Principal
Cirrhose

Évaluation des régions russes par cancer

Résumé:

Le ministère de la Santé a publié une liste des villes russes dans lesquelles le plus de personnes atteintes de néoplasmes malins diagnostiqués.

Déplacez-vous d'urgence pour éviter le cancer ou.

Récemment, le ministère russe de la Santé a publié une liste des villes russes avec la plus grande population de néoplasmes malins diagnostiqués..

La liste des règlements défavorables à cet égard en Russie est la suivante:

1ère place - région de Koursk;
2e place - République de Mordovie;
3e place - Territoire de Krasnodar;
4e place - région de Kaluga;
5ème place - Région de Pskov

Cette anti-notation a été commentée par un médecin professionnel - oncologue, académicien de l'Académie russe des sciences Igor Reshetov:

"Je crois qu'on ne parle d'aucun aspect territorial de la propagation du cancer. Je suis sûr que dans les régions incluses dans la liste, il vaut tout simplement mieux prendre en compte les patients avec des fenêtres. Ici, nous parlons plus de données statistiquement inexactes et de diagnostic précoce de la maladie que de la situation réelle."

Ainsi, selon l'académicien, les personnes vivant dans les villes de la liste ci-dessus n'ont aucune raison de paniquer. Vous ne devez pas tout abandonner et bouger de toute urgence. La seule chose dont vous devez vous soucier est votre santé. Afin d'identifier ou d'exclure en temps opportun telle ou telle maladie, vous devez être examiné plus souvent et être attentif à vous-même.

Opinion de l'auteur

Quant à ma vision personnelle de la situation, je pense qu'il est également nécessaire d'analyser non seulement le nombre de cas dans une région particulière, mais aussi les types de cancer.

Si, lors de la collecte de données, il s'avère que, par exemple, dans le territoire de Krasnodar, le cancer de la peau est le plus souvent et le plus souvent, on peut supposer qu'un soleil trop agressif et un climat chaud ont un effet sur cela..

Et si, dans la même région de Koursk, un autre type de cancer est le plus souvent détecté, cela peut peut-être être associé d'une manière ou d'une autre au fond de rayonnement émis par une technique spécifique.

Lisez également le décès d'une Anglaise de 112 ans qui buvait du whisky tous les jours. Le long foie elle-même a déclaré aux médias que le whisky fortifie le cœur.

Les oncologues ont dissipé le mythe selon lequel le cancer est plus courant dans les pays prospères

Le cancer peut être associé à un mode de vie dysfonctionnel / Photo: arrivo.ru

L'oncologue russe Evgeny Imyanitov de N.N. Petrova a jugé erronée l'opinion selon laquelle les tumeurs malignes sont plus courantes dans les pays prospères, écrit Medikforum.

Lors d'une réunion avec de jeunes oncologues à la conférence Oncology of the Future, Imyanitov a déclaré que les cancers peuvent être associés à la fois à un mode de vie exotique, à un contrôle des naissances et à des aspects défavorisés de la vie..

Par exemple, le cancer de l'estomac. Cette maladie, selon l'expert, l'une des raisons peut avoir un manque banal de réfrigérateur. Dans ce cas, les gens consomment souvent des aliments qui sont des sources potentielles d'infections. Et comme vous le savez, un lien a été établi entre le cancer de l'estomac et Helicobacter pylori.

Du fait de son activité vitale, la bactérie Helicobacter pylori forme autour d'elle un nuage d'un environnement alcalin, ce qui permet au micro-organisme de survivre dans l'environnement agressif du tractus gastro-intestinal. Dans la très grande majorité des cas, le portage d'une infection à Helicobacter pylori n'est accompagné d'aucun symptôme. Dans le même temps, l'infection à Helicobacter pylori peut causer un certain nombre de problèmes, y compris des problèmes extrêmement graves: gastrite, duodénite, ulcère de l'estomac, ulcère duodénal, carence en fer, cancer de l'estomac..

Le cancer du foie, selon Imyanitov, est souvent associé à des mocotoxines toxiques, qui apparaissent également dans les aliments dans des conditions de stockage inappropriées. Ce type de cancer est répandu dans les pays où la qualité des céréales est mauvaise, l'incidence de l'hépatite C est élevée..

Avec le cancer du poumon, les choses sont encore plus faciles, a déclaré le médecin. L'incidence du cancer du poumon est en augmentation dans les pays sans campagne contre le tabac et avec des taux de tabagisme plus élevés.

Et le cancer du col de l'utérus est plus fréquent dans les pays où la promiscuité (relations sexuelles avec des partenaires différents) et les problèmes de contraception barrière (préservatifs) sont encouragés, a souligné Imyanitov..

Interrogé par les participants à la conférence sur les dernières découvertes dans le domaine de la carcinogenèse, l'oncologue a répondu que le lien entre le microbiote intestinal et le cancer avait provoqué la plus grande surprise. Par exemple, le cancer du côlon ne métastase pas seulement au foie, mais il le fait avec un certain nombre de bactéries. Ainsi, il est possible d'utiliser des antibiotiques dans la thérapie de ce type d'oncologie, ce qui permet d'éliminer les bactéries..

L'étude du processus de carcinogenèse est un moment clé à la fois pour comprendre la nature des tumeurs et pour trouver des méthodes nouvelles et efficaces de traitement du cancer. La carcinogenèse est un processus complexe en plusieurs étapes, une réorganisation profonde des cellules normales du corps. De toutes les théories de la cancérogenèse proposées à ce jour, la théorie de la mutation mérite le plus d'attention. Selon cette théorie, les tumeurs sont des maladies génétiques dont le substrat pathogénique est un endommagement du matériel génétique de la cellule (mutations ponctuelles, aberrations chromosomiques, etc.). Les dommages à des régions spécifiques de l'ADN entraînent une perturbation des mécanismes de contrôle de la prolifération et de la différenciation cellulaires et, finalement, à l'émergence d'une tumeur.

Incidence et mortalité du cancer dans le monde

Les statistiques des maladies oncologiques sont plutôt décevantes, car plus de 10 000 000 de nouveaux cas de néoplasmes malins sont détectés chaque année dans le monde, ainsi, environ 27 000 patients reçoivent ce diagnostic chaque jour. Aujourd'hui, dans le monde, plus de 14 millions de personnes souffrent d'un cancer, dont 8 200 000 meurent. En général, les taux de mortalité et de morbidité dans le monde augmentent, mais les taux de certaines formes de pathologie diminuent en raison de l'introduction de méthodes avancées de diagnostic et de traitement..

Incidence et mortalité du cancer dans le monde

La morbidité et la mortalité par oncologie sont bien étudiées. Dans la plupart des pays, un système d'enregistrement obligatoire des patients atteints de néoplasmes malins a été adopté, ce qui vous permet d'enregistrer soigneusement tous les indicateurs et de faire des prédictions.

Selon les statistiques, l'oncologie est l'une des principales causes de décès dans le monde: le pourcentage de décès par cancer est de 20%, la pathologie prend donc la 2e place. Les scientifiques pensent que bientôt les néoplasmes malins prendront une position de leader et devanceront la pathologie cardiovasculaire.

Selon les prévisions de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), sur 20 ans, la mortalité et la morbidité dues au cancer doubleront: le nombre de nouveaux cas de la maladie passera de 10 millions à 20 millions et la mortalité de 6 millions à 12 millions. Dans les pays développés ces dernières années, il y a eu une diminution de la mortalité et de la morbidité grâce à l'amélioration des mesures de prévention et des méthodes de diagnostic, ainsi qu'à l'amélioration de la qualité des soins spécialisés.

En 2005, le cancer a tué environ 8 millions de personnes, dont 70% vivent dans les pays en développement, où le niveau de revenu de la population est extrêmement bas. Dans les pays développés, le taux de mortalité reste à un niveau stable ou diminue légèrement.

Statistiques sur l'incidence mondiale du cancer

Plus de 10 millions de nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année dans le monde, tandis qu'environ 35 millions de personnes sont déjà enregistrées dans les dispensaires oncologiques. Le plus grand pourcentage de patients atteints de cancer se trouve au Danemark.

100 000 habitants

Le cancer est une pathologie qui touche principalement les adultes; le rajeunissement de la maladie n'est pas étayé par les faits. Le taux de mortalité par cancer dans le monde des patients de 70 ans est 7 à 10 fois plus élevé que celui des patients de 50 ans, le taux de mortalité des 50 ans est 20 fois plus élevé que celui des 40 ans. C'est pourquoi dans les pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine, où l'espérance de vie moyenne ne dépasse pas 30 à 40 ans, l'incidence du cancer est insignifiante. Mais la lutte contre les maladies infectieuses dans ces régions conduit à une amélioration de la qualité de vie et à une augmentation de sa durée, à cet égard, les risques de néoplasmes malins augmentent et l'importance de la pathologie augmente..

Le ratio maladies infectieuses / cancer dans les pays en développement est de 8: 1, et le ratio de mortalité est de 3: 1. La malnutrition est également un problème majeur dans ces zones, avec un ratio de mortalité de 1: 1 de la malnutrition au cancer. Par exemple, au Sénégal, sur 100 patients infectieux, environ 30 personnes décèdent et sur 100 patients oncologiques, près de 90. Bien qu'il soit assez difficile d'évaluer correctement la gravité du problème du cancer dans les pays en développement en l'absence de données statistiques fiables. Après tout, environ 70% des rapports de décès sont émis par des personnes sans formation médicale, elles n'ont pas de centre de cancérologie, donc plus de 90% des patients atteints de cancer sont détectés aux derniers stades de développement..

Statistiques de mortalité par cancer dans le monde

Selon les statistiques, environ 4 500 000 hommes et 3 500 000 femmes âgées (de plus de 60 ans) meurent chaque année dans le monde. Dans le même temps, le taux de mortalité des personnes de plus de 70 ans dépasse les données des jeunes de 10 à 15 fois. Par emplacement géographique, les taux les plus élevés de mortalité masculine par cancer ont été enregistrés en Europe centrale et orientale, chez les femmes - en Afrique de l'Est..

La structure de la mortalité par cancer dans le monde dans les pays développés:

Cancer du poumon - 1 590 000 décès par an, 19,4%;

Cancer du foie - 745 000 décès, 9,1%;

Cancer de l'estomac - 723 000 décès, 8,8%;

Cancer du côlon - 694 000 décès;

Cancer du sein - 521 000 décès;

Cancer de l'œsophage - 336 000 décès;

Cancer du col de l'utérus - 223 000 décès;

Cancer du pancréas - 212 000 décès;

Cancer de la prostate - 204 000 décès;

Leucémie - 194 000 décès;

Cancer de la vessie - 132 000 décès;

Cancer buccal - 127 000 patients sont décédés;

Cancer de l'ovaire - 114 000 décès;

Cancer du rein - 90000 décès.

Les types de cancer suivants prévalent dans la structure de la mortalité masculine due aux néoplasmes malins:

Cancer de l'estomac - 10%;

Cancer de l'intestin -8%;

D'autres types de cancer prédominent dans la structure de la mortalité féminine due à l'oncologie:

Cancer du sein - 15%;

Cancer de l'intestin - 9%;

Cancer du col de l'utérus -7%;

Les statistiques des décès par cancer dans les pays en développement sont légèrement différentes. En Afrique et en Asie de l'Est, le cancer du foie est de la plus grande importance, la fréquence de cette pathologie est 24 fois plus élevée que dans les pays européens, de sorte que le taux de mortalité de cette forme de pathologie est assez élevé. Cela est dû aux particularités du travail dans ces régions. Également dans ces pays, le cancer de la peau, les lymphomes, les sarcomes sont fréquents.

Dans les pays du Moyen-Orient (Égypte, Iran, Soudan), les taux d'incidence de la bilharziose sont élevés, ce qui conduit au développement d'un cancer de la vessie difficile à traiter et détecté à des stades ultérieurs..

Dans les pays asiatiques (Inde, Thaïlande, Sri Lanka et autres), l'incidence du cancer de la bouche est élevée, car la population utilise activement le tabac et la noix de bétel, de sorte que la plupart des gens développent un cancer après 15 à 20 ans d'exposition continue à de mauvaises habitudes..

En général, le cancer occupe la 2e place parmi les causes de décès de la population dans le monde (15-20%), près d'une personne sur 5 sur Terre a un risque élevé de décès par cancer. Selon les statistiques de mortalité par cancer, dans les pays européens, les tumeurs malignes chez les femmes âgées de 30 à 50 ans sont les principales causes de mortalité et occupent la première place, et chez les enfants de moins de 14 ans - la deuxième.

Il convient de noter qu'environ 10% des patients avec un diagnostic établi refusent le traitement, plus de 20% des personnes suspectées de cancer ont peur de demander une aide qualifiée, les statistiques de décès par cancer sont donc plutôt défavorables.

Mortalité infantile par cancer dans le monde

L'oncologie infantile dans le monde est également un problème médical et social majeur, car elle entraîne des conséquences irréparables. Selon les statistiques, plus de 200 000 enfants dans le monde contractent un cancer chaque année. Les taux de mortalité dus aux néoplasmes malins dans le monde diffèrent. Au total, environ 96 400 patients sont décédés d'un cancer à l'âge de 0 à 14 ans en 2008, dont 2 100 dans les pays européens, la plupart des décès sont dus au manque d'accès aux méthodes modernes de traitement.

Les scientifiques notent que l'oncologie pédiatrique est moins courante que les adultes et que la mortalité a diminué de près de 4 fois au cours des 40 dernières années. Et si auparavant il était possible de sauver seulement 20% des enfants atteints de cancer, aujourd'hui plus de 80% des patients survivent.

La principale raison des taux de mortalité élevés entre 0 et 14 ans est la détection tardive, car environ 30 à 45% des patients sont admis dans des établissements spécialisés à 3-4 stades de développement du cancer. Cela aggrave les projections de survie et augmente les coûts de traitement. Si des néoplasmes malins sont diagnostiqués aux stades 1 et 2, le taux de survie à cinq ans pour de nombreuses formes de cancer chez les enfants est de 80 à 90%, les stades 3 et 4 entraînent une détérioration significative du pronostic.

Selon les experts, au cours de la nouvelle année, environ 10 300 nouveaux cas de tumeurs sont attendus chez les enfants âgés de 0 à 14 ans, ce qui représente moins de 1% de tous les patients nouvellement diagnostiqués. Selon les statistiques, ces dernières années, l'incidence du cancer chez les enfants a légèrement augmenté et est de 0,6%. Bien que les taux de mortalité aient chuté de 70% depuis 1970, passant de 6,3: 100 000 enfants à 2,1: 100 000.

En 2009-2011, environ 252 décès par an en oncologie à l'âge de 0-14 ans ont été enregistrés, tandis que les garçons sont plus sensibles à la pathologie, de sorte que le taux de mortalité pour les hommes est de 52% (23 cas pour 100000), pour les femmes - 48% ( 23: 100 000).

Les causes de décès les plus courantes chez les enfants sont le cancer du système nerveux central (31 à 32% de tous les décès), la leucémie et d'autres cancers. En général, les taux de mortalité par cancer âgés de 0 à 14 ans ont diminué de 65% au cours des 40 à 50 dernières années (chez les filles de 54%, chez les garçons de 60%). Cette tendance est observée pour toutes les formes de cancer, mais à des degrés divers..

Sur une période de 30 ans, il y a eu une amélioration significative des taux de survie des néoplasmes malins dans l'enfance. Cela est dû à l'amélioration des méthodes de diagnostic et à l'amélioration de la qualité des soins spécialisés. Si auparavant le taux de survie à cinq ans était inférieur à 58%, il est de 83% depuis 2010. Cependant, l'espérance de vie des patients dépend de divers facteurs: le type de cancer, l'âge du patient et d'autres raisons. Le taux de survie moyen à 5 ans pour le rétinoblastome est de 97%, pour le lymphome - 97%, la leucémie - 85%, le cancer du système nerveux central - 72%, le cancer des os - 71%.

Les effets secondaires des procédures thérapeutiques sont très fréquents chez les enfants, ce qui entraîne une diminution de l'espérance de vie, ainsi qu'une altération de la fonctionnalité du corps et augmente le risque de cancer secondaire..

Prévisions et facteurs de risque

De nos jours, personne ne peut nommer les raisons exactes du développement de néoplasmes malins, mais les scientifiques ont identifié un certain nombre de facteurs prédisposants qui augmentent considérablement le risque de morbidité et de mortalité par cancer. Auparavant, beaucoup pensaient que la principale cause de l'apparition de cellules atypiques était une anomalie génétique. À ce stade, il a été scientifiquement prouvé que l'hérédité joue un rôle dans 10% des cas, 10% reste pour d'autres causes internes et les facteurs environnementaux externes sont à blâmer pour 80%..

Le facteur externe le plus important et potentiellement éliminable est le tabagisme. Selon les estimations de l'OMS, c'est le tabagisme dans 80-90% qui provoque le cancer des poumons, de la cavité buccale, du larynx, de l'œsophage, alors que même la fumée secondaire augmente le risque de développer un cancer de 70%.

Un autre cancérogène potentiellement dangereux est l'éthanol. Il renforce les effets négatifs du tabagisme et dans 60% des cas conduit à des néoplasmes malins du système digestif. Le régime alimentaire affecte également l'incidence et la mortalité par cancer, dans 30 à 70% des régimes alimentaires malsains conduisant au cancer.

Les hormones jouent un rôle important dans le corps. Par conséquent, les déséquilibres hormonaux peuvent augmenter le risque de formation de tumeurs chez les femmes de 19,8% chez les hommes de 27,5%.

Si vous excluez tous les facteurs de risque ci-dessus, vous pouvez réduire les taux de mortalité de 65%.

Statistiques mondiales de survie au cancer

Pour évaluer le taux de survie, le nombre de patients ayant vécu pendant 5, 10, 15 ans ou plus est pris en compte. Les statistiques de survie au cancer diffèrent selon les pays: en Russie, en moyenne, elles sont de 40 à 50%, en France - 60%, aux États-Unis - 64%.

Les projections de survie dépendent de nombreux facteurs: l'âge des patients, le type de néoplasme malin, la pathologie concomitante, etc. Le stade du cancer joue un rôle important, car c'est de lui que dépendent le degré de propagation de la tumeur, la probabilité de formation de métastases et le choix des méthodes de traitement. Les plus favorables sont les stades 1 et 2 des néoplasmes malins, les projections de survie à cinq ans après un traitement adéquat pendant ces périodes sont de 93% et 75%, respectivement. Au stade 3 du cancer, des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux sont détectées et le pronostic de survie est réduit à 55%. Au stade 4, plusieurs métastases à distance se forment, le taux de survie à cinq ans est de 13 à 15%, certaines formes de cancer ne dépassant pas 5%.

Au cours des dernières décennies, les taux de survie à cinq ans pour certaines formes de cancer ont augmenté considérablement ou se sont stabilisés. L'amélioration des taux de survie moyens s'explique par l'augmentation de la proportion de cancers détectés aux premiers stades de développement, ainsi que par l'amélioration des méthodes de diagnostic et de traitement. L'utilisation active de thérapies complexes, y compris la chirurgie et la chimioradiothérapie, a joué un rôle positif dans la dynamique des taux de survie.

Le cancer du poumon est la cause la plus fréquente de décès par néoplasmes malins dans le monde, ce qui est associé à un faible pronostic de survie dans cette pathologie. En règle générale, le cancer du poumon est diagnostiqué dans les derniers stades et l'espérance de vie des patients ne dépasse pas six mois. Même dans les premiers stades de développement, les projections d'un taux de survie à cinq ans sont inférieures à 40%. Le cancer de l'estomac occupe le troisième rang dans la structure de la mortalité en oncologie. Pour les étapes 1-2, les prévisions sont favorables et s'élèvent à 80-100%.

Ces différences de taux de survie sont dues aux conséquences des mesures thérapeutiques, car l'ablation d'un poumon conduit inévitablement à une insuffisance pulmonaire, qui ne peut pas être reconstituée par des facteurs externes, mais l'absence d'une partie de l'estomac permet au patient de vivre pleinement après les procédures thérapeutiques..

Statistiques: maladies oncologiques et mortalité en Russie et dans le monde

Les oncologues et les scientifiques ont remarqué que les cas de cancer augmentent chaque année. Quelqu'un note la croissance associée au développement de la civilisation et, à cause de cela, de nombreux facteurs apparaissent qui affectent la survenue d'un néoplasme malin. Quelqu'un dit que la croissance est associée à de nouvelles méthodes de diagnostic.

En 2012, les statistiques du monde entier montrent que le nombre de cas est passé à 3 000 000. Autrement dit, pour 100 000 personnes, il y a environ 2 000 patients atteints de cancer. Comme le montrent les statistiques, le nombre de maladies oncologiques a augmenté dans les villes et les régions où l'industrie est très développée et où il existe un grand nombre d'usines et d'usines..

Statistiques par régions de la Fédération de Russie

Le tableau ci-dessous présente des statistiques sur l'incidence du cancer par régions de Russie, ainsi que sur la mortalité pour 100 000 habitants..

Nom du territoire ou de la régionDécès par cancer pour 100 000 habitants
La République d'Ingouchie50
La République du Daghestan69
République tchétchène78
District autonome Yamalo-allemand89
République de Tyva98
Okrug autonome de Khanty-Mansi - Ugra121
Tioumen125
District autonome de Tchoukotka126
République Kabardino-Balkar127
République de Tchouvache142
République du Bachkortostan151
Région de Krasnoïarsk154
République de Karachay-Cherkess154
Lipetsk166
République d'Oudmourtie169
Saratov172
La République de Bouriatie174
La République de Mordovie174
Région de Stavropol174
République de Kalmoukie175
Région de Khabarovsk176
République de l'Altaï179
Région de Belgorod179
Mourmansk180
Rostov181
République du Tatarstan184
République Mari El184
Voronej186
Région de Krasnodar188
République de Crimée190
Région de Perm192
Novossibirsk193
Région de l'Amour195
Kraï du Kamtchatka197
Sakhaline198
Tambov198
Moscou199
Région autonome européenne200
Magadan202
Tomsk203
Irkoutsk204
Omsk205
Volgograd207
Ivanovskaya208
Vologda209
République d'Adygée209
Samara210
Smolensk210
La République de Khakassie211
Kemerovo213
Penza213
Primorskaya215
République Komi216
République Komi216
Région de Koursk216
Nizhny Novgorod222
Région de l'Altaï224
Oulianovsk227
Sverdlovsk228
Région de Briansk228
Arkhangelsk229
Orenbourg232
Moscou232
Ryazan233
Leningradskaya234
Orlovskaya236
Tcheliabinsk237
Kirovskaya237
Kirovskaya237
Yaroslavl239
Tverskaya239
République de Carélie241
Kaluga249
Tula250
Kostroma254
Saint-Pétersbourg254
Novgorod257
Pskov267
Vladimirskaya269
Kurgan277
Sébastopol280
TOTAL15966

Environ 10 000 000 de personnes dans le monde tombent malades chaque année. Si vous comptez, 28 089 personnes contractent cette maladie chaque jour, dont 1 600 sont des Russes. Et ce ne sont que les patients chez lesquels un néoplasme a été découvert lors du processus de diagnostic dans un hôpital, et imaginez maintenant qu'il y en a plus..

Comme vous pouvez le voir, les décès par cancer augmentent dans les grandes villes industrielles. Bien sûr, le pourcentage lui-même dépend toujours de la taille de la population, mais comme le pensent les scientifiques, ce sont principalement l'écologie et la pollution dans ces colonies qui affectent.

TOP10 régions avec la mortalité tumorale la plus élevée

  • 1 place - Sébastopol
  • 2e place - région de Kurgan
  • 3e place - région de Vladimir
  • 4e place - Région de Pskov
  • 5e place - Région de Novgorod
  • 6e place - Saint-Pétersbourg
  • 7 Place - Région de Kostroma
  • 8 Place - Région de Toula
  • 9e place - Région de Kaluga
  • 10e place - République de Carélie

Si l'on considère la cote des grandes villes, alors ce n'est pas étrange, mais la capitale de notre pays ne tombe qu'à la troisième place. La prévalence des maladies malignes augmente chaque année vers l'Extrême-Orient.

Environ 160000 personnes meurent chaque année de néoplasmes malins en Russie

Statistiques du cancer par organe en Fédération de Russie

Nom de l'oncologiePourcentage total
Mélanome63,7%
Sarcome du sein11,4%
Les maladies pulmonaires10,6%
Néoplasme gastro-intestinal7,1%
Sarcome de la prostate5,6%
Tumeur rectale5,1%
Dommages au système lymphatique, cancer du sang4,7%
Tumeur de l'utérus4,2%
Néoplasme rénal3,8%
Formation du pancréas2,9%
Cancer du col utérin2,9%
Tumeur de la vessie2,8%
Tumeur ovarienne2,6%

Comme vous l'avez peut-être remarqué, les statistiques sur l'incidence du cancer dans notre pays d'origine ont une prépondérance sur les tumeurs cutanées. De nombreux médecins attribuent cela au fait que cet organe est la toute première défense contre les rayons ultraviolets et d'autres influences, et qu'il en souffre donc en premier..

En outre, à partir des statistiques sur toutes les maladies oncologiques en Russie, on peut remarquer qu'il existe une grande couche de sarcome du sein dans la population féminine. Malheureusement, les médecins ne peuvent pas encore expliquer pourquoi le sexe faible souffre autant de cette oncologie..

Chez les femmes

NomPour cent
Masse mammaire20,8%
Cancer de la peau16,3%
Gonflement de l'utérus7,6%
Cancer du colon7,2%
Formation maligne dans le col de l'utérus5,6%
Cancer des ovaires4,7%

Tout d'abord, l'incidence du cancer dans la population féminine en Russie va aux néoplasmes tumoraux du sein. Beaucoup de gens notent cela avec le fait que ces organes sont très sensibles aux œstrogènes, et avec une exposition supplémentaire, les cellules peuvent muter. Les femmes plus âgées tombent plus souvent malades.

Mais en même temps, les filles et les femmes ont beaucoup moins de cancer du système digestif. Cela est dû au fait que les filles sont plus susceptibles que les hommes de penser à leur alimentation et à leur régime alimentaire. De plus, la moitié masculine est plus encline à boire de l'alcool, ce qui affecte également les néoplasmes malins. Mais les femmes sont beaucoup plus susceptibles d'avoir un cancer de la peau, en raison de leur amour pour prendre un bain de soleil sans crème solaire..

Chez les hommes

NomPour cent
Tumeur des bronches et de la trachée18,6%
Néoplasme de la prostate12,2%
Tumeur de la peau11,3%
Éducation dans l'estomac8,9%
Cancer du colon6,1%

La population masculine de notre patrie est davantage dominée par les maladies oncologiques bronchiques. Ceci est principalement associé au tabagisme, puis à l'environnement. Un très grand pourcentage provient de maladies du tractus gastro-intestinal, dues à une mauvaise alimentation et à l'alcool. Par conséquent, les mauvaises habitudes augmentent le risque de mourir non seulement d'un cancer, mais également d'autres maladies de ces localisations..

REMARQUE! Plus de 300 000 patients atteints de cancer meurent chaque année en Russie. Parmi ceux-ci, 46% sont des femmes et 54% sont des hommes. Les principales causes de décès sont précisément un diagnostic tardif en raison de la peur du patient d'aller chez le médecin un peu plus tôt pour une aide médicale..

En premier lieu selon les statistiques de mortalité, il s'agit de néoplasmes cancéreux dans les poumons et les bronches - 26,9%. Ensuite, il y a les maladies associées à la digestion - 12,3%. Les statistiques ultérieures affectent déjà le système génito-urinaire. Et toute la raison est le tabagisme et l'alcool.

Moins de 30 ans

NomPour cent
Oncologie du système hématopoïétique32,4%
Dommages au système nerveux9,8%
Tumeur cervicale7,2%
Éducation dans la glande thyroïde6,8%
Néoplasme ovarien4,4%
Cancer des os4,2%

30 à 60 ans

NomPour cent
Oncologie du sein15,8%
Cancer du poumon10,2%
Formation de peau10,1%
Gonflement de l'estomac6,6%

Habituellement, l'oncologie touche davantage les adultes. Cela est dû à de nombreux facteurs. Mais les scientifiques ont découvert qu'à un âge plus avancé, le système immunitaire ne commence pas à combattre si bien les premiers signes de cellules cancéreuses, c'est pourquoi le risque de tomber malade après 30 ans est beaucoup plus élevé qu'à un plus jeune âge. De plus, il y a un stress supplémentaire, une mauvaise nutrition et une santé brisée par d'autres maladies..

Chez les enfants

Malheureusement, depuis 2000, la mortalité infantile par cancer a augmenté. Chaque année, 20 000 enfants reçoivent un diagnostic de cancer chez des enfants de moins de 17 ans. De plus, si nous prenons de petits enfants âgés de 1 à 5 ans, leur part importante est de 15000.

Statistiques sur le cancer infantile

NomPour cent
Leucémie lymphoblastique46,6%
Cancer de la moelle épinière et du cerveau17,3%
Pathologie rénale7,4%
Sarcome5,8%
Néoplasmes dans les os et les articulations4,9%
Gonflement des yeux3,4%

Pronostic dans le traitement du cancer

Les médecins utilisent souvent le terme de survie au cancer à 5 ans. Autrement dit, s'il a vécu pendant cette période, il est inclus dans les statistiques. Souvent, même après une guérison complète, le cancer peut réapparaître ou même se former dans un autre organe, de sorte que ces patients tombent immédiatement dans le groupe à risque..

En Russie, en raison du niveau de médecine et de l'école d'oncologie, le taux de survie après traitement est plutôt faible. De plus, ce domaine de notre traitement se développe très lentement et souvent nous adoptons simplement diverses méthodes de thérapie occidentales. Pourtant, l'oncologie en Russie est à la traîne derrière l'Allemagne, l'Amérique, Israël et le Japon.

Taux de mortalité par cancer dans différents pays

Regardons les statistiques des décès par cancer dans le monde et notons que les pays très développés avec un grand nombre de technologies, de voitures, de centrales électriques, d'usines, etc. sont le plus souvent touchés par cette maladie désagréable..

En règle générale, les statistiques de survie au cancer pour les pays du monde prévalent dans les grands pays riches avec un niveau élevé de soins médicaux et scientifiques. Malheureusement, mais la Fédération de Russie ne fait même pas partie des dix premiers et le taux de mortalité de cette maladie dans notre pays est de 60%. Tout cela est dû au fait que nous pouvons avoir différentes méthodes de traitement, le niveau de diagnostic et d'équipement.

Si nous prenons les pays d'Asie centrale, ils ont enregistré des taux accrus en raison du grand nombre de personnes.

Pourcentage de survie à 5 ans par stade

  • 1 stade de cancer - 85%.
  • Cancer de stade 2 - 70%.
  • Cancer de stade 3 - 45%.
  • Cancer de stade 4 - 5%.

De nombreux patients ne peuvent tout simplement pas recourir au traitement, même après un diagnostic complet, faute de fonds. Et la majorité ont généralement peur d'aller chez le médecin, même après les premiers symptômes, c'est pourquoi ils perdent un temps précieux, et après cela il devient trop tard.

REMARQUE! Les statistiques pour les stades sont approximatives, car chaque cancer a son propre taux de mortalité et de survie à cinq ans. Mais souvent aux stades 3 et 4, il est très difficile de guérir le cancer..

Evaluation des pays par oncologie. Qui n'a pas de cancer

Afin de diagnostiquer et de traiter avec succès les maladies oncologiques, il est nécessaire de bien connaître les caractéristiques de leur comportement biologique et la fréquence d'apparition, y compris en fonction du sexe, de l'âge et de la région de résidence. Conformément à ces données, des programmes de détection précoce et de prévention des néoplasmes malins les plus courants sont en cours d'élaboration. Le cancer est l'une des principales causes de décès et d'invalidité dans le monde. Ainsi, en Russie, environ 190 000 personnes sont reconnues chaque année comme invalides pour une maladie oncologique..

En 2013, 535 887 nouveaux cas de néoplasmes malins ont été détectés en Russie (54,2% chez les femmes, 45,8% chez les hommes), soit 15,0% de plus qu'en 2003 (455 375).

Dans la structure générale de la morbidité, les localisations les plus fréquentes (par ordre décroissant) sont:

Trachée, bronches, poumon;

Rectum, jonction rectosigmoïde et anus;

Tissu lymphatique et hématopoïétique;

Les premières places dans la structure de l'incidence des néoplasmes malins dans la population masculine de Russie sont réparties comme suit:

1. tumeurs de la trachée, des bronches, du poumon (18,4%),

2. glande prostatique (12,9%),

3. peau (10,0%, avec mélanome - 11,4%),

5. côlon (5,9%).

Une proportion significative de néoplasmes malins du rectum, de la jonction rectosigmoïde, de l'anus (5,2%), des tissus lymphatiques et hématopoïétiques (4,8%), des reins (4,7%), de la vessie (4,5%), du pancréas ( 3,2%), larynx (2,5%). Les tumeurs malignes du système génito-urinaire forment un groupe important chez les hommes, représentant 22,9% de tous les néoplasmes malins.

Chez les femmes, les cancers suivants sont les plus courants:

1. cancer du sein (20,9%),

2. néoplasmes cutanés (14,3%, avec mélanome - 16,2%),

4. colon (7,0%),

6. col de l'utérus (5,3%),

7. rectum, jonction rectosigmoïde, anus (4,7%),

9. tissu lymphatique et hématopoïétique (4,5%),

10.trachée, bronches, poumon (3,8%).

Ainsi, les néoplasmes malins de l'appareil reproducteur (39,2%) ont la plus grande part dans la structure de la morbidité oncologique chez la femme (39,2%), tandis que les tumeurs des organes génitaux représentent 18,3% de tous les néoplasmes malins chez la femme..

Le taux de détection des patients avec pour la première fois de leur vie un diagnostic de néoplasme malin par étapes du processus tumoral était:

Stade III - 21,5%,

Stade IV - 21,1% (en 2003 - 23,6%).

La détection précoce du cancer aux stades précoces (I et II) est la clé du succès du traitement et du maintien d'une qualité de vie élevée chez un patient; la plupart des activités de dépistage visent à sa mise en œuvre.

L'âge moyen des cas en 2013 était de 64,0 ans: pour les hommes de 64,2 ans, pour les femmes de 63,8 ans.

Dans la structure de la mortalité de la population russe, les néoplasmes malins se classent au deuxième rang (15,4%) après les maladies du système circulatoire (53,5%), devant les blessures et les intoxications (9,9%).

À son tour, parmi les néoplasmes malins comme causes de décès, la plus grande gravité spécifique est:

1. tumeurs de la trachée, des bronches, du poumon (17,4%),

3. glande mammaire (8,0%),

4. colon (7,6%) et rectum (5,8%).

La structure de la mortalité due aux néoplasmes malins de la population masculine et féminine présente des différences significatives.

Les cancers les plus courants chez les hommes sont:

1. cancer de la trachée, des bronches, du poumon (26,8%),

2. tumeurs de l'estomac (11,7%),

3. système urinaire (6,9%),

4. glande prostatique (7,2%),

5. intestins du colon (5,9%) et du rectum (5,5%),

6. pancréas (5,3%),

7. lèvres, cavité buccale et pharynx (5,0%),

8. tissu lymphatique et hématopoïétique (4,7%).

Dans la structure de la mortalité féminine, les éléments suivants ont le poids spécifique le plus élevé:

1. néoplasmes malins du sein (17,0%),

2. néoplasmes gastriques (10,0%),

3. côlon (9,5%),

4. trachée, bronches, poumon (6,3%),

5. le rectum (6,2%),

6. pancréas (5,9%),

8. tissu lymphatique et hématopoïétique (5,2%),

9. corps (4,9%) et col de l'utérus (4,8%).

Dans chaque établissement de santé, l'enregistrement et les registres statistiques de tous les patients atteints de cancer sont obligatoires. Chaque année, ces données sont analysées à la fois dans les régions et au niveau central, à travers le pays et dans le monde. Les résultats sont comparés aux données correspondantes pour différentes périodes de temps. Ainsi, il est possible de suivre l'efficacité des mesures préventives et thérapeutiques, d'évaluer l'influence des facteurs environnementaux et du mode de vie de la population sur l'incidence du cancer et la mortalité qui en résulte, et de réagir en temps opportun à leurs changements à l'aide de programmes anticancéreux régionaux et nationaux..

En service, j'ai assisté à la Conférence panrusse des oncologues, à laquelle ont participé des représentants de 50 régions et l'oncologue en chef de l'académicien V.I. Chissov. Le compte-rendu de la conférence sera dans le magazine "Santé de la Nation", mais ici je voulais exprimer mon opinion particulière.

Qui n'a pas de cancer?

Participant à la conférence et me réjouissant des succès de notre oncologie, moi, comme Maxim Gorky en son temps, j'ai posé des questions intellectuelles intempestives. Oui, les décès par cancer sont en baisse grâce à la détection précoce et aux nouveaux traitements. Mais l'incidence augmente, ce qui signifie que la question de la prévention reste généralement non résolue. Après tout, que devrait faire une personne ordinaire, une personne ordinaire, pour éviter le cancer? Et pouvez-vous faire quelque chose? Quelqu'un connaît-il la cause du cancer? Les scientifiques ont nommé des milliers de facteurs qui augmentent la probabilité de cancer. Par conséquent, ils ne nomment pas un facteur principal et décisif.

Récemment, une version de l'auto-consolation s'est répandue - que l'augmentation de l'incidence du cancer est une conséquence de l'augmentation de l'espérance de vie, que les personnes plus tôt n'ont tout simplement pas été à la hauteur du cancer. Mais si oui, pourquoi l'incidence du cancer chez les enfants augmente-t-elle? Et pourquoi en Russie, où l'espérance de vie n'a cessé de diminuer ces dernières décennies, l'incidence du cancer continue de croître, même si, selon cette logique, elle devrait diminuer?

Dans l'espoir de comprendre comment se protéger de l'oncologie, j'ai collecté des informations sur les sociétés ou segments de la population où l'incidence du cancer est la plus faible (ou, au contraire, la plus élevée):

Depuis mille ans, il n'y a pas eu un seul cas de cancer parmi les moines du monastère d'Athos, malgré le fait que l'espérance de vie moyenne est de 94 ans.

Dans la ville de Mandemocharia, non loin du mont Athos, le nombre de cas de cancer par habitant est de près de 30%;

Dans l'Utah (USA), l'incidence des néoplasmes malins est de 22% inférieure à celle du pays dans son ensemble. 72% de la population de l'État sont des mormons;

La tribu Hanza de l'Himalaya n'a jamais rencontré de cancer, cependant, dès qu'elle a été confrontée au régime occidental, elle a commencé à avoir un cancer;

Les médecins de l'Université de Boston ont calculé que les homosexuels sont 1,9 fois plus susceptibles d'avoir un cancer que les hétérosexuels;

Des chercheurs américains ont découvert que les personnes qui ne s'entendent pas avec leurs parents, qui sont seules, qui sont déprimées, qui ont perdu la capacité de s'exprimer, sont plus sensibles au cancer - en cas de retraite, de décès d'un conjoint, de séparation d'avec ses enfants et de cessation des sports ou des loisirs. Les femmes qui sont sujettes à des expressions violentes de colère et à une sédation rapide consécutive ont rarement le cancer;

En Russie, les leaders de la morbidité sont le territoire de Krasnodar (2450 cas de la maladie pour 100 000 habitants), Moscou (2330) et Novgorod (2321), Leningradskaya (2309). Les moins nombreux sont atteints de maladies oncologiques dans la région de Tver (445), en République tchétchène, en Ingouchie et en Tchoukotka (de 500 à 850);

En 1960, en URSS, parmi les personnes handicapées atteintes de cancer était de 1%, aujourd'hui en Russie -12%;

L'incidence du cancer du sein en Europe et en Russie varie de 50 à 70 cas pour 100 000 femmes. Dans les pays islamiques, il est plusieurs fois plus faible (en Ouzbékistan - 18 cas pour 100 000 femmes), ceci est associé à l'absence d'avortements, à la tradition de l'allaitement et à moins de stress. Pour les femmes musulmanes, la maternité est le bonheur, pas un obstacle gênant dans leur carrière, comme chez les femmes européennes;

Les végétariens ont une incidence de cancer 11% plus faible que ceux qui mangent de la viande;

Des experts de l'Université Stanford de San Francisco ont constaté que les propriétaires de chats et de chiens ont un risque de cancer 30% inférieur à ceux qui n'ont pas d'animaux..

Prendre soin du bien commun

Quelle conclusion peut-on tirer de tout ce kaléidoscope de données? Cet air pur et des aliments naturels réduisent le risque de maladie? Bien sûr, mais comment cela est-il lié à la faible incidence de propriétaires de chiens et à la forte incidence des voisins des moines Athos? Je propose de regarder ces faits sous cet angle. Le cancer est moins probable pour ceux qui aiment prendre soin des autres, qui se sentent intégrés à quelque chose de plus grand. Les moines mormons et Athos vivent dans une communauté, et le socialisme tente de développer le collectivisme, et la maternité prend soin d'un enfant..

Mais les homosexuels préféraient le plaisir sensuel à la procréation. Et en général, la croissance de l'oncologie a commencé lorsque l'entrepreneuriat privé a détruit la communauté, la vision du monde de la coopération a été remplacée par la promotion de la concurrence. Mais le cancer est une condition lorsqu'une cellule individuelle «oublie» son but dans les affaires générales de l'organisme et vit comme elle le veut, prend tout à la vie. Ce qui est en haut, donc en bas - a affirmé Hermès Trismégiste. Qu'y a-t-il dans la vision du monde, donc dans le corps - nous pouvons ajouter.

Je ne peux pas dire, ce n'est qu'une supposition jusqu'à présent. Mais le souci sincère du bien commun peut s'avérer être un véritable moyen de prévention du cancer. Comment puis-je vérifier cela? Avec ma propre vie, avant tout. Mais vous pouvez aussi compter quelque chose. Si cette hypothèse est correcte, alors les patriotes sincères de leur pays mourront plus souvent de maladies cardiovasculaires («ils sont malades pour le pays avec leur cœur», disent-ils parmi le peuple), et les libéraux et les cosmopolites - du cancer. Vous pouvez faire un échantillon, par exemple, pour les années 70 pour les causes de décès des directeurs d'usine, qui étaient surtout préoccupés par la cause commune, et des membres du syndicat des écrivains, qui sont le plus souvent des individualistes..

Je n'ai pas pu résister et, voulant tester l'hypothèse, j'ai lancé une demande sur Internet, je vous donne les données de la première page de la recherche uniquement.

Recherche "mort du cancer"

Recherche "décédé d'une crise cardiaque"

Le député du Parti communiste Viktor Ilyukhin, le présentateur de télévision Turchinsky, le musicien Alexander Barykin, Viktor Chernomyrdin, le scénariste Yakov Kostyukovsky, l'avocat de Koutchma Viktor Petrunenko.

Il y a une différence: si dans la première liste il y a entièrement des artistes, alors la seconde est plus diversifiée. Bien qu'il y ait encore trop peu d'informations pour confirmer l'hypothèse.

application

Ici, je fournis les sources que j'ai rassemblées dans le processus de réflexion sur le problème. Je cite parce qu'ils sont assez intéressants en eux-mêmes.

Manger sainement - Pourquoi les moines athonites ne contractent pas le cancer

Au début, seuls les médecins grecs ont attiré l'attention sur ce fait étonnant, mais bientôt des scientifiques du monde entier les ont rejoints et, à la suite d'un travail scientifique sérieux, qui se poursuit à ce jour depuis 1962, il a été prouvé que les moines du monastère d'Athos ne souffraient pas de cancer. Et non seulement ils ne tombent pas malades, mais ils ne l'ont jamais été. Et cette conclusion a été obtenue à la suite de l'examen des restes, dont l'âge varie dans l'intervalle de plusieurs milliers d'années..

Pour expliquer ce fait étonnant, de nombreuses théories différentes ont été avancées, dont, finalement, une seule a eu le droit d'exister - pour éviter cette maladie dangereuse, les moines Athos sont aidés par leur alimentation et leur mode de vie quotidien, dont nous parlerons dans cet article..

Il s'est avéré qu'ils ne mangent pas de viande, mais ils mangent beaucoup de légumes et de fruits. rapide pendant la majeure partie de l'année. Et c'est leur nourriture saine, presque sans graisse qui protège les moines du cancer et d'autres maladies, et leur donne une longévité incroyable, et en fait, il y a des cas où des moines ont vécu sur Athos jusqu'à 110 ans ou plus. Eh bien, l'âge moyen de leur vie - 94 ans, est depuis longtemps un fait officiellement confirmé.

Ce n'est pas surprenant, mais les principes de base de leur alimentation sont énoncés par les principales règles de l'Église orthodoxe, qui recommandent de manger des aliments avec modération, sans graisses ni huiles, et en petites mais fréquentes portions..

Même les jours fériés comme Pâques, les moines ne mangent pas de viande. Mais d'un autre côté, leur régime alimentaire contient une variété de fromages de poisson, de chèvre, de mouton et de vache, ainsi que d'autres aliments protéinés tels que les pois et les haricots..

Il est à noter que tous les fruits et légumes qui vont à leur table sont cultivés par les moines eux-mêmes, et c'est aussi un gage de santé et de longévité. Et ce n'est pas seulement que les produits écologiques nettoient parfaitement le corps des vernis et des antioxydants. Il est très important que tous les jours, par tous les temps, tous les moines passent à l'air frais à faire un travail physique, et c'est aussi l'un des éléments importants d'une vie saine et longue..

Avec le régime orthodoxe, selon les scientifiques, un rôle clé dans la bonne santé des moines Athos est joué par le fait qu'ils vivent loin de l'agitation, du stress et de l'air sale des villes. Bien que ce ne soit probablement pas le cas. Par exemple, dans la ville de Mandemocharia, située non loin du mont Athos, le nombre de cas de cancer par habitant est de près de 30%, alors que les habitants y mangent la même nourriture, respirent le même air et vivent dans le même climat. Ou dans ce cas, il serait approprié d'ajouter le mot "presque"?

Alors, comment pouvez-vous vous appliquer les règles des moines Athos afin non seulement de vous débarrasser de toutes les maladies sans exception, mais aussi de vivre jusqu'à un âge avancé, tout en conservant une excellente forme physique et mentale? Il y a très peu de règles, comme vous le verrez bientôt, et elles sont les suivantes:

1. Évitez le stress, l'excitation, l'agitation et la colère, nettoyez votre âme, puis elle deviendra le principal guérisseur de votre corps.

2. Soyez plus souvent au grand air, sortez de la ville, de la maison de campagne, de la forêt.

3. Aller à l'utilisation d'aliments simples, abandonner les conservateurs, les graisses, la viande et les aliments complexes de transformation.

4. Au moins trois fois par semaine - le lundi, mercredi et vendredi - un jeûne strict, ne mangeant que des aliments crus - fruits et légumes.

5. Consacrez au moins deux heures par jour 5 fois par semaine au travail physique ou aux sports..

6. Mettez les choses en ordre dans votre vie sexuelle en réduisant le nombre de rapports sexuels au moins à 3-4 par mois.

7. Et, bien sûr, renoncez à des habitudes autodestructrices comme fumer et boire.

Et puis vous êtes non seulement assuré d'éviter les maladies des systèmes digestif et cardiovasculaire, les problèmes de reins et de métabolisme, mais aussi de vous débarrasser des maladies que vous avez déjà réussi à contracter, en vous donnant une vie heureuse, active et incroyablement longue..

Les médecins de l'Université de Boston ont constaté que les homosexuels sont 1,9 fois plus susceptibles de développer un cancer que les hétérosexuels. Les scientifiques expliquent cette différence par le fait que le VIH et le papillomavirus humain sont plus courants chez les homosexuels.

Qui n'a pas de cancer

Il y a plusieurs années, les médias ont vivement débattu du problème du catrex - une substance obtenue à partir du foie d'un requin de la mer Noire et, selon certains chercheurs, a un effet antitumoral actif. Sous la pression de l'opinion publique, le ministère de la Santé de l'URSS a été contraint de procéder d'urgence à des tests cliniques de catrex dans un certain nombre d'établissements médicaux. Alors que des milliers de patients désespérés assiégeaient un laboratoire à Tbilissi qui fabrique du catrex, huit cliniques d'oncologie ont donné des commentaires négatifs sur l'effet clinique du médicament. Mais les doutes n'ont pas été dissipés, car le médicament n'a été utilisé qu'au dernier stade, avec un cancer avancé, lorsqu'il est extrêmement difficile d'identifier l'effet thérapeutique d'un médicament, et qu'aucune donnée expérimentale convaincante sur l'effet anticancérogène du catrex n'a été présentée..

Les biologistes savent bien que chez certains animaux, le cancer ne survient pas du tout ou guérit naturellement. Il existe environ 300 espèces de requins dans le monde, et toutes, des spécimens de 30 cm aux géants de plusieurs tonnes, n'ont presque jamais de cancer. La même image se produit avec les raies..

Le sort des néoplasmes malins chez les baleines est particulier. En général, les baleines souffrent des mêmes maladies que les humains; ils ont une amygdalite, une pleurésie, une pneumonie, une cirrhose du foie, des calculs rénaux, dans la vieillesse - l'athérosclérose. Un cas avec un cachalot est également décrit, dans lequel des traces d'un infarctus du myocarde récent ont été trouvées. Les baleines contractent également le cancer, mais leur corps fait face à cette maladie comme par magie: la tumeur est enveloppée de tissus vivants et est contenue dans une sorte de capsule, dépourvue de vaisseaux sanguins et lymphatiques. Le cancer dans de tels cas ne métastase pas et n'est donc pas une maladie mortelle. Le mécanisme de défense derrière cet isolement des cellules cancéreuses reste inconnu..

De retour au XIe Congrès oncologique international, le scientifique australien P. Wolf a rapporté que parmi les innombrables jarres à huîtres dans l'embouchure des rivières du sud du Pays de Galles, il n'a réussi à trouver que quelques spécimens avec des excroissances ressemblant à des tumeurs. En apparence, ces tumeurs ressemblaient à des tumeurs malignes, mais elles affectaient exclusivement la coquille externe, le soi-disant manteau d'huître..

Chez les invertébrés, y compris les mollusques, le cancer est extrêmement rare. Chacune de ces découvertes fait l'objet d'un rapport scientifique spécial. On pense que la raison de l'absence de cancer réside dans les caractéristiques peu claires de l'immunité de ces animaux. Les cancérogènes chimiques, qui, lorsqu'ils sont appliqués localement, peuvent facilement causer le cancer de la peau chez la souris, sont impuissants à provoquer un gonflement des enveloppes extérieures des mollusques ou des limaces, même si ces agents sont frottés sur leur peau pendant des mois. Il a été suggéré que les protozoaires, comme certains poissons cartilagineux et téléostéens, contenaient des substances anticancéreuses naturelles contenues dans le tégument externe et à des concentrations variables dans les organes internes. Le foie faisait plus souvent l'objet d'études en raison de sa masse..

Mais ces substances qui aident cette espèce d'animaux à éviter le cancer ne doivent pas nécessairement être un médicament salvateur pour les humains. Et cette substance active à l'état tout aussi actif doit encore être isolée de l'extrait de cellules animales détruites. Dans les années 60. L'océanographe américain Samuel Gruber a publié un programme visant à obtenir des médicaments biologiquement actifs à partir de tissus de requin qui peuvent aider les gens à lutter contre certaines maladies infectieuses et le cancer. Mais jusqu'à présent, cette direction n'a pas donné de résultats notables..

Isolé des tissus d'invertébrés - rayons ou requins - le médicament peut avoir la capacité d'inhiber la croissance ou même de tuer les cellules cancéreuses dans un tube à essai (in vitro, en verre, comme disent les biologistes). Mais si ce médicament a des propriétés spécifiques à l'espèce, dans ce cas "requin", alors après ses injections, notamment répétées, il est tout à fait possible la formation d'anticorps neutralisants. De tels anticorps, par exemple, sont formés contre une insuline mal purifiée, bien que l'insuline chez l'homme et chez certains animaux soit très similaire dans la formule protéique. Si les substrats isolés des tissus d'invertébrés ne sont pas spécifiques pour l'espèce, alors les chances de leur effet antitumoral chez l'homme augmentent. Dans ce cas, la purification de la fraction biologiquement active de l'extrait tissulaire est d'une grande importance..

Le schéma d'administration des produits biologiques est également important, car les cellules cancéreuses, en particulier les cellules des ganglions métastatiques, s'adaptent exceptionnellement rapidement à tout agent qui leur est défavorable. De nouveaux clones résistants des mêmes cellules apparaissent et se développent, très variables et invulnérables.

Cancer et psychologie

Joan Borisenko, professeur à la Harvard Medical School, psychologue et biologiste qui étudie les cellules, fait partie d'un groupe de médecins qui recherchent le lien entre le cancer et le caractère humain.

Elle a découvert grâce à ses recherches que les personnes sujettes au cancer ne s'entendent généralement pas avec leurs parents. James Lynch, Ph.D., du Center for Human Psychophysiology Research de la faculté de médecine de l'Université du Maryland à Baltimore, a découvert que les personnes seules étaient plus susceptibles au cancer et à la mort prématurée. Il a constaté qu'il existe un lien entre la maladie et la solitude..

Richard Checkell, Ph.D., professeur d'épidémiologie au département de santé publique de l'Université du Texas à Houston, a constaté que les personnes les plus sujettes à la dépression sont deux fois plus susceptibles de développer un cancer que les autres. De nombreuses études montrent que la dépression affaiblit la réponse immunitaire. Il a également été constaté que la majorité des personnes atteintes de cancer sont des personnes qui ont perdu la capacité de s'exprimer de manière créative. Cela peut se produire en cas de retraite, de décès d'un conjoint, de séparation des enfants et de cessation des sports ou des loisirs..

Des recherches supplémentaires indiquent que la suppression de la colère est également un facteur de risque important de cancer. De nombreuses personnes aimeraient exprimer leur colère ou leur ressentiment pour tenter de se protéger ou de protéger un être cher contre l'injustice, mais elles ne peuvent pas le faire. Des études portant sur des patientes chez lesquelles une tumeur au sein a été diagnostiquée ont révélé que parmi celles atteintes d'une tumeur maligne, il y avait plus de femmes supprimant la colère que parmi celles dont la tumeur était bénigne. Les femmes atteintes d'une tumeur maligne avaient tendance à contenir leur colère même lorsqu'elles estimaient avoir raison, tandis que les femmes atteintes d'une tumeur bénigne avaient tendance à retenir leur colère..

Autre découverte intéressante: les femmes qui sont sujettes à de violentes manifestations de colère et à un apaisement rapide qui en découle ont rarement un cancer. Ils sont capables de changer rapidement la direction de leur énergie et de se concentrer sur un objet plus agréable. On peut conclure que la colère non manifestée ou supprimée agit sur le corps comme un poison puissant..

Elena Anatolyevna, quelles expériences, à votre avis, contribuent le plus souvent au cancer?

C'est un ressentiment profond contre quelqu'un ou quelque chose quand la personne ne peut pas pardonner. Un trait caractéristique de ce ressentiment est qu’une personne «s’accroche dessus», elle regarde la vie à travers le prisme de ce sentiment, elle ne peut s’arracher à elle.

J'ai travaillé et travaille beaucoup avec des femmes qui ont subi une intervention chirurgicale pour des tumeurs du sein. Je peux mettre en évidence certains des traits de personnalité caractéristiques de ces patients.

La manière dont ces femmes interagissent avec le monde est assez difficile. Ils ont tout mis sur les étagères: «bon-mauvais», «noble-vil», «juste-injuste». Dans tout, les appréciations catégoriques prévalent. Il n'y a pratiquement pas de demi-teintes. Les personnes qui, de leur point de vue, agissent de manière malhonnête, malhonnête ou injuste, font l'objet d'un déni global.

Statistiques d'oncologie

Donc, si dans le pays en 1998 il y avait 440 721 nouveaux patients cancéreux enregistrés, alors en 2008 il y avait 490 734 personnes. Début 2009, dans les dispensaires oncologiques de Russie, il y avait 2 607 223 (!) Sur le registre. Et c'est avec les 148 millions d'habitants de la Russie. En moyenne, pour 100 000 habitants, la Russie est malade en 1830. Selon les statistiques, l'augmentation de l'incidence est de 11,3% tous les 10 ans. Mais ce chiffre n'est pas non plus constant. L'incidence augmente de façon exponentielle.

Mais qu'est-ce qui est intéressant. L'incidence dans différentes régions n'est pas la même. Par exemple, le leader incontesté de la morbidité est le territoire de Krasnodar. Ici, 2 450 cas de la maladie sont enregistrés pour 100 000 personnes. Ensuite, il y a les régions de Moscou et de Novgorod - 2330 et 2321 cas par an, respectivement. Et la région de Leningrad n'est pas allée loin - 2 309 cas par an pour 100 000 habitants. Les moins de tous souffrent de maladies oncologiques dans la région de Tver - 445 cas. Un peu plus en République tchétchène, en Ingouchie et en Tchoukotka. Il varie de 500 à 850 cas de la maladie pour cent mille personnes. Mais ces chiffres n'entrent en aucune comparaison avec les données sur les régions de Moscou, Krasnodar et Novgorod.

Cancer dans les temps anciens

Alors, d'où vient une épidémie si soudaine? Dans les années 80 du siècle dernier, un certain nombre de scientifiques célèbres ont soutenu (même cette théorie est décrite comme un axiome dans les manuels de l'époque) qu'ils souffraient toujours beaucoup du cancer. C'est juste que le diagnostic de la maladie n'a atteint que maintenant le niveau où il est possible de diagnostiquer avec précision la mort d'un cancer et non d'une autre maladie. À ce jour, cette théorie est réduite en miettes. La tumeur pourrait être diagnostiquée pendant une longue période. Nekrasov est mort d'un cancer de la peau. Une dame régnante en Grande-Bretagne du 15ème siècle, selon les registres de ses médecins, a sans doute mis une tumeur de l'utérus.

Le point dans cette controverse et le dernier clou dans le cercueil de cette théorie a été motivé par des scientifiques britanniques de l'Université de Manchester. Ils ont décidé de découvrir la raison de l'augmentation du nombre de cancers, se demandant combien avaient déjà un cancer. Un groupe de scientifiques a examiné des momies égyptiennes, des momies d'Afrique du Sud, des fossiles, en général, beaucoup de matériel. De même, des sources littéraires ont été utilisées dans les descriptions de divers maux. Leur conclusion était triste. De tous les restes examinés, une seule momie contenait des signes pouvant être attribués au cancer rectal. Le reste du matériel n'a pas fourni de preuves directes ou indirectes que quelqu'un avait un cancer. Les scientifiques en sont venus à la conclusion que jusqu'aux années vingt du siècle dernier, le cancer, dans l'une de ses manifestations, était une maladie très rare. Au XVIe siècle, des cancers du sein, de la peau et de l'utérus ont été décrits. Cependant, c'était extrêmement rare. L'augmentation de l'incidence a été notée depuis les années 50 du siècle dernier. Et depuis les années 80, on parle d'une épidémie de morbidité. Il n'est pas rare que toute la famille subisse une oncologie..

Dans les pays développés, il n'y a pratiquement plus de familles dans lesquelles au moins un membre de la famille n'est pas tombé malade de cette terrible maladie. Les médecins et les scientifiques ont fait de grands progrès dans l'étude et le traitement du cancer. Cependant, la mortalité qui en découle ne diminue pas. Cela est dû au fait que le nombre de nouveaux patients augmente rapidement. Peu importe le nombre de nouvelles institutions médicales construites pour lutter contre le cancer, elles ne peuvent toujours pas faire face à l'afflux de plus en plus de patients. Si en 1960 moins de 1% des personnes étaient enregistrées comme handicapées à cause d'un cancer en URSS, aujourd'hui, parmi toutes les personnes handicapées en Russie, les patients atteints de cancer en occupent 12%. Pensez simplement au chiffre. Et les statistiques ne changent pas pour le mieux.

Les scientifiques de Manchester sont convaincus que, sur la base des données obtenues à la suite de leur travail, il est prudent de dire que la cause de l'épidémie croissante d'oncologie est la faute de la personne elle-même. C'est la pollution de l'environnement. C'est stressant. Il s'agit de la production et de la consommation de colorants synthétisés, des améliorants de goût, de l'utilisation de technologies intensives en agriculture. Le même Téflon, le bisphénol A et bien d'autres composants que nous rencontrons quotidiennement. Mais les entreprises qui nous fournissent tout cela, dans la recherche du profit, ne prêtent aucune attention à ces tendances. Les essais au sol et atmosphériques des armes nucléaires réalisés en 1944-1962 jouent un rôle important. On l'appelle également l'un des facteurs que nous baignons littéralement parmi le rayonnement électromagnétique des appareils et équipements, des appareils émetteurs, des réseaux électriques, qui dans le contexte des sursauts cycliques de l'activité solaire peuvent nous affecter de la manière la plus défavorable. Mais encore une fois, l'argent est tout. Les dangers des communications mobiles sont discutés depuis longtemps.

A remporté un procès aux États-Unis par un directeur qui a prouvé au tribunal que parler sur son téléphone portable lui causait un cancer du cerveau. Mais trop de gens sur la planète dépendent de la production de ces appareils. Le bien-être de dizaines de millions de personnes dans le monde dépend de leur libération, ainsi que d'autres appareils qui ne sont pas indifférents à notre santé. Et il nous est de plus en plus difficile de nous passer de ces appareils dans notre vie permanente. Mais les statistiques parlent d'elles-mêmes. Par exemple, boire de l'alcool, fumer, à Tchoukotka et à Tyva, ce n'est pas moins que, disons, dans le territoire de Krasnodar. Mais ces zones, tout comme la région de Tver, n'ont pas une consommation aussi élevée d'appareils tels que les PC, les téléphones mobiles, les fours à micro-ondes, etc., par rapport au même Moscou..

Les denrées alimentaires importées, riches dans tout le tableau périodique, sont moins consommées par les résidents locaux, préférant les aliments et les ménages produits localement. En conséquence, avec des facteurs défavorables tels que le tabagisme et l'alcoolisme, l'incidence du cancer dans ces régions de Russie est inférieure de 300% (!). Facteur de. Est-ce une autre confirmation des scientifiques britanniques que pour le bénéfice de la civilisation, l'humanité paie pour le cancer? Et selon les scientifiques, ce sont les habitants de la ville qui sont les plus sensibles à l'oncologie. Et cela n'est pas toujours associé à une écologie médiocre dans les grandes villes..

En règle générale, le cancer survient en raison de nombreux facteurs. Mais en raison de la propagation monstrueuse des maladies cancéreuses, la théorie a même été avancée que le cancer est d'origine virale. C'est ainsi qu'ils ont essayé d'expliquer quand des familles entières sont mortes du cancer. Mais à l'heure actuelle, il n'y a tout simplement aucune recherche qui pourrait faire la lumière sur une telle déclaration. Et de nombreux scientifiques et médecins sont très sceptiques face à une telle déclaration. Mais jusqu'à présent, personne n'a trouvé la confirmation que le cancer est contagieux. Espérons que c'est comme ça.

Pourquoi les femmes musulmanes ont rarement le cancer?

Dans le monde moderne, le nombre de maladies oncologiques augmente régulièrement. En termes de prévalence, ils se classent au troisième rang après la pathologie cardiovasculaire et les blessures. Le cancer du poumon est le plus fréquent chez les hommes et le cancer du sein chez les femmes. L'incidence du cancer en Europe et en Russie varie de 50 à 70 cas pour 100 000 femmes. Elle est plusieurs fois moins courante dans les pays islamiques (en Ouzbékistan, par exemple, 18 cas pour 100 000 femmes). Comment se fait-il que les femmes musulmanes soient mieux protégées contre cette maladie dangereuse? Quel est leur secret?

Pour répondre à cette question, vous devez considérer les causes du cancer du sein..

Il s'agit de: - de nombreux avortements (et à chaque nouvel avortement, la probabilité de développer un cancer augmente), - une faible fécondité (le groupe à risque le plus élevé est les femmes nullipares, dans les pays européens - les religieuses), - une diminution du moment de l'allaitement des enfants, - des situations stressantes (elles contribuent à violation des niveaux hormonaux). Tous les facteurs de développement du cancer sont socialement corrigibles, c'est-à-dire que l'intervention de médecins n'est pas nécessaire pour prévenir le développement du cancer du sein.

Quelle est la situation actuelle de la santé des femmes en Europe?

Le taux d'avortement est très élevé. Les statistiques russes montrent que dans notre pays, l'avortement est la méthode de contraception la plus courante. Actuellement en Russie, il y a 4 avortements pour 1 naissance.

La faible fécondité a mis un certain nombre de pays européens en danger réel d'extinction. Et le point ici n'est pas seulement (et pas tant) dans les problèmes sociaux et matériels: sur l'argent payé dans les pays de l'UE pour la naissance et l'entretien d'un enfant, vous pouvez vivre complètement sans travailler. Le principal problème est que les femmes européennes se concentrent principalement sur la carrière et oublient souvent leur principale fonction féminine - avoir des enfants..

L'allaitement n'est pas populaire auprès de la grande majorité des jeunes mères. Beaucoup de gens considèrent que nourrir leur propre bébé est une affaire fastidieuse: la silhouette souffre, le sentiment d'affection constante pour la maison pèse, vous ne pouvez pas déléguer la prochaine tétée à des grands-mères ou des nounous... C'est pourquoi la plupart des mères modernes préfèrent un biberon avec une tétine à la santé de leur enfant.

L'industrie, elle aussi, n'est pas restée indifférente aux problèmes des parents qui travaillent: des formules en constante amélioration et des substituts du lait maternel ont fait le tour de la planète. Mais en plus du «soulagement» tant attendu, ils ont apporté avec eux le cancer du sein pour les mamans, et les allergies avec dyspepsie pour les enfants..

Le stress est intrinsèquement hormono-dépendant, et c'est pourquoi, comme l'avortement, une faible fertilité et le non-allaitement, conduisent à des déséquilibres hormonaux. Et les changements hormonaux sont connus pour être l'une des raisons du développement du cancer du sein..

Que font les femmes musulmanes?

L'avortement en Islam est strictement interdit (à l'exception des cas de fait diagnostiqué de manière fiable de la non-viabilité du fœtus et de la menace pour la vie de la mère, mais même ici, il y a des limites: un avortement doit être pratiqué au plus tard 120 jours de grossesse), et aucun vrai croyant ne violera jamais sciemment la loi d'Allah..

La naissance d'enfants dans l'Islam est encouragée. La oummah (communauté de musulmans) devrait augmenter, car au Jour du Jugement, le Messager d'Allah (que la paix soit sur lui) sera fier de son nombre devant d'autres communautés.

L'allaitement est prescrit aux femmes par le Tout-Puissant: «… Et les parents nourrissent leurs enfants (allaitement) pendant deux années complètes; c'est pour celui qui veut compléter l'alimentation. »(Sourate 2, ayah 233). Le moyen le plus sûr de prévenir le développement d'un stress chronique est la relaxation régulière, la déconnexion du monde extérieur et la concentration sur le monde intérieur. Dans la pratique musulmane, une telle "connexion" au "je" intérieur est une prière quotidienne.

De nombreuses jeunes mères commencent à sauter la prière, citant le fait qu'elles n'ont même pas le temps de dormir et de manger normalement. Cependant, en sautant la prière, une femme se prive de l'aide d'Allah. En nous tenant debout dans la prière et en nous concentrant sur l'adoration du Tout-Puissant, nous nous détendons et nous déconnectons complètement des tâches ménagères pendant quelques minutes. Les minutes consacrées à la prière sont l'un des meilleurs remèdes contre le stress et le surmenage..

Une femme-mère, à qui Allah a confié le devoir honorable de donner naissance à un enfant, est sans aucun doute digne de respect, d'amour et de soins. Quiconque sait combien de travail, de patience et de douleur cela coûte à la naissance d'un petit homme n'osera jamais dire qu'être JUSTE mère de famille est une occupation humiliante et indigne..

Nous sommes médecins, nous le savons mieux que les autres, car nous observons le miracle de la naissance d'un nouveau bébé presque tous les jours. Les médecins prennent calmement les événements que les gens ordinaires considèrent comme des cas de force majeure. La situation à la maternité est toujours très calme: le lit de Rakhmanov, les voix étouffées des médecins et des sages-femmes, et même les cris d'une femme en travail - tout s'inscrit dans «l'environnement médical». Bien sûr, tout le monde comprend parfaitement qu'une femme souffre, mais chacun de nous perçoit cette douleur comme faisant partie d'un processus naturel et nécessaire, sans lequel un enfant ne peut naître..

Quiconque n'a jamais été présent à l'accouchement ne sait pas à quel point un enfant qui vient de naître est impuissant. Immédiatement après la naissance, le bébé rétrécit et se fige pendant quelques secondes, et seulement quelques instants plus tard, nous entendons son cri - une notification de la naissance d'une nouvelle vie. Ce moment ne peut laisser personne indifférent - non seulement la mère, mais aussi toutes les personnes impliquées dans le miracle de la naissance d'un petit homme.

Et juste à ce moment-là, vous comprenez que la femme a enduré tous les maux, les larmes et la douleur juste pour entendre ce cri. Pendant de nombreux mois, la mère interrompra son sommeil pour nourrir le nouveau-né, elle le bercera pendant des heures, se balançant dans ses bras fatigués, prenant soin de lui pendant la maladie. Et puis, à mesure que l'enfant se développe et grandit, il faudra encore plus de force pour satisfaire non seulement les besoins physiques d'un petit organisme, mais également les besoins intellectuels d'une personne en pleine croissance. Élever un enfant dans l'esprit de l'islam exigera également beaucoup de force, de patience et de connaissances..

Nous sommes musulmans, nous croyons qu'une femme qui a enfanté, mis au monde et élevé son enfant, faisant preuve de patience et faisant confiance à la récompense d'Allah, mérite la plus haute récompense du Tout-Puissant. Et cela est confirmé par le hadith suivant:

«Une fois, une personne est venue vers le Messager d'Allah (que la paix soit sur lui) et a demandé:« O Messager d'Allah! Quel est le meilleur compagnon avec lequel je peux communiquer? " Il a dit: "Ta mère!" Il a répondu: "Et alors?" Il a répondu: "Ta mère!" Il demande à nouveau: «Et puis?». Il a répondu: "Ta mère!" Il demande à nouveau: "Et puis?". Il dit: "Ton père!".

Un autre hadith parle également du type de récompense qui attend les mères:

«Anas raconte: Salama, la nounou du fils du prophète Ibrahim (que la paix soit sur lui), a dit une fois au prophète (que la paix soit sur lui):« Ô Messager d'Allah (solla Llahu alayhi wa salam), vous avez apporté de bonnes nouvelles aux hommes, mais pas aux femmes. » Il a dit: "Est-ce que ce sont vos copines qui vous ont conseillé de me poser cette question?" Elle a dit: "Oui, ils le sont." Il a dit: «Est-ce qu'aucun de vous n'est heureux que si elle est enceinte de son mari et qu'il est satisfait d'elle, elle aura une récompense égale à la récompense de celui qui garde le jeûne et prie sincèrement au nom d'Allah? Et quand les douleurs du travail conviennent, personne à part Allah, au Ciel et sur Terre, ne sait ce qui est caché dans son ventre pour la réconforter? Et quand elle accouche, pour chaque gorgée de lait de son sein et pour chaque tétée d'un enfant, une récompense lui est préparée, égale à la récompense due pour l'accomplissement d'une bonne action. Et si elle habite la nuit, sans fermer les yeux près de son enfant, elle a une récompense égale à la récompense de celui qui, au nom d'Allah, libère soixante-dix esclaves de l'esclavage ».

Les lois établies par le Tout-Puissant protègent les gens et ne leur apportent que du bien.

Une femme en Islam est avant tout une mère et aucun problème quotidien ne peut affecter son désir de fonder une famille..

En effet, la position d'une femme musulmane est belle à tous points de vue. Elle est la mère et la gardienne de la maison, elle accomplit les ordres du Tout-Puissant - elle s'éloigne du censuré et essaie de remplir l'obligation et le désirable. Respectant les lois du Tout-Puissant, une femme musulmane prend également soin de sa santé, protégeant son corps d'une terrible maladie - le cancer du sein.

Cependant, il convient de rappeler que les femmes qui, pour une raison quelconque, ne pouvaient pas avoir de famille ou d'enfants, méritent également le respect. Insha Allah, en récompense de leur patience, ils recevront une grande famille dans la vie future.

Les femmes qui, malgré l'accomplissement des commandements du Tout-Puissant, se sont révélées atteintes de cette maladie dangereuse, je voudrais dire quelques mots encourageants. Les cas de guérison du cancer sont connus de la science moderne. Il existe des traitements contre le cancer qui peuvent être efficaces par la volonté de Dieu, en particulier aux premiers stades de la maladie..

Reste en bonne santé!

Les végétariens sont moins susceptibles d'avoir un cancer, mais ils sont plus susceptibles d'avoir un cancer de l'intestin

Les végétariens sont moins susceptibles d'avoir un cancer, mais ils sont plus susceptibles d'avoir un cancer de l'intestin Selon une nouvelle étude menée par des scientifiques britanniques, les végétariens sont moins susceptibles de développer un cancer, mais contrairement aux croyances actuelles, le cancer du côlon et du rectum (cancer colorectal) est plus fréquent chez eux que chez eux qui est la viande.

seules quelques études prospectives visant à identifier la relation entre

végétarisme et cancer. Les experts recommandent

mangez au moins 5 portions de fruits et légumes par jour pour réduire le risque de cancer et

autres maladies chroniques.

Les scientifiques ont décidé d'analyser l'incidence globale du cancer et de son

espèces chez les végétariens et non végétariens.

jusqu'à 89 ans. Les données ont été collectées dans les années 90. Information sur l'incidence du cancer

scientifiques obtenus du registre national du cancer.

Il s'est avéré que les végétariens ont 11% moins d'incidence de cancer que ceux,

qui mange de la viande. Dans le même temps, des cancers du côlon et rectal ont été trouvés chez les végétariens sur

D'autres études ont montré que la consommation de viande rouge augmentait le risque de

et les non-végétariens dans cette étude étaient inférieurs aux données nationales.

extrêmement difficile à conduire.

Il est possible que les caractéristiques des personnes participant à l'étude ne soient pas

reflètent les caractéristiques de la population générale. Par exemple, ils ne mangeaient que peu

la quantité de viande et manger des légumes et des fruits dans les quantités recommandées.

études de suivi, en particulier compte tenu des informations contradictoires sur

incidence du cancer colorectal.

Basé sur des matériaux de Medical News Today.

La vitamine B17 contre le cancer

L'une des "vitamines" les plus controversées des dernières décennies est la vitamine B17 (laetral, létril, amygdaline), une substance qui détruit rapidement les cellules cancéreuses. D'un point de vue chimique, cette substance est une combinaison de deux molécules de sucre (benzènedehyde et cyanure) appelées «amygdaline», riches en graines d'abricot. On l'appelle «l'agent chimiothérapeutique parfait» qui agit sélectivement sur les cellules: il tue les cellules cancéreuses et ne nuit pas aux cellules saines..

Dans le corps humain, la vitamine B17 est attirée par les cellules cancéreuses, qui contiennent de la bêta-glucosidase, les détruit sans détruire les tissus sains. On a l'impression qu'il possède des propriétés spécifiques pour la prévention et le contrôle du cancer. De plus, cette substance agit comme un analgésique, améliore les processus métaboliques et ralentit le processus de vieillissement..

En 1802, un chimiste a obtenu de l'acide cyanhydrique à partir d'amandes amères et, dans les années 1830, des scientifiques ont découvert qu'il se formait lors de la dégradation de l'amygdaline. En 1952, le Dr Ernst Krebs a modifié le processus d'obtention de la vitamine B17 (amygdaline) à partir de noyaux d'abricot, appelé le produit laetral et a déclaré que son effet anticancéreux est beaucoup plus fort qu'on ne le pensait auparavant. Depuis 1957, l'effet du laetral a été testé à plusieurs reprises dans des expériences sur des animaux présentant un carcinome inoculé, une leucémie, un sarcome, un lymphome et un mélanome, mais aucun n'a confirmé l'activité antitumorale de cette substance..

Un livre de l'écrivain documentaire américain Edward Griffin "Un monde sans cancer", consacré à la vitamine B17, a suscité une large réponse. L'auteur fournit des preuves scientifiques que la prévention du cancer est très simple et déconcertante: pourquoi la médecine orthodoxe a-t-elle déclaré la guerre au médicament, avec lequel de nombreuses cliniques ont réussi à guérir leurs patients? Le livre d'EJ Griffin détaille la recherche sur le cancer qui a été suspendue et les principaux scientifiques qui ont été arrêtés alors qu'ils préconisaient l'utilisation de la vitamine B17..

L'auteur trouve la réponse non pas dans la science, mais dans la politique du cancer - et elle est cachée dans la motivation économique de ceux qui dominent l'établissement médical. Si des milliards de dollars sont consacrés chaque année à la recherche dans le domaine du cancer, d'autres milliards proviennent de la vente de composés chimiques, alors nous avons une image tout à fait compréhensible: plus de personnes vivent du cancer que n'en meurent. Et si une solution peut être trouvée dans une simple vitamine, alors une industrie géante s'effondre du jour au lendemain, ce qui, bien sûr, résiste à cela de toutes ses forces..

Les sociétés pharmaceutiques recherchent uniquement les produits chimiques qu'elles inventent; ainsi, une fois qu'un médicament est approuvé, ils ont le droit exclusif de le vendre. Et ils n'iront jamais à la recherche d'un aliment simple qui ne peut être breveté par eux et qui est vendu dans n'importe quel supermarché..

La vitamine B17 est rejetée par la Food and Drug Administration des États-Unis, qui a mené des essais cliniques sous les auspices du National Cancer Institute (NCI), mais n'a pas reçu de preuves de son efficacité dans la lutte contre le cancer. Aux États-Unis, le laetral a été interdit au motif que cette substance peut être toxique en raison de sa teneur en cyanure..

Tous ont mené avec succès en même temps une campagne commune contre la vitamine B17, basée sur le fait que la vitamine contient du cyanure «mortel» (sels d'acide cyanhydrique). La B12 contient également des quantités importantes de cyanure, mais personne ne l'a sortie des magasins. Le Laetrile du Dr Krebs a été obtenu à partir de noyaux d'abricot, puis synthétisé sous forme cristalline grâce à ses propres processus uniques. Mais tout à coup, la Food and Drug Administration (FDA) bombardait la presse avec une histoire sur un couple malheureux de San Francisco qui s'était empoisonné en mangeant des noyaux d'abricots crus. Partout en Amérique, cette histoire a fait la une. Cependant, les journalistes traitant de cette question n'ont jamais pu identifier le couple malheureux. Mais le travail était fait. Depuis lors, l'utilisation de vitamine B17 ou de noyaux d'abricot est devenue fermement associée au suicide..

Dans les années 50, Krebs a prouvé que le B17 était totalement inoffensif pour les humains. Après avoir testé la vitamine sur des animaux, il a rempli sa seringue d'une mégadose et l'a injectée dans une veine. À ce jour, il est en bonne santé. La vitamine est inoffensive pour les tissus corporels pour la simple raison que chaque molécule B17 se compose d'un composé de cyanure, d'un déhure de benzène et de deux composés de glucose (sucre), étroitement emballés ensemble. Pour que le cyanure devienne dangereux, la première étape consiste à «ouvrir» la molécule et à la libérer, ce que seule une enzyme appelée bêta-glucosidase peut faire. Cette enzyme est présente dans l'organisme en quantités minimes, mais près de 100 fois plus dans les tumeurs cancéreuses. Par conséquent, le cyanure n'est libéré que dans les zones cancéreuses du corps avec des résultats étonnants qui sont destructeurs pour les cellules cancéreuses, car le dehide de benzène est également libéré en même temps. C'est un poison mortel dans ses propriétés, mais lorsqu'il est combiné avec du cyanure, il devient 100 fois plus fort. L'effet de ces substances sur les cellules cancéreuses dépasse les attentes. Les cellules cancéreuses meurent.

La vitamine B17 se trouve dans les pépins de pomme, de pêche, de cerise, de raisin et d'abricot. On le trouve dans certaines légumineuses et de nombreuses herbes, dans les amandes amères. Le noyau dur dans les profondeurs de l'abricot n'est pas du tout là pour le jeter. En fait, cette coque en bois dense protège l'un des meilleurs aliments au monde. Ce composant se trouve en quantités particulièrement importantes dans les graines des fruits de la famille des Prunus Rosacea (amandes amères, abricots, pruniers, cerises, pêches et prunes), mais on le trouve également dans les herbes, le maïs, le sorgho, le millet, le manioc (tapioca), les graines de lin, la pomme les graines et de nombreux autres aliments qui ont été retirés de l'alimentation humaine par la civilisation moderne.

Le Dr Ernst T.Krebs Jr., un biochimiste de San Francisco, a avancé la théorie selon laquelle le cancer, comme le scorbut (carence en vitamines, accompagnée de troubles nerveux, perte de force musculaire, cyanose tissulaire, perte de dents et hémorragie dans les organes du corps) et pellagre (maladie cutanée endémique), exprimée par une rougeur de la peau, une diarrhée et des troubles nerveux), n'est pas causée par une bactérie, un virus ou une toxine mystérieux, mais est une maladie de carence en vitamines causée par un manque de composants essentiels dans l'alimentation d'une personne moderne. Il a identifié ce composant comme faisant partie de la famille des nitrilocides, qui se trouve en abondance dans la nature dans plus de 1200 plantes comestibles..

Les preuves fournies par le Dr Krebs pour étayer son opinion sont impressionnantes. Il y a plusieurs siècles, nous mangions du pain de millet riche en vitamine B17, mais maintenant nous préférons le pain blanc qui n'en contient pas. Une fois nos grands-mères pilaient les graines de prunes, raisins secs, raisins verts, pommes, abricots et autres dans un mortier, et ajoutaient la poudre broyée à leurs confitures et conserves. Grand-mère ne savait pas pourquoi elle faisait cela, mais les graines de ces fruits sont la source la plus puissante de vitamine B17 au monde..

Parlant de l'efficacité de la lutte contre le cancer de la vitamine B17, certains chercheurs se réfèrent aux populations vivant près de la rivière Khunzi dans le nord-ouest de l'Inde et dans les montagnes asiatiques de Karakorum, qui consomment beaucoup de laetral pour se nourrir et ne semblent pas avoir de cancer. Les scientifiques proposent deux explications à cela. Premièrement: les cellules cancéreuses sont extraites du cyanure laetral, empoisonnées avec lui et meurent. Deuxièmement: le cancer résulte d'un manque de vitamine B17 dans le corps, par conséquent, s'il est reconstitué, la maladie disparaîtra. Cependant, le laetral est proposé pour le traitement non seulement du cancer, mais également de l'arthrite et de l'hypertension. Des études indépendantes ont montré que la tribu Hanza de l'Himalaya n'a jamais rencontré de cancer tant que son régime alimentaire natif était riche en mil et en abricots..

Cependant, dès qu'ils ont été confrontés au régime occidental, ils sont tombés malades d'un cancer. La signification de ces résultats est accablante. Voici des extraits d'une conférence donnée par le Dr Krebs, Jr., à la conférence annuelle de 1989 sur le cancer à Los Angeles: «Le cancer est un trouble métabolique chronique qui est déjà évident aujourd'hui. Ce n'est pas une maladie infectieuse causée par des bactéries ou des virus. Il s'agit d'une maladie de nature métabolique. Il s'agit d'un trouble métabolique. La plupart des troubles métaboliques sont dus à un déséquilibre dans notre corps en vitamines et minéraux. Aucune maladie métabolique dans l'histoire humaine n'a jamais été guérie ou prévenue par autre chose que facteurs liés à l'alimentation du corps.

Dans le passé, nous avons eu de nombreuses maladies mortelles dévastatrices qui sont aujourd'hui pratiquement inconnues. Ils ont été prévenus et inoffensifs. La source de ces maladies était enracinée dans les carences nutritionnelles du corps. Par exemple, le scorbut a détruit l'humanité par milliers. Une maladie qui pourrait tuer une expédition polaire entière ou éliminer 50% des croisés de l'armée. Cette maladie a été complètement corrigée par la vitamine C ou l'acide ascorbique, qui a introduit un facteur à part entière dans l'alimentation humaine et a éteint l'épidémie de scorbut. Vous êtes probablement bien conscient du fait que la Grande-Bretagne a regagné sa domination sur toutes les mers lorsqu'elle a découvert empiriquement que l'ajout de citron ou d'autres jus d'agrumes à l'alimentation des marins lève la malédiction du scorbut sur l'ensemble de la flotte. Avant l'inclusion de la vitamine C dans le régime alimentaire des gens de mer, il arrivait souvent que les trois quarts de l'équipage tombent gravement malades à la fin du voyage et que ceux qui ne meurent pas se rétablissent mystiquement à l'arrivée à terre: ils ont accès à des fruits et légumes frais riches en vitamine C.

Dans le passé, nous avons également eu une anémie pernicieuse (anémie), avec un taux de mortalité pouvant atteindre 99%. Et aucune technique médicale ne pouvait y faire face. Jusqu'à ce que les chercheurs Dr Murphy, Shipple et Mino découvrent des carences nutritionnelles. Ils ont simplement dit aux patients: "Allez à la boucherie, achetez du foie frais et faites-le cuire, en brûlant légèrement la surface, mangez en portions pendant trois jours." Les patients qui ont suivi les conseils ont tous été guéris sans exception. Malgré cela, ces médecins ont été censurés par les institutions médicales et accusés de pratiquer le charlatanisme médical. Lorsque la biochimie du foie cru a été étudiée, il a été constaté que la vitamine B12 et l'acide folique étaient les facteurs responsables de ce processus. Alors maintenant, la vitamine B12 et l'acide folique font partie de notre alimentation..

En 1974, les mêmes institutions médicales craignaient qu'un simple facteur alimentaire puisse prévenir une maladie dont le taux de mortalité est presque aussi élevé que celui de l'anémie. Mais la vérité scientifique est que les graines de tous les fruits communs (à l'exception des agrumes) contiennent de la vitamine B17, la principale vitamine anti-cancer. Si nous consommons des quantités adéquates de vitamine, soit sous forme pure ou via des aliments contenant des nitrilocides, nous sommes garantis contre le développement de cette maladie tout comme nous avons pu prévenir le scorbut avec la vitamine C et l'anémie avec la vitamine B12..

Une autre maladie de nature métabolique est la pellagre (une maladie cutanée endémique qui se traduit par une rougeur de la peau, de la diarrhée et des troubles nerveux).

À un moment donné, dans certaines régions du monde, il s'est propagé dans des proportions épidémiques. Sir William Osler, dans The Principles and Practice of Medicine, a commenté la pellagre: «J'étais à l'hôpital Lenoir, en Caroline du Nord, où en un hiver 75 pour cent des personnes sont mortes de la maladie. Cela s'est propagé comme une épidémie et m'a convaincu que c'est sans aucun doute un virus. " Mais bientôt vint le brillant travail du Dr Goldberger, un chirurgien du United States Health Service, qui a clairement prouvé que la cause de la pellagre est un manque de légumes verts frais dans l'alimentation. Ainsi, un autre trouble métabolique chronique mortel a trouvé une guérison complète dans le simple facteur nutritionnel, qui est une alimentation équilibrée..

Nous avons établi que le cancer n'échappe pas à cette règle..

Toute la science médicale n'a pas encore inventé un tel médicament qui pourrait nous rendre plus sains ou plus sages, ou augmenter notre vitalité, si ce médicament n'est pas présent dans notre alimentation ordinaire. Et lorsque nous mangeons une nourriture inadéquate pour notre corps, le corps tombe malade..

Si vous n'obtenez pas de vitamine B17 par voie alimentaire, la meilleure façon est de la prendre sous forme pure par injection. En cas de cancer, le plus important est de fournir au corps la dose maximale de vitamine B17 en peu de temps. Toutes les compétences médicales connexes sont secondaires. De plus, il existe de nombreuses mesures de soutien qui préviennent le cancer, à savoir des médicaments qui améliorent le sang, stabilisent la tension artérielle et réduisent la douleur..

Auparavant, les fruits contenaient de la vitamine B17 non seulement dans les graines, mais aussi dans leur pulpe. Aujourd'hui, seuls les fruits sauvages contiennent du B17. Le fruit que nous mangeons aujourd'hui est le résultat malheureux de nombreuses années de culture pour sa taille et son aspect, sa chair ne contient plus de B17. Pour répondre aux besoins de l'organisme en cette vitamine, nous devons soit manger les graines de ces fruits, soit reconstituer notre alimentation avec elles sous forme de comprimés. Ceci est actuellement malheureusement interdit par le gouvernement, mais nous espérons voir cette vitamine bientôt disponible et être en mesure de prévenir le cancer de la même manière que nous prévenons le scorbut. Nous avons besoin de l'équivalent d'environ sept graines d'abricot par jour. Ce montant préviendra la possibilité d'un cancer..

Dans presque tous les cas de cancer, lorsque la vitamine B17 est prise à fortes doses, les cancers diminuent. "Pour la prévention du cancer, commencez avec une petite quantité de graines: 1 à 2 par jour et travaillez jusqu'à 7 à 10 graines. Essayez de ne pas utiliser de sucre raffiné (le sucre nourrit les cancéreux. ), la caféine (très mauvaise pour le foie et les reins) et la farine de haute qualité (facilement convertie en sucre dans le corps.) Essayez de manger plus d'aliments non transformés.Selon l'Almanach Nutritionnel, 5 à 30 noyaux d'abricot sont consommés tout au long de la journée, mais en aucun cas à la fois, peut être une bonne dose prophylactique.

Cancer chez les animaux

On sait que nos plus proches parents - chimpanzés et autres primates - ont rarement le cancer. Les raisons peuvent être différentes: un mode de vie plus sain, l'absence d'une longue «période post-reproductive» caractéristique uniquement pour les humains (la probabilité de cancer augmente avec l'âge et les singes meurent avant de vieillir).

De plus, la résistance des primates au cancer peut être due à des raisons génétiques. En comparant le génome humain avec le génome du chimpanzé récemment lu, on peut essayer de trouver les caractéristiques génétiques de nos parents qui ont causé leur immunité contre l'une des maladies les plus terribles pour les humains..

Les Américains l'ont prouvé: après avoir commencé à lutter contre le tabagisme, ils ont réussi à réduire de 2 fois l'incidence du cancer du poumon, ont introduit un régime de fruits et légumes à la mode et ont réduit de 1,5 fois l'incidence du cancer de l'estomac (bien que, dans le même temps, ils aient eu une augmentation du nombre de cas de cancer du côlon)... Alors évitez les extrêmes et faites tout avec modération.

Nos ancêtres n'avaient pas de cancer!

Le cancer n'est pas une maladie humaine naturelle - c'est une conséquence du mode de vie moderne. Cette conclusion a été tirée des résultats d'une nouvelle étude..

Nos ancêtres ont-ils souffert d'un cancer aussi activement que nous? Des chercheurs de l'Université de Manchester ont examiné plus d'un millier de momies d'Égypte ancienne et d'Amérique du Sud. Seules quelques personnes sont décédées de tumeurs, qui représentent aujourd'hui un décès sur trois.

Les auteurs de l'étude estiment que l'épidémie de cancer doit être imputée non pas à la nature, mais au mode de vie moderne, ainsi qu'au niveau de pollution de l'air causé par le développement de l'industrie. Le cancer n'est pas une maladie naturelle aujourd'hui.

Une étude britannique montre clairement comment les taux de cancer ont commencé à monter en flèche avec le début de la révolution industrielle. Cela est particulièrement évident dans l'exemple du cancer infantile - l'argument le plus fort contre ceux qui soutiennent que nous sommes plus susceptibles d'avoir un cancer parce que nous vivons plus longtemps..

"Dans les pays industrialisés, le cancer est le deuxième après les maladies cardiovasculaires en termes de mortalité", explique Rosalie David, professeur de biomédecine et égyptologue. "Mais dans les temps anciens, cette maladie était incroyablement rare. Il n'y a rien dans l'environnement naturel qui puisse provoquer le cancer, c'est une maladie d'origine humaine. Nous développons des tumeurs en raison de la pollution de l'air, des changements dans notre alimentation et notre mode de vie. Le cancer est une maladie moderne créée par la vie moderne. ".

Le point de vue populaire de certains scientifiques selon lequel l'humanité souffre aujourd'hui d'un cancer en raison d'une augmentation de l'espérance de vie, a été réfuté par les scientifiques britanniques par le fait qu'ils ont découvert de nombreuses maladies typiques «liées à l'âge» chez les momies. Par exemple, arthrite ou artères bloquées

On pense que le pourcentage élevé de décès maternels lors de l'accouchement il y a encore un siècle a réduit l'espérance de vie moyenne des femmes, la rendant inférieure à la vie moyenne des hommes. Cependant, certains historiens affirment que ce n'est pas le cas. En 1895, l'espérance de vie des femmes aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie était de 35 ans. Les hommes ont vécu en moyenne 32 ans.

Statistiquement, une mère d'enfant unique vivra plus longtemps qu'une femme sans enfants, mais encore moins qu'une mère qui en a plusieurs.

Une mère avec trois enfants ou plus vit en moyenne plus longtemps qu'une mère avec un seul enfant.

Chat contre le cancer

Les Américains ont prouvé que les amoureux des chats sont 3 fois moins susceptibles de souffrir de maladies cardiovasculaires. Maintenant, une nouvelle découverte a été faite: les animaux domestiques empêchent le développement du cancer.

Des chercheurs de l'Université Stanford de San Francisco ont mené une étude auprès de plus de 4 000 personnes pendant plusieurs années. Il s'est avéré que les propriétaires de chats et de chiens ont un risque de cancer 30% inférieur à ceux qui n'ont pas d'animaux..

Les scientifiques affirment que ce schéma est dû à l'immunité accrue des propriétaires d'animaux. C'est ce qui permet de résister à diverses affections, dont le cancer..

Des études antérieures ont montré que les enfants élevés dans une famille avec des animaux sont beaucoup moins susceptibles de tomber malades, car ils sont plus résistants à diverses infections..

Les chiens et les chats sauvent leurs propriétaires du cancer. Les scientifiques ont prouvé que les animaux de compagnie réduisent d'un tiers le risque de lymphome

Les amis humains à quatre pattes apportent non seulement de la joie chez nous et sauvent leurs propriétaires de la solitude morne, mais ont également un effet bénéfique sur notre santé.

Des scientifiques de l'Université de Californie ont montré que les personnes chez lesquelles un chat ou un chien s'est installé sont moins sensibles à une maladie aussi dangereuse que le lymphome non hodgin..

L'étude a révélé que le risque de développer un lymphome non hodgineux chez les propriétaires de chiens et de chats est réduit d'un tiers. De plus, plus l'animal vit longtemps côte à côte avec les propriétaires, plus le degré de protection contre les maladies augmente..

Le lymphome non hodginois affecte le plus souvent les personnes âgées de 65 ans et plus. Et chaque année, le nombre de malades ne fait qu'augmenter. Les causes exactes de cette maladie sont encore mal comprises. Cependant, les médecins suggèrent que le développement du lymphome est largement prédéterminé par la «stérilité» des conditions de vie.

Les propriétaires de chats et de chiens ont un niveau d'immunité plus élevé, ce qui aide le corps à offrir une résistance décente aux maladies. Sous l'influence d'allergènes et de toxines, notre corps devient plus résistant à cette forme de cancer..

De plus, les médecins ont découvert que les animaux à quatre pattes peuvent «guérir» toute la famille, petits et grands. Les enfants qui jouent et jouent avec leur chien ou chat bien-aimé dès la petite enfance sont mieux protégés contre les allergies et l'asthme et sont moins susceptibles de contracter le rhume..

Il existe d'autres avantages de la communication entre les enfants et les animaux. Il est peu probable qu'un enfant qui a l'habitude de prendre soin de son ami à quatre pattes jette une pierre ou un bâton sur un chien errant. Le contact avec les animaux facilite l'adaptation de l'enfant dans la société et lui apprend à traiter avec soin et respect la vie d'autrui..

Il y a 1281 jours

Le nombre de victimes du cancer dans le monde augmente d'année en année, comme en témoignent les statistiques décevantes du Centre international de recherche sur le cancer. Une part importante des patients atteints de cancer se trouve en Russie, où toutes les méthodes avancées de traitement du cancer sont prétendument utilisées, mais la politique du personnel est en même temps «boiteuse». Le cancer du poumon est devenu la forme la plus courante de la maladie et la plupart des patients en meurent..

Le nombre de décès humains dus à des maladies liées au cancer a augmenté dans le monde en 2012 pour atteindre 8,2 millions, et 14,1 millions de personnes ont reçu un diagnostic de maladies liées au cancer, indique le Centre international de recherche sur le cancer dans son rapport (DOCUMENT PDF ). A titre de comparaison: en 2008, 7,6 millions de personnes sont mortes de maladies similaires dans le monde et 12,7 millions de personnes ont reçu un diagnostic terrible..

Les prévisions du Centre international de recherche sur le cancer sont également très pessimistes. Selon lui, en 2025, en raison du vieillissement de la population mondiale, 19,3 millions de personnes recevront un diagnostic de cancer chaque année..

En ce qui concerne les types spécifiques de la maladie, le cancer le plus courant au cours de la dernière saison était le cancer du poumon (1,8 million de cas), du sein (1,7 million) et rectal (1,4 million). Les décès étaient significativement plus fréquents par cancer du poumon, du foie et de l'estomac.

L'agence attire l'attention sur le nombre croissant de cas de cancer du sein. En 2012, 1,7 million de femmes ont été diagnostiquées avec un tel diagnostic, et au cours des 5 dernières années - 6,3 millions de femmes. Depuis 2008, le nombre de cas similaires a augmenté de 20% et le taux de mortalité - de 14%. De plus, le cancer du sein reste la cause la plus fréquente de décès par cancer chez les femmes et le cancer le plus fréquent chez les femmes. Ainsi, en 2012, pour cette raison, 522 mille femmes sont mortes dans le monde..

Il est curieux que le cancer du sein soit plus souvent enregistré dans les pays développés, mais sa mortalité relative dans les pays en développement est plus élevée. A titre d'exemple, l'étude cite la situation en Europe occidentale, où 90 femmes sur 100 000 reçoivent un diagnostic de cancer du sein chaque année. En Afrique de l'Est, le même indicateur est trois fois moins élevé - 30 cas pour 100 000, mais le taux de mortalité, ainsi que dans les deux régions, est le même - 15 cas pour 100 000.

Selon les experts, l'augmentation du nombre de cas de cancer du sein dans les pays en développement est due au fait que leur population, dans un contexte de transformations sociales et économiques rapides dans leur pays, adopte de plus en plus le mode de vie des personnes des pays développés. En conséquence, l'impact sur leur santé d'un certain nombre de risques, ainsi que reproductifs, hormonaux, associés à l'alimentation augmente. Le directeur de l'agence, Christopher Wilde, appelle les experts à mettre au point des moyens efficaces et abordables «de détecter, diagnostiquer et traiter le cancer du sein précoce dans les pays les moins avancés»..

Rappelons que le problème du cancer du sein a été largement discuté cette année grâce à Angelina Jolie, qui a décidé enlever les glandes mammaires en raison du danger de cancer. Son acte a été très apprécié par le magazine Jewish Daily Forward, qui a inclus l'actrice dans faire défiler de 50 personnes qui ont apporté une contribution solide au développement de la communauté juive aux États-Unis.

Traitement du cancer en Russie: il existe des moyens, mais personne ne peut les utiliser

En plus de cela, en Russie, la nuisance des maladies cancéreuses, leur diagnostic et leur traitement sont activement discutés. Ce n'est pas un hasard: une grande proportion de patients atteints de cancer se trouvent dans notre pays - chaque année, le nombre de patients atteints de cancer en Fédération de Russie est reconstitué d'un demi-million.

Parallèlement à cela, une augmentation du nombre de patients cancéreux en Russie est associée à une augmentation de l'espérance de vie et à un meilleur diagnostic de cette maladie, a-t-il expliqué. Interfax Mikhail Davydov, directeur du Blokhin Russian Cancer Research Center. «La population a commencé à vivre plus longtemps, et plus la population est âgée, plus l'oncologie est devenue. Une autre circonstance est la meilleure détection de l'oncologie », note le spécialiste. Il affirme que 500 000 personnes contractent un cancer en Russie chaque année et qu'environ 300 000 en meurent..

Davydov s'est plaint de la pénurie catastrophique d'oncologues expérimentés dans le pays. «La dotation en personnel n'est pas encourageante. Il y a pas mal de cas, à une époque où les médecins des centres d'oncologie ne sont pas des oncologues-spécialistes », a déclaré le chef du centre d'oncologie. "Maintenant, la politique du personnel est toujours en train de boiter", s'est-il plaint.

En outre, Davydov a souligné que le principal moyen de lutter contre les maladies cancéreuses est de les identifier à un stade précoce, et que la prévention devrait être un mode de vie sain et le rejet des habitudes négatives..

Le spécialiste a déclaré que la mauvaise écologie, le tabagisme, la consommation excessive d'alcool et un mode de vie malsain sont parmi les premières causes de cancer. Mais l'effet de la consommation d'organismes génétiquement modifiés (OGM) sur l'incidence du cancer n'a pas encore été prouvé, selon Davydov. «Il n'y a pas de telles données scientifiquement prouvées. Des recherches indépendantes devraient être consacrées à cela », a-t-il déclaré..

Malgré le fait qu'il existe peu de médecins expérimentés traitant le cancer en Russie, selon Davydov lui-même, les patients cancéreux russes n'ont pas besoin de se faire soigner à l'étranger, explique le directeur du centre d'oncologie ITAR-TASS. "Il n'y a pas de tels types de traitement actuellement dans la section" Oncologie ", de sorte qu'en Russie, il serait interdit d'organiser une telle assistance", a déclaré le spécialiste..

«Aujourd'hui, les cliniques spécialisées en Russie ont une vaste expérience dans le traitement de tous les types de pathologies tumorales», a noté l'académicien. "S'il est interdit d'organiser un certain type de traitement dans une clinique, le patient sera redirigé vers une autre institution où ce type d'assistance plus high-tech est fourni", a ajouté l'oncologue, rappelant qu'après un long traitement contre le cancer à l'étranger, les Russes retournent généralement dans les cliniques nationales..


Le cancer est à juste titre considéré comme l'une des tragédies de notre temps. Malgré le fait que des scientifiques de tous les pays travaillent sur le développement d'une méthode pour un remède radical contre le cancer, de nombreux développements intéressants dans cette veine sont pratiqués et le mot «cancer» ne porte plus cette condamnation à mort sans ambiguïté comme, disons, il y a 30-50 ans, c'est tout il est toujours sur la liste des maladies incurables avec un taux de mortalité énorme.

Si nous considérons la situation du cancer spécifiquement en Russie, nous devons admettre que les statistiques sont décevantes. En 2011, ses données alarmantes sonnaient déjà: 231 cas de cancer par an pour 100 000 habitants. Depuis cette année, les indicateurs négatifs n'ont pas baissé. De plus, le nombre de cas augmente de un et demi pour cent par an..

En Russie, il y a maintenant plus de 2,5 millions de patients avec un statut oncologique. C'est un chiffre désagréablement élevé. Bien qu'il soit moyen par rapport aux statistiques d'autres pays.

Il est impossible de ne pas noter un certain progrès assez notable: les personnes touchées par le cancer, mais qui ont suivi une thérapie radicale à temps, vivent beaucoup plus longtemps que les personnes avec le même diagnostic et également sous thérapie il y a 5 à 10 ans.

La tendance générale, qui existe non seulement en Russie, mais aussi en Occident, peut être caractérisée comme suit: le pourcentage de patients cancéreux décédés a légèrement diminué, mais le nombre total de cas a augmenté..

Valery Chissov, oncologue en chef du ministère de la Santé de la Fédération de Russie, note que le programme national de lutte contre le cancer, qui opère en Russie depuis 2009, aide à identifier les problèmes et les lacunes dans ce domaine. Parmi les principaux problèmes, il a cité la situation difficile avec le diagnostic précoce du cancer. À titre d'exemple flagrant: une personne ressent une douleur dans la bouche et se rend chez le dentiste. Il est traité avec des dents, mais ils n'examinent pas toute la cavité buccale, ne font pas attention à l'état de la membrane muqueuse. Par conséquent, dans certains territoires de la Russie, la négligence des cancers buccaux est énorme..

Bien sûr, le dentiste ne dispose pas de la base de connaissances de l'oncologue, mais pour fixer la formation dans la cavité buccale, un examen visuel détaillé est suffisant. Ce moment nous renvoie au problème de l'enseignement dans les universités de médecine, dont les exigences sont insuffisamment élevées, ce qui conduit souvent à une situation où des spécialistes peu compétents quittent les établissements d'enseignement..

Le problème du diagnostic précoce repose également sur la réticence des citoyens à se rendre chez un médecin dès les premiers symptômes inquiétants, notamment à se rendre directement chez un oncologue. Et le cancer, à son tour, est une maladie qui ne peut être retardée. Une personne qui pourrait facilement retrouver la santé avec une thérapie appropriée à un stade précoce du cancer, après quelques mois, avec le développement rapide de la maladie, deviendra inopérable et son traitement sera extrêmement difficile..

C'est pourquoi il est si important de parler beaucoup et souvent des maladies oncologiques de manière éducative, en connectant les médias à cela et en donnant aux gens la possibilité de comprendre pourquoi il est si important de voir un médecin dès les premiers symptômes alarmants, de ne pas avoir peur d'aller voir un oncologue..

Si nous considérons les chiffres secs des statistiques, nous pouvons voir que 23% des patients cancéreux ne sont détectés qu'au quatrième stade, le plus avancé et le plus insoluble. 43% - si vous combinez les troisième et quatrième étapes.

Début 2014, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence spécialisée de l'OMS, a publié le Rapport mondial sur le cancer 2014 dans le monde. Ce travail mondial est le produit d'une collaboration bien coordonnée de plus de 250 scientifiques de plus de quarante pays du monde, et il est entièrement consacré à l'étude des causes du cancer et à la recherche de moyens de lutter contre la maladie qui attaque le monde..

Il y a les faits et chiffres suivants. Selon les données de 2012, 14 millions de personnes tombent malades chaque année dans le monde. Selon la tendance, au cours des 20 prochaines années, le nombre de cas approchera les 22 millions par an. Selon les recherches, la mortalité par cancer au cours de la période spécifiée passera de 8,2 millions à 13 millions de personnes.

Parmi les méthodes pour contrer ces chiffres terribles, on appelle la vaccination nécessaire contre le virus du papillome humain et l'hépatite B.

Pour réussir à traiter le cancer, il est très important de l'identifier à un stade précoce et de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir le développement de la maladie. Par conséquent, un degré élevé de sensibilisation et de responsabilité des citoyens est également important - à la fois ceux qui entrent dans les universités de médecine et vont travailler en tant que médecin, et les patients potentiels atteints de cancer..

Où se faire diagnostiquer et traiter pour le cancer?

L'un des domaines prioritaires du travail de l'hôpital allemand "Tiers Ordre" est le diagnostic et le traitement des néoplasmes malins. L'hôpital utilise largement les technologies d'imagerie les plus avancées telles qu'un scanner CT en spirale à 64 coupes.