Principal
Tératome

Métastases pulmonaires

Si un patient a des métastases dans les poumons, le pronostic de la vie est plus souvent décevant. Les violations apparaissent dans le contexte de maladies oncologiques de divers organes internes, tandis que la personne ressent une douleur intense, elle a des difficultés à respirer et d'autres signes désagréables du système respiratoire apparaissent. Si les poumons sont endommagés par des cellules cancéreuses, le patient a une toux avec des expectorations sanglantes. Il vaut la peine de contacter un médecin dès qu'une personne remarque les premiers symptômes de métastases, car un traitement précoce augmente les chances de survie.

Pourquoi le problème?

Il vaut la peine de savoir à quoi ressemblent les métastases, car elles peuvent se manifester non seulement par des lésions des organes respiratoires, mais également par des pathologies cancéreuses d'autres systèmes. Les cellules cancéreuses se développent rapidement et pénètrent souvent dans les poumons avec un flux de liquide lymphatique ou hématogène. Les métastases pulmonaires se produisent lorsque le système urinaire est endommagé ou les structures du tractus gastro-intestinal sont endommagées. Pas moins souvent, la source du problème réside dans une tumeur cancéreuse localisée dans les poumons. Dans ce cas, des métastases sont observées à proximité du néoplasme ou après une excision chirurgicale. L'apparition des métastases est influencée par les maladies oncologiques de la localisation suivante:

  • reins;
  • les ovaires;
  • glandes mammaires chez les femmes;
  • l'estomac et le pancréas;
  • muqueuse rectale;
  • utérus.

Les métastases pulmonaires aux rayons X sont de petites tumeurs nodulaires dont la taille varie de 3 mm à plusieurs centimètres. De multiples formations blanches, brunes ou brunes se forment souvent. Moins souvent, un réseau diffus est observé dans les tissus pulmonaires, qui est de nature secondaire, et se manifeste par une lymphangite maligne.

Symptômes alarmants

S'il y a des métastases dans le cancer du poumon ou d'autres maladies de nature oncologique, plus tôt vous commencez à traiter la maladie sous-jacente, plus vous avez de chances de vivre plus longtemps. Pendant longtemps, les signes pathologiques peuvent être absents, par conséquent, les patients ne sont pas traités à temps. Dans le contexte de la déviation, le patient perd rapidement du poids et la maladie affecte négativement son état général. Avec des métastases dans les poumons, les symptômes suivants se produisent:

  • essoufflement persistant, non associé à une activité physique;
  • attaque de douleur dans le sternum;
  • tousser du sang;
  • toux sévère et prolongée;
  • problèmes d'appétit ou refus total de manger;
  • élévation de température insignifiante.

En règle générale, les symptômes de métastases dans les poumons sont observés en cas de propagation de cellules cancéreuses vers les tissus pleuraux, ce qui est typique des stades 2-3 de la maladie.

Classification

L'espérance de vie et les signes cliniques avec des métastases dans les poumons peuvent différer chez chaque patient, en fonction du type de processus pathologique. Il existe les principaux types de violation suivants:

Le cancer est causé par diverses pathologies, ce qui détermine le succès et l'efficacité du traitement.

  • Lymphogène. Les ganglions lymphatiques voisins sont endommagés. Dans ce cas, il y a une lésion progressive des bronches et des plexus choroïdes. Avec de telles métastases, les gens vivent longtemps, inconscients du développement de la maladie.
  • Implantation. Les cellules cancéreuses pénètrent au hasard dans les poumons sains. Même avec un diagnostic précoce, il est difficile de guérir la maladie, à la suite de quoi le patient meurt dans les 12 mois.
  • Métastases hématogènes. Ils sont caractérisés par la propagation des cellules cancéreuses vers le foie, le cerveau et d'autres organes par le biais du flux sanguin. Diagnostiqué aux derniers stades du cancer.

Il est courant de classer les métastases pulmonaires en d'autres types, présentés dans le tableau:

ClassificationVariétés
Le plus largePetit
Grand
Par emplacementUnilatéral
Double face
Par le nombre de formationsPluriel
Célibataire, moins de 2-3
Solitaire ou solitaire
Par type de manifestationInfiltrant
Focal
Par distributionMédiastinal
Diffusé
Selon les indicateurs sur CT et X-rayPseudo-pneumatiques, qui sont de minces brins de tissu dense
Nodal
Mixte
Pleural avec tubérosité et épanchement pleural
Retour à la table des matières

Diagnostique

Les métastases pulmonaires sont extrêmement difficiles à traiter, même si elles sont traitées rapidement. Dès qu'un patient a des douleurs thoraciques et d'autres manifestations désagréables, il vaut la peine de contacter immédiatement un oncologue qui effectuera un examen complet et découvrira la gravité de la déviation. Pour déterminer un diagnostic précis, il est nécessaire d'effectuer les procédures instrumentales suivantes:

  • IRM. La technique vous permet d'identifier des foyers oncologiques secondaires dans les poumons, dont la taille ne dépasse pas 0,3 mm.
  • Examen du système respiratoire avec des ondes ultrasonores. Utilisé comme une procédure de diagnostic supplémentaire pour détecter les métastases dans d'autres domaines.
  • CT scan. Le diagnostic fait référence à des méthodes modernes de détermination des métastases, qui sont même de petite taille et situées sous la plèvre.
  • Rayons X. La méthode la plus courante de détection des métastases dans les poumons, qui détermine leur emplacement, leur taille et leur nombre.

De plus, une méthode de biopsie ouverte est utilisée, dans laquelle les expectorations sont examinées par histologie.

Traitement nécessaire

Des mesures thérapeutiques sont effectuées même dans les cas où le patient a une vie très courte. Divers médicaments et autres méthodes de traitement peuvent atténuer temporairement l'évolution de la maladie. Le pronostic de la vie avec des métastases dans les poumons dépend du moment du diagnostic du problème, de sa gravité et d'autres facteurs. En cas de rejet, les mesures thérapeutiques suivantes sont effectuées:

  • Exposition aux rayons. Grâce à la technique thérapeutique, il est possible de stabiliser l'état du patient, en éliminant pendant un certain temps les manifestations désagréables.
  • Chimiothérapie. Le traitement principal est un médicament pour empêcher les métastases de se propager aux tissus sains.
  • Radiochirurgie. Les formations sont excisées avec un cyber-couteau.
  • Intervention opératoire. Le chirurgien pendant l'opération enlève la tumeur avec un scalpel.
  • Curiethérapie endobronchique. Un bronchoscope est utilisé, à travers lequel des capsules spéciales sont insérées, y compris des composants radioactifs.
  • Résection par faisceau laser. Efficace pour les métastases, en raison desquelles le patient a des difficultés à respirer.
Retour à la table des matières

Prévisions: combien vivent?

Le résultat en pathologie peut être différent pour chaque patient, ce qui dépend de la gravité, de la localisation. S'il y a plusieurs métastases dans les poumons, le patient a un risque élevé de mourir dans les 12 mois suivant le diagnostic de la maladie. Avec des procédures thérapeutiques opportunes et correctes, il est possible de vivre environ 5 ans. Si des métastases pulmonaires sont survenues en raison d'une tumeur cancéreuse dans les organes digestifs, le taux de survie double. Le pronostic le plus favorable est enregistré pour les néoplasmes secondaires de la glande mammaire, de l'utérus ou des ovaires. Avant la mort, une personne peut ressentir une douleur thoracique intense, des difficultés respiratoires et une hémoptysie.

Métastases pulmonaires

Dans la terminologie médicale, les foyers secondaires de croissance (dépistages) des tumeurs malignes sont appelés métastases. Les cellules cancéreuses viables, se détachant du néoplasme «maternel» et pénétrant dans la lumière d'un vaisseau sanguin ou lymphatique, se déplacent et s'installent dans un nouvel endroit. Ensuite, ils commencent à se diviser activement, formant un foyer métastatique. Les poumons, qui sont l'un des sites les plus fréquents de métastases tumorales, sont considérés comme les plus étendus en termes de zone d'approvisionnement en sang vers l'organe interne. En outre, divers types de tumeurs ont tendance (envie) au développement de métastases dans certains organes, le plus souvent, ces organes sont, en plus des poumons, du cerveau, du foie, des os.

Tumeurs métastatiques

L'oncologie moderne a des informations sur une variété de néoplasmes malins primaires qui peuvent se propager, formant des métastases dans les poumons et d'autres organes. Cette liste comprend:

  • cancer du rein (16%);
  • cancer du sein (8,2%);
  • cancer du côlon (rectum et côlon) (14,3%);
  • cancer du poumon (7,4%);
  • sarcomes osseux (24,1%).

Dans certains cas, la tumeur primitive qui a provoqué l'élimination des cellules malignes reste inconnue. Souvent, le processus de métastase ne se fait pas sentir pendant longtemps et n'est détecté que lors de l'examen diagnostique ou au tout dernier stade de la maladie.

Symptômes de la maladie pulmonaire métastatique

L'un des symptômes les plus caractéristiques des métastases pulmonaires est la toux. Dans un premier temps, il peut se dérouler sous le masque d'une bronchite prolongée, puis il se transforme en un permanent, sec, larmoyant et douloureux. Des stries sanglantes sont souvent trouvées dans les expectorations..

Avec la défaite d'une grande partie du tissu pulmonaire, la compression ou le blocage de la lumière bronchique, une accumulation d'épanchement pleural malin (pleurésie métastatique) se produit. Le patient développe un essoufflement dont l'intensité dépend du volume de liquide pathologique.

Parfois, la température corporelle atteint des niveaux subfébriles (37-38 ° C) et dure longtemps.

Pathomorphologie des nœuds métastatiques

Les nœuds métastatiques qui se forment dans les poumons, en termes de densité, reflètent presque complètement le néoplasme malin primaire. Les cellules cancéreuses livrées au tissu pulmonaire avec l'écoulement du sang ou du liquide lymphatique forment des métastases de différentes formes.

Par localisation, les nœuds métastatiques sont unilatéraux et bilatéraux, et par le nombre - solitaires (néoplasmes périphériques simples), simples (2-3 nœuds) et multiples (plus de 3 foyers).

En fonction de l'efficacité de l'effet thérapeutique dans le traitement du cancer primaire, les métastases pulmonaires sont divisées en:

  • pour les personnes sensibles aux rayonnements et à la chimiothérapie (dépistage du choriocarcinome, de l'ostéosarcome, du cancer de l'ovaire et du testicule);
  • partiellement apte à un traitement conservateur (foyers secondaires de cancer du poumon et du sein non à petites cellules);
  • résistant aux radiations et résistant à la chimiothérapie (dépistage du mélanome, du cancer du col de l'utérus, de l'endomètre, du côlon, du rein).

Diagnostic des métastases pulmonaires

Du fait que les ganglions métastatiques sont le plus souvent localisés dans les parties périphériques des poumons, leur identification est une tâche assez difficile. Le diagnostic complet des métastases pulmonaires comprend les techniques suivantes:

  • Radiographie simple des poumons en projection directe et latérale. Il est effectué pour clarifier l'emplacement et l'étendue de la tumeur, son interaction avec la racine du poumon et les organes situés dans le médiastin.
  • Tomodensitométrie des organes thoraciques avec contraste intraveineux. La technique permet de déterminer l'état de la racine pulmonaire, de clarifier la nature du processus métastatique, de détecter de petits foyers d'un diamètre allant jusqu'à 10 mm et des ganglions lymphatiques intrathoraciques affectés.
  • IRM. L'imagerie par résonance magnétique vous permet d'obtenir des coupes du parenchyme pulmonaire pour détecter les changements structurels et localiser avec précision la tumeur. Mais cette méthode n'est pas très informative pour les lésions pulmonaires..
  • TEP-CT (tomographie par émission de positrons). Utilisé pour mesurer l'activité métabolique du tissu pulmonaire. Vous permet d'identifier les tumeurs métastatiques actives dans les poumons et d'autres organes. Est la méthode la plus informative pour évaluer la propagation métastatique.
  • Fibrobronchoscopie. Cette technique endoscopique permet d'évaluer l'état de la surface interne des bronches et de prélever un échantillon de biopsie de la tumeur pour faire le diagnostic le plus précis..
  • Biopsie par aspiration à l'aiguille fine. Il est prescrit en cas de suspicion de formation de tumeurs dans les parties périphériques du poumon. Réalisé sous le contrôle d'un équipement à rayons X.
  • Thoracocentèse (ponction pleurale). Effectué en présence d'un épanchement pleural (si la tumeur maligne affecte la plèvre).

Traitement des métastases

Il n'y a pas si longtemps, lorsqu'un processus métastatique était détecté dans les poumons, seule une thérapie symptomatique était effectuée, conçue pour soulager l'état du patient. Cependant, avec l'introduction d'équipements innovants et de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement plus efficaces, les oncologues ont plus de possibilités de destruction radicale des tumeurs secondaires..

Le traitement des métastases dans les poumons est prescrit en tenant compte du type histologique de néoplasme, de l'âge et de l'état général du patient, ainsi que de la présence de maladies concomitantes. Pour améliorer l'efficacité du traitement et réduire le risque de complications, il est fortement conseillé aux patients fumeurs d'arrêter de fumer.

Actuellement, les méthodes suivantes sont utilisées en pratique clinique pour traiter les métastases pulmonaires.

Le traitement chirurgical classique des métastases pulmonaires est effectué uniquement après la résection de la tumeur primaire (ou s'il est possible de l'éliminer complètement). L'opération est réalisée avec un nombre limité de ganglions localisés, leur accessibilité pour le chirurgien, l'absence de dépistage des cellules cancéreuses dans d'autres organes et une confiance absolue que le patient subira le traitement prévu.

Le type de traitement souvent utilisé pour la recanalisation (restauration de la perméabilité) de la bronche avec une lumière bloquée par la tumeur.

Il s'agit du traitement principal des métastases pulmonaires multiples. La nature et l'étendue de la tumeur primitive sont prises en compte lors de l'élaboration d'un schéma thérapeutique chimiothérapeutique..

Il est prescrit à la fois pour des foyers uniques et pour plusieurs (dans de rares cas). La possibilité d'utilisation est déterminée par le type morphologique de la tumeur primaire, sa sensibilité à l'exposition aux rayonnements, la localisation et la taille du foyer.

L'utilisation de médicaments hormonaux est recommandée dans la propagation métastatique d'un cancer hormonal positif. Le but de cette technique est d'influencer le niveau d'hormones qui peuvent stimuler la croissance des tumeurs malignes..

Aujourd'hui, la radiochirurgie stéréotaxique est l'une des méthodes les plus progressives d'impact non invasif sur des métastases uniques dans les poumons. Pendant le traitement, on utilise le complexe radiochirurgical «Cyber-Knife», qui expose la tumeur à un rayonnement de haute précision et de haute intensité.

Utilisant un logiciel sophistiqué, le système se compose d'un accélérateur linéaire spécialisé monté sur un bras robotique. Il est capable de se déplacer dans 6 directions pour une flexibilité, une agilité et une précision exceptionnelles. L'utilisation directionnelle des faisceaux de rayonnement photonique «Cyber-Knife» peut sauver un patient d'une focalisation métastatique sans exposition à long terme et sans recours à des interventions chirurgicales.

Diagnostic et traitement chez PET-Technology

Le réseau fédéral de centres de médecine nucléaire «PET-Technology» possède une vaste expérience dans la réalisation d'opérations de tomodensitométrie et de radiochirurgie à l'aide du système Cyber-Knife. Nous fournissons un diagnostic précoce du cancer et un traitement spécialisé pour de nombreuses tumeurs primaires et métastases. Aussi, pour confirmer ou réfuter un diagnostic douteux, PET-Technology propose à ses patients d'utiliser le service Second Opinion et d'obtenir l'avis d'expert de nos oncologues.

Des centres de technologie PET opèrent dans plusieurs régions de Russie. Pour recevoir une consultation en ligne et prendre rendez-vous, vous pouvez contacter notre opérateur au numéro de contact, utiliser le formulaire sur le site internet ou commander un rappel.

Combien de temps pouvez-vous vivre avec des métastases pulmonaires: symptômes, traitement et pronostic

Le carcinome (cancer primaire) du poumon est l'un des diagnostics malins les plus courants, entraînant la mort dans la plupart des cas. Le cancer peut être secondaire, dans ce cas, les foyers pathologiques existants signifient la présence de stades tardifs de la tumeur principale, donc le pronostic est mauvais.

Le principal problème est l'absence de symptômes précoces de métastases pulmonaires et de signes de développement d'un carcinome primaire. La pathologie est plus typique chez les hommes et les personnes âgées. En ville, le taux d'incidence est de 3 r. plus élevé que dans les zones rurales.

Sans thérapie appropriée, les gens ne vivent pas plus de deux ans. Le traitement est compliqué par des difficultés d'accès à la néoplasie, une contamination grave des cellules cancéreuses du poumon, de la plèvre et d'autres organes.

Que souhaitez-vous savoir

En termes de mortalité, le carcinome pulmonaire occupe la deuxième place parmi l'ensemble de la population de néoplasmes malins, quelle que soit l'éthologie.

Les représentants du sexe fort tombent malades 75 à 80% plus souvent, principalement pour les raisons suivantes:

  • fumeur;
  • travailler avec des substances nocives et dans des industries écologiquement dangereuses;
  • la présence de maladies pulmonaires chroniques;
  • âge avancé;
  • faible immunité;
  • exposition aux radiations;
  • contact prolongé des poumons avec des irritants fins (en suspension dans l'air): gaz, vapeur, poussière et autres;
  • utilisation incontrôlée ou trop longue de médicaments (hormones, antibiotiques et autres);
  • hérédité.

Entrer dans le groupe à risque augmente non seulement les chances de développer une carcinogenèse, mais complique également considérablement le traitement des métastases pulmonaires.

Important. Très souvent, les gros fumeurs souffrent de bronchite chronique et de BPCO à des degrés divers. La présence de toux dans ce cas est courante, mais cette circonstance obscurcit les symptômes de métastases dans les poumons et les signes de cancer primaire..

S'il existe des antécédents familiaux de cancer du poumon chez des parents proches, une personne doit être plus attentive à sa propre santé, subir un examen fluorographique chaque année, qui est le principal type de dépistage du cancer du poumon et de la tuberculose. Les médecins recommandent de faire une radiographie pulmonaire à la place, car dans ce cas, le patient reçoit une dose de rayonnement plus faible, la photo est de meilleure qualité, ce qui permet une visualisation plus détaillée du tissu pulmonaire.

Dans tous les cas, vous devriez demander conseil à un pneumologue si la toux ne disparaît pas pendant plus de 20 jours, pour une explication détaillée des causes de la pathogenèse. Il n'est pas rare que ce soit la persistance excessive des patients qui a sauvé (ou considérablement prolongé) la vie dans une maladie maligne..

Avec l'âge, les processus métaboliques du corps s'affaiblissent, les mécanismes de défense ralentissent. L'immunité locale et cellulaire peut manquer la mutation ou ne pas corriger l'erreur.

Dans ce cas, une tumeur maligne se produit - un processus lorsque les cellules normales deviennent cancéreuses. Plus une personne vieillit, plus les chances de développer un cancer sont élevées, il y a donc une raison de reconsidérer son mode de vie et d'abandonner les mauvaises habitudes.

La note. Selon les statistiques médicales, pas plus de 10% des hommes tombent malades avant 45 ans. Environ la moitié des patients atteints de cancer du poumon sont des personnes âgées de 46 à 63 ans. Environ 35% des diagnostics sont posés après 65 ans.

Image clinique

Les symptômes des métastases dans les poumons et dans le cancer primaire sont très similaires, mais à la différence que dans le premier cas, il y a des signes de développement de la tumeur principale. Si la maladie n'a pas été diagnostiquée avec un diagnostic ciblé, elle est souvent déterminée par hasard.

Les métastases pulmonaires apparaissent tardivement. La raison principale est qu'il n'y a pas de terminaisons nerveuses, donc l'inconfort et la douleur ne seront perceptibles que lorsqu'ils se propagent aux organes voisins, la plèvre et le diaphragme sont plus souvent affectés.

Premiers symptômes

L'espérance de vie des métastases pulmonaires et des lésions primaires dépendra du stade du cancer et du moment du diagnostic. Dans certains cas, il arrive que des tumeurs secondaires apparaissent en premier, et ce n'est qu'après un examen détaillé que la localisation de la carcinogenèse initiale est trouvée. Cela peut se produire avec le cancer de l'intestin et les cancers rares..

Les premiers signes de lésions pulmonaires sont:

  1. Toux. Cependant, ce ne sera pas le résultat d'un rhume ou d'une bronchite. Il est souvent sec, intermittent au début, mais ensuite la fréquence augmente..
  2. La voix peut devenir rude, rétrécie, sourde. Aux premiers stades, les changements de phonation se produisent rarement et spontanément, mais à mesure que la pathologie s'aggrave, le symptôme devient plus prononcé. La raison en est la pression croissante de la néoplasie sur le nerf récurrent.
  3. Dyspnée. Se développe progressivement. Son apparence indique que les structures pulmonaires - les alvéoles ne peuvent pas effectuer un échange gazeux complet dans le même volume.
  4. Respiration dure. Au début, il ne peut être vu que par auscultation, mais après cela, il devient distinguable même à distance (le sifflement est caractéristique). Cela est dû à l'augmentation de la surface du néoplasme..
  5. Une température subfébrile est le signe d'un processus cancérigène dans n'importe quel endroit. En règle générale, avec une maladie métastatique, elle se manifeste clairement. Contrairement aux maladies infectieuses, les lectures du thermomètre ne sont pas élevées, le matin, la situation correspond souvent à la norme, et avec la bronchite ou la pneumonie, la température est élevée et dure plusieurs jours d'affilée.
  6. Sensations désagréables dans la poitrine. Ils peuvent être différents - d'un léger inconfort à la douleur qui survient lors de l'inhalation. Ce signe indique des dommages au tissu pleural..

Important. Si une personne commence à se fatiguer rapidement, à se plaindre de fatigue et à une perte de poids sans cause, vous devez immédiatement consulter un médecin, car de tels symptômes peuvent signifier la présence des premiers stades du cancer..

Symptômes tardifs

Si les premiers symptômes sont non spécifiques, souvent faibles, alors que les tumeurs malignes et les processus métastatiques se développent, le tableau clinique devient clair. Le plus souvent, c'est pendant cette période que les gens se tournent vers la clinique pour obtenir de l'aide..

Signes d'un caractère tardif:

  • douleur thoracique - plus elle est forte, plus la carcinogenèse est négligée (avec des lésions de la plèvre, les sensations apparaissent plus tard, et si le cancer est dans la partie centrale des poumons, alors plus tôt);
  • toux paroxystique sévère;
  • expectorations avec du sang et du pus (peut-être une chose);
  • enrouement sévère des cordes vocales;
  • la difficulté à avaler signifie que la pathogenèse s'est propagée dans les tissus de l'œsophage, au stade terminal, le patient peut éprouver des difficultés même en buvant de l'eau;
  • inflammation des ganglions lymphatiques régionaux et distants (dans un premier temps, cervical et claviculaire sont inclus dans la pathogenèse);
  • manifestations de douleur dans les bras et les épaules preuve de lésions des nerfs correspondants;
  • étourdissements, mémoire altérée, psychisme, coordination des mouvements - un signe qu'il y a des métastases dans le cerveau, généralement, dans ce cas, le patient meurt dans les six mois.

Diagnostique

La détermination du nombre de personnes vivant avec des métastases dans les poumons dépend en grande partie de l'identification de toutes les nuances de la pathogenèse et du processus de migration des éléments malins. Étant donné que la présence de foyers secondaires dans le parenchyme pulmonaire et d'autres tissus parle de stades terminaux, dans ce cas, les gens vivent environ un an et la qualité de leur existence est grandement compliquée par la maladie..

La situation est beaucoup plus simple dans les premiers stades, lorsqu'il n'y a toujours pas de processus métastatique. Ceci peut être découvert en utilisant les techniques modernes indiquées dans le tableau..

Table. Méthodes de diagnostic du cancer du poumon:

NomLa description
C'est une façon classique d'examiner les organes thoraciques pour le développement de néoplasmes. La fluorographie est une méthode de dépistage; en cas de suspicion, des photos à part entière sont prises dans différentes projections.
Un parapluie est inséré par voie orale (sous anesthésie générale), ce qui permet d'évaluer visuellement l'état des tissus (il y a une microcaméra). La méthode vous permet de prélever des échantillons de tissus pour examen.
La sélection des tissus pour l'analyse histologique est réalisée par une ponction mammaire sous contrôle. Permet d'établir de manière fiable le type de cellules cancéreuses, ce qui est important lors du choix et de la planification du traitement.
L'utilisation de tomographes vous permet d'obtenir des images couche par couche sous différents angles en qualité 3D. La méthode peut trouver les plus petits néoplasmes dans n'importe quelle partie du corps, ce qui est très important lors de la recherche de métastases. PET - CT un moyen d'étudier les caractéristiques physiologiques et métaboliques des tumeurs.

Étapes et pronostic

Il est impossible de parler de la durée de la vie sans tenir compte des étapes. Il existe cinq stades de cancer du poumon primitif:

  1. Cancer nul ou non invasif jusqu'à 10 mm. Il est découvert par hasard lors de l'utilisation de techniques de haute précision, ce qui est un grand succès pour le patient. Le pronostic de survie dans ce cas est d'environ 90%.
  2. Étape 1. La tumeur mesure jusqu'à 5 cm et est visible sur la radiographie. Le processus métastatique n'a pas encore commencé. Le pronostic dépend de la défaite ou de l'intégrité des parois des bronches ou des feuilles pleurales, par conséquent, plusieurs sous-étapes sont distinguées. Taux de survie à cinq ans d'environ 80% en cas de localisation du cancer du poumon uniquement.
  3. Étape 2. À ce stade, la carcinogenèse commence à se manifester. Les premiers signes sont l'essoufflement et l'essoufflement. Ils surviennent parce que la tumeur atteint 5 à 7 cm Les sous-étapes sont classées en fonction des lésions des ganglions lymphatiques, plus il y a de cellules cancéreuses en eux (le cancer peut également être déjà dans la plèvre et le médiastin), plus le pronostic est mauvais, qui ne dépasse en moyenne pas 50% dans une perspective quinquennale.
  4. Étape 3. Dans ce cas, les cellules pathogènes commencent à migrer avec le flux sanguin et lymphatique (des foyers secondaires sont plus souvent observés dans la trachée, les os, les bronches, les vaisseaux sanguins et le cœur). Le pronostic est mauvais - seulement 15 à 20% des patients vivent plus de 5 ans. Plus précisément, seul le médecin traitant peut dire, en fonction des résultats du test et des caractéristiques individuelles.
  5. Stade terminal (4). La présence de métastases dans des organes distants est caractéristique. La durée de vie de ces patients est inférieure à un an. La prévision sur cinq ans est mauvaise - pas plus de 5%.

Remarque. Le traitement des métastases dans les poumons ou du cancer de n'importe quel stade et emplacement avec des remèdes populaires est impossible. La thérapie doit être effectuée dans des cliniques d'oncologie sous la supervision de spécialistes qualifiés.

Caractéristiques du traitement

Dans une plus grande mesure, le succès du traitement dépend du stade auquel le traitement est commencé.

De plus, le succès est influencé par:

  • l'état général du patient;
  • présence, emplacement et nombre de métastases;
  • caractéristiques de la pathogenèse (cancer primaire ou secondaire) et son type;
  • âge;
  • le moment de la maladie.

La survie globale pour le cancer du poumon est de 50% pour les néoplasmes primaires et de 10 à 15% pour les foyers secondaires. En règle générale, si la cause des dommages aux alvéoles est des métastases, le patient meurt dans l'année..

Dans ce cas, le patient est inopérable, car les dommages causés par une intervention radicale peuvent être importants et l'opération elle-même avec des dommages importants n'a pas beaucoup de sens. La thérapie palliative (prescription de médicaments cytotoxiques et radiothérapie) est conçue pour réduire les symptômes négatifs et vous faciliter la vie. La quatrième étape montre l'utilisation de médicaments psychotropes pour soulager la douleur.

Quelle que soit la mise en scène, en l'absence de traitement, 90% des patients ne vivent pas jusqu'à deux ans. Le traitement chirurgical est conseillé des stades 1 à 3, en même temps qu'une chimiothérapie (complexe) et une radiothérapie sont prescrites.

Conclusion

Le traitement du cancer du poumon métastatique est très difficile et souvent impossible en raison des stades terminaux de la pathogenèse primaire. Pour le carcinome auto-formé, le traitement et le pronostic dépendent du stade et de la propagation de la tumeur maligne.

Dans la plupart des cas, la chirurgie est pratiquée aux stades 1 et 2, moins souvent au troisième stade. Au stade terminal, seule la thérapie palliative (de soutien) peut être utilisée.

Métastases pulmonaires du cancer du sein: symptômes, diagnostic, traitement, survie

Métastases pulmonaires du cancer du sein - qu'est-ce que cela signifie? Quels sont les symptômes spécifiques de la maladie pulmonaire métastatique? Comment les métastases pulmonaires sont-elles diagnostiquées et peuvent-elles être traitées? Combien de temps vivent-ils si des foyers de lésions secondaires du tissu pulmonaire sont identifiés? Vous trouverez ici des réponses à ces questions et à d'autres concernant la maladie pulmonaire métastatique..

Malheureusement, le cancer du sein métastatique (stade 4 de la maladie) est actuellement considéré comme une pathologie incurable. Cependant, avec un traitement approprié, la maladie peut être contrôlée pendant longtemps. Les méthodes modernes de traitement des lésions pulmonaires métastatiques permettent pendant des années de freiner la progression de la maladie. De nouvelles approches plus efficaces pour le traitement des métastases pulmonaires dans le cancer du sein émergent constamment.

Définition

Les poumons sont la deuxième localisation (après les os), où le cancer du sein se métastase le plus souvent. En plus de ces localisations, l'implication du foie et du cerveau dans le processus métastatique est caractéristique des tumeurs malignes du sein. D'autres organes et tissus sont moins fréquemment touchés.

Si des tumeurs secondaires apparaissent dans les poumons après le traitement initial, il s'agit toujours d'un cancer du sein. Si vous prélevez un échantillon de tissu d'un foyer secondaire (métastase pulmonaire), vous pouvez constater qu'il existe des cellules cancéreuses du sein et non des cellules de tissu pulmonaire.

«Cancer du sein avec métastases pulmonaires» et «cancer du sein métastatique avec atteinte pulmonaire» sont les mêmes.

Les principaux modes de métastase (propagation) des tumeurs malignes du sein sont lymphogènes (cellules disséminées dans tout le corps par la lymphe) et hématogènes (par la circulation sanguine). Puisqu'un grand volume de sang circule dans les poumons, il n'est pas surprenant que cet organe soit l'un des principaux organes cibles..

Si chez une femme précédemment traitée pour un cancer du sein, l'examen aux rayons X (radiographie pulmonaire conventionnelle) révèle un assombrissement du tissu pulmonaire, il ne s'agit pas nécessairement de métastases. Dans la plupart des cas, des tests supplémentaires sont nécessaires pour confirmer le diagnostic de lésions secondaires des tissus pulmonaires. Et, en règle générale, cela devrait inclure une biopsie d'une zone suspecte de tissu pulmonaire.

Une biopsie est le moyen le plus fiable de déterminer la nature du nœud identifié dans le poumon. Ce n'est qu'après une biopsie qu'il est prudent de dire qu'il s'agit d'une métastase ou de quelque chose d'autre (par exemple, cancer du poumon ou inflammation).

À quelle fréquence le cancer du sein se métastase-t-il aux poumons??

Une grande étude a révélé que 36,4% des femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique ont des lésions des tissus pulmonaires, tandis que 10,5% des femmes ont des métastases pulmonaires. En d'autres termes, chez 2/3 des femmes au moment du diagnostic, les métastases sont détectées non seulement dans les poumons, mais également dans d'autres organes et tissus..

Le risque de développer des métastases pulmonaires dépend en grande partie du stade auquel la maladie a été détectée et traitée rapidement. Bien sûr, dans les dernières étapes, il est plus élevé que dans les premiers. Cela s'applique également au degré de malignité de la tumeur primitive - les carcinomes du sein mal différenciés métastasent plus souvent aux poumons que les carcinomes du sein très différenciés..

La survie médiane sans maladie est de 68,6 mois (période entre le diagnostic de cancer du sein précoce et les métastases pulmonaires cliniquement confirmées).

Le plus souvent, les tumeurs sont des métastases pulmonaires négatives pour le récepteur des œstrogènes et positives pour le récepteur HER2. Le cancer du sein tri négatif est également associé à un risque élevé de métastases pulmonaires..

Symptômes d'épanchement pleural

L'atteinte pleurale métastatique (un film mince qui recouvre le poumon et l'intérieur de la paroi thoracique) s'accompagne souvent d'une accumulation de liquide dans l'espace pleural (épanchement pleural métastatique). Le liquide accumulé ne permet pas aux poumons de se redresser complètement, un essoufflement apparaît. De plus, un épanchement pleural peut se développer sans métastases aux poumons lorsque le cancer du sein se propage aux ganglions lymphatiques du médiastin, entraînant un blocage de la sortie lymphatique du tissu pulmonaire..

Diagnostique

Le diagnostic des métastases pulmonaires dans le cancer du sein comprend généralement les éléments suivants:

  • Radiographie thoracique: En règle générale, une radiographie thoracique de routine est effectuée en premier lorsque des métastases sont suspectées. Inconvénient - peut manquer de petites lésions ou un cancer du poumon précoce.
  • CT scan du thorax: peut détecter des excroissances beaucoup plus petites que celles observées sur les radiographies régulières.
  • PET scan: l'un des types de recherche radiologique, il permet d'identifier les foyers de croissance cellulaire rapide, est considéré comme le plus informatif en termes de détection des métastases.
  • IRM: rarement utilisée.
  • Bronchoscopie: à l'aide d'un appareil optique spécial (bronchoscope), les muqueuses de la trachée et des bronches sont examinées. La bronchoscopie est utile pour détecter les tumeurs proches des grandes voies respiratoires.

Biopsie

Si, à la suite des méthodes d'imagerie médicale ci-dessus, des lésions suspectes dans les poumons sont identifiées, une biopsie est impérative. Ceci est important pour deux raisons:

Premièrement, toutes les lésions pulmonaires identifiées ne sont pas des métastases du cancer du sein. Une étude a révélé que seulement 47% des femmes qui avaient déjà été traitées pour un cancer du sein avaient un cancer du sein métastatique. 40% des cas étaient un cancer du poumon primitif et 13% des lésions étaient bénignes (inflammation ou pneumonie).

Deuxièmement, la tumeur primaire et les métastases peuvent avoir des caractéristiques biologiques différentes. Par exemple, si la tumeur primaire était positive pour le récepteur des œstrogènes, alors les cellules des tumeurs secondaires peuvent ne plus contenir ce récepteur, et vice versa. Le cancer du sein peut modifier non seulement le statut des récepteurs hormonaux, mais également le statut des récepteurs HER2.

Dans une vaste étude, il a été constaté que chez 20% des femmes ayant des métastases aux poumons, le statut des récepteurs des tumeurs primaires ne correspondait pas au statut des lésions métastatiques..

Les options de biopsie pour les métastases pulmonaires comprennent la biopsie transthoracique ou la biopsie transbronchique. Dans le premier cas, l'aiguille est insérée à travers la peau (la paroi thoracique est percée), et dans le second à travers la paroi bronchique (la ponction est réalisée pendant la bronchoscopie). Le matériel obtenu est envoyé au laboratoire pour une recherche immunohistochimique.

Métastases du cancer du sein aux poumons: traitement

Le traitement suggéré par votre médecin pour le cancer du sein avec métastases pulmonaires dépend de plusieurs facteurs. Tout d'abord, il s'agit du nombre de métastases et de la prévalence du processus métastatique - qu'il y ait ou non des foyers de croissance tumorale secondaire dans d'autres organes. En outre, il prend en compte quel traitement a été effectué plus tôt, le statut du récepteur (comme indiqué ci-dessus, cela peut changer). De plus, l'état de santé général de la patiente, ainsi que ses préférences en termes de choix de thérapies agressives, sont également des facteurs importants influençant le plan de traitement..

Le traitement des métastases pulmonaires du cancer du sein peut être divisé en deux catégories

  • Traitement systémique: a un impact sur les cellules cancéreuses quel que soit leur emplacement dans le corps.
  • Traitement local: destruction des cellules malignes situées dans une zone spécifique, dans ce cas, ce sont les poumons.

Il est important de noter qu'il n'existe pas de norme unique pour le traitement des métastases pulmonaires. Le traitement du cancer du sein métastatique est palliatif et vise à améliorer la qualité de vie et à augmenter sa durée.

Contrairement aux premiers stades, avec des métastases aux poumons, le traitement est moins agressif, car la tâche n'est pas de guérir la maladie. Le but de la thérapie est de contrôler la croissance tumorale avec de petits moyens. Un traitement plus agressif n'améliore généralement pas la survie mais augmente l'incidence des effets secondaires.

Par conséquent, la principale méthode de traitement de la maladie métastatique est la pharmacothérapie (traitement systémique):

  • Chimiothérapie pour les métastases pulmonaires: il existe de nombreux schémas de chimiothérapie, donc même si vous avez déjà reçu une chimiothérapie, votre médecin peut vous suggérer d'autres options..
  • Hormonothérapie Le choix d'un médicament antihormonal pour les métastases dépend en grande partie de l'option d'hormonothérapie précédemment utilisée. Parce qu'une tumeur qui s'est développée et s'est propagée lorsque vous avez reçu un médicament antihormonal (tel que le tamoxifène ou l'un des inhibiteurs de l'aromatase) est susceptible d'être résistante au médicament précédemment utilisé.
  • Thérapie ciblée pour les métastases pulmonaires: une option de thérapie médicamenteuse utilisée pour traiter les tumeurs HER2-positives. Plusieurs médicaments sont disponibles pour traiter le cancer du sein métastatique HER2-positif.
  • Recherches cliniques. En plus des combinaisons des médicaments ci-dessus, des essais cliniques évaluent l'efficacité et l'innocuité des médicaments d'immunothérapie et des inhibiteurs de PARP. Assurez-vous de parler avec votre médecin de l'opportunité de participer à des essais cliniques.

Articles Liés:

Les traitements topiques visent directement les lésions métastatiques. Ils sont rarement utilisés. En règle générale, les méthodes d'influence locale sur la maladie métastatique sont indiquées pour les métastases uniques. Seulement dans cette situation, le contrôle local contribue à améliorer la survie..

Options de traitement topique:

  • Radiothérapie: Une forme spécialisée de radiothérapie appelée CyberKnife (ou radiothérapie stéréotaxique hypofractionnelle - SBRT) permet d'administrer une grande dose de rayonnement à une tumeur dans une petite zone de tissu. Parfois, cette option de radiothérapie équivaut à l'ablation chirurgicale des métastases et permet de délivrer une forte dose de rayonnement à une tumeur sur une petite zone de tissu. Parfois, cette option de radiothérapie équivaut à l'ablation chirurgicale des métastases.
  • Chirurgie: L'ablation d'une métastase par chirurgie s'appelle une métastasectomie. Une étude récente a montré que la métastasectomie augmente la survie globale.
  • Ablation par radiofréquence (RFA): l'efficacité de ce traitement des lésions métastatiques n'est pas bien connue à l'heure actuelle.

Traitement de l'épanchement pleural métastatique

L'épanchement pleural est soit bénin (accumulation de liquide dans l'espace pleural en raison de l'inflammation), soit malin (épanchement pleural métastatique, le liquide contient des cellules cancéreuses).

La première étape du traitement est généralement la thoracentèse, une procédure dans laquelle une aiguille est insérée dans l'espace pleural pour en éliminer le liquide. Si l'épanchement est important, un drainage temporaire peut être nécessaire.

Malheureusement, même si le liquide est retiré d'un épanchement pleural, il s'accumule souvent à nouveau. Il existe plusieurs options pour lutter contre cela. Grâce au système de port pleural, vous pouvez indépendamment, à la maison, vous débarrasser du liquide pleural. Une autre option est la pleurodèse. Des produits chimiques irritants (généralement du talc) sont injectés dans la cavité pleurale, provoquant l'adhérence des couches pleurales - le liquide ne s'accumule nulle part ailleurs. Si cela n'aide pas, l'ablation de la plèvre (pleurectomie) est indiquée.

Traitement symptomatique des métastases pulmonaires

Découvrir que l'évolution de la maladie a été compliquée par l'apparition de métastases aux poumons est effrayant, et de nombreux patients se demandent s'ils vont souffrir, si une douleur ou d'autres symptômes associés à des métastases pulmonaires vont apparaître. Heureusement, il existe de nombreuses façons de faire face aux manifestations les plus douloureuses du processus tumoral. En oncologie, un ensemble de mesures thérapeutiques visant à éliminer ces symptômes ou à corriger les complications associées au traitement anticancéreux est appelé traitement symptomatique..

  • Douleur dans les métastases pulmonaires: les processus pathologiques dans le tissu pulmonaire ne peuvent pas causer de douleur, car il n'y a pas de récepteurs de la douleur dans les poumons (ils ne sont présents que dans la plèvre). Par conséquent, si un épanchement pleural métastatique se répand, cela peut s'accompagner de l'apparition de douleurs. De nombreux patients refusent de prendre des analgésiques aux premiers stades, estimant qu'à l'avenir ils n'auront pas d'options pour traiter la douleur si celle-ci s'aggrave. Ce n'est pas le cas, la médecine moderne dispose d'un arsenal suffisant de remèdes pour soulager la douleur..
  • Dyspnée. Si le processus métastatique dans les poumons est compliqué par un bronchospasme (rétrécissement de la lumière des petites bronches et des bronchioles, accompagné de difficultés respiratoires), vous pouvez utiliser un inhalateur. Les glucocorticoïdes, administrés par voie orale ou par voie intraveineuse, peuvent également aider à dilater les bronches. La morphine est très efficace pour l'essoufflement. L'oxygène n'est généralement pas très utile, bien que ce soit une option acceptable dans certaines situations..
  • Toux. Dans la plupart des cas, les stupéfiants aident à calmer avec succès une toux agaçante (même à petites doses). Parfois, les méthodes «naturelles» pour arrêter la toux aident - l'exclusion de l'inhalation d'air froid, des facteurs environnementaux irritants (fumée, odeurs). Une cuillère à café de miel peut également aider à apaiser une toux.
  • Obstruction des voies respiratoires: Parfois, des métastases pulmonaires dans le cancer du sein envahissent les voies respiratoires, provoquant une obstruction, entraînant à la fois un essoufflement et un risque accru de pneumonie. Dans cette situation, l'utilisation d'un stent pour remplacer la charpente cartilagineuse de l'arbre trachéobronchique peut aider, dont l'installation améliorera la perméabilité des voies respiratoires. Il existe d'autres options pour restaurer la perméabilité bronchique, par exemple la radiothérapie.

Cancer du sein avec métastases pulmonaires: pronostic

L'apparition de métastases à distance indique que la maladie est passée à un stade tardif qui, malheureusement, ne peut pas être guéri aujourd'hui. Par conséquent, un traitement palliatif est effectué, dont le but est de soulager les symptômes douloureux, d'améliorer la qualité de vie et éventuellement de la prolonger..

L'espérance de vie est directement proportionnelle au moment de la détection des métastases dans les poumons - le taux de survie est plus élevé avec les métastases tardives du cancer du sein et plus faible avec les métastases précoces. La survie globale médiane (période pendant laquelle la moitié des patients vivent et la moitié décède) est de 21 mois, 15,5% des femmes atteintes d'une maladie pulmonaire métastatique survivent au seuil de trois ans.

L'espérance de vie des métastases pulmonaires est certainement plus élevée lorsque des techniques topiques sont utilisées pour les tumeurs secondaires du cancer du sein. Une revue des études à ce jour (2018) montre que le taux de survie à 5 ans des femmes qui ont été traitées par cyberknife, chirurgie (métastasectomie) ou ablation par radiofréquence est de l'ordre de 45%. En particulier, pour ceux qui subissent une métastasectomie, la survie globale médiane passe à 103 mois.

Les facteurs de risque suivants sont favorables et défavorables pour le taux de survie à cinq ans des patients atteints de métastases pulmonaires:

Les facteursFavorableDéfavorable
Nombre de métastasesCélibatairePluriel
Statut du récepteur (EP, PR)PositifNégatif
Statut des récepteurs Her2PositifNégatif
Réponse au traitementil y ane pas
Âgeplus de 40 ansmoins de 40 ans
Traitement effectuéComplexeMonothérapie
Heure d'apparition des métastasesMétastases tardivesMétastases précoces

En général, si une maladie pulmonaire métastatique est identifiée, le pronostic est meilleur chez les femmes qui ont des métastases hormono-dépendantes et HER2-positives..

Quelques mots d'OncoInfo

Vous avez subi l'une des méthodes de diagnostic par rayonnement et vous avez été informé que les modifications du tissu pulmonaire sont des métastases du cancer du sein aux poumons. Dans cette situation, il est important d'insister sur la réalisation d'une biopsie. Comme le montrent les statistiques, dans 50% des cas, les formations détectées dans les poumons ne sont pas des métastases..

Le traitement implique l'utilisation de méthodes systémiques et locales pour influencer les tumeurs secondaires du cancer du sein.Comme le montre la pratique, l'ablation chirurgicale des métastases ou l'utilisation de CyberKnife améliore considérablement la survie. En outre, plusieurs essais cliniques sont actuellement en cours pour évaluer l'efficacité de nouvelles options de traitement médicamenteux susceptibles d'améliorer la survie à l'avenir..

Si vous découvrez que vous avez eu des métastases de cancer du sein aux poumons, laissez votre famille et vos amis vous aider. Posez autant de questions que possible à votre médecin. De plus, vous pouvez contacter un groupe de soutien pour les femmes qui ont des problèmes similaires, avec qui vous trouverez toujours un langage commun. Des traitements médicamenteux séquentiels peuvent avoir un très bon effet, offrir une qualité de vie acceptable pour le cancer du sein métastatique et maintenir la maladie sous contrôle - souvent pendant de nombreuses années.

Liste des sources utilisées:

Métastases pulmonaires

Les métastases pulmonaires sont des néoplasmes secondaires qui surviennent lors de la migration de cellules malignes d'un autre organe. Au stade initial, ils se manifestent par des symptômes d'intoxication générale et des rhumes récurrents. Par la suite, un essoufflement, des douleurs dans la poitrine et une toux mélangée à du sang apparaissent. Le diagnostic est posé en tenant compte des manifestations cliniques, des données radiographiques, du scanner thoracique, des études histologiques et cytologiques. Traitement - chimiothérapie, radiothérapie, résection au laser, radiochirurgie et chirurgie conventionnelle.

informations générales

Les métastases pulmonaires sont des foyers malins secondaires dans le tissu pulmonaire. Voie lymphogène, hématogène ou d'implantation possible de la migration cellulaire à partir d'un néoplasme situé dans un autre organe. Elles font partie des tumeurs secondaires les plus courantes. La majorité des patients sont des hommes de plus de 60 ans. Le pronostic des métastases pulmonaires est généralement mauvais. En raison de métastases multiples, de la détection tardive de foyers dans le tissu pulmonaire et de lésions concomitantes d'autres organes, un traitement radical est généralement impossible. Une exception concerne les métastases solitaires dans les poumons, qui sont survenues longtemps après un traitement spécifique ou une ablation chirurgicale du néoplasme primaire. Le traitement est effectué par des spécialistes dans le domaine de l'oncologie et de la pneumologie.

Étiologie et anatomie pathologique des métastases pulmonaires

La raison des lésions fréquentes du tissu pulmonaire dans les néoplasmes malins de localisation variée est un réseau bien développé de vaisseaux sanguins et lymphatiques dans le tissu pulmonaire. Les cellules tumorales primaires migrent à travers le système lymphatique ou circulatoire, se déposent dans le tissu pulmonaire ou sous la plèvre et donnent lieu à des métastases.

De plus, une métastase d'implantation (aspiration) est possible, dans laquelle des cellules malignes se propagent à travers les bronches à partir d'un néoplasme en désintégration des voies respiratoires supérieures, des bronches, du poumon ou d'une tumeur à croissance agressive d'un organe voisin. Les tumeurs secondaires du tissu pulmonaire peuvent elles-mêmes devenir une source de métastases dans d'autres organes.

Les métastases pulmonaires sont plus souvent diagnostiquées dans les cancers primaires du sein, de l'estomac, de l'œsophage, de la vessie, du cancer colorectal, du cancer de la prostate, du foie, du mélanome et des tumeurs rénales, mais elles peuvent également être détectées dans d'autres cancers. Ce sont généralement des nœuds d'un diamètre de quelques millimètres à 5 centimètres ou plus. Le plus souvent, ils sont multiples. Les métastases pulmonaires dans le mélanome peuvent être brunes, noir brunâtre, blanches ou partiellement pigmentées. Les nœuds du sarcome et du cancer sont blancs ou gris rosé. Moins souvent, les métastases pulmonaires sont un réseau diffus qui se propage sous la plèvre et dans l'épaisseur du tissu pulmonaire - de tels néoplasmes secondaires se trouvent dans la lymphangite cancéreuse causée par la migration de cellules malignes à travers les vaisseaux lymphatiques.

Classification des métastases pulmonaires

Les foyers métastatiques dans les poumons sont classés selon plusieurs critères:

  • Par type de néoplasmes: formes focales et infiltrantes.
  • Par le nombre de tumeurs secondaires: solitaire (unique), unique (pas plus de 3), multiple (plus de 3).
  • Par diamètre: grand et petit.
  • Par localisation: unilatéral et bilatéral.

Compte tenu des caractéristiques de la propagation, deux formes de métastases pulmonaires sont distinguées: disséminées et médiastinales. Dans la forme disséminée, de multiples tumeurs secondaires sont détectées dans le tissu pulmonaire (en règle générale, principalement dans les sections inférieures). Dans la forme médiastinale, les ganglions lymphatiques du médiastin sont d'abord affectés, puis les cellules tumorales migrent à travers les vaisseaux lymphatiques dans le tissu pulmonaire. En tenant compte des particularités de l'image radiographique, on distingue quatre formes de métastases dans les poumons:

  • Nodal. Comprend les formes solitaires et plurielles. Sur les radiographies, des nœuds aux contours nets sont détectés, localisés principalement dans les parties inférieures. Le tissu pulmonaire à l'extérieur des lésions conserve sa structure normale.
  • Pseudopneumatique (lymphatique diffus). Les images montrent plusieurs brins minces de tissu compacté situés dans la zone péribronchique. Plus près du foyer, les brins ont des contours vagues, à mesure que les limites des joints sont supprimées, elles deviennent plus distinctes.
  • Pleural. Rappelle une image de pleurésie exsudative. Un épanchement peut être présent dans la cavité pleurale. Des strates bosselées se trouvent à la surface des poumons.
  • Mixte. Il existe une combinaison d'au moins deux des formulaires ci-dessus.

Lors de la détermination des tactiques de traitement des métastases dans les poumons, le degré de sensibilité de la tumeur à divers types de thérapie est important. En tenant compte de cet indicateur, les types suivants de métastases pulmonaires peuvent être conditionnellement distingués:

  • Répondant à la radiothérapie et à la chimiothérapie (pour l'ostéosarcome, le cancer de l'ovaire et du testicule).
  • Résistant à la chimiothérapie (pour le cancer du col de l'utérus et le mélanome).
  • Réactif à l'hormonothérapie (pour les néoplasmes génitaux hormono-actifs).

Symptômes des métastases pulmonaires

Au stade initial, les métastases pulmonaires sont généralement asymptomatiques. Des signes courants de cancer peuvent être détectés: faiblesse non motivée, apathie, anémie, perte d'appétit, perte de poids, augmentation de la température corporelle. La première manifestation de métastases aux poumons est généralement un rhume récurrent: grippe, bronchite, pneumonie. Parfois, les symptômes n'apparaissent qu'au stade final, avec plusieurs ganglions dans les poumons, atteinte des bronches et de la plèvre.

Si une partie importante du poumon est endommagée ou si la bronche est comprimée, un essoufflement se développe. La toux avec des métastases dans les poumons est initialement sèche, survient plus souvent la nuit. Par la suite, les expectorations mucopurulentes semblent inodores, souvent mélangées à du sang. Avec le rétrécissement des bronches, les expectorations deviennent plus épaisses, plus purulentes. Une hémorragie pulmonaire est possible. Les métastases aux poumons, se propageant à la plèvre, aux côtes et à la colonne vertébrale, provoquent le développement d'un syndrome douloureux. Avec des métastases dans les ganglions lymphatiques du côté gauche du médiastin, un enrouement et une aphonie peuvent être observés, avec des lésions des ganglions lymphatiques du côté droit du médiastin, un œdème de la moitié supérieure du corps dû à la compression de la veine cave supérieure.

Diagnostic des métastases pulmonaires

Le diagnostic est posé en tenant compte de l'histoire, des manifestations cliniques, des résultats d'études instrumentales et de laboratoire. Les patients avec des métastases pulmonaires suspectées sont référés pour une radiographie pulmonaire, qui permet d'évaluer l'état du tissu pulmonaire, de déterminer le type, la nature et le nombre de néoplasmes secondaires et la présence d'un épanchement dans la cavité pleurale. Les patients se voient également prescrire une tomodensitométrie des poumons - cette technique moderne permet de détecter de petites métastases d'un diamètre inférieur à 0,5 mm, y compris celles situées sous la pleurale.

S'il est nécessaire de réduire l'exposition aux rayonnements (avec des métastases dans les poumons chez les enfants, avec de nombreuses études pour identifier le foyer principal et les lésions métastatiques d'autres organes, avec une observation prolongée) et la suspicion de la présence de petites métastases, une IRM des poumons est réalisée - cette technique vous permet de détecter des foyers secondaires d'un diamètre inférieur à 0, 3 mm. Les métastases pulmonaires sont confirmées par un examen cytologique des expectorations et de l'épanchement pleural ou par l'examen histologique d'une biopsie obtenue lors d'une bronchoscopie, d'une ponction percutanée du poumon ou (moins fréquemment) d'une biopsie ouverte.

Pour identifier les métastases d'autres localisations, un examen approfondi est effectué, comprenant une échographie des organes de la cavité abdominale, une scintigraphie des os du squelette, une tomodensitométrie et une IRM de la colonne vertébrale, une tomodensitométrie et une IRM du cerveau, une échographie des organes pelviens, une échographie de l'espace rétropéritonéal et d'autres études. Les métastases pulmonaires sont différenciées du cancer du poumon périphérique, du néoplasme pulmonaire bénin, de la pneumonie, du kyste pulmonaire et du tuberculome.

Traitement des métastases pulmonaires

Les tactiques thérapeutiques sont déterminées par le type de tumeur primaire, sa réponse au traitement, le nombre et le diamètre des métastases dans les poumons, la présence ou l'absence de lésions métastatiques d'autres organes, l'état général du patient et certains autres facteurs. Le traitement principal est généralement la chimiothérapie, qui peut être utilisée seule ou en association avec d'autres méthodes. En cas de métastases pulmonaires survenues lors de la dissémination de tumeurs hormono-dépendantes, un traitement hormonal est prescrit. Le meilleur effet du traitement hormonal est observé dans le cancer de la prostate et le cancer du sein.

La radiothérapie est prescrite pour les foyers secondaires de réticulosarcome, de sarcome d'Ewing, d'ostéosarcome et de certaines autres tumeurs sensibles à l'exposition aux radiations. Les indications du traitement chirurgical des métastases pulmonaires sont limitées. Une intervention chirurgicale est recommandée pour les métastases uniques, les lésions isolées de la partie périphérique du poumon, le néoplasme primaire contrôlé et l'absence de métastases dans d'autres organes. Parfois, une résection pulmonaire en deux étapes et une résection hépatique sont effectuées avec des métastases uniques dans le poumon et un cancer métastatique du foie. Dans certains cas, la radiochirurgie est utilisée ou une résection au laser du foyer secondaire est effectuée. Lorsque les grosses bronches sont comprimées, une curiethérapie endobronchique est effectuée.

Pronostic des métastases pulmonaires

Les facteurs pronostiquement défavorables sont l'apparition de métastases dans les poumons plus d'un an après le traitement radical du néoplasme primaire, le diamètre des ganglions est supérieur à 5 cm, la croissance rapide des foyers secondaires et une augmentation des ganglions lymphatiques intrathoraciques. Dans certains cas, une survie à long terme est possible après des interventions chirurgicales pour des métastases pulmonaires uniques survenues un an ou plus après un traitement radical de la tumeur primaire.

Parmi les facteurs qui n'ont pas d'effet significatif sur l'espérance de vie des métastases pulmonaires, on peut citer la localisation du foyer secondaire (central ou périphérique), le côté de la lésion, la présence ou l'absence de lésions métastatiques de la plèvre. Le taux de survie à cinq ans des patients présentant des métastases pulmonaires solitaires après une thérapie combinée est d'environ 40%. Les meilleurs résultats sont observés dans les néoplasmes primaires du corps de l'utérus, des os, des reins, de la glande mammaire et des tissus mous.