Principal
La prévention

Diagnostic du cancer de l'ovaire

Si, lors de l'examen d'une femme, un gynécologue soupçonne une oncologie, un diagnostic complet est prescrit. Le médecin sait comment déterminer si le cancer de l'ovaire ou un autre problème a conduit à l'apparition de certains troubles. Par conséquent, il est nécessaire de suivre strictement ses recommandations, et de ne pas essayer de trouver une «méthode plus précise». Il faut également se rappeler que le diagnostic initial de cancer de l'ovaire suit un certain schéma, et il y a de bonnes raisons à cela. À cet égard, la séquence des procédures de diagnostic doit également être suivie..

Pour clarifier le diagnostic, nommez:

  • Ultrason. L'échographie peut être réalisée de trois manières: classique (à travers la peau de l'abdomen), transvaginale (à travers le vagin) et transrectale (à travers le rectum). L'utilisation la plus informative des trois méthodes avec une comparaison des résultats.
  • Un test sanguin pour déterminer le niveau d'une protéine spécifique (un marqueur tumoral du cancer de l'ovaire) CA 125. Son augmentation est plus typique pour les tumeurs malignes des gonades que pour le carcinome de l'endomètre (cancer de l'utérus), mais cette dernière option n'est pas non plus exclue. S'il est nécessaire de différencier un cancer par une tumeur non épithéliale, d'autres marqueurs sont déterminés: NSE, AFP, gonadotrophine bêta-chorionique. Il convient d'ajouter que les marqueurs tumoraux du cancer de l'utérus et des ovaires peuvent être élevés dans les lésions tumorales d'autres organes et dans les maladies inflammatoires aiguës..
  • TDM et / ou IRM des organes abdominaux et pelviens. La tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique sont prescrites selon les indications pour clarifier la taille, la forme et la structure du néoplasme, pour déterminer les métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes adjacents.
  • Biopsie. L'examen microscopique de fragments de tissus prélevés dans des zones suspectes est la méthode de diagnostic la plus informative qui vous permet de déterminer le type de cancer de l'ovaire et de le différencier des autres tumeurs malignes et des tumeurs bénignes. Le matériel à analyser est généralement obtenu lors d'une chirurgie mini-invasive (laparotomie).
  • Radiographie thoracique pour déterminer la présence / l'absence de métastases pulmonaires.
  • FGDS et coloscopie (si indiqué). Les examens endoscopiques permettent de différencier les tumeurs primaires et métastatiques.

Étant donné qu'à un stade précoce, les symptômes du cancer de l'ovaire sont le plus souvent absents, les femmes à risque se voient présenter des examens diagnostiques préventifs, qui comprennent une échographie des organes pelviens et un test sanguin pour un marqueur tumoral spécifique.

Si vous avez besoin d'un deuxième avis pour clarifier le diagnostic ou le plan de traitement, envoyez-nous une demande et des documents pour une consultation, ou inscrivez-vous à une consultation en personne par téléphone.

Cancer de l'ovaire: symptômes et traitement

Le cancer de l'ovaire est une lésion oncologique des gonades de la femme, qui est une dégénérescence maligne des tissus et une violation de leurs fonctions. Le processus de division dans les cellules ovariennes est perturbé, ce qui entraîne une multiplication continue des cellules. Il se produit en raison de la pénétration de cellules cancéreuses d'autres tumeurs dans les ovaires ou de la croissance de leurs propres tissus.

Causes du cancer de l'ovaire

Jusqu'à la fin, l'étiologie n'a pas encore été établie. Mais les statistiques permettent d'identifier les facteurs qui influencent la survenue et le développement du cancer de l'ovaire. Chez les femmes présentant un dysfonctionnement menstruel (début précoce des règles, ménopause précoce ou tardive), cette pathologie s'est développée plus souvent. Cela confirme la nature hormono-dépendante de la tumeur. Autrement dit, il existe une relation entre le cycle menstruel et la survenue d'un cancer de l'ovaire. De plus, les femmes célibataires sont plus souvent à risque, celles qui n'ont pas accouché plus d'une fois ou qui n'ont pas accouché du tout. Chez ces femmes, ces facteurs conduisent à une déstabilisation du fond hormonal..

Groupes à risque de cancer de l'ovaire

Le groupe à risque est constitué de femmes:

  • Avec dysfonctionnement des ovaires (menstruel, procréation). Surtout devrait être alerté par la puberté précoce des filles. Associé à une division cellulaire utérine accrue et à des tumeurs ovariennes.
  • Avec des saignements pendant la ménopause, qui ne sont pas liés à l'état pathologique de l'utérus. Ces femmes doivent également être examinées dans un hôpital.
  • Avec diagnostiqué: myome utérin asymptomatique, processus inflammatoires chroniques des appendices, présence de masses tissulaires de nature floue dans le petit bassin ou tumeurs ovariennes bénignes. Dans ces maladies, les erreurs de diagnostic sont fréquentes, ce qui conduit à une reconnaissance tardive du cancer de l'ovaire..
  • Avec un cancer du sein. Le cancer de l'ovaire peut se développer en même temps que le cancer du sein.
  • Précédemment opérée pour des tumeurs bénignes des organes génitaux internes, dans lesquelles un ou deux ovaires sont laissés.
  • Avec une prédisposition héréditaire au cancer de l'ovaire. Il existe également des suggestions selon lesquelles les maladies maternelles (toxicose, infections) conduisent à des lésions intra-utérines de l'appareil folliculaire des ovaires du fœtus.

Types de cancer de l'ovaire

Dans l'ovaire, il existe un grand nombre de cellules dont la structure et la fonction diffèrent. Par conséquent, le cancer a de nombreuses sources de croissance. Il existe un cancer primaire (il se développe principalement à partir de l'ovaire), secondaire (à partir d'autres tumeurs par métastase). Parmi les tumeurs malignes des ovaires, il existe:

  • Épithélium. Ils poussent à partir de la couche superficielle des ovaires, peuvent être petits ou occuper toute la cavité abdominale. Habituellement remplie de contenu liquide, la surface peut être lisse ou avec des excroissances sous forme de verrues. Leurs parois ont des épaisseurs différentes (en règle générale, il y a des excroissances sur la surface interne qui ressemblent au chou. Le plus souvent, il y a des néoplasmes séreux et mucineux (muqueux).
  • Non épithélial. Surtout de petite taille, lisse, douce et souvent fusionnée avec d'autres tissus et métastase rapidement. Rare.
  • Hormonalement actif. Dans les ovaires, il y a des cellules qui synthétisent les hormones sexuelles féminines (œstrogènes) et mâles (androgènes - il y en a très peu), par conséquent, des tumeurs productrices d'hormones d'hormones sexuelles féminines et masculines sont sécrétées.

La forme de croissance se distingue:

  • Exophyte (poussant vers l'extérieur).
  • Endophyte (se développer plus profondément).

Manifestations courantes du cancer de l'ovaire

Au stade initial, le cancer de l'ovaire est asymptomatique. La violation de l'état général d'une femme est notée avec un processus tumoral qui progresse. Une fatigue rapide, une faiblesse, une perte de poids, une transpiration, une douleur sourde constante dans le bas de l'abdomen apparaissent. Des mictions fréquentes, une perte d'appétit, des nausées et des irrégularités menstruelles peuvent survenir. Si la tumeur est grande, elle laisse le petit bassin dans la cavité abdominale, ce qui peut se manifester par différents symptômes et simuler les manifestations de maladies associées à la cavité abdominale (obstruction intestinale, appendicite, douleur d'origine inconnue).

Dans le cas de la décomposition tumorale, la température du patient augmente en raison de l'absorption des produits de décomposition. Avec l'augmentation suivante, la tumeur comprime les nerfs, ce qui se manifeste par une douleur; intestins (une occlusion intestinale partielle se produit); vaisseaux de la cavité abdominale et de l'espace rétropéritonéal. Une ascite peut se produire - il s'agit de l'accumulation d'eau dans la cavité abdominale, qui, avec la progression, se manifeste par un essoufflement et une augmentation de la taille de l'abdomen.

Manifestations spécifiques du cancer de l'ovaire

Les symptômes spécifiques dépendent du type de tumeur. Nous analyserons les manifestations les plus courantes des cancers de l'ovaire fréquents.

Les tumeurs séreuses malignes se manifestent souvent par un écoulement sanglant dû à l'invasion de la paroi utérine. Comme ils contiennent du liquide à l'intérieur, lorsque la tumeur se développe, ce liquide pénètre dans la cavité abdominale et peut conduire à une ascite. Le ventre est de forme ovale. Les tumeurs sont souvent bilatérales.

Les néoplasmes mucineux (muqueux) sont capables de produire du mucus. Aux stades initiaux, il n'y a pas de symptômes et, avec la progression, cela se manifeste comme une symptomatologie générale d'une tumeur ovarienne. Une caractéristique distinctive est l'augmentation rapide de l'abdomen.

Les tumeurs productrices d'hormones sont divisées en deux groupes en fonction de leurs symptômes: avec les effets d'une quantité accrue d'œstrogènes (hormones féminines) et d'androgènes (hommes). Si le premier groupe se manifeste avant la puberté de la fille, la puberté prématurée, l'élargissement des glandes mammaires, de l'utérus et des saignements acycliques seront caractéristiques. Chez les femmes en âge de procréer, l'ovulation est absente et l'infertilité apparaît, et après la ménopause, les femmes semblent plus jeunes que leurs années, les changements liés à l'âge dans les gonades ne sont pas prononcés, les menstruations peuvent même commencer. Tout cela est dû à l'augmentation de la quantité d'œstrogènes dans le sang. Le deuxième groupe se manifeste principalement chez les femmes âgées de 20 à 35 ans. Ils se caractérisent par la disparition complète des menstruations, une diminution des glandes mammaires, des modifications atrophiques de l'utérus et du deuxième ovaire.

Diagnostic du cancer de l'ovaire

La complexité du diagnostic réside dans la variété des symptômes, des degrés d'agressivité variables, la survenue dans différents groupes d'âge, la disposition complexe des ovaires et une grande variété de tumeurs. Par conséquent, vous devez utiliser différentes méthodes de diagnostic..

Examen gynécologique

À l'examen, la palpation peut déterminer une tumeur de plus de 2 centimètres. Si la taille est plus petite, elle peut simplement ne pas être ressentie. Habituellement, la consistance est dense, hétérogène, parfois grumeleuse.

Utilisé pour déterminer la localisation du néoplasme, sa structure interne. Particulièrement bénéfique pour les femmes en surpoids.

Cytologie et histologie

Lors du prélèvement d'un morceau de tissu d'une formation pathologique, il est possible d'identifier les cellules cancéreuses et à partir de quelles cellules elles se développent, c'est-à-dire le type histologique. La principale caractéristique, quelle que soit la structure de la tumeur, est l'augmentation du nombre de vaisseaux. Ce critère indique l'activité de croissance du cancer. Vous pouvez également examiner le liquide derrière l'utérus, dans la cavité abdominale et pleurale (il peut également y avoir des cellules cancéreuses), divers ganglions lymphatiques suspects. Cette méthode contribue au diagnostic rapide et même précoce du cancer de l'ovaire.

Avec l'aide de ces méthodes, il est possible d'identifier les récepteurs aux œstrogènes, dont la concentration est augmentée dans cette maladie.

Imagerie par résonance magnétique et calculée

Ce sont des méthodes de diagnostic très sensibles et informatives qui permettent d'identifier l'emplacement exact, la taille de la tumeur, les lésions des ganglions lymphatiques, les foyers de tissu pathologique. Si nécessaire, vous pouvez déterminer la perméabilité des artères et des veines à l'aide d'une injection de contraste.

Laparoscopie et laparotomie

À des fins de diagnostic, il est utilisé pour les femmes à risque. Avec la laparoscopie, les caractéristiques externes de la tumeur sont visualisées, les signes de sa propagation dans tout le corps et les métastases.

Parfois, il est nécessaire de faire une laparotomie diagnostique (incision abdominale), mais seulement lorsque toutes les autres méthodes donnent des résultats douteux. Après l'incision, un examen approfondi des organes pelviens, de la cavité abdominale est effectué, du tissu est prélevé pour la cytologie et l'histologie. Après les résultats des études cytologiques et histologiques, le diagnostic final est posé.

radiographie

La radiographie est effectuée pour diagnostiquer les métastases du cancer de l'ovaire à la poitrine et à l'abdomen. La radiographie montrera le liquide dans ces cavités, ce qui permet de juger de la prévalence du processus. La lymphographie est également utilisée pour diagnostiquer les tumeurs qui métastasent aux premiers stades de développement par les canaux lymphatiques..

Des analyses de sang

Les méthodes modernes de diagnostic biochimique permettent de détecter les enzymes qui pénètrent dans la circulation sanguine lors de la multiplication des cellules cancéreuses (plus l'activité enzymatique est élevée, plus la tumeur est active). Les marqueurs tumoraux sont également déterminés. Il s'agit d'une protéine néoplasique, étrangère au système immunitaire du corps, qui pénètre dans la circulation sanguine au cours de la vie de la tumeur, ce qui élimine les anticorps. Les anticorps synthétisés sont utilisés pour le diagnostic. Si ces protéines sont présentes dans le sang, des anticorps s'y fixent et ces complexes sont détectés par des méthodes biochimiques. Cela permet de déterminer le type de tumeur, à partir de quelles cellules le développement a lieu, un processus bénin ou malin, et surtout, de le diagnostiquer à un stade précoce..

Traitements du cancer de l'ovaire

Chirurgical

La principale méthode de traitement est la chirurgie. Si une tumeur est détectée, commencez par une laparotomie. L'essence de l'opération est d'enlever la tumeur ovarienne, de retirer complètement l'utérus et une partie de l'épiploon. Un tel traitement est effectué dans les premier et deuxième stades du cancer, et cette méthode conduit à la guérison. Aux troisième et quatrième stades, les principales masses cancéreuses sont éliminées, c'est-à-dire que l'élimination complète du néoplasme ne se produit pas en raison de la négligence du processus. Ce traitement est appelé palliatif. Il permet de soulager l'état d'un patient malade, d'augmenter la durée de vie et d'augmenter également l'efficacité de la chimiothérapie anticancéreuse.

Chimiothérapie

Il est utilisé à presque tous les stades. Des médicaments antinéoplasiques sont utilisés, basés sur la suppression du processus de division du cancer et des cellules saines. Ils donnent un avantage aux schémas de chimiothérapie combinés car des médicaments avec des mécanismes d'action différents sont administrés. L'état général du patient, le stade et l'état des reins et du cœur sont pris en compte. Certains médicaments ont un effet toxique sur ces organes (les numérations hépatique, rénale et sanguine sont évaluées avant le traitement).

En moyenne, 6 cours de chimiothérapie sont effectués. L'intervalle minimum entre les cours est de 14 jours. Après chaque cours, un examen gynécologique est effectué.

La radiothérapie avec le développement de la chimiothérapie est considérée comme inefficace.

Pronostic et vie après un cancer de l'ovaire

Les résultats du traitement dépendent de la structure histologique et du stade du processus cancéreux. La survie globale à cinq ans est de 30%, avec le premier stade - 90%, le deuxième - 50-60%, le troisième - 10-15%.

Pendant le traitement, tous les patients sont handicapés, puis limités. Un travail physique intense est contre-indiqué. Dans les première et deuxième étapes après le traitement, le travail peut être autorisé, mais sans effort physique. Avec le troisième - le même, mais en ne tenant compte que de la rémission complète et du désir du patient.

En cas de rechute, de manque d'efficacité du traitement, et au quatrième stade, le handicap est mis. Aura besoin de surveillance pour le reste de votre vie.

Attention! Cet article est publié à titre informatif uniquement et ne constitue en aucun cas un matériel scientifique ou un avis médical et ne peut pas servir de substitut à une consultation en personne avec un médecin professionnel. Consulter des médecins qualifiés pour le diagnostic, le diagnostic et le traitement!

Symptômes, stades et traitement du cancer de l'ovaire chez la femme

Qu'est-ce que le cancer de l'ovaire?

Le cancer de l'ovaire n'est pas une, mais tout un groupe de maladies qui diffèrent par leur origine, leur manifestation clinique et leurs propriétés biologiques. Ce type de cancer affecte précisément ces organes appariés, responsables de la production d'œstrogènes et de progestérone. Il s'agit d'une pathologie assez courante, qui est le plus souvent identifiée chez les femmes en âge de prendre leur retraite (de 50 à 70 ans).

En outre, la définition du cancer de l'ovaire comprend une description telle que: un néoplasme malin affectant la région génitale féminine, qui est formé à partir des cellules épithéliales des ovaires. Assez souvent, la pathologie se manifeste par un kyste qui se développe lentement et, après un temps assez long, se transforme en une tumeur avec l'apparition de métastases. Une attention particulière doit être portée à un tel néoplasme pour les femmes qui sont entrées en ménopause et les filles qui n'ont pas encore eu leurs règles. Le plus souvent, ce sont des formations malignes, et elles représentent jusqu'à 80%.

Si nous nous référons à la classification de cette pathologie, il existe des types tels que: carcinome mucineux, séreux, à cellules claires, endométrioïde, épidermoïde et à cellules transitionnelles. À l'avenir, ces types histologiques sont divisés par les oncologues en malins, bénins et intermédiaires, c'est-à-dire ceux dont le risque de devenir malin est minime, mais existe toujours..

Survie au cancer de l'ovaire

Si nous parlons du taux de survie au cancer qui affecte les ovaires, alors nous devrions nous tourner vers un concept tel que le taux de survie, c'est-à-dire l'indicateur que les médecins considèrent comme une certaine norme. Le plus souvent, des statistiques sont utilisées pour déterminer cette valeur, qui montre combien de patients ont survécu, cinq ans après la découverte du problème. Naturellement, se fier aveuglément à ces chiffres ne vaut pas la peine, car beaucoup meurent pour d'autres raisons. Mais néanmoins, les statistiques sont inexorables et dépendent directement du stade auquel la tumeur a été détectée et un traitement adéquat a commencé..

Si le cancer a été diagnostiqué au premier stade de développement, le pourcentage de femmes qui ont survécu est un chiffre assez impressionnant - jusqu'à 95% des cas. Dans la deuxième étape, de 50% à 70% des patients survivent, les indicateurs de la troisième étape sont plus tristes et s'élèvent à 35%. Si nous parlons d'une tumeur détectée au dernier quatrième stade, alors dans ce cas, le pourcentage de survivants n'est pas supérieur à 20%.

Naturellement, la mortalité dépend d'un certain nombre de raisons, et pas seulement du stade de progression de la maladie, mais plus la pathologie a été diagnostiquée tôt, plus le pronostic sera favorable. Dans ce cas, des facteurs tels que: l'âge du patient, la présence de maladies concomitantes, l'état d'immunité, la réponse de la tumeur au traitement et d'autres indicateurs doivent être pris en compte..

Si nous nous tournons vers les statistiques générales, alors cette pathologie se classe au neuvième rang mondial parmi les maladies oncologiques du sexe faible et au cinquième rang en termes de nombre qui entraînent la mort de femmes. Dans ce cas, une femme sur 71 tombera malade du cancer, et une sur 95 en mourra. Ce sont les dures statistiques citées par l'OMS.

Symptômes du cancer de l'ovaire

Cette maladie est compliquée pour le diagnostic par le fait que ses symptômes aux stades initiaux sont pratiquement absents. Cela peut continuer jusqu'à ce que la tumeur atteigne une taille très importante et commence à "appuyer" sur les organes, provoquant une gêne, ou jusqu'à l'apparition des premières métastases.

En tant que symptômes accompagnant cette étape du développement de la maladie, on peut distinguer les suivants:

Douleur dans le bas de l'abdomen ou dans la région lombaire, particulièrement pire après même un léger exercice. Leur nature est tirante, les sensations douloureuses aiguës pour ce type de maladie ne sont pas typiques.

Très souvent, les femmes s'inquiètent de la dyspareunie - ce sont les soi-disant sensations douloureuses après les rapports sexuels.

Parfois, il y a des irrégularités dans le cycle menstruel, il y a des écoulements entre les règles.

Ascite - l'accumulation de liquide à l'intérieur de la cavité abdominale.

Augmentation du volume abdominal à la suite de la croissance tumorale sur les ovaires ou à la suite de la formation de liquide.

En raison de la progression de la maladie, une augmentation de la douleur apparaît, avec une perte de poids parallèle..

L'anémie est un compagnon constant du cancer de l'ovaire.

Rarement, mais il y a quand même une augmentation de la muqueuse de l'utérus, de la croissance de la glande mammaire et des cheveux. Cela est dû au fait que la tumeur elle-même produit des hormones.

Saignements utérins qui ne sont pas associés à la menstruation, ils sont souvent la raison pour laquelle les femmes qui sont entrées en ménopause pour consulter un médecin.

Perte d'appétit, troubles des selles, nausées inutiles.

Satiété excessive pendant les repas.

Augmentation de la fatigue, de l'irritabilité, de la faiblesse.

Un test sanguin montrera une ESR élevée, car il y a un foyer d'inflammation dans le corps.

Lorsque la tumeur a métastasé, se propageant à d'autres organes, les patients ressentent des douleurs osseuses, des maux de tête. Des crises convulsives, une toux avec hémoptysie peuvent survenir. Il y a souvent une prolifération de foyers tumoraux secondaires, situés sur les organes et tissus voisins.

Les premiers signes du cancer de l'ovaire

Les premiers signes de cette pathologie sont assez flous, c'est pourquoi la maladie reste longtemps non détectée. Cependant, il existe un certain nombre de caractéristiques auxquelles vous devez prêter attention et en informer votre médecin..

Les signes suivants peuvent vous aider à suspecter un cancer de l'ovaire:

Sensations désagréables dans l'abdomen. Ils peuvent même ne pas être douloureux, mais similaires à ceux qui surviennent avec la diarrhée..

Léger malaise et faiblesse dans un contexte de bien-être général.

La sensation de quelque chose d'étranger dans le bas de l'abdomen, cette sensation est renforcée en pliant le corps, après être allé aux toilettes et après avoir mangé. Des sensations similaires sont décrites par jusqu'à 60% des femmes qui ont eu un cancer de l'ovaire..

Des écarts dans l'équilibre leucocytaire et un saut de l'ESR peuvent être observés lors d'un test sanguin.

Ce sont les signes de la maladie au stade initial. Comme ils sont très non spécifiques, alors lorsque des sensations similaires surviennent, il est conseillé de subir un examen général.

Causes du cancer de l'ovaire

En tant que principales causes du cancer de l'ovaire, il est habituel de distinguer plusieurs facteurs sous-jacents.

C'est leur OMS qui les caractérise comme conduisant le plus souvent à un état pathologique du corps:

Prédisposition héréditaire. Cela signifie que s'il y avait des cas de cancer de l'ovaire dans la famille, ainsi que du sein ou d'autres pathologies du système reproducteur conduisant à l'apparition de tumeurs, alors chaque femme de la famille devrait être extrêmement attentive à sa santé. Ce fait s'explique par le fait que les mutations des gènes responsables de l'émergence et du développement des tumeurs, dans environ 10% des cas, peuvent être héréditaires. C'est pourquoi il est si important de connaître votre histoire familiale..

L'âge de la femme est après 45 ans et plus. C'est-à-dire qu'à partir du moment où une femme entre en ménopause, il existe un risque réel de cancer de l'ovaire, surtout dans le contexte de l'hormonothérapie.

Antécédents familiaux de symptômes de polypose.

Perturbations hormonales dans le corps, en particulier augmentation du nombre d'androgènes. Troubles des glandes surrénales, de l'hypophyse ou dysfonctionnement ovarien grave.

Le surpoids est l'une des causes courantes de cette pathologie. Il convient également de noter que la mortalité par tumeur chez ces femmes est plus élevée que chez celles dont le poids corporel ne dépasse pas la normale.

Puberté précoce.

On pense que les contraceptifs hormonaux réduisent le risque de développer une tumeur maligne sur les ovaires, mais les violations du schéma posologique peuvent, au contraire, provoquer sa croissance..

Ovariectomie prophylactique.

Avortement et relations sexuelles promiscuité qui conduisent à de fréquentes MST. Tout cela peut provoquer le développement d'un cancer de l'ovaire..

Maladies infectieuses des ovaires, qui sont inflammatoires et survenant sous une forme chronique.

Tabagisme et abus d'alcool et mauvaise alimentation.

Stades du cancer de l'ovaire

Il est d'usage de distinguer quatre étapes dans le développement de cette pathologie. Ils sont numérotés en fonction de la progression de la maladie:

Au premier stade, l'ovaire est directement affecté. Le processus peut inclure un ou les deux organes..

Au stade suivant, la maladie commence à capturer de plus en plus de «territoires»: l'utérus et les organes voisins.

La troisième étape est caractérisée par des lésions des ganglions lymphatiques, ainsi que du péritoine.

La dernière étape est la plus défavorable à la thérapie et se caractérise par le fait que la tumeur propage ses métastases vers des organes situés au loin. Le foie et les poumons peuvent être affectés.

Cancer de l'ovaire de stade 1

La première étape est le tout début du processus lorsque la tumeur est située directement à l'intérieur d'un ou d'une paire d'ovaires et ne va pas au-delà..

Il a ses propres caractéristiques et les médecins attribuent à la maladie les abréviations appropriées, sous le premier numéro (1a, 1b, 1c):

Dans le premier cas, la tumeur est localisée dans un ovaire, les cellules malignes ne sont pas détectées. Lors d'un lavage en laboratoire du bassin, les cellules cancéreuses ne sont pas détectées.

Dans le deuxième cas, le processus affecte les deux organes, mais rien ne confirme que le néoplasme est malin..

Dans le troisième cas, le processus affecte les deux ovaires, le processus malin sort de l'organe et, lorsque les lavages sont effectués, les cellules cancéreuses peuvent être diagnostiquées. Parfois, la capsule du néoplasme se rompt.

Le premier stade du développement de la maladie est très difficile à diagnostiquer.Par conséquent, en règle générale, le processus est détecté à des stades ultérieurs..

Cancer de l'ovaire de stade II

S'il n'est pas traité, le cancer de l'ovaire continue de progresser et entre dans la prochaine étape de son développement. Elle se caractérise par le fait que la tumeur, en plus d'être située sur les deux ovaires, implique également d'autres organes du petit bassin dans le processus pathologique. Le rectum et le côlon sigmoïde, l'utérus et les trompes ainsi que la vessie sont souvent impliqués. C'est ce qui provoque certains symptômes associés à l'apparition d'inconfort abdominal..

Les médecins classent également la deuxième étape selon la gravité (2a, 2b, 2c):

Le premier est caractérisé par la propagation de la tumeur au corps de l'utérus et aux trompes de Fallope..

Au stade 2c, la tumeur se propage davantage et peut envahir le rectum et la vessie.

Au stade final de la deuxième étape, la formation, comme dans les deux précédentes, affecte les organes pelviens, mais lors des lavages de laboratoire, des cellules tumorales sont détectées. Contrairement aux étapes 2a et 2b.

En ce qui concerne les symptômes, la plupart des femmes chez lesquelles la maladie a été diagnostiquée au cours de cette période indiquent qu'elles ressentaient des picotements et des étirements douloureux dans le bas de l'abdomen, ainsi que périodiquement des douleurs dans l'hypochondre et juste dans la cavité abdominale, localisées à différents endroits. Si les organes pelviens sont touchés, alors, en fonction de la nature des dommages, il y a une envie fréquente d'uriner ou un trouble intestinal est observé. Parfois, une zone dure est trouvée à la palpation.

Cancer de l'ovaire de stade III

C'est au troisième stade du développement du cancer de l'ovaire que les femmes demandent le plus souvent de l'aide. Jusqu'à environ 70% de tous les cas sont identifiés au cours de cette période. Le processus va déjà assez loin, mais il est toujours réversible. La tumeur affecte non seulement les organes pelviens, mais affecte également la cavité abdominale et les ganglions lymphatiques.

Tout comme les deux étapes précédentes, les oncologues divisent le troisième en plusieurs sous-groupes similaires (3a, 3b, 3c):

La première abréviation est caractérisée par l'absence de métastases visibles dans la cavité abdominale et les ganglions lymphatiques, mais lors de l'examen microscopique, les plus petites cellules cancéreuses malignes se trouvent dans les biopsies abdominales.

Si nous parlons de l'étape suivante, alors les lésions de la cavité abdominale deviennent déjà visibles à l'œil nu, lors de l'opération. Mais les métastases ne dépassent pas une taille de plus de 2 cm, tandis que les ganglions lymphatiques restent inchangés.

Dans le dernier sous-groupe du troisième stade, en plus de la présence de métastases dans la cavité abdominale, qui atteignent 2 cm ou plus de diamètre, des cellules cancéreuses peuvent être trouvées dans les ganglions lymphatiques.

Cancer de l'ovaire de stade 4

C'est la dernière étape du développement du processus oncologique, lorsque les métastases se sont propagées au-delà de la cavité abdominale et ont atteint des organes éloignés. Les poumons et le foie sont souvent affectés. La présence de liquide pleural dans l'espace péri-pulmonaire est souvent observée. La douleur ne recule pratiquement pas et les patients se voient prescrire des médicaments puissants.

Dans de tels cas, les symptômes deviennent plus prononcés, une femme se tourne vers des médecins pour se plaindre de douleurs abdominales, qui sont intenses, parfois sa taille augmente considérablement. Une maladie qui est allée aussi loin est extrêmement difficile à traiter et le pronostic est généralement mauvais.

Métastases du cancer de l'ovaire

Quel que soit le type de cancer qui affecte les ovaires d'une femme, chacun d'eux peut métastaser. Leur présence ou absence, ainsi que le degré et la nature de la prolifération, sont d'une importance énorme pour déterminer le schéma thérapeutique. Le plus souvent, ils commencent à apparaître dans le cas où la maladie est allée assez loin et que le processus pathologique capture donc de nombreux organes.

Si nous parlons de germination, alors les métastases capturent les organes situés à proximité immédiate des ovaires. Très souvent, l'utérus et les trompes (de Fallope) sont touchés. En ce qui concerne la migration, ce processus est la séparation des cellules tumorales et la pénétration dans la cavité abdominale avec la capture des organes qui s'y trouvent. En langage médical, ce concept est appelé «ensemencement». En ce qui concerne la distribution, il s'agit d'un «voyage» de cellules malignes à travers les ganglions lymphatiques vers tout autre organe, quel que soit leur emplacement. Les systèmes distants tels que les systèmes pulmonaire ou cardiovasculaire sont parfois affectés. Dans ce cas, une tumeur située dans l'ovaire est appelée primitive, et si, à la suite de sa propagation, des néoplasmes sont apparus, par exemple dans les poumons, les oncologues les appellent des métastases du cancer de l'ovaire..

Si nous considérons la séquence de propagation des métastases de l'ovaire à d'autres organes, le schéma suivant est le plus souvent observé: d'abord, le péritoine est affecté, puis les ganglions lymphatiques, à travers lesquels les cellules sont transférées vers le foie, la plèvre et le diaphragme. Souvent, les intestins et les trompes de Fallope sont touchés. Mais cette séquence est plutôt arbitraire et dépend des caractéristiques de l'évolution de la maladie..

Le cancer de l'ovaire est la plus dangereuse des tumeurs possibles qui surviennent dans le corps féminin, car elle donne le plus de métastases, qui couvrent incroyablement rapidement de nouveaux territoires. Naturellement, le type de tumeur dépend des caractéristiques de leur croissance. Les plus dangereux sont les néoplasmes épithéliaux, qui affectent rapidement le péritoine, le grand épiploon et le système lymphatique. La particularité des tumeurs métastatiques est qu'elles sont pratiquement insensibles aux effets de la chimiothérapie et de l'exposition aux rayonnements. C'est pourquoi leur retrait n'est possible que par chirurgie..

Diagnostic du cancer de l'ovaire

Le diagnostic de cette maladie dans la plupart des cas est assez difficile. Cela se justifie par le fait que la symptomatologie de la maladie est plutôt floue et chevauche des manifestations similaires d'autres pathologies considérées comme moins dangereuses.

En cas de suspicion de présence d'éducation dans les ovaires, le médecin prescrit soit une échographie soit une tomodensitométrie. Sur la base des données obtenues, on peut juger de la taille de la tumeur et faire quelques hypothèses sur sa nature..

En outre, le médecin devra collecter et analyser l'anamnèse des plaintes et des maladies, la nature de la douleur, étudier les maladies gynécologiques précédemment transférées, les opérations, le nombre de grossesses et d'autres informations. Les informations sur le début de la menstruation, sa nature et la durée du cycle sont importantes. Naturellement, un examen gynécologique avec suivi bimanuel est nécessaire..

Parfois, le diagnostic est effectué à l'aide d'un appareil spécial - un laparoscope. Après avoir fait une petite incision, le médecin insère l'appareil dans le péritoine et l'utilise pour examiner les ovaires. S'il est établi que l'organe a été frappé par un kyste bénin, son retrait n'est pas nécessaire, il suffit que des observations périodiques par un gynécologue. Si, à la suite des données obtenues, il y a un soupçon de cancer de l'ovaire, une intervention chirurgicale est nécessaire, ce qui vous permet de déterminer ce qu'est le néoplasme et d'arrêter sa propagation. Dans le cas où du liquide s'accumule à l'intérieur de la cavité abdominale, le médecin fait une petite ponction et la prend pour examen pour s'assurer de la présence ou de l'absence de cellules malignes..

La liste complète des méthodes utilisées pour diagnostiquer le cancer de l'ovaire comprend les études suivantes: imagerie par résonance magnétique et calculée, laparoscopie, échographie des organes pelviens. De plus, une biopsie et un examen microscopique peuvent être nécessaires..

Traitement du cancer de l'ovaire

Lorsqu'un tel diagnostic est posé, il ne peut y avoir d'autres options: l'intervention chirurgicale est clairement indiquée. La portée immédiate de l'opération dépendra de la nature de la tumeur: maligne ou bénigne, ainsi que du stade de son développement. Si la maladie a frappé un organe, seule son élimination est possible. La trompe de Fallope devra également être retirée. Lorsque la maladie a progressé, l'ablation des deux ovaires et de l'utérus est le plus souvent nécessaire. Les ganglions lymphatiques voisins, ainsi que les tissus mous, sont sujets à l'élimination. Ceci est fait pour supprimer les métastases..

Parfois, l'intervention chirurgicale est retardée dans le temps. Ceci est fait dans les cas où il est impossible de remplir son côté technique.,

Il est à noter qu'aux premiers stades de la détection de la maladie, l'intervention chirurgicale donne de très bons résultats, et les femmes parviennent même à préserver leur fertilité. Cela s'applique lorsque la tumeur affecte un organe..

Une fois l'opération effectuée, le patient doit se voir prescrire une radiothérapie et une thérapie chimique. Le but de ces procédures est de détruire les éventuelles cellules et foyers cancéreux qui n'ont pas été enlevés chirurgicalement..

Chimiothérapie pour le cancer de l'ovaire

L'effet le plus prononcé pendant la chimiothérapie est exercé par les dérivés de l'éthylèneimine (étymidine, cyclophosphamide et autres médicaments), mais ils doivent être associés à des agents appartenant au groupe des composés alcalinisants. Les indications pour l'utilisation de la chimiothérapie chez les patients sont le cancer de l'ovaire à tout stade. Mais un traitement médical est également possible, qui sont prescrits dans les cas où l'état général de la femme est évalué comme grave, la maladie est au stade terminal, il existe des maladies concomitantes telles que: tuberculose, hépatite parenchymateuse, glomérulonéphrite et autres indications.

Les médicaments sont administrés selon des cures dont le moment et la durée dépendent de la gravité de l'évolution de la maladie, ainsi que des indicateurs de l'efficacité du traitement. Aux premiers stades du début du traitement, les médecins essaient de créer la concentration maximale de l'agent thérapeutique dans le corps, la prochaine étape d'administration est le plus souvent prescrite après 6 semaines, puis, en fonction des indications.

Les méthodes d'administration des médicaments sont mieux combinées, mais la principale est intraveineuse, car elle est considérée comme la plus efficace. La posologie est choisie sur une base strictement individuelle, en fonction des tests sanguins reçus.

Nutrition pour le cancer de l'ovaire

Il faut comprendre qu'aucun régime ou régime alimentaire ne peut aider à guérir le cancer de l'ovaire. Il s'agit d'une maladie sensible uniquement aux médicaments et au scalpel chirurgical. Néanmoins, en période postopératoire et après plusieurs traitements de chimiothérapie, vous pouvez aider votre corps à récupérer. Pour ce faire, vous pouvez adhérer à un certain régime alimentaire, dans lequel la plupart des plats doivent être composés de produits céréaliers et également riches en fibres. Naturellement, cela inclut tous les fruits et légumes. Si vous ne refusez pas complètement, évitez si possible la présence de viande grasse, de saucisses, ainsi que de sucre et d'huiles raffinées sur votre table. L'alcool est presque complètement interdit.

Un exemple de menu pour une semaine pourrait ressembler à ceci:

Le lundi, vous pouvez boire n'importe quel jus pour le petit déjeuner, le nectar d'agrumes est parfait. Pour un repas de réveil, vous pouvez manger une omelette aux œufs et du pain au beurre. Pour le déjeuner, une soupe de légumes convient, dont la base devrait être des carottes et du céleri, avec une petite tranche de pain noir; en deuxième plat, vous pouvez mettre du poivre farci avec des légumes sur la table. Pour le dîner, vous devez faire bouillir la bouillie de sarrasin avec du beurre, faire une salade de concombres frais et de radis. Lavez le tout avec du thé faible. Si vous souhaitez prendre une collation en fin de soirée, vous pouvez boire un verre de lait.

Le mardi, vous pouvez commencer votre journée avec du jus de carotte frais, des courgettes cuites et du pain de seigle. Pour le déjeuner, qu'il y ait une soupe avec des boulettes de semoule et des escalopes de potiron, vous pouvez diversifier le menu avec du poisson cuit au four. Pour le dessert, les fruits et la gelée sont parfaits. Pour le dîner, vous pouvez faire une salade avec des légumes et du riz bouilli. Un verre de yogourt faible en gras est autorisé avant le coucher..

Commencez le mercredi matin avec du jus de pamplemousse et une salade de chou de Pékin. À l'heure du déjeuner, la table comprendra des plats tels que la soupe aux choux, le caviar d'aubergine et la dinde bouillie ou cuite à la vapeur. Vous pouvez compléter les plats avec des fruits frais et de la compote. Le dîner doit être composé de sarrasin bouilli avec des légumes cuits, du thé vert et ensuite du kéfir.

Le jeudi vaut la peine d'être célébré avec une salade de pommes, de haricots et de légumes verts. Pour le déjeuner, vous pouvez manger de la soupe à l'oignon, de la salade au chou et aux pommes et du thé au lait. Le dîner peut être composé de bouillie de millet avec des noix et du thé. Avant de vous coucher, vous pouvez boire un verre de yaourt.

Le dernier jour ouvrable de la semaine le matin, le jus de raisin est parfait; comme petit-déjeuner copieux, vous pouvez utiliser des pommes de terre bouillies avec toutes les herbes. Pour le déjeuner, vous devez faire cuire une soupe aux lentilles, quelques salades de carottes et de pommes, ainsi que du chou et du céleri aux pruneaux. Vous pouvez compléter les plats avec une boisson aux fruits et des poires. Pour le dîner, vous pouvez faire cuire des betteraves, les assaisonner avec des noix et les laver avec du thé noir et une tranche du même pain. La dernière collation devrait être du yogourt..

Le matin du week-end, vous devez commencer l'amitié de jus de cassis et de porridge. À l'heure du déjeuner, vous pouvez vous faire plaisir avec une soupe de nouilles et une salade avec du fromage et des œufs, complétées par du poisson cuit à la vapeur; vous pouvez boire de la compote pour le déjeuner. Pour le dîner, préparez un radis au concombre et un sandwich au caviar de courge et au thé. Avant de vous coucher, vous pouvez boire un verre de lait.

Commencez le dernier jour de la semaine avec du jus de poire, du porridge de riz et des fruits secs. Pour le déjeuner, une soupe aux tomates, une salade de fromage cottage et de persil, ainsi qu'un filet de poulet cuit au four sont parfaits. En dessert, vous pouvez manger des fruits et boire de la gelée. Le dîner doit être composé de haricots verts cuits à la vapeur, de ragoût d'aubergines et de thé. Avant de vous coucher, vous pouvez boire un verre de kéfir.

Ce régime est très conditionnel, les plats peuvent être combinés et compliqués selon vos préférences. Mais, néanmoins, un repas composé d'une abondance de légumes, de fruits et de céréales aidera le corps à dépenser de l'énergie pour lutter contre les maladies et ne pas digérer les aliments..

L'auteur de l'article: Bykov Evgeny Pavlovich | Oncologue, chirurgien

Éducation: Diplômé de la résidence au Centre scientifique d'oncologie russe nommé d'après N. N. Blokhin "et a reçu un diplôme dans la spécialité" Oncologue "

6 signes de cancer de l'ovaire chez la femme

Une tumeur maligne des glandes génitales est caractérisée par une évolution maligne. Le carcinome ou cancer de l'ovaire (code CIM C56) est souvent détecté à un stade tardif, lorsque le traitement n'aidera plus la femme. Il est possible d'identifier la tumeur à temps et de prévenir le développement de complications si vous étudiez les signes de la maladie.

Premiers symptômes du cancer de l'ovaire

Avec un diagnostic tardif, la survie à cinq ans des patients varie de 28 à 40%. La détection précoce des symptômes du cancer de l'ovaire permet aux femmes de vivre plus longtemps dans 80 à 90% des cas. Malheureusement, il n'y a pas de dépistage de la maladie aujourd'hui. Si une femme ne présente aucun symptôme et des antécédents familiaux, des tests supplémentaires ne lui sont pas prescrits. Toutes les manifestations de la maladie ne peuvent être ignorées pendant plus de 2 semaines. En reconnaissant les premiers symptômes du cancer à temps, vous pouvez vaincre l'oncologie avant même qu'elle ne progresse et que les métastases n'apparaissent.

Ballonnements

Le premier signe de cancer chez la femme est la flatulence. Une accumulation excessive de gaz s'accompagne de ballonnements. Pendant la menstruation, avant ou après elles, chaque femme éprouve ce symptôme. Des ballonnements pendant plus d'une semaine devraient vous alerter. L'abdomen est agrandi en raison de la présence d'une tumeur. Vous ne devez pas attribuer ce symptôme au syndrome du côlon irritable. Même si vous n'avez pas mal et que les ballonnements se poursuivent pendant plusieurs jours sans raison, assurez-vous de consulter un médecin et de passer une échographie pelvienne..

Constipation

La tumeur appuie sur les intestins, interférant avec sa vidange normale. La constipation peut se manifester de différentes manières: la rareté de l'acte de défécation, des selles dures, de fortes tentatives d'expulsion des excréments, une lourdeur dans le rectum. Si la sensation de vidange incomplète ne disparaît pas pendant une longue période ou si la défécation ne se produit pas plus de 3 fois par semaine, assurez-vous de consulter un médecin..

Douleurs abdominales et pelviennes à long terme

La douleur épigastrique est un autre signe important du cancer de l'ovaire. Il s'agit d'une zone triangulaire de l'abdomen, affectant les poumons, l'estomac et le foie. La femme se réfère à la lourdeur de l'estomac et à la douleur dans la région pelvienne comme un syndrome prémenstruel. Mais si la pression dans l'abdomen ne disparaît pas dans les 3 semaines, la cause probable est une tumeur ovarienne.

Si la douleur est soulagée par un état calme, ces symptômes peuvent être liés au stress ou à des problèmes gastro-intestinaux. Dans tous les cas, il est préférable de consulter un médecin et de subir un examen du système digestif (endoscopie, laparoscopie, IRM). Une visite imprévue chez le gynécologue ne fera pas de mal non plus..

Modifications de la fonction de la vessie

L'oncologie des ovaires chez la femme peut être déguisée en maladies du système excréteur. La difficulté à uriner est généralement associée à des infections des voies génitales. De tels troubles qui durent plusieurs jours sont un motif de grave préoccupation et de renvoi immédiat à un médecin..

Perte d'appétit

Les premiers symptômes du cancer de l'ovaire comprennent des difficultés à manger et une satiété rapide. Une femme peut perdre du poids en peu de temps sans raison. La perte d'appétit accompagne presque toujours les patients cancéreux. Si cette condition n'est pas courante pour vous, vous devez subir un examen..

Saignement postménopausique

Le stade initial du cancer s'accompagne souvent de décharges abondantes même après l'arrêt définitif des règles. Le symptôme le plus dangereux est le saignement pendant la ménopause. La libération de sang dans les premiers stades apparaît en raison d'un déséquilibre hormonal.

Dans les cas ultérieurs, en raison de la croissance d'une tumeur dans l'utérus. Cela conduit à une augmentation de l'endomètre. En raison de la déformation de l'utérus, les zones contenant des vaisseaux sanguins sont exposées, le saignement commence. Avec une petite tumeur, une décharge de faible intensité est observée pendant 3 à 7 jours. Dans les derniers stades de l'oncologie, les saignements durent de 1 à 3 mois et ne s'arrêtent pas avec les médicaments.

Autres maladies

Des signes de cancer de l'ovaire sont observés dans diverses maladies. Une perte de poids, des problèmes urinaires et des douleurs abdominales surviennent avec un déséquilibre hormonal. La constipation, la lourdeur de l'estomac et des conditions similaires se développent avec des maladies du système digestif. Les saignements utérins peuvent commencer après des troubles nerveux prolongés.

Maladies présentant des symptômes similaires:

  • Diabète;
  • hyperthyroïdie;
  • dysbiose intestinale;
  • le lupus érythémateux;
  • kyste de l'ovaire.

Tumeur ovarienne chez la femme - symptômes et traitement

Nous consacrerons cet article à l'une des maladies féminines les plus insidieuses - le cancer de l'ovaire, ses premiers signes et symptômes. Essayons de comprendre pourquoi il est si important d'identifier la maladie dès ses premières manifestations, si ce type de cancer peut être guéri et qui est le plus sensible au cancer de l'ovaire..

Cancer de l'ovaire: ce que c'est?

Les ovaires sont les organes du système reproducteur de la femme. Ils sont un organe apparié. Leur fonction est la production d'hormones sexuelles, ainsi qu'un lieu de maturation des œufs. En oncologie, la défaite des ovaires par les cellules cancéreuses, selon les statistiques, survient le plus souvent dans la période précédant le début de la ménopause. En moyenne, il a entre 40 et 45 ans. Les ovaires cessent progressivement de produire des hormones sexuelles. Il s'agit d'un processus naturel, mais en raison du déséquilibre hormonal qui en résulte, une formation maligne dans les ovaires est possible. Par conséquent, à un âge plus avancé, la probabilité de cancer de l'ovaire est pratiquement nulle..

Cliniques de premier plan en Israël

Les raisons

Sur la question qui inquiète beaucoup de gens, pourquoi les cellules cancéreuses se forment dans le corps, les scientifiques ne peuvent pas donner de réponse définitive. Mais il existe des observations médicales et des statistiques, pour lesquelles un certain nombre de raisons peuvent être identifiées qui peuvent déclencher la formation de tumeurs malignes, y compris le cancer de l'ovaire..

  • Certaines anomalies dans la production d'hormones par les organes endocriniens, que ce soit la glande thyroïde, l'hypophyse, les ovaires, peuvent provoquer des maladies. Le système endocrinien humain et ses mécanismes ne sont pas entièrement compris, mais une chose est claire: les hormones produites par les glandes jouent un rôle énorme dans notre corps, et le déséquilibre des hormones conduit à de nombreuses maladies;
  • La prédisposition génétique au cancer n'est pas rare dans la pratique médicale. Si une femme de la famille a eu un cancer de l'ovaire, il est possible qu'un membre de la famille hérite de la maladie;
  • L'environnement écologique défavorable, qui aujourd'hui, malheureusement, se détériore chaque jour, peut également devenir un moteur pour la formation de cellules cancéreuses;
  • À un certain âge, plus souvent après 45 ans, les femmes subissent la soi-disant ménopause - des changements hormonaux dans le corps, suivis de la fin de la capacité d'avoir des enfants. C'est à ce stade, lorsque le contexte hormonal d'une femme change considérablement, qu'il existe une menace de cancer de l'ovaire;
  • Les gynécologues avertissent qu'une grossesse et un accouchement tardifs ne sont pas souhaitables pour une femme. Cela comporte toutes sortes de complications, à la fois pour l'enfant et pour la mère. Le risque de développer un néoplasme malin dans les ovaires est également élevé..

Toutes ces raisons sont relatives. Il arrive également qu'un membre de la famille ait souffert de cette maladie, mais que personne n'en ait hérité à l'avenir. Si une femme est constamment stressée ou a subi un choc nerveux grave, cela peut également provoquer un cancer de l'ovaire..

Panneaux

Comme vous le savez, de nombreux types de cancer aux stades initiaux se manifestent de quelque manière que ce soit, ce qui conduit à la détection de la maladie dans les stades ultérieurs et, par conséquent, à un traitement inopportun. Le cancer de l'ovaire appartient également à cette catégorie de tumeurs malignes..

Malheureusement, il n'y a pas de délimitation claire des raisons pour lesquelles nous pouvons définitivement parler de la présence d'une tumeur dans les ovaires. Même lorsque la maladie se fait sentir, les symptômes qui surviennent sont facilement confondus avec d'autres maladies. Les premiers signes peuvent ressembler à des perturbations inoffensives du système digestif:

  • Périodiquement perturbé par des flatulences, une sensation de suralimentation;
  • Il y a une envie fréquente d'uriner;
  • La femme prend du poids rapidement;
  • Il peut y avoir des nausées après avoir mangé et même des vomissements;
  • Le liquide peut s'accumuler dans la région pelvienne.

En plus de ces signes, une femme peut ressentir de la faiblesse, de l'apathie, que la plupart des femmes attribuent facilement à la fatigue ou à un manque de vitamines, manquant ainsi le temps d'un diagnostic et d'un traitement rapides de la maladie. La seule différence entre ces symptômes de cancer et d'autres maladies plus inoffensives est qu'ils ne disparaissent pas si vous prenez des médicaments qui en éliminent certaines..

À des stades ultérieurs, les symptômes sont plus prononcés, car la tumeur, acquérant une certaine taille, est capable de serrer les organes voisins et de métastaser. Une femme révèle des signes évidents de maladie, tels que:

  • Des douleurs mineures dans le bas de l'abdomen se transforment en douleur intense et se propagent dans tout l'abdomen et le bas du dos. La douleur est particulièrement prononcée si une femme soulève des poids ou effectue un travail physique;
  • Pendant et après les rapports sexuels, des douleurs et des saignements surviennent;
  • Il peut y avoir des saignements qui surviennent en dehors des saignements menstruels;
  • Le liquide (ascite) s'accumule dans la cavité abdominale, des formes d'occlusion intestinale;
  • L'appétit diminue, réduisant ainsi le poids corporel;
  • Une température subfébrile est observée, qui augmente avec le temps. La température corporelle atteint 38 degrés et plus;
  • Un test sanguin révèle une augmentation significative du nombre de leucocytes, ce qui est un signe de pathologie. En outre, le niveau d'ESR augmente considérablement;
  • Si la tumeur a déjà des métastases dans d'autres organes, en plus des symptômes ci-dessus, une toux incessante est ajoutée, les os et les articulations font mal et les maux de tête sont tourmentés..
  • Peut-être la reprise du cycle menstruel pendant la ménopause;
  • Pendant le cancer de l'ovaire, un déséquilibre se produit entre les hormones sexuelles masculines et féminines, ce qui conduit à un grossissement de la voix, la croissance des cheveux est observée dans les parties du corps où ils n'étaient pas auparavant. En médecine, ce processus est appelé «hirsutisme». Le corps prend une forme masculine.

«Abdomen pointu», ainsi appelé en médecine, lorsqu'une douleur intense est ressentie dans l'abdomen, les tensions de la paroi abdominale peuvent également indiquer une rupture tumorale ou une torsion de ses jambes.

Classification

Par le type d'éducation et le stade d'éducation, les types suivants de cancer de l'ovaire se distinguent:

  1. Le type primaire, lorsqu'une tumeur se forme dans l'ovaire et commence à s'y développer;
  2. Forme secondaire, si une tumeur bénigne sous forme de kyste existait déjà auparavant, par exemple, et qui a dégénéré en une tumeur maligne. Le plus souvent, il s'agit d'un cancer épidermoïde de l'ovaire;
  3. Forme métastatique, lorsqu'une personne a le cancer d'un autre organe (par exemple, le sein, les poumons), qui a métastasé dans d'autres organes, y compris les ovaires;

Si le cancer de l'ovaire est formé à partir des tissus glandulaires d'un organe, on parle alors d'adénocarcinome. D'un point de vue histologique, le carcinome ovarien est divisé en:

  • Les cellules séreuses cancéreuses produisent du liquide séreux dont la composition est similaire à la sécrétion produite par la couche épithéliale des trompes de Fallope. Diffère par une agressivité extrême. Il se développe plus souvent sur les deux ovaires;
  • Le cancer de l'ovaire mal différencié est le type de tumeur maligne le moins dangereux, car ces cellules se développent et se propagent lentement. Les cellules mal différenciées, dans leur structure, sont similaires aux cellules saines de l'ovaire et sont faciles à traiter;
  • Mucineux - lorsque des kystes se forment dans les ovaires remplis d'une sorte de mucus. Il est de nature agressive, se propage rapidement à travers les organes de la cavité abdominale, tout en produisant un secret visqueux;
  • Le cancer papillaire est l'un des types les plus courants de cancer de l'ovaire, survenant dans 80% des cas. À l'intérieur de la tumeur cancéreuse se trouve une capsule tapissée d'une couche épithéliale papillaire et remplie de liquide;
  • Endométrioïde - la tumeur atteint une grande taille, avec une forme arrondie avec une jambe. A une structure kystique contenant un liquide brun épais.

Diagnostique

Un diagnostic correct de la maladie, avec la définition du type de cancer de l'ovaire, son stade, est très important pour un traitement réussi. Il y a des cas où des diagnostics erronés sont posés, car la maladie peut facilement être confondue avec les kystes, les fibromes utérins et la tuberculose annexielle. Dans les premiers stades, il est possible de déterminer avec précision la malignité du néoplasme uniquement en étudiant un échantillon de tissu prélevé en laboratoire..

Vous voulez connaître le coût du traitement du cancer à l'étranger?

* Ayant reçu des données sur la maladie du patient, le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Pour faire un diagnostic, les activités suivantes sont effectuées:

  1. Un gynécologue, lors de l'examen d'un patient, peut déterminer la présence d'une tumeur et sa mobilité par palpation;
  2. Une formule sanguine complète, bien qu'elle ne soit pas un indicateur direct du cancer, est tout de même assez informative. Avec le cancer de l'ovaire, une augmentation du nombre de leucocytes, ESR, plaquettes est possible;
  3. Il est conseillé au patient de vérifier le niveau d'hormones sexuelles. Au cours de cette analyse, des néoplasmes hormono-actifs peuvent être détectés;
  4. L'analyse d'un marqueur tumoral, en particulier CA-125, est un indicateur indirect du cancer de l'ovaire;
  5. L'échographie (échographie) permet de déterminer la taille de la tumeur, le cas échéant. De plus, cette analyse peut déterminer la consistance du liquide contenu dans le néoplasme;
  6. L'émission de positrons et la tomodensitométrie (TEP-TDM) est une méthode de diagnostic plus informative qui vous permet de déterminer la nature de la tumeur, le degré de propagation aux tissus environnants (métastases);
  7. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est plus couramment utilisée pour déterminer la prévalence des métastases;
  8. La laparoscopie en tant que méthode de diagnostic est utilisée si d'autres méthodes ne sont pas informatives pour un certain nombre de raisons. Par exemple, si des excroissances se sont formées dans le kyste. À l'aide des instruments utilisés dans cette technique, le matériel de biopsie est prélevé.

Plusieurs méthodes de diagnostic sont utilisées pour établir un diagnostic précis. Le plus informatif est le contrôle du biomatériau pour la présence de cellules malignes (biopsie), tandis que les marqueurs tumoraux permettent de suggérer une maladie, et ne sont pas suffisamment informatifs.

Traitement

Le choix de la thérapie et son efficacité dépendent entièrement du stade auquel la tumeur se trouve, ainsi que de son type. Plus la maladie est détectée tôt, plus le traitement sera efficace. Les principales méthodes de thérapie sont les suivantes:

  1. Intervention chirurgicale. Si la maladie est détectée dans les premiers stades, alors je n'ai même pas recours à l'ablation complète de l'organe, seul un néoplasme peut être coupé. Si la maladie a pris une forme plus agressive, en plus de l'ablation complète des ovaires gauche et droit, du corps utérin et de l'épiploon, ils ont recours à d'autres méthodes de traitement, telles que la chimiothérapie et la radiothérapie;
  2. La chimiothérapie est le traitement le plus courant du cancer de l'ovaire. Avec l'aide de produits chimiques, les cellules cancéreuses meurent. L'inconvénient de cette thérapie est qu'avec les cellules cancéreuses, les cellules saines meurent également, ce qui affecte le bien-être du patient;
  3. La radiothérapie n'est utilisée que lorsque les deux méthodes précédentes ne conviennent pas à la personne malade. L'effet du traitement survient après une longue période;
  4. L'immunothérapie est utilisée pour stimuler le corps à produire des cellules saines capables de combattre les cellules cancéreuses. Le plus souvent, ce type de thérapie est utilisé en association avec la radio et la chimiothérapie;
  5. La technique palliative n'est plus vraisemblablement pas un traitement, mais un soulagement de l'état d'une personne gravement malade, lorsque la maladie ne peut plus être guérie. Il est utilisé dans les derniers stades de la maladie. L'essence de la thérapie réside dans le fait que le patient reçoit une injection de substances analgésiques puissantes afin de soulager sa souffrance..

Parallèlement aux procédures thérapeutiques, le médecin recommande de suivre strictement un régime alimentaire spécifique, car la nutrition est très importante pendant le traitement. Une personne perd beaucoup d'énergie pendant les thérapies appliquées, donc une alimentation équilibrée est très importante pour les patients. Il est permis d'utiliser des remèdes populaires, mais uniquement en tant que traitement supplémentaire, par exemple, certaines plantes à base de plantes (betteraves, cynorrhodons, utérus des hautes terres) ont un effet régénérant après la chirurgie. Leur apport et leurs doses doivent être convenus avec le médecin traitant..

Si vous avez réussi à vaincre la maladie, vous ne pouvez toujours pas vous détendre, car des rechutes sont possibles. Pendant les deux premières années, le patient doit être examiné par un oncologue gynécologique tous les trois mois. Après deux ans - tous les six mois.

Les prévisions

Il n'y a pas de réponse sans équivoque aux questions telles que si le cancer de l'ovaire peut être guéri ou combien de temps les patientes avec ce diagnostic vivent. Tout dépend de la rapidité avec laquelle la maladie est détectée et le traitement est commencé. Dans les premiers stades de la maladie, selon les statistiques, le taux de survie peut atteindre 73%. Dans la deuxième étape, lorsque les cellules cancéreuses se sont propagées aux deux ovaires, les médecins prédisent un taux de survie à 5 ans de 45%. Au stade 3 de la maladie, le taux de survie ne dépasse pas 20%, car les cellules cancéreuses sont déjà disséminées dans la cavité abdominale.

Au dernier stade du cancer de l'ovaire, le pronostic n'est malheureusement pas encourageant, et n'est que de 5% du taux de survie.

Vidéo connexe: Tumeur ovarienne

Conclusion

De cet article, nous pouvons conclure que le cancer de l'ovaire est une maladie grave et agressive dont les conséquences sont décevantes. La prévention des maladies est très importante. Vous devez surveiller votre santé, manger rationnellement et mener une vie saine pour éviter de nombreuses maladies, dont le cancer de l'ovaire..

Les gynécologues du monde entier ne cessent de répéter qu'une femme de tout âge doit subir un examen gynécologique au moins une fois par an. Surtout, vous devez être attentif à votre santé pour les femmes qui ont eu un cancer de l'ovaire dans leur famille, car de nombreux cancers sont héréditaires.

Commentaires

Olga. À 36 ans, j'ai reçu un diagnostic de cancer de l'ovaire. Il a été recommandé de retirer un ovaire. Je n’ai pas été d’accord. J'ai décidé d'être traité par homéopathie. Mais après 2 ans, tout l'utérus a dû être retiré. Je suis vraiment désolé de ne pas avoir écouté les médecins.

Julia. Je suis reconnaissant aux médecins qui m'ont sauvé la vie et m'ont donné l'opportunité de devenir mère. J'ai découvert mon diagnostic par hasard, je suis allé me ​​faire examiner, car je ne pouvais en aucun cas tomber enceinte. Les médecins m'ont opéré, préservant même une partie d'un ovaire. J'ai suivi 6 cours de chimiothérapie. L'essentiel est de croire en soi et de faire confiance aux médecins.

Karina. Ma mère à 56 ans a reçu un diagnostic de cancer de l'ovaire de stade 3. Elle a été opérée. L'utérus a été retiré. Elle a subi une chimiothérapie. Mais après quelques mois, des métastases dans le foie ont été trouvées. Maman était tellement épuisée mentalement et physiquement qu'elle a refusé le traitement, malgré la persuasion. Bien que le traitement n'aurait pas aidé non plus. Maman est morte. Heureusement, lorsqu'elle souffrait beaucoup, on nous a administré des analgésiques qui ne lui permettaient pas de souffrir..