Principal
Cirrhose

Une bonne nutrition pendant la radiothérapie

Bien sûr, se débarrasser d'une tumeur ou de ses métastases à l'aide d'un seul régime, hélas, ne fonctionnera pas. Mais sans une alimentation équilibrée, la période de rééducation dure toujours beaucoup plus longtemps..

Règles générales

Les maladies oncologiques en elles-mêmes, dans la très grande majorité des cas, sont accompagnées de troubles de l'alimentation, qui sont causés par des troubles métaboliques avec une perte de poids corporelle prononcée du patient. La perte de poids induite par les tumeurs malignes survient chez 40 à 60% des patients. Le traitement anticancéreux intensif, en particulier la radiothérapie, a un impact négatif supplémentaire sur l'état nutritionnel des patients.
Le mécanisme d'action de l'exposition aux rayonnements repose sur le fait que la sensibilité des cellules tumorales à divers types de rayonnement est supérieure à celle des cellules des tissus sains. Mais malgré le calcul de la dose de rayonnement optimale pour maximiser la préservation des cellules saines, le rayonnement affecte négativement divers tissus, en particulier ceux qui ont un taux élevé de renouvellement et de croissance..

Le processus d'irradiation s'accompagne d'une intoxication générale du corps, se manifestant par une détérioration de l'appétit, une aversion pour la nourriture, des nausées, un changement de goût, des vomissements, de la diarrhée, une anorexie psychogène, une dépression, qui conduit souvent au développement d'une malnutrition protéino-énergétique et d'une cachexie avec épuisement sévère des réserves de protéines viscérales et somatiques, et sa carence, respectivement, réduit l'immunité cellulaire et humorale, augmentant l'incidence des complications, en particulier des infections secondaires. La nature de la malnutrition et des complications secondaires lors de la radiothérapie est largement déterminée par le volume des tissus irradiés, la durée du traitement et la localisation de la tumeur (cavité abdominale, estomac, cavité buccale, foie, œsophage).

Le régime de radiothérapie fait partie intégrante du traitement des patients cancéreux. Une nutrition bien organisée permet de minimiser la gravité des complications de la radiothérapie, d'assurer les fonctions vitales d'un corps épuisé et d'améliorer la qualité de vie des patients. En tant que tel, il n'y a pas de régime unique pour et après la radiothérapie. Le régime alimentaire dépend de nombreux facteurs: l'état du patient, l'organe atteint, le stade de développement de la maladie, le degré de perturbation métabolique, l'état nutritionnel du patient, des complications spécifiques.

Les principes de base de la nutrition diététique pendant la radiothérapie comprennent:

  • la thérapie diététique doit commencer 7 à 10 jours avant le début de la radiothérapie;
  • le régime alimentaire doit fournir une énergie adéquate et une teneur en calories, compensant la carence dans le corps en nutriments vitaux, en particulier en maintenant un niveau physiologiquement normal de protéines dans les tissus des organes internes et des muscles dans des conditions de décomposition accélérée et de faible synthèse des protéines dans le corps;
  • aider à renforcer l'immunité du corps du patient;
  • dans l'alimentation, il est recommandé de réduire la teneur en viande rouge, y compris les produits fumés, gras, frits et à base de saucisse, en augmentant la teneur en viande de volaille et de poisson et en produits laitiers;
  • assurer une préservation maximale de la muqueuse gastro-intestinale de tout facteur négatif; limiter la consommation de sel et d'aliments salés;
  • limiter la consommation d'alcool éthylique à 20 g / jour lors de la prise de boissons contenant de l'alcool;
  • prise alimentaire fréquente et fractionnée avec des collations lorsque l'appétit apparaît;
  • consommation de fluide libre au niveau de 1,5 l / jour.

Le régime alimentaire des patients cancéreux doit être aussi diversifié que possible, car la plupart d'entre eux souffrent d'appétit, jusqu'à son absence totale, les sensations gustatives changent, en particulier en cas de mobilité limitée du patient, ce qui conduit souvent à un refus de nourriture. Lors de l'élaboration du régime alimentaire d'un patient cancéreux, ses préférences gustatives doivent être prises en compte autant que possible et ses plats préférés doivent être préparés.

En l'absence de contre-indications claires, le patient doit manger ce qu'il veut pour le moment. Il est nécessaire de diversifier le régime autant que possible en y intégrant des céréales complètes, des légumes frais, des fruits et des jus fraîchement préparés à partir de ceux-ci, ainsi que diverses méthodes de cuisson des aliments. Régime de consommation - habituel pour le patient ou légèrement augmenté en raison du lait, des boissons lactées fermentées (kéfir, yogourt), des eaux minérales de table, des jus de fruits et de légumes, du thé.

Lorsque le cancer est irradié en cas de nausées et de vomissements fréquents, une déshydratation sévère et une altération du métabolisme des sels d'eau sont notées. Dans de tels cas, il est recommandé:

Les cornichons peuvent aider à soulager les nausées

  • avant une séance de radiothérapie, prenez du liquide et de la nourriture au plus tôt 2-3 heures avant le début de la procédure;
  • avec des épisodes fréquents et graves de vomissements, il est nécessaire de s'abstenir de boire et de manger pendant 4 à 8 heures, puis de prendre des aliments bien mâchés à température ambiante, principalement liquides en petites portions, en évitant le débordement de l'estomac;
  • pour soulager les nausées, il est recommandé d'utiliser des aliments acides / salés (citrons, cornichons, canneberges);
  • ne buvez pas de liquide pendant les repas, mais prenez-le entre les repas;
  • ne pas manger d'aliments / aliments qui ont une forte odeur et un goût spécifique, des aliments gras et épicés, du lait entier (il peut être réintégré dans le régime après l'arrêt des nausées).

Avec le développement de la malnutrition protéino-énergétique, l'état nutritionnel du patient doit être évalué. Un critère pratique de malnutrition protéino-énergétique sévère chez les patients cancéreux est une perte de poids corporel de plus de 10% ou des données de tests de laboratoire, une diminution de l'albumine sérique inférieure à 2,2 g / l, de la transferrine inférieure à 1,9 g / l ou de l'albumine inférieure à 35 g / l.

Dans de tels cas, un soutien nutritionnel actif du patient est nécessaire. Afin de maintenir un bilan azoté et des réserves de graisse positifs, les calories non protéiques doivent être 130% plus élevées que le taux métabolique de base. Dans le même temps, les besoins quotidiens en protéines du patient doivent être au niveau de 1,5-2,0 g / kg, et l'énergie - au niveau de 30-35 kcal / kg.

Dans ces conditions, il est nécessaire d'augmenter la fréquence et le volume de la prise alimentaire entre les séances de radiothérapie. Le patient doit pouvoir manger avec n'importe quel désir de manger, même pendant les pauses entre les repas principaux. Il est recommandé d'inclure des aliments à forte intensité énergétique dans l'alimentation, garantissant la capacité d'obtenir une quantité suffisante de macro et micronutriments nutritifs avec une petite quantité de portions: œufs de poule, beurre, caviar rouge, crème, poisson de variétés «rouges», viande diététique, sprats, pâtés, noix, miel, crèmes, chocolat.

Pour normaliser l'appétit, il est nécessaire d'ajouter diverses épices et assaisonnements aux plats sous forme de légumes marinés, de sauces, d'herbes du jardin, qui aident à accélérer la digestion des aliments. En l'absence de contre-indications entre les séances de radiothérapie, il est permis de consommer une petite quantité de bière, de vins secs de table et de spiritueux avant les repas.

Le caviar rouge est un produit énergivore et satisfaisant

La nutrition diététique pendant la radiothérapie est ajustée en fonction de l'emplacement de la tumeur. Ainsi, en cas de néoplasmes malins du tube digestif, tous les aliments qui irritent la membrane muqueuse du tube digestif sont exclus de l'alimentation: épices, assaisonnements, alcool, plats chauds et froids. La diarrhée est une manifestation courante de l'exposition à la radiothérapie. Dans de tels cas, l'aliment diététique doit être du type d'un régime en purée et non en purée pour l'entérite chronique, aussi doux que possible pour les intestins et compensant le manque de nutriments perdus en raison du développement de la malabsorption..

Pour ce faire, le régime comprend des produits qui réduisent la motilité intestinale: soupes de céréales en purée et céréales sur l'eau, purée de pommes de terre sur l'eau, œufs à la coque, côtelettes à la vapeur de volaille et de poisson, plats de fromage cottage, gelée, mousse d'aronia et groseilles, purée de pommes, thé vert. Manger des aliments riches en protéines animales est limité. Après normalisation des selles, le patient est transféré vers une alimentation moins épargnante et plus variée avec restriction d'aliments riches en fibres.

Avec l'apparition d'une stomatite ulcéreuse, d'une stomatite ou d'une œsophagite (inflammation de la muqueuse œsophagienne), la nutrition diététique repose sur l'épargne maximale de la muqueuse buccale / œsophage. Tout aliment chaud / froid, épicé, acide et salé est exclu. Le régime doit contenir des aliments chauds extrêmement bien écrasés (soupes visqueuses, omelettes, purée de viande cuite à la vapeur, bouillie, gelée). Le café, l'alcool, les épices et les sauces chaudes, les aliments frits et les aliments entiers sont interdits. En période aiguë, il est recommandé d'utiliser des concentrés alimentaires pour enfants sous forme de céréales à base de viande et de légumes, de fromage cottage, de fromages doux râpés, de yaourt. À mesure que les symptômes s'atténuent, le régime est élargi avec des bouillons, des soupes et des plats bien écrasés.

Une manifestation fréquente des effets négatifs de la chimiothérapie est le trouble des selles, plus souvent la diarrhée. Le régime doit viser à épargner les intestins et à compenser la perte de nutriments due à la malabsorption. À cette fin, le régime comprend des aliments qui réduisent le péristaltisme intestinal: soupes de céréales râpées, céréales sur l'eau, œufs à la coque, purée de pommes de terre sur l'eau, boulettes de viande à la vapeur de viande, de volaille et de poisson, plats de fromage cottage fraîchement préparés, bananes, gelée, purée mousses de pommes, thé vert, myrtille, aronia et groseille.

La consommation d'aliments riches en protéines animales est limitée. Mangez de la nourriture en petites portions. Avec la normalisation des selles, le patient est transféré vers une alimentation plus variée et moins épargnante avec restriction d'aliments riches en fibres. Repas selon le type de régime en purée et non en purée pour entérite chronique.

Un grand groupe de complications est la stomatite ulcéreuse, qui entrave la prise alimentaire et l'inflammation de la muqueuse œsophagienne (œsophagite), se manifestant par des difficultés et des douleurs lors de l'ingestion d'aliments solides, des douleurs thoraciques, moins souvent des vomissements ou des régurgitations. La nourriture diététique dans de tels cas doit être basée sur l'épargne maximale de la muqueuse buccale et de l'œsophage.

Les aliments épicés, chauds, salés et acides, les aliments secs doivent être exclus. Le régime ne doit contenir que des aliments bien écrasés, composés de plats chauds semi-liquides (soupes gluantes, omelettes, purées et soufflés de viande et de poisson cuits à la vapeur, céréales, lait et gelée). Le pain, les sauces chaudes et les épices, les plats frits et entiers grumeleux sont exclus du régime.

L'alcool, le café, les aliments chauds et froids sont interdits. Dans la période aiguë - vous pouvez utiliser des concentrés alimentaires spécialisés pour enfants (céréales, viande, légumes, fruits), yogourt, fromage cottage, gelée non acide, fromages doux râpés; à mesure que les symptômes aigus disparaissent - bouillons légèrement salés, soupes (soupe à la crème) puis - plats bien râpés.

La nutrition après la radiothérapie (son achèvement) en ambulatoire est basée sur des principes similaires, en tenant compte de l'état du patient. Une bonne nutrition après la radiothérapie devrait aider le corps à récupérer et à minimiser les conséquences négatives. Dans l'état général normal du patient et en l'absence de contre-indications du tractus gastro-intestinal, une nutrition physiologiquement complète et équilibrée est nécessaire. Pour perdre du poids après une radiothérapie, le régime doit être orienté vers la restauration du poids corporel. Dans le même temps, le régime doit être élargi progressivement, en tenant compte de la réaction du corps à tel ou tel produit..

Caractéristiques de la structure

Le col de l'utérus n'est pas considéré par les spécialistes comme un organe distinct. En fait, c'est la partie inférieure de l'utérus, sa section la plus étroite, qui remplit un certain nombre de fonctions nécessaires. Le col de l'utérus protège l'utérus de la flore nuisible, étant une sorte de barrière. À travers le cou, l'endomètre rejeté est retiré pendant la menstruation. De plus, le col de l'utérus est directement impliqué dans l'accouchement et la conception..

Le col de l'utérus peut être conique ou cylindrique. L'apparence de l'utérus dépend de la réalisation par la femme de la fonction reproductrice. Le cou ressemble à un tube musculaire étroit, qui a une petite longueur.

Dans la structure du col de l'utérus, deux sections sont distinguées.

Supravaginal. Il s'agit du département le plus important en taille, qui, cependant, n'est pas visualisé lors de l'examen. Vaginal. Il s'agit de la zone adjacente au vagin et examinée lors d'un examen pelvien..

La partie vaginale du col de l'utérus présente les caractéristiques suivantes:

    couleur rose pâle; surface plane et lisse; uniformité de l'épithélium en couleur et en texture.

Le col de l'utérus est tapissé des types d'épithélium suivants:

    multicouche plat (partie vaginale); monocouche cylindrique (canal cervical).

La partie vaginale du col de l'utérus est tapissée d'un épithélium constitué de cellules plates multicouches. Les éléments cellulaires sont situés dans trois couches principales et diffèrent par différents degrés de maturité.

La couche basale contient des cellules immatures et arrondies avec un gros noyau à l'intérieur. La couche intermédiaire contient des cellules aplaties en cours de maturation avec un noyau réduit. La couche de surface se compose d'éléments cellulaires plats matures avec un petit noyau.

Le canal cervical est situé à l'intérieur de l'utérus. L'entrée du canal chez les femmes qui accouchent est en forme de fente. La surface du canal cervical est formée de cellules monocouches cylindriques. Dans le canal cervical, les glandes fonctionnent également et produisent du mucus protecteur. Le canal étroit et le mucus empêchent l'infection de pénétrer dans la cavité utérine.

La surface de la membrane muqueuse du canal cervical a une teinte rougeâtre et une texture veloutée. L'extrémité supérieure du canal s'ouvre dans la cavité utérine, qui forme l'orifice interne. Le bord inférieur du canal cervical débouche dans le vagin, formant ainsi l'orifice externe. Dans sa profondeur se trouve une zone de transition, appelée zone de transformation..

Produits autorisés

Le régime doit contenir des aliments énergivores et bien digestibles:

  • pain croustillant, pain complet, pain aux céréales, soupes et céréales à base de riz brun ou brun, millet, sarrasin, pommes de terre bouillies;
  • beurre, caviar rouge, fromage de soja, foie, thon, divers types de poisson rouge, hareng;
  • huile d'olive, de tournesol et de lin;
  • fromages, œufs à la coque, produits laitiers;
  • chocolat, crème sure, crème faible en gras.

La viande de lapin et de volaille diététique (dinde, poulet) doit être présente dans l'alimentation. La viande rouge est autorisée en petites quantités, principalement sous forme de bœuf ou de veau maigre.

Il est important d'inclure des légumes (courgettes, carottes, tomates, concombres, brocoli, chou-fleur, aubergine, betterave, germe de blé, asperges, chou-rave, légumes verts, varech) dans l'alimentation, à la fois crus et sous forme de salades à base d'eux, et après traitement culinaire sous forme de purée de légumes, ainsi que de fruits mûrs et de baies (fraises, poires, melons, abricots, mangues, mandarines, pommes pelées, pêches, raisins, bananes, framboises). Il est utile d'inclure des fruits secs, diverses noix, du miel et des produits de la ruche dans l'alimentation. Le thé aux herbes et le thé vert, l'eau minérale plate sont des boissons utiles. Les vins secs et fortifiés, le cognac, la bière sont autorisés en grande quantité dans l'alimentation..

Tableau des produits approuvés

Légumes et verts

Protéines, gGraisse, gGlucides, gCalories, kcal
chou-fleur bouilli1,80,34.029
pommes de terre bouillies2.00,416,782
carottes bouillies0,80,35,025
betteraves bouillies1,80,010,849

Noix et fruits secs

des noisettes15,040,020,0500

Céréales et céréales

bouillie de sarrasin au lait4.22,321,6118
bouillie de semoule au lait3.03.215,398
gruau sur l'eau3.01,715,088
riz blanc bouilli2.20,524,9116

Farine et pâtes

nouilles12,03,760,1322

Produits de boulangerie

craquelins de pain blanc11.21,472,2331

Matières premières et assaisonnements

mon chéri0,80,081,5329

Produits laitiers

lait 3,2%2,93.24.759
kéfir 3,2%2,83.24.156
crème 20% (matière grasse moyenne)2,820,03,7205
crème sure 25% (classique)2.625,02,5248
lait cuit fermenté2,84.04.267

Oiseau

poitrine de poulet bouillie29,81,80,5137
pilon de poulet bouilli27,05,60,0158
filet de dinde bouilli25,01.0-130
omelette9,615,41,9184
œufs de poule à la coque12,811,60,8159

Poisson et fruits de mer

poisson bouilli17,35,00,0116
Saumon rose20,56,50,0142
Caviar rouge32,015,00,0263
œufs de morue24,00,20,0115
Saumon19,86,30,0142
hareng16,310,7-161
morue (foie dans l'huile)4.265,71,2613
truite19,22,1-97

Huiles et graisses

huile végétale0,099,00,0899
beurre paysan non salé1.072,51,4662
l'huile de lin0,099,80,0898

Boissons non alcoolisées

thé vert0,00,00,0-

Jus et compotes

compote0,50,019,581
jus0,30,19.240
gelée0,20,016,768
* les données sont indiquées pour 100 g de produit

Développement de maladies concomitantes: leucopénie

La radiothérapie peut provoquer certaines comorbidités. Par exemple, leucopénie ou thrombocytopénie. Pour soulager la maladie, un régime thérapeutique et l'utilisation d'infusions de certaines herbes sont souvent prescrits.

Pour la leucopénie, il est recommandé d'utiliser une décoction de plantain. Les feuilles sont trempées dans de l'eau bouillante et infusées pendant plusieurs heures. Le bouillon fini doit être consommé trois fois par jour, une cuillère à soupe. Peut être ajouté aux repas ou consommé cru en salade.

Produits totalement ou partiellement limités

La viande rouge doit être exclue de l'alimentation, en particulier grasse et frite (porc, bacon) et les produits à base de celle-ci (conserves, saucisses, jambon, viandes fumées), gâteaux, puddings, crèmes au beurre. Réduction de la consommation de légumineuses et de certains légumes qui provoquent des ballonnements: lentilles, haricots, ail, pois, soja, oignons, piments rouges, chou grossier.

L'utilisation de fruits non mûrs et acides, de fruits à peau dure est limitée: prunes, rhubarbe, groseilles à maquereau, oranges, pamplemousses, groseilles, citrons. Il n'est pas recommandé d'inclure dans le régime des œufs de poule durs, des plats salés, fumés et épicés, du pain frais, du poisson en conserve. À partir de boissons, il est interdit d'utiliser du café fort, des boissons fortement gazeuses et caféinées avec des conservateurs, du pain kvas.

Tableau des produits interdits

Légumes et verts

Protéines, gGraisse, gGlucides, gCalories, kcal
légumes en conserve1,50,25.530
pois6,00,09,060
radis blanc1,40,04.121
céleri (racine)1,30,36,532
des haricots7,80,521,5123
Raifort3.20,410,556
Ail6,50,529,9143

Des fruits

pamplemousse0,70,26,529
citrons0,90,13.0seize
prunes0,80,39,642

Baies

groseille à maquereau0,70,212,043

Champignons

champignons3,52.02,530

Farine et pâtes

Pâtes10,41.169,7337
Vareniki7,62,318,7155
Dumplings11,912,429,0275

Produits de boulangerie

pain de blé8.11.048,8242

Confiserie

des biscuits7,511,874,9417

Gâteaux

gâteau4.423,445,2407

Matières premières et assaisonnements

assaisonnement7,01,926,0149
moutarde5,76.422,0162
Mayonnaise2,467,03,9627
sucre0,00,099,7398
sel0,00,00,0-
le vinaigre0,00,05,020

Produits laitiers

crème 35% (matière grasse)2,535,03.0337

Produits carnés

porc rôti11,449,30,0489
porc gras11,449,30,0489
graisse2,489,00,0797
rôti de bœuf32,728,10,0384
Bacon23,045,00,0500
filet de porc fumé cru10,547,2-467

Saucisses

saucisse fumée9,963,20,3608

Oiseau

poulet frit26,012,00,0210
canard16,561,20,0346
OIE16,133,30,0364
œufs de poule durs12,911,60,8160

Huiles et graisses

graisse de porc fondue0,099,60,0896

Boissons non alcoolisées

café noir0,20,00,32
* les données sont indiquées pour 100 g de produit

Nourriture interdite après la radiothérapie

Les principes de nutrition pour l'exposition radiologique impliquent l'exclusion du régime alimentaire des aliments dont la consommation est strictement interdite aux patients cancéreux. Il:

  • pois;
  • radis blanc;
  • des haricots;
  • Raifort;
  • Ail;
  • agrumes (pamplemousse, citron);
  • prunes;
  • groseille à maquereau;
  • champignons;
  • Pâtes;
  • boulettes, boulettes;
  • pain de blé;
  • des biscuits;
  • Gâteaux;
  • sauces (moutarde, mayonnaise, ketchup);
  • sucre;
  • sel;
  • le vinaigre;
  • porc gras, saindoux;
  • crème épaisse;
  • saucisses;
  • café.

Menu (mode d'alimentation)

Le menu des patients cancéreux est déterminé individuellement en fonction de la localisation de la tumeur, du stade de la maladie, de l'état du patient. Pendant la radiothérapie, le menu est élaboré sur la base d'un ensemble de produits pour une alimentation améliorée (au niveau de 3800-4200 Kcal), y compris des aliments riches en calories et énergivores.

Après une radiothérapie aux premiers stades de la maladie, en l'absence de troubles gastro-intestinaux, le menu est élaboré sur la base d'un régime physiologiquement complet (au niveau de 2900-3000 Kcal). Il est permis d'inclure dans l'alimentation presque tous les produits (à l'exception des produits interdits) et d'utiliser tous les types de transformation culinaire. En cas de lésion de l'un des organes du tractus gastro-intestinal, le menu est établi sur la base des tableaux alimentaires n ° 1-5, en fonction de la localisation de la tumeur.

Classification

Les conséquences du cancer du col utérin dépendent du type de cancer. Les gynécologues distinguent de nombreuses formes de cancer du col de l'utérus, certaines sont assez rares. La classification du cancer du col utérin comprend des variétés qui se distinguent en fonction de différents critères.

Selon le tissu qui forme la tumeur maligne, il y a:

    cancer épidermoïde; type d'oncologie glandulaire.

Le carcinome épidermoïde est diagnostiqué dans 90% des cas, tandis que le cancer glandulaire ou l'adénocarcinome ne survient pas plus de 10% des cas.

Le cancer du col utérin se distingue par le degré d'invasion:

    pré-invasif, c'est-à-dire stade zéro; micro-invasif, y compris le stade 1A; invasive, c'est-à-dire stades 1B - 4.

Selon le degré de différenciation cellulaire, le cancer du col utérin est:

    hautement différencié; modérément différencié; mal différencié.

Les tumeurs fortement différenciées, contrairement aux tumeurs mal différenciées ou indifférenciées, ont un bon pronostic, ne sont pas agressives et se métastasent rarement. Cependant, des néoplasmes modérément différenciés sont diagnostiqués dans l'écrasante majorité des cas..

Les conséquences du cancer du col utérin dépendent du stade diagnostiqué. Les étapes ou étapes indiquent la gravité du cours.

Il y a quatre étapes dans la progression du cancer du col de l'utérus..

Lésion du col de l'utérus. A1 - invasion jusqu'à 0,3 cm. A2 - invasion jusqu'à 0,5 cm. B1 - germination jusqu'à 4 cm. B2 - germination sur 4 cm. Atteinte de l'utérus. A - sans endommager la membrane séreuse. B - germination dans la membrane séreuse. Étendez-vous à la paroi pelvienne et au vagin. A - implication du tiers inférieur du vagin. B - atteinte de la paroi pelvienne. Formation de métastases à distance, lésions d'organes en dehors du petit bassin. A - germination dans la vessie et les intestins. B - propagation de la tumeur vers des organes distants, formation de métastases.

Le cancer du col de l'utérus se développe à la suite de changements dysplasiques. En réalité, la dysplasie implique une condition précancéreuse.

Le processus dysplasique signifie des changements dans la structure des cellules liés à la violation de leur maturation et de leur différenciation. On sait que normalement les cellules sont situées dans trois couches d'épithélium squameux. Avec la dysplasie, les conséquences se présentent sous la forme d'un changement dans la forme et la structure des cellules, la disparition de la division en couches.

Le processus précancéreux a bien sûr plusieurs degrés:

    défaite de 1/3 de l'épithélium (CIN I); atteinte de la moitié de l'épaisseur du tissu épithélial (CIN II); détection de cellules atypiques dans toute la couche épithéliale (CIN III).
    les cellules arrondies deviennent informes; le nombre de cœurs augmente; la division en couches disparaît.

Si les cellules atypiques acquièrent la capacité de se multiplier et de germer de manière intensive dans les tissus environnants, une conséquence du cancer se développe..

La principale raison de l'apparition de changements dysplasiques est l'infection par le VPH. Plus d'une centaine de souches du virus sont connues de la science, cependant, seules certaines se distinguent par un degré élevé d'oncogénicité et la capacité de provoquer un cancer. Par exemple, le cancer du col utérin est généralement causé par les souches 16 ou 18. Certaines souches n'ont pas un effet transformateur, mais productif, qui se traduit par la formation de papillomes, verrues.

Cependant, en présence de souches dangereuses, un cancer se développe si le patient a des antécédents de pathologies concomitantes. Une immunité saine élimine le virus du corps en quelques mois.

Les conséquences sous forme de cancer se développent avec les facteurs indésirables suivants:

    les infections génitales, en particulier les plus complexes, par exemple le VPH et l'herpès; ignorer un préservatif lors de rapports sexuels occasionnels; la présence de plusieurs partenaires sexuels; relations intimes précoces qui augmentent le risque de contracter des infections sexuellement transmissibles, un traumatisme du col de l'utérus; processus inflammatoires chroniques dans le petit bassin; le rôle de l'hérédité; des dommages à l'épithélium du col de l'utérus; fumeur; conditions environnementales défavorables; effet cancérigène du smegma masculin sur le col de l'utérus.

Résultats et revues

  • «… Diagnostiqué avec un cancer du poumon, a subi plusieurs cours de chimiothérapie et de radiothérapie. J'ai ressenti des vomissements et des nausées terribles. Aucun régime spécifique ne m'a été prescrit, j'ai été autorisé à manger presque tout, mais pendant la période de traitement, il n'y avait pratiquement pas d'appétit. Après ma sortie de l'hôpital, où j'ai perdu près de 6 kg de poids, on m'a recommandé un régime enrichi avec l'inclusion d'aliments riches en calories dans le régime. Après 3 mois, le poids a pratiquement récupéré et je suis passé à mon régime habituel »;
  • «… A subi une intervention chirurgicale pour un cancer de l'estomac, une résection de 1/3 de l'estomac, une cure de radiothérapie. Prescrit une version en purée du régime n ° 1. Après 3-4 mois, vous pouvez passer à la version non effacée du régime, mais cela prendra beaucoup de temps pour le suivre..

Manque d'appétit


Manque d'appétit
Le premier problème qu'un patient peut visiter est un manque d'appétit. Et ce n'est même pas une question d'état moral d'une personne, pas de stress psychologique dû à la prise de conscience qu'il est atteint d'une maladie très dangereuse. Les raisons sont purement physiologiques. Diverses indigestions, perte de goût, brûlures d'estomac. Et cela signifie que des mesures doivent aussi être prises, bien réelles.

Il existe une assez grande liste d'aliments qui stimulent l'appétit:

  • mon chéri;
  • œufs de poule;
  • des noisettes;
  • teintures à base de plantes (origan, absinthe);
  • décoctions de sorbier, rose sauvage, cassis;
  • épices (citron, menthe, gingembre, cannelle).

Certains d'entre eux sont des allergènes, il ne sera donc pas superflu de consulter votre médecin, qui déterminera l'ensemble optimal de produits et non seulement pour restaurer l'appétit, mais aussi pour saturer le corps en vitamines, minéraux et oligo-éléments nécessaires à cette période difficile pour une personne.

Effets secondaires

Malheureusement, avec le traitement de la maladie sous-jacente, la radiothérapie provoque de nombreux effets secondaires, cela est dû à une radioactivité élevée et à des dommages généraux au corps..

Après l'irradiation du cancer du col de l'utérus, le plus souvent, les patients notent les troubles suivants:

    diarrhée, survient chez la plupart des patients. Dans ce cas, vous devez boire suffisamment de liquides pour éviter le développement de la déshydratation; saignements vaginaux modérés. Ils sont observés pendant 5 à 7 jours. Si cette décharge dure plus longtemps, vous devriez consulter un médecin; le manque d'appétit se produit dans le contexte de nausées et de vomissements après avoir mangé. Il est également considéré comme un effet secondaire courant des radiations, auquel cas les boissons riches en calories sont attribuées à la place de la nourriture pour éviter une perte de poids; rétrécissement du vagin, à la suite duquel il devient difficile d'examiner le patient. Ensuite, les médecins placent un dilatateur, un tube en plastique spécial qui aide à garder le diamètre du vagin. Dans certains cas, les crèmes hormonales aident à résoudre le problème; une fatigue accrue, une faiblesse sévère accompagnent souvent les patients qui ont subi une radiothérapie. La seule issue est de se reposer plus de temps.

Effets secondaires des radiations

Ces complications sont temporaires et après une courte période, en règle générale, les patients les oublient.

Mais il existe des violations plus graves qui peuvent persister plus longtemps:

    troubles de la vessie et des intestins. En raison des radiations, l'intégrité des vaisseaux est perturbée, leurs parois deviennent plus minces, ce qui entraîne un traumatisme accru et l'apparition d'impuretés sanguines lors de la miction ou de la défécation. Dans de rares cas, une occlusion intestinale peut survenir; lorsque les ganglions lymphatiques sont affectés dans la région pelvienne, une lymphostase peut survenir, à la suite de laquelle un gonflement des membres inférieurs se développe; rétrécissement chronique du vagin ou saignement systématique. Ce problème doit être traité par un gynécologue.

La radiothérapie, malgré toutes les complications possibles, reste aujourd'hui une priorité dans le traitement du cancer du col de l'utérus. Avec le bon dosage, le traitement est relativement positif. Dans la plupart des cas, les effets secondaires disparaissent rapidement et la femme peut reprendre une vie normale..

L'essence de la méthode

La radiothérapie pour le cancer du col utérin est de deux types: interne et externe. Parfois, les médecins combinent les deux. La durée d'exposition peut être de 5 à 8 semaines.

Le type externe de radiothérapie implique une irradiation de la zone touchée avec un catalyseur linéaire. Les procédures sont effectuées quotidiennement, sauf le week-end. La durée du traitement et la durée des séances dépendent des caractéristiques de l'évolution de la maladie et du corps du patient.

Il n'y a presque pas de sensations désagréables pendant les séances, et il n'y a pas non plus de danger pour les personnes qui les entourent, avec lesquelles le patient doit interagir..

La radiothérapie interne est administrée au col de l'utérus lui-même et aux zones environnantes. Ce type d'exposition est utilisé en l'absence de résultats de rayonnement externe. Dans ce cas, les sources de rayonnement sont introduites dans des applicateurs spéciaux, qui sont ensuite placés aussi près que possible du foyer de la maladie..

Si le patient suit un traitement après le retrait de l'utérus, l'applicateur est inséré dans le vagin sans anesthésie. Si l'utérus n'a pas encore été retiré, le placement intra-utérin des applicateurs sous anesthésie est utilisé.

Le plus souvent, des analgésiques sont nécessaires dans ce cas, car trouver les applicateurs à l'intérieur de l'utérus provoque une gêne. Lors de la réalisation d'un rayonnement interne, le patient n'a pas besoin d'être à l'hôpital.

Sessions courtes avec de fortes doses de radiation. Séances longues à faible rayonnement (une séance peut durer environ une journée). Impact impulsif. Dans ce cas, les applicateurs sont en place de la même manière que dans le procédé précédent, mais l'irradiation est effectuée par intermittence.

Quand nommer

Ce traitement peut parfois entraîner l'arrêt du fonctionnement des ovaires, ce qui provoque la ménopause. Par conséquent, en ce qui concerne les patients en âge de procréer, ils essaient d'utiliser cette méthode avec prudence..

Parfois, avant la radiothérapie, les ovaires sont déplacés chirurgicalement de la zone d'exposition prévue aux rayons un peu plus haut pour réduire le traumatisme. Cependant, dans certains cas, son application est nécessaire.

Après le retrait de l'utérus, ainsi que des appendices, il est utilisé très souvent, car l'opération ne résout pas tous les problèmes et le risque de rechute est élevé. L'irradiation aide à prévenir leur apparition.

La radiothérapie est rarement utilisée isolément des autres. Le plus souvent, il fait partie d'un grand nombre de mesures, dont la chirurgie, la chimiothérapie, le traitement hormonal, etc..

Le choix de la stratégie est dû aux caractéristiques de l'évolution de la maladie, ainsi qu'aux caractéristiques individuelles du patient. Le plus souvent, la radiothérapie est utilisée après l'ablation de l'utérus. Cela garantit la restauration du corps.

Contre-indications

Si ces caractéristiques sont inhérentes à un patient atteint d'une tumeur maligne du col de l'utérus, la radiothérapie peut être dangereuse.

Toutes ces caractéristiques accompagnent souvent la radiothérapie, cependant, elle est utilisée comme préparation à la chirurgie, ainsi qu'après l'ablation de l'utérus (éventuellement avec des appendices).

Régime alimentaire pour le cancer du sein

Nutrition pour le cancer du sein
Lors du traitement de ce type d'oncologie, les médecins ne recommandent aucun régime strict. L'essentiel est que la patiente conserve son appétit, et pour cela, il est nécessaire de préparer ses repas et boissons préférés, en respectant les règles générales. Il est également important que les repas soient fractionnés et que les repas puissent être disponibles à tout moment. L'appétit peut jouer à tout moment et disparaître après quelques minutes.

Régime alimentaire pour le cancer de la prostate


Régime alimentaire pour le cancer de la prostate
Pour un homme, lors du traitement de cette maladie grave, il est nécessaire non seulement de suivre les procédures prescrites par le médecin traitant à temps, mais de manger correctement et de haute qualité. Et pour cela, vous devez savoir quels produits sont les plus utiles dans un cas particulier..

  • Verdure. La place de premier plan ici est occupée par les feuilles d'épinard, riches en un analogue synthétique de la testostérone, et le persil. Les substances bénéfiques qu'il contient normalisent la fonction sexuelle. La portion journalière minimale est de 100 g.
  • Poisson rouge. La radiothérapie a un effet destructeur non seulement sur les néoplasmes malins, mais également sur le système vasculaire. La grande quantité d'acides gras oméga-3 contenus dans le poisson rouge rend les parois des vaisseaux sanguins plus élastiques et répare les zones endommagées, ce qui assure une saturation normale des organes internes en oxygène.
  • Dinde. La viande de volaille blanche diététique normalise assez rapidement l'estomac et les intestins..
  • Sarrasin. Prendre le petit-déjeuner avec de la bouillie de sarrasin, bouilli dans de l'eau et sans ajouter d'huile, signifie non seulement en avoir assez, mais aussi nettoyer en profondeur les intestins, ce qui conduira à son meilleur travail.
  • Lentilles. Les vitamines B renforcent la structure musculaire en resserrant les parois de la prostate.

Les produits, comme vous pouvez le voir, ne sont pas du tout exotiques et sont assez abordables dans toutes les régions..

Que pouvez-vous boire?

Après avoir retiré l'utérus, la patiente se voit prescrire le respect du régime de consommation d'alcool, ce qui signifie qu'elle doit consommer au moins 2 litres d'eau propre par jour..

  • thé avec une décoction d'herbes;
  • jus frais;
  • gelée à base de baies;
  • compote non sucrée;
  • boisson aux fruits sans sucre ajouté.

Si une quantité insuffisante de liquide pénètre dans le corps, une déshydratation se produira, elle est dangereuse car elle affecte négativement le fonctionnement du tube digestif et des reins.

S'il y a trop d'eau, la soif est constamment tourmentée, il y a alors une forte probabilité d'œdème. Cela indique que les reins ne peuvent pas supporter la charge et ne peuvent pas éliminer le liquide du corps..

Toutes les boissons, à l'exception de l'eau, ont un faible effet diurétique, c'est-à-dire qu'elles contribuent à l'élimination de l'excès de liquide du corps. Pour cette raison, il est si important de boire non seulement de l'eau, mais aussi du thé ou une boisson aux fruits..

Si un œdème apparaît, le régime de boisson sera modifié, la quantité de liquide consommée sera réduite pour réduire la charge sur les reins.

Il est conseillé de faire des jus de fruits et de légumes tous les jours, mais n'oubliez pas que les agrumes peuvent irriter la cavité buccale, pour cette raison, la consommation de jus d'orange ou de pamplemousse doit être minimisée.

Si boire ou manger est douloureux, vous pouvez ajouter une petite quantité de glace à la nourriture ou aux boissons. Selon les patients, la nourriture froide réduit l'intensité de la douleur.