Principal
Tératome

Carie tumorale: symptômes, méthodes de diagnostic, pronostic et photos

La destruction du foyer de l'oncologie signifie la mort des cellules tumorales, qui s'effondrent et libèrent des toxines. La désintégration de la tumeur elle-même est un phénomène fréquent, noté chez de nombreux patients souffrant de lésions d'oncologie. Ce processus aggrave encore l'état du patient, empoisonne le corps avec des produits métaboliques dangereux, conduisant finalement à la mort d'une personne..

Conditions préalables

Toute la difficulté de la situation où une tumeur se désintègre, tout d'abord, est que souvent un tel processus est causé par le traitement effectué, qui vise précisément à détruire les cellules tumorales. C'est pourquoi ce processus est une conséquence naturelle du traitement du cancer. Cela peut survenir spontanément en raison d'une intervention thérapeutique.

La destruction spontanée, en règle générale, est caractéristique des néoplasmes de taille impressionnante, car avec de grandes dimensions, certaines cellules meurent. Les formations tumorales de nature maligne, localisées dans l'intestin ou la muqueuse gastrique, peuvent être mécaniquement endommagées. Ils peuvent être endommagés par les enzymes et l'acide chlorhydrique..

Syndrome de désintégration rapide

La mort des cellules tumorales provoque la formation d'un syndrome de désintégration rapide de la tumeur, qui s'accompagne d'une grave intoxication. Pour cette raison, des sels d'acide urique sont libérés, et lui-même. De plus, des phosphates et du potassium sont libérés. Tous ces composants pénètrent dans la circulation sanguine, à travers laquelle ils pénètrent dans diverses zones du corps, où ils endommagent les organes et créent un déséquilibre alcalin. L'acidité se forme dans la masse sanguine, ce qui a un effet néfaste sur le fonctionnement rénal.

La chimiothérapie comme source de destruction

Lorsque trop d'acide urique circule dans la masse sanguine, cela conduira tôt ou tard à un blocage de la lumière des tubules rénaux. La conséquence de ce processus est généralement le développement d'une insuffisance rénale..

Cette complication affecte principalement les patients qui, avant même l'apparition de la tumeur, présentaient des troubles de l'activité de l'organe. En raison de la libération de phosphate des cellules cancéreuses mortes, la concentration de calcium dans le sérum sanguin diminue. Ce phénomène provoque des convulsions et augmente la somnolence. Entre autres choses, un excès de potassium provient constamment du foyer oncologique, ce qui conduit à l'apparition d'arythmies, qui, à leur tour, peuvent entraîner la mort..

En plus des métabolites décrits, les cellules tumorales peuvent produire des enzymes et d'autres produits agressifs. C'est pourquoi la carie tumorale est souvent compliquée par des lésions infectieuses, une inflammation, des dommages à un gros vaisseau, c'est pourquoi des saignements abondants commencent. De telles complications rendent le traitement difficile. De plus, l'état du patient dans son ensemble s'aggrave. S'il n'y a pas de soins médicaux en temps opportun, les violations énumérées menacent de pertes de sang graves..

Symptômes

Les symptômes suivants de la décomposition tumorale sont observés:

  • une fièvre apparaît;
  • vomissements et nausées;
  • inconfort douloureux localisé dans l'abdomen;
  • perte rapide du poids corporel d'origine, qui peut provoquer une cachexie cancéreuse;
  • décoloration de la peau (elles pâlissent, une teinte ictérique peut apparaître);
  • anomalies hépatiques.

Il faut se rappeler que diverses maladies peuvent avoir leurs propres symptômes, qui dépendront du type de cancer et de la localisation du cancer..

Types de cancer et symptômes typiques

Pour différents types de cancer, en plus des signes généraux décrits ci-dessus, d'autres symptômes sont caractéristiques qui s'observent avec une certaine localisation du néoplasme.

Par exemple, avec la désintégration d'une tumeur du sein, il y a souvent des raisons de classer la pathologie au stade quatre. Avec une nécrose cellulaire massive, une implication de la peau dans le processus et son infection, des ulcères volumineux et à long terme non cicatrisants se forment, ce qui, dans la plupart des cas, ne permet pas à l'oncologue de commencer à traiter la tumeur le plus tôt possible, car cette dernière peut aggraver davantage la carie. Parallèlement à la conduite de la désintoxication et de l'antibiothérapie chez le patient, la tumeur continue de progresser et de se développer, ne laissant souvent aucune possibilité à son traitement chirurgical..

La question de la thérapie pour la désintégration des tumeurs de la glande mammaire est très aiguë, surtout compte tenu du grand nombre de visites tardives de patients et des formes avancées de la maladie. En passant, beaucoup s'intéressent au pronostic de la décomposition tumorale. À propos de ceci ci-dessous.

Les tumeurs gastriques peuvent se désintégrer à grande taille, auquel cas la possibilité de perforation de la paroi de cet organe augmente et la libération ultérieure de son contenu dans la cavité péritonéale - péritonite. Cette pathologie s'accompagne d'une infection du péritoine par des produits digestifs, d'une inflammation importante et peut être mortelle si le patient ne reçoit pas de soins d'urgence. Une autre manifestation de la carie tumorale dans l'estomac peut être un saignement sévère, se manifestant par des vomissements avec du sang comme du «marc de café», une tachycardie, une faiblesse, une diminution de la pression artérielle, etc..

La désintégration des tumeurs malignes intestinales menace de lésions vasculaires de la paroi intestinale et de saignements.Dans le rectum, non seulement une infection sévère, une suppuration et une inflammation peuvent apparaître, mais également des passages fistuleux se forment dans d'autres organes du petit bassin (utérus chez les patients, vessie).

La désintégration d'une tumeur pulmonaire est dangereuse par la pénétration d'air dans la cavité pleurale (pneumothorax), des saignements sévères, les symptômes habituels d'essoufflement apparaissent, la toux et la douleur sont compliquées par la décharge d'une énorme quantité d'expectorations putrides.

Les tumeurs utérines peuvent se désintégrer lorsque le néoplasme est volumineux. Si les cellules cancéreuses sont détruites, une infiltration et une inflammation prononcée des tissus environnants se produisent, des fistules apparaissent dans le rectum et la vessie, à travers lesquelles le processus néoplasique se propage à ces organes.

La carie cancéreuse avec une telle localisation est caractérisée par de la fièvre, une intoxication sévère, la propagation du processus inflammatoire dans le petit bassin.

Les symptômes de l'apparition de la décomposition tumorale en oncologie sont toujours un signal alarmant qui ne peut être ignoré, à propos duquel toute détérioration du bien-être d'une personne devrait être une raison pour se débarrasser d'une condition aussi dangereuse. Il est très important de surveiller l'état des patients sous traitement anticancéreux.

Diagnostique

Le diagnostic est posé sur la base des signes cliniques, des résultats d'études instrumentales et des tests de laboratoire. Le premier symptôme alarmant est le plus souvent une diminution du volume d'urine excrétée..

Pour diagnostiquer la carie tumorale (il est difficile de le voir sur la photo), vous devez déterminer le niveau d'acide urique, de créatinine, de calcium et de phosphate dans le sérum sanguin. L'état du foie est évalué sur la base des résultats des tests hépatiques effectués. Si nécessaire, le patient se voit prescrire une échographie des reins, CT et ECG.

Traitement

Le traitement du syndrome de dégradation tumorale ne doit être effectué que sous la supervision d'un médecin en milieu stationnaire. Il comprend:

  • Antiémétiques, laxatifs, sorbants. S'ils sont inefficaces, des lavements sont administrés, non seulement pour éliminer les matières fécales, mais également pour réduire l'intoxication avec des produits métaboliques.
  • Traitement par perfusion pour corriger l'équilibre des acides et des alcalis - administration de préparations de calcium, hydroxyde d'aluminium, solution de glucose et d'insuline, aluminium, si les phosphates dans le sérum sanguin, augmentation du bicarbonate de sodium.
  • L'acidose dans la désintégration tumorale n'est peut-être qu'un cas justifié d'utilisation du bicarbonate de soude pour le cancer, mais un tel traitement ne peut être effectué que par un médecin et sous une surveillance stricte de l'état acido-basique du sang..
  • Lorsque des symptômes d'insuffisance rénale aiguë apparaissent, une hémodialyse est effectuée.
  • Traitement antiarythmique des troubles du rythme cardiaque.
  • Des suppléments de fer sont prescrits pour l'anémie.
  • Anti-inflammatoires et analgésiques qui, en plus de soulager le syndrome douloureux, réduisent la fièvre.
  • Un régime alimentaire adéquat et une alimentation complète.
  • Avant la chimiothérapie à des fins prophylactiques, les complications nécessitent une consommation abondante, un traitement de réhydratation pendant un jour ou deux.

Voyons maintenant, quand la tumeur se désintègre, combien de temps le patient doit vivre?

Prévoir

Si le traitement est débuté en temps opportun, le pronostic du syndrome de dégradation tumorale est le plus souvent favorable. Lorsque les troubles métaboliques sont corrigés, la restauration de l'activité rénale est notée. Si le traitement est absent ou commence tard, il peut y avoir un décès dû à une insuffisance rénale aiguë, des complications causées par une dégradation de la tumeur (saignement interne, complications infectieuses graves, péritonite due à la perforation des parois de l'organe creux) ou un arrêt cardiaque.

Combien de temps vivre avec la carie tumorale en cas de cancer de grade 4? Malheureusement, au mieux, il sera possible de vivre plusieurs mois avec la bonne thérapie..

La prévention

Pour éviter l'apparition de l'effondrement du syndrome tumoral, vous devez boire beaucoup de liquide 1 à 2 jours avant de commencer l'utilisation de médicaments chimiothérapeutiques, une surveillance régulière du taux d'acide urique, de créatinine, de calcium et de phosphate dans le sérum sanguin. Au cours de la première semaine de traitement, des tests sont effectués quotidiennement. Si des symptômes de laboratoire ou cliniques du syndrome de désintégration du néoplasme apparaissent, des tests de laboratoire sont effectués plusieurs fois par jour.

Symptômes de carie tumorale

En règle générale, les restes de la tumeur sont excrétés du corps pendant la pourriture. Cela ne cause pratiquement aucun inconvénient si les médecins prescrivent des médicaments à temps pour faciliter le processus. C'est bien pire lorsque des plaies apparaissent à travers lesquelles beaucoup de pus remonte à la surface, ainsi qu'une décomposition dans les organes internes, caractérisée par des complications.

Aujourd'hui, un certain nombre de symptômes caractérisent le processus de désintégration des tumeurs cancéreuses. Pour chaque type de carie, les symptômes sont différents. Par conséquent, ils doivent être examinés plus en détail afin d'identifier à temps et de soulager l'état général du patient..

Symptômes de la désintégration du néoplasme commun

Le syndrome de désintégration tumorale, qui se manifeste de la manière habituelle, est le plus relativement facile en termes de tolérance pour l'homme. Habituellement, toutes les toxines et les cellules mortes sont éliminées par le tractus gastro-intestinal. C'est souvent le cas avec un cancer de l'intestin léger s'il n'est pas traité. Il se caractérise par les caractéristiques suivantes:

  1. Une petite décharge du corps est possible avec les selles. Si une personne se sent mal et que les tumeurs n'étaient pas si volumineuses, le processus est presque indolore.
  2. Les vomissements sont considérés comme un signe d'élimination des produits de désintégration des tumeurs malignes du corps. Ce phénomène est typique pour presque toutes les personnes subissant une chimiothérapie. Plus la tumeur est complexe, plus les vomissements sont forts et fréquents..
  3. Souvent, la température corporelle peut augmenter, il y a une faiblesse de tout l'organisme. Des étourdissements et des douleurs peuvent survenir. Surtout si la tumeur est dans le cerveau. Ensuite, il est impératif d'observer un traitement complexe supplémentaire..

Libération de produits de carie à travers la peau et dans le corps

Plus fréquente est la manifestation du syndrome de dégradation tumorale par la formation de formations désagréables sur la peau. Ceux-ci incluent toutes sortes de plaies, d'ulcères, ainsi que des acné grasse et de grande acné purulente. Vous pouvez comprendre que c'est exactement la décomposition d'une tumeur cancéreuse par les signes suivants:

  1. Les plaies cutanées et les ulcères apparaissent spontanément et diffèrent en taille. En règle générale, ils sont toujours humides, car ils libèrent constamment du pus liquide. Lorsque vous l'essuyez, après une courte période de temps, une nouvelle croûte purulente apparaît.
  2. Les plaies peuvent apparaître n'importe où sur le corps. De plus, ce sont le plus souvent les endroits les plus inattendus où la peau était auparavant propre. La formation de gros wen est caractéristique, qui peut être absolument indolore.
  3. Le plus souvent, les plaies saignent, en plus du fait que du pus en est libéré. Et cela est dû au fait que toutes les toxines qui apparaissent à la suite de la désintégration de la tumeur sont excrétées dans le sang. Le sang infecté, à son tour, doit être excrété du corps..

Et, enfin, il existe une autre série de symptômes caractéristiques de la désintégration d'une tumeur dans les cavités internes du corps, plus souvent lors d'un cancer intestinal. Il s'agit d'un phénomène dangereux, car en l'absence d'assistance rapide, une infection des tissus internes peut survenir. Les symptômes sont les suivants:

  1. La température corporelle augmente très fortement. Cela peut être accompagné d'une fièvre intense et même de fièvre, qui peuvent tourmenter le patient pendant plusieurs jours. La température peut être remplacée par des frissons aigus.
  2. Le patient commence à souffrir de diarrhée, qui a une couleur noire nette et une odeur très désagréable. En outre, une très grande quantité d'écoulement sanglant pendant les selles est possible..
  3. Des hématomes apparaissent dans tout le corps, ce qui indique qu'il y a une hémorragie interne. Cela s'accompagne généralement d'une grave faiblesse de tout le corps, des saignements du nez et des oreilles. De nombreux hématomes apparaîtront s'ils ne sont pas traités.
  4. Parallèlement à tout cela, le patient est tourmenté par des vomissements constants, la couleur de la décharge peut être noire ou verte. Couvrir la peau d'ulcères et de plaies qui saignent et s'infectent n'est pas exclu.

Quelles règles suivre pendant la décomposition tumorale

Il est très important de savoir quoi faire pour rendre la période de carie aussi indolore et plus facile que possible pour le patient. Il existe un certain nombre de règles à suivre en même temps que le traitement dans une clinique spécialisée et la prise de médicaments prescrits par un médecin:

  1. Si des ulcères et des plaies se forment sur le corps, vous devez constamment rincer, désinfecter et appliquer des pansements stériles propres. Vous pouvez laver les plaies avec de l'eau chaude et propre pour ramollir la croûte purulente. Ensuite, vous devez bien tout désinfecter avec une solution de peroxyde d'hydrogène ou de furaciline. Après cela, vous devez fermer les ulcères avec un bandage de gaze propre, qui est changé tous les jours ou plusieurs fois par jour, en fonction de la taille de la tumeur dans le corps..
  2. Vous devez consommer autant de liquide que possible, en particulier des décoctions à base de plantes. Cela décontaminera les cavités de l'intérieur et aidera également le corps à combattre les toxines. Le liquide est bon pour nettoyer le sang des déchets morts et soutient le fonctionnement du foie et des reins.
  3. La condition la plus importante pendant la période de dégradation du cancer et pendant le traitement du cancer en général est de manger le moins possible. Les scientifiques ont montré que le jeûne donne un bon pronostic dans la moitié des cas. Ainsi, même les tumeurs les plus dangereuses et les plus grosses peuvent se dissoudre.Ce phénomène est lié au fait que lorsque le corps manque de nourriture de manière catastrophique, il commence à absorber les formations et les cellules dont il n'a pas besoin. Autrement dit, cela ne présente aucun avantage pour le corps. En raison de la famine légère, les néoplasmes sont simplement détruits par le corps. Cela devient perceptible lorsque toutes les formations à la surface de la peau, telles que le wen et autres, commencent à disparaître lentement. La santé du patient se rétablit progressivement, malgré la forte faiblesse du corps, qui dans ce cas est en grande partie due uniquement à la famine. Mais cela arrive rarement sans traitement spécial..
  4. Immédiatement après le traitement, vous devez régulièrement manger de la nourriture afin que le corps ne soit pas complètement épuisé. Mais dans le même temps, il est extrêmement important de suivre un régime qui exclut de l'alimentation les boissons alcoolisées, le café et le thé forts, les aliments gras, les aliments contenant beaucoup de sel et d'épices chaudes..
  5. Assurez-vous d'utiliser un complexe de multivitamines spéciales, en particulier pendant le jeûne. Ils soutiendront largement le système immunitaire déjà affaibli, donneront au corps la force de combattre les toxines excrétées et la tumeur dans son ensemble. Quelles vitamines doivent être utilisées particulièrement activement, le médecin traitant doit conseiller.
  6. Essayez de ne pas déclencher de processus inflammatoires mineurs à l'intérieur du corps et sur la peau, même après une chimiothérapie. Cela s'applique même à une petite éruption cutanée froide ou mineure. En effet, malgré le fait que ce n'est pas si important, dans des conditions de carie tumorale ou après des séances de chimiothérapie, le corps consacre de gros efforts.

Ainsi, l'ensemble du syndrome de désintégration tumorale en l'absence de traitement ou dans des conditions d'inefficacité, ainsi que les mesures à suivre pendant cette période, sont considérés.

N'oubliez pas que tout cancer est mieux identifié et guéri à temps..

Syndrome d'effondrement tumoral

Le syndrome de désintégration tumorale est un complexe de symptômes causé par la destruction rapide d'un grand nombre de cellules de néoplasie maligne. Il survient généralement dans le traitement de maladies du système sanguin, moins souvent dans le traitement d'autres maladies oncologiques. Elle s'accompagne de troubles métaboliques qui provoquent le développement d'arythmies, de bradycardie, de convulsions, de troubles de la conscience, d'insuffisance rénale aiguë, de diarrhée ou de constipation, de nausées, de vomissements, d'obstruction intestinale et d'autres troubles de l'activité de divers organes et systèmes. Diagnostiqué sur la base des symptômes et des résultats de laboratoire. Traitement: thérapie par perfusion, thérapie symptomatique, hémodialyse.

informations générales

Le syndrome de désintégration tumorale est une condition urgente qui survient dans le processus de traitement conservateur du cancer. Il est le plus souvent diagnostiqué dans la leucémie lymphoblastique aiguë et les lymphomes, moins souvent dans la leucémie chronique et les néoplasmes solides de diverses localisations. Le syndrome de désintégration tumorale est généralement détecté lors de la prise de médicaments de chimiothérapie ou après la fin de la chimiothérapie, moins souvent observé pendant la radiothérapie, dans certains cas, il se développe spontanément. Elle s'accompagne de la survenue d'une insuffisance rénale aiguë due à une hyperuricémie. Cela constitue une menace pour la vie du patient, nécessite une correction urgente. Le traitement est effectué par des spécialistes dans le domaine de l'oncologie, de l'urologie et de la réanimation.

Les raisons

Habituellement, le syndrome de désintégration tumorale se développe pendant le traitement des néoplasmes malins, qui est dû à la destruction intense des cellules tumorales sous l'influence de la chimiothérapie ou de la radiothérapie. Les leucémies et les lymphomes, en particulier le lymphome de Burkitt, ont une tendance initiale à une telle carie, aggravée après le début du traitement. Le risque de développer un syndrome de dégradation tumorale augmente avec les néoplasmes volumineux. En raison de la croissance relativement lente des vaisseaux sanguins qui ne peuvent pas suivre la prolifération rapide des cellules tumorales, des zones avec un apport sanguin insuffisant se forment souvent dans les grosses tumeurs. Ces zones peuvent devenir nécrotiques à la fois spontanément et pendant le traitement, traumatisation de la néoplasie ou détérioration de la circulation sanguine causée par divers facteurs (changement de l'état du patient, compression d'un gros vaisseau d'alimentation, etc.).

Dans le syndrome de désintégration tumorale, un grand nombre de cellules malignes contenant des phosphates et des nucléotides puriques sont détruits en un court laps de temps. Les nucléotides sont métabolisés dans le foie pour former de l'acide urique. Le taux d'acide urique, de phosphore, de potassium et de certaines autres substances dans le sang augmente fortement. Parallèlement aux troubles énumérés dans le syndrome de désintégration tumorale, une acidose lactique se développe en raison d'un dysfonctionnement du foie dû à des dommages causés par des métastases à distance et / ou aux effets toxiques des produits de désintégration de la néoplasie sur les cellules de l'organe..

Des troubles du métabolisme acide-base et eau-sel, caractéristiques du syndrome de dégradation tumorale, apparaissent, qui ont un effet négatif sur l'activité de tous les organes et systèmes. Tout cela se produit dans un contexte d'épuisement, de lésions métastatiques des ganglions lymphatiques et d'organes distants, de leucocytose, d'anémie, de troubles immunitaires et de l'accumulation précédente de métabolites toxiques dans le sang, ce qui aggrave encore la situation et peut provoquer une décompensation brutale de l'état du patient avec syndrome de désintégration tumorale.

En raison de l'acidification du sang, le pH de l'urine diminue. Des cristaux d'acide urique se déposent dans la moelle épinière, collectant les canaux et les tubules rénaux, empêchant la filtration et l'excrétion urinaire. Il y a une diminution de la clairance rénale et une diminution du taux de filtration rénale. L'hyperphosphatémie, associée à une hypocalcémie, est un facteur supplémentaire aggravant le dysfonctionnement rénal dans le syndrome de désintégration tumorale. En raison d'une diminution du taux de calcium dans le sang, le taux d'hormone parathyroïdienne augmente, ce qui stimule l'excrétion des phosphates du corps.

En raison de l'action de cette hormone, des sels de calcium se déposent dans le tissu rénal des patients atteints du syndrome de dégradation tumorale, ce qui empêche également la filtration et l'excrétion urinaire. Il existe une azotémie, une oligo- ou une anurie, accompagnées d'une accumulation de produits métaboliques toxiques dans l'organisme. Une insuffisance rénale aiguë se développe, ce qui constitue une menace pour la vie d'un patient atteint du syndrome de désintégration tumorale. L'hypocalcémie et l'hyperkaliémie provoquent des troubles du système cardiovasculaire. Les troubles métaboliques entraînent des dysfonctionnements du système nerveux central et du système digestif.

La libération d'enzymes par les cellules en décomposition, la formation de foyers de nécrose et une diminution de l'immunité contribuent au développement de l'inflammation, à l'ajout d'une infection et à la suppuration ultérieure dans la zone de décomposition du néoplasme et des tissus adjacents. Les complications infectieuses aggravent encore l'état d'un patient atteint du syndrome de désintégration tumorale, compliquent le processus de traitement et peuvent provoquer le développement d'une septicémie. Une autre complication dangereuse de cette condition est la fusion d'un gros vaisseau, accompagnée de saignements abondants..

Symptômes du syndrome de dégradation tumorale

Le développement du syndrome de désintégration tumorale s'accompagne d'une aggravation de l'état du patient. Une faiblesse progressive et une hyperthermie se produisent. Des troubles dyspeptiques sont notés: douleurs abdominales, nausées, vomissements, manque d'appétit, constipation ou diarrhée. En cas de lésions du système nerveux central, des convulsions, des paresthésies et une altération de la conscience sont observées. La défaite du système cardiovasculaire dans le syndrome de désintégration tumorale se manifeste par une bradycardie, une arythmie et une hypotension artérielle. Le développement d'une insuffisance rénale est indiqué par une oligurie ou une anurie. Chez les patients atteints du syndrome de désintégration tumorale, la jaunisse de la peau survient souvent en raison d'une insuffisance hépatique.

Outre les symptômes généraux, il existe des manifestations causées par la localisation du néoplasme. Lorsque le cancer du sein se décompose, de gros ulcères se forment. Le syndrome de désintégration des tumeurs de l'estomac et des intestins peut être compliqué par la fusion du vaisseau avec un saignement ou une perforation subséquente de la paroi de l'organe et le développement d'une péritonite. Avec la dégradation du cancer du poumon, des saignements, un pneumothorax et une décharge d'expectorations putrides abondantes sont possibles.

Diagnostique

Le diagnostic est posé sur la base de manifestations cliniques, de données de tests de laboratoire et d'études instrumentales. Le premier signe d'avertissement est généralement une diminution de la quantité d'urine excrétée. Pour identifier le syndrome de désintégration tumorale, le taux de créatinine, d'acide urique, de phosphates et de calcium dans le sérum sanguin est déterminé. L'état du foie est évalué en tenant compte des résultats des tests hépatiques. Si nécessaire, nommer ECG, CT et échographie des reins.

Traitement du syndrome de dégradation tumorale

Les troubles métaboliques mineurs sont corrigés en ambulatoire. Lorsque des signes d'un syndrome de décomposition tumorale avancée apparaissent, les patients sont hospitalisés en oncologie ou en unité de soins intensifs (en fonction de la gravité de l'affection et de la gravité des troubles). Les antiémétiques sont prescrits pour les nausées et les vomissements. Pour la constipation, des laxatifs et des lavements sont utilisés. Pour les arythmies, des médicaments antiarythmiques sont utilisés. Pour corriger les troubles de l'eau-sel et acide-base, les patients atteints du syndrome de désintégration tumorale reçoivent une thérapie par perfusion. Contrôle du débit urinaire et correction du régime de consommation. Dans les cas graves, les patients sont référés pour hémodialyse. Des analgésiques et des anti-inflammatoires sont prescrits si nécessaire.

Prévision et prévention

Avec l'instauration rapide du traitement, le pronostic du syndrome de désintégration tumorale est généralement favorable. Après la correction des troubles métaboliques, la fonction rénale est restaurée. En l'absence ou au début tardif du traitement du syndrome de désintégration tumorale, la mort est possible en raison d'une insuffisance rénale aiguë, d'un arrêt cardiaque ou de complications dues à la désintégration du néoplasme (hémorragie interne, péritonite due à la perforation de la paroi de l'organe creux ou de graves complications infectieuses).

Les mesures visant à prévenir le développement du syndrome de dégradation tumorale comprennent la consommation de beaucoup de liquides 1 à 2 jours avant le début de la chimiothérapie, ainsi qu'une surveillance régulière du taux de créatinine, d'acide urique, de phosphate et de calcium dans le sérum sanguin. Au cours de la première semaine de traitement, des analyses sont effectuées quotidiennement. Lorsque des signes cliniques ou de laboratoire du syndrome de désintégration de la tumeur apparaissent, des tests de laboratoire sont effectués plusieurs fois par jour.

Carie tumorale dans les symptômes oncologiques

Technique de la clinique "Biocentre"

Le développement du syndrome de désintégration tumorale s'accompagne d'une aggravation de l'état du patient. Une faiblesse progressive et une hyperthermie se produisent. Des troubles dyspeptiques sont notés: douleurs abdominales, nausées, vomissements, manque d'appétit, constipation ou diarrhée. En cas de lésions du système nerveux central, des convulsions, des paresthésies et une altération de la conscience sont observées. La défaite du système cardiovasculaire dans le syndrome de désintégration tumorale se manifeste par une bradycardie, une arythmie et une hypotension artérielle. Le développement d'une insuffisance rénale est indiqué par une oligurie ou une anurie. Chez les patients atteints du syndrome de désintégration tumorale, la jaunisse de la peau survient souvent en raison d'une insuffisance hépatique.

Outre les symptômes généraux, il existe des manifestations causées par la localisation du néoplasme. Lorsque le cancer du sein se décompose, de gros ulcères se forment. Le syndrome de désintégration d'une tumeur de l'estomac et des intestins peut être compliqué par la fusion du vaisseau avec un saignement ou une perforation de la paroi de l'organe et le développement d'une péritonite. Avec la dégradation du cancer du poumon, des saignements, un pneumothorax et une décharge d'expectorations putrides abondantes sont possibles.

Le diagnostic est posé sur la base de manifestations cliniques, de données de tests de laboratoire et d'études instrumentales. Le premier signe d'avertissement est généralement une diminution de la quantité d'urine excrétée. Pour identifier le syndrome de désintégration tumorale, le taux de créatinine, d'acide urique, de phosphates et de calcium dans le sérum sanguin est déterminé. L'état du foie est évalué en tenant compte des résultats des tests hépatiques. Si nécessaire, nommer ECG, CT et échographie des reins.

Les troubles métaboliques mineurs sont corrigés en ambulatoire. Lorsque des signes d'un syndrome de décomposition tumorale avancée apparaissent, les patients sont hospitalisés en oncologie ou en unité de soins intensifs (en fonction de la gravité de l'affection et de la gravité des troubles). Les antiémétiques sont prescrits pour les nausées et les vomissements.

Pour la constipation, des laxatifs et des lavements sont utilisés. Pour les arythmies, des médicaments antiarythmiques sont utilisés. Pour corriger les troubles de l'eau-sel et acide-base, les patients atteints du syndrome de désintégration tumorale reçoivent une thérapie par perfusion. Contrôle du débit urinaire et correction du régime de consommation. Dans les cas graves, les patients sont référés pour hémodialyse. Des analgésiques et des anti-inflammatoires sont prescrits si nécessaire.

Plus fréquente est la manifestation du syndrome de dégradation tumorale par la formation de formations désagréables sur la peau. Ceux-ci incluent toutes sortes de plaies, d'ulcères, ainsi que des acné grasse et de grande acné purulente. Vous pouvez comprendre que c'est exactement la décomposition d'une tumeur cancéreuse par les signes suivants:

  1. Les plaies cutanées et les ulcères apparaissent spontanément et diffèrent en taille. En règle générale, ils sont toujours humides, car ils libèrent constamment du pus liquide. Lorsque vous l'essuyez, après une courte période de temps, une nouvelle croûte purulente apparaît.
  2. Les plaies peuvent apparaître n'importe où sur le corps. De plus, ce sont le plus souvent les endroits les plus inattendus où la peau était auparavant propre. La formation de gros wen est caractéristique, qui peut être absolument indolore.
  3. Le plus souvent, les plaies saignent, en plus du fait que du pus en est libéré. Et cela est dû au fait que toutes les toxines qui apparaissent à la suite de la désintégration de la tumeur sont excrétées dans le sang. Le sang infecté, à son tour, doit être excrété du corps..

Et, enfin, il existe une autre série de symptômes caractéristiques de la désintégration d'une tumeur dans les cavités internes du corps, plus souvent lors d'un cancer intestinal. Il s'agit d'un phénomène dangereux, car en l'absence d'assistance rapide, une infection des tissus internes peut survenir. Les symptômes sont les suivants:

  1. La température corporelle augmente très fortement. Cela peut être accompagné d'une fièvre intense et même de fièvre, qui peuvent tourmenter le patient pendant plusieurs jours. La température peut être remplacée par des frissons aigus.
  2. Le patient commence à souffrir de diarrhée, qui a une couleur noire nette et une odeur très désagréable. En outre, une très grande quantité d'écoulement sanglant pendant les selles est possible..
  3. Des hématomes apparaissent dans tout le corps, ce qui indique qu'il y a une hémorragie interne. Cela s'accompagne généralement d'une grave faiblesse de tout le corps, des saignements du nez et des oreilles. De nombreux hématomes apparaîtront s'ils ne sont pas traités.
  4. Parallèlement à tout cela, le patient est tourmenté par des vomissements constants, la couleur de la décharge peut être noire ou verte. Couvrir la peau d'ulcères et de plaies qui saignent et s'infectent n'est pas exclu.

La mort de cellules tumorales en prolifération active avec une teneur élevée en nucléotides et en phosphate entraîne la libération de potassium, de phosphore, d'acide urique et d'autres produits toxiques. Une grande quantité de produits de dégradation cellulaire peut dépasser la capacité du corps à les excréter, ce qui entraîne une violation aiguë de l'équilibre électrolytique et acido-basique, une diminution de la clairance rénale (capacité des reins à purifier le sang) et du taux de filtration (déterminé par la créatinine ou l'urée).

Les conglomérats de ganglions lymphatiques, les métastases, l'hépatosplénomégalie, la leucocytose, l'acidification du sang, l'altération de la fonction rénale et l'accumulation de métabolites toxiques sous-oxydés compliquent considérablement le syndrome de désintégration tumorale, jusqu'à des conditions potentiellement mortelles.

L'apport en avalanche de nucléotides de purine provenant de cellules détruites (guanine et adénosine) et leur destruction ultérieure dans le foie conduisent finalement à la formation d'acide urique, qui à son tour augmente l'excrétion d'urate par les reins. Dans ce cas, la teneur en acide des cellules tumorales conduit au fait que le pH de l'urine diminue à 5,0-5,4, l'acide urique cristallise dans le parechéma rénal, les tubules distaux, les canaux collecteurs, le bassin et les uretères. Obstruction des voies urinaires, oligoanurie (peu d'urine), azotémie et intoxication générale du corps.

Avec la désintégration du tissu tumoral, une hyperphosphatémie se développe (accumulation de phosphates dans le corps), une hyperphosphaturie (augmentation de l'excrétion des phosphates par les reins) et l'hypocalcémie associée (diminution du taux de calcium dans le sang). L'hypocalcémie stimule la libération d'hormone parathyroïdienne, ce qui augmente la libération de phosphate et conduit à une néphrocalcinose. L'hypocalcémie complique l'évolution de l'hyperkaliémie et aggrave le processus de troubles du rythme cardiaque et d'hypotension artérielle.

Système cardiovasculaire: bradycardie, arythmie sinusale, troubles du rythme cardiaque jusqu'à l'arrêt cardiaque en phase diastolique (avec hyperkaliémie), modifications de l'ECG (expansion du complexe Q
RS
, allongement de l'intervalle Q
-T
, ondes T élevées).

Du système nerveux: paresthésies, convulsions, changements mentaux jusqu'au développement du coma.

Du système urinaire: insuffisance rénale aiguë (hyperuricémie, hyperphosphatémie), acidose métabolique, néphrocalcinose.

Du tractus gastrique - intestinal: nausées, vomissements, diarrhée, spasmes des muscles lisses, occlusion intestinale.

Une surveillance constante est une condition préalable au succès du traitement du cancer pendant la période de décomposition tumorale

électrolytes (en particulier le potassium)

Les modifications minimales des paramètres de laboratoire sont la base du démarrage immédiat d'une thérapie complexe.

Lentement (5 minutes), injecter 10 à 30 ml de solution de gluconate de calcium à 10% par voie intraveineuse, puis 200 à 300 ml de solution de bicarbonate de sodium (soude) 4,2 à 8,4%, une solution de glucose hypertonique (50 ml de solution à 50%) et l'introduction 10U d'insuline pour restituer le potassium aux cellules. L'utilisation d'un diurétique de l'anse furosémide est obligatoire (ou torside).

Une condition obligatoire pendant cette période (10-12 jours) est un régime sans protéines pour corriger l'hyperphosphatémie et l'utilisation de diurétiques de l'anse (furosémide).

Le traitement ambulatoire peut être effectué avec un taux de calcium ne dépassant pas 3,25 mmol / L. Toute valeur supérieure à cet indicateur nécessite un traitement hospitalier immédiat dans l'unité de soins intensifs. Un taux de calcium de 3,7 mmol / l menace un arrêt cardiaque.

Le traitement consiste en l'introduction de solution saline 4-6 litres par jour (300-400 ml / heure), l'introduction de furosémide (40-80 mg toutes les 2 heures). L'introduction de prednisolone 40-100 mg toutes les 8 heures (seulement 3-5 jours) ou de dexaméthasone 8 mg une fois par jour le matin (3-5 jours) est particulièrement efficace, puis passer à l'administration orale de 10-30 mg / jour

Panneaux

Le syndrome de désintégration tumorale, qui se manifeste de la manière habituelle, est le plus relativement facile en termes de tolérance pour l'homme. Habituellement, toutes les toxines et les cellules mortes sont éliminées par le tractus gastro-intestinal. C'est souvent le cas avec un cancer de l'intestin léger s'il n'est pas traité. Il se caractérise par les caractéristiques suivantes:

  1. Une petite décharge du corps est possible avec les selles. Si une personne se sent mal et que les tumeurs n'étaient pas si volumineuses, le processus est presque indolore.
  2. Les vomissements sont considérés comme un signe d'élimination des produits de désintégration des tumeurs malignes du corps. Ce phénomène est typique pour presque toutes les personnes subissant une chimiothérapie. Plus la tumeur est complexe, plus les vomissements sont forts et fréquents..
  3. Souvent, la température corporelle peut augmenter, il y a une faiblesse de tout l'organisme. Des étourdissements et des douleurs peuvent survenir. Surtout si la tumeur est dans le cerveau. Ensuite, il est impératif d'observer un traitement complexe supplémentaire..

Une intoxication survient généralement lorsque la tumeur atteint une taille importante.
. De plus, la chimiothérapie peut entrer dans cet état du corps, car les substances utilisées dans le traitement s'accumulent progressivement dans le corps. Cependant, la réticence à traiter la maladie dans les derniers stades peut accélérer la croissance de l'éducation. Les principaux symptômes présents chez les patients atteints de différents types de cancer sont:

  • perte de force et incapacité à supporter toute activité physique;
  • faiblesse irrésistible constante et vertiges;
  • baisse de performance;
  • refus des plats de viande;
  • réactions du tractus gastro-intestinal: nausées, vomissements, diarrhée, constipation;
  • jaunissement de la peau;
  • violation de l'appétit;
  • épuisement dans le contexte d'une perte de poids dramatique;
  • peau sèche;
  • augmentation de la transpiration;
  • état subfébrile et fièvre;
  • maux de tête fréquents;
  • les troubles du sommeil;
  • états dépressifs.

Quant aux réactions du système immunitaire - la détérioration de son état se manifeste par des rhumes fréquents
, qui ne passent pas longtemps et compliquent le système respiratoire.

La présence d'une tumeur cancéreuse peut être déterminée en utilisant l'IRM, la tomodensitométrie, des tests de laboratoire basés sur la biopsie tumorale ou des métastases et la scintigraphie. L'oncologie peut également être diagnostiquée en analysant les résultats de l'échographie, cependant, pour un diagnostic plus précis, il est nécessaire de procéder en plus à un examen histologique.

Les symptômes de la dégradation du tissu tumoral sont variés, mais très similaires chez la plupart des patients. Il:

  • Grande faiblesse, pire de jour en jour;
  • Fatigue;
  • Fièvre;
  • Troubles dyspeptiques - nausées, vomissements, douleurs abdominales, diminution ou manque d'appétit, troubles des selles;
  • Avec des dommages au système nerveux, une altération de la conscience est possible, y compris un coma, des convulsions, des changements de sensibilité;
  • Arythmies, dans le contexte d'une insuffisance rénale aiguë - souvent ventriculaire, possible arrêt cardiaque;
  • Perte de poids progressive, dont le degré extrême est la cachexie cancéreuse (émaciation);
  • Modifications de la peau et des muqueuses - pâleur, jaunissement, cyanose avec altération de la fonction hépatique, microcirculation.

Avec différents types de cancer, en plus des symptômes généraux décrits, il peut y avoir d'autres signes caractéristiques d'une localisation tumorale spécifique.

Ainsi, la décomposition sert souvent de raison pour classer la maladie au stade quatre. Une nécrose cellulaire massive, une atteinte cutanée, une infection entraînent la formation d'ulcères volumineux et à long terme non cicatrisants, qui, dans la plupart des cas, ne permettent pas à l'oncologue de commencer un traitement anticancéreux le plus tôt possible, car ce dernier peut aggraver davantage la carie cancéreuse.

Pendant que le patient suit un traitement antibactérien et de désintoxication, la tumeur continue de croître et de progresser, ne laissant souvent aucune chance à un traitement chirurgical. Le problème du traitement des tumeurs du sein en décomposition est très aigu, en particulier compte tenu de la fréquence élevée des visites tardives et des formes avancées de la maladie chez les femmes..

Ils sont sujets à la désintégration à grande taille, il y a alors une forte probabilité de perforation de la paroi de l'organe et de libération de contenu dans la cavité abdominale - péritonite. Une telle péritonite s'accompagne d'une inflammation sévère, d'une infection du péritoine par des produits alimentaires et peut entraîner la mort.,
si le patient ne reçoit pas de soins d'urgence.

La carie est dangereuse par des dommages aux vaisseaux de la paroi intestinale et des saignements, et dans le rectum, non seulement l'ajout d'une inflammation sévère, une infection et une suppuration est possible, mais également la formation de passages fistuleux dans d'autres organes du petit bassin (vessie, utérus chez la femme).

La carie est lourde de pénétration d'air dans la cavité pleurale (pneumothorax), de saignements massifs et de la décharge d'une grande quantité de mucosités fétides de nature putride s'ajoute aux symptômes habituels de toux, d'essoufflement, de douleur.

Ils sont sujets à la pourriture avec une taille importante du néoplasme. Avec la destruction des cellules cancéreuses, une inflammation et une infiltration prononcées des tissus environnants se produisent et des fistules se forment dans la vessie et le rectum, à travers lesquelles le processus néoplasique se propage à ces organes. La dégradation du cancer de cette localisation s'accompagne d'une intoxication sévère, de la fièvre, d'une inflammation généralisée du petit bassin.

La carie d'une tumeur se manifeste par une combinaison de ces symptômes et comprend les signes suivants:

  1. L'hyperkaliémie est une augmentation soudaine de la quantité de potassium dans le système circulatoire, qui peut provoquer un arrêt cardiaque soudain. Très souvent, lors de la décomposition d'une tumeur cancéreuse, des modifications du rythme cardiaque sont observées chez les patients atteints de cancer..
  2. Hyperphosphatémie. La désintégration d'un foyer oncologique peut s'accompagner de la libération de composés phosphatés dans le sang. En règle générale, ces patients remarquent une somnolence régulière. Certaines personnes sont plus susceptibles de développer des symptômes de crise.
  3. L'hyperuricémie est une augmentation pathologique de la teneur en urée dans le sang. Cet état du corps peut conduire au développement d'une insuffisance rénale aiguë, qui est particulièrement dangereuse pour la vie d'un patient cancéreux..

Les signes de dégradation de la tumeur apparaissent de différentes manières, mais des symptômes tels que:

  • Sentiment constant de faiblesse dans tout le corps.
  • Fatiguabilité rapide.
  • Augmentation de la température corporelle.
  • Troubles des organes digestifs: violation des selles, nausées, vomissements, perte d'appétit, douleur dans l'abdomen.
  • Dysfonctionnement du système nerveux: évanouissements, coma, convulsions, perte de sensibilité.
  • Arythmie pouvant entraîner un arrêt cardiaque.
  • Prise de poids brutale, épuisement.
  • Pâleur, jaunissement ou cyanose de la peau.

En plus des symptômes ci-dessus, les patients développent des manifestations caractéristiques d'une tumeur avec décomposition dans un organe ou un autre. Par exemple, avec un syndrome des poumons, il y a une toux, des expectorations avec des impuretés de pus et une odeur désagréable, un essoufflement, des douleurs dans la poitrine.

Si le néoplasme se désintègre dans les organes digestifs, cela peut entraîner le développement de saignements internes, un fort processus inflammatoire ou purulent, la formation de fistules dans le système génito-urinaire.

Dans la plupart des cancers, que ce soit la prostate, ce qui est assez courant en oncologie, les signes d'intoxication sont presque les mêmes.

  • 1 Le concept de pathologie
  • 2 signes de processus
  • 3 Mesures de traitement

La désintégration d'une tumeur est un processus courant qui se produit chez la plupart des personnes atteintes de cancer. Ce phénomène provoque une détérioration de l'état du patient, empoisonne le corps et peut même menacer la vie humaine..

Concept de pathologie

Décomposition tumorale - mort des cellules malignes. Lorsque les néoplasmes se décomposent, ils libèrent une grande quantité de déchets toxiques. En conséquence, le corps est gravement intoxiqué, ce qui s'accompagne de nombreux symptômes désagréables..

La chimiothérapie est la cause la plus fréquente de destruction tumorale. Après tout, le traitement des patients cancéreux vise à détruire des structures atypiques. De plus, ce processus est considéré comme une manifestation courante des tactiques thérapeutiques antitumorales..

Mais lorsqu'un néoplasme est détruit, il est important que les patients fournissent les soins médicaux d'urgence nécessaires afin d'éliminer toutes les substances nocives du corps le plus rapidement possible. Par conséquent, les patients présentant des signes de carie sont placés dans un hôpital sous surveillance constante..

Dans certains cas, les médecins diagnostiquent la dégradation de la tumeur sans affecter le traitement. Le foyer lui-même se désintègre plus souvent lorsqu'il atteint une grande taille. Cela se produit parce que les vaisseaux sanguins n'ont pas le temps de se développer aussi rapidement, ce qui provoque une altération de la circulation sanguine dans la tumeur et sa nécrose.

Signes de processus

Les méthodes de traitement du syndrome de désintégration sont sélectionnées par le médecin traitant et sont effectuées exclusivement dans un environnement stationnaire, car le patient est constamment surveillé. La thérapie est réalisée de manière intégrée. Avant de débuter un traitement anticancéreux, un diagnostic est effectué.

La liste des mesures thérapeutiques comprend la réception de médicaments tels que:

  1. Médicaments antiémétiques.
  2. Sorbants qui aident à éliminer les substances nocives du corps.
  3. Laxatifs pour la constipation. S'ils n'apportent pas le résultat souhaité, des lavements sont prescrits. Avec leur aide, il est possible non seulement d'éliminer les excréments, mais aussi de réduire l'intoxication du corps.
  4. Médicaments contre les arythmies cardiaques.
  5. Suppléments de fer pour l'anémie.
  6. Moyens qui éliminent l'inflammation, la douleur et la fièvre.
  1. L'hyperkaliémie est une augmentation soudaine de la quantité de potassium dans le système circulatoire, qui peut provoquer un arrêt cardiaque soudain. Très souvent, lors de la décomposition d'une tumeur cancéreuse, des modifications du rythme cardiaque sont observées chez les patients atteints de cancer..
  2. Hyperphosphatémie. La désintégration d'un foyer oncologique peut s'accompagner de la libération de composés phosphatés dans le sang. En règle générale, ces patients remarquent une somnolence régulière. Certaines personnes sont plus susceptibles de développer des symptômes de crise.
  3. L'hyperuricémie est une augmentation pathologique de la teneur en urée dans le sang. Cet état du corps peut conduire au développement d'une insuffisance rénale aiguë, qui est particulièrement dangereuse pour la vie d'un patient cancéreux..

Traitement de la carie, ce que c'est et ce qu'il comprend?

Pour réduire la charge toxique, les patients peuvent se voir prescrire la série suivante de mesures thérapeutiques à l'aide de médicaments:

  1. Enterosorption - prendre des entérosorbants (Polysorb, Lignin, Entnresgel, etc.) qui peuvent efficacement lier et éliminer les toxines du corps.
  2. Application sorption - élimination des plaies purulentes de la peau, réalisée par lavage régulier et traitement antiseptique avec des sorbants locaux.
  3. Hémosorption - élimination extrarénale des substances toxiques de la circulation sanguine. Pour sa mise en œuvre, un appareil connecté de l'extérieur est utilisé, qui purifie le sang à l'aide de résines échangeuses d'ions..

Malgré les progrès évidents de la médecine moderne dans la correction des troubles métaboliques décrits ci-dessus, la grande majorité des patients atteints de cancer ne reçoivent pas de traitement adéquat. Par conséquent, au moment le plus crucial suivant la destruction de la tumeur, le nombre de décès est si grand.

Les patients cancéreux pendant cette période doivent être hospitalisés et les médecins réanimateurs, thérapeutes, neuropathologues et cardiologues doivent être compétents dans la prévention du syndrome de carie tumorale et la prise en charge des patients présentant les complications ci-dessus..

Ce traitement complexe peut être effectué dans l'hôpital de notre clinique, ou, s'il est impossible de transporter le patient, à distance, dans les conditions de l'hôpital le plus proche. Nos spécialistes conseilleront le personnel médical qui effectue les mesures de traitement sur le lieu de résidence du patient.

Veuillez nous contacter par skype ou par numéros de téléphone indiqués sur notre site internet.

Valeurs de référence des analyses (norme) pour la surveillance pendant le SRO.

Urée: jusqu'à 14 ans 1,8-6,4 mmol / l

(test sanguin) adulte 2,5-6,4 mmol / l

personnes âgées 2,9-7,5 mmol / l

Créatinine: Femmes 53-97 μmol / L

(test sanguin) hommes 55-115 μmol / l

pH: 6,0 à 7,0 U Au pH lt; 5,5 calculs d'urate se forment; 5,5-6,0 - pierres d'oxapatite;

Potassium: 3,5-5,5 mmol / L (test sanguin)

Calcium: 2,15-2,65 mmol / L

Cet article peut être un guide pratique pour les médecins traitants. Meilleures salutations, ch. médecin de la clinique de médecine réparatrice Ablyazova A.M..

L'intoxication cancéreuse est l'une des conditions concomitantes désagréables, pour le dire légèrement, de maladies oncologiques. Cette condition est très difficile pour le patient, aggrave son état physique et psychologique..

  • L'indice de potassium ne dépasse pas 5,5 mEq / l.
  • Le taux de potassium dans le sang est compris entre 5,5 et 6,0 mEq / l.

Dans une telle situation clinique, en plus de la perfusion goutte à goutte de chlorure de sodium, le patient reçoit une dose et demie de furosémide ou de diacarbe..

  • Dépassement de la valeur limite du potassium (6,0 mEq / l).

Dans cet état, un patient oncologique peut présenter des arythmies cardiaques sous forme d'arythmies. Dans cette situation, tout d'abord, le patient reçoit une injection d'une solution à 10% de gluconate de calcium en une quantité de 10 ml. En parallèle, le patient reçoit une perfusion goutte à goutte de furosémide, d'insuline et de glucose. En cas d'urgence, une personne subit une hémodialyse.

Mais des options de traitement plus simples qui vous permettront d'éliminer le syndrome d'intoxication à la maison peuvent être essayées par vous-même, par exemple:

  • Faites bouillir le bouillon d'avoine avec du lait pendant une demi-heure, filtrez et buvez en petites quantités tout au long de la journée;
  • verser de l'eau bouillante sur des aiguilles de pin ou de sapin avec des cynorrhodons et laisser reposer toute la nuit. Ce thé peut être pris à n'importe quelle dose - il élimine les nausées et les cynorrhodons nettoient les reins;
  • faire une décoction de racine de réglisse et de graines de lin. Nous pouvons parler à l'infini des bienfaits de ces graines, mais tout d'abord, il convient de noter qu'elles sont riches en calcium et en protéines, ce qui est particulièrement précieux pour cette maladie. Vous pouvez ajouter une cuillerée de miel au bouillon et restaurer l'acidité - du jus d'argousier ou de grenade. Vous devez le prendre toutes les deux heures et un demi-verre la nuit..

Il va sans dire que le pronostic aux stades avancés de la maladie oncologique ne peut être favorable. La présence d'une intoxication cancéreuse suggère déjà que tôt ou tard une issue mortelle ne peut être évitée. Cependant, il est possible de prolonger la vie d'un patient cancéreux de plusieurs années ou au moins des mois.
, par conséquent, vous ne devez pas abandonner le traitement médicamenteux traditionnel en recourant à des moyens peu fiables.

La carie tumorale est un phénomène assez fréquent, elle peut être observée chez la plupart des patients atteints de néoplasmes malins.
Ce processus conduit à une détérioration encore plus grande du bien-être des patients, à un empoisonnement du corps par des produits métaboliques nocifs et même à l'émergence de conditions potentiellement mortelles.

La carie tumorale signifie la mort des cellules cancéreuses, qui sont détruites et libèrent des produits métaboliques toxiques.
Est-ce bon ou mauvais? Il est difficile de répondre sans équivoque.

Cependant, il convient de garder à l'esprit que les patients pendant cette période peuvent nécessiter une assistance d'urgence, par conséquent, une observation constante dans un hôpital est nécessaire..

La désintégration d'une tumeur maligne peut survenir spontanément ou sous l'influence d'un traitement spécifique,
comme mentionné ci-dessus. Spontanément, c'est-à-dire d'elle-même, une grosse tumeur se désintègre souvent,
car l'augmentation de la masse cellulaire peut tout simplement ne pas être en mesure de suivre les vaisseaux, puis inévitablement une violation de l'apport sanguin, une hypoxie et une nécrose.

Les néoplasmes situés sur la peau ou dans la membrane muqueuse de l'estomac et des intestins peuvent être mécaniquement endommagés par l'action de l'acide chlorhydrique et des enzymes, le risque de leur destruction est donc particulièrement élevé. Certaines tumeurs, telles que le lymphome de Burkitt et la leucémie, sont elles-mêmes sujettes à une dégradation tumorale,
et cela doit être pris en compte lors du traitement de ces patients.

La nécrose des cellules cancéreuses provoque le développement du soi-disant syndrome de désintégration tumorale rapide (syndrome de lyse tumorale), qui se manifeste par une intoxication sévère. La mort d'un grand nombre de cellules entraîne la libération d'acide urique et de ses sels, potassium, phosphates, dérivés d'acide lactique, qui pénètrent dans la circulation sanguine, sont transportés dans tout le corps, perturbent considérablement l'équilibre acido-basique et endommagent les organes internes. Un état d'acidose est créé dans le sang - une acidité (acidose lactique), qui, associée à la déshydratation, peut gravement endommager les reins.

Les changements métaboliques pendant la dégradation du cancer comprennent:

  • Augmentation des niveaux d'acide urique et de ses sels dans le sang;
  • Une augmentation de la concentration de phosphate et une diminution du calcium;
  • Hyperkaliémie - augmentation de la concentration de potassium;
  • Acidose (acidification) de l'environnement interne du corps.

Habituellement, les changements décrits accompagnent le traitement et peuvent persister plusieurs jours après la fin de la chimiothérapie.

Circulation de quantités importantes d'acide urique dans le sang
et ses sels peuvent conduire à leur fermeture de la lumière des tubules rénaux, collecteurs de canaux, ce qui entraîne le développement d'une insuffisance rénale aiguë (ARF). Le risque de tels changements est particulièrement élevé chez les patients qui avaient des troubles rénaux avant la maladie ou le début d'un traitement anticancéreux. De plus, l'acidose et la déshydratation contribuent et aggravent les ARF..

Rendement en phosphate
à partir de cellules cancéreuses détruites provoque une diminution de la teneur en calcium du sérum sanguin, qui s'accompagne de convulsions, de somnolence et une augmentation du potassium provenant du foyer de croissance tumorale peut entraîner des arythmies cardiaques, parfois mortelles.

En plus de ces métabolites, les cellules cancéreuses sont capables de sécréter des enzymes et d'autres déchets agressifs, de sorte que le processus de désintégration du tissu tumoral peut être compliqué par une inflammation, une infection avec suppuration ou des dommages à un gros vaisseau avec saignement. Ces complications compliquent le traitement, aggravent le bien-être des patients et peuvent provoquer une septicémie et une perte de sang sévère..

Hyperkaliémie

L'une des mesures thérapeutiques les plus efficaces pour préserver la fonction rénale est l'administration intraveineuse d'une solution saline de 3 à 5 litres par jour en association avec une injection unique de 20 mg de furosémide..

Dans les 2-3 jours, vous pouvez ajouter du bicarbonate de sodium (soude), 100 ml de solution à 3-4%. Cependant, il faut rappeler que la soude, empêchant la cristallisation de l'acide urique dans les reins (effet positif), favorise le dépôt de carbonates dans les reins. Le bicarbonate de sodium est généralement administré à partir du troisième ou quatrième jour d'hydratation du corps et pendant une courte période. La meilleure option est d'augmenter l'alcalinité de l'urine (jusqu'à 6,5-7,5), après quoi l'introduction de bicarbonate de sodium s'arrête.

Les meilleurs spécialistes des cliniques à l'étranger

Cet article a été écrit par nos soins pour les patients cancéreux souffrant de troubles métaboliques importants associés à la désintégration des tumeurs pendant le traitement. Nous vous rappelons que le traitement du cancer comprend les étapes suivantes:

Préparer le corps à détruire la tumeur

Thérapie antiparasitaire et antifongique complexe

Neutralisation des conséquences du processus de décomposition tumorale

Restauration des systèmes de base d'autorégulation du corps

La destruction des tumeurs ne peut pas être effectuée en même temps, par conséquent, plusieurs traitements anticancéreux sont effectués, entre lesquels une désintoxication et une correction des troubles métaboliques doivent être effectuées. Sinon, le traitement sera inefficace (ce qui est généralement observé dans la grande majorité des cas).

La création d'hôpitaux de rééducation oncologique est une tâche prioritaire. Cela augmentera considérablement les taux de survie et même le rétablissement de nombreux patients..

Le régime des patients cancéreux

Une personne souffrant d'intoxication cancéreuse doit bien manger, mais pas trop. Un repas fractionné avec une quantité suffisante de vitamines et de minéraux dans l'alimentation et le suivi de la quantité de glucides, de graisses et de protéines est encouragé.
. Le menu du patient est dominé par les produits laitiers, car ils aident le mieux à nettoyer le corps des toxines.

Hyperuricémie (accumulation d'acide urique)

Cette condition conduit à une insuffisance rénale aiguë. Le médicament pour cette condition est l'allopurinol (300 mg par jour) pendant 1-2 semaines.

Le plus important est de commencer à utiliser l'allopurinol le plus tôt possible, car la quantité d'acide urique ne commence à diminuer que 48 à 72 heures après le début de l'utilisation..

Les doses d'allopurinol doivent être ajustées en cas d'insuffisance rénale. Pour cela, une analyse de la clairance de la créatinine est effectuée..

Avec clairance de la créatinine gt; 20 ml / min - 300 mg d'allopurinol par jour

10-20 ml / min 200 mg / jour

En plus de l'allopurinol, les médicaments uricozime et fasttec / elitek ont ​​un effet merveilleux. Malheureusement, ces médicaments ne peuvent être achetés que dans les pharmacies en ligne étrangères (Eurofarm, DE Pharmacy)

Hypercalcémie

État grave chez les patients cancéreux. Une augmentation de la concentration plasmatique des ions calcium au-dessus de 2,75-2,8 mmol / l est l'un des troubles métaboliques les plus graves pour les patients. (cette condition affecte environ 40% des patients atteints de cancer).

L'hypercalcémie survient pour deux raisons:

Destruction osseuse focale (avec sécrétion d'une tumeur de facteurs conduisant à la libération de calcium du tissu osseux). Dans le même temps, les reins ne peuvent pas faire face à l'excrétion de grandes quantités de calcium. (Se produit lorsque le squelette est affecté)

Humorale, lorsque la tumeur sécrète une protéine semblable à une hormone parathyroïdienne (PTHr
R) (Se produit dans diverses tumeurs sans perturber le squelette).

Dans les deux cas, il y a stimulation des ostéoclastes et suppression des ostéoblastes dans le tissu osseux, augmentation de l'absorption du calcium dans les reins, augmentation du débit urinaire, déshydratation, altération de l'absorption du sodium et de l'eau.

Cette condition s'accompagne de polyurie, de vomissements, de déshydratation, pouvant aller jusqu'à une insuffisance rénale, un coma et la mort du patient..

Une vigilance insuffisante des médecins concernant le développement de l'hypercalcémie conduit au fait que la surveillance de l'état électrolytique chez les patients cancéreux est effectuée rarement et au hasard, ou pas du tout (souvent), et l'apparition de symptômes caractéristiques est interprétée comme la progression du processus tumoral.

Pratique clinique de l'hypercalcémie:

Symptômes courants: déshydratation, faiblesse, fatigue, soif, perte de poids.

Système nerveux central: maux de tête, hypoflexie, faiblesse musculaire, convulsions, léthargie, dépression, désorientation, coma.

Tractus gastro-intestinal: anorexie, nausées, vomissements, constipation, occlusion intestinale, flatulences, pancréatite.

Du côté du système cardiovasculaire: bradycardie, arythmie, modifications de l'ECG (intervalles AT raccourcis, onde T large, allongement de l'intervalle PR
, asystole).

Du système urinaire: polyurie, azotémie, insuffisance rénale.

La chimiothérapie comme cause de carie

Si trop d'acide urique circule dans la masse sanguine, cela provoquera tôt ou tard une obstruction de la lumière des tubules rénaux. Ce blocage entraîne généralement une insuffisance rénale. Cette complication touche le plus souvent les personnes qui avaient des problèmes rénaux avant l'oncologie..

La libération de phosphates par les cellules cancéreuses mortes abaisse la concentration de calcium dans le sérum sanguin. Ce phénomène provoque des convulsions, augmente la somnolence. De plus, un excès de potassium est constamment fourni par le foyer oncologique, ce qui conduit à la manifestation d'une arythmie (qui à son tour peut entraîner la mort).

En plus des métabolites décrits, les cellules cancéreuses sont capables de produire des enzymes, ainsi que d'autres produits agressifs. Pour cette raison, la désintégration d'une tumeur est souvent compliquée par une inflammation, une infection, des dommages à un gros vaisseau, à la suite desquels un saignement sévère commence. Ces complications rendent le traitement plus difficile. De plus, l'état général s'aggrave. En l'absence d'assistance qualifiée en temps opportun, de tels défauts entraînent de graves pertes de sang..

Habituellement, le syndrome de désintégration tumorale se développe pendant le traitement des néoplasmes malins, qui est dû à la destruction intense des cellules tumorales sous l'influence de la chimiothérapie ou de la radiothérapie. Les leucémies et les lymphomes, en particulier le lymphome de Burkitt, ont une tendance initiale à une telle carie, aggravée après le début du traitement. Le risque de développer un syndrome de dégradation tumorale augmente avec les néoplasmes volumineux. En raison de la croissance relativement lente des vaisseaux sanguins qui ne peuvent pas suivre la prolifération rapide des cellules tumorales, des zones avec un apport sanguin insuffisant se forment souvent dans les grosses tumeurs. Ces zones peuvent devenir nécrotiques à la fois spontanément et pendant le traitement, traumatisation de la néoplasie ou détérioration de la circulation sanguine causée par divers facteurs (changement de l'état du patient, compression d'un gros vaisseau d'alimentation, etc.).

Dans le syndrome de désintégration tumorale, un grand nombre de cellules malignes contenant des phosphates et des nucléotides puriques sont détruits en un court laps de temps. Les nucléotides sont métabolisés dans le foie pour former de l'acide urique. Le taux d'acide urique, de phosphore, de potassium et de certaines autres substances dans le sang augmente fortement. Parallèlement aux troubles énumérés dans le syndrome de désintégration tumorale, une acidose lactique se développe en raison d'un dysfonctionnement du foie dû à des dommages causés par des métastases à distance et / ou aux effets toxiques des produits de désintégration de la néoplasie sur les cellules de l'organe..

Des troubles du métabolisme acide-base et eau-sel, caractéristiques du syndrome de dégradation tumorale, apparaissent, qui ont un effet négatif sur l'activité de tous les organes et systèmes. Tout cela se produit dans un contexte d'épuisement, de lésions métastatiques des ganglions lymphatiques et d'organes distants, de leucocytose, d'anémie, de troubles immunitaires et de l'accumulation précédente de métabolites toxiques dans le sang, ce qui aggrave encore la situation et peut provoquer une décompensation brutale de l'état du patient avec syndrome de désintégration tumorale.

En raison de l'acidification du sang, le pH de l'urine diminue. Des cristaux d'acide urique se déposent dans la moelle épinière, collectant les canaux et les tubules rénaux, empêchant la filtration et l'excrétion urinaire. Il y a une diminution de la clairance rénale et une diminution du taux de filtration rénale. L'hyperphosphatémie, associée à une hypocalcémie, est un facteur supplémentaire aggravant le dysfonctionnement rénal dans le syndrome de désintégration tumorale. En raison d'une diminution du taux de calcium dans le sang, le taux d'hormone parathyroïdienne augmente, ce qui stimule l'excrétion des phosphates du corps.

En raison de l'action de cette hormone, des sels de calcium se déposent dans le tissu rénal des patients atteints du syndrome de dégradation tumorale, ce qui empêche également la filtration et l'excrétion urinaire. Il existe une azotémie, une oligo- ou une anurie, accompagnées d'une accumulation de produits métaboliques toxiques dans l'organisme. Une insuffisance rénale aiguë se développe, ce qui constitue une menace pour la vie d'un patient atteint du syndrome de désintégration tumorale. L'hypocalcémie et l'hyperkaliémie provoquent des troubles du système cardiovasculaire. Les troubles métaboliques entraînent des dysfonctionnements du système nerveux central et du système digestif.

La libération d'enzymes par les cellules en décomposition, la formation de foyers de nécrose et une diminution de l'immunité contribuent au développement de l'inflammation, à l'ajout d'une infection et à la suppuration ultérieure dans la zone de décomposition du néoplasme et des tissus adjacents. Les complications infectieuses aggravent encore l'état d'un patient atteint du syndrome de désintégration tumorale, compliquent le processus de traitement et peuvent provoquer le développement d'une septicémie. Une autre complication dangereuse de cette condition est la fusion d'un gros vaisseau, accompagnée de saignements abondants..

L'intoxication tumorale est une affection grave du corps d'un patient atteint de cancer, causée à la fois par des substances sécrétées par des cellules malignes et à la suite de thérapies thérapeutiques utilisées en oncologie, telles que la chimiothérapie ou. Le plus souvent, le cancer est concomitant.

Ils se multiplient et se développent beaucoup plus rapidement que les cellules saines normales du corps. Et pour une croissance aussi rapide, ils ont besoin d'une énorme quantité d'oligo-éléments, de protéines, de graisses et de glucides. Les produits de désintégration des cellules saines sont excrétés du corps par le sang et leur activité vitale est soutenue par l'oxygène, qui leur est également fourni par le sang. Autrement dit, il s'agit d'un mécanisme sain bien coordonné dans le corps..

Dans les formations cancéreuses, souvent la tumeur, qui est de grande taille lorsqu'elle est négligée, n'est pas alimentée en vaisseaux sanguins. Les cellules cancéreuses, en raison du manque d'oxygène, meurent en quantités énormes et se désintègrent, entrant dans la circulation sanguine. Leur concentration élevée dans le sang entraîne une intoxication du corps..

Si, ou par radiothérapie, sous l'influence d'une exposition radioactive, il y a une mort massive des cellules et leur entrée dans le sang. L'intoxication cancéreuse est particulièrement prononcée dans les premiers jours suivant le début du traitement. Les substances qui composent les médicaments pendant la chimiothérapie peuvent également avoir un effet enivrant sur le corps, car elles ont tendance à s'accumuler dans le corps..

Les causes de la dégradation tumorale et de la lyse des tissus cancéreux comprennent:

  1. Traitement chimiothérapeutique de la leucémie et des lymphoblastomes.
  2. Radiothérapie et thérapie cytostatique des tumeurs des organes internes.
  3. Dans certains cas, les médecins constatent la désintégration spontanée d'une tumeur (néoplasme malin), même avant le début du traitement anticancéreux.

Le plus souvent, le néoplasme commence à s'effondrer après une exposition à des médicaments antinéoplasiques, au cours de la chimiothérapie, ou 2 à 5 jours après son achèvement, mais dans certains cas, le phénomène pathologique peut survenir indépendamment, lorsque la structure cancéreuse atteint des dimensions gigantesques.

La désintégration d'une tumeur en oncologie est un processus très dangereux, accompagné de l'entrée dans la circulation sanguine d'une grande quantité de substances toxiques, qui commencent à se propager activement dans la circulation sanguine dans tout le corps.

Dans chaque cas particulier, on note l'apparition de phénomènes spécifiques mettant la vie en danger:

  • En cas de cancer du sein, de gros ulcères qui ne guérissent pas pendant une longue période apparaissent sur la peau du sein, ce qui ne permet pas aux oncochirurgiens de commencer un traitement anticancéreux.
  • La désintégration d'une tumeur des ovaires, du col de l'utérus ou du corps de l'utérus contribue au développement d'un processus inflammatoire prononcé dans la cavité abdominale, à l'apparition de fistules dans le rectum et la vessie et à l'infiltration de cellules mutées à travers elles.
  • Les processus nécrotiques dans les foyers malins se développant dans l'intestin, l'estomac ou l'œsophage donnent une forte probabilité que le patient commence une hémorragie interne importante, qui est directement liée à la perforation de ses parois et à des dommages aux vaisseaux sanguins.

Ce cours de traitement est considéré comme la technique anticancéreuse la plus efficace. Il peut être prescrit avant, après ou à la place d'une intervention chirurgicale et montre dans tous les cas une grande efficacité. Mais la procédure, qui consiste à prendre des médicaments puissants, présente un inconvénient majeur: elle peut provoquer un syndrome de désintégration tumorale. C'est une condition plutôt dangereuse, se terminant par la plus forte intoxication du corps et, dans certains cas, la mort..

Les agents cytotoxiques sont principalement utilisés pour le traitement médicamenteux antitumoral..

Ce sont eux qui provoquent la nécrose des tissus anormaux, qui a ses propres avantages et inconvénients:

  • les éléments malins commencent à se désintégrer rapidement, ce qui entraîne une diminution active de la taille du néoplasme malin;
  • la nécrose des cellules affectées par des lésions oncologiques provoque la libération de substances toxiques dans la circulation sanguine et une intoxication ultérieure du corps.

Signes de processus

Comment y faire face?

Les médecins apprennent le stade de développement de la tumeur, sa taille, la présence de métastases à l'aide de divers types, tels que la biopsie, l'échographie, l'IRM, etc. Les experts savent que si la tumeur atteint les derniers stades de la maladie, l'intoxication du corps est inévitable..

L'oncologue à l'avance, afin de prévenir ou de faciliter les processus d'intoxication, recommande certaines mesures au patient. Le médecin diagnostique le syndrome d'intoxication en fonction des résultats des analyses de sang et d'urine, sélectionnant ainsi les médicaments et le régime nécessaires pour soulager l'état du patient.

Dès le début de la maladie, les experts recommandent de manger de petites portions, mais souvent. Tous les oligo-éléments et minéraux vitaux doivent être inclus dans l'alimentation. La quantité de protéines, de lipides et de glucides doit être équilibrée. Il est impératif de ne pas permettre la déshydratation du corps. Les substances toxiques sont éliminées du corps à l'aide d'eau.

La façon d'éliminer l'intoxication pour soulager l'état du patient est décidée par le médecin. La thérapie de désintoxication comprend:

  1. Médicaments anti-vomissements, si une personne est tourmentée par des vomissements indomptables;
  2. Médicaments laxatifs sous forme de suppositoires ou de comprimés, si le patient souffre de constipation sévère. S'ils n'aident pas, utilisez un lavement nettoyant;
  3. Divers sorbants ont fait leurs preuves pour la désintoxication du corps, qui lient les substances nocives et, avec les matières fécales, les éliminent des intestins;
  4. Dans l'anémie liée au cancer, il est extrêmement difficile de reconstituer le fer avec de la nourriture. De plus, le plus souvent, le patient souffre d'un manque d'appétit. Dans de tels cas, avec un faible taux d'hémoglobine, des préparations contenant du fer sont utilisées, principalement sous forme d'injections, utilisées sous forme de compte-gouttes. Les combiner avec l'hormone érythropoïétine donne un bon résultat;
  5. Si une personne est tourmentée par la douleur dans une zone particulière, des analgésiques sont prescrits - analgésiques;
  6. Si l'état du patient s'accompagne d'hypertension artérielle, de perturbation du cœur, un complexe de médicaments est prescrit qui peut à la fois maintenir la pression artérielle normale et prévenir les dysfonctionnements du système cardiovasculaire;
  7. Pour atténuer l'état dépressif d'une personne, son excitabilité nerveuse, on admettra prendre des sédatifs.

Si les médicaments et le régime alimentaire ne parviennent pas à réduire l'intoxication du corps, ils recourent à des méthodes plus sérieuses de purification du sang, telles que l'hémodialyse ou la plasmaphérèse. L'essence se résume au fait que grâce à un équipement spécial ou à l'introduction de plasma supplémentaire, le sang est débarrassé des substances toxiques.

Comment éviter la dégradation de la tumeur? Prévention de la lyse

À ce jour, des mesures thérapeutiques destinées à prévenir les conséquences de la décomposition rapide des tissus tumoraux ont été développées en détail et ne nécessitent pas l'utilisation d'équipements de haute technologie..

La tâche principale de ces procédures médicales est de prévenir le développement d'une insuffisance rénale aiguë. Ceci est accompli en stimulant l'excrétion rénale des ions potassium, phosphore et acide urique. Ces mesures sont particulièrement pertinentes pour les patients cancéreux présentant un grand volume de tissus malins. Pendant la période de chimiothérapie, les patients reçoivent généralement une goutte de solutions isotoniques avec des médicaments diurétiques.

Il convient de noter que dans le processus de traitement anticancéreux, il est nécessaire d'effectuer une surveillance dynamique constante des paramètres biochimiques des systèmes circulatoire et urinaire..

La prévention de la formation de néphropathie est également obtenue en stabilisant la réaction alcaline de l'urine, qui est réalisée à l'aide de solutions pour perfusion de bicarbonate de sodium. Au cours de telles procédures, il existe un risque élevé de formation de sels insolubles dans les structures rénales..

Avec l'instauration rapide du traitement, le pronostic du syndrome de désintégration tumorale est généralement favorable. Après la correction des troubles métaboliques, la fonction rénale est restaurée. En l'absence ou en cas de traitement tardif du syndrome de désintégration tumorale, la mort est possible en raison d'une insuffisance rénale aiguë, d'un arrêt cardiaque ou de complications dues à la désintégration du néoplasme (hémorragie interne, péritonite due à la perforation de la paroi de l'organe creux ou complications infectieuses graves).

Les mesures visant à prévenir le développement du syndrome de dégradation tumorale comprennent la consommation de beaucoup de liquides 1 à 2 jours avant le début de la chimiothérapie, ainsi qu'une surveillance régulière du taux de créatinine, d'acide urique, de phosphate et de calcium dans le sérum sanguin. Au cours de la première semaine de traitement, des analyses sont effectuées quotidiennement. Lorsque des signes cliniques ou de laboratoire du syndrome de désintégration de la tumeur apparaissent, des tests de laboratoire sont effectués plusieurs fois par jour.

Mesures préventives

Pour se protéger de l'intoxication cancéreuse, une personne qui a reçu un diagnostic de cancer doit suivre toutes les instructions du médecin. Si la chirurgie ou tout autre type de thérapie a été recommandé, n'ayez pas peur et acceptez immédiatement. Après tout, plus la maladie progresse, plus l'intoxication du corps par des substances toxiques sécrétées par des formations malignes est élevée..

La dégradation tumorale est le processus de destruction d'un nombre important de cellules cancéreuses. La lyse des tissus pathologiques (dissolution des cellules cancéreuses et de leurs systèmes) est la réponse du corps à l'utilisation de médicaments cytostatiques. À première vue, une telle réaction peut être considérée comme un effet positif, mais d'un point de vue médical, ce phénomène est extrêmement dangereux pour la santé d'une personne atteinte de cancer..

Prévoir

En général, l'issue de la désintégration des tissus malins est considérée comme favorable, à condition que des procédures préventives adéquates soient effectuées et une surveillance constante des paramètres sanguins vitaux. Pendant cette période, il est recommandé aux patients cancéreux de rester dans le service d'hospitalisation de la clinique oncologique, où il est possible de fournir tous les soins médicaux d'urgence nécessaires..

L'intoxication cancéreuse est une condition pathologique qui survient dans les derniers stades de l'oncologie. Elle peut être causée par la désintégration d'une tumeur, qui s'accompagne de la libération de métabolites l'empoisonnant dans le corps.
. Dans le même temps, la cause de cette condition peut être des produits chimiques hautement toxiques utilisés dans le traitement d'un patient par chimiothérapie..

L'intoxication oncologique se traduit par une forte diminution de la défense immunitaire de tout l'organisme et des lésions des organes vitaux. Il s'agit d'un complexe de symptômes qui diffèrent en fonction de l'emplacement de la tumeur et des métastases. Le cancer est une accumulation de cellules qui nécessitent une saturation continue en protéines, saccharides et graisses.

Pendant la période de croissance intensive d'une formation maligne, le nombre précédent de vaisseaux ne fournit pas son apport sanguin suffisant, par conséquent, certaines des cellules cancéreuses meurent. Tous les processus métaboliques sont perturbés, car les substances toxiques, qui sont le produit de la décomposition d'une tumeur cancéreuse, pénètrent dans le sang et la lymphe.

  • la tumeur commence à se développer rapidement;
  • l'approvisionnement en sang se détériore, car les nouveaux capillaires n'ont pas le temps d'alimenter la tumeur à croissance incontrôlable;
  • en raison du manque de bonne nutrition des tissus de la formation maligne avec du sang, certains meurent;
  • les produits de désintégration tumorale pénètrent dans le corps, l'empoisonnant
    ;
  • les processus métaboliques sont perturbés;
  • tout d'abord, la fonctionnalité des reins se détériore, ce qui contribue au développement de l'insuffisance rénale. Des cristaux d'urine pénètrent dans les canaux rénaux et démarrent ce processus. Ceci s'accompagne d'une déshydratation, qui progresse constamment;
  • une altération du métabolisme des minéraux, un excès de potassium et un manque de calcium altèrent le fonctionnement des systèmes cardiovasculaire et nerveux;
  • la prochaine étape est le développement de l'anémie à son stade le plus grave;
  • après la mort, qui peut être causée par un dysfonctionnement des organes vitaux ou une intoxication sanguine
    .
  1. Pour fluidifier le sang en cas d'intoxication cancéreuse, un traitement par diurèse forcée est utilisé. Cette méthode consiste à remplir le corps par voie intraveineuse d'une grande quantité de liquide sous forme de solution de glucose, de bicarbonate de sodium, d'albumine et autres. Après avoir atteint des niveaux suffisants de remplissage du corps avec du liquide, le patient reçoit une injection d'un médicament diurétique - le furasémide. En même temps, l'état des systèmes cardiovasculaire et respiratoire du patient est surveillé.
  2. Une autre option pour libérer le corps des toxines consiste à installer plusieurs drains dans la cavité abdominale. Le premier jour, une vingtaine de litres d'eau sont passés dans les tubes. Cette méthode est appelée dialyse péritonéale..
  3. L'intoxication du corps par l'oncologie est également stoppée par la prise de médicaments adsorbants en grande quantité. L'entérosorption consiste à prendre un sorbant à raison de 1 gramme pour 1 kilogramme de poids pendant cinq jours.
  4. En cas de lésion de plusieurs organes, la méthode d'oxydation du sang est utilisée, qui consiste à introduire de l'hypochlorite de sodium dans une veine. Cette option pour le traitement de l'intoxication cancéreuse est utilisée en cas de métastases dans le foie, les reins ou le pancréas..
  5. Le traitement par hémodialyse et hémodiafiltration consiste à connecter le patient à un appareil «rein artificiel». À l'aide de cet appareil, les substances nocives sont éliminées du corps et remplies de liquide. Cependant, cette méthode de traitement n'est utilisée qu'avec de très faibles taux de bicarbonate dans le sang, de plus, elle ne peut pas être utilisée aux stades avancés de la maladie..
  6. Si un patient atteint de cancer est dans un état critique, il lui est prescrit un traitement par injections de Reamberin. Le principal ingrédient actif de ce médicament a un effet antihypoxique et détoxifiant, et aide également à restaurer l'équilibre eau-sel et acide dans le corps du patient..
  7. L'hémosorption est une autre méthode utilisée pour nettoyer le sang. Il est passé à travers un appareil avec un sorbant, après quoi le sang pénètre à nouveau dans le corps par une veine. L'intoxication cancéreuse ne peut pas être traitée avec cette méthode si le patient présente des saignements, une défaillance de plusieurs organes, une déshydratation, une pression artérielle basse ou une insuffisance cardiaque.
  8. La plasmaphérèse est l'élimination de l'intoxication cancéreuse par remplacement du plasma. Cette méthode permet d'effectuer une désintoxication en quatre procédures. Le plasma est remplacé par de la polyglucine ou une solution protéique.

Habituellement, les antiémétiques, les médicaments qui restaurent le tractus gastro-intestinal, les sorbants, le fer, les analgésiques, les sédatifs et les tranquillisants sont utilisés pour soulager les symptômes d'intoxication. En plus des médicaments ci-dessus, le patient doit se voir prescrire des complexes de vitamines et de minéraux
, pour restaurer la force et l'immunité dès que possible.

Avec les stades avancés des maladies oncologiques, des signes d'intoxication corporelle apparaissent - c'est ce qu'on appelle l'intoxication cancéreuse. Considérons dans cet article ce que c'est.

En bref, on peut dire qu'il s'agit d'un complexe de divers symptômes dus à la progression du processus oncologique et au traitement des patients cancéreux. Vous pouvez lire plus en détail ci-dessous..

Les tumeurs cancéreuses se développent très rapidement, consommant de grandes quantités de protéines, de graisses et de sucres. Dans le même temps, le corps est privé de nutriments si importants pour lui, et son épuisement se produit. Dans ce contexte, la tumeur, dont la taille augmente rapidement, est mal alimentée en sang, le réseau vasculaire n'ayant pas le temps de se former. Une hypoxie (manque d'oxygène) se développe et le tissu cancéreux commence à mourir. Les produits de décomposition sont très toxiques pour le corps.

La destruction de la tumeur se produit également dans le contexte du traitement anticancéreux - la chimiothérapie. Parfois, le processus de désintégration commence un jour ou plus après une exposition spécifique. La désintégration de la tumeur peut également provoquer un refus de manger, caractéristique des patients atteints de cancer. Dans ce cas, la tumeur est privée de nutriments et ses cellules meurent..

Lorsqu'une tumeur se désintègre dans le sang, les troubles électrolytiques et métaboliques suivants se produisent:

  • une augmentation de la teneur en acide urique dans le sang;
  • une augmentation de la teneur en potassium dans le sang;
  • une augmentation de la teneur en phosphates dans le sang;
  • accumulation d'acide lactique (acidose lactique);
  • diminution du calcium sanguin.

L'acide urique, le potassium et les phosphates pénètrent dans la circulation sanguine à partir des cellules cancéreuses détruites. Le dépôt de cristaux d'acide urique dans les tubules rénaux peut entraîner une insuffisance rénale aiguë. Le processus aggrave la déshydratation et l'acidose lactique. Une augmentation des taux de phosphate sanguin s'accompagne d'une diminution du calcium. De tels changements entraînent une augmentation de l'excitabilité nerveuse et des convulsions..

Les produits métaboliques de la tumeur en désintégration endommagent les structures membranaires des cellules (normales) de divers organes. Les graisses sont oxydées. Des particules dangereuses se forment - des radicaux libres. Pour cette raison, chez les patients atteints de cancer, il existe une tendance à l'hémolyse (destruction) des érythrocytes et le niveau d'hémoglobine diminue..

La rapidité du développement de la clinique de l'intoxication cancéreuse est influencée par:

  • la gravité de l'état du patient;
  • l'intensité du processus de destruction de la tumeur;
  • blessures pendant la chirurgie;
  • caractéristiques des manifestations cliniques du cancer;
  • perte de sang;
  • apparition de l'inflammation.

Il existe d'autres facteurs qui affectent le taux de développement de l'intoxication cancéreuse, dont les symptômes seront discutés plus en détail..

Les signes d'intoxication cancéreuse sont variés et non spécifiques.

Changements externes

  • pâleur de la peau;
  • peau d'ictère (couleur jaune);
  • cyanose (teinte bleuâtre de la peau);
  • les muqueuses et la peau sont sèches;
  • hyperhidrose (transpiration excessive);
  • perte de poids, jusqu'à la cachexie (émaciation sévère).
  • manque d'appétit;
  • la nausée;
  • vomissement;
  • trouble des selles (constipation).

Il existe d'autres signes d'intoxication corporelle par le cancer:

  • fièvre prolongée;
  • maux de tête;
  • vertiges;
  • douleur dans les os, les articulations et les muscles;
  • sensibilité aux infections (dans le contexte d'une immunité réduite);
  • anémie;
  • arythmies (insuffisance du rythme cardiaque);
  • tendance à la thrombose.

Traitement de l'intoxication cancéreuse

La chose la plus importante dont un patient souffrant d'un cancer avancé a besoin est une bonne nutrition. Les aliments doivent être riches en fibres, en vitamines, contenir suffisamment de protéines, de glucides et de graisses. Il est nécessaire d'observer le régime de consommation d'alcool. Ces patients peuvent et doivent consommer leurs aliments préférés, à de rares exceptions près.

L'attitude émotionnelle est également importante. Les personnes ayant des problèmes de santé similaires devraient être entourées des soins de leurs proches.

Le volume et l'intensité de l'activité physique dépendent de l'état du patient.

En cas d'intoxication cancéreuse, le traitement comprend la nomination d'agents symptomatiques.

  1. Médicaments antiémétiques: métoclopramide, dompéridone. S'il est impossible de prendre le médicament à l'intérieur, des injections sont prescrites.
  2. Laxatifs: Lactulose, préparations de séné, Forlax, huile de ricin, Guttalax, paraffine liquide. Le bisacodyl peut être pris sous forme de comprimés ou de suppositoires. Vous pouvez utiliser des bougies contenant de la glycérine.
  3. Les lavements sont effectués lorsque les laxatifs sont inefficaces. En plus du nettoyage mécanique des intestins, les lavements aident à éliminer les substances toxiques et à réduire l'intoxication.
  4. Sorbants (Polysorb, Enterosgel, Polyphepan, charbon actif).
  5. Des préparations de fer sont prescrites pour l'anémie: Sorbifer Durules, Maltofer, Ferrum Lek. Si nécessaire, prescrire des formes injectables de préparations de fer ou d'érythropoïétine.
  6. Analgésiques (AINS). Certains d'entre eux réduisent efficacement la température. Ce sont le paracétamol, le nimésulide, l'ibuprofène, le kétoprofène, etc..
  7. Les médicaments antiarythmiques sont prescrits par un médecin.
  8. Sédatifs (sédatifs): Diazépam, Aminazine ou Halopéridol.

Activités de guérison

En outre, il est conseillé au médecin de prendre des complexes multivitaminés. Grâce à eux, le travail du système immunitaire sera activé, ce qui donnera au corps plus de force pour lutter contre les produits de la tumeur en décomposition. Mais les vitamines doivent être sélectionnées en collaboration avec le médecin traitant..

Quelques jours avant le traitement chimique, pour éviter les complications, il faut boire le plus de liquide possible. Pendant la chimiothérapie, le sang est régulièrement examiné pour vérifier les paramètres nécessaires.

Le pronostic de la vie d'un patient cancéreux avec la décomposition d'une tumeur maligne est favorable si des mesures préventives sont prises en temps opportun avant le traitement ou si la qualité du sang est constamment surveillée. Si vous ne suivez pas le processus de décomposition, la santé et la vie du patient seront en grand danger..