Principal
Angiome

Qu'est-ce qu'un kyste?

Un kyste est une formation pathologique dans les tissus ou les organes. Il a un contenu différent selon sa forme et son emplacement. Il est séparé des structures environnantes par une capsule. Parfois, les parois du kyste sont le tissu de l'organe dans lequel il se trouve.

Quelles sont les causes des kystes?

Il existe de nombreuses raisons à la formation de kystes dans le corps humain. Attribuer des kystes congénitaux et acquis.

Le premier type est dû à une violation de la pose d'organes (embryogenèse) ou à une atrésie des canaux excréteurs. Comme pour le deuxième type, on distingue les kystes traumatiques, les kystes de rétention, parasites, ramollissants et tumoraux. Les raisons, respectivement, sont différentes: une violation de l'écoulement de la sécrétion, l'apparition de parasites dans le corps, la nécrose (mort) d'une certaine zone de tissu, une blessure.

Il existe également des facteurs provoquants communs à tous les types de kystes:

  • Système immunitaire affaibli.
  • Infection.
  • Hypothermie.
  • Stress physique et émotionnel excessif.
  • Dysfonctionnement hormonal.
Dans la plupart des cas, un kyste ne peut être détecté qu'à la suite d'un examen.
Photo: pixabay.com

Quels sont les signes d'un kyste?

Dans la plupart des cas, sa présence est imperceptible. Mais avec le temps, avec une augmentation de sa taille et un dysfonctionnement de l'organe affecté, divers symptômes cliniques peuvent survenir. Tout dépend de l'emplacement du kyste.

Pourquoi un kyste est-il dangereux??

Le pourcentage de disparition spontanée de la cavité kystique est assez faible. Et le risque de son augmentation avec le temps augmente. C'est pourquoi, en l'absence du traitement nécessaire, la pathologie peut se rompre, s'infecter et comprimer les tissus et organes environnants, perturber leur travail. Il existe un risque de transformation maligne.

Conséquences possibles:

  • Compression des organes, tissus et structures environnants, ce qui entraîne une perturbation de leur travail.
  • Augmenter la taille de la cavité kystique.
  • Infection et suppuration.
  • Rupture de la capsule kystique.
  • Les kystes ovariens peuvent causer l'infertilité.
  • Les experts disent que le risque de malignité du kyste est minime..
Photo: Depositphotos

La question de savoir si un kyste peut se dissoudre seul est une question assez compliquée. Tout dépend de la durée de la maladie, de la taille et du type d'éducation. C'est pourquoi il est important de subir des examens préventifs annuels par des spécialistes. Et si un kyste est détecté, il est nécessaire de consulter votre médecin pour
tactiques supplémentaires.

Quelle est la différence entre un kyste et une tumeur?

Le kyste appartient au groupe des formations bénignes. Le contenu est entouré d'une capsule. Pendant longtemps, ne se manifeste en aucune façon. Les symptômes cliniques surviennent avec une taille importante de la formation et si le kyste est la cause d'un dysfonctionnement de l'organe.

Il existe deux types de tumeurs: malignes (cancer) et bénignes.

Les tumeurs bénignes doivent être différenciées d'un kyste, car la clinique et la structure sont similaires. S'il s'agit d'une tumeur, des cellules anormales seront trouvées dans l'échantillon de tissu. Avec la formation kystique, il n'y a pas de telles cellules, le contenu correspond à la localisation. Kyste de l'ovaire
Photo: ru.wikipedia.org

La seule chose qui aidera à répondre avec précision s'il s'agit d'un kyste ou d'une tumeur est la biopsie tissulaire et l'examen histologique..

S'il n'y a pas de capsule, il y a une croissance rapide et agressive caractéristique avec destruction des tissus environnants, les cellules qui ne sont pas typiques pour leur emplacement sont une tumeur maligne. Ce type de formation pathologique est caractérisé par des métastases - la propagation des cellules cancéreuses dans tout le corps. En présence de métastases, le pronostic est mauvais.

Comment le diagnostic est-il réalisé??

Les tests cliniques généraux aideront à identifier uniquement une violation dans le corps et ne sont pas spécifiques. Des informations plus détaillées peuvent être obtenues en utilisant des méthodes supplémentaires de diagnostic du corps:

  • radiographie.
  • Ultrason.
  • Tomodensitométrie et imagerie par résonance magnétique.
  • Laparoscopie.
  • Biopsie.
  • Analyse des marqueurs tumoraux.

Les deux dernières méthodes vous permettent de distinguer un kyste d'une tumeur..
Photo: pixabay.com

Traitement

Les experts identifient trois tactiques:

  • Expectant: seule l'observation dynamique du patient est effectuée.
  • Médicaments: les médicaments sont utilisés pour la thérapie symptomatique et étiologique.
  • L'intervention chirurgicale n'est réalisée que selon les indications: éducation de grande taille, perturbation des organes, survenue de complications.

Quelle est la différence entre un kyste et une tumeur? Types de kystes. Classification des tumeurs

Le développement d'un kyste ovarien est associé à des déséquilibres hormonaux dans le corps, cependant, les causes profondes de la maladie n'ont pas encore été établies par les scientifiques. De nombreuses femmes qui ont reçu un diagnostic de la maladie n'ont pas d'informations sur le danger d'un kyste ovarien et sur les résultats du traitement. Une croissance tumorale incontrôlée peut entraîner des conséquences irréversibles.

Les oncologues de l'hôpital Yusupov diagnostiquent et traitent les néoplasmes ovariens. Des programmes de thérapie complets utilisant des technologies modernes visent à améliorer la qualité de vie du patient et à maintenir la santé reproductive. Les spécialistes de la clinique d'oncologie répondent honnêtement à la question de savoir ce qui menace un kyste ovarien et s'il peut se transformer en tumeur cancéreuse.

Un kyste ovarien peut-il se transformer en cancer


La raison d'une visite chez le médecin peut être la prophylaxie annuelle habituelle ou des plaintes de douleurs récurrentes dans le bas de l'abdomen. Si un kyste ovarien est trouvé lors de l'examen ou après une échographie, le gynécologue s'intéresse tout d'abord à la bénignité de la formation: avec un plus grand degré de probabilité, selon les données échographiques, il est possible de conclure sur la nature du néoplasme, mais le diagnostic final n'est posé qu'après réception des résultats de la conclusion histologique.
L'utilisation d'une caméra haute résolution vous permet de voir très précisément les limites du kyste et de retirer le kyste exclusivement dans le tissu sain de l'ovaire. Ce qui vous permet de maintenir la réserve ovarienne.

Portée obligatoire du diagnostic

À l'aide de l'échographie, un diagnostic préliminaire peut être posé:

  • fonctionnel (folliculaire ou lutéal);
  • paraovarien;
  • endométrioïde;
  • kyste dermoïde.

Cependant, vous ne pouvez jamais être sûr que le kyste de l'ovaire détecté ne se transformera pas en kyste malin au fil du temps, vous devez donc écouter l'avis du médecin et effectuer l'intégralité de l'examen..

Avec les méthodes habituelles de diagnostic de laboratoire et de matériel, il est impossible avec une garantie à 100% de savoir quel type de kyste ovarien est - bénin ou malin. Il est possible que la cavité kystique ovarienne, qui existe depuis longtemps sans traitement, puisse devenir maligne, par conséquent, si nécessaire et selon les indications, les études doivent être répétées. Chaque femme doit prédire individuellement le risque de tumeur, en tenant compte des résultats de la recherche. Les méthodes d'enquête obligatoires comprennent:

  • test sanguin pour les marqueurs tumoraux CA-125, HE-4;
  • échographie transvaginale;
  • selon les indications, une TDM ou une IRM est réalisée;
  • laparoscopie diagnostique ou thérapeutique.

Dans la plupart des cas, cela suffit à exclure un diagnostic dangereux avec un maximum de confiance. Cependant, il faut comprendre que tout kyste ovarien peut devenir malin avec le temps, il est donc nécessaire, après la fin de l'examen et du traitement, de poursuivre l'observation avec un médecin..

3 raisons de contacter le Centre de Gynécologie, Médecine de la Reproduction et Esthétique

La clinique gynécologique la plus grande et la plus moderne de Moscou

Dernières technologies et équipements!

Des experts auxquels font confiance des milliers de clients reconnaissants!

Kyste ovarien - quel est le risque de malignité

Le pronostic du développement d'un processus malin au niveau des appendices est individuel pour chaque femme et dépend en grande partie de la présence d'une prédisposition génétique aux tumeurs des organes génitaux féminins.

Facteurs de risque du cancer de l'ovaire

  • la présence d'une prédisposition héréditaire (dans la famille, les parents avaient des cas d'oncopathologie gynécologique);
  • avortements médicaux fréquents;
  • maladies gynécologiques concomitantes causées par un déséquilibre hormonal;
  • maladies endocriniennes (syndrome métabolique, obésité, diabète);
  • fumeur.

Un kyste dermoïde se développe à la suite d'un processus de développement embryonnaire anormal. Très souvent, ce type de pathologie se transforme en tumeur cancéreuse..

L'une des indications pour la mise en œuvre d'une méthode de diagnostic aussi moderne que l'IRM en gynécologie est la présence de cavités dans la zone des appendices.

Si le médecin a diagnostiqué une femme avec une formation kystique dans la région ovarienne, en plus du traitement, elle devra adhérer à des règles simples qui empêchent le développement d'une pathologie.

Afin de ne pas manquer la formation et le développement de tumeurs kystiques dans les appendices, il est nécessaire de procéder à un examen gynécologique préventif annuel. Seul un médecin peut évaluer de manière fiable les résultats des examens.

Un kyste ovarien est un néoplasme ressemblant à une tumeur dans la région des appendices utérins, constitué d'une cavité liquide.

Pour effectuer un diagnostic à part entière de la formation dans la région des appendices, le médecin n'aura pas suffisamment de résultats uniquement par échographie et des tests sanguins cliniques seront également nécessaires.

Tactiques pour une dégénérescence maligne suspectée du kyste ovarien

L'observation du kyste ovarien est effectuée pendant trois mois. Pendant ce temps, les formations fonctionnelles devraient disparaître. Les kystes pathologiques, les vraies tumeurs et le cancer ne se prêtent pas à la régression. Un traitement chirurgical est indiqué - élimination de la formation avec examen histologique obligatoire après la chirurgie.

Si un kyste ovarien est détecté, il n'est pas nécessaire de refuser la chirurgie. Si l'éducation n'est pas partie dans 3 mois, elle ne disparaîtra pas d'elle-même. Une tumeur autrefois inoffensive peut rapidement dégénérer en cancer, et il sera alors trop tard pour opérer. Il vaut mieux supprimer à temps l'éducation suspecte que vivre dans la peur constante.

L'ablation du kyste ovarien est réalisée par accès laparoscopique ou laparotomique (avec une incision dans la paroi abdominale). La priorité est donnée aux opérations mini-invasives. Les technologies modernes vous permettent d'extraire un kyste ou tout l'ovaire grâce à de petites piqûres. La chirurgie laparoscopique s'accompagne moins souvent du développement de complications. La récupération après une chirurgie mini-invasive prend 7 à 14 jours. Après 2 semaines, le résultat de l'examen histologique sera prêt et la femme sera en mesure de déterminer avec précision le type de tumeur et de décider d'autres tactiques. L'analyse est déchiffrée par un gynécologue ou un oncologue.


Représentation schématique de l'ablation laparoscopique du kyste de l'ovaire.

Indications pour l'élimination du kyste ovarien:

  • Préservation de l'éducation pendant plus de 3 mois sans tendance à la régression;
  • Cancer de l'ovaire suspecté (basé sur l'échographie et les tests de laboratoire);
  • Détection d'une tumeur ovarienne chez les femmes ménopausées ou chez une fille avant la puberté.

En cas de suspicion de malignité, un examen histologique du kyste est effectué pendant l'opération. Le matériel est transporté au laboratoire, où l'histologue de garde donne une conclusion dans les 15 à 20 minutes. D'autres tactiques dépendront des résultats de l'analyse:

  • Si la formation est bénigne, elle est excisée dans les tissus sains (cystectomie). En cas de dommages importants à l'ovaire, son retrait est indiqué (ovariectomie);
  • Avec des formations limites et suspectes, l'ovaire est enlevé avec le kyste. L'ovaire est placé dans un sac en plastique et ensuite seulement retiré. Cette tactique empêche la propagation des cellules cancéreuses et des métastases tumorales;
  • Si le kyste est malin, la portée de l'opération est élargie. Avec un cancer non invasif, seul l'ovaire atteint peut être excisé. Le stade de cancer I ou plus est une indication pour l'ablation de l'utérus avec les appendices. De plus, le grand épiploon, l'appendice, la rate, les ganglions lymphatiques rétropéritonéaux - les zones de métastases possibles peuvent être enlevées. Chez les jeunes femmes, les opérations de préservation d'organes ne sont possibles qu'avec une étude minutieuse des appendices opposés et de l'utérus. Après la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie sont prescrites.


La propagation du cancer de l'ovaire en fonction du stade de la maladie.

Les méthodes alternatives de traitement pour la malignité suspectée du kyste ne sont pas utilisées. Dans cette situation, il est inacceptable d'attendre - vous devez diagnostiquer et vous débarrasser de la tumeur dès que possible. Les prescriptions de médecine alternative ne permettent pas d'éliminer une maladie dangereuse et ne sont même pas considérées comme une méthode auxiliaire..

Des kystes et des tumeurs ovariens sont détectés pendant la grossesse. Si vous suspectez une malignité, la formation doit être supprimée. L'opération est effectuée pendant une période de 14 à 20 semaines. Le montant de l'intervention dépend de la pathologie identifiée et de la durée de la grossesse:

  • Si un kyste ou une tumeur bénigne est détecté, il est retiré. L'ovaire est conservé si possible;
  • Si un cancer de stade I est détecté en début de grossesse, une chirurgie de préservation des organes peut être pratiquée. Dans le cancer de stade II et au-dessus, l'ablation de l'utérus avec appendices est indiquée. La grossesse est interrompue;
  • Si une tumeur maligne des ovaires est découverte après 22 semaines, une césarienne est indiquée. Une fois le fœtus retiré, le montant de la chirurgie dépendra du stade du cancer.

Le pronostic d'un kyste ovarien est déterminé par son type. Les lésions bénignes ne mettent pas la vie en danger et sont faciles à traiter. Avec une tumeur maligne, le pronostic dépend du stade du processus pathologique. Plus le diagnostic est posé tôt, plus il y a de chances de sauver la vie et la santé d'une femme..

Une vidéo intéressante sur les formations tumorales ovariennes et leurs caractéristiques

informations générales

Beaucoup de femmes se demandent si une tumeur bénigne peut devenir un kyste ovarien malin? Pour ce faire, essayons de comprendre ce qu'est la maladie et comment elle apparaît.

Au stade de la formation, toutes les formations sont bénignes. Ils sont presque asymptomatiques et après quelques cycles, ils se résolvent d'eux-mêmes. Mais certaines tumeurs ne disparaissent pas pendant une longue période, saignent et provoquent une gêne pour le patient. Dans ce cas, elle a un besoin urgent de consulter un médecin. Le spécialiste aidera la femme à s'assurer que la tumeur n'est pas devenue cancéreuse.

Qu'est-ce qu'un kyste? Il a la forme d'une bulle remplie de contenu liquide. Il apparaît dans les tissus de l'ovaire. La formation est petite, mais parfois elle atteint 10 centimètres de diamètre. Chaque mois, une petite capsule remplie de liquide apparaît dans l'ovaire d'une femme. À l'intérieur de ce follicule, un œuf mûrit. Quand il est temps pour elle de sortir, la coquille de la capsule éclate et son contenu pénètre dans les trompes de Fallope. Si l'ovulation ne se produit pas, le follicule continue de croître et devient une tumeur. Une telle éducation est appelée fonctionnelle. Il se dissout tout seul au début du prochain cycle mensuel. Dans certains cas, des vaisseaux sanguins s'y forment. Normalement, le kyste ovarien devrait disparaître de lui-même après quelques mois..

Les formations limites surviennent le plus souvent chez les femmes de plus de 35 ans. Ils sont de type bénin. Malgré le fait que les tumeurs borderline métastasent rarement, elles sont récurrentes. Ainsi, après le traitement, le patient peut développer une seconde tumeur sur l'ovaire ou un autre organe. Il est recommandé d'éliminer ces formations chirurgicalement. Les tumeurs borderline diffèrent des cancers en ce qu'elles n'ont pas la capacité de se propager aux tissus conjonctifs. Dans le cas où la tumeur quitte l'ovaire, elle ne s'y développe pas.

Comment le cystome diffère du kyste

En cours de réussite à l'échographie, le kyste est visualisé sous la forme d'une croissance arrondie avec des parois minces. Les bords du kyste sont uniformes et clairs, le contenu est homogène. Le cystome de l'ovaire droit ou gauche a des bords flous, sa structure est hétérogène, il y a des inclusions tissulaires supplémentaires à l'intérieur de la formation. Il n'y a pas d'autres manifestations cliniques qui permettraient de différencier ces types de formations. Un examen histologique supplémentaire des tissus de la formation après sa résection peut aider au diagnostic..

La différence est également que la membrane du cystome est constituée de couches épithéliales, ces structures ont tendance à produire leur propre secret (contenu dans la formation), ainsi qu'une augmentation constante de la taille de la croissance. Cette pathologie ne se résout jamais d'elle-même (et un kyste peut). Sa croissance peut ralentir, mais elle ne disparaîtra pas, son traitement doit donc être effectué selon des méthodes radicales. Le kyste a également des membranes constituées de tissu conjonctif. Ce type d'éducation ne se développe pas, il ne peut s'étirer que sous l'influence du contenu accumulé..

Classification des tumeurs

Le processus de transformation de la maladie en cancer de l'ovaire chez chaque patient a sa propre durée. Quelle que soit sa durée, chaque kyste passe par trois étapes avant de devenir cancéreux..

Le stade précancéreux est typique des femmes en âge de procréer. À ce stade, la tumeur se forme, augmente en taille, c'est-à-dire qu'elle présente toutes les conditions préalables pour devenir maligne.

Éducation bénigne. À ce stade, le médecin diagnostique déjà la présence d'un kyste. Le risque de sa transformation en cancer augmente. Afin de diagnostiquer une tumeur maligne à temps, une femme doit consulter un gynécologue qui surveillera la croissance des cellules endométrioïdes.

Tumeurs malignes. Dans ce cas, le gynécologue, après le diagnostic, peut informer avec précision le patient d'un diagnostic décevant. La maladie est clairement visible lors du diagnostic, des métastases peuvent apparaître.

Le plus souvent, le cancer de l'ovaire est diagnostiqué chez les femmes en âge climatérique. Malheureusement, de nombreux patients vont chez le médecin lorsque la maladie leur cause des douleurs. Pas rarement, ce signe signifie l'apparition de métastases. Dans ce cas, les médecins ont recours à la chirurgie et administrent ensuite à la femme une chimiothérapie..

Néoplasmes bénins

Quelle est la différence entre un kyste et une tumeur d'origine bénigne? Toute tumeur est le résultat d'une violation du processus de croissance et de division cellulaire. Les tumeurs bénignes se développent plutôt lentement et sont généralement diagnostiquées lors de la visite d'un médecin avec d'autres problèmes.

Habituellement, ces formations n'ont pas de métastases et ne se propagent pas aux tissus adjacents. Les patients signalent rarement une détérioration de leur santé. Si la formation apparaît dans le cerveau, une augmentation de la pression intracrânienne est possible, ce qui devient la cause d'une douleur constante.

Les facteurs de risque comprennent:

  • mauvaise situation écologique dans une certaine région;
  • travail dans la production dangereuse;
  • tabagisme et abus de boissons alcoolisées, drogues;
  • une mauvaise nutrition;
  • rayonnement ultraviolet.

Prévisions et diagnostic

De nombreux patients veulent connaître la probabilité de malignité lorsqu'ils développent un kyste. Leurs craintes sont compréhensibles, car la formation peut devenir cancéreuse sans raison apparente. Si vous en croyez les statistiques, le kyste ovarien ne provoque le cancer que dans 0,01% des cas. Mais n'oubliez pas qu'il est difficile de reconnaître une maladie maligne à un stade précoce, surtout si elle n'a pas de métastases..

Ce n'est pas un kyste qui s'est formé récemment, mais une formation bénigne qui devient une maladie cancéreuse. Une femme a une telle éducation depuis longtemps, mais elle peut même ne pas être consciente de sa présence. Le fait est que les kystes ne se manifestent pas toujours comme des symptômes vifs. Le kyste se transforme en cancer de l'ovaire sous l'influence de certains facteurs, par exemple, un traitement hormonal substitutif.

Si les kystes sont normaux pour les femmes en période de procréation, alors chez les petites filles ou les femmes matures, ils apparaissent à de rares exceptions près. Dans ce cas, il est beaucoup plus facile de reconnaître leur transformation en une maladie maligne. Les filles et les femmes présentant une tumeur suspecte subissent un examen gynécologique complet pour déterminer la nature de la formation.

Dans la plupart des cas, les patients sont biopsiés. Cette analyse a un pourcentage élevé de fiabilité, car elle permet de déterminer la croissance du kyste et de révéler les moindres signes de malignité. La croissance rapide de l'éducation devrait alerter le médecin, car un kyste bénin se résout tout seul ou coexiste paisiblement sur l'ovaire de la patiente, sans provoquer son anxiété. Sur la base des résultats de la biopsie, un examen histologique est prescrit, ce qui vous permet de déterminer la suite du traitement..

Dans la plupart des cas, la maladie est traitée de manière conservatrice. Cela se réfère aux formations fonctionnelles qui surviennent à la suite d'un dysfonctionnement de l'ovulation ou des niveaux hormonaux. La pharmacothérapie permet aux patients de corriger le cycle menstruel et de normaliser les niveaux hormonaux. Au cours des tactiques d'attente, le gynécologue surveille l'état du kyste et s'assure qu'il n'augmente pas de taille.

Si le néoplasme ne disparaît pas de lui-même et que le traitement médicamenteux est impuissant, les gynécologues envisagent une intervention chirurgicale. Une méthode aussi radicale est prescrite si la tumeur continue de croître et que ses cellules deviennent cancéreuses..

L'opération est réalisée par un chirurgien sous anesthésie locale. Le médecin enlève le kyste et le tissu affecté qu'il touche. Si des cellules malignes se sont formées dans la tumeur et qu'elle s'est métastasée, les médecins enlèvent le tissu affecté et l'ovaire lui-même. Après ce type d'intervention, la patiente doit subir un examen gynécologique complet afin que le gynécologue vérifie s'il reste des cellules malignes dans son corps. Il n'est pas rare qu'un médecin prenne un fragment de néoplasme pour effectuer une analyse histologique..

L'ablation de la tumeur est prévue. Afin de supprimer rapidement la formation, les médecins ont recours à la laparoscopie, à la laparotomie ou à la résection. La dernière opération implique l'ablation complète de l'organe affecté. Une intervention chirurgicale d'urgence est effectuée non seulement en cas de risque de malignité, mais également en cas de rupture du kyste.

Méthodes de diagnostic différentiel

Lorsque les premières plaintes apparaissent, vous devez consulter un médecin et subir un examen:

Examen gynécologique

Lors d'un examen bimanuel, il est facile de confondre kyste et cancer de l'ovaire. Lors de l'examen, le médecin découvre une formation arrondie et mobile dans la projection des appendices. À ce stade, il est impossible de poser un diagnostic précis et de déterminer la nature de la tumeur.

L'examen des ganglions lymphatiques est d'une certaine importance dans le diagnostic des néoplasmes malins. Avec un kyste ovarien, les ganglions lymphatiques ne sont pas hypertrophiés, ils sont indolores à la palpation. Les métastases cancéreuses et les ganglions lymphatiques augmentent de taille et perdent leur mobilité. Il est assez difficile de définir cliniquement cette ligne. Souvent, même les ganglions lymphatiques affectés par la tumeur restent de taille normale, ce qui complique le diagnostic. De nombreuses structures le long desquelles les cellules cancéreuses se métastasent ne sont pas du tout palpables.


Voies métastatiques du cancer de l'ovaire.

Diagnostic de laboratoire

La détection de marqueurs tumoraux dans le sang permet de distinguer un kyste du cancer:

Le CA-125 est détecté chez 88% des femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire. Il se développe non seulement avec des néoplasmes malins des appendices, mais également avec des tumeurs d'une autre localisation. Peut être augmenté avec l'endométriose et l'inflammation des appendices.

Les valeurs normales de CA-125 ne parlent pas sans ambiguïté de la nature bénigne du processus. Au stade I du cancer de l'ovaire chez la moitié des femmes, le marqueur reste dans les limites normales. Les résultats ne sont pas très indicatifs, cependant, en l'absence d'autres méthodes fiables, l'analyse continue d'être utilisée en pratique gynécologique..

Procédure d'échographie

L'échographie permet de détecter une tumeur des appendices, mais ne permet pas de déterminer sa structure cellulaire. Le diagnostic est fait indirectement sur la base des symptômes échographiques. Les signes suivants parlent en faveur du processus malin:

  • Mauvaise forme d'éducation;
  • Contour de la tumeur irrégulier (bosselé);
  • Formation écho-négative avec inclusions multiples;
  • Tumeur multicamérale avec de nombreux septa.

Les symptômes ne sont pas très spécifiques et ne sont pas toujours détectés, cependant, ils peuvent être considérés comme des critères probables du cancer de l'ovaire. L'apparition d'un flux sanguin atypique autour de la formation et une vascularisation prononcée de la capsule parle également en faveur de la malignité (selon les résultats Doppler)

La photo ci-dessous montre deux images échographiques à des fins de comparaison. La première photo montre une formation ovarienne hypoéchogène sans inclusions - vraisemblablement un kyste. Dans la deuxième image, la structure hétérogène de la formation et la présence d'inclusions parlent en faveur du cancer de l'ovaire:

Il est également utile de lire: Kyste ovarien dermoïde (tératome)

La formation ovarienne kystique solide ou solide n'est pas encore un diagnostic, mais seulement un signe échographique. Une tumeur maligne peut être simple ou cellulaire, divisée en chambres par des cloisons.

Ponction d'un kyste ovarien

Elle est réalisée si un cancer est suspecté. Il vous permet d'obtenir du matériel pour la recherche, mais dans la pratique, il n'est pas utilisé trop souvent. Les dommages à la tumeur lors de la ponction et de l'aspiration du contenu augmentent le risque de métastases et aggravent le pronostic de la maladie.

Pour quelles raisons un kyste devient une tumeur maligne

  • 2 minutes de lecture

La formation kystique est souvent confondue avec une tumeur maligne. Les grandes cavités contenant du liquide peuvent entraîner de graves complications, par conséquent, elles nécessitent un diagnostic et une thérapie rapides. Cependant, il est important de distinguer un kyste d'une formation cancéreuse, car ce sont deux problèmes différents..

Contenu

Un kyste est une tumeur bénigne ou un cancer

Une anomalie kystique est toujours bénigne. Au stade initial, les formations mineures sont asymptomatiques.

Cependant, il est important de procéder à un examen complet afin d'établir un diagnostic précis, car à un stade précoce, le cancer provoque les mêmes symptômes que la cavité kystique. Dans ce cas, il est nécessaire de réaliser une biopsie suivie d'une étude histologique du matériel biologique prélevé..

Au stade initial, les deux maladies provoquent de la douleur. Si l'ovaire a été affecté, la vessie et le rectum sont comprimés, ce qui entraîne une constipation et des mictions fréquentes. Ces symptômes peuvent être à la fois avec un cancer des appendices et avec un gros kyste bénin.

Types de formations tumorales ovariennes

Attribuer de vraies tumeurs des ovaires (cystomes) et des formations ressemblant à des tumeurs des ovaires (kystes).

Tumeurs ovariennes - les cystomes comprennent principalement:

  1. Cystadénome (séreux, mucineux);
  2. Kyste ovarien endométrioïde (une conséquence de l'endométriose ovarienne);
  3. Kyste ovarien dermoïde (contenant des dérivés du tissu conjonctif (cheveux, graisse, dents, etc.).

La classification de l'Organisation mondiale de la santé est assez compliquée et repose sur la détermination de la structure histologique de la tumeur..

Les plus courants sont les suivants:

  1. Tumeurs épithéliales:
      tumeurs séreuses (bénignes, limites, malignes);
  2. tumeurs mucineuses (bénignes, limites, malignes);
  3. tumeurs endométrioïdes, etc..
  4. Tumeurs stromales du cordon sexuel
  5. Tumeurs des cellules lipidiques
  6. Tumeurs des cellules germinales
  7. Gonadoblastome
  8. Tumeurs des tissus mous non spécifiques des ovaires
  9. Tumeurs non classées
  10. Tumeurs métastatiques secondaires
  11. Processus tumoraux
      lutéome de grossesse;
  12. endométriose (kyste ovarien endométrioïde);
  13. processus inflammatoires
  14. kystes simples, etc..

Il devrait s'agir en particulier d'une conséquence de la maladie sous-jacente appelée «endométriose». Ceci doit être pris en compte lors de la prescription d'un traitement postopératoire..

Les formations de type tumeur comprennent principalement:

  1. Kystes folliculaires (dans le cas où l'ovulation ne se produit pas et que le follicule continue de croître);
  2. Les kystes du corps jaune (dans le cas où le corps jaune ne s'inverse pas, se développent et continuent de croître);
  3. Kystes paraovariens (c'est-à-dire kystes situés près des trompes et des ovaires).

Figure 2. Kystes paraovariens. La figure montre des kystes paraovariens de petite taille de localisation variée.

Séparément, il est nécessaire de mettre en évidence un terme tel que «kystes ovariens fonctionnels» - ce sont des kystes qui se forment pendant le cycle menstruel normal. Ceux-ci incluent les kystes folliculaires et les kystes du corps jaune. En règle générale, ces kystes subissent un développement inverse. Cependant, si ces formations continuent de croître et ne disparaissent pas dans les 3 mois, une intervention chirurgicale est nécessaire pour confirmer le diagnostic..

Si un kyste est détecté lors de l'examen échographique, personne ne peut être sûr à 100% du diagnostic. Tout d'abord, une observation est nécessaire, mais si le kyste existe depuis longtemps ou s'il existe des preuves que ce kyste n'est pas fonctionnel, selon les normes internationales, une intervention chirurgicale est nécessaire, suivie d'un examen histologique du matériel chirurgical.

Kystes ovariens pendant la période postménopausique

Comme déjà mentionné, un groupe spécial est composé de femmes ménopausées dont les ovaires ne fonctionnent plus. Ainsi, ce groupe de femmes est le plus susceptible d'avoir de véritables tumeurs (kystes ovariens), éventuellement malignes. Ce groupe de patients nécessite une attention particulière et une observation attentive. Il a été prouvé que plus des 2/3 des cas de cancer de l'ovaire surviennent chez la femme après 50 ans..

Les données d'études épidémiologiques et cliniques ont permis de déterminer le contingent de femmes dont le risque de développer un cancer de l'ovaire est significativement plus élevé que dans la population.

Ceux-ci inclus:

  • les femmes principalement à la fin de la 4e et seulement 5e décennie de la vie;
  • les patientes dont la fonction ovarienne est altérée, qui n'ont pas vécu sexuellement, qui ne sont pas tombées enceintes ou qui sont tombées enceintes, mais n'ont pas accouché;
  • chez les femmes ayant des antécédents de ménopause précoce;
  • les patients qui sont sous la surveillance d'un gynécologue pendant une longue période pour des fibromes utérins prétendument asymptomatiques, des maladies inflammatoires chroniques des appendices utérins et des tumeurs bénignes (kystes) des ovaires, c.-à-d. les femmes qui ont le plus souvent des erreurs de diagnostic conduisant à un diagnostic tardif du processus malin;
  • patients présentant des saignements postménopausiques, non associés à une pathologie de l'utérus.

Actuellement, selon un certain nombre d'auteurs étrangers, tous les kystes ovariens post-ménopausiques ne nécessitent pas de traitement chirurgical..

Il est prouvé que jusqu'à 70% des kystes à cet âge se résolvent spontanément et que le risque de malignité d'un kyste à chambre unique est inférieur à 10 cm, en l'absence de croissance pariétale et en présence d'une capsule mince, selon l'échographie des organes pelviens, est inférieur à 1%.

Mais jusqu'à présent, ce problème reste non résolu. Le plus important est au moins une définition approximative de la nature du kyste avant l'opération, car le volume du traitement chirurgical et les tactiques ultérieures sont déterminés par la bénignité ou la malignité du kyste ovarien..

Les recherches se poursuivent pour évaluer les critères de risque de malignité des kystes ovariens, qui peuvent être utilisés avant la chirurgie pour déterminer les tactiques chirurgicales appropriées. Cependant, jusqu'à présent, l'examen histologique reste l'étalon-or pour diagnostiquer la nature du kyste ovarien..

Seul un examen postopératoire détaillé du tissu de la capsule et du contenu du kyste ovarien permet un diagnostic à 100%.

L'une des options pour les critères de diagnostic préopératoire est la détermination de l'indice de malignité du kyste ovarien (RMI 1 - Relative Malignancy Index), développé par le Dr Jacobs et ses collègues en 1990, sur la base d'un score d'un certain nombre de signes:

  1. Caractéristiques de la période d'âge d'une femme:
      Période préménopausique - 1 point
  2. Période postménopausique - 3 points
  3. La présence de signes échographiques tels que:
      enseignement multi-chambre,
  4. formation solide (c'est-à-dire formation ayant un contenu dense)
  5. la présence d'une tumeur dans les deux ovaires
  6. la présence d'ascite - l'accumulation de liquide dans la cavité abdominale
  7. présence de métastases
  • Aucune fonction d'échographie - 0 point
  • L'une des caractéristiques ci-dessus est déterminée - 1 point
  • Plus d'un signe est déterminé - 3 points
  • Indicateurs du marqueur tumoral CA-125

    La formule de calcul de l'indice de malignité des kystes ovariens est la suivante:

    autrement dit, l'indice est déterminé en multipliant les scores des indicateurs sélectionnés.

    Si l'indice est supérieur à 200, une tumeur maligne du kyste ovarien peut être suspectée..

    La sensibilité de l'indice malin est de 87%, la spécificité est de 97%, ce qui justifie son utilisation dans la pratique d'un médecin.

    Une version améliorée de l'indice est une formule plus moderne développée en 1996 par le Dr Tingulstad - RMI 2. Dans le même temps, en l'absence ou en présence d'un signe échographique, 1 point est attribué, en présence de deux à cinq signes - 4 points. Les femmes ménopausées reçoivent également 4 points. Après cela, tous les points sont multipliés entre eux et l'indicateur du marqueur tumoral CA-125. Ce sera un indice de malignité amélioré, plus précis, spécifique et avec un pourcentage plus élevé de valeur prédictive..

    Les médecins de la plupart des pays utilisent l'indice de malignité non seulement pour décider des tactiques de prise en charge d'un patient atteint d'un kyste ovarien, mais également pour déterminer le volume et l'accès de l'opération (laparoscopie ou laparotomie).

    Ces dernières années, il est également devenu possible de mesurer les indicateurs d'un nouveau marqueur tumoral dans le sérum sanguin (HE4) et, en fonction de l'âge du patient (avant la ménopause ou après), une combinaison des nombres HE4 et CA-125, pour clarifier la bénignité du kyste ovarien. HE4 (4ème protéine de l'épididyme humain) est l'un des marqueurs tumoraux les plus informatifs et doit être inclus dans le programme d'examen préopératoire des patientes atteintes de kystes ovariens.

    L'algorithme ROMA (Risk of Ovarian Malignancy Algorithm) prend en compte les indicateurs de 2 marqueurs tumoraux CA-125 et HE4, ainsi que l'âge de la femme.

    Pour les femmes préménopausées:

    • Indice ROMA> 12,9% - signifie un risque élevé de développer un cancer de l'ovaire;
    • Indice ROMA 24,7% - risque élevé;
    • Index ROMA

    Héritage génétique du cancer de l'ovaire.

    Un kyste peut-il se transformer en cancer??

    Un kyste est une maladie insidieuse et à un stade précoce ne se dégage d'aucune façon, la maladie est absolument asymptomatique. Pour diagnostiquer la maladie le plus tôt possible, une femme doit faire attention aux douleurs soudaines, à la faiblesse, à la fatigue, à la perte d'appétit, aux règles irrégulières ou à la décharge d'une couleur ou d'une odeur étrange. L'immunité générale peut également diminuer et la température peut augmenter sans raison. S'il y a au moins quelques-uns des symptômes énumérés, il vaut la peine d'aller à l'hôpital pour un examen général, ce qui peut indiquer que le kyste:

    1. Il est malin et doit être enlevé avec une opération, car il ne répond pas au traitement médicamenteux. Habituellement, lors des analyses dans les cavités des pathologies, des cellules malignes sont trouvées, des métastases peuvent progresser, affectant d'autres organes.
    2. Précancéreux, ce qui signifie qu'il est dans un état très négligé et nécessite un traitement immédiat. Sinon, il y a une forte probabilité de dégénérescence cellulaire en malin.
    3. Bénin, ce type comprend la pathologie folliculaire ou l'endométriose de l'utérus. Ces follicules peuvent apparaître et se dissoudre en aussi peu que 2 à 4 cycles menstruels..

    Si vous regardez attentivement cette liste, vous pouvez dire que l'on ne peut pas affirmer qu'un kyste est un cancer. Au contraire, il peut évoluer en oncologie sans supervision ni traitement appropriés..

    Manifestations cliniques de la pathologie

    Si la croissance est petite, il n'y a pas de manifestations cliniques dans son contexte. Habituellement, une telle pathologie est découverte par hasard, lors d'un examen gynécologique ou lors d'une échographie..

    Lorsque le volume du néoplasme devient plus grand, des manifestations surviennent, dont l'intensité augmente à mesure que le cystome se développe:

    • Douleur douloureuse de nature tirante, elle peut irradier vers l'aine ou le bas du dos, elle devient plus intense après l'effort, l'intimité, les selles;
    • Sensation de lourdeur, de plénitude;
    • Dysfonctionnements du système digestif, accompagnés de difficultés prolongées de défécation ou de troubles intestinaux;
    • Envie fréquente de vider la vessie, ce symptôme apparaît en raison de la pression de la tumeur sur les organes du système urinaire;
    • Liquide dans la cavité abdominale, accompagné d'une augmentation de la taille de la cavité abdominale;
    • Violation externe de la symétrie de la cavité abdominale;
    • Gonflement des membres inférieurs.
    • Parfois, des dysfonctionnements apparaissent dans le cycle menstruel.

    Si la jambe de la tumeur est tordue, les symptômes s'aggravent fortement - un syndrome douloureux intensément prononcé, une hyperthermie, des troubles du tonus cardiaque, des nausées, l'appareil musculaire de la cavité abdominale est toujours de fort ton.

    Dans quels cas est-il nécessaire d'effectuer une opération sur un kyste?

    Les patients doivent savoir que seul un néoplasme fonctionnel folliculaire ne fait pas l'objet d'une intervention chirurgicale. Ceci est directement lié à la nature de la pathologie, car elle peut être absorbée après plusieurs cycles menstruels sous l'influence de médicaments et de processus naturels dans le corps. Normalement, une femme est en parfaite santé en 1 à 3 mois..

    Si cela ne se produit pas, le néoplasme est considéré comme pathologique et une opération est nécessaire pour l'éliminer, si les remèdes conservateurs n'aident pas. Le plus souvent, les médecins choisissent une opération laparoscopique, car elle minimise les complications et la période de rééducation ne s'éternise pas. De telles mesures préventives aideront à éviter une situation où le kyste s'est transformé en cancer. Si la maladie est sous la surveillance d'un médecin compétent, le patient peut ne pas s'inquiéter de ces conséquences..

    Causes des kystes ovariens

    Facteur hormonal

    Le plus souvent, les tumeurs ovariennes surviennent en raison d'un déséquilibre hormonal. Pour les kystes fonctionnels, le plus important est le déséquilibre des hormones sexuelles féminines avec une prédominance des œstrogènes. Les tumeurs hormono-actives sont formées à partir de cellules du tissu ovarien, ce qui provoque une augmentation prononcée de la quantité de certaines hormones dans le sang d'une femme.

    Facteur héréditaire

    Les kystes dermoïdes et les tumeurs hormonales sont souvent causés par des troubles congénitaux ou des problèmes de croissance intra-utérine. Les tumeurs sont retrouvées chez les jeunes femmes, provoquant des problèmes gynécologiques ou une infertilité. Les processus auto-immunes génétiquement déterminés jouent un rôle important dans la formation des cavités kystiques..

    Facteur inflammatoire

    Les infections chroniques de l'épididyme peuvent provoquer la formation d'une tumeur kystique inflammatoire. Le plus souvent, cela se produit dans le contexte d'une salpingo-ovariite chronique ou d'une infection par des infections génitales (gonorrhée, chlamydia). Toute intervention chirurgicale sur les organes pelviens (avortement, introduction d'un contraceptif intra-utérin, recherche diagnostique, chirurgie endoscopique ou abdominale) peut provoquer l'apparition de formations de type tumoral..

    L'endométriose

    Le kyste endométrioïde fait référence à l'endométriose génitale et nécessite un traitement chirurgical obligatoire.

    Le rôle principal des ovaires dans le corps d'une femme est la production d'hormones et la maturation de l'ovule. C'est pourquoi les principaux facteurs responsables de l'apparition d'un kyste ovarien sont les troubles endocriniens associés à l'ovulation et au cycle menstruel en 2 phases..

    Est-il possible de sauver l'ovaire après avoir retiré le kyste?

    De nombreuses femmes s'inquiètent de la sécurité de l'ovaire après l'ablation de la tumeur. Le plus souvent, avec un traitement approprié, une intervention chirurgicale n'affecte en aucun cas l'ovaire et vise uniquement à éliminer la formation dérangeante. En conséquence, les symptômes de la maladie disparaissent et aucune rechute ne se produit..

    Si la pathologie présente des signes d'oncologie selon les résultats des analyses et des diagnostics, les médecins enlèveront le néoplasme avec l'ovaire. Vous ne devriez pas vous inquiéter de la probabilité de tomber enceinte, comme le montrent les statistiques, si les trompes de Fallope sont normales, alors la possibilité d'une grossesse avec un ovaire est la même qu'avec deux.

    Points de vue

    Les kystes ovariens sont un problème relativement courant. De telles formations peuvent se former naturellement pendant le cycle menstruel. Dans la grande majorité des cas, les kystes ovariens ne sont pas nocifs pour la santé, ne sont pas cancéreux et ne nécessitent pas de traitement.

    Les kystes ovariens, qui se forment chez les femmes après la ménopause, peuvent être légèrement plus susceptibles de devenir cancéreux. Si une femme a des kystes ovariens et commence à ressentir des symptômes aigus, persistants ou inhabituels, elle doit consulter son médecin dès que possible..

    L'approche standard pour traiter les kystes ovariens non alarmants commence par l'observation. Si le kyste cause un inconfort grave à la femme, devient cancéreux ou interfère avec la grossesse, le médecin peut recommander une ablation chirurgicale..

    Quels kystes ovariens dégénèrent en malins

    Au stade de la formation des formations, chacune d'elles a un caractère bénin. Au fil du temps, certains développent des cellules malignes qui peuvent se développer en oncologie. Les vésicules cavitaires sont petites, elles peuvent apparaître et se dissoudre d'elles-mêmes pendant le cycle menstruel.

    Selon les statistiques, les kystes dégénèrent rarement en une tumeur maligne. Le problème réside dans le fait que le processus malin au stade initial peut imiter cette formation à l'examen. Cela complique le diagnostic correct et réduit les chances de guérison complète de la femme..

    Aujourd'hui, il existe plusieurs types de tumeurs:

    • bénin - petites cavités ou type folliculaire;
    • néoplasmes précancéreux, dermoïdes et endométrioïdes;
    • oncologie ovarienne.

    Ce sont les néoplasmes précancéreux qui présentent un danger et peuvent évoluer en oncologie. Ils atteignent de grandes tailles, commençant à faire pression sur les organes voisins et à causer de l'inconfort à une femme.

    Symptômes des tumeurs kystiques

    Les petits kystes peuvent ne pas apparaître de quelque manière que ce soit, mais à mesure que la taille augmente, les symptômes seront impératifs. Toutes les manifestations et plaintes externes des femmes qui ont un kyste ovarien peuvent être conditionnellement divisées en plusieurs groupes:

    Sensations de douleur

    La douleur peut survenir à droite ou à gauche, dans le bas de l'abdomen ou dans le sacrum. La gravité va des sensations de douleur sourdes aux douleurs lancinantes sévères qui peuvent irradier sur le côté, la jambe, le bas du dos ou l'anus.

    Irrégularités menstruelles

    Dans le contexte d'un kyste ovarien, tout changement de menstruation est possible. Le plus souvent, il y a:

    • menstruations abondantes et fréquentes;
    • rare et rare;
    • absence de jours critiques pendant plusieurs mois;
    • arrivée au hasard des menstruations.

    Manifestations endocriniennes

    Les troubles hormonaux dans le contexte d'un kyste ovarien peuvent se manifester par une variété de symptômes:

    • obésité;
    • pilosité atypique pour une femme (poils foncés au dessus de la lèvre supérieure, apparition de poils sur la poitrine autour des mamelons et du pubis au nombril);
    • changements cutanés (acné, séborrhée);
    • dysfonctionnements sexuels (manque de libido, douleur et inconfort pendant les rapports sexuels);
    • l'apparition de problèmes gynécologiques (hyperplasie de l'endomètre, polype utérin, myome utérin);
    • altération de la fertilité (infertilité, fausse couche).

    Modifications des organes adjacents

    Une tumeur ovarienne de taille moyenne et grande (plus de 6 à 10 cm de diamètre) peut comprimer les organes pelviens, ce qui se traduira par des troubles de la miction et de la défécation (obstruction intestinale, difficulté à vider la vessie). Les grosses tumeurs (plus de 15 cm) qui s'étendent au-delà du petit bassin peuvent appuyer sur les organes sus-jacents.

    À quelle fréquence un kyste ovarien dégénère-t-il en cancer?

    Selon le type de kyste borderline qui risque de se développer en cancer, le pourcentage de probabilité de renaissance sera déterminé. Ce facteur est également influencé par les indicateurs suivants:

    1. Âge de la femme. Plus la femme est âgée, plus le risque de développer un néoplasme en oncologie est élevé. Par exemple, les vésicules cavitaires trouvées pendant la ménopause doivent être enlevées, et si elles sont diagnostiquées à un âge précoce, elles sont surveillées et traitées de manière conservatrice..
    2. Intervalle de temps de détection. Si une tumeur de la cavité de type borderline a été découverte lorsque ses tissus ont commencé à se développer et à appuyer sur les organes voisins, il existe un risque que le néoplasme se transforme en cancer. Par conséquent, il est recommandé à chaque femme, quel que soit son âge, de consulter un gynécologue deux fois par an..
    3. Un type. Les kystes dermoïdes dégénèrent dans 2% des cas et les kystes endométrioïdes évoluent encore moins souvent en cancer.

    Toutes les formations de type borderline, ainsi que séreuses et mucineuses, sont soumises à un diagnostic obligatoire et à une élimination ultérieure. Le risque de telles cavités passe de 30 à 50.

    Classification des kystes et autres tumeurs ovariennes

    Malgré la classification conjointe de ces lésions, il est faux de dire qu'un kyste est un cancer. Les gynécologues observent dans de très rares cas une dégénérescence maligne d'un néoplasme kystique. De par la nature du processus pathologique, les kystes et les tumeurs ovariennes sont divisés dans les groupes suivants:

    1. Conditions précancéreuses des ovaires. Des processus pathologiques similaires se retrouvent chez les femmes de plus de 30 ans. Les formations kystiques limites dans des cas extrêmement rares sont les causes de néoplasmes malins et de métastases.
    2. Tumeurs bénignes. Un kyste peut-il se transformer en cancer? Cette maladie est associée à l'endométriose de l'utérus, dans laquelle il y a une croissance anormale de la couche utérine externe.
    3. Néoplasmes malins. Le cancer de l'ovaire est diagnostiqué principalement chez les patientes ménopausées. Dans la plupart des cas, les femmes consultent un médecin à 3 ou 4 stades, lorsque la tumeur provoque des douleurs. Dans les derniers stades de la croissance maligne, le traitement comprend la chirurgie et la chimiothérapie. Une intervention radicale opportune permet de guérir le cancer de l'ovaire chez 40 à 50% des patients atteints de cancer.

    Kyste ovarien ou cancer: comment dire

    La plus grande difficulté de diagnostic est le problème de la distinction entre un kyste ovarien cancéreux et un kyste bénin. Afin de déterminer avec précision l'étiologie, les médecins effectuent une série d'examens et de tests.

    Dans la plupart des cas, la cavité trouvée à l'échographie est bénigne, mais si l'oncologie est cachée à l'intérieur, elle doit être diagnostiquée immédiatement. Les méthodes de diagnostic pour distinguer le cancer de la croissance bénigne seront:

    • Une échographie réalisée 2 mois après l'examen initial, sur laquelle un kyste a été trouvé;
    • tests de laboratoire: test sanguin général et biochimique, où les résultats sont présentés par des indicateurs modifiés;
    • détermination du niveau de CA-125 - recherche oncopique du cancer de l'ovaire;
    • en présence d'écoulement sanglant, un examen histologique est effectué;
    • IRM selon les indications.

    Sur l'échographie primaire, il est impossible de dire s'il s'agit d'un cancer ou d'un kyste, le gynécologue prescrit un deuxième examen. Cela montre: si la formation s'est résolue ou a diminué de taille, alors elle était bénigne. S'il grandit et grandit, il se transforme souvent en cancer. Plus d'informations sur les premières manifestations du cancer peuvent être trouvées dans la vidéo:

    Surveillance des kystes et diagnostic précoce du cancer de l'ovaire

    La difficulté du diagnostic précoce réside dans l'impossibilité d'évaluer correctement l'état du kyste et d'identifier sa nature par échographie. De nombreux patients demandent de l'aide lorsque la tumeur a déjà commencé à se transformer en cancer aux stades 3-4. À ce stade, le taux de survie à cinq ans est beaucoup plus faible que lorsqu'il est détecté tôt. Des difficultés surviennent également lors de la réalisation de tests pour le marqueur tumoral CA-125:

    • à un stade précoce, certaines des tumeurs cancéreuses ne produisent pas une telle quantité de protéines qui peut être diagnostiquée à l'aide de données de laboratoire;
    • la protéine CA-125 est souvent vraiment détectable aux stades avancés du cancer, lorsque le kyste est déjà devenu trop grand, ce qui réduira considérablement la survie du patient.

    Il est également difficile d'obtenir des tissus pour examen, car les médecins ne font pas ces examens en présence d'un kyste, en raison de sa nature bénigne. L'objectif principal est de surveiller le néoplasme. Sa taille normale ne dépasse pas un diamètre de 6-7 cm, il a une capsule mince, il peut augmenter en raison de l'accumulation de liquide à l'intérieur, mais cela passe après 2-3 mois.

    Diagnostique

    Le diagnostic de cette maladie, même en oncologie gynécologique moderne, reste une tâche assez difficile. Pendant très longtemps, les formations malignes peuvent ne pas se manifester avec des symptômes prononcés, ce qui rend leur définition assez difficile. C'est pourquoi, le plus souvent, les patients se tournent vers les stades ultérieurs de la maladie, lorsque les néoplasmes se transforment en une tumeur maligne..

    Le diagnostic de la pathologie est effectué au moyen de certaines procédures:

    1. Test sanguin, détection d'une augmentation du soe. Une ESR élevée est souvent un signe d'inflammation dans le corps. Une telle méthode de diagnostic vous permet de trouver des informations importantes sur le corps, à savoir la présence de protéines spéciales, la présence dans le sang, qui indiquera la présence d'une formation maligne dans le corps.
    2. Ultrason. Avec ce diagnostic, vous pouvez déterminer la présence de phoques en examinant les organes pelviens.
    3. Biopsie. Analyse, lorsqu'une petite partie de l'ovaire affecté est examinée pour l'histologie et la cytologie.
    4. Laparoscopie - un diagnostic qui permet au médecin d'examiner la cavité abdominale et l'état des organes pelviens, d'examiner les tissus kystiques et les tumeurs.

    En plus des résultats du diagnostic prescrit, il sera important pour le médecin de connaître les symptômes et les informations sur les sensations du patient afin de déterminer le diagnostic exact..