Principal
Tératome

Hallucinations

Inscription: 20/12/2017 Messages: 4 Merci: 0 fois Merci: 0 fois ->

Bonsoir! Maman a un cancer de stade 4, a enlevé les ovaires, 25 cours de chimiothérapie, après le dernier examen, ils ont prescrit une IRM de la tête, un marqueur onco irréaliste, ils soupçonnaient que des métastases allaient à la tête, mais nous ne pouvions pas y arriver, l'état s'est aggravé, nausées, vomissements, vertiges, hallucinations. L'oncologue local a prescrit du tramadol et du sibazon, un mois plus tard, ils ont prescrit du fendivia 50 avec du sibazone, des hallucinations se poursuivent depuis le deuxième mois, il n'y a pas de discours intelligible, seulement des absurdités. Y a-t-il un moyen pour elle de reprendre ses esprits, au moins commencer à reconnaître?

Inscription: 07.10.2016 Messages: 4 847 A remercié: 0 fois A remercié: 0 fois ->

Le message de% 1 $ s a écrit:

pas médecin, mais je traite mon père à 4 stades de cancer de la prostate avec métastases, maintenant sous Morphine, j'ai une certaine expérience.

Pour moi, si vous donnez à votre maman Tramadol avec Fendivia (et ils ne sont pas prescrits ensemble, comme me l'ont dit les palliatifs), alors cette combinaison, ou peut-être la quantité de médicaments, peut provoquer des hallucinations dues à des lésions du pancréas ou du foie... voir leurs résultats. peut-être qu'un oncologue ou un gynécologue vous proposera quelque chose. peut-être que quelque chose doit être annulé ou remplacé.

Inscription: 20/12/2017 Messages: 4 Merci: 0 fois Merci: 0 fois ->

Hallucinations en oncologie combien de temps vivre

Pour clarifier la relation entre les facteurs locaux et généraux, on peut beaucoup tirer de l'étude des hallucinations dans l'habitude des organes internes. Ces troubles peu connus ont fait l'objet d'études spéciales de notre professeur agrégé K.A. Skvortsov, dont les travaux nous présentent des données particulièrement importantes pour les questions de genèse qui nous intéressent. Les troubles hallucinatoires dans ces cas sont différents dans leur propre image. Cela dépend du stade de la maladie, de l'état du patient, en particulier de sa conscience. En général, on peut dire qu'ils sont observés sur fond de changements psychiques généraux, concernant principalement la conscience. Les troubles auto-hallucinatoires ne sont pas observés au début de la maladie, mais pendant la période de son déploiement, lorsqu'il y a une diminution générale du niveau mental, une asthénicité avec une teinte de dépression. A cette époque, on rencontre souvent: mantisme, afflux chaotique de pensées, athématique, selon les mots de Claude, réflexion… Des pensées au contenu aléatoire, non unies autour d'un sujet, courent vite, de sorte que le patient ne peut pas les arrêter. C'est un état d'automatisme mental qui, selon le concept des auteurs français, a une explication purement physiologique; ces auteurs réfléchissent à l'impact de moments d'ordre organique ou toxique. Ce n'est pas un hasard si les phénomènes mentaux proprement dits en cette période de cancer s'accompagnent de symptômes de nature locale. En cela

c'est la période où apparaissent les hallucinations individuelles du type décrit ci-dessus. Au chevet, on aperçoit une sorte de vague silhouette humaine, muette, immobile. Elle provoque un sentiment de peur, je veux la chasser. On voit les personnages enveloppés dans des couvre-lits sombres, des ombres vacillantes. En même temps, les perceptions hallucinatoires ne sont pas rares; par exemple, des taches sur le mur près du lit se transforment en la figure d'une personne et d'un animal. Moins souvent, il y a des hallucinations auditives et olfactives: des bruissements se font entendre sous le lit, des murmures, une sorte de marmonnements, on sent les feuilles, l'eau des marais, l'humidité. Le rôle de l'altération de la conscience se voit particulièrement clairement sur l'exemple du trouble de la perception chez les patients cancéreux. Ce dernier, avec le développement de la maladie, s'avère de plus en plus assourdi, ce qui est sans doute associé à une intoxication de plus en plus croissante. Schématiquement, le développement des hallucinations peut être imaginé comme suit. Au début, il y a des hallucinations épisodiques séparées, principalement visuelles, par nature, elles sont tout à fait cohérentes avec la description de Head. Naturellement, dans le sens de la genèse, ils doivent être mis en relation avec les changements locaux. Ainsi, ils peuvent entrer dans le même groupe avec des hallucinations dans les maladies des organes viscéraux. De plus, il existe des troubles de la perception, pour lesquels, génétiquement, un changement de conscience joue le plus grand rôle. Avec le mantisme à cette période, on peut observer des états oniriques, que KA Skvortsov décrit comme suit: les patients, couchés dans leur lit les yeux fermés, voient devant eux des rangées d'images en mouvement, des scènes changeantes; ce n'est pas un fantasme, c'est une sorte de contemplation passive, comme un rêve en réalité avec une pleine orientation dans l'environnement. En outre, il peut y avoir des images amentif-délirantes, parfois avec un délire prononcé de persécution. Les états d'étourdissement avec hallucinations sont particulièrement prononcés au stade terminal de l'épuisement cancéreux. Le cas suivant peut donner une idée de la façon dont les phénomènes mentaux se développent et du type d'hallucinations qu'ils ont dans ce cas. Cette description décrit les caractéristiques de la psychologie d'un patient atteint de cancer, le contexte sur lequel se développent les hallucinations.

Patient K. S. 40 ans. Il fut admis au 5ème hôpital soviétique le 2 juin, décéda le 15 août 1940. Travailleur administratif et économique.

Le diagnostic est un cancer de l'estomac. À l'automne 1939, des douleurs abdominales, de la nervosité, de la hâte au travail, une aggravation du sommeil, une léthargie ont commencé. En octobre, une laparotomie d'essai a révélé une tumeur. Il a été soigné par des médecins de différentes spécialités, également par un homéopathe et des guérisseurs. Le patient a peur de croire qu'il a un cancer. Depuis mai, il était sous la supervision d'un psychiatre, et

gardait un registre quotidien de son état. Depuis le printemps, j'ai remarqué l'apparition d'expériences spéciales.

Le contexte général de la psyché est caractérisé par la passivité; le patient a peur, évite tout stress physique ou mental. Le soir, et parfois pendant la journée, s'il fait brouillard et pluvieux, il éprouve «une sorte de fantasmagorie». Des lignes rouges dépassent du plan du plafond ou du mur, qui prennent la forme de figures obscures, pour la plupart des figures humaines uniques. Lorsque les yeux sont fermés, des images visuelles apparaissent, généralement des visages humains immobiles, éclairés en un seul endroit - maintenant de côté, maintenant du front, parfois les yeux dépassent le plus clairement. Parfois, deux ou trois visages sont visibles à une certaine distance l'un de l'autre. Lorsqu'il clignote, les poses peuvent sembler modifiées, mais à un moment donné, ce changement se produit, le patient ne peut pas le remarquer. Je vois des visages inconnus, indifférents pour le patient, n'affectant en rien son émotivité. »Une fois il a mal dormi. Il rêvait d'accepter des affaires dans un nouvel emploi, et il n'y avait personne qui accepterait le poste. Les personnages que l'on voit s'estompent, deviennent petits, plus petits qu'un enfant, puis disparaissent complètement. Se réveillant dans la sueur et la peur, le patient a vu comment une silhouette vague flottait sous le plafond de sa chambre, c'était la figure d'un homme, son visage n'était pas visible, mais le patient sentait que c'était lui-même, comme il l'était dans les premières semaines de sa maladie. C'était lui, à en juger par sa voix, sa coiffure, sa manière de marcher. Le patient est décédé deux mois après son admission à l'hôpital. Une autopsie a révélé un cancer pylorique désintégré avec invasion dans le pancréas, avec des métastases dans le foie.

Du point de vue de la genèse des hallucinations dans les cas liés aux patients cancéreux, ce qui suit mérite l'attention. Le développement d'images hallucinatoires plus complexes est précédé d'hallucinations distinctes, apparaissant de manière épisodique, du même type, généralement caractéristiques des patients présentant des lésions des organes internes. Ici, la relation des hallucinations à l'état de conscience altérée et, surtout, à l'état de sommeil et aux rêves, est particulièrement claire. En termes de contenu, les hallucinations sont comme une continuation de rêves, parfois elles sont directement liées au type subsonique. Le patient, en se réveillant, perçoit l'image comme toute faite. Le patient cancéreux décrit a vu la silhouette de son jumeau immédiatement après son réveil. Et chez d'autres patients, des hallucinations ont été observées dans des conditions similaires, parfois lors de l'endormissement, du surmenage.Il est à noter que les images hallucinatoires chez les patients cancéreux sont également vagues et peu claires. Cela est particulièrement vrai pour les hallucinations visuelles. Ces personnages obscurs ont l'image d'une personne, mais sans les couleurs vives et les mouvements qui caractérisent

Être vivant. Cependant, le visage n'est pas visible, car la tête est recouverte d'une couverture ou d'un autre voile. Ce n'est pas un hasard si la figure est parfois représentée par un cadavre. Et dans ces cas, il devrait être considéré comme typique que la perception d'images hallucinatoires soit généralement associée à un sentiment de peur vive. Mais il existe également une différence significative par rapport aux troubles hallucinatoires ci-dessus dans la tuberculose et les maladies cardiaques. Ce ne sont pas des hallucinations séparées, mais des images hallucinatoires entières, souvent avec une participation significative de phénomènes d'un ordre délirant, qui apparaissent généralement aux stades ultérieurs de la maladie. Peut-être le développement d'images délirantes hallucinatoires en relation avec l'exacerbation de moments toxiques. Voici un de ces cas.

Patient N. 58 ans. Ouvrier. Le 26 mai 1939, une résection de l'estomac a été effectuée pour un cancer gastrique, qui occupait la moindre courbure et avait un diamètre d'environ 8 centimètres. Deux jours plus tard, dans un état relativement satisfaisant, l'agitation et l'anxiété se sont soudainement développées, avec une mauvaise orientation dans l'environnement. Le patient a entendu des voix déclarant qu'il devait être tué ou tué, elles lui ont expliqué qu'un faux testament avait été rédigé en son nom, qui aurait été lu lors d'une tournée de médecins. Là, on aurait dit: je me suis pendu dans le grenier, je vous demande d'innocent pour ma mort. Les voix l'accusent de propager la syphilis, il voit que certaines personnes regardent dans sa chambre, veulent voir son tourment. Après trois jours supplémentaires, la conscience s'est éclaircie, les hallucinations ont complètement disparu et une attitude complètement critique s'est établie envers l'expérience..

Plus la maladie se développe et plus l'intoxication et l'épuisement augmentent, plus les images hallucinantes prennent la forme habituelle d'états amentifs-délirants caractéristiques des infections et des intoxications. Voici un exemple d'un tel délire terminal..

Patient Ch.53 ans. Ouvrier. Le 28 mars 1939, l'estomac a été réséqué pour cancer. La période postopératoire s'est bien déroulée, mais à partir du 6 avril, il y a eu des comportements étranges, ainsi que des hallucinations visuelles et auditives. Regardant le mur, le patient a dit: "Les gars, vous n'avez pas pris mes quinze roubles." Est devenu vanity-liv. Le discours est monosyllabique, incohérent: "J'irais autant que je voudrais, j'irai, j'irai." Le 12 avril, lors d'une conversation avec un médecin, il a déclaré: «Je pars. Ils ne me comprennent pas. Ici, ils agitent. Je n'ai jamais été malade. Je n'ai travaillé nulle part. " Et tombant dans un sommeil, il ferma les yeux.

t

De toute la variété des troubles hallucinatoires observés chez les patients cancéreux, nous arrêterons la collecte de ceux qui les combinent avec des hallucinations dans les maladies des organes internes. Des images visuelles vagues de figures humaines, sans vie, muettes, sans créatures vivantes, apparaissent généralement chez les patients au réveil, ces images sont caractérisées par les mêmes caractéristiques, qu'elles proviennent d'une maladie cardiaque, d'une tuberculose pulmonaire ou d'un cancer de l'estomac. Le même tableau phénoménologique avec une étiologie différente leur fait voir quelque chose de typique en eux, suppose la même genèse pour eux. La vision d'un personnage debout près du lit est courante et provoque un sentiment de peur. Il ne fait guère de doute que nous parlons ici de l'image de la mort, dont l'apparition est naturelle chez un patient atteint d'une maladie grave. Ceci est indiqué par tous les accessoires avec lesquels ces personnages sont vus: leur aspect mortel, l'immobilité et le silence, des vêtements pas comme ceux des personnes vivantes, comme ceux des statues. Cela est particulièrement clair en ce qui concerne les patients atteints d'un cancer qui, comme chacun le sait, se termine par la mort, comme en témoigne l'analyse des rêves de ces patients. Ici, nous devons tenir compte d'une caractéristique de la psychologie des patients gravement malades, en particulier des patients atteints de cancer. Connaissant la gravité de sa maladie, le patient essaie souvent de ne pas y penser, comme s'il l'ignorait, cherchait à réprimer ses pensées lourdes avec le travail, continue à se conduire comme si de rien n'était. Les patients cancéreux évitent d'appeler cette maladie par leur propre nom et essaient de parler aux médecins dans un langage conventionnel, dans lequel le mot cancer n'existe pas du tout. Le même phénomène peut être vu dans les rêves. Cela ressort très clairement du cas suivant..

Patient M., 45 ans. Prof. Soudain, j'ai découvert une tumeur dans mon sein, j'ai immédiatement commencé à penser au cancer, et à partir de ce moment, elle a vécu longtemps dans un état de confusion particulier, stupéfaite, faisant passivement son travail. Elle se sentait mieux quand elle était occupée avec elle. La tumeur à la biopsie s'est avérée être un carcinome et a été retirée. La patiente a essayé de supprimer la pensée du cancer, et pendant la journée, surtout au travail, elle a réussi. Mais elle ne pouvait pas la supprimer complètement, comme en témoignent ses rêves. Donnons sa propre description, en l'empruntant à l'histoire de la maladie. K. A Skvortsova. «J'étais en train de remonter le moral dans l'après-midi. La nuit, si je m'endormais, je rêvais de rêves qui étaient liés à ma maladie, mais ne me concernaient pas personnellement. Je me souviens très bien d'un rêve. J'ai rêvé: j'étais dans ma chambre sur le lit la nuit. Sombre. Soudain, la fenêtre en face de mon lit est brillamment éclairée, et j'y vois une silhouette - un homme jusqu'à la taille, émacié, avec un visage jaune émacié. La voix de quelqu'un dit à haute voix: "Il a un cancer".

Tout est typique ici: la suppression de la pensée du cancer, et le transfert de sa maladie à une autre, et pourtant l'identification de ses pensées et peurs cachées. Si nous rappelons que les hallucinations qui nous intéressent apparaissent au réveil, étant une continuation de rêves, et peuvent être attribuées à des rêves subsoniques, alors certains modèles apparaissent qui sont caractéristiques à la fois des rêves et de diverses autres expériences dans un état de conscience floue. En eux, apparaissent des images qui sont l'accomplissement de désirs, ou lourdes et effrayantes. Le premier veut se garder du second, comme des cauchemars, on veut se libérer le plus tôt possible. Voici les manifestations de la symbolisation. I.P. Pavlov a des déclarations à ce sujet en relation avec l'état de conscience obscurcie, et il explique les phénomènes de symbolisation d'une manière purement physiologique, rejetant la théorie de Freud. Les figures obscures, sombres et effrayantes que le patient voit à son chevet sont une image symbolique de la mort. Cela s'exprime le plus clairement dans un poème attribué à Lermontov, dans lequel la mort est présentée comme une silhouette sombre debout à la tête et déclarant impérativement: "Il est temps!"

Genèse des hallucinations chez les patients somatiques

Du point de vue de la pathogenèse des hallucinations, il est important pour nous que ce soient des images intellectuelles, des représentations. En même temps, ce sont de véritables hallucinations, occupant certaines places de l'espace et ayant le sens de la réalité pour l'hallucinant. Comme on peut le considérer comme établi, les hallucinations sont différentes dans leurs caractéristiques phénoménologiques et leur genèse. Dans une forme générale, cette idée est également présente dans I.P. Pavlov. Les hallucinations dans les psychoses infectieuses et toxiques ont un caractère sensoriel et sensoriel prononcé. Mais il y a des cas où les moments de sensorialité sont minimes et où les moments purement intellectuels prévalent. Mais pourquoi les représentations dans ce cas ont-elles été projetées vers l'extérieur et sont devenues des images réelles, bien que dépourvues de luminosité, en d'autres termes, pourquoi la représentation est-elle devenue une hallucination? La comparaison des données ci-dessus sur les hallucinations dans les maladies organiques, au sens propre du terme, les maladies de la pile dans les maladies infectieuses et toxiques peut aider à comprendre cela. Apparemment, ici la matière consiste en deux points essentiels: une sensualité lumineuse du visuel ou d'une autre image, d'une part, et l'émotivité primaire, vitale-

nosti, d'autre part. Ces deux points peuvent coïncider, comme cela se produit dans les cas d'hallucinations infectieuses et toxiques, mais ils peuvent également agir séparément. Ce dernier est précisément le cas dans les cas des hallucinations considérées dans les maladies des organes internes. Dans les cas typiques et les plus simples de ce type, il n'y a aucune raison de supposer que les segments centraux du système nerveux autonome sont particulièrement affectés et ces changements dans le système mésodiencephalique qui peuvent expliquer la luminosité et la sensualité des images. Le système nerveux autonome change également ici, mais d'une manière différente. Les modifications de celui-ci, observées dans les maladies du cœur, des poumons, ainsi que d'autres organes internes, peuvent conduire à un état de dépression ou de peur en tant que trouble purement physiogène, sans la participation des facteurs réels d'un ordre mental. L'état de peur, pas toujours conscient et réprimé dans des conditions normales, le sentiment d'une sorte de malheur doit être considéré comme le point de départ des hallucinations en question. Les manifestations hallucinatoires qui surviennent dans ces cas doivent être considérées, de cette manière, comme une expression symbolique des émotions, le plus souvent de la peur.Cette symbolisation se produit dans les images, dans les représentations, nécessite donc la participation du cortex. Ici, donc, la corticalisation a également lieu, dont nous avons parlé en relation avec les hallucinations infectieuses et toxiques. Si nous pouvons parler de corticalisation des hyperpathies sensorielles, alors nous parlons de symboliser les expériences sensorielles, les émotions, la tristesse, la peur. Les hallucinations de ce type sont essentiellement différentes des hallucinations psychogènes résultant d'une expérience effrayante et très douloureuse. Par exemple, une mère qui a perdu un enfant le voit dans un rêve ou une hallucination, entend sa voix. Une personne qui a éprouvé de la peur en relation avec une attaque contre elle peut voir ses persécuteurs, entendre leurs menaces, bien qu'en réalité ce ne soit pas le cas. Une personne qui a vécu une situation effrayante pendant les hostilités continue de voir les scènes de bataille, de s'endormir, parfois simplement en fermant les yeux. Mais dans ces cas, il n'y a pas de remaniement des expériences passées, encore moins de symbolisation. En raison des particularités inhérentes aux expériences vivantes, la capacité de préserver les images de perception ou de les ressusciter joue un rôle, et les expériences précédentes se répètent sous la même forme. Pendant ce temps, les véritables hallucinations, en particulier visuelles, ne sont jamais une simple reproduction de l'original-

de perception, mais représentent le résultat d'une certaine créativité Il n'y a personne dans la nature sans visage ou sans membres, silencieux, immobile; leurs images sont sans aucun doute le fruit d'une sorte de créativité. Les hallucinations dans les maladies des organes internes diffèrent à la fois des troubles psychogènes et des phénomènes similaires d'origine infectieuse et toxique. Cela s'applique non seulement aux caractéristiques cliniques, mais également à la pathogenèse. Dans tous les cas d'hallucinations, la participation du cortex est nécessaire, son travail créatif, bien que douloureusement altéré, pas tout à fait parfait. Cependant, son inclusion, la corticalisation de processus qui ont comme point de départ l'un ou l'autre département, se produit d'une manière différente. Dans les cas d'hallucinations de genèse infectieuse et toxique, il est possible de penser à la transmission réciproque directe par voies sensorielles des centres sensoriels sous-corticaux au cortex.Murg explique l'apparition d'hallucinations dans les maladies des organes internes par transmission réflexe au cortex à partir des organes viscéraux le long des voies végétatives, principalement par le système vague. Cette explication doit être considérée comme trop mécanique.

Les processus sous-jacents aux hallucinations sont beaucoup plus complexes et la participation du cortex lui-même est beaucoup plus significative.Si nous parlons du rôle des sensations des organes internes, alors lorsqu'on étudie la pathogenèse des hallucinations, on ne peut se passer de la recherche dans le domaine de l'interoréception. M. Bykova. Ici, les données sur la connexion entre les différentes parties du système nerveux et sur ses connexions avec les organes internes le long des voies nerveuse et humorale sont particulièrement importantes. Les sensations émanant des organes internes, pas toujours conscientes, peuvent non seulement affecter humeur, provoquant parfois un état de nostalgie et de peur, mais aussi pour donner une direction particulière au flux des pensées. Même I.M.Schenov, développant une réflexion sur le rôle des sensations sombres, a déclaré que nous ne savons rien de ce qu'une personne souffrant d'une maladie de l'estomac devrait penser, et en attendant, le lien entre ses pensées et la maladie devrait avoir lieu. En développant notre concept d'illusion catesthésique, ils avaient à l'esprit le rôle de ces sensations sombres, correspondant aux stimuli dits inférieurs au seuil et agissant sur l'humeur et la direction des pensées. Il est essentiel que ce dernier, ayant comme point de départ l'une ou l'autre sensation désagréable, puisse procéder sans la participation de la conscience jusqu'à un certain moment, et alors seulement les résultats

Ce n'est pas un hasard si un certain nombre de chercheurs dans le domaine de la psychopathologie générale envisagent la genèse des hallucinations en lien avec le problème du délire.

En fonction des caractéristiques du processus de la maladie, de sa gravité, de la créativité subconsciente, qui a comme point de départ les sensations des organes internes, produit dans certains cas des images hallucinatoires, dans d'autres - des idées délirantes.

Publié dans le journal:
Soins infirmiers " №4 2001 Soins palliatifs

Nous continuons à publier des chapitres du livre "Palliative care for cancer patients" édité par Irene Salmon (pour le début, voir "SD" # 1'2000).

Faiblesse avec le cancer

64% des patients cancéreux souffrent de ce symptôme désagréable. Avec un cancer avancé, la faiblesse est le symptôme le plus courant.

La somnolence, la fatigue, la léthargie, la fatigue et la faiblesse sont tolérées différemment par chaque patient. Dans certains cas, la situation peut être hors de contrôle. Cependant, les causes de faiblesse peuvent être traitées. Un examen approfondi du patient et une évaluation de la situation constituent la première étape vers la résolution de ce problème.

Tout d'abord, vous devez savoir si le patient présente une faiblesse locale ou générale. Une faiblesse locale peut être causée par des néoplasmes cérébraux (monoparésie, hémiparésie), une compression de la moelle épinière (principalement bilatérale), des lésions du plexus brachial, un cancer récurrent dans la région axillaire, des lésions du plexus lombo-sacré, une paralysie du nerf poplité latéral; ainsi qu'une faiblesse musculaire du membre proximal (myopathie corticostéroïde, myopathie paranéoplasique et / ou neuropathie, polymyosite paranéoplasique et syndrome myasthénique de Lambert-Eaton).

Le syndrome myasthénique de Lambert-Eaton (syndrome auto-immun) est une déviation paranéoplasique de la voie de transmission neuromusculaire qui survient chez 3% des patientes cancéreuses atteintes d'un cancer du poumon à petites cellules et, dans quelques cas isolés, chez des patientes atteintes d'autres types de cancer, comme le cancer du sein et le lymphome... Parmi les manifestations cliniques du syndrome figurent une faiblesse des jambes (chez 25% des patients une faiblesse des bras peut également apparaître), une diplopie temporaire (vision double), une dysarthrie, une dysphonie, une dysphagie, une bouche sèche, une constipation.

Une faiblesse progressive générale peut signifier que le patient est proche de la mort. Mais cela vaut la peine d'examiner d'autres raisons possibles. Une faiblesse générale peut être causée par une anémie, une hypercalcémie, une hyperfonction surrénalienne, une neuropathie, une myopathie et une dépression. Une faiblesse générale peut être causée par les conséquences de la chirurgie, de la chimiothérapie et de la radiothérapie, ainsi que par l'utilisation de médicaments (diurétiques, antihypertenseurs, hypoglycémiants), l'hyperkaliémie, l'insomnie, la fatigue, la douleur, l'essoufflement, le malaise général, l'infection, la déshydratation, la malnutrition.

Selon la situation, le patient doit recevoir un traitement approprié.

Les soins infirmiers pour un patient faible doivent viser à aider le patient à être aussi actif que possible pendant la journée, ce qui lui donnera un sentiment d'indépendance. L'infirmière doit surveiller et évaluer l'efficacité du traitement prescrit, signaler au médecin les changements dans l'état du patient, apprendre au patient à mener un mode de vie correct; lui apporter un soutien, lui donner un sentiment de confiance en soi.

L'infirmière doit aider le patient à respecter les règles d'hygiène personnelle, surveiller l'état de la peau et de la cavité buccale afin d'exclure d'éventuelles complications.

Le patient doit être convaincu de la nécessité de manger et de boire (la nourriture doit être aussi riche en calories que possible), et l'aider également à manger si le patient est trop faible. Un patient affaibli ne doit pas être laissé sans surveillance lorsqu'il mange ou boit des aliments chauds. Ils doivent également être aidés lorsqu'ils se rendent aux toilettes tout en leur offrant une intimité suffisante..

L'infirmière doit apporter au patient un soutien psychologique et de la compassion pour augmenter son estime de soi et encourager l'expression de son intérêt pour la vie. Le patient doit être encouragé, mais pas forcé.

Un sentiment de faiblesse, une incapacité à effectuer des actions habituelles peuvent provoquer un état de stress chez le patient. Dans ce cas, une discussion calme de la situation actuelle aide. Par exemple, une infirmière peut dire à un patient: «Oui, vous êtes maintenant incapable de faire beaucoup de choses que vous auriez pu faire auparavant. Mais si nous essayons de le faire ensemble ou de reporter au moment où vous vous sentez un peu mieux, alors nous avons tout. faire des exercices ".

Les soins infirmiers doivent être orientés de manière à éviter les complications ou l'inconfort associés à la mobilité limitée du patient. Ainsi, afin d'éviter une contracture douloureuse, les membres doivent être massés et des exercices passifs doivent être recommandés au patient, et la position correcte des membres faibles aidera à prévenir les dommages aux articulations..

Compression de la moelle épinière

Ce symptôme apparaît chez 3% des patients atteints d'un cancer avancé. De plus, plus de 40% des cas de compression de la moelle épinière surviennent chez des patients atteints de cancer du sein, des bronches et de la prostate, les 60% restants des cas - chez les patients atteints d'un cancer du rein, d'un lymphome, d'un myélome, d'un sarcome, d'un cancer de la tête et du cou.

La compression de la moelle épinière dans 85% des cas est causée par la propagation de métastases au corps vertébral ou au pédicule, dans 10% - par la propagation de la tumeur à travers le foramen intervertébral (en particulier dans le lymphome), dans 4% - par une tumeur primaire intramédullaire.

Le plus souvent (dans 90% des cas), la compression de la moelle épinière conduit à des douleurs, dans 75% des cas - à une faiblesse, dans la moitié des cas - à l'apparition d'une insuffisance sensorielle et dans 40% des cas - à un dysfonctionnement du sphincter.

La douleur survient généralement plusieurs semaines ou mois avant l'apparition d'autres symptômes et signes de compression de la moelle épinière. L'apparition de la douleur peut être causée par des métastases dans la moelle épinière, une compression de la racine nerveuse, une compression de la longue voie nerveuse de la moelle épinière.

Le pronostic le plus pessimiste se produit chez les patients présentant une paraplégie complète à développement rapide (dans les 24 à 36 heures); elle est presque toujours causée par un infarctus de la moelle épinière dû à la pression tumorale et à la thrombose de l'artère vertébrale. La perte de la fonction sphinctérienne est également un mauvais signe. Les patients atteints de paraparésie sont les mieux placés.

Les principales mesures thérapeutiques en cas de compression de la moelle épinière sont l'administration de corticostéroïdes, qui peuvent réduire rapidement l'inflammation péritumorale, et la radiothérapie, qui conduit à un rétrécissement de la tumeur, mais pendant une période assez longue..

L'intervention chirurgicale est indiquée dans les cas où il n'y a pas d'amélioration après la stéroïde et la radiothérapie, lorsqu'il y a des métastases uniques à la colonne vertébrale ou en cas de doute.

Lorsqu'elle prend soin d'un patient souffrant de compression de la moelle épinière, une infirmière doit lui fournir un soutien psychologique, car le patient éprouve généralement de la peur, de l'anxiété et de la dépression en raison d'une dépendance forcée à l'égard d'autres personnes. L'infirmière doit aider le patient à s'adapter au nouveau mode de vie, lui fournir l'équipement nécessaire.

Les soins infirmiers comprennent également un certain nombre de mesures visant à prévenir les complications (escarres, problèmes avec les systèmes urinaire et digestif, etc.), l'enseignement des techniques d'auto-assistance au patient et aux membres de sa famille - méthodes de soins; la sélection et la distribution des médicaments, ainsi que l'analyse de leur effet sur le corps du patient.

Confusion de conscience

La confusion de conscience est un état d'une personne, qui se caractérise par une désorientation dans le temps, l'espace et les personnes qui l'entourent, à la suite de laquelle le patient est confus, confus, ses pensées sont désordonnées et ses actions sont indécises. Habituellement, cette condition est causée par des troubles organiques et peut également être le résultat d'un stress émotionnel sévère et de divers types d'anomalies mentales et psychiatriques..

Lorsqu'une confusion apparaît, tout d'abord, il est nécessaire d'analyser les raisons de l'apparition de l'état d'un tel patient..

Les causes courantes de confusion comprennent la maladie d'Alzheimer, l'athérosclérose cérébrale, les néoplasmes, les changements biochimiques, le fonctionnement insuffisant d'un organe, le sida, la sclérose en plaques, certains médicaments, les changements environnementaux, la dépression, la fatigue, la douleur, la constipation, la rétention urinaire, infection, déshydratation, carence en vitamines, consommation d'alcool ou de psychotropes, tabagisme.

Il existe de nombreuses raisons pour une confusion aiguë de la conscience au stade terminal du cancer (voir tableau). Dans ce cas, les deux causes principales (syndromes cérébraux aigus et chroniques) apparaissent généralement en association avec des.

Il est également nécessaire d'analyser attentivement les antécédents médicaux du patient, afin d'obtenir le plus d'informations possible auprès des proches du patient. Il convient de déterminer si le patient a des lésions des organes sensoriels, telles que la surdité, la perte de vision, s'il y a eu de longues périodes dans le passé où le patient n'était pas pleinement conscient, quel était l'état mental du patient avant l'apparition du symptôme de confusion, si - toute modification du régime médicamenteux. Il est également nécessaire de connaître le niveau de connaissance du patient sur son diagnostic, s'il a des maladies vasculaires ou infectieuses, l'état des intestins et de la vessie, s'il ressent de la douleur, etc..

Lors de la prise en charge d'un patient cancéreux avec une conscience confuse, une attention particulière doit être portée à son environnement. La chambre d'un tel patient doit être calme et bien éclairée, et tous les objets susceptibles de perturber sa paix doivent en être retirés. Le personnel soignant un tel patient doit être réduit au minimum afin de l'aider à s'habituer rapidement et à s'habituer à son entourage. Vous devriez également demander à un membre de la famille du patient de rester et de vous aider à prendre soin de lui (ceci est particulièrement important la première nuit après l'hospitalisation).

Il est nécessaire de montrer le même respect et la même attention à un patient dont le processus de réflexion est perturbé qu'aux autres patients - il ne le mérite pas moins qu'eux. Il convient également de garder à l'esprit que la survenue de confusion chez un patient atteint d'un cancer sévère peut causer un traumatisme psychologique profond aux membres de sa famille. Pour eux, déjà résignés à l'idée qu'une personne proche d'eux est en train de mourir, il est intolérable de le voir perdre sa personnalité, cesser d'être celui qu'ils ont connu et aimé. Dans cette situation, ils ont également besoin d'attention et de soutien..

La confiance et la gentillesse doivent être présentes dans les actions d'une infirmière qui s'occupe d'un patient confus. Elle a besoin d'utiliser toutes ses connaissances, toute son expérience afin de trouver les bonnes tactiques pour communiquer avec le patient. Les patients qui occupaient auparavant une position de leader dans la société perçoivent souvent mieux l'information et prennent contact plus facilement que ceux qui ont un caractère indécis.

L'infirmière doit orienter le patient dans le temps et l'espace, partager les dernières nouvelles avec lui, parler, lui rappeler périodiquement son nom, expliquer et commenter constamment ses actions. Il sera utile que la chambre du patient dispose des derniers journaux, horloge et calendrier. L'infirmière doit communiquer autant que possible avec les proches du patient afin de mieux le connaître et le comprendre.

Il est très important de tenir des registres quotidiens des observations et des évaluations de l'état du patient, qui devraient refléter de manière aussi complète et détaillée tout ce qui lui est arrivé pendant la journée..

Les facteurs susceptibles d'aggraver la situation doivent être surveillés en permanence. Si le corps du patient est déshydraté, il doit constamment boire; les médicaments qui ont un effet négatif sur le corps du patient doivent être retirés, il est nécessaire de combattre l'infection, si nécessaire (comme prescrit par le médecin et selon la situation), traiter la constipation, si possible corriger les anomalies métaboliques / biochimiques.

En cas d'éveil / activation terminale, une maladie rare qui précède parfois la mort (quelques jours ou quelques heures avant la mort), lorsque le patient présente une anxiété inhabituelle qu'il ne peut pas contrôler parce qu'il est inconscient, la sédation est souvent la seule option aider.

Grâce à des observations à long terme, on estime qu'au cours de la dernière décennie, 15% des patients atteints de cancer ont augmenté dans le pays. L'Organisation mondiale de la santé publie des données indiquant qu'au moins 300 000 patients meurent en un an et progressivement ce chiffre ne fait qu'augmenter. Malgré l'amélioration de la qualité des mesures de diagnostic et la fréquence de leur mise en œuvre, ainsi que la fourniture de tous les soins médicaux nécessaires aux patients atteints de cancer, les taux de mortalité restent extrêmement élevés. Dans cet article, nous vous expliquerons comment un patient atteint de cancer meurt, quels symptômes accompagnent ses derniers jours..

Causes courantes de décès par cancer

L'une des principales raisons pour lesquelles les patients cancéreux meurent est le diagnostic tardif de la maladie. Il existe une opinion unanime des médecins selon laquelle le développement du cancer peut être arrêté à un stade précoce. Les scientifiques ont découvert et prouvé qu'il faut plusieurs années pour qu'une tumeur atteigne la taille et le stade où elle commence à métastaser. Par conséquent, les patients n'ont souvent aucune idée de la présence d'un processus pathologique dans leur corps. Un patient atteint de cancer sur trois est diagnostiqué avec la maladie aux stades les plus sévères..

Lorsqu'une tumeur cancéreuse est déjà «en couleur» et donne de nombreuses métastases, détruisant des organes, provoquant des saignements et une dégradation des tissus, le processus pathologique devient irréversible. Les médecins ne peuvent ralentir l'évolution d'une maladie mortelle qu'en fournissant un traitement symptomatique et en procurant au patient un confort psychologique. Après tout, de nombreux patients savent combien il est douloureux de mourir d'un cancer et de tomber dans une dépression sévère..

Important! Il est important de savoir comment les patients atteints de cancer meurent, non seulement pour les spécialistes, mais aussi pour les proches du patient. Après tout, la famille est la principale personne entourée du patient qui peut l'aider à faire face à une condition difficile..

Une autre raison pour laquelle les patients cancéreux meurent est la défaillance d'un organe due à la croissance de cellules cancéreuses en eux. Ce processus prend beaucoup de temps et les nouveaux formés rejoignent les symptômes déjà existants. Peu à peu, les patients perdent du poids, refusent de manger. Cela est dû à une augmentation de la surface de germination des anciennes tumeurs et au développement rapide de nouvelles. Une telle dynamique entraîne une diminution des réserves de nutriments et une diminution de l'immunité, ce qui entraîne une détérioration de l'état général et un manque de force dans la lutte contre le cancer..

Les patients et leurs proches doivent être informés que le processus de décomposition tumorale est toujours douloureux et combien il est douloureux de mourir d'un cancer..

Symptômes du patient avant la mort

Il existe un tableau symptomatique général qui décrit la mort d'un patient atteint de cancer.

  • Fatigue. Les patients sont très souvent tourmentés par une faiblesse sévère et une somnolence constante. Chaque jour, ils communiquent moins avec leurs proches, dorment beaucoup, refusent toute activité physique. Cela est dû à un ralentissement de la circulation sanguine et à l'extinction des processus vitaux..
  • Refus de manger. À la fin de leur vie, les patients atteints de cancer souffrent de malnutrition sévère, car ils refusent de manger. Cela se produit chez presque tout le monde en raison d'une diminution de l'appétit, car le corps n'a tout simplement pas besoin de calories, car une personne ne pratique aucune activité physique. Le refus de manger est également associé à l'état dépressif du martyr.
  • L'oppression du centre respiratoire provoque une sensation de manque d'air et l'apparition d'une respiration sifflante, accompagnée d'une respiration lourde.
  • Développement de changements physiologiques. Il y a une diminution de la quantité de sang dans la périphérie et une augmentation du flux vers les organes vitaux (poumons, cœur, cerveau, foie). C'est pourquoi, à la veille de la mort, les bras et les jambes du patient deviennent bleus et acquièrent souvent une teinte légèrement violette..
  • Changement de conscience. Cela conduit à une désorientation du lieu, du temps et même de soi. Les patients ne peuvent souvent pas dire qui ils sont et ne reconnaissent pas leurs proches. En règle générale, plus la mort est proche, plus l'état mental est inhibé. Il y a des sentiments de mort imminente. En plus de la désorientation, les patients se replient souvent sur eux-mêmes, ne veulent pas parler et se rendent à un contact.

L'état psychologique du patient avant la mort

Au cours de la lutte contre la maladie, l'état psychologique non seulement du patient, mais aussi de ses proches change. Les relations entre les membres de la famille deviennent souvent tendues et affectent le comportement et la communication. À propos de la mort d'un patient atteint de cancer et des tactiques à développer, les médecins essaient d'en informer les proches à l'avance afin que la famille soit prête pour les changements qui se produiront bientôt..

Les changements dans la personnalité d'un patient cancéreux dépendent de l'âge, du caractère et du tempérament. Avant de mourir, une personne essaie de se souvenir de sa vie et de la repenser. Peu à peu, le patient entre de plus en plus dans ses propres pensées et expériences, perdant tout intérêt pour tout ce qui se passe autour de lui. Les patients s'isolent, car ils essaient d'accepter leur destin et comprennent que la fin est inévitable et que personne ne peut les aider.

Connaissant la réponse à la question de savoir si cela fait mal de mourir d'un cancer, les gens craignent de graves souffrances physiques, ainsi que le fait que cela compliquera sérieusement la vie de leurs proches. La tâche la plus importante des proches dans ce cas est de fournir un soutien et de ne pas prétendre à quel point il est difficile pour eux de soigner un patient atteint de cancer..

Comment meurent les patients atteints de différents cancers

Les symptômes et le taux de développement des tumeurs dépendent de l'emplacement du processus et du stade. Le tableau fournit des informations sur le taux de mortalité des différents types d'oncologie:

Type d'oncologieHommesFemmes
Cancer des poumons26,9%7,2%
Carcinome œsophagien8,6%Onze%
Cancer du sein——18%
Cancer du cerveau7%4,8%
Cancer du foie22,5%12,8%

Les médecins doivent dire aux proches comment les patients atteints de cancer meurent et ce qui se passe exactement dans leur corps, en fonction de la localisation du foyer pathologique.

Cancer du cerveau

Il a été établi que les tumeurs cérébrales sont les plus agressives et les plus rapides de toutes les formations oncologiques. La particularité de ces néoplasmes malins est qu'ils ne donnent pas de métastases et que le processus pathologique se produit uniquement dans le cerveau. Les patients atteints de cette maladie peuvent disparaître en quelques mois, voire quelques semaines. Examinons de plus près comment une personne atteinte d'un cancer du cerveau meurt. La douleur des symptômes augmente avec la croissance de la tumeur, sa germination dans le tissu cérébral et l'état général du corps humain. Le tout premier signe est un mal de tête et des vertiges. Souvent, les patients ne consultent pas les spécialistes, mais suppriment les symptômes avec des analgésiques. Ce comportement conduit au fait que le cancer est détecté à ces stades où il n'est plus possible de l'éliminer. Les symptômes existants sont accompagnés d'une altération de la coordination des mouvements, de la paralysie.

La mort survient à la suite d'un œdème cérébral, ainsi que lorsque les systèmes responsables des fonctions vitales du corps (rythme cardiaque, respiration) cessent de fonctionner. Avant la mort, les patients atteints d'un cancer du cerveau ont un trouble de la conscience, un délire, des hallucinations et un coma. Souvent, le patient meurt sans reprendre conscience.

Cancer des poumons

Le principal symptôme du cancer du poumon est l'insuffisance respiratoire. Les personnes atteintes d'un cancer du poumon de grade 4 sont sous ventilation mécanique (ventilation artificielle du poumon), car elles ne peuvent tout simplement pas respirer par elles-mêmes. En raison de la dégradation des tissus pulmonaires et de l'accumulation de liquide en eux (pleurésie), le corps ne reçoit pas la quantité normale d'oxygène et d'autres substances nécessaires. Ainsi, le dioxyde de carbone s'accumule dans le corps et tous les tissus corporels sont en déficit d'oxygène. Les processus métaboliques dans les cellules sont perturbés, certains processus chimiques sont complètement impossibles. Chez ces patients au stade terminal du cancer, une cyanose (bleuissement) des bras et des jambes est observée. C'est de quoi meurent les patients atteints d'un cancer du poumon.

Cancer mammaire

La particularité des métastases de ce type de tumeur est sa pénétration dans le tissu osseux. Beaucoup moins souvent, le cancer du sein affecte le cerveau et les tissus pulmonaires. En raison de l'agressivité du traitement et d'une forte diminution de l'immunité, toutes les complications infectieuses dont décèdent ces patients cancéreux le sont (même un rhume peut être mortel).

Lors du diagnostic d'un cancer du sein de stade 4, seul un traitement symptomatique est prescrit. Il comprend des analgésiques puissants, car les métastases osseuses provoquent une douleur et une souffrance intenses pour le patient. Les femmes demandent souvent si cela fait mal de mourir de ce cancer. Les médecins préviennent et discutent du traitement de la douleur à l'avance, car au stade final du cancer, les symptômes sont extrêmement douloureux.

Cancer du foie

Certaines des principales causes du cancer du foie sont la cirrhose et l'hépatite causées par le virus. Au dernier stade du cancer du foie, les patients présentent le tableau symptomatique suivant:

  • saignements de nez fréquents;
  • gros hématomes aux sites d'injection;
  • coagulation lente du sang: toute écorchure ou coupure continue de saigner pendant longtemps.

En plus des symptômes hémolytiques, le patient présente des nausées, une faiblesse générale et une faiblesse, ainsi qu'un syndrome douloureux important localisé dans le foie. La mort par cancer du foie est très douloureuse, mais en même temps, la maladie progresse assez rapidement, ce qui réduit le temps de souffrance.

Carcinome œsophagien

C'est l'un des types les plus dangereux de lésions oncologiques des organes, car lorsqu'une tumeur se développe dans l'œsophage, le risque de sa pénétration dans les organes voisins est extrêmement élevé. Dans la pratique médicale, on trouve souvent des tumeurs géantes de l'œsophage qui, en se développant, forment un seul système malin..

Les patients atteints d'un cancer en phase terminale éprouvent un inconfort sévère, car en raison de l'emplacement de la tumeur, ils ne peuvent normalement pas recevoir de nourriture. Pour les nourrir, utilisez une sonde nasogastrique, une gastrostomie, une nutrition parentérale. Dans ce cas, le patient est tourmenté par une douleur intense, des troubles dyspeptiques et un épuisement sévère.

Étapes de la mort des patients cancéreux

Avec tout type de cancer, une personne meurt dans un certain ordre, dans lequel les organes affectés et leurs systèmes cessent progressivement de fonctionner dans le corps. Les personnes atteintes éprouvent souvent de fortes douleurs, de l'épuisement et de la faiblesse. Mais la mort ne vient pas immédiatement. Avant cela, une personne doit passer par certaines étapes qui mènent à une mort biologique irréversible. Voici les étapes de la mort d'une personne atteinte de cancer:

PrédagonieAgonieDécès cliniqueMort biologique
On observe une cyanose de la peau et une diminution de la pression. La fonction du système nerveux du patient est fortement supprimée. Il y a une extinction des fonctions physiques et émotionnelles. Le patient est abasourdi.Avec son apparition, la fonction respiratoire du patient se détériore, ce qui entraîne une grave privation d'oxygène dans les organes et les tissus. Le processus de circulation sanguine est considérablement ralenti jusqu'à ce qu'il s'arrête complètement. Une personne est dans un état inconscient (stupeur, coma).Tous les organes et systèmes d'organes cessent soudainement de fonctionner. La circulation sanguine s'arrête complètement.Vient au moment où le cerveau cesse de fonctionner et le corps meurt complètement.

Soulagement de la douleur avant la mort

Lorsqu'une personne a reçu un diagnostic terrible, la question la plus fréquente qui se pose dans le bureau de l'oncologue est de savoir si cela fera mal de mourir d'un cancer. Ce sujet est certainement discuté, car les patients au stade terminal du cancer ont une douleur intense qui ne peut être arrêtée par les analgésiques conventionnels.

Pour les réduire, des stupéfiants sont prescrits, ce qui atténue considérablement la maladie..

Remarque! Si le médicament prescrit n'élimine pas complètement le syndrome douloureux et que la personne se plaint d'une douleur constante, vous devez absolument contacter votre médecin pour changer le remède. En aucun cas, vous ne devez vous prescrire des médicaments ou modifier la posologie à l'insu du médecin..

Lors de la prescription d'un tel traitement médicamenteux, il est beaucoup plus facile pour un patient de subir des procédures, de s'endormir et de vivre le reste de ses jours. Les médicaments sont prescrits à vie, car avec une augmentation du processus tumoral, la douleur s'intensifie et ne s'atténue presque jamais d'elle-même.

Hallucinations dans le cancer de stade 4

Le cancer du poumon est un cancer qui touche le plus souvent les fumeurs. Souvent, aux premiers stades, le cancer se développe de manière asymptomatique et la personne ne soupçonne même pas qu'elle est déjà malade. Lorsque le malaise devient permanent, la personne se rend chez le médecin, mais il est trop tard. Peu de gens savent comment les personnes malades meurent d'un cancer du poumon. C'est une véritable tragédie non seulement pour le mourant lui-même, mais aussi pour sa famille et ses amis..

La maladie ne se développe pas en fonction du sexe, les hommes et les femmes peuvent tomber malades de la même manière.

Les principaux symptômes du stade terminal

Le cancer en phase terminale est le dernier (quatrième) stade irréparable de la maladie, lorsque les cellules tumorales se développent de manière incontrôlable et se propagent dans tout le corps. La mort par cancer du poumon à ce stade est inévitable.

En médecine moderne, il n'existe pas de traitement efficace pour les tumeurs pulmonaires malignes. Si, aux premiers stades, il y a encore une chance de guérison, alors aux stades 3 et 4, la maladie progresse si rapidement qu'il n'est plus possible de l'arrêter.

Les méthodes de traitement existantes ne sont capables de prolonger la vie du patient et de soulager la souffrance que pendant une courte période. Le cancer du poumon de grade 4 est caractérisé par certains symptômes qui apparaissent avant la mort:

Désorientation et hallucinations. Ils surviennent en raison d'une perturbation du fonctionnement des organes et du cerveau en particulier (manque d'oxygène). Le patient peut avoir des pertes de mémoire, la parole peut devenir incohérente et dénuée de sens.

Il faut être patient, s'adresser à lui calmement et doucement, à chaque fois en l'appelant par son nom.

  • Taches veineuses. Apparaissent dans le contexte d'une circulation sanguine altérée. Le sang remplit les vaisseaux de manière inégale. Des taches bordeaux ou bleuâtres contrastant avec une peau pâle commencent à apparaître sur les pieds. Ils apparaissent généralement dans les derniers jours ou heures de la mort..
  • Essoufflement et essoufflement. Ils accompagnent le mourant jusqu'au bout. Parfois, la respiration devient rauque et bruyante - le patient doit alors lever la tête et mettre un autre oreiller ou s'asseoir en position semi-assise. La respiration est difficile en raison d'une augmentation de la taille de la tumeur et de l'accumulation d'exsudat dans les poumons.
  • Violation de la miction. Cela semble dû à une mauvaise fonction rénale. Le patient boit peu, l'urine devient saturée d'une teinte brune ou rougeâtre. Une insuffisance rénale se produit, des toxines pénètrent dans la circulation sanguine, le patient tombe dans le coma, après quoi il meurt.

    Les symptômes sont différents pour chaque patient. Cela dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme et de la gravité de la maladie (localisation des foyers). L'état d'une personne en phase terminale s'aggrave de jour en jour.

    Comment meurent les patients atteints d'un cancer en phase terminale?

    Il est impossible de déterminer la durée de vie d'une personne atteinte d'un cancer de stade 4. On ne peut spéculer que sur des signes spécifiques. Le processus de mort dans le cancer du poumon est similaire à celui de mourir d'autres maladies..

    La personne est déjà consciente qu'elle est en train de mourir et est prête à l'accepter. Dans les derniers jours de leur vie, les patients cancéreux sont principalement constamment immergés dans le sommeil, mais certains, au contraire, peuvent développer une psychose et durer longtemps..

    La mort se produit progressivement et par étapes:

    Le processus de la mort est individuel et se déroule différemment pour chaque patient. En ce moment, les conditions d'un départ tranquille de la vie doivent être créées pour le mourant. Il est important de se rappeler que dans les derniers moments de la vie, les proches doivent être proches et offrir à une personne en phase terminale des conditions confortables.

    Causes de décès chez les patients atteints d'un cancer du poumon de grade 4

    Dans le cancer du poumon, les métastases se développent rapidement, pénétrant les os, les organes adjacents et le cerveau.

    Lorsqu'une tumeur affecte le tissu pulmonaire et que les cellules tumorales se multiplient activement, soit la destruction complète de ce tissu se produit, soit l'oxygène est bloqué - ce qui dans les deux cas réduit la vitalité du corps et conduit à la mort. Les causes de décès dans le cancer du poumon peuvent être:

    • saignement;
    • les conséquences de la chimiothérapie;
    • asphyxie (suffocation).

    Saignement

    Le saignement dans 30 à 60% des cas est la cause du décès des patients cancéreux. Tout commence par l'apparition de sang dans les expectorations, dont la quantité augmente avec le temps. Cela est dû à une augmentation de la tumeur et à l'apparition d'ulcères sur la muqueuse bronchique. Un abcès ou une pneumonie peuvent se développer. Les vaisseaux des bronches sont endommagés avec des saignements abondants, ce qui entraîne la mort.

    Les saignements pulmonaires sont considérés comme les plus dangereux:

    • Asphyxie (les poumons sont remplis de sang) - les actions de réanimation sont inefficaces, la mort peut survenir dans les 5 minutes;
    • Ondulation continue - le sang coule dans les poumons.

    Les complications causées par le cancer du poumon (pénétration de métastases dans d'autres organes) peuvent provoquer des saignements dans les intestins, pouvant entraîner la mort du patient.

    Complications après chimiothérapie

    Cette méthode de traitement est utilisée pour détruire et arrêter la croissance des cellules tumorales dans les premiers stades de la maladie et comme mesure supplémentaire (préparation du patient pour un traitement chirurgical).

    Une tumeur cancéreuse avec des métastases abaisse considérablement le système immunitaire. Les médicaments chimiothérapeutiques détruisent les cellules cancéreuses, mais réduisent considérablement les fonctions protectrices d'un corps affaibli.

    Par conséquent, immédiatement après le traitement, le patient peut ressentir un soulagement pendant un certain temps, mais il y a ensuite une forte détérioration de l'état, une panne et une progression de la maladie avec une issue fatale..

    Asphyxie

    Le liquide des infiltrats cancéreux s'accumule progressivement dans les poumons et provoque une suffocation. Le patient commence à s'étouffer et meurt. La médecine ne connaît pas encore les méthodes pour soulager l'état d'un tel patient. L'angoisse à laquelle les patients atteints d'un cancer du poumon de stade 4 sont condamnés est difficile à décrire, mais malheureusement, ils la vivent tous..

    Analgésique

    Les analgésiques, qui sont nombreux, sauvent la souffrance des patients cancéreux, mais seul un médecin peut choisir celui qui convient le mieux à un patient particulier. Les douleurs sont d'intensités différentes, la tâche du médecin est donc de déterminer la posologie individuelle.

    La thérapie anesthésique implique l'utilisation de médicaments de suivi:

    • opiacés puissants à haute teneur en substances narcotiques (morphine, fentanyl, oxycodone, méthadone, diamorphine, buprénorphine, hydromorphone);
    • opiacés faibles à faible teneur en stupéfiants (tramadol, codéine);
    • médicaments auxiliaires:
    • Dexaméthasone, Prednisolone - pour soulager l'enflure;
    • Topiramate, Gabalenin - contre les crises;
    • Diclofénac, Ibuprofène, Aspirine - anti-inflammatoires non stéroïdiens;
    • anesthésiques locaux et antidépresseurs.

    Pour la douleur aiguë, vous pouvez prendre des analgésiques en vente libre disponibles en vente libre. Ce sont généralement des médicaments oraux peu coûteux. Si la douleur persiste, votre médecin peut vous prescrire des comprimés ou des injections de tramadol (sur ordonnance). Le patient doit tenir un journal de la prise du médicament à temps, décrire la douleur. Sur la base de ces données, le médecin ajustera la fréquence et la dose des médicaments par jour..

    Important! Le calendrier de prise d'analgésiques «avant» la douleur doit être strictement respecté. Le traitement sera inefficace si les médicaments ne sont pas pris régulièrement.

    Lorsque les médicaments qu'ils utilisent cessent de fonctionner, l'oncologue prescrira des médicaments narcotiques puissants tels que la morphine ou l'oxycodone.

    Ils fonctionnent bien avec les antidépresseurs. Pour les patients présentant une fonction de déglutition altérée ou des nausées sévères, les formes posologiques telles que les suppositoires rectaux, les gouttes sous la langue (une dose correspond à 2 à 3 gouttes), les patchs (collés tous les 2-3 jours), les injections et les compte-gouttes conviennent.

    De nombreux patients atteints de cancer ont peur de développer une dépendance aux analgésiques, mais c'est extrêmement rare. Si l'état s'améliore pendant le traitement, vous pouvez réduire progressivement la dose du médicament. Les analgésiques provoquent de la somnolence, si le patient n'est pas satisfait de cela, le médecin peut réduire la posologie à la limite tolérable de la douleur.

    Nutrition et soins aux patients

    Plus la maladie progresse, plus le patient commence à dépendre de l'aide des autres. Lui-même ne peut pas bouger, aller aux toilettes, nager et finalement même se retourner dans son lit.

    Pour le déplacement des patients dans les hospices, il y a des marcheurs et des fauteuils roulants, il est recommandé aux patients désespérément malades de communiquer avec un psychologue qui les préparera mentalement à la mort à venir.

    Si le patient commence à vider rarement les intestins (une pause de plus de trois jours) et que les selles deviennent dures, des lavements ou des laxatifs sont prescrits. Des violations se produisent également dans le système urinaire. Un cathéter à demeure est souvent nécessaire. Avec l'extinction de la vitalité, l'appétit du patient s'estompe également. Les portions deviennent plus petites à chaque repas et eau. Lorsque les problèmes de déglutition commencent, les êtres chers ne peuvent qu'hydrater leur bouche et leurs lèvres..

    Les derniers jours de la vie d'une personne atteinte d'un cancer de stade 4 devraient se dérouler dans une atmosphère calme de famille et d'amis. Vous pouvez lui parler, lui lire des livres ou activer une musique apaisante. Mais parfois, il arrive que le patient ne veuille plus vivre et pense au suicide, malgré tous les efforts et les soins des proches.

    Dans la société moderne, il y a un débat sur l'euthanasie (traduit du grec - «bonne mort») - est la procédure un moyen humain d'interrompre la vie des personnes en phase terminale et pourquoi, à la demande du patient, le médecin ne peut pas arrêter sa souffrance en introduisant une dose mortelle du médicament.

    Le seul endroit où l'euthanasie est légalisée est dans l'État de l'Oregon. L'éthique médicale a subi un certain nombre de changements au cours des derniers siècles. Si auparavant on croyait que seuls les malades devraient être traités, maintenant beaucoup d'attention est accordée aux mourants.

    Les statistiques de mortalité des patients cancéreux sont décevantes. Tout est compliqué par le fait qu'aux stades précoces le cancer peut ne se manifester d'aucune façon, et en l'absence de traitement spécifique au cours de la première année, environ 90% des patients meurent..

    Il est possible de détecter les cellules cancéreuses dans les poumons uniquement en passant un test d'expectoration, mais souvent une toux nocturne débilitante (l'un des signes du cancer du poumon) est simplement attribuée au rhume. Par conséquent, tout le monde devrait subir un examen médical préventif en temps opportun et régulièrement..

    L'intoxication cancéreuse est une condition pathologique qui survient dans les derniers stades de l'oncologie. Elle peut être causée par la désintégration de la tumeur, qui s'accompagne de la libération de métabolites l'empoisonnant dans le corps. Dans le même temps, la cause de cette condition peut être des produits chimiques hautement toxiques utilisés dans le traitement d'un patient par chimiothérapie..

    L'intoxication du corps est la principale cause de décès dans les derniers stades du cancer.

    L'intoxication oncologique se traduit par une forte diminution de la défense immunitaire de tout l'organisme et des lésions des organes vitaux. Il s'agit d'un complexe de symptômes qui diffèrent en fonction de l'emplacement de la tumeur et des métastases. Le cancer est une accumulation de cellules qui nécessitent une saturation continue en protéines, saccharides et graisses. Pendant la période de croissance intensive d'une formation maligne, le nombre précédent de vaisseaux ne fournit pas son apport sanguin suffisant, par conséquent, certaines des cellules cancéreuses meurent. Tous les processus métaboliques sont perturbés, car les substances toxiques, qui sont le produit de la décomposition d'une tumeur cancéreuse, pénètrent dans le sang et la lymphe.

    Le processus de développement de la pathologie dans le cancer de stade 4 se déroule dans l'ordre suivant:

    • la tumeur commence à se développer rapidement;
    • l'approvisionnement en sang se détériore, car les nouveaux capillaires n'ont pas le temps d'alimenter la tumeur à croissance incontrôlable;
    • en raison du manque de bonne nutrition des tissus de la formation maligne avec du sang, certains meurent;
    • les produits de désintégration tumorale pénètrent dans le corps, l'empoisonnant;
    • les processus métaboliques sont perturbés;
    • tout d'abord, la fonctionnalité des reins se détériore, ce qui contribue au développement de l'insuffisance rénale. Des cristaux d'urine pénètrent dans les canaux rénaux et démarrent ce processus. Ceci s'accompagne d'une déshydratation, qui progresse constamment;
    • une altération du métabolisme des minéraux, un excès de potassium et un manque de calcium altèrent le fonctionnement des systèmes cardiovasculaire et nerveux;
    • la prochaine étape est le développement de l'anémie à son stade le plus grave;
    • après la mort, qui peut être causée par un dysfonctionnement des organes vitaux ou une intoxication sanguine.

    Habituellement, l'intoxication se produit lorsque la tumeur atteint une taille importante. De plus, la chimiothérapie peut entrer dans cet état du corps, car les substances utilisées dans le traitement s'accumulent progressivement dans le corps. Cependant, la réticence à traiter la maladie dans les derniers stades peut accélérer la croissance de l'éducation. Les principaux symptômes présents chez les patients atteints de différents types de cancer sont:

    • perte de force et incapacité à supporter toute activité physique;
    • faiblesse irrésistible constante et vertiges;
    • baisse de performance;
    • refus des plats de viande;
    • réactions du tractus gastro-intestinal: nausées, vomissements, diarrhée, constipation;
    • jaunissement de la peau;
    • violation de l'appétit;
    • épuisement dans le contexte d'une perte de poids dramatique;
    • peau sèche;
    • augmentation de la transpiration;
    • état subfébrile et fièvre;
    • maux de tête fréquents;
    • les troubles du sommeil;
    • états dépressifs.

    Quant aux réactions du système immunitaire, la détérioration de son état se manifeste par des rhumes fréquents qui ne disparaissent pas longtemps et entraînent des complications du système respiratoire..

    Souvent, l'intoxication cancéreuse n'est pas une nouveauté pour le patient, car elle survient à un stade où le diagnostic est posé depuis longtemps. Cependant, il y a des moments où ses signes apparaissent avec la croissance intensive du néoplasme avant même le diagnostic initial.

    La présence d'une tumeur cancéreuse peut être déterminée en utilisant l'IRM, la tomodensitométrie, des tests de laboratoire basés sur la biopsie tumorale ou des métastases et la scintigraphie. L'oncologie peut également être diagnostiquée en analysant les résultats de l'échographie, cependant, pour un diagnostic plus précis, il est nécessaire de procéder en plus à un examen histologique.

    Pour détecter la présence de produits de désintégration tumorale et détecter l'intoxication, il suffit d'effectuer des tests de laboratoire sur l'urine et le sang du patient. Une diminution du taux d'érythrocytes et d'hémoglobine, une augmentation des leucocytes, des protéines dans l'urine et de l'ESR sont une manifestation évidente de ce syndrome pathologique chez un patient..

    L'élimination de l'intoxication cancéreuse implique l'élimination des néoplasmes malins et des métastases, et si cela n'est pas possible, le traitement doit être effectué par chimiothérapie ou radiothérapie. La thérapie de désintoxication en oncologie vise à éliminer les substances toxiques du corps, à restaurer les processus métaboliques et à réduire les effets des médicaments utilisés en chimiothérapie. Le soulagement de l'intoxication tumorale est effectué par de nombreuses méthodes:

    1. Pour fluidifier le sang en cas d'intoxication cancéreuse, un traitement par diurèse forcée est utilisé. Cette méthode consiste à remplir le corps par voie intraveineuse d'une grande quantité de liquide sous forme de solution de glucose, de bicarbonate de sodium, d'albumine et autres. Après avoir atteint des niveaux suffisants de remplissage du corps avec du liquide, le patient reçoit une injection d'un médicament diurétique - le furasémide. En même temps, l'état des systèmes cardiovasculaire et respiratoire du patient est surveillé.
    2. Une autre option pour libérer le corps des toxines consiste à installer plusieurs drains dans la cavité abdominale. Le premier jour, une vingtaine de litres d'eau sont passés dans les tubes. Cette méthode est appelée dialyse péritonéale..
    3. L'intoxication du corps par l'oncologie est également stoppée par la prise de médicaments adsorbants en grande quantité. L'entérosorption consiste à prendre un sorbant à raison de 1 gramme pour 1 kilogramme de poids pendant cinq jours.
    4. En cas de lésion de plusieurs organes, la méthode d'oxydation du sang est utilisée, qui consiste à introduire de l'hypochlorite de sodium dans une veine. Cette option pour le traitement de l'intoxication cancéreuse est utilisée en cas de métastases dans le foie, les reins ou le pancréas..
    5. Le traitement par hémodialyse et hémodiafiltration consiste à connecter le patient à un appareil «rein artificiel». À l'aide de cet appareil, les substances nocives sont éliminées du corps et remplies de liquide. Cependant, cette méthode de traitement n'est utilisée qu'avec de très faibles taux de bicarbonate dans le sang, de plus, elle ne peut pas être utilisée aux stades avancés de la maladie..
    6. Si un patient atteint de cancer est dans un état critique, il lui est prescrit un traitement par injections de Reamberin. Le principal ingrédient actif de ce médicament a un effet antihypoxique et détoxifiant, et aide également à restaurer l'équilibre eau-sel et acide dans le corps du patient..
    7. L'hémosorption est une autre méthode utilisée pour nettoyer le sang. Il est passé à travers un appareil avec un sorbant, après quoi le sang pénètre à nouveau dans le corps par une veine. L'intoxication cancéreuse ne peut pas être traitée avec cette méthode si le patient présente des saignements, une défaillance de plusieurs organes, une déshydratation, une pression artérielle basse ou une insuffisance cardiaque.
    8. La plasmaphérèse est l'élimination de l'intoxication cancéreuse par remplacement du plasma. Cette méthode permet d'effectuer une désintoxication en quatre procédures. Le plasma est remplacé par de la polyglucine ou une solution protéique.

    Habituellement, les antiémétiques, les médicaments qui restaurent le tractus gastro-intestinal, les sorbants, le fer, les analgésiques, les sédatifs et les tranquillisants sont utilisés pour soulager les symptômes d'intoxication. En plus des médicaments ci-dessus, le patient doit se voir prescrire des complexes de vitamines et de minéraux afin de restaurer la force et l'immunité dès que possible..

    Une personne souffrant d'intoxication cancéreuse doit bien manger, mais pas trop. Un repas fractionné avec une quantité suffisante de vitamines et de minéraux dans l'alimentation et le suivi de la quantité de glucides, de graisses et de protéines est encouragé. Le menu du patient est dominé par les produits laitiers, car ils sont le meilleur moyen de nettoyer le corps des toxines. La viande et le poisson maigres, ainsi que les boissons protéinées aideront à restaurer la force et la force. Cependant, un patient cancéreux ne doit pas se laisser emporter par des aliments gras et lourds. Les portions doivent être petites et le patient peut manger jusqu'à quatre fois par jour, en particulier au tout début du traitement.

    Certains patients combattent avec succès l'intoxication au cancer en utilisant des remèdes populaires. Fondamentalement, ce type de traitement est basé sur la prise de décoctions à base de plantes avec une augmentation progressive de la dose et sa diminution ultérieure..

    Prendre des poisons à base de plantes est inacceptable pour les patients qui sont dans un état critique. Ce type de traitement ne peut avoir lieu que sous la surveillance étroite d'un spécialiste..

    Mais des options de traitement plus simples qui vous permettront d'éliminer le syndrome d'intoxication à la maison peuvent être essayées par vous-même, par exemple:

    • Faites bouillir le bouillon d'avoine avec du lait pendant une demi-heure, filtrez et buvez en petites quantités tout au long de la journée;
    • verser de l'eau bouillante sur des aiguilles de pin ou de sapin avec des cynorrhodons et laisser reposer toute la nuit. Ce thé peut être pris à n'importe quelle dose - il élimine les nausées et les cynorrhodons nettoient les reins;
    • faire une décoction de racine de réglisse et de graines de lin. Nous pouvons parler à l'infini des bienfaits de ces graines, mais tout d'abord, il convient de noter qu'elles sont riches en calcium et en protéines, ce qui est particulièrement précieux pour cette maladie. Vous pouvez ajouter une cuillerée de miel au bouillon et restaurer l'acidité - du jus d'argousier ou de grenade. Vous devez le prendre toutes les deux heures et un demi-verre la nuit..

    Il va sans dire que le pronostic aux stades avancés de la maladie oncologique ne peut être favorable. La présence d'une intoxication cancéreuse suggère déjà que tôt ou tard une issue mortelle ne peut être évitée. Cependant, il est possible de prolonger la vie d'un patient cancéreux pendant plusieurs années ou au moins des mois, vous ne devez donc pas abandonner le traitement médicamenteux traditionnel en recourant à des moyens peu fiables. Le patient doit consulter régulièrement l'oncologue, suivre un traitement à l'hôpital, ne pas abandonner l'activité physique ménagère et bien manger.

    Avec les stades avancés des maladies oncologiques, des signes d'intoxication corporelle apparaissent - c'est ce qu'on appelle l'intoxication cancéreuse. Considérons dans cet article ce que c'est.

    En bref, on peut dire qu'il s'agit d'un complexe de divers symptômes dus à la progression du processus oncologique et au traitement des patients cancéreux. Vous pouvez lire plus en détail ci-dessous..

    Les tumeurs cancéreuses se développent très rapidement, consommant de grandes quantités de protéines, de graisses et de sucres. Dans le même temps, le corps est privé de nutriments si importants pour lui, et son épuisement se produit. Dans ce contexte, la tumeur, dont la taille augmente rapidement, est mal alimentée en sang, le réseau vasculaire n'ayant pas le temps de se former. Une hypoxie (manque d'oxygène) se développe et le tissu cancéreux commence à mourir. Les produits de décomposition sont très toxiques pour le corps.

    La destruction de la tumeur se produit également dans le contexte du traitement anticancéreux - la chimiothérapie. Parfois, le processus de désintégration commence un jour ou plus après une exposition spécifique. La désintégration de la tumeur peut également provoquer un refus de manger, caractéristique des patients atteints de cancer. Dans ce cas, la tumeur est privée de nutriments et ses cellules meurent. Les produits de sa désintégration pénètrent dans la circulation sanguine. De plus, ils sont transportés dans tout le corps. Il est empoisonné. La combinaison de troubles métaboliques dans le corps avec l'entrée de substances toxiques dans la circulation sanguine détermine le développement d'une affection telle que l'intoxication cancéreuse.

    Lorsqu'une tumeur se désintègre dans le sang, les troubles électrolytiques et métaboliques suivants se produisent:

    • une augmentation de la teneur en acide urique dans le sang;
    • une augmentation de la teneur en potassium dans le sang;
    • une augmentation de la teneur en phosphates dans le sang;
    • accumulation d'acide lactique (acidose lactique);
    • diminution du calcium sanguin.

    L'acide urique, le potassium et les phosphates pénètrent dans la circulation sanguine à partir des cellules cancéreuses détruites. Le dépôt de cristaux d'acide urique dans les tubules rénaux peut entraîner une insuffisance rénale aiguë. Le processus aggrave la déshydratation et l'acidose lactique. Une augmentation des taux de phosphate sanguin s'accompagne d'une diminution du calcium. De tels changements entraînent une augmentation de l'excitabilité nerveuse et des convulsions. Le phosphate de calcium, déposé dans les reins, provoque également une altération de la fonction rénale. Un excès de potassium est dangereux avec la probabilité d'un dysfonctionnement du travail du cœur (le rythme est perturbé) et peut entraîner la mort.

    Les produits métaboliques de la tumeur en désintégration endommagent les structures membranaires des cellules (normales) de divers organes. Les graisses sont oxydées. Des particules dangereuses se forment - des radicaux libres. Pour cette raison, chez les patients atteints de cancer, il existe une tendance à l'hémolyse (destruction) des érythrocytes et le niveau d'hémoglobine diminue..

    La rapidité du développement de la clinique de l'intoxication cancéreuse est influencée par:

    • la gravité de l'état du patient;
    • l'intensité du processus de destruction de la tumeur;
    • blessures pendant la chirurgie;
    • caractéristiques des manifestations cliniques du cancer;
    • perte de sang;
    • apparition de l'inflammation.

    Il existe d'autres facteurs qui affectent le taux de développement de l'intoxication cancéreuse, dont les symptômes seront discutés plus en détail..

    Les signes d'intoxication cancéreuse sont variés et non spécifiques.

    Changements externes

    • pâleur de la peau;
    • peau d'ictère (couleur jaune);
    • cyanose (teinte bleuâtre de la peau);
    • les muqueuses et la peau sont sèches;
    • hyperhidrose (transpiration excessive);
    • perte de poids, jusqu'à la cachexie (émaciation sévère).

    Troubles dyspeptiques

    • manque d'appétit;
    • la nausée;
    • vomissement;
    • trouble des selles (constipation).

    Il existe d'autres signes d'intoxication corporelle par le cancer:

    • fièvre prolongée;
    • maux de tête;
    • vertiges;
    • douleur dans les os, les articulations et les muscles;
    • sensibilité aux infections (dans le contexte d'une immunité réduite);
    • anémie;
    • arythmies (insuffisance du rythme cardiaque);
    • tendance à la thrombose.

    Traitement de l'intoxication cancéreuse

    La chose la plus importante dont un patient souffrant d'un cancer avancé a besoin est une bonne nutrition. Les aliments doivent être riches en fibres, en vitamines, contenir suffisamment de protéines, de glucides et de graisses. Il est nécessaire d'observer le régime de consommation d'alcool. Ces patients peuvent et doivent consommer leurs aliments préférés, à de rares exceptions près.

    L'attitude émotionnelle est également importante. Les personnes ayant des problèmes de santé similaires devraient être entourées des soins de leurs proches.

    Le volume et l'intensité de l'activité physique dépendent de l'état du patient.

    En cas d'intoxication cancéreuse, le traitement comprend la nomination d'agents symptomatiques.

    1. Médicaments antiémétiques: métoclopramide, dompéridone. S'il est impossible de prendre le médicament à l'intérieur, des injections sont prescrites.
    2. Laxatifs: Lactulose, préparations de séné, Forlax, huile de ricin, Guttalax, paraffine liquide. Le bisacodyl peut être pris sous forme de comprimés ou de suppositoires. Vous pouvez utiliser des bougies contenant de la glycérine.
    3. Les lavements sont effectués lorsque les laxatifs sont inefficaces. En plus du nettoyage mécanique des intestins, les lavements aident à éliminer les substances toxiques et à réduire l'intoxication.
    4. Sorbants (Polysorb, Enterosgel, Polyphepan, charbon actif).
    5. Des préparations de fer sont prescrites pour l'anémie: Sorbifer Durules, Maltofer, Ferrum Lek. Si nécessaire, prescrire des formes injectables de préparations de fer ou d'érythropoïétine.
    6. Analgésiques (AINS). Certains d'entre eux réduisent efficacement la température. Ce sont le paracétamol, le nimésulide, l'ibuprofène, le kétoprofène, etc..
    7. Les médicaments antiarythmiques sont prescrits par un médecin.
    8. Sédatifs (sédatifs): Diazépam, Aminazine ou Halopéridol.

    La présence de troubles électrolytiques sévères est une indication d'hémodialyse.

    La prévention de l'intoxication cancéreuse est assez difficile. Il est nécessaire de surveiller régulièrement le test sanguin: surveiller le contenu des électrolytes, la fonction hépatique et rénale, surveiller le taux d'hémoglobine et la capacité de coagulation sanguine. Corrigez les violations détectées à temps. Une nutrition adéquate, un apport hydrique suffisant, une vidange intestinale rapide et un contrôle de l'état de l'activité cardiaque contribuent également à ralentir le développement de l'intoxication cancéreuse. Cela est particulièrement vrai lors de la conduite d'un traitement anticancéreux spécifique..

    L'intoxication cancéreuse est la cause de la mort des patients cancéreux! Ses complications sont: l'insuffisance rénale, qui se développe très rapidement, l'arrêt cardiaque, la thromboembolie, les complications infectieuses, y compris la septicémie. Ces patients meurent également d'épuisement extrême, lorsque tous les organes cessent tout simplement de fonctionner..

    Par conséquent, un diagnostic rapide de l'intoxication cancéreuse et la correction de cette condition aident à prolonger la vie humaine..

    L'intoxication cancéreuse apparaît chez les personnes dont la maladie oncologique est déjà passée au dernier stade. Il est très important de ne pas autoriser cette condition, mais si elle se développe, un traitement correct peut réduire les symptômes graves et faciliter la vie du patient..

    Les maladies oncologiques sans traitement ou à leur début prématuré conduisent toujours au développement des changements les plus difficiles et irréversibles du corps.

    Une issue mortelle chez une personne peut survenir en raison de la défaillance d'un ou de plusieurs organes, mais au stade terminal de la pathologie, une autre complication, potentiellement mortelle, survient.

    Elle est directement liée au processus de cancer en cours, c'est une caractéristique naturelle du développement des tumeurs oncologiques. Il s'agit d'intoxication cancéreuse.

    L'intoxication devient l'un des syndromes accompagnant les oncopathies, représentant l'empoisonnement du corps par des métabolites - substances formées lors de la désintégration de la tumeur. Cette condition peut également être provoquée par le traitement en cours avec des médicaments de chimiothérapie, qui, pour la plupart, sont hautement toxiques..

    Comme dans le cas des autres types d'intoxication (poisons, métaux lourds, etc.), ce type d'intoxication conduit à de multiples lésions organiques et à un fort affaiblissement de la défense immunitaire et de tout l'organisme..

    Il n'y a pas de code CIM spécial pour l'intoxication cancéreuse: il ne s'agit que d'un complexe de symptômes inhérents à un type particulier de tumeur, il peut donc différer en intensité, heure d'apparition, durée, localisation du cancer, âge.

    Plus le néoplasme est proche des organes vitaux, plus les dernières étapes de son développement sont difficiles, mais plus tôt une issue fatale peut survenir.

    Comme déjà noté, la cause immédiate de cette complication est la désintégration d'une tumeur maligne, ainsi que ses métastases, qui peuvent littéralement couvrir tout le corps..

    Les produits de désintégration toxiques s'accumulent dans le sang, la lymphe, les tissus, perturbent tous les processus métaboliques naturels.

    Le processus de développement de l'intoxication dans les oncopathologies est décrit séquentiellement ci-dessous:

    1. L'éducation commence à croître de manière incontrôlable et rapide.
    2. L'apport sanguin à la tumeur est interrompu, car la vitesse d'apparition de nouveaux capillaires (néovascularisation) est en retard par rapport au taux de croissance de la tumeur maligne elle-même.
    3. En raison du manque de vaisseaux d'alimentation, certaines des cellules cancéreuses meurent.
    4. Le tissu nécrotique se décompose et pénètre dans la circulation sanguine.
    5. Tous les types de métabolisme sont violés.
    6. La première étape consiste à modifier le travail des reins, il y a une insuffisance rénale chronique, ce qui provoque une aggravation supplémentaire du dysfonctionnement de tout le système excréteur.
    7. L'intoxication augmente, le métabolisme minéral est perturbé, ce qui modifie l'activité du système nerveux et du cœur.
    8. De plus, des types d'anémies graves se développent avec la mort massive des globules rouges.
    9. La mort peut survenir en raison de la défaillance des organes vitaux dans le contexte d'une intoxication, ou d'une intoxication sanguine et d'autres complications septiques.

    Entre autres choses, les causes d'un état grave d'une personne peuvent être dues à la chimiothérapie effectuée, en particulier à forte dose. De nombreux médicaments ont un effet cumulatif qui, d'une manière ou d'une autre, provoque une intoxication. Mais il est peu probable que le refus du traitement apporte un soulagement à long terme, car la tumeur progressera dans sa croissance..

    L'apparition des signes cliniques d'intoxication cancéreuse est individuelle dans chaque cas et dépend du type de maladie, mais, en règle générale, cette condition ne se développe qu'en présence d'une grosse tumeur.

    La gravité de tous les symptômes énumérés ci-dessous dépend fortement du volume de toxines qui sont entrées dans le sang humain, ainsi que de la présence de complications infectieuses ou d'hémorragies..

    Le plus souvent, les patients atteints d'oncopathologies présentent les symptômes suivants d'intoxication due à la carie tumorale:

    • Mauvaise tolérance à toutes les charges
    • Une forte baisse des performances
    • Faiblesse sévère
    • Symptômes dyspeptiques - nausées, vomissements, diarrhée, constipation
    • Mauvaise réponse aux aliments à base de viande
    • Perte d'appétit ou envies de nourriture auparavant inhabituelle
    • Forte perte de poids
    • Pâleur, jaunissement de la peau, "ecchymoses" sous les yeux
    • Peau sèche
    • Hyperhidrose nocturne
    • Fièvre légère
    • Conditions fébriles fréquentes

    À partir du système nerveux, le patient peut être dérangé par:

    • Troubles vestibulaires (étourdissements)
    • Maux de tête, bien définis ou généralisés
    • Instabilité émotionnelle
    • Dépression
    • Irritabilité
    • Perturbations de sommeil

    Quant à un dysfonctionnement grave du système immunitaire dû à une intoxication oncologique, il se manifeste par des rhumes plus fréquents que d'habitude. Ils ne disparaissent pas longtemps, ils répondent moins bien au traitement standard, les maladies virales sont presque toujours compliquées par de graves infections bactériennes.

    Pendant la chimiothérapie, les signes d'intoxication corporelle augmentent initialement, car les cellules tumorales meurent à un rythme accéléré et pénètrent dans la circulation sanguine. En outre, une intoxication sévère est due aux effets secondaires des médicaments eux-mêmes, car sur de nombreux tissus sains, les médicaments se manifestent également de manière destructrice..

    Habituellement, l'état d'intoxication grave du corps ne devient pas une nouvelle pour le patient: à ce stade, le diagnostic a presque toujours été posé.

    Mais dans certains cas cliniques, lorsque l'intoxication par oncologie commence tôt (par exemple, avec une tumeur en croissance agressive), il est possible d'effectuer un diagnostic primaire déjà à 3-4 stades de la maladie.

    Pour faire un diagnostic, de nombreuses méthodes modernes sont utilisées - laboratoire, instrumentale.

    Pour déterminer la pathologie sous-jacente et sélectionner les méthodes de traitement nécessaires, CT ou IRM, biopsie de la tumeur ou de la zone des métastases, TEP, la scintigraphie peut être d'une importance décisive..

    Certains types de tumeurs sont facilement détectés par échographie, mais une conclusion précise ne peut être donnée qu'après réception des résultats d'un examen histologique.

    Quant au diagnostic d'intoxication cancéreuse, il est principalement réalisé en effectuant une série de tests sanguins et urinaires..

    Étant donné que les toxines modifient les processus biochimiques en cours, de nombreuses analyses présenteront de graves écarts (par exemple, une diminution des érythrocytes et de l'hémoglobine, du fer sérique, une augmentation de la quantité d'acide urique, de la protéine C-réactive, des leucocytes, de l'ESR, etc.).

    Tout d'abord, le patient a besoin d'un traitement pathogénique, qui visera à éliminer la tumeur, donc à arrêter sa décomposition. Si possible, l'ablation chirurgicale des néoplasmes ou des métastases est réalisée, en l'absence d'une telle chimiothérapie, la radiothérapie donne des résultats positifs.

    La thérapie de l'intoxication elle-même est symptomatique et thérapeutique et poursuit les objectifs suivants:

    1. Éliminer les toxines du corps.
    2. Correction des troubles métaboliques.
    3. Réduire l'intensité des symptômes qui surviennent pendant la chimiothérapie.

    Un bon effet est donné par des méthodes de traitement extracorporelles - hémosorption, plasmaphérèse, qui peuvent purifier le sang en peu de temps et réduire l'intoxication. Pour l'insuffisance rénale, l'hémodialyse est utilisée.

    Parmi les médicaments, il y a ceux qui ont un effet bénéfique sur la condition humaine et agissent contre les symptômes désagréables:

    1. Antiémétiques.
    2. Médicaments laxatifs ou fixateurs, lavements.
    3. Entérosorbants.
    4. Préparations de fer.
    5. Complexes de vitamines, minéraux.
    6. Analgésiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens.
    7. Sédatifs, antidépresseurs, tranquillisants, antipsychotiques.

    En cas d'intoxication cancéreuse, il est important de bien manger, mais pas de consommer des aliments lourds, gras et malsains. Le régime est un régime laitier-végétal avec l'ajout de viande maigre, de poisson; le menu est souvent enrichi de cocktails protéinés. Un aliment fonctionnel spécial pour les patients cancéreux est également utilisé..

    Certaines personnes utilisent avec succès des remèdes populaires contre leur grave problème - infusion de graines de lin, aiguilles de pin, lavements avec infusion de camomille, avec de la soude.

    Bien entendu, le pronostic d'un stade sévère ou terminal de l'oncopathologie ne peut être favorable. Si l'intoxication a déjà lieu, alors le processus est trop en cours, les conséquences seront graves.

    Néanmoins, même dans les derniers stades de nombreux cancers, il est possible de prolonger la vie d'une personne de plusieurs mois ou années, donc le traitement doit être fait dans tous les cas, sans succomber à l'humeur passive et à la dépression..

    Pour la prévention de l'intoxication cancéreuse, il est nécessaire d'empêcher le passage de la maladie à ce stade. Pour ce faire, il est important de corriger toutes les violations qui surviennent, de subir régulièrement des examens médicaux et autres examens prévus, de bien manger, de pratiquer des sports réalisables, d'arrêter de fumer.

    Pour éviter une intoxication, on ne peut pas abandonner le traitement traditionnel au profit de techniques non testées à l'efficacité douteuse et être suivi par un oncologue au besoin..

    Le cancer est une maladie très grave caractérisée par l'apparition d'une tumeur dans le corps humain, qui se développe rapidement et endommage les tissus humains les plus proches. Plus tard, la formation maligne affecte les ganglions lymphatiques les plus proches et, au dernier stade, des métastases se produisent, lorsque les cellules cancéreuses se propagent à tous les organes du corps.

    Le plus terrible, c'est qu'aux stades 3 et 4, le traitement du cancer dans certains types d'oncologie est impossible. Pour cette raison, le médecin peut réduire la souffrance du patient et prolonger légèrement sa vie. Dans le même temps, chaque jour, il s'aggrave, en raison de la propagation rapide des métastases.

    À ce stade, les parents et amis du patient doivent comprendre approximativement le type de symptômes que le patient éprouve afin de l'aider à survivre à la dernière étape de la vie et de réduire sa souffrance. En général, ceux qui meurent d'un cancer en raison d'une défaite complète par des métastases éprouvent la même douleur et l'inconfort. Comment les gens meurent-ils du cancer??

    Le cancer se produit en plusieurs étapes et chaque étape est caractérisée par des symptômes plus graves et des dommages corporels causés par la tumeur. En fait, tout le monde ne meurt pas du cancer, et tout dépend du stade auquel la tumeur se trouve. Et ici, tout est clair - plus elle a été trouvée et diagnostiquée tôt, plus il y a de chances de guérison..

    Mais il y a beaucoup plus de facteurs, et même un cancer au stade 1 ou même 2 ne donne pas toujours 100% de chances de guérison. Depuis le cancer a de nombreuses propriétés. Par exemple, il existe un concept tel que l'agressivité des tissus malins - alors que plus cet indicateur est élevé, plus la tumeur elle-même se développe rapidement et plus les stades du cancer commencent rapidement..

    Le taux de mortalité augmente à chaque stade de développement du cancer. Le plus grand pourcentage est à 4 étapes - mais pourquoi? À ce stade, la tumeur cancéreuse est déjà de taille énorme et affecte les tissus, les ganglions lymphatiques et les organes les plus proches, et les métastases se propagent aux coins éloignés du corps: en conséquence, presque tous les tissus du corps sont affectés.

    Dans ce cas, la tumeur se développe plus vite et plus agressive. La seule chose que les médecins peuvent faire est de ralentir le taux de croissance et de réduire la souffrance du patient lui-même. Habituellement, la chimiothérapie et la radiothérapie sont utilisées, puis les cellules cancéreuses deviennent moins agressives.

    La mort avec n'importe quel type de cancer ne survient pas toujours rapidement et il arrive que le patient souffre pendant longtemps, c'est pourquoi il est nécessaire de réduire au maximum la souffrance du patient. La médecine ne peut pas encore combattre le cancer avancé du dernier degré, donc plus le diagnostic est posé tôt, mieux c'est.

    Malheureusement, les scientifiques sont toujours aux prises avec cette question et ne peuvent pas trouver de réponse exacte. La seule chose que l'on puisse dire est une combinaison de facteurs qui augmentent le risque de cancer:

    • Alcool et tabagisme.
    • Mal bouffe.
    • Obésité.
    • Mauvaise écologie.
    • Travailler avec des produits chimiques.
    • Médicament inapproprié.

    Pour tenter d'éviter le cancer, vous devez tout d'abord surveiller votre santé et vous soumettre régulièrement à un examen médical et faire un test sanguin général et biochimique..

    C'est pourquoi les tactiques de traitement appropriées, choisies au dernier stade de la maladie, aideront à réduire la douleur et la maladie du patient, ainsi qu'à prolonger considérablement la vie. Bien sûr, chaque oncologie a ses propres signes et symptômes, mais il y a aussi des signes généraux qui commencent immédiatement au quatrième stade, lorsque presque tout le corps est affecté par des tumeurs malignes. Comment les patients atteints de cancer se sentent avant de mourir?

    1. Fatigue constante. Cela est dû au fait que la tumeur elle-même consomme une énorme quantité d'énergie et de nutriments pour sa croissance, et plus elle est grosse, pire c'est. Ajoutez ici des métastases à d'autres organes et vous comprendrez à quel point c'est difficile pour les patients à la dernière étape. La condition s'aggrave généralement après la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. À la toute fin, les patients cancéreux dormiront beaucoup. Le plus important est de ne pas les déranger et de leur donner du repos. Par la suite, un sommeil profond peut se transformer en coma..
    2. Diminution de l'appétit. Le patient ne mange pas, car une intoxication générale se produit lorsque la tumeur produit une grande quantité de déchets dans le sang.
    3. Toux et essoufflement. Souvent, les métastases de tout cancer d'organe endommagent les poumons, ce qui provoque un gonflement du haut du corps et une toux. Après un certain temps, il devient difficile pour le patient de respirer - cela signifie que le cancer s'est fermement installé dans le poumon.
    4. Désorientation. À ce moment, il peut y avoir une perte de mémoire, une personne cesse de reconnaître ses amis et ses proches. Cela se produit en raison de troubles métaboliques avec les tissus cérébraux. De plus, il y a une forte intoxication. Des hallucinations peuvent survenir.
    5. Membres bleus. Lorsque la force du patient devient faible et que le corps essaie de rester à flot avec le dernier de ses forces, le sang commence principalement à couler vers les organes vitaux: cœur, reins, foie, cerveau, etc. À ce stade, les membres deviennent froids et prennent une teinte bleuâtre et pâle. C'est l'un des signes avant-coureurs de la mort les plus importants..
    6. Taches sur le corps. Avant la mort, des taches apparaissent sur les jambes et les bras associées à une mauvaise circulation. Ce moment accompagne l'approche de la mort. Après la mort, les taches deviennent cyanosées.
    7. Faiblesse des muscles. Ensuite, le patient ne peut pas bouger et marcher normalement, certains peuvent encore se déplacer légèrement mais lentement vers les toilettes. Mais la plupart d'entre eux mentent et partent seuls.
    8. État de coma. Cela peut survenir soudainement, alors le patient aura besoin d'une infirmière qui l'aidera, se lavera et fera tout ce que le patient ne peut pas faire dans cet état.

    Processus de mort et principales étapes

    1. Predagonia. Trouble du système nerveux central. Le patient lui-même ne ressent aucune émotion. La peau des jambes et des bras devient bleue et le visage devient terreux. La pression chute fortement.
    2. Agonie. En raison du fait que la tumeur s'est déjà répandue partout, la famine en oxygène s'installe, le rythme cardiaque ralentit. Après un certain temps, la respiration s'arrête et le processus de circulation sanguine ralentit considérablement.
    3. Mort clinique. Toutes les fonctions sont suspendues, à la fois le cœur et la respiration.
    4. Mort biologique. Le principal signe de mort biologique est la mort cérébrale.

    Bien sûr, certaines maladies oncologiques peuvent avoir des signes caractéristiques, mais nous vous avons parlé exactement du tableau général de la mort par cancer.

    Le cancer du tissu cérébral est difficile à diagnostiquer à ses débuts. Il n'a même pas ses propres marqueurs tumoraux permettant de déterminer la maladie elle-même. Avant la mort, le patient ressent une douleur intense à un certain endroit de la tête, il peut voir des hallucinations, une perte de mémoire se produit, il peut ne pas reconnaître ses parents et amis.

    L'humeur constante passe du calme à l'irritable. La parole est altérée et le patient peut porter n'importe quel délire. Le patient peut perdre la vue ou l'ouïe. En fin de compte, il y a une violation de la fonction motrice.

    Le carcinome pulmonaire se développe initialement sans aucun symptôme. Récemment, l'oncologie est devenue la plus courante de toutes. Le problème est précisément la détection et le diagnostic tardifs du cancer, à cause desquels la tumeur est détectée à 3 ou même 4 stades, lorsqu'il n'est plus possible de guérir la maladie..

    Tous les symptômes avant la mort d'un cancer du poumon de grade 4 sont directement liés à la respiration et aux bronches. Habituellement, le patient a des difficultés à respirer, il a constamment du mal à respirer, il tousse abondamment avec des sécrétions abondantes. À la toute fin, une crise d'épilepsie peut commencer, ce qui entraînera la mort. Le cancer du poumon au stade terminal est très désagréable et douloureux pour le patient.

    Lorsque le foie est endommagé par une tumeur, il se développe très rapidement et endommage les tissus internes de l'organe. Le résultat est la jaunisse. Le patient ressent une douleur intense, la température augmente, le patient a des nausées et vomit, des troubles urinaires (l'urine peut être sanglante).

    Avant la mort, les médecins essaient de prendre des médicaments pour réduire la souffrance du patient lui-même. La mort par cancer du foie est très grave et douloureuse avec beaucoup d'hémorragies internes.

    Une des maladies oncologiques les plus désagréables et les plus graves, ce qui est très difficile à 4 stades, surtout si un peu plus tôt une opération a été réalisée pour enlever une partie de l'intestin. Le patient ressent de fortes douleurs abdominales, des maux de tête, des nausées et des vomissements. Cela est dû à une intoxication sévère de la tumeur et à un retard des selles.

    Le patient ne peut pas aller aux toilettes normalement. Car au dernier stade, il y a également des dommages à la vessie et au foie, ainsi qu'aux reins. Le patient meurt très rapidement d'une intoxication par des toxines internes..

    Le cancer lui-même affecte l'œsophage et, dans les derniers stades, le patient ne peut plus manger normalement et ne mange que dans un tube. La tumeur affecte non seulement l'organe lui-même, mais également les tissus voisins. La défaite des métastases se propage aux intestins et aux poumons, de sorte que la douleur se manifestera dans toute la poitrine et dans l'abdomen. Avant la mort, le gonflement peut provoquer des saignements, faisant vomir du sang.

    Une maladie très douloureuse lorsque la tumeur touche tous les organes voisins. Il ressent une douleur intense et ne peut pas respirer normalement. Habituellement, si la tumeur elle-même bloque complètement le passage, le patient respire à travers un tube spécial. Les métastases se propagent aux poumons et aux organes voisins. Les médecins prescrivent de grandes quantités d'analgésiques à la fin.

    Habituellement, si le patient le souhaite, les proches peuvent le ramener à la maison, pendant qu'il lui est prescrit et lui donne des médicaments puissants et des analgésiques, qui aident à réduire la douleur..

    À ce moment, vous devez comprendre que le patient a très peu de temps et vous devez essayer de réduire sa souffrance. À la toute fin, des symptômes supplémentaires peuvent apparaître: vomissements de sang, obstruction intestinale, douleur intense dans l'abdomen et la poitrine, crachats de sang et essoufflement.

    À la toute fin, lorsque presque tous les organes sont touchés par des métastases cancéreuses, il vaut mieux laisser le patient seul et le laisser dormir. Le plus important est qu'en ce moment, il y a des parents, des proches, des proches à côté des malades, qui, par leur présence, réduiront la douleur et la souffrance.

    Souvent, la douleur du patient peut être si intense que les médicaments conventionnels n'aident pas. L'amélioration ne peut être apportée que par les médicaments que les médecins donnent pour les maladies cancéreuses. Certes, cela conduit à une intoxication encore plus grande et à une mort imminente chez le patient..

    Combien d'années pouvez-vous vivre avec un cancer de stade 4? Malheureusement, mais au mieux, il sera possible de vivre plusieurs mois avec la bonne thérapie..

    Caractéristique

    Certains cancers peuvent être traités avec succès avec un diagnostic rapide, surtout s'il s'agit d'un cancer de premier stade. Mais, malgré l'avertissement des médecins, les conversations constantes sur ce sujet dans les médias, les gens ne font souvent pas attention à certains changements pathologiques dans le corps. Laissez tout au hasard. Ce n'est que lorsque les symptômes de la maladie sont évidents qu'ils recherchent une aide médicale. Cela arrive souvent tard et la maladie se propage largement dans tout le corps. Selon les statistiques, dans 80% des cas de cancer, les patients se tournent pour la première fois vers des spécialistes déjà au dernier stade du cancer. Le cancer à ce stade est irréversible et ne se prête à aucune thérapie.

    Cancer du poumon de dernier stade

    Seuls les spécialistes peuvent déterminer le stade du cancer, la méthode de son traitement. Il existe donc un système TNM spécialement créé, dans lequel le stade de la maladie, sa localisation et le degré de propagation sont diagnostiqués en détail. Par exemple, des enregistrements tels que PT1N0M0, T4nxmx, T4nxm0, T3nxm1, Pt1an0m0 se trouvent dans la conclusion. Les lettres désignent ici les éléments suivants: T - la taille du néoplasme, N - métastases dans les ganglions lymphatiques voisins, M - métastases sur d'autres organes, G - degré, P - combien la tumeur s'est développée dans l'organe (pour le tube digestif). Seul le médecin est impliqué dans le décodage des résultats du test.

    Les experts notent que le cancer du 4ème degré de développement est caractérisé par la propagation rapide des cellules cancéreuses dans tout le corps, les métastases tumorales recouvrent des organes vitaux tels que les poumons et le cerveau. Un cancer de la peau appelé mélanome se forme.

    Il est souvent presque impossible d'aider un patient à un stade avancé de la maladie. Mais tout dépend du type et de l'emplacement de la formation maligne. Les médecins peuvent prolonger la vie d'un patient avec certains médicaments et procédures seulement pendant une courte période. Dans de rares cas, grâce aux efforts de spécialistes, les patients ont réussi à vivre jusqu'à 5 ans.

    Symptômes

    En oncologie, la symptomatologie de la maladie aux derniers stades est très brillante. Et ils se manifestent presque de la même manière, quelle que soit la localisation de la tumeur, car au quatrième stade de la maladie, les cellules cancéreuses se propagent presque dans tout le corps.

    Les manifestations générales de la maladie sont les suivantes:

    Non.SymptômeCause
    1Une forte diminution du poids corporelIl n'y a pas d'appétit pendant la maladie, une personne est tourmentée par des nausées et des vomissements. En raison de la dépression psychologique, une personne peut perdre du poids.
    2Léthargie, fatigueIl peut y avoir plusieurs raisons à ces symptômes. La plupart des patients cancéreux souffrent d'anémie, qui peut être causée par un manque d'appétit, une perturbation des organes hématopoïétiques, une intoxication du corps ou une hémorragie interne
    3Des ganglions lymphatiques enflésEn présence de tumeurs malignes, tout d'abord, le système lymphatique en souffre, car la plupart des organes en sont fournis. Les cellules cancéreuses, se propageant dans tout le corps, les infectent
    4La présence de syndromes douloureuxLes tumeurs, à mesure qu'elles se développent, peuvent comprimer les organes, entraîner une nécrose, une suppuration, des blessures
    cinqTempérature corporelle élevéeElle est causée par l'intoxication du corps, la présence d'un grand nombre de produits de décomposition de cellules malignes dans le sang, des processus inflammatoires existants, une nécrose
    6Ischémie aiguëCela est lié au fait que le métabolisme dans le corps est perturbé. En raison d'une fonction rénale altérée, la concentration de potassium dans le sang augmente, ce qui en excès entraîne une perturbation du cœur
    7Jaunissement de la peauLe foie est altéré, l'écoulement de la bile s'aggrave, ce qui conduit à la jaunisse chez l'homme

    Certains types de cancer présentent certaines caractéristiques:

    • Avec le cancer des poumons, du larynx, le patient souffre de crachats sévères de sang, la respiration est perturbée;
    • Le cancer du tractus gastro-intestinal s'accompagne de vomissements de sang, de dysphagie (obstruction alimentaire),
    • Avec le mélanome, des plaies non cicatrisantes se forment sur la peau et du pus contenant du sang est libéré des plaies. Les lieux de localisation des tumeurs acquièrent un gonflement;
    • Avec le cancer du col de l'utérus dans les derniers stades, l'écoulement a une odeur fétide, une douleur atroce;
    • Le cancer des os s'accompagne d'une douleur intense qui ne disparaît pas sans des stupéfiants puissants;
    • Avec le cancer du cerveau, la vision se détériore le plus souvent jusqu'à sa perte complète, les maux de tête deviennent insupportables. La personne perd l'équilibre. Possible perte partielle ou totale de l'audition et de la mémoire.

    Presque tous les types de cancer du quatrième groupe clinique sont accompagnés de douleur.

    Traitement

    Il est presque impossible de guérir le cancer à ce stade. Le traitement du cancer de stade 4 est plus axé sur le soulagement de la souffrance du patient, car tout type de thérapie, que ce soit la chirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie, n'apportera plus de guérison. Ainsi, par exemple, ils fonctionnent dans les cas où la taille de la tumeur est si grande qu'elle est capable de serrer les organes autour.

    La radiothérapie et la chimiothérapie sont utilisées pour éliminer la poursuite de la croissance des métastases. À ce stade de la maladie, les cellules cancéreuses sont si répandues qu'il est presque impossible de les influencer. Mais avec l'aide d'une thérapie correctement sélectionnée utilisant les méthodes de traitement ci-dessus, la prescription de médicaments spéciaux pour stimuler le système immunitaire, ainsi que pour soulager la douleur, la qualité de vie du patient peut être beaucoup améliorée et sa vie peut être prolongée au moins légèrement.

    Les institutions spécialisées pour ce type de patient, comme un hospice, peuvent professionnellement fournir une assistance physique et spirituelle au patient. Les employés compétents de ces institutions traitent non seulement les patients avec une appréhension et un professionnalisme particuliers, mais peuvent également apprendre aux proches à prendre soin du patient, à apprendre à gérer les caprices et l'agressivité, car ces états psychologiques du patient deviennent un test difficile pour les proches..

    Les psychologues professionnels peuvent être très utiles pour soulager l'état du patient..

    À quoi se préparer?

    Peu importe combien il est difficile pour la famille du patient de se rendre compte que la mort est inévitable, il faut être prêt à tout résultat. Certains symptômes avant la mort sont observés chez un patient atteint de cancer. Ils sont les précurseurs d'une disparition imminente.

    • La prédagonie est un signe lorsque le travail du système nerveux central est perturbé, des hallucinations sont possibles, la peau devient pâle ou cyanosée. La pression artérielle chute dans la plupart des cas;
    • L'agonie est associée à un apport limité d'oxygène aux organes vitaux d'une personne, ce qui conduit par la suite à un arrêt cardiaque. La personne respire par intermittence. Parfois, la respiration s'arrête pendant des fractions de seconde. L'agonie dans la plupart des cas est un signe de la mort imminente du patient. L'agonie ne dure pas plus de trois heures, après quoi la personne meurt;
    • La mort clinique est le processus dans lequel le patient ne peut pas être réanimé, comme cela est possible avec d'autres types de maladies. La mort clinique est déterminée par la présence d'actions métaboliques minimales dans le corps. Dans le cancer au dernier stade, l'échelle des lésions dans le corps est si grande que la mort clinique est en fait la mort du patient;
    • Mort fixe - l'absence de tout type de processus vitaux du cerveau, et par la suite de tout l'organisme.

    Dans les derniers jours de la vie, une personne dort principalement sous l'influence d'analgésiques puissants ou est dans un état semi-faible. Peut-être un pré-coma, et plus tard un coma. Pendant cette période, selon les médecins, le soutien des patients et des proches est extrêmement important pour le patient, car, même en état de mort clinique, il est capable d'entendre.

    Il est conseillé aux personnes proches de parler avec le patient, de parler de bons souvenirs et d'allumer leur musique préférée. Si les sensations douloureuses sont si fortes qu'elles ne cèdent plus aux analgésiques, les proches doivent être psychologiquement préparés à l'agressivité et à l'insuffisance du patient. Quel que soit le comportement d'un patient atteint de cancer, vous devez être retenu, montrer votre amour et votre attention.

    Prévoir

    Les patients et leurs proches se demandent souvent combien de temps ils vivent au stade 4 du cancer avec métastases, y a-t-il des personnes qui ont vaincu le cancer à ce stade? Comme indiqué précédemment, avec une thérapie correctement sélectionnée, l'espérance de vie d'un patient atteint de cancer à 4 stades de développement peut aller jusqu'à cinq ans. Mais tout dépend de l'emplacement de la tumeur. Le cancer du poumon est beaucoup plus facile à prolonger la vie que le cancer du foie, de l'estomac ou du pancréas.

    Les méthodes modernes de thérapie, les meilleurs développements dans le domaine de la pharmacologie, facilitent beaucoup la vie d'un patient au dernier stade du cancer. Cela nécessite une approche intégrée, tant de la part des médecins que de la famille et des amis du patient. En aucun cas, il ne doit être laissé seul avec ses souffrances, surtout dans les derniers jours et les dernières heures de sa vie..