Principal
Myome

Polype du canal cervical

Un polype du canal cervical est une tumeur bénigne qui se développe à partir du canal cervical et pénètre dans sa lumière, alors qu'il peut être attaché soit sur un couteau fin ou sur une base large.

Les polypes font référence aux processus hyperplasiques des organes génitaux, parmi lesquels on distingue également les polypes de l'endomètre, émanant de la couche interne de l'utérus.

Un polype cervical est souvent trouvé dans la zone du pharynx externe, il est donc clairement visible même lors d'un examen normal sans l'utilisation de méthodes de recherche supplémentaires.

Cependant, dans certains cas, la base (jambe) peut être dans la partie supérieure ou médiane du canal cervical..

Classification

En fonction du nombre de ces néoplasmes, il est habituel de distinguer deux principaux types de polypes:


  • célibataire - se produit le plus souvent
  • plusieurs.
Dans la pratique clinique, une grande importance est attachée à la classification histologique, qui détermine le programme de traitement et le pronostic de la maladie..

Avec ça en tête les polypes sont classés en deux variétés:


  1. 1) glandulaire. Ils sont recouverts d'un épithélium cylindrique, dans lequel les cellules sont disposées sur une rangée
  2. 2) Epidermisé, qui présente un danger oncologique. Dans celui-ci, l'épithélium est partiellement ou complètement métaplasique, tandis que les cellules sont situées sur plusieurs rangées.

Les causes du polype

Symptômes d'un polype du canal cervical

Pendant longtemps, les polypes cervicaux chez certaines femmes peuvent ne pas se manifester cliniquement, et dans d'autres cas, au contraire.

Les principaux symptômes ce processus pathologique sont les suivants:


  1. 1) Écoulement sanglant qui apparaît entre les règles
  2. 2) Saignements ou saignements de contact, associés soit à un contact sexuel, soit à un examen vaginal
  3. 3) menstruations abondantes
  4. 4) Légère douleur douloureuse dans le bas de l'abdomen. La douleur peut devenir des crampes lorsque le polype est né ou est pincé dans le canal cervical.
Dans le contexte d'un polype du canal cervical, un hématomètre peut se développer, c'est-à-dire une accumulation de sang dans la cavité utérine sur fond de blocage du canal cervical. Cliniquement, cela se manifeste par des symptômes tels que:

  • douleur persistante dans le bas de l'abdomen qui s'aggrave les jours de vos règles prévues
  • manque de menstruation ces jours-ci
  • une augmentation de la taille de l'utérus.

Diagnostics polype du canal cervical

La liste des études diagnostiques recommandées pour établir un diagnostic précis est divisée en études de base et supplémentaires. Les principaux sont:


  • examen des organes génitaux de l'extérieur
  • inspection dans les miroirs
  • examen vaginal à deux mains
  • procédure échographique
  • hystéroscopie - examen du canal cervical et de la cavité utérine à l'aide d'une technique de grossissement spéciale
  • examen histologique, qui est la norme diagnostique «d'or» pour la différenciation des polypes bénins et malins.
Des méthodes supplémentaires comprennent la colposcopie et la cytologie. Ils peuvent être utilisés comme étape préliminaire. Les principaux signes d'un polype cervical, qui sont déterminés lors de l'examen dans les miroirs, sont les suivants:

  • formation dans la zone de l'orifice externe, qui dépasse généralement ses limites
  • il a des contours clairs
  • surface lisse du néoplasme
  • sa forme est en forme de poire
  • couleur - rose vif.
L'échogénicité des polypes lors de l'examen échographique est modérée ou augmentée. Dans son processus, il est important d'évaluer l'état de l'endomètre, car il peut être hyperplasique (évaluer l'épaisseur, la régularité des contours, ainsi que la présence de formations locales).

Traitement d'un polype du canal cervical

Le traitement des polypes a les objectifs suivants:


  1. 1) Retirer
  2. 2) Prévention d'un processus oncologique malin
  3. 3) Soulagement des symptômes cliniques.
La principale méthode de traitement d'un polype du canal cervical est l'ablation chirurgicale des tissus envahis. Cependant, ce n'est que la première étape de la thérapie. Sur le second, il est nécessaire d'éviter la récurrence des polypes. À cette fin, des médicaments hormonaux sont prescrits qui normalisent le statut endocrinien dans le corps de la femme..

Afin d'éliminer complètement le polype, une hystéroscopie est nécessaire. Il permet, sous contrôle visuel, de retirer la base ou la patte du polype, qui est à l'origine de la récurrence.

Compte tenu du fait que les polypes cervicaux sont souvent associés à des processus hyperplasiques de l'endomètre, dans de tels cas, il est démontré qu'il effectue un curetage diagnostique séparé du col de l'utérus et de la cavité utérine. Après cette procédure, une hystéroscopie est également réalisée. Tout le matériel reçu doit être envoyé pour examen histologique.

Le traitement hormonal est effectué pendant une longue période - pendant plusieurs mois (de trois à six). Le choix de l'un ou l'autre médicament hormonal dépend des facteurs suivants:


  1. 1) L'âge du patient
  2. 2) Le résultat de l'examen histologique
  3. 3) La présence de maladies concomitantes.
Les principaux médicaments utilisés pour corriger les niveaux hormonaux sont les suivants:

  • anti-œstrogènes
  • antigonadotrophines
  • gestagènes
  • analogues des gonadolibérines
  • contraceptifs oraux combinés
  • médicaments pour le traitement hormonal substitutif.
À un jeune âge de procréer et en présence de polypes glandulaires, des contraceptifs oraux combinés sont prescrits. En présence d'un polype épidermique ou en âge de procréer moyen et tardif, les médicaments contenant des doses relativement élevées d'œstrogènes doivent être évités, à l'exception du traitement hormonal substitutif.

La préférence doit être donnée aux agents bloquants (anti-œstrogènes, analogues des gonadolibérines, antigonadotrophines). Cependant, en raison de la présence d'effets secondaires prononcés associés à une carence en œstrogènes, le traitement est effectué de manière cyclique ou à des doses pulsées avec des interruptions significatives..

Prévention et prise en charge des patients

Actuellement, il n'existe aucune mesure préventive efficace qui empêcherait de manière fiable le développement de ce processus pathologique. L'exposition à des facteurs prédisposants avec un certain degré de probabilité réduit ce risque, mais n'empêche pas complètement.

Les patients avec des polypes enlevés doivent être sous surveillance médicale dynamique. Il dépend directement des résultats de l'examen histologique et repose sur les principes suivants:


  1. 1) Inspection par ultrasons une fois par mois
  2. 2) Mener une hormonothérapie et évaluer son efficacité.

Quel médecin contacter pour un traitement?

Si, après avoir lu l'article, vous supposez que vous présentez des symptômes caractéristiques de cette maladie, vous devriez consulter un gynécologue.

Polype du canal cervical: causes d'apparition, symptômes, traitement

Un polype du canal cervical (polype cervical) est une pathologie dans laquelle la membrane muqueuse du canal cervical se développe dans sa lumière, formant des excroissances sur une jambe mince ou large.

Le néoplasme est bénin, mais dans environ 1,5% des cas, sans traitement rapide, il peut dégénérer en une tumeur maligne. Dans la partie centrale ou la base des vrais polypes cervicaux, il y a des vaisseaux sanguins qui les nourrissent.

Parmi tous les néoplasmes bénins du col de l'utérus, les polypes occupent la première place et surviennent dans environ 4% des cas. Leur taille peut atteindre 4 mm de diamètre, ils peuvent être à la fois simples et multiples.

Le plus souvent, ces formations sont diagnostiquées chez des femmes âgées de 45 à 50 ans. Ils peuvent être situés dans d'autres organes (dans le nez, l'estomac, le côlon).

Types de pathologie

Il existe les types suivants de croissance du tissu glandulaire du canal cervical:

Les excroissances sont formées à partir du tissu conjonctif de l'endomètre et sont plus fréquentes chez les femmes de plus de 40 ans. Il existe un risque de dégénérescence en tumeurs malignes

Formé à partir d'épithélium cylindrique et peut atteindre de grandes tailles (jusqu'à 1,5 cm). Ces néoplasmes sont plus souvent observés chez les femmes en âge de procréer et dégénèrent rarement en tumeurs malignes. Les rechutes après le traitement de ce type de polypes ne sont pas observées

Les excroissances sont formées à partir du tissu conjonctif et des cellules glandulaires de l'endomètre et peuvent atteindre 2,5 cm de diamètre. Après le retrait des polypes glandulaires-fibreux du canal cervical, une femme doit prendre des contraceptifs hormonaux pendant six mois

Les néoplasmes sont assez dangereux, car ils peuvent atteindre 4 cm et dégénérer souvent en malignes.Par conséquent, après leur élimination, le médecin peut prescrire une chimiothérapie

Causes des polypes du canal cervical

On ne sait toujours pas exactement ce qui conduit à l'apparition de polypes du canal cervical. Les facteurs prédisposants comprennent:

Troubles hormonaux

À la suite d'un dysfonctionnement ovarien dans le corps d'une femme, une grande quantité d'œstrogènes est produite et le niveau de progestérone diminue. Ce facteur provoque des changements dans la couche muqueuse du col de l'utérus, ce qui conduit en outre à la formation de croissances

Ces maladies affectent le fonctionnement des glandes, l'intégrité des muqueuses et le taux de régénération, qui est à l'origine de la formation de polypes.

Blessure au col de l'utérus

Souvent, lors de l'accouchement, de l'avortement, du curetage ou de la chirurgie, la paroi du col de l'utérus est endommagée. Dans ce cas, des infections peuvent se rejoindre, ce qui affecte considérablement la régénération tissulaire et la formation de néoplasmes.

Symptômes

Il n'y a pas de symptômes spécifiques qui indiqueraient la présence d'un polype dans la région cervicale..

Dans la plupart des cas, les petites néoplasmes ne dérangent pas une femme et ne sont détectées que lors d'un examen gynécologique. Mais s'ils atteignent de grandes tailles, le patient peut présenter des signes caractéristiques.

Symptômes suggérant la présence de néoplasmes endocervicaux:

  • spotting après un rapport sexuel. Ils peuvent être causés par des dommages mécaniques au néoplasme lors du contact;
  • repérer au milieu du cycle. Le plus souvent observé avec une ulcération de la croissance;
  • taches pendant la ménopause. Un symptôme alarmant qui peut indiquer la dégénérescence de la formation en une tumeur maligne;
  • écoulement purulent ou séreux-purulent. Se produire si le patient a des maladies infectieuses chroniques;
  • douleur pendant les rapports sexuels. Peut se produire lorsqu'une photo d'une accumulation est blessée;
  • douleur dans le bas de l'abdomen ou le bas du dos. Ce symptôme se produit si la formation est grande;
  • violation du cycle menstruel. Chez les femmes atteintes de pathologie, les saignements menstruels sont abondants et durent plus d'une semaine. Cela est dû à un excès d'œstrogènes et à un épaississement de l'endomètre..

En outre, les polypes endocervicaux peuvent provoquer une infertilité. Situés à l'entrée de l'utérus, ils empêchent la pénétration des spermatozoïdes, ce qui empêche la grossesse. En outre, des changements dans les niveaux hormonaux peuvent entraîner une infertilité..

Diagnostique

Le médecin peut diagnostiquer un polype du canal cervical lors d'un examen gynécologique à l'aide d'un miroir, ces néoplasmes sont assez perceptibles, car ils dépassent du col de l'utérus. De plus, une échographie (échographie) est prescrite, ce qui vous permet d'identifier les néoplasmes dans la cavité utérine (le cas échéant).

Une colposcopie est réalisée pour clarifier le diagnostic. À l'aide d'un appareil spécial (similaire à un microscope), le médecin examine le col de l'utérus, notant les changements. Au cours de la procédure, un petit morceau de tissu est prélevé pour une biopsie (analyse approfondie).

Une hystéroscopie peut être pratiquée pour examiner en profondeur la cavité utérine et le canal cervical. Au cours de cette procédure, une micro-caméra vidéo est insérée dans le vagin, qui transmet l'image à l'écran, si nécessaire, vous pouvez prendre une photo.

Avant l'opération, une femme peut se voir attribuer les tests suivants:

  • frottis vaginal (pour la flore);
  • diagnostic de la PCR (réaction en chaîne par polymérase, vous permet d'identifier les infections cachées);
  • analyse générale du sang et de l'urine;
  • oncocytologie.

Traitement

Dois-je retirer un polype du canal cervical? Oui, cela doit être fait sans faute, car plus tard, cela peut provoquer un cancer. Après la procédure de retrait, la femme se voit prescrire:

  • médicaments anti-inflammatoires: utilisés en présence d'infections chroniques;
  • contraceptifs oraux: pour corriger les niveaux hormonaux.

Habituellement, une seule accumulation est enlevée en la saisissant avec une pince spéciale et en effectuant des mouvements de rotation. La procédure est assez douloureuse, par conséquent, une anesthésie est effectuée avant de commencer. Les vaisseaux qui alimentent le néoplasme sont tordus lors du retrait, de sorte qu'ils ne saignent pas.

À l'étape suivante, le lit est gratté avec une curette (pour éviter la re-formation d'une accumulation) et traité avec un antiseptique.

De plus, après avoir enlevé l'accumulation, le lit peut être traité par la méthode suivante:

  • moxibustion avec des médicaments (par exemple, Solkovagin);
  • congélation à l'azote liquide (cryodestruction);
  • moxibustion utilisant un courant haute fréquence (électrocoagulation).

Afin d'exclure les tumeurs malignes, les tissus de la formation, après élimination, sont envoyés pour un examen histologique..

Excision chirurgicale

Si le néoplasme atteint une taille importante, une excision chirurgicale est effectuée. L'opération est souvent réalisée à l'aide d'un hystéroscope. L'appareil est inséré dans le vagin et la caméra vidéo intégrée affiche des données sur l'écran, ce qui permet au médecin d'effectuer des manipulations précises. Selon la taille des excroissances, une torsion ou une excision des excroissances est possible.

L'opération est réalisée sous anesthésie au plus tard le dixième jour après la fin des règles. La contre-indication à sa mise en œuvre est:

  • la présence de tumeurs malignes;
  • sténose du col de l'utérus;
  • grossesse;
  • maladies inflammatoires infectieuses.

Diathermocoagulation

Une autre méthode qui vous permet de vous débarrasser de la formation est la diathermocoagulation. À l'aide d'un couteau électrique spécial, à travers lequel passe un courant haute fréquence, le polype est excisé. Une croûte apparaît sur le site de retrait, ce qui protège la plaie de l'infection et empêche le développement de saignements.

Parce qu'il y a une forte probabilité de cicatrices, qui peuvent entraîner des complications lors de l'accouchement, cette méthode n'est pas utilisée pour traiter les femmes nullipares.

Le processus est assez douloureux et la guérison peut prendre jusqu'à deux mois. La contre-indication à la diathermocoagulation est un processus infectieux-inflammatoire ou un trouble de la coagulation sanguine.

Polypectomie au laser

Pour éliminer les petites formations, une polypectomie au laser est effectuée. Dans ce cas, un faisceau laser est utilisé à la place d'un scalpel. Dans la polypectomie classique, une boucle électrique est utilisée qui couvre la croissance.

Il est presque impossible de guérir la maladie sans chirurgie. La thérapie conservatrice avec l'utilisation d'agents externes, locaux et oraux peut céder à des formations fibreuses dont la taille est inférieure à un centimètre.

Dans d'autres cas, les médicaments ne peuvent que stopper la prolifération tissulaire et réduire le risque de malignité..

Après avoir enlevé l'accumulation, une femme doit adhérer aux recommandations suivantes:

  • s'abstenir de tout rapport sexuel pendant un mois;
  • refuser de faire des douches vaginales;
  • éviter une activité physique intense pendant deux semaines.

Si une femme présente des symptômes indiquant qu'elle développe un néoplasme dans la région du canal cervical, elle devrait demander conseil à un gynécologue.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.

Symptômes et traitement du polype cervical

Ce qui augmente le risque de pathologie

Les causes du processus hyperplasique ne sont pas exactement connues. Son apparence est associée à des changements hormonaux et immunologiques dans le corps d'une femme, qui sont plus souvent observés après l'âge de 40 ans.

Le polype du canal cervical est détecté lors de l'examen par un gynécologue

Le risque des pathologistes augmente avec un traumatisme mécanique du canal cervical, qui est observé dans les cas suivants:

Des déchirures de la membrane muqueuse peuvent survenir lors de toute procédure nécessitant l'expansion forcée du canal cervical. On pense que l'apparition d'un polype peut se produire dans le contexte d'une inflammation chronique et de troubles hormonaux, ce qui conduit à la prolifération de cellules épithéliales. Par conséquent, la pathologie est souvent associée aux processus suivants:

  • érosion et ectropion du col de l'utérus;
  • myome;
  • l'endométriose;
  • polype endométrial;
  • dysfonctionnement des ovaires;
  • colpite atrophique.

Avec des violations de l'équilibre de la microflore vaginale, une dysbiose, des rechutes fréquentes de candidose, une infection par la chlamydia, l'uréeplasma, le papillomavirus humain, les polypes sont beaucoup plus courants que chez les femmes sans processus inflammatoires. Ces raisons sont indirectes et augmentent la probabilité de développer une pathologie..

Caractéristiques de classification et de structure

L'excroissance de la membrane muqueuse de l'endocol se développe dans n'importe quelle partie du canal cervical, mais la localisation principale est la jonction de l'épithélium cylindrique et stratifié, aussi près que possible de la gorge externe du cou. Les polypes peuvent être simples ou multiples, dans ce dernier cas il s'agit d'une polypose.

La classification est basée sur la structure histologique des tissus néoplasiques. On y distingue trois types de structures cellulaires - glandulaires, stromales et vasculaires, les polypes sont donc:

  • glandulaire;
  • glandulaire fibreux;
  • fibreux;
  • adénomateux;
  • angiomateux.

Sur la surface de l'excroissance, il peut y avoir une doublure de l'épithélium endocervix - cylindrique, ou une couche d'épithélium squameux stratifié, qui couvre normalement l'exocervix. La vigilance est causée par des néoplasmes, qui sont tapissés de jeunes cellules indifférenciées présentant des signes de métaplasie. Les polypes en prolifération nécessitent un examen détaillé pour exclure le cancer du col de l'utérus.

La cause en est les troubles hormonaux, l'avortement et le curetage

Un vrai polype a un pédicule vasculaire d'alimentation à la base, par conséquent, s'il est endommagé, un saignement est observé et un rejet indépendant de la formation est impossible. La taille de l'excroissance sur la membrane muqueuse du canal cervical est de 2 à 40 mm. Ces derniers polypes sont considérés comme géants. Tous ont une forme ovale ou ronde, une surface lisse. La couleur dépend du nombre de vaisseaux d'alimentation et de leur prolifération dans l'épaisseur des tissus. Plus il y en a, plus la teinte est riche, jusqu'au rouge foncé ou bordeaux. Les excroissances rose pâle contiennent un nombre minimal de vaisseaux.

Il existe de faux polypes qui se forment chez les femmes enceintes à partir du tissu décidual de l'endomètre. Elles n'ont pas de jambe d'alimentation, mais ces formations augmentent le risque d'interruption de grossesse, donc, selon les indications, elles sont retirées pendant la gestation.

Comment la pathologie se manifeste

Les symptômes avec de petits polypes simples sont rares. Les femmes qui consultent un gynécologue de manière irrégulière peuvent en apprendre davantage sur la pathologie par hasard après un examen. Dans d'autres cas, l'apparition de symptômes est associée à une lésion de la membrane muqueuse du polype pendant les rapports sexuels. Cela conduit à l'apparition de petits saignements, qui ne nécessitent pas de traitement spécial et disparaissent d'eux-mêmes..

Avec une tendance à la vaginite, la surface du néoplasme peut également être infectée. Cela conduit à l'apparition d'une leucorrhée séreuse ou séreuse-purulente. Leur volume dépend de l'agent pathogène et de l'implication de la muqueuse vaginale. La couleur de la leucorrhée peut également varier du sang jaunâtre, verdâtre, blanc au brun..

Les irrégularités menstruelles sont rares pour les polypes.

Ils n'obstruent pas la sortie du sang de la cavité utérine. L'échec est causé par d'autres maladies qui accompagnent le néoplasme.

Des difficultés à concevoir peuvent survenir chez les femmes atteintes de polypes en raison d'une obstruction du sperme. Mais le plus souvent, d'autres facteurs sont à blâmer: fibromes, dysfonctionnement ovarien, endométriose.

Le danger des néoplasmes est pour les femmes enceintes. Une irritation mécanique du col de l'utérus peut augmenter le risque de menace d'interruption précoce. Parfois, d'autres complications surviennent:

  • saignement vaginal;
  • insuffisance isthmique-cervicale;
  • faible attachement du placenta.

Les polypes cervicaux sont rarement malins, mais le médecin doit toujours suspecter une tumeur cancéreuse afin de procéder à l'examen et au traitement les plus complets.

Examen lors de la détection d'un néoplasme

Le diagnostic des polypes est nécessaire pour son identification visuelle lors de l'examen. La première étape est un frottis du canal cervical pour le test PAP. Cette étude permet de détecter les changements dysplasiques, les cellules atypiques. Si une dysplasie de 2-3 degrés est détectée dans un frottis, une consultation oncologue est nécessaire.

Lors d'un examen gynécologique, le médecin note les changements suivants:

  • hypertrophie ou épaississement du col de l'utérus;
  • de petites néoplasmes vasculaires dépassent du canal cervical;
  • la consistance de la formation est douce ou élastique.

Parfois, la couleur des polypes est blanche, ce qui est associé aux processus de kératinisation. Ils sont déclenchés lorsque la surface du néoplasme est recouverte d'épithélium stratifié. Les polypes dans lesquels la circulation sanguine a été perturbée deviennent violets ou bleus.

Après un examen gynécologique, une colposcopie est réalisée. Cela vous permet de considérer la structure des néoplasmes. Grâce au colposcope, foyers de changements inflammatoires, les tissus nécrotiques sont clairement visibles. Des tests spéciaux sont effectués qui révèlent des changements dans l'épithélium du col de l'utérus. S'il y a des lésions suspectes, une biopsie est prélevée.

Les polypes sont souvent associés à d'autres processus hyperplasiques gynécologiques. Par conséquent, une échographie du bassin est réalisée afin de réaliser un traitement complet si nécessaire.

Les femmes atteintes de polypose sont dépistées pour les infections sexuellement transmissibles. Si le VPH, la chlamydia, des titres accrus d'uréeplasmes et de mycoplasmes sont détectés, un traitement rapide est nécessaire.

Les symptômes des polypes peuvent être troublants à tout moment de votre cycle

Méthodes de traitement

Tout néoplasme du canal cervical doit être retiré pour la prévention de l'oncopathologie. En cas de manipulation, une hospitalisation au service de gynécologie est nécessaire après un examen ambulatoire préalable.

L'opération est réalisée sous anesthésie générale. la manipulation s'accompagne de sensations douloureuses. Le polype est maintenu avec une pince et les mouvements de torsion sont séparés de la paroi endocervicale. Après cela, un curetage du canal cervical est nécessaire pour retirer l'épithélium altéré et la jambe du polype. Le site d'attachement est cautérisé pour réduire le risque de saignement et de récidive.

Si les diagnostics échographiques ont révélé simultanément des modifications de l'utérus, une hystéroscopie peut être nécessaire. Pour un examen histologique ultérieur, l'endomètre est gratté.

Parfois, une résection en forme de coin est utilisée pour retirer le polype. Ceci est fait lorsque le néoplasme est proche du pharynx externe. Si la jambe est attachée au sommet du canal cervical, l'opération est réalisée sous la direction d'un hystéroscope.

Assurez-vous de faire une analyse histologique des tissus obtenus. S'il y a des signes d'une masse bénigne, un traitement ultérieur n'est pas nécessaire. S'il y a des signes de dysplasie, en particulier dans le contexte d'un HPV à haut risque oncogène, un traitement est nécessaire pour supprimer l'activité du virus. Après élimination des polypes, selon les indications, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • les antibiotiques;
  • antiseptiques;
  • médicaments anti-inflammatoires;
  • immunomodulateurs.

Le danger est la polypose, qui se reproduit après le traitement. Les femmes atteintes de cette évolution de la maladie sont amputées du col de l'utérus pour prévenir la malignité du néoplasme.

Les femmes qui planifient une grossesse doivent retirer le polype avant la conception pour éviter des conséquences désagréables. Il est également possible de pratiquer une intervention chirurgicale en portant un bébé, mais avec beaucoup de précaution afin de ne pas provoquer de fausse couche ou d'accouchement prématuré. Les indications de retrait pendant la grossesse sont les suivantes:

  • la taille du néoplasme est supérieure à 10 mm;
  • activation de la croissance, augmentation à chaque examen;
  • changements nécrotiques ou inflammatoires;
  • l'émergence du risque d'interruption de grossesse;
  • malignité.

Des complications sont possibles avec une cautérisation incomplète du pédicule vasculaire du polype. Par conséquent, il est nécessaire de le dévisser le plus complètement possible et de brûler soigneusement le lit restant..

La prévention des polypes consiste à éviter les infections sexuellement transmissibles. Ceci peut être réalisé en utilisant des méthodes de contraception barrières en étant fidèle à un partenaire. Il est nécessaire d'éviter les avortements, le curetage injustifié du col de l'utérus, ainsi que de traiter en temps opportun les processus inflammatoires du vagin, les maladies hyperplasiques de l'utérus.

Les polypes sont des maladies bénignes, mais ils augmentent le risque de développer des processus inflammatoires et peuvent agir comme un facteur d'infertilité cervicale. Ils sont associés à d'autres maladies dyshormonales. Par conséquent, en plus d'éliminer le néoplasme, il est nécessaire de lutter contre ses causes..

Nous vous recommandons également de lire: ovulation tardive

Polypes du canal cervical

Les maladies gynécologiques passent dans la plupart des cas inaperçues pour une femme. Au stade initial, il est possible de détecter une pathologie du système reproducteur uniquement lors d'un examen préventif. Souvent, le médecin pose un diagnostic tel qu'un polype du canal cervical. À première vue, cela semble être quelque chose d'effrayant, mais en fait, il s'agit d'une formation bénigne qui résulte d'une prolifération pathologique de l'épithélium du col de l'utérus..

Dans la polyclinique, la réception Otradnoye est effectuée par des gynécologues qualifiés avec plus de 10 ans d'expérience. Nous n'utilisons que des techniques modernes à faible traumatisme. Inscrivez-vous à un premier examen et consultation par téléphone figurant sur le site..

Pourquoi des néoplasmes se produisent-ils?

La pathologie survient le plus souvent à l'âge adulte, après 40 à 50 ans. Souvent, plusieurs polypes se forment à la fois. Ensuite, le diagnostic est fait de polypose (polypes multiples).

  1. Lésion traumatique du col de l'utérus. Cela peut être un avortement, un curetage diagnostique, un travail compliqué, l'installation d'une spirale. Lorsqu'il est endommagé, l'épithélium se développe activement, ce qui conduit à l'apparition de polypes.
  2. Dysfonctionnement dans le travail des ovaires, ce qui entraîne des troubles hormonaux. Un excès de certaines hormones et un manque d'autres conduisent à l'endométriose. Dans son contexte, des néoplasmes apparaissent.
  3. IST - les infections génitales provoquent souvent une inflammation du canal cervical. La membrane muqueuse se détache. L'émergence de microdommages conduit à une division cellulaire accrue. En conséquence, l'épithélium du canal s'épaissit et des excroissances apparaissent..
  4. Vaginose ou violation de la microflore du vagin.
  5. Stress chronique, expériences fréquentes;
  6. Maladies du système endocrinien - obésité, diabète sucré.

Le facteur héréditaire joue également un rôle important. Chez 30% des femmes avec ce diagnostic, les plus proches parents ont également une polypose..

Types de polypes

Les types de polypes suivants se distinguent par leur forme et leur structure:

  1. Fibreux - typique des femmes ménopausées. Il a une structure dense en raison du fait qu'il est constitué de tissu fibreux. Attaché au canal par un pédicule vasculaire. Il est clairement visible à l'échographie. À retirer, car il existe un risque de dégénérescence en tumeur maligne.
  2. Glandulaire - fait référence à des formations bénignes non dangereuses. Se compose principalement d'épithélium cylindrique. Il a une structure douce, il est donc facilement endommagé.
  3. Glandulaire fibreux - a une base large. Sujette à l'inflammation et aux saignements. Risque élevé de malignité, c'est-à-dire de devenir cancer.
  4. Déciduel - ils sont affectés à un groupe spécial, car les polypes de ce type ne se trouvent que pendant la grossesse. Ils se développent à partir de tissu décidual. Souvent de petite taille et ne constituent généralement pas une menace pour porter un enfant.
  5. L'adénomateux est la variante la plus dangereuse d'un polype, mais elle est rare. Fait référence aux conditions précancéreuses, car il contient déjà des cellules spécifiques.
  6. Granulation - se produit à la suite d'une blessure au col de l'utérus. Sujette à l'inflammation et à l'ulcération. Saignements sur les lésions mineures.

La forme des polypes est différente. Ils peuvent être ovales, ronds ou en forme de champignon. En diamètre, la formation a une taille de 0,2 mm à 3 cm.

Comment la pathologie se manifeste

Une femme peut ne pas être au courant de l'apparition d'une petite éducation pendant une longue période. Habituellement, un tel polype est découvert par hasard par un gynécologue lors d'un examen. Les symptômes ne surviennent qu'en cas d'infection, de blessure ou de croissance de la croissance. Vous devez faire attention aux signes suivants:

  • saignement après un rapport sexuel, associé à un traumatisme de croissance;
  • douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen;
  • les pertes vaginales avec du pus sont un signe caractéristique d'une grande formation;
  • saignement pendant la «période sèche», qui indique une inflammation ou une torsion des jambes du polype;
  • menstruations abondantes avec douleur intense;
  • température subfébrile lorsque l'infection se joint.

Plusieurs polypes peuvent également saigner après un exercice intense, une longue marche. Avec de tels symptômes, assurez-vous de prendre rendez-vous avec un gynécologue.

Le polype est-il dangereux et doit-il être retiré

Malgré le fait que le néoplasme soit bénin, il existe un risque de dégénérescence en une tumeur maligne. En plus de la croissance maligne, il existe les risques pour la santé suivants:

  • menstruations abondantes et saignements fréquents - peuvent provoquer une anémie;
  • nécrose;
  • problèmes de conception;
  • une fausse couche est possible pendant la grossesse;
  • risque de saignement utérin.

Important! En préparation de la FIV, la présence d'un polype dans la cavité utérine est une contre-indication à la procédure.

Diagnostic et traitement

Certains types de polypes sont bien diagnostiqués visuellement, en particulier ceux qui sont en forme de champignon et pédonculés. Pour clarifier le diagnostic, les études suivantes sont prescrites:

  1. Colposcopie - examen du col de l'utérus avec un appareil grossissant.
  2. Échographie intravaginale. Vous permet de déterminer la taille et l'emplacement de l'éducation.
  3. Histologie avec prélèvement de biomatériau pour la recherche en laboratoire sur la présence de cellules cancéreuses atypiques.

Lorsque le diagnostic est confirmé, des médicaments hormonaux sont parfois prescrits. Mais la méthode conservatrice n'aidera pas à se débarrasser de l'éducation et ne pourra que ralentir sa croissance. Pour une guérison complète, une ablation chirurgicale est nécessaire. Dans ce cas, le risque de récidive est minime..

Ablation du polype du canal cervical: techniques de base

Il existe plusieurs méthodes pour se débarrasser de l'accumulation. Leur choix dépend de la taille et du type de polype. Dans les établissements médicaux modernes, des méthodes peu traumatisantes sont utilisées qui ne nécessitent pas de rétablissement à long terme..

  1. La polypectomie est une méthode classique éprouvée. Le polype est enlevé par torsion. La méthode est assez traumatisante et convient aux petites excroissances.
  2. Cryodestruction - à l'aide d'azote liquide, la base du polype est cautérisée. Par la suite, il disparaît lui-même.
  3. L'élimination au laser est une méthode moderne qui convient aux polypes de toutes tailles. À l'aide d'un rayonnement laser, une moxibustion ponctuelle est effectuée. Les tissus sains du canal cervical ne sont pas affectés.
  4. La coagulation par ondes radio est une méthode douce et sans contact. L'avantage est que les vaisseaux sanguins sont scellés avec des ondes radio immédiatement après leur retrait. Cela élimine les infections et les saignements..

L'ablation la plus courante d'un polype du canal cervical est l'hystéroscopie avec curetage. Pour cela, un appareil spécial est utilisé - un hystéroscope. C'est un tube avec une caméra miniature intégrée. Il est utilisé pour diagnostiquer les pathologies intravaginales. Sous le contrôle d'un hystéroscope, le polype est retiré à l'aide d'une boucle spéciale ou de ciseaux gynécologiques. De plus, un grattage est effectué. Cela réduit le risque de récidive..

Comment bien se préparer à la chirurgie

Toute intervention chirurgicale dans le corps nécessite un examen préalable. Cela aide à déterminer le choix de la méthode, ainsi qu'à exclure les complications pendant l'opération..

La liste des études requises comprend:

  • Échographie des organes pelviens;
  • frottis vaginal;
  • analyse des IST;
  • tests sanguins et urinaires généraux;
  • ECG (si l'opération sera réalisée sous anesthésie générale).

En présence de maladies chroniques, la consultation de spécialistes restreints est nécessaire. Il est recommandé de ne pas manger le jour de l'opération. La procédure est généralement réalisée sous anesthésie locale. Ne prend pas plus de 30 minutes.

Période postopératoire

Dans les premiers jours, l'apparition de saignements spotting est possible. Ce symptôme disparaît tout seul. Si l'éducation était importante et qu'il existe un risque d'infection, il est possible de prescrire un traitement antibactérien.

Dans un délai d'un mois après le retrait, un repos sexuel est nécessaire. Également interdit les visites aux bains, saunas et piscines. Pendant cette période, vous devez vous abstenir de faire de l'activité physique et des sports actifs.

Si vous ressentez une douleur intense ou de la fièvre, consultez votre médecin!

Quelles sont les complications après le retrait du polype

Avec un bon fonctionnement, les complications sont extrêmement rares. Une rechute est possible dans 25 à 30% des cas. La raison peut résider à la fois dans l'ablation incomplète du polype et dans le fond hormonal de la femme. Il est impératif de trouver la cause de la formation, sinon, après le retrait, le polype peut réapparaître. De plus, après l'élimination radicale de l'accumulation dans le canal cervical, un processus inflammatoire peut se produire. Parfois, des saignements surviennent.

Toutes ces complications sont faciles à éviter si vous vous adressez à un gynécologue-chirurgien compétent et expérimenté. Si vous devez retirer un polype, contactez nos spécialistes. Vous pouvez vous inscrire en appelant le numéro de téléphone indiqué sur le site Web.

Quelles sont les causes des polypes cervicaux et le traitement des formations avec des sécrétions dans le canal cervical

Les polypes cervicaux sont des néoplasmes qui se forment à partir des muqueuses en expansion du canal cervical. La tumeur ressemble à une croissance sphérique avec une tige mince. La présence de polypes peut affecter négativement les fonctions de reproduction chez les jeunes femmes.

De quoi et pourquoi apparaissent-ils

Les principales raisons de la formation de croissances bénignes comprennent:

  • maladies infectieuses chroniques;
  • blessures au col de l'utérus et au vagin;
  • changements hormonaux.

Les facteurs qui augmentent la probabilité de polypes comprennent:

  • maladies chroniques des organes internes;
  • troubles endocriniens (diabète sucré, hyperthyroïdie);
  • Grossesse et allaitement;
  • mature et vieillesse.

Processus inflammatoires

Les raisons suivantes contribuent à l'apparition d'un polype dans le col de l'utérus:

  • inflammation de la muqueuse de l'utérus (endométrite);
  • infection du canal cervical causée par des bactéries, des virus et des parasites intracellulaires;
  • activité accrue du virus du papillome humain.

L'évolution prolongée du processus inflammatoire affecte négativement le travail des glandes et la réparation des tissus. Avec la division accélérée des cellules épithéliales, des néoplasmes bénins apparaissent.

Troubles hormonaux

Lorsque les glandes endocrines ne fonctionnent pas correctement, l'équilibre hormonal du corps est perturbé. Avec un dysfonctionnement ovarien, les œstrogènes augmentent, les niveaux de progestérone diminuent.

La raison de l'apparition de polypes dans le canal cervical est la suivante: lorsque l'équilibre des hormones sexuelles est perturbé, les muqueuses du col de l'utérus s'épaississent, formant une croissance. Une diminution de la quantité de progestérone peut entraîner l'apparition de formations kystiques.

Traumatisme

Les causes traumatiques des polypes comprennent:

  • interruption chirurgicale de grossesse;
  • examen endoscopique de la cavité utérine;
  • curetage diagnostique.

Si les manipulations médicales ne sont pas effectuées correctement, l'intégrité des tissus mous est violée. Lorsque les infections bactériennes se rejoignent, le processus de guérison ralentit, ce qui contribue à l'apparition de croissances.

Symptômes et signes

Avec un polype du canal cervical, les symptômes apparaissent comme suit:

  1. Saignement. Ils surviennent lors d'un effort physique et d'un rapport sexuel lorsque le néoplasme se développe dans le vagin. Un écoulement avec un polype du canal cervical indique des dommages à la croissance. Des saignements mineurs peuvent survenir plusieurs jours avant ou après vos règles. L'apparition d'un écoulement sanglant chez les femmes âgées peut indiquer une dégénérescence maligne des néoplasmes..
  2. Écoulement muqueux ou purulent avec une odeur désagréable. Indiquer une infection.
  3. Douleur. Avec les polypes du col de l'utérus, le symptôme apparaît lorsque le néoplasme atteint une grande taille. Les sensations désagréables sont localisées dans le bas du dos et le bas de l'abdomen. Pendant les rapports sexuels, la douleur s'intensifie, ce qui est un signe de blessure à la croissance.
  4. Violation du cycle menstruel. La présence de néoplasmes bénins dans le canal cervical contribue à une augmentation de la durée des règles. Cela est dû à une augmentation des taux d'œstrogènes, ce qui contribue à l'épaississement de l'endomètre. Des saignements abondants fréquents entraînent le développement d'une anémie.
  5. Infertilité. L'incapacité de concevoir est associée à la fois à un déséquilibre hormonal et à la présence d'un obstacle mécanique qui empêche les spermatozoïdes de pénétrer dans l'utérus.

Diagnostics et classification

Les méthodes suivantes sont utilisées pour détecter la maladie:

  1. Examen gynécologique. À l'aide de miroirs, le vagin et le col de l'utérus sont examinés. Un tel examen permet d'identifier les grandes formations..
  2. Échographie du petit bassin. Destiné à identifier les signes d'inflammation et les polypes qui ne peuvent pas être détectés lors d'un examen gynécologique.
  3. Colposcopie. Pendant la procédure, un appareil est utilisé pour aider à examiner attentivement les muqueuses de la région cervicale. La procédure vous permet de détecter les signes de transformation maligne.
  4. Examen endoscopique. Un tube flexible équipé d'une caméra vidéo est inséré à travers le vagin dans la cavité utérine. Il aide à identifier les signes d'inflammation, les néoplasmes bénins et malins.

La classification des polypes comprend les types suivants:

  1. Fibreux. Il est formé à partir des fibres du tissu conjonctif de l'endomètre. On le trouve souvent chez les femmes mûres et âgées. Un polype cervical de ce type est caractérisé par une tendance accrue à la transformation maligne..
  2. Glandulaire fibreux. Formé à partir de tissus glandulaires et conjonctifs. Les excroissances sont grandes et ont tendance à réapparaître après l'ablation chirurgicale.
  3. Glandulaire. Les excroissances sont formées à partir de tissus muqueux et sont de petite taille. Les néoplasmes de ce type se retrouvent le plus souvent chez les jeunes femmes. La probabilité de formation d'une tumeur maligne est minime.
  4. Atypique. Un polype est composé de cellules modifiées, ce qui le rend similaire à un néoplasme malin. La chimiothérapie est prescrite après l'ablation chirurgicale.

Comment traiter sans chirurgie

Il n'est pas toujours possible de guérir la maladie avec des méthodes conservatrices. Les médicaments n'éliminent pas les excroissances, mais ralentissent seulement leur développement. Le schéma thérapeutique comprend les médicaments suivants:

  1. COC ou gestagènes. Les premiers normalisent l'équilibre hormonal, les seconds ont un effet positif sur le fonctionnement des ovaires et éliminent les saignements. Le traitement aide à ralentir la croissance des néoplasmes, à réduire le risque de dégénérescence maligne et à réduire l'intensité de la décharge.
  2. Les antibiotiques Ils sont prescrits pour l'origine infectieuse des polypes. Le choix du médicament dépend du type de maladie. Pour la chlamydia, des macrolides (azithromycine) sont prescrits, pour la gonorrhée - fluoroquinolones (ciprofloxacine), pour la trichomonase - antibiotiques nitroimidazole (métronidazole).
  3. Médicaments anti-inflammatoires (Diclofénac). L'utilisation de tels fonds est recommandée pour les processus inflammatoires dans les organes pelviens. Les médicaments sont prescrits en association avec des antibiotiques. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens soulagent la douleur, la fièvre et le gonflement des muqueuses.

Vous ne pouvez pas traiter vous-même un polype. Un traitement antibiotique ou hormonal doit être prescrit par un médecin.

Traitement avec des remèdes populaires

Vous pouvez traiter la polypose à la maison avec les herbes suivantes:

  1. Ortie. La plante a des effets cicatrisants, analgésiques et hémostatiques. 20 g de feuilles sèches sont versées avec un verre d'eau bouillante et laissées pendant une demi-heure. La perfusion finie est filtrée, le liquide résultant est imprégné d'un tampon, qui est inséré dans le vagin la nuit.
  2. Sauge. Élimine les saignements et les signes d'inflammation, détruit les micro-organismes pathogènes. 1 cuillère à soupe. l. les herbes sont versées sur 200 ml d'eau, bouillies à feu doux pendant 10 minutes et laissées pendant une demi-heure. Le produit fini est filtré et utilisé pour l'insertion dans le vagin à l'aide d'un tampon de gaze. La procédure devrait durer 2-3 heures.
  3. Achillée. Il a des propriétés anti-inflammatoires, analgésiques et antibactériennes. 1 cuillère à soupe. l. les matières premières sont versées dans 200 ml d'eau bouillante, insisté pendant 40 minutes. Un tampon est imprégné d'un liquide, qui est inséré dans le vagin avant le coucher.
  4. Camomille. Il a des propriétés anti-inflammatoires et antiseptiques. 1 cuillère à soupe. l. les fleurs doivent être versées avec un verre d'eau bouillante et laissées pendant une heure. La perfusion est humidifiée avec un tampon, qui est conservé dans le vagin pendant 2-3 heures.

Ablation chirurgicale

En présence de polypes atypiques dans le canal cervical, le traitement est effectué chirurgicalement.

Les opérations suivantes sont considérées comme les plus efficaces:

  1. Hystéroscopie. Le curetage est réalisé en introduisant un instrument endoscopique dans le canal cervical. Le polype est retiré avec une pince. L'opération doit être effectuée au début du cycle menstruel. Avec un polype du col de l'utérus, le traitement de cette manière est contre-indiqué en présence d'infections, de processus inflammatoires et de maladies oncologiques.
  2. Diathermocoagulation. Implique le traitement des excroissances avec un courant électrique à haute fréquence. Les principaux inconvénients de la méthode sont la douleur, la cicatrisation postopératoire avec formation de cicatrices et la possibilité de saignement..
  3. Cryodestruction. Les néoplasmes sont traités avec de l'azote liquide, ce qui provoque des gelures et la mort des tissus. La plaie restante après la cautérisation finit par envahir l'épithélium normal. Les avantages d'une telle opération sont considérés comme la guérison sans cicatrices et l'absence de douleur..
  4. Traitement par ondes radio. La méthode se caractérise par un risque minimal de dommages aux tissus sains, pas de gêne pendant la procédure, une guérison sans cicatrices.
  5. Polypectomie classique ou au laser. Le néoplasme est coupé à l'aide d'une boucle électrique. L'élimination au laser réduit le risque d'infection et de saignement. L'opération peut être utilisée en présence de petites néoplasmes.
  6. Amputation du col de l'utérus. L'intervention est indiquée lorsqu'il y a un risque accru de transformation maligne.

Pourquoi est-ce dangereux et préventif

Le polype est dangereux avec la possibilité de néoplasme malin et d'infertilité.

La prévention signifie l'élimination rapide des maladies infectieuses et des troubles hormonaux, le rejet des relations intimes occasionnelles, des visites régulières chez le gynécologue.

Ablation d'un polype du canal cervical: indications, types de chirurgie, rééducation

Un polype cervical est un néoplasme bénin qui se forme lors du passage du col utérin. Ces tumeurs sont composées de tissu conjonctif recouvert d'épithélium sur le dessus. Le polype est relié à la surface du col de l'utérus par une jambe fine. La pathologie implique un traitement chirurgical.

Les indications

Une opération de suppression d'un polype est indiquée si:

  • les polypes ont atteint une taille de 10 centimètres ou plus (ces néoplasmes obstruent la lumière du col de l'utérus, peuvent provoquer une infertilité et des fausses couches);
  • âge après 40 ans (en raison de changements hormonaux, une exacerbation de l'évolution de la maladie est possible);
  • échec du traitement conservateur;
  • problèmes de conception dus à de gros polypes;
  • néoplasmes tumoraux adénomateux (susceptibles de dégénérer en une forme maligne).

Contre-indications

Le retrait du polype du canal cervical peut être annulé ou reporté jusqu'à ce que l'état du patient revienne à la normale. La contre-indication à la chirurgie est:

  • inflammation des organes pelviens et du système génito-urinaire;
  • période de mise bas et d'alimentation de l'enfant;
  • menstruation (l'opération est effectuée dans l'intervalle de 4 à 8 jours du cycle);
  • tumeurs malignes;
  • saignement dans la cavité utérine (provoqué par des processus pathologiques ou la ménopause).

ATTENTION! Toute maladie chronique (sous forme aiguë) peut être une raison pour annuler l'opération. La décision finale dans ce cas est prise par le médecin traitant, qui procède à un diagnostic détaillé du corps du patient.

Progression de l'opération

Pendant l'intervention chirurgicale, le patient est sous anesthésie générale ou locale (la méthode de soulagement de la douleur dépend de la taille de la tumeur bénigne). Le patient prend une position allongée sur la chaise gynécologique. Après cela, le médecin examine le polype à l'aide d'un hystéroscope inséré dans l'utérus. Lorsque la localisation du néoplasme est déterminée, le spécialiste tord ou excise le polype et sa jambe et, à l'aide d'une curette, gratte la membrane muqueuse du canal cervical et de la surface interne de l'utérus. Cela empêche la récidive en supprimant les cellules qui peuvent à nouveau former un polype..

Si le polype est simple ou petit, le curetage n'est pas effectué.

Une fois les manipulations terminées, les tissus prélevés sont envoyés pour un examen histologique afin d'exclure la possibilité de dégénérescence des cellules polypiques en une forme maligne..

Types de chirurgie pour enlever les polypes

Il existe cinq méthodes d'élimination des polypes, dont chacune est activement utilisée en médecine aujourd'hui..

Diathermocoagulation

Le médecin utilise un couteau électrique pour éliminer le néoplasme. Grâce à l'action précise du courant à haute fréquence, les tissus atypiques sont excisés, et une brûlure croustillante apparaît au site de l'attachement du polype. La croûte protège la plaie des infections et des saignements.

ATTENTION! La technique est indiquée principalement pour les femmes qui accouchent et ne prévoient pas d'enfant, car une cicatrice postopératoire peut provoquer des complications pendant la grossesse.

Cryodestruction

La procédure est basée sur l'exposition thermique. Le polype est congelé avec de l'azote liquide (les températures peuvent atteindre -80 ° C). Le site atypique est alors supprimé. La plaie est recouverte de tissu épithélial. La procédure peut être prescrite aux femmes qui n'ont pas d'enfants, car après la cryodestruction, il n'y a pas de tissus guéris.

La période de récupération après la chirurgie atteint 2 mois.

Polypectomie au laser

La technique est utilisée dans les cas où le polype est unique et n'a pas eu le temps d'atteindre une grande taille. Le médecin contrôle le déroulement de l'opération avec un hystéroscope et le polype lui-même est retiré avec un faisceau laser. Le chirurgien ajuste l'intensité de l'exposition et la profondeur de pénétration du laser, afin que les tissus sains ne soient pas exposés à la cautérisation. Il n'y a pas de risque de saignement, car les petits vaisseaux coagulent pendant la procédure. La polypectomie au laser est caractérisée par une courte période de récupération. Le cycle menstruel après la chirurgie n'est pas perturbé.

Amputation du col de l'utérus

On a recours à l'amputation en cas de polypose récurrente ou de dégénérescence d'un néoplasme en forme maligne. L'excision d'un fragment du cou est réalisée par l'une des méthodes précédemment répertoriées. L'accès à la zone de travail est organisé à l'aide d'un laparoscope. Le chirurgien enlève la partie conique du cou et la membrane muqueuse du canal cervical. Après le retrait de la membrane muqueuse, le canal cervical est recouvert d'une doublure.

L'opération vous permet de vous débarrasser de la pathologie, tout en maintenant la fonction reproductrice.

Élimination hystéroscopique des polypes

La méthode est basée sur l'utilisation d'un hystéroscope. Le spécialiste insère l'instrument dans le canal cervical à travers le vagin et examine le polype à l'aide d'une caméra. Ensuite, les néoplasmes sont excisés avec une anse médicale ou un résectoscope. Le lieu de fixation du polype aux tissus sains est cautérisé pour exclure la rechute.

L'élimination hystéroscopique est la plus sûre des méthodes répertoriées (grâce à l'utilisation d'un appareil optique).

Période postopératoire

La période postopératoire dure de plusieurs jours à plusieurs mois (la durée de la rééducation dépend de la méthode de retrait).

Pendant ce temps, la femme devra suivre les recommandations et restrictions:

  • il est interdit d'exposer le corps à des effets thermiques (hammams, bains, etc.);
  • l'activité physique doit être évitée;
  • il est nécessaire de surveiller l'état du canal cervical afin de détecter les complications et les rechutes à temps (le médecin prescrit des visites programmées au patient);
  • la vie intime ne peut reprendre que 15 jours après le retrait du polype;
  • il est interdit d'utiliser des tampons hygiéniques;
  • il est interdit de nager en eau libre (car le risque d'infection est très élevé);
  • vous devez éviter une grossesse accidentelle et reporter la conception prévue jusqu'à 6 mois à compter de la date de la chirurgie;
  • en présence de pertes vaginales, de douleurs et d'inconfort, vous devez consulter un médecin à l'improviste et de toute urgence.

Immédiatement après l'opération, il est nécessaire de revoir les règles d'hygiène intime et d'utiliser des antiseptiques pour le lavage. Cela aidera à prévenir l'inflammation et l'infection de la plaie. Le médecin peut prescrire des médicaments antibactériens sous forme de pilule.

Le pronostic de récidive est de 30% du nombre total de cas. Après l'opération, une femme est inscrite pour un compte gynécologique illimité et est examinée tous les six mois. À titre préventif, il est nécessaire de contrôler le travail des systèmes endocrinien et reproducteur (blocage des pathologies au stade initial), pour éviter les blessures du col de l'utérus.

Décharge et menstruation

Après le retrait du polype, un léger saignement est autorisé, qui dure plusieurs jours (parfois) et un écoulement muqueux. Le mucus apparaît comme une réaction naturelle du corps aux dommages et a un effet désinfectant.

L'intervention chirurgicale agit non seulement comme un facteur de stress général, mais endommage également le canal cervical (en conséquence, la structure de l'endomètre change). Dans ce contexte, le cycle menstruel peut s'égarer. Si l'opération a réussi, le cycle devrait reprendre après 5-8 semaines et après 6 mois, il devrait être complètement normalisé.

Si la première menstruation après l'opération est trop lourde et dure plus de 7 jours, vous devez contacter votre gynécologue. Les douleurs aiguës irradiant vers le dos ou la région lombaire devraient également devenir un facteur alarmant..

Complications possibles

Toute intervention chirurgicale visant à restaurer ou à maintenir la santé d'une femme est lourde de complications. Une complication spécifique de la chirurgie pour enlever les polypes est une rechute de la pathologie. Les autres conséquences de l'opération comprennent:

  • adhérences et cicatrices des tissus (si une grande zone du canal cervical a été endommagée, le corps peut y répondre en formant un tissu conjonctif qui remplace l'épithélium);
  • infection des plaies (le corps devient sensible aux agents pathogènes);
  • le développement d'une tumeur cancéreuse (les cellules peuvent renaître si le polype n'a pas été complètement éliminé);
  • dommages au canal cervical avec des instruments médicaux;
  • saignement interne sur fond de spasme du col utérin.

Les complications sous forme d'adhérences et de cicatrices peuvent entraîner une infertilité et une obstruction supplémentaires du col de l'utérus.