Principal
La prévention

Tumeur bénigne et maligne de l'estomac

La connaissance des tumeurs dans la région de l'estomac aidera à les reconnaître en temps opportun et à consulter un médecin pour obtenir de l'aide et, par conséquent, à empêcher le développement de processus irréversibles. Une tumeur à l'estomac est une maladie grave qui nécessite un diagnostic et un traitement rapides. Se produit assez souvent.

Dans la plupart des cas, la formation pathologique est maligne.

La tumeur survient entre 40 et 45 ans, principalement chez les hommes.

Causes des tumeurs de l'estomac

Parmi les facteurs prédisposant au développement de la maladie, on peut distinguer l'hérédité, l'abus d'alcool et le tabagisme..

Un rôle mortel peut être joué par une forme négligée de gastrite et d'ulcère gastrique.

Les cancérogènes dans ce cas sont les principaux ravageurs.

Les causes des tumeurs de l'estomac sont un mode de vie et une nutrition inappropriés. Ces facteurs contribuent à la destruction de la membrane muqueuse, qui se heurte à la pénétration de cancérogènes dans les cellules..

Les raisons de l'apparition de tumeurs sont la présence de maladies chroniques de l'estomac, comme un ulcère. Une lésion ulcéreuse est due à une gastrite.

Les causes des maladies de l'estomac sont l'infection par la bactérie Helicobacter pylori.

Les facteurs génétiques jouent également un rôle majeur dans les tumeurs.

Caractéristiques de la manifestation clinique du cancer de l'estomac

Dans 80% des cas, aux premiers stades de développement des tumeurs de l'estomac, il n'y a pas de symptômes.

Consulter un médecin est le plus souvent dû à la progression d'autres maladies qui ne sont pas associées à une tumeur. Les signes d'un processus pathologique doivent faire l'objet d'une attention particulière pour exclure la probabilité de progression du cancer.

Les symptômes d'une tumeur sont très nombreux et variés. Les signes de la maladie sont associés non seulement au tractus gastro-intestinal, mais également à d'autres organes internes. Des changements peuvent provenir du système nerveux central. Peut-être une perte de poids dramatique ou une sensibilité accrue à divers types d'infections.

Les tumeurs de l'estomac apparaissent lentement. Les organes digestifs dans ce cas peuvent ne pas montrer de signes de pathologie.

Cela dépend de la taille de la formation et de la zone de sa localisation. Le développement du stade et la défaite des organes voisins (métastases) sont également d'une grande importance dans les symptômes cliniques..

Avec une tumeur à l'estomac, on peut distinguer des signes communs inhérents à tous les processus pathologiques, sans exception, associés à des formations. La présence de symptômes locaux caractéristiques dans la région abdominale ne doit pas être négligée..

Symptômes d'une tumeur à l'estomac

Le signe, qui dépend du stade du processus pathologique, peut progresser rapidement ou lentement.

Dans ce cas, en règle générale, il existe un certain nombre de signes communs indiquant la présence d'un processus oncologique dans le corps..

Ces manifestations incluent une fatigue accrue et une fatigue constante..

Ces symptômes sont communs à tous les cancers..

Afin de suspecter une tumeur à l'estomac, il est important de faire attention aux signes gastriques qui l'accompagnent..

Pour cela, les experts recommandent d'utiliser le "syndrome des petits signes" - le soi-disant complexe de symptômes.

Ces signes incluent des signes de dysfonctionnement du tractus gastro-intestinal..

Cela vous permet d'identifier le processus malin en temps opportun et de prendre des mesures thérapeutiques aux premiers stades de la progression du cancer de l'estomac..

De telles mesures empêchent la métastase des cellules tumorales affectées vers d'autres organes vitaux..

Les symptômes d’une tumeur à l’estomac, appelés «syndrome des petits signes», sont accompagnés de:

  • inconfort abdominal assez prononcé;
  • ballonnements;
  • une forte diminution du poids et de l'appétit;
  • fatigue accrue et fatigue constante;
  • bave et nausées.

Une tumeur à l'estomac est lourde du fait que le patient devient apathique. Il a une détérioration de sa santé. Lorsque les fonctions gastriques sont perturbées, une sensation constante de lourdeur dans l'abdomen apparaît. Cela est dû au passage difficile du contenu de l'estomac dans le tube digestif suivant..

Dans ce cas, la nourriture stagne, ce qui est la raison de l'apparition d'éructations putrides. Les brûlures d'estomac sont un compagnon fréquent du processus pathologique. Le symptôme survient indépendamment de la prise de nourriture et de la position du corps de la personne après avoir mangé. En règle générale, les brûlures d'estomac disparaissent d'elles-mêmes et ne nécessitent pas de mesures supplémentaires..

Si la tumeur cancéreuse est localisée dans les parties initiales de l'estomac (dans le cardia), une dysphagie survient (difficulté à avaler).

Cela est dû au fait que la nourriture ne passe pas plus loin le long de l'estomac et fait obstacle à de nouvelles portions de nourriture provenant de l'œsophage.

Dans le même temps, il existe des risques élevés de développer des complications graves..

Dans la zone de la partie cardiaque de l'estomac, près de la membrane muqueuse elle-même, les nerfs vagues sont situés.

Lorsqu'une tumeur apparaît dans cette zone, elle conduit à l'apparition d'une salivation caractéristique, due à une irritation constante des terminaisons nerveuses.

Classification des signes d'une tumeur à l'estomac

Les signes d'une tumeur à l'estomac sont rares. Un certain nombre de symptômes peuvent être distingués qui ne permettent que de suspecter le développement d'un processus malin..

Ils se répartissent en deux groupes principaux:

  • Non spécifique - fièvre, perte d'appétit et perte de poids soudaine.
  • Spécifique - douleur caractéristique dans l'abdomen, inconfort dans la région épigastrique (bord gauche des côtes). La douleur apparaît immédiatement après avoir mangé. Cela devient permanent avec le temps. Au fil du temps, le processus inflammatoire se joint et la tumeur se développe dans les organes voisins qui sont à côté de l'estomac.

Les symptômes spécifiques des tumeurs dans la région de l'estomac comprennent la nausée, qui s'accompagne de vomissements..

Ce symptôme s'accompagne d'un ulcère gastro-duodénal, d'une gastrite aiguë.

Dans le cancer de l'estomac, ce symptôme est dû au fait que la tumeur bloque la sortie de la région gastrique..

Les vomissements, en règle générale, se produisent avec un contenu stagnant, c'est-à-dire la nourriture qui a été mangée il y a 1-2 jours.

Cela se produit lorsque la tumeur est située dans les sections de sortie de l'estomac, c'est-à-dire à la frontière avec le duodénum.

Dans ce cas, une sténose se produit, ce qui provoque le développement d'une congestion dans la zone de la lumière gastrique..

En présence de tumeurs, des vomissements peuvent survenir "marc de café".

Dans ce cas, il y a un tabouret liquide avec un contenu noir. Cela se produit en présence d'un processus ulcéreux et du développement de saignements dans ce contexte.

Cela nécessite un traitement urgent visant à éliminer les saignements et à éliminer les processus ulcéreux et tumoraux..

Les tumeurs de la partie initiale de l'estomac ou de l'œsophage sont accompagnées de signes tels que des difficultés à passer la nourriture. Ce processus évolue vers un échec complet, ce qui est lourd de conséquences plutôt tristes pour le patient..

En présence d'une tumeur dans la région de l'estomac, il peut y avoir des signes tels qu'une satiété rapide et une sensation de satiété sévère après avoir mangé. Dans ce cas, les brûlures d'estomac augmentent, des éructations apparaissent..

Les symptômes d'une tumeur à l'estomac de stades graves

Un traitement intempestif des tumeurs de l'estomac entraîne le développement de complications inévitables sous forme de saignements, de perforation de la formation et d'obstruction alimentaire. Avec des lésions malignes avancées de l'estomac, la tumeur est palpable dans l'abdomen.

Il grossit. Cela est dû à la présence de liquide (ascite) dans la région péritonéale. Une hypertrophie caractéristique du foie est possible, ce qui affecte également la taille de l'abdomen.

En même temps, en tant que signe obligatoire, il y a la jaunisse et l'anémie, qui se caractérisent par une pâleur de la peau. Lorsque les processus de métastases sont activés, les ganglions lymphatiques voisins du nombril et des aisselles sont affectés. Il est important de noter qu'ils n'apparaissent que sur le côté gauche..

Si de tels symptômes sont apparus, il est impératif de consulter un médecin qui diagnostiquera et prescrira le traitement le plus sûr et le plus efficace..

Aux stades primaires du cancer, la guérison est encore possible. Si la tumeur n'est pas détectée à temps et que les métastases ont commencé à se propager à d'autres organes, le pronostic dans ce cas est défavorable.

La perforation d'une tumeur à l'estomac est sa percée, qui s'accompagne de dommages à la paroi de l'organe digestif. Dans ce cas, la péritonite est inévitable. Les dommages à l'estomac s'accompagnent de douleurs très intenses, de fièvre et de faiblesse caractéristique.

Diagnostic différentiel d'une tumeur de l'estomac

Le traitement d'une tumeur dans la région de l'estomac ne commence qu'après confirmation du diagnostic. Pour cela, des diagnostics sont réalisés en laboratoire..

Toutes les mesures possibles sont prises sans faute pour différencier le processus malin d'autres maladies présentant des symptômes similaires. En fonction du type de tumeur à traiter et du traitement ultérieur dépend.

Ulcère et gonflement

Le cancer de l'estomac peut survenir dans le contexte d'un ulcère. Dans le même temps, il existe des différences caractéristiques. Tout d'abord, des signes tels que les bords inégaux de l'ulcère (l'élévation de l'un et la fragilisation de l'autre) sont pris en compte.

Les formes non conventionnelles d'ulcération, par exemple, de type amibe, sont également dangereuses. L'épaississement de la membrane muqueuse et sa granularité ne sont pas ignorés. La couleur rouge vif de la membrane muqueuse, la pâleur, la léthargie et les saignements autour de l'ulcère sont alarmants. Le fond de l'ulcère est généralement gris et plat. Il se caractérise par une faible profondeur et un grain. Les bords de l'ulcère sont ulcérés.

Le traitement dans ce cas est effectué après une gastrobiopsie ciblée. Une pincée de matériel est prélevée sur les bords et le bas de l'ulcère. Ce n'est qu'après le diagnostic que le traitement du cancer de l'estomac est prescrit.

Polypes et cancer

Les tumeurs polypoïdes de l'estomac sont des néoplasmes de taille significative. Ils ressemblent à des nœuds sur les jambes, qui ont de larges bases (jusqu'à 2 cm). L'apparence des polypes ressemble au chou-fleur.

Au sommet des tumeurs malignes, les ulcères, la nécrose, l'œdème et l'érosion sont possibles. Une tumeur bénigne de ce type se caractérise par la présence d'une petite jambe, d'une base étroite et d'une muqueuse non dilatée.

La plupart des polypes de l'estomac sont hyperplasiques. Mais, il faut noter que dans 40% des cas, ils passent au fil du temps dans un état adénomateux. En présence de polypes, leur élimination est obligatoire.

Autres types de tumeurs

Les tumeurs bénignes de l'estomac sont rares. Ils sont accompagnés d'un symptôme caractéristique, qui est l'intégrité de la membrane muqueuse..

Le péristaltisme et le pliage de l'estomac dans ce cas sont également préservés. La muqueuse gastrique n'est pas modifiée et sa couleur est uniforme. Si la membrane a une teinte jaunâtre, nous parlons du développement du xanthome.

Macromorphologie

Le syndrome malin gastrique est assez courant, ce qui est confirmé par les statistiques:

  • Tumeurs polypoïdes - surviennent dans 3 à 10% des cas.
  • Formations en forme de soucoupe - observées chez 10 à 40% des patients.
  • Cancer fibreux diffus (skirr) - diagnostiqué dans 25 à 30% des cas.

Dans environ 10 à 15% des cas, les tumeurs de l'estomac présentent des signes mixtes, caractéristiques de la forme transitoire de la maladie.

Les formes ci-dessus de la maladie ne sont pas complètes et aident les patients à consulter un médecin en temps opportun..

Cela réduit l'incidence des stades graves du cancer gastrique et augmente considérablement le pourcentage de résultats thérapeutiques favorables..

Diagnostic de la tumeur de l'estomac

Parmi les méthodes les plus efficaces pour diagnostiquer une tumeur à l'estomac sont les suivantes:

  • FGDS (vidéo-œsophagogastroduodénoscopie);
  • fluoroscopie;
  • Ultrason;
  • CT scan du péritoine;
  • endoscopie;
  • laparoscopie diagnostique;
  • test sanguin pour les marqueurs tumoraux.

Pronostic de survie pour les tumeurs gastriques

  • Aux stades initiaux du processus malin, le pronostic est assez favorable. Le taux de survie atteint 80 à 90%.
  • À 2-3 stades de cancer, le pronostic dépend des métastases et des dommages aux ganglions lymphatiques régionaux.
  • Avec un cancer de stade 4, le pronostic est extrêmement mauvais. L'espoir de guérison ne subsiste qu'avec une chirurgie prolongée.

Le cancer de l'estomac est dangereux pour la rechute. Les métastases pénètrent principalement dans le péritoine et le foie.

Les tumeurs se développent rapidement et toutes les cellules manquent de nutrition. Dans le même temps, ils sont séparés et entrent dans la circulation sanguine, se propageant ainsi dans tout le corps..

Tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal

Les tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal sont des néoplasmes potentiellement malins du groupe des tumeurs neuroendocrines qui affectent diverses parties du tube digestif - de l'estomac au rectum. Manifesté par des douleurs, une sensation de satiété dans l'estomac, des nausées, des vomissements, de la constipation et de la diarrhée. Chez certains patients, un syndrome carcinoïde se développe, une obstruction intestinale et des saignements gastro-intestinaux sont possibles. Le diagnostic est établi en tenant compte des plaintes, des antécédents médicaux, des données d'examen, des études instrumentales et des tests de laboratoire. Traitement - chirurgie (résection de la zone touchée ou hémicolectomie), traitement symptomatique.

informations générales

Tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal - néoplasies de cellules du système neuroendocrinien diffus (apudocytes) situées dans l'estomac et les intestins. Ils diffèrent par une croissance relativement lente, mais sont sujets aux métastases, par conséquent, sont considérés comme potentiellement malins. Le plus souvent se développent dans la quatrième ou cinquième décennie de la vie. Les causes n'ont pas été établies, dans certains cas, il existe un lien avec le syndrome de Werner (mutation du gène de suppression de tumeur situé sur le chromosome 11).

Selon les statistiques, les tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal représentent 0,4 à 1% du nombre total de néoplasies gastro-intestinales et 60 à 70% du nombre total de carcinoïdes. Ils peuvent être localisés dans différentes parties du tractus gastro-intestinal. Dans l'intestin grêle, 39% des néoplasmes de ce type se situent, dans l'appendice - 26%, dans le rectum - 15%, dans le côlon - de 1 à 5%, dans l'estomac - de 2 à 4%. Le reste des carcinoïdes est localisé à l'extérieur du tractus gastro-intestinal, dans les bronches, le foie et le pancréas. Chez 20% des patients atteints de tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal, d'autres néoplasmes de l'estomac et des intestins sont détectés. Le traitement est effectué par des spécialistes dans le domaine de l'oncologie, de la chirurgie abdominale et de la gastro-entérologie.

Classification des tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal

La division la plus populaire de ce groupe de néoplasies est la classification, compilée en tenant compte des caractéristiques de l'embryogenèse. Il existe trois groupes de carcinoïdes gastro-intestinaux:

  • Néoplasmes des sections antérieures du tube digestif (situées dans l'œsophage, l'estomac et le duodénum). Ils sont pauvres en sérotonine. Parfois, l'ACTH et le 5-hydroxytryptophane sont isolés. Peut métastaser aux os. La réaction d'Argentafin est négative.
  • Tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal des sections médianes du tube digestif (situées dans l'intestin grêle et les sections droites du gros intestin). Ils sont riches en sérotonine. La sécrétion d'ACTH est rare. Habituellement pas sujet aux métastases. La réaction d'Argentafin est positive.
  • Néoplasies des parties postérieures du tube digestif (situées dans le côlon transverse et les intestins sous-jacents, y compris le rectum). Produisent rarement de l'ACTH et de la sérotonine. Peut donner des métastases osseuses. La réaction d'Argentafin est négative.

En tenant compte du niveau de différenciation cellulaire et du degré de malignité, trois groupes de tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal sont également distingués:

  • Avec un haut niveau de différenciation cellulaire, bénin
  • Avec un niveau élevé de différenciation cellulaire et un faible degré de malignité
  • Faible différenciation cellulaire et forte malignité.

Compte tenu de la présence ou de l'absence de syndrome carcinoïde, on distingue deux groupes de tumeurs carcinoïdes gastro-intestinales: fonctionnelles et non fonctionnelles. Les néoplasies fonctionnelles représentent 30 à 50% du nombre total de carcinoïdes. Il est plus facile de diagnostiquer ceux qui ne fonctionnent pas en raison de la présence de symptômes caractéristiques (bouffées de chaleur, diarrhée, etc.). Les tumeurs carcinoïdes non fonctionnelles du tractus gastro-intestinal sont sujettes à une évolution asymptomatique ou oligosymptomatique, souvent retrouvées uniquement avec le développement de complications (saignements, obstruction intestinale) ou d'un dysfonctionnement d'autres organes en raison de métastases à distance.

Symptômes des tumeurs carcinoïdes gastro-intestinales

Carcinoïdes de l'estomac

Les carcinoïdes gastriques sont des tumeurs carcinoïdes gastro-intestinales rares. Au cours du cours, ils ressemblent souvent à un ulcère gastrique, des brûlures d'estomac et des douleurs dans la région épigastrique peuvent se manifester. La diarrhée est possible. Dans certains cas, des saignements d'estomac sont observés, accompagnés de méléna ou de vomissements sanglants. Le syndrome carcinoïde est rare. Quatre types de telles tumeurs sont différenciés, différant par leur évolution clinique, leur niveau de malignité, la présence ou l'absence d'autres conditions pathologiques.

Le premier type représente environ 70% de la quantité totale de carcinoïdes gastriques. Elle est associée à une anémie pernicieuse, dont l'un des symptômes est l'achilie gastrique. Le risque accru de développer des carcinoïdes dans l'anémie pernicieuse est dû à une stimulation constante de la muqueuse gastrique avec de la gastrine, suivie d'une augmentation du nombre de cellules d'endochromaffine. L'endoscopie révèle généralement plusieurs petites excroissances. Le risque d'invasion est faible. Les métastases dans le foie et les ganglions lymphatiques sont rares. La prévision est favorable.

Le deuxième type de tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal de cette localisation est détecté dans de multiples néoplasies neuroendocrines. Il représente 8% de la quantité totale de carcinoïdes gastriques. Les tumeurs ne dépassent généralement pas 1 cm de diamètre, multiples, situées dans le fond et le corps de l'estomac. Caractérisé par un niveau élevé de différenciation cellulaire, une croissance lente et une faible tendance à l'invasion. En plus du carcinoïde, d'autres néoplasmes situés dans les glandes endocrines sont détectés chez les patients. La mort est très rare.

Le troisième type de tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal se développe en l'absence d'autres conditions pathologiques (MEN-1, anémie pernicieuse). Il représente 20% du nombre total de carcinoïdes gastriques. Le niveau de gastrine est normal. Les tumeurs sont généralement simples, volumineuses. Une croissance agressive et une forte probabilité de métastases sont caractéristiques. Le taux de survie médian à cinq ans est inférieur à 75%. Le quatrième type de tumeurs carcinoïdes gastro-intestinales est le carcinome à petites cellules mal différencié. Ils se développent rapidement, métastasent tôt. Chez la plupart des patients, seul un traitement palliatif est possible, l'espérance de vie moyenne à partir du moment du diagnostic est d'environ 8 mois.

Carcinoïdes de l'intestin grêle

Les carcinoïdes de l'intestin grêle sont caractérisés par un niveau élevé de différenciation cellulaire. L'âge moyen des patients au moment de la première visite chez le médecin est d'environ 60 ans. Les néoplasies sont plus souvent localisées dans la partie distale du jéjunum ou dans l'iléon et peuvent être uniques ou multiples. Avec les tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal de plus de 2 cm, des métastases au foie, aux ganglions lymphatiques régionaux et au mésentère de l'intestin grêle sont toujours détectées.

Chez 50% des patients, la maladie est asymptomatique. Le reste des patients présente un inconfort intestinal assez vague (douleurs abdominales récurrentes, ballonnements). Le syndrome carcinoïde survient dans seulement 5% des cas. En règle générale, il se développe aux derniers stades de la maladie et indique la présence de métastases. Les grosses tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal peuvent devenir une source de saignement et provoquer une occlusion intestinale. Jusqu'à cinq ans après la détection du carcinoïde, 58% des patients parviennent à survivre.

Carcinoïdes du côlon

Les carcinoïdes appendices sont des tumeurs carcinoïdes gastro-intestinales courantes. Souvent, ils se développent plus tôt que les néoplasmes similaires d'autres localisations (moins de 40 ans). Dans plus de 70% des cas, les femmes sont touchées. Peut être asymptomatique. Parfois, le tableau clinique ressemble à une appendicite chronique. Certaines tumeurs deviennent une découverte accidentelle lors de l'examen de l'appendice retiré en raison d'une appendicite aiguë suspectée. Le courant est favorable. Le taux de survie médian à cinq ans est supérieur à 90%.

Les carcinoïdes du côlon sont rares et sont les tumeurs carcinoïdes gastro-intestinales les plus malignes. Ils ont une forte tendance à métastaser vers les ganglions lymphatiques et les organes distants. La plupart des patients âgés sont touchés. Plus souvent diagnostiqué chez les femmes. Se manifeste généralement par des douleurs abdominales. Chez près de 40% des patients, la palpation révèle une formation de type tumoral. Les tumeurs carcinoïdes du tractus gastro-intestinal peuvent atteindre de grandes tailles (5 cm ou plus), parfois elles provoquent le développement d'une occlusion intestinale obstructive. Le syndrome carcinoïde est rare, même avec une maladie métastatique du foie.

Les carcinoïdes du sigmoïde et du rectum sont généralement de petits néoplasmes trabéculaires. Souvent asymptomatique. Ils peuvent se manifester par de la constipation, une sensation de vidange incomplète des intestins, des impuretés de sang et de mucus dans les selles. Le saignement est possible. Des métastases à distance fréquentes sont notées. Le syndrome carcinoïde est rare. Le pronostic est défavorable.

Diagnostic des tumeurs carcinoïdes gastro-intestinales

En raison de l'évolution asymptomatique fréquente et de la faible incidence du syndrome carcinoïde, le diagnostic de cette pathologie peut être difficile. Dans 20 à 25% des cas, le diagnostic d'une tumeur carcinoïde du tractus gastro-intestinal est posé uniquement sur la base des résultats de l'autopsie ou de l'examen histologique du matériel après une intervention chirurgicale en relation avec un autre diagnostic (par exemple, après appendicectomie avec suspicion d'appendicite aiguë). Les masses tumorales sont détectées par échographie, TDM et IRM de la cavité abdominale.

En cas de dommages à l'estomac et au côlon, une gastroscopie et une coloscopie sont effectuées. Dans certains cas, une tumeur carcinoïde du tractus gastro-intestinal peut être confirmée sur la base de tests de laboratoire (augmentation du taux d'acide 5-hydroxyindolacétique dans l'urine et de 5-hydroxytryptamine dans l'urine). Pour détecter les métastases, la tomodensitométrie et l'échographie du foie, la radiographie et la scintigraphie des os du squelette et d'autres études sont prescrites. Le diagnostic différentiel est effectué avec d'autres processus oncologiques, gastrite chronique, appendicite aiguë et chronique, hémorroïdes et autres maladies présentant des symptômes similaires (en fonction de l'emplacement du carcinoïde).

Traitement des tumeurs carcinoïdes gastro-intestinales

La méthode de choix est la chirurgie radicale. L'étendue de l'opération est déterminée par l'emplacement et l'étendue du néoplasme. Avec de petits carcinoïdes gastriques à écoulement bénin, l'ablation endoscopique d'une tumeur carcinoïde du tractus gastro-intestinal est possible; avec des néoplasmes agressifs, le volume d'intervention peut être étendu à une gastrectomie. En cas de carcinoïdes de l'intestin grêle, l'intestin est réséqué avec le mésentère et les ganglions lymphatiques régionaux.

Pour les néoplasmes bénins de l'appendice, une appendicectomie est réalisée, pour les tumeurs malignes courantes, une hémicolectomie droite. Pour les tumeurs du gros intestin, une hémicolectomie est réalisée. Avec des métastases hépatiques uniques, la résection d'organe est possible. Avec de multiples lésions métastatiques du foie, la cryodestruction, la radiodestruction ou l'embolisation des artères hépatiques peuvent être utilisées. Selon les indications, un traitement symptomatique est prescrit. La chimiothérapie des tumeurs carcinoïdes gastro-intestinales est inefficace et n'est prescrite que pour les processus courants.

Tumeurs du tractus gastro-intestinal

Pukhlini shlunkovo-tractus intestinal

Tumeurs du tractus gastro-intestinal (GIT) - néoplasmes de nature bénigne et maligne qui surviennent dans les organes du tractus gastro-intestinal.

Les organes du système digestif humain comprennent la bouche, le pharynx, l'œsophage, l'estomac, l'intestin grêle et le gros intestin, le côlon, ainsi que le foie et le pancréas. La formation d'une tumeur dans chacun de ces organes se manifeste par différents symptômes et l'évolution de la maladie est également différente dans tous les cas..

Parmi toutes les maladies oncologiques, les tumeurs gastro-intestinales sont parmi les plus difficiles à diagnostiquer et se caractérisent par une malignité extrême..

Causes du cancer du système digestif

Les hommes et les femmes sont également sensibles aux maladies oncologiques du tractus gastro-intestinal, bien que pour des maladies spécifiques, les statistiques de la morbidité chez les hommes soient parfois plus élevées.

Les principaux facteurs de risque de développement de tumeurs gastro-intestinales comprennent:

  • prédisposition génétique (antécédents familiaux de cancer, pas nécessairement du tractus gastro-intestinal);
  • les mauvaises habitudes, comme le tabagisme et l'abus d'alcool;
  • maladies chroniques du tube digestif - gastrite, hépatite, ulcère gastroduodénal.

Symptômes du cancer gastro-intestinal

Les symptômes du cancer du tube digestif

Les tumeurs du tube digestif se développent lentement et sont généralement difficiles à détecter tôt en raison de la réduction des symptômes. De plus, les symptômes de ces néoplasmes sont souvent similaires aux symptômes d'autres maladies non cancéreuses, ce qui complique le diagnostic précoce du cancer..

Par exemple, des symptômes tels que des douleurs abdominales et des nausées sont courants avec les ulcères d'estomac et la gastrite chronique, mais peuvent également signaler le développement d'une tumeur à l'estomac. Par conséquent, des diagnostics instrumentaux précis (fibrogastroduodénoscopie (FGDS) avec biopsie, IRM, TDM) jouent un rôle extrêmement important dans la détection précoce du cancer gastro-intestinal.

L'un des principaux symptômes caractéristiques de la plupart des néoplasmes du système digestif sont des sensations douloureuses dans la partie de l'abdomen où se trouve la tumeur..

Symptômes du cancer de l'estomac

Dans les premiers stades, le cancer de l'estomac se manifeste par des symptômes généraux: faiblesse, diminution des performances, manque d'appétit, perte de poids, ballonnements, etc..

À un stade progressif, la maladie se caractérise par des symptômes tels que: nausées et vomissements, troubles des selles, douleurs dans le haut de l'abdomen et irradiant vers le dos, augmentation de la taille de l'abdomen, accumulation de liquide dans la cavité abdominale, saignements gastro-intestinaux.

Symptômes du cancer de l'œsophage

Le cancer de l'œsophage aux premiers stades de la formation de la tumeur peut ne se manifester d'aucune façon, mais à mesure que la tumeur se développe, des plaintes peuvent survenir concernant les symptômes généraux des tumeurs gastro-intestinales - faiblesse, douleurs abdominales, perte d'appétit.

Les stades progressifs du cancer de l'œsophage comprennent la déglutition d'aliments (dysphagie), la bave excessive, la mauvaise haleine, la régurgitation et la nausée.

Symptômes du cancer du pancréas

À 1-2 stades de développement, le cancer du pancréas se manifeste par des douleurs à l'estomac et au-dessus des côtes, dont l'intensité augmente la nuit. À des stades progressifs, une tumeur maligne du pancréas s'accompagne de: jaunisse, démangeaisons de la peau, selles décolorées et urine foncée.

Si la tumeur est de taille impressionnante, d'autres organes souffrent de compression, la maladie s'accompagne donc de symptômes tels que: nausées, vomissements, déshydratation, manque d'appétit, perte de poids, etc..

Symptômes du cancer colorectal

La présence d'une tumeur maligne du côlon et du rectum peut être indiquée par: des troubles des selles (diarrhée fréquente, constipation), des saignements gastro-intestinaux, des douleurs abdominales, une occlusion intestinale aiguë, une perte de poids, une anémie.

Symptômes du cancer du foie

Le foie est l'un des sites les plus courants où le cancer d'autres organes métastase. La formation de métastases cancéreuses dans le foie - un cancer secondaire avec des symptômes caractéristiques du processus malin primaire.

Les symptômes typiques du cancer primitif du foie sont une faiblesse et une fatigue générales, un manque d'appétit, une perte de poids, des nausées et des vomissements, ainsi qu'une faiblesse musculaire sévère, accompagnée d'une diminution significative ou d'un arrêt complet de l'activité motrice (faiblesse), des douleurs dans l'abdomen et la région hépatique.

Au fur et à mesure que la tumeur se développe, la taille du foie augmente, à la palpation, le foie est modérément douloureux, dense et bosselé, parfois le nœud de la tumeur est palpable.

Diagnostique

Les principales méthodes qui aident à identifier le cancer du tube digestif sont l'échographie (échographie), les tests sanguins biochimiques et détaillés. Ce sont les premières méthodes de diagnostic auxquelles un patient peut être référé après avoir consulté un médecin généraliste pour se plaindre d'un dysfonctionnement du système digestif..

Des méthodes plus informatives et plus précises pour diagnostiquer les tumeurs du tractus gastro-intestinal sont l'imagerie par résonance magnétique (IRM), la tomodensitométrie (CT), ainsi que le programme proposé par notre clinique «dépistage du cancer du corps entier - analogue de la TEP». Ces types de diagnostics déterminent l'emplacement exact et la taille de la tumeur, et révèlent également les voies de la métastase.

Des études endoscopiques du tractus gastro-intestinal (fibrogastroduodénoscopie, fibrocolonoscopie, sigmoïdoscopie) avec biopsie et analyse histologique ultérieure en laboratoire peuvent déterminer le degré de malignité de la tumeur et choisir une tactique efficace pour traiter le cancer.

Prévention et diagnostic précoce des tumeurs gastro-intestinales

Dépistage. Le dépistage du cancer. Diagnostic précoce du cancer

La détection d'une maladie oncologique à un stade précoce donne une garantie de guérison à presque cent pour cent. Plus le cancer est détecté tôt, plus son traitement est efficace et moins il coûte. La clinique Spizhenko a introduit la pratique mondiale des examens préventifs de l'organisme entier - programmes de dépistage spéciaux «check up» et «oncocheck up», développés dans la clinique pour différentes catégories de la population.

Le dépistage du cancer est un examen préventif qui comprend des tests et tests de laboratoire (y compris pour les marqueurs tumoraux), des méthodes de diagnostic instrumentales (tomodensitométrie, IRM, échographie, mammographie) et des examens endoscopiques, qui permettent d'identifier la prédisposition d'une personne au développement de certains types de cancer, à diagnostiquer conditions précancéreuses et cancer précoce, ainsi que la présence de nombreuses maladies néocologiques.

Traitement des tumeurs gastro-intestinales

Nous appliquons une approche globale du traitement du cancer, acceptée dans le monde entier. Les tactiques de traitement dans chaque cas individuel de la maladie sont développées par des médecins lors d'une consultation interdisciplinaire basée sur les résultats du diagnostic, l'état de santé général du patient et de nombreux autres facteurs..

Traitement radiochirurgical avec le système CyberKnife

La méthode la plus efficace de traitement du cancer, qui est une alternative sans effusion de sang à la chirurgie, est la radiochirurgie utilisant le système CyberKnife. L'utilisation de la radiochirurgie de haute précision vous permet d'éliminer les tumeurs du tractus gastro-intestinal sans résidu en une à trois séances, alors que les tissus sains ne sont pas endommagés, l'anesthésie, le traitement hospitalier et la période de récupération ne sont pas nécessaires.

Quelle est la particularité du traitement du cancer sur le système CyberKnife? Le système radiochirurgical n'a aujourd'hui pas d'analogues en termes d'efficacité du traitement sans contact des maladies oncologiques.

L'essence de la méthode radiochirurgicale est la capacité du système à délivrer à distance, sans contact avec les tissus biologiques, des doses extrêmement élevées de rayonnement ionisant dans le volume d'un néoplasme malin. En raison de la dose reçue, les processus biologiques à l'intérieur de la tumeur s'arrêtent et les cellules cancéreuses meurent. Les tissus sains et les structures critiques proches du néoplasme ne sont pas affectés par les rayonnements ionisants.

L'utilisation de la méthode radiochirurgicale est efficace dans les tumeurs relativement petites (stade 1-2 de la maladie), qui ont des bords nets, sans propagation du processus pathologique à d'autres tissus. Compte tenu du fait que le diagnostic des néoplasmes du tractus gastro-intestinal intervient principalement à des stades avancés du cancer, CyberKnife peut être utilisé (cancer du foie, cancer du pancréas) dans le cadre d'un traitement combiné pour éliminer les métastases uniques et multiples.

Chirurgie des tumeurs gastro-intestinales

La méthode chirurgicale est la principale dans le traitement des tumeurs du tractus gastro-intestinal (cancer de l'estomac, cancer colorectal, cancer de l'œsophage). À la clinique Spizhenko, la chirurgie moderne des maladies oncologiques est à la disposition des patients grâce à l'utilisation de techniques peu invasives, en particulier la laparoscopie. Les opérations laparoscopiques sont effectuées sous surveillance vidéo à travers de petites ponctions (jusqu'à 1 cm de diamètre) dans la cavité abdominale.

La méthode laparoscopique présente un certain nombre d'avantages par rapport à la chirurgie abdominale. Les opérations sur le tractus gastro-intestinal sont effectuées par de petites piqûres dans la cavité abdominale (jusqu'à 1 cm de diamètre) sous contrôle vidéo. Avec laparoscopie, moins de perte de sang et une période rapide de rééducation postopératoire du patient, qui ne nécessite pas un long séjour à la clinique.

Radiothérapie IMRT

Dans le cadre du traitement complexe des tumeurs gastro-intestinales, la radiothérapie peut également être utilisée. À la clinique Spizhenko, la radiothérapie du cancer est effectuée sur un accélérateur linéaire moderne Elekta avec la possibilité de simuler l'intensité de la dose de rayonnement (IMRT).

Le traitement par rayonnement avec un accélérateur linéaire est plus long qu'avec CyberKnife, mais pas moins efficace. Pour mener des séances de traitement (la durée d'une fraction de traitement prend en moyenne de 10 à 20 minutes), il n'est pas nécessaire de préparer spécialement le patient et son hospitalisation à la clinique.

Chimiothérapie

Une chimiothérapie de haute qualité, comprenant les derniers médicaments pour la thérapie ciblée, immuno et hormonale, est également disponible pour les patients atteints de pathologies du tractus gastro-intestinal dans notre centre d'oncologie. Sur la base des tactiques de traitement développées lors d'une consultation interdisciplinaire, la chimiothérapie peut être utilisée à la fois avant le début du traitement du cancer et comme étape finale d'une thérapie complexe de la maladie..

Veuillez ne remplir que trois champs
et notre spécialiste vous rappellera!

Vos données ont été envoyées avec succès! Attendez notre appel.

Tumeurs de l'estomac chez les enfants

Les tumeurs bénignes de l'estomac sont des néoplasmes qui proviennent de différentes couches de la paroi de l'estomac. Ils grandissent lentement et se développent progressivement, et ont un bon pronostic. Certains d'entre eux peuvent se transformer en une forme maligne..

Les tumeurs malignes sont des néoplasmes qui perdent partiellement ou complètement leur capacité à se différencier. Ils constituent une menace sérieuse pour la santé des personnes, y compris des femmes enceintes. Les femmes tombent malades moins souvent que les hommes.

Les raisons

Il est encore impossible de répondre à la question de savoir ce qui peut provoquer le développement d'une tumeur à l'estomac chez un enfant. Le fait est que les médecins modernes ne connaissent pas les causes de telles affections. Il est conseillé de ne parler que des facteurs prédisposants qui peuvent pousser la maladie à se développer, la provoquer:

  • mauvaise hérédité oncologique (l'un des proches parents de l'enfant a souffert ou souffre d'affections oncologiques),
  • si le bébé a une gastrite chronique,
  • infection par la bactérie Helicobacter pylori, qui affecte la muqueuse gastrique et contribue à réduire ses propriétés protectrices,
  • abus de tabac et d'alcool (ce facteur se retrouve souvent chez les adolescents);
  • mauvaise situation environnementale dans la région où vit l'enfant,
  • faibles propriétés protectrices du corps de l'enfant.

Symptômes

Les polypes sont les plus courants parmi les tumeurs bénignes de l'estomac chez les petits patients. Ils se déclarent avec les symptômes suivants:

  • tiraillements «dans la cuillère» qui apparaissent presque immédiatement après avoir mangé;
  • vomissements et présence de sang dans le vomi;
  • éructations fréquentes d'air ou de nourriture que l'enfant vient de manger;
  • brûlures d'estomac fréquentes;
  • alternance constante de diarrhée et de constipation;
  • état général de faiblesse.

Si un bébé a développé un léiomyome - un autre type de tumeur bénigne de l'estomac, il est peu probable qu'il se manifeste dans quoi que ce soit. En règle générale, un tel néoplasme ne présente pas de symptômes particuliers permettant aux parents de le reconnaître. Si le léiomyome est aggravé par une nécrose, le petit patient peut développer des symptômes indiquant un saignement:

  • perte de poids,
  • étourdissements et faiblesse,
  • manque de fer et, par conséquent, anémie.

Il est possible de reconnaître une tumeur maligne de l'estomac chez un enfant par les signes primaires suivants:

  • perte d'appétit,
  • douleur dans le haut de l'abdomen, qui devient particulièrement perceptible et forte immédiatement après avoir mangé,
  • perte de poids,
  • sentir que l'estomac est plein avant même de manger,
  • le refus catégorique de l'enfant de certains produits en raison de l'apparition d'un sentiment de dégoût pour eux.

Diagnostic des tumeurs de l'estomac chez un enfant

Afin de diagnostiquer une tumeur bénigne ou maligne dans l'estomac chez un petit patient, le médecin peut prescrire les méthodes instrumentales et diagnostiques suivantes:

  • EGDS utilisant une optique spéciale, qui vous permet de voir la structure interne de l'estomac et des organes connexes du système digestif;
  • l'identification de la bactérie Helicobacter pylori par l'une quelconque des méthodes à la disposition du médecin traitant;
  • radiographie des organes péritonéaux;
  • Échographie du péritoine;
  • CT, qui détectera une tumeur dans l'estomac ou confirmera son absence;
  • IRM - utilisée aux mêmes fins que la tomodensitométrie, mais a une efficacité plus informative.

Parmi les tests qui peuvent être attribués à un petit patient à des fins de diagnostic, les suivants doivent être énumérés:

  • un test sanguin avec lequel le médecin déterminera si le bébé souffre d'anémie;
  • test sanguin biochimique pour déterminer le niveau de protéines;
  • détermination de la présence de marqueurs tumoraux, qui peuvent être présents à la fois dans l'urine d'un petit patient et dans son sang;
  • analyse des matières fécales, qui vous dira s'il y a du sang;
  • analyse d'urine pour déterminer le niveau de protéines et de globules rouges.

Complications

Dans le cas d'une tumeur bénigne:

  • elle peut rechuter,
  • se développer en un malin,
  • une sténose peut se développer,
  • saignement,
  • perforation du néoplasme,
  • violation du polype, ce qui provoquera de terribles crampes chez un petit patient.

Les complications et les conséquences d'un néoplasme malin de l'estomac chez un enfant peuvent être les suivantes:

  • sténose gastrique,
  • perforation d'une tumeur cancéreuse,
  • saignement,
  • métastases,
  • perte de poids jusqu'à des indicateurs critiques,
  • mort.

Traitement

Que pouvez-vous faire

Si une tumeur à l'estomac de quelque nature que ce soit est découverte chez un enfant, les parents doivent se ressaisir et se préparer mentalement au traitement. Il est très important que ce moment ne provoque pas de panique chez l'enfant. Le traitement doit avoir lieu selon le plan, méthodiquement et en temps opportun. L'enfant doit voir que les parents sont confiants dans le succès des manipulations. Il gardera donc son calme et se réglera pour gagner..

Ce qu'un médecin peut faire

Toute tumeur bénigne de l'estomac sera supprimée. Dans le cas des polypes, les médecins les éliminent avec un appareil appelé gastroscope. Après que les polypes ou tout autre type de néoplasmes bénins aient été éliminés avec succès de l'estomac du bébé, le médecin prescrit un traitement médicamenteux à son petit patient. Cela consiste en:

  • médicaments qui réduisent le niveau d'acide chlorhydrique;
  • des antibiotiques qui détruiront Helicobacter pylori si cette bactérie a été identifiée lors de tests diagnostiques.

Si l'enfant reçoit un diagnostic de cancer de l'estomac, il subira également une intervention chirurgicale. Le succès d'une telle opération dépend de nombreux facteurs. La chirurgie du cancer gastrique chez les enfants peut être palliative ou radicale. Dans le premier cas, les médecins font tout pour stabiliser la nutrition du bébé et soulager les symptômes de la maladie. Dans le second cas, l'estomac de l'enfant est entièrement retiré. Si le cancer a réussi à «capturer» non seulement l'estomac, mais aussi les organes internes voisins, ils sont excisés lors d'une opération.

En outre, pour le cancer de l'estomac chez un enfant, les médecins prescrivent:

La prévention

Il n'y a pas de mesures préventives spécifiques qui peuvent empêcher le développement de néoplasmes bénins et malins dans l'estomac chez les enfants..

Cancer gastro-intestinal

Le cancer gastro-intestinal est un terme collectif désignant un groupe de cancers qui se développent dans différentes parties du système digestif. Il peut s'agir d'un cancer de l'œsophage, d'un cancer rectal ou de néoplasmes neuroendocriniens du pancréas.

En termes de prévalence générale, l'oncologie gastro-intestinale occupe la première place parmi tous les organes et systèmes du corps. Cette maladie affecte les femmes et les hommes avec la même fréquence..

Chaque année en Belgique, environ 13 600 personnes sont diagnostiquées avec l'un ou l'autre cancer gastro-intestinal et 16 personnes meurent chaque jour de ces maladies dans ce pays..

Les taux de survie aux cancers gastro-intestinaux sont inférieurs à ceux des autres cancers courants. Le taux de survie moyen à cinq ans des personnes atteintes d'un cancer de l'estomac est de 29%, le cancer intestinal - 69%. Seulement 8,7% des personnes diagnostiquées avec un cancer du pancréas vivent plus de cinq ans après le diagnostic initial.

En 2018, la Fondation nationale belge du cancer a estimé que 6809 personnes mourront en un an de néoplasmes gastro-intestinaux, soit environ le double du nombre total estimé de décès dus aux cancers du sein et de la prostate..

Le traitement de ces cancers est très complexe. Elle nécessite généralement une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de médicaments spécifiques (chimiothérapie). Le traitement est choisi en fonction du type spécifique de cancer et du stade auquel il est.

Causes et facteurs de risque

Les néoplasmes gastro-intestinaux sont un ensemble complexe hétérogène de troubles. Il existe une interaction critique entre les facteurs génétiques et environnementaux qui favorisent la transformation des cellules tissulaires normales en cellules souches tumorales. Les lésions précancéreuses se transforment finalement en une malignité manifeste.

Nous ne connaissons pas la cause de nombreux types de néoplasmes gastro-intestinaux, mais certains facteurs de risque sont communs à la plupart des types différents.

  • fumeur;
  • consommation excessive d'alcool;
  • âge avancé;
  • une alimentation riche en graisses animales;
  • une alimentation riche en aliments salés et en conserve;
  • pancréatite chronique;
  • obésité.

Il existe également de nombreux autres facteurs de risque spécifiques à un type particulier de maladie..

Signes et symptômes

La plupart des signes de tumeurs du tractus gastro-intestinal sont spécifiques à un type particulier de maladie.

Le principal danger des néoplasmes gastro-intestinaux malins est que les signes et les symptômes aux premiers stades de ces maladies sont complètement absents. Dans ce mode de silence, la tumeur peut se développer pendant très longtemps jusqu'à ce que des signes de compression ou de chevauchement d'organes ou de canaux dans le tractus gastro-intestinal apparaissent..

En conséquence, les premiers symptômes sont souvent:

  • pression dans l'abdomen, le bas du dos ou la poitrine;
  • obstruction de l'œsophage, des intestins, des canaux biliaires ou pancréatiques;
  • sang dans les selles;
  • désordres digestifs.

Lorsque les symptômes et les principaux signes de l'oncologie gastro-intestinale sont déjà apparus, on ne parle plus du stade précoce de la maladie, et un traitement urgent à grande échelle est nécessaire pour pouvoir préserver ou prolonger la vie.

Types de cancer gastro-intestinal

  • l'œsophage;
  • estomac;
  • pancréas;
  • vésicule biliaire;
  • voies biliaires;
  • foie (hépatomes primaires);
  • intestin grêle;
  • colorectal.
  • les insulinomes;
  • gastrinomes;
  • les vipomes;
  • glucagonomas;
  • calcitoninome.

► Tumeurs stromales gastro-intestinales.

► Lymphomes de l'estomac et de l'intestin grêle.

► Tumeurs malignes du tractus gastro-intestinal d'origine indifférenciée.

Diagnostique

Le diagnostic du cancer gastro-intestinal dépend du type de tumeur suspecté. Les tests de laboratoire, l'imagerie, la biopsie, l'endoscopie sont utilisés.

Pour la plupart des types de néoplasmes du tractus gastro-intestinal, des marqueurs tumoraux spécifiques n'ont pas été développés; par conséquent, le diagnostic précoce de ces tumeurs est considérablement difficile..

Une suspicion de tumeur maligne du tractus gastro-intestinal est généralement détectée au cours de l'endoscopie et le diagnostic final est posé au cours d'études histologiques, histochimiques et génétiques..

Récemment, de nombreuses nouvelles méthodes d'endoscopie et d'imagerie non invasive sont apparues en Belgique, qui accélèrent et simplifient le diagnostic des tumeurs gastro-intestinales. Ces méthodes permettent également un diagnostic plus précis..

Parmi ces méthodes de diagnostic innovantes:

  • endoscopie infrarouge à spectre étroit;
  • endomicroscopie confocale au laser (CLE);
  • autofluorescence (AFI);
  • tomographie par cohérence optique (OCT);
  • endocytoscopie;
  • fluorescence spectrale;
  • spectroscopie de diffusion de la lumière.

Métastase

Les métastases de différents types de cancer gastro-intestinal se produisent à des rythmes différents et souvent de différentes manières.

Ainsi, directement pour les tumeurs cancéreuses, la formation de métastases locales dans les ganglions lymphatiques régionaux et de métastases dans le foie est caractéristique. Moins fréquemment, ces tumeurs forment des métastases à distance dans les poumons et la colonne vertébrale..

Les tumeurs stromales du tractus gastro-intestinal, au contraire, sont plus sujettes à la formation de métastases à distance dans les os et la colonne vertébrale sans dommage prononcé aux ganglions lymphatiques régionaux.

Prévoir

Le pronostic des néoplasmes malins gastro-intestinaux dépend de facteurs tels que:

  • type de tumeur;
  • le stade auquel la tumeur a été détectée pour la première fois;
  • rapidité du début du traitement;
  • tactiques de traitement correctes;
  • l'âge du patient;
  • la présence de pathologies concomitantes.

Le pire pronostic est généralement le cancer du pancréas. Le meilleur pronostic est principalement associé à des tumeurs neuroendocrines pas trop avancées de l'intestin grêle.

Le taux de survie à cinq ans, selon ces facteurs, peut varier de 90% à 5%.

Prévention et recommandations

Chaque type de cancer gastro-intestinal a ses propres facteurs de risque qui doivent être évités afin de réduire la probabilité de développer une tumeur.

Étant donné que certains types de tractus gastro-intestinal ont des facteurs de risque communs, nous pouvons apporter des changements généraux au mode de vie pour réduire notre risque.

Parce que nous savons que le tabac est associé à certains types de cancer gastro-intestinal, éviter le tabagisme devient l'une de nos meilleures mesures préventives. Les avantages pour la santé de cesser de fumer sont nombreux et ne se limitent pas à la prévention de la malignité de l'œsophage, de l'estomac et des intestins. En évitant de fumer, vous réduisez le risque de nombreux autres types de tumeurs et de maladies non cancéreuses.

Le dépistage du cancer du côlon est utile pour détecter les changements précancéreux du côlon et du rectum. Pour les adultes présentant un risque moyen de cancer du côlon et du rectum, il est recommandé de commencer le dépistage à 50 ans. Les adultes présentant un risque accru peuvent commencer le dépistage plus tôt sur les conseils de leur médecin. N'oubliez pas que même si vous ne présentez pas de symptômes de cancer du côlon ou du rectum, vous devez toujours suivre les recommandations de votre médecin..

Enfin, une alimentation bien équilibrée est bénéfique pour de nombreuses raisons. Une alimentation riche en fruits et légumes, pauvre en graisses animales et pauvre en sodium peut réduire le risque de certains types de cancers gastro-intestinaux. De plus, une alimentation équilibrée peut réduire l'obésité, un facteur de risque important pour de nombreux types de cancer..

Découvrez les nouvelles possibilités de diagnostic du cancer gastro-intestinal en Belgique. Écrivez-nous ou commandez un rappel. Nous répondrons à toutes vos questions en détail et fournirons toutes les informations nécessaires.

Traitement du cancer de l'estomac chez les enfants

Premiers symptômes

Au stade initial de développement, la maladie n'a pas de tableau clinique clair. Cependant, en regardant de plus près l'état de sa santé, une personne peut reconnaître les premiers symptômes du cancer de l'estomac. Il:

  • diminution de l'appétit, une sensation de satiété survient après avoir mangé de petits repas;
  • l'apparition de faiblesse, d'apathie, de fatigue accrue, de somnolence;
  • sensation de lourdeur, flatulence;
  • perte de poids sans fondement sur une base régulière;
  • l'apparition de dépression, une exposition excessive au stress;
  • l'apparition d'aversion pour les plats préférés, en particulier la viande ou le poisson - syndrome des petits signes;
  • nausées périodiques accompagnées de vomissements.

L'oncologie est aujourd'hui l'une des maladies les plus terribles et les plus dangereuses, en particulier en ce qui concerne la division cellulaire maligne dans les organes digestifs. Selon le stade, le cancer de l'estomac peut présenter différents symptômes et signes, le cas échéant, vous devriez consulter votre médecin immédiatement. Un diagnostic précoce avec traitement aidera à prévenir la propagation des métastases et prolongera la vie du patient.

Cancer gastro-intestinal: caractéristiques de la tumeur oncologique

Le tractus gastro-intestinal (GIT) comprend les parties suivantes:

  • l'œsophage (le tube qui relie la bouche à l'estomac)
  • estomac. C'est un organe en forme de sac. L'estomac est divisé en plusieurs sections. Le plus souvent, les néoplasmes surviennent dans la section inférieure (pylorique), qui a une transition vers l'intestin grêle. L'estomac est le site le plus courant de localisation oncologique dans le tube digestif.
  • intestins. Il se compose du petit et du gros intestin, qui se termine par l'anus.

Le cancer ou carcinome du tractus gastro-intestinal est une tumeur maligne qui se développe dans la membrane muqueuse du tube digestif. L'œsophage, l'estomac et les intestins sont connectés en un seul système, de sorte qu'une tumeur cancéreuse de l'un d'eux peut facilement passer à l'autre.

Ces néoplasmes se caractérisent par des taux de croissance assez rapides. Ils envahissent la paroi de l'organe, entraînant sa déformation, puis peuvent se propager aux structures environnantes. En outre, les tumeurs cancéreuses peuvent former des métastases, c'est-à-dire des tumeurs secondaires dans d'autres organes.

Une personne atteinte d'un carcinome du tractus gastro-intestinal a du mal à digérer les aliments, ce qui affecte négativement tout le corps. Un chevauchement complet de la lumière de l'organe est possible (sténose). C'est une condition dangereuse qui nécessite une ambulance..

Un autre danger de la maladie est que les premiers symptômes du cancer gastro-intestinal apparaissent souvent tardivement et, aux premiers stades, il est difficile de suspecter un cancer. Ils le trouvent soit par accident lors des examens, soit dans un état négligé lorsque la tumeur atteint une taille importante.

Le cancer de l'estomac, dont nous allons considérer les symptômes aujourd'hui, est l'une des maladies les plus courantes en oncologie. Mais son principal danger ne réside pas dans le grand nombre de cas, mais dans la complexité d'un diagnostic rapide. Dans les premiers stades, il présente des symptômes implicites et flous, auxquels les gens ne font généralement pas attention, et dans les stades ultérieurs, il ne répond pas bien au traitement..

En règle générale, le patient voit un médecin dans les derniers stades, ce qui réduit considérablement le taux de survie moyen à cinq ans. Tout cela a fait du cancer de l'estomac le deuxième de tous les cancers en termes de mortalité, juste derrière le cancer du poumon.

Les résultats du traitement de nombreuses tumeurs malignes de l'enfance sont supérieurs aux résultats du traitement des tumeurs chez l'adulte, car ces néoplasmes diffèrent par leur structure, leur nature et leurs causes d'apparition. Chez les enfants, les sarcomes sont plus fréquents - tumeurs du tissu conjonctif (muscles, os, reins, système nerveux), leur caractéristique est une haute sensibilité aux effets des radiations et des médicaments.

Dans la population adulte, le cancer prédomine - tumeurs malignes des tissus épithéliaux (muqueuses de divers organes, peau, etc.). Malheureusement, récemment, des tumeurs épithéliales ont été enregistrées chez les enfants, en particulier à l'adolescence, par exemple, cancer du rein, du foie, des glandes surrénales, de l'estomac, des intestins.

1. La polypose familiale du côlon est une maladie pré-maligne héréditaire dominante caractérisée par la présence de plusieurs polypes du côlon inférieur. C'est un précancer obligatoire (il se transforme en cancer dans presque 100% des cas) et devient généralement malin à l'adolescence.

2. Le syndrome de Gardner est une maladie rare, héréditaire de manière dominante, caractérisée par de multiples polypes dans le côlon et la présence de tumeurs des tissus mous et des os. Les polypes peuvent être localisés dans n'importe quelle partie du tube digestif et devenir malins (malins).

3. Colite ulcéreuse.

4. Gastrite hypoacide, colite, ulcère peptique de l'estomac et du duodénum, ​​chirurgie de l'estomac et des intestins

Les enfants atteints de cette pathologie constituent le principal groupe à risque de développement de tumeurs malignes du tractus gastro-intestinal et doivent être étroitement surveillés par les médecins du réseau médical général..

1. «Premiers symptômes»: légères modifications du bien-être de l'enfant, manque d'appétit et perte de poids, fatigue, faiblesse. Il n'y a pas de symptômes spécifiques de lésions du tube digestif. À ce stade, il est même extrêmement difficile de soupçonner un diagnostic..

2. «Symptômes typiques de maladies du tractus gastro-intestinal», qui augmentent au fur et à mesure que la tumeur se développe: douleurs abdominales récurrentes, malaises gastriques, nausées, vomissements, éructations, selles molles, parfois selles mélangées à du mucus ou du sang. Par conséquent, souvent au début de la maladie, en particulier pour les enfants plus âgés, il est possible de poser des diagnostics erronés: «gastrite», «entérocolite», «ulcère gastro-duodénal», «dysbiose», etc. L'enfant se voit prescrire un traitement approprié. Ce traitement est généralement efficace dans un premier temps, ce qui rassure le médecin et les parents..

3. "Clinique de l'image agrandie de la tumeur." Des manifestations spécifiques se manifestent sous la forme d'une dyspepsie croissante (nausées, vomissements), de fortes douleurs abdominales, d'une perte de poids importante, d'une diminution ou d'un manque complet d'appétit, d'un dysfonctionnement du côlon (retard prolongé ou absence de selles indépendantes), des saignements gastro-intestinaux répétés, des symptômes de " abdomen », jusqu'à une occlusion intestinale. De plus, il est possible de sonder indépendamment la tumeur de l'abdomen..

Jusqu'à présent, le diagnostic de cancer gastro-intestinal de l'enfance a été considérablement compliqué en raison de la rareté de ces néoplasmes, de l'évolution latente aux premiers stades de la maladie et du manque de vigilance oncologique des parents et des médecins du réseau médical général. À cet égard, jusqu'à 70% des enfants sont admis dans une clinique spécialisée avec des formes avancées de maladie (croissance tumorale dans les organes et tissus environnants, métastases vers des organes distants).

Ainsi, en présence des symptômes ci-dessus provenant du tractus gastro-intestinal, ainsi que des facteurs de risque, une observation et un examen approfondi doivent être effectués dans une clinique spécialisée..

Dans le traitement des tumeurs gastro-intestinales chez les enfants, ainsi que chez les adultes, trois méthodes principales sont utilisées: la chirurgie, la chimiothérapie (traitement médicamenteux spécial) et la radiothérapie.

La principale méthode dans le traitement complexe des patients atteints de tumeurs malignes du tube digestif est chirurgicale.

La plupart des enfants sont admis dans des hôpitaux avec des formes courantes de la maladie et, par conséquent, la polychimiothérapie et la radiothérapie sont d'une grande importance. Cependant, à ce jour, aucun schéma de chimiothérapie et de radiothérapie n'a été développé en raison de leur faible efficacité dans cette pathologie..

Symptômes des derniers jours de la vie

Les tumeurs oncologiques de l'estomac affectent tous les organes, ce qui rend impossible de confondre les signes de la mort imminente avec quoi que ce soit:

  • il y a une fatigue constante et il y a un désir de dormir;
  • diminution de l'appétit, le patient n'a pas envie de boire ou de manger;
  • une respiration sifflante apparaît, la respiration ralentit, devient lourde;
  • une personne commence à se perdre dans le temps et dans l'espace;
  • juste avant la mort, une plaque cyanotique apparaît sur les ongles, les mains et les pieds deviennent froids, des réseaux veineux peuvent apparaître sur les membres.

Cancer gastro-intestinal chez les enfants

Une science distincte, la gastro-entérologie, est engagée dans une étude détaillée des symptômes de cette maladie. Cependant, même les études de laboratoire à long terme et les travaux scientifiques ne permettent pas d'établir la cause exacte du cancer. Les médecins ont seulement réussi à identifier les facteurs qui peuvent d'une manière ou d'une autre provoquer une division cellulaire anormale. Causes possibles de cancer:

  • exposition à long terme au corps humain de substances toxiques ou de produits chimiques;
  • la bactérie Helicobacter Pylori modifie la structure de la membrane muqueuse et perturbe les fonctions digestives;
  • exposition aux radiations sur le corps;
  • certains groupes de médicaments provoquent une croissance tumorale avec un long traitement;
  • abus de produits du tabac et d'alcool;
  • une mauvaise nutrition;
  • maladies précancéreuses - gastrite atrophique, adénome, anémie pernicieuse, ulcère duodénal, dommages importants de l'intérieur par des polypes bénins, gastrite chronique.

Des études ont montré que le carcinome gastro-intestinal est plus fréquemment diagnostiqué chez les hommes de plus de 55 ans. La bactérie Helicobacter pylori joue un rôle dans le développement de nombreuses affections, sa présence est donc un facteur de risque. En outre, la culture alimentaire et l'alimentation humaine affectent considérablement le tractus gastro-intestinal. La réception d'aliments chauds, épicés, trop salés, mal mâchés, ainsi que de boissons alcoolisées fortes affectent négativement le système digestif et conduisent au développement de maladies inflammatoires.

Il existe des conditions précancéreuses contre lesquelles se développent des tumeurs malignes:

  • les ulcères;
  • gastrite;
  • métaplasie;
  • leucoplasie;
  • l'oesophage de Barrett
  • rectocolite hémorragique;
  • anémie pernicieuse;
  • reflux duodénogastrique;
  • polypes adénomateux;
  • La maladie de Menetrie;
  • sidéropénie.

La transformation maligne se produit en raison de modifications de la structure de la membrane muqueuse qui se produisent sous l'influence d'un processus inflammatoire prolongé. Cela arrivera, peut-être pas immédiatement, mais après un long moment.

Les autres facteurs de risque de la maladie sont:

  • fumeur;
  • obésité;
  • manque de vitamines et d'oligo-éléments dans les aliments, eau potable avec nitrites et nitrates;
  • oncologie familiale;
  • dommages à l'œsophage et à l'estomac dus aux produits chimiques;
  • atrophie de l'estomac;
  • maladies héréditaires (neurofibromatose 1, néoplasie multiple de type 1, syndrome de Gordner, syndrome de Lynch, etc.).

Il existe également des cas de développement de tumeurs après des opérations sur le tractus gastro-intestinal..

Le traitement du cancer gastro-intestinal consiste en une ablation chirurgicale de la tumeur associée à une chimiothérapie et / ou une radiothérapie. La méthode la plus courante et la plus efficace est la chirurgie. Le reste est utilisé comme supplément et n'affecte pas de manière significative le pronostic de vie du patient.

Le choix du traitement du cancer gastro-intestinal dépend de la prévalence du processus:

  • Dans les premiers stades, lorsque la tumeur se trouve uniquement dans la membrane muqueuse, une résection endoscopique peut être effectuée. Un embout spécial pour la résection est installé à l'extrémité de l'endoscope, un tube est inséré par la bouche dans l'œsophage, l'estomac ou le duodénum, ​​et le néoplasme est retiré. Le contrôle de l'opération est effectué via la caméra, qui est équipée de l'endoscope.
  • Pour les petites tumeurs, une large excision est pratiquée: un néoplasme est excisé avec quelques centimètres de tissu environnant.
  • Les meilleurs indicateurs dans le traitement des tumeurs oncologiques courantes sont observés après résection. Il s'agit d'une opération au cours de laquelle une partie d'un organe présentant une tumeur ou tout l'organe est prélevé par une incision dans l'abdomen. Bien entendu, il n'est pas toujours possible d'effectuer une résection totale en raison de la prévalence des cellules cancéreuses à une grande distance. Dans de tels cas, la tâche du médecin est d'éliminer autant de néoplasme que possible (résection subtotale) et de restaurer la fonctionnalité du tractus gastro-intestinal afin que la personne puisse manger normalement. En plus d'une partie de l'organe affecté, si nécessaire, des ganglions lymphatiques sont prélevés, ainsi que d'autres organes endommagés (intestins, rate, etc.). De telles opérations sont assez difficiles, de sorte que le taux de mortalité varie de 5 à 10%. Après l'opération, le matériel obtenu est envoyé au laboratoire et examiné au microscope pour déterminer le résultat du traitement et les tactiques de thérapie ultérieure..

Après l'opération, il est nécessaire de procéder à une chirurgie plastique des fragments retirés. Le médecin doit choisir la méthode de plastique la plus rationnelle afin de restaurer l'anastomose le plus facilement possible. Les meilleurs indicateurs ont été notés dans les opérations en une étape.

Il est à noter que la majorité des patients atteints de carcinome gastro-intestinal sont des personnes âgées et, comme vous le savez, ils ont souvent d'autres pathologies concomitantes (en particulier, les systèmes cardiovasculaire et respiratoire). De ce fait, les possibilités de traitement chirurgical sont considérablement limitées. Pour déterminer les indications de la chirurgie, vous devez subir une série de tests, sinon le traitement peut être fatal.

Les patients contre-indiqués pour la chirurgie bénéficient de soins palliatifs. Il peut s'agir d'une chimiothérapie, d'une radiothérapie, d'une thérapie symptomatique. Si des complications telles qu'une sténose sont présentes, une opération de pontage est effectuée. Ils peuvent également effectuer une gastrostomie (créant une entrée artificielle de l'estomac à travers la cavité abdominale) ou une colostomie (retrait d'une section de l'intestin dans la paroi abdominale, créant une colostomie pour la vidange).

La chimiothérapie du cancer gastro-intestinal est utilisée avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur ou après (pour détruire ses restes). La chimiothérapie préopératoire a un effet bénéfique sur la résection ultérieure et réduit la probabilité de récidive locale. Les médecins prescrivent plusieurs médicaments cytostatiques selon un schéma spécifique.

Schéma de la ligne CT 1 pour le cancer de l'œsophage:

  • Platidiam 100 mg / m2 (le 1er jour du cours);
  • Etoposide 120 mg / m2 (aux jours 3, 4 et 5);
  • 5-fluorouracile 500 mg / m2 (jours 1 et 8).

Schéma de la ligne CT 2 pour le cancer de l'œsophage:

  • Platidiam 100 mg / m2 (le 1er jour);
  • Etoposide 120 mg / m2 (aux jours 3, 4 et 5);
  • Pharmarubicine 30 mg / m2 (3 et 10 jours).

Schéma de chimiothérapie pour le cancer de l'estomac:

  1. Doxorubicine 20-30 mg / m2 (1 et 8 jours);
  2. Vepeside 120 mg / m2 (5, 6, 7 jours);
  3. Platidiam 70-80 mg / m2 (le 3ème jour du cours).
  1. Belyustin 80 mg / m2 (le jour 1);
  2. Vepeside 120 mg / m2 (3, 4, 5 jours);
  3. 5-fluorouracile 500 mg / m2 (1, 8, 15 jours).

Schéma thérapeutique pour le traitement du cancer rectal:

  • Oxaliplatine 85 mg / m2 (aux jours 1, 15, 29);
  • Folinate de calcium 500 mg / m2;
  • Fluorouracile 500 mg / m2 (1er, 8e, 15e, 22e, 29e jours).

Souvent, les cytostatiques sont administrés par voie intraveineuse, mais en cas de néoplasmes malins de l'estomac, cette approche ne donne pas d'effet prononcé et, par conséquent, une polychimiothérapie intra-artérielle est utilisée, ce qui implique l'introduction de médicaments dans les artères alimentant la tumeur (artère gastrique gauche ou artère gastroépiploïque droite). Pour augmenter l'efficacité du traitement anticancéreux, une hyperthermie locale est utilisée: la tumeur est chauffée à 40-44 °.

La radiothérapie préopératoire est administrée 2 semaines avant la chirurgie. Il permet d'élargir les indications de traitement radical, de réduire le risque de récidive et de métastases. Si vous ne pouvez pas l'utiliser pour une raison ou une autre, alors pour les petites tumeurs bien délimitées, il est conseillé de prescrire un rayonnement 20-25 jours après l'opération.

La version classique de la radiothérapie comporte 5 séances de radiothérapie avec une dose totale de 20 à 45 Gy, selon la taille du néoplasme (le nombre de séances peut être plus!). Les rayons sont dirigés vers la tumeur et les zones de localisation des ganglions lymphatiques d'éventuelles métastases. L'irradiation intracavitaire est considérée comme efficace: une sonde avec une substance radioactive est introduite à travers l'œsophage jusqu'à l'emplacement du foyer oncologique. Ils peuvent également effectuer une RT peropératoire avec SOD 20-40 Gy.

La radiothérapie est le traitement principal des patients non résécables. Chez 30 à 40% de ces patients, la radiothérapie peut faire disparaître les symptômes douloureux..

Les patients atteints de tumeurs malignes de l'œsophage, de l'estomac ou des intestins doivent éviter toute activité physique et suivre un régime. Le régime alimentaire pour le cancer gastro-intestinal consiste à éviter les aliments gras et lourds, l'alcool, les assaisonnements et les épices. Vous devez manger des légumes frais hachés, des céréales, des soupes, de la viande maigre.

Certains patients peuvent se voir proposer des méthodes alternatives pour remplacer la chirurgie. Par exemple, il existe une cryochirurgie qui utilise de l'azote liquide pour geler les tissus cancéreux. En outre, la tumeur peut être détruite par ultrasons, laser, radiothérapie.

La radiothérapie est un type de radiothérapie qui utilise de fortes doses de rayonnement. Le faisceau est clairement dirigé vers la tumeur, à la suite de quoi ses cellules meurent. Il existe également une variante de la radiothérapie, dans laquelle une substance radioactive est placée à l'intérieur de la tumeur. Cette méthode s'appelle - curiethérapie.

Actuellement, la méthode d'hormonothérapie est en cours de développement: le patient reçoit une injection de médicaments analogues à la somatostatine. Cela empêche la tumeur de produire des hormones et ralentit sa croissance..

De plus, pendant le traitement du cancer gastro-intestinal, une immunothérapie à l'interféron peut être réalisée. Il stimule le système immunitaire humain, aidant le corps à mieux fonctionner et à lutter contre l'intoxication tumorale.

Non seulement les médecins, mais aussi les parents doivent savoir qu'un enfant peut avoir une tumeur maligne.

Classification du cancer gastro-intestinal

Pour prescrire un traitement plus efficace dans la pratique médicale, il est d'usage de séparer les types de cancer selon plusieurs critères. En fonction de l'orientation histologique et des caractéristiques de la croissance macroscopique des cellules pathogènes, le cancer gastro-intestinal est divisé en types suivants:

  • Forme de champignon ou de polype - la lésion de la membrane muqueuse passe à la partie interne de l'organe, ses bords ont une structure claire, le néoplasme est situé sur le pédicule, il n'y a pas d'ulcération de la tumeur.
  • Une masse ulcérée ou un gonflement semblable à une soucoupe ressemblera à une soucoupe. Une croissance tumorale exophytique est notée, un cancer se forme dans la lumière de l'estomac, il y a une longue période avant l'apparition de métastases.
  • Forme infiltrante ulcéreuse - n'a pas de délimitation claire, la tumeur se développe infantile.
  • Cancer diffus - se forme dans la sous-muqueuse et la couche muqueuse, peut contenir de petites ulcérations.
  • Adénocarcinome, qui est détecté dans près de 90% des cas de diagnostic de cette maladie. La tumeur affecte les cellules sécrétoires.
  • Carcinome épidermoïde - la propagation des corps cancéreux commence par les cellules responsables de la production et de la production de mucus.
  • Tumeur glandulaire - la propagation de la tumeur se produit en raison d'une dégradation atypique des cellules glandulaires.

Les tumeurs gastro-intestinales sont classées selon leur emplacement.

Il existe de tels types de cancer de l'œsophage:

  • cancer de l'œsophage cervical et thoracique supérieur;
  • cancer de la poitrine;
  • thoracique inférieur;
  • abdominal.

Il existe 3 formes de tumeurs malignes gastro-intestinales:

  • ulcéreuse (se développe de manière exophytique dans la lumière de l'organe);
  • nodulaire ou polype (a la forme d'un chou-fleur, à mesure qu'il grandit, il bloque la lumière des organes);
  • infiltrant (diffus).

Il se développe dans la couche sous-muqueuse, recouvre souvent les organes de manière circulaire, c'est-à-dire en cercle. Une telle tumeur ressemble à une membrane muqueuse épaissie blanchâtre, contre laquelle une ulcération peut survenir.

Les premiers signes et symptômes d'une tumeur maligne de l'estomac - types, stades, diagnostic et traitement

Les symptômes du cancer gastro-intestinal diffèrent selon l'emplacement de la tumeur, mais ils ont quelque chose en commun. Souvent, les patients se plaignent de faiblesse, de fatigue et de perte de poids. La raison de cette condition est la restriction de l'apport alimentaire dans le corps, ainsi que l'intoxication par le cancer..

En cas de lésion de l'œsophage, lorsque le néoplasme atteint une taille importante, on observe des difficultés à avaler (dysphagie), ce qui est associé au chevauchement de la lumière de l'organe. Certaines personnes ressentent de la douleur en avalant. D'autres symptômes de carcinome de cette localisation sont des douleurs douloureuses dans la poitrine et le dos, une salivation abondante..

Les brûlures d'estomac, les régurgitations, les nausées, le goût désagréable dans la bouche et la mauvaise haleine peuvent devenir des manifestations tardives de la maladie. Ces phénomènes apparaissent dus à des troubles métaboliques et à une diminution de la qualité des processus oxydatifs. Les métastases peuvent être indiquées par la toux, l'enrouement, l'étouffement.

Les signes de cancer gastro-intestinal dans l'estomac sont:

  • douleur et inconfort dans l'abdomen;
  • un sentiment de surpeuplement et de satiété précoce (dans certains cas, les patients, au contraire, ont constamment faim et ne peuvent pas en avoir assez);
  • nausée et vomissements;
  • perte d'appétit;
  • troubles dyspeptiques.

Signes du cancer de l'intestin:

  • constipation ou diarrhée;
  • changement de couleur des selles;
  • jaunisse;
  • nausées Vomissements;
  • douleur et ballonnements.

Les principaux symptômes du cancer de l'estomac chez les enfants sont similaires à ceux de toute maladie gastro-intestinale. Les symptômes du carcinome chez les enfants:

  • Problèmes de prise et de transformation des aliments (douleur en mangeant, diminution ou manque d'appétit, manque de sensation de satiété avec les aliments);
  • Affaiblissement du corps (perte de poids sans cause, faiblesse constante, diminution des performances et augmentation de la fatigue);
  • Dépression et apathie;
  • Mode de vie inactif.

Contrairement aux maladies du pancréas ou de l'œsophage, les symptômes du cancer de l'estomac chez les enfants ne sont pas systémiques et n'ont pas un caractère clairement prononcé, il est donc très difficile de déterminer qu'il s'agit d'un carcinome. En outre, la fréquence d'apparition d'une telle maladie fait qu'il est peu probable qu'un médecin diagnostique correctement et en temps opportun le cancer de l'estomac chez un groupe d'âge plus jeune..

Les premiers signes de cancer de l'estomac chez les enfants apparaissent tardivement, même une évolution dynamique de la maladie peut passer sans symptômes visibles. La maladie peut être remarquée après que la tumeur a envahi, à un degré ou à un autre, la membrane muqueuse de l'estomac ou des intestins. Les toutes premières douleurs du cancer de l'estomac peuvent être très révélatrices..

Pour identifier la pathologie, une attention particulière doit être accordée au suivi des enfants. Les parents attentifs remarqueront immédiatement des changements dans l'apport alimentaire ou la communication avec leurs pairs. Le poids et la température de votre enfant doivent être vérifiés. Remarqué les premiers signes, les symptômes sont apparus - consultez immédiatement le médecin. Un diagnostic rapide augmente les chances de survie après une maladie aussi terrible.

Étapes

En plus des principales classifications, les médecins distinguent plusieurs stades de développement du cancer:

  • Zéro - lorsque la tumeur se trouve uniquement à la surface de la membrane muqueuse, elle ne peut être vue qu'au microscope, il n'y a aucun dommage aux ganglions lymphatiques.
  • Stade 1a - aucune métastase cellulaire vers d'autres organes, lésions du tissu conjonctif gastrique.
  • Stade 1b - la tumeur ne se propage pas au-delà de la sous-muqueuse, mais des cellules atypiques peuvent être trouvées dans les ganglions lymphatiques.
  • Stade 2a - le néoplasme recouvre la membrane musculaire, affecte de 3 à 6 ganglions lymphatiques.
  • 2b - la tumeur a commencé à pénétrer à la surface de l'estomac, des inclusions cancéreuses ont été identifiées dans 7 ganglions lymphatiques ou plus.
  • Troisième degré - des métastases se trouvent dans des organes individuels et des ganglions lymphatiques distants.
  • La quatrième étape - la tumeur se propage des parois de l'estomac à presque tous les organes internes adjacents. Caractérisé par des métastases au foie, aux intestins, aux poumons, aux organes pelviens.

Sur la base des estimations du rapport de cellules différenciées et indifférenciées et du degré d'invasivité tumorale dans la paroi de l'organe affecté dans les adénocarcinomes, la classification TNM est la plus appropriée.

Cancer de 1er stade

Il existe plusieurs stades de cancer de l'estomac, chaque stade a ses propres indicateurs de diagnostic et de traitement, mais l'indicateur le plus important pour tout stade d'une maladie cancérigène est la survie.

Il existe 4 stades de cancer de l'estomac chez les enfants:

  1. Stade I (taille de la tumeur - jusqu'à 20 mm, pas de métastases, taux de survie - 80%);
  2. Stade II (taille de la tumeur - de 40 à 50 mm, apparition de métastases, germination de la sous-muqueuse et des couches musculaires de l'estomac, le taux de survie est de 56%);
  3. Stade III (la taille de la tumeur devient supérieure à 60 mm, la germination commence sur les organes intestinaux adjacents, un nombre modéré de métastases apparaît, le taux de survie est de 35%);
  4. Stade IV (la tumeur se développe vers les organes voisins, les métastases du cancer de l'estomac se propagent dans tout le corps, le taux de survie ne dépasse pas 5%).

Il est très important de déterminer à l'avance le stade du cancer de l'estomac chez un enfant, mais la pratique montre que le plus souvent la maladie est diagnostiquée à 3 stades, mais avec le degré de traitement approprié, même 35%, c'est beaucoup, ne désespérez pas et tout fonctionnera..

Le carcinome chez l'enfant se caractérise par une agressivité accrue, une rapidité d'invasion dans les tissus de l'intestin, du pancréas ou de l'œsophage et un niveau élevé de métastases. Il existe 2 principaux types de carcinomes trouvés dans l'enfance:

  • Cancer de l'estomac mal différencié. Un type de cancer très dangereux, dont les principales caractéristiques sont: une production accrue de métastases; taux de croissance tumorale élevé; les cellules de l'organe se transforment en éléments cellulaires primitifs et perdent leurs propriétés - elles ne peuvent que se diviser et se nourrir;
  • Carcinome cricoïde de l'estomac. Le carcinome à cellules annulaires de l'estomac est le cancer de l'estomac le plus courant et le plus malin chez les enfants. Diffère par un taux élevé de croissance tumorale, produit une protéine spéciale (mucine) dans les cellules, dont les structures, vues, ressemblent à un anneau (d'où le nom). Affecte le carcinome à cellules de la chevalière de l'estomac principalement chez les filles pour une raison inconnue.

L'adénocarcinome typique et d'autres types "adultes" de cancer de l'estomac ne surviennent pratiquement pas chez les enfants, car la lente progression de la maladie est inhabituelle pour les enfants..

  • Il est également intéressant de lire: cancer du pancréas

Complications possibles et prévention

Grâce à des équipements modernes, à des médecins hautement qualifiés et aux derniers développements dans le domaine de la médecine, il est devenu beaucoup plus facile de différencier les tumeurs malignes. Par exemple, la spectroscopie d'impédance électrique et les procédures de photo-dépistage sont à la disposition des médecins. Le diagnostic du cancer de l'estomac comprend les tests et tests suivants:

  • analyse générale / biochimique du sang et de l'urine;
  • test sanguin immunologique pour la présence de titres d'anticorps;
  • analyse des matières fécales pour les saignements cachés;
  • Marqueurs tumoraux;
  • biopsie pour la détermination des tumeurs malignes ou bénignes;
  • FEGDS;
  • radiographie;
  • IRM et examen informatique du patient;
  • Échographie pour le diagnostic des métastases à distance des organes pelviens, de la cavité abdominale, des ganglions lymphatiques.

Chaque année, le personnel médical organise des événements spéciaux visant à informer la population sur les causes et les signes cliniques de cette maladie. La prévention du cancer de l'estomac est au cœur de ces activités. Pour éviter que l'oncologie ne vous touche, les médecins recommandent:

  • subir régulièrement un examen prophylactique complet, en particulier pour les personnes à risque;
  • avec une prédisposition familiale, consultez un gastro-entérologue au moins une fois tous les six mois;
  • guérir un ulcère chronique ou une gastrite;
  • essayez de mener une vie saine et active, abandonnez le tabac et l'alcool.

Il n'y a pas de mesures préventives spécifiques qui peuvent empêcher le développement de néoplasmes bénins et malins dans l'estomac chez les enfants..

Dans les premiers stades du cancer du tractus gastro-intestinal, les antécédents médicaux et les résultats de l'examen physique sont très rares et non spécifiques.

Tous les parents n'attachent pas la même importance aux troubles de l'estomac et des intestins, s'ils sont bénins. Ce n'est que par un examen scrupuleux que vous pourrez identifier de petits changements dans l'organe affecté causés par le processus tumoral, par conséquent, même les plaintes et violations mineures doivent faire l'objet d'une attention particulière.

Si une tumeur intestinale est suspectée, il est nécessaire de palper soigneusement l'abdomen dans différentes positions de l'enfant malade sur le dos, sur le côté gauche et droit, en position debout. Pour les tumeurs situées bas dans la zone rectosigmoïde, il est nécessaire de recourir à un examen digital rectal, qui permet d'identifier non seulement la tumeur elle-même, mais également sa relation avec l'utérus et la vessie.

La première place dans le diagnostic des tumeurs du tractus gastro-intestinal est occupée par les études aux rayons X et endoscopiques.

À l'aide de ces techniques, il est possible d'identifier les changements caractéristiques du précancer et de sa transition vers le cancer dans la période où il n'y a toujours pas d'infiltration de la membrane musculaire et il n'apparaît qu'à la surface de la membrane muqueuse sous la forme d'un tubercule ou d'un polype séparé.

Le diagnostic du cancer gastro-intestinal commence par une anamnèse approfondie et un examen externe du patient. Le médecin sonde l'abdomen pour détecter la présence d'organes et de ganglions lymphatiques hypertrophiés, fait attention à la couleur de la peau d'une personne, état général, examine la cavité buccale.

Si un cancer colorectal est suspecté, une palpation du rectum doit être effectuée.

Pour faire un diagnostic, utilisez:

  1. Radiographie de contraste baryté. Cette technique permet de confirmer la présence d'une tumeur dans l'estomac, l'œsophage ou les intestins, sa localisation, sa taille, sa longueur et diverses complications..
  2. Endoscopie. C'est une meilleure façon. Avec son aide, vous pouvez examiner les organes de l'intérieur. Dans ce cas, aucune incision n'est faite. Un tube flexible avec une caméra à l'extrémité est inséré par la bouche ou l'anus (pour les examens intestinaux).
  3. Biopsie. Lors d'un examen endoscopique, une biopsie est souvent réalisée (un fragment de tumeur est prélevé pour examen microscopique). Une telle procédure est un élément obligatoire dans le diagnostic des tumeurs malignes, car seule une biopsie permet d'établir le type et la forme de l'oncologie..
  4. Tests de laboratoire, y compris un test sanguin biochimique et une analyse d'urine quotidienne. Le fait est que les tumeurs du tractus gastro-intestinal sont capables de produire diverses substances ou hormones. Au cours de l'analyse, il est établi s'il existe des écarts dans les indicateurs de ces substances, appelées marqueurs tumoraux.

Quels marqueurs tumoraux prendre pour un éventuel cancer gastro-intestinal? L'un des marqueurs tumoraux indiquant les tumeurs neuroendocrines est la chromogranine A. Dans l'urine, les taux de sérotonine augmentent souvent.

Pour détecter les métastases dans les organes et structures environnants (ganglions lymphatiques, vaisseaux sanguins, muscles, etc.), une tomodensitométrie et une échographie de la cavité abdominale ou thoracique, ainsi que de l'espace rétropéritonéal, sont effectuées. De plus, une trachéobronchoscopie (pour l'examen des bronches) et une laparoscopie (pour l'examen du péritoine) peuvent être nécessaires.

Des méthodes plus avancées pour trouver des métastases dans n'importe quelle partie du corps sont l'IRM (à l'aide d'un aimant) et la TEP (réalisée à l'aide d'une substance radionucléide injectée dans une veine).

Si des métastases ont été trouvées, elles doivent également être prises pour une biopsie. Le matériel est prélevé dans les ganglions lymphatiques à l'aide d'une seringue spéciale; une incision chirurgicale peut être nécessaire pour examiner les organes internes.

La prévention du cancer gastro-intestinal comprend une alimentation équilibrée. Vous devez manger des légumes et des fruits, boire plus de thé vert. Si vous ne voulez pas tomber malade, vous devez abandonner complètement l'alcool et la cigarette..

Étant donné que les symptômes de la maladie aux premiers stades sont subtils, les médecins doivent être plus attentifs à l'oncologie et, en cas de moindre soupçon, envoyer une personne pour un examen approfondi..

En présence de maladies précancéreuses, il est nécessaire de les traiter à temps, puis d'être régulièrement examiné.

Les méthodes de prévention sont efficaces pour toute maladie. Dans le cas du cancer de l'estomac, les recommandations sont simples: mener une vie saine, éviter de fumer et de boire de l'alcool, et avoir des contrôles réguliers avec un oncologue. Les complications après un cancer de l'estomac chez un enfant sont courantes. Les principaux sont:

  1. L'apparition d'un trou sur le site où la tumeur a été retirée. Dans ce cas, le contenu de l'estomac pénètre dans la cavité abdominale, provoquant douleur et inflammation..
  2. Saignement du néoplasme. Typique pour les cas avancés et peut être éliminé par un médecin dans un hôpital.
  3. Sténose. Il apparaît lorsque la tumeur devient volumineuse et occupe la majeure partie de l'estomac. Dans ce cas, la nourriture ne peut pas circuler librement dans les intestins. La seule issue est l'opération.

Après sa guérison, l'enfant devra suivre un régime et éviter les mauvaises habitudes tout au long de sa vie..

ATTENTION! Les informations sur le site sont présentées uniquement à titre informatif! Aucun site ne peut résoudre votre problème par contumace. Nous vous recommandons de consulter un médecin pour obtenir des conseils et un traitement supplémentaires..

Le diagnostic du cancer de l'estomac chez les enfants vous permet de déterminer la nature des dommages et la totalité des symptômes comme le cancer de l'estomac. Elle est réalisée de plusieurs manières:

  • Fluoroscopie (utilisant une radiographie pour identifier une tumeur);
  • Test sanguin (général et biochimique - pour identifier les violations du métabolisme des protéines et l'anémie);
  • Fibrogastroscopie (insertion d'un long tube avec une caméra dans l'estomac, qui permet au médecin d'examiner la membrane muqueuse de l'organe);
  • Biopsie (échantillons) sur les sites suspectés d'avoir un cancer de l'estomac;
  • Dans de rares cas, l'IRM (imagerie par résonance magnétique) ou la tomodensitométrie (tomodensitométrie) sont utilisées.

La précision du diagnostic dépend de l'exactitude de la technique choisie et des qualifications du spécialiste. Une approche intégrée est souvent utilisée (plusieurs méthodes sont utilisées simultanément) pour déterminer le carcinome chez l'enfant.

Les marqueurs tumoraux sont des types de protéines qui apparaissent dans le cancer. Les cellules tumorales produisent des marqueurs tumoraux dans le sang dès que l'enfant est malade, ce processus permet de déterminer rapidement la nature et l'étendue de la maladie.

Les marqueurs tumoraux permettent non seulement de déterminer, mais aussi de contrôler le processus de traitement des maladies carcinomateuses de l'intestin, du pancréas ou de l'œsophage, tandis qu'une application complexe aide à identifier le cancer aux stades les plus précoces, mais un diagnostic plus précis n'est possible qu'avec l'utilisation de méthodes de diagnostic supplémentaires.

Il n'y a pas de prévention efficace et efficace du cancer de l'estomac chez les enfants, car les causes du cancer infantile sont profondes, au niveau génétique et il est impossible de prévenir le développement d'un cancer chez un enfant..

Armez-vous des connaissances et lisez un article informatif utile sur le cancer de l'estomac chez les enfants. Après tout, être parents signifie étudier tout ce qui aidera à maintenir le niveau de santé de la famille à «36,6».

Découvrez ce qui peut causer la maladie, comment la reconnaître en temps opportun. Trouvez des informations sur les signes qui peuvent être utilisés pour identifier la maladie. Et quels tests aideront à identifier la maladie et à poser le bon diagnostic.

Dans cet article, vous lirez tout sur les méthodes de traitement de maladies telles que le cancer de l'estomac chez les enfants. Clarifiez ce que devraient être les premiers soins efficaces. Comment traiter: choisissez des médicaments ou des méthodes alternatives?

Vous apprendrez également quel peut être le danger d'un traitement intempestif de la maladie du cancer de l'estomac chez les enfants et pourquoi il est si important d'en éviter les conséquences. Tout savoir sur la prévention du cancer de l'estomac chez les enfants et la prévention des complications.

Et les parents attentionnés trouveront sur les pages du service des informations complètes sur les symptômes du cancer de l'estomac chez les enfants. Quelle est la différence entre les signes de la maladie chez les enfants à 1, 2 et 3 ans des manifestations de la maladie chez les enfants à 4, 5, 6 et 7 ans? Comment traiter au mieux le cancer de l'estomac chez les enfants?

Protéger la santé de vos proches et être en forme!

  • subir régulièrement un examen prophylactique complet, en particulier pour les personnes à risque;
  • avec une prédisposition familiale, consultez un gastro-entérologue au moins une fois tous les six mois;
  • guérir un ulcère chronique ou une gastrite;
  • essayez de mener une vie saine et active, abandonnez le tabac et l'alcool.

À quelle vitesse il se développe

Des pathologies précancéreuses peuvent exister à l'intérieur de l'estomac et en même temps ne se manifester d'aucune façon pendant de nombreuses années:

  • gastrite atrophique chronique - une maladie dans laquelle un amincissement de la muqueuse gastrique se produit et les processus de multiplication cellulaire sont perturbés avec la formation d'une tumeur;
  • ulcère de l'estomac - une plaie à long terme non cicatrisante dans la paroi de l'estomac;
  • érosion de l'estomac;
  • les polypes de l'estomac sont une tumeur bénigne, mais il existe un risque de transition vers une tumeur maligne;
  • le reflux duodéno-gastrique est un état précancéreux de l'estomac, dans lequel le contenu du duodénum est jeté dans la cavité gastrique, les acides biliaires sont un fort irritant pour la muqueuse gastrique, provoquent la formation d'une tumeur.

Il existe des cas connus où des néoplasmes malins de plus de 10 ans ont été détectés. En raison de la lenteur de la formation et des symptômes peu clairs, le cancer est souvent détecté à des stades tardifs, lorsque même le traitement le plus radical ne peut éliminer que partiellement la douleur. La seule exception est le cas où le développement du cancer a été provoqué par la bactérie Helicobacter pylori - alors le développement du cancer est accéléré plusieurs fois.

Le cancer se développe à partir de cellules tumorales étrangères génétiquement modifiées qui ont la capacité de proliférer et présentent des signes de malignité:

  • croissance rapide - la cellule cancéreuse est capable de se diviser toutes les 30 minutes;
  • germination dans les tissus - une tumeur maligne se développe à travers les tissus sains, les détruisant, tandis qu'une douleur intense survient;
  • métastases - un processus dans lequel les cellules peuvent se détacher de la tumeur primaire, se propager par le sang ou les vaisseaux lymphatiques à d'autres organes (même distants), s'y attacher et donner naissance à une tumeur secondaire;
  • augmentation de la vascularisation - la tumeur sécrète des substances spécifiques qui alimentent les vaisseaux autour de la tumeur - cela augmente le flux sanguin vers la formation, en même temps, il y a une nutrition inadéquate des tissus sains voisins (le symptôme du «vol»);
  • formation de toxines - une tumeur cancéreuse sécrète des poisons qui empoisonnent et conduisent à l'épuisement de tout le corps.

Complications possibles et prévention

La survenue de tumeurs oncologiques du tractus gastro-intestinal s'accompagne souvent de complications, parmi lesquelles les plus probables sont:

  • Saignement d'une tumeur. Il se manifeste par des symptômes de faiblesse soudaine, une perte de conscience, l'apparition de vomissements avec du sang, des selles noires molles. Les options de traitement pour les saignements comprennent la cautérisation des ulcères d'estomac ou la coupe chirurgicale des parois gastriques.
  • Cicatrisation du pylore à la transition vers le duodénum. Symptômes de sténose cicatricielle: obstruction partielle ou complète de la nourriture, faiblesse, nausées et vomissements persistants, éructations fétides, sensation de plénitude dans l'estomac.

Les complications du cancer de l'estomac chez les enfants sont très fréquentes. Et la plupart d'entre eux sont très dangereux et nécessitent une intervention chirurgicale urgente..

  • Perforation de l'estomac. Les tissus endommagés par la tumeur peuvent se disperser pour former un trou. Dans ce cas, l'acide chlorhydrique et le contenu de l'estomac sont déversés dans la cavité abdominale, provoquant une inflammation et une douleur aiguës. Une attention médicale urgente est nécessaire;
  • Saignement d'une tumeur maligne. Il survient à un stade avancé, lorsque les tissus de l'estomac sont affectés sur une grande surface. Les premiers soins sont fournis par des médecins dans un hôpital, une intervention chirurgicale peut être nécessaire;
  • Sténose. Une autre complication qui caractérise le stade avancé de la maladie. Une tumeur envahie bloque une partie de l'estomac, interférant avec le mouvement des aliments à travers l'estomac vers les intestins. Le seul remède est la chirurgie.

Bien que le cancer de l'estomac chez les enfants soit une maladie extrêmement rare, ces cas ont été signalés. Les experts disent qu'avec un diagnostic précoce, si un cancer de l'estomac est détecté chez un enfant à un stade précoce, le pronostic est le plus favorable - il est possible de guérir complètement le cancer. Bien entendu, la résection gastrique laissera une empreinte sur la vie du patient..

Métastases et rechute dans le cancer gastro-intestinal

Les métastases dans le cancer de l'estomac, des intestins ou de l'œsophage se propagent de plusieurs manières:

  1. Implantation (il y a une augmentation du volume de la tumeur et de la germination dans les structures voisines);
  2. Hématogène (les cellules cancéreuses se détachent de la tumeur primaire, pénètrent dans la circulation sanguine et se propagent avec la circulation sanguine à n'importe quelle partie du corps);
  3. Lymphogène (par le système lymphatique).

Les tumeurs métastatiques ont la même forme que le néoplasme primaire. Le mode de leur diffusion dépend de la localisation du processus oncologique. Ainsi, les néoplasmes de l'œsophage se propagent d'abord à travers les vaisseaux lymphatiques, situés dans la couche sous-muqueuse. Ils peuvent être trouvés à 5 et même 10 cm du bord visible de la tumeur.

Les métastases dans le cancer de l'estomac se propagent généralement par voie lymphogène. Tout d'abord, les ganglions lymphatiques situés dans les ligaments de l'estomac sont affectés, puis les ganglions rétropéritonéaux, et à la fin des métastases se produisent vers des organes distants (intestin grêle, pancréas, foie, gros intestin).

Traitez les métastases par chirurgie. Dans ce cas, l'organe affecté peut être retiré. En cas de métastases hépatiques, une transplantation hépatique ou une embolisation de l'artère hépatique est réalisée. Le traitement comprend également de puissants médicaments de chimiothérapie.

Prévoir

Selon l'Organisation mondiale de la santé, de 800 à 900 000 adultes sur la planète meurent chaque année de néoplasmes malins dans l'estomac. Cette maladie occupe le troisième rang en termes de mortalité, juste après le cancer de la peau et du poumon en termes d'incidence du cancer. Il a été scientifiquement révélé que plus souvent la maladie est diagnostiquée chez les hommes de plus de 65 ans, chez les femmes, la catégorie d'âge se situe entre 50 et 55 ans..

Le résultat du traitement et l'espérance de vie dépendent de la qualité du traitement, du type de prévalence de la maladie et de l'âge du patient. Selon le stade, les médecins donnent de telles prédictions:

  • La première étape - après un traitement réussi, 80 personnes sur 100 peuvent vivre pendant les cinq prochaines années.
  • Deuxième étape - seuls 50 à 57% des patients pourront vivre 5 ans.
  • La troisième étape - seulement 36% peuvent être guéris du cancer.
  • Avec une maladie chronique - le pourcentage de vie de cinq ans n'est que de 5%.

Le pronostic de la vie du cancer gastro-intestinal dépend des facteurs suivants:

  • l'emplacement de la tumeur et sa taille;
  • la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques, le foie et d'autres organes;
  • y a-t-il une possibilité d'ablation chirurgicale du néoplasme.

Avec un carcinome de l'œsophage, le taux de survie moyen à 5 ans après un traitement radical complexe est de 56%, avec des tumeurs de l'estomac - 25%, avec un carcinome intestinal - 40-50%.

Ces indicateurs s'expliquent par le fait que la plupart des patients sont admis au stade 3-4. Les étapes 1 et 2 sont rares, mais si vous effectuez une opération de haute qualité pendant cette période, vous pouvez atteindre 80 à 90% de taux de survie à 5 ans et environ 70% à 10 ans.

Un cancer non traité a un mauvais pronostic. Ces personnes vivent au maximum 5 à 8 mois. Les soins palliatifs permettent de vivre plusieurs années, et certains même plus de 5 ans.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, de 800 à 900 000 adultes sur la planète meurent chaque année de néoplasmes malins dans l'estomac. Cette maladie occupe le troisième rang en termes de mortalité, juste après le cancer de la peau et du poumon en termes d'incidence du cancer. Il a été scientifiquement révélé que plus souvent la maladie est diagnostiquée chez les hommes de plus de 65 ans, chez les femmes, la catégorie d'âge se situe dans les années..