Principal
Angiome

Nouvelles

Les types de douleur aiguë et chronique nécessitent des médicaments. Le syndrome de la douleur chronique dans les maladies oncologiques a ses propres caractéristiques:

  • Peut se développer en peu de temps (en raison de la compression des troncs nerveux par une tumeur en croissance ou de la destruction massive rapide d'un organe).
  • Il peut exister presque constamment en raison d'une sur-irritation du système nerveux.
  • Il peut persister même après l'élimination de sa source (en raison de pannes du système d'inhibition de l'influx nerveux).

Par conséquent, même au stade de l'absence de toute sensation, mais avec le diagnostic prouvé existant de néoplasme malin, une tactique de soulagement progressif de la douleur doit être développée - des médicaments faibles aux médicaments très efficaces.

Au moment où la douleur apparaît ou commence à s'intensifier, le médecin et le patient doivent être armés d'une stratégie toute faite qui peut être appliquée spécifiquement à ce patient cancéreux, en respectant le délai requis pour augmenter la dose de médicaments ou renforcer l'effet analgésique..

Évaluation de la douleur cancéreuse

Le niveau de douleur ne peut être correctement évalué que par ceux qui la ressentent. De plus, les patients éprouvent différentes sensations: perçage, picotements, picotements, pulsations, brûlures, etc. Pour que le médecin puisse mieux comprendre ces expériences, ils utilisent une échelle visuelle des niveaux de douleur (voir Fig.).

Échelle de niveau de douleur de 0 à 10

Par l'origine de la douleur en oncologie sont:

  • Douleur viscérale. Avec des néoplasmes dans la cavité abdominale. Sensations de compression, d'éclatement, de douleur ou de douleur sourde qui n'ont pas une localisation claire.
  • Douleur somatique. Ils se développent dans les vaisseaux sanguins, les articulations, les os et les nerfs. Douleur longue et sourde.
  • Douleur neuropathique. Se produisent lorsque le système nerveux est endommagé: central et périphérique.
  • Douleur psychogène. Ils apparaissent dans le contexte de la dépression, de la peur, de l'auto-hypnose, sans aucun dommage organique, en règle générale, les analgésiques n'aident pas ici.

Que faire?

Si l'oncologie est confirmée histologiquement, il y a un diagnostic et le patient est observé par un oncologue:

  • au stade stationnaire, le service dans lequel la personne est opérée ou traitée est responsable de l'anesthésie,
  • si un patient est observé par un médecin en clinique externe, et un oncologue dans un dispensaire oncologique, ou transféré pour observation à un médecin du cabinet anticancéreux d'une polyclinique, il doit, avec tous les extraits et un dossier médical, consulter un analgologue (le plus souvent dans un dispensaire oncologique). Cela devrait être fait même s'il n'y a pas de douleur. L'analgologue décrit un schéma de soulagement de la douleur étape par étape, auquel le médecin observant le patient adhérera.

Si le cancer n'a pas encore été confirmé - il n'y a pas de diagnostic confirmé par l'histologie, mais il y a de la douleur - il vaut également la peine de contacter un analgologue et d'obtenir des recommandations fixées par écrit dans la documentation médicale (entrée dans la fiche ambulatoire, extrait).

  • Si vous n'avez pas encore consulté d'analgologue, mais que vous ressentez de la douleur, contactez votre thérapeute local. Il est en son pouvoir de prescrire des analgésiques non narcotiques et des médicaments concomitants qui soulagent ou atténuent la douleur.
  • Si vous avez déjà utilisé des analgésiques non narcotiques, mais que leur effet n'est pas suffisant, vous devez immédiatement obtenir les recommandations de l'analgologue, avec lequel ils se tournent vers le thérapeute du lieu de résidence, moins souvent vers le médecin du bureau antitumoral de la polyclinique..

Sans ordonnance pour aujourd'hui dans la pharmacie, vous ne pouvez obtenir que des anti-inflammatoires non stéroïdiens (ci-dessous, il y a une instruction sur la façon d'obtenir les analgésiques nécessaires pour un patient cancéreux en temps opportun).

Schémas standard de traitement de la douleur

À chaque examen d'un patient oncologique, le médecin traitant évalue sa sensation subjective de douleur et lors de la nomination des analgésiques se déplace le long d'une échelle à trois échelons de bas en haut. Il n'est pas nécessaire de remonter les étapes de manière séquentielle. La présence d'une douleur intolérable sévère suggère immédiatement une transition vers le stade 3.

Stade 1 - douleur légère Stade 2 - douleur intense Stade 3 - douleur insupportable

Première étape - Douleur légère

Au premier stade de l'anesthésie en oncologie se trouvent des anti-inflammatoires non stéroïdiens à effet analgésique (ibuprofène, kétoprofène, diclofénac, célécoxib, lornoxicam, nimésulide, étorikoxib, méloxicam) ou paracétamol.

Pilules contre la douleur oncologique

  • Commencer par des doses minimales (voir tableau) avec une augmentation progressive si nécessaire.
  • L'effet des analgésiques étant cumulatif et non instantané, la dose initiale ne doit pas être dépassée pendant plusieurs jours..
  • Vous devez commencer par les formes de comprimés, puis passer aux injections. En cas de contre-indications à l'administration orale ou si l'effet des comprimés est faible, vous devez injecter des anesthésiques par voie intramusculaire.
  • Prenez des pilules après les repas, sous le couvert d'oméprazole et de ses analogues, vous pouvez le boire avec du lait, afin d'éviter d'endommager la muqueuse gastrique.

Injections au premier stade

Pour tous les types de douleurs cancéreuses, à l'exception des douleurs osseuses:

  • Ketanov (ou Ketorol plus efficace), dans une seringue séparée.
  • Papaverine pour améliorer l'efficacité. Si le patient fume, la papavérine sera inefficace..

Pour les douleurs osseuses:

  • Ni la papavérine ni Ketanov ne peuvent être comparés en termes d'efficacité pour les douleurs osseuses avec Piroxicam, Meloxicam, Xefocam. Choisissez l'un des médicaments et injectez-le dans une seringue séparée.
  • Avec des tumeurs osseuses primaires ou des métastases, il est conseillé de discuter avec le médecin de l'utilisation de bisphosphonates, de radiopharmaceutiques, de denosumab. En plus de l'anesthésie, ils ont également un effet thérapeutique..

Si le patient ne souffre pas d'hypotension et que la température corporelle est normale, Relanium, Sibazol sont affichés.

Les moyens ci-dessus peuvent être supportés par des auxiliaires

  • anticonvulsivants - Carbomazépine, Prégabaline (Lyrica), Lamotrigine,
  • relaxants musculaires centraux - Gabapentine (Tebantin),
  • tranquillisants - Clonazepam, Diazepam, Imipramine. Améliore le sommeil, a un effet sédatif, améliore l'effet des analgésiques narcotiques.
  • corticostéroïdes - prednisolone, dexaméthasone. Augmenter l'appétit, en combinaison avec des analgésiques, donne un effet sur la douleur dans la colonne vertébrale, les os, la douleur des organes internes.
  • antipsychotiques - Galaperidol, Droperidol, améliorent les analgésiques et sont antiémétiques.
  • anticonvulsivants - Le clonazépam, efficace pour les douleurs lancinantes, améliore les analgésiques narcotiques.

Stade deux - douleur modérée à sévère

Car les médicaments de premier stade deviennent inefficaces Le paracétamol (ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens) est nécessaire en association avec des opioïdes faibles (contenant de la codéine ou du tramadol).

Avec de telles douleurs, les pilules pour l'oncologie sont plus souvent prescrites:

  • Tramadol - il est prescrit en premier lieu, juste au moment où les analgésiques non narcotiques aident déjà. Il est utilisé soit en pilules (provoquant souvent des nausées) soit en injections. Avec les AINS (paracétamol, kétorol). Le tramadol ne doit pas être pris en association avec des analgésiques narcotiques et des inhibiteurs de la MAO (Fenelzine, Iproniazid, Oklobemide, Selegiline).
  • Zaldiar - une préparation complexe de tramadol et de paracétamol.
  • Tramadol + Relanium (dans différentes seringues)
  • Tramadol et diphenhydramine (dans une seringue)
  • Codéine + Paracétamol (apport quotidien maximal de 4 à 5000 mg.).

Pour obtenir l'effet et en même temps réduire la douleur avec le moins de médicaments possible, vous devez combiner la codéine ou le tramadol avec d'autres AINS (paracétamol, kétorol, etc.).

En outre, il est possible de prescrire du paracétamol avec de petites doses de fentanyl, d'oxycodone et de buprénorphine, qui sont classés comme analgésiques opioïdes puissants. La combinaison est renforcée par un traitement auxiliaire dès la première étape.

Troisième étape - Douleur sévère

Avec une douleur intense ou une douleur persistante, par exemple, au stade 4, des doses élevées de tramadol ou de codéine n'aident plus. Un patient cancéreux a besoin d'opioïdes puissants en association avec du paracétamol et des myorelaxants adjuvants ou des tranquillisants.

La morphine est un médicament prescrit en oncologie pour les douleurs insupportables. En plus de l'effet analgésique, il a également tous les effets secondaires d'un médicament puissant (dépendance, addiction), après son utilisation, rien n'aidera, il n'y aura pas de choix de moyen. Par conséquent, la transition du faible (tramadol) au plus fort doit être très équilibrée..

Liste des analgésiques qu'il est conseillé d'utiliser avant la morphine:

Une drogueEfficacité par rapport à la morphineActe
Tramadol10 à 15%4 heures
Codéine15-20%4-6 heures
Trimépéridine
(Promedol)
50 à 60%4-8 heures
Buprénorphine
(Bupronal)
40 à 50%4-6 heures
Pyritramide
(Dipidolor)
60%6-10 heures
Fentonil
(Duragesic)
75 à 125 fois plus efficace6 et plus
Morphine4-5 heures

Liste des analgésiques narcotiques du plus faible au plus fort:

  • Tramadol - selon certaines sources, il est considéré comme un analogue synthétique des médicaments, selon d'autres analgésiques non narcotiques.
  • Trimeperidine - sous forme de comprimés, l'effet est 2 fois inférieur à celui des injectables, il y a moins d'effets secondaires par rapport à la morphine.
  • Buprénorphine - plus lente à développer une dépendance et une dépendance que la morphine.
  • Pyritramide - action très rapide (1 minute), compatible avec les médicaments neurotropes.
  • Fentonil - il est plus pratique, indolore et efficace à utiliser dans un patch, et non par voie intramusculaire ou intraveineuse.
  • Morphine - l'effet se produit en 5 à 10 minutes.

Le médecin doit proposer ces médicaments au patient, mais en règle générale, les proches du patient doivent prendre l'initiative et discuter avec lui de la possibilité d'utiliser des opiacés moins puissants que la morphine après des médicaments non narcotiques..

Choisir une méthode d'administration des médicaments

  1. Les préparations de comprimés pour l'oncologie et les gélules sont presque toujours pratiques, sauf en cas de difficulté à avaler (par exemple, avec un cancer de l'estomac, de l'œsophage, de la langue).
  2. Les formes cutanées (patchs) permettent au médicament d'être progressivement absorbé sans irritation de la muqueuse gastro-intestinale et en collant le patch une fois tous les quelques jours.
  3. Les injections sont plus souvent effectuées par voie intradermique ou (en cas de besoin d'un soulagement rapide de la douleur) par voie intraveineuse (p. Ex. Cancer de l'intestin).

Pour toute voie d'administration, la sélection des dosages et de la fréquence d'administration du médicament est effectuée individuellement avec un suivi régulier de la qualité de l'anesthésie et de la présence d'un effet indésirable des substances (pour cela, l'examen du patient est indiqué au moins une fois tous les dix jours).

Les injections

  • Des injections analgésiques sont présentées: Tramadol, Trimeperidine, Fentanyl, Buprenorphine, Butorphanol, Nalbufinlm, Morphine.
  • Agent combiné: codéine + morphine + noscapine + chlorhydrate de papavérine + tébaïne.

Comprimés, capsules, gouttes, emplâtres

Analgésiques opioïdes non injectables:

  • Tramadol en capsules de 50 mg, comprimés de 150, 100, 200 milligrammes, suppositoires rectaux de 100 milligrammes, gouttes pour administration orale,
  • Gélules de paracétamol + tramadol 325 mg + 37,5 milligrammes, comprimés enrobés 325 mg + 37,5 middigramme,
  • Comprimés de dihydrocodéine à libération prolongée 60, 90, 120 mg,
  • Propionylphényléthoxyéthylpipéridine 20 milligrammes comprimés buccaux,
  • Patch cutané à la buprénorphine 35 mcg / heure, 52,5 mcg / heure, 70 mcg / heure,
  • Comprimés sublinguaux de buprénorphine + naloxone 0,2 mg / 0,2 mg,
  • Oxycodone + Naloxone et comprimés enrobés à action prolongée de 5 mg / 2,5 mg; 10 mg / 5 mg; 20 mg / 10 mg; 40 mg / 20 mg,
  • Comprimés de Tapentadol à libération prolongée pelliculée de la substance, 250, 200, 150, 100 et 50 milligrammes,
  • Comprimés de trimépéridine,
  • Patch cutané de fentanyl 12,5; 25; 50, 75 et 100 mcg / heure, comprimés sublinguaux.
  • Capsules de morphine à libération prolongée 10, 30, 60, 100 milligrammes, comprimés à libération prolongée avec une enveloppe de 100, 60, 30 milligrammes.

Comment obtenir des analgésiques

La prescription d'opioïdes légers est signée une fois par le médecin-chef, puis une deuxième décharge peut être effectuée par le médecin lui-même. À plusieurs reprises, le médecin-chef examine le raisonnement pour modifier la dose ou passer à un autre médicament (par exemple, amplification).

Aujourd'hui, s'il y a une recommandation normale d'un alnalgologue (intensification par étapes de la thérapie), alors ils le suivent et personne n'attend rien pendant longtemps:

  • Le kétorol est injecté, moins souvent le diclofénac, puis passe immédiatement au tramadol (avec une douleur accrue).
  • Réception triple du tramadol en association avec le paracétamol et la gabapentine sans effet - ils passent au Dyurgésique (Fentanyl).
  • Après avoir augmenté la posologie au maximum ou impossibilité d'utiliser des patchs, ils passent à la morphine.

Options cutanées - Les patchs analgésiques de fentanyl et de buprénorphine sont l'alternative préférée aux opioïdes en pilule. C'est un analgésique puissant avec une libération progressive du médicament. La question de leur utilité repose sur le prix et la disponibilité..

  • Si le patient a un groupe d'invalidité et a droit à une couverture médicaments préférentielle

la délivrance du même Fentanyl (Dyurgesik) est effectuée sur le lieu de résidence par un thérapeute local ou un chirurgien d'un bureau anticancéreux (s'il y a des recommandations d'un analgologue, en remplissant la documentation - une prescription préférentielle et sa copie signée par le médecin-chef de l'établissement médical lors de la sortie initiale du médicament). À l'avenir, le thérapeute de district peut prescrire le médicament lui-même, se tournant vers l'aide du médecin-chef uniquement lors de l'ajustement des doses..

  • Dans le cas où une personne handicapée refuse de fournir des médicaments et reçoit une compensation monétaire pour cela

il peut commencer à recevoir gratuitement les comprimés, gélules ou patchs nécessaires. Vous devez obtenir un certificat de forme libre du médecin de district sur la nécessité d'un traitement coûteux avec une indication du médicament, sa dose et sa fréquence d'application avec le sceau du médecin et de l'institution médicale, qui doit être soumis à la Caisse de pension. La fourniture de médicaments préférentiels est rétablie à partir du début du mois suivant la soumission du certificat.

Pour recevoir du fentanyl dans un timbre, le patient doit:

  • Présentez une demande à la pharmacie en personne ou remplissez une procuration adressée à un parent dans un établissement médical.
  • Comme pour toute autre thérapie, on demande à la personne de remplir un consentement éclairé avant de commencer la thérapie..
  • Le patient reçoit des instructions sur la façon d'utiliser le patch cutané.
  • L'invalidité avec pathologie oncologique doit être démarrée à partir du moment où le diagnostic est vérifié et les résultats de l'histologie sont obtenus. Cela vous permettra de profiter de toutes les possibilités de traitement de la douleur au moment de l'apparition du syndrome de la douleur chronique et de sa progression..
  • En l'absence de possibilités d'obtenir gratuitement un timbre anesthésique pour la peau ou d'acheter pour son propre argent, une personne se voit offrir de la morphine sous l'une des formes posologiques. Des formes injectables de morphine sont également prescrites s'il est impossible de fournir au patient des formes non parentérales d'opioïdes. Les injections sont effectuées par le SP ou le personnel de l'hospice dans la zone du patient.
  • Tous les cas d'effets indésirables des médicaments reçus ou de suppression incomplète de la douleur doivent être signalés à votre médecin. Il pourra corriger le traitement, modifier le schéma thérapeutique ou les formes posologiques.
  • Lors du passage d'un opioïde à un autre (en raison de l'inefficacité, des effets secondaires), la posologie initiale du nouveau médicament est choisie légèrement inférieure à celle indiquée afin d'éviter la sommation des doses et les phénomènes de surdosage.

Ainsi, un traitement analgésique adéquat pour les patients cancéreux en Fédération de Russie est non seulement possible, mais également disponible. Vous avez juste besoin de connaître l'ordre des actions et de ne pas perdre un temps précieux, en faisant preuve de prudence.

Diclofénac dans le traitement des syndromes douloureux

Le lien entre la douleur et l'inflammation est connu depuis l'Antiquité. Et aujourd'hui, les médicaments les plus courants pour soulager la douleur sont des médicaments qui ont à la fois des effets anti-inflammatoires et analgésiques - les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Histoire du diclofénac

Le prototype des AINS modernes était l'acide acétylsalicylique, qui a été synthétisé pour la première fois par le jeune scientifique Felix Hoffman à la fin du 19e siècle. La structure chimique et les propriétés de l'acide acétylsalicylique sont devenues les points de référence par lesquels de nouveaux représentants de cette classe de médicaments ont été créés (au début, il était d'usage de les désigner comme «semblables à l'aspirine»). Pas tant le manque d'efficacité que la toxicité de fortes doses d'acide acétylsalicylique ont servi de stimulant puissant pour le développement de nouveaux AINS «non salicylates». En 1966, lors de la mise en œuvre d'un programme de développement d'un anti-inflammatoire aux propriétés biologiques améliorées dans le laboratoire de recherche de la société Geigi, pour créer une molécule avec les paramètres nécessaires, plus de 200 analogues de l'acide 0-aminoacétique ont été synthétisés, parmi lesquels les résultats les plus intéressants ont été montrés par le diclofénac sodium - sel de sodium 0 - acide [(2,6 dichlorophényl) -amino] -phénylacétique.

Initialement, le diclofénac était principalement utilisé dans le traitement des maladies rhumatologiques, où les deux composants sont importants: un effet anti-inflammatoire prononcé et un effet analgésique puissant, mais par la suite, le domaine d'application du diclofénac s'est considérablement étendu. Actuellement, le diclofénac est utilisé en chirurgie, traumatologie et médecine du sport (en cas d'atteinte du système musculo-squelettique, atteinte des tissus mous (ecchymoses, entorses), pour le soulagement de la douleur postopératoire), en neurologie (pour le traitement des maux de dos, syndromes tunnel, migraines), en gynécologie avec dysménorrhée, annexite, en oncologie comme moyen de la première étape de l'anesthésie sur l'échelle de l'OMS. L'administration intramusculaire de diclofénac de sodium est une méthode efficace de lutte contre les coliques rénales et hépatiques. Une forme galénique spéciale de diclofénac sous forme de gouttes a trouvé une application en ophtalmologie. Les médecins généralistes prescrivent également du diclofénac pour divers syndromes douloureux (Tableau 1).

Le mécanisme d'action du diclofénac

L'effet analgésique du diclofénac est dû à plusieurs mécanismes. Le principal mécanisme d'action du diclofénac est la suppression de la cyclooxygénase (COX) - une enzyme qui régule la conversion de l'acide arachidonique en prostaglandines - médiateurs de l'inflammation, de la douleur, de la fièvre [3].

Sélectivité du diclofénac et de la COX

Au début des années 90 du XXe siècle, deux isoformes de l'enzyme COX ont été découvertes - COX-1 et COX-2. La plupart des effets positifs des AINS (suppression de l'inflammation, de la douleur, de la fièvre) sont associés à l'inhibition de la COX-2 et au développement de réactions secondaires (principalement sous forme de lésions du tractus gastro-intestinal) - avec suppression de la synthèse de la COX-1 [4].

Cependant, il existe un certain nombre d'exceptions à cette règle. Il a été démontré que COX-1 peut également jouer un rôle dans le développement du processus inflammatoire. La COX-1 et la COX-2 sont produites par la membrane synoviale de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR) [5]. Cela est probablement dû à la moindre efficacité de la COX-2 sélective dans certains syndromes douloureux. Des études récentes ont trouvé un risque accru de complications cardiovasculaires avec l'utilisation d'inhibiteurs hautement sélectifs de la COX-2 [6].

Le diclofénac inhibe les deux isoenzymes COX, principalement la COX-2. L'inhibition de la COX-1 dans le diclofénac est moindre que celle de l'ibuprofène et du naproxène, et par conséquent, le diclofénac est moins susceptible de provoquer des lésions gastro-intestinales. Dans le même temps, l'inhibition de la COX-1 (bien que moins prononcée que celle des AINS non sélectifs) peut expliquer la plus grande efficacité du diclofénac par rapport aux inhibiteurs sélectifs de la COX-2 (méloxicam, célécoxib) dans une situation où la COX-1 est également impliquée dans la pathogenèse de la maladie ( par exemple, avec RA). L'inhibition de la COX-2 dans le diclofénac est inférieure à celle de l'étoricoxib et du rofécoxib, ce qui entraîne une diminution du risque de complications cardiovasculaires [6]. Cet effet équilibré du diclofénac offre une activité thérapeutique élevée avec une bonne tolérance au traitement.

Autres mécanismes de l'action analgésique du diclofénac

En plus de l'inhibition des prostaglandines, d'autres mécanismes d'action du diclofénac ont été identifiés. Dans une étude expérimentale, il a été montré que le diclofénac de sodium peut inhiber de manière significative la migration des leucocytes vers le foyer inflammatoire [7]. Dans une certaine mesure, le diclofénac sodique peut également affecter l'équilibre des cytokines, en réduisant la concentration d'interleukine-6 ​​et en augmentant la teneur en interleukine-10 [8]. Une telle modification du rapport de ces produits favorise un ralentissement de la sécrétion de facteurs anti-inflammatoires. Une diminution de la production de radicaux libres d'oxygène, qui se produit sous l'influence du diclofénac de sodium, peut également aider à réduire l'activité du processus inflammatoire et limiter ses effets néfastes sur les tissus [9].

En plus de l'activité anti-inflammatoire prononcée, le diclofénac sodique possède également un puissant potentiel analgésique, non lié à son effet sur l'inflammation [10]. Il a un effet complexe sur divers mécanismes de perception des sensations douloureuses, fournissant une suppression efficace du syndrome douloureux de diverses étiologies. Le médicament a des effets antinociceptifs à la fois centraux et périphériques.

L'activité analgésique centrale du diclofénac sodique est médiée par les récepteurs opioïdes, comme en témoigne le fait que cet effet est bloqué par la naloxone [11]. Il semble être associé à l'effet du diclofénac de sodium sur le métabolisme du tryptophane. Après l'administration du médicament dans le cerveau, la concentration de métabolites du tryptophane est considérablement augmentée, ce qui peut réduire l'intensité de la douleur [12].

L'effet antinociceptif local du diclofénac sodique est apparemment associé non seulement à la suppression de la synthèse des prostaglandines, car dans plusieurs modèles expérimentaux de douleur, l'utilisation locale de tels inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines comme l'indométacine et le célécoxib, contrairement au diclofénac sodique, n'a pas permis d'obtenir un effet analgésique significatif [ 13]. L'effet analgésique périphérique du diclofénac sodique n'est pas associé à un effet opioïde, car il n'est pas éliminé par la naloxone. Dans le même temps, l'utilisation de composés qui bloquent la formation de NO et l'activation de la guanylate cyclase ont supprimé l'effet analgésique du diclofénac de sodium. Les inhibiteurs de divers types de canaux potassiques ont également eu un effet similaire [13–16]. Dans la culture de cellules cérébelleuses de rat, le diclofénac de sodium a augmenté l'activité des canaux potassiques, augmentant la libération de potassium de la cellule [17]. Ces résultats suggèrent que l'effet antinociceptif périphérique du diclofénac sodique peut être lié à l'activation de plusieurs types de canaux potassiques impliquant le NO et la guanosine cyclomonophosphate (cyclo-HMP).

Ainsi, l'effet analgésique du diclofénac peut être dû à son effet sur divers niveaux et liens dans la pathogenèse du syndrome douloureux. En plus de l'effet analgésique associé à une diminution de l'inflammation dans la zone de lésion due à l'inhibition des prostaglandines (COX-1 et COX-2), le diclofénac peut réduire la douleur en réduisant l'inflammation par d'autres mécanismes (restreignant la migration des leucocytes vers le foyer inflammatoire, affectant l'équilibre des cytokines) en agissant sur les canaux potassiques au niveau périphérique, ainsi que réduire la perception de la douleur par des mécanismes centraux (en augmentant la synthèse du précurseur sérotonine (tryptophane) dans le tissu cérébral).

Indications d'utilisation du diclofénac

Malgré le large éventail d'AINS actuellement existants et la création ces dernières années d'une nouvelle classe d'anti-inflammatoires symptomatiques (inhibiteurs sélectifs de la COX-2), le diclofénac sodique reste le médicament le plus populaire parmi les AINS..

L'utilisation du diclofénac en rhumatologie

Dès le début de son apparition, le diclofénac a trouvé une large application en rhumatologie. Une caractéristique importante qui a permis au diclofénac d'évincer d'autres médicaments du groupe AINS qui avaient été utilisés auparavant était son activité analgésique et analgésique élevée, ainsi qu'une bonne tolérance..

L'action du diclofénac se manifeste par une diminution de la durée de la raideur matinale, une diminution de la douleur (au repos et pendant les mouvements), une diminution du gonflement, un gonflement des articulations, ainsi qu'une amélioration de la capacité fonctionnelle des articulations, ce qui contribue à augmenter l'amplitude des mouvements. Le diclofénac est le médicament de choix pour la plupart des maladies rhumatologiques, il est utilisé pour traiter les maladies rhumatismales inflammatoires et dégénératives (arthrite, arthrose, etc.).

Application du diclofénac en médecine générale, orthopédie, traumatologie, médecine du sport

Les troubles du système musculo-squelettique sont les plus courants en médecine générale. La pathologie du système musculo-squelettique est diverse en étiologie et en pathogenèse. La douleur dans ce groupe de lésions peut être causée par un traumatisme, des processus dégénératifs, une inflammation, une dysplasie, des changements trophiques (ostéoporose). Les mécanismes de développement de la maladie peuvent être inflammatoires, mécaniques, neurogènes, etc. L'effet analgésique prononcé du diclofénac dans la douleur modérée à sévère, les processus inflammatoires survenant après des opérations et des blessures, un soulagement rapide de la douleur spontanée et de la douleur pendant le mouvement, la réduction de l'œdème inflammatoire au site de la plaie a fait de ce médicament l'un des plus nécessaires pour le traitement des troubles du système musculo-squelettique, que l'on trouve en médecine générale, en orthopédie, en traumatologie, en médecine du sport, en neurologie.

Dans le traitement des blessures orthopédiques et traumatiques, la forme de libération du médicament est également importante. La possibilité de combiner des formes locales et générales de diclofénac vous permet d'atteindre une efficacité maximale tout en minimisant les effets secondaires possibles. Les formes locales de diclofénac sont les plus largement utilisées pour les maladies des tissus extra-articulaires (tendovaginite, bursite, lésions rhumatismales des tissus mous), les lésions des tendons, des ligaments, des muscles et des articulations. Formes courantes telles que comprimés, suppositoires, solutions pour injections? - pour les blessures massives (blessures combinées et combinées, conditions postopératoires, blessures à la tête, fractures de gros os, etc.).

Application du diclofénac en neurologie

Le diclofénac a trouvé une large application pour le soulagement des syndromes douloureux dans la pratique neurologique. Le diclofénac est indiqué pour le traitement des maux de dos aigus, des syndromes du tunnel (syndrome du canal carpien, syndrome du canal cubital, etc.), de la migraine.

La durée d'utilisation et le mode d'administration du médicament dépendent de l'intensité du syndrome douloureux. Avec des syndromes douloureux modérés qui ne limitent pas les capacités motrices du patient, il est possible d'appliquer des gels et des pommades contenant du diclofénac sodique sur les zones douloureuses (muscle spasmodique) pendant 7 à 10 jours. En cas de douleur intense, limitant significativement le mouvement du patient dans les locaux, des voies d'injection de diclofénac sodique sont utilisées pendant 3 à 7 jours avec une nouvelle transition vers les formes orales [18]. Des rapports font état d’une efficacité plus élevée de la phonophorèse avec le diclofénac par rapport à l’utilisation de formes de pommade du médicament [19].

L'utilisation du diclofénac en gynécologie

La capacité d'éliminer la douleur et de réduire la gravité de la perte de sang dans la dysménorrhée primaire a permis l'utilisation du diclofénac dans la pratique gynécologique [20]. Dans la dysménorrhée primaire, la dose quotidienne est choisie individuellement; il est généralement de 50 à 150 mg. La dose initiale doit être de 50 à 100 mg; si nécessaire, au cours de plusieurs cycles menstruels, elle peut être augmentée à 150 mg / jour. Le diclofénac doit être pris dès l'apparition des premiers symptômes. En fonction de la dynamique des symptômes cliniques, le traitement peut être poursuivi pendant plusieurs jours. Le diclofénac peut également être utilisé pour les maladies inflammatoires pelviennes, y compris les annexites.

Mode d'administration et posologie: quelle forme posologique choisir?

L'avantage incontestable du diclofénac est la variété des formes posologiques, y compris les comprimés (rapides et retardés), la solution pour administration parentérale, les suppositoires, ainsi que les formes utilisées pour le traitement local: pommades, crèmes, gels, spray, ce qui facilite la sélection d'une dose et d'une méthode individuelles. utilisation du médicament chez différents patients. La possibilité de combiner différentes voies d'administration chez un même patient réduit le risque d'effets indésirables.

Comprimés de diclofénac

Les comprimés de diclofénac sont disponibles en différentes doses (tableau 2). La dose et la méthode d'administration du médicament pour chaque patient sont définies individuellement, en tenant compte de la gravité de la maladie. La dose moyenne recommandée pour les adultes est de 100 à 150 mg / jour. La dose quotidienne maximale de diclofénac est de 200 mg. Dans les cas relativement bénins de la maladie, ainsi que pour un traitement à long terme, une dose quotidienne de 75 à 100 mg est suffisante. La dose quotidienne doit être divisée en plusieurs doses uniques. Si nécessaire, pour agir sur les douleurs nocturnes ou les raideurs matinales, en plus de prendre le médicament pendant la journée, vous pouvez prescrire du diclofénac sous forme de suppositoires avant le coucher; la dose quotidienne ne doit pas dépasser 150 mg. Une fois l'effet clinique atteint, la dose est réduite au minimum, en maintenant.

Les enfants âgés de 6 à 15 ans (inclus) ne se voient prescrire que des comprimés de 25 mg. La dose quotidienne est de 0,5 à 2 mg / kg de poids corporel (en 2 à 3 doses, selon la gravité de la maladie).

Pour les adolescents âgés de 16 à 18 ans, des comprimés de 50 mg peuvent être utilisés. Les comprimés doivent être pris avec beaucoup de liquide, de préférence avant les repas. Les comprimés ne doivent pas être divisés ou mâchés.

Diclofénac sous forme de comprimés à action retardée

Une forme spéciale du médicament est le diclofénac sous forme de comprimés à libération prolongée. En raison de la libération lente de la substance active lors de la prise de formes retardées de diclofénac sodique, l'effet se produit plus tard, mais persiste plus longtemps. Ces caractéristiques pharmacocinétiques permettent de réduire le nombre de doses du médicament par les patients (1 à 2 fois par jour au lieu de 3 à 4 fois par jour) tout en maintenant une concentration élevée et stable du médicament au centre de l'inflammation. Cela rend préférable d'utiliser le diclofénac sous forme retardée s'il est nécessaire de prendre le médicament pendant une longue période (pour les syndromes de douleur chronique, principalement dans la pratique rhumatologique).

La dose initiale recommandée pour les adultes est de 75 mg, soit 1 comprimé retard par jour. La même dose est utilisée dans les cas relativement bénins de la maladie, ainsi que pour le traitement à long terme. Dans les cas où les symptômes de la maladie sont les plus prononcés la nuit ou le matin, il est conseillé de prescrire des comprimés retardés la nuit..

Les comprimés doivent être avalés entiers, de préférence au cours des repas. S'il est nécessaire d'augmenter la dose, utilisez 1 à 2 comprimés supplémentaires de diclofénac, 25 mg chacun. La dose quotidienne maximale est de 200 mg..

Actuellement, la société pharmaceutique suisse Sandoz produit des comprimés bicouches de 75 mg, dont la particularité est que chaque comprimé se compose de deux couches et comprend 12,5 mg de diclofénac sodique à libération immédiate et 62,5 mg de diclofénac sodique à libération prolongée, qui fournit les deux début d'action rapide et action prolongée du médicament.

Les enfants et adolescents de moins de 18 ans ne doivent pas se voir prescrire de comprimés retard.

Suppositoire rectal de diclofénac

La forme posologique du diclofénac sous forme de suppositoires présente plusieurs avantages. Les suppositoires n'entraînent pas les complications possibles avec l'administration parentérale de médicaments (développement d'une nécrose musculaire, d'infiltrats et de suppuration au site d'injection). Il est conseillé de prescrire des suppositoires s'il est impossible de prendre des médicaments par voie orale (chez les patients affaiblis, en présence de sténoses œsophagiennes, etc.). Lorsqu'il est pris per os, le diclofénac a un effet nocif direct sur les cellules de la muqueuse gastrique. Avec d'autres méthodes d'administration de médicaments (suppositoires, pommades), le risque de dommages au tractus gastro-intestinal demeure, mais il est nettement inférieur. C'est pourquoi, en présence de signes de lésions de l'estomac et du duodénum, ​​les formes suppositoires de diclofénac sont préférées.

Très souvent, les suppositoires sont utilisés en association: pendant la journée, le patient reçoit des injections ou des comprimés, et la nuit - des suppositoires, ce qui crée un meilleur effet thérapeutique en raison d'un maintien plus uniforme et à long terme de la concentration du médicament dans le sang. De plus, la dose quotidienne totale de diclofénac ne doit pas dépasser 150 mg.

Les enfants âgés de 6 à 15 ans (inclus) ne se voient prescrire que des suppositoires de 25 mg. La dose quotidienne est de 0,5 à 2 mg / kg de poids corporel (la dose quotidienne, en fonction de la gravité des manifestations de la maladie, doit être divisée en 2 à 3 doses uniques). Pour le traitement de la PR, la dose quotidienne peut être augmentée jusqu'à un maximum de 3 mg / kg (en plusieurs injections). Pour les adolescents âgés de 16 à 18 ans, des suppositoires de 50 mg peuvent également être prescrits.

Le suppositoire est injecté dans le rectum, aussi profondément que possible, de préférence après un nettoyage préalable de l'intestin. Les suppositoires ne doivent pas être coupés en morceaux, car une telle modification des conditions de stockage du médicament peut entraîner une perturbation supplémentaire de la distribution du diclofénac.

Diclofénac solution injectable

Le diclofénac sous forme d'injections est de préférence utilisé lorsqu'un effet analgésique plus rapide est requis, généralement avec une douleur aiguë plus sévère (avec colique rénale ou hépatique, avec une douleur aiguë associée à des lésions des tissus mous (contusion, entorse), avec un mal de dos aigu, une douleur postopératoire Habituellement, 1 ampoule par jour est prescrite, mais dans les cas graves, 2 injections par jour peuvent être prescrites à des intervalles de plusieurs heures, en changeant le côté d'administration. L'utilisation d'injections peut être associée à d'autres formes posologiques de diclofénac. La durée de l'administration parentérale ne doit pas dépasser deux jours; si nécessaire, le traitement continuer avec le même diclofénac, mais sous forme de comprimés ou de suppositoires rectaux.Lors de l'utilisation intramusculaire, le médicament est injecté profondément dans le quadrant supérieur externe de la fesse; pas plus de 2 ampoules (150 mg) du médicament sont utilisées par jour.Dans les coliques rénales et hépatiques, l'administration de diclofénac est généralement associée à l'utilisation antispasmodiques. dans la composante hépatique des maux de dos, l'administration de diclofénac est associée à l'utilisation de myorelaxants.

Une combinaison de deux ou plusieurs AINS doit être évitée car leur efficacité reste inchangée et le risque d'effets secondaires augmente.

Diclofénac sous forme d'agents à usage externe (local)

L'effet indésirable des AINS sur le corps est fortement limité s'ils sont utilisés sous forme d'applications locales. La forme posologique pour une telle thérapie est un mélange d'un médicament actif avec une base, qui assure une absorption sous la peau. Cette méthode de traitement vous permet d'injecter le médicament directement dans la lésion. Dans ce cas, l'effet sur les autres organes et tissus est minime..

A l'étranger, il existe des formes galéniques sous forme de plaques à coller sur la peau, contenant 1,3% de diclofénac épolamine. Pour la première fois que le diclofénac sous forme de plaques est apparu en Suisse en 1993, actuellement le diclofénac sous forme de plaques est enregistré dans 43 pays du monde. Les plaques de diclofénac sont principalement destinées à ceux qui ne peuvent pas prendre la forme orale de diclofénac en raison de contre-indications. Ils sont utilisés pour les lésions des tissus mous (ecchymoses, étirements, compression, arthrose), à ​​condition que l'intégrité de la peau soit préservée 2 fois par jour. Les plaques sont pratiques à utiliser, mais plus chères que les autres formes posologiques.

Ces médicaments sont pratiques à utiliser et faciles à doser. Après l'application du médicament sur la peau, le composé actif s'accumule dans les tissus mous régionaux et pas plus de 6% de la substance active pénètre dans la circulation sanguine. Dans le même temps, le contenu du médicament dans les muscles de la zone d'application est environ trois fois plus élevé que son niveau dans le tissu musculaire éloigné. Cela rend l'utilisation de formes de gel de diclofénac préférable pour un large éventail de troubles du système musculo-squelettique. Les formes de gel de diclofénac sont des médicaments en vente libre et sont très populaires..

Le gel Diclac est le seul médicament diclofénac sur le marché russe avec une concentration maximale de 5% du principe actif, ce qui vous permet de réduire la dose du médicament pris par voie orale, et dans certains cas même de remplacer les comprimés. Approuvé pour une utilisation par les enfants à partir de 6 ans.

Diclofénac en association pour le traitement de la douleur

Il existe également des formes galéniques (onguents, gels) dont le diclofénac est l'un des principaux composants. La combinaison de plusieurs médicaments avec différents mécanismes d'action peut augmenter l'efficacité du traitement.

sécurité

Le diclofénac a une combinaison optimale d'effets analgésiques et anti-inflammatoires et est bien toléré. Par conséquent, en l'absence de contre-indications, il peut être utilisé même pendant une longue période. Des études ont confirmé que le traitement par diclofénac à doses suffisamment élevées (150 mg) avec une utilisation prolongée (jusqu'à 8 mois ou plus) était bien toléré par les patients [2]. Bien sûr, le diclofénac, comme tout AINS, peut avoir des effets secondaires et des contre-indications. Cependant, il convient de noter que les effets secondaires, parmi lesquels l'ulcération de la membrane muqueuse du tractus gastro-intestinal (GIT) doit être craint en premier lieu, se développent plus souvent chez les personnes présentant des facteurs de risque..

Les facteurs de risque de dommages gastro-intestinaux comprennent:

  • plus de 65 ans;
  • histoire d'ulcère gastro-duodénal;
  • apport alimentaire qui augmente la sécrétion gastrique (aliments épicés, gras, salés);
  • de fortes doses ou l'administration simultanée de plusieurs AINS;
  • thérapie glucocorticoïde concomitante;
  • le sexe féminin, car les femmes se sont avérées hypersensibles à ce groupe de médicaments;
  • fumeur;
  • consommation d'alcool;
  • présence d'Helicobacter pylori.

À cet égard, le traitement doit être instauré avec la dose la plus faible recommandée, en particulier dans les groupes à risque. Chez les personnes à risque, la dose quotidienne de diclofénac ne doit pas dépasser 100 mg, la préférence doit être donnée aux formes posologiques de courte durée de diclofénac et le prescrire soit 50 mg 2 fois par jour ou 25 mg 4 fois par jour. Le diclofénac doit être pris après les repas. En cas d'utilisation prolongée du médicament, vous devez vous abstenir de boire de l'alcool, car le diclofénac, comme l'alcool, est métabolisé dans le foie. Lorsque des plaintes du tractus gastro-intestinal apparaissent, une œsophagogastroduodénoscopie (EGDS) doit être réalisée et si le diclofénac est pris régulièrement, cette procédure doit être prescrite tous les 4 à 6 mois, car les gastropathies AINS sont souvent asymptomatiques - «muettes».

Si l'utilisation à long terme du diclofénac est nécessaire, ce qui est particulièrement important en rhumatologie, il est conseillé de prescrire du diclofénac en association avec le misoprostol, qui protège la muqueuse gastrique des dommages..

Chez les patients souffrant d'hypertension, il est nécessaire de contrôler le niveau de pression artérielle, chez les patients souffrant d'asthme bronchique tout en prenant du diclofénac, une exacerbation peut être observée. Chez les patients atteints de maladies chroniques du foie et des reins, de petites doses du médicament doivent être utilisées, en contrôlant le niveau d'enzymes hépatiques.

Avant de prescrire du diclofénac, le médecin doit préciser si le patient prend d'autres médicaments en raison de maladies concomitantes afin d'éviter d'éventuelles complications lors de l'utilisation du diclofénac en association avec d'autres médicaments. Il est connu que le diclofénac augmente la concentration plasmatique de digoxine, de lithium, de cyclosporine A, y compris augmente sa néphrotoxicité; augmente la toxicité du méthotrexate. Dans le contexte des diurétiques épargneurs de potassium, le diclofénac augmente le risque d'hyperkaliémie et, dans le contexte des anticoagulants, le risque de saignement. Le diclofénac réduit l'effet des diurétiques, des antihypertenseurs et des hypnotiques. L'utilisation simultanée d'agents antidiabétiques peut entraîner à la fois une hypo- et une hyperkaliémie.

Plus de 30 ans se sont écoulés depuis l'introduction du diclofénac dans la pratique clinique. Pendant ce temps, de nombreux nouveaux AINS sont apparus. Cela a considérablement élargi les possibilités de fournir des soins efficaces aux patients, car la réponse individuelle au traitement est très variable. Cependant, le diclofénac occupe une place particulière dans cet arsenal thérapeutique. La combinaison d'une efficacité élevée, d'une bonne tolérance et d'une variété de formes posologiques du médicament permet de choisir la thérapie optimale pour un large éventail de syndromes douloureux.

Pour des questions de littérature, veuillez contacter la rédaction.

A. B. Danilov, docteur en sciences médicales

FPPOV eux. I.M.Schenova, Moscou

Tableau 1. Indications d'utilisation du diclofénac

Préparations à usage systémique (comprimés, injections, suppositoires)

Rhumatologie:

  • rhumatisme;
  • RA, RA juvénile;
  • formes extra-articulaires de rhumatisme, rhumatisme des tissus mous - périarthrite, bursite, tendovaginite, fibrosite, myosite;
  • spondylarthrite ankylosante - spondylarthrite ankylosante;
  • l'arthrose;
  • la spondylarthrite;
  • autre mono- et polyarthrite;
  • maladies dégénératives des articulations - arthrose (coxarthrose, spondylarthrose);
  • maux de dos associés à des changements dégénératifs de la colonne vertébrale;
  • crise de goutte aiguë

Neurologie, traumatologie, orthopédie, médecine du sport, médecine générale:

  • dorsalgie (lumbago, sciatique, douleurs myofasciales et musculaires);
  • migraine et autres types de maux de tête;
  • syndromes tunnel, autres maladies accompagnées d'inflammations d'origine non rhumatismale (névralgie, névrite, lumboischialgie, bursite, capsulite, synovite, tendinite ou tendosynovite);
  • ecchymoses traumatiques, entorses des ligaments, des muscles et des tendons; œdème inflammatoire des tissus mous, douleurs musculaires (myalgie) et articulations causées par un effort physique intense

Oncologie:

  • moyens du 1er échelon de l'échelle de l'OMS pour le traitement de la douleur dans le cancer

Médecine générale:

  • coliques rénales et biliaires

Gynécologie:

  • maladies gynécologiques accompagnées de douleurs et d'inflammations (dysménorrhée primaire, annexite, etc.)

Traumatologie, chirurgie, dentisterie:

  • syndromes douloureux post-traumatiques et postopératoires;
  • procédures obstétricales-gynécologiques, dentaires ou autres interventions chirurgicales

Otorhinolaryngologie:

  • avec des maladies inflammatoires graves de l'oreille, de la gorge et du nez, survenant avec une douleur intense, par exemple avec une pharyngite, une amygdalite, une otite moyenne. Le traitement de la maladie sous-jacente est effectué conformément aux principes généralement acceptés, y compris l'utilisation d'un traitement étiotropique

Préparations pour une utilisation externe et locale

Traumatologie, médecine du sport:

  • inflammation post-traumatique des tissus mous et du système musculo-squelettique (tendons, ligaments, muscles et articulations);
  • blessures musculo-squelettiques typiques de la médecine du sport et du sport: entorses, luxations, ecchymoses, contusions, surcharges, etc..

Rhumatologie:

  • traitement local des maladies inflammatoires et dégénératives des articulations: PR, ostéochondrose des articulations périphériques et du rachis, périarthropathie, etc..

Rhumatologie, neurologie:

  • traitement local des maladies inflammatoires et dégénératives des tissus mous et périarticulaires: tendovaginite, syndrome de l'épaule-main, bursite, ostéochondrose, arthrose, périarthropathie, etc.;
  • arthralgie;
  • la dorsalgie;
  • myalgie

Traumatologie, chirurgie:

  • sensibilité et inflammation des tissus mous

Ophtalmologie:

  • conjonctivite non infectieuse, inflammation post-traumatique après plaies pénétrantes et non pénétrantes du globe oculaire, syndrome douloureux lors de l'utilisation d'un laser excimer, lors du retrait du cristallin et de la chirurgie d'implantation (prévention pré et postopératoire du myosis, œdème cystoïde du nerf optique)

LA PRÉPARATION MÉDICINALE DICLOFENAC PEUT ÊTRE UTILISÉE POUR TRAITER LE CANCER

Le diclofénac, un médicament anti-inflammatoire, a été développé en 1966 et est classé comme anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). Et récemment, les scientifiques d'un projet de réutilisation des médicaments en oncologie ont prouvé ses propriétés anticancérigènes importantes..

Ce projet de recherche de propriétés anticancéreuses supplémentaires dans des médicaments déjà utilisés rassemble des scientifiques dans une collaboration internationale entre la Fondation Antitumor (Belgique) et GlobalCures (USA). Les chercheurs pensent que les médicaments non anticancéreux existants et largement utilisés pourraient représenter une source relativement intacte de nouveaux traitements contre le cancer.

Comme d'autres médicaments, le diclofénac est un médicament bon marché et facilement disponible qui est présent dans de nombreux cabinets de médecins et a été largement testé dans le passé. Ce médicament est souvent utilisé pour traiter la douleur de la polyarthrite rhumatoïde, ainsi que les migraines, la fièvre, la goutte et les douleurs postopératoires aiguës. Il est presque toujours disponible dans les pharmacies et est assez bon marché..

Les AINS se sont révélés prometteurs dans la prévention du cancer dans le passé, mais il existe maintenant de nouvelles preuves que ces médicaments peuvent être utiles dans le traitement du cancer. Par exemple, le diclofénac combiné à d'autres traitements tels que la chimiothérapie et la radiothérapie peut améliorer considérablement leur efficacité..

Diclofénac pour le cancer

Méthodes modernes de soulagement de la douleur en oncologie

La douleur est un symptôme intégral du cancer. Dans les derniers stades de la maladie, elle passe progressivement de supportable à forte, douloureuse et constante. Le syndrome de douleur chronique alourdit la vie d'un patient oncologique, déprime non seulement l'état physique, mais aussi mental.

Le sujet du soulagement de la douleur en oncologie est extrêmement pertinent pour les patients et leurs proches. La médecine moderne dispose d'un vaste arsenal de médicaments et de méthodes pour lutter contre la douleur liée au cancer. Dans plus de 90% des cas, le syndrome douloureux peut être arrêté ou réduit en intensité. Examinons de plus près comment le schéma correct de soulagement de la douleur est construit et sur quelles méthodes avancées de soulagement de la condition des patients cancéreux sont basées..

Oncologie et douleur

La douleur est l'un des premiers symptômes indiquant la progression d'un processus malin dans le corps. Si, à un stade précoce du cancer, pas plus d'un tiers des patients se plaignent de douleur, alors que la maladie se développe, on en parle presque toujours. La douleur peut être causée non seulement par la tumeur elle-même, mais également par des réactions inflammatoires entraînant des spasmes des muscles lisses, des lésions articulaires, des névralgies et des blessures après la chirurgie.

Pour ton information

En règle générale, la douleur cancéreuse apparaît aux stades III et IV. Cependant, parfois, il peut même ne pas être dans des conditions critiques du patient - cela est déterminé par le type et l'emplacement de la tumeur. Il existe des faits connus où le cancer de l'estomac de stade IV était asymptomatique. Une tumeur du sein peut ne pas causer de douleur - des sensations désagréables dans de tels cas n'apparaissent que lorsque les métastases recouvrent le tissu osseux.

Le syndrome douloureux peut être classé selon différents critères. Ainsi, selon le degré d'intensité de la douleur, il peut y avoir faible, moyen et fort; par évaluation subjective - couture, pulsation, ennuyeux, brûlure; en durée - aiguë et chronique. Arrêtons-nous séparément sur la classification de la douleur par origine:

  1. Viscéral - douleur dans la cavité abdominale sans localisation claire, prolongée, douloureuse. Par exemple, douleur dans le dos avec cancer du rein.
  2. Somatique - douleur dans les ligaments, les articulations, les os, les tendons: terne, mal localisée. Ils se caractérisent par une augmentation progressive de l'intensité. Apparaissent aux derniers stades du cancer, lorsque des métastases se forment dans le tissu osseux et provoquent des lésions vasculaires.
  3. Neuropathique - douleur causée par des troubles du système nerveux. Par exemple, par la pression de la tumeur sur les terminaisons nerveuses ou leurs dommages. Ce type de sensation est également causé par la radiothérapie ou la chirurgie..
  4. Psychogène - douleur sans dommage physique associée à la peur, la dépression, l'auto-hypnose du patient. Apparaissent à la suite d'une forte détresse émotionnelle et ne peuvent pas être traités avec des analgésiques.

Sur une note

En médecine, il existe un terme de «douleur fantôme» - il s'agit d'une douleur dans la partie du corps qui a été retirée à la suite d'une intervention chirurgicale. Par exemple, une douleur thoracique après une mastectomie ou une douleur dans un bras ou une jambe amputés. Il n'y a toujours pas d'explication exacte à ce phénomène. Certains scientifiques voient la raison de l'incohérence de la partie du cerveau, responsable de la sensibilité, avec celle qui est responsable de la pensée. D'autres pensent que la douleur fantôme est le résultat d'une anesthésie mal administrée..

La douleur est la réaction défensive du corps et une alarme majeure. Il a été inventé par la nature pour signaler un problème à une personne, la faire réfléchir et provoquer une action. Cependant, la douleur chronique en oncologie n'a pas ces fonctions. Il provoque une dépression chez le patient, un sentiment de désespoir, une dépression (jusqu'aux troubles mentaux), interfère avec le fonctionnement normal du corps et rend impossible de se sentir comme un membre à part entière de la société. La douleur enlève la force nécessaire pour combattre le cancer. La médecine progressive considère cette douleur comme un processus pathologique qui nécessite une thérapie séparée. Le soulagement de la douleur pour le cancer n'est pas une procédure ponctuelle, mais un programme de traitement complet conçu pour préserver l'activité sociale du patient, prévenir la détérioration de son état et la dépression de la psyché.

Comment soulager la douleur cancéreuse: les nuances du choix d'un régime de soulagement de la douleur

Ainsi, trouver une thérapie efficace pour soulager la douleur est une tâche difficile qui nécessite une approche étape par étape. Tout d'abord, le médecin a besoin d'une anamnèse: la cause de la douleur (si elle est établie), la prescription, la localisation, l'intensité, les changements dans la nature de la douleur dus au changement d'heure de la journée et en fonction de l'intensité de l'activité physique, du type d'analgésiques déjà utilisés et de leur efficacité lors de l'administration... Si le patient se plaint d'une douleur intense, la première étape consiste à exclure les affections nécessitant des soins urgents, telles que les infections ou les lésions pathologiques des méninges avec métastases. Pour cela, une échographie, une imagerie par résonance magnétique, une tomodensitométrie et d'autres études sont prescrites à la discrétion du médecin. Si une urgence est exclue, le choix de la méthode de soulagement de la douleur dépendra de la gravité de la douleur et des analgésiques précédemment utilisés.

Il est impératif que le médecin traite la douleur du patient aussi sérieusement que possible sans en diminuer l'importance. Il est nécessaire de contrôler leur diminution ou leur augmentation. Il arrive qu'un oncologue puisse prescrire une dose accrue de médicaments ou passer directement aux stupéfiants afin d'obtenir un effet rapide. Mais cette technique ne donne qu'un résultat à court terme. Souvent, les patients eux-mêmes font des erreurs, qui endurent «jusqu'au dernier» et ne commencent à se plaindre qu'alors. Pendant ce temps, la prise d'analgésiques est nécessaire dès la première apparition de la douleur..

Une observance précise du schéma posologique correct peut retarder considérablement le besoin de médicaments puissants. Il arrive que les patients prennent tous les analgésiques à la suite, en choisissant ce qui les aidera mieux et plus rapidement. C'est aussi une erreur, car il est important de trouver la cause de la douleur. Par exemple, les crampes abdominales sont traitées avec des médicaments inefficaces contre les douleurs osseuses. Sans parler du fait que les douleurs en général ne peuvent être associées à l'oncologie qu'indirectement ou n'ont rien à voir avec cela..

Chaque médecin agit en fonction de ses connaissances et de son expérience, cependant, la base de tout traitement de la douleur est un schéma unique recommandé par l'Organisation mondiale de la santé - «l'échelle de l'OMS».

Système en trois étapes de soulagement de la douleur cancéreuse: l'échelle de l'OMS

Dans les recommandations des experts de l'OMS, il existe trois étapes de pharmacothérapie, qui permettent un traitement rationnel de la douleur chez les patients cancéreux. En fonction du stade, les médicaments sont également sélectionnés:

  • pour la douleur légère, analgésiques non opioïdes;
  • avec amplification - médicaments opioïdes légers;
  • pour la douleur intense - soulagement de la douleur narcotique et traitement adjuvant.

Considérons chaque étape plus en détail.

Première étape. Le traitement du syndrome douloureux commence par des analgésiques non narcotiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Ceux-ci incluent le paracétamol, l'ibuprofène, l'aspirine, le méloxicam et d'autres. Pour les douleurs musculaires et articulaires - diclofénac, étodolac et autres. Toutes ces substances agissent sur les récepteurs périphériques de la douleur. Dans les premiers jours, les médicaments peuvent provoquer une fatigue générale et une somnolence, qui disparaissent d'eux-mêmes ou sont ajustées en modifiant la posologie. Si la prise de pilules ne donne pas le résultat souhaité, procéder aux injections.

Deuxième étape. Lorsque les médicaments de première intention deviennent inefficaces, des opiacés faibles leur sont ajoutés. Ce sont généralement le tramadol et la codéine. L'effet analgésique est obtenu en agissant sur les récepteurs opiacés du système nerveux central et en remplaçant les endorphines - «hormones de la joie», dont la production diminue avec une douleur intense. Le tramadol est prescrit sous forme de comprimé ou d'injection. Il est pris en association avec l'analgine, le paracétamol et d'autres médicaments de premier stade (effet synergique): le tramadol agit sur le système nerveux central et les AINS - sur le système nerveux périphérique.

Troisième étape. La dernière étape du traitement, qui est transmise si le patient ressent une douleur atroce et persistante. Les médicaments de stade trois sont des opiacés puissants, dont la clé est la morphine. Cependant, il existe des substances qui pardonnent plus et entraînent moins de dépendance. Il s'agit de la buprénorphine ("Bunpronal") - efficacité de 50% par rapport à la morphine; pyritramide (Dipidolor) - efficacité de 60%; fentanyl ("Durogesic") - 75 à 125%. L'effet se produit quelques minutes après l'administration, cependant, le patient doit suivre strictement le schéma prescrit par le médecin. Ils commencent à prendre des médicaments avec une dose minimale, en l'augmentant progressivement.

Technologies efficaces pour soulager la douleur chez les patients cancéreux

L'un des principaux facteurs lors du choix d'une méthode de soulagement de la douleur en oncologie est non seulement l'efficacité de l'action, mais aussi la commodité pour le patient, l'impact sur la qualité de sa vie. Auparavant, les méthodes invasives étaient presque toujours utilisées - les injections. Les méthodes modernes de soulagement de la douleur sont diverses et extrêmement confortables pour les patients.

Patchs anti-douleur. Il s'agit d'une méthode d'administration transdermique de médicaments. Le patch contient quatre couches: un film protecteur en polyester, un réservoir avec une substance active (par exemple, le fentanyl), une membrane qui corrige l'intensité de la libération et une couche collante. Le patch peut être appliqué n'importe où. Le fentanyl est libéré progressivement sur trois jours. L'effet se produit dans les 12 heures, après le retrait, la concentration du médicament dans le sang diminue lentement. Le dosage peut être différent, il est sélectionné individuellement. Le patch est généralement prescrit au tout début de la troisième étape du soulagement de la douleur en oncologie..

Anesthésie rachidienne. Avec l'anesthésie rachidienne, le médicament est injecté dans le canal rachidien. Cela conduit à une sensibilité tactile et à la douleur "off" temporaire. L'introduction se fait par un cathéter, ce qui nécessite une certaine expérience du médecin. Comme analgésique, la morphine, la norphine, le fentanyl et ainsi de suite sont utilisés. Par le liquide céphalo-rachidien et le système circulatoire général, ils pénètrent dans le cerveau. Les effets secondaires tels que les nausées et la somnolence ne sont pas exclus..

Anesthésie péridurale. Le médicament est injecté dans l'espace épidural, situé entre la dure-mère et les parois de la cavité crânienne ou du canal rachidien. Les médicaments sont similaires à la rachianesthésie. L'anesthésie péridurale est utilisée pour soulager la douleur cancéreuse lorsque des modifications osseuses secondaires se sont produites et que l'administration orale et parentérale n'est plus efficace.

Neurolyse à travers le tractus gastro-intestinal par endosonographie. La neurolyse (neurolyse) est le processus de destruction de la voie nerveuse nociceptive (douloureuse). L'administration d'un analgésique se produit de manière transgastrique - à travers le tractus gastro-intestinal, la précision est fournie par un contrôle échographique endoscopique. De telles méthodes d'anesthésie locale sont utilisées, par exemple, dans le cancer du pancréas avec une efficacité allant jusqu'à 90%. L'effet analgésique peut persister pendant plus d'un mois, tandis que les analgésiques narcotiques de manière classique devraient être injectés en permanence.

Introduction de médicaments dans les points de déclenchement myofasciaux. Le syndrome de la douleur myofasciale se traduit par des spasmes musculaires et l'apparition de phoques douloureux dans les muscles tendus. Ceux-ci sont appelés points de déclenchement et sont douloureux lorsqu'ils sont pressés. Les injections de zone de déclenchement soulagent la douleur et améliorent la mobilité corporelle.

Blocus végétatif. Le blocage nerveux consiste à injecter un médicament dans le point de projection du nerf qui est associé à l'organe affecté et provoque une douleur. Par exemple, un blocage dans le cancer du pancréas soulage la douleur pendant plusieurs mois. Selon le type d'anesthésique, la procédure est effectuée une fois par an, une fois tous les six mois ou chaque semaine. Un autre avantage est le nombre minimum de conséquences négatives..

Interventions neurochirurgicales. Pendant la procédure, un neurochirurgien coupe les racines des nerfs spinaux ou crâniens qui transportent les fibres nerveuses. Ainsi, le cerveau est privé de la capacité de recevoir des signaux de douleur. La coupe des racines n'entraîne pas de perte de capacité motrice, mais peut la rendre difficile.

Analgésie contrôlée par le patient (ACP). Ce type de soulagement de la douleur repose sur une règle simple: le patient reçoit des analgésiques quand il le souhaite. Le schéma est basé sur la perception individuelle de la douleur et la nécessité de prendre des analgésiques. Dans les pays européens, l'ACP est acceptée comme la norme pour le soulagement de la douleur postopératoire. La méthode est simple et relativement sûre. Cependant, les patients doivent être soigneusement informés..

Le choix d'une méthode spécifique de soulagement de la douleur pour le cancer dépend de nombreux facteurs - c'est pourquoi une approche individuelle et un examen approfondi du patient sont si importants, permettant au médecin d'évaluer l'efficacité de la méthode, sa faisabilité et les risques éventuels. Les médecins sont fermement établis dans l'idée que le syndrome douloureux doit être traité quel que soit le pronostic de la maladie sous-jacente. L'élimination de la douleur empêchera son effet destructeur sur l'état physique, moral et mental du patient, ainsi que préserver sa signification sociale.

De 20 à 50% des patients souffrent de douleurs de gravité variable au moment du diagnostic insidieux, et 4/5 des patients aux stades III et IV du cancer éprouvent des douleurs d'intensité de modérée à sévère. Tout cela rend inacceptable de sous-estimer le problème. Cependant, les patients doivent comprendre que les doses maximales et les médicaments puissants prescrits prématurément ne laissent pas de réserve pour la poursuite d'un soulagement efficace de la douleur. C'est pourquoi il existe des protocoles médicaux sur la base desquels le médecin développe un programme individuel d'analgésie..

Ce site représente les produits de la société japonaise Nikken (Nikken) sur le marché russe

Accueil »Blog» Traitement du cancer: la recherche de nouveaux médicaments se poursuit. Il y a de l'espoir!

Dormir sur des matelas magnétiques, respirer de l'air pur ionisé, boire de l'eau structurée, c'est comme se coucher au bord de la mer ou marcher au bord d'une cascade ou dans la forêt.

Vous buvez de l'eau propre saturée d'oxygène, portez des bijoux et votre énergie décuple, vous vous rajeunissez, la vitalité du corps augmente.

Traitement du cancer: la recherche de nouveaux médicaments se poursuit. Il y a de l'espoir!

Publié le 18/01/2016 par Marf.su

Le cancer continue d'être l'une des principales causes de décès dans le monde. Malgré de nombreuses études dans ce domaine, les spécialistes ne connaissent pas encore le mécanisme conduisant à la dégénérescence des cellules saines en cellules malignes. La recherche de traitements efficaces contre le cancer se poursuit. Ce que la médecine moderne a à offrir?

Diclofénac pour le cancer

Récemment, ecancermedicalscience a publié les résultats d'études examinant les propriétés jusqu'alors inconnues d'un analgésique populaire. La recherche a été menée à l'initiative du Projet international de réutilisation des médicaments en oncologie (ReDO). Les données obtenues nous permettent d'affirmer que le Diclofénac peut être utilisé comme médicament anticancéreux efficace..

Le diclofénac appartient au groupe des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Il a été développé dans les années 70 du siècle dernier et jusqu'à présent, il était traditionnellement utilisé comme agent analgésique et anti-inflammatoire pour les maladies rhumatoïdes, les problèmes du système musculo-squelettique, le syndrome douloureux de diverses étiologies..

Les spécialistes se sont intéressés au diclofénac comme moyen de prévention et de traitement de divers types de cancer il y a plus de 30 ans. Des études ont été menées sur un modèle animal. Le médicament a été administré à des souris expérimentales atteintes de fibrosarcome. Dans le même temps, un ralentissement significatif de la croissance tumorale a été enregistré. La recherche s'est poursuivie. Il s'est avéré que Diclofenac est capable de supprimer la division des cellules malignes également dans le cancer de l'ovaire, le pancréas, le mélanome, le gliome, le cancer du rectum et du côlon, le neuroblastome.

De nouvelles recherches montrent que cette thérapie peut être assez efficace. Les avantages du médicament sont sa faible toxicité, sa pharmacocinétique bien étudiée et son faible coût..

Le diclofénac est souvent utilisé comme analgésique pour le cancer et après une intervention chirurgicale pour enlever une tumeur. Les résultats de l'analyse des données des patients ayant subi une telle thérapie ont révélé un certain nombre de changements positifs chez eux, notamment:

  1. Réduire la mortalité et le risque de métastases dans les tumeurs du sein, des reins et des poumons.
  2. Réduction de la taille de la tumeur dans la fibromatose agressive.
  3. Ralentir la progression de l'adénocarcinome pancréatique.

Les scientifiques pensent que les propriétés anticancéreuses du Diclofénac sont liées à six facteurs principaux:

  1. Le médicament supprime une enzyme spéciale synthétisée par les prostaglandines - un inhibiteur de la cyclooxygénase de type II. La prostaglandine E2 se trouve dans un certain nombre de tumeurs. Il soutient l'inflammation chronique, façonnant ainsi le microenvironnement tumoral.
  2. Le diclofénac produit un effet immunomodulateur.
  3. Le médicament inhibe la croissance des vaisseaux sanguins qui fournissent à la tumeur des nutriments.
  4. Il active l'apoptose des cellules cancéreuses (un processus régulé de mort cellulaire programmée).
  5. L'outil aide à augmenter la sensibilité des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et à la radiothérapie.

Sur la base des données obtenues, les scientifiques expriment l'espoir de la possibilité d'utiliser le diclofénac comme un agent anticancéreux assez efficace dans un proche avenir..

Les bienfaits de l'air ionisé contre le cancer

La teneur élevée en ions d'air (appelés ions d'air) dans l'air inhalé réduit considérablement le risque de cancer spontané. Un effet similaire a été identifié au début du XXe siècle par le scientifique français F. Velez. Lors d'expériences avec des rongeurs, il a remarqué que chez certains animaux, après un long séjour dans une pièce à air ionisé, la tumeur a disparu..

Au milieu du siècle dernier, des scientifiques ont découvert que l'air à haute teneur en ions d'air inhibait la croissance des tumeurs transplantées chez les animaux. Plus tard, le même effet a été trouvé chez les patients cancéreux. Par exemple, 10 à 20 séances d'aérothérapie ont conduit à une réduction significative de la taille de la tumeur ou à sa disparition complète chez les femmes souffrant de mastopathie..

Le scientifique russe A.L. Chizhevsky a exprimé à un moment donné l'hypothèse qu'il existe un certain lien entre le développement de néoplasmes malins et le manque systématique d'ions d'air dans l'air. La carence en ions d'air crée un arrière-plan pour la perturbation des échanges électriques, une diminution du potentiel électrique des cellules, conduit au vieillissement précoce du corps et à la formation de néoplasmes.

En ionisant l'air dans les espaces de vie et de travail, le risque de développer un cancer peut être réduit. L'effet anticancéreux des ioniseurs est également confirmé par l'histoire de la remarquable récupération du chien Jacqueline. L'un des développements les plus avancés dans le domaine est le KenkoAir Purifier ™ de NIKKEN, qui fournit une filtration en plusieurs étapes et une ionisation de l'air sans ozone..

KenkoAir Purifier ™ a été certifié par plusieurs organisations internationales prestigieuses dans le domaine de la santé et de l'environnement

Eau alcaline et cancer

La vie est impossible sans eau. C'est un fait bien connu. L'eau assure le déroulement des processus vitaux et aide à éliminer les substances toxiques et les déchets du corps. Les experts disent: vous devez boire au moins 2,5 litres d'eau par jour. Mais toute l'eau n'est pas bonne pour le corps..

Les caractéristiques les plus importantes de l'eau comprennent l'équilibre acido-basique et l'ORP (potentiel d'oxydoréduction).

Équilibre basique acide. Tous les fluides corporels humains, à l'exception du suc gastrique, sont neutres ou légèrement alcalins. Le pH de la salive est de 7,4, la lymphe - 7,5, le sang - 7,35. Avec une augmentation de l'acidité, la probabilité de développer de nombreuses maladies, y compris des maladies oncologiques, augmente. Pour guérir le corps, une alcalinisation du système est nécessaire. Pour neutraliser les acides, le corps est constamment à la recherche de sources appropriées d'alcali. Dans ce cas, le calcium contenu dans les os devient le plus accessible. Ainsi, une augmentation de l'acidité entraîne le lessivage du calcium des os, une diminution de leur force. De plus, le calcium est souvent déposé dans les articulations, la colonne vertébrale, les reins, la vésicule biliaire, en conséquence, le développement de processus pathologiques commence en eux..

Pour éviter ce scénario, vous devez consommer quotidiennement de l'eau alcaline. Le pH de cette eau est supérieur à 7,0. Les scientifiques l'appellent vivante. À un pH inférieur à 7,0, l'eau perd ses qualités utiles, devient morte.

Le potentiel d'oxydoréduction, ou ORP, est un autre indicateur important de l'eau. L'ORP est l'une des caractéristiques les plus importantes de l'environnement interne, car elle affecte les processus vitaux. Les experts disent que si les mécanismes des processus d'oxydo-réduction du corps échouent, le risque de développer un certain nombre de pathologies graves, y compris l'oncologie, augmente..

En règle générale, l'eau courante et en bouteille ne répond pas aux normes de sécurité sanitaire. Divers appareils électroménagers sont utilisés pour purifier l'eau et en améliorer la qualité..

Les développements les plus efficaces dans ce domaine sont proposés par NIKKEN

Filtration complète de l'eau en plusieurs étapes;

Élimination de tous les contaminants, chlore, chloramine, sels de métaux lourds et autres impuretés.

Modification de l'équilibre acido-basique (pH) vers une augmentation du composant alcalin.

Réduction de l'ORP (potentiel redox).

Modifications de la structure de l'eau, contribuant à une augmentation de son absorption par l'organisme.

Grâce au filtre NIKKEN unique, l'appareil produit une purification d'eau ultrafine, en éliminant les plus petites impuretés, composés chimiques, bactéries et en saturant avec des minéraux importants.

Stabilise le pH à des valeurs optimales pour le corps 7,4-7,8.

Oxygène l'eau.

Améliore sa structure pour une meilleure pénétration cellulaire.

Améliore les niveaux de pH

Structures l'eau pour une meilleure absorption par le corps.

Immunothérapie dans le traitement du cancer

Aujourd'hui, les experts se concentrent sur la recherche de traitements sûrs contre le cancer. En plus des techniques traditionnelles (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie), d'autres techniques sont également utilisées.

Les domaines les plus prometteurs sont l'immunothérapie. La médecine moderne propose un certain nombre d'activités pour maintenir le système immunitaire, renforcer le système immunitaire.

  1. Vaccination. Deux types de vaccins sont utilisés: pour prévenir la maladie et pour traiter une maladie déjà développée. Ils sont produits à partir de cellules cancéreuses retirées du corps..
  2. Médicaments à base de cytokines. Les cytokines sont des protéines spéciales par lesquelles des informations sont transmises d'une cellule à une autre.
  3. Cellules T. Ces cellules spécifiques sont très actives contre le cancer..
  4. Anticorps monoclonaux, désoxinate, thymogène. Les médicaments énumérés activent le système immunitaire pour la lutte indépendante du corps contre la maladie. De plus, ils contribuent à l'élimination des substances toxiques du corps..
  5. 5. Cellules TIL. Ils sont isolés des tissus cancéreux et introduits dans l'organisme après reproduction en laboratoire. La technique vise à prévenir la récidive du cancer.
  6. Méthodes naturelles d'immunothérapie. Les scientifiques conseillent d'utiliser des aliments biologiques naturels qui aident à améliorer le fonctionnement du système immunitaire. Cependant, ils mettent en garde contre la nécessité de poursuivre le traitement traditionnel. En d'autres termes, les produits naturels enrichis en vitamines, les plantes médicinales ne peuvent être utilisés que dans le cadre d'une thérapie de soutien..

Nous proposons des produits uniques de NIKKEN qui se sont avérés être de puissants agents immunostimulants. Sur notre site Web, vous pouvez acheter:

Pousses d'émeraude Jade GreenZymes. Un produit bio à base de germes d'orge aide à renforcer le système immunitaire, élimine les problèmes digestifs, aide à nettoyer l'organisme des toxines.

Mélange de jus bio CIAGA V à base de jus de myrtille, mûre, framboise, nectar d'açaï, extrait de pépins de raisin. Le potentiel antioxydant du produit est de 1425 unités ORAC.

Attention! Les patients cancéreux doivent être sous surveillance médicale obligatoire. L'utilisation de fonds supplémentaires n'est possible que simultanément avec le traitement prescrit par des spécialistes..

Technicien TV avec de nombreuses années d'expérience dans la REPARATION TV.
(926) 797-85-27
Michael

Si vous avez: ne voit pas l'appareil, aucun signal ou ne se déverrouille pas.

Si le téléviseur a besoin: de réparer la carte mère, de remplacer le tuner TV ou de remplacer la carte de réception, ou (presque) toute autre procédure.

Je travaille avec des téléviseurs: Sharp, Grundig, Goldstar, Xoro, Vityaz, Vitek, BangAndOlufsen, Dex, IStar, Kuppersbusch, Telefunken, Vasko et tous les autres.

salut! Excellent site Web que vous avez!

Il y a quelques jours sur google j'ai trouvé cimrv7cu20p44 chez prom electric. Recommander!

Comment utiliser Diclofenac pour l'oncologie, le médicament aide-t-il vraiment contre le cancer

Le diclofénac pour l'oncologie est utilisé pour le soulagement de la douleur à une dose de 100 à 150 mg par jour. Il est administré en injections pendant 2-3 jours, puis une utilisation prolongée de comprimés, de suppositoires est possible. En l'absence de contre-indications de l'estomac, des vaisseaux sanguins, des reins et du foie, prendre jusqu'à 8 mois est considéré comme suffisamment sûr.

Prendre après les repas, Omez, à l'exclusion de l'alcool, des aliments épicés, salés et gras permet de réduire l'effet irritant sur le système digestif. Des études récentes ont découvert l'activité antitumorale du Diclofénac.

Lire dans cet article

Pourquoi le diclofénac est-il prescrit en oncologie

Le but principal de la prescription de Diclofenac en oncologie est le soulagement de la douleur. Le médicament a la capacité de supprimer la formation de prostaglandines impliquées dans la réponse inflammatoire et la douleur. Il est prouvé que le diclofénac inhibe non seulement le flux d'impulsions du foyer, mais réduit également la sensibilité du centre de la douleur dans le cerveau..

Le mécanisme central d'action du médicament (via les neurones cérébraux) se manifeste par l'interaction avec les récepteurs de l'opium. Dans le même temps, le médicament ne présente aucun risque de dépendance et de dépendance, même en cas d'utilisation prolongée. C'est pourquoi le médicament est considéré comme un remède efficace et est utilisé pour les processus tumoraux..

Et voici plus sur ce qu'il est préférable d'utiliser - Diclofenac ou Ketonal.

Lorsqu'il est indiqué pour une tumeur

Étant donné que la douleur augmente progressivement avec les néoplasmes, un schéma par étapes de soulagement de la douleur a été développé. Ils commencent par des médicaments à puissance moyenne et passent progressivement à des médicaments puissants (médicaments).

Le diclofénac est généralement prescrit au premier stade, lorsqu'il n'y a toujours pas besoin de stupéfiants. Moins souvent, son médecin recommande la deuxième étape pour réduire la dose de médicaments. Le médicament est également administré après une chirurgie d'élimination de la tumeur..

Étapes du développement du cancer

Est-il toujours possible d'utiliser Diclofenac en oncologie

Le diclofénac est utilisé en oncologie uniquement en l'absence de contre-indications:

  • intolérance aux médicaments ou allergie passée aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (par exemple, à l'indométacine, à l'ibuprofène, à l'aspirine);
  • exacerbation de l'ulcère peptique;
  • asthme bronchique, urticaire, polypes nasaux, rhinite saisonnière;
  • saignements gastro-intestinaux, y compris dans le passé;
  • lésions graves des reins, du foie;
  • insuffisance cardiaque;
  • maladies vasculaires du cerveau, accident vasculaire cérébral ou troubles circulatoires temporaires (crises d'ischémie);
  • athérosclérose des membres inférieurs.

Athérosclérose des membres inférieurs

Le médicament ne doit pas être administré par voie intraveineuse s'il est nécessaire d'utiliser de l'héparine, du Cibor et des analogues, une déshydratation, une perte de sang.

Comment injecter correctement les injections de diclofénac, posologie pour l'oncologie

Le diclofénac en injections pour l'oncologie est prescrit à une dose de 75 mg par jour, avec une douleur intense, vous pouvez réintégrer le médicament après 12 heures. Des injections intramusculaires peuvent être prescrites, elles sont effectuées selon les règles:

  • avec le changement de camp obligatoire;
  • dans le quadrant externe supérieur des fesses;
  • l'aiguille est immergée aux 2/3 de la longueur;
  • libération lente et régulière de la solution;
  • en cas de douleur intense lors de l'injection, ajouter 1 à 2 ml de lidocaïne à 2% à 3 ml de diclofénac (en accord avec le médecin).

L'introduction dans une veine n'a lieu que sous forme de compte-gouttes. Séquençage:

  1. Choisissez un solvant: chlorure de sodium à 0,9% ou glucose à 5% dans un volume de 100 à 400 ml.
  2. Ajouter le contenu de 1 ampoule de Diclofenac et 1 ml de soude à 4,2% (solution stérile de bicarbonate de sodium) dans le flacon.
  3. Administrer lentement en continu (30 minutes à 2 heures).

Après l'opération, une heure plus tard, tout d'abord, 25 à 50 mg (1 à 2 ml) sont injectés par voie intramusculaire, puis un compte-gouttes est connecté à un débit de 5 ml de solution pour perfusion pendant 1 heure. La dose quotidienne totale ne doit pas être supérieure à 150 mg (2 ampoules ou 6 ml de Diclofénac au total).

Compte-gouttes de diclofénac

Pour les tumeurs, il est recommandé de maintenir une concentration stable du médicament, de sorte que le médecin peut prescrire l'administration 1 ou 2 fois par jour, mais à intervalles réguliers. L'injection de diclofénac ne doit pas être effectuée plus de 3 jours, puis le patient est transféré dans des comprimés, des suppositoires.

Schémas d'utilisation du diclofénac à l'intérieur, dans des bougies

Pour le diclofénac, une caractéristique importante est la force égale de l'anesthésie des ampoules, des suppositoires et des comprimés, seules les injections agissent plus rapidement.

En l'absence de contre-indications, le patient peut être transféré à l'un des régimes:

  • comprimés à libération prolongée 100 mg une fois par jour, si nécessaire, une bougie de 50 mg la nuit;
  • suppositoires 50 mg 2-3 fois;
  • un suppositoire de 100 mg et un suppositoire de 50 mg;
  • comprimé à action rapide de 50 mg et prolongé de 100 mg.

Sécurité à long terme

Si le patient n'a pas de maladies de fond de l'estomac et des intestins, adhère pleinement aux recommandations du médecin, la sécurité de l'utilisation de comprimés, suppositoires pendant 8 mois à une dose maximale (150 mg) a été prouvée. La plupart des patients tolèrent bien le médicament, par conséquent, sous surveillance médicale, il peut être utilisé pendant une longue période.

Mise en évidence d'un groupe à risque, dans lequel il n'est pas recommandé de dépasser une dose quotidienne de 100 mg. Ils doivent être examinés au moins 1 fois en 3-4 semaines, consulter immédiatement un médecin pour des douleurs dans l'abdomen, la région du cœur, une autre détérioration de l'état général.

La catégorie de patients nécessitant une prudence accrue comprend:

  • plus de 60 ans;
  • avec des maladies de l'estomac, des intestins dans le passé;
  • les consommateurs d'alcool, d'aliments salés, épicés et gras;
  • avec l'utilisation simultanée d'hormones, des médicaments qui réduisent la coagulation sanguine;
  • les fumeurs.

Comment réduire le risque d'effets indésirables

L'utilisation à long terme de Diclofenac est l'un des facteurs de risque de dommages à l'estomac. Le risque de lésion de la membrane muqueuse peut être réduit en suivant un certain nombre de recommandations:

  • ne prenez des pilules qu'après les repas;
  • refuser les boissons alcoolisées;
  • manger des aliments bouillis et cuits au four, réduire la consommation de sel, d'épices, d'aliments acides et gras;
  • buvez suffisamment d'eau potable;
  • utiliser simultanément des médicaments pour protéger l'estomac (Omez, Nolpaza).

En cas d'hypertension, les patients ont besoin de mesures quotidiennes de la pression artérielle; chez les patients souffrant d'asthme bronchique, l'évolution de la maladie peut s'aggraver, ce qui nécessite une révision de la posologie des médicaments pour soulager les crises. Si un traitement avec des agents antinéoplasiques est prescrit (par exemple, méthotrexate, cyclosporine), la menace de lésions hépatiques et rénales augmente, par conséquent, une surveillance constante de leur fonction est nécessaire (tests, échographie).

Le médicament guérit-il vraiment le cancer?

Le diclofénac est utilisé depuis environ 30 ans, mais ce n'est que récemment (en 2015) que ses propriétés antitumorales ont été découvertes. Il se manifeste de plusieurs manières:

  • la croissance des vaisseaux sanguins alimentant le néoplasme est inhibée;
  • la capacité des cellules cancéreuses à se diviser diminue et leur mort s'accélère (apoptose);
  • l'activité des processus métaboliques diminue, la tumeur consomme moins de glucose;
  • réponse accrue à la chimiothérapie et à la radiothérapie.

Il y a eu un effet positif (croissance plus lente et métastase du cancer, augmentation de l'espérance de vie) dans les néoplasmes:

  • prostate;
  • pancréas;
  • poumons;
  • reins;
  • gros intestin;
  • rectum;
  • les ovaires;
  • peau (mélanome);
  • tissu nerveux (neuroblastome, gliome).

Les études cliniques en sont au stade final, mais il n'y a pas de données précises sur le mode d'administration et les posologies permettant d'obtenir un effet antitumoral..

Et voici plus d'informations sur l'utilisation du diclofénac et de la dexaméthasone dans une seule seringue.

Le diclofénac en oncologie est nécessaire pour soulager la douleur. Il est utilisé à un stade où il n'y a toujours pas besoin de stupéfiants. Peut être utilisé en continu sous surveillance médicale jusqu'à 8 mois.

Vidéo utile

Regardez la vidéo sur le soulagement de la douleur en oncologie:

Le diclofénac peut traiter le cancer

Le diclofénac est un anti-inflammatoire non stéroïdien qui a un effet anti-inflammatoire, analgésique et antipyrétique prononcé.

Le diclofénac est un médicament bon marché, bien étudié, à faible toxicité avec une gamme d'actions d'intérêt dans un contexte oncologique.

Les scientifiques considèrent depuis longtemps le diclofénac comme un agent de prévention du cancer, mais sont parvenus à la conclusion qu'il peut être utilisé avec succès comme chimiothérapie pour le traitement de cancers existants..

Les premières études sur l'effet anticancéreux du Diclofénac ont commencé à la fin du 20e siècle. Il a été démontré que le médicament inhibe la croissance tumorale chez le rat.

D'autres expériences ont prouvé la capacité du Diclofénac à arrêter la multiplication des cellules cancéreuses dans certains types de cancer (cancer de l'intestin, cancer de la prostate, cancer du pancréas, cancer de l'ovaire, mélanome, etc.)

Dans la pratique médicale, le diclofénac est utilisé pour diverses douleurs, y compris la douleur dans les tumeurs cancéreuses et dans la période postopératoire après leur retrait.

Certaines études ont comparé les résultats du traitement de patients avec et sans diclofénac..

L'utilisation du médicament a réduit de manière statistiquement significative les métastases et la mortalité, amélioré les biomarqueurs.

Le diclofénac a un large éventail d'effets antinéoplasiques.

Il supprime la croissance des vaisseaux sanguins, grâce auxquels la tumeur se nourrit, a un effet visant à restaurer les liens d'immunité pathologiquement modifiés, stimule l'apoptose (mort cellulaire naturelle, qui est perturbée en oncologie), améliore la sensibilité des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et à la radiothérapie.

Tout cela est détaillé dans l'étude, dont le lien est donné ci-dessous..

Bien que jusqu'à présent, le diclofénac ait été et est utilisé pour des indications non oncologiques, il s'agit d'un médicament prometteur pour la prévention et le traitement de divers types de cancer..

L'article est à titre informatif uniquement. L'utilisation de tout médicament doit être convenue avec votre médecin..

Je recommande également de lire:

Navigation de l'article

Le diclofénac peut traiter le cancer: 4 commentaires

Pourquoi voulez-vous ajouter des boutons de partage sur les réseaux sociaux?

Auparavant, ces boutons étaient. Mais la présence de boutons a un mauvais effet sur le classement du site dans Yandex. Par conséquent supprimé.

Vous ne savez pas qui croire. J'ai lu cet article: Le diclofénac peut augmenter le risque de maladies mortelles de 50%, selon une étude menée par des scientifiques danois sur le site Web du British Medical Journal (Schmidt et al., Diclofenac use and cardiovascular risk: series of national cohort studies).

Les travaux des chercheurs atteignent 6,3 millions de résidents danois âgés de 46 à 49 ans.

Les patients ont été divisés en trois groupes, en fonction du risque de maladie cardiaque: faible, moyen et élevé. Au cours de l'étude, les experts ont découvert une relation étroite entre l'utilisation du diclofénac et divers problèmes cardiovasculaires, en particulier l'arythmie, les accidents vasculaires cérébraux ischémiques, l'insuffisance cardiaque et la crise cardiaque..

De plus, de telles complications ont déjà été observées au cours de la période de trente jours de consommation de drogue. L'effet négatif a été remarqué chez ceux qui ont pris des doses plus faibles du médicament..

Les scientifiques ont également comparé l'incidence des maladies cardiaques chez les patients prenant du diclofénac et d'autres analgésiques. En conséquence, il s'est avéré que les Danois qui prenaient du diclofénac avaient en moyenne une crise cardiaque de plus que ceux qui utilisaient de l'ibuprofène ou du naproxène. De plus, les patients qui utilisaient du diclofénac pour soulager la douleur étaient trois fois plus susceptibles de souffrir d'une maladie cardiaque que ceux qui utilisaient du paracétamol..

Portail "Jeunesse éternelle" vechnayamolodost.ru

Il arrive si souvent que certaines études disent une chose, tandis que d'autres - le contraire. Il n'y a rien de sans ambiguïté dans la science. Rien ne peut être prouvé avec une précision de 100%. Ne peut être réfuté.
Mon article parle de l'effet du diclofénac sur certains types de cancer.
Dans les sources que vous avez citées, il l'est. pas vraiment sur le cancer.