Principal
Myome

Tumeurs ovariennes bénignes

Temps de lecture: min.

Les néoplasmes ovariens (tumeur de l'ovaire droit chez la femme, comme une tumeur de l'ovaire gauche chez la femme) est une pathologie assez courante en pratique gynécologique. Il est difficile de trouver une femme qui n'aurait jamais de sa vie rencontré le diagnostic de «tumeur ovarienne», qu'elle soit bénigne ou avec une base histologique différente. Une tumeur ovarienne est une formation volumétrique qui se forme à partir du tissu de cet épididyme. Les néoplasmes ne sont unis que par le volume supplémentaire qui se forme sur l'ovaire. Le reste des caractéristiques de la tumeur ont une palette assez diverse, à la fois en termes d'étiologie et de pathogenèse, et en termes de structure histologique et de signes de bénignité..

Les tumeurs ovariennes ont une classification assez volumineuse selon leur structure histologique. Cependant, la classification la plus généralisée est la suivante.

Toutes les tumeurs peuvent être divisées en bénignes (tumeur ovarienne bénigne chez la femme) et malignes. Les néoplasmes ovariens bénins se développent lentement, ils n'affectent pas les organes adjacents et n'ont pas non plus la capacité de se propager métastatique. La gynécologie des tumeurs malignes des ovaires note qu'elles se développent rapidement, ont la capacité de métastaser, de se développer dans les organes et les tissus environnants et affectent également le système lymphatique.

Si une tumeur bénigne est diagnostiquée, vous ne devez pas vous détendre et laisser le problème suivre son cours. Cela ne signifie pas du tout qu'une tumeur bénigne ne deviendra pas un risque significatif pour la santé d'une femme. Les tumeurs bénignes ont une tendance prononcée et confirmée à la malignité.

Parmi les tumeurs ovariennes, on peut également distinguer les néoplasmes producteurs d'hormones. Ils sont capables de sécréter des hormones et de changer le fond hormonal d'une femme en quelque chose d'inhabituel pour la physiologie.

Obtenez une consultation médicale gratuite

Tumeur ovarienne: dangereuse ou non, causes

La question de la cause de la formation de tumeurs bénignes et malignes reste ouverte..

  1. Parmi les théories de la survenue de ces processus, on peut distinguer l'hérédité, qui repose sur des aspects génétiques qui ont la capacité de se transmettre de mère ou de père à fille..
  2. Théorie virale, qui intervient également dans l'étiopathogenèse des néoplasmes. Les agents viraux, affectant l'ovaire, provoquent la formation d'une tumeur.
  3. La cause hormonale est également la théorie la plus couramment utilisée pour expliquer l'apparition de ce type de néoplasme. Le fait que le contexte de l'hyperestrogénie, une condition dans laquelle une quantité accrue d'œstrogènes dans le corps d'une femme prévaut, provoque souvent une hyperplasie diffuse ou focale, et par la suite la formation de tumeurs.

Tumeurs ovariennes malignes et bénignes: recommandations cliniques et facteurs de risque

Les facteurs de risque de survenue de telles conditions pathologiques sont:

  • Première menstruation précoce, c'est-à-dire l'apparition précoce des règles chez une fille.
  • Ménopause tardive, extinction tardive de la fonction reproductrice du corps (tumeur ovarienne chez les femmes ménopausées).
  • Certains scientifiques suggèrent le développement de formations dans le contexte des processus physiologiques de l'ovulation. Lorsque les follicules se rompent, un traumatisme tissulaire survient tous les mois. Ceci est suivi par la restauration, la régénération, l'épithélialisation des zones endommagées. À la suite de ces actions, les cellules ovariennes commencent à se diviser activement et, sous l'influence de certains facteurs de provocation, ce processus peut être perturbé et entraîner une division incontrôlée. C'est pourquoi un nombre élevé d'ovulations est considéré comme un facteur de risque élevé de survenue de tumeurs..
  • Comment réduire la quantité d'ovulation? La diminution physiologique du nombre d'ovocytes des follicules est la grossesse. Pendant la grossesse, ce phénomène ne se produit pas et, en conséquence, le risque de néoplasmes diminue.
  • Il est également possible d'utiliser des contraceptifs oraux combinés, qui créent un fond hormonal artificiel et interfèrent avec la cascade de réactions dans la régulation du système reproducteur de la femme qui conduisent à l'ovulation. Pas d'ovulation - faible risque de développer une pathologie en termes de néoplasmes ovariens.
  • Des épisodes fréquents de maladie inflammatoire pelvienne sont également essentiels à l'apparition d'un néoplasme ovarien..
  • Manipulations invasives dans l'utérus sous forme d'avortements par curetage ou extraction sous vide.
  • Les interventions chirurgicales sur les ovaires eux-mêmes provoquent également le développement de formations tumorales..
  • Les femmes atteintes de troubles métaboliques, qui se traduisent par une obésité de gravité variable, ont également un risque plus prononcé de néoplasme ovarien..
  • Les rayonnements ionisants sont un facteur de risque élevé de tumeurs ovariennes.
  • L'alimentation est un facteur avéré d'augmentation du risque de néoplasmes malins. Une grande quantité de graisses animales consommées entraîne une augmentation de la possibilité de développer des processus tumoraux.

Le pronostic pour les femmes présentant des néoplasmes ovariens est une question plutôt vague. Tout dépend de la structure histologique de la tumeur. Après tout, la différence entre un kyste folliculaire et des néoplasmes malins est significative.

Tumeur ovarienne: code selon la CIM-10

Outre la classification à multiples facettes des tumeurs ovariennes. Ces conditions pathologiques ont également leur place dans la classification internationale des maladies de la dixième révision..

D27 est une catégorie qui comprend les néoplasmes bénins des ovaires du corps féminin, par exemple les tumeurs endométrioïdes, séreuses ou mucineuses.

C56 est un groupe qui unit les tumeurs malignes de cet appendice de l'utérus.

Et les tumeurs malignes secondaires sont cryptées en C79.

Tumeur ovarienne chez la femme: symptômes et traitement

Le tableau clinique d'une tumeur ovarienne a une palette assez diverse. Parmi eux, on peut distinguer les principaux symptômes de la tumeur ovarienne chez la femme, qui caractérisent la présence de néoplasmes dans le bassin..

    Tumeur ovarienne: symptômes de douleur. La présence de douleurs d'intensité variable, de durée dans le bas-ventre. Il peut être stable et ne pas dépendre de l'activité physique, ou il peut changer lors de l'exécution d'exercices ou de mouvements..

Par exemple, une tumeur de l'ovaire gauche chez la femme donnera des symptômes de douleur à gauche.

  • Tumeurs ovariennes: symptômes liés à la vie sexuelle. Rapports sexuels douloureux - dyspareunie C'est un symptôme assez courant qui devrait alerter une femme et envoyer pour consultation à un obstétricien-gynécologue pour exclure les conditions pathologiques des organes pelviens.
  • La violation du cycle ovarien-menstruel est le symptôme le plus courant caractéristique de toutes les conditions pathologiques de la pratique gynécologique. Il est assez difficile de juger et de dire de la présence d'une tumeur uniquement par ce symptôme, cependant, ce tableau clinique ne doit pas être ignoré..
  • Écoulement sanglant du tractus génital au milieu du cycle ou un autre jour entre les règles. De tels phénomènes peuvent provoquer des tumeurs productrices d'hormones.
  • Avec une augmentation du néoplasme, des symptômes de compression des organes adjacents peuvent apparaître. Pour une tumeur de l'ovaire, il peut s'agir d'une compression de l'intestin, qui se manifeste par une constipation, avec une forte pression sur la vessie, une miction douloureuse ou une envie fréquente d'uriner peut survenir.
  • Avec une augmentation significative de la taille de la tumeur, le volume de l'abdomen peut être augmenté.
  • L'infertilité n'est pas seulement le signe d'une violation du cycle ovarien-menstruel ou de la régulation du système reproducteur. C'est l'absence de grossesse, si vous souhaitez l'obtenir, ainsi qu'en l'absence d'utilisation de contraception, est un signe de processus tumoraux, en particulier de néoplasmes ayant une activité hormonale.
  • Avec les métastases tumorales, les symptômes peuvent être détectés dans les organes adjacents sur lesquels la tumeur s'est métastasée. Cela peut être des douleurs à l'estomac, des douleurs intestinales, des symptômes neurologiques.
  • Des symptômes tels qu'un essoufflement, un gonflement des bras et des jambes, des varices des membres inférieurs, une paroi abdominale antérieure peuvent apparaître.
  • Les formations néoplasiques malignes des ovaires peuvent être accompagnées d'une réaction thermique du corps sous la forme d'états hyperthermiques. Autrement dit, les conditions dans lesquelles la température corporelle augmente sans aucun symptôme d'inflammation ou d'infection virale.
  • L'un des symptômes non spécifiques est la faiblesse, la fatigue, le manque de tonus dû au développement d'une anémie chronique, une diminution du taux d'hémoglobine dans le sang. Une perte d'appétit et, par conséquent, une perte de poids, peuvent également indiquer la présence d'une tumeur.
  • Les symptômes d'une tumeur de l'utérus et des ovaires peuvent également se produire pendant la période d'achèvement de la fonction de reproduction, c'est-à-dire pendant la ménopause. Lorsqu'on diagnostique une tumeur ovarienne chez la femme, les symptômes de la ménopause ne sont pas différents de ceux de la période de reproduction, cependant, il existe un signe essentiel qui vous permet de suspecter immédiatement un état pathologique et de vous donner une raison de consulter un médecin. C'est un fait bien connu que la ménopause est caractérisée par l'absence de menstruation pendant au moins un an ou plus. C'est l'apparition à la ménopause d'un saignement du tractus génital qui est le signe le plus évident de néoplasmes de l'utérus et des ovaires. Ne prenez pas de tels symptômes pour une sorte de déséquilibre hormonal temporaire associé au stress, aux voyages ou à la prise de médicaments. Il s'agit d'un symptôme menaçant qui peut indiquer un processus malin localisé dans les organes reproducteurs féminins..

  • Seul un accès rapide aux soins médicaux empêchera le développement d'un état pathologique et fournira un traitement aux premiers stades de la maladie..

    Tumeurs ovariennes: classification, tableau clinique, diagnostic, traitement

    Les tumeurs ovariennes sont multiformes et diverses dans la structure histologique de la formation, qui ont de nombreuses classifications.

    Il existe plusieurs formes de tumeur ovarienne:

    • Tumeurs bénignes qui n'ont pas de dynamique de croissance rapide, l'absence de possibilité de métastase. Cependant, aucun médecin spécialiste ne peut garantir que de telles formations ne peuvent pas avoir une transformation maligne..
    • Néoplasmes malins qui peuvent se développer à la vitesse de l'éclair, se transformer en organes situés dans le quartier, métastaser par la voie lymphatique, affectant de plus en plus d'organes et de systèmes du corps humain.
    • Les tumeurs ovariennes produisant des hormones sont ces néoplasmes qui sécrètent, synthétisent des stéroïdes qui affectent tous les niveaux de régulation du cycle ovarien-menstruel, ainsi que le corps dans son ensemble (les soi-disant tumeurs ovariennes hormonalement actives).

    Tumeurs ovariennes bénignes: classification

    Ils partagent également la classification en fonction du degré de propagation du foyer pathologique de l'appendice utérin - l'ovaire:

    1. stade - la tumeur ovarienne est localisée, limitée à un seul organe donné. Ne s'applique pas aux structures adjacentes.
    2. stade - la tumeur peut se déplacer vers les organes adjacents, impliquant de nouvelles structures du corps de la femme dans le processus, perturbant leur anatomie et leur état fonctionnel.
    3. le stade est caractérisé par la présence de foyers métastatiques dans les nœuds du système lymphatique.
    4. stade est caractérisé par la présence de métastases dans les organes et les systèmes.

    La classification la plus volumineuse divise le processus pathologique par structure histologique.

    1. Le néoplasme épithélial est un groupe de tumeurs répandues et les plus courantes.
      • Ceux-ci incluent une tumeur séreuse, qui contient des sécrétions séreuses comme contenu..
      • Formations mucineuses contenant du mucus et ayant le potentiel de croître et de former de grandes tumeurs. Ce type de néoplasme peut atteindre des proportions gigantesques..
      • Néoplasmes endométrioïdes contenant du sang et de structure identique à celle du tissu endométrial.
      • Tumeurs ovariennes productrices d'hormones (épithéliales). Tumeurs qui produisent des stéroïdes sexuels féminins pour les œstrogènes.
    2. Tumeurs du cordon sexuel

    Formations cellulaires de la granulosa, androblastomes, tekomes, toutes les tumeurs sont hormonalement actives, libérant à la fois des œstrogènes et des androgènes (stéroïdes sexuels masculins et féminins).

    Tumeurs d'un caractère de cellule germinale - une tumeur de cellule germinale de l'ovaire chez les filles.

    Ceux-ci comprennent le dysgerminome, qui inquiète les filles à un très jeune âge, le tératome ovarien, qui peut contenir les rudiments des cheveux, des ongles, des dents, des os.

    Les tumeurs ovariennes malignes ont la classification suivante

    • Les tumeurs épithéliales sont représentées par les cancers papillaires, les cancers glandulaires, les adénocarcinomes et les cancers solides.
    • Une tumeur papillaire séreuse limite de l'ovaire se produit également.
    • Les tumeurs du tissu conjonctif sont des sarcomes.
    • Néoplasmes émanant des cellules du follicule. Ceux-ci comprennent le carcinome à cellules de la granulosa, le tekablastome malin, le sémiome qui se développe à partir de cellules germinales immatures.
    • Cancer de l'ovaire métastatique connu sous le nom de cancer de Krukenberg, qui se propage de l'ovaire à l'estomac, aux intestins, à la vésicule biliaire et au pancréas. Adénocarcinome métastatique, cancer de l'ovaire métastatique du sein.

    Signes de tumeur maligne des ovaires et de l'utérus

    Les symptômes de la tumeur maligne peuvent être l'apparition d'un taux de croissance rapide des néoplasmes, l'apparition de symptômes de douleur avec des sensations de douleur sévères, un dysfonctionnement des organes adjacents, l'apparition de plaintes provenant d'autres organes et systèmes qui ne dérangeaient pas une femme auparavant. Éventuellement faiblesse, fatigue, perte d'appétit, perte de poids.

    Tumeur ovarienne chez la femme: pronostic

    Les néoplasmes ovariens sont si divers que le pronostic pour les femmes atteintes de divers types de tumeurs est assez différent..

    Les néoplasmes bénins nécessitent une correction chirurgicale et médicale, et après cela, ils ne présentent aucune menace. Cependant, les néoplasmes laissés seuls ont toutes les chances de se transformer en une tumeur maligne..

    Les néoplasmes malins sont dangereux à tout stade, et plus tôt des mesures seront prises pour les traiter, plus le pronostic sera favorable pour un tel patient. Les rechutes, c'est-à-dire la reprise de l'apparition de néoplasmes malins, sont observées plus souvent chez les patients qui ont été traités à un stade ultérieur. Par conséquent, il est si important d'identifier le processus pathologique aux premiers stades de son émergence et de son développement afin de prendre le nombre de mesures nécessaires pour l'éliminer..

    C'est pour l'identification précoce de tels processus du système reproducteur que des examens préventifs sont nécessaires. Ou des consultations avec des gynécologues lorsque des symptômes pathologiques apparaissent.

    Afin d'identifier le processus pathologique, les mesures de diagnostic suivantes sont utilisées:

    • Examen gynécologique, à la fois dans les miroirs et bimanuel, et, si nécessaire, recto-vaginal.
    • Diagnostic échographique des organes pelviens et de la cavité abdominale.
    • Gastroscopie pour exclure les métastases du cancer de l'ovaire.
    • Résonance magnétique ou tomodensitométrie.
    • Tests sanguins pour le niveau de marqueurs tumoraux.

    Si vous soupçonnez que d'autres organes sont impliqués dans le processus, des spécialistes restreints peuvent être impliqués, qui prescrivent une quantité supplémentaire de mesures de diagnostic nécessaires.

    Tumeurs ovariennes

    La glande appariée du système reproducteur féminin - l'ovaire - est un organe cycliquement actif qui produit des hormones. C'est le lieu où les cellules sexuelles féminines se développent et mûrissent. Les tumeurs ovariennes sont une maladie assez courante. Heureusement, la plupart de ces néoplasmes sont bénins, mais malheureusement, environ trente pour cent des tumeurs sont à la limite et malignes..

    Chaque année dans le monde, plus de 250 000 femmes reçoivent un diagnostic de cancer de l'ovaire, et pour plus de la moitié d'entre elles, il devient mortel..

    L'hôpital Yusupov traite à la fois les maladies bénignes et malignes et limites des glandes génitales féminines. L'équipement de l'hôpital Yusupov permet à la fois un diagnostic précoce précis et une compréhension de l'immensité du processus lorsque la maladie est négligée à un niveau élevé. Les médecins de l'hôpital Yusupov développent et améliorent constamment les compétences de diagnostic et de traitement des patients. En sélectionnant des solutions complexes individuelles, en formant un plan de gestion des patients et en obtenant des résultats, les spécialistes aident de plus en plus de patients chaque jour. Inscrivez-vous pour une consultation par téléphone ou via Internet. Le site de l'hôpital Yusupov contient une grande quantité d'informations et est l'un des meilleurs sites médicaux, mais lors d'une réunion personnelle avec un spécialiste, vous pouvez poser une question spécifique et recevoir une réponse claire concernant la classification, la clinique, le diagnostic et le traitement de tous les types de tumeurs ovariennes.

    Types de tumeurs ovariennes

    La classification des tumeurs ovariennes divise tous les néoplasmes dans les types suivants:

    • Tumeurs ovariennes bénignes. Néoplasmes pathologiques qui se forment en raison d'un défaut dans les processus de croissance et de séparation. Les formations bénignes des ovaires sont divisées en: cystomes, ou véritables tumeurs des ovaires, qui se développent en raison de la division cellulaire; les kystes (fausses tumeurs) se développent en raison de l'accumulation de liquide. Les manifestations cliniques d'une tumeur bénigne se caractérisent par des symptômes d'inconfort et de tiraillements dans le bas de l'abdomen, des irrégularités menstruelles, des troubles dyspeptiques, dysuriques, etc. Les tumeurs ovariennes bénignes sont diagnostiquées sur la base des plaintes, de l'anamnèse, de l'examen gynécologique, des données de tests de laboratoire, des ultrasons, de l'imagerie par résonance magnétique et de la tomodensitométrie et la laparoscopie. Le traitement des tumeurs ovariennes bénignes est nécessaire pour éliminer les symptômes, prévenir les complications, la compression et la malignité.
    • Néoplasmes malins des ovaires. Dommages aux glandes reproductrices femelles, qui se caractérisent par une croissance rapide et agressive et la capacité de se développer dans les organes et tissus voisins. En outre, pour les néoplasmes malins des ovaires, la survenue de métastases régionales et distantes est caractéristique. La taille de la tumeur dans le cancer de l'ovaire peut être énorme. Dans les premiers stades, il est pratiquement asymptomatique et la progression du processus provoque à la fois des symptômes locaux et des signes d'intoxication cancéreuse, puis des symptômes de métastases se rejoignent. Le diagnostic des néoplasmes malins des ovaires comprend la collecte des plaintes, l'anamnèse de la vie et de la maladie, l'examen physique et gynécologique, les tests de laboratoire - analyses générales de sang et d'urine, recherche biochimique, détermination du niveau d'hormones sexuelles et de marqueurs tumoraux, examen échographique, imagerie par résonance magnétique et tomographie par ordinateur et laparoscopie. Les tactiques de gestion des patients diffèrent dans chaque cas. Des méthodes chirurgicales, des traitements de chimiothérapie, des méthodes de radiothérapie, etc. sont utilisées..
    • Tumeurs ovariennes limites. Les néoplasmes pathologiques, qui ont un signe de stratification cellulaire, sont actifs sur le plan mitotique, ils sont caractérisés par une atypie cellulaire, mais ces tumeurs ne sont pas invasives, ce qui ne permet pas de les classer comme bénignes ou malignes. Bien que l'évolution soit plus favorable que dans le cas des tumeurs malignes, le risque de propagation et de malignité est très élevé.

    Classification TNM du cancer de l'ovaire

    Il existe de nombreuses classifications du cancer de l'ovaire, selon la structure, le type de croissance, la production d'hormones, etc..

    Partout dans le monde, la classification TNM est acceptée, y compris pour le cancer de l'ovaire. Cette classification des tumeurs malignes vous permet d'établir la gravité et la propagation de l'éducation.

    La classification TNM est une abréviation dont les symboles signifient:

    • T - la propagation d'une tumeur primaire dans le corps humain;
    • H - le degré de dommage aux organes et l'état des ganglions lymphatiques régionaux;
    • M - la présence ou l'absence de métastases régionales ou distantes.

    Classification du cancer de l'ovaire par stade

    La classification des stades du cancer de l'ovaire est largement utilisée et est connue de tous les oncologues..

    Au premier stade, le cancer ne se propage pas en dehors de l'ovaire affecté.

    Stade 1a - lésion unilatérale et cellules cancéreuses à l'intérieur de l'ovaire, absentes à la surface.

    L'étape 1c est un processus bidirectionnel. Les cellules cancéreuses se trouvent à l'intérieur des glandes, absentes sur la surface externe et la cavité abdominale.

    L'étape 1c est un processus bidirectionnel et il y a au moins un des facteurs:

    • Rupture de la capsule néoplasique;
    • Localisation superficielle des cellules cancéreuses;
    • Cellules cancéreuses dans l'étude du liquide intra-abdominal.

    La deuxième étape du processus du cancer de l'ovaire est caractérisée par l'implication des organes pelviens.

    Le stade 2a est indiqué lorsque l'utérus est endommagé sans la présence de cellules cancéreuses dans le liquide intra-abdominal.

    Le stade 2c signifie une atteinte des organes pelviens - vessie, rectum ou sigma.

    Le stade 2c vous permet de détecter les cellules cancéreuses même lors de l'examen du liquide de la cavité abdominale.

    Le troisième stade du cancer de l'ovaire, lorsque, en plus d'un ou deux ovaires, les ganglions lymphatiques et / ou la muqueuse de la cavité abdominale sont également touchés.

    Le stade 3a indique la présence de cellules anormales dans les ovaires et dans la muqueuse de la cavité abdominale, ses parties supérieures.

    3c - des métastases jusqu'à deux centimètres de diamètre se trouvent dans la muqueuse de la cavité abdominale.

    Le stade 3c signifie que l'implication des ganglions lymphatiques et / ou le diamètre des métastases dans la membrane intra-abdominale est supérieur à deux centimètres.

    Le cancer de l'ovaire de stade 4 est caractérisé par la propagation du processus à l'extérieur de la cavité abdominale.

    Types de cancer de l'ovaire

    La classification est basée sur le mécanisme de survenue qui divise les néoplasmes malins en cancers primaires, secondaires, métastatiques et en cystadénome papillaire malin.

    Le primaire est le plus souvent bilatéral et se retrouve chez les femmes en âge de procréer.

    Le cancer secondaire survient à la suite de la malignité des formations ovariennes bénignes. Un exemple de cancer de l'ovaire secondaire est le sarcome - une formation maligne avec un tissu conjonctif d'une surface inégale, élastique, sujette aux hémorragies et à la nécrose. Agressif - métastases rapidement au cerveau, aux os, aux poumons.

    Le cancer métastatique survient en raison de la métastase d'une tumeur primaire d'un emplacement différent dans les ovaires.

    Cystadénome papillaire malin - kystes multiples avec excroissances papillaires, sujettes à des métastases rapides.

    La classification histologique divise les excroissances cancéreuses en:

    • Tumeurs épithéliales - séreuses, mucineuses, à cellules claires, tumeurs de Brenner, mixtes.
    • Tumeurs stromales du cordon sexuel - cellule granulosa-stromale, androblastome, gynandroblastome.
    • Tumeurs des cellules lipidiques.
    • Tumeurs des cellules germinales - dysgerminome, tumeur du sinus endodermique, carcinome embryonnaire, polyembryome, chorionépithéliome, tératome.
    • Gonadoblastome.

    L'adénocarcinome ovarien est une tumeur des cellules glandulaires. La structure histologique de l'adénocarcinome, en fonction du degré de différenciation:

    • adénocarcinome ovarien hautement différencié;
    • adénocarcinome ovarien modérément différencié;
    • adénocarcinome ovarien séreux mal différencié.

    Diagnostic des néoplasmes ovariens

    Une consultation avec un spécialiste commence par la collecte des plaintes, des antécédents médicaux et de la vie. Ensuite, un examen bimanuel est effectué si la tumeur ovarienne est grande - elle est palpable et une petite n'est pas toujours détectée. Des méthodes supplémentaires comprennent des analyses biochimiques et cliniques du sang et de l'urine, la détermination du niveau de marqueurs tumoraux, les hormones sexuelles dans le sérum sanguin.

    Méthodes instrumentales - échographie, imagerie par résonance magnétique et calculée, etc..

    La conclusion finale et le diagnostic sont fournis par une étude histologique et cytologique d'une biopsie chirurgicale.

    Traitement des néoplasmes ovariens

    Le traitement des néoplasmes ovariens dépend du type, de la structure, du degré de différenciation, de la sensibilité hormonale, de la prévalence et de nombreux autres facteurs.

    Ils utilisent des méthodes chirurgicales, de la chimiothérapie, de l'hormonothérapie, des méthodes de radiothérapie et bien d'autres..

    La méthode de traitement, la sélection des médicaments, la dose et la durée sont sélectionnées individuellement par le médecin.

    Un diagnostic précoce, un traitement correctement prescrit et une observation plus approfondie sont d'une grande importance. Tout cela peut être obtenu à l'hôpital Yusupov. De bons spécialistes et un personnel attentif vous fourniront rapidement et efficacement une assistance dans un environnement confortable. Inscrivez-vous à une consultation par téléphone ou via Internet.

    Tumeur ovarienne bénigne: diagnostic et traitement

    Il y a une attitude ambiguë envers les formations bénignes dans notre société. D'une part, nous sommes capables de négliger les visites chez un médecin, en portant un objet extraterrestre dans notre corps pendant des années, sans même le savoir. En revanche, le diagnostic indiqué dans le rapport médical peut sembler - et totalement déraisonnable - presque une condamnation à mort. Alors, de quoi les tumeurs bénignes nous menacent-elles, en particulier, comme les néoplasmes dans les ovaires??

    Caractéristiques générales des tumeurs ovariennes bénignes

    Les tumeurs ovariennes bénignes sont des néoplasmes relativement inactifs qui ne sont pas enclins à une croissance rapide et sont le plus souvent limités à un organe d'une paire. Parmi le nombre total de tumeurs, la fréquence de leur apparition est de 75 à 80%. Les causes des néoplasmes bénins sont divers facteurs:

    • génétique - tendance congénitale aux mutations cellulaires et aux troubles métaboliques;
    • psycho-émotionnel:
      • épuisement nerveux;
      • stress;
    • hormonale:
      • début intempestif de la ménarche (premières règles):
        • de bonne heure;
        • tardif;
      • ménopause prématurée;
      • infertilité;
    • traumatisant - y compris les conséquences de l'avortement;
    • toxique:
      • mauvaises habitudes;
      • facteurs environnementaux défavorables;
    • infectieux:
      • maladies inflammatoires du système génito-urinaire;
      • infections virales:
        • papillomatose;
        • herpès;
    • métabolique:
      • obésité;
      • Diabète;
    • violations secondaires:
      • fibromes utérins;
      • l'endométriose.

    Vidéo: kyste ovarien

    Classification des tumeurs

    Au cours du développement embryonnaire, les ovaires de l'enfant à naître sont formés de trois couches différentes de cellules - les soi-disant couches germinales. La plupart des autres organes et tissus proviennent d'une ou deux couches. Une organisation aussi complexe confère aux cellules ovariennes une grande variété, ce qui affecte leur développement ultérieur - à la fois normal et pathologique. Les tumeurs originaires de l'ovaire sont très hétérogènes.

    Selon les caractéristiques structurelles, tous les néoplasmes ovariens bénins peuvent être divisés en trois groupes:

    • épithéliale (superficielle):
      • mésonéphroïde (cellule claire);
      • mucineux;
      • La tumeur de Brenner;
      • séreux;
      • mixte;
      • endométrioïde;
    • cordon stromal et sexuel - dérivés des couches profondes du tissu conjonctif:
      • androblastomes;
      • tekoma;
      • fibromes;
    • cellules germinales issues des premiers prédécesseurs des glandes génitales:
      • kystes dermoïdes;
      • tératomes.

    Les tératomes contiennent souvent des inclusions étrangères qui ne sont pas caractéristiques du tissu ovarien

    En plus des caractéristiques structurelles, les tumeurs bénignes peuvent différer par leur activité hormonale. Il existe les catégories suivantes:

    • inactif;
    • producteur d'hormones:
      • virilisation - production d'hormones sexuelles mâles;
      • féminisant - sécrétant des hormones féminines.

    Tableau: tumeurs ovariennes bénignes les plus courantes

    GroupeSous-groupeType de tumeurCaractéristiques de la structure et de l'occurrence
    ÉpithéliumSéreux - sécrétant un liquide clair ou jaunâtreCystadénome séreux
    • Kyste jusqu'à 20 cm de diamètre;
    • contient des cavités remplies de liquide
    Cystadénome papillaireLa structure de la tumeur ressemble à une forme séreuse, mais les parois des cavités forment des excroissances
    Adénofibrome séreux / cystadénofibromeTumeur massive sans grandes cavités
    Mucineux - produisant une substance muqueuseCystadénome mucineux
    • Kyste avec une capsule lisse;
    • dans 9 cas sur 10 - unilatéral;
    • les cavités sont remplies de mucus;
    • peut atteindre de grandes tailles - jusqu'à 30 kg.
    Adénofibrome mucineux / cystadénofibromeUne masse dense avec une variété de kystes à l'intérieur
    Mixte (dimorphique)Les cavités sont remplies de contenus séreux et muqueux
    Tumeur de Brenner
    • Se produit le plus souvent dans l'ovaire gauche;
    • formation dense, extérieurement similaire aux fibromes. Les différences ne sont observées qu'à l'examen histologique.
    Effacer la celluleLe tissu tumoral contient un grand nombre de cellules incolores
    Endométrioïde - rempli de liquide sombreAdénome / cystadénome endométrioïde
    • Tumeurs jusqu'à 20 cm de taille;
    • les cavités sont remplies de contenu semblable à du goudron
    Adénofibrome endométrioïde / cystadénofibromeTumeur solide avec de petits kystes
    Corde stromale et génitaleAndroblastome
    • Formation dense jusqu'à 15 cm de diamètre;
    • produit des hormones sexuelles mâles
    Tekoma
    • Tumeur dense jusqu'à 30 cm de diamètre;
    • synthétise les hormones sexuelles féminines - les œstrogènes
    Fibrome
    • Une formation dense dépourvue de cavités;
    • ne produit pas de fluides
    Cellules germinalesKyste dermoïde
    • Relativement petit - jusqu'à 15 cm - éducation;
    • placé de manière compacte, le plus souvent limité à un ovaire;
    • peut former des tissus anormaux - os, cartilage, cheveux, dents;
    • contiennent une grande quantité de tissu adipeux
    Tératome

    Le plus souvent, les tumeurs bénignes affectent l'un des ovaires

    Symptômes

    Au stade initial, le développement d'une tumeur ovarienne bénigne est complètement asymptomatique, par conséquent, le processus pathologique ne peut être détecté que dans le processus de recherche instrumentale aléatoire. À mesure que le néoplasme se développe, sa pression sur les tissus environnants augmente. Dans ce cas, il y a:

    • syndrome de la douleur - unilatéral, tirant;
    • flatulence;
    • urination fréquente;
    • une augmentation de la taille de l'abdomen.

    Dans les cas graves, une nécrose des tissus qui ont perdu leur apport sanguin peut se développer. Une sortie obstruée des fluides des tissus et des cavités peut provoquer l'apparition du syndrome de Meigs:

    • anémie;
    • ascite - accumulation de liquide dans la cavité abdominale;
    • hydrothorax - remplissage de la cavité pleurale avec du liquide.

    L'accumulation de liquide dans la cavité abdominale est souvent observée avec les tumeurs ovariennes

    Une production excessive d'hormones sexuelles par des tumeurs bénignes entraîne les changements suivants:

    • troubles de la puberté:
      • prématuré;
      • différé;
    • anomalies du cycle menstruel:
      • absence (aménorrhée);
      • au hasard;
    • infertilité;
    • masculinisation - la formation d'un type masculin de structure corporelle:
      • hirsutisme (pilosité du visage et de la poitrine);
      • diminution du ton de la voix;
      • diminution des glandes mammaires;
      • la disparition de la graisse corporelle;
      • l'apparition de plaques chauves.

    Diagnostics et diagnostics différentiels

    L'étape initiale du diagnostic des tumeurs ovariennes bénignes est un examen externe de la patiente, accompagné de la collecte des antécédents familiaux. Dans le processus de communication, les facteurs qui ont provoqué l'apparition d'une pathologie sont établis: conditions de vie et de travail, infections passées, tendance aux maladies héréditaires. Lors de l'examen gynécologique et rectovaginal, les paramètres tumoraux suivants sont décrits:

    • localisation;
    • la taille;
    • cohérence;
    • mobilité;
    • sensibilité.

    Sur la base des résultats de l'examen, une liste d'autres études instrumentales et de laboratoire est établie. Parmi les premiers, l'échographie (échographie) est le plus souvent utilisée dans ses variantes:

    • échographie transabdominale avec vessie remplie - pour les grandes formations;
    • échographie transvaginale - pour les petites tumeurs;
    • échographie avec cartographie Doppler - pour évaluer l'intensité de l'apport sanguin dans les tissus altérés.

    L'échographie transabdominale détecte les grosses tumeurs ovariennes bénignes

    Cette méthode vous permet de visualiser la tumeur, de déterminer sa taille exacte, sa structure, la présence de cellules et d'inclusions, la nature du contenu. D'autres techniques non invasives ayant des fonctions similaires sont les types de tomographie - imagerie par résonance magnétique (IRM) et tomodensitométrie (TDM).

    La radiographie, en raison de sa faible sensibilité aux anomalies des tissus mous, est considérée comme peu d'information dans l'étude des tumeurs bénignes. Les exceptions sont:

    • tératomes contenant des inclusions osseuses;
    • cas de syndrome de Meigs, accompagnés de modifications de la cavité pleurale;
    • suspicion de malignité de la tumeur. Dans ce cas, une irrigoscopie peut être nécessaire - une étude de contraste aux rayons X de l'intestin;
    • insuffisance rénale nécessitant une urographie excrétrice.

    Les tumeurs qui se sont développées sur les parois des organes creux sont disponibles pour étude à l'aide de techniques endoscopiques:

    • œsophagogastroscopie - pour le diagnostic des tumeurs secondaires de l'œsophage et de l'estomac;
    • coloscopie - pour examiner le gros intestin;
    • hystéroscopie - pour étudier la cavité utérine;
    • laparoscopie - pour examiner la cavité abdominale par une petite incision externe (jusqu'à 1,5 cm).

    La laparoscopie est l'une des méthodes les plus fiables pour diagnostiquer les tumeurs bénignes

    Les tests de laboratoire visent à identifier les signes typiques de l'activité tumorale dans les fluides corporels. Ceux-ci inclus:

    • cellules altérées dans le liquide ascitique;
    • produits métaboliques spécifiques dissous dans le sang, la lymphe, l'ascite et le liquide pleural.

    Le contenu abdominal est prélevé à travers le fornix postérieur du vagin. L'examen cytologique ultérieur est une méthode de diagnostic classique, mais quelque peu dépassée, qui donne un grand nombre de faux négatifs. La définition des marqueurs tumoraux caractéristiques est beaucoup plus parfaite:

    • les antigènes glucidiques CA-125 et CA-19-9, typiques d'une large gamme de tumeurs ovariennes;
    • antigène cancer-embryonnaire (CEA), indiquant le développement d'un processus malin;
    • gonadotrophine chorionique (hCG) - signe d'une tumeur productrice d'hormones;
    • facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) - une protéine grâce à laquelle la tumeur est capable de recevoir un apport sanguin suffisant, grâce à laquelle elle accélérera son développement;
    • BRCA1 et BRCA2 - signaux indiquant une oncopathologie dans les tissus mammaires.

    L'utilisation de ces techniques de diagnostic permet de différencier les tumeurs ovariennes bénignes des maladies et affections qui créent des symptômes similaires..

    Tableau: diagnostic différentiel des tumeurs ovariennes bénignes

    Maladie / étatDifférences avec une tumeur bénigneMéthode de diagnostic
    Formations tumorales
    • L'éducation a une structure simplifiée;
    • certains éléments structurels (capsule, septa) sont absents ou sous-développés;
    • il existe des différences dans la structure des cellules
    Échographie, scanner, IRM, ponction, tests laparoscopiques
    Tumeurs malignes
    • La tumeur se développe activement et se métastase;
    • les symptômes sont plus graves, se développent plus activement;
    • il y a un niveau accru de marqueurs tumoraux
    Tests immunologiques, IRM, TDM, échographie, ponction, laparoscopie
    Autres tumeurs bénignesLe diagnostic différentiel n'a pas de valeur pratique significative, car la méthode de traitement pour toutes les formations bénignes est identique
    AbcèsL'éducation produit des cellules bactériennes et leurs déchetsPrise de sang, ponction, laparoscopie
    GrossesseLes symptômes douteux disparaissent à mesure que le fœtus se développeExamen externe, échographie
    Maladie diverticulaireLes symptômes sont localisés dans le rectumÉchographie, radiographie, coloscopie, laparoscopie
    Maladies des voies urinairesLes symptômes sont concentrés dans les voies urinairesÉchographie, scanner, IRM, urographie excrétrice

    Traitement

    Les tumeurs bénignes développées ne diffèrent pas par la croissance active, mais elles n'ont pas non plus tendance à la rémission. C'est pourquoi le traitement médicamenteux ne les affecte pas de manière significative. Seule la chirurgie est considérée comme une méthode thérapeutique efficace..

    Certaines formations - les kystes dits de rétention - sont sujettes à l'émergence et à la disparition spontanées, elles se dégradent également sous l'influence de l'hormonothérapie. Une telle structure peut être reconnue comme une vraie tumeur si elle répond à l'une de plusieurs caractéristiques:

    • plus de trois cycles menstruels persistent;
    • sa taille dépasse 6 cm de diamètre;
    • provoque de la douleur.

    Ce dernier signe est un indicateur absolu d'hospitalisation d'urgence. L'accès à la cavité pelvienne se fait par une petite incision dans la paroi abdominale, ce qui réduit la période de rééducation et le risque de complications. Un traitement ultérieur dépend de la gravité de la maladie. Peut être emporté:

    • résection épargnante - vous permet de ne retirer que la zone touchée, en préservant autant que possible la fonction reproductrice;
    • ovariectomie - ablation de l'ovaire avec une propagation significative de la tumeur;
    • annexectomie - ablation de l'ovaire et de l'épididyme, réalisée avec des résultats douteux des tests histologiques;
    • omentectomie - ablation de l'épiploon, réalisée avec suspicion de dégénérescence maligne de la tumeur;
    • hystérectomie - ablation de l'utérus avec appendices, recommandée en cas de maladie grave chez les personnes âgées.

    Les conditions de rééducation après la chirurgie sont de 2 à 8 semaines.

    Les chirurgies ovariennes modernes sont effectuées avec le plus de parcimonie possible

    Pronostic du traitement et complications possibles

    La faible activité et la faible agressivité des tumeurs bénignes rendent le pronostic de leur traitement très favorable. Les méthodes modernes de thérapie permettent au patient de retrouver la santé sans nuire aux fonctions vitales, y compris la procréation. Seules les complications, classiquement divisées en complications traumatiques et histologiques, constituent une certaine menace. Les premiers comprennent la rupture de la capsule et la torsion de la tige tumorale. La deuxième catégorie comprend la malignité, communément appelée transformation maligne..

    La rupture de la capsule tumorale entraîne la pénétration de son contenu liquide dans la cavité abdominale, ce qui peut provoquer:

    • péritonite aseptique;
    • saignement;
    • douleur aiguë;
    • état de choc;
    • propagation de cellules altérées le long des parois de la cavité.

    La torsion du pédoncule est plus fréquente dans les formations mobiles contenant une grande quantité de graisse. Une forte diminution de l'apport sanguin et de l'innervation de la tumeur entraîne le développement de:

    • syndrome de douleur intense;
    • spasme des muscles abdominaux;
    • choc;
    • nécrose tissulaire;
    • suppuration;
    • péritonite.

    La transformation maligne est le résultat le plus dangereux pour une tumeur bénigne. Sans traitement approprié, il survient chez 30 à 50% des patients, en particulier avec des types épithéliaux de néoplasmes. Le processus de malignité lui-même n'affecte pas trop l'état du patient, mais à l'avenir, il menace d'un traitement beaucoup plus difficile et de son issue vague.

    Commentaires

    J'ai eu un cystoadénome de l'ovaire gauche. J'étais à l'hôpital, on m'a injecté tout - différent: des hormones, plus de la physiothérapie. Rien n'a aidé, le kyste ne s'est pas dissous. 2/3 de l'ovaire a été prélevé par laparoscopie après 6 mois. dès le début du traitement. De plus, lors de la toute première échographie, le médecin a déclaré qu'aucun traitement ne fonctionnait pour de tels kystes, que la chirurgie. Et c'est arrivé. Après la chirurgie 6 mois. il est nécessaire de boire des contraceptifs oraux pour laisser reposer les appendices. Ensuite, il a été annulé et le médecin m'a permis de tomber enceinte. Je suis maintenant enceinte de 6 mois! Mon mari et moi sommes très heureux! Ne désespérez pas et ne vous découragez pas, maintenant tout est traité, l'essentiel est de suivre toutes les prescriptions du médecin, n'économisez pas sur les médicaments et tout passera pour vous, vous vous en souviendrez comme un mauvais rêve.

    Odalisque

    http://www.woman.ru/health/medley7/thread/4305540/

    Et je suis après une laparoscopie pour le troisième jour. Cystadénome. Plusieurs fibromes. Ils ont tout coupé. Le médecin a pris une telle décision, car il était déjà impossible d'aller plus loin. Le cystadénome papillaire dégénère le plus souvent en cancer. Je suis allé chez les médecins pendant un an jusqu'à ce que je tombe entre les mains d'un merveilleux médecin. Quels doutes peut-il y avoir si votre vie est en jeu? J'attends maintenant les résultats d'histologie. N'attendez pas, j'ai 45 ans et j'ai deux enfants, prenez soin de votre santé à temps!

    Valentin

    http://www.woman.ru/health/medley7/thread/4305540/

    Tout d'abord, un kyste de cette taille est surveillé par échographie pendant 3 à 5 mois. Ensuite, un traitement hormonal peut être prescrit (en fonction des résultats des tests réussis). Et si le traitement hormonal n'aide pas, alors la laparoscopie. Souvent, la séquence est comme ça. Mais, bien sûr, votre médecin devrait tout prescrire pour vous! Et la nature de ce néoplasme ne peut souvent être déterminée d'aucune façon, sauf pour la laparoscopie. En général, bien sûr, ils ne devraient pas être dans le corps de la femme et, bien sûr, c'est dangereux - pauses, torsions. Comme déjà dit ici - ne vous laissez pas emporter par les bains chauds, les sports extrêmes, etc., mais sinon suivez les instructions du médecin.

    Anonyme

    http://www.woman.ru/health/medley7/thread/3821649/

    Les tumeurs ovariennes bénignes sont faciles à traiter et disparaissent généralement sans laisser de trace une fois le traitement terminé. Mais un résultat aussi favorable n'est garanti qu'avec un diagnostic précoce, une intervention médicale rapide et un strict respect des prescriptions. Sinon, le développement ultérieur de la maladie est extrêmement difficile à prévoir..