Principal
Cirrhose

Traitement des fibromes utérins: moyens et méthodes efficaces

Le nombre de cas diagnostiqués de fibromes utérins est de 12 à 25% du nombre total de maladies gynécologiques. Des statistiques décevantes placent cette pathologie au premier rang des maladies des organes reproducteurs féminins. Le plus souvent, les fibromes utérins surviennent chez les femmes de plus de 40 ans. Cependant, à l'heure actuelle, la maladie «rajeunit». La seule consolation est que la médecine ne reste pas immobile. Ainsi, récemment, de nouvelles méthodes efficaces de lutte contre la maladie sont apparues..

Les fibromes utérins (fibromes, léiomyomes) sont une tumeur bénigne de la couche musculaire de l'utérus - le myomètre. Dans 95% des cas, le myome est situé directement dans l'utérus et seulement dans 5% - dans son col de l'utérus. Le myome est un nœud de tissu conjonctif et de tissu musculaire. Le diamètre d'un seul nœud peut aller de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Le myome peut être unique ou multiple. Mais le plus souvent, si un nœud apparaît, les autres apparaissent ensuite. Et même après le retrait des fibromes, le risque de nouvelles formations est élevé. En fonction de la direction de croissance des nœuds, les médecins distinguent trois types de fibromes. Intermusculaire - la tumeur est située dans l'épaisseur de la paroi utérine et se développe entre les tissus musculaires. Sous-muqueuse - la croissance des fibromes se produit vers la cavité utérine. Et sous-péritonéal - le nœud se développe vers la cavité abdominale.

Les causes de la pathologie sont considérées:

  • troubles hormonaux;
  • mauvaise utilisation des contraceptifs intra-utérins;
  • Avortement;
  • maladies inflammatoires du système reproducteur;
  • le surpoids comme facteur de risque;
  • stress constant;
  • prédisposition génétique.

De nombreux chercheurs ont convenu que le risque de fibromes utérins dépend du nombre de cycles menstruels non terminés au début de la grossesse. S'il y en a plus de 200, le risque est extrêmement élevé. Il s'avère que les femmes de plus de 40 ans sont les plus sensibles à la maladie. Mais la maladie rajeunit. Quelle est la raison?

Le rythme de vie des femmes modernes est très intense, elles assument à la fois les fonctions de soutien de famille et de gardienne du foyer. La pathologie qui en résulte est un appel à l'aide du corps, qui déclare qu'il ne peut pas faire face à la charge qui lui est imposée. De plus, la santé d'une femme dépend fortement de son état émotionnel. Divorce, licenciement, problèmes avec un adolescent - tout cela peut devenir une impulsion pour l'apparition de tumeurs bénignes et malignes..

Le caractère insidieux de la maladie est qu'elle peut être invisible pendant longtemps. Et lorsque les symptômes deviennent évidents, les fibromes ont déjà atteint une taille importante et ne peuvent être traités que par chirurgie..

Le développement de fibromes utérins peut entraîner des menstruations prolongées et excessives, ce qui conduit éventuellement au développement d'une anémie chronique. À son tour, l'anémie contribue à une diminution de l'immunité, à la survenue d'une fatigue chronique, à une perte de cheveux, à un relâchement cutané, etc., étourdissements, insuffisance cardiaque.

Symptômes des fibromes utérins

À mesure que les ganglions myomateux se développent, des signes spécifiques de la maladie commencent à apparaître chez les femmes, tels que:

  • Douleurs de nature différente dans le bas de l'abdomen. L'intensité et la durée des crises de douleur dépendent de la taille, du taux de croissance et de l'emplacement de la tumeur..
  • Ménorragie. Règles abondantes qui durent plus longtemps que d'habitude.
  • Métrorragie. Saignement de l'utérus non associé au cycle menstruel.
  • Pâleur, anémie, changements visibles sur un test sanguin clinique (diminution du nombre de globules rouges).
  • Problèmes de miction et de défécation associés au fait que l'utérus hypertrophié appuie sur les organes voisins - la vessie et les intestins. Se manifeste sous la forme de constipation et de difficultés fréquentes à uriner.

Chacun de ces symptômes nécessite une échographie pelvienne immédiate. Ce n'est qu'ainsi que l'éducation peut être révélée. Le myome menace l'infertilité et, dans certains cas, il peut se développer en une formation maligne et nécessite un traitement immédiat.

Enfin, vous ne pouvez vous débarrasser des fibromes utérins qu'en les supprimant. Des méthodes telles que la phytothérapie, l'homéopathie et toutes sortes de remèdes populaires ne peuvent en aucun cas affecter cette tumeur et ne peuvent pas arrêter sa croissance. Les méthodes les plus efficaces de traitement des fibromes sont des méthodes chirurgicales et peu invasives, impliquant l'ablation ou la destruction de la tumeur..

Méthodes et moyens de traitement des fibromes utérins

La tactique de traitement des fibromes dépend de la taille et du nombre de nœuds, ainsi que de la manifestation des symptômes. Souvent, en l'absence de symptômes et de fibromes de petite taille, il est proposé au patient de simplement subir périodiquement une échographie, c'est-à-dire que le médecin choisit une tactique attentiste. Cette position est très controversée, car les fibromes sont une pathologie dangereuse. Par conséquent, une approche plus raisonnable serait de trouver la thérapie optimale..

Il existe plusieurs traitements pour les fibromes. Examinons-les plus en détail.

Est-il possible de guérir les fibromes avec des médicaments

À l'étranger, en raison de leur inefficacité, les médicaments pour le traitement des fibromes ne sont pratiquement pas utilisés. Au mieux, les médicaments arrêtent la croissance des fibromes ou réduisent légèrement sa taille, et cet effet est de courte durée et tout peut revenir à son état antérieur..

De plus, le traitement des fibromes avec des agents hormonaux, dont les médecins de l'espace post-soviétique sont si friands, conduit à une diminution du taux d'œstrogène chez la femme, interfère avec la fonction fertile et favorise le développement de l'ostéoporose..

Le myome ne répond pas non plus au traitement avec diverses herbes (plantes médicinales), remèdes homéopathiques, compléments alimentaires (Indinol, Epigallat, Stella, etc.). En outre, tous ces médicaments ne répondent pas aux normes internationales, ce qui signifie que l’effet ne peut être garanti..

Méthodes peu invasives

Ces méthodes de traitement des fibromes utérins comprennent les procédures les moins traumatisantes pour le patient. Examinons-les plus en détail.

L'embolisation de l'artère utérine (EAU) est un traitement très efficace et le plus populaire pour les fibromes utérins dans le monde. La procédure est réalisée sous anesthésie locale. Une micro-incision est pratiquée dans la région de l'aine et un cathéter est inséré dans l'artère fémorale. Il est amené aux vaisseaux qui alimentent les fibromes. Une substance est injectée dans les vaisseaux, ce qui les obstrue et empêche le sang de les pénétrer. Après cela, les cellules de myome meurent et se dissolvent. La récupération après les EAU dure 7 à 10 jours et ne nécessite pas d'hospitalisation obligatoire.

La myolyse, ou chirurgie laparoscopique, est prescrite s'il n'y a pas plus de 3 nœuds et que leur taille ne dépasse pas 3 à 5 cm. L'essence de la procédure est la destruction des fibromes avec un courant électrique ou un laser. L'exposition à de basses températures (cryomyolyse) est également possible. La myolyse est réalisée sous anesthésie générale. Après l'opération, il ne reste aucune cicatrice, car toutes les manipulations se font à travers plusieurs petits trous dans la peau (0,5-1,5 cm).

L'ablation par ultrasons focalisée (FUS) est un traitement relativement nouveau. Son avantage réside dans le fait qu'il y a un effet direct sur la tumeur, alors qu'aucune cicatrice ne reste sur le corps du patient. La procédure se déroule dans une machine de thérapie par résonance magnétique. Cela permet de déterminer clairement l'emplacement du fibrome et d'y diriger des ultrasons de haute intensité. Il détruit les cellules fibroïdes et n'affecte pas les tissus et organes adjacents. Après l'ablation par FUS, les cellules détruites sont auto-absorbées. Cette procédure n'est pas recommandée pour les gros fibromes et s'il y en a plusieurs.

Pendant longtemps, on a cru que les fibromes étaient une maladie qui finissait par se transformer en cancer, de sorte que la seule méthode de traitement était d'enlever l'utérus. Et il y a seulement 30 ans, les scientifiques ont prouvé que le myome ne se transformait en formation maligne que dans 2% des cas et ont commencé à utiliser des méthodes thérapeutiques économes.

Traitement chirurgical des fibromes

Avec une intervention chirurgicale à part entière, deux approches fondamentalement différentes sont possibles..

  • Myomectomie
    Myomectomie laparoscopique. Cette opération mini-invasive est réalisée à la fois indépendamment et après embolisation des artères utérines dans le cas de petits myomes externes. L'opération est réalisée par de petites perforations dans le péritoine, dans lesquelles un endoscope avec éclairage, une caméra microscopique et des instruments microchirurgicaux est inséré. Si possible, la méthode SILS (chirurgie laparoscopique à incision unique) est utilisée - une opération à un port par une seule ponction.
    Myomectomie hystéroscopique. Il s'agit d'une opération mini-invasive pour éliminer les fibromes sous-muqueux à travers le vagin, dans lequel un hystéroscope est inséré (méthode NOTES).
    Ouvrez la myomectomie. Cette opération est réalisée uniquement en présence de plusieurs gros fibromes, lorsqu'une chirurgie mini-invasive n'est pas possible. Pendant l'opération, une incision est pratiquée au-dessus du pubis d'une longueur d'environ 10 cm.
  • Hystérectomie
    Enlèvement de l'utérus. Il s'agit d'une méthode de traitement extrême et nécessite des indications spéciales. L'hystérectomie est prescrite si le fibrome est la cause de saignements persistants abondants, se développe très rapidement et des modifications précancéreuses ou cancéreuses du col de l'utérus ou de l'endomètre sont détectées. Pendant l'opération, les ovaires et les trompes de Fallope peuvent être retirés (si indiqué), après quoi la ménopause survient. L'hystérectomie est une opération complexe, et la récupération après cela peut prendre très longtemps, à la fois physique et psychologique.

Ainsi, il existe aujourd'hui plusieurs traitements efficaces contre les fibromes utérins. Le choix de la thérapie optimale dépend du tableau clinique de la maladie, ainsi que de l'âge et des caractéristiques individuelles du patient. Par conséquent, il est très important de poser un diagnostic précis, de déterminer clairement la taille et l'emplacement des fibromes et d'évaluer également l'état général du corps. Tout cela vous permettra de choisir la méthode de traitement la plus douce..

Myome de l'utérus. Symptômes Traitement. La prévention.

Table des matières

Les fibromes utérins sont l'une des tumeurs les plus courantes du système reproducteur féminin. Cette tumeur est retrouvée chez 15 à 20% des femmes de plus de 30 ans, chez 40% des femmes de plus de 40 ans, bien que maintenant l'âge des fibromes utérins soit «plus jeune» - les cas de cette pathologie sont plus fréquents chez les jeunes femmes de moins de 30 ans avec une fonction reproductrice non réalisée.

Le myome (léiomyome, fibromes) est une tumeur hormono-dépendante bénigne de l'utérus. Le développement des fibromes, en règle générale, se produit lentement: une cellule musculaire pour des raisons inconnues commence à se diviser et crée des cellules musculaires tumorales, qui forment un nœud dans l'utérus - fibrome.

Jusqu'à présent, il n'y a pas de consensus sur les causes du développement des fibromes utérins. Il y a plusieurs raisons qui contribuent au développement des fibromes utérins, notamment:

  • Violation de la production d'hormones sexuelles
  • Maladies inflammatoires chroniques de la région génitale féminine (salpingo-ovariose chronique, infections sexuellement transmissibles)
  • Avortement, contraceptifs intra-utérins
  • Maladies des glandes endocrines: glande thyroïde, glandes surrénales, etc..
  • Prédisposition génétique aux fibromes utérins

Les fibromes sont classés par emplacement:

  • La disposition typique des ganglions dans 95% du corps de l'utérus est intramurale (la tumeur est située dans l'épaisseur de la paroi utérine), sous-muqueuse (la croissance des fibromes se produit vers la cavité utérine, provoquant une déformation de la cavité utérine) et sous-séreuse (la croissance des fibromes se produit en direction de la cavité abdominale)
  • Disposition atypique des nœuds à 5% - dans le col de l'utérus - forme cervicale, intraligamentaire (disposition interconnexion des nœuds)

Le tableau clinique des fibromes utérins

Avec le myome utérin, le tableau clinique est très varié, en fonction de l'âge du patient, de la durée de la maladie, de l'emplacement et de la taille de la tumeur et de la présence de processus pathologiques concomitants..

Les principaux symptômes des fibromes utérins sont:

  • Saignements utérins (menstruations abondantes et prolongées), conduisant souvent à une anémisation de la femme (diminution de l'hémoglobine)
  • Douleurs dessinantes, lourdeur dans le bas de l'abdomen. La douleur peut être vive et crampe, pire pendant la menstruation
  • Dysfonctionnement des organes adjacents, tels que la fréquence urinaire
  • Rétention des selles, ce qui conduit à la compression des nœuds des organes adjacents

Le myome de l'utérus peut provoquer une infertilité, une fausse couche. Les fibromes utérins sont souvent associés à l'endométriose du corps utérin - adénomyose.

Diagnostic des fibromes utérins

  • Examen gynécologique
  • Échographie du petit bassin - examen transvaginal et transabdominal. Un examen échographique de l'utérus (échographie) révèle une augmentation de la taille de l'utérus, ainsi qu'un nœud de fibromes utérins même aux premiers stades du développement de la maladie, lorsque la taille du fibrome ne dépasse pas 1 cm de diamètre
  • IRM du bassin (si nécessaire)
  • Hystéroscopie (pour les fibromes sous-muqueux), hystérosalpingographie

Traitement des fibromes utérins

Alors, comment traiter les fibromes utérins? Le traitement des fibromes utérins dépend de l'âge de la femme, de la taille des fibromes utérins et des plans de reproduction de la femme. Dans certains cas, le traitement des fibromes utérins est effectué à l'aide de médicaments hormonaux, dans d'autres cas, une intervention chirurgicale est nécessaire (ablation de la tumeur - myomectomie, ablation de l'utérus - hystérectomie, etc.)

Traitement conservateur des fibromes utérins

Le traitement conservateur des fibromes utérins empêche une augmentation de la taille des fibromes et aide à préserver l'utérus, vous permettant d'avoir un bébé à l'avenir. Un traitement conservateur des fibromes utérins est possible dans le cas de petits fibromes (jusqu'à 12 semaines), taux de croissance lente des fibromes.

Les grands principes du traitement des fibromes utérins sans chirurgie sont l'utilisation de médicaments hormonaux, ainsi que le traitement symptomatique (traitement de l'anémie, élimination de la douleur, etc.). Dans le traitement des fibromes utérins, des médicaments hormonaux sont utilisés: contraceptifs oraux combinés, gestagènes, agonistes des hormones de libération gonadotropes, antigonadotrophines.

Traitement chirurgical des fibromes utérins

La chirurgie des fibromes utérins est indiquée pour les gros fibromes (plus de 12 semaines), les taux de croissance rapides, les symptômes sévères de fibromes utérins (saignements utérins abondants, douleurs abdominales, etc.).

Il existe plusieurs types d'opérations pour les fibromes utérins:

  • Myomectomie laparoscopique - ablation des fibromes utérins à l'aide d'un laparoscope (un instrument inséré dans la cavité abdominale par de petites incisions dans la paroi abdominale antérieure). Avantages de la myomectomie laparoscopique: préservation de l'utérus et possibilité de tomber enceinte à l'avenir, récupération rapide après la chirurgie
  • Myomectomie hystéroscopique - ablation des fibromes utérins à l'aide d'un hystéroscope (un instrument inséré dans la cavité utérine par le vagin). La myomectomie hystéroscopique est indiquée pour le myome utérin sous-muqueux (myome qui se développe dans la lumière de la cavité utérine)
  • L'ablation de l'utérus ou l'hystérectomie est une méthode chirurgicale pour traiter les fibromes utérins, qui implique l'ablation complète de l'utérus. La chirurgie pour enlever l'utérus est indiquée pour les femmes qui ne veulent pas donner naissance à des enfants à l'avenir, ainsi que pour les gros fibromes utérins, les fibromes à croissance rapide, la présence de plusieurs gros ganglions fibromes
  • L'embolisation de l'artère utérine - implique l'introduction d'une substance spéciale dans l'artère utérine, qui arrête le flux sanguin à travers cette artère, ce qui arrête l'apport de fibromes utérins et conduit à la mort de la tumeur. Les inconvénients de cette méthode de traitement des fibromes utérins sont la possibilité de complications infectieuses, ainsi que de fortes douleurs dans les premiers jours après la chirurgie.
  • L'ablation FUS (FUS-ablation) des fibromes utérins est une méthode relativement nouvelle de traitement des fibromes utérins, qui consiste à utiliser des ondes ultrasonores focalisées. Avec l'aide de l'ablation FUS des fibromes utérins, il est possible de réduire la taille des fibromes sans intervention chirurgicale. Les contre-indications à l'ablation FUS des fibromes utérins sont: le désir d'une femme de devenir enceinte à l'avenir, plus de 5 nœuds myomateux sur l'utérus

Prévention des fibromes utérins

La prévention des fibromes utérins consiste en des visites régulières chez le gynécologue, en effectuant une échographie du bassin, en respectant le régime alimentaire, en dormant et en se reposant et en réduisant les situations de stress. Une méthode importante de prévention des fibromes utérins est la grossesse et l'accouchement en temps opportun..

Fibromes utérins chez la femme: causes, symptômes et traitement

Les fibromes utérins chez les femmes sont considérés comme la maladie gynécologique la plus courante. L'essence de la pathologie réside dans la dégénérescence d'une partie des cellules musculaires de l'utérus. Malgré le fait que la maladie soit de nature néoplasique, les décès sont rares. La plupart d'entre eux sont associés à des complications des fibromes. Par conséquent, non seulement les médecins ont besoin de connaître ses causes. Chaque femme peut remarquer des changements dans son corps avant qu'ils ne soient identifiés à l'aide de nombreuses méthodes de diagnostic..

La gamme de méthodes modernes de traitement des fibromes vous permet de les traiter dans toutes les situations.

Le myome est un néoplasme bénin des cellules musculaires de l'utérus (myocytes). Est la maladie féminine la plus courante après 35 ans.

Du point de vue des médecins, il s'agit d'une tumeur avec des changements minimes au niveau cellulaire. Les myocytes dans cette pathologie sont proches des éléments normaux du myomètre (la couche musculaire de l'utérus). Ils se distinguent par 2 paramètres:

  1. 1. Forme. Les cellules ont une grande courbure de la membrane externe, c'est pourquoi elles ont un épaississement fusiforme dans la partie médiane.
  2. 2. Emplacement spatial. Parmi les cellules du fibrome, il n'y a pas de "plan de guidage" (déterminant la direction). Par conséquent, ils sont situés de manière chaotique, à la suite de quoi ils forment une sorte de nœud.

Le nombre maximum de patientes atteintes de myome utérin est observé pendant la ménopause et plusieurs années avant. En général, cet intervalle est de 35 à 42 ans. Chez les femmes de plus de 60 ans, l'incidence des fibromes diminue à 1 à 2%. Mais pour des raisons sociales et économiques, ces indicateurs, selon de nombreux experts médicaux, sont sous-estimés..

Le myome, comme toute autre tumeur, fait référence à des pathologies qui n'ont pas de mécanismes de développement clairs et sans ambiguïté. Il y a les facteurs les plus probables. C'est leur combinaison qui est considérée par les experts comme la cause de la maladie:

  1. 1. Déséquilibre hormonal. 2/3 de toutes les femmes atteintes de ganglions myomateux avaient ou ont des dysfonctionnements des glandes génitales et d'autres glandes.
  2. 2. Prédisposition héréditaire. L'incidence des fibromes chez une femme est plus élevée si sa mère avait des formations similaires.
  3. 3. Avortement. Leur capacité à provoquer le développement des ganglions utérins a été prouvée par l'expérience de nombreux gynécologues et est justifiée par les lois de la physiologie. L'avortement est une intervention dans l'utérus, qui contribue à l'atypie de ses cellules. Ce dernier sous-tend le développement des fibromes. L'avortement entraîne un changement radical des niveaux hormonaux.

La classification des fibromes utérins chez la femme est basée sur les principaux indicateurs morphologiques. Ce sont le nombre de nœuds, la localisation dans le myomètre et la taille. Chacun contient plusieurs options.

Par la taille des fibromes, les degrés suivants se distinguent:

  1. 1.1 degré (éducation de petite taille). Le nœud myomateux a un diamètre allant jusqu'à 2 cm inclus. L'élargissement utérin correspond à 5 semaines de grossesse.
  2. 2. 2 degrés (taille moyenne). Le diamètre du nœud varie de 2 à 6 cm, dans ce cas, l'utérus correspond à 10-12 semaines de gestation (grossesse).
  3. 3,3 degrés (grande taille). Les fibromes dépassent 6 cm de diamètre. L'élargissement utérin correspond à la période à partir de 13 semaines de grossesse.

On distingue quantitativement les fibromes à un seul nœud (1 nœud) et plusieurs (2 formations ou plus).

Selon l'endroit où le myome est localisé, il en existe plusieurs types:

  1. 1. Formations cervicales. Les ganglions myomateux sont localisés dans le col de l'utérus.
  2. 2. Formations péréchiales. Les nœuds sont situés dans l'isthme (la section entre le corps et le col de l'utérus).
  3. 3. Formations d'entreprise. Les nœuds sont situés dans le corps de l'utérus. C'est l'option la plus courante. Il représente environ 90% de tous les cas de fibromes utérins.

La nature de la croissance de la formation elle-même est déterminée par ses cellules et ne dépend pratiquement pas de la taille et de la localisation. Il est également divisé en plusieurs options:

  1. 1. Sous-séreux. Le nœud "grandit" sous la membrane séreuse vers la cavité abdominale. Le myome semble «sortir» de l'utérus.
  2. 2. Sous-muqueux. La variante opposée - le nœud myomateux "se développe" dans la cavité utérine et est situé sous sa couche muqueuse.
  3. 3. Intramural. Le nœud est situé dans l'épaisseur du myomètre.

Les formations sous-séreuses et sous-muqueuses ont une variante distincte - les fibromes pédiculaires. Il s'agit d'une situation où le nœud lui-même est à l'extérieur de la paroi de l'utérus et n'y est connecté que par un petit poids.

En termes de structure cellulaire, les fibromes peuvent avoir un risque nul de devenir cancéreux et une forte probabilité de malignité. Il n'y a pas de frontières claires entre eux. Les morphologues et les oncologues considèrent le degré d'atypie cellulaire (écart par rapport aux normes) comme le seul critère correct. Plus il est prononcé, plus le risque est élevé, et vice versa.

Les stades de la maladie caractérisent tout type de fibromes selon le critère du temps à partir du début du développement:

  1. 1. Le rudiment. L'éducation ne peut pas être détectée par les méthodes de diagnostic conventionnelles.
  2. 2. Croissance sans différenciation cellulaire. L'éducation ne peut être vue qu'au microscope.
  3. 3. Une croissance expansive. Les méthodes de diagnostic conventionnelles peuvent facilement distinguer un nœud myomateux d'un tissu sain..

Les deux premières étapes des fibromes sont secrètes. Il est presque impossible de détecter une pathologie pendant ces périodes. Seuls les fibromes de stade 3 provoquent divers symptômes. Les premiers signes d'éducation ne sont pas spécifiques et peuvent survenir dans divers troubles gynécologiques. Cependant, les médecins identifient une petite liste de groupes de symptômes qui accompagnent le plus souvent les fibromes:

  1. 1. Saignements menstruels et non menstruels pathologiques.
  2. 2. Douleur dans le bas de l'abdomen.
  3. 3. Troubles des organes pelviens.
  4. 4. Infertilité et fausse couche.

Le symptôme le plus courant des fibromes utérins. Selon la localisation du nœud, ils peuvent se présenter sous forme d'hyperménorrhée (périodes abondantes et prolongées) ou de saignements intermenstruels. Autrement dit, le repérage sort du cycle. Exactement la même situation se développe pendant la période postménopausique. Le cycle menstruel de la femme s'est terminé il y a plusieurs années, mais des saignements utérins sont à nouveau notés.

Le plus souvent, des taches se produisent avec des nœuds myomateux sous-muqueux. Plus ils sont gros et plus leur nombre est élevé, plus l'hyperménorrhée est prononcée. Dans d'autres localisations de fibromes, des saignements pathologiques sont observés beaucoup moins souvent..

Ils ont un caractère de crampes ou de traction. Ils surviennent plusieurs jours avant le début des règles et durent tout le temps. La force et l'intensité dépendent de la taille des fibromes, de leur nombre et de leur emplacement.

Le plus souvent, la douleur est caractéristique des myomes intramuraux sous-séreux et volumineux. Le mécanisme de la douleur est associé à la pression que les ganglions exercent sur les récepteurs de la membrane séreuse de l'utérus.

Ils surviennent avec des myomes sous-séreux importants, dont la taille entraîne une pression sur certains organes. Ceux-ci comprennent: le rectum, la vessie, les ovaires. Les symptômes surviennent pendant ou avant la menstruation:.

  1. 1. Si le nœud "grandit" en direction de la vessie et, atteignant une certaine taille, commence à l'affecter, des signes de cystite apparaissent. Il s'agit de mictions et de douleurs fréquentes.
  2. 2. La compression par le nœud myomateux du rectum conduit au développement de divers troubles des selles. Le plus souvent, c'est la constipation. Avec certaines variantes de l'emplacement des fibromes, des hémorroïdes se produisent.
  3. 3. Si le nœud se développe dans la cavité pelvienne et commence à exercer une pression sur les ovaires, le risque de développer une annexite (leur inflammation) augmente. Échec possible de ces glandes.

Des dysfonctionnements de la reproduction de l'utérus se produisent avec de multiples myomes intramuraux sous-muqueux et volumineux. Les premiers perturbent l'implantation (l'attachement) d'un ovule fécondé à l'endomètre.

Avec de gros nœuds intramuraux, l'élasticité de la couche musculaire est perdue, sa circulation sanguine est altérée. En conséquence, le développement du placenta se produit avec des défauts et l'enfant se développe avec un retard important. Dans les premiers mois de la grossesse, cela ne provoque pas d'activité pathologique de l'utérus. Mais dès le deuxième trimestre (période de 3 à 6 mois de gestation), des changements dans l'utérus et le bébé entraînent une fausse couche.

La méthode de référence pour diagnostiquer une maladie est l'échographie (échographie). Ils détectent plus de 90% de tous les cas de fibromes utérins. Le seul inconvénient de la méthode est la faible résolution (pour cette pathologie). Tous les appareils modernes peuvent reconnaître des anomalies utérines de trois millimètres ou plus. Un tel nœud correspond à 3 étapes du processus.

Pour clarifier la localisation et les dimensions réelles du nœud, l'imagerie par résonance magnétique est utilisée. Sa résolution est de 1-2 mm.

Après la détection d'un ganglion myomateux, si son caractère malin est suspecté (croissance anormalement rapide, structure atypique), une biopsie est réalisée. Le matériel prélevé est examiné par microscopie pour déterminer le degré d'anomalies dans les cellules du myome.

Une autre mesure importante en présence de nœuds consiste à déterminer le fond hormonal d'une femme. A cet effet, elle subit un test sanguin biochimique pour les molécules fonctionnellement actives des glandes endocrines. Les études des hormones des organes suivants sont considérées comme obligatoires:

  • hypothalamus;
  • glande pituitaire;
  • les ovaires;
  • glandes surrénales;
  • glande thyroïde.

Le traitement des fibromes est possible de manière conservatrice et chirurgicale. Le choix de la méthode est déterminé par la taille, le nombre et l'emplacement des nœuds.

Le traitement conservateur consiste à prendre des agents symptomatiques et pathogéniques. Leur liste est compilée dans chaque cas individuellement:

  1. 1. L'acide tranexanoïque, la dicinone sont utilisés pour ralentir et arrêter les saignements utérins. Les deux médicaments contribuent à l'accumulation de facteurs de coagulation.
  2. 2. Les gonadolibérines (léiproréline, triptoréline, buséréline, goséréline) sont utilisées pour réduire le taux d'hormones sexuelles qui affectent l'utérus. Cela s'applique aux œstrogènes. Leur inconvénient est qu'ils n'agissent que lors de leur utilisation. La thérapie à long terme avec la gonadolibérine produit de nombreux effets secondaires. Par conséquent, ils sont le plus souvent utilisés pour la préparation préopératoire..
  3. 3. Les médicaments hormonaux (Tri-regol, Jess, Janine, Duphaston) sont utilisés uniquement pour normaliser le taux d'hormones sexuelles et le cycle menstruel. Ils n'ont aucun effet sur les fibromes.
  4. 4. Les antispasmodiques (No-shpa, Drotavérine) et les analgésiques (Analgin, Diclofénac) n'agissent que de manière symptomatique. Ils sont utilisés pour soulager les spasmes et la douleur..

Le traitement chirurgical est une méthode prioritaire chez les femmes en âge de procréer avec une croissance rapide des fibromes et la taille du nœud, dont la taille est supérieure à 11 semaines de grossesse. Il existe plusieurs manières:

Traitement chirurgicalLa description
Ablation de l'utérus (hystérectomie)L'hystérectomie était la principale méthode chirurgicale pour la thérapie radicale des fibromes. De nos jours, il est rarement utilisé. L'ablation complète de l'utérus est indiquée pour les ganglions myomateux importants (plus de 32 semaines de gestation) qui présentent un risque de dégénérescence en cancer et une tendance à une croissance constante. L'hystérectomie est la seule méthode dans laquelle la maladie est complètement exclue à l'avenir.
MyomectomieComprend uniquement l'élimination des fibromes. Le montant de la chirurgie dépend de la tumeur elle-même. L'indication de la myomectomie est une formation sous-muqueuse ou sous-séreuse "sur un pédicule"
Ablation focale par ultrasonsMéthode chirurgicale non invasive. Rien n'est injecté dans la cavité corporelle. Les ultrasons focalisés haute fréquence (plus de 50-100 mille GHz) sont dirigés vers le nœud via un émetteur spécial. Cela conduit à sa destruction. L'ensemble de la procédure est surveillé par un appareil d'IRM (imagerie par résonance magnétique)
Embolisation des vaisseaux utérins alimentant le nœudL'embolie des artères utérines est une méthode peu traumatique. L'essentiel est qu'une solution spéciale est injectée dans les vaisseaux alimentant les fibromes (ou plusieurs fibromes). Il contient de petites emboles (composants durs en forme de boule) qui bloquent les artères. En conséquence, le fibrome meurt en quelques heures. Cette intervention nécessite une hospitalisation de courte durée (de plusieurs heures à une journée) pour le patient. La méthode d'embolisation peut être pratiquée dans tous les cas lorsqu'une femme souhaite maintenir sa fertilité. L'opération est contre-indiquée en présence d'inflammation et d'allergie aux agents de contraste

Embolisation des artères utérines

Le traitement avec des remèdes populaires est possible avec un cours simple de petits fibromes. Les nœuds simples et multiples répondent à une thérapie non conventionnelle.

À la maison, on utilise des herbes, des momies, des produits de la ruche, du chaga et des remèdes homéopathiques. Tous visent à normaliser les niveaux hormonaux et les processus métaboliques dans l'utérus..

Les herbes pour les fibromes sont utilisées sous forme de décoctions et de teintures pour administration orale. Leur effet est basé sur la normalisation des niveaux hormonaux. Les plantes les plus couramment utilisées sont:

Les produits apicoles (propolis et gelée royale) et le chaga aident également à lutter contre les fibromes utérins. Leur effet est dû au fait qu'ils contiennent un grand nombre d'éléments actifs. Par conséquent, la propolis, la gelée royale et le chaga normalisent non seulement les niveaux hormonaux, mais aident également à restaurer le fonctionnement des cellules utérines.

Les remèdes homéopathiques (Sepia, ASD-2 Fraction) agissent sur les cellules modifiées du myomètre. Par conséquent, ils combattent efficacement les fibromes au niveau moléculaire..

En soi, les fibromes (s'ils ne sont pas gros) ne mettent pas la vie en danger. Cela ne signifie pas que la nodularité dans l'utérus ne doit pas alarmer les médecins..

Les complications les plus indésirables des fibromes sont:

  1. 1. Anémie due à une perte de sang. Elle survient dans près de 85% des cas de pathologies avec hémorragie utérine.
  2. 2. Dégénérescence en cancer de l'utérus. Le risque est estimé à 1 cas sur 10 000. Il survient principalement en cas de croissance rapide du nœud et de sa nécrose incomplète (mort cellulaire) avec décomposition tissulaire.

Ces conséquences des fibromes font de la pathologie la principale raison (après le cancer du sein) des examens préventifs des femmes de plus de 35 ans. Ils influencent également les tactiques de thérapie..

Myome de l'utérus

informations générales

Les fibromes utérins (également appelés fibromes, léiomyomes) sont une tumeur bénigne qui se manifeste dans la couche musculaire de l'utérus appelée myomètre. Le myome est une sorte d'enchevêtrement dans lequel les fibres musculaires lisses sont entrelacées de manière aléatoire les unes avec les autres et, par conséquent, un nœud arrondi se forme. Ces nœuds atteignent parfois des tailles particulièrement importantes et peuvent même peser plusieurs kilogrammes. Le diamètre de ces nœuds varie de plusieurs millimètres à plusieurs centimètres..

La tumeur est hormonodépendante et survient chez les femmes en âge de procréer. Le plus souvent, les femmes de trente à quarante-cinq ans apprennent de leur propre expérience ce qu'est un fibrome utérin. Récemment, cependant, très souvent, nous parlons du rajeunissement de ce phénomène. Aujourd'hui, de toutes les maladies de nature gynécologique, le myome utérin est d'environ trente pour cent.

Causes des fibromes utérins

Aujourd'hui, les experts parlent de théorie hormonale en ce qui concerne la formation et le développement ultérieur des fibromes utérins. Des modifications morphologiques du myomètre se produisent à la suite d'échecs d'excrétion, ainsi que de la conversion métabolique des œstrogènes. De plus, le rapport des fractions d'oestrogène est important. En outre, l'impulsion pour la formation de fibromes utérins est une violation de la réactivité immunitaire du corps, qui se produit souvent en présence de foyers d'infection chroniques. La prédisposition héréditaire à cette maladie est également importante. De plus, les avortements, les mauvaises conditions environnementales, l'adénomyose, l'inflammation de la région génitale, l'accouchement difficile peuvent être les raisons qui provoquent l'apparition de la maladie..

Il a été prouvé que les ganglions myomateux peuvent se former déjà au stade du développement embryonnaire. Les cellules qui sont les précurseurs des fibromes utérins se développent au fil des ans. Leur croissance stimule l'activité des ovaires, résultant des effets des œstrogènes et de la progestérone. La structure des fibromes utérins n'est pas la même. Si l'on considère le rapport entre le tissu conjonctif et le tissu musculaire, les nœuds sont généralement subdivisés en fibromes, fibromes et fibromes.

La classification en fonction de la croissance des nœuds et de leur localisation est la suivante: les nœuds myomateux sous-muqueux sont distingués, qui se développent et se développent dans la cavité utérine, la déformant ensuite, ainsi que les nœuds sous-séreux qui se développent vers la cavité abdominale. Parfois, lors de la croissance du nœud myomateux, une dissection du ligament utérin se forme. Dans ce cas, le nœud est appelé myomateux intraligamentaire. Les nœuds myomateux interstitiels se développent à partir de la couche médiane du myomètre et sont situés dans l'épaisseur du myomètre. Si l'on évalue la localisation et la largeur de la base des nœuds, ainsi que la taille du composant intramural, on distingue également plusieurs types de myomes sous-muqueux..

Symptômes des fibromes utérins

Si la patiente développe un myome utérin sous-muqueux, les symptômes de cette affection se manifestent par des menstruations prolongées, caractérisées par la présence de caillots, ainsi que par une métrorragie, qui provoque la manifestation d'une anémie chez la patiente. En outre, lors de saignements utérins chez les femmes atteintes de fibromes utérins, des crampes, des douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen sont observées. Dans certains cas, en raison de contractions de l'utérus, l'expulsion du nœud myomateux se produit arbitrairement. En sortant du nœud myomateux, la femme ressent des douleurs très intenses. Le myome utérin sous-muqueux et la grossesse ne peuvent très souvent être combinés: sa présence menace une fausse couche et, par conséquent, l'infertilité.

Parfois, de petits ganglions myomateux sous-séreux pendant très longtemps ne se manifestent pas du tout avec certains symptômes. Cependant, au cours de leur développement et de leur augmentation, la nutrition de la tumeur est parfois perturbée et une torsion de la jambe du nœud devient possible. Dans ce cas, le patient commence à montrer des fibromes utérins prononcés. Les symptômes sont similaires à ceux décrits ci-dessus: inconfort dans le bas de l'abdomen, douleurs aiguës ou tiraillantes qui apparaissent périodiquement. Une telle douleur peut être donnée à la jambe, au périnée, à la région lombaire. Si la torsion de la jambe du nœud myomateux s'est déjà produite ou si une zone de nécrose est apparue, la douleur se manifeste beaucoup plus intensément. Une femme dans ce cas peut se plaindre de symptômes de "strictement abdomen"

Si, avec des fibromes utérins, il existe des ganglions myomateux interstitiels-sous-séreux, ces formations sont caractérisées par une tendance moins prononcée aux changements destructeurs. En conséquence, de telles formations peuvent ne pas se manifester pendant longtemps. Cependant, les ganglions atteignent progressivement des tailles très impressionnantes: ils peuvent atteindre jusqu'à 25 cm de diamètre.Dans ce cas, les femmes se plaignent d'une sensation de lourdeur sévère et d'inconfort prononcé dans le bas de l'abdomen, et à mesure que le ganglion se développe, l'estomac du patient peut augmenter.

Des sensations douloureuses apparaissent à la suite de l'étirement du péritoine de l'utérus. De plus, l'élargissement des nœuds exerce une pression sur les plexus nerveux du bassin. Une douleur aiguë survient en cas de violation de la circulation sanguine dans les ganglions myomateux. En tenant compte de l'emplacement des nœuds, une violation des fonctions des organes situés à côté d'eux peut se produire.

Si le nœud myomateux se développe en avant, le patient peut développer des phénomènes dysuriques. La femme se plaint de mictions trop fréquentes, alors que la vessie ne se vide pas complètement. Une rétention urinaire aiguë est également possible. Parfois, la pression du nœud myome peut interférer avec les selles. En présence de ganglions myomateux sous-séreux, la fonction menstruelle est relativement rarement perturbée. Mais si le patient a plusieurs ganglions myomateux sous-séreux, la contractilité du myomètre est altérée et des méno- et métrorragies se produisent.

Avec les nœuds myomateux interstitiels, l'utérus augmente et la contractilité du myomètre subit des changements importants. En règle générale, chez les femmes qui ont un tel myome de l'utérus, les symptômes de la maladie se manifestent par des menstruations abondantes et très longues. Parfois, un écoulement génital apparaît également entre les règles..

À la suite de pertes sanguines importantes et constantes chez les patients atteints de fibromes utérins, une anémie survient. Ce phénomène peut survenir sans saignement abondant pendant les règles. Le fait est que le sang se dépose dans l'utérus agrandi en raison des nœuds. Les femmes ayant de gros fibromes utérins se plaignent d'essoufflement et de palpitations qui surviennent en position couchée en raison du syndrome de la veine cave inférieure. La douleur survient également, l'abdomen grossit, l'urine peut être retenue ou une hydronéphrose peut apparaître.

Les femmes atteintes de fibromes utérins peuvent ressentir de la douleur pendant les rapports sexuels. En outre, les patients souffrent parfois de constipation, les femmes atteintes de fibromes développent souvent de l'obésité.

Il est important de prendre en compte le fait que les fibromes utérins ont un effet négatif sur le déroulement de la grossesse. Les femmes qui ont une combinaison de fibromes utérins et de grossesse souffrent d'insuffisance placentaire. Ils risquent souvent de faire une fausse couche. L'effet le plus négatif des fibromes utérins affecte si le placenta est situé dans la projection du nœud myomateux. En conséquence, la fonctionnalité et la structure du placenta sont altérées et une quantité insuffisante d'oxygène peut être fournie au fœtus. S'il existe un risque de complications très élevé, tant pour la femme que pour le fœtus, la question du maintien de la grossesse est décidée individuellement. Tout en maintenant la grossesse, la question de l'hospitalisation d'une femme et de l'utilisation d'une césarienne est également résolue individuellement. S'il n'y a pas de contre-indications, avec des fibromes utérins, un accouchement naturel est également possible.

Diagnostic des fibromes utérins

Actuellement, l'échographie est considérée comme la méthode la plus efficace pour diagnostiquer les fibromes utérins. En outre, un examen échographique est effectué pour établir un diagnostic. La localisation topographique des nœuds myomateux est déterminée à l'aide de tomographes à ultrasons, à l'aide desquels une image tridimensionnelle informative peut être obtenue. La méthode de l'hydrosonographie permet de différencier les fibromes utérins des polypes de l'endomètre. En utilisant cette méthode, vous pouvez déterminer où le nœud sous-muqueux est localisé et à quel point la cavité utérine est déformée.

De plus, la tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique permettent de différencier la maladie des autres affections - tumeurs, ganglions lymphatiques hypertrophiés..

La méthode d'hystéroscopie est utilisée pour repérer les petits nodules sous-muqueux.

Un grattage de la membrane muqueuse de l'utérus et un examen histologique du grattage sont effectués afin d'exclure la pathologie de la membrane muqueuse du canal cervical et de l'endomètre. Dans certains cas, les patients se voient également prescrire une laparoscopie..

Traitement des fibromes utérins

Si une femme a un petit myome utérin, la question de la nécessité d'un traitement est prise par le gynécologue sur une base individuelle. En général, le traitement des fibromes utérins n'est effectué que dans 10 à 20% des cas, dans d'autres cas, une position d'attente et une observation régulière sont utilisées..

Cependant, les femmes doivent s'assurer de consulter régulièrement un médecin et de surveiller leur état en effectuant une échographie au moins une fois par an. En outre, une femme doit être clairement consciente de ce qu'est un fibrome utérin et comprendre quelles méthodes de prévention du développement ultérieur des fibromes utérins peuvent aider à ralentir le développement de la maladie..

Dans ce cas, il est nécessaire de limiter la consommation de graisses et de glucides, de ne pas manger des aliments trop épicés et salés. Si une femme développe des fibromes utérins, il existe des contre-indications à l'exposition au soleil et aux solariums. Avec le myome utérin, il est très soigneusement nécessaire de prescrire des séances de massage, d'effectuer un traitement physiothérapeutique. En outre, les femmes doivent prendre des vitamines selon un horaire spécial, déterminé par le médecin traitant. Avec les fibromes utérins, il existe des contre-indications à l'utilisation de contraceptifs hormonaux.

Pour arrêter la croissance des fibromes utérins, ainsi que pour traiter la ménométrorragie et l'anémie, un traitement conservateur est utilisé. Fondamentalement, pour le traitement des fibromes utérins, des médicaments sont utilisés - des dérivés de 19-norstéroïdes, qui aident à réduire les fibromes utérins. En conséquence, les saignements deviennent moins abondants, le taux d'hémoglobine revient à la normale..

Si la maladie aggrave considérablement la qualité de vie générale d'une femme, il est alors conseillé dans ce cas d'éliminer les fibromes utérins. En fonction de la gravité de la maladie, l'ablation chirurgicale des fibromes utérins ou de l'utérus dans son ensemble est effectuée. L'opération par voie laproscopique, qui est la moins traumatisante, est très souvent pratiquée. Dans des cas plus rares, l'hystérectomie est utilisée comme intervention chirurgicale, mais cette méthode est relativement traumatisante.

Fibromes utérins - symptômes et traitement

Qu'est-ce que les fibromes utérins? Nous analyserons les causes d'occurrence, le diagnostic et les méthodes de traitement dans l'article du Dr Lubnin D.M., un gynécologue avec 20 ans d'expérience.

Définition de la maladie. Causes de la maladie

Le myome utérin est une maladie chronique de l'utérus, qui se manifeste par la formation de nœuds uniques ou multiples de localisation variée, limitée dans le temps par la période de reproduction. Les fibromes utérins ne surviennent pas avant le début des règles et régressent après la ménopause.

Auparavant, les fibromes utérins étaient considérés comme une véritable tumeur bénigne de l'utérus, cependant, à la suite d'études, il a été constaté qu'il ne répondait pas entièrement aux critères d'une tumeur, par conséquent, le fibrome était appelé formation de type tumoral.

Les fibromes utérins sont une maladie assez courante, la fréquence d'apparition atteint 70 à 80%, mais dans la plupart des cas, la maladie est asymptomatique. Les manifestations cliniques des fibromes ne sont observées que dans 30 à 40% des cas. [12]

Les causes des fibromes utérins sont encore inconnues. Auparavant, on supposait que les troubles hormonaux conduisaient à son développement, mais cette théorie a été complètement réfutée. Le myome de l'utérus se forme dans les tissus hormonodépendants et est donc sensible à l'influence des hormones sexuelles, mais sa croissance n'est pas déclenchée par une violation des niveaux hormonaux.

On suppose qu'il existe une prédisposition héréditaire au développement de fibromes utérins. Il a également été noté que les représentants de la race à la peau foncée et les femmes en surpoids sont plus susceptibles d'avoir des fibromes utérins [3]. Le myome de l'utérus ne se transforme jamais en une tumeur maligne et n'a rien à voir avec le développement de maladies malignes de l'utérus.

Les fibromes utérins sont le plus souvent diagnostiqués entre 30 et 40 ans, mais peuvent survenir chez les femmes plus jeunes entre 16 et 18 ans.

Symptômes des fibromes utérins

Dans la plupart des cas, les fibromes utérins ne se manifestent en aucune façon. Seulement dans 30 à 40% des cas, il peut perturber la qualité de vie d'une femme.

Les principaux symptômes des fibromes utérins sont:

  1. Menstruations abondantes
  2. Sensation de pression sur la vessie (fréquence urinaire), pression sur le rectum (difficulté à déféquer)
  3. Douleur à l'abdomen, au dos, douleur pendant l'activité sexuelle
  4. Hypertrophie abdominale
  5. Infertilité (rare)
  6. Fausse couche

Le développement des symptômes des fibromes utérins dépend de l'emplacement du ou des nœuds, ainsi que de leur taille. Plus le nœud est éloigné de la cavité utérine, plus il est probable que la maladie soit asymptomatique. Même des nœuds relativement petits, d'un centimètre de long, déformés ou complètement situés dans la cavité utérine, peuvent entraîner des règles abondantes, tandis qu'un nœud de cette taille dans la paroi de l'utérus ou à l'extérieur de celui-ci rendra la maladie asymptomatique. Les gros nœuds de 6-8-10 centimètres ou plus commencent déjà à augmenter la taille globale de l'utérus, c'est-à-dire qu'ils se manifestent par une augmentation de l'abdomen, ainsi que par une pression sur la vessie ou le rectum. Dans ce cas, il peut y avoir des menstruations abondantes en raison d'une augmentation de la taille de la cavité utérine et d'une violation des processus de contraction utérine à la fin de la menstruation.

Pathogenèse des fibromes utérins

Le fibrome utérin est une formation ronde de différentes tailles, constituée d'une combinaison différente de fibres de muscle lisse et de tissu conjonctif. Les gros nœuds des fibromes peuvent atteindre 20 cm et l'utérus lui-même avec des nœuds - la taille correspondant à une grossesse à terme.

Le myome de l'utérus peut être unique et multiple, c'est-à-dire que dans l'utérus, il peut y avoir plusieurs petits nœuds ou une combinaison de petits nœuds et plusieurs gros nœuds ou un seul grand nœud.

On sait que chaque nœud de l'utérus se développe indépendamment les uns des autres à partir d'une seule cellule, qui reçoit un défaut qui déclenche le processus de division. Les hormones sexuelles féminines sont le principal facteur de croissance des fibromes utérins. Les œstrogènes stimulent la formation de récepteurs de progestérone sur les cellules fibroïdes, tandis que la progestérone déclenche la division cellulaire. En d'autres termes, les deux hormones féminines se complètent, mais la principale hormone qui stimule la croissance des ganglions fibromes utérins est la progestérone.

Les nœuds des fibromes utérins se développent à un rythme imprévisible: certains peuvent se développer assez rapidement - jusqu'à plusieurs centimètres par mois, d'autres très lentement - 5-7 mm par an. Certains nœuds peuvent cesser de croître et ne pas augmenter en taille pendant plusieurs années. Certains nœuds sont capables de perturber indépendamment leur approvisionnement en sang et de provoquer une nécrose, à la suite de laquelle le nœud meurt, diminue de taille et ne se développe plus.

Il n'y a aucune preuve scientifique de l'influence de facteurs externes sur la croissance des fibromes utérins. Autrement dit, les bains, les saunas, les massages, le bronzage et la physiothérapie n'ont aucun effet stimulant sur la croissance des fibromes utérins.

En général, le comportement des fibromes utérins est imprévisible, on sait seulement que certains des ganglions commencent à se développer activement pendant la grossesse, et après l'accouchement, la taille diminue, le fibrome utérin ne se développe pas après la ménopause et subit un développement inverse et ne se produit pas avant le début des règles (ménarche).

Classification et stades de développement des fibromes utérins

En fonction de la localisation des fibromes utérins, il se produit:

  1. Intramural (intermusculaire) - croissant dans l'épaisseur de la paroi utérine
  2. Subséreux (sous-péritonéal) - situé à l'extérieur de l'utérus;
  3. Sous-muqueux (sous-muqueux) - poussant dans la cavité utérine
  4. Cervical - du col de l'utérus

Il existe des localisations mixtes, par exemple: myome intramural-sous-séreux, c'est-à-dire que le nœud se développe à partir de la paroi de l'utérus, mais est partiellement déplacé vers l'extérieur. De plus, les nœuds décrivent la direction de croissance par rapport à la cavité utérine. Ainsi, les fibromes utérins peuvent être avec une croissance centripète, c'est-à-dire se développer vers la cavité, ou avec une centrifugation, c'est-à-dire vers l'extérieur.

Les nœuds de localisation sous-muqueuse (sous-muqueuse) et sous-séreuse sont également divisés en types en fonction de leur localisation par rapport à la cavité utérine ou au contour externe. Si le nœud est complètement situé dans la cavité utérine, il s'agit d'un myome de type 0, 50% - type 1, moins de 30% - type 2. Les nœuds sous-séreux sont appelés de la même manière. Le type zéro de nœud sous-séreux est également appelé «fibromes pédiculaires», tandis que le pédicule peut être assez fin ou assez large.

Jusqu'à présent, dans notre pays, la classification des fibromes utérins est utilisée, basée sur la correspondance entre la taille de l'utérus et la durée de la grossesse en semaines. Par exemple, vous pouvez trouver une telle conclusion: «fibromes utérins 11-12 semaines». Cette classification est extrêmement subjective et totalement non informative. Un utérus avec plusieurs petits nœuds ou un petit nœud sous-muqueux peut ne pas augmenter en taille. Les gros nodules augmentent de manière asymétrique la taille de l'utérus et différents médecins évalueront différemment la taille globale de l'utérus, ce qui peut conduire à une mauvaise interprétation de la dynamique de la croissance des nodules. Cette classification ne décrit pas le nombre et la localisation des nœuds, qui déterminent les tactiques de traitement de la maladie..

Le myome de l'utérus est unique et multiple. On ne sait pas ce qui détermine le nombre de nœuds formés et la vitesse de leur croissance. En général, la dynamique de la croissance des nœuds est imprévisible. En dehors de la période de grossesse, lorsque la plupart des ganglions commencent à se développer sous l'influence de la progestérone, il n'y a pas un seul facteur scientifiquement prouvé affectant la croissance des fibromes utérins. Après le début de la ménopause, le myome utérin subit un développement inverse - les ganglions doivent commencer à diminuer de taille, des changements dystrophiques se produisent.

Certains nœuds peuvent mourir d'eux-mêmes en raison de la perturbation de leur approvisionnement en sang. Ce type de «suicide» du nœud doit être considéré comme une issue favorable de la maladie..

Complications des fibromes utérins

La complication la plus courante des fibromes utérins est l'anémie ferriprive, qui se développe dans le contexte d'une augmentation progressive du volume des pertes de sang menstruelles. Ses manifestations ne sont pas toujours remarquées par le patient à temps. Dans le contexte de l'anémie, la faiblesse augmente, le handicap, les fonctions cognitives diminuent, l'état de la peau, des ongles et des cheveux s'aggrave. C'est souvent avec ces plaintes que la patiente se tourne vers des thérapeutes qui diagnostiquent l'anémie et l'envoient pour examen chez un gynécologue, où les fibromes utérins sont diagnostiqués..

La présence de fibromes utérins peut compliquer la réalisation de la fonction reproductrice. Lorsqu'ils sont localisés dans la cavité utérine ou la déformant de manière significative, les fibromes peuvent interférer avec la conception ou la gestation. Pour les gros nodules ou plusieurs fibromes, l'utérus hypertrophié peut occuper la majeure partie de la cavité abdominale, comprimant les uretères, entraînant une altération du débit urinaire et des lésions rénales.

La grossesse avec des fibromes utérins peut dans certains cas être accompagnée d'un retard du développement fœtal, d'une naissance prématurée, d'une rupture prématurée des membranes, d'un faible poids fœtal, d'une faiblesse du travail.

Diagnostic des fibromes utérins

Le diagnostic des fibromes utérins n'est pas difficile. Déjà lors de l'examen sur la chaise, le médecin peut suspecter la présence de fibromes utérins, détectant une augmentation de l'utérus et de sa tubérosité, mais l'examen avec les mains n'est pas informatif en termes de nombre, de taille et de localisation des ganglions. L'échographie est l'étalon-or pour le diagnostic des fibromes utérins. Dans la grande majorité des cas, cette méthode est suffisante pour décrire la maladie. L'échographie doit être réalisée avec deux capteurs: vaginal et abdominal (par l'abdomen), afin de ne pas manquer les nœuds sous-séreux, qui peuvent être situés à une courte distance de l'utérus. En plus d'une description détaillée de la taille et de la localisation de tous les nœuds, il est nécessaire d'effectuer une représentation graphique de l'emplacement des nœuds des fibromes utérins par rapport aux parois de l'utérus et à sa cavité, en d'autres termes, pour dessiner comment ces nœuds sont situés dans l'utérus. Ceci est important pour choisir les bonnes tactiques pour traiter la maladie, car seule une description verbale peut être interprétée de différentes manières..

Si la taille de l'utérus est si grande que les capacités échographiques ne lui permettent pas de l'évaluer complètement, une IRM du bassin est recommandée. Cette méthode affiche en détail l'image complète de la maladie et vous permet d'évaluer la taille et la localisation précise des nœuds..

Dans certains cas, pour clarifier la localisation du nœud, ils ont recours à l'hystéroscopie - une méthode endoscopique dans laquelle une caméra est insérée dans la cavité utérine et la cavité utérine est évaluée visuellement.

Traitement des fibromes utérins

Tous les cas de fibromes utérins ne nécessitent pas de traitement. Les fibromes utérins asymptomatiques ne nécessitent pas de traitement, mais uniquement si les critères suivants sont remplis:

  1. Le patient ne présente aucun signe d'anémie ferriprive
  2. La patiente a plus de 35 ans et n'a aucun projet de grossesse
  3. Les nœuds ne se développent pas ou le taux de croissance des nœuds individuels (localisation sous-séreuse ou intra-muros-sous-séreuse) ne dépasse pas 1 cm par an

Dans tous les autres cas, un traitement est nécessaire.

Puisque le fibrome utérin lui-même n'est pas dangereux, je le répète encore une fois: il ne se transforme jamais en tumeur maligne.

Voici les principaux objectifs du traitement des fibromes utérins:

  1. Arrêtez de saigner pendant la menstruation
  2. Arrêtez la pression de l'utérus sur la vessie, le rectum, supprimez une augmentation de l'abdomen
  3. Offrir la possibilité de tomber enceinte et d'avoir un bébé
  4. Arrêter la croissance progressive des nœuds.

Ainsi, avant de commencer le traitement des fibromes utérins, vous devez clairement décider de la tâche que vous poursuivez, car le choix de la méthode de traitement en dépendra..

Pour le traitement des fibromes utérins aujourd'hui, il est optimal d'utiliser les méthodes suivantes:

  1. Myomectomie (ablation chirurgicale des ganglions fibromes utérins)
  2. Embolisation des artères utérines (une méthode dans laquelle l'apport sanguin aux ganglions myomateux est coupé, à la suite de laquelle ils meurent)
  3. Traitement médicamenteux de l'ulipristal avec de l'acétate - le médicament bloque les récepteurs de la progestérone, la principale hormone qui stimule la croissance des fibromes utérins.

Toutes les autres méthodes de traitement n'ont pas de preuves scientifiques d'efficacité (sangsues, homéopathie, phytothérapie, compléments alimentaires), ou ne sont pas suffisamment efficaces, c'est-à-dire que l'effet est temporaire (ablation FUS, agonistes de la GnRH) ou inefficace du tout (spirale de Mirena, contraceptifs).

Lors du choix d'une méthode de traitement, il est important de prendre en compte les données suivantes:

  1. Âge du patient
  2. Plans de reproduction: désir de tomber enceinte en ce moment (dans un proche avenir), parfois ou pas de plans de grossesse
  3. Le but (voir clause 2)

Recommandations pour l'utilisation de divers traitements pour les fibromes utérins:

  1. Traitement médicamenteux par l'acétate d'ulipristal. Tous les nœuds ne sont pas également sensibles à ce médicament, de sorte que son efficacité contre les nœuds myomateux varie de 0 à 60% [4]. Cela dépend du nombre de récepteurs de progestérone dans le nœud, dont le nombre diminue à mesure que le nœud se développe. Les plus sensibles à ce médicament sont de petite taille (jusqu'à 2-2,5 cm), d'abord identifiés chez les jeunes femmes de moins de 30 ans, des ganglions situés à proximité de la cavité utérine. La tâche principale d'un tel traitement est d'empêcher une nouvelle croissance, d'essayer de réduire la taille, de préserver la situation jusqu'à la grossesse planifiée. Avec de tels petits ganglions asymptomatiques à un jeune âge, l'ablation chirurgicale des ganglions n'est pas pratique, car les conséquences d'une blessure à l'utérus peuvent dépasser le bénéfice immédiat et l'embolisation de l'artère utérine sera excessive. Le médicament est pris en cours de 12 semaines avec une pause de 2 mois, au total, il est possible de mener jusqu'à 4 cours.
  2. Le traitement chirurgical implique l'ablation des ganglions myomateux de l'utérus de diverses manières: par voie laparoscopique (sous le contrôle de la caméra à travers plusieurs petites ponctions dans l'abdomen), par hystéroscopie (c'est ainsi que les ganglions situés dans la cavité utérine sont retirés. L'instrument et une caméra miniature sont insérés dans la cavité utérine à travers le col de l'utérus du côté vaginal) et par voie laparotomique (par une incision dans l'abdomen, elle est maintenant de moins en moins utilisée). Selon l'habileté du chirurgien, n'importe quel nombre de nœuds de presque toutes les tailles peut être retiré de l'utérus, mais l'ablation des nœuds en elle-même n'est pas une tâche dans le traitement des fibromes utérins, car dans de nombreux cas, la présence de nœuds dans l'utérus n'interfère en rien. L'utilisation de l'ablation chirurgicale des ganglions n'est optimale que si le patient a actuellement des plans de reproduction, à condition que les fibromes utérins interfèrent avec leur mise en œuvre. De plus, à la suite de l'ablation des nœuds, l'utérus ne devrait pas subir de dommages graves (nombreuses cicatrices). En règle générale, les nodules de type 0 sous-séreux ou sous-muqueux, les nodules intramuros-sous-séreux qui sont peu profonds dans la paroi utérine conviennent au traitement chirurgical. Un inconvénient important et significatif du traitement chirurgical est le risque élevé de récidive de la maladie - 7 à 14% par an [6], ainsi que le risque d'adhérences autour des trompes de Fallope, qui peuvent conduire à une infertilité tubaire ou augmenter le risque de grossesse extra-utérine. De plus, le traitement chirurgical est associé à des risques généraux de chirurgie abdominale sous anesthésie générale. [6] [12]
  3. L'embolisation de l'artère utérine est une méthode peu invasive de traitement des fibromes utérins, qui consiste à arrêter l'apport sanguin à tous les ganglions myomateux de l'utérus, ce qui entraîne la mort de ces ganglions. Cette méthode de traitement est réalisée uniquement par des chirurgiens endovasculaires, le rôle des gynécologues est de déterminer les indications, de préparer puis de gérer les patients. L'essence de la méthode est la suivante: sous anesthésie locale, une ponction de l'artère fémorale est réalisée, un cathéter est inséré dans le vaisseau, à travers lequel, sous contrôle aux rayons X, des microbilles (emboles), d'une taille de 700 à 900 microns, constituées d'un polymère inerte, qui bloquent le flux sanguin pathologique dans l'utérus, sont alternativement introduites, en conséquence puis l'apport sanguin aux nœuds des fibromes utérins s'arrête et tous les nœuds meurent. L'efficacité de cette méthode est de 94 à 96%, la taille de tous les nœuds est irréversiblement réduite de 30 à 60%, les règles abondantes et la pression sur la vessie passent. L'apparition de nouveaux nœuds après les EAU est extrêmement rare, moins de 0,1%. Cette procédure est réalisée sous anesthésie locale, ne prend pas plus de 15-20 minutes et ne nécessite pas plus de 3 jours d'hospitalisation. Les EAU peuvent résoudre l'un des problèmes décrits ci-dessus dans le traitement des fibromes utérins. Il est optimal d'utiliser les EAU en cas de nœuds multiples, de nœuds profondément enfoncés dans le corps de l'utérus, de gros nœuds sous-muqueux. Les EAU n'affectent pas la fonction reproductrice de la femme, ils peuvent donc être recommandés pour les patientes qui planifient une grossesse, en particulier si la grossesse est prévue pour une période retardée. À cet égard, les Émirats arabes unis ont un avantage sur la myomectomie, car ils ne sont pas associés à une rechute de la maladie et avec les Émirats arabes unis, il n'y a pas de risque d'endommagement des trompes de Fallope par le processus adhésif. [13] [17]

Ablation complète de l'utérus - l'hystérectomie fait également référence au traitement chirurgical des fibromes utérins. L'ablation de l'utérus n'est objectivement indiquée que dans le cas des fibromes géants, lorsque la taille totale de l'utérus correspond à 20-25 semaines de grossesse, mais il existe des exceptions. Dans tous les autres cas, les fibromes utérins peuvent être guéris sans retirer l'organe en utilisant les trois méthodes de traitement décrites ci-dessus..

Prévoir. La prévention

Le pronostic des fibromes utérins dans la plupart des cas est favorable. Ce n'est que dans les cas avancés qu'il n'est pas possible de préserver l'organe ou de restaurer la fonction de reproduction. Les fibromes utérins se développent généralement lentement. En règle générale, les patients eux-mêmes ne consultent pas le gynécologue pendant des années, ce qui ne permet pas un diagnostic rapide de la maladie au stade initial et au traitement. Dans le même temps, les médecins eux-mêmes observent souvent la croissance progressive des nœuds pendant une longue période, sans prendre de mesures, puis ne suggèrent que le retrait de l'organe.

La cause du développement des fibromes utérins étant inconnue, aucune mesure préventive n'a été proposée. Certaines études ont montré que la prise de contraceptifs hormonaux réduit de 24% la probabilité de fibromes utérins. [18] S'abstenir de faire des massages, des coups de soleil, des sports et des bains ne réduit pas la probabilité de développer des fibromes utérins.

Si vous subissez une échographie des organes pelviens une fois par an, à partir de 21 ans, vous pouvez identifier en temps opportun le stade initial de la maladie et effectuer un traitement préventif.

Article Précédent

Biopsie