Principal
Cirrhose

Polype endométrial: c'est dangereux?

Chez près de huit pour cent des femmes, un polype de l'endomètre est découvert lors d'un examen gynécologique. De plus, les femmes de tout âge sont sensibles à cette maladie, de la puberté à la ménopause. Quelle est cette maladie et à quel point est-elle dangereuse?

Qu'est-ce qu'un polype de l'endomètre?

Un polype est une croissance bénigne située sur la paroi de l'utérus. Il se forme à la suite de la prolifération accrue des cellules de croissance de l'endomètre. Un polype se compose d'une tête et d'une jambe, à travers lesquelles passent les vaisseaux sanguins qui alimentent ses cellules. En règle générale, dans les dernières étapes de la formation des polypes, les fibres musculaires et fibreuses s'y développent. Ces néoplasmes peuvent être à la fois simples et multiples - dans ce cas, nous parlons de polypose.

Polype endométrial: causes du développement de la maladie

En fait, toutes les causes possibles de l'apparition et de la croissance d'un polype n'ont pas encore été entièrement comprises. Néanmoins, les scientifiques ont réussi à découvrir plusieurs facteurs de risque:

  • assez souvent, le polype se développe avec de fortes perturbations hormonales, en particulier avec une augmentation du taux d'œstrogène et une diminution simultanée de la sécrétion de progestérone;
  • la cause peut être des maladies du système reproducteur, y compris l'érosion cervicale, l'endométriose, etc.
  • parfois la maladie se développe dans le contexte de troubles métaboliques endocriniens, par exemple dans le diabète sucré ou chez les femmes obèses;
  • parfois, il y a le développement d'un soi-disant polype secondaire, qui apparaît sur le site d'un premier néoplasme incorrectement enlevé.

Polype endométrial et ses variétés

Aujourd'hui, il existe plusieurs types de polypes, en fonction de leur structure:

  • les néoplasmes glandulaires sont entièrement composés de cellules glandulaires et de stroma;
  • les polypes fibreux sont formés à partir de tissu conjonctif;
  • il existe également des formations glandulaires-fibreuses, dans la structure desquelles vous pouvez voir des éléments de tissu glandulaire et conjonctif;
  • les polypes placentaires sont un type spécial de néoplasme similaire qui se produit sur le site d'un ovule incomplètement retiré pendant l'interruption artificielle de la grossesse.

Polype endométrial: symptômes

En fait, un tel néoplasme, surtout s'il est de petite taille, peut ne présenter aucun signe externe. Le plus souvent, un polype de l'endomètre est découvert tout à fait par accident lors d'un examen physique de routine ou lors d'une échographie des organes pelviens. Le symptôme le plus frappant et le plus caractéristique est une violation du cycle menstruel, ainsi qu'un écoulement abondant pendant la menstruation. Si une femme souffre de polypose après la ménopause, un saignement unique peut survenir. Si les polypes sont gros, des crampes peuvent apparaître..

Polype endométrial et son traitement

Malgré le fait que les polypes sont pour la plupart des structures bénignes, la possibilité de leur transformation maligne ne peut être exclue. Par conséquent, les médecins recommandent le retrait. La méthode la plus populaire est le grattage, mais, malheureusement, cette procédure est effectuée presque à l'aveuglette et parfois un polype secondaire se développe après. Par conséquent, aujourd'hui, l'hystéroscopie est de plus en plus utilisée, dans laquelle une petite caméra vidéo est insérée dans la cavité utérine pendant la procédure..

Est-il possible d'enlever un polype dans l'utérus et quel est le traitement conservateur de celui-ci sans chirurgie + Avis des femmes

Les néoplasmes bénins de l'utérus sous forme de polypes proviennent de la couche basale de l'endomètre. Leurs tailles peuvent varier de quelques millimètres à 2-3 centimètres. Lorsqu'un petit polype dans l'utérus est diagnostiqué, un traitement sans chirurgie garantit une guérison complète..

Des formations peuvent survenir en raison de troubles du corps causés par:

  • Déséquilibre hormonal;
  • Processus inflammatoires des organes gynécologiques qui se sont transformés en formes chroniques;
  • Opérations sur le corps de l'utérus et sur le col de l'utérus;
  • Troubles des systèmes immunitaire, endocrinien et neurologique.

La maladie affecte les femmes à tout âge. La dégénérescence sous une forme maligne n'est pas observée, cependant, elle peut conduire à l'infertilité s'il n'y a pas de traitement de haute qualité et en temps opportun.

Types de polypes

Il existe plusieurs types de polypes:

  • Glandulaire - comprend le tissu glandulaire de l'endomètre;
  • Fibreux - formé à partir de tissu conjonctif avec un mélange de glandulaire;
  • Néoplasmes glandulaires - fibreux - mixtes;
  • Adénomateux - menaçant de devenir malin.

Toutes les formations pathologiques nécessitent un traitement. Si elle n'est pas effectuée, des symptômes dangereux peuvent survenir et menacer la santé d'une femme..

Les néoplasmes sous forme de polypes peuvent ne pas se manifester pendant une longue période et les plaintes d'infertilité peuvent conduire une femme à un médecin. C'est là que le secret de la formation des polypes est révélé. De grandes formations peuvent entraîner des symptômes visibles:

  • Règles abondantes et douloureuses;
  • Saignement pendant la ménopause;
  • Douleur dans le bas de l'abdomen;
  • Douleur pendant les rapports sexuels.

Étant donné que les symptômes de la maladie s'apparentent à d'autres processus pathologiques dans le corps d'une femme, un examen supplémentaire est nécessaire: échographie, hystéroscopie, métrographie, curetage diagnostique.

Causes des polypes de l'endomètre dans l'utérus

L'apparition de polypes est associée à des troubles hormonaux, à une inflammation ou à des blessures mécaniques, à savoir:

  • Accouchement - plus ils étaient nombreux, plus le risque de formation de polypes endométriaux était grand.
  • Avortement - lors de cette manipulation, il se produit non seulement une lésion mécanique de la cavité utérine, mais également une perturbation hormonale grave.
  • Dysfonctionnement des ovaires et du cortex surrénalien. Surtout dans les cas où l'analyse d'une femme montre un taux élevé d'estradiol dans le sang et un manque de l'hormone de la deuxième phase du cycle - la progestérone.
  • Processus inflammatoires persistants dans la cavité utérine qui ne sont pas correctement guéris.
  • Utilisation à long terme des spirales.
  • Utilisation régulière à long terme de médicaments hormonaux.
  • L'utilisation de la contraception d'urgence, qui provoque les perturbations hormonales les plus fortes en peu de temps.
  • Curetage diagnostique de la cavité utérine.
  • Retrait incomplet du placenta pendant le travail.
  • Élimination incomplète des gros caillots sanguins de l'utérus après l'accouchement.

Les gynécologues notent que dans la très grande majorité des cas, la cause du polype endométrial est un déséquilibre hormonal, qui est resté sans correction pendant des années..
Le mécanisme de formation des polypes

Tous les changements dans la couche muqueuse interne de l'utérus sont associés au niveau d'hormones, en particulier d'œstrogènes. Avec un excès d'entre eux, les processus mensuels de croissance et de rejet de l'endomètre sont perturbés et sa croissance devient incontrôlable.

En conséquence, l'endomètre dans certaines parties du corps de l'utérus commence à croître en hauteur - il s'agit d'un polype. Si le processus hyperplasique n'est pas étendu, les excroissances peuvent être uniques. Si toute la couche interne est affectée par une hyperplasie, l'emplacement des polypes est focal..

Types de traitement

Après avoir indiqué la maladie, le médecin effectue une opération pour prélever des tissus pour un examen histologique. Après avoir reçu les résultats, le gynécologue décide des actions suivantes.

En fonction de la taille des polypes, de la présence de pathologies concomitantes, des symptômes accompagnant la maladie, le traitement peut être conservateur, chirurgical et mixte (avec une hormonothérapie et la nomination d'anti-inflammatoires après la chirurgie).

Parfois, le polype utérin peut disparaître de lui-même, mais il ne faut pas compter dessus. En règle générale, les polypes sont enlevés pendant la chirurgie. Le curetage le plus courant est réalisé avec un endoscope inséré dans le vagin. Ainsi, vous pouvez voir toute la cavité utérine sur un écran d'ordinateur. De cette manière moderne, vous pouvez vous débarrasser avec précision et complètement des néoplasmes. Les polypes adénomateux sont enlevés avec l'utérus.

Le traitement d'un polype de l'endomètre sans chirurgie peut être effectué si les néoplasmes ne sont pas volumineux, si les symptômes de la pathologie ne sont pas prononcés, et également si les polypes sont de nature glandulaire ou glandulo-kystique.

Dans le traitement des polypes fibreux, une thérapie antibactérienne est utilisée, ainsi que des suppositoires analgésiques et antispasmodiques.

En plus des agents hormonaux, des vitamines du groupe B sont également prescrites, indispensables en cas de perte de sang importante. En outre, pour supprimer la prolifération de l'endomètre, les patients se voient prescrire:

  • Gestagen. Les préparations contenant du progestatif contiennent de la progestérone, qui est si nécessaire pour chaque femme. Les principaux sont "Urozhestan", "Dyufaston". Un traitement efficace peut durer jusqu'à six mois et vise à restaurer l'activité endocrinienne;
  • Contraceptifs oraux combinés. Ils ne sont pas remplaçables pour les saignements utérins, remplacent le curetage gynécologique. Non attribué aux femmes de plus de 35 ans. Les plus courants sont "Norgestimate", "Gestogen". L'action des médicaments vise à arrêter les saignements et à normaliser les menstruations;
  • Les antibiotiques Ils sont prescrits si des polypes dans l'utérus sont apparus dans le contexte d'une infection bactérienne. Peut être prescrit "Tetracycline", "Erythromycin";
  • Agonistes. Ils ne sont pas interchangeables avec l'hyperplasie du col utérin. Convient aux femmes de plus de 35 ans. Les plus connus sont Zoladex, Superkur;
  • Préparations à base de fer;
  • Complexes de vitamines.

Le traitement des polypes dans l'utérus sans chirurgie n'est pas toujours efficace; des rechutes de la maladie sont possibles. Par conséquent, l'observation par un gynécologue après le traitement est obligatoire..

Diagnostique

S'il n'y a pratiquement aucun symptôme, comment être sûr qu'il n'y a pas de polypes? Un examen gynécologique de routine ne fera rien. La détermination du niveau de certaines hormones sanguines peut aider à identifier la cause, mais pas toujours la maladie elle-même.

La solution optimale est l'échographie, qui est la méthode la plus informative pour diagnostiquer l'hyperplasie de l'endomètre. La plupart des polypes sont visualisés sur le moniteur d'un appareil à ultrasons. L'exception est les polypes pariétaux, trop petits, plats et exclusivement glandulaires - ils sont difficiles à distinguer de la structure de l'endomètre lui-même.

L'étalon-or de l'examen est l'hystéroscopie. En présence d'un polype, cette procédure a une valeur thérapeutique et diagnostique. Une sonde spéciale équipée d'une caméra vidéo est introduite dans la cavité utérine. Avec l'aide de ce dernier, la surface interne de la muqueuse est soigneusement examinée - l'emplacement des polypes et les foyers possibles d'inflammation sont enregistrés.

Lorsqu'un examen complet est effectué, les polypes sont excisés et envoyés pour analyse histologique.

IMPORTANT! Une guérison à 100% ne peut être garantie que si, après le retrait du polype lui-même, l'endomètre restant a été gratté et un examen biomicroscopique de l'ensemble du matériel indique l'absence de cellules atypiques.

Méthodes non conventionnelles

La médecine traditionnelle propose ses propres options pour traiter les polypes utérins sans chirurgie. Elle est réalisée en interne (en prenant des décoctions, des teintures) et en externe (douches douches):

Pour la réception interne, vous pouvez utiliser les recettes suivantes:

  • Infusion de rose sauvage, d'ortie, de baies de cassis. Une cuillère à soupe du mélange est brassée dans deux verres d'eau bouillante, infusée pendant environ une heure. Pendant la journée, le mélange doit être bu et la durée totale du traitement est de deux mois;
  • Teinture de la moustache dorée. Les pousses de la plante sont infusées d'alcool ou de vodka pendant 10 jours. Boire 20 gouttes deux fois par jour pendant 30 jours consécutifs. Après une pause de 10 jours, le cours est répété. Pendant ce temps, le système immunitaire est renforcé, le travail des glandes responsables de la production d'hormones est normalisé.

L'ensemble d'outils suivant convient à la douche vaginale:

  • Un mélange d'écorce de chêne, d'achillée millefeuille, de romarin et de feuilles de sauge. Douches avec une décoction d'herbes pendant deux semaines;
  • Teinture de rotocan, propolis, calendula. Pour une seule douche, vous avez besoin de 1 c. teinture pour 100 ml d'eau. Les teintures sont alternées tous les 10 jours. De cette façon, l'inflammation disparaît et le processus de développement de l'endomètre diminue..

La brosse rouge et l'utérus au bore sont réputés pour leurs propriétés médicinales contre les affections gynécologiques. Ils sont une source naturelle d'oestrogène. Lors du traitement des polypes, les infusions d'alcool et d'eau conviennent..

La chélidoine peut également traiter activement les polypes de l'utérus. Il est utilisé à la fois pour l'ingestion et pour la douche vaginale. L'herbe pure est brassée dans un thermos et a insisté dans un endroit sombre pendant 14 jours. Ensuite, appliquez 2 cuillères à soupe.

Un traitement efficace est l'utilisation de la propolis. Un petit morceau est mâché à jeun, et vous pouvez également mettre des tampons de propolis dilués dans de l'eau bouillante la nuit.

Variétés de formations

Selon la classification en médecine, les polypes utérins sont divisés en plusieurs types:

  1. Fibreux. Un polype fibreux est un polype avec un petit nombre de vaisseaux qui ne dépasse pas 10 mm. Le plus souvent, un tel polype se forme seul et non en groupe. Habituellement, un polype fibreux se développe de manière asymptomatique: dans les premiers stades, seul un saignement du vagin peut parler d'un tel polype.
  2. Glandulaire. Ce type de polype tire son nom du fait qu'il se compose presque entièrement de tissu glandulaire. Les glandes qui font partie de ce polype peuvent être de différentes longueurs et épaisseurs, et peuvent se former de manière complètement chaotique.
  3. Adenomatic. Ce type de polype se compose à la fois de tissu glandulaire et atypique. Ce type de néoplasme est très dangereux, car il se transforme le plus souvent en cancer.
  4. Fibreux-glandulaire. Ce type de polype se compose d'une glande et d'un tissu conjonctif..

Homéopathie

Cette méthode de traitement est utilisée avec une récurrence constante des polypes. Le traitement des polypes de l'endomètre sans chirurgie repose sur l'utilisation de substances qui provoquent l'apparition de néoplasmes. Il est sélectionné individuellement. Il est effectué strictement sous la surveillance d'un médecin. Le traitement est à long terme, cependant, s'il est correctement sélectionné, le résultat sera une guérison complète sans rechute..

Les médicaments homéopathiques sont relativement peu coûteux et ne créent pas de dépendance.

Symptômes

Ces excroissances peuvent se produire à la fois individuellement et en groupes. Les polypes de l'endomètre forment des cellules glandulaires et conjonctives; il se produit à la surface de la muqueuse utérine. La pathologie affecte à la fois les jeunes filles en âge de procréer et les femmes ménopausées..

Les symptômes ne sont pas immédiatement visibles, mais à mesure que le polype fibreux glandulaire se développe, certaines manifestations commencent à l'accompagner:

  • saignement pas pendant la menstruation;
  • douleur dans le bas de l'abdomen, le plus souvent pendant les rapports sexuels;
  • sang saillant après la copulation;
  • violation de la menstruation (aller très abondamment).

En soi, la croissance de l'endomètre ne constitue pas une menace pour la santé, mais elle est capable de se transformer en pathologie cancéreuse à tout moment. Cette probabilité est faible, mais elle existe. Et pour l'exclure, un traitement est nécessaire.

Autres traitements

Dans le traitement d'aujourd'hui, les tampons chinois sont souvent utilisés, à base d'ingrédients à base de plantes à large spectre. Leur utilisation permet la restauration complète de l'équilibre hormonal, l'élimination des processus infectieux, la destruction des formations de polypose..

Dans le traitement de la pathologie, l'hirudothérapie et les méthodes thérapeutiques sont activement utilisées:

  • Traitement au laser;
  • Magnétothérapie;
  • Électrophorèse;
  • Exposition aux ultrasons.

Et pourtant, vous devez vous rappeler que vous ne pouvez pas vous passer d'une opération si:

  • Le traitement aux hormones n'a pas donné l'effet escompté;
  • Le patient a plus de 40 ans;
  • Le polype a augmenté de plus de 1 cm;
  • Mutation cellulaire détectée.

La formation de polypes dans l'utérus ne menace pas la vie d'une femme, cependant, la négligence à long terme de la maladie peut provoquer le cancer. C'est pour cette raison que le traitement doit être rapide et de haute qualité..

Prévoir

Le pronostic des polypes utérins postménopausiques est généralement favorable, mais soumis à une observation, un contrôle et une élimination rapides. En l'absence de traitement adéquat, les risques de malignité augmentent considérablement.

Comment savoir sur le début de la ménopause, le médecin dit:

Les polypes dans les organes du système reproducteur d'une femme sont un précancer potentiel. Même les femmes en parfaite santé peuvent subir un cancer en raison de multiples facteurs..

En savoir plus sur les symptômes et le traitement des polypes dans le rectum dans cet article..

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin directement sur notre ressource.

Prévention des polypes

Il est peu probable qu'il soit possible de se protéger complètement de l'apparition de polypes dans l'utérus. Cependant, un certain nombre de mesures préventives aideront à éloigner cette maladie de soi ou à s'en protéger complètement:

  • Un mode de vie actif, un exercice régulier;
  • Vie sexuelle régulière;
  • Éviter l'hypothermie;
  • Soyez prudent dans le choix des médicaments contraceptifs, consultez votre médecin.

Des visites régulières chez un médecin à des fins préventives sont la clé de la santé de toute femme.

Polype endométrial dans l'utérus: causes, traitement, complications

Le polype endométrial est une formation exophytique nodulaire bénigne de la membrane muqueuse du corps de l'utérus. Il se compose d'un stroma fibreux, de glandes et d'un enchevêtrement de vaisseaux sanguins à paroi épaisse, ressemble à une excroissance ronde ou ovale sur une tige mince ou une base large. En moyenne, ses dimensions varient de 1–2 mm à 10–40 mm et plus.

Il existe à la fois des polypes simples et multiples. Dans le second cas, le diagnostic est fait de polypose de la couche interne de l'utérus. Cette pathologie est plus fréquente chez les femmes nullipares de plus de 35 ans..

Les tactiques de traitement dépendent directement de la taille, du nombre et de l'emplacement de la croissance. Dans la plupart des cas, la pathologie se déroule sans symptômes prononcés, ce qui retarde le processus de diagnostic rapide. La maladie peut provoquer le développement de saignements intra-utérins, l'absence de grossesse et un avortement spontané.

Il convient de garder à l'esprit que les femmes de plus de 45 ans sont plus susceptibles de développer des complications potentiellement mortelles, y compris la dégénérescence des excroissances en néoplasmes malins..

Les causes des polypes de l'endomètre dans l'utérus

Conditions / maladies telles que:

  • l'endométriose;
  • diabète sucré et autres maladies du pancréas;
  • maladie surrénalienne;
  • processus inflammatoire dans l'utérus, les appendices ou le col de l'utérus d'une évolution chronique;
  • déséquilibre hormonal (en particulier avec un excès d'œstrogène et une carence en progestérone dans la deuxième phase du cycle menstruel);
  • utilisation à long terme d'hormones sexuelles ou de glucocorticostéroïdes;
  • maladie hypertonique;
  • la présence d'avortements spontanés ou chirurgicaux fréquents, le curetage de l'utérus;
  • élimination partielle du placenta après un avortement ou un accouchement;
  • interventions chirurgicales sur les ovaires et l'utérus;
  • utilisation à long terme d'un dispositif intra-utérin.

Le groupe à risque d'apparition de polypes de l'endomètre est constitué des femmes en surpoids, qui fument ou abusent de l'alcool, qui ont des maladies hépatiques ou acquises du système hépatobiliaire, des troubles du cycle ovarien-menstruel ou du métabolisme des glucides..

Classification des polypes de l'endomètre

Il existe les types suivants de polypes de l'endomètre:

Formé principalement à partir de cellules de tissu conjonctif fibreux. Peut contenir des fibres de collagène et des glandes uniques, qui sont tapissées de cellules épithéliales non fonctionnelles

Il se compose principalement de glandes de forme irrégulière de différentes longueurs. Significativement plus souvent accompagné d'une circulation sanguine altérée et d'une inflammation que les autres polypes. En général, les formations glandulaires sont rares, principalement chez les patientes ayant un cycle menstruel stable

Il est extrêmement rare dans sa forme pure. Il existe généralement des tumeurs avec adénomatose focale. Ce type de croissance se transforme facilement en tumeurs malignes, en particulier dans la période après la ménopause en présence de troubles endocriniens et métaboliques

Symptômes possibles du polype de l'endomètre

Le développement des formations se déroule généralement sans manifestations prononcées, cependant, il peut être accompagné de signes non spécifiques caractéristiques de nombreuses maladies gynécologiques. Ceux-ci inclus:

  • écoulement blanc du vagin;
  • menstruations trop abondantes;
  • l'apparition d'un écoulement maculé du tractus génital pendant la période intermenstruelle ou après la ménopause;
  • saignements après un exercice vigoureux ou des rapports sexuels;
  • douleur pendant les rapports sexuels (se produit le plus souvent avec des formations multiples, de gros polypes ou leur inflammation).

Dans de nombreux cas, la pathologie est découverte par accident lors d'un examen gynécologique préventif, ce qui confirme la nécessité de leur passage régulier, même lorsque rien ne dérange.

Effet des polypes de l'endomètre sur la grossesse

Les excroissances, en particulier celles qui se sont formées dans la section isthmique de la trompe de Fallope, provoquent dans certains cas l'infertilité. Cela est dû au fait qu'étant dans la paroi du coin de l'utérus, la croissance empêche le passage du sperme à travers les trompes de Fallope.

Les grosses excroissances situées à proximité du fond de l'utérus ou du col de l'utérus peuvent entraîner une mauvaise fixation du placenta. Chez certaines femmes enceintes, cela entraîne un décollement placentaire partiel, une malnutrition du fœtus et, par conséquent, un avortement spontané..

Compte tenu des conséquences négatives possibles de la présence de telles excroissances sur l'endomètre pendant la grossesse, il est préférable de les supprimer à l'avance, avant la conception. Étant donné que la thérapie de la pathologie avec des méthodes modernes est moins traumatisante, en règle générale, après 2 à 3 cycles après un traitement hormonal ou une chirurgie, il est beaucoup plus sûr de planifier la conception et l'accouchement..

Diagnostique

En présence de symptômes non spécifiques, le gynécologue examine le patient. En cas de suspicion de néoplasmes, le médecin prescrit une hystéroscopie, au cours de laquelle il examine la cavité utérine avec un appareil spécial et, si nécessaire, prend une photo.

Une échographie (échographie) des organes pelviens peut être nécessaire. Cela vous permettra de déterminer la présence des excroissances, leur nombre et leur lieu d'attachement..

En outre, un gynécologue peut prescrire un curetage diagnostique de la cavité utérine, suivi d'une histologie dans les cas où le patient se plaint de saignements prolongés ou de douleurs fréquentes sans cause dans le bas de l'abdomen..

Grâce au curetage, le médecin reçoit des données sur l'état et la forme du processus pathologique. L'histologie vous permet d'étudier la structure de l'éducation et d'exclure ou de confirmer sa nature maligne.

Traitement des polypes de l'endomètre dans l'utérus

En fonction de la taille et du nombre de formations, un traitement conservateur ou leur ablation chirurgicale peut être effectué.

Thérapie conservatrice

Si le patient n'a pas de sensations douloureuses et que la taille des excroissances ne dépasse pas quelques millimètres, la pathologie peut être traitée à l'aide de médicaments hormonaux, sous réserve d'une surveillance médicale constante et d'une échographie régulière.

Compte tenu des antécédents de la femme, de son âge et des caractéristiques de l'évolution de la maladie, les médicaments suivants sont utilisés:

  • les contraceptifs oraux (Regulon, Janine, etc.): utilisés chez les patients de moins de 35 ans, le médecin fixe le schéma posologique sur une base individuelle;
  • gestagènes (Utrozhestan, Dyufaston): prescrit aux femmes de plus de 35 ans;
  • agonistes de l'hormone de libération des gonadotrophines (Dipherelin, Zoladex): utilisés pour les changements de la ménopause.

Ces médicaments, lorsqu'ils sont pris correctement, aident à normaliser les niveaux d'hormones. Grâce à cela, les excroissances se dissolvent progressivement et laissent le corps avec un flux menstruel..

Dans les cas où le développement de formations a été causé par une infection ou une inflammation des organes pelviens, le gynécologue peut prescrire un traitement antibiotique.

Intervention opératoire

En présence de gros polypes, leur traitement est effectué en deux étapes:

  • suppression de l'éducation par des méthodes peu invasives;
  • thérapie anti-rechute.

Pour l'élimination rapide des excroissances, un curetage diagnostique de l'utérus, une hystéroscopie ou une hystérorésectoscopie sont utilisés. Le matériel obtenu lors des interventions est ensuite envoyé pour examen histologique afin d'exclure leur caractère malin..

Après le retrait des polypes, des agents hormonaux sont prescrits au patient pour normaliser le déséquilibre hormonal. Cette étape dure en moyenne 3 mois, pendant lesquels la femme prend régulièrement le médicament prescrit par le médecin, sans violer les doses recommandées..

Le but de l'hormonothérapie est d'empêcher la réapparition des polypes de l'endomètre. Son efficacité est évaluée par échographie.

ethnoscience

Selon la prescription du médecin, les recettes de médecine traditionnelle peuvent être utilisées comme traitement complémentaire à la thérapie principale. Les éléments suivants sont considérés comme les plus efficaces pour les polypes:

  • infusion aux herbes de fleurs de calendula et de propolis: pour les douches vaginales;
  • infusion de chélidoine, d'airelle, d'ortie ou d'églantier: pour administration orale.

Les proportions des composants pour la préparation, la fréquence d'utilisation et la durée d'utilisation des médicaments à domicile sont prescrites par le médecin sur une base individuelle. L'auto-sélection de recettes de médecine alternative n'est pas recommandée.

La prévention

Les mesures préventives qui empêchent la formation possible de polypes de l'endomètre sont les suivantes:

  • diagnostic et traitement rapides de divers troubles du cycle ovarien-menstruel et des syndromes neuroendocriniens;
  • visites régulières chez le gynécologue;
  • maintenir un mode de vie actif;
  • régime équilibré;
  • abandonner les mauvaises habitudes (tabagisme, consommation de drogues, abus d'alcool);
  • refus d'avortement, interventions intra-utérines;
  • examen détaillé et traitement des processus hyperplasiques lors de leur détection initiale.

Conséquences possibles

La présence de polypes, ainsi qu'un traitement inopportun ou mal sélectionné pour eux, peuvent entraîner des changements secondaires qui entraînent le développement de complications de gravité variable.

Dans de nombreux patients, dans de tels cas, des changements inflammatoires, une infection, une dysplasie épithéliale, une hyperplasie de l'endomètre, une métaplasie épidermoïde et une insuffisance de l'apport sanguin dans l'éducation avec le développement d'une nécrose et des changements ischémiques sont notés.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.

Formation: Université médicale d'État de Rostov, spécialité "Médecine générale".

Vous avez trouvé une erreur dans le texte? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Si votre foie cessait de fonctionner, la mort surviendrait dans les 24 heures.

Des millions de bactéries naissent, vivent et meurent dans notre intestin. Ils ne peuvent être vus qu'à un fort grossissement, mais s'ils étaient rassemblés, ils rentreraient dans une tasse à café ordinaire..

Pendant le fonctionnement, notre cerveau dépense une quantité d'énergie égale à une ampoule de 10 watts. Ainsi, l'image d'une ampoule au-dessus de votre tête au moment où une pensée intéressante surgit n'est pas si loin de la vérité..

Un travail qu'une personne n'aime pas est beaucoup plus nocif pour sa psyché que pas de travail du tout.

La personne qui prend des antidépresseurs sera, dans la plupart des cas, à nouveau déprimée. Si une personne a fait face seule à la dépression, elle a toutes les chances d'oublier cet état pour toujours..

Lorsque nous éternuons, notre corps cesse complètement de fonctionner. Même le cœur s'arrête.

Le médicament bien connu "Viagra" a été développé à l'origine pour le traitement de l'hypertension artérielle.

Il existe des syndromes médicaux très curieux, comme la déglutition compulsive d'objets. 2500 objets étrangers ont été retrouvés dans l'estomac d'un patient souffrant de cette manie.

La carie est la maladie infectieuse la plus répandue dans le monde, avec laquelle même la grippe ne peut pas rivaliser..

Selon une étude de l'OMS, une conversation quotidienne d'une demi-heure sur un téléphone portable augmente de 40% la probabilité de développer une tumeur au cerveau.

L'antidépresseur Clomipramine induit un orgasme chez 5% des patients.

Lorsque les amoureux s'embrassent, chacun d'eux perd 6,4 calories par minute, mais ils échangent près de 300 types de bactéries différents..

Le foie est l'organe le plus lourd de notre corps. Son poids moyen est de 1,5 kg.

Au Royaume-Uni, il existe une loi selon laquelle un chirurgien peut refuser d'effectuer une intervention chirurgicale sur un patient s'il fume ou est en surpoids. Une personne doit renoncer à ses mauvaises habitudes, puis, peut-être, elle n'aura pas besoin de chirurgie..

Des scientifiques de l'Université d'Oxford ont mené une série d'études, au cours desquelles ils sont arrivés à la conclusion que le végétarisme peut être nocif pour le cerveau humain, car il entraîne une diminution de sa masse. Par conséquent, les scientifiques recommandent de ne pas exclure complètement le poisson et la viande de votre alimentation..

Ce printemps teste nos nerfs et notre immunité pour la force! Les facteurs qui causent le stress sont maintenant abondants et le stress, à son tour, s'érode beaucoup.

Polype de l'endomètre - symptômes et traitement

Qu'est-ce qu'un polype de l'endomètre? Nous analyserons les causes d'occurrence, le diagnostic et les méthodes de traitement dans l'article du Dr Evgenia Ivanovna Astvatsaturyan, gynécologue avec 36 ans d'expérience.

Définition de la maladie. Causes de la maladie

Le polype de l'endomètre (polype du corps de l'utérus) est une formation bénigne associée à la croissance de l'endomètre (la membrane muqueuse interne du corps de l'utérus) et est formé à partir de sa couche basale.

Le polype du corps de l'utérus est l'une des variantes des processus hyperplasiques de l'endomètre, qui se manifestent par un épaississement et des modifications de la structure de la membrane muqueuse interne de l'utérus. Il s'agit de la pathologie endométriale la plus courante (53,6%) [24]. Les glandes endométriales hyperplasiques forment un polype, plus tard une jambe polype est formée.

Au cours des dernières décennies, dans la plupart des pays du monde, y compris la Russie, il y a eu une nette tendance à une augmentation de la prévalence des maladies hormono-dépendantes. Tout d'abord, il s'agit de processus hyperplasiques de l'endomètre, y compris les polypes de la cavité utérine, qui sont détectés chez les patients gynécologiques dans 5 à 25% des cas [11].

Les polypes de la cavité utérine sont les plus courants dans les périodes de reproduction et de préménopause. À la puberté et à la ménopause, les polypes sont détectés beaucoup moins fréquemment [2] [12] [15] [17] [27].

Facteurs contribuant à la formation de polypes de l'endomètre

  • Maladies inflammatoires des organes génitaux féminins, dans le contexte d'une infection persistante à long terme (caractérisée par un long séjour de l'agent pathogène dans le corps). Des polypes endométriaux sont détectés chez 13,8% des patients ayant déjà eu une inflammation [1] [10] [21].
  • Premiers saignements menstruels précoces (avant 12 ans) et ménopause tardive (après 50 ans).
  • Modifications des relations hormonales dans le corps de la femme, en particulier un excès d'œstrogène et un manque de progestérone.
  • Tumeurs ovariennes produisant des œstrogènes (tumeurs à cellules de la granulosa, etc.)
  • Hypofonction ovarienne, entraînant une oligo-ovulation (anormalement rare - 3 à 4 fois par an, ovulation irrégulière) ou une anovulation (pas d’ovulation) [9] [20] [25] [31].
  • La croissance des maladies neuroendocriniennes: diabète sucré de type 2, surpoids, divers types de pathologies de la glande thyroïde, cortex surrénalien, SOPK (syndrome des ovaires polykystiques).
  • Curetage répété de la cavité utérine.
  • Maladies somatiques, en particulier la pathologie du système hépatobiliaire, qui assure la digestion et l'excrétion des produits métaboliques du corps: cholécystite chronique, hépatite, dyskinésie biliaire - altération de la motilité et du tonus de la paroi de la vésicule biliaire et des voies biliaires. La pathologie du système hépatobiliaire provoque le développement d'un hyperestrogénie chronique en raison de la destruction retardée des œstrogènes dans le foie. Selon la littérature, un tiers des patients atteints d'hyperplasie de l'endomètre sont atteints de ces maladies [1] [3] [23]. Associés le plus souvent à des troubles métaboliques (obésité, hyperlipidémie, hyperinsulinémie, diabète sucré), ils forment un syndrome isolé de troubles systémiques [1] [3] [23].
  • Prédisposition héréditaire aux maladies néoplasiques.
  • Contexte environnemental défavorable.
  • Diminution de l'immunité de la population.
  • Augmentation de l'espérance de vie moyenne et modification du mode de vie des femmes [18] [20] [25].

Symptômes du polype de l'endomètre

Dans la clinique des polypes de l'endomètre, certains symptômes prévalent, en fonction de l'âge du patient, de la taille du polype.

Manifestations cliniques des polypes de l'endomètre:

  • Saignement utérin anormal.
  • Menstruations abondantes et / ou prolongées.
  • Écoulement sanglant et sanglant pendant la période intermenstruelle.
  • Infertilité.
  • Spotting spotting avant et après la menstruation.
  • Contact, sécrétion post-coïtale (après un rapport sexuel) faible ou modérée.
  • Avec de gros polypes, les patients remarquent des crampes dans le bas de l'abdomen [6].
  • Peut-être asymptomatique.

Chez les femmes ménopausées, le principal symptôme chez les patientes est un écoulement vaginal unique, court, généralement insignifiant, sanglant ou sanglant..

Pathogenèse des polypes endométriaux

L'endomètre est un tissu hormono-sensible qui subit des changements cycliques. L'endomètre est un organe cible pour les hormones sexuelles et, par conséquent, toute perturbation hormonale entraîne l'apparition de changements pathologiques dans l'endomètre - une violation de la croissance et de la différenciation de ses cellules et, par conséquent, la formation de polypes de la cavité utérine.

Dans la pathogenèse des polypes de l'endomètre, le rôle principal est joué par un dysfonctionnement des ovaires, conduisant au développement de l'hyperestrogénie - un déséquilibre des hormones dans le corps de la femme, dans lequel il y a une augmentation de la quantité d'hormones sexuelles féminines - œstrogènes.

Il existe deux types d'hyperestrogénie: absolue et relative [6] [9] [20] [25] [31]:

  1. Hyperestrogénisme relatif - lorsque la production de gestagènes diminue avec une quantité normale d'oestrogène.
  2. Hyperestrogénisme absolu - à n'importe quel niveau de gestagènes, une grande quantité d'œstrogène est produite.

Un certain nombre d'auteurs affirment que l'état d'hyperestrogénie absolue prévaut dans le développement de ce processus [18] [34], alors que la majorité considère que le développement de l'hyperestrogénie relative est décisif [28].

Les troubles de l'appareil récepteur de l'endomètre jouent l'un des rôles principaux dans le développement et la formation des polypes. Des études sur l’étude de l’appareil récepteur de l’endomètre dans des conditions normales et avec des changements pathologiques ont montré que les troubles du système hormonal-récepteur jouent un rôle important dans la pathogenèse des polypes de l’endomètre [1] [6].

Des modifications de l'appareil récepteur des cellules de l'endomètre se produisent à la suite de lésions traumatiques de la muqueuse utérine lors d'un avortement, d'un grattage de la cavité utérine. Les maladies inflammatoires fréquentes des organes génitaux féminins jouent également un rôle important dans ce processus..

Des études récentes montrent que les modifications de la fonction de «surveillance immunitaire» jouent un rôle important dans la pathogenèse des polypes de l'endomètre. Normalement, l'immunité contrôle la multiplication cellulaire, reconnaît correctement les cellules de son propre corps et élimine les cellules anormales. Le processus hyperplasique de l'endomètre se produit lorsque ce mécanisme est perturbé, lorsque le système immunitaire ne «voit» pas les cellules pathologiquement altérées et ne les détruit pas. Le décalage révélé peut être à la fois héréditaire et développé lors de l'expression (transfert d'informations génétiques) ou des mutations des gènes correspondants au cours de la vie des patients..

Une caractéristique du système immunitaire de l'endomètre est qu'il possède ses propres mécanismes immunitaires et est en contact étroit avec le flux de matériel microbien et allergène. Dans le même temps, dans l'endomètre de patients présentant une adénomatose confirmée (état précancéreux), en plus d'une accumulation prononcée de leucocytes et de lymphocytes, des changements significatifs dans la composition de la population de lymphocytes et de cellules de la série monocytaire-macrophage ont été révélés. La littérature contient également des informations sur la survenue d'un état d'immunodéficience secondaire (se manifestant par une diminution du nombre total de lymphocytes T et B dans le sang périphérique, en particulier leur fraction active) et d'un état de déficit en interféron [38] [39] [40] [41] [13].

Dans la pathogenèse du développement de cette maladie proliférative, non seulement la prolifération cellulaire (reproduction) a lieu, mais également la suppression des processus d'apoptose (processus génétiquement programmé de mort cellulaire). Une diminution des processus d'apoptose conduit à l'accumulation de cellules altérées et, par conséquent, à la formation d'une pathologie de l'endomètre.

Il a été établi qu'un facteur génétique joue l'un des principaux rôles dans la formation des polypes de l'endomètre. Actuellement, une prédisposition héréditaire à la formation de polypes a déjà été confirmée, car dans la plupart des cas, la maladie est observée chez plusieurs membres d'une même famille. La présence d'une aberration chromosomique (modifications de la structure d'un chromosome causées par sa rupture avec redistribution ultérieure, perte ou duplication partielle du matériel génétique) a été prouvée. L'aberration, à son tour, est due à une modification de la structure de certains chromosomes, qui sont associés au gène responsable de l'apparition des polypes..

Ainsi, l'interaction complexe de processus systémiques généraux (neuroendocriniens, métaboliques, immunitaires) et locaux (récepteur et appareil génétique des cellules endométriales), la participation d'un certain nombre de composés biologiquement actifs (facteurs de croissance et apoptose, cytokines, prostaglandines), ainsi que la prédisposition héréditaire déterminent la pathogenèse des pathologies processus endométriaux [1] [6].

Classification et stades de développement du polype de l'endomètre

Étant donné que les polypes sont formés à partir du stroma du tissu conjonctif (le squelette de l'organe) et des glandes, ils sont divisés en plusieurs groupes en fonction de leur structure histologique:

  • Glandulaire - les glandes prédominent dans la structure des polypes.
  • Kystique glandulaire - les polypes consistent en une couche glandulaire avec formation simultanée de kystes [24].
  • Fibreux glandulaire - les polypes sont constitués de stroma et de glandes du tissu conjonctif.
  • Fibreux - le stroma du tissu conjonctif prédomine dans la structure des polypes [4] [30].

Polypes adénomateux et polypes avec adénomatose focale [2] [4] [12] [17].

Le polype endométrial adénomateux est considéré comme une maladie précancéreuse en raison du fait que ses cellules peuvent se diviser activement. Le plus souvent, ils sont localisés plus près des orifices des trompes de Fallope et sont de petite taille de 0,5 x 1 cm à 0,5 x 1,5 cm.Le risque de dégénérescence en tumeur maligne est plus élevé chez les polypes de plus de 10 mm de taille et ayant une jambe courte épaisse.

Vous devez également faire attention aux polypes endométriaux récurrents (diagnostiqués à plusieurs reprises). Ce diagnostic n'est possible que si le polype a été préalablement retiré sous contrôle de l'hystéroscopie [5] [8] [33].

Les polypes peuvent être simples ou multiples.

Complications d'un polype de l'endomètre

Le polype de l'endomètre est une maladie qui s'accompagne du développement d'un certain nombre de complications et conduit à la formation d'une cascade de conditions pathologiques.

La présence de polypes de l'endomètre en l'absence de traitement rapide peut entraîner une infertilité, une fausse couche. Ces maladies se développent à la suite d'un mauvais fonctionnement de l'endomètre, ce qui complique le processus d'implantation et le développement complet de l'ovule.

Les manifestations classiques des polypes peuvent être diverses irrégularités menstruelles: menstruations abondantes et prolongées, taches du tractus génital qui se produisent dans la période intermenstruelle, le soi-disant saignement utérin anormal [1] [18] [23]. Tout ce qui précède conduit à une anémisation des patients, c'est-à-dire au développement d'une anémie ferriprive, d'une carence en fer latente. Les symptômes de cette affection sont une faiblesse grave, une somnolence, une fatigue accrue, une faiblesse musculaire, une fragilité et une perte de cheveux, ainsi que des rhumes fréquents. Des troubles psycho-émotionnels surviennent souvent, la résistance au stress, la performance, l'activité physique diminue, des problèmes dans la sphère sexuelle apparaissent. Et ce n'est que la pointe de l'iceberg.

Avec une anémie sévère, l'essoufflement augmente, la faiblesse augmente, des étourdissements constants et des évanouissements se rejoignent. Une anémie sévère peut entraîner une hospitalisation urgente et une transfusion sanguine.

De plus, les polypes de l'endomètre peuvent devenir cancéreux, entraînant des traitements plus longs et une invalidité prolongée des patients..

Un polype adénomateux de l'endomètre diffère des autres types de polypes en ce qu'il dégénère souvent en cancer, surtout si une femme a une pathologie concomitante: kystes, fibromes, endométriose. Il est diagnostiqué plus souvent chez les femmes en âge climatérique, mais parfois une pathologie peut également être détectée chez les patients en âge de procréer.

Selon les statistiques, la probabilité de malignité (malignité) peut atteindre 20% et augmente en présence de comorbidités telles que le diabète sucré, les maladies du foie et de la thyroïde, l'obésité, les maladies inflammatoires des organes pelviens [2] [4] [12] [17].

Diagnostic du polype de l'endomètre

Diverses méthodes de diagnostic sont utilisées pour identifier les polypes de l'endomètre..

Tout d'abord, les éléments suivants sont évalués:

  • plaintes des patients;
  • données sur les méthodes de recherche objectives;
  • l'état des organes et des systèmes du patient.

Ensuite, des méthodes de diagnostic instrumentales sont effectuées:

  • échographie transvaginale;
  • hydrosonographie;
  • hystéroscopie;
  • examen histologique.

Attardons-nous sur chaque méthode plus en détail.

Échographie transvaginale

La reconnaissance des processus pathologiques dans l'endomètre avant l'apparition des symptômes cliniques est possible grâce à une échographie transvaginale associée à une cartographie Doppler couleur [26] [29] [32].

L'échographie transvaginale est une méthode de diagnostic de dépistage hautement informative, non invasive et inoffensive. Sa précision atteint 80-98% [26] [29] [32].

Critères diagnostiques pour le diagnostic par ultrasons:

  • épaississement local de l'écho M (endomètre);
  • la présence d'inclusions hétérogènes dans l'écho M;
  • échogénicité inégale de l'endomètre;
  • la présence de formations de forme ronde ou ovoïde (ovoïde) dans la structure de l'endomètre;
  • La cartographie Doppler enregistre le flux sanguin dans 40% des cas [1] [22].

Les polypes peuvent apparaître non seulement dans la cavité utérine, mais également dans le canal cervical de l'utérus. Ces polypes ne peuvent pas toujours être vus lorsqu'ils sont examinés sur une chaise gynécologique, en règle générale, ils sont diagnostiqués par échographie.

Pour le diagnostic des polypes de l'endomètre, cette étude est mieux réalisée le 5 à 8 jour du cycle menstruel. En cas de violation des termes de l'étude, des erreurs de diagnostic peuvent être faites associées à la prolifération progressive de l'endomètre vers le milieu et dans la deuxième phase du cycle menstruel, ce qui peut fermer les formations pathologiques de l'endomètre.

Hydrosonographie

Le contenu informatif de cette étude est de 78 à 99% [1] [22]. La méthode consiste en l'introduction d'un agent de contraste dans la cavité utérine avec examen échographique simultané.

Les inconvénients de la méthode sont la lourdeur, le caractère invasif et, par conséquent, l'hydrosonographie est de moins en moins utilisée pour diagnostiquer les polypes de l'endomètre. En termes de contenu informationnel, l'hydrosonographie est nettement inférieure à l'hystéroscopie.

Hystéroscopie

L'hystéroscopie est traduite du grec par «examiner l'utérus». Actuellement, c'est l'une des principales méthodes de diagnostic des polypes de l'endomètre..

Les avantages incontestables de cette méthode de diagnostic:

  • Très informatif - vous permet de voir la pathologie de la cavité utérine sous un fort grossissement grâce à une caméra vidéo et de diffuser l'image sur l'écran du moniteur.
  • Minimalement invasif - le diagnostic et le traitement chirurgical sont effectués par une approche minimalement traumatique. L'hystéroscope est inséré dans la cavité utérine par voie transvaginale puis à travers le canal cervical du col de l'utérus.

Avec l'hystéroscopie, toutes les parois de la cavité utérine sont examinées, les structures pathologiques, l'état de l'endomètre environnant et à la sortie - le canal cervical sont évalués.

L'hystéroscopie peut être réalisée sur une base planifiée et d'urgence.

À des fins de diagnostic, une hystéroscopie peut être réalisée:

  • ambulatoire - l'hystéroscopie dite «de bureau»;
  • en milieu hospitalier - hystéroscopie diagnostique planifiée.

L'étude doit être réalisée au début de la phase proliférative (5-7 jours du cycle menstruel), lorsque l'épaisseur et le saignement de l'endomètre sont minimes.

L'hystéroscopie répond à toutes les questions: quelle est la taille, la forme, la couleur du polype, où et sur quelle base (mince ou large) il se trouve, simple ou multiple.

Examen histologique

La dernière étape du diagnostic des polypes de l'endomètre est l'examen histologique du matériel obtenu lors de l'hystérorésection (traitement chirurgical) du polype et de ses pattes, ainsi que du tissu entourant le polype de l'endomètre..

En plus des méthodes de diagnostic généralement acceptées, il est nécessaire de réaliser un certain nombre d'études pour identifier les maladies concomitantes et évaluer l'état des systèmes hépatobiliaire et cardiovasculaire, du tractus gastro-intestinal, car cela est important lors du choix d'une méthode de traitement et de la possibilité de prescrire un traitement hormonal..

Un diagnostic inopportun ou inexact des polypes de l'endomètre conduit à des tactiques de traitement incorrectes, à un traitement hormonal prolongé et inadéquat et, dans certains cas, à des interventions chirurgicales injustifiées.

Traitement des polypes de l'endomètre

Première étape: hysterorésection du polype de la cavité utérine

Les polypes de l'endomètre doivent être enlevés, car il ne s'agit pas d'une pathologie observable. Actuellement, les gynécologues disposent d'un équipement unique dans leur arsenal - un hystérorésectoscope, avec lequel une hystérésection des polypes de l'endomètre est effectuée. L'hysterorésection est une opération de préservation des organes qui permet des opérations transcervicales dans la cavité utérine sans violer son intégrité.

Les avantages de l'hystérorésection par rapport au curetage «aveugle» de la cavité utérine sont les suivants:

  • Le retrait du polype est effectué à l'intérieur de la cavité utérine sous contrôle visuel sur un moniteur à fort grossissement.
  • Une excision ciblée du polype et de sa base, les soi-disant «pattes».
  • Lorsque le polype est excisé, l'endomètre environnant n'est pas affecté, ce qui est très important pour la préservation de la fonction reproductrice.
  • Les risques existants sont minimisés.
  • La procédure est réalisée sous anesthésie intraveineuse..
  • Réalisé le jour de l'hospitalisation à l'hôpital.
  • Fournit une récupération rapide après la chirurgie.
  • N'entraîne pas d'incapacité temporaire.

Pour retirer le polype, des instruments endoscopiques électrochirurgicaux, mécaniques et laser sont utilisés [5] [14] [8] [19] [27] [33].

Seule l'hystérorésection associée à une aspiration (absorption) du tissu endométrial ou une biopsie endométriale (en tenant compte de la présence ou de l'absence des plans de la patiente pour l'accouchement) suivie d'un examen histologique permet de vérifier le diagnostic et de sélectionner un traitement adéquat.

La chirurgie mini-invasive peut réduire le risque de mort chez les patients âgés atteints de pathologie somatique et est d'une grande importance chez les femmes en âge de procréer pour la préservation et la restauration de la fonction reproductrice [1] [24].

De nombreuses études ont prouvé que le curetage diagnostique habituel de la cavité utérine dans 43 à 96% des cas ne permet pas l'ablation complète du polype, de sorte que, dans les 1 à 2 mois suivant le curetage, un polype qui n'a pas été complètement retiré est à nouveau identifié [1] [24].

En cas d'ablation incomplète du polype, la nomination d'un traitement hormonal dans la suite ne résout pas le problème, mais ne fait que l'aggraver, car la partie restante du polype ou de ses jambes conduira nécessairement à la croissance répétée du tissu endométrial pathologiquement altéré et à la formation d'un nouveau polype.

Il est important de comprendre que l'élimination du polype sous contrôle visuel à l'aide d'un hystérorésectoscope est le début du traitement.

Deuxième étape: traitement (individuel) personnalisé

Le traitement est formé strictement individuellement, en tenant compte de la clinique de la maladie, de l'âge du patient, de ses projets de reproduction, des résultats de l'examen histologique, des maladies gynécologiques et somatiques concomitantes.

Dans la période postopératoire, les médicaments suivants sont utilisés pour la correction hormonale:

  • Dydrogestérone.
  • Noréthistérone.
  • Médroxyprogestérone.
  • Hydroxyprogestérone.
  • GnRH (hormones de libération de g onadotropine) - Buséréline, Goséréline, etc..
  • COC - contraceptifs oraux combinés.
  • Le système de libération hormonale intra-utérine Mirena peut être utilisé chez les femmes en âge de procréer qui ont réalisé leurs projets de reproduction.
  • Les stimulants de l'ovulation tels que le clomifène sont utiles pour restaurer le cycle menstruel ovulatoire chez les femmes en âge de procréer..

Dans la formation de la thérapie de base, l'état de l'endomètre environnant est également important [2] [4] [7]. Dans certains cas, une ablation ou une résection (retrait) de l'endomètre peut être effectuée. Chez les femmes ménopausées, la préférence est donnée aux interventions chirurgicales radicales en l'absence de contre-indications.

Un traitement anti-inflammatoire est indiqué pour les patients atteints de maladies inflammatoires chroniques de la région génitale féminine.

Les patientes ménopausées et postménopausées, ainsi que les patientes présentant une pathologie extragénitale (non gynécologique), peuvent se voir recommander des antiagrégants plaquettaires (médicaments qui préviennent la formation de thrombus) et des médicaments qui améliorent le fonctionnement du système hépatobiliaire. L'ensemble des mesures thérapeutiques comprend une alimentation pauvre en graisses et en glucides. Le traitement est prescrit pendant 6 à 12 mois.

Le contrôle de l'efficacité du traitement est effectué en utilisant:

  • Échographie des organes pelviens tous les trois mois tout au long de l'année.
  • Si cela est indiqué, une biopsie par aspiration de l'endomètre peut être réalisée et, dans certains cas, une hystéroscopie de contrôle et un prélèvement de l'endomètre pour examen histologique.
  • Les patients doivent être sous la surveillance d'un gynécologue pendant un an de rémission stable [1].

Traitement des polypes récurrents

Les polypes endométriaux récurrents méritent une attention particulière de la part des spécialistes. La tactique de traitement du polype récurrent de la cavité utérine dépend de sa structure histologique, de l'âge du patient, de la pathologie gynécologique et extragénitale combinée.

Les méthodes de choix sont le traitement électrochirurgical - ablation de l'endomètre, hormonothérapie, hystérectomie (ablation de l'utérus).

Si une rechute survient chez des patientes en âge de procréer tardif, sans plan de reproduction, une ablation de l'endomètre (électrochirurgicale, laser, ballon) peut être réalisée.

Rechute chez les femmes ménopausées - un traitement chirurgical à la quantité de pangystérectomie est indiqué - une opération gynécologique dans laquelle l'utérus et ses appendices sont retirés - les trompes de Fallope et les ovaires.

Prévoir. La prévention

Avec une approche différenciée de la prise en charge des patients atteints de polypes de la cavité utérine, l'efficacité du traitement varie de 80 à 100%.

Une approche personnalisée assure la récupération des patients atteints de polypes de la cavité utérine, prévient la récidive du polype et le développement d'un cancer de l'endomètre [1] [23] [30].

L'hystéroscopie avec curetage de la cavité utérine ne peut pas être considérée comme une méthode fiable et définitive de traitement des polypes de l'endomètre, car si elle n'est pas traitée après six mois dans un cas sur deux, une rechute du processus est possible [35] [36] [37].

La prévention

Des examens préventifs systématiques, ainsi qu'une référence en temps opportun à un spécialiste en cas d'apparition de symptômes négatifs, permettent de prévenir ou de détecter en temps opportun l'apparition de polypes de l'endomètre.

Algorithme de comportement du patient:

  • si des plaintes apparaissent, contactez d'urgence un gynécologue;
  • traiter en temps opportun les maladies gynécologiques inflammatoires;
  • après hysterorésection du polype de la cavité utérine, il est impératif de consulter un gynécologue dès réception du résultat d'un examen histologique;
  • être observé par un gynécologue après le retrait d'un polype pendant un an, tous les trois mois, il est impératif de réaliser une échographie, compte tenu de la possibilité de récidive des polypes;
  • en l'absence de plaintes et de symptômes de maladies gynécologiques, il est impératif de consulter un gynécologue et de subir une échographie des organes génitaux féminins chaque année, à vie, à partir de 18 ans.