Principal
La prévention

Cancer du col de l'utérus: symptômes, traitement, stades, pronostic

Le cancer du col de l'utérus est l'un des néoplasmes malins les plus courants chez les femmes; il représente plus de 5% de toutes les tumeurs et se classe 5e. Au cours des dernières décennies, la maladie est devenue plus jeune, elle survient donc souvent chez les femmes âgées de 20 à 30 ans. Contrairement aux autres tumeurs du système reproducteur, le cancer du col de l'utérus est le plus fréquent dans les pays en développement d'Afrique et d'Amérique latine.

Caractéristiques du col de l'utérus

Le col de l'utérus est la partie inférieure de l'utérus. En son centre se trouve un canal appelé cervical. Une extrémité s'ouvre dans l'utérus et l'autre dans le vagin. Seul un tiers de l'ensemble du cou est visible lorsqu'il est observé dans une chaise gynécologique. La plupart sont cachés à la vue. Tout au long de la vie d'une femme, le cou change constamment. Il y a une zone spéciale à la jonction de deux types d'épithélium, qui au fil du temps se déplace dans le canal cervical. Cette zone de transformation est la plus vulnérable à tous les facteurs défavorables. C'est avec elle que commencent le plus souvent tous les changements précancéreux et cancéreux..

Erosion cervicale et cancer

Très souvent, vous pouvez entendre le diagnostic d '«érosion cervicale». C'est un terme imprécis. Le plus souvent, cela signifie une ectopie, une condition qui est la norme pour 25% des jeunes femmes. Avec cette caractéristique, l'épithélium cylindrique tapissant le canal cervical vient à la place de celui multicouche. En conséquence, la zone de transformation est décalée vers l'extérieur. Dans la plupart des cas, l'ectopie ne nécessite aucun traitement, ne présente aucun symptôme et n'est certainement pas une affection précancéreuse. La seule recommandation: une observation régulière par un gynécologue.

Facteurs de risque du cancer du col de l'utérus

  • Début précoce de l'activité sexuelle
  • Changement fréquent de partenaires sexuels
  • Utilisation de contraceptifs oraux (sans utiliser de préservatifs)
  • Grossesses et accouchements multiples
  • Infection au VPH à haut degré d'oncogénicité, en particulier associée à une autre infection génitale (herpès génital, chlamydia)
  • Infection par le VIH

Cancer et portage du VPH

Le cancer du col de l'utérus est l'une des maladies plus faciles à prévenir qu'à guérir. Une grande réussite scientifique a été la découverte de la nature virale de ce processus oncologique. On pense que c'est une infection par le papillomavirus humain qui provoque des changements précancéreux, conduisant finalement à une tumeur maligne..

Actuellement, plus de 100 espèces de VPH ont été identifiées qui peuvent vivre dans le corps humain. Mais tous ne sont pas un facteur de risque de développement d'un cancer du col de l'utérus. Tous les virus sont classiquement divisés en groupes de potentiel oncogène élevé, moyen et faible:

  • Faible risque: HPV de types 6, 11, 42, 43, 44 (provoque des verrues génitales, n'augmente pas le cancer)
  • Risque intermédiaire: types 31, 33, 35, 51 et 52 (provoquent souvent une dysplasie, beaucoup moins souvent un cancer)
  • Risque élevé: 16, 18, 39, 45, 50, 53, 55, 56, 58, 59, 64, 68 types (trouvés dans 99% des cas de cancer du col de l'utérus)

Dans la plupart des cas, le VPH disparaît de lui-même en 1 à 2 ans, sans entraîner de changements significatifs. Et ce n'est qu'occasionnellement qu'il provoque une infection chronique à long terme qui entraîne une dysplasie et est la cause du cancer du col de l'utérus. On pense que plus la femme est jeune, plus l'auto-guérison est rapide. Par conséquent, chez les filles, la détermination du virus par PCR a été reconnue comme inappropriée. Habituellement, une analyse pour la détermination du VPH est effectuée avec des changements (leucoplasie, dysplasie) détectés par frottis et colposcopie, ainsi que des symptômes de cancer du col de l'utérus.

Faits sur le VPH

  • L'infection par le papillomavirus humain, qui cause le cancer, se produit par contact sexuel, plus souvent chez les jeunes hommes et femmes.
  • On pense que 50% de toutes les personnes sexuellement actives ont subi cette infection au moins une fois dans leur vie..
  • Dans la plupart des cas, le virus, y compris le groupe oncogène, quitte le corps de lui-même en 1 à 2 ans.
  • Il n'y a pas de médicaments qui aident efficacement à se débarrasser du virus..
  • La vaccination est la seule façon de se protéger du VPH oncogène élevé et du cancer du col de l'utérus..
  • L'examen des femmes de moins de 30 ans pour le VPH n'est pas pratique (car la maladie disparaît d'elle-même).

Symptômes

Premiers symptômes du cancer du col utérin:

Ils ont généralement un caractère aqueux, ont la couleur de "slops de viande", ont une odeur spécifique. Une telle décharge se produit si la tumeur atteint une grande taille et se désintègre progressivement..

Symptômes tardifs

  • Douleurs rongeantes et tiraillantes survenant dans le bas de l'abdomen, dans le bas du dos et le sacrum, dans le rectum.
  • Urination fréquente

Cas négligés

  • Signes d'intoxication tumorale: perte de poids soudaine, perte d'appétit, fièvre constante, perte d'énergie, anémie
  • Violation de la miction et de la défécation: sang dans les urines, sang dans les selles, constipation.
  • Fuite d'urine ou de matières fécales du vagin (lorsqu'une tumeur se développe dans la paroi de la vessie et de l'intestin avec formation de fistule)
  • Gonflement des jambes, essoufflement

Types de cancer

Les tumeurs du col de l'utérus peuvent être constituées de différents tissus, se former dans différentes parties de l'organe et avoir une malignité différente.

  • Cancer préinvasif
  • Carcinome squameux
  • Cancer glandulaire (adénocarcinome)
  • Autres types de cancer (y compris indifférenciés)

Cancer préinvasif (in situ, dysplasie de grade 3, CIN 3)

Cancer in situ, ou cancer in situ, sont des noms différents pour la même pathologie. Dans ce cas, les cellules recouvrant le cou présentent des signes de malignité. Mais ils ne poussent pas profondément dans le stroma. En conséquence, il n'y a pas de métastases. Puisqu'il n'y a aucun symptôme de cancer du col de l'utérus à ce stade, il ne peut être détecté qu'avec un examen régulier par un médecin. Au fil du temps, le cancer «en place» se transforme en cancer micro-invasif, puis métastatique.

Cancer microinvasif

Souvent, les experts identifient une forme particulière de tumeurs cervicales - un cancer micro-invasif correspondant au stade Ia. Ce n'est plus un cancer in situ, car les cellules tumorales ont envahi le stroma. Mais cette invasion ne dépasse pas 5 mm et la taille de la tumeur elle-même est de 1 cm ou moins. Dans ce cas, le cancer est généralement peu agressif, ne métastase pas et est assez bien traité..

Cancer du col de l'utérus invasif

Si la tumeur pénètre profondément dans les tissus, elle est appelée invasive. C'est avec elle que les premiers symptômes du cancer du col de l'utérus apparaissent. Un tel cancer est plus facile à remarquer lorsqu'il est examiné par un gynécologue, en outre, il présente les caractéristiques de frottis et de colposcopie. En cas de processus oncologique avancé, des signes clairs peuvent apparaître.

De par leur forme, les tumeurs cervicales sont divisées en trois groupes:

Un tel cancer se développe à l'intérieur du canal cervical, comme dans la lumière du col de l'utérus. On peut le trouver vu sur une chaise gynécologique: il pend souvent du cou vers l'extérieur sous la forme d'un polype en forme de chou-fleur. Ces tumeurs sont considérées comme moins agressives, se métastasent plus tard et ont un meilleur pronostic..

Ces tumeurs se développent profondément dans le cou. À l'extérieur, ils ont l'air petits, mais dans l'épaisseur des tissus, ils forment des ulcérations et des caries. Dans de tels cas, la maladie progresse de manière plus agressive, le pronostic est moins favorable.

Stades du cancer du col de l'utérus

Les statistiques d'incidence n'incluent pas le cancer pré-invasif (in situ). Ce stade du cancer du col de l'utérus est souvent associé à une dysplasie de grade 3, car le traitement est absolument identique. Pour les tumeurs qui ont pénétré plus profondément, une classification spéciale a été créée. Il vous permet de déterminer le pronostic et le traitement de la maladie..

Stade I: la tumeur ne dépasse pas l'utérus.

  • IA - une tumeur qui a pénétré à moins de 5 mm
  • IB - une tumeur qui a pénétré plus profondément que 5 mm

Stade II - Une tumeur qui s'est propagée à l'extérieur de l'utérus (mais qui n'a pas affecté les parois pelviennes et le tiers inférieur du vagin)
Stade III - Une tumeur qui s'est propagée aux parois du bassin ou au tiers inférieur du vagin
Stade IV - Tumeur qui a envahi le bassin ou envahi la vessie, le rectum.

Diagnostic du cancer du col de l'utérus

  • Examen cytologique (frottis pour oncocytologie)

Le test Pap est la norme mondiale pour le dépistage du cancer du col de l'utérus. À l'aide d'une spatule de forme spéciale, les cellules sont prélevées à la surface du cou. Après avoir étudié au microscope, une conclusion est faite sur leur structure. Dans un frottis, des changements inflammatoires, diverses atypies (y compris une dysplasie sévère) et des éléments cancéreux peuvent être détectés. Si les résultats sont suspects pour le précancer et le cancer, des méthodes de recherche supplémentaires sont prescrites.

Le colposcope est un appareil spécial qui vous permet d'agrandir l'image du cou et d'étudier la structure de ses cellules et vaisseaux sanguins. L'examen du col de l'utérus avec un colposcope est particulièrement important dans les premiers stades du cancer, lorsque la tumeur n'est pas visible lors d'un examen de routine. Les stades tardifs du cancer du col de l'utérus sont faciles à repérer sans outils supplémentaires.

Si des zones suspectes sont détectées, leur biopsie est réalisée, suivie d'un examen des tissus au microscope.

  • Curetage du canal cervical

Si les résultats d'une étude cytologique ont montré des changements précancéreux ou cancéreux et que la colposcopie est une image normale, il est alors nécessaire de subir un curetage du canal cervical. Il est fort probable que des cellules atypiques soient situées à l'intérieur, par conséquent, elles ne sont pas disponibles pour le contrôle visuel. Cette procédure n'est pas prescrite à tout le monde, généralement la cytologie et la colposcopie avec biopsie suffisent.

Le diagnostic par ultrasons est une méthode d'examen simple, indolore et peu coûteuse. L'échographie avec une sonde transvaginale est particulièrement efficace. Les difficultés ne surviennent qu'avec des processus très courants, ainsi qu'en présence d'adhérences dans la cavité abdominale. Pour un diagnostic plus efficace, une image en trois dimensions est utilisée, ce qui vous permet de visualiser la tumeur de tous les côtés. S'il est complété par une dopplerographie par ultrasons (étude du flux sanguin), vous pouvez détecter de petites tumeurs par une prolifération excessive des vaisseaux sanguins.

Des méthodes de recherche avancées supplémentaires permettent d'évaluer la propagation du processus oncologique, l'état des organes voisins et de choisir une stratégie de traitement. L'IRM est mieux adaptée à cet effet. La tomodensitométrie présente un inconvénient important: la densité des organes pelviens pendant celle-ci est à peu près la même. Par conséquent, même les cancers étendus peuvent ne pas être distingués en raison de la similitude avec le tissu adipeux..

  • Méthodes de détermination des métastases à distance

La radiographie thoracique, la tomodensitométrie abdominale, la scintigraphie squelettique peuvent détecter les métastases du cancer du col de l'utérus et choisir des tactiques de traitement. Ces méthodes sont utilisées après le diagnostic initial de cancer invasif, ainsi que pour surveiller le traitement des métastases et lorsque les symptômes du cancer du col de l'utérus apparaissent après la chirurgie..

Diagnostic du cancer du col utérin par le sang

Le scientifique a isolé un antigène spécial du carcinome épidermoïde - SCC, qui peut être considéré comme un marqueur du cancer du col de l'utérus. Le niveau de cet antigène dépend du stade de la maladie, de l'implication des ganglions lymphatiques et de la masse totale de la tumeur. Le CCS est utilisé pour surveiller l'efficacité du traitement et le diagnostic précoce de la récidive de la maladie. Environ 4 à 8 semaines après la thérapie, le niveau d'antigène diminue. Si après cela, il y avait une augmentation du marqueur, vous pouvez suspecter une rechute.

L'utilisation du niveau d'antigène SCC comme méthode de diagnostic primaire des tumeurs cervicales est inacceptable. Il existe une forte probabilité de résultats faux positifs et faux négatifs. Ainsi, le marqueur augmente en cas de maladies de la peau (psoriasis, eczéma), des maladies du foie et des reins, des cancers de l'endomètre et du vagin. De plus, tous les types de cancer du col utérin ne produisent pas des niveaux élevés de cet antigène. Ainsi, il n'existe pas de test absolument fiable pour le cancer du col de l'utérus..

Dépistage du cancer du col de l'utérus

Contrairement à de nombreux autres cancers, les tumeurs cervicales mettent beaucoup de temps à se développer. Cela permet d'identifier les femmes des groupes à risque et aux stades initiaux de la maladie. Pour le dépistage, il existe une méthode merveilleuse - le test cytologique de Papanicolaou. La sensibilité de cette méthode est d'environ 90%. Autrement dit, chez 9 femmes atteintes de cancer sur 10, un frottis régulier «pour la cytologie» permet d'identifier la maladie.

Toutes les femmes âgées de 25 à 49 ans devraient subir un dépistage tous les trois ans. Après 50 ans, il suffit de faire un frottis cytologique une fois tous les 5 ans.

Métastases du cancer du col utérin

Le cancer du col de l'utérus est considéré comme une tumeur très agressive. Il métastase précocement en se propageant dans la lymphe, le sang ou en envahissant les organes. Ainsi, environ 30% des patients au stade II ont déjà des cellules tumorales dans les ganglions lymphatiques les plus proches. Parmi les organes éloignés, les poumons, le foie et les os sont plus souvent touchés..

Traitement des tumeurs cervicales

Le cancer du col de l'utérus n'est pas une phrase. Les méthodes modernes de traitement peuvent guérir complètement cette maladie. Dans les premiers stades, il est possible de préserver l'organe et la fertilité. Dans les étapes ultérieures, une approche intégrée est utilisée. En conséquence, une femme perd la possibilité d'avoir des enfants, mais la qualité et la durée de sa vie restent élevées. Avant de déterminer la tactique de traitement, le médecin doit étudier l'examen histologique de la tumeur et déterminer son stade.

  • Conisation du col de l'utérus (pour le cancer non invasif)

L'ablation d'une partie du cou sous forme de cône est l'opération la plus courante pour la dysplasie sévère et le cancer in situ. L'intervention est réalisée sous anesthésie (anesthésie générale ou anesthésie péridurale). Si une dysplasie légère à modérée est suspectée, les médecins essaient d'éviter cette chirurgie..

Il y a un certain risque pour les femmes nullipares: la lumière du canal cervical peut se rétrécir et envahir, ce qui entraînera des difficultés de conception et de gestation. Cependant, les avantages de l'élimination in situ complète du cancer non invasif l'emportent de loin sur les risques potentiels. Le fragment retiré est envoyé pour histologie afin de poser un diagnostic précis.

  • Extirpation prolongée de l'utérus

Le plus souvent, une chirurgie extensive est utilisée pour le traitement pour enlever l'utérus, les tissus environnants et des parties du vagin. De tels volumes d'intervention sont associés au fait que la plupart des cas de cancer sont négligés. Dans de rares cas de cancer micro-invasif, les femmes ne subissent qu'une ablation du cou (si une grossesse est prévue). Peut-être un tel traitement pour le cancer du col utérin stade 1.

La radiothérapie est le principal traitement du cancer du col de l'utérus. Il est utilisé comme complément à l'opération aux étapes initiales ou comme seule méthode pour les processus de grande envergure. La radiothérapie est souvent utilisée pour soulager la souffrance du patient dans les cas avancés. Après un traitement par rayons, des complications sont possibles sous la forme de lésions de la peau, des organes internes, qui sont le plus souvent inoffensifs.

Les agents chimiothérapeutiques (cisplatine) sont rarement utilisés pour le traitement et uniquement en complément de la chirurgie et de la radiothérapie.

Score du test PapTraitement du cancer invasif

Suivi après traitement

Toute sa vie après un cancer, une femme doit être observée par un oncologue gynécologique. Les 2 premières années, l'examen est effectué tous les trois mois, puis jusqu'à 5 ans, vous devez subir un examen tous les six mois. Par la suite, il suffit d'être examiné chaque année.

Cancer et grossesse

La détection d'une tumeur cervicale pendant la grossesse est assez rare. En raison de changements dans l'immunité, le cancer chez les femmes en position se développe plus rapidement et s'écoule de manière plus agressive. Malheureusement, au premier trimestre, la seule façon de sauver la vie de la patiente est d'interrompre la grossesse, suivie d'une radiothérapie et d'une intervention chirurgicale. Ce n'est qu'au troisième trimestre qu'il est possible de reporter le traitement jusqu'à la maturation des poumons du fœtus et une césarienne. Habituellement, ils attendent jusqu'à 32 semaines de grossesse. Simultanément à la césarienne, une opération de retrait du cancer du col de l'utérus est également réalisée.

Pronostic des tumeurs cervicales

  • Le taux de survie à cinq ans pour le cancer de stade 1 est de 95 à 98%
  • Au stade 2, ce chiffre est légèrement inférieur, de l'ordre de 65 à 75%
  • Le taux de survie à 3 stades diminue fortement (jusqu'à 30%)
  • Alors que dans les cas avancés, le stade 4 est vécu par seulement 10% des patients.

Tous les chiffres ci-dessus ne sont fiables qu'avec un traitement complet de la maladie.

Prévention du cancer du col de l'utérus

  • Vaccination

La vaccination est considérée comme le principal moyen de prévenir le cancer du col de l'utérus. Le vaccin Gardasil a été développé contre 4 types de virus. Deux d'entre eux (types 16 et 18) sont à l'origine d'environ 70% des cancers et les types 6 et 11 sont associés à la plupart des cas de verrues génitales. Le vaccin a fait l'objet d'essais cliniques à grande échelle pendant 15 ans, démontrant une efficacité et une sécurité élevées.

Il est recommandé de vacciner les filles âgées de 11 à 13 ans. La vaccination est également possible pour les filles de moins de 26 ans, en particulier si elles n'ont pas commencé une activité sexuelle et n'ont pas été infectées par les types de virus ci-dessus. Une protection complète nécessite trois administrations du médicament dans les 6 mois. La durée du vaccin n'est pas définitivement déterminée, le minimum est de 5 à 8 ans.

Le vaccin Gardasil est garanti pour protéger une femme contre le cancer causé par 2 types de virus. Mais 30% des cancers sont causés par des types de HPV plus rares ou sont d'origine non virale. Par conséquent, toutes les femmes qui ont reçu le vaccin ont toujours besoin d'un examen régulier par un gynécologue avec un frottis cytologique.

  • Traitement des maladies précancéreuses

Tous les changements dans les cellules du col de l'utérus qui peuvent se transformer en oncologie sont appelés conditions précancéreuses. Celles-ci comprennent les dysplasies, les leucoplasies étendues et d'autres pathologies. En moyenne, il faut 10 à 15 ans pour développer un cancer à partir d'un précancer. Par conséquent, une dysplasie remarquée et guérie en temps opportun est un bon moyen d'éviter un processus malin. Ainsi, il est important de subir des examens réguliers et de consulter un médecin dès les premiers symptômes de la maladie cervicale..

Les méthodes de contraception de barrière réduisent considérablement le risque de transmission du VPH, bien qu'elles ne le protègent pas complètement.

FAQ

Si l'apparition de verrues génitales est un facteur de risque ou un symptôme du cancer du col de l'utérus?

Les verrues génitales (verrues génitales) sont causées par des types non oncogènes du virus. Bien qu'ils puissent causer de l'inconfort et des inconvénients esthétiques, cela n'a rien à voir avec le cancer du col de l'utérus.

Le frottis d'oncocytologie a révélé une légère dysplasie CIN1 et une inflammation. Dois-je faire une conisation du cou?

Dans la plupart des cas, une dysplasie légère disparaît d'elle-même et ne nécessite qu'une observation deux fois par an. De plus, une inflammation (cervicite) peut avoir affecté l'évaluation des résultats du frottis. Par conséquent, vous devez d'abord rechercher la cause de l'inflammation, la traiter, puis répéter l'étude cytologique..

Combien vivent au stade 2 du cancer du col utérin?

La deuxième étape est caractérisée par une propagation locale de la tumeur. Lors de la réalisation d'une chirurgie radicale, suivie d'une radiothérapie et d'un suivi régulier, 75% des femmes survivent à la barre des cinq ans. En oncologie, les patients qui ont vécu pendant 5 ans sans rechute sont classiquement considérés comme guéris.

Quel traitement de la phase initiale peut être effectué si à l'avenir il y a un désir d'avoir des enfants?

La question de la méthode de traitement est tranchée principalement par le médecin traitant: un oncologue gynécologique. En plus du stade, le type de tumeur, l'âge de la femme et les maladies associées jouent un rôle. Dans des circonstances favorables, une chirurgie de préservation des organes peut être pratiquée: ablation uniquement du col de l'utérus. Une grossesse après cette intervention est possible.

Trois ans se sont écoulés depuis l'opération d'ablation de la tumeur cervicale. Comment suspecter les métastases cancéreuses? Suffit-il d'avoir un examen gynécologue deux fois par an?

Les métastases vers des organes distants se font assez souvent sentir. La jaunisse soudaine, les douleurs osseuses, les fractures pathologiques, les maux de tête et la perte de conscience sont alarmants. Si des métastases se produisent dans les ganglions lymphatiques voisins, il se peut qu'il n'y ait aucun symptôme. Tous les examens complémentaires sont prescrits par le médecin, en tenant compte des plaintes et des résultats de l'opération précédente. Habituellement, un examen standard deux fois par an suffit.

Comment reconnaître les premiers symptômes et signes du cancer de l'utérus à un stade précoce?

Les maladies oncologiques sont aujourd'hui un problème assez urgent. Il y a beaucoup de cas de citoyens faisant appel au centre oncologique pour obtenir de l'aide et le diagnostic d'une telle maladie..

L'oncologie, malheureusement, peut se propager à tous les organes du corps humain. Les tumeurs surviennent à divers endroits et peuvent commencer à se développer n'importe où.

Le cancer de l'utérus survient assez souvent chez les femmes aujourd'hui, et selon les statistiques, ce type d'oncologie est l'un des plus courants.

Qu'est-ce que le cancer de l'utérus?

Ce type de tumeur est un néoplasme. Comme vous le savez, les néoplasmes sont malins et bénins..

Une tumeur telle que le cancer de l'utérus peut être classée comme une tumeur maligne..

La formation d'un tel néoplasme provient, tout d'abord, des tissus de l'utérus, capables de se propager à toutes les parties du corps..

Le cancer est l'une des maladies les plus courantes et se classe au quatrième rang après les cancers du sein, de la peau et du tractus gastro-intestinal..

Statistiques d'incidence

Pour parler de toute maladie oncologique, bien entendu, on ne peut manquer de noter les données statistiques sur la base desquelles des conclusions appropriées peuvent être tirées..

Comme mentionné précédemment, le cancer de l'utérus est l'un des dix cancers les plus courants et se classe cinquième parmi eux..

Bien entendu, il convient de noter que la survenue de cette maladie, ainsi que la mortalité pour cette pathologie, ont considérablement diminué ces dernières années..

Les statistiques montrent que cette pathologie est observée plus souvent dans le développement des femmes de plus de 50 ans. Cependant, selon les médecins, les jeunes filles sont également sensibles à cette maladie..

Auparavant, on croyait que le cancer de l'utérus était l'une des principales causes de décès par tumeur maligne. L'incidence d'une telle pathologie a diminué à 70%..

Types de cancer de l'utérus

Il existe plusieurs types morphologiques de cancer de l'utérus:

  1. Adénocarcinome;
  2. Néoplasme épidermoïde;
  3. Cancer du type squameux glandulaire;
  4. Adénocarcinome du type à cellules claires;
  5. Cancer séreux;
  6. Cancer de la muqueuse;
  7. Cancer indifférencié.

Causes du cancer de l'utérus

Certes, certaines causes et certains facteurs contribuent à la formation du cancer de l'utérus, ce qui peut aggraver le degré de cette maladie grave..

En tant que tel, la raison exacte pour laquelle le développement et la croissance d'un néoplasme sur l'utérus commence dans le monde moderne n'a pas été établie et étudiée.

La recherche a clairement montré qu'il existe un certain nombre de raisons expliquant les facteurs contribuant à la croissance du cancer:

  • Diabète;
  • fumeur;
  • hypertension;
  • SIDA;
  • infection par le papillomavirus humain;
  • échec de la menstruation;
  • maladies de type vénérien;
  • vie sexuelle à un âge précoce;
  • le manque de possibilité d'avoir des enfants;
  • prendre des contraceptifs;
  • accoucher à un âge trop jeune.

L'augmentation du poids corporel est l'un des facteurs les plus fondamentaux et peut-être dangereux contribuant à la formation du cancer..

Certains faits jouent également un rôle très important dans l'apparition d'une tumeur maligne:

  • érosion;
  • processus ulcéreux
  • l'endométriose de l'utérus
  • formations cicatricielles après l'accouchement;
  • processus inflammatoires.

Méthodes de diagnostic des maladies

Le diagnostic est une étape très importante dans tout type de cancer. Il est très important de diagnostiquer la maladie et ce processus doit être organisé correctement.

Le diagnostic comprend:

  1. Examen de routine par un médecin.
  2. À l'aide de miroirs gynécologiques, le médecin peut remarquer qu'il y a des changements d'apparence.
  3. À l'avenir, la patiente devra être envoyée pour une échographie, qui permettra de détecter et de déterminer la taille et la structure altérée de l'utérus. De plus, la structuration et l'épaisseur de l'endomètre sont déterminées sur une étude de type échographie..
  4. Des méthodes de curetage et d'analyse de l'histologie du matériel biologique sont souvent utilisées pour déterminer le devenir et la nature de la maladie. Cette procédure est réalisée sous anesthésie générale en milieu hospitalier..

Symptômes du cancer de l'utérus chez les femmes

Bien entendu, la symptomatologie joue un rôle important dans la détermination de cette maladie..

Un symptôme est quelque chose auquel vous devez prêter la plus grande attention si le patient sent que quelque chose ne va pas. Il est extrêmement important de porter une attention particulière à leur santé pour les femmes de plus de quarante ans.

Malheureusement, le cancer est l'une des maladies dont les symptômes apparaissent à un stade avancé..

Les symptômes peuvent être conditionnellement divisés en plusieurs types:

  1. La première étape concerne les signes et symptômes qui apparaissent avant le début de la ménopause. Supposons qu'une femme soit au début de la ménopause. Pendant une telle période, le cycle menstruel se confond et se manifeste sous la forme d'un écoulement avec du sang, qui au fil du temps devient de plus en plus petit en volume. Pendant une telle période, il convient de prêter la plus grande attention à la sélection. Autrement dit, si, auparavant, ils étaient rares, et plus tard à nouveau abondants, c'est le principal signe et symptôme du cancer de l'utérus..
  2. En outre, il y a plus de signes pendant la ménopause. Dans le cas où une femme a déjà vécu jusqu'à la ménopause et que le cycle menstruel n'est pas apparu depuis plus de deux mois, tout écoulement avec du sang et l'ouverture d'un saignement peuvent devenir des symptômes de cancer.

Selon la catégorie d'âge et la période de ménopause, des symptômes peuvent apparaître:

  • ouverture du saignement;
  • douleur après un rapport sexuel;
  • douleur dans le périnée;
  • douleur dans la région lombaire et le bas de l'abdomen;
  • fatigue rapide et perte de poids soudaine.

Définition du cancer de l'utérus avant la ménopause

Comme indiqué précédemment, certains symptômes indiquent clairement la présence de l'apparition d'un néoplasme avant le début de la ménopause..

Le plus souvent, pendant une telle période, les pertes vaginales sont déjà irrégulières et chaque mois elles apparaissent moins fréquemment..

C'est pendant une telle période que les symptômes du cancer de l'utérus peuvent être tous écoulés avec du sang du vagin..

Manifestation pendant la ménopause

À un moment où une femme a déjà commencé une période de ménopause, à savoir la ménopause, des symptômes peuvent également apparaître qui nécessitent une attention particulière..

En règle générale, une femme n'a pas de règles mensuelles pendant plusieurs mois, les symptômes du cancer peuvent être des écoulements sanglants, quelle que soit la fréquence d'apparition, la durée et le volume.

Description des stades du cancer de l'utérus et espérance de vie

Il n'y a que quatre stades de cancer de l'utérus:

  1. Le premier est une tumeur qui n'affecte que le corps de l'utérus. La tumeur est capable de pénétrer dans les stades primaires jusqu'à l'endomètre, le myomètre à la moitié de la profondeur et à plus de la moitié de la profondeur du myomètre.
  2. Le deuxième type est constitué de cellules malignes qui se trouvent directement dans le col de l'utérus. Ce type de néoplasme peut pénétrer dans le corps de l'utérus et pénétrer dans les couches profondes du col de l'utérus..
  3. La troisième tumeur est capable de se transmettre au vagin et aux appendices, ainsi qu'aux ganglions lymphatiques. Ce type de tumeur peut donner naissance à la couche séreuse de l'utérus de type externe ou aux appendices adjacents, commencer à se développer dans le vagin et, en cas de métastases, aller aux ganglions lymphatiques pelviens.
  4. Le quatrième type de cancer de l'utérus avec propagation de métastases se manifeste dans la vessie ou dans la région rectale et commence également à se propager aux poumons, au foie, aux os et aux ganglions lymphatiques distants..

De plus, les degrés de différenciation cellulaire dans le néoplasme diffèrent..

Il existe un degré d'existence cellulaire assez élevé, ainsi qu'un degré peu différencié. Le fait est que plus la différenciation est exprimée, plus le processus de croissance du néoplasme est lent..

En conséquence, la probabilité de métastases diminue. Si le cancer est mal différencié, le pronostic dans une telle situation s'aggrave..

Espérance de vie du patient:

  • Au stade primaire, lorsque le néoplasme se forme juste et commence à se peupler dans le corps utérin, la probabilité de guérison du patient est d'environ 80 à 90%.
  • Au deuxième stade, le cancer commence à pénétrer au-delà du bord de l'utérus lui-même et contribue ensuite à l'implication du col de l'utérus. Dans une telle situation, les organes situés à proximité ne sont pas sujets à la défaite. La récupération est notée dans 3 cas sur 4..
  • À la troisième étape, lorsque le processus d'oncologie commence à se propager aux appendices et directement à la région vaginale, environ 40% peuvent sortir de cette situation.
  • Au quatrième stade, lorsque la tumeur se développe au-delà de la région pelvienne, la formation commence à pénétrer dans les intestins et les tissus vésiculaires de l'utérus. Le taux de survie ne dépasse pas 15%.
Développement du cancer de l'utérus par étapes (photo)

Métastase

Les métastases commencent à se développer et, généralement, elles pénètrent dans les vaisseaux lymphatiques et les ganglions.

Au stade terminal, l'effet est également sur le système veineux humain..

Au départ, la lésion commence à se développer dans la zone des ganglions lymphatiques et de sa structure. Cela se produit généralement dans les régions iliaques et hypogastriques..

Il est extrêmement rare que les lésions recouvrent d'autres organes..

En outre, les métastases se développent jusqu'au canal du type cervical et, comme mentionné précédemment, au-delà des allées du corps utérin.

Avec la méthode de type hématogène, à partir de laquelle les métastases commencent généralement à pénétrer dans la zone directement dans la zone de l'appendice.

En outre, la zone vaginale est également affectée et, dans certains cas, les reins et le foie, le tissu osseux.

Le taux de développement de la maladie

Le taux de croissance et de développement est principalement dû au type histologique d'occurrence. En outre, il est nécessaire de prendre en compte la pathologie, la capacité du corps à se battre, un traitement compétent et la catégorie d'âge du patient, l'humeur psychologique et spirituelle du patient..

En tant que tel, il ne sera pas possible d'obtenir une réponse exacte et de savoir sur quelle période le cancer se développera jusqu'à la fin..

Traitement du cancer de l'utérus

Bien sûr, la base d'un traitement compétent est l'intervention chirurgicale, à savoir la chirurgie.

L'opération implique l'ablation du corps utérin en combinaison avec les ovaires.

Très souvent, les médecins prescrivent une telle méthodologie de traitement même après une chirurgie, une exposition radio.

La radiothérapie ou la radiothérapie peuvent aider à réduire le risque de récidive. Cependant, cette méthode de traitement n'affecte pas les taux de récupération..

La chimiothérapie est également utilisée. Cette méthode est demandée dans la thérapie de l'oncologie..

De plus, de bons résultats ont été notés avec l'hormonothérapie..

Il est nécessaire de déterminer la méthode de traitement appropriée, en tenant compte de certains facteurs. La prévention est la mesure la plus efficace pour prévenir des maladies telles que le cancer de l'utérus..

Méthodes et méthodes de traitement

Comme indiqué précédemment, un traitement peut être complet et complexe..

Très souvent, les médecins sont obligés d'accepter la méthode chirurgicale d'élimination de la tumeur, la radiothérapie, la chimiothérapie et la thérapie hormonale.

Intervention opératoire

L'intervention chirurgicale est un traitement du cancer courant.

Ce type de traitement implique une opération qui implique l'ablation du corps utérin et des ovaires.

Radiothérapie

L'exposition aux radiations est également une méthode de traitement du cancer populaire. Cependant, cette méthode vous permet de ne vous débarrasser que des rechutes d'oncologie..

Malheureusement, ce type de rayonnement n'affecte pas les taux de survie des patients..

Thérapie hormonale

Comme vous le savez déjà, les hormones sont un composant assez puissant qui aide à guérir de nombreuses maladies et peut également prolonger la vie des gens..

Pour un tel traitement, des médicaments Depostat, Farlugal et autres sont utilisés..

Si les métastases sont actives, le traitement progestatif est inefficace.

Dans cette situation, Zoladek est prescrit..

Très souvent, le traitement hormonal combine la chimiothérapie pour le meilleur effet..

Chimiothérapie

La chimiothérapie est une technique assez courante qui permet, dans certains cas, de se débarrasser du cancer..

Très souvent, cette méthodologie de traitement est utilisée avec une propagation étendue de la croissance tumorale..

De plus, avec la nature autonome du néoplasme, si les métastases sont en position active et ont commencé à se propager, la chimie est utilisée.

Conséquences du cancer de l'utérus

Il convient de noter tout de suite que le cancer de l'utérus est la condition pathologique la plus dangereuse. S'il n'y a pas de thérapie en tant que telle, ce qui est nécessaire pendant la période de traitement du cancer, les conséquences d'une augmentation de l'éducation sont les plus susceptibles d'entraîner la mort..

Souvent, les oncologues suggèrent de retirer l'utérus avec les appendices, avec une partie du vagin et du col de l'utérus.

Différences entre le cancer de l'utérus et les fibromes

Le myome est un processus qui est une augmentation et une croissance des tissus utérins, qui sont ensuite formés par certains facteurs traumatiques.

Cela peut être facilité par des avortements fréquents, un curetage, une inflammation du système génito-urinaire et bien plus encore..

Il convient de noter que le cancer de l'utérus et les fibromes n'ont rien à voir l'un avec l'autre. Ces deux pathologies sont complètement différentes et le myome, en aucune situation n'est capable de se développer en cancer.

Il convient également de noter que l'oncologie se forme dans la couche épithéliale, une hyperplasie bénigne se trouve dans la couche musculaire.

C'est pourquoi, tout patient doit consulter un gynécologue pour un examen.

Prévention du cancer de l'utérus

Pour prévenir cette maladie, il est nécessaire d'éviter les diagnostics tels que le diabète, l'obésité et l'infertilité..

En d'autres termes, vous devez contrôler votre poids corporel, traiter les fonctions reproductives, s'il y a un tel besoin et vous débarrasser du diabète, le cas échéant..

En médecine moderne, il existe une autre mesure de prévention du cancer du col de l'utérus - la vaccination.

Le vaccin contre le cancer du col utérin est un vaccin qui prévient l'infection par le dangereux virus du papillome humain. L'émergence d'une tumeur maligne est provoquée par une quinzaine de types de VPH, dont les 16e et 18e types sont les plus oncogènes.

En soi, il ne peut pas provoquer le développement de la maladie ou provoquer son exacerbation, cependant, il forme une immunité stable contre tous les types de VPH oncogènes.

Il convient de noter l'importance d'un tel moyen de prévention, car souvent même l'utilisation des méthodes les plus innovantes de traitement d'une tumeur maligne ne donne pas le résultat souhaité, ce qui conduit à une issue mortelle..

Par conséquent, il est préférable de prévenir la maladie avec des vaccins qui préviennent l'infection, que les médecins recommandent aux filles âgées de 12 ans et plus..

Pronostic de survie des patients

Comme indiqué précédemment, le pourcentage de survie dépend principalement du facteur à quel stade le cancer a été détecté.

Plus tôt la raison apparaît et le patient rend visite au médecin et est en mesure de diagnostiquer le cancer, plus il y a de chances de vivre longtemps et de vaincre le cancer..

Cela signifie, tout d'abord, qu'il est nécessaire de consulter régulièrement un gynécologue et de passer les tests et les examens requis..

De plus, les médecins recommandent de surveiller la forme physique, de prêter attention à l'activité physique et de contrôler la glycémie..

Cancer du col utérin

Il s'agit d'une maladie oncologique dans laquelle une dégénérescence maligne de la membrane muqueuse du col de l'utérus est diagnostiquée. En termes de fréquence des cas diagnostiqués cliniquement, le cancer du col de l'utérus est supérieur uniquement au cancer du sein et de l'endomètre.

La principale zone de risque de cancer du col de l'utérus concerne les femmes âgées de 40 à 55 ans. Mais, récemment, la maladie est considérablement plus jeune. De plus en plus, le cancer du col de l'utérus (cancer du col de l'utérus) est diagnostiqué chez des patients de moins de 30 ans. Il y a un autre problème - un diagnostic intempestif. Bien que la maladie soit assez facile à détecter, dans plus de la moitié des cas, le cancer du col de l'utérus se trouve à un stade avancé. Si vous soupçonnez une maladie, vous devez consulter d'urgence un gynécologue.

Types de cancer du col utérin

La principale classification du cancer du col utérin découle du type de tissu affecté par la tumeur. La couche supérieure et la plus protectrice est l'épithélium squameux. Dans ce cas, nous pouvons parler des formes suivantes:

  • La dysplasie (elle peut avoir 3 degrés) est une condition précancéreuse;
  • Cancer in situ. C'est le nom du degré de la tumeur avec une invasion minimale dans les autres couches;
  • Carcinome épidermoïde de l'utérus.

Directement dans le carcinome épidermoïde du col de l'utérus, les types suivants peuvent apparaître:

  • Papillaire;
  • Verruqueux;
  • Kératinisant;
  • Non kératinisant;
  • De type lymphoépithéliome;
  • Basaloïde;
  • Squamous transitionnel.

Les tumeurs qui envahissent l'épithélium sécréteur sont appelées adénocarcinomes. Ils peuvent être:

  • Endométrioïde;
  • Séreux;
  • À cellules claires;
  • Mésonéphral;
  • Mucineux.

Souvent, le processus s'accompagne de la formation de tumeurs concomitantes d'autres étiologies:

  • Carcinomes neuroendocriniens et à grandes cellules;
  • Carcinoïdes;
  • Sarcomes;
  • Cancer du col de l'utérus à petites cellules.

Classification des formes de cancer

Distinguer le cancer par emplacement (partie vaginale du col de l'utérus et partie interne). De plus, il existe plusieurs formes de croissance:

  • Pré-invasif. Dans ce cas, l'étape zéro est attribuée. Le processus malin se développe strictement dans l'épithélium;
  • Microinvasive. La profondeur de la lésion ne dépasse pas 0,5 cm, sans métastases;
  • Non invasif (stade 1). Les cellules cancéreuses du col utérin ne sont pas répandues, progressent très lentement;
  • Exophyte. Le type le plus courant dans lequel la tumeur se développe dans la lumière du vagin. Ressemble extérieurement aux fourchettes de chou-fleur. C'est le stade 3 (avec lésion des tissus du vagin). Au stade 4, des métastases à divers organes peuvent être observées;
  • Endophyte. La tumeur se développe secrètement dans le canal cervical. Il ne devient perceptible que dans les derniers stades de la décomposition tumorale, entraînant un relâchement et une irrégularité du col de l'utérus. Extérieurement, il est défini comme un ulcère hémorragique qui se développe profondément dans les tissus de l'utérus;
  • Mixte. C'est une option plutôt rare, car elle prévoit la présence de plusieurs tumeurs de différents types à la fois..

Les raisons

La principale menace du cancer du col de l'utérus chez la femme est la présence de virus qui entraînent des mutations et la dégénérescence des cellules des tissus sains en tumeurs malignes. Le facteur de risque n ° 1 est le virus du papillome humain (VPH). Mais ce virus a plus de 100 variétés avec des degrés divers de risque de développer une oncologie. C'est à cause de cette caractéristique que plus de 90% des cas de cancer du col de l'utérus se développent. Après être entré dans le corps, le virus HPV peut se présenter sous 3 formes:

  • Forme asymptomatique;
  • Forme subclinique;
  • Forme clinique. Il y a des excroissances multiples ou uniques dans la région génitale (condylomes et papillomes).

Les souches de VPH portant les marqueurs 16, 18, 45 et 46 sont les plus dangereuses et présentant un niveau de risque oncogène élevé. Le niveau moyen de risque de développer un cancer du col de l'utérus est celui des souches 31, 33, 51, 52 et 58..

Les autres causes de cancer du col utérin comprennent:

  • Prédisposition. Si des femmes parmi vos proches avaient des cas de cancer du col de l'utérus, vous devriez être extrêmement prudent quant à votre santé et être examiné régulièrement;
  • Virus - herpès génital, VIH, chlamydia, cytomégalovirus;
  • Infections génitales non traitées ou non traitées;
  • Maladies du col de l'utérus, accompagnées de modifications des tissus (érosion, dysplasie, leucoplasie);
  • La présence de tumeurs bénignes (fibromes, fibromes) qui, dans des conditions défavorables à long terme, peuvent dégénérer en d'autres néoplasmes malins;
  • Fort affaiblissement de l'immunité;
  • Exposition incontrôlée aux radiations, aux toxines chimiques;
  • Avortement ou curetage fréquent, ainsi que les complications associées à ces interventions chirurgicales et à d'autres;
  • Grossesses et accouchements fréquents;
  • Microtraumatisme du col de l'utérus ou de l'utérus lui-même, ainsi que du canal cervical;
  • Début précoce de l'activité sexuelle;
  • Changement de partenaire plus souvent 2 à 3 fois par an;
  • Stress à long terme;
  • Utilisation incontrôlée de contraceptifs oraux combinés;
  • Tabagisme ou dépendance à l'alcool à long terme;
  • La présence d'une inflammation chronique dans la région pelvienne sans traitement approprié. Autres maladies chroniques associées à des processus inflammatoires.

Symptômes

Les symptômes principaux et les plus alarmants sont:

  • Saignements imprévus et fréquents (après une visite chez le gynécologue, après un rapport sexuel, entre les périodes normales, pendant la ménopause);
  • Les saignements menstruels durent plus d'une semaine;
  • Décharge de sang, ils peuvent avoir une odeur désagréable et signaler le début de la décomposition tumorale;
  • Écoulement purulent avec une odeur piquante et désagréable;
  • Coupures prolongées (bas de l'abdomen et région utérine);
  • Douleur spasmodique. Dans ce cas, une partie de la douleur peut être transmise au bas du dos;
  • Sécheresse vaginale excessive et douleur pendant les rapports sexuels;
  • Perte de poids brutale (10 à 15 kg en quelques semaines). Ce symptôme est inconditionnel et nécessite une visite rapide chez un médecin;
  • Constipation persistante et douleur lors des selles. Autres maladies associées aux intestins;
  • Une forte augmentation de la fréquence, ou vice versa, un retard sévère de la miction. Cela est dû à la croissance d'une tumeur qui comprime la vessie. Du sang peut être présent dans l'urine;
  • Faiblesse sévère constante;
  • Fatigabilité excessivement rapide;
  • Transpiration excessive sans raison apparente;
  • Une légère augmentation de la température sans signes de rhume (de 37 ° C à 37,8 ° C);
  • Gonflement constant des membres. Cela est particulièrement vrai pour les jambes et les pieds;

Les symptômes énumérés ci-dessus ne sont pas une condition préalable, mais leur présence peut indiquer d'autres maladies graves, notamment des maladies gynécologiques ou sexuellement transmissibles. Par conséquent, ne reportez pas une visite chez un gynécologue.

Diagnostique

Le diagnostic du cancer du col utérin comprend plusieurs étapes:

  • Examen par un gynécologue pour détecter l'oncologie. Il faut le passer 2 fois par an;
  • Grattage de la surface du col de l'utérus pour examen cytologique (frottis Pap);
  • Colposcopie. Examen à l'aide d'un appareil spécial qui aide à agrandir et à rapprocher l'image du tissu cervical;
  • Biopsie - à l'aide de cette méthode micro-invasive, un biomatériau est prélevé pour un examen histologique;
  • La procédure de grattage du canal cervical. Il n'est nécessaire et réalisé que lorsque la cytologie montre une oncologie ou une dysplasie et que la colposcopie ne révèle rien;
  • Échantillons d'essai de Schiller (avec du vinaigre ou de l'iode);
  • Examen des organes pelviens par échographie. Permet d'identifier assez précisément la présence ou l'absence de formations tumorales. Si l'échographie ne suffit pas à déterminer l'emplacement exact et la qualité de la tumeur, une IRM pelvienne peut être prescrite.

En présence de plusieurs symptômes à la fois et de graves soupçons de cancer du col de l'utérus, le gynécologue peut prescrire des examens connexes liés à d'autres organes pour la détection des métastases:

  • Échographie du foie et des reins;
  • Examen échographique de la vessie;
  • Radiographie des poumons. C'est ainsi que les métastases à distance à la poitrine sont révélées;
  • Radiographie du côlon (irrigoscopie);
  • Rendez-vous de la cystoscopie et de la rectoscopie. Les données d'examen de la vessie et du rectum permettent de découvrir la présence de métastases ou de tumeurs ayant pénétré leurs parois;
  • Urographie intraveineuse. Le cancer du col de l'utérus s'accompagne souvent d'une compression des uretères et entraîne de graves problèmes rénaux. Jusqu'au développement d'une atrophie des tissus rénaux ou des uretères. Cette méthode vous permet d'identifier de telles violations.

Quels médecins contacter

Le principal médecin effectuant les examens et prescrivant le traitement est un gynécologue. Si un cancer est détecté au cours du processus, un oncologue devra également être observé. Des médecins d'un autre profil (thérapeute, endocrinologue) sont visités au besoin ou en cas de détection ou de développement d'autres maladies.

Traitement

Les méthodes de traitement dépendent en grande partie du degré de développement de la maladie. Ici, vous devez vous rappeler que, bien qu'il n'y ait que 5 stades de cancer (dont zéro), chacun d'eux a 2-3 degrés de difficulté (catégories A ou B). La désignation dépend de la taille et de l'emplacement de la tumeur:

  • Étape 1A1. (stade invasif). La tumeur n'est détectée que par examen microscopique. Seule la zone du col de l'utérus est touchée (sans métastases). Les dimensions ne dépassent pas 7 mm en volume et 3 mm de la lésion dans la profondeur de l'épithélium. Le traitement est la conisation (excision des tissus malades) chez les jeunes patients ou l'hystérectomie traditionnelle (ablation) de l'utérus chez les femmes ménopausées. En cas de lésions concomitantes des ganglions lymphatiques ou des vaisseaux sanguins, une lymphadénectomie est prescrite (les ganglions lymphatiques sont retirés) de la région pelvienne. Après l'opération, une radiothérapie est prescrite (avec ou sans chimiothérapie);
  • Stade 1A2 (stade invasif avec complications). La tumeur ne peut pas non plus être détectée visuellement, mais lors de la détection, il s'avère que ses dimensions dépassent 7 mm de largeur de la lésion et 3 mm de profondeur. Le traitement des patients en âge de procréer est une excision ou une conisation du cou, et pour les personnes âgées, une hystérectomie est prescrite. La lymphadénectomie pelvienne est obligatoire. Si des métastases sont détectées, une chimiothérapie et une radiothérapie sont effectuées;
  • Stade 1B La tumeur est visible visuellement et sa taille ne dépasse pas 4 cm Il peut y avoir 2 méthodes de traitement: la chirurgie avec rayonnement externe. Dans le premier cas, une hystérectomie radicale est réalisée (ablation complète de l'utérus avec appendices et tubes) et une ovariectomie bilatérale. Une lymphadénectomie pelvienne est nécessaire et réalisée. Dans des cas particulièrement favorables, un traitement chirurgical est effectué avec la préservation de tous les organes. Dans le second cas, le problème est résolu par une méthode radiochirurgicale. Tout d'abord, une curiethérapie est effectuée, et après 1,5 à 2 mois - l'opération elle-même;
  • Étapes 1B2 - 5A. la tumeur est détectée visuellement et ses dimensions sont égales ou légèrement supérieures à 4 cm.Dans une telle situation, des lésions tumorales du vagin, du rectum avec la vessie sont possibles. Les traitements les plus optimaux sont la radiothérapie et la chimiothérapie. ;
  • Étape 5B. La zone de la lésion et la taille globale de la tumeur peuvent être quelconques. Des métastases à distance sont également présentes à ce stade. À ce stade, un traitement palliatif est effectué.

Suivi après traitement

Tous les patients qui ont reçu un diagnostic de cancer du col de l'utérus et qui ont reçu un traitement approprié devraient consulter régulièrement un gynécologue et subir les diagnostics instrumentaux et de laboratoire nécessaires..

Dans les 2 ans suivant le traitement, une analyse cytogramme doit être effectuée tous les 3 mois. Pendant encore 3 ans après cela, un frottis est effectué tous les six mois. Tout au long de sa vie ultérieure, le cytogramme est remis annuellement. Ceci est nécessaire pour éviter les rechutes de la maladie..

Pour contrôler l'apparition ou le développement des métastases, ainsi que pour leur détection précoce, l'IRM, la TDM et la TEP des organes abdominaux et pelviens sont utilisées.

La prévention

La prévention la plus efficace est la vaccination contre le virus du papillome (VPH), principale source de cancer. Cela peut être fait de 9 à 11 ans, car les médicaments sont plus efficaces si le vaccin est administré avant le début de l'activité sexuelle. Cela signifie avant l'infection par un virus sexuellement transmissible. Il est également judicieux de vacciner contre ce virus pour toutes les femmes de moins de 45 ans..

Le moyen d'immunisation le plus étudié et le plus efficace est le vaccin Gardasil (Gardasil). Le médicament protège efficacement contre le virus 4 ans après la vaccination. Ensuite, la procédure doit être répétée.

Symptômes et signes d'un cancer du col de l'utérus précoce

Le cancer du col de l'utérus (cancer du col de l'utérus) ou carcinome du col de l'utérus (CIM 10 - C53) est une tumeur maligne qui se forme dans la région cervicale. Pourquoi cette maladie se développe-t-elle et quelles sont ses conséquences? Aujourd'hui, ces problèmes concernent presque toutes les femmes dans le monde, puisque cette maladie est devenue très courante - elle prend la 2e place dans la fréquence de formation maligne après un cancer du sein et est observée chez 10 femmes pour 100000 cas..

Chaque année, le cancer du col de l'utérus est diagnostiqué chez 600 000 femmes, tandis que le risque de développer la maladie chez les femmes d'origine hispanique est beaucoup plus élevé que chez les européennes. Selon les statistiques, la probabilité de rencontrer un carcinome cervical chez les patients de plus de 40 ans est 20 fois plus élevée - dans 65% des cas de 40 à 60 ans, dans 25% de 60 à 70 ans.

Beaucoup de gens se demandent combien de temps ils vivent si la maladie est détectée au stade 1? Si la pathologie se situe dans la tranche d'âge de 25 à 45 ans, la maladie peut être guérie (90%). Les premiers stades de cette maladie sont diagnostiqués en Russie chez 15% des femmes, tardivement - chez 40% des patients.

Le signe avant-coureur de cette néoplasie maligne est le processus de transformation de la structure du col de l'utérus, qui conduit finalement à une dysplasie des couches supérieures de son épithélium. En l'absence de traitement, la maladie commence à progresser dans un premier temps vers un stade non invasif, et seulement plus tard vers une tumeur invasive (la définition des stades est donnée ci-dessous).

En Fédération de Russie, la forme non invasive de cancer du col de l'utérus est diagnostiquée 4 fois plus souvent. Dans le même temps, à l'aide de nouvelles méthodes de reconnaissance de cette maladie à un stade précoce (tests de dépistage), il a été possible de réduire considérablement la mortalité des patients due à cette pathologie..

Quel est le col de l'utérus?

Le col de l'utérus est la partie inférieure et la plus étroite de l'utérus (un organe composé de muscles lisses et destiné à porter un fœtus). Il ressemble à un cylindre traversant le canal cervical, sa structure est constituée de tissu enrichi en collagène et en fibres musculaires.

Cliniques de premier plan en Israël

Le col de l'utérus est divisé en 2 sections:

  • la zone au-dessus du vagin;
  • partie vaginale (1/3 du col de l'utérus).

Dans les parois de l'isthme utérin, il y a des glandes tubulaires qui sécrètent une substance muqueuse qui empêche les micro-organismes nocifs de pénétrer du vagin dans l'utérus. Les crêtes et les plis remplissent une fonction similaire à l'intérieur du canal. La taille du col de l'utérus ne dépasse pas trois centimètres de long et 2,5 centimètres de large. En fonction du cycle menstruel, sa taille et sa structure subissent des modifications.

Facteurs de maladie

Compte tenu des principales raisons contribuant au développement du cancer du col de l'utérus, les médecins sont arrivés à la conclusion que la présence du VPH (virus du papillome humain) joue un rôle important dans ce processus. La méthode de transmission du virus est la relation sexuelle (même protégée) avec une personne infectée, ou le contact par la peau et les muqueuses. En conséquence, le VPH insère son code dans l'ADN des cellules épithéliales, ce qui conduit à leur incapacité à remplir des fonctions saines..

La conséquence en est la formation de cellules malignes en place (malignité tissulaire), qui avec le temps commencent à se développer dans les organes voisins et à métastaser dans tout le corps..

Dans le même temps, les HPV oncogènes à haut risque sont les papillomavirus humains de types 16 et 18 (dans 70% des cas).

Les autres facteurs étiologiques responsables du cancer du col de l'utérus sont:

  • rapports sexuels à un âge précoce qui sont permanents;
  • rapports sexuels promiscuité et changements fréquents de partenaire;
  • l'usage du tabac;
  • infections génitales;
  • abus de régime;
  • infections par le virus de l'immunodéficience (VIH);
  • facteur héréditaire;
  • ignorer le traitement de l'érosion cervicale;
  • immunité supprimée;
  • prendre des médicaments contraceptifs pendant une longue période.

Le groupe à risque comprend également les femmes travaillant avec des agents cancérigènes..

Symptômes du cancer du col utérin

Quel est le tableau clinique du cancer du col de l'utérus? Une caractéristique des symptômes du cancer du col de l'utérus est qu'au début de son développement, la maladie ne se manifeste pratiquement d'aucune manière. C'est un fait très défavorable, car c'est le diagnostic et le traitement rapides et précoces de cette maladie qui peuvent sauver la vie du patient..

Les principaux signes de cette pathologie au stade embryonnaire sont:

  • écoulement persistant de frottis, y compris du sang dans la période entre les cycles menstruels, après une douche vaginale et une visite chez le gynécologue;
  • une augmentation déraisonnable de la température corporelle au-dessus de 37 degrés;
  • écoulement brun ou rose spécifique qui apparaît après un rapport sexuel;
  • troubles du cycle menstruel;
  • douleur dans le bas de l'abdomen, en particulier après un rapport sexuel;
  • saignements prolongés pendant la menstruation.

Les symptômes du cancer du col de l'utérus à un stade relativement tardif s'accompagnent de phénomènes tels que:

  • l'apparition de sang dans l'urine;
  • une envie constante de vider la vessie;
  • saignement indolore de l'anus;
  • transpiration excessive;
  • problèmes avec le tube digestif;
  • gonflement des jambes;
  • saignements acycliques non menstruels (60% des patientes);
  • faiblesse et fatigue;
  • perte de poids.

Au dernier stade du cancer du col de l'utérus, un dysfonctionnement rénal sévère survient souvent lorsque, dans le contexte de leur incapacité à assurer l'écoulement de l'urine, il y a une expansion progressive du bassin rénal et une atrophie des tissus responsables de l'accumulation d'urine (hydronéphrose).

Vidéo connexe (à partir de 30:40)

Le mécanisme de croissance du cancer du col de l'utérus

À quelle vitesse la maladie se développe-t-elle? Le processus physiologique de malignité (malignité) de la maladie est caractérisé par les étapes suivantes:

  • les cellules épithéliales commencent à répondre aux dommages et se divisent activement afin de restaurer les tissus;
  • le processus de transformation commence par perturber la structure des couches de l'épithélium, ce que l'on appelle la dysplasie;
  • au fil du temps, des formations malignes apparaissent à l'intérieur des cellules, qui déclenchent le mécanisme de division incontrôlée de l'épithélium, qui marque le début du stade de cancer du col pré-invasif ou non invasif (cancer in situ ou «cancer en place»);
  • la néoplasie maligne se développe dans le tissu sous-jacent du col de l'utérus. Si sa taille est inférieure à trois millimètres, il est considéré comme un carcinome micro-invasif (premier stade de formation invasive);
  • atteignant une taille de tumeur de plus de 3 mm, donnant lieu au développement d'une forme invasive de cancer du col de l'utérus. La majorité des patients présentent des symptômes cliniques de la maladie à ce stade..

Classification du cancer du col utérin

En fonction de la transformation interne et externe de l'épithélium, qui forme finalement un type particulier de formation maligne, il est habituel de distinguer les formes suivantes de cancer du col de l'utérus:

  • oncologie maligne épidermoïde avec kératinisation (de 83 à 97% des cas);
  • cellule squameuse sans kératinisation (de 60 à 65% des cas);
  • mal différencié (de 20 à 25% des cas);
  • adénocarcinome ou cancer cervical glandulaire (de 4 à 16% des cas);
  • autres formes moins courantes: mucoépidermoïde, à petites cellules et à cellules claires (un à deux pour cent des cas).

En fonction du degré et de la direction du développement du carcinome, les types suivants sont distingués:

  • préinvasive ou intraépithéliale;
  • non invasif (croissance lente des cellules pathologiques exclusivement dans la région cervicale, pouvant être traitées);
  • microinvasive (faible probabilité de métastases);
  • exophytique (la formation se développe à l'intérieur du vagin, de l'utérus et des appendices). La forme la plus courante, diagnostiquée au stade le plus précoce;
  • endophyte (onconéoplasie qui se forme à l'intérieur du canal cervical). En apparence, il ressemble à un ulcère qui saigne à tout contact. La prolifération se produit dans le corps utérin.

Stades du cancer du col de l'utérus

Le passage d'un état précancéreux à un état cancéreux prend de deux à dix ans, la croissance d'une tumeur du premier stade au cours du suivant dure environ deux ans. Pour déterminer l'étendue du cancer, des lésions des ganglions lymphatiques et d'autres organes, la classification développée par la Fédération internationale des obstétriciens et gynécologues ou FIGO est utilisée..

Étape zéro

Les cellules cancéreuses sont localisées exclusivement à la surface des muqueuses du canal cervical, sans pénétrer à l'intérieur (néoplasie intraépithéliale cervicale).

Avec un diagnostic précoce, le pronostic de survie est de 100%;

Le premier stade (cancer colli utérus)

Le processus de prolifération pathologique des cellules cancéreuses dans le col de l'utérus. Les lésions sont les suivantes:

  1. une tumeur invasive d'un diamètre de trois à cinq millimètres, d'une profondeur allant jusqu'à sept millimètres (sous-étage IA) et d'un diamètre de plus de cinq millimètres, d'une profondeur de sept millimètres à quatre centimètres (sous-étage I-B). Il est diagnostiqué au microscope en prélevant un frottis du canal cervical pour analyse cytologique;
  2. masse visible supérieure à quatre centimètres (sous-étage IB2).

Deuxième étape

  1. les cellules cancéreuses envahissent le corps de l'utérus. Formation d'un diamètre de quatre à six centimètres trouvée à l'examen (IIA). Endommage l'isthme utérin et la partie supérieure du vagin. Ne métastase pas aux ganglions lymphatiques et aux organes distants;
  2. la tumeur se développe dans le paramètre de l'utérus, mais ne touche pas les organes voisins (IIB).

Cette étape est diagnostiquée par un colposcope, grattage de l'épithélium supérieur, examen échographique des organes pelviens, examen cytologique ou biopsie en forme de coin (une boucle électrique capable d'extraire du tissu d'une couche profonde de tissu).

Troisième étape

La tumeur se développe dans la région pelvienne et vaginale. Il affecte les ganglions lymphatiques les plus proches et empêche la miction sans toucher les organes voisins. Grande taille.

  • la masse pénètre dans le vagin inférieur, mais n'affecte pas la paroi pelvienne (IIIA);
  • une tumeur obstrue les uretères, endommage les ganglions lymphatiques du bassin et affecte les parois de l'utérus (IIIB).

Le cancer est détecté par colposcopie, biopsie, rayons X CT et IRM (imagerie par résonance magnétique).

Vous voulez connaître le coût du traitement du cancer à l'étranger?

* Ayant reçu des données sur la maladie du patient, le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Quatrième étape

La formation devient grande et se développe autour de l'isthme utérin avec des dommages simultanés aux organes voisins et éloignés, ainsi qu'au système ganglionnaire.

  • les métastases tumorales dans la région rectale, affectent le système urinaire et se développent au-delà des limites du petit bassin, sans affecter les ganglions lymphatiques et les autres organes (IVA);
  • métastases propagées à tous les organes (IVB).

Pour diagnostiquer l'état du patient à ce stade, un examen, une procédure d'endoscopie du tractus intestinal, une tomodensitométrie ou une IRM sont effectués. La tomographie par émission de positrons (TEP-TDM) est réalisée pour détecter les métastases.

Méthodes de diagnostic

En cas de suspicion de cancer du col de l'utérus, le processus de diagnostic est effectué selon les méthodes suivantes:

  • subir un examen gynécologique avec élimination d'un frottis pour identifier la microflore et la présence de cellules cancéreuses;
  • prescrire des tests sanguins, identifier le VPH, étudier les pertes vaginales;
  • examen avec colposcope, radiographie, urographie excrétrice, échographie, IRM et tomodensitométrie;
  • examen cytologique.

La méthode d'analyse la plus reconnue est le test de Papanicolaou (test Pap), qui consiste à éliminer les sécrétions de la muqueuse utérine à l'aide d'un appareil spécial. La recherche est effectuée dans les 7 jours. L'analyse est effectuée le cinquième jour de la menstruation et cinq jours avant la menstruation. Un jour avant son accouchement, il est interdit d'avoir des contacts sexuels et des douches.

Méthodes de traitement

Si vous vous demandez si cette maladie peut être traitée, s'il est possible de vaincre la maladie, la question se situe dans le plan de ses stades. Aujourd'hui, le traitement prédominant du cancer du col de l'utérus est la radiothérapie ou la chirurgie, qui sont tout aussi efficaces. Pour les jeunes filles, une opération est indiquée qui minimise le risque de dysfonctionnement des ovaires. Les types de traitement à différentes étapes sont:

  • une méthode opérationnelle, qui consiste à effectuer une procédure de laparoscopie, qui permet de ne pas blesser les organes internes. L'hospitalisation dure de trois à cinq jours;
  • exposition au faisceau, qui est effectuée afin de réduire la taille de la formation et sa résection ultérieure. Les conséquences de ce type de thérapie peuvent être une atrophie vaginale, l'infertilité, l'approche de la ménopause, des dommages aux parois du vagin et, en conséquence, une violation du processus de miction et de défécation;
  • thérapie chimique utilisant des médicaments Cisplatin afin de réduire la taille de la tumeur, et parfois en tant que thérapie indépendante.

Les traitements modernisés comprennent:

  • une thérapie ciblée, basée sur l'utilisation de médicaments qui affectent exclusivement la dégradation des cellules cancéreuses et les maintiennent en bonne santé;
  • thérapie visant à détruire les virus à l'intérieur du vagin;
  • thérapie photodynamique avec administration de médicaments et utilisation d'un faisceau laser qui détruit les cellules anormales;
  • radiothérapie de contact, dans laquelle le faisceau est dirigé dans l'organe malade.

Quel est le danger de la maladie?

Les oncologues identifient un certain nombre de conséquences qui peuvent être causées par un carcinome cervical, notamment:

  • ablation de tout l'utérus, du vagin, des intestins et de la vessie. La tâche clé dans ce cas est la prolongation de la vie;
  • en cas de lésion des organes reproducteurs, une résection de l'utérus, des ovaires et du vagin est effectuée. Dans cette situation, une femme est privée de la possibilité de devenir mère à l'avenir;
  • ablation uniquement de l'utérus tout en préservant les appendices;
  • élimination du canal cervical;
  • ablation du vagin, avec l'incapacité ultérieure d'avoir des relations sexuelles;
  • résection de l'utérus - dans ce cas, la femme ne pourra jamais accoucher.

Mesures préventives

Les actions proactives pour prévenir le développement du cancer du col de l'utérus sont:

  • une surveillance constante de votre santé et une visite chez un gynécologue au moins deux fois par an, avec une procédure de colposcopie;
  • être testé pour les cellules anormales une fois tous les quatre ans;
  • avoir une vie sexuelle saine et régulière;
  • l'utilisation de méthodes contraceptives (réduisant de 70% le risque de contracter le VPH) et, en cas de contact non protégé, l'utilisation d'un médicament épigène-intim;
  • respect de l'hygiène intime (utilisation de gels exclusivement conçus pour le lavage des organes génitaux);
  • refus de fumer (les cigarettes resserrent les vaisseaux sanguins, perturbent la circulation sanguine dans les organes génitaux et la présence de carcinogènes dans celles-ci contribue à la formation de cellules cancéreuses);
  • surveillance constante de l'équilibre hormonal et refus de prendre des médicaments contraceptifs;
  • toutes les procédures gynécologiques effectuées par des spécialistes qualifiés et fiables;
  • traitement rapide de toutes les maladies du système génito-urinaire précédant le cancer;
  • une alimentation équilibrée et saine (éviter de manger des aliments avec un excès de vitamine E).

Selon les recommandations médicales, afin de réduire considérablement le risque de cancer du col de l'utérus, il est nécessaire de fabriquer un vaccin contre le virus du papillome humain en utilisant un médicament appelé Gardasil, un vaccin à quatre composants développé contre les types de VPH qui causent le cancer du col de l'utérus (6,16,18,11). Il a été enregistré en Fédération de Russie en 2006. Ce médicament contient des virus similaires qui produisent des anticorps. La durée de l'immunité est de 3 ans. Son utilisation est indiquée pour les filles âgées de neuf à dix-sept ans et uniquement pour les femmes qui ne sont pas encore infectées par le VPH.

Le prix d'un cycle de vaccination est d'environ 450 $. Le vaccin est administré pour la première fois, puis après deux mois, après six mois et le témoin - à l'âge de 26-27 ans.