Principal
Angiome

Cavernome du cerveau. Qu'Est-ce que c'est

Contenu:

Épidémiologie (combien de personnes sont malades)

Les véritables statistiques sur l'incidence des cavernomes cérébraux n'existent pas; on pense que cela représente environ 0,5% de la population totale de la planète. De nombreuses personnes peuvent vivre la vie sans faire face à la manifestation d'un cavernome (une manifestation de cette maladie).

Clinique, génétique, anatomie pathologique de la maladie

Le plus souvent, les cavernomes cérébraux se trouvent dans le gros cerveau, au-dessus du tentorium du cervelet (supratentoriel). Ce sont des cavités - des cavités de structure similaire aux vaisseaux veineux remplis de sang. Cependant, ils n'ont pas d'approvisionnement en sang direct convaincant - c.-à-d. avec l'angiographie, les vaisseaux d'alimentation ne sont pas détectés. Les cavernomes se manifestent par une hémorragie, bien que, comme je l'ai déjà noté, ils ne disposent pas d'un approvisionnement en sang fiable ou de crises d'épilepsie, dont la nature peut être très différente (jusqu'à des épisodes de désérialisation, fugues, transes, comme dans le cas de ce patient).
Le plus souvent, les cavernomes sont uniques, mais ils sont également multiples et surviennent généralement dans le cadre d'une maladie génétique héréditaire. De tels hémangiomes ne peuvent pas être enlevés chirurgicalement ouvertement..
Une place particulière est occupée par les cavernomes du tronc cérébral et peut entraîner des conséquences très graves sur la santé en cas de rupture avec une hémorragie. Il existe également des cavernomes spinaux..

Traitement du cavernome cérébral

Il n'y a pas de tactique unifiée pour traiter le cerveau caverneux. On pense que les cavernomes, se manifestant par des crises d'épilepsie ou des hémorragies et situés dans la zone d'atteinte, sont soumis à une ablation chirurgicale. Les cavernomes du tronc cérébral sont également opérés par certains neurochirurgiens, mais cette opération nécessite un soutien matériel sérieux, un contrôle neurophysiologique, un grand courage chirurgical et des compétences..

La question de la radiochirurgie (couteau gamma) dans le traitement des caries reste ouverte et il n'y a aucune preuve de l'efficacité de cette méthode.

Un exemple d'ablation du cavernome antérieur du lobe temporal droit du cerveau

Patient de sexe masculin, né en 1989, appliqué à l'hôpital clinique primaire, inquiet des crises convulsives complexes.

L'IRM du cerveau a révélé un petit cavernome du lobe temporal droit du cerveau jusqu'à 1,5-2 cm de diamètre.

Opération pour enlever le cavernome cérébral

Craniotomie ptérionale droite. Dissection de la fissure latérale du cerveau. Dans la partie médiale antérieure, vers le bas à partir de la veine sylvienne à sang plein, coupes de la corticotomie. La plaque d'hémosidérine - jaunissement - est un signe certain de la trajectoire d'accès correcte. Cavernome séparé du cerveau et totalement éliminé.

Opération pour enlever le cavernome antérieur du lobe temporal droit du cerveau

Sur l'IRM de contrôle du cerveau avec contraste le lendemain de l'opération, le cavernome a été retiré, un hématome épidural mineur du pôle du lobe temporal - dans la projection de la résection de l'aile basilaire - sans manifestations cliniques.

Rejeté à la maison le 10e jour.

L'auteur de l'article: neurochirurgien Vorobyov Anton Viktorovich Cadre autour du texte

Pourquoi nous choisir:

  • nous proposerons la méthode de traitement la plus optimale;
  • nous avons une vaste expérience dans le traitement des principales maladies neurochirurgicales;
  • nous avons un personnel poli et attentionné;
  • obtenez des conseils d'experts sur votre problème.

Cavernome cérébral

Malformations et cavernomes - quelle est la différence?

Causes de cavernome

Environ une personne sur 200 a un cavernome. Beaucoup sont présents à la naissance et certains se développent plus tard dans la vie, généralement avec d'autres anomalies endovasculaires telles que des malformations veineuses. La plupart des patients n'ont pas d'antécédents familiaux de cavernome. Si une personne a plus d'un cavernome, les médecins peuvent soupçonner une composante génétique de la maladie..

Si vous avez une forme héréditaire de cavernome, chacun de vos enfants a 50% de chances d'hériter de cette pathologie. Les médecins connaissent la mutation génétique qui cause cette maladie. Nous pouvons également fournir des conseils génétiques pour évaluer le risque de cavernome chez vos enfants..

Symptômes

Les médecins diagnostiquent une caverneuse après une crise, une perte de la fonction neurologique ou une découverte surprenante lorsque nous effectuons une IRM / CT pour une autre raison. Les cavernomes peuvent ne présenter aucun symptôme, mais environ une personne sur trois atteinte d'angiome caverneux finit par développer des symptômes neurologiques, souvent entre 20 et 40 ans..

Le type, la fréquence et la gravité des symptômes dépendent souvent de l'emplacement du cavernome. Les symptômes typiques comprennent:

  • Mal de crâne
  • Crise d'épilepsie
  • Perte neurologique telle que
  • Échec des membres
  • Problèmes de vision ou d'équilibre
  • Problèmes de mémoire et d'attention
  • Hémorragie cérébrale, qui peut être petite mais parfois massive, entraînant des symptômes semblables à ceux d'un AVC
  • Lésion de la moelle épinière

Options de traitement de la caverne

Microchirurgie du cavernome chez les enfants et les adultes

Les dernières technologies pour le traitement des cavernomes

Pendant l'opération, l'équipement chirurgical le plus moderne au monde est utilisé - un aspirateur à ultrasons et une technologie de navigation GPS. Ces innovations et d'autres aident les chirurgiens de la clinique Schneider à obtenir des résultats optimaux et une efficacité opérationnelle élevée..

Certaines opérations d'élimination des caries sont effectuées selon la méthode endoscopique. Cette méthode est moins traumatisante, elle réduit considérablement la durée du séjour du patient à l'hôpital.

Les autres traitements proposés en Israël pour le cavernome afin de réduire le risque de saignement comprennent:

  • radiochirurgie stéréotaxique - où une seule dose concentrée de rayonnement est dirigée directement vers la cavité caverneuse, ce qui entraîne son épaississement et sa cicatrisation
Dans la plupart des cas, la neurochirurgie est préférable à la radiochirurgie stéréotaxique car l'efficacité de la radiochirurgie dans la prévention des saignements est inconnue.

La radiochirurgie stéréotaxique n'est généralement envisagée que si la position du cavernome rend la neurochirurgie trop difficile ou dangereuse.

Les risques d'un traitement invasif comprennent les accidents vasculaires cérébraux et la mort, bien que les risques exacts dépendent de l'emplacement du cavernome. Vous devez discuter à l'avance des risques possibles du traitement avec votre médecin..

La plupart des patients quittent l'hôpital dans les deux jours suivant la procédure. Si vous ressentez une perte neurologique due à un cavernome, nous pouvons vous recommander une rééducation postopératoire..

Cavernome du cerveau après la chirurgie

Les maladies oncologiques ne sont plus rares aujourd'hui. Le nombre de patients avec oncologues augmentera chaque année. Une tumeur peut survenir dans n'importe quel organe, alors qu'elle est asymptomatique pendant une longue période. Chacun de nous, bien sûr, a rencontré un mal de tête, mais combien de fois attribuons-nous son apparition à la fatigue, à l'hypertension artérielle ou à des symptômes d'ostéochondrose. Ou peut-être qu'il est temps de se faire examiner et de découvrir la vraie raison? Après tout, les tumeurs sont non seulement malignes, mais également bénignes. Qu'est-ce qu'un cavernome cérébral, quelles sont ses causes et ses méthodes de traitement, nous examinerons plus en détail.

Qu'est-ce qu'un cavernome

Cavernoma a un autre nom - angiome caverneux du cerveau. Cette tumeur n'est pas associée au flux sanguin général et n'a pas de lien clair, organique et fonctionnel avec elle..

Extérieurement, le cavernome a une surface tubéreuse avec une teinte bleuâtre. Il a des contours nets, le plus souvent arrondis, et délimités des tissus voisins. De plus, il y a des changements importants dans les tissus adjacents. Une couleur jaunâtre sera la moelle qui entoure la cavité, c'est un signe qu'il y a eu des hémorragies.

Où se trouve le cavernome??

Localisation du néoplasme

Un angeome caverneux du cerveau peut être trouvé dans n'importe quelle partie de celui-ci. On distingue les endroits suivants de sa localisation:

  • Écorce des hémisphères cérébraux - le plus souvent.
  • Thalamus.
  • corps calleux.
  • Ventricules cérébraux.
  • Tronc cérébral.

Causes des cavernomes

Le plus souvent, un cavernome cérébral est une formation congénitale. La tumeur bénigne est douce et élastique lorsqu'elle est pressée. Lorsqu'il est pressé, il disparaît, mais reprend sa forme d'origine, il peut saigner, ce qui provoquera par la suite une infection.

La raison de l'apparition au cours du développement intra-utérin est une violation de la transformation structurelle et fonctionnelle des cellules tissulaires. La connexion des veines avec les artères au stade initial du développement intra-utérin donne lieu à cette maladie.

La cause peut être une lésion des tissus mous, qui déclenchera la formation d'un néoplasme vasculaire..

On pense également que la formation d'un cavernome peut être facilitée par:

  • Pathologies infectieuses lors du portage d'un bébé.
  • Facteurs immuno-inflammatoires.
  • Exposition aux radiations.

Comment reconnaître une maladie? Quels symptômes sont typiques pour lui?

Symptômes de l'angiome caverneux cérébral

En règle générale, une maladie telle qu'un cavernome cérébral est asymptomatique. Le patient ne s'inquiète de rien, il n'y a aucun symptôme suspect. Un néoplasme est souvent détecté lors d'un examen de routine. Mais bien sûr, les symptômes dépendent en grande partie de la localisation du cavernome et de sa taille. On remarque que les manifestations sont prononcées chez les patients présentant un cavernome dans le tronc cérébral, dans le lobe temporal gauche ou droit, dans le lobe frontal.

Le tableau clinique de la maladie s'accompagne des symptômes suivants:

  • Maux de tête permanents.
  • Syndrome épileptique.
  • Des convulsions apparaissent.
  • Vomissement.
  • La sensibilité est altérée.
  • L'acuité auditive est perdue.
  • Paralysie.

Si le mal de tête s'aggrave, il existe une possibilité de rupture de la paroi du cavernome. Le risque d'hémorragie est trop élevé. Chez ces patients, il est de 4 à 23%, et si le patient souffre à nouveau d'une hémorragie, dans 30% des cas, cela provoque une invalidité.

Les conséquences de la pathologie

Le cavernome cérébral entraîne des conséquences principalement associées à des troubles neurologiques. Et aussi ce sont des lésions focales du cerveau. La tumeur comprime la substance du cerveau et les symptômes indiqués ci-dessus commencent à se développer. Après l'hémorragie, la moelle est imprégnée d'hémosidérine et d'autres produits métaboliques. En conséquence, certaines fonctions sont désactivées. Ainsi, si le cavernome est situé dans le lobe frontal, les signes suivants peuvent se développer:

  • Le patient perd ses compétences pratiques.
  • Ne peut pas s'évaluer de manière critique et évaluer les autres.

Si le lobe temporal gauche ou droit est endommagé et que le lobe est dominant, à savoir chez les droitiers - à gauche, chez les gauchers - à droite, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • Perte de champs visuels.
  • Déficience auditive.
  • La capacité de prononcer des mots est altérée.

Si la lésion n'est pas dans la région dominante du lobe temporal, les troubles suivants sont caractéristiques:

  • Hallucinations auditives.

Dans tous les cas, si la lésion est localisée dans la région temporale, le développement de troubles mentaux est caractéristique.

En outre, avec la détection tardive de la pathologie dans le cavernome, un processus inflammatoire ou des changements dystrophiques commencent et les conséquences suivantes sont possibles:

  • Hémorragie.
  • Accident vasculaire cérébral.
  • Rupture vasculaire et perturbation locale du flux sanguin.
  • Augmentation des accumulations vasculaires et des cavités.
  • Issue fatale.

Diagnostic du cavernome

Les patients ne soupçonnent parfois même pas qu'ils ont un cavernome cérébral. Ce que c'est, ils ne le découvrent qu'après sa découverte, tout en s'étonnant que tout au long de son existence, cela ne leur ait pas causé de gêne. Une fois le diagnostic posé, il est nécessaire d'observer régulièrement le médecin et de surveiller son développement..

Un cavernome du cerveau est diagnostiqué à la suite des études suivantes:

  • Tomodensitométrie.
  • Imagerie par résonance magnétique.
  • Angiographie.
  • EEG. Le prix de ce service dépend, bien sûr, de la clinique ou de la ville dans laquelle le patient subira la procédure, mais si nous parlons de valeurs moyennes, il est tout à fait possible de rester à moins de 1500 roubles. Mais c'est la méthode la plus optimale pour déterminer la présence de crises d'épilepsie..

Lors de la préparation du patient au traitement radiochirurgical, la tractographie est utilisée pour calculer la dose de rayonnement requise..

Contre-indications pour le cavernome

Je voudrais noter qu'une maladie telle qu'un cavernome cérébral ne permet pas la thérapie avec des remèdes populaires et l'automédication. Étant donné que cela augmente considérablement le risque d'hémorragie ou de rupture des vaisseaux sanguins.

Il est également interdit d'influencer la tumeur avec des procédures physiothérapeutiques, des massages, etc., c'est-à-dire appliquer toutes les méthodes qui stimulent la circulation sanguine..

Il est recommandé de faire régulièrement une IRM et une EEG pour surveiller le cavernome. Le prix de ces services peut en montrer assez élevé, mais néanmoins cela ne vaut pas la peine une fois de plus, nous l'espérons, de rappeler que, à son tour, la santé n'a absolument pas de prix..

À propos du traitement

Cavernoma ne répond pas au traitement médicamenteux. Une intervention chirurgicale est nécessaire. Il est souhaitable d'enlever la tumeur. Cependant, cela n'est pas toujours possible en raison de son emplacement. En outre, le patient peut être contre si le cavernome ne l'interfère pas. Dans ce cas, l'opération n'est pas nécessaire, mais des risques subsistent. Le patient doit toujours rester sous la surveillance d'un neurologue.

Si le patient a des crises d'épilepsie, un traitement avec des anticonvulsivants est effectué. Cependant, à l'avenir, il est recommandé à ces patients de se débarrasser rapidement du néoplasme..

Les cavernomes, qui sont situés dans les couches profondes du cerveau et ne peuvent pas être enlevés chirurgicalement, sont très dangereux. Institut de recherche scientifique en neurochirurgie nommé d'après V.I. Burdenko.

Il y a souvent des situations où les médecins recommandent de retirer la tumeur en utilisant diverses méthodes..

Quand une intervention chirurgicale est nécessaire

Les médecins insistent pour retirer le cavernome si:

  • La tumeur provoque des crises d'épilepsie, des convulsions.
  • Situé à proximité des zones vitales.
  • Le cavernome entraîne des troubles neurologiques et des hémorragies répétées.
  • La tumeur est volumineuse et est située dans une zone fonctionnellement significative.

Dans ce cas, le médecin doit prendre en compte:

  • Âge du patient.
  • La forme et la taille de la tumeur.
  • L'évolution de la maladie et les maladies associées.
  • Combien de temps dure l'hémorragie?.

Si la tumeur ne peut pas être enlevée par chirurgie, il existe d'autres méthodes modernes d'élimination..

Techniques d'élimination des cavernomes

Considérez quelles autres méthodes d'extraction d'un cavernome cérébral, en plus de la chirurgie traditionnelle, existent:

  • Radiochirurgie. Couteau Gamma. Appliqué aux tumeurs difficiles à atteindre. Il n'y a aucun risque d'hémorragie. La tumeur est complètement éliminée.
  • Thérapie au laser. Il est utilisé pour éliminer les cavités de surface. Risque minimal de saignement et de cicatrices.
  • Cryothérapie. Appliquer de l'azote liquide sur les néoplasmes superficiels.

Toutes ces techniques sont utilisées lors du retrait d'un cavernome au N.N. Burdenko. Pour l'application d'une méthode particulière dans chaque cas individuel, une décision est prise en conseil médical après un examen approfondi du patient.

Récupération après la chirurgie

Les procédures de réadaptation devraient commencer le plus tôt possible afin d'exclure le handicap humain. Certaines fonctions ne peuvent pas être restaurées.

La récupération après une chirurgie doit être effectuée par des professionnels expérimentés. Vous aurez besoin de conseils et d'aide:

  • Chirurgien.
  • Psychologue.
  • Médecin en thérapie par l'exercice.
  • Physiothérapeute.
  • Orthophoniste.
  • Chimiothérapeute.
  • Instructeur de thérapie par l'exercice.
  • Préposés juniors.

En période postopératoire, il est impératif de faire une IRM, puis de la répéter après 4-6 mois. Cela aidera à garantir que la CAA est complètement supprimée..

Plus le processus de rééducation est amélioré et productif, plus les fonctions perdues seront rapidement restaurées. Chaque patient a besoin d'un programme de rééducation individuel. Au stade initial, tous les cours se déroulent en mode passif, et s'il n'y a pas de complications, le programme peut être étendu.

Pronostic du patient

Les médecins notent que l'ablation du cavernome avec sa progression dans les six mois a un meilleur pronostic. Dans 70% des cas, les hémorragies s'arrêtent, chez 55% des patients atteints d'un syndrome épileptique, les crises disparaissent ou disparaissent complètement.

Si le syndrome épileptique s'est développé à la suite d'un cavernome pendant une période plus longue, l'efficacité du traitement diminue.

Pour retirer un cavernome, une méthode de traitement radiochirurgicale est le plus souvent utilisée à ce stade. L'essentiel est de ne pas perdre de temps, alors la possibilité de restaurer les fonctions perdues et de réduire le risque d'hémorragie augmente.

a) Radiochirurgie stéréotaxique du cavernome cérébral. L'utilisation de la radiochirurgie pour le traitement des patients atteints de cavernomes est controversée. Compte tenu du risque chirurgical élevé chez les patients atteints de cavernomes profonds, par analogie avec le traitement radiochirurgical réussi des malformations artérioveineuses, une radiochirurgie a été proposée..

L'objectif premier du traitement radiochirurgical doit être de réduire significativement le risque d'hémorragie, surtout après une période de latence de deux ans. Ce terme est tiré de l'expérience du traitement radiochirurgical de la malformation artérioveineuse (ABM). Cependant, contrairement à la malformation artério-veineuse (ABM), l'IRM ou l'angiographie ne peuvent pas être utilisées pour évaluer le risque d'hémorragie et le délai spécifique pour l'évaluation définitive des résultats du traitement est inconnu..

En particulier, le traitement avec un couteau gamma peut entraîner des complications neurologiques causées par une nécrose radiologique ou une hémorragie après le traitement, et même des décès ont été signalés. Contrairement aux résultats optimistes de plusieurs études suggérant que la radiochirurgie stéréotaxique pour les petites cavernes profondément localisées peut être supérieure à la résection microchirurgicale, des publications récentes ont clairement montré que la radiochirurgie stéréotaxique semble être insuffisante pour prévenir l'hémorragie du cavernome..

b) Préparation préopératoire, indications pour la chirurgie. La division des malformations caverneuses en lésions supratentorielles (ainsi que cervelet) et du tronc cérébral est utile dans la pratique clinique quotidienne, car il existe des différences significatives dans le tableau clinique de ces sous-groupes..

Les indications de la chirurgie des cavités supratentorielles (et cérébelleuses) chez les jeunes patients présentant des symptômes légers ou modérés peuvent être discutables. Cependant, en raison du risque cumulé d'hémorragie ou d'une augmentation du déficit neurologique au fil du temps, une approche individuelle est nécessaire. Plus problématique est la défaite des zones corticales et sous-corticales, des zones fonctionnellement importantes, telles que les noyaux gris centraux et le thalamus, ou localisées dans le troisième ventricule, le corps calleux et le gyrus cingulaire, paraventriculairement, ainsi que profondément dans le lobe temporal. Cependant, des publications récentes ont montré que les lésions dans tous ces endroits peuvent également être enlevées en toute sécurité et avec des résultats acceptables..

Les cavernomes du tronc cérébral représentent 9 à 35% de tous les cavernomes. Ce sous-groupe présente un intérêt particulier. L'hémorragie de ces cavités se produit 30 fois plus souvent que dans toute autre localisation. En raison de leur localisation, l'hémorragie est susceptible d'entraîner de graves déficits neurologiques. Les cavernomes du tronc cérébral sont difficiles car ils sont beaucoup plus difficiles à éliminer que dans d'autres endroits.

c) Conditions et objectifs de la chirurgie du cavernome cérébral. Pour le moment de l'opération, les facteurs suivants jouent un rôle important: la présence ou l'absence d'hémorragie, la présence ou l'absence de crises épileptiques réfractaires, l'effet de masse de l'hémorragie et l'état clinique du patient. En raison de la grande variabilité de ces facteurs, il n'y a pas de recommandations uniformes et chaque cas clinique nécessite une approche individuelle..
Les objectifs de l'opération sont indiqués ci-dessous.

Objectifs chirurgicaux:
1) Prévenir la ré-hémorragie, ce qui implique l'élimination complète du foyer pathologique
2) Minimiser les dommages au parenchyme normal environnant, ce qui implique le développement d'approches spéciales et individuelles pour chaque patient
3) Préserver les anomalies veineuses concomitantes (ce qui est fréquent et peut être diagnostiqué par IRM et angiographie).

d) Planification de la neuronavigation. La méthode chirurgicale comprend une planification préopératoire précise de l'approche chirurgicale basée sur la neuroimagerie, ainsi que l'utilisation de méthodes techniques telles que la neuronavigation et des méthodes électrophysiologiques (voir ci-dessous). Une planification précise, une orientation peropératoire, la localisation des repères anatomiques et la préservation des structures vitales sont des questions importantes dans la chirurgie des malformations caverneuses cérébrales. Les systèmes de navigation peuvent aider à l'élimination des cavités cérébrales.

La neuronavigation contribue à la détermination du vecteur idéal d'approche, le choix optimal de la craniotomie, qui minimise par la suite le traumatisme du cortex, aide à comprendre l'anatomie et conduit à une augmentation de la sécurité de l'opération..

La neuronavigation fournit des informations vraiment utiles au chirurgien pour l'orientation préopératoire en anatomie, la planification et la modélisation de l'approche chirurgicale, la navigation peropératoire, la préservation des structures neurovasculaires vitales et l'évaluation des limites d'une éventuelle résection.

L'échographie peropératoire peut servir d'alternative ou de complément à la neuronavigation standard. En outre, les études CT ou MPT peropératoires sont actuellement utilisées activement. Les caractéristiques de l'échographie sont la flexibilité et la facilité d'utilisation. Cependant, une image échographique peropératoire a généralement un signal faible. Son utilisation, notamment en conjonction avec un système de neuronavigation, peut être particulièrement utile pour l'accès à travers un sulcus. Néanmoins, même avec des équipements modernes et haute résolution, la résolution spatiale de cette méthode n'est pas supérieure à celle de l'IRM.

e) Approches chirurgicales du cavernome cérébral. L'approche chirurgicale nécessaire pour retirer le cavernome est essentielle pour le succès de toute l'opération. La plupart des auteurs préfèrent l'approche chirurgicale en fonction de la relation entre le cavernome et la pie-mère ou la surface épendymaire du cerveau. Pour la majorité des cavernomes supratentoriels, une simple craniotomie est utilisée, ce qui devrait permettre une visualisation suffisante des manipulations microchirurgicales. Pour les lésions profondes, les approches standard telles que ptérionale, médiane sous-occipitale, rétromastoïdale ou sous-temporale ne sont pas toujours suffisantes. Des approches spécialement conçues peuvent offrir un certain nombre d'avantages, en particulier pour les cavernomes complexes et profondément localisés. Par exemple, l'approche sous-occipitale médiane est l'une des plus couramment utilisées pour accéder aux cavernomes du tronc cérébral..

Bien que l'approche inter-amygdale avec préservation de l'intégrité anatomique du vermis cérébelleux soit favorisée par la plupart des neurochirurgiens, beaucoup utilisent encore la dissection du vermis pour pénétrer dans la cavité du quatrième ventricule. Cependant, la section de la partie inférieure du ver peut perturber gravement la marche, il est donc conseillé d'utiliser une approche intertonillaire, qui offre une vue suffisante du fond du quatrième ventricule dans tous les cas. Pour les lésions situées ventro-latéralement dans le pont ou le mésencéphale, un accès transtentoriel sous-temporal avec préservation du nerf de bloc sera souvent adéquat.

f) Surveillance électrophysiologique peropératoire. La neuromonitoring peropératoire est devenue plus importante en particulier pour les cavernes profondément localisées (dans le tronc cérébral et les noyaux gris centraux).

Dans ces cas, la surveillance des potentiels évoqués moteurs (MEP), la surveillance continue des potentiels évoqués somatosensoriels (SSEP) et les potentiels évoqués auditifs (EVP) sont généralement utilisées. Les changements critiques de SSEP sont définis comme une diminution d'amplitude de plus de 50% ou un retard de conduction de plus de 10%, ou une augmentation du temps de conduction centrale de plus de 1,0 ms. De plus, une diminution de l'amplitude des ondes de SVP III, IV ou V de plus de 50% et / ou une augmentation du retard du cinquième pic avec une différence de retard crête à crête (P5-P1) de plus de 1 ms a été considérée comme critique..

De plus, pour déterminer le sulcus central lors de la chirurgie des cavernes situées dans le gyri pré et post-central, la méthode peut être utilisée par inversion de phase.

g) Technique de dissection du cavernome cérébral. Avec une localisation précise et une incision corticale optimale, la technique de dissection peut affecter de manière significative le résultat de l'opération. La détermination des dépôts d'hémosidérine à la surface du cerveau peut aider le chirurgien à faire une incision précise du cortex; cependant, dans les lésions sous-corticales ou profondes, la surface du cerveau peut ne pas être altérée. Dans ces cas, pour décider où disséquer le cortex cérébral et où il est possible d'ouvrir les sillons pour accéder à la lésion, nous utilisons la neuronavigation, l'échographie (en combinaison avec les données de contrôle électrophysiologique).

Après avoir déterminé la localisation du cavernome, une séparation stricte entre la lésion et le parenchyme sain est obligatoire. À l'aide de la coagulation bipolaire et de microsciseaux, les minuscules vaisseaux d'alimentation et de drainage sont désactivés. Un grossissement puissant et une fine pince bipolaire à faible ampérage (pour limiter la propagation du courant dans les tissus sains) sont nécessaires, en particulier dans les cavernomes profonds. Les malformations veineuses associées doivent être préservées. Les petits cavernomes peuvent généralement être réduits en volume et éliminés en un seul bloc. Après le retrait du cavernome, un examen de la cavité résiduelle est obligatoire pour exclure les restes de la lésion. L'utilisation de lasers pour les cavernomes du tronc cérébral, comme décrit il y a plus de dix ans, n'a pas reçu une acceptation universelle..

Voici trois principes qui ont reçu une acceptation générale en chirurgie caverneuse.

Recommandations pour le traitement chirurgical:
1) Ablation complète de la lésion.
2) éviter d'endommager les malformations veineuses associées.
3) Laisser les zones d'hémosidérine et de gliose environnantes intactes dans les cavernomes du tronc cérébral et retirer cette couche en cas d'épilepsie sous-corticale.

h) Résultats postopératoires, complications, invalidité et mortalité. La détermination des résultats du traitement chirurgical des caries est une question complexe. Malgré les objectifs clairs de l'opération évoqués ci-dessus, il n'existe pas de technique permettant de guérir complètement les malformations caverneuses, qui peuvent même réapparaître après un retrait complet. Même les méthodes d'IRM haute résolution ne peuvent pas prouver à 100% l'élimination totale de la lésion et, par conséquent, éliminer le risque d'hémorragie. De plus, la chirurgie elle-même peut provoquer divers effets secondaires qui peuvent persister ou disparaître progressivement. L'état après la chirurgie peut être le même qu'avant, avec une amélioration voire une aggravation des symptômes neurologiques.

Certains patients dans les années 1980 (lorsque les chirurgiens du monde entier avaient peu d'expérience avec les cavernomes) souffraient de complications graves, mais les résultats se sont considérablement améliorés avec le temps. Récemment, même avec des lésions profondes (tronc cérébral ou noyaux gris centraux), les résultats sont généralement excellents, avec des complications chirurgicales minimes ou pratiquement nulles. Les cas de détérioration sont généralement associés à un œdème des zones critiques (tronc cérébral), au parenchyme et comprennent divers degrés d'ophtalmoplégie internucléaire, une aggravation de l'hémiparésie, des lésions du nerf facial ou abducens, une paralysie du regard, un engourdissement du visage et / ou des membres, une dysphagie, une dysarthrie, une ataxie de la marche et etc. Dans la plupart des cas, le dysfonctionnement neurologique disparaît complètement dans les six premiers mois suivant la chirurgie.

Imagerie et neuronavigation pré et postopératoires.
En haut à gauche: patient de 41 ans souffrant de céphalées sévères, IRM axiale (pondérée T2) montrant la tête caverneuse du noyau caudé.
En bas à gauche: image postopératoire axiale pondérée T2 montrant une ablation complète.
Le reste des tomogrammes: images peropératoires du système de neuronavigation, montrant l'apex de l'index au moment de l'identification du cavernome.
Neuronographie et sa contribution à la neuronavigation.
En haut à gauche: patient de 32 ans avec de fréquentes crises d'épilepsie réfractaires à la pharmacothérapie, IRM écho-gradient montrant la cavité sous-corticale frontale gauche.
Illustrations restantes (même patient): images peropératoires du système de neuronavigation avec échographie guidée par imagerie intégrée, pointant vers la rainure au site de planification d'accès, (rangée de gauche: vues axiales, coronaires, sagittales).
La flèche noire indique le sillon d'accès prévu. Côté droit de l'image: échographie (partie inférieure) avec visualisation claire de la rainure.
De plus, l'IRM correspond au même plan que celui vu au centre de l'image échographique. La partie supérieure du côté droit montre la fusion des deux images précédemment décrites.
Pour une meilleure compréhension des images échographiques combinées, la partie est surlignée en vert, permettant au chirurgien de mieux comprendre quelle méthode (CT ou US) chaque partie de l'image a été obtenue.
La flèche blanche à l'intérieur de l'image correspond à l'accès au cavernome. De plus, cette image montre un changement dans le cerveau, alors que le cavernome n'est pas encore visible sur les coupes IRM (centre du côté droit de l'image), comme prévu, causé par une perte de LCR, après ouverture de la dure-mère.
Par conséquent, l'échographie peropératoire peut visualiser rapidement les changements après la libération du LCR..

Un cavernome est un processus bénin dans le cerveau qui affecte les parois des vaisseaux sanguins et forme une tumeur. Le remplissage des cavités-cavités peut représenter des caillots sanguins ou du sang, qui n'ont pas accès au flux sanguin général. Un autre néoplasme cérébral est l'hémangiome. Il est représenté par une boule de vaisseaux sanguins. Le néoplasme est entouré de nerfs, a une surface bleuâtre irrégulière et peut être constitué d'inclusions jaunes au site de l'hémorragie. Pour les cavernomes et les hémangiomes, les métastases ne sont pas caractéristiques. La taille du nœud atteint 5 cm Les maladies n'acquièrent pas de caractère oncologique malin.

La pathologie est rare. Parmi les néoplasmes du cerveau, 0,5% des cas de caries ont été enregistrés parmi la population mondiale. La maladie est congénitale, difficile à diagnostiquer. Habituellement, les gens ne sont pas conscients de la pathologie de la tête..

Selon la CIM-10, une tumeur bénigne du cerveau et du système nerveux central a un code D33.

Le cavernome de la veine porte est une anomalie congénitale. Souvent, la maladie provoque une thrombose avec omphalite.

La moins courante est la pathologie vasculaire de la moelle épinière. Certains symptômes sont similaires à ceux du cerveau.

Étiologie de la maladie

Les causes exactes du cavernome sont toujours à l'étude par les oncologues. La majorité des médecins considèrent le type de tumeur caverneuse comme une pathologie congénitale. Une malformation vasculaire peut survenir à la suite de lésions virales du corps de la femme aux premiers stades de la formation du fœtus.

Si, au cours du processus de pose du système circulatoire, des virus infectent leurs tissus, une nécrose vasculaire se développe. La formation d'enchevêtrements de vaisseaux sanguins et de cavités se produit.

Les facteurs qui ont influencé sa création sont combinés avec un cavernome:

  • Une grossesse alourdie par des pathologies infectieuses et virales.
  • Naissance prématurée.
  • Blessures graves à la naissance.
  • Vieillissement prématuré du placenta.
  • Fumer et boire des boissons alcoolisées pendant la gestation.

Lorsqu'une pathologie est détectée chez un patient malade, il n'est autorisé à accoucher qu'à l'aide d'une césarienne.

Non seulement un facteur héréditaire est associé à un cavernome. L'angiome caverneux peut se développer dans toutes les catégories d'âge:

  • En raison d'une lésion cérébrale traumatique.
  • Dans le contexte d'une exposition accrue aux rayonnements.
  • En raison de processus infectieux et inflammatoires dans le cerveau.
  • Avec une diminution de l'immunité sous l'influence de maladies graves.

Variétés de la maladie

La localisation du cavernome provoque divers symptômes et l'évolution de la maladie. Le cavernome angineux peut affecter les tissus du thalamus, du tronc, des noyaux sous-corticaux, du cervelet, etc. Par exemple:

  • La forme la plus complexe de la maladie est située dans le tronc de l'organe. Lorsque le tronc est endommagé, il est presque impossible de trouver une approche de la tumeur. Ce service est sensible et est responsable de fonctions vitales importantes: rythme cardiaque, respiration, faim et satiété. Le néoplasme provoque des convulsions, des évanouissements et des saignements, il existe un risque pour la vie humaine.
  • Avec le cavernome cérébelleux, des troubles de la parole et du mouvement se développent. La pathologie survient chez 8% des patients atteints de tumeur vasculaire. Il est difficile pour le patient de naviguer dans l'espace, la coordination est perturbée, les postures non naturelles de la tête et du corps sont notées, la parole devient incompréhensible pour les autres, il est difficile pour le patient de contrôler ses mains, de prendre de petits objets. Le cavernome du cerveau se trouve souvent dans les parties supérieures de l'organe. La tumeur survient dans les régions pariétale, frontale et occipitale. Le lobe temporal est également affecté..
  • Les lésions frontales sont caractérisées par des problèmes de mémoire, des sautes d'humeur brusques allant du désespoir profond au bonheur complet, un discours illisible ou confus et une écriture inégale et illisible. Avec une tumeur du lobe droit, une personne devient hyperactive, constamment de bonne humeur. Le patient n'est pas conscient de sa position et de l'impact du néoplasme sur la santé.
  • Un processus bénin du lobe temporal affecte les analyseurs sonores. Avec un néoplasme du lobe temporal gauche, une personne ne perçoit pas le son. Les mots auto-parlés ne sont pas capturés par le cerveau, de sorte que le patient est répété plusieurs fois. Lorsque la tumeur est située à droite, le son n'est pas filtré, la personne ne fait pas la distinction entre les bruits et les voix.
  • Le développement d'une tumeur dans le lobe pariétal du cerveau est caractérisé par une diminution de l'activité mentale et de l'ingéniosité.

Les tumeurs angineuses sont des nœuds uniques et multiples. Le traitement des lésions uniques implique l'ablation. Le cavernome multiple s'étend aux deux hémisphères. Il survient avec un type de maladie héréditaire. Ne peut pas être supprimé.

Le tableau clinique de la maladie

En raison du volume de la tumeur, une pression sur les centres nerveux se produit, leur fonctionnement est perturbé.

Si la tumeur a éclaté, un accident vasculaire cérébral se produit. Le sang pénètre dans la moelle épinière. Une paralysie partielle ou complète, une diminution de la force musculaire, une confusion et une altération de la mémoire sont observées. Une hémorragie survient chez 1/4 des patients. Après une complication, 1/3 des patients ont tendance à rechuter, ce qui augmente la probabilité d'invalidité ou de décès.

Les signes cérébraux généraux de la présence d'un cavernome comprennent:

  • Maux de tête périodiques qui augmentent à mesure que le néoplasme se développe. Le symptôme n'est pas soulagé par les analgésiques, il y a un battement dans la tête. La douleur remplira toutes les parties du cerveau et deviendra permanente. Dans le contexte de la céphalalgie, il y a: des nausées, une vision floue, une sensation de peur, de vigilance, des sueurs suspendues, une personne est jetée dans la chaleur et le froid.
  • Pour les grosses tumeurs dans les hémisphères cérébraux, les symptômes de l'épilepsie sont caractéristiques. Le patient est régulièrement exposé à des convulsions et des convulsions.
  • En cas d'irritation des centres cérébraux, il se produit des vomissements, qui ne sont pas associés à des pathologies des organes du tractus gastro-intestinal. Le symptôme survient en raison de crises de douleur aiguës qui ne s'arrêtent pas.
  • L'hémorragie dans le lobe frontal s'accompagne d'une nécrose. Les tissus morts empoisonnent les cellules nerveuses, tandis que des anomalies mentales sont observées. Le comportement du patient peut se manifester par une agression ou une profonde apathie envers les autres. Les compétences comportementales sont perdues.
  • Les conséquences d'une lésion du lobe temporal sont représentées par une fonction vocale altérée. Le patient ne peut pas expliquer clairement. Des hallucinations se produisent, le patient entend des bruits et des voix dans la tête, des bourdonnements dans les oreilles. L'horizon se rétrécit.

Technique diagnostique

Pour obtenir une image complète de la maladie, l'imagerie par résonance magnétique est utilisée. L'IRM n'affecte pas le cerveau par rayonnement, contrairement à la tomodensitométrie (tomodensitométrie). En IRM, le patient est immobilisé jusqu'à 20 minutes pendant que l'ordinateur scanne le cerveau en couches. Grâce au champ magnétique, la cavité crânienne est examinée. De minuscules changements dans la structure du cerveau peuvent être diagnostiqués.

L'angiographie n'a pas été prouvée nécessaire dans le diagnostic des tumeurs vasculaires. Cavernoma n'a aucun lien avec le système circulatoire général.

Tactiques thérapeutiques

La maladie ne peut pas dégénérer en une tumeur cancéreuse. Il n'est pas nécessaire d'utiliser la chimiothérapie et les rayonnements ionisants. Bien que le cavernome soit considéré comme une maladie vasculaire, les injections vasculaires sont contre-indiquées car il existe des risques d'hémorragie.

Pour se débarrasser de la maladie, une opération est effectuée pour éliminer les tumeurs. L'intervention chirurgicale est prescrite en présence d'indications aiguës, car la chirurgie cérébrale est toujours risquée.

  • La résection du néoplasme est réalisée lorsque les surfaces de l'organe principal sont endommagées, lorsqu'il n'y a pas de risque de toucher des zones vitales.
  • L'excision de la tumeur est recommandée pour les crises d'épilepsie et les convulsions.
  • Si le nœud est situé dans la zone responsable du métabolisme de l'oxygène, de la température, de la pression et du pouls, des convulsions se développent et une hémorragie a été notée, sa résection est nécessaire.
  • Lorsque le néoplasme atteint une taille importante et appuie sur les zones cérébrales, sans chirurgie, le pronostic de la vie s'aggrave.

La craniotomie dure 3 à 5 heures, en fonction du nombre et de l'emplacement des tumeurs. Le cavernome a des limites claires, de sorte qu'il peut être facilement enlevé avec un large accès. Les actions des chirurgiens sont basées sur la stabilisation du travail des centres cérébraux et l'élimination des symptômes désagréables de la maladie.

La chirurgie n'est pas nécessaire si:

  • Il n'y a pas de symptômes ni de troubles du système nerveux;
  • Le néoplasme a affecté la partie la plus profonde du cerveau;
  • La nature multiple du cavernome est notée;
  • Le patient est dans une profonde vieillesse.

Si la tumeur émerge spontanément lors du diagnostic d'une autre pathologie et n'interfère pas avec la vie des patients, le traitement n'est pas utilisé. Les médecins recommandent d'examiner et de surveiller régulièrement la dynamique du développement du cavernome..

La médecine moderne dispose de méthodes de traitement qui permettent de ne pas violer l'intégrité du crâne et des méninges.

  • En premier lieu, le traitement avec le couteau Gamma. Le patient reste conscient. Un faisceau de rayonnement est dirigé vers la cavité. Les rayons n'endommagent pas les tissus sains environnants, ciblant la tumeur. La méthode vous permet d'accéder aux nœuds dans les parties profondes et vitales de l'organe. Après 5 séances, la restauration complète des fonctions cérébrales se produit, la possibilité d'hémorragies est exclue et les crises d'épilepsie sont réduites.
  • Les tumeurs à la surface du cerveau sont éliminées au laser. Les crises épileptiques sont réduites. Il n'y a pas de cicatrices sur le site du cavernome.
  • Pour les petits nœuds, la thérapie actuelle est appliquée aux tissus endommagés. La méthode est appelée diathermocoagulation.
  • La cryochirurgie est un moyen innovant de se débarrasser des tumeurs bénignes. La mort des cellules néoplasiques se produit sous l'influence de l'azote liquide.
  • La thérapie, provoquant le collage des vaisseaux du foyer de la pathologie, repose sur l'introduction d'une préparation biologique dans la cavité du néoplasme. Le nœud rétrécit et meurt.
  • Boire des hormones est recommandé avec une augmentation rapide du cavernome. Les médicaments hormonaux arrêtent la croissance du nœud. Sous l'influence de médicaments, la tumeur diminue de volume.

Complications

Le cavernome met en danger la vie du patient en cas d'hémorragie. La maladie progresse à tout moment et s'accompagne de lésions graves de certaines parties du cerveau.

Lors du traitement d'un petit néoplasme qui n'a pas provoqué d'AVC chez un patient, il y a toutes les chances de vaincre la maladie et de ne pas devenir invalide.

Après une chirurgie du cerveau, des massages, des consultations neurologiques et des séances d'orthophonie peuvent être nécessaires. Les fonctions perdues reviennent en fonction de l'échelle de la lésion dans les zones cérébrales. Le patient doit s'engager dans des exercices de physiothérapie et mener une vie active. La lecture aidera à améliorer la mémoire et à rendre la parole.

La maladie ne peut être évitée. Il est recommandé de consulter un médecin pour les maux de tête fréquents et autres anomalies des fonctions motrices et vocales. Seul un diagnostic précoce peut éliminer le cavernome avant que les complications ne se développent.

Symptômes et traitement du cavernome cérébral

Selon les statistiques, le cavernome est une maladie assez rare localisée dans la région de la tête et du cou. Cela conduit à l'incapacité de la personne malade de s'adapter socialement. Il faut expliquer, si un cavernome cérébral est diagnostiqué, quel est ce néoplasme vasculaire, également appelé «angiome» ou «malformation vasculaire». La pathologie se développe en raison d'une mutation génétique même pendant la gestation.

p, citation de bloc 2,0,0,0,0 ->

Ce que c'est. Raisons de l'apparition

p, citation de bloc 3,0,0,0,0 ->

Le terme «angiome» fait référence à toutes les tumeurs vasculaires, constituées d'espaces lymphatiques ou de vaisseaux sanguins. Un hémangiome est un néoplasme bénin constitué de cellules endothéliales sanguines.

p, blockquote 4,0,0,0,0 ->

Le cavernome ou hémangiome caverneux est l'un des types de maladie caractérisés par une surface tubéreuse bleuâtre avec des cavités (cavités) de forme arrondie correcte. Les cavités peuvent être vides ou remplies de sang, de caillots sanguins, de cicatrices. En plus des cavités simples, dans 10 à 15% des cas, plusieurs.

p, blockquote 5,0,0,0,0 ->

Ces formations anormales sont sujettes à des hémorragies fréquentes, en raison desquelles le tissu cérébral situé à côté d'eux a une teinte jaune. Les cloisons entre les cavités caverneuses sont composées de tissu fibreux dense.

p, blockquote 6,0,0,0,0 ->

L'hémangiome caverneux du cerveau commence en raison de pathologies vasculaires même dans l'utérus, lorsque, pour une raison quelconque, une violation de la pose de parties du système nerveux se produit. Les facteurs provocateurs peuvent être:

p, blockquote 7,0,1,0,0 ->

  • Travail prolongé difficile.
  • Grossesse multiple.
  • Traumatisme à la naissance.
  • Naissance prématurée.
  • Intoxication sévère.
  • Grossesse tardive.
  • Pathologies placentaires.
  • Maladies infectieuses de la mère pendant la gestation.
  • Femme enceinte tabagisme, alcoolisme ou toxicomanie.
  • Situation environnementale sévère.

La recherche a montré que la maladie n'est pas héréditaire.

p, blockquote 8,0,0,0,0 ->

Symptômes

p, blockquote 9,0,0,0,0 ->

Les malformations caverneuses peuvent affecter n'importe quelle partie des vaisseaux et des tissus, mais sont plus fréquentes dans le cerveau ou la moelle épinière. Ils provoquent des hémorragies, qui déterminent la présence d'une tumeur. Le cavernome du cerveau se déroule principalement sans signes prononcés et n'est souvent détecté que vers 20 à 40 ans.

p, blockquote 10,0,0,0,0 ->

La pathologie est localisée dans le cervelet, sur les parties cérébrales supérieures, endommage le plexus rachidien des vaisseaux.

p, blockquote 11,0,0,0,0 ->

Les symptômes courants de la maladie sont:

p, blockquote 12,0,0,0,0 ->

  • Crises convulsives (épileptiques).
  • Maux de tête, d'abord non exprimés, puis acquérant un caractère croissant.
  • Démarche incertaine et bancale, mauvaise coordination des mouvements.
  • Engourdissement dans les membres.
  • Sonneries, acouphènes.
  • Parfois envie de vomir, nausées.
  • Détérioration de l'acuité visuelle, de l'audition, des troubles de l'attention, de la mémoire, des capacités mentales.

Formes

p, blockquote 13,0,0,0,0 ->

Certaines manifestations sont caractérisées par l'endroit où la malformation s'est formée:

p, blockquote 14,1,0,0,0 ->

  • Si l'angiome caverneux du cerveau est observé dans le lobe frontal, parallèlement aux symptômes généraux, le patient a du mal à gérer son état psycho-émotionnel. Le lobe frontal est responsable de la motivation, de l'attitude face aux actions et de leur analyse.Par conséquent, avec cette forme de maladie, le patient a des problèmes d'adaptation sociale, la mémoire et la motricité de la main en souffrent. L'écriture devient illisible, des contractions involontaires des membres sont notées.
  • Avec des violations dans la partie temporale gauche, des troubles de la parole et de l'audition sont notés. Il est difficile pour le patient de percevoir le discours de quelqu'un d'autre, les informations reçues ne sont pas absorbées et pendant la conversation, les mêmes phrases et mots sont répétés.
  • Le bon emplacement temporel affecte la capacité d'évaluer et d'analyser les sons et les bruits. Il est difficile pour une personne de reconnaître la voix même des autochtones.
  • La localisation pariétale se manifeste par des troubles intellectuels. Le patient n'est pas capable de résoudre des problèmes mathématiques élémentaires, perd la pensée logique et technique.
  • La défaite du cervelet provoque une démarche «ivre», des convulsions, l'intelligibilité de la parole est perdue. Le patient prend des postures inappropriées, tient sa tête incorrectement.
  • L'angiome caverneux du lobe frontal droit est caractérisé par une hyperactivité. La personne est émotionnelle, parle beaucoup et semble inadéquate. La plupart de ces personnes sont d'humeur positive et ne soupçonnent même pas que leur attitude positive est causée par une maladie..
  • Lorsque des maladies infectieuses se propagent des cavités nasales à la région du cerveau, un angiome thrombotique se produit. Les symptômes comprennent la fièvre, une augmentation de la transpiration et de la fièvre. Tout cela se manifeste avec les signes généraux de malformation vasculaire..

Ce qui est dangereux

p, blockquote 15,0,0,0,0 ->

Les conséquences cliniques d'un cavernome dépendent entièrement de son emplacement et de sa taille. Si la maladie est détectée inopinément, un processus inflammatoire ou des changements dystrophiques se produisent dans la tumeur, alors à l'avenir, elle est lourde de:

p, blockquote 16,0,0,0,0 ->

  • Rupture vasculaire.
  • Hémorragie.
  • Augmentation des malformations.
  • Troubles circulatoires locaux.
  • La privation d'oxygène du cerveau.
  • Résultat mortel.

Mais il arrive qu'une personne vive toute sa vie avec ce problème, ne sachant pas son existence et se sent bien. Le développement de cette pathologie ne peut pas être prédit, tout comme il est impossible de juger comment elle se manifestera à l'avenir..

p, blockquote 17,0,0,0,0 ->

Contre-indications

Avec le cavernome, comme avec d'autres pathologies associées aux vaisseaux sanguins, certaines restrictions sont établies pour les patients. Le cavernome cérébral, dont les contre-indications sont le massage, le chauffage, les procédures de physiothérapie sur le site de formation de la tumeur, ne peut pas être auto-médicamenté.

p, citation de bloc 18,0,0,0,0 ->

Une approche thérapeutique incorrecte et illettrée aggrave la situation et peut provoquer une rupture vasculaire et une hémorragie, ce qui est extrêmement dangereux. Il est conseillé aux patients de surveiller en permanence l'hémangiome en dynamique afin de ne pas manquer sa progression et d'éviter d'éventuelles complications dans le temps.

p, blockquote 19,0,0,0,0 ->

Diagnostique

p, blockquote 20,0,0,0,0 ->

Pour le diagnostic et la détection corrects de la pathologie, des méthodes d'examen instrumentales sont utilisées. L'oncologue ou le neurochirurgien peut recommander au patient, en fonction des paramètres individuels:

p, citation de bloc 21,0,0,1,0 ->

  • Électroencéphalogramme, qui examine le biopotentiel du cerveau. S'il y a une tumeur ou une formation kystique, les impulsions doivent changer..
  • CT x-ray, examen informatif indolore.
  • L'IRM est une méthode de recherche très informative qui vous permet d'établir avec précision des cavernes dans la structure vertébrale et cérébrale.
  • L'angiographie aide à examiner les vaisseaux sanguins. L'examen donne une image précise de leur état et révèle des changements pathologiques.

En outre, le patient est référé pour un test sanguin détaillé pour détecter un processus inflammatoire et une étude du liquide céphalo-rachidien pour détecter la présence d'une hémorragie dans la structure vertébrale..

p, blockquote 22,0,0,0,0 ->

Traitement

p, blockquote 23,0,0,0,0 ->

Il est inutile de recourir à une méthode conservatrice de traitement du cavernome. La thérapie principale est basée sur son ablation chirurgicale. L'opération peut être entravée par la localisation profonde du néoplasme dans les tissus ou par le refus de traiter un patient qui ne ressent pas d'inconfort dû à la maladie.

p, citation 24,0,0,0,0 ->

L'angiome caverneux du cerveau, qui doit être traité sans faute, peut:

p, blockquote 25,0,0,0,0 ->

  • Porter un caractère superficiel, provoquer des convulsions fréquentes.
  • Localiser dans une zone particulièrement dangereuse et être assez grand.
  • Provoquer une hémorragie.

L'enlèvement est effectué par les méthodes suivantes:

p, citation de bloc 26,0,0,0,0 ->

  • Classique, dans lequel la compression des structures cérébrales est éliminée, les symptômes disparaissent. Une telle intervention n'est pas indiquée pour les personnes âgées et celles qui ont de multiples malformations. Les personnes épileptiques connaissent une amélioration significative après la chirurgie. Les crises disparaissent ou deviennent peu fréquentes, ce qui facilite la poursuite du traitement symptomatique.
  • La radiochirurgie utilisant les couteaux Gamma et Cyber ​​est similaire à l'opération classique. L'angiome caverneux du cerveau est exposé à un faisceau d'ondes ionisantes qui n'affectent pas les tissus sains et ne provoquent pas les effets secondaires caractéristiques de l'exposition aux rayonnements. La radiochirurgie dure environ 5 jours, une heure pour chaque séance. Cette technique est choisie pour les tumeurs difficiles à atteindre, ou lorsqu'elles sont situées dans des zones vitales. Dans ce cas, le risque de saignement cérébral est totalement exclu. L'épilepsie ne peut pas être guérie de cette manière, mais la technique permet de réduire le nombre de crises.

Méthodes supplémentaires

p, citation de bloc 27,0,0,0,0 ->

  • La thérapie au laser élimine les tumeurs en couches grâce à l'action laser. Les avantages de cette opération comprennent l'élimination de l'hémorragie et le risque minimum de formation de tissu cicatriciel. Avec une localisation superficielle de la pathologie, cette méthode est considérée comme la plus efficace.
  • La diathermocoagulation est indiquée dans les cas où le cavernome cérébral est petit, mais la probabilité de saignement est élevée. La cautérisation est réalisée avec un courant alternatif de haute fréquence.
  • La cryothérapie consiste à exposer le néoplasme à un gaz refroidi. Les basses températures gèlent les tissus affectés.
  • L'hormonothérapie est utilisée lorsque la tumeur se développe trop rapidement. Avec un tel traitement, ils parviennent à arrêter sa croissance intensive et même sa régression..
  • La sclérothérapie est une technologie qui implique l'introduction de médicaments sclérosants dans la cavité. En conséquence, ses cellules collent ensemble, la taille est considérablement réduite sans chirurgie.

Pour récupérer plus rapidement et commencer à vivre pleinement, le patient doit suivre un cours de rééducation. Des spécialistes qualifiés travaillent dur avec lui: massothérapeutes, neurologues, orthophonistes. Avec l'approche compétente des médecins et le travail acharné d'une personne en convalescence, le rétablissement se fera rapidement.

p, blockquote 28,0,0,0,0 -> p, blockquote 29,0,0,0,1 ->

Un patient diagnostiqué avec un cavernome cérébral reçoit généralement un pronostic positif si la maladie est détectée avant les complications (rupture, inflammation, hémorragie). Après une chirurgie et une rééducation, il revient à son ancienne vie..