Principal
Cirrhose

Le lymphome en tant que maladie

Le système lymphatique, comme le système circulatoire, englobe tout le corps humain. La lymphe transporte les cellules immunitaires dans tout le corps et aide à introduire certains agents dans la circulation. À bien des égards, le travail de ce système détermine l'efficacité de l'immunité..

Qu'est-ce que le lymphome: une terminologie

Le lymphome est un groupe entier de tumeurs des ganglions lymphatiques et du tissu lymphoïde, différant par le degré de malignité. Cependant, les spécialistes désignent par ce terme diverses néoplasies constituées de lymphocytes ou de prolymphocytes. Ces tumeurs se caractérisent par une évolution relativement bénigne et une malignité plutôt rare du processus..

Les néoplasmes absolument bénins sont généralement appelés lymphocytome, malin - lymphosarcome. L'utilisation du mot «cancer» pour le lymphome n'est pas tout à fait correcte. En ce qui concerne le cancer des ganglions lymphatiques, les experts parlent de lymphome ou lymphosarcome de haut grade.

Étiologie et pathogenèse de la maladie

Les raisons exactes du développement de la pathologie n'ont pas été établies. Le lymphome en tant que maladie survient avec un certain nombre de facteurs prédisposants. Ils ne sont pas la vraie cause, mais créent des conditions favorables à son apparition et à sa progression. En particulier, un rôle important est joué par:

  • l'âge et le sexe du patient (la maladie est plus souvent diagnostiquée chez les personnes âgées, principalement les hommes);
  • les infections virales, en particulier la présence du virus Epstein-Barr, du virus T-lymphotrope ou du VIH;
  • facteurs cancérigènes externes - produits chimiques, par exemple, pesticides, herbicides, benzène, vernis, solvants, chlorure de polyvinyle, dioxine;
  • prendre des immunosuppresseurs - médicaments qui suppriment l'activité du système immunitaire, qui sont souvent prescrits aux patients atteints de pathologies auto-immunes (lupus érythémateux, polyarthrite rhumatoïde, etc.);
  • états d'immunodéficience, à la fois congénitales et acquises (dans le contexte d'une infection par le VIH, après radiothérapie ou chimiothérapie).

Dans le développement du lymphome, les anomalies génétiques - translocations - jouent également un rôle. Ce sont des mutations chromosomiques dans lesquelles des segments sont échangés entre deux chromosomes non homologues. En conséquence, l'apoptose, la prolifération ou la différenciation des lymphocytes est altérée à tout stade de la lymphogenèse.

Plus tard, les cellules immatures s'accumulent dans les ganglions lymphatiques et les organes internes, où se trouvent des tissus lymphoïdes (rate, estomac, intestins, poumons, foie), formant une tumeur. Au fur et à mesure que la pathologie progresse, les métastases se produisent de la même manière que dans les autres types de cancer, affectant les organes internes et la moelle osseuse.

Classification des lymphomes

Il n'y a pas de classification unique des lymphomes. Les experts sont habitués à faire la distinction entre la maladie de Hodgkin et les lymphomes non hodgkiniens. Cependant, un tel système ne reflète pas toutes les caractéristiques de la pathologie. De plus, il était habituel de diviser le groupe des lymphomes non hodgkiniens en tumeurs à haut et bas degré de malignité. Selon l'agressivité du processus, on distingue les lymphomes non hodgkiniens:

  • lymphomes indolents (lents) (lymphocytaires, folliculaires);
  • agressif (lymphomes diffus à grandes cellules et mixtes diffus);
  • très agressif (lymphome de Burkitt, leucémie à cellules T, lymphomes marginaux, aplasiques).

À ce jour, l'OMS a développé une classification moderne, qui comprend plus de 80 types de lymphomes non hodgkiniens. Ils se distinguent par le degré de maturité cellulaire et leur origine. La division par type se produit en fonction de la présence de cellules de Reed-Sternberg-Berezovsky: elles déterminent en grande partie comment le lymphome se développera et ressemblera, comment et comment le traiter. Le lymphome de Hodgkin, ou lymphogranulomatose, n'est pas vraiment un lymphome en soi. Les cellules de ce néoplasme sont d'origine macrophagique et monocytaire, non lymphocytaires. Par conséquent, la maladie est considérée séparément, mais toujours dans le cadre des néoplasmes malins du tissu lymphoïde, où elle se développe. Par origine, les lymphomes sont primaires et secondaires, et par la source de croissance - les cellules T et B. En outre, les néoplasmes se distinguent par la prévalence du processus pathologique: lymphome nodulaire (folliculaire), caractérisé par la formation de petits phoques dans le ganglion lymphatique, et tumeur diffuse, dans laquelle de nombreux groupes de ganglions lymphatiques et d'organes internes sont affectés..

Stades du lymphome

Dans son développement, le lymphome passe par quatre étapes. Ils diffèrent par des caractéristiques spécifiques: la prévalence du processus pathologique, le degré de lésion des organes internes et le tableau clinique..

  • Première étape. Battez un ou plusieurs nœuds d'un certain groupe. En outre, cette étape comprend une seule tumeur locale dans n'importe quel organe interne sans métastases aux ganglions lymphatiques les plus proches.
  • Deuxième étape. Implication dans le processus pathologique de deux ganglions lymphatiques de groupes différents, mais situés d'un côté du diaphragme. Cela comprend également les néoplasmes qui ont affecté un ganglion lymphatique et un organe voisin.
  • Troisième étape. Implication de deux ganglions lymphatiques ou plus situés sur les côtés opposés du diaphragme. Cette étape comprend les lymphomes dans lesquels des dommages simultanés aux ganglions lymphatiques de différents groupes et à tout organe situé à proximité sont trouvés.
  • Quatrième étape. Le processus pathologique affecte plusieurs organes à la fois, qui sont à une distance considérable du foyer tumoral primaire.

Ce sont les stades du cancer qui déterminent les tactiques de traitement..

Symptômes

Le tableau clinique comprend des signes spécifiques de lymphome et des symptômes généraux.

  • Des ganglions lymphatiques enflés, Le plus souvent, les groupes de ganglions cervicaux et occipitaux sont touchés, moins souvent - axillaires, sous-claviers et inguinaux. Ils ont une consistance dense, mobile, indolore, sujette à la formation de grands conglomérats.
  • Température élevée. Apparaît sans raison apparente. L'état subfébrile à long terme persiste pendant des mois et n'est pas soulagé par la prise d'antipyrétiques. Dans les étages terminaux, la température peut monter jusqu'à 39 ° C.
  • Transpiration excessive. La transpiration est pire la nuit. Il est parfois si abondant (fort) qu'il mouille les sous-vêtements et la literie.
  • Perte de poids. Il survient à la suite de troubles métaboliques. Souvent, la situation est aggravée par une détérioration de l'appétit, des nausées, des vomissements et une sensation d'estomac plein - des symptômes qui se développent lorsque les organes digestifs sont touchés. Aux stades terminaux, la cachexie est possible - épuisement extrême du corps.
  • Douleur. Un signe inhabituel. Sa nature et sa localisation dépendent de la localisation de la tumeur. Les patients peuvent être préoccupés par les douleurs dans le dos, la poitrine, l'abdomen, mais le plus souvent, ils se plaignent de maux de tête.
  • La peau qui gratte. Au début, elle est locale, mais à mesure que la pathologie progresse, elle se généralise. Il s'intensifie la nuit, mais ne dérange pratiquement pas pendant la journée. Elle peut être d'intensité variable, allant jusqu'à une sensation de brûlure intolérable et de grattage au sang. Les démangeaisons peuvent persister même au stade de la rémission stable.
  • Faiblesse et fatigue. Ils apparaissent sans raison apparente, ne sont pas associés à un surmenage physique. Souvent, ils sont accompagnés d'apathie et de somnolence..
  • Éruptions cutanées polymorphes. Une caractéristique des lymphomes cutanés.

Si vous remarquez des symptômes similaires chez vous, vous devriez consulter un médecin. Le lymphome peut être traité avec succès tôt.

Complications

La plupart des complications des lymphomes non hodgkiniens sont associées à la grande taille de la tumeur, qui comprime progressivement les organes, conduisant à des conditions potentiellement mortelles.

  • Dommages aux ganglions lymphatiques médiastinaux. Compression de la trachée et de l'œsophage, développement du syndrome de compression de la veine cave supérieure, qui se caractérise par des saignements, des symptômes cérébraux et un dysfonctionnement des nerfs auditifs et oculomoteurs.
  • La défaite des ganglions lymphatiques intra-abdominaux et rétropéritonéaux. Obstruction intestinale, lymphostase dans la moitié inférieure du tronc et des jambes, développement d'une jaunisse obstructive, compression de l'uretère.
  • Germination dans les parois de l'estomac et des intestins. Saignement et péritonite.

Les lymphomes à évolution agressive sont caractérisés par l'apparition précoce de métastases dans la moelle épinière et le cerveau, ainsi que dans le foie et les os..

Diagnostique

Les lymphomes sont diagnostiqués et traités par des oncohématologues. La base du tableau clinique, en plus des ganglions lymphatiques hypertrophiés, est une sorte de triade: fièvre, transpiration excessive et perte de poids déraisonnable. Habituellement, le patient décrit tout cela au médecin au stade de la collecte des plaintes. Pour confirmer le diagnostic, les spécialistes prescrivent un examen supplémentaire, composé de tests de laboratoire et de méthodes instrumentales.

  • Test sanguin clinique. Avec le lymphome, il y a une diminution du nombre de globules rouges, de lymphocytes et d'hémoglobine. Le niveau d'éosinophiles et de plaquettes augmente.
  • Chimie sanguine, y compris les tests de la fonction hépatique et la détermination des fractions protéiques. Augmentation de la phosphatase alcaline, de la créatinine et de l'enzyme LDH.
  • Test sanguin pour les marqueurs tumoraux. Détection de la bêta2-microbuline, et sa concentration est directement proportionnelle à la gravité du processus pathologique.
  • Ultrason organes de la cavité abdominale, du médiastin et des gros ganglions lymphatiques. Il est nécessaire de clarifier la prévalence de la maladie et le degré d'implication des organes internes dans le processus.
  • CT, PET-CT et IRM. Études des organes internes et des ganglions lymphatiques. Fournit des informations plus précises que l'échographie sur la structure de la tumeur et les changements dans le corps.
  • radiographie. Effectuer des projections antérieures et latérales. Avec un lymphome avec des lésions des ganglions lymphatiques intrathoraciques, l'élargissement de l'ombre du médiastin sera visible sur les images.
  • Biopsie. Échantillonnage de matériel pour la cytologie, l'histologie, ainsi que pour les tests cytogénétiques et immunohistochimiques. Déterminer le type de cellules anormales, le degré de malignité et le stade du néoplasme.
  • Scintigraphie osseuse. Réalisé pour détecter les métastases.
  • Lymphoscintigraphie. Révèle les caractéristiques de la structure et du fonctionnement du système lymphatique.

Avec les formes localisées de lymphome, des consultations de spécialistes spécialisés sont nécessaires: ORL, gastro-entérologue, mammologue, etc..

Traitement

En fonction du type et de la forme de lymphome, la méthode et la durée du traitement sont choisies. Par exemple, la forme des lymphocytes B se développe très rapidement et le traitement doit être débuté le plus tôt possible (au stade 1), et la forme folliculaire est un type à évolution extrêmement lente. Contrairement à la plupart des cancers, le lymphome a une propriété inhabituelle: les tumeurs qui se développent rapidement sont tout aussi rapides et guérissent. Bien sûr, le traitement doit être débuté le plus tôt possible et, avec un diagnostic rapide, les chances de guérison du patient sont très élevées. Les principaux traitements des lymphomes sont:

  • Chimiothérapie. La polychimiothérapie (multicomposants) peut être un type de traitement indépendant ou être associée à une radiothérapie, ce qui donne une rémission plus stable et à long terme. Souvent, les cours de chimiothérapie incluent une hormonothérapie.
  • Radiothérapie. Destruction de cellules anormales par rayonnement gamma. En monothérapie, il n'est utilisé que pour les formes localisées et la faible agressivité du processus pathologique. Il est également utilisé comme méthode palliative lorsqu'un autre traitement est impossible..
  • Chirurgie. Ils n'y recourent qu'en cas de lésion isolée d'un organe quelconque. Habituellement, des résections étendues et combinées sont effectuées, qui sont de nature radicale. Cette méthode de traitement doit être complétée par un cours de chimiothérapie..

Les traitements alternatifs pour les lymphomes comprennent:

  • Immunochimiothérapie. Association d'immuno-chimiothérapie. Habituellement, les immunopréparations sont introduites en premier: interféron, interleukines, facteurs de stimulation de colonies ou anticorps monoclonaux, puis cytostatiques. Ce schéma affaiblit leurs propriétés immunosuppressives, augmente la sensibilité des cellules atypiques aux médicaments et empêche le développement de la chimiorésistance. Cependant, s'il est nécessaire de réduire la taille de la tumeur, les cytostatiques sont administrés en premier.
  • Greffe de moelle osseuse et injection de cellules souches périphériques. Ces méthodes sont principalement utilisées pour consolider la rémission..

Le lymphome peut être guéri. Avec une visite opportune chez un médecin, le taux de survie est extrêmement élevé. Par conséquent, si vous pensez que vous avez des symptômes inhabituels, il vaut la peine de demander dès que possible à un spécialiste ce que c'est. Les professionnels des cliniques coopérant avec le service Doctors Online sont prêts à conseiller le patient, à diagnostiquer et à prescrire un traitement. Si vous avez besoin de soins médicaux qualifiés, veuillez nous contacter.

Lymphome: symptômes, causes, traitement de la maladie

À ce jour, la médecine a réussi à avancer et un traitement efficace et efficace du lymphome n'est plus quelque chose d'incroyable, d'inatteignable. Une série d'expériences et d'études en laboratoire a permis d'en savoir plus sur cette maladie, de développer des méthodes efficaces et de haute qualité pour la neutraliser. Si les premiers patients avec ce diagnostic ne vivaient pas plus de trois ans, les chances de survie ont maintenant augmenté de manière significative. Dans la pratique médicale, il y a même eu des cas où la rémission a duré plus de dix ans..

Quels sont les principaux symptômes du lymphome? Quelle est cette maladie? Pourquoi cela survient-il? Quels sont les facteurs clés de son origine? Les réponses à ces questions et à bien d'autres sont ci-dessous..

Qu'est-ce que le lymphome et comment se manifeste-t-il

Lymphome, quelle est cette maladie? Le lymphome est considéré comme un groupe de cancers hématologiques qui frappent les tissus lymphatiques. Ils agissent généralement comme une sorte de catalyseur qui provoque un gonflement des ganglions lymphatiques, diverses blessures internes et des troubles organiques. Les maladies s'accompagnent de processus d'accumulation incontrôlée de cellules lymphocytaires malignes.

C'est la croissance soudaine de ganglions lymphatiques situés dans différentes zones qui est le symptôme initial et le plus important du lymphome. Par conséquent, afin de mieux comprendre quel type de maladie lymphomateuse, pour présenter sa nature plus en détail, il est nécessaire d'étudier les caractéristiques de la structure et du fonctionnement des ganglions lymphatiques..

La structure des ganglions lymphatiques

Le ganglion lymphatique est reconnu comme un lien périphérique du système lymphatique, qui joue le rôle d'une sorte d'élément filtrant. Il laisse passer le fluide - la lymphe des organes internes, des structures corporelles. Si nous parlons des caractéristiques anatomiques et physiologiques des ganglions lymphatiques, il est nécessaire de mettre en évidence:

  • leur forme - elle peut être ovale, ronde, oblongue ou en forme de ruban;
  • volumes - de 0,5 millimètre à 5 centimètres;
  • nuances - différentes couleurs dans des tons gris-rose;
  • emplacement - en grappes (jusqu'à 10-12 pièces) pendre au-dessus des vaisseaux sanguins ou des grosses veines;
  • coquille - les ganglions lymphatiques sont enfermés dans une capsule de connexion qui a des branches s'étendant profondément dans les ganglions (on les appelle trabécules), qui remplissent des fonctions de soutien.

Le stroma agit comme le principal fondement structurel des ganglions lymphatiques. Ce sont des cellules du corps dendritiques qui ont été formées par le tissu conjonctif réticulaire, elles forment un réseau tridimensionnel.

Tous les ganglions lymphatiques peuvent être conditionnellement divisés en zones: le cortex (situé près de la membrane capsulaire) et la moelle (est la partie interne). Le premier contient des nodules lymphatiques (follicules) et le second contient des accumulations de tissus lymphoïdes.

Les nombreux ganglions lymphatiques sont appelés un système. Il se compose de vaisseaux, pénétrant tous les organes internes vitaux, crée un réseau intégral à travers lequel un liquide clair s'écoule - la lymphe. Ses principaux composants sont les lymphocytes produits par le système immunitaire. Ils se forment dans la région de la moelle des ganglions lymphatiques, sont nécessaires pour maintenir le fonctionnement normal du corps humain.

Fonctionnement du système lymphatique

Ganglions lymphatiques, vaisseaux, lymphe - tous ces éléments sont des composants du système lymphatique. Ensemble, ils résolvent un certain nombre de tâches vitales, maintiennent la santé du corps.

Quelles sont exactement les fonctions du système lymphatique:

  • Création d'une barrière protectrice. La lymphe (en plus des lymphocytes) peut contenir une variété de bactéries et de micro-organismes infectieux ou viraux, de cellules mortes et d'autres corps étrangers. Les ganglions lymphatiques effectuent une option de filtration, nettoyant la lymphe, la débarrassant de toutes les particules pathogènes.
  • Fournir le transport. La lymphe fournit la nutrition et la saturation des organes. C'est donc elle qui délivre des composants utiles et des oligo-éléments de l'intestin aux tissus. La lymphe, d'autre part, est engagée dans le transport du fluide intercellulaire épuisé, assurant ainsi le drainage nécessaire au corps..
  • Renforcer l'immunité, former la capacité du corps à résister aux facteurs externes. Les lymphocytes produits par les ganglions lymphatiques sont les principaux auxiliaires dans la lutte contre les bactéries, les virus et les infections pathogènes. Ils éliminent toutes les particules nocives qui peuvent être détectées. C'est pour cette raison que dans de nombreuses maladies, la taille des ganglions lymphatiques augmente..

C'est le système lymphatique qui fournit la nutrition cellulaire, sature les tissus et organes internes et grâce à lui, des substances bénéfiques sont distribuées dans tout le corps..

Qu'arrive-t-il à une personne atteinte de lymphome

Les lésions tumorales du système lymphatique peuvent être déclenchées à la fois par des maladies lymphoprolifératives et des facteurs métastatiques. Les premiers comprennent la lymphogranulomatose et le lymphosarcome. Ces affections contribuent à une augmentation des ganglions lymphatiques jusqu'à 3-4 centimètres, leur compactage.

Tout contact et toute sensation dans les ganglions lymphatiques affectés réagissent par une douleur et provoquent une gêne. En outre, une division cellulaire incontrôlée commence, qui se développe progressivement en formation de tumeurs et de néoplasmes..

Le lymphome est-il un cancer

Le lymphome peut-il être classé comme un cancer? Il y a quelques années, cette question a provoqué une controverse féroce et vive dans les cercles médicaux, mais il est désormais possible d'établir avec certitude la nature de cette maladie..

Le lymphome est un néoplasme malin, c'est-à-dire un cancer. Pendant ce temps, il existe une grande variété de formes et de types, qui diffèrent les uns des autres par le degré de malignité..

Qu'est-ce qui cause le lymphome?

À ce jour, il n'a pas été possible d'établir avec certitude ce qui cause exactement les symptômes du lymphome, est la cause du développement de la maladie. Cependant, il existe des détails similaires dans les antécédents de patients qui ont été diagnostiqués avec cette pathologie. Cette circonstance nous permet d'identifier un certain nombre de facteurs qui créent des conditions favorables à l'apparition d'un lymphome chez l'adulte. Parmi eux: le sexe et l'âge, la présence de maladies chroniques et bien plus encore. Plus en détail sur chacune des raisons.

Sexe et âge

Ce n'est un secret pour personne qu'avec l'âge, l'état de santé général se détériore quelque peu, la fonctionnalité et l'efficacité des organes diminuent. C'est ce facteur qui crée un environnement favorable à l'apparition du lymphome. En règle générale, le groupe à risque est représenté par des personnes âgées de 55 à 60 ans..

Bien sûr, cette pathologie peut se développer à un âge plus précoce, mais cela se produit beaucoup moins souvent. Quant au sexe, c'est un facteur important du lymphome de Hodgkin. Ainsi, l'occurrence de cette espèce parmi la population masculine est d'un ordre de grandeur plus élevée.

Infections virales

Les bactéries et autres agents pathogènes sont l'un des facteurs qui accompagnent le lymphome. Ainsi, la grande majorité des personnes souffrant de lésions du système lymphatique reçoivent un diagnostic de virus d'Epstein Barr. Il pénètre dans l'organisme par des gouttelettes en suspension dans l'air (beaucoup moins souvent par contact-ménage), commençant à provoquer le développement de diverses maladies. En plus du lymphome, il peut provoquer:

  • la mononucléose;
  • herpès de différents types;
  • hépatite;
  • maladies du cerveau, en particulier la sclérose en plaques.

Comment Epstein Barr se manifeste-t-il dans le corps? Les premiers symptômes de l'infection ressemblent à un rhume saisonnier ordinaire:

  • il y a un malaise général, une somnolence;
  • la température augmente;
  • le corps devient moins efficace, se fatigue rapidement.

Le 5-7e jour après l'infection, les ganglions lymphatiques du patient augmentent en taille, dégagent des sensations douloureuses. Vous pouvez également ressentir une éruption cutanée similaire à une réaction allergique.

Outre Epstein Barr, des virus tels que le VIH, le sida, l'hépatite C, l'herpès des premier et deuxième types peuvent également provoquer le développement d'un lymphome..

Maladies bactériennes

En plus de l'exposition virale, un facteur tel que des bactéries pathogènes nocives est libéré. Ils provoquent une variété de maladies infectieuses, affectent négativement le fonctionnement du système immunitaire..

Selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé, chez 47% des patients atteints de lymphome, le microorganisme Helicobacter pylori a été enregistré dans l'orgasme. C'est lui qui est à l'origine de troubles intestinaux, d'infections gastriques, de dysfonctionnements digestifs. La bactérie vit sur les muqueuses ou se fixe au duodénum.

Les symptômes de l'infection sont similaires à ceux de l'intoxication. Le patient a constamment la nausée, ses selles sont dérangées, son appétit disparaît. Il y a aussi des éructations caractéristiques, accompagnées de l'odeur des œufs pourris..

Autres raisons

La recherche moderne dans le domaine de l'oncologie a révélé que le lymphome était plus souvent diagnostiqué chez des personnes qui étaient en quelque sorte associées à une production nocive. Ce fait nous a permis de conclure que le facteur chimique affecte également le développement de la maladie. La zone à risque comprend:

  • personnes employées dans l'agriculture en contact avec des produits chimiques;
  • les personnes travaillant dans les ateliers et laboratoires de chimie;
  • personnes travaillant dans la production industrielle.

Une autre raison de l'apparition d'une pathologie oncologique est la prise systémique à long terme d'immunosuppresseurs (médicaments qui inhibent le fonctionnement du système immunitaire). En règle générale, ces médicaments sont prescrits par un professionnel de la santé pour lutter contre les maladies auto-immunes. Puisqu'un dysfonctionnement se produit dans le corps et qu'au lieu d'une fonction de protection, l'immunité commence à remplir une fonction destructrice, son blocage est pleinement justifié. Les exemples les plus courants de maladies auto-immunes sont le lupus, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde.

Symptômes du lymphome

Le principal symptôme du lymphome est une croissance inattendue et sans cause des ganglions lymphatiques. Elle se manifeste aux premiers stades du développement de la maladie, causée par une division cellulaire incontrôlée, conduisant à la formation de néoplasmes tumoraux. Selon les statistiques officielles, des ganglions lymphatiques hypertrophiés se retrouvent dans 90% des cas de lymphome diagnostiqués..

Avec une augmentation des ganglions lymphatiques, des symptômes tels que:

  • Augmentation de la température. En règle générale, il ne dépasse pas la barre des 38 degrés, mais dans de rares cas, il peut atteindre 40. En plus de la fièvre, le patient ressent un léger malaise, une faiblesse et une somnolence. La condition ressemble à la période prodromique du développement d'un rhume viral..
  • Augmentation de la transpiration. Ce symptôme est particulièrement fréquent chez les personnes ayant reçu un diagnostic de lymphome de Hodgkin. La transpiration est plus active la nuit. Parfois, il est si intense que la literie devient humide. Il est à noter que la sueur elle-même ne diffère pas par une odeur ou une couleur piquante..
  • Perte de poids soudaine. Les personnes atteintes de lymphome perdent souvent beaucoup de poids sans effort. Cela est dû à des troubles et perturbations survenant dans le corps: troubles métaboliques, modifications des niveaux hormonaux, etc. Dans certains cas, la maladie s'accompagne d'un manque d'appétit, de vomissements et de nausées. En conséquence, une personne perd du poids..
  • Douleur. Souvent, les patients qui ont reçu un diagnostic de lymphomes non hodgkiniens se plaignent de douleurs déraisonnables. Ils peuvent être localisés dans une variété de zones: dans l'hypochondre, l'abdomen, le bas du dos, etc. Les maux de tête sont particulièrement difficiles à tolérer, ce qui est problématique à soulager même à l'aide de pilules spéciales..

En plus des symptômes ci-dessus, les patients se plaignent souvent de démangeaisons, d'une sensation de faiblesse et de somnolence et de fatigue chronique. Dans les cas où le lymphome est situé dans la région de la poitrine, une personne peut avoir une toux. Il fait référence à la symptomatologie spécifique de la maladie, qui ne se manifeste que dans certaines circonstances..

Types de lymphomes

À ce jour, plus de trente formes de lymphomes ont été enregistrées. Ils diffèrent selon des critères tels que:

Classiquement, toutes les variétés de cette maladie sont généralement divisées en deux types: les lymphomes de Hodgkin et les lymphomes non hodgkiniens.

Les patients qui ont reçu un diagnostic de lymphome de Hodgkin souffrent de divers troubles du système squelettique, des organes vitaux. Ils ont des maladies de la moelle osseuse et des lésions médullaires courantes. Une autre caractéristique inhérente à ce type de cancer est les syndromes d'intoxication. Plaintes de transpiration excessive, fièvre, perte de poids dramatique - c'est ce qui inquiète les patients avec des diagnostics similaires. Dans certains cas, le lymphome de Hodgkin provoque une compression des poumons, la trachée pulmonaire, ce qui conduit au développement d'une paralysie.

Les lymphomes non hodgkiniens sont définis comme des tumeurs malignes. Ils sont généralement détectés chez les patients âgés (plus de 60 ans). Les oncologues sont particulièrement préoccupés par les types suivants:

  • Le lymphome de Burkitt;
  • lymphoblastique;
  • diffuser;
  • grande cellule;
  • marginal.

Le traitement du lymphome est un processus complexe et chronophage, il est sélectionné en fonction des caractéristiques individuelles du patient, ainsi que du stade de la maladie.

Stades du lymphome

Chaque stade de ce cancer présente un certain nombre de caractéristiques et de caractéristiques spécifiques, notamment: l'âge de la tumeur, le niveau de sa prévalence dans l'organisme et le degré de dommage. Au total, les spécialistes du domaine de l'oncologie distinguent quatre étapes. Plus de détails sur chacun d'eux:

  • Au stade initial, un ou plusieurs ganglions lymphatiques situés dans une zone spécifique (par exemple, axillaire) sont affectés. Le lymphome est localisé en un seul endroit, un organe. Parmi les symptômes caractéristiques de ce stade du développement de la maladie figurent: les ganglions lymphatiques hypertrophiés, des sensations douloureuses, une perte de poids.
  • La deuxième étape survient au moment où la maladie a le temps d'affecter plus de deux ganglions lymphatiques situés d'un côté du diaphragme.
  • La troisième étape implique des lésions graves des ganglions lymphatiques, leur implication dans le processus pathologique. À ce stade, les ganglions lymphatiques situés sur les côtés opposés du diaphragme peuvent être hypertrophiés..
  • La dernière étape est considérée comme diffusée. À son apparition, une personne a déjà affecté plusieurs organes vitaux, les processus métaboliques sont perturbés.

La survie des patients est largement déterminée par le stade de développement de la maladie, ainsi que par l'exactitude de la thérapie. Dans des conditions favorables et un diagnostic rapide, le traitement du lymphome peut donner des résultats positifs sous la forme d'une rémission prolongée.

Traitement et prévention

Les principales mesures de l'influence sur la tumeur lymphomateuse sont la chimiothérapie et la radiothérapie. En règle générale, ils sont attribués séparément, mais dans certains cas, leur combinaison est autorisée..

La réalisation d'une rémission à long terme n'est possible qu'avec un traitement commencé en temps opportun et correctement sélectionné. Elle est réalisée à travers:

  • Radiothérapie. Il est prescrit aux patients au premier stade de la maladie, lorsqu'il n'y a pas de dommages massifs aux ganglions lymphatiques.
  • Chimiothérapie. Cette méthode implique l'utilisation active de médicaments puissants conçus pour lutter contre les tumeurs et les néoplasmes..

La maladie est traitée dans tout établissement médical qui compte des oncologues. Ce sont eux qui conservent les dossiers des patients, effectuent des recherches en laboratoire et sur les appareils, élaborent des programmes de santé.

Lors du traitement d'un lymphome, il est très important de trouver un médecin en qui vous pouvez pleinement faire confiance, dont vous suivrez les recommandations sans aucun doute. C'est l'un des facteurs du succès de la rémission à long terme. Il est à noter que pendant les périodes de disparition du lymphome, il est recommandé aux patients de se rendre dans des établissements spécialisés de sanatorium-resort, cela a un effet bénéfique sur la dynamique de la maladie..

Qu'est-ce que le lymphome: symptômes, traitements et pronostic

Le lymphome est un terme collectif désignant les néoplasmes malins et bénins du tissu lymphoïde. Les lymphomes bénins sont causés par des causes inoffensives - les maladies infectieuses. Les malins proviennent d'une mutation génétique d'une cellule, qui commence à se diviser de manière incontrôlable. Le diagnostic est confirmé par l'examen histologique du tissu lymphatique prélevé. Les options de traitement dépendent du type de lymphome et de l'état du patient.

Qu'est-ce que le lymphome?

Chaque cellule du corps peut dégénérer en raison de certains changements dans le matériel génétique. Certaines mutations génétiques peuvent conduire à une croissance cellulaire incontrôlée. Lymphomes - néoplasmes provenant d'organes lymphatiques - ganglions lymphatiques, rate ou cellules.

Les lymphomes sont des néoplasmes du tissu lymphoïde qui peuvent être bénins ou malins

Au fil du temps, les lymphocytes malins déplacent les tissus lymphoïdes normaux. En conséquence, une immunodéficience secondaire peut survenir. Parce que le tissu lymphatique est situé dans de nombreuses zones du corps humain, le lymphome malin peut également affecter d'autres zones et organes - peau, estomac, intestins ou cerveau.

Les lymphomes malins sont rares par rapport aux cancers du sein, du côlon ou du poumon. Ensemble, ils représentent environ 5% des cas de cancer en Russie. Environ 2 à 4 Russes sur 100 000 développent un lymphome de Hodgkin chaque année. La plupart des patients ont entre 25 et 30 ans. Le nombre de lymphomes malins non hodgkiniens est en augmentation constante depuis plusieurs années. Chaque année, 8 à 10 personnes sur 100 000 reçoivent un diagnostic de lymphome non hodgkinien, ce qui se traduit par près de 10 000 nouveaux cas par an. La plupart des patients cancéreux de plus de 60 ans ont un lymphome non hodgkinien.

La propagation de la maladie dans le corps est d'une grande importance pour déterminer le schéma thérapeutique. Selon la classification d'Ann Arbor, il existe quatre stades (I-IV) du lymphome malin.

Dans la classification internationale des maladies de la 10e révision (CIM-10), les néoplasmes malins des tissus lymphoïdes, hématopoïétiques et apparentés sont désignés par les codes C81-C96.

Symptômes

Les sueurs nocturnes, la fièvre inexpliquée et la perte de poids (plus de 10% du poids corporel en 6 mois) sont appelés symptômes B. Les premiers signes surviennent chez environ 20% des personnes atteintes d'un lymphome non hodgkinien (moins fréquent que celles atteintes d'un lymphome hodgkinien).

Le lymphome des os ou d'autres organes passe souvent inaperçu pendant longtemps. Lorsque les symptômes apparaissent pour la première fois, ils n'indiquent généralement pas directement un lymphome. Les signes et symptômes sont souvent classés à tort comme grippe, rhume ou simple fatigue, ce qui peut retarder le diagnostic.

La principale symptomatologie est l'élargissement indolore des ganglions lymphatiques

Le lymphome de l'utérus peut provoquer une infertilité à long terme. Les femmes souffrent souvent d'anorgasmie. Parfois, des saignements utérins sévères et des spasmes musculaires surviennent. Le lymphome dans la région ovarienne peut entraîner un dysfonctionnement ovulatoire et un excès d'androgènes.

S'il n'est pas traité, le pronostic pour certains types peut être fatal en quelques mois. Pour cette raison, il est important que les cliniciens et le public comprennent les signes et les symptômes du lymphome. Certains patients ressentent des douleurs dans les ganglions lymphatiques (près de la colonne vertébrale ou du cou) après avoir bu de l'alcool.

Le lymphome dans le contour des yeux est caractérisé par un déplacement du globe oculaire et une uvéite, une inflammation de la choroïde. Parfois, un lymphome près des yeux peut entraîner une cécité complète ou une déficience visuelle permanente.

L'élargissement des ganglions lymphatiques peut également provoquer d'autres symptômes: gonflement d'un bras ou d'une jambe, spasme des fesses, maux de dos, engourdissement ou picotements dans les extrémités dus au blocage des fibres nerveuses. Le lymphome testiculaire peut provoquer un dysfonctionnement érectile (impuissance). Le lymphome amygdalien peut imiter les symptômes d'une infection virale respiratoire aiguë.

Le lymphome de la glande thyroïde grossit en peu de temps, ce qui peut entraîner une compression des tissus environnants. Souvent, cette pathologie s'accompagne d'une paralysie du larynx, d'un gonflement des glandes et d'une douleur du nasopharynx. Seulement la moitié des patients développent une hypothyroïdie.

Les raisons

Pourquoi un lymphome malin se produit-il? Le système lymphatique est réparti dans tout le corps et se compose des vaisseaux lymphatiques, des ganglions lymphatiques, de la moelle osseuse, de la rate et du thymus. Le tissu lymphoïde se trouve dans certains organes - l'intestin grêle, la peau et les amygdales. Le système lymphatique joue un rôle essentiel dans la défense du corps contre divers agents pathogènes. Les vaisseaux lymphatiques, similaires aux vaisseaux sanguins, sont inégalement répartis dans presque tout le corps. La lymphe (eau tissulaire) y circule, qui est utilisée pour nourrir les cellules et transférer les lymphocytes dans la circulation sanguine. Les nœuds forment un réseau de filtres biologiques dans lequel la lymphe est nettoyée des substances étrangères et des agents infectieux.

Les lymphocytes sont un groupe de globules blancs qui sont au cœur du système immunitaire. Ils proviennent de cellules souches de la moelle osseuse et sont subdivisés en cellules T et B. Les lymphocytes B deviennent des cellules immunitaires fonctionnelles dans la moelle osseuse, tandis que les lymphocytes T mûrissent dans le thymus. Ensuite, les lymphocytes T et B matures pénètrent dans les organes lymphatiques inférieurs ou supérieurs: rate, ganglions lymphatiques ou amygdales.

Caractéristiques congénitales ou acquises du système immunitaire, les infections sont à l'origine du lymphome

La tâche principale des lymphocytes est d'éliminer les corps défectueux ou étrangers. Une distinction est faite entre les réponses immunitaires à médiation cellulaire (cellulaire) et à médiation anticorps (humorale). La réponse immunitaire cellulaire est principalement une cible des lymphocytes T et est dirigée contre les agents pathogènes et les tumeurs. La réponse immunitaire humorale est essentiellement une cible des lymphocytes B; ils forment certaines protéines appelées anticorps qui reconnaissent et marquent les bactéries ainsi que les cellules étrangères. À son tour, l'agent pathogène chargé d'anticorps peut être reconnu et détruit par les lymphocytes T..

Comme toutes les autres cellules du corps humain, les lymphocytes peuvent dégénérer en raison de divers facteurs. Il existe trois facteurs de risque qui augmentent la probabilité de cancer: les produits chimiques, les virus et les radiations. Les facteurs génétiques jouent également un rôle dans le développement d'environ 5 à 10% des cancers. Différents types de lymphomes peuvent commencer presque n'importe où dans le corps et se produire dans un seul ganglion lymphatique, un groupe de ganglions lymphatiques ou un organe lymphatique.

Le tabagisme à long terme est un facteur de risque de lymphome, mais le lien n'a pas encore été prouvé de manière concluante. Selon l'OMS, les caractéristiques congénitales ou acquises du système immunitaire et les infections virales sont également des facteurs de risque possibles de la maladie. Des études récentes ont montré que le virus d'Epstein-Barr et les troubles de l'immunodéficience primaire sont impliqués dans le développement du lymphome de Hodgkin. D'autres virus peuvent également participer au développement de cette pathologie..

Classification

Les lymphomes sont classés comme bénins ou malins. La bénigne est caractérisée par un néoplasme du tissu lymphatique dans les ganglions lymphatiques. Ces tumeurs sont denses et se développent très lentement. Elle est le plus souvent causée par une maladie inflammatoire chronique.

Les lymphomes malins sont divisés en deux groupes principaux: le lymphome de Hodgkin (connu sous le nom de maladie de Hodgkin ou lymphogranulomatose) et le lymphome non hodgkinien. Par un examen histologique des ganglions lymphatiques et du tissu lymphoïde, le pathologiste peut distinguer les deux groupes de maladies..

Selon l'évolution clinique, les lymphomes sont divisés en formes agressives (à croissance rapide) et lentes (à croissance lente).

lymphome de Hodgkin

Le pathologiste londonien Thomas Hodgkin a décrit pour la première fois la lymphogranulomatose en 1832. La maladie provient des lymphocytes B dans les ganglions lymphatiques. Aux premiers stades, la pathologie se limite aux ganglions lymphatiques, puis se propage aux structures adjacentes. À un stade avancé, les cellules B se propagent dans la circulation sanguine et, enfin, la maladie affecte également les organes extérieurs au système lymphatique (par exemple, la moelle osseuse, le foie). L'identification des cellules mononucléées de Hodgkin et des polynucléaires de Sternberg est caractéristique du lymphome de Hodgkin. Ces deux types de cellules sont des tumeurs.

Sur la base de l'examen histologique, la classification est effectuée en différents sous-groupes et peut être effectuée en fonction du contenu des lymphocytes et des cellules tumorales. Les lymphomes de Hodgkin classiques sont divisés en 4 sous-types selon la classification de l'OMS:

  • I: type lymphohistiocytaire (3%).
  • II: type avec sclérose nodulaire (82%).
  • III: type de cellule mixte (14%).
  • IV: type avec suppression du tissu lymphoïde (1%)

En outre, il existe une autre forme indépendante de la maladie - le lymphome de Hodgkin à prédominance lymphocytaire.

Le lymphome est classé en 4 types

Lymphome non hodgkinien

Le lymphome primaire non hodgkinien peut provenir des cellules B (90%) et des cellules T (10%). Divers systèmes ont déjà été utilisés pour classer les maladies. La classification de Keel utilisait les termes de malignité «de haut et bas grade». Cependant, la classification de l'OMS est généralement acceptée, qui distingue les néoplasmes malins par la forme des cellules, le taux de leur division et les caractéristiques de surface (antigènes).

Les types les plus courants de lymphomes non hodgkiniens malins à cellules T selon la classification de l'OMS:

  • La leucémie lymphocytaire chronique.
  • Oncocytome.
  • Myélome multiple (lymphome plasmablastique).
  • Lymphome folliculaire.
  • Plasmocytome.
  • Lymphome extranodal à cellules marginales.
  • Lymphome de Burkitt.
  • Lymphomes diffus à grandes cellules B.
  • Lymphome à cellules du manteau.

Les types les plus courants de lymphomes malins à cellules B selon la classification de l'OMS:

  • Lymphome lymphoblastique à cellules T.
  • Leucémie agressive à cellules NK.
  • Mycose fongique.
  • Lymphome périphérique à cellules T.
  • Lymphome anaplasique à grandes cellules.

Un critère essentiel pour le choix des méthodes de traitement du lymphome malin est le stade de la maladie, qui reflète le degré de prévalence du cancer dans le corps. Le but des tests initiaux est de déterminer avec précision l'étendue du lymphome. En 1971, le système de notation Ann Arbor a été développé, qui est utilisé pour déterminer le stade du lymphome hodgkinien et du lymphome non hodgkinien..

Les principales étapes du développement des tumeurs malignes:

  • Stade 1: atteinte d'une zone des ganglions lymphatiques;
  • Stade 2: affection de deux ou plusieurs zones des ganglions lymphatiques d'un côté du diaphragme;
  • Stade 3: atteinte de deux ou plusieurs zones des ganglions lymphatiques des deux côtés du diaphragme;
  • Stade 4: Au quatrième stade, on observe une atteinte d'autres organes (moelle osseuse, foie).

Si des symptômes généraux apparaissent - fièvre, sueurs nocturnes ou perte de poids - un «B» est ajouté en plus du stade. S'il n'y a aucun symptôme, la lettre «A» est ajoutée. Si le lymphome s'étend à l'extérieur du ganglion lymphatique (poumons, yeux, os, muscles), ajoutez la lettre «E».

Le lymphome extranodal (maltome) est un néoplasme malin situé dans des organes extérieurs au système lymphatique. Le lymphome au niveau du sein est le type de maltome le plus courant. Le lymphome rénal est un type de maltome plus rare qui survient chez 0,3% des patients atteints d'un lymphome non hodgkinien.

Diagnostique

Tout d'abord, une anamnèse est prise et un examen physique est effectué: la pression artérielle, la fréquence cardiaque, la consistance, la mobilité et la douleur des ganglions lymphatiques sont mesurées. L'histoire est le point de départ de recherches ultérieures.

Pour identifier la maladie, toute une série d'études seront nécessaires

La tomodensitométrie (TDM) utilise des rayons X pour visualiser différentes parties du corps. Les ordinateurs combinent les coupes individuelles en une image 3D. Le lymphome médiastinal est bien visualisé au scanner sans contraste. La tomodensitométrie a largement supplanté un certain nombre de procédures plus invasives dans le diagnostic radiologique du lymphome.

La ponction de la cavité médullaire des os plats (par exemple, sternum, crête iliaque) est réalisée à l'aide d'une canule spéciale. Pour la recherche, un échantillon de moelle osseuse est principalement prélevé. À l'aide de l'examen histologique, il est possible d'identifier les métastases du lymphosarcome.

En cas de suspicion de sarcome lymphoïde, un examen complet du ganglion lymphatique affecté est nécessaire. Pour cela, les ganglions lymphatiques les plus accessibles sont sélectionnés (par exemple, dans le cou). Ils peuvent être retirés sous anesthésie locale, mais en fonction de l'emplacement (par exemple, dans l'abdomen ou le sein), une anesthésie générale est parfois nécessaire. Le ganglion lymphatique isolé est examiné histologiquement par un pathologiste pour confirmer le diagnostic.

À l'aide des coupes histologiques (sites tissulaires) des ganglions lymphatiques retirés, le pathologiste peut poser un diagnostic. À cette fin, les zones sont colorées en utilisant diverses méthodes et examinées au microscope. Le pathologiste identifie les caractéristiques typiques de diverses maladies, telles que les cellules de Hodgkin et de Reed-Sternberg caractéristiques du lymphome hodgkinien classique.

D'autres tests diagnostiques qui donneront à votre médecin plus d'informations sur la prévalence du lymphome comprennent:

  • Analyse sanguine générale.
  • Procédure d'échographie.
  • Imagerie par résonance magnétique.
  • Scintigraphie squelettique.

Le lymphome de la glande thyroïde est détecté par un examen immunohistochimique des tissus affectés. Le lymphome de la moelle osseuse peut nécessiter un myélogramme.

Traitement

Le lymphome indolent progresse lentement et provoque peu d'inconfort, de sorte que les médecins s'attendent généralement à ce que des symptômes ou des complications se développent. Une surveillance étroite est importante, donc le traitement doit commencer immédiatement si la maladie s'aggrave. Pour le lymphome non hodgkinien de bas grade, le traitement est facultatif. Contrairement à la plupart des autres cancers, le début du traitement tôt n'augmente pas vos chances de guérison. Si les symptômes s'aggravent, une chimiothérapie est recommandée en premier. Il est souvent associé à une thérapie par anticorps.

Le taux de rechute est très élevé dans le lymphome non hodgkinien de bas grade: après quelques années, de nombreux patients développent un nouveau cancer. Pourtant, un lymphome moins agressif peut être une bonne vie pour.

Le traitement dépend du type de lymphome et de l'âge du patient

Dans la radio-immunothérapie relativement plus récente, l'anticorps est «alimenté» en particules radioactives puis injecté par voie intraveineuse. La substance radioactive est injectée directement dans la tumeur, où elle la détruit. Pour les lymphomes non hodgkiniens sévèrement malins, la chimiothérapie est associée à un traitement par anticorps. Le traitement est urgent et intense. Une radiothérapie est ensuite administrée en fonction de la gravité et de la forme du lymphome.

En cas de rechute, la greffe de cellules souches du patient (greffe de cellules souches autologues) est généralement effectuée. La transplantation de cellules souches étrangères est également possible. Le lymphome de Hodgkin peut également être traité efficacement par chimiothérapie. Selon le stade et la gravité de la maladie, le traitement dure de 2 à 8 mois. Ceci est suivi d'une radiothérapie.

Chimiothérapie

La chimiothérapie a une haute priorité dans le traitement des lymphomes. Dans les derniers stades de la maladie avec un faible degré de malignité et dans la maladie de Hodgkin, il est recommandé d'injecter des substances cytostatiques dans une veine. Habituellement en plusieurs cycles. Dans certaines formes de lymphome, les pilules sont également utilisées pour maintenir le succès du traitement sur une plus longue période..

Les schémas combinés combinent divers médicaments cytotoxiques qui agissent à différents points de départ du métabolisme cellulaire. En conséquence, des doses plus faibles d'agents cytostatiques individuels peuvent être utilisées. La réduction de la dose réduit la probabilité de réactions indésirables. Des médicaments auxiliaires sont en partie ajoutés pour améliorer la tolérance des agents chimiothérapeutiques.

Radiothérapie

La radiothérapie est un traitement qui utilise des rayonnements ionisants pour tuer les cellules cancéreuses. La radiothérapie peut être administrée seule ou avec une chimiothérapie. La radiothérapie est un traitement local qui ne traite que la partie affectée du corps. Elle est réalisée avec un équipement qui dirige des faisceaux de haute intensité vers une zone spécifique du corps. La radio-immunothérapie est une combinaison d'agents immunitaires (comme le rituximab) avec des isotopes radioactifs et offre certains avantages dans le traitement des tumeurs.

Le lymphome non hodgkinien peut traverser la barrière hémato-encéphalique et pénétrer dans le système nerveux central. Si cela se produit, la chimiothérapie ou d'autres thérapies qui ont été appliquées au niveau systémique peuvent ne pas atteindre le SNC. Par conséquent, la seule façon de guérir est la chimiothérapie ou la radiothérapie spécifique. Parfois, le médecin injectera des médicaments anticancéreux directement dans le liquide céphalo-rachidien.

Greffe de moelle osseuse

La greffe de moelle osseuse peut également être une option de traitement, en particulier chez les patients dont le cancer réapparaît (réapparaît). La greffe de moelle osseuse est utilisée pour remplacer les cellules endommagées ou détruites par de fortes doses de chimiothérapie. La thérapie utilise à la fois la moelle osseuse du donneur et le patient lui-même avant la chimiothérapie. Jusqu'à ce que la moelle osseuse transplantée commence à produire suffisamment de globules blancs, les patients doivent éviter les maladies infectieuses..

Immunothérapie

La thérapie biologique est une forme de traitement qui utilise directement ou indirectement le système immunitaire du corps pour combattre le cancer ou pour réduire les effets secondaires que certains traitements contre le cancer peuvent provoquer. Il utilise des éléments créés par le corps ou développés en laboratoire pour stimuler, diriger ou restaurer les défenses naturelles de l'organisme contre les lymphomes de la poitrine ou d'autres parties du corps..

Effets secondaires de la thérapie

Les effets secondaires de la chimiothérapie sont dus au fait que les substances cytotoxiques endommagent non seulement la tumeur, mais également les cellules saines. Après avoir terminé la chimiothérapie, presque tous les patients présentent souvent une détérioration de la qualité du sang: la concentration de globules blancs diminue et une anémie sévère se produit. En cas de risque d'infection, des précautions particulières doivent être prises - portez un masque, évitez de manger des aliments qui n'ont pas été traités thermiquement et prenez des antibiotiques. L'anémie peut nuire gravement à la qualité de vie des patients.

La perte de cheveux survient avec des thérapies plus intensives (chimiothérapie à haute dose). L'inflammation de la muqueuse buccale affecte principalement les patients subissant une chimiothérapie à haute dose avec du melphalan. Les effets secondaires disparaissent complètement en quelques jours après le retrait du médicament. Les effets à long terme de la chimiothérapie à haute dose sont des troubles sanguins. Chez les jeunes patients, la capacité de concevoir ou d'avoir des enfants peut être perdue.

Récemment, de plus en plus d'attention est accordée à la complication tardive du traitement à long terme par les amino-bisphosphonates: l'ostéonécrose de la mâchoire - la mort de la substance osseuse causée par une diminution de l'apport sanguin local. Dans le même temps, les premières études plus importantes ont été publiées: l'incidence de l'ostéonécrose est de 1% après 12 mois de traitement et augmente à 13% après 4 ans. Les facteurs de risque comprennent les prothèses dentaires, une mauvaise hygiène bucco-dentaire et une intervention parodontale..

Soins de convalescence

Vous devriez consulter votre médecin régulièrement

Le patient doit être contrôlé régulièrement par le médecin traitant. Des contrôles réguliers aident à identifier une récidive de la maladie à un stade précoce. À cette fin, après la fin du traitement, il est nécessaire de procéder régulièrement à des examens des systèmes organiques susceptibles d'être affectés par la maladie (moelle osseuse, squelette, reins). L'anamnèse, les examens physiques, les analyses de sang et d'urine et les examens techniques sont effectués à des degrés divers. Un suivi doit également être utilisé pour identifier ou traiter les complications qui ont pu survenir au cours du traitement..

Si le patient participe à une étude de recherche clinique, la fréquence des visites chez le médecin sera basée sur un protocole strict. En règle générale, tous les patients examinés sont examinés au centre de formation sur une base trimestrielle après la fin du traitement. Dans tous les cas, la participation à la recherche garantit qu'une nouvelle apparition de la maladie peut être rapidement détectée et traitée en conséquence.

Prévisions pour la vie

Combien de temps les gens vivent-ils avec un lymphome? Comprendre la nature du cancer et à quoi s'attendre peut aider les patients et leur famille à planifier un traitement et à amorcer des changements de mode de vie. La prédiction est une prédiction de l'évolution future de la maladie et de la probabilité de guérison..

Certains patients utilisent des statistiques pour essayer d'obtenir un taux de guérison; cependant, les statistiques reflètent l'expérience d'un grand groupe de patients et ne peuvent pas être utilisées pour prédire ce qui arrivera à une personne en particulier. Le pronostic pour un patient atteint de ce néoplasme peut dépendre de nombreux facteurs - le type de cancer, l'âge, l'état de santé général et la réponse au traitement. La maladie est guérissable si le traitement est débuté tôt.

Le pronostic de la vie dépend de nombreux facteurs

Le taux de survie à cinq ans des patients atteints de lymphome de Hodgkin est de 80% avec une mise en route rapide du traitement. Parfois, il est possible d'entrer en rémission à long terme. Vous pouvez guérir complètement le lymphome de Hodgkin dans les premiers stades..

L'espérance de vie des patients atteints d'un lymphome non hodgkinien peut être considérablement réduite si le traitement n'est pas commencé à temps. Le taux de survie à 5 ans varie de 80% dans le lymphome anaplasique à grandes cellules à 14% dans le lymphome à cellules du manteau (en particulier dans la région médiastinale). Avec cette forme de lymphome, il est nécessaire de consulter un médecin aux premiers stades..

La prévention

Les patients qui souffrent de cette maladie doivent subir des contrôles périodiques après la fin du traitement. Le suivi est une partie importante de l'ensemble du plan de traitement et les personnes ne doivent pas hésiter à en discuter avec leur médecin. Une observation régulière et périodique peut garantir que le médecin peut prévenir les complications de la maladie en temps opportun..

Lors des visites de suivi, les personnes atteintes d'un lymphome non hodgkinien doivent signaler tout problème de santé.