Principal
Myome

Tumeur pulmonaire

Le patient apprend souvent l'apparition d'une tumeur pulmonaire tout à fait par accident, en subissant un examen médical ou peut-être en consultant un médecin dans le cadre d'un traitement pour une autre maladie - aux premiers stades, les symptômes et les signes d'une tumeur pulmonaire sont presque invisibles. Cela vaut la peine de parler un peu du carcinome.

Tumeur pulmonaire: symptômes, signes et classification

La durée de la période en l'absence de tout signe extérieur évident peut durer plusieurs années.

Les médecins accordent une grande attention aux patients appartenant au groupe dit à risque - les personnes de plus de 45 ans qui travaillent dans des conditions de travail avec des facteurs nocifs ou dangereux, une attention particulière doit être accordée aux personnes souffrant de dépendance à la nicotine.

Après une certaine période, divers signes d'une tumeur pulmonaire apparaissent, qui ne sont pas diagnostiqués lors de l'examen initial:

  1. Ganglions lymphatiques enflés du côté gauche;
  2. Gonflement du visage et gonflement des veines du cou, de la poitrine;
  3. La violation de la peau se manifeste rarement;
  4. Les stades tardifs sont caractérisés par une perte de poids, une cachexie;
  5. Caractérisé par une forte augmentation de la température corporelle.

Les tumeurs peuvent être classées dans les trois types suivants:

  1. Tumeurs bénignes - elles ne détruisent pas les organes, n'ont pas de maladie métastatique;
  2. Malin - infecter les organes et les tissus, donner des métastases. Ainsi, une tumeur pulmonaire périphérique a un degré élevé de malignité et une tumeur pulmonaire carcinoïde est faible;
  3. Métastatiques - se produisent dans certains organes et les métastases pénètrent dans les poumons.

Les symptômes suivants d'une tumeur pulmonaire peuvent être observés chez les patients:

  • toux sévère persistante avec formation de crachats, accompagnée de la libération de sang;
  • voix rauque;
  • le développement d'une pneumonie, accompagnée de douleurs dans la poitrine;
  • perte d'appétit, faiblesse sévère, perte de poids soudaine;
  • des signes de névralgie peuvent survenir: constriction des pupilles, manque de sensibilité du visage, douleur, engourdissement des mains;
  • difficulté à avaler, s'il est situé près de l'œsophage, toux sévère;
  • arythmie, gonflement des veines du cou et du visage, maux de tête, perte de vision;
  • aux stades 3 et 4, les métastases affectent le tissu osseux, les reins, le foie.

Le taux de destruction du fonctionnement des bronches dépend de l'échelle de développement et de l'intensité de croissance de la tumeur pulmonaire.

Le cancer du poumon périphérique se caractérise par la formation d'une excroissance au niveau des alvéoles et des bronches. Se développe, en règle générale, sous une forme maligne.

Au stade primaire, une tumeur pulmonaire ne peut pas être caractérisée par des symptômes et des signes spécifiques; à l'avenir, des douleurs thoraciques, une respiration lourde et des picotements dans la région du cœur peuvent survenir..

Ce type de tumeur peut être détecté au cours de la procédure de fluorographie habituelle. L'accumulation a, en règle générale, une structure homogène, l'apparition de joints est possible.

Parmi le grand nombre de maladies du système broncho-pulmonaire, cette manifestation est assez courante..

Plus de 90% des néoplasmes apparaissent dans les bronches, ils sont aussi appelés carcinomes bronchogènes.

Les signes caractéristiques d'une tumeur carcinoïde des poumons sont l'apparition de fièvre périodique dans la tête, le cou et les membres, la diarrhée, les troubles mentaux.

Tumeur pulmonaire: chirurgie

Parmi les méthodes de traitement des tumeurs pulmonaires, on trouve:

  • intervention chirurgicale;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie;
  • radiochirurgie.

De nos jours, des méthodes de traitement des tumeurs pulmonaires sont utilisées dans le monde entier, autres que les interventions chirurgicales et les radiations, mais c'est l'option d'ablation de la tumeur, selon les médecins, qui donne des perspectives de guérison complète..

La radiothérapie se caractérise par un degré d'efficacité suffisant aux premiers stades de la maladie.

La chimiothérapie en duo avec radiothérapie pour les tumeurs pulmonaires permet d'obtenir des résultats positifs significatifs.

Pour les patients individuels, un traitement combiné est possible, y compris, en plus des options opérables et autres. Il convient de souligner qu'une telle option n'est possible que dans les cas où le processus est réalisé strictement selon le plan établi au tout début..

Les opérations doivent être effectuées le plus tôt possible, c'est ce qui permet d'éviter des conséquences tragiques.

Si la tumeur est détectée suffisamment tard, des processus irréversibles dans les poumons ont déjà commencé, elle doit être retirée avec la bronche et la zone touchée du tissu pulmonaire.

Dans certains cas, si une tumeur apparaît dans un organe et que des métastases pénètrent dans les poumons, il est nécessaire d'enlever la tumeur partout, tout d'abord, d'opérer sur la zone infectée, puis sur le poumon.

Il existe une liste de contre-indications à la chirurgie telles que les maladies cardiaques, les maladies chroniques, un grand nombre de métastases dans des zones éloignées de tous les organes.

Avec cette option, le patient est exposé à la radiothérapie. Il a un effet destructeur sur les cellules des tumeurs malignes, réduisant la lésion et la détruisant. Si le patient a une tumeur qui ne peut pas être enlevée chirurgicalement, la procédure aidera à réduire la douleur..

Le point négatif est qu'avec la radiothérapie, l'apparition d'un processus inflammatoire dans les tissus sains est possible. Souvent, cette option de traitement ne donne pas l'effet escompté - la tumeur commence à se propager dans les endroits les plus inaccessibles, de sorte que la possibilité d'une intervention chirurgicale n'est plus envisagée.

Seule la chimiothérapie peut combattre l'infection. Cette méthode permet de prolonger la vie de seulement 30% de tous les patients. Chaque jour, l'état de santé des patients atteints de tumeurs pulmonaires se détériore gravement. Les personnes à 3 ou 4 stades ont une douleur intense, qui ne peut être soulagée qu'en prenant des médicaments.

Tumeur pulmonaire: pronostic


Il est extrêmement difficile d'élaborer un plan prédéterminé pour le traitement d'une tumeur - le taux de développement de la maladie et la zone de propagation ne sont pas connus. Il y a une chance de guérison avec la chirurgie et la chimiothérapie. Selon les statistiques publiées, parmi les patients opérés depuis plus de cinq ans, seulement trois personnes sur dix survivent.

Plus d'un oncologue ne sera pas en mesure de donner une garantie précise d'une certaine durée de vie avec une tumeur pulmonaire, mais à l'aide de statistiques, ils prédisent le seuil de survie possible des patients. Lors de l'analyse de l'état du patient, de l'âge, de la présence de maladies chroniques, de pathologies, du stade de la maladie jouent un rôle énorme..

  1. En cas de nomination opportune des procédures de traitement, les chances de sauver des vies peuvent être considérées entre 60 et 70%;
  2. Le deuxième degré est caractérisé par une échelle en expansion et la manifestation des premières métastases, les chances de survie sont de 40 à 55%;
  3. En atteignant le troisième stade de la tumeur pulmonaire, la zone touchée devient encore plus grande, la destruction des ganglions lymphatiques se produit, les chances sont de 20 à 25%;
  4. Au dernier stade, de 2% à 12% survivent, les métastases affectent le foie, les reins, le liquide s'accumule dans les poumons et autour du cœur.

Une opération opportune n'est pas une garantie absolue de rétablissement, malheureusement, dans de tels cas, un résultat mortel est également probable..

Symptômes d'une tumeur pulmonaire bénigne

Il existe de nombreux types de tumeurs pulmonaires bénignes. Dans ce cas, les cellules peuvent subir des modifications et présenter des signes de violation du processus de différenciation. Ils sont moins fréquents que malins. Ces néoplasmes ont tendance à ralentir la malignité. Dans la plupart des cas, des tumeurs bénignes dans les structures des poumons sont détectées par hasard lors d'un examen préventif..

Caractéristiques et classification

Souvent, les néoplasmes bénins dans les poumons proviennent de cellules presque impossibles à distinguer des cellules fonctionnelles. Étant formée de cellules qui constituent normalement un organe, la zone touchée ne peut pas remplir pleinement sa fonction, c'est-à-dire le néoplasme ne peut pas participer aux processus respiratoires.

Les tumeurs pulmonaires bénignes entraînent une atrophie progressive des tissus environnants. De plus, ils ont tendance à former une pseudocapsule de tissu conjonctif autour d'eux. Ainsi, la plupart des néoplasmes de ce type sont caractérisés par une forme arrondie et une texture dense..

Il existe plusieurs approches pour la classification des néoplasmes pulmonaires. Selon la localisation, les néoplasmes sont:

Avec le type central, le néoplasme peut se développer dans la bronche ou vers le tissu pulmonaire. Les tumeurs sont formées à partir des types de tissus suivants:

  • épithélium;
  • germinal;
  • neurodermique;
  • mésodermique.

Selon la structure, il existe de nombreux types de tumeurs, mais les plus courants sont les fibromes, les adénomes, les hamartomes et les papillomes..

Adénome

Le développement du processus tumoral dans ce cas commence par le tissu glandulaire. Dans la plupart des cas, ces néoplasmes se forment dans la zone des grandes branches des bronches..

En se développant dans la lumière des bronches, l'adénome peut provoquer une augmentation de la production d'expectorations et une altération de la fonction respiratoire.

Elle est sujette à la malignité.

Hamartoma

De telles tumeurs se forment pendant la période de développement intra-utérin. C'est un type de tératome qui se forme dans leur tissu embryonnaire..

Des cheveux, des dents, des rudiments d'organes et d'autres inclusions denses peuvent être présents à l'intérieur du néoplasme. De plus, au même endroit, il est possible que le liquide et le tissu adipeux caractéristiques des lipomes soient trouvés. Les cas de tératome malin sont extrêmement rares.

Fibrome

Le fibrome du sein est plus fréquent, mais il peut se former dans les poumons. Les tumeurs se forment à partir du tissu conjonctif. Ils sont localisés à la fois dans l'épaisseur et à la surface du poumon..

Papillome

Ces néoplasmes consistent en un stroma du tissu conjonctif avec un grand nombre de tumeurs papillaires. À l'extérieur, le papillome, qui se forme dans les poumons, est recouvert d'épithélium cubique.

Les papillomes peuvent être volumineux. Dans des circonstances défavorables, ils se transforment en tumeurs cancéreuses..

Symptômes et étapes de l'éducation

Avec une tumeur pulmonaire bénigne, les symptômes dépendent du stade de négligence du processus et de l'emplacement. Avec un emplacement périphérique, le néoplasme peut ne pas présenter de symptômes prononcés. S'il existe une prédisposition au cancer, elle est souvent détectée après l'apparition de signes de métastase. Si le néoplasme est situé près des bronches, des terminaisons nerveuses ou des vaisseaux sanguins, les manifestations dépendent de la taille et du stade de négligence du processus pathologique.

Au premier stade du processus pathologique, des symptômes apparaissent rarement. Périodiquement, une personne peut être gênée par une toux. Les expectorations striées de sang sont extrêmement rares. Dans le même temps, le bien-être général d'une personne ne se détériore pas..

Au stade 2, dans un contexte de rétrécissement de la lumière de la bronche, les patients peuvent être dérangés par des épisodes de toux et d'étouffement, même avec un effort physique mineur. Certains patients ont des douleurs thoraciques, une augmentation de la production de crachats et une hémoptysie. La violation des processus respiratoires provoque souvent l'apparition d'une fatigue rapide et d'une faiblesse sévère.

Au stade 3 du processus pathologique, les manifestations cliniques sont déjà plus intenses. Il y a une violation de la perméabilité des bronches et de la suppuration. Les patients se plaignent d'essoufflement, de douleur intense, de toux, accompagnés d'un écoulement d'expectoration avec des impuretés de pus et de sang.

Causes et méthodes de diagnostic

Pour clarifier le diagnostic, une fluorographie et une radiographie sont effectuées. De plus, une tomodensitométrie (tomodensitométrie) est réalisée, examen des bronches par thoracoscopie.

Une bronchoscopie et une biopsie tissulaire peuvent être nécessaires. Des tests d'expectoration sont souvent effectués. Sur la base des analyses effectuées, une résection est prescrite, c'est-à-dire ablation de la zone touchée des bronches ou des poumons. Dans certains cas, une anastomose interbronchique est appliquée. Les raisons exactes pour lesquelles une tumeur se forme dans les poumons n'ont pas encore été établies..

Facteurs de risque

Bien que les raisons exactes de la formation de tumeurs n'aient pas encore été établies, de nombreux facteurs ont été identifiés qui contribuent au développement de ces néoplasmes..

Ceux-ci comprennent les éléments suivants:

  • prédisposition génétique;
  • mutations génétiques aléatoires;
  • infections virales et bactériennes;
  • l'effet des produits chimiques;
  • rayonnement ionisant;
  • maladies du sang;
  • l'asthme bronchique;
  • MPOC, etc..

La prévention

Des méthodes de prévention spécifiques n'ont pas encore été développées. Pour réduire le risque d'une telle pathologie, il recommande un traitement rapide des infections virales et bactériennes, ainsi que de l'asthme bronchique. Il est conseillé d'éviter tout contact avec des substances toxiques et des rayonnements ionisants. Même lors du nettoyage de la maison, ne pas inhaler les vapeurs de détergent.

Il est nécessaire de subir régulièrement des examens préventifs pour la détection et le traitement en temps opportun de tout néoplasme. Ceci est particulièrement important pour les personnes qui ont une prédisposition génétique à la croissance des néoplasmes..

Tumeurs bénignes du poumon

Toutes les tumeurs qui se forment dans les poumons n'indiquent pas le développement d'un cancer, environ 10% d'entre elles ne contiennent pas de cellules malignes et appartiennent à un groupe général appelé «tumeurs pulmonaires bénignes». Tous les néoplasmes inclus dans leur nombre diffèrent par leur origine, leur lieu de localisation, leur structure histologique, leurs caractéristiques cliniques, mais ils sont unis par leur croissance très lente et l'absence de processus de métastase.

Il est important de prendre en compte le fait que certaines des formations dans les poumons peuvent être bénignes.

Informations générales sur les néoplasmes bénins

Le développement d'une formation bénigne se produit à partir de cellules qui sont structurellement similaires aux cellules saines. Il se forme à la suite de l'apparition d'une croissance tissulaire anormale, pendant de nombreuses années, il peut ne pas changer de taille ou augmenter seulement légèrement, ne montre souvent aucun signe et ne cause pas d'inconfort au patient avant le début de la complication du processus.

Les néoplasmes de cette localisation sont des phoques nodulaires de forme ovale ou ronde, ils peuvent être uniques ou multiples et localisés dans n'importe quelle partie de l'organe. La tumeur est entourée de tissus sains, au fil du temps, ceux qui créent une atrophie des frontières, formant une sorte de pseudocapsule.

L'apparition de tout sceau dans un organe nécessite une étude détaillée du degré de malignité. Les chances d'obtenir une réponse positive à la question: «Une tumeur des poumons peut-elle être bénigne» est significativement plus élevée chez un patient:

  • qui mène une vie saine;
  • Je ne fume pas;
  • par âge - moins de 40 ans;
  • un examen prophylactique a lieu en temps opportun, dans lequel un phoque est détecté en temps opportun (au stade initial de son développement).

Les raisons de la formation de tumeurs bénignes dans les poumons ne sont pas bien comprises, mais dans de nombreux cas, elles se développent dans le contexte de processus infectieux et inflammatoires (par exemple: pneumonie, tuberculose, infections fongiques, sarcoïdose, granulomatose de Wegener), formation d'abcès.

Classification des néoplasmes pathologiques

Un bon exemple de différents types de formations dans les poumons

Dans la pratique médicale, la classification des tumeurs bénignes du poumon est respectée, basée sur la localisation et la formation de la compaction tumorale. Selon ce principe, il existe trois types principaux:

  • central. Ceux-ci incluent des formations tumorales formées à partir des parois des bronches principales. Leur croissance peut se produire à la fois à l'intérieur de la bronche et dans les tissus environnants adjacents;
  • périphérique. Ceux-ci comprennent des formations formées à partir des petites bronches distales ou des segments du tissu pulmonaire. Par emplacement, ils peuvent être superficiels et profonds (intrapulmonaires). Ce type se trouve plus souvent que les centrales;
  • mixte.

Quel que soit le type, les phoques tumoraux peuvent apparaître à la fois dans le poumon gauche et droit. Certaines tumeurs sont congénitales, d'autres se développent au cours de la vie sous l'influence de facteurs externes. Des néoplasmes organiques peuvent se former à partir du tissu épithélial, du mésoderme, du neuroectoderme.

Vue d'ensemble des espèces les plus communes et les plus connues

Ce groupe comprend de nombreux types de néoplasmes, parmi lesquels les plus courants, qui sont souvent entendus par la population et sont décrits dans tout essai sur les tumeurs pulmonaires bénignes.

Les adénomes représentent plus de la moitié de toutes les tumeurs bénignes localisées dans l'organe. Ils sont formés par les cellules des glandes muqueuses de la membrane bronchique, des canaux trachéaux et des grandes voies respiratoires.

Dans 90%, ils sont caractérisés par une localisation centrale. Les adénomes se forment principalement dans la paroi de la bronche, se développent dans la lumière et dans l'épaisseur, parfois de manière extrabronchique, mais la membrane muqueuse ne se développe pas. Dans la plupart des cas, la forme de ces adénomes est polypoïde; tubéreux et lobulaire sont considérés comme plus rares. Leurs structures sont clairement visibles sur les photos de tumeurs bénignes du poumon présentées sur Internet. Le néoplasme est toujours recouvert de sa propre membrane muqueuse, parfois recouverte d'érosion. Il existe également des adénomes fragiles, avec une masse de consistance caillée contenue à l'intérieur..

Dans les néoplasmes de localisation périphérique (dont environ 10%), la structure est différente: ils sont capsulaires, avec une consistance interne dense et élastique. Ils sont de section homogène, granuleux, gris jaunâtre..

Selon la structure histologique, tous les adénomes sont généralement divisés en quatre types:

  • les carcinoïdes;
  • cylindres;
  • combiné (connexion des signes de carcinoïdes et d'un cylindre);
  • mucoépidermoïde.

Les carcinoïdes sont le type le plus courant, représentant environ 85% des adénomes. Ce type de néoplasme est considéré comme une tumeur potentiellement maligne à croissance lente, caractérisée par la capacité à sécréter des substances hormono-actives. Par conséquent, il existe un risque de malignité, qui survient finalement dans 5 à 10% des cas. Un carcinoïde qui a pris un caractère malin métastase à travers le système lymphatique ou la circulation sanguine, pénétrant ainsi dans le foie, les reins et le cerveau.
Consultation avec un oncologue israélien

D'autres types d'adénomes comportent également un risque de dégénérescence cellulaire en cellules malignes, mais ils sont très rares. De plus, tous les néoplasmes du type considéré répondent bien au traitement et ne se reproduisent pratiquement pas..

Parmi les plus courants, on trouve l'hamartome, une tumeur pulmonaire bénigne formée de plusieurs tissus (membrane d'organe, adipeux et cartilagineux), y compris des éléments de tissus embryonnaires. En outre, il peut contenir des vaisseaux à parois minces, des cellules lymphoïdes, des fibres musculaires lisses. Dans la plupart des cas, il a une localisation périphérique, le plus souvent les phoques pathologiques sont situés dans les segments antérieurs de l'organe, à la surface ou dans l'épaisseur du poumon.

Les méthodes d'examen modernes aident à déterminer le degré de la maladie

À l'extérieur, l'hamartome a une forme arrondie d'un diamètre allant jusqu'à 3 cm, il peut atteindre 12, mais il existe de rares cas de détection de tumeurs plus grosses. La surface est lisse, parfois avec de petites bosses. La cohérence interne est dense. Le néoplasme est de couleur gris-jaune, a des limites claires, ne contient pas de capsule.

Les hamartomes se développent très lentement, alors qu'ils peuvent presser les vaisseaux de l'organe sans les faire germer, ils ont une tendance négligeable à la malignité.

Les fibromes sont des tumeurs formées par des tissus conjonctifs et fibreux. Au niveau des poumons, ils sont détectés, selon diverses sources, dans 1 à 7% des cas, mais principalement chez les hommes. Extérieurement, la formation ressemble à un nœud blanchâtre dense d'environ 2,5 à 3 cm de diamètre, avec une surface lisse et des limites claires qui la séparent des tissus sains. Les fibromes rougeâtres ou la tige reliée à l'organe sont moins courants. Dans la plupart des cas, les joints sont périphériques, mais ils peuvent aussi être centraux. Les formations tumorales de ce type se développent lentement, il n'y a pas encore de preuve de leur tendance à la malignité, mais elles peuvent atteindre des tailles trop grandes, ce qui affectera gravement la fonction de l'organe..

Un autre cas bien connu mais rare de cette localisation est le papillome. Il ne se forme que dans les grosses bronches, se développe exclusivement dans la lumière d'un organe, se caractérise par une tendance à la malignité.

Extérieurement, les papillomes ont une forme papillaire, sont recouverts d'épithélium, la surface peut être lobulaire ou granuleuse, dans la plupart des cas avec une consistance élastique molle. La couleur peut varier du rose au rouge foncé.

Signes de l'apparition d'un néoplasme bénin

Les symptômes d'une tumeur bénigne du poumon dépendent de sa taille et de son emplacement. Les petits phoques ne montrent le plus souvent pas leur développement, ils ne causent pas d'inconfort pendant longtemps et n'aggravent pas le bien-être général du patient.

Au fil du temps, à première vue, un néoplasme bénin inoffensif dans le poumon peut entraîner:

  • toux avec mucosités;
  • pneumonie;
  • une augmentation de la température;
  • tousser du sang;
  • douleur dans la poitrine;
  • rétrécissement de la lumière et essoufflement;
  • la faiblesse;
  • détérioration générale du bien-être.

Quel traitement est fourni

Absolument tous les patients qui ont reçu un diagnostic de néoplasme sont intéressés par la question: que faire si une tumeur bénigne du poumon est détectée et l'opération est-elle effectuée? Malheureusement, la thérapie antivirale est inefficace, de sorte que les médecins recommandent toujours la chirurgie. Mais les techniques modernes et l'équipement des cliniques permettent d'effectuer le retrait de la manière la plus sûre possible pour le patient, sans conséquences ni complications. Les opérations sont effectuées à travers de petites incisions, ce qui raccourcit la période de récupération et contribue à la composante esthétique.

Le traitement chirurgical est effectué comme prescrit par un spécialiste

La seule exception peut être les patients inopérables pour lesquels la chirurgie n'est pas recommandée en raison d'autres problèmes de santé. Ils sont montrés observation dynamique et contrôle aux rayons X.

Une opération invasive complexe est-elle nécessaire? Oui, mais cela dépend de la taille de la compaction pathologique et du développement de maladies et de complications concomitantes. Par conséquent, le médecin choisit l'option de traitement sur une base strictement individuelle, guidée par les résultats de l'examen du patient..

Un diagnostic précis est la clé.

Développement à la suite d'une mutation cellulaire.

Il y a de telles cellules dans le corps humain,.

Cancer du poumon: symptômes et signes

Le cancer du poumon est l'un des types de cancer les plus courants. Une tumeur maligne du poumon est difficile à guérir car elle est difficile à détecter à un stade précoce. La maladie est asymptomatique depuis longtemps. Le cancer du poumon sur la photo ressemble à une formation volumétrique. Il est enclin à un cours agressif, métastase tôt et donne des rechutes.

Les médecins de la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov diagnostiquent les tumeurs pulmonaires malignes à l'aide d'équipements modernes de grandes entreprises aux États-Unis et dans les pays européens. Les professeurs, médecins de la catégorie la plus élevée, effectuent une thérapie complexe, qui comprend la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. S'il y a une tumeur dans les deux poumons, le pronostic est moins optimiste. Si le cancer du poumon est détecté à un stade précoce, 90% des patients guérissent..

Causes du cancer du poumon

Le tabagisme est la principale cause du cancer du poumon. Le risque de développer une tumeur pulmonaire maligne n'est pas lié au nombre de cigarettes fumées quotidiennement. Lorsque vous parlez de la quantité de tabac dont vous avez besoin pour avoir un cancer du poumon, vous devez prendre en compte une combinaison de nombreux facteurs. Parfois, une année de tabagisme régulier suffit pour le développement d'un cancer..

Le tabagisme n'est pas la seule cause de cancer du poumon. Le développement d'une tumeur pulmonaire maligne peut commencer sous l'influence des facteurs de risque suivants: prédisposition génétique au cancer, tabac de mauvaise qualité, mutations dans les cellules.

Il existe d'autres causes connues de cancer du poumon:

  • Poussière d'amiante;
  • Pollution industrielle;
  • Rayonnement ionisant.

Le plus dangereux est le contact permanent avec l'amiante. Le risque est particulièrement accru pour les fumeurs. Les fumeurs et les travailleurs exposés à l'amiante dans certaines industries ont un risque de cancer du poumon 4 à 5 fois plus élevé que les non-fumeurs. Le développement du cancer du poumon peut être précédé de processus inflammatoires chroniques: pneumonie chronique et bronchite, bronchectasie, cicatrisation pulmonaire après une tuberculose antérieure.

Comment se développe le cancer du poumon? Le cancer du poumon central se développe à partir de l'épithélium des bronches, périphérique - des bronchioles et des alvéoles. La tumeur métastase rapidement. Les patients demandent souvent combien de temps le cancer du poumon se développe, à quelle vitesse le cancer du poumon se développe-t-il? Cela peut prendre de un à cinq ans entre la formation de la tumeur et le stade clinique de la maladie..

Opinion d'expert

Oncologue, chimiothérapeute, candidat aux sciences médicales

Récemment, il y a eu une forte augmentation du nombre de cancers du poumon nouvellement diagnostiqués dans le monde. En Russie, les indicateurs sont relativement stables. Le cancer du poumon occupe le premier rang dans la structure des maladies tumorales chez l'homme. Il est à noter que le foyer pathologique dans 60% des cas est détecté dans le poumon droit. Chaque année, 60 000 personnes meurent de la maladie en Russie. Dans la structure de la mortalité, le cancer du poumon représente 30 à 40%. Malgré ces statistiques, il y a une légère diminution du nombre de décès en Russie, bien que le taux de survie à cinq ans soit encore faible.

Sans traitement adéquat, 80% des patients décèdent dans les 2 premières années à compter de la date du diagnostic. Le pronostic de survie est amélioré si vous consultez un médecin à temps. À l'hôpital Yusupov, les oncologues réalisent un complexe de diagnostic visant à détecter le cancer du poumon à tout stade de développement. En fonction des données obtenues, un plan de traitement et de rééducation individuel est sélectionné. Les oncologues de l'hôpital sont guidés par les dernières directives cliniques pour le traitement du cancer du poumon. Cela garantit l'efficacité et la qualité de la thérapie..

Classification du cancer du poumon

La classification clinique du cancer du poumon est basée sur la localisation du foyer pathologique. La localisation de la tumeur fait la distinction entre le cancer du poumon central et périphérique. Le cancer central du poumon gauche ou droit affecte les parties basales du poumon, les bronches de gros calibre (principales et lobaires). Il y a un rétrécissement de la lumière de la bronche, sa fonction de drainage est perturbée et une atélectasie se développe (affaissement du tissu pulmonaire). L'atélectasie est souvent compliquée par une pneumonie. Cela peut rendre difficile le diagnostic de la tumeur..

Le cancer du poumon périphérique se développe dans les bronches segmentaires, les bronchioles terminales et les alvéoles. Il pousse assez lentement et est asymptomatique. Souvent diagnostiqué par examen accidentel ou à un stade avancé lorsque le cancer s'est propagé à l'extérieur du poumon.

Selon le degré de différenciation cellulaire, on distingue les formes tumorales suivantes:

  • Très différencié - les cellules tumorales diffèrent légèrement des cellules normales;
  • Modérément différencié;
  • Faible différencié;
  • Indifférencié - Les cellules cancéreuses ne ressemblent pas à celles dont elles sont issues.

Selon la structure histologique, les types suivants de néoplasmes malins du poumon sont distingués:

  • Carcinome squameux;
  • Carcinome à petites cellules;
  • Carcinome à petites cellules;
  • Cancer adénogène;
  • Carcinome à grandes cellules.

Le cancer du poumon épidermoïde est caractérisé par la présence de grandes cellules plates disposées en grappes en forme de spirale. Faire la distinction entre un cancer hautement différencié, modérément différencié (sans kératinisation) et un cancer du poumon mal différencié.

Le cancer du poumon intercellulaire est une cellule fusiforme et pléomorphe. Les noyaux des cellules de carcinome à cellules fusiformes sont ovales et entrelacés. Le carcinome à petites cellules est une tumeur épithéliale maligne rare caractérisée par la prolifération de petites cellules anaplasiques avec un cytoplasme peu abondant, une chromatine nucléaire délicate et des nucléoles invisibles.

Le cancer du poumon adénogène se développe à partir de l'épithélium glandulaire. Cancer du poumon à grandes cellules Le cancer du poumon à grandes cellules se compose de grandes cellules. Selon la présence ou non de cellules glandulaires dans la tumeur, le carcinome à grandes cellules est solide avec et sans substance de type mucine..

Le cancer du poumon glandulaire (adénocarcinome) est une variante histologique du cancer bronchopulmonaire, qui est représenté par un épithélium glandulaire malin. Le cancer bronchoalvéolaire du poumon est une tumeur maligne primaire qui se développe à partir de l'épithélium. Il s'agit d'un type d'adénocarcinome pulmonaire hautement différencié. Le carcinome pulmonaire atypique adénosquameux se compose de deux types principaux de tumeurs - l'adénocarcinome et la tumeur épidermoïde.

La structure histologique du carcinoïde pulmonaire est une tumeur maligne, mais elle se compose de cellules plus petites et plus lentes à se développer. Ils métastasent rarement. Le sarcome pulmonaire se développe à partir du tissu conjonctif des septa interalvéolaires et des parois bronchiques.

Premiers symptômes du cancer du poumon

Comment le cancer du poumon se manifeste-t-il à ses débuts? Il n'y a aucun signe de cancer du poumon à un stade précoce de la maladie. Pendant longtemps, la forme périphérique du cancer du poumon évolue sans présenter de symptômes, car le tissu pulmonaire ne présente pas de terminaisons douloureuses. En relation avec ce fait, le diagnostic est posé à des stades assez tardifs..

Le nœud périphérique peut atteindre une taille de 5 cm de diamètre et le patient ne sera dérangé par rien. Dans la plupart des cas, une telle tumeur est découverte par hasard. Les premiers signes de cancer du poumon périphérique sont détectés même lorsque le néoplasme malin commence à appuyer sur les organes voisins. Les premiers signes de cancer périphérique peuvent inclure des douleurs thoraciques et un essoufflement.

Si la tumeur est localisée dans les bronches principales ou lobaires, les signes de cancer du poumon et les premiers symptômes apparaissent plus tôt. Dans ce cas, les premiers symptômes suivants du cancer du poumon apparaissent:

  • Dyspnée;
  • Toux sèche chronique, atroce sans expectorations;
  • Enrouement de la voix;
  • Douleur thoracique;
  • Augmentation déraisonnable de la température corporelle à 37,0-38,0 o С;
  • Fatigue constante, fatigue déraisonnable;

Comment identifier un cancer du poumon précoce? La fluorographie ne permet pas de détecter les signes radiologiques du cancer à un stade précoce. Au cours de l'étude, de grands néoplasmes dans les poumons dans les derniers stades sont généralement détectés. La tomodensitométrie à faible dose peut aider à diagnostiquer le cancer du poumon à un stade précoce. Cet examen 3D révèle une tumeur de 6 à 8 mm. Le SuperDimension Bronchus System ™ est le système de navigation électromagnétique bronchopulmonaire le plus avancé. Il est possible de reconnaître le cancer du poumon à un stade précoce en déterminant le taux de marqueurs tumoraux dans le sang:

  • CEA et SEA (antigènes cancéreux embryonnaires et carcino-embryonnaires);
  • NSE (énolase neurospécifique);
  • Cyfra-21-1 (fragment de cytokératine).

À l'hôpital Yusupov, les médecins de la clinique d'oncologie effectuent un diagnostic précoce du cancer du poumon lorsque les premiers symptômes apparaissent à l'aide de l'échographie endobronchique et endoscopique, de la fibrobronchoscopie.

Les oncologues dépistent le cancer du poumon pour les personnes à risque accru de développer une tumeur maligne. Comment le cancer du poumon est-il traité à ses débuts? La méthode de traitement du cancer du poumon est déterminée collectivement lors d'une réunion d'un conseil d'experts avec la participation de professeurs et de médecins de la plus haute catégorie.

Cancer du poumon: symptômes et signes

Quels sont les symptômes du cancer du poumon chez l'adulte? Le cancer du poumon ne présente aucun symptôme ou signe caractéristique uniquement de cette maladie. Comment se manifeste le cancer du poumon? Les manifestations cliniques dépendent de la localisation de la tumeur dans le poumon, des troubles anatomiques et fonctionnels existants, de leur gravité, du nombre de foyers primaires et de la durée de la maladie. Signes d'oncologie pulmonaire dus à des processus pathologiques secondaires:

  • Sténose tumorale de la bronche;
  • Ventilation réduite;
  • Pneumonie ou atélectasie de la partie correspondante du poumon;
  • Pneumosclérose focale;
  • Bronchectasie;
  • Pleurésie.

Dans une tumeur pulmonaire, les symptômes et les signes de la maladie sont le résultat de changements qui se produisent pendant la croissance de la tumeur primaire. Selon le mécanisme de développement, tous les symptômes cliniques du cancer du poumon chez l'adulte sont divisés en primaire et secondaire.

Primaires ou locaux, comprennent les symptômes et les signes d'une tumeur pulmonaire, qui sont causés par la prévalence d'un néoplasme primaire dans les poumons. L'intoxication par cancer du poumon est à l'origine de signes secondaires de néoplasme malin. En oncologie pulmonaire, on distingue les symptômes et signes suivants de la maladie:

  • La faiblesse;
  • Diminution de la capacité de travail;
  • Augmentation de la fatigue;
  • Perte de poids.

La température dans le cancer du poumon s'élève à 38,0 o C. Une hyperthermie peut se développer en raison de l'ajout de complications inflammatoires des poumons et de la plèvre. Les symptômes du cancer du poumon chez les adultes sans fièvre peuvent être le signe d'une tumeur bénigne. Douleur dans le cancer du poumon - un symptôme d'invasion de la tumeur dans la plèvre.

Comment évolue le cancer du poumon? Les manifestations cliniques du cancer du poumon sont largement déterminées par les facteurs suivants:

  • Le calibre de la bronche affectée;
  • Type anatomique de croissance du néoplasme;
  • Sa relation avec la lumière de la bronche;
  • Le degré de violation de la perméabilité bronchique;
  • Complications et nature des métastases.

Comment se manifeste le cancer du poumon? Les symptômes primaires et secondaires du cancer du poumon chez les adultes sont presque les mêmes dans la localisation centrale et périphérique. Les symptômes primaires et secondaires (atélectasie, pulmonite obstructive, hypoventilation, pneumonie obstructive) peuvent être un cancer endobronchique central relativement précoce et prononcé avec la nature exophytique endobronchique de la croissance tumorale. Comment évolue le cancer du poumon? Le cancer périphérique est asymptomatique pendant une longue période ou les symptômes cliniques sont effacés.

Signes inhabituels de cancer du poumon

Comment se manifeste le cancer du poumon? Des syndromes paranéoplasiques surviennent parfois avec le cancer du poumon. Ils s'accompagnent de perturbations électrolytiques et métaboliques prononcées, qui entraînent une augmentation de la concentration de calcium dans le sang, une diminution du taux de potassium, de sodium et un mélange d'équilibre acido-basique du côté acide. À l'hôpital Yusupov, les médecins effectuent leur correction.

Si une tumeur cancéreuse dans les poumons produit une quantité excessive d'hormone adrénocorticotrope (ACTH), les patients présentent une faiblesse musculaire sévère, un œdème, une augmentation de la pression artérielle et un œdème. Parfois, le syndrome d'hypercortisolisme s'accompagne d'une pigmentation accrue. Un trait caractéristique du syndrome de sécrétion d'ACTH dans le cancer du poumon est une alcalose hypokaliémique sévère avec le développement de convulsions et de coma. La présence du syndrome d'Itsenko-Cushing est un signe pronostique défavorable du cancer du poumon.

Stades du cancer du poumon

En médecine domestique, il est d'usage de distinguer les stades du cancer du poumon. Leurs symptômes et leur durée sont individuels pour chaque patient. Au stade latent du cancer, les cellules atypiques ne sont détectées qu'à la suite d'une bronchoscopie et d'un examen cytologique des expectorations résultantes. Le cancer de stade zéro est appelé cancer non invasif par les oncologues. Les cellules atypiques ne sont détectées que sur la membrane muqueuse du poumon.

Le cancer du poumon de stade 1 est caractérisé par une tumeur de 3 à 5 cm sans métastases. Au stade IA, la tumeur est entourée de tissu sain, les ganglions lymphatiques et les bronches ne sont pas affectés. Au stade I, la tumeur se développe dans la plèvre ou va aux bronches. Dans le cancer du poumon de stade 1, les symptômes de la maladie sont absents ou légers.

Le cancer du poumon de stade 2 s'accompagne de symptômes plus prononcés:

  • Toux;
  • Essoufflement;
  • Douleur thoracique.

La taille des tumeurs varie de 5 à 7 cm, des métastases aux ganglions lymphatiques, à la membrane cardiaque ou à la plèvre peuvent être observées.

Le cancer du poumon de stade 3 est caractérisé par des lésions des ganglions lymphatiques, de la plèvre et de la paroi thoracique. Les métastases affectent les organes voisins - la trachée, l'œsophage, les vaisseaux sanguins, le cœur, la colonne vertébrale. Le cancer du poumon de stade 3 ne peut pas guérir complètement.

Le quatrième et dernier stade du cancer du poumon est caractérisé par des métastases dans des organes distants. Le cancer du poumon de stade 4 peut-il être vaincu? C'est le stade terminal du cancer du poumon. Le cancer du poumon de stade 4 est en phase terminale lorsque des processus irréversibles se produisent et que la maladie devient incurable. Si un patient reçoit un diagnostic de cancer du poumon à petites cellules de stade 4 avec métastases, les oncologues effectuent une thérapie palliative.

Cette classification n'est applicable que pour le carcinome non à petites cellules. Dans le cas du cancer à petites cellules, seuls 2 stades sont distingués. Au premier stade limité du cancer, des cellules atypiques se trouvent dans un poumon et les tissus adjacents. Dans la deuxième étape, la tumeur métastase à l'extérieur du poumon et vers des organes distants. Le diagnostic «cancer du poumon à petites cellules stade 3» est incompétent.

Si un patient a un cancer du poumon avancé, dans les derniers jours de sa vie, les symptômes sont les suivants:

  • Léthargie;
  • Respiration difficile;
  • Membres bleutés froids;
  • Pouls rapide et faible;
  • Pression artérielle faible.

Au stade 4 du cancer du poumon, avant la mort, les symptômes d'insuffisance cardio-respiratoire augmentent, la respiration devient superficielle, le rythme cardiaque s'affaiblit.

La classification internationale des stades des néoplasmes malins TNM (tumeur - tumeur, nodus - ganglion, métastase - métastases) est utilisée pour décrire la propagation anatomique de la tumeur. Il est basé sur 3 composants:

  • T - caractérise la prévalence du néoplasme primaire;
  • N - indique la présence et la prévalence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux;
  • M - illustre la présence ou l'absence de métastases à distance.

Les manifestations du cancer du poumon 1,2,3,4 degrés sont individuelles. Au stade initial d'une tumeur maligne, le pronostic est plus optimiste que dans la détection d'un cancer du poumon de grade 4.

Diagnostic du cancer du poumon

Comment identifier le cancer du poumon? Le diagnostic du cancer du poumon à l'hôpital Yusupov est effectué à l'aide d'équipements modernes des principaux fabricants mondiaux. Le cancer du poumon par fluorographie est déterminé lorsque la tumeur est volumineuse. Avec le cancer du poumon périphérique, les signes suivants sont visibles sur les radiographies:

  • Cavités de désintégration,
  • Inhomogénéité de l'ombre due à la nécrose et à la fibrose du stroma;
  • Contours polycycliques.

L'adénocarcinome est présenté sur des images radiographiques avec une ombre intense sans caries caries aux contours clairs, bosselés, parfois rayonnants. Des brins de plus de 6 mm de long avec un chemin vers la racine sont visibles. Les ganglions lymphatiques qui ne sont pas hypertrophiés radiologiquement sont souvent affectés par des métastases cancéreuses.

À quoi ressemble le cancer du poumon sur les rayons X? Dans le cancer bronchoalvéolaire, un assombrissement uniforme et intense avec un contour flou peut être déterminé sur des radiographies, contre lesquelles les bronches peuvent être tracées, ou la tubérosité du contour externe de la tumeur est visible. Sachant à quoi ressemble le cancer du poumon à la tomodensitométrie, les radiologues de l'hôpital Yusupov établissent rapidement un diagnostic précis.

Comment reconnaître le cancer du poumon? La vérification des poumons pour l'oncologie comprend une numération formule sanguine complète. Dans le cancer du poumon, des taux de sédimentation érythrocytaire de 10 à 50 mm / h indiquent une progression rapide des processus tumoraux. Une augmentation du nombre de leucocytes, une diminution de la concentration de globules rouges et d'hémoglobine sont un signe alarmant..

Comment le cancer du poumon est-il défini? L'examen cytologique quintuple des expectorations permet de détecter les cellules cancéreuses chez 50 à 85% des patients atteints d'un cancer du poumon central et chez 30 à 60% des patients présentant une localisation tumorale périphérique.

Comment identifier le cancer du poumon? La ponction transthoracique reste la principale méthode de vérification du diagnostic de cancer périphérique. Il est sous le contrôle de la télévision à rayons X. Lorsque la tumeur est située dans la zone racinaire, des aiguilles fines et ultra-minces sont utilisées. Cela augmente considérablement le contenu d'information de l'étude et réduit son caractère invasif. La tomodensitométrie des poumons peut augmenter l'efficacité de cette procédure de 1,6 fois.

Comment diagnostique-t-on le cancer du poumon métastatique? La biopsie par ponction des ganglions lymphatiques périphériques palpables dans le cancer du poumon peut déterminer les métastases chez 60 à 70% des patients. Si les résultats d'une biopsie par ponction sont négatifs, les oncologues de l'hôpital Yusupov effectuent une biopsie des ganglions lymphatiques.

Quels tests faut-il faire pour le cancer du poumon? Les marqueurs tumoraux du cancer du poumon permettent de suspecter la présence d'un processus tumoral. Quel marqueur tumoral montre un cancer du poumon? L'oncologie des poumons est indiquée par des marqueurs tumoraux. La détermination du niveau d'antigène embryonnaire cancéreux, d'antigène polypeptidique tissulaire, d'acides sialiques liés aux lipides est d'une certaine importance pratique..

Dans un examen complet des patients atteints de cancer du poumon, la bronchoscopie est d'une grande importance. À l'hôpital Yusupov, les médecins utilisent des endoscopes d'entreprises japonaises et européennes. La précision de l'étude est augmentée à 98,9% en raison de multiples biopsies. L'avantage de l'étude sous anesthésie locale est la capacité à détecter des signes indirects de cancer: rétrécissement et déviation de la direction de la bronche due à la compression par la tumeur péribronchique.

Comment détecter le cancer du poumon à un stade précoce? Le diagnostic du cancer du poumon aux stades précoces est effectué en utilisant un cathétérisme séparé de toutes les bronches et un examen cytologique des lavages, ainsi qu'une biopsie exploratoire endoscopique multiple de la muqueuse bronchique. Tester les poumons pour le cancer permet d'éviter des conséquences désagréables.

Comment diagnostique-t-on le cancer du poumon? Le cancer préinvasif et les petites formations dans un groupe de patients présentant des cellules tumorales dans les expectorations sont détectés à l'aide de bronchoscopes à fibre optique, qui sont équipés d'une source de rayonnement ultraviolet.

L'électropléthysmographie sélective transbronchique révèle des anomalies chez les patients atteints d'un cancer du poumon dans la zone tumorale et les zones adjacentes. En présence d'une lésion invisible à l'œil, la précision de l'étude lors de la morsure augmente à 85%, biopsie au pinceau - jusqu'à 75%, biopsie par curetage - jusqu'à 81%. La technologie de l'échographie endobronchique avec biopsie par ponction transbronchique guidée d'un ganglion lymphatique suspect en termes de métastases permet aux médecins de l'hôpital Yusupov d'améliorer considérablement le diagnostic complexe du cancer..

Des études de radionucléides avec 67Ga-citrate sont effectuées si nécessaire, diagnostic différentiel d'une tumeur pulmonaire maligne avec métastases à la racine et au médiastin. Le 99Tc et le 57Ga-bléomycine sont également utilisés dans le même but..

Comment savoir si vous avez un cancer du poumon? Lorsque les premiers symptômes de la pathologie pulmonaire apparaissent, il est nécessaire de subir un examen des poumons pour l'oncologie. Comment tester vos poumons pour le cancer? Contactez l'hôpital Yusupov.

Pronostic et survie

Si un cancer du poumon est diagnostiqué, combien de temps pouvez-vous vivre? Le pronostic de survie à cinq ans dans le cancer du poumon de stade 1 après chirurgie est bon chez 70% des patients. Dans le cancer du poumon de stade 2, le pronostic de survie est de 40%, le troisième stade - 20%. En l'absence de traitement, 90% des patients décèdent au cours des deux premières années. Dans le premier stade du cancer du poumon après la chirurgie et la conduite et le traitement concomitant, 80% des patients vivront plus de cinq ans, le second - 45%, le troisième - 20%. Après radiothérapie ou chimiothérapie, le taux de survie à cinq ans est de 10%. Le traitement combiné de la maladie augmente le taux de survie à cinq ans jusqu'à 40%.

Quelles sont les chances de survivre au cancer du poumon avec des symptômes de la maladie? Si un cancer du poumon à petites cellules est diagnostiqué, l'espérance de vie dépend du stade de la maladie. Les patients qui ont commencé le traitement à temps obtiennent une rémission complète. Environ 80% des patients sont guéris. Avec le cancer du poumon à petites cellules de stade 3, le pronostic s'aggrave. Avec un traitement complexe, la vie du patient peut être prolongée de 4 à 5 ans et le pourcentage de survivants n'est que de 10%. S'il n'est pas traité, le patient décède dans les deux ans suivant la date du diagnostic.

Si un cancer du poumon non à petites cellules est diagnostiqué, le pronostic est moins optimiste. La tumeur est généralement détectée à des stades ultérieurs, de sorte que les médecins parviennent à prolonger la vie de 5 ans seulement pour 10% des patients. Les métastases se développent tôt chez les patients atteints d'un cancer du poumon épidermoïde. Le pronostic d'un taux de survie à cinq ans ne dépasse pas 15%. Avec un adénocarcinome du poumon mal différencié, le pronostic de la vie dépend du stade de la maladie et de l'adéquation du traitement.

Le développement d'un carcinome épidermoïde conduit presque toujours à la survenue de lésions métastatiques. Cela complique le traitement, seuls 15% des patients parviennent à survivre plus de 5 ans. Avec le cancer du poumon périphérique, le pronostic est pire qu'avec le cancer central, car les tumeurs périphériques sont détectées par les médecins à un stade tardif.

En présence d'une oncologie des poumons avec des symptômes d'une tumeur maligne, l'espérance de vie dépend du stade du processus tumoral. Chez les patients atteints d'un adénocarcinome pulmonaire de stade 4, le pronostic de survie dans les 5 ans ne dépasse pas 10 à 15%. Si les chirurgiens pratiquaient une résection d'une partie du poumon, le traitement avait des résultats prononcés, le taux de survie à cinq ans est significativement plus élevé, de 80 à 85%. L'espérance de vie dans le cancer du poumon peut être augmentée en recherchant des soins médicaux en temps opportun.

Traitement du cancer du poumon

Le diagnostic de haute qualité des tumeurs pulmonaires malignes, qui est effectué à l'hôpital Yusupov, est extrêmement important pour le choix des tactiques de traitement d'un patient. Le cancer du poumon peut-il être guéri? Les oncologues ont une approche individuelle du choix d'une méthode de traitement du cancer du poumon.

Les médecins de la clinique d'oncologie déterminent avec précision le stade de la maladie selon la classification TNM en utilisant des capacités de diagnostic modernes, en tenant compte de la fonctionnalité du patient. Les chirurgiens effectuent des interventions chirurgicales de manière magistrale, les oncologues utilisent les derniers médicaments de chimiothérapie, les radiologues irradient la tumeur à l'aide d'appareils de classe d'experts.

Le cancer du poumon peut-il être traité? Ce n'est que sur la base d'un examen complet de la prévalence locale et systémique du processus que le stade clinique de la maladie et les tactiques de traitement sont déterminés. Cela améliore les chances de vie des patients atteints d'un cancer du poumon. À l'hôpital Yusupov, les oncologues pour le traitement du cancer du poumon utilisent les normes, protocoles et approches de traitement des principaux pays du monde, y compris les normes ASCO et NCCN.

Le cancer du poumon peut-il être guéri? À l'hôpital Yusupov, les médecins utilisent avec succès les méthodes suivantes de traitement du cancer du poumon:

  • Interventions opérationnelles;
  • Chimiothérapie;
  • Radiothérapie.

Le traitement chirurgical est utilisé pour le cancer du poumon non à petites cellules. Pendant l'opération, le chirurgien enlève tout le cancer ou un segment séparé de celui-ci. La quantité de tissu enlevée dépend de la nature du néoplasme et de sa localisation. Selon les indications, l'ablation pulmonaire est réalisée en cas de cancer.

La tendance actuelle dans le traitement du cancer du poumon est l'utilisation de méthodes mini-invasives de traitement des tumeurs pulmonaires malignes. Les opérations sont effectuées à l'aide d'une caméra vidéo miniature. La technique est appelée chirurgie thoracoscopique vidéo-assistée (VATS). Ces interventions chirurgicales s'accompagnent d'une douleur moins intense. Le processus de rééducation après eux est plus rapide..

Chimiothérapie pour le cancer du poumon

La chimiothérapie du cancer du poumon est le traitement principal de la plupart des patients atteints d'un cancer bronchopulmonaire. Les chimiothérapeutes de l'hôpital Yusupov prescrivent des médicaments anticancéreux aux patients qui détruisent les cellules cancéreuses. Ils sont très efficaces et ont un spectre minimal d'effets secondaires. En raison du fait que les cliniques d'oncologie sont accréditées pour les essais cliniques, les médecins ont la possibilité d'utiliser des médicaments de chimiothérapie de nouvelle génération qui ne peuvent pas être obtenus dans d'autres institutions médicales à Moscou. La chimiothérapie du cancer du poumon améliore le pronostic.

Comment se déroule la chimiothérapie du cancer du poumon? La chimiothérapie est divisée en trois types:

  • Néoadjuvant - prescrit avant la chirurgie pour détruire les cellules atypiques;
  • Adjuvant - utilisé pour détruire les cellules cancéreuses restantes après une chirurgie ou un cours de radiothérapie;
  • La chimiothérapie systémique est le principal type de traitement du processus tumoral localisé aux stades avancés et de la forme métastatique du cancer du poumon.

En raison du développement rapide de la technologie médicale, les médicaments de chimiothérapie sont sûrs et efficaces..

Thérapie biologique et ciblée du cancer du poumon

La thérapie biologique dans le traitement du cancer du poumon est une direction innovante et très prometteuse en oncologie conservatrice. Il vous permet de "cibler" uniquement les cellules tumorales.

Les médicaments ciblés pour le cancer du poumon reconnaissent les cellules malignes par leurs caractéristiques spécifiques et les détruisent, affectant les fonctions vitales (division, croissance). Ces médicaments interfèrent avec l'apport sanguin à la tumeur. Le traitement ciblé (ciblé) est utilisé comme méthode de traitement indépendante ou, afin d'augmenter l'efficacité du traitement, en association avec une chimiothérapie.

Radiothérapie pour le cancer du poumon

Le cancer du poumon peut-il être traité ou non? Pour que les cellules cancéreuses arrêtent leur croissance et leur reproduction, la tumeur est irradiée par un puissant faisceau de rayons gamma. Avec une radiothérapie radicale, la tumeur et les zones de métastases régionales sont exposées aux radiations. La radiothérapie est également utilisée pour le cancer à petites cellules. Les derniers développements médicaux dans le domaine de la radiothérapie comprennent les techniques suivantes:

  • Radiothérapie à distance - exposition à des cellules cancéreuses à l'aide d'une source externe située à l'extérieur du corps humain;
  • Curiethérapie à haute dose - exposition via une source implantée dans le corps du patient et située à proximité immédiate d'une tumeur maligne ou introduite dans un néoplasme;
  • Radiothérapie IMRT RAPID Arc - vous permet d'exposer la dose entière de rayonnement exclusivement aux tissus malades sans endommager les tissus sains (utilisé lorsque le processus de cancer affecte plus d'un lobe des poumons, mais ne s'est pas propagé à l'extérieur de l'organe).

Le cancer du poumon de stade 3 est traité par radiothérapie et chimiothérapie.

Thérapie symptomatique et palliative du cancer du poumon

Le traitement palliatif des néoplasmes malins des poumons est utilisé chez les patients incurables, lorsque les possibilités de traitement anticancéreux sont épuisées ou limitées. Les médecins de l'hôpital Yusupov prescrivent des médicaments qui éliminent ou réduisent les symptômes de la maladie et augmentent l'espérance de vie du patient.

Comment enlever la toux d'un patient atteint d'un cancer du poumon? Pour le soulagement des crises chez les patients atteints de cancer du poumon, des antitussifs à action centrale sont utilisés, qui inhibent le centre de la toux. Ils contiennent de la codéine. Pour arrêter le saignement pulmonaire, des médicaments hémostatiques sont prescrits, le volume de liquide dans la circulation sanguine est reconstitué à l'aide de substituts sanguins antichoc, de médicaments et de composants sanguins. En cas d'intoxication, une thérapie de désintoxication est effectuée.

Souvent, les patients demandent si le cancer du poumon est guérissable ou non, si le cancer du poumon peut être traité tôt. Si une tumeur dans les poumons est détectée en temps opportun, les médecins de l'hôpital Yusupov effectuent un traitement complexe. Il vise le rétablissement du patient. Il est impossible de guérir complètement le cancer du poumon à un stade avancé. Le taux de survie pour le carcinome à petites cellules est de 40% sur trois ans. Les oncologues de l'hôpital Yusupov savent comment traiter le cancer du poumon.

Traitement du cancer du poumon à Moscou

Où traiter le cancer du poumon à Moscou? Le traitement du cancer du poumon à Moscou est effectué avec succès par des oncologues de l'hôpital Yusupov. Les professeurs, médecins de la plus haute catégorie ont de nombreuses années d'expérience en oncologie. Le diagnostic de la maladie est effectué à l'aide des derniers équipements.

Les tactiques de traitement sont déterminées individuellement pour chaque patient. Les chirurgiens-oncologues maîtrisent couramment la technique des opérations pulmonaires. Après la chirurgie, les patients subissent une radiothérapie et une chimiothérapie conformément aux protocoles internationaux. Si vous soupçonnez un cancer du poumon, appelez l'hôpital Yusupov. Vous serez programmé pour un rendez-vous avec un oncologue pulmonaire à un moment qui vous convient.