Principal
Tératome

Analyse du papillome humain

Le virus du papillome humain (HPV) est un nom collectif pour un groupe de virus à ADN transmis de personne à personne et provoquant le développement de néoplasmes bénins - les papillomes. Certaines variétés sont oncogènes (c'est-à-dire qu'elles augmentent le risque de tumeurs malignes). Le VPH est le plus souvent associé au cancer du col de l'utérus, qui tue des milliers de femmes dans le monde chaque année. Cependant, ces virus affectent également le développement d'autres cancers: non seulement chez la femme, mais aussi chez l'homme..

Le VPH ne se manifeste pas sous forme de symptômes pendant longtemps: les patients ne l'apprennent souvent que lorsque des conditions précancéreuses ou un cancer se développent. Le VPH est une menace pour les patients de tout sexe et âge, y compris les jeunes enfants. Mais néanmoins, son principal «public cible» est les personnes âgées de 15 à 30 ans: elles sont sexuellement actives, ne réfléchissent pas toujours aux précautions, et dans la plupart des cas, le VPH se transmet sexuellement.

Pour que l'effet du virus sur l'organisme ne va pas aussi loin, il est recommandé de vérifier régulièrement l'état de votre santé: pour exclure les pathologies qu'il peut provoquer. Il existe également des tests de détection du VPH pour détecter la présence de souches oncogènes. Prenez soin de votre santé dès maintenant: prenez rendez-vous à la polyclinique d'Otradnoye et rendez-vous chez un médecin sans avoir à faire la queue ou à vous adapter à un horaire qui vous incommode

Qu'est-ce que le VPH

Les papillomavirus humains, pénétrant dans l'organisme par microtraumatisme cutané, sont introduits dans les cellules de la couche basale de l'épithélium. Le VPH peut exister dans n'importe quelle couche de l'épiderme. Cependant, sa reproduction se produit exclusivement dans la couche basale..

Le développement du virus se déroule en 2 étapes:

  1. Reproductif - le virus pénètre dans la cellule sans affecter ses chromosomes et se multiplie.
  2. Intégratif - Le VPH est introduit dans le génome d'une cellule infectée.

C'est au cours de la deuxième étape que le virus transforme les cellules. Ils commencent à se diviser activement et des formations ressemblant à des tumeurs - des papillomes - apparaissent. Ce sont des excroissances papillaires qui dépassent de la surface de la peau (c'est pourquoi elles sont appelées ainsi: papillome - du latin papille - mamelon et grec oma - tumeur). La deuxième étape ne se produit pas toujours. Le virus, étant au premier stade de développement, est capable de régresser (quitter le corps). Cependant, même si le patient ne présente pas de changements pathologiques, il est porteur du VPH et est capable d'infecter d'autres personnes.

La période d'incubation peut durer de 3 semaines à un an. En moyenne, c'est 3 mois. Dans certains cas, des formes non génitales de papillomes apparaissent d'abord, puis des néoplasmes apparaissent sur les organes génitaux.

Dans la plupart des cas, le corps fait face au virus dans les 2 ans. Cependant, une réinfection peut survenir - avec la même souche ou une souche différente. En outre, les papillomes ou autres manifestations cutanées peuvent régresser après 6-8 mois (diminuent progressivement puis disparaissent). Cela se produit lorsque le système immunitaire supprime le virus et "survit" à partir des cellules.

Le plus souvent, le virus HPV affecte la peau et les muqueuses:

  • Zone anogénitale.
  • Des voies respiratoires supérieures.
  • Cavité buccale.
  • Bronchov.
  • Conjonctive.
  • Rectum.
  • Œsophage.

Types de VPH

Le premier virus du papillome humain (VPH) a été isolé en 1971. Et le scientifique Harald zur Hausen a pu identifier et prouver le lien entre le VPH et le cancer du col de l'utérus. Il a ensuite reçu le prix Nobel pour ses découvertes..

À ce jour, il existe environ 600 souches différentes de HPV connues. Certains provoquent l'apparition de verrues, d'autres - des verrues génitales et d'autres - des papillomes. Il existe également des types parmi les HPV qui affectent le développement de tumeurs cancéreuses. Ils sont appelés oncogènes. Heureusement, il n'y en a pas beaucoup. Ils peuvent avoir un potentiel oncogène faible, moyen ou élevé:

  1. Les souches 6, 11, 40, 42, 43, 44, 54, 61, 70, 72, 81 se distinguent par une faible oncogénicité.
  2. Oncogénicité moyenne dans les types 26, 31, 33, 35, 51, 52, 53, 58, 66.
  3. Potentiel oncogène élevé dans les souches 16, 18, 39, 45, 56, 59, 68, 73, 82.

Le cancer du col de l'utérus est le plus souvent causé par les types 16 et 18.

Référence! La présence d'un type de VPH oncogène dans le corps ne signifie pas qu'une personne est «condamnée» au cancer. La présence du virus augmente le risque de développer un cancer, mais n'est pas la seule cause de leur apparition. Si un patient a une souche de VPH oncogène, il lui suffit de surveiller de près son état de santé, de subir régulièrement des études préventives. Si nécessaire, le médecin lui prescrira un traitement approprié.

Le système reproducteur des femmes et des hommes est capable d'infecter environ 40 types de papillomavirus. Le résultat de leur activité n'est pas seulement le cancer, mais aussi les verrues génitales ou les condylomes..

Référence! Les tumeurs cancéreuses se développent lentement: dans les 5 à 30 ans suivant l'infection par le papillomavirus. Ils sont précédés d'affections précancéreuses (néoplasmes bénins pouvant dégénérer en malignes). C'est pourquoi il est si important de subir régulièrement des examens préventifs. Et les conditions précancéreuses, et même le cancer aux stades initiaux, sont parfaitement traitables et des conséquences dangereuses peuvent être évitées.

Modes de transmission du VPH

La principale «condition» d'infection est la présence de microdommages (plaies, fissures, égratignures) de la peau ou des muqueuses. Ce sont les «portes» du VPH.

Le plus souvent, la transmission du virus se produit lorsque la peau ou les muqueuses de deux personnes entrent en contact. Par conséquent, la voie principale des papillomavirus est le contact sexuel. De plus, l'utilisation de préservatifs n'exclut pas la possibilité d'infection. Le virus peut être transmis lors de relations sexuelles orales, au cours desquelles la contraception n'est pas toujours utilisée. De plus, le préservatif ne couvre pas toute la surface du pénis, et il est souvent mis en place au milieu des rapports sexuels. Le VPH peut également être infecté en s'embrassant.

Le VPH peut également être transmis:

  • De la mère à l'enfant lorsque le bébé passe par le canal génital.
  • À la maison: lors de l'utilisation de produits d'hygiène d'autrui (serviettes, brosses à dents, accessoires de rasage).
  • Dans les lieux publics: saunas, gymnases, piscines.

Référence! La période de survie des papillomavirus dans l'environnement externe est de courte durée. Par conséquent, le risque d'infection domestique, bien qu'il y en ait, est beaucoup plus faible qu'avec un contact sexuel..

L'auto-infection est également possible: transfert du virus d'une partie du corps à une autre lors de l'épilation, se gratter la peau, se ronger les ongles.

L'infection par contact avec le virus ne se produit pas dans tous les cas. Les facteurs suivants augmentent le risque:

  • Diminution de l'immunité.
  • Mauvaises habitudes: tabagisme, abus d'alcool.
  • Stress.
  • Avoir des infections sexuellement transmissibles.
  • Maladies du système urinaire.
  • Blessures de la peau et des muqueuses.
  • États d'immunodéficience.
  • Utilisation à long terme de contraceptifs hormonaux.

Référence! Pour les femmes, les souches de VPH oncogènes sont plus dangereuses que pour les hommes, car elles en sont plus souvent infectées.

HPV: symptômes

Les papillomavirus sont capables de ne présenter aucun symptôme pendant longtemps. Habituellement, le patient apprend déjà la présence du VPH au cours du développement de ses conséquences: l'apparition de verrues, de papillomes, de verrues génitales. Dans certains cas, les signes suivants peuvent indiquer la présence d'un virus:

  • Rougeurs, excroissances cutanées (le plus souvent dans la région génitale);
  • La peau qui gratte.
  • Douleur et autre inconfort pendant ou après les rapports sexuels.

Quelles maladies le VPH peut-il causer?

Les papillomavirus, tout d'abord, provoquent la croissance de papillomes, verrues et verrues chez les patients des deux sexes. Tous les néoplasmes ci-dessus peuvent survenir sur n'importe quelle partie du corps. Cependant, le plus souvent, ils affectent les organes génitaux et la région anale. Chez les femmes, ils surviennent dans la vulve, le col de l'utérus et le vagin. Chez les hommes - le scrotum, la tête du pénis, le prépuce. Chez les patients des deux sexes, des néoplasmes apparaissent souvent dans l'anus.

En outre, les verrues se produisent souvent sur les semelles, le larynx, les cordes vocales. Les papillomes (formations papillaires de couleur chair) n'ont pas de «lieu préféré» - ils peuvent apparaître sur le tronc, le cou, le visage, les bras et les jambes. Chez les enfants et les adolescents, les verrues plates (elles sont également appelées jeunes ou juvéniles) sont le plus souvent trouvées. Ce sont de petits néoplasmes sombres (3-5 mm) qui dépassent légèrement au-dessus de la surface de la peau. Le plus souvent, ils surviennent sur le dos des mains, du visage, des jambes.

En ce qui concerne les maladies oncologiques, la plupart des patients sont associés au VPH, tout d'abord au cancer du col de l'utérus. En effet, cette pathologie est très courante à notre époque. Cependant, chez la femme, le VPH provoque aussi souvent le développement d'un cancer du vagin et de la vulve (65-70% des cas), chez l'homme - cancer du pénis (50% des cas). Aussi chez les femmes et les hommes, les papillomavirus peuvent contribuer à l'apparition de tumeurs malignes:

Chez les enfants, le VPH, en règle générale, se manifeste par la croissance de papillomes dans le contexte d'une diminution de l'immunité due à des maladies antérieures, généralement des infections virales ou bactériennes. En outre, les papillomavirus infectent les jeunes patients souffrant de réactions allergiques ou de rhumes fréquents.

HPV et grossesse

Les papillomavirus humains affectent négativement la fertilité féminine. S'ils sont présents, la probabilité de grossesse est réduite de moitié, car le VPH peut interférer avec l'implantation d'un ovule fécondé. Si le partenaire est également infecté par le virus (ce qui se produit dans 65 à 70% des cas), la possibilité de conception diminue encore plus. Le VPH a un effet négatif sur la motilité des spermatozoïdes.

Lorsque la grossesse survient, le papillomavirus augmente le risque de développer:

  • Peu ou polyhydramnios.
  • Insuffisance placentaire chronique.
  • Le VPH peut également provoquer une fausse couche..

Par conséquent, les femmes enceintes se voient prescrire un traitement médicamenteux épargnant, ce qui peut réduire considérablement tous les risques ci-dessus..

Lorsqu'un enfant passe par le canal génital, il existe un risque d'infection. Par conséquent, il est préférable que les femmes atteintes du VPH accouchent par césarienne - le risque de transmission du virus est réduit de 5 fois.

Les changements dans le fond hormonal provoquent la croissance rapide des verrues génitales sur les organes génitaux. Ils peuvent grandir ensemble, ce qui peut entraîner des difficultés dans les actes de miction et de défécation, procurer des sensations désagréables lors de la marche, des saignements. Pendant l'accouchement, les néoplasmes sont facilement blessés. Ils peuvent également empêcher le bébé de traverser le canal génital. Pour éviter tout cela, les verrues génitales sont traitées au début de la grossesse. Des méthodes telles que la cryodestruction, la chirurgie au laser, etc. sont utilisées..

Diagnostique

Pour diagnostiquer le VPH, ils se tournent d'abord vers un médecin. En fonction des manifestations du virus, il orientera le patient vers des études diagnostiques et vers un spécialiste étroit (gynécologue, urologue, dermatologue, oncologue, proctologue, etc.).

Les femmes et les hommes peuvent être affectés à des études telles que:

  • Dosage immuno-enzymatique - selon ses résultats, il est impossible de déterminer la concentration et l'oncogénicité du virus, mais les anticorps contre celui-ci peuvent être détectés, la méthode est idéale pour un diagnostic précoce, lorsque les symptômes ne sont pas encore apparus.
  • Diagnostics PCR - vous permet d'identifier l'ADN du VPH, c'est-à-dire qu'il vous permet de savoir exactement s'il y a un virus dans le corps ou non; le sang, la salive, les sécrétions génitales, etc. sont prélevés pour analyse.
  • Test Digene - vous permet d'évaluer le degré d'oncogénicité de la souche, d'établir la quantité de virus dans le corps; le biomatériau est un morceau de tissu, grattant du canal cervical, du vagin ou de l'urètre.

Les femmes se voient prescrire les types d'examens suivants:

  • Examen cytologique (test PAP) - examen d'un frottis vaginal au microscope afin d'identifier les cellules altérées par le virus.
  • Colposcopie - examen du col de l'utérus à l'aide d'un colposcope, cette procédure est attribuée au patient si, selon les résultats de l'examen cytologique, des cellules altérées ont été trouvées.

Traitement

Il n'y a pas de traitement spécifique pour le VPH (c'est-à-dire visant à le détruire). Cependant, vous pouvez prendre des mesures pour supprimer l'activité du virus et augmenter la probabilité d'auto-guérison. Le patient est prescrit:

  • Les vitamines.
  • Immunomodulateurs.
  • Médicaments antiviraux.

Un traitement symptomatique est également effectué - élimination des néoplasmes. En aucun cas, vous ne devez essayer de traiter les condylomes, les papillomes et les verrues avec des remèdes populaires. Il existe un risque de provoquer le développement d'une infection secondaire ou la dégénérescence d'une tumeur bénigne en tumeur maligne.

Les méthodes suivantes sont utilisées pour éliminer les néoplasmes:

  • Retrait au scalpel.
  • Cryodestruction (congélation avec de l'azote liquide).
  • Démontage avec un couteau radio.
  • Suppression laser.
  • Électrocoagulation.

La méthode est choisie par le médecin en fonction de la nature et de l'emplacement du néoplasme, ainsi que de l'état du corps du patient.

La prévention

Les méthodes préventives comprennent le maintien d'un mode de vie sain et le renforcement régulier de l'immunité à l'aide d'une alimentation complète et variée, d'une activité physique modérée et d'un repos de qualité. Il est important de suivre les règles d'hygiène personnelle, de ne pas utiliser les accessoires d'autrui. Pour éviter le risque d'infection, vous devez vous abstenir de tout rapport sexuel occasionnel et utiliser une contraception de barrière.

Il existe également à notre époque la possibilité de se faire vacciner contre certaines souches de VPH hautement oncogènes. Les vaccinations sont recommandées entre 9 et 26 ans (l'âge optimal est de 11 à 12 ans). Les femmes peuvent être vaccinées après 26 ans, mais seulement si le gynécologue estime qu'il existe des preuves. Il convient de garder à l'esprit que la vaccination ne guérit pas un virus déjà présent dans le corps, mais prévient l'infection par certains de ses types particulièrement dangereux..

Comment se déroule le test HPV?

Comme vous le savez, la plupart des personnes sexuellement actives (plus de 70%) sont infectées par le VPH. Le tableau clinique de la maladie est caractérisé par des lésions du tissu épithélial - peau, muqueuses. Avant l'apparition de signes cliniques - papillomes / papillomatose, verrues génitales, verrues, il est impossible de détecter la présence d'un virus dans le corps par des méthodes de diagnostic standard - il peut ne pas se manifester pendant une longue période. Mais la PCR pour le HPV en tant que test est utilisée non seulement pour confirmer la présence d'un virus, mais aussi pour établir son appartenance à un certain type (plus de 100 d'entre eux ont été trouvés). Ceci est important pour déterminer la probabilité de malignité des papillomes et des verrues génitales, car le virus a 3 groupes d'oncogénicité: faible risque - 6, 11 types; moyen - 31, 33, 35 types; haut - 16, 18 types.

Indications pour l'utilisation

Le besoin de diagnostics par PCR pour le VPH se pose dans les cas suivants:

  • Contact avec des personnes qui ont déjà une réaction PCR positive pour le virus du papillome humain - rapports sexuels non protégés, accouchement spontané d'une mère infectée (infection possible de l'enfant), utilisation d'articles d'hygiène personnelle courants (serviettes, débarbouillettes), contact étroit avec la peau.
  • La présence de formations telles que des papillomes / condylomes sur les organes génitaux - un gynécologue / urologue dirige le patient vers la PCR afin de diagnostiquer une infection par le papillomavirus, c'est-à-dire de détecter le VPH, afin de déterminer son oncogénicité.
  • Tests de dépistage pour une détection précoce.

Avantages et inconvénients de l'analyse

Le diagnostic par PCR du VPH est souvent utilisé par les gynécologues, les urologues et les dermatovénérologues. Qu'est-ce que c'est - Recherche PCR?

PCR (réaction en chaîne par polymérase) - une augmentation du nombre de certaines sections d'ADN dans le matériel biologique pour leur identification, est utilisée dans le diagnostic des maladies infectieuses et génétiques, l'examen des infections latentes, la détermination de la relation.

  • Haut niveau de spécificité.
  • Vitesse d'exécution élevée, car le processus est automatisé - vous n'avez pas besoin d'attendre les résultats pendant des semaines.
  • Un échantillon de biomatériau peut être utilisé pour diagnostiquer plusieurs maladies - la fiabilité de l'analyse reste élevée.
  • Niveau de sensibilité élevé - détection d'un agent infectieux même à faible concentration dans le matériau, ce qui aide à démarrer une prophylaxie spécifique.
  • Le risque d'un résultat faussement positif - l'analyse a été soumise tardivement, par exemple, le matériel a été prélevé immédiatement après le traitement, lorsque l'infection a été éliminée, mais les cellules mortes sont toujours restées. La PCR ne fait pas la distinction entre les cellules mortes et vivantes.
  • Le risque d'un résultat faux négatif - la cause est une violation du processus technologique:
  • Stockage et transport incorrects du biomatériau.
  • Non-respect des règles de maintien de la stérilité des échantillons.
  • Réactifs périmés / de mauvaise qualité.
Le choix de la méthode est fait par le médecin traitant

Types d'analyses

Il existe 4 types d'analyses pour le papillomavirus par PCR. Le choix de la méthode est fait par le médecin traitant.

Méthodes de recherche:

  • Haute qualité - cette méthode PCR détecte le VPH, la souche virale n'est pas déterminée.
  • Génotypage - une analyse plus approfondie du VPH, c'est-à-dire l'identification de la souche.
  • Combiné - une méthode qui comprend une réaction en chaîne par polymérase, qui a un objectif étroit - visant à trouver 16 souches.
  • Quantitatif - détermine le nombre de corps viraux.

Génotypage des papillomavirus

Le génotypage des papillomavirus est effectué pour prédire la dynamique de la maladie. Le but du typage HPV n'est pas seulement de trouver le virus - il est important d'identifier la souche. Si plusieurs souches sont trouvées, le pronostic est considéré comme défavorable, la probabilité de persistance de l'infection est élevée. Il est utilisé pour surveiller l'efficacité du traitement antiviral. Vous pouvez également déterminer si un résultat positif d'une analyse qualitative est une conséquence du résidu d'ADN du pathogène après le traitement ou d'une nouvelle infection (un nouveau type sera révélé qui est différent de celui qui a été déterminé avant le début du traitement). Le résultat est formulé comme dans la méthode qualitative.

Voie de qualité

Déterminer la présence du VPH sans établir l'appartenance à une souche est important dans le diagnostic initial. Les résultats sont signalés comme "trouvés" / "non trouvés".

Quantification et méthode combinée

Analyse quantitative - comptage du contenu des corps viraux dans le matériel biologique (le nombre de virus pour 100 000 cellules). Ce type de test est utilisé pour établir la gravité du processus, la nomination d'une thérapie. L'essence est de déterminer la quantité de VPH dans 100 000 unités cellulaires de biomatériau (grattage). Moins de 3 - le contenu du virus est faible, plus de 5 - élevé (la probabilité de malignité est augmentée).

La méthode combinée (combine qualitative et quantitative) est une recherche ciblée de 16 souches hautement oncogènes. Utilisé dans les situations où le médecin soupçonne un virus à haut risque. Le résultat de l'étude a les formulations «non détecté», «souche 16 détectée», «HPV détecté, y compris la souche 16».

Dépistage WRC - qu'est-ce que c'est et comment est-ce fait

Dépistage HRC - diagnostics de routine de masse pour le papillomavirus à des fins de détection précoce. L'étude sur le VPH HQR chez la femme concerne des personnes de plus de 25 ans (selon certaines données - à partir de 21 ans / 3 ans après le début de l'activité sexuelle; à forte activité sexuelle, un grand nombre de partenaires - à partir de 18 ans). Il est recommandé d'avoir lieu une fois tous les 3 ans lors de l'examen clinique. Au cours de l'événement, des virus à haut risque sont identifiés, qui sont dangereux car ils peuvent provoquer le développement d'un cancer du col de l'utérus. La détermination de la concentration d'ADN dans les HPV à haut risque oncogène est réalisée par PCR.

  • Frottis Pap pour la cytologie (test PAP). Pour le test, le matériau est prélevé dans le canal cervical (zone de transformation - lieu de transition de l'épithélium cylindrique dans l'épithélium stratifié) pendant l'examen, qui est appliqué sur le verre / récipient avec un liquide spécial (puis le frottis est prélevé avec une brosse). Ensuite, le matériau après coloration est examiné au microscope pour la présence de cellules atypiques, le cas échéant, le test est positif. La méthode est également appelée cytologique.
  • PCR - détermination de la présence d'un virus. La réaction est effectuée chez ceux qui ont obtenu un résultat positif au test PAP. Pour la recherche, vous pouvez utiliser du matériel de frottis, du sang, de l'urine.
  • Dépistage étendu - détermination du type et du nombre de HPV à haut risque d'oncogénicité (test Daijin - le nombre de corps viraux pour 100 mille cellules: jusqu'à 3 - faible concentration, 3-5 - moyen, plus de 5 - élevé).

Le matériel est pris comme pour le test PAP..

Règles de préparation à la livraison

Règles relatives au don de sang / d'urine:

  • Le sang est prélevé dans une veine le matin à jeun, quelques jours avant l'analyse, les allergènes (chocolat, agrumes, etc.) sont exclus de l'alimentation..
  • Urine - pour l'analyse HPV PCR, vous devez prendre votre urine du matin à jeun (dernier repas - il y a 8 heures) dans un récipient stérile. Il est nécessaire de livrer le récipient au laboratoire dans les 4 heures suivant la prise du matériel.

Comment tester pour les hommes et les femmes

Pour la recherche, il est possible d'utiliser presque tous les biomatériaux humains - sang, urine, frottis, grattage. Les règles de don de sang et d'urine pour les hommes et les femmes ne diffèrent pas.

La technique de prélèvement d'un frottis diffère:

  • Comment faire une analyse pour une femme - le grattage se fait avec une brosse, dans un mouvement de translation circulaire à partir de l'urètre / du vagin / du canal cervical.
  • Pour un homme - le grattage avec une brosse se fait à partir de la tête du pénis, de l'urètre.

Avant de prendre un frottis, vous devez vous assurer du respect des règles d'hygiène personnelle..

Décoder les résultats

L'interprétation des résultats obtenus est effectuée en fonction de la méthode utilisée:

  • Qualitatif - présence / absence - «détecté» / «non détecté».
  • Génotypage - détection d'une souche spécifique - «trouvé» / «non trouvé».
  • Combiné - détection de 16 souches - «non détectée», «souche 16 détectée», «HPV détecté, y compris la souche 16».
  • Quantitatif:

Comptage du nombre de corps viraux pour 100 mille cellules du biomatériau (grattage):

  • 5 - élevé (forte probabilité de cancer)

Méthodes de traitement

Les antiviraux et immunostimulants sont disponibles sous forme de comprimés, de suppositoires. La durée du cours est déterminée par le médecin traitant, en règle générale, 10-14 jours, si nécessaire prolongé.

En cas d'ulcération / inflammation des formations, un traitement anti-inflammatoire est effectué - traitement avec des antiseptiques (par exemple, chlorhexidine, miramistine), antibiotiques, pommades antivirales. Le papillome gravement enflammé est mieux enlevé chirurgicalement.

Il est possible d'utiliser des méthodes de traitement alternatives après consultation de votre médecin. Les méthodes de traitement traditionnelles ont 2 directions:

  1. Suppression des formations. Teinture de chélidoine, pissenlit / jus de pomme de terre crue utilisé en externe - lubrifier deux fois par jour. Le papillome disparaît en 1,5 à 2 mois environ.
  2. Renforcement du système immunitaire - peut être effectué tout au long de la maladie. Recommander:
  • Décoctions - aiguilles d'épinette / oignons avec l'ajout de miel.
  • Thés - églantier, mélisse, thé ivan, menthe, tilleul, coriandre.
  • Fruits secs - un mélange de noix, d'abricots secs, de raisins secs, de citron et de miel.

Comment faire un test HPV: traitement du papillomavirus chez la femme

Lorsque le VPH est diagnostiqué, peu de gens savent ce que c'est exactement et pourquoi il est si dangereux pour les femmes. Comment se faire tester pour le papillomavirus et quel traitement doit être pris, vous pouvez le découvrir dans cet article.

En plus des médicaments bien connus, il existe également des méthodes de médecine traditionnelle qui aident à faire face à la maladie. Cet article peut servir de guide d'introduction et est recommandé pour vous familiariser avec les méthodes de traitement du VPH chez la femme..

Qu'est-ce que le papillomavirus?

Avant de vous familiariser avec les méthodes de traitement de cette maladie, vous devez clarifier ce qu'est le virus. Le VPH est classé comme un pathogène épithéliotrope qui provoque des modifications de la peau et des muqueuses du corps humain. Le papillomavirus est localisé principalement sur la peau du visage et du cou, sur le tronc, principalement dans la moitié supérieure, sur les organes génitaux, affectant les muqueuses et sur la peau, formant de petites excroissances semblables à des verrues.

Le VPH progresse au sein de la population humaine et est le plus souvent transmis sexuellement et lors de l'accouchement de la mère à l'enfant. Les voies de transmission domestique et par contact sont également prises en compte. Non seulement les personnes asociales, telles que les toxicomanes et les prostituées, mais aussi toutes les personnes ayant des relations sexuelles sont à risque d'infection..

Le VPH provoque deux types de changements au cours de son activité:

  • le stade productif, caractérisé par la formation de papillomes;
  • le stade de transformation, provoquant des tumeurs malignes et une dysplasie de l'épithélium muqueux.

Chaque année, le nombre de virus oncogènes à haut risque augmente, ce qui s'explique par la clarification de différents types de papillomavirus dans la structure de l'ADN.

L'apparition de verrues cutanées ou de papillomes est due à la multiplication des virus pathogènes dans l'épithélium squameux de la peau. L'infection au VPH peut survenir sous plusieurs formes: latente, infraclinique, sévère. La manifestation de symptômes chez les femmes et les hommes sur les organes génitaux peut être exprimée par l'apparition de verrues anogénitales.

Après une infection par le papillomavirus chez l'homme, la maladie peut survenir sous une forme latente. Cette condition est caractérisée par un stade passif du virus, lorsque l'agent pathogène ne produit pas de virus infectieux, mais est au stade de l'expression et de la transcription.

La présence du VPH dans le corps d'une femme: comment la vérifier?

Lorsque les condylomes sur le corps sont volumineux, cette maladie a des manifestations cliniques prononcées et ne nécessite pas de test en laboratoire pour confirmer la présence du VPH dans le corps. Des tests spéciaux sont effectués pour détecter les verrues génitales sur le col de l'utérus.

Un tel diagnostic est un frottis prélevé sur le col de l'utérus. Un tel test permet de détecter les formations malignes dans les premiers stades, grâce à l'excellente capacité de diagnostic. Mais même les méthodes de diagnostic modernes sont susceptibles de faire des erreurs et peuvent donner un résultat faux négatif dans cinquante pour cent de tous les cas, et un résultat faux positif dans quinze pour cent des cas..

Avec l'aide de la réaction en chaîne de la polymérase, le papillomavirus peut être détecté chez les hommes et les femmes. En raison de la spécificité et de la sensibilité élevées du test de détermination de l'ADN du virus, cette méthode est très efficace et donne une garantie à cent pour cent de la fiabilité du résultat.

Méthode PCR: qu'est-ce que c'est?

Des méthodes hautement sensibles sont utilisées dans les études de laboratoire pour identifier les agents infectieux dans l'ADN. Pour cela, du sang, de l'urine, du liquide amniotique, de la salive ou des expectorations sont prélevés sur le patient pour des tests et la présence de l'ADN ou de l'ARN pathogène est détectée. Un grattage ou un prélèvement de l'urètre ou de la muqueuse cervicale est le test de diagnostic HPV le plus couramment utilisé..

Le plus souvent utilisé pour l'analyse:

  • la présence de verrues génitales et de verrues dans la région anogénitale.
  • détection de la dysplasie épithéliale après examen cytologique.
  • tests de dépistage à titre préventif.

Pendant les jours critiques, une femme n'est pas testée pour le VPH. Mais elle peut les prendre à tout autre moment. Résultats cytologiques normaux en présence d'ADN viral, des tests peuvent également montrer avec le papillomavirus présent dans le corps. Ce résultat de l'analyse indique le plus souvent que certaines femmes peuvent développer une dysplasie intraépithéliale ou squameuse après deux ans..

Les virus présentant un risque élevé de cancérogénicité indiqué dans les résultats des tests peuvent indiquer la présence d'une infection persistante et un risque accru de développer un cancer du col de l'utérus, en particulier chez les femmes de plus de trente-cinq ans. Selon les statistiques, cette maladie touche jusqu'à soixante-cinq pour cent des femmes sur le total..

Lorsqu'il reçoit des résultats douteux de tests cytologiques, le VPH peut apparaître dans soixante-quinze pour cent des cas. Cet indicateur permet une évaluation correcte de l'examen cytologique. Après le traitement, un test sanguin doit être effectué, ce qui devrait donner un résultat négatif..

Détecter l'infection par d'autres moyens

La méthode la plus sensible parmi les diagnostics modernes est le test Daijin. Cette méthode permet non seulement de détecter le virus lui-même, mais aussi de déterminer le degré de son oncogénicité en appartenant à l'un des cent types.

La concentration cliniquement reconnaissable du virus dans les tissus prélevés pour analyse peut servir de caractéristique diagnostique principale. La réalisation d'analyses utilisant cette technique est une méthode généralement acceptée dans la communauté mondiale et aide les médecins à développer des protocoles uniformes pour la gestion des patients atteints de VPH, en tenant compte des caractéristiques standard des résultats des tests..

Ils peuvent prendre pour analyse comme matériau pour une telle analyse:

  • grattage du canal cervical sous forme de cellules épithéliales.
  • grattage des cellules épithéliales de la membrane muqueuse de l'urètre ou du vagin.
  • une diapositive avec un matériel pré-préparé pour l'analyse.
  • pendant la biopsie, le tissu préparé du patient.

Cette méthode a fait ses preuves dans l'examen des femmes en tant qu'analyse quantitative de dépistage d'une personne en cas de résultat incertain de l'analyse du test PAP. Environ les résultats suivants peuvent être obtenus par un médecin lors du décodage des analyses selon le test Daijin:

  • en l'absence de manifestations cliniques, mais des résultats positifs de l'analyse, le médecin peut prescrire une ré-analyse après six mois.
  • La conclusion sur la persistance du virus est faite après un deuxième test positif. Le risque de développer le col de l'utérus est le plus souvent observé lorsqu'il y a un tableau clinique dans les résultats du test.
  • Si le résultat du test est négatif, le médecin peut recommander un deuxième examen dans un an pour les femmes de plus de trente ans.

Traitement des papillomavirus avec des méthodes modernes

La médecine moderne offre combien de façons de traiter le VPH. Le traitement complexe de cette maladie est plus efficace. Un tel traitement consiste principalement en une thérapie antivirale locale et systémique, ainsi qu'en une élimination locale des néoplasmes.

Pour éliminer les cellules altérées par l'influence du virus, l'une des méthodes suivantes est généralement utilisée.

  • La diathermoconisation est une méthode de diathermocoagulation, qui se manifeste par l'excision de la zone touchée avec des électrodes spéciales. Cette méthode de traitement permet la formation d'une croûte sur le site de l'opération, mais elle va bientôt se dessécher et tomber, et le site de cicatrisation deviendra presque invisible..
  • La cryodestruction est caractérisée par l'utilisation d'azote liquide, qui aide à geler et à éliminer la zone à problème. Après le traitement avec cette méthode, il ne reste plus de cicatrices ni de cicatrices.
  • La conisation laser se manifeste par l'élimination de la zone touchée avec un laser.
  • Sous l'influence du médicament solcoderm, une méthode chimique d'exposition au virus est utilisée.
  • L'exposition à la méthode de thérapie par ondes radio s'appelle Surgitron et appartient au type de traitement anti-VPH le plus doux. L'élimination des papillomes n'endommage pas les muqueuses et la peau.
  • Le traitement chirurgical se caractérise par la réalisation d'une opération sous anesthésie locale. Les papillomes sont éliminés exclusivement le long de la frontière de leur croissance.

Avec la méthode combinée de traitement du virus, des agents immunomodulateurs et antiviraux sont généralement prescrits. Ces médicaments aident à supprimer l'activité du virus du papillome et à réduire le nombre de rechutes. Spray Epigen-Intim est prescrit comme moyen de maintenir l'immunité au niveau local.

Il est nécessaire de faire face à la prévention de la maladie et de ne pas laisser le VPH sans traitement approprié. Un virus non guéri à temps, en raison de sa nature oncologique, peut conduire au cancer du col de l'utérus, qui manifeste son danger pour le corps féminin. Pour éviter de graves problèmes de santé et un traitement à long terme, vous devez subir un examen médical annuel..

comment se faire tester pour le VPH? 4 règles de décryptage

Le VPH ou papillomavirus est un microorganisme représenté par plus d'une douzaine de sous-espèces.

Une certaine souche virale, habitant le corps de l'hôte, provoque des modifications de la peau, des muqueuses et des organes humains.

Les plus dangereux sont les virus de sous-espèces oncogènes qui peuvent stimuler le développement du cancer. Les femmes, par exemple, risquent de développer un cancer du col de l'utérus dans des circonstances similaires. Un test HPV en temps opportun aidera non seulement à identifier la souche virale, mais également à prévenir le développement d'une pathologie probable.

Quand nommer?

Quelle peut être la raison de faire l'analyse? Le spécialiste oriente le patient vers la procédure si les manifestations primaires suivantes d'une infection virale sont détectées:

  • lésions cutanées (verruqueuses et non verruqueuses);
  • formations sur la membrane muqueuse des organes génitaux (condylomes, carcinomes);
  • lésions sur la membrane muqueuse d'autres organes (langue, conjonctive, rectum, larynx).

L'analyse du papillomavirus est également effectuée lors de la planification de la grossesse, clarifiant les causes de l'infertilité, même s'il y a confiance entre les partenaires, car une infection par le virus est possible même si les règles d'hygiène ne sont pas respectées. La même procédure attend tout le monde lors de la détection des conditions précancéreuses..

Pourquoi dois-je passer un test de dépistage du VPH, à quelle fréquence?

Mener des recherches en laboratoire permet de déterminer l'appartenance du virus à un groupe particulier. Le résultat permet au médecin de prédire l'issue de l'évolution de l'infection, de planifier un cours thérapeutique et de prévenir le développement de l'oncologie.

Les experts recommandent de faire une analyse au moins une fois tous les 3 à 5 ans.

Préparation et collecte

Avant le test sanguin direct pour le VPH, le patient doit passer par l'étape préparatoire.

Un homme ne devrait tout simplement pas uriner 2 heures avant de collecter du matériel biologique. Pour simplifier la tâche, vous devez vous abstenir de prendre de grandes quantités de liquides le jour de la procédure..

La préparation d'une femme comprend les points suivants:

  1. Évitez de prendre des agents antibactériens 30 jours avant la procédure.
  2. Planifiez la date de l'analyse avant le début des jours critiques (disons que la collecte de matériel biologique n'est pas antérieure au 3ème jour après la fin des règles).
  3. Abstenez-vous de toute activité sexuelle pendant 3 jours avant la procédure.
  4. Éliminer l'utilisation de contraceptifs et de suppositoires vaginaux.

Comment l'analyse est-elle tirée des hommes?

Après avoir terminé la préparation du test HPV, le patient reçoit du matériel biologique de l'urètre ou de l'urètre à l'aide d'instruments jetables. Habituellement, la procédure ne donne pas de douleur à un homme. Seulement dans le cas d'un prélèvement sur la membrane muqueuse de l'urètre, l'apparition d'un léger inconfort est probable, qui passe rapidement.

Caractéristiques de l'examen chez la femme

Dans le cas des femmes, le matériel biologique est le plus souvent prélevé dans le canal cervical, le col de l'utérus à l'aide d'une brosse spéciale. Dans le même temps, un test de frottis pour la cytologie est prescrit. Parfois, une sonde médicale universelle est utilisée. Les tests HPV doivent être effectués régulièrement pour les femmes de plus de 30 ans.

Vidéo

Analyse pour HPP chez les hommes

Types de tests, combien est généralement fait pour le VPH?

Il est possible de déterminer si un patient est infecté ou non, en utilisant plusieurs méthodes instrumentales et de laboratoire. Chacune des méthodes ci-dessous poursuit un ou un ensemble des objectifs suivants: déterminer la présence d'un virus, reconnaître sa souche, évaluer les dommages qui lui sont causés et savoir si le processus de transformation de la formation primaire en tumeur maligne a commencé.

Colposcopie

La méthode de la colposcopie est utilisée pour examiner les femmes. À ces fins, un équipement spécial est utilisé - un colposcope. L'appareil vous permet d'examiner en détail les tissus muqueux du vagin et du col de l'utérus, pour vérifier si des condylomes se sont formés sur la membrane muqueuse. Le type étendu de ces recherches implique l'utilisation de tests spéciaux conçus pour différencier les formations oncologiques. Un frottis contenant des cellules épithéliales est prélevé uniquement par cytologie. Le patient reçoit le résultat de l'examen dès le rendez-vous du médecin.

Méthode cytologique

Les cellules épithéliales résultantes sont examinées au microscope. Au cours du processus d'examen des frottis, la présence de cellules modifiées spéciales - les coilsocytes peut être confirmée. Leur présence indiquera la propagation de l'infection. Cette méthode appartient au groupe des méthodes les plus budgétaires, mais pas les plus précises pour diagnostiquer le VPH. Une caractéristique de l'étude cytologique est le risque élevé d'obtenir un résultat faux négatif. Le résultat de l'analyse intervient 5 à 7 jours après la prise du matériel.

Examen histologique des biopsies

Cette méthode de test HPV est généralement utilisée en tandem avec la cytologie. Le processus est l'étude d'une biopsie - un petit morceau de tissu. Un spécialiste utilisant un microscope a la possibilité d'évaluer l'état du matériau affecté. L'examen histologique permet d'identifier la nature de la formation, de constater la présence d'un condylome ou d'une tumeur maligne. Le résultat est donné au patient dans les bras après 3 jours.

Détection des anticorps contre le papillomavirus humain

Dans le processus de détection du VPH, il est possible de déterminer les anticorps contre celui-ci. De cette façon, vous pouvez diagnostiquer l'infection au tout début de la propagation de l'infection. Après tout, les anticorps commencent à être produits par le corps de l'hôte en réponse à «l'invasion» du pathogène. Comme inconvénient de ce type de diagnostic, il convient de noter uniquement l'impossibilité de détecter une souche virale, ce qui signifie que son danger potentiel.

Test d'amplification Digene

Une sorte d'analyse moderne très sensible. Il aide à identifier la souche virale et son oncogénicité. L'essence de la technique réside dans la possibilité de détecter la concentration virale, indiquant le degré de risque de dégénérescence des cellules affectées en cellules malignes. C'est pourquoi ce test est prescrit afin de planifier le traitement le plus efficace des verrues génitales. Le résultat du test est généralement prêt le 7ème jour..

Non-amplification par PCR

C'est la méthode de diagnostic la plus fiable. Son essence réside dans la détection de l'ADN du virus dans le matériel biologique et l'évaluation de son activité dans le corps humain. Les résultats des recherches en laboratoire sont connus le 2ème jour.

Décodage

Lors du décodage de l'analyse du VPH, les résultats suivants peuvent être fournis:

  1. Ordinaire.
  2. Anormal.
  3. Négatif.
  4. Positif.

Avec des résultats normaux et négatifs, on peut affirmer qu'aucun changement pathologique n'a été trouvé dans les organes génitaux du patient.

En cas de résultats anormaux et positifs, le fait de la présence de cellules anormales est vérifié. Cependant, cela n'indique en aucun cas le développement d'une tumeur maligne dans le corps du patient, car les cellules anormales et cancéreuses sont des éléments différents. Pour obtenir une image plus détaillée, il est nécessaire de mener un certain nombre d'études supplémentaires sur les partenaires sexuels..

Attention! Le fait d'obtenir des résultats positifs de l'analyse du VPH n'est pas exclu lorsque des infections secondaires se développent dans l'organisme du patient (trichomonase, chlamydia, gonorrhée). Après le traitement de ces maladies, le résultat du test montrera un résultat négatif..

Probablement l'une des conclusions suivantes de l'analyste déchiffrant l'analyse:

  1. Aucune anomalie cellulaire n'a été trouvée. Le fait indique l'état normal de la santé humaine.
  2. Les modifications insignifiantes dans les cellules ont été identifiées, ce qui indique le développement du processus infectieux. Recherche supplémentaire nécessaire.
  3. Révélé des changements anormaux dans la zone des noyaux cellulaires (en faible concentration). Des tests supplémentaires sont nécessaires pour confirmer la présence du VPH ou d'un autre micro-organisme.
  4. Diagnostic des cellules malignes en petit nombre. Des tests supplémentaires sont nécessaires pour confirmer le développement du cancer.
  5. Un grand nombre de cellules cancéreuses ont été identifiées. Oncologie confirmée.

Vous devez savoir que l'analyse positive reçue peut s'avérer fausse. Dans de telles circonstances, les experts prescrivent un certain nombre d'études supplémentaires. Souvent, le patient doit subir un examen complet dans les murs d'un établissement médical.

Ainsi, le VPH est une forme courante de micro-organismes qui peuvent «habiter» le corps de l'hôte de manière asymptomatique ou causer des dommages irréparables à la santé humaine. Le degré de nocivité d'un virus est déterminé par sa souche. Le VPH étant l'ITS la plus courante, des tests d'infection sont effectués régulièrement pour les deux sexes.

Il existe également des indications imprévues pour l'examen..

Après préparation préalable et collecte du matériel biologique, celui-ci est envoyé pour un diagnostic, qui peut être réalisé de plusieurs manières. Le choix de telle ou telle technique dépend des spécificités du cas clinique. Dès réception d'un résultat positif, le patient est envoyé pour un certain nombre d'études supplémentaires.

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez un morceau de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée. Nous allons certainement le réparer, et vous aurez + karma

Tests HPV: comment les prendre, les types et la préparation pour eux

Le virus du papillome humain (VPH) est si courant que presque tout le monde en a entendu parler de toute façon. Il existe plusieurs centaines de types de virus et, à de rares exceptions près, le VPH est un compagnon constant du corps humain..

Un test HPV, déterminant son type et son degré de danger, doit être passé à toute personne en âge de procréer. Comment, quand et pourquoi vous devez être testé pour la présence du virus du papillome?

Important! Le papillomavirus, pénétrant dans le corps humain, entraîne la formation de verrues, de papillomes, de condylomes ou de dégénérescence (dysplasie) des tissus cutanés, des muqueuses. La façon dont le virus se manifeste dépend de son génotype..

  • Non oncogène ou productif - se manifeste par des verrues sur les bras, les jambes
  • Risque faible - virus à faible activité oncogène, se manifestant par des papillomes sur le corps (papillomes vulgaires)
  • Risque élevé ou transformation - virus à forte activité oncogène, se manifestant par des condylomes, des verrues sur la région anogénitale et des muqueuses dans les zones de rapports sexuels non protégés. Ils provoquent une dysplasie tissulaire, leur dégénérescence maligne

Le VPH se transmet de personne à personne lorsque:

  • contact sexuel
  • caresses (belette sans pénétration)
  • façon domestique
Photo 1: On estime que jusqu'à 80% des personnes dans le monde sont infectées par le virus du papillome humain. Le risque d'infection est le plus élevé, le plus de partenaires sexuels et les rapports sexuels non protégés le plus souvent. Source: flickr (stila2011).

Quand et pourquoi se faire tester pour le VPH?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles vous devez vous faire tester pour le VPH:

  1. Verrues sur le corps ou verrues génitales.
  2. La présence d'une dysplasie de la peau ou des muqueuses, détectée lors de l'examen pour une autre raison et prescrite par un spécialiste.
  3. Diagnostics préventifs.

Si vous remarquez des formations incompréhensibles sur votre corps, des excroissances sur la peau, des "grains de beauté" qui n'existaient pas auparavant, alors c'est une raison directe pour contacter un spécialiste. Avec des formations sur le corps, vous devriez consulter un dermatologue. Si des excroissances apparaissent dans la région génitale, les femmes ont besoin d'un rendez-vous avec un gynécologue, les hommes - consultation avec un urologue.

Remarque! Le papillomavirus se manifeste non seulement à la surface du corps, mais également là où il est impossible de le détecter sans un examen spécialisé - sur les muqueuses de la bouche, du larynx et du vagin. Il est recommandé de subir un examen préventif tous les 3 ans..

Les diagnostics à des fins préventives sont importants pour les femmes en âge de procréer, car elles sont 4 fois plus susceptibles de souffrir de manifestations du VPH que les hommes. De plus, le papillomavirus est transmis lors de l'accouchement à un enfant.

Les tests HPV ne répondent pas seulement à la question de savoir si une personne est infectée ou non. À l'aide de la recherche, le génotype du virus et le degré de sa propagation sont déterminés.

Types de tests HPV

Il existe plusieurs types de tests pour déterminer le VPH. Pour certains, un prélèvement sanguin est nécessaire, pour d'autres, une collecte de sécrétions muqueuses. Aucun des tests n'est douloureux.

Pour une analyse fiable, il est important que les patients respectent les conditions suivantes:

  1. N'effectuez pas la procédure d'échantillonnage pour analyse pendant la prise d'antibiotiques ou d'antiviraux. Le traitement doit être terminé une semaine avant l'étude
  2. N'utilisez pas de médicaments vaginaux pendant une semaine si du matériel d'analyse doit être prélevé dans le vagin
  3. Abstenez-vous d'avoir des rapports sexuels 2 jours avant la procédure
  4. 2 jours avant l'intervention, aucune échographie transvaginale ou colposcopie ne doit être réalisée
  5. Les femmes doivent être testées au plus tôt 5 jours après la fin de la menstruation, de préférence dans la première moitié du cycle

Les conditions supplémentaires de préparation de la procédure (si nécessaire) sont signalées par le spécialiste qui fait passer les tests.

Analyse PCR

PCR (réaction en chaîne par polymérase) - l'analyse est une étude d'un fluide biologique pour détecter la présence d'ADN du papillomavirus humain. Vous pouvez examiner le sang, les raclures de l'épithélium ou la surface des muqueuses.

L'analyse PCR pour le VPH est un moyen fiable et rapide d'identifier la présence du papillomavirus et de déterminer son génotype. La réaction en chaîne de la polymérase montre la présence d'un virus, même s'il est isolé en une seule quantité.

Un test PCR négatif est normal.

Génotypage HPV

L'analyse est effectuée afin de savoir à quel groupe de virus appartient le virus détecté. Tous les papillomavirus sont divisés en groupes selon un génotype similaire - en groupes phylogénétiques. Les groupes les plus dangereux sont: A9; A6-A7; A8.

Le génotypage HPV est la détermination du génotype d'un virus. Pour chaque type de virus, une étude est réalisée en groupes, puis une détermination individuelle du génotype.

  • suivre l'infection dans la dynamique
  • déterminer l'oncogénicité
  • identifier plusieurs virus

Remarque! Le génotypage du VPH est particulièrement important dans le contexte de la dysplasie cervicale identifiée, car il vous permet de déterminer le type d'infection chronique.

Test sanguin HPV

Le diagnostic sanguin du VPH est effectué à des fins prophylactiques ou en cas de suspicion d'infection, lorsqu'il n'y a pas de manifestations visibles.

Photo 2: L'étude du sang veineux est réalisée par analyse PCR. Avant de prendre du sang, vous devez vous abstenir de traiter les maladies infectieuses pendant une semaine. Source: flickr (denis).

Frottis HPV

Un frottis pour le VPH est un grattage de l'épithélium de la membrane muqueuse du canal cervical, du vagin, de la vulve (pour les femmes) et du mucus urétral (pour les hommes), pris avec un grattage.

Pour la fiabilité du résultat, le patient a besoin:

  • Hommes - n'urine pas deux heures avant la procédure
  • Femmes - ne pas se doucher le jour de la procédure

Si nécessaire, une analyse des raclures de l'épithélium de l'anus, des frottis de la cavité buccale, de la gorge est effectuée. Technique d'analyse - test PCR.

Test de Daijin

Le test Daijin est un type de test HPV reconnu internationalement, qui détermine la présence du virus et son oncogénicité. Une analyse est effectuée pour prévenir et diagnostiquer le cancer de l'utérus. Pour l'analyse, un grattage est prélevé sur la surface du col de l'utérus.

  • virus faiblement oncogène - test # 395
  • le type de virus hautement oncogène est déterminé par le test n ° 394

Le résultat du test est interprété comme:

  • négatif - le résultat est inférieur à 3 unités.
  • douteux - de 3 à 5 unités.
  • positif - au-dessus de 5 unités.

Important! Chez les jeunes femmes, même avec une valeur positive élevée du test de Daijin, une deuxième étude est prescrite après 9 mois, sans poser immédiatement de diagnostic définitif. Chez les patients âgés, un test positif # 394 est un indicateur possible d'un virus oncogène stable, qui est un indicateur pour des recherches ultérieures sur le patient pour l'oncopathologie..

Caractéristiques de l'analyse du VPH chez la femme

Le grattage pour les femmes est effectué par un gynécologue sur une chaise gynécologique. La procédure est indolore et ne diffère pas de l'examen préventif habituel. Un frottis cervical est effectué avec une brosse spéciale. Le plus informatif est le grattage du site de lésions tissulaires visibles. En même temps, ils effectuent une analyse pour la cytologie.

Remarque! Les femmes de moins de 30 ans sont testées pour le VPH, mais le diagnostic n'est pas posé, mais observé au fil du temps. Un jeune corps dans la plupart des cas fait face à l'infection par lui-même.

Caractéristiques de l'analyse chez les hommes

Pour les hommes, la procédure est effectuée par un urologue, le grattage est prélevé sur l'urètre, sur la tête du pénis. Avec une infection asymptomatique, le VPH peut être détecté par un test PCR qui montre des papillomavirus moyens et hautement oncogènes.

Si, lors de l'examen, il existe des manifestations prononcées de papillomavirus dans la zone anogénitale, des examens cytologiques et histologiques des échantillons de tissus sont effectués pour vérifier leur bonne qualité.

Auto-analyse et échantillonnage du matériel

Il est impossible d'effectuer un test HPV vous-même, mais vous pouvez collecter du matériel pour la recherche sans l'aide d'un spécialiste.

Pour cela, un ensemble spécial pour l'analyse doit être acheté à la pharmacie..

L'auto-analyse est interdite:

  • pendant la grossesse
  • filles qui n'ont aucune expérience sexuelle
  • pendant ou immédiatement après un traitement antibiotique

Une analyse indépendante est réalisée en cas de doute sur la «pureté» d'un contact non protégé, lorsque des signes visibles d'infection apparaissent.

Photo 3: L'auto-analyse est une recherche préliminaire et n'est pas très précise. La précision du résultat ne peut être garantie que par une analyse réalisée et réalisée par un spécialiste. Source: flickr (مصطفى امرابطي).

À quelle fréquence les tests doivent-ils être effectués?

À des fins préventives, le test HPV doit être effectué au moins une fois tous les 3 ans. Si le médecin observe le comportement du virus en dynamique, une deuxième étude est réalisée une fois tous les 9 mois ou par an..

Où puis-je être testé pour le VPH

Le test HPV peut être effectué chez un dermatologue, un dermatovénérologue local ou dans une clinique spécialisée rémunérée.