Principal
Tératome

Quels marqueurs de tumeur du sein montrent le cancer

Les marqueurs tumoraux sont des protéines du corps humain qui se forment dans le sang et les sécrétions. Ils peuvent également être présents dans d'autres fluides, mais la principale valeur de protéines spécifiques est la capacité de diagnostiquer le cancer par leur concentration. Pour identifier les marqueurs tumoraux en laboratoire, une étude sanguine est réalisée.

Quels marqueurs tumoraux indiquent le cancer du sein

Il existe de nombreux marqueurs, mais tous ne concernent pas spécifiquement le cancer du sein. Les analyses ont évalué les marqueurs tumoraux suivants des glandes mammaires:

  • HER-2;
  • M20;
  • CEA;
  • les cytokératines TPA et TPS;
  • glycoprotéines MUC-1, qui comprend CA 15-3, 27.29, 549 et CMA.

La protéine la plus sensible est la CA 15-3, qui est le principal objectif du diagnostic du cancer du sein..

Types de marqueurs tumoraux

Il existe d'autres tests de laboratoire visant à isoler des marqueurs. Ils donnent une image complète du taux de développement de la tumeur, de son sous-type, de sa localisation et des métastases..

Pour étudier ce marqueur tumoral, il faut du matériel obtenu à partir d'une biopsie mammaire - tissu mammaire. Plus la valeur protéique est élevée, plus l'état du patient est mauvais et plus la tumeur se développe rapidement. Ki-67 permet aux médecins de sélectionner la thérapie appropriée, généralement composée de produits chimiques, d'hormones et de radiations.

Si l'indicateur marqueur est compris entre 0 et 20%, cela indique un développement lent de la maladie. Avec des taux allant jusqu'à 10%, le taux de survie des patients atteint 95%. Cependant, les choses sont différentes avec des chiffres dépassant le seuil de 20%, dans de tels cas, une tumeur en développement rapide est diagnostiquée.

Substance P53

Ce marqueur tumoral du sein se développe si les cellules cancéreuses se multiplient rapidement. Chez les femmes en parfaite santé, il est à un stade inactif dans le corps et ne commence à se développer que lorsque l'ADN est endommagé. Le plus souvent, l'analyse de p53 est effectuée avec Ki-67, leur combinaison vous permet d'établir le degré du processus malin. En outre, des niveaux élevés de protéines incitent les médecins à penser à l'apparition de métastases..

Facteur de développement endothélial vasculaire

Sinon, il s'appelle VEGF, montre un marqueur des caractéristiques des vaisseaux tumoraux. Si les capillaires apparaissent au-dessus des capillaires existants, cela indique les processus de dégénérescence cellulaire. Les formes agressives de cancer sont accompagnées d'un indice VEGF supérieur à 101. Si les tumeurs se développent lentement, l'indicateur atteint 45. Le risque de métastases est plus élevé, plus la valeur du facteur est élevée.

Analyse CEA

Le marqueur tumoral indique la présence d'un processus malin dans le corps. Un antigène est produit lors de la formation du fœtus avant même la naissance de l'enfant.Cependant, chez une personne en bonne santé, le marqueur tumoral n'est présent qu'en quantité insignifiante, ce qui n'augmente pas de manière significative les processus inflammatoires, les maladies auto-immunes et les néoplasmes bénins.

Le niveau maximal admissible de CEA dans les formations bénignes atteint 10 ng / ml. Une augmentation multiple de l'antigène indique un processus malin. Le marqueur tumoral est également important lors du suivi des résultats du traitement, car une forte diminution de sa quantité dans le sang indique une thérapie réussie..

Glycoprotéines MUC-1

Ce groupe de marqueurs comprend tout un système de protéines, pour la détection desquelles le sérum sanguin est analysé. Des niveaux élevés d'un ou plusieurs marqueurs indiquent un cancer de l'ovaire et du sein:

  • CA 27.29. Il est étudié dans une analyse complexe, car une forte augmentation de ce seul marqueur peut indiquer des kystes et une hyperplasie, ainsi que des tumeurs bénignes des reins et du foie..
  • CA 15-3. Il est diagnostiqué dans les canaux du sein au cours des processus oncologiques. La norme ne dépasse pas 20 unités / ml, avec une inflammation et des tumeurs bénignes, elle peut atteindre une valeur de 30 unités.
  • CA 549. La protéine est analysée pour contrôler l'effet thérapeutique, souvent en association avec l'ACE. Le niveau maximum autorisé est de 11 unités. Cependant, une augmentation peut indiquer non seulement un cancer, mais aussi une inflammation, ainsi que des tumeurs bénignes du foie..
  • CA 125. Il est utilisé dans le diagnostic du cancer de l'ovaire et de certaines maladies du sein. Pendant la menstruation, les niveaux peuvent augmenter. Normalement, il atteint un seuil de 35 unités, jusqu'à 60 unités / ml peuvent indiquer le stade initial du cancer, de l'inflammation, de l'insuffisance rénale et hépatique et d'un certain nombre d'autres troubles.

Si, lors de l'analyse de chaque marqueur, on obtient des résultats qui dépassent la norme de 3 à 10 fois, cela indique souvent une maladie oncologique. Le marqueur CA 125 est très important dans le diagnostic prophylactique après la guérison du cancer.

Antigène polypeptidique

Le diagnostic est effectué principalement dans le carcinome du sein. Il donne des résultats précis concernant le cancer de stade précoce et ne dépasse normalement pas 75 unités.

Le marqueur est utilisé dans une analyse complète du sein et indique la présence de processus oncologiques, mais n'indique pas la position exacte de la tumeur. Il confirme uniquement la présence d'un cancer du sein, de l'estomac ou des intestins, de l'œsophage ou des reins, ainsi que du foie. Ne dépasse normalement pas 15 unités.

Récepteur HER-2

On ne le trouve pas toujours chez les patientes cancéreuses, cependant, fixer son augmentation permet de déterminer le cancer du sein. Il est normalement présent dans le corps en faibles quantités et peut ne pas être détecté par des tests. Si HER-2 est détecté dans le cancer du sein, dans la plupart des cas, les médecins font un pronostic négatif - survie jusqu'à 2 ans.

TPS et TPA

Ces marqueurs sont utilisés pour détecter le cancer non seulement du sein, mais également des poumons, des intestins et du cou. Plus l'indicateur est élevé, plus le stade de la maladie est significatif..

PAI-1 et uPA

Ces marqueurs se retrouvent chez les patients qui ont déjà un diagnostic. Ils indiquent le nombre de métastases et sont également présents dans le corps avec la croissance rapide des tumeurs.

Marqueurs tumoraux préventifs

Ces marqueurs de tumeurs mammaires sont également appelés génétiques: BRCA1 et BRCA2. On les trouve chez les femmes en bonne santé ayant tendance à développer un cancer du sein, souvent elles sont prises par des patientes qui ont eu des cas de maladie dans la famille.

Indicateurs normaux pour différentes structures protéiques
NomIndice
CA 15-3jusqu'à 28 unités
CA 72-4jusqu'à 6,9 unités
CA 27.29jusqu'à 40 unités
CA 125jusqu'à 25 unités
TPAjusqu'à 75
CEAjusqu'à 9 ng
HER-2est absent

Après avoir reçu les résultats, il est nécessaire de consulter un médecin, car un niveau élevé ne garantit pas toujours le développement de l'oncologie. De nombreux facteurs peuvent être augmentés par d'autres maladies.

Raisons des résultats inexacts

Parfois, les marqueurs tumoraux du cancer du sein ne fournissent pas de données fiables. Les raisons peuvent être de telles maladies:

  • mastopathie;
  • la période de grossesse et après l'accouchement;
  • virus et infections;
  • inflammation peu claire;
  • maladies du sang;
  • troubles somatiques.

Pour éviter les résultats faussement positifs, il est important de réaliser des tests pour les marqueurs tumoraux du cancer du sein avec des diagnostics instrumentaux.

Comment se faire tester pour les marqueurs oncologiques

Un test sanguin est nécessaire pour détecter le cancer du sein. Mais avant cela, le patient doit respecter des règles strictes:

  • ne prenez l'analyse que sur un estomac vide - 8 à 9 heures après le dernier repas;
  • ne fumez pas 60 minutes avant la procédure;
  • ne mangez pas d'aliments gras et ne buvez pas de boissons alcoolisées 1 à 2 jours avant l'examen;
  • s'abstenir de tout rapport sexuel une semaine avant l'examen;
  • exclure de prendre des médicaments comme convenu avec le médecin un jour avant le diagnostic;
  • abandonner les activités sportives 3 jours avant l'intervention.

Ne vous inquiétez pas trop avant de faire l'analyse. Si la femme est très sensible, le médecin peut prescrire des sédatifs qui n'affectent pas la composition du sang..

Quand est-il recommandé de faire une analyse

Une femme reçoit généralement une référence pour un don de sang afin d'étudier le niveau de marqueurs tumoraux d'un oncologue. Pour les tests de protéines, du sang est donné en cas de suspicion de cancer, ainsi qu'après le traitement - tous les quelques mois.

Signes pouvant inciter un médecin à prescrire un diagnostic:

  • desquamation de la peau du sein;
  • changement externe de volume et de forme, rétraction du mamelon;
  • rougeur de la peau sur la glande mammaire;
  • le développement rapide d'une tumeur bénigne;
  • sensations douloureuses dans la glande mammaire ou la poitrine;
  • la présence de nodules denses.

L'examen est obligatoire après la chirurgie et afin de corriger la méthode de traitement.

Malgré le fait que les marqueurs tumoraux sont caractérisés par une faible sensibilité, leur utilisation réduit considérablement le nombre de décès. Mais pour diagnostiquer et interpréter les résultats, il faut un spécialiste expérimenté, au courant des derniers changements et innovations en médecine diagnostique..

Marqueurs de laboratoire pour le cancer du sein

Étude de la concentration de deux principaux marqueurs tumoraux du sein - CA 15-3 et antigène embryonnaire du cancer (CEA), qui est utilisé pour le pronostic, la détection précoce de la récidive tumorale et des métastases et le contrôle du traitement de la maladie.

Tests sanguins pour le cancer du sein, marqueurs tumoraux du cancer du sein.

Antigène embryonnaire carcino, CEA, CD66e, CEACAM5, Forme soluble de la protéine MUC-1, CA 15-3.

Quel biomatériau peut être utilisé pour la recherche?

Comment bien se préparer à l'étude?

  • Ne mangez pas pendant 8 heures avant l'étude, vous pouvez boire de l'eau propre non gazeuse.
  • Éliminez le stress physique et émotionnel dans les 30 minutes précédant l'étude.
  • Ne pas fumer dans les 24 heures précédant l'examen.

Informations générales sur l'étude

Les marqueurs tumoraux sont utilisés pour diagnostiquer et contrôler le traitement de nombreuses maladies oncologiques. Ce sont, en règle générale, des protéines dont la concentration dans le sang augmente en présence de tissu tumoral.

Le CEA est aujourd'hui principalement utilisé dans le diagnostic et la surveillance du cancer du sein, ainsi que de certaines autres maladies malignes. Un autre marqueur tumoral bien étudié, dont la concentration est à l'étude dans le cancer du sein, est la glycoprotéine CA 15-3.

Le CEA est une grande glycoprotéine qui ressemble à des immunoglobulines dans la structure. Le CEA fournit probablement des interactions intercellulaires, mais son rôle physiologique n'est pas entièrement compris. Il a été démontré qu'il joue un certain rôle dans la stimulation de la croissance tumorale, de l'invasion et des métastases. La concentration de CEA est augmentée dans le cancer du sein, mais également dans de nombreuses autres maladies malignes, notamment le cancer du côlon, du pancréas, des ovaires, de la tête et du cou, de la vessie, des reins et de la prostate. De plus, les taux de CEA peuvent être élevés dans les maladies bénignes telles que l'endométriose, les maladies du foie, la bronchopneumopathie chronique obstructive, ainsi que chez 5% des personnes en bonne santé. En revanche, les patientes atteintes d'un cancer du sein peuvent avoir un CEA normal. L'étude CEA ayant une sensibilité et une spécificité insuffisantes pour le cancer du sein, en particulier ses stades précoces, ce marqueur tumoral n'est pas utilisé pour le diagnostic primaire du cancer du sein.

Le CA 15-3 est considéré comme un marqueur tumoral plus spécifique du cancer du sein. CA 15-3 est un fragment soluble de la protéine transmembranaire MUC-1, qui est nécessaire pour protéger, lubrifier et hydrater la surface des couches épithéliales. De plus, MUC-1 est un oncogène. Une augmentation de CA 15-3 est observée dans 10 à 15% des cancers du sein de stade I, 20% au stade II, 40% au stade III et 75% au stade IV. Ainsi, comme dans le cas du CEA, le CA 15-3 n'est pas adapté au diagnostic précoce du cancer du sein. D'autre part, les deux marqueurs tumoraux peuvent être recommandés pour évaluer le pronostic de la maladie, la détection précoce des métastases et le contrôle du traitement du cancer du sein..

Actuellement, pour évaluer le pronostic du cancer du sein, des critères basés sur l'analyse d'une biopsie mammaire sont utilisés (présence de récepteurs aux œstrogènes, présence de métastases régionales et distantes, expression de HER-2). À cet égard, les marqueurs tumoraux sont une méthode prometteuse pour évaluer le pronostic de la maladie, car ils ne nécessitent pas de biopsie d'organe et peuvent être examinés dans le sang. Il a été montré qu'une concentration élevée de CEA, et en particulier de CA 15-3, avant la chirurgie est un facteur pronostique défavorable associé à un taux de survie plus faible et à des récidives cancéreuses plus fréquentes..

Ceci est particulièrement important lors de la prescription d'un traitement adjuvant. Traditionnellement, au moment de décider de la nomination d'un traitement adjuvant, des caractéristiques de la tumeur telles que la taille et le grade de la malignité sont prises en compte et, dans une moindre mesure, elles sont guidées par des marqueurs tumoraux. Ce point de vue, cependant, a changé récemment. On pense que le niveau de CA 15-3 peut être utilisé comme critère de sélection des patients pour un traitement adjuvant avec d'autres critères traditionnels, en particulier chez les patients sans métastases aux ganglions lymphatiques régionaux..

La concentration de marqueurs tumoraux est étudiée pour contrôler le traitement et la détection précoce de la récidive ou des métastases de la maladie. Auparavant, l'augmentation du taux de marqueurs tumoraux chez les patientes traitées pour un cancer du sein, en l'absence de signes cliniques et instrumentaux de récidive (principalement des données CT) était considérée comme un résultat faux positif. Une augmentation du taux de marqueurs tumoraux n'a pas été considérée comme un signe de rechute et la tactique de traitement chez ces patients n'a pas changé. Avec le développement de nouvelles méthodes de diagnostic (tout d'abord, la TEP-TDM utilisant du fluorodésoxyglucose), il est devenu clair qu'une partie importante des patients présentant des niveaux croissants de marqueurs tumoraux ont en fait des micrométastases dans la paroi thoracique, les ganglions lymphatiques intramammaires, les poumons, le foie et les os, qui étaient auparavant des méthodes de diagnostic conventionnelles ( CT) n'ont pas été enregistrés. Le niveau des marqueurs tumoraux augmente longtemps (2 à 9 mois) avant que les signes cliniques ou radiologiques de rechute n'apparaissent. Ainsi, les marqueurs tumoraux peuvent aider à la sélection des patients qui ont besoin de méthodes plus précises de diagnostic radiologique. Il est à noter que les marqueurs tumoraux sont plus sensibles aux métastases à distance que la propagation ou la récidive tumorale régionale.

De plus, plusieurs études cliniques ont montré que l'administration de chimiothérapie à des patients présentant des taux croissants de marqueurs tumoraux sans aucun signe clinique et radiologique de rechute et / ou de métastases améliorait le pronostic de la maladie. Les tactiques thérapeutiques, malgré leur efficacité, sont encore expérimentales.

L'étude des marqueurs tumoraux a une valeur pronostique non seulement dans le diagnostic primaire du cancer du sein, mais également dans le diagnostic de la récidive et des métastases cancéreuses. Par exemple, il a été montré que l'espérance de vie des patients avec un taux de CA 15-3 inférieur à 30 U / ml au moment de la rechute est plus longue qu'avec une concentration plus élevée de ce marqueur tumoral. Il a également été montré que le pronostic de la maladie est meilleur si une augmentation de la concentration de CA 15-3 survient plus de 30 jours après le traitement..

Une autre indication pour l'étude des marqueurs tumoraux est d'évaluer la réponse au traitement aux stades avancés du cancer du sein, lorsque les critères d'évaluation standard de l'UICC ne peuvent pas être appliqués (par exemple, en présence d'épanchement pleural, d'ascite, de foyers lytiques dans l'os - c'est 10 à 20% des patients atteints de cancer seins aux stades ultérieurs). Selon les recommandations du groupe européen pour l'étude des marqueurs tumoraux, des études périodiques de contrôle des niveaux de CA 15-3 et CEA peuvent être utilisées pour évaluer la réponse au traitement chez ces patients. Une étude a montré que 66% des patients ayant une bonne réponse à la chimiothérapie avaient une diminution de CA 15-3, 73% avec une évolution stable de la maladie n'avaient pas de changement de CA 15-3 et 80% des patients avec une progression de la maladie présentaient une augmentation de CA 15-3. ce marqueur tumoral.

Il convient de rappeler qu'après le début de la chimiothérapie, des changements paradoxaux du niveau des marqueurs tumoraux peuvent être observés. Ainsi, une augmentation significative du CA 15-3 peut atteindre 230% de la norme et se poursuivre pendant plusieurs mois. Chez la majorité des patients avec un tel pic paradoxal de CA 15-3, une régression de la maladie ou son évolution stable est finalement observée. Pour cette raison, il est recommandé de répéter le résultat de l'étude des marqueurs tumoraux après une chimiothérapie dans 1-2 mois. Il existe d'autres raisons à l'augmentation transitoire des marqueurs tumoraux..

À quoi sert la recherche?

  • Pour évaluer le pronostic du cancer du sein;
  • pour la détection précoce de la récidive tumorale et des métastases;
  • pour surveiller le traitement du cancer du sein, en particulier lorsque les critères standard de l'UICC peuvent ne pas être applicables (par exemple, en présence d'épanchement pleural, d'ascite, de lésions osseuses lytiques).

Quand l'étude est prévue?

  • En préparation pour une mastectomie;
  • au moment de décider du traitement adjuvant;
  • lors de l'observation du patient après la chirurgie;
  • pour évaluer la réponse à la chimiothérapie et à l'hormonothérapie.

Que signifient les résultats?

Séparément pour chaque analyse incluse dans le complexe:

Antigène embryonnaire du cancer (CEA)

  • Cancer du colon;
  • cancer mammaire;
  • cancer du poumon;
  • cancer du pancréas;
  • cancer de l'estomac;
  • carcinome hépatocellulaire;
  • cancer médullaire de la thyroïde;
  • maladie inflammatoire de l'intestin;
  • bronchopneumopathie chronique obstructive;
  • cirrhose du foie;
  • cholestase;
  • Hépatite chronique;
  • jaunisse obstructive;
  • cholangite;
  • abcès du foie.
  • N'ont aucune valeur diagnostique.

  • Cancer mammaire;
  • cancer du poumon;
  • carcinome hépatocellulaire;
  • cancer des ovaires;
  • cancer de la prostate;
  • le lupus érythémateux disséminé;
  • hépatite;
  • tumeurs bénignes du système reproducteur féminin;
  • maladies inflammatoires des organes pelviens;
  • cirrhose du foie;
  • la sarcoïdose;
  • tuberculose;
  • 3e trimestre de grossesse;
  • lactation;
  • augmentation transitoire paradoxale après le début de la chimiothérapie;
  • traitement avec un facteur de stimulation des colonies de granulocytes.
  • Bonne réponse au traitement.

Qu'est-ce qui peut influencer le résultat?

  • La présence de maladies concomitantes;
  • la progression de la maladie et l'apparition de métastases;
  • commencer la chimiothérapie.
  • Le test n'est pas destiné à dépister le cancer du sein;
  • les valeurs normales des marqueurs tumoraux ne permettent pas d'exclure complètement le cancer du sein;
  • les résultats de l'étude sont évalués en tenant compte des données anamnestiques, instrumentales et de laboratoire supplémentaires.

[12-015] Examen histologique des biopsies d'organes et de tissus (à l'exclusion du foie, des reins, de la prostate, des ganglions lymphatiques)

[12-027] Etude immunohistochimique du matériel clinique (utilisant 1 anticorps)

Qui commande l'étude?

Oncologue, médecin généraliste, thérapeute.

Littérature

  1. Molina R, Barak V, van Dalen A, Duffy MJ, Einarsson R, Gion M, Goike H, Lamerz R, Nap M, Sölétormos G, Stieber P. Marqueurs tumoraux dans le cancer du sein - Recommandations du Groupe européen sur les marqueurs tumoraux. Tumor Biol. 2005 novembre-décembre; 26 (6): 281-93.
  2. Duffy MJ. Marqueurs tumoraux sériques dans le cancer du sein: ont-ils une valeur clinique? Clin Chem. 2006 mars; 52 (3): 345-51. Publication en ligne du 12 janvier 2006..
  3. Chernecky C. C. Tests de laboratoire et procédures de diagnostic / S.S. Chernecky, B.J. Berger; 5e éd. - Saunder Elsevier, 2008.

Marqueur tumoral du cancer du sein

Un test sanguin spécifique pour le cancer du sein vous permet de déterminer le type de cellules malignes, ce qui est nécessaire pour la sélection correcte du traitement oncologique. Les marqueurs tumoraux sont déterminés dans le sang - des substances qui signalent le développement d'un processus malin. Vous devez absolument vérifier auprès de votre médecin quels tests sont nécessaires pour le cancer du sein. Vous ne devez pas vous engager dans des performances amateurs et établir un diagnostic pour vous-même sans consulter un spécialiste. À l'hôpital Yusupov, vous pouvez prendre rendez-vous avec des oncologues qualifiés qui effectueront un examen et vous prescriront les examens nécessaires pour clarifier la condition.

Quels marqueurs tumoraux sont transmis pour le cancer du sein

Avec le développement d'une tumeur maligne, une substance spéciale commence à se concentrer dans le corps humain, appelée marqueur tumoral. Il est synthétisé soit par la tumeur elle-même, soit par le système immunitaire humain en réponse à une maladie..

Les marqueurs tumoraux du cancer du sein peuvent clarifier le diagnostic, déterminer le type de cancer, son comportement. Ceci est important pour le bon traitement..

Le diagnostic précoce est souvent problématique et la tumeur peut être confondue avec une tumeur bénigne. L'analyse des marqueurs tumoraux est l'un des types de diagnostics qui peuvent déterminer la nature de la pathologie au stade initial. Une thérapie commencée en temps opportun augmente considérablement les chances d'une prolongation de la durée de vie prolongée et d'une guérison complète de la maladie..

Les marqueurs tumoraux aident également à évaluer l'efficacité du traitement et la réponse du corps au traitement. Par conséquent, cette analyse devra être passée plus d'une fois pour suivre la dynamique de l'état..

Quel marqueur tumoral montre le cancer du sein

Il existe trois façons principales d'identifier les marqueurs tumoraux:

Pour déterminer le marqueur tumoral sérique, du sérum sanguin est utilisé. Il s'agit de la méthode de diagnostic la plus simple et la plus informative, reflétant l'état du processus oncologique..

Pour étudier une tumeur de la glande mammaire, les indicateurs suivants sont évalués:

  • Glycoprotéines de la famille MUC-1: CA 15-3, CMA, CA 27.29, CA 549;
  • Antigène embryonnaire cancéreux (CEA);
  • Oncomarker M 20;
  • Oncoprotéine HER-2;
  • Cytokératines (TPA, TPS).

La protéine la plus sensible dans le diagnostic du cancer du sein est CA 15-3. Il est le plus souvent examiné pour détecter un cancer. De plus, une analyse est prescrite pour le niveau de CEA dans le sang, qui, en combinaison avec le CA 15-3, donnera une image plus claire de ce qui se passe..

Les marqueurs tumoraux tissulaires sont déterminés à partir du tissu de la tumeur elle-même, obtenus par biopsie ou après chirurgie. Des indicateurs tissulaires sont nécessaires pour déterminer les tactiques de traitement et le pronostic de la maladie..

Les marqueurs tumoraux tissulaires permettent d'évaluer la dépendance hormonale de la tumeur, par conséquent, lors de l'analyse, la sensibilité des cellules cancéreuses aux œstrogènes et à la progestérone (ER et PR, respectivement), ainsi qu'à HER-2, est évaluée. Sur la base des résultats de ce test pour le cancer du sein, une décision est prise sur la nomination d'une hormonothérapie et d'une immunothérapie..

Les marqueurs génétiques tumoraux les plus fréquemment étudiés sont BRCA1 et BRCA2. Ils permettent de déterminer la prédisposition génétique au développement du cancer du sein chez une femme dans la famille de laquelle cette maladie a été précédemment notée. L'étude des gènes BRCA1 et BRCA2 permet d'évaluer les risques de développement d'un processus oncologique dans le corps d'une femme. En cas de mutation de ces gènes, un examen approfondi est indiqué pour diagnostiquer le cancer à un stade précoce. À l'avenir, il est recommandé qu'une femme soit régulièrement testée pour le cancer du sein à des fins préventives..

L'exemple le plus célèbre est la présence de ces marqueurs tumoraux chez Angelina Jolie, qui a réalisé une mastectomie prophylactique pour éliminer le risque de développer un cancer du sein..

Diagnostic et traitement du cancer du sein à Moscou

Toutes les conditions d'un traitement réussi du cancer du sein ont été créées à l'hôpital Yusupov. Des médecins expérimentés travaillent ici, qui utilisent des méthodes de médecine factuelle dans leur travail, dont l'efficacité a été confirmée par de nombreuses études et pratiques. Le traitement est prescrit strictement individuellement, en fonction du type de pathologie, de son évolution, des caractéristiques du corps du patient (état de santé général, présence de pathologies concomitantes, etc.).

La thérapie est prescrite sur la base d'un diagnostic approfondi. Il est réalisé à l'aide d'équipements de haute technologie et de techniques de laboratoire modernes. Des données précises sur l'état du patient vous permettent de choisir le traitement le plus adéquat qui correspondra au type de maladie, en tenant compte de la réponse du corps au traitement.

Sous la supervision des médecins de l'hôpital Yusupov, toutes les étapes de la thérapie du patient sont effectuées. Le traitement chirurgical est effectué dans les salles d'opération d'un réseau partenaire d'hôpitaux avec la participation des meilleurs chirurgiens de Moscou. Après l'opération, la patiente est transférée à l'hôpital, où elle se voit prescrire une chimiothérapie, une radiothérapie et une hormonothérapie (selon les indications).

À l'avenir, après l'élimination de la pathologie, la femme pourra continuer à être observée à l'hôpital Yusupov et consulter un médecin pour des examens préventifs. Des mesures diagnostiques régulières vous permettront de surveiller l'état du patient pour exclure la rechute.

Quels sont les marqueurs de tumeur du sein

Plus un cancer est détecté tôt, plus il a de chances de guérir. Malheureusement, au début, cela ne se manifeste en aucune façon, c'est pourquoi les dépistages préventifs sont si importants, en particulier pour les citoyens des groupes à risque. L'une des méthodes les plus efficaces de détection précoce du cancer du sein est l'analyse des soi-disant marqueurs tumoraux du cancer du sein (BC). Ils sont décrits dans cet article..

Qu'est-ce qu'un marqueur tumoral

Toutes les maladies du corps affectent le métabolisme, la composition sanguine, les tissus, etc. Le cancer ne fait pas exception. Les marqueurs tumoraux sont des bio-indicateurs, en particulier des protéines spécifiques, dont la concentration augmente fortement lorsque des cellules cancéreuses apparaissent dans l'organisme. Ceci est pris en compte lors de la détection du cancer et lors du suivi de son traitement..

Les marqueurs tumoraux peuvent être trouvés dans divers liquides biologiques (sang, urine) et tissus. Ils sont produits directement par la tumeur ou par des cellules saines du corps en réponse à l'invasion tumorale. Après avoir analysé la composition du matériel biologique pour la présence de l'un ou l'autre composé protéique (ou même plusieurs), on peut conclure que le processus oncogène ou une prédisposition à celui-ci commence. Chez les patients atteints d'un cancer diagnostiqué, l'étude est réalisée afin d'évaluer l'efficacité du traitement, de prévenir les rechutes et la propagation des métastases..

Dans le même temps, la valeur de plus d'un marqueur oncologique peut être dépassée par rapport à la norme.

Un test sanguin général pour un cancer du sein suspecté est effectué selon certaines règles. Le résultat est influencé par de nombreux facteurs: les maladies concomitantes, la grossesse, la période d'allaitement et autres.

Types de marqueurs mammaires

Pour diagnostiquer le cancer du sein et contrôler le traitement, les types de marqueurs tumoraux suivants sont utilisés:

Ces derniers indiquent des mutations dans les chromosomes.

Petit lait

Le lactosérum sont des composés chimiques avec une structure de molécules protéines-glucides. Révélé lors de la livraison d'un test sanguin. Le diagnostic est basé sur la réalisation d'une réaction de liaison avec des anticorps monoclonaux. Les marqueurs tumoraux sériques pour le cancer du sein sont assez souvent utilisés par les oncologues:

  • des marqueurs de protéines sériques, en particulier CA, CA 27-29, CA 72-4, CA 125;
  • CEA - antigène embryonnaire du cancer;
  • cytokératines (TPA, TPS et Cufra1). Ces protéines se trouvent dans chaque cellule. Dans le cancer, les sites protéiques subissent une transformation.

Marqueurs tumoraux tissulaires

Ce n'est pas du sang qui est analysé, mais un petit morceau de tissu prélevé sur un néoplasme suspect ou une zone de tissu à proximité (par exemple, un ganglion lymphatique). Le biomatériau est retiré du corps à l'aide d'une biopsie. Le médecin détermine le type de procédure, en se concentrant sur le diagnostic principal.

Variétés de marqueurs du cancer des tissus:

  • récepteurs sensibles aux œstrogènes (ER) et à la progestérone (PR);
  • marqueurs tumoraux de prolifération;
  • UPA et PAI-1;
  • HER-2.

Marqueurs tumoraux génétiques

Ils ne sont pas utilisés pour diagnostiquer le cancer, mais pour déterminer une prédisposition héréditaire à celui-ci. Ils sont divisés en oncogènes et anti-oncogènes. Un défaut dans le premier conduit à une violation de la fonction de division cellulaire, un défaut dans le second entraîne une perte de résistance à l'émergence et au développement des cellules cancéreuses. Les marqueurs génétiques tumoraux les plus connus du cancer du sein sont les gènes BRCA1 et BRCA2.

Existe-t-il des marqueurs du cancer du sein chez l'homme?

Dans le sexe fort, le cancer du sein est extrêmement rare (pas plus de 1,5% de toutes les maladies oncologiques). La plupart des personnes âgées sont touchées. Pour détecter le cancer du sein, les hommes sont envoyés à l'étude des marqueurs tumoraux CA 15-3, CEA et BRCA. Environ 90% des tumeurs ont une sensibilité accrue aux œstrogènes et / ou à la progestérone, par conséquent, le patient se voit prescrire une analyse des récepteurs tissulaires ER, PR, HER-2.

Indications pour la recherche

La décision de tester les marqueurs du cancer du sein est généralement prise par le médecin. Tout soupçon de cancer peut être la raison du rendez-vous. Le principe est: «Il vaut mieux être en sécurité». Rien ne vous empêche de réussir l'examen par vous-même. Il est obligatoire chaque année pour toute personne génétiquement prédisposée au cancer. Et, bien sûr, l'indication pour l'analyse est la symptomatologie externe de la pathologie.

  1. À la palpation de la glande mammaire, les phoques se font sentir.
  2. La forme des seins est perturbée et ces changements sont indépendants de la phase du cycle.
  3. La femme remarque la décharge d'une substance atypique des mamelons. Leur couleur, leur consistance sont différentes.
  4. Écailles autour du mamelon. Ils se décollent, laissant de petites plaies et une érosion..
  5. Taches de nuances rouges et violettes sur la poitrine. Ils peuvent augmenter, puis se décoller, des démangeaisons se font sentir. Après le pelage, la couleur des taches devient plus prononcée. Leur humidité est notée, l'érosion et l'ulcération commencent, des hémorragies sont possibles.
  6. Distension dans la poitrine. Ils peuvent être vus en se déplaçant, lorsque la patiente se lève, se penche, baisse le bras..
  7. Changer la forme du mamelon. Il s'épaissit, se rétracte, s'écarte sur le côté.
  8. Peau ridée. Lorsqu'il est pressé dans un petit pli, vous pouvez voir des rides perpendiculaires à celui-ci.
  9. Sensations douloureuses dans la poitrine. Au stade initial, les femmes ne peuvent pas indiquer avec précision l'emplacement de la douleur. Il survient à la fois pendant le mouvement et au repos. L'inconfort est ressenti même avec de légères touches. L'intensité de la douleur n'est pas la même et peut survenir complètement spontanément.
  10. Gonflement du sein affecté. Le soi-disant «zeste de citron» apparaît dessus, dans certains cas, il capture complètement la poitrine.
  11. Renforcement du modèle vasculaire sur la poitrine. Les vaisseaux auparavant invisibles sont bien profilés, des douleurs cutanées sont observées à leur place.
  12. Violation dans certaines zones de l'élasticité de la peau. La surface des zones est lisse, elles ont une consistance plus dense.
  13. Ganglions lymphatiques élargis dans les régions supraclaviculaires et axillaires.

Les objectifs de la réalisation d'un test sanguin pour les marqueurs tumoraux du cancer du sein sont:

  • dépistage préventif du cancer du sein;
  • faire un pronostic de la maladie en oncologie diagnostiquée;
  • analyse de l'efficacité du schéma thérapeutique et prise de décision sur l'opportunité de procéder à des ajustements;
  • évaluation de la sensibilité du corps aux médicaments prescrits;
  • surveillance de l'état après un cours de thérapie.

Comment les tests sont-ils effectués?

En raison de la prévalence des cancers dans notre pays, de l'importance de leur détection précoce, beaucoup a été fait pour que l'analyse des marqueurs tumoraux soit accessible à tous et que le résultat soit obtenu le plus rapidement possible. L'État propose de tester le sang pour les marqueurs tumoraux du cancer du sein gratuitement. Les institutions médicales non gouvernementales facturent de l'argent pour l'analyse, mais parfois pour un certain nombre de raisons, il est plus rentable d'y aller.

Quand est-il préférable de faire une analyse et une préparation est-elle nécessaire

La précision et la fiabilité de l'analyse des marqueurs tumoraux du cancer du sein dépendent en grande partie du respect par la patiente des instructions de préparation de la procédure. Le sang est prélevé dans une veine. Les règles sont les suivantes.

  1. 48 heures avant le test, il est strictement interdit de consommer des boissons alcoolisées, ainsi que des médicaments non vitaux. S'il est impossible de limiter la prise du médicament, une marque concernant sa prise est inscrite par le médecin dans le dossier de laboratoire du patient..
  2. Le processus d'échantillonnage doit avoir lieu exclusivement le matin, car après le réveil dans le plasma sanguin, la teneur maximale en protéines spécifiques est notée.
  3. La veille de la procédure, les épices doivent être complètement exclues du régime, tout ce qui est gras et frit.
  4. Le matin précédant l'analyse, il est strictement interdit de manger, de boire du café, des sodas et des boissons similaires. La soif ne peut être étanchée qu'avec de l'eau propre.
  5. Une heure avant le don de sang, vous devez vous abstenir de tout effort physique et de stress émotionnel. Ce dernier peut être particulièrement fort, cependant, il doit être réinitialisé sans l'utilisation de sédatifs. La méditation, l'entraînement autogène, etc. feront l'affaire..
  6. Arrêtez de fumer une demi-heure avant de soumettre le biomatériau.

Si les règles ci-dessus ne sont pas respectées, des protéines apparaîtront dans le sang, ce qui compliquera sérieusement l'analyse et la rendra inutile. Dans le meilleur des cas, le médecin exigera un don de sang pour les marqueurs tumoraux des tumeurs malignes du sein plus tard, à un autre moment.

Où les tests peuvent-ils être effectués?

L'enquête est réalisée dans les catégories d'établissements médicaux suivantes:

  • centres de cancérologie municipaux des États. Ils utilisent une approche standardisée du traitement et une large gamme d'équipements de diagnostic est disponible. L'examen est entièrement gratuit, vous pouvez vous faire conseiller par un spécialiste expérimenté. Malheureusement, ces derniers y sont peu nombreux, de nombreux professionnels vont là où ils paient plus. Les longues files d'attente sont inévitables;
  • cliniques privées d'oncologie. Vous pouvez entrer dans une très bonne institution, avec des professionnels hautement qualifiés qui sauront vous conseiller et vous guider dans la bonne direction. Cependant, vous pouvez rencontrer des personnes malhonnêtes, pour lesquelles il est seulement important de gagner de l'argent sur ceux qui les touchent;
  • laboratoires indépendants. Une telle organisation n'est pas intéressée par les résultats d'enquête positifs ou négatifs.

Combien de temps attendre le résultat

Cela dépend du laboratoire ou de la clinique où la recherche est menée. Dans la grande majorité des cas, cela ne prend pas plus d'un jour. Mais le résultat de la recherche et leur interprétation sont des choses différentes. La conclusion finale sur la présence ou l'absence de cancer du sein ne peut être tirée que par un oncologue expérimenté, en règle générale, le même que celui qui a rédigé la référence pour analyse..

Caractéristiques de prendre l'analyse pour les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, les personnes âgées

Les enfants ont également la possibilité de subir tous les tests décrits. Leur préparation n'est pratiquement pas différente des recommandations pour les adultes. Afin de ne pas blesser la psyché de l'enfant, il vaut mieux ne pas lui dire la raison de l'analyse.

Chez la femme enceinte, une augmentation des indicateurs de marqueurs du cancer du sein est observée à presque tous les stades de la gestation, en particulier au cours du dernier trimestre. Leur concentration est également élevée pendant l'allaitement, en particulier, la teneur en antigène CA 15-3 augmente jusqu'à 50 UI / ml. Par conséquent, pendant la grossesse, des diagnostics instrumentaux sont prescrits..

Les femmes plus âgées sont beaucoup plus susceptibles d'avoir un cancer que les femmes plus jeunes. L'analyse est effectuée deux fois dans le contexte d'autres méthodes de diagnostic.

Décodage des indicateurs de marqueurs tumoraux

Maintenant, plus en détail sur les marqueurs tumoraux du cancer du sein les plus courants, leurs valeurs admissibles et à quoi s'attendre en dépassant la norme.

L'indice de prolifération est l'un des principaux marqueurs de l'efficacité du traitement. Il est utilisé pour évaluer l'agressivité des tumeurs malignes. Affiche le rapport entre les cellules cancéreuses en division active et les cellules inactives. Pour chaque type de cancer, la valeur est individuelle et ne peut être évaluée que dans le temps. En BC luminal, en fonction de la valeur Ki-67, 2 sous-types sont distingués: A - moins de 14%, B - plus de 14%. Ce dernier est pire pronostic en raison de l'activité proliférative plus élevée des cellules cancéreuses. Chez les patients suspectés de cancer, le Ki-67 est déterminé par biopsie, dans d'autres cas - après l'ablation du néoplasme ou lors de la résection d'une métastase à distance.

Protéine P53

Il empêche la formation d'une tumeur maligne. Si pour une raison quelconque (rayonnement, exposition à des produits chimiques, etc.) des dommages à l'ADN se produisent dans la cellule, la protéine arrête son développement ou active le processus d'autodestruction programmée. Le gène TP53 est responsable de la synthèse de p53. Environ 80% des cellules des grosses tumeurs cancéreuses contiennent des mutations. De plus, le gène TP53 endommagé contribue à une augmentation de la résistance des tumeurs malignes à la chimiothérapie, c'est-à-dire qu'il agit activement contre le corps.

CEA signifie antigène tumoral cancéreux embryonnaire. Dans le cancer du sein, sa concentration augmente considérablement. Il est également produit par des cellules malignes des intestins et du pancréas. En petites quantités, il peut être trouvé dans le sang dans un certain nombre de maladies auto-immunes et dans les tumeurs bénignes. Le taux d'antigène dans le sang est de 10 ng / ml.

Facteur de développement endothélial vasculaire

Son autre nom est l'indice VEGF. Indique les caractéristiques des vaisseaux tumoraux. Si les capillaires apparaissent au-dessus des capillaires existants, cela indique une dégénérescence cellulaire. Dans les cancers agressifs, le VEGF est supérieur à 101, dans les tumeurs à développement lent - environ 45. Plus l'indice est élevé, plus la probabilité de métastases est élevée.

Glycoprotéines muqueuses MUC1

Ceux-ci inclus:

  • CA 15-3. Les cellules saines le produisent en une certaine quantité. Une concentration accrue témoigne de la pathologie. Le taux de ce marqueur de tumeur mammaire est de 31 U / ml;
  • CA 27-29. Peut indiquer un cancer du sein, mais peut également survenir pendant la grossesse et certaines affections bénignes. La norme pour un corps féminin sain est de 38 à 40 U / ml;
  • CA 125. Glycoprotéine sur la muqueuse utérine d'un organisme sain. Indique un cancer du sein, de l'estomac, des ovaires. Peut augmenter pendant la menstruation et au cours du premier trimestre de la grossesse. Son augmentation a également été enregistrée dans l'hépatite chronique, la cirrhose hépatique, la pancréatite chronique. Norme - 35 U / ml.

UPA et PAI-1

L'UPA est une protéine qui accélère la croissance des tumeurs malignes et leurs métastases aux ganglions lymphatiques. PAI-1 bloque l'UPA dans une certaine mesure, mais est également impliqué dans le développement du cancer. Les données d'analyse pour l'UPA et le PAI-1 sont très précieuses pour les patients présentant un processus tumoral ré-identifié, dans lequel le système lymphatique n'est pas affecté. Avec un UPA et un PAI-1 faibles, le risque de récidive du cancer du sein est presque nul et les patientes n'auront pas besoin de chimiothérapie après la chirurgie. La norme chez les femmes est jusqu'à 3 ng / ml.

Cytokératines TPA, TPS

L'antigène polypeptidique tissulaire (TPA) et l'antigène tissulaire spécifique (TPS) sont observés dans le cancer non seulement du sein, mais également de la vessie, des bronches, du colorectal et du col de l'utérus. Leur augmentation a également été observée dans certaines maladies bénignes des poumons, du foie et des voies urogénitales. Le TPS a une sensibilité légèrement inférieure dans certaines formes de grosses tumeurs que le TPA. La norme des deux antigènes est de 85-120 U / ml.

Tumeur M2 (pyruvate kinase M2-PK)

Il s'agit d'une protéine tumorale hautement spécifique, une forme spéciale de l'enzyme pyruvate kinase. Permet d'identifier une tumeur dès son apparition. Il commence à être libéré dans le sang immédiatement après l'apparition de cellules cancéreuses dans le corps. Ceci s'explique par les particularités de leur métabolisme, la vitesse de division. La norme de la protéine mentionnée dans le sang ne dépasse pas 15 U / ml.

Récepteur HER2

Protéine transmembranaire. Révélé dans 15 à 30% des cas de cancer du sein. Régule le signal de division cellulaire et le cycle de vie cellulaire. Avec une activité accrue, sa mutation est possible. Si le statut HER2 est positif, la tumeur se développe rapidement, mais la chimiothérapie peut bien la traiter. Avec un statut inactif, il est impuissant. Déterminer le marqueur HER2 par immunohistochimie. Si cela ne donne pas un résultat clair, un test de poisson est prescrit, ce qui est efficace pour détecter le cancer du sein..

Marqueurs tumoraux génétiques

BRCA1 et BRCA2. Les femmes présentant des mutations ont une prédisposition au cancer du sein. En règle générale, les patientes sont référées pour analyse, dans les familles desquelles une personne a déjà eu un cancer du sein. La stabilité de l'intégrité des chromosomes et la probabilité de changements mutationnels dans les structures cellulaires dépendent de BRCA1 et BRCA2.

Si le décodage du résultat de l'analyse pour BRCA1 / BRCA2 ressemble à N / N, la probabilité de développer un cancer se rapproche de la valeur de la population. Si le décodage est N / ins, le risque de cancer du sein est très élevé.

Plus précisément, les concentrations admissibles de tous les marqueurs mentionnés dans l'article peuvent être trouvées dans les tableaux correspondants..

Les résultats pourraient-ils être inexacts

Oui. L'analyse des marqueurs tumoraux est de nature probabiliste. Lors de son interprétation, les médecins prennent en compte de nombreux facteurs. Une augmentation significative de la concentration indique le début du processus de dégénérescence tumorale et de métastase, mais même ici, il n'y a pas de précision à 100%.

Les marqueurs tumoraux peuvent également augmenter avec la chimiothérapie et la radiothérapie. Par rapport à cela, une augmentation de leur concentration indique la destruction de la tumeur. Si le contenu des marqueurs tumoraux change peu ou ne change pas du tout, vous devez rechercher d'autres méthodes de traitement.

Selon les statistiques, avec une analyse positive des marqueurs tumoraux, le diagnostic est confirmé chez 80% des patients, c'est-à-dire qu'un cinquième qui a demandé un cancer n'a aucun cancer. Ne vous fâchez pas à l'avance.

Tout dépend de la compétence du médecin qui interprète les résultats. Il est impossible de diagnostiquer uniquement sur la base des résultats des tests de marqueurs tumoraux. Les valeurs qui ne dépassent pas toujours la norme indiquent un processus malin. Parfois, cela est dû à une mastopathie relativement inoffensive ou à d'autres maladies inflammatoires. Pour clarifier la nature du processus pathologique, ils ont recours à des techniques matérielles - échographie, IRM, méthodes à rayons X.

Quels marqueurs tumoraux mettent en garde contre le cancer du sein

Marqueurs tumoraux sériques

Les marqueurs de tumeur sérique sont des substances de structure protéine-glucide qui se trouvent dans la circulation sanguine. Ils sont détectés lorsque le matériel biologique d'un patient réagit avec des anticorps spécifiques. Ce type de marqueurs est le plus populaire dans la pratique clinique, car il reflète le plus précisément les caractéristiques, le degré, la prévalence et le taux de développement de la maladie..

Types de marqueurs tumoraux sériques:

  • marqueur de tumeur de structure protéique (HER-2);
  • CEACAM5 (CEA);
  • les glycoprotéines de mucine, qui comprennent CA15-3, CA27.29, CA 549;
  • antigènes polypeptidiques tissulaires (TPA, TPS).

1.1 Définition de HER-2
Ce récepteur est détecté dans 15 à 20% des cas de cancer du sein invasif. Si les patients ont des métastases à distance, les résultats de l'étude sont utilisés pour déterminer la nécessité d'un traitement par Herceptin.

Si les médecins détectent le marqueur tumoral HER-2 dans les sérums, ils concluent que l'oncologie progresse rapidement ou que la thérapie ne produit pas de résultats. Le marqueur tumoral a trouvé une valeur clinique dans:

  • la détermination du pronostic concernant l'évolution de la maladie chez les patients qui n'ont jamais reçu de traitement;
  • déterminer une résistance possible à l'hormonothérapie ou une résistance partielle au tamoxifène;
  • déterminer une éventuelle résistance à la chimiothérapie (cyclophosphamide, méthotrexate).

Normalement, le récepteur n'est pas détecté.

1.2 Marqueur tumoral CEACAM5

Le CEA (CEACAM5, antigène embryonnaire du cancer) est une glycoprotéine synthétisée par les cellules épithéliales des glandes mammaires, des bronches et du tractus gastro-intestinal. Des fragments de tissu tumoral prélevés avec une biopsie sont généralement utilisés pour la recherche. Chez eux, les CEA se retrouvent dans 70 à 80% des cas. Dans le sang, ce marqueur tumoral n'est pas toujours déterminé: beaucoup dépend de la capacité des tissus situés à proximité de la tumeur à faire passer des antigènes dans la circulation sanguine.

Lors de l'interprétation des résultats du marqueur tumoral CEA, les médecins prennent en compte le stade du cancer du sein. En effet, ces données ne peuvent être invoquées que lorsque la maladie est passée à une forme métastatique. CEA normal - pas plus de 3 ng / ml.

1.3 Glycoprotéines de mucine

1.3.1. Oncomarker CA15-3

CA15-3 (carcinomaantigen 15-3) est une glycoprotéine qui peut changer dans le traitement du cancer du sein. Ils y prêtent attention lorsqu'ils évaluent l'efficacité du traitement au fil du temps. Les indicateurs de glycogène dans le corps du patient permettent également aux médecins d'effectuer des diagnostics différentiels de haute qualité - pour distinguer l'oncologie de la mastopathie. En tant que test de dépistage, ce marqueur tumoral est rarement utilisé..

Lors de l'interprétation des résultats obtenus, les éléments suivants sont pris en compte:

  • les caractéristiques individuelles de chaque patient;
  • type de cancer;
  • propagation de la tumeur.

CA 15-3 est la protéine la plus sensible de la famille MUC-1. Il augmente dans 20% des cas chez les patients aux stades 1-2 du cancer et dans 80% des cas dans 3-4. Ce test est réalisé en association avec CEACAM5 (antigène embryonnaire du cancer) pour identifier plus précisément le cancer du sein en début de développement.

Si la concentration de la protéine CA 15-3 dans le matériel biologique augmente rapidement, cela indique:

  • la croissance de la taille de la tumeur;
  • forme progressive de cancer, dans laquelle le pronostic de survie est faible;
  • métastase tumorale.

Si CA 15-3 diminue, le traitement suggéré par le médecin donne des résultats. Garder le résultat au même niveau est un signal qu'il est nécessaire de changer le schéma thérapeutique, car le patient est devenu accro aux médicaments. Les valeurs admissibles du marqueur tumoral CA15-3 chez un adulte ne dépassent pas 30 UI / ml.

1.3.2. Marqueur tumoral CA 27.29

L'analyse du CA 27.29, ainsi que de la glycoprotéine CA 15-3, révèle la circulation de l'antigène MUC-1 dans la circulation périphérique. Cela se fait si des rechutes apparaissent après la thérapie. Il n'est pas utilisé pour diagnostiquer les stades précoces du cancer du sein..

Tous les experts ne reconnaissent pas la faisabilité des tests sanguins pour le marqueur tumoral 27.29. Après tout, il augmente non seulement dans le cancer du sein, mais également dans les tumeurs bénignes des ovaires, des reins et de l'hyperplasie de l'endomètre. L'indicateur est toujours augmenté pendant la grossesse.

Ce n'est que par la concentration de CA 27.29 dans le matériel biologique du patient que l'on ne peut pas dire que la maladie a rechuté. Pour évaluer pleinement la situation, les médecins prennent en compte d'autres facteurs:

  • une détérioration générale du bien-être de la femme;
  • une augmentation de la taille de la tumeur, comme on le voit par échographie et IRM;
  • données d'examen physique.

À la suite d'une analyse complète, l'oncologue détermine s'il est nécessaire ou non de modifier le schéma thérapeutique. Le résultat de la norme est jusqu'à 40 unités / ml. Si une rechute est détectée, le traitement de soutien est interrompu et des mesures sont prises.

1.4 Antigènes polypeptidiques tissulaires TPA, TPS et UBC (cancer de la vessie)

Trois cytokératines sont importantes pour le diagnostic du cancer du sein:

  • (CYK8 / 18);
  • TPS (CYK18);
  • UBC (cancer de la vessie).

Le TPAcyk (CYK8 / 18) se forme pendant la nécrose des cellules tumorales et dans le métabolisme cellulaire normal. L'indicateur TPAcyk est utilisé pour juger de la rapidité avec laquelle les cellules endommagées se rétablissent après le traitement. Un test sanguin pour ce marqueur tumoral est nécessaire pour

Il est conseillé de ne faire une analyse du marqueur tumoral TPS que pour ceux qui ont été diagnostiqués avec un carcinome épithélial du sein. L'analyse est plus importante dans le traitement que dans le diagnostic du cancer. Il prédit également l'espérance de vie du patient..

UBC (cancer de la vessie) - la cytokératine vous permet de déterminer le degré de malignité de la tumeur et de distinguer le cancer du sein d'autres pathologies présentant des symptômes similaires. Normalement, les gènes polypeptidiques ne sont pas trouvés.

Pourquoi avez-vous besoin d'être testé pour un marqueur de tumeur du sein?

Le cancer du sein est plus fréquent chez les femmes que les autres cancers. Par conséquent, il est si important de diagnostiquer cette maladie au tout début. Les marqueurs de tumeur mammaire sont un moyen fiable et informatif d'identifier la pathologie en temps opportun et de prescrire un traitement adéquat et rapide.

Au cours de son développement, une tumeur cancéreuse produit certaines protéines, hormones, anticorps ou leurs composants. Les indicateurs du niveau de concentration des marqueurs tumoraux chez les patients cancéreux sont beaucoup plus élevés que la normale que chez une personne en bonne santé. Cette propriété des cellules cancéreuses est prise en compte lors du diagnostic du cancer et du suivi des résultats du traitement. Les tests sanguins pour les marqueurs tumoraux du sein sont effectués selon certaines règles, et le résultat peut être influencé par certains facteurs: maladies concomitantes, grossesse ou période d'allaitement.

La présence de marqueurs tumoraux dans le sang indique qu'il y a probablement un cancer dans le corps. Les types de ces marqueurs peuvent être divisés en fonction du type de tissu dans lequel ils se trouvent: sérum, tissu, génétique.

Marqueurs tumoraux tissulaires

Ce type de marqueurs tumoraux a reçu ce nom en raison du fait que ce n'est pas du sang qui est utilisé pour leur analyse, mais des tissus prélevés sur un néoplasme suspect ou sur un site tissulaire situé à proximité (par exemple, un ganglion lymphatique). Le matériel biologique est prélevé à l'aide d'une biopsie. Le type de biopsie (obtention d'un morceau de tissu) est déterminé en fonction du diagnostic principal.

Types de marqueurs tumoraux tissulaires:

  • les récepteurs des œstrogènes et de la progestérone;
  • marqueurs tumoraux de prolifération;
  • UPA et PAI-1.

2.1. Test de la présence de récepteurs pour les œstrogènes (ER) et la progestérone (PR)

L'évaluation des récepteurs des œstrogènes et de la progestérone est effectuée pour diagnostiquer le cancer du sein à 3-4 stades ou pour détecter les métastases. Le niveau des récepteurs pour ER et PR peut être utilisé pour prédire l'efficacité de l'hormonothérapie contre le cancer du sein. S'il est logique de suivre un traitement médicamenteux, la femme se verra prescrire des inhibiteurs de l'aromatase, du tamoxifène et des bloqueurs des récepteurs des œstrogènes. Normalement, les récepteurs ne sont pas trouvés.

2.2 Détermination des marqueurs de prolifération

Ces marqueurs cancéreux sont déterminés par examen microscopique des tissus. Lors de l'examen microscopique, un morceau de tissu prélevé à l'aide d'une biopsie est traité avec des anticorps spécifiques qui sont sensibles au marqueur détectable. Les enzymes sont utilisées pour colorer les composants cellulaires et tissulaires.

2.3 Détermination du facteur plasminogène urokinase (UPA) et de l'inhibiteur de l'activateur du plasminogène-1 (PAI-1)

Sur la base des résultats de l'étude, les oncologues peuvent prédire à quelle vitesse la maladie se développera. L'UPA est une protéine qui stimule la croissance tumorale et les métastases aux ganglions lymphatiques. PAI-1 bloque partiellement l'action de l'UPA, mais participe également au développement de la maladie.

Les valeurs obtenues ont une valeur pronostique pour les patients présentant un processus tumoral nouvellement détecté, qui ne s'accompagne pas de dommages au système lymphatique. Selon les données, avec un UPA et un PAI-1 faibles, le risque de récidive du cancer du sein tend à 0 (même si les patientes avaient des métastases dans les ganglions lymphatiques). Cela signifie que les femmes n'auront pas besoin de séances de chimiothérapie pendant la période postopératoire. Norm - jusqu'à 3 ng / ml.

Que sont les marqueurs tumoraux et pourquoi les prendre?

N'importe qui, même une personne en parfaite santé et sans risque, peut subir l'apparition d'un cancer. Cette maladie dangereuse est très insidieuse, car au stade initial, lorsque sa guérison complète est possible, elle se développe de manière complètement asymptomatique. Mais il existe un moyen de détection précoce du processus pathologique. Il consiste en l'étude du sérum sanguin pour détecter la présence de marqueurs tumoraux - des protéines spécifiques qui sont toujours présentes dans le corps humain et, avec le développement de lésions oncologiques, commencent à être produites de manière intensive par les cellules tumorales.
Une telle réaction au processus oncologique détermine la grande importance de l'utilisation de ces marqueurs pour la détection précoce d'une tumeur cancéreuse. Cette étude peut être menée indépendamment, mais il est fortement déconseillé de le faire. Une augmentation du nombre de biomolécules dans le plasma sanguin indique non seulement le développement d'un processus malin, mais également la présence dans le corps de néoplasmes bénins, de kystes mammaires ou d'autres organes et de maladies infectieuses. De plus, toute personne a une augmentation du niveau d'antigènes avec l'âge..

Seul un spécialiste expérimenté sait quand un tel test est nécessaire et le prescrit pour obtenir les informations nécessaires à un diagnostic correct du cancer du sein, dans les cas suivants:

  • la présence de symptômes suspects en l'absence de confirmation diagnostique du développement d'autres maladies présentant des symptômes similaires;
  • la nécessité de différencier une structure tumorale bénigne d'une structure maligne;
  • surveiller l'efficacité du traitement pendant le cours thérapeutique et après son achèvement;
  • détection précoce de la récidive du processus pathologique.

Marqueurs génétiques tumoraux BRCA1, BRCA2

Des changements mutationnels étroitement associés au cancer du sein sont détectés dans les gènes BRCA1 et BRCA2. Le gène BRCA1 code une protéine du même nom, qui est impliquée dans la restauration de la molécule d'ADN, maintient la stabilité génétique et régule le cycle cellulaire.

Dans la littérature scientifique, il existe plus de 500 descriptions de changements mutationnels dans le gène BRCA1 associés au développement ultérieur du cancer du sein chez la femme et du cancer de la prostate chez l'homme..

Les femmes porteuses du gène BRCA1 ont de 50 à 85% de chances de développer un cancer du sein. De plus, des mutations peuvent être associées au développement de tumeurs d'un autre emplacement (par exemple, le système digestif).

Le gène BRCA 1, 2 permet de détecter une prédisposition héréditaire au développement d'un cancer du sein. Environ 5% des femmes hériteront des gènes responsables du cancer de leurs parents. Le décodage du résultat de l'analyse pour BRCA1 / BRCA2 est le suivant: N / N - il y a une faible probabilité de développer un cancer, il est égal à la valeur de la population, N / ins - une forte probabilité de développer une tumeur.

Le résultat peut être biaisé

Une pathologie concomitante peut affecter la performance de l'analyse, ce qui doit être pris en compte. Il existe toute une liste de maladies qui, dans le contexte du développement du processus oncologique, peuvent fausser le résultat et mettre le médecin sur la mauvaise voie. Cette pathologie comprend les processus auto-immuns, la tuberculose, la sarcoïdose. En présence de cette pathologie, le résultat peut être faux positif..

Dans le diagnostic du cancer du sein, l'analyse du CA 15-3 sera plus précieuse si l'antigène cancéreux embryonnaire est déterminé simultanément. Et il est préférable d'effectuer le test lui-même quelques semaines après le début du traitement..

Le rôle des marqueurs tumoraux dans le diagnostic et le traitement du cancer du sein

Plus de 200 types de marqueurs tumoraux sont connus en médecine. Mais seulement 11 sont utilisés dans le diagnostic du cancer. Certains marqueurs tumoraux ne sont produits que dans certains types de cancer (PSA - uniquement dans le cancer de la prostate), d'autres sont détectés dans différents types d'oncologie (RAE - caractéristique de la plupart des types de cancer, bien qu'il ait la plus grande précision dans le diagnostic du cancer du côlon et du rectum).

Les résultats de la recherche aident:

  • distinguer une tumeur maligne d'une tumeur bénigne;
  • déterminer la prévalence de la pathologie;
  • identifier la présence de métastases;
  • évaluer l'efficacité de la thérapie;
  • identifier les rechutes à un stade précoce.

L'analyse des marqueurs tumoraux n'est pas la seule étude sur la base de laquelle un diagnostic définitif de cancer du sein est posé. Après tout, les résultats de l'analyse des marqueurs tumoraux en oncologie sont parfois comparables aux résultats trouvés chez les patients atteints de mastopathie.

Par conséquent, l'étude est complétée par:

  • biopsie, le matériel résultant est envoyé pour histologie;
  • Ultrason;
  • IRM;
  • CT;
  • PET CT;
  • autrement.

À l'aide de méthodes instrumentales, les oncologues déterminent la taille du néoplasme et l'état des ganglions lymphatiques.

Résultats

L'indicateur déterminé doit être inférieur à 31,3 unités par millilitre. Au fur et à mesure que le CA 15-3 augmente, on peut juger du stade du processus, et plus la maladie est déclenchée, plus la tumeur du tissu mammaire est grosse. Le cancer métastase principalement aux os et / ou au foie, comme en témoigne l'analyse.

N'oubliez pas qu'à un stade précoce du processus, le CA 15-3 (marqueur tumoral) peut ne pas dépasser la norme du tout. Selon les statistiques, le pourcentage de ces patients varie de 25 à 30, le tissu cancéreux ne produit tout simplement pas cette protéine spécifique. Dans le cas d'une augmentation constante de la concentration dans le contexte du traitement en cours, on peut penser en toute sécurité à son efficacité insuffisante ou, au contraire, à la rechute du processus..

Préparation à la recherche

Pour l'étude, le même prélèvement sanguin dans une veine est effectué, comme dans le cas de l'analyse biochimique. La préparation avant de déterminer les marqueurs tumoraux du cancer du sein est la suivante:

  • Il est conseillé de ne rien manger avant l'analyse si l'intervention est prévue le matin. Si du sang est prélevé dans une veine après le déjeuner, vous ne devez pas manger 3-4 heures avant la procédure..
  • Limitez l'activité physique quelques jours avant l'étude
  • Ne mangez pas d'aliments gras, fumés ou frits 3 jours avant le prélèvement sanguin. La préférence est donnée aux céréales, aux boissons lactées fermentées, aux légumes, aux aliments gras, frits et épicés.
  • Arrêtez de prendre des médicaments hormonaux avant le test. Le médecin vous en dira plus sur les médicaments à exclure en préparation de l'étude..
  • Ne pas fumer ni consommer d'alcool 24 heures avant de visiter le laboratoire.

Si le patient suit toutes les recommandations de préparation, le contenu en informations de l'analyse sera plus élevé. Il n'aura pas à subir d'examens supplémentaires, à y consacrer du temps et de l'argent..

Analyse sanguine générale

Une numération formule sanguine complète ne peut pas confirmer la présence d'un cancer du sein, mais un changement des indicateurs de base devrait alerter et inciter à penser à un examen plus approfondi. Un signe alarmant est une augmentation des globules blancs, ce qui peut indiquer le début d'un processus inflammatoire dans le corps..

La VS ou la vitesse de sédimentation des érythrocytes s'écarte également de la norme et a une note plus élevée, qui, en oncologie, ne peut pas être réduite avec des antibiotiques. Un faible taux d'hémoglobine, dans le contexte d'une nutrition adéquate et de l'absence de perte de sang, peut également être le signe de formations tumorales existantes.

Il est nécessaire de prendre en compte le fait que les résultats d'un test sanguin clinique peuvent être similaires à la fois en oncologie et dans d'autres maladies inflammatoires. Pour exclure le cancer du sein, un test sanguin biochimique est recommandé.

Une analyse basée sur une méthode biochimique révèle la présence de marqueurs tumoraux dans le sang. Les marqueurs tumoraux sont des protéines ou des antigènes produits par les cellules cancéreuses au cours de leur croissance. La formation d'un certain marqueur tumoral dans le sang indique une possible activité cancéreuse dans un organe particulier.

L'étude est réalisée plusieurs fois pour suivre la dynamique de la croissance des protéines tumorales. Le taux d'augmentation du nombre d'antigènes dans le sang dépend de la vitesse à laquelle la tumeur se développe, ce qui permet de déterminer le stade de développement et la taille du néoplasme.

Le cancer, apparaissant dans différents organes, forme les antigènes correspondants, qui ont certaines désignations. Les marqueurs du cancer du sein sont CA 15.3, TRU-QUANT et CA 27.29. La détection de l'antigène de la tumeur mammaire dans le sang ne peut être une garantie à 100% d'une maladie oncologique qui a commencé. Mais, néanmoins, il est nécessaire de subir des examens supplémentaires sans délai.

Pour l'analyse, le sang est prélevé dans une veine, le matin, strictement à jeun. Vous devez arrêter de prendre vos médicaments 2 semaines avant l'intervention. Abstenez-vous de manger des aliments gras et frits, ainsi que - des boissons contenant de l'alcool, 1 à 2 jours avant le don de sang.

Une heure avant la procédure, il est nécessaire d'arrêter de fumer et 30 minutes avant la procédure, exclure l'activité physique et le stress émotionnel. Il n'est pas recommandé d'effectuer un test sanguin biochimique après avoir subi des radiographies et des procédures de physiothérapie.

La méthode d'analyse spectrale du sang a été développée relativement récemment. Sa différence par rapport aux autres examens réside dans la grande précision de la définition de la maladie. L'analyse est basée sur des spectres infrarouges qui absorbent le sérum sanguin et reflètent sa composition moléculaire.

La détermination de la présence ou de l'absence d'une maladie dans le corps, y compris dans la glande mammaire, se produit avec une précision de 93%. Ce type d'examen est absolument sûr et relativement bon marché..

Lors du don de sang pour l'analyse spectrale, un certain nombre de conditions doivent être remplies. Arrêtez de boire de l'alcool deux jours avant le début de l'examen et arrêtez de prendre vos médicaments un jour avant. Les femmes qui suivent un traitement médicamenteux ou utilisent des compléments alimentaires pourront faire un don de sang au plus tôt 2 mois après la dernière prise de fonds.

La seule exception peut être les médicaments qui ne peuvent être annulés pour des raisons de santé. Trois mois devraient s'écouler après la radiothérapie ou la chimiothérapie. L'examen n'est pas recommandé pour les femmes enceintes, ainsi que pour les femmes pendant le cycle menstruel.

Un test sanguin génétique permet de découvrir une prédisposition héréditaire au cancer du sein. Les gènes BRCA1 et BRCA2 qui ont subi des mutations multiplient cette possibilité. La décision de passer une telle analyse peut être prise par toute femme qui souhaite connaître la disposition de son corps à l'apparition de tumeurs malignes..

Compte tenu de l'aspect psychologique complexe, un tel examen est souhaitable pour les personnes ayant des antécédents familiaux positifs de cancer du sein. Avant de subir la procédure, un spécialiste des problèmes génétiques s'entretient avec le client.

Aspects à considérer avant de procéder à l'analyse:

  • toutes les femmes qui ont des parents atteints d'un cancer du sein dans la famille n'ont pas une mutation du gène BRCA;
  • toutes les femmes ayant un changement de gène BRCA développeront un cancer;
  • le gène BRCA modifié peut être hérité non seulement par les femmes, mais aussi par les hommes.

Un résultat de test sanguin génétique positif ne fournit pas un plan étape par étape pour la vie future. Pour réduire le risque de maladie, plusieurs options sont proposées:

  • subir des examens médicaux réguliers;
  • effectuer une opération pour enlever les glandes mammaires;
  • effectuer une opération pour retirer les ovaires;
  • prendre une contraception hormonale.

La détection précoce du cancer du sein peut guérir 90% des femmes. Malheureusement, les statistiques russes montrent qu'environ 50% des patientes atteintes d'un cancer du sein meurent dans les cinq ans suivant la détection de la maladie..

Cela suggère que les gens sont mal informés des méthodes possibles de diagnostic précoce du cancer à l'aide de tests sanguins. Chaque femme moderne devrait surveiller sa santé et ne pas ignorer les examens médicaux..

Une visite chez une femme médecin doit avoir lieu au moins une fois par an. Et pour les femmes qui ont une prédisposition au cancer du sein - tous les six mois. Pendant les années de procréation, une visite chez un spécialiste doit avoir lieu entre la fin du cycle menstruel et le début de l'ovulation..

La plupart des questions se résument à ce que seront les résultats de l'analyse en cas de maladie oncologique. Il est difficile de fournir une réponse exacte, car plusieurs facteurs sont pris en compte lors de l'identification des résultats d'analyse:

  • les caractéristiques individuelles d'un patient particulier;
  • quel type est la formation maligne;
  • où la tumeur était située dans le corps;
  • nature du processus en cours.

Plusieurs caractéristiques des résultats obtenus à l'issue de l'étude peuvent servir d'indicateurs de la survenue possible d'un cancer. Au cours de cette analyse, vous devriez examiner de plus près les facteurs suivants:

  • ESR;
  • indicateurs d'hémoglobine;
  • composition des leucocytes - en termes de qualité et de quantité.

La différence entre l'indicateur ESR et la norme s'exprime par une augmentation de la vitesse à laquelle les érythrocytes se déposent. Dans un état normal, pour le corps féminin, cet indicateur fluctue dans le couloir de 8 à 15 mm / h, pour le mâle - de 6 à 12 mm / h. Une augmentation de la vitesse de sédimentation plusieurs fois indique la présence d'un processus inflammatoire.

En cas d'apparition de tumeurs malignes, des changements se produisent non seulement dans les résultats de l'analyse clinique du sang, mais également lors des études de sa composition biochimique. Il est produit à l'aide d'insuline et reflète l'état du métabolisme des glucides.

Lorsqu'un patient a une pathologie oncologique, selon les résultats de l'analyse biochimique, une diminution de la concentration de fibrinogène et d'albumine sera observée. Le premier est une protéine du plasma sanguin qui contribue à sa coagulation, tandis que le second fait référence aux principales protéines du sang.

Le cancer peut être suspecté sur la base des résultats d'études standard et spéciales. Dans les processus pathologiques du corps, les modifications de la composition et des propriétés du sang se reflètent dans:

  • test sanguin général;
  • recherche biochimique;
  • analyse des marqueurs tumoraux.

Cependant, il est impossible de déterminer de manière fiable le cancer à partir d'un test sanguin. Les écarts de tout indicateur peuvent être causés par des maladies qui n'ont rien à voir avec l'oncologie. Même l'analyse spécifique et la plus informative des marqueurs tumoraux ne garantit pas à 100% la présence ou l'absence de la maladie et doit être confirmée.

Ce type d'étude en laboratoire donne une idée du nombre d'éléments formés de base responsables des fonctions du sang. Une diminution ou une augmentation de tout indicateur est un signal de problème, y compris la présence de néoplasmes.

Lors de l'interprétation des analyses, il convient de garder à l'esprit que, selon le sexe et l'âge, les indicateurs peuvent différer, il existe également des raisons physiologiques à l'augmentation ou à la diminution des valeurs..

Nom, unité de mesureLa descriptionmontant
Hémoglobine (HGB), g / lComposant des érythrocytes, transporte l'oxygène120-140
Érythrocytes (RBC), cellules / lNombre de corps rouges4-5x1012
Index de couleurA une valeur diagnostique dans l'anémie0,85-1,05
Réticulocytes (RTC). %Jeunes érythrocytes0,2 à 1,2%
Plaquettes (PLT), cellules / lFournir une hémostase180-320x109
ESR (ESR), mm / hVitesse de sédimentation du plasma érythrocytaire2-15
Leucocytes (WBC), cellules / lIls remplissent des fonctions de protection: maintien de l'immunité, lutte contre les agents étrangers et élimination des cellules mortes4-9x109
Lymphocytes (LYM),%Ces éléments sont les composants du concept de «leucocytes». Leur nombre et leur rapport s'appellent la formule leucocytaire, qui est d'une grande valeur diagnostique dans de nombreuses maladies.25-40
Éosinophiles,%0,5-5
Basophiles,%0-1
Monocytes,%3-9
Neutrophiles: poignarder1-6
segmenté47-72
myélocytes0
métamyélocytes0

Presque tous ces indicateurs sanguins en oncologie changent dans le sens d'une diminution ou d'une augmentation. À quoi exactement le médecin prête-t-il attention lors de l'étude des résultats de l'analyse:

  • ESR. La vitesse de sédimentation du plasma érythrocytaire est supérieure à la normale. Physiologiquement, cela peut s'expliquer par la menstruation chez la femme, l'augmentation de l'activité physique, le stress, etc. Cependant, si l'excès est important et accompagné de symptômes de faiblesse générale et de fièvre légère, un cancer peut être suspecté.
  • Neutrophiles. Leur nombre a augmenté. L'émergence de nouvelles cellules immatures (myélocytes et métamyélocytes) dans le sang périphérique, caractéristique des neuroblastomes et autres maladies oncologiques, est particulièrement dangereuse..
  • Lymphocytes. Ces indicateurs KLA en oncologie sont plus élevés que la normale, puisque c'est cet élément sanguin qui est responsable de l'immunité et combat les cellules cancéreuses..
  • Hémoglobine. Diminue s'il y a des processus tumoraux dans les organes internes. Cela s'explique par le fait que les déchets de cellules tumorales endommagent les érythrocytes, réduisant leur nombre.
  • Leucocytes. Le nombre de globules blancs, comme le montrent les analyses en oncologie, diminue toujours si la moelle osseuse est affectée par des métastases. La formule leucocytaire est décalée vers la gauche. Les néoplasmes d'une autre localisation entraînent une augmentation.
  • composition leucocytaire du sang;
  • Niveau ESR;
  • taux d'hémoglobine.

Vous avez reçu un diagnostic de cancer du sein - où aller

Si vous avez reçu un diagnostic de cancer du sein, vous devez agir immédiatement. Il vaut la peine de contacter une institution médicale à vocation oncologique.

Des cliniques de cancérologie renommées sont situées en Europe. Les institutions médicales de Belgique sont particulièrement développées à cet égard. Parmi les raisons pour lesquelles il vaut la peine de traiter le cancer du sein dans les cliniques belges, nos patientes mentionnent les atouts suivants du système de santé belge:

  • Le coût des procédures de diagnostic et de la thérapie elle-même est moins élevé en Belgique que dans les autres pays européens. Les prix des traitements sont contrôlés par l'Etat. Pour les citoyens étrangers, le coût de la thérapie sera le même que pour les résidents du pays.
  • En Belgique, les patients cancéreux sont traités selon des protocoles modernes. Ils offrent une approche holistique du traitement du cancer qui augmente les chances de guérison et de survie..

Dans le même temps, les médecins belges prennent en compte les caractéristiques individuelles du patient:

  1. Les médecins prennent toutes les décisions sur la détermination du plan de traitement pour chaque patient collectivement - en discutant et en évaluant de manière approfondie chaque cas séparément.
  2. Le conseil est fréquenté par tous les médecins impliqués dans le traitement du patient (spécialistes: mammologue, gynécologue, chirurgien, chimiothérapeute, radiologue, radiologues, spécialistes en immunohistochimie, si nécessaire, spécialistes de profil étroit, cardiologues, gastro-entérologues, etc.).
  3. Une telle consultation a lieu 1 à 2 fois par semaine pendant les phases diagnostique active et primaire du traitement (leur fréquence est alors déterminée en fonction de la réponse de la tumeur au traitement).
  4. Lors d'un tel conseil, toutes les données diagnostiques du patient (mammographie, échographie, IRM, TDM, TEP-TDM) sont rassemblées en dynamique. Les moindres fluctuations de la numération globulaire et des marqueurs tumoraux sont prises en compte.
  5. Sur la base des données obtenues, une décision est prise sur la meilleure méthode de traitement pour un patient particulier..

Cette approche vous permet de personnaliser les méthodes de traitement individuellement:

  • refuser la chimiothérapie dans les cas où l'étude de l'oncotype prouve clairement son inefficacité (ne s'applique qu'à un certain type de cancer du sein);
  • effectuer une chimiothérapie non adjuvante pour des types de tumeurs plus agressifs (afin d'établir la base de preuves de «l'efficacité de la chimie sur la tumeur»);
  • combiner la chimiothérapie avec une thérapie immunologique ou hormonale;
  • effectuer une intervention chirurgicale et fixer le résultat par radiothérapie;
  • de nombreuses autres combinaisons, strictement sélectionnées pour un cas particulier.

Après une définition aussi claire des tactiques de traitement, les effets indésirables apparaissent beaucoup moins souvent et l'efficacité de la lutte contre la maladie est plus élevée. La chose la plus importante sur laquelle tous nos patients sont d'accord, c'est qu'un énorme plus des médecins belges est qu'ils voient un patient comme une personne avec ses peurs et ses peurs, ils essaient d'aider la personne de manière humaine, et pas seulement d'appliquer un ensemble de mesures thérapeutiques.!

Diagnostic cytologique du cancer du sein

Toutes les conditions d'un traitement réussi du cancer du sein ont été créées à l'hôpital Yusupov. Des médecins expérimentés travaillent ici, qui utilisent des méthodes de médecine factuelle dans leur travail, dont l'efficacité a été confirmée par de nombreuses études et pratiques. Le traitement est prescrit strictement individuellement, en fonction du type de pathologie, de son évolution, des caractéristiques du corps du patient (état de santé général, présence de pathologies concomitantes, etc.).

La thérapie est prescrite sur la base d'un diagnostic approfondi. Il est réalisé à l'aide d'équipements de haute technologie et de techniques de laboratoire modernes. Des données précises sur l'état du patient vous permettent de choisir le traitement le plus adéquat qui correspondra au type de maladie, en tenant compte de la réponse du corps au traitement.

Sous la supervision des médecins de l'hôpital Yusupov, toutes les étapes de la thérapie du patient sont effectuées. Le traitement chirurgical est effectué dans les salles d'opération d'un réseau partenaire d'hôpitaux avec la participation des meilleurs chirurgiens de Moscou. Après l'opération, la patiente est transférée à l'hôpital, où elle se voit prescrire une chimiothérapie, une radiothérapie et une hormonothérapie (selon les indications).

À l'avenir, après l'élimination de la pathologie, la femme pourra continuer à être observée à l'hôpital Yusupov et consulter un médecin pour des examens préventifs. Des mesures diagnostiques régulières vous permettront de surveiller l'état du patient pour exclure la rechute.

Le marqueur lui-même est de type glucide et est un antigène produit par la glande mammaire. Un composé de haut poids moléculaire de type mucine est principalement nécessaire pour la détection de l'oncologie chez les femmes de plus de 16 ans. Malheureusement, il n'est pas si sensible et dans les premiers stades du cancer, il ne peut pas dépasser la norme..

L'antigène glucidique a généralement un faible taux de détection du cancer - 45 à 55%. Dans le même temps, il est toujours possible de détecter l'oncologie avant que les rechutes n'apparaissent. De plus, le marqueur lui-même n'est pas spécifique et peut indiquer des maladies malignes du foie et des poumons.

Par conséquent, il est généralement administré en association avec un antigène embryonnaire cancéreux (CEA). Il est rarement utilisé dans le processus de dépistage d'une maladie et, généralement, les patients déjà malades subissent des tests pour suivre l'efficacité du traitement..

Le marqueur tumoral lui-même est paradoxal et peut augmenter même si le patient est en bonne santé et n'a pas de cancer, mais en oncologie, montre une valeur réduite.

  • un changement de la forme des glandes mammaires inexpliqué soit par la mise au monde d'un enfant, soit par la période de lactation, soit par le cycle menstruel;
  • Un mamelon asymétrique ou d'aspect maléfique qui peut être trop bombé ou aplati
  • gonflement des aisselles de manière inattendue et persistant pendant une longue période;
  • sensation dans la poitrine de douleur constante, localisée d'un côté;
  • décoloration soudaine et évidente de la peau des glandes mammaires.

Outre la présence de symptômes gênants pour les patients, indiquant indirectement le développement d'une maladie dangereuse, un test de marqueurs tumoraux est parfois nécessaire à des fins préventives. Il est prescrit comme une étude de dépistage pour toutes les femmes à risque de contracter cette maladie. De plus, une analyse permettant de détecter une augmentation du taux d'antigènes est prescrite à toutes les femmes ayant un diagnostic confirmé de cancer du sein, en cours ou en cours de traitement..

Dans ce cas, le test des marqueurs tumoraux permet au spécialiste:

  • surveiller activement la dynamique du traitement et les mesures thérapeutiques correctes en temps opportun qui ne conviennent pas à un cas particulier;
  • détecter le début du processus de métastase, qui apparaît dans les dernières étapes, et déterminer les organes dans lesquels les métastases ont germé;
  • détecter en temps opportun le début de la rechute après le traitement.

Comme les autres types de tumeurs malignes, le cancer du sein est divisé en cinq stades. En conséquence, plus le stade est élevé, plus les prévisions sont mauvaises. La guérison complète dépend du moment de la détection, de l'état de santé, de l'âge du patient, de la présence, du type de métastase (unique, multiple), de la sensibilité au traitement des organes métastatiques, de l'implication des systèmes lymphatique et circulatoire.

Avec un diagnostic précoce, un traitement correctement sélectionné, il reste possible de prolonger la vie du patient de cinq ans et plus. Le manque de traitement en temps opportun, l'aide du personnel médical garantit une durée ne dépassant pas 3 à 5 ans, seulement 15% du nombre de cas. En termes de pourcentage, plus de 90% survivront plus de cinq ans après avoir subi des opérations, environ dix - 80%, quinze - 75%.

Selon les étapes, les prévisions ressemblent à ceci:

  • 1 °, lorsque la lésion est petite, jusqu'à 95% survivent;
  • 2e, le seul foyer, a doublé - 80%;
  • 3e et 4e, forte croissance tumorale; métastases multiples d'organes voisins et éloignés; dommages aux ganglions lymphatiques - respectivement 30 et 10%.

Il est nécessaire de donner du sang pour un test d'une veine le matin. Les résultats du test sont généralement prêts le lendemain, ils sont transmis au médecin traitant.

est une étude objective de la structure des éléments cellulaires dans une préparation cytologique, afin de diagnostiquer la présence et la nature de lésions tumorales et / ou non tumorales du sein.

• ponctions diagnostiques (formations en forme de tumeur de la glande mammaire, phoques dans la zone de la cicatrice après des manipulations chirurgicales, ganglions lymphatiques régionaux); • empreintes et grattages obtenus à partir de la surface érodée du mamelon de la glande mammaire; • empreintes de la surface des incisions et du matériel cellulaire obtenu lors de la biopsie exfoliative.

Le critère généralement accepté pour la fiabilité d'un IC est le résultat de la comparaison de ses données et des données d'un examen histologique planifié. Ce dernier doit être considéré comme fondamental.

La prolifération sévère des éléments cellulaires est une source typique d'erreurs de surdiagnostic dans les conditions de cancer du sein suspecté..

Les changements morphologiques des canaux et des lobules de la glande mammaire, qui accompagnent son fibroadénome et son adénose proliférante, sont caractéristiques à cet égard..

Des difficultés supplémentaires pour établir un diagnostic adéquat (à l'exclusion de la présence d'une maladie tumorale) sur la base de l'AQ peuvent dans ce cas être dues à l'élargissement des noyaux cellulaires.

Il ne fait aucun doute que le portage de mutations dans certains gènes est associé à un risque accru de cancer du sein. Dans le même temps, la signification pronostique d'un certain nombre de troubles génomiques nécessite une clarification dans cette pathologie (un groupe de gènes candidats). Les vues correspondantes sont résumées dans le tableau. 3.

Tableau 3. Gènes et gènes candidats associés au cancer du sein.

La relation étroite de nombreux gènes cellulaires dans la régulation de la prolifération, de la différenciation et de l'apoptose explique le rôle de leur surexpression dans la carcinogenèse du cancer du sein. Le complexe de gènes correspondant comprend: BCL2, D94, Cathepsin D, CCNE, CD63, Claudin-7, CRABP2, CTSD, GATA3, GZMH, hTERT, IGF1R, Ki-67, Lactoferrin, Lipocalin2, MDM2, MUS1, MYBL2, Neurosin, PAI1, PAI2, POH1, PS2, Rantes, SIX1, SMARCD2, STMY3, VEGF (24).

Une attention considérable des mammologues est maintenant attirée sur l'enzyme télomérase. La fonction principale des télomérases est d'empêcher le raccourcissement des télomères (les extrémités des chromosomes) lors de la division cellulaire. Ainsi, il est possible de prévoir une réserve illimitée de prolifération de ces derniers.

L'activité télomérase est présente exclusivement dans les cellules germinales, les lignées cellulaires permanentes et les tumeurs, par opposition aux cellules intactes.

Il a été trouvé que pour de nombreux types de tumeurs, en particulier pour les carcinomes mal différenciés, la présence de télomérase active est corrélée à un mauvais pronostic..

Le gène CHEK2, qui est un suppresseur de tumeur, est situé sur le chromosome 22. La mutation 1100 delC du gène CHEK2, conduisant à la synthèse d'une protéine tronquée défectueuse à expression réduite, survient dans les pays européens avec une fréquence de 0,2% à 1,4% et détermine une augmentation de 2 à 10 fois du risque de cancer du sein.

Cette mutation est également associée à un risque accru de tumeurs sur d'autres sites (ovaire, prostate, côlon, estomac) et peut survenir dans les «familles cancéreuses» sans défauts génétiques BRCA1 et BRCA2.

À Saint-Pétersbourg et dans la région de Leningrad, la mutation considérée est retrouvée chez 2/294 (0,7%) patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire et chez 1/448 (0,2%) de femmes en bonne santé..

Ainsi, contrairement aux mutations des gènes BRCA1 et BRCA2, ce variant allélique est spécifiquement associé au cancer du sein (14/660; 2,1%; p lt; 0,01), mais pas avec un cancer de l'ovaire (2/294; 0,7%; p lt; 0,1).

Le fait de la relation entre les caractéristiques du métabolisme des œstrogènes et le risque de tumeurs hormono-dépendantes, y compris le cancer du sein, est considéré comme bien établi..

L'étude des mécanismes moléculaires du fonctionnement des récepteurs des œstrogènes a conduit à une compréhension du système extrêmement complexe d'interactions au sein de la cellule tumorale de diverses voies de signalisation..

Ce dernier peut être réalisé non seulement par les œstrogènes, mais aussi par les récepteurs de la tyrosine kinase au facteur de croissance épidermique (EGFR), dont la famille est représentée par quatre récepteurs: EGFR (HER1, ErbB1), HER2 (ErbB2, HER-2 / neu), HER3 (ErbB3) et HER4 (ErbB4).

Ces récepteurs sont impliqués dans la mise en œuvre de voies de signalisation par lesquelles les mécanismes de croissance et de prolifération cellulaire sont déclenchés.

Les membres clés de la famille des récepteurs épidermiques de l'EGFR dans le cancer du sein sont l'EGFR (HER1 / ErbB1) et HER2 (ErbB2). La surexpression du récepteur EGFR / HER1 survient dans 27 à 30% des cas de cancer du sein, et la surexpression du récepteur HER2 est caractéristique de 20 à 25% de ces patientes et est associée à un phénotype tumoral agressif.

L'interaction des récepteurs des œstrogènes avec les récepteurs EGFR (HER1) et en particulier, HER2 (ErbB2) - le soi-disant crossta LK, sont considérés comme la cause du développement de la résistance des cellules tumorales à la thérapie endocrinienne, et sont également un facteur important dans la prédiction de l'issue du cancer du sein.

Causes d'une tumeur maligne

La valeur accrue des marqueurs tumoraux n'est pas toujours un indicateur précis du développement d'une tumeur maligne dans le corps. Il existe un certain nombre de maladies qui peuvent fausser les résultats des analyses pour le marqueur tumoral du cancer du sein CA 15 3 et d'autres:

  • le dernier trimestre de la grossesse;
  • cirrhose du foie;
  • Hépatite chronique;
  • le lupus érythémateux disséminé;
  • tuberculose;
  • la sarcoïdose;
  • tumeurs malignes et bénignes d'autres organes et tissus.

La glande mammaire est un organe composé de tissu adipeux et conjonctif. En outre, les flux lymphatiques le traversent et se jettent dans les ganglions lymphatiques. Avec l'écoulement de la lymphe, les cellules cancéreuses peuvent facilement se propager dans tout le corps..

Une tumeur maligne du sein survient le plus souvent chez la femme. Les hommes peuvent également être diagnostiqués avec cette maladie, mais beaucoup moins souvent..

Tout d'abord, les femmes ayant des antécédents chargés sont à risque. De plus, plus les liens familiaux sont étroits, plus la probabilité d'une maladie est grande. Les femmes les plus à risque après la ménopause.

Les changements des niveaux hormonaux peuvent provoquer le développement et la croissance d'une tumeur maligne. Selon les statistiques, 70% des cas de cancer du sein sont diagnostiqués après l'âge de 45 ans. En outre, le développement de la maladie au cours de cette période peut être associé à la prise de médicaments hormonaux pour soulager la ménopause, notamment les œstrogènes et la progestérone..

On pense que plus une femme a mis au monde d'enfants, plus le risque de cancer du système reproducteur féminin est faible. Et l'allaitement à long terme est une excellente prévention des maladies. Cependant, récemment, cette version a fait l'objet de sérieuses critiques..

La consommation régulière d'alcool, surtout en grande quantité, augmente considérablement le risque de développer des cellules cancéreuses. Et non seulement la glande mammaire, mais aussi le pharynx, l'œsophage et d'autres organes du système digestif.

Il est très important de surveiller le poids corporel pour la prévention du cancer. Les réserves de graisse en excès sont capables de convertir certaines autres hormones en œstrogènes, dont un excès est lourd de cancer. Ainsi, l'activité physique et une bonne nutrition sont un excellent agent protecteur..

Les marqueurs tumoraux sont des protéines spéciales qui signalent un cancer possible. Ces substances sont libérées par des tumeurs malignes ou par l'organisme en réponse à l'apparition de cette tumeur..

Les marqueurs tumoraux ne sont pas une preuve à 100% du cancer, mais ils peuvent fournir une orientation pour des tests supplémentaires..