Principal
Tératome

Tumeur bénigne et maligne du pancréas

Aujourd'hui, nous parlerons d'une pathologie aussi dangereuse qu'une tumeur pancréatique. Quels sont les symptômes et les signes de la maladie, les types et les stades. Faisons connaissance avec les méthodes de diagnostic et les méthodes de traitement. Les remèdes populaires sont-ils efficaces et quel est le pronostic de la maladie?

Pancréas quel est cet organe?

Cette maladie se trouve généralement chez les patients déjà aux stades avancés et avancés de développement, car aux premiers stades, les symptômes de la maladie sont presque impossibles à détecter. Le pancréas est un petit organe situé derrière l'estomac et se compose des sections suivantes:

Il joue un rôle important dans le corps humain car il remplit les fonctions suivantes:

  • Fonction digestive. Le pancréas produit des enzymes spécifiques qui facilitent la digestion.
  • Fonction endocrinienne. La glande produit des hormones impliquées dans les processus métaboliques.

Appelée pathologie tumorale, qui survient à la suite de lésions de l'ADN des cellules saines. Ces cellules se divisent et se développent de manière incontrôlable. Les néoplasmes pancréatiques se trouvent le plus souvent dans la moitié masculine de l'humanité..

Causes de la maladie

Les raisons du développement de néoplasmes du pancréas n'a pas encore été pleinement compris, mais parmi les principales causes de l'apparition de la maladie, peut être noté ce qui suit:

  • Fumeur.
  • Âge avancé.
  • Diabète.
  • Pancréatite chronique.
  • en surpoids.
  • Mauvaise alimentation (manger des aliments trop gras).
  • Prédisposition héréditaire.
  • Conditions de travail défavorables (contact avec divers produits chimiques).
  • Cirrhose du foie.
  • Kyste pancréatique.
  • Cholécystite calculeuse.

Ne pensez pas que cette maladie du pancréas résulte de l'alcoolisme, car le lien entre la consommation de boissons alcoolisées et le développement de néoplasmes sur le pancréas n'a pas été établi.

Symptômes et signes de la maladie

Le néoplasme du pancréas est difficile à diagnostiquer et dans les premiers stades peut se dérouler sans signes caractéristiques. Cependant, il existe des signes par lesquels la maladie est suspectée au début du développement:

1) Douleur. La localisation de la douleur dépend directement de la localisation de la croissance:

- si une tumeur se développe sur la tête de l'organe - douleur dans la région du nombril et hypochondre droit;

- dans le cas où la pathologie a frappé le corps ou la queue du pancréas - le patient est tourmenté par des douleurs dans la région interscapulaire et le bas du dos.

2) Diminution de l'appétit et une faiblesse générale. Il peut y avoir une aversion pour les aliments gras et charnus.

3) perte de poids.

4) les troubles du sommeil.

5) jaunisse obstructive.

6) sensation de lourdeur et estomac plein.

7) Éruptions, vomissements.

9) Symptômes du diabète:

10) Ascite. Ce symptôme se manifeste dans les derniers stades de la maladie et indique généralement le développement de métastases..

Tous les signes ci-dessus sont caractéristiques d'autres maladies internes et, par conséquent, au moindre soupçon, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Classification de la maladie

Tous les néoplasmes sont généralement divisés en deux grands groupes suivants:

  • Tumeur bénigne. Il se développe à la suite d'une division cellulaire incontrôlée et est très rare. Une telle tumeur se développe lentement et n'affecte pas les organes voisins et leurs tissus. Avec ce type de tumeur, le pronostic est favorable. Ce type est traité avec une méthode chirurgicale et après le retrait repousse très rarement.
  • Une tumeur maligne se développe de la même manière qu'un néoplasme bénin, mais à la suite de la division des cellules cancéreuses. Cette tumeur est également appelée carcinome. Ce type d'excroissance se caractérise par une croissance rapide, ainsi que par une germination dans les tissus et organes voisins. Les carcinomes secondaires avec métastases se développent quel que soit l'emplacement du foyer primaire principal.

En outre, les néoplasmes du pancréas sont classés en fonction du lieu de leur développement:

I) Tumeurs survenant dans la partie exocrine de la glande:

1) Tumeurs bénignes (cystadénomes, tératomes, adénomes et autres néoplasmes).

  1. (adénocarcinomes néoplasmes malins, cystadénocarcinome, le cancer et d'autres types de cancers).
  2. II) Tumeurs se développant dans le pancréas endocrinien:
  3. Néoplasmes bénins.
  4. Tumeurs de bas grade (tumeurs hormonales):

- somatostatine et d'autres.

  1. Les tumeurs avec un haut degré de malignité (petit carcinome);
  2. Croissances non épithéliales (tumeurs bénignes et malignes des tissus mous, lymphomes affectant le pancréas).

Un point très important est la différence entre les tumeurs se développant dans les parties endocrines ou exocrines de l'organe. Après tout, ils se développent avec des signes différents, ils ont des traitements différents et un pronostic différent..

Tumeurs cancéreuses

Lors du choix d'un traitement efficace, il est très important de déterminer avec précision le stade du cancer, qui est déterminé par les facteurs suivants:

  • l'emplacement de la tumeur;
  • ses signes histologiques;
  • présence de métastases.

Habituellement, les médicaments divisent le cancer, selon la possibilité d'une intervention chirurgicale, en sous-groupes suivants:

  • Opérable. Ce groupe comprend les tumeurs qui peuvent être complètement éliminées par chirurgie. Il n'y a pas de métastases. La tumeur ne traverse pas les limites de l'organe et ne touche pas les organes et tissus adjacents. Malheureusement, le cancer de ce groupe est très rarement détecté..
  • L'endroit est commun. La tumeur de ce groupe quitte les frontières du pancréas, se propage aux organes internes voisins et, pour cette raison, il n'y a aucune possibilité d'opération pour l'enlever. Dans le même temps, il n'y a pas de métastases et la maladie à ce stade est diagnostiquée dans près de la moitié des cas..
  • Métastatique. C'est la forme la plus grave de la maladie. Les métastases se propagent aux organes voisins et bien au-delà. Ce formulaire n'est pas soumis à opération. Un cancer à ce degré est détecté chez plus de la moitié de tous les patients.

Diagnostic de la maladie

Seul un examen permettra de détecter cette pathologie. Par conséquent, pour établir un diagnostic précis, le médecin utilise les méthodes de diagnostic suivantes:

  • L'échographie est une méthode sûre et très informative qui vous permet de déterminer le développement du processus inflammatoire, l'état du pancréas et les changements qui s'y produisent. L'échographie peut détecter une tumeur de plus de 2 cm.
  • La tomodensitométrie vous permet de caractériser la taille de la tumeur, sa localisation, l'implication des organes adjacents.
  • IRM.
  • La biopsie est considérée comme la méthode de diagnostic la plus fiable du cancer.
  • Test sanguin.

Pour déterminer le stade de la maladie, des tests supplémentaires sont prescrits:

  • Radiographie du sternum;
  • examen échographique des organes internes.

Traitement de la maladie

Aujourd'hui encore, le traitement des excroissances du pancréas entraîne certaines difficultés, étroitement liées à l'âge du patient et aux affections concomitantes. Pour le traitement de cette maladie, les médecins utilisent généralement les méthodes suivantes:

1) Méthode chirurgicale. Pendant l'opération, une partie de la glande avec une tumeur ou la glande entière est enlevée. En fonction de la propagation de la tumeur, dans certains cas, une résection des organes voisins (estomac, duodénum, ​​vésicule biliaire) est réalisée.

2) Opérations palliatives, dans lesquelles la tumeur n'est pas enlevée, mais améliore la qualité de vie du patient:

- Pose de stent endoscopique.

3) La radiothérapie, effectuée comme avant l'opération, au lieu ou après l'opération. Cette méthode vous permet de détruire le cancer et les restes de cellules cancéreuses (s'il en reste après l'opération). La radiothérapie soulage la douleur et la souffrance chez les patients contre-indiqués pour la chirurgie. Cependant, le facteur négatif de cette méthode est le fort rayonnement de tout l'organisme. La radiothérapie est effectuée de la manière suivante:

  • par bremsstrahlung;
  • gamma thérapie à distance;
  • électrons rapides.

4) Une chimiothérapie est prescrite s'il n'est pas possible d'effectuer un autre traitement. La procédure de chimiothérapie est la suivante: des agents toxiques spéciaux sont injectés dans le corps du patient, dont le but est d'endommager et de détruire complètement les cellules cancéreuses. L'aspect négatif de cette méthode est que les cellules saines meurent en même temps que les cellules cancéreuses malades. Et aussi, malheureusement, tous les types de néoplasmes ne sont pas sensibles à ces médicaments. La chimiothérapie est généralement utilisée pour les patients qui ne peuvent pas subir d'opération pour enlever le cancer, et également pour réduire la taille de la croissance, de sorte qu'il serait possible de procéder à une intervention chirurgicale.

L'efficacité du traitement dépend directement du stade de la maladie..

Pronostic de la maladie

Malheureusement, le pronostic de cette pathologie est défavorable. Causes de décès des patients:

  • intoxication en augmentation rapide;
  • cachexie;
  • obstruction intestinale;
  • jaunisse obstructive et autres complications.

Médecine traditionnelle pour traiter la maladie

Pour le traitement des tumeurs pancréatiques, utilisez généralement les remèdes populaires suivants:

  • Décoctions de l'herbe du prince de Sibérie.
  • Infusion de fleurs et de feuilles de calendula.
  • Jus de betterave.
  • Infusion de rhizomes de velours de l'Amour.
  • Teinture de jusquiame noire et de pruche.
  • Décoction d'eau à partir des racines de sureau rouge ou noir.
  • Infusion de la montre à trois vantaux.
  • Gros raisins noirs.
  • Une décoction des racines de Geranium sanguineum.

La prévention des maladies

Il est très difficile de guérir les néoplasmes pancréatiques et, dans certains cas, cela est complètement impossible. Pour cette raison, tout doit être fait pour empêcher le développement de la maladie. Pour ce faire, vous devez respecter les mesures préventives simples suivantes:

  • abandonner les mauvaises habitudes (fumer et boire de l'alcool);
  • régime correct;
  • éviter l'impact négatif de l'environnement extérieur;
  • traitement rapide de maladies telles que le diabète et la pancréatite;
  • examens préventifs réguliers par un médecin;

Ne donnez aucune chance de développer une maladie dans le corps et d'être en bonne santé!

Tumeur pancréatique

Une tumeur pancréatique est une affection pathologique qui progresse en raison d'une violation de l'ADN de cellules saines de l'organe, à cause de laquelle elles commencent à se diviser et à se développer de manière incontrôlable. Ce qui a causé la manifestation de cette maladie n'est toujours pas clair, même les scientifiques. Depuis plus d'une décennie, des experts du monde entier recherchent les raisons pour lesquelles des tumeurs pancréatiques malignes et bénignes se forment chez l'homme, mais jusqu'à présent, elles n'ont pas réussi. Seuls quelques facteurs prédisposants sont connus.

Tous les néoplasmes du pancréas sont divisés en deux grands groupes - bénins et malins. Ils ont tous également leur propre sous-espèce. Il est recommandé que tout le monde connaisse les symptômes et le traitement d'une tumeur pancréatique, car cette pathologie peut se former chez toute personne. Il est à noter que dans les premiers stades, le néoplasme ne se manifeste pas du tout. Il s'avère généralement être diagnostiqué par accident - lorsqu'une personne subit un examen de routine ou lorsqu'elle est diagnostiquée pour une raison complètement différente.

Les tumeurs neuroendocrines pancréatiques peuvent être détectées par des diagnostics de laboratoire et instrumentaux. Le plan des mesures diagnostiques est rédigé pour chaque patient strictement individuellement. Les plus informatifs comprennent l'endoscopie avec biopsie de la formation, l'IRM et la TDM, le sang pour les marqueurs tumoraux.

Le traitement d'une tumeur pancréatique est principalement chirurgical. Une partie de l'organe affecté est enlevée ou la totalité de celui-ci (dans les cas graves). De plus, si une tumeur maligne du pancréas s'est formée, une radiothérapie supplémentaire est prescrite, ainsi qu'une chimiothérapie. Le pronostic, concernant la survie et la guérison, dépend directement du stade de progression du processus pathologique auquel le néoplasme a été diagnostiqué.

Raisons de développement

Les statistiques médicales d'aujourd'hui sont telles que la fréquence de détection des néoplasmes dans la glande chez les patients a augmenté. Quelle est exactement la raison de cette tendance, les scientifiques ne peuvent pas encore l'expliquer. On suppose que cela est dû à une violation du régime alimentaire et à l'utilisation de certaines catégories de produits, ainsi qu'à la situation environnementale..

Les raisons exactes pour lesquelles une tumeur maligne ou bénigne du pancréas se forme ne sont pas connues des scientifiques. Mais il existe des preuves de facteurs qui augmentent le risque de formation de tumeurs dans les tissus des organes:

  • manger trop de gras avec de la nourriture;
  • kyste pancréatique - le principal facteur en raison duquel les tumeurs kystiques du pancréas peuvent se former;
  • Diabète;
  • fumeur;
  • cholécystite calculeuse;
  • cirrhose du foie;
  • pancréatite chronique;
  • conditions de travail nuisibles. La probabilité de formation de tumeurs augmente si une personne entre en contact avec des composés chimiques dangereux.

Il existe une opinion selon laquelle une tumeur endocrine du pancréas se forme avec une consommation prolongée de boissons alcoolisées par une personne. Mais alors que le lien entre ce facteur et les néoplasmes dans l'organe n'a pas été établi par les scientifiques.

Néoplasmes bénins

Les néoplasmes bénins ont un pronostic plus favorable que les tumeurs malignes. Une telle tumeur est également traitée uniquement par chirurgie, mais le taux de survie des patients est beaucoup plus élevé que si un cancer de la glande était diagnostiqué. Certaines caractéristiques sont caractéristiques de l'éducation bénigne, en particulier les suivantes:

  • la défaite du pancréas avec des métastases n'est pas typique. Le néoplasme ne métastase pas aux organes vitaux localisés voisins, en particulier au foie;
  • dans sa structure, une telle excroissance est similaire à des tissus d'organes sains;
  • le néoplasme, en règle générale, est de petite taille et ne se développe pas en organes anatomiquement situés à proximité (estomac, duodénum, ​​foie, intestins);
  • l'excroissance a des limites claires et une capsule.

Variétés

Il convient de noter que la formation d'un néoplasme bénin peut survenir à partir de n'importe quelle cellule. Le diagnostic dépend des cellules qui ont commencé à se diviser..

Classification des néoplasmes pancréatiques en fonction de la structure histologique:

  • lipome. Cette excroissance est formée de tissu adipeux;
  • hémangiome. Dans ce cas, la base de la formation d'un néoplasme est constituée des cellules des vaisseaux sanguins;
  • le fibrome est formé de tissu fibreux;
  • névrome. Les fibres nerveuses sont à la base de l’éducation;
  • insulome. Une tumeur est formée de cellules spécifiques responsables de la production d'insuline;
  • lymphangioma. Formé à partir de cellules de ganglions lymphatiques et de vaisseaux sanguins;
  • léiomyome. La base de l'éducation est le tissu musculaire;
  • adénome. Cette tumeur est détectée chez les patients dans la plupart des situations cliniques. Il est formé de tissu glandulaire.

Si l'opération pour enlever le néoplasme a été effectuée en temps opportun, le pronostic sera favorable. Il convient de noter que l'absence de traitement peut entraîner la progression de complications dangereuses, dont la pire est la malignité du néoplasme..

Symptômes

Les symptômes d'une tumeur pancréatique bénigne dépendent directement de la taille de la formation, sa structure, ainsi que sur le site de la localisation. Tous les signes qui apparaissent chez une personne malade peuvent être conditionnellement divisés en deux groupes:

  • précoce, qui apparaissent à un moment où la tumeur n'a pas encore de gros volumes;
  • les signes tardifs sont détectés lorsque la tumeur commence à exercer une certaine pression sur les fibres nerveuses, les vaisseaux et les canaux de la glande.

Au stade initial, les symptômes d'une tumeur pancréatique peuvent ne pas apparaître du tout. Mais le plus souvent, on note plusieurs signes auxquels une personne ne fait pas beaucoup attention, attribuant cela à un surmenage, une suralimentation ou une surcharge physique, etc. Les symptômes comprennent:

  • diminution de l'appétit;
  • sensations douloureuses dans l'abdomen, qui peuvent être transmises au dos;
  • douleur dans le côté gauche de l'abdomen, juste en dessous de l'arc costal;
  • perte de poids due à la malnutrition;
  • inconfort dans l'estomac après avoir mangé;
  • légère nausée (rarement exprimée);
  • la faiblesse.

Symptômes d'une tumeur à un stade avancé, lorsqu'elle atteint une grande taille et peut appuyer sur les organes adjacents:

  • frissons;
  • sensations douloureuses et sensation de plénitude dans la cavité abdominale;
  • augmentation de la transpiration;
  • hypoglycémie;
  • la faiblesse;
  • échec du cycle menstruel chez le beau sexe;
  • l'urine devient plus foncée;
  • la peau, les muqueuses et la sclère prennent une teinte jaune;
  • la diarrhée;
  • les matières fécales sont décolorées;
  • nausée et vomissements;
  • syndrome d'intoxication;
  • syndrome douloureux dans la zone de projection hépatique.

Cette pathologie ne peut être traitée que dans des conditions stationnaires. Aucune pilule, injection, sirop et remède populaire ne contribuera à éliminer le néoplasme. Son traitement n'est que chirurgical. L'automédication avec ces moyens ne peut qu'aggraver l'état d'une personne..

Néoplasmes malins

Le plus souvent, le cancer est localisé dans la tête de l'organe. Mais la formation d'une tumeur de la queue du pancréas n'est pas exclue. Il est plus souvent diagnostiqué chez les personnes âgées. Une formation est formée à partir de cellules épithéliales, qui expulsent les canaux du pancréas. Les raisons du développement, comme dans le cas des formations bénignes, ne sont pas connues. Les facteurs contributifs sont:

  • hérédité;
  • fumeur;
  • boire beaucoup de boissons alcoolisées;
  • cirrhose du foie;
  • obésité.

Il est assez difficile de détecter le cancer de cet organe. Le résultat mortel se produit assez souvent. Aux premiers stades, lorsque la tumeur est petite et n'a pas encore affecté d'autres organes, elle ne se manifeste pas, le patient ne demande donc pas d'aide. Le pronostic de la maladie est le plus souvent défavorable en raison des points suivants:

  • le cancer ne présente aucun symptôme spécifique permettant de le reconnaître à un stade précoce;
  • la glande est située dans un endroit où de nombreux organes sont également localisés anatomiquement, ce qui peut compliquer l'examen échographique afin de détecter une tumeur;
  • généralement, une tumeur est détectée chez les personnes âgées, qui dans la plupart des cas ne peuvent pas être traitées avec un traitement opérable;
  • souvent, il n'est pas possible d'enlever complètement la tumeur;
  • une tumeur avec des métastases au foie, à l'estomac et à d'autres organes est inopérable. Seul un traitement symptomatique est effectué.

Les symptômes sont identiques à ceux d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne. La seule exception est que le cancer donne des métastases, ce qui n'est pas observé avec les tumeurs bénignes. Traitement d'une tumeur maligne du pancréas uniquement chirurgical.

Mesures diagnostiques

Il est possible d'identifier les néoplasmes dans la glande uniquement grâce à des diagnostics complexes de laboratoire et instrumentaux. Le patient se voit attribuer les examens et tests suivants:

  • analyse d'urine;
  • test sanguin clinique général;
  • un test sanguin pour les marqueurs tumoraux;
  • un test sanguin pour déterminer le niveau de bilirubine dans la circulation sanguine;
  • Ultrason;
  • CT;
  • TAPOTER;
  • biopsie.

Toutes ces techniques permettent au médecin de déterminer la présence ou l'absence de pathologie, sa taille, sa localisation, sa structure histologique, etc. Sur la base des résultats obtenus, le médecin sélectionne le type d'intervention opérable et l'opportunité d'utiliser la chimiothérapie et la radiothérapie.

Activités de guérison

Un néoplasme localisé dans le pancréas ne peut être éliminé que par chirurgie. Plus l'intervention est réalisée tôt, plus le pronostic sera favorable. Avec une tumeur bénigne, une personne peut récupérer complètement.

Si un cancer est diagnostiqué, le pronostic est généralement mauvais, même avec une intervention rapide. L'élimination d'une tumeur pancréatique n'est effectuée que chez 15% des patients du nombre total, car tous les autres présentent généralement des métastases. De plus, la chimiothérapie et la radiothérapie sont prescrites pour maintenir la vie. Ces techniques peuvent réduire la taille de la tumeur. Un traitement symptomatique est également prescrit, en particulier des analgésiques non narcotiques et narcotiques.

Formation volumétrique de la tête du pancréas: qu'est-ce que c'est?

Le pancréas est un organe multifonctionnel unique. C'est la seule glande du corps dans laquelle les fonctions exocrines et endocriniennes sont remplies. Des tumeurs de type malin ou bénin peuvent se former dans le pancréas. Récemment, les carcinomes les plus courants sont des néoplasmes malins se développant à partir de la cellule de la glande exocrine.

Les hommes sont les plus sensibles au cancer. Il est assez difficile de détecter un néoplasme. Le cancer de l'organe du système digestif a un caractère agressif, c'est pourquoi il est important de faire attention aux premiers symptômes suspects et de subir un examen en temps opportun. Le traitement d'une tumeur pancréatique est un processus assez compliqué..

Étiologie

Malgré le fait qu'il s'agit d'une maladie très courante, les raisons de son apparition ne sont toujours pas bien comprises. La raison peut être des facteurs environnementaux, par exemple, une mauvaise écologie ou un contact fréquent avec des produits chimiques nocifs. La cause directe n'est souvent pas claire. Mais il existe un certain nombre de facteurs qui contribuent à la formation d'une tumeur pancréatique..

Il y a les raisons suivantes:

  • fumer et boire de l'alcool;
  • pancréatite chronique;
  • kyste pancréatique;
  • cirrhose du foie.

L'une des causes les plus courantes de cette maladie est une violation du régime alimentaire et une consommation excessive d'aliments malsains. En outre, l'une des sources de développement de la maladie peut être le surpoids..

Souvent, la cause de l'apparition d'une tumeur de la queue du pancréas est l'hérédité. Si parmi les parents, il y avait ceux qui ont souffert d'une maladie oncologique, alors la probabilité de ce néoplasme augmente. Les personnes atteintes de diabète sont également à risque..

Classification des tumeurs

Types de néoplasmes dans l'organe du système digestif: type bénin (par exemple, mucineux intra-canalaire), malin (pseudopapillaire, etc.). Les néoplasmes (tumeurs endocrines) peuvent être classés selon la localisation (par exemple, sur la queue, la tête), l'histologie, les troubles fonctionnels. Les néoplasmes sont situés dans la tête, le corps, la queue, les canaux, les îlots de Langerhans.

Selon l'histologie, la tumeur est presque toujours d'origine épithéliale. La principale source dans ce cas est les tissus non épithéliaux, les vaisseaux sanguins des systèmes circulatoire et lymphatique. De plus, l'origine des tumeurs peut être de nature dysontogénétique ou métastatique..

Selon la classification fonctionnelle des néoplasmes, une condition peut survenir:

  • pas de violation;
  • incertitudes de fonctionnement;
  • dysfonctionnement de l'organe du système digestif (hypofonction ou hyperfonction).


Le manque de fibres dans l'alimentation entraîne la formation de tumeurs

Symptômes

Le tableau clinique des tumeurs bénignes et malignes est presque identique. La seule différence est qu'une tumeur maligne du pancréas évolue souvent avec des métastases au foie..

Le tableau clinique de la maladie se manifeste sous la forme des symptômes suivants:

  • perte d'appétit;
  • la faiblesse;
  • fatiguabilité rapide;
  • la nausée.

L'une des premières causes d'une tumeur kystique du pancréas est une sensation douloureuse dans la zone sous le processus xiphoïde. Ces douleurs surviennent soudainement et sans raison, souvent pires au repos.

Une tumeur bénigne aux stades précoces ne présente pas de symptômes prononcés et peut se développer de manière complètement asymptomatique. À mesure que la maladie progresse, les signes suivants du développement du processus pathologique peuvent être observés:

  • perte de poids brutale;
  • jaunissement de la peau;
  • douleur fréquente dans l'abdomen;
  • pathologie de la tête du pancréas.


Symptômes de la tumeur pancréatique

Une tumeur bénigne du pancréas peut également être douloureuse. Cela peut être facilité par son augmentation à une grande taille, car avec une augmentation de la taille de la tumeur, les organes voisins peuvent être comprimés. En outre, une tumeur hypertrophiée peut comprimer le canal cholédoque, comme en témoignent les signes suivants:

  • urine foncée;
  • démangeaison;
  • selles décolorées;
  • augmentation de la transpiration;
  • pâleur de la peau;
  • frissons;
  • douleur dans le foie.

Avec ces symptômes, vous devez immédiatement consulter un médecin et ne pas vous soigner vous-même..

Quel est le pancréas?

Le pancréas (PZh) est un organe glandulaire avec une fonction combinée exocrine et intrasécrétoire.

La plupart de la glande appartient au département exocrine. Une large gamme d'enzymes est synthétisée dans les cellules de cette partie, ce qui provoque une digestion normale. Les enzymes, avec un secret spécial, forment le suc pancréatique sécrété dans le duodénum.

Le plus souvent, une inflammation ou une pancréatite survient dans la partie exocrine. Mais une pancréatite chronique à long terme peut entraîner une tumeur.

Une petite zone du pancréas est représentée par la partie endocrinienne. Dans cette partie, la synthèse des hormones, la régulation du métabolisme se produit:

  • l'insuline, qui participe au métabolisme du glucose;
  • le glucagon, qui a exactement l'effet opposé de l'insuline;
  • la somatostatine, qui supprime la sécrétion de la plupart des glandes du corps;
  • polypeptide pancréatique;
  • ghréline - responsable de la sensation de faim.

La pathologie organique ou fonctionnelle de la partie endocrinienne conduit à un déséquilibre des glucides. Les tumeurs de cette section sont caractérisées par une forte diminution ou augmentation du niveau d'hormones.

Diagnostique

Le diagnostic des tumeurs pancréatiques n'est effectué que dans un cadre clinique. Étant donné que la maladie n'est pas caractérisée par des symptômes prononcés, elle est rarement détectée à un stade précoce. Il est presque impossible de le diagnostiquer à l'aide de l'échographie, car le pancréas est situé parmi de nombreux autres organes environnants..

Pour diagnostiquer une tumeur bénigne ou un cancer, les médecins prescrivent un certain nombre de tests:

  • test sanguin général et biochimique;
  • une analyse qui permet d'identifier les protéines libérées dans le sang lors d'une formation maligne;
  • coprogramme;
  • analyse d'urine générale.

En plus des analyses, de tels examens sont prescrits:

  • CT scan;
  • examens échographiques;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique;
  • cholangiopancréatographie par résonance magnétique.

En outre, pour diagnostiquer la maladie, un examen histologique peut être effectué, au cours duquel un petit morceau de tissu tumoral est prélevé.

En plus d'un certain nombre d'études instrumentales et de laboratoire, un gastro-entérologue peut effectuer un examen général avec une anamnèse générale et personnelle.

Traitement

Le traitement d'une tumeur pancréatique est effectué uniquement par chirurgie - une opération est effectuée pour enlever la tumeur. Habituellement, la formation elle-même et une petite partie du pancréas sont enlevées, et une petite partie de l'estomac est également enlevée. Dans certains cas, une partie du duodénum, ​​la vésicule biliaire et les ganglions lymphatiques voisins sont retirés. De telles manipulations sont effectuées afin d'empêcher la propagation du néoplasme..

Après la chirurgie, sans faute, le patient doit subir une chimiothérapie. Cette thérapie est effectuée pour éliminer les métastases. Parfois, une radiothérapie est administrée.

Lorsque le cancer se propage aux vaisseaux et à d'autres organes, il est interdit de procéder à l'opération, car cela peut être dangereux pour le patient.

Pendant la période de rééducation, les patients peuvent se voir prescrire des médicaments dont l'action vise à accélérer la récupération..

Dans le cas où il est impossible d'effectuer une opération chirurgicale pour enlever une tumeur cancéreuse, un traitement palliatif est effectué, qui vise à améliorer la vie du patient..

En présence de douleur intense, l'utilisation d'analgésiques et d'analgésiques narcotiques est prescrite.

En outre, le traitement implique une stricte adhésion au régime. Les produits que le patient consomme doivent être:

  • bouilli;
  • à la vapeur;
  • cuit;
  • non salé;
  • sans épices.

Les produits autorisés comprennent:

  • soupes à base de légumes;
  • produits de caillé et de kéfir (nécessairement sans gras)
  • décoctions d'herbes;
  • jus de fruits;
  • omelettes protéinées cuites à la vapeur;
  • céréales et pâtes;
  • pommes et poires au four.


Aliments autorisés pour les tumeurs pancréatiques

Il est permis de boire des compotes et des thés faibles sans sucre.

En outre, avec cette maladie, vous devez oublier les produits tels que:

  • friture;
  • nourriture épicée;
  • produits fumés;
  • boissons alcoolisées;
  • eau pétillante;
  • café;
  • thé fort;
  • doux;
  • produits de boulangerie;
  • les poissons gras.

Dans le traitement alternatif des tumeurs pancréatiques, différentes infusions et décoctions d'herbes sont généralement utilisées. L'une des plus courantes est l'infusion d'absinthe. Un bouillon similaire est pris dans une cuillère environ 30 minutes avant un repas..

Les causes d'un néoplasme bénin

Les causes spécifiques de la pathologie n'ont pas été identifiées. Les scientifiques ont identifié des facteurs de risque. Lors de l'examen de personnes ayant une prédisposition, le risque de développer un néoplasme est beaucoup plus élevé. Le groupe comprend:

  • patients fumeurs et alcooliques,
  • personnes souffrant de pancréatite chronique, processus inflammatoire prolongé dans la zone gastroduodénale,
  • personnes vivant dans des zones contaminées par des émissions toxiques, des radiations,
  • membres de la famille avec des cas de pathologie tumorale de divers organes.

Les troubles de l'alimentation sont considérés comme un facteur de risque:

  • alternance d'intervalles de faim et de suralimentation,
  • manque d'un apport alimentaire constant,
  • passion pour les plats de viande grasse, restauration rapide,
  • négligence des légumes, des fruits (entraîne un manque de protéines végétales, de fibres, de vitamines).

La prévention

Au total, il n'y a pas de prophylaxie des tumeurs pancréatiques. Mais il y a des recommandations à suivre pour ne pas aggraver la maladie. Le respect d'une bonne nutrition reste important. Vous devriez abandonner la malbouffe et la nourriture lourde. L'utilisation d'aliments contenant des fibres est recommandée. Il est fortement recommandé d'oublier les mauvaises habitudes.

Lorsqu'une inflammation du pancréas apparaît, elle doit être traitée immédiatement..

Il est très important d'être examiné régulièrement par un médecin, ce qui peut prévenir l'apparition d'une telle maladie..

Pourquoi une tumeur pancréatique survient-elle??

Les scientifiques ne peuvent pas dire avec certitude pourquoi la maladie survient, mais un certain nombre de raisons indirectes principales sont appelées:

  • Fumeur. Plus de la moitié des patients atteints de la tumeur sont des fumeurs avec de nombreuses années d'expérience. Les substances entrant dans la composition de la fumée de tabac provoquent l'apparition de néoplasmes malins. La situation est aggravée par le fait qu'avec le tabagisme régulier, l'apport sanguin complet à l'organe est interrompu.
  • Pancréatite chronique. Un processus inflammatoire persistant de faible intensité favorise la modification des cellules saines en tumeurs cancéreuses.
  • Diabète. Chez les personnes souffrant de diabète depuis de nombreuses années, les taux de glucose sont constamment supérieurs à la normale, ce qui augmente considérablement le risque de cancer.
  • Prédisposition héréditaire. Si l'un des membres de la famille souffrait d'une maladie similaire, les parents les plus proches doivent surveiller de près leur santé et subir un examen en temps opportun..
  • En surpoids. Un excès de graisses et de glucides crée une charge inutile sur l'organe et provoque la formation de cellules graisseuses supplémentaires dans les tissus, qui sont sujettes à la transformation en tumeurs malignes.
  • Mauvaise nutrition. Il existe une hypothèse selon laquelle si la base du régime alimentaire est constituée de plats de viande grasse, le risque de néoplasmes dans le pancréas augmente. L'alcool, la caféine, le manque de légumes et de fruits frais ont un effet négatif.
  • Maladies chroniques du foie et des organes du tractus gastro-intestinal. L'ulcère gastroduodénal est particulièrement dangereux à cet égard: les intestins ne peuvent pas neutraliser complètement toutes les substances toxiques accumulées dans le corps.
  • Maladies infectieuses.
  • Empoisonnement par des substances toxiques.
  • Manque d'activité physique adéquate.
  • Âge avancé du patient.
  • Vivre dans une situation environnementale défavorable, en particulier dans les zones avec un rayonnement de fond accru.

Traitement et symptômes de la tumeur bénigne du pancréas

Hormonale ou non hormonale?

Les symptômes de la maladie et leur gravité dépendront du fait que la tumeur produit des hormones ou s'il s'agit simplement d'une accumulation anormale de cellules. Un seul type de néoplasmes hormonaux peut survenir dans le tissu du pancréas - l'insulome. Il s'agit d'un ensemble de cellules produisant de l'insuline anormale. Un niveau élevé de cette hormone entraîne une diminution de la glycémie et un coma. En outre, une glycémie basse stimule la faim constante. Le patient présente des symptômes de nervosité, d'anxiété, d'irritation, de peurs. Parfois, il y a mal de tête, transpiration, tachycardie. Habituellement, ces tumeurs se trouvent lors des diagnostics échographiques de routine..

Localisation

Les symptômes et le traitement de la maladie dépendront de l'emplacement de la tumeur. Il existe 3 localisations caractéristiques de l'éducation: la tête, le corps, la queue.

Les néoplasmes de la tête présentent les symptômes suivants:

  • obstruction intestinale - une grande formation comprime le duodénum. Des douleurs épigastriques, des vomissements, un manque de selles peuvent apparaître;
  • jaunisse obstructive - la tumeur bloque les voies biliaires excrétrices. Le patient développe une jaunisse de la sclérotique, des démangeaisons, des urines foncées et des selles claires.

Les néoplasmes glandulaires peuvent se manifester par une douleur et une lourdeur dans l'abdomen lors de l'alimentation. Habituellement, la douleur avec une tumeur est localisée à gauche du nombril, elle peut être diffuse ou encerclante. Dans certains cas, une obstruction intestinale (formations massives) se développe également.

Dans la zone de la queue, les tumeurs présentent les symptômes suivants: douleur latérale ou dorsale imitant la sciatique ou la colique rénale.

Cancer ou pas cancer?

Un néoplasme bénin du pancréas a un meilleur pronostic. Le taux de survie pour ces tumeurs est plus élevé que pour le cancer. Quels symptômes indiquent que la maladie est bénigne?

  1. Manque de cachexie. L'émaciation cancéreuse dans les tumeurs pancréatiques est déjà observée au troisième stade. Dans un processus bénin, la digestion des aliments peut être perturbée en raison de la mort de certaines cellules glandulaires, mais l'épuisement ne se produit pas.
  2. Absence de métastases. Dans un processus bénin, la tumeur n'a que des manifestations pancréatiques. Avec le cancer, la douleur peut survenir dans les organes adjacents.
  3. Progression lente. Les cellules malignes peuvent se diviser très rapidement. Dans des conditions favorables, la tumeur peut atteindre un stade sévère en quelques mois. Avec de «bons» processus, cela prendra des années..

Les symptômes ne vous aideront pas à déterminer l'évolution du cancer. Cela ne vaut jamais la peine de prendre des risques. Un diagnostic précis ne peut être posé qu'avec une biopsie de la formation. Elle est prise la veille de l'opération ou après le retrait de l'oncologie. Non seulement le pronostic dépend de la nature du processus, mais également des tactiques selon lesquelles les médecins élaborent le traitement.

informations générales

Le kyste pancréatique est assez courant ces dernières années. Le plus souvent, il est détecté chez les jeunes. Les experts considèrent l'augmentation de l'incidence de la pancréatite aiguë et chronique comme la raison de l'augmentation de l'incidence. Le kyste RV est une complication de l'inflammation des organes (80% des cas). Code de la maladie selon la CIM 10 K86.2

Il n'y a pas de consensus sur les formations classées comme kystes. Par conséquent, il n'y a pas de normes uniformes pour la classification de la maladie. Certains experts considèrent que les kystes sont non seulement délimités par des parois et remplis de liquide, mais également des formations contenant des particules de tissu nécrotique, du pus, du sang et d'autres impuretés à l'intérieur..

Les caractéristiques communes de tous les kystes RV sont:

  • dommages au parenchyme,
  • mauvaise circulation sanguine dans le corps,
  • obstruction de l'écoulement du suc pancréatique.

Par caractéristiques morphologiques, les kystes sont classiquement divisés en:

  • formé sur fond d'inflammation (pseudokystes) sans revêtement épithélial,
  • formé à la suite d'un blocage congénital des canaux, qui ont un épithélium (vrais kystes).

En fonction de la localisation de la pathologie, il existe des kystes de la tête (15% des cas), du corps et de la queue du pancréas (85%). Les formations sont simples et compliquées.

Traitement des tumeurs pancréatiques bénignes

Le traitement est uniquement chirurgical. Avec les tumeurs productrices d'hormones, elles sont énucléées (décortiquées). La résection de la tête de la glande ou de la queue est recommandée s'il y a un néoplasme dans la partie correspondante de l'organe. En cas de localisation d'une grande néoplasie dans la région de la tête de la glande et d'une violation de l'écoulement de la bile, une résection pancréatoduodénale est effectuée (la formation est supprimée avec une partie de la glande et du duodénum). L'embolisation sélective des artères est un traitement assez efficace de l'hémangiome. La technique consiste à bloquer l'apport sanguin à la formation tumorale.

Dans certains cas, lorsqu'un traitement chirurgical radical ne peut pas être effectué avec plusieurs néoplasmes hormonodépendants, un traitement symptomatique est nécessaire. Avec l'insulinome et le glucagonoma, l'objectif principal est la normalisation de la glycémie. Avec le développement d'épisodes d'hyper- et d'hypoglycémie, une correction appropriée est effectuée avec des solutions d'insuline ou de glucose. La diététique est obligatoire. Dans le traitement du gastrinome, des médicaments sont utilisés pour supprimer l'hypersécrétion gastrique: ranitidine, famotidine, oméprazole et autres. Dans les cas graves, l'excision du gastrinome est réalisée avec une gastrectomie (afin d'éviter les rechutes dues à l'ablation incomplète de la tumeur).

Stades du cancer de la tête du pancréas

Au stade I, la tumeur ne mesure pas plus de 4 cm et est située dans l'organe, ne se propage pas aux structures adjacentes et aux ganglions lymphatiques. Les sous-stades IA (tumeur de moins de 2 cm) et IB (tumeur de 2 à 4 cm) sont distingués.

Au stade II, la tumeur mesure plus de 4 cm de diamètre (sous-stade IIA), ou elle a n'importe quelle taille, mais elle se propage aux organes voisins (voie biliaire, duodénum), aux ganglions lymphatiques (sous-stade IIB). Dans le même temps, le processus n'affecte pas les gros vaisseaux sanguins..

Si la tumeur affecte plus de ganglions lymphatiques, se développe dans les organes voisins et les gros vaisseaux sanguins, mais qu'il n'y a pas de métastases à distance, un cancer de stade III de la tête pancréatique est diagnostiqué.

Le stade IV a des métastases à distance.

Traitements efficaces

Plusieurs facteurs affectent la détermination des tactiques de traitement:

  • stade de développement du kyste,
  • raccordement de conduit,
  • présence de complications.

Si la formation fait plus de 5 cm de diamètre et qu'il n'y a aucun signe de complications, ils ont recours à un traitement conservateur, y compris l'utilisation d'agents symptomatiques (antispasmodiques, anesthésiques, antiémétiques), ainsi qu'à une nutrition médicale. Pour compenser l'insuffisance pancréatique exocrine, des enzymes digestives sont prescrites.

La nutrition avec un kyste pancréatique a ses propres caractéristiques. Les aliments doivent être cuits à la vapeur, bouillis, hachés. Il devrait y avoir 6 à 7 repas par jour, en petites portions. La nourriture doit être tiède, mais pas froide ou chaude. Limitez les aliments acides, les fibres.

  • viande maigre, volaille,
  • poisson maigre,
  • craquelins,
  • des céréales,
  • oeufs bouillis,
  • produits laitiers faibles en gras,
  • soupes de légumes, légumes bouillis,
  • un peu de beurre et d'huile végétale,
  • pommes cuites,
  • fruits non acides,
  • bouillon églantier, séché compotes de fruits.

Les méthodes de diagnostic. Dépistage

Habituellement, si des symptômes apparaissent, cela indique que la tumeur s'est déjà développée en dehors du pancréas. C'est souvent à ce stade que le patient est diagnostiqué. À l'heure actuelle, il n'y a pas de tests de dépistage recommandés qui aideraient à diagnostiquer la maladie aux premiers stades asymptomatiques..

Habituellement, tout d'abord, le médecin prescrit une échographie des organes de la cavité abdominale au patient, comme la méthode de diagnostic la plus rapide, la plus abordable, la plus sûre et non invasive. Des études plus informatives - CT et IRM, elles aident à identifier une tumeur du pancréas, pour savoir si le cancer s'est propagé aux organes voisins et aux ganglions lymphatiques régionaux.

Activités de guérison

Le traitement des tumeurs pancréatiques est uniquement chirurgical. Il n'y a aucun moyen d'éliminer la tumeur avec des médicaments. Si le néoplasme est bénin, une intervention opérable permettra au patient d'être complètement guéri et il pourra continuer à mener une vie normale. De plus, des médicaments peuvent être prescrits pour réduire l'intensité des symptômes et un régime alimentaire spécial peut être prescrit..

Une tumeur maligne a un pire pronostic. En raison du fait qu'elle est généralement détectée à des stades ultérieurs, une personne ne peut plus être emmenée pour une intervention chirurgicale, car la tumeur se développera dans d'autres organes ou donnera des métastases. La thérapie vise à maintenir la vie d'une personne. À cette fin, la radiothérapie et la chimiothérapie, des analgésiques narcotiques sont prescrits.

Le pancréas produit l'insuline nécessaire au travail bien coordonné du corps. Par conséquent, si vous soupçonnez une oncologie ou la formation de calculs, vous devez subir un diagnostic approfondi et commencer immédiatement le traitement.

Le pancréas produit l'insuline nécessaire au travail bien coordonné du corps.

Diagnostique

Le diagnostic de cette pathologie repose sur le tableau clinique caractéristique de certains types de néoplasmes, ainsi que sur les résultats de méthodes de recherche instrumentales et histologiques. La consultation d'un gastro-entérologue vous permet de suggérer le type de tumeur, de savoir depuis combien de temps les symptômes sont apparus et s'ils progressent. Dans l'histoire de la vie du patient, les maladies inflammatoires du pancréas, l'abus d'alcool sont possibles.

Lors de l'examen d'un patient, le médecin peut déterminer le jaunissement de la peau et de la sclérotique, indiquant une compression mécanique du canal pancréatique ou biliaire commun par la tumeur. Lors de l'évaluation d'un test sanguin général, les changements sont extrêmement rares. Un test sanguin biochimique dans le cas de l'insulome et du glucagonoma confirme les modifications de la glycémie. La définition des marqueurs tumoraux est obligatoire: antigène carcinoembryonnaire, CA 19-9, qui dans le cas d'un caractère bénin de la maladie n'est pas augmenté.

Les méthodes de diagnostic les plus informatives sont des études instrumentales. L'échographie des organes abdominaux est réalisée dans le but de visualiser la formation, de déterminer sa taille, l'état des ganglions lymphatiques régionaux. Cependant, avec des tumeurs productrices d'hormones de petite taille, cette méthode est inefficace. TDM et IRM du pancréas hautement informatives, permettant de détecter de petites néoplasmes et d'étudier leur prévalence en détail.

Pour déterminer les néoplasies à foyers multiples (c'est typique pour l'insulum, la gastrine), une scintigraphie est effectuée - des produits radiopharmaceutiques sont introduits dans le corps, qui sont activement accumulés par les cellules tumorales, et leur rayonnement est enregistré sur l'image. Si un hémangiome est suspecté, une angiographie est réalisée pour évaluer le flux sanguin dans la formation et sa relation avec le flux sanguin systémique. Pour étudier la structure histologique du néoplasme, le différencier des tumeurs malignes, une biopsie par ponction du pancréas est réalisée, suivie d'un examen morphologique des biopsies.

Tumeurs malignes de la glande

La formation d'une tête dans un pancréas malin est un problème grave qui est très difficile à guérir. Dans le même temps, le niveau de perméabilité de la bile dans les canaux, ainsi que dans le duodénum, ​​baisse fortement. La tumeur peut se développer dans l'estomac si elle affecte initialement le corps de la glande. Les néoplasmes de la queue sont souvent transférés vers le système vasculaire de la rate, la tumeur commence à couvrir tout le pancréas.

Symptômes

À des stades ultérieurs du développement de néoplasmes malins, des signes apparaissent, ce qui peut cependant être une manifestation d'autres maladies:

  • douleur régulière dans l'estomac, qui devient plus nette la nuit;
  • perte d'appétit, manque de fringales pour les plats de viande, le café ou les aliments gras;
  • réduction rapide du poids corporel;
  • insomnie et faiblesse;
  • une augmentation de la vésicule biliaire;
  • manifestations de troubles thrombotiques des veines périphériques;
  • couleur jaune;
  • problèmes digestifs, lourdeur dans l'estomac;
  • saignement, se manifestant par un noircissement des selles;
  • soif et bouche sèche;
  • la peau qui gratte;
  • accumulation de liquide dans l'abdomen.

Nous vous conseillons également de consulter: Directives pour la biopsie du pancréas

Diagnostic et pronostic

Pour établir un diagnostic, les méthodes suivantes de diagnostic instrumental sont utilisées:

  1. Échographie - avec un degré élevé de précision, les néoplasmes volumétriques supérieurs à 20 mm sont déterminés;
  2. CT, selon laquelle la localisation de la tumeur, sa taille et sa forme, ainsi que la présence de métastases et le risque de germination sont évalués;
  3. L'IRM aide à détecter les petites tumeurs et à évaluer la propagation des formations;
  4. Tomographie par émission de positrons - joue un rôle important dans le diagnostic des tumeurs cancéreuses;
  5. Examen irrigographique et radiographique de l'estomac. La radiographie fournit des informations sur le degré de déformation de l'organe et est réalisée à l'aide de contraste.
  6. Gastroscopie;
  7. Biopsie par fibrogastroduodénoscopie et cholangiopancréatographie orale.

Les modifications malignes détectées à un stade précoce ou tardif sont difficiles à traiter, le pronostic est généralement mauvais. Le pancréas réagit mal aux traitements de chimiothérapie, n'est pas soumis à une manipulation chirurgicale et la tumeur se propage rapidement à d'autres organes.

Facteurs de risque

Une cellule normale devient cancéreuse lorsque certaines mutations s'y produisent. Il est souvent impossible de dire exactement ce qui a causé les changements dans l'ADN, de sorte que les causes du cancer de la tête du pancréas sont inconnues. Les scientifiques ne connaissent que les facteurs de risque - diverses influences et conditions externes du corps, dans lesquelles la probabilité de maladie augmente:

  • Mauvaises habitudes: fumer (augmente le risque d'environ 20%), alcool.
  • Faible activité physique et surpoids.
  • Régime avec une prédominance de viande rouge et transformée, pauvre en fruits et légumes.
  • Antécédents familiaux (parents proches ayant reçu un diagnostic de cancer de la tête du pancréas), certaines anomalies génétiques et syndromes héréditaires.
  • Pancréatite chronique.
  • Maladies de l'estomac: infection à Helicobacter pylori, ulcère gastroduodénal.
  • Hépatite virale.
  • Il est prouvé que les risques sont augmentés par les maladies des dents et des gencives.

Régime alimentaire et prévention

Pour un pronostic favorable du traitement de la glande pancréatique, une prévention est également nécessaire, ce qui implique:

  • suivre un mode de vie sain;
  • refus de boissons alcoolisées, tabagisme;
  • respect du tableau diététique.

Vous devez voir un médecin à l'heure, suivre ses recommandations.


voir un docteur

Si la maladie du pancréas a une évolution sévère, lorsque le travail de la glande pancréatique diminue fortement, il est nécessaire de rationaliser la nutrition, par conséquent, nommez un tableau numéro 5 selon Pevzner. Un tel régime réduira la charge sur l'organe, seuls les aliments gras, salés, épicés et l'alcool sont exclus. La nourriture sera à base de céréales, de viandes maigres. Le patient doit manger souvent et de manière fractionnée. Si vous suivez toutes les règles, la qualité de vie augmentera et la santé restera pendant des années.

Les raisons

Les raisons du développement de cette pathologie n'ont pas été établies. On pense que les facteurs génétiques prédisposant aux processus néoplasiques, aux conditions environnementales défavorables, au tabagisme et à l'abus d'alcool sont importants. Un rôle important dans le développement des tumeurs pancréatiques en gastro-entérologie et en oncologie modernes est attribué aux processus inflammatoires de l'organe, principalement la pancréatite chronique..

Un facteur de risque de développement de néoplasmes bénins est également une alimentation irrationnelle: prédominance d'aliments gras (principalement d'origine animale), un manque de fibres, de protéines, de vitamines, ainsi qu'une mauvaise alimentation (manque de repas réguliers, suralimentation).

Classification

Les tumeurs neuroendocrines fonctionnelles sont diagnostiquées plus souvent: gastrinome (néoplasie pancréatique produisant de la gastrine à partir de cellules des îlots de Langerhans), insulinome, glucagonoma. Bien que ces formations soient généralement de petite taille et ne soient pas sujettes à une croissance rapide, leurs manifestations sont très spécifiques, car les hormones sont produites par les cellules des néoplasmes qui pénètrent dans la circulation systémique..

Les néoplasies pancréatiques bénignes comprennent également l'hémangiome (formation avec une structure vasculaire), le fibrome (à partir du tissu conjonctif), le lipome (à partir du tissu adipeux), le léiomyome (formation à partir de fibres musculaires), le névrome ou le schwannome (néoplasme des cellules de Schwann, qui sont localisés dans gaines de nerfs). Ces types de tumeurs se caractérisent par l'absence de manifestations cliniques jusqu'à ce qu'elles atteignent une taille significative..

Symptômes

Les symptômes des néoplasmes pancréatiques bénins sont déterminés par le type de tumeur. Les néoplasies hormonalement inactives sont généralement une découverte diagnostique, car elles ne présentent aucun symptôme jusqu'à ce qu'elles atteignent une taille significative et compriment les organes adjacents, étirent la capsule d'un organe ou perturbent la circulation sanguine. Habituellement, ces tumeurs sont détectées lors de diagnostics instrumentaux d'autres maladies..

Un certain nombre de signes permettent de les distinguer au préalable des signes malins: l'absence de symptômes cliniques (y compris des manifestations de syndrome d'intoxication: faiblesse, diminution de l'appétit, fatigue, nausées, température corporelle subfébrile), croissance lente avec un taux normal de marqueurs tumoraux dans le sang. Si une grosse tumeur bénigne du pancréas comprime les organes adjacents, une douleur est possible. Les douleurs sont constantes, douloureuses, peuvent augmenter avec un changement de position du corps, leur localisation dépend de l'emplacement de la néoplasie.

informations générales

Les tumeurs bénignes du pancréas sont rares. Les néoplasies surviennent avec une fréquence de 1 à 3 cas par million d'habitants. Ils touchent principalement les personnes d'âge moyen et âgées. Ils peuvent être simples ou multiples, situés dans la queue, le corps ou la tête d'un organe. Les petites tumeurs hormonalement inactives sont généralement asymptomatiques et deviennent une découverte accidentelle lors de l'examen d'autres maladies. Les néoplasmes hormonalement actifs sont caractérisés par des changements spécifiques du fond endocrinien.
Tumeurs pancréatiques bénignes

Cystadénome séreux

Ce type de cystadénome pancréatique est dans la plupart des cas une formation de cavité, à l'intérieur de laquelle se trouve un liquide aqueux clair. L'étiologie du cystadénome séreux n'est pas claire, bien que l'on pense qu'il peut se développer à partir des cellules épithéliales des acini du pancréas en raison d'une altération du chromosome Zp25. Une caractéristique de la structure macroscopique des tumeurs kystiques du pancréas est la présence de structures tissulaires supplémentaires dans leur cavité - septa ou masses solides (Fig.58-11).

Figure. 58-11. Cystadénome séreux de la queue du pancréas: a - préparation en coupe; b - imagerie par résonance magnétique.

L'examen histologique des parois du cystadénome séreux révèle une muqueuse épithéliale interne constituée de cellules cubiques monocouches, et avec une coloration histochimique, des granules de glycogène se trouvent à l'intérieur de ces cellules épithéliales. Dans le cystadénome séreux, les cloisons divisent la tumeur kystique en de nombreux kystes plus petits, la faisant ressembler à un nid d'abeille. Cette variante de la structure du cystadénome est appelée microcystique et n'est considérée comme caractéristique que pour une tumeur kystique séreuse du pancréas. Cependant, il existe une autre variante de la structure macroscopique d'une tumeur kystique séreuse, lorsqu'elle ressemble à un kyste à une seule lumière et que les septa internes y sont complètement absents. Cette variante du cystadénome séreux est appelée macrocystique ou oligocyste. Il est difficile de le distinguer d'un pseudokyste. La maladie progresse très lentement et les observations à long terme peuvent ne pas révéler une augmentation de la taille du cystadénome séreux. Les cas de sa transformation maligne en cystadénocarcinome séreux sont casuistiques. La taille d'une telle tumeur kystique ne dépasse généralement pas 5 à 7 cm. Souvent, la maladie est détectée lors d'un examen préventif. Les symptômes cliniques sont rarement exprimés, non spécifiques, le plus souvent il s'agit d'une douleur chronique dans la région épigastrique. En diagnostic, la valeur principale appartient à
Ultrason
,
Tomodensitométrie
et
IRM
, et
endosonographie
. Pour le diagnostic différentiel des pseudokystes, vous pouvez utiliser
ponction percutanée à l'aiguille fine avec aspiration et examen du contenu
sur l'activité amylase et notamment la composition cellulaire. La combinaison des caractéristiques répertoriées de ce type de tumeur kystique permet d'éviter une intervention chirurgicale et de recommander un examen instrumental annuel aux patients. L'opération est indiquée par une augmentation des symptômes et une augmentation de la taille du kyste sur 5-6 cm..
Le fonctionnement du drainage externe ou interne est interdit.
Il convient de souligner en particulier l'importance d'un examen histologique urgent de la paroi du kyste, sans lequel il existe toujours un risque de choisir une méthode ou un volume de chirurgie inadéquats, en particulier dans des conditions d'utilisation généralisée de méthodes mini-invasives..

Comment se manifeste la maladie

La plupart des néoplasmes ne provoquent aucun symptôme pendant une longue période. Si la clinique apparaît, les signes suivants indiquent la nature bénigne de la formation: l'absence de cancer du pancréas dans les antécédents familiaux, les manifestations cliniques sont bénignes, il n'y a aucun signe d'intoxication tumorale (faiblesse, nausée, fièvre légère, diminution de l'appétit), la formation augmente lentement.


Le plus souvent, des tumeurs cancéreuses se forment dans les canaux pancréatiques

Les adénomes pancréatiques n'ont pas de manifestations cliniques, ils se retrouvent principalement lors d'une intervention chirurgicale ou d'un examen instrumental (échographie, tomodensitométrie, IRM). Les cystadénocarcinomes et les cystadénomes peuvent devenir si grands qu'ils peuvent être vus visuellement ou palpés à travers la paroi abdominale.

Dans le même temps, la clinique n'apparaît pas pendant une longue période et les symptômes n'apparaissent que dans les derniers stades en raison du fait que la formation commence à serrer les conduits entourant les fibres nerveuses, les vaisseaux sanguins et les intestins. Si la tumeur comprime les organes adjacents, des douleurs constantes et douloureuses peuvent survenir, qui s'intensifient avec un changement de posture, leur épicentre dépend de l'emplacement de la formation.

Que montre une IRM du pancréas??

Si la formation sur la tête de la glande, alors la douleur survient dans l'hypochondre droit ou dans la région du processus en forme d'épée, si la formation est sur le corps de l'organe, alors l'inconfort est localisé dans les quadrants supérieurs de l'abdomen, quand il est dans la queue, alors la douleur est ressentie dans l'hypochondre gauche ou dans le bas du dos.

Si la tumeur comprime de gros canaux, une jaunisse se développe (la peau et la sclère jaunissent, des démangeaisons cutanées apparaissent, l'urine devient sombre et les selles deviennent claires). Si la formation comprime les intestins, il existe une possibilité de développer une obstruction intestinale.

La symptomatologie la plus frappante dans les tumeurs hormonalement actives. Avec l'insulinome, le taux d'insuline dans le sang est constamment augmenté, ce qui entraîne une hypoglycémie, qui se manifeste par une faiblesse, une augmentation de la transpiration, une tachycardie, des étourdissements, de l'irritabilité. Si le taux de sucre est trop bas, un coma hypoglycémique peut se développer..

Avec le gastrinome, un syndrome de Zollinger-Ellison se forme (augmentation de la production de suc gastrique, ulcères gastro-duodénaux) et les patients se plaignent de douleurs épigastriques sévères, d'éructations acides, de brûlures d'estomac. En raison de l'augmentation de la production de gastrite, une grande quantité d'acide chlorhydrique est synthétisée, ce qui provoque des perturbations dans le fonctionnement de l'intestin, sa membrane muqueuse est endommagée et la fonction d'absorption s'aggrave..

Les glucagonomes provoquent une augmentation de la glycémie, et donc une diminution significative du poids, une éruption cutanée brun rougeâtre sur le corps, une desquamation de la peau, une gingivite, une stomatite, une vaginite. Le diabète sucré peut se développer en raison d'une tumeur.

Les vipomes provoquent l'apparition du syndrome de Werner-Morrison (diarrhée, achlorhydrie, hypokaliémie). Le carcinoïde se manifeste par une hypersérotoninémie et un syndrome carcinoïde (bouffées de chaleur, diarrhée, douleurs spasmodiques, dysfonctionnement des valves cardiaques droites).

Les tumeurs canalaires malignes ne provoquent des symptômes que dans les derniers stades de la maladie. Ils sont caractérisés par des signes et manifestations communs causés par une perturbation du travail des organes voisins. Les symptômes généraux résultent d'une intoxication et se manifestent par des douleurs abdominales, une perte de poids, une anémie, une asthénie, un manque d'appétit, une faiblesse, la température des fibrilles.

Lorsque la formation affecte les tissus et organes adjacents, les symptômes correspondants apparaissent. Ainsi, s'il y a une compression des vaisseaux, une ascite se développe, lorsque le canal cholédoque et le canal cholédoque se chevauchent, une jaunisse et une insuffisance exocrine apparaissent, des signes de dommages à l'estomac.


Il est possible de déterminer le type d'éducation uniquement après un examen histologique.

Le cancer de la tête du pancréas ne se manifeste le plus souvent que par une jaunisse obstructive, qui se développe sans attaque de douleur abdominale aiguë. La jaunisse progresse progressivement et s'accompagne de démangeaisons cutanées sévères. Seul un tiers des patients atteints d'un cancer de la tête développent des douleurs abdominales.

Le cancer du corps ou de la queue ne provoque des manifestations cliniques qu'au stade avancé de la maladie. Les patients s'inquiètent de la douleur intense dans la région épigastrique et le dos, qui augmente en position couchée et diminue quelque peu en position assise ou inclinée. Lorsque la veine splénique est comprimée, une thrombose peut survenir, à la suite de laquelle une splénomégalie se développe ou des varices œsophagiennes se produisent..

Avec une tumeur mucineuse intraductale (la formation contient du mucus), une expansion kystique du canal pancréatique principal et / ou latéral se produit, ce qui est dû à une hypertension pancréatique. Le principal symptôme clinique chez ces patients est une douleur à la ceinture d'intensité variable dans la partie supérieure de l'abdomen, rarement les patients indiquent une perte de poids, une faiblesse, des flatulences et une diminution de l'appétit.