Principal
Tératome

Cancer de la vessie: stades, pronostic, traitement

Le cancer de la vessie (synonyme: cancer de la vessie) est une néoplasie maligne de sa membrane muqueuse, qui représente environ 4,7% de tous les cancers. La tumeur est plus fréquente chez les personnes âgées; chez les hommes, 1,5 fois plus souvent que chez les femmes. Environ ¾ de toutes les pathologies sont reconnues comme superficielles et peuvent être bien traitées par cystoscopie. Le tabagisme est un facteur de risque majeur de développer un cancer de la vessie. Dans la 10e révision de la classification internationale des maladies (CIM-10), le cancer de la vessie est désigné par le code C67.

Classification


Les tumeurs de la vessie chez les hommes ne sont pas toujours malignes. Toutes sortes de papillomes, polypes et autres néoplasmes de l'épithélium sont le plus souvent de nature bénigne. Malheureusement, cela n'exclut pas leur malignité - la transition vers une forme maligne et la formation de cellules cancéreuses.

En fonction des parties de la muqueuse affectées par la maladie, on distingue plusieurs types de tumeurs, caractérisées par un développement malin:

  • adénocarcinome. Maladie rare causée par la dégénérescence des cellules de l'épithélium glandulaire (remplissant des fonctions de sécrétion);
  • carcinome squameux. C'est un peu plus fréquent que l'adénocarcinome. Au cœur de la maladie se trouvent des modifications malignes des couches superficielles de la membrane muqueuse de la vessie et des parties inférieures des uretères;
  • carcinome à cellules transitionnelles. Le type le plus courant dans lequel les cellules de la muqueuse de la membrane muqueuse (épithélium de transition) sont affectées.

La tumeur peut être superficielle, c'est-à-dire qu'elle peut être située à la surface de la membrane muqueuse sans envahir les tissus musculaires, ou elle peut être invasive. Ce dernier passe dans la couche musculaire de l'organe à travers la membrane sous-muqueuse.

Les formes superficielles (carcinome épidermoïde) sont caractérisées par une évolution relativement favorable. Les invasifs (adénocarcinome et carcinome à cellules transitionnelles) ont un pronostic moins favorable s'ils sont diagnostiqués tardivement.

Les néoplasmes malins sont caractérisés par le degré de maturité des cellules anormales. Les tumeurs hautement différenciées contiennent des cellules avec un degré élevé de mutation et sont classées comme cancers invasifs. Les formations mal différenciées sont moins agressives et ne pénètrent généralement pas dans les tissus musculaires.

Causes de la maladie

L'étiologie de la maladie n'est pas entièrement comprise. Le cancer de la vessie se développe chez les hommes 4 à 5 fois plus souvent que chez les femmes. On pense que les facteurs qui augmentent le risque de cancer des voies urinaires sont:

  • fumeur;
  • travailler dans les industries chimiques dangereuses;
  • maladies infectieuses et inflammatoires chroniques de la vessie;
  • exposition aux radiations;
  • prédisposition génétique.

Il est possible que la maladie ait une origine parasitaire, par exemple une infection par des schistosomes en nageant dans des plans d'eau. L'eau potable, qui contient beaucoup de sels et de chlore, affecte également négativement la santé de la sphère génito-urinaire..

Projections de survie à différentes étapes

Plus le cancer de la vessie est détecté tôt, plus le taux de survie est élevé chez les hommes et les femmes. Dans la plupart des cas (environ 75%), elle est détectée à un stade précoce, ce qui permet d'augmenter la durée de vie du patient. La réopération peut traiter efficacement le carcinome superficiel de la vessie à long terme.

Une chimiothérapie ou une immunothérapie locale ultérieure (appelée instillation) réduit de 20% la probabilité de récidive du cancer invasif de la vessie. Après l'ablation de la tumeur, il est nécessaire d'effectuer une résection de la vessie ou une radiochimiothérapie combinée.

La principale méthode de prévention qui vous aidera à vivre longtemps est de maintenir un mode de vie sain. Si le patient fume beaucoup et expose des facteurs de risque, et néglige également le traitement, il mourra prématurément.

Symptômes

Au stade initial du développement de la maladie, les symptômes peuvent être absents ou se manifester par des sensations désagréables - envie fréquente de vider la vessie avec un petit volume d'urine, des saignements mineurs occasionnels lorsque l'urine est tachée de rougeâtre (hématurie) ou des stries de sang sont visibles..

De tels signes de cancer de la vessie sont courants dans de nombreuses autres maladies chez les hommes, de sorte que le temps du diagnostic est souvent perdu. C'est pourquoi il est si important de suivre les premiers symptômes du cancer:

  • hématurie. Lorsque du sang apparaît dans l'urine, le patient doit montrer une vigilance oncologique;
  • dysurie. La difficulté ou la miction douloureuse est une raison pour une visite urgente chez le médecin;
  • douleur dans la région sus-pubienne. Ce symptôme signale une augmentation de la vessie et une compression de celle-ci par d'autres organes..

À mesure que la maladie progresse, les symptômes du cancer de la vessie chez l'homme deviennent plus aigus: le nombre de caillots sanguins dans les urines augmente, l'anémie se développe, une faiblesse générale se fait sentir, la fonction rénale est altérée, des infections des voies urinaires se rejoignent..

La douleur dans le cancer de la vessie au stade de manifestations cliniques prononcées est localisée non seulement au-dessus du pubis, mais également dans le périnée, les zones de l'aine, dans la colonne lombo-sacrée. Les métastases peuvent se propager aux ganglions lymphatiques pelviens, au foie, aux poumons et à d'autres organes. Le pronostic de la maladie avec métastases est nettement pire.

Quelle est la prévision basée sur?

Personne ne prétend que le cancer de la vessie est une pathologie qui nécessite une approche particulière. Avec elle, le pronostic de survie est fait sur la base de nombreuses années de recherche pratique sur des milliers de patients atteints d'une pathologie similaire..

Facteurs dont dépend l'espérance de vie d'un patient atteint d'une tumeur maligne:

  • Âge et stade de la maladie.
  • La présence de pathologies chroniques.
  • Quel traitement a été effectué principalement.
  • Le niveau de soins médicaux, etc..

Pour référence. Le concept de «survie» en oncologie reflète l'indicateur quantitatif des patients qui ont vécu un certain temps depuis le diagnostic. Les statistiques prennent en compte trois indicateurs: I, II et X survie.

Il y a un autre indicateur important - le taux de survie relatif. Il est tout à fait clair que la plupart des patients peuvent mourir sans avoir un cancer de la vessie.Par conséquent, lors du réglage du temps de survie (durée), tous les indicateurs sont comparés aux chiffres établis pour les personnes qui n'ont pas un tel diagnostic..

L'espérance de vie des patients dépend de nombreux paramètres.

Diagnostique


Les maladies des organes génito-urinaires, telles que le cancer de la vessie, sont suspectées par le médecin sur la base des plaintes du patient. Étant donné que les symptômes indiquant la présence d'un néoplasme dans la vessie chez un homme sont effacés au stade initial de la maladie, des méthodes de recherche en laboratoire et instrumentales sont utilisées..

Les méthodes de laboratoire comprennent:

  • analyse d'urine générale. Permet de détecter la présence de globules rouges dans les urines en l'absence de signes visibles d'hématurie;
  • culture bactérienne pour les infections. Cette analyse est effectuée afin d'exclure les infections du tractus génito-urinaire;
  • examen cytologique. Il peut détecter les cellules tumorales atypiques;
  • prélèvement sanguin pour la biochimie. Identifie une maladie rénale concomitante.

Pour un diagnostic précoce, des tests de marqueurs tumoraux peuvent être effectués. La présence d'antigènes spécifiques dans le sang indique qu'un homme a des néoplasmes de la vessie avec une fiabilité de 60 à 80%.

  • cystoscopie - examen endoscopique à travers l'urètre avec prélèvement simultané d'échantillons de tissus pour biopsie. La méthode la plus informative requise pour le diagnostic final;
  • Ultrason. Détermine la localisation de la tumeur, les signes de dommages aux tissus environnants. La méthode est informative lorsque la taille du néoplasme est supérieure à 5 mm;
  • imagerie par résonance magnétique ou calculée. Utilisé pour évaluer l'état des ganglions lymphatiques régionaux et des parois de la vessie.

Le diagnostic du cancer de la vessie nécessite parfois une ostéoscintiographie - une radiographie du squelette afin de détecter les métastases au tissu osseux.

Stades de développement de la maladie


Les processus malins dans les muqueuses des organes génito-urinaires, comme d'autres maladies oncologiques, se développent progressivement avec le temps. Chez les hommes, les stades suivants du cancer de la vessie sont distingués:

  • Zéro. Elle se caractérise par la présence de cellules atypiques dans la vessie sans envahir les parois de l'organe.
  • Première. Il y a une croissance rapide des cellules cancéreuses avec des lésions muqueuses. Les symptômes sont souvent effacés.
  • Seconde. À ce stade, le tissu musculaire interne est d'abord affecté (stade 2A), puis la tumeur se déplace vers la couche externe du muscle (stade 2B).
  • Troisième. Le néoplasme capture la couche superficielle de la vessie et se propage progressivement à d'autres organes voisins.
  • Quatrième. Le cancer de stade 4 s'accompagne d'une douleur intense, du développement d'une insuffisance rénale chronique, de métastases aux ganglions lymphatiques, de lésions des os et des poumons. Seuls les soins palliatifs sont indiqués.

La tâche du médecin et du patient est d'empêcher la transition de la maladie vers les stades ultérieurs à l'aide d'un diagnostic correct et d'un traitement adéquat.

Le coût du diagnostic et du traitement du cancer de la vessie en Israël

Le tableau ci-dessous montrera les prix de certaines procédures médicales et diagnostiques dans le centre d'oncologie d'Ichilov..

Procédures de diagnostic et de traitementLe coût
Cystoscopie1 248 $
Tomodensitométrie415 $
Chimiothérapie intravésicale avec vaccin BCG376 $
Urographie283 $

Vous pouvez faire le premier pas vers la récupération maintenant. Pour ce faire, remplissez l'application

- et dans les 2 heures un de nos médecins vous contactera.

Ou appelez: + 972-3-376-03-58 en Israël et + 7-495-777-6953 en Russie.

Cette consultation ne vous lie à rien et est entièrement gratuite. Nous vous garantissons une totale confidentialité et secret médical. Nous vous aiderons comme nous avons aidé d'autres patients.

Méthodes de traitement de base

Le choix des méthodes de traitement des tumeurs de la vessie chez l'homme dépend de la situation clinique et du degré de développement de la maladie..

Le cancer de la vessie chez l'homme peut-il être traité de manière conservatrice? Il n'y a pas de réponse définitive, mais il faut comprendre qu'avec cette maladie, toute la membrane muqueuse souffre.

Par conséquent, afin d'éviter la récidive du cancer, un ensemble de mesures est inclus dans le protocole médical standard: il s'agit de l'ablation de la tumeur par chirurgie et de la conduite de chimiothérapie, d'immunothérapie et, si nécessaire, de radiothérapie..

Le traitement optimal du cancer de la vessie superficiel chez l'homme est la résection transurétrale (TUR)..

Il s'agit d'une opération endoscopique préservant les organes qui vous permet d'éliminer la croissance à travers l'urètre. Cette méthode est utilisée s'il n'y a pas de métastases. TUR n'est pas utilisé pour le processus oncologique invasif.

Une résection ouverte (élimination d'une partie de la vessie) est réalisée si le patient a une petite tumeur invasive (pas plus de 50-60 mm). Cette méthode est montrée à un petit nombre de patients après un examen complet et la décision d'un conseil médical..

Le choix en faveur de l'ablation complète de la vessie (cystectomie radicale) se fait en cas de formations invasives, de cancers superficiels récurrents et d'autres processus oncologiques à haut risque de progression.

Avec la cystectomie radicale chez les hommes, non seulement la vessie est enlevée, mais également la prostate, ainsi qu'une partie des vésicules séminales.

Après l'opération, le détournement d'urine est assuré par une urostomie (selon la méthode de Bricker) ou par la création d'une vessie orthotopique (artificielle) à l'aide du segment iléal (méthode de Studer). Dans ce dernier cas, les patients après le traitement conservent la capacité d'uriner de manière indépendante..

La durée de la période de récupération postopératoire dépend du volume et de la méthode d'intervention chirurgicale. Pour éviter les conséquences négatives, le patient est tenu de suivre strictement les recommandations du médecin traitant.

Pronostic et survie


Il est impossible de dire avec certitude combien de temps ils vivent après l'ablation d'une tumeur maligne de la vessie. Le pronostic dépend de l'état du patient, de son âge, de la présence de maladies concomitantes, du stade de développement de la maladie et de nombreux autres facteurs.

Selon les statistiques, le taux de survie dans les 5 ans après le traitement est:

  1. zéro et premiers stades de la pathologie oncologique - 89-97%;
  2. deuxième étape - 60-65%;
  3. troisième étape - 47-50%;
  4. quatrième étape - environ 15-17%.

Les données fournies sont moyennées et ne prétendent pas être absolument exactes..

Taux de survie pour le cancer de la vessie

Il faut garder à l'esprit que les taux de survie à 5 ans sont basés sur les résultats du traitement pour les personnes diagnostiquées il y a plus de 5 ans; Les statistiques de survie à 10 ans sont basées sur les résultats du traitement des patients diagnostiqués avec un cancer il y a plus de 10 ans. En conséquence, les taux de survie à 15 ans sont basés sur les résultats du traitement pour les patients qui ont commencé le traitement il y a au moins 15 ans..

Symptômes du cancer de la vessie chez les femmes

Récemment, parmi les causes de mortalité humaine, le cancer est loin d'être le dernier. Les cellules cancéreuses peuvent affecter absolument tous les organes et systèmes. Les réalisations de la médecine moderne sont allées loin, de nombreuses formes de cancer se prêtent à une thérapie, à condition qu'une visite rapide chez un médecin soit fournie. L'oncologie de différents organes a ses propres symptômes et manifestations. Regardons de plus près le cancer de la vessie chez la femme, il affecte plus souvent le beau sexe après quarante ans..

Facteurs provoquant le développement du cancer de la vessie

Pour toute forme de maladie oncologique, il est impossible de nommer la cause exacte qui l'a provoquée, on ne peut que supposer quels facteurs ont augmenté le risque de développer une pathologie. Si nous considérons le cancer de la vessie chez la femme, ces facteurs de risque sont:

  • le tabagisme, dans lequel des substances nocives traversant la vessie irritent sa membrane muqueuse;
  • travail dans la production dangereuse;
  • amour des aliments frits et gras;
  • manger des substituts du sucre tels que le cyclomate et la saccharine;
  • pathologies inflammatoires chroniques de la vessie.

Manifestations initiales de la maladie

Les signes d'oncologie de la vessie peuvent se manifester de différentes manières, mais l'hématurie est l'une des premières à être diagnostiquée. Près de 85% des patients se plaignent de ce symptôme. Le sang et les caillots sanguins peuvent être trouvés dans l'urine.

Si ce symptôme apparaît périodiquement, c'est déjà une raison d'y penser et de consulter un médecin. En règle générale, un écoulement constant de sang avec l'urine est observé au dernier stade de la maladie. La tumeur cancéreuse commence à saigner régulièrement et les caractéristiques suivantes peuvent être notées:

  • L'urine peut être d'une teinte différente, du rose au rouge vif;
  • les caillots sanguins sont de tailles différentes, il est dangereux lorsqu'ils obstruent complètement la vessie et empêchent le passage de l'urine;
  • parfois une petite tumeur peut saigner beaucoup plus qu'une grosse, ce qui rend difficile le diagnostic de la maladie.

En plus des impuretés sanguines dans l'urine excrétée, des symptômes peuvent également être observés avec le développement de cette pathologie..

Dysurie

Ce sont des difficultés à uriner. Cela est dû au fait que la tumeur en développement près de l'urètre appuie dessus, cela conduit à l'apparition de douleurs. Au début, la douleur est localisée dans la région pubienne, mais se propage ensuite aux organes et tissus voisins. Les patients ressentent une douleur particulièrement intense pendant la miction.

Incontinence urinaire

L'incontinence et l'envie fréquente d'aller aux toilettes sont également des symptômes que ressentent la plupart des patients. De faux désirs se produisent et assez souvent. Certains signalent un écoulement involontaire d'urine.

Mais il convient de noter que de tels signes sont observés le plus souvent si le cancer a touché le col de la vessie. Malheureusement, de nombreuses femmes n'associent pas ces symptômes à une maladie grave, elles considèrent la cause de la faiblesse musculaire qui apparaît avec l'âge ou l'inflammation.

Mauvaise odeur

L'urine excrétée avec une telle pathologie peut avoir une odeur plutôt désagréable. Cela se produit à la suite de la décomposition de la tumeur et de la difficulté à uriner. Il y a une odeur claire d'ammoniac, si vous collectez de l'urine dans un récipient, vous pouvez voir un sédiment. Souvent, l'urine elle-même est mélangée avec du pus..

Autres symptômes de l'oncologie de la vessie

Nous avons examiné les principales manifestations de la maladie, mais d'autres symptômes peuvent survenir:

  • dans la zone de l'organe malade et jusqu'au vagin, de multiples fistules peuvent apparaître;
  • la formation de métastases dans la région des ganglions lymphatiques inguinaux conduit au fait que les membres inférieurs commencent à gonfler.

Étapes de développement de la pathologie

Toute maladie a des stades de son développement, caractérisés par ses symptômes, le cancer de la vessie ne fait pas exception à cet égard..

  1. Au premier stade, les cellules cancéreuses affectent les muqueuses de l'organe, la thérapie dans ce cas se termine à 100% avec succès.
  2. La tumeur commence à se propager au tissu musculaire, situé sous la couche épithéliale - c'est la deuxième étape.
  3. La prochaine étape concerne le tissu adipeux et les parois de la vessie.
  4. La quatrième étape est caractérisée par la pénétration de la tumeur dans les organes voisins - le vagin, l'utérus, la cavité abdominale.

Oncologie de l'urètre

Ce type de pathologie oncologique n'est pas courant. Le cancer de l'urètre peut se développer chez les représentants de la population masculine et féminine, mais il convient de noter que le beau sexe souffre plus souvent de cette pathologie, en particulier après le début de la ménopause.

La manifestation de la maladie

Les symptômes de cette pathologie ne sont pas les mêmes chez les hommes et les femmes. Les plaintes de tous les patients peuvent différer considérablement. Certaines femmes ne ressentent rien du tout avec un cancer de l'urètre. Mais, en règle générale, les signes suivants apparaissent dans le corps féminin:

  • miction douloureuse;
  • une sensation de brûlure en allant aux toilettes;
  • des douleurs peuvent être ressenties dans le bas du dos;
  • une incontinence urinaire peut se développer;
  • une douleur dans le bas-ventre apparaît;
  • saignement de l'urètre.

Lorsque le cancer de l'urètre est au stade initial de son développement, il n'est pas possible de sonder la tumeur chez la femme. C'est le danger, quand il sera possible de le faire, alors, en règle générale, la maladie va trop loin. La tumeur cancéreuse commence à se propager aux ovaires, à la vessie. La probabilité d'un rétablissement complet est considérablement réduite.

Dans les derniers stades de la maladie, des saignements se produisent, des fistules vaginales apparaissent, que le gynécologue peut détecter lors d'un examen de routine. Si le néoplasme de l'urètre passe dans la vessie, il y a un mélange de sang dans l'urine et même des caillots.

Formes d'oncologie de l'urètre

Les symptômes de cette pathologie dépendent de la forme de la maladie qui se développe. Les variétés suivantes sont distinguées:

  • néoplasme exophytique situé avec l'ouverture de l'urètre;
  • les polypes se forment à partir de l'ouverture de l'urètre, ils peuvent être à la fois multiples et uniques, mais l'inflammation peut être absente;
  • forme ulcéreuse de pathologie affecte le clitoris, le vagin et l'urètre.

Chaque forme de la maladie a non seulement ses propres symptômes distinctifs, mais nécessite également sa propre approche individuelle de la thérapie..

Actuellement, les pathologies oncologiques sont traitées avec succès, mais ce n'est qu'à condition que le patient adopte une attitude responsable envers sa santé, subisse régulièrement des examens médicaux. Vous ne devez pas vous soigner vous-même ou attendre l'inconfort, et plus encore, la douleur disparaîtra d'elle-même. Parfois, les retards et notre négligence envers nous-mêmes entraînent de graves conséquences. Cela est particulièrement vrai des femmes, qui sont beaucoup plus patientes que les hommes et, par souci constant des autres, s'oublient souvent elles-mêmes..

Symptômes du cancer de la vessie précoce chez les femmes. Causes, diagnostic et traitement du cancer de la vessie chez la femme

Une tumeur de la vessie chez la femme est 5 fois moins fréquente que chez l'homme. Cependant, il se caractérise par un cours agressif et ne se fait sentir qu'aux derniers stades de développement. Afin de reconnaître la maladie en temps opportun, il est nécessaire de connaître les premiers symptômes du cancer de la vessie chez la femme. Dans l'article d'aujourd'hui, nous examinerons les premiers signes de cette maladie, les principales causes et les méthodes de son traitement..

Référence anatomique

La vessie est située dans la cavité abdominale et est un organe creux. Les déchets y pénètrent par les reins par deux uretères. Ici, ils s'accumulent et sont conservés jusqu'au processus de vidange. Lorsque la vessie se remplit, il y a une envie d'uriner. Le fluide accumulé est éliminé du corps par un canal spécial.

Le système urinaire chez les femmes et les hommes est radicalement différent. Par conséquent, les processus pathologiques présentent des caractéristiques chez les patients de sexes différents. Les maladies les plus courantes chez le beau sexe dans ce domaine sont la cystite, l'urétrite et le cancer de la vessie. Chez les femmes, le traitement de cette dernière affection ne se termine pas toujours favorablement. Pourquoi cela se produit sera discuté ci-dessous..

Les principales causes de la pathologie

Une maladie oncologique commence son développement après l'apparition d'un néoplasme malin sur la membrane muqueuse de la vessie ou de ses parois. La tumeur est formée de cellules atypiques. La dépendance génétique du processus pathologique est activement étudiée. Les scientifiques spéculent sur les mutations au niveau du septième chromosome.

Les causes exactes du cancer de la vessie chez les femmes n'ont pas été établies. Les médecins identifient un groupe de facteurs qui contribuent à la croissance accélérée des éléments atypiques. Parmi eux se trouvent:

  1. Fumeur. Cette dépendance affecte négativement l'état non seulement des poumons, mais de tout le corps. La nicotine est excrétée par la vessie. L'irritation par les produits chimiques de ses parois conduit au cancer..
  2. Interaction avec des produits toxiques. Le développement de la maladie suit le même principe qu'avec le tabagisme. Dans ce cas, les femmes qui travaillent dans des usines de production de peintures et vernis ou de produits chimiques sont à risque..
  3. Alimentation malsaine avec une prédominance d'aliments gras.

Les pathologies chroniques sont également des conditions préalables au développement du cancer. Tout d'abord, c'est la cystite et la papillomatose..

Les premiers symptômes du cancer de la vessie chez la femme

Le signe initial de cette maladie est l'hématurie - la présence d'impuretés sanguines dans l'urine. Ce symptôme est observé chez 8 femmes malades sur 10. Dans certaines situations, son apparition s'accompagne de douleurs. Parmi les caractéristiques de ce symptôme sont les suivantes:

  • La couleur de l'urine va du rose au rouge.
  • Les caillots sanguins sont de forme et de taille inégales.
  • L'hématurie se manifeste de différentes manières. Chez certaines femmes, à un stade précoce de la maladie, il y a un écoulement sanglant dans l'urine, chez d'autres, ce symptôme est à peine perceptible..

Les impuretés sanguines n'indiquent pas toujours une oncologie. Ce symptôme est typique de la cystite simple. Pour vous assurer de la présence ou de l'absence d'un processus pathologique dans le corps, vous devez consulter un médecin et subir un examen diagnostique. Au départ, le cancer de la vessie chez les femmes peut encore être guéri.

Les premiers symptômes ne sont pas toujours manifestes. Ces manifestations de la maladie doivent inclure la dysurie et l'incontinence..

Autres signes de maladie

Au fur et à mesure que le processus pathologique se développe, d'autres symptômes du cancer de la vessie apparaissent chez les femmes. La croissance de la tumeur et sa pénétration dans les tissus voisins s'accompagne d'une détérioration du bien-être, de l'état de la peau et des cheveux. De nombreuses femmes malades notent une forte diminution du poids corporel. La douleur intense dans les os pelviens et la région lombaire ne disparaît pas même après la prise des pilules.

La progression du processus pathologique s'accompagne généralement du développement de maladies parallèles. Parmi eux, il faut noter l'hydrophone, l'insuffisance rénale chronique et divers troubles digestifs.

Les symptômes du cancer de la vessie chez les femmes, plus précisément leur intensité et leur gravité, peuvent varier. Cependant, le développement est toujours à la hausse. L'inconfort et la douleur s'aggravent chaque jour. L'un des signes ci-dessus d'une maladie est la raison pour laquelle vous devez contacter un médecin..

Stades de la maladie

Au cours d'une maladie oncologique, plusieurs stades sont distingués. Chacun d'eux diffère par le degré de pénétration des éléments tumoraux directement dans l'organe..

  1. Stade I.Au stade initial, le néoplasme est localisé dans la zone de la membrane muqueuse, ne quitte pas ses frontières.
  2. Étape II. La tumeur se développe dans la couche sous-muqueuse, qui sert de base à l'épithélium. Parfois, le tissu musculaire est impliqué dans le processus pathologique..
  3. Stade III. À ce stade, le néoplasme se propage au tissu adipeux, affecte les parois de la vessie.
  4. Stade IV. Le cancer affecte les organes voisins (utérus, vagin, cavité abdominale). Le traitement du quatrième stade de la maladie a un mauvais pronostic.

N'ignorez pas les premiers signes du cancer de la vessie chez les femmes. Au stade initial, la maladie peut encore être guérie sans conséquences graves pour la santé..

Méthodes de diagnostic

Comment le cancer de la vessie se manifeste chez les femmes, nous l'avons décrit un peu plus haut. Cependant, cette maladie présente parfois des symptômes non spécifiques. Par conséquent, le diagnostic ne peut être basé uniquement sur les plaintes du patient. Diverses méthodes sont utilisées pour confirmer la maladie. L'un d'eux est la cystoscopie.

Au cours de cette procédure, le médecin examine l'intérieur de la vessie avec un instrument spécial. Ce n'est pas très agréable, mais indolore. Grâce à la cystoscopie, le médecin peut examiner la tumeur, déterminer sa localisation exacte et prélever un morceau de tissu pour une biopsie. Si la tumeur est petite, un contrôle de fluorescence est également prescrit. Au cours de la procédure, un agent de contraste est injecté dans l'organe, qui s'accumule dans les cellules atypiques. Lorsqu'ils sont éclairés en bleu, les éléments pathologiques acquièrent une teinte rose, ce qui permet d'identifier facilement un néoplasme.

Le diagnostic du cancer de la vessie chez la femme implique également une échographie. Il vous permet d'évaluer la structure de la tumeur, la profondeur des dommages aux parois de l'organe. De plus, une échographie de la cavité abdominale est utilisée. Avec son aide, le médecin exclut ou confirme la présence de métastases..

Pour détecter les cellules malignes, une analyse d'urine est obligatoire. Cependant, les éléments atypiques sont rarement trouvés. Seuls 4 patients sur 10 ont ces cellules dans leurs urines..

Il existe également des tests dits rapides pour le cancer de la vessie chez la femme. Leur principe d'action est à bien des égards similaire au test de grossesse, mais ils n'ont pas été largement acceptés. La sensibilité de cette analyse varie de 53 à 72%.

Sur la base des résultats du diagnostic et après consultation de l'oncourologue, un traitement est prescrit. Le choix de la méthode de traitement dépend en grande partie du stade de développement de la maladie.

Traitements du cancer

Au stade initial de la maladie, les zones anormales de la muqueuse de la vessie sont réséquées. L'opération est réalisée par voie endoscopique. Il vous permet d'éliminer le néoplasme sans grande perte de sang et incisions sur la peau. Les défauts ulcéreux sont cautérisés après la chirurgie.

Pour les petites tumeurs papillaires, la coagulation au laser est utilisée. Pendant la procédure, le médecin traite les foyers pathologiques avec un rayonnement laser.

Le cancer détecté au troisième stade ne se prête pratiquement pas au traitement. Dans ce cas, une résection partielle de la vessie est réalisée. Si nécessaire, l'organe entier est retiré - cystectomie. Par la suite, il est reconstruit à partir de la partie adjacente de l'intestin..

Si le médecin a déjà diagnostiqué le quatrième stade de la maladie, le traitement est effectué à l'aide d'une chimiothérapie avec radiothérapie simultanée. Cette approche vous permet de soulager l'état du patient, de soulager la douleur..

Conséquences de la cystectomie

Le traitement du cancer nécessite toujours des efforts considérables. Après la thérapie, le patient doit s'habituer au nouveau statut. Il s'agit de vivre sans vessie pleine.

Après la cystectomie, plusieurs autres opérations sont nécessaires pour restaurer les fonctions perdues de l'organe. Le plus souvent, les uretères sont sortis. Les déchets s'accumulent dans un sac spécial. Un tel réservoir provoque non seulement un grand inconfort, mais prive également une femme de la possibilité de vivre pleinement..

Il existe d'autres moyens de résoudre ce problème. Par exemple, la cystoplastie. Cette opération implique une greffe d'un uretère artificiel. Il est implanté à la place de la partie isolée de l'intestin, puis amené dans l'urètre. À la suite des manipulations effectuées, la patiente peut se soulager de manière naturelle..

Malheureusement, la cystoplastie n'est pas populaire dans notre pays et est une procédure coûteuse..

Chimiothérapie pour le cancer de la vessie

Chez la femme, comme dans le sexe fort, le traitement de cette maladie est rarement complet sans chimiothérapie. Il est utilisé en conjonction avec une intervention chirurgicale, car il est inefficace en soi. Plus de 10 médicaments sont utilisés en oncologie moderne pour la chimiothérapie.

Un traitement adjuvant est administré après une cystectomie. Il est utilisé pour réduire le risque de rechute. Une chimiothérapie non adjuvante est administrée avant la chirurgie. Cela augmente la probabilité qu'une tumeur diminue de taille. Étant donné que les deux options thérapeutiques ont de nombreux effets secondaires, la décision de leur rendez-vous est prise après un examen complet de la santé du patient..

Caractéristiques de la nutrition pour le cancer

La nutrition est un facteur important dans le traitement complexe du cancer. Les scientifiques ont prouvé que changer le régime alimentaire contribue au rétablissement rapide du patient. De plus, le régime permet de reconstituer la carence en oligo-éléments et en vitamines après une chimiothérapie..

La nutrition pour le cancer de la vessie chez les femmes doit être équilibrée. Dans ce cas, l'accent doit être mis sur les aliments protéinés. La préférence devrait être donnée à la poitrine de poulet et au lapin maigre, aux fruits de mer. Soyez prudent avec la consommation de viande rouge. Il a été prouvé que le porc et le bœuf stimulent la croissance des tumeurs malignes. Le poisson, en revanche, est une bonne source de protéines. Son utilisation aide le corps à restaurer rapidement les micronutriments perdus..

Pronostic de rétablissement

Le taux de survie dépend en grande partie du stade auquel les femmes ont reçu un diagnostic de cancer de la vessie. Les symptômes à un stade précoce, qui sont prononcés, vous permettent de commencer immédiatement le traitement. Dans ce cas, le taux de survie est supérieur à 80%. Dans la deuxième étape, sous réserve d'une thérapie compétente, ce chiffre est légèrement inférieur - environ 60%.

Le pronostic de récupération en présence de métastases n'est pas le plus favorable. Par exemple, au troisième stade de la maladie, il est de 30%. Au stade final, les médecins font rarement des prédictions à l'avance. Seules les femmes les plus chanceuses parviennent à franchir la barre des 5 ans.

Comment survivre à la maladie?

Le cancer de la vessie, comme d'autres maladies oncologiques, cause de graves dommages à tout le corps. Le processus pathologique s'arrête rarement à un seul organe. Dans tous les cas, vous pouvez vous réhabiliter après une telle maladie. Vous devez d'abord récupérer physiquement, puis mentalement..

Un stress fréquent et une dépression prolongée conduisent au fait que la maladie insidieuse revient. Par conséquent, il est souhaitable que les parents et les amis proches soient avec le patient pendant la rééducation. Ils peuvent toujours soutenir avec un mot gentil, donner des mots d'adieu. Les psychologues vous conseillent de visiter régulièrement les lieux publics, de passer plus de temps à l'extérieur. Vous pouvez même vous trouver un nouveau passe-temps, étudier la science ou des langues étrangères.

N'oubliez pas que le cancer est traitable. Il vous suffit de diagnostiquer la maladie en temps opportun et de choisir le bon traitement. En recherchant une attention médicale précoce, les chances d'un rétablissement complet sont élevées..

Signes de cancer de la vessie et pronostic de survie

Les processus du cancer dans le monde moderne n'ont pas reçu moins de prévalence que les processus cardiovasculaires. Parmi elles, les cinq plus courantes sont une tumeur de la vessie, qui porte le code C67 C67 selon la CIM 10. Elle affecte plus de la moitié de l'humanité, mais constitue également un problème pour les femmes. Il existe des cas d'une telle pathologie chez un enfant..

La maladie est souvent détectée à des stades où la lésion est déjà importante. Cela rend le traitement plus difficile et donne un pire pronostic. La pathologie vous prive de force, conduit à un handicap et peut être la cause de décès pour une grande partie de la population valide et socialement active.

Développement d'un processus tumoral dans la vessie

Le processus oncologique dans cet organe commence par une petite accumulation de cellules modifiées sur la paroi. Dans la très grande majorité des cas, un cancer transitoire est diagnostiqué, suivi d'un carcinome épidermoïde et d'un adénocarcinome. D'autres espèces sont extrêmement rares.

La forme non invasive se déroule dans la vessie, a généralement une classification bénigne. Une masse invasive affecte d'autres organes. Avec la progression, un passage d'un type à un autre est possible.

Raisons et étapes de la formation

Toutes les causes du cancer ne sont pas entièrement comprises. Mais il existe un certain nombre de facteurs prédisposants, sous l'influence desquels le risque de tumeur de la vessie chez l'homme ou la femme augmente plusieurs fois. Le plus souvent, les conditions suivantes contribuent à l'oncologie:

  • exposition aux rayonnements;
  • contact fréquent avec des produits chimiques nocifs;
  • infections chroniques dans le petit bassin;
  • vidage intempestif de la vessie;
  • fumeur;
  • alcoolisme;
  • Diabète;
  • la schistosomiase;
  • surmenage nerveux;
  • prise incontrôlée de certains médicaments;
  • alimentation déséquilibrée;
  • manger de la restauration rapide et des produits semi-finis.

La pathologie dans son développement passe par plusieurs étapes. Chacun d'eux a sa propre symptomatologie, manifestations lors de l'examen histologique en anatomie pathologique. Ceci est important pour prendre des décisions lors de la prescription d'un traitement et pour un pronostic ultérieur. Les étapes suivantes sont distinguées:

  1. À zéro degré, les cellules cancéreuses se trouvent dans la vessie, mais elles ne sont pas attachées aux tissus et n'affectent pas le corps humain.
  2. La première étape est caractérisée par la localisation de la croissance maligne sur la membrane muqueuse, elle ne pénètre pas plus profondément.
  3. Dans la deuxième étape, la couche musculaire est partiellement affectée..
  4. Au cours du troisième stade de développement, la pathologie cancéreuse se développe à travers toutes les couches, se propageant aux organes et tissus voisins (vagin, appendices du sexe faible, prostate, ovaires chez l'homme), les ganglions lymphatiques voisins peuvent être affectés.
  5. Implication dans le processus pathologique des tissus éloignés, les nœuds distinguent la dernière, quatrième étape.

Plus la maladie est détectée tôt, moins elle a causé de dommages à la santé. Ensuite, le pronostic de la vie sera plus favorable, une guérison complète est possible..

Symptômes

Le médecin, déjà lors de l'examen initial, peut, sur la base de symptômes spécifiques, supposer non seulement la présence d'une tumeur de la vessie chez un homme ou une femme, mais également prédire à quel stade se trouve le processus. Il est important de prescrire les méthodes d'examen nécessaires, les médicaments pour soulager la maladie..

Une personne doit être responsable de sa santé. Il est important de rechercher de l'aide dès les premières manifestations, lorsque le processus est à un stade précoce. De plus, le taux de survie est supérieur à 90%. Au deuxième degré et au degré suivant, il sera déjà respectivement de 75% et 40%. De plus, le développement de la pathologie se déroule selon un scénario encore moins optimiste..

Premiers signes

Au début du développement, une tumeur de la vessie chez les femmes, les hommes se caractérise par le fait qu'il n'y a pas de symptômes évidents. L'hématurie, qui accompagne la pathologie dès les premiers stades, n'est souvent pas remarquée par une personne. Elle peut être abondante et permanente, mais le plus souvent elle est temporaire. Souvent, du sang dans l'urine est détecté lors d'un examen de routine.

Le patient peut être dérangé par des troubles urinaires. Ce sont généralement des envies fréquentes, qui sont confondues avec des signes de cystite. Sans chercher une aide en temps opportun, le patient retarde le diagnostic et le traitement du problème, ce qui aggrave son état. Et seul le manque d'effet de la thérapie vous fait visiter le service d'urologie.

Manifestations de la pathologie progressive

La progression de la maladie s'accompagne de manifestations plus graves. Les saignements s'intensifient, la douleur apparaît, irradiant vers l'aine, les organes génitaux, le bas du dos. Il y a une faiblesse sévère, une diminution des performances, une léthargie.

La miction devient plus fréquente au début, dans les stades ultérieurs, il peut y avoir des difficultés à sortir en raison du chevauchement par la formation de l'uretère. Un œdème apparaît, le patient ne mange pas bien, perd du poids. Tout cela indique un processus négligé, la croissance du cancer dans d'autres tissus, organes.

Caractéristiques du cancer chez les femmes

Les premiers symptômes du cancer de la vessie dans le corps féminin sont souvent confondus avec la manifestation d'une cystite, à laquelle ils sont très sensibles. La présence de femmes sanguines peut être confondue avec des pertes vaginales.

Lors du contact avec le gynécologue des patients présentant de telles plaintes, le médecin doit être attentif. Il doit procéder à un examen non seulement de la région génitale, mais également prendre en compte la probabilité d'un problème du système urinaire.

Tumeurs de la vessie chez l'homme

Dès le premier stade de développement d'une tumeur de la vessie chez l'homme, l'examen et le traitement doivent être effectués de manière globale. La forte probabilité de propagation de la maladie à la prostate est prise en compte.

A l'avenir, lors de l'opération, tous les risques sont pesés, l'état du système excréteur est étudié. Souvent en même temps que l'ablation ou la résection segmentaire de la vessie, la prostate est enlevée.

Diagnostic chez des personnes de sexe différent

Une tumeur de la vessie, qui est plus fréquente chez l'homme, a un pronostic favorable pour l'espérance de vie avec un diagnostic rapide. Pour ce faire, aux premières manifestations alarmantes, vous devriez consulter un médecin. Après avoir procédé à un examen, étudié les plaintes, il prescrira les examens suivants:

  • test sanguin clinique;
  • test d'urine;
  • culture bactériologique et cytologie de l'urine;
  • détermination des marqueurs tumoraux;
  • Ultrason;
  • Cystoscopie avec prélèvement de matériel pour examen histologique;
  • tomodensitométrie;
  • échographie;
  • IRM.

Après avoir mené ces études, un diagnostic sera posé. Il est enregistré selon le système TNM, qui est informatif pour déterminer le type de cancer, l'emplacement, le stade de développement et la présence de métastases. Ce n'est que sur la base de ces données que l'on peut choisir les bonnes tactiques de traitement qui aideront à obtenir un résultat optimiste..

Par conséquent, il est important d'examiner l'utérus, les ovaires chez la femme, pour déterminer les marqueurs tumoraux du cancer et du système reproducteur. Pour les hommes, l'état de la prostate doit être surveillé. Au moindre soupçon de trouble, ces organes sont traités. Lors du retrait de la vessie, des appendices, de la prostate sont le plus souvent retirés.

Cours de traitement à différents stades de développement de la maladie

Le traitement anticancéreux doit être instauré le plus tôt possible. Dans le cas d'un diagnostic non spécifié, le patient se voit prescrire un traitement symptomatique. Les actions ultérieures dépendent du type de maladie et de son stade. Il n'y a pas de pilule magique, le processus sera complexe, long et complexe.

Au stade initial, une résection transurétrale de la tumeur ou son ablation au laser est effectuée. De plus, une chimiothérapie ou une exposition aux rayonnements est prescrite, quelles que soient les caractéristiques du développement du néoplasme. À la deuxième étape, l'algorithme peut être identique ou la tumeur est excisée avec une partie de la vessie.

Dans un état plus avancé, seule l'ablation d'un organe et des ganglions lymphatiques voisins peut aider le patient. Tous les tissus situés à proximité immédiate, en particulier le système génito-urinaire, sont soigneusement examinés. Si vous soupçonnez que des cellules cancéreuses se sont propagées à elles, elles sont également excisées.

À la quatrième étape, le prélèvement d'organes est effectué afin de soulager l'état du patient, d'éliminer la douleur, les problèmes de sortie d'urine. La chimiothérapie et la radiothérapie contribuent à la lente progression du processus pathologique, prolongeant la vie d'une personne.

Dans le traitement des néoplasmes malins, en accord avec le médecin traitant, des recettes de médecine traditionnelle sont également utilisées. Des infusions, des décoctions d'herbes sont utilisées, la méthode de lavage de la cavité de la bulle avec de la soude est connue. Ces fonds ne sont pas en mesure de se débarrasser de la maladie, mais dans le cadre d'une thérapie complexe, ils donnent une bonne réponse, aident à soulager la maladie, à réduire les saignements et à augmenter l'immunité..

Prévision et prévention

Dans la prévention du cancer, l'essentiel est d'éliminer les facteurs provoquants. Cette règle s'applique également à un diagnostic de tumeur de la vessie chez les femmes et les hommes. La prévention comprend les mesures suivantes:

  • cessation de fumer;
  • réduire l'exposition aux produits chimiques lorsque vous travaillez dans des industries dangereuses;
  • élimination de la consommation d'alcool;
  • vidage rapide de la vessie;
  • apport hydrique adéquat;
  • régime équilibré;
  • prendre des médicaments uniquement comme prescrit par un médecin.

Pour les personnes, en particulier celles à risque, il est important de subir un examen préventif au moins une fois par an.

Conclusion

Pour un pronostic favorable avec une tumeur de la vessie, il est important de consulter un médecin en temps opportun. Dans la plupart des cas, il est possible de guérir la maladie dans les premiers stades, le patient continue à vivre pendant de nombreuses années.

Mais les mesures préventives sont tout aussi importantes. Adhérant à une bonne nutrition, un régime de boisson peut guérir le corps, activer le système immunitaire. Ensuite, il sera capable de supprimer indépendamment les cellules cancéreuses, d'empêcher leur croissance accrue. Cesser de mauvaises habitudes, faire du sport, marcher au grand air renforcent la santé et les défenses d'une personne.

Tumeur de la vessie chez l'homme - symptômes, traitement

Les maladies oncologiques sont des pathologies mortelles, mais avec un diagnostic rapide et un traitement approprié, le patient a une chance de se débarrasser du développement de la tumeur.

Si nous considérons le cancer de la vessie, des zones à problèmes se forment sur les parois de l'organe dans les couches muqueuses supérieures..

Au fil du temps, ils commencent progressivement à pénétrer dans les tissus, atteignant, à des stades avancés, des zones musculaires, des couches de tissu adipeux, des os.

Le cancer de la vessie est diagnostiqué plus souvent chez les hommes, soit près de 4 fois le nombre de femmes. La maladie est principalement liée à l'âge, car la majorité des patients ont plus de 58 ans.

Quelle est la classification?

Les processus pathologiques provoquent la formation de néoplasmes, qui dans leur structure peuvent contenir diverses cellules. C'est sur cette base que la classification suivante du cancer de la vessie a été adoptée:

  1. Carcinome à cellules transitionnelles. Se produit dans plus de 95% de tous les cas diagnostiqués, peut avoir un pronostic favorable pour la guérison.
  2. Carcinome squameux. Il se caractérise par un taux de développement élevé, le processus se forme dans l'épithélium épidermoïde, les cellules sont rapidement déformées. On la retrouve dans 25% des cas, une inflammation ou une cystite peut provoquer un cancer du type en question.
  3. Adénocarcinome, lymphome et certains autres types de cancer. Rares, les néoplasmes peuvent inclure des cellules glandulaires.

La classification est basique, mais lors d'un diagnostic précis, elle peut être complétée par des termes médicaux spécifiques.

Quelles sont les causes et les facteurs du cancer?

Les raisons exactes de la formation de cellules cancéreuses sont une question urgente en médecine, mais aucune réponse définitive n'a encore été trouvée. Néanmoins, des facteurs de provocation et des raisons ont été trouvés qui augmentent considérablement le risque de développer une oncologie. Ces phénomènes comprennent:

  1. Maladies actuelles ou antérieures de la vessie, y compris la cystite chronique et aiguë, la lithiase urinaire et certains autres dysfonctionnements d'organes.
  2. Tabagisme, abus d'alcool. Les méfaits de ces habitudes sont connus de beaucoup, mais tout le monde ne prend pas le danger au sérieux, bien que les statistiques montrent qu'environ 80% des malades étaient des fumeurs..
  3. Exposition aux produits chimiques, aux radiations, aux conséquences des industries dangereuses, ce qui conduit à des formations oncologiques sur les parois de la vessie.
  4. Hérédité. Une certaine prédisposition génétique au cancer a été identifiée.
  5. Prendre des médicaments pour d'autres maladies chroniques, comme le diabète.
  6. Infection par des parasites. La raison est rare, mais elle a sa place.

Les raisons peuvent être combinées, être secondaires dans le contexte de maladies déjà existantes, mais elles doivent être identifiées. Cela aidera à formuler le traitement optimal, à renforcer le résultat et à réduire le risque d'une exacerbation encore plus grande..

Comment la tumeur est divisée en étapes?

Pour indiquer le degré de pénétration de la tumeur dans les tissus, il est courant de regrouper le cancer de la vessie en certains stades. Selon ces divisions, on distingue:

  1. Stade zéro. Le stade très initial d'une maladie possible, puisque les cellules cancéreuses existent déjà, mais qu'elles n'ont pas encore une zone de dommages étendue, elles ne se forment que sur les tissus de surface, sans pénétrer dans l'organe. Avec un traitement opportun, la dynamique positive approche 100;
  2. Première étape. Les formations focales ne se forment que sur la membrane muqueuse, elles sont déjà bien diagnostiquées, mais la maladie elle-même est asymptomatique. Si au premier stade un cancer de la vessie est détecté, les chances de réussir à se débarrasser de la tumeur naissante sont très élevées;
  3. Deuxième étape. Elle se caractérise par une pénétration profonde de la formation maligne dans les parois de la vessie et affectant le tissu musculaire. Distinguer la propagation des cellules cancéreuses vers les couches interne (2A) et externe («B) des muscles. Il y a encore une chance pour un traitement efficace, mais selon les statistiques, ce n'est pas plus de 63%;
  4. Troisième étape. À ce stade, la tumeur affecte profondément non seulement le muscle, mais va plus loin dans la couche adipeuse. Il y a un risque de dommages à d'autres organes, par exemple, à l'utérus, et chez les hommes à la prostate. Le cancer est considéré comme déjà avancé, peut déjà être vu au microscope (3A) ou être détecté visuellement sur un organe (3B). La maladie se développe rapidement, il est difficile d'arrêter complètement ce processus, une dynamique positive peut être observée dans environ 20% des cas;
  5. Quatrième étape. À ce stade, un traitement réussi est presque impossible et toutes les mesures visent à maintenir et à soulager l'état du patient. Le cancer affecte les organes voisins, pénètre dans les ganglions lymphatiques, le tissu osseux. La viabilité humaine ne dépasse pas 5 ans avec la condition de la thérapie de soutien, en prenant les analgésiques les plus puissants.

Comment reconnaître une maladie?

Chez les hommes, une tumeur maligne de la vessie au stade initial se développe presque de manière asymptomatique. Il est possible de déterminer le zéro et le premier étage uniquement après avoir passé des tests ou mené des études spéciales. L'étape I, qui se développe déjà davantage, se fait sentir par les signes suivants:

  • inconfort lors de la miction - douleur, envie fréquente mais infructueuse;
  • se sentir plein urinaire;
  • la présence de caillots sanguins dans l'urine;
  • douleur dans le bas-ventre, en particulier à la palpation;
  • violations de la puissance;
  • faiblesse, fièvre jusqu'à 38 degrés, diminution de l'appétit et par la suite perte de poids.

Les symptômes du cancer de la vessie sont identiques à ceux de la cystite; il est possible de déterminer la véritable cause des maux chez les hommes uniquement grâce à des études spéciales.

Formations bénignes

Chez les hommes, les tumeurs de la vessie peuvent être non seulement malignes, mais aussi bénignes, qui sont moins dangereuses, mais si elles ne sont pas traitées, elles peuvent se transformer en cancer.

La pathologie du groupe bénin se déroule souvent sans symptômes particuliers, seulement avec une augmentation significative de la taille de la tumeur, le patient commence à ressentir une gêne.

Les types suivants de formations bénignes de la catégorie épithéliale sont distingués:

  1. Papillomes. Formé en groupe ou individuellement. Classiquement, ce sont des villosités avec un grand nombre de vaisseaux, elles peuvent se développer profondément dans les tissus, avoir la capacité de malignité, c'est-à-dire d'acquérir la structure de cellules malignes.
  2. Polypes. La formation de foyers de tissu conjonctif, qui sont renforcés sur une sorte de jambe. Ce phénomène est asymptomatique.
  3. Adénome. Sceaux formés à partir d'un groupe de cellules. Comprend des éléments de la membrane muqueuse de la vessie, certains tissus de la prostate. Fournit une gêne lors de la miction avec un élargissement important.
  4. Fibroépithéliome. Typique ou atypique.

Tumeurs moins fréquentes chez les hommes de la catégorie non épithéliale. Ceux-ci inclus:

Souvent, les hommes ignorent l'inconfort dans la région génito-urinaire et retardent la recherche de soins médicaux, bien que ces actions dans certains cas aideraient à prévenir de graves problèmes de santé..

Méthodes de diagnostic modernes

Les symptômes du cancer aux premiers stades sont absents et l'apparition de signes indique déjà la propagation du processus oncologique. Le diagnostic chez l'homme du développement possible d'un cancer de la vessie comprend les activités suivantes:

  1. Analyse d'urine générale. Il est loué tout d'abord, car il peut être utilisé pour déterminer non seulement l'état du système génito-urinaire, mais également le corps dans son ensemble. Les propriétés organoleptiques de l'urine, les indices leucocytaires, la concentration en protéines et certains autres paramètres sont évalués.
  2. Test sanguin biochimique pour les marqueurs tumoraux. L'essence de la méthode est d'étudier la composition du sang pour la présence de protéines spécifiques ou de marqueurs du cancer qui se forment à la suite de l'apparition de cellules cancéreuses.
  3. Cytologie urinaire. Dépistage spécial de l'urine pour les composés cancéreux.
  4. Ultrason. Une méthode informative et accessible pour examiner les organes pour l'existence de néoplasmes. Ils se détachent en surface avec une couleur plus foncée par rapport aux tissus sains en général. L'exposition aux ultrasons permet non seulement d'identifier l'emplacement de la zone à problème, mais également d'évaluer la zone touchée. Une échographie de la vessie et, en général, de tous les organes du petit bassin est recommandée.
  5. Cytoscopie. Examen visuel du tissu de la vessie à l'aide d'un cytoscope. Le dispositif est inséré à travers l'urètre jusqu'à la zone à problème. Il est possible de visualiser la formation avec la caméra, de prendre un fragment de tissu ou une biopsie pour une étude plus approfondie.
  6. Biopsie. Un examen détaillé de l'élément tumoral prélevé sur l'organe affecté. Détermination de la structure tissulaire, type d'éducation oncologique.
  7. CT scan. Vous permet d'identifier la taille des croissances, la localisation et d'autres caractéristiques importantes.
  8. Radiographie. Il est utilisé dans les mesures de diagnostic pour former une image générale. L'action vise plus souvent à vérifier l'état de la poitrine.

L'équipement moderne et l'analyse des matériaux biologiques permettent de diagnostiquer avec précision toute formation oncologique. L'essentiel est de faire de telles recherches en temps opportun, dans des institutions médicales spécialisées..

Méthodes de thérapie conservatrice

Dans les premiers stades, une thérapie conservatrice est essayée, ce qui peut arrêter le développement et la croissance des cellules cancéreuses. Les procédures suivantes sont effectuées:

  1. Chimiothérapie. La méthode est basée sur l'introduction dans le corps ou directement dans la tumeur d'un médicament anticancéreux. Le but est d'arrêter la croissance du néoplasme. Dans chaque cas individuel, un schéma thérapeutique spécifique est sélectionné, la fréquence d'application de l'agent. La chimiothérapie n'est pas la principale méthode de traitement, dans une plus grande mesure supplémentaire après l'exposition aux radiations, la chirurgie.
  2. Radiothérapie. La radiothérapie réduit la taille de la tumeur et peut être administrée avant l'opération prévue. Il n'est pas utilisé comme méthode indépendante de traitement du cancer de la vessie, généralement en combinaison avec d'autres méthodes pour se débarrasser de la pathologie.
  3. Immunothérapie. La procédure consiste en une stimulation intensive des ressources du corps pour combattre les cellules cancéreuses, ainsi qu'en la destruction des formations dangereuses elles-mêmes. Pour cela, le vaccin BCG et un médicament supplémentaire sont introduits pour maintenir l'activité du système immunitaire..

D'autres thérapies conservatrices contre le cancer sont en cours de développement, mais il n'est pas si souvent possible de faire face à l'oncologie de manière non chirurgicale..

Types de chirurgie

L'intervention chirurgicale se déroule sous différents types, en commençant par l'élimination de la seule tumeur et en se terminant par des changements radicaux dans l'organe, y compris son élimination complète.

Dans les premiers stades, les spécialistes essaient de maintenir l'intégrité de la vessie et d'effectuer une résection transurétrale.

En l'absence de métastases, mais déjà dans un foyer de cancer progressif, une cystectomie partielle des tissus est sélectionnée. L'opération implique la suppression d'une formation avec une petite partie de l'organe.

La cystectomie radicale est pratiquée avec des formations métastatiques, ainsi qu'avec des lésions larges et profondes. Les chirurgiens sont obligés de se débarrasser de la majeure partie de l'organe ou de procéder à son retrait complet.

Est-il possible d'appliquer des méthodes folkloriques?

La capacité de se débarrasser du cancer en utilisant des méthodes traditionnelles est douteuse, car la maladie est très grave et dans certains cas généralement incurable. En tant que thérapie d'appoint, certaines recettes seront utiles, mais les utiliser comme méthode principale pour se débarrasser du cancer met la vie en danger..

Une consultation préalable avec un médecin avant d'utiliser des décoctions, des teintures et des microclysters est nécessaire.

Rééducation et période postopératoire

Après la chirurgie, le médecin traitant établit un cours de thérapie de rééducation. Cela comprend la prise de médicaments qui empêchent le développement d'infections et de processus inflammatoires, des analgésiques sont nécessaires, des tests répétés ou une histologie sont prescrits. L'état du patient, en particulier le premier jour, est surveillé par un équipement spécial.

Pour exclure les rechutes et confirmer la suspension du développement d'une tumeur cancéreuse, un examen complet répété est effectué après un certain temps.

Nutrition adéquat

Un ajustement de la nutrition pour une maladie aussi grave de la vessie est impératif. Le régime est sélectionné en tenant compte de l'état du patient, un apport suffisant en vitamines, les nutriments essentiels sont organisés.

Un apport hydrique suffisant, une alimentation à base de produits naturels et l'élimination de la malbouffe sont les principales recommandations pour un régime. L'élément de menu peut être adapté au patient et est inclus dans l'élément de traitement obligatoire.

Récidives possibles de la maladie

Le traitement du cancer est souvent compliqué par des maladies récurrentes qui surviennent à des intervalles différents. Même en l'absence d'indicateurs de la présence de cellules cancéreuses, elles peuvent se reformer dans les cinq ans. Pour exclure de telles situations, les médecins essaient de réaliser le traitement le plus complet en utilisant des méthodes immédiatement opérationnelles et conservatrices..

Pronostic et survie

L'oncologie au stade initial est traitable, mais il est très difficile de dire qu'une personne se débarrasse de la maladie. Selon les statistiques, au stade 0-1, le taux de survie est de 96-85%, au 2ème stade - jusqu'à 63%, au 3ème stade, ils survivent jusqu'à 44%, le 4ème stade réduit les chances à 20%.

Actions préventives

Comme il est encore difficile de déterminer sans équivoque pourquoi un cancer apparaît, il est impossible de dresser une liste de mesures préventives qui protégeront complètement une personne. Néanmoins, les experts ont prouvé une certaine relation entre les tumeurs malignes et un certain nombre de facteurs provoquants. Comme mesures préventives pour prévenir les tumeurs, on peut distinguer:

  • élimination du tabac dans tout usage;
  • organisation d'une bonne nutrition, l'utilisation de produits principalement naturels, une quantité suffisante de liquide;
  • exclusion de l'impact d'un environnement agressif, par exemple chimique, rayonnement;
  • subir un examen, même en l'absence de symptômes visibles, si le plus proche parent a déjà un diagnostic lié au cancer.

Pour rester en bonne santé, vous n'avez pas besoin d'avoir peur de revoir un médecin, de vous faire tester ou de subir une échographie. Plus tôt la maladie est détectée, plus il y a de chances de s'en débarrasser avec succès et le cancer ne fait pas exception..