Principal
Ostéome

Cystadénocarcinome pancréatique

a) Terminologie:
1. Abréviations:
• Cystadénome séreux (SCA)
2. Synonymes:
• Tumeur kystique séreuse du pancréas, cystadénome riche en glycogène, adénome microcystique du pancréas
3. Définitions:
• Néoplasme épithélial bénin qui se développe à partir des cellules centroacineuses de la composante exocrine du pancréas et se compose de petits kystes riches en protéines, séparés par des cloisons du tissu conjonctif fibrovasculaire

1. Caractéristiques générales:
• Les principaux signes diagnostiques:
o Formation solitaire en forme d'éponge ou en nid d'abeille avec une cicatrice centrale à partir de laquelle les processus divergent
• Localisation:
o Habituellement dans le corps et la queue, 30% dans la tête de la glande
• Dimensions:
o Les tailles sont variables, en moyenne 4,9 cm
o Le cystadénome séreux géant (> 10 cm) est rare
• Morphologie:
o Formation kystique lobulaire clairement délimitée
o La sous-classification de l'OMS distingue deux types morphologiques:
- Adénomes séreux microcystiques: type nid d'abeille (20 à 40% des cas) ou polykystiques
- Adénome oligocystique séreux / variant macrocystique (2 cm)

2. Échographie du cystadénome séreux du pancréas:
• échographie en noir et blanc:
o Formation hétérogène lobulaire clairement délimitée, créant l'effet d'amplification acoustique arrière
o En règle générale → une image d'une formation échogène solide, due à la superposition de signaux provenant de petits kystes:
- Masse d'aspect solide faiblement échogène (plusieurs signaux se chevauchant de nombreux petits kystes)
- Une masse multicystique avec septa et un composant d'aspect solide:
Zones kystiques anéchoïques, généralement localisées en périphérie
Zone échogène au centre = cicatrice centrale (présente dans 30% des cas); ± calcification
- Variante macrocystique: kyste anéchogène ± septa multiples
o La dilatation du canal cholédoque et du canal pancréatique n'est pas typique
• Doppler couleur:
o Augmentation de la vascularisation des septa

(À gauche) La tomodensitométrie avec amélioration du contraste sur la tomographie axiale montre une formation lobulaire clairement délimitée du pancréas, contenant des grappes de petits kystes, ce qui crée un motif de nids d'abeilles caractéristique du cystadénome séreux.
(À droite) Chez le même patient avec échographie endoscopique, une masse à prédominance échogène est visualisée; ce motif est dû à la superposition de nombreux signaux acoustiques provenant d'innombrables petits kystes et du stroma fibreux qui les sépare. Après résection chirurgicale, le diagnostic de cystadénome séreux du pancréas a été confirmé.

3. Scanner pour le cystadénome séreux du pancréas:
• Forme microcystique: motif classique en nid d'abeille:
o Paroi mince avec septa contrastés bordant de petits kystes:
- Accumulation> 6 kystes; chacun généralement (à gauche) Lors d'une échographie peropératoire de la formation du pancréas sur une coupe échographique transversale, de nombreux petits kystes sont déterminés, séparés par des cloisons linéaires.
(À droite) L'échographie Doppler couleur de la formation pancréatique détermine la zone échogène centrale et les petits kystes situés à la périphérie; le flux sanguin est enregistré dans les cloisons qui les séparent.

c) Diagnostic différentiel du cystadénome séreux du pancréas:

1. Pseudokyste pancréatique:
• La formation kystique la plus courante du pancréas
• Accumulation de sécrétion pancréatique entourée d'une capsule fibreuse
• Une capsule bien définie est définie, contrairement à la paroi non visualisée du cystadénome séreux
• Habituellement à chambre unique; pas de septa, de composant solide ou de calcification centrale
• Pancréatite - présente ou passée

2. Cystadénome mucineux du pancréas:
• Formation kystique multicamérale avec septa internes échogènes
• Peut ne pas être distingué du cystadénome séreux macrocystique sur les études d'imagerie
• Le plus souvent localisé dans la queue du pancréas
• Paroi plus épaisse avec calcifications, qui se caractérisent par une position périphérique
• Le composant solide interne indique une tumeur maligne

3. Tumeur mucineuse papillaire intra-canalaire:
• Tumeur de bas grade qui se développe à partir du canal principal du pancréas ou de sa branche latérale
• Tumeur de la branche latérale du canal pancréatique due à l'expansion de petites branches du canal ressemble à un adénome séreux microcystique
o Grappe de petits kystes comme une grappe de raisin
o Rapporté avec le canal principal du pancréas
o Peut être multiple
• Il peut y avoir une hypertrophie du canal pancréatique

4. Tumeur neuroendocrine kystique:
• Masse solide, non accompagnée d'une expansion des canaux pancréatiques
• Peut contenir des composants kystiques contenant des détritus hémorragiques et résultant d'une dégénérescence ou d'une nécrose centrale
• Avec le cystadénome séreux, les hémorragies sont rares

5. Carcinome du canal pancréatique:
• Par rapport au cystadénome séreux, il est plus fréquent
• Parfois, une nécrose est observée ou, en raison du développement de la fibrose, une image d'une tumeur kystique se forme
• Absence de calcification
• Il y a une expansion du canal pancréatique et / ou du canal cholédoque; entourant par tumeur des vaisseaux ± métastases régionales / distantes

6. Tumeur pseudopapillaire solide:
• Une tumeur rare contenant des composants solides et kystiques, avec une capsule épaisse et des zones de nécrose et d'hémorragie
• Avec le cystadénome séreux, les hémorragies dans le tissu tumoral sont rares
• Se développe généralement chez les jeunes femmes

(Gauche) Sur une coupe échographique transversale de la cavité abdominale dans la queue du pancréas, une formation hyperéchogène hétérogène avec des contours flous est déterminée, qui est la source de signaux acoustiques réfléchis intenses se chevauchant de nombreux petits kystes difficiles à distinguer.
(À droite) La TDM avec contraste sur une tomographie axiale dans le corps et la queue du pancréas montre un grand cystadénome séreux lobulaire avec un faible coefficient d'atténuation, constitué de petits espaces kystiques et contenant une cicatrice centrale dense en forme d'étoile calcinée.

1. Caractéristiques générales:
• Pathologie concomitante:
o Maladie de Hippel-Lindau: de multiples cystadénomes séreux peuvent se développer
• En règle générale, ne devenez pas malin

2. Caractéristiques macroscopiques et chirurgicales:
• Une formation kystique ronde / ovoïde bien définie avec une surface tubéreuse due à des kystes saillants
• Macroscopiquement sur une coupe:
o Structure spongieuse due à la présence de nombreux petits kystes (1-20 mm)
o Le liquide dans les kystes est généralement clair sans caillots muqueux:
- Contenu rarement hémorragique
o Septa minces divergeant de la cicatrice centrale ± calcification dégénérative

3. Microscopie:
• Les kystes sont tapissés de petites cellules épithéliales cubiques avec un cytoplasme transparent et une quantité minimale de mucine:
o Riche en glycogène; aucune atypie cellulaire ou figures mitotiques ne sont notées
• Coloration positive pour l'antigène de la membrane épithéliale et les cytokératines de poids moléculaire élevé et faible
• Septa fibrovasculaires
• Tissu pancréatique adjacent: atrophie intacte ou focale

e) Caractéristiques cliniques:

1. Manifestations de cystadénome séreux du pancréas:
• Plaintes / symptômes les plus courants:
o Ne cause généralement pas de plaintes ou s'accompagne de vagues douleurs abdominales
o Peut être accompagné de nausées, vomissements, perte de poids, masse palpable, jaunisse
o Autres plaintes / symptômes d'organes voisins (estomac, intestins) associés à la présence d'une masse

2. Démographie:
• Âge:
o Les patients des groupes d'âge moyen et âgé (le plus souvent)
o Âge moyen 61,5 ans
• Le sexe:
environ M: W = 1: 4

3. Épidémiologie:
o Les néoplasmes kystiques du pancréas sont rares
o représente 20% de tous les néoplasmes kystiques du pancréas; seulement 1% de tous les néoplasmes pancréatiques

4. Actuel et prévu:
• Évolution clinique - néoplasme bénin à croissance lente:
o Rester stationnaire pendant de nombreuses années, la croissance est très lente (environ 0,12 cm / an), pas de complications
• Dans de rares cas, la tumeur devient agressive et provoque le développement de symptômes (généralement des néoplasmes volumineux localisés dans la tête du pancréas):
o Les tumeurs> 4 cm se développent plus rapidement (environ 2 cm / an)
o Complications potentielles: obstruction du canal cholédoque ou pancréatite obstructive chronique, occlusion intestinale; invasion des structures ou des navires environnants
o Les métastases ou métastases à distance dans les ganglions lymphatiques régionaux sont très rares
• Prévoir:
o Merveilleux: traditionnellement, on pense qu'une tumeur n'a aucun potentiel de malignité
o Cependant, les sous-types de tumeurs localement agressives ou malignes sont rares (0,8%)
o En cas de comportement agressif de la tumeur ou de développement de symptômes après excision chirurgicale complète en l'absence de cellules tumorales dans les bords du macroéchantillon, le pronostic est bon
o Une résection incomplète peut se reproduire

5. Traitement du cystadénome séreux du pancréas:
• Avec une évolution asymptomatique, une tumeur de petite taille et une confiance dans le diagnostic, des tactiques de traitement conservatrices sont possibles:
o Vérifiez tous les 6 à 12 mois jusqu'à ce que la croissance soit stable pendant deux ans
• Avec le développement de symptômes et une tumeur de grande taille → excision chirurgicale complète:
o En l'absence de cellules tumorales aux bords de la macropréparation, des études de contrôle des rayonnements ne sont pas nécessaires

f) Note de diagnostic:
1. Considérez:
• Doit être différencié des autres néoplasmes kystiques du pancréas, tels que les pseudokystes ou les tumeurs kystiques qui peuvent devenir malignes
2. Conseils pour interpréter les images:
• Néoplasme kystique lobulaire clairement délimité, constitué de nombreux petits kystes (1-20 mm), séparés par de minces cloisons richement vascularisées

g) Liste de la littérature utilisée:
1. Mais DY et al: Cette aspiration à l'aiguille fine ou pas? Une approche endosonographe des lésions kystiques pancréatiques. Échographie endosc. 3 (2): 82-90, 2014
2. Dewhurst CE et al: Tumeurs kystiques du pancréas: imagerie et prise en charge. Radiol Clin North Am. 50 (3): 467-86, 2012
3. Kucera JN et al: Lésions kystiques du pancréas: corrélation radiologique-endosonographique. Radiographie. 32 (7): E283-301,2012
4. Choi JY et al: manifestations typiques et atypiques du cystadénome séreux du pancréas: résultats d'imagerie avec corrélation pathologique. AJR Am J Roentgenol. 193 (1): 136-42, 2009

Editeur: Iskander Milevski. Date de publication: 9.11.2019

Qu'est-ce que le cystadénome pancréatique

Le cystadénome, ou kyste pancréatique, est un néoplasme qui a un caractère bénin, mais peut se transformer en tumeur oncologique. A des manifestations non spécifiques. Traitement chirurgical uniquement.

Causes et structure du cystadénome

Il s'agit d'un néoplasme bénin commun qui se développe à partir de l'épithélium tapissant les canaux pancréatiques. Parmi les maladies kystiques de l'organe, le cystadénome est observé chez 15% des patients.

Étant donné que le néoplasme se développe à partir de l'épithélium canalaire du pancréas, il a une paroi monocouche. Formation kystique de forme arrondie, dimensions ne dépassant pas 2 cm.Il y a du liquide à l'intérieur de la cavité.

Les raisons de la formation de cette tumeur kystique bénigne n'ont pas été définitivement déterminées. Il existe plusieurs théories pour expliquer son développement..

  1. Activité enzymatique excessive. L'effet agressif du suc pancréatique sur l'épithélium provoque sa dégénérescence avec la formation d'un kyste pancréatique.
  2. Inflammation chronique du pancréas - pancréatite. La maladie s'accompagne d'un épaississement du suc pancréatique. La stagnation du liquide à l'intérieur des conduits les amène à s'étirer et à former des kystes intraductaux.
  3. Un taux de cholestérol excessif dans le sang entraîne son dépôt sur les parois des vaisseaux sanguins et des conduits à l'intérieur des organes. Le blocage des petits canaux pancréatiques provoque la formation de kystes.

Contribuer à l'apparition de lésions kystiques du pancréas diabète sucré, alcoolisme, prédisposition héréditaire.

Types et formes de cystadénomes

Il existe plusieurs types de formations kystiques qui diffèrent par leur structure histologique - le type de cellules à partir desquelles elles ont commencé à se développer.

  1. Le cystadénome séreux est un néoplasme qui provient de l'épithélium de la surface interne des canaux. C'est une cavité contenant un liquide clair semblable à de l'eau. La cavité peut être divisée par des cloisons en plusieurs sections. Un tel kyste se développe lentement, sa taille ne dépasse pas 8 cm Les cas de sa transformation maligne sont très rares.
  2. Le type mucineux de cystadénome pancréatique est le plus souvent une cavité à plusieurs chambres. Mais il existe également des options à chambre unique. À l'intérieur de la formation kystique se trouve un liquide épais qui ressemble à du mucus. Les parois de la cavité sont épaisses, formées de plusieurs couches de cellules. Il pousse assez rapidement, sa taille atteint 14 cm.Risque élevé de transition vers une tumeur maligne.
  3. Le kyste intraductal papillaire-mucineux est une prolifération d'épithélium sous la forme d'inflorescences de chou-fleur. L'épithélium appartient à la glande, par conséquent, sécrète de la mucine. Cette variété se transforme toujours en cancer..

Le néoplasme peut être localisé sur n'importe quelle partie de l'organe. Emplacement préféré - la tête de l'orgue. Si la tumeur contient une cavité, elle est appelée monocamérale. La structure d'un cystadénome est appelée microcystique si elle est formée de plusieurs cavités qui ne sont pas reliées les unes aux autres.

Symptômes

En raison de sa structure, la tumeur a rarement des manifestations prononcées. Le cystadénome séreux est généralement détecté lors de l'examen de la cavité abdominale pour des raisons complètement différentes. Lorsque la tumeur atteint une taille importante, la personne s'inquiète de la douleur et de la lourdeur dans l'hypochondre gauche.

La formation mucineuse, qui se développe plus rapidement, a des symptômes plus prononcés. Le syndrome de la douleur apparaît plus tôt. Il y a des signes de digestion altérée - nausées, ballonnements, selles dérangées.

La tumeur papillaire est petite, elle ne se manifeste donc pas cliniquement au début. Les symptômes apparaissent lorsque la tumeur devient maligne. Une personne perd l'appétit, le poids corporel est sensiblement réduit. Il y a des douleurs constantes dans l'hypochondre gauche. Les symptômes dyspeptiques sont exprimés - nausées, selles dérangées.

Complications préopératoires

Si le cystadénome du pancréas est situé dans la projection d'autres organes, le pronostic devient défavorable. Un kyste en croissance entraîne les complications suivantes:

  • compression du canal pancréatique principal et développement d'une pancréatite aiguë;
  • compression du duodénum avec formation d'une obstruction intestinale élevée;
  • clampage du canal biliaire provoquant une cholécystite aiguë.

Puisque les kystes trouvent des granules de glycogène dans les cellules épithéliales, cela indique la probabilité de développer un diabète sucré. La complication la plus dangereuse est la dégénérescence d'un kyste en une tumeur maligne..

Diagnostique

Il est impossible de poser un diagnostic sur la base des seules données cliniques, d'autant plus qu'il n'y a souvent pas de symptômes. Pour détecter les kystes, utilisez des méthodes de diagnostic instrumentales:

Pour déterminer si une tumeur est bénigne ou maligne, le tissu stromal de la paroi néoplasique est prélevé pour examen. Cette méthode est appelée histologique. La malignité du néoplasme est indiquée par des marqueurs tumoraux spécifiques trouvés dans le sang..

Traitement

S'il n'y a pas de manifestations de cystadénome pancréatique, la nature bénigne est confirmée, le traitement n'est pas nécessaire. Le patient se voit prescrire un examen échographique annuel pour évaluer la dynamique de la croissance tumorale.

Les indications du traitement sont:

  • complications associées à la compression des organes adjacents par la tumeur;
  • syndrome douloureux sévère;
  • croissance rapide des kystes;
  • malignité.

La seule méthode de traitement est la chirurgie. Les lésions bénignes sont retirées de l'organe par résection.

En cas de suspicion de malignité du processus, le kyste est retiré avec un bord de tissu d'au moins deux centimètres. Si le diagnostic de cancer est confirmé histologiquement, tout le pancréas est prélevé..

Les cystadénomes sont enlevés en chirurgie laparoscopique - par trois ponctions sous contrôle vidéo. Lorsqu'il est nécessaire de retirer tout l'organe, l'accès ouvert est utilisé..

Le cystadénome est une maladie pancréatique bénigne. Il est généralement asymptomatique, ne constitue pas une menace pour la vie. Cependant, il existe un risque de devenir cancéreux. Dans ce cas, un traitement chirurgical urgent est nécessaire..

Cystadénome pancréatique

Le pancréas dans le corps humain remplit une fonction importante de production des enzymes et des hormones nécessaires qui sont responsables du bon fonctionnement des systèmes et des organes internes. Le cystadénome est une tumeur bénigne qui se produit dans les tissus de la glande. Un nœud se forme principalement sur le corps ou la queue de l'organe, mais affecte parfois la tête de la glande. Un certain nombre de facteurs externes et internes peuvent provoquer une maladie. Il est impossible de quitter le cystadénome sans traitement - avec une croissance active, la tumeur commence à appuyer sur les tissus les plus proches et entraîne de graves complications dans le fonctionnement du pancréas.

Caractéristiques de la pathologie

Le cystadénome pancréatique est une formation sous la forme d'un kyste bénin. Code CIM-10 D13.6. Il est diagnostiqué principalement chez les femmes après 25 ans. Le kyste se développe lentement, mais nécessite un traitement urgent. En l'absence de thérapie adéquate, le sceau peut dégénérer en une forme maligne, ce qui aggrave considérablement le bien-être du patient. Code CIM-10 pour la maladie C25 «Tumeur maligne du pancréas».

Le cystadénome est diagnostiqué plus souvent que les autres maladies de type tumoral. L'éducation fait référence aux pathologies APUD issues des cellules correspondantes. L'épithélium du canal canalaire pancréatique est impliqué dans la formation du cystadénome. Les phoques sont généralement de forme ovale ou ronde. Le kyste est recouvert d'une membrane externe dense jusqu'à 15 mm d'épaisseur.

Il peut être formé en une seule version ou représente un certain nombre de nœuds séparés par des cloisons spécifiques. Une seule formation est de grande taille, contrairement à plusieurs nodules.

Variétés de pathologie

En fonction de la composition structurelle et du développement de la maladie, 3 types de cystadénome sont distingués:

  • La forme séreuse est caractéristique des cavités avec présence de liquide séreux, séparées par des cloisons. Les membranes présentes divisent le kyste en plusieurs petites formations. Il pousse lentement, a un caractère bénin, non capable de dégénérer en oncologie. La cause est souvent des troubles génétiques dans la formation de la série chromosomique. Il peut atteindre 7 cm et se développe pendant une longue période sans manifestation de symptômes prononcés. Une maladie est détectée par hasard lors de l'examen d'un autre organe.
  • Le cystadénome mucineux est caractérisé par une structure lobulaire avec un liquide muqueux à l'intérieur de la cavité. La cause du développement de la maladie est considérée comme la pénétration de l'ovaire dans la cavité du pancréas lors de la formation intra-utérine du fœtus. La tumeur se caractérise par une croissance rapide, capable d'atteindre 15 cm. Les cellules du néoplasme ont la capacité de se transformer en une forme maligne - cystadénocarcinome, qui se caractérise par des symptômes de douleur avec présence d'inconfort.
  • La forme papillaire-mucineuse intraductale est formée à partir du canal pancréatique. À l'examen microscopique, des sceaux papillaires de l'épithélium de l'organe, remplis d'une substance épaisse de consistance dense, sont visibles. L'espèce est caractérisée par la capacité de dégénérer en une forme oncologique. Il est souvent déjà diagnostiqué sous une forme maligne.

L'adénocarcinome à cellules acineuses nécessite un traitement urgent pour éviter le développement de complications graves. Pour cela, une pancréatectomie radicale est utilisée, suivie d'un examen histologique du matériel biologique..

Les raisons du développement de la maladie

Les scientifiques continuent d'étudier la maladie à notre époque, car il n'y a toujours pas de données complètes sur la nature de la formation des tumeurs. Les médecins ne disposent pas de données exactes sur la cause de la formation de phoques dans les tissus de la glande. Les facteurs suivants peuvent être à l'origine de la maladie:

  • prédisposition héréditaire;
  • violations de la structure du chromosome;
  • abus de boissons alcoolisées et de nicotine;
  • alimentation déséquilibrée - la prédominance des graisses et des protéines avec des glucides dans le contexte d'un manque de fibres végétales;
  • vivre dans une zone écologiquement défavorable.

Tout facteur peut provoquer le développement d'une tumeur dans les tissus de la glande, c'est pourquoi les médecins conseillent de surveiller attentivement leur propre santé.

Signes de maladie

Le danger de la pathologie réside dans la production de niveaux accrus d'insuline et de sucre par la glande, ce qui entraîne un excès et la formation de maladies concomitantes. La transformation d'une tumeur bénigne en oncologie complique la position du patient par le fait que le processus est accéléré sous l'influence de divers facteurs.

Les symptômes du néoplasme dépendent du stade de développement et du degré de dommage corporel. La forme bénigne de la maladie est caractérisée par les symptômes suivants:

  • la fréquence cardiaque augmente de 100 à 120 battements par minute;
  • épisodes de nausée avant de manger ou après avoir mangé;
  • faiblesse générale prononcée du corps dans un contexte de fatigabilité rapide;
  • les lectures de la pression artérielle atteignent des niveaux dangereux.

Un organe avec le développement d'une induration déjà à un stade ultérieur ajoute les symptômes suivants - spasmes musculaires avec perte de conscience.

Chez de nombreux patients, la maladie évolue dans le contexte d'une absence totale de signes de malaise. Certains peuvent présenter des symptômes d'un processus inflammatoire dans les organes du tube digestif à un stade avancé. Le sceau dans ce cas peut être ressenti avec vos doigts lors de la palpation avec des signes de légère douleur.

Un malaise lors de la formation d'un nœud dans les tissus du pancréas peut présenter les formes suivantes:

  • Le système endocrinien fonctionne avec des troubles graves - faiblesse musculaire, anxiété et problèmes de conscience.
  • Il peut y avoir une douleur dans le haut de l'abdomen, irradiant vers l'épaule ou l'omoplate pendant l'exercice.
  • Pendant le mouvement, il y a une sensation de corps étranger dans le haut de l'abdomen.
  • Attaques de nausées aiguës.
  • Sensations désagréables dans la région péritonéale.
  • Bâillonnement.

La formation d'un cystadénome sur la tête de l'organe se manifeste par des signes d'hépatite C dus à la compression des voies biliaires.

Le nœud kystique peut provoquer le développement d'autres pathologies:

  • processus oncologiques;
  • intoxication biliaire du corps;
  • inflammation du pancréas - pancréatite;
  • troubles du fonctionnement des organes du système endocrinien.

La croissance d'une tumeur à de grands volumes s'accompagne d'une compression des tissus et des organes les plus proches, qui se manifeste par les signes suivants:

  • douleur dans le domaine de la pathologie;
  • augmentation de la formation de gaz;
  • troubles intestinaux - constipation;
  • attaques de nausées accompagnées de vomissements;
  • rétrécissement des vaisseaux sanguins;
  • le développement de l'hépatite C;
  • les écoulements urinaires deviennent plus foncés;
  • excréments de couleur grise ou pas de couleur du tout;
  • pathologie hépatique sévère - échec;
  • maladie du système endocrinien - diabète sucré.

Pour le traitement, une excision radicale du nœud avec capture de tissu sain est souvent utilisée si une tumeur maligne est suspectée. Aux premiers signes d'une formation suspecte dans la région de la glande, vous devez contacter la clinique et subir un examen complet du corps.

Diagnostic de pathologie

Si une maladie est suspectée, le patient est envoyé pour étudier l'éducation étrangère et l'organisme entier pour les troubles internes. Le diagnostic comprend les manipulations suivantes:

  • le médecin procède à un examen physique avec palpation de l'organe malade;
  • examen échographique pour identifier l'emplacement et la forme du kyste;
  • la tomodensitométrie (CT) permet une étude détaillée du joint à l'aide d'un agent de contraste;
  • l'imagerie par résonance magnétique (IRM) fournit des informations étendues sur la pathologie avec une étude couche par couche;
  • le matériel biologique obtenu par ponction est envoyé pour biopsie au laboratoire;
  • une procédure d'angiographie est prescrite;
  • en outre, pour déterminer le type de tumeur, le patient est envoyé pour une fibrogastroduodénoscopie;
  • le sang et l'urine sont examinés pour les indications des principaux éléments.

Après les résultats des tests obtenus, le médecin peut évaluer l'état du patient et déterminer la méthode de traitement.

Traitement de la maladie

Dans un premier temps, les efforts des médecins visent à normaliser les niveaux d'insuline et de sucre dans le sang. Pour cela, des médicaments spéciaux sont utilisés qui aident à réduire la production de glucose avec de l'insuline, ce qui aide à arrêter les nausées accompagnées de vomissements, de faiblesse et d'abaissement de la tension artérielle.

Avec une évolution sévère de la maladie et des signes d'oncologie, une méthode chirurgicale de traitement est utilisée:

  • la résection sectorielle consiste en une excision de la zone malade du pancréas - la tête, la queue ou le corps;
  • l'énucléation ou le pelage du nœud vous permet d'éliminer complètement le kyste;
  • la résection pancréatoduodénale consiste à couper la tête du pancréas avec le duodénum 12;
  • la laparoscopie est utilisée pour enlever un sceau situé dans la queue du pancréas.

Les petits nodules sont enlevés avec un drainage extra-péritonéal. La méthode consiste à insérer un cathéter spécial à travers lequel le contenu du kyste est éliminé. Le drainage interne est caractérisé par l'imposition d'une fistule spécifique dans la cavité entre le kyste et l'estomac, ce qui facilite l'élimination de la substance kystique dans l'estomac.

Récupération et pronostic du traitement

Après le retrait du cystadénome, le patient se voit attribuer une période de rééducation, y compris l'adhésion à un régime strict. Il est interdit au patient de manger des pâtisseries sucrées et du pain blanc, des aliments gras et des épices chaudes..

Des enzymes sont prescrites pour stimuler le fonctionnement normal du système digestif. L'activité physique est exclue pendant 6 mois. Pendant cette période, le patient doit porter une ceinture élastique spéciale. Promenade quotidienne en plein air recommandée.

Le pronostic du traitement du cystadénome chez l'homme est généralement favorable. Lors de la détection précoce de la maladie, la thérapie a lieu avec un minimum de procédures et une récupération rapide du corps après la chirurgie. La rechute est diagnostiquée dans des cas isolés.

Pour éviter le développement de conséquences désagréables, les médecins conseillent de surveiller attentivement leur propre santé. Aux premiers signes de malaise, vous devez consulter un médecin et subir des examens programmés en temps opportun - cela vous permettra d'identifier la maladie au stade initial de la formation..

Traitement du cystadénome pancréatique

Causes d'occurrence

Les cystadénomes font partie des formations tumorales les plus courantes. Ils sont détectés chez 15% des personnes atteintes de tumeurs kystiques. Cette anomalie est formée à partir de l'épithélium des conduits de l'organe affecté. En règle générale, le cystadénome a une forme ronde ou ovale. La capsule fibreuse de la tumeur est assez dense, elle peut atteindre 1,5 cm d'épaisseur. Les cystadénomes peuvent avoir une ou plusieurs cavités.

Les causes immédiates de ces formations ne sont pas entièrement connues. Le stimulus de la progression de la pathologie peut être:

  • prédisposition héréditaire,
  • mauvaises habitudes,
  • processus inflammatoires dans le pancréas,
  • mauvaise nutrition,
  • exposition à des substances toxiques.

Les causes du cystadénocarcinome pancréatique ne sont pas entièrement comprises. Des études cliniques récentes ont révélé que chez un patient sur dix atteint de la maladie considérée, son apparition est associée à une hérédité accablée. En particulier, la pathogenèse du cystadénocarcinome du pancréas est affectée par des syndromes associés à l'hérédité de maladies oncologiques d'autres organes..

Les 90% restants des cas cliniques sont généralement sporadiques. Cependant, il existe plusieurs facteurs de risque dont l'influence peut également être à l'origine de la maladie oncologique à l'étude. Parmi eux:

  • manque de vitamine D3;
  • inflammation chronique du pancréas;
  • diabète sucré de type II;
  • fumeur;
  • obésité;
  • hypodynamie;
  • empoisonnement à l'amiante;
  • infections bactériennes;
  • caractéristiques nutritionnelles;
  • gastrectomie et cholécystectomie.

Selon les dernières statistiques, il a été constaté que le tabagisme double la probabilité de développer un cystadénocarcinome dans l'organe étudié. La probabilité de dommages aux organes dépend directement de la durée de l'usage du tabac.

Le lien entre le diabète sucré II et l'apparition d'un cystadénocarcinome pancréatique est indéniable. Il a été prouvé que cette maladie endocrinienne augmente le risque d'oncologie de 60%. La probabilité augmente en cas d'évolution prolongée (plus de 10 ans) du diabète sucré. Ainsi, chez 1 à 2% des personnes d'âge mûr qui vivent depuis longtemps avec un diagnostic de diabète sucré de type II, une tumeur maligne de l'organe étudié est garantie..

La pancréatite chronique de diverses étiologies, qu'elle soit alcoolique ou causée par une infection, augmente de 20 fois la probabilité de cancer canalaire. Cela est dû à l'accélération du processus de division cellulaire, couplée à un trouble fonctionnel de l'appareil responsable de la restauration des cellules avec un appareil génétique endommagé. Cela conduit à l'émergence de cellules mutantes dans l'épithélium glandulaire de l'organe en question..

À ce jour, les causes fiables du cystadénome pancréatique n'ont pas été entièrement étudiées. La pathologie se développe lors de la dégénérescence de l'épithélium du flux, qui peut être causée par le blocage des voies sécrétoires pancréatiques. En conséquence, l'écoulement du suc pancréatique dans le duodénum est perturbé..

La pancréatite aiguë et chronique sont également des facteurs importants dans la pathogenèse des formations kystiques. L'un des symptômes de la pancréatite, la leucocytose (une augmentation significative du nombre de globules blancs dans le plasma) rend difficile le passage de la sécrétion, l'épaississant. En conséquence, un blocage se produit, entraînant en outre des dommages à sa couverture épithéliale..

En outre, les causes de blocage, conduisant à la dégénérescence de l'épithélium glandulaire, comprennent:

  • hémorragies mineures à la suite de caillots sanguins et de pathologies des vaisseaux locaux;
  • gonflement (manifestation fréquente de pancréatite aiguë et de névralgie associée aux nerfs spinaux thoraciques);
  • taux de cholestérol plasmatique élevé, entraînant l'apparition d'emboles graisseuses obstruant les voies de sécrétion.

Les facteurs de risque pouvant provoquer le développement d'un cystadénome pancréatique comprennent:

  • hérédité aggravée;
  • l'abus d'alcool;
  • Diabète;
  • exposition à des substances toxiques.

N'oubliez pas que la maladie décrite n'est pas dangereuse en soi. Souvent, il est asymptomatique, sans affecter l'état fonctionnel et sans causer de problèmes à la personne. La dégénérescence oncologique constitue une menace sérieuse. Malgré la faible probabilité d'un tel résultat, le diagnostic précoce du cystadénome devient un aspect important de l'examen médical régulier de toute personne prenant soin de sa santé..

Types et formes de cystadénocarcinome pancréatique

Le cystadénome de types mucineux et papillaire est le progéniteur du cystadénocarcinome malin du pancréas.

Initialement, il se produit dans l'un des canaux de l'organe, un grand nombre de cellules mutantes s'accumulent, qui commencent progressivement à remplacer l'épithélium glandulaire sain. Ce processus est appelé néoplasie, caractérisé par une atypie tissulaire et cellulaire..

Cependant, afin de déterminer les anomalies de la structure histologique d'un organe, il est nécessaire de connaître ses caractéristiques à l'état normal..

Ainsi, le pancréas est caractérisé par:

  • le type d'épithélium prédominant est cubique et cylindrique;
  • les cellules sont polaires;
  • les cellules ne sécrètent pas de mucine;
  • les noyaux sont de taille et de forme normales.

Si, au cours de l'examen histologique, la présence d'un épithélium de transition squameux et multicouche stratifié mature est révélée, il existe une métaplasie épidermoïde, un précurseur de l'adénocarcinome.

L'adénocarcinome, localisé dans de nombreux canaux de l'organe, prédomine sur les autres types de cancer du pancréas. D'autres types sont extrêmement rares. Ainsi, lorsqu'ils parlent de cancer du pancréas, dans 95% des cas, c'est l'adénocarcinome qui est visé..

L'adénocarcinome se caractérise par une faible différenciation, ce qui conduit à une croissance agressive de cette tumeur. Le plus souvent, il affecte la tête de l'organe, cependant, en raison de sa croissance rapide chez certains patients, il est impossible de déterminer l'emplacement initial du néoplasme, car souvent l'organe entier est affecté..

L'adénocarcinome est une tumeur solide de structure dense sans limites claires. La formation maligne se détache fortement sur le fond de la glande pancréatique lobulaire. Rarement plus de 4 cm de diamètre.

Il existe plusieurs formes d'adénocarcinome:

  • hautement différencié;
  • modérément différencié;
  • mal différencié.

L'adénocarcinome hautement différencié est caractérisé par de grands canaux situés de manière chaotique. L'épithélium altéré est de forme cuboïde ou cylindrique, monocouche, capable de former des papilles. Les cellules cancéreuses ne prolifèrent pratiquement pas.

Une tumeur moyennement différenciée est caractérisée par des canaux de taille moyenne. Le nombre de divisions cellulaires augmente considérablement. Il y a un dysfonctionnement important de l'organe affecté.

Un néoplasme mal différencié se compose de nombreuses cellules plates ou en forme de fuseau. La sécrétion de mucine est minime. Le tissu tumoral affecte souvent le plexus voisin des vaisseaux sanguins et des nerfs.

Les types et formes de cystadénomes sont isolés en fonction de leurs caractéristiques histologiques:

  • cystadénome séreux du pancréas;
  • mucinonase;
  • papillaire-mucineux.

Les structures considérées peuvent être subdivisées en fonction de la localisation: dans la queue, dans le corps, dans la tête et d'autres parties d'organes. Le cas clinique le plus courant est le cystadénome de la tête pancréatique.

En fonction de la structure morphologique, les microcystes (multi-chambre) et les macrocystes (mono-chambre) sont isolés.

Le type séreux est une cavité avec un liquide transparent qui ressemble à de l'eau en consistance. Des structures histologiques supplémentaires sont présentes dans la cavité - septa et amas de cellules amorphes. À l'intérieur, la cavité est tapissée d'épithélium mutant situé dans une couche. Les cellules épithéliales sont généralement cuboïdes. À l'aide de réactifs histochimiques, les granules de glycogène peuvent être détectés à l'intérieur des cellules épithéliales.

La pathologie ressemble à un nid d'abeille - sa cavité est divisée par de petites cloisons. Il progresse lentement, pendant longtemps il peut ne pas augmenter de taille. Subit extrêmement rarement une tumeur maligne et devient maligne.

La taille, en règle générale, ne dépasse pas 6 à 8 centimètres de diamètre. Un néoplasme est souvent découvert par hasard lors d'un examen échographique des organes abdominaux. Le pronostic du cystadénome du pancréas est très favorable en raison de la faible probabilité de sa malignité et de l'absence de manifestations cliniques prononcées..

Pour le cystadénome mucineux du pancréas, une variété de formes et de variantes de la structure histologique sont caractéristiques. Le plus souvent, la formation pathologique est une grande structure avec une abondance de chambres remplies de mucus à indice de viscosité élevé. Parfois, le contenu est proche du plasma sanguin dans la composition, alors il est appelé hémorragique. La pathologie est caractérisée par une structure à parois épaisses.

La chambre multiple est une condition facultative. Les cas cliniques de détection de structures à cavité unique sont fréquents. Pour un néoplasme mucineux, il existe une hypothèse rationnelle d'occurrence. Dans les premiers stades embryonnaires, une partie de l'anlage ovarien histologique se rompt pendant la mutation et pénètre dans l'anlage pancréatique avec la circulation sanguine.

À l'intérieur, la tumeur considérée est tapissée d'épithélium prismatique. Les cellules épithéliales contiennent de la mucine. Aucun glycogène n'est détecté dans les cellules après coloration.

Cette formation pathologique est caractérisée par une croissance accélérée. On le trouve souvent lors d'une échographie de routine des organes abdominaux. À ce stade, en règle générale, il a une taille de 12 à 14 centimètres de diamètre. Une taille similaire d'un néoplasme provoque souvent des symptômes graves. La tumeur muqueuse est caractérisée par un pourcentage élevé de malignité - le passage d'une forme bénigne à une forme maligne.

Presque toutes les pathologies de type mucineux acquièrent au fil du temps des zones de tissu épithélial caractérisées par un degré élevé de dysplasie. Ces zones deviennent un carcinome. Lorsqu'ils fusionnent, un cystadénocarcinome se forme..

La paroi externe du kyste mucineux est calcifiée à 30% et est capable d'accumuler des agents de contraste. La cavité kystique est imprégnée de vaisseaux sanguins.

Le type papillaire-mucineux est caractérisé par une position intraductale. Difficile à diagnostiquer. En règle générale, il est localisé dans la tête ou dans le processus non terminé de l'organe. Tissu-progéniteur du kyste papillaire-mucineux: épithélium prismatique des voies sécrétoires latérales et principales. Ce tissu est capable de produire une sécrétion muqueuse - mucine.

Un kyste est une croissance papillaire de tissu qui sécrète une grande quantité de mucine. À cet égard, les passages affectés sont sujets à une constriction. Ce kyste, en règle générale, n'affecte qu'une seule partie de l'organe - un canal particulier. Le néoplasme kystique papillaire-mucineux est toujours malin.

La partie principale des tumeurs sont des formations inactives de forme ronde ou ovale avec une surface lisse ou inégale. Localisé dans la queue, le corps du pancréas. Moins fréquemment trouvé dans la tête de l'organe. Les kystes sont enfermés dans une capsule fibreuse dense avec des parois de 0,3 à 1,5 mm d'épaisseur. Les cavités internes sont remplies d'un liquide aqueux ou muqueux. Par le nombre de cavités, les formations kystiques se distinguent:

  • tumeurs microcystiques formées de nombreuses petites cavités séparées par des cloisons,
  • tumeurs macrocystiques - se composent d'une grande cavité sans septa.

Selon la classification internationale des maladies, basée sur des données histologiques, 3 types de cystadénomes bénins sont distingués:

  1. Séreux - se compose de plusieurs cavités, séparées par des septa et remplies de liquide séreux clair, se développe lentement.
  2. Mucineux est une tumeur multicamérale à paroi épaisse avec un contenu muqueux ou hémorragique. Les tailles augmentent rapidement. Peut se développer en une tumeur maligne appelée cystadénocarcinome pancréatique.
  3. Le kyste intraductal papillaire-mucineux est un type rare de tumeur qui se développe à partir des canaux principaux ou latéraux du pancréas. Rempli de mucus épais et visqueux. D'une tumeur bénigne, il peut se transformer en néoplasme malin.

Types et forme de cystadénomes

Il existe 3 principaux types de cystadénomes dans le pancréas:

  • séreux,
  • mucineux,
  • intra-canalaire papillaire-mucineux.

Séreux

Formation avec plusieurs cavités, qui sont séparées par des cloisons. À l'intérieur, chaque tumeur est remplie de liquide séreux. On pense que l'impulsion pour le développement de ce kyste est une mutation chromosomique.

Le cystadénome séreux est caractérisé par une croissance lente. Elle n'est pas sujette à la dégénérescence en une tumeur maligne. Pendant longtemps, la formation ne se manifeste d'aucune manière et peut être détectée complètement par accident lors de l'examen du pancréas. Il est important de le différencier d'un pseudokyste du pancréas..

Mucineux

Une tumeur multicamérale avec des parois épaisses, à l'intérieur de laquelle se trouve un liquide muqueux ou hémorragique. Ce cystadénome se caractérise par une progression rapide, il existe un risque élevé de malignité. Parfois, la taille de la formation atteint 15 cm.

Il existe une hypothèse selon laquelle le cystadénome mucineux dans le pancréas est formé à partir de tissu ovarien, qui a pénétré d'une manière ou d'une autre dans la glande pendant la période embryonnaire..

Une forme rare de cystadénome est une formation papillaire épithéliale, à l'intérieur de laquelle une masse muqueuse épaisse (mucine) est contenue. Ces tumeurs ont tendance à dégénérer en tumeurs malignes et sont difficiles à diagnostiquer à un stade précoce de développement. Selon les statistiques, plus de 5 à 20% des patients atteints de cystadénome papillaire-mucineux intraductal ont déjà un caractère malin.

Les symptômes de la maladie

Les symptômes du cystadénome dépendent du type de formation kystique. En cas de pathologie séreuse, le tableau clinique est flou, les premiers symptômes ne sont pas spécifiques. Le plus souvent, la seule manifestation de la présence d'une formation pathologique dans la glande pancréatique est une douleur de nature chronique dans la région épigastrique de l'abdomen..

Dans le cas d'un kyste mucineux plus agressif, les manifestations sont plus claires. Un syndrome douloureux est également observé, caractérisé par une évolution constante et une gravité légère, dans l'abdomen, les patients notent une gêne. Si la formation pathologique se développe trop, une obstruction ou une compression du canal cholédoque, du duodénum et du canal principal est possible.

Quel que soit le type de tumeur, chez certains patients, la maladie se présente sous une forme latente sans manifestations prononcées. Le néoplasme est souvent bien palpable à travers la paroi abdominale. Le diagnostic différentiel est compliqué par le fait que le premier symptôme - le syndrome douloureux - n'est pas spécifique. Des manifestations similaires sont caractéristiques de l'inflammation de tout organe situé dans la cavité abdominale..

L'effet du cystadénome pancréatique sur la grossesse est minime. La maladie n'est pas caractérisée par des symptômes aigus. Avec une petite taille de kyste, la chirurgie sous anesthésie générale n'est pas nécessaire, ce qui élimine les risques d'exposition à des substances pharmacologiques toxiques sur le fœtus. En cas de tumeur maligne du néoplasme afin de débuter la chimiothérapie le plus rapidement possible, la femme au premier trimestre se verra proposer d'interrompre la grossesse.

Le danger de symptômes de cystadénome est détecté lors de l'obturation et de la compression des organes adjacents.

Dans ce cas, une intervention chirurgicale précoce peut être nécessaire pour éliminer les effets du kyste sur les organes adjacents:

  1. Lorsque le duodénum est comprimé, une occlusion intestinale se développe.
  2. Lorsque les voies biliaires sont comprimées, une jaunisse obstructive se développe.
  3. La compression du passage sécrétoire principal perturbe le fonctionnement de l'organe étudié.

L'obstruction intestinale est une affection aiguë caractérisée par un syndrome douloureux sévère survenant dans les paroxysmes. Le patient présente une distension abdominale unilatérale. Il souffre de constipation, de gaz, de vomissements et de nausées. S'il y a un impact sur l'intestin proximal, une sténose peut survenir.

La jaunisse obstructive s'accompagne d'autres manifestations: douleur dans l'hypochondre droit, démangeaisons cutanées. En raison d'une violation du métabolisme des pigments, l'urine devient plus foncée et les matières fécales, au contraire, deviennent incolores.

La formation kystique, comprimant le principal passage sécrétoire pancréatique, peut provoquer une dyspepsie et contribuer au développement du diabète sucré.

Les symptômes du cystadénocarcinome pancréatique sont classiquement divisés en deux catégories.

L'apparition des symptômes de la première catégorie est due à la lésion primaire. La tumeur affecte les structures anatomiques adjacentes, les métastases remplissent les ganglions lymphatiques régionaux et les organes distants.

En conséquence, un certain nombre de symptômes apparaissent:

  • douleur à la ceinture;
  • ascite;
  • hypertrophie du foie;
  • une forte diminution du poids corporel;
  • syndrome de fatigue chronique;
  • complexe de symptômes typique du diabète sucré et de l'anémie.

La gravité des conditions considérées est directement proportionnelle à la taille de la tumeur. Cependant, leurs manifestations sont très non spécifiques et ne permettent pas de différencier précisément la maladie, ils sont donc appelés symptômes précoces..

Les symptômes du cystadénocarcinome pancréatique, classés dans la deuxième catégorie, sont dus à l'influence du néoplasme et de ses foyers secondaires sur les organes voisins:

  • voies biliaires;
  • les canaux pancréatiques réels;
  • duodénum.

Ces manifestations peuvent également inclure un syndrome douloureux, une jaunisse obstructive, une augmentation de la taille de la vésicule biliaire due au rétrécissement de son canal, une inflammation de la vésicule biliaire, une insuffisance hépatique et une indigestion. En outre, un symptôme très désagréable sera une obstruction intestinale, localisée dans le duodénum..

La douleur est l'un des premiers symptômes. La douleur n'a pas de localisation spécifique et de caractère strictement, elle peut être donnée à d'autres organes et parties du corps, ou elle peut être strictement limitée à la zone d'origine. La principale régularité de cette manifestation de la pathologie est que la douleur précède le développement d'une insuffisance hépatique..

Diverses manifestations de la dyspepsie sont causées par des spasmes du muscle lisse des canaux et des gros vaisseaux alimentant les organes du tractus gastro-intestinal. En outre, les troubles digestifs sont causés par une insuffisance enzymatique, résultant de l'effet de la tumeur sur le travail de la glande pancréatique et du foie, en particulier un manque de bile dans le duodénum dû au rétrécissement du canal biliaire.

Une perte de poids brutale chez les patients est une manifestation extrêmement caractéristique de la pathologie étudiée, causée par la dyspepsie. Conduisent également à une perte de poids: anorexie, peur de la douleur en mangeant, inflammation infectieuse des voies biliaires. Une perte de poids particulièrement notable est notée avec des vomissements de toute origine (fonctionnelle ou organique).

Le cystadénome ne présente aucun signe clinique spécifique. De plus, chez un patient sur dix, cette maladie est asymptomatique. Dans d'autres cas, des symptômes généraux peuvent être présents, parmi lesquels:

  • Douleur épigastrique modérée et intermittente.
  • Estomac lourd et inconfortable.
  • Malaise général.
  • Troubles dyspeptiques (nausées, vomissements, manque d'appétit).
  • Sensation d'un objet étranger dans la partie supérieure de l'abdomen.

En plus du tableau clinique effacé, le cystadénome ne se manifeste pas toujours en laboratoire. Les analyses biochimiques et cliniques générales se situent souvent dans la plage normale, ce qui complique également le diagnostic précoce de la maladie.

Les symptômes du cystadénome pancréatique sont plutôt maigres. Extérieurement, les malades ressemblent à des gens ordinaires en bonne santé. Dans 10% des cas, la maladie est asymptomatique. Dans le reste, les symptômes cliniques sont similaires à de nombreuses maladies inflammatoires des organes abdominaux. La plupart des tumeurs sont bien palpables. La douleur est légère ou modérée, avec une palpation profonde parfois sévère. La plupart des patients présentent les plaintes suivantes:

  • douleur abdominale haute. La nature de la douleur est modérée, intermittente. Une douleur intense est rare,
  • inconfort dans la région épigastrique,
  • sensation de corps étranger dans le haut de l'abdomen,
  • augmentation de la douleur après un effort physique, en se tournant de l'autre côté,
  • inconfort en position couchée sur le dos, en marchant.

Les analyses cliniques et biochimiques chez presque tous les patients sont dans les limites normales. Les kystes dans la plupart des cas sont localisés dans la queue et le corps de la glande.

Les manifestations cliniques du cystadénome pancréatique dépendent du stade du processus pathologique. Au début de son développement, la maladie peut ne se manifester d'aucune façon. Dans 10% des cas, la maladie est asymptomatique. Extérieurement, les patients ressemblent à des personnes en bonne santé. L'apparition de signes de cystadénome est similaire aux maladies des organes péritonéaux.

Les symptômes d'une tumeur du pancréas peuvent être:

  • la faiblesse,
  • les pics de tension artérielle,
  • douleur dans le haut de l'abdomen qui s'aggrave avec l'exercice,
  • la nausée,
  • vomissement,
  • trouble du rythme cardiaque,
  • dans les cas graves, perte de conscience.

La compression par une tumeur du duodénum peut provoquer des symptômes supplémentaires:

  • ballonnements,
  • constipation,
  • urine foncée,
  • décoloration des matières fécales,
  • sténose.

Si elle n'est pas traitée, la poursuite de la croissance du cystadénome peut entraîner le développement de complications dangereuses:

  • intoxication biliaire,
  • Diabète,
  • pancréatite,
  • insuffisance hépatique,
  • renaissance dans le cancer.

Sur une note! Si le cystadénome est localisé dans la tête du pancréas, une compression du canal biliaire peut survenir, ce qui provoque des signes de jaunisse.

Stades du cystadénocarcinome pancréatique

La détermination du stade du cystadénocarcinome pancréatique lors de l'examen histologique d'une partie de la tumeur permet de prédire l'évolution de la maladie et de choisir le schéma thérapeutique approprié.

Le stade zéro du cystadénocarcinome de la glande correspond au début de la transformation maligne du cystadénome bénin. À ce stade, le néoplasme est complètement non invasif..

Au stade 1, une formation tumorale à part entière se produit, cependant, les organes voisins ne sont pas impliqués dans le processus oncologique. Cette période est caractérisée par l'absence totale de métastases..

Au stade 2, une croissance tumorale active se produit. Le processus de métastase commence, les métastases affectent tout d'abord les ganglions lymphatiques voisins.

Étape 3 - l'apogée de l'activité cancéreuse. La tumeur se développe de manière agressive dans les structures voisines, prenant du poids. La plupart des ganglions lymphatiques régionaux sont remplis de métastases. C'est leur présence qui détermine l'apparition fréquente de rechutes au cours du traitement débuté à ce stade du processus malin..

Le stade 4 est caractérisé par la présence de métastases à distance. Le néoplasme atteint sa taille maximale. La prévalence des métastases et la gravité des symptômes laissent peu de chances d'apparition d'une rémission stable dans le diagnostic du cancer au stade terminal.

Diagnostique

Pour identifier la présence de formations tumorales dans le pancréas, des méthodes de diagnostic innovantes sont le plus souvent utilisées:

  • Échographie de la glande,
  • Tomodensitométrie,
  • angiographie,
  • biopsie avec histologie ultérieure du matériel,
  • test sanguin enzymatique,
  • analyse d'urine générale,
  • détermination des niveaux hormonaux.

En plus des études de laboratoire et instrumentales, le médecin effectue une enquête et un examen du patient, écoute les plaintes pour recueillir une anamnèse complète de la maladie.

De plus, il est recommandé d'examiner l'état du duodénum (pancréaticocholangiographie rétrograde endoscopique).

Le résultat du traitement du cystadénome pancréatique dépend en grande partie du diagnostic opportun. En raison de l'introduction dans la pratique de méthodes de recherche peu invasives hautement informatives, la maladie a été étudiée de manière plus approfondie au cours des 20 dernières années. Des méthodes de traitement efficace ont été développées. Les patients subissent:

  • radiographie abdominale,
  • CT - tomodensitométrie,
  • Échographie - examen échographique,
  • IRM - Imagerie par résonance magnétique,
  • fibrogastroduodénoscopie avec RPHG - une méthode visuelle d'examen des canaux pancréatiques avec un endoscope,
  • biopsie avec examen histologique.

Dans le diagnostic du cystadénome, l'échographie, la tomodensitométrie et l'IRM jouent un rôle majeur. Le diagnostic différentiel est réalisé avec de faux kystes par ponction avec une collection de matériel biologique. Le matériel biologique est soumis à une analyse histologique et la composition cellulaire est révélée. Un test est également effectué pour l'activité enzymatique, en particulier pour l'interaction des cellules tumorales avec l'amylase.

L'étude du parenchyme sain est également d'une certaine importance. Par son état, vous pouvez vous assurer que le néoplasme est bénin. Sinon, une sclérose, une atrophie, une calcification seront observées dans les tissus de l'organe..

Pour le cystadénome mucineux du pancréas, la différenciation avec l'oncologie est importante. Ils peuvent être distingués à l'aide de l'échographie et de la tomodensitométrie, sur lesquels, dans un processus malin, il est possible de détecter une croissance endophytique d'une structure oncologique, une augmentation des ganglions lymphatiques régionaux, ainsi que des lésions secondaires. Un test sanguin biochimique peut compléter l'image, qui détermine la présence de marqueurs tumoraux dans le plasma.

La pancréatocholangiographie guidée par IRM est capable d'évaluer la relation de la formation kystique avec le canal principal. Les kystes de types séreux et mucineux n'ont aucun lien avec cette formation anatomique. Le kyste papillaire-mucineux intra-canalaire rétrécit considérablement la lumière du cours.

La détection du cystadénocarcinome du pancréas est la tâche du médecin traitant, qui doit, par des symptômes caractéristiques, suspecter la présence d'une tumeur maligne et orienter le patient vers un oncologue.

Un diagnostic plus poussé du cystadénocarcinome pancréatique comprendra les activités suivantes:

  1. Détermination de la localisation tumorale. Pour cela, un examen échographique de l'organe est utilisé..
  2. Biopsie avec ponction à l'aiguille fine.
  3. Examen histologique du matériel biologique.
  4. Confirmation de la malignité du néoplasme.

Sur l'échographie elle-même, il ne sera pas possible d'identifier les signes de cystadénocarcinome du pancréas. Cette étude vous permet de détecter uniquement la tumeur elle-même. Un diagnostic différentiel avec un cystadénome bénin peut être effectué après un examen pathologique.

Les lésions secondaires sont identifiées par IRM et TDM.

Traitement du cystadénome pancréatique

Le type de tumeur séreuse est considéré comme le plus favorable en termes d'évolution, par conséquent, il ne nécessite pas toujours de mesures thérapeutiques. Le patient subit des examens médicaux réguliers et si aucune progression n'est notée, aucune intervention n'est effectuée. Le type de tumeur mucineuse et papillaire-mucineuse est généralement éliminé, car dans de tels cas, il existe un risque de dégénérescence en un processus malin.

Le seul traitement efficace du cystadénome pancréatique est la chirurgie. La portée de l'opération peut inclure l'ablation (énucléation) de la tumeur, la résection de la tête, de la queue ou d'une partie du corps du pancréas, la résection pancréatoduodénale. Si, selon les résultats de la biopsie, il s'avère que le processus s'est déjà transformé en cancer, le patient reçoit un traitement approprié.

Les experts recommandent de commencer un traitement par cystaden avec stabilisation des niveaux d'insuline. Cela améliorera l'état général du patient, normalisera la pression artérielle et éliminera les nausées..

La progression du processus tumoral et la présence de symptômes prononcés nécessitent une intervention chirurgicale.

Les spécialistes utilisent plusieurs méthodes d'intervention chirurgicale pour les tumeurs pancréatiques:

  • excision de résection partielle d'un organe atteint d'un kyste,
  • énucléation (éclosion) élimination complète du cystadénome,
  • résection pancréatoduodénale excision de la tête du pancréas avec le duodénum 12,
  • laparoscopie opération mini-invasive, qui est réalisée en présence de petites formations dans la queue du pancréas.

Le traitement du cystadénome est opératoire. Les petits kystes séreux qui ne violent pas la fonction de l'organe ne sont pas immédiatement éliminés, ils sont observés en dynamique. En fonction du lieu de localisation des formations kystiques, les types de traitement chirurgical suivants sont effectués:

  • énucléation (exfoliation) du kyste - ablation complète de la tumeur,
  • résection (ablation) de la tête du pancréas,
  • résection distale de la tumeur - ablation de la queue et de la partie du corps du pancréas,
  • résection pancréatoduodénale - une opération radicale pour enlever la tête du pancréas en conjonction avec la région pancréatoduodénale.

Une opération radicale du cystodénome pancréatique n'est pas toujours possible. Lorsqu'une tumeur inopérable est détectée ou pour soulager l'état général du patient, un drainage transpéritonéal externe ou extrapéritonéal est réalisé. Un cathéter est inséré dans la cavité du kyste, à travers laquelle le contenu du kyste est déchargé à l'extérieur et peut être aspiré.

Si la tumeur est infectée, elle est traitée avec un drain extra-péritonéal. Dans la pratique chirurgicale, le drainage interne est parfois utilisé. L'essence de l'opération est qu'une anastomose est appliquée entre le kyste, l'estomac ou l'anse intestinale. À travers elle, il y a une sortie du contenu de la tumeur, respectivement, dans l'intestin ou l'estomac.

Le pronostic immédiat et à long terme du traitement chirurgical des tumeurs bénignes est favorable. Sur 10 patients opérés, 9 ont une guérison complète. Les rechutes et complications postopératoires sont rares.

Le traitement du cystadénocarcinome du pancréas implique traditionnellement une intervention chirurgicale pour retirer ou réséquer l'organe. Parfois, une partie du duodénum est enlevée avec la glande elle-même..

Le traitement chirurgical est reconnu comme le plus efficace pour ce type de maladie. Cependant, pour obtenir une efficacité maximale, la chirurgie doit être pratiquée avant le début du processus métastatique..

Les autres traitements du cystadéocarcinome du pancréas comprennent:

  • chimiothérapie;
  • radiothérapie;
  • radiochirurgie.

Le traitement du cystadénome du pancréas dépend également du type de maladie. Le type séreux le plus passif avec une évolution latente et sans tendance à augmenter de taille n'est pas dangereux. L'opération peut souvent être remplacée par une surveillance annuelle de l'état de l'organe à l'aide de méthodes de diagnostic instrumentales.

Avec un tissu mutant envahi (plus de 6 centimètres de diamètre) et des symptômes graves, un traitement chirurgical est indiqué - l'élimination. L'énucléation est préférée. Avec la localisation de la queue, une résection partielle est autorisée tout en conservant un plus grand volume du parenchyme. Le drainage n'est pas effectué.

Dans le traitement du cystadénome pancréatique de type mucineux, les tactiques d'intervention chirurgicale agressive sont utilisées. Cela est dû à la forte probabilité de malignité. L'opération est une élimination complète du tissu mutant suivie d'une résection de la zone touchée.

Dans le cas d'un kyste papillaire-mucineux intra-canalaire, la tactique de traitement la plus agressive est applicable - l'ablation de tous les tissus organiques. Ces mesures drastiques sont dues à la probabilité de 100% d'une transition maligne.

Mesures préventives

Pour vous protéger autant que possible du développement de formations tumorales dans le pancréas, vous devez:

  • adhérer à une alimentation équilibrée: manger 5 à 6 fois par jour, limiter les aliments gras, frits, épicés, les glucides rapides,
  • identifier et traiter en temps opportun les processus inflammatoires des organes abdominaux,
  • refuser de mauvaises habitudes,
  • prendre les médicaments prescrits par un médecin conformément aux instructions,
  • s'en tenir à une activité physique modérée,
  • éviter les situations stressantes.

Le cystadénome pancréatique est une formation bénigne qui ne constitue pas une menace immédiate pour la vie du patient. Dans certains cas, l'éducation est sujette à une croissance rapide et à une malignité. Par conséquent, il est très important de diagnostiquer la pathologie du pancréas à temps et de l'éliminer par une intervention chirurgicale..

Récidive et voies de métastase du cystadénocarcinome pancréatique

La rechute après un traitement chirurgical du type d'oncologie étudié peut être expliquée par le fait que pendant l'opération, les bords de la tumeur n'ont pas été suffisamment excisés et des cellules mutantes sont restées dans l'organe. Les symptômes reviennent généralement au plus tard deux ans après la chirurgie.

La deuxième raison des rechutes est que les métastases restent dans le corps, les lésions secondaires. Dans le type de cancer étudié, des foyers secondaires sont le plus souvent observés dans le foie, les poumons, les reins et les formations osseuses..

Pronostic de vie pour le cystadénocarcinome du pancréas

Le pronostic du cystadénocarcinome du pancréas dépend de l'emplacement du néoplasme. En outre, cet indicateur est influencé par le stade de la maladie et le degré d'implication des ganglions lymphatiques. En présence de métastases à distance, la durée de vie ne dépasse pas 6 mois. Après une opération réussie dans les derniers stades, l'espérance de vie atteint souvent 2 ans. Si le néoplasme malin a été retiré dans les premiers stades, la probabilité d'une rémission stable est élevée..

Le pronostic du cystadénome pancréatique dépend directement de la probabilité de malignité de la maladie initiale. Une tumeur séreuse avec un diagnostic rapide et une élimination ultérieure peut être guérie avec succès et le patient continuera à mener une vie tout à fait normale. Les types muqueux et intraductaux sont caractérisés par une forte probabilité de malignité.

Ainsi, la durée et la qualité de vie des patients qui ont été diagnostiqués avec ces pathologies dépendent du moment où la maladie est détectée. Si la structure est bénigne, alors avec une opération réussie, la probabilité d'une guérison complète est élevée. Lors du diagnostic d'une maladie oncologique, le sort futur du patient dépendra du stade du processus malin..