Principal
Tératome

Cancer des surrénales, impitoyable à tout âge: comment ne pas rater les premiers signes avant-coureurs

Le cancer de la surrénale est un néoplasme malin formé à partir de cellules de la couche corticale (moins souvent médullaire) des glandes surrénales appariées endocrines. L'étiologie de la maladie n'a pas été complètement élucidée et son évolution est souvent asymptomatique (parfois elle n'est retrouvée qu'à l'autopsie). Le cancer de la surrénale ne progresse pas toujours rapidement, bien qu'il soit mortel - s'il est détecté tardivement, il est incurable, avec un taux de mortalité de 80 à 90%.

Selon l'épidémiologie, le cancer des surrénales représente 10 à 15% de toutes les tumeurs, y compris les tumeurs bénignes. L'urgence du problème est qu'il n'y a pas de groupe à risque précis - les enfants et les personnes âgées sont malades. Cependant, si l'on considère que l'incidence en Russie n'est que de 0,2% chez les adolescents et les enfants, et que la dynamique augmente avec l'âge jusqu'à 7%, alors la probabilité de tomber malade est faible - 1 à 2 cas par million d'habitants.

Si vous ou vos proches avez besoin d'une assistance médicale, veuillez nous contacter. Les spécialistes du site conseilleront une clinique où vous pourrez obtenir un traitement efficace:

Les raisons

Une tumeur de la glande surrénale est une maladie oncologique. La cause exacte du problème correspondant est actuellement inconnue. Une tumeur de la glande surrénale droite est statistiquement plus fréquente. Les médecins identifient les facteurs suivants qui augmentent le risque de développer une pathologie:

  • Prédisposition héréditaire.
  • L'influence de facteurs environnementaux négatifs - nourriture de mauvaise qualité, rayonnement.
  • Déséquilibre hormonal.
  • Troubles auto-immunes.

L'influence de ces facteurs ne garantit pas la survenue de la pathologie correspondante, mais amène le patient dans un groupe à risque.

Prévention du cancer des surrénales

Le cancer des surrénales peut-il être évité ou prévenu? Les recommandations générales qui augmentent l'immunité et protègent contre la prolifération incontrôlée sont un mode de vie actif, un sommeil normal, une alimentation appropriée et saine (les aliments gras et épicés doivent être exclus).

Un processus oncologique déjà commencé ne peut être guéri que s'il est détecté à temps. Pour cela, il est recommandé de subir régulièrement des examens préventifs, par exemple pour faire un examen échographique de l'espace rétropéritonéal. Toute renaissance nécessite des soins médicaux, même avec une croissance bénigne.

Classification

Les glandes surrénales sont des glandes endocrines qui produisent des hormones impliquées dans presque tous les processus métaboliques du corps. L'organe est divisé en 2 parties - le cortex et la moelle épinière. Chacune de ces structures synthétise un certain ensemble de substances bioactives, assurant la régulation de l'homéostasie interne (équilibre).

Le cortex produit les hormones suivantes:

  • Minéralocorticoïdes (aldostérone, désoxycorticostérone). Fonction - contrôle du métabolisme des sels d'eau dans le corps.
  • Glucocorticoïdes (corticostérone, cortisol). Les substances contrôlent le métabolisme des protéines, des glucides.
  • Hormones sexuelles (androgènes et œstrogènes).

Dans la médullosurrénale, des catécholamines (adrénaline, norépinéphrine) sont synthétisées, qui sont impliquées dans le contrôle de la pression artérielle, de l'apport sanguin aux organes et des réponses du corps au stress.

Selon la division en couches décrite ci-dessus, les néoplasmes proviennent du cortex et de la moelle épinière.

Variantes de tumeurs du cortex surrénalien:

  • Aldostérome. Une hypersécrétion d'aldostérone est observée.
  • Corticostérome. Augmentation de la synthèse du cortisol.
  • Corticoestroma. La concentration d'hormones sexuelles féminines augmente.
  • Androsteroma. Une hypersécrétion de testostérone est observée.
  • Formes mixtes.

Phéochromocytome et ganglioneurome - représentants des tumeurs se développant à partir de la moelle des glandes endocrines.

En fonction de la nature de la croissance et de l'agressivité des dysfonctionnements du corps, tous les néoplasmes sont subdivisés en bénins et malins (cancer). Le premier groupe peut se développer de manière asymptomatique. Les tumeurs malignes menacent la vie du patient.

En fonction de la sécrétion de substances bioactives, les néoplasmes sont répartis dans les groupes suivants:

  1. Tumeurs surrénales hormonalement inactives. Dans le contexte de la pathologie, il n'y a pas de violations dans la synthèse des substances correspondantes régulant les processus métaboliques.
  2. Hormonalement actif. La nature du fonctionnement de l'organe change avec la progression de divers troubles.

Les tumeurs surrénales hormonalement inactives sont bénignes dans 90% des cas. L'apparition des néoplasmes s'observe de la même manière chez l'homme et la femme. Le pronostic pour les patients atteints de tumeurs surrénales bénignes est favorable, sous réserve d'une attention médicale rapide.

Classification des tumeurs surrénales avec déséquilibre hormonal:

  • Troubles du métabolisme électrolytique.
  • Procéder à une altération du métabolisme des protéines et des glucides.
  • Causer une masculinisation ou une féminisation.
  • Exposition mixte.

Prévoir

Avec un diagnostic et un traitement rapides, le pronostic est favorable.

Si le patient n'est pas traité, cela entraînera des dommages à d'autres organes et systèmes du corps..

N'oubliez pas qu'une formation maligne peut être derrière le tableau clinique de l'adénome..

Si des signes de maladie apparaissent, vous devez absolument consulter un médecin. L'automédication peut entraîner une détérioration et des complications..

En cas de diagnostic et de traitement intempestifs, la dégénérescence des néoplasmes bénins en tumeurs malignes est possible.

Dans certains cas, les tumeurs malignes peuvent propager des métastases à d'autres tissus et organes: foie, poumons, reins. Les phéochromocytomes sont accompagnés d'une pression artérielle instable, qui se stabilise après l'opération - la principale méthode de traitement de la pathologie.

Le résultat de l'opération chez les patients dépend du type de néoplasme à éliminer. L'élimination rapide d'une tumeur bénigne dans la plupart des cas a un pronostic favorable. L'élimination de l'éducation androstéromique peut entraîner une suspension du développement dans l'enfance.

Après le retrait du phéochromocytome, les problèmes de rythme cardiaque et de pression artérielle persistent souvent, mais ils sont traités par un traitement. Trouver une tumeur maligne signifie rarement un pronostic positif.

Variétés et symptômes

Le tableau clinique de la pathologie correspondante chez l'homme et la femme dépend du type de tumeur et de l'activité de synthèse hormonale. Les signes typiques des types de néoplasmes précédemment indiqués seront décrits ci-dessous..

Aldostérome - un excès de la substance bioactive correspondante provoque une atrophie musculaire chez le patient, une hypertension avec une diminution parallèle de la concentration de potassium dans le sang, qui s'accompagne d'une progression des arythmies.

Le corticostérome s'accompagne d'un excès de glucocorticoïdes dans l'organisme du patient. Le résultat est un surpoids avec des fluctuations marquées de la pression artérielle (hypertension). Les enfants mûrissent relativement rapidement dans la région génitale. Chez les femmes et les hommes adultes, il y a une diminution de la fonction reproductrice.

Le corticoestrome et l'androstérome sont caractérisés par une augmentation de la synthèse des hormones sexuelles. Dans le premier cas, la féminisation progresse chez l'homme, se manifestant par un amincissement de la voix, des dépôts de graisse sur les cuisses et les fesses, et une hypotrophie testiculaire. Dans le second, la masculinisation chez la femme, caractérisée par une croissance excessive des cheveux, une croissance musculaire, etc..

Symptômes d'une tumeur surrénale qui se développe dans la moelle épinière de la glande (phéochromocytome):

  • Augmentation épisodique de la pression artérielle (jusqu'à 250 mm Hg. Art.).
  • Étourdissements avec épisodes de migraine.
  • Nausées avec envie de vomir sans soulagement.
  • Augmentation de la transpiration.
  • Tremblement de la main.
  • Gêne thoracique qui dégénère en douleur, semblable à une crise cardiaque.
  • La pâleur du corps du patient.
  • Peur de la mort.

Les tumeurs surrénales hormonalement inactives peuvent être asymptomatiques ou comme décrit ci-dessus, mais moins intenses.

Corticostérome

Le corticostérome est une tumeur courante. Il produit du cortisol.

  • l'obésité, se propageant au haut du corps, en particulier à l'abdomen, les patients commencent soudainement à prendre du poids;
  • l'apparition de signes masculins chez la femme: apparition de poils au-dessus de la lèvre, sur la poitrine, pousse de la barbe. augmentation de la pression artérielle, parfois très importante (systolique jusqu'à 220). Cela peut conduire au développement d'une crise cardiaque et d'un accident vasculaire cérébral;
  • la formation de vergetures sur les cuisses, l'abdomen et la poitrine. Ils ont une couleur caractéristique - cramoisi;
  • diminution de la masse musculaire (en particulier sur les membres inférieurs). Cela conduit à de la douleur lors de la marche;
  • changements psycho-émotionnels: apathie, somnolence, dépression. des troubles de la fertilité sont souvent observés. Cela indique un déséquilibre des hormones dans le corps;
  • le corticostérome s'accompagne d'un diabète sucré dans 10 à 20% des cas;
  • arythmies cardiaques, diminution du flux sanguin, douleur dans la région du cœur.

Diagnostique

Le diagnostic des tumeurs surrénales repose sur l'utilisation de méthodes d'examen modernes. Avant de prescrire des procédures appropriées, le médecin évalue l'état du patient, recueille l'anamnèse, analyse les plaintes.

Pour vérifier la cause d'un tableau clinique caractéristique, les méthodes suivantes sont utilisées:

  • Test sanguin général et biochimique.
  • Examen échographique des glandes surrénales. L'échographie visualise un néoplasme dans la structure de l'organe.
  • Détermination de l'excès d'hormones (aldostérone, cortisol, catécholamines) dans le sang et l'urine.
  • Imagerie par résonance magnétique et calculée. Méthodes efficaces pour visualiser les néoplasmes dans la structure de la glande.
  • Biopsie avec la définition de la structure histologique du néoplasme. La méthode de diagnostic spécifiée est contre-indiquée chez les patients suspectés de phéochromocytome en raison du risque élevé de libération de catécholamines avec la progression de la crise..

Si nécessaire, le médecin traitant prescrira des procédures de diagnostic supplémentaires. Le pronostic pour la santé et la vie du patient dépend de la détermination rapide de la nature de la tumeur et du choix du traitement approprié..

Aldostérome

La tumeur produit de l'aldostérone. L'aldostérone contribue à la rétention de sodium et d'eau dans le corps. Cela conduit à une augmentation de la pression artérielle..

De plus, avec l'aldostérome, la quantité de potassium diminue. Pour cette raison, une faiblesse musculaire apparaît, des crampes dans les membres inférieurs, une arythmie.

Le patient a souvent soif, la bouche sèche, boit beaucoup, à cause de cela, la quantité d'urine augmente. Parfois, la maladie conduit à une crise.

Dans ce cas, des convulsions et des paresthésies des membres supérieurs et inférieurs, de la diarrhée, des vomissements et des maux de tête apparaissent. Le développement d'un accident vasculaire cérébral est possible. En cas de maladie prolongée, les reins sont touchés.

Cette maladie est souvent appelée syndrome de Connes (d'après le nom de l'auteur qui l'a décrite le premier).

Traitement

Dans 65% des cas de tumeurs surrénales, le traitement implique une intervention chirurgicale avec élimination de la formation correspondante dans la glande. L'indication est un excès de volume de 3 centimètres cubes, une synthèse active d'hormones et / ou la présence de foyers distants (métastases).

Dans les cas de tumeurs surrénales hormonalement inactives, les tactiques d'attente sont autorisées. En l'absence de manifestations cliniques de la maladie et de la croissance lente du néoplasme, vous ne devez pas vous précipiter pour l'enlever.

Des fluctuations de la pression artérielle sans symptômes concomitants prononcés entraînent parfois un traitement avec des antihypertenseurs traditionnels (Captopril, Bisoprolol). Dans le contexte du phéochromocytome, cette thérapie ne donne pas le résultat souhaité. Sans retrait rapide de la tumeur correspondante, un risque élevé pour la vie du patient demeure.

Le traitement avec des remèdes populaires pour les tumeurs surrénales est contre-indiqué en raison de la perte de temps précieux et d'une faible efficacité.

Stades du cancer des surrénales

La détermination du degré de dommage et de la prévalence du cancer de la surrénale est effectuée sur la base de méthodes d'examen instrumentales:

  • • 0 - non détecté sur les images radiographiques, l'échographie (la suspicion ne peut survenir qu'avec une étude approfondie des photos IRM, CT, TEP-CT);
  • • 1 - la taille de la formation est inférieure à 5 cm;
  • • 2 - plus de 5 cm, mais pas de germination;
  • • 3 - se développe dans des structures adjacentes, il y a des ganglions lymphatiques régionaux affectés;
  • • 4 - il y a des métastases vers des organes distants (poumons, cerveau).

L'espérance de vie du patient dépend directement du moment de la détection de la tumeur. Dans les premiers stades, le cancer des surrénales est guérissable et les chances de survie sont élevées. Aux premier et deuxième stades, la récupération après chirurgie est de 65 à 80%, et aux troisième et quatrième (derniers) stades, le pronostic est mauvais, le taux de survie est de 13 à 45%, les patients meurent des conséquences de l'oncopathologie. La durée de vie est réduite à 1 à 2 ans, puis la mort survient.

Complications

Le danger de néoplasmes dans les glandes endocrines correspondantes réside dans un déséquilibre hormonal et un dysfonctionnement complexe du corps.

Complications:

  • Infertilité.
  • AVC, crise cardiaque.
  • Insuffisance cardiaque ou surrénale aiguë.
  • Arythmie.

Le pronostic du patient dépend en outre de la taille et de l'activité fonctionnelle de la tumeur. Plus il est petit, mieux c'est pour le patient..

Caractéristiques de la structure

Ces glandes endocrines sont situées à droite et à gauche au-dessus des reins, dans le tissu rétropéritonéal. Malgré le fait que l'organe soit apparié, les glandes surrénales ont des formes et des emplacements différents par rapport aux organes adjacents. Ainsi, la glande surrénale droite en forme de triangle est située au-dessus du pôle supérieur du rein droit et à côté de la veine cave inférieure. À son tour, la glande gauche est caractérisée par une forme de croissant, est située au-dessus du pôle supérieur du rein gauche et est adjacente au pancréas, à la rate et à la partie cardiaque de l'estomac. Le sang pénètre dans cet organe par un grand nombre d'artères et l'écoulement du sang veineux est assuré par la fonction de la veine surrénale centrale, qui, à son tour, s'écoule à droite et à gauche dans la veine cave inférieure et dans la veine rénale gauche, respectivement. Comme il ressort de la description, les glandes surrénales sont un organe complexe, ou pour être plus précis, les glandes endocrines. Ils sont complexes avec leur structure histologique et leur fonction hormonale, du fait du zonage de l'organe en fonction des hormones produites.

Néoplasme malin secondaire de la glande surrénale

Rubrique CIM-10: C79.7

Contenu

Définition et contexte [modifier |

En termes de fréquence de détection des métastases, les glandes surrénales occupent la 4ème place après les poumons, le foie et les os: des métastases sont notées dans les glandes surrénales dans 9 à 27% des cas de néoplasmes malins d'autres organes, et souvent les métastases sont bilatérales (dans 41% des cas). D'après les résultats d'autopsies de 13 906 patients décédés d'un cancer, la fréquence des métastases dans les glandes surrénales était de 3,1%. Plus souvent, le cancer du poumon (jusqu'à 40%) et le cancer du sein (20-35%) métastasent aux glandes surrénales, moins souvent - cancer du rein (1,2-10%), mélanome (1-8,6%), tumeurs du tractus gastro-intestinal, pancréas, séminome. Les métastases peuvent être solitaires et multiples. Dans les grandes métastases, des changements nécrotiques sont possibles. Lorsque plus de 90% du tissu surrénalien est détruit par des métastases, une insuffisance surrénalienne se développe chez les patients.

Il a été établi que la probabilité de lésions métastatiques des glandes surrénales dans le carcinome rénal dépend du stade de la tumeur primaire et du fait que la tumeur est située dans le pôle supérieur du rein. L'apparition d'un thrombus tumoral dans la veine rénale peut également être un signe avant-coureur de métastases aux glandes surrénales. La présence d'un thrombus tumoral dans la veine rénale droite n'est notée que dans 20% des métastases dans la glande surrénale droite, alors que lorsqu'un thrombus tumoral dans la veine rénale gauche est détectée, des métastases dans la glande surrénale sont détectées dans 67% des cas..

Les métastases dans les glandes surrénales peuvent être bilatérales et unilatérales, uniques (solitaires) et multiples. Des métastases bilatérales surviennent chez environ 50% des patients présentant des lésions métastatiques de ces glandes et, en règle générale, reflètent un processus métastatique avancé. Les métastases dans les glandes surrénales sont dans la plupart des cas associées à des métastases dans d'autres organes. Néanmoins, les foyers isolés ne servent pas toujours de manifestation de la tumeur primaire. Par exemple, dans une étude portant sur 330 patients, chez 9,6% des patients atteints d'un cancer du poumon non à petites cellules, des formations volumétriques isolées des glandes surrénales ont été trouvées selon les données CT, qui dans 65% des cas se sont révélées être un adénome bénin. Le diagnostic morphologique a été fait par biopsie par aspiration, biopsie ouverte ou TDM au recul. Dans d'autres cas, la présence de métastases a été confirmée par une biopsie par aspiration guidée par CT. Selon les données d'autopsie post-mortem, une incidence plus élevée de tumeurs bénignes des surrénales a été observée chez les patients atteints de carcinome rénal par rapport à la population générale. Contrairement aux tumeurs surrénales primaires, les métastases sont considérées comme des formations non encapsulées. Habituellement, les métastases surrénales indiquent une dissémination de la tumeur primaire et un mauvais pronostic. Cependant, dans certains cas, dans les tumeurs surrénales métastatiques isolées chez les patients ayant subi un traitement radical pour la tumeur primaire, l'ablation de la glande surrénale affectée s'accompagne d'une longue survie des patients..

Étiologie et pathogenèse [modifier |

Manifestations cliniques [modifier |

Dans la plupart des cas, les tumeurs métastatiques des surrénales sont asymptomatiques et sont découvertes par hasard lors d'un examen de suivi. Selon les résultats d'une étude, seuls 20 (4,6%) des 464 patients atteints de néoplasmes malins présentaient des manifestations cliniques de lésions métastatiques des glandes surrénales. Selon d'autres données, l'incidence des métastases surrénales asymptomatiques était de 61%. Les métastases importantes sont généralement douloureuses. D'autres signes de tumeurs malignes (perte de poids, faiblesse, anorexie et autres symptômes) sont caractéristiques de toute tumeur généralisée. L'insuffisance surrénalienne est notée chez 25% des patients présentant des manifestations cliniques de métastases aux glandes surrénales, et elle ne survient qu'avec des lésions bilatérales des glandes. La cause la plus fréquente d'hypocorticisme manifeste est le lymphome à grandes cellules non hodgkinien. Moins fréquemment, elle est causée par des métastases d'un cancer bronchogène du poumon ou par des tumeurs d'une autre localisation. Une hémorragie cliniquement significative due à des métastases dans les glandes surrénales est extrêmement rare et, dans des cas isolés, une laparotomie d'urgence est indiquée pour arrêter le saignement.

Néoplasme malin secondaire de la glande surrénale: diagnostic [modifier |

La valeur principale dans le diagnostic des tumeurs métastatiques des surrénales appartient aux données historiques, ainsi qu'aux résultats des principales méthodes d'imagerie instrumentale (échographie, tomodensitométrie et IRM).

- Le diagnostic des lésions métastatiques de la glande surrénale lorsqu'une formation accidentelle (détectée accidentellement) dans la glande est détectée est simplifié s'il existe des antécédents appropriés chez un patient cancéreux.

- L'IRM phase-antiphase est une méthode fiable de diagnostic différentiel des nodules asymptomatiques, détectés accidentellement lors du prochain examen, avec des métastases dans les glandes surrénales.

Lors de la ponction de la formation de la glande surrénale, suivie d'un examen cytologique ou morphologique, vous pouvez clarifier le diagnostic présumé. Cependant, selon de nombreux chercheurs, cette procédure ne peut être effectuée que chez les patients présentant une tumeur primaire diagnostiquée, s'il existe des soupçons de lésions métastatiques des glandes surrénales, car la ponction d'une tumeur surrénalienne hormonalement active peut augmenter la libération d'hormones synthétisées par le néoplasme. Dans les cas où la structure histologique de la tumeur primaire ne ressemble pas aux éléments cellulaires des glandes surrénales (par exemple, dans une tumeur pulmonaire), la vérification morphologique des métastases est facile à réaliser. Dans le même temps, il est assez difficile même pour un pathologiste de différencier les métastases du carcinome rénal à cellules claires de l'adénome corticosurrénalien à cellules claires (la tumeur surrénalienne bénigne la plus courante). Lors de l'examen microscopique des métastases du cancer du rein dans les glandes surrénales, dans la plupart des cas, une expansion massive des métastases est notée, jusqu'au remplacement complet de la glande surrénale par du tissu tumoral. Pour une analyse histologique approfondie, des technologies innovantes sont nécessaires dans les études histomorphologiques et, surtout, dans les études immunohistochimiques. Néanmoins, en raison de la rareté des lésions métastatiques des glandes surrénales, une biopsie par ponction chez tous les patients atteints de tumeurs surrénales hormonalement inactives afin de détecter des métastases entraînerait un grand nombre de biopsies inutiles..

À l'aide de la TEP (tomographie par émission de positrons), il est possible de réaliser un diagnostic différentiel des néoplasmes bénins et malins des glandes surrénales avec une sensibilité et une spécificité élevées (jusqu'à 100%). Compte tenu du caractère non invasif et de la haute précision de la TEP, cette méthode sert d'alternative à la biopsie par ponction dans le diagnostic des lésions métastatiques des glandes surrénales. Lorsque la TEP est utilisée, d'autres métastases latentes peuvent être détectées dans les stades précoces et non l'IRM du cerveau et la scintigraphie osseuse. Les principaux inconvénients du PET sont considérés comme une disponibilité limitée et un coût élevé..

Diagnostic différentiel [modifier |

Malignité surrénalienne secondaire: traitement [modifier |

Plus récemment, lorsque des métastases dans les glandes surrénales ont été détectées, un patient présentant des métastases généralisées de la tumeur primaire a été considéré comme incurable. Cependant, l'expérience accumulée de la réalisation d'opérations sur les poumons et le foie pour des métastases avec des résultats satisfaisants à long terme a servi de base à une révision de l'attitude envers les interventions chirurgicales pour les tumeurs métastatiques des surrénales..

La lésion métastatique des glandes surrénales est une indication de la surrénalectomie (ouverte ou laparoscopique) en l'absence d'autres foyers métastatiques distants de la tumeur primaire. Étant donné que les lésions métastatiques des glandes surrénales sont considérées comme une manifestation de la généralisation de la maladie sous-jacente, dans la période postopératoire, il est conseillé d'effectuer une chimiothérapie ou une radiothérapie adjuvante, en tenant compte de la sensibilité de la tumeur primaire.

Prévention [modifier |

Autre [modifier]

Une période sans rechute de plus de 6 mois, selon la plupart des auteurs, doit être considérée comme le principal facteur pronostique relativement favorable des tumeurs métastatiques des surrénales, car elle sert probablement comme une sorte de marqueur de l'agressivité biologique et de la malignité de la tumeur primitive. Si le type histologique de métastase surrénalienne est un adénocarcinome, l'espérance de vie des patients est plus longue que celle des patients ayant une tumeur primitive d'un type histologique différent. Chez les patients présentant une localisation inconnue du cancer primaire et des lésions métastatiques de la glande surrénale, le pronostic est extrêmement sombre: l'espérance de vie moyenne après surrénalectomie est d'environ 7 mois. En moyenne, le taux de survie à 5 ans des patients après un traitement chirurgical des lésions métastatiques de la glande surrénale atteint 29-42%.

Cancer surrénalien

Ces dernières années, l'oncologie surrénalienne est de plus en plus diagnostiquée. De plus, cela n'est pas dû à la propagation de la pathologie, mais à la qualité (modernisation) des technologies de diagnostic. Il y a quelques années, des personnes sont décédées d'une tumeur maligne (cancer surrénalien) sans même en connaître la cause; Cependant, aujourd'hui, grâce à la recherche TEP / CT, un tel cancer est détecté tôt dans les premiers stades.

Le cancer des surrénales est diagnostiqué chez 3% des patients, cependant, si l'on compare les données mondiales, il s'avère que la maladie affecte 5% des habitants du monde. C'est assez grand pour une déviation rare. Les glandes surrénales sont des glandes appariées situées au sommet des reins. Ils produisent des hormones qui maintiennent une tension artérielle optimale et répondent au stress..

Dans quelles circonstances une pathologie peut-elle être suspectée?

Les experts notent qu'ils n'ont jamais eu à faire face à des pathologies présentant une telle variété de symptômes auparavant. Les indicateurs de cancer de la glande surrénale droite ou gauche peuvent dépendre de l'emplacement de la tumeur, du stade de sa progression et de sa structure. La lésion peut être bénigne ou maligne. Malheureusement, le deuxième type de formations est plus souvent détecté. Habituellement, les indicateurs de processus sont axés sur les anomalies hormonales. Les symptômes hormonaux dépendent de l'hormone produite par la tumeur. Cette hormone peut être le cortisol, l'adrénaline. Un cancer des surrénales avec des symptômes hormonaux atypiques est détecté chez 12% des patients.

Symptômes spéciaux

Les symptômes spécifiques du cancer des surrénales sont multiples. Toutes les déviations de la condition, provoquées par des perturbations hormonales, se manifestent également dans le cas du cancer des surrénales. Ces symptômes comprennent l'obésité, la faiblesse musculaire, la crise hypertensive..

Lorsqu'un foyer oncologique commence à produire des hormones mâles, les signes suivants apparaissent:

• muscles anormalement développés;
• grossissement des traits du visage;
• perte de cheveux sur la tête et leur croissance ultérieure dans d'autres zones du corps;
• changement de ton de voix.

La tumeur stimule la production d'une substance hormonale. Une déviation dans la production de glucocorticoïdes conduit au syndrome dit Itsenko-Cushing. Ce défaut s'accompagne d'une prise de poids et d'une hypertension artérielle. Dans le cas des enfants, l'oncologie provoque une puberté anormalement précoce. Ainsi, chez les filles, les premières règles peuvent avoir lieu à 7-9 ans. Si nous parlons d'adultes, alors au contraire, ils ont une atténuation forcée de la fonctionnalité des gonades. Cela se traduit par une dysfonction érectile chez l'homme et une ménopause précoce chez la femme. S'il y a une tumeur du corticoestrome, une faiblesse musculaire peut apparaître, qui peut se transformer en une paralysie à part entière des bras et des jambes. Des convulsions, une pression accrue peuvent également être présentes.

Variétés d'oncologie surrénalienne

Phéochromocytome - avec la progression d'un foyer à partir d'un tissu nerveux ou chromaffinique, des métastases et toutes sortes de complications dans le travail du système cardiovasculaire se produisent. Un diagnostic tardif conduit à la transformation d'une formation bénigne en une formation oncologique.
Oncologie corticosurrénale - apparaît en raison d'une production excessive de corticostéroïdes.
Neuroblastome - le type d'oncoformation qui affecte généralement les enfants.

Oncologie des différentes couches surrénales

1. Oncologie épithéliale des surrénales - carcinome.
2. Lésion oncologique de la moelle épinière - neuroblastome.

Les complications du cancer des surrénales sont généralement associées au système respiratoire et à la pression intra-artérielle.

Tumeur surrénale bénigne

L'adénome surrénalien est diagnostiqué assez souvent, et dans 60% des cas, il affecte la glande surrénale gauche. Une telle tumeur se forme sur le cortex glandulaire. Plus de 50% de ces adénomes se transforment en cancer, ce qui n'est pas le cas des lésions adénomateuses d'autres organes.
Le processus de type bénin affecte le fonctionnement de nombreux organes. Les dommages unilatéraux surviennent généralement après 40 ans. Lors du diagnostic, les limites de l'oncologie sont clairement définies. En moyenne, la taille du foyer est inférieure à 3 cm et son poids dépasse 100 g. Une augmentation de la taille du foyer est la preuve de la transformation du processus en oncologie maligne..
Les symptômes de l'adénome dépendent de l'hormone produite. Les hommes passent par la féminisation et les femmes prennent des traits masculins. Dans tous les cas, la masse corporelle augmente. Le poids prend rapidement du poids; avec une obésité sévère, le traitement est très difficile. La prise de contraception orale peut provoquer un adénome. L'adénome progresse spontanément. Il n'y a pas encore de moyen efficace de prévenir cette pathologie..

Diagnostiquer la maladie

• Analyse sanguine.
• Collecte d'informations orales et examen physique - avec son aide, vous pouvez connaître l'état général du patient, détecter les ganglions lymphatiques.
• Analyse d'urine - vous permet de déterminer le degré de cortisol et de 17-cétostéroïdes dans le prélèvement urinaire quotidien.
• CT - Examen aux rayons X, qui crée des images tridimensionnelles des organes du patient; un spécialiste examine ces images sur un écran d'ordinateur.
• L'IRM est une technique de diagnostic qui utilise des champs magnétiques ainsi qu'un PC. Cela permet aux médecins d'obtenir des images de haute qualité des organes. En cas de suspicion de cancer surrénalien, une IRM de la cavité abdominale est réalisée.
• Angiographie surrénale - Examen aux rayons X des vaisseaux adjacents aux glandes surrénales. Dans cette procédure, un agent de contraste spécial est injecté dans les artères surrénales. Avec cette angiographie, des défauts du système circulatoire sont détectés..
• TEP - un type de tomographie qui permet de connaître l'étendue des métastases. Avec cette procédure, une solution de glucose est injectée dans la veine du patient, dont les molécules sont marquées d'un marqueur radioactif. Grâce à cette marque, le mouvement de la solution à travers le système circulatoire est tracé..
• PET scan - un scanner spécial tourne autour de la personne et prend des photos. Les cellules cancéreuses absorbent rapidement les molécules de glucose, de sorte qu'elles se distinguent clairement sur de telles images.

Lorsqu'un cancer des surrénales est détecté, des métastases sont souvent détectées. Les dimensions du foyer peuvent être de 4 cm, ce qui est déjà une preuve de la prévalence du processus.

Algorithme de guérison

L'élimination du cancer des surrénales implique la prise de médicaments hormonaux. Avec la production active d'hormones féminines, des hormones mâles sont prescrites et vice versa. En outre, une thérapie symptomatique conventionnelle est effectuée. Les zones touchées sont engourdies et l'état général s'est amélioré.

Après la détection d'un foyer oncologique, l'observation passive du patient prend un certain temps; il est nécessaire d'identifier le cours de traitement optimal. En règle générale, l'ablation radicale de la tumeur est impliquée, suivie d'une rééducation. Au stade préopératoire, une personne prend de la phentolamine et du propranolol. L'intervention chirurgicale est réalisée avec le soi-disant accès abdominal. Pour la première fois, une telle opération a été réalisée en 2002. À ce jour, les techniques chirurgicales sont améliorées..
La rééducation postopératoire se déroule généralement sans complications; tout écart est corrigé par des hormones et des analgésiques.

Dans le traitement du cancer des surrénales, la méthode de cryochirurgie et l'introduction de médicaments anticancéreux à base de biovaccins sont également utilisées.

Les prévisions

Il est difficile de donner des prédictions sans ambiguïté, car la concentration est susceptible de se reproduire. Ce n'est qu'à la condition de l'accomplissement impeccable de toutes les instructions qu'une cure est possible. La vie des gens devient difficile; l'obésité devient la norme car les hormones doivent être prises systématiquement. Après 7 jours après l'opération, il est permis de revenir à la vie quotidienne, bien qu'une personne puisse toujours être tourmentée par une faiblesse musculaire. Une fois le traitement terminé, les personnes qui ont survécu à l'oncologie doivent systématiquement passer par des diagnostics de contrôle. La nutrition doit être ajustée.

Pour sélectionner une méthode de traitement efficace, vous pouvez demander

- méthodes de thérapie innovante;
- possibilités de participer à une thérapie expérimentale;
- comment obtenir un quota de traitement gratuit dans un centre d'oncologie;
- questions d'organisation.

Après consultation, le patient se voit attribuer le jour et l'heure d'arrivée pour le traitement, le service de thérapie, si possible, le médecin traitant est nommé.

Cancer surrénalien

Les glandes endocrines appariées situées au-dessus du sommet des reins sont appelées les glandes surrénales. Leur fonction principale est la production d'hormones qui régulent des centaines de processus dans notre corps: elles maintiennent l'homéostasie et le fonctionnement normal des vaisseaux sanguins, contrôlent la distribution des protéines, des graisses, des glucides et de l'équilibre eau-sel, et protègent l'organisme des effets d'un stress prolongé. Les tumeurs malignes des glandes surrénales sont rarement diagnostiquées.

En outre, les perturbations hormonales sont caractéristiques de ce type de cancer, car la tumeur elle-même commence à produire des hormones, mais ce processus tourne mal, provoquant des perturbations. Il est difficile de déterminer exactement à quel point cette maladie est courante. Puisqu'il est rarement séparé des autres cancers.

Description de la maladie

Le cancer des surrénales est une tumeur maligne du tissu glandulaire. Selon les statistiques, un tel diagnostic représente 3 à 5% du nombre total de toutes les tumeurs diagnostiquées. Ce type de cancer est considéré comme le plus dangereux pour le système respiratoire, le foie et toutes les structures adjacentes, car c'est en eux que les métastases pénètrent le plus souvent.

Selon la Classification internationale des maladies du cancer des glandes surrénales, code D35.0.

Les enfants de moins de 5 ans et les adultes âgés de 40 à 45 ans sont plus à risque de cancer des surrénales. Comme le montrent les statistiques, le sexe faible est sujet à la pathologie trois fois plus que le sexe fort.

Causes de la pathologie

Les tumeurs malignes des glandes surrénales ont une étiologie héréditaire ou sporadique.

Les médecins identifient plusieurs groupes de facteurs qui provoquent le développement de la maladie:

  • L'utilisation systématique d'agents cancérigènes, qui se trouvent en fortes concentrations dans certaines boissons et aliments.
  • Mauvaises habitudes: tabagisme, alcoolisme, toxicomanie.
  • Caractéristiques de la physiologie de l'âge. L'oncologie est plus souvent diagnostiquée chez les enfants et les personnes d'âge moyen.
  • Prédisposition héréditaire.
  • Tumeurs endocrines.
  • La présence d'anomalies génétiques congénitales, par exemple, syndrome de Li-Fraumeni, polype hyperplasique, Beckwith-Wiedemann, etc..

Il est assez difficile de savoir de manière fiable quels facteurs provoquent le début du développement de la pathologie, par conséquent, l'étiologie reste souvent inconnue.

La pathogenèse du cancer surrénalien

Le mécanisme de développement du cancer des surrénales ne diffère pas de l'apparence d'autres types d'oncologie. Sous l'influence de facteurs défavorables, la cellule d'organe renaît, des changements se produisent au niveau génétique. Cela conduit au fait que la cellule devient atypique. Il acquiert la capacité de se diviser très rapidement, de sorte que la tumeur se développe avec le temps. Ces cellules se divisent beaucoup plus rapidement que les cellules saines et se propagent aux tissus environnants. Souvent, ces tumeurs deviennent des substituts d'organes, c'est-à-dire qu'elles commencent à produire des hormones.

Classification

Les néoplasmes malins dans les glandes surrénales peuvent être divisés en 2 groupes:

  • Pathologies de la couche corticale.
  • Tumeurs de la moelle épinière.

Les tumeurs peuvent être primaires ou secondaires. Les primaires peuvent ou non montrer une activité hormonale.

Une autre classification implique la division dans les types suivants:

  • Corticostéromes - néoplasmes qui perturbent le métabolisme.
  • Androstéromes - tumeurs qui provoquent la formation de caractères sexuels secondaires chez les femmes.
  • Aldostérome - cancer qui perturbe la totalité des processus de consommation d'eau et de sels, leur absorption, leur distribution dans les environnements internes et l'excrétion du corps.
  • Corticoandrostéromes - néoplasmes qui combinent les signes et le principe d'action des androstéromes et des corticostéromes.
  • Phéochromocytomes - se forment dans la moelle de l'organe.
  • Neuroblastome - ce diagnostic est plus souvent posé aux enfants.
  • Les carcinomes sont le type de cancer le plus courant.

Le développement de la pathologie peut être divisé en 4 étapes:

  • Le premier est une tumeur ne dépassant pas 5 cm de diamètre.
  • Le second - la taille dépasse 5 cm, l'invasion n'est pas observée.
  • Le troisième - néoplasmes de différentes tailles, a une invasion locale. Les organes à proximité sont intacts.
  • Quatrième - néoplasmes de différentes tailles, a envahi les organes voisins.

Cancer de la surrénale corticosurrénale

Dans le cas où un néoplasme malin provient du cortex surrénalien, le diagnostic sonne comme un cancer corticosurrénalien.

Ce type de pathologie est considéré comme assez rare et peu étudié. Selon les statistiques, seuls 1 à 2 cas de la maladie sont diagnostiqués pour 1 000 000 de personnes par an. Il est intéressant de noter que chez les Brésiliens, la pathologie est beaucoup plus courante. Les spécialistes du domaine de la génétique expliquent ce fait par le niveau élevé de mutations chromosomiques..

Ce type est plus fréquent chez les femmes de plus de 40 ans et les enfants de moins de 5 ans. Dans ce dernier, la tumeur est formée à partir des structures cellulaires surrénaliennes résiduelles qui se sont formées au stade de l'embryon. Dans le cas des femmes, la pathologie est souvent attribuée à l'utilisation de pilules pour prévenir la grossesse..

Symptômes des tumeurs

Le tableau symptomatique du développement de la pathologie est assez diversifié et dépend en grande partie du type de tumeur.

Toute perturbation hormonale peut indiquer le développement d'une pathologie. Cette liste comprend également l'ostéoporose chez l'enfant, le surpoids, la faiblesse musculaire, les crises hypertensives ou l'hypertension artérielle..

Dans le cas où le néoplasme produit des hormones du spectre masculin, les femmes peuvent éprouver des signes de masculinisation: grossissement de la voix, muscles surexprimés, perte de cheveux et traits du visage rugueux. La pathologie dans son ensemble provoque la libération d'hormones actives.

Le phéochromocytome peut provoquer une propagation active des métastases et des perturbations dans le travail du système cardiovasculaire.

Le corticoestrome provoque un malaise, une faiblesse du tissu musculaire. Il y a une forte probabilité de développer une paralysie des jambes ou des bras. Le patient peut avoir une pression artérielle élevée et des convulsions. Dans le cancer du cortex surrénalien, une production excessive de substances hormonales corticostéroïdes est enregistrée.

Des symptômes spécifiques peuvent compléter le tableau:

  • Troubles du système digestif, nausées, vomissements, dyspepsie.
  • Perte de poids rapide, perte d'appétit.
  • Réduction de la résistance au stress, à l'apathie et à la dépression.
  • Anémie, vergetures sur la peau.
  • Symptômes de la douleur. Le site de localisation dépend de la direction de la métastase.
  • Carence en potassium.
  • Sentiment constant d'anxiété déraisonnable, crises de panique.
  • Épuisement du corps dans son ensemble.
  • Troubles du système reproducteur.
  • Acné atypique.

Dans le phéochromocytome, les symptômes standard sont une hyper-transpiration, un rythme cardiaque rapide, une pression artérielle élevée, un essoufflement, une peau pâle et des maux de tête..

Les neuroblastomes se manifestent par des sensations douloureuses dans les os, des yeux exorbités, sous lesquels se forment des cernes. Chez les enfants, l'abdomen peut gonfler, il peut y avoir des difficultés à respirer. Le patient perd considérablement du poids en peu de temps et souffre de troubles sévères du système digestif.

Les patients sont caractérisés par le tableau clinique suivant avec des lésions du cortex: excès de poids, joues rebondies et arrondies, féminisation chez l'homme ou masculinisation chez la femme, formation d'une bosse adipeuse sous le cou, etc..

Métastases

La métastase du cancer de la surrénale se produit en direction des organes et des tissus de la cavité abdominale, du tissu osseux, de l'estomac, des structures des poumons et du foie.

Si le néoplasme se produit à plusieurs reprises, il peut être une conséquence de la propagation de métastases dans le tissu de l'organe de tumeurs à partir d'une série de mélanome ou de cancer du poumon.

Diagnostique

Pour les patients dont les symptômes suggèrent le développement d'un cancer surrénalien, un examen détaillé est effectué, composé de:

  • Radiographie pulmonaire. Aide à déterminer la présence de métastases dans le tissu pulmonaire.
  • Tomographie par émission de positrons. Vous permet d'évaluer l'ampleur du processus pathologique, d'établir le stade de développement du néoplasme, de déterminer la faisabilité d'une intervention chirurgicale.
  • IRM Recommandé si l'on soupçonne que des cellules cancéreuses se propagent au cerveau et à la moelle épinière.
  • Ultrason. Aide à la présence de néoplasmes et de métastases dans le foie.
  • CT. Visualise le néoplasme, détermine s'il y a des lésions dans les ganglions lymphatiques. Y compris sur sa base, une décision est prise sur l'opportunité de l'ablation chirurgicale.
  • Recherche en laboratoire d'urine, de sang. Permet de déterminer le niveau d'hormones, de spécifier l'emplacement du foyer principal, etc..

Méthodes de traitement

La principale méthode de traitement de la pathologie, surtout si elle est hormonalement active, est considérée comme une intervention chirurgicale:

  • Au 1er stade du développement du processus pathologique, l'ablation laparoscopique est utilisée.
  • Au 2ème stade de développement, la méthode d'extraction est déterminée en tenant compte des données d'IRM ou de TDM.
  • Au stade 3, une opération abdominale est effectuée, au cours de laquelle le chirurgien examine les organes et tissus adjacents, détermine si les cellules cancéreuses se sont propagées.
  • Au stade 4, le processus s'accompagne de la propagation de métastases dans les tissus des reins, du foie et d'autres organes. De telles formations sont souvent inopérantes. La possibilité d'une telle manipulation est déterminée par le médecin pour chaque patient séparément..

Comment les traitements supplémentaires sont pratiqués et autres thérapies.

La radiothérapie est considérée comme efficace pour les phéochromocytomes. Le patient reçoit une injection d'un isotope radioactif qui a un effet néfaste sur les cellules malignes. En raison de ce processus, la taille de la tumeur diminue, les métastases sont détruites. Pour atteindre des objectifs similaires, des médicaments anticancéreux de la catégorie des cytostatiques peuvent être utilisés, en d'autres termes - la chimiothérapie.

Le traitement de chimiothérapie ne donne pas un effet aussi clair, il n'est donc prescrit qu'en cas de métastase étendue.

Dans certains cas, afin de réduire l'activité hormonale du cortex surrénalien, les experts prescrivent des médicaments comme Chloditan, Mitotan, etc. Le cours peut durer environ 60 jours. Les médicaments ont de nombreux effets secondaires désagréables: nausées, vomissements, perte d'appétit, douleur régulière dans la tête, sensation d'ivresse.

Après le traitement, le patient est constamment sous la surveillance du médecin traitant et des diagnostics de suivi périodiques. Une telle approche intégrée aidera à prévenir les rechutes dans le temps..

Cancer de la surrénale corticosurrénale

Le cancer de la surrénale est un néoplasme du tissu glandulaire au-dessus de la glande surrénale. Les glandes surrénales sont responsables de la production d'un certain nombre d'hormones qui régulent la pression artérielle. La maladie n'est pas si courante, seuls 5 à 10% des patients atteints de cancer reçoivent un diagnostic de cancer des surrénales. Cette pathologie a souvent des métastases qui se développent dans la région des organes respiratoires et hépatiques..

Le cancer de la surrénale affecte le plus souvent les femmes, les statistiques montrent que la prévalence du diagnostic par rapport aux hommes est de près de 3 fois.

Raisons de l'apparition

Il n'y a pas de raisons spécifiques à l'apparition de formations malignes ou bénignes. Mais il y a des conditions préalables à leur éducation, les soi-disant groupes à risque.

  1. Violation d'un mode de vie sain: tabagisme, alcoolisme, toxicomanie.
  2. Violation des normes de comportement alimentaire. Consommation excessive d'aliments frits, boissons fortement gazeuses, etc..
  3. Hérédité.
  4. Âge. Les statistiques ont montré la défaite de la maladie chez les enfants et les personnes âgées.
  5. Lésions préexistantes dans le système hormonal.
  6. Abus de contraceptifs oraux.
  7. Diabète.
  8. Ovaire polykystique.

Classification, stades de la maladie

Fondamentalement, la tumeur se développe sur une glande surrénale, lésion bilatérale, la pathologie est extrêmement rare. La localisation principale du cancer des surrénales est le cortex ou le tissu cérébral. Par conséquent, la maladie provoque souvent un certain nombre de tempêtes hormonales..

Tous les néoplasmes du corps sont de nature bénigne ou maligne. Le cancer peut être primaire (précédemment non diagnostiqué dans le corps) ou secondaire (apparition dans le contexte d'une maladie d'un autre organe, métastase).

Le cancer primitif est caractérisé par deux types de tumeurs surrénales: avec et sans activité hormonale. Les tumeurs hormono-actives libèrent des stéroïdes actifs qui affectent le fonctionnement du corps.

Le cancer des surrénales est classé comme:

  1. La défaite du cortex surrénalien.
    • 1. Épithélial. Aucune localisation spécifique. Adénome. Carcinome.
    • 2. Mésenchymateux. Formations des tissus mous. Lipome. Fibrome. Angiome.
  2. Dommages à la moelle épinière.
    • 1. Neuroblastome. Ils apparaissent principalement dans l'enfance. Se compose de cellules nerveuses immatures.
    • 2. Sympathogoniome. La tumeur immature la plus maligne. Affecte souvent les nouveau-nés.
    • 3. Ganglioma. Tumeur mixte avec ganglions sympathiques.
    • 4. Phéochromocytome. Tumeur hormono-active.

La plupart des tumeurs surrénales trouvées dans la pratique médicale sont de nature bénigne, elles sont découvertes par hasard, car le tableau clinique est absent.

Dans la pratique médicale, toutes les organisations médicales adhèrent à la classification proposée par O.V. Nikolaev:

  1. Androsteroma. Hormone-active, produisant des hormones sexuelles mâles.
  2. Aldostérome. Aldostérone produisant des minéralocorticoïdes à activité hormonale.
  3. Corkioestroma. Hormone-active, trouvée uniquement chez les hommes. Produit des œstrogènes, des hormones sexuelles féminines.
  4. Corkiosteroma. Hormone-active, produisant du cortisol (une hormone responsable de la dégradation des protéines).
  5. Corticoandrostérome. Combinez les caractéristiques des corticostéromes et des androstéromes.
  6. Combinaisons de ces tumeurs.

Le cancer de la surrénale comporte plusieurs stades avec ses propres caractéristiques et codes:

  1. Le 1er étage est caractérisé par une taille ne dépassant pas 50 mm (T1N0M0).
  2. Le stade 2 est caractérisé par une taille de plus de 50 mm, mais l'absence de métastases (T2N0M0).
  3. Le 3ème étage a sa propre classification (T1 / T2N1M0):

3.1. l'éducation ne dépasse pas 50 mm, il y a des métastases aux ganglions lymphatiques les plus proches.

3.2. éducation supérieure à 50 mm, métastases uniquement sur le système lymphatique.

3.3. différentes tailles, les métastases peuvent être n'importe où.

  1. L'étape 4 est de deux types:

4.1. tumeur de différentes tailles avec métastases dans les zones adjacentes.

4.2. la tumeur n'est pas limitée en taille et peut se propager à des zones éloignées.

Cette gradation permet aux spécialistes de développer le traitement le plus efficace contre le cancer des surrénales. Les stades de la maladie donnent des groupes de formation de symptômes.

Un type rare de cancer malin des surrénales est le cancer corticosurrénalien, dont le corps produit de grandes quantités de testostérone, une hormone. Le groupe à risque est composé des enfants de moins de cinq ans et des femmes d'âge Balzac (après 40 ans).

Après avoir détecté la localisation de la tumeur du cancer corticosurrénalien, un scan complet de tout le corps pour les métastases est effectué pour conclure sur le stade de la maladie et sa propagation.

Symptômes

Les signes d'une tumeur varient en fonction du type de cancer et de son degré. Les signes courants indiquant le développement d'une tumeur surrénalienne peuvent être:

  1. Le développement du cancer des surrénales chez les enfants provoque des symptômes: une teneur accrue en œstrogènes et en androgènes. Grandes quantités d'hormones mâles, prolifération des poils du visage, des aisselles et des organes génitaux hypertrophiés, irrégularités menstruelles et hypertrophie des glandes mammaires.
  2. Développement de caractères sexuels secondaires non inhérents à ce sexe. Poils du visage, poitrine chez les femmes. La formation de dépôts graisseux dans des endroits inhabituels pour les hommes.
  3. Le syndrome de Cushing est caractérisé par une surproduction de l'hormone cortisol. Il se manifeste par des dépôts de graisse sur l'abdomen et la poitrine, des poches sur le cou et les épaules, la manifestation de poils sur le visage, la poitrine et le dos chez la femme, la formation d'hématomes déraisonnables sur les jambes, une faiblesse générale et une mauvaise santé.
  4. Le diabète sucré devrait être la raison de la recherche de néoplasmes..
  5. Pression artérielle constamment élevée.
  6. Plusieurs crises hypertensives consécutives devraient obliger le spécialiste à envoyer d'urgence le patient pour des études complémentaires. C'est le signe le plus courant du cancer des surrénales..
  7. Une perte de poids brutale, une soif constamment présente, des pics de pression, des évanouissements, de la fatigue, tout cela caractérise le syndrome de Conn, dont la cause était un phéochromocytome.

Vous ne devez pas vous diagnostiquer vous-même et prendre des décisions sans consulter un spécialiste, les symptômes ci-dessus sont courants non seulement pour les tumeurs, mais également pour un certain nombre d'autres troubles du corps. Par conséquent, il vaut la peine de passer par une étude diagnostique complète pour poser le bon diagnostic..

Diagnostique

Des diagnostics de haute qualité et un traitement rapide seront la clé du succès de la lutte contre une maladie dangereuse. Et si dans le cas d'une tumeur bénigne, le résultat est toujours positif, alors une formation maligne peut entraîner de nombreux problèmes..

Le cancer des surrénales est diagnostiqué à l'aide de tests de laboratoire et de divers types de scans. Les appareils de diagnostic par ultrasons, de tomodensitométrie et d'imagerie par résonance magnétique aideront à déterminer l'emplacement de la tumeur, sa taille, sa structure et les dommages aux organes internes avec une précision micrométrique.

Des méthodes de recherche en laboratoire sont utilisées pour diagnostiquer le type de tumeur en modifiant le fond hormonal dans le corps.

Pronostic de survie

Les statistiques montrent que le cancer est le plus souvent diagnostiqué au dernier stade, avec une taille supérieure à 10 cm et des lésions étendues sous forme de métastases, qui caractérisent les cancers de grade 3 et 4.

L'espérance de vie au 4e degré de cancer corticosurrénalien est d'environ 5 ans, mais le pourcentage de survivants n'est que de 13 à 15%, il est donc si important d'écouter votre corps et de consulter votre médecin au moindre inconfort.

La survie au stade 1 et au moment du traitement est de 80% ou plus. Avec la deuxième étape, environ 50% des personnes qui vivent depuis plus de 5 ans.

Méthodes de traitement

Le plus souvent, lors du diagnostic du cancer, une opération est effectuée pour retirer complètement l'organe. L'ablation partielle d'un organe n'est efficace que si la taille de la formation ne dépasse pas 30 mm, une telle opération est appelée résection de la glande surrénale. Si la taille du néoplasme est supérieure à 30 mm, l'organe est complètement retiré, une telle opération est appelée adrénectomie..

  1. Au premier stade, la chirurgie laparoscopique est utilisée.
  2. Dans la deuxième étape, la méthode d'élimination est choisie après une étude diagnostique approfondie..
  3. Dans la troisième étape, la chirurgie abdominale est utilisée pour déterminer visuellement par le médecin les foyers possibles de métastases dans les zones voisines..
  4. Avec le quatrième degré de cancer, la chirurgie est prescrite sur une base individuelle, mais dans la plupart des cas, un tel cancer est considéré comme inopérable.

Le moyen le plus productif de lutter contre le cancer malin est la chirurgie, qui vise à éliminer la tumeur et toutes sortes de métastases. L'opération chirurgicale est applicable dans les trois premières étapes et seulement après stabilisation complète des complications accompagnant le néoplasme.

Lors de l'opération, l'action la plus risquée est de retirer la capsule tumorale, sa rupture conduira inévitablement à une nouvelle croissance de la tumeur cancéreuse. Il est important pendant la procédure d'éliminer complètement la totalité du néoplasme. En cas de rechute, le néoplasme est à nouveau retiré.

La chimiothérapie est réalisée en même temps que la chirurgie. Tous les rendez-vous sont effectués sur une base strictement individuelle. Les médicaments prescrits ont une action très différente et l'abondance de contre-indications et d'effets secondaires. Mais la lutte contre le cancer et sa victoire valent la peine d'être vécues. Le corps de chaque personne est différent d'un autre, et l'effet des médicaments sur un organisme et les résultats de leur traitement peuvent différer de l'effet sur une autre personne. Par conséquent, il n'y a pas un seul flacon étiqueté «Contre le cancer». Les spécialistes parfois par la méthode de sélection cherchent une issue à ce qui semble parfois être des situations désespérées.

La radiothérapie est une méthode moderne et prometteuse. La radiothérapie implique un traitement avec des isotopes radioactifs. Les préparations avec leur contenu sont injectées directement dans la zone endommagée par le cancer, les cellules cancéreuses sont détruites. Très souvent, cette méthode est utilisée dans les étapes ultérieures, pour réduire la taille du néoplasme, puis une opération peut être effectuée pour éliminer complètement.

La dernière étape prophylactique du traitement, lorsque toutes les tumeurs et métastases sont éliminées, est la radiothérapie. La radiothérapie élimine les cellules cancéreuses isolées qui ne se sont pas encore formées en néoplasme. Cette thérapie n'est pas utilisée pour traiter les tumeurs malignes des premiers stades, car ces types ne répondent pas aux radiations.

Je n'utilise pas de traitement pour une tumeur bénigne qui n'affecte pas le corps et ne présente pas d'activité hormonale, je ne l'observe qu'en dynamique.

Les mesures préventives pour prévenir le cancer ne sont pas connues de la science moderne. Puisque la raison de leur apparition est inconnue. Il est uniquement possible de vous exclure du groupe à risque, en respectant certaines règles importantes qui aident à la prévention d'autres maladies. Il s'agit de maintenir un mode de vie sain, de diagnostiquer et de consulter régulièrement votre médecin, d'effectuer des diagnostics de laboratoire (tests hormonaux) une fois par an. Si vous avez des parents diagnostiqués avec un cancer des surrénales, subissez un examen détaillé pour diagnostiquer la maladie.