Principal
Angiome

Tumeur maligne et bénigne du col de l'utérus

Les tumeurs bénignes et malignes des organes génitaux féminins sont courantes, il existe un risque élevé de tumeur maligne des néoplasmes, une augmentation des taux de mortalité dans le monde entier par cancer de l'utérus, des ovaires et du col de l'utérus. Les raisons du développement de néoplasmes sont différentes: stress, avortements fréquents, traumatismes, infections, inflammation, déséquilibre hormonal et autres facteurs. Les tumeurs bénignes du col de l'utérus sont des fibromes et les polypes du col de l'utérus sont courants. Il existe de nombreux types de néoplasmes malins qui affectent le col de l'utérus et le corps utérin..

Le traitement des tumeurs malignes et bénignes est effectué à l'hôpital Yusupov. Dans le service d'oncologie de l'hôpital, vous pouvez subir une étude diagnostique efficace, un traitement des maladies - un traitement chirurgical sur la base de cliniques partenaires, un traitement radiologique et chimiothérapeutique. Dans le service de réadaptation de l'hôpital, les patients se rétablissent. L'hôpital Yusupov dispose d'un service d'hospitalisation confortable, des procédures de physiothérapie, des exercices de physiothérapie, des massages sont effectués dans le service de rééducation, un psychologue travaille avec les patients et leurs proches.

Fibrome du col de l'utérus

Le fibrome du col de l'utérus est rare - dans 5% des cas. Dans la plupart des cas, la tumeur affecte le corps de l'organe. Le fibrome fait référence aux tumeurs bénignes matures qui se développent à partir du tissu musculaire du col de l'utérus ou du corps de l'utérus.

Cancer du col utérin: types de tumeurs

Selon la structure histologique, plusieurs conditions de néoplasmes dans la région cervicale sont déterminées - il s'agit du précancer, du carcinome épidermoïde et de l'adénocarcinome. Le précancer est un état pathologique de la couche épithéliale ou un cancer in situ. Les types de cellules squameuses de cancer du col utérin comprennent: le cancer hautement différencié, différencié, mal différencié, le cancer de type basaloïde, les cancers condylomateux et papillaires. Les adénocarcinomes du col de l'utérus se développent dans l'isthme de l'organe (cancer endophytique), dans la région vaginale (cancer du col exophytique), il existe un type mixte de tumeur. Le cancer du col de l'utérus à cellules claires, le cancer neuroendocrinien et produisant de la mucine sont assez rares.

Le blastome du col de l'utérus apparaît à la suite de la localisation de cellules atypiques dans l'organe. Le stade initial de développement du cancer du col de l'utérus passe inaperçu par le patient, des cellules atypiques apparaissent dans les tissus, le développement de la tumeur primaire commence. Ensuite, la tumeur se développe, les métastases tumorales se propagent dans les tissus du col de l'utérus, les symptômes du développement du cancer apparaissent - douleur, saignement après les rapports sexuels. Ensuite, la tumeur affecte les organes et les tissus adjacents, provoquant la croissance de tumeurs malignes secondaires. À un stade avancé du développement de la maladie, des métastases tumorales se trouvent dans des organes distants.

Le sarcome cervical fait partie des sections d'oncologie gynécologique encore peu étudiées. Les sarcomes cervicaux représentent environ 1% de tous les néoplasmes malins du col de l'utérus. Les types de tumeurs malignes sont le sarcome d'Ewing, le liposarcome, le léiomyosarcome, les tumeurs mixtes malignes de Müller, le sarcome endocervical indifférencié, neurogène, granulocytaire et d'autres types de sarcome. Détection rare des sarcomes en raison du manque d'essais randomisés.

Tumeur maligne du col de l'utérus: symptômes

Avec la croissance d'une tumeur maligne du col de l'utérus, des symptômes prononcés apparaissent:

  • Douleur dans le bas de l'abdomen, irradiant vers le rectum, le sacrum.
  • Inconfort vaginal, douleur pendant les rapports sexuels, orgasme.
  • Problèmes sanglants. Un écoulement sanglant indique des dommages au néoplasme ou la croissance de la tumeur dans les vaisseaux sanguins. La germination du néoplasme entraîne des dommages aux parois des vaisseaux sanguins et le développement de saignements.
  • Un écoulement transparent en forme de pus ou jaunâtre provient du vagin. Lorsque la tumeur se décompose, une odeur désagréable apparaît, écoulement sanglant, leucorrhée fétide.
  • Le développement de l'œdème des organes génitaux et des membres inférieurs. De tels symptômes se développent lorsque la tumeur serre les veines et les vaisseaux lymphatiques..
  • Avec la germination active de la tumeur dans les organes voisins, la fonctionnalité des organes est perturbée.

Le diagnostic des tumeurs cervicales est effectué à l'aide d'un examen gynécologique, d'un examen rectovaginal, un échantillon est prélevé pour l'oncocytologie sur les surfaces externe et interne du col de l'utérus. Également, colposcopie prolongée, biopsie ciblée, si un néoplasme est détecté, échographie, radiographie, TDM ou IRM si indiqué. Une cystoscopie, une sigmoïdoscopie peuvent être prescrites. Les méthodes de recherche dépendent de l'étendue de la propagation de la tumeur.

À l'hôpital Yusupov, les approches de traitement des principaux pays du monde sont appliquées. L'hôpital est équipé d'équipements de diagnostic innovants, des tomographes modernes sont utilisés. Le personnel du service d'oncologie est composé d'oncologues expérimentés, d'infirmières et de médecins d'autres domaines de la médecine. Un patient hospitalisé peut subir un examen diagnostique complet, un traitement et une rééducation. Vous pouvez vous inscrire pour une consultation avec un médecin par téléphone.

Tumeurs bénignes de la classification de l'utérus

Maladies utérines bénignes

L'utérus est l'un des organes les plus importants du système reproducteur féminin, dans lequel l'embryon humain se développe et le fœtus est transporté. Dans les tissus de l'organe, dans certaines conditions, des tumeurs peuvent se former - des formations pathologiques résultant d'une violation du système de contrôle de la division, de la croissance cellulaire et de leur différenciation.

Distinguer les maladies bénignes et malignes de l'utérus. Dans le premier groupe, tout d'abord, les fibromes utérins sont isolés et dans le second - le cancer de l'utérus (corps et col de l'utérus).

Dans une certaine mesure, les maladies bénignes de l'utérus comprennent:
l'endométriose (les cellules de la couche interne de la paroi utérine se développent à l'extérieur de l'endomètre);
polypes de l'utérus (excroissances pathologiques de l'endomètre, épithélium glandulaire, endocervix associé à un processus inflammatoire chronique).

Maladies bénignes courantes de l'utérus:

Considérez plus en détail le myome, comme la tumeur bénigne la plus courante des organes génitaux féminins..

Le myome de l'utérus (MM) est une tumeur bénigne qui dépend de l'état des systèmes hormonal et immunitaire du corps féminin, se développant à partir des fibres musculaires et du tissu conjonctif de l'utérus dans la membrane musculaire de l'organe.

Classification des fibromes utérins:

Par structure histologique (tissulaire):

léiomyome (myome proprement dit) - une tumeur se développe à partir des fibres musculaires lisses de l'utérus;
écoulement vaginal de nature mucopurulente;
rhabdomyome - une tumeur bénigne des fibres musculaires striées;
fibromes - se développe principalement à partir du tissu conjonctif, mais affecte également le tissu musculaire;
angiomyome - a un réseau bien développé de vaisseaux sanguins;
fibradénomyome - se développe principalement à partir du tissu glandulaire;
fibrome - se développe à partir du tissu conjonctif.

Par localisation (emplacement) des nœuds myomateux:

interstitiel (intermusculaire) - situé dans la couche musculaire de l'utérus;
sous-péritonéal (sous-péritonéal) - la croissance du nœud se produit vers la membrane séreuse de l'utérus et se transforme en sous-péritonéal sur une jambe étroite ou sur une base large;
intraligamentaire (interconnectif) - le nœud myomateux a une localisation sous-péritonéale;
sous-muqueux (sous-muqueux) - la croissance du nœud se produit dans la direction de la cavité utérine et se transforme en sous-muqueuse sur une jambe étroite ou une base large.

Par le nombre de nœuds:

MM unique - le nœud est clairement séparé de la couche musculaire environnante par une fausse capsule;
multiple - peut être composé de deux nœuds ou plus.

De plus, les fibromes se distinguent:

Facile;
proliférant;
pré-sarcomes.

Facteurs de risque de développement de fibromes:

infertilité et fausse couche de grossesse;
obésité;
Irrégularités menstruelles;
Diabète;
troubles hormonaux;
hérédité;
maladies du système cardiovasculaire;
Avortement;
l'endométriose;
Déficience en fer.

Causes des fibromes utérins:

Déséquilibre hormonal;
troubles immunologiques;
facteur héréditaire;
facteur psychologique.

Symptômes des fibromes utérins:

Douleur - survient dans le bas de l'abdomen et le bas du dos. Il peut s'agir de douleurs constantes, de crampes ou de graves prolongations;
Saignement - caractérisé par des menstruations prolongées abondantes et des saignements utérins acycliques (en dehors des jours de menstruation);
Dysfonctionnement des organes voisins - en fonction de l'emplacement du MM et de sa taille, des troubles de la miction ou de la constipation peuvent survenir;
Croissance tumorale - le plus souvent, la MM croît lentement sur plusieurs années, mais dans de rares cas, il y a une augmentation rapide de la taille sur une courte période (de plusieurs mois à un an).

Diagnostic des fibromes utérins:

recueillir l'anamnèse (interviewer le patient);
examen physiologique;
diagnostic par ultrasons (échographie) - vous permet d'identifier la présence d'une tumeur, sa taille et son emplacement;
imagerie par résonance magnétique (IRM) - est effectuée pour déterminer l'emplacement exact des ganglions myomateux et diagnostiquer les changements pathologiques;
curetage diagnostique - effectué pour déterminer les changements dans l'état de l'endomètre.

Traitement des fibromes utérins

Le traitement conservateur des fibromes utérins repose sur l'utilisation de médicaments hormonaux (hormones progestérone, contraceptifs oraux, systèmes hormonaux intra-utérins, etc.). Il est conseillé pour les fibromes jusqu'à 12-14 semaines de grossesse conditionnelle et en l'absence de complications.

Le traitement chirurgical est prescrit pour la croissance rapide du MM, avec sa taille de plus de 12 semaines de grossesse conditionnelle, des saignements utérins récurrents (répétés), des douleurs intenses et des dysfonctionnements sévères des organes voisins. Le choix du volume et de la méthode d'intervention chirurgicale dépend de l'âge du patient, du plan de reproduction, du site du nœud, de sa taille et du risque éventuel de malignité.

Le centre médical "Docteur Bormental" utilise des méthodes avancées pour diagnostiquer les fibromes et autres maladies bénignes de l'utérus, utilise des méthodes de traitement économes et efficaces visant à éliminer les symptômes de la maladie (saignements, douleurs), normaliser le statut hormonal, prévenir et éliminer les complications. Nous faisons de notre mieux pour préserver la fonction reproductrice chez les jeunes femmes, en privilégiant les méthodes de traitement conservatrices modernes.

Tumeurs bénignes et malignes de l'utérus - leurs signes, diagnostic et traitement

Le corps de l'utérus est représenté par une couche musculaire épaisse (myomètre), bordée de l'intérieur par une membrane muqueuse - l'endomètre. À l'extérieur, l'utérus est recouvert d'une feuille de péritoine, qui forme les ligaments qui maintiennent l'organe dans le petit bassin. L'utérus est bien approvisionné en sang, possède un vaste réseau de vaisseaux lymphatiques et de terminaisons nerveuses.

Les néoplasmes utérins sont une pathologie gynécologique courante. Afin de diagnostiquer et de guérir à temps, vous devez consulter régulièrement un gynécologue.

Classification

En fonction des caractéristiques des cellules et de l'ensemble du néoplasme, les principaux types de tumeurs utérines suivants sont distingués:

Les néoplasmes sont formés à partir d'une cellule progénitrice qui, pour une raison quelconque, a acquis la capacité de se diviser de manière incontrôlable. À la suite d'une telle reproduction, de nombreux éléments cellulaires se forment qui sont génétiquement identiques au prédécesseur, qui se divisent également constamment. En plus du taux élevé de formation de nouvelles cellules, la tumeur est caractérisée par une mort retardée des anciennes, donc le volume de formation augmente constamment.

Les néoplasmes bénins se développent lentement, ne pénètrent pas profondément dans les tissus environnants, n'empoisonnent pas le corps et ne métastasent pas. Malins ont les propriétés opposées: croissance rapide, tendance à la germination.

Quelles sont les tumeurs de l'utérus, selon leur origine:

  • mésenchymateux, provenant de la base du tissu conjonctif de l'organe (fibrome, sarcome);
  • muscle, provenant de cellules myométriales (myome, myosarcome);
  • épithélial se développant à partir de la couche superficielle de l'utérus (cancer de l'endomètre).

Les formations résultant de la pathologie de la grossesse (choriocarcinome) sont considérées séparément..

La classification des tumeurs dépend de leur caractère bénin ou non.

Myome de l'utérus

La formation la plus courante du corps de l'utérus est le léiomyome. Il est sous-muqueux (sous-muqueux), intermusculaire (intramural) et sous-séreux, situé sous la coquille externe de l'organe. Pour déterminer les tactiques de traitement, les médecins utilisent une classification clinique:

  • fibromes de petite, moyenne ou grande taille;
  • noeud fin multiple;
  • multiple avec un nœud dominant de taille moyenne;
  • sous-muqueuse;
  • sur la jambe (pédonculaire).

Cancer de l'utérus

Le cancer est la tumeur maligne la plus courante de l'utérus. En fonction de la structure cellulaire, plusieurs types histologiques de néoplasmes sont distingués:

- adénocarcinome;
- adénocarcinome à cellules claires;
- cancer, qui à son tour est divisé en:

  • squameux;
  • squameux glanduleux;
  • mucineux;
  • séreux;
  • indifférencié.

La détermination de la structure microscopique de la tumeur est effectuée, y compris pour la sélection d'une chimiothérapie efficace.

Distinguer les cancers fortement, modérément et mal différenciés. Moins les cellules sont différenciées, plus le pronostic de la maladie est mauvais. Les cellules mal différenciées ont un taux de division plus élevé et la capacité de métastaser, cette condition est appelée G3 (différenciation de grade 3).

Les stades cancéreux sont déterminés par le système TNM ainsi que par la classification FIGO. Plus le nombre après la lettre correspondante est élevé, plus la maladie est grave.

Ainsi, T1 signifie que la tumeur affecte uniquement le corps de l'utérus, sans se propager au col de l'utérus (respectivement, T2). À T3, les cellules cancéreuses envahissent l'ovaire ou le vagin; à T4, elles pénètrent dans le rectum ou la vessie. N1 signifie ganglions lymphatiques voisins (pelviens et près de l'aorte abdominale). M1 est des métastases à distance.

Tumeur mésenchymateuse maligne

Une tumeur stromale de l'utérus, ou sarcome, est formée non pas des cellules épithéliales elles-mêmes, comme le cancer, mais de la base du tissu conjonctif de l'endomètre - le mésenchyme. Avec un degré élevé de différenciation, l'évolution de la maladie est relativement favorable. Plus l'immaturité des cellules focales est élevée, plus la formation se développe rapidement et plus le pronostic est mauvais.

Le principal symptôme de la tumeur n'est pas spécifique - il s'agit d'un écoulement sanglant. Si la formation est grande, les organes adjacents peuvent être pressés.

Les procédures de diagnostic sont similaires à celles effectuées pour les fibromes et le cancer de l'utérus. Le traitement comprend la radiothérapie, l'ablation de l'utérus et des appendices. Les tumeurs hautement différenciées sont sensibles aux hormones.

Maladie trophoblastique

Une maladie assez rare et mal étudiée résultant de complications de la grossesse est une tumeur trophoblastique de l'utérus (chorionépithéliome et dérive kystique). Il se développe à partir des restes du placenta et produit de la gonadotrophine chorionique.

Le principal symptôme de la maladie est le saignement. Cela peut survenir plusieurs mois après l'accouchement. Le diagnostic est posé sur la base d'un examen histologique d'une biopsie de l'utérus. Les problèmes de traitement sont toujours en discussion. En particulier, les indications pour retirer l'utérus ne sont pas toujours claires.

Une caractéristique de l'éducation est sa grande sensibilité à la chimiothérapie. Ces médicaments aident à guérir complètement dans la plupart des cas..

Étiologie

Enfin, les raisons de la formation d'une tumeur de l'utérus n'ont pas été clarifiées.

Étiologie du nœud myomateux

Le mécanisme le plus probable pour le développement des fibromes est une lésion des cellules déjà dans un organe mature en raison d'une inflammation, d'un traumatisme lors d'un avortement ou d'une chirurgie, de troubles hormonaux. Certains scientifiques pensent que la pathologie des cellules progénitrices peut survenir même pendant la période embryonnaire sous l'influence de divers facteurs dommageables agissant sur le corps de l'enfant à naître..

On suppose qu'une tumeur non maligne de l'utérus résulte de l'accumulation de cellules myométriales modifiées, dans lesquelles la structure génétique change. Ces troubles se développent à la suite de multiples cycles menstruels. Sous l'influence de la menstruation elle-même, de l'endométriose, de l'inflammation ou des blessures, les cellules anormales commencent à se multiplier. Ainsi, l'état de grossesse réduit la probabilité de développer des fibromes..

Au départ, le nœud myomateux se développe sous l'influence des hormones sexuelles féminines. À l'avenir, il devient lui-même une source de ces substances et sa croissance ne dépend plus des fluctuations cycliques du fond hormonal chez les femmes.

Le mécanisme de développement du cancer de l'endomètre

Le cancer de l'endomètre survient dans le contexte de modifications de la régulation hormonale dues à des maladies du système hypothalamo-hypophysaire et des ovaires ou à leurs troubles fonctionnels. Les fluctuations des niveaux d'hormones dans ce cas diffèrent de la norme. Sous leur influence, les cellules endométriales renaissent progressivement avec la formation d'un état précancéreux - hyperplasie.

Le précancer est le plus susceptible de dégénérer en une tumeur maligne. La raison de la transformation des processus hyperplasiques en cancer est inconnue.

Les tumeurs malignes sont plus susceptibles de survenir dans les situations suivantes:

  • troubles métaboliques (obésité, diabète);
  • infertilité, anovulation, augmentation de la sécrétion d'œstrogènes par les ovaires;
  • tumeurs ovariennes avec activité hormonale;
  • prédisposition héréditaire;
  • absence de grossesse, d'accouchement et d'activité sexuelle;
  • apparition tardive et arrêt des menstruations;
  • prendre du tamoxifène (un médicament prescrit pour le cancer du sein).

Les tumeurs utérines hormono-dépendantes surviennent chez 70% des femmes. Ils se développent dans le contexte d'irrégularités menstruelles, d'infertilité et d'autres changements hormonaux. L'évolution de ces néoplasmes est plus favorable. Cependant, ils peuvent être accompagnés de la formation de multiples tumeurs dans les intestins, les ovaires, les glandes mammaires..

Les tumeurs hormonalement indépendantes surviennent dans le contexte de l'atrophie de l'endomètre et sont caractérisées par l'absence de troubles métaboliques, une croissance rapide et une tendance à la métastase. Leur parcours est moins favorable.

Opinion. De nombreux scientifiques associent l'origine du cancer de l'utérus à des troubles génétiques.

Image clinique

Symptômes d'une lésion bénigne

Une tumeur bénigne de l'utérus ne présente aucun symptôme chez plus de la moitié des patients. Dans d'autres cas, en particulier avec des nœuds volumineux ou multiples, les femmes s'inquiètent:

  • menstruations abondantes et souvent douloureuses;
  • infertilité, fausses couches;
  • compression de la vessie ou de l'intestin, accompagnée de mictions fréquentes ou de constipation;
  • douleur constante dans le bas de l'abdomen;
  • douleur aiguë lors de la torsion des jambes de la tumeur;
  • étourdissements, faiblesse, pâleur de la peau, cheveux cassants - signes d'anémie causée par une carence en fer lors d'une perte de sang chronique.

Symptômes possibles d'une tumeur bénigne de l'utérus (fibromes) pendant la grossesse:

  • naissance prématurée;
  • anomalies du développement fœtal, retard de croissance;
  • saignement après l'accouchement.

Les petits ganglions pendant la grossesse cessent généralement de croître, et les gros augmentent souvent, mais pas plus d'un quart de leur taille d'origine. Chez certains patients (environ 10-12%), le diamètre du néoplasme diminue.

Clinique d'oncopathologie

Le cancer de l'utérus aux stades précoces ne s'accompagne d'aucune manifestation. D'autres saignements utérins, des pertes vaginales et des douleurs apparaissent.

Les jeunes femmes qui s'inquiètent des saignements se plaignent souvent d'infertilité. Pour cette raison, ils traitent parfois longtemps les dysfonctionnements de l'hypophyse, de l'hypothalamus ou des ovaires. Le gynécologue doit se souvenir de la possibilité d'un cancer chez ces patients et les envoyer à temps pour un examen plus approfondi. Si les taches commencent déjà en postménopause, c'est-à-dire après la fin des règles avec l'âge, elles sont un signe typique de cancer de l'endomètre.

Les femmes plus âgées peuvent avoir un autre signe classique de cancer de l'utérus - une décharge vaginale aqueuse abondante..

La douleur dans l'abdomen et le bas du dos survient dans les derniers stades de la maladie. Ils sont souvent associés à des métastases tumorales ou à son invasion dans les organes voisins. À ce moment, des écoulements et de la fièvre peuvent apparaître lorsque la tumeur se désintègre..

Les métastases cancéreuses se propagent généralement aux ganglions lymphatiques pelviens par les vaisseaux lymphatiques. Les cellules cancéreuses, lorsqu'elles sont libérées dans la circulation sanguine, se propagent dans tout le corps. Des métastases à distance se produisent dans l'épiploon, les poumons, les os et le foie. Dans ce cas, les symptômes correspondants apparaissent:

  • douleur dans l'abdomen, les os;
  • toux, essoufflement, maux de dos;
  • douleur dans l'hypochondre droit;
  • jaunissement de la peau;
  • faiblesse sévère, épuisement;
  • fractures osseuses;
  • une augmentation de la taille de l'abdomen due à l'accumulation de liquide dans celui-ci (ascite).

Diagnostique

Si un néoplasme de l'utérus est suspecté, un examen général et gynécologique est effectué. Un test sanguin est prescrit pour diagnostiquer l'anémie. Avec le cancer, la VS peut augmenter.

Reconnaissance des fibromes

Le diagnostic des tumeurs utérines bénignes repose principalement sur des données échographiques (échographie). Une méthode transvaginale est utilisée avec l'introduction d'un capteur dans le vagin. Les nœuds sont souvent enlevés chirurgicalement en utilisant des techniques modernes de préservation des organes. Par conséquent, il est important que le médecin connaisse le nombre de lésions, leur taille et leur emplacement..

L'hydrosonographie est une méthode par ultrasons avec remplissage liquide de l'utérus. Avec son aide, le myome sous-muqueux est parfaitement diagnostiqué, l'épaisseur de la paroi utérine et l'état de l'endomètre sont évalués. L'hydrosonographie révèle des signes de tumeur utérine dans 100% des cas.

Si l'opération d'embolisation de l'artère utérine (EAU) est prévue, il est nécessaire de connaître à l'avance les particularités de l'apport sanguin aux ganglions. A cet effet, une échographie Doppler est réalisée..

Cette méthode de diagnostic vous permet de visualiser les vaisseaux utérins, d'évaluer la vitesse du flux sanguin à l'intérieur. Les données obtenues aident à distinguer les tumeurs bénignes à faible débit sanguin et les foyers de tumeurs malignes - les sarcomes, caractérisés par un apport sanguin intensif.

Avant d'effectuer les EAU, l'angiographie est obligatoire. Il s'agit d'un examen aux rayons X des vaisseaux du petit bassin, qui est effectué à l'aide d'un agent de contraste. Le contraste est injecté par voie intraveineuse, remplissant les vaisseaux. Leur contour intérieur devient clairement visible sur l'image. La disposition désordonnée des vaisseaux sanguins et de petites accumulations (lacunes) de sang n'est pas un signe de fibromes, mais de sarcomes de l'utérus.

Le myome sous-muqueux est une indication de l'hystéroscopie. Cette étude consiste à examiner la surface interne de l'utérus à l'aide d'un instrument spécial - un hystéroscope. Au cours de la procédure, la taille de la formation, son emplacement et son type sont étudiés. La capacité de retirer un tel nœud par le canal cervical à l'aide d'un endoscope est également en cours d'évaluation..

L'imagerie par résonance magnétique est effectuée pour déterminer l'emplacement des gros nœuds par rapport à la vessie et au rectum. Cet examen consiste à créer une série d'images - des coupes de la cavité pelvienne. Après les avoir examinés, le médecin diagnostique avec précision. La sensibilité de la méthode est considérablement augmentée lors de l'utilisation d'un produit de contraste. Il est possible d'effectuer une tomodensitométrie, ce qui vous permet d'obtenir une image en trois dimensions des organes pelviens.

Si un diagnostic différentiel des fibromes sous-séreux, des tumeurs de l'ovaire ou de l'espace rétropéritonéal est nécessaire, la laparoscopie diagnostique n'a pas perdu de sa pertinence.

Lors de cette intervention, à travers de petites incisions dans l'abdomen, le médecin insère de petits tubes dans la cavité abdominale du patient, équipés d'instruments miniatures et d'une caméra vidéo. À l'aide de petites pinces, des biopsies peuvent être prélevées sur des lésions suspectes. Cela aide à identifier le type de tumeur.

Diagnostic du cancer de l'endomètre

L'analyse cytologique de la membrane muqueuse est largement utilisée en ambulatoire. La biopsie est réalisée à l'aide d'une seringue spéciale, tandis que le canal cervical n'est pas élargi. Si la tumeur est étendue, la biopsie par aspiration est assez sensible. Avec une petite lésion, un résultat négatif peut être obtenu si des cellules anormales ne pénètrent pas dans l'aspirat. La valeur de l'étude diminue avec une hyperplasie concomitante ou des polypes de l'endomètre, il est donc recommandé d'effectuer la manipulation plusieurs fois.

Avec l'échographie, le signe le plus important est la taille du soi-disant Maho. C'est la distance entre les couches internes de l'endomètre, c'est-à-dire deux fois son épaisseur. Cet indicateur change avec la pathologie de la membrane muqueuse. Si Maho mesure plus de 12 mm, une biopsie par aspiration et un examen cytologique sont prescrits. Avec une épaisseur de 4 à 12 mm, une hystéroscopie et un prélèvement de matériel de biopsie du foyer pathologique sous contrôle endoscopique sont présentés. Si Maho est inférieur à 4 mm, l'observation est indiquée.

Lorsqu'un foyer tumoral est détecté lors d'une échographie, le médecin décrit la taille de l'utérus, ses contours, la structure de la paroi musculaire, l'emplacement de la tumeur, la direction de sa croissance (dans la cavité de l'organe ou vers l'extérieur), et évalue également la profondeur de germination (invasion) des cellules cancéreuses dans le tissu musculaire.

Pour une détermination plus précise de la profondeur d'invasion, une cartographie Doppler couleur est utilisée. Cette étude vous permet de voir le flux sanguin intense dans les vaisseaux de la tumeur..

L'imagerie par résonance magnétique est recommandée pour reconnaître l'atteinte ganglionnaire. C'est plus précis que l'échographie.

La principale technique de diagnostic du cancer de l'utérus est l'hystéroscopie. Il aide à voir la tumeur à la surface de la membrane muqueuse et à effectuer une biopsie de la lésion. En cas de cancer de l'utérus, un curetage diagnostique séparé est nécessaire.

Comment savoir si un patient a une tumeur endométriale microscopique? Pour cela, une méthode de diagnostic moderne est utilisée - une étude de fluorescence. Le corps d'une femme reçoit une injection de substances spéciales qui se lient sélectivement aux cellules cancéreuses. Après avoir brillé avec un faisceau laser sur l'écran de l'appareil, le médecin voit la lueur de la substance fluorescente accumulée dans le foyer de la tumeur. La méthode est très informative même à un stade précoce du cancer de l'utérus..

Le diagnostic final du type de tumeur est effectué sur la base d'un examen histologique. Pour une telle analyse, les résultats de la biopsie obtenus par hystéroscopie et curetage séparé sont utilisés..

Traitement

Thérapie des lésions bénignes

Les effets non médicamenteux, y compris une variété de méthodes alternatives de traitement, la physiothérapie, les exercices thérapeutiques et d'autres méthodes similaires, n'ont pas d'effet sur les tumeurs du corps utérin.

Une tumeur fibreuse de l'utérus (myome) avec un diamètre de ganglion inférieur à 3 cm est soumise à un traitement médicamenteux. Des formes déposées d'agonistes de l'hormone de libération des gonadotrophines sont utilisées. Ces médicaments sont injectés une fois tous les 28 jours, un total de 6 fois. Dans le même temps, la mifépristone est prescrite deux fois par semaine. Un tel traitement est effectué sous contrôle ultrasonore 1 fois en 3 mois..

Après avoir terminé le cours chez les femmes en périménopause, la menstruation ne revient généralement plus. Si une jeune patiente suit un traitement, après la fin du traitement, des contraceptifs oraux sont prescrits pour restaurer ses règles. Dans le même but, un dispositif intra-utérin contenant des hormones peut être utilisé - Mirena.

Une tumeur non maligne de l'utérus peut être une indication pour les opérations suivantes.

Hystérectomie

La méthode la plus radicale. Pendant la chirurgie, l'utérus est retiré par de petites ouvertures laparoscopiques ou par une incision dans la paroi abdominale (laparotomie). Techniquement, cette opération n'est pas difficile, mais il est recommandé de ne la réaliser que sous des indications strictes:

  • une augmentation de la tumeur pendant plus de 4 semaines par an;
  • taille du fibrome de plus de 14 semaines;
  • une augmentation des fibromes après l'arrêt des menstruations;
  • nécrose (mort) du nœud;
  • compression de la vessie ou de l'intestin;
  • inefficacité du traitement conservateur de l'anémie.

Environ la moitié des jeunes femmes qui ont subi une ablation de l'utérus sans appendices développent encore des déséquilibres hormonaux à l'avenir. Il est associé à une circulation sanguine altérée dans les ovaires et à une communication altérée entre les ovaires et l'utérus. Le syndrome de posthystérectomie nécessite un traitement hormonal substitutif.

Myomectomie

L'opération de myomectomie conservatrice aide à préserver l'organe. L'élimination des ganglions sous-muqueux est effectuée en introduisant des instruments à travers le canal cervical, à l'aide d'un équipement électrique ou laser. Cette opération est contre-indiquée dans de tels cas:

  • préservation de la taille du nœud après un traitement avec des agonistes de l'hormone de libération des gonadotrophines;
  • le diamètre du nœud est supérieur à 5 cm;
  • la longueur de la cavité utérine est supérieure à 10 cm;
  • la présence non seulement de ganglions sous-muqueux, mais également intermusculaires;
  • adénomyose;
  • cicatrice sur l'utérus après une césarienne;
  • patients nullipares.

Si le nœud est sous-séreux, il peut être retiré par laparoscopie. Cependant, dans de nombreux cas, lors d'une telle intervention, il est impossible d'exciser complètement le foyer tumoral. Par conséquent, une intervention laparoscopique est contre-indiquée dans de telles situations:

  • taille du fibrome de plus de 12 semaines;
  • plusieurs nœuds intermusculaires;
  • l'emplacement du nœud dans la région du cou, en particulier le long de la paroi arrière;
  • nombre total de nœuds - plus de 4.

Le traitement chez ces patients est effectué uniquement avec l'utilisation d'une laparotomie. L'incision est faite à travers le bas de l'abdomen dans le sens transversal. Après avoir enlevé toutes les lésions et suturé soigneusement le myomètre, une suture cosmétique est appliquée avec des sutures résorbables, qui deviennent progressivement presque invisibles. Ces points serrés sont sans danger pendant la grossesse ultérieure..

EMA

Si la myomectomie conservatrice est contre-indiquée, mais que la femme souhaite préserver l'organe, une embolisation de l'artère utérine est réalisée. Cette intervention entraîne une diminution de la taille de l'utérus et une normalisation du cycle menstruel. Après un an, le volume de l'utérus et des ganglions myomateux devient 3 fois moindre, la perte de sang pendant la menstruation diminue 4 fois.

Avec les EAU à travers un cathéter, les vaisseaux fournissant du sang aux foyers tumoraux sont bloqués, ce qui les atrophiés. Le nœud peut se détacher dans la cavité utérine, d'où il est retiré naturellement ou par hystéroscopie. Parfois, la tumeur se déplace dans l'épaisseur de la paroi musculaire, ce qui est également considéré comme un bon résultat..

Les nœuds sous-séreux après les EAU sont mieux éliminés par laparoscopie. Ainsi, les EAU peuvent être une méthode de traitement indépendante ou précéder d'autres interventions..

Une autre façon de réduire l'intensité du flux sanguin dans l'artère utérine est l'occlusion endoscopique, c'est-à-dire le clampage des vaisseaux alimentant le myome pendant la laparoscopie. Une telle intervention est le plus souvent utilisée avant la myomectomie des ganglions sous-séreux..

Autres techniques

Dans les cliniques modernes, d'autres méthodes d'élimination d'un foyer tumoral sont également utilisées, par exemple, la cautérisation du nœud avec des ultrasons à haute fréquence (ablation FUS) ou la cryodestruction.

Traitement du cancer

Le traitement d'une tumeur utérine maligne (cancer de l'endomètre) implique une combinaison de chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie dans diverses combinaisons. Plus l'évolution de la maladie est agressive, plus les facteurs thérapeutiques doivent être utilisés..

Dans le cancer de l'endomètre, l'utérus, les appendices et les ganglions lymphatiques pelviens sont enlevés. Si, en raison de maladies concomitantes, une telle intervention n'est pas possible, l'ablation du site tumoral est réalisée à l'aide de techniques endoscopiques de l'intérieur de l'utérus (ablation de l'endomètre). Le traitement de préservation des organes ne doit être effectué que dans des institutions oncologiques spécialisées. Après l'intervention, une observation régulière est nécessaire afin de constater une éventuelle rechute de la maladie dans le temps.

Informations utiles. Le cancer de l'utérus répond assez bien à la radiothérapie. L'irradiation en combinaison avec d'autres méthodes peut être réalisée à n'importe quel stade de la tumeur.

Les médicaments chimiothérapeutiques ne sont prescrits qu'en association avec une chirurgie et / ou une radiothérapie. La thérapie hormonale est également utilisée. Au cours des deux premiers mois, le patient reçoit des médicaments à base de progestérone. Ensuite, une biopsie est effectuée et il est évalué à quel point la tumeur est sensible aux hormones et comment elles ont affecté le foyer pathologique. Avec un bon effet, la prise d'hormones se poursuit tout au long de l'année. Après cela, les stades initiaux du cancer peuvent être guéris. Ceci est confirmé par une deuxième biopsie..

Au deuxième stade de l'hormonothérapie, des agents sont prescrits pour restaurer l'ovulation et la menstruation - des médicaments combinés œstroprogestatifs. Ce cours dure six mois. Par la suite, un programme de rééducation individuelle est développé pour chaque femme afin de restaurer le travail indépendant des ovaires..

S'il n'y a aucun signe de rechute, après un traitement complet, le patient est examiné trois fois par an pendant les 12 premiers mois, puis 2 fois par an. À partir de la troisième année après le traitement combiné, il suffit de consulter un oncologue une fois tous les 12 mois. En plus des manipulations gynécologiques, le contrôle comprend une radiographie annuelle des poumons.

Prévision et prévention

Les tumeurs bénignes, en particulier les fibromes, ne mettent pas la vie en danger. Cependant, leurs complications (anémie avec saignement, compression des organes environnants) altèrent considérablement la qualité de vie. Les fibromes peuvent causer l'infertilité et des douleurs abdominales persistantes.

Le cancer de l'endomètre est mieux guéri chez les jeunes femmes que chez les patientes de plus de 70 ans. À 50 ans, les cellules cancéreuses sont sensibles aux hormones, ce qui augmente les chances de succès de l'hormonothérapie. Si la tumeur ne répond pas aux médicaments hormonaux, le pronostic pour la vie est pire.

La survie des patients est considérablement réduite lorsque la tumeur se propage aux ganglions lymphatiques et aux organes distants (selon le système TNM N1 et / ou M1).

La prévention primaire, c'est-à-dire la prévention des maladies, comprend des examens réguliers par un gynécologue (même à un âge avancé) et un traitement rapide des maladies gynécologiques. La prévention des rechutes est également impossible sans une surveillance médicale constante..

Pour les tumeurs utérines, les patients reçoivent les recommandations simples suivantes:

  • éviter la surchauffe (bains chauds, sauna);
  • ne prenez pas de soleil ou ne visitez pas le solarium;
  • la physiothérapie, y compris à l'aide d'appareils électroménagers, n'est autorisée qu'après consultation d'un médecin;
  • dans le régime, vous devez adhérer à un régime contenant une quantité suffisante de protéines et d'aliments végétaux;
  • surveillez votre poids, votre tension artérielle et votre glycémie;
  • éviter les relations sexuelles et l'avortement promiscuité.

Après le traitement et la restauration des ovaires et de l'utérus, une grossesse et la naissance d'un bébé en bonne santé sont possibles.

Tumeurs bénignes et malignes des organes génitaux féminins

Tumeurs bénignes et malignes des organes génitaux féminins

Les néoplasmes bénins et malins des organes génitaux féminins sont un problème assez courant en gynécologie. Selon les statistiques médicales, près d'une femme sur cinq à huit dans la Fédération de Russie souffre de certaines tumeurs de la vulve, du vagin, du col de l'utérus, de l'utérus et des ovaires..

Par exemple, les données de l'OMS indiquent qu'une tumeur bénigne aussi courante que les fibromes utérins touche une femme sur cinq dans le monde à l'âge de 30 à 35 ans, plus de 25% des interventions chirurgicales en gynécologie sont effectuées pour des kystes ovariens, etc. En raison de l'évolution souvent asymptomatique des maladies néoplasiques, elles sont parfois diagnostiquées accidentellement lors du prochain examen pour un autre problème.

Les tumeurs des organes génitaux féminins sont des formations pathologiques dues à une violation du mécanisme de division cellulaire. Les spécialistes distinguent les tumeurs bénignes et malignes des organes génitaux.

Causes des tumeurs des organes génitaux féminins

À l'heure actuelle, les causes de l'émergence et du développement de tumeurs bénignes et malignes ne sont pas entièrement comprises. On sait qu'il est basé sur un défaut du matériel génétique de la cellule (ADN), à la suite duquel le mécanisme de croissance et de division cellulaire subit des changements pathologiques, l'apoptose se développe (autodestruction de la cellule à la suite de la programmation de la mort). Les facteurs prédisposant à l'apparition de tumeurs sont les suivants:

  • Facteurs génétiques (la prédisposition héréditaire est le principal facteur).
  • Facteurs chimiques (influence des substances aromatiques sur l'ADN).
  • Facteurs physiques (rayonnement ultraviolet, autres types de rayonnement).
  • Blessure mécanique, surchauffe du corps.
  • Facteurs biologiques (virus et infections).
  • Diminution de la défense immunitaire du corps, processus auto-immuns.
  • Pathologies du système endocrinien, déséquilibre hormonal.

Symptômes des tumeurs des organes génitaux féminins

Certains types de tumeurs peuvent ne présenter aucun symptôme, tandis que d'autres - en fonction de la nature, de la taille et de l'emplacement de la tumeur - peuvent présenter des symptômes locaux ou généraux. Les symptômes locaux de la tumeur sont une hypertrophie des ganglions lymphatiques régionaux, un gonflement palpable.

Les symptômes courants des tumeurs des organes génitaux féminins sont autrement appelés «petits signes» de tumeurs. Les tumeurs de certains organes peuvent avoir des symptômes individuels, par exemple, avec un cancer de l'utérus, les femmes peuvent se plaindre de saignements utérins en dehors du cycle, d'un dysfonctionnement ovarien, etc. Avec une tumeur de longue date de grande taille, des douleurs dans le bas de l'abdomen avec irradiation vers le bas du dos, le périnée, le rectum et d'autres organes peuvent survenir.

Les symptômes courants des tumeurs cancéreuses sont la fatigue, une perte de poids progressive rapide, un manque d'appétit, une diminution des performances et de l'humeur, une fièvre légère..

Types de maladies néoplasiques bénignes et malignes des organes génitaux féminins

Myome de l'utérus, fibromes de l'utérus - l'un des plus courants dans la pratique gynécologique des maladies tumorales des organes génitaux féminins. Dans la plupart des cas, il peut ne pas présenter de symptômes cliniques prononcés et être déterminé par hasard lors d'un examen bimanuel.

Le diagnostic repose sur l'échographie transvaginale, l'hystéroscopie, la colposcopie, la laparoscopie, la biopsie, l'examen cytologique ou histologique.

Dans GUTA CLINICS, tous les types de traitement chirurgical efficace des fibromes utérins sont réalisés par myomectomie laparoscopique et hystéroscopique - traitement chirurgical non invasif des fibromes sans incisions, ainsi que laparotomie avec myomectomie, hystérectomie selon les indications.

Le traitement conservateur peut être utilisé chez les jeunes patients présentant une petite taille de fibromes à croissance lente et sans contre-indication aux médicaments prescrits. Les fibromes nécessitent un traitement chirurgical obligatoire en raison de la possibilité de transition vers un sarcome - une tumeur maligne.

Le kyste ovarien est une cavité remplie de liquide (la nature exacte du contenu est établie directement lors d'un examen détaillé). Le plus souvent, un kyste ovarien est trouvé chez les jeunes femmes en âge de procréer, chez les personnes âgées, il est extrêmement rare.

Distinguer les kystes endométrioïdes, paraovariens, mucineux, séreux, dermoïdes, folliculaires, les kystes du corps jaune, etc..

Un kyste ovarien peut ne pas déranger une femme et peut être détecté par hasard lorsqu'il est examiné par un gynécologue. Dans certains cas, un kyste ovarien peut être accompagné d'irrégularités dans le cycle menstruel, de règles abondantes et prolongées, de douleurs abdominales basses, d'anovulation, d'infertilité, etc..

Actuellement, la «médaille d'or» du traitement des kystes ovariens est la laparoscopie, qui permet à la patiente de récupérer plus rapidement et de préserver pleinement sa fonction reproductrice. Les kystes ovariens sont soumis à un traitement chirurgical obligatoire, car peuvent devenir malins, conduire au développement de complications graves (développement d'une péritonite, suppuration du kyste, etc.)

Un kyste cervical, appelé à tort par les patients "kyste utérin", est une complication fréquente de la pseudo-érosion, qui, à son tour, est une complication fréquente de la véritable érosion. Les dimensions du kyste cervical sont le plus souvent de plusieurs millimètres, le kyste lui-même ressemble à une formation ronde de couleur blanc jaunâtre.

En ce qui concerne les kystes cervicaux, des tactiques d'observation sont choisies: si les kystes sont petits et n'affectent pas la santé du col de l'utérus, ils ne sont pas traités, si les kystes sont multiples, déforment le col de l'utérus, un traitement par ondes radio avec l'appareil Surgitron est recommandé - cette méthode peut être recommandée même pour les filles nullipares en raison de son caractère atraumatique.

Le cancer de la vulve est une tumeur épithéliale maligne rare. Elle est caractérisée par la formation de nodules avec des dommages supplémentaires aux ganglions lymphatiques inguinaux, des métastases. Le cancer de la vulve est plus fréquent chez les femmes ménopausées. En l'absence de traitement, la mort est inévitable en raison de la cachexie, de l'urosepsie, des saignements, de la thrombophlébite de la veine pelvienne et d'autres complications.

Le cancer vaginal est une tumeur épithéliale maligne qui ressemble à des excroissances papillomateuses. Elle se développe plus souvent chez les femmes de plus de 40 ans qui ont subi de nombreuses naissances. Il se manifeste par un écoulement sanglant et une leucorrhée mélangée à du pus. Traitement - chirurgical avec radiothérapie et autres méthodes.

Le cancer du col de l'utérus est la tumeur maligne la plus courante des organes génitaux féminins. Les causes peuvent être certains types de VPH (virus du papillome humain, érosion non traitée, etc.). Auparavant, on pensait que le cancer du col de l'utérus affecte principalement les femmes qui ont accouché de plus de 40 ans, mais récemment, il y a eu une augmentation significative de la tendance à la propagation de la maladie chez les jeunes filles, même nullipares, ce qui s'explique par la propagation généralisée de l'infection par le virus du papillome humain..

Le cancer du col de l'utérus peut être asymptomatique et les premiers signes peuvent être une leucorrhée et des taches, parfois avec une odeur désagréable. En l'absence de traitement pour le cancer du col de l'utérus, la mort survient par péritonite, septicémie, cachexie, saignement, etc..

Cancer du corps de l'utérus - moins fréquent que le cancer du col de l'utérus, la cause est des troubles hormonaux dans le corps, il peut être combiné avec des fibromes utérins, des tumeurs ovariennes, une hyperplasie de l'endomètre, le diabète, l'obésité et d'autres troubles métaboliques. Il se développe principalement chez les femmes de plus de 45 à 50 ans, souvent asymptomatiques, les femmes se plaignent de faiblesse et de fatigue rapide.

Diagnostic des tumeurs des organes génitaux féminins

Dans la plupart des cas, le diagnostic des tumeurs bénignes et malignes des organes génitaux féminins est effectué à l'aide des méthodes suivantes:

  • Examen gynécologique.
  • Examen bimanuel du vagin.
  • Échographie transvaginale (échographie des organes pelviens).
  • Tomodensitométrie (TDM) des organes pelviens.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) des organes pelviens.
  • Examen endoscopique des organes pelviens.
  • Hystéroscopie, laparoscopie thérapeutique et diagnostique.
  • Colposcopie.
  • Biopsie suivie d'un examen histologique ou cytologique.

Traitement des tumeurs des organes génitaux féminins

En fonction de la maladie identifiée, sa forme, son stade, sa nature, les caractéristiques du cours, les indications individuelles du patient, un traitement chirurgical ou conservateur est prescrit. En règle générale, le traitement chirurgical des tumeurs des organes génitaux féminins est effectué avec des saignements abondants, une croissance tumorale rapide ou de grandes tailles de la tumeur détectée, etc..

La portée du traitement chirurgical est différente - il peut s'agir d'une laparoscopie préservant les organes (pour les kystes et les cystomes ovariens) ou l'amputation radicale (extirpation) de l'utérus - pour les gros fibromes ou le cancer de l'utérus sans métastases. En règle générale, la préférence est donnée à la première méthode - minimalement invasive - de traitement des tumeurs des organes génitaux féminins.

En parallèle du traitement chirurgical, selon les indications, une thérapie antivirale ou antibactérienne, des médicaments immunomodulateurs et biostimulants sont prescrits.

Les spécialistes de GUTA CLINIC rappellent aux patients qu'en l'absence de traitement, même certains types de tumeurs bénignes peuvent se transformer en cancer, entraînant dans certains cas une mort assez rapide due au développement de complications et à la propagation de métastases..

C'est pourquoi les tumeurs des organes génitaux féminins sont soumises à un traitement obligatoire, dans certains cas - observation (myome utérin passif). Considérant que le développement de la plupart des types de tumeurs est caractérisé par des symptômes cliniques inexprimés et effacés, les gynécologues de GUTA CLINIC vous recommandent de subir régulièrement des examens préventifs par des spécialistes même si la femme ne s'inquiète de rien..

Tumeurs bénignes des organes génitaux féminins (page 1 sur 3)

Tumeurs bénignes des organes génitaux féminins

Tumeurs (lat.Tumors) - formations pathologiques résultant d'une violation des mécanismes de contrôle de la division cellulaire, de la croissance et de la différenciation.

Classification des tumeurs: tumeurs bénignes. Les cellules de tumeurs bénignes en cours de transformation tumorale (néoplasique) perdent la capacité de contrôler la division cellulaire, mais conservent la capacité (partiellement ou presque complètement) de se différencier. Par leur structure, les tumeurs bénignes ressemblent au tissu dont elles proviennent (épithélium, muscles, tissu conjonctif). Une conservation partielle de la fonction spécifique du tissu est également caractéristique. Les tumeurs cliniquement bénignes apparaissent comme des néoplasmes à croissance lente de diverses localisations. Les tumeurs bénignes se développent lentement, comprimant progressivement les structures et les tissus adjacents, mais ne les pénètrent jamais. Ils ont tendance à bien répondre à la chirurgie et se reproduisent rarement..

Étiologie et pathogenèse: Le processus de transformation tumorale des cellules n'a pas encore été entièrement compris. Elle est basée sur des dommages au matériel génétique de la cellule (ADN), conduisant à une violation des mécanismes de contrôle de la division et de la croissance cellulaires, ainsi que des mécanismes d'apoptose (mort cellulaire programmée). À l'heure actuelle, un grand nombre de facteurs ont été établis qui peuvent provoquer ce type de changements dans les cellules normales:

Facteurs chimiques: les hydrocarbures aromatiques polycycliques et d'autres substances chimiques de nature aromatique peuvent réagir avec l'ADN cellulaire et l'endommager.

Facteurs physiques: le rayonnement ultraviolet et d'autres types de rayonnements ionisants endommagent les structures cellulaires (y compris l'ADN), provoquant la transformation tumorale des cellules.

Les blessures mécaniques et les températures élevées avec une exposition à long terme du corps contribuent au processus de carcinogenèse.

Les facteurs biologiques sont principalement des virus. À l'heure actuelle, le rôle de premier plan du virus du papillome humain dans le développement du cancer du col de l'utérus a été prouvé..

Le dysfonctionnement du système immunitaire est la principale cause du développement de tumeurs chez les patients dont la fonction du système immunitaire est réduite (patients atteints du SIDA).

Dysfonctionnement du système endocrinien. Un grand nombre de tumeurs se développent en raison d'une violation de l'équilibre hormonal du corps (tumeurs du sein, de la prostate, etc.)

Le myome de l'utérus est l'une des maladies les plus courantes dans la pratique d'un gynécologue. Selon les statistiques de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), plus de la moitié des interventions chirurgicales en gynécologie sont réalisées en raison de fibromes utérins.

Aux premiers stades de la formation de la tumeur, son diagnostic clinique n'est pas toujours possible. Les données de l'examen manuel bimanuel sont très importantes pour se faire une idée de la forme, de la taille et de l'emplacement de la tumeur..

Afin de clarifier le diagnostic des fibromes utérins, des études complémentaires sont réalisées: échographie, endoscopie, radiologique. Parmi les études endoscopiques, les plus couramment utilisées sont: l'hystéroscopie, la colpo, la colpo-, la laparo- et la culdoscopie. Dans le même temps, l'état de l'endomètre et des ovaires est évalué, les fibromes sont différenciés des tumeurs des appendices utérins, du matériel est prélevé pour la vérification cytologique et histologique du diagnostic. Lors du diagnostic et de l'évaluation de l'efficacité du traitement, il est important de prendre en compte les jours du cycle menstruel, les examens et l'échographie doivent être effectués en dynamique, les mêmes jours du cycle.

Selon les données de l'échographie, il est possible d'établir avec précision la localisation, la taille, l'état des ganglions myomateux afin de déterminer les tactiques de prise en charge des patients et la quantité de traitement chirurgical des femmes en âge de procréer.

Algorithme de diagnostic général pour l'examen d'un patient atteint de myome utérin

-identification des groupes à risque pour le développement de fibromes utérins;

-diagnostic précoce par échographie;

-détermination des facteurs pathogéniques des fibromes sur la base de l'examen du patient afin d'identifier les infections urogénitales, évaluer l'état du système immunitaire et l'état métabolique neuroendocrinien, études oncocytologiques et détection des marqueurs tumoraux.

Une échographie doit être effectuée pour les femmes de moins de 30 ans du groupe à risque et toutes les femmes de plus de 30 ans une fois par an dans le but de détecter précocement les «jeunes» fibromes - comme plus prometteur pour le traitement conservateur des fibromes utérins.

Laparoscopie: Dans la médecine moderne, la laparoscopie occupe à juste titre l'une des principales places en tant que méthode de diagnostic qui permet un diagnostic différentiel et détermine d'autres tactiques de traitement des patients, et une méthode de traitement chirurgical qui permet une chirurgie reconstructive tout en préservant la fonction reproductrice des femmes.

1.1 Types de traitement chirurgical des fibromes utérins

Actuellement, les types suivants de traitement chirurgical des fibromes utérins sont distingués:

-laparotomie avec myomectomie; hystérectomie;

-embolisation de l'artère utérine.

Les indications du traitement chirurgical des fibromes utérins sont:

-la taille de l'utérus dépassant la caractéristique pendant 12 semaines de grossesse;

-saignements utérins accompagnés d'une anémie hypochrome chronique;

-malnutrition aiguë du myome (torsion des jambes du nœud sous-séreux, nécrose tumorale);

-douleur ou pression abdominale et pelvienne;

-croissance tumorale rapide - deux semaines ou plus de grossesse en 6 mois;

-combinaison de fibromes avec hyperplasie endométriale récurrente ou atypique, tumeur ovarienne;

-fibromes utérins non régressifs et en croissance à l'âge postménopausique;

-la présence d'un nœud myomateux dans la zone de l'angle tubaire de l'utérus, qui en est la cause

-infertilité en l'absence d'autres raisons;

-fausses couches habituelles en l'absence d'autres raisons;

-compression des organes adjacents - uretères, vessie, intestins;

-localisation cervicale et cervico-isthme.

1.2 Traitement chirurgical des fibromes utérins et conséquences

Il existe des études prouvant le rôle important de l'utérus en tant que source de médiateurs impliqués dans la coagulation sanguine.

Le traitement des fibromes utérins est un problème assez difficile: d'une part, l'utérus reste un organe cible pour diverses hormones, son élimination conduit à des réarrangements endocriniens, qui peuvent conduire au développement de troubles neurovégétatifs et de néoplasmes; deuxièmement, en plus des troubles endocriniens, des traumatismes chirurgicaux et de l'anesthésie, une femme subit un traumatisme psychologique. Ayant perdu l'utérus ou, impliquant un tel résultat, elle commence à se sentir inférieure, elle peut perdre sa famille, son idée de la qualité de vie change, ce qui peut être plus grave que la maladie elle-même; troisièmement, il existe des études prouvant le rôle important de l'utérus comme source de médiateurs impliqués dans la coagulation sanguine.

Possibilité de thérapie conservatrice pour les fibromes utérins

Selon la plupart des auteurs, les indications d'un traitement conservateur sont:

-le jeune âge du patient, reproductif et préménopausique;

-petites tailles d'utérus myomateux - jusqu'à 10-12 semaines de grossesse;

-la taille des nœuds myomateux jusqu'à 2 cm de diamètre;

-disposition intermusculaire des ganglions myomateux;

-croissance relativement lente des fibromes;

-absence de déformation de la cavité utérine, c'est-à-dire croissance centripète et localisation sous-muqueuse;

-pas de contre-indications à l'utilisation de médicaments.

Le traitement consiste en la normalisation des troubles systémiques caractéristiques des patients atteints de fibromes utérins: anémie chronique, processus inflammatoires de l'utérus et des appendices, altération de la circulation sanguine dans les organes pelviens avec une prédominance de la stase veineuse et une diminution de l'apport sanguin artériel, altération de l'état fonctionnel du système nerveux et équilibre autonome.

Les méthodes de correction des troubles systémiques comprennent les suivantes:

-respect d'un mode de vie sain (normalisation du sommeil, bonne alimentation, activité physique, rejet des mauvaises habitudes, contrôle du poids corporel);

-normalisation de l'activité sexuelle; apport périodique de vitamines et de minéraux pendant la période hiver-printemps;

-traitement de l'anémie, des troubles volémiques et métaboliques;

-effet neurotrope, si les patients présentent des traits de personnalité disharmonieuse.

2. Fibromes de l'utérus

Les fibromes de l'utérus sont l'une des tumeurs bénignes les plus courantes chez les femmes. La fréquence d'apparition est étonnamment élevée - une femme sur quatre de plus de 30 ans et une femme sur trois en âge de préménopause souffre de cette pathologie. Environ un patient sur deux du service de gynécologie opératoire subit une chirurgie élective pour les fibromes utérins.

Les fibromes de l'utérus ou, plus précisément, le léiomyofibrome sont une tumeur du tissu musculaire lisse de l'utérus avec une composante de tissu conjonctif prononcée. Le myome (léiomyome) de l'utérus sous sa forme pure est rare. Ainsi, les fibromes avec des nœuds situés dans la partie médiane du myomètre ont un rapport de parties de muscle et de tissu conjonctif de 2: 1 et plus ressemble à un vrai myome. Dans les nœuds sous-bouleaux des fibromes, ce rapport est de 1: 3.

Les raisons du développement des fibromes comprennent, tout d'abord, l'effet stimulant du fond hormonal sur le myomètre. Il a été établi qu'une augmentation du fond d'oestrogène n'est pas observée chez tous les patients, mais en même temps une violation du métabolisme des œstrogènes et de la fonction du corps jaune se développe, un changement de la sensibilité de l'utérus à l'action des hormones.

Les troubles du système hypothalamus-hypophyse-ovaire-utérus jouent un certain rôle dans l'apparition et le développement des fibromes utérins. Bien qu'il existe peu de données spécifiques à cet égard, la plupart des auteurs s'accordent à dire que du début de la puberté au début de la ménopause, le taux d'œstrogène dans le sang augmente d'environ 3 fois et ce facteur doit être considéré, sinon causal, alors l'un des points de départ importants. L'hérédité compte aussi, c'est-à-dire dans les familles présentant des fibromes et des ovaires polykystiques, le risque de développer des fibromes chez des parents directs est beaucoup plus élevé.