Principal
Ostéome

Cancer de l'ovaire: survivre et survivre

Qu'est-ce qui cause le cancer de l'ovaire? A la «rupture» de quels gènes sa prédisposition héréditaire est-elle associée? Comment le cancer de l'ovaire montre-t-il les premiers signes et symptômes? Comment les cellules malignes se propagent-elles et comment détecter les métastases? Quelle est la durée de vie des patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire et ce que la médecine moderne offre pour traiter cette maladie?

Vous pouvez obtenir des réponses à ces questions et à d'autres en lisant cet article. Vous lirez également ici un avis d'expert sur la question de savoir si le cancer héréditaire de l'ovaire peut être maîtrisé. L'expert a pris la parole au XXIe Congrès d'oncologie russe.

Expert: MD, DSc, chercheur principal, Département de pharmacologie clinique et chimiothérapie, N.N. Blokhin Svetlana Khokhlova.

Le cancer de l'ovaire est une tumeur maligne qui occupe la troisième place parmi les cancers féminins et survient le plus souvent à un âge moyen et avancé. Le cancer de l'ovaire est diagnostiqué chez 12 000 femmes russes chaque année, et souvent à un degré sévère. Chez environ 8% des jeunes femmes, la pathologie est héréditaire.

Pourquoi le cancer de l'ovaire survient et comment réduire sa probabilité de survenue?

Il est impossible de répondre exactement à cette question, cependant, les médecins ont établi que le cancer de l'ovaire est une pathologie caractéristique des pays développés, où seul le Japon fait exception..

Ces statistiques ont permis aux chercheurs de suggérer que l'apparition de la maladie est associée à des traditions alimentaires et à une consommation accrue de graisses animales..

Les principaux facteurs qui provoquent le cancer de l'ovaire, les scientifiques considèrent les perturbations hormonales et la prédisposition héréditaire: si des cancers féminins (de l'ovaire ou du sein) se trouvent chez des femmes proches de la patiente (mère, tante ou sœurs), alors la probabilité de leur transmission par héritage augmente de 50%... Typiquement, ces pathologies héréditaires sont associées à une mutation dans les gènes BRCA1 ou BRCA2. La «dégradation» de ces gènes est associée à l'apparition précoce et à la fin tardive du cycle menstruel, à une grossesse après 35 ans, à peu de grossesses, à des problèmes de lactation, à l'infertilité, aux oreillons («oreillons»). Mais l'utilisation de contraceptifs oraux réduit le risque de cancer de l'ovaire.

Cancer de l'ovaire: comment il se propage?

Habituellement, les métastases se propagent le long du péritoine, mais elles peuvent également pénétrer dans la paroi de la vessie, des intestins, traverser les vaisseaux lymphatiques et affecter les ganglions lymphatiques des organes pelviens et de l'aine. Une fois dans le sang, les cellules cancéreuses affectent les poumons, le cerveau, le foie, la rate, la peau, le cou, la clavicule et le nombril. Le cancer de l'ovaire peut également être une lésion secondaire après d'autres cancers féminins - sein, utérus, etc..

Les médecins utilisent une classification spéciale de l'Association internationale des obstétriciens et gynécologues pour classer l'évolution du cancer de l'ovaire en stades:

  • cancer de l'ovaire, stade 1 (T1) - lorsque la tumeur existe dans un ovaire ou dans les deux;
  • cancer de l'ovaire, stade 2 (T2) - lorsque le cancer de l'ovaire se métastase dans l'utérus, les trompes de Fallope, la région pelvienne;
  • cancer de l'ovaire, stade 3 (T3) - lorsque les métastases pénètrent dans le péritoine (carcinomatose péritonéale dans le cancer de l'ovaire), ce qui est considéré comme un signe très défavorable;
  • Stade 4 (M1) - lorsque les métastases atteignent des organes éloignés des ovaires.

Cancer de l'ovaire: symptômes et signes

Les premiers signes de cancer de l'ovaire chez la femme ne diffèrent pas des affections habituelles: parfois, elles ressentent une lourdeur, une distension et des douleurs abdominales, de la constipation. Si la capsule ovarienne se brise et qu'une inflammation se produit autour d'elle, la femme ressent une vive douleur.

Plus tard, ces signes sont rejoints par d'autres symptômes du cancer de l'ovaire:

  • malgré une diminution de l'appétit et une faiblesse, il y a une augmentation du volume de l'abdomen et de ses ballonnements (car le liquide s'accumule dans la cavité abdominale et une ascite se produit); lorsque la paroi abdominale fait saillie, une hernie peut survenir;
  • si du liquide s'accumule dans la cavité pleurale, la femme a un essoufflement;
  • sans raison apparente, des nausées et des vomissements surviennent; avec la progression de la maladie, des lésions intestinales se produisent et une déplétion se développe, ce qui peut entraîner la mort;
  • envie fréquente d'uriner;
  • si le cancer s'est propagé à l'utérus, un écoulement vaginal caractéristique se produit.

Le cancer de l'ovaire se développe-t-il rapidement??

Cela se produit de différentes manières: parfois, une tumeur peut se développer pendant une longue période et sans aucun symptôme. Mais si les signes du cancer de l'ovaire se sont déjà manifestés, l'évolution de la maladie s'accélérera brusquement et la progression de la tumeur se produira dans quelques mois..

Menstruation avec cancer de l'ovaire

Le cancer peut affecter non pas les deux, mais un ovaire: dans ce cas, un retard régulier du cycle menstruel sera un signe de pathologie. Au deuxième stade de la maladie, le cancer peut envahir les deux ovaires, puis les symptômes deviendront plus évidents: en raison d'une carence en hormones, les menstruations deviendront rares et les retards de menstruation seront de plus en plus prolongés. Pendant la menstruation, la douleur sera ressentie non seulement dans le bas de l'abdomen, mais également sur les côtés - où se trouvent les ovaires. L'effet des hormones peut se manifester par l'arrêt complet des règles, le grossissement de la voix et la croissance des poils du visage. Des saignements soudains, similaires aux menstruations, peuvent également survenir après avoir soulevé des objets lourds, à la suite d'un contact sexuel ou simplement sans raison. Ce saignement est abondant et dure plus longtemps que les périodes normales..

Un kyste ovarien peut-il se transformer en cancer??

Cela se produit très rarement: selon les statistiques - dans 0,01% des cas. Mais le cancer de l'ovaire peut être déguisé en kyste, l'imitant à un stade précoce. Dans une telle situation, le cancer ne peut être détecté qu'en utilisant l'histologie..

Comment diagnostiquer le cancer de l'ovaire?

Si vous pensez avoir un cancer de l'ovaire, contactez votre gynécologue: il vous prescrira un examen complet, après examen de votre abdomen, ainsi que de la zone des appendices. Si le médecin n'a pas trouvé de signes de la maladie, il prescrira des études supplémentaires:

  • Le cancer de l'ovaire à l'échographie est diagnostiqué à l'aide d'un examen transvaginal (sonde vaginale) ou transabdominal (à travers la paroi abdominale);
  • La tomodensitométrie montrera l'état des organes abdominaux et pelviens; si une tumeur existe, la tomodensitométrie déterminera sa taille et les métastases possibles dans d'autres organes, et des changements dans les ganglions lymphatiques seront également perceptibles;
  • IRM si nécessaire.

Psychosomatique du cancer de l'ovaire

Les psychologues appellent les ovaires le «centre de création féminine». C'est pourquoi la psychosomatique de la maladie, selon la psychologue Louise Hay, est associée à des tâches féminines internes non résolues - avoir un enfant, fonder une famille, sentir une femme en elle-même. De plus, la raison de l'émergence d'une pathologie peut être des allégations ou des pensées négatives, du ressentiment (jusqu'à la haine) envers le sexe opposé, des hommes proches - mari, père, frère. Le psychologue Alexander Astrogor est sûr qu'une tumeur maligne des ovaires apparaît lorsqu'une femme désire se venger de son agresseur.

Cancer de l'ovaire: traitement

Pour comprendre l'efficacité du traitement, les médecins utilisent un marqueur tumoral spécial pour le cancer de l'ovaire - l'antigène associé à la tumeur CA-125: en modifiant sa concentration, il montre comment la thérapie progresse.

Traitement du cancer de l'ovaire de stade I. Si le péritoine n'est pas affecté par les métastases, les appendices, l'utérus et l'épiploon de la femme sont enlevés chirurgicalement. Pendant l'opération, des foyers similaires à des métastases peuvent être trouvés - dans ce cas, ils sont envoyés d'urgence pour une analyse morphologique; Les jeunes femmes veulent souvent garder un ovaire intact afin de pouvoir porter un enfant: dans ce cas, les chirurgiens répondent aux souhaits de la patiente, mais en même temps, ils font une biopsie du deuxième ovaire et envoient le matériel obtenu pour la recherche. En règle générale, avec un cancer de l'ovaire unilatéral, une femme après une chirurgie ne se voit pas prescrire de chimiothérapie, mais des options de traitement alternatives sont utilisées.

Si le cancer de l'ovaire est opéré au premier stade, les chances de survie sont de 90%.

Traitement de II et stades ultérieurs du cancer de l'ovaire. À ces stades, les chirurgiens essaient d'enlever autant de tumeurs et de métastases que possible, et ici l'état du patient dépend en grande partie des compétences et de l'expérience du chirurgien. Aux stades III-IV, avant la chirurgie, la femme peut se voir prescrire une chimiothérapie pour réduire la taille de la tumeur. Une rechute après une intervention chirurgicale est possible (il est déterminé si le taux de CA-125 augmente dans le sang et est ensuite confirmé par échographie et tomodensitométrie), mais dans ce cas, les médecins prescrivent rarement une deuxième opération, car cela aggrave le plus souvent leur survie. Une exception peut être faite pour une jeune patiente si elle a une tumeur dans un seul ovaire ou si une rechute est survenue un an ou plus tard après l'opération. Dans d'autres cas, en cas de rechute, un cours de chimiothérapie avec des médicaments de première intention est prescrit, puis de deuxième intention.

Si la tumeur a atteint le stade IV, le patient subit rarement une intervention chirurgicale: généralement une chirurgie palliative est prescrite ou des médicaments sont prescrits pour soulager l'état du patient.

Existe-t-il des techniques alternatives?

Heureusement, tous les patients ne sont pas condamnés à l'ablation chirurgicale d'organes et à la chimiothérapie. De plus, il existe des techniques modernes:

  • Thérapie IP: lorsque les médicaments sont injectés directement dans la cavité abdominale: le traitement entraîne moins d'effets secondaires et le médicament lui-même affecte directement la tumeur. Les préparations à base de plantes sont utilisées dans la thérapie moderne.
  • Traitement ciblé: lorsque des médicaments sont utilisés qui agissent exclusivement «intentionnellement», affectant la tumeur et n'affectant pas les cellules saines.
  • Immunothérapie du cancer de l'ovaire: parmi les développements les plus récents, on trouve des anticorps à deux composants qui peuvent simultanément cibler deux «cibles» dans une tumeur (récepteur de l'acide folique 1 - FOLR1 et récepteur de la mort 5 - récepteur de la mort 5) et, de plus, sont capables de traverser la barrière cellulaire protectrice tumeurs. Ces médicaments sont moins toxiques que leurs prédécesseurs. Dans un proche avenir, ils subiront des essais cliniques sur des patients.

Commentaire d'expert:

Ces dernières années, des oncologues ont proposé de prendre le contrôle du cancer de l'ovaire héréditaire (associé à BRCA1 et BRCA2) en utilisant un médicament contenant la substance olaparib. Les données cliniques ont montré que l'inclusion de ce médicament dans le schéma thérapeutique peut augmenter considérablement la survie sans progression chez les patientes atteintes d'un cancer héréditaire de l'ovaire, tandis que leur risque de progression de la maladie ou de décès est réduit de 82%. En outre, l'utilisation du médicament avec la substance olaparib aide à retarder de 9,4 mois la nécessité d'une chimiothérapie chez les patients présentant des mutations dans les gènes BRCA1 et BRCA2. En Russie, le médicament olaparib a déjà été enregistré en juillet 2016. Son innocuité et sa tolérabilité permettent à 94% des patients recevant le médicament pendant plus de 5 ans de rester sous traitement. Dans le même temps, 60% des événements indésirables survenant lors d'une utilisation prolongée peuvent être attribués à une sévérité légère ou modérée. Pour arrêter les effets indésirables rares (nausées, vomissements, diarrhée - 2% des cas), vous pouvez réduire la dose du médicament.

Nutrition après chimiothérapie pour le cancer de l'ovaire

Le régime alimentaire après chimiothérapie pour le cancer de l'ovaire doit être principalement composé de protéines animales et de glucides complexes. Il est préférable de cuisiner des plats cuits au four, bouillis, cuits à la vapeur et en purée. La fréquence des repas est d'environ six fois par jour.

Aliments recommandés pour le cancer de l'ovaire:

  • protéines: viande sans graisse (volaille, veau), poisson (de préférence de mer), fruits à coque, œufs;
  • lait et lait fermentés: beurre, fromage (faible en gras, sans épices), yogourt, fromage cottage, kéfir;
  • légumes et fruits: légumes verts, chou, pommes, courgettes, agrumes, aubergines, poivrons;
  • céréales: bouillie de sarrasin et d'avoine, pain de grains entiers et pâtes;
  • glucides: miel.

Les aliments en conserve, les épices et les assaisonnements, les plats épicés, les boissons alcoolisées doivent être exclus du régime.

Combien de temps les patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire vivent-elles après avoir confirmé le diagnostic??

Selon les statistiques, un taux de survie de cinq ans ou plus est typique pour 40% de toutes les patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire. Dans le même temps, un diagnostic posé à un stade précoce permet à 90% des femmes de survivre. Malheureusement, les métastases et les tumeurs de stade III d'organes distants fournissent encore un faible taux de survie (environ 20%). Mais la recherche active des scientifiques et l'introduction de l'immunothérapie dans le traitement du cancer de l'ovaire permettent aux femmes de lutter contre la maladie sans perdre espoir à aucun stade..

  • Expert
  • Derniers articles
  • Retour d'information

A propos de l'expert: + MAMA

Nous sommes le site le plus convivial pour les mamans et vos bébés. Questions et réponses, articles uniques de médecins et d'écrivains - nous avons tout cela :)

Comment reconnaître les symptômes et les signes du cancer de l'ovaire?

Le cancer de l'ovaire est le deuxième cancer le plus fréquent après le cancer du col de l'utérus. En raison du fait qu'il est très difficile à diagnostiquer, le résultat de son développement peut être fatal.

À un stade précoce, il n'est reconnu que chez 30% des femmes. Et chez 70% des femmes, ce processus pathologique se fait sentir en cas d'apparition de 3 ou 4 étapes.

Les ovaires d'une femme sont constitués de trois couches de tissu:

  1. Couche hermétique. Il est responsable de la production de l'œuf.
  2. Couche de cellules stromales. Favorise la synthèse des hormones œstrogène et progestérone.
  3. Couche épithéliale. Couvre la surface des ovaires.

Le type de tumeur maligne dépend de la nature de la lésion d'une certaine couche cellulaire des appendices.

Ce processus pathologique commence le plus souvent dans la couche épithéliale et présente à son début un néoplasme bénin. Mais sous l'influence de facteurs négatifs, il se développe en une forme maligne, dépasse les ovaires et se propage dans tout le corps.

Causes du cancer de l'ovaire

L'étiologie du développement d'une tumeur maligne de l'ovaire n'est pas entièrement comprise..

Mais il y a un certain nombre de raisons qui contribuent à son apparition:

  • Utilisation fréquente et incontrôlée de contraceptifs oraux.
  • Naissance tardive d'un enfant.
  • Interruption ou refus de l'allaitement.
  • Infections génitales chroniques fréquentes.
  • Avortement fréquent et curetage diagnostique.
  • L'apparition de kystes, néoplasmes bénins.

Outre les raisons qui conduisent à cette pathologie, il existe des facteurs de risque.

Ceux-ci inclus:

  • Âge avancé (après 65 ans) et début de la ménopause.
  • L'utilisation de médicaments pour la conception d'un enfant (si de leur utilisation il n'y a pas eu d'effet positif).
  • Prédisposition génétique dans la lignée féminine.
  • Maladies oncologiques du sein.
  • L'utilisation d'œstrogènes à une posologie dépassant la dose thérapeutique, ainsi qu'en cas d'auto-extension du traitement.
  • Si le patient a des antécédents de diabète sucré, de lésions vasculaires athéroscléreuses, d'hypertension artérielle sévère, de surpoids.
  • Tabagisme et dépendance excessive aux boissons alcoolisées.
  • Conditions de travail nocives (contact permanent avec des produits chimiques actifs).

Il existe également des hypothèses permettant le développement de cette maladie si:

  • Une activité excessive apparaît dans le système hypophysaire-hypothalamus. En conséquence, une synthèse accrue des œstrogènes se développe, ce qui peut provoquer une hyperplasie tissulaire et l'apparition de cellules atypiques.
  • Un cycle menstruel précoce se produit. Cela se produit très souvent en raison de l'accélération de la jeune génération.
  • Des proches (mère, grand-mère) ont souffert de la même maladie ou ont reçu un diagnostic de cancer du sein.

Classification du cancer de l'ovaire

Ce processus pathologique est caractérisé par la mise en scène de la maladie.

Selon le degré de dommage, il y a 4 stades de cette maladie:

  • Au premier stade de ce processus pathologique, une lésion initiale de l'ovaire se produit. Elle peut être à la fois unilatérale et bilatérale.La première étape est caractérisée par le fait que la tumeur n'est localisée que dans les appendices. Et en fonction de ses caractéristiques, on lui attribue une catégorie appropriée:
    • 1 a. La tumeur apparaît dans un seul ovaire, les résultats de laboratoire ne détectent pas les cellules atypiques.
    • 1 c. Le processus pathologique affecte 2 appendices, les tests de laboratoire ne donnent pas non plus de résultats positifs.
    • 1 seconde. La maladie commence à dépasser l'ovaire, les études menées confirment le diagnostic de développement tumoral.
  • Au deuxième stade, la maladie commence à s'écouler doucement vers les organes voisins, le plus souvent l'utérus est endommagé. C'est à la fin de cette étape que les premiers symptômes du tableau clinique de cette pathologie commencent à apparaître chez la plupart des femmes. Les maladies sont accompagnées de manifestations de douleur, de douleurs spastiques dans l'abdomen ou dans le bas du dos, de troubles urinaires, de violation de l'acte de défécation:
    • 2 a. Les changements pathologiques peuvent affecter l'utérus et les trompes.
    • 2 c. Au fur et à mesure que la maladie progresse, elle touche les organes pelviens, la vessie ou le rectum.
    • 2 sec. D'autres dommages se produisent, dans lesquels les lavages de laboratoire donnent une réaction positive.
  • Au stade 3, les ganglions lymphatiques régionaux et l'espace rétropéritonéal sont affectés, et à ce stade, le cancer de l'ovaire est toujours considéré comme guérissable. Bien qu'avec cela, des lésions étendues des ganglions lymphatiques et du péritoine peuvent survenir:
    • 3 a. À ce stade du développement de la maladie, chez le patient, au cours de l'étude, de petites inclusions malignes peuvent être observées.
    • 3 c. De petites métastases apparaissent, dont la taille ne dépasse pas 2 cm, les ganglions lymphatiques régionaux restent intacts.
    • 3 sec. Les métastases augmentent en taille, leur taille est supérieure à 2 cm, des cellules cancéreuses atypiques apparaissent dans les ganglions lymphatiques.
  • La quatrième étape s'accompagne de l'apparition de métastases à distance, qui affectent non seulement les tissus voisins, mais également les organes éloignés de la lésion principale. Cette étape est caractérisée par un tableau clinique prononcé. Une femme malade souffre grandement de douleurs aiguës qui apparaissent dans les organes touchés. A ce stade, de nombreuses métastases apparaissent. C'est le stade le plus sévère, avec une évolution et une issue défavorables de la maladie. Il ne se prête pratiquement pas à la radiothérapie, à cet égard, une méthode d'intervention chirurgicale est utilisée pour la traiter..

De plus, l'American Joint Committee for Cancer Research System est utilisé pour classer le cancer de l'ovaire. Il est généralement appelé TNM.

Chaque lettre correspond à une condition spécifique de la maladie:

  • Le cancer de l'ovaire, de catégorie T, en combinaison avec des chiffres indique l'emplacement de la tumeur, la présence de liquide à l'intérieur, le nombre d'appendices touchés.
  • L'oncologie ovarienne, qui est attribuée à la catégorie N, indique la propagation de la maladie dans les ganglions lymphatiques régionaux.
  • Si la catégorie M est attribuée à ce processus pathologique, cela indique le nombre de métastases et les organes dans lesquels elles sont apparues.

Les formes les plus courantes de cancer de l'ovaire sont:

  • Séreux.
  • Glandulaire.
  • Mucineux.
  • Épithélium.
  • Mixte.

Les tumeurs malignes primaires se présentent sous la forme de:

  • Dysgerminome, qui se caractérise par un degré élevé de malignité et se compose de tissu ovarien.
  • Carcinome. Il est basé sur l'hypertrophie du tissu conjonctif.
  • Tératome. Formé dans le ventre de la mère.
  • Gonadoblastomes. La cause de l'événement est une défaillance génétique.
  • Chorionépithéliome. Il affecte le corps féminin en âge de procréer, de toutes les formes de cancer de l'ovaire, il a la plus grande capacité à progresser et à devenir malin. S'il est diagnostiqué, il constitue une menace sérieuse pour la vie du patient.

Signes primaires du cancer de l'ovaire

Le danger de cette pathologie réside dans le fait que les symptômes présentés ne sont pas spécifiques, ils ressemblent très souvent à l'image d'autres maladies gynécologiques.

Mais l'apparition des symptômes suivants, dans la plupart des cas, oblige une femme à consulter un gynécologue:

  1. Des douleurs dans l'abdomen et le bas du dos apparaissent.
  2. L'intimité sexuelle apporte douleur et inconfort désagréable dans la région génitale.
  3. Dans les intervalles entre les menstruations, des écoulements sanglants apparaissent..
  4. Le volume de l'abdomen augmente, tandis que le poids corporel reste le même.
  5. Dans certains cas, une hypertrophie mammaire se produit.
  6. Des manifestations dyspeptiques sous forme de nausées ou de violation de l'acte de défécation peuvent apparaître.
  7. Les symptômes d'anorexie apparaissent.
  8. L'état psycho-émotionnel est perturbé, accompagné de l'apparition d'une irritabilité excessive, parfois d'agressivité.
  9. Après l'apparition des premières métastases, des maux de tête apparaissent.

Les principaux symptômes du cancer de l'ovaire

Malheureusement, les premiers signes de cette pathologie ne sont pas pris au sérieux par les femmes malades, la maladie commence à progresser et des symptômes apparaissent, indiquant le développement d'un cancer de l'ovaire:

  1. Le patient a des douleurs nocturnes, localisées dans le bas du dos et irradiant vers les membres inférieurs. Le plus souvent, ils apparaissent après un dur travail physique..
  2. Le cycle menstruel fonctionne mal.
  3. Le volume de l'abdomen augmente, des brûlures d'estomac et une augmentation de la production de gaz apparaissent.
  4. Il y a une forte perte de poids.
  5. Faiblesse sévère le matin, les femmes se plaignent qu'il leur est difficile de sortir du lit.
  6. Les contacts sexuels sont extrêmement douloureux et les patients essaient donc de les éviter..
  7. Un écoulement sanglant constant apparaît entre les règles..
  8. Il y a un trouble de l'acte de défécation, parfois un ténesme (fausse envie) se produit.
  9. Une envie fréquente d'uriner peut apparaître.

Vous pouvez vous diagnostiquer?

Il est impossible de diagnostiquer seul le cancer de l'ovaire. Parfois, même un spécialiste ne peut pas le faire lors d'un examen gynécologique. Par conséquent, le gynécologue prescrit une échographie, un test sanguin pour les anticorps, une IRM. C'est le diagnostic à un stade précoce de la maladie qui donne un effet positif dans le traitement de cette pathologie..

Diagnostic du cancer de l'ovaire

Dans les premiers stades de la maladie, il est difficile de poser un diagnostic précis. Cela est dû au flou du tableau clinique. Il n'y a pas de symptômes exacts pendant cette période de la maladie.

Si vous suspectez un cancer de l'ovaire, après avoir effectué une palpation à deux mains, le médecin vous prescrit pour confirmer le diagnostic exact:

  1. Analyses sanguines de laboratoire utilisant des méthodes biochimiques et cliniques.
  2. Examen échographique obligatoire des organes génitaux internes et des organes pelviens.
  3. Urographie excrétrice.
  4. Méthodes de recherche irrigoscopique.
  5. IRM.
  6. Pendant l'opération, le prélèvement obligatoire de matériel pour examen histologique.
  7. Le niveau d'antigène CA-125 dans le sang est déterminé.
  8. Dans certains cas, la méthode laparoscopique est utilisée pour le diagnostic. Une petite incision est utilisée pour insérer une machine d'examen ovarien.

Pronostic de survie du cancer de l'ovaire

Le diagnostic des stades précoces du cancer de l'ovaire est difficile. La présence de cette maladie dans la plupart des cas est établie par hasard, lors d'examens médicaux de routine. Ou lors d'un examen échographique, qui est effectué pour établir un diagnostic précis d'une autre pathologie non liée à la gynécologie. Lors du traitement de ce processus, les stades et les formes de cancer de l'ovaire sont pris en compte..

Et un pronostic est donné pour l'issue de cette maladie:

  1. Au premier stade de cette pathologie, une prévision optimiste est presque toujours donnée. Avec le bon choix de traitement, 95% des femmes peuvent éviter le développement ultérieur de ce processus pathologique..
  2. Avec le développement du stade 2 de cette maladie, le pronostic optimiste diminue au niveau de 50 ou 70%. Pour une vie bien remplie, le patient doit se conformer à toutes les prescriptions du médecin et subir toutes les procédures et mesures thérapeutiques.
  3. La troisième étape s'accompagne très souvent de l'apparition de liquide dans l'espace rétropéritonéal (ascite), ce qui réduit considérablement le taux de survie. Dans ce cas, ce n'est pas plus de 30%. Si ce symptôme n'est pas observé, le taux de survie peut être de 50%.
  4. A ce stade du cancer des appendices, il est difficile de faire un pronostic, même avec une intervention chirurgicale réussie. Les statistiques indiquent qu'environ 2% des patients, s'ils ne présentent pas de symptômes d'ascite, ont un taux de survie ne dépassant pas 15 en 5 ans. À un jeune âge, ce pourcentage peut être légèrement plus élevé que chez les personnes âgées..

Au quatrième stade de ce processus pathologique, toutes les méthodes de traitement recommandées doivent être suivies..

Car c'est pendant cette période que:

  • Blocage des voies biliaires, qui conduit au développement d'une cholestase (jaunisse obstructive).
  • En raison du fait qu'il y a une violation de la coagulation sanguine, le risque de développer un accident vasculaire cérébral ou une thromboembolie augmente.
  • Il y a une suppression du travail des cellules de la moelle osseuse, le système sanguin en souffre..
  • L'apparition de nouvelles métastases, provoque un syndrome douloureux prononcé.
  • Une thrombose artérielle se développe et, en conséquence, des lésions gangreneuses des jambes se produisent.

Métastase

Le cancer peut se propager dans tout le corps de trois manières:

  1. Hématogène, se propage avec le flux sanguin. La propagation des métastases survient dans 5% de tous les cas de cancer de l'ovaire. Les cellules atypiques, se déplaçant le long de la circulation sanguine, affectent les organes et tissus distants.
  2. Lymphogène, la propagation se produit lors de métastases aux ganglions lymphatiques régionaux, et est réalisée avec un flux lymphatique. Dans le second cas, ce processus pathologique est facilité par le flux lymphatique.
  3. Implantation, les organes voisins sont touchés.Le troisième type de métastase, dépassant ses limites, affecte le plus souvent le corps de l'utérus et ses appendices. Après cela, la voie lymphogène et hématogène de la propagation des métastases la rejoint.

90% du nombre total de métastases sont causées par l'implantation et la propagation lymphogène.

Au fur et à mesure que le processus oncologique se propage, les principaux symptômes s'ajoutent:

  • Toux dure avec expectoration sanglante.
  • Jaunissement de la peau.
  • Dommages au système nerveux. Le mal de tête survient sans cause, des évanouissements et des états convulsifs apparaissent.

Complications du cancer de l'ovaire

Le tableau clinique des complications dans le développement du cancer de l'ovaire est varié..

Les complications les plus courantes sont:

  • Le développement de la carcinomatose. Les cellules cancéreuses pénètrent dans le drainage lymphatique et sont localisées dans la région péritonéale, sur la membrane séreuse. S'accumulant progressivement, ils forment une grosse tumeur.
  • Une complication très dangereuse est la torsion de la tige tumorale. Dans ce cas, il y a une violation de l'approvisionnement en sang et de la nutrition du corps de la tumeur. En conséquence, sa nécrose commence, qui s'accompagne d'une douleur insupportable. Un tel développement de la pathologie nécessite une intervention chirurgicale urgente. Si l'opération n'est pas effectuée à temps, le développement d'un résultat mortel est très élevé..
  • La troisième complication la plus courante est l'ascite. L'accumulation progressive de liquide dans l'espace rétropéritonéal entraîne une augmentation du volume de l'abdomen.Dans certains cas, une accumulation de liquide peut être observée dans la région de la poitrine. Cette condition est accompagnée de dyspnée et d'épanchement pleural..

Ascite dans le cancer de l'ovaire

L'accumulation d'exsudat ou de transsudat (fluide) dans la région péritonéale provoque une ascite. Il s'agit d'un signe secondaire de cancer de l'ovaire. L'apparition de ce processus pathologique indique que la maladie est passée au troisième ou au quatrième stade. Cette pathologie est observée chez 5% des femmes atteintes de ce processus oncologique..

L'ascite est mortelle à 60%.

Outre le fait que cette affection elle-même est une conséquence dangereuse d'une tumeur cancéreuse, elle peut entraîner le développement de complications graves:

  • Le patient peut avoir des difficultés à respirer, un essoufflement.
  • Attaques de vertige qui se produisent dans le contexte d'une faiblesse générale de tout le corps.
  • Les symptômes de stagnation apparaissent dans le petit et le grand cercle de la circulation sanguine.
  • Il y a une diminution du taux de protéines dans le plasma sanguin, ce qui entraîne l'apparition d'un œdème.

L'ascite dans ce type de maladie apparaît en raison de:

  • Violations d'élasticité et augmentation de la perméabilité des parois vasculaires.
  • Perturbation du système lymphatique.
  • Métastases abdominales.
  • Changements fonctionnels dans la région péritonéale.

Les principaux symptômes de l'ascite comprennent:

  1. Avec une observation visuelle, une augmentation du volume de l'abdomen, une femme peut se plaindre de l'incapacité de mettre des objets familiers, de boutonner une jupe ou un pantalon.
  2. Des troubles dyspeptiques persistants apparaissent. Augmentation de la production de gaz (flatulences), nausées et vomissements.
  3. Il y a un trouble du système urinaire (des mictions fréquentes et parfois douloureuses sont notées).
  4. En raison de l'élargissement de l'abdomen, une raideur apparaît dans les mouvements.
  5. Les cas graves d'ascite entraînent des complications qui se manifestent sous la forme d'une hernie ombilicale, l'apparition d'hémorroïdes, d'un prolapsus d'un segment du rectum.
  6. Parfois, le volume du transsudat peut atteindre 10 litres..

Puisqu'il s'agit d'un symptôme secondaire, pour l'éliminer, il est nécessaire de traiter la pathologie sous-jacente. À ce stade du cancer de l'ovaire, une dynamique positive ne peut être obtenue qu'à l'aide d'une intervention chirurgicale et d'une chimiothérapie ultérieure.

Pour soulager la souffrance de cette pathologie, le patient se voit prescrire des diurétiques (Furosémide, Veroshpiron, Lasix), des hépatoprotecteurs, des solutions d'acides aminés.

Pour réduire la quantité de transsudat, une ponction est possible, la quantité de liquide prélevée à la fois ne doit pas dépasser 5 litres.

Traitement du cancer de l'ovaire

Considérez les principales méthodes de traitement du cancer de l'ovaire:

  • Intervention chirurgicale
  • Chimiothérapie
  • Radiothérapie
  • Immunothérapie
  • Thérapie hormonale
  • Technique palliative.

Intervention chirurgicale

Afin d'arrêter le développement ultérieur du processus pathologique, la méthode d'intervention chirurgicale est utilisée.

  1. Le plus grand effet lors de la mise en œuvre de cette technique peut être obtenu si elle est appliquée à un stade précoce de la formation de la tumeur, lorsqu'elle n'a pas quitté l'ovaire. Dans ce cas, il est souvent possible de préserver la capacité de reproduction de la femme..
  2. Si la maladie a été diagnostiquée au deuxième stade, lorsque les organes voisins (utérus ou trompes de Fallope) sont endommagés, la question se pose de l'ablation complète des appendices et du corps de l'utérus. Si les ganglions lymphatiques les plus proches sont impliqués dans le processus, ils sont également soumis à une ectomie. Souvent, l'intestin est impliqué dans le processus pathologique, lorsqu'une métastase d'une tumeur cancéreuse y est trouvée, un segment de l'intestin est enlevé chirurgicalement.

L'hystérectomie (une opération visant à l'ablation complète du corps de l'utérus et de ses appendices) n'est pas seulement une opération traumatique. Elle apporte un grand traumatisme mental à une femme malade, entraînant dans certains cas des symptômes de dépression.

Par conséquent, lors de la chirurgie, un aspect important est la préparation mentale du patient. Si possible, créez une atmosphère de tranquillité d'esprit et d'équilibre mental..

Chimiothérapie pour le cancer de l'ovaire

La base de cette technique est l'hypersensibilité des cellules cancéreuses atypiques à certains composés chimiques. À cette fin, des médicaments du groupe pharmacologique de l'éthylèneimine (étymidine, cyclophosphane) sont utilisés en combinaison avec des composés alkylants.

La chimie est produite indépendamment de la forme et de l'ampleur de la maladie.

Mais il existe un certain nombre de contre-indications:

  • Formes sévères de dysfonctionnement hépatique et rénal.
  • Troubles neurologiques et mentaux à évolution sévère.
  • Allergie aux principaux ingrédients des médicaments de chimiothérapie.

Radiothérapie

Ce type de traitement est utilisé uniquement lorsque la chimiothérapie n'a pas apporté de résultats positifs significatifs, ou en association avec un traitement palliatif. Récemment, il a été très rarement utilisé. C'est la raison de l'apparition de nombreux effets secondaires et d'une efficacité relativement faible..

La radiothérapie peut être accompagnée des complications suivantes:

  • Hyperthermie corporelle.
  • Troubles dyspeptiques diarrhée, nausées, vomissements indomptables. Ces symptômes contribuent à une diminution rapide du poids corporel..
  • La fatigue, la léthargie et le malaise se développent.
  • Il existe un tableau clinique de l'anémie.
  • Leucopénie.
  • La thrombocytopénie entraîne une diminution de la coagulation sanguine et des saignements soudains.

L'efficacité de la radiothérapie est connue en un mois..

Immunothérapie

L'état d'immunité, avec le cancer de l'ovaire, peut être considérablement réduit.

Pour éviter ce processus, il utilise des préparations biologiques qui ont une activité antitumorale:

  • Les cytokines.
  • Des anticorps monoclonaux.

Ils sont capables de perturber la nutrition et l'apport sanguin de la tumeur oncologique. Aide à arrêter leur croissance et à prévenir les métastases.

Pour créer un biovaccin, du matériel cellulaire prélevé sur un donneur est utilisé. Après un traitement chimique, il est injecté dans le corps de la femme malade. Pendant l'immunothérapie, le patient est sous surveillance médicale. Et, si nécessaire, peut rester dans un hôpital.

Technique palliative

Ce type de thérapie est prescrit aux patients qui sont au stade d'un cancer inopérable. L'objectif principal de ce type de traitement est d'alléger la souffrance d'une femme, d'améliorer l'état général, de soulager la douleur..

Thérapie hormonale

Il s'agit d'une méthode de traitement supplémentaire, utilisée pendant le développement de la ménopause. Le propionate de testostérone est prescrit aux femmes malades. Il est administré par injection intramusculaire de 50 mg pendant 60 jours.

Après cela, la méthyltestostérone peut être utilisée par voie sublinguale (sous la langue). Le traitement commence par 30 mg par jour, en diminuant progressivement la dose à 10 mg. Un bon effet est obtenu par l'ajout de médicaments du groupe des corticostéroïdes, des œstrogènes et des progestatifs.

Recommandations après le traitement du cancer de l'ovaire

Après avoir subi un traitement pour un cancer de l'ovaire, il est recommandé:

  1. Après le traitement complexe, le patient est inscrit au dispensaire. Elle doit être examinée par un gynécologue deux fois par an. Passez tous les tests nécessaires pour les marqueurs tumoraux. Surveillez le taux d'hormones dans le sang (œstrogène, testostérone). Si nécessaire, passez une échographie.
  2. Changez votre style de vie, contrôlez l'état psycho-émotionnel, prévenez le déclin de l'humeur, évitez les situations stressantes qui conduisent à des états dépressifs.
  3. Choisissez un mode de vie sain. Refusez (le cas échéant) de mauvaises habitudes de fumer du tabac, de prendre des boissons alcoolisées. Commencez chaque matin par des exercices physiques. Passez plus de temps à marcher et à communiquer avec vos pairs. Cela aidera à détourner l'attention des mauvaises pensées..
  4. Passez en revue votre alimentation. Ses modifications ne permettront pas de guérir cette pathologie. Mais une bonne alimentation aidera le corps à récupérer rapidement en période postopératoire, après une chimiothérapie ou une radiothérapie.Les plus utiles seront les repas à base de céréales, riches en fibres grossières. C'est très bien si des légumes et des fruits frais sont présents dans l'alimentation quotidienne (ils contribuent à la restauration du système immunitaire), des aliments riches en micro et macronutriments.Ne pas abuser des viandes grasses, des saucisses fumées, et également riches en glucides. Imposer un tabou complet à tout type de boissons alcoolisées.
  5. Observez un régime clair de travail et de repos. Des éléments d'exercices du matin (vous devez commencer à 10 minutes) vous aideront à surmonter la fatigue quotidienne qui survient après une chirurgie ou une chimiothérapie. Tout travail physique (même s'il est à domicile) doit nécessairement alterner avec le repos.

Après un traitement contre le cancer de l'ovaire, l'activité physique quotidienne au cours des premiers mois ne doit pas dépasser 60 minutes. Augmenter progressivement.

La prévention

Les mesures préventives n'offrent pas une garantie complète contre le développement du cancer de l'ovaire. Cependant, leur observance réduit les facteurs de développement de cette pathologie..

Les femmes à partir de 18 ans doivent observer les recommandations suivantes:

  • Prenez comme base une visite chez un gynécologue au moins 2 fois par an.
  • Arrêtez de fumer et buvez le moins d'alcool possible.
  • Réglez et équilibrez la prise de nourriture appropriée. Il doit être riche en fibres, en protéines. Il ne doit pas contenir une quantité excessive de graisses et de glucides. Assurez-vous de contenir une grande quantité de vitamines et de minéraux.
  • Faites des exercices du matin tous les jours et visitez le gymnase pendant la semaine.
  • Il est souhaitable que le premier accouchement ait lieu entre 20 et 25 ans.
  • Il est très important d'éviter les rayons ultraviolets directs, pendant le repos, ne pas être en plein soleil pendant une longue période.

Le cancer de l'ovaire est une maladie grave et grave. L'apparition des premiers signes de cette pathologie doit alerter les femmes et est la raison d'un appel urgent à un gynécologue.

Il est très important de reconnaître cette maladie à un stade précoce de son développement. Cela permettra à une femme de vivre, de supporter facilement une maladie et de produire une conception et un port normaux d'un enfant (même après une intervention chirurgicale).

Comment guérir le cancer de l'ovaire avec des méthodes populaires - réadaptation du patient après traitement et prévention

Le cancer de l'ovaire dans les deux premiers stades passe avec un ensemble minimal de symptômes (nausées, flatulences, perte de poids), ce qui rend la détection précoce et le traitement de la pathologie problématiques. Aux stades ultérieurs (III-IV), lorsque les cellules cancéreuses se développent progressivement, recouvrant les organes voisins, le traitement nécessite un traitement cardinal, complexe, à long terme. Les chances de guérison diminuent à chaque nouvelle étape, mais la probabilité d'un résultat favorable existe même à la dernière étape (10%).

Les principales méthodes de traitement du cancer de l'ovaire - caractéristiques, indications et contre-indications.

Lors du choix d'une méthode particulière de traitement du cancer de l'ovaire, le médecin prend en compte plusieurs facteurs:

Souvent, le passage de la pathologie du stade I au stade II prend un an. À l'avenir, le taux de développement de la maladie dépendra des réactions protectrices du corps du patient, d'autres facteurs.

  • La nature de la tumeur

Certaines tumeurs ont une évolution agressive (elles sont plus fréquentes dans le cancer de l'ovaire), dans d'autres cas, les symptômes ne sont pas si douloureux / moins dangereux.

  • Présence / absence de métastases

Pour un traitement de haute qualité de cette pathologie, il est préférable d'utiliser une approche intégrée, qui comprendra plusieurs méthodes.

Quand la chirurgie du cancer de l'ovaire est la seule issue?

La plupart des médecins estiment que quel que soit le stade de la pathologie, la nature de la tumeur, le patient doit être opéré. Ce besoin est dû à d'éventuelles erreurs dans la détermination du stade du cancer. Si le cancer de l'ovaire a commencé à métastaser, la chimiothérapie / radiothérapie seule ne suffira pas. Les organes métastatiques ne répondent à aucun médicament.

Il existe plusieurs types d'opérations utilisées pour cette pathologie:

Il consiste à enlever l'utérus, les appendices, les ovaires, le grand épiploon. S'il n'y a aucun signe de cancer du col de l'utérus, il est laissé. Les ovaires et les appendices sont presque toujours enlevés (bien qu'il y ait des exceptions), car le risque de propagation des cellules cancéreuses aux deux organes est assez élevé. L'épiploon doit être retiré en raison de la probabilité de métastases ici dans le cancer de l'ovaire.

Dans certains cas (en raison de l'état de santé du patient, en raison de qualifications insuffisantes de la personne opérant, dans d'autres cas), la personne opérant peut décider de retirer l'utérus supravaginal.

Il consiste en l'ablation totale de l'utérus et de ses organes (ovaires, appendices, épiploon, col de l'utérus). La disparition est indiquée en présence de modifications pathologiques du col de l'utérus..

  • Manipulations cytoréductives

Utilisé lorsqu'il est impossible d'éliminer la totalité de la tumeur. Cette procédure vise à réduire les paramètres de formation maligne, qui seront davantage affectés par la chimiothérapie. Avec des tumeurs gigantesques, ces procédures ne sont pas fructueuses..

Dans le cancer de l'ovaire, les opérations cytoréductives sont réalisées en 3 étapes:

  • Chirurgie primaire. Pertinent en présence de grandes formations malignes. Le but de la manipulation est la réduction maximale des paramètres de la tumeur, de ses métastases.
  • Intermédiaire. Après une chirurgie cytoréductive primaire, le patient subit une courte chimiothérapie (2 séances). En présence de résultats positifs, le médecin décide de procéder à une opération intermédiaire, qui consiste à réduire le volume de la tumeur - cela permet à l'avenir d'augmenter l'efficacité des procédures de chimiothérapie.
  • Secondaire. Si, après tout le traitement, le patient a une tumeur dont les paramètres dépassent 5 cm, il lui est prescrit une opération cytoréductive secondaire.
    • Chirurgie palliative.

Elle est réalisée dans des circonstances imprévues, associées à la désintégration de la tumeur, qui provoque une obstruction intestinale, des saignements intra-abdominaux et d'autres exacerbations. Le but de la manipulation est d'enlever la tumeur, d'arrêter le saignement.

Il a un but diagnostique: il est effectué pour les patients qui ont subi un traitement avec succès - d'autres examens n'ont pas révélé de signes de pathologie. Le but de la procédure est de confirmer l'absence / la présence d'une formation maligne, métastase. Cette manipulation est souvent utilisée pour prélever un échantillon d'un organe sujet à des changements défectueux..

La laparotomie peut être réalisée à n'importe quel stade de la maladie, si le patient n'a pas de contre-indications à une intervention chirurgicale (inflammation du système génito-urinaire, mauvaise coagulation sanguine, insuffisance cardiaque, etc.).

Chimiothérapie du cancer de l'ovaire: quand la chimiothérapie est la meilleure solution?

Cette procédure est fructueuse lorsqu'elle est associée à des méthodes chirurgicales de traitement des tumeurs. Parmi les médicaments utilisés en chimiothérapie, il convient de souligner les médicaments platine + cyclophosphamide, ou platine + taxol. En l'absence de décalage positif, les médicaments sont remplacés par d'autres: méthotrexate, fluorouracile, lofénal, etc..

Il existe plusieurs manières d'introduire des médicaments: par voie intramusculaire, intraveineuse. En cas d'ascite chez le patient, après avoir pompé le liquide, des médicaments sont également injectés dans la cavité abdominale.

Après la nomination d'un traitement, un échantillon de sang hebdomadaire est prélevé sur le patient, ce qui est nécessaire pour étudier l'état des organes internes, la composition sanguine.

Indications de la chimiothérapie lors du diagnostic du cancer de l'ovaire:

  • Après un traitement chirurgical: la chimiothérapie est un moyen de prévenir l'apparition de métastases / nouvelles tumeurs dans le futur.
  • Avant les interventions chirurgicales, - il aide à maintenir la prolifération des cellules cancéreuses.
  • Stabilisation de la croissance des cellules cancéreuses. Nommé seulement après la laparoscopie.
  • Élimination des tumeurs malignes résiduelles après la chirurgie.
  • Afin d'augmenter l'espérance de vie du patient. Aide à stabiliser temporairement la santé.

Pour chaque patient, les médicaments sont sélectionnés individuellement, en tenant compte de plusieurs points:

  • Poids.
  • Conditions générales.
  • Le fonctionnement du système hématopoïétique.
  • La nature de la formation maligne.
  • Sensibilité de la tumeur à certains médicaments.
  • Absence / présence d'ascite.

Lors de l'utilisation de la chimiothérapie, des médicaments sont prescrits en parallèle, ce qui a un effet positif sur le système hématopoïétique..

Radiothérapie pour le cancer de l'ovaire

Cette méthode de traitement est basée sur l'utilisation de rayons radioactifs pour irradier la cavité abdominale..

À ces fins, plusieurs méthodes peuvent être appliquées:

  • Le principe des bandes mobiles. L'irradiation ne se produit pas uniformément, ce qui peut provoquer le transfert de cellules cancéreuses vers des zones saines à l'avenir.
  • Le principe des champs ouverts. Plus populaire dans le traitement du cancer de l'ovaire: les rayons radioactifs affectent une large zone des organes abdominaux / pelviens.

La radiothérapie dans le traitement de la maladie en question est rarement utilisée, elle est associée à d'autres méthodes de traitement.

Indications pour cette procédure:

  • Afin de soulager la douleur du patient, d'améliorer l'état général. La durée de la 1ère séance est limitée à quelques minutes par jour. Le nombre de procédures variera de 1 à 10.
  • Absence de résultats après un cours de chimiothérapie + chirurgie.
  • Un cancer de l'ovaire récurrent est diagnostiqué. Dans ce cas, un traitement complexe est prescrit chimiothérapie + radiothérapie.
  • Élimination des formations résiduelles après traitement chirurgical.

Ce type de traitement est contre-indiqué chez les patients présentant des troubles graves du travail des organes / systèmes internes..

Traitement médicamenteux du cancer de l'ovaire

Toute la gamme des médicaments existants utilisés dans la lutte contre le cancer de l'ovaire peut être divisée en 6 groupes:

Ils provoquent un échec dans la synthèse de l'ADN d'une cellule cancéreuse, ce qui favorise sa destruction. Les représentants de ce groupe de médicaments sont le méthotrexate, la 6-mercaptopurine, le flutorafur.

  • Chloréthylamines, éthylèneamines

Lorsqu'ils sont injectés dans le corps, ces médicaments réagissent avec les cellules tumorales, perturbant leur fonctionnement normal, ce qui entraîne la mort cellulaire. Les médicaments populaires de ce groupe sont le cyclophosphamide, la sarcolysine, le benzo-TEP.

  • Les hormones.
  • Antibiotiques (antinéoplasiques)

A ce jour, le schéma exact de leur action est à l'étude. Le but de l'utilisation de médicaments est de détruire la structure des cellules cancéreuses. La bruneomycine et l'adriamycine reçoivent des commentaires positifs.

  • Médicaments à base de plantes

Ne peut pas être prescrit aux patients ayant une faible teneur en hémoglobine dans le sang, en cas de dysfonctionnement du système hématopoïétique. Leur principe d'action est de bloquer la division des cellules cancéreuses. La colchamine, la vincristine, la vinblastine sont souvent utilisées dans le traitement du cancer de l'ovaire..

  • Autres médicaments antinéoplasiques

Ils inhibent la croissance des cellules cancéreuses. Ces médicaments (L-asparaginase, mielosan) sont des représentants de différents groupes chimiques.

Récupération du patient après le traitement du cancer de l'ovaire.

Après / pendant le traitement de la maladie en question, le patient subit un certain nombre d'exacerbations qui peuvent être éliminées ou atténuer leur manifestation. Un ensemble de mesures nécessaires et utiles sera prescrit par un médecin.

Il existe plusieurs options pour faire face aux effets secondaires du traitement du cancer de l'ovaire, les principales étant:

Thérapie médicamenteuse

En fonction des phénomènes négatifs survenus au cours de la chimiothérapie, de la radiothérapie, le patient peut se voir prescrire des médicaments de soutien:

  • Antiémétiques

Souvent prescrit en même temps que la chimiothérapie. Cependant, si après la fin du traitement des nausées, des vomissements sont présents, afin d'exclure la déshydratation du corps, Ativan, Zofran, Compazin peut être prescrit. Il peut y avoir plusieurs variations dans la prise d'un tel médicament: par voie orale, rectale (suppositoires), intraveineuse (compte-gouttes).

  • Laxatifs

Prescrit si une alimentation adéquate n'a pas d'effet positif.

Lorsque les deux ovaires sont retirés, le médecin sélectionne les médicaments qui doivent être pris régulièrement. Sinon, le fond hormonal perturbé peut provoquer des conséquences négatives (bouffées de chaleur, ménopause précoce, peau / vagin secs, etc.)

  • Médicaments qui aident à maintenir des réactions protectrices dans l'organisme (interleukine-2, lymphocytes activés, etc.).

Assistance psychologique au patient

Dans un but de soutien moral, les patients peuvent se tourner non seulement vers des parents, des amis, des partenaires:

Peut parler des exacerbations possibles causées par le traitement, des mesures préventives, des caractéristiques du traitement à domicile (régime alimentaire, exercice). Les questions financières, les moments de visites chez le médecin peuvent être clarifiés avec le médecin / infirmier.

Sera en mesure de conseiller l'organisation où il est possible de demander une aide financière, où trouver des femmes de ménage / soignants.

  • Prêtre, psychothérapeute.
  • Un groupe de soutien pour les femmes qui ont eu une maladie similaire

Aujourd'hui, de nombreuses femmes bénévoles diffusent des informations sur les nuances de leur traitement contre le cancer, apportent une assistance morale.

Physiothérapie

L'exercice physique après le traitement de la maladie en question sera très utile. L'activité physique améliore la circulation sanguine, favorise le renouvellement de l'organisme au niveau cellulaire. Le sport aidera à faire face aux nausées, à améliorer l'appétit.

Les meilleurs sports de la période de rééducation sont la natation et la gymnastique médicale. À ces fins, il existe des centres spéciaux où les personnes qui ont souffert de maladies graves peuvent étudier..

Les procédures de physiothérapie peuvent être effectuées dans les établissements de santé.

Prédiction et prévention - quel est le pourcentage de survie après le traitement?

Une fois le traitement terminé, un pronostic favorable (à partir de 5 ans) sera déterminé par le stade auquel le cancer a été détecté, l'efficacité du traitement et l'histotype de la tumeur:

  • Étape 1 - 78-86%.
  • Étape 2 - 58-66%.
  • Étape 3 - 22-40%.
  • Étape 4 - 5-10%.

En raison du fait que la nature de la maladie en question n'est pas entièrement comprise, il n'y a pas d'ensemble de mesures préventives pour le cancer de l'ovaire..

Cependant, en respectant plusieurs règles, il est possible de réduire le risque de cette pathologie:

  1. Visites régulières chez le gynécologue - tous les 6 mois.
  2. Traitement de la fertilité: le cancer de l'ovaire est plus fréquent chez les femmes nullipares.
  3. Prendre des contraceptifs hormonaux (avant la ménopause).
  4. Traitement en temps opportun des processus inflammatoires du système génito-urinaire.