Principal
Cirrhose

Adénocarcinome acineux de la prostate

Parmi les maladies malignes féminines, le cancer du corps de l'utérus (endomètre) est la pathologie la plus courante. Parmi toutes les tumeurs malignes de cette localisation, l'adénocarcinome représente 80%. Selon une étude de 2008, le nombre de cas nouvellement diagnostiqués de la maladie dans le monde représentait plus de 287 000. Dans la structure des tumeurs malignes de la population féminine, l'adénocarcinome du corps utérin est l'une des cinq affections les plus courantes, après le cancer du sein et le cancer de la peau. Les maladies malignes ont des différences morphologiques - une tumeur peut se former à partir de cellules du tissu glandulaire, de l'endomètre de l'utérus, de la couche conjonctive ou musculaire. Sur cette base, l'adénocarcinome de l'utérus (une tumeur épithéliale appelée cancer de l'utérus ou adénocarcinome endométrioïde de l'utérus) et le sarcome sont isolés.

Âge et géographie

La catégorie d'âge «préférée» de la pathologie est celle des femmes ménopausées, de 55 à 69 ans. Ils représentent 70% des maladies nouvellement diagnostiquées. 25% du nombre total de patients sont des femmes préménopausées, les 5% restants des cas tombent sur la part des jeunes femmes de moins de 40 ans.

La plupart des patients sont des femmes blanches européennes vivant dans les villes. Parmi les représentants à la peau foncée, la pathologie est presque 2 fois moins fréquente. Le pronostic pour la race blanche est généralement meilleur que pour l'Afro-américain, cependant, cette caractéristique est plus probablement associée à la visite tardive chez le médecin chez les femmes noires. Les femmes urbanisées sont deux fois plus susceptibles de tomber malades que les femmes rurales.

Classification

Actuellement, la classification histologique internationale est la suivante:

  • adénocarcinome endométrial;
  • adénocarcinome à cellules claires;
  • carcinome squameux;
  • carcinome épidermoïde glandulaire;
  • adénocarcinome séreux;
  • cancer mucineux;
  • cancer indifférencié.

La croissance tumorale peut se dérouler de manière exophytique, endophyte ou mixte. Si l'on considère les statistiques de localisation de la tumeur utérine, elle est plus souvent située dans la région du corps et du bas de l'organe, moins souvent dans le segment inférieur.

Le degré de différenciation de la tumeur, qui indique le niveau de malignité, est d'une grande importance. Les prévisions de la vie d'une femme dépendent de cet indicateur. Allouer:

  1. adénocarcinome utérin hautement différencié (G1) - la variante la moins maligne;
  2. adénocarcinome utérin modérément différencié (G2);
  3. adénocarcinome utérin mal différencié (G3) - haut grade de malignité.

Le tableau montre schématiquement des projections pour différentes formes de cancer de l'utérus:

Pronostic favorableMauvais pronostic
DifférenciationG1G2 - G3
ÉtapejeIII - IV
HistologieAdénocarcinome endométrioïde de l'utérusAdénocarcinome séreux à cellules claires, carcinome glandulaire squameux et mucineux
PropagéZone limitéeTumeur généralisée, avec la transition vers le col de l'utérus
Embolisation vasculaireInvisibleil y a

Classification FIGO (Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique):

Stade 0 - précancer, endomètre hyperplasique atypique.

Stade I - la tumeur est localisée dans l'utérus:

IA - localisation de la tumeur dans l'endomètre;

IB - la tumeur se développe de l'endomètre dans le myomètre 1 cm, à l'exclusion de la couche séreuse.

Stade II - la tumeur affecte le corps et le cou.

Stade III - la tumeur se développe au-delà des frontières de l'utérus, mais est située dans le petit bassin.

IIIA - la tumeur se propage, se développe dans la membrane séreuse, des métastases apparaissent (appendices, ganglions lymphatiques),

IIIB - affecte la fibre paramétrique, peut métastaser dans le vagin.

Stade IV - localisé à l'extérieur du petit bassin, invasion dans l'intestin, la vessie est déterminée.

De plus, avec la classification FIGO, le cancer de l'endomètre est classé selon le système TNM. Les deux classifications sont pertinentes et se complètent, vous permettant de choisir les tactiques de traitement les plus optimales.

Types de développement

Bien qu'aujourd'hui les raisons exactes du développement du cancer de l'utérus restent floues, il a été précisément établi que la maladie appartient à la catégorie des pathologies hormono-dépendantes. Il existe 2 types de cancer de l'endomètre.

  • Le type 1 comprend 2/3 de tous les cas diagnostiqués de cancer de l'utérus. La maladie survient à la suite de l'effet des œstrogènes sur l'endomètre, une hyperplasie se développe, qui, en l'absence de traitement, se transforme en adénocarcinome. Il est important qu'avec ce type de développement, la tumeur soit bien différenciée et ait un pronostic favorable..
  • Le développement de la maladie de type 2 est moins fréquent (¼ de tous les cas de la maladie). La pathologie n'est pas associée à l'action des œstrogènes, par conséquent, l'hyperplasie de l'endomètre n'est pas observée. Il est extrêmement difficile de différencier une telle tumeur, donc le pronostic dans ce cas est défavorable.

Dans la littérature médicale, il existe des descriptions du troisième type de développement de la maladie, c'est-à-dire une tumeur génétiquement héritée. Il est extrêmement rare, il peut être associé à des tumeurs intestinales et appartient à des adénocarcinomes de bas grade. Un tel adénocarcinome de l'utérus a un pronostic extrêmement défavorable.

Régime alimentaire et cancer de l'utérus

Au début du matériel, nous avons mentionné que l'incidence des tumeurs malignes de l'utérus dans les pays occidentaux est beaucoup plus élevée qu'en Orient. Il existe un lien avec les habitudes alimentaires - chez les femmes qui mangent des aliments gras, la maladie survient plus souvent que chez celles qui préfèrent les légumes et les fruits. La plupart des patients atteints d'adénocarcinome et d'autres types de maladie sont en surpoids, obèses.

Autres facteurs

  • Voici les facteurs qui augmentent le risque de développer un adénocarcinome:
  • Absence d'au moins une naissance dans la vie.
  • Ménopause après 52 ans.
  • Postménopause avec écoulement sanglant.
  • Diabète.
  • Hypertension.
  • Prédisposition héréditaire.

Symptômes 1 à 2 étapes

Comme d'autres pathologies oncologiques, le cancer de l'endomètre ne possède pas un tableau clinique riche. Il est possible de le soupçonner de postménopause si le patient se plaint d'un écoulement pathologique du tractus génital. À ce stade du développement de la tumeur, les plaintes de spotting sont extrêmement rares..

Chez une femme préménopausée, le médecin peut suspecter un cancer de l'endomètre si elle se plaint de saignements menstruels longs et abondants, ainsi que s'il y a un écoulement sanglant entre les règles. Mais il est extrêmement difficile de soupçonner la maladie, car la plupart des femmes ne demandent tout simplement pas d'aide. Souvent chez les jeunes femmes, une tumeur est diagnostiquée lors d'un examen d'infertilité, de dysfonctionnement ovarien.

Symptômes 3-4 étapes

Si le patient n'a pas consulté de gynécologue depuis longtemps, en présence d'adénocarcinome à un stade précoce, la maladie commence à progresser, ce qui se reflète dans la dynamique du développement des symptômes. une faiblesse générale apparaît et se développe, il y a une perte de poids corporel non motivée. De tels patients en 3 à 4 semaines peuvent perdre du poids de 8 à 20 kg, mais parfois il n'y a pas de changement dans le corps. Les saignements et les taches sont typiques de la maladie à ce stade et peuvent être présents entre la menstruation et la période post-ménopausique.

En présence de métastases à distance (os, foie, poumons), il se forme un tableau clinique caractéristique de la lésion de l'organe cible: douleur dans le système musculo-squelettique, fractures pathologiques, douleur dans le foie, développement possible d'une jaunisse, douleur thoracique, toux non motivée.

Méthodes de diagnostic

Les méthodes modernes de diagnostic du cancer de l'utérus sont les suivantes:

  • Examen cytologique.
  • Curetage diagnostique séparé.
  • Biopsie.
  • Échographie transvaginale, transrectale, Doppler.
  • Tomodensitométrie.
  • Imagerie par résonance magnétique.
  • Tomographie par émission de positrons.

En particulier, l'IRM et la TEP-TDM en période préopératoire sont d'une grande importance, ce qui permet d'évaluer avec précision l'état des ganglions lymphatiques, la présence ou l'absence d'invasion tumorale..

Traitement

En cas d'adénocarcinome de l'utérus, le traitement dans chaque cas spécifique est développé individuellement et est déterminé par le stade de la maladie. Examinons de plus près les méthodes utilisées. L'intervention chirurgicale est considérée comme la plus optimale. Il peut être utilisé seul ou en association avec la radiothérapie, la chimiothérapie et l'hormonothérapie. Si le patient a des contre-indications absolues à la chirurgie, la radiothérapie est prescrite selon le schéma.

Étape I

À ce stade de la maladie, le traitement commence par une intervention chirurgicale, qui peut être réalisée à l'aide de diverses méthodes. En plus de l'extirpation de l'utérus, des ganglions lymphatiques et un grand épiploon peuvent être enlevés, si nécessaire pendant l'opération. Selon que la lymphadénectomie a été réalisée ou non, la tactique d'observation ultérieure et de traitement préventif du patient est déterminée..

Stade II

Dans 30% des cas au stade II de la maladie, des métastases dans les ganglions lymphatiques de la région pelvienne sont détectées. L'assistance chirurgicale est réalisée dans le périmètre suivant: extirpation de l'utérus, des appendices + lymphadénectomie pelvienne et lombaire. Le traitement adjuvant après la chirurgie dépend de l'étendue de l'intervention.

Stade III-IV

Pour chaque patient, un plan de traitement individuel est développé, qui commence presque toujours par une opération. La cytoréduction chirurgicale (élimination de la plupart des néoplasmes) est complétée par la chimiothérapie et la radiothérapie par la suite. La radiothérapie est généralement administrée après plusieurs cours de chimiothérapie. Ensuite, le cours de chimiothérapie est répété..

L'hormonothérapie complète le traitement complexe effectué à presque toutes les étapes. Dans chaque cas, les indications sont déterminées individuellement par le médecin traitant.

Les prévisions officielles et l'importance de la prévention

Tout patient qui a reçu un diagnostic de tumeur maligne de l'utérus est préoccupé par le taux de survie après traitement. Lors de l 'analyse des statistiques, les conclusions suivantes ont été tirées sur le taux de survie à 5 ans en fonction du stade de la maladie:

  • Étape 1 - 85 - 90%;
  • Stade 2 - 70 - 75%;
  • Stade 3 - 30 - 35%;
  • Étape 4 - environ 5%.

Bien entendu, le taux de survie est beaucoup plus élevé dans les formes hautement différenciées que dans les cas à faible différenciation tumorale..

Nous voulons mettre l’accent sur l’importance des mesures préventives. Toute femme doit subir des examens préventifs chaque année, surveiller son poids corporel, contrôler sa tension artérielle et sa concentration de glucose. En présence de pathologies chroniques, il est nécessaire de suivre méthodiquement les recommandations des médecins. Et faites toujours très attention à votre santé.

Adénocarcinome - types et principales caractéristiques, approches de traitement et pronostic

Les adénocarcinomes sont des cancers qui se forment à partir de cellules modifiées de l'épithélium glandulaire. Ce type de tissu forme la base de diverses glandes qui produisent et sécrètent (sécrètent) des hormones, des enzymes, des substances bactéricides et d'autres substances nécessaires à notre corps..

De plus, des cellules de l'épithélium glandulaire travaillant de manière autonome tapissent les membranes internes:

  • toutes les parties du système digestif, de la cavité buccale au rectum;
  • organes respiratoires;
  • cavités de la vessie et de l'utérus.

Ils se trouvent dans la peau, ainsi que dans presque tous les autres organes et systèmes du corps, à l'exception du cerveau, des os, des ligaments et des vaisseaux sanguins..

Épithélium glandulaire des voies respiratoires et du tissu thyroïdien

Si un certain type de mutation se produit dans une cellule de l'épithélium glandulaire et que l'immunité naturelle ne peut pas reconnaître une telle cellule comme défectueuse et la détruire, elle devient le progéniteur d'un néoplasme - une tumeur bénigne (adénome) ou un cancer glandulaire (adénocarcinome).

Les adénocarcinomes sont l'un des foyers tumoraux les plus courants. De plus, ils peuvent différer considérablement les uns des autres non seulement par leur emplacement, leur structure et leurs manifestations, mais également par leur agressivité, qui dépend directement du degré de différenciation des cellules mutées..

Le degré de différenciation des cellules d'adénocarcinome est un critère diagnostique important

La nature de la mutation affecte la maturation des cellules glandulaires, au cours de laquelle elles se différencient, c'est-à-dire qu'elles acquièrent une forme, une taille, une structure et une fonction caractéristiques. Selon le degré de différenciation, les cellules d'adénocarcinome sont divisées en cellules mal différenciées, moyennement différenciées et fortement différenciées..

Adénocarcinome hautement différencié

Une telle tumeur est formée de cellules de même taille, qui sont fermement connectées les unes aux autres, peuvent former diverses structures et ne diffèrent presque pas des cellules normales dans leur structure et leurs fonctions. Plus une cellule tumorale glandulaire maligne ressemble à une cellule progénitrice, plus sa différenciation est élevée.

Un fragment de tissu d'un adénocarcinome gastrique hautement différencié au microscope

En étudiant un fragment d'une tumeur hautement différenciée, un médecin inexpérimenté n'est pas toujours en mesure de déterminer ce qu'il voit au microscope: cellules normales ou cancéreuses. Par conséquent, si un adénocarcinome est suspecté, la consultation d'un histologiste expert est parfois nécessaire. Avec la disponibilité d'équipements modernes et de télécommunications, il n'est pas difficile d'obtenir de tels conseils.

L'adénocarcinome hautement différencié se développe lentement, commence à métastaser tardivement et répond généralement bien au traitement.

Cancer glandulaire modérément différencié

L'étude d'un fragment de ce type de tumeur au microscope ne laisse aucun doute: les cellules du néoplasme ont des tailles et des formes différentes, leurs noyaux sont modifiés, la structure n'est pas clairement exprimée.

Cellules d'adénocarcinome de l'endomètre modérément différencié au microscope

Les adénocarcinomes modérément différenciés se développent plus rapidement et se propagent dans tout le corps (métastases), et sont également moins sensibles au traitement. Cependant, avec la détection rapide d'un tel néoplasme et un traitement approprié, les chances du patient d'atteindre une rémission stable sont également assez élevées..

Tumeurs glandulaires malignes mal différenciées

L'adénocarcinome mal différencié est le type le plus dangereux de cancer glandulaire. Ses cellules sont complètement différentes de leurs prédécesseurs, elles se divisent intensément, à la suite de quoi le cancer se développe très rapidement. De plus, ces cellules sont mal connectées les unes aux autres, elles commencent donc à quitter le tissu tumoral et à migrer vers les ganglions lymphatiques voisins presque immédiatement. Cela conduit à l'apparition rapide de premières métastases régionales puis distantes..

Voici à quoi ressemblent les cellules du cancer de l'estomac de bas grade (muqueux).

Il est difficile de traiter les patients présentant des adénocarcinomes mal différenciés et le pronostic est souvent mauvais. Dans le même temps, l'état des patients se détériore rapidement en raison d'une grave intoxication causée par les déchets de cellules cancéreuses immatures..

Caractéristiques morphologiques de divers types d'adénocarcinomes

Compte tenu de ce qui précède, lorsqu'un adénocarcinome est détecté, le succès du traitement dépend non seulement du stade du cancer, mais également de sa malignité, c'est-à-dire du degré de différenciation des cellules néoplasiques.

Ainsi, par exemple, le pronostic dans le traitement d'un patient avec un adénocarcinome prostatique de stade 3 hautement différencié est plus favorable que le pronostic dans le traitement d'un patient avec un adénocarcinome prostatique de stade 1 peu différencié.

Les "sites de luxation" les plus courants des adénocarcinomes

L'adénocarcinome peut se former partout où il y a un épithélium glandulaire. Cependant, le plus souvent, des tumeurs de ce type apparaissent là où il y a beaucoup de ce tissu, il travaille de manière intensive et / ou entre constamment en contact avec des substances nocives qui pénètrent dans notre corps avec de l'air, de l'eau ou des aliments..

Le plus souvent, les adénocarcinomes se développent dans la prostate - ce type de tumeur représente jusqu'à 95% de toutes les tumeurs malignes de la prostate diagnostiquées. Environ 80% d'entre eux sont très différenciés.

Voici à quoi ressemble un fragment de cancer glandulaire de l'estomac au microscope

Jusqu'à 90% des tumeurs de l'estomac sont également des cancers glandulaires. La part des néoplasmes hautement différenciés dans ce cas est d'environ 60%.

Les adénocarcinomes se forment souvent dans les intestins et l'œsophage, tandis que le cancer glandulaire des intestins inférieurs est caractérisé par une différenciation élevée et, par conséquent, une progression lente de la maladie.

Les tumeurs de ce type constituent la majorité des néoplasmes malins de la paroi interne de l'utérus (endomètre), se développent dans les glandes mammaires, le pancréas, la vessie, la cavité buccale.

Stades de l'adénocarcinome de l'endomètre

Moins fréquemment, les adénocarcinomes affectent le tissu pulmonaire. Ici, ils se développent généralement à la périphérie - dans les vésicules pulmonaires (alvéoles), petites bronches. Ces foyers se développent lentement, mais métastasent tôt.

L'adénocarcinome de la glande thyroïde est rare dans des conditions normales. Une augmentation de l'incidence de ce type de cancer à la fin du siècle dernier a été observée dans les zones tombées dans la zone de rejet d'iode radioactif après l'accident de Tchernobyl.

Symptômes

Les manifestations de la maladie dépendent de l'emplacement, de «l'agressivité» de la tumeur et d'autres facteurs.

Ainsi, par exemple, l'adénocarcinome de l'endomètre se développe dans le contexte de sa croissance pathologique (endométriose), qui s'accompagne de saignements abondants et incessants. Cela permet au gynécologue de diagnostiquer et de commencer le traitement en temps opportun..

Le cancer du côlon glandulaire hautement différencié, au contraire, peut ne pas se manifester pendant une longue période et n'est souvent détecté que lorsqu'une tumeur envahie bloque la lumière intestinale ou se développe dans d'autres organes. Dans le même temps, un adénocarcinome mal différencié du tractus gastro-intestinal (cancer cricoïde) sécrète activement du mucus, qui le détruit, qui s'accompagne d'une intoxication sévère.

Approches modernes du traitement

Avec la détection précoce des tumeurs glandulaires hautement différenciées, elles sont éliminées, alors que l'opération peut être la seule méthode de traitement, et elle est très efficace. Les approches du traitement des patients atteints d'adénocarcinomes hautement différenciés peuvent également différer en fonction de la structure du tissu tumoral, c'est pourquoi il est généralement indiqué dans le diagnostic - papillaire, trabéculaire, tubulaire.

Les néoplasmes glandulaires malins modérément différenciés sont généralement traités dans un complexe, combinant la chirurgie traditionnelle ou la radiochirurgie avec la chimiothérapie et / ou la radiothérapie, thérapie ciblée (ciblée).

Les oncologues se battent contre des tumeurs indifférenciées par toutes les méthodes possibles, cependant, en raison des particularités de ces néoplasmes, l'efficacité de tout schéma thérapeutique est faible.

Le volume et les méthodes de traitement des adénocarcinomes sont également influencés par leur emplacement, les stades de la maladie et les caractéristiques individuelles du corps du patient..

Adénocarcinome acineux de la prostate: symptômes, pronostic et traitement

L'adénocarcinome acineux est une forme de néoplasme malin de la prostate. Il est formé à partir de tissu glandulaire et est situé dans les sacs aciniformes (acini). Est l'un des types de cancer de la prostate les plus courants chez les hommes de plus de 60 ans.

Les adénocarcinomes acineux petits et grands sont divisés. Le petit néoplasme acineux est de petite taille et comporte des inclusions de structures parenchymateuses environnantes. Le gros acineux est de plus grande taille et capture de grandes inclusions glandulaires.

Raisons de développement

L'étiologie exacte de la maladie ne peut pas toujours être établie, cependant, la plupart des experts pensent que la principale raison du développement d'un adénocarcinome est des troubles hormonaux liés à l'âge ou un déséquilibre dans le corps d'un homme d'hormones sexuelles masculines et féminines..

En outre, plusieurs facteurs contribuent à la formation d'adénocarcinome:

  • obésité - la graisse est une source d'aromatase - une enzyme responsable de la conversion des hormones sexuelles mâles en femmes. Ainsi, en raison de la grande présence de tissu adipeux, les hormones commencent à s'accumuler dans le corps, ce qui accélère le développement des cellules cancéreuses;
  • pathologie de la glande thyroïde, du foie et des glandes surrénales;
  • le virus de la leucémie murine (XMRV), un rétrovirus gamma qui a un profil similaire au SIDA;
  • âge après 40 ans - chaque année, le risque de développer une tumeur augmente de 5%;
  • hérédité;
  • une alimentation déséquilibrée avec beaucoup d'aliments gras, de conservateurs, d'OGM et d'alcool;
  • tabagisme - les substances cancérigènes (cadmium, etc.), contenues dans la fumée de tabac, ont un effet cumulatif et provoquent le développement de tumeurs malignes;
  • thérapie à long terme avec des médicaments contenant de la testostérone;
  • antécédents d'infections des voies urinaires;
  • environnement défavorable;
  • travailler avec des substances chimiques / radioactives;
  • abstinence sexuelle prolongée.

Important! il est généralement admis qu'un excès d'hormones sexuelles féminines (œstrogènes) chez l'homme a un effet cancérigène.

Caractéristiques morphologiques

Malgré le fait que les deux types d'adénocarcinome acineux appartiennent à la même classe de Glisson, ils présentent des différences morphologiques entre eux..

Des foyers de petite taille de petits adénocarcinomes acineux se forment à la fois dans toute la glande; de plus, ils grandissent et durcissent, fusionnant en une seule grosse tumeur. Ce type de tumeur ne se manifeste guère de manière symptomatique jusqu'au stade 3 ou 4, et n'est pas palpable à la palpation, ce qui complique grandement son diagnostic. En raison du fait que le plus souvent l'adénocarcinome à petits acineux est détecté assez tardivement, le résultat de son traitement n'est souvent pas très favorable.

Un grand néoplasme acineux n'est situé qu'à un seul endroit - à l'arrière de la prostate. Une tumeur de ce type est plus grosse et plus dense, ce qui permet de la diagnostiquer assez tôt - elle est parfaitement palpable avec les doigts. Le traitement a souvent une issue favorable lorsque le néoplasme est détecté tôt.

Symptômes

Le cancer de la prostate ne présente pas de symptômes spécifiques, cependant, les manifestations cliniques de chaque patient peuvent être différentes. De plus, la pathologie aux premiers stades de développement ne présente souvent aucun signe, c'est pourquoi la plupart des hommes recherchent une aide médicale tardivement..

Comment la pathologie se manifeste

Aux premiers stades de développement, les symptômes de l'adénocarcinome sont similaires à ceux de l'adénome de la prostate. Cliniquement, l'adénocarcinome commence à se manifester lorsqu'une tumeur envahie pince l'urètre. Le patient développe les symptômes suivants:

  • envie fréquente de vider la vessie;
  • une sensation de brûlure et une douleur en urinant;
  • urine résiduelle;
  • douleur intense dans l'abdomen, irradiant vers l'aine.

Le dernier symptôme signale la transition du cancer vers les stades finaux..

L'examen physique peut révéler une hypertrophie des ganglions lymphatiques dans l'aine. Des études cliniques montrent de petites quantités de sang dans l'urine et le sperme.

Important! La lombalgie est un symptôme important qui est souvent ignoré ou confondu avec une maladie de la colonne vertébrale ou des reins. Des douleurs dans le dos, le coccyx ou les côtes indiquent des processus métastatiques; avec cela, il y a une forte perte de force et de poids.

Étapes de Gleason

Le score de Gleason (somme) est une méthode d'évaluation différenciée du cancer de la prostate à la suite d'un examen histologique. Des valeurs faibles de l'échelle indiquent des formes de cancer hautement différenciées, et des valeurs élevées - à peu près mal différenciées; plus la valeur d'échelle est élevée, plus l'issue de la maladie sera mauvaise.

Pour évaluer l'adénocarcinome, les cellules glandulaires du patient sont prélevées (biopsie). A partir du matériau obtenu, deux fragments les plus appropriés sont isolés, qui sont ensuite évalués sur une échelle de 5 points: 1 point signifie un degré élevé de différenciation et 5 points - un faible. Les scores des deux matériaux s'additionnent à un total Gleason, dont les résultats peuvent varier de 2 à 10 points.

Les variantes possibles des montants ont été divisées en 3 groupes:

  • jusqu'à 7 points - cancer lent. Le patient a d'énormes chances de succès du traitement et de guérison complète.
  • 7 points - agressivité moyenne du cancer.
  • plus de 7 points - croissance rapide de l'adénocarcinome, probabilité élevée de métastases précoces.

Après la méthode chirurgicale de traitement, ces indicateurs peuvent diminuer ou augmenter..

Interprétation de l'index

La valeur numérique de l'indice est désignée par gradation (G). Au total, l'échelle de Gleason comporte 5 gradations, selon lesquelles la tumeur est formée à partir de:

  • G1 - petites glandes homogènes avec de petits changements nucléaires;
  • G2 - grappes de glandes séparées par le stroma, mais proches les unes des autres;
  • G3 - glandes de différentes tailles et structures; le stroma et les tissus voisins peuvent être infiltrés;
  • G4 - cellules atypiques; une infiltration des tissus voisins se produit;
  • G5 - couches de cellules atypiques indifférenciées.

Une telle différenciation du cancer de la prostate vous permet de déterminer le développement du cancer et de choisir le traitement le plus approprié et le plus compétent dans chaque cas..

Structure cellulaire de la prostate. Photo gracieuseté de flickr.com

Méthodes de diagnostic

Pour le diagnostic et les caractéristiques les plus précis de l'adénocarcinome, les méthodes de recherche suivantes sont effectuées:

  • palpation - palpation du site tumoral avec les doigts;
  • tests sanguins - généraux et biochimiques;
  • radiographie pelvienne;
  • échographie;
  • IRM;
  • Échographie des organes pelviens et de la cavité abdominale;
  • Échographie transrectale (TRUS);
  • recherche sur les radio-isotopes;
  • cystoscopie, urétroscopie;
  • biopsie.

Important! Le diagnostic précoce et préventif des pathologies de la prostate contribue à la détection précoce des maladies et à leur guérison la plus favorable.

Options de traitement pour l'adénocarcinome

Le traitement de l'adénocarcinome de la prostate dépendra de son stade, de sa nature et de sa durée; la méthode la plus appropriée et la plus efficace est sélectionnée pour chaque cas.

Traitement opératoire

Le traitement chirurgical implique l'ablation de l'adénocarcinome, parfois partiellement ou entièrement de l'organe affecté. De telles opérations sont effectuées si la tumeur augmente considérablement en taille, interfère avec la miction normale, mais n'a pas encore donné de métastases étendues. Cependant, l'ablation chirurgicale d'un néoplasme malin n'exclut pas la récidive de la maladie à l'avenir..

Important! Les patients de plus de 65 ans ou présentant des métastases étendues sont considérés comme inopérables.

Avant la nomination d'une intervention chirurgicale, le patient est soigneusement examiné et préparé pour l'opération: un échantillon de sang est prélevé pour le PSA (pour détecter l'antigène spécifique de la prostate), l'OAC et l'OAM, l'IRM pour déterminer avec précision l'emplacement de la tumeur, et le patient est consulté par un cardiologue.

Sur la base des résultats de l'examen, le chirurgien sélectionne le type d'opération le plus adapté:

  • Prostatectomie ou ablation de la glande entière. Elle peut être réalisée à la fois par des méthodes mini-invasives et abdominales. La méthode mini-invasive (laparoscopique) est la plus sûre et la plus douce.
  • Orchectomie ou ablation des testicules. Il est effectué pour éviter la récidive du néoplasme, s'il a été causé par un excès de testostérone dans le corps.

L'opération pour enlever l'adénocarcénome, comme d'autres types d'interventions chirurgicales, peut avoir des conséquences néfastes pour le corps:

  • incontinence temporaire (incontinence urinaire) - la restauration de la fonction de la vessie dans ce cas prend 3 à 6 mois;
  • infection des voies urinaires;
  • infertilité.

De plus, en cas d'adénocarcinome papillaire, il devient nécessaire de retirer en plus les ganglions lymphatiques afin d'éviter les métastases à travers la lymphe et d'exclure les rechutes..

Radiothérapie

L'adénocarcinome est très sensible à l'exposition aux rayonnements, ce qui rend cette thérapie très efficace. Il peut être utilisé aux stades 1 et 2 d'une tumeur comme thérapie indépendante; la durée du traitement peut signifier d'une à plusieurs expositions. Les rechutes de la maladie nécessiteront une ré-irradiation.

La radiothérapie est un rayonnement ionisant, dont l'effet est dirigé directement sur la zone touchée. Ainsi, une capsule est insérée dans la prostate - une source de rayonnement, qui y reste pendant un certain temps.

La méthode adjuvante de radiothérapie, c'est-à-dire l'irradiation complète du patient, est réalisée après la chirurgie, parfois avec l'utilisation d'un traitement médicamenteux supplémentaire.

Thérapie hormonale

Cette thérapie a commencé à être utilisée après avoir trouvé un lien entre la testostérone et la croissance des cellules cancéreuses. Il est utilisé pour arrêter la croissance de l'adénocarcinome en réduisant ou en supprimant la production de testostérone. Ce traitement est conservateur et pas toujours efficace pour le cancer de la prostate..

En hormonothérapie, les médicaments antiandrogéniques sont utilisés sous forme d'injections et de comprimés; l'orchidectomie est recommandée en même temps que l'utilisation de médicaments.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est utilisée comme traitement complémentaire après une chirurgie ou une hormonothérapie. Les médicaments chimiques, pénétrant dans le sang du patient, inhibent l'activité de toutes les structures cellulaires du corps, y compris le cancer; cependant, les médicaments modernes développés pour le traitement de l'adénocarcinome ont moins d'effet sur les cellules saines.

Malgré la grande efficacité de la thérapie et l'amélioration des médicaments, la chimiothérapie reste assez difficile pour le corps. La prise de médicaments chimiques affaiblit considérablement le corps, réduit les forces immunitaires et des substances toxiques s'accumulent dans le corps. Par conséquent, l'utilisation de la chimiothérapie comme traitement principal n'est pas recommandée..

Ablation

L'ablation est une méthode d'irradiation laser ou radiofréquence, après quoi un tissu anormal est rejeté. Cette méthode est assez efficace dans les premiers stades, mais seulement avec un seul emplacement d'adénocarcinome.

Les procédures modernes sont effectuées par la méthode des ultrasons focalisés de haute intensité - la source des ondes ultrasonores est rapprochée du site de localisation de la tumeur. Un tel effet sur les tissus affectés par la tumeur conduit à la destruction complète des cellules pathologiques. Cette procédure ne prend pas plus de 3 heures..

La période de récupération après l'ablation prend jusqu'à 7 jours; le fonctionnement du système génito-urinaire pendant ce temps a le temps de se rétablir presque complètement.

Cryothérapie (traitement par le froid)

La cryothérapie remplace avec succès la chirurgie de l'adénocarcinome. Pendant l'opération, la zone touchée par la tumeur est congelée avec de l'argon et de l'hélium - ils provoquent la désintégration du néoplasme. Le cathéter à travers lequel le congélateur est alimenté est protégé par une couche de fluide chaud en circulation; cette conception aide à protéger les tissus et organes sains environnants du gel.

Malheureusement, en Fédération de Russie, cette méthode n'a pas été largement utilisée, mais elle est utilisée avec succès dans les cliniques en Allemagne et en Israël..

Pronostic de la maladie

L'espérance de vie dépend directement de la durée de progression de l'adénocarcinome et, si elle n'est pas traitée, atteint jusqu'à 8 ans. Le traitement de la maladie au stade initial se termine dans la plupart des cas favorablement; l'adénocarcinome acquiert une forme stable de rémission ou est complètement guéri.

Si l'adénocarcinome est endommagé à l'extérieur de la capsule, la maladie est déjà considérée comme irréversible et incurable. Dans ce cas, la thérapie palliative est utilisée pour soulager les symptômes et réduire la douleur; une telle thérapie est fournie jusqu'à la mort du patient.

Référence: les métastases tumorales peuvent se propager loin dans tout le corps (ganglions lymphatiques, reins, colonne vertébrale, etc.), ayant un effet négatif sur les systèmes et organes affectés, jusqu'à l'arrêt complet de leur fonctionnement.

Manifestations cliniques de l'adénocarcinome

L'adénocarcinome acineux a des manifestations cliniques caractéristiques à chaque stade:

  • Stade I - trouvé très rarement et souvent soudainement; ne présente pas de symptômes cliniques et est déterminé par biopsie.
  • Stade II - la tumeur affecte la coquille de la capsule ou une partie de l'organe; facilement diagnostiqué à l'aide de TRUS - l'étude identifie les changements structurels de la prostate.
  • Stade IIIA - l'adénocarcinome se développe activement et affecte le sac capsulaire et les vésicules séminales.
  • Stade IIIB - la propagation de la tumeur atteint les organes adjacents à la prostate.
  • Stade IV - métastases d'adénocarcinome aux organes pelviens et à ses parois.

Pour le diagnostic le plus précis et le plus informatif, la définition des stades de la maladie est réalisée en conjonction avec l'échelle de Gleason.