Principal
Ostéome

Cancer de l'utérus

Le cancer de l'endomètre (en d'autres termes, le corps utérin, la membrane muqueuse ou l'utérus lui-même) est une tumeur maligne qui se développe à partir de la couche interne de l'épithélium de l'organe génital féminin.

Le plus souvent, cette maladie survient chez les femmes âgées de 40 à 60 ans. Cette maladie peut être reconnue lorsqu'elle est encore à ses débuts et complètement guérie. Mais pour cela, vous devez avoir une idée de ses causes et de ses symptômes..

Cancer de l'utérus mkb 10

Selon la classification internationale des maladies, le néoplasme malin de l'organe génital féminin porte le numéro C54 et se subdivise en une tumeur:

  • segment inférieur (0);
  • endomètre (1);
  • myomètre (2);
  • fond utérin (3);
  • aller au-delà de la limite d'une localisation (C8);
  • localisation non spécifiée (9).

Types de cancer de l'utérus

L'oncologie de l'organe génital d'une femme peut être:

  1. Autonome (1/3 des cas de néoplasmes malins de l'endomètre). Elle apparaît soudainement. Les médecins sont convaincus que ses causes sont l'hérédité ou une blessure..
  2. Hormonale (2/3 des cas de néoplasmes malins de l'endomètre). Se produit en raison de problèmes hormonaux. Dans ce cas, il existe des troubles métaboliques endocriniens évidents dans le corps..

Selon les informations histologiques, les tumeurs malignes suivantes sont distinguées:

  • adénocarcinome;
  • sarcome;
  • carcinome squameux;
  • léiomyosarcinome;
  • oncologie des cellules squameuses glandulaires.

Selon le degré de différenciation cellulaire, il existe un néoplasme:

  • hautement différencié;
  • mal différencié;
  • moyennement différencié.

Pourquoi une oncologie de l'organe génital féminin apparaît-elle??

Les causes du cancer de l'utérus sont:

  • Plus de 40 ans;
  • Hyperplasie de la couche épithéliale interne de la cavité utérine;
  • Troubles métaboliques (diabète, surpoids, hypertension);
  • Hérédité;
  • Gonflement des ovaires
  • Violation du cycle féminin;
  • Manque d'enfants;
  • Mauvaises habitudes (en particulier fumer);
  • Ménopause tardive;
  • Longue période incontrôlée d'influence des œstrogènes;
  • La présence de papillomavirus humain ou de virus de l'immunodéficience humaine;
  • Kystes de l'ovaire;
  • Utiliser des pilules contraceptives;
  • Maladies inflammatoires de l'endomètre, qui sont chroniques;
  • Augmentation de la taille de l'épithélium;
  • Cicatrices post-partum;
  • Érosion, ulcère.

Cancer de l'utérus: symptômes

Les premiers signes apparaissent à un stade précoce de la maladie. Ceux-ci incluent des saignements qui ne sont pas associés à des jours critiques (ils surviennent après un rapport sexuel, un examen par un gynécologue, la levée d'un objet lourd). Son caractère peut être différent (abondant, maigre, multiple, révolutionnaire, unique, intermittent).

À des stades ultérieurs, les symptômes sont les suivants:

  • La nausée;
  • Vomissement;
  • Hyperthermie avec des indicateurs subfébriles;
  • Douleurs dessinantes dans le bas du dos, l'abdomen, le périnée;
  • Diminution de la capacité de travailler de manière productive;
  • Augmentation de la fatigue (manque complet de force);
  • Douleur pendant ou après les rapports sexuels;
  • Manque d'appétit;
  • Constipation ou diarrhée fréquente;
  • Forte perte de poids.

Cancer de l'utérus: traitement

Aujourd'hui, de nombreuses femmes s'intéressent à la question: "Peut-on traiter le cancer de l'utérus?" Si le diagnostic a été posé en temps opportun, cette maladie peut être guérie, et cela se fait généralement de manière globale..

La prévision est favorable

Pour déterminer l'approche thérapeutique appropriée, l'oncologue prend en compte:

  • État physiologique du patient;
  • Troubles endocriniens dans son corps;
  • Résultats de l'examen histologique;
  • Taille et étendue de la tumeur.

Les principales méthodes thérapeutiques sont:

  1. Intervention chirurgicale, dans laquelle l'utérus et les appendices sont enlevés, ainsi que les ganglions lymphatiques et les tissus qui ont affecté la tumeur.
  2. Exposition radio, elle est utilisée lorsque le cancer est sensible à la radiothérapie ou qu'il existe des contre-indications à la chirurgie (femmes âgées souffrant de maladies rénales, hépatiques, cardiaques).
  3. Les agents chimiothérapeutiques sont utilisés lorsque le cas est négligé ou lorsqu'une intervention chirurgicale est impossible.
  4. Traitement avec des hormones (dérivés de la progestérone) si la tumeur est sensible à ces médicaments. Le régime est calculé sur 2 ou 3 ans, cependant, des réactions secondaires du corps sont souvent observées.

Chimiothérapie pour le cancer de l'utérus

Lorsque vous répondez à la question de savoir comment traiter le cancer de l'utérus avec des médicaments de chimiothérapie (cisplatine, carboplatine, adriamycine, doxorubicine, taxol, épirubicine), vous devez savoir qu'ils sont prescrits:

  • Aux 3e et 4e stades de la maladie;
  • Avec une tumeur autonome (lorsque l'oncologie est hormonodépendante, cette méthode est inefficace);
  • S'il y a des métastases;
  • En cas de rechute.

Les substances médicinales suivantes sont utilisées:

Lorsque le traitement est terminé, la femme doit être surveillée régulièrement par un médecin afin de ne pas manquer la réapparition de la maladie..

Cancer de l'utérus

Le cancer de l'utérus est une tumeur dans la région utérine d'une évolution maligne qui se forme à partir des tissus mous et se développe ensuite en un néoplasme cancéreux qui affecte le vagin, le col de l'utérus et les ganglions lymphatiques voisins (code CIM-10 pour la maladie C54). Normalement, l'utérus est en forme de poire. Mais avec le cancer, de graves écarts se produisent. Le cancer est plus fréquent chez les femmes âgées de plus de 60 ans. Le danger est également observé chez les patientes approchant l'âge de la ménopause avec ménopause. Il existe également une probabilité de développer une pathologie chez les jeunes filles. Le cancer de l'utérus est caractérisé par la manifestation de signes déjà à un stade précoce. La première symptomatologie est déterminée par un caractère vif, ce qui aide à rechercher rapidement une aide médicale.

Causes du cancer de l'utérus

Il existe deux catégories de pathologie oncologique: une tumeur cancéreuse de l'utérus, qui est survenue à la suite d'une défaillance hormonale chez la femme, et un néoplasme formé sous l'influence d'autres facteurs provoquants. Les médecins notent qu'une femme présentant un volume accru d'œstrogènes et une carence en progestérone court un risque sérieux de développer la maladie. Le cancer de l'utérus, qui s'est développé sur la base de processus atypiques, est appelé hormono-dépendant. La maladie représente 70% des cas diagnostiqués de tumeur utérine.

Ce type de pathologie commence à se former avec la propagation intensive de l'endomètre affecté et la progression accélérée des cellules atypiques. En parallèle, l'endomètre féminin subit des processus spécifiques qui provoquent l'apparition de tumeurs. Les causes et les facteurs ouvrant la voie à la croissance des tissus malins dans le cancer de l'utérus sont les suivants:

  • consommation prolongée d'œstrogènes;
  • surpoids, obésité;
  • Diabète;
  • pathologie hypertensive;
  • l'utilisation de certains médicaments contre le cancer du sein;
  • mauvaise hérédité, prédisposition génétique - présence d'un cancer de l'utérus, du sein ou de l'ovaire dans la famille féminine,
  • échec de la défense immunitaire du corps;
  • la femme n'a jamais accouché, pas de grossesse;
  • cancer des ovaires;
  • ovaire polykystique;
  • l'endométrite;
  • formation de cicatrices après l'accouchement;
  • de nombreux avortements;
  • irradiation du petit bassin;
  • pathologies chroniques du foie et des glandes surrénales.

Selon la liste de facteurs ci-dessus, un certain nombre de raisons soulignent principalement la dépendance de l'incidence du cancer de l'utérus avec des écarts des niveaux hormonaux dans le corps féminin. Par exemple, la couche de graisse est importante pour le système endocrinien, qui produit des hormones féminines. Sur la base de recherches scientifiques, les médecins notent qu'une augmentation du poids d'une femme de 10 à 25 kg augmente la probabilité d'un néoplasme malin dans l'utérus de 3 fois, et lorsque le poids corporel atteint plus de 25 kg - 10 fois. De nombreux médicaments contre le cancer du sein contiennent des œstrogènes. Avec le cancer de l'ovaire, il y a une augmentation de leur production.

Le niveau hormonal dans le corps de la femme change sous l'influence de déviations - adénome, hyperplasie surrénale, hépatite et cirrhose. De nombreuses formations se forment quel que soit le nombre d'hormones chez la femme. Ici, le cancer est dit «autonome» et se présente sous une forme sévère par rapport aux hormones dépendantes. Ce type de tumeur est observé chez les patients âgés. Les troubles du système immunitaire et les saignements après la ménopause agissent comme des facteurs de risque.

Les symptômes de la maladie

Les premiers symptômes du cancer de l'utérus peuvent refléter l'existence d'autres conditions. Le patient est facilement capable de confondre les premiers signes avec une modification des taux hormonaux, l'ingestion de bactéries infectieuses, surtout si la femme est traitée pour une infection avant. Cependant, il existe des facteurs exceptionnels qui indiquent le développement d'une tumeur. Le stade précoce accompagne le processus oncologique avec des symptômes:

  • infertilité;
  • violation de la fonctionnalité des ovaires;
  • saignements utérins - chez les jeunes filles, il existe un risque de confusion avec des saignements dysfonctionnels de l'utérus, ce qui prend beaucoup de temps;
  • écoulement aqueux, liquide purulent de type transparent de la cavité utérine - lycorie;
  • chez les femmes à un âge précoce, l'oncologie utérine est caractérisée par des saignements entre les règles et des saignements abondants.

Le stade tardif s'accompagne d'une détérioration de l'état corporel du patient et de la manifestation d'une augmentation des symptômes:

  • sensations douloureuses dans le bas de l'abdomen;
  • des manifestations douloureuses dans la colonne lombaire et dans la région du sacrum - apparaissent à la suite de la tumeur affectant les terminaisons nerveuses;
  • l'apparition d'un processus inflammatoire, des fluides purulents sont libérés de la cavité utérine avec une odeur désagréable causée par la mort des cellules;
  • lorsque les cellules cancéreuses se propagent au col de l'utérus, une tumeur de l'utérus et des ovaires peut bloquer la région cervicale. Par la suite, le contenu purulent s'accumulera dans la cavité utérine interne, le processus d'intoxication se produira.

Aux derniers stades, lorsque les tissus affectés se propagent aux matériaux des organes voisins, les signes sont caractérisés par une constipation, un écoulement muqueux et sanglant dans les selles, une hydronéphrose avec pression sur le canal urétral, des sensations douloureuses dans la région lombaire. Lorsque le cancer atteint la vessie, il y a un saignement dans l'urine, il y a un problème avec le processus de miction.

Diagnostique

Il est réaliste de diagnostiquer la pathologie du cancer à un stade précoce de l'origine du foyer. Si une femme en bonne santé subit régulièrement des examens et examens gynécologiques, il est possible de reconnaître rapidement chaque changement suspect, quelle que soit sa forme, lors d'un contrôle visuel. Les patients atteints d'un état précancéreux ou de maladies d'origine se voient prescrire un grattage ou un échantillon de biopsie est prélevé pour un examen histologique ultérieur. Au fil du temps, le patient est mis sur un compte dispensaire et examine systématiquement pour développer des processus atypiques.

L'examen échographique, associé à un certain nombre de procédures de diagnostic, permet d'identifier rapidement les zones anormales. Le dépistage est utilisé pour diagnostiquer la pathologie dans de rares cas. Les marqueurs tumoraux contribuent à l'identification de l'atypicité, et peuvent également occuper une place dominante et sont utilisés pour calculer l'évaluation de l'efficacité des procédures effectuées, aident à évaluer l'efficacité des médicaments pris et à remarquer la rechute en développement dans le temps. Il existe plusieurs façons de marquer un cancer précoce. Diagnostics comprend une liste de procédures:

  • Examen gynécologique - la plus petite violation des processus systémiques dans le corps, perceptible lors d'un examen visuel, agit comme une prescription pour désigner une liste de tests.
  • Analyse des marqueurs tumoraux - prescrite dans de rares cas. Le seul antigène du cancer de l'utérus est le CA-125. Cependant, le marqueur indique également d'autres maladies possibles en raison de la non-spécificité de l'indicateur pour l'organe indiqué. La procédure est réalisée en groupe collectif pour obtenir un diagnostic affiné. Les antigènes changent et augmentent en présence d'un foyer enflammé dans le corps, le cycle menstruel et pendant la grossesse.
  • Recherche cytologique - l'analyse du biomatériau collecté vous permet d'obtenir des informations fiables sur l'existence du cancer. La cytologie prend le contenu après aspiration. L'efficacité de la méthode aux étapes initiales est inférieure à 35%. La méthode principale fournit un résultat spécifique exclusivement lors de la multiplication des cellules cancéreuses. La probabilité d'une détection précise est de 90%.
  • Biopsie et hystéroscopie - le tissu est prélevé pour examen, puis une analyse microscopique est effectuée pour la variabilité des structures cellulaires.
  • Examen échographique (échographie) - une tumeur par échographie peut être notée chez les femmes, quel que soit le stade de l'oncologie qui se déroule pendant la période spécifiée. Le déchiffrement des analyses de l'étude transvaginale permet de détecter un néoplasme pathologique jusqu'à 20 mm de taille. Le changement de taille de l'utérus est la raison de l'analyse ultérieure. La norme de l'indicateur chez les patients en âge de procréer M-écho atteint 1 à 1,6 cm, à la ménopause elle diminue à 7 mm, chez les femmes ménopausées - moins de 4 mm. L'échographie a un effet positif sur la visualisation précoce du cancer. L'étude est une méthode de diagnostic fiable et éprouvée.
  • Cartographie Doppler couleur - offre la possibilité de visualiser la vue clinique du mouvement du sang dans la cavité utérine interne et dans la membrane tumorale. Par la suite, un examen auxiliaire et supplémentaire est effectué en utilisant une excellente méthode.
  • Histologie - le biomatériau est prélevé pendant l'hystéroscopie avec une analyse histologique plus poussée. La procédure aide à obtenir et à comprendre le résultat spécifique. L'étude comprend le grattage de l'endomètre et du canal cervical.
  • Diagnostic de fluorescence - croissance cancéreuse endométrioïde à un stade précoce et la taille de la lésion affectée inférieure à 1 mm est prononcée après l'introduction d'un composant de contraste, puis brille par la lumière ultraviolette. L'efficacité de la procédure fournit 80%.
  • Grattage - la procédure comprend une mesure chirurgicale diagnostique et thérapeutique réalisée sous anesthésie. Dans la salle d'opération, le nombre prescrit d'endomètre envahi est éliminé. La méthode vous permet d'éliminer la cause du saignement utérin. La méthode d'examen réduit sérieusement la probabilité de développer une tumeur cancéreuse, le diagnostic est conçu pour évaluer les cellules tumorales retirées du corps.
  • IRM - la procédure est prescrite pour une évaluation précise et spécifique du territoire d'un néoplasme oncologique avancé avec métastases, indique efficacement les signes cliniques de pathologie dans les ganglions lymphatiques. La méthode est recommandée pour l'examen des organes pelviens afin de tracer une image clinique spécifique..

Classification du cancer de l'utérus

La classification du cancer du corps utérin est effectuée en fonction de la taille du néoplasme, du degré d'approfondissement des cellules tumorales dans la structure musculaire, de l'intensité de la propagation aux tissus voisins et aux organes voisins, des zones touchées des ganglions lymphatiques et de la présence de métastases à distance. La liste classifiée est utilisée comme une définition du stade de la maladie selon la norme TNM et selon le système de la Fédération internationale des obstétriciens et gynécologues (FIGO). Le cancer préinvasif est caractérisé par le développement d'une lésion dans l'endomètre. Le nom standard de la tumeur est carcinome in situ, Tis et stade 0. Il y a 4 stades d'une tumeur utérine cancéreuse.

L'éducation affecte exclusivement le corps de l'utérus:

  • endomètre (T1a ou IA);
  • demi-profondeur du myomètre (T1b ou IB);
  • plus de la moitié de la profondeur du myomètre (T1c ou IC).

Le processus malin de l'étape 2 passe dans le col de l'utérus:

  • dans le tissu glandulaire (T2a ou IIA);
  • approfondit le long des couches cervicales (T2b ou IIB).

Le cancer de grade 3 se propage au vagin, aux appendices ou aux ganglions lymphatiques:

  • la couche externe de l'utérus et des appendices est affectée (T3a ou IIIA);
  • les cellules affectées se sont propagées dans le vagin (T3b ou IIIB);
  • présence de métastases dans les ganglions lymphatiques du bassin ou dans le péri-aortique (N1 ou IIIC).

Croissance utérine de grade 4 avec métastases:

  • sur la vessie ou dans les couches du rectum (T4 ou IVA);
  • dans les tissus pulmonaires, le foie, les os, les ganglions lymphatiques retirés (M1 ou IVB).

En outre, on distingue divers degrés de différenciation des cellules cancéreuses - de G1 (maturité tissulaire accrue) à 3 (croissance mal différenciée). Avec une différenciation améliorée avec un taux réduit, la formation se développe et la probabilité de propagation du foyer avec des métastases diminue. Lors du diagnostic d'un néoplasme mal différencié, le pronostic de survie s'aggrave. En fonction de la structure au niveau microscopique, on distingue le type morphologique d'oncologie:

  • adénocarcinome;
  • carcinome à cellules claires;
  • squameux;
  • squameux glanduleux;
  • séreux;
  • mucineux;
  • indifférencié.

La variété morphologique en particulier indique le degré de malignité. L'évolution de la pathologie indifférenciée est négative et peu fiable, et la croissance des cellules squameuses a de fortes chances de guérison. La pathologie se forme et se développe sous forme exophytique (à travers la fissure utérine) et endophyte (à travers des couches de structure musculaire), ou présente une combinaison mixte du cours. La tumeur est située sur le territoire du fond et du corps de l'utérus. Dans la partie inférieure, le néoplasme est localisé dans de rares cas..

Traitement du cancer de l'utérus

Le traitement du cancer de l'utérus est d'un grand intérêt pour les femmes. Le schéma et les méthodes de traitement qui aident à guérir complètement et définitivement le cancer des organes ne sont élaborés par le médecin qu'après que le patient a subi les procédures de diagnostic nécessaires. Lors du diagnostic, le médecin indique le type de pathologie et le stade de développement du processus oncologique. Le choix de la méthode appropriée et la plus efficace dans une situation particulière est fait en fonction des indications et contre-indications des méthodes thérapeutiques existantes, possibles et proposées.

Impact opérationnel

Le traitement chirurgical et l'ablation chirurgicale sont effectués par des médecins à un stade précoce de la pathologie oncologique. Une hystérectomie est souvent pratiquée, l'utérus et les ovaires avec appendices sont enlevés. Les femmes s'inquiètent de l'excision du corps utérin, des questions se posent sur la douleur, la taille et le degré de visibilité de la suture postopératoire dans la région péritonéale. Selon l'intensité de la progression active du cancer, le chirurgien effectue une hystérectomie traditionnelle, enlève l'utérus et le col de l'utérus, ou une hystérectomie radicale est réalisée, l'utérus, le col de l'utérus, la région vaginale supérieure et les tissus adjacents sont enlevés.

Si la femme est ménopausée, le médecin effectue une salpingo-ovariectomie bilatérale, qui consiste à retirer les trompes de Fallope et les ovaires. L'hystérectomie est réalisée de manière traditionnelle en tant qu'opération standard avec une grande incision ou laparoscopie, conçue pour fonctionner avec une incision plus petite. Une procédure d'hystérectomie pour un cancer suspecté est réalisée par un chirurgien gynécologique. Un chirurgien se spécialise dans le traitement chirurgical des organes reproducteurs du corps féminin. Le traitement de la formation atypique nécessite une hyperectomie; l'utérus est éliminé à l'aide d'un appareil robotique à travers des trous de taille moyenne. Parallèlement à l'excision du corps utérin, le médecin découpe les ganglions lymphatiques situés à côté de la lésion touchée pour déterminer et évaluer la propagation de la tumeur cancéreuse au-delà des limites des parois utérines.

Chimiothérapie

La chimiothérapie implique l'utilisation de remèdes médicaux visant à détruire la structure des tissus cancéreux, en bloquant la capacité des tissus tumoraux à se développer et à se multiplier. La thérapie par chimiothérapie est effectuée par un oncologue ou un oncologue gynécologique. Ce dernier vise à traiter les types de tumeurs du système reproducteur chez la femme grâce à l'utilisation de médicaments. Dans le cancer de l'endomètre, la chimiothérapie est réalisée après une intervention chirurgicale ou en association avec une radiothérapie, ou en remplacement complet de l'exposition aux rayonnements. La technique est également prescrite dans les situations avec formation secondaire d'un foyer cancéreux dans l'endomètre après le traitement initial..

La chimiothérapie systémique pénètre dans les vaisseaux sanguins et se propage dans tout le corps, à la recherche de cellules cancéreuses cachées. Les méthodes standard de réalisation d'une procédure de chimiothérapie impliquent la présence d'un tube intraveineux situé dans une veine, à travers une aiguille, des comprimés ou sous une forme de capsule que le patient avale. Ils sont traités selon le calendrier, ils peignent le nombre requis prescrit de séances menées pendant la période spécifiée. Le patient prend un médicament ou utilise un groupe combiné de divers médicaments.

La chimiothérapie vise à détruire les néoplasmes atypiques résiduels après une chirurgie, ou à réduire la croissance du cancer et à ralentir le taux de développement d'un foyer pathologique avec cancer avec un retour possible ou une propagation ultérieure aux parties les plus proches du corps. L'effet secondaire de la thérapie chimique se manifeste de manière personnelle, en fonction des caractéristiques de l'organisme du patient individuel. Les conséquences surviennent en fonction de la technique de chimiothérapie et de la posologie utilisée. Les effets indésirables sont une fatigue constante, une fatigue rapide, il existe un risque d'infection de la plaie, des nausées et des vomissements, une chute de cheveux, une perte de cheveux intense, une diminution ou une perte d'appétit et une diarrhée. Les complications énumérées sont éliminées d'elles-mêmes après la fin de la chimiothérapie..

Dans le domaine scientifique du traitement par chimiothérapie, au cours de la dernière décennie, des scientifiques et des professeurs ont développé des innovations utiles dans le domaine des substances médicinales destinées à la prévention réussie et au traitement efficace des conséquences négatives et désagréables. Parmi ces médicaments, on note des médicaments antiémétiques, qui éliminent les symptômes de nausées et de vomissements, et des médicaments hormonaux, qui, si nécessaire, empêchent la diminution du nombre de leucocytes. D'autres conséquences négatives possibles de la chimiothérapie pour le cancer de l'utérus mettent en évidence l'incapacité de tomber enceinte, ménopause précoce, si une femme n'a pas d'hystérectomie. Dans de rares cas, une perte auditive et des lésions rénales ont été observées derrière certains composants médicinaux. Les patients, à la discrétion du médecin traitant, se voient prescrire une injection intraveineuse auxiliaire pour protéger les reins.

Radiothérapie

Dans la pratique médicale, les méthodes de thérapie à distance et de contact (internes) sont distinguées. Les techniques sont assez efficaces et efficientes pour le cancer. Dans les cas fréquents, des techniques sont utilisées si l'intervention chirurgicale est impossible selon les contre-indications existantes et détectées ou en cas de récidive du cancer. La radiothérapie est l'effet des rayons X à haute énergie et d'autres éléments sur le tissu affecté afin de détruire la structure de la structure cancéreuse..

Un médecin qui effectue une radiothérapie pour le cancer est appelé un radio-oncologue. Le programme de radiothérapie comprend le nombre requis de séances et de procédures prescrites pour la durée de la période spécifiée. Un type répandu et bien connu d'exposition aux rayonnements, appelé radiothérapie externe, fournit un rayonnement émis par un appareil à l'extérieur du corps humain. Les médecins recommandent à certaines femmes de subir une radiothérapie et un traitement chirurgical..

La radiothérapie est souvent effectuée après une intervention chirurgicale pour exciser les lésions cancéreuses identifiées qui restent dans la zone traitée du corps. La thérapie est rarement prescrite avant la chirurgie pour réduire la taille de la croissance tumorale. Si la femme n'est pas en mesure de survivre à la chirurgie, le médecin prescrit la procédure de radiothérapie comme alternative sans chirurgie. La radiothérapie est subdivisée en sous-types - une procédure qui se concentre entièrement sur la région pelvienne, exclusivement sur la région vaginale, appelée dans la plupart des cas une procédure intravaginale (IVRT) ou une brachythérapie vaginale.

Les conséquences de la radiothérapie s'accompagnent d'une fatigue importante, d'une fatigabilité rapide, d'une réaction ambiguë des tissus mous de l'épiderme, de troubles du tractus gastro-intestinal et de résultats lâches de l'activité intestinale. La gravité des effets secondaires dépend de l'intensité de l'exposition aux appareils à rayonnement.

Dans la plupart des cas, les complications et les effets secondaires sont éliminés d'eux-mêmes après la fin du traitement. Cependant, certains effets secondaires peuvent persister longtemps et provoquer des symptômes désagréables des intestins et de la microflore vaginale. Parfois, les médecins recommandent aux femmes d'abandonner les rapports sexuels pendant qu'elles suivent une radiothérapie. Une femme peut reprendre une vie sexuelle stable quelques semaines après le traitement, si le corps est prêt à entrer dans la vie sexuelle au rythme habituel, sans présenter de symptômes suspects.

Thérapie hormonale

L'hormonothérapie est réalisée à un stade avancé de l'oncologie, lorsque les lésions affectées s'écoulent en dehors des limites du territoire d'origine. La procédure vise à réduire le taux de développement et de propagation de certains types de tissus atypiques de l'utérus qui ont des récepteurs hormonaux. La tumeur spécifiée agit comme un adénocarcinome et est incluse dans le groupe des cancers de 1 et 2 degrés. L'hormonothérapie pour le cancer de l'utérus active le remplissage du corps avec une dose accrue de progestérone, une hormone sexuelle sous forme de comprimés. D'autres traitements hormonaux contiennent des inhibiteurs de l'aromatase, souvent utilisés pour traiter les patientes atteintes d'un cancer du sein - anastrozole (Arimidex), létrozole (Femara) et exémestane (aromazine).

Les inhibiteurs de l'aromatase sont des médicaments qui réduisent la quantité d'hormone œstrogène dans le corps d'une femme en bloquant la production d'hormones. L'hormonothérapie est prescrite aux femmes qui ne subissent pas de chirurgie ou de radiothérapie, ou en association avec divers types de thérapie. Les conséquences de l'hormonothérapie chez une certaine catégorie de patients comprennent la rétention d'eau dans le corps, l'augmentation de l'appétit, les troubles du sommeil, l'insomnie, la douleur dans le système musculaire et la prise de poids. Les effets secondaires énumérés ne nuisent pas au corps.

Options de traitement en fonction du stade

Le patient se voit prescrire une procédure indépendante ou un complexe de méthodes de traitement, basé sur un certain nombre de facteurs par stade - un type de néoplasme pathologique, une nature agressive, la taille du foyer affecté et d'autres problèmes de type médical émergents.

L'étape 1 offre un choix de traitement parmi quatre schémas:

  • opération;
  • exposition chirurgicale et radiothérapie;
  • manipulation chirurgicale et chimiothérapie;
  • chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.

En tant que mesure supplémentaire, l'hormonothérapie est réalisée en parallèle avec l'utilisation de médicaments progestatifs.

L'étape 2 est divisée en trois techniques:

  • chirurgie et radiothérapie;
  • chirurgie et chimiothérapie;
  • chirurgie, radiothérapie et procédure chimique.

L'étape 3 comprend trois types de traitement:

  • fonctionnement et exposition aux rayonnements;
  • chirurgie et chimiothérapie;
  • traitement chirurgical, radiothérapie et chimiothérapie.

L'étape 4 offre la seule solution - chirurgie, radiothérapie, hormones et exposition chimique.

Prévoir

Le pronostic de survie et de guérison réussie du cancer de l'utérus repose sur des facteurs reflétant le stade de développement de la pathologie oncologique, le type de tumeur, l'âge de la femme et l'état du corps. Il est à noter que le cancer causé par une violation des niveaux hormonaux, se déroule sous une forme plus douce et est guéri avec succès par rapport à une croissance cancéreuse hormonale (autonome). Chez les patients plus âgés, la maladie évolue rapidement et est plus complexe que chez les patients plus jeunes. Il est également important de s'appuyer sur l'intensité de la différenciation des tissus pathologiques. Avec un faible taux, la maladie passe à un rythme accéléré et est difficile à traiter.

Le pronostic du cancer est calculé en fonction de l'activité du processus de métastase cellulaire. Le facteur de calcul dépend de la tranche d'âge du patient, du niveau de différenciation des tissus tumoraux, de la localisation de la zone touchée et du type de tumeur (hormonodépendante ou autonome). Le type autonome d'oncologie représente la probabilité de formation de cellules métastatiques dans 13%, hormono-dépendant - 9%. Un type de formation très différencié reflète la survenue de métastases dans 5% des cas diagnostiqués, un type peu différencié - dans 25% des cas. Chez les femmes de moins de 30 ans, les métastases sont rares. Chez les patients de 30 à 60 ans - dans 5% des cas, dans la génération plus âgée de plus de 60 ans - dans 13 à 17% des cas.

Une fois le traitement terminé, la probabilité de récidive du cancer demeure. Au cours des trois premières années, une rechute survient chez un quart des patients. Au cours des années suivantes, une formation secondaire du foyer de la lésion est observée chez 10% des femmes. En moyenne, quelle que soit la catégorie de citoyens, l'espérance de vie à cinq ans atteint 85-97% lors du début du traitement à un stade précoce de la pathologie, 65-70% - au deuxième stade, 25-30% - au troisième, 5% - au quatrième stade de développement.

Grossesse avec cancer de l'utérus

Pendant la grossesse, les modifications atypiques des tissus sont difficiles à déterminer. La tumeur ne se développe pas pendant toute la période de gestation. Cependant, avec le cancer de l'utérus, les femmes enceintes peuvent présenter une fausse couche, un décollement placentaire, la mort fœtale et des saignements abondants. Ici, les médecins commencent l'accouchement immédiat avec une nouvelle extirpation de l'organe. Si une femme a suivi un traitement complet et qu'un effet positif est perceptible, avec le temps, vous pouvez tomber enceinte. Des séances d'hormonothérapie qui stabilisent une activité reproductive saine aideront à restaurer la fertilité.

L'espérance de vie est calculée en fonction du stade de détection de la pathologie et du niveau de sensibilité aux niveaux hormonaux. L'espèce hormono-dépendante garantit un taux de survie à cinq ans dans 85 à 90% des cas, les patients vivent plus de cinq ans. Le type autonome chez les personnes âgées reflète 60 à 70%. Le stade 3, quelle que soit la forme de cancer, réduit la durée de plus de cinq ans à 1/3 des patients et de 4 à 5% des patients.

La prévention

Il n'existe pas de moyen efficace à 100% pour protéger le corps du cancer de l'utérus. La prévention et des mesures supplémentaires aideront à prévenir l'apparition d'un processus cancéreux et à réduire le risque de cancer de l'endomètre:

  • Surveillez le poids corporel. Vous ne pouvez pas l'exécuter à un état d'obésité et de surpoids. L'exercice et la nutrition sont recommandés.
  • Régime équilibré. Il est important de remplir votre alimentation avec beaucoup de fibres, de grains entiers, de légumes et de fruits et de vous débarrasser des aliments gras.
  • Un menu rempli de produits à base de soja aide à prévenir le cancer de l'utérus. Le soja est riche en isoflavonoïdes qui protègent les tissus muqueux de l'organe. Il est recommandé d'ajouter du fromage de tofu à la nourriture.
  • Les médecins conseillent de consacrer 2,5 heures à des exercices d'aérobie (faire du vélo, marcher à un rythme rapide) sans trop de stress. Vous devez distribuer cinq cours les jours de la semaine. En l'absence d'expérience sportive ou d'une longue pause, il est nécessaire de subir un examen avant de commencer une activité physique.
  • L'utilisation de contraceptifs oraux peut aider à réduire le risque de cancer de l'utérus. L'utilisation d'un implant contraceptif est autorisée en raison de la libération de progestatif, ce qui réduit les risques oncologiques.

Cancer du corps de l'utérus

Le cancer du corps de l'utérus (cancer de l'endomètre) est une tumeur maligne causée par la croissance de cellules anormales dans l'endomètre, la membrane qui recouvre l'intérieur de l'utérus. Cette condition est également appelée cancer de l'utérus ou cancer de l'endomètre. Dans environ 8% des cas, un type rare de tumeur utérine - le sarcome utérin est détecté. Il survient lorsqu'une tumeur apparaît dans le myomètre, le tissu musculaire d'un organe.

Au cours de la dernière décennie, le cancer du corps utérin a pris la première place parmi les cancers des organes génitaux féminins. Dans plus de 80% des cas, elle est diagnostiquée chez des patientes ménopausées et ménopausées, mais elle survient également chez des femmes de moins de 40 ans..

Facteurs de risque de cancer de l'endomètre

La plupart des patients atteints de tumeurs du corps de l'utérus souffrent de troubles métaboliques, de maladies du système cardiovasculaire, d'hypertension artérielle.

  • augmentation du poids corporel (obésité)
  • pas de grossesse
  • ménopause tardive
  • Diabète
  • la thérapie de remplacement d'hormone.

Cependant, malgré la complexité du mécanisme pathogénique du développement du processus malin, le cancer du corps utérin est détecté à un stade précoce grâce aux méthodes de recherche modernes disponibles..

Symptômes et signes précoces du cancer de l'utérus

L'une des principales manifestations du cancer de l'endomètre est l'écoulement du tractus génital avec un mélange de sang, tirant des douleurs dans le bas de l'abdomen. De plus, la plupart des patients se sentent en bonne santé. Il est important de comprendre qu'après le début de la ménopause, tout spotting du tractus génital est considéré comme une pathologie..

Avant le début de la ménopause, il est possible de suspecter la maladie si la menstruation est devenue plus abondante ou s'il y a des saignements pendant la période intermenstruelle. Lorsque ces symptômes apparaissent, vous devriez consulter un gynécologue-oncologue. Seul un oncologue gynécologique pourra, après un examen qualifié, prescrire des méthodes de recherche importantes pour le diagnostic du cancer de l'utérus.

Diagnostic du cancer de l'endomètre

Lors d'un examen gynécologique, le médecin peut déterminer un changement de forme, de densité, de taille de l'utérus et suspecter une maladie. L'examen échographique (échographie) des organes pelviens est considéré comme une méthode plus précise. Si la pathologie de la cavité utérine est détectée, il est nécessaire d'effectuer une biopsie de l'endomètre.

Une fois la biopsie réalisée, le matériel obtenu est envoyé pour examen histologique. Si des cellules tumorales sont détectées, un examen supplémentaire est nécessaire pour établir le stade du cancer du corps utérin et déterminer les tactiques de traitement individuelles.

  • Radiographie pulmonaire
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) des organes pelviens
  • Tomodensitométrie (TDM) des organes abdominaux

L'étude des marqueurs oncologiques dans le sérum sanguin n'est pas un moyen fiable de diagnostiquer un cancer du corps utérin, bien que le niveau du marqueur CA-125 puisse augmenter.

Sur la base de l'examen, le stade clinique de la maladie est défini (Figure 1):

Figure. 1. Stades du cancer de l'utérus (FIGO CANCER REPORT 2012)

Il existe 4 stades du cancer de l'endomètre:

  • Stade I: la tumeur est limitée au corps de l'utérus.
  • Stade II: la tumeur s'est propagée au col de l'utérus, mais ne se propage pas au-delà de l'utérus.
  • Stade III: la tumeur s'étend au-delà de l'utérus, affectant les appendices de l'utérus / du vagin / du tissu péri-utérin et / ou des ganglions lymphatiques pelviens.
  • Stade IV: La tumeur se développe dans les organes voisins: la vessie et / ou le rectum. Ou les cellules cancéreuses, formant des métastases, affectent les organes situés à l'extérieur du bassin - le foie, les poumons ou les os.

Traitement du cancer de l'utérus

Méthode chirurgicale

La chirurgie est le traitement principal et efficace du cancer de l'utérus. La portée de l'intervention est déterminée pour chaque patient individuellement, en fonction du stade de la maladie. L'opération comprend l'ablation de l'utérus avec appendices (trompes de Fallope et ovaires) et des ganglions lymphatiques régionaux. (image 2).

Ce volume de traitement chirurgical est absolument radical.

D'un point de vue clinique, le volume des interventions chirurgicales réalisées en oncologie gynécologique n'est pas comparable aux opérations pour maladies bénignes, et nécessite des qualifications et une expérience très élevées du chirurgien. Néanmoins, dans les principales cliniques oncologiques de notre pays, les opérations laparoscopiques ne sont pas rares..

Au service d'oncogynécologie du FSBI "Institut de recherche en oncologie nommé d'après N.N. Les opérations laparoscopiques de Petrov "sont effectuées à l'aide du dernier équipement vidéo endoscopique. À l'aide de 3 manipulateurs et d'un endoscope inséré dans la cavité abdominale, une visualisation adéquate avec révision des organes abdominaux et pelviens est obtenue pour évaluer les métastases à distance, ce qui permet également d'effectuer efficacement toutes les étapes de l'opération (Figure 3).

Figure. 3 - Position des trocarts lors de la réalisation d'une intervention laparoscopique dans le cancer du corps utérin.

La figure 4 montre une vue d'un utérus enlevé avec des appendices et des ganglions lymphatiques pelviens régionaux. Dans l'utérus, une tumeur est déterminée qui occupe presque toute sa cavité.

Fig.4 macro-préparation chirurgicale (utérus avec appendices droit et gauche, ganglions lymphatiques iliaques droit et gauche).

Les opérations laparoscopiques peuvent être effectuées sur des patients de tout âge et sont préférables pour les femmes ayant un poids corporel accru, car l'effet cosmétique après les interventions vidéo endoscopiques permet d'éviter de nombreuses complications de la plaie postopératoire.

La laparoscopie est caractérisée par une incidence significativement faible de complications postopératoires, ce qui est extrêmement important pour les patients atteints de maladies concomitantes graves des organes des systèmes cardiovasculaire, respiratoire et endocrinien. Grâce à cela, la durée du séjour des patients à l'hôpital est réduite. La qualité de vie des patients après des interventions laparoscopiques est beaucoup plus élevée, ce qui est dû à une récupération rapide après la chirurgie, un bon effet cosmétique.

Les opérations laparoscopiques effectuées chez les patients atteints d'un cancer de l'utérus ne limitent pas les indications du traitement postopératoire nécessaire par radiothérapie et aident à réduire le délai avant son début, ce qui est extrêmement important pour un traitement combiné efficace de cette maladie..

Autres traitements

Lors de la radiothérapie, des complications liées à l'entrée dans la zone de rayonnement des organes adjacents: la vessie et le gros intestin sont possibles.

Pendant la chimiothérapie, la chute des cheveux, les nausées, les vomissements, la faiblesse ne sont pas exclus..

Pronostic et suivi de la maladie

Les tumeurs malignes du corps de l'utérus des stades initiaux peuvent être classées comme des maladies avec un pronostic relativement favorable. Selon les registres des hôpitaux, le taux de survie global à 5 ​​ans des patients atteints d'un cancer de l'utérus traités dans les principales cliniques du monde atteint près de 80% (Figure 5).

Figure. 5. Survie globale à 5 ans des patientes atteintes d'un cancer de l'endomètre (Rapport annuel sur les résultats du traitement du cancer gynécologique FIGO, 2006)

Une fois le traitement terminé, le patient a besoin de visites de suivi chez l'oncologue-gynécologue et d'examens réguliers pour exclure le retour de la maladie.

Publication de l'auteur:
SMIRNOVA OLGA ALEXEEVNA
oncologue, obstétricien-gynécologue
Institut de recherche en oncologie nommé d'après N.N. Petrova

Signes d'une tumeur maligne de l'utérus - premières manifestations, symptômes, diagnostic, stades et traitement

Après 45 ans, les femmes risquent de développer un cancer de l'utérus en raison de changements hormonaux, vous devez donc connaître les premiers signes et symptômes de la maladie afin de la prévenir. Les stades initiaux de la maladie sont asymptomatiques, mais le développement de l'oncologie peut être suspecté avec un examen régulier par un gynécologue. Plus tôt une pathologie est détectée, plus vite elle peut être traitée afin d'éviter des conséquences graves..

Qu'est-ce que le cancer de l'utérus

Dans la terminologie médicale, le carcinome utérin est le développement d'une tumeur maligne dans l'organe génital féminin. Il est le principal à porter un enfant et est responsable de la capacité de reproduction d'une femme. En apparence, l'utérus ressemble à un sac creux aplati avec un angle, composé d'un corps et d'un cou. À l'intérieur, il est tapissé d'endomètre, qui est rejeté et libéré vers l'extérieur à chaque menstruation. L'oncologie de cet organe est extrêmement dangereuse et peut entraîner la mort..

Les raisons

Les médecins ont établi un certain nombre de raisons qui affectent la survenue d'un cancer à l'intérieur de la cavité utérine et provoquent la croissance rapide des cellules cancéreuses:

  • manque d'accouchement;
  • obésité;
  • Diabète;
  • prendre des médicaments hormonaux en raison d'une défaillance hormonale, mais pas de pilules contraceptives;
  • infertilité, irrégularités menstruelles;
  • menstruation précoce et ménopause tardive;
  • ovaires polykystiques, leurs tumeurs;
  • cancer du sein en raison du manque d'allaitement;
  • cancer du côlon héréditaire sans polypes:
  • dysfonctionnement de l'endomètre dans le passé;
  • plus de 45 ans;
  • grossesses graves, fausses couches, avortements.

Classification

Selon les données oncologiques, il existe plusieurs types de classifications de néoplasmes malins:

  1. Par forme morphologique - adénocarcinome, sarcome, adénocarcinome à cellules claires (mésonéphroïde), carcinome épidermoïde, oncologie des cellules squameuses glandulaires, cancer séreux, mucineux, indifférencié.
  2. Par la forme de croissance - avec une croissance autonome mixte principalement exo- ou endophyte.
  3. Par localisation - dans la zone du bas, du corps, du segment inférieur.
  4. Selon le degré de différenciation (le plus faible, le pire) - cancer hautement différencié, modérément différencié, mal différencié.
  5. Selon le code ICD, selon la classification FIGO - leurs types avec un code numérique et alphabétique.

Prévoir

Dans 90% des cas, l'oncologie du col de l'utérus et des ovaires est complètement guérie par chirurgie puis radiothérapie. Si le cancer est détecté à temps, il est alors possible de prévenir le développement de métastases et d'améliorer le pronostic de survie. En fonction de l'étape, la prévision sera la suivante:

  • sur le premier, 78% des patients survivent dans les cinq premières années;
  • le second - 57%;
  • troisième - 31%;
  • quatrième - 7,8%.

Stades du cancer de l'utérus

L'oncologie se développe progressivement, à partir du stade zéro, lorsque seuls les premiers rudiments de cellules cancéreuses peuvent être détectés. Les principales étapes de développement sont:

  • d'abord - la tumeur affecte l'endomètre ou se développe dans la couche musculaire (myomètre);
  • le second - le développement d'une tumeur sur le cou (collus utérus);
  • le troisième est la sortie de la formation du cancer en dehors de l'utérus, qui se propage au vagin, aux ganglions lymphatiques pelviens ou lombaires;
  • quatrième - germination dans la vessie, le rectum;
  • métastases - l'apparition de métastases dans le foie, les poumons, les ganglions lymphatiques inguinaux.

Cancer de l'endomètre

Une tumeur maligne de la membrane muqueuse tapissant la cavité de l'intérieur est un cancer initial de l'endomètre de l'utérus. Il survient après la ménopause, 72% de la détection se produit dans la première étape. La cause du développement est l'oestrogénisation - en raison d'un excès d'hormone sexuelle féminine, l'hyperplasie de l'endomètre commence. Types d'oncologie de l'endomètre:

  • hyperplasie simple sans atypie;
  • complexe adénomateux sans atypie;
  • atypique simple - état précancéreux d'un néoplasme malin (MNO);
  • complexe atypique - se transforme en cancer avec une probabilité de 80%.

Cancer du corps de l'utérus

La prochaine étape après une lésion endométriale est considérée comme une tumeur du corps de l'utérus. L'oncologie de l'utérus se développe à partir des tissus de la membrane muqueuse (adénocarcinome) ou musculaire (léiomyosarcome). La croissance d'une tumeur maligne tombe sur le fond, l'isthme, la cavité utérine. Les cellules métastasent vers les tissus adjacents, vers le cou, les trompes de Fallope, les ovaires, les ganglions lymphatiques, les vaisseaux.

Cancer du col utérin

Une tumeur maligne, souvent trouvée chez les femmes, est le cancer du col de l'utérus. 85% de ses cas sont dus à la survenue de néoplasmes de cellules épithéliales squameuses, les 15% restants sont des adénocarcinomes issus de cellules produisant du mucus. On distingue une forme exo-, endophyte, qui affecte le vagin ou le corps de l'utérus. Le type papillaire est caractérisé par la croissance de petites papilles (qui ressemble à du chou-fleur), et le type en forme de cratère est caractérisé par le revêtement de la tumeur avec des ulcères et un revêtement gris. Le virus du papillome humain (HPV) provoque souvent une croissance tumorale.

Cancer de l'utérus et des ovaires

Après la défaite du col de l'utérus et en l'absence de traitement, l'oncologie atteint les ovaires, qui sont utilisés pour produire des hormones. La maladie est asymptomatique, mais elle peut se manifester par une douleur, une constipation et une compression de la vessie. Types d'oncologie ovarienne:

  • mucineux;
  • séreux;
  • endométrioïde;
  • La tumeur de Brener;
  • cellule claire;
  • épithéliale mixte;
  • carcinome;
  • stroma du cordon sexuel;
  • cellule lipoïde;
  • lésions des tissus mous;
  • cellules germinales;
  • secondaire;
  • gonadoblastome;
  • kystes.

Une tumeur des ovaires se développe dans un organe, passe rapidement dans le second, affecte complètement l'un d'entre eux. La formation affecte les trompes de Fallope, le corps, la cavité abdominale. La troisième étape se manifeste par une infection des ganglions lymphatiques, inguinale, se termine par des métastases dans le foie et les poumons. 80% des patients dans la première étape peuvent être guéris avec succès de l'oncologie, dans les étapes ultérieures ce chiffre n'est que de 10%.

Métastase

Les métastases sont considérées comme des foyers secondaires de croissance de tumeurs malignes. Une tumeur de l'endomètre se manifeste par trois types de métastases:

  • implantation - un moyen de putréfaction impliquant le péritoine viscéral;
  • lymphogène - lésions des ganglions lymphatiques du bassin;
  • hématogène - lésions des ganglions lymphatiques et infection des os, du foie et des poumons.

Les symptômes du cancer de l'utérus

Les premiers stades de l'oncologie utérine sont asymptomatiques, ce n'est que chez les femmes ménopausées que des saignements utérins acycliques ou des menstruations prolongées abondantes peuvent être notés. Les premiers signes de cancer de l'utérus sont des pertes vaginales aqueuses striées de sang. Un symptôme moins courant est une douleur dans le petit bassin, l'abdomen, accompagnée d'une courte durée. Les femmes plus âgées peuvent présenter une sténose (contamination) et une accumulation de pus dans la cavité utérine.

Premiers signes

Les médecins distinguent les premiers signes suivants de cancer de l'utérus, caractérisant le cancer, et en présence desquels vous devez immédiatement consulter un médecin:

  • saignement des organes génitaux, ressemblant à la menstruation, mais survenant soudainement;
  • douleur.

Allocations

Selon le stade de développement de la tumeur, le type, le format et le volume des sécrétions diffèrent, à la fois pendant la menstruation et pathologiques:

  • avec oncologie du corps de l'utérus - leucorrhée séreuse, douleur, saignement sans référence au cycle;
  • au premier stade - saignement utérin léger ponctuel, écoulement aqueux, muqueuses inodores;
  • dans les derniers stades - écoulement fétide, taché de sang, de pus, de fièvre.

Diagnostic et traitement du cancer de l'utérus

Si des symptômes d'oncologie sont détectés, un besoin urgent de contacter la gynécologie pour examen et diagnostic. Le médecin fait un examen, une palpation de l'utérus, un grattage du col de l'utérus. Le frottis est examiné pour la présence de cellules cancéreuses, si le résultat est positif, la couche interne de l'utérus est nettoyée sous anesthésie générale et la membrane muqueuse est prélevée. Pour confirmer une tumeur cervicale, un scanner est effectué pour déterminer exactement où se trouve la masse. Biopsie, hystéroscopie, étude immunohistochimique, méthode cytologique, IRM aident à établir l'étiologie.

Le traitement oncologique est réalisé de plusieurs manières, en fonction du stade de développement et de la gravité de l'évolution:

  1. Opération - ablation complète de l'utérus et des ovaires, si la tumeur les a également affectés. Les trompes de Fallope sont retirées. La méthode chirurgicale conduit à une ménopause précoce, porte un coup à la psyché d'une femme.
  2. La radiothérapie est prescrite pour les signes de maladie après l'ablation de l'utérus. La procédure réduit le risque de lésions cervicales, de métastases. La radiothérapie peut être réalisée à distance (irradiation de tous les organes pelviens en plusieurs séries) ou en interne (introduction d'émetteurs radioactifs sur le site de la pathologie).
  3. Hormonothérapie - pour exclure la récidive de l'oncologie. Progestérone prescrite, médicaments hormonaux qui réduisent la production d'œstrogènes.
  4. Chimiothérapie - pour réduire le volume de la tumeur et dans les cas avancés sévères.

Prévention du cancer de l'utérus

Pour réduire le risque d'oncologie, l'élimination de l'hyperestrogénie et la thérapie avec des médicaments hormonaux sont utilisées. De plus, la prévention comprend:

  • examen régulier par un gynécologue, livraison de frottis;
  • ultrason;
  • prendre des contraceptifs oraux combinés;
  • réduire l'excès de poids;
  • Vaccination contre le VPH en l'absence de contre-indications.

Cancer du corps de l'utérus. Symptômes et signes, causes, stade, prévention des maladies

Questions fréquemment posées

Cancer du corps de l'utérus - un néoplasme malin qui se développe à partir de l'endomètre (épithélium cylindrique, qui recouvre la cavité interne de l'organe génital).

Au cours des dernières décennies, il y a eu une augmentation constante de l'incidence des pathologies oncologiques de la région génitale féminine dans le monde, y compris des pathologies aussi courantes que le cancer de l'utérus..

Parmi les néoplasmes malins chez les femmes, cette pathologie se classe au deuxième rang, après le cancer du sein. Selon les statistiques, aujourd'hui, environ 2 à 3% des femmes contractent un cancer de l'endomètre au cours de leur vie..

Le cancer du corps de l'utérus peut se développer à tout âge, mais la plupart des femmes de plus de 45 ans sont malades (l'âge moyen des patientes qui ont consulté un médecin pour la première fois au sujet des symptômes du cancer de l'endomètre est de 60 ans).

Pour comprendre les causes et les mécanismes de développement du cancer du corps utérin, considérez l'anatomie et la physiologie de l'organe génital féminin.

Anatomie et physiologie de l'utérus

L'utérus est un organe non apparié du système reproducteur féminin chargé de porter et de donner naissance à un enfant..

Devant l'utérus situé profondément dans le bassin se trouve la vessie et derrière se trouve le rectum. Un tel quartier provoque l'apparition de troubles de la miction et de la défécation avec des processus pathologiques prononcés dans l'utérus.

Les dimensions d'un utérus non enceinte sont normalement relativement petites (environ 8 cm de long, 4 cm de large et jusqu'à 3 cm d'épaisseur). L'organe génital a une forme en forme de poire, dans sa structure, le fond, le corps et le cou sont distingués.

D'en haut, dans la zone du fond élargi de l'utérus, les trompes de Fallope s'écoulent vers la droite et la gauche, à travers lesquelles l'ovule pénètre dans la cavité de l'organe à partir de l'ovaire (en règle générale, le processus de fécondation a lieu dans la trompe de Fallope).
Vers le bas, le corps de l'utérus se rétrécit et entre dans un canal étroit - le col de l'utérus.

L'utérus est en forme de poire et se compose de trois couches, telles que:

  • endomètre (couche épithéliale interne);
  • myomètre (la membrane musculaire de l'utérus, dont les contractions assurent la naissance d'un enfant);
  • paramètre (coque de surface).
Chez les femmes en période de reproduction, l'endomètre subit des transformations cycliques, qui se manifestent extérieurement par des règles régulières. Le renouvellement continu de la couche fonctionnelle superficielle assure la couche basale interne de l'endomètre, qui n'est pas rejetée pendant les saignements menstruels.

La croissance, la floraison et le rejet de la couche fonctionnelle de l'endomètre sont associés à un changement cyclique du niveau d'hormones féminines dans le sang, qui sont sécrétées par les glandes sexuelles féminines - les ovaires.

La production d'hormones est contrôlée par un système de régulation neuro-endocrinien complexe, par conséquent, tout trouble nerveux ou endocrinien dans le corps féminin affecte négativement l'activité vitale de l'endomètre et peut provoquer des maladies graves, y compris le cancer du corps utérin.

Quels facteurs augmentent le risque de développer un cancer du corps utérin?

Les facteurs qui augmentent votre risque de développer un cancer du corps utérin comprennent:

  • hérédité défavorable (présence d'un cancer de l'endomètre, d'un cancer de l'ovaire, d'un cancer du sein ou d'un cancer du côlon dans la famille immédiate);
  • obésité;
  • maladie hypertonique;
  • Diabète;
  • ménopause tardive;
  • pas d'antécédents de grossesse;
  • tumeurs ovariennes qui produisent des œstrogènes;
  • traitement du cancer du sein avec le tamoxifène;
  • contraception orale à long terme utilisant la diméthistérone;
  • thérapie de remplacement des œstrogènes;
  • irradiation des organes pelviens.

Causes et mécanismes de développement du cancer du corps de l'utérus

Il existe deux types de cancer du corps utérin les plus courants: hormonodépendant et autonome. Il a été prouvé que le facteur de prédisposition génétique joue un rôle important dans le développement des deux variantes..

Le cancer de l'endomètre hormono-dépendant est la forme la plus courante de la maladie (environ 70% de tous les cas de pathologie diagnostiquée), qui se développe à la suite d'une stimulation accrue de l'épithélium de la cavité utérine par les hormones sexuelles féminines - œstrogènes.

Une teneur accrue en œstrogènes est souvent observée dans les troubles métaboliques et neuroendocriniens.Par conséquent, les facteurs de risque de développement d'un cancer de l'endomètre hormono-dépendant comprennent le diabète sucré, l'obésité et l'hypertension (la combinaison de ces pathologies est particulièrement dangereuse).

Cliniquement, l'hyperestrogénie se manifeste par les symptômes suivants:

  • irrégularités menstruelles avec saignements utérins;
  • processus hyperplasiques dans les ovaires (kystes folliculaires, hyperplasie stromale, etc.);
  • infertilité;
  • début tardif de la ménopause.
Il convient de noter que le taux d'œstrogène peut également augmenter dans les maladies hépatiques sévères, lorsque le métabolisme des hormones sexuelles est altéré (hépatite chronique, cirrhose du foie).

De plus, une hyperestrogénie significative est observée dans les tumeurs ovariennes productrices d'hormones, l'hyperplasie ou l'adénome du cortex surrénalien, ainsi qu'avec l'introduction artificielle d'œstrogènes dans le corps (traitement des tumeurs malignes du sein par le tamoxifène, thérapie de remplacement des œstrogènes chez les femmes ménopausées, etc.).

En règle générale, les tumeurs malignes de l'endomètre hormono-dépendantes sont très différenciées, elles se caractérisent donc par une croissance lente et une tendance relativement faible aux métastases. Il y a souvent un développement multiple primaire de tumeurs malignes (dans les ovaires, dans la glande mammaire, dans le rectum).
Plusieurs stades peuvent être distingués dans le développement du cancer de l'endomètre hormono-dépendant:

  • troubles fonctionnels associés à l'hyperestrogénie (irrégularités menstruelles, saignements utérins);
  • hyperplasie bénigne (prolifération) de l'endomètre;
  • conditions précancéreuses (hyperplasie atypique avec dysplasie épithéliale, stade III);
  • développement d'une tumeur maligne.
Le cancer de l'endomètre autonome survient dans moins de 30% des cas. Cette variante pathogénique se développe chez des patients qui ne souffrent pas de troubles métaboliques. Le groupe à risque comprend les femmes âgées de poids corporel réduit, qui avaient des antécédents de saignements utérins pendant la période postménopausique..

Les mécanismes de développement du cancer de l'endomètre autonome ne sont pas encore entièrement compris. Aujourd'hui, de nombreux experts associent la survenue d'une pathologie à des troubles profonds de la sphère immunitaire..

Le cancer autonome du corps utérin est souvent représenté par des tumeurs mal différenciées et indifférenciées. Par conséquent, l'évolution de cette variante pathogénique est moins favorable: ces tumeurs sont caractérisées par une croissance plus rapide et des métastases plus tôt..

Comment le stade du cancer de l'utérus est-il déterminé??

Conformément à la classification de la Fédération internationale des obstétriciens et gynécologues (FIGO), quatre stades de développement du cancer de l'utérus sont distingués.

Le stade zéro (0) est considéré comme une hyperplasie de l'endomètre atypique, qui, comme déjà prouvé, conduira inévitablement au développement d'une tumeur maligne.

Le premier stade (IA-C) est dit lorsque la tumeur est limitée au corps de l'utérus. Dans de tels cas, une distinction est faite entre:

  • ІА stade - la tumeur ne se développe pas profondément dans le myomètre, limitée à la couche épithéliale;
  • Stade IV - la tumeur pénètre dans la couche musculaire de l'utérus, mais n'atteint pas le milieu de son épaisseur;
  • Stade ІС - le carcinome envahit la moitié de la couche musculaire et plus, mais n'atteint pas la membrane séreuse.

Dans la deuxième étape, le cancer de l'endomètre se développe dans le col de l'utérus, mais ne va pas au-delà de l'organe. Ils partagent:

  • ІІА stade, lorsque seules les glandes du col de l'utérus sont impliquées dans le processus;
  • Stade ІІВ, lorsque le stroma du col de l'utérus est affecté.
Le troisième stade de la maladie est diagnostiqué dans les cas où la tumeur s'étend au-delà de l'organe, mais ne se développe pas dans le rectum et la vessie et reste dans le bassin. Dans de tels cas, une distinction est faite entre:
  • ІІІА stade, lorsque le carcinome envahit la membrane séreuse externe de l'utérus et / ou affecte les appendices utérins;
  • Stade ІІІВ, lorsqu'il y a des métastases dans le vagin;
  • Stade ІІІС, lorsque des métastases sont apparues dans les ganglions lymphatiques voisins.
Au quatrième stade de développement, la tumeur envahit la vessie ou le rectum (IVA). Le dernier stade du développement de la maladie est également dit dans les cas où des métastases à distance en dehors du petit bassin se sont déjà produites (organes internes, ganglions lymphatiques inguinaux, etc.) - c'est déjà le stade IVB.

De plus, il existe toujours un système de classification international généralement accepté TNM, qui permet de refléter simultanément dans le diagnostic la taille de la tumeur primaire (T), la tumeur des ganglions lymphatiques (N) et la présence de métastases à distance (M).

La taille de la tumeur primaire peut être caractérisée par les indicateurs suivants:

  • Test - correspond à l'étage zéro de la FIGO;
  • T0 - la tumeur n'est pas détectée (complètement éliminée lors de l'étude diagnostique);
  • T1a - le carcinome est limité au corps de l'utérus, tandis que la cavité utérine ne dépasse pas 8 cm de longueur;
  • T1b - le carcinome est limité au corps de l'utérus, mais la cavité utérine dépasse 8 cm de longueur;
  • T2 - la tumeur se propage au col de l'utérus, mais ne dépasse pas l'organe;
  • T3 - la tumeur s'étend au-delà de l'organe, mais ne se développe pas dans la vessie ou le rectum et reste dans les limites du petit bassin;
  • T4 - la tumeur envahit le rectum ou la vessie et / ou s'étend au-delà du bassin.
L'affection tumorale des ganglions lymphatiques (N) et la présence de métastases à distance (M) sont déterminées par les indices:
  • M0 (N0) - il n'y a aucun signe de métastases (lésions des ganglions lymphatiques);
  • M1 (N1) - des métastases sont trouvées (des ganglions lymphatiques affectés sont trouvés);
  • MX (NX) - pas assez de données pour juger des métastases (affection tumorale des ganglions lymphatiques).
Ainsi, par exemple, le diagnostic T1a

N0M0 - signifie que nous parlons d'une tumeur limitée par le corps de l'utérus, la cavité utérine ne dépasse pas 8 cm de longueur, les ganglions lymphatiques ne sont pas touchés, il n'y a pas de métastases à distance (stade I selon FIGO).

En plus des classifications ci-dessus, l'indice G est souvent donné, ce qui caractérise le degré de différenciation tumorale:

  • g1 - un degré élevé de différenciation;
  • g2 - un degré modéré de différenciation;
  • g3 - faible degré de différenciation.
Plus le degré de différenciation est élevé, meilleur est le pronostic. Les tumeurs mal différenciées sont caractérisées par une croissance rapide et une tendance accrue à métastaser. Ces carcinomes sont généralement diagnostiqués à un stade ultérieur de développement..

Comment le cancer de l'utérus métastase?

Le cancer du corps utérin se propage de manière lymphogène (à travers les vaisseaux lymphatiques), hématogène (à travers les vaisseaux sanguins) et par implantation (dans la cavité abdominale).

En règle générale, les métastases du cancer du corps utérin dans les ganglions lymphatiques apparaissent en premier lieu. Le fait est que les ganglions lymphatiques sont une sorte de filtres à travers lesquels passe le liquide interstitiel.

Ainsi, les ganglions lymphatiques sont une barrière à la propagation de la tumeur. Cependant, avec une contamination significative du «filtre», les cellules tumorales installées dans les ganglions lymphatiques commencent à se multiplier, formant des métastases.
À l'avenir, la propagation de cellules malignes du ganglion lymphatique affecté vers des parties plus éloignées du système lymphatique (ganglions lymphatiques inguinaux, ganglions lymphatiques près de l'aorte, etc.).

Le cancer du corps de l'utérus commence à se propager de manière hématogène lorsque la tumeur se développe dans les vaisseaux sanguins de l'organe. Dans de tels cas, les cellules malignes individuelles sont transférées avec le flux sanguin vers des organes et des tissus distants..

Le plus souvent, les métastases hématogènes dans le cancer du corps utérin se trouvent dans les poumons (plus de 25% de tous les types de métastases), les ovaires (7,5%) et dans le tissu osseux (4%). Moins fréquemment, les foyers d'une tumeur maligne se trouvent dans le foie, les reins et le cerveau..

La cavité utérine communique avec la cavité abdominale par les trompes de Fallope, par conséquent, l'apparition de métastases d'implantation est possible même avant la germination de la membrane séreuse de l'utérus par la tumeur primaire. La détection de cellules malignes dans la cavité abdominale est un signe pronostique défavorable.

Quels facteurs influencent la capacité du cancer de l'utérus à métastaser??

Quels sont les symptômes du cancer de l'utérus?

Les principaux symptômes du cancer du corps sont les saignements utérins, la leucorrhée et la douleur. Il est à noter que dans 8% des cas, les premiers stades de développement d'une tumeur maligne sont absolument asymptomatiques..

Le tableau clinique du cancer du corps de l'utérus diffère chez les femmes en âge de procréer et non en âge de procréer. Le fait est que des taches acycliques de gravité variable (rares, frottis, abondantes) se produisent dans environ 90% des cas de cette pathologie.

Si la patiente n'est pas encore entrée dans la période de ménopause, les étapes initiales de la pathologie peuvent être diagnostiquées en suspectant la présence d'un processus malin en cas d'irrégularités menstruelles.

Cependant, les saignements utérins acycliques chez les femmes en âge de procréer ne sont pas spécifiques et se produisent dans diverses maladies (pathologie des ovaires, troubles de la régulation neuroendocrinienne, etc.), par conséquent, le diagnostic correct est souvent posé avec un retard..

Saignement utérin.
L'apparition de saignements utérins chez les femmes ménopausées est un symptôme classique du cancer de l'utérus, donc dans de tels cas, en règle générale, la maladie peut être détectée à des stades de développement relativement précoces..

Beli
Cet écoulement caractérise un autre symptôme caractéristique du cancer du corps utérin, qui apparaît le plus souvent déjà avec une taille importante de la tumeur primaire. Dans certains cas, l'écoulement peut être abondant (leucorrhée). L'accumulation de leucorrhée dans la cavité utérine provoque des douleurs de traction dans le bas de l'abdomen, rappelant la douleur pendant la menstruation.

Écoulement purulent
En cas de sténose du col de l'utérus, une suppuration de la leucorrhée peut survenir avec la formation d'un pyomètre (accumulation de pus dans la cavité utérine). Dans de tels cas, une image caractéristique se développe (douleurs éclatantes, fièvre avec frissons, détérioration de l'état général du patient).

Écoulement aqueux
Les plus spécifiques du cancer du corps de l'utérus sont la leucorrhée aqueuse abondante.Cependant, comme le montre l'expérience clinique, une tumeur maligne peut également se manifester par un écoulement sanglant, sanglant purulent ou purulent, ce qui, en règle générale, indique une infection secondaire. Lorsque la tumeur se désintègre, la leucorrhée prend la forme de restes de viande et d'une odeur désagréable. Une douleur non liée aux saignements et à la leucorrhée apparaît déjà aux derniers stades du développement du cancer du corps utérin. Lorsqu'une tumeur germe dans la membrane séreuse de l'organe génital, un syndrome de douleur rongeante se produit, dans de tels cas, en règle générale, la douleur dérange souvent les patients la nuit.

Douleur
Souvent, le syndrome douloureux apparaît déjà avec un processus commun avec de multiples infiltrats dans le petit bassin. Si la tumeur comprime l'uretère, des douleurs dans le bas du dos apparaissent, le développement d'attaques de coliques rénales est possible.

Avec une taille importante de la tumeur primaire, la douleur est associée à des troubles de la miction et de la défécation, tels que:

  • douleur lors de la miction ou de la défécation;
  • envie fréquente et douloureuse d'uriner, souvent d'ordre ordonnant;
  • ténesme (envie douloureuse de déféquer, ne se terminant généralement pas par des matières fécales).

Quelles procédures de diagnostic doivent subir si un cancer de l'utérus est suspecté?

Le diagnostic du cancer du corps de l'utérus est nécessaire à l'élaboration d'un plan de traitement individuel pour le patient et comprend:

  • établir le diagnostic d'un néoplasme malin;
  • détermination de la localisation exacte de la tumeur primaire;
  • évaluation du stade de développement de la maladie (la prévalence du processus tumoral, la présence de ganglions lymphatiques affectés par la tumeur et de métastases à distance);
  • élucidation du degré de différenciation du tissu tumoral;
  • étude de l'état général du corps (présence de complications et de maladies concomitantes, pouvant être des contre-indications à l'un ou l'autre type de traitement).
Plaintes typiques
Le diagnostic du cancer de l'utérus commence par une enquête traditionnelle, au cours de laquelle la nature des plaintes est clarifiée, l'histoire de la maladie est étudiée et la présence de facteurs de risque de développement d'une tumeur maligne de l'endomètre est établie.

Examen gynécologique
Le médecin examine ensuite la chaise gynécologique à l'aide de miroirs. Un tel examen permet d'exclure la présence de néoplasmes malins du col de l'utérus et du vagin, qui présentent souvent des symptômes similaires (taches, leucorrhée, douleurs douloureuses dans le bas de l'abdomen).

Après un examen vaginal-abdominal à deux mains, il sera possible de juger de la taille de l'utérus, de l'état des trompes de Fallope et des ovaires, de la présence d'infiltrats pathologiques (phoques) dans le petit bassin. Il est à noter que cet examen ne révélera pas de pathologie aux premiers stades de la maladie..

Biopsie par aspiration
La présence d'un néoplasme malin dans la cavité utérine peut être confirmée par une biopsie par aspiration, réalisée en ambulatoire..

Chez les femmes en âge de procréer, la manipulation est effectuée le 25-26e jour du cycle menstruel et chez les femmes ménopausées - n'importe quel jour. L'aspiration est réalisée sans dilater le canal utérin. Il s'agit d'une technique peu invasive (moins traumatique) et absolument indolore.

À l'aide d'un embout spécial, un cathéter est inséré dans la cavité utérine, à travers laquelle le contenu de l'utérus est aspiré (aspiré avec une seringue) dans la seringue de Brown.

Malheureusement, la méthode n'est pas assez sensible par rapport aux stades précoces du cancer du corps de l'utérus (elle ne détecte la pathologie que dans 37% des cas), alors qu'avec les processus communs cet indicateur est beaucoup plus élevé (plus de 90%).

Ultrason
La principale méthode de diagnostic du cancer du corps utérin aujourd'hui est l'échographie, qui détecte les néoplasmes malins aux premiers stades de développement et vous permet de déterminer:

  • localisation exacte du néoplasme dans la cavité utérine;
  • type de croissance tumorale (exophytique - dans la cavité utérine ou endophytique - germination dans la paroi de l'organe);
  • la profondeur de la croissance tumorale dans la couche musculaire de l'utérus;
  • la prévalence du processus sur le col de l'utérus et les tissus environnants;
  • lésions tumorales des appendices utérins.
Malheureusement, l'échographie ne réussit pas toujours à examiner les ganglions lymphatiques du petit bassin, qui sont les cibles des métastases précoces du cancer de l'utérus..

Par conséquent, si un processus généralisé est suspecté, les données échographiques sont complétées par les résultats de l'imagerie par résonance calculée ou magnétique, qui permettent de juger avec une extrême précision l'état des organes et des structures du petit bassin..

Hystéroscopie
La liste des études obligatoires en cas de suspicion de cancer du corps utérin comprend l'hystéroscopie avec biopsie ciblée. À l'aide d'un endoscope, le médecin examine la surface interne de l'utérus et prélève le tissu tumoral pour un examen histologique. La précision d'une telle étude atteint 100%, contrairement à d'autres méthodes d'obtention de matériel pour déterminer la différenciation tumorale.

Dans les premiers stades de la maladie, une nouvelle méthode de diagnostic endoscopique aussi prometteuse que l'étude de fluorescence utilisant des photosensibilisateurs tumoraux ou leurs métabolites (acide aminolévulinique, etc.) est souvent utilisée. Cette méthode vous permet de déterminer des néoplasmes microscopiques jusqu'à 1 mm de taille avec l'introduction préalable de photosensibilisateurs qui s'accumulent dans les cellules tumorales.

L'hystéroscopie est généralement accompagnée d'un curetage gynécologique distinct de l'utérus. Tout d'abord, l'épithélium du canal cervical est gratté, puis un curetage fractionné de la cavité utérine est effectué. Une telle étude vous permet d'obtenir des données sur l'état de l'épithélium de diverses parties de la cavité utérine et du canal cervical et a une précision diagnostique assez élevée..

Tous les patients suspectés de cancer du corps utérin subissent un examen général du corps pour obtenir des informations sur les contre-indications à l'une ou l'autre méthode de traitement d'une tumeur maligne. Le plan d'examen est établi individuellement et dépend de la présence de pathologies concomitantes.

Si vous suspectez la présence de métastases à distance, des études complémentaires sont réalisées (échographie des reins, radiographie des organes thoraciques, etc.).

Quand le traitement chirurgical du cancer de l'utérus est-il indiqué??

Le plan de traitement du cancer de l'utérus est individualisé. La majorité des patients étant des femmes âgées souffrant de maladies graves (hypertension, diabète, obésité, etc.), le choix de la méthode de traitement dépend non seulement du stade de développement de la tumeur maligne, mais également de l'état général du corps..

La méthode chirurgicale est la principale dans le traitement du cancer de l'utérus aux premiers stades de développement, à l'exception des cas de pathologie concomitante sévère, lorsqu'une telle intervention est contre-indiquée. Selon les statistiques, environ 13% des patients souffrant d'un cancer du corps utérin ont des contre-indications à la chirurgie..

Le volume et la méthode d'intervention chirurgicale pour le cancer du corps utérin sont déterminés par les principaux facteurs suivants:

  • stade de développement de la tumeur;
  • le degré de différenciation des cellules tumorales;
  • l'âge du patient;
  • la présence de maladies concomitantes.

Des chirurgies de préservation d'organes sont-elles effectuées pour le cancer de l'utérus??

Les chirurgies de préservation d'organes pour le cancer du corps de l'utérus sont effectuées moins fréquemment que, par exemple, pour le cancer du sein. Cela est dû au fait que la majorité des patients sont des femmes ménopausées..

Les jeunes femmes présentant une aplasie atypique FIGO (stade FIGO 0) peuvent subir une ablation de l'endomètre.

De plus, cette manipulation peut être indiquée dans des cas individuels de stade 1A de la maladie (tumeur de l'endomètre qui ne dépasse pas la membrane muqueuse) et chez les patients âgés atteints de maladies concomitantes sévères qui empêchent une intervention plus traumatique..
L'ablation de l'endomètre est une élimination totale de la muqueuse utérine avec sa couche de croissance basale et la surface de la membrane musculaire adjacente (myomètre de 3 à 4 mm) en utilisant une exposition thermique, électrique ou laser contrôlée.

La membrane muqueuse enlevée de l'utérus n'est pas restaurée, par conséquent, après l'ablation de l'endomètre, une aménorrhée secondaire (absence de saignement menstruel) est observée et la femme perd la capacité d'avoir des enfants.

En outre, chez les jeunes femmes aux premiers stades du développement du cancer du corps de l'utérus, lors de l'opération d'extirpation de l'utérus, les ovaires peuvent être préservés (seul l'utérus avec trompes de Fallope est retiré). Dans de tels cas, les glandes sexuelles féminines sont préservées pour empêcher le développement précoce de troubles climatériques..

Quelle est l'opération d'extirpation de l'utérus et en quoi elle diffère de l'amputation de l'utérus?

Amputation de l'utérus
L'amputation supravaginale de l'utérus (coupant littéralement l'utérus) ou l'hystérectomie subtotale est l'ablation du corps de l'organe génital tout en préservant le col de l'utérus. Cette opération présente de nombreux avantages:

  • l'opération est plus facile pour les patients;
  • le matériel ligamentaire est préservé, ce qui empêche le prolapsus des organes internes du petit bassin;
  • probabilité plus faible de développer des complications du système urinaire;
  • violations moins fréquentes dans le domaine sexuel.
L'opération est indiquée pour les jeunes femmes aux premiers stades du développement de la maladie, dans les cas où il n'y a pas de facteurs de risque supplémentaires de développer un cancer du col de l'utérus.

Extirpation de l'utérus
L'extirpation de l'utérus ou l'hystérectomie totale est l'ablation de l'utérus avec le col de l'utérus. Le champ d'application standard de la chirurgie du cancer de l'utérus, stade I selon la FIGO (la tumeur est limitée au corps de l'utérus) - ablation de l'utérus avec le col de l'utérus et les appendices.

Au deuxième stade de la maladie, lorsque la probabilité de propagation de cellules malignes à travers les vaisseaux lymphatiques est augmentée, l'opération est complétée par une lymphadénectomie bilatérale (ablation des ganglions lymphatiques pelviens) avec une biopsie des ganglions lymphatiques paraaortiques (pour exclure la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques situés près de l'aorte).

Qu'est-ce qu'une hystérectomie ouverte (classique, abdominale), vaginale et laparoscopique?

Technique opératoire
Une hystérectomie abdominale classique ou ouverte serait lorsque le chirurgien accède à l'utérus en ouvrant la cavité abdominale dans le bas de l'abdomen. Cette opération est réalisée sous anesthésie générale, le patient est donc inconscient..

L'accès abdominal permet des interventions chirurgicales de différentes tailles (de l'amputation supravaginale de l'utérus à l'hystérectomie totale avec ablation des appendices utérins et des ganglions lymphatiques).
L'inconvénient de la technique classique est le traumatisme accru de l'opération pour le patient et une cicatrice assez large sur l'abdomen.

L'hystérectomie vaginale est l'ablation de l'utérus par l'arrière du vagin. Un tel accès est possible chez les femmes qui ont accouché avec une tumeur de petite taille..

L'hystérectomie vaginale est beaucoup plus facile à tolérer pour le patient, cependant, un inconvénient majeur de la méthode est que le chirurgien est obligé d'agir presque aveuglément..

Cet inconvénient est complètement éliminé par la méthode laparoscopique. Dans de tels cas, l'opération est effectuée à l'aide d'un équipement spécial. Tout d'abord, du gaz est injecté dans la cavité abdominale afin que le chirurgien puisse accéder normalement à l'utérus, puis des instruments laparoscopiques sont insérés dans la cavité abdominale par de petites incisions pour retirer l'utérus et une caméra vidéo.

Les médecins observent tout le déroulement de l'opération sur un moniteur, ce qui garantit la précision maximale de leurs actions et la sécurité de l'opération. L'ablation de l'utérus se fait par le vagin ou par une petite incision dans la paroi abdominale antérieure.

N'importe quelle quantité de chirurgie peut être effectuée en utilisant la méthode laparoscopique. Cette méthode est optimale car elle est mieux tolérée par les patients. De plus, les complications sont nettement moins fréquentes avec l'hystérectomie laparoscopique..

Quand la radiothérapie pour le cancer de l'utérus est-elle indiquée??

La radiothérapie pour le cancer du corps de l'utérus est généralement utilisée en combinaison avec d'autres mesures. Cette méthode de traitement peut être utilisée avant la chirurgie pour réduire le volume de la tumeur et réduire la probabilité de métastases et / et après la chirurgie pour éviter les rechutes..

Les indications de prescription de la radiothérapie peuvent inclure les conditions suivantes:

  • la transition de la tumeur vers le col de l'utérus, le vagin ou les tissus environnants;
  • tumeurs malignes avec un faible degré de différenciation;
  • tumeurs avec des lésions profondes du myomètre et / ou avec la propagation du processus aux appendices utérins.
En outre, la radiothérapie peut être prescrite dans le traitement complexe des stades inopérables de la maladie, ainsi que chez les patients présentant des pathologies concomitantes sévères lorsqu'une intervention chirurgicale est contre-indiquée..
Dans de tels cas, cette méthode de traitement permet de limiter la croissance tumorale et de réduire les symptômes d'intoxication cancéreuse, et donc de prolonger la vie du patient et d'améliorer sa qualité..

Comment est la radiothérapie pour le cancer de l'utérus?

Pour le cancer du corps de l'utérus, un rayonnement externe et interne est utilisé. L'irradiation externe est généralement effectuée dans une polyclinique à l'aide d'un appareil spécial qui dirige un faisceau de rayons haute fréquence vers la tumeur.

L'irradiation interne est effectuée dans un hôpital, tandis que des granules spéciaux sont introduits dans le vagin, qui sont fixés avec un applicateur et deviennent une source de rayonnement.

Selon les indications, il est possible de réaliser une irradiation combinée interne et externe.

Quels sont les effets secondaires de la radiothérapie pour le cancer de l'utérus??

Les cellules reproductrices sont les plus sensibles aux rayonnements radioactifs, c'est pourquoi la radiothérapie détruit, tout d'abord, les cellules cancéreuses qui se multiplient rapidement. De plus, pour éviter les complications, un effet ciblé sur la tumeur est réalisé..

Cependant, certains patients éprouvent des effets secondaires, tels que:

  • la diarrhée;
  • urination fréquente;
  • douleur en urinant;
  • faiblesse, fatigue accrue.
Le patient doit informer le médecin traitant de l'apparition de ces symptômes..
De plus, dans les premières semaines suivant la radiothérapie, il est conseillé aux femmes de s'abstenir de toute activité sexuelle, car pendant cette période, il y a souvent une sensibilité et une douleur accrues des organes génitaux..

Quand le traitement hormonal pour le cancer du corps utérin est-il indiqué??

L'hormonothérapie est utilisée pour le cancer hormono-dépendant du corps utérin. Dans ce cas, le degré de différenciation des cellules tumorales est évalué au préalable et à l'aide de tests de laboratoire spéciaux, la sensibilité d'une tumeur maligne aux changements du fond hormonal est déterminée..

Dans de tels cas, des antiestrogènes sont prescrits (substances qui suppriment en quelque sorte l'activité des hormones sexuelles féminines - œstrogènes), des gestagènes (analogues des hormones sexuelles féminines - antagonistes des œstrogènes) ou une combinaison d'anti-œstrogènes et de gestagènes.

En tant que méthode de traitement indépendante, l'hormonothérapie est prescrite aux jeunes femmes aux stades initiaux d'un cancer hautement différencié hormono-sensible du corps utérin, ainsi qu'en cas d'hyperplasie endométriale atypique..

Dans de telles situations, l'hormonothérapie est effectuée en plusieurs étapes. L'objectif de la première étape est de parvenir à une guérison complète de la pathologie oncologique, qui doit être confirmée par voie endoscopique (atrophie de l'endomètre).
Au deuxième stade, la fonction menstruelle est restaurée à l'aide de contraceptifs oraux combinés. À l'avenir, la réhabilitation complète de la fonction ovarienne et la restauration de la fertilité (fertilité) sont réalisées selon un schéma individuel.

En outre, l'hormonothérapie est associée à d'autres traitements du cancer de l'utérus dans les formes courantes de cancer de l'utérus hormono-sensible..

Quels effets secondaires peuvent survenir avec l'hormonothérapie pour le cancer de l'utérus??

Contrairement aux autres traitements conservateurs du cancer de l'utérus, l'hormonothérapie est généralement bien tolérée..

Les changements hormonaux peuvent provoquer un dysfonctionnement du système nerveux central, en particulier des troubles du sommeil, des maux de tête, une fatigue accrue et une diminution du fond émotionnel. Pour cette raison, ce type de traitement est prescrit avec le plus grand soin aux patients qui ont une tendance aux états dépressifs..

Parfois, avec l'hormonothérapie, des signes de pathologie du tube digestif (nausées, vomissements) apparaissent. De plus, des troubles métaboliques sont possibles (sensation de bouffées de chaleur, œdème, apparition d'acné).

Moins fréquemment, des symptômes désagréables du système cardiovasculaire apparaissent, tels qu'une augmentation de la pression artérielle, la survenue de crises cardiaques et un essoufflement.

Il convient de noter que l'hypertension artérielle n'est pas une contre-indication à la nomination d'un traitement hormonal, mais il ne faut pas oublier que certains médicaments (par exemple, le capronate d'hydroxyprogestérone) renforcent l'effet des antihypertenseurs.

Tout effet secondaire doit être signalé au médecin traitant, les tactiques de traitement des symptômes désagréables sont sélectionnées individuellement.

Quand la chimiothérapie du cancer de l'utérus est-elle indiquée??

La chimiothérapie pour le cancer du corps de l'utérus est utilisée exclusivement dans le cadre d'un traitement complexe pour les stades courants de la maladie.

Dans de tels cas, le schéma thérapeutique le plus couramment utilisé pour le traitement d'entretien est la PAC (cisplastine, doxorubicine, cyclophosphamide).

Quelles complications peuvent se développer avec la chimiothérapie pour le cancer de l'utérus??

Pour la chimiothérapie, on utilise des médicaments qui ont un effet dépressif sur les cellules en division. Puisque les agents antitumoraux ont un effet systémique, en plus des cellules à multiplication rapide du tissu tumoral, tous les tissus qui se renouvellent régulièrement sont "attaqués".

La complication la plus dangereuse de la chimiothérapie est l'inhibition de la prolifération des cellules sanguines dans la moelle osseuse. Par conséquent, cette méthode de traitement des maladies oncologiques est toujours réalisée sous le contrôle de laboratoire de l'état du sang..

L'effet des médicaments anticancéreux sur les cellules épithéliales du tube digestif se manifeste souvent par des symptômes désagréables tels que nausées, vomissements et diarrhée, et l'effet sur l'épithélium des follicules pileux - perte de cheveux.

Ces symptômes sont réversibles et disparaissent complètement quelque temps après le retrait du médicament.
En outre, chaque médicament du groupe des agents anticancéreux a ses propres effets secondaires, dont le médecin informe les patients lors de la prescription d'un traitement..

Quelle est l'efficacité du traitement du cancer de l'utérus??

L'efficacité du traitement du cancer du corps utérin est évaluée par la fréquence des récidives. Le plus souvent, la tumeur récidive dans les trois premières années suivant la fin du traitement primaire (chez un patient sur quatre). À une date ultérieure, la fréquence des rechutes diminue considérablement (jusqu'à 10%).

Le cancer du corps utérin récidive principalement dans le vagin (plus de 40% de toutes les rechutes) et dans les ganglions lymphatiques du bassin (environ 30%). Souvent, des foyers tumoraux apparaissent dans des organes et des tissus éloignés (28%).

Quel est le pronostic du cancer du corps de l'utérus?

Le pronostic du cancer du corps utérin dépend du stade de la maladie, du degré de différenciation des cellules tumorales, de l'âge du patient et de la présence de maladies concomitantes.

Récemment, il a été possible d'atteindre un taux de survie à cinq ans assez élevé chez les patients atteints d'un cancer de l'utérus. Cependant, cela ne s'applique qu'aux femmes qui demandent de l'aide aux premier et deuxième stades de la maladie. Dans de tels cas, le taux de survie à cinq ans est de 86 à 98% et de 70 à 71%, respectivement..

Le taux de survie des patients aux derniers stades de la maladie reste stable (environ 32% au troisième stade et environ 5% au quatrième).

Toutes choses étant égales par ailleurs, le pronostic est meilleur chez les jeunes patients atteints de tumeurs hormono-dépendantes hautement différenciées. Bien sûr, une pathologie concomitante sévère aggrave considérablement le pronostic..

Comment se protéger du cancer de l'utérus?

La prévention du cancer du corps utérin comprend la lutte contre les facteurs de risque amovibles pour le développement de la pathologie (élimination de l'excès de poids, traitement rapide des maladies du foie et des troubles métaboliques endocriniens, identification et traitement des modifications bénignes de l'endomètre).

Dans les cas où la dysplasie endométriale bénigne ne répond pas au traitement conservateur, les médecins conseillent de se tourner vers des méthodes chirurgicales (ablation de l'endomètre ou hystérectomie).

Étant donné que le pronostic du cancer du corps utérin dépend en grande partie du stade de la maladie, la prévention dite secondaire est d'une grande importance, visant à diagnostiquer rapidement une tumeur maligne et des conditions précancéreuses..

Il est recommandé à toutes les femmes à risque de subir des examens une fois tous les six mois, tels qu'une échographie transvaginale (échographie de l'utérus) et une biopsie par aspiration de l'endomètre..