Principal
Ostéome

Combien vivent avec un cancer du foie

Le cancer du foie est une tumeur maligne qui se forme à partir de cellules mutées. Des changements dans les hépatocytes se produisent au niveau génétique, ce qui provoque leur division accélérée. Le plus souvent, l'organe est affecté par des métastases et dans cette situation, il est particulièrement important de détecter la pathologie à temps.

Types et stades du cancer du foie

Selon l'étiologie, le cancer est subdivisé en deux types. Le cancer primitif du foie a un pronostic plus favorable et se caractérise par son apparition directement dans l'organe lui-même. Il y a aussi son deuxième nom - le carcinome hépatocellulaire, qui est beaucoup moins fréquent. Secondaire est une forme métastatique.

Le cancer est divisé en plusieurs types selon les caractéristiques de l'histogenèse:

  • Hépatocellulaire - formé par des hépatocytes pathologiques.
  • Cholapiocellulaire - formé à partir de l'épithélium des voies biliaires.
  • Hépatocholangiocellulaire - forme cellulaire mixte, contient des cellules des deux tissus.
  • Hépatoblastome - une tumeur embryonnaire qui se développe chez les enfants à un âge précoce.

La stadification du cancer est utilisée pour indiquer le degré de progression de la maladie. Il y a quatre étapes:

  1. La première étape est caractérisée par la formation d'une seule tumeur qui ne se développe pas dans les tissus environnants. Le diagnostic est compliqué par le fait que le fonctionnement normal de l'organe diminue légèrement et ne s'accompagne que de symptômes généraux.
  2. La deuxième étape - il y a une augmentation de l'éducation en taille ou en quantité. L'expansion dans les vaisseaux sanguins commence. Le foie devient plus gros et s'épaissit, des douleurs apparaissent dans l'hypochondre droit, ainsi que des vomissements et des nausées.
  3. La troisième étape est l'apparition de multiples néoplasmes dont le diamètre est supérieur à 6 cm. Les tumeurs se développent en gros vaisseaux sanguins: hépatiques ou portiques. De plus, les organes abdominaux voisins peuvent être affectés. Les symptômes deviennent plus prononcés, il y a un jaunissement de la peau, de la fièvre, des frissons et un gonflement.
  4. Le quatrième est le stade terminal du cancer. Compliqué par l'apparition de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques et des métastases vers des organes distants. Son issue est le plus souvent la mort..

Pronostic général de récupération

Avec le cancer hépatocellulaire du foie, le pronostic est bien meilleur qu'avec le cancer secondaire. Mais il y a un certain nombre de facteurs qui sont pris en compte dans tout type d'oncologie:

  • Forme de cancer.
  • Stade de la maladie.
  • Type de thérapie prise.
  • Âge et état de santé général avant la détection oncologique.
  • Prédisposition génétique.

Ce qui détermine le succès du traitement

La durée de vie avec un cancer du foie dépend directement du stade du cancer et du type de traitement. Plus le diagnostic est posé tôt, plus les chances de rémission sont élevées. De plus, il est nécessaire de prendre en compte la forme de la tumeur, le type histologique et les capacités compensatoires de l'organisme..

Stade du cancer

Le pronostic de survie est largement déterminé par le stade auquel le traitement du cancer a commencé. Plus la malignité est active, plus il est difficile d'obtenir l'effet du traitement. Le résultat de la maladie dépend de la progression du processus pathologique..

Taux de progression

Il est impossible de dire sans équivoque combien de personnes vivent avec un diagnostic tel que le cancer du foie. Parce que toute forme de CHC, quel que soit son emplacement, se caractérise par une progression rapide. Cela est dû à une violation des processus de division cellulaire et de maturation au niveau génétique..

Plus la maladie est diagnostiquée tardivement, moins il y a de chances de succès du traitement. En règle générale, les patients atteints des troisième et quatrième stades ne peuvent pas vivre plus de quelques années.

Taille de la tumeur, nombre de foyers pathologiques

La taille de la tumeur dépend du stade de la maladie. Dans les premiers stades, la formation est petite, avec un diamètre d'environ 2 à 4 cm, dans les derniers stades, une lésion peut atteindre plus de 5 cm Le nombre de lésions et leur taille dépendent directement de la forme de la tumeur maligne.

Sur la base des caractéristiques macroscopiques, la maladie est divisée en trois formes:

  • Nodulaire - la forme la plus courante de cancer du foie, caractérisée par la formation de ganglions à partir de cellules tumorales, il peut y avoir plusieurs foyers.
  • Massif - occupe la partie principale de l'organe, plusieurs lobes.
  • Diffus - affecte tout l'organe avec de petits foyers.

Le cancer nodulaire répond mieux au traitement et a un pronostic plus positif, car il est possible d'effectuer un traitement chirurgical. Dans le cas d'une oncologie diffuse, les cellules cancéreuses sont «dispersées» dans tout l'organe, ce qui rend l'intervention chirurgicale impossible.

Localisation par rapport aux structures vitales

La localisation peut être une complication supplémentaire en oncologie. L'emplacement est dangereux si la tumeur s'infiltre dans de gros vaisseaux sanguins - la veine porte ou hépatique. La violation du flux sanguin peut provoquer une ascite et une oblitération des voies biliaires, ce qui est compliqué par la pénétration de la bile dans le sang. De plus, si le foie grossit considérablement, il peut gravement déplacer les organes abdominaux..

Âge

C'est l'un de ces facteurs qui ne peut pas être changé. Plus une personne vieillit, plus le risque d'oncologie est élevé. Le carcinome hépatocellulaire du foie avec un mauvais pronostic ne fait pas exception. La probabilité de formation de néoplasmes tumoraux dans la période de 55 à 75 ans augmente presque de moitié. La réduction du risque chez les personnes âgées est attribuable à des augmentations normales de la mortalité chez les générations plus âgées.

La présence de maladies concomitantes

C'est l'une des principales causes de complications au cours du cancer. Plus le corps est «usé», plus il est difficile de combattre la maladie. Cela est particulièrement vrai des pathologies chroniques de divers organes et systèmes, dont la présence devient souvent la cause du développement de l'oncologie..

Métastase

La métastase est la formation de foyers tumoraux secondaires dans le corps. Les cellules cancéreuses atypiques se propagent de plusieurs manières - hématogènes, lymphogènes et par implantation. Avec les deux premières options, les métastases peuvent être localisées même dans les parties les plus éloignées du corps. Et ce dernier permet aux cellules tumorales d'être infiltrées dans les tissus voisins..

Les métastases du carcinome hépatocellulaire sont observées principalement dans les os et les poumons. Ce processus se produit le plus souvent à la dernière étape. Avec un cancer du foie secondaire (métastatique), l'espérance de vie est réduite plusieurs fois.

Difficultés sur le chemin de la guérison

À l'heure actuelle, l'une des principales raisons du mauvais résultat de la maladie est le diagnostic tardif. Le problème est qu'au début, la maladie est presque asymptomatique. Par conséquent, le patient ne voit aucune raison sérieuse de consulter un médecin. Pendant cette période, le diagnostic ne peut être posé qu'après un examen préventif ciblé..

Pronostic de survie du cancer du foie

Au premier stade, avec une thérapie opportune, une personne peut vivre à partir de 5 ans. Dans ces conditions, les chances de guérison sont beaucoup plus élevées..

Dans la deuxième étape, le cancer du foie a un pronostic de survie plus faible - l'espérance de vie est d'environ deux ans. Sous réserve d'un traitement actif, dans la troisième phase de la maladie, la vie est garantie - de six mois à un an. Il n'y a pas encore de traitement efficace contre le cancer de stade 4. Sans intervention médicale, le patient peut vivre à partir de quatre mois.

La transplantation d'organes est l'un des traitements les plus radicaux. Cependant, il ne peut être utilisé qu'aux premiers stades de la maladie. Dans cette situation, le taux de survie atteint 90%.

Procédures de diagnostic

Dans le diagnostic de la maladie oncologique, une approche intégrée est nécessaire, dans laquelle les méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire sont obligatoires. Dans certaines situations, des procédures supplémentaires sont nécessaires, mais dans la plupart des cas, les éléments suivants sont suffisants:

  1. Des analyses de sang. Montrer l'état fonctionnel de l'organe et la présence d'un marqueur tumoral - l'alpha-foetoprotéine.
  2. Procédure d'échographie. Vous permet de voir les changements anatomiques et de déterminer la taille de grandes formations, mais les métastases passent inaperçues.
  3. CT scan. Nécessaire pour suivre la vascularisation et la localisation précise de la tumeur, utilisé avec un agent de contraste.
  4. Biopsie. Échantillonnage de biopsie pour une analyse histologique plus poussée.

Méthodes de traitement de base

Pour tout type de cancer, les méthodes de traitement sont utilisées dans un complexe et en fonction de l'évolution de la maladie. Mais les plus efficaces, éprouvés et les plus couramment utilisés sont:

  • La chirurgie fait partie intégrante du traitement oncologique. Mais même avec cette thérapie, les cellules atypiques peuvent survivre.
  • Chimiothérapie - traitement avec des médicaments de chimiothérapie modernes, dont la posologie est prescrite individuellement. De nouvelles méthodes sont utilisées pour leur introduction - chimiothérapie sélective et chimioembolisation..
  • La radiothérapie peut être utilisée si la tumeur est inopérable. Mais un inconvénient important de cette méthode est la faible efficacité en raison des faibles doses de rayonnement, car les hépatocytes sont très sensibles.

Personne ne peut prédire avec précision quel type de traitement sera nécessaire et combien de temps il durera, car chaque organisme réagit à la thérapie à sa manière, en fonction de ses caractéristiques individuelles..

Les soins palliatifs dans les dernières étapes

Les méthodes de traitement du CHC sont agressives dans le corps et la thérapie palliative aide à tolérer diverses conséquences. Les cliniques fournissant de tels services sont nécessaires aux patients en phase terminale. Mais, parfois, il est utilisé comme méthode auxiliaire dans les étapes initiales..

Le cancer du foie est un cancer qui progresse dangereusement rapidement. Pour un résultat favorable, un diagnostic précoce et un traitement rapide sont nécessaires. Ce n'est que dans de telles conditions que les patients peuvent vivre plus de 5 ans..

Tumeurs du foie (cancer du foie, cancer hépatocellulaire, etc.)

Diagnostic de la maladie

Pour le diagnostic du cancer du foie, on utilise: prise de sang, examen échographique (échographie) du foie avec biopsie ciblée par ponction à l'aiguille fine. Dans la grande majorité des cas, le diagnostic correct peut être posé en un jour. La détection des tumeurs hépatiques métastatiques est basée sur une surveillance immunochimique et instrumentale des patients ayant précédemment reçu un traitement pour des tumeurs de n'importe quelle localisation. Ici, un service inestimable peut également être fourni par l'étude des marqueurs tumoraux, dont le niveau peut augmenter même avant les métastases cliniquement détectables. La tomodensitométrie à rayons X (ECR) en spirale ou multispirale, l'angiographie, les méthodes aux radionucléides sont également utilisées. Ces dernières années, la gamme diagnostique a été complétée par des méthodes très informatives telles que l'imagerie par résonance magnétique (IRM), la tomographie par émission de positons (TEP), la tomographie combinée TEP / CT..

Quels termes sont acceptés dans la pratique oncologique

Carcinome hépatocellulaire (CHC) - carcinome hépatocellulaire, hépatome, hépatome malin. Le CHC est classé cinquième chez les hommes et huitième chez les femmes parmi tous les néoplasmes malins dans le monde.

Cholagiocarcénome (CC) - tumeur épithéliale maligne du foie.

Carcinome cholangiocellulaire (CCC) - adénocarcénome des voies biliaires intrahépatiques.

Facteurs influençant le développement du cancer du foie

Chez 80% des patients atteints de CHC, une cirrhose du foie est survenue. La cause la plus courante de développement de la cirrhose est l'hépatite B et C, de sorte que de nombreux chercheurs concentrent leur attention sur ces maladies. La cirrhose alcoolique du foie prédispose également au développement du CHC, mais dans une bien moindre mesure que les hépatites B et C.

Prévention du cancer du foie

La prévention la plus efficace du cancer primitif du foie consiste à éviter l'influence des facteurs qui causent une maladie hépatique chronique. Dans le CHC, ce sont avant tout les virus de l'hépatite, l'abus d'alcool. Avec HC - helminthes de la classe des trématodes. L'effet maximal pour la prévention du cancer est la prévention des effets sur le corps, mais même si une maladie survient, son traitement rapide est également très important..

La classification histologique des tumeurs hépatiques a été proposée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en 1983 et est actuellement utilisée. Il fournit les options suivantes:

  1. Bénin épithélial:
    • adénome des cellules hépatiques;
    • adénome des voies biliaires intrahépatiques;
    • cystadénome des voies biliaires intrahépatiques.
  2. Malin épithélial:
    • carcinome hépatocellulaire;
    • cholangiocarcinome;
    • cystadénocarcinome des voies biliaires;
    • carcinome hépatocholangiocellulaire mixte;
    • hépatoblastome;
    • cancer indifférencié.
  3. Tumeurs non épithéliales:
    • hémangiome;
    • hémangioendothéliome infantile;
    • hémangiosarcome;
    • sarcome embryonnaire, etc..
  4. Divers autres types de tumeurs:
    • tératome
    • carcinosarcome, etc..
  5. Tumeurs non classées.
  6. Tumeurs des tissus hématopoïétiques et lymphoïdes.
  7. Tumeurs métastatiques.

Cancer primaire du foie

Le cancer primitif du foie a la plus grande valeur pratique parmi les tumeurs hépatiques malignes primitives..

Le cancer primitif du foie est représenté macroscopiquement par 3 types différents: formes massives, nodulaires et diffuses. Cette division a été proposée en 1901, elle est soutenue par la plupart des chercheurs et est utilisée à ce jour:

  1. La forme massive de cancer primitif du foie a deux variantes. Dans le premier, il est représenté par un grand nœud (forme simple massive), dans le second - par un grand nœud avec des métastases le long de la périphérie (forme massive avec un satellite).
  2. Forme nodulaire de cancer - dans le parenchyme hépatique, plusieurs ganglions tumoraux relativement similaires sont généralement trouvés, situés dans un ou les deux lobes du foie. Il n'est pas possible de décider lequel des ganglions tumoraux est le principal. Autour des grands nœuds principaux, il peut y avoir de petits nœuds métastatiques, selon toute vraisemblance. Parfois, dans le foie, de petits nodules tumoraux de même taille sont trouvés, dispersés dans tout l'organe. Au centre des ganglions tumoraux, grands et petits, se trouvent des foyers de nécrose avec hémorragies. La fusion de nœuds individuels et la formation de grands conglomérats des formes les plus diverses sont possibles.
  3. La forme macroscopique diffuse en apparence et certaines autres caractéristiques diffèrent considérablement des deux formes précédentes. Il est moins fréquent que les types précédents, représentés par une tumeur sous la forme d'une infiltration inégale du foie ou de plusieurs petits ganglions tumoraux, difficiles à différencier des ganglions d'hyperplasie régénérative, et chez tous les patients, les deux lobes sont affectés et dans la plupart des cas se déroule dans le contexte d'une cirrhose hépatique.

Formes microscopiques de cancer primitif du foie

Une tumeur maligne est représentée par des cellules qui ressemblent à des cellules hépatiques normales - les hépatocytes. Elle survient chez les hommes deux fois plus souvent que chez les femmes. Souvent associé à une cirrhose du foie.

Au microscope, l'option la plus courante est trabéculaire, dans laquelle les cellules tumorales semblent plus grosses et ne sont que dans de rares cas plus petites que les hépatocytes normaux.

Moyens de métastases et sites de localisation la plus caractéristique des métastases, cancer primitif du foie:

  1. Voie hématogène (principale): plus souvent - vers le foie, les poumons; moins souvent - dans les os, les glandes surrénales, les reins;
  2. Voie lymphogène - vers les ganglions lymphatiques du ligament hépatoduodénal, les ganglions lymphatiques pancréatoduodénaux;
  3. Voie d'implantation - péritoine pariétal et viscéral, diaphragme.

Classification clinique et anatomique du cancer primitif du foie selon TNM

La cinquième édition de la classification des tumeurs (1998), approuvée par tous les comités nationaux du TNM, est actuellement utilisée. La classification n'est applicable que pour le CHC primaire et le CLC. Confirmation histologique nécessaire du diagnostic et division selon les sous-espèces histologiques.

Le dépistage du cancer primitif du foie doit être amélioré et repose sur la détermination de l'alpha-foetoprotéine (AFP) dans le sang des individus examinés dans les groupes à risque une fois tous les 6 mois et, si sa concentration dépasse 15 ng / ml (μg / L) (pour la plupart des adultes personnes à l'exclusion des femmes enceintes), effectuant un examen échographique (échographie) du foie. Dans le même temps, la détection d'une formation dans le foie indique pratiquement la présence d'un carcinome hépatocellulaire chez le patient..

Le groupe à risque de cancer primitif du foie dans les régions à faible et moyenne incidence de cette pathologie comprend les patients atteints de maladies hépatiques chroniques. Dans les régions d'endémie des hépatites virales B et C, le groupe à risque comprend les personnes des deux sexes des tranches d'âge plus âgées - porteurs de l'antigène de surface du virus de l'hépatite B (AgHBs) et de l'hépatite C.

La détection des tumeurs hépatiques métastatiques est basée sur une surveillance immunochimique et instrumentale des patients ayant précédemment reçu un traitement pour des tumeurs de n'importe quelle localisation. Ici, un service inestimable peut également être fourni par l'étude des marqueurs tumoraux, dont le niveau peut augmenter même avant les métastases cliniquement détectables..

Les marqueurs tumoraux sont des macromolécules, principalement des protéines avec un composant glucidique ou lipidique, dont la présence et la concentration dans le sang périphérique sont en corrélation dans une certaine mesure avec la présence et la croissance d'une tumeur maligne.

Un marqueur de diagnostic idéal doit avoir deux caractéristiques:
1) sécrété dans le sang en quantité suffisante pour la détection;
2) sa détection doit permettre de conclure sur la localisation de la tumeur la produisant.

Jusqu'à présent, il n'existe pas de marqueurs tumoraux idéaux avec une sensibilité et une spécificité de 100%. Néanmoins, en plus de l'AFP mentionnée ci-dessus, un certain nombre de marqueurs peuvent être utilisés avec succès pour le diagnostic..

Le marqueur le plus connu du cancer colorectal est l'antigène du cancer embryonnaire (CEA) découvert en 1965 par Gold et Freedman. Le CEA est une glycoprotéine située dans les couches périphériques de la membrane cellulaire. Son gène appartient à la famille des gènes responsables de la synthèse des immunoglobulines. CEA est un marqueur facultatif. Chez 40% des patients atteints d'un cancer du côlon, il n'est pas détecté. On le retrouve également dans d'autres tumeurs malignes (cancer du sein, du pancréas, du poumon, des ovaires et même des sarcomes), ainsi que dans les tissus embryonnaires et dans les maladies non malignes (hépatotoxicité, hydronéphrose, cholélithiase). Avec les métastases du cancer, l'ACE est plus souvent positive, avec le cancer local - négatif. Après des opérations radicales, la détermination systématique du CEA permet d'identifier les rechutes dans 47% des cas (y compris asymptomatiques).

La détection d'un niveau accru de marqueurs doit servir de motif à un examen approfondi, y compris le foie.

Ce n'est pas un gros problème de révéler la présence de lésions hépatiques malignes avec l'équipement technique moderne des institutions médicales. Pour ce faire, il est nécessaire de procéder à un examen échographique du foie et, si une lésion focale y est détectée, de réaliser une ponction à l'aiguille fine avec un examen cytologique ultérieur du matériel obtenu. À l'aide de l'échographie et de la biopsie ciblée par ponction à l'aiguille fine, dans la très grande majorité des cas, le diagnostic correct peut être posé en un jour..

Un autre argument important en faveur de la nécessité d'une ponction tumorale est le fait que la présence d'une formation focale dans le foie, même dans les cas où le patient a été opéré pour une tumeur maligne, ne signifie pas toujours que ce foyer est une métastase. L'établissement d'une image fidèle de la nature des changements dans le foie peut affecter considérablement le choix des tactiques de traitement.

Méthodes radiologiques pour le diagnostic des lésions tumorales du foie

Comme vous le savez, à l'heure actuelle, pour évaluer l'état anatomique et fonctionnel du foie, il existe un certain nombre de méthodes de diagnostic, y compris les plus courantes: l'échographie (échographie), la tomodensitométrie (TDM) en spirale ou multispirale, l'angiographie, les méthodes radionucléides. Ces dernières années, la gamme diagnostique a été complétée par des méthodes hautement informatives telles que l'imagerie par résonance magnétique (IRM) à haut champ, la tomographie par émission de positons (TEP), la tomographie combinée TEP / CT..

La tomodensitométrie (TDM) aux rayons X (pas à pas, en spirale ou à plusieurs coupes) est actuellement considérée comme l'une des méthodes classiques de diagnostic des tumeurs et des lésions hépatiques de type tumoral. Les modifications indiquées du CT à rayons X diffèrent significativement entre elles en termes de volume et de vitesse de collecte des données initiales nécessaires à la construction des images CT.

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) peut à juste titre être considérée comme l'une des meilleures méthodes pour diagnostiquer les tumeurs et les changements de type tumoral dans le foie. Pour évaluer l'état des organes abdominaux, l'IRM n'a commencé à être utilisée qu'après le développement de séquences RM rapides et ultrarapides (protocoles de recherche), ce qui a permis d'examiner une région anatomique pendant une apnée (c'est-à-dire en 25-30 secondes).

L'un des avantages frappants de l'IRM est la possibilité d'obtenir des images de haute qualité dans n'importe quel plan arbitrairement défini, ce qui augmente considérablement la visibilité de l'affichage des processus pathologiques dans des zones anatomiques complexes et facilite leur diagnostic topique..

Méthodes radionucléides

Les résultats de l'utilisation de diverses méthodes et techniques de radionucléides sont d'une grande importance dans la pratique clinique (y compris en hépatologie). Ici, tout d'abord, il convient de mentionner la tomographie par émission de positons (TEP). Cette méthode, assez compliquée et coûteuse (appelée à juste titre les directions avancées de la médecine nucléaire), est un complexe d'un petit cyclotron, d'un laboratoire de radiochimie et d'un tomographe à émission de positons lui-même. A l'aide du cyclotron, des radionucléides émetteurs de positons à très courte durée de vie (18F, 11C, 13N, 15O, etc.) d'une demi-vie de 2 min sont produits. jusqu'à 2 heures, le cyclotron doit donc être situé soit dans la clinique elle-même, soit directement à côté. Le laboratoire radiochimique assure la synthèse et le contrôle de la qualité des produits radiopharmaceutiques produits administrés par voie intraveineuse. Et déjà à l'aide d'un tomographe à émission de positons, les patients sont scannés pour obtenir des images anatomiques et topographiques de la distribution spatio-temporelle des composés marqués émetteurs de positons..

De nombreuses techniques TEP ont été développées pour étudier diverses caractéristiques biologiques des tumeurs, mais l'application la plus répandue en oncologie est l'étude de l'énergie cellulaire avec le 18F-dioxyglucose. Le principe de la technique est basé sur le fait bien connu que le tissu tumoral a un taux plus élevé de "glycolyse aérobie" par rapport au tissu normal. absorbe beaucoup plus de glucose que les tissus normaux. Le glucose marqué, injecté par voie intraveineuse, s'accumule dans les cellules tumorales en une quantité qui permet de détecter les foyers de son accumulation accrue par le système de détection d'un tomographe à émission de positons. Et déjà une détermination quantitative du degré d'intensité d'accumulation sous-tend la différenciation des processus tumoraux et non tumoraux. L'étude débute 60 à 90 minutes après l'administration intraveineuse du radiopharmaceutique.

L'un des avantages frappants de la méthode est qu'une seule étude permet (en 40 à 60 minutes) d'identifier les foyers du processus tumoral dans le foie et dans les tissus du cerveau, dans les poumons, dans diverses parties du squelette, dans les ganglions lymphatiques. Ceux. formellement, l'utilisation du PET dans certains cas peut exclure l'utilisation de toutes les autres méthodes de diagnostic.

Il est également conseillé de mentionner la tomodensitométrie par émission du foie avec des érythrocytes marqués, qui est utilisée pour le diagnostic différentiel des néoplasmes vasculaires (hémangiomes) et des tumeurs hépatiques non vasculaires. La technique est basée sur l'utilisation d'érythrocytes marqués (via l'administration intraveineuse de radiopharmaceutiques spéciaux). La scintigraphie ultérieure permet de visualiser les organes anatomiques et les structures contenant des quantités importantes de sang (cœur, vaisseaux sanguins, rate et hémangiomes).

L'imagerie combinée TEP / CT est considérée comme l'une des plus récentes méthodes d'examen du foie. L'équipement correspondant est une combinaison d'un scanner TEP et d'un tomographe à rayons X, qui permet de visualiser les foyers d'hyperfixation d'un radiopharmaceutique dans le corps humain avec une localisation spatiale spécifiée. Selon un certain nombre d'auteurs, la sensibilité et la spécificité de la TEP / TDM sont plus élevées que celles des études de TDM ou de TEP utilisées séparément. Résolution spatiale du PET - environ 5-7 mm.

La TEP / TDM est excellente pour afficher les métastases hépatiques d'une variété de tumeurs primaires, en particulier les métastases du cancer du poumon, du cancer du sein et du cancer colorectal.De plus, la méthode est très informative pour afficher la prévalence locale et régionale des tumeurs primitives des voies biliaires (métastases au foie et aux ganglions lymphatiques régionaux ). Dans le même temps, la méthode a des capacités limitées pour afficher le carcinome hépatocellulaire.

Dans le cadre de l'introduction généralisée dans la pratique clinique des méthodes ultrasonores pour l'examen du foie, l'imagerie par résonance magnétique et calculée, l'angiographie, en tant que procédure de diagnostic, passe au second plan. Néanmoins, l'artériographie a une image très spécifique dans le CHC, certains types de sarcomes hépatiques (principalement l'angiosarcome). Quant au diagnostic des lésions hépatiques métastatiques, le degré de visualisation dépend ici de la vascularisation des ganglions. Le plus souvent, des métastases hypervasculaires sont observées dans les tumeurs carcinoïdes, le mélanome, le cancer du rein à cellules claires, le cancer de l'ovaire, moins souvent dans le cancer du pancréas.

Tumeurs hépatiques métastatiques

La métastase est un processus complexe constitué d'une chaîne d'étapes successives, au cours desquelles les cellules tumorales, séparées de la tumeur primaire, envahissent les tissus environnants, pénètrent dans les vaisseaux lymphatiques et sanguins (intravasation), et circulent dans le lit vasculaire. Puis ils sont fixés dans les vaisseaux lymphatiques et capillaires sanguins de divers organes, la pénétration (pénétration) des parois vasculaires et la pénétration des cellules tumorales dans l'espace extravasculaire (extravasation), leur état «dormant» et, enfin, la multiplication des cellules tumorales avec l'émergence d'un nœud métastatique.

Le moyen le plus important pour l'apparition de métastases d'organes à distance est hématogène - le long de la circulation sanguine. Le foie est la localisation la plus fréquente des métastases tumorales hématogènes, que la tumeur primaire soit drainée par le système de la veine porte ou d'autres veines de la circulation systémique. Mais néanmoins, le moyen le plus fréquent de pénétration des métastases hépatiques est le système de la veine porte, donc toutes les tumeurs malignes associées à ce système sont la principale source de métastases hépatiques..

Les caractéristiques pathologiques des tumeurs hépatiques métastatiques répètent celles des tumeurs primaires - sources de métastases hépatiques. Dans certains cas, les métastases diffèrent des tumeurs primaires par le degré de différenciation des cellules tumorales, ce qui rend difficile l'établissement de l'affiliation d'organe de la tumeur primaire. Les résultats pathologiques des tumeurs hépatiques primaires et métastatiques avec une histogenèse similaire peuvent être très similaires. Par exemple, le cancer du foie cholangiocellulaire et les métastases hépatiques adénocarcinome du tube digestif. Les études immunohistochimiques aident à résoudre ce problème..

Les localisations de cancer les plus fréquentes dans les métastases hépatiques: estomac, pancréas, côlon, glande mammaire, poumon.

Localisations plus rares de tumeurs primaires métastasées au foie: œsophage, ovaires, mélanome cutané, prostate, rein. La voie métastatique la plus importante: l'embolie porte des cellules tumorales dans le foie.

Très rarement, des métastases hépatiques surviennent dans le cancer de la cavité buccale, du pharynx, de la prostate, de la vessie et ne surviennent pratiquement jamais dans le cancer de la peau.

Espérance de vie dans le cancer du foie

Médecin-hépatologue

Spécialités apparentées: gastro-entérologue, thérapeute.

Adresse: Saint-Pétersbourg, académicien Lebedev st., 4/2.

De plus, les causes de la maladie comprennent une inflammation de longue durée dans l'organe, la cirrhose, l'hémochromatose, les maladies endocriniennes, les dommages parasitaires ou viraux..

En fonction de la localisation du foyer oncologique, on distingue deux types de cancer:

  • carcinome hépatocellulaire du foie (CHC) - se développe à partir du parenchyme de l'organe. Elle est diagnostiquée dans près de 80% des cas;
  • cholangiocellulaire (CCB) - provient des voies biliaires. Il ne représente que 16 à 18%.

Le pronostic de survie dans le cancer du foie dépend de la composition cellulaire, de la taille de la tumeur, de la prévalence du processus malin, ainsi que des comorbidités du patient. Un point important est l'état psychologique d'une personne, car une attitude positive et le désir de lutter contre la maladie augmentent l'efficacité du traitement et contribuent à un rétablissement rapide..

Manifestations cliniques

La symptomatologie de la maladie dépend du stade du processus oncologique. Ainsi, il existe plusieurs classifications, grâce auxquelles il est possible d'établir correctement la gravité de la maladie et de déterminer d'autres tactiques de traitement. Considérons les plus couramment utilisés:

  1. par forme macromorphologique. Le CHC peut être massif, nodulaire ou diffus (tout dépend du nombre et de la taille des nodules). Si le CCB se développe dans la paroi du canal biliaire, il est appelé endophytique. Lorsqu'une tumeur pénètre dans la lumière du conduit, elle est considérée comme polypoïde;
  2. TMN. Cette classification prend en compte les caractéristiques de la tumeur primaire (Tumor), l'état des ganglions lymphatiques voisins (Nodus), ainsi que la présence de métastases à distance (Metastasis);
  3. par composition cellulaire. Compte tenu du degré de différenciation (développement) d'un foyer malin, il est possible de déterminer le pronostic du cancer du foie. Classiquement, l'indicateur est désigné - G. Il a plusieurs degrés (de 1 à 4);

Moins les cellules gonflées sont différenciées, plus elles sont agressives. Elle est caractérisée par des métastases précoces et une croissance rapide..

  1. évaluation de la gravité de la défaillance d'organe selon Child-Pugh. Cette classification vous permet de prendre une décision sur l'opportunité d'une intervention chirurgicale, en fournissant des informations sur la fonctionnalité de la partie restante du foie. Le fait est que le cancer est souvent diagnostiqué dans le contexte de la cirrhose, lorsque les hépatocytes (ses cellules) sont remplacés par du tissu conjonctif et deviennent inopérants. Dans ce cas, après l'ablation d'une partie de l'organe, le risque de décès du patient augmente en raison d'une insuffisance hépatique complète. La classification tient compte de l'ascite, du taux de bilirubine, des protéines, de la présence d'encéphalopathie et de l'état du système de coagulation sanguine.

Au début de la maladie, une personne ressent une légère faiblesse, une fièvre légère, une gêne au niveau du foie et note également un manque d'appétit. Ces symptômes ne sont généralement pas la raison d'aller chez un médecin, car ils sont considérés par les patients comme une indigestion ou un ARVI. Au premier stade, le foyer oncologique ne dépasse pas deux centimètres et les vaisseaux sanguins restent inchangés.

Au fur et à mesure que la tumeur se développe, de nouveaux signes cliniques apparaissent et la gravité de ceux déjà présents augmente. Ainsi, le patient remarque des troubles dyspeptiques sous forme de nausées et de dysfonctionnement intestinal. S'inquiète également de l'inconfort d'estomac et des douleurs au foie. Il est important de comprendre que son parenchyme ne possède pas de terminaisons nerveuses, contrairement à la capsule fibreuse de l'organe. C'est en raison de l'étirement de ce dernier que des sensations douloureuses surviennent, ce qui indique la grande taille de la tumeur. Il peut occuper jusqu'à 50% du volume total du foie.

Dans la deuxième étape, l'apparition d'une jaunisse est possible. En sondant l'hypochondre droit, le médecin découvre un organe dense aux bords bosselés. De plus, l'hépatomégalie (hypertrophie du foie) est caractéristique.

C'est au troisième stade que le cancer est le plus souvent diagnostiqué. Il y a plusieurs étapes de son développement:

  1. A - caractérisé par une augmentation de la tumeur de plus de cinq centimètres et des lésions des vaisseaux sanguins;
  2. B - diffère en présence de germination dans la capsule hépatique et les organes adjacents;
  3. C - une lésion des ganglions lymphatiques voisins est détectée.

Cliniquement, la troisième étape se manifeste:

  • faiblesse sévère;
  • troubles dyspeptiques;
  • syndrome de douleur dans le foie;
  • jaunisse;
  • gonflement des extrémités, premiers signes d'ascite.

Quant au quatrième stade, il se caractérise par une douleur atroce dans le foie, une encéphalopathie, des manifestations sévères d'hypertension portale (ascite, hépatomégalie, œdème des extrémités, varices des veines œsophagiennes). Les signes cliniques de dysfonctionnement d'autres organes ayant subi des lésions métastatiques se rejoignent également..

Combien vivent avec un cancer du foie?

Le pronostic de la vie ne peut être établi que par un médecin, sur la base des résultats d'un examen complet et de la clinique du cancer du foie. Combien de temps ils vivent avec un tel diagnostic dépend de nombreux facteurs, à savoir:

  1. étapes du processus oncologique;
  2. l'âge du patient;
  3. la présence de maladies chroniques;
  4. foie de base.

Au premier stade

Le taux de survie à 5 ans est généralement utilisé pour évaluer l'efficacité du traitement et pour déterminer le pronostic à vie. Il prend en compte le nombre de personnes qui ont vécu pendant cinq ans après le diagnostic et le début du traitement..

Compte tenu de la nature limitée du processus malin au premier stade, les médecins recommandent une intervention chirurgicale. Une transplantation hépatique est parfois envisagée. Dans ce dernier cas, le traitement est considéré comme radical et le taux de survie à cinq ans atteint 80%. Après avoir retiré une partie de l'organe, ce chiffre est beaucoup plus faible et s'élève à 60%. La rechute est souvent diagnostiquée. Malgré cela, le pronostic du cancer primitif du foie est plus favorable que celui des lésions métastatiques des organes..

À la deuxième étape

La propagation du processus oncologique aux vaisseaux sanguins et une augmentation de la tumeur jusqu'à cinq centimètres aggravent le pronostic à vie. La transplantation hépatique est considérée comme plus radicale, mais il est loin d'être toujours possible de la réaliser. La raison en est le coût élevé de l'opération, ainsi que les contre-indications à une intervention chirurgicale en raison de la santé du patient..

En plus de remplacer complètement l'organe, les médecins peuvent recommander une résection pour éliminer la tumeur (source de cellules malignes). Après le traitement, seulement 50% des patients vivent plus de cinq ans à compter du diagnostic.

Au troisième stade

À ce stade, la lésion des ganglions lymphatiques régionaux et des organes proches est diagnostiquée. Compte tenu d'une telle prévalence du processus malin, les experts décident de pratiquer une intervention chirurgicale dans un volume palliatif ou radical. Tout dépend du degré de dommage aux organes environnants.

Notez que le troisième degré est caractérisé par une ascite, un épuisement, une hypoprotéinémie (diminution des protéines dans le sang), une anémie et une perturbation du système de coagulation. À cet égard, un traitement par perfusion est prescrit au patient en période préopératoire pour réduire le risque de complications..

Malgré tous les efforts des médecins, le taux de survie à cinq ans des patients ne dépasse pas 20%.

La raison de la détérioration de l'état est une rechute (après une opération radicale), ainsi que la croissance des parties restantes de la tumeur dans d'autres organes (avec élimination palliative du cancer).

À la quatrième étape

L'espérance de vie dans le cancer au dernier stade n'est pas si longue, car les médecins ne peuvent pas éliminer complètement le conglomérat tumoral et les foyers métastatiques distants se développent rapidement. Le traitement se limite généralement à réduire la gravité des symptômes cliniques..

La chirurgie est effectuée pour éliminer les complications telles que:

  1. obstruction intestinale, lorsque la tumeur se développe et rétrécit la lumière intestinale;
  2. saignement des vaisseaux sanguins endommagés lorsque la tumeur se désintègre;
  3. ascite, lorsque le volume de liquide accumulé dépasse 5 à 10 litres;
  4. péritonite, dont le développement est observé après destruction de la tumeur et violation de l'intégrité de l'intestin ou des voies biliaires.

Au quatrième stade, les métastases affectent le cerveau, les poumons, l'estomac et les structures osseuses. La survie des patients ne dépasse pas 5%. Dans ce cas, l'espérance de vie dépend largement des soins aux patients..

Comment augmenter l'espérance de vie?

Il n'y a pas beaucoup de méthodes qui peuvent augmenter l'espérance de vie et améliorer sa qualité. Après un examen complet, le médecin définit le stade du processus oncologique, dont dépendent les tactiques de traitement.

Traitement

Aujourd'hui, il existe plusieurs approches pour le traitement du carcinome du foie:

  • intervention chirurgicale;
  • chimiothérapie;
  • irradiation.

Le volume de l'opération dépend de la prévalence du processus malin. Cela peut être à la fois une résection de l'organe affecté et une transplantation hépatique..

La chimiothérapie a trois directions, à savoir:

  1. embolisation. Son essence réside dans l'introduction du médicament dans un vaisseau sanguin qui alimente la tumeur. Le médicament est utilisé sous forme de microcapsules ou de solution d'huile. Elle est considérée comme la méthode la plus efficace, car elle permet de bloquer l'apport de sang au site tumoral et de ralentir la progression du processus malin;
  2. perfusion, lorsqu'un agent chimiothérapeutique sous forme liquide est injecté dans un vaisseau. L'inconvénient de cette méthode est l'effet des médicaments non seulement sur le foyer oncologique, mais également sur les tissus sains. Parmi les effets indésirables, il convient de souligner une diminution de l'immunité, la perte de cheveux, la stomatite et le dysfonctionnement intestinal;
  3. ablation. L'objectif principal de la méthode est de détruire la tumeur en injectant le médicament directement dans ses tissus..

En ce qui concerne la radiothérapie, son efficacité dans le carcinome du foie est minime. À cet égard, cette technique n'est pas utilisée aujourd'hui..

Régime

Une bonne nutrition joue un rôle important dans le traitement. Il doit être léger, mais en même temps couvrir entièrement les besoins du corps, empêchant ainsi la perte de poids. Le régime comprend:

  1. repas fractionnés. L'intervalle entre les repas ne doit pas dépasser deux heures;
  2. boire beaucoup de liquides, ce qui permet d'éviter la déshydratation;
  3. plats liquides et en purée;
  4. méthodes de cuisson des aliments - cuisson à la vapeur, cuisson au four, ébullition ou mijotage;
  5. repas chauds (ni froids ni chauds);
  6. l'accent doit être mis sur les soupes en purée, les légumes, les fruits, le lait faible en gras et les céréales (sarrasin, blé, riz, flocons d'avoine);
  7. le porc, le saindoux, les bouillons riches, les poissons gras, le chocolat, le café, les abats, les bonbons à la crème, les petits pains frais, les conserves, les saucisses, les oignons, l'ail, les épices chaudes et les cornichons sont interdits.

Après le traitement, il est important de subir des examens réguliers, ce qui est nécessaire pour contrôler le processus oncologique. En outre, il est nécessaire de surveiller le travail des organes internes, le taux d'hémoglobine, les érythrocytes, les plaquettes et les leucocytes, en particulier dans le contexte de la chimiothérapie.

Cancer du foie: chez l'homme, la maladie survient deux fois plus souvent que chez la femme

Si il y a 20-30 ans, les cas de tumeurs malignes constituaient une véritable urgence, maintenant, l'oncologie est devenue, hélas, presque un nez qui coule. Ce qui est effrayant, c'est que les tumeurs «rajeunissent», n'épargnant même pas les enfants.

Le cancer hépatocellulaire du foie est le plus fréquent de tous les cancers du foie.

Le cancer hépatocellulaire du foie est le plus fréquent de tous les cancers du foie. Plus d'un demi-million de cas de cancer hépatocellulaire du foie (CHC) sont signalés chaque année, représentant 90% des autres types de cancer du foie. Malheureusement, ce chiffre continue d'augmenter en raison de l'augmentation de l'incidence de la cirrhose du foie..

Groupes à risque de cancer du foie

Cette maladie redoutable est due à une mutation maligne des cellules hépatiques - les hépatocides. Chez les hommes, le cancer du foie survient plus souvent que chez les femmes, environ deux fois plus souvent. Parce que les hommes souffrent plus d'alcoolisme que les femmes, respectivement, et de cirrhose du foie aussi. Cela est particulièrement vrai pour les hommes plus âgés. Le cancer hépatocellulaire du foie chez les hommes occupe la cinquième place parmi toutes les tumeurs malignes, chez les femmes - en huitième.

La région de résidence est d'une grande importance dans l'apparition du cancer du foie. Par exemple, si dans les pays européens, une moyenne de 9 personnes pour 100 000 est touchée, alors en Afrique et en Asie, elle est de 120 personnes pour 100 000. Comme, dans ces régions, les gens sont plus susceptibles de souffrir de maladies infectieuses du foie. L'âge de ces patients atteints d'un cancer du foie est de 10 à 20 ans plus jeune que l'âge des Européens avec un diagnostic similaire.

Causes de la maladie

La principale cause du cancer hépatocellulaire du foie est d'autres maladies du foie, en particulier les maladies infectieuses. Ceux-ci inclus:

- l'hépatite virale chronique du foie des groupes B et C, représente 85% de toutes les causes de cancer du foie;
- alcoolisme, toxicomanie - cela n'est plus lié aux raisons, mais exclusivement aux facteurs de risque de CHC;
- cirrhose du foie;
- une atmosphère écologique défavorable avec un rayonnement accru;
- abus d'aliments contenant une grande quantité d'hépatocarcinogènes. Autrement dit, ces substances en raison desquelles les cellules hépatiques mutent, se transformant en malignes.

Symptômes du cancer du foie

Le cancer du foie est très insidieux, surtout s'il survient dans un contexte de cirrhose. Étant donné que ses symptômes peuvent être confondus avec des symptômes de cirrhose du foie. Cependant, le stade initial du cancer hepotcellulaire peut être pratiquement asymptomatique et une personne peut ne pas être consciente de l'apparition de la maladie. Ceci est très dangereux, car un diagnostic précoce est important pour le succès du traitement de tout cancer. Les principaux signes communs de cancer du foie sont considérés comme:

- une augmentation de la température corporelle du malade à des nombres très élevés, en outre, bien avant que le diagnostic ne soit posé;
- signes caractéristiques de la cirrhose hépatique: douleur intense observée dans l'hypochondre droit, hypertrophie importante du foie, jusqu'au diaphragme le soutenant, sensibilité à la palpation;
- compression de la rate et des intestins et douleur dans ces organes;

La douleur dans l'hypochondre droit peut signaler un cancer du foie

- manifestation d'intoxication du corps: nausées, vomissements, faiblesse, vertiges, maux de tête. Également fièvre, transpiration, asthénie, faiblesse musculaire;
- jaunisse obstructive. La peau du patient devient jaune comme celle d'un poulet. Cela est dû à la compression des voies biliaires par la tumeur;
- une forte perte de poids, jusqu'à l'anorexie;
- il est possible de suspecter une tumeur hépatique maligne si le taux sanguin du patient augmente l'a-fœtoprotéine, le ROE, et le taux d'hémoglobine diminue fortement, c'est-à-dire qu'une anémie survient;
- chez les patients atteints de cirrhose du foie, une ascite (accumulation de liquide dans le péritoine) peut survenir. Le ventre gonfle jusqu'à une taille énorme. Jusqu'à 10 litres de liquide peuvent être pompés à la fois par ces patients. Les veines dépassent nettement sur l'abdomen, ce phénomène s'appelle "la tête d'une méduse";
- plus tard, il y a un changement de couleur de la peau. La peau s'assombrit, des taches brun foncé apparaissent, notamment sur le visage et les mains, une cyanose autour des lèvres;
- peut-être des saignements dans la cavité abdominale.

Une petite formation semblable à une tumeur de 3 à 4 cm apparaît à l'intérieur du foie, elle n'est donc palpable à la palpation que lorsqu'elle commence à se développer. 20 fois plus souvent le cancer hépatocellulaire résulte de la pénétration de métastases dans le foie à partir d'organes adjacents: intestins, vésicule biliaire, estomac, pancréas. Chez la femme, un cancer du foie peut se développer à la suite de la pénétration de métastases dans le foie si les ovaires sont affectés par la tumeur maligne.

Stades de la maladie

Stades du cancer du foie: T - tumeur primaire, T1 - tumeur solitaire (solitaire) sans pénétration vasculaire (invasion). T2 - tumeur invasive unique ou multiple. T3 - Plusieurs tumeurs envahissant les veines hépatiques. T4 - tumeur avec métastases aux organes adjacents, à l'exception de la vésicule biliaire.

N - métastases aux ganglions lymphatiques proches du foie. N0 - pas de métastases ganglionnaires. N1 est une métastase aux ganglions lymphatiques régionaux.

> M0 - dans ce cas, les métastases à distance sont absentes. M1 est la présence de métastases à distance, c'est-à-dire à l'extérieur du foie.
- Étape I: -T1-N0-M0 - étape facile. Une seule tumeur est située uniquement à l'intérieur du foie et n'implique pas de vaisseaux sanguins dans le processus.
- Stade II: -T2-N0-M0- une ou plusieurs tumeurs, commence à dépasser le foie et implique des vaisseaux dans le processus.
- Stade IIIA: -T3-N0-M0 - la tumeur se développe et serre d'autres organes. Impliquer les vaisseaux ou la veine porte dans le processus.
- Stade IIIB: -T1-N1-M0, T2-N1-M0, T3-N1-M0 - la tumeur touche les organes voisins (tous sauf la vésicule biliaire).
- Stade IVA: -T4N (n'importe quel) M0 - la tumeur donne de multiples métastases à d'autres organes.
- Stade IVB: -T (quelconque) N (quelconque) M1 - cancer secondaire du foie, c'est-à-dire des métastases se propageant au foie à partir d'un autre organe. Le cancer du foie de grade 4 est, en principe, inopérable.

Le cancer du foie passe par quatre étapes

Diagnostic du cancer du foie

La rapidité avec laquelle le cancer hépatocellulaire du foie est diagnostiqué dépend de nombreux facteurs. Et le principal est la survenue primaire ou secondaire du cancer. Lorsque le cancer du foie est secondaire, c'est-à-dire à la suite d'une métastase, le patient doit déjà être sous surveillance médicale. Par conséquent, avec un examen et des tests en temps opportun, le cancer du foie peut être rapidement détecté. Avec l'apparition initiale de la maladie, ses symptômes peuvent ne pas apparaître pendant longtemps, par conséquent, le patient ne demandera pas d'aide jusqu'à ce que des signes spécifiques de la maladie apparaissent. Par exemple, la même douleur dans l'hypochondre droit ou une température élevée.

Malheureusement, le cancer est diagnostiqué à un stade précoce, plutôt rarement. Non seulement parce que ses signes sont similaires à ceux de la cirrhose, mais aussi parce qu'une tumeur du foie ne peut être détectée que si elle a atteint une taille de plus de 1 cm. Dans trois quarts des cas de cancer du foie, la tumeur progresse déjà activement. Par conséquent, ces cas, hélas, ne peuvent être traités, même par chirurgie. Et 86% de ces patients meurent dans les six mois.

Diagnostics de laboratoire. La toute première chose que le corps réagit à l'apparition d'un cancer est le sang. Par conséquent, un test sanguin est la première méthode pour poser un diagnostic correct. Avec le cancer du foie, une augmentation de la concentration d'α-fœtoprotéine sera observée dans le sang du patient. Leucocytose, augmentation de l'ESR, faible taux d'hémoglobine et diminution du nombre d'érythrocytes. Par conséquent, tous les patients inscrits au dispensaire avec des maladies du foie, en particulier la cirrhose, subissent un double test sanguin obligatoire par an pour la teneur en α-fœtoprotéine.

Diagnostic par rayons X. Chez les patients atteints de CHC, la radiographie montrera un déplacement vers le haut et vers la droite du diaphragme; déplacement de l'estomac vers la gauche; déplacement du côlon vers le bas; impressions de la vésicule biliaire et du duodénum 12.

Inspection. À la palpation, le médecin détecte un sceau et une augmentation de l'hypochondre droit. Le foie est dense, tubéreux, de taille considérablement augmentée - du bord supérieur des côtes au nombril. Dans le même temps, le patient note une douleur aiguë. On note également une coloration jaune de la sclérotique oculaire et de la peau..

Clarifier les diagnostics. Pour clarifier le diagnostic, un cancer du foie est réalisé:

- échographie du foie;
- IRM;
- tomodensitométrie;
- ponction hépatique suivie d'une biopsie pour examen cytologique.

Traitement

Le traitement du CHC peut être très différent pour chaque patient. Cela dépend de la cause de la maladie, de la présence de maladies concomitantes, du stade du cancer, de l'étendue du néoplasme, de la gravité du patient et du tableau clinique. Mais, en général, chez les enfants et les adultes, il comprend les activités suivantes.

Traitement médicamenteux Ne convient au cancer que comme symptomatique. Ils effectuent une désintoxication, c'est-à-dire une purification du sang. Comme c'est le foie dans le corps qui est engagé dans le nettoyage, en cas de maladies du foie, en particulier de cancer, cet organe ne fait pas face à sa fonction et les toxines pénètrent dans le sang. Des analgésiques sont prescrits. Si les analgésiques conventionnels n'aident pas, des analgésiques narcotiques sont prescrits, tels que "stad". S'ils n'aident pas, des stupéfiants sont déjà prescrits. En outre, le patient se voit prescrire des pilules qui améliorent la numération globulaire générale. Par exemple, les médicaments qui augmentent l'hémoglobine, normalisent la bilirubine, réduisent la leucocytose et la VS.

Cryodestruction. Le traitement le plus rarement utilisé et le plus inefficace pour le CHC. Il consiste à exposer le foie à l'azote liquide afin de geler la tumeur et d'éviter la propagation de cellules malignes..

Le traitement médical du cancer du foie ne peut être que symptomatique

Radiothérapie. Il s'agit de l'effet du rayonnement sur la tumeur, lorsque de gros vaisseaux hépatiques sont déjà impliqués dans le processus malin.

Méthodes d'ablation. Ils consistent à chevaucher n'importe quel vaisseau pour arrêter la propagation ou pour arrêter le développement du processus pathologique:

- la chimiothérapie artérielle du cancer hépatocellulaire du foie est largement utilisée pour traiter les patients atteints de cancer du foie atteints de cirrhose. Il est également utilisé avant la transplantation d'organe pour contrôler la propagation de la tumeur. Cette méthode consiste en l'introduction de produits chimiques directement dans la veine hépatique porte. Utilisé uniquement si le processus ne s'est pas propagé à l'extérieur du foie;

- l'ablation par radiofréquence est également utilisée comme traitement indépendant et avant transplantation. Cette méthode est moins utilisée que la précédente, car elle dépend de l'étendue de la tumeur: plus la tumeur est grosse, moins la méthode est efficace. S'il n'y a pas plus de trois nœuds malins, d'excellents résultats sont obtenus.

- ablation percutanée - de l'éthanol est injecté dans la tumeur à travers la peau. Avec la coagulation par micro-ondes, cette méthode est efficace si les ganglions tumoraux sont petits - 3-4 cm.Dans d'autres cas, ces méthodes ne sont pas très efficaces.

- ablation par radio-isotopes avec de l'ytrium-90. L'ytrium-90 radioactif est injecté directement dans la veine hépatique. Les microparticules d'yttrium bloquent les petits vaisseaux et la tumeur perd son apport sanguin. Yttrium agit pendant deux semaines à partir du moment de l'administration, puis l'effet du médicament s'arrête. La méthode est très efficace, à la fois indépendamment et en conjonction avec une radiothérapie, car l'isotope agit directement sur la tumeur. Il est utilisé pour toute taille de tumeur et à tout stade. Non applicable uniquement en cas de métastases à d'autres organes.

Traitements chirurgicaux. Les méthodes suivantes sont utilisées:

- résection hépatique. Retirez les ganglions malins si le cancer n'est pas alourdi par la cirrhose. Prévision: plus de la moitié des patients dans ce cas vivent jusqu'à trois ans ou plus;

- transplantation hépatique. Le traitement le plus efficace contre le cancer du foie. En l'absence de métastases vers d'autres organes, jusqu'à 90% des patients survivent. Il existe des critères clairs pour les indications de transplantation hépatique. En principe, toute méthode de traitement est strictement individuelle et nécessite une approche prudente..

Séparément, il faut dire sur la nutrition pour le cancer du foie. Tout cancer «aime» les aliments solides. Par conséquent, il est préférable de privilégier les aliments liquides riches en vitamines et minéraux afin de soutenir le système immunitaire. En outre, il est nécessaire de suivre un régime contre le cancer qui minimise la consommation d'aliments gras, frits, d'épices chaudes. L'alcool, le tabagisme et les médicaments non prescrits par un médecin sont absolument exclus.

Méthodes traditionnelles de traitement

Pour toute maladie du foie, vous n'avez pas besoin de vous soigner. De plus, les remèdes non conventionnels pour le CHC n'ont encore mis personne sur pied. Les méthodes alternatives de traitement doivent être discutées avec un médecin et utilisées uniquement comme thérapie de soutien. Le cancer hépatocellulaire du foie est un cas dans lequel l'automédication et la mort retardée sont comme.

Les infusions et teintures à base de plantes sont utilisées comme remèdes populaires pour le CHC. Ils comprennent des herbes telles que: élécampane, millepertuis, immortelle, chélidoine, agrimony. La teinture d'aconit est utilisée si la chimiothérapie n'est pas effectuée.

La médecine traditionnelle suggère de traiter le cancer du foie avec des herbes

Effets

Les métastases aux ganglions lymphatiques, aux gros vaisseaux, aux organes voisins et aux os constituent la complication la plus dangereuse du cancer hépatocellulaire du foie. Tout cela s'accompagne d'une jaunisse obstructive, due au blocage des voies biliaires, à la formation de caillots sanguins veineux, à des saignements gastro-intestinaux. La masse maligne peut se rompre et provoquer des saignements dans le péritoine. Cela se termine par le choc. Le cancer peut être compliqué par une ascite (liquide dans le péritoine), une anémie (anémie), une hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang). Dans ce contexte, le patient peut perdre connaissance..

Prévention du cancer du foie

La prévention du cancer hépatocellulaire du foie se résume à ce qui suit:

- traiter soigneusement les maladies virales du foie, en particulier l'hépatite C, la cirrhose. Être sous surveillance médicale constante;
- vaccination contre l'hépatite B;
- abandonner l'alcool et de préférence fumer;
- une alimentation équilibrée et nutritive.

Les patients à risque de cancer du foie doivent être sous surveillance médicale constante. Cela comprend les patients atteints d'hépatite B et C, de cirrhose, y compris de cirrhose alcoolique. Les patients doivent donner du sang deux fois par an pour l'α-foetoprotéine. Faites une échographie du foie au moins une fois par an. Le but de cette observation est de surveiller la fonction hépatique. Il en va de même pour les patients ayant subi une résection hépatique. Les patients après une transplantation hépatique doivent être observés dans les cliniques où ils ont subi une intervention chirurgicale. Mensuellement - après la chirurgie dans les six mois, trimestriellement - jusqu'à un an, une fois tous les six mois pendant les deux prochaines années, puis - annuellement.