Principal
Myome

Signes d'une tumeur hypophysaire et méthodes de son traitement

Une tumeur hypophysaire est une maladie dans laquelle il existe une prolifération pathologique de cellules hypophysaires. Dans ce cas, le processus normal de production d'hormones est perturbé, divers types de changements neurologiques et de troubles du système reproducteur se produisent..

La glande pituitaire est un organe appartenant au système endocrinien qui affecte le processus métabolique, la fonction reproductrice, la croissance de toutes les parties du corps. Il est situé dans le cerveau à la base de la selle turcique et comprend les parties antérieure (adénohypophyse) et postérieure (neurohypophyse). Le processus inflammatoire peut survenir dans n'importe lequel d'entre eux, provoquant divers types de troubles. La pathologie affecte à la fois les hommes et les femmes, principalement après 30 ans.

Facteurs responsables de la formation de la maladie

Dans la science moderne, les causes d'une tumeur pituitaire restent floues. Habituellement, ils parlent d'une prédisposition héréditaire à la maladie. Ceux dont les parents et amis souffrent de cette maladie doivent faire plus attention à leur santé et subir périodiquement un examen par un spécialiste..

En plus de la cause de nature génétique, les facteurs suivants sont possibles dans la formation de la pathologie:

  • traumatisme crânien avec lésion de l'hypophyse, hémorragie;
  • inflammation chronique de la cavité nasale;
  • prendre des médicaments hormonaux;
  • maladies infectieuses du système nerveux;
  • diminution de la fonction thyroïdienne.

En science médicale, il existe une théorie selon laquelle la pathologie de l'hypophyse est la conséquence d'une perturbation de l'activité du système endocrinien, en particulier de ses glandes périphériques, ainsi que d'un excès d'hormones dans l'hypothalamus - une section du diencéphale.

Classification des tumeurs

La systématisation est basée sur différents critères. Par la nature de l'événement, des tumeurs sont trouvées:

Bénin (adénomes).

Le néoplasme se compose de cellules de la glande elle-même, qui ont une activité de sécrétion, ce qui conduit à une hyperfonction de l'organe. Ils poussent lentement et peuvent être actifs ou gelés. Ne pénètre pas dans les tissus adjacents.

En taille, parmi les tumeurs bénignes, il y a:

  • picoadénomes - moins de 2 mm;
  • microadénomes - jusqu'à 1 cm;
  • macroadénomes - plus de 1 cm;
  • adénomes de plusieurs cm.

Malin.

Les cellules malignes sont incapables de remplir leurs fonctions normales et de contrôler le processus de croissance. Ils pénètrent dans les tissus voisins, pénètrent dans les organes et les vaisseaux sanguins environnants. Forme de métastases réfractaires.

Par emplacement par rapport à la selle turque, les néoplasmes sont divisés en 2 groupes:

  • endosellaire, qui dépassent les frontières de la selle turque;
  • intrasellaire - situé dans les limites désignées.

Si l'on prend en compte l'activité fonctionnelle, on peut parler de plusieurs types de tumeurs:

  • inactif;
  • hormone-active, dans laquelle une hormone est produite. Selon son type, les types de tumeurs suivants sont classés: corticotropinomes, gonadotropinomes, thyrotropinomes, prolactinomes, somatotropinomes.

Symptômes typiques

Les signes d'une tumeur hypophysaire sont différents. Cela dépend du type de néoplasme:

  • Les corticotropinomes provoquent un excès de poids. La peau se dessèche, des vergetures spécifiques se forment. La tumeur se forme lentement, les symptômes n'apparaissent pas immédiatement.
  • Les thyrotropinomes entraînent une perte de poids, des troubles de la mémoire et une diminution de l'attention. Il n'y a pas de libido, de menstruation chez les femmes.
  • Les prolactinomes provoquent des conditions associées à un dysfonctionnement sexuel du corps. Dans le même temps, chez les hommes, la zone de la poitrine augmente sensiblement, chez les femmes, le cycle menstruel est perturbé (les menstruations sont absentes pendant une longue période), des saignements utérins peuvent commencer. Très souvent, avec ces types de tumeurs, les cellules pathologiques se développent lentement, pendant longtemps presque sans se révéler.
  • Les hormones de croissance contribuent au développement de l'acromégalie et du gigantisme, conditions dans lesquelles les os du squelette deviennent disproportionnés. Si vous regardez les photos des patients, il y a une augmentation notable des os de la partie du visage, des membres supérieurs et inférieurs.

En raison de la croissance de la tumeur, une pression apparaît sur les tissus environnants, ce qui provoque des troubles du fonctionnement du système nerveux, des déficiences visuelles, qui progressent avec le temps.

Lorsque les terminaisons nerveuses du crâne humain sont comprimées, les symptômes suivants, indiquant des tumeurs hypophysaires, peuvent être dérangeants:

  • maux de tête, migraines;
  • Difficulté à bouger ou globes oculaires tremblants
  • nez qui coule sous une forme chronique;
  • évanouissement;
  • convulsions;
  • les troubles du sommeil;
  • troubles du travail du système cardiovasculaire;
  • démence.

Lorsque la tumeur affecte les tissus adjacents, d'autres troubles associés à l'état mental de la personnalité s'ajoutent aux signes ci-dessus..

Tests diagnostiques

En cas de suspicion de tumeur hypophysaire, les consultations d'un endocrinologue, d'un ophtalmologiste, d'un neuropathologiste sont nécessaires, suivies d'un examen approfondi du corps.

Une technique permettant d'établir la présence ou l'absence d'une maladie est associée au diagnostic de troubles ophtalmiques et hormonaux, ainsi qu'à la neuroimagerie du néoplasme..

L'ophtalmologiste examine le fond, évalue l'état du nerf optique, mesure l'acuité et le champ de vision. Avec une tumeur, il y a des violations de la fonction visuelle associées à l'incapacité de voir les objets de côté, ainsi qu'au mouvement involontaire des pupilles.

Le diagnostic peut être posé sur la base de signes externes de la maladie. Dans ce cas, une enquête est également attribuée en utilisant les méthodes ci-dessus. Il est important de prendre en compte la symptomatologie générale de l'état pathologique, car individuellement, les signes peuvent indiquer une variété de maladies..

L'endocrinologue vous enverra pour des tests d'urine et de sang veineux, en fonction des résultats desquels le niveau d'hormones hypophysaires est déterminé. Si leur contenu est dépassé, il est logique de vérifier l'hypophyse elle-même.

Pour clarifier le diagnostic, un neurologue peut prescrire les examens suivants:

  • Radiographie du crâne et de la sella turcica, qui permet de voir le changement de taille et de diagnostiquer une érosion de son fond, une augmentation des sinus du nez et de la mâchoire inférieure, des changements d'épaisseur osseuse et un élargissement des espaces entre les dents.
  • Tomodensitométrie (TDM), avec laquelle la taille exacte de la tumeur est établie.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM), qui permet de diagnostiquer les petits néoplasmes (moins de 5 mm), ainsi que d'établir la nature de la tumeur formée.
  • Angiographie des vaisseaux cérébraux, révélant le processus pathologique de déplacement de l'artère carotide et permettant de distinguer un anévrisme des vaisseaux cérébraux (néoplasme sur un vaisseau sanguin) et une tumeur hypophysaire.
  • Examen du liquide céphalo-rachidien à la recherche de protéines pouvant être l'un des symptômes d'une tumeur.

Conséquences possibles et pronostic

Une maladie à un stade avancé en l'absence de traitement approprié entraîne de graves complications. Il peut contribuer au développement de dysfonctionnements visuels, d'hémorragie cérébrale, d'infertilité, d'impuissance et d'autres troubles sexuels, et également entraîner des dépressions nerveuses et une instabilité mentale de la personnalité.

Il est impossible de dire sans équivoque quel sera le pronostic de cette maladie. Tout dépend de nombreux facteurs: la taille de la tumeur, sa localisation, la nature de la formation. L'activité hormonale humaine est également prise en compte. Avec un néoplasme bénin, le pronostic est largement favorable. La maladie est traitable, l'équilibre hormonal est rétabli avec le temps.

Un diagnostic précoce avec un traitement ultérieur affecte également un résultat positif. La restauration de la viabilité des nerfs optiques n'est possible qu'au début du processus inflammatoire.

Afin d'éviter le développement d'une tumeur hypophysaire, il est important de maintenir un mode de vie sain, de diagnostiquer et de traiter en temps opportun les anomalies hormonales et les troubles fonctionnels du système nerveux..

Traitement

Plus la maladie est détectée tôt, plus il y a de chances de trouver une solution positive au problème. Le traitement est prescrit par des spécialistes - un neurochirurgien et un endocrinologue - en fonction des résultats des examens, lorsque le type de pathologie, sa taille et son emplacement sont identifiés.

Il existe plusieurs façons de traiter une tumeur:

  1. Médicament.
    Médicaments prescrits, dont l'action vise à réduire les adénomes, ainsi qu'à réguler le niveau d'hormones dans le sang.
  2. Intervention opératoire.
    Une méthode efficace associée à la pénétration dans la zone du processus inflammatoire par les sinus. Cela évite les incisions et le risque d'infection du corps lors des opérations chirurgicales..
  3. Radiothérapie.
    Il est utilisé dans les cas où une intervention chirurgicale est impossible. Dans la pratique médicale moderne, une méthode radiochirurgicale est utilisée, impliquant l'utilisation d'un cyberknife. Il irradie la zone touchée de tous les côtés et évite les interférences invasives dans le corps. La dose est choisie individuellement, en tenant compte des caractéristiques de la tumeur, ainsi que de l'état du patient.

Dans la vidéo, le spécialiste parle de l'adénome hypophysaire:

Dans certains cas, des traitements mixtes sont utilisés pour obtenir un effet maximal en peu de temps..

Au moment de décider du choix du traitement, il est important de prendre en compte toutes les composantes de ce processus. La prise de médicaments doit être convenue avec votre médecin. L'automédication et l'auto-administration de médicaments sont interdites.

Adénome hypophysaire

Un adénome hypophysaire est une tumeur bénigne de l'hypophyse antérieure.

L'hypophyse est une petite structure dans le cerveau qui contrôle les glandes endocrines grâce à la production de ses propres hormones. Un adénome hypophysaire peut être hormonalement actif et inactif. Les symptômes cliniques de la maladie dépendent de ce fait, ainsi que de la taille de la tumeur, de la direction et de la vitesse de sa croissance..

Les principales manifestations de l'adénome hypophysaire peuvent être des problèmes de vision, un dysfonctionnement de la glande thyroïde, des gonades, des glandes surrénales, une croissance altérée et la proportionnalité de certaines parties du corps. Parfois, la maladie est asymptomatique.

Ce que c'est?

En termes simples, un adénome hypophysaire est un néoplasme de la glande pituitaire, qui peut se manifester par divers symptômes cliniques (troubles endocriniens, ophtalmologiques ou neurologiques) ou dans certains cas être asymptomatiques. Il existe de nombreux types de cette tumeur..

De quel groupe appartient l'adénome, ses caractéristiques dépendent - manifestations pathologiques, méthodes de diagnostic et de traitement.

Raisons de développement

Les raisons exactes de la formation d'un adénome hypophysaire n'ont pas encore été établies en neurologie. Cependant, il existe des hypothèses qui prouvent l'apparition d'une tumeur due à des phénomènes infectieux du système nerveux, à un traumatisme cranio-cérébral et à l'impact négatif de divers facteurs sur le fœtus. Les neuroinfections les plus dangereuses pouvant entraîner la formation de tumeurs comprennent la neurosyphilis, la tuberculose, la brucellose, l'encéphalite, la poliomyélite, les abcès cérébraux, la méningite, le paludisme cérébral..

Des études neurologiques sont actuellement en cours, dont le but est d'établir un lien entre la formation d'un adénome hypophysaire et la prise de contraceptifs oraux par les femmes. Les scientifiques étudient également une hypothèse qui prouve qu'une tumeur peut apparaître en raison d'une stimulation hypothalamique accrue de l'hypophyse. Ce mécanisme de développement de néoplasmes est souvent observé chez les patients atteints d'hypogonadisme primaire ou d'hypothyroïdie..

Classification

Les adénomes hypophysaires sont classés en hormones actives (produisent des hormones hypophysaires) et hormonalement inactives (ne produisent pas d'hormones).

En fonction de l'hormone produite en excès, les adénomes hypophysaires hormonalement actifs sont divisés en:

  • prolactine (prolactinomes) - se développent à partir de prolactotrophes, se manifestent par une production accrue de prolactine;
  • gonadotropes (gonadotrophes) - se développent à partir de gonadotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormones lutéinisantes et folliculo-stimulantes;
  • somatotropes (somatotropinomes) - se développent à partir de somatotrophes, se manifestent par une production accrue de somatotropine;
  • corticotropes (corticotropinomes) - se développent à partir de corticotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone adrénocorticotrope;
  • thyrotropes (thyrotropinomes) - se développent à partir de thyrotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone stimulant la thyroïde.

Si un adénome hypophysaire hormonalement actif sécrète deux hormones ou plus, il est appelé.

Les adénomes hypophysaires hormonalement inactifs sont subdivisés en oncocytomes et adénomes chromophobes..

Selon la taille:

  • picoadénome (diamètre inférieur à 3 mm);
  • microadénome (diamètre ne dépassant pas 10 mm);
  • macroadénome (diamètre supérieur à 10 mm);
  • adénome géant (40 mm ou plus).

Selon le sens de croissance (par rapport à la selle turque), les adénomes hypophysaires peuvent être:

  • endosellaire (croissance de néoplasmes dans la cavité de la sella turcica);
  • infrasellaire (la propagation du néoplasme est plus faible, elle atteint le sinus sphénoïde);
  • suprasellaire (propagation de la tumeur vers le haut);
  • rétrosellaire (croissance postérieure du néoplasme);
  • latéral (propagation du néoplasme sur les côtés);
  • ansellaire (croissance antérieure de la tumeur).

Lorsqu'un néoplasme se propage dans plusieurs directions, il est appelé dans les directions dans lesquelles la tumeur se développe.

Symptômes

Les signes qu'un adénome hypophysaire peut se manifester diffèrent selon le type de tumeur.

Un microadénome hormonalement actif se manifeste par des troubles endocriniens, tandis qu'un microadénome inactif peut exister pendant plusieurs années jusqu'à ce qu'il atteigne une taille significative ou soit détecté accidentellement lors d'un examen pour d'autres maladies. 12% des personnes ont des microadénomes asymptomatiques.

Le macroadénome se manifeste non seulement par des troubles endocriniens, mais également par des troubles neurologiques causés par la compression des nerfs et des tissus environnants.

Prolactinome

La tumeur hypophysaire la plus courante se produit dans 30 à 40% de tous les adénomes. En règle générale, la taille du prolactinome ne dépasse pas 2 à 3 mm. Il est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Il se manifeste par des signes tels que:

  • irrégularités menstruelles chez la femme - cycles irréguliers, allongement du cycle de plus de 40 jours, cycles anovulatoires, absence de menstruation
  • galactorrhée - écoulement constant ou intermittent de lait maternel (colostrum) des glandes mammaires, non associé à la période post-partum
  • incapacité de tomber enceinte en raison du manque d'ovulation
  • chez les hommes, le prolactinome se manifeste par une diminution de la puissance, une augmentation des glandes mammaires, une dysfonction érectile, une altération de la formation de spermatozoïdes, conduisant à l'infertilité.

Somatotropinome

Il représente 20 à 25% du nombre total d'adénomes hypophysaires. Chez les enfants, il occupe le troisième rang en termes de fréquence d'apparition après le prolactinome et le corticotropinome. Elle se caractérise par une augmentation du taux d'hormone de croissance dans le sang. Signes de somatotropinome:

  • chez les enfants, il se manifeste par des symptômes de gigantisme. L'enfant prend rapidement du poids et de la taille, ce qui est dû à la croissance uniforme des os en longueur et en largeur, ainsi qu'à la croissance du cartilage et des tissus mous. En règle générale, le gigantisme commence dans la période prépubère, quelque temps avant le début de la puberté et peut progresser jusqu'à la fin de la formation du squelette (jusqu'à environ 25 ans). Le gigantisme est considéré comme une augmentation de la taille d'un adulte de plus de 2 à 2,05 m.
  • si le somatotropinome survient à l'âge adulte, il se manifeste par des symptômes d'acromégalie - une augmentation des mains, des pieds, des oreilles, du nez, de la langue, des changements et un grossissement des traits du visage, l'apparition d'une pilosité accrue, de la barbe et des moustaches chez la femme, des irrégularités menstruelles. Une augmentation des organes internes entraîne une violation de leurs fonctions.

Corticotropinome

Il survient dans 7 à 10% des cas d'adénome hypophysaire. Caractérisée par une production excessive d'hormones du cortex surrénalien (glucocorticoïdes), on parle de maladie d'Itsenko-Cushing.

  • Obésité de type «cushingoïde» - il y a une redistribution de la couche adipeuse et un dépôt de graisse dans la ceinture scapulaire, sur le cou, dans les zones supraclaviculaires. Le visage prend une forme ronde "lunaire". Les membres deviennent plus minces en raison de processus atrophiques dans le tissu sous-cutané et les muscles.
  • troubles cutanés - rose - vergetures violettes (stries) sur la peau de l'abdomen, de la poitrine, des cuisses; augmentation de la pigmentation de la peau des coudes, des genoux, des aisselles; sécheresse accrue et desquamation de la peau du visage
  • hypertension artérielle
  • les femmes peuvent avoir des irrégularités menstruelles et de l'hirsutisme - augmentation de la croissance des poils de la peau, de la barbe et de la moustache
  • chez les hommes, une diminution de la puissance est souvent observée

Gonadotrophinome

Rarement trouvé parmi les adénomes hypophysaires. Il se manifeste par des violations du cycle menstruel, plus souvent par l'absence de menstruation, par une diminution de la fertilité chez l'homme et la femme, dans le contexte d'organes génitaux externes et internes réduits ou absents.

Thyrotropinome

Il est également très rare, seulement dans 2 à 3% des adénomes hypophysaires. Ses manifestations dépendent du fait que cette tumeur soit primaire ou secondaire..

  • pour le thyrétropinome primitif, l'hyperthyroïdie est caractéristique - perte de poids, tremblement des membres et de tout le corps, gonflement, manque de sommeil, augmentation de l'appétit, augmentation de la transpiration, hypertension artérielle, tachycardie.
  • pour le thyrotropinome secondaire, c'est-à-dire résultant d'une fonction réduite à long terme de la glande thyroïde, les phénomènes d'hypothyroïdie sont caractéristiques - œdème du visage, retard d'élocution, prise de poids, constipation, bradycardie, peau sèche et squameuse, voix rauque, dépression.

Manifestations neurologiques de l'adénome hypophysaire

  • déficience visuelle - vision double, strabisme, diminution de l'acuité visuelle d'un ou des deux yeux, limitation des champs visuels. La taille importante de l'adénome peut entraîner une atrophie complète du nerf optique et la cécité
  • mal de tête qui ne s'accompagne pas de nausées, ne change pas avec un changement de position du corps, n'arrête souvent pas de prendre des analgésiques
  • congestion nasale due à l'invasion du fond de la sella turcica

Symptômes d'insuffisance hypophysaire

Peut-être le développement d'une insuffisance hypophysaire causée par la compression du tissu pituitaire normal. Symptômes:

  • hypothyroïdie
  • insuffisance surrénale - fatigue accrue, pression artérielle basse, évanouissement, irritabilité, douleurs musculaires et articulaires, altération du métabolisme des électrolytes (sodium et potassium), hypoglycémie
  • une diminution du taux d'hormones sexuelles (œstrogènes chez la femme et testostérone chez l'homme) - infertilité, diminution de la libido et impuissance, diminution de la croissance des cheveux chez les hommes sur le visage
  • chez les enfants, un manque d'hormone de croissance entraîne un retard de croissance et de développement

Signes psychiatriques

Ces symptômes d'adénome hypophysaire sont causés par des changements des niveaux hormonaux dans le corps. Irritabilité, instabilité émotionnelle, larmoiement, dépression, agressivité, apathie peuvent être observés.

Diagnostique

Malgré une telle variété de manifestations cliniques, on peut dire que le diagnostic d'un adénome hypophysaire est une entreprise assez difficile..

Cela est principalement dû à la non-spécificité de nombreuses plaintes. De plus, les symptômes d'un adénome hypophysaire obligent les patients à se tourner vers divers spécialistes (ophtalmologiste, gynécologue, thérapeute, pédiatre, urologue, sexologue et même psychiatre). Et pas toujours un spécialiste étroit peut soupçonner cette maladie. C'est pourquoi les patients présentant de telles plaintes non spécifiques et polyvalentes sont soumis à un examen par plusieurs spécialistes. En outre, un test sanguin pour les niveaux d'hormones aide au diagnostic de l'adénome hypophysaire. Une diminution ou une augmentation d'un certain nombre d'entre eux, associée à des plaintes existantes, aide le médecin à déterminer le diagnostic.

Auparavant, la radiographie de la sella turcica était largement utilisée dans le diagnostic de l'adénome hypophysaire. L'ostéoporose révélée et la destruction du dos de la selle turcique, le double contour de son fond servi et servent toujours de signes fiables d'adénome. Cependant, ce sont déjà des symptômes tardifs d'un adénome hypophysaire, c'est-à-dire qu'ils apparaissent déjà avec une expérience significative de l'existence d'un adénome.

L'imagerie par résonance magnétique du cerveau est une méthode moderne, plus précise et plus précoce de diagnostic instrumental, par rapport à la radiographie. Cette méthode vous permet de voir l'adénome, et plus l'appareil est puissant, plus ses capacités de diagnostic sont élevées. Certains microadénomes de l'hypophyse, en raison de leur petite taille, peuvent rester méconnus même avec l'imagerie par résonance magnétique. Il est particulièrement difficile de diagnostiquer les microadénomes non hormonaux à croissance lente, qui peuvent ne présenter aucun symptôme..

Traitement de l'adénome hypophysaire

Différentes techniques sont utilisées pour traiter l'adénome, dont le choix dépend de la taille du néoplasme et de la nature de l'activité hormonale. À ce jour, les approches suivantes sont utilisées:

  1. Observation. Pour les tumeurs hypophysaires petites et inactives sur le plan hormonal, les médecins choisissent des tactiques en attente. Si l'éducation augmente, un traitement approprié est prescrit. Si l'adénome n'affecte pas l'état du patient, la surveillance se poursuit.
  2. Thérapie médicamenteuse. La prescription de médicaments à un patient atteint d'une tumeur hypophysaire est indiquée pour éliminer les symptômes de la maladie et améliorer la santé. À cette fin, le médecin prescrit des médicaments fortifiants et des complexes vitaminiques. Un traitement conservateur est indiqué pour les petits néoplasmes. Le choix des médicaments dépend également du type de tumeur. Pour les somatotropinomes, des agonistes de la somatostatine (somatuline et sandostatine) sont prescrits, pour les prolactinomes, les agonistes de la dopamine et les ergolines, pour le corticotropinome, les inhibiteurs de la stéroïdogenèse (nizoral, mammomite, oriméthène).
  3. Traitement radiochirurgical. Il s'agit d'une méthode moderne et très efficace de radiothérapie, basée sur la destruction de la tumeur par rayonnement, sans effectuer de procédures chirurgicales..
  4. Opération. L'ablation chirurgicale de l'adénome hypophysaire est la méthode de traitement la plus efficace, mais en même temps traumatique. Les spécialistes ont deux options d'accès: par les voies nasales et en ouvrant la cavité crânienne. La première approche est préférable, mais utilisée uniquement pour les petits adénomes.

Souvent, le traitement de l'adénome hypophysaire nécessite de combiner plusieurs de ces techniques pour obtenir le résultat souhaité..

Prévisions pour la vie

Un adénome hypophysaire appartient aux néoplasmes bénins, cependant, avec une augmentation de la taille, il prend, comme d'autres tumeurs cérébrales, une évolution maligne en raison de la compression des structures anatomiques environnantes. La taille de la tumeur détermine également la possibilité de son élimination complète. Un adénome hypophysaire d'un diamètre de plus de 2 cm est associé à la probabilité de rechute postopératoire, qui peut survenir dans les 5 ans suivant le retrait.

Le pronostic de l'adénome dépend également de son type. Ainsi, avec les microcorticotropinomes, 85% des patients présentent une restauration complète de la fonction endocrinienne après un traitement chirurgical. Chez les patients atteints de somatotropinome et de prolactinome, ce chiffre est beaucoup plus bas - 20-25%. Selon certaines données, en moyenne, après un traitement chirurgical, une guérison est observée chez 67% des patients et le nombre de rechutes est d'environ 12%.

Dans certains cas, avec une hémorragie dans l'adénome, une auto-guérison se produit, ce qui est le plus souvent observé dans les prolactinomes.

Tumeur hypophysaire - qu'est-ce que c'est? Signes de la maladie chez les femmes

La glande pituitaire est un organe appartenant au système endocrinien qui affecte le processus métabolique, la fonction reproductrice, la croissance de toutes les parties du corps. Il est situé dans le cerveau à la base de la selle turcique et comprend les parties antérieure (adénohypophyse) et postérieure (neurohypophyse). Le processus inflammatoire peut survenir dans n'importe lequel d'entre eux, provoquant divers types de troubles. La pathologie affecte à la fois les hommes et les femmes, principalement après 30 ans.

Classification des tumeurs hypophysaires

Les néoplasmes de la glande pituitaire peuvent être de deux types:

  • Néoplasmes fonctionnels - perturbent l'équilibre d'une certaine hormone;
  • Néoplasmes non fonctionnels - à mesure qu'ils se développent, ils pressent les centres du cerveau, sans être accompagnés d'aucun symptôme. Peut être grand.

La plus courante est une tumeur hypophysaire non fonctionnelle. Dans le même temps, les symptômes chez les femmes n'apparaissent pas toujours. Des problèmes de glande pituitaire sont détectés par hasard lors de la TDM et de l'IRM.

Le concept de la maladie

Une tumeur hypophysaire est une prolifération pathologique de tissu organique qui provoque son dysfonctionnement. Cela est dû à un dysfonctionnement dans le cycle de vie des cellules, qui commencent à se multiplier de manière intensive. La pathologie se développe principalement chez les jeunes hommes et femmes, moins souvent chez les enfants et les personnes âgées.

La glande pituitaire est une glande endocrine qui produit des hormones qui régulent d'autres glandes et fonctions corporelles. La glande pituitaire est située dans la selle turque - un approfondissement de l'os sphénoïde du crâne. L'organe est divisé en deux sections qui produisent des hormones différentes - l'adénohypophyse et la neurohypophyse.

Les tumeurs peuvent être indépendantes, provenant du tissu pituitaire ou métastatiques - d'autres organes.

Macroadénome hypophysaire chez la femme et ses symptômes

En pressant les centres nerveux voisins, un macroadénome entraîne une diminution de la production d'hormones telles que le cortisol, l'hormone de croissance, les hormones sexuelles et les hormones thyroïdiennes.

Ceci est accompagné de symptômes tels que:

  • Mal de crâne;
  • Étourdissements et perte de conscience;
  • Vision trouble ou cécité;
  • La nausée;
  • Fatigue, faiblesse;
  • Violation de la menstruation ou absence de menstruation;
  • Diminution de la libido.

Parfois, un néoplasme bénin, serrant les lobes postérieurs de l'hypophyse, provoque une carence en hormone vasopressine. En conséquence, le diabète insipide se développe, accompagné de mictions fréquentes. En raison de la grande perte de liquide, une déshydratation se produit, ce qui peut conduire au coma. Pour éliminer ces symptômes, des médicaments sont utilisés pour remplacer la vasopressine..

Causes du cancer de l'hypophyse

Les causes et l'étiologie du cancer de l'hypophyse ne sont pas bien comprises, mais son apparence est associée à l'influence de certains facteurs principaux, notamment:

  • • Neuroinfections et méningites, dont les agents responsables sont des bactéries et des virus. La méningite à pneumocoque est extrêmement dangereuse et contagieuse. Il peut être infecté par des gouttelettes en suspension dans l'air des porteurs environnants de l'infection, mais il faut du temps, une période d'incubation, pour que les symptômes apparaissent. Même en cas de guérison après la maladie, le microtraumatisme du tissu cérébral reste.
  • • Traumatisme cérébral (ouvert, fermé) et hémorragies, provoquant une inflammation aseptique, des processus auto-immuns, une prédisposition à la dégénérescence.
  • • Hérédité. L'oncologie peut être héritée par des gènes mutés qui la déclenchent.
  • • L'exposition aux radiations, aux radiations provoque des malignités et des mutations. Le cancer de l'hypophyse peut se former immédiatement ou après des décennies.
  • • Hormonothérapie pour traiter d’autres maladies.
  • • Psychosomatique - la probabilité d'apparition de néoplasmes dus au stress ne peut pas être complètement exclue.

Tumeurs hypophysaires chez les femmes causées par une altération de la production d'hormone de croissance et leurs symptômes

Les principaux signes de ces formations sont dus à la production accrue d'hormone somatotrope, ou hormone de croissance. La manifestation de la pathologie dépend de l'âge du patient. Fondamentalement, la maladie s'accompagne des symptômes suivants:

  • Augmentation de la taille des membres;
  • Agrandissement des lèvres et du nez;
  • Lobes d'oreille élargis
  • Menton, pommettes et crâne élargis;
  • Arthrite, qui provoque une déformation osseuse;
  • Articulations et maux de tête;
  • Augmentation de la transpiration;
  • Violation de l'activité cardiovasculaire;
  • Augmentation de la glycémie.

Chez les enfants, cette maladie peut être accompagnée de transpiration, de croissance osseuse accélérée et de douleurs articulaires..

Prolactinome

Le prolactinome est une tumeur bénigne de l'hypophyse antérieure, plus fréquente chez les jeunes femmes en âge de procréer. Le manque de prolactine provoque un dysfonctionnement des ovaires et des glandes mammaires. Elle se caractérise par des irrégularités menstruelles, une sensibilité des seins et une production de lait anormale indépendamment de l'accouchement. Le prolactinome peut entraîner une infertilité secondaire.

Adénome hypophysaire sécrétant de la thyrotropine

Ce type de tumeur est rare. À mesure que le cancer se développe, il entraîne une production accrue de l'hormone thyrotropine, qui affecte directement la glande thyroïde. Il provoque une perte de poids, une transpiration excessive, de l'insomnie, une augmentation du rythme cardiaque, une altération de la sensibilité tactile.

Corticotropinome. syndrome de Cushing

Le corticotropinome est une masse bénigne dans la glande pituitaire antérieure. En raison de niveaux élevés de corticotropine, les glandes surrénales produisent des quantités excessives d'hormones stéroïdes.

À cet égard, le syndrome de Cushing se développe, qui se manifeste par les symptômes suivants:

  • Rougeur et gonflement de la peau du visage;
  • Éruption cutanée et inflammation sous forme d'acné;
  • Irritabilité;
  • Gain de poids dans la région de l'abdomen et de la poitrine;
  • Vergetures violettes sur l'abdomen;
  • Augmentation de la glycémie, diabète;
  • Ostéoporose;
  • Violation de la menstruation.

Symptômes typiques

Les signes d'une tumeur hypophysaire sont différents. Cela dépend du type de néoplasme:

  • Les corticotropinomes provoquent un excès de poids. La peau se dessèche, des vergetures spécifiques se forment. La tumeur se forme lentement, les symptômes n'apparaissent pas immédiatement.
  • Les thyrotropinomes entraînent une perte de poids, des troubles de la mémoire et une diminution de l'attention. Il n'y a pas de libido, de menstruation chez les femmes.
  • Les prolactinomes provoquent des conditions associées à un dysfonctionnement sexuel du corps. Dans le même temps, chez les hommes, la zone de la poitrine augmente sensiblement, chez les femmes, le cycle menstruel est perturbé (les menstruations sont absentes pendant une longue période), des saignements utérins peuvent commencer. Très souvent, avec ces types de tumeurs, les cellules pathologiques se développent lentement, pendant longtemps presque sans se révéler.
  • Les hormones de croissance contribuent au développement de l'acromégalie et du gigantisme, conditions dans lesquelles les os du squelette deviennent disproportionnés. Si vous regardez les photos des patients, il y a une augmentation notable des os de la partie du visage, des membres supérieurs et inférieurs.

En raison de la croissance de la tumeur, une pression apparaît sur les tissus environnants, ce qui provoque des troubles du fonctionnement du système nerveux, des déficiences visuelles, qui progressent avec le temps.

Lorsque les terminaisons nerveuses du crâne humain sont comprimées, les symptômes suivants, indiquant des tumeurs hypophysaires, peuvent être dérangeants:

  • maux de tête, migraines;
  • Difficulté à bouger ou globes oculaires tremblants
  • nez qui coule sous une forme chronique;
  • évanouissement;
  • convulsions;
  • les troubles du sommeil;
  • troubles du travail du système cardiovasculaire;
  • démence.

Lorsque la tumeur affecte les tissus adjacents, d'autres troubles associés à l'état mental de la personnalité s'ajoutent aux signes ci-dessus..

Diagnostique

Pour diagnostiquer la maladie, ils ont recours aux procédures suivantes:

  • Analyse du sang et de l'urine - vous permet de déterminer le niveau d'hormones;
  • L'examen par un ophtalmologiste - permet de connaître la taille du néoplasme et de comprendre dans quelle direction il se développe;
  • Examen du liquide céphalo-rachidien pour les protéines, car elles peuvent indiquer la présence d'un cancer dans le cerveau;
  • La tomodensitométrie (tomodensitométrie) et l'IRM (imagerie par résonance magnétique) du cerveau occupent une place de premier plan parmi les méthodes de diagnostic des tumeurs hypophysaires. Avec leur aide, il est possible d'identifier même les plus petits adénomes hypophysaires et leur localisation..

Vous voulez connaître le coût du traitement du cancer à l'étranger?

* Ayant reçu des données sur la maladie du patient, le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Stades du cancer de l'hypophyse

Les étapes suivantes du développement de l'oncopathologie sont distinguées:

  • • 0 (in situ) - ne se manifeste pas;
  • • 1 - la taille de l'atypie jusqu'à 1 cm;
  • • 2 - plus de 1 à 2 cm, il existe des lésions uniques des ganglions lymphatiques régionaux avec des métastases;
  • • 3 - il existe des métastases dans les ganglions lymphatiques occipitaux et sous-maxillaires;
  • • 4 - le cancer de l'hypophyse se métastase activement, la décomposition est en cours, des foyers distants sont trouvés.

Les premier et deuxième degrés sont généralement détectés par hasard, car les plaintes sont souvent absentes à un stade précoce. À l'heure actuelle, le cancer de l'hypophyse est toujours opérable et le taux de survie est élevé. La troisième phase est caractérisée par des complexes de symptômes endocriniens évidents, parfois le processus est déjà inopérable, mais il est encore nécessaire de le combattre. Cela ne veut pas dire que cette maladie est mortelle, mais les complications du cancer de l'hypophyse sont souvent mortelles. Si la maladie oncologique n'est pas traitée, elle passe au quatrième, dernier stade et devient incurable - le pronostic est défavorable.

Traitement des tumeurs hypophysaires

Comment traiter une tumeur, les médecins décident en fonction du type de néoplasme. Le traitement est effectué sous la supervision d'un oncologue et d'un endocrinologue. En médecine moderne, un traitement conservateur (thérapie médicamenteuse), une radiothérapie, un traitement chirurgical et complexe de la pathologie sont utilisés..

Avec la pharmacothérapie, le médecin prescrit des médicaments - des agonistes de la dopamine, qui provoquent un rétrécissement par la prolactine. Les agonistes de la dopamine sont des médicaments tels que la bromocriptine, la cabergoline, la cyproheptadine, qui normalisent les niveaux d'hormones.

La radiothérapie est utilisée si le néoplasme ne peut être enlevé par chirurgie pour quelque raison que ce soit. Cette méthode est souvent utilisée pour éliminer les microtumeurs. Une contre-indication est l'emplacement du néoplasme près des nerfs optiques. La radiothérapie est efficace avec une utilisation à long terme. La dose de rayonnement est fixée par le médecin en fonction du type de tumeur, de sa taille et de sa localisation. Il est également possible d'utiliser un cyber-couteau. La radiothérapie est plus souvent prescrite aux patients plus âgés.

La chirurgie endonasale est le moyen le plus efficace d'éliminer l'adénome de l'épididyme. De cette manière, il est plus facile de retirer la masse. L'opération est effectuée par les voies nasales. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de faire des incisions, ce qui signifie que le risque d'infection des patients est négligeable..

Critères discutés en commission

  • surveillance médicale pendant la période d'examen, quel que soit l'endroit où se trouvait la personne malade (période jusqu'à 2 mois). Dans le cas sans traitement chirurgical pour diverses raisons. Ensuite, une saisine est adressée à la commission médicale et sociale. Chez les patients ayant subi une intervention chirurgicale, la durée d'observation est considérée à la fin de l'opération, la période de rééducation.
  • ablation complète d'une tumeur bénigne, survenue de troubles mineurs du système nerveux de 4 à 6 mois.
  • troubles neurologiques graves, récupération retardée des fonctions corporelles.
  • élimination d'un néoplasme malin et pronostic négatif de guérison.
  • s'il existe un soupçon raisonnable de récidive de la maladie, en cas d'ablation incomplète, une réintervention planifiée.

Une enquête auprès des personnes ayant subi l'opération a montré que dans notre pays, l'opération d'ablation d'une tumeur hypophysaire est devenue beaucoup plus professionnelle et a atteint le niveau européen. L'utilisation de méthodes de traitement modernes, une grande attention portée au patient en période postopératoire, apportent des résultats positifs. Après l'opération, les efforts des médecins traitants sont concentrés sur la période de récupération.

Fondamentalement, des mesures préventives pour améliorer la vision, car pendant la période de maladie, les processus optiques souffrent le plus. Cependant, il n'est possible de récupérer complètement qu'en cas de courte durée de la maladie. Si la maladie s'est accumulée, au moins pendant un an, les médecins ne peuvent conserver que les éléments restants, mais malheureusement, tous les patients ne parviennent pas à vaincre complètement la maladie. Il y a des cas où l'état du patient se détériore considérablement et la tumeur recommence à se développer.

Pronostic tumoral et ses conséquences

La mort par adénome hypophysaire est-elle possible chez la femme? Le pronostic dépend de la rapidité avec laquelle le cancer est diagnostiqué, de la taille de la formation et de son hyperplasie (croissance accélérée des cellules pathologiques).

Les plus difficiles à traiter sont les prolactinomes et les somatotropinomes. Une guérison complète de ces types de néoplasmes, comme le montre la pratique, n'est observée que dans 25% des cas. Une tumeur qui a atteint plus de 2 cm de taille ne peut pas être complètement éliminée. Dans les 5 ans suivant l'opération, il peut rechuter. Le reste des types de formations de l'hypophyse sont traités avec plus de succès..

Types de cancer de l'hypophyse

Il existe de nombreux types de cancer de l'hypophyse, car il ne métastase presque pas et une tumeur secondaire se produit rarement. Il est généralement classé selon le type de cytologie cellulaire:

  • • adénome (si la taille de l'oncologie est inférieure à 2 cm, il s'agit d'un microadénome) - le plus fréquent;
  • • gliome, glioblastome, gliosarcome;
  • • tumeur à cellules granulaires de l'entonnoir.

Les formes cliniques d'adénocarcinome hypophysaire se distinguent sur la base de la présence ou de l'absence de production d'hormones. L'éducation peut produire les types d'hormones suivants:

  • • adrénocorticotropine (ACTH);
  • • somatotropine;
  • • prolactine;
  • • la thyrotropine;
  • • gonadotrophine (folliculo-stimulante et lutéinisante).

La classification TNM illustre la prévalence du cancer. Sur la base de ces données, le médecin détermine dans quelle mesure le cancer est guérissable et opérable, quelles sont les chances de survie et combien de temps le patient atteint de cancer est autorisé..

Nutrition pour l'adénome hypophysaire

Pour le fonctionnement normal de l'épididyme cérébral, il est tout d'abord nécessaire de bien manger. La consommation de produits contenant des exhausteurs de goût, des conservateurs, des colorants n'est pas recommandée. Vous devez également exclure les boissons alcoolisées, les viandes et saucisses grasses, les craquelins salés et les chips. La liste des aliments utiles pour la glande pituitaire comprend les noix, les fruits secs, les œufs, le chocolat noir, le poisson, le poulet, les légumes et les herbes, riches en toutes les vitamines et minéraux nécessaires au fonctionnement normal de la glande pituitaire.

Complications

La plupart des complications sont associées à des troubles endocriniens:

  • diabète insipide;
  • hypertension artérielle;
  • l'ostéoporose;
  • ulcère stéroïdien de l'estomac;
  • psychose;
  • cardiomyopathie;
  • insuffisance cardiaque.

La proportion de complications en développement est d'environ 10%, sous réserve d'un traitement rapide, et augmente à 80% en l'absence de mesures thérapeutiques.

Prévoir

Dans le cas d'une tumeur bénigne, le pronostic pour la vie est favorable - 80% des cas peuvent être guéris. L'espérance de vie humaine ne souffre pas. Les grosses tumeurs de plus de 2 cm de diamètre sont difficiles à éliminer, de sorte que la maladie peut réapparaître dans les cinq ans. Il est nécessaire d'être traité en temps opportun, sans attendre une augmentation du néoplasme. La longue évolution de la maladie peut entraîner des conséquences irréversibles associées à la compression des structures cérébrales.

Le carcinome est mortel dans presque 100% des cas. La détection rapide de la maladie et un traitement adéquat peuvent prolonger la vie de 5 à 7 ans. Le carcinome entraîne souvent une récidive. Il est complètement impossible de guérir une tumeur maligne de l'hypophyse.

Les patients avec un adénome guéri peuvent vivre une vie bien remplie malgré les complications. La plupart d'entre eux peuvent travailler dans leur emploi précédent, certains se voient attribuer un handicap.

Il n'y a pas de prévention de la maladie. Pour réduire le risque de maladie, il est nécessaire d'éviter les situations traumatiques, de traiter les maladies infectieuses en temps opportun et de gérer correctement la grossesse et l'accouchement..

Prévention des tumeurs

Bien que la médecine ne soit pas pleinement consciente des causes des tumeurs dans la glande pituitaire, il existe encore un certain nombre de mesures qui peuvent empêcher leur développement. Cela nécessite:

  • Ne prenez pas de pilules contraceptives pendant une longue période;
  • À temps pour identifier et traiter les troubles hormonaux dans le corps;
  • Évitez les lésions cérébrales traumatiques et la neuroinfection.

Afin d'éviter le redéveloppement de la maladie après le traitement, vous devez continuer à prendre les médicaments recommandés par votre médecin et également subir un examen préventif une fois par an..

Facteurs responsables de la formation de la maladie

Dans la science moderne, les causes d'une tumeur pituitaire restent floues. Habituellement, ils parlent d'une prédisposition héréditaire à la maladie. Ceux dont les parents et amis souffrent de cette maladie doivent faire plus attention à leur santé et subir périodiquement un examen par un spécialiste..

En plus de la cause de nature génétique, les facteurs suivants sont possibles dans la formation de la pathologie:

  • traumatisme crânien avec lésion de l'hypophyse, hémorragie;
  • inflammation chronique de la cavité nasale;
  • prendre des médicaments hormonaux;
  • maladies infectieuses du système nerveux;
  • diminution de la fonction thyroïdienne.

En science médicale, il existe une théorie selon laquelle la pathologie de l'hypophyse est la conséquence d'une perturbation de l'activité du système endocrinien, en particulier de ses glandes périphériques, ainsi que d'un excès d'hormones dans l'hypothalamus - une section du diencéphale.

Caractéristiques du traitement de la maladie chez les enfants

Très souvent, les bébés reçoivent un diagnostic d'une maladie telle qu'une tumeur hypophysaire. Les symptômes chez les enfants comprennent des maux de tête, des nausées et des vomissements, une léthargie ou une activité excessive. Si la tumeur produit de l'hormone de croissance, l'enfant est atteint de gigantisme ou du syndrome de Cushing. Des problèmes de développement et de puberté peuvent également survenir.

Le traitement de la pathologie chez les enfants ne diffère pas du traitement de la maladie chez les adultes. Fondamentalement, des médicaments sont utilisés pour éliminer la tumeur. Cependant, si une intervention chirurgicale est nécessaire, une intervention endoscopique endonasale mini-invasive est utilisée.

Maladies de l'hypophyse se développant dans le contexte d'un déficit hormonal

Le travail de la glande pituitaire, qui se caractérise par une diminution de ses fonctions, conduit au développement des maladies suivantes:

  • hypothyroïdie. Le manque d'hormones hypophysaires, dont les symptômes sont considérés comme une diminution des capacités intellectuelles, une perte de force, une fatigue constante, une peau sèche et autres, conduit à un dysfonctionnement de la glande thyroïde. Si l'hypothyroïdie n'est pas traitée, elle provoque un retard physique et mental chez les enfants. À un âge plus avancé, un manque d'hormones peut provoquer un coma hypothyroïdien avec la mort ultérieure;
  • diabète insipide. Il existe une carence en hormone antidiurétique produite dans l'hypothalamus, d'où elle pénètre ensuite dans la glande pituitaire et le sang. Les signes d'une telle violation sont une miction accrue, une soif constante, une déshydratation;
  • nanisme. Il s'agit d'une maladie assez rare qui se développe chez 1 à 3 personnes sur 10 000. Le nanisme est plus fréquent chez les garçons. Le manque d'hormone de croissance de l'hypophyse provoque un ralentissement de la croissance linéaire chez les enfants, qui est le plus souvent diagnostiquée à l'âge de 2-3 ans;
  • hypopituitarisme. Avec le développement de cette maladie de l'hypophyse, un dysfonctionnement de son lobe antérieur est observé. Cette pathologie s'accompagne d'une production réduite de certaines hormones ou de leur absence totale. Une telle violation de la glande pituitaire provoque des changements négatifs dans tout le corps. Les organes et processus hormonodépendants (croissance, fonction sexuelle et autres) réagissent de manière particulièrement sensible. Si cette glande est incapable de produire des hormones, il y a une diminution ou une absence totale de désir sexuel, les hommes souffrent d'impuissance, les femmes ont une aménorrhée, une perte de poils et d'autres symptômes désagréables.

Tu ne peux pas te passer d'un couteau


L'adénome est retiré chirurgicalement, suivi d'une radiothérapie et d'une chimiothérapie. Si vous attrapez une maladie au stade initial et effectuez un traitement en temps opportun, le pronostic est plus favorable. Les petites excroissances sont enlevées par le nez, du côté de l'os sphénoïde. Plus grand - à travers le trou de la fraise.
Les déséquilibres hormonaux sont corrigés en prenant des médicaments spéciaux. Il y a des cas de microadénome, et s'il ne montre pas de signes de croissance, il est laissé sous observation et des hormones sont prescrites. Mais tôt ou tard, il viendra encore à l'opération..

La médecine ne s'arrête pas, des méthodes de cryodestruction - congélation des cellules affectées - ont été développées. C'est moins traumatisant, mais personne ne donnera une garantie complète que la maladie ne reviendra pas..

La dégénérescence la plus dangereuse d'une formation bénigne en une formation maligne, qui conduit à des métastases et peut provoquer des saignements mortels lors de la dégradation des cellules cancéreuses.

Une terrible maladie ne se transformera pas en phrase si elle est capturée au stade initial. L'essentiel est d'être attentif à soi-même, de ne pas se détourner des problèmes de santé, et si des signes apparaissent, consultez un médecin qui sait comment traiter une telle plaie.

Il est impossible de s'en sortir seul ici, même si les critiques sur certains forums crieront le contraire et inciteront à «être traité sans couteau». Si vous avez peur d'un couteau, vous pouvez perdre votre vie.

C'est tout pour aujourd'hui. Merci d'avoir lu mon message jusqu'au bout. Partagez cet article avec vos amis. Abonnez-vous à mon blog. Et ils ont continué!

Signes communs

La compression des tissus adjacents par une tumeur en croissance donne des symptômes étendus:

  • mal de tête constant qui ne peut être soulagé par rien;
  • sauts inexpliqués de la pression artérielle;
  • sommeil perturbé;
  • troubles visuels jusqu'à la cécité;
  • des changements dans la psyché que d'autres remarqueront probablement;
  • diminution de l'intelligence;
  • troubles de la parole;
  • d'autres symptômes locaux associés à un retard dans la transmission de l'influx nerveux du cerveau;
  • des vertiges, des nausées peuvent se joindre.

Tous ces signes doivent alerter et conduire la dame chez le médecin.

Traitement alternatif de la pathologie: est-il possible de le faire?

Si vous avez reçu un diagnostic de tumeur hypophysaire, les symptômes (examen de divers traitements, positifs et négatifs), ainsi que d'autres méthodes de diagnostic, aideront à établir le type et la taille de la tumeur. La méthode de traitement en dépend également. De nombreux patients essaient de ne pas «passer sous le couteau», car ils craignent que l'opération n'aggrave la situation. Ils essaient d'utiliser des recettes folkloriques. Par exemple, comme:

  • Teinture de pruche. Vous devez diluer 10 gouttes de la solution dans un demi-verre d'eau et boire trois fois par jour. Si vous n'avez pas d'alcool, mais une solution d'huile, vous pouvez instiller une goutte dans votre nez..
  • Mélanger le miel, la primevère, le gingembre moulu, les graines de citrouille et les graines de sésame en quantités égales. Broyez tout ce mélange à l'état de poudre. Ce médicament doit être pris une cuillère à café quatre fois par jour..

Veuillez noter que ces méthodes ne sont pas toujours affichées. Vous ne pouvez pas les utiliser dans de tels cas:

  • si le patient est une femme enceinte;
  • si nécessaire, traitement chirurgical urgent;
  • il y a une croissance très rapide du néoplasme.

Avant de commencer le traitement à domicile, assurez-vous de consulter votre médecin.

Manifestations cliniques

Les symptômes du développement de la pathologie hypophysaire sont déterminés par le type d'hormone produite et l'effet de la masse tumorale. L'effet de la taille de l'adénome sur la provocation de changements pathologiques est dû au fait que, anatomiquement, l'hypophyse est située à proximité de vaisseaux et de nerfs optiques importants. La pression exercée sur eux par une grosse tumeur entraîne une augmentation de la pression intracrânienne et une hémorragie, des troubles visuels et même une atrophie du nerf optique. Affectant les tissus entourant l'hypophyse, le néoplasme entraîne de graves maux de tête, une congestion nasale constante.

Les symptômes d'un adénome hypophysaire chez la femme sont de type neurologique et se caractérisent par le développement d'une névrite, d'une dystonie vasculaire, d'une insomnie, de troubles démentiels et d'une rhinite chronique. Chez la femme, la maladie se manifeste par une augmentation de la taille du crâne, du nez et des pommettes et par une déformation de la mâchoire. Dans ce cas, le poids corporel change dans le sens de son augmentation, ou la femme perd brusquement du poids, la croissance de la racine des cheveux augmente, comme chez l'homme. L'absence de menstruation avec une tumeur ou la perturbation de la production de sécrétion de prolactine conduit à l'infertilité. Chez les hommes, la maladie se manifeste par une perte de libido, des migraines sévères, des bouffées de chaleur. Les tumeurs chez les hommes se manifestent par une hypertrophie des glandes mammaires et un écoulement de liquide qui ressemble au lait.

Chez 20% des patients, la maladie est asymptomatique et il n'y a aucun signe. L'adénome de l'hypophyse chez la femme, la zone responsable de la production d'hormone adrénocorticotrope, provoque un syndrome de type pichet. Signes typiques du syndrome: perte de cheveux, peau grasse qui se meurtrit sans raison, la voix devient rugueuse et le visage devient lunaire.

Symptômes des pathologies hypophysaires

Certains des premiers signes du développement de processus pathologiques dans la glande pituitaire sont les suivants:

  • détérioration de la vision;
  • maux de tête récurrents;
  • affaiblissement rapide;
  • changements dans les rythmes de vie;
  • sensation constante de fatigue;
  • augmentation de la transpiration;
  • changer le timbre de la voix.

À l'avenir, la pathologie de l'hypophyse s'exprime par les manifestations suivantes:

  • prise de poids rapide avec atrophie du système musculaire;
  • dystrophie osseuse et, par conséquent, de nombreuses fractures;
  • troubles du tube digestif (constipation, diarrhée);
  • violation de l'activité cardiaque;
  • déshydratation de la peau;
  • signes de faiblesse générale - impuissance, pression artérielle basse, pâleur de la peau, température basse, transpiration excessive des paumes et des pieds;
  • perte d'appétit;
  • troubles du sommeil;
  • changements d'apparence - gonflement et élargissement de certaines parties du corps;
  • détérioration de l'état psycho-émotionnel - apathie, dépression, augmentation des larmes.

Traitement du processus pathologique

Le néoplasme peut être traité de manière conservatrice ou chirurgicale. Les tactiques thérapeutiques dépendent principalement de la taille de la tumeur, de sa localisation, de son activité et de l'état général du système endocrinien chez une femme. La sélection des médicaments et la durée du traitement sont déterminées strictement sur une base individuelle pour chaque patient spécifique. Après un gonflement de la glande pituitaire, il est important de normaliser le niveau d'hormones; pour cela, des médicaments spéciaux sont utilisés.

Si le traitement conservateur n'apporte pas les résultats escomptés, la tumeur est retirée chirurgicalement, suivie d'une radiothérapie ou d'une chimiothérapie.

Après l'ablation de la tumeur, la femme aura besoin d'un traitement hormonal substitutif, qui sera effectué tout au long de la vie du patient. Il est important de suivre toutes les recommandations du médecin et de subir régulièrement des examens préventifs pour exclure la récidive tumorale.

Vous avez trouvé un bug? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Choix des méthodes de traitement

Si vous avez une tumeur hypophysaire, le médecin est obligé de vous aider à déterminer les méthodes qui aideront à réduire ou à éliminer la formation. Il existe de telles façons de combattre la maladie:

  • chirurgie;
  • couteau gamma;
  • rayonnement de la tumeur (externe);
  • thérapie traditionnelle conservatrice.

Toutes ces méthodes peuvent être utilisées si vous avez une tumeur bénigne de l'hypophyse, mais elle a tendance à se développer rapidement. Mais lors du choix des méthodes de traitement, d'autres facteurs doivent également être pris en compte: l'état général du patient, le type et le stade de la maladie, la tolérance de certains médicaments, l'âge du patient, son consentement à utiliser l'une ou l'autre méthode..

Qu'est-ce que l'éducation?

Une tumeur hypophysaire, dont nous examinerons plus en détail les symptômes, est en grande partie une pathologie non oncologique. Autrement dit, vous ne devriez pas avoir peur de développer des métastases. Cependant, la maladie a ses conséquences, et pour tout l'organisme. Le fait est que la glande pituitaire est située dans une partie très importante du cerveau..

La tumeur peut endommager les nerfs environnants en les comprimant. Et le néoplasme augmente également l'intensité de la production d'hormones, ce qui affecte à la fois les organes internes et l'apparence du patient..

Article Précédent

Cancer du cerveau