Principal
Ostéome

Sensations douloureuses avec le cancer du poumon

Le cancer du poumon est considéré comme l'une des formes les plus courantes de lésions néoplasiques malignes dans le corps. Lorsqu'on lui a demandé si les poumons peuvent faire mal avec le cancer, la réponse est évidente. La douleur est considérée comme l'un des premiers symptômes d'une maladie tumorale. Les causes des sensations douloureuses peuvent être différentes. Ils peuvent être provoqués par un processus inflammatoire local, des lésions des tissus environnants par des dépistages métastatiques et une thérapie anticancéreuse..

Causes de la douleur et sa nature

Une tumeur cancéreuse est un agent étranger pour le corps qui provoque une réponse immunitaire ou une réaction inflammatoire. La structure antigénique spécifique de la tumeur sert de marque d'identification pour les cellules immunitaires du corps. Les anticorps sont capables de reconnaître et de détruire les tumeurs dans n'importe quelle partie du corps humain, et les globules blancs, qui produisent des substances spéciales pour stimuler les anticorps, provoquent une douleur intense..

La douleur due au cancer du poumon peut être très variée. Leur intensité dépend de la composition quantitative des nerfs affectés et de leurs troncs. Les douleurs cancéreuses surviennent généralement du côté de la lésion, et leur principale caractéristique est le dynamisme, et par conséquent, les sensations de douleur à mesure que la tumeur se développe peuvent se manifester de différentes manières..

Quelles sont les douleurs:

  1. Zona.
  2. Poignarder.
  3. Expansion.
  4. Irradiant au ventre et au cou.
  5. Aggravé par la respiration et la toux.

Des sensations douloureuses particulièrement douloureuses sont considérées avec des lésions tumorales des nerfs costaux et une infiltration tumorale dans les tissus de la colonne vertébrale. De nombreux patients confondent douleur tumorale et névralgie intercostale et manquent donc un temps précieux qui aurait pu être consacré au traitement.

Douleur avec métastases

Le plus grand défi dans le traitement du cancer est la métastase. Les métastases sont des cellules uniques de la tumeur principale qui se propagent à travers les systèmes circulatoire et lymphatique vers des organes distants où se produit une croissance tumorale secondaire.

Si le processus de cancer s'est propagé à d'autres organes, il est noté chez les patients:

  1. Douleur dans la structure osseuse, généralement causée par l'apparition de douleurs dans le dos avec un cancer du poumon, et souvent dans les membres inférieurs.
  2. En raison des dommages au système nerveux central, des maux de tête, des étourdissements, un engourdissement des extrémités se produisent souvent et une épilepsie se développe.
  3. Peut-être jaunissement des muqueuses et de la sclérotique des yeux, en raison de l'ensemencement tumoral du foie.
  4. Gonflement des tissus mous et hypertrophie des ganglions lymphatiques régionaux.

Selon le patient sur la gravité des lésions pulmonaires dans le cancer, il est possible d'obtenir des informations complètes sur l'étendue de la propagation du processus pathologique et la probabilité de dommages à certaines structures du système nerveux.

Les métastases bloquent souvent la veine cave supérieure qui recueille le sang des organes du haut du corps. Les structures tumorales dans cette zone provoquent des perturbations du flux sanguin dans la tête et les vaisseaux du cou, provoquant non seulement un gonflement des tissus mous, mais également une insuffisance des systèmes respiratoire et cardiaque.

Méthodes de traitement

Les tactiques de traitement dépendent du type de douleur qui survient dans le cancer du poumon. Les spécialistes ont souvent du mal à sélectionner des analgésiques pour la pathologie pulmonaire cancéreuse en raison du fait qu'il est assez difficile d'évaluer et de déterminer la nature de la douleur. La plupart des patients ont du mal à indiquer l'emplacement exact de la douleur et à donner ses caractéristiques exactes, et certains d'entre eux ne veulent pas prendre d'analgésiques..

Souvent, les patients atteints d'un cancer du poumon ont de graves maux de dos. Pour arrêter les premières crises, utilisez des médicaments pharmacologiques qui suppriment la douleur. Il existe un système de traitement de la douleur en trois étapes. Une modification du niveau de traitement n'est autorisée que si le schéma précédent est inefficace même aux doses les plus élevées.

Étapes de la thérapie à plusieurs niveaux:

  1. AINS utilisés pour la douleur légère.
  2. Une combinaison de plusieurs médicaments, y compris des analgésiques narcotiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  3. Stupéfiants puissants, y compris la morphine et la buprénorphine.

Pour l'efficacité des résultats du traitement, le patient doit constamment adhérer au régime prescrit. La posologie ne doit pas être inférieure à celle recommandée, et son augmentation est possible dans le cas où le type de traitement pharmacologique actuel n'est plus efficace.

Dans le traitement des maladies oncologiques, la prescription non autorisée de médicaments est inacceptable. Le développement de tactiques thérapeutiques doit être effectué par un spécialiste qualifié.

Il faut comprendre que plus le patient demande de l'aide tôt, plus les chances de guérison et un bon résultat du traitement sont élevés. Souvent, des difficultés de traitement surviennent chez les patients atteints d'un cancer avancé et, dans la plupart des cas, la raison en est une recherche tardive d'aide..

Douleur cancéreuse

Chaque année, le nombre de patients atteints de cancer augmente, le cancer est de plus en plus diagnostiqué chez les jeunes. Le cancer du poumon, le cancer du sein et le cancer de l'intestin sont les cancers les plus courants. En Russie, parmi les hommes, le cancer du poumon, le cancer de la prostate et le cancer de la peau sont en tête. Le cancer du sein, le cancer de la peau et le cancer du col de l'utérus sont les plus courants chez les femmes..

Le traitement des maladies oncologiques à Moscou est effectué dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov, où une puissante base de diagnostic, un équipement innovant est présenté, le département emploie des spécialistes hautement professionnels expérimentés dans le traitement et le diagnostic du cancer.

Avec un cancer de l'estomac

Une douleur dans l'abdomen avec un cancer de l'estomac apparaît avec le développement d'une tumeur, à un stade précoce, le cancer de l'estomac ne se manifeste pas. L'emplacement de la tumeur primaire peut être déterminé par le temps. Si la douleur apparaît immédiatement après avoir mangé, la tumeur est située à côté de l'œsophage. L'apparition de la douleur dans une heure parle d'un cancer du fond de l'estomac, après une heure et demie à deux heures de cancer du pylore. Si la douleur se propage à la région de l'épaule, le bas du dos, irradie vers la région du cœur, cela indique le début d'une métastase tumorale. Le mal de dos avec cancer de l'estomac est également un indicateur de métastase tumorale. L'évolution de la maladie peut passer sans douleur, ou elle peut être accompagnée de douleurs d'intensité variable. La douleur peut être légère et douloureuse, lancinante et soudaine, prononcée, coupante. La douleur peut être accompagnée d'une sensation de satiété, être pressante, constante. Avec le cancer de l'estomac, la douleur peut ne pas être associée à la prise alimentaire, elle est constamment présente, elle peut être forte ou faible, elle provoque une diminution de l'appétit.

Avec un cancer du poumon

La douleur thoracique dans le cancer du poumon peut apparaître pour plusieurs raisons: la tumeur s'est métastasée dans le tissu osseux, la tumeur est grande, serre et endommage les tissus et organes adjacents, la paroi pulmonaire est affectée, la douleur survient à l'intérieur d'une tumeur pulmonaire maligne. La douleur dans le cancer du poumon peut être aiguë, aiguë avec une hémorragie dans la tumeur, chronique dans les derniers stades de la maladie. Le cancer du poumon métastatique est caractérisé par des douleurs dans les hanches et le dos, un engourdissement dans les membres, des étourdissements, des maux de tête, un gonflement des ganglions lymphatiques régionaux dans la région des épaules, un gonflement de la peau et d'autres symptômes. Dysfonction respiratoire, angine de poitrine, tachycardie, douleur atroce constante associée à la propagation du cancer.

Pour le cancer du sein

Le cancer du sein est rarement douloureux. À un stade précoce de développement, le cancer du sein ne présente pas de symptômes, la croissance de la tumeur passe inaperçue. Contrairement à un kyste, qui est très douloureux à la palpation, un cancer n'est pas douloureux à la palpation. La douleur est accompagnée d'une forme de cancer agressif - cancer du sein infiltrant diffus. Il se déroule comme une mammite chronique non lactationnelle, la glande mammaire gonfle, la peau devient rouge, la douleur apparaît. Les mamelons douloureux apparaissent avec le cancer de Paget.

Pour le cancer de la vessie

La douleur dans le cancer de la vessie chez les hommes apparaît avec des troubles urinaires. Un néoplasme malin entraîne une augmentation de la taille de la vessie. La vessie hypertrophiée est comprimée entre l'os pubien et le rectum - cela provoque une envie constante et douloureuse d'uriner. La douleur dans le cancer de la vessie irradie vers l'aine, la région lombo-sacrée et suprapubienne. Avec le développement de difficultés de défécation, une douleur apparaît dans la région rectale - cela indique la propagation du processus aux intestins. Avec la métastase d'une tumeur de la vessie, les os du bassin et de la colonne vertébrale commencent à faire mal, des problèmes de puissance apparaissent.

Mal au dos

Près de 1% des patients qui se plaignent de maux de dos reçoivent un diagnostic de cancer. La douleur lombaire chez la femme peut être un symptôme du cancer de l'ovaire, de la prostate et de la vessie chez l'homme. La métastase d'une tumeur maligne dans le tissu osseux provoque des douleurs dans le dos et les extrémités. Le mal de dos peut être un symptôme du cancer du pancréas, du cancer du poumon.

Après la chimiothérapie

Le traitement par chimiothérapie du cancer peut entraîner des douleurs, parfois très intenses. Cela est dû à l'effet des agents de chimiothérapie contenant des substances toxiques (vinca alcaloïde) sur les terminaisons nerveuses impliquées dans le processus tumoral.

Avec un cancer de l'utérus

Les premiers symptômes du développement du cancer de l'utérus sont: écoulement blanc abondant, démangeaisons, inconfort, taches, qui sont observés après un effort physique. Avec le développement d'une tumeur, une douleur de traction constante apparaît dans le bas de l'abdomen, la miction et le cycle menstruel sont perturbés. Au fil du temps, il y a une douleur vive et intense pendant le mouvement, elle se transforme en une forme chronique.

Avec un cancer de la prostate

Avec le cancer de la prostate pendant la miction, une sensation de brûlure apparaît, la fonction érectile est altérée, des douleurs dans la région pubienne, dans la région périnéale, la douleur irradie vers le rectum.

Avec cancer de l'ovaire de stade 4

Le cancer de l'ovaire de stade 4 est une maladie incurable, les métastases tumorales se propagent à d'autres organes et tissus. Dans la plupart des cas, les métastases du cancer de l'ovaire se trouvent dans le foie et les poumons. Le patient ressent une douleur dans la région de l'aine, le tube digestif est perturbé, l'abdomen est enflé, souffre d'essoufflement, de nausées et de vomissements.

Avec un cancer de l'intestin

L'intensité et la fréquence de la douleur dans le cancer de l'intestin dépendent de la localisation du néoplasme, du stade de développement du cancer. À un stade précoce du développement de la tumeur, il n'y a pas de lésions tissulaires graves et il n'y a pas de symptôme de douleur. Dans certains cas, il peut y avoir des douleurs lors des selles. Au deuxième stade de développement, la tumeur se propage, elle peut recouvrir partiellement la lumière intestinale - la douleur prend un caractère constant et douloureux. Souvent, à ce moment, le cancer est confondu avec la gastrite, la pancréatite ou la colite. La troisième étape s'accompagne de la propagation de la tumeur et d'une douleur sourde constante. Pendant les selles, il peut devenir des crampes, pointues. Au dernier stade de la maladie, une douleur aiguë sévère est constamment présente, qui ne disparaît pas après la prise de médicaments contre la douleur.

Mal de crâne

Comment une tête fait-elle mal avec un cancer du cerveau? Qu'est-ce qu'une céphalée due à une tumeur cérébrale? - ces problèmes concernent non seulement les patients en oncologie, mais également les personnes proches qui doivent prendre soin de leurs proches. Les maux de tête sont le symptôme le plus courant du cancer du cerveau. Le mal de tête peut se manifester comme diffus, se propager dans toute la tête, ou il peut être concentré en un seul endroit. Le plus souvent, la douleur apparaît la nuit ou le matin. L'apparition de douleurs le matin indique une accumulation de liquide dans la cavité crânienne. À la suite de dommages aux vaisseaux du cerveau, l'écoulement du sang est perturbé, un œdème se développe, accompagné d'un mal de tête. La douleur peut s'intensifier au repos, elle est palpitante, éclatante, pressante. Les parties du corps du patient deviennent engourdies, il se sent étourdi, des crises d'épilepsie se produisent. À un stade avancé du développement de la tumeur, les crises de douleur deviennent atroces, presque impossibles à arrêter..

Douleur osseuse

La douleur osseuse en oncologie survient le plus souvent lorsque les tumeurs d'autres organes métastasent dans le tissu osseux. La propagation de la maladie aux os peut être accompagnée de troubles métaboliques, de fractures osseuses, d'une mauvaise fusion du tissu osseux.

Douleur thyroïdienne

Le mal de gorge associé au cancer de la thyroïde survient lors de l'ingestion de nourriture et d'eau - il se produit en raison d'un travail excessif des glandes qui produisent du mucus. La douleur peut se propager du cou aux oreilles, accompagnée de toux et d'enrouement. Dans la plupart des cas, le carcinome folliculaire de la thyroïde n'affecte pas les ganglions lymphatiques, mais il peut se propager aux os et aux poumons, provoquant des symptômes. Avec un diagnostic rapide, la maladie est guérissable.

Pourquoi y a-t-il une douleur intense en oncologie

La douleur en oncologie de stade 4 est associée à des lésions tissulaires importantes par une tumeur, au cours desquelles les nerfs et les récepteurs de la douleur sont endommagés. Et si dans les premiers stades, le degré de lésion tissulaire est faible, alors avec la croissance de la tumeur, le symptôme de la douleur augmente. Il existe plusieurs types de douleur en oncologie:

  • la douleur est nociceptive. Le reflet de la douleur est indistinct, car les organes de la cavité abdominale ont une innervation viscérale. Les patients présentant des lésions des organes abdominaux ne peuvent pas expliquer exactement où se trouve la source de la douleur.
  • douleur neuropathique. Il se développe en raison de lésions des terminaisons nerveuses et des plexus d'une tumeur cancéreuse, ainsi qu'à la suite d'un traitement par chimiothérapie, en raison de lésions du système nerveux périphérique, du cerveau et de la moelle épinière..
  • douleur psychogène. L'état stressant du patient peut augmenter la perception de la douleur.

Le service d'oncologie de l'hôpital Yusupov traite tous les types de maladies malignes. À l'hôpital, le patient subit un diagnostic et un traitement de la maladie. L'hôpital Yusupov comprend un hôpital et un service de réadaptation. Après le traitement, le patient pourra être en contact permanent avec le médecin traitant. Vous pouvez vous inscrire à une consultation par téléphone ou via le formulaire de commentaires sur le site.

Cancer du poumon - symptômes et premiers signes, causes, diagnostic, traitement

Le cancer du poumon est une tumeur qui se développe à partir du tissu tapissant la surface des bronches, des bronchioles et des muqueuses des glandes bronchiques de l'intérieur - l'épithélium. Dans la plupart des cas, le cancer du poumon se développe chez l'homme après 60 ans. Cette maladie est la plus fréquente de tous les cancers: il y a plus d'un million de nouveaux cas de cancer du poumon chaque année, et ce nombre est en augmentation.

L'analyse moléculaire d'une tumeur dans le cancer du poumon est une nouvelle étape dans le traitement des tumeurs particulièrement agressives. Nous offrons l'occasion d'analyser la sensibilité de la tumeur aux médicaments de chimiothérapie. Sur la base des résultats de l'étude, nous obtenons un plan efficace de lutte contre le cancer du poumon, qui donne les chances de guérison les plus favorables..

Quelles sont les causes de la maladie?

Pourquoi cette maladie? Le risque de développer un carcinome pulmonaire dépend de divers facteurs contributifs, parmi lesquels les suivants: le lieu de résidence d'une personne, les conditions environnementales et industrielles, les caractéristiques de sexe et d'âge, la prédisposition héréditaire et un certain nombre d'autres..

Selon les données statiques, le premier et le plus courant facteur d'influence est la teneur en air qu'une personne inhale - un séjour constant dans la poussière, en particulier lorsque vous travaillez avec de l'amiante, de l'arsenic, du bismuth et diverses résines. Lorsque vous fumez une cigarette, la fumée de nicotine libère toutes les substances ci-dessus plus de l'ammoniac, qui, pénétrant dans les voies respiratoires, provoque un rétrécissement des bronches et des vaisseaux sanguins, assèche leurs muqueuses et altère considérablement l'ensemble du travail des organes respiratoires..

Pour référence: Les cigarettes sont l'un des agents responsables les plus importants du cancer du poumon. Les personnes qui ont fumé en moyenne une vingtaine de cigarettes par jour pendant vingt ans sont les plus à risque de développer un cancer du poumon. Le goudron contenu dans la fumée de tabac contient des substances qui provoquent le développement de l'oncologie chez l'homme et l'animal. Des études de test menées sur des lapins ont montré que si vous mettez juste une certaine quantité de goudron sur leur oreille, après un certain temps, ils commencent à développer une tumeur..

Les principaux facteurs de risque de la maladie comprennent également des infections virales aiguës antérieures, des processus chroniques dans le système respiratoire et des foyers inflammatoires non traités dans les tissus pulmonaires. Selon les statistiques, certains groupes ethniques sont génétiquement prédisposés à des processus ressemblant à des tumeurs dans les poumons..

Comment reconnaître le cancer du poumon à un stade précoce?

Lorsque le cancer du poumon central en est à ses débuts, il est très difficile de le reconnaître. Examen par un thérapeute, les examens aux rayons X sont inefficaces. Si vous faites une bronchoscopie à une telle personne avec une biopsie, le diagnostic correct peut être posé. Parfois, la tomodensitométrie aide à reconnaître la maladie à un stade précoce..

Si le cancer est périphérique, il est alors impossible de faire une biopsie, car il n'est tout simplement pas possible d'accéder à un endroit suspect à l'aide de la bronchoscopie. Par conséquent, une biopsie à l'aiguille transthoracique est réalisée, c'est-à-dire qu'un morceau de tissu est prélevé à travers une ponction dans la paroi thoracique. S'il y a des lésions dans le médiastin (la partie de la cavité thoracique située entre le sternum, la colonne vertébrale, le diaphragme, la plèvre et les surfaces pulmonaires), une médiastinoscopie est effectuée (examen pour biopsie par incision dans le cou). Parfois, vous ne pouvez pas vous passer d'une thoracoscopie diagnostique et d'une thoracotomie (ouverture de la cavité thoracique). Pour clarifier l'étendue de la tumeur, diverses méthodes de diagnostic sont utilisées: échographie, bronchoscopie, tomodensitométrie multi-coupes, imagerie par résonance magnétique et tomographie par émission de positons, ainsi que des études sur les radionucléides. Sans cela, il est impossible de choisir la meilleure approche pour traiter un patient en particulier..

Inscrivez-vous à une consultation avec un oncologue

Cliniques de premier plan en Israël

En outre, les conditions de vie affectent le taux d'incidence - par exemple, les habitants des mégalopoles sont confrontés au cancer du poumon bien plus souvent que les habitants des zones rurales, car à des températures élevées en milieu urbain, l'asphalte se réchauffe et commence à libérer du formaldéhyde et d'autres éléments nocifs., et le rayonnement électromagnétique le plus puissant provoque une immunodéficience.

Il est à noter: les représentants du sexe masculin sont confrontés à une tumeur pulmonaire 2 fois plus souvent que les femmes. Cela s'explique par le fait que ce sont les hommes qui sont le plus employés dans la production avec des conditions de travail néfastes et que ce sont les hommes de la planète qui sont des fumeurs actifs. Cette maladie est principalement diagnostiquée chez l'adulte et beaucoup moins souvent chez l'enfant et l'adolescent..

Ce qui augmente le risque de développer un cancer du poumon?

Pour le moment, le lien entre le cancer du poumon et le tabagisme n'est pas remis en question. Cela est particulièrement vrai pour les carcinomes épidermoïdes centraux et à grandes cellules: dans 70 à 95% des cas, ces patients fumaient ou fumaient. Le Centre international de recherche sur le cancer a constaté que les fumeurs sont 10 fois plus susceptibles de développer un cancer du poumon. La fumée de tabac contient beaucoup de substances cancérigènes. Il s'agit notamment du polonium 210, des hydrocarbures polyaromatiques (naphtylamine, 2-toluidine, benzpyrène, 4-aminobiphényle), du nickel, de nombreux composés N-nitroso, etc. Plus une personne fume longtemps, plus ses risques sont élevés. En plus du tabagisme, la probabilité de développer un cancer du poumon est influencée négativement par certains facteurs professionnels, par exemple, un contact prolongé avec de l'amiante et d'autres substances dangereuses. La probabilité de développer un cancer du poumon dépend également de la pollution de l'air par des agents cancérigènes..

Classification

En fonction de la localisation de la tumeur pulmonaire, les types suivants sont utilisés.

    Cancer du poumon central. Avec ce type de néoplasie, des dommages permanents aux grosses bronches se produisent. Habituellement, la formation se développe à l'intérieur de la bronche ou le long de sa paroi, ce qui provoque un rétrécissement de cet organe et un chevauchement de la lumière. En raison du fait qu'une certaine proportion du poumon est privée d'air et que son déclin se produit, ce que l'on appelle l'atélectasie. Avec la poursuite de la progression de ce processus, une inflammation secondaire commence, ce qui conduit, déjà aux derniers stades de l'évolution de la maladie, à la destruction du tissu pulmonaire. À son tour, la formation s'étendant au-delà des parois des bronches a un effet néfaste sur les tissus voisins et les ganglions lymphatiques, formant une jonction dense de tissus. La survie dans le cancer central dépend du diagnostic opportun de la maladie;

  • Tumeur pulmonaire périphérique. Dans ce cas, on observe des lésions des petites bronches, la formation se développe à l'extérieur et remplit l'alvéole pulmonaire (une dépression qui participe au processus respiratoire et effectue un échange de gaz avec les capillaires des poumons), ou forme des ganglions très élargis. Le danger de ce type de tumeur est que pendant longtemps (de deux à cinq ans) la maladie ne se fait pas sentir et ne peut être diagnostiquée. De plus, dans les conditions de tout impact négatif externe, une telle éducation commence à se développer rapidement et se transforme en une grosse tumeur. Habituellement, les facteurs provoquants sont la pneumonie d'origine virale ou bactérienne, la physiothérapie, l'abus de la visite des bains et des saunas, une exposition constante à la lumière du soleil, une immunité supprimée et d'autres raisons;
  • Cancer du poumon secondaire. Ce type d'oncologie résulte de l'apparition de métastases dans les tissus pulmonaires provoquées par le développement d'une tumeur dans d'autres organes..
  • Important! Les médecins radiologues, s'ils ne respectent pas les règles de protection du travail avec des appareils à rayonnement et à rayons X, courent une zone à risque important de développer un cancer du poumon.

    Cancer central et périphérique

    Mais lors du choix d'un traitement, il est très important de considérer non seulement le type de cellules: l'emplacement de la tumeur est également très important. Il existe des cancers pulmonaires centraux et périphériques. Avec le cancer central, les grandes bronches sont touchées (principales, lobaires et segmentaires), avec un cancer périphérique, des bronches plus petites.

    À son tour, il existe quatre types de carcinome pulmonaire périphérique:

    • Nœud sous-pleural - cette option comprend également la tumeur de Pancost.
    • Nœud intra-champ.
    • Formes diffuses et miliaires.
    • Forme de cavité.

    De plus, le cancer médiastinal est isolé séparément - ces tumeurs malignes des poumons sont généralement de petite taille, mais métastasent rapidement aux ganglions lymphatiques du médiastin.

    L'endroit où la tumeur se développe est également un facteur important pour déterminer les tactiques de traitement. S'il se développe dans la lumière de la bronche (cancer exophytique), il peut alors bloquer partiellement ou complètement la lumière. Ensuite, le développement d'une pneumonie secondaire est extrêmement probable. Si la tumeur se développe dans l'épaisseur du tissu pulmonaire (cancer endophyte), cela n'affecte pas la perméabilité de la bronche pendant une longue période. Un cancer ramifié est également trouvé - la tumeur est située autour de la bronche et rétrécit uniformément la lumière. Pour enfin avoir une idée de la nature de la croissance tumorale, vous devez retirer les tissus par chirurgie et les étudier.

    Le cancer périphérique est de trois types principaux:

    1. gonflement rond ou nodulaire;
    2. cancer de type pneumonie - n'a pas de frontières claires et ressemble à la pneumonie dans les symptômes;
    3. cancer du poumon apex (tumeur Pancost).

    Il existe également des formes atypiques qui présentent différentes caractéristiques de métastases. Pour estimer la prévalence du cancer du poumon, le système de classification TNM est utilisé dans le monde entier. Grâce à lui, il est possible de systématiser diverses situations cliniques, de déterminer les tactiques de traitement et également de faire un pronostic du développement de la maladie - et tout cela, en fonction des caractéristiques anatomiques de la tumeur..

    Premiers signes

    Quels symptômes peuvent être observés à un stade précoce du cancer du poumon et comment les reconnaître? Au début de son apparition, l'oncologie pulmonaire n'est pas associée aux fonctions respiratoires, à la suite de quoi les patients commencent à se tourner vers d'autres spécialistes et, par conséquent, reçoivent un diagnostic erroné et un traitement incorrect.

    Parmi les principaux signes d'une tumeur pulmonaire figurent:

    • La température, inchangée pendant la journée, est de 37-37,2, en raison de l'intoxication du corps (stade initial);
    • Faiblesse épuisante et transpiration;
    • Démangeaisons cutanées et dermatite. Très souvent, c'est ce symptôme qui devient le premier symptôme d'une tumeur pulmonaire. Chez les personnes âgées, de petites excroissances apparaissent parfois sur la peau, du fait que des cellules anormales provoquent un effet allergique sur le corps du patient;
    • Gonflement des membres et faible tonus musculaire;
    • Modifications des fonctions du système nerveux, qui peuvent être observées longtemps avant le diagnostic de cette maladie. Le patient subit de fréquentes attaques de vertiges, il y a une violation notable de la coordination des mouvements et de la sensibilité. Chez les personnes âgées, le développement de la démence est enregistré;

    Des symptômes évidents de dommages au système respiratoire sont détectés même lorsque la formation se propage à une partie importante du poumon et commence à endommager les tissus sains. Sur la base de la spécificité similaire du diagnostic du cancer du poumon, les experts estiment qu'en présence de signes inexacts, il est nécessaire de subir une série de tests complexes et de faire une fluorographie chaque année..

    Cancer du poumon à petites cellules

    Le cancer du poumon à petites cellules est le plus malin de tous. Une telle tumeur se développe non seulement rapidement, mais métastase également activement. Il existe un certain nombre d'autres caractéristiques désagréables de ce cancer..

    1. Si la tumeur se développe à l'intérieur de la bronche, elle peut provoquer une atélectasie («collapsus» d'une partie du poumon) et une pneumopathie obstructive (inflammation) avec toux, fièvre et douleurs thoraciques..
    2. Lorsqu'une tumeur se désintègre, il existe un risque de pneumothorax - lorsque l'air pénètre dans la cavité pleurale (la cavité étanche à l'air entre les couches pleurales qui recouvrent la surface des poumons).
    3. Si, aux stades ultérieurs, la tumeur, qui se propage, implique la plèvre, cela peut provoquer un hémothorax. Dans cette condition, le sang s'accumule dans la cavité pleurale..

    Ces situations sont souvent extrêmement dangereuses pour la vie humaine et il est souvent impossible de se passer de soins chirurgicaux urgents..

    Quels sont les symptômes du cancer du poumon?

    Comment se manifeste une tumeur pulmonaire? À mesure que la maladie progresse et que les cellules cancéreuses se développent, le patient commence à faire face à divers symptômes du cancer du poumon. Parmi eux se démarquent tels que:

    • Tousser. Au début, une toux cancéreuse est sèche, ce qui s'aggrave la nuit, mais en raison du fait qu'une telle toux est la norme pour la plupart des fumeurs, les patients ne demandent pas l'aide d'un médecin. Plus tard, les crachats rejoignent la toux, de consistance muqueuse ou purulente avec une odeur prononcée;
    • Excrétion des expectorations striées de sang (hémoptysie), en raison de la croissance de la formation dans les tissus vasculaires. Ce symptôme est la raison la plus fréquente pour un patient de consulter un médecin;
    • Douleur sourde et intense dans la poitrine, résultant du fait que la tumeur envahit la plèvre pulmonaire - l'endroit où se trouvent les terminaisons nerveuses. Dans ce cas, les douleurs sont généralement de nature aiguë ou sourde, se produisent pendant le processus respiratoire ou l'effort physique dans la partie où le poumon est affecté;
    • Manque d'air et essoufflement constant (le patient étouffe);
    • Une augmentation de la température corporelle à 37 et légèrement plus (généralement le cancer du poumon ne se produit pas sans température), au dernier stade du développement du cancer du poumon, l'hyperthermie peut atteindre 40 degrés;
    • L'apparition d'un syndrome d'hypercortisolisme, accompagné d'un excès de poids, d'une pilosité abondante, de l'apparition de rayures roses à la surface de la peau. Ces manifestations sont dues au fait que certains types de cellules anormales sont capables de produire de l'hormone adrénocorticotrope (ACTH), ce qui provoque ces symptômes;
    • Minceur pathologique (anorexie) et envie constante de vomir, perturbation du système nerveux. Ces symptômes sont caractéristiques si la formation commence à produire de la vasopressine (hormone antidiurétique);
    • Processus pathologiques du métabolisme du calcium dans le corps, se manifestant par le développement de l'ostéoporose, des vomissements, de la léthargie et des problèmes de vision. Cela se produit dans le cas de la synthèse des hormones parathyroïdiennes;
    • Augmentation des veines saphènes, gonflement du cou et des épaules, difficulté à avaler:
    • Stade 4 avant la mort - développement de la paralysie, parésie des muscles de l'articulation de l'épaule, saignements, fièvre. Avec des métastases au cerveau, des crises neurologiques et la mort du patient surviennent.

    Très souvent, les patients s'inquiètent de la question: les poumons sont-ils douloureux avec leur cancer? Étant donné qu'il n'y a pas de terminaisons nerveuses dans les poumons, le patient ne ressent pratiquement aucune douleur jusqu'à ce que le processus de métastase commence et qu'il n'y ait pas de pression sur les organes les plus proches de la tumeur. Habituellement, les douleurs avec un tel diagnostic apparaissent pendant l'effort physique, le processus d'inhalation et ont un caractère aigu, brûlant et pressant..

    Il convient de noter que les experts partagent les symptômes de la tumeur pulmonaire en fonction de la différenciation sexuelle..

    Ainsi, les éléments suivants sont considérés comme des signes de cancer du poumon chez la moitié masculine de l'humanité:

    • Brouillage des symptômes aux premiers stades du cancer du poumon;
    • Toux à long terme sans raison particulière;
    • Enrouement des cordes vocales;
    • Essoufflement constant;
    • Faiblesse et fatigue;
    • Respiration sifflante;
    • Gonflement du visage;
    • Tachycardie;
    • Difficulté à avaler;
    • Ganglions lymphatiques enflés dans les aisselles;
    • Se sentir déprimé et étourdi;
    • Douleur lors de l'inhalation;
    • Maux de tête douloureux.

    Les symptômes du cancer du poumon chez les femmes diffèrent de ceux des hommes par la présence d'une envie précoce de tousser, qui est sèche au début et finit par devenir humide avec une consistance muqueuse. Un cancer peut être suspecté si une femme a:

    • L'essoufflement apparaît même dans des conditions de faible effort physique;
    • Le poids corporel diminue et l'appétit disparaît;
    • Le réflexe de déglutition s'aggrave;
    • Les ganglions lymphatiques sont hypertrophiés;
    • On observe l'apparition de stries de sang dans les expectorations;
    • Ressens des frissons et de la fièvre;
    • La jaunisse se développe lorsque le tissu hépatique est endommagé en raison de la propagation de métastases.

    Vous souhaitez obtenir un devis de traitement?

    * Uniquement à condition que des données sur la maladie du patient soient reçues, un représentant de la clinique sera en mesure de calculer une estimation précise du traitement.

    Symptômes de la tumeur au pancost

    Le cancer de l'apex du poumon (tumeur du pancoast), dû à la proximité d'autres organes et des troncs nerveux, provoque souvent des symptômes plus prononcés: faiblesse des muscles de la main, douleur dans la ceinture scapulaire, le long de la face avant de la poitrine et entre les omoplates, et inconfort dans la main ou l'avant-bras ou la sensibilité est perturbée, l'atrophie musculaire. Malheureusement, de tels symptômes désorientent souvent le médecin et une personne passe du temps à traiter une ostéochondrose cervico-thoracique inexistante.

    Cela peut-il être évité? Oui. Il suffit de prêter attention au syndrome de Horner. En raison de la défaite des ganglions sympathiques cervicaux, la paupière supérieure d'un collyre (ptosis), une pupille se rétrécit (myosis) et la transpiration n'est significativement réduite que d'un côté du visage (anhidrose). En outre, la voix d'une personne peut devenir rauque en raison de lésions du nerf laryngé récurrent..

    Classification des stades du cancer du poumon et spécificité des métastases

    Selon la classification TNM, il existe quatre stades de tumeurs pulmonaires. La différenciation est basée sur la taille de la masse initiale (T), la présence de foyers métastatiques régionaux (N) et la formation de métastases à distance (M).

    • Au premier stade du développement de la maladie, la tumeur est de petite taille et consiste en une partie de la bronche sans métastases;
    • Au deuxième stade (2a), une formation unique de petite taille avec des foyers métastatiques régionaux séparés est observée;
    • Au stade 3, la tumeur se développe à l'extérieur du poumon et présente de nombreuses métastases;
    • Au quatrième stade, le processus blastomateux couvre la plèvre pulmonaire, les tissus adjacents et présente des métastases à distance. Le processus de métastase dans le cancer du poumon diffère par sa vitesse, car l'organe pulmonaire est alimenté par un bon flux sanguin et lymphatique, ce qui assure la propagation rapide des cellules cancéreuses vers d'autres organes. Les métastases se produisent généralement dans le cerveau, le foie et la deuxième partie du poumon.

    Basé sur la structure cellulaire, le carcinome pulmonaire est divisé en:

    • Cancer à petites cellules. Elle se caractérise par une agressivité et un développement rapide de métastases. La prévalence est de 15 à 20 pour cent des cas;
    • Carcinome non à petites cellules. Comprend tous les autres types.

    Étapes

    • Cancer du poumon de grade 1. Tumeur jusqu'à 3 cm de diamètre ou tumeur bronchique dans un lobe, pas de métastases dans les ganglions lymphatiques voisins.
    • Cancer du poumon de grade 2. Tumeur dans le poumon de 3 à 6 cm, bloque les bronches, envahit la plèvre, provoque une atélectasie (perte de légèreté).
    • Cancer du poumon de grade 3. La tumeur de 6-7 cm passe dans les organes adjacents, atélectasie de tout le poumon, présence de métastases dans les ganglions lymphatiques voisins (racine du poumon et médiastin, zones supraclaviculaires).
    • Cancer du poumon de grade 4. La tumeur se développe dans le cœur, de gros vaisseaux, du liquide apparaît dans la cavité pleurale.

    Diagnostic du cancer du poumon

    Comment connaître la présence de l'oncologie dans les poumons et comment la diagnostiquer? Aujourd'hui, près de soixante pour cent des tumeurs dans les poumons peuvent être retrouvées lors de l'examen par fluorographie, ce qui est recommandé une fois tous les deux ans, et encore mieux une fois par an. Les moyens courants de détecter le cancer du poumon sont également:

    • Méthode de radiographie. L'une des toutes premières façons de diagnostiquer un processus oncologique dans les poumons, avec la fluorographie, est une radiographie pulmonaire. Cet examen vous permet d'identifier les foyers de pathologies, la présence de phoques, les processus de déformation des poumons, la gravité du schéma pulmonaire;
    • Etude par tomodensitométrie. Cette méthode vous permet de déterminer la taille spécifique de la formation, son emplacement, la présence de petits foyers métastatiques non détectables sur une radiographie, l'état des ganglions lymphatiques de la poitrine. Dans le même temps, cette méthode exclut la formulation d'un diagnostic précis et nécessite donc une analyse supplémentaire pour l'histologie;
    • Examen de biopsie. La biopsie des tissus tumoraux semble être la méthode de diagnostic la plus précise pour détecter le cancer du poumon, mais ce n'est pas la plus sûre. Cela est dû au fait qu'une telle intervention peut provoquer une croissance rapide de l'éducation et augmente le risque que des cellules cancéreuses pénètrent dans le système hématopoïétique, provoquant le développement de métastases. Sur cette base, lors du choix d'une procédure de biopsie, il est nécessaire de se préparer à l'élimination éventuelle de la formation;
    • Examen bronchoscopique. Pour détecter le développement d'un cancer central, une méthode de bronchoscopie ou de bronchographie utilisant un agent de contraste est utilisée. La tâche principale d'une telle enquête est de déterminer le degré de lumière bronchique et la présence d'une éducation, un examen pour la détection de la tuberculose;
    • Etude des tests sanguins pour les marqueurs tumoraux.

    Diagnostique

    Le diagnostic du cancer du poumon n'est pas une tâche facile, car l'oncologie ressemble à une pneumonie, des abcès, une tuberculose. Plus de la moitié des tumeurs ont été détectées trop tard. À des fins de prévention, il est nécessaire de subir des rayons X chaque année. Si un cancer est suspecté, passez:

    • Fluorographie pour déterminer la tuberculose, la pneumonie, les tumeurs pulmonaires. En cas d'écarts, vous devez passer une radiographie.
    • La radiographie des poumons évalue plus précisément la pathologie.
    • Tomographie à rayons X en couches de la zone à problème - plusieurs coupes avec un foyer de la maladie au centre.
    • La tomodensitométrie ou l'imagerie par résonance magnétique avec l'introduction de contraste sur des coupes en couches montre en détail, clarifie le diagnostic selon des critères explicites.
    • La bronchoscopie diagnostique les tumeurs cancéreuses centrales. Vous pouvez voir le problème et faire une biopsie - un morceau de tissu affecté pour analyse.
    • Les marqueurs tumoraux examinent le sang pour une protéine produite uniquement par la tumeur. Oncomarker NSE est utilisé pour le carcinome à petites cellules, les marqueurs SSC, CYFRA trouvent le carcinome épidermoïde et l'adénocarcinome, le CEA est un marqueur universel. Le niveau de diagnostic est faible, il est utilisé après le traitement pour la détection précoce des métastases.
    • L'analyse des expectorations avec un faible pourcentage de probabilité suggère la présence d'une tumeur si des cellules anormales sont détectées.
    • Thoracoscopie - examen par ponction de la caméra dans la cavité pleurale. Permet de faire une biopsie et de clarifier les changements.
    • Une biopsie avec un tomographe informatisé est utilisée en cas de doute sur le diagnostic.

    L'examen doit être complet, car le cancer est déguisé en autant de maladies. Parfois, ils utilisent même la chirurgie diagnostique.

    Méthodes de traitement

    Comment le cancer du poumon est-il traité? Le schéma thérapeutique d'une tumeur pulmonaire est sélectionné simultanément par plusieurs médecins, dont un oncologue, un médecin généraliste et un radiologue. Le choix d'une méthode de traitement dépendra du stade de développement de la maladie, de la structure de l'éducation, du processus de métastase et de l'état du patient..

    Aujourd'hui, les diverses méthodes de traitement du cancer du poumon comprennent des méthodes telles que: la radiothérapie, la chirurgie, une combinaison de radiothérapie et d'ablation chirurgicale de la tumeur, la chimiothérapie et un ensemble complet de traitements. Si un cancer de type à petites cellules est détecté chez un patient, le choix est fait en faveur de la radiothérapie et de la chimiothérapie..

    Si la tumeur a d'autres formes, les spécialistes recourent à une intervention chirurgicale en combinaison avec un traitement par faisceau.

    Au quatrième stade, la chimiothérapie est utilisée comme moyen de maintenir la qualité de vie du patient..

    L'ablation de la tumeur est impossible pour les patients gravement malades, en cas de croissance de la formation dans la plèvre pulmonaire et la paroi thoracique, lorsque le processus de métastases dans la région médiastinale est commencé, et dans d'autres cas.

    Malheureusement, les méthodes efficaces de traitement du cancer du poumon en Israël n'atteindront pas la CEI avant très longtemps. Par exemple, la radiothérapie sur l'accélérateur linéaire True Beam STx de dernière génération peut presque diviser par deux la durée du cours de radiothérapie, tout en évitant un certain nombre d'effets secondaires..

    Attention: le traitement du cancer du poumon à domicile n'est pas possible.

    Traitement

    Le type (chirurgical, radiologique, palliatif, chimiothérapie) est sélectionné en fonction du stade du processus, du type histologique de tumeur, de l'anamnèse). La méthode la plus fiable est la chirurgie. Dans le cancer du poumon de stade 1 70 à 80%, stade 2 - 40%, stade 3 - 15 à 20% des patients survivent à la période témoin de cinq ans. Types d'opérations:

    • Ablation d'un lobe pulmonaire - conforme à tous les principes de traitement.
    • La résection marginale ne supprime que la tumeur. Les métastases sont traitées d'autres manières.
    • Ablation complète du poumon (pneumoectomie) - avec une tumeur de grade 2 pour cancer central, 2-3 degrés - pour.
    • Opérations combinées - avec le prélèvement d'une partie des organes affectés adjacents.

    L'opération n'est pas recommandée pour les maladies concomitantes graves (infarctus du myocarde, diabète sucré, insuffisance rénale et hépatique) si la tumeur affecte la trachée.

    La chimiothérapie est devenue plus efficace grâce aux nouveaux médicaments. Le cancer du poumon à petites cellules répond bien à la polychimiothérapie. Avec la bonne combinaison (en tenant compte de la sensibilité, 6-8 cours avec un intervalle de 3-4 semaines), le temps de survie augmente de 4 fois. Chimiothérapie pour le cancer du poumon. conduit par des cours et donne un résultat positif depuis plusieurs années.

    Le cancer non à petites cellules résiste à la chimiothérapie (résorption partielle de la tumeur - chez 10 à 30% des patients, complète - rarement), mais la polychimiothérapie moderne augmente le taux de survie de 35%.

    Ils traitent également avec des préparations de platine - les plus efficaces, mais aussi les plus toxiques, ils sont donc administrés avec une grande quantité (jusqu'à 4 litres) de liquide. Réactions secondaires possibles: nausées, troubles intestinaux, cystite, dermatite, phlébite, allergies. Les meilleurs résultats sont obtenus avec une combinaison de chimie et de radiothérapie, simultanément ou séquentiellement.

    La radiothérapie utilise des appareils gamma bêta-tron et des accélérateurs linéaires. La méthode est conçue pour les patients inopérables de 3-4 degrés. L'effet est obtenu en raison de la mort de toutes les cellules de la tumeur primaire et des métastases. De bons résultats sont obtenus avec le carcinome à petites cellules. En cas d'irradiation non à petites cellules, l'irradiation est réalisée selon un programme radical (avec contre-indications ou refus d'opération) pour les patients de 1 à 2 degrés ou à visée palliative pour les patients du troisième degré. La dose standard pour la radiothérapie est de 60 à 70 Gy. 40% parviennent à réduire le processus oncologique.

    Soins palliatifs - opérations pour réduire l'impact d'une tumeur sur les organes atteints pour améliorer la qualité de vie avec un soulagement efficace de la douleur, une oxygénation (saturation forcée en oxygène), le traitement des maladies concomitantes, un accompagnement et des soins.

    Les méthodes traditionnelles sont utilisées exclusivement pour le soulagement de la douleur ou après radiothérapie et uniquement avec l'accord d'un médecin. La dépendance envers les guérisseurs et les herboristes avec un diagnostic aussi sérieux augmente le risque déjà élevé de décès.

    Pronostic de vie pour le cancer du poumon

    Compte tenu de la complexité du cancer considéré, la question se pose, combien de patients vivent avec un tel diagnostic et quel est le pronostic? L'espérance de vie avec une tumeur dans les poumons dépend du type de cancer, du processus de métastase, de la détection de la maladie à un stade ou d'un autre et du traitement opportun. De plus, l'espérance de vie du patient sera déterminée par l'état des ganglions lymphatiques intrathoraciques. Les patients présentant des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux meurent dans les 2 ans. Si la tumeur a été enlevée chirurgicalement aux 1er et 2ème stades du développement de la maladie, alors environ soixante et quarante pour cent des patients vivent pendant 5 ans. Le traitement de stade III d'une tumeur pulmonaire offre un taux de survie à cinq ans pour seulement vingt-cinq pour cent des patients.

    Important: si le cancer du poumon n'est pas traité, la maladie se termine par la mort. Environ 48 pour cent des patients non traités meurent dans la première année après avoir reçu un diagnostic de ce type de cancer, seulement 1 pour cent des patients vivent jusqu'à cinq ans, seulement 3 pour cent vivent trois ans..

    Très souvent, les patients se demandent combien de temps ils vivent avec une tumeur dans les poumons au quatrième stade de la maladie? Dans ce cas, tout dépendra de la classification du cancer et du degré de développement des métastases. Selon les statistiques, seulement 5% des patients ont une chance de vivre 5 ans.

    Types de cancer du poumon

    Pour déterminer le pronostic et choisir une méthode de traitement, le médecin doit connaître la structure histologique de la tumeur. Pour ce faire, une biopsie des bronches ou des poumons est réalisée, c'est-à-dire qu'un petit morceau de tissu est prélevé lors de la bronchoscopie (examen de la surface interne de la trachée et des bronches à l'aide d'instruments optiques spéciaux) ou de la thoracoscopie (examen de la cavité pleurale par une ponction de la paroi thoracique). L'échantillon de tissu spécialement traité et coloré est ensuite examiné au microscope et le type de tumeur est déterminé. Il est important d'avoir des «lunettes» et des «blocs» avec des échantillons de tissus avec vous si vous décidez de demander conseil à une autre clinique, afin que vous puissiez les regarder et vous faire votre propre opinion..

    Selon le type de cellules, il existe:

    • carcinome à petites cellules (cellule d'avoine, cellule d'avoine combinée, cellule intermédiaire);
    • cancer épidermoïde ou épidermique du poumon (mal différencié, kératinisant, non kératinisant);
    • adénocarcinome du poumon (cancer acineux, papillaire, bronchiolo-alvéolaire, cancer solide avec formation de mucine);
    • carcinome à grandes cellules (cellule géante, cellule claire);
    • carcinome épidermoïde glandulaire;
    • cancer des glandes bronchiques (adénocystiques, mucoépidermoïdes, etc.).

    Il existe d'autres types plus rares de cancer du poumon - il y en a au moins vingt. Une tumeur peut contenir différents types de cellules. S'il y a des métastases dans les poumons, les cellules qui les composent ressembleront aux cellules de la tumeur de la mère..

    Dans 40% des cas, les tumeurs pulmonaires malignes sont des adénocarcinomes, qui sont formés à partir de cellules produisant du mucus. Les adénocarcinomes des poumons se produisent principalement chez les fumeurs ou chez les personnes qui ont déjà fumé. Cependant, c'est aussi le type de cancer du poumon le plus courant chez les non-fumeurs. C'est aussi l'une des tumeurs malignes les plus fréquentes chez les jeunes.>

    L'adénocarcinome est une tumeur maligne à croissance relativement lente. Les chances de le trouver dans les premiers stades sont assez élevées. Cependant, ceci est individuel, chez certains patients, un tel cancer se comporte de manière plus agressive..

    Pour sélectionner le schéma thérapeutique optimal pour un patient présentant une évolution atypique de la maladie, nous utilisons des bases de données internationales, comprenant des cas issus de la pratique des principales cliniques oncologiques, les résultats de la recherche médicale et des articles scientifiques. En cas de doute sur le bilan de l'analyse histologique, nous nous tournons vers nos collègues étrangers: nous numérisons les images des coupes histologiques et les envoyons à une clinique partenaire. Dans les 2 à 5 jours, nous recevons un deuxième avis d'expert avec une conclusion histologique et une option de schéma thérapeutique.

    Grâce aux progrès de la science, il est possible de déterminer la sensibilité de la tumeur à la chimiothérapie avant de commencer le traitement. L'analyse moléculaire vous permet de développer un plan plus efficace pour lutter contre le cancer du poumon. À la clinique européenne, nous utilisons une telle approche: elle donne les meilleures chances de succès du traitement.

    Mesures préventives

    En plus de fournir une protection contre les facteurs environnementaux défavorables - travailler avec des produits chimiques dangereux, fumer et autres, chaque adulte doit subir un examen à l'aide d'une radiographie des poumons chaque année. Une telle recherche est également nécessaire car dans l'environnement actuel, les personnes qui ne sont jamais exposées aux facteurs ci-dessus peuvent également devenir victimes d'un cancer du poumon. Les mesures préventives de cette maladie oncologique sont: un mode de vie sain, l'abandon du tabac et de l'alcool, la consommation quotidienne de divers types de fruits et légumes.

    La structure et la signification des poumons

    Les poumons du corps humain sont un organe apparié responsable de la fonction de la respiration. L'emplacement est la poitrine humaine. Sous les poumons sont limités par le diaphragme. La partie étroite de l'organe est au sommet, s'élevant à quelques centimètres au-dessus de la clavicule. Les poumons se dilatent vers le bas.

    Les poumons sont généralement divisés en lobes. Dans ce cas, le poumon gauche comprend 2 lobes et le droit 3 lobes. Les actions sont composées de segments correspondants. Tout segment est une zone spécifique du parenchyme pulmonaire. Le centre du segment est marqué par la présence d'une bronche segmentaire et est alimenté par du sang artériel, détourné de l'artère pulmonaire centrale.


    Structure pulmonaire humaine

    Le plus petit composant des poumons est les alvéoles. Ils sont constitués de tissu conjonctif et sont des boules de l'épithélium le plus mince du tissu alluvial et des fibres élastiques. Le principal échange gazeux entre le sang et l'air a lieu directement dans les alvéoles. Chez l'adulte, le nombre normal d'alvéoles est de 700 millions.

    La fonction respiratoire est rendue possible par la différence entre la pression à l'intérieur des poumons et dans l'atmosphère environnante.

    Soulagement de la douleur de stade 4

    Certains patients disent - la douleur n'est pas forte, je vais l'endurer. Cependant, la douleur cancéreuse ne peut être tolérée. Cela épuise considérablement les réserves de l'organisme, déjà minées par la maladie. Et si le patient endure la douleur, il vivra beaucoup moins que s'il avait reçu un soulagement adéquat de la douleur.

    J'ai rédigé un très grand article distinct sur le soulagement de la douleur chez les patients atteints de cancer à domicile. Dans cet article, les instructions sont présentées de manière accessible et détaillée..

    Un patient cancéreux atteint d'un cancer de stade 4 des hôpitaux, en règle générale, est renvoyé à la maison et n'est plus accepté pour le traitement, de sorte que ces instructions vous seront utiles pour anesthésier un parent à la maison, par vous-même..

    Cependant, le schéma même de soulagement de la douleur doit être calculé par le médecin en fonction du poids du patient et des maladies concomitantes. Les instructions sont utiles pour que vous compreniez généralement le mécanisme de soulagement de la douleur et, si nécessaire, vous pouvez poser au médecin les bonnes questions, estimer grossièrement la compétence du médecin en la matière, car souvent les analgésiques dans les cliniques sont prescrits non par des oncologues, mais par des thérapeutes, et la compétence en la matière peut varier.

    Vous devez également comprendre que vous devrez consulter un médecin plus d'une fois pour soulager la douleur. Il n'arrive pratiquement pas que le schéma de soulagement de la douleur ait immédiatement donné un bon effet, il devra très probablement être ajusté en fonction des commentaires du patient, et le médecin devra le corriger plusieurs fois au cours du mois..

    Un programme de soulagement de la douleur compétent est la condition la plus importante pour une vie confortable et plus longue pour un tel patient..

    Panneaux

    Les symptômes du cancer du poumon sont divisés en général et spécifique.

    Les caractéristiques communes incluent:

    • faiblesse corporelle et apathie;
    • perte d'appétit;
    • perte de poids brutale;
    • augmentation inattendue de la température corporelle pendant la journée;
    • mauvaise haleine;
    • transpiration.

    Symptômes spécifiques du cancer du poumon:

    • toux épuisante et mucosités jaunes;
    • hémoptysie avec du sang tacheté, écarlate ou noir;
    • essoufflement fréquent;
    • syndromes douloureux dans la région de la poitrine.

    Au stade initial de la maladie, il n'y a pas de douleur. Une douleur persistante et intense est inhérente aux stades avancés de la maladie.

    En plus des symptômes ci-dessus, des signes différentiels de la maladie sont distingués. Ces symptômes ne peuvent être détectés que par les oncologues cytologiquement ou histologiquement..

    Prévoir


    Si l'oncologie se développe, le pronostic dépendra du stade auquel la maladie est diagnostiquée, des mesures prises par la personne pour se rétablir.
    Certains types d'oncologie se caractérisent par une agressivité accrue, des taux de croissance rapides et des rechutes fréquentes..

    Le pronostic dépend de la qualité du traitement, du niveau des oncologues.

    Il est également important de savoir quel type de rééducation est effectué après le traitement, dans quelle mesure le corps est affaibli.

    Vous devez suivre les conseils du médecin sur l'arrêt du tabac, une bonne nutrition, l'ajustement du repos et du régime de travail.

    Méthodes de recherche obligatoires (diagnostic primaire)

    Avec la forme centrale de la tumeur, effectuez:
    I. Examen clinique général.

    II. Radiographie pulmonaire:

    1) radiographie standard en deux projections (directe et latérale); 2) examen de contraste de l'œsophage pour évaluer l'état des ganglions lymphatiques de bifurcation;

    a) en projection directe dans une coupe de la bifurcation de la trachée (évaluation de l'état de la trachée, des bronches principales et intermédiaires, ainsi que des principaux groupes de ganglions lymphatiques intrathoraciques), b) en projections obliques (obtention d'une image des bronches du lobe supérieur et de leurs branches segmentaires), c) en projection latérale ( obtention d'une image des bronches intermédiaires, du lobe inférieur et du lobe moyen);

    4) tomodensitométrie de la poitrine.

    III. Examen cytologique des expectorations (5-6 tests), en particulier après bronchoscopie.

    IV. Examen bronchologique avec obtention de matériel pour l'examen morphologique (empreintes tumorales, lavage des bronches, biopsie directe, ponction trapstrachéobronchique des ganglions lymphatiques).

    V. Examen échographique des organes abdominaux, de l'espace rétropéritonéal, des zones supraclaviculaires.

    Pour les tumeurs pulmonaires périphériques, effectuer:

    I. Examen clinique général.

    II. Examen aux rayons X:

    1) Radiographie des organes thoraciques en deux projections (frontale et latérale); 2) examen de contraste de l'œsophage; 3) tomo (zono) graphie: standard en projection frontale (dans la section de la bifurcation trachéale) et observation en projection frontale et / ou latérale (dans la section de l'ombre pathologique); 4) tomodensitométrie de la poitrine.

    III. Examen cytologique des expectorations (5-6 tests).

    IV. Examen bronchologique avec obtention de matériel pour la vérification morphologique (sondage des bronches sous contrôle radiographique, biopsie par cathétérisme, ponction transtrachéobronchique des ganglions lymphatiques).

    V. Ponction transthoracique (percutanée) de la tumeur.

    Vi. Examen échographique des organes abdominaux, de l'espace rétropéritonéal, des zones supraclaviculaires.

    Les études cliniques, radiologiques et bronchologiques standard, ainsi que la ponction transthoracique et l'examen cytologique des expectorations ne permettent pas toujours de vérifier morphologiquement le diagnostic et d'établir l'étendue du processus tumoral. Pour clarifier le diagnostic, il est souvent nécessaire d'utiliser, selon les indications, des méthodes de diagnostic supplémentaires spéciales.

    En fonction de l'emplacement de la tumeur primaire, il existe:

    • Cancer central. Il est situé dans les bronches principales et lobaires.
    • Aeripheral. Cette tumeur se développe à partir de petites bronches et bronchioles.
    1. Le carcinome à petites cellules (moins fréquent) est un néoplasme très agressif, car il peut se propager très rapidement dans tout le corps en métastasant vers d'autres organes. En règle générale, le carcinome à petites cellules survient chez les fumeurs et au moment du diagnostic, 60% des patients présentent des métastases étendues.
    2. Non à petites cellules (80-85% des cas) - a un pronostic négatif, combine plusieurs formes de types de cancer morphologiquement similaires avec une structure cellulaire similaire.
    • central - affecte les bronches principales, lobaires et segmentaires;
    • périphérique - lésions de l'épithélium des bronches plus petites, des bronchioles et des alveloles;
    • massif (mixte).

    La progression du néoplasme passe par trois étapes:

    • Biologique - la période entre l'apparition d'un néoplasme et la manifestation des premiers symptômes.
    • Asymptomatique - les signes externes du processus pathologique n'apparaissent pas du tout, ils ne deviennent visibles que sur le radiogramme.
    • Clinique - la période pendant laquelle des symptômes de cancer visibles apparaissent, ce qui devient une incitation à se précipiter chez le médecin.

    Symptômes

    Les symptômes sont l'une des principales méthodes pour suivre le taux de croissance tumorale. Souvent, dans les premiers stades, la croissance maligne est calme. Mais certains signes indiquent une maladie malheureuse:

    • Température constante;
    • Perte de poids;
    • Diarrhée, diarrhée, constipation;
    • Faiblesse, perte d'appétit;
    • Fatigue;
    • Maux de tête;
    • Douleur dans les os, les muscles.

    Ces symptômes peuvent également indiquer d'autres conditions. Mais avec l'oncologie diagnostiquée, vous pouvez suivre la détérioration de la maladie par les symptômes.

    Quelle est la fréquence du cancer du poumon et qui affecte-t-il??

    On trouve partout des tumeurs malignes de cette localisation, mais le caractère vraiment massif de la défaite des personnes est observé dans les pays industriellement développés. Environ un million et demi de ces cas sont enregistrés ici chaque année.!

    Et ce qui est vraiment effrayant - ces chiffres continuent d'augmenter... De plus, le taux de mortalité augmente également. Et il se développe principalement en raison des personnes d'âge moyen et des jeunes. La cause la plus fréquente est l'abus d'alcool et, bien sûr, le tabagisme.

    Ainsi, aux États-Unis, le cancer est le leader parmi toutes les oncopathologies, non seulement en fréquence d'apparition, mais aussi en mortalité - environ 27% des cas se terminent par la mort du patient.

    Selon les estimations les plus prudentes, il y a aujourd'hui 53 patients atteints de cancer du poumon pour 100 000 habitants en Russie. De plus, les hommes sont beaucoup plus souvent confrontés à cette maladie. Le cancer du poumon représente environ 28,3% de la structure de morbidité totale de la population masculine du pays. À propos, le cancer de l'estomac survient beaucoup moins souvent chez le sexe fort - environ 14,8%.

    Plus d'un million de cas de cancer du poumon nouvellement diagnostiqué sont enregistrés chaque année dans le monde et 60% d'entre eux sont mortels. Avez-vous réalisé l'ampleur du problème? Vous pouvez maintenant passer à la prochaine question tout aussi importante..

    Les causes du cancer du poumon

    Les causes déclenchantes de l'apparition du cancer du poumon n'ont pas encore été identifiées. Les facteurs de risque comprennent les types d'effets négatifs sur le corps énumérés:

    • Exposition à des agents cancérigènes (par exemple, par inhalation de fumée de tabac).
    • Impact des rayonnements technologiques et naturels. Par exemple, des examens radiographiques fréquents, une radiothérapie dans le traitement d'un processus oncologique d'une localisation différente, une exposition prolongée à la lumière directe du soleil (la raison est typique pour les personnes vivant dans des climats tropicaux et subtropicaux), l'exécution d'une fonction de travail (par exemple, dans une centrale nucléaire ou sous-marin nucléaire).
    • Infections virales (par exemple, papillomavirus humain). Les virus sont capables de provoquer des mutations dans les structures cellulaires, ce qui provoque l'apparition de pathologies oncologiques.
    • Exposition à la poussière domestique. Si une personne est exposée à de la poussière inhalée avec de l'air pendant une longue période, le risque de développer un processus pathologique dans les poumons augmente considérablement.

    Les poumons sont le seul organe interne qui interagit directement avec l'espace environnant. Il est nécessaire de surveiller en permanence la santé de l'organe apparié. Les poumons sont un organe vital, lorsqu'un dysfonctionnement apparaît, la mort d'une personne survient.

    Le tabagisme est considéré comme la principale cause de cancer du poumon. Les poisons et les carcinogènes contenus dans le tabac provoquent une intoxication d'autres organes. Mais principalement les poumons souffrent de la fumée, et c'est là que se déroule le principal processus d'empoisonnement. Sur la base des statistiques, nous résumons: le risque de développer un cancer du poumon chez un fumeur est 20 fois plus élevé que chez un non-fumeur. Un risque légèrement plus faible de développer un processus oncologique dans le tissu pulmonaire chez les personnes constamment exposées à la fumée secondaire (inhalation de fumée en contact direct avec une personne qui fume).

    La nicotine contenue dans une cigarette provoque l'apparition d'une dépendance chimique et psychologique au tabagisme. Il y a une suppression du système immunitaire humain, ce qui offre un risque élevé de toute pathologie dans le corps. Selon les statistiques, 90% des cas d'apparition d'un processus oncologique malin, qui s'est soldé par la mort du patient, sont précisément causés par le tabagisme. Ces statistiques sont typiques des pays industrialisés du monde..

    Outre la nicotine, les cigarettes contiennent du radon, un produit chimique incolore. Une cigarette contient son isotope radioactif.

    Pour les hommes souffrant de dépendance à la nicotine, le risque de développer un cancer atteint 17 pour cent et pour les femmes - 14 pour cent. Chez les non-fumeurs, le risque est de 1%.

    L'exposition à l'amiante est également citée comme une cause. Un problème similaire est inhérent aux réparateurs et aux constructeurs professionnels qui sont régulièrement exposés à des particules du matériau spécifié..

    Le plus dangereux est l'exposition simultanée aux produits du tabac et à l'amiante, car ils peuvent renforcer l'aspect négatif l'un de l'autre. Avec l'inhalation constante de particules d'amiante, une pathologie appelée asbestose se développe. La maladie provoque le développement de nombreuses pathologies pulmonaires chroniques.

    Les facteurs de risque supplémentaires sont considérés comme l'âge d'une personne appartenant à un groupe d'âge plus avancé. Avec le vieillissement, la résistance du corps aux facteurs pathogènes diminue.

    Prédisposition génétique - il a été constaté statistiquement que le risque de développer une pathologie est plus élevé chez les personnes dont les parents dans une ou deux générations ont eu le type de cancer décrit.

    Le danger de mutation cellulaire est accru en présence de maladies chroniques du système respiratoire, la tuberculose et la pneumonie sont dangereuses (un processus inflammatoire dans les poumons).

    L'arsenic, le cadmium, le chrome affectent également le développement de mutations. Il est possible d'obtenir une exposition négative aux produits chimiques lors de l'exécution de tâches dans des installations industrielles.

    D'autres raisons de l'apparition ont également été enregistrées. Dans certains cas, il n'est pas possible de découvrir ce qui a causé le cancer..

    Les personnes touchées par des facteurs cancérigènes sont à risque. Pour réduire le risque de tomber malade, il est nécessaire de procéder à des examens réguliers et de prévenir les pathologies.

    La prévention consiste à abandonner les mauvaises habitudes, à faire de l'exercice régulièrement, à marcher au grand air.

    Stades de développement de l'oncologie pulmonaire

    Il existe des stades de développement d'une tumeur pulmonaire:

    • latent (biologique). Il s'agit de la période allant de l'apparition de la tumeur à la manifestation sur la radiographie..
    • la deuxième étape (asymptomatique). Les changements dans les tissus peuvent être reconnus par rayons X;
    • troisième stade (clinique). Les signes indiquant la présence d'un néoplasme se manifestent.

    La systématisation par étape indique que l'insidiosité du cancer du poumon réside dans l'asymptomaticité des deux premiers stades.

    La différence entre un processus oncologique malin et un processus bénin

    Un processus oncologique bénin est l'apparition d'un néoplasme non agressif. Il a un taux de développement plus lent et n'est pas dangereux pour la vie. De plus, il n'y a pas de processus de propagation des métastases dans tout le corps.

    Bien sûr, même les néoplasmes bénins doivent être retirés du corps en raison du risque de dégénérescence en une forme maligne. De telles structures se développent parfois au fil des ans sans provoquer de manifestations négatives importantes d'inconfort chez une personne, sans provoquer de symptômes. Il y a une chance de guérison sans traitement.

    Les tumeurs malignes constituent une menace sérieuse pour la vie, appelée cancer. Sur la coupure, le tissu endommagé ressemblait à une griffe de ce représentant du type arthropode - c'est ainsi qu'Hippocrate a vu la manifestation de la maladie. Le principal danger réside dans le développement de foyers secondaires de pathologie. Un autre nom pour les foyers est les métastases. Les structures cellulaires mentionnées sont séparées en raison de la désintégration du foyer principal du processus pathologique et se propagent à travers les ganglions lymphatiques (provoquant une lymphangite carcinomateuse, une inflammation des ganglions lymphatiques) et les vaisseaux sanguins. La voie lymphogène de propagation des métastases est considérée comme la principale. Ces systèmes sont répartis dans tout le corps, les foyers secondaires peuvent se propager non seulement aux organes de la poitrine, mais également aux parties éloignées du corps..

    La liste comprend:

    • organes du tractus gastro-intestinal;
    • organes du petit bassin;
    • Squelette humain;
    • cerveau;
    • trachée;
    • œsophage;
    • cœur humain.

    L'apparition de douleur dans l'un des organes répertoriés peut être un symptôme de la formation d'un foyer secondaire du processus pathologique.

    La situation la plus difficile et la plus potentiellement mortelle pour le patient est observée si une tumeur primitive dans les poumons est détectée après l'identification des foyers secondaires d'oncologie.

    Une tumeur maligne est déterminée par le taux de développement. Dans les plus brefs délais, le diamètre de la formation augmente jusqu'à une taille significative, inhibant les fonctions de respiration, d'absorption des aliments et d'autres fonctions, en fonction du lieu de localisation primaire du processus tumoral.

    Le taux de croissance et l'invasion du tissu affecté dépendent du type et de la forme de la tumeur. Distinguer les formes de tumeurs à grandes et petites cellules. La forme à petites cellules se caractérise par une agressivité accrue, se développe rapidement et est souvent inopérable. Le taux de développement de la tumeur primaire elle-même et l'apparition de métastases sont beaucoup plus rapides par rapport à la structure tumorale à grandes cellules.

    Avec le cancer, au début du processus d'invasion (pénétration) de la tumeur dans le poumon, une toux et des sensations douloureuses intenses se produisent, ce qui peut entraîner l'apparition d'un choc douloureux. Ces douleurs sont soulagées par des médicaments à base de substances narcotiques. Reconnus comme des médicaments de stricte responsabilité, il est impossible de les acheter sans ordonnance d'un oncologue.

    Ce sont des formations tumorales malignes que l'on appelle cancer. Pour beaucoup, un tel diagnostic devient un verdict. Le grand danger réside dans le fait que le cancer présente des symptômes déjà à un stade avancé, lorsque la maladie entre dans le troisième stade de développement. Les statistiques de mortalité par cancer du poumon montrent l'importance primordiale d'un diagnostic précoce de la pathologie. Il est tenu de se soumettre régulièrement à un examen médical et de consulter des spécialistes sur l'état de leur propre santé.

    Si la maladie est détectée à des stades asymptomatiques - les premier et deuxième stades - le cancer est guérissable, le pronostic de survie est beaucoup plus élevé qu'aux troisième et quatrième stades de la maladie. Un pronostic favorable consiste en le taux de survie à 5 ans d'une personne après le traitement de la pathologie. Le cancer sans métastases est bien mieux traité.

    Des examens réguliers doivent être effectués non seulement par les personnes incluses dans le groupe à risque (celles qui sont sensibles à des facteurs nocifs qui contribuent à l'émergence de formes atypiques de cellules épithéliales), mais également par des personnes qui ne sont pas sensibles à ces facteurs. La science médicale appliquée isolée de l'oncologie n'a pas identifié les causes déclenchantes du processus oncologique. Nous avons pu établir uniquement les facteurs de risque qui ont un effet négatif sur l'organisme, contribuant au processus mutagène dans les cellules qui composent l'organe pulmonaire.

    Le processus malin a une mise en scène clairement prononcée de son cours. Au total, 4 étapes de la pathologie sont distinguées. Chaque étape est caractérisée par une certaine valeur selon la classification TNM:

    • la valeur "T" se réfère à la tumeur primaire;
    • la valeur «N» contient des informations sur l'état des ganglions lymphatiques régionaux;
    • la valeur "M" indique la propagation des métastases dans le corps du patient.

    En fonction des données de l'étude diagnostique du patient, la maladie se voit attribuer un stade et ses valeurs selon la norme internationale. La classification est divisée en sous-groupes, en fonction de la négligence du processus pathologique. Cette information est extrêmement importante pour le choix du traitement du cancer..

    Les cancers de stade III et IV ne sont pratiquement pas traités. Les médecins s'efforcent de soulager l'état du patient.

    Comment réduire le taux de cancer?

    Pour réduire le taux de développement de la tumeur et réduire sa taille à un état fonctionnel, utilisez:

    • Chimiothérapie - après un diagnostic détaillé, un chimiothérapeute choisit le dosage d'un réactif chimique qui sera le plus efficace contre ce type de cancer. Mais en même temps, il aura un nombre minimum d'effets secondaires sur les tissus sains. Il est utilisé avant et après la chirurgie pour détruire les foyers résiduels. Si la tumeur est inopérable, la chimiothérapie est le principal type de traitement.
    • Radiothérapie - l'éducation, localement sous l'influence des radiations, est irradiée. Cela fait que certaines cellules cancéreuses cessent de se diviser et meurent..
    • L'immunothérapie est une procédure très coûteuse. Des immunostimulants sont injectés dans le corps du patient, ce qui les fait détruire et attaquer uniquement les cellules cancéreuses. Une méthode assez efficace pour le traitement complémentaire et principal.

    Les chances de guérison du patient

    La façon dont ils meurent d'un cancer du poumon dépend de la raison de leur décès. Certains meurent de crise cardiaque, certains de cachexie - épuisement, certains meurent de pneumonie.

    Si nous ne prenons pas la mortalité due à des causes soudaines, par exemple à une crise cardiaque, les patients plongent généralement dans quelques jours ou 10-15-20 heures dans une maladie appelée sopor en médecine..

    Même si le premier stade du cancer du poumon et le second sont manqués, la maladie peut encore être surmontée. Il est catégoriquement impossible de le faire fonctionner dans un tel état lorsque le cerveau, les os sont endommagés et les symptômes de la maladie, qui suivent inévitablement une issue fatale. Une action intelligente et opportune aide à arrêter la propagation des métastases, et le traitement du cancer du poumon de stade 4 porte ses fruits.

    On dit que la lésion périphérique survient lorsqu'un foyer pathogène se forme dans les bronchioles, petites bronches. Un néoplasme se produit dans les zones qui ne sont pas vitales. La chirurgie et la chimiothérapie du cancer du poumon aident à inverser le processus de la maladie.

    La maladie pulmonaire centrale est une forme plus grave de la maladie. Un foyer pathogène se forme là où les principaux vaisseaux sanguins sont concentrés. En cours de croissance, la tumeur les détruit et se déplace le long du système lymphatique, lançant des métastases vers d'autres organes. La durée du traitement par rapport à celle qui est réalisée en relation avec les néoplasmes périphériques est beaucoup plus longue. Même si une personne a un handicap, elle peut rester en vie.

    Symptômes indiquant la possibilité de développer un cancer du poumon

    Les premiers signes de cancer du poumon sont souvent diagnostiqués comme d'autres maladies..

    Il y a aussi un facteur psychologique ici. Une personne est plus encline à croire qu'elle a une complication de maladies infectieuses qu'à admettre l'idée d'un cancer. Par conséquent, ils vont voir des thérapeutes, des ophtalmologistes et d'autres spécialistes. Un médecin expérimenté recommande une biopsie ou une bronchoscopie au premier soupçon avant de poser un diagnostic.

    Les premiers signes peuvent être subdivisés

    • à l'extérieur. Ceux qui peuvent être identifiés visuellement;
    • physiologique. Changements dans l'état du corps dans son ensemble.

    Symptômes Signes externes

    Les informations sur les signes extérieurs permettent de les déterminer indépendamment et de subir un examen.

    Comment se manifeste le cancer du poumon:

    • la phalange annulaire des doigts change. La phalange supérieure devient plus épaisse et arrondie, l'ongle ressemble à un verre de montre ("baguettes");
    • un ganglion lymphatique apparaît dans la cavité supraclaviculaire. À l'état normal, il n'est ni visible ni palpable. Les ganglions lymphatiques enflés dans la zone autour de la poitrine sont caractéristiques des premiers symptômes du cancer;
    • la couleur de la peau change. Devient pâle avec une teinte jaunâtre;

    Le cancer malin du lobe supérieur du poumon peut être accompagné du syndrome de Horner. La tumeur comprime les terminaisons nerveuses sympathiques cervicales, ce qui entraîne les conséquences suivantes.

    1. La paupière tombe.
    2. L'élève se rétrécit. Cesse de répondre aux changements de lumière.
    3. Globe oculaire coule.

    Changements physiologiques dans le corps

    Les premiers symptômes du cancer du poumon s'accompagnent des changements suivants:

    • aggravation prolongée de la toux (plus de deux semaines);
    • fatigue générale. La fatigue ne disparaît pas après le repos;
    • l'appétit disparaît, la vitalité diminue;
    • la personne perd du poids;
    • le corps est sensible aux infections, à la bronchite. Cela vient du fait que l'immunité diminue.

    Les premiers symptômes du cancer du poumon à un stade précoce sont similaires aux signes cliniques qui apparaissent dans de nombreux processus inflammatoires..

    Afin de reconnaître le cancer, vous devez vous familiariser avec les types d'oncologie pulmonaire.

    Qu'est-ce que le cancer du poumon?

    Le cancer du poumon est un néoplasme malin qui se développe à partir des glandes et des muqueuses du tissu pulmonaire et des bronches. Dans le monde moderne, le cancer du poumon occupe la première ligne de toutes les maladies oncologiques. Selon les statistiques, cette oncologie touche les hommes huit fois plus souvent que les femmes, et il a été noté que plus l'âge est avancé, plus le taux d'incidence est élevé..

    Le développement du cancer du poumon n'est pas le même dans les tumeurs de structures histologiques différentes. Le carcinome épidermoïde différencié est caractérisé par une évolution lente, un cancer indifférencié se développe rapidement et donne des métastases étendues.

    Le cancer du poumon à petites cellules a l'évolution la plus maligne:

    • se développe furtivement et rapidement,
    • métastase tôt,
    • a un mauvais pronostic.

    Le plus souvent, la tumeur survient dans le poumon droit - dans 52%, dans le poumon gauche - dans 48% des cas.

    Le groupe principal de patients - fumeurs à long terme hommes âgés de 50 à 80 ans, cette catégorie représente 60 à 70% de tous les cas de cancer du poumon et la mortalité - 70 à 90%.

    Selon certains chercheurs, la structure de l'incidence de diverses formes de cette pathologie, en fonction de l'âge, est la suivante:

    • jusqu'à 45 - 10% de tous les cas;
    • de 46 à 60 ans - 52% des cas;
    • de 61 à 75 ans - 38% des cas.

    Jusqu'à récemment, le cancer du poumon était considéré comme une maladie à prédominance masculine. Actuellement, il y a une augmentation de l'incidence des maladies chez les femmes et une diminution de l'âge de détection initiale de la maladie..

    Caractéristiques de la croissance du cancer du poumon


    Un néoplasme du poumon lui-même est le plus souvent formé à partir du tissu épithélial des bronches. Un objet tumoral de fréquence approximativement égale se trouve sur le côté gauche de l'organe et sur le côté droit. Mais en raison de paramètres anatomiques, une certaine prédominance est néanmoins attribuée à la lésion droite.

    La variante centrale du cancer du poumon est appelée sa localisation dans la région des bronches principales, lobaires ou segmentaires. Le développement de ce type d'objet tumoral se produit assez rapidement, la douleur et l'essoufflement commencent à déranger le patient plus tôt qu'avec d'autres types de cancer, car de nombreuses terminaisons nerveuses sont concentrées dans cette zone.

    Il est tout à fait possible qu'il y ait une violation de la perméabilité des grosses bronches, avec le développement d'une hypoventilation, jusqu'à l'atélectasie du poumon. À bien des égards, la variante de l'évolution du processus oncologique - endobronchique ou péribronchique, ou périvasale - aura un impact direct sur les symptômes du cancer. Dans la première version, une obstruction des bronches et une hypoventilation seront observées, dans la seconde - leur compression par oncologie, une diminution significative de la lumière bronchique, jusqu'à l'arrêt absolu du flux d'air.

    Différenciation

    C'est le facteur le plus important qui influence non seulement la vitesse à laquelle le cancer commence à progresser, mais également le degré d'agression. La différenciation est la différence entre les cellules cancéreuses et les cellules saines. Partager:

    • Cancer indifférencié - les cellules sont très différentes des cellules saines et ne peuvent pas être déterminées par une étude cytologique. Le taux de croissance est très élevé, de même que l'invasion des tissus les plus proches;
    • Cancer mal différencié - les cellules ont peu de ressemblance avec les cellules saines;
    • Cancer modérément différencié - a un taux de croissance moyen. Les cellules sont similaires aux cellules saines, mais il existe des différences;
    • Cancer hautement différencié - Les cellules cancéreuses sont légèrement différentes des cellules saines. Faible taux de croissance.

    Pour déterminer le degré chez le patient, une procédure de diagnostic est effectuée - une biopsie. La tâche consiste à prélever un petit morceau de tissu tumoral atypique. En outre, à partir d'une coupe dans du formol sous un microscope, les tissus sont examinés pour l'histologie. Là, ils regardent l'écart par rapport à la structure normale du tissu, de tel ou tel organe. En cas de pathologie évidente, une cytologie est effectuée - où ils examinent la structure interne des cellules cancéreuses.

    REMARQUE! Souvent, plus la différenciation est faible et plus la cellule est atypique, plus le cancer est sensible à la chimiothérapie et à la radiothérapie..

    Est-il réaliste de guérir?

    Cette question se pose chez toutes les personnes qui ont découvert qu'elles avaient un cancer. Tous, quel que soit le stade, espèrent un résultat positif. Eh bien, tout est possible dans cette vie! Il y a des gens qui prétendent avoir réussi à vaincre le cancer, et il a reculé. Bien sûr, le pronostic sera beaucoup plus positif si le stade est précoce. Cette forme de la maladie répond plus facilement à la chimiothérapie et à la radiothérapie. Et en général, le pourcentage de récupérés dans de tels cas est très élevé. Mais malheureusement, si vous vous surprenez aux dernières étapes, le patient peut avoir du mal. Dans ces cas, le taux de survie est de 10%.

    Classification du cancer du poumon par histologie

    Le signe histologique est la principale classification de la pathologie oncologique des organes. L'histologie examine la cellule d'origine et tire une conclusion sur la malignité du processus, le taux de propagation, le stade de la pathologie. Les types de pathologie oncologique suivants se distinguent par des caractéristiques histologiques:

    1. Cellule épidermoïde ou cancer épidermoïde. Ce type de pathologie est répandu et se subdivise en un type très différencié, modérément différencié, mal différencié. L'agressivité de la tumeur envers le patient dépend du degré de différenciation. Avec un stade avancé de cancer peu différencié, les chances de guérison sont proches de zéro.
    2. Carcinome squameux. Ce segment traite des cancers du poumon tels que les cellules d'avoine et pléomorphes.
    3. Carcinome à grandes cellules. Distinguer les types de cancer à cellules géantes et à cellules claires.
    4. Adénocarcinome. Le carcinome présente un degré de différenciation similaire à celui du carcinome épidermoïde. Mais la liste est complétée par une tumeur bronchoalvéolaire.
    5. Type mixte de cancer - la présence de plusieurs types de cellules cancéreuses à la fois.

    Le carcinome à petites cellules présente l'agressivité la plus prononcée envers le patient et est le plus difficile à répondre aux procédures de traitement. La fréquence de son diagnostic est de 16 pour cent des autres espèces. Avec l'apparition d'un cancer à petites cellules, le taux de développement de la pathologie est rapide, déjà au deuxième stade, un système de métastases se produit dans les ganglions lymphatiques régionaux. Le pronostic de la survie des patients atteints de ce type de cancer est mauvais. Le plus souvent (dans 80% des cas) un cancer à grandes cellules est diagnostiqué.

    Pour un diagnostic précis, le patient doit subir une série de procédures de diagnostic.

    Les principaux problèmes du cancer de stade 4

    Au stade 4 du cancer du poumon, les questions sur le traitement de la tumeur elle-même, dans la plupart des cas, n'existent plus. Les questions suivantes se posent:

    • comment soulager l'état du patient, comment faire face à une douleur intense,

    Un autre problème courant dans le cancer du poumon de stade 4 est les problèmes respiratoires. Cela est dû au fait que les poumons ne peuvent pas remplir leur fonction..

    • Premièrement, le volume pulmonaire utile a diminué en raison de la croissance tumorale.
    • Deuxièmement, dans certains cas, prendre de grandes respirations et expirer (respirer profondément) peut être très douloureux.
    • Troisièmement, en raison de la tumeur, le contenu de la sécrétion des poumons (expectorations) augmente, ce que le corps ne peut pas éliminer efficacement..

    Organisation du traitement en Allemagne

    Le cancer du poumon est difficile à traiter. Il doit être lancé le plus tôt possible. Et pour augmenter l'espérance de vie, il est nécessaire d'utiliser toutes les réalisations de la médecine moderne. Les dernières thérapies sont disponibles dans les principaux centres de cancérologie en Allemagne.

    Pour recevoir un traitement dans l'une des cliniques réputées, vous pouvez utiliser les services de] Booking Health [/ anchor]. Nous organisons des soins médicaux à l'étranger depuis de nombreuses années.

    Nous avons conclu des contrats directs avec toutes les cliniques en Allemagne, afin que nos clients reçoivent:

    • Traitement de qualité dans les meilleurs centres médicaux allemands
    • Réduire le temps d'attente pour le début du traitement, ce qui est important dans le cas du cancer, car le cancer du poumon se propage rapidement et donne des métastases
    • Économie jusqu'à 70% grâce à l'optimisation des coûts de traitement, pas besoin de payer une assurance pour les patients étrangers

    Nous résolvons tous les problèmes d'organisation et fournissons un ensemble complet de services: nous aidons à la paperasse, fournissons un interprète, accompagnons le patient en Allemagne tout au long du traitement.

    Laissez une demande sur notre site Web afin que nous puissions sélectionner une clinique pour vous et calculer le coût du traitement du cancer du poumon en Allemagne.

    Pourquoi le cancer du poumon se développe-t-il? Causes et facteurs de risque

    Le tabagisme est considéré comme le facteur principal et fiable du développement du cancer du poumon. Ces dernières années, de nombreuses recherches ont été menées dans ce sens. Il n'y a plus lieu de douter - environ 88% des cas sont d'une manière ou d'une autre associés au tabagisme.

    Quel est le secret? Dans l'effet cancérigène du tabagisme, qui est dû à la présence d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (produits de combustion du tabac) dans la fumée. De plus, la fumée de tabac contient des agents cancérigènes supplémentaires, parmi lesquels des dérivés de la nicotine tels que les nitrosamines..

    Le tabagisme augmente le risque de cancer du poumon 12 fois chez les femmes et 22 fois chez les hommes, selon des données récemment publiées par l'OMS..

    Il est impossible de ne pas mentionner le tabagisme passif. Des scientifiques américains ont constaté que les personnes en contact fréquent avec un fumeur développent un cancer 32% plus souvent. Une relation directe a également été trouvée entre la survenue d'un cancer du poumon et une augmentation du nombre de cigarettes fumées par jour (2 paquets = 25 fois un risque accru) et la durée du tabagisme. Une relation inverse est observée avec la qualité du tabac.

    Cependant, non seulement la fumée de tabac est cancérigène. Aujourd'hui, il est prouvé que des substances telles que l'arsenic, le béryllium, l'amiante, les hydrocarbures, le chrome et le nickel sont également capables de provoquer la croissance des cellules tumorales. N'oubliez pas les radiations. Ce sont les cancérogènes les plus courants, mais en fait il y en a beaucoup plus... Et beaucoup d'entre eux n'ont pas encore été complètement étudiés.

    Ainsi, les 4 facteurs les plus importants peuvent être identifiés:

    • Fumeur;
    • Prédisposition génétique;
    • Facteurs environnementaux et conditions de travail;
    • Maladie pulmonaire chronique.

    Classification du cancer du poumon

    En médecine, environ deux douzaines de types de cancer du poumon sont classés. La tumeur se développe à partir du tissu pulmonaire. Le type de cellules du tissu pulmonaire qui dégénèrent en cellules malignes est devenu la base pour identifier les types suivants:

    • cancer du poumon à petites cellules. L'espèce la plus dangereuse et à la croissance la plus rapide. Elle se caractérise par la propagation rapide des métastases. Ce type est directement associé au tabagisme. De la masse totale des patients, seulement un pour cent sont des non-fumeurs;
    • le carcinome à grandes cellules se développe à partir de cellules épithéliales. Comme la petite cellule, elle s'accompagne d'une croissance active des métastases. Difficile à diagnostiquer tôt. Sa manifestation est généralement enregistrée au stade de la formation de la tumeur, sur une radiographie. Plus souvent détecté après 40 ans et chez les personnes âgées;
    • le carcinome se développe à partir des cellules du tissu muqueux et glandulaire du poumon. En règle générale, il est localisé dans l'une des parties des poumons. Le type le plus courant.
    • le carcinome épidermoïde se développe dans les cellules des bronches de l'épithélium squameux.
    • look mixte. Divers tissus pulmonaires sont affectés.

    Il s'agit d'une classification quelque peu simplifiée. Chacune des espèces est subdivisée en variétés.

    Division par localisation

    Pour un diagnostic et un traitement précis, il est nécessaire de déterminer le lieu de formation de la tumeur.

    Comment identifier le cancer du poumon par emplacement.

    • apical. La tumeur affecte le lobe supérieur du poumon. C'est ce type de tumeur qui provoque le syndrome de Horner et des manifestations neurologiques (maux de tête, asymétrie faciale, ganglions lymphatiques dans la clavicule);
    • périphérique. Formé sur les surfaces latérales du tissu pulmonaire. Étant donné que la tumeur se développe dans les bronchioles et les petits vaisseaux sanguins, pendant longtemps, les symptômes évidents du cancer peuvent ne pas apparaître;
    • central. Forme la plus aiguë, car elle affecte la partie principale du poumon.
    • atypique. Type combiné de localisation.

    Les spécialistes du diagnostic décrivent également la forme du néoplasme (nodulaire, nodulaire-ramifié, etc.)

    Pronostic de survie

    La prévision de survie est faite en fonction des circonstances envisagées par l'oncologue. Ces facteurs comprennent:

    • l'âge du patient;
    • état de santé;
    • caractéristiques du processus tumoral;
    • mode de vie du patient.

    L'espérance de vie est déterminée par le stade auquel l'oncologie a été identifiée et le traitement approprié commencé. Si la maladie est reconnue aux premier et deuxième stades, avec le bon traitement, il sera possible de vivre plus de dix ans. Les patients chez qui un cancer a été détecté aux troisième et quatrième stades vivent en moyenne 2 ans, selon le type de pathologie cancéreuse.

    Les rechutes après un cancer du poumon sont fréquentes. Pour éviter la réapparition de l'oncologie après rémission, il est nécessaire de suivre les recommandations cliniques de l'oncologue traitant. Mener une vie saine, suivre les instructions de prise de médicaments, les recommandations pour les examens médicaux, les recommandations pour la régularité des visites et des examens.

    Article Précédent

    Bosse dans le sein (sein)