Principal
Cirrhose

ODH (oligoastrocytome) du cerveau

1. Classification des tumeurs 2. Facteurs étiologiques et manifestations cliniques de l'oncopathologie 3. Méthodes de diagnostic 4. Prise en charge des patients 5. Prévisions

L'oligodendrogliome (oligodendrocytome) est un processus tumoral des structures cérébrales du groupe des gliomes, formé à la suite de la malignité des oligodendrocytes. Ce processus peut survenir à tout âge, mais le plus souvent il s'établit chez la maturité, plus souvent chez l'homme.

Les transformations malignes des cellules gliales (astrocytes ou oligodendrocytes) représentent environ 3% de toutes les tumeurs cérébrales, ce qui correspond à une incidence de 0,3 cas pour 100000 habitants par an.

Toutes les tumeurs gliomateuses sont caractérisées par une croissance exophytique-endophytique, avec des symptômes légers pendant 5 ans.

Classification des tumeurs

En neurooncologie clinique, les néoplasmes (oligodendrogliome) sont classés comme suit:

  • Oligodendrogliome hautement différencié (grade II). La maladie peut avoir une évolution latente avec une évolution partiellement favorable;
  • Oligodendrogliome anaplasique (grade III). La tumeur cérébrale se caractérise par une progression rapide.
  • Oligoastrocytome de type mixte (grade III), le cancer a tendance à dégénérer en glioblastome cérébral agressif, difficile à traiter et dans la plupart des cas mortel.

Facteurs étiologiques et manifestations cliniques de l'oncopathologie

Des scientifiques de l'Université de recherche sur le cancer ont découvert que les mutations du gène TCF12 sont principalement considérées comme le mécanisme de déclenchement de la transformation du cancer chez les patients atteints d'oligodendrogliomes cérébraux..

Mais il y a aussi des facteurs de risque:

  • Sexe (majoritairement masculin);
  • Activités directement liées au contact avec des composés nocifs (chimie, industrie pétrolière, etc.) ou à une exposition radio;
  • Changements liés à l'âge;
  • Pollution environnementale;
  • Infections virales antérieures à oncogénicité élevée.

La manifestation des symptômes est étroitement liée au site de localisation de l'oligodendrogliome..

La malignité de la partie frontale se manifeste par des problèmes neurologiques, en particulier une altération de la coordination des mouvements, de l'activité de la parole, des problèmes de mémoire, l'assimilation des informations, une perte auditive.

  • Problèmes optiques fonctionnels;
  • Vertiges et vomissements (9%);
  • Augmentation de l'irritabilité;
  • Saisies;
  • Épilepsie (57%);
  • Hémiparésie;
  • Diminution de la capacité mentale;
  • Paralysie du côté opposé du tronc.

Méthodes de diagnostic

Afin d'établir le diagnostic d'oligodendrogliome ou d'oligoastrocytome, l'état neurologique est évalué, l'anamnèse est prise: la fonction auditive, l'odorat, les réflexes des yeux sont vérifiés, l'état de l'appareil musculaire et vestibulaire est évalué, une attention particulière est accordée à l'évaluation de la pensée abstraite et de la mémoire.

Si vous suspectez un oligodendrogliome (ODH), les tests instrumentaux suivants sont obligatoires:

  • Visualisation des structures cérébrales par IRM;
  • CT aux rayons X pour obtenir des images en couches du cerveau;
  • Vérification de l'activité bioélectrique du cerveau - EEG;
  • Diagnostic de sensibilité auditive - Audiométrie.

Diagnostic de laboratoire de l'EDH:

  • Analyse du CSF;
  • biopsie stéréotaxique;
  • test sanguin biochimique (fonctionnalité hépatique et rénale).

Gestion des patients

Le traitement standard de l'oligodendrogliome, comme d'autres processus organiques du cerveau, est l'excision chirurgicale associée à une chimiothérapie.

C'est pourquoi le traitement des patients atteints de tumeurs gliales est une tâche très difficile..

La meilleure option pour les patients atteints d'oligodendrogliome est l'élimination complète du processus cancéreux. Cette tactique de traitement des oligodendrogliomes est appliquée aux tumeurs de stade 2, car elles n'affectent qu'une seule zone cérébrale. Si un processus oncologique du troisième ou quatrième degré de malignité est détecté, une résection complète n'est pas possible. Dans de tels cas, une radio et une chimiothérapie adjuvante et néoadjuvante sont prescrites..

En présence de tumeurs cérébrales à croissance infiltrative agressive (les cellules malignes pénètrent rapidement dans les structures voisines), un traitement chirurgical mini-invasif peut être difficile.

Les chirurgies mini-invasives pour éliminer l'EDH sont réalisées à l'aide de la chirurgie stéréotaxique moderne, l'utilisation de la tomodensitométrie et de l'IRM permet d'établir facilement l'emplacement exact de l'oligodendrogliome. Les instruments microchirurgicaux éliminent la tumeur sans affecter les tissus sains, ce qui rend l'opération efficace et relativement sûre.

En présence de tumeurs oligodendrogliomes de petite taille, ils recourent à l'utilisation de la technique de radiothérapie CyberKnife.

Les tumeurs de type glial sont sensibles à la pharmacothérapie systémique, qui est réalisée selon le régime PCV: procarbazine, CCNU (lomustine), vincristine. Dans certains cas, la monothérapie au témozolomide donne un bon résultat..

Les foyers d'oligodendrogliomes du deuxième stade peuvent être traités par injection locale de médicaments cytostatiques dans le liquide céphalo-rachidien ou directement dans les tissus tumoraux.

En ce qui concerne l'EDH anaplasique, afin de supprimer la croissance tumorale, seule la radiothérapie est utilisée - l'utilisation de rayonnements à haute énergie.

La radiothérapie pour l'EDH peut être réalisée en introduisant des isotopes dans la tumeur (curiethérapie guidée par CT). Plusieurs séances de cette thérapie peuvent détruire les cellules cancéreuses et réduire la tumeur..

La forme anaplasique d'une tumeur cérébrale gliale, compliquée par la propagation ultérieure du processus oncologique à l'hémisphère voisin, indique l'inopérabilité du néoplasme - une récupération complète est considérée comme impossible

Dans ce cas, la chirurgie du cerveau doit être considérée comme le type d'étude diagnostique le plus acceptable, au cours de laquelle une biopsie est réalisée..

À la fin du traitement chirurgical de l'oligodendrogliome, un cours de physiothérapie est prescrit - une partie intégrante du rétablissement complet du patient.

De plus, le patient a besoin de l'aide de spécialistes en psychologie et de thérapeutes en réadaptation qualifiés pour reprendre une activité physique. Chaque année, les patients atteints d'oligodnedrogliomes et d'astrocytomes doivent subir un certain nombre de mesures diagnostiques et faire un don de sang pour les marqueurs tumoraux afin d'éviter le re-développement du processus oncologique.

Lorsqu'une éducation est détectée chez des patientes en âge de procréer qui planifient une grossesse à l'avenir, la conception est reportée jusqu'à ce que la tumeur soit enlevée.

La principale contre-indication à la grossesse en présence d'une tumeur est sa croissance accrue dans le contexte d'un changement du fond hormonal d'une femme. Pour cette raison, le néoplasme est réséqué et le patient est ensuite restauré. Une grossesse ultérieure est possible au plus tôt un an plus tard, sous réserve de résultats de test favorables.

Lors de la prescription d'une ablation chirurgicale, tout d'abord, son volume est déterminé, afin de maximiser la préservation des fonctions vitales.

Prévoir

L'obtention d'une rémission stable après le traitement (taux de survie à 5 ans) dépend directement de l'âge et des facteurs physiques dans l'histoire de vie de chaque patient. La probabilité la plus élevée de guérison conditionnelle (absence de nouveaux foyers dans les 10 ans suivant la chirurgie) est observée chez les patients jeunes.

Plus le patient est âgé, plus ses chances de survie sont faibles..

Ces statistiques se lisent:

  • Dans les groupes de 20 à 44 ans, le taux de survie atteint 81%;
  • En groupes de 45 à 55 - 68%;
  • 55 ans et plus - jusqu'à 47%.

Un pronostic décevant a un troisième type - l'oligoastrocytome, se transformant en glioblastome, avec ce diagnostic, même les patients du groupe d'âge le plus jeune vivent 5 ans après le traitement dans seulement 14% des cas.

Si le processus tumoral n'a pas dépassé la substance blanche des hémisphères et n'a pas tendance à se développer dans les structures cérébrales voisines, le taux de survie moyen atteint 10 ans, dans le cas d'un oligodendrogliome anaplasique, l'espérance de vie ne dépasse pas une barrière de 2 à 5 ans.

En cas de diagnostic aux stades initiaux de la transformation du cancer avec élimination rapide en peu de temps, la maladie peut être qualifiée de conditionnellement favorable..

Oligodendrogliome du cerveau: traitement et pronostic

Oligodendrogliome (parfois également appelé oligoastrocytome) - une tumeur de la neuroglie qui se développe à partir d'oligodendrocytes.

Cette tumeur peut toucher un patient à tout âge, mais dans la plupart des cas, elle survient chez les hommes à un âge avancé. Cette maladie n'est pas courante; elle ne représente que 3% de tous les néoplasmes du cerveau.

Au fur et à mesure que la tumeur progresse, elle se développe dans le cortex cérébral. Le néoplasme peut atteindre des tailles importantes, avoir une croissance expansive. La formation de kystes dans la tumeur peut également être observée. Si le traitement n'est pas fourni en temps opportun, des glioblastomes se développent..

Caractéristiques et localisation de la formation tumorale

Une tumeur neurogliale survient à tout âge, principalement chez la moitié masculine de la population. Il survient chez 3% des hommes. A un développement lent, situé dans la substance blanche des hémisphères cérébraux.

Si la pathologie n'est pas traitée, elle peut atteindre une taille importante. Il est diagnostiqué le long des parois des ventricules, peut pénétrer dans leur cavité et se développer dans le cortex cérébral. Très rarement localisé directement sur le cervelet, le nerf optique et le tronc cérébral.

Le néoplasme a une teinte rose pâle et un contour clair. Des kystes peuvent se former à l'intérieur. Il se développe sur une longue période. Cette tumeur ne peut pas être guérie avec des médicaments, il est impératif qu'une intervention chirurgicale soit effectuée.

Avant que le patient ne subisse un examen approfondi. L'oligodendrogliome se distingue par la présence d'une pétrification, la plupart des patients continuent à vivre avec la tumeur pendant cinq ans après le diagnostic et avant le début du traitement.

Types de tumeurs

  • hautement différencié - un néoplasme caractérisé par une croissance lente, une certaine forme;
  • anaplasique - un néoplasme caractérisé par une croissance rapide, des formes indistinctes, appartient à des tumeurs rares.

En outre, l'oligodendrogliome peut être de plusieurs degrés de malignité, et le dernier degré se développe progressivement en glioblastome et est localisé dans les lobes frontaux et pariétaux du cerveau.

Causes et symptômes

Quant aux raisons du développement de ce type de tumeur, elles ne sont pas encore établies. Cependant, au fil du temps, il a été révélé que les patients avec ce diagnostic présentaient un type de mutation génétique dans le premier chromosome, le chromosome 19, ou deux chromosomes à la fois. Cette tumeur n'est pas contagieuse.

Les facteurs de risque de néoplasme malin dans le cerveau comprennent:

  1. Catégorie d'âge. La probabilité de développer une tumeur augmente avec l'âge.
  2. Le sexe. L'oncologie du cerveau affecte dans la plupart des cas la population masculine.
  3. Prédisposition génétique. Au cours des expériences, il a été constaté qu'une mutation cellulaire se produit chez des patients présentant des pathologies géniques concomitantes.
  4. Séances de radiothérapie précédentes.

Si un patient développe une tumeur lentement, il n'y aura aucun signe de la maladie pendant une longue période..

Le symptôme initial d'un néoplasme est considéré comme des convulsions, puis de tels symptômes d'un néoplasme dans le cerveau apparaissent, ce qui se produit à la suite d'une augmentation de la pression du liquide intracrânien:

  • nausée et vomissements;
  • irritabilité accrue, irritabilité nerveuse et autres troubles émotionnels;
  • maux de tête intenses;
  • violation de la fonction visuelle;
  • la tête augmente de taille;
  • la survenue d'un syndrome convulsif.

En fonction de la localisation de l'éducation, les symptômes deviennent plus prononcés:

  1. Partie frontale. Le patient a un trouble du comportement, une faiblesse déraisonnable, un engourdissement de seulement la moitié du corps.
  2. Le lobe temporal. Le patient présente une discoordination, des troubles de la mémoire et de la parole.

Diagnostic et examen du patient

Si le patient présente les premiers signes de la maladie, il est recommandé de subir un examen approfondi. Pour clarifier le diagnostic, les spécialistes utilisent les méthodes de diagnostic suivantes:

  1. Imagerie par résonance magnétique. Aide à visualiser les structures du cerveau. Il est considéré comme une méthode d'examen totalement sûre et informative.
  2. CT scan. Aide à obtenir des images en couches des zones touchées du cerveau.
  3. Électroencéphalographie. Aide à étudier l'activité électrique cérébrale et la fonctionnalité du SNC.
  4. Audiographie. Aide à clarifier le degré de déficience de la fonction auditive.
  5. Des analyses de sang. Aide à étudier la fonctionnalité du foie et des reins.

De plus, un examen neurologique est réalisé en parallèle, au cours duquel:

  • test des réflexes oculaires, audition;
  • test réflexe à l'aide d'un marteau;
  • tests d'équilibre et de coordination;
  • test d'odeur;
  • test des muscles faciaux;
  • test de réflexe de la langue et des nausées;
  • contrôle de la mobilité de la tête;
  • détermination de l'état mental, test de la pensée abstraite et de la mémoire.

Complexe de techniques chirurgicales et conservatrices

Comme mentionné précédemment, le patient subit une intervention chirurgicale. Il est impératif d'enlever la tumeur et d'essayer de préserver au maximum le volume de tissu cérébral sain. Ensuite, une thérapie complexe est effectuée, ce qui permet de maintenir l'état normal du patient et d'obtenir une rémission à long terme..

L'intervention chirurgicale est réalisée avec des systèmes modernes. Les résultats de l'IRM aident à déterminer la localisation de la tumeur avec une grande précision, et les résultats de la tomodensitométrie permettent de tracer un moyen d'atteindre la formation. En conséquence, l'opération devient sûre et efficace..

En outre, le patient peut se voir prescrire une radiothérapie, qui peut supprimer la croissance de l'éducation. Pendant la procédure, un rayonnement ionisé est utilisé, ce qui n'a pas d'effet négatif sur le corps, mais aide à obtenir un résultat positif.

L'oligodendrogliome est un type de tumeur qui peut également être traité avec un certain type de chimiothérapie. Cela vous permet d'améliorer l'efficacité du traitement. Il est recommandé pour une utilisation en cas de récidive d'oligodendrogliome avec des signes d'anaplasie. Les méthodes modernes de chimiothérapie sont très efficaces et ont une faible gravité des conséquences négatives..

Le traitement doit être complet. Le patient peut se voir prescrire des médicaments qui aident non seulement dans le processus de traitement, mais également à titre prophylactique:

  • agents antinéoplasiques: sulfate d'hydrozine ou Proxyphein;
  • antimétabolites: Hydroxycarbamides, méthotrexate;
  • agents alkylants: Dacarbazine, Karmustin, Lomustin, Fotemustin;
  • antibiotiques antinéoplasiques: Daunorubicine.

Une fois la tumeur retirée, il est nécessaire d'être observé par un physiothérapeute. Il aide à élaborer un plan de récupération individuel, qui consiste en une adaptation psychologique et motrice. En outre, le patient doit subir un examen préventif chaque année, ce qui aide à identifier une rechute de la maladie..

Pronostic et survie des patients

La période sans rechute avec cette tumeur, si un traitement rapide et de haute qualité a été fourni, est de cinq ans. En ce qui concerne la survie, après la thérapie, elle peut être d'environ dix ans dans 30% des cas..

Si l'oligodendrogliome a été diagnostiqué au stade initial et qu'une intervention chirurgicale a été effectuée immédiatement, le pronostic sera assez favorable.

Étant donné que les causes de l'apparition de la pathologie n'ont pas encore été précisément identifiées, mais que l'on sait qu'elle survient à la suite de troubles génétiques, il est presque impossible d'empêcher son apparition.

Oligodendrogliome

Nomenclature

Tumeurs du tissu neuroépithélial. Tumeurs oligodendrogliales. CIM / O 9450/3 (G II). Oligodendrogliome

Définition

L'oligodendrogliome est un gliome à croissance diffuse aux contours indistincts (Fig.414), dont une caractéristique est la présence de calcifications dans le stroma (Fig.415).

Épidémiologie

5 à 10% de toutes les tumeurs du SNC. La tranche d'âge d'occurrence est de 3 à 80 ans. Âge maximal 40-50 ans.

Morphologie

L'oligodendrogliome (ODH) est une tumeur sans limites claires, avec présence fréquente de pétrification (dans 90% des cas), éventuellement la présence de kystes. La nécrose et l'hémorragie ne sont pas typiques des formes bénignes, mais possibles sous les formes anaplasiques.

Macroscopiquement, la tumeur est relativement bien définie, mais une infiltration est présente en dehors des zones apparemment inchangées. Il y a une tendance à impliquer le cortex cérébral et à modifier les zones adjacentes de la voûte crânienne avec un amincissement de l'os (comme une atrophie due à la pression.) La tumeur, en règle générale, affecte à la fois la matière grise et la substance blanche. [48].

L'oligodendrogliome pur contient au moins 75% de cellules oligodendrogliales [48]. Le gonflement immédiat causé par la tumeur est minime [137].

En IRM, la tumeur a ↑ signal MR pour T2 et Flair, ↓ pour T1; en présence de grande pétrification, les foyers de perte de signal MR sont déterminés. La diffusion dans la zone affectée est illimitée, aucun changement dans DWI et ADC.

Au scanner, la tumeur est légèrement faible ↓ ou →, cependant, la présence de pétrification augmente la densité tumorale de 80 à 100 HU. Bien que les zones calcifiées soient moins visibles qu'en TDM, elles peuvent devenir évidentes dans l'écho du gradient T2 *. De plus, la pétrification peut être considérée comme une région ↑ en T1, en raison des effets paramagnétiques des ions calcium [137].

ODG - coupe du signal ↑ MR pour T2 et Flair (flèches sur les figures 418, 419). Au scanner, la tumeur a une densité élevée en raison de la présence de pétrification (pointe de flèche sur la Fig.420).

La zone touchée ne conduit pas à une augmentation du signal MR sur DWI (Fig.421), elle a un signal MR réduit en T1 (tête de flèche sur Fig.422.423).

Localisation

85% des EDH sont localisés de manière supratentorielle [137]. La localisation la plus courante de l'oligodendrogliome est le lobe frontal. L'infratentorial ne se produit presque jamais. Les sites exceptionnels comprennent l'hypothalamus, le tronc cérébral, le cervelet et la moelle épinière [137].

Amélioration du contraste

Contraste à divers degrés de gravité, en règle générale, hétérogène. 2/3 accumulent le contraste, hétérogène et modéré. Plus prononcé avec une tumeur maligne [2].

Les zones d'accumulation d'un agent de contraste (pointes de flèches sur la figure 424-426), caractérisent les zones tumorales avec des lésions plus prononcées de la BHE, mais ne sont pas les limites des lésions tumorales.

Comportement biologique et observation dynamique

Croissance lente mais progressive avec augmentation du volume de la tumeur (Fig. 427). Avec la croissance de l'anaplasie, l'hétérogénéité tumorale augmente (kystes, nécroses, hémorragies apparaissent) et l'œdème périfocal augmente [2].

Les oligodendrogliomes anaplasiques sont un sous-ensemble d'oligodendrogliomes qui présentent un comportement biologique agressif, avec un taux de survie globale inférieur à 30%, ce qui est inférieur à celui des oligodendrogliomes bénins. Les oligodendrogliomes anaplasiques peuvent se développer à partir d'une tumeur différenciée préexistante ou de novo.

Ces lésions sont d'une classe supérieure et présentent une nette tendance à envahir le tissu cérébral environnant et à se propager leptoméningée [137]. Les oligodendrogliomes anaplasiques peuvent métastaser dans les poumons et la moelle osseuse [193].

Une augmentation des zones de rehaussement du contraste dans la tumeur lors de l'observation dynamique (pointes de flèches sur les figures 429, 430) indique une augmentation de l'atypie cellulaire, une augmentation régulière du nombre de mitoses, une anaplasie progressive et des lésions de la barrière hémato-encéphalique.

Diagnostic différentiel

Une malformation artérioveineuse sur CT peut simuler un oligodendrogliome par la présence d'une pétrification, cependant, l'angiographie CT ou RM montre des vaisseaux anormaux. Sur T1 et T2, un motif hétéroclite non homogène est déterminé en raison de la perte du signal MR.

Calcification dans la zone de la bobine vasculaire pathologique (tête de flèche sur la Fig. 431) et pétrification dans l'EDH (tête de flèche sur la Fig. 432). L'ARM visualise le réseau vasculaire pathologique dans l'hémisphère droit du grand (Fig.433).

L'AVC ischémique a une caractéristique - restriction de diffusion dans la zone de l'œdème cytotoxique, augmentant ainsi l'intensité du signal MR selon DWI, et avec un mécanisme athérothrombotique d'infarctus, la branche affectée de l'artère cérébrale n'est pas visualisée sur l'ARM. Les lésions ischémiques ont un caractère assez spécifique de localisation des lésions correspondant au bassin vasculaire, auquel ne adhère pas la croissance tumorale.

L'effet de masse de l'AVC ischémique est moins prononcé qu'avec une tumeur et ne survient que lors de crises cardiaques étendues. Le contraste de type gyral est caractéristique de l'AVC. Le tableau clinique et les études de contrôle dynamique devraient mettre fin aux doutes.

La zone d'infarctus ischémique sous forme d'un signal ↑ MR sur Flair avec préservation de l'architectonique (pointes de flèches sur la Fig. 434) et une zone de ↓ de densité sur la TDM (un astérisque sur la Fig. 434). La zone touchée par la tumeur (astérisque sur la Fig. 435). La différence d'accumulation de contraste pendant l'ischémie (pointe de flèche sur la figure 436) et l'oligodendrogliome (flèche sur la figure 436).

Il est difficile de distinguer l'astrocytome supratentorial de l'oligodendrogliome, surtout en l'absence de pétrification dans le stroma de ce dernier. L'oligodendrogliome affecte souvent la population adulte et l'astrocytome est plus jeune. En général, le comportement biologique des tumeurs est similaire. Le lobe frontal avec oligodendrogliomes est plus souvent affecté.

Une zone de structure inhomogène ↑ signal MR selon Flair (Fig. 437) et ↑ ↓ densité sur CT (Fig. 439) - astrocytome; zone avec des caractéristiques similaires (Fig.438) - oligodendrogliome.

Les conséquences d'un processus inflammatoire ou d'une intervention chirurgicale avec des zones de modifications kystiques-gliales peuvent subir une calcification et simuler un oligodendrogliome. Cependant, les changements dystrophiques, l'atrophie et les «cicatrices» dans le cortex et la substance blanche sous-corticale s'accompagnent d'une hypertrophie vicaire du ventricule latéral (ex vacuo), qui n'est pas caractéristique de la croissance tumorale, et est une caractéristique des changements résiduels..

Pétrification dans la zone de gliose «cicatrices» de la zone de traitement chirurgical dans le lobe frontal gauche (pointes de flèches sur la Fig. 440). Expansion de la partie adjacente du ventricule latéral lors de la rétraction de la moelle épinière due à des processus réparateurs, encéphalomalacie et gliose dans le lobe frontal gauche (flèches sur la Fig.441). Pétrification de la moelle avec des circonvolutions hypotrophes à proximité (flèche sur la Fig. 442). Notez l'hématome sous-dural bilatéral (pointes de flèches sur la Fig.442).

Les lésions dégénératives, métaboliques et toxiques du système nerveux central, accompagnées du dépôt de sels de calcium dans les structures du cerveau, sont généralement symétriques. La pétrification des foyers d'infection s'accompagne généralement du résultat du processus inflammatoire avec hypotrophie, dystrophie des tissus environnants et formation de «cicatrices» gliales, ne présente pas d'œdème.

La maladie de Phar est caractérisée par un dépôt symétrique de chaux dans les zones sous-corticales et les noyaux gris centraux (pointes de flèches sur la Fig. 443). La cirrhose hépatique s'accompagne d'une calcification symétrique des noyaux lenticulaires, ce qui conduit à une ↑ densité au scanner (pointe de flèche sur la figure 444) et à un signal MR sur un écho de gradient (pointe de flèche sur la figure 445).

Méningiome - une tumeur des méninges du cerveau, contient assez souvent des calcifications, mais se calcifie principalement le long de la périphérie et est également, presque toujours, adjacente à la dure-mère. À la base des méningiomes, il y a une hyperostose et le modèle de croissance est expansif. L'oligodendrogliome est beaucoup moins fréquent dans les méningiomes, il se développe par infiltration et se situe dans la substance cérébrale, bien qu'il puisse impliquer les régions corticales.

Augmentation du signal MR de l'EDH (pointe de flèche sur la Fig. 446) et du méningiome (flèche sur la Fig. 446). Calcifications dans le méningiome (pointe de flèche sur la Fig. 447) et dans l'EDH (flèche sur la Fig. 448). Accumulation homogène intense de contraste, caractéristique du méningiome (flèche sur la Fig.448).

Présentation clinique, traitement et pronostic

Les symptômes neurologiques focaux dépendent de l'emplacement. Lorsqu'il est situé dans le lobe frontal - en premier lieu, il y a des troubles du comportement («psychisme frontal»), lorsqu'il est situé dans les noyaux basaux - l'hémiparésie. De plus, les crises d'épilepsie sont fréquentes (32 à 85% des cas) [137].

Le pronostic est relativement bon, à condition qu'il n'y ait pas de transformation anaplasique. Ces tumeurs se développent lentement.

Le traitement est chirurgical, avec une radiothérapie et une chimiothérapie adjuvantes. La récidive locale est fréquente. Le taux de survie à cinq ans est d'environ 50 à 75% [48].

Articles similaires

Les gliomes du tronc cérébral représentent un groupe hétérogène, qui comprend des tumeurs qui diffèrent par leur nature histologique, leur schéma de croissance, leur topographie et, par conséquent, selon le pronostic.

L'astrocytome diffus est une tumeur infiltrante sans limites claires en réalité, avec une clarté relative des limites de l'image macroscopique, la prévalence de ses cellules est plus large, lentement mais progressivement progressant vers une forme anaplasique, affectant toutes les parties du système nerveux central, moins souvent le tronc cérébral et les lobes occipitaux.

Le glioblastome est une tumeur hétérogène de haut grade avec nécrose centrale, croissance infiltrante rapide, œdème périfocal et le pire pronostic parmi tous les gliomes.

Médulloblastomes - tumeurs malignes provenant de médulloblastes embryonnaires ou de cellules de la couche granulaire externe embryonnaire du cervelet

Le méningiome est une formation volumétrique arrondie aux contours clairs et uniformes émanant des cellules de la dure-mère, le plus souvent située sur une base large et la présence de pétrification dans le stroma, rarement accompagnée d'un œdème périfocal

Oligodendrogliome - une tumeur gliale provenant de cellules oligodendrogliales

Les tumeurs de l'hypophyse occupent la troisième place parmi les néoplasmes du CHC (selon différents auteurs, de 4 à 17% de toutes les tumeurs cérébrales). Ces tumeurs se retrouvent principalement chez les adultes et rarement chez les enfants..

Oligodendrogliome du cerveau: à propos des caractéristiques du diagnostic et du traitement

L'oligodendrogliome du cerveau est une tumeur. Il est formé par les cellules graisseuses de la gaine nerveuse. Le néoplasme a une croissance lente et est introduit dans le tissu cérébral. Il appartient à la catégorie des tumeurs malignes et nécessite un traitement compétent.

Types de tumeurs

L'oligodendrogliome du cerveau est divisé en plusieurs types, parmi lesquels:

  • L'oligodendrogliome est typique. Le néoplasme a un deuxième degré de malignité. Il se développe lentement et se caractérise par des prévisions favorables..
  • Oligodendrogliome anaplasique. Il a un néoplasme du troisième degré de malignité. L'oligodendrogliome anaplasique se développe rapidement. Avec cette pathologie, la symptomatologie progresse rapidement..
  • Oligoastrocytomes mixtes. Elle se caractérise par une malignité de grade 3. Si la pathologie n'est pas traitée à temps, un glioblastome se développe. Il s'agit de la tumeur la plus maligne et la plus agressive dans laquelle des issues fatales sont observées.

Causes et symptômes de la pathologie

Les raisons pour lesquelles le cerveau est affecté par la tumeur ne sont pas entièrement établies. Chez les patients atteints de la maladie, une mutation génique est observée. La maladie survient dans la plupart des cas chez les patients âgés. L'apparition de maladies oncologiques du cerveau est observée plus souvent chez les hommes.

La maladie apparaît après des séances de radiothérapie. Cela se produit avec une prédisposition génétique. Si les proches d'une personne ont eu une maladie, elle est à risque.

Chez les patients atteints d'oligoastrocytome, le développement de symptômes prononcés est observé. Les patients se plaignent de nausées et de vomissements, après quoi aucun soulagement n'est observé. L'oligodendrogliome anaplasique s'accompagne de vertiges, qui se produisent sans raison. Les patients deviennent trop irritables. Leur humeur change souvent. La maladie s'accompagne de changements de personnalité.

Avec un grade sévère de la maladie, l'état mental des patients est réduit. Avec la pathologie, la survenue de crises épileptiques est diagnostiquée. La pathologie s'accompagne de contractions musculaires convulsives. Le tissu musculaire s'affaiblit dans les membres. Les patients peuvent être diagnostiqués avec une perte complète de la fonction motrice.

Une personne ne peut pas contrôler indépendamment ses mouvements. Chez les patients atteints de pathologie, la mémoire est altérée. Lorsqu'ils sont malades, les patients se plaignent d'une fréquence accrue des crises de maux de tête. Dans une forme sévère de la maladie, la paralysie est diagnostiquée du côté opposé du néoplasme.

La tumeur s'accompagne de symptômes prononcés, à l'apparition desquels il est recommandé de consulter un médecin qui, après un diagnostic approprié, prescrira un traitement efficace.

Mesures diagnostiques

En cas de suspicion de maladie, il est recommandé au patient de consulter un neurologue. Après avoir examiné le patient et recueilli l'anamnèse, le médecin peut poser un diagnostic préliminaire. Pendant l'examen, le médecin teste les muscles du visage, l'audition, l'équilibre, les réflexes oculaires, les mouvements de la tête et l'odorat. Tester la pensée abstraite et la mémoire.

Il est recommandé au patient de subir un examen instrumental:

  • Électroencéphalogrammes. L'activité cérébrale électrique est déterminée par un équipement spécial. La méthode est appliquée pour déterminer la fonctionnalité du système nerveux.
  • Tomodensitométrie. C'est une méthode d'examen aux rayons X, au cours de laquelle des images sont obtenues. Ils ont une image en couches des parties affectées du cerveau..
  • Audiographie. La méthode permet de déterminer le degré de déficience auditive qui apparaît lorsqu'une tumeur se développe dans le cerveau.
  • Imagerie par résonance magnétique. Appartient à la catégorie des méthodes informatives et est utilisé pour visualiser les structures cérébrales.

Le diagnostic de la maladie doit être complet, ce qui vous permettra de déterminer le type de tumeur et de prescrire un traitement efficace.

Traitement de la maladie

La maladie anaplasique ou autre est difficile à traiter. Pendant la chirurgie, les patients éprouvent une variété de complications. L'utilisation d'un traitement médicamenteux est inappropriée, car la pénétration de la plupart des médicaments à travers la barrière hémato-encéphalique est impossible.

Les experts conseillent d'éliminer complètement le néoplasme. Pour les tumeurs de 1 ou 2 degrés, elles sont complètement éliminées, car localisées dans une partie du cerveau.

Dans les derniers stades de la maladie, il est impossible d'éliminer complètement la tumeur, par conséquent, une chimiothérapie est recommandée pour les patients. Une personne doit suivre un traitement complet, ce qui garantira l'inhibition du développement de la tumeur. Avec la nature agressive du néoplasme, sa croissance rapide et sa pénétration dans le tissu cérébral sont observées.

L'ablation de la tumeur est réalisée chirurgicalement. Pour cela, des systèmes stéréotaxiques modernes sont utilisés. Avec l'utilisation de l'imagerie par résonance magnétique, une détermination précise de la localisation du processus tumoral est effectuée. La chirurgie d'élimination des tumeurs est efficace et sûre.

Après la chirurgie, le patient reçoit une chimiothérapie. Il nécessite l'utilisation de médicaments anticancéreux - Lomustine et Vincristine, Procarbazine. La monothérapie avec l'utilisation de Témozolomide est effectuée dans le processus tumoral. Le traitement nécessite l'utilisation d'une chimiothérapie systémique et l'introduction de médicaments anticancéreux et cytostatiques dans les tissus tumoraux et le liquide céphalo-rachidien.

La radiothérapie est utilisée pour arrêter la croissance d'un néoplasme. Pendant la période de traitement, un rayonnement ionisant est utilisé. Le patient est irradié en interne ou à distance pendant le traitement.

Lors de l'utilisation de la curiethérapie, des micro-éléments de rayonnement sont placés dans les tissus tumoraux, ce qui conduit à la fourniture d'un rayonnement ionisant maximal. Le traitement des néoplasmes de petite taille est réalisé à l'aide d'une technique de radiothérapie avec des appareils Cyber- ou Gamma-Knife.

Pendant la période chirurgicale, les spécialistes mettent tout en œuvre pour préserver les nerfs intracrâniens vitaux.

Prévoir

La maladie a un mauvais pronostic. Après détection d'une tumeur et traitement rationnel, la durée de vie maximale est de 5 ans. Sa durée est influencée par l'âge et les caractéristiques physiques de l'organisme des patients..

Si le néoplasme se transforme en gliobrastome, le pronostic pour une personne sera défavorable. Une espérance de vie de 5 ans avec une tumeur est observée chez 14% des jeunes patients.

En l'absence de croissance tumorale dans le tissu cérébral, la vie du patient dure jusqu'à 10 ans. Si un patient reçoit un diagnostic de tumeur anaplasique, son espérance de vie sera de 2 à 5 ans.

Oligodendrogliome

L'oncologue clinique TomoClinic Diana Mitro dit:

«Notre centre de cancérologie traite également des cas d'oligodendrogliomes, qui se trouvent dans n'importe quelle partie structurelle du cerveau. Les lobes frontaux et temporaux sont le plus souvent touchés, et ce sont généralement des hommes après 30 ans. La radiothérapie peut faire partie du traitement complexe des oligodendrogliomes. ".

Qu'est-ce que l'oligodendrogliome?

L'oligodendrogliome est un néoplasme du cerveau qui provient des cellules gliales typiques des oligodendrocytes. Le but des cellules est la production de gaines adipeuses spéciales pour les cellules nerveuses.

Le développement de la tumeur est lent; dans certains cas cliniques, il faut plusieurs années pour un diagnostic complet et un diagnostic final. Pendant cette période, la tumeur acquiert une grande taille et des limites claires, ce qui lui permet d'être détectée.

Types d'oligodendrogliome:

  • L'oligodendrogliome est typique. Ce type de tumeur est caractérisé par le deuxième degré de malignité. Le néoplasme se développe lentement, le pronostic est principalement favorable. Ce type de tumeur est plus fréquent que d'autres dans le diagnostic de l'oligodendrogliome..
  • Oligodendrogliome anaplasique. La tumeur a un troisième degré (élevé) de malignité, une croissance rapide et une propagation sont notées. Se compose de cellules ayant subi une mutation.
  • Oligoastrocytome mixte. La tumeur est classée comme le troisième degré de malignité, mais elle est particulièrement dangereuse en raison du risque élevé de transformation en glioblastome. Le néoplasme se développe rapidement, affecte le cerveau et constitue une menace pour la vie du patient. L'oligoastrocytome se compose d'oligodendrocytes et d'autres cellules qui peuvent métastaser.

Symptômes de l'oligodendrogliome

Avec tous les types d'oligodendrogliome, en raison du développement d'une tumeur, il y a une augmentation de la pression intracrânienne.

Il existe un certain nombre de symptômes généraux qui apparaissent avec le développement d'une tumeur dans n'importe quelle partie du cerveau, ainsi que des symptômes spécifiques qui surviennent en raison de la localisation du néoplasme.

Lorsqu'une tumeur est localisée dans le lobe frontal, le patient a une déficience de la mémoire, l'incapacité de mémoriser de grandes quantités d'informations. Il devient plus difficile de raisonner et de compter. Dans certains cas, un trouble de la personnalité peut survenir.

Si un oligodendrogliome du 2ème degré se développe dans la partie temporale, des troubles de la parole, la coordination des mouvements sont diagnostiqués et l'acuité auditive diminue. Certains signes de la maladie peuvent ressembler à ceux du neurofibrome.

Symptômes courants de l'oligodendrogliome:

  • Bâillonnement fréquent (n'apporte généralement pas de soulagement au patient)
  • Maux de tête, étourdissements, sensation de perte d'orientation dans l'espace
  • Déficience auditive
  • Sautes d'humeur fréquentes, irritabilité accrue
  • Agressivité, crises de colère, larmoiement
  • La fonction motrice est altérée, une faiblesse musculaire se produit
  • Troubles de la mémoire
  • Diminution de l'acuité visuelle

Diagnostics oligodendrogliome

Pour un pronostic favorable, il est important de diagnostiquer l'oligodendrogliome à un stade précoce. Aux premiers troubles de la mémoire, troubles de la coordination des mouvements et symptômes similaires, le patient se tourne vers un neurologue. Après consultation et test, un neurologue peut suspecter une oncologie.

Méthodes de diagnostic de l'oligodendrogliome:

  • Imagerie par résonance magnétique. L'étude vous permet de visualiser clairement la présence d'une tumeur, sa forme et sa taille. Dans les cas cliniques difficiles, l'IRM peut être réalisée en utilisant un produit de contraste.
  • CT scan. La tomodensitométrie est réalisée pour obtenir des images détaillées des structures du cerveau en projection tridimensionnelle. Cela permet de visualiser les zones endommagées. Pour un examen plus informatif, la tomodensitométrie peut être réalisée avec une injection préalable d'un agent de contraste.
  • Électroencéphalographie. L'étude est menée pour déterminer l'activité du cerveau.
  • Audiographie. Conduit pour déterminer le degré de perte auditive.
  • Biopsie. Fragment du néoplasme pour un examen histologique plus approfondi. Effectué pour déterminer le degré de malignité tumorale.

Traitement de l'oligodendrogliome

Des solutions innovantes chez TomoClinic

La clinique dispose d'un appareil TomoTherapy HD moderne et d'un accélérateur linéaire Elekta Synergy. La technique innovante et ultra précise vous permet de contrôler le processus de traitement et d'affecter précisément le néoplasme. Les tactiques de traitement pour chaque patient sont sélectionnées individuellement, en fonction de la condition, des indications et des contre-indications pour le patient.

Radiothérapie

Chez TomoClinic, des médecins avec de nombreuses années d'expérience effectuent une thérapie efficace pour diverses pathologies oncologiques. Habituellement, le traitement le plus efficace utilise plusieurs méthodes, dont la radiothérapie. Il a un effet minimal sur le corps humain, neutralisant efficacement les cellules cancéreuses. De plus, la qualité et le style de vie habituel restent inchangés..

Le traitement des tumeurs cérébrales est un processus complexe et long. Le traitement médicamenteux peut avoir des résultats minimes en raison de la difficulté à pénétrer la barrière hémato-encéphalique. Une intervention chirurgicale, une radiothérapie et un complexe de traitement comprenant une chimiothérapie sont considérés comme efficaces..

Radiothérapie

La radiothérapie est une méthode d'élimination des oligodendrogliomes de toute échelle. Il est utilisé pour les tumeurs inopérables en tant que méthode de traitement indépendante, ainsi qu'en association avec une intervention chirurgicale.

Méthode chirurgicale

Le traitement chirurgical de l'oligodendrogliome implique l'excision complète du néoplasme afin d'éviter la propagation aux tissus environnants.

L'intervention chirurgicale est réalisée à l'aide de systèmes stéréotaxiques. La méthode implique une opération sous le contrôle d'un système IRM. Le moniteur visualise l'emplacement exact de la tumeur, ses bords et sa forme. Le système simplifie les actions du chirurgien et lui permet la pénétration maximale des instruments neurochirurgicaux. L'avantage de l'intervention stéréotaxique est une sécurité accrue du patient, réduit le risque de dommages aux parties vitales du cerveau et évite les complications.

Chimiothérapie pour l'oligodendrogliome

Pour maximiser l'efficacité de la chimiothérapie, les médicaments sont injectés directement dans le corps de la tumeur ou le liquide céphalo-rachidien. Cette méthode d'administration du médicament est utilisée pour surmonter la barrière hémato-encéphalique..

Chez TomoClinic, la chimiothérapie est utilisée dans le traitement de l'oligodendrogliome à la fois comme méthode indépendante et en association avec la chirurgie ou la radiothérapie..

Protocoles de traitement

Pour vous familiariser avec les protocoles de traitement internationaux des organisations ESMO et NCCN, vous pouvez suivre le lien (s'inscrire, télécharger un fichier PDF) et obtenir des informations plus détaillées sur le traitement de l'oligodendrogliome:

https://www.nccn.org/professionals/physician_gls/default.aspx#site (Cancers du système nerveux central - cancer du système nerveux central), oligodendrogliome - oligodendrogliome

https://www.esmo.org/Guidelines (cancers du système nerveux central - cancer du système nerveux central), oligodendrogliome - oligodendrogliome

Prévoir

Selon le type de tumeur cérébrale, le site de localisation et le degré de malignité, un autre pronostic de survie et de qualité de vie est déterminé. L'âge du patient peut jouer un rôle particulièrement important pour la période de diagnostic de l'oligodendrogliome.

Avec le type classique de tumeur diagnostiqué chez les patients de moins de 40 ans, un pronostic favorable est observé dans plus de 80% des cas. Si un oligodendrogliome est détecté chez une personne âgée, il existe un risque de complications et un pronostic favorable est d'environ 50%.

Contactez le TomoClinic Cancer Center pour le traitement de l'oligodendrogliome, posez vos questions à nos spécialistes au numéro sans frais 0 (800) 30-15-03. Vaincre le cancer ensemble!

salut! Un oligodendrogliome de grade 2 du cervelet a été révélé. Si la tumeur est complètement retirée, quelle est la probabilité de récidive? Âge: 29 ans.

Elena Sergeevna, bonne journée. Au stade où la tumeur est détectée dans les premiers stades, beaucoup peut être fait pour s'assurer que le traitement est efficace et sans perdre la qualité de vie du patient. Notre clinique est spécialisée dans ce domaine. De plus, votre traitement doit suivre les protocoles de traitement internationaux. Avez-vous vérifié avec le médecin si tel est le cas dans votre cas? Si une opération est nécessaire, à quel stade? Si vous contactez nos oncologues, ils pourront vous conseiller sur le schéma thérapeutique. Dans chaque cas, il est compilé individuellement. Également avec nos médecins, vous pourriez discuter de la question de la rechute, du pourcentage de sa survenue possible après le traitement, car dans chaque cas, les détails jouent un rôle, pas seulement le stade, l'âge du patient et le diagnostic lui-même. Nous serons heureux de vous aider et de vous donner des informations correctes. Contactez la clinique par téléphone - https://tomocenter.com.ua/kontakty/

Une opération a été effectuée. Excision complète de la tumeur. Après six mois, l'IRM et tout est clair. Après l'opération, il a été décidé qu'aucun traitement supplémentaire n'était nécessaire..

Elena Sergeevna, bonne journée. S'il était conforme aux protocoles de traitement internationaux, alors il devrait être.

Bonne journée. Je m'appelle Anton Pavlov. La tumeur a été retirée en janvier 2019. Il n'y a pas de rechute, mais les symptômes persistent. Les médicaments n'aident pas. (Atarax) et Ciprolex. Les symptômes sont des démangeaisons cutanées, de l'anxiété, une vision trouble (un peu). Que faire? Cela ressemble à une rechute?

Bonne journée, Anton. La rechute n'est pas détectée par des symptômes externes, mais sur la base d'une étude diagnostique. Ce n'est qu'après que le patient a été diagnostiqué qu'une rechute peut être affirmée, c'est pourquoi nous vous conseillons de la réaliser. Si vous subissez des contrôles de routine après la chirurgie et que l'IRM / TDM ne montre pas de rechute, vous pouvez être assuré. Ce sont peut-être des effets secondaires de la prise du médicament, mais seul votre médecin peut vous donner une réponse plus détaillée et professionnelle. Nous vous conseillons d'appeler la clinique en utilisant les numéros de téléphone indiqués sur le site Web. Nous vous souhaitons la santé!

Oligodendrogliome du cerveau - qu'est-ce que c'est

Caractéristiques de la maladie

L'oligoastrocytome est une tumeur neuroglique qui se développe à partir d'oligodendrocytes. Le néoplasme a des limites claires avec une teinte rose pâle..

La tumeur touche une personne de toute catégorie d'âge, tandis que les hommes de 20 à 40 ans sont plus susceptibles d'en souffrir. La maladie n'est pas courante. Il n'y a que 3% des patients atteints de néoplasmes dans le cerveau. Chez les femmes, il s'agit d'un phénomène rare et chez les enfants, il est observé dans des cas isolés..

La formation est formée à partir de structures cellulaires non standard d'oligodendrocytes. À partir d'eux, la formation de membranes cellulaires nerveuses protectrices normales se produit. Ces excroissances sont hétérogènes, elles peuvent avoir des kystes qui déposent des composants calcaires.

Au fur et à mesure que la tumeur se développe, elle se développe dans le cortex cérébral. Elle est capable de grandir à une grande taille et d'avoir un développement expansif. La formation d'un kyste à l'intérieur du néoplasme est possible. Le développement interne des kystes prend une longue période de temps. Une telle tumeur est difficile à guérir avec des médicaments, par conséquent, une opération pour l'enlever est obligatoire. En cas de traitement intempestif, des glioblastomes se forment.

La localisation de l'oligodendrogliome tombe sur le lobe frontal ou temporal. Cependant, il est théoriquement possible de se développer dans n'importe quelle zone du cerveau. Une formation rare d'éducation est observée dans le cervelet, le tronc cérébral, le nerf optique. De plus en plus lentement, il se transforme progressivement en matière grise avec la réalisation possible de tailles importantes.

Le système nerveux central est à 40% de névroglie. Il s'agit d'un tissu nerveux qui entoure les neurones, est impliqué dans leur métabolisme intracellulaire, ainsi que dans la création et la transmission de l'influx nerveux.

Oligodendroglia est un type de névroglie que l'on trouve uniquement dans la moelle épinière et le cerveau. Les oligodendrocytes protègent les axones qui transportent les signaux nerveux vers les organes. Une cellule spéciale enveloppe une partie du nerf se terminant par une gaine de myéline.

Un oligodendrocyte se compose d'un grand nombre de processus et couvre jusqu'à 50 axones. Sous l'influence de facteurs externes ou internes, une formation maligne se forme dans le tissu oligodendroglial.

Zones de localisation fréquentes et groupe à risque

L'oligoastrocytome est un cancer rare qui survient dans 3% de toutes les tumeurs cérébrales.

Puisqu'il se compose de cellules spécialisées du système nerveux, il est tout à fait logique qu'il se forme dans le système nerveux central humain - dans la substance blanche du cerveau dans la région du tronc ou du cervelet, moins souvent sur le nerf optique. La zone de localisation préférée de l'éducation - lobes frontaux ou temporaux.

Augmentant lentement sa taille, la tumeur commence à se transformer progressivement en matière grise, atteignant parfois des proportions gigantesques.

Puisqu'il se compose de cellules spécialisées du système nerveux, il est tout à fait logique qu'il se forme dans le système nerveux central humain - dans la substance blanche du cerveau dans la région du tronc ou du cervelet, moins souvent sur le nerf optique. La zone de localisation préférée de l'éducation - lobes frontaux ou temporaux.

Une tumeur neurogliale survient à tout âge, principalement chez la moitié masculine de la population. Il survient chez 3% des hommes. A un développement lent, situé dans la substance blanche des hémisphères cérébraux.

Si la pathologie n'est pas traitée, elle peut atteindre une taille importante. Il est diagnostiqué le long des parois des ventricules, peut pénétrer dans leur cavité et se développer dans le cortex cérébral. Très rarement localisé directement sur le cervelet, le nerf optique et le tronc cérébral.

Le néoplasme a une teinte rose pâle et un contour clair. Des kystes peuvent se former à l'intérieur. Il se développe sur une longue période. Cette tumeur ne peut pas être guérie avec des médicaments, il est impératif qu'une intervention chirurgicale soit effectuée.

Avant que le patient ne subisse un examen approfondi. L'oligodendrogliome se distingue par la présence d'une pétrification, la plupart des patients continuent à vivre avec la tumeur pendant cinq ans après le diagnostic et avant le début du traitement.

Classification des tumeurs

En neurooncologie clinique, les néoplasmes (oligodendrogliome) sont classés comme suit:

  • Oligodendrogliome hautement différencié (grade II). La maladie peut avoir une évolution latente avec une évolution partiellement favorable;
  • Oligodendrogliome anaplasique (grade III). La tumeur cérébrale se caractérise par une progression rapide.
  • Oligoastrocytome de type mixte (grade III), le cancer a tendance à dégénérer en glioblastome cérébral agressif, difficile à traiter et dans la plupart des cas mortel.

Pathogenèse de la pathologie et causes du développement

Les raisons du développement de la maladie sont actuellement inconnues, mais il a été remarqué que dans la plupart des cas, cette tumeur se développe chez des personnes présentant des mutations génétiques dans le premier, le dix-neuvième chromosome ou les deux à la fois..

La gravure ou l'exposition chronique au polychlorure de vinyle, qui a un effet extrêmement négatif sur les cellules gliales (cellules nerveuses auxiliaires du système nerveux), comporte également un risque énorme de développer cette maladie oncologique. Le chlorure de polyvenyle est un matériau omniprésent commun connu sous le nom de PVC, qui est le plus souvent utilisé comme matériau de construction, ou un matériau à partir duquel des articles non alimentaires et des objets sont peu en contact avec les humains par contact direct..

En plus de l'effet chimique, un rayonnement ou un rayonnement électromagnétique élevé peut également provoquer cette tumeur..

La pathogenèse de l'oligodendrogliome est extrêmement simple, comme toute tumeur cérébrale: tout en augmentant lentement sa taille, elle appuie sur ses organes internes, endommage les tissus nerveux environnants, les prive de nutrition, empêche la sortie de liquide céphalo-rachidien, qui est la cause de l'hydrocéphalie. Les blessures qui en résultent, en fonction de la zone de localisation et de la taille de la tumeur, provoquent certains symptômes sous la forme de manifestations névralgiques négatives, c'est-à-dire une perturbation du travail de tous les organes internes, de leurs systèmes, muscles et organes sensoriels en raison d'un mauvais contrôle du cerveau.

Causes d'occurrence

La croissance de la tumeur gliale est associée à une mutation du gène TCF12, qui a été prouvée expérimentalement par des scientifiques du British Institute for Cancer Research. Ce gène code pour une protéine de développement, la phosphoprotéine.

Facteurs poussant au développement de la pathologie:

  • Travailler avec des produits chimiques;
  • Hérédité;
  • Médicaments;
  • Irradiation;
  • Nutrition.

Le syndrome de Li-Fraumeni et la neurofibromatose provoquent une prédisposition génétique à la maladie. La mutation génétique héréditaire dans le syndrome de Li-Fraumeni contribue au développement précoce d'une tumeur intracérébrale chez les parents de la première et de la deuxième génération. L'hérédité autosomique dominante dans la neurofibromatose des 1er et 2ème types transfère la maladie à chaque génération avec une probabilité de 50%.

Les médicaments contraceptifs hormonaux augmentent la probabilité de gliomes cérébraux.

L'irradiation ionisée de la tête dans le cadre de la radiothérapie pour d'autres maladies augmente le risque de développer des tumeurs cérébrales graves de 22 fois.

Les aliments en conserve, les viandes fumées, les produits protéinés contiennent des composés N-nitroso cancérigènes. Des substances sont libérées dans l'air lors de la production de colorants, d'huiles lubrifiantes, de pesticides.

Caractéristiques de la maladie

Avec les premiers troubles neurologiques à l'origine de tumeurs, le patient se tourne d'abord vers un neurologue, qui, sur la base d'un examen neurologique et de tests réflexes, peut suspecter une oncologie. De plus, un renvoi pour examen vient:

  • La tomodensitométrie, qui est une radiographie améliorée, sur laquelle toutes les formations cérébrales et les images en couches de la partie affectée sont visibles.
  • Imagerie par résonance magnétique, qui permet une visualisation extrêmement claire de toutes les structures internes du cerveau et des tumeurs.
  • EEG - électroencéphalogramme - une étude de l'activité cérébrale et de ses troubles.
  • Audiographie - une étude du degré de déficience auditive.
  • Examen par un ophtalmologiste.
  • Analyse du liquide céphalo-rachidien (LCR).
  • Biopsie d'une tumeur, pour déterminer le type spécifique de cellules qui la composent et le degré de sa malignité.
  • Analyses générales.
  • La tomodensitométrie, qui est une radiographie améliorée, sur laquelle toutes les formations cérébrales et les images en couches de la partie affectée sont visibles.
  • Imagerie par résonance magnétique, qui permet une visualisation extrêmement claire de toutes les structures internes du cerveau et des tumeurs.
  • EEG - électroencéphalogramme - une étude de l'activité cérébrale et de ses troubles.
  • Audiographie - une étude du degré de déficience auditive.
  • Examen par un ophtalmologiste.
  • Analyse du liquide céphalo-rachidien (LCR).
  • Biopsie d'une tumeur, pour déterminer le type spécifique de cellules qui la composent et le degré de sa malignité.
  • Analyses générales.

Pronostic du patient

Tous les patients confrontés à cette maladie se demandent souvent combien de temps ils vivent avec l'oligodendrogliome?.

Le temps sans récidive de la maladie avec une assistance rapide et un traitement de qualité est de 5 ans. En ce qui concerne la survie, dans 30% des cas après traitement, elle peut aller jusqu'à 10 ans.

Lors du diagnostic de l'oligodendrogliome au stade de développement et de la réalisation rapide d'un traitement chirurgical, le patient vivra plus longtemps.

Étant donné que les facteurs de développement de la maladie n'ont pas encore été détectés avec précision, mais qu'il se manifeste à la suite de changements génétiques, il est presque impossible d'empêcher l'apparition..

Tous les patients atteints de ce type d'oncologie se demandent tout d'abord combien de temps vous pouvez vivre avec l'oligodendrogliome.

La réponse dépend de nombreux facteurs: le type de tumeur, sa taille, la zone de localisation, le type spécifique et le degré de malignité.

Avec une tumeur classique, le pronostic est assez favorable. Premièrement, ils vivent avec elle pendant environ cinq ans, une telle période peut passer du moment de son premier diagnostic à la décision de commencer le traitement, et deuxièmement, la probabilité de guérison complète dépend de l'âge de la patiente, moins elle est élevée, plus le pourcentage de résultat favorable est élevé. :

  • Les patients de plus de 55 ans guérissent dans environ 50% des cas.
  • Patients âgés de 45 à 55 ans - dans environ soixante-dix pour cent des cas.
  • La probabilité de guérison chez les personnes du groupe d'âge de 20 à 44 ans est de 80%.

L'oligodendrogliome anaplasique et l'oligoastrocytome mixte sont des tumeurs plus graves et mortelles qui prennent la vie dans un court laps de temps de deux à cinq ans, et encore moins en cas de transition vers le glioblastome. Le taux de survie pour ce type de cancer du troisième degré de malignité chez les patients de vingt à quarante-quatre ans ne dépasse pas 14%.

En plus de prédire le taux de survie et les conséquences de la chimie et de la radiothérapie, en cas de tumeurs cérébrales, il convient également de considérer le risque de développer des pathologies héritées de la présence de la tumeur et de leurs manifestations neurologiques, qui, conçues, peuvent conduire au moins à l'épilepsie, et tout au plus à un handicap sévère dû à des troubles. activité motrice, parole, vue ou audition, mémoire, etc..

Si la tumeur était de petite taille et retirée à temps et avec une qualité élevée, les conséquences qui limitent sérieusement la vie peuvent ne pas rester, cependant, un long cours de rééducation intensive après une maladie aussi extrêmement grave sera nécessaire dans tous les cas..

Les critiques de personnes qui ont subi un oligodendroglyme font état d'un traitement débilitant extrêmement difficile, difficile à supporter non seulement physiquement, mais aussi moralement, d'une longue période de récupération douloureuse, ainsi que d'effets résiduels négatifs sur la santé. Du positif, on peut distinguer des résultats de traitement plus favorables que ceux prédits par les médecins, ainsi que la restauration partielle des fonctions perdues en raison de la tumeur quelque temps après le traitement réparateur..

Méthodes de diagnostic

Afin d'établir le diagnostic d'oligodendrogliome ou d'oligoastrocytome, l'état neurologique est évalué, l'anamnèse est prise: la fonction auditive, l'odorat, les réflexes des yeux sont vérifiés, l'état de l'appareil musculaire et vestibulaire est évalué, une attention particulière est accordée à l'évaluation de la pensée abstraite et de la mémoire.

Si vous suspectez un oligodendrogliome (ODH), les tests instrumentaux suivants sont obligatoires:

  • Visualisation des structures cérébrales par IRM;
  • CT aux rayons X pour obtenir des images en couches du cerveau;
  • Vérification de l'activité bioélectrique du cerveau - EEG;
  • Diagnostic de sensibilité auditive - Audiométrie.

Diagnostic de laboratoire de l'EDH:

  • Analyse du CSF;
  • biopsie stéréotaxique;
  • test sanguin biochimique (fonctionnalité hépatique et rénale).

Comme mentionné précédemment, le patient subit une intervention chirurgicale. Il est impératif d'enlever la tumeur et d'essayer de préserver au maximum le volume de tissu cérébral sain. Ensuite, une thérapie complexe est effectuée, ce qui permet de maintenir l'état normal du patient et d'obtenir une rémission à long terme..

L'intervention chirurgicale est réalisée avec des systèmes modernes. Les résultats de l'IRM aident à déterminer la localisation de la tumeur avec une grande précision, et les résultats de la tomodensitométrie permettent de tracer un moyen d'atteindre la formation. En conséquence, l'opération devient sûre et efficace..

En outre, le patient peut se voir prescrire une radiothérapie, qui peut supprimer la croissance de l'éducation. Pendant la procédure, un rayonnement ionisé est utilisé, ce qui n'a pas d'effet négatif sur le corps, mais aide à obtenir un résultat positif.

L'oligodendrogliome est un type de tumeur qui peut également être traité avec un certain type de chimiothérapie. Cela vous permet d'améliorer l'efficacité du traitement. Il est recommandé pour une utilisation en cas de récidive d'oligodendrogliome avec des signes d'anaplasie. Les méthodes modernes de chimiothérapie sont très efficaces et ont une faible gravité des conséquences négatives..

Le traitement doit être complet. Le patient peut se voir prescrire des médicaments qui aident non seulement dans le processus de traitement, mais également à titre prophylactique:

  • agents antinéoplasiques: sulfate d'hydrozine ou Proxyphein;
  • antimétabolites: Hydroxycarbamides, méthotrexate;
  • agents alkylants: Dacarbazine, Karmustin, Lomustin, Fotemustin;
  • antibiotiques antinéoplasiques: Daunorubicine.

Une fois la tumeur retirée, il est nécessaire d'être observé par un physiothérapeute. Il aide à élaborer un plan de récupération individuel, qui consiste en une adaptation psychologique et motrice. En outre, le patient doit subir un examen préventif chaque année, ce qui aide à identifier une rechute de la maladie..

L'oligodendrogliome du cerveau a un pronostic différent. Tout dépend de la rapidité du diagnostic et du traitement approprié. Le processus de diagnostic comprend:

  1. Inspection initiale. Au cours de son parcours, il est révélé dans quel état les réflexes sont les plus nerveux, la surface arrière du globe oculaire, la conscience.
  2. Tests sanguins de laboratoire. Ces études permettent de détecter la présence de processus pathologiques dans le corps, de vérifier les capacités fonctionnelles du foie, des reins.
  3. Tomodensitométrie. Cette méthode de numérisation est basée sur le rayonnement X. La zone endommagée est numérisée et son image tridimensionnelle est obtenue. Pour améliorer la qualité de l'image, un agent de contraste peut être utilisé. La durée de la procédure est d'environ une demi-heure. C'est complètement indolore et très instructif..
  4. Imagerie par résonance magnétique. La technique est basée sur l'action des champs magnétiques. Cette étude peut également être réalisée à l'aide de contraste. Il fournit les informations les plus détaillées sur l'état du cerveau.
  5. Biopsie. Au cours de la procédure, une petite partie du tissu anormal est prélevée et envoyée pour analyse histologique. Cela est nécessaire pour déterminer la malignité de la tumeur..

La méthode de traitement est choisie après une étude détaillée des résultats de l'examen.

En cas de détection des premiers troubles au niveau neurologique, qui conduisent au développement de tumeurs, le patient doit consulter un neurologue. Lors de l'examen, le patient devra subir un examen neurologique, qui comprend les tests suivants:

  1. Audition.
  2. Muscles faciaux.
  3. Réflexes des yeux.
  4. Équilibre.
  5. Odeur.
  6. Mouvement de la tête.
  7. Test de mémoire, pensée abstraite.

En cas de suspicion de présence de pathologie, un diagnostic approfondi est prescrit:

  1. Test sanguin de laboratoire - étudier le travail du foie et des reins.
  2. Tomodensitométrie - La radiographie de la zone endommagée crée une image tridimensionnelle du tissu cérébral. Pour améliorer la qualité de l'image, il est proposé au patient d'utiliser un agent de contraste. Le temps d'examen est d'une demi-heure, il est indolore.
  3. Imagerie par résonance magnétique - avant la manipulation, un colorant est injecté dans la veine du patient. Grâce à cela, une image détaillée de la zone endommagée du cerveau est créée.
  4. Audiographie - spécifie le stade des changements dans l'activité cérébrale et le fonctionnement du système nerveux central.
  5. Biopsie - un petit morceau de la formation est enlevé chirurgicalement pour analyse histologique. Cette procédure est individuelle..

Recommandations

Compte tenu des facteurs de risque, vous devez:

Évitez le contact avec le formol, l'arsenic, le mercure, le caoutchouc, les dérivés dans la production de plastiques, si vous ne pouvez pas éviter, alors ne négligez pas les équipements de protection (médecins, pompiers, agriculteurs).

Élimine les produits de viande fumée, le jambon bouilli, le bacon frit, ils contiennent des nitrates / nitrites et des amines secondaires qui contribuent à la cancérogenèse dans l'organisme.

Mangez des aliments contenant des antioxydants qui protègent les cellules du corps contre les mutations:

  • vitamine C (groseilles, groseilles à maquereau, choucroute, canneberges, kiwi, cynorrhodons séchés, etc.);
  • rétinol, vitamine A (carottes, argousier, kaki, foie de poulet, épinards, etc.)
  • tocophérol, vitamine E (huile de germe de blé, huile de coton, amandes, etc.)

Arrêtez de fumer, car les substances de la fumée de cigarette qui pénètrent dans la circulation sanguine réduisent la résistance des membranes cellulaires aux effets néfastes des cancérogènes.

Connaissant la prédisposition héréditaire, vous devez respecter les règles:

  1. Refuser de travailler dans des industries dangereuses associées à des substances toxiques, en cas de contact forcé, porter des vêtements de protection, des gants, un masque.
  2. Retirer les viandes fumées, les saucisses bouillies, le jambon de l'alimentation.
  3. Inclure dans le régime des aliments, des légumes et des fruits avec des antioxydants, des vitamines A, C, E: groseilles à maquereau, pommes, kiwi, agrumes, canneberges, foie de poulet, kakis, argousier.
  4. Souvenez-vous des dangers du tabagisme, évitez les mauvaises habitudes.

Le rétablissement complet dépend du stade auquel le traitement a commencé. Pour détecter la maladie à un stade précoce, il est nécessaire de faire un test sanguin pour les marqueurs tumoraux tous les six mois.

Pronostic et survie des patients

La période sans rechute avec cette tumeur, si un traitement rapide et de haute qualité a été fourni, est de cinq ans. En ce qui concerne la survie, après la thérapie, elle peut être d'environ dix ans dans 30% des cas.Si l'oligodendrogliome a été diagnostiqué au stade initial et la chirurgie a été réalisée immédiatement, le pronostic sera assez favorable..

Étant donné que les causes de l'apparition de la pathologie n'ont pas encore été précisément identifiées, mais que l'on sait qu'elle survient à la suite de troubles génétiques, il est presque impossible d'empêcher son apparition.

La période sans rechute avec cette tumeur, si un traitement rapide et de haute qualité a été fourni, est de cinq ans. En ce qui concerne la survie, après la thérapie, elle peut être d'environ dix ans dans 30% des cas..

Si l'oligodendrogliome a été diagnostiqué au stade initial et qu'une intervention chirurgicale a été effectuée immédiatement, le pronostic sera assez favorable.