Principal
Cirrhose

Carcinome épidermoïde du larynx

Maladie oncologique, qui se présente sous la forme d'une tumeur maligne pouvant survenir sur n'importe quelle partie du larynx. Dans la plupart des cas, les premières manifestations de la pathologie sont très similaires à un simple rhume ou ARVI: enrouement, essoufflement, toux, c'est pourquoi les personnes malades ne sont pas pressées de demander l'aide de spécialistes et sont engagées seules dans un traitement..

La majorité des patients avec ce diagnostic sont des hommes âgés de 45 à 60 ans, en particulier ceux qui ont une longue histoire de tabagisme et d'abus de boissons alcoolisées. Parmi le groupe à haut risque, il y a aussi les personnes ayant des conditions de travail nocives et celles qui sont sensibles à l'influence des rayonnements ionisants.

Causes d'occurrence

Le cancer du larynx survient dans le contexte de modifications des cellules épithéliales normales, qui deviennent atypiques au cours du processus de mutation. En plus de fumer et de boire de l'alcool, les maladies de la gorge à long terme peuvent également affecter les cellules: laryngite, trachéite, pharyngite ou syphilis.

De plus, la présence d'une tumeur bénigne dans le larynx peut également être considérée comme la cause du développement d'un cancer, car une tumeur bénigne peut dégénérer en une tumeur maligne. Ceux-ci comprennent: les papillomes, la leucoplasie, etc..

Dans certains cas, le cancer du larynx survient comme une tumeur secondaire, due à une métastase de la tumeur principale dans un autre organe. Pas la dernière raison, l'hérédité est considérée, car la présence dans l'histoire de parents de pathologies cancéreuses augmente considérablement le risque de cancer.

Variétés de carcinome épidermoïde dans le larynx

Le carcinome épidermoïde non kératinisant du larynx commence son développement à partir de cellules non kératinisantes de l'organe. Il est diagnostiqué relativement rarement et se caractérise par un taux de développement rapide et des métastases précoces.

Un autre type est le cancer épidermoïde kératinisant, qui apparaît à partir des cellules kératinisantes, mais contrairement au cancer non kératinisant, il se développe beaucoup plus longtemps et ne libère pratiquement pas de métastases..

Le carcinome épidermoïde du larynx occupe le premier rang en termes de fréquence d'apparition, tandis que d'autres types ne sont enregistrés que dans 2% des cas. Il existe également des situations où les oncologues découvrent une forme mixte de cancer chez un patient..

Symptômes

La clinique initiale du carcinome épidermoïde du larynx présente de nombreuses similitudes avec le rhume, qui se manifeste par les symptômes les plus courants sous forme de maux de gorge et de respiration sifflante, de légères douleurs. Au fur et à mesure que le néoplasme se développe, des problèmes de respiration et de saignement se rejoignent (des stries de sang sont visibles dans les expectorations du patient).

Un peu plus tard, la structure cutanée du patient commence à changer, son visage devient flasque et déformé. Un signe très important d'une tumeur du larynx est un changement du timbre de la voix, qui devient plus enroué.

Lorsque le néoplasme atteint une certaine taille, il commence à créer une pression sur les tissus voisins, ce qui provoque l'apparition de symptômes sous la forme d'une sensation de boule dans la gorge et de passage problématique de la nourriture lors de la déglutition. Une odeur désagréable (putride) de la bouche s'ajoute à tout.

En raison de problèmes de déglutition et de l'apparition d'un syndrome douloureux sévère, il devient difficile pour une personne de manger de la nourriture et elle commence à perdre du poids. En conséquence, la faiblesse, l'épuisement commence à apparaître. En raison d'un gonflement du larynx, des caries peuvent se développer sur les dents, ce qui provoquera la perte des dents. Dans les cas où le néoplasme a libéré des métastases sur la paroi latérale de la gorge, une lésion du nerf crânien peut survenir, ce qui entraînera une perte auditive partielle ou complète, dans une oreille..

Étapes

Comme toute autre maladie oncologique, le cancer du larynx comporte quatre étapes principales de son développement:

  1. Premièrement, une petite tumeur est située dans la membrane muqueuse de l'organe, il n'y a pas de métastases;
  2. Le second - le néoplasme se développe profondément dans l'organe dans la région du larynx dans lequel il s'est formé. La tumeur est encore petite et ne libère pas de métastases;
  3. Le troisième carcinome épidermoïde de ce stade affecte complètement l'organe et les tissus voisins. Un chevauchement de la lumière laryngée peut se produire. À la fin de cette étape, des métastases apparaissent dans les ganglions lymphatiques les plus proches;
  4. La quatrième est la dernière étape, qui est pratiquement incurable. À ce stade, le cancer a déjà réussi à toucher de nombreux organes dans tout le corps, libérant des métastases à distance;

Diagnostique

Le cancer répond très bien au traitement précoce, mais il est rarement diagnostiqué. Peu de gens surveillent de près leur santé, c'est pourquoi l'émergence de cliniques de cancérologie précoce peut être ignorée ou confondue avec une autre maladie. Un mal de gorge, un enrouement et une sensation de présence d'un corps étranger, apparu sans raison, devraient être préoccupants. Aux premières manifestations de tels symptômes, vous devez consulter un oto-rhino-laryngologiste dès que possible.

Il existe également des cas où un dentiste détecte un cancer du larynx lors de l'examen de la cavité buccale de son patient. Les signes visuels du cancer du larynx peuvent être différents. Si un néoplasme est apparu dans la zone des cordes vocales, il ressemblera en apparence à un petit tubercule. Dans certains cas, il a une surface inégale bosselée, avec une couleur rouge clairement visible. Si une personne a une forme infiltrante de cancer, la tumeur aura une bosse près de la base de la corde vocale. Certains types de tumeurs peuvent ressembler à de simples polypes.

La méthode la plus informative pour diagnostiquer le cancer du larynx est la biopsie. Si sa mise en œuvre ne permet pas d'identifier la nature exacte du néoplasme, le médecin prescrit un diagnostic peropératoire.

À l'aide d'une biopsie, les oncologues peuvent découvrir le type de cellule à partir duquel le néoplasme malin a commencé à se développer et le degré de sa différenciation. Le mot différenciation signifie le degré d'éloignement des cellules modifiées par rapport aux cellules normales. Au total, 3 types sont distingués: Types de cellules différenciées, moyennement différenciées et indifférenciées. Plus cet indicateur est bas, plus le processus est malin..

Le niveau moderne de développement de la médecine permet d'examiner une tumeur à l'aide de méthodes de diagnostic instrumentales et matérielles. Les médecins pratiquent la phonétographie, la stroboscopie, l'IRM, la tomodensitométrie. En utilisant l'échographie, vous pouvez considérer l'étendue de la propagation du processus aux tissus et des métastases aux ganglions lymphatiques.

Traitement du carcinome épidermoïde

Compte tenu de la localisation du processus cancéreux, l'objectif principal du traitement est d'éliminer complètement le néoplasme malin et de restaurer toutes les fonctions du larynx. Une grande importance dans le pronostic ultérieur dépend de l'emplacement de la tumeur, car différentes parties du larynx ont une sensibilité différente.

Le plan de traitement standard pour l'oncologie comprend les méthodes suivantes:

  • La radiothérapie - a un excellent effet et a un bon pronostic pour le traitement du carcinome épidermoïde du larynx. Mais il est préférable de l'utiliser après la chirurgie, car certaines complications peuvent survenir. La radiothérapie est très efficace dans les premiers stades, en particulier lorsqu'elle est associée à une oxygénation hyperbare. La combinaison de ces techniques contribue à la préservation des tissus normaux et a un effet néfaste sur les cellules malignes..
  • Chimiothérapie - l'utilisation de médicaments de chimiothérapie pour traiter le cancer n'a de bons effets que si le processus est localisé dans le larynx supérieur. Si la tumeur est située dans la partie inférieure, les résultats de ce traitement sont minimes..
  • La chirurgie est le traitement du cancer le plus extrême. Le but du traitement chirurgical est d'exciser autant que possible la formation. Aux premiers stades de l'oncologie, il est possible de réaliser une opération capable de préserver l'intégrité et le fonctionnement de l'organe..

Pour éviter l'apparition d'une sténose, qui peut se développer après la chirurgie, le patient est implanté avec une endoprothèse, qui n'est retirée qu'après 3-4 semaines. Le traitement du cancer de stade 3 ou 4, consiste en l'utilisation d'une opération radicale - laryngectomie (ablation d'une tumeur avec une partie du larynx).

Dans le cas de métastases, les chirurgiens peuvent décider de retirer une partie des tissus du cou, ainsi que des ganglions lymphatiques régionaux.

Les prévisions

Très souvent, les patients qui ont subi un traitement pour un carcinome épidermoïde du larynx peuvent perdre la capacité de parler, c'est pourquoi ils sont implantés avec des prothèses vocales.

Le cancer du larynx lui-même est une maladie dangereuse, car de nombreux plexus nerveux et gros vaisseaux sanguins traversent la gorge. Si la maladie est autorisée à suivre son cours, les projections de survie future fluctueront autour de 1 à 3 ans, parfois plus.

La principale cause de décès est l'asphyxie, les saignements massifs, la pleurésie et la pneumonie. Le traitement commencé à temps, lorsqu'il est diagnostiqué à un stade précoce, a des projections relativement excellentes pour l'avenir. Au premier stade, les prévisions de récupération sont de 90% et plus, au deuxième - 80%, au troisième - 67%, et le quatrième stade a les indicateurs les plus insatisfaisants, car le cancer a le temps de se propager à tout le corps et le traitement peut ne pas avoir l'effet nécessaire.

Causes, symptômes et traitement du carcinome épidermoïde du larynx

Le carcinome épidermoïde du larynx est une maladie oncologique dans laquelle, à la suite de la dégénérescence de l'épithélium en cellules atypiques, une tumeur se forme.

Le plus souvent, des changements pathologiques sont observés chez les hommes âgés de 45 à 55 ans..

Les facteurs provoquants sont:

  • fumer du tabac;
  • l'abus d'alcool;
  • travail dans la production dangereuse;
  • vivre dans un territoire à faible écologie;
  • rhumes chroniques.

Avec de fréquentes laryngites, trachéites, pharyngites, le risque d'oncologie augmente. Dans certains cas, la cause du cancer est la dégénérescence des tumeurs bénignes en tumeurs malignes. Les symptômes de la maladie dépendent du type de cancer et du stade de la maladie. Le carcinome épidermoïde du larynx est classé comme suit:

  • non kératinisant - se développe rapidement et a une capacité accrue aux métastases;
  • kératinisant - se développe sur une longue période et ne forme pratiquement pas de métastases.

Le carcinome épidermoïde kératinisant du larynx est diagnostiqué dans la grande majorité des cas. Avec un tel cancer, une formation dense se forme, extérieurement, la pathologie des cellules kératinisées ressemble à un cercle avec une perle au centre. Le meilleur résultat de la thérapie dans le traitement du cancer kératinisant, lorsque la localisation de cellules atypiques est observée dans la zone des ligaments ou dans la partie supérieure de l'oropharynx. Le cancer du larynx inférieur est souvent associé à des métastases et est difficile à traiter..

Le carcinome épidermoïde non kératinisant est diagnostiqué dans 25% des cas et est considéré comme moins fréquent. La pathologie est associée à la formation de manifestations et de lésions érosives sur la membrane muqueuse, qui provoquent des douleurs lors de la déglutition. Au site de localisation, le cancer des parties supérieure, moyenne et inférieure du larynx est isolé.

Dans certains cas, les patients reçoivent un diagnostic des deux cancers en même temps. Dans l'écrasante majorité des formations sont diagnostiquées dans la partie supérieure du larynx. Lorsqu'il est localisé dans les ventricules, il se développe rapidement et après un certain temps, le larynx se ferme. Dans ce cas, le patient développe un essoufflement et des problèmes d'activité de la parole..

Les formations les plus dangereuses dans la partie inférieure, puisque la pathologie est détectée aux stades ultérieurs, la tumeur se propage rapidement et les deux parties du larynx.

Il y a 4 stades de développement plat du cancer. Au dernier stade, des métastases se développent, qui affectent les ganglions lymphatiques et presque tous les tissus de l'oropharynx. Dans ce cas, la maladie est pratiquement incurable et la probabilité d'une issue favorable est minime..

Les principaux symptômes du carcinome épidermoïde du larynx

La difficulté de détecter la maladie à un stade précoce est due au fait que les premiers signes de changements pathologiques sont similaires à ceux de nature froide. Dans les premiers stades, la maladie peut facilement être confondue avec les symptômes d'un rhume. La personne ressent un mal de gorge et un mal de gorge, la gorge est irritée et il peut y avoir une légère respiration sifflante dans la voix.

Cancer épidermoïde du larynx

Le larynx est un organe important qui fournit de l'air aux poumons et est également responsable de la capacité de parler d'une personne. Mais, malheureusement, le larynx, comme tout autre organe, est sujet aux maladies malignes. Beaucoup plus souvent, la tumeur affecte les hommes, ils représentent plus de 90% des cas de diagnostic de néoplasme. Le carcinome épidermoïde le plus fréquent du larynx, il survient dans plus de 95% des cas, se formant à partir de cellules épithéliales squameuses, dont il tire son nom. Le carcinome et ses sous-types sont extrêmement rares dans pas plus de 5% des cas.

Types de formation de cellules squameuses ↑

Il est courant de distinguer deux principaux types histologiques:

  • cancer épidermoïde kératinisant du larynx, cette forme se caractérise par le développement lent de la pathologie et le fait rare de métastases;
  • cancer épidermoïde non kératinisant du larynx - se développe à partir de cellules épithéliales non kératinisantes, se caractérise par une croissance tumorale rapide et des métastases fréquentes.

Dans certains cas, une forme mixte peut être observée, dans laquelle des cellules cancéreuses provenant à la fois de tissu non kératinisant et kératinisant sont présentes. Parfois, le carcinome épidermoïde peut être mélangé au carcinome, ces tumeurs sont extrêmement rares et très difficiles à traiter.

En ce qui concerne la localisation du néoplasme, il peut survenir dans n'importe quelle partie du larynx. L'épiglotte, le pharynx et les ventricules du larynx sont le plus souvent touchés. La tumeur peut être située dans une partie de l'organe et impliquer progressivement la deuxième partie du larynx, augmentant la taille de la formation, conduisant au chevauchement de sa lumière.

La meilleure réponse au traitement est le cancer du larynx, localisé dans les cordes vocales, dont le principal symptôme est une altération de la parole, ainsi que dans la partie supérieure du pharynx. Le pronostic le moins favorable pour la formation dans le larynx inférieur, dans ce cas, les cellules atypiques ont une croissance rapide, et il est plutôt difficile à diagnostiquer, en raison de laquelle, au moment de sa détection, il y a un dommage important aux organes.

Raisons ↑

Une cause fréquente de cancer épidermoïde est les maladies précancéreuses qui n'ont pas reçu une attention appropriée et un traitement ultérieur. Ces pathologies comprennent:

  • leucoplasie - le processus de formation de la maladie se produit par kératinisation des cellules de l'épithélium du pharynx, prenant l'apparence de plaques blanches recouvertes d'un revêtement gris. Visuellement, le patient peut ne pas remarquer les changements, mais ressentir une gêne sous la forme d'une sensation de corps étranger dans la gorge. Les taches ne s'élèvent pas au-dessus de la surface de la muqueuse pharyngée et leurs tailles varient dans les six millimètres;
  • la pachydermie est caractérisée par l'apparition de croissances sur la muqueuse pharyngée à la suite d'un processus inflammatoire prolongé, sans traitement approprié. Les excroissances peuvent être à la fois multiples et uniques. Parmi les principaux signes de la maladie, l'enrouement est déterminé;
  • la papillomatose laryngée se présente sous la forme d'excroissances papillaires dans le pharynx, présentant différents degrés de kératinisation et, après leur retrait, de fréquentes rechutes. Les symptômes des papillomes dépendent du lieu de leur localisation. Lorsqu'il est disloqué au niveau des cordes vocales, il y a un enrouement de la voix, parfois une aphonie. Si les papillomes sont localisés dans l'espace supra-pli, les patients notent une sensation de présence d'un corps étranger dans le pharynx, sous les cordes vocales - une sensation de chatouillement, de toux et parfois, avec un processus généralisé, une difficulté à respirer. Les papillomes doivent être enlevés sans faute.

La leucoplasie, la papillomatose et la pachydermie sont ces maladies qui présentent un degré élevé de malignité, elles sont également appelées pathologies obligatoires. S'ils sont identifiés, vous devez immédiatement aborder la question de la thérapie.

Il existe également des maladies facultatives qui présentent un moindre degré de gêne possible, mais théoriquement, sans les mesures prises, ce fait reste possible. Ces maladies comprennent:

  • granulomes ontact;
  • formations cicatricielles après une évolution chronique d'infections spécifiques;
  • dysplasie de l'épithélium muqueux;
  • contacter les fibromes.

Outre les maladies précancéreuses pouvant dégénérer en carcinome épidermoïde du larynx, il existe également des facteurs provoquant le développement de l'oncologie dans la région pharyngée. Les plus dangereux sont le tabagisme et la boisson. Leurs substances cancérigènes endommagent l'intégrité de la muqueuse pharyngée, l'appauvrissent et conduisent au développement de processus mutationnels graves. En outre, en plus de la consommation d'alcool et du tabagisme, le danger est causé par le travail dans les entreprises chimiques, l'industrie de la peinture et du vernis et la production de métaux lourds, en plus de cela, vivant dans des villes poussiéreuses..

Traitement ↑

Le cancer du larynx est difficile à traiter, car la tâche du médecin n'est pas seulement d'éliminer complètement la formation et de prévenir la récidive de la maladie, mais également de restaurer les fonctions respiratoires, vocales et protectrices de l'organe. Les deux principaux traitements sont la radiothérapie et la chirurgie..

La radiothérapie est plus souvent utilisée pour traiter les tumeurs du larynx moyen et vestibulaire. L'irradiation peut être effectuée à la fois avant et après l'opération, ainsi que séparément de l'intervention chirurgicale. Tout dépend des antécédents médicaux individuels du patient, des caractéristiques de la croissance tumorale et du degré de propagation du processus.

Le traitement chirurgical consiste à éliminer le néoplasme malin. L'opération est réalisée de différentes manières, l'un des types étant la chordectomie, une opération qui implique le retrait d'une corde vocale. Il est prescrit pour le premier degré de la maladie, lorsque la tumeur est localisée dans le tiers moyen de la corde vocale.

Un autre type d'ablation tumorale est la résection du larynx; une opération consiste en l'ablation partielle d'un organe tout en préservant sa fonction. Les résections sont distinguées:

  • latéral;
  • antérolatéral;
  • horizontal;
  • combiné (lorsque la tumeur se propage aux structures anatomiques adjacentes);
  • laryngectomie (ablation complète du larynx avec mise en place d'une trachéotomie sur la paroi antérieure du cou).

En ce qui concerne le traitement des métastases dans les ganglions lymphatiques du cou, des opérations telles que:

  • excision de la gaine fasciale du tissu cervical;
  • Opération Kraille.

Nutrition pendant et après le traitement de la maladie ↑

L'un des problèmes majeurs des patients présentant un gonflement du pharynx est la perte de poids, elle est causée par un manque d'appétit dû à une gêne lors de l'alimentation. Un régime alimentaire bien composé est un élément important du traitement de la pathologie, car le mauvais choix et la mauvaise préparation des aliments peuvent entraîner des blessures supplémentaires du larynx et une détérioration de l'état du patient..

Il est strictement interdit de prendre des aliments chauds et froids, tous les aliments doivent être extrêmement chauds. Le régime doit être composé d'aliments bien hachés et traités thermiquement. Il doit être complètement exclu du régime:

  • aliments irritants acides (citron, pommes, cerises et autres fruits contenant de l'acide);
  • cornichons et viandes fumées;
  • aliments épicés;
  • tous les types d'alcool et de boissons gazeuses;
  • assaisonnements contenant des ingrédients qui irritent la gorge;
  • bonbons (chocolat, confiserie, etc.)

Le régime alimentaire du patient doit être composé des plats et produits suivants:

  • bouillons chauds, soupes à la crème;
  • bouillie de lait;
  • produits laitiers fermentés (fromage cottage, kéfir, yogourt);
  • poisson faible en gras, bouilli ou cuit;
  • céréales (avoine, orge, bouillie de sarrasin);
  • légumes et fruits non acides, traités thermiquement (courgettes, choux, abricots, betteraves, bananes, etc.)

Remarque! Le respect du régime alimentaire approprié est une partie importante du processus de rééducation..

Prévisions ↑

Il est impossible de faire un pronostic général correct concernant les maladies oncologiques. Étant donné que le pronostic dépend directement du degré de propagation du processus malin et de la rapidité du début du processus thérapeutique. La prévision a été statistiquement faite sur l'exemple de patients traités à différents stades de la pathologie. Ainsi, le pronostic de survie à cinq ans pour chaque stade du carcinome épidermoïde est le suivant:

  • 1 degré - jusqu'à 90%;
  • 2e degré - jusqu'à 75%;
  • 3e degré - jusqu'à 45%;
  • 4 degrés pas plus de 10%.

En conclusion, il est important de noter quelle que soit la tumeur détectée, le carcinome ou le carcinome épidermoïde, il est important de la reconnaître en temps opportun à l'aide de diagnostics et de commencer le traitement. Étant donné que le pronostic ultérieur du patient dépendra du stade de la maladie. N'oubliez pas qu'avec le processus oncologique, chaque jour de traitement et une chance pour une vie future comptent..

Cancer du larynx: causes et facteurs de risque

Le cancer du larynx est l'une des tumeurs malignes les plus courantes de cette partie du système respiratoire, qui remplit simultanément la fonction de formation de la voix. Le néoplasme peut être situé à divers endroits - au-dessus des cordes vocales, dans la zone de l'appareil vocal ou en dessous.

En fonction de la localisation du foyer de cancer, les symptômes de la maladie, son évolution et son pronostic, ainsi que les caractéristiques de diagnostic et de traitement, diffèrent..

Carcinome épidermoïde du larynx

Dans la majorité absolue des cas, un carcinome épidermoïde du larynx se produit, qui se développe à partir de cellules plates du tissu épithélial. Cela se produit, entre autres, parce que c'est l'épithélium squameux qui est «touché» par le virus du papillome humain (VPH).

Chez les personnes dont l'immunité est affaiblie, ce virus provoque le développement d'une infection chronique lente, accompagnée de la formation de papillomes (polypes) - excroissances bénignes de la membrane muqueuse. Au fil du temps, les papillomes peuvent devenir malins, c'est-à-dire passer de néoplasmes bénins à malins. Par conséquent, la papillomatose est considérée comme une condition précancéreuse et les polypes doivent être retirés dès qu'ils peuvent être détectés..

L'évolution la plus agressive est le carcinome épidermoïde du larynx, localisé dans la région supraglottique. Ces tumeurs aux premiers stades ne provoquent souvent aucun symptôme, se développent rapidement, métastasent tôt aux ganglions lymphatiques et à d'autres organes.

Avec des dommages aux cordes vocales dus aux caractéristiques anatomiques de cette partie du larynx, le carcinome épidermoïde se fait sentir assez tôt avec un enrouement et une toux caractéristiques. De plus, les tumeurs cancéreuses se développent généralement plus lentement et ne quittent pas la muqueuse pendant une longue période, ce qui améliore le pronostic, facilite le traitement et minimise la possibilité de complications..

Le cancer le plus rare de l'espace sous-glottique. Les premiers symptômes de cette forme de maladie n'apparaissent que dans les derniers stades, ce qui complique le diagnostic et le traitement.

Outre la localisation, l'évolution de la maladie et le pronostic sont influencés par le degré de malignité des cellules cancéreuses..

Cancer du larynx - causes

La cause exacte du cancer du larynx est encore inconnue des médecins. Cependant, un certain nombre de facteurs peuvent provoquer le développement d'un cancer dans cette partie du corps. Ces facteurs comprennent:

  • Conditions précancéreuses causées par l'action d'infections chroniques et d'autres raisons. En plus de la papillomatose, cela comprend la leucoplasie et la dyskératose, la pachydermie, certains types de fibromes, les kystes et d'autres modifications de la membrane muqueuse.
  • Fumeur. Ces mauvaises habitudes facilement éradiquées décuplent la probabilité de développer un cancer du larynx, qui dans ce cas est causé par les effets nocifs de la fumée de tabac et une diminution générale de l'immunité..
  • Les effets de l'alcool. L'abus d'alcool perturbe non seulement le fonctionnement normal de tout l'organisme, mais tue également la microflore bénéfique qui protège la membrane muqueuse des infections virales. En conséquence, les alcooliques développent des tumeurs malignes dans la gorge 3 fois plus souvent que les non-buveurs.
  • Prédisposition génétique. L'influence du facteur génétique est confirmée par le «népotisme» du cancer du larynx et sert de raison de consulter un médecin si un proche parent reçoit un diagnostic de cancer de la tête ou du cou.
  • Contact avec des produits chimiques cancérigènes. Les substances nocives qui peuvent provoquer la croissance de cellules malignes comprennent l'amiante, la poussière de bois et de charbon, ainsi que les produits chimiques qui font partie de certains cosmétiques (formaldéhyde) et solvants (alcool isopropylique), les vapeurs d'acide sulfurique, les gaz d'échappement des moteurs diesel, etc..
  • Préférences alimentaires. Manger beaucoup de fruits et de légumes dans le régime permet de réduire le risque de cancer, tandis que l'abondance de plats cuisinés, d'aliments frits et de «viande rouge» dans le menu augmente le risque de maladie.

Il faut ajouter qu'aucun des facteurs ci-dessus n'entraîne un cancer du larynx avec une probabilité de 100%. Dans le même temps, une tumeur peut apparaître dans le contexte d'une hérédité normale, d'un mode de vie sain et de l'absence de maladies chroniques. Par conséquent, il est très important de consulter un médecin dès les premiers symptômes suspects..

Dans son rapport à la IVe Conférence oncologique russe, un chercheur de l'I.N. N.N. Blokhina V.S. Alferov a noté qu'à l'heure actuelle, il existe une tendance constante à une augmentation de l'incidence du cancer du larynx dans la Fédération de Russie. Au cours des 10 dernières années, il a augmenté de 20%. Dans le même temps, les experts notent la prédominance des formes localement avancées dans la structure de la morbidité (60% -70%), tandis que les tumeurs limitées aux tissus de la membrane muqueuse ne sont détectées que dans 30% -40% des cas..

En plus de l'enrouement et de la toux, une tumeur qui se développe dans le larynx peut provoquer des douleurs de toutes sortes, des troubles respiratoires et d'autres problèmes de santé..
Article détaillé sur les symptômes.

Un diagnostic rapide est une condition préalable au succès du traitement de la plupart des types de cancer. Par conséquent, il est si important de prendre rendez-vous avec un médecin à temps et de subir un examen complet..
Description détaillée des méthodes de recherche endoscopiques et autres.

Les méthodes modernes de traitement permettent d'éliminer le gonflement de la gorge avec des conséquences minimes pour le patient. Dans ce cas, le patient entre en rémission stable et oublie pendant de nombreuses années ses problèmes. Le schéma thérapeutique est déterminé individuellement en fonction des caractéristiques du diagnostic et du patient.

Les meilleurs résultats sont obtenus lors du traitement de patients atteints de formes localisées de la maladie. À ce stade, les oncologues utilisent généralement des interventions chirurgicales économes et des méthodes de traitement de radiothérapie de haute précision, y compris l'irradiation sur les systèmes radiochirurgicaux modernes Cyberknife, TrueBeam, etc..

Le taux de survie à cinq ans des patients ayant conservé une qualité de vie normale est de 85% à 88%.

Au cours des dernières années, les employés du N.N. Blokhin, ils étudiaient activement la possibilité d'effectuer des opérations de préservation d'organes à l'aide de techniques spéciales (résections antérolatérales) chez des patients atteints de formes localement avancées de cancer du larynx. Cette approche évite la laryngectomie avec une trachéotomie permanente. Chez 90% des patients opérés avec ces technologies, la fonction vocale a été restaurée. Pour consolider les résultats, les interventions chirurgicales ont été associées à la radiothérapie et à la chimiothérapie; le taux de survie à 5 ans était de 78%.
En savoir plus sur les approches actuelles du traitement du cancer du larynx.

Si vous avez besoin d'un deuxième avis pour clarifier le diagnostic ou le plan de traitement, envoyez-nous une demande et des documents pour une consultation, ou inscrivez-vous à une consultation en personne par téléphone.

Tout ce que vous devez savoir sur le cancer du laryngopharynx

Les néoplasmes malins dans le corps humain sont très divers. Cela comprend le cancer du larynx. Cette pathologie implique l'apparition de néoplasies dans la région du laryngopharynx. La maladie est très dangereuse non seulement par son origine oncologique, mais aussi par le fait qu'avec la croissance de la tumeur, le patient peut mourir d'asphyxie.

Contenu

Par conséquent, il est nécessaire de prendre en compte cette maladie et ses variétés, ainsi que les caractéristiques de sa manifestation, afin de la détecter à temps et d'essayer de la guérir..

Quoi

Le cancer du larynx est une tumeur maligne qui se forme dans différentes parties du larynx. C'est l'une des maladies oncologiques assez rares - elle est diagnostiquée dans moins de 3% des cas. Mais parmi les néoplasmes malins de la tête, cette maladie est la plus courante.

Les hommes en souffrent beaucoup plus souvent que les femmes. Dans la plupart des cas, cette pathologie est diagnostiquée chez les personnes âgées, mais elle survient également chez les jeunes..

Les caractéristiques de la maladie dépendent de l'emplacement de la néoplasie et du stade de développement. Mais presque toujours, le patient a des troubles respiratoires et des problèmes de cordes vocales..

L'absence de traitement peut entraîner une augmentation significative de la tumeur qui bloque les voies respiratoires et peut entraîner la mort par suffocation.

Classification

Les tumeurs malignes du larynx peuvent être classées en fonction de différentes caractéristiques. Il existe des classifications de ces néoplasmes selon la localisation, le schéma de croissance, le type histologique..

Par structure histologique

Le type histologique le plus courant de cancer du larynx est squameux. Elle est diagnostiquée dans 95% des cas. Il peut être divisé en deux sous-espèces: non kératinisante et kératinisante..

Le cancer épidermoïde non kératinisant du larynx est caractérisé par un taux de croissance rapide, car les cellules anormales sont sujettes à une division intensive. C'est très courant. Avec ce type de pathologie, les métastases se forment rapidement..

Le carcinome épidermoïde du larynx est moins fréquent. La tumeur dans ce cas est constituée de cellules kératinisantes. Il se caractérise par un développement lent et aucune tendance à la métastase.

En outre, selon l'histologie, la variété glandulaire, le carcinome basocellulaire et d'autres espèces sont distingués, caractérisés par le contenu de cellules de différents types..

Par la nature de la croissance

Cette classification implique la division de la pathologie en types endophytes, exophytes et mixtes..

Par emplacement

Des tumeurs peuvent se former dans le larynx supérieur, moyen et inférieur. L'emplacement de la néoplasie au sommet est l'option la plus courante.

Des cellules anormales se forment sur les ventricules, l'épiglotte ou les plis du larynx scooplaire. La néoplasie apparaît d'un côté, mais au fil du temps se propage de l'autre.

Le cancer du larynx vestibulaire consiste en l'apparition d'un néoplasme dans la section médiane. Sa présence provoque une violation de la production vocale.

Les néoplasies inférieures se produisent généralement dans l'espace sous-glottique. Ils se caractérisent par une croissance infiltrante rapide..

Étapes

Le cancer du larynx hautement différencié en cours de développement passe par 4 étapes. En outre, il existe des conditions précancéreuses, y compris des pathologies telles que la leucoplasie, la pachydermie, le fibrome, etc. Si ces maladies ne sont pas traitées, une tumeur maligne peut survenir sous l'influence de circonstances défavorables..

Au stade 1, le néoplasme apparaît comme un ulcère situé dans un service. Le reste des zones n'est pas affecté.

Au stade 2, la tumeur se développe et peut occuper toute la section du larynx. Mais même dans ce cas, sa propagation aux zones voisines n'est pas observée. Les métastases à ce moment sont également absentes.

Sur ce sujet

L'amygdalite peut-elle se transformer en cancer

  • Olga Vladimirovna Khazova
  • 4 décembre 2019.

Le cancer de stade 3 se caractérise soit par la croissance de la tumeur en profondeur, soit par sa propagation à d'autres services. Des métastases ganglionnaires peuvent également se former.

Dans le cancer de grade 4, la tumeur se propage en 2 et même 3 sections et affecte les organes voisins. Des métastases sont présentes dans les ganglions lymphatiques et d'autres organes.

Les raisons

La connaissance des causes de cette maladie est nécessaire non seulement pour empêcher son développement, mais également pour un traitement de haute qualité. Il est impossible de dire exactement ce qui provoque le développement du processus oncologique..

Les médecins suggèrent que cela est le résultat de l'action simultanée de plusieurs facteurs traumatiques sur le corps en combinaison avec des caractéristiques internes.

Fumeur

C'est la cause la plus courante de carcinome, de sarcome et d'autres types de néoplasie. Les substances nocives contenues dans le tabac irritent la muqueuse du larynx et endommagent les membranes cellulaires.

Cela conduit à des mutations et à la croissance de cellules anormales. De plus, en raison du tabagisme, l'immunité s'affaiblit, ce qui ne permet pas au corps d'arrêter le développement de la maladie en temps opportun..

Situation écologique défavorable

Le contenu d'une grande quantité de substances nocives dans l'air a un effet néfaste sur les voies respiratoires. Dans les grands centres industriels, les gens sont plus susceptibles de souffrir de maladies respiratoires.

Consommation d'alcool

L'alcool éthylique, pénétrant dans le larynx, endommage la membrane muqueuse. En raison d'une irritation constante dans cette zone, une régénération cellulaire active est observée, ce qui est une condition préalable au développement d'un néoplasme malin..

Emploi dans la production dangereuse

Avec une interaction fréquente avec des substances toxiques ou des vapeurs toxiques, diverses maladies respiratoires se développent. Cela peut conduire à la formation d'une tumeur maligne..

Maladies inflammatoires

Ils se caractérisent à la fois par une faible immunité locale et une irritation intense des voies respiratoires supérieures. Ces circonstances contribuent au développement de la néoplasie..

Pathologies précancéreuses

La présence de néoplasmes bénins dans le larynx, si elle n'est pas traitée, peut provoquer le cancer..

Symptômes

Les caractéristiques de la manifestation de la maladie dépendent de l'emplacement, de la structure et du stade de développement. Au stade initial, le cancer du larynx ne se manifeste presque pas. Au fur et à mesure que la pathologie progresse, des signes individuels commencent à apparaître..

Tumeur de l'épiglotte

Il se caractérise par la présence de douleurs mineures lors de l'ingestion de nourriture et d'un mal de gorge. Elle est causée par une irritation des terminaisons nerveuses et une déformation de l'organe. Les symptômes s'aggravent avec le temps.

Département supraglottique

Le développement initial de la néoplasie dans ce domaine est asymptomatique. À l'avenir, la transpiration et l'inconfort lors de la déglutition apparaissent. Le timbre de la voix change également. Le développement ultérieur de la pathologie entraîne une douleur intense lors de l'alimentation et un enrouement..

L'apparition tardive des symptômes rend difficile le diagnostic de cette maladie, ce qui crée des problèmes dans son traitement..

Cordes vocales

La présence même d'une petite tumeur dans cette zone entraîne des manifestations indésirables. C'est un changement de voix et d'enrouement. De plus, le patient se fatigue rapidement lors d'une conversation. Avec la croissance de la néoplasie, il devient difficile pour le patient de respirer.

Département sous-glottique

La phase initiale est caractérisée par un cours asymptomatique. À mesure que la maladie progresse, des troubles de la voix et une toux sèche apparaissent. Parfois, des crises d'asthme sont possibles.

Les symptômes courants associés à tout type de cancer du larynx comprennent la fièvre, la faiblesse et une diminution des performances..

Diagnostique

Vous devez connaître les symptômes pour comprendre à quoi ressemble cette maladie. Mais sa présence ne peut être confirmée que lors de l'examen..

Examen visuel et prise d'antécédents

Le médecin doit découvrir quels sont les symptômes du patient. Il devrait également évaluer l'état des ganglions lymphatiques. Sur cette base, vous pouvez faire des hypothèses sur le diagnostic et la présence ou l'absence de métastases.

Laryngoscopie indirecte

C'est une méthode obsolète, mais elle est encore utilisée occasionnellement. Cela implique un examen du larynx, grâce auquel il est possible de détecter une tumeur et certaines de ses caractéristiques..

Au cours de la laryngoscopie, l'état des muqueuses est évalué. L'inconvénient de la méthode est sa précision insuffisante, car elle ne peut pas être utilisée pour voir certains néoplasmes au stade initial de leur formation..

Laryngoscopie directe

Cette méthode est plus informative, car elle vous permet d'examiner les trois parties du larynx. La laryngoscopie directe est réalisée à l'aide d'un appareil spécial. Pendant ce temps, vous pouvez prendre du biomatériau pour la biopsie.

Biopsie

Cette méthode vous permet d'établir avec précision la présence d'un processus malin. Cela se produit en examinant les tissus pathologiques au microscope..

Au cours de cette étude, l'état des ganglions lymphatiques est étudié pour détecter les métastases, le cas échéant..

radiographie

Son objectif est de détecter la présence de métastases dans les poumons et d'évaluer l'état des ganglions lymphatiques intrathoraciques.

IRM ou tomodensitométrie

Ce sont les méthodes de recherche les plus informatives, grâce auxquelles il est possible d'établir les caractéristiques les plus importantes de la maladie. L'une de ces méthodes consiste à savoir quelle est la taille de la tumeur, où elle se trouve et dans quelle mesure elle s'est propagée.

Il est effectué pour évaluer l'état cardiaque du patient..

Parmi les tests de laboratoire nécessaires figurent les tests sanguins (général, glycémie, tests de syphilis, tests de groupe et rhésus) et les tests d'urine. La bronchoscopie peut être prescrite comme procédure diagnostique supplémentaire..

Traitement

Les tactiques de traitement sont déterminées individuellement, en fonction du tableau clinique. Les principales méthodes d'exposition sont la chirurgie et la radiothérapie. La chimiothérapie est utilisée comme méthode supplémentaire.

L'opération pour enlever la tumeur n'est effectuée que dans les cas graves, et même ainsi, ils essaient de préserver au moins une partie de l'organe. La maladie à un stade précoce se prête bien à l'exposition aux radiations. De plus, la radiothérapie est souvent complétée par la chirurgie..

Le principe du traitement diffère généralement en fonction de la localisation de la tumeur..

Cordes vocales

Au départ, ils essaient d'éliminer les néoplasies dans cette zone à l'aide de l'exposition aux radiations. En l'absence du résultat requis, la partie endommagée du larynx est rapidement retirée.

Département Overlay

La tumeur dans cette zone est initialement traitée par radiothérapie. Parfois, il est complété par une chimiothérapie. Dans les cas difficiles, un prélèvement partiel ou complet de l'organe est effectué.

Département Underlay

Avec ce type de pathologie, seule une intervention chirurgicale est utilisée, ce qui est soutenu par une exposition aux rayonnements..

Lorsque des métastases apparaissent, une ablation chirurgicale est nécessaire. La même méthode est utilisée pour le cancer du larynx récurrent.

Après l'opération, l'état du patient doit être surveillé par un spécialiste. Cela s'applique non seulement à la phase de récupération, mais également au reste du temps. Le patient doit se présenter à des examens de routine et subir des examens afin de détecter à temps une éventuelle re-formation de néoplasie.

Métastases

Ils sont la conséquence la plus dangereuse de cette maladie. Les métastases commencent à se former dans les cas avancés - généralement 3 et 4 degrés de développement du cancer. Tout d'abord, les ganglions lymphatiques les plus proches sont endommagés, puis des changements pathologiques commencent à se produire dans les organes voisins et distants.

Plus le processus oncologique avance, plus son traitement est difficile et moins le patient a de chances de récupérer. Par conséquent, il est nécessaire de contacter un spécialiste dès les premiers symptômes de la maladie..

Complications

Le danger de la maladie est qu'en l'absence de traitement, le patient mourra. Mais en plus de cela, le cancer du larynx peut provoquer de nombreuses autres complications. Ceux-ci comprennent: les pathologies bronchopulmonaires (pleurésie, pneumonie); saignement arrosif; détresse respiratoire.

Avec la formation de métastases à distance, des problèmes surviennent dans le fonctionnement des organes endommagés. Ils peuvent être différents - selon l'endroit où la tumeur est apparue.

Prévoir

L'efficacité du traitement dépend de la rapidité de son instauration. Aux premier et deuxième stades, la maladie peut être surmontée sans même recourir à la chirurgie. Dans la plupart des cas, les patients récupèrent et poursuivent leur vie normale.

Avec un cancer du larynx de grade 3, la situation est plus compliquée. Pour se débarrasser de la tumeur, il est nécessaire de procéder à une opération en retirant partiellement l'organe endommagé. Il est également nécessaire d'influencer les métastases apparues. Mais avec une approche compétente, le patient est sauvé la vie et fonctionne relativement pleinement.

Au dernier stade du développement de la pathologie, le traitement conservateur est souvent inefficace. Pendant l'opération, il est nécessaire de retirer tout l'organe affecté, ainsi que d'effectuer une résection des zones adjacentes.

Carcinome épidermoïde de la peau, du larynx, de l'estomac, de l'œsophage, du poumon, du col de l'utérus et d'autres organes - causes et mécanismes de développement, variétés, stades et symptômes, diagnostic et traitement, pronostic

Le site fournit des informations de base à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Une consultation spécialisée est requise!

Carcinome épidermoïde - caractéristiques générales, définition et mécanisme de développement

Pour comprendre l'essence du carcinome épidermoïde, ainsi que pour imaginer pourquoi ce type de tumeur se développe très rapidement et peut affecter n'importe quel organe, vous devez savoir quelle est la signification des mots «cellule squameuse» et «cancer» donnée par les scientifiques et les médecins. Alors, considérons les principales caractéristiques du carcinome épidermoïde et les concepts nécessaires pour décrire ces caractéristiques..

Tout d'abord, vous devez savoir que le cancer est une tumeur à croissance rapide de cellules dégénérées qui ont pu se diviser rapidement et constamment, c'est-à-dire se multiplier. C'est cette division constante, incontrôlée et imparable qui assure la croissance rapide et continue d'une tumeur maligne. Autrement dit, les cellules dégénérées se développent et se multiplient constamment, à la suite de quoi elles forment d'abord une tumeur compacte, qui à un certain moment cesse d'avoir suffisamment d'espace dans la zone de sa localisation, puis elle commence simplement à "croître" à travers les tissus, affectant tout sur son chemin - vaisseaux sanguins, voisins organes, ganglions lymphatiques, etc. Les organes et tissus normaux ne peuvent pas résister à la croissance d'une tumeur maligne, car leurs cellules se multiplient et se divisent de manière strictement dosée - de nouveaux éléments cellulaires sont formés pour remplacer les anciens et les morts.

Les cellules d'une tumeur maligne se divisent constamment, ce qui entraîne la formation continue de nouveaux éléments le long de sa périphérie, comprimant les cellules normales d'un organe ou d'un tissu, qui meurent simplement à la suite d'un tel effet agressif. L'espace libéré après les cellules mortes est rapidement occupé par une tumeur, car il se développe incomparablement plus vite que n'importe quel tissu normal du corps humain. En conséquence, les cellules normales des tissus et des organes sont progressivement remplacées par des cellules dégénérées et la tumeur maligne elle-même grossit.

À un certain moment, les cellules cancéreuses individuelles commencent à se détacher de la tumeur, qui pénètrent tout d'abord dans les ganglions lymphatiques, y formant les premières métastases. Après un certain temps, avec l'écoulement de la lymphe, les cellules tumorales se propagent dans tout le corps et pénètrent dans d'autres organes, où elles donnent également lieu à des métastases. Dans les derniers stades, les cellules cancéreuses qui donnent lieu à une croissance métastatique dans divers organes peuvent également se propager avec le flux sanguin..

Le moment clé dans le développement de toute tumeur maligne est le moment de la formation de la première cellule cancéreuse, qui donnera lieu à la croissance effrénée du néoplasme. Cette cellule cancéreuse est également appelée renaître car elle perd les propriétés des structures cellulaires normales et en acquiert un certain nombre de nouvelles, ce qui lui permet de provoquer et de maintenir la croissance et l'existence d'une tumeur maligne. Une telle cellule cancéreuse dégénérée a toujours un ancêtre - une structure cellulaire normale, qui, sous l'influence de divers facteurs, a acquis la capacité de se diviser de manière incontrôlable. En ce qui concerne le carcinome épidermoïde, toute cellule épithéliale agit en tant que tel précurseur de la tumeur progénitrice.

Autrement dit, une cellule dégénérée apparaît dans l'épithélium, ce qui donne lieu à une tumeur cancéreuse. Et comme cette cellule semble plate au microscope, une tumeur cancéreuse constituée de structures cellulaires de la même forme est appelée carcinome épidermoïde. Ainsi, le terme «carcinome épidermoïde» signifie que cette tumeur s'est développée à partir de cellules épithéliales dégénérées.

Étant donné que l'épithélium du corps humain est très répandu, des tumeurs épidermoïdes peuvent se former dans presque tous les organes. Il existe donc deux principaux types d'épithélium: kératinisant et non kératinisant. L'épithélium non kératinisant est l'ensemble des muqueuses du corps humain (nez, bouche, gorge, œsophage, estomac, intestins, vagin, partie vaginale du col de l'utérus, bronches, etc.). L'épithélium kératinisant est une collection de téguments cutanés. En conséquence, un carcinome épidermoïde peut se former sur n'importe quelle membrane muqueuse ou peau. En outre, dans des cas plus rares, le carcinome épidermoïde peut se former dans d'autres organes à partir de cellules qui ont subi une métaplasie, c'est-à-dire qui se sont d'abord transformées en épithélium, puis en cancéreuses. Ainsi, il est évident que le terme «carcinome épidermoïde» est le plus lié aux caractéristiques histologiques d'une tumeur maligne. Bien sûr, la définition du type histologique de cancer est très importante, car elle aide à choisir l'option thérapeutique optimale, en tenant compte des propriétés de la tumeur détectée.

Le carcinome épidermoïde se développe le plus souvent dans les organes et tissus suivants:

  • Cuir;
  • Poumons;
  • Larynx;
  • Œsophage;
  • Col de l'utérus;
  • Vagin;
  • Vessie.

De plus, le cancer de la peau le plus fréquent, qui se développe dans 90% des cas sur les zones ouvertes de la peau, comme le visage, le cou, les mains, etc..

Cependant, le carcinome épidermoïde peut se développer dans d'autres organes et tissus, tels que, par exemple, la vulve, les lèvres, les poumons, le gros intestin, etc..

Photos du carcinome épidermoïde

Cette photo montre la structure microscopique d'un cancer épidermoïde non kératinisant, visible lors de l'examen histologique d'une biopsie (la tumeur maligne se trouve dans la partie supérieure gauche de la photo sous la forme d'une formation de forme irrégulière, le long du contour limité par une bordure blanche assez large).

Cette photo montre la structure d'un cancer épidermoïde kératinisant (les foyers d'une tumeur cancéreuse sont de grandes formations arrondies, comme s'il s'agissait de cercles concentriques, séparés les uns des autres et des tissus environnants par une bordure blanche).

Cette photo montre des foyers de carcinome épidermoïde de la surface de la peau.

Cette photo montre deux foyers de croissance tumorale, qui ont été classés comme carcinome épidermoïde après examen histologique de la biopsie.

Cette photo montre des foyers de cancer épidermoïde de la peau.

Cette photo montre une tumeur maligne qui, à l'examen histologique de la biopsie, a été identifiée comme un carcinome épidermoïde.

Causes du développement du carcinome épidermoïde

Maladies précancéreuses

Les maladies facultatives précancéreuses ne dégénèrent pas toujours en cancer, même avec une très longue évolution. Cependant, étant donné que la probabilité de leur dégénérescence en cancer avec des maladies facultatives existe toujours, ces pathologies doivent également être traitées. Les maladies précancéreuses facultatives et obligatoires du carcinome épidermoïde sont présentées dans le tableau.

Carcinome épidermoïde précancéreux obligatoireCarcinome épidermoïde précancéreux facultatif
Xérodermie pigmentée. Il s'agit d'une maladie héréditaire très rare. Il se manifeste d'abord à l'âge de 2 à 3 ans sous forme de rougeurs, d'ulcérations, de fissures et de croissances ressemblant à des verrues sur la peau. Avec la xérodermie pigmentée, les cellules de la peau ne sont pas résistantes aux rayons ultraviolets, ce qui, sous l'influence du soleil, endommage leur ADN et renaît en cancéreux..Kératose sénile. La maladie se développe chez les personnes âgées dans des zones de la peau qui ne sont pas couvertes de vêtements, en raison d'une exposition prolongée aux rayons ultraviolets. Sur la peau, des plaques rougeâtres sont visibles, couvertes d'écailles dures jaunes. La kératose sénile dégénère en carcinome épidermoïde dans 1/4 des cas.
Maladie de Bowen. Une maladie acquise, qui est très rare et se développe à la suite d'une exposition prolongée à la peau à des facteurs défavorables, tels que des blessures, une exposition directe au soleil, à la poussière, aux gaz et à d'autres risques industriels. Tout d'abord, des taches rouges apparaissent sur la peau, qui forment progressivement des plaques brunâtres recouvertes d'écailles facilement détachables. Lorsque des ulcères apparaissent à la surface de la plaque, cela signifie qu'elle a dégénéré en carcinome épidermoïde..Corne cutanée. Il s'agit d'un épaississement pathologique de la couche cornée, entraînant la formation d'une élévation cylindrique ou conique au-dessus de la surface de la peau jusqu'à 7 cm de long. Avec cette maladie, le cancer se développe dans 7 à 15% des cas.
Maladie de Paget. Il s'agit d'une maladie rare qui survient presque toujours chez les femmes. Sur la peau des organes génitaux, aux aisselles ou sur la poitrine, des taches rouges de forme claire avec une surface squameuse humide ou sèche sont apparues pour la première fois. Peu à peu, les taches augmentent de taille et dégénèrent en carcinome épidermoïde.Keratoacanthoma. Cette condition se développe généralement chez les personnes de plus de 60 ans. Sur la peau du visage ou du dos des mains, des taches rondes se forment avec une dépression au centre, dans laquelle se trouvent des écailles jaunes. Cette maladie devient un carcinome épidermoïde dans 10 à 12% des cas..
Érythroplasie de Keira. Une maladie rare qui ne survient que chez l'homme et se caractérise par l'apparition de nodules rouges ou de papillomes sur le gland du pénis.Dermatite de contact. Une maladie relativement courante chez les personnes de tout âge. La maladie se développe à la suite d'une exposition cutanée à diverses substances agressives et se caractérise par des signes typiques d'inflammation - douleur, gonflement, rougeur, démangeaisons et sensation de brûlure.

Facteurs prédisposants

Les facteurs prédisposants comprennent divers groupes d'effets sur le corps humain, qui augmentent le risque de développer un carcinome épidermoïde plusieurs fois (parfois des dizaines ou des centaines). La présence de facteurs prédisposants ne signifie pas qu'une personne qui y est exposée développera nécessairement un cancer. Cela signifie seulement que le risque de cancer chez cette personne est plus élevé que celui d'une autre qui n'a pas été exposée à des facteurs de prédisposition..

Malheureusement, la probabilité de développer un carcinome épidermoïde n'a pas de relation linéaire avec le temps pendant lequel une personne a été exposée à des facteurs prédisposants. Autrement dit, chez une personne, un cancer peut se former après une courte exposition à des facteurs prédisposants (par exemple, 1 à 2 semaines), tandis qu'une autre restera en bonne santé, même si elle a subi une très longue exposition à exactement les mêmes facteurs..

Cependant, la probabilité de carcinome épidermoïde est en corrélation avec le nombre de facteurs prédisposants. Cela signifie que plus les facteurs prédisposants affectent une personne, plus la probabilité de développer un cancer est élevée. Mais, malheureusement, cette relation n'est pas non plus linéaire, et donc le risque total de cancer chez une personne exposée simultanément à plusieurs facteurs prédisposants ne peut être calculé par simple addition arithmétique. Considérons cela avec un exemple.

Ainsi, le facteur 1 prédisposant augmente le risque de carcinome épidermoïde 8 fois, le facteur 2 à 5 fois, le facteur 3 à 2 fois. Le risque total résultant d'une exposition à ces trois facteurs sera plus élevé que celui de chacun d'eux séparément, mais ne sera pas égal à la simple somme arithmétique de leurs risques. Autrement dit, le risque total n'est pas 8 + 2 + 5 = 15 fois. Dans chaque cas particulier, ce risque total sera différent, car il dépend de nombreux facteurs et paramètres qui déterminent l'état général du corps. Ainsi, chez une personne, le risque total de développer un cancer peut être multiplié par 9 par rapport à la norme, et chez une autre - de 12, etc..

Les facteurs prédisposant au carcinome épidermoïde sont les suivants:
1. Prédisposition génétique.
2. Toutes maladies inflammatoires chroniques de la peau et des muqueuses, telles que:

  • Brûlures de toute origine (solaire, thermique, chimique, etc.);
  • Dermatite radiologique chronique;
  • Pyoderma chronique;
  • Ulcère chronique;
  • Lupus érythémateux discoïde;
  • Bronchite chronique, laryngite, trachéite, vulvite, etc..
3. Cicatrices de toute origine et localisation:
  • Cicatrices traumatiques apparues après une exposition à des facteurs mécaniques, thermiques et chimiques;
  • Cicatrices laissées par des maladies de la peau telles que les furoncles, les anthrax, le lupus tuberculeux et l'éléphantiasis;
  • Cancer de Kangri ou Kairo (cancer au site d'une cicatrice de brûlure);
  • Cancer après avoir été brûlé avec du bois de santal ou des morceaux de bois de santal.
4. Exposition prolongée aux rayons ultraviolets (exposition prolongée au soleil, etc.).
5. Exposition aux rayonnements ionisants (rayonnements).
6 fumer du tabac.
7. Boire des boissons alcoolisées, en particulier des boissons fortes (par exemple, vodka, cognac, gin, tequila, rhum, whisky, etc.).
8. Mauvaise nutrition.
9. Maladies infectieuses chroniques (par exemple, variétés oncogènes de virus du papillome humain, VIH / sida, etc.).
10. Niveau élevé de pollution atmosphérique dans la zone de résidence permanente.
11. Prise de médicaments à action immunosuppressive.
12. Risques professionnels (produits de la combustion du charbon, arsenic, goudron de houille, poussière et goudron de bois, huiles minérales).
13. Âge.

Classification (variétés) du carcinome épidermoïde

Actuellement, il existe plusieurs classifications du carcinome épidermoïde, en tenant compte de ses différentes caractéristiques. La classification, en tenant compte du type histologique de tumeur, distingue les types suivants de carcinome épidermoïde:

  • Cancer squameux kératinisant (différencié);
  • Cancer squameux non kératinisant (indifférencié);
  • Cancer mal différencié, semblable au sarcome sous la forme de cellules le formant;
  • Carcinome épidermoïde glandulaire.

Comme vous pouvez le voir, la principale caractéristique distinctive des différents types de carcinome épidermoïde est le degré de différenciation des cellules qui forment la tumeur. Par conséquent, en fonction du degré de différenciation, le carcinome épidermoïde est divisé en différencié et indifférencié. Et le cancer différencié, à son tour, peut être hautement différencié ou modérément différencié. Pour comprendre l'essence du terme «degré de différenciation» et pour imaginer les propriétés du cancer d'une certaine différenciation, il faut savoir de quel type de processus biologique il s'agit..

Ainsi, chaque cellule normale du corps humain a la capacité de proliférer et de se différencier. La prolifération est comprise comme la capacité d'une cellule à se diviser, c'est-à-dire à se multiplier. Cependant, normalement, chaque division cellulaire est strictement contrôlée par les systèmes nerveux et endocrinien, qui reçoivent des informations sur le nombre de structures cellulaires mortes et «prennent une décision» quant à la nécessité de les remplacer..

Lorsqu'il est nécessaire de remplacer des cellules mortes dans tout organe ou tissu, les systèmes nerveux et endocrinien entament le processus de division des structures cellulaires vivantes qui se multiplient et, ainsi, la zone endommagée de l'organe ou du tissu est restaurée. Une fois que le nombre de cellules vivantes dans le tissu est rétabli, le système nerveux transmet un signal concernant la fin de la division et la prolifération s'arrête jusqu'à la prochaine situation similaire. Normalement, chaque cellule est capable de se diviser un nombre limité de fois, après quoi elle meurt simplement. En raison de la mort des cellules après un certain nombre de divisions, les mutations ne s'accumulent pas et les tumeurs cancéreuses ne se développent pas.

Cependant, avec la dégénérescence cancéreuse, la cellule acquiert la capacité de prolifération illimitée, qui n'est pas contrôlée par les systèmes nerveux et endocrinien. En conséquence, la cellule cancéreuse se divise un nombre infini de fois sans mourir après un certain nombre de divisions. C'est cette capacité qui permet à la tumeur de croître rapidement et constamment. La prolifération peut varier en degrés de très faible à élevé. Plus le degré de prolifération est élevé, plus la croissance tumorale est agressive, car plus l'intervalle de temps entre deux divisions cellulaires successives est court.

Le degré de prolifération cellulaire dépend de sa différenciation. La différenciation signifie la capacité d'une cellule à se développer en une cellule hautement spécialisée, conçue pour exécuter un petit nombre de fonctions strictement définies. Illustrons cela par un exemple: après l'obtention de son diplôme, une personne n'a pas de compétences étroites et uniques qui peuvent être utilisées pour effectuer un petit éventail de travaux spécialisés, par exemple, effectuer une chirurgie oculaire. Pour acquérir de telles compétences, vous devez apprendre et pratiquer, en maintenant et en améliorant constamment les qualifications..

Chez les humains, la maîtrise de certaines compétences est appelée apprentissage, et le processus d'acquisition de fonctions spécialisées par chaque cellule nouvellement formée à la suite de la division est appelé différenciation. En d'autres termes, la cellule nouvellement formée n'a pas les propriétés nécessaires pour remplir les fonctions d'un hépatocyte (cellule hépatique), d'un cardiomyocyte (cellule myocardique), d'un néphrocyte (cellule rénale), etc. Pour obtenir de telles propriétés et devenir une cellule hautement spécialisée à part entière avec des fonctions strictement définies (contractions régulières dans un cardiomyocyte, filtration sanguine et concentration urinaire dans un néphrocyte, production de bile dans un hépatocyte, etc.), elle doit subir une sorte de «formation», qui est un processus différenciation.

Cela signifie que plus le degré de différenciation d'une cellule est élevé, plus elle est hautement spécialisée et capable d'exécuter une liste étroite de fonctions strictement définies. Et plus le degré de différenciation cellulaire est bas, plus il est "universel", c'est-à-dire qu'il n'est pas capable de remplir des fonctions complexes, mais peut se multiplier, utiliser l'oxygène et les nutriments et assurer l'intégrité du tissu. De plus, plus la différenciation est élevée, plus la capacité proliférative est faible. En d'autres termes, les cellules plus spécialisées ne se divisent pas aussi intensément que les cellules peu spécialisées..

En ce qui concerne le carcinome épidermoïde, le concept de différenciation est très pertinent, car il reflète le degré de maturité des cellules tumorales et, par conséquent, le taux de sa progression et son agressivité..

Carcinome épidermoïde différencié (carcinome épidermoïde kératinisant, carcinome épidermoïde kératinisant, carcinome épidermoïde hautement différencié et carcinome épidermoïde modérément différencié)

Entre parenthèses, les synonymes utilisés par les médecins et les scientifiques pour désigner le carcinome épidermoïde différencié.

La principale caractéristique distinctive de ce type de tumeur est les cellules cancéreuses différenciées, dont elle se compose en fait. Cela signifie que la tumeur est formée par des structures limitées appelées «perles» car leur coquille a une couleur blanc grisâtre caractéristique avec un léger éclat. Le carcinome épidermoïde différencié se développe et progresse plus lentement que tous les autres types de carcinome épidermoïde, il peut donc être conditionnellement considéré comme le plus «favorable».

En fonction du degré de différenciation des cellules formant la tumeur, ce type de cancer se subdivise en formes modérément et fortement différenciées. En conséquence, plus le degré de différenciation des cellules tumorales est élevé, plus le pronostic est favorable, car plus la tumeur progresse lentement..

Un signe spécifique de carcinome épidermoïde différencié est la présence d'écailles cornées sur la surface externe de la tumeur, qui forment une bordure jaunâtre. Ce type de cancer se développe dans presque tous les cas sur la peau, ne se localisant presque jamais dans d'autres organes ou tissus..

Carcinome épidermoïde non kératinisant (carcinome épidermoïde indifférencié)

Ce type de cancer se compose de cellules indifférenciées, il se caractérise donc par le degré le plus élevé de malignité, une croissance et une progression rapides et la capacité de métastaser dans un court laps de temps après la formation de la tumeur. Le type de tumeur non kératinisante est la forme la plus maligne de carcinomes épidermoïdes.

Le carcinome épidermoïde indifférencié non kératinisant peut se former dans n'importe quel organe ou tissu, mais le plus souvent il est localisé sur les muqueuses. Sur la peau, un carcinome épidermoïde non kératinisant ne se forme que dans 10% des cas, et dans les 90% restants, un type kératinisant de tumeur maligne est trouvé.

Dans le carcinome épidermoïde non kératinisant, la formation de structures "perlées" caractéristiques ne se produit pas, car les cellules cancéreuses ne produisent pas d'écailles cornées qui se déposeraient à la surface de la tumeur, formant une capsule blanc grisâtre.

Carcinome épidermoïde mal différencié

Carcinome épidermoïde glandulaire

Symptômes

Les symptômes du carcinome épidermoïde dépendent de son emplacement et sont largement déterminés par quel organe a été affecté par la formation de la tumeur. Cependant, tous les types de carcinome épidermoïde présentent un certain nombre de signes cliniques communs qui caractérisent les caractéristiques de sa croissance..

Ainsi, selon la méthode de croissance, le carcinome épidermoïde se divise sous les formes suivantes:

  • La forme exophyte (papillaire) est caractérisée par la formation d'un nodule clairement délimité des tissus environnants, qui augmente progressivement en taille. En conséquence, une tumeur se forme qui ressemble à des inflorescences de chou-fleur et est de couleur rouge-brun. La surface de la tumeur a une structure tubéreuse inégale prononcée avec une dépression bien définie dans la partie centrale. Une telle tumeur peut être fixée à la surface de la membrane muqueuse ou de la peau avec une tige mince ou une base large. Peu à peu, toute la surface de la forme exophytique du cancer peut s'ulcérer, ce qui marque sa transition vers la forme endophyte.
  • La forme endophytique (infiltrante-ulcéreuse) est caractérisée par une ulcération rapide d'un petit nodule primaire, à la place duquel se forme un grand ulcère. Un tel ulcère a une forme irrégulière, dense et surélevée au-dessus du centre du bord, un fond rugueux, recouvert d'une fleur blanchâtre à l'odeur fétide. L'ulcère n'augmente pratiquement pas en taille, car la tumeur pénètre profondément dans les tissus, affectant les muscles, les os, les organes voisins, etc..
  • Forme mixte.

Cancer de la peau épidermoïde

Le plus souvent, la tumeur est localisée sur la peau du visage, la lèvre inférieure, le pont nasal, les pommettes, les oreilles et également les zones ouvertes du corps, par exemple les bras, les épaules ou le cou. Indépendamment de l'emplacement spécifique, le cancer de la peau progresse et se comporte exactement de la même manière dans différentes parties du corps. Et le pronostic et la malignité dépendent du type de carcinome épidermoïde (kératinisant ou non kératinisant), de la forme de croissance (endophyte ou exophytique), ainsi que du degré de prévalence du processus pathologique en début de traitement.

Dans les premiers stades, le cancer de la peau ressemble à une tache rouge ou brunâtre irrégulière, qui peut grossir et s'ulcérer avec le temps. Ensuite, la tumeur ressemble à une blessure traumatique de la peau - une surface rouge sur laquelle de nombreux ulcères, ecchymoses et morceaux de sang frittés bruns sont visibles. Si la tumeur devient exophytique, elle prend la forme d'une excroissance sur la peau de différentes tailles, à la surface de laquelle il peut également y avoir de nombreux ulcères.

La tumeur est caractérisée par les caractéristiques suivantes:

  • Douleur;
  • Gonflement des tissus environnants
  • Démangeaison;
  • Sensation de brulure;
  • Rougeur de la peau entourant la tumeur;
  • Saignement de la surface de la tumeur.

Carcinome épidermoïde du cou, du nez et de la tête

Cancer des lèvres à cellules squameuses

Cancer du poumon épidermoïde

Carcinome épidermoïde de l'utérus

Carcinome épidermoïde du col de l'utérus

Carcinome épidermoïde de la vulve

Carcinome épidermoïde du larynx

Carcinome épidermoïde de l'œsophage

Carcinome épidermoïde de la langue, de la gorge et de la joue

Carcinome épidermoïde de l'amygdale

Carcinome épidermoïde du rectum

Carcinome épidermoïde de l'estomac

Carcinome épidermoïde des ganglions lymphatiques

Stades de la maladie

Pour déterminer le stade et la gravité du processus pathologique du carcinome épidermoïde de toute localisation, la classification TNM est utilisée, dans laquelle chaque lettre désigne l'un des signes d'une tumeur. Dans cette classification, la lettre T est utilisée pour indiquer la taille de la tumeur et la mesure dans laquelle elle s'est propagée aux tissus environnants. La lettre N est utilisée pour indiquer le degré de métastase aux ganglions lymphatiques. Et la lettre M reflète la présence de métastases vers des organes distants. Pour chaque tumeur, sa taille, la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques et d'autres organes sont déterminées, et toutes ces informations sont enregistrées sous la forme d'un code alphanumérique. Dans le code, après les lettres T, N et M, ils mettent un nombre indiquant le degré de dommage causé à l'organe par la tumeur, par exemple T1N2M0. Cet enregistrement permet de comprendre rapidement toutes les principales caractéristiques de la tumeur et de l'attribuer aux stades 1, 2, 3 ou 4.

Les chiffres et les lettres de la classification TNM signifient ce qui suit:

  • Tx - pas de données sur la tumeur;
  • T0 - pas de tumeur primaire;
  • Тis - cancer in situ;
  • T1 - tumeur inférieure à 2 cm;
  • T2 - tumeur de 2 à 5 cm;
  • T3 - tumeur de plus de 5 cm;
  • T4 - la tumeur a poussé des tissus adjacents;
  • N0 - les ganglions lymphatiques ne sont pas affectés par les métastases;
  • N1 - les ganglions lymphatiques sont affectés par des métastases;
  • M0 - il n'y a pas de métastases dans d'autres organes;
  • M1 - des métastases vers d'autres organes sont présentes.

Les stades du cancer basés sur la classification TNM sont définis comme suit:
1. Étape 0 - T0N0M0;
2. Étape I - T1N0M0 ou T2N0M0;
3. Stade II - T3N0M0 ou T4N0M0;
4. Stade III - T1N1M0, T2N1M0, T3N1M0, T4N1M0 ou T1-4N2M0;
5. Stade IV - T1-4N1-2M1.

Pronostic du carcinome épidermoïde

Le pronostic du carcinome épidermoïde est déterminé par le stade de la maladie et sa localisation. Le principal indicateur de pronostic est la survie à cinq ans, ce qui signifie combien de pour cent du nombre total de patients vivent 5 ans ou plus sans récidive du cancer.

Le pronostic du carcinome épidermoïde du col de l'utérus - le taux de survie à cinq ans est de 90% au stade I, 60% au stade II, 35% au stade III et 10% au stade IV.

Le pronostic du cancer du poumon épidermoïde - le taux de survie à cinq ans au stade I est de 30 à 40%, au stade II - 15-30%, au stade III - 10%, au stade IV - 4-8%.

Le pronostic du cancer des lèvres est un taux de survie à cinq ans de 84 à 90% aux stades I-II et de 50% aux stades III et IV.

Le pronostic du cancer de la cavité buccale (joues, langue, gorge) - le taux de survie à cinq ans est de 85 à 90% au stade I, 80% au stade II, 66% au stade III et 20 à 32% au stade IV.

Le pronostic du cancer de la langue et des amygdales - le taux de survie à cinq ans est de 60% au stade I, 40% au stade II, 30% au stade III et 15% au stade IV.

Le pronostic du cancer de la peau (tête, nez, cou et autres localisations) - le taux de survie à cinq ans est de 60% aux stades I, II et III et de 40% à IV.

Le pronostic du cancer de l'intestin et de l'estomac - le taux de survie à cinq ans au stade I est de presque 100%, au stade II - 80%, au stade III - 40-60%, au stade IV - environ 7%.

Prévisions pour le cancer de l'œsophage et du larynx - le taux de survie à cinq ans est de 10 à 20% à tous les stades.

Diagnostique

Le diagnostic du carcinome épidermoïde de toute localisation est effectué à l'aide des méthodes d'examen suivantes:

  • Examen visuel par un médecin de la zone touchée des muqueuses ou de la peau;
  • Ressentir une zone douloureuse ou inconfortable
  • Microscopie confocale à balayage laser (utilisée uniquement pour le diagnostic du cancer de la peau, car elle permet de distinguer une tumeur maligne d'autres néoplasmes de la peau);
  • Méthodes d'endoscopie (sigmoïdoscopie, coloscopie, gastroscopie, œsophagoscopie, hystéroscopie, colposcopie, laryngoscopie, bronchoscopie, etc.);
  • Méthodes de radiographie (radiographie des poumons, irrigoscopie, hystérographie, etc.);
  • CT scan;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • Tomographie par émission de positrons;
  • Examen histologique d'une biopsie réalisée lors d'un examen endoscopique;
  • Méthodes de laboratoire (la concentration de marqueurs tumoraux est déterminée, en présence de laquelle un examen ciblé détaillé est effectué pour la présence d'un cancer).

Habituellement, le diagnostic de carcinome épidermoïde commence par un examen physique, suivi d'un examen endoscopique ou aux rayons X avec prélèvement de biopsie. Les morceaux de biopsie prélevés sont examinés au microscope et, sur la base de la structure tissulaire, il est conclu si la personne a un cancer. Les méthodes à rayons X et endoscopiques peuvent être remplacées par tout type de tomographie.

Les méthodes de laboratoire pour le diagnostic du carcinome épidermoïde ne sont répandues que dans la pratique gynécologique pour détecter les néoplasmes malins du col de l'utérus. Il s'agit d'un frottis cytologique que les femmes passent chaque année. Pour les carcinomes épidermoïdes d'une localisation différente, les méthodes de diagnostic de laboratoire ne sont pas d'une grande importance..

Antigène du carcinome épidermoïde

L'antigène du carcinome épidermoïde est un marqueur tumoral dont la détermination de la concentration permet de suspecter un néoplasme malin de ce type chez une personne aux stades précoces, lorsque les symptômes cliniques sont soit insignifiants, soit totalement absents.

Le marqueur tumoral du carcinome épidermoïde est l'antigène SCC, dont la concentration dans le sang est supérieure à 1,5 ng / ml indique une forte probabilité de présence de ce type de tumeur dans n'importe quel organe. Si une concentration similaire d'antigène SCC est détectée, un examen approfondi doit être effectué à l'aide de la tomographie et des méthodes endoscopiques..

Cependant, des concentrations élevées d'antigène de carcinome épidermoïde n'indiquent pas toujours qu'une personne a une tumeur maligne. Le niveau d'antigène SCC peut augmenter non seulement dans le cancer, mais également dans les conditions suivantes:

  • Maladies précancéreuses de la peau;
  • Eczéma;
  • Psoriasis;
  • Insuffisance hépatique.

Carcinome épidermoïde - traitement

Le carcinome épidermoïde de n'importe quel endroit est traité avec les méthodes suivantes:

  • Opération chirurgicale, au cours de laquelle le foyer principal et les ganglions lymphatiques affectés par les métastases sont retirés;
  • Radiothérapie (radiothérapie);
  • Chimiothérapie.

Si la tumeur n'est pas trop volumineuse, une opération est d'abord effectuée, au cours de laquelle tous les tissus affectés sont retirés. Ensuite, une chimiothérapie ou une radiothérapie est administrée. Si la tumeur est volumineuse, une radiothérapie est administrée avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur et la rendre résécable. Ensuite, une chimiothérapie est effectuée.

Avec le cancer épidermoïde de la peau, ils ne recourent pas toujours à l'ablation chirurgicale du tissu affecté; souvent, l'utilisation de la radiothérapie ou de la chimiothérapie suffit largement à guérir.

La méthode de traitement spécifique est toujours sélectionnée individuellement pour chaque personne.

Auteur: Nasedkina A.K. Spécialiste en recherche biomédicale.