pas penser qu'il y a définitivement un cancer, il reste encore de nombreuses procédures de diagnostic à faire. L'analyse doit être abordée correctement.

Interprétation de l'étude et décodage des marqueurs tumoraux

Marqueur tumoral

(Matériel pour la recherche) - Norme

(Sang, parfois bile, liquide pleural) - pas plus de 15 ng / ml ou 10 unités internationales (UI) par millilitre

(Sang) - pas plus de 20-30 ng / ml

Antigène spécifique de la prostate (PSA)

(Sang) - pas plus de 4-6 ng / ml

Antigène cancer-embryonnaire (CEA)

(Sang) - pas plus de 5 ng / ml

Gonadotrophine chorionique humaine (hCG)

(Sang) - pas plus de 5 UI / ml

Enolase neuro-spécifique (NSE)

(Sang) - pas plus de 10 UI / ml

Antigène du cancer - 125 (CA-125)

(Sang) - pas plus de 30 UI / ml

Antigène du cancer - 15-3 (CA-15-3)

(Sang) - pas plus de 22 U / ml

Antigène du cancer - 19-9 (CA-19-9)

(Sang) - pas plus de 40 UI / ml

Antigène du cancer - 242 (CA-242)

(Sang) - pas plus de 30 UI / ml

Cancer de la vessie (UBC)

(Urine) - 0,12 * 10-4 μg / μmol, avec une autre méthode de dosage, 15 ng / ml.

Les marqueurs tumoraux peuvent-ils être informatifs si une personne est en bonne santé?

Toute personne en bonne santé a des marqueurs tumoraux. L'essentiel est leur seuil, il détermine s'il y a une maladie. Mais si la valeur du résultat obtenu est légèrement dépassée, cela ne signifie pas que vous avez un cancer..

Avec une augmentation des substances, on peut parler d'une rechute. Un suivi régulier à l'aide de marqueurs tumoraux vous permet d'évaluer correctement la situation et de démarrer le diagnostic et le traitement

Les raisons du résultat peuvent être différentes:

  • la présence d'un rhume;
  • développement de kystes;
  • infection;
  • tumeurs bénignes.

Sur la question de l'exactitude

Pour que les marqueurs tumoraux soient utilisés plus souvent, il est nécessaire de réaliser des mesures à grande échelle. Il convient de considérer le fait qu'il existe un certain nombre de cancers qui sont très rares. Il n'est pas toujours possible d'effectuer des tests sur une personne malade. Parfois, une personne vient chez le médecin à la dernière étape, alors, bien sûr, les marqueurs ne bénéficieront d'aucun avantage..

Séparément, nous pouvons considérer qu'en présence d'un grand nombre de protéines dans le sang, nous parlons déjà d'une tumeur développée, par conséquent, cela n'a aucun sens de parler de diagnostic précoce. Il n'y a qu'une seule façon de fournir un diagnostic précoce - appliquer une analyse de l'ARN, le niveau d'ADN dans le sang. Cela compare des échantillons malades et sains. Les anomalies génétiques sont la principale source de cancer. Si vous apprenez cela à un stade précoce, vous pouvez supposer le développement d'un cancer avant l'apparition de marqueurs tumoraux dans le corps. Les diagnostics ADN présentés sont toujours à l'étude, mais il y a déjà certains succès, des changements dans l'activité des gènes ont été enregistrés dans divers types de cancer.

Il s'avère qu'il n'y a pas de marqueurs précis à 100% en termes de spécificité et de sensibilité. Une augmentation du marqueur ne signale pas nécessairement un cancer. Un résultat négatif ne signifie pas qu'il n'y a pas de cancer..

Il s'avère qu'il n'y a pas de marqueurs précis à 100% en termes de spécificité et de sensibilité. Une augmentation du marqueur ne signale pas nécessairement un cancer. Un résultat négatif ne signifie pas qu'il n'y a pas de cancer.

Dans chaque cas individuel, le remède présenté doit être utilisé après consultation d'un médecin..

L'idée originale, bien sûr, était que la tumeur pouvait être diagnostiquée sans aucune erreur et à un stade précoce. Mais la réalité est encore loin d'être un rêve. Seuls quelques marqueurs donnent de bons résultats: antigène prostatique spécifique, gonadotrophine chorionique, alpha-foetoprotéine et autres. Le mélanome de la peau n'est pas très bon.

Mais personne n'annule la valeur pratique des marqueurs. Il consiste en:

  1. Recevoir des informations sur les rechutes précoces.
  2. Évaluer le risque de maladie chez les personnes en bonne santé.
  3. Comprendre l'efficacité du traitement prescrit par le médecin.
  4. Offre la possibilité de faire des prévisions.
  5. Pour établir un diagnostic précis, l'emplacement de la tumeur.

Important! Les marqueurs tumoraux seront différents pour différents organes.

Les marqueurs tumoraux pour la détection du cancer de la peau sont recommandés si un diagnostic a déjà été effectué et qu'il existe une suspicion de mélanome

Faisabilité de la méthode

N'oubliez pas que dans certains cas, la recherche de nouveaux marqueurs tumoraux est le dernier espoir d'un diagnostic précoce. Cela s'applique lorsqu'il n'y a pas d'autres symptômes. Mais il existe des types d'oncologie dans lesquels il existe des symptômes évidents, et il existe des moyens plus rapides et moins chers de diagnostiquer.

En cas de mélanome, des marqueurs sont nécessaires. Pourquoi? Il est possible de détecter visuellement le cancer de la peau, mais il est assez problématique de comprendre s'il existe des métastases. S'il n'y a pas de métastases, le pronostic est considéré comme favorable; s'il y en a, la situation change radicalement. Pour faire une prévision, des marqueurs sont utilisés: S-100, TA-90. Ils donnent un signal que des métastases sont présentes dans les organes..

Les marqueurs tumoraux pour détecter le cancer de la peau sont recommandés si un diagnostic a déjà été effectué et qu'il existe une suspicion de mélanome. Une analyse supplémentaire aidera à identifier les métastases dans d'autres organes. Il est impossible de dire que le résultat des marqueurs tumoraux sera précis; un certain nombre d'études supplémentaires devront être menées.

Test sanguin pour les marqueurs tumoraux (vidéo)

Marqueur tumoral S-100 pour la détection du mélanome

Le mélanome est une excroissance maligne qui affecte la peau et est souvent le résultat de la dégénérescence des grains de beauté. Le mélanome se caractérise par son développement rapide, sa capacité à métastaser même aux premiers stades. Le diagnostic des néoplasmes malins et des informations fiables sur l'efficacité de la thérapie sont les tâches prioritaires de la médecine moderne. L'une des méthodes de contrôle est l'identification des marqueurs tumoraux.

Le mélanome peut être détecté à l'aide du marqueur tumoral S-100

Marqueur tumoral S-100

Toute tumeur au stade initial, qui ne présente pas de manifestations spécifiques, commence à produire des protéines qui diffèrent des protéines saines normales caractéristiques du corps. Ces protéines, qui pénètrent dans le sang et les urines, sont une sorte de «signature» de la tumeur.

Le marqueur S-100 est une protéine assez bien étudiée qui est détectée à des concentrations élevées dans le sang d'une personne souffrant de mélanome. Son montant dépend directement du stade auquel se trouve le processus de cancer. Une forte augmentation de la protéine à 70% de la norme est observée aux stades 3 et 4 du processus tumoral, au stade 2, elle est rarement détectée et au premier stade, elle est pratiquement indétectable. Ainsi, un marqueur tumoral du mélanome n'est pas capable de détecter un cancer à un stade précoce de développement, mais il est largement utilisé en médecine pour contrôler l'efficacité du traitement..

Il faut ajouter que la protéine S-100 n'est pas un marqueur spécifique du mélanome, cette protéine est également synthétisée dans les cellules nerveuses du cerveau et de la moelle épinière, dans les muscles squelettiques, les phagocytes.

Son augmentation est notée avec des lésions de la colonne vertébrale, une hypoxie cérébrale, un infarctus du myocarde, des processus inflammatoires du système bronchopulmonaire. Dans tous les cas d'augmentation du marqueur, la situation est considérée de manière globale, de plus, son seuil admissible est pris en compte..

La protéine S-100 est constamment présente dans le corps humain

Pathologies menant à une augmentation des protéines

Une augmentation de la protéine S-100 peut indiquer plusieurs types de pathologie et sa concentration indique l'activité du processus. Lorsque la quantité de marqueur dans le sang peut augmenter:

  • néoplasmes malins de la peau, y compris le mélanome;
  • troubles fonctionnels du cerveau de nature traumatique;
  • changements dégénératifs des neurones cérébraux (maladie d'Alzheimer);
  • hémorragie sous-arachnoïdienne, accident vasculaire cérébral;
  • troubles neuromusculaires résultant d'une insuffisance hépatique sévère;
  • certains troubles mentaux dus à des troubles cérébraux;
  • infarctus du myocarde;
  • certaines maladies inflammatoires.

Comme vous pouvez le voir, la détection du marqueur S-100 n'indique pas toujours le développement du processus tumoral, souvent son apparence aide à détecter des anomalies dans le travail du cerveau avant même l'apparition des premiers signes évidents et à commencer le traitement à temps.

Lorsqu'une analyse pour un marqueur tumoral est attribuée

L'analyse d'un marqueur de mélanome n'est pas effectuée pour le diagnostic précoce d'une tumeur, car au premier stade du processus malin, une concentration suffisante de protéine n'est pas détectée. Un test sanguin est effectué pour évaluer l'efficacité du traitement, pour lequel les résultats de l'analyse primaire sont comparés aux résultats de l'étude au cours du traitement conservateur en cours et à l'analyse de la concentration en protéines après le traitement. Un tel suivi permet d'identifier à temps une éventuelle rechute, détecter les métastases, faire une prédiction du «comportement» de la tumeur.

Lorsqu'un mélanome est enlevé chirurgicalement, une analyse des marqueurs tumoraux donne une réponse précise si la formation a été complètement éliminée. Si la concentration en protéines continue à rester élevée, on peut parler de la présence de métastases. De plus, une certaine «écriture» donne une idée de l'organe dans lequel se situe le néoplasme malin..

Si une augmentation du marqueur S-100 est détectée pour la première fois, une personne se voit attribuer un deuxième test sanguin dans deux laboratoires différents afin d'exclure les erreurs.

Après l'ablation chirurgicale du mélanome, l'analyse montrera si la tumeur est complètement excisée

Que dit le niveau élevé de marqueur tumoral?

Le mélanome est une tumeur résultant de grains de beauté qui, pour une raison quelconque, ont subi une dégénérescence. Une personne avec des formations suspectes sur le corps est toujours consciente de son existence, par conséquent, un changement de cet indicateur provoque souvent la peur. Mais ne paniquez pas, comme déjà noté, l'apparition de protéines peut être causée par plusieurs raisons, les indicateurs quantitatifs sont d'une plus grande importance. L'apparition de S-100 peut indiquer des processus pathologiques dans le myocarde, les tissus cérébraux, les maladies auto-immunes, les processus rhumatoïdes.

Cependant, l'identification du marqueur tumoral S-100 joue le plus grand rôle dans le diagnostic tardif du mélanome. Une diminution de la quantité de protéines indique un traitement correctement sélectionné et la régression continue de l'éducation. L'apparition de valeurs augmentées indique l'apparition de métastases ou l'inefficacité du traitement.

A la fin du traitement, un suivi régulier est effectué, la première année, une analyse d'un marqueur tumoral est soumise chaque mois; la deuxième année - une fois tous les deux mois; par la suite - une fois par an.

Préparation à l'analyse et règles de conduite

Il existe trois façons d'identifier les marqueurs tumoraux du mélanome: en analysant l'urine, en examinant le sang veineux, en prenant du liquide céphalo-rachidien. La deuxième méthode est plus efficace et acceptée. Le résultat peut être reçu sur les mains après une journée, mais si nécessaire, une étude urgente est réalisée, ce qui prend plusieurs heures.

Le don de sang pour un marqueur tumoral ne nécessite pas de préparation particulière, les mesures préliminaires sont ici les mêmes que pour le prélèvement sanguin habituel d'une veine:

  • l'échantillonnage du matériel est prélevé le matin, avant de manger;
  • la veille, un dîner léger est recommandé avec le refus des aliments frits et gras, des boissons toniques fortes, des sodas;
  • quelques jours avant la livraison, il est recommandé d'exclure l'alcool sous quelque forme que ce soit;
  • directement le jour du prélèvement sanguin, il est nécessaire de réduire l'activité physique, d'éliminer la surcharge nerveuse;
  • il est permis de fumer au plus tard deux heures avant l'enregistrement;
  • toutes les procédures médicales prévues pour ce jour doivent être effectuées après le test;
  • tous les médicaments essentiels pris par le patient doivent être signalés au médecin traitant.

Si un résultat positif est détecté, une deuxième étude est prescrite, car il y a toujours une possibilité d'erreur dans le laboratoire lui-même et la possibilité de conditions donnant une analyse faussement positive.

Vous ne devriez pas boire de soda avant de tester.

Normes et décodage

Chez les adultes, personnes relativement en bonne santé, la protéine S-100 dans le sang varie de 0,105 à 0,2 μg / L. Dans le liquide céphalo-rachidien, ces indicateurs sont beaucoup plus élevés et atteignent 5 μg / l..

Pour la plupart des personnes qui ne font pas partie du groupe à risque, ces indicateurs sont au niveau minimum, mais il faut garder à l'esprit que l'activité physique provoque une augmentation des valeurs de 4,9%.

Un changement d'indicateurs vers une augmentation, qui n'est pas une pathologie, s'observe avec l'âge.

Lors de l'évaluation du résultat, il est possible de déterminer avec une grande certitude le degré de progression tumorale et la présence de métastases:

  • un dépassement des normes de 5,5% est détecté chez les patients atteints de mélanome asymptomatique;
  • dépasser 12% du seuil indique une métastase régionale;
  • la présence de protéines à plus de 45% de la norme indique la présence de formations métastatiques distantes.

Le taux de protéine S-100 peut être abaissé par rapport à la quantité initialement détectée, ce qui indique l'efficacité du traitement. Un indicateur bas par rapport à la norme indique une insuffisance cardiaque sévère et ne s'applique pas aux tumeurs malignes..

Les métastases entraînent un excès de protéines de 45%

Ce qui affecte la précision de l'analyse

Jusqu'à présent, la question de la fiabilité de l'étude reste ouverte, car on sait que 100% - un marqueur tumoral précis du mélanome n'existe pas. De plus, certains états peuvent fausser le résultat de l'analyse:

  • processus inflammatoires;
  • foyers infectieux sur la peau de toute localisation;
  • formations bénignes et kystes.

Un résultat négatif n'indique pas toujours le bien-être de la maladie, car des protéines spécifiques sont produites en concentration suffisante pour le diagnostic uniquement à 3-4 stades du mélanome.

De plus, un test sanguin pour le mélanome est effectué dans un laboratoire et les réactifs utilisés pour le travail ont des normes différentes, ce qui peut légèrement modifier le résultat de l'étude. C'est pour cette raison qu'une prise de sang est réalisée dans plusieurs laboratoires différents pour poser un diagnostic..

En résumé, nous notons que la détection du marqueur tumoral S-100 ne permet pas de diagnostiquer la tumeur à un stade précoce. Mais il permet d'évaluer l'efficacité de la thérapie, de suivre la rechute et l'apparition des métastases dans le temps, de faire un pronostic précis pour chaque patient.

Diagnostic du mélanome

Le processus malin de formation de nouvelles cellules en divisant les cellules protectrices qui produisent un pigment colorant dans les tissus forme une tumeur cancéreuse - le mélanome. Les néoplasmes peuvent se former n'importe où en présence de mélanine - la rétine de l'œil, la couche cornée de l'ongle, les cheveux, les muqueuses. Le cancer migre vers d'autres organes par les vaisseaux des systèmes lymphatique et sanguin, laissant des métastases en eux.

Processus d'éducation

La raison fondamentale de l'apparition d'un néoplasme est la détérioration des informations géniques et des structures moléculaires de ces cellules. Elle est causée par des facteurs externes et internes..

Facteurs externes

La maladie se développe en raison d'une influence externe de toute nature, dirigée de manière directe vers la couverture humaine externe.

Impacts physiques:

  • Rayonnement ultraviolet des rayons du soleil - la maladie survient dans des zones non découvertes en raison de l'effet accru du rayonnement sur le corps dans son ensemble.
  • Fond radioactif élevé de rayonnement ionisant. L'énergie radiante comprend les rayons d'énergie radioactive, les rayons X et autres.
  • Irradiation dans un champ électromagnétique.
  • Blessures par marques de naissance de tout degré.

Les facteurs chimiques comprennent les produits des activités de production:

  • Pétrochimique;
  • Charbon;
  • Pharmaceutique;
  • Fabrication de caoutchouc, plastique, polychlorure de vinyle, colorants.
  1. Alimentation - apport élevé en protéines et en graisses animales, avec une faible absorption de la végétation avec les vitamines A et C.
  2. Médicaments hormonaux et végétatifs.

Facteurs internes

Caractéristique morphologique de l'organisme:

  1. Faible pigmentation de la peau - iris clair, épiderme, cheveux. Tendance aux petites taches, surtout au printemps.
  2. Continuité générique.
  3. Grande zone de peau chez les individus de grande taille.
  4. Troubles des glandes endocrines.
  5. Maladie d'immunodéficience.
  6. Grossesse tardive ou porter un gros fœtus.

Néoplasmes bénins des mélanocytes:

  • Grandes taches de naissance de couleur noire ou brun foncé.
  • Un grand nombre de néoplasmes - plus de cinquante.
  • Une tache brunâtre avec une coupe inégale qui augmente chaque année.
  • Hypersensibilité au rayonnement solaire de nature héréditaire. Les cellules n'ont pas la capacité de récupérer après avoir été détruites par la lumière ultraviolette.

Variétés de formes

Les formes de tumeur suivantes sont distinguées:

  1. Externe - un type commun qui pousse en surface. Un symptôme caractéristique est une croissance bénigne à long terme sans germination en profondeur. Lors de la transformation en processus malin, le contour et la couleur changent.
  2. Nodulaire - un néoplasme noir pénétrant profondément dans le corps. Dans de rares cas, il a une couleur différente.
  3. Ongle - croissance superficielle, s'étendant dans les profondeurs de l'ongle, des pieds ou des paumes.
  4. Tache maligne - semblable à une tache de rousseur, de couleur similaire à la couleur des lentilles.
  5. Incolore - un néoplasme de cellules pigmentées qui se développe de manière agressive. Une forme rare de prolifération rapide des cellules cancéreuses. Il est difficile de diagnostiquer le mélanome dans les premiers stades en raison de la coloration de couleur similaire à celle de l'épiderme.

Stades de développement

Le stade de développement est déterminé selon le classificateur international accepté. Le mélanome est diagnostiqué en déterminant son épaisseur et ses modifications selon les critères suivants:

  • Zéro stade - tôt. Petite tache mince qui ne perturbe pas la couche de surface.
  • Le premier est une légère augmentation d'épaisseur.
  • Le second - la tumeur atteint une taille moyenne.
  • Troisièmement - les tissus et les ganglions lymphatiques adjacents sont affectés par les cellules malades.
  • Quatrièmement - les métastases commencent dans des organes et des tissus éloignés.

Manifestations symptomatiques

Une caractéristique distinctive d'une tumeur cancéreuse de néoplasmes bénins similaires est la défaite d'un épiderme sain, un changement de forme, de taille et de couleur.

Chaque étape de croissance est conditionnée par des symptômes spécifiques.

Les premiers signaux de croissance sont:

  • Violation de la symétrie de la mise en forme;
  • Changement de densité de couleur;
  • Le motif et la clarté des bords changent;
  • Un épaississement se produit;
  • L'apparition de toutes sortes de décharge et d'inconfort;
  • Peau mangée;
  • Gonflement des tissus;
  • L'émergence de nouveaux petits foyers à proximité.
  • Perte de couverture solide;
  • L'apparition de sang de la lésion et d'autres endroits pigmentés;
  • Sensations de douleur.

La propagation des cellules cancéreuses vers d'autres régions s'accompagne de:

  • Toux persistante;
  • L'apparition des phoques;
  • Couleur grisâtre de l'épiderme;
  • Perte de poids;
  • Une augmentation des nœuds du système lymphatique;
  • Spasmes convulsifs.

Un besoin urgent de consulter un médecin si:

  • Les taches, grains de beauté et autres excroissances saignent;
  • Les ongles ont changé de couleur sans raison;
  • Les zones de couverture ou les néoplasmes commencent à se développer de manière asymétrique;
  • Décoloration injustifiée de la peau;
  • L'apparence d'un pigment qui a des bords flous ou inégaux;
  • Changement de couleur des néoplasmes;
  • Augmentation du diamètre et de l'apparence des joints.

Méthodes de diagnostic

Une tumeur maligne se développe d'elle-même, tout en se cachant souvent sous l'apparence de taches de naissance, ce qui complique la détection précoce. Si vous soupçonnez la formation d'une tumeur cancéreuse, vous devriez consulter un médecin. Les chances sont bonnes de donner le mauvais verdict.

Au premier stade, le médecin procède à un examen général en utilisant la méthode - diagnostic différentiel, qui diagnostique les symptômes et les signes d'une éventuelle pathologie. Les zones touchées sont examinées. L'épiderme est examiné par dermoscopie et une loupe. Un grossissement à plusieurs reprises vous permet de voir clairement les traits caractéristiques de l'éducation.

La clinique pour le développement de la maladie nécessite, en plus du général, un test sanguin pour le mélanome pour le marqueur tumoral s100.

Un marqueur tumoral du mélanome cutané vous permet de déterminer la présence de cancers dans les cellules de la peau et du tissu nerveux, ainsi que le stade de développement de la maladie. L'excès de protéines de liaison au calcium dépend du stade de la maladie, plus la lésion est étendue, plus il y a de protéines. Si le mélanome n'a pas été confirmé, cela peut indiquer non pas une absence, mais un début de pathologie.

Le diagnostic initial n'utilise pas de test de marqueur. Auparavant, le cours de la pathologie était établi par un test sanguin général. Les indicateurs d'une augmentation de la vitesse de sédimentation des érythrocytes (VS) indiquent un processus oncologique dans le corps.

La profondeur de germination, la propagation des métastases est déterminée par:

  • Examen échographique;
  • Radiographie;
  • Imagerie par résonance magnétique et tomodensitométrie.

Si la croissance de la tumeur ne présente pas de symptômes primaires, elle aide à détecter l'étude de la structure des cellules du tissu obtenues à partir des nœuds du système lymphatique..

Lorsque les études menées ne donnent pas un résultat sans ambiguïté, une étude de l'histologie du néoplasme est réalisée en coupant une partie du tissu affecté.

Le traitement est prescrit sur la base des résultats des tests généraux et spéciaux, IRM, échographie, CT, CM.

Thérapie

La tumeur est traitée avec la principale méthode opérable. Le retrait peut être effectué des manières suivantes: couteau, laser, onde radio.

Différences thérapeutiques aux stades de la croissance tumorale:

  • Au premier stade, le néoplasme est complètement éliminé avec une partie de cellules saines.
  • Au deuxième stade, lorsque le système lymphatique est endommagé, les nœuds dans la zone de croissance maligne sont enlevés avec la tumeur.
  • Au troisième stade, les néoplasmes et les ganglions lymphatiques adjacents doivent être retirés. Les zones touchées sont exposées à la chimiothérapie et à la radiothérapie.
  • Au quatrième stade, il n'est pas possible de guérir complètement le corps. De grandes lésions et néoplasmes qui provoquent une gêne, les formations dans les organes sont sujettes à l'ablation. Traitement complémentaire possible avec chimiothérapie et radiothérapie.

La prophylaxie post-thérapeutique comprend:

  • Élimination des néoplasmes récurrents;
  • Thérapie chimique et immunitaire - les médicaments sont administrés par voie intramusculaire ou intraveineuse;
  • Radiothérapie - élimination temporaire des signes, car cette tumeur résiste à l'exposition aux radiations;
  • Bain de soleil dosé et dépendance aux rayons du soleil;
  • Protection des zones exposées de l'épiderme;
  • Porter des lunettes de soleil protectrices.

Les aliments enrichis, le respect des règles du bain de soleil et la protection des espaces ouverts réduisent le risque de ce type de néoplasme.

Diagnostic du cancer: pourquoi les marqueurs tumoraux «ne fonctionnent pas»

Un test sanguin pour les marqueurs tumoraux est l'un des tests les plus populaires que les gens se prescrivent «au cas où». Pourquoi cela ne devrait pas être fait et quelles méthodes de diagnostic aident réellement à détecter le cancer à un stade précoce, déclare l'oncologue EMC, Ph.D. Gelena Petrovna Gens.

Gelena Petrovna, est-il possible de diagnostiquer un cancer à un stade précoce en utilisant des marqueurs tumoraux??

En effet, chez de nombreux patients, il existe une forte croyance selon laquelle les cellules tumorales sécrètent certaines substances qui circulent dans le sang dès l'apparition d'un néoplasme, et il suffit de faire périodiquement un test sanguin pour détecter les marqueurs tumoraux pour s'assurer qu'il n'y a pas de cancer..

Il existe de nombreux documents sur Internet sur ce sujet, qui, malheureusement, contiennent des déclarations absolument fausses selon lesquelles en testant le sang pour détecter des marqueurs tumoraux, il est possible de détecter une maladie à un stade précoce..

En fait, l'utilisation de marqueurs tumoraux pour une détection fiable du cancer ne s'est avérée efficace dans aucune étude; par conséquent, ils ne peuvent être recommandés pour le diagnostic primaire des maladies oncologiques..

Les valeurs des marqueurs tumoraux ne sont pas toujours en corrélation avec la maladie. À titre d'exemple, je donnerai un cas de ma propre pratique: j'ai récemment reçu un traitement pour une patiente - une jeune femme qui a reçu un diagnostic de cancer du sein métastatique, alors que les valeurs du marqueur tumoral CA 15.3 sont restées dans la plage normale.

Quelles sont les raisons autres que les maladies oncologiques qui peuvent provoquer une augmentation des marqueurs tumoraux?

Dans le diagnostic, il existe deux critères par lesquels nous évaluons toute étude - ce sont la sensibilité et la spécificité. Les marqueurs peuvent être très sensibles, mais peu spécifiques. Cela suggère que leur augmentation peut dépendre d'un certain nombre de raisons qui n'ont aucun lien avec le cancer. Par exemple, le marqueur de cancer de l'ovaire CA 125 peut être augmenté non seulement dans les tumeurs ou les maladies inflammatoires des ovaires, mais, par exemple, dans la fonction hépatique altérée, les maladies inflammatoires du col de l'utérus et de l'utérus lui-même. L'antigène embryonnaire du cancer (CEA) augmente souvent lorsque la fonction hépatique est altérée. Ainsi, les valeurs des marqueurs tumoraux dépendent d'un certain nombre de processus, y compris inflammatoires, qui peuvent se produire dans le corps..

Dans ce cas, il se trouve qu'une légère augmentation du marqueur tumoral sert de début pour le début d'un certain nombre de procédures de diagnostic jusqu'à une étude aussi dangereuse que la tomographie par émission de positons (TEP / CT), et comme il s'avère plus tard, ces procédures étaient complètement inutiles pour ce patient.

À quoi servent les marqueurs tumoraux??

Les marqueurs tumoraux sont principalement utilisés pour surveiller l'évolution de la maladie et évaluer l'efficacité du traitement médicamenteux pour les maladies tumorales. Dans le cas où au départ, lors de l'établissement du diagnostic, une augmentation du marqueur tumoral a été trouvée chez le patient, à l'avenir, avec son aide, nous pouvons suivre le déroulement du traitement. Souvent après une chirurgie ou un traitement de chimiothérapie, on voit comment le niveau du marqueur «tombe» littéralement de plusieurs milliers d'unités à des valeurs normales. Son augmentation de la dynamique peut indiquer soit une rechute de la tumeur, soit la tumeur restante, comme disent les médecins, «résiduelle» a montré une résistance au traitement. Parallèlement aux résultats d'autres études, cela peut indiquer aux médecins qu'ils devraient réfléchir à un changement de tactique de traitement et à un examen plus approfondi du patient..

Existe-t-il des études qui aident vraiment à détecter le cancer à un stade précoce??

Il existe des études pour identifier certains types de cancer qui ont montré leur fiabilité et leur efficacité dans de grandes études épidémiologiques et dont l'utilisation est recommandée dans un schéma de dépistage..

Par exemple, le United States Preventive Service Task Force (USPSTF), sur la base d'études cliniques récentes, recommande la tomodensitométrie à faible dose pour le dépistage du cancer du poumon. La tomodensitométrie à faible dose est recommandée pour les personnes âgées de 55 à 80 ans qui ont des antécédents de tabagisme depuis 30 ans ou qui ont arrêté de fumer il y a moins de 15 ans. Aujourd'hui, c'est la méthode la plus précise pour la détection précoce du cancer du poumon, dont l'efficacité a été confirmée du point de vue de la médecine factuelle..

Aucun examen aux rayons X, encore moins la fluorographie des organes thoraciques, qui étaient utilisés plus tôt, ne peuvent remplacer la tomodensitométrie à faible dose, car leur résolution ne permet de détecter que les formations à grande focale, qui indiquent les derniers stades du processus oncologique..

Dans le même temps, les avis sur certains types de dépistage, massivement utilisés depuis plusieurs décennies, sont en cours de révision aujourd'hui. Par exemple, dans le passé, les médecins recommandaient aux hommes de passer un test sanguin PSA pour dépister le cancer de la prostate. Mais des études récentes ont montré que les niveaux de PSA ne sont pas toujours une base fiable pour initier des mesures de diagnostic. Par conséquent, nous recommandons maintenant de prendre le PSA uniquement après avoir consulté un urologue.

Pour le dépistage du cancer du sein, les recommandations restent les mêmes - pour les femmes qui ne sont pas à risque de cancer du sein, la mammographie est obligatoire après 50 ans tous les deux ans. Avec une densité accrue de tissu mammaire (survient chez environ 40% des femmes), une échographie des glandes mammaires doit être réalisée en plus de la mammographie.

Un autre cancer très courant qui peut être détecté par dépistage est le cancer de l'intestin.

Pour détecter le cancer de l'intestin, une coloscopie est recommandée, ce qui est suffisant pour être réalisée une fois tous les cinq ans, à partir de 50 ans, s'il n'y a pas de plaintes et d'hérédité aggravée pour cette maladie. À la demande du patient, l'examen peut être effectué sous anesthésie et ne provoquer aucune sensation désagréable, alors qu'il s'agit de la méthode la plus précise et la plus efficace pour diagnostiquer le cancer colorectal.

Aujourd'hui, il existe des méthodes alternatives: la colonographie par tomodensitométrie, ou «coloscopie virtuelle», vous permet d'examiner le côlon sans l'introduction d'un endoscope - sur une tomodensitométrie. La méthode a une sensibilité élevée: 90% lors du diagnostic de polypes de plus de 1 cm avec une durée d'étude d'environ 10 minutes. Il peut être recommandé pour ceux qui ont déjà subi une coloscopie de dépistage traditionnelle, qui n'a révélé aucune anomalie..

À quoi les jeunes devraient-ils faire attention?

Le dépistage qui commence à un âge précoce est le dépistage du cancer du col de l'utérus. Un frottis d'oncocytologie (test PAP), selon les recommandations américaines, doit être réalisé à partir de 21 ans. De plus, il est nécessaire de faire un test de dépistage du papillomavirus humain (VPH), car le portage à long terme de certains types oncogènes de VPH est associé à un risque élevé de développer un cancer du col de l'utérus. La vaccination des filles et des jeunes femmes contre le VPH est une méthode fiable de protection contre le cancer du col de l'utérus.

Malheureusement, l'incidence du cancer de la peau et du mélanome a augmenté récemment. Par conséquent, il est conseillé de montrer les soi-disant «grains de beauté» et autres formations pigmentées sur la peau à un dermatologue une fois par an, surtout si vous êtes à risque: vous avez la peau claire, avez eu des antécédents familiaux de cancer de la peau ou de mélanome, avez eu des coups de soleil, ou êtes-vous un amateur visitez les solariums, qui sont d'ailleurs interdits dans certains pays aux moins de 18 ans. Il a été démontré que deux épisodes ou plus de coups de soleil sur la peau augmentent le risque de cancer de la peau et de mélanome.

Est-il possible de suivre les "taupes" vous-même?

Les spécialistes ont une attitude sceptique à l'égard des auto-examens. Par exemple, l'auto-examen des seins, qui a été tellement encouragé dans le passé, ne s'est pas avéré efficace. Désormais, elle est considérée comme nocive, car elle apaise la vigilance et ne permet pas de diagnostiquer à temps. Il en va de même pour l'examen de la peau. Mieux si fait par un dermatologue.

Le cancer peut-il être héréditaire?

Heureusement, la plupart des cancers ne sont pas héréditaires. De tous les cancers, environ 15% seulement sont héréditaires. Un exemple frappant de cancer héréditaire est le portage de mutations dans les anti-oncogènes BRCA 1 et BRCA 2, qui est associé à un risque accru de cancer du sein et, dans une moindre mesure, de cancer de l'ovaire. Tout le monde connaît l'histoire d'Angelina Jolie, dont la mère et la grand-mère sont décédées d'un cancer du sein. Ces femmes doivent être surveillées régulièrement et subir des examens des seins et des ovaires pour éviter le développement d'un cancer héréditaire..

Les 85% de tumeurs restantes sont des tumeurs qui apparaissent spontanément, ne dépendent d'aucune prédisposition héréditaire.

Cependant, si plusieurs parents sanguins de la famille souffraient de maladies oncologiques, nous parlons du fait que leurs enfants peuvent avoir une capacité réduite à métaboliser des substances cancérigènes, ainsi qu'à réparer l'ADN, c'est-à-dire à «réparer» l'ADN, pour le dire simplement.

Quels sont les principaux facteurs de risque de développement du cancer?

Les principaux facteurs de risque sont le travail dans les industries dangereuses, le tabagisme, la consommation fréquente (plus de trois fois par semaine) et à long terme d'alcool, la consommation quotidienne de viande rouge, la consommation constante d'aliments traités thermiquement, congelés et vendus prêts-à-manger. Ces aliments sont pauvres en fibres, en vitamines et en d'autres substances dont une personne a besoin, ce qui peut entraîner un risque accru de développer, par exemple, un cancer du sein. Le tabagisme est l'un des facteurs de risque les plus courants et les plus redoutables - il conduit non seulement au cancer du poumon, mais aussi au cancer de l'œsophage, de l'estomac, de la vessie, de la tête et du cou: cancer du larynx, cancer de la muqueuse buccale, cancer de la langue, etc..

Pour le cancer de la peau et le mélanome, comme nous l'avons mentionné, l'exposition au soleil avant les coups de soleil est un facteur de risque..

L'utilisation à long terme de médicaments hormonaux, par exemple, un traitement hormonal substitutif, pendant plus de 5 ans et non sous la surveillance d'un médecin, peut entraîner un risque accru de cancer du sein et de cancer de l'utérus chez les femmes, par conséquent, la prise de ces médicaments doit être effectuée sous la stricte surveillance d'un mammologue et d'un gynécologue..

Comme nous l'avons mentionné ci-dessus, les virus, y compris les types oncogènes de virus HPV, qui conduisent au cancer génital et buccal, peuvent également être un facteur de risque. Certains virus non cancérigènes peuvent également être des facteurs de risque. Par exemple, les virus de l'hépatite B et C: ils ne provoquent pas directement le cancer du foie, mais conduisent à une maladie inflammatoire chronique du foie - hépatite, et après 15 ans, un patient atteint d'hépatite chronique B et C peut développer un cancer hépatocellulaire.

Quand consulter un médecin?

S'il y a des facteurs de risque ou si la personne se sent anxieuse, il est préférable de consulter un oncologue. Ce que vous ne devriez certainement pas faire, c'est vous désigner vous-même des examens. Vous pouvez obtenir des tonnes de faux positifs et de faux négatifs qui peuvent compliquer votre vie et entraîner du stress, des procédures de diagnostic et des interventions inutiles. Bien sûr, si des symptômes alarmants apparaissent soudainement, il est impératif de consulter un oncologue, quels que soient les risques.

Lors de la consultation, on se pose beaucoup de questions, on s'intéresse à tout: mode de vie, expérience du tabagisme, consommation d'alcool, fréquence du stress, régime alimentaire, appétit, indice de masse corporelle, hérédité, conditions de travail, comment le patient dort la nuit, etc. S'il s'agit d'une femme, c'est important état hormonal, antécédents de reproduction: quel âge avait le premier enfant, combien de naissances, si la femme allaitait, etc. Il peut sembler au patient que ces questions ne sont pas liées à son problème, mais elles sont importantes pour nous, elles nous permettent de composer un portrait individuel d'une personne, d'évaluer les risques de développer certains cancers et de lui prescrire exactement l'ensemble des examens dont il a besoin..

Aide au mélanome: marqueurs tumoraux, analyses, diagnostics

Aujourd'hui, le cancer reste l'un des diagnostics les plus graves et est perçu par de nombreuses personnes comme synonyme de mort complètement inévitable. Mais en fait, un diagnostic rapide d'une telle maladie peut sauver des vies avec un degré de probabilité assez élevé..

Cancer de la peau

Les lésions cancéreuses de la peau sont extrêmement courantes dans le monde entier, de sorte que les scientifiques accordent une attention particulière aux diverses méthodes de diagnostic précoce de ces affections, ainsi qu'à la recherche de nouvelles méthodes de traitement plus efficaces. Cependant, de nombreux patients ignorent les premières manifestations possibles du cancer, étant confiants dans le coût élevé et l'efficacité insuffisante des techniques de diagnostic nationales. En conséquence, les visites chez les médecins sont souvent très tardives, alors qu'il n'y a pratiquement aucune chance de guérison réussie..

Le cancer de la peau est le plus souvent la première manifestation de changements locaux visibles à l'œil nu. Plaies non cicatrisantes, taches incompréhensibles qui changent de taille ou grains de beauté spécifiques - c'est une raison pour demander conseil à un oncologue.

Diagnostique

Les médecins assurent que le type de cancer de la peau le plus courant est le mélanome ou le mélanoblastome. Ce type de cancer survient lorsque les cellules pigmentaires de l'épiderme - les mélanocytes - dégénèrent. La tumeur peut se développer à partir de taches de vieillesse et de grains de beauté, par conséquent, le diagnostic de base du mélanome est l'examen en temps opportun de ces marques sur le corps. Cela peut être fait par tout le monde à la maison. En particulier, les grains de beauté qui ont:

  • Forme irrégulière (asymétrie).
  • Bord bosselé irrégulier.
  • Coloration inégale.
  • Grand diamètre (plus de 0,5 cm.).
  • La taille, la forme, la couleur change.

Si le cancer se développe et progresse, la zone touchée peut être douloureuse et irritée. Chute de cheveux, saignement, ulcération et changements nodulaires possibles.

Si vous trouvez des marques suspectes sur votre corps, vous devez contacter un oncologue ou un dermatologue, le médecin vous dira où vous faire tester gratuitement pour le cancer de la peau. Un tel accueil est effectué dans de nombreux dispensaires KVD et oncologiques (parfois certains jours de l'année, notamment le jour du mélanome - 26 mai).

Dermatoscopie

La méthode de dermatoscopie est la méthode la plus accessible pour le diagnostic primaire du cancer de la peau, qui peut être pratiquée dans un dispensaire dermatovénérologique ordinaire et ne nécessite aucun équipement spécial d'un spécialiste, à l'exception d'un dermatoscope.

Cet appareil vous permet de voir les formations sur la peau avec une augmentation significative (huit cents fois), certains appareils affichent l'image résultante sur l'écran du moniteur. L'examen dermatoscopique fournit des informations sur tous les paramètres des grains de beauté:

  • Diamètre.
  • Le degré d'inégalité des frontières.
  • Périmètre.
  • La présence d'inclusions pigmentaires.
  • Carrés.
  • Navires.
  • La structure interne de la taupe (grâce à l'application d'huile d'immersion).

La dermatoscopie peut diagnostiquer divers types de cancer aux premiers stades de développement. En particulier, il aide à la détection du mélanome cutané, du basaliome et de l'oncologie épidermoïde..

La technique d'examen dermatoscopique présente plusieurs avantages:

  • Peut être pratiqué assez souvent à titre préventif (les médecins conseillent de subir une telle étude une fois par an en présence de grains de beauté potentiellement dangereux).
  • Diagnostique efficacement les processus pathologiques dans les naevus.
  • N'a pas de contre-indications, il peut être effectué même dans la petite enfance.
  • Ne nécessite pas de violation de l'intégrité du naevus (par opposition à la perforation).
  • Abordable (gratuit dans de nombreuses cliniques gouvernementales).

Cependant, la dermatoscopie n'est pas 100% informative et ne peut être utile dans l'étude des grains de beauté en forme d'hémisphère ou de nodule..

Des analyses de sang

Différents types de tests sanguins peuvent fournir suffisamment d'informations sur les caractéristiques du fonctionnement du corps. Cependant, à ce jour, ces méthodes de diagnostic ne déterminent pas avec précision le développement du cancer de la peau. Après tout, les chercheurs n'ont pas encore été en mesure d'identifier à cent pour cent des marqueurs tumoraux pour le cancer de la peau. De tels composés protéiques pourraient indiquer la tendance d'un individu à développer un cancer de la peau et augmenter la possibilité d'un diagnostic précoce de la pathologie..

Néanmoins, même selon les recherches gratuites habituelles, on peut soupçonner le développement de maladies oncologiques. En particulier, une formule sanguine complète pour le mélanome peut montrer:

  • Augmentation du nombre de globules blancs.
  • Diminution du nombre de plaquettes.
  • Diminution des taux d'hémoglobine.
  • Diminution du nombre de lymphocytes.
  • Augmentation du nombre de neutrophiles.
  • Une augmentation du nombre de leucocytes insuffisamment matures.
  • Une augmentation de l'ESR (vitesse de sédimentation des érythrocytes).

Quant à l'étude biochimique, les résultats de ce test sanguin pour le cancer de la peau peuvent également s'écarter de la norme. En particulier, il est possible:

  • Augmentation des paramètres hépatiques ALT et AST.
  • Écarts totaux des protéines.
  • Une certaine augmentation de l'urée et de la créatinine, etc..

Bien entendu, ces résultats ne sont pas spécifiques et ne permettent pas une conclusion sans ambiguïté sur l'oncologie. Après tout, les écarts par rapport à la norme peuvent être le résultat de la réaction du corps à une variété de maladies, y compris des maladies assez bénignes..

Dans le cancer de la peau, qui progresse et atteint déjà le troisième ou le quatrième stade de développement, lors d'un test sanguin biochimique, on constate une augmentation du taux de l'enzyme lactate déshydrogénase. Cette substance est formée à la suite de métastases tumorales, et sa présence en quantité significative peut être observée en oncologie de localisation différente..

Marqueur tumoral du cancer de la peau

Certains laboratoires suggèrent une détection précoce du mélanome en recherchant dans le sang la protéine S100. Cette substance est considérée comme un marqueur tumoral du mélanome. Le terme «marqueur tumoral» est utilisé par les médecins pour désigner des substances spécifiques qui sont des produits de l'activité vitale d'une tumeur ou qui sont produites par des tissus sains dans le contexte de pathologies oncologiques. Les marqueurs tumoraux peuvent être enregistrés dans le sang ou l'urine de patients atteints de cancer et de certaines autres affections sans aucun lien avec celui-ci.

Ainsi, la protéine S100 trouvée dans le sang peut indiquer:

  • Mélanome malin. Au premier stade de la maladie, ce marqueur tumoral du mélanome reste normal. Le diagnostic de la maladie au deuxième ou au troisième stade est possible dans 4 à 20% des cas. Au quatrième stade du mélanome, la quantité du marqueur S100 augmente dans 30 à 90% des cas.
  • Divers dommages aux cellules cérébrales. En particulier, la protéine s100 se retrouve chez les patients présentant des traumatismes crâniens, des accidents vasculaires cérébraux, des troubles neurologiques, etc..
  • La maladie d'Alzheimer.
  • De nombreux processus inflammatoires.
  • Activité physique sérieuse.

Ainsi, la recherche d'un marqueur tumoral du mélanome cutané ne peut pas être considérée comme une méthode fiable pour diagnostiquer le cancer, car avec un taux accru de protéine s100 dans le sang, le mélanome peut ne pas être présent. De plus, une telle étude n'est pas gratuite, elle est réalisée principalement dans des laboratoires privés et n'est pas bon marché.

Examen histologique

Aujourd'hui, l'examen histologique est une méthode qui diagnostique enfin un possible cancer de la peau. Son essence réside dans l'examen de tissus (ou d'un échantillon de tissu de biopsie) sous un grossissement important. Lors de cette analyse du cancer de la peau, un spécialiste peut déterminer la présence de cellules cancéreuses et d'autres caractéristiques d'une formation tumorale, en particulier son agressivité et son danger..

Un modèle pour une telle étude peut être:

  • Matériau de la tache de naissance ou des verrues enlevées.
  • Matériel collecté avec une aiguille spéciale lors de la ponction (biopsie du mélanome).

Les tissus obtenus en laboratoire sont traités avec des substances spéciales, découpés en tranches les plus fines et soumis à une étude approfondie..

Si des modifications pathologiques sont trouvées dans le matériel de test, cela est indiqué dans la conclusion et devient la raison pour laquelle un diagnostic approprié est posé..

Aujourd'hui, les examens histologiques sont effectués gratuitement dans de nombreuses institutions municipales (conformément à la politique). Mais les résultats d'une telle analyse peuvent être attendus pendant assez longtemps en raison de la congestion des laboratoires. Dans les établissements commerciaux, l'histologie peut être réalisée en seulement une semaine.

Diagnostic du mélanome: tout sur les marqueurs tumoraux et la procédure pour réussir l'analyse

Le mélanome est un néoplasme malin de la peau qui se forme à partir des mélanocytes. Le diagnostic repose sur la détection de certains paramètres de laboratoire appelés marqueurs tumoraux. En outre, un examen cytologique et histologique des zones cutanées touchées est obligatoire - ils sont obtenus par grattage ou en supprimant une tache sombre pathologique. Il est important de conclure une échographie des ganglions lymphatiques voisins. Un marqueur tumoral du mélanome est sécrété par le sang veineux ou l'urine. Il existe plusieurs indicateurs qui changent dans le mélanome. Tests de base: bêta-2-microglobuline (β-2-microglobuline) dans le sang et l'urine, protéine S100, antigène du carcinome épidermoïde (SCC).

Quels sont les marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont certaines protéines ou d'autres composés produits par l'organisme en réponse à une lésion cancéreuse d'un organe ou d'un tissu. Des formations malignes peuvent se développer dans tous les organes, en fonction de la classification et de la composition du tissu affecté, diverses substances spécifiques sont produites, c'est-à-dire des marqueurs tumoraux. Certaines protéines sont produites directement par la tumeur, tandis que d'autres sont créées par des tissus sains en réponse à des toxines oncologiques transportées dans tout le corps..

La médecine moderne a plusieurs dizaines de marqueurs du cancer dans le sang et l'urine. Certaines substances spécifiques sont produites par un organe, par exemple, le CA-15-3 apparaît uniquement dans le cancer du sein. D'autres marqueurs répondent à de nombreux organes et peuvent être légèrement élevés même lors de processus somatiques non associés à la reproduction de cellules cancéreuses. Par exemple, l'antigène cancéreux embryonnaire (CEA) augmente dans le cancer de l'estomac, des intestins, du système génito-urinaire et peut légèrement dépasser les valeurs normatives en cas de processus inflammatoires chroniques à long terme dans le tractus gastro-intestinal et les poumons.

Caractéristiques de l'analyse des marqueurs tumoraux dans les mélanomes cutanés

Dans le mélanome, la majorité des patients ont une augmentation des marqueurs tumoraux tels que la β-2-microglobuline, la protéine S100, l'antigène du carcinome épidermoïde et le TA-90.

La bêta-2-microglobuline est détectée dans le sang ou l'urine. La détection d'une augmentation de ces indicateurs est considérée comme une composante importante du diagnostic en oncologie des néoplasmes cutanés. Avec le mélanome diffus, cette protéine augmente chez 70 à 80% des patients. Cependant, aller au-delà de la fourchette normative pour la production de cette protéine peut provoquer des maladies auto-immunes et lymphoprolifératives. Les valeurs normales chez un adulte en bonne santé vont de 0,6 à 2,3 mg / L dans le sang et à moins de 0,3 mg / L dans l'urine.

Chez environ 30% des patients atteints de mélanoblastome cutané, la valeur de la protéine S100 augmente. Ce marqueur n'est pas indiqué pour le diagnostic primaire, mais pour le suivi du traitement et l'évaluation des rechutes précoces. La détermination de la concentration du marqueur est effectuée dans le sérum obtenu à partir de sang veineux. La norme est la quantité de protéine S100 inférieure à 0,1 μg / l.

Dans le carcinome épidermoïde, les paramètres de l'antigène SCC changent. Cette substance est produite dans le carcinome du cuir chevelu et du cou, du col de l'utérus, de la trachée et d'autres organes. Moins de 10% des patients atteints de mélanome ont une augmentation de cette substance. La concentration de cet antigène dans le sang des personnes en bonne santé ne dépasse pas 0,2 ng / ml.

Quand l'analyse est-elle requise?

Pour un diagnostic primaire définitif de mélanome, une conclusion sur l'examen histologique des tissus affectés est nécessaire. C'est la présence de cellules atypiques et les modifications correspondantes dans les différentes couches de la peau qui permettent de confirmer le diagnostic de néoplasme malin..

Sur la base d'une augmentation du marqueur oncologique et des manifestations cliniques, c'est-à-dire de la présence de taches sombres renversées sur la peau, le médecin établit un diagnostic présomptif. Il est prescrit comme diagnostic avec un point d'interrogation.

Dans la plupart des cas, les marqueurs tumoraux sont utilisés pour le diagnostic précoce de la récidive du mélanome. Après l'ablation d'une tumeur sur la peau, des cellules atypiques peuvent rester dans les ganglions lymphatiques voisins ou dans les tissus sous-jacents. Si, pendant l'opération, tous les foyers de mélanome n'ont pas été éliminés et si une chimiothérapie et une radiothérapie efficaces n'ont pas été effectuées, une nouvelle tumeur cancéreuse visible se formera après un certain temps..

Dans un organisme qui a déjà connu un cancer de la peau, lorsque le mélanome se reformera, des substances caractéristiques seront produites plus rapidement. Plus tôt le médecin détecte une récidive du cancer, plus le pronostic de la maladie est prometteur. Par conséquent, il est conseillé aux patients dont le mélanome a été enlevé de donner périodiquement du sang pour les marqueurs du cancer. Dans les deux premières années suivant l'opération, des études sont réalisées une fois tous les 3 mois, puis deux fois par an.

Préparation à l'analyse et règles de conduite

Les marqueurs tumoraux se forment dans le corps sur une longue période. Ils s'accumulent pendant des semaines ou des mois.

On pense qu'à la veille de l'étude, la prise alimentaire, le stress, l'exercice n'affectent pas radicalement le niveau de substances spécifiques formées au cours du processus de cancer. Cependant, certaines substances, comme la protéine S100, sont sensibles à un travail musculaire intense.

Pour que les analyses donnent une image précise, il est recommandé:

  1. Il est préférable de faire un test sanguin le matin à jeun. Pour les marqueurs tumoraux, il est permis de prendre un biomatériau 4 heures après avoir mangé un repas léger. Si vous prenez du sang veineux immédiatement après avoir mangé, une chylose est possible - un excès de particules de graisse. Le sang "huileux" ne convient pas à la recherche.
  2. Ne t'en fais pas. Le stress émotionnel contribue à la destruction des globules rouges, des formes d'hémolyse dans le tube à essai. Les études sur le sérum avec hémolyse ne sont pas réalisées par la plupart des laboratoires.
  3. Ne pas fumer 1 heure avant le don de sang.
  4. La veille, vous ne pouvez pas visiter la salle de sport, vous engager activement dans un travail physique.

Le prélèvement d'urine pour l'analyse de la β-2-microglobuline est effectué dans un récipient stérile. Le matin, le patient doit vider la vessie dans les toilettes. Ensuite, vous devez boire 1 à 2 verres d'eau tiède. Après environ une heure, lorsque vous voulez aller aux toilettes, collectez toute la portion d'urine dans un récipient en plastique avec un couvercle hermétique. L'urine doit être livrée au laboratoire dans les 2-3 heures.

Normes et décodage

Le niveau de bêta-2-microglobuline dans l'urine est autorisé jusqu'à 0,3 mg / l, dans le sang sa concentration chez l'adulte ne doit pas dépasser 2,3 mg / l. Cependant, une augmentation de cette protéine spécifique n'indique pas toujours la présence d'un processus malin..

En plus du mélanome, une augmentation de la bêta-2-microglobuline dans l'urine est observée lorsque:

  • lésions rénales diabétiques;
  • effets secondaires de la nifédipine, de la gentamicine et d'autres médicaments;
  • maladies auto-immunes, telles que le lupus érythémateux disséminé.

Dans le sang, une augmentation de la bêta-2-microglobuline dans le sang est notée lorsque:

  • inflammation totale aiguë;
  • processus auto-immuns;
  • infections virales sévères - VIH, CMVI, etc.
  • insuffisance rénale;
  • mélanomes multiples.

Selon l'interprétation des résultats du test pour la bêta-2-microglobuline, il est possible de supposer le développement d'un cancer de la peau avec des manifestations cliniques concomitantes et une augmentation des ganglions lymphatiques régionaux.

La quantité de protéine S100 dans le sang d'un adulte en bonne santé ne doit pas dépasser 0,105 μg / L. Une augmentation de ce marqueur tumoral indique:

  • la présence d'un processus malin sur la peau, c'est-à-dire qu'il confirme un mélanome;
  • troubles neurologiques (accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien, maladie d'Alzheimer, sclérose vasculaire cérébrale, etc.);
  • activité physique intense la veille.

Avec la propagation du processus tumoral, les résultats de l'analyse de la protéine S100 augmenteront en proportion directe.

Les raisons de la ré-analyse peuvent être l'identification de rechutes précoces dans la manifestation préclinique. Lorsque les cellules tumorales infectent les ganglions lymphatiques et se propagent à travers le système lymphatique vers d'autres couches sous-cutanées, mais n'apparaissent pas à la surface du corps, la protéine S100 commence déjà à monter.

Avec des métastases dans d'autres organes, les substances correspondantes commencent à être produites. Avec la mort des cellules cancéreuses saines et la prolifération, la lactate déshydrogénase (LDH), le facteur de nécrose tumorale (TNF) et d'autres marqueurs augmentent.

Ce qui affecte la précision de l'analyse

Lors de la décomposition, certains médicaments libèrent des substances qui affectent le niveau des marqueurs tumoraux dans le sang. Il peut y avoir des similitudes dans la composition chimique, de sorte que les analyseurs de laboratoire confondent ces substances avec la composition chimique des marqueurs tumoraux et peuvent donner une fausse réponse positive. D'autres médicaments augmentent la production de marqueurs dans les tissus sains.

Avant de prendre des marqueurs tumoraux pour le mélanome cutané, vous devriez consulter votre médecin au sujet des médicaments que vous prenez. Il est conseillé d'arrêter de prendre du carboplatine, du cisplatine, etc..

Il n'y a pas de marqueurs précis de la spécificité du processus oncologique. La production de protéines spécifiques est influencée par le travail des systèmes immunitaire et humorale. Chez un certain nombre de patients présentant des échecs dans ces systèmes, une augmentation des marqueurs tumoraux n'est pas détectée, même aux stades 2-3 du cancer de la peau..