Principal
La prévention

Caractéristiques de l'encéphalite chez les enfants

L'encéphalite est une maladie infectieuse aiguë dans laquelle le cerveau lui-même est affecté. L'encéphalite chez les enfants est beaucoup plus fréquente que chez les adultes, les bébés n'ont pas encore un système immunitaire et une barrière hémato-encéphalique suffisamment développés. En conséquence, il est difficile pour le corps de résister à l'infection et de la retarder avant qu'elle n'entre dans le cerveau lui-même. Cet article examinera les causes, les symptômes, les méthodes de diagnostic et le traitement de l'inflammation des tissus cérébraux chez les enfants..

Causes et mécanismes de développement de la maladie

Les médecins divisent l'encéphalite chez les enfants en deux grands groupes: primaire et secondaire. Les caractéristiques de ces groupes sont présentées dans le tableau:

Caractéristiques de l'encéphalite chez les enfants
PrimaireSecondaire
Mécanisme de développementL'agent causal, entrant dans le corps humain, affecte principalement les cellules du cerveau. Est une maladie indépendante.Il survient comme une complication d'une maladie existante.
Raisons de développement
  1. Maladies virales:
    • groupes d'herpès;
    • entérovirus;
    • grippe;
    • cytomégalovirus.
  2. Bactéries:
    • tryponème pâle;
    • bâton de typhoïde.
  3. Maladies à transmission vectorielle:
    • transmis par les tiques;
    • moustique;
    • Vallée australienne de Moray.
  1. Après de telles éruptions d'enfance:
    • rubéole;
    • rougeole;
    • varicelle.
  2. Après la vaccination contre la rougeole, la rubéole, les oreillons. Extrêmement rare.
  3. Bactérien:
    • staphylococcique;
    • streptocoque;
    • tuberculeux;
  4. Parasite:
    • Paludéen;
    • Chlamydial;
    • Toxoplasmique.

Le tableau clinique de l'encéphalite primaire

Tissu cérébral affecté

L'encéphalite chez les enfants commence presque toujours de manière aiguë, avec un syndrome d'intoxication prononcé. En fonction de la cause de l'apparition, les symptômes de la maladie peuvent différer en gravité, en durée de manifestation.

Les principaux symptômes de l'encéphalite:

  1. Syndrome d'intoxication élevé. La température corporelle peut augmenter jusqu'à 41 degrés.
  2. Maux de tête sévères. Observé dans tous les types de maladies. Ils sont difficiles à éliminer avec des analgésiques. Au plus fort d'une telle douleur, des vomissements peuvent être observés, ce qui n'apporte absolument aucun soulagement à l'enfant malade. Habituellement, ces vomissements ne sont pas accompagnés de nausées ou d'autres symptômes gastro-intestinaux..
  3. Troubles de la conscience. La profondeur de l'altération de la conscience dépend du volume du tissu cérébral affecté. Les symptômes et manifestations de troubles de la conscience peuvent être différents et inclure les formes cliniques suivantes:
    • sopor;
    • agitation psychomotrice;
    • hallucinations visuelles, gustatives, sonores;
    • coma de profondeur variable.
  4. Syndrome convulsif généralisé. Ces crises sont souvent confondues avec des crises d'épilepsie..
  5. Violations focales. Ils dépendent de la localisation du processus inflammatoire dans les tissus du cerveau et peuvent se manifester par une parésie, une paralysie, une vision déficiente, une audition, etc..
  6. Le syndrome méningé est caractéristique de l'encéphalite, dans laquelle l'inflammation est localisée près des méninges ou les affecte. Observé:
    • raideur musculaire à l'arrière du cou et de l'occiput;
    • position du patient sous la forme d'un "chien policier": de son côté, la tête rejetée en arrière et les genoux pressés contre l'estomac;
    • symptômes positifs de Kernig, Brudzinsky.

Différences entre l'encéphalite de différents types

L'encéphalite chez les enfants présente généralement des symptômes similaires. Mais aussi, vous devez prendre en compte les différentes caractéristiques de l'encéphalite. Selon la cause de l'événement, le tableau clinique peut différer. Les principales différences entre les symptômes des principaux types d'encéphalite sont présentées dans le tableau:

Symptômes des principaux types d'encéphalite chez les enfants
Type d'encéphaliteCaractéristiques et caractéristiques du fluxAutres caractéristiques individuelles de la maladie
Transmis par les tiquesLa période d'incubation dure en moyenne 2 semaines. L'encéphalite est souvent associée à une méningite et à des troubles de la conduction nerveuse périphérique. Des troubles de la sensibilité cutanée sont possibles.Dans plus de 50% des cas, la maladie se termine par une guérison au stade de l'élévation de température, sans lésion morphologique du tissu cérébral.
JaponaisCela commence brusquement par une augmentation de la température. Elle s'accompagne très souvent d'une déficience visuelle sous forme de diplopie. La maladie est souvent accompagnée de paralysie, de parésie et de syndrome convulsif..Les porteurs sont des moustiques. Dans les foyers d'infection, la population est vaccinée.
HerpétiqueSi non traité, il conduit à une nécrose complète de la moelle épinière. Mortalité - 50-80%.
Le plus souvent, les patients meurent d'un œdème cérébral.
Les agents responsables sont les virus de l'herpès du premier ou du deuxième type. Se produit le plus souvent chez les nouveau-nés dont les mères ont eu une exacerbation de l'herpès pendant la grossesse. Chez l'adulte, il se développe avec un déficit immunitaire.
KorevaPeut apparaître 3 à 5 jours après l'apparition des éruptions cutanées. Des paralysies, des parésie, des troubles des organes pelviens sont souvent observés.La gravité de l'évolution dépend directement de l'évolution de la rougeole. Le taux de mortalité est de 25%. La prévention pour les personnes qui ont été en contact avec de tels patients consiste à administrer un gamma spécial de globuline.
GrippeIl y a un œdème prononcé du cerveau et une hémorragie. Les symptômes sont prononcés.La prévention de cette maladie est possible. Il consiste à se faire vacciner pendant la saison grippale.
Avec la varicelleCaractérisé par un syndrome convulsif, une altération de la conscience.Le pronostic est favorable, la mortalité est faible.

Diagnostic de la maladie

Ponction pour encéphalite

La principale méthode de diagnostic est la ponction lombaire. Avec son aide, le liquide céphalo-rachidien est prélevé pour analyse. Avec son aide, la cause et l'étiologie de la maladie sont déterminées. De plus, les examens de laboratoire et instrumentaux suivants sont utilisés:

  • Analyse sanguine générale.
  • Analyse d'urine générale.
  • Radiographie des poumons.
  • MRG du cerveau.

Principes de base du traitement de l'encéphalite chez les enfants

Le traitement de ces patients doit commencer avant même l'hospitalisation. Les médecins d'urgence commencent la thérapie par perfusion, abaissent la température corporelle et, si nécessaire, injectent à l'enfant des corticostéroïdes et des médicaments antibactériens. Ces patients sont hospitalisés dans les unités de soins intensifs et de soins intensifs des hôpitaux de maladies infectieuses. Là, ils subissent immédiatement une ponction de la moelle épinière pour obtenir du liquide céphalo-rachidien. Ensuite, le traitement est commencé immédiatement. Il se compose des éléments suivants:

  • Traitement étiologique. S'il y a des soupçons ou si le diagnostic est connu, des médicaments sont prescrits qui affectent exactement l'agent pathogène. Par exemple, en cas d'encéphalite herpétique, l'enfant commence à s'injecter de l'acyclovir et en cas d'encéphalite bactérienne, des antibiotiques.
  • Diminution de la température corporelle. Pour les enfants, il existe deux médicaments de choix: le paracétamol et l'ibuprofène.
  • Corticostéroïdes. Prescrit pour choc toxique infectieux.
  • Préparations pour la protection et la restauration du système nerveux central. Ceux-ci comprennent les vitamines B, le pyrocétam.
  • Thérapie par perfusion. Les médecins maintiennent la composition hydroélectrolytique du sang pour le patient, tout en empêchant l'œdème cérébral.
  • Avec le développement de la paralysie, Proserin est prescrit.
  • Pour les convulsions, utilisez Sibazon ou Seduxen.

Prévention de la maladie

L'encéphalite chez les enfants peut être causée par des maladies pour lesquelles il existe des vaccins. Par exemple, les vaccinations contre la rougeole, la rubéole et la varicelle sont couramment administrées aux enfants. Habituellement, l'encéphalite chez les enfants causée par de telles maladies se développe si l'enfant n'est pas vacciné.

Vous ne devez pas refuser de vacciner vos enfants, car ils peuvent leur sauver la vie!

L'encéphalite chez les enfants survient plusieurs fois plus souvent que chez les adultes. La raison en est la défaillance du système immunitaire de l'enfant et de la barrière hémato-encéphalique. Le traitement de ces enfants est effectué dans des unités de soins intensifs sous la surveillance constante d'un anesthésiste et d'un spécialiste des maladies infectieuses.

Les symptômes d'une tumeur cérébrale chez les enfants

Les tumeurs cérébrales chez les enfants sont la formation de cellules anormales dans les tissus du cerveau. Cette pathologie est considérée aujourd'hui comme l'une des formes les plus courantes de cancer de l'enfance..

La maladie affecte les zones qui contrôlent des fonctions importantes qui affectent la vie de l'enfant, et le pronostic pour la santé et la vie dépend de l'opportunité de contacter un spécialiste. Par conséquent, il est nécessaire de connaître les premiers symptômes et les principaux signes de manifestation de néoplasmes cérébraux. Cela aidera à diagnostiquer la tumeur à temps et à choisir les bonnes tactiques de traitement..

Manifestations de la pathologie dans l'enfance

Les néoplasmes cérébraux chez les enfants représentent 15 à 20% de toutes les tumeurs en oncologie pédiatrique, juste après la leucémie (25-30%).

La particularité de cette pathologie chez les enfants réside dans la tendance des formations pathologiques, même bénignes, à se développer rapidement, à se développer en structures, à comprimer les tissus et à perturber ou arrêter complètement le flux sanguin vers certaines zones du cerveau de l'enfant. Cela conduit à des changements transitoires ou persistants, des perturbations ou une perte de fonctions importantes des structures cérébrales affectées (tronc, cervelet, ventricules, chiasme optique):

  • troubles du mouvement;
  • changements de sensibilité;
  • troubles de la coordination;
  • problèmes d'audition, de vision;
  • violations du fonctionnement de certains systèmes du corps (respiratoire, cardiovasculaire, déglutition);
  • changements mentaux.

Par conséquent, le diagnostic précoce de la maladie et les tactiques de traitement correctement choisies sont la base d'un pronostic favorable pour la vie et la santé de l'enfant, ainsi que la clé de son rétablissement complet..

Les principaux symptômes

Le tableau clinique de la maladie dans l'enfance a ses propres caractéristiques et est dû, d'une part, à l'immaturité du système nerveux et, d'autre part, à sa grande adaptabilité et plasticité. Par conséquent, dans la plupart des cas, la maladie peut être asymptomatique pendant une longue période et ses symptômes apparaissent lorsque la tumeur atteint une taille relativement grande..

Les premiers symptômes d'une tumeur cérébrale chez l'enfant:

  • irritabilité, changement d'intérêt pour les activités et jeux préférés;
  • sautes d'humeur, pleurs déraisonnables d'un enfant (chez les nourrissons et les jeunes enfants), plaintes fréquentes de maux de tête;
  • nausées, vomissements, plus souvent dans la première moitié de la journée et indépendamment de l'apport alimentaire;
  • vision diminuée ou altérée (vision double, flou), audition;
  • problèmes de marche, changement de démarche, coordination des mouvements;
  • changements dans la parole, la mémoire;
  • crises d'épilepsie, crises d'épilepsie, perte de conscience à court terme;
  • saignements de nez fréquents;
  • troubles de la respiration, de la déglutition, de la miction ou de la défécation;
  • Troubles endocriniens.

Tous ces signes neurologiques sont associés à la compression des structures cérébrales normales, à la germination et à l'infiltration de tissus sains, ou à un écoulement retardé du liquide céphalo-rachidien et à une augmentation de la pression intracrânienne..

Signes de la maladie et caractéristiques de leur manifestation chez les enfants

  1. Maux de tête - à long terme, intenses, persistants ou paroxystiques, ne diminuent pas après la prise d'analgésiques, souvent des nausées, des vomissements, une déficience auditive ou visuelle sont notés dans le contexte du mal de tête. Chez les jeunes enfants, ce symptôme se manifeste par une anxiété constante ou périodique, des cris, des troubles du sommeil et un refus de manger.
  2. Vomissements - se produit sans raison apparente, plus souvent le matin ou dans le contexte d'une augmentation de l'intensité du mal de tête, à mesure que la tumeur se développe, la manifestation de ce symptôme de la maladie devient plus fréquente.
  3. L'enfant devient léthargique, capricieux, somnolent, se fatigue rapidement et perd tout intérêt pour les jeux et activités précédents, ou vice versa, une irritabilité accrue, une hyperactivité est notée, des traits de caractère et un changement de comportement.
  4. Des troubles du mouvement apparaissent, qui se manifestent par un changement de démarche (boiterie, troubles de la coordination des mouvements).
  5. Détérioration des performances scolaires, oubli, perte de mémoire.
  6. Changement de discours - discours lent et rapide, non-articulation de certains sons, mots, violation de la construction des phrases.
  7. Épilepsie symptomatique - se manifestant par divers types de crises d'épilepsie sans formation d'un foyer d'épiactivité (absences, perte de conscience, attaques de crises cloniques et / ou toniques d'intensité et de durée variables).
  8. Autres symptômes (vision trouble, audition, déglutition, respiration, saignements de nez, incontinence urinaire et fécale).

Symptômes cliniques de l'apparition et de la croissance d'une tumeur chez les jeunes enfants

Il est important de savoir que les symptômes d'une tumeur cérébrale chez les nourrissons et les jeunes enfants diffèrent des manifestations cliniques de la maladie chez les adolescents et les adultes..

Les particularités des néoplasmes intracérébraux chez les jeunes enfants comprennent le développement d'une hydrocéphalie interne, qui s'explique par la localisation médiane de la tumeur dans le tronc cérébral, le chiasme optique et le cervelet avec invasion dans les ventricules latéraux. Dans ce cas, l'écoulement du liquide céphalo-rachidien est perturbé et les symptômes suivants apparaissent.

Les premiers signes caractéristiques de la manifestation de la maladie chez les nourrissons:

  • une augmentation du tour de tête, qui dépasse considérablement les normes d'âge pour la croissance, la déformation des os du crâne, l'asymétrie de la tête - une augmentation du côté de la tumeur;
  • fontanelles bombées, divergence des coutures;
  • le réseau de vaisseaux sur la tête augmente, le bombement des veines;
  • il y a un retard dans le développement physique et psycho-émotionnel de l'enfant;
  • le bébé pleure constamment, les pleurs sont souvent monotones, ce qui indique un mal de tête constant;
  • régurgitations fréquentes et abondantes, envie de vomir, vomissements, non associés à la prise de nourriture;
  • les mouvements des globes oculaires changent, les symptômes oculaires apparaissent sous la forme de contractions, de strabisme, de mouvements irréguliers sous la forme d'un «soleil couchant»;
  • crampes, décoloration, mouvements chaotiques des bras de l'enfant.

Manifestations cliniques d'une tumeur chez les écoliers et adolescents

Symptômes de la présence d'un néoplasme chez les enfants d'âge scolaire:

  1. Plaintes fréquentes de maux de tête paroxystiques ou persistants.
  2. Léthargie constante, faiblesse, somnolence.
  3. Baisse significative des performances scolaires, de la mémoire.
  4. Irritabilité, changement de comportement de l'enfant.
  5. Nausées persistantes, vomissements, non associés à la prise alimentaire.
  6. Perte d'appétit persistante.
  7. Changement de démarche, d'élocution, d'écriture manuscrite.
  8. Vertiges.
  9. Déficience visuelle et auditive.
  10. Convulsions, perte de conscience.

Signes de la maladie en fonction de l'emplacement du néoplasme

Les néoplasmes intracérébraux les plus fréquemment diagnostiqués (90 à 95%), qui sont situés dans la ligne médiane par rapport aux structures du cerveau (tumeurs du tronc, chiasme optique, cervelet, région III et IV des ventricules du cerveau).

Ce sont principalement des tumeurs d'origine neuroépidermique. Le plus souvent, les enfants reçoivent un diagnostic de gliomes, qui représentent 70% de tous les néoplasmes bénins du cerveau et les méningiomes.

Caractéristiques de la manifestation de tumeurs localisées dans la fosse crânienne postérieure, le cervelet et les ventricules du cerveau:

  1. Évolution asymptomatique prolongée.
  2. Les signes d'augmentation de la pression intracrânienne apparaissent initialement:
    • une augmentation de la circonférence de la tête;
    • bombement et tension de la fontanelle;
    • régurgitation et vomissements;
    • anxiété constante et plaintes de maux de tête (chez les enfants plus âgés);
    • renforcement du réseau veineux et gonflement des veines de la tête;
  3. Instabilité de la démarche, tremblements des mains, étourdissements et autres troubles vestibulaires (lorsqu'une tumeur est située dans la région cérébelleuse ou son invasion dans ses structures à partir du tronc cérébral).

Néoplasmes du tronc cérébral

Il s'agit de la localisation la plus courante des tumeurs cérébrales. Ils sont formés de cellules gliales.

Les néoplasmes bénins du tronc se développent lentement et peuvent ne pas se faire sentir pendant des années.

Il existe plusieurs types de néoplasmes:

  1. Enseignement primaire:
    • tumeurs de la tige exophytiques (poussant à partir du cervelet ou des ventricules latéraux);
    • néoplasmes à l'intérieur du tronc;
  2. Tumeurs secondaires (dans la plupart des cas, il s'agit de métastases d'autres organes ou structures du cerveau).

Le tronc cérébral contient des structures qui régulent les principales fonctions vitales du corps de l'enfant - le centre de la respiration et de l'activité cardiaque, les mouvements oculaires, les expressions faciales, la déglutition, l'audition et la parole.

Les principaux symptômes de l'apparition d'une tumeur cérébrale principalement dans la région du tronc comprennent:

  • trouble du strabisme et des mouvements oculaires;
  • asymétrie du visage;
  • perte auditive;
  • yeux qui tremblent, les roulant vers le haut ou vers le bas;
  • diminution du tonus musculaire;
  • vertiges;
  • troubles de la déglutition, étouffement en mangeant ou en buvant;
  • changements respiratoires (rapidité, respiration superficielle ou bruyante);
  • symptômes de dysfonctionnement des organes du système cardiovasculaire (augmentation ou diminution de la fréquence cardiaque, interruptions du travail cardiaque, diminution ou augmentation de la pression artérielle).

Si même l'un des symptômes d'une lésion du tronc cérébral apparaît chez un enfant, vous devez immédiatement contacter un spécialiste - un neurologue pédiatrique.

Tumeurs cérébrales malignes chez les enfants

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), le cancer du cerveau chez les enfants a été diagnostiqué beaucoup plus souvent au cours des trente dernières années et représente aujourd'hui 15 à 16% de toutes les tumeurs malignes détectées dans l'enfance. Les médulloblastomes sont plus fréquents chez les enfants, qui représentent 14% de tous les néoplasmes malins du cerveau..

Les premiers signes d'une tumeur maligne au cerveau chez un enfant sont le soi-disant «complexe des symptômes tumoraux», que les parents doivent remarquer afin de consulter en temps opportun un spécialiste:

  • fatigue rapide, léthargie, perte de force, changement d'activité et somnolence de l'enfant;
  • diminution de l'appétit, réflexe nauséeux, perte de poids.
  • pâleur de la peau;
  • augmentation déraisonnable de la température.

Les enfants se plaignent également de douleurs osseuses et articulaires, de maux de tête persistants pendant plusieurs mois qui ne diminuent pas après la prise d'analgésiques, de ganglions lymphatiques enflés dans la tête et le cou et aux aisselles, de fréquents saignements de nez déraisonnables, une augmentation des saignements avec écorchures et coupures mineures, nausées persistantes et vomissements intermittents.

Des symptômes neurologiques focaux et «non spécifiques» apparaissent, selon la localisation anatomique du néoplasme, similaires aux signes de tumeurs bénignes.

L'évolution la plus défavorable est celle des sarcomes et des tumeurs malignes localisées dans le tronc cérébral - dans la plupart des cas, elles se terminent par la mort - l'espérance de vie dépend du degré de malignité du néoplasme.

Il est important de se rappeler que le diagnostic et le traitement précoces augmentent considérablement les chances d'un résultat favorable même avec des tumeurs malignes..

Encéphalopathie du cerveau chez les enfants

Les médecins indiquent une augmentation du nombre d'enfants atteints d'encéphalopathie. Cette maladie est très grave et doit être traitée immédiatement. Une thérapie complexe moderne aidera à stabiliser l'état de l'enfant, à réduire la probabilité des conséquences de la maladie et à augmenter les chances de guérison.

Ce que c'est

L'encéphalopathie est un terme générique pour les maladies du cerveau qui ne sont pas associées à une inflammation. Cette maladie se développe pour diverses raisons et se caractérise par des lésions des cellules cérébrales..

La maladie chez les enfants peut survenir in utero ou au cours de la vie. En conséquence, deux formes de la maladie sont distinguées: acquise et périnatale (congénitale).

L'encéphalopathie périnatale se développe entre 28 semaines de grossesse et 7 jours de la vie d'un enfant après la naissance (chez les bébés prématurés jusqu'à 28 jours).

Causes d'occurrence

L'encéphalopathie chez les nourrissons peut survenir pendant le développement fœtal ou pendant l'accouchement. Les causes les plus courantes de la maladie chez les nouveau-nés sont les suivantes:

  • prématurité,
  • maladies héréditaires,
  • blessures à l'accouchement,
  • prendre certains médicaments par maman,
  • infections pendant la grossesse,
  • grossesse précoce de la mère,
  • toxicose d'une femme enceinte, menace de fausse couche ou d'accouchement prématuré,
  • toxicomanie et alcoolisme de la mère,
  • maladies graves des reins et du foie,
  • apport d'oxygène insuffisant au cerveau,
  • pression intracrânienne élevée.

Chez les enfants plus âgés, l'encéphalopathie apparaît souvent à la suite de maladies infectieuses antérieures, d'effets toxiques sur le système nerveux ou de blessures à la tête.

Symptômes et signes

Après la naissance, le bébé doit être étroitement surveillé afin de ne pas manquer les symptômes de la maladie..

L'encéphalopathie périnatale chez un nouveau-né se caractérise par les symptômes suivants:

  • inclinaison de la tête,
  • anxiété,
  • réflexe frissonne,
  • pleurer fréquemment,
  • léthargie ou activité accrue,
  • peur en allumant la lumière,
  • yeux exorbités,
  • régurgitations fréquentes,
  • mauvais rêve.

Les symptômes peuvent être actifs puis disparaître. Des écarts dans le développement psychophysique avec de tels signes de la maladie se manifestent chez 50% des enfants.

L'encéphalopathie résiduelle est très difficile à diagnostiquer. La raison en est la manifestation à court terme de la maladie chez le nouveau-né. Des rechutes peuvent survenir après plusieurs années. Ils surviennent à la suite de maladies inflammatoires et infectieuses, d'hypertension, de lésions cérébrales traumatiques. Les principaux symptômes de l'encéphalopathie résiduelle:

  • maux de tête,
  • labilité psycho-émotionnelle,
  • la nausée,
  • déficience de mémoire,
  • vomissement,
  • déficience motrice.

En raison de ce dysfonctionnement, l'enfant peut développer une épilepsie..

L'encéphalopathie à bilirubine se développe très rapidement, de sorte qu'il n'est pas toujours possible de la détecter à temps. Les symptômes cliniques de cette maladie sont liés à l'asphyxie et à la phase spastique..

Signes de la phase d'asphyxie de la maladie chez un nouveau-né:

  • manque de réflexes de succion,
  • anémie,
  • retenir son souffle,
  • crampes musculaires,
  • respiration sifflante,
  • bleu dans le visage.

Le visage du patient est comme un masque, il y a de la peur dans ses yeux.

Signes de la phase spastique de la maladie chez un enfant:

  • cri strident,
  • lésions sous-corticales,
  • Symptôme Graefe,
  • tension musculaire.

Lorsque les signes décrits de l'encéphalopathie à bilirubine apparaissent, un besoin urgent de consulter un médecin, sinon le bébé subira des processus neurologiques irréversibles.

L'encéphalopathie hypoxique-ischémique peut être reconnue par les symptômes suivants:

  • sommeil agité,
  • tremblement des membres,
  • réflexes accrus,
  • tremblement du menton,
  • dystonie musculaire.

Les bébés prématurés atteints de cette maladie sont sujets à l'épilepsie. L'encéphalopathie hypoxique-ischémique conduit souvent à l'hydropisie cérébrale. En conséquence, l'enfant a une pression intracrânienne élevée et un retard de développement physique et mental. Des symptômes tels que le gonflement de la fontanelle et l'élargissement de la tête peuvent apparaître. Une intervention médicale opportune empêchera la transition de la maladie vers une forme chronique.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic vous permet d'établir la présence ou l'absence de la maladie. L'encéphalopathie chez les enfants est diagnostiquée par diverses méthodes:

Laboratoire

  • analyse sanguine générale,
  • biochimie du sang,
  • oxymétrie,
  • sang pour toxines,
  • analyse d'urine générale,
  • analyse du liquide céphalo-rachidien.

Instrumental

  • dopplerographie,
  • Échographie de la tête,
  • neurosonographie,
  • électroencéphalographie,
  • angiographie par résonance magnétique,
  • Tomodensitométrie,
  • rhéoencéphalographie.

Consultation nécessaire d'un neurologue, orthophoniste, ophtalmologiste et psychologue. Un diagnostic précis ne peut être posé qu'avec un examen complet..

Méthodes de traitement et médicaments

Les patients atteints d'encéphalopathie des nouveau-nés sont traités dans une maternité. En cas de complications, le bébé est transféré dans un centre de traitement spécialisé. Pendant la période de récupération, l'enfant suit le plus souvent un traitement à domicile sous la supervision de médecins polycliniques.

L'encéphalopathie hypoxique est traitée principalement avec des médicaments qui ont un effet bénéfique sur la circulation cérébrale. Ceux-ci inclus:

Le syndrome convulsif est éliminé avec le diazépam et le phénobarbital. Des diurétiques et des médicaments qui réduisent l'intoxication sont également utilisés. Les médicaments sont administrés par voie intraveineuse, intramusculaire, par électrophorèse, par voie orale ou entérale. La thérapie manuelle peut être un moyen supplémentaire efficace de traitement et de prévention de la maladie..

Dans les formes sévères d'encéphalopathie à bilirubine, l'enfant reçoit une injection de plasma. Si cela n'aide pas, alors une transfusion sanguine.

La maladie nécessite un traitement à long terme et une observation par un neurologue. Un enfant atteint d'encéphalopathie hypoxigénique ou ischémique doit être régulièrement vu par un neurochirurgien.

L'encéphalopathie chez les enfants plus âgés est traitée avec les médicaments suivants:

  • pantogame,
  • acide glutamique,
  • Cavinton,
  • glycine,
  • Stugeron,
  • phénotropil,
  • cérébrolysine.

En plus du traitement médicamenteux, la physiothérapie, l'acupuncture, la thérapie manuelle, la thérapie par l'exercice, l'ostéopathie, la phytothérapie sont prescrites.

L'efficacité du traitement dépend du diagnostic correct et opportun et de la mise en œuvre exacte de toutes les prescriptions des médecins. Dans ce cas, l'enfant a une chance de se rétablir sans conséquences à l'avenir..

Complications et conséquences

En cas de lésions cérébrales étendues, d'absence de traitement ou de traitement inopportun et incorrect, diverses complications et conséquences peuvent survenir:

  • épilepsie,
  • névroses,
  • migraine,
  • pathologie oculaire,
  • syndrome asthénique,
  • hydrocéphalie,
  • Paralysie cérébrale,
  • démence,
  • hypertension artérielle.

Il est très important de surveiller l'enfant et, au premier soupçon d'encéphalopathie, de contacter un établissement médical pour un examen complet. Si le diagnostic est confirmé, commencez immédiatement un traitement complexe.

L'encéphalopathie est une maladie difficile mais traitable. La tâche des parents est de ne pas manquer les premiers signes de maladie chez un enfant et de se rendre dans un établissement médical à temps. Un diagnostic précoce et un traitement approprié peuvent sauver un enfant de graves conséquences et conduire au rétablissement..

Lésions inorganiques du système nerveux central chez les jeunes enfants (de 0 à 2 ans) (fin)

Puzzles: avantages et inconvénients des différents types d'images composites. Comment choisir un puzzle pour un enfant.

Irina Bykova pédiatre et mère de deux enfants

Le syndrome hypertensif-hydrocéphalique est l'une des lésions cérébrales les plus courantes en clinique, causée par une accumulation excessive de liquide céphalo-rachidien (liquide céphalo-rachidien) dans les ventricules du cerveau et sous ses membranes, résultant d'une obstruction de l'écoulement, d'une formation excessive et d'une mauvaise réabsorption du liquide céphalo-rachidien. Afin de mieux comprendre l'essence de ce processus, examinons de plus près l'anatomie (structure) du cerveau et les mécanismes de sortie du fluide. Le cerveau humain a plusieurs cavités appelées ventricules (grand 4), ils sont interconnectés et remplis d'un liquide spécial (liquide céphalo-rachidien), qui est produit par des structures spéciales - les plexus vasculaires du sang circulant dans les artères. Ensuite, le liquide céphalo-rachidien est absorbé dans les vaisseaux veineux, remplacé par un nouveau. Le cerveau, compte tenu de sa forte demande en oxygène, a besoin d'un apport sanguin accru.Par conséquent, le sang y pénètre par quatre grandes artères et retourne dans les veines. Pour le bon fonctionnement du cerveau, une bonne mobilité du liquide céphalo-rachidien le long des ventricules et entre les membranes du cerveau, une bonne absorption de celui-ci dans le réseau veineux et une sortie de sang du cerveau à travers les veines est nécessaire.

Si un lien dans la dynamique du LCR est altéré, l'écoulement de l'excès de liquide devient difficile, il s'accumule dans les ventricules du cerveau, les dilatant, entre les membranes. Les veines débordent de sang et chez un enfant de la première année de vie, non seulement la taille des ventricules cérébraux augmente, mais également la taille de la tête. La grande fontanelle augmente de taille, gonfle, palpite, la suture sagittale diverge, mais c'est ce qui aide l'enfant à compenser l'accumulation excessive de liquide pendant une longue période.

L'hydrocéphalie est une «hydropisie» du cerveau, un excès de liquide. L'hypertension est une augmentation de la pression résultant de la pression du liquide sur la matière cérébrale. Les deux composants sont étroitement interconnectés et ont un nom commun - «syndrome hypertensif-hydrocéphalique».

Il est à noter que ce syndrome peut survenir à la fois à la suite de lésions organiques du cerveau (blocage «mécanique» de l'écoulement de liquide par une tumeur ou un hématome), et de lésions inorganiques associées à une diminution du tonus vasculaire, notamment veineux, qui entraine des difficultés à la sortie de l'excès de liquide et un débordement. ventricules du cerveau.

Cliniquement, le syndrome hypertensif-hydrocéphalique se manifeste par les signes suivants: les enfants de la première année de vie sont léthargiques, faibles, tètent mal et se fatiguent rapidement; vomissements fréquents "fontaine"; un cri strident, plus comme un gémissement; tension, fontanelle bombée; divergence des sutures crâniennes; augmentation du tonus musculaire des membres, en particulier des jambes; convulsions; atrophie des nerfs optiques. Chez les enfants de plus d'un an (à fontanelles fermées), des signes d'hypertension intracrânienne peuvent se développer très rapidement, ils se manifestent par des maux de tête sévères et paroxystiques, plus souvent le matin, avec des vomissements qui n'apportent pas de soulagement. Le comportement des enfants change, au début ils sont agités, ils sont irrités par tout stimulus externe (lumière vive, son fort, etc.), puis les enfants deviennent léthargiques, inactifs. Parfois, il y a une position fixe de la tête, une expression de souffrance sur le visage. Dans le fond, une congestion, une diminution de l'acuité visuelle sont notées.

Il convient de noter que les enfants de tout âge peuvent subir des fluctuations dites transitoires (transitoires) de la pression du LCR. Les maux de tête, les nausées, les étourdissements et d'autres symptômes peuvent être la manifestation de nombreux troubles fonctionnels du cerveau et de diverses tumeurs (bénignes et malignes), abcès, hématomes, maladies infectieuses et autres. En fonction des causes du syndrome hypertensif-hydrocéphalique, le traitement sera différent - du médicament, visant à améliorer l'écoulement du liquide, au chirurgical, éliminant la cause de l'occlusion (blocage) de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien.

Afin d'établir la véritable cause du syndrome hypertensif-hydrocéphalique, il est nécessaire de procéder à un examen clinique complet de l'enfant..

Chez les enfants de la première année de vie, une augmentation mensuelle du tour de tête est importante (chez les enfants de la première moitié de l'année, en moyenne, de 2 cm par mois, chez les enfants de la seconde moitié de l'année - de 1 cm par mois). À titre de comparaison, je donnerai quelques chiffres: le tour de tête normal d'un bébé né à terme en bonne santé est de 34 à 36 cm à la naissance (généralement les garçons ont 1 à 2 cm de plus que les filles), à 3 mois - 38-42 cm, à 6 mois - 42- 46 cm, à 12 mois - 46-48 cm, à un an et demi - 46-50 cm, à 2 ans - 48-52 cm.

Ici, il est nécessaire de s'attarder séparément sur un groupe d'enfants dont le tour de tête dépasse légèrement la norme d'âge moyenne, et en l'absence de tout signe de lésion cérébrale, il n'y a pas à s'inquiéter. (Les enfants qui ont subi un rachitisme au cours de la première année, ainsi que les enfants dont les parents ont une telle constitution - le soi-disant macroranium héréditaire - il est nécessaire de réaliser un diagnostic différentiel avec le syndrome hypertensif-hydrocéphalique, et en l'absence de dilatation ventriculaire, le traitement n'est pas nécessaire.)

Pour clarifier la cause de la maladie, il est nécessaire de procéder à l'examen matériel suivant:

  • échoencéphalographie (EchoEG) - une méthode de diagnostic des lésions intracrâniennes à l'aide d'ultrasons, n'a pas de contre-indications, offre une grande précision, peut être utilisée chez les enfants presque dès la naissance;
  • rhéoencéphalogramme (REG) - examine l'écoulement veineux des vaisseaux cérébraux, est effectué chez les enfants dès la naissance;
  • La radiographie du crâne - plus informative avec une maladie actuelle à long terme, est plus souvent utilisée chez les enfants de plus d'un an;
  • tomodensitométrie (TDM) - vous permet de déterminer avec précision la zone d'occlusion du liquide céphalo-rachidien, la taille des ventricules, etc.
  • Électroencéphalographie (EEG) - détermination des processus de l'activité cérébrale à l'aide d'impulsions électriques.

Des examens par des spécialistes tels qu'un ophtalmologiste, un neuropathologiste, un psychiatre sont nécessaires (le syndrome hypertenseur-hydrocéphalique actuel à long terme peut conduire à une atrophie du cortex cérébral et, par la suite, à un retard du développement mental, mental), neurochirurgien.

Le traitement, en fonction des causes de la maladie, peut être médicamenteux (traitement de déshydratation avec diacarbe en association avec des médicaments vasculaires, massage et physiothérapie) et chirurgical (élimination d'une formation qui interfère avec l'écoulement du liquide ou, s'il est impossible d'effectuer une telle opération, un shunt des ventricules du cerveau est indiqué - inséré shunt - un tube spécial), à l'aide duquel le liquide céphalo-rachidien s'écoule des ventricules du cerveau directement vers la partie inférieure du canal rachidien.

Revenons à la description des syndromes de lésions cérébrales, puisque le syndrome hypertensif-hydrocéphalique est rarement isolé, et est souvent associé à un syndrome dépressif ou comateux.

Le syndrome de dépression se manifeste par une léthargie, une hypodynamie, une diminution de l'activité spontanée, une hypotonie musculaire générale, une inhibition des réflexes des nouveau-nés, une diminution des réflexes de succion et de déglutition. Ce syndrome caractérise l'évolution de la période aiguë de l'encéphalopathie périnatale et disparaît généralement à la fin du premier mois de vie. Mais cela peut être un signe avant-coureur d'un œdème cérébral et du développement d'un coma..

Le syndrome comateux est une manifestation d'une condition extrêmement difficile d'un nouveau-né (sur l'échelle d'Apgar, ces enfants ont 1 à 4 points). Le tableau clinique montre une léthargie, une faiblesse, une diminution du tonus musculaire à l'atonie, les réflexes congénitaux ne sont pas détectés, les pupilles sont rétrécies, la réaction à la lumière est insignifiante ou absente du tout, mouvements "flottants" des globes oculaires, aucune réponse aux stimuli de la douleur. La respiration est arythmique, avec apnée fréquente (arrêts), bradycardie (diminution de la fréquence cardiaque), bruits cardiaques sourds, pouls arythmique, pression artérielle basse, absence de réflexes de succion et de déglutition.

Cette condition du nouveau-né nécessite une thérapie urgente et est extrêmement incertaine en termes de développement et de santé de l'enfant..

Ainsi, l'encéphalopathie périnatale est un diagnostic établi pour les enfants de la première année de vie avec une forme non spécifiée de maladie cérébrale, caractérisée par divers syndromes. Cela conduit à une adaptation altérée, et parfois - à un handicap..

Le succès du traitement dépend d'un diagnostic précoce et d'un schéma thérapeutique bien choisi.

Pour des questions médicales, assurez-vous de consulter un médecin à l'avance

Symptômes des tumeurs cérébrales chez les enfants

Articles d'experts médicaux

Tumeurs du cerveau

Les manifestations cliniques les plus courantes des tumeurs cérébrales sont une augmentation de la pression intracrânienne et des symptômes neurologiques focaux..

Les symptômes neurologiques chez les enfants atteints de tumeurs cérébrales dépendent plus de l'emplacement de la tumeur que de la structure histologique du néoplasme. L'âge de l'enfant au moment de la maladie affecte également le tableau clinique..

Les troubles neurologiques sont associés à une infiltration directe ou à une compression des structures cérébrales normales, ou à un retard indirect de la sortie du liquide céphalo-rachidien et à une augmentation de la pression intracrânienne.

Les principaux symptômes cliniques des tumeurs cérébrales chez les enfants

  • Maux de tête (peuvent entraîner de l'irritabilité chez les jeunes enfants).
  • Vomissement.
  • Augmentation de la taille de la tête chez les nouveau-nés et les jeunes enfants en raison de l'augmentation de la pression intracrânienne.
  • Troubles visuels:
    • diminution de l'acuité visuelle;
    • diplopie due à la paralysie de la paire VI de nerfs crâniens (chez les jeunes enfants, la diplopie se manifeste par des clignements fréquents ou un strabisme intermittent);
    • œdème de la tête du nerf optique dû à une augmentation de la pression intracrânienne;
    • Syndrome de Parino (combinaison de parésie ou de paralysie du regard vers le haut avec paralysie de convergence);
    • perte de champs visuels due à des dommages aux voies visuelles.
  • Des convulsions.
  • Troubles mentaux (doutes, irritabilité, changements de personnalité).
  • Troubles de la marche et de l'équilibre.
  • Troubles endocrinologiques.
  • Syndrome diiencéphalique (retard de développement, cachexie ou prise de poids).

Augmentation de la pression intracrânienne

L'augmentation de la pression intracrânienne est l'une des manifestations cliniques précoces d'une tumeur cérébrale, caractérisée par la triade classique des symptômes: maux de tête matinaux, vomissements sans nausée, strabisme ou autres troubles visuels. L'apparition des symptômes et des syndromes dépend du taux de croissance tumorale. Les tumeurs à croissance lente provoquent un déplacement important des structures cérébrales normales et peuvent atteindre de grandes tailles au moment où les premiers symptômes apparaissent. Les tumeurs à croissance rapide sont cliniquement apparentes plus tôt, lorsque leur taille est encore petite.

Les premiers signes d'augmentation de la pression intracrânienne sont souvent non spécifiques et non localisés, se développent subaiguës. Pour les enfants d'âge scolaire, une diminution du rendement scolaire, de la fatigue et des plaintes de maux de tête paroxystiques aigus sont typiques. Le mal de tête classique avec augmentation de la pression intracrânienne survient en sortant du lit, soulagé par les vomissements, et diminue pendant la journée. La durée des maux de tête avant le diagnostic est généralement inférieure à 4 à 6 mois, période au cours de laquelle des symptômes supplémentaires associés à la tumeur apparaissent - irritabilité, anorexie, retard de développement; plus tard - une diminution des capacités intellectuelles et physiques (parfois ces signes apparaissent déjà au début de la maladie). Il est important de mesurer la circonférence crânienne du bébé car les sutures crâniennes restent ouvertes pendant les premières années de vie et l'augmentation chronique de la pression intracrânienne conduit à une macrocéphalie. L'examen du fond révèle des signes d'œdème de la tête du nerf optique, manifestés cliniquement par une vision "floue" périodique. Chez les enfants avec une pression intracrânienne accrue, vous pouvez également observer le symptôme du «soleil couchant» (violation de la recherche vers le haut).

Symptômes des tumeurs infratentorielles

Avec des tumeurs situées dans la fosse crânienne postérieure, les symptômes focaux peuvent être absents, le tableau clinique est dominé par des symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne (les tumeurs localisées dans les hémisphères cérébraux, aux premiers stades du développement, sont souvent caractérisées par des symptômes focaux - convulsions, perte des champs visuels, neuropathie ou dysfonctionnement des corticoïdes. tractus rachidien). Les tumeurs cérébelleuses sont caractérisées par des troubles de la marche et de l'équilibre.

Symptômes des tumeurs supratentorielles

Chez les enfants, les manifestations des tumeurs supratentorielles peuvent ne pas dépendre de leur taille et de leur emplacement. Les symptômes focaux précèdent généralement une augmentation de la pression intracrânienne. Les céphalées non spécifiques peuvent être associées à des symptômes corticaux précoces et à des épisodes convulsifs. Des crises importantes sont possibles, ainsi que des épisodes plus légers avec une perte de conscience incomplète (crises partielles complexes) ou des symptômes locaux transitoires sans perte de conscience (crises partielles). Peut-être le développement de l'hémiparésie et de l'hémianesthésie, la perte des champs visuels. Chez certains patients présentant un processus tumoral dans les lobes frontaux ou pariéto-occipitaux, avec lésion du troisième ventricule, seule une augmentation de la pression intracrânienne est notée.

L'examen du champ visuel est indiqué dans le but de cartographier et de suivre tout dommage à la voie visuelle.

Les tumeurs supratentorielles situées au milieu, en raison de leur effet sur l'hypothalamus et l'hypophyse, peuvent provoquer des troubles endocriniens. Le syndrome diencephalique chez les patients âgés de 6 mois à 3 ans présentant des tumeurs de l'hypothalamus ou du troisième ventricule se manifeste par un retard de développement et une cachexie.

Environ 15 à 45% des tumeurs cérébrales primaires, en particulier les tumeurs embryonnaires et germinales, sont disséminées dans d'autres parties du système nerveux central au moment du diagnostic. Les troubles neurologiques masquent parfois les symptômes de la tumeur primaire..

Tumeurs de la moelle épinière

Les tumeurs de la moelle épinière chez les enfants représentent 5% de toutes les tumeurs du SNC. Ils peuvent être situés dans n'importe quelle partie, provoquant une compression de la moelle épinière.

Les plaintes de maux de dos (dans 50% des cas) sont caractéristiques, aggravées en position couchée et diminuant en position assise. La plupart des tumeurs de la moelle épinière sont associées à une faiblesse musculaire, l'implication de groupes musculaires spécifiques dépend du niveau de lésion de la moelle épinière.

Les symptômes et syndromes les plus courants des tumeurs de la moelle épinière: résistance à la flexion du tronc, spasme des muscles paravertébraux, déformation du dos (scoliose progressive), troubles de la marche, modifications des réflexes sous forme de diminution des membres supérieurs et de revitalisation des membres inférieurs, sensibilité altérée en fonction du niveau de lésion (dans 30% cas), symptôme de Babinski positif, dysfonctionnement des sphincters de la vessie et / ou de l'anus, nystagmus (avec lésion de la moelle épinière cervicale supérieure).

Les tumeurs de la moelle épinière sont divisées en deux groupes..

  • Tumeurs intramédullaires (astrocytomes, épendymomes et oligodendrogliomes).
  • Tumeurs extramédullaires:
    • intradurale, associée à la maladie de Recklinghausen (les méningiomes sont plus probables chez les adolescentes);
    • extradural - plus souvent des neuroblastomes qui se développent à travers le foramen intervertébral et des lymphomes.

Les tumeurs vertébrales peuvent envahir le canal rachidien, provoquant une compression épidurale de la moelle épinière et une paraplégie (p. Ex., Histiocytose à cellules de Langerhans affectant la colonne thoracique ou cervicale, sarcome d'Ewing).

Qu'est-ce qu'une lésion cérébrale organique, quels sont les symptômes de la maladie chez les enfants et comment la traiter?

Les lésions cérébrales organiques sont une maladie assez courante. Ce concept désigne un groupe de maladies caractérisées par des modifications pathologiques de la structure du tissu cérébral..

Selon les statistiques, le diagnostic survient chez 90% de la population. Dans la plupart des cas, les changements sont minimes et n'affectent pas le bien-être du patient. Si les symptômes s'aggravent, on peut parler de dommages à plus de 20% des tissus cérébraux..

Qu'est-ce que les lésions cérébrales organiques?

Les dommages organiques au cerveau sont tout un complexe de maladies. Ceux-ci incluent les maladies suivantes:

Il s'agit d'une liste incomplète de maladies appartenant à l'AAR. Le diagnostic final est posé par un neurologue. Signes typiques:

  • maux de tête;
  • la nausée;
  • vomissement;
  • hypertension ou hypotension;
  • problèmes de vue;
  • crises d'épilepsie;
  • augmentation de la pression intracrânienne;
  • convulsions;
  • évanouissement.

Causes et symptômes de l'OPM chez les enfants

Les raisons suivantes de la forme acquise peuvent être distinguées:

  • traumatisme crânien - ecchymose, commotion cérébrale, fracture, etc.
  • maladies du système cardiovasculaire - athérosclérose, accident vasculaire cérébral;
  • violation de l'apport sanguin au cerveau;
  • maladies infectieuses: méningite, encéphalite;
  • empoisonnement à l'alcool ou à des substances psychotropes;
  • La maladie de Parkinson ou d'Alzheimer;
  • tumeurs;
  • la vascularite est une maladie dont le symptôme est une inflammation immunopathologique des vaisseaux sanguins (artères, capillaires et veines).

Les causes de l'AAR congénitale sont:

Comment la maladie est-elle diagnostiquée??

De telles maladies ne peuvent être diagnostiquées qu'à un stade avancé. Pour cela, les méthodes suivantes sont utilisées:

  • électroencéphalographie;
  • rhéoencéphalographie;
  • Ultrason;
  • IRM.

De plus, les enfants sont examinés par divers médecins: un neurologue, un orthophoniste, un psychiatre et un défectologue. Ce n'est qu'après une analyse approfondie des symptômes externes et des modifications des tissus internes que vous pourrez déterminer la maladie exacte et choisir une méthode de traitement efficace..

Comment traiter?

Le traitement des maladies du cerveau a toujours été difficile, car une combinaison de différentes méthodes est nécessaire pour restaurer la structure normale des tissus. Ce ne sont pas les changements immédiats qui répondent au traitement, mais plutôt les symptômes de l'APM ou de la maladie primaire.

Ces technologies modernes dont l'humanité dispose actuellement ne seront toujours pas en mesure de guérir complètement l'OPM. C'est pourquoi le traitement prescrit durera toute la vie.

Thérapie médicamenteuse

La principale méthode de traitement est la médication. Les médicaments suivants sont utilisés:

  • Cerebrolysin - améliore l'activité cérébrale;
  • Pentoxifylline - augmente l'élasticité des vaisseaux sanguins;
  • Piracetam - corrige les troubles psychologiques.

De plus, des médicaments sont prescrits pour éliminer les symptômes, par exemple des somnifères (phénobarbital), des tranquillisants ou des antidépresseurs. Pour une thérapie complexe, il est conseillé de faire appel aux services d'un psychothérapeute.

Remèdes populaires

Le traitement de l'OPM est symptomatique, il est donc possible d'utiliser la médecine traditionnelle. Il existe un grand nombre de recettes, mais les suivantes sont considérées comme plus efficaces:

  • jus de myrtille, 200 ml par jour - améliore considérablement la mémoire;
  • une décoction d'écorce de sorbier - 50 g d'écorce hachée pour 200 g d'eau bouillante, faites cuire plusieurs minutes, puis laissez reposer 6 heures, filtrez et prenez 50 g après les repas.

Lésions cérébrales organiques chez les enfants

Lésions cérébrales organiques chez les enfants

Le concept de "lésions cérébrales organiques chez les enfants", en fait, n'a pas de définition claire
Cependant, il est généralement admis qu'il s'agit de tout un complexe de maladies associées à des modifications pathologiques structurelles des tissus du cerveau.

comme diffus (par exemple, en raison d'une encéphalopathie)
et localisée (résultant d'une tumeur ou d'une lésion cérébrale)

Chez ces enfants, les fonctions de nombreux tissus du cerveau et non seulement sont altérées, mais il leur faut beaucoup de temps pour passer à d'autres ou à des tissus sains qui rempliront correctement leurs fonctions.

IMPORTANT!
Les enfants ont une immunité et une régénération uniques, par conséquent, quel que soit le diagnostic, on peut s'attendre à des améliorations significatives si le corps reçoit des méthodes qui aident à renouveler les tissus.

En pédiatrie moderne, ce phénomène n'est hélas pas rare.
Le cerveau des enfants est sensible à une variété d'influences négatives
De plus, les neuropathologistes affirment qu'aujourd'hui, 9 patients sur 10 de tout âge peuvent être diagnostiqués avec des lésions cérébrales organiques.

C'est juste que la plupart de ces défaites ne se font pas sentir.
Les symptômes de l'APM se manifestent clairement lorsque de 20 à 50% de l'organe ont subi des modifications
Si les dommages ont couvert plus de la moitié du cerveau, il convient de parler de signes graves de la maladie, qui sont de nature pathologique persistante.

Mais il y a un autre côté à la médaille
Souvent, des spécialistes pas trop qualifiés abusent simplement de ce diagnostic, ne voulant pas analyser en profondeur la nature de la pathologie neurologique chez un enfant

Il existe une révision de la Classification internationale des maladies X, qui n'inclut pas les lésions cérébrales organiques
Pour cette raison, les médecins formulent un diagnostic associé à de telles pathologies, comme ils le disent, «qui en est autant»: «lésion cérébrale non spécifiée» ou «encéphalopathie non spécifiée»

D'une manière ou d'une autre, en médecine, il existe une certaine classification des affections qui peuvent être combinées sous le terme OPM (dommages organiques au cerveau)

Maladies liées aux lésions organiques du cerveau

Hydrocéphalie
Malformations congénitales du cerveau
Paralysie cérébrale Paralysie cérébrale
Troubles causés par des infections intra-utérines (toxoplasmose, syphilis, cytomégalie, etc.)
Un groupe de maladies causées par des dommages au système nerveux central (SNC)

Lésions cérébrales organiques: causes

Afin de diagnostiquer «AAR», le médecin doit examiner attentivement un certain nombre de facteurs.
Chaque maladie incluse dans ce groupe est caractérisée par de nombreuses nuances - elle a sa propre nature et se développe d'une manière particulière
La nature de son traitement dépend en grande partie de la cause du développement de la maladie.

Il existe plusieurs causes principales de lésions cérébrales organiques chez les enfants.

1. Tout d'abord, il est nécessaire d'analyser attentivement la période périnatale au cours de laquelle le cerveau de l'enfant s'est formé
C'est à ce moment que des pathologies graves peuvent survenir si la future mère est malade (elle a une malformation cardiaque, une pression artérielle élevée, un diabète sucré, une anémie, une toxicose sévère, etc.), mène une vie malsaine, est exposée au stress, subit des effets toxiques sur elle-même, etc. P
Les infections peuvent apporter des changements significatifs dans le travail du cerveau de l'enfant, qui seront discutés plus en détail ci-dessous.

2. Le déroulement de l'accouchement est également d'une grande importance pour la santé du bébé.
Qu'elles aient été rapides ou prolongées, qu'elles aient subi une hypoxie, un enchevêtrement, que l'enfant ait subi une blessure à la naissance

3. La maladie hémolytique des nouveau-nés (HDN), c'est-à-dire l'incompatibilité du sang de la mère et de l'enfant, si elle est accompagnée d'une jaunisse nucléaire, peut devenir la cause de l'APM
Cette forme de jaunisse est caractérisée par une teneur accrue en bilirubine indirecte dans le sang du bébé, ce qui, à son tour, provoque des dysfonctionnements du cerveau.

4. Les lésions cérébrales traumatiques mécaniques entraînent également de graves lésions du tissu cérébral
Ils peuvent être soit ouverts, c'est-à-dire lorsque la plaie est en contact avec l'environnement extérieur, soit fermés.

5. Souvent, les lésions cérébrales organiques sont causées par des maladies infectieuses (méningite, abcès, encéphalite, etc.), y compris des infections intra-utérines qui provoquent des lésions du système nerveux central - rubéole, herpès, virus entéro et respiratoire, virus de l'immunodéficience, etc..

6. OPM peut également survenir à la suite de maladies vasculaires du cerveau - encéphalopathie, accident vasculaire cérébral hémorragique

7. Ce type de pathologie peut se développer à partir d'une tumeur bénigne

8. L'épilepsie peut également provoquer des lésions cérébrales organiques chez un enfant.

9.MAR peut également être causé par la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson ou la maladie d'Alzheimer

10. Il y a une raison de plus à l'émergence et au développement de graves lésions cérébrales chez les enfants, sur laquelle la médecine traditionnelle ne dit rien.
Nous parlons de complications post-vaccination, à la suite desquelles le cerveau des enfants cesse de se former correctement.
Vous pouvez en savoir plus sur l'effet des vaccinations sur le corps de l'enfant ICI

Symptômes de lésions cérébrales organiques chez les enfants

Le syndrome psycho-organique est le principal symptôme des lésions cérébrales chez les enfants de nature organique
Cette condition se traduit par la violation de trois aspects du travail du principal organe humain à la fois.

1. Problèmes de mémoire - l'enfant ne se souvient pas bien des nouvelles informations et perd une partie des informations déjà apprises (amnésie partielle)
De plus, des souvenirs irréels peuvent apparaître avec POM.

2. Diminution de l'intelligence - ces enfants se concentrent mal, leur réflexion est altérée, ils ont du mal à s'orienter dans l'espace

3. Troubles affectifs et cérébroasthénie - les bébés présentant des lésions cérébrales organiques souffrent constamment de faiblesse, de vertiges et de maux de tête, ils sont sujets à la dépression, à l'irritabilité
Souvent, ces enfants montrent des émotions inappropriées.

La démence est un autre symptôme de lésions cérébrales organiques, qui se caractérise par une activité cognitive altérée
Cette condition n'est pas congénitale, comme le retard mental, mais acquise. Les fonctions cérébrales endommagées de l'enfant commencent à se décomposer
Parfois, la démence est si grave que l'enfant ne peut pas apprendre à prendre soin de lui-même

Il existe également un certain nombre de symptômes focaux, qui dépendent de la zone du cerveau dans laquelle se trouvent les troubles.

Lobe frontal - les muscles mimiques et oculaires sont paralysés, l'odorat est altéré et les mots sont difficiles à prononcer, difficultés à effectuer des mouvements ciblés, comportement étrange au bord de l'euphorie

Lobe pariétal - sensibilité altérée, incapacité à effectuer des actions significatives utiles, ainsi que incapacité à apprendre à lire et à compter. Saisies fréquentes avec convulsions

Le lobe temporal - altération de l'odorat et de l'ouïe, problèmes de goût, hallucinations, humeur émotionnellement instable, manque partiel ou complet de compréhension de la parole

Lobe occipital - déficience visuelle jusqu'à la cécité, problèmes de coordination des mouvements et d'équilibre, hallucinations, convulsions pendant les crises

Lésions cérébrales organiques chez les enfants: traitement

Naturellement, le traitement de l'OPM doit être prescrit en fonction de la cause de son apparition et de son développement.
Par exemple, les médecins recommandent de traiter les lésions induites par l'infection avec des antibiotiques, des antiviraux et des immunostimulants.
Si l'OPM s'est développé à la suite d'une tumeur, vous devez tout d'abord prendre soin de son élimination

La médecine officielle suggère de traiter les maladies ischémiques du cerveau avec des agents nootropes, ainsi que d'utiliser une thérapie décongestionnante et vasculaire.

Voir aussi: Médicaments pour l'autisme: cela a-t-il un sens?

Dans presque tous les cas, les médecins conseillent fortement de prendre

hypnotiques
antidépresseurs
tranquillisants

Parallèlement à la prise de médicaments, les médecins recommandent aux médecins d'avoir recours à un traitement non médicamenteux.

Il est conçu pour atténuer les effets secondaires de la prise de médicaments chimiques agressifs.

effet hypnotique sur un enfant, auto-formation
aiguille et réflexologie
art et thérapie gestalt
massage
Le docteur Rakhmanov travaille avec de tels enfants en Ukraine

Faites attention dans l'article sur les livres au livre sur le massage de Tatyana Pankratova
Il décrit une technique pour influencer un enfant à travers le système nerveux périphérique, la thérapie sonore, etc..

Traitement de l'autisme chez les enfants. Autisme. Méthode de récupération

Plan du séminaire ICI
Les produits apicoles Tentorium restaurent chaque cellule du corps de manière naturelle selon les principes de la correction biomédicale du corps

Ils saturent le corps avec les enzymes, vitamines et micro-éléments nécessaires
Il existe également des produits qui aident à éliminer les toxines du corps sans problème après un traitement médicamenteux.

Déni de responsabilité
Les informations fournies dans cet article sont uniquement destinées à informer le lecteur
Il ne peut pas remplacer l'avis d'un professionnel de la santé