Principal
Myome

Néoplasmes rénaux - qu'est-ce que c'est et comment est-il traité?

Un néoplasme rénal (tumeur) est généralement appelé un trouble pathologique, accompagné de la prolifération des tissus et d'une modification de leur structure cellulaire. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée chez les personnes âgées, mais les jeunes patients ne sont pas non plus à l'abri de la maladie. Le danger d'une condition pathologique dépend du type de tumeur, qui est bénigne et maligne. Nous examinerons plus en détail quels types de néoplasmes existent sur le rein et ce que c'est dans chaque cas individuel..

Symptômes et causes des néoplasmes

Les maladies rénales tumorales sont diagnostiquées plus souvent chez les personnes âgées, à cet égard, les changements liés à l'âge sont identifiés comme la principale cause du développement de la pathologie. Si l'on considère le nombre de cas de la maladie en fonction du sexe, les néoplasmes rénaux se retrouvent plus souvent chez les hommes que chez les femmes. Il est difficile de nommer la cause exacte du développement de la maladie. Il existe un certain nombre de facteurs qui ont un effet négatif sur le corps et contribuent au développement de maladies rénales néoplasiques. Ceux-ci inclus:

  • prédisposition génétique;
  • exposition aux rayons de rayonnement;
  • empoisonnement chimique;
  • abus de mauvaises habitudes (toxicomanie, tabagisme, alcoolisme);
  • diminution de l'immunité.

Des formations dans les reins peuvent apparaître à la fois d'un côté et simultanément des deux, ce qui est moins fréquent. Les signes d'un trouble pathologique dans ce cas sont notés dans la zone touchée. Une tumeur rénale bénigne de petite taille, en règle générale, ne provoque pas d'inconfort grave chez le patient et il n'y a pas de symptômes caractéristiques. La progression de la maladie et une augmentation du volume du néoplasme entraînent une perturbation du fonctionnement de l'organe affecté et l'apparition de signes de pathologie.

Les tumeurs rénales bénignes chez les enfants et les adultes s'accompagnent des symptômes suivants: fièvre persistante jusqu'à 38 ° C, faiblesse, perte d'appétit, perte de poids rapide, gonflement des jambes, varices. Les patients notent une douleur intense et douloureuse dans la région lombaire du côté de l'organe affecté. Si un patient reçoit un diagnostic de formation volumétrique du rein gauche, la douleur est donc localisée à gauche dans le bas du dos et vice versa. De plus, les patients présentent un écart dans les résultats du test (une augmentation de l'ESR, une diminution de l'hémoglobine).

La tumeur rénale maligne progressive chez les enfants et les adultes s'accompagne de fièvre, d'une augmentation de la pression artérielle, d'une perte de poids rapide et d'une douleur intense dans la région lombaire. Les patients sont très faibles. Un gonflement des membres inférieurs et des varices sont également notés. La formation maligne du rein droit s'accompagne d'une douleur localisée à droite et vice versa. Dans l'urine avec des lésions oncologiques de l'organe, la présence de sang, une augmentation de l'ESR et une diminution de la concentration d'hémoglobine sont caractéristiques.

Types de néoplasmes bénins

Une tumeur du rein de nature bénigne se distingue par des limites clairement définies et une prolifération incontrôlée des tissus affectés. L'éducation volumétrique ne menace pas la vie du patient, mais a un effet néfaste sur le fonctionnement de l'organe. Les tumeurs rénales et la classification des maladies bénignes sont divisées dans les types suivants:

  1. Le lipome du rein est une accumulation de cellules graisseuses. Souvent, un changement pathologique dans les tissus est appelé un «wen». Le lipome du rein, en l'absence de traitement adéquat et opportun, se développe et peut se transformer en néoplasme malin.
  2. Adénome - une petite tumeur (de 2 mm à 3 cm).
  3. L'oncocytome du rein est un néoplasme qui se développe à partir du tissu épithélial. La tumeur a des limites claires. L'oncocytome du rein se développe plus souvent chez l'homme.
  4. Le myxome est un néoplasme de forme irrégulière avec une consistance gélatineuse.
  5. L'angiomyolipome (LMA) est une tumeur composée de tissu adipeux, de muscle lisse et de vaisseaux sanguins. Le plus souvent, un néoplasme se développe chez la femme. Les tailles vont de 1 mm à 20 cm de diamètre.
  6. Le lymphangiome est une tumeur dont les cellules sont formées à partir des vaisseaux lymphatiques. Ce type d'éducation est souvent diagnostiqué chez les enfants. La formation d'un lymphangiome chez un enfant se produit au cours du développement intra-utérin. En règle générale, la maladie chez les enfants se manifeste au cours de la première année de vie..
  7. Le fibrome est une tumeur formée à partir de cellules de tissu fibreux. La lésion peut impliquer les membranes pelvienne et rénale.
  8. Angiome - une tumeur formée à partir de vaisseaux sanguins et lymphatiques.
  9. L'hémangiome du rein est une formation vasculaire qui se développe en raison d'une croissance excessive du tissu rénal. L'hémangiome des reins est le plus souvent retrouvé chez les jeunes enfants. Dans la plupart des cas, le néoplasme se résout tout seul à l'âge de cinq ans. Chez les patients adultes, l'hémangiome rénal est extrêmement rare..

Les néoplasmes bénins aux premiers stades de développement ne provoquent pas d'inconfort ni de douleur chez les patients. Le plus souvent, aux premiers stades, une tumeur est découverte par hasard lors d'un examen de routine. Avec une augmentation de la taille, l'éducation provoque une perturbation du fonctionnement des organes du système urinaire.

Types de néoplasmes malins

Les maladies oncologiques du système urinaire sont dangereuses principalement car avec la progression de la pathologie, des métastases se produisent dans les systèmes et les organes voisins. Les symptômes et le traitement diffèrent selon le stade et le type de tumeur rénale. La progression de l'oncologie (cancer) dans certains cas dure une longue période et les métastases surviennent après des décennies. Chez d'autres patients, il y a une prolifération rapide des tissus affectés. Les types suivants de néoplasmes malins du système urinaire sont distingués:

  • carcinome rénal;
  • fibroangiosarcome;
  • carcinome à cellules transitionnelles du bassin;
  • néphroblastome du rein (tumeur de Wilms);
  • cancer muqueux-glandulaire;
  • sarcome du rein;
  • lipoangiosarcome;
  • hypernéphrome du rein (adénocarcinome à cellules claires);
  • myoangiosarcome;
  • carcinome squameux.

Souvent, les maladies oncologiques aux stades initiaux n'affectent pas le bien-être d'une personne. Des symptômes typiques et prononcés apparaissent avec la croissance d'un néoplasme et un effet négatif sur tout le corps. Certains cancers sont caractérisés par des lésions unilatérales d'organes, tandis que d'autres sont bilatéraux. Ainsi, le sarcome rénal, qui est diagnostiqué principalement chez les enfants, a dans la plupart des cas un caractère bilatéral.

Le cancer du rein peut affecter différents segments de l'organe. En fonction de la zone de localisation, on distingue les types de tumeurs suivants: bassin et uretère, parenchyme, capsule fibreuse. Pour déterminer le lieu de concentration du néoplasme, diverses méthodes de diagnostic sont utilisées (IRM, TDM, radiographie, échographie). Avec un diagnostic rapide d'une lésion oncologique, la probabilité de guérir la maladie ou d'arrêter la progression est beaucoup plus élevée qu'avec des stades prolongés.

Méthodes de traitement des néoplasmes

Le traitement principal des tumeurs est l'ablation chirurgicale. Il existe des néoplasmes, par exemple l'hémangiome rénal, qui, dans la plupart des cas, se résorbe spontanément. Certains patients sont sceptiques quant au traitement médicamenteux, et encore plus aux opérations, ils préfèrent donc traiter la maladie avec des remèdes populaires. La thérapie avec diverses infusions et herbes est possible, mais uniquement en tant que méthode auxiliaire, la méthode principale et efficace est l'excision chirurgicale de la zone touchée.

Une intervention chirurgicale pour une évolution bénigne est prescrite avec une prolifération rapide des tissus, ce qui entraîne une perturbation du fonctionnement de l'organe. Il est permis d'utiliser des remèdes populaires pour prévenir et prévenir le développement d'une pathologie. Le traitement d'une lésion oncologique consiste à enlever une partie de la zone touchée, et dans les stades sévères, l'organe entier est soumis à une excision. Avec un diagnostic précoce, un traitement sans chirurgie est possible, mais dans ce cas, la chimiothérapie est obligatoire..

Avec de petits volumes de cancer, la cryothérapie est autorisée, dans laquelle les zones touchées sont gelées.

La procédure empêche une nouvelle prolifération tissulaire, mais ne peut garantir une guérison complète; la progression peut reprendre. Pour tout type de traitement, des médicaments supplémentaires sont prescrits, dont l'action vise à maintenir l'immunité et à normaliser les niveaux hormonaux. Lors du traitement des néoplasmes, un mode de vie correct est nécessaire.

Le régime alimentaire pour les tumeurs rénales consiste à exclure les aliments gras, salés et frits. Le régime quotidien devrait être composé d'aliments hautement enrichis. Les remèdes populaires efficaces pouvant être utilisés en complément du traitement principal sont: les champignons (Shiitake, Reishi, Meitake, chanterelles), la propolis, diverses herbes médicinales (calendula, immortelle, échinacée et autres). Toute méthode doit être convenue avec votre médecin. Un traitement inapproprié avec des remèdes populaires peut nuire au corps et aggraver la situation.

Il est impossible de déterminer la cause exacte de l'apparition de néoplasmes rénaux; un certain nombre de facteurs ont un effet négatif. Il n'existe pas de remède universel pour aider à prévenir le développement de tumeurs, mais les effets indésirables sur le corps peuvent être exclus. Dans certains cas, des lésions tissulaires surviennent même pendant le développement embryonnaire, par conséquent, la responsabilité de la santé de l'enfant à naître incombe à la mère. À titre préventif, il est conseillé aux patients de bien manger, de mener une vie saine et de limiter le contact avec des substances toxiques. Avec une prédisposition génétique, vous devez subir régulièrement un examen médical.

Tumeur rénale bénigne et maligne. Tumeur rénale: symptômes et traitement

Les tumeurs rénales bénignes ou cancéreuses surviennent lorsque le tissu organique commence à se développer anormalement. Dans ce cas, la pathologie est causée par des mécanismes globaux. Les processus immunitaires dans le corps, se perdant, donnent une impulsion à la reproduction incontrôlée des cellules. Les tissus dus à la division rapide des cellules augmentent, se développant en une tumeur du rein ou d'un autre organe.

La mort cellulaire dans le corps humain se produit chaque seconde. Mais en même temps, ils ne sont pas capables de se reproduire de manière incontrôlable. Les cellules mourantes suppriment les processus immunitaires. Si les mécanismes qui bloquent le mauvais déroulement des processus biochimiques échouent, la probabilité d'apparition de néoplasmes dans n'importe quel organe augmente, et les reins dans ce cas ne font pas exception.

Raisons du développement de tumeurs rénales

Une tumeur rénale peut apparaître pour plusieurs raisons. Les facteurs de provocation comprennent une prédisposition génétique et des troubles survenus dans le système immunitaire. Les coupables des néoplasmes sont considérés comme l'hérédité et les anomalies associées à l'appareil génétique des cellules.

Ils se développent sous une exposition prolongée aux toxines et à certains médicaments. Les tumeurs apparaissent chez les personnes immunodéprimées. L'impulsion de l'apparition de néoplasmes est le rayonnement, les rayons UV en excès, le tabagisme, les cancérogènes et un certain nombre de produits chimiques agressifs..

Une tumeur du rein gauche (ainsi que du rein droit) est souvent retrouvée chez les personnes forcées d'entrer en contact avec des colorants aniline. Cependant, cela ne signifie pas du tout que toutes les personnes travaillant avec des substances nocives développeront par la suite un néoplasme, oncologique ou bénin. Pour des raisons inexpliquées, la maladie ne touche qu'une partie d'entre eux. Quels mécanismes conduisent au fait que les facteurs de risque se transforment en tumeurs sont actuellement inconnus..

Types de tumeurs rénales bénignes

Les néoplasmes rénaux sont principalement divisés en deux grands groupes: malins et bénins. Plusieurs types de tumeurs sont distingués dans chaque groupe..

Parmi les bénins, huit types sont distingués. Le lipome se développe sur le tissu adipeux. Les cellules glandulaires sont affectées par l'adénome. Les excroissances sur le bassin sont appelées papillomes. Les angiomes se forment sur les vaisseaux. Les dermoïdes se développent à partir des tissus épithéliaux. Les lymphangiomes se propagent à travers les vaisseaux lymphatiques. En outre, une tumeur rénale bénigne peut être appelée fibrome et myome..

L'élimination des néoplasmes bénins n'est utilisée que dans les cas extrêmes. L'intervention chirurgicale n'est réalisée que lorsqu'elle devient rationnelle. Les indications de la chirurgie sont des signes tels qu'une croissance tumorale rapide, une gêne et une compression des tissus adjacents. Dans d'autres situations, cela ne devrait pas être fait, car les complications survenant après la chirurgie ne seront pas justifiées..

Types de tumeurs rénales malignes

Les néoplasmes cancéreux du rein sont divisés en six types. Les reins sont affectés par le fibroangiosarcome, le liposarcome. Sur le bassin, un sarcome est révélé. Les patients souffrent du cancer de Williams, des cellules et des stries. Le cellulaire a un degré d'agressivité assez élevé. Elle est caractérisée par des métastases rapides dans les organes adjacents.

Ne vous leurrez pas sur le sarcome, elle peu de temps après la formation commence des métastases et elles se propagent rapidement. Comme vous pouvez le voir, une tumeur rénale maligne est un néoplasme assez grave. Avec un diagnostic intempestif, les prévisions sont décevantes. Les patients ont des chances de survie minimes. Les tumeurs cancéreuses du rein détectées à un stade précoce sont immédiatement éliminées par chirurgie. L'intervention chirurgicale prolonge la vie d'une personne.

Symptômes de néoplasmes rénaux malins

Avec le cancer du rein, on note de la fièvre, de l'hypertension et des douleurs dans le dos qui ne peuvent pas être expliquées par un traumatisme. L'état des patients est caractérisé par une faiblesse et un gonflement des chevilles et des jambes. Ils perdent rapidement du poids. Il y a des traces de sang dans leur urine.

Symptômes de lésions rénales bénignes

Une tumeur rénale bénigne de petite taille n'exerce pas de pression sur le tissu rénal, il n'y a donc aucun symptôme en tant que tel. Les formations en croissance perturbent le fonctionnement de l'organe et sont accompagnées de certains signes. Chez les patients, une augmentation de la température est notée, qui est maintenue dans la région de 38 o C.

Leur état de santé laisse à désirer. Ils se plaignent de faiblesse, de perte d'appétit, de perte de poids dramatique. Les patients sont fatigués par les douleurs de couture. Les coliques les gênent dans la région du rein malade. Les personnes souffrent de douleurs douloureuses qui se propagent dans le bas du dos dans la zone de l'organe affecté.

Une tumeur rénale bénigne est accompagnée d'une anémie et d'un gonflement des jambes. Les patients ont une varicocèle, la pression artérielle augmente. Les érythrocytes sont déposés à une vitesse accrue. La formation se fait sentir à la palpation.

Traitement de la formation rénale bénigne

Dans les néoplasmes rénaux pathogènes, contrairement aux analogues bénins, on note une destruction tissulaire locale et des foyers de croissance. Des cellules similaires se trouvent dans d'autres tissus. La propagation des cellules cancéreuses dans tout le corps est appelée métastases..

Les néoplasmes simples (kystes) ne nécessitent pas de traitement. Il est conseillé aux patients de subir des examens préventifs, de ne pas faire d'hypothermie et de se méfier des infections. Le traitement est effectué si des complications surviennent en raison d'une pyélonéphrite et d'une insuffisance rénale.

Jusqu'à un certain point, ils essaient de traiter une tumeur rénale avec des méthodes conservatrices. Les symptômes et le traitement sont toujours liés. Le rendez-vous médical dépend des signes des pathologies apparues. Les néoplasmes peuvent être accompagnés de processus inflammatoires, d'anémie, d'hypertension et d'autres complications.

Les tumeurs de petite taille sont débarrassées du liquide par la vidange par perforation. Une intervention chirurgicale est utilisée lorsque la formation comprime les voies urinaires, les tissus organiques, la cavité tumorale est infectée et un abcès est survenu. Les indications de la chirurgie sont: la rupture du néoplasme, sa grande taille et son développement rapide.

Traitement du cancer du rein

Une tumeur maligne du rein, dont les symptômes se sont manifestés, est traitée de la manière principale - par chirurgie. La résection est effectuée lorsque sa pertinence est évidente. Pendant la chirurgie, un rein, un tissu adipeux entourant l'organe affecté est retiré. L'uretère provenant du rein peut également être retiré..

Parfois, des opérations de préservation d'organes sont effectuées pendant la chirurgie. S'il était possible de détecter une tumeur rénale à un stade précoce, l'opération est réalisée avec sa conservation, à condition que la personne ne puisse pas être laissée sans l'organe affecté par le cancer. La progression de la maladie dans cette situation ne joue pas de rôle décisif. Le déroulement de la résection est dicté par le fait que le deuxième rein restant n'est pas capable de faire face seul aux fonctions d'excrétion des produits métaboliques.

Avec de telles interventions chirurgicales, le rein est partiellement éliminé. Le résultat d'une telle intervention est peu différent de la néphrectomie radicale (ablation complète d'un organe). Cependant, il est clair qu'après une chirurgie conservatrice du sein, la probabilité de récidive est beaucoup plus élevée. En effet, lorsqu'une tumeur est excisée, il existe une possibilité de préserver les cellules pathologiques.

De plus, le traitement utilise une thérapie immunitaire et hormonale. La radiothérapie aide à soulager les patients.

Pronostic pour le traitement des néoplasmes malins

Le pronostic du traitement du cancer du rein détermine son stade. Avec un diagnostic précoce et un traitement rapide, le taux de survie est élevé. Une tumeur rénale précoce, dont les symptômes et le traitement ont été identifiés, après ablation, donne un taux de survie à cinq ans de 80% des patients. Avec des excroissances dans la veine cave inférieure (deuxième stade) après la chirurgie, 50% des personnes qui ont eu un cancer du rein ont une chance de vivre pendant cinq ans ou plus.

La défaite de l'oncologie veineuse rénale (au deuxième stade) en période postopératoire garantit cinq ans de vie pour 60% des patients. Si dans le processus oncologique la participation du tissu adipeux est notée (et nous parlons de la troisième étape), alors après l'opération, jusqu'à 80% des personnes opérées survivent. Lorsque les ganglions lymphatiques régionaux sont touchés (au troisième-quatrième stade), le taux de survie à cinq ans est minimisé - le nombre de chanceux ne dépasse pas 5-20%.

Les néoplasmes qui se sont développés dans les tissus adjacents et qui ont métastasé permettent à seulement 5% des patients de survivre. Lorsqu'une tumeur rénale envahissante est détectée, le traitement chirurgical est reconnu par la plupart des médecins si des métastases uniques et isolées sont détectées. La vie des personnes opérées se prolonge et sa qualité s'améliore.

Quelle est la différence entre les néoplasmes malins et bénins

Dans les néoplasmes rénaux pathogènes, contrairement aux analogues bénins, on note une destruction tissulaire locale et des foyers de croissance. Des cellules similaires se trouvent dans d'autres tissus. La propagation des cellules cancéreuses dans tout le corps est appelée métastases..

Avec des excroissances bénignes, le pronostic du traitement est favorable. Ils ne menacent pratiquement pas la vie des patients. Ces néoplasmes se développent lentement, ils ne sont pas susceptibles de rechuter. Ils n'ont pas tendance à se développer dans les tissus adjacents. Une tumeur rénale bénigne est résorbable.

Cependant, la bonne qualité de l'éducation est un phénomène conditionnel. Parfois, il existe des situations dans lesquelles les cellules du néoplasme se développent en cancéreuses, se développent activement et affectent les organes proches et distants.

Une grosse tumeur du rein, comprimant les tissus, interfère avec la miction, perturbe le fonctionnement des organes génitaux, provoque une douleur qui irradie vers le périnée et les jambes. Le néoplasme bénin est surveillé en permanence. Une tumeur à croissance rapide est rapidement éliminée.

Tumeur rénale - une phrase ou il y a encore une chance de guérison?

Les néoplasmes, à la fois malins et bénins, peuvent apparaître n'importe où dans le corps humain. Il n'y a absolument aucune barrière pour de telles excroissances, et elles se développent non seulement sur les racines des dents ou des appendices, mais aussi sur les articulations, le tissu osseux et aussi sur le cerveau. Une tumeur rénale n'est pas rare. Les personnes de tout âge peuvent avoir ce problème. La maladie touche à la fois les hommes et les femmes. On ne peut pas dire que seules les substances nocives en sont la cause. De plus, un tel sujet n'est pas pertinent pour les enfants et les nouveau-nés. Alors quelle est la raison? Comment savoir que le corps a souffert et qu'un traitement est nécessaire? Même un spécialiste ne peut pas toujours répondre à de telles questions lors du premier rendez-vous..

Quel problème a déclenché le développement du build-up

Une tumeur rénale, ses symptômes et son traitement dépendent en grande partie de la cause. En pratique, les néoplasmes sont plus souvent diagnostiqués chez les personnes qui ont atteint l'âge de 40 ans. La raison est triviale: les changements sont associés à un échec hormonal récurrent. Qui souffre le plus souvent de la maladie? Regardons le nombre de demandes et calculons le pourcentage. 25% plus de tumeurs rénales sont diagnostiquées dans le sexe fort.

Il est difficile d'identifier les facteurs qui ont servi cela. Mais les experts ont déjà identifié cinq principaux facteurs qui affectent négativement le travail des nettoyeurs naturels:

les facteursles raisons
Génétiquement inhérentAprès avoir contacté le médecin lors de l'entretien, le patient se verra poser des questions. L'un d'eux portera sur la morbidité au sein de la famille. S'il y a ne serait-ce qu'un précédent, il est probable qu'il apparaîtra dans la prochaine génération ou à travers elle.
RadiationLes personnes qui travaillent dans des usines chimiques ou avec des substances radioactives souffrent de la maladie 2 fois plus que tout le monde. Les effets de ces substances ne peuvent disparaître sans laisser de trace. Dans tous les cas, ils se feront sentir
Le système immunitaireToutes les maladies proviennent d'un système immunitaire affaibli. Les rhumes, laissés sans traitement approprié, sapent et affaiblissent gravement le système.
Mauvaises habitudesLa consommation de boissons alcoolisées et de drogues affecte toujours négativement le travail de tous les organes et systèmes du corps humain. L'usage du tabac et le tabagisme du narguilé permettent également aux cellules cancéreuses de se développer et de se développer à un rythme accéléré.
Empoisonnement et abus de droguesUne tumeur rénale bénigne peut survenir assez rapidement en raison de la consommation constante de formes posologiques. Cela est compréhensible, car les médicaments n'aident pas le système immunitaire à combattre les virus et les infections, mais le détruisent plutôt avec tous les microbes et micro-organismes qui stimulent l'apparition de diverses conditions douloureuses.

Définition de la maladie

La plupart des personnes qui n'ont pas de néoplasme au rein ne comprennent pas très bien ce que c'est, quels symptômes devraient être présents en présence d'une excroissance sur un organe. Un objet se développe à partir de cellules rénales. Il apparaît plus souvent d'un seul côté. Mais il y a des cas où il y a une tumeur sur les deux à la fois. Il n'est pas possible de ressentir le processus de développement au début. Seulement après avoir augmenté à 2-3 cm de diamètre, une gêne apparaît dans la région lombaire. La symptomatologie elle-même ne s'est pas encore manifestée. Un tel malaise est attribué à l'hypothermie ou à une déchirure. Mais plus l'objet devient grand, plus les problèmes se posent. Une tumeur rénale et ses symptômes ne peuvent être confondus avec d'autres conditions douloureuses. Après tout, le corps est responsable du traitement et de l'excrétion des fluides. En cas de dysfonctionnement ou de légère perturbation, le liquide reste à l'intérieur et provoque un gonflement. Le processus pathologique a déjà commencé et le gonflement des membres ou de la partie du visage est le premier signal d'examen.

Pour concrétiser et déterminer la présence d'une tumeur rénale, familiarisons-nous avec les symptômes, tous sauf l'œdème:

  • la température corporelle augmente. Mais cela ne dépasse pas 38,5 degrés;
  • diminution de l'appétit et perte de poids;
  • expansion des varices. Les jambes sont particulièrement touchées;
  • douleur douloureuse du côté où se trouve l'éducation (toujours dans la région lombaire);
  • après avoir passé des tests d'urine et de sang, les résultats s'écartent considérablement de la norme. La VS souffre et le taux d'hémoglobine diminue.

Mais ces manifestations ne se produisent que lors d'attaques normales ou lors de l'élargissement du kyste. Une tumeur évolutive quel que soit l'âge du patient, en plus des symptômes déjà mentionnés ci-dessus, présente des caractéristiques supplémentaires. Ceux-ci comprennent: fièvre et augmentation de la pression artérielle. De plus, la perte intense de poids corporel, la douleur et le gonflement des membres attirent immédiatement l'attention. En une à deux semaines, une personne malade peut perdre jusqu'à 10-20 kg (cela dépend beaucoup de la graisse de la personne avant la maladie).

Une autre caractéristique distinctive est une faiblesse sévère. État de sommeil constant. Une fatigue accrue et en ce qui concerne l'humeur psychologique, la dépression et la passivité accompagnent tout le processus. Le plus important est qu'avant de supprimer la croissance, il est impossible de déterminer si elle est maligne ou bénigne pour un certain nombre de raisons:

  • aux stades initiaux, les croissances oncologiques ne sont pas différentes;
  • La VS est augmentée et l'hémoglobine est faible dans les deux cas;
  • La perte de poids est également la même.

Quels types peuvent être

Une tumeur bénigne du rein et les symptômes ne sont pas différents aux premiers stades du cancer. Si l'appel était tardif, il y a déjà une chance de le dire avec certitude. Ainsi, le processus oncologique donne des métastases, et elles sont clairement visibles à l'échographie. Une croissance bénigne n'a pas de frontières ni de formes. Les volumes dépassent parfois 10 cm, mais ils ne constituent pas une menace. Ils ont une classification ou, comme on les appelle aussi, des types:

  1. Les excroissances, qui se résorbent souvent d'elles-mêmes, sans chirurgie, sont appelées hémangiomes. Les enfants avec ce look deviennent des clients. Seulement 10% des adultes peuvent être diagnostiqués avec ce type.
  2. Si le néoplasme semble étrange et est formé de vaisseaux sanguins ou de lymphe, il s'agit d'un angiome.
  3. Lorsqu'elle se développe sur la membrane rénale ou le bassin et est formée à partir de tissu fibreux, une telle tumeur est classée comme un fibrome.
  4. Tout ce qui concerne le lymphangiome, on peut dire que les vaisseaux lymphatiques ont souffert. De même que les hémangiomes se développent dans le corps de l'enfant. Le processus de développement a lieu même pendant la gestation du bébé. Le diagnostic peut être posé immédiatement après la naissance. À condition que la croissance ne soit pas intense, les signes apparaissent jusqu'à un an.
  5. Une tumeur telle que la LMA est constituée de tissu adipeux. En outre, les vaisseaux sanguins et les muscles lisses sont impliqués dans le développement. En termes de taille, on peut dire par l'affirmative que l'angiomyolipome est capable d'atteindre 20 cm. C'est la plus grande espèce de toutes les espèces disponibles..
  6. Formation en forme de gelée qui n'a pas de limites et de formes claires - myxoma.
  7. Une espèce qui se produit chez les mâles 3 fois plus souvent que chez les femelles est un oncocentome. Les contours sont lisses et bien visibles. Se développe principalement à partir du tissu épithélial.
  8. La tumeur ne peut pas avoir une grande taille (le maximum atteint 3 centimètres) - adénome.
  9. Ce dernier type, souvent appelé wen (le nom médical d'un lipome), en l'absence de mesures thérapeutiques, se développe en une tumeur cancéreuse. Créé à partir de cellules graisseuses. Au stade initial, il ne comporte ni douleur ni menaces. Mais vous ne pouvez pas retarder le traitement.

Mais ce n'est pas seulement le lipome qui ne dérange pas son porteur. Tous les néoplasmes bénins ne se font sentir que lorsqu'ils augmentent de taille. Avec une augmentation, non seulement le rein souffre, mais les voies urinaires, l'estomac.

Comme vous pouvez le voir sur la liste, si la tumeur rénale mesure 5 cm, alors à ce stade, il n'y a pas de conversation. Le médecin s'intéresse davantage à la classe et au type auxquels appartient la croissance, aux méthodes de traitement et à la nécessité d'une intervention chirurgicale. En présence d'une maladie oncologique, la décision est prise non seulement par le médecin, mais également par le patient. L'auto-traitement ou dans un hôpital dans de tels cas est exclu.

Dois savoir! Si la formation kystique est classée comme cancéreuse, a une taille insignifiante et n'a pas non plus de métastases, alors un nouveau type de thérapie peut être appliqué - la créothérapie. Cette technique consiste à geler la zone touchée.

Quelles mesures de traitement peuvent aider

Malheureusement, la méthode de traitement la plus courante était et reste chirurgicale. Mais cela ne guérit pas à 100%. Si la cause de la formation est une prédisposition génétique, alors si toutes les règles et recommandations ne sont pas suivies, la tumeur réapparaîtra. Après la chirurgie, toute personne est obligée de surveiller non seulement les conditions de sa vie, mais également sa nutrition. Cesser les habitudes négatives est simplement nécessaire et n'est pas discuté.

Dans les cas où le kyste est de petite ou petite taille et a également la capacité de se dissoudre, le traitement est effectué médicalement. Les patients associent avec diligence une telle thérapie aux méthodes traditionnelles. Les médecins n'interdisent pas une telle combinaison de thérapies, car dans la pratique, des succès significatifs sont perceptibles. Il n'est pas conseillé de prescrire un traitement par quelque méthode que ce soit. Surtout dans les cas où une intervention chirurgicale est nécessaire.

Après avoir confirmé le type de formation bénigne sur le rein et la croissance rapide, l'opération est la seule issue. Si les tissus n'ont pas de croissance intensive et mesurent moins de 2 cm de diamètre, une combinaison de deux thérapies est pratiquée. Les décoctions à base de plantes et les thés ne permettent pas au problème de se développer davantage et aident également à renforcer les tissus, les vaisseaux sanguins et le système immunitaire. Souvent, le corps lui-même réduit ou supprime la formation problématique. Après vérification, une personne est dans tous les cas obligée de procéder périodiquement à la prévention des maladies.

Tumeur rénale - types bénins et malins

Les tumeurs rénales peuvent être bénignes ou malignes. Celles-ci sont appelées petites masses rénales et mesurent moins de 4 cm de large. En règle générale, plus la masse est grande, moins elle est bénigne..

Masses rénales bénignes

Les angiomyolipomes font partie des lésions rénales bénignes les plus courantes. Ces tumeurs sont composées de composants musculaires lisses, de vaisseaux sanguins dysmorphiques et de tissu adipeux mature. Plus fréquent chez les femmes.

Une tumeur épithéliale du rein, connue sous le nom d'oncocytome, est à côté de l'angiomyolipome en fréquence parmi les masses rénales bénignes.

Le léiomyome est une tumeur qui provient du muscle lisse et se situe le plus souvent dans la capsule rénale. Le plus souvent découvert par accident.

Le réninome provient de cellules rénales myoendocrines et est très rare chez la femme, en particulier au cours des deuxième et troisième décennies de la vie. Elle est représentée par la triade classique des symptômes, notamment l'hypertension, l'hypokaliémie et l'augmentation de l'activité rénine plasmatique..

Tumeurs rénales malignes

Les néoplasmes malins des reins représentent 2% de toutes les tumeurs malignes en Russie. Les types les plus courants de cancers rénaux comprennent le carcinome rénal, le carcinome à cellules transitionnelles et la tumeur de Wilma..

Le carcinome rénal provient de diverses cellules du parenchyme rénal ou d'une partie fonctionnelle du rein. Ce type de cancer représente environ 70% des néoplasmes malins rénaux. Il est deux fois plus fréquent chez les hommes et les Afro-Américains..

Le carcinome à cellules transitionnelles prend naissance dans l'épithélium transitionnel du bassinet rénal, ce qui provoque la formation de l'uretère. Des études cytogénétiques ont montré que l'aberration la plus courante trouvée dans ces tumeurs est la perte du chromosome 9.

La tumeur de Wilma, également connue sous le nom de néphroblastome, provient de cellules rénales embryonnaires. Le plus souvent, ces tumeurs se retrouvent chez les enfants de moins de 5 ans, elles sont associées à une pathologie génétique permanente et à des mutations génétiques.

Symptômes et facteurs de risque du cancer du rein

Le cancer du rein est généralement diagnostiqué tardivement et les symptômes peuvent être vagues ou trompeurs. Certains des symptômes courants comprennent:

  • Sang dans l'urine
  • Douleur persistante au dos ou au bas du dos
  • Fièvre et malaise récurrents
  • Fièvre persistante, anorexie ou perte de poids

Le tabagisme est un facteur de risque important pour la plupart des carcinomes à cellules transitionnelles. L'obésité augmente également votre risque. Certains autres facteurs de risque comprennent l'abus d'analgésiques, les carcinogènes professionnels et la néphropathie des Balkans.

Diagnostic et traitement

L'examen visuel est au cœur du diagnostic des lésions rénales en raison de l'absence de symptômes spécifiques et de signes cliniques chez ces patients. Les techniques d'imagerie utilisées pour diagnostiquer les tumeurs rénales comprennent les échographies, la tomodensitométrie et l'IRM, en particulier lors de l'utilisation d'images transversales.

L'augmentation de la détection des petites masses rénales a conduit à une augmentation de l'incidence du carcinome rénal (CCR) de 2%, en particulier dans les stades inférieurs. Les biopsies de ces masses auraient une sensibilité et une spécificité élevées..

Un traitement conservateur suivi d'un contrôle régulier est suffisant pour la plupart des petites masses rénales après exclusion de la malignité. Un traitement symptomatique peut être nécessaire pour les masses bénignes.

Le traitement du cancer du rein comprend:

  • Chirurgie conservatrice ou radicale
  • Chimiothérapie
  • Radiothérapie
  • Immunothérapie

Photo de prévisualisation: WomanAdvice

Intégrez Pravda.Ru dans votre flux d'informations si vous souhaitez recevoir des commentaires et des actualités opérationnelles:

Ajoutez Pravda.Ru à vos sources dans Yandex.News ou News.Google

Nous serons également heureux de vous voir dans nos communautés sur VKontakte, Facebook, Twitter, Odnoklassniki.

Tumeurs bénignes

Tumeurs rénales bénignes

Une tumeur rénale dans 91 à 95% des cas est représentée par un néoplasme malin, le plus souvent un adénocarcinome. Dans 9 à 5% des tumeurs bénignes: épithéliales (adénome, oncocytome) et mésenchymateuses (angiomyolipome, lipome, léiomyome). Compte tenu de la faible prévalence des tumeurs rénales bénignes, il n'existe pas de statistiques distinctes. Selon l'Institut central de recherche sur l'organisation et l'informatisation des soins de santé, l'incidence des tumeurs rénales (y compris les tumeurs malignes et bénignes) augmente chaque année et se situe au niveau de 12 à 13 personnes pour 100000 habitants..

Adénome rénal - tumeur bénigne

L'adénome est la formation rénale bénigne la plus courante. L'étiologie n'est pas connue, mais les fumeurs sont plus à risque de contracter la maladie. En termes de structure histologique, l'adénome parenchymateux rénal est très similaire au carcinome rénal hautement différencié, il existe donc une hypothèse selon laquelle il s'agit d'une forme précoce d'adénocarcinome. L'adénome du rein ne se manifeste pas avec des symptômes spécifiques. La tumeur se développe lentement, ne métastase pas, ne se développe pas dans les organes adjacents. La méthode de diagnostic la plus optimale est la tomodensitométrie, mais le diagnostic différentiel préopératoire à partir d'autres tumeurs de cette localisation n'est pas possible. Dans certains cas, une biopsie rénale peut être utilisée. Le traitement de l'adénome rénal consiste en une ablation chirurgicale de la tumeur, la préférence est donnée aux aides à la préservation des organes (résection rénale, résection rénale laparoscopique). Le pronostic de survie sans maladie est bon.

Angiomyolipome du rein - une tumeur bénigne

L'angiomyolipome est une tumeur mésenchymateuse bénigne qui est représentée par des fibres musculaires lisses, des vaisseaux sanguins à paroi épaisse et du tissu adipeux mature. Dans 90% des cas, l'angiomyolipome est isolé et existe en tant que maladie indépendante. Dans 10% des cas, elle est associée à une sclérose tubéreuse (maladie de Bourneville-Pringle) et apparaît généralement des deux côtés et a un caractère multiple. L'étiologie de cette tumeur n'est pas connue, il existe une hypothèse sur son origine congénitale. Malgré sa nature bénigne, il est capable de croissance intrarénale invasive avec la formation d'un thrombus veineux tumoral, ce qui se produit cependant extrêmement rarement. Des métastases d'angiomyolipome aux ganglions lymphatiques régionaux ont également été décrites. Les symptômes apparaissent généralement lorsque les tumeurs mesurent plus de 4 cm. Dans 27,5%, la tumeur se manifeste par une douleur, chez 23,1% c'est une tumeur palpable, dans 3% l'apparition d'un mélange de sang dans les urines. Dans 10% des cas, une rupture spontanée de la tumeur avec le développement d'un saignement rétropéritonéal et une image d '«abdomen aigu» (c'est-à-dire une péritonite) est possible.

Diagnostic de l'angiomyolipome rénal

Diagnostic - cette tumeur est caractérisée par une image radiographique spécifique sur CT (la tumeur a une densité réduite, est richement fournie avec des vaisseaux, ce qui est révélé lors du contraste). À l'échographie, cette tumeur a une structure hyperéchogène caractéristique (c'est-à-dire une capacité accrue à refléter un signal ultrasonore), contrairement au cancer du rein, qui a une structure hypoéchogène ou hétérogène. Dans certains cas où les résultats de la tomodensitométrie sont incohérents, l'échographie peut aider à établir un diagnostic correct en raison de la présence d'une image échographique typique. Un diagnostic différentiel est posé entre le cancer du rein, le lipome et le liposarcome.

Le traitement implique une observation dynamique des tumeurs de moins de 4 cm, dans d'autres cas, les patients atteints d'angiomyolipome subissent une résection rénale. La prévision est favorable.

Tumeur bénigne de l'oncocytome rénal

L'oncocytome est une tumeur bénigne du rein qui se développe à partir de l'épithélium des canaux collecteurs proximaux. L'étiologie de cette maladie est inconnue, mais les patients ayant des antécédents familiaux d'hérédité d'oncocytome ont un risque accru de développer cette tumeur. En outre, avec le syndrome de Birt-Hogg-Dube, il existe un risque accru de tumeur rénale (15-30%). Ce syndrome est également associé à l'apparition fréquente de tumeurs bénignes des follicules pileux et de kystes pulmonaires. Le tableau clinique est similaire à celui du cancer du rein, c.-à-d. peut présenter une douleur, une masse palpable et du sang dans les urines. La présence de signes cliniques est directement liée à la taille de la tumeur. Diagnostic - avec la tomodensitométrie, un symptôme spécifique est la présence d'une zone de faible densité au centre de la tumeur, ressemblant aux rayons d'une roue ou d'une étoile. Traitement - la meilleure option est de réséquer le rein avec la tumeur. La prévision est favorable.

Lipome - une tumeur rénale bénigne

Le lipome est une tumeur bénigne provenant du tissu adipeux. L'étiologie est inconnue. En règle générale, la tumeur ne présente pas de symptômes spécifiques, cependant, à de grandes tailles, une douleur peut survenir et la formation du rein peut être palpable. Diagnostic d'une tumeur - en tomodensitométrie, une tumeur est définie comme une formation de faible densité qui n'accumule pas d'agent de contraste, en raison de l'absence pratique de vaisseaux sanguins. Lors de l'examen échographique, une formation hyperéchogène (c'est-à-dire avec une capacité accrue à réfléchir un signal ultrasonore) avec des contours arrondis nets est déterminée. Le lipome doit être différencié du cancer du rein et du liposarcome.

Traitement - les lipomes rénaux qui ne provoquent pas de manifestations cliniques ne nécessitent pas de traitement chirurgical en raison du faible risque de malignité. L'apparition de plaintes est une indication d'une résection rénale. La prévision est favorable.

Tumeur bénigne du léiomyome rénal

Le léiomyome est une tumeur bénigne provenant de fibres musculaires. L'étiologie est inconnue. Le tableau clinique dépend de la taille de la tumeur et peut présenter une douleur et une masse palpable. Il n'y a pas de caractéristiques diagnostiques caractéristiques. La tumeur doit être différenciée du cancer du rein. Le traitement consiste en une ablation rapide de la tumeur, la préférence est donnée à la résection du rein. La prévision est favorable.

Classification des tumeurs rénales en urologie, méthodes de traitement et pronostic

Une tumeur rénale est une prolifération pathologique de tissus avec une modification de la composition cellulaire et une diminution de la fonctionnalité de l'organe. La plupart des néoplasmes sont asymptomatiques aux premiers stades et peuvent être facilement confondus avec d'autres maladies néphrologiques. Environ 40% des tumeurs sont détectées par hasard à l'échographie. Pour prévenir les processus cancéreux dans les reins, il est recommandé de consulter un urologue au moins une fois tous les six mois. Cela est particulièrement vrai pour les personnes âgées.

Causes courantes de néoplasmes rénaux

Les tumeurs rénales n'ont pas de cause précise. Dans un organe sain, les cellules meurent chaque minute, qui sont remplacées par de nouvelles. Dans certaines conditions, généralement causées par un dysfonctionnement du système immunitaire, un processus incontrôlé de division cellulaire et de croissance de tissus non fonctionnels commence..

Facteurs contribuant à l'apparition de tumeurs dans le corps:

  • tabagisme et abus d'alcool;
  • obésité due à des perturbations hormonales;
  • prendre régulièrement des analgésiques;
  • empoisonnement avec des toxines;
  • la présence de maladies concomitantes du système urinaire;
  • hypertension artérielle;
  • oncologie chez les proches parents;
  • immunité affaiblie.
Selon les statistiques, les tumeurs sont le plus souvent diagnostiquées chez les hommes de plus de 45 ans et les personnes âgées..

Variétés de tumeurs bénignes et leurs symptômes

Les tumeurs bénignes sont caractérisées par une évolution non agressive. Au début, ils ne causent pas d'inconfort et n'affectent pas le mode de vie habituel. La tumeur a des limites claires, augmente lentement sa taille, ne forme pas de métastase et, avec un traitement approprié, ne menace pas la vie humaine. Dans le même temps, une croissance incontrôlée affecte négativement le fonctionnement du système urinaire. Les symptômes dépendent du type de tumeur.

Adénome

La masse rénale bénigne la plus courante. Elle se caractérise par une petite taille (jusqu'à 3 cm) et un risque élevé de devenir malin. Les causes exactes de la maladie n'ont pas été identifiées. Aucun symptôme caractéristique.

La maladie se manifeste et n'apporte de l'inconfort qu'avec une croissance tissulaire intensive. En raison de la pression de l'organe élargi, une personne ressent une douleur dans le bas du dos, l'écoulement de l'urine est perturbé et un gonflement des jambes est possible. Parfois, vous voyez du sang dans les urines (hématurie), ce qui est associé à des lésions vasculaires rénales.

Kyste

Cavité arrondie jusqu'à 10 cm de diamètre, remplie de liquide. Peut être composé d'une ou plusieurs caméras.

Le tableau clinique commence à apparaître lorsque la formation kystique sur le rein atteint une taille significative:

  • hypertension;
  • douleur douloureuse dans le bas du dos, dans la vessie et l'uretère;
  • augmentation de la miction;
  • taches de sang dans l'urine.

Oncocytome

Cette tumeur commence à se former dans les canaux rénaux. En règle générale, le processus est unilatéral, dans 5% des cas, des dommages aux deux reins sont diagnostiqués. Le plus souvent, les hommes sont confrontés à cette pathologie..

La structure d'un oncocytome est similaire à un adénome, mais contrairement à lui, elle peut atteindre des tailles plus importantes - jusqu'à 15 cm.

L'oncocytome dans 10% des cas apparaît dans le contexte d'un cancer dans le corps.

Les symptômes les plus courants sont:

  • douleur sourde et douloureuse dans le bas du dos;
  • urine sanglante;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • expansion des veines du cordon spermatique chez l'homme.

Angiomyolipome

La formation se compose de tissu adipeux, de muscles lisses et de vaisseaux sanguins et peut atteindre 20 cm.Dans la plupart des cas, une tumeur du rein gauche est diagnostiquée.

Le plus souvent, cette maladie survient chez les femmes. Les principales causes sont le cancer du col de l'utérus, des niveaux élevés d'oestrogène et de progestérone.

  • chutes de pression;
  • vertiges;
  • douleur dans le bas du dos, irradiant vers l'abdomen;
  • sang dans l'urine;
  • teint pâle.

Fibrome

Formé à partir de tissu conjonctif (fibreux) à l'intérieur du rein ou à sa surface. Le fibrome est rare et principalement chez les femmes. Le danger de la maladie réside dans l'absence de symptômes caractéristiques jusqu'à ce que la tumeur atteigne une taille impressionnante (jusqu'à 15-17 cm). Le tableau clinique est le même que dans l'angiomyolipome. Parfois, il y a des manifestations d'accompagnement: frissons, nausées, vomissements et envie fréquente d'uriner.

Lipome

Habituellement unilatéral. Parmi tous les néoplasmes bénins, il survient dans 5 à 7% des cas. Se compose de tissu adipeux et forme un nodule. La graisse est caractérisée par une croissance lente et se manifeste rarement dans de petites tailles. Se produit souvent lors du port d'un enfant en raison de changements dans les niveaux hormonaux, ainsi que de l'obésité.

  • colique rénale;
  • diminution de l'appétit;
  • sauts de pression artérielle;
  • taches sanglantes en urinant.

Léiomyome

Ces néoplasmes simples ou multiples du rein sont très rares. Formé dans le parenchyme rénal des tissus musculaires lisses.

Seules les tumeurs uniques qui ont atteint de grandes tailles sont accompagnées de manifestations visibles..

Les symptômes sont les mêmes que pour les autres néoplasmes bénins: sang dans les urines, perte d'appétit, nausées, douleurs dans la région lombaire et à l'aine.

Hémangiome

Un néoplasme vasculaire se produit en raison d'une croissance excessive des capillaires dans le rein. En urologie, les hémangiomes multiples sont les plus courants, parfois sous forme bilatérale. Il est très difficile d'identifier cette tumeur en raison des symptômes bénins. Avec une forte augmentation de taille, cela perturbe la fonctionnalité du système urinaire. Il y a un gonflement, des particules de sang dans l'urine, une pression artérielle élevée et d'autres signes de lésions bénignes.

Tumeurs malignes du rein

Un néoplasme oncologique (malin) du rein diffère d'un néoplasme bénin:

  • croissance rapide du foyer;
  • germination des tissus malades dans d'autres organes (métastases).

Il existe plusieurs types de cancer du rein:

  • sarcome - se développe à partir du tissu épithélial, n'est traité que chirurgicalement;
  • néphroblastome - plus souvent diagnostiqué chez les enfants, causé par des pathologies chromosomiques;
  • carcinome à cellules transitionnelles - provient du bassin, à un stade précoce dans 90% des cas, le pronostic est favorable;
  • cellule rénale - affecte la couche interne des tubules rénaux, est diagnostiquée dans 2% des cas de tous les cancers du rein.
Dans les premiers stades, le cancer ne présente généralement pas de symptômes visibles. Des signes spécifiques apparaissent avec une croissance tumorale significative.

Toutes les tumeurs malignes sont caractérisées par:

  • hématurie (sang dans les urines);
  • perte d'appétit;
  • perte de poids;
  • douleur dans le bas-ventre et sur les côtés;
  • fatigue rapide, faiblesse, apathie;
  • anémie;
  • gonflement.

Autres approches de la classification des tumeurs

En fonction de la présence à côté de la formation de vaisseaux sanguins, la tumeur a plusieurs variétés:

  • avasculaire - une tumeur bénigne avec des limites claires;
  • hypovasculaire - entouré d'un petit nombre de vaisseaux;
  • la masse hypervasculaire est entourée d'un réseau vasculaire dense et s'y développe (elle n'a qu'un caractère malin).

La taille de la tumeur détermine le stade de l'oncologie du patient. Jusqu'à 4 cm de diamètre, le cancer peut être traité sans chirurgie.

  1. Les tumeurs malignes de 2 à 5 cm sont liées au premier degré de cancer, elles sont difficiles à détecter en raison de l'absence de symptômes. La tumeur est localisée uniquement dans le rein et ne se propage pas à d'autres organes.
  2. Dans la deuxième étape, la formation dépasse 7 cm, mais ne dépasse toujours pas du rein.
  3. Au stade 3, le cancer se propage aux glandes surrénales et à la veine cave. Les ganglions lymphatiques et les organes distants ne sont pas affectés.
  4. Au 4ème stade, la tumeur se développe à l'extérieur de la capsule adipeuse entourant le rein, y compris dans les ganglions lymphatiques.

Risques et complications

Le principal risque de tumeurs rénales est l'absence de tableau clinique. Si le cancer est détecté à un stade avancé, la probabilité de décès est élevée..

En l'absence de traitement rapide, les tumeurs bénignes peuvent se transformer en oncologie.

Avec des dommages importants au tissu rénal, la décision de retirer le rein est souvent prise. À cet égard, une personne devra changer complètement son mode de vie habituel et être constamment surveillée par un néphrologue ou un urologue.

Les tumeurs rénales peuvent altérer le fonctionnement d'autres systèmes, y compris la reproduction et la reproduction.

Méthodes de diagnostic

Les diagnostics standard comprennent des analyses de sang et d'urine. Lors de la détection de données indiquant des tumeurs, des études supplémentaires sont prescrites:

  • Ultrason. Permet d'identifier où se situe la formation focale du rein droit ou gauche (dans la projection du pôle supérieur ou inférieur), d'estimer sa taille et sa forme.
  • CT et IRM. Clarifie les résultats de l'échographie, montre l'état des tissus environnants et la structure de la tumeur. À l'aide de la tomographie, les métastases sont diagnostiquées avec une grande précision.

Que faire avec une tumeur au rein

Presque toutes les maladies rénales peuvent être complètement guéries si elles sont détectées tôt. La principale méthode de traitement est l'élimination de la formation par chirurgie. Avec toute thérapie, des médicaments sont également prescrits pour soulager la douleur, soutenir les forces immunitaires et rétablir l'équilibre hormonal.

Chirurgie

Une opération d'éducation par excision chez les enfants et les adultes est prescrite en fonction de l'emplacement et du volume de croissance. Pour les petites tumeurs, la préférence est donnée aux opérations peu traumatiques et préservant les organes à l'aide d'un laparoscope.

La laparoscopie permet de retirer la tumeur sans pratiquement aucune conséquence sur la fonctionnalité du rein et avec une courte période de rééducation.

En fonction du degré de dommage, nommer:

  • résection laparoscopique - ablation de la tumeur tout en préservant l'organe;
  • néphrectomie - ablation complète du néoplasme avec le rein.

S'il est impossible d'effectuer une procédure laparoscopique, une intervention ouverte (abdominale) est effectuée.

Les petites tumeurs ou kystes sont libérés du liquide par ponction (ponction et aspiration avec une seringue). La chirurgie est principalement utilisée dans les cas où le tissu envahi a atteint une grande taille et serre les organes adjacents.

En oncologie, la chirurgie est le seul moyen d'arrêter la progression de la maladie. Mais en plus de cela, après l'opération, un traitement de soutien est également prescrit pour supprimer les cellules cancéreuses..

Cryothérapie

Avec la cryothérapie, les cellules cancéreuses sont détruites par exposition à de basses températures. Cette procédure est indiquée dans les premiers stades du cancer:

  • diamètre de la tumeur pas plus de 5 cm;
  • pas de métastases;
  • les ganglions lymphatiques ne sont pas affectés.

La procédure se déroule comme suit:

  • de fines aiguilles sont insérées à travers la peau dans le rein;
  • l'azote liquide s'écoule à travers les aiguilles sous haute pression;
  • la température du liquide tombe à -50 ° C;
  • les tissus tumoraux sont «gelés» pendant une courte période;
  • si nécessaire, la séance est à nouveau répétée.

Radiothérapie

Le traitement d'une tumeur rénale par radiothérapie n'est prescrit qu'en association avec d'autres méthodes (chimiothérapie et chirurgie).

Cette procédure est prescrite après la chirurgie pour réduire la douleur, prévenir les saignements et accélérer la récupération..

La radiothérapie est également indiquée pour les cancers inopérables pour soulager les symptômes en phase terminale.

Pendant la procédure, les rayons X sont dirigés vers la zone de la tumeur cancéreuse à l'aide d'un équipement spécial et détruisent les cellules.

Médicament

Si la taille de la lésion bénigne ne dépasse pas 2-3 cm, le traitement n'est pas démarré. Une personne est régulièrement surveillée pour une échographie ou un scanner afin de remarquer une forte croissance tumorale dans le temps et d'effectuer une opération.

Si la cause de la maladie est des perturbations hormonales, un traitement approprié est prescrit (Progestérone, Tamoxifène).

Après une intervention chirurgicale pour enlever une tumeur maligne, un traitement symptomatique est indiqué:

  • analgésiques: codéine, tramadol, oxycodone, hydromorphone, etc.;
  • inhibiteurs ayant des effets analgésiques et antitumoraux: Rofécoxib, Célécoxib;
  • immunothérapie: vaccin oncophage (pour prévenir les rechutes), interleukine-2;
  • inhibiteurs des points de contrôle immunitaires pour les patients après une intervention chirurgicale si la croissance des cellules cancéreuses a repris: Nivolumab, Tecentrik, Imfinzi.

Mode de vie avec néoplasmes rénaux

Dans le cas de l'ablation de la tumeur avec l'organe, la tâche principale est de maintenir l'état normal du corps et de maintenir la fonctionnalité du deuxième rein. Cela nécessite:

  • prenez des complexes de vitamines et de minéraux prescrits par un médecin;
  • éviter l'hypothermie et les maladies infectieuses;
  • éliminer tous les foyers d'infection, y compris les caries;
  • marcher quotidiennement;
  • consultez régulièrement un néphrologue pour surveiller la situation.

Les mêmes recommandations s'appliquent aux personnes atteintes de tumeurs bénignes (pas d'indication chirurgicale).

Les reins malades affectent sans aucun doute le mode de vie. Pour soulager la charge de l'organe affecté, un régime est prescrit:

  • exclure les conserves, les aliments gras, frits, épicés et très salés;
  • la teneur quotidienne en calories doit être d'au moins 2500 à 3000 calories, tandis que la teneur quotidienne en protéines ne dépasse pas 50 g;
  • manger de la nourriture bouillie, cuite ou cuite au four;
  • respect du bilan hydrique (1-1,5 litre par jour);
  • repas fractionnés en petites portions.

Le régime principal comprend:

  • poisson maigre, volaille;
  • Pain de seigle;
  • produits laitiers fermentés en petites quantités;
  • fruits et légumes.

À bien des égards, l'état du patient est influencé par le régime de sommeil et de repos. Pour restaurer la force et renforcer l'immunité, il est recommandé de dormir au moins 8 heures par jour..

Pronostic de formations focales dans le rein

Le résultat du traitement est évalué par le taux de survie à 5 ans. Si le foyer bénin ne s'est pas développé en oncologie et que la personne est régulièrement examinée, il n'y a pratiquement aucun risque pour la vie. L'essentiel est que la tumeur envahie ne perturbe pas les fonctions du système génito-urinaire..

Il est impossible de dire sans équivoque avec quelle efficacité les tumeurs malignes rénales sont guéries. Le résultat dépend de l'âge de la personne, des forces immunitaires, du diamètre du néoplasme, de l'état psychologique, etc..

Si une tumeur cancéreuse est détectée à un stade précoce, le pourcentage de récupération atteint 70 à 85%. Avec des dommages aux ganglions lymphatiques et aux veines rénales, la probabilité de guérison est réduite à 20-30%. Au stade 4, 5 à 7% des cas décèdent dans les 5 ans suivant la néphrectomie.

L'espérance de vie avec un cancer sans traitement dépasse rarement 1 an, car la tumeur se développe rapidement et le corps ne peut pas faire face seul à la maladie.

Après l'ablation d'une tumeur maligne (avec un rein ou séparément), 40% des personnes vivent jusqu'à 5 ans, plus de 50% - jusqu'à 10 ans. En l'absence de métastases dans les organes voisins, le patient peut obtenir une rémission à long terme après la chirurgie et vivre plus de 10 ans.