Principal
Myome

Métastases pulmonaires

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers de telles études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Dans les tissus des poumons, l'oxygène s'écoule dans le sang et élimine le dioxyde de carbone. Un apport sanguin actif crée d'excellentes conditions pour la multiplication des micro-organismes et des cellules tumorales. Les poumons sont classés deuxième (certaines sources tendent vers la première) en termes de nombre de métastases (tumeurs secondaires). La localisation de la tumeur maligne primaire affecte la fréquence et la nature des métastases. Le processus métastatique isolé dans le tissu pulmonaire représente 6 à 30% des cas. La localisation d'un certain nombre de cellules cancéreuses (dans le sarcome des tissus mous, le cancer du rein, le chorionépithéliome de l'utérus) conduit à la formation de mets distants dans le tissu pulmonaire et représente 60 à 70% de la pratique clinique.

Code CIM-10

Causes des métastases pulmonaires

Les tissus pulmonaires sont pourvus d'un vaste réseau capillaire ramifié. Faisant partie du système vasculaire et participant activement au processus de microcirculation, le système lymphatique transporte la lymphe (à travers les vaisseaux, les ganglions et les collecteurs vers le système veineux) et agit comme un système de drainage, ce qui explique les causes des métastases dans les poumons. La lymphe est le principal canal pour le mouvement des cellules tumorales et l'initiation de la pathologie. Des organes / tissus internes, l'écoulement lymphatique se produit en raison du passage des capillaires dans les vaisseaux lymphatiques, qui forment à leur tour des collecteurs lymphatiques.

Les ganglions lymphatiques, en tant que composants du système immunitaire, jouent un rôle de premier plan dans l'exécution des fonctions protectrices et hématopoïétiques. Circulant constamment à travers les ganglions lymphatiques, la lymphe est enrichie en lymphocytes. Les nœuds eux-mêmes sont une barrière pour tout corps étranger - particules de cellules mortes, toute poussière (domestique ou tabac), cellules tumorales.

Symptômes des métastases pulmonaires

Les métastases pulmonaires sont détectées chez les patients non opérés ou ceux qui ont subi une ablation du foyer tumoral primaire. La formation de mets est souvent le premier signe de maladie. En règle générale, le développement de métastases pulmonaires est asymptomatique. Seul un petit pourcentage de patients (20%) note des manifestations fortes et douloureuses:

  • toux persistante;
  • dyspnée;
  • crachats de crachats ou de sang;
  • une sensation de douleur et de raideur dans la poitrine;
  • une augmentation de la température corporelle jusqu'à 38 C;
  • perte de poids.

La présence d'essoufflement est due à l'implication d'une grande partie du tissu pulmonaire dans le processus pathologique à la suite d'un blocage ou d'une compression de la lumière bronchique, ce qui conduit à une diminution du segment / lobe du tissu pulmonaire.

Si la tumeur recouvre la plèvre, la colonne vertébrale ou les côtes, la douleur survient.

Celles-ci indiquent un processus de grande envergure. Dans la plupart des cas, seul un examen radiologique régulier (après le traitement du foyer primaire du cancer) révèle des mets à un stade précoce, lorsque l'effet thérapeutique maximal est possible. À cet égard, les patients qui ont subi un traitement pour une tumeur maligne doivent subir une fluorographie ou un examen aux rayons X des organes thoraciques au moins deux fois par an..

Toux avec métastases pulmonaires

Semblable aux cas du processus tumoral primaire, la toux avec métastases dans les poumons est le tout premier signe de pathologie et, en pratique clinique, survient dans 80 à 90% des cas.

Malgré le fait que la toux soit un compagnon intégral de toutes les maladies bronchopulmonaires, avec des métastases au tissu pulmonaire, son caractère présente un certain nombre de caractéristiques.

Au début, les patients souffrent d'une toux sèche, larmoyante et atroce. Les crises deviennent plus fréquentes, généralement la nuit. En outre, la toux est transformée en une toux humide, avec une expectoration mucopurulente détachable et inodore. Un mélange de veines sanguines peut être observé dans la décharge. Lorsque la lumière des bronches se rétrécit, les expectorations deviennent purement purulentes. Signes possibles de saignement pulmonaire.

Au début, l'essoufflement est dérangeant pendant l'effort physique, mais devient rapidement un compagnon des activités quotidiennes (par exemple, en montant les escaliers).

Les métastases pulmonaires peuvent envahir la plèvre, exerçant une pression sur les bronches, ce qui intensifiera la toux et provoquera une douleur intense qui empêche le sommeil. Les métastases des ganglions médiastinaux à gauche entraînent un enrouement et une aphonie soudains. La localisation des mets à droite exerce une pression sur la veine cave supérieure, provoquant un gonflement du visage, des membres supérieurs, une sensation de gorge serrée et l'apparition d'un mal de tête lors de la toux.

Cancer du poumon et métastases

Presque tous les patients atteints de néoplasmes malins avancés développent des métastases. Il arrive que le processus de métastase se manifeste souvent au début du développement de la tumeur. Le dépistage des cellules cancéreuses d'une tumeur primitive à des organes distants est une complication dangereuse de l'oncologie.

Le cancer du poumon occupe une place de premier plan dans la propagation directe des cellules malignes au-delà des limites du poumon affecté, ainsi que dans la capacité de métastases précoces et étendues. Ce dernier est dû à la présence d'un grand nombre de vaisseaux sanguins et lymphatiques dans les tissus pulmonaires..

Les autopsies montrent un cancer du poumon et des métastases dans 80 à 100% des cas.

La métastase se produit par des voies lymphogènes, hématogènes, aérogènes et mixtes. Selon la plupart des oncologues, ce dernier est le plus courant.

Les médecins ont convenu que la formation de ce processus oncologique a un certain nombre de modèles:

  • l'influence de l'âge du patient sur le taux de propagation des cellules pathogènes;
  • la fréquence dépend de la structure de la formation de la tumeur.
  • Par exemple, le cancer du poumon à petites cellules indifférencié donne plusieurs mets.

Cancer du poumon et métastases cérébrales

La plus grande élimination des mets (30 à 60%) dans le cerveau est assurée par les néoplasmes malins du tissu pulmonaire, en particulier le cancer de type à petites cellules. Le groupe à risque comprend les patients de plus de 50 ans et le nombre de maladies augmente chaque année. Un tel processus oncologique contribue au développement de troubles mentaux et physiques..

Les lésions cérébrales métastatiques sont causées par:

  • une augmentation de la pression intracrânienne, qui se manifeste par une douleur à la tête de type éclatement, une sensation de nausée et divers troubles de la conscience (étourdissement, coma);
  • crises d'épilepsie;
  • troubles locaux neurologiques - des signes de la maladie apparaissent dans la zone opposée à celle affectée. Par exemple, une métastase du cancer du poumon au cerveau à gauche est détectée par des symptômes (changements de sensibilité, paralysie, troubles de la parole, etc.) sur le corps à droite.

Souvent, les métastases cérébrales indiquent la manifestation d'une oncologie primaire. Ainsi, environ 10% des patients atteints d'oncologie des tissus pulmonaires se tournent vers les médecins pour des troubles neurologiques..

Les symptômes neurologiques peuvent prendre la forme d'un accident vasculaire cérébral à mesure que la maladie progresse.

Il est à noter que tout patient cancéreux présentant des symptômes de maux de tête, des convulsions, des nausées, des troubles de la marche, des pertes de mémoire, une faiblesse des membres doit être examiné par TDM / IRM..

Cancer du poumon et métastases hépatiques

Les tumeurs oncologiques du tissu pulmonaire éliminent les cellules malignes vers le foie, les ganglions lymphatiques, les reins, le cerveau, les structures osseuses et d'autres organes / tissus. Au stade initial, les métastases hépatiques ne se manifestent en aucune façon. Avec le remplacement progressif des cellules hépatiques, les mets réduisent considérablement les capacités fonctionnelles de l'organe, tandis que le foie devient plus dense et acquiert une tubérosité prononcée. Une lésion massive provoque souvent une jaunisse et une intoxication inhérente.

La présence d'une pathologie peut être supposée par les symptômes suivants:

  • sensation de faiblesse, diminution des performances;
  • perte de poids;
  • manque d'appétit, anorexie;
  • sensation de nausée, vomissement, protrusion des varicosités, peau terreuse;
  • gravité, pression de la région du foie, douleur sourde;
  • la présence de température, tachycardie;
  • hypertrophie des veines de l'abdomen, jaunisse, ascite;
  • démangeaisons de la peau;
  • l'apparition de flatulences, de dysfonctionnement intestinal;
  • saignement de type gastro-œsophagien des varices;
  • engorgement des glandes mammaires (phénomène de gynécomastie).

Le foie dans le corps humain remplit la fonction de désintoxication au moyen d'une circulation sanguine intensive (débit par minute - plus d'un litre et demi), ce qui explique la fréquence de développement des mets dans l'organe.

Les dommages à un organe vital excluent l'utilisation d'un traitement chirurgical radical en raison d'une généralisation accrue et d'un affaiblissement rapide du corps (on observe souvent une insuffisance cardio-pulmonaire et respiratoire).

Cancer du poumon et métastases osseuses

En pratique clinique, environ 40% du processus oncologique des structures osseuses se trouve en oncologie primaire du tissu pulmonaire. Sujets à métastases: la colonne vertébrale, les os de la cuisse, la région pelvienne et les épaules, le sternum et les côtes. La nature de la distribution le long de l'axe squelettique est due aux particularités de la localisation de la moelle osseuse rouge. La présence de cellules tumorales dans le lit vasculaire de la moelle osseuse n'est pas une condition suffisante pour l'émergence d'un foyer mets; la connexion de facteurs biologiques est nécessaire. Ceux-ci incluent une expression accrue de la protéine semblable à l'hormone parathyroïdienne (active les processus métaboliques dans les structures osseuses), sécrétée par les cellules tumorales.

Les métastases osseuses sont de types ostéolytiques, ostéoblastiques et mixtes. Le tableau clinique est inhérent à:

  • douleur sévère;
  • déformation des structures osseuses et fractures pathologiques;
  • hypercalcémie (sursaturation du calcium plasmatique).

Dans de rares cas, la formation de mets est asymptomatique. Une douleur intolérable nécessite l'utilisation d'analgésiques narcotiques et un traitement hospitalier.

Le cancer du poumon non à petites cellules et les métastases osseuses sont des critères de mauvais pronostic lorsque la survie moyenne n'est pas supérieure à trois mois.

Cancer du poumon et métastases vertébrales

Les lésions métastatiques de la colonne vertébrale sont appelées tumeurs malignes secondaires, qui surviennent plus souvent que l'oncologie primaire. Parfois, dans un cas sur dix, il n'est pas possible de déterminer la principale source de cancer..

Le cancer du poumon et les métastases rachidiennes surviennent dans 90% de la pratique clinique. De plus, le processus oncologique est de nature multiple, et le chemin de pénétration des cellules cancéreuses - plus souvent avec la circulation sanguine, moins souvent avec la lymphe. Le développement des mets provoque une douleur dans la zone correspondante des vertèbres, exprimée par la présence de douleurs névralgiques, dont l'apparition est associée à une pression sur les racines nerveuses de la moelle épinière.

Souvent, les lésions s'accumulent dans la région lombaire, provoquant des douleurs (comme une sciatique) et même une paralysie des jambes. La douleur augmente progressivement, s'intensifie la nuit. Sans traitement opportun et approprié, la douleur devient insupportable. L'apparition des premiers symptômes de changements neurologiques - radiculopathie ou myélopathie - est la raison pour laquelle une radiographie révèle la destruction des corps et processus vertébraux. Une visualisation plus précise des métastases dans la colonne vertébrale permet la technique de scintigraphie osseuse.

Métastases hépatiques et pulmonaires

Les lésions métastatiques apparaissent souvent aux derniers stades du cancer. La propagation des mets est effectuée au moyen de sang, de lymphe ou d'une méthode mixte. Le plus souvent, les foyers sont localisés dans les tissus pulmonaires, le foie, le cerveau, les os.

Le processus de métastase consiste en une séquence complexe d'actions au cours de laquelle les cellules cancéreuses changent d'emplacement du foyer de l'oncologie, migrent avec le flux sanguin, lymphatique ou par expansion directe dans d'autres tissus. Au départ, la cellule cancéreuse se sépare de la tumeur et provoque une dégradation des protéines, acquérant ainsi la capacité de se déplacer.

Trois modes de mouvement sont connus de la cellule humaine: collectif, mésenchymateux et amibe. Les cellules cancéreuses sont dotées d'une mobilité particulière, vous permettant de passer d'un type de mouvement à un autre.

À un stade précoce, les métastases se développent de manière asymptomatique. Une sensation de lourdeur dans la zone de l'hypochondre droit ne se produit que lorsque le foyer pathologique se développe.

Les cas de cancer du sein métastatique chez certaines patientes provoquent une pathologie progressive des organes vitaux, entraînant la mort, tandis que chez d'autres, une progression lente de la maladie avec de longues périodes de stabilisation (la durée de vie atteint 10 ans). Les métastases hépatiques et pulmonaires sont une cause fréquente de décès chez les patientes atteintes d'un cancer du sein..

Cancer du rein et métastases pulmonaires

Les cancers du rein sont plus fréquents chez les patients de sexe masculin, en raison de la dépendance au tabagisme et du travail dans des industries dangereuses. L'âge moyen des patients est de 40 à 60 ans, bien que récemment, on ait observé une tendance à détecter un cancer du rein chez la jeune génération. Le type de cancer le plus courant est la cellule rénale (plus de 40%), la deuxième place est partagée par les tumeurs du bassinet du rein et de l'uretère (20%), les cas de sarcome ne dépassent pas 10% des cas.

Les facteurs affectant le développement des processus tumoraux dans le rein sont divisés en: hormonal, rayonnement et chimique. Les fumeurs font partie d'un groupe à risque particulier, dans lequel les métastases sont nombreuses et la maladie est plus grave.

Les cellules cancéreuses se propagent par voie hématogène et lymphogène. La tendance de l'oncologie rénale à propager les mets est observée chez la moitié des patients. Dans la plupart des cas cliniques d'insuffisance rénale maligne, des métastases sont détectées dans les poumons, les structures osseuses, le foie et le cerveau, ce qui s'explique par l'interaction existante entre le système veineux rénal et les grands vaisseaux des zones thoracique et abdominale.

Cancer du rein, les métastases aux poumons sont détectées par hémoptysie caractéristique. Le processus tumoral solitaire lors de l'examen aux rayons X peut ressembler à un cancer bronchogène et à la présence de plusieurs mets - un état de pneumonie ou de tuberculose.

Cancer du sein et métastases pulmonaires

Les maladies oncologiques sont classées selon les stades de développement, ce qui permet aux médecins traitants de s'orienter dans le choix du traitement efficace et de juger du pronostic. Avec le cancer du sein au troisième degré, des métastases aux poumons apparaissent, les ganglions lymphatiques sont touchés et la tumeur elle-même peut être de différentes tailles. Cependant, jusqu'à ce que les ganglions lymphatiques se soient développés ensemble en un seul matériau, l'issue de la maladie est considérée comme favorable..

L'oncologie du cancer du sein de stade III comporte deux sous-étapes:

  • un processus invasif avec une formation tumorale ne dépassant pas cinq centimètres. Les ganglions lymphatiques sont hypertrophiés, ont une connexion étroite avec les tissus voisins;
  • le deuxième sous-degré est caractérisé par la germination des cellules tumorales dans les ganglions lymphatiques de la zone mammaire, qui est déterminée par la couleur rougeâtre de la peau.
  • Le cancer du sein et les métastases pulmonaires doivent être suspectés avec les symptômes suivants:
  • un type persistant de toux progressive de type sec ou avec écoulement (mucus, sang);
  • de nombreux patients rapportent un essoufflement;
  • douleur dans la poitrine;
  • diminution de l'appétit et du poids.

Pour la plupart, les mets affectent les parties périphériques du poumon, ce qui explique la complexité de leur identification dans le diagnostic différentiel. La raison des visites tardives des patients est l'absence de manifestations cliniques de métastases en cas de croissance unique et solitaire.

La chimiothérapie et l'hormonothérapie sont utilisées pour les métastases du cancer du sein, mais les cas de guérison complète sont rares. Par conséquent, la tâche principale du traitement est d'éliminer les symptômes et la capacité du patient à mener une vie complète, ce qui est obtenu par un schéma plus toxique..

Métastases pulmonaires multiples

Les métastases pulmonaires sont des nœuds simples ou multiples, de forme arrondie, dont la taille atteint cinq centimètres ou plus.

Les observations sur le développement de la maladie ont conduit à la conclusion que de multiples métastases dans les poumons sont réparties également dans les deux lobes. La rapidité du développement du processus pathologique prouve la malignité des néoplasmes métastatiques. Moins d'un an après la confirmation du diagnostic de la tumeur primaire, les mets chez les patients ont été trouvés dans les ratios suivants:

  • environ 30% sont de type olite;
  • plus de 35% - une seule lésion;
  • 50% des cas sont multiples.

Un phénomène caractéristique des petits foyers, sans germination dans les tissus des bronches et de la plèvre, est que de multiples métastases dans les poumons ne causent aucun inconvénient chez le patient. Faiblesse générale, inconfort sous forme d'essoufflement, fatigue imminente, fièvre survient avec la progression de la maladie.

Dans de rares cas de métastases multiples, on s'installe sur la paroi bronchique. Avec ce cours du processus pathologique, une toux sèche se manifeste, qui se transforme en symptômes d'oncologie primaire bronchogène avec expectorations muqueuses.

Cancer de l'estomac et métastases pulmonaires

Dans la circulation sanguine, des métastases sont observées aux derniers stades du cancer gastrique, à l'exclusion de la veine porte. C'est ainsi que de multiples métastases apparaissent dans les poumons, les structures osseuses, les reins, le cerveau, la rate, la peau.

L'oncologie de l'estomac occupe la deuxième place en termes de fréquence de détection chez les hommes et la troisième parmi la population féminine. Avec l'alvéolite idiopathique, le cancer gastrique et les métastases pulmonaires dues à la voie lymphogène apparaissent dans 70% de la morbidité. Un macro-examen révèle que les cellules tumorales forment des conglomérats dans le lit lymphatique (vaisseaux péribronchiques et sous-pleuraux), qui sont des nodules gris blanchâtre et de minces cordons blanchâtres.

Souvent, plusieurs mets ronds sont petits et se développent lentement. Dans la plupart des cas, on trouve des bilatérales, germant isolément ou dans le contexte de lésions métastatiques des ganglions lymphatiques bronchopulmonaires bifurqués. On trouve souvent un épanchement pleural isolé (unilatéral / bilatéral) ou une lymphangite avec propagation aux ganglions bronchopulmonaires et médiastinaux.

Métastases dans les poumons et la colonne vertébrale

La métastase rachidienne est une rechute après un traitement oncologique primaire, dans laquelle les mets n'ont pas été complètement détruits. Ils progressent activement, affectant les tissus voisins. Les métastases dans la colonne vertébrale peuvent pénétrer à partir des organes voisins.

La formation de métastases dans les poumons et la colonne vertébrale est causée par un apport sanguin actif aux tissus pulmonaires et aux os. Les cellules tumorales avec le flux sanguin pénètrent dans la moelle osseuse et le tissu osseux, activant le travail des cellules ostéoclastes, qui dissolvent la structure osseuse. Le sang est constamment pompé à travers les tissus pulmonaires, ce qui en fait le deuxième endroit disponible (après le foie) pour la croissance des mets.

Selon son tableau clinique, les métastases dans les poumons et la colonne vertébrale ne se révèlent en aucun cas. Les métastases pulmonaires au cours du développement (plus souvent avec les formes avancées) peuvent être détectées par toux, inclusions sanglantes dans les expectorations, état subfébrile, épuisement, difficulté à respirer.

La progression des métastases osseuses se traduit par un syndrome douloureux, des fractures non cicatrisantes, des troubles métaboliques, une hypercalcémie. Le symptôme le plus désagréable et le plus grave - l'hypercalcémie - comprend un ensemble de symptômes: soif, bouche sèche, production d'urine active (polyurie), nausées, vomissements, léthargie, perte de conscience. La défaite de la colonne vertébrale des mets est lourde d'une pression accrue sur la moelle épinière, ainsi que de problèmes neurologiques - changements dans la mobilité des membres, la fonction des os pelviens.

Pour une issue favorable des métastases aux poumons et à la colonne vertébrale, il est important de reconnaître les manifestations pathologiques au début du développement et de prescrire un traitement efficace.

Cancer de l'intestin et métastases pulmonaires

Le cancer intestinal est compris comme une maladie maligne de la membrane muqueuse. L'oncologie se produit dans n'importe quelle zone de l'intestin, mais le plus souvent dans la grande section. Une maladie cancéreuse assez courante affecte les populations masculine et féminine de plus de 45 ans.

Comme de nombreux cancers, le cancer de l'intestin est asymptomatique et les premiers signes de la maladie sont souvent confondus avec la colite. Le principal symptôme du cancer intestinal est la présence de sang dans les selles.

Les manifestations cliniques sont différentes selon le site impliqué dans le processus pathologique et le stade de développement de l'oncologie. Les processus tumoraux à droite sont caractérisés par une diarrhée, un syndrome de douleur abdominale, des inclusions de sang dans les selles, une anémie ferriprive (due à une perte de sang constante). Oncologie à gauche - constipation, ballonnements. Le cancer intestinal doit être suspecté par des manifestations dyspeptiques prolongées (deux semaines ou plus): éructations, nausées, sensation de lourdeur dans l'estomac, diminution de l'appétit, selles irrégulières.

Un symptôme tout aussi important du cancer intestinal est l'aversion pour la viande. Le cancer intestinal et les métastases aux poumons indiquent la progression de la maladie, la transition vers une forme intraitable. Faiblesse, peau pâle, perte de poids, nervosité excessive s'ajoutent aux symptômes généraux..

Cancer de la prostate et métastases pulmonaires

Les Mets affectant les organes vitaux sont considérés comme mortels dans le cancer de la prostate. Et la cause du décès est un diagnostic tardif de la maladie (au troisième ou même quatrième stade).

Le processus de métastase commence à un stade précoce de la maladie, qui implique les ganglions lymphatiques, les structures osseuses, les tissus pulmonaires, les glandes surrénales et le foie. Les symptômes apparaissent lorsque l'oncologie est négligée, lorsque le traitement est difficile voire impossible.

Dans une maladie maligne de la prostate, on note: mictions fréquentes, syndrome douloureux de la zone périnéale, impuretés sanguines dans l'urine et le sperme. Le cancer de la prostate et les métastases aux poumons, en plus de l'ajout de symptômes pulmonaires (toux, crachats avec du sang, douleur thoracique, etc.) aux stades ultérieurs du développement du processus tumoral présentent des signes communs d'intoxication: perte de poids brutale du patient, faiblesse, fatigue rapide, pâleur de la peau avec ombre terreuse. Une métastase dans le cancer de la prostate est détectée avec un gonflement des jambes (zone des pieds, chevilles).

Avoir des problèmes de miction est une raison de consulter un urologue. Les néoplasmes cancéreux de la prostate sont plus susceptibles de survenir chez les hommes plus âgés.

Métastases de sarcome dans les poumons

Le sarcome des tissus mous est un large groupe de tumeurs malignes qui se forment à partir d'un type primitif de mésoderme embryonnaire. Le mésoderme comprend le mésenchyme - le matériau principal pour la formation du tissu conjonctif qui compose les tendons, les ligaments, les muscles, etc..

Un sarcome est caractérisé par une croissance lente et aucune douleur. Le plus souvent, les métastases du sarcome sont détectées dans les tissus pulmonaires, moins souvent dans les ganglions lymphatiques de type régional. Un site commun de localisation du sarcome est les membres inférieurs, la région pelvienne, l'espace rétropéritonéal. En fonction de la taille de la tumeur elle-même, la probabilité de propagation des mets est jugée (plus la lésion est grande, plus la probabilité de métastase est élevée).

Le sarcome externe est une formation sédentaire à croissance rapide, indolore et douce au toucher. La surface de la tumeur est lisse ou bosselée. Les stades ultérieurs sont caractérisés par une teinte cyanosée violacée caractéristique et les veines sont exprimées et dilatées. Interne est détecté lorsque le processus est lancé en pressant les organes environnants avec des foyers.

La voie de pénétration des métastases dans les poumons et d'autres organes internes est hématogène. Les métastases lymphogènes ne représentent que 15% de tous les cas.

Métastases pulmonaires stade 4

Le cancer de stade 4 est un processus pathologique irréversible caractérisé par la pénétration de l'oncologie dans les organes voisins, ainsi que par l'apparition de mets éloignés.

  • progression du cancer avec lésions des structures osseuses, du foie, du pancréas, du cerveau;
  • une tumeur à croissance rapide;
  • tout type de cancer des os;
  • cancer mortel (mélanome, cancer de type pancréatique, etc.).

Le taux de survie à cinq ans depuis le diagnostic de cancer de stade 4 ne dépasse pas 10%. Par exemple, le cancer gastrique de stade 4 et les métastases pulmonaires ont un pronostic favorable avec un taux de survie de 15 à 20%. L'espérance de vie maximale est observée chez les patients présentant des tumeurs de la partie cardinale, en particulier de type épidermoïde. Alors qu'un pronostic positif pour les processus tumoraux intestinaux ne dépasse pas 5%. Le principal problème des patients atteints d'un cancer de la prostate est la dysfonction hépatique et rénale, qui entraîne la mort dans les cinq premières années suivant la confirmation du diagnostic..

À quoi ressemblent les métastases pulmonaires?

Le diagnostic par rayons X vous permet de déterminer à quoi ressemblent les métastases dans les poumons. Selon le tableau clinique, les changements de forme suivants sont distingués:

  • noueux;
  • diffus lymphatique;
  • mixte.

La forme nodulaire comprend les types solitaires (gros nodulaires) ou multiples (focaux). Les foyers de type solitaire sont des nœuds arrondis aux contours clairs, localisés principalement dans la région basale. Ces mets se retrouvent souvent dans le cours asymptomatique du processus du cancer. En termes de caractéristiques de développement et de taux de croissance, les mets solitaires sont similaires à la tumeur d'origine..

Les médecins rencontrent plus souvent la forme focale de métastase que les gros nodules. Chez la plupart des patients, de petites métastases focales dans les poumons sont observées simultanément avec une lymphangite des tissus pulmonaires environnants, par conséquent, des symptômes cliniques (essoufflement, faiblesse générale, toux sans décharge) apparaissent aux premiers stades.

L'évolution diffuse-lymphatique (pseudopneumatique) est caractérisée par des changements dans le motif de traction, qui apparaît sur la radiographie sous forme de sceaux linéaires minces. La progression du processus pathologique conduit à la croissance des ombres focales. Ces patients sont considérés comme les plus sévères.

Les mets de la forme pleurale peuvent initialement être confondus avec la pleurésie exsudative. La radiographie révèle un type de litière grumeleuse, la présence d'un épanchement massif. Les processus pathologiques de la plèvre sont caractérisés par une insuffisance pulmonaire, une détérioration de la santé, une fièvre légère.

Sous la forme mixte, en plus de la défaite des ganglions, une lymphangite et un épanchement de la zone pleurale se produisent. Le processus implique souvent des nœuds médiastinaux. Ces foyers dans les poumons sont appelés pulmonaire-pleural ou pulmonaire-médiastinal.

Métastases pulmonaires aux rayons X

L'examen de la poitrine par radiographie vous permet d'étudier la structure du tissu pulmonaire, d'identifier les évanouissements suspects, les changements de position du sternum, de déterminer la taille des ganglions lymphatiques.

Afin de déterminer l'emplacement et la valeur des mets, deux variantes d'images sont prises - projection antérieure et latérale. Les métastases dans les poumons sur les rayons X sont rondes (comme une pièce de monnaie) assombrissantes de différentes tailles (simples ou multiples), subdivisées en types:

  • nodulaire, y compris les formes à gros nodules (solitaires) et focales (multiples);
  • lymphatique diffus (pseudopneumatique);
  • pleural;
  • mixte.

L'espèce solitaire est caractérisée par des contours bien définis des nœuds affectés situés principalement dans les parties basales du poumon. Dans le même temps, la structure du tissu pulmonaire n'est pas modifiée. La forme focale est plus répandue, associée à une lymphangite des tissus environnants.

Le type diffus-lymphatique est révélé radiographiquement par un motif de traction de minces sceaux linéaires de la zone péribronchique. La prolifération du foyer pathologique transforme les cordes en vagues puis avec des limites claires de l'ombre, situées de manière diffuse le long des champs des poumons.

La forme pleurale des mets dans les poumons à un stade précoce est le plus souvent confondue avec une image de pleurésie exsudative. Dans de rares cas, l'implication de la plèvre dans le foyer pathogène est observée. Sur le radiogramme, un type de strate grumeleuse est perceptible, recouvrant le tissu pulmonaire, ou un épanchement (souvent bilatéral), dont la nature varie du transsudat / exsudat à l'hémorragie prononcée..

La forme mixte est caractérisée par la présence de ganglions dans le tissu pulmonaire avec lymphangite et épanchement pleural.

Où est-ce que ça fait mal?

Formes

Les tumeurs secondaires - métastases pulmonaires (métastases, mets) - sont classées comme suit:

  • par la nature de la lésion - focale ou infiltrante;
  • quantitativement - solitaire (1 pièce), unique (2-3 pièces) ou multiple (plus de 3);
  • par le degré de grossissement - petit ou grand;
  • par emplacement - aller simple / bidirectionnel.

L'apparition et le développement de métastases résultent de la propagation de cellules cancéreuses à partir d'autres organes. Le foyer tumoral contient des millions de cellules affectées qui pénètrent dans le tissu pulmonaire par le flux sanguin ou lymphatique. Toute oncologie est capable de métastaser dans les poumons, le plus souvent de tels processus sont détectés dans les néoplasmes malins:

  • Sein;
  • Vessie;
  • estomac et œsophage;
  • un rein;
  • mélanome cutané;
  • cas de cancer colorectal.

Selon le degré de sensibilité à une méthode particulière de traitement des néoplasmes primaires, les métastases dans les poumons sont divisées en groupes:

  1. efficaces sont la chimiothérapie et l'exposition aux rayonnements (cancer testiculaire / ovarien, lésion trophoblastique, sarcome ostéogénique);
  2. résistant à la chimiothérapie (mélanome, carcinome épidermoïde du col de l'utérus, etc.);
  3. se prêtant aux méthodes conservatrices (tumeurs du tissu pulmonaire, du sein).

Ce qui doit être examiné?

Comment examiner?

Quels tests sont nécessaires?

Qui contacter?

Traitement des métastases pulmonaires

Jusqu'à récemment, la détection d'un foyer secondaire de tumeurs malignes était une phrase pour le patient. Ils ont essayé d'améliorer la qualité de vie de ces patients par un soulagement de la douleur, souvent grâce à l'utilisation de stupéfiants. Dans la pratique médicale moderne, des méthodes d'élimination des métastases dans les poumons sont devenues connues, ce qui, en cas de diagnostic précoce, conduit à un rétablissement complet..

Le choix du traitement est influencé par un certain nombre de facteurs: la localisation et le tableau histologique du foyer tumoral primaire, la nature et l'efficacité de l'effet thérapeutique initial, l'état somatique du patient.

Les tactiques de traitement sont basées sur de nombreuses années d'expérience en oncologie, notamment:

  • La chimiothérapie est la thérapie cellulaire cancéreuse la plus courante, contrôlant la prolifération des mets. Le cours du traitement dépend de la durée de la thérapie précédente et des médicaments utilisés;
  • thérapie hormonale - le facteur décisif sera la sensibilité de la tumeur primaire à cette méthode. L'effet positif maximal est observé dans le cancer du sein / de la prostate;
  • traitement chirurgical - rarement prescrit si les lésions sont bien localisées et résécables. Une condition importante est l'absence de mets dans d'autres organes;
  • radiothérapie - plus souvent pour soulager / soulager les symptômes;
  • radiochirurgie - traitement efficace avec un cyber-couteau;
  • résection au laser - il est conseillé d'utiliser dans les situations où la tumeur est le principal obstacle respiratoire (compression de la trachée et des bronches).

Si la tumeur appuie sur la zone près des bronches principales, une curiethérapie endobronchique est utilisée - administration de capsules radioactives à l'aide d'un bronchoscope.

Traitement du cancer du poumon avec métastases

L'oncologie pulmonaire est une maladie courante, quel que soit le sexe, qui survient deux fois plus souvent chez les hommes que chez les femmes..

Les métastases cérébrales sont fréquentes chez les patients atteints d'un cancer du poumon. Afin d'augmenter l'efficacité de la thérapie, dans ce cas, tout le cerveau est exposé aux radiations et, en présence d'une lésion multifocale, une radiochirurgie stéréotaxique est utilisée. La prochaine étape du schéma thérapeutique standard sera la chimiothérapie. Le refus d'un traitement complet et l'absence de traitement en temps opportun réduisent les chances de survie (la durée de vie dans ce cas varie d'un à plusieurs mois).

Le traitement du cancer du poumon avec métastases hépatiques (en pratique clinique se produit dans 50% des cas) est effectué par des méthodes opérationnelles et complexes, y compris la chimiothérapie.

Le traitement chirurgical du cancer du poumon métastatique est divisé en:

  • radical - toute la structure maligne (foyer principal, ganglions lymphatiques régionaux) est soumise à une élimination;
  • conditionnellement radical - ajouter la radiothérapie et la pharmacothérapie;
  • palliatif - basé sur le maintien de la qualité de vie du patient. Pertinent dans les cas où aucune des méthodes ci-dessus n'a donné de résultat.

Le traitement radical n'est pas appliqué s'il est techniquement impossible d'enlever la tumeur (les organes et tissus voisins sont impliqués), des déviations dans le travail des systèmes respiratoire et cardiovasculaire sont détectées, des maladies des organes décompensés se produisent.

La radiothérapie du cancer du poumon avec métastases est prescrite en raison de sa forme inopérable, en cas de refus du patient de subir une intervention chirurgicale, en cas de contre-indications prononcées à la méthode chirurgicale. Les meilleurs résultats de la radiothérapie sont observés dans les cas de cancers squameux et indifférenciés. Cette forme d'exposition est appropriée pour la thérapie radicale (la tumeur elle-même et les mets régionaux sont irradiés) et la thérapie palliative.

Un type inopérable de cancer métastatique non à petites cellules avec des contre-indications à la radiothérapie est traité par chimiothérapie. Le médecin établit un schéma thérapeutique individuel pour la prise de médicaments (cisplatine, bléomycine, paclitaxel, etc.) en cure de six séances maximum. La chimiothérapie est impuissante pour les métastases aux structures osseuses, au foie et au cerveau.

L'objectif des soins palliatifs est de maintenir la qualité de vie du patient, notamment: effet anesthésique local, soutien psychologique, méthodes de désintoxication et certaines formes de chirurgie (néphrostomie, gastrostomie, etc.).

Les métastases pulmonaires sont-elles traitées??

Les méthodes de chimiothérapie active et d'exposition aux rayonnements sont des moyens indispensables pour prévenir l'apparition / la propagation de foyers cancéreux à un stade précoce. Bien entendu, le traitement du cancer avec métastases comporte certaines complications. La plupart des mets résistent à la chimiothérapie.

Le choix d'une technique thérapeutique est influencé par la taille et la localisation des mets, les caractéristiques de la tumeur primaire, l'âge et la condition physique du patient en général, ainsi que les expositions médicales antérieures..

Les patients cancéreux présentant des métastases pulmonaires n'étaient pas depuis longtemps considérés comme désespérés. Et l'utilisation de la chimiothérapie et des interventions chirurgicales présente plusieurs inconvénients. Ainsi, pendant l'opération, les tissus sains sont endommagés et lorsque des médicaments sont utilisés, les cellules saines meurent avec les cellules cancéreuses. Cependant, les dernières techniques peuvent minimiser les effets secondaires du traitement et augmenter la survie des patients..

Les petites tumeurs du tissu pulmonaire peuvent être traitées par ablation par radiofréquence. L'application réussie de la technique est associée à la capacité de concentrer le rayonnement RF dans le nœud en raison de l'espace aérien entourant les foyers. Une autre technologie relativement nouvelle est le cyberknife, qui irradie les métastases pulmonaires avec suffisamment de précision sans capturer les tissus sains de plus d'un millimètre. Cette précision réduit le risque d'effets indésirables et de fibrose pulmonaire ultérieure.

Les technologies ci-dessus sont présentées pour des mets jusqu'à 5 cm de diamètre. Les patients atteints de tumeurs volumineuses suivent un traitement ciblé pour réduire la taille des lésions.

Comment traiter les métastases pulmonaires?

Une métastase de type solitaire de la région pulmonaire, se développant après une intervention chirurgicale pour un foyer de cancer primaire ou une radiothérapie, est enlevée chirurgicalement, dans laquelle un segment / lobe avec un nœud tumoral est excisé. L'apparition de mets multiples conditionne l'inclusion d'agents contenant des hormones dans l'évolution thérapeutique (cancer du sein / prostate) ou l'utilisation de la chimiothérapie, à condition que les cellules cancéreuses soient sensibles. La radiothérapie est indiquée pour les métastases simples et multiples (sarcome, réticulosarcome).

Le succès du traitement dépend de la détection rapide des mets. Les cancers de stade IV sont les moins susceptibles de répondre au traitement. Ces patients sont considérés comme inopérables et l'effet thérapeutique vise à soulager et à éliminer les principaux symptômes - toux, hémoptysie, essoufflement, syndrome douloureux. Assez souvent, il est nécessaire d'éliminer simultanément ceux en développement, tels que les exacerbations après radiothérapie et chimiothérapie, pneumopathie et pneumonie.

Chimiothérapie des métastases pulmonaires

La chimiothérapie en pratique oncologique est réalisée avant et après la chirurgie. Cette méthode occupe une place importante en cas de tumeur inopérable, lorsque les ganglions lymphatiques du médiastin sont déjà atteints de métastases..

  • non adjuvant - juste avant la chirurgie, pour réduire la taille de la tumeur. Révèle le degré de sensibilité des cellules cancéreuses aux médicaments;
  • adjuvant - après la chirurgie afin de prévenir la récidive sous forme de métastase;
  • thérapeutique - dans le but de réduire les mets.

La chimiothérapie des métastases pulmonaires améliore la qualité et prolonge la vie du patient. La faisabilité du traitement médicamenteux dépend de la structure histologique de la tumeur. Le cancer à petites cellules se prête à la pharmacothérapie et les tumeurs non à petites cellules du tissu pulmonaire sont absolument insensibles aux médicaments.

Le plus grand effet est observé lors de l'utilisation de produits à base de platine. La construction du régime est basée sur: le degré de la maladie, l'efficacité de l'opération, la sensibilité des cellules malignes aux médicaments, l'état général du patient.

Les schémas thérapeutiques les plus courants et les plus efficaces pour les lésions métastatiques des tissus pulmonaires:

  • CMFVР - une combinaison de cinq médicaments: cyclophosphamide - 2 mg / kg (par voie intramusculaire / orale pendant 28 jours), méthotrexate - 0,75 mg / kg (intraveineuse une fois par semaine), 5-fluorouracile - 12 mg / kg (intraveineuse une fois par semaine), vincristine - 0,025 mg / kg (une fois par semaine par voie intraveineuse), prednisone - 0,25-0,75 mg / kg (trois semaines par voie orale, puis une autre semaine pour 10 mg);
  • CMF - cyclophosphamide (100 mg / m2, tous les jours pendant deux semaines), méthotrexate (40 mg / m2 par voie intraveineuse les premier et huitième jours), 5-fluorouracile (600 mg / m2 par voie intraveineuse les premier et huitième jours);
  • AS - adriamycine (40 mg / m2 par voie intraveineuse le premier jour), cyclophosphamide (200 mg / m2 par voie orale / intramusculaire du troisième au sixième jour);
  • FAC - 5-fluorouracile (500 mg / m2 IV les jours 1 et 8), adriamycine (50 mg / m2 IV le jour 1), cyclophosphamide (500 mg / m2 IV le jour 1).

Il est à noter que les cycles sont répétés après trois à quatre semaines..

Remèdes populaires pour les métastases pulmonaires

Les poisons qui détruisent les cellules cancéreuses constituent le pilier du traitement en médecine traditionnelle et traditionnelle. Les composants chimiques et naturels peuvent simultanément avoir un effet néfaste sur les cellules et tissus sains. Pour éviter les conséquences négatives, il n'est pas recommandé d'appliquer plusieurs teintures en parallèle, d'utiliser des produits très concentrés. Chaque remède est pris séparément et la réaction du corps à celle-ci est étroitement surveillée..

Remèdes populaires pour les métastases pulmonaires:

  • plantain (gros, lancéolé) - est un agent prophylactique contre le cancer des tissus pulmonaires et est indispensable pour les métastases. Un puissant restaurateur des défenses de l'organisme, ce qui est important dans le processus de lutte contre le cancer et après la chimiothérapie. Verser les feuilles sèches ou fraîches (1 cuillère à soupe) avec un verre d'eau bouillante, filtrer après deux heures. Boire jusqu'à quatre fois par jour pour une cuillère à soupe (20-30 minutes avant les repas). Broyez les racines de plantain fraîches, prenez 1 cuillère à soupe. dans un verre d'eau, faites bouillir pendant cinq minutes, dans une heure la teinture est prête. Buvez une ou deux cuillères à soupe. cuillères trois fois par jour avec hémoptysie;
  • chélidoine - on utilise des infusions, des décoctions et non du jus fermenté. Supprime efficacement la toux, est utilisé comme immunomodulateur. La plante est toxique, il est important de respecter le dosage! Contre-indiqué pour les épileptiques. L'herbe hachée sèche (1 cuillère à soupe) est insérée pendant une heure dans un demi-litre d'eau bouillante. La composition filtrée est prise jusqu'à quatre fois par jour pour une cuillère à soupe. Ajoutez peut-être des parties égales d'ortie et de calendula;
  • racine de réglisse - activité anti-tumorale associée à la présence de coumarines. Dans un bol en émail 10g. versez 200 ml de racine. eau bouillante, laisser mijoter le bouillon dans un bain de vapeur (sous un couvercle hermétique) pendant environ 20 minutes. Après 40 minutes, filtrer et presser le reste, diluer au volume d'origine avec de l'eau bouillie. Boire 1 cuillère à soupe. décoction pendant au moins dix jours 4-5 fois par jour.

Dexaméthasone pour les métastases pulmonaires

chirurgien-oncologue, mammologue, candidat aux sciences médicales

+7 921 945 33 18

+7 921 945 33 18

Région de Léningrad, district de Vsevolozhsky, village Kuzmolovsky, rue Zaozernaya, 2

Médecin de la troisième génération. Diplômé avec distinction de l'Académie de médecine d'État de Saint-Pétersbourg nommée d'après V.I. I.I. Mechnikov, après quoi il est immédiatement entré en résidence clinique en chirurgie dans la même académie. Pendant ses études en résidence clinique, qu'il a obtenu avec mention en 2000, il a reçu une spécialisation en oncologie (1999). Depuis 1999, la formation est dispensée sur la base du Dispensaire régional d'oncologie de Leningrad (Département d'oncologie générale). De 2000 à 2004, il a fait des études supérieures et en 2004 il a soutenu sa thèse sur le thème "Traitement chirurgical et adjuvant des formes précoces de cancer du sein". J'ai des certificats valides en chirurgie (2015) et en oncologie (2018), chirurgie reconstructive et plastique (2019)

Au Dispensaire Oncologique Régional de Leningrad (adresse légale - Saint-Pétersbourg, Liteiny, 37), je travaille depuis 2002 dans le département des maladies du sein. En 2007, il a été formé en oncologie au MAPO. Depuis 2007, je suis membre à part entière de la SOCIÉTÉ EUROPÉENNE DES MAMMOLOGUES (EUSOMA) et de la SOCIÉTÉ EUROPÉENNE D'ONCOLOGIE MÉDICALE (ESMO).

Depuis 2004, je suis chercheur en chef et coordinateur des essais cliniques internationaux sur le cancer du sein au Dispensaire régional d'oncologie de Leningrad.

J'ai plus de 10 publications, y compris dans la presse centrale étrangère.

Téléphone professionnel 945 33 18

Téléphone mobile +7921945 33 18

Adresse: Zaozernaya st. 2, pos. Kuzmolovsky, district de Vsevolozhsky, région de Leningrad, Russie. 188663.

Voyage

Comment s'y rendre en transports en commun: de la station de métro Devyatkino en minibus n ° 621 ou 627 jusqu'à l'arrêt "dispensaire régional d'oncologie" (à Kuzmolovo). Accessible en train (voir horaires)

Par transport personnel. 1. Départ de la ville par l'avenue Rustaveli (au bout de l'avenue, non loin de l'intersection avec l'avenue Prosvescheniya par Devyatkino et Novodevyatkino et le long de l'autoroute jusqu'au village de Kuzmolovsky. Après la station-service Aero, tourner à gauche. Plus loin le long de la route vers la gare. Avant d'y arriver, tourner à droite. Sur le côté droit après 200 m, vous verrez un bâtiment de trois étages en brique blanche.Vous devez laisser la voiture à la porte et passer par l'entrée centrale de la clinique.

Combien de temps vivent-ils avec des métastases pulmonaires? Combien reste-t-il à vivre? Poumons - qu'est-ce que c'est?

L'organe le plus souvent touché par l'oncologie secondaire est le poumon. Les métastases pulmonaires se classent au deuxième rang des cancers secondaires après le foie. Dans 35% des cas, le cancer primaire se métastase précisément aux structures pulmonaires..

Il existe deux façons de propager des métastases vers les poumons à partir du foyer principal: hématogène (par le sang) et lymphogène (par la lymphe). Cette localisation des métastases met la vie en danger, car elles sont détectées dans la plupart des cas aux derniers stades de l'oncologie..

Causes des métastases pulmonaires

Les lésions cancéreuses contiennent un grand nombre de cellules anormales. En se connectant au sang et à la lymphe, les cellules cancéreuses se propagent aux organes voisins. Là, ils commencent à se diviser activement, formant un foyer secondaire de cancer - les métastases..

Cliniques de premier plan en Israël

Les métastases pulmonaires peuvent se propager à partir de presque tous les cancers.

Le plus souvent trouvé dans des maladies oncologiques primaires telles que:

  • Mélanome de la peau;
  • Tumeur mammaire;
  • Cancer de l'intestin;
  • Cancer de l'estomac;
  • Cancer du foie;
  • Cancer du rein;
  • Tumeur de la vessie.

Nom abrégé des métastases - MTC (MTS - du latin. "Metastasis").

Vidéo - Métastases tumorales

Que peuvent être des métastases dans les poumons?

Des foyers secondaires peuvent survenir dans les poumons gauche et droit. Les métastases pulmonaires sont divisées selon des caractéristiques en groupes tels que:

  1. Unilatéral et bilatéral;
  2. Grand et petit;
  3. Solitaire (unique) et multiple;
  4. Focal et infiltrant;
  5. Métastases nodulaires;
  6. Sous forme de brins de tissu.

Si une oncologie secondaire suspectée SUSP apparaît, un examen doit être effectué.

Symptômes et signes de métastases pulmonaires

Aux premiers stades, les métastases dans les poumons ne se manifestent en aucune façon, la maladie est asymptomatique. Lors de la décomposition, les cellules cancéreuses libèrent des substances toxiques qui empoisonnent le corps. Le patient demande plus souvent de l'aide médicale au dernier stade terminal du cancer.

La présence de foyers secondaires d'oncologie dans les poumons s'accompagne des symptômes suivants:

  • Essoufflement fréquent, apparaissant non seulement pendant l'activité physique, mais également au repos;
  • Toux sèche régulière qui se transforme en toux grasse, qui peut être confondue avec une autre maladie;
  • Expectorations mélangées avec du sang;
  • Douleur thoracique qui ne disparaît pas même avec des analgésiques. Seuls les stupéfiants sont capables de réduire le syndrome douloureux;
  • Gonflement du visage et des membres supérieurs avec localisation d'un foyer secondaire dans le poumon droit, maux de tête.

À quoi ressemblent les métastases pulmonaires?

Les métastases pulmonaires peuvent être identifiées par radiographie. Les foyers secondaires d'oncologie sur les images radiographiques sont présentés sous une forme nodale, mixte et diffuse.

Les métastases nodales se manifestent sous une forme unique ou multiple. Les formations simples ou solitaires ressemblent à des nodules arrondis, ressemblant à l'objectif principal de l'oncologie. Le plus souvent, ils se forment dans le tissu basal..

Si la genèse secondaire est de forme pseudo-pneumatique, elle est affichée sur la radiographie sous la forme de formations linéaires minces.

Lors de métastases à la plèvre, de grandes formations tubéreuses sont visibles sur les images radiographiques, à la suite de la progression de laquelle l'état du patient cancéreux s'aggrave et une insuffisance pulmonaire se développe.

Combien vivent avec des métastases pulmonaires?

L'espérance de vie des métastases pulmonaires dépend de la rapidité avec laquelle le cancer secondaire est détecté.

Si vous identifiez au moins l'un des symptômes ci-dessus, vous devez immédiatement consulter un médecin et être examiné. Dans la pratique médicale, il y a eu des cas de détection de métastases pulmonaires bien avant la détection du foyer tumoral primaire.

La progression d'une tumeur secondaire provoque une intoxication de l'organisme dans son ensemble. Pour identifier la présence de métastases, vous devez savoir comment se manifestent les symptômes de la maladie. Les premiers signes de progression du cancer du poumon secondaire sont:

  • Diminution de l'appétit et, par conséquent, du poids corporel;
  • Malaise général, fatigue et diminution des performances;
  • Augmentation de la température corporelle, devenant chronique;
  • La toux sèche avec métastases devient permanente.

Les signes ci-dessus peuvent indiquer un cancer du poumon primaire. Cette maladie plutôt dangereuse est plus souvent observée chez les fumeurs. Les métastases dans le cancer du poumon à petites cellules se propagent rapidement, se développent rapidement et si elles sont détectées inopinément, le pronostic pour le patient sera triste. Le cancer du poumon primitif est traité par chimiothérapie. Si la procédure est effectuée en temps opportun, il y a une chance de guérir complètement l'oncologie. Mais cette forme de la maladie est généralement détectée dans les derniers stades, lorsqu'il n'est plus possible de la guérir. Prendre des analgésiques puissants peut vivre de quatre mois à un an.

Vous souhaitez obtenir un devis de traitement?

* Uniquement à condition que des données sur la maladie du patient soient reçues, un représentant de la clinique sera en mesure de calculer une estimation précise du traitement.

Il existe des formes de cancer du poumon primitif qui ne progressent pas aussi rapidement que le cancer à petites cellules. Ce sont les cellules squameuses, le carcinome à grandes cellules et l'adénocarcinome. Ces cancers sont traités par chirurgie. Avec une opération opportune, le pronostic de la récupération sera bon. Si des métastases sont allées dans d'autres organes, le patient sera mortel.

Diagnostic des métastases pulmonaires

Pour détecter la présence d'une genèse secondaire dans le poumon, les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  1. Radiographie - examine la structure du tissu pulmonaire, révèle un assombrissement, l'emplacement de la métastase et sa taille. Pour cela, deux photos sont prises - de face et de côté. Sur les images, de multiples métastases apparaissent sous forme de nodules arrondis;
  2. Tomodensitométrie - complète la radiographie. Les tomodensitogrammes montrent les zones où se trouvent les tumeurs métastatiques, quelles sont leurs tailles et leurs formes. La tomodensitométrie révèle des changements secondaires dans les poumons;
  3. Imagerie par résonance magnétique - est attribuée aux personnes qui ont déjà été exposées à des radiations, ainsi qu'aux enfants. Une telle étude permet d'identifier des néoplasmes secondaires dont la taille atteint à peine 0,3 mm.

À quoi ressemblent les métastases pulmonaires? - Vidéo

Méthodes de traitement des foyers secondaires d'oncologie dans les poumons

En médecine moderne, les méthodes suivantes sont utilisées pour traiter les métastases pulmonaires:

  • Intervention chirurgicale - la zone touchée est retirée. Cette méthode de traitement n'est efficace que s'il y a une seule lésion focale, elle est donc rarement utilisée;
  • La chimiothérapie est un complément à d'autres traitements. La durée du cours de chimiothérapie dépend de la méthode principale de traitement et du bien-être du patient. Dans la pratique médicale, la chimiothérapie est utilisée en conjonction avec la radiothérapie. Pour augmenter le taux de leucocytes dans le sang après la procédure, la dexaméthasone est prescrite;
  • Radiothérapie - vous permet de ralentir la croissance active des cellules cancéreuses et de réduire la douleur. L'irradiation est effectuée dans des conditions stationnaires par une méthode à distance;
  • Hormonothérapie - utilisée en présence d'un foyer primaire sensible aux hormones dans la prostate ou le sein. Sert de complément à la thérapie de base;
  • Radiochirurgie - la procédure permet d'utiliser un cyber-couteau (faisceau de rayons) pour éliminer les tumeurs difficiles à atteindre.

L'incapacité du cancer du poumon est officialisée si un lobe est retiré.

Les métastases sont-elles traitées avec des remèdes populaires?

Le traitement de l'oncologie secondaire dans le poumon peut être effectué en utilisant des méthodes alternatives. Le remède populaire le plus courant est la chélidoine. Il est nécessaire de verser une cuillère à soupe d'herbes séchées avec de l'eau bouillante et de laisser dans un thermos pendant environ une heure et demie. Ensuite, filtrez l'infusion et prenez-la deux fois par jour, deux cuillères à soupe avant les repas.

En conclusion, on peut dire qu'il existe différentes formes de cancer du poumon. Il s'agit à la fois d'un cancer primaire et de métastases qui sont passés d'autres foyers. La maladie peut être asymptomatique, ce qui signifie que le patient peut demander de l'aide lorsque le traitement ne donne plus le résultat souhaité.

Le pronostic de survie dépend du stade de la maladie, du type, de la forme et de l'emplacement des tumeurs..