Principal
Cirrhose

Principes modernes de traitement des fibromes

Fibromes de l'utérus - l'une des tumeurs les plus courantes chez les femmes en âge de procréer.

Fibromes de l'utérus - l'une des tumeurs les plus courantes chez les femmes en âge de procréer.

Souvent, les médecins ont tendance à attribuer des symptômes gynécologiques ou pelviens aux fibromes, bien que ce ne soit pas toujours vrai. Par conséquent, dans chaque cas, vous devez vous assurer que certaines plaintes sont réellement causées par le myome, d'autant plus que les fibromes servent très souvent d'indication à l'hystérectomie..

Le risque de fibromes est augmenté en présence de telles tumeurs chez les proches, ainsi que si la femme n'a jamais accouché, si elle est obèse ou si elle appartient à la race négroïde. Le tabagisme, l'utilisation de contraceptifs oraux et Depo Provera sont associés à un risque réduit.

Pendant de nombreuses années, ces tumeurs ont été traitées principalement par hystérectomie transabdominale et myomectomie, mais au cours de la dernière décennie, les améliorations de l'échographie et l'émergence de nouvelles techniques de diagnostic ont facilité la reconnaissance de ces maladies et, en outre, les approches thérapeutiques se sont développées. Ces approches incluent actuellement un traitement conservateur, comme l'utilisation d'analogues réalisant l'hormone gonadotrophine (GnRHa) avec ou sans traitement adjuvant, ainsi que l'embolisation (qui dans certains cas permet d'abandonner complètement la chirurgie) et des techniques avec "Accès minimal" - comme la myomectomie et l'hystérectomie, effectuées à partir de l'accès vaginal ou par endoscopie.

Figure 1. Gros fibromes pédonculés intramuraux et sous-séreux

Pathomorphologie. Les fibromes sont des tumeurs des muscles lisses dépendant des œstrogènes et de la progestérone, leur nombre dans un utérus peut être de 1 à 100, leur poids varie de quelques onces à 100 livres ou plus [1 once = 28,35 g, 1 lb = 453,59 g - Environ. trad.].

Des études génétiques montrent que chacune de ces tumeurs provient d'une cellule distincte et n'est pas une métastase. Les fibromes sont divisés en types suivants: 1) sous-muqueux - se trouvant dans la cavité utérine; 2) intra-muros - situé dans l'épaisseur; 3) sous-séreuses - tumeurs provenant de la surface de l'utérus, couvertes par le péritoine (voir Fig. 1 et 2). Ils doivent être différenciés par l'adénomyose et les léiomyosarcomes..

Figure 2. Les fibromes intra-muros mesurant jusqu'à 7 cm en forme de «boule» courbent la cavité utérine

Les fibromes peuvent se développer de manière asymptomatique, mais si leur taille est grande, ils sont facilement détectés lors de l'examen du patient et provoquent des plaintes associées à la compression des organes environnants: mictions fréquentes et urgentes, ainsi que constipation.

La ménorragie et la douleur sont souvent attribuées à la présence de fibromes, mais étant donné leur fréquence élevée, ces symptômes sont relativement rares dans ces tumeurs..

La dysménorrhée n'est pas typique des fibromes, mais elle peut encore survenir dans les situations suivantes: 1) avec le passage de caillots sanguins formés pendant les règles abondantes; 2) avec dégénérescence des nœuds; 3) lors de la torsion d'un nœud avec une jambe fine.

Les ganglions sous-muqueux sont caractérisés par des saignements utérins abondants; si ces nœuds sont situés à proximité des trompes de Fallope, ils peuvent provoquer une infertilité. Cependant, un lien direct entre les fibromes et l'infertilité est rare et d'autres facteurs jouent souvent un rôle important..

Les fibromes peuvent entraîner des avortements spontanés répétés et tardifs. Ils peuvent également provoquer une naissance prématurée, une malposition du fœtus et une hémorragie post-partum..

Pendant la grossesse, les fibromes se développent chez seulement 15 à 20% des patientes, mais ils peuvent dégénérer et provoquer des douleurs et de la fièvre. Dans de rares cas, ils sont associés à une polyglobulie.

Le THS (traitement hormonal substitutif) a apparemment peu d'effet sur les fibromes asymptomatiques.

Les léiomyosarcomes sont très rares; ils se caractérisent par une croissance rapide, des douleurs et des saignements pathologiques du tractus génital; le pic d'incidence survient à l'âge de 60 ans. Actuellement, il y a trop peu de données pour conclure sur la possibilité de dégénérescence des fibromes en tumeurs malignes..

Diagnostique. Le diagnostic repose sur une anamnèse détaillée et un examen physique. Une attention accrue doit être portée aux particularités de l'anamnèse associée aux menstruations, à la vie sexuelle, à la miction et à la fonction intestinale. La palpation de l'abdomen au-dessus de la symphyse pubienne peut révéler une formation semblable à une tumeur, caractérisée par une consistance dense, souvent une lobulation et un déplacement d'un côté à l'autre.

Les autres tumeurs doivent être exclues, ainsi que les ascites. Lors d'un examen à deux mains, un utérus élargi, dense, lisse et facilement déplacé est palpé. Les fibromes sous-séreux des jambes doivent être déplacés avec le cou, mais il est parfois difficile de les distinguer des formations pathologiques dans les ovaires. L'immobilité utérine soulève des soupçons d'endométriose et de tumeur maligne.

Figure 3. Échographie transabdominale: fibromes intramuraux de 8 cm

Méthodes de recherche supplémentaires. Examen échographique transabdominal et vaginal - l'échographie (échographie) est la technique de diagnostic la plus informative. L'image échographique des fibromes est caractérisée par des zones bien délimitées, souvent hypoéchogènes dans l'utérus (voir Fig. 3). Ce symptôme élimine généralement la pathologie ovarienne. L'échographie vaginale a une résolution élevée et donne une image plus précise, à savoir qu'elle montre plus précisément l'emplacement, la taille et le nombre de ganglions fibromyomateux dépassant 0,5 à 1 cm. Il est difficile de différencier de manière fiable les fibromes et l'adénomyose, mais cette dernière est caractérisée par des contours inégaux. " spotting "et, selon l'échographie Doppler, un réseau vasculaire riche.

L'hystérosonographie avec introduction de liquide dans la cavité utérine peut aider à juger plus précisément la croissance intra-utérine du nœud.

Figure 4. IRM sagittale pondérée T2 d'un patient obèse montrant un fibrome de 15 cm. Son emplacement par rapport aux organes environnants est clairement visible

La réalisation d'une imagerie par résonance magnétique (IRM) est recommandée dans les cas où, avec de gros fibromes ou l'obésité, il est impossible de visualiser les ovaires à l'aide des ultrasons. Il est également efficace lorsque le diagnostic reste incertain et que davantage d'informations sont nécessaires (voir la figure 4). Cependant, dans la grande majorité des cas, l'IRM n'a aucun avantage par rapport à l'échographie; de ​​plus, cette méthode est beaucoup plus coûteuse. Ni l'échographie ni l'IRM ne permettent de différencier avec précision les fibromes et les léiomyosarcomes. Si un traitement conservateur est prévu, les informations nécessaires sur la structure histologique de la tumeur peuvent être obtenues à l'aide d'une biopsie sous le contrôle de l'échographie.

Traitement. En l'absence de symptômes, le traitement n'est pas nécessaire, sauf dans les cas où les fibromes sont volumineux (jusqu'à une déformation de la paroi abdominale antérieure) et sont préoccupants. Le risque de malignité, des antécédents de dégénérescence pendant la grossesse, la possibilité d'une augmentation ou d'une altération potentielle de la fertilité ne sont pas des indications pour une intervention chirurgicale, bien qu'il soit toujours conseillé de surveiller régulièrement l'état des ganglions à l'aide d'examens gynécologiques et d'échographie.

En cas de dégénérescence d'un nœud qui survient pendant la grossesse, le traitement doit être conservateur, il consiste en un repos au lit, des liquides intraveineux et un traitement analgésique. Avec la dégénérescence dans la période post-partum, une infection se joint parfois; dans une telle situation, une hystérectomie peut être nécessaire. Dans de rares cas, les médecins sont obligés de faire une myomectomie pendant la grossesse, généralement lorsque les jambes des fibromes sont tordues; le résultat est souvent favorable.

En cas de symptômes légers, il est conseillé d'essayer d'utiliser des anti-inflammatoires non stéroïdiens (acide méfénamique) ou des antifibrinolytiques (acide tranexamique), mais ils sont moins efficaces pour les gros fibromes.

Dans les cas de métrorragie, lorsque l'élargissement de l'utérus correspond à moins de 12 semaines de grossesse et lorsque la femme ne va plus accoucher, mais souhaite sauver l'utérus, la possibilité de réaliser une opération d'exérèse de l'endomètre peut être envisagée comme une option.

Un traitement avec des médicaments GnRHa pendant trois mois entraîne une diminution des fibromes de 50% de leur taille d'origine. Une telle thérapie ne peut pas être effectuée pendant plus de six mois en raison du risque d'ostéoporose et de pathologie du système cardiovasculaire; six mois après l'arrêt de ces médicaments, le fibrome retrouve son volume d'origine. Chez environ 10% des patients deux mois après le début du traitement, il n'y a pas d'effet positif, dans de tels cas, le traitement doit être interrompu et l'adénomyose ou le sarcome exclus.

Cependant, chez les femmes présentant des contre-indications à la chirurgie, ainsi que chez les femmes préménopausées, un traitement par GnRHa seul pendant trois mois, suivi d'un traitement supplémentaire avec des œstrogènes et de la progestérone, peut réduire efficacement la gravité des symptômes, évitant ainsi la chirurgie..

Le traitement par GnRHa seul est utilisé pour les gros fibromes et en tant que traitement préopératoire, car il conduit à une diminution du système vasculaire de ces tumeurs, à une diminution de leur volume et aide également à réduire la gravité de l'anémie avant la chirurgie et réduit le besoin de transfusions sanguines.

La réduction du volume de la tumeur peut permettre une hystérectomie non pas par l'abdomen, mais par l'approche vaginale, dans laquelle la guérison postopératoire est plus rapide.

Si la laparotomie est nécessaire, alors, si possible, une opération est effectuée par l'incision transversale inférieure (selon Pfannenstiel), ce qui donne le meilleur résultat cosmétique. Les petits fibromes peuvent être enlevés par laparoscopie et les fibromes sous-muqueux par hystéroscopie.

Il n'y a actuellement aucune raison de recommander un traitement préopératoire avec des médicaments aussi coûteux que la GnRHa pour tous les patients. L'utilisation de ces médicaments n'est justifiée que dans les cas où, sans une telle thérapie, il est impossible de réaliser une opération réussie afin d'obtenir un effet cosmétique satisfaisant, d'utiliser une technique d'intervention moins traumatique, etc..

La mifépristone, un antagoniste des récepteurs de la progestérone, réduit efficacement la taille des fibromes sans effets secondaires hypoestrogéniques, mais ce médicament n'est pas largement utilisé à cette fin, il est principalement utilisé pour l'avortement.

L'embolisation sélective bilatérale de l'artère utérine pour les fibromes symptomatiques est une nouvelle technique mise au point à Paris en 1991. Dans un premier temps, il était utilisé lors de la préparation préopératoire pour réduire la gravité des complications de la chirurgie, mais il est devenu évident qu'après sa mise en œuvre, les symptômes de fibromes ont disparu et la chirurgie n'était plus nécessaire..

Cette technique consiste à insérer un cathéter dans l'artère fémorale droite sous anesthésie locale. Le cathéter est ensuite guidé dans les artères iliaques internes (voir Fig. 5a). Ensuite, un microcathéter mince est inséré sélectivement dans la lumière de l'artère utérine sur 1/2 de sa longueur, et de petites particules d'alcool polyvinylique (PVA) sont injectées à travers lui jusqu'à ce que les vaisseaux alimentant les ganglions fibromyomateux soient bloqués. Dans ce cas, une crise cardiaque de ces nœuds se produit et par la suite - leur plissement.

Figure 5. a - Artériographie montrant le cathéter (ligne pointillée) de la bifurcation aortique à l'artère iliaque interne gauche. L'artère utérine contournée et les vaisseaux alimentant un gros fibrome sont contrastés. b - Artériogramme après injection de PVA: l'occlusion de l'artère utérine est visible

Une telle intervention s'accompagne de douleurs intenses, qui peuvent nécessiter une hospitalisation pour un traitement anti-douleur pendant 24 à 48 heures.

En général, une diminution de la gravité des symptômes des fibromes survient chez environ 85% des patients. Les complications graves sont rares - parmi lesquelles des conditions dangereuses telles que la crise cardiaque et l'abcès utérin, nécessitant une hystérectomie.

Des grossesses réussies ont été rapportées après embolisation sélective bilatérale de l'artère utérine, mais dans l'ensemble, son effet sur la fertilité n'a pas encore été étudié. Il s'agit d'une technique relativement nouvelle, et son effet à long terme sur le corps du patient est encore inconnu, mais les résultats préliminaires sont encourageants..

Le traitement chirurgical standard des fibromes symptomatiques est soit l'hystérectomie, soit la myomectomie si la femme souhaite maintenir sa fertilité ou s'oppose à l'hystérectomie pour toute autre raison.

En Angleterre, très peu d'hystérectomies sont réalisées à partir de l'approche vaginale, alors que la grande majorité de ces opérations sont réalisées par voie transabdominale: cette approche est traditionnellement utilisée dans les cas où l'utérus est agrandi de plus de 12 semaines de gestation et lorsqu'il n'y a pas de prolapsus. Quoi qu'il en soit, après une hystérectomie transvaginale, la cicatrisation des plaies se produit plus rapidement, moins de complications et un séjour à l'hôpital plus court. Avec une expérience suffisante et la possession de telles techniques pour réduire le volume de l'utérus, telles que l'ablation par parties, la dissection de l'utérus en deux et l'excision au début de ses sections médianes, il est possible de retirer même un grand utérus pesant plus de 1 kg. La taille de l'utérus entre 14 et 18 semaines de gestation peut être réduite en premier avec la GnRHa; mais si les dimensions correspondent à plus de 18 semaines de grossesse, le risque d'échec de retrait de l'utérus de l'accès vaginal augmente, en particulier, le risque de saignement augmente.

Avec l'ablation transvaginale de l'utérus, la laparoscopie peut aider, car elle facilite la mobilisation des parties supérieures de l'utérus, ainsi que le diagnostic et le traitement de toute pathologie des trompes et des ovaires. La myomectomie transabdominale entraîne un soulagement des symptômes chez seulement 80% des patients. Environ une myomectomie sur 129, une hystérectomie peut être nécessaire en raison de complications peropératoires. Avant la myomectomie, une femme doit toujours accepter un tel changement possible au cours de l'opération..

Les complications tardives comprennent la formation d'adhérences dans la cavité abdominale et, par conséquent, l'infertilité, l'obstruction intestinale et la formation d'adhérences dans la cavité utérine, qui peuvent également conduire à l'infertilité. De plus, les complications comprennent la rupture de la cicatrice utérine pendant la grossesse ou l'accouchement. Dans les cas où plusieurs ganglions ont été retirés de l'utérus ou en cas d'infection après la chirurgie, l'accouchement par césarienne est recommandé.

Relativement récemment, la myomectomie laparoscopique s'est généralisée. Les fibromes sont retirés à l'aide de diathermie, d'un laser ou d'un scalpel à ultrasons, après quoi les sutures sont placées sous guidage endoscopique. Ensuite, les ganglions sont soumis à un gonflement et enlevés - soit par une ponction dans la paroi abdominale, soit par une petite incision (microlaparotomie), soit par le fornix postérieur du vagin.

Cette technique est difficile, prend du temps et n'est pratiquée que dans des centres spécialisés. De plus, après une telle intervention, l'utérus se rompt plus souvent lors de l'accouchement, car il est plus difficile de coudre les couches profondes de l'utérus pendant la laparoscopie..

Les fibromes sous-muqueux doivent être éliminés par hystéroscopie, soit avec un résectoscope, soit avec un laser YAG au néodyme. La préparation préopératoire de la GnRHa réduit la durée de l'intervention et le risque d'absorption liquidienne (syndrome de résection transurétrale).

Que répondre au patient

  • Qu'est-ce que les fibromes?

Il s'agit d'une maladie très courante, qui consiste en l'apparition de «nœuds» dans l'utérus, qui sont presque entièrement composés de tissu musculaire. Ces nœuds provoquent une décharge sanglante abondante pendant la menstruation et, chez certains patients, exercent une pression sur les organes environnants..

  • Comment sont-ils venus à moi?

Personne ne sait pourquoi ces nœuds se produisent, mais ils sont très courants: ils peuvent être détectés chez 70% des femmes..

  • Peuvent-ils se transformer en tumeurs malignes??

Il n'y a aucune raison de croire que cela peut arriver.

  • Si mon utérus doit être retiré?

Si votre maladie ne provoque pas de plaintes ou que les symptômes sont minimes, une telle opération n'est pas nécessaire, cependant, il est conseillé de subir régulièrement un examen gynécologue, et si le fibrome est gros, une échographie doit également être effectuée périodiquement..

  • Est-il possible de supprimer uniquement les fibromes?

Oui, mais avec une telle opération, il y a un risque (1: 129) qu'elle doive être agrandie avant l'ablation de l'utérus (hystérectomie), et chez 20% des patients, après l'excision des ganglions, les symptômes ne disparaissent pas complètement. Les gros fibromes sont généralement retirés par une incision dans la paroi abdominale comme pour une hystérectomie, avec le même temps de guérison postopératoire. Une telle opération est effectuée si une femme souhaite préserver la fertilité ou souhaite préserver l'utérus pour toute autre raison. Certains types de petits fibromes peuvent être retirés par laparoscopie (par une très petite incision).

Remarque!

  • Les fibromes sont la tumeur bénigne la plus courante chez les femmes en âge de procréer. Souvent, ces tumeurs sont découvertes par hasard lors d'un examen de routine.
  • La dysménorrhée, la ménorragie et les symptômes causés par la pression sur la vessie, le rectum et le vagin sont souvent attribués à des fibromes, mais d'autres causes telles que l'endométriose et les anomalies ovariennes doivent être exclues.
  • Le diagnostic est confirmé par un examen à deux mains associé à une échographie transabdominale et vaginale
  • Les méthodes de traitement conservatrices se justifient en l'absence de symptômes, pendant la grossesse et si la patiente souhaite éviter la chirurgie
  • La GnRHa réduit efficacement la sévérité des symptômes, en particulier la sévérité de l'anémie, chez un certain groupe de patients avant la chirurgie. En périménopause ou dans les cas où la chirurgie est contre-indiquée, ils peuvent être utilisés pendant plus de trois mois avec un traitement supplémentaire
  • L'embolisation de l'artère utérine est une nouvelle technique qui soulage les manifestations de cette maladie chez 85% des patients, mais une telle intervention comporte un risque d'infarctus utérin, d'infection et d'hystérectomie.De plus, ses résultats à long terme sont inconnus
  • Une myomectomie doit être proposée à une femme présentant des fibromes utérins symptomatiques si elle souhaite maintenir sa fertilité ou quitter l'utérus pour d'autres raisons; s'il n'y a pas une telle motivation, une hystérectomie est prévue
  • Des opérations d'accès minimal sont possibles, mais ne doivent être effectuées que par des chirurgiens possédant une expérience appropriée. La chirurgie hystéroscopique est le traitement de choix pour les fibromes sous-muqueux

Fibromes de l'utérus: tout sur la maladie féminine

Parmi les maladies qui dérangent souvent les femmes, il y a les fibromes utérins. Le principal «compagnon» de cette maladie est le manque de connaissances sur le diagnostic de ses symptômes et des méthodes de traitement chez la femme. Cet article examinera tous les points clés qui vous permettront de comprendre toutes les caractéristiques de la maladie et la lutte contre celle-ci..

Qu'est-ce que les fibromes utérins

Le terme «fibromes» désigne une masse dans le corps de l'utérus, qui est une tumeur bénigne.

La plupart des femmes confondent les fibromes avec les fibromes, ce qui n'est pas une erreur critique, mais il existe des différences entre ces concepts. Si le fibrome est formé en raison de la prolifération de tissu musculaire exclusivement lisse, le fibrome a un tissu conjonctif et une base de muscle lisse.

  • couche externe;
  • couche musculaire;
  • endomètre (couche interne).

Les fibromes étant une formation constituée de divers tissus, leur apparition est possible à la fois à la surface du corps de l'utérus et à l'intérieur. Cependant, la base de sa formation est la couche musculaire. Le corps de l'éducation est recouvert d'un système vasculaire actif à travers lequel il se nourrit, stimulant la croissance.

Le principal problème de cette maladie est une violation significative de la contractilité utérine. En raison de l'absence de contraction, les vaisseaux restent «ouverts», ce qui entraîne des saignements. Les fibromes de l'utérus, dont les symptômes sont de la nature la plus variée, affectent de manière significative le tonus musculaire général d'une femme.

En médecine, il est d'usage de déterminer la taille des ganglions fibromyomateux, selon la classification adoptée pour une utilisation pendant la grossesse (la période est déterminée en semaines).

Sur la photo: nœud fibroïde

En apparence, la formation ressemble à un joint (noeud), qui a une forme arrondie. Par son diamètre, les fibromes peuvent faire de quelques mm à 20 cm de diamètre en moyenne.

Il n'y a aucun risque de dégénérescence en tumeur maligne. Cependant, il y a eu des cas de sarcome utérin en l'absence de traitement pour cette formation..

Danger de maladie

La maladie est particulièrement dangereuse avec une augmentation du diamètre de la formation. Selon l'emplacement, il existe une possibilité de pression sur les organes voisins. De plus, une déformation importante du corps de l'utérus est possible.

Les saignements abondants, qui peuvent accompagner l'évolution de la maladie, introduisent des ajustements significatifs du taux d'hémoglobine. En conséquence, l'état de la femme s'aggrave considérablement..

Les symptômes et l'évolution de la maladie peuvent causer des dommages importants au corps d'une femme en l'absence d'assistance en temps opportun. La perte de sang peut être fatale.

Il existe également un danger sous forme de nécrose, qui peut se développer au niveau de la tige tumorale. La cause la plus fréquente est la torsion de la jambe et l'échec de l'approvisionnement en sang.

Raisons de la formation de fibromes utérins

Il a été scientifiquement établi que les hormones sont la principale cause des fibromes utérins. Cependant, un facteur supplémentaire est la présence de conditions appropriées pour leur impact, à savoir tout dommage à l'utérus. Nous ne parlons pas nécessairement de dommages mécaniques. Ceux-ci peuvent être les conséquences d'une maladie qui a affecté négativement l'utérus..

Les autres causes pouvant causer la maladie comprennent:

Mode de vie inactif.

Il est à noter que la maladie est plus fréquente chez les femmes à la peau foncée. L'une des raisons possibles comprend également une prédisposition génétique..

Qu'est-ce que les fibromes utérins, ses symptômes et ses méthodes de traitement

Les chercheurs modernes pensent que les fibromes utérins sont une formation exceptionnellement bénigne, qui n'a pratiquement pas tendance à se développer en une formation maligne. Mais ce processus est la cause d'un grave inconfort dans la vie quotidienne de toute femme, par conséquent, environ 50% des patients admis à l'hôpital avec ce diagnostic subissent une opération planifiée associée à l'ablation des fibromes. Une femme sur quatre à l'âge adulte a une telle tumeur et une troisième femme en période de préménopause. Le traitement est sélectionné dans chaque cas individuellement, en fonction de l'emplacement et de la taille du processus tumoral, de la présence ou de l'absence de processus pathologiques concomitants, des projets de donner naissance à un enfant, de l'augmentation des fibromes pendant la ménopause, etc..

Alors, qu'est-ce que les fibromes utérins? Il s'agit d'une formation bénigne qui se manifeste sous la forme d'un seul nœud ou d'une accumulation de phoques dans les couches musculaires lisses de l'utérus. En fait, les fibromes sont un nom dépassé. Le nom exact est leiomyome, il est détecté par les gynécologues beaucoup plus souvent que les autres maladies féminines.

Causes et facteurs

À ce jour, il n'a pas été possible de clarifier enfin la nature de cette formation. Il existe de nombreuses hypothèses, parmi lesquelles les experts accordent la priorité aux dysfonctionnements du système hypothalamo-hypophysaire et, par conséquent, au déséquilibre des œstrogènes dans le corps féminin survenant dans leur contexte. Chez les gynécologues, il existe des hypothèses sur la corrélation entre le niveau du processus pathologique et la quantité d'œstrogènes, dont le saut se produit au début de la puberté et diminue de l'ordre de 3 fois au cours de la période ménopausique. Ainsi, le plus souvent, le fibrome est diagnostiqué au plus tôt à 35 ans et la chirurgie est le plus souvent pratiquée chez les femmes de 40 à 45 ans, les petites formations nodulaires ne se font pas sentir pendant une longue période, mais s'il existe des facteurs qui affectent négativement le corps peut-être le début de leur croissance progressive. Ceux-ci inclus:

  • prédisposition héréditaire à l'apparition de processus tumoraux;
  • absence d'accouchement chez une femme de plus de 30 ans;
  • le manque d'allaitement à l'âge de 30 ans;
  • contraception non contrôlée à long terme avec utilisation de médicaments hormonaux;
  • de nombreux avortements pratiqués, curetage diagnostique;
  • surpoids;
  • le manque de vie intime ou, au contraire, de relations sexuelles régulières avec promiscuité;
  • processus inflammatoires dans l'utérus, les appendices, les ovaires;
  • exposition au rayonnement ultraviolet pendant une longue période de temps;
  • processus pathologiques dans les organes endocriniens - glandes surrénales, glande thyroïde, etc.
  • pathologie ovarienne affectant la fonction de production d'hormones (y compris les formations kystiques);
  • troubles hémodynamiques identifiés dans le petit bassin;
  • complications post-partum accompagnées d'une issue traumatique.

Les principaux symptômes

Il convient de noter que dans la plupart des cas, les femmes atteintes de ce processus pathologique ne présentent aucun symptôme; souvent elles n'ont pas besoin de l'intervention de médecins. Néanmoins, des signes sont détectés chez un patient sur quatre en âge de procréer. La combinaison des symptômes est influencée par la taille, l'emplacement, le nombre et les types de fibromes.

Les manifestations les plus courantes rencontrées lors du diagnostic sont les suivantes:

  • douleur dans le bas-ventre et dans la région lombaire;
  • saignements menstruels abondants, accompagnés de crampes;
  • une période plus longue de jours critiques;
  • saignement de l'utérus et écoulement pendant la période intermenstruelle;
  • anémie associée et ses symptômes - étourdissements, faiblesse, fatigue accrue, pression artérielle basse;
  • une augmentation de la circonférence abdominale, attribuée à tort à une prise de poids ou à une grossesse;
  • douleur pendant les rapports sexuels;
  • constipation et problèmes intestinaux dus à la pression sur le rectum;
  • fausses couches, incapacité à concevoir un enfant;
  • mictions fréquentes, incontinence urinaire, dues à une pression sur la vessie exercée par une tumeur de l'utérus;
  • modifications anormales de la fonction hépatique;
  • modifications pathologiques des processus métaboliques;
  • pression dans le bas de l'abdomen, sensation de plénitude;
  • compression des racines nerveuses et, par conséquent, faiblesse et douleur dans les membres inférieurs;
  • processus inflammatoires dans les voies urinaires.

Classification

Du type de structures tissulaires régnant dans la tumeur:

  • un grand nombre d'éléments stromaux du tissu conjonctif (fibromes);
  • la tumeur est principalement constituée de myocytes (fibromes);
  • une tumeur dans le myomètre, constituée de cellules musculaires lisses (léiomyome);
  • une tumeur de cellules striées croisées dans le myomètre (rhabdomyome).

En fonction des caractéristiques morphologiques de la tumeur et de l'activité des processus de prolifération en cours

  • simple - hyperplasie musculaire bénigne, caractérisée par une croissance lente, l'absence de processus prolifératifs;
  • prolifération - une tumeur bénigne avec l'activité de la mitose cellulaire, une croissance assez rapide, l'absence de cellules myométriales atypiques;
  • pré-sarcome - de nombreux éléments, y compris des noyaux cellulaires atypiques et hétérogènes.

Selon les méthodes de croissance des éléments nodulaires

En fonction des caractéristiques topographiques des nœuds du processus tumoral

  • interstitielle ou intramurale - une tumeur dans l'épaisseur de la couche musculaire;
  • une tumeur sous-séreuse ou sous-péritonéale est située sous la membrane séreuse de l'utérus;
  • sous-muqueux ou situé sous la membrane muqueuse de l'utérus, avec sa déformation;
  • intraligamentaire - le processus est situé entre les parties de l'appareil ligamentaire de l'utérus.

En fonction du nombre de nœuds

  • seulement;
  • multiple (fibromes multinodulaires).

Typologie des fibromes détectés par examen échographique de l'utérus:

  • I. un ou plusieurs très petits nœuds sous-séreux ou interstitiels. Les nœuds sous-muqueux ne sont pas détectés.
  • II un ou plusieurs nœuds de taille moyenne. Pas de nœuds sous-muqueux.
  • Les nœuds sous-séreux et interstitiels III sont grands, plus de 6 cm, pas de nœuds sous-muqueux.
  • Nœuds IV sous-séreux / interstitiels très gros, des nœuds sous-muqueux sont détectés ou suspectés.

Myome et fibromes

Étant donné que l'utérus comprend non seulement des muscles lisses, mais également du tissu conjonctif, il est courant de distinguer les fibromes des fibromes. Cependant, en fait, de nombreux spécialistes, pour comprendre les patients, combinent les concepts de fibrome, de myome et de fibromes en un seul tout. Dans les couches tissulaires de l'utérus, si les cellules stromales prédominent dans le processus tumoral et que les fibres musculaires lisses sont minoritaires, elles parlent de fibromes du corps utérin. Si la prédominance des cellules myométriales est exprimée et qu'il y a très peu de tissu conjonctif, le médecin a le droit de diagnostiquer le myofibrome. Lorsque seules des structures de tissu conjonctif se trouvent dans la tumeur, on parle de fibrome..

En commun dans les caractéristiques de ces néoplasmes, il convient de noter que tout processus bénin dans l'utérus capture un grand nombre de vaisseaux sanguins, prolifère les tissus et est engagé dans le maintien des symptômes caractéristiques. Une étude cytologique approfondie a révélé qu'il y en a encore plus dans les fibromes. Une tumeur contenant exclusivement des cellules de type muscle lisse est plus douce au toucher.

Complications

Il est nécessaire de traiter les fibromes utérins en temps opportun: la maladie est dangereuse à la fois en elle-même et avec diverses complications. Parmi eux:

  1. Nécrose (nécrose) de zones individuelles ou de l'ensemble de la tumeur. Dans une telle situation, la femme est tourmentée par une douleur intense, qui est particulièrement perceptible à la palpation. Et aussi des nausées, des vomissements, une hyperthermie sont possibles. L'intervention chirurgicale est indiquée pour la nécrose.
  2. Suppuration. Un effet secondaire qui survient assez rarement et se développe à la suite d'une nécrose. Il s'accompagne d'une septicémie, d'une augmentation de la température corporelle. Chirurgie d'urgence requise.
  3. L'émergence d'un nœud. Une tumeur de nature confuse peut apparaître dans le vagin ou à l'extérieur de celui-ci. Les ganglions à longue tige provoquent des crampes douloureuses dans le bas du dos et le bas de l'abdomen et peuvent entraîner une inversion de l'utérus. L'intervention chirurgicale est obligatoire.
  4. La complication la plus courante est la torsion de la jambe. Caractérisé par la douleur et le dysfonctionnement de l'intestin et de la vessie.
  5. Rupture de la capsule et rupture des vaisseaux du nœud.

Une telle complication est extrêmement rare et provoque généralement une douleur aiguë (de type poignard) et des signes caractéristiques d'hémorragie interne dans la cavité abdominale. Dans ce cas, une opération immédiate est nécessaire - excision des ganglions fibreux ou amputation utérine complète dans la région supravaginale. La dégénérescence des fibromes utérins en une forme maligne ne se produit que dans cinq à sept pour cent des cas.

Caractéristiques pendant la grossesse

Les fibromes bloquent le canal cervical et les tubes. Si la formation est suffisamment grande, le cycle et l'ovulation sont interrompus, la probabilité de conception diminue. En cas de grossesse, une observation attentive et constante du gynécologue est nécessaire, car le risque de fausse couche ou de travail prématuré est élevé.

Diagnostique

Les fibromes utérins sont détectés lors de l'examen gynécologique, l'échographie, l'hystéroscopie, les diagnostics de laboratoire, le curetage, la cytologie et l'histologie. Selon la classification internationale des maladies, les fibromes mkb-10 ont un code D25.

Dans quels cas l'opération ne peut être évitée?

Toutes les complications ci-dessus sont une indication directe pour une solution rapide au problème. Cependant, il convient de noter que l'opération ne conduit pas toujours à l'ablation complète de l'utérus. Seule la réduction tumorale est possible. Cette approche est utilisée dans les cas où une femme s'attend à devenir enceinte à l'avenir, mais cette méthode ne garantit pas la possibilité d'éviter les rechutes..

Traitement

À la suite d'un examen complet, il est recommandé au patient l'une des méthodes de traitement, en fonction des caractéristiques de la formation de la tumeur et du niveau du processus de fibromyome.

Le choix de la stratégie de traitement dépend également du désir de la femme d'avoir des enfants à l'avenir..

Chirurgical

En règle générale, la myomectomie est pratiquée - l'ablation complète d'une formation bénigne ou une ectomie utérine totale est pratiquée. Peut-être également ablation partielle d'un organe (défundation).

Un effet mini-invasif sur les artères est une méthode assez nouvelle pour résoudre le problème: les vaisseaux qui alimentent artificiellement le myome sont bloqués.

Méthodes conservatrices

Dans certains cas, il existe une possibilité d'exposition aux fibromes utérins par des agents hormonaux. Les médicaments sont sélectionnés en fonction de l'âge du patient, de l'équilibre hormonal, des maladies concomitantes.

La durée du traitement est de six mois ou plus. Si le résultat est positif, il n'y a plus d'indication chirurgicale.

En parallèle avec les médicaments hormonaux, des stéroïdes anabolisants, des vitamines, des médicaments qui préviennent l'anémie et des agents hémostatiques sont prescrits.

L'opération est prescrite dans les cas où la taille du processus fibreux dépasse la taille du fœtus à 12 semaines de grossesse.

Dans un certain nombre de cas, la méthode de l'homéopathie est reconnue comme efficace pour le traitement de l'éducation bénigne..

Remèdes populaires et leur utilisation pour la formation de tumeurs

Pour le traitement des fibromes, des remèdes populaires sont souvent utilisés, ainsi que la phytothérapie. Un tel traitement n'est possible que sous la surveillance d'un spécialiste, ainsi que si la maladie ne se manifeste pas de manière symptomatique et que la taille de la tumeur est petite.

Si des symptômes sont présents, il est toujours optimal d'utiliser des méthodes thérapeutiques traditionnelles..

Prévention de la maladie

Pour se protéger d'une maladie aussi grave, les femmes doivent suivre ces recommandations:

1. N'avortez pas. Utilisez des contraceptifs pour éviter les grossesses non désirées.

2. Il est souhaitable que la première naissance ait lieu avant l'âge de 22 ans et que la femme doit allaiter.

3. Il n'est pas recommandé de se débarrasser de la première grossesse, surtout si la femme a une prédisposition génétique aux tumeurs.

4. Il est nécessaire de consulter régulièrement un gynécologue pour la détection rapide des pathologies.

5. Évitez d'être en plein soleil, en particulier pendant la phase active. Il est fortement déconseillé de visiter les salons de bronzage.

Qu'est-ce que les fibromes utérins? Quels sont les premiers symptômes des fibromes? Comment diagnostiquer?

Les fibromes sont la pathologie la plus courante chez les femmes en âge de procréer.

Causes et facteurs de risque

Malgré le fait qu'il existe aujourd'hui de nombreuses méthodes de recherche très informatives, la principale cause du développement des tumeurs utérines n'a pas encore été identifiée.

  • menstruation précoce;
  • âge de procréation tardif;
  • ménopause;
  • avortements fréquents et curetage de la cavité utérine;
  • utilisation à long terme de médicaments hormonaux;
  • absence dans l'histoire gynécologique de l'accouchement;
  • obésité;
  • maladie du foie;
  • fumeur;
  • situations stressantes fréquentes;
  • état psychoémotionnel instable;
  • les œstrogènes étrangers;
  • prendre des contraceptifs oraux combinés;
  • facteur géographique;
  • troubles immunitaires;
  • prédisposition héréditaire.

Il existe trois options principales pour le développement d'une tumeur de l'utérus.

  • Variante centrale - se produit lorsque des éléments du système nerveux central sont endommagés. Le système hypothalamo-hypophysaire régule le niveau des hormones sexuelles féminines, et une violation de l'une des structures conduit à un trouble dysfonctionnel.
  • Variante utérine - se développe chez les femmes dont la sensibilité des récepteurs utérins est altérée, responsables de la production de progestérone. Lorsque le rapport quantitatif des œstrogènes et de la progestérone change, une hypoplasie utérine, une endométrite et des avortements fréquents peuvent survenir.
  • Variante ovarienne - associée à la formation de kystes, qui perturbe la production normale d'hormones.

L'une des options conduit à une violation du système hormonal féminin et est un déclencheur de la formation d'une tumeur de l'utérus.

Un néoplasme bénin passe par plusieurs étapes, surmontant les changements structurels:

  • le facteur provoquant déclenche un processus actif de croissance des éléments cellulaires de la paroi utérine d'un diamètre allant jusqu'à 3 cm;
  • la maturation de la tumeur se produit en raison d'une augmentation de la masse des fibres musculaires;
  • le stade dystrophique survient après l'arrêt de la croissance des fibromes.

Il existe deux types de nodules dans l'utérus: une tumeur simple et une tumeur proliférante.

  • Une simple tumeur se développe lentement et ne se manifeste pas cliniquement. Une telle formation peut être détectée par hasard lors d'un examen gynécologique ou à l'aide d'une échographie des organes pelviens.
  • Le nœud proliférant provoque des symptômes spécifiques et nécessite une surveillance fréquente de la taille en dynamique, car il se développe rapidement.

Symptômes cliniques

Les premiers symptômes des fibromes sont des irrégularités menstruelles et des douleurs abdominales basses

Les fibromes de l'utérus chez chaque femme se manifestent de différentes manières, tout dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme. Dans certains, le cours peut être asymptomatique, tandis que dans d'autres, il est prononcé.

La clinique dépend d'un certain nombre de facteurs - localisation, taille, état du système immunitaire.

  • Une tumeur intermusculaire ou interstitielle - située dans la couche musculaire de l'utérus, peut perturber la contractilité du myomètre et augmenter la surface de l'endomètre. Malgré cela, cette forme a un cours favorable.
  • Tumeur sous-péritonéale ou sous-péritonéale - se développe sous la membrane séreuse et se développe vers la cavité abdominale. Capable de se développer dans d'autres organes et tissus.
  • La localisation sous-muqueuse ou sous-muqueuse des fibromes est une forme défavorable, car la déformation des structures de la cavité utérine se produit.

Au stade de la formation du nœud myomateux, l'état général de la femme reste inchangé.

Avec une forme de tumeur à croissance rapide, les symptômes cliniques apparaissent plus tôt.

  • Les irrégularités menstruelles sont le premier symptôme, mais les femmes y prêtent rarement attention. Il convient de garder à l'esprit qu'une fluctuation du cycle de plus de trois jours est une bonne raison pour contacter un gynécologue et clarifier l'état des organes génitaux.
  • Syndrome douloureux - peut avoir divers degrés de gravité et dépendre directement de la localisation, ainsi que de la taille du néoplasme. Le myome sous-muqueux se manifeste par des sensations de douleur aiguës et crampes. Un gonflement sous-péritonéal provoque des douleurs douloureuses dans le bas de l'abdomen. Les tumeurs de petite taille ne causent pas d'inconfort et les gros nœuds sont capables de comprimer les tissus, augmentant ainsi la douleur. De plus, une gêne peut survenir dans le rectum et la vessie..
  • Saignements utérins - apparaissent en raison d'un changement du cycle menstruel. En raison de la croissance de la tumeur, l'utérus perd sa capacité à se contracter, ce qui explique pourquoi les menstruations deviennent plus abondantes et plus longues. Alors que le saignement disparaît en une semaine menstruelle, la femme ne remarque aucun changement particulier, mais plus tard, le saignement apparaît au milieu du cycle et vous met en alerte.
  • Anémie - se manifestant par une faiblesse, une diminution de la capacité de travail, une perte de cheveux, une détérioration de la peau et des ongles, une perversion du goût. Le mécanisme de développement de l'anémie est associé à des pertes de sang fréquentes et à une consommation de fer de réserve par l'organisme.

Fibromes de l'utérus pendant la grossesse

Les fibromes bénins ne sont pas un obstacle majeur au port du fœtus. Le plus souvent pendant la grossesse, les jeunes femmes sont observées avec de petites tumeurs qui ne sont pas capables de provoquer des complications graves..

Le principal problème pendant la grossesse en présence de fibromes est l'incapacité de l'utérus à retenir le fœtus. Les processus dystrophiques et nécrotiques des ganglions, l'attachement de l'ovule près de la tumeur, ce qui perturbe le déroulement favorable de la grossesse sont également dangereux..

Diagnostique

Le diagnostic des fibromes commence par un examen par un gynécologue

Pour que le médecin diagnostique et prescrive correctement un traitement spécifique, il doit clarifier quels ont été les changements au cours du cycle menstruel, la localisation de la douleur et la présence d'écoulement du tractus génital.

Le diagnostic des fibromes comprend les études suivantes:

  • examen bimanuel du vagin, du col de l'utérus, détermination de la taille de l'utérus, présence de ganglions;
  • examen du col de l'utérus à l'aide d'un miroir gynécologique;
  • oncocytologie du frottis cervical;
  • diagnostic par ultrasons - en utilisant l'échographie, vous pouvez déterminer le nœud nouvellement apparu, l'observer en dynamique, évaluer l'efficacité du traitement;
  • échohystérographie - vous permet d'agrandir la cavité utérine et de détailler l'emplacement du nœud et l'état de l'endomètre;
  • la tomodensitométrie (TDM) et l'imagerie par résonance magnétique (IRM) permettent de visualiser non seulement l'utérus, mais aussi les appendices, ainsi que d'évaluer l'état des tissus se présentant à la tumeur.

Traitement

Le traitement commence par un traitement hormonal, mais s'il est inefficace, une intervention chirurgicale est recommandée

La principale tactique de prise en charge des femmes atteintes d'un ganglion utérin fibromyomateux est l'hormonothérapie avec une surveillance constante. En l'absence d'effet de traitement conservateur, des méthodes chirurgicales sont utilisées.

L'hormonothérapie est prescrite en tenant compte des perturbations cycliques. Avec des menstruations normales, des médicaments gestagènes sont prescrits et, en cas de saignement acyclique, les médicaments œstrogènes-gestagènes combinés sont préférés. Les femmes plus âgées reçoivent des androgènes.

Le traitement symptomatique comprend du fer et des médicaments hémostatiques, des analgésiques et des vitamines.

En l'absence de dynamique positive, ils recourent à une intervention chirurgicale.

Indications de la méthode chirurgicale de traitement:

  • saignement abondant conduisant à une anémie;
  • syndrome de douleur chronique;
  • dysfonctionnements des organes voisins se présentant à l'utérus;
  • grande taille de nœud;
  • croissance tumorale rapide;
  • violation de la fonction reproductrice;
  • infertilité.

Il existe les types de chirurgie suivants:

  • Hystérectomie totale - ablation de l'utérus. Elle est réalisée dans les cas où l'organe ne peut être préservé en raison de la grande taille de la tumeur ou de la présence de complications. Le plus souvent, l'hystérectomie est pratiquée sur des femmes plus âgées ou des femmes qui ont déjà des enfants.
  • L'embolisation de l'artère utérine est une méthode alternative. Elle est réalisée sous anesthésie locale. Grâce à l'embolisation, la nutrition de la tumeur est perturbée, après quoi ses tissus commencent à mourir. Avec cette intervention, la capacité de reproduction de la femme est préservée..
  • Myomectomie - ablation du fibrome lui-même. Il est fait pour les jeunes filles, en maintenant l'intégrité de l'utérus et la fonction menstruelle.

Pour éviter une intervention chirurgicale, vous devez suivre les recommandations des médecins, subir des diagnostics de routine et ne pas ignorer l'hormonothérapie nécessaire, sinon les conséquences peuvent être préjudiciables.

Fibromes de l'utérus

Les fibromes de l'utérus sont considérés comme l'une des formations néoplasiques les plus courantes qui surviennent dans le système reproducteur féminin. Un diagnostic opportun et des mesures prises à un certain stade du développement de ce processus tumoral peuvent arrêter son développement et soulager le patient de l'inconfort et des symptômes douloureux.

Qu'est-ce que les fibromes utérins?

À la base, les fibromes sont une tumeur bénigne qui dépend en grande partie des niveaux hormonaux dans le corps de la femme et se forme principalement à partir de tissu conjonctif et d'une certaine quantité de muscle. Selon les statistiques médicales, des changements pathologiques similaires sont observés chez presque un patient sur cinq lors d'un contact avec un gynécologue pour se sentir mal. Dans la très grande majorité, de telles tumeurs se forment dans le corps de l'utérus, et seulement 5% d'entre elles sont localisées dans le col de l'utérus.

Causes et facteurs de risque

Pour que le fibrome se forme et poursuive son développement, il est nécessaire de créer les conditions appropriées pour cela, qui jouent le rôle de facteurs provoquants. Le plus souvent, ces circonstances sont les situations suivantes:

  • une caractéristique des organes reproducteurs non utilisés pour la conception et la grossesse;
  • les grossesses existantes interrompues artificiellement;
  • instabilité de l'état psycho-émotionnel;
  • abus de rayonnement ultraviolet;
  • inflammation chronique des organes reproducteurs féminins;
  • longue période d'utilisation de contraceptifs hormonaux;
  • formations kystiques existantes dans les ovaires.

Une caractéristique des fibromes est sa croissance rapide, atteignant une grande taille et la présence de pathologies concomitantes sous forme de lésions ovariennes ou d'endométriose. L'âge principal des femmes qui sont indiquées pour une opération d'ablation de l'utérus en raison de circonstances aggravantes causées par le développement de cette tumeur tombe sur la période de 40 à 45 ans.

Les maladies sous forme de diabète, la présence d'un excès de poids, les troubles métaboliques, l'hérédité et bien plus encore ont un effet négatif sur ce type de processus tumoral..

Symptômes

En règle générale, le développement de la tumeur est asymptomatique, ce qui complique le diagnostic. Souvent, les fibromes restent non détectés pendant une longue période et ne sont déterminés qu'aux stades ultérieurs de leur développement. Les manifestations douloureuses ne peuvent être ressenties qu'avec une taille assez grande de la formation, lorsque le seul moyen de soulager l'état du patient est la chirurgie. Néanmoins, les gynécologues vous conseillent d'être attentifs à votre corps et de réagir correctement s'il y a au moins un des symptômes suivants:

  1. Menstruations douloureuses et abondantes qui durent plus longtemps que prévu.
  2. Saignement vaginal non lié au cycle menstruel.
  3. Symptômes d'inconfort et accès de douleur avec crampes abdominales.
  4. Douleur pendant les rapports sexuels, accompagnée d'une envie fréquente d'uriner.
  5. Douleur irradiant vers la région lombaire et le dos.
  6. Flatulences et sensation de ballonnements.
  7. Augmentation de la taille du ventre.
  8. Impossibilité de conception, et pour une période assez longue et sans raisons existantes.

Dans le cas où la tumeur se comporte sans agression et sans accompagnement de symptômes douloureux, des tactiques d'observation sont utilisées. Le plus souvent, le développement de fibromes se produit pendant une période d'abaissement du taux d'œstrogène, ce qui se produit avec la ménopause.

Les formations de fibromyome sont classées par la nature de leur localisation et par la nature du développement, en relation avec laquelle elles sont divisées en groupes suivants:

  • sous-muqueux - ce type se forme sous la membrane muqueuse à l'intérieur de la cavité utérine;
  • interconnectif - se produit à l'emplacement de l'appareil ligamentaire qui soutient l'utérus dans une position constante;
  • diffus - se propage à la majeure partie de la surface de l'utérus;
  • sous-séreux - formé au-dessus de la surface externe de l'utérus;
  • nodal - formé de plusieurs nœuds;
  • interstitiel - se produit sur l'une des parois de l'utérus, avec une croissance rapide.

En plus de ces types, les gynécologues distinguent les fibromes de nature simple, proliférants et en état de pré-sarcome. Les tumeurs de nature simple sont les moins inquiétantes, car elles augmentent lentement et sont faciles à traiter. Le type de fibromes proliférants a tendance à se développer rapidement, cependant, il n'a pas de cellules atypiques en soi. Le type de fibromes le plus dangereux - le pré-sarcome, est une tumeur à forte teneur en cellules atypiques, présente une nature clinique prononcée de la maladie et doit donc être éliminée le plus tôt possible. C'est ce type de tumeur qui entraîne le plus souvent la nécessité de retirer tout l'utérus.

Quelle est la différence avec les fibromes?

La différence entre les fibromes et les fibromes n'est pas aussi importante que cela puisse paraître à première vue. Ces deux tumeurs sont bénignes, ont une étiologie similaire et une évolution similaire du processus pathologique. Les différences entre eux ne concernent que la composition structurelle, car le myome est principalement formé à partir de tissus musculaires et les fibromes se composent principalement de tissus conjonctifs. Habituellement, le développement des fibromes se produit selon la règle suivante: initialement, un noyau se forme, entièrement composé de muscles, qui est ensuite envahi par les tissus conjonctifs. C'est la différence la plus importante entre les deux tumeurs, le reste de leurs caractéristiques est presque similaire..

Pour la plupart, le myome commence à se former dans la paroi musculaire elle-même et sa croissance se produit à l'intérieur de l'utérus, tandis que les fibromes peuvent se manifester n'importe où et sa différence caractéristique est sa croissance rapide..

Complications

Les fibromes ne peuvent être ignorés, car cette tumeur insidieuse peut entraîner un grand nombre de complications diverses. Ainsi, si le traitement n'a pas été effectué à temps, on peut s'attendre au développement de telles situations, et à tout moment:

  1. La mort des tissus de formation se produit en raison d'une nutrition insuffisante. La nécrose peut se propager à des zones séparées du néoplasme ou affecter toute la tumeur, après quoi elle meurt complètement. La condition est accompagnée de douleurs paroxystiques sévères, aggravées par la palpation. Le patient ne se sent pas bien, l'état s'accompagne de vomissements, de douleurs intenses, d'hyperthermie, avec l'ajout d'une infection, la position devient menaçante et a besoin de l'aide d'un chirurgien.
  2. Inflammation purulente. Heureusement, ils sont assez rares et se forment à la suite d'une nécrose tumorale. Il se manifeste comme une maladie grave accompagnée d'une septicémie et nécessite une intervention chirurgicale immédiate.
  3. La naissance des nœuds. Le type de tumeur sombuqueuse peut se développer à l'extérieur de l'utérus, dans le vagin et même plus loin. Formez une jambe longue, caractérisée par de graves symptômes de douleur et menace d'inversion de l'utérus. Nécessite une intervention chirurgicale immédiate.
  4. Tournez les jambes. La complication la plus courante, accompagnée de l'apparition de douleurs soudaines, d'hyperthermie et d'une altération des fonctions excrétrices. Éliminé rapidement.

Caractéristiques pendant la grossesse

La grande taille des fibromes est généralement un obstacle important à la grossesse. En augmentant, la tumeur comprime le canal cervical du col de l'utérus, les trompes de Fallope, provoquant ainsi une violation de l'ovulation et des irrégularités menstruelles. Si la grossesse persiste, ils essaient de la sauver et la femme est observée par un gynécologue pendant toute la période, car la probabilité de fausse couche ou de naissance prématurée demeure.

Le processus générique chez ces patients dure plus longtemps que d'habitude, le fœtus peut ne pas être soumis correctement, par conséquent, dans de tels cas, il est recommandé de recourir à une césarienne. Souvent, la période de lactation et les changements post-partum des niveaux hormonaux contribuent à la réduction des fibromes et même à sa résorption complète.

Diagnostique

Pour effectuer des diagnostics lors de la confirmation du diagnostic préliminaire des fibromes, utilisez des méthodes de diagnostic conventionnelles, telles que:

  • effectuer un examen gynécologique;
  • examen par ultrasons;
  • méthode d'hyteroscopie;
  • curetage diagnostique;
  • recherche en cytologie et histologie;
  • tests de laboratoire;
  • métrographie.

Comment traiter

Sur la base des résultats de l'examen, le médecin décide de la méthode de traitement nécessaire, dont la faisabilité est déterminée par le type et la nature de la tumeur, ainsi que par le stade de son développement.

Le désir d'une femme d'avoir un enfant dans le futur est également important dans ce domaine, donc le choix est toujours vers des manipulations de préservation des organes. Le processus de traitement peut utiliser une méthode chirurgicale ou utiliser un traitement conservateur.

Chirurgie

Les opérations chirurgicales ne visent pas à retirer complètement l'utérus; les médecins s'efforcent toujours de garder les organes reproducteurs capables de fonctionner intacts. Le plus souvent, la myomectomie est utilisée pour cela, lorsqu'une seule tumeur doit être retirée. Cependant, le risque de récidive demeure, par conséquent, si cela n'est pas possible, une ablation partielle de l'utérus peut être utilisée avec le néoplasme. Les patients peuvent se voir proposer une nouvelle méthode sous forme d'embolisation artérielle, qui utilise un obstacle créé artificiellement à la circulation sanguine dans la tumeur formée. En conséquence, le processus inverse de son développement se produit..

Une méthode de traitement complètement nouvelle est l'évaporation du nœud à l'aide de l'ablation FUS, qui ne prévoit pas d'incisions et vous permet de l'éliminer sans effusion de sang à l'aide d'ultrasons..

Un traitement conservateur

Les méthodes thérapeutiques conservatrices impliquent l'utilisation de médicaments hormonaux. Le choix de ces fonds est confié à des spécialistes qui tiennent compte de la nature de la tumeur, de l'âge du patient, de l'ampleur de la perturbation du niveau hormonal, de la présence de maladies chroniques et bien plus encore..

Souvent, les médicaments hormonaux aux stades initiaux de la maladie sont capables d'éliminer complètement les troubles existants ou d'arrêter le développement ultérieur de la tumeur..

Thérapie hormonale

Habituellement, l'hormonothérapie est effectuée pendant une longue période, au moins six mois. Le but de cette méthode est d'éliminer les motifs de chirurgie. Un tel traitement est capable d'utiliser les groupes de médicaments suivants:

  • agents gestagènes;
  • gestagène avec inclusion d'oestrogènes;
  • médicaments atigonadotropes;
  • médicaments contenant des androgènes.

L'utilisation de médicaments hormonaux pour le traitement de divers types de fibromes a du sens aux stades initiaux du développement du processus tumoral, dont la durée ne dépasse pas douze semaines.

Remèdes populaires

Les méthodes de traitement traditionnelles constituent un complément efficace aux méthodes complexes de traitement des fibromes. Ils sont sélectionnés en tenant compte des indications individuelles, n'utilisent que des ingrédients naturels et n'ont pratiquement aucune contre-indication. À l'aide de ces moyens, il est possible de restaurer les défenses internes du corps à l'aide desquelles il parvient avec succès à éliminer les troubles pathologiques.

Il convient de garder à l'esprit que l'utilisation de remèdes populaires est plus recommandée en raison de la nature asymptomatique des processus tumoraux et de la petite taille de la formation de fibrome.

La prévention

À des fins préventives, les patients ayant une prédisposition à la formation d'une tumeur dans l'utérus sont invités à suivre les recommandations suivantes:

  • prévenir l'avortement;
  • ne retardez pas la naissance du premier enfant, il faut le faire avant l'âge de 23 ans avec l'allaitement obligatoire;
  • conservation obligatoire de la première grossesse;
  • prévenir les maladies gynécologiques chroniques, traiter les manifestations aiguës de maladies en temps opportun;
  • ne pas abuser du bronzage et refuser un lit de bronzage;
  • subir périodiquement des examens préventifs gynécologiques.

Une tumeur telle que les fibromes n'est pas une phrase, cependant, dans certains cas, elle peut renaître et prendre une évolution maligne. Pour cette raison, en cas de soupçon, même le plus léger, d'un dysfonctionnement de votre système reproducteur, vous devez consulter un gynécologue. La visite ne sera jamais vaine, et si vos soupçons se sont avérés vains, cela ne servira qu'à une autre raison de joie.

Commentaires

Vous pouvez laisser vos avis et résultats du traitement des fibromes utérins dans les commentaires ci-dessous, ils seront utiles aux autres utilisateurs!

Svetlana:

Ma sœur a été traitée par divers préposés pendant près de cinq ans, elle a bu des infusions de plantes. Souvent toxique. En conséquence, le foie, les intestins et l'estomac ont été affectés. À partir de règles abondantes, une anémie s'est développée et des vertiges ont commencé à apparaître. Je suis allé à l'hôpital avec des saignements sévères et immédiatement sur la table d'opération. A peine sauvé, opéré et tout a été enlevé. Et cela pourrait être limité uniquement à une tumeur.

Katia:

J'ai eu de la chance, bien qu'ils aient trouvé une tumeur fibrome, mais j'ai réussi à tomber enceinte et à accoucher en toute sécurité. Certes, il y avait plusieurs fois une menace de fausse couche, mais un bon médecin a été attrapé. Il s'est assuré. J'avais peur du déroulement de l'accouchement, de l'interférence de la tumeur, alors ils ont décidé de pratiquer une césarienne. Maman s'est réveillée aussi. Maintenant, je traite étroitement mes problèmes afin d'empêcher la croissance de l'éducation.