Principal
La prévention

Anatomie du cou humain

Le cou est l'une des parties les plus difficiles du corps humain. Il contient des organes vitaux et des artères qui irriguent le cerveau, des os vertébraux, plusieurs groupes musculaires et des fascias qui séparent les faisceaux nerveux et les vaisseaux sanguins, ainsi que les ganglions lymphatiques..

Caractéristiques anatomiques ou "triangles cervicaux"

La structure du cou d'une personne est la même pour tout le monde, mais visuellement, cette partie du corps est parfois radicalement différente - certaines ont un cou long et mince, tandis que d'autres ont un cou court et épais. Une telle différence n'a absolument aucun effet sur le fonctionnement des organes internes, mais elle reflète parfaitement les caractéristiques physiques du propriétaire - sexe, âge et, dans la plupart des cas, état de santé.

L'anatomie topographique du cou comprend plusieurs triangles qui définissent clairement l'emplacement des vaisseaux sanguins, des racines nerveuses et des ganglions lymphatiques. Ces triangles représentent des zones délimitées par des muscles.

Le cou est classiquement subdivisé en 4 segments - antérieur, postérieur, latéral et sternocléidomastoïdien. Les triangles topographiques sont situés à l'intérieur de ces segments et, dans le cas d'une intervention chirurgicale, servent de points de référence principaux pour les chirurgiens.

La ligne médiane divise le cou en deux zones - avant et arrière. Cette ligne va du menton au début de la cavité jugulaire. Le triangle antérieur du cou est situé à l'avant et est délimité d'en haut par le bord inférieur de la mâchoire inférieure, sur les côtés par les muscles sternocléidomastoïdiens et d'en bas par la fosse jugulaire au point de convergence des clavicules.

Le triangle antérieur se compose de plusieurs triangles plus petits:

  • somnolent;
  • scapulo-trachéal;
  • sous-maxillaire;
  • Le triangle de Pirogov;
  • fosse extramandibulaire.

Somnolent

Dans la zone du triangle carotidien se trouvent les artères carotides internes et externes, le nerf vague et la veine jugulaire interne. Ici se trouve la branche cervicale du visage et la partie supérieure du nerf cervical transverse. Les ganglions lymphatiques sont un peu plus profonds.

L'artère carotide externe a plusieurs branches:

Toutes les artères sortantes fournissent du sang aux organes correspondants - la glande thyroïde, les oreilles, les méninges, les globes oculaires, la majeure partie du visage, la peau, les racines des dents, etc. Dans les limites du triangle carotidien, à côté du plexus neurovasculaire, se trouve la partie supérieure du nerf hypoglosse. Un peu plus loin et en dessous se trouve l'une des branches du nerf vague - le nerf laryngé. Au fond du cou, sur la plaque prévertébrale du fascia, se trouve le tronc sympathique, également appelé chaîne sympathique.

Scapulo-trachéal (musculaire)

Dans les limites du triangle musculaire se trouvent des organes vitaux pour les humains - le larynx, le pharynx, la trachée, l'œsophage et la glande thyroïde. Dans la zone de la cavité jugulaire, la trachée n'est couverte que par la peau et les plaques fasciales convergent ici - superficielles et prétrachéales. Très proche, à une distance d'un centimètre de la ligne médiane, passe la veine jugulaire externe, qui est dirigée dans l'espace au-dessus du sternum, remplie de fibres.

Submandibulaire

Dans ce triangle se trouve l'une des nombreuses glandes salivaires - la sous-maxillaire. Voici la branche cervicale du visage et les racines du nerf cervical transverse ramifié. Il y a aussi l'artère et la veine faciales, et sous la mâchoire inférieure - les ganglions lymphatiques sous-maxillaires.

Triangle de Pirogov

Cette zone est située sous la mâchoire inférieure, ses frontières sont le nerf hypoglosse d'en haut et le muscle hypoglosse d'en bas. Un fil du nerf hypoglosse longe la surface latérale du muscle hypoglosse et sous la veine linguale. Au fond des fibres musculaires se trouve l'artère linguale. Il convient de noter que le triangle de Pirogov peut être complètement absent ou très petit..

Fosse extramandibulaire

Dans cette zone, passent les nerfs auriculaires temporaux et faciaux, la veine maxillaire et l'artère carotide externe. Entre les muscles scalènes se trouve l'espace antériosté et interscalène.

Scapulaire-claviculaire

Le triangle scapulaire-claviculaire est situé directement au-dessus de la clavicule, dans cette zone se trouve la partie extrême de l'artère sous-clavière et le même nom (sous-clavière) région du plexus brachial, et entre eux se trouve l'artère cervicale transversale. Les artères suprascapulaires et superficielles passent au-dessus des nerfs spinaux. À côté de l'artère sous-clavière, devant le muscle scalène, se trouve la veine sous-clavière. Il se développe avec le fascia cervical et sous-clavier.

Scapulaire-trapézoïdal

Ce triangle est délimité par le bord extérieur du muscle trapèze, la partie postérieure du muscle sternocléidomastoïdien et le bord inférieur du muscle scapulo-hyoïde. Dans cette zone, un nerf accessoire est situé, qui est responsable de l'activité motrice de la tête et de l'épaule. Dans l'intervalle entre les muscles scalènes, se forme le plexus brachial et cervical, d'où partent plusieurs branches nerveuses - la petite oreille occipitale, la grande oreille, les nerfs cervicaux transversaux et supraclaviculaires.

Cadre musculaire

Les organes et les vertèbres situés dans le cou sont protégés de manière fiable par un solide corset de muscles, de fascia, de tendons et de tissu sous-cutané. D'en haut, toute cette structure complexe est fermée par une coquille de peau. L'anatomie des muscles du cou est telle qu'elle confère à cette partie du corps la mobilité et la souplesse nécessaires..

Les muscles de la colonne cervicale sont représentés par plusieurs couches: superficielle, médiane et profonde. Les muscles superficiels comprennent:

  • sous-cutané - une fine plaque musculaire fusionnée avec la peau. Il commence au sommet de la poitrine, au niveau de la deuxième côte, et se fixe au bord de la mâchoire inférieure. Les fibres musculaires se déplacent vers la zone du visage, où elles sont entrelacées avec le fascia masticatoire et parotide. Le muscle sous-cutané remplit une fonction protectrice pour les veines saphènes du visage et du cou, est responsable des expressions faciales en raison de la capacité à tirer le coin des lèvres vers le bas;
  • Le muscle sternocléidomastoïdien est situé derrière le muscle sous-cutané et est un cordon assez puissant qui, en forme de vague, coupe la région cervicale du processus mastoïde à la jonction du sternum avec la clavicule. Ce muscle peut se contracter d'un côté, permettant à la tête de s'incliner. La contraction des deux côtés permet de maintenir le crâne droit, de plier la colonne vertébrale dans la colonne cervicale et en même temps de soulever la tête et la poitrine pendant l'inhalation. Ainsi, le muscle sternocléidomastoïdien est également impliqué dans le processus respiratoire..

Les muscles médians sont divisés en deux groupes - le suprahyoïdien et le sous-hyoïdien. Le premier groupe comprend:

  • digastrique. La topographie de ce muscle est telle qu'elle divise le triangle antérieur du cou en plusieurs plus petits - sous-maxillaire, somnolent et suprahyoïdien. Le muscle digastrique est situé sous la mâchoire inférieure et est nommé ainsi car il a deux abdomens séparés par un tendon. La fonction de cette formation musculaire est d'abaisser la mâchoire inférieure, c'est-à-dire qu'avec son aide, une personne ouvre la bouche;
  • stylohyoïdien. Il part du processus styloïde de l'os de la tempe, passe à côté de la surface de l'abdomen postérieur du muscle digastrique, puis se fixe à la saillie de l'os hyoïde;
  • maxillaire-hyoïde. Il se présente sous la forme d'un triangle irrégulier et est bilatéral. La jonction de ces deux côtés forme le plancher de la bouche, c'est pourquoi les muscles mâchoires-hyoïdes sont appelés le diaphragme de la bouche. Cette formation musculaire fait partie d'un mécanisme complexe qui assure le travail de la mâchoire inférieure, de l'os hyoïde, du larynx et de la trachée. Se contractant au moment de la déglutition, le muscle maxillaire-hyoïde soulève la langue et la presse contre le palais. Cela pousse le boulon de nourriture dans la gorge. De plus, le muscle participe activement à la reproduction de la parole articulée;
  • menton-sublingual. Il est situé à proximité immédiate du muscle maxillaire-hyoïde précédent, à peine plus haut. Les fonctions de ces deux muscles sont identiques, elles se complètent en fait le travail de l'autre..

Le deuxième groupe de muscles sublinguaux est le sous-hyoïdien, qui comprend:

  • scapulaire-hyoïde. Le muscle apparié allongé et plat est divisé par un tendon en deux parties (abdomen). Son but est d'étirer le fascia cervical et de tirer l'os hyoïde vers le bas;
  • sternohyoïdien. Un muscle fin et aplati partant de l'arrière de la clavicule et ancré à l'extrémité opposée à l'os hyoïde. Au moment de la contraction, il déplace l'os hyoïde vers le bas;
  • sterno-thyroïde. S'étend de la poignée du sternum au cartilage thyroïdien du larynx. La fonction principale du muscle est de tirer le larynx vers le bas;
  • thyroïde-hyoïde. Cette formation est une continuation du muscle sterno-thyroïdien précédent. Déplace l'os hyoïde vers le larynx et, lorsque l'os est fixé, tire le larynx vers le haut.

Les muscles profonds du cou sont latéraux, c'est-à-dire latéraux, et sont appelés scalènes. L'anatomie du cou humain comprend trois principaux types de muscles scalènes:

  • de face. Le début se situe dans la zone de la surface des vertèbres cervicales III-VI, puis les muscles descendent et sont attachés à la saillie de la première côte. Avec l'activité de ces muscles, la côte supérieure s'élève au moment de l'inhalation et de la flexion du cou en avant, et avec la contraction unilatérale, l'inclinaison et la rotation de la colonne cervicale du côté correspondant au muscle contracté;
  • moyenne. Ils sont situés à côté des muscles scalènes antérieurs, mais un peu plus profonds. Le début est la face postérieure des six dernières vertèbres, la fin est la partie supérieure de la première côte, derrière le fil de l'artère sous-clavière. Le muscle scalène moyen fonctionne comme un muscle inspiratoire, soulevant la première côte. Avec une tension unilatérale, il vous permet d'incliner et de tourner la colonne cervicale dans la direction souhaitée, et la double contraction fournit une flexion du cou vers la poitrine;
  • arrière. Ils sont situés derrière les muscles scalènes moyens, à partir des apophyses transverses des vertèbres cervicales III-VI et se fixant avec l'autre extrémité à la surface externe de la deuxième côte. Le muscle postérieur fonctionne de la même manière que le milieu, mais il ne soulève pas la première, mais la deuxième côte, fonctionne lors de l'inhalation.

Muscles extenseurs

La classification des muscles cervicaux ne se limite pas à la description des muscles superficiels, médians et profonds. Ce système complexe contient également les muscles responsables de l'extension du cou..

Ceux-ci inclus:

  • muscle trapèze. Une extrémité est attachée à la clavicule et l'autre à l'axe scapulaire. Le trapèze est situé à l'arrière du cou et dans le haut du dos, en forme de triangle. Les deux muscles forment une forme trapézoïdale. La contraction bilatérale étend le cou et la tête, et si un seul des deux muscles se contracte, la tête tournera dans le sens opposé;
  • patch muscle. Située légèrement sous le muscle trapèze, la contraction des deux côtés prolonge le cou et incline la tête en arrière. La tension unilatérale fait tourner le cou et la tête dans le même sens;
  • muscle érecteur de la colonne vertébrale. Il va du sacrum à l'occiput le long de la colonne vertébrale et est un extenseur qui aide à incliner la tête en arrière.

Rachis cervical

Dans la région cervicale, il y a sept vertèbres, reliées par des disques intervertébraux. La colonne vertébrale de ce segment est particulièrement mobile, car il n'y a pas de pièces jointes supplémentaires de gros os. De plus, la flexibilité et la mobilité de cette zone fournissent les caractéristiques structurelles des vertèbres et des tissus mous environnants..

La région cervicale est divisée en 2 parties - la partie supérieure, composée de deux vertèbres, et la partie inférieure, qui comprend les 5. Les deux premières vertèbres, situées en haut, dans la partie occipitale de la tête, assurent la mobilité du crâne. Le premier est l'atlas, qui est attaché aux os du crâne et agit comme une tige. Il peut être utilisé pour faire des inclinaisons verticales de la tête vers l'avant et vers l'arrière..

La deuxième vertèbre cervicale est appelée «axe», elle est située en dessous de la première et est chargée de tourner la tête vers les côtés gauche et droit. Contrairement à l'atlas et à l'axe, chacune des cinq autres vertèbres a un corps et un arc. Le corps est connecté à l'arc par les jambes, et un trou reste entre elles (le corps et l'arc). L'ensemble des trous vertébraux constitue le canal vertébral dans lequel passe la moelle épinière. Les processus épineux et articulaire partent des arcades.

Toutes les vertèbres entourent les muscles, les ligaments, les fascias, les vaisseaux et les nerfs, et les disques intervertébraux servent d'amortisseurs de chocs pour la colonne vertébrale. En raison de sa structure, la colonne cervicale remplit avec succès la fonction de soutien du haut du corps et donne de la flexibilité au cou.

Organes du cou

Les organes sont situés à l'intérieur du cou de manière à ce qu'aucun mouvement du cou et de la tête ne puisse les endommager.

La liste des organes vitaux du cou comprend les éléments suivants:

  • larynx;
  • pharynx;
  • trachée;
  • œsophage;
  • thyroïde;
  • moelle épinière.

Larynx

Le larynx humain est une section du système respiratoire qui relie le pharynx à la trachée et contient le mécanisme vocal. Le larynx est composé de cartilage, dont trois sont appariés:

  • en forme de coin;
  • aryténoïde;
  • en forme de corne;
  • deux épiglotte;
  • deux thyroïde;
  • deux en forme d'anneau.

Le cartilage est interconnecté par les articulations et les ligaments. Le plus gros cartilage, la thyroïde, est formé de deux plaques. Chez la femme, ces plaques convergent à un angle obtus, et chez l'homme, à un angle aigu. Grâce à cette structure, il y a une pomme d'Adam sur le cou du mâle, ou une pomme d'Adam..

Au-dessus, le larynx s'adapte étroitement à l'os hyoïde, en dessous, il converge avec la trachée. Des deux côtés et à l'extérieur du larynx se trouve la glande thyroïde et derrière le larynx. La partie interne de l'organe est tapissée d'une membrane muqueuse. Les cordes vocales s'attachent à l'aryténoïde et à deux cartilages thyroïdiens pour former la glotte.

Les muscles tendus provoquent la contraction du larynx, ce qui change son volume et sa forme, tandis que l'écart entre les ligaments peut se dilater ou se rétrécir. En raison de l'étirement des ligaments, l'air à l'expiration est converti en son.

Pharynx

Le pharynx est un canal en forme d'entonnoir jusqu'à 12 cm de longueur, situé avec son extrémité large vers le haut. La surface supérieure de l'organe est fusionnée avec l'os de la base du crâne, la partie postérieure est attachée à la saillie de l'os occipital. Sur les côtés, le canal pharyngé est attaché aux os temporaux. À la hauteur de la vertèbre VI, le pharynx se rétrécit et passe dans l'œsophage.

  • à l'aide de mouvements contractiles de l'organe, la nourriture écrasée dans la bouche est poussée dans l'œsophage;
  • l'air inhalé par les personnes passe par le canal pharyngé;
  • le timbre, la hauteur et le volume des sons de la parole dépendent directement de la fonction du pharynx. Lorsque la forme et le volume changent, la voix peut sonner différemment, et avec les maladies du pharynx, le son de la voix est déformé et parfois une personne ne peut même pas parler;
  • la surface interne, tapissée de membrane muqueuse, comporte de nombreux cils qui protègent le corps des microorganismes pathologiques et des bactéries.

Trachée

La trachée est un organe respiratoire situé entre le larynx et les bronches. La longueur de la trachée varie de 11 à 13 cm. En traduction littérale, le nom de cet orgue sonne comme "trachée".

Le tube trachéal est constitué de demi-anneaux cartilagineux, dont il peut y en avoir de 16 à 20. Ces demi-anneaux sont reliés par du tissu conjonctif, la surface interne de la trachée est tapissée d'une membrane muqueuse.

La fonction respiratoire de la trachée consiste non seulement dans le passage de l'air inhalé à travers elle, mais aussi dans la protection du corps contre les particules étrangères. À l'aide de cils muqueux, les éléments indésirables sont poussés vers le larynx et excrétés par la toux.

Thyroïde

L'une des glandes les plus importantes du corps, la thyroïde, est située à l'avant et sur le côté de la trachée et se compose de deux lobes reliés par un isthme. Ce petit organe en forme de papillon est si petit qu'il ne peut pas être détecté par palpation. Le but principal de la glande est de produire des hormones - thyroxine, triiodothyranine et calcitonine. La quantité d'hormones produites est régulée par une autre glande - la glande pituitaire. En cas de dysfonctionnement de la glande pituitaire, des problèmes de glande thyroïde surviennent.

Œsophage

Le cou contient un tiers de l'œsophage, tandis que les deux autres tiers sont situés en dessous. L'œsophage fait partie du tube digestif et est un canal creux de fibres musculaires conçu pour déplacer les aliments de haut en bas dans l'estomac.

La longueur de l'œsophage des adultes peut atteindre 30 cm, au-dessus et en dessous se trouvent des sphincters, qui servent de valves qui assurent le transit des aliments dans une seule direction et empêchent le contenu de pénétrer dans le larynx et la cavité buccale.

Moelle épinière

L'importance de la moelle épinière pour le corps humain ne peut guère être surestimée, car avec son aide, l'activité motrice est réalisée, l'activité cardiaque est régulée, les fonctions respiratoires et digestives sont soutenues..

La moelle épinière est située dans le canal de la colonne vertébrale; dans la région cervicale, elle passe sans frontière nette dans la région postérieure du cerveau - la moelle allongée. Dans la région cervicale, le diamètre de la moelle épinière est augmenté au niveau du site de sortie des faisceaux nerveux dirigés vers les membres supérieurs. Le site de la plus grande largeur est au niveau de 5-6 vertèbres.

Ainsi, dans une partie relativement petite du corps, de nombreux organes et systèmes sont concentrés - branches nerveuses et vaisseaux sanguins, veines et artères, ganglions et glandes lymphatiques, muscles et ligaments, la moelle épinière, ainsi que la partie la plus mobile et la plus flexible de la colonne vertébrale. La nature s'occupe de tout dans les moindres détails pour qu'une personne puisse vivre confortablement et longtemps. Prenez soin de votre cou et soyez toujours en bonne santé!

Anatomie topographique du cou

Aujourd'hui, nous allons examiner l'anatomie topographique du cou. Si vous ne savez pas quelles études d'anatomie topographique et en quoi elles diffèrent de l'anatomie normale, assurez-vous de regarder au début de cet article..

Aussi, avant d'étudier l'anatomie topographique du cou, vous devez avoir une bonne compréhension des muscles du cou, connaître leur classification, leur fonction, leur emplacement, et vous devez également pouvoir les retrouver sur des préparations et des comprimés. Mon article sur les muscles superficiels et moyens du cou vous y aidera..

Bordures du cou

Supérieur, dans le sens du visage vers l'arrière de la tête: le bord de la mâchoire inférieure - l'apophyse mastoïde - la ligne nucale supérieure de l'os occipital - la protrusion occipitale externe;

Plus bas, dans le sens de la poitrine vers le dos: encoche jugulaire du sternum - clavicule - acromion (extrémité de l'épaule de l'omoplate) - apophyse épineuse de la 7e vertèbre cervicale.

Le cou comprend:

  • Téguments cutanés;
  • Muscles, fascia;
  • Les organes internes;
  • Grands vaisseaux et troncs nerveux;
  • Base osseuse (vertèbres cervicales).

Zones du cou

C'est un point très simple et en même temps très important. Pour une raison quelconque, tout le monde aime beaucoup apprendre les triangles du cou, mais les domaines sont négligés. Non, ne pensez pas, connaître les triangles du cou est très cool. Mais ne pas connaître la région est faux..

En décrivant les zones du cou, je vais passer de l'arrière de la tête au menton..

Région arrière du cou (regio cervicales postérieur)

Limites:

  • Ligne nucale supérieure - supérieure et protubérance occipitale externe;
  • Plus bas - la ligne passant par les acromions des omoplates et le processus épineux;
  • Bordures latérales (latérales): bords latéraux du muscle trapèze. Ne soyez pas confus - le muscle trapèze n'est pas lié aux muscles du cou, il est lié aux muscles du dos. Lorsque nous travaillons avec la topographie du cou, nous utilisons le muscle trapèze comme référence, mais cela ne s'applique pas aux muscles du cou..

Cou latéral (regio cervicales lateralis)

Limites:

  • Le supérieur est absent (comme vous pouvez le voir, il y a un angle aigu);
  • Inférieur: clavicule;
  • Antérieur: bord postérieur du muscle sternocléidomastoïdien;
  • Postérieur: bord antérieur du muscle trapèze.

Région sternocléidomastoïdienne du cou (regio sternocleidomastoidea)

Limites:

Les limites de la zone correspondent aux limites du muscle lui-même.

J'ai marqué en rouge un repère topographique important - la petite fosse supraclaviculaire. Comme vous pouvez le voir, il est situé entre les jambes du muscle sternocléidomastoïdien.

Col avant (regio cervicales antérieur)

Limites:

  • Supérieur: le bord inférieur de la mâchoire inférieure;
  • Inférieur: bord supérieur de la poignée du sternum
  • Latéral: muscles sternocléidomastoïdiens.

Ici, vous pouvez à nouveau voir la zone rouge. Il s'agit de la fosse postmandibulaire - une petite dépression située entre la branche de la mâchoire inférieure et le processus mastoïde. Une grosse glande salivaire parotide est projetée sur cette fosse. L'inflammation de cette glande particulière est communément appelée «oreillons», car avec l'œdème de la glande parotide, le cou d'une personne semble disparaître.

La région antérieure du cou est divisée par l'os hyoïde en deux régions - le suprahyoïdien et le sous-hyoïdien (sonne mieux en latin, comme presque tout le reste).

Triangles de cou

Vous ne devriez commencer ce sujet que si vous comprenez les muscles et les zones du cou. Les triangles cervicaux sont une excellente invention qui permet aux chirurgiens de naviguer rapidement et facilement pendant les opérations, aux thérapeutes - d'effectuer des examens et des palpations, et aux étudiants - de consolider rapidement leurs connaissances sur les muscles du cou.

Triangle submandibulaire (trigonum submandibulare)

Ce triangle est probablement le deuxième de la liste des triangles de cou les plus simples et les plus visibles. Il est formé par le bord inférieur de la mâchoire inférieure (rouge), ainsi que par les abdomens antérieur (vert) et postérieur (bleu) du muscle digastrique. Ce triangle contient une grande glande salivaire sous-maxillaire, ainsi que des ganglions lymphatiques sous-maxillaires.

Triangle endormi (trigonum caroticum)

Et c'est clairement le triangle le plus simple et le plus visible du cou. Il est délimité par le muscle sternocléidomastoïdien (jaune), le très long muscle scapulo-hyoïde (marron) et l'abdomen postérieur du muscle digastrique (bleu). La formation la plus importante située à l'intérieur de ce triangle est l'artère carotide commune. Vous pouvez sentir la pulsation de ce gros vaisseau si vous touchez la zone du triangle carotidien avec vos doigts..

N'oubliez pas un autre point de repère important dans la région du triangle carotidien - c'est le bord supérieur du cartilage thyroïdien. C'est ici que l'artère carotide commune se divise en artères carotides externes et internes..

Triangle scapulaire-trachéal

Encore une fois, nous rappelons le muscle le plus long de tout le groupe - le scapulaire-hyoïde (brun). Ce muscle est situé à un angle aigu par rapport à la trachée (anneaux bleus) - très approprié pour construire un autre triangle. Nous devons juste le compléter avec le bord de notre muscle sternocléidomastoïdien préféré (jaune). Voici un joli triangle que nous avons:

Triangle scapulaire-claviculaire

Nous continuons à regarder notre beau et long muscle scapulaire-hyoïde, qui traverse presque tout le cou. Nous avons travaillé avec la région antérieure du cou et construit avec son aide jusqu'à deux grands triangles - somnolent et scapulo-trachéal.

Passons maintenant à la région latérale du cou et regardons le muscle scapulaire-hyoïde. Nous y voyons non seulement elle, mais aussi un autre excellent point de repère - la clavicule. Pourquoi ne pas construire un autre triangle avec ce bel os? On ajoute, comme toujours, le muscle sternocléidomastoïdien, à l'aide duquel on ferme le triangle scapulo-claviculaire.

Triangle scapulaire-trapézoïdal

Nous travaillons toujours sur le muscle scapulo-hyoïde (brun). Nous regardons la toute fin de ce beau muscle - il va, comme vous vous en souvenez, vers l'omoplate. Il y a un autre muscle gros et visible - le trapèze (bleu). Faisons un angle à partir de ces deux muscles et fermons-le, comme d'habitude, avec le muscle sternocléidomastoïdien (jaune).

Fascia du cou (classification par V.N.Shevkunenko)

Le fascia est une plaque de tissu conjonctif qui enveloppe un muscle de l'extérieur, sépare un muscle dans l'épaisseur du tissu musculaire ou recouvre un vaisseau. Je suis sûr que vous avez vu de la viande animale sur le marché avec un film blanc dense à la surface. C'est ce qu'on appelle le fascia..

Le fascia du cou est d'une grande importance pratique. Ils délimitent divers espaces les uns des autres et forment des étuis musculaires (c'est-à-dire qu'ils les enveloppent de tous les côtés). La connaissance du fascia est très importante pour les chirurgiens qui pratiquent une chirurgie du cou.

Il existe plusieurs classifications du fascia cervical et j'ai décidé d'analyser la classification la plus populaire de notre pays, proposée par V.N. Shevkunenko. Conformément à cela, cinq fascias cervicaux sont distingués:

1. fascia superficiel du cou (fascia coli superficialis). Ce fascia s'enroule autour du muscle sous-cutané du cou. Elle est très délicate et délicate. Le fascia superficiel s'enroule autour de tout le cou, mais devant (juste à l'endroit où se trouve M. Platisma), il se divise en deux fines feuilles, qui s'enroulent autour du muscle sous-cutané du cou des deux côtés.

Dans ce diagramme, l'aponévrose superficielle du cou est indiquée par la lettre «a». En fait, il est beaucoup plus fin que cette ligne bleue, j'ai juste décidé de le rendre plus visible pour que son emplacement soit clair. Vous pouvez voir comment dans les régions antérieure et latérale du cou le fascia se divise en deux feuilles, à l'intérieur desquelles se trouve le muscle sous-cutané du cou..

2. Propre fascia du cou - feuille superficielle (lamina superficialis fascia coli propria). Le fascia du cou, selon la classification de Shevkunenko, se compose de deux feuilles - superficielles et profondes. Le dépliant superficiel enveloppe tout le cou comme le fascia précédent.

Cependant, pour le muscle trapèze du dos et le muscle sternocléidomastoïdien du cou, il forme une gaine - c'est-à-dire qu'il se divise en deux feuilles pour envelopper ces muscles à la fois à l'extérieur et à l'intérieur..

Dans cette illustration, vous pouvez voir que le boîtier du muscle sternocléidomastoïdien a été ouvert à gauche de nous, et nous pouvons voir ses fibres. C'est la gaine qui forme la couche superficielle du fascia du cou. Sur le dos, qui n'est pas visible ici, il y a le même cas pour le muscle trapèze.

Il est très facile de trouver ce fascia sur une coupe horizontale - à condition que vous puissiez trouver le muscle trapèze (le muscle le plus extrême du dos) et les muscles sternocléidomastoïdiens (gros muscles allongés situés sur les côtés). Dans le diagramme ci-dessous, vous pouvez voir les muscles trapèzes (bleu, numéro 1) et les muscles sternocléidomastoïdiens (vert, numéro 2).

Regardez cette image sans sélection pour voir le fascia qui enveloppe les muscles dont nous avons besoin de tous les côtés, il est marqué de la lettre "b".

3. Propre fascia du cou - feuille intérieure (lamina profunda fascia coli propria). C'est un fascia très intéressant. Pour vous souvenir de son emplacement, vous devez vous souvenir de la classification des muscles du cou, plus précisément du groupe musculaire de la couche intermédiaire sous l'os hyoïde. Ce sont ces muscles qui sont recouverts par la couche interne du propre fascia du cou..

Une autre caractéristique de ce fascia est qu'il n'enveloppe pas tout le cou comme les deux fascia précédents. Il est situé uniquement à l'avant, couvrant tous les muscles de la couche intermédiaire sous l'os hyoïde. Pour cette raison, il ressemble à la voile d'un vieux navire, un autre nom pour ce fascia est "voile de cou".

Sur notre coupe, la foliole intérieure du propre fascia du cou est indiquée par la lettre "c".

4. fascia interne (fascia endocervicales). Rappelez-vous, au tout début de l'article, nous avons déterminé ce que contient le cou? Il y avait, par exemple, des organes internes - l'œsophage, la trachée et la glande thyroïde. Ainsi, le fascia intra-cervical s'enroule autour des organes internes du cou. Pour naviguer immédiatement dans la section horizontale du cou et trouver ce fascia, il vous suffit de trouver les organes ci-dessus. La feuille la plus proche d'eux sera l'aponévrose intra-cervicale, ici c'est la lettre "g".

5. fascia prévertébral (fascia prevertebralis). Ce fascia forme une gaine pour les muscles prévertébraux, c'est-à-dire les muscles de la couche profonde du cou. Une petite feuille marquée de la lettre «d» est le fascia prévertébral du cou.

Topographie du cou

Les organes du cou comprennent le larynx, la trachée, la partie thoracique de l'œsophage et la glande thyroïde, sur lesquelles sont appariées de petites glandes parathyroïdes. Il est nécessaire de bien comprendre comment ces organes sont situés les uns par rapport aux autres - c'est ce qu'on appelle la «synotopie». Pour cela, nous utilisons une tranche dans mon plan horizontal préféré (j'aime beaucoup ces angles, ils sont utilisés, par exemple, en IRM ou en TDM).

Sur cette coupe, la personne est en décubitus dorsal. Jetons un coup d'œil aux organes du cou qui sont présentés ici..

La glande thyroïde est surlignée en bleu - elle couvre tous les autres organes, comme un bouclier. Le cercle rouge juste derrière est une coupe transversale de la trachée (cercle rouge). L'œsophage (cercle jaune) est situé derrière la trachée. À propos, très souvent, les étudiants confondent la trachée et l'œsophage dans de telles sections. Pour ne pas être confus, souvenez-vous de ce qui est le plus important - respirer ou manger? Respirez, bien sûr. Par conséquent, la trachée est également «plus importante» que l'œsophage - elle est toujours située plus frontalement. D'abord la trachée, puis l'œsophage.

La localisation directe des ganglions lymphatiques sur le cou

L'emplacement des ganglions lymphatiques sur le cou est tel qu'il nettoie la lymphe, empêchant l'infection des organes voisins par une infection, des bactéries. Les ganglions du cou remplissent leur fonction en nettoyant la lymphe.

Les ganglions lymphatiques du cou sont l'un des nombreux ganglions (glandes) qui composent le système lymphatique. La lymphe, un liquide transparent, s'écoule à travers les capillaires, les vaisseaux, les troncs dans tout le corps, capturant les substances étrangères, les nucléides et les formations similaires du sang et des tissus. Sur le chemin, il peut y avoir des parties du corps enflammées, des plaies purulentes et de nombreux autres organes infectés par une infection ou des bactéries, qui seront également capturées par la lymphe..

Rendez-vous

La lymphe commence son chemin dans le système lymphatique lorsqu'une personne marche. En marchant à partir des pieds, un liquide clair appelé lymphe monte à la tête. Le système n'a pas son propre moteur. Par conséquent, la lymphe par gravité retourne aux pieds, faisant un cercle complet à travers le corps des personnes. Les ganglions lymphatiques sont situés près des organes vitaux chez l'homme, y compris les ganglions lymphatiques du cou, qui font partie du système lymphatique. Dans les ganglions lymphatiques, la lymphe est débarrassée des bactéries, des infections pour prévenir l'infection des zones proches des glandes, y compris dans le cou.

Emplacements des factions

Il y a 300 ganglions lymphatiques cervicaux. La disposition permet de voir où se trouvent les ganglions lymphatiques dans le cou. Les diagrammes montrent que l'emplacement des ganglions lymphatiques sur le cou chez les personnes dans la région des vertèbres cervicales. Selon la classification, ils sont divisés en groupes:

L'anatomie de l'emplacement des glandes sur le cou est visible sur les schémas..

De face

Les ganglions lymphatiques cervicaux antérieurs sont situés au-dessus et en dessous du muscle sternocléidomastoïdien devant la veine jugulaire interne, ce qui permet à la tête de se plier et de tourner. Ce sont des nœuds jugulaires superficiels. Ils sont petits, mais ils sont nombreux. Le col antérieur nettoie la lymphe qui coule dans le pharynx, la gorge, les amygdales et la glande thyroïde.

À son tour, si vous regardez la figure, il est clair que parmi les glandes antérieures, il existe des groupes de pré-larynx, thyroïde, paratrachéal et prétrachéal. Ce sont des nœuds profonds.

Sentir le nœud cervical est difficile, il est impossible de les trouver, car ils sont petits. Chez un adulte, ils sont moins que chez les enfants..

Le ganglion lymphatique du cou à gauche ou à droite s'est enflammé. Nous devons découvrir ce qui s'est passé:

  • Amygdales enflammées.
  • Une infection a pénétré dans la cavité buccale.
  • Les bactéries pénètrent dans les voies respiratoires.

La raison pourrait être:

  • diminution de l'immunité;
  • manque de vitamines;
  • gel du corps;
  • situations stressantes à long terme;
  • les piqûres d'insectes;
  • inflammation des oreilles.

Une bosse est apparue sur le devant du cou. Ce n'est souvent pas douloureux. L'anatomie d'une bosse est la suivante: en fonction du ganglion lymphatique infectieux qui a attrapé l'infection en premier, la bosse peut être devant, sur le côté ou sous le menton..

Les glandes sous-maxillaires sont les premières à combattre les infections du pharynx, de la bouche et de la gorge. Le changement a généralement lieu au niveau micro. Le cou reste inchangé. Lorsque l'infection ou les virus pénètrent dans la glande, le nœud gonfle.

Le cou peut être vu avec une bosse sous le menton. Si la bosse est sur le cou lorsque les glandes sont entrées dans un état normal, le médecin peut alors répondre si la lymphadénite est devenue chronique..

Glandes à l'arrière du cou

L'inflammation des ganglions lymphatiques à l'arrière du cou est le signe d'une sorte de maladie: un organe ou une infection dans le corps. Les ganglions lymphatiques cervicaux postérieurs, situés entre la clavicule et la région mastoïde de l'os temporal, protègent les voies respiratoires de l'infection. Lorsque les glandes à l'arrière de la tête sont enflées, les ganglions lymphatiques à l'arrière du cou peuvent devenir enflammés..

Les ganglions lymphatiques dans le cou, situés derrière, peuvent être vus si vous considérez le diagramme.

Menton

La lymphe dans cette zone coule du menton vers les glandes sous-maxillaires. Les glandes du menton sont situées sous le menton, dégageant la lèvre inférieure, le bout de la langue, les incisives centrales.

Submandibulaire

Les ganglions lymphatiques cervicaux sous-maxillaires ou sous-maxillaires sont situés sous l'os de la mâchoire sur les côtés.

Le flux lymphatique va de la cavité buccale inférieure à travers le pharynx jusqu'aux amygdales. De plus, la lymphe s'écoule des dents inférieures, à l'exclusion des incisives centrales, vers les molaires maxillaires, y compris les petites.

Les vaisseaux lymphatiques de la peau se dirigent vers les nœuds sous-maxillaires et antérieurs du cou à partir du milieu du visage. Passer à travers la sous-maxillaire et depuis la partie inférieure du visage.

La figure est une vue latérale gauche montrant la lymphe qui se détourne de la langue..

Supraclaviculaire

Si vous regardez le dessin en coupe, nous verrons les nœuds supraclaviculaires et le tronc sous-clavier. Les glandes supraclaviculaires sont situées dans des fosses près de la jonction de la clavicule avec le sternum. Ils contrôlent le flux lymphatique des zones abdominale et thoracique.

Les ganglions responsables de l'écoulement de la lymphe de la région abdominale sont connus sous le nom de ganglions vortex et sont considérés comme les ganglions principaux. Étant donné que ces ganglions transportent la lymphe entrante vers la circulation veineuse à travers la veine sous-clavière gauche, ils sont susceptibles de créer des néoplasmes douloureux tels qu'une infection du bras, une lymphadénite, un cancer du sein..

Oreille

Y a-t-il des glandes auriculaires? La vue latérale de la figure répond à cette question. À gauche du ganglion parotide se trouvent plusieurs glandes auriculaires à la base du cou. Avec l'otite moyenne, les ganglions lymphatiques à l'avant du cou deviennent enflammés et sur le côté gauche, une inflammation des ganglions sur la surface antérieure du cou et sous-maxillaire peut survenir. La douleur sera ressentie dans le cou et transmise à l'oreille.

Occipital

Les nœuds occipitaux sont situés à l'arrière du cou. Si chez les enfants de moins de 5 ans, la taille des ganglions occipitaux a légèrement augmenté, mais que la tumeur disparaît rapidement, il n'y a aucun symptôme de la maladie. Vous n'avez pas besoin de voir un médecin. Ce sont les ganglions lymphatiques à l'arrière de la tête qui combattent avec succès l'infection. Un tel processus est considéré comme la norme, car à ce stade, l'enfant développe une immunité..

Profond

Il existe également des ganglions cervicaux latéraux (latéraux): superficiels et profonds. Les profonds sont plus nombreux et méritent une attention particulière. L'emplacement des ganglions lymphatiques dans le cou est responsable du mouvement de la lymphe. Les glandes cervicales profondes propulsent la lymphe le long du cou à travers le vagin carotidien, le pharynx, l'œsophage et la trachée.

Les ganglions lymphatiques cervicaux profonds sont divisés en deux groupes: primaire et secondaire:

  • Les primaires assurent le mouvement du flux lymphatique le long du chemin - la tête, la partie occipitale du cou, la glande thyroïde, le pharynx, l'œsophage, la trachée, la région du nez, du palais et de la langue. Dans le même temps, la lymphe est prélevée sur les ganglions primaires profonds du cou, les muscles du cou.
  • Le deuxième groupe est responsable du flux lymphatique de la poitrine, des parties des bras et de la surface du foie. Prend la lymphe des glandes primaires profondes des muscles du cou et du cou.

Il existe également un groupe de ganglions cervicaux profonds: jugulaire latérale, jugulaire antérieure; jugulaire: jugulaire-digastrique et jugulaire-scapulaire-hyoïde. Le jugulaire-digastrique est le plus profond. Cela ne peut être ressenti qu'avec une inflammation de la langue, des amygdales, du pharynx. Le jugulo-hyoïde est situé entre la veine jugulaire interne et le muscle scapulo-hyoïde.

La figure montre clairement comment chaque emplacement des groupes de glandes est localisé..

Qu'est-ce qu'un ganglion lymphatique amygdalien?

Ce sont des glandes situées dans les coins de la mâchoire. Il existe plusieurs nœuds amygdales, ils protègent le corps des maladies, notamment infectieuses, bactériennes. L'inflammation se produit avec des maladies respiratoires telles que l'amygdalite, la trachéite et des maladies infectieuses similaires.

Dans l'amygdalite chronique, la condition est souvent similaire à la condition au cours des maladies énumérées.

Fosse jugulaire (fosse suprasternale)

Creux dans la partie inférieure du cou. Dépression en forme de V délimitée latéralement par les muscles sternocléidomastoïdiens. L'écoulement du sang de la tête et du cou vers le cœur est effectué par plusieurs veines situées dans la fosse jugulaire.

Delfiano

C'est une zone de la fosse jugulaire associée à la membrane muqueuse du larynx inférieur, du pharynx et du thymus, qui régule le système immunitaire humain. L'impact sur la zone augmente la résistance du corps aux maladies infectieuses en améliorant la circulation sanguine dans le thymus (thymus).

Dimensions

Il n’existe pas de solution sans ambiguïté à ce problème. Les manuels indiquent la taille de 1 cm. Le personnel médical, selon la pratique, considère 1 cm comme la norme. Cependant, il y a des opinions d'oncologues qui pensent que le ganglion lymphatique devrait être plus petit. Ainsi, pour les coudes, cette taille sera normale inférieure à 0,5 cm; pour inguinal - 1,5 cm Chez les enfants en bonne santé, axillaire, cervical et inguinal - 1,6 cm.

Les causes de l'inflammation

Les causes de l'inflammation des ganglions lymphatiques peuvent être différentes selon les ganglions enflammés..

Une augmentation des ganglions lymphatiques sous-maxillaires est le plus souvent le résultat de maladies telles que:

  • tuberculose;
  • infection bactérienne;
  • herpès;
  • Virus Epstein-Barr;
  • lymphadénite.

L'inflammation des ganglions occipitaux, si l'infection pénètre directement dans les ganglions lymphatiques, se produit principalement en raison des maladies suivantes:

Lorsque l'infection a frappé non pas le nœud lui-même, mais les organes situés à proximité, les causes peuvent être des maladies telles que l'amygdalite, la pharyngite et d'autres maladies infectieuses affectant la zone des yeux, de la bouche.

La forme avancée de la carie peut entraîner une inflammation du ganglion lymphatique du cou sur le côté droit ou gauche sous la mâchoire. Les caries non traitées pénètrent dans la racine et provoquent une inflammation. De plus, l'inflammation du nœud sous la mâchoire peut provoquer une infection de maladies:

  • amygdalite, sinusite, oreillons;
  • athérome - un gonflement de la gorge;
  • cancer.
  • rougeole;
  • rubéole;
  • la toxoplasmose;
  • Mononucléose infectieuse.

Ce sont généralement des maladies chroniques. Les maladies non chroniques comprennent les organes ORL.

Il existe de nombreuses causes d'inflammation des ganglions lymphatiques cervicaux, dont les plus courantes:

  • mésotympanite;
  • furoncle;
  • épimesotympanite;
  • otite moyenne et otite externe.

Les maladies de l'oreille peuvent être déclenchées par des maladies telles que:

  • Leucémie aiguë;
  • maladie de la cavité buccale;
  • lymphome de Hodgkin.

L'une des raisons de la formation de bosses sur le cou peut être:

  • les lipomes;
  • kystes cutanés;
  • athérome;
  • folliculite;
  • follicules (inflammation des follicules pileux).

Symptômes d'inflammation

Tout d'abord, un gonflement, une augmentation de la taille des nœuds indiquent le début de l'inflammation. Il existe deux types d'inflammation des nœuds:

Pas de formation de pus (catarrhale):

  • Les glandes augmentent de taille. Cela peut être accompagné d'une rougeur de la surface cutanée environnante.
  • Se sentir douloureux.
  • Gonflement des tissus sous-cutanés, de la peau.
  • Possible fièvre, faiblesse, manque d'appétit, légers frissons.
  • Une bosse douloureuse et rouge sur le cou.
  • Élévation de température inévitable.
  • Faiblesse, fatigue.
  • Se sentir pas bien.
  • Les gens souffrent de maux de tête.
  • Frissons.
  • Les glandes sont denses, ne bougent pas sous les bras.

La progression du processus inflammatoire peut conduire à un stade plus grave de la maladie, la lymphadénite. Nausées, vomissements - symptômes d'intoxication avec lymphadénite. En cas d'inflammation des ganglions lymphatiques du cou due à un mal de gorge, le symptôme sera une odeur désagréable de la gorge.

Traitement

Pour le traitement des ganglions lymphatiques, vous devez consulter un médecin et suivre ses recommandations. Pour éliminer les virus à l'origine de la maladie, les médecins prescrivent des médicaments antiviraux. En cas d'infection, le patient se voit prescrire des antibiotiques:

  • Ampicilline - pour adultes et enfants.
  • Clindimycine.

Et aussi appliquer:

  • Médicaments antibactériens.
  • Anti-inflammatoire.
  • Anti-douleurs.
  • Immunomodulateurs.

Il est impossible de chauffer l'endroit douloureux dans la zone de la glande enflammée, la conséquence peut être une septicémie potentiellement mortelle. Ne frottez pas un point sensible. Mieux vaut mettre une compresse rafraîchissante.

Les kystes cutanés qui provoquent des bosses sur le cou sont enlevés chirurgicalement.

Les ganglions lymphatiques font partie du système immunitaire et du système lymphatique, qui est un filtre naturel qui retarde la pénétration des infections et des bactéries dans le corps. La lutte contre les infections, les bactéries, l'élimination des toxines, la restauration des tissus lésés se produit en raison de formations cellulaires et de la structure anatomiquement intelligente du corps.

Le système lymphatique nettoie le corps uniquement lorsqu'une personne bouge. De plus, avec un mouvement continu pendant une longue période. Pour que les ganglions lymphatiques soient sains et nettoient le corps, les gens doivent marcher plus.

Structure du cou - anatomie humaine de l'intérieur

Le cou est l'un des composants les plus importants du corps humain, cette partie relie tout le corps au cerveau. La structure du cou humain est très complexe et comprend plusieurs sections: le système circulatoire, les ganglions lymphatiques, la structure osseuse, le cadre musculaire, les organes internes.

Caractéristiques de la structure du cou

À l'intérieur du cou, il y a de nombreux entrelacs de vaisseaux sanguins, de nerfs, d'organes internes et d'os. Un cadre musculaire bien développé fournit une activité motrice.

Parties du cou

La structure est formée de plusieurs parties:

Chacun de ces domaines a ses propres nuances. La structure du cou humain par derrière à l'emplacement du cadre musculaire et des ganglions lymphatiques diffère considérablement de leur emplacement à l'avant.

Les organes internes

La structure interne des organes du cou comprend:

  1. pharynx - remplit une fonction protectrice et liante, étant la principale barrière contre les agents pathogènes et les bactéries;
  2. trachée - avec son aide, l'air pénètre dans les poumons;
  3. larynx - joue un rôle important dans la fonction digestive, forme le timbre de la voix, est une barrière protectrice pour le système respiratoire;
  4. la glande thyroïde est un organe endocrinien important qui régule les processus métaboliques dans tout le corps et produit des hormones;
  5. la moelle épinière est une partie importante du système nerveux humain, responsable de la mobilité du corps et des organes;
  6. œsophage - livre la nourriture à sa destination, participe à la fonction de digestion.

Le système circulatoire et la structure musculaire

Si vous regardez la structure du cou d'une personne de côté, tous les muscles qui y pénètrent seront visibles: le muscle maxillaire - hyoïde, trapèze majeur, l'abdomen postérieur du muscle digastrique, scapulaire - hyoïde, muscles scalènes et muscle sternoclaviculaire. Tous ces éléments composent le corset musclé du cou, qui assure la déglutition et la formation du son, une position ferme de la tête dans l'espace, sa mobilité.

Le système circulatoire artériel comprend: l'artère sous-clavière et la grande artère carotide, à partir desquelles sortent les directions interne et externe, à travers lesquelles le sang circule vers et depuis la tête.

Le système veineux comprend: les veines jugulaires (antérieures et internes), la veine thyroïdienne, sous-clavière. Toutes les veines sont responsables de la sortie du sang du cerveau..

Système osseux et lymphatique

La colonne vertébrale, qui fait partie du système avec ses 7 vertèbres, assure la libre mobilité du cou. Les vertèbres cervicales sont moins allongées que les autres. Chaque vertèbre a une ouverture à travers laquelle passent la veine vertébrale et l'artère. Le système ganglionnaire fournit une barrière protectrice au corps en filtrant la lymphe des toxines et des infections. Le ganglion lymphatique est une sorte d'indicateur de santé, dont l'inflammation peut être utilisée pour conclure à son état. Il existe deux groupes de ganglions lymphatiques:

  • profond - cela comprend les nœuds situés le long de la veine jugulaire;
  • externe - situé le long de la veine jugulaire superficielle.

Si nous considérons la structure du cou humain de l'avant, tous les ganglions lymphatiques peuvent être vus

Pathologies et traitement possibles

La région du cou humain est constituée de systèmes complexes, elle est donc sujette à de nombreuses maladies et inflammations. En termes de fréquence, parmi les manifestations pathologiques, on trouve en premier lieu les inflammations cutanées (furoncles et anthrax), les ganglions lymphatiques hypertrophiés, les maladies endocriniennes.

La lymphadénite est un processus inflammatoire dans les ganglions lymphatiques, caractérisé par une forme aiguë (avec suppuration) et chronique. Ces maladies surviennent dans le contexte d'autres infections infectieuses, par exemple l'amygdalite, la sinusite, la pharyngite. Afin de réduire le gonflement des ganglions résultant du foyer, il est nécessaire de guérir la maladie sous-jacente. Parfois, l'inflammation des ganglions lymphatiques se produit comme un phénomène indépendant, auquel cas il est nécessaire de renforcer les fonctions protectrices du système immunitaire.

Lymphadénite chronique, avec fièvre, immobilité des ganglions indiquent la présence de tuberculose ou de syphilis.

Néoplasmes pathologiques au cou: tumeurs bénignes (angiome, kyste, fibrome, lipome, tératome) et malignes (métastases, tumeur thyroïdienne, cancer du larynx, lymphogranulomatose, lymphosarcome).

Presque tous les types de néoplasmes sont excisés chirurgicalement; dans le cas du cancer, la radiothérapie et la chimiothérapie sont alors utilisées. Un syndrome douloureux dans la région cervicale de nature différente peut indiquer la présence des maladies suivantes:

  1. angine de poitrine, crise cardiaque, gonflement dans la région du cœur;
  2. pleurésie, syndrome neurologique, rhumatisme;
  3. inflammation du nerf occipital;
  4. ostéochondrose de la colonne cervicale;
  5. fatigue musculaire;
  6. Blessure de la colonne vertebrale.

Les douleurs cervicales sévères et prolongées se terminant par une crise de migraine doivent être traitées par un neurologue.

Vaisseaux de la tête et du cou. Anatomie. Atlas vidéo du Dr Robert Akland. Partie 1, 2.

Conférence pour médecins sur l'anatomie "Vaisseaux de la tête et du cou".

ARTÈRES DE LA TÊTE ET DU COU

Les artères de la tête et du cou sont représentées par les systèmes des artères carotides et sous-clavières communes gauche et droite (Fig. 177). Les artères carotides et sous-clavières communes droites partent généralement du tronc brachiocéphalique et la gauche - indépendamment de la partie convexe de l'arc aortique.

Le tronc brachiocéphalique (truncus brahiocephalicus) est un vaisseau non apparié, grand et relativement court. Il part de l'arc aortique vers le haut et vers la droite, traverse la trachée en avant. Derrière la poignée du sternum et le début des muscles sterno-hyoïdiens et sterno-thyroïdiens, ainsi que la veine brachiocéphalique gauche et le thymus, il se divise en artères carotides communes sous-clavière droite et droite (Fig.178). Parfois, l'artère thyroïdienne inférieure s'en détache (a. Thyroidea ima).

Artère sous-clavière (a.subclavia), hammam; celui de droite provient du tronc brachiocéphalique, celui de gauche - directement de l'arc aortique. Donne les artères à la tête, au cou, à la ceinture scapulaire et au membre supérieur. La partie initiale de l'artère se plie autour de l'apex du poumon, puis l'artère se dirige vers le cou. Sur le cou, on distingue 3 sections de l'artère sous-clavière: la première - avant l'entrée de l'espace interscalène, la seconde - dans l'espace interscalène et la troisième - vers l'extérieur de l'espace spécifié au bord externe de la côte I, où l'artère sous-clavière passe dans l'axillaire (voir Fig.178). Dans chacun d'eux, l'artère dégage des branches.

Branches de la première section (Fig.179):

1. L'artère vertébrale (a. Vertébrales) part du demi-cercle supérieur de l'artère et suit vers le haut, derrière l'artère carotide commune jusqu'à l'ouverture de l'apophyse transverse de la vertèbre cervicale VI. En outre, l'artère passe à la vertèbre cervicale II dans le canal ostéofibreux formé par les trous des apophyses transverses et des ligaments. En quittant le canal, il perce la membrane atlanto-occipitale postérieure, passe à travers une grande ouverture dans la cavité crânienne et se connecte à l'artère du même nom de l'autre côté à la pente occipitale, formant une artère basilaire non appariée (a. Les branches des artères vertébrales et basilaires irriguent le tronc

cerveau, cervelet et lobe occipital des hémisphères cérébraux. En pratique clinique, ils sont appelés «système vertébrobasilaire» (Fig. 181). Branches de l'artère vertébrale:

1) spinal (rr.spinalies) - à la moelle épinière;

2) muscle (rr. Musculares) - aux muscles prévertébraux;

3) méningée (rr. Meningeales) - à la coquille dure du cerveau;

4) l'artère spinale antérieure (a. Spinalis antérieur) - à la moelle épinière;

5) l'artère cérébelleuse inférieure postérieure (a. Cervelet postérieur inférieur) - vers le cervelet.

Figure. 177. Vue générale des artères de la tête et du cou, vue du côté droit (schéma):

1 - branche pariétale de l'artère méningée moyenne; 2 - branche frontale de l'artère méningée moyenne; 3 - artère oculaire zygomatique; 4 - artère supraorbitaire; 5 - artère oculaire; 6 - artère supra-bloc; 7 - artère de l'arrière du nez; 8 - artère palatine en coin; 9 - artère angulaire; 10 - artère infraorbitaire;

11 - artère alvéolaire supérieure postérieure; 12 - artère buccale; 13 - artères alvéolaires antéro-supérieures; 14 - artère labiale supérieure; 15 - branches ptérygoïdes; 16 - branches dorsales de l'artère linguale; 17 - artère profonde de la langue; 18 - artère labiale inférieure; 19 - artère du menton; 20 - artère alvéolaire inférieure; 21 - artère sublinguale; 22 - artère sous-mentale; 23 - l'artère palatine ascendante; 24 - artère faciale; 25 - artère carotide externe; 26 - artère linguale; 27 - os hyoïde; 28 - branche suprahyoïdienne de l'artère linguale; 29 - branche sous-hyoïdienne de l'artère linguale; 30 - artère laryngée supérieure; 31 - artère thyroïdienne supérieure; 32 - branche sternocléidomastoïdienne de l'artère thyroïdienne supérieure; 33 - muscle hyoïde thyroïdien; 34 - artère carotide commune; 35 - artère thyroïdienne inférieure; 36 - l'artère thyroïdienne inférieure; 37 - tronc à col bouclier; 38 - artère sous-clavière; 39 - tronc brachiocéphalique; 40 - artère thoracique interne; 41 - arc aortique; 42 - tronc costo-cervical; 43 - artère suprascapulaire; 44 - artère cervicale transversale; 45 - artère cervicale profonde; 46 - artère dorsale de l'omoplate; 47 - artère cervicale superficielle; 48 - artère vertébrale; 49 - artère cervicale ascendante; 50 - branches vertébrales de l'artère vertébrale; 51 - bifurcation de l'artère carotide; 52 - artère carotide interne; 53 - artère pharyngée ascendante; 54 - branches pharyngées de l'artère pharyngée ascendante; 55 - branche mastoïde de l'artère de l'oreille postérieure; 56 - artère styloïde; 57 - artère occipitale; 58 - artère maxillaire; 59 - artère transversale du visage; 60 - branche occipitale de l'artère de l'oreille postérieure; 61 - artère de l'oreille postérieure; 62 - artère tympanique antérieure; 63 - artère de mastication; 64 - artère temporale superficielle; 65 - artère de l'oreille antérieure; 66 - artère temporale moyenne; 67 - artère méningée moyenne; 68 - branche pariétale de l'artère temporale superficielle; 69 - branche frontale de l'artère temporale superficielle

Branches de l'artère basilaire:

1) l'artère cérébelleuse inférieure antérieure (a. Cervelet antérieur inférieur) - au cervelet;

2) l'artère cérébelleuse supérieure (a. Cerebelli supérieur) - au cervelet;

3) l'artère cérébrale postérieure (c.-à-d. Cererbri-postérieure), qui envoie les artères vers le lobe occipital du cerveau antérieur.

4) artères du pont (aa.pontis) - vers le tronc cérébral.

Figure. 178. Artères sous-clavières et leurs branches, vue de face: 1 - nœud cervical moyen; 2 - artère vertébrale; 3 - plexus brachial; 4 - tronc gauche à col bouclier; 5 - boucle sous-clavière gauche; 6 - artère sous-clavière gauche; 7 - première côte gauche; 8 - artère thoracique interne gauche; 9 - nerf phrénique gauche; 10 - artère carotide commune gauche; 11 - muscle long du cou; 12 - arc aortique; 13 - tronc brachiocéphalique; 14 - veines brachiocéphaliques gauche et droite; 15 - veine cave supérieure; 16 - plèvre pariétale; 17 - l'artère thoracique interne droite; 18 - première côte droite; 19 - boucle sous-clavière droite; 20 - dôme de la plèvre; 21 - artère sous-clavière droite; 22 - nerf phrénique droit; 23 - tronc droit du cou de bouclier; 24 - muscle scalène postérieur; 25 - muscle antérieur scalène; 26 - tronc sympathique

Figure. 179. Artère vertébrale droite, vue latérale:

1 - Partie atlante de l'artère vertébrale; 2 - partie transversale (cervicale) de l'artère vertébrale; 3 - partie prévertébrale de l'artère vertébrale; 4 - l'artère cervicale ascendante; 5, 10 - artère carotide commune; 6 - artère cervicale ascendante; 7 - artère thyroïdienne inférieure; 8 - tronc à col bouclier; 9 - artère sous-clavière; 11 - artère suprascapulaire; 12, 16 - artère thoracique interne; 13 - tronc brachiocéphalique; 14 - clavicule; 15 - poignée de sternum; 17 - I côte; 18 - côte II; 19 - la première artère intercostale postérieure; 20 - la deuxième artère intercostale postérieure; 21 - artère axillaire; 22 - l'artère intercostale la plus élevée; 23 - l'artère scapulaire descendante; 24 - la première vertèbre thoracique; 25 - septième vertèbre cervicale; 26 - tronc costo-cervical; 27 - artère cervicale profonde; 28 - partie intracrânienne de l'artère vertébrale

Figure. 180. Branches des artères basilaire et carotide interne dans la cavité crânienne, vue du côté de la cavité crânienne:

1 - artère cérébrale antérieure; 2 - artère communicante antérieure; 3 - artère carotide interne; 4 - artère cérébrale moyenne droite; 5 - artère de connexion postérieure; 6 - artère cérébrale postérieure; 7 - artère basilaire; 8 - artère vertébrale droite; 9 - artère spinale antérieure; 10 - artère spinale postérieure; 11 - artère vertébrale gauche; 12 - artère cérébelleuse inférieure postérieure; 13 - artère cérébelleuse inférieure antérieure; 14 - artère cérébelleuse supérieure; 15 - artère villeuse antérieure; 16 - artère cérébrale moyenne gauche

Figure. 181. Artères à la base du cerveau (une partie du lobe temporal à gauche est enlevée): 1 - partie postcommunication de l'artère cérébrale antérieure; 2 - artère communicante antérieure; 3 - partie pré-communication de l'artère cérébrale antérieure; 4 - artère carotide interne; 5 - artères des îlots; 6 - artère cérébrale moyenne; 7 - artère villeuse antérieure; 8 - artère de connexion postérieure; 9 - partie pré-communication de l'artère cérébrale moyenne; 10 - partie postcommunication de l'artère cérébrale moyenne; 11 - artère basilaire; 12 - artère occipitale latérale; 13 - artère vertébrale gauche; 14 - artère spinale antérieure; 15 - artère cérébelleuse inférieure postérieure; 16 - artère cérébelleuse inférieure antérieure; 17 - plexus choroïde du ventricule IV; 18 - artères de pont; 19 - artère cérébelleuse supérieure

2. L'artère thoracique interne (a. Thoracica interna) part du demi-cercle inférieur de l'artère sous-clavière derrière la clavicule et la veine sous-clavière, descend le long du bord interne du cartilage de la côte I; passe entre l'aponévrose intrathoracique et les cartilages costaux jusqu'au sixième espace intercostal, où il se divise en artères terminales (Fig.182, voir Fig.179). Elle envoie des branches au thymus, au médiastin, au péricarde, au sternum, à la glande mammaire, ainsi que: les branches intercostales antérieures reliant les artères intercostales postérieures, péricardique-diaphragmatique (a. Péricardiacophrénie), musculophrénique (a. Musculophrenica) - au péricarde et diaphragme et épigastrique supérieur

Fig. 182. Artère thoracique interne, vue arrière:

1 - veine brachiocéphalique droite; 2 - veine cave supérieure; 3 - l'artère thoracique interne droite; 4 - diaphragme; 5 - artère épigastrique supérieure; 6 - artère musculo-diaphragmatique; 7 - artère thoracique interne gauche; 8 - branches intercostales antérieures de l'artère thoracique interne; 9 - branches sternales de l'artère thoracique interne; 10 - branches médiastinales de l'artère thoracique interne;

11 - artère sous-clavière gauche

(a. epigastrica superior) - au muscle droit de l'abdomen, dans l'épaisseur duquel il s'anastomose avec l'artère épigastrique inférieure.

3. Tronc thyroïdien (truncus thyrocervicalis) - un petit vaisseau qui bifurque au bord médial du muscle scalène antérieur (Fig. 183) et est divisé en 4 artères:

1) thyroïde inférieure (a. Thyroïde inférieure) - dégageant des branches vers la glande thyroïde, le larynx, le pharynx, l'œsophage et la trachée;

2) cervical ascendant (a. Cervicalis ascendens);

3) l'artère suprascapulaire (a. Suprascapularis) - aux muscles de la ceinture scapulaire et de l'omoplate;

4) l'artère transversale du cou (a. Trasversa colli (cervicis) - aux muscles du cou et de l'omoplate.

La dernière artère part souvent de la troisième section de l'artère sous-clavière (voir ci-dessous). Dans ces cas, l'artère superficielle du cou peut se détacher du tronc thyroïdien..

Artères de la deuxième section (voir fig.179).

Figure. 183. Malle à col bouclier, droite, vue de face:

1 - glande thyroïde; 2 - artère vertébrale; 3, 10 - artère carotide commune droite; 4 - artère et veine sous-clavières droites; 5 - tronc à col bouclier; 6 - artère suprascapulaire; 7 - artère transversale du cou; 8 - artère thyroïdienne inférieure; 9 - nerf phrénique; 11 - veine jugulaire interne

Le tronc costo-cervical (truncus costocervicalis) part derrière le muscle scalène antérieur et se divise en l'artère cervicale profonde (a.cervicalis profunda) - vers les muscles profonds du cou et l'artère intercostale la plus élevée (a. Intercostalis suprema) - vers les deux premiers espaces intercostaux.

Artères de la troisième section (voir fig.179).

L'artère transversale du cou (a. Transversa colli (cervicis) se ramifie vers l'extérieur du muscle scalène antérieur, passe entre les troncs du plexus brachial jusqu'au bord latéral du muscle qui soulève l'omoplate, où elle se divise en une branche superficielle allant aux muscles de la ceinture scapulaire, et profonde - vers le sous-scapulaire et le rhomboïde Dans les cas où l'artère superficielle du cou est séparée du tronc thyroïdien, l'artère transversale du cou, à partir de la troisième section de l'artère sous-clavière, se poursuit dans une branche profonde, appelée artère dorsale de l'omoplate (a. Dorsalis scapulae) et longe le bord médial de cet os.

L'artère carotide commune (a. Carotis communis) est un bain de vapeur, à droite part du tronc brachiocéphalique (Fig. 184, 185, voir Fig. 177), à gauche - de l'arc aortique, donc l'artère gauche est plus longue que la droite. Par l'ouverture supérieure de la poitrine, ces artères montent vers le cou, où elles sont situées sur les côtés de ses organes dans le cadre des faisceaux neurovasculaires du cou, se trouvant à l'intérieur et en avant de la veine jugulaire interne. Entre eux et derrière eux se trouve le nerf vague. En avant, presque sur toute la longueur, l'artère est recouverte par le muscle sternocléidomastoïdien. Dans le triangle carotidien au niveau du bord supérieur du cartilage thyroïdien (III vertèbre cervicale), il est divisé en artères carotides internes et externes (voir Fig.185). Ne forme pas de branches latérales.

Le hammam de l'artère carotide interne (a. Carotis interna), part de l'artère carotide commune au niveau du bord supérieur du cartilage thyroïdien; 4 parties sont distinguées dans l'artère: cervicale, pierreuse, caverneuse et cérébrale (Fig.186, 187, voir Fig.177, 180, 181).

La partie cervicale (pars cervicalis) commence par un épaississement - le sinus carotidien (sinus caroticus), dont la paroi contient un appareil nerveux riche avec de nombreux baro- et chémorécepteurs. À la fourche de l'artère carotide commune, il y a un glomus endormi (glomus caroticus), qui contient des cellules glomiques - des chromaffinocytes qui produisent des médiateurs. Le glomus et le sinus endormis constituent la zone réflexogène du sinus carotidien, qui régule le flux sanguin vers le cerveau.

Sur le cou, l'artère carotide interne est d'abord située latéralement à l'artère carotide externe, puis elle monte et en dedans, passe entre la veine jugulaire interne (à l'extérieur) et le pharynx-

Fig. 184. Artères carotides communes, externes et internes du cou, à droite:

1 - branches parotides de l'artère temporale superficielle; 2 - artère supra-bloc; 3 - artère nasale dorsale; 4 - artères latérales du nez; 5 - artère angulaire; 6 - artère labiale supérieure; 7 - artère labiale inférieure; 8 - artère sous-mentale; 9 - artère faciale; 10 - branche suprahyoïdienne de l'artère linguale;

11 - artère linguale; 12 - artère laryngée supérieure; 13 - artère thyroïdienne supérieure; 14 - bifurcation de l'artère carotide; 15 - sinus carotidien; 16 - artère thyroïdienne inférieure; 17 - artère carotide commune; 18 - tronc à col bouclier; 19 - artère sous-clavière; 20 - artère cervicale transversale; 21 - artère cervicale superficielle; 22 - artère cervicale ascendante; 23 - branche sternocléidomastoïdienne de l'artère carotide externe; 24, 27 - artère occipitale; 25 - artère carotide externe; 26 - artère carotide interne; 28 - branche auriculaire de l'artère occipitale; 29 - artère de l'oreille postérieure; 30 - artère transversale du visage; 31 - artère temporale superficielle; 32 - artère oculaire zygomatique

Figure. 185. Artères carotides droites dans le triangle éponyme:

1 - artère de l'oreille postérieure; 2 - glande parotide; 3 - artère carotide externe; 4 - artère faciale; 5 - artère sous-mentale; 6 - glande sous-maxillaire; 7 - artère linguale; 8 - branche suprahyoïdienne de l'artère linguale; 9 - artère laryngée supérieure; 10 - artère thyroïdienne supérieure;

11 - artère cervicale transversale; 12 - artère cervicale superficielle; 13 - triangle endormi; 14 - bifurcation de l'artère carotide; 15 - artère carotide interne; 16 - artère occipitale

coy (de l'intérieur) et atteint l'ouverture externe du canal carotidien. Pas de branches sur le cou. La partie pierreuse (pars pertrosa) est située dans le canal carotidien de la pyramide osseuse temporale et est entourée de plexus veineux et nerveux denses; ici l'artère passe d'une position verticale à une position horizontale. Dans le canal, les artères tympaniques carotidiennes (aa.caroticotimpanicae) en s'écartent, pénétrant à travers les trous de la paroi du canal dans la cavité tympanique, où elles s'anastomosent avec les artères tympaniques antérieures et styloïdes.

La partie caverneuse (pars cavernosa) commence à la sortie du canal carotidien, lorsque l'artère carotide interne, passant par l'ouverture lacérée, pénètre dans le sinus veineux caverneux et est située dans le sillon carotidien, formant le siphon en forme de S. Les courbures du siphon jouent un rôle important dans l'affaiblissement. onde de pouls a frappé. Dans le sinus caverneux, partent de l'artère carotide interne: la branche basale au tentorium (r. Basalis tentorii), la branche marginale au tentorium (r. Marginalis tentorii) et la branche méningée (r. Meningeus) - à la dure-mère du cerveau; branches au nœud trijumeau (rr. ganglinares trigeminales), branches aux nerfs (trijumeau, bloc) (rr. nervorum); une branche au sinus caverneux (r. sinus cavernosi) et à l'artère pituitaire inférieure (a. hypophyisialis inferior) - à l'hypophyse.

La partie cérébrale (pars cerebralis) est la plus courte (Fig.188, 189, voir Fig.180, 181, 187). En quittant le sinus caverneux, l'artère dégage l'artère hypophysaire supérieure (a. Hypophysialis supérieur) vers la glande pituitaire; branches à la pente (rr. clivales) - à la coque dure dans la zone de la pente; artères communicantes oculaires, villeuses antérieures, postérieures et divisées en branches terminales: artères cérébrales antérieures et moyennes.

L'artère ophtalmique (a. Ophtalmique) suit le canal optique avec le nerf optique dans l'orbite (voir Fig. 187). Situé entre le nerf spécifié et le muscle droit supérieur; dans le coin médial supérieur de l'orbite, au niveau du bloc, il est divisé en l'artère supra-bloc (a. supratrochlearis) et l'artère dorsale du nez (a. dorsalis nasi). L'artère ophtalmique dégage un certain nombre de branches à l'œil et à la glande lacrymale, ainsi que des branches s'étendant vers le visage: les artères médiale et latérale des paupières (aa. Palpebrales mediales et laterales), qui forment les arcades des paupières supérieures et inférieures avec anastomoses articulaires (arcus palpebrales siperior et inferior); artère supraorbitaire (a. supraorbitalis) au muscle frontal et à la peau du front; artères ethmoïdales postérieures et antérieures (aa.ethmoidales postérieur et antérieur) - aux cellules du labyrinthe ethmoïde et de la cavité nasale (de la partie antérieure

la branche méningée antérieure (r. meningeus anterior) part vers la coque dure du cerveau).

L'artère villeuse antérieure (a. Choroïde antérieure) est une branche mince qui part de la surface postérieure de l'artère carotide interne, longe le tractus optique jusqu'à la corne inférieure du ventricule latéral du cerveau d'extrémité, donne des branches au cerveau et pénètre dans le plexus choroïde du ventricule latéral.

L'artère de connexion postérieure (a. Communicans postérieur) relie l'artère carotide interne à l'artère cérébrale postérieure

L'artère cérébrale antérieure (a. Cerebri antérieur) va à la surface médiale du lobe frontal du cerveau, jouxtant d'abord le triangle olfactif, puis dans la fente longitudinale du gros cerveau passe à la surface supérieure du corps calleux; apport sanguin au cerveau terminal. Non loin de son début, les artères cérébrales antérieures droite et gauche sont reliées au moyen de l'artère communicante antérieure (a. Communicans antérieur) (voir Fig.181, 188).

Figure. 186. Artère carotide interne, vue du côté droit:

1 - artère supra-bloc; 2 - artère nasale dorsale; 3 - artères ciliaires postérieures longues; 4 - artère infraorbitaire; 5 - artères alvéolaires antéro-supérieures; 6 - artère angulaire; 7 - artère alvéolaire supérieure postérieure; 8 - l'artère palatine ascendante; 9 - artère profonde de la langue; 10 - artère sublinguale; 11 - artère faciale (coupure); 12 - artère linguale; 13 - branche suprahyoïdienne de l'artère linguale; 14 - artère carotide externe; 15 - artère thyroïdienne supérieure; 16 - artère laryngée supérieure; 17 - branche sternocléidomastoïdienne (coupe); 18 - branches de l'artère thyroïdienne supérieure; 19 - artère thyroïdienne inférieure; 20 - branches oesophagiennes; 21, 35 - artère carotide commune; 22 - branches trachéales de l'artère thyroïdienne inférieure; 23, 36 - artère vertébrale; 24 - artère thoracique interne; 25 - tronc brachiocéphalique; 26 - artère sous-clavière; 27 - tronc costo-cervical; 28 - l'artère intercostale la plus élevée; 29 - tronc à col bouclier; 30 - artère suprascapulaire; 31 - artère cervicale profonde; 32 - artère cervicale ascendante; 33 - processus transverse de la vertèbre cervicale VI; 34 - branches pharyngées; 37, 50 - artère carotide interne; 38 - artère pharyngée ascendante; 39 - artère occipitale; 40 - Partie atlante de l'artère vertébrale; 41 - partie intracrânienne de l'artère vertébrale droite; 42 - artère vertébrale gauche; 43 - artère tympanique inférieure; artère postérieure de la dure-mère; 44 - artère méningée postérieure; 45 - artère basilaire; 46 - artère maxillaire; 47 - artère ptérygo-palatine; 48 - artère cérébrale postérieure; 49 - artère communicante postérieure; 51 - artère oculaire; 52 - artères ciliaires courtes postérieures; 53 - artère ethmoïde postérieure; 54 - artère supraorbitaire; 55 - artère ethmoïde antérieure

Figure. 187. Parties caverneuses et médullaires de l'artère carotide interne (artère oculaire, paroi supérieure de l'orbite enlevée):

1 - artère supraorbitaire; 2 - bloc; 3 - écailles de l'os frontal; 4 - glande lacrymale; 5 - artères ciliaires courtes postérieures; 6 - artère lacrymale; 7 - artère oculaire; 8, 9 - artère carotide interne; 10 - l'artère rétinienne centrale; 11 - artère et veine ethmoïdales postérieures; 12 - artère méningée antérieure; 13 - artère et veine ethmoïdes antérieures; 14 - artères et veines ethmoïdes longues postérieures

L'artère cérébrale moyenne (a. Cerebri media) est plus grande, située dans la rainure latérale, le long de laquelle elle s'élève vers le haut et latéralement; donne des branches au cerveau terminal (voir fig.181, 189).

En raison de la connexion de toutes les artères cérébrales: le cerveau antérieur à travers le connectif antérieur, cérébral moyen et postérieur - connectif postérieur - à la base du cerveau, le cercle artériel du grand cerveau (cirque artériel cérébral) est formé, ce qui est important pour la circulation collatérale dans les bassins des artères cérébrales (voir artères cérébrales). 181).

Figure. 188. Artères sur les surfaces médiale et inférieure de l'hémisphère cérébral:

1 - corps calleux; 2 - voûte; 3, 7 - artère cérébrale antérieure; 4 - artère cérébrale postérieure; 5 - artère de connexion postérieure; 6 - artère carotide interne

Figure. 189. Branches de l'artère cérébrale moyenne sur la surface dorsolatérale de l'hémisphère cérébral

, où dans l'épaisseur de la glande salivaire parotide, il est divisé en branches terminales - les artères temporales maxillaires et superficielles (Fig.190, voir Fig.177, 184, 185). Des branches s'étendent de celui-ci aux parois des cavités buccale et nasale, de la voûte du crâne, à la coque dure du cerveau.

Sur le cou, à l'intérieur du triangle carotide, l'artère carotide externe est recouverte par les veines thyroïdiennes faciales, linguales et supérieures, se trouve plus superficiellement que l'artère carotide interne. Ici les branches en partent antérieurement, médialement et postérieurement.

L'artère thyroïdienne supérieure (a. Thyroïde supérieure) part près de la bifurcation de l'artère carotide commune sous la grande corne de l'os hyoïde, va en arc en avant et en bas jusqu'au pôle supérieur de la glande thyroïde (Fig.191, voir Fig.177, 184, 186). Anastomoses avec l'artère thyroïdienne inférieure et l'artère thyroïdienne supérieure du côté opposé. Donne la branche sous-hyoïdienne (r. Infrahyoideus), la branche sternocléidomastoïdienne (r. Sternocleidomastoideus) et l'artère laryngée supérieure (a. Laringea superior), accompagnant le nerf laryngé supérieur et l'apport sanguin aux muscles et à la membrane muqueuse du larynx au-dessus de la glotte.

L'artère linguale (a. Lingualis) part de l'artère carotide externe, monte et en avant le long du constricteur moyen du pharynx jusqu'à l'apex de la grande corne de l'os hyoïde, où elle est traversée par le nerf hyoïde (Fig.192, 193, voir Fig.177, 184-186, 191 ). De plus, il est situé en dedans du muscle hyoïde-lingual selon le triangle de Pirogov (certains auteurs l'appellent le triangle lingual; il est délimité en avant par le bord du muscle maxillaire-hyoïde, d'en bas par le tendon du muscle digastrique, d'en haut -

Figure. 190. Artère carotide externe, vue de gauche (la branche de la mâchoire inférieure est enlevée): 1 - la branche frontale de l'artère temporale superficielle; 2 - branche pariétale de l'artère superficielle; 3 - artère temporale superficielle; 4 - artère de l'oreille postérieure; 5 - artère occipitale; 6 - artère maxillaire; 7, 11 - artère pharyngée ascendante; 8 - l'artère palatine ascendante; 9, 15 - artère faciale; 10 - artère linguale; 12 - artère thyroïdienne supérieure; 13 - branche amygdale de l'artère faciale; 14 - artère sous-mentale; 16 - artère du menton; 17 - artère labiale inférieure; 18 - artère labiale supérieure; 19 - artère buccale; 20 - l'artère palatine descendante; 21 - artère palatine en coin; 22 - artère infraorbitaire; 23 - artère angulaire; 24 - artère nasale dorsale; 25 - artère supra-bloc; 26 - artère alvéolaire inférieure; 27 - artère méningée moyenne

Figure. 191. La thyroïde supérieure et les artères linguales, vue de face: 1 - la glande sublinguale; 2 - artère et veine sublinguales gauches; 3 - artère profonde gauche de la langue; 4, 14 - artère carotide externe; 5 - artère thyroïdienne supérieure gauche; 6 - bifurcation de l'artère carotide commune; 7 - artère laryngée supérieure; 8 - artère carotide commune; 9 - cartilage thyroïdien; 10 - le lobe gauche de la glande thyroïde; 11 - le lobe droit de la glande thyroïde; 12 - branches glandulaires de l'artère thyroïdienne supérieure droite; 13 - l'os hyoïde; 15 - l'artère thyroïdienne supérieure droite; 16 - l'artère linguale droite; 17, 19 - l'artère hyoïde droite (coupe); 18 - artère profonde droite de la langue

Fig 192. Artère linguale, vue latérale gauche:

1 - artère linguale; 2 - artère carotide externe; 3 - veine jugulaire interne; 4 - veine faciale; 5 - veine linguale; 6 - artère suprahyoïdienne; 7 - artère dorsale de la langue; 8 - conduit sous-maxillaire; 9 - artère dans le frein de la langue; 10 - artère profonde de la langue et veines associées

Figure. 193. Artère linguale dans le triangle lingual, vue de côté: 1 - artère et veine faciales; 2 - glande sous-maxillaire; 3 - muscle hypoglosse; 4 - nerf hypoglosse; 5 - triangle lingual; 6, 9 - artère linguale; 7 - le tendon du muscle digastrique; 8 - l'os hyoïde; 10 - artère carotide externe; 11 - glande parotide; 12 - muscle stylohyoïdien

nerf hypoglosse). Il continue dans la langue comme une artère profonde de la langue (a. Profunda linguae) et va jusqu'au sommet de la langue. Donne la branche suprahyoïdienne (r. Suprahyoideus) aux muscles suprahyoïdiens; artère sublinguale (a. sublinguale), passant en avant et latéralement et fournissant du sang à la glande salivaire sublinguale et à la membrane muqueuse du plancher de la cavité buccale; branches dorsales de la langue (rr.dorsales linguae) - 1 à 3 branches montant vers l'arrière de la langue et fournissant du sang au palais mou, à l'épiglotte, à l'amygdale palatine.

L'artère faciale (a.facialis) part près de l'angle de la mâchoire inférieure, souvent avec un tronc commun avec l'artère linguale (tronc lingual-facial, truncus linguofacialis), est dirigée vers l'avant et vers le haut le long du constricteur supérieur du pharynx médial jusqu'à l'abdomen postérieur du muscle digastrique et du muscle stylohyoïdien (voir Fig. 177, 184). Ensuite, il longe la surface profonde de la glande salivaire sous-maxillaire, se penche sur la base de la mâchoire inférieure devant le muscle à mâcher et monte tortueusement jusqu'à l'angle médial de la fissure palpébrale, où il se termine par une artère angulaire (A. Angularis). Ce dernier anastomose avec l'artère dorsale du nez.

Les artères partent de l'artère faciale vers les organes voisins:

1) l'artère palatine ascendante (a. Palatina ascendens) monte entre les muscles stylopharyngien et styloïde, pénètre dans l'aponévrose pharyngée-basilaire et fournit du sang aux muscles du pharynx, de l'amygdale palatine, du palais mou;

2) la branche de l'amygdale (r. Tonsillaris) perce le constricteur du pharynx supérieur et des branches dans l'amygdale pharyngée et la racine de la langue (voir Fig. 186);

3) les branches glandulaires (rr. Glandulares) vont à la glande salivaire sous-maxillaire;

4) l'artère sous-mentale (a. Submentalis) part de l'artère faciale au site de sa courbure à travers la base de la mâchoire inférieure et va en avant sous le muscle maxillaire-hyoïde, lui donnant des branches et au muscle digastrique, puis vient au menton, où il est divisé en une branche superficielle à menton et branche profonde, perforant le muscle maxillaire-hyoïde et fournissant du sang au plancher de la bouche et à la glande salivaire sublinguale;

5) l'artère labiale inférieure (a. Labialis inférieur) se ramifie en dessous du coin de la bouche, continue tortueusement entre la membrane muqueuse de la lèvre inférieure et le muscle circulaire de la bouche, se connectant avec l'artère du même nom de l'autre côté; donne des branches à la lèvre inférieure;

6) l'artère labiale supérieure (a. Labialis supérieur) part au niveau du coin de la bouche et passe dans la couche sous-muqueuse de la lèvre supérieure; anastomoses avec le côté opposé de l'artère du même nom, constituant le cercle artériel périoral. Donne des branches à la lèvre supérieure.

L'artère pharyngée ascendante (a. Pharyngea ascendens) est la plus fine des branches cervicales; hammam, bifurque près de la bifurcation de l'artère carotide commune, passe vers le haut, plus profondément que l'artère carotide interne, jusqu'au pharynx et à la base du crâne (voir Fig. 186). Il fournit du sang au pharynx, au palais mou et donne l'artère méningée postérieure (a.meningea posterior) à la dure-mère et l'artère tympanique inférieure (a.tympanica inferior) à la paroi médiale de la cavité tympanique.

L'artère occipitale (a. Occipitalis) part de la surface postérieure de l'artère carotide externe, à l'opposé du début de l'artère faciale, monte et remonte entre les muscles sternocléidomastoïdien et digastrique jusqu'au processus mastoïde, où elle se trouve dans l'encoche mastoïde et se ramifie dans le tissu sous-cutané de l'occiput jusqu'à couronne (Fig.194, voir Fig.177, 184, 185). Donne les branches sternocléidomastoïdes (rr. Sternocleidomastoidei) au muscle du même nom; branche auriculaire (r. auricularis) - à l'oreillette; branches occipitales (rr. occipitaux) - aux muscles et à la peau de l'occiput; branche méningée (r. meningeus) - à la dure-mère du cerveau et à la branche descendante (r. descendens) - au groupe musculaire postérieur du cou.

L'artère de l'oreille postérieure (a. Auricilaris postérieure) part parfois avec un tronc commun avec l'artère occipitale du demi-cercle postérieur de l'artère carotide externe, au niveau de l'apex du processus styloïde, monte obliquement en arrière et vers le haut entre le conduit auditif externe cartilagineux et l'apophyse mastoïde dans la zone de l'oreille (voir Fig. 177, 184, 185, 194). Envoie une branche à la glande parotide (r. Parotideus), alimente les muscles et la peau de l'occiput (r. Occipitalis) et l'oreillette (r. Auricularis). L'une de ses branches - l'artère styloïde (a. Stylomastoidea) pénètre dans la cavité tympanique à travers l'ouverture styloïde et le canal du nerf facial, donne des branches au nerf facial, ainsi que l'artère tympanique postérieure (a.tympanica posterior), qui est des branches mastoïdes (rr. Mastoidei) apport sanguin à la membrane muqueuse de la cavité tympanique et aux cellules du processus mastoïde (Fig.195). L'artère auriculaire postérieure s'anastomose avec les branches de l'oreille antérieure et des artères occipitales et avec les branches pariétales de l'artère temporale superficielle.

Figure. 194.: 1 - branche frontale de l'artère temporale superficielle; 2 - artère temporale profonde antérieure; 3 - artère infraorbitaire; 4 - artère supraorbitaire; 5 - artère supra-bloc; 6 - artère maxillaire; 7 - artère de l'arrière du nez; 8 - artère alvéolaire supérieure postérieure; 9 - artère angulaire; 10 - artère infraorbitaire; 11 - artère de mastication; 12 - branche nasale latérale de l'artère faciale; 13 - artère buccale; 14 - branche ptérygoïde de l'artère maxillaire; 15, 33 - veine faciale; 16 - artère labiale supérieure; 17, 32 - artère faciale; 18 - artère labiale inférieure; 19 - branches dentaires de l'artère alvéolaire inférieure; 20 - branche du menton de l'artère alvéolaire inférieure; 21 - artère sous-mentale; 22 - glande salivaire sous-maxillaire; 23 - branches glandulaires de l'artère faciale; 24 - glande thyroïde; 25 - artère carotide commune;

Sur le visage, l'artère carotide externe est située dans la fosse mandibulaire, dans le parenchyme de la glande salivaire parotide ou plus profondément que celle-ci, antérieure et latérale à l'artère carotide interne. Au niveau du col de la mâchoire inférieure, il est divisé en branches terminales: les artères temporales maxillaires et superficielles.

L'artère temporale superficielle (a. Temporalis superficialis) est une fine branche terminale de l'artère carotide externe (voir Fig. 177, 184, 194). Il se trouve d'abord dans la glande salivaire parotide devant l'oreillette, puis - au-dessus de la racine du processus zygomatique, il passe sous la peau et se situe derrière le nerf auriculaire temporal dans la région temporale. Légèrement au-dessus de l'oreillette, il est divisé en branches terminales: antérieure, frontale (r. Frontalis) et postérieure, pariétale (r. Parietalis), qui irriguent la peau des mêmes zones de la voûte crânienne. Des branches de l'artère temporale superficielle à la glande parotide (rr. Parotidei), les branches de l'oreille antérieure (rr. Auriculares anteriores) à l'oreillette. De plus, de plus grosses branches en bifurquent vers les formations du visage:

1) l'artère transversale du visage (a. Transversa faciei) bifurque dans l'épaisseur de la glande salivaire parotide sous le conduit auditif externe, sort sous le bord antérieur de la glande avec les branches buccales du nerf facial et se ramifie sur le conduit de la glande; fournit du sang à la glande et aux muscles du visage. Anastomoses avec les artères faciales et infraorbitaires;

2) l'artère zygomatique (a. Zygomaticifacialis) part au-dessus du conduit auditif externe, longe l'arc zygomatique entre les plaques du fascia temporal jusqu'à l'angle latéral de la fissure palpébrale; fournit du sang à la peau et aux formations sous-cutanées dans la zone de l'os zygomatique et de l'orbite;

3) l'artère temporale moyenne (a. Temporalis media) part au-dessus de l'arc zygomatique, perfore le fascia temporal; fournit le muscle temporal; anastomoses avec artères temporales profondes.

26 - artère laryngée supérieure; 27 - artère thyroïdienne supérieure; 28 - artère carotide interne; 29, 38 - artère carotide externe; 30 - veine jugulaire interne; 31 - artère linguale; 34 - veine de la mâchoire inférieure; 35, 41 - artère occipitale; 36 - artère alvéolaire inférieure; 37 - branche maxillaire-hyoïde de l'artère alvéolaire inférieure; 39 - processus mastoïde; 40 - artère maxillaire; 42 - artère de l'oreille postérieure; 43 - artère méningée moyenne; 44 - artère transversale du visage; 45 - artère temporale profonde postérieure; 46 - artère temporale moyenne; 47 - artère temporale superficielle; 48 - branche pariétale de l'artère temporale superficielle

Figure. 195. Artères de l'oreille moyenne:

a - vue intérieure de la paroi tympanique: 1 - la branche supérieure de l'artère tympanique antérieure; 2 - branches de l'artère tympanique antérieure à l'enclume; 3 - artère tympanique postérieure; 4 - artère profonde de l'oreille; 5 - la branche inférieure de l'artère tympanique profonde; 6 - artère tympanique antérieure;

b - vue intérieure de la paroi du labyrinthe: 1 - branche supérieure de l'artère tympanique antérieure; 2 - artère tympanique supérieure; 3 - artère carotide; 4 - artère tympanique inférieure

L'artère maxillaire (a. Maxillaris) est la branche terminale de l'artère carotide externe, mais plus grande que l'artère temporale superficielle (Fig. 196, voir Fig. 177, 194). Il part dans la glande salivaire parotide en arrière et en dessous de l'articulation temporo-mandibulaire, passe en avant entre la branche de la mâchoire inférieure et le ligament ptérygo-mandibulaire parallèlement à et en dessous de la partie initiale du nerf auriculaire-temporal. Il est situé sur le muscle ptérygoïdien médial et les branches du nerf mandibulaire (lingual et alvéolaire inférieur), puis avance le long de la surface latérale (parfois le long de la médiale) de la tête inférieure du muscle ptérygoïde latéral, entre entre les têtes de ce muscle dans la fosse ptérygo-palatine, où il dégage les branches terminales.

Topographiquement, il y a 3 parties de l'artère maxillaire: mandibulaire (pars mandibularis); ptérygoïde (pars pterygoidea) et ptérygo-palatine (pars pterygopalatina).

Les branches de la partie mandibulaire (Fig.197, voir Fig.194, 196):

L'artère de l'oreille profonde (a. Auricularis profunda) passe en arrière et jusqu'au conduit auditif externe, donne des branches à la membrane tympanique.

L'artère tympanique antérieure (a.tympanica anterior) pénètre à travers la fissure squameuse du tambour dans la cavité tympanique, alimente en sang ses parois et la membrane tympanique. Part souvent avec un tronc commun avec une artère auriculaire profonde. Anastomoses avec l'artère du canal ptérygoïdien, les artères styloïdes et tympaniques postérieures.

L'artère méningée moyenne (a. Méningée moyenne) s'élève entre le ligament ptérygo-mandibulaire et la tête de la mâchoire inférieure le long de la surface médiale du muscle ptérygoïdien latéral, entre les racines du nerf oreille-temporal au foramen épineux et à travers elle pénètre dans la dure-mère du cerveau. Se trouve généralement dans la rainure des écailles de l'os temporal et la rainure de l'os pariétal. Il est divisé en branches: pariétale (r. Parietalis), frontale (r. Frontalis) et orbitale (r. Orbitalis). Anastomoses avec l'artère carotide interne à travers la branche anastomotique avec l'artère lacrymale (r. Anastomoticum cum a. Lacrimalis). Il donne également une branche pierreuse (r. Petrosus) au nœud trijumeau, l'artère tympanique supérieure (a.tympanica superior) à la cavité tympanique.

L'artère alvéolaire inférieure (a. Alvéolaire inférieure) descend entre le muscle ptérygoïdien médial et la branche de la mâchoire inférieure avec le nerf alvéolaire inférieur jusqu'à l'ouverture de la mâchoire inférieure. Avant d'entrer dans le canal, la mâchoire inférieure dégage la branche maxillaire-hyoïde (r. Mylohyoideus), qui se trouve dans la rainure du même nom et alimente le ptérygoïde maxillaire-hyoïde et médial

muscles. Dans le canal, l'artère alvéolaire inférieure émet des branches dentaires vers les dents (rr. Dentales), qui à travers les trous à l'apex de la racine de la dent pénètrent dans les canaux radiculaires, ainsi que sur les parois des alvéoles dentaires et aux gencives - les branches parodontales (rr. Peridentales). Au niveau de la 1ère (ou 2ème) petite molaire du canal de la mâchoire inférieure de l'artère alvéolaire inférieure, l'artère du menton (a. Mentalis) se ramifie à travers l'ouverture du menton jusqu'au menton.

Les branches de la partie ptérygoïdienne (Fig. 197, voir Fig. 194, 196): L'artère de mastication (a. Masseterica) descend et sort par l'encoche de la mâchoire inférieure jusqu'à la couche profonde du muscle masséter; donne une branche à l'articulation temporo-mandibulaire.

Les artères temporales profondes, antérieures et postérieures (aa. Temporales profundae antérieur et postérieur) pénètrent dans la fosse temporale, située entre le muscle temporal et l'os. Ils fournissent du sang au muscle temporal. Anastomoses avec les artères temporales et lacrymales superficielles et moyennes.

Les branches ptérygoïdes (rr.pterygoidei) irriguent les muscles ptérygoïdes.

L'artère buccale (a. Buccalis) passe avec le nerf buccal en avant entre le muscle ptérygoïdien médial et la branche de la mâchoire inférieure jusqu'au muscle buccal, dans lequel il est divisé; anastomoses avec l'artère faciale.

Branches de la partie ptérygoïde-palatine (Fig.198, voir Fig.186):

Figure. 196. Artère maxillaire:

a - vue extérieure (la branche de la mâchoire est enlevée): 1 - artère temporale profonde antérieure et nerf; 2 - artère temporale profonde postérieure et nerf; 3 - mastication de l'artère et du nerf; 4 - artère maxillaire; 5 - artère temporale superficielle; 6 - artère de l'oreille postérieure; 7 - artère carotide externe; 8 - artère alvéolaire inférieure; 9 - artère et muscle ptérygoïdiens médiaux; 10 - artère buccale et nerf; 11 - artère alvéolaire supérieure postérieure; 12 - artère infraorbitaire; 13 - artère palatine en coin; 14 - artère ptérygoïde latérale et muscle;

b - vue extérieure du septum de la cavité nasale: 1 - artère cale-palatine; 2 - l'artère palatine descendante; 3 - artère du canal ptérygoïdien; 4 - artère temporale profonde antérieure et nerf; 5 - artère temporale profonde postérieure et nerf; 6 - artère méningée moyenne; 7 - artère profonde de l'oreille; 8 - artère tympanique antérieure; 9 - artère temporale superficielle; 10 - artère carotide externe; 11 - artère de mastication; 12 - artères ptérygoïdes; 13 - petites artères palatines; 14 - grandes artères palatines; 15 - artère incisive; 16 - artère buccale; 17 - artère alvéolaire supérieure postérieure; 18 - artère nasopalatine; 19 - artère septale postérieure

Figure. 197. Branches de la partie mandibulaire de l'artère maxillaire:

1 - artère tympanique antérieure;

2 - artère de l'oreille profonde; 3 - artère de l'oreille postérieure; 4 - artère carotide externe; 5 - artère maxillaire; 6 - artère méningée moyenne

Figure. 198. L'artère maxillaire de la fosse ptérygo-palatine (schéma): 1 - nœud ptérygopalatine; 2 - artère infraorbitaire et nerf dans la fissure orbitaire inférieure; 3 - ouverture cale-palatine; 4 - artère sphénoïde-palatine, nerfs nasaux postérieurs supérieurs; 5 - branche pharyngée de l'artère maxillaire; 6 - grand canal palatin; 7 - grande artère palatine; 8 - petite artère palatine; 9 - l'artère palatine descendante; 10 - artère et nerf du canal ptérygoïdien; 11 - artère maxillaire; 12 - fissure ptérygo-maxillaire; 13 - trou rond

L'artère alvéolaire supérieure postérieure (a. Alvéolaire supérieure postérieure) part à la jonction de l'artère maxillaire dans la fosse ptérygo-palatine derrière le tubercule de la mâchoire supérieure. Par les ouvertures alvéolaires postérieures supérieures, il pénètre dans l'os; divisé en branches dentaires (rr. dentales), passant avec les nerfs alvéolaires postérieurs supérieurs dans les canaux alvéolaires de la paroi postéro-latérale de la mâchoire supérieure jusqu'aux racines des grosses molaires supérieures. Les branches parodontales (rr.peridentales) s'étendent des branches dentaires aux tissus entourant les racines des dents.

L'artère infraorbitaire (a. Infraorbitalis) se ramifie dans la fosse ptérygo-palatine, étant une continuation du tronc de l'artère maxillaire, accompagne le nerf infraorbitaire. Avec le nerf infra-orbitaire, il pénètre dans l'orbite par la fissure orbitale inférieure, où il est situé dans la rainure du même nom et dans le canal. Il sort par l'ouverture infraorbitaire dans la fosse canine. Les branches terminales fournissent du sang aux formations faciales adjacentes. L'anastomose est réalisée avec les artères oculaires, buccales et faciales. Dans l'orbite, il envoie des branches aux muscles oculaires, la glande lacrymale. Par les canaux du même nom, la mâchoire supérieure émet les artères alvéolaires supérieures antérieures (aa.alveolares superiors anterior et posterior), à partir desquelles les branches dentaires (rr. Dentales) sont dirigées vers les racines des dents et les formations parodontales (rr. Peridentales).

L'artère du canal ptérygoïdien (a. Canalis pterygoidei) part souvent de l'artère palatine descendante, est envoyée dans le même canal avec le nerf du même nom vers la partie supérieure du pharynx; fournit du sang au tube auditif, à la membrane muqueuse de la cavité tympanique et à la partie nasale du pharynx.

L'artère palatine descendante (a. Palatine descendens) passe dans le grand canal palatin, où elle est divisée en une grande artère palatine (a. Palatine majeure) et de petites artères palatines (aa. Palatinae minores), partant, respectivement, à travers les grandes et petites ouvertures palatines sur le palais... Les petites artères palatines vont au palais mou, et la grande s'étend vers l'avant, fournissant du sang au palais dur et aux surfaces buccales des gencives. Anastomoses avec l'artère palatine ascendante.

L'artère cale-palatine (a. Sphenopalatina) passe par le trou du même nom dans la cavité nasale et est divisée en artères latérales nasales postérieures (aa. Nasalis postérieures laterales) et branches septales postérieures (rr. Septales postérieures). Il alimente en sang les cellules postérieures du labyrinthe ethmoïde, la membrane muqueuse de la paroi latérale de la cavité nasale et la cloison nasale; anastomoses avec la grande artère palatine (Tableau 13).

Tableau 13. Anastomoses intersystémiques des artères de la tête et du cou