Principal
Tératome

Symptômes, traitement, diagnostic des polypes intestinaux

Les polypes dans l'intestin, comme dans tout autre organe sexuel du corps humain, sont une pathologie très courante. Ce sont des formations bénignes situées sur les parois intestinales, s'y fixant avec une base ou une jambe large et faisant saillie dans la lumière intestinale. Cette formation de tumeurs pathologiques se produit chez les enfants et les adultes..

Avec la polypose héréditaire, la malignité du néoplasme survient assez souvent, elle est donc considérée comme une maladie précancéreuse et ces formations doivent être rapidement éliminées. Avec les polypes dans l'intestin, les symptômes ne sont pas toujours prononcés, généralement le processus est asymptomatique, avec des polypes dans le rectum, une érosion se forme parfois, provoquant des saignements, ainsi qu'une gêne et des démangeaisons dans l'anus, de la constipation, des ballonnements, des flatulences. Si les polypes sont infectés, une paraproctite ou des fissures anales peuvent survenir.

Selon les statistiques, 10% de la population de plus de 40 ans ont des polypes dans le gros intestin, dans le rectum, et chez les hommes cette pathologie survient 1,5 fois plus souvent que chez les femmes. Étant donné que la malignité se manifeste par des saignements, si vous donnez régulièrement des matières fécales pour du sang occulte et consultez un spécialiste en temps opportun, avec un diagnostic précoce de la maladie dans 85 à 90% des cas, des opérations et un traitement précoces conduisent à une guérison complète et à une survie à long terme..

Les polypes dans l'intestin ont une consistance molle et ont une forme différente: ramifiés, champignon ou sphériques, la couleur peut également être différente - gris rougeâtre, jaunâtre ou rouge foncé, consistance molle avec du mucus à la surface. Par le nombre de néoplasmes, les polypes peuvent être multiples (dans 30% des cas), localisés dans différentes parties de l'intestin en groupes, peuvent être uniques ou familiaux (diffus).

Causes des polypes

Aujourd'hui, en médecine, il n'y a pas de consensus sur les causes des polypes dans l'intestin, car l'étiologie de la polypose n'a pas été étudiée de manière approfondie. Il n'y a que quelques hypothèses sur le mécanisme de formation et l'origine des polypes dans les organes digestifs:

Inflammation chronique de la paroi intestinale

C'est la théorie la plus évidente et la plus courante de l'origine des polypes intestinaux. Étant donné que les polypes ne se développent pas dans les tissus sains, les maladies inflammatoires de la membrane muqueuse sont considérées comme le principal facteur pathogénique de l'apparition des polypes, ce qui entraîne une atrophie plus rapide, un vieillissement de l'épithélium muqueux. La prolifération des néoplasmes bénins est facilitée par des maladies telles que la fièvre typhoïde, l'entérite, la colite ulcéreuse et la proctosigmoïdite et la dysenterie. La preuve de cela peut être trouvée dans les faits qu'après la guérison clinique de la colite ulcéreuse ou de la dysenterie, les excroissances polypes disparaissent chez les patients. On pense également que le début du développement de la polypose intestinale est la dyskinésie intestinale et la constipation persistante. Chez la plupart des patients ayant des antécédents de processus intestinaux inflammatoires, la localisation des polypes était précisément dans les endroits les plus sensibles à l'irritation due à la stagnation des matières fécales, dans les lieux de traumatisme accru.

Dégradation générale de la santé publique due à la situation environnementale

La plupart d'entre nous constatent maintenant la détérioration de la santé de la population du pays, cela se remarque surtout dans le nombre d'enfants en mauvaise santé, parfois gravement malades. Aujourd'hui, les enfants souffrent de maladies dont seules les personnes âgées souffraient, presque toutes les maladies rajeunissent. Facteurs supplémentaires provoquant l'apparition de polypes, les médecins incluent une alimentation déséquilibrée, abondamment alimentée en produits chimiques qui irritent les muqueuses de tout le tube digestif, une situation environnementale défavorable en général, un mode de vie sédentaire, aggravé par une personne se trouvant dans des pièces étouffantes de villes polluées, l'abus d'alcool et de nicotine, repas irréguliers.

État pathologique des vaisseaux sanguins et des organes digestifs

Toutes les conditions pathologiques des vaisseaux sanguins - varices des organes internes, lésions ischémiques de l'intestin dans le contexte de l'athérosclérose de l'aorte abdominale et de ses branches, thrombose des vaisseaux mésentériques, ainsi que la maladie diverticulaire et toutes les maladies d'autres organes du système digestif affectent l'état de la muqueuse intestinale.

Théorie embryonnaire

Il existe également une telle théorie de l'apparition de polypes dans l'intestin, dont les symptômes apparaissent avec l'âge, et l'apparition et les conditions préalables à l'apparition de néoplasmes sont posées même in utero, lorsque dans la période prénatale il y a violation de la formation de la muqueuse gastro-intestinale, en particulier des parois intestinales.

Prédisposition génétique

On pense qu'il existe une prédisposition génétique au développement de polypes intestinaux. Parfois, chez les enfants, les polypes peuvent se développer dans un contexte de santé apparemment complète, lorsque certaines parties de l'intestin sont génétiquement programmées différemment et forment des polypes.

Hypersensibilité au gluten et autres réactions allergiques alimentaires

Plus récemment, très peu de personnes souffraient d'allergies alimentaires, mais aujourd'hui la maladie cœliaque (intolérance au gluten) est assez courante, surtout chez les bébés. Chez les personnes atteintes de ce trait, lorsqu'elles mangent des aliments contenant du gluten, une réponse immunitaire se développe comme une invasion étrangère du corps, ce qui entraîne des lésions de la membrane muqueuse de l'intestin grêle. Si une personne souffrant d'allergies alimentaires n'exclut pas les aliments allergènes de son régime alimentaire, cela peut finalement conduire à des maladies graves causées par une diminution de l'absorption des nutriments - à l'ostéoporose, au cancer de l'intestin..

Quelle est la probabilité qu'un polype dégénère en cancer de l'intestin?

Quels polypes peuvent devenir malins? Ces types de néoplasmes comprennent près de 75% de tous les polypes de l'intestin, ils sont appelés adénomes ou polypes adénomateux. Selon le comportement des polypes au microscope, en médecine, il est habituel de subdiviser les adénomes en sous-types - ceux-ci sont glandulo-villeux, villeux et glandulaires (tubulaires). Les adénomes tubulaires sont les moins sujets à la malignité, quand, comme les adénomes villeux, conduisent très souvent à une dégénérescence oncologique.

En outre, un facteur prédisposant à la dégénérescence des polypes en une tumeur maligne est la taille, en règle générale, plus la taille du polype est grande, plus le risque de malignité est élevé. Si le néoplasme atteint 2 cm, le risque augmente de 20%, de sorte que même les plus petits polypes doivent être enlevés lorsqu'ils sont trouvés. En plus des adénomes, il existe d'autres types de polypes. Les polypes hamartomes, inflammatoires et hyperplasiques sont ceux qui n'ont pas de potentiel de cancer.

  • Les types les plus dangereux de polypes intestinaux qui dégénèrent en cancer sont adénomateux
  • Plus le polype est gros, plus le risque de malignité est élevé.
  • Après 50 ans, il est conseillé à chacun de subir une sigmoïdoscopie flexible ou une coloscopie pour confirmer ou exclure les polypes. Si aucun polypes n'est détecté lors de la coloscopie, le diagnostic suivant peut être effectué après 5 ans
  • Si un polype adénomateux est trouvé et enlevé chez un patient, il doit être examiné régulièrement à l'avenir afin d'identifier et d'éliminer de nouveaux polypes
  • Aujourd'hui, il existe des tests génétiques permettant de déterminer le syndrome de prédisposition héréditaire au cancer du côlon (syndrome de Lynch, syndrome de Turkot, syndrome de Gardner, syndrome de polypose adénomateuse familiale) afin de commencer le dépistage par coloscopie ou sigmoïdoscopie flexible le plus tôt possible et arrêter le développement du cancer du côlon en temps opportun.

Symptômes des polypes intestinaux

Dans la plupart des cas, il n'y a aucun symptôme lorsqu'il y a des polypes dans l'intestin. Malheureusement, les polypes n'ont pratiquement pas de signes cliniques, symptômes, manifestations spécifiques, afin de reconnaître le début du processus pathologique dans le temps et de savoir avec certitude qu'il s'agit d'une polypose. La gravité et la présence de toute symptomatologie dépendent directement du nombre, de la taille, de la localisation des polypes, ainsi que de la présence ou de l'absence d'un processus oncologique.

1. Avec les adénomes villeux, il peut y avoir beaucoup de mucus dans les selles, ainsi que des saignements.
2. Parfois, de gros polypes entraînent des crampes, une constipation fréquente et ressemblent à des symptômes d'obstruction intestinale, accompagnés de sécrétions sanglantes et muqueuses, sensation de corps étranger dans l'anus, douleur dans la région iliaque et dans le bas-ventre.
3. Souvent, la présence d'autres maladies concomitantes du tractus gastro-intestinal s'accompagne de symptômes mixtes, qui peuvent également être associés à des polypes. Par conséquent, il n'est pas rare que des néoplasmes soient découverts par hasard lors de l'examen d'autres pathologies..
4. Dans près de 90% des cas, le cancer colorectal se développe sur fond de polypes villeux adénomateux dans les 5 à 15 ans..
5. Les symptômes tels que la constipation et la diarrhée font partie des signes de polypes, car ils entraînent une violation de la motilité intestinale. Surtout souvent, les grands polypes entraînent la constipation, car ils réduisent la lumière intestinale et entraînent une congestion, formant une obstruction intestinale partielle.
6. S'il y a également une douleur dans les intestins, l'abdomen, cela peut indiquer un processus inflammatoire associé.
7. Le symptôme le plus dangereux d'un polype dans l'intestin est un saignement de l'anus, et vous devriez immédiatement consulter un médecin, car cela peut indiquer une pathologie maligne. Plus le diagnostic est posé tôt, meilleures sont les chances de succès du traitement.

Diagnostic de la maladie

Étant donné que le risque de dégénérescence en cancer dans les polypes intestinaux est élevé et que les symptômes ne peuvent pas apparaître aux premiers stades de la croissance du néoplasme, dans la plupart des pays développés, après 40 ans, chaque personne donne annuellement des matières fécales pour la détermination du sang occulte. Cette méthode de laboratoire peut aider à identifier le sang lorsqu'il n'est pas visible visuellement, car les particules de sang, se mélangeant aux matières fécales, ne sont pas perceptibles. Cependant, ce n'est pas la principale, mais une méthode d'examen supplémentaire, car un test sanguin occulte fécal négatif n'exclut pas la présence d'un polype et un test positif ne confirme pas.

Parmi toutes les méthodes modernes de diagnostic de l'état des organes internes, vous pouvez bien sûr utiliser l'IRM et la tomodensitométrie, qui aident à détecter les polypes dans l'intestin. Pour diagnostiquer le sigmoïde et le rectum, la sigmoïdoscopie est utilisée, ce qui vous permet d'examiner visuellement les parois intestinales à l'aide d'un rectoscope. Les proctologues recommandent fortement après 50 ans de subir une procédure de sigmoïdoscopie flexible tous les 3 à 5 ans.

Parfois, un examen numérique du rectum peut détecter les polypes du rectum terminal ou du canal anal, ainsi que diagnostiquer les fissures anales, les hémorroïdes, les tumeurs et les kystes du tissu adrectal.

L'irrigoscopie est un examen aux rayons X du gros intestin avec un agent de contraste capable de détecter les polypes de plus de 1 cm dans le côlon.

L'examen le plus informatif du gros intestin peut être effectué par coloscopie. C'est la technique la plus optimale qui vous permet d'identifier les polypes et d'aider à l'étude de la membrane muqueuse des parois intestinales, et peut également identifier d'autres maladies. Si un polype est détecté lors de l'examen endoscopique, au cours de la procédure, le médecin prélève un échantillon de biopsie afin de réaliser un examen histologique et cytologique.

Il est nécessaire de différencier les polypes d'autres pathologies, telles que:

  • Tumeurs d'étiologie non épithéliale, généralement sans pattes et volumineuses
  • Lipome - survient souvent dans le côlon à droite et atteint souvent de grandes tailles
  • Angiomes - tumeurs d'étiologie vasculaire qui provoquent des saignements sévères
  • Myome ou gonflement de la couche musculaire, ce qui est extrêmement rare et conduit à une violation de la perméabilité intestinale
  • Actinomycose colique, affectant le plus souvent le caecum
  • La maladie de Crohn se présente parfois avec une pseudopolyposis et est localisée dans l'intestin supérieur.

L'examen histologique est de la plus haute importance pour déterminer la nature de tout néoplasme dans l'intestin..

Traitement des polypes intestinaux

Il n'existe aucun traitement médical conservateur pour les polypes dans l'intestin. Parfois, lors d'une endoscopie rectale, il est possible d'éliminer les polypes de l'intestin s'ils sont petits et bien situés. Dans d'autres cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Si le polype est situé bas dans le rectum, il peut être retiré par voie transanale.

Si de petits polypes sont découverts lors de la coloscopie, lors d'une procédure endoscopique, ils peuvent être retirés à l'aide d'une électrode en boucle, par électro-excision, lorsque la tige du néoplasme est pincée avec une électrode. Dans certains cas, la polypectomie peut entraîner une perforation de la paroi intestinale et être compliquée par des saignements. Dans tous les cas, les polypes intestinaux retirés sont examinés histologiquement. Si les résultats de l'histologie donnent une conclusion positive sur la présence de cellules cancéreuses, ils ont recours à la résection de cette partie de l'intestin.

En cas de polypose familiale diffuse, en particulier en association avec le syndrome de Gardner (ostéome osseux), avec des tumeurs d'autres tissus, les polypes de l'intestin sont traités par résection du gros intestin, reliant l'anus à l'extrémité libre de l'iléon.

Après le retrait des gros polypes, les rechutes surviennent souvent dans un délai de 1 à 3 ans.Par conséquent, après la chirurgie, une coloscopie est répétée un an plus tard et les diagnostics endoscopiques sont répétés tous les 5 ans. Polypose familiale, ainsi que plusieurs polypes, les grandes formations présentent le plus grand risque de malignité.

Il n'y a pas encore de prévention du développement de polypes dans l'intestin, seul un diagnostic annuel opportun après 40 ans, en particulier en présence de parents atteints d'un cancer de l'intestin, peut déterminer la présence de polypes oncogènes à un stade précoce. Et la détection précoce des cellules cancéreuses et leur élimination dans 90% des cas conduit à la guérison.

Polypes intestinaux

Polypes intestinaux - est-ce dangereux? Symptômes et élimination des polypes
Les polypes sont des formations bénignes qui sont localisées sur la membrane muqueuse et pendent dans la lumière. Ils se forment lors de l'échec de la régénération épithéliale, lorsque de nouvelles cellules se multiplient à un rythme anormal et forment des excroissances qui recouvrent les parois intestinales de colonies, occupant une surface importante.

À mesure que l'épithélium se développe, les polypes peuvent être endommagés par les matières fécales, provoquant des saignements internes. De grandes excroissances peuvent bloquer la lumière, contribuant à la constipation. Les dommages systématiques aux polypes peuvent provoquer des formations malignes, de sorte que l'apparition de polypes est considérée comme une condition précancéreuse, ils doivent être supprimés..

Ce que c'est?

Les polypes de l'intestin sont des néoplasmes bénins qui sont souvent localisés sur ses parois internes, comme dans d'autres organes creux. Des excroissances similaires se forment à partir de l'épithélium glandulaire et font saillie dans la lumière des intestins, parfois elles sont conservées sur un pédicule, et parfois il est absent, puis elles parlent de polypes sur une large base.

Causes d'occurrence

Les causes exactes des polypes dans l'intestin ne peuvent être précisées. Les experts ne font des hypothèses qu'en analysant les antécédents des patients au cours des dernières décennies. Les médecins avancent plusieurs hypothèses qui expliquent pourquoi des excroissances polypes peuvent apparaître sur les parois intestinales. L'une des principales raisons est un processus inflammatoire chronique de la membrane muqueuse associé à une mauvaise alimentation, des maladies infectieuses, de mauvaises habitudes, une alimentation pauvre en fibres.

Le groupe à risque de formation de polypes comprend les personnes qui:

  • avoir subi un diagnostic traumatique ou des interventions chirurgicales sur les intestins;
  • boivent souvent des boissons et des aliments qui irritent la membrane muqueuse du tube digestif;
  • souffrez de constipation chronique;
  • sont engagés dans un travail physique dur;
  • mener une vie sédentaire;
  • manger de la restauration rapide, de la viande grasse, des produits de restauration rapide qui contiennent des agents cancérigènes et des conservateurs;
  • abuser des boissons alcoolisées;
  • avez des pathologies chroniques du tractus gastro-intestinal, en particulier de nature infectieuse et inflammatoire;
  • obtenir peu de fibres de la nourriture.

Des formations à haut risque oncogène apparaissent en raison de la teneur élevée dans le régime alimentaire en graisses animales, aliments frits contenant des cancérogènes. Dans un contexte de manque de fruits et légumes frais, la motilité intestinale diminue, son contenu est en contact avec les parois intestinales pendant une longue période. Les cancérogènes des aliments transformés sont absorbés dans l'épithélium, provoquant des processus hyperplasiques dans les cellules glandulaires.

Classification

Les néoplasmes bénins dans l'intestin ont une structure, une forme et une taille différentes. Il existe également de vrais polypes - des croissances de cellules muqueuses et de pseudopolypes génétiquement modifiés, constitués de cellules inchangées et apparaissant sous des effets indésirables (par exemple, avec un processus inflammatoire local prolongé).

Les polypes se distinguent par leur structure:

1) glandulaire (adénomes). Ils consistent en un tissu glandulaire en expansion de la paroi interne de l'intestin, atteignant 2-3 cm de diamètre, de consistance dense. Ces formations ne sont pas sujettes aux ulcérations et aux saignements. Ce type de polype est plus courant et plus susceptible que d'autres de dégénérer en une tumeur cancéreuse..

  • polypes tubulaires, roses et lisses.
  • villeuses - nodulaires de taille moyenne ou rampantes le long de la paroi de la formation, richement vascularisées, elles ont donc une couleur rouge et une tendance aux saignements, à l'ulcération et à la nécrose;
  • villosités glandulaires;
  • villeux tubulaire.

2) Juvénile. Ils sont constitués de tissus embryonnaires restant dans la paroi intestinale en raison de défauts de développement. Le plus souvent, les enfants de moins de 10 ans sont malades, plus de garçons.

3) Hyperplastique. Ce sont de petites formations, jusqu'à 5 mm de taille, de consistance molle, de couleur similaire à celle du tissu environnant. Le polype intestinal hyperplasique est rarement trouvé en un seul exemplaire, le plus souvent la maladie est de nature multiple.

4) Hamartromes. Conglomérats de tissu épithélial normal et altéré. On pense qu'ils se développent de la même manière que les tissus environnants, mais de manière plus désorganisée. L'incidence est associée à la transmission héréditaire.

5) Lymphoïde. Il contient des cellules envahies de tissu lymphoïde. Ce type est souvent compliqué par des saignements, et chez un enfant, il peut provoquer une invagination..

Les polypes se trouvent sous la forme:

  • formation nodulaire de consistance dense;
  • champignon sur une jambe;
  • éponges lobulaires;
  • grappe de raisin.

Par quantité, ils se distinguent:

  • Célibataire;
  • multiple - jusqu'à cent, peut être situé dans des groupes;
  • diffus - le nombre peut atteindre plusieurs milliers.

Les deux derniers types sont définis comme polypose intestinale, diffuse est héréditaire. [adsen]

Quelle est la probabilité qu'un polype dégénère en cancer de l'intestin?

Quels polypes peuvent devenir malins? Ces types de néoplasmes comprennent près de 75% de tous les polypes de l'intestin, ils sont appelés adénomes ou polypes adénomateux. Selon le comportement des polypes au microscope, en médecine, il est habituel de subdiviser les adénomes en sous-types - ceux-ci sont glandulo-villeux, villeux et glandulaires (tubulaires). Les adénomes tubulaires sont les moins sujets à la malignité, quand, comme les adénomes villeux, conduisent très souvent à une dégénérescence oncologique.

Le fait que le polype soit menacé de malignité dépend en outre de la taille de la formation. Plus il est grand, plus le risque est élevé. Lorsque la surcroissance en volume dépasse 20 mm, la menace est exacerbée de 20%. En raison du fait que même les plus petits polypes se développeront régulièrement, ils doivent être retirés immédiatement après la détection. Il existe également de telles variétés de polypes qui ne sont pas menacées de malignité - il s'agit de formations hyperplasiques, inflammatoires et d'hamartomes..

  1. Après l'élimination de la formation adénomateuse, une personne subit un examen régulier pour identifier de nouveaux polypes dans l'intestin;
  2. Les grands polypes sont plus susceptibles de se développer de manière maligne.
  3. Les formations adénomateuses sont les plus dangereuses. Ils ont un fort potentiel de malignité.
  4. La médecine moderne a des tests spéciaux pour diagnostiquer une prédisposition héréditaire au développement d'un cancer de l'intestin. Cette technique permet de prévenir en temps opportun le début de la dégénérescence oncologique des polypes..
  5. La coloscopie, la sigmoïdoscopie et la sigmoïdoscopie sont des procédures de diagnostic qui sont obligatoires pour une utilisation régulière chez les personnes de plus de 50 ans ayant une hérédité dangereuse. Si des excroissances ne sont pas trouvées, la prochaine fois, il est recommandé de venir à la clinique dans deux ans.

Symptômes

Au stade initial, les polypes ne provoquent aucun symptôme, car ils sont petits et peu nombreux. De plus, ces néoplasmes sont difficiles à détecter avec des méthodes de recherche conservatrices, sauf à l'aide de la coloscopie. Avec la poursuite de la croissance des tumeurs non malignes, il existe un risque de blessure par le flux de matières fécales.

Dans ce cas, des dommages à l'intégrité du polype entraînent la libération de sang ou de mucus. Habituellement, les saignements sont mineurs et ne sont donc détectés que par des tests de sang occulte. Tout syndrome douloureux à ce moment est absent ou si peu exprimé qu'il ne permet pas d'assumer le développement d'une polypose.

La présence de gros polypes dans le gros et le petit intestin, au contraire, peut être diagnostiquée par les signes existants. Le patient est observé:

  1. Constipation régulière. Les selles sortent d'elles-mêmes, mais rarement et douloureusement, à l'aide de lavements ou de laxatifs.
  2. Saignement de l'anus. Les patients confondent souvent ce symptôme avec des fissures anales, des hémorroïdes et une fistule. La plupart des saignements sont accompagnés de beaucoup de mucus.
  3. Sensation d'un corps étranger. La sensation se produit dans le rectum près de l'anus.
  4. Sensations douloureuses. Les gros polypes provoquent des crampes dans la région intestinale (parfois confondues avec des flatulences). Et des sensations douloureuses peuvent également apparaître dans le bas de l'abdomen..
  5. Dommage. La constipation provoque un processus inflammatoire où les matières fécales dures endommagent la paroi intestinale. Des fissures anales apparaissent souvent, qui doivent être traitées avec des antiseptiques et des anti-inflammatoires. Si cela n'est pas fait, des fistules purulentes peuvent se former..
  6. La diarrhée. Vidange fréquente avec des selles molles. Des impuretés de sang, du pus et des écoulements séreux peuvent être présents.
  7. Décrochage. Si le néoplasme se trouve dans le rectum, il peut tomber pendant les selles ou bloquer le passage des matières fécales près du sphincter. Ce symptôme est également accompagné de saignements..
  8. Épuisement. Les polypes sont des tissus mous qui se développent grâce à la nutrition. Il entre par le système circulatoire et les courants lymphatiques. Le patient a souvent une augmentation de l'appétit ou, au contraire, une diminution. Des symptômes d'anémie peuvent être présents: pâleur de la peau, cernes sous les yeux, vertiges, nausées, maux de tête. Dans certains cas, l'anémie est un symptôme clinique..

Examine et prescrit un traitement - coloproctologue. La principale méthode de détection des polypes est la coloscopie..

Polypes intestinaux - traitement ou élimination?

Il n'existe aucun traitement médical conservateur pour les polypes dans l'intestin. Parfois, lors d'une endoscopie rectale, il est possible d'éliminer les polypes de l'intestin s'ils sont petits et bien situés. Dans d'autres cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Si le polype est situé bas dans le rectum, il peut être retiré par voie transanale.

Si de petits polypes sont découverts lors de la coloscopie, lors d'une procédure endoscopique, ils peuvent être retirés à l'aide d'une électrode en boucle, par électro-excision, lorsque la tige du néoplasme est pincée avec une électrode. Dans certains cas, la polypectomie peut entraîner une perforation de la paroi intestinale et être compliquée par des saignements. Dans tous les cas, les polypes intestinaux retirés sont examinés histologiquement. Si les résultats de l'histologie donnent une conclusion positive sur la présence de cellules cancéreuses, ils ont recours à la résection de cette partie de l'intestin.

Il existe les types d'intervention chirurgicale suivants:

  1. Électrocoagulation. La procédure est réalisée en insérant un coloscope opératoire à travers l'anus. Grâce à cet instrument, une boucle spéciale est insérée dans la lumière intestinale, qui fait passer un courant, c'est pourquoi elle chauffe jusqu'à une certaine température. Elle attrape le polype et le coupe..
  2. Excision transanale. Ce type d'intervention chirurgicale est recommandé pour les patients dont l'emplacement de la formation pathologique n'est pas situé à plus de 10 centimètres du passage anal. Pendant l'opération, une anesthésie locale est utilisée. Ensuite, le canal anal est élargi à l'aide d'un miroir spécial et le polype est excisé avec des ciseaux ou un scalpel, après quoi des sutures sont appliquées sur la membrane muqueuse.
  3. Résection rectale transanale. Il est recommandé aux personnes présentant des lésions précancéreuses. Son essence réside dans l'ablation du rectum à travers l'anus et l'ablation de la zone touchée avec les formations.
  4. Excision endomicrochirurgicale transanale. Une opération est effectuée par l'anus à l'aide d'un rectoscope. Une boucle endoscopique est insérée à travers l'instrument, qui est utilisée pour couper la formation. La procédure est utilisée le plus souvent pour éliminer les grands polypes villeux..
  5. Colotomie. Il s'agit d'une opération réalisée par une incision abdominale. Un intestin spécifique est tiré à travers la plaie, suivi de l'élimination des formations. Cette procédure est réalisée lorsqu'il est difficile d'interventions transanales à l'aide d'un rectoscope et d'autres instruments..

Dans la polypose familiale et diffuse, et surtout lorsqu'elle est associée à des tumeurs d'autres tissus ou au syndrome de Gardner, le traitement implique une résection complète du gros intestin, l'anus étant relié à l'extrémité de l'iléon. Des rechutes de pathologie peuvent survenir 1 à 3 ans après le retrait des gros polypes, il est donc recommandé de procéder à une coloscopie un an après l'opération et d'effectuer des diagnostics endoscopiques tous les 5 ans. Les polypes larges et multiples, ainsi que la polypose familiale, présentent le plus grand risque de dégénérescence en oncologie.

À ce jour, aucune mesure préventive ne peut empêcher le développement de polypes dans l'intestin. Par conséquent, seul un diagnostic régulier opportun après 40 ans ou avec une prédisposition génétique au cancer intestinal peut déterminer la présence de polypes oncogènes dans le corps aux premiers stades de leur développement. Avec une détection et une élimination rapides des cellules cancéreuses, la guérison se produit dans 90% des cas.

Règles de nutrition

Le régime alimentaire des patients qui ont subi une intervention chirurgicale pour l'élimination des polypes dans l'intestin doit être doux et comprendre au moins six repas par jour. Les aliments consommés doivent être riches en fibres, en antioxydants et en vitamines.

Utilisation contre-indiquée:

  • produits laitiers;
  • toute nourriture en conserve;
  • cornichons;
  • viandes fumées;
  • aliments frits et gras;
  • des produits raffinés contenant une grande quantité de saveurs et de couleurs.
  • chou de mer et blanc;
  • plats de citrouille;
  • carottes fraîches, oignons, épinards;
  • germe de blé;
  • soupes et céréales en purée;
  • tous les types de produits laitiers fermentés;
  • thé vert;
  • fruits qui ne sont pas acides;
  • viandes maigres, bouillies ou cuites au bain-marie.

Tous les aliments doivent être chauds (les plats trop froids et chauds sont nocifs pour le patient). Les aliments protéinés ne doivent pas être consommés avec des féculents.

Remèdes populaires

Le traitement avec des remèdes populaires n'a aucune justification scientifique et n'apporte pas le résultat souhaité aux patients qui refusent d'enlever la tumeur.

Il y a beaucoup d'informations sur Internet sur l'utilisation de la chélidoine, du chaga, du millepertuis et même du raifort avec du miel, qui peuvent être pris par voie orale ou sous forme de lavements. Il convient de rappeler qu'une telle auto-médication est dangereuse non seulement avec la perte de temps, mais également avec des lésions de la muqueuse intestinale, ce qui entraîne des saignements et augmente considérablement le risque de malignité du polype.

La prévention

Afin de réduire le risque de développer des polypes dans l'intestin, vous devez respecter certaines règles préventives, notamment:

  • arrêter de fumer;
  • mode de vie actif;
  • traitement rapide et complet des maladies intestinales;
  • nutrition adéquat;
  • élimination de la constipation;
  • abandonner l'alcool;
  • examen préventif des intestins une fois tous les 3 ans, et si nécessaire, plus souvent.

Dans le cas où une personne présente un risque de formation de polypes dans l'intestin, elle doit consulter un médecin à l'avance, sélectionner un schéma individuel d'examens intestinaux préventifs et découvrir exactement les tout premiers symptômes de polypes qui peuvent survenir. Ces actions permettront soit de prévenir la maladie, soit, si elle survient, d'aider à y faire face avec succès..

Polypes intestinaux

Les polypes intestinaux sont des tumeurs bénignes qui peuvent se former chez absolument tout le monde. Malgré leur nature, ils appartiennent à une condition précancéreuse. À ce jour, il n'y a pas de données sans équivoque concernant les causes de la formation de polypes. Néanmoins, les cliniciens identifient plusieurs facteurs prédisposants - l'évolution de l'inflammation chronique dans le tractus gastro-intestinal, la pathologie vasculaire et la prédisposition génétique.

La difficulté du diagnostic réside dans le fait que la maladie présente des symptômes légers et inhabituels, représentés par des douleurs dans le bas de l'abdomen, un trouble de l'acte de défécation, des éructations et des nausées.

Pour effectuer le diagnostic correct et effectuer des diagnostics différentiels, un large éventail d'examens instrumentaux et d'autres mesures seront nécessaires.

Un polype dans l'intestin doit toujours être enlevé chirurgicalement - il n'y a pas d'autre traitement. Cependant, après l'excision, ils ont recours à des méthodes de traitement conservatrices..

Étiologie

Une telle maladie n'est pas rare parmi les pathologies gastro-entérologiques. Le plus souvent, il est diagnostiqué chez des personnes de plus de quarante ans, mais la possibilité d'apparition d'une telle maladie chez les personnes d'une catégorie d'âge plus jeune et même chez les enfants n'est pas non plus exclue. Il est à noter que chez les hommes, les polypes se forment une fois et demie plus souvent que chez les femmes.

Le mécanisme et les causes du développement de la maladie n'ont pas été suffisamment étudiés à ce jour, néanmoins, les experts dans le domaine de la gastro-entérologie identifient plusieurs facteurs prédisposants, notamment:

  • inflammation des parois de cet organe, se déroulant sous une forme chronique - c'est l'hypothèse la plus évidente concernant l'apparition de polypose intestinale, car elles ne peuvent pas se former dans les tissus sains;
  • la présence de dysenterie, d'entérite, de proctosigmoïdite, de colite ulcéreuse ou de fièvre typhoïde dans les antécédents de maladie d'une personne. Dans de tels cas, l'apparition de tumeurs bénignes peut devenir une complication, car dans leur contexte, la régénération de l'épithélium est accélérée, ce qui se heurte à sa croissance incontrôlée;
  • constipation chronique et dyskinésie intestinale;
  • l'influence de conditions environnementales défavorables, à savoir le manque d'air frais dans les lieux où vivent les gens;
  • mauvaise alimentation - de longues pauses entre les repas peuvent contribuer au développement de polypes, suivies d'un repas copieux. C'est pour cette raison qu'il est très important de suivre un régime après avoir retiré le polype;
  • hypodynamie - alors que dans la vie d'une personne, il n'y a pas assez d'activité physique. Cela peut être dû à des conditions de travail spécifiques, à la paresse ou à une maladie grave précédemment subie;
  • abus à long terme de mauvaises habitudes;
  • les maladies des vaisseaux sanguins, en particulier, la maladie diverticulaire ou les varices, ainsi que l'athérosclérose;
  • un large éventail de pathologies du tractus gastro-intestinal, affectant l'état de santé intestinale. Le plus souvent, les lésions ulcéreuses du duodénum ou de l'estomac, la gastrite de toute nature, la cholécystite et la pancréatite entraînent la maladie principale;
  • hérédité accablée - alors que même un enfant en parfaite santé montre des signes de polypes;
  • violation de la structure de certaines zones de l'intestin pendant que le fœtus se développe à l'intérieur de l'utérus;
  • intolérance individuelle à un produit alimentaire particulier - dans la grande majorité des cas, une sensibilité accrue au gluten peut entraîner une polypose. Dans ce cas, le système immunitaire perçoit une telle substance comme un agent étranger, dans le contexte duquel il y a une violation de la structure de la muqueuse intestinale;
  • la présence de néoplasmes malins ou bénins dans cet organe;
  • influence prolongée de situations stressantes ou de surmenage nerveux.

Classification

Selon le nombre de néoplasmes bénins, il existe:

  • polypes simples - caractérisés par le fait qu'ils peuvent être complètement asymptomatiques pendant une période de temps assez longue. Cependant, ils répondent bien au traitement et ont un meilleur pronostic;
  • plusieurs polypes dans l'intestin - tandis que les tumeurs peuvent survenir dans diverses parties de cet organe et atteindre de grandes tailles. L'élimination de ces polypes est effectuée à l'aide d'une opération ouverte et implique parfois l'excision de la zone touchée de cet organe.

Selon leur structure histologique, les polypes sont divisés en:

  • glandulaire ou tubulaire - ces polypes sont les moins susceptibles de dégénérer en une tumeur cancéreuse;
  • glandulaire-villeux - ressemble souvent à un nœud sur une jambe large. Ils se caractérisent par le fait qu'avec le moindre dommage, une hémorragie abondante peut survenir. Ils se transforment aussi assez souvent en une forme maligne;
  • fibreux - ne se compose pas de la couche supérieure de l'épithélium de cet organe, comme un polype glandulaire, mais comprend des cellules du tissu conjonctif;
  • adénomateuse - alors que la tumeur a une forme arrondie, une densité élevée et ne diffère pratiquement pas d'une membrane saine. De plus, ce type de polypes appartient à la catégorie des formations sujettes à la transformation en oncologie..

Symptômes

Dans la grande majorité des situations, les polypes de l'intestin sont complètement asymptomatiques. Même si l'expression d'une symptomatologie est observée, elle n'est pas spécifique, car elle ne donne pas suffisamment d'informations pour établir le diagnostic correct.

La gravité de vos symptômes dépendra de plusieurs facteurs:

  • le nombre de polypes;
  • l'évolution des affections concomitantes;
  • présence d'oncologie.

Ainsi, on distingue les signes suivants d'un polype dans l'intestin:

  • douleurs périodiques et crampes dans le bas-ventre;
  • sensation de plénitude dans l'estomac;
  • nausées, qui se terminent rarement par des vomissements;
  • trouble des selles - peut être exprimé par la diarrhée ou la diarrhée, ainsi que l'alternance de ces symptômes. Dans la très grande majorité des cas, lors de l'enquête diagnostique, la présence de constipation est révélée, par la nature de l'obstruction intestinale;
  • la présence d'impuretés de sang ou de mucus dans les selles;
  • éructations fréquentes;
  • légère augmentation de la température;
  • niveau insuffisant de potassium dans le sang - ce symptôme est détecté à l'aide de tests de laboratoire et se produit le plus souvent en raison de la présence de gros polypes qui sécrètent une grande quantité de sel et de liquide. Dans de tels cas, la diarrhée vient au premier plan;
  • douleur dans les intestins - indique l'ajout d'une inflammation.

Il convient de noter que chez les enfants, les symptômes des polypes dans les intestins seront plus prononcés que chez les adultes et le processus pathologique se développera plus rapidement.

Diagnostique

Afin de diagnostiquer les polypes intestinaux, il ne suffit pas qu'un gastro-entérologue dispose d'informations sur les signes cliniques; en outre, des examens de laboratoire et instrumentaux seront nécessaires. Il en découle que le diagnostic a une approche intégrée, c'est pourquoi il comprend:

  • une étude par un clinicien de l'histoire de la vie et des antécédents médicaux du patient et de sa famille immédiate - pour détecter le facteur étiologique le plus caractéristique;
  • effectuer un examen physique approfondi;
  • une enquête détaillée sur le patient - cela aidera le médecin à dresser un tableau complet de l'évolution de la maladie. Dans le même temps, il est très important d'informer le spécialiste de toutes les manifestations cliniques, car même les plus petits détails sont importants pour confirmer le diagnostic;
  • recherche en laboratoire - limitée à la mise en œuvre d'un test sanguin général et biochimique, ainsi qu'à une étude microscopique des matières fécales. Cela permettra d'identifier les signes caractéristiques de la présence d'inflammation et de sang dans les selles;
  • examen instrumental du patient - les plus informatifs sont la coloscopie et la sigmoïdoscopie, l'irrigoscopie et la sigmoïdoscopie. Les deux dernières procédures aideront à détecter un polype dans le côlon ou le côlon sigmoïde..

De telles mesures de diagnostic aident non seulement à poser un diagnostic correct, mais également à réaliser un diagnostic différentiel. Les polypes intestinaux doivent être distingués de:

  • angiomes et lipomes;
  • fibromes et tumeurs non épithéliales;
  • actinomycose et maladie de Crohn.

Traitement

Quelle que soit sa structure histologique, tout néoplasme bénin de l'intestin fait l'objet d'une excision chirurgicale.

Les méthodes les plus courantes pour éliminer les polypes dans l'intestin sont:

  • excision transrectale;
  • polypectomie endoscopique - une telle procédure mini-invasive est indiquée lorsque la tumeur est localisée dans les zones proximales de cet organe. Si l'éducation a atteint une taille importante, elle sera éliminée en partie;
  • électroexcision - le polype est retiré avec une boucle électrique;
  • colotomie - une chirurgie de résection intestinale est nécessaire en cas de formation de polypes laineux ou de malignité de la tumeur;
  • entérotomie - une telle intervention est nécessaire pour les petits polypes, qui sont attachés à la paroi de cet organe avec une jambe. Dans ce cas, la partie affectée de l'intestin est coupée avec un couteau électrique, la tumeur est retirée et le trou est suturé;
  • résection segmentaire - attribuée lorsque de grands volumes de polypes sont détectés sur une large base.

Après avoir effectué l'une des opérations ci-dessus, les patients doivent suivre les règles de récupération prescrites par le médecin traitant:

  • prendre des médicaments pour soulager les symptômes des polypes dans les intestins chez les adultes et les enfants;
  • adhérer à un régime modéré;
  • utiliser la médecine traditionnelle.

Le régime alimentaire après élimination des polypes dans l'intestin comprend plusieurs étapes:

  • le premier dure trois jours après l'intervention. Le premier jour, le jeûne thérapeutique est montré, après quoi vous pouvez boire un bouillon de légumes ou une compote à base de fruits non sucrés, de bouillon de riz ou de gelée;
  • le deuxième - commence le troisième jour après l'opération - le menu est élargi avec des bouillies liquides cuites dans de l'eau, des variétés de viande et de poisson faibles en gras, il est souhaitable de les cuire à la vapeur;
  • le troisième - commence deux semaines après l'opération et se termine environ quatre mois après la sortie. Dans le même temps, il est très important de manger souvent et de manière fractionnée, d'enrichir le menu avec des produits laitiers et des œufs..

La liste des ingrédients autorisés et interdits, ainsi que d'autres recommandations nutritionnelles, est fournie par le gastro-entérologue..

Le traitement des polypes dans l'intestin avec des remèdes populaires implique l'utilisation de:

  • chélidoine et écorce de chêne;
  • centaurée et calendula;
  • viorne et millepertuis;
  • chaga et raifort;
  • propolis et miel.

Prévention et pronostic

Dans le contexte du fait que le polype intestinal présente les mêmes symptômes et le même traitement pour chaque personne, les mesures de prévention seront courantes. Ceux-ci inclus:

  • rejet complet des addictions;
  • maintenir un mode de vie actif;
  • contrôle minutieux de la nature du régime alimentaire;
  • dans les premiers stades, diagnostiquer et traiter toute pathologie du tractus gastro-intestinal;
  • plusieurs fois par an pour subir un examen préventif par un gastro-entérologue.

Le diagnostic et le traitement précoces des polypes dans l'intestin aident non seulement à obtenir un pronostic favorable et une guérison complète, mais aussi à éviter des complications telles que la transformation d'une tumeur en cancer.

Polypes intestinaux

Polypes intestinaux - petites, simples ou multiples excroissances non malignes ressemblant à des tumeurs, constituées de cellules muqueuses qui apparaissent sur la surface interne des boucles de l'organe affecté.

Les enfants et les adultes, hommes et femmes, sont susceptibles de développer une pathologie. La pathologie se forme dans n'importe quel segment du système gastro-intestinal. La taille des excroissances varie de quelques millimètres à 10 centimètres (parfois plus). Le plus souvent, des polypes du côlon ascendant et du duodénum sont détectés. Néoplasmes tissulaires moins fréquemment diagnostiqués dans l'intestin grêle.

La pathologie est assez fréquente: elle est diagnostiquée chez 9 à 18 personnes sur cent dans la population générale, et beaucoup plus souvent (40 à 47%) dans la tranche d'âge de 50 à 55 ans. Habituellement, les polypes intestinaux mesurant jusqu'à 2 à 3 cm ne se manifestent pas avec des signes et ne dérangent pas le patient. Mais s'ils sont trouvés, même les plus petites excroissances doivent être éliminées afin qu'elles ne dégénèrent pas en cancers..

Ce que c'est?

Les polypes intestinaux (code CIM 10: K62.1) sont des excroissances charnues qui se forment dans les cavités du tractus gastro-intestinal ou d'autres organes creux. Il s'agit d'un néoplasme (accumulation de cellules) d'une taille insignifiante, attaché par une jambe ou une large base aux tissus et faisant saillie dans la cavité.

Il y a des cas où les polypes apparaissent dans des colonies entières couvrant une grande surface de l'intestin. Les formations mineures (1 à 2 mm) sont invisibles, mais avec un développement ultérieur, elles sont endommagées par des masses fécales, provoquant des saignements internes. Les grosses excroissances peuvent bloquer la lumière intestinale et causer de la constipation.

Cette formation peut apparaître quel que soit l'âge, et les personnes qui ont hérité d'une polypose intestinale sont à risque.

Polypes du côlon - est-ce un cancer ou pas??

Cette question se pose chez de nombreux patients qui ont des polypes dans les intestins..

Les polypes sont bénins et non cancéreux, mais certains types de polypes peuvent devenir malins (malins) avec le temps. Si des polypes sont découverts pendant la coloscopie, du matériel de biopsie est prélevé. La recherche en laboratoire vous permet d'établir le type de néoplasmes, ce qui permet de conclure à la possibilité de malignité.

Classification

Selon la structure histologique, les types de polypes dans l'intestin sont déterminés:

  1. Aspect adénomateux avec une surface ronde et lisse mais dense. Il est généralement recouvert d'un réseau vasculaire, il ne se démarque donc pas. Sa taille peut être importante, ce qui augmente le risque de transition vers un état de cancer..
  2. Le regard vilain. Ces polypes intestinaux se développent sur une large zone, formant un tapis, car ils sont recouverts de villosités. Parmi ceux-ci, 40% peuvent évoluer vers une tumeur maligne.
  3. L'espèce hyperplasique atteint une petite taille, lieu de leur localisation de la paroi rectale.
  4. Aspect hamartomateux - la formation se produit avec des tissus sains. Leur apparence est associée à des combinaisons extraordinaires de cellules, mais c'est peut-être le résultat d'anomalies.
  5. L'apparence juvénile se forme chez les enfants. A l'apparence d'une grappe de raisin accrochée à une jambe. N'entre pas en oncologie.

Un polype identifié dans l'intestin, dont les signes détermineront à quelle espèce il appartient, doit être traité. À partir du stade de son développement, la méthode de thérapie appropriée sera choisie.

Causes d'occurrence

La médecine moderne ne dispose pas de données claires sur l'étiologie de la polypose intestinale. Cependant, certaines théories suggèrent un mécanisme de développement de la maladie:

  1. Problèmes de santé mondiaux pour la majorité de la population liés à la détérioration de la situation environnementale. Il est assez difficile de ne pas remarquer l'affaiblissement de la santé chez les personnes modernes. Cela s'applique principalement aux enfants. Le nombre de bébés atteints de pathologies congénitales sévères augmente constamment. De nombreux enfants souffrent de maladies qui n'étaient auparavant communes qu'aux personnes âgées. Le processus de formation des polypes est également influencé par des facteurs tels que la consommation d'aliments contenant des produits chimiques, l'inactivité physique, le manque d'air frais dans les conditions de vie en ville, l'abus d'alcool, le tabagisme, les troubles de l'alimentation;
  2. Inflammation chronique des parois intestinales. Il a été établi que les polypes ne peuvent pas commencer à se former dans les tissus sains. Par conséquent, cette hypothèse concernant la cause de leur apparition semble être la plus évidente. Les processus inflammatoires dans la membrane muqueuse forcent l'épithélium à se régénérer plus rapidement, ce qui peut entraîner une croissance incontrôlée. De plus, les scientifiques soulignent un lien entre la formation de polypes intestinaux et des maladies telles que la dysenterie, la colite ulcéreuse, la fièvre typhoïde, l'entérite, la proctosigmoïdite. La base de cette hypothèse est la disparition de la polypose récurrente après élimination des maladies répertoriées. De plus, la constipation et la dyskinésie intestinale peuvent provoquer la croissance de polypes. Il s'est avéré que les excroissances polypes se trouvaient plus souvent à la place de l'intestin où il y avait stagnation des matières fécales et des microtraumatismes;
  3. La génétique. On pense que l'hérédité accablée influence le développement de la maladie. Cela est confirmé par le fait que, même dans un contexte de santé absolue, des excroissances de polypose se retrouvent chez certains enfants. Les scientifiques expliquent ce fait par un programme génétique qui fait que certaines parties de l'intestin fonctionnent différemment;
  4. Pathologie du système digestif et des vaisseaux sanguins. L'état de la muqueuse intestinale dépend largement des vaisseaux sanguins. Varices et maladies diverticulaires, l'athérosclérose ont un effet négatif. La pathologie du système digestif (ulcère de l'estomac, gastrite, pancréatite, cholécystite et autres) ne peut qu'affecter la santé des intestins;
  5. Allergies alimentaires, intolérance au gluten. S'il y a quelques décennies à peine, l'intolérance au gluten était rare, aujourd'hui de plus en plus d'enfants souffrent de cette forme d'allergie alimentaire. Lorsque des aliments contenant cette protéine pénètrent dans l'organisme, le système immunitaire commence à y réagir violemment. Elle perçoit le gluten comme un agent étranger, ce qui endommage la membrane muqueuse tapissant les intestins. Si une réponse immunitaire inadéquate est ignorée, une personne est confrontée à de graves problèmes de santé, pouvant aller jusqu'au cancer de l'intestin et au développement de l'ostéoporose.
  6. Théorie embryonnaire. Les scientifiques émettent l'hypothèse que les zones de l'intestin dans lesquelles se produit la formation de polypes ont été mal formées même pendant le développement intra-utérin. Les symptômes de la maladie commencent à apparaître un peu plus tard en raison de l'influence de facteurs négatifs supplémentaires;

Outre le fait qu'il existe des raisons communes au développement de polypes dans l'intestin, les facteurs les plus probables de leur formation dans divers départements ont été avancés, par exemple:

  • Les excroissances polypes qui se forment rarement à l'intérieur du duodénum sont le plus souvent le résultat d'une gastrite à forte acidité, d'une cholécystite ou d'une maladie des calculs biliaires. L'âge des malades varie de 30 à 60 ans;
  • Encore moins souvent, des formations sont détectées dans la cavité de l'intestin grêle. De plus, ils sont associés à des polypes dans d'autres parties de l'intestin et de l'estomac, et sont plus souvent diagnostiqués chez les femmes âgées de 20 à 60 ans. L'apparition de croissances peut être déclenchée par plusieurs facteurs, parmi lesquels le processus inflammatoire est en tête;
  • Les masses trouvées dans le côlon sont le plus souvent le résultat d'une hérédité négative.

Symptômes et premiers signes

Dans la très grande majorité des cas, la présence de polypes dans l'intestin ne présente aucun symptôme clinique ni manifestation spécifique. Cela empêche la détection et le traitement rapides de la maladie..

Le patient doit être vigilant et consulter un médecin si les symptômes suivants sont présents:

  1. douleur dans l'abdomen;
  2. inconfort qui survient lors des selles;
  3. du sang à la surface et dans les selles;
  4. écoulement muqueux pendant et en dehors des selles;
  5. difficulté à déplacer les matières fécales, en alternance avec des selles molles;
  6. envie fréquente de déféquer.
  • Les symptômes non spécifiques de la polypose du côlon (mélange de sang dans les selles) chez les patients adultes peuvent être confondus avec des manifestations d'hémorroïdes. Il est beaucoup plus difficile d'identifier la cause du saignement chez les enfants, car elle peut ne pas être liée aux intestins.

La plupart des patients atteints de polypose du côlon sont caractérisés par la localisation de néoplasmes sur le côté gauche de cet organe. En forme de champignon (avec une tige épaisse ou fine), ils peuvent atteindre six centimètres, provoquant le développement de colites et de maladies du côlon.

Un symptôme caractéristique indiquant la polypose du côlon est la présence de stries longitudinales de mucus et de sang sur les selles (plus la localisation du polype est basse, plus la couleur du sang est brillante et moins le degré de son mélange avec les selles est faible). Chez un patient sur deux présentant des polypes dans le côlon, la constipation alterne avec la diarrhée et s'accompagne d'un ténesme douloureux. De plus, les patients souffrent de douleurs abdominales, de brûlures et de démangeaisons dans le canal anal et le rectum..

Une diarrhée et des saignements constants aggravent l'état général des patients, provoquant l'apparition d'une faiblesse physique, des étourdissements, une pâleur de la peau et un épuisement sévère.

  1. La polypose rectale, qui ne se manifeste pas pendant des années, est le plus souvent détectée lors d'examens endoscopiques chez des patients de plus de cinquante ans. Avec une inflammation ou des dommages à l'intégrité de ces néoplasmes, le tableau clinique change radicalement. Les patients ont un écoulement abondant de mucus et de sang. Dans ce cas, vous devez immédiatement contacter un proctologue..
  2. Les polypes, localisés dans le côlon sigmoïde, provoquent la survenue d'une constipation régulière, suivie d'épisodes de diarrhée sans cause. Une symptomatologie non spécifique de la polypose du côlon sigmoïde est la présence d'un abdomen distendu, des éructations, ainsi que la libération de sang, de pus et de mucus pendant l'acte de défécation.
  3. La polypose de l'intestin grêle, qui est extrêmement rare, peut cependant entraîner le développement d'une obstruction intestinale, de saignements abondants, d'un volvulus de l'intestin, d'une violation de l'intégrité de ses parois. Chez les adultes et les enfants, une partie de l'intestin touchée par les polypes peut être insérée dans une autre. Il existe une forte probabilité de malignité de ces polypes..

Les premiers symptômes de la polypose de l'intestin grêle comprennent des flatulences, des nausées, des brûlures d'estomac, des éructations, une sensation de satiété dans l'estomac et une sensation de douleur dans le haut de l'abdomen. Le patient peut être dérangé par des crampes abdominales. Les polypes situés au début de l'intestin grêle peuvent provoquer des vomissements indomptables.

Les polypes qui se sont installés dans le duodénum, ​​dans 70% des cas, ne dérangent pas les patients avec quoi que ce soit pendant assez longtemps. Lorsque les néoplasmes atteignent de grandes tailles, les patients développent une douleur, une obstruction intestinale se développe; les membranes polypiques ulcérées commencent à saigner.

La nature de la douleur est différente; ils sont généralement localisés dans la région du nombril. En plus de la douleur, le patient se plaint d'une sensation de plénitude dans l'estomac, de nausées constantes et d'éructations pourries.

Cependant, sur la base d'un seul tableau clinique, rappelant les manifestations de tumeurs des voies biliaires, de l'intestin grêle et de l'estomac pylorique, il est impossible de diagnostiquer la présence de polypes duodénaux..

Complications

Toutes les formations dans l'intestin, en particulier les polypes sujets à la malignité, ne peuvent être ignorées par les spécialistes. Ils se forment souvent sans signes supplémentaires et une personne peut ne pas être consciente de leur présence pendant de nombreuses années jusqu'à ce qu'un examen soit effectué ou que des manifestations cliniques évidentes de la maladie apparaissent. Mais pourquoi les polypes dans l'intestin sont-ils si dangereux? Pourquoi ils doivent être traités à temps?

Le principal danger des polypes est la magnésium. C'est le risque de devenir un cancer qui inquiète le plus les spécialistes. Les polypes adénomateux du gros intestin sont particulièrement dangereux. Ils ne sont pas sujets aux ulcérations et le patient ne sait pas depuis des décennies qu'il souffre d'une pathologie précancéreuse. Le taux moyen de transformation d'un polype glandulaire en cancer est de 7 à 10 ans. Mais les experts préfèrent ne pas le risquer et effectuer l'opération immédiatement après la détection des excroissances polypes.

Avec une évolution prolongée et une croissance active, les polypes peuvent entraîner les complications suivantes:

  • constipation chronique;
  • saignement;
  • obstruction intestinale;
  • flatulences prolongées;
  • anémie;
  • constipation, diarrhée;
  • volvulus;
  • perforation de la paroi intestinale;
  • inflammation chronique des parois intestinales due à des dommages aux parois du néoplasme.

Pour éviter les complications, lorsque les premiers symptômes de polypes apparaissent dans l'intestin, contactez immédiatement un spécialiste pour un examen supplémentaire..

Pour les personnes ayant des antécédents, aggravés par des maladies inflammatoires du tractus gastro-intestinal, une hérédité défavorable, des examens préventifs réguliers par des spécialistes sont recommandés. Cela vous permettra de commencer un traitement précoce et de vous débarrasser des polypes de manière moins traumatisante..

Diagnostique

Pour déterminer de manière fiable le diagnostic, il est important de réaliser toute une gamme d'examens, y compris des méthodes de recherche en laboratoire, instrumentales et endoscopiques.

Les polypes intestinaux sont un domaine d'étude pour les proctologues, endoscopistes, gastro-entérologues et oncologues.

Après avoir étudié les plaintes du patient et son examen physique, les manipulations suivantes sont prescrites:

  1. Palpation rectale du rectum. À l'aide des doigts, les parties les plus proches du gros intestin sont sondées et les causes possibles de l'apparition de symptômes inhabituels (hémorroïdes, inflammation, constipation) sont déterminées.
  2. Radiographie. Une étude importante est une irrigoscopie (radiographie utilisant un produit de contraste). La méthode vous permet de déterminer avec précision les excroissances pathologiques, les composants vasculaires et leur volume. La voie d'administration du contraste est rétrograde, c'est-à-dire au moyen d'un lavement dans la lumière rectale. L'inconvénient de la méthode est l'impossibilité de déterminer les plus petits polypes.
    Si les polypes sont situés dans les parties hautes de l'intestin, le passage du baryum à travers l'intestin est examiné. Pour cela, l'agent de contraste doit être bu. Plusieurs heures plus tard, une série de radiographies est prise..
  3. Endoscopie. Il existe deux méthodes principales d'examen endoscopique de l'espace ano-rectal: la sigmoïdoscopie et la coloscopie.
    La première méthode vous permet d'évaluer l'état de l'intestin, dont les sections sont situées 25 cm plus haut, de prélever du matériel pour la biopsie et d'évaluer visuellement la structure du néoplasme.
    Dans le deuxième cas, le médecin a la possibilité d'évaluer l'état de l'intestin sur une longueur de 1,5 m, de prélever un échantillon de biopsie pour un examen histologique et cytologique et de retirer immédiatement la croissance pathologique.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande une coloscopie diagnostique pour toutes les personnes de plus de 55 ans, puis tous les 10 ans (en l'absence de plaintes et de symptômes caractéristiques des polypes dans l'intestin). Cette recommandation est due au fait que plus de 85% des cas de cancer du côlon sont détectés chez des patients de plus de 60 ans..

Le seuil d'âge de la première étude est ramené à 45 ans si les parents de première ligne (mère, père, frères et sœurs) ont reçu un diagnostic de polypose ou de cancer du côlon dans la famille, surtout avant l'âge de 45 ans. Différents pays ont leurs propres normes pour inclure cette procédure dans le plan des examens médicaux de la population. Dans de nombreux pays européens, il est recommandé d'effectuer une coloscopie annuellement pour toutes les personnes de plus de 45 ans, et une analyse de sang occulte fécal (réaction de Gregersen) est également incluse dans le plan d'examen.

S'il y a des plaintes qui peuvent indiquer la présence de cette maladie, la coloscopie est effectuée selon les directives d'un médecin, quel que soit l'âge du patient. Il y a des cas fréquents de détection de polypes bénins chez les enfants.

Comment traiter les polypes?

Le traitement des polypes doit commencer tôt. Dans le même temps, la seule méthode efficace qui vous permet de guérir la maladie est la chirurgie. Des méthodes conservatrices sont également utilisées pour de multiples formations qui recouvrent la muqueuse gastro-intestinale. Cependant, des tactiques d'attente sont suivies en ce qui concerne les patients âgés qui ont des contre-indications à la chirurgie..

Le traitement médicamenteux dans cet état implique la nomination des médicaments suivants:

  1. Les analgésiques et les antispasmodiques sont utilisés pour la douleur (No-shpa).
  2. Préparations pour améliorer la digestion.
  3. Remèdes contre les ballonnements (Siméthicone).
  4. Médicaments de normalisation des selles.
  5. Agents immunomodulateurs et vitamines.

Si les polypes d'une personne ont atteint de grandes tailles, ils doivent être enlevés chirurgicalement.

Intervention chirurgicale

Techniques chirurgicales courantes:

  1. Polypectomie endoscopique. Les médecins combinent parfois cette option avec l'électrocoagulation de la base de croissance. Puisque cette opération ne contribue pas à des blessures massives, la période de rééducation est minime..
  2. Retrait avec un segment de l'intestin. Il est prescrit pour une tumeur presque circulaire, des excroissances importantes ou multiples. Les néoplasmes sont enlevés avec une partie de l'intestin. Si une polypose familiale héréditaire est diagnostiquée, dans ce cas, le côlon est complètement retiré.
  3. Polypectomie transanale. Les polypes sont éliminés à l'aide de ciseaux spéciaux ou d'un scalpel. À la fin, les tissus muqueux sont suturés. De telles opérations ne sont prescrites que lorsque les polypes sont situés à proximité immédiate de l'anus. La coupure est réalisée sous anesthésie locale, et pour la commodité d'un spécialiste, l'anus est écarté par un spéculum rectal.
  4. Suppression laser. Il est prescrit pour les grandes lésions bénignes à base épaisse ou large.
  5. Polypectomie par incision dans la paroi intestinale. Il est prescrit lorsque les polypes sont de grande taille ou s'ils sont situés dans une zone difficile à atteindre. Pendant l'opération, la cavité abdominale est ouverte. La croissance est parfois excisée avec une partie de la paroi intestinale.

La nutrition après le retrait du polype intestinal doit être équilibrée et répondre aux recommandations du médecin traitant. Dans la plupart des cas, vous devrez renoncer aux graisses de viande, à l'alcool et au tabac. Le régime doit contenir des légumes frais, des fruits, des céréales, des fibres, du gluten, du poisson et des fruits de mer. Les produits laitiers fermentés ne sont inclus dans les aliments qu'après consultation d'un nutritionniste.

La prévention

Pour réduire la probabilité de formation de polypes intestinaux, il est important de suivre ces conseils:

  1. Enrichissez votre alimentation avec des aliments contenant des fibres grossières. Ceux-ci comprennent les pommes, la citrouille, les betteraves, les courgettes et le chou.
  2. Évitez de manger des graisses animales. Mieux vaut les remplacer par des légumes.
  3. Faites régulièrement des diagnostics préventifs et des examens par un médecin.
  4. Traitez en temps opportun toutes les maladies inflammatoires de l'estomac et des intestins.
  5. Évitez de boire des boissons alcoolisées.
  6. Arrêter de fumer.
  7. Arrêtez de trop manger.

Il est possible de pratiquer un traitement alternatif des polypes uniquement après l'autorisation du médecin, puis si la maladie est dans sa forme initiale. En général, les experts ne recommandent pas l'automédication pour cette pathologie. Cela nécessite un traitement sérieux à long terme..