Principal
Myome

Cancer du col de l'utérus: symptômes, traitement, stades, pronostic

Le cancer du col de l'utérus est l'un des néoplasmes malins les plus courants chez les femmes; il représente plus de 5% de toutes les tumeurs et se classe 5e. Au cours des dernières décennies, la maladie est devenue plus jeune, elle survient donc souvent chez les femmes âgées de 20 à 30 ans. Contrairement aux autres tumeurs du système reproducteur, le cancer du col de l'utérus est le plus fréquent dans les pays en développement d'Afrique et d'Amérique latine.

Caractéristiques du col de l'utérus

Le col de l'utérus est la partie inférieure de l'utérus. En son centre se trouve un canal appelé cervical. Une extrémité s'ouvre dans l'utérus et l'autre dans le vagin. Seul un tiers de l'ensemble du cou est visible lorsqu'il est observé dans une chaise gynécologique. La plupart sont cachés à la vue. Tout au long de la vie d'une femme, le cou change constamment. Il y a une zone spéciale à la jonction de deux types d'épithélium, qui au fil du temps se déplace dans le canal cervical. Cette zone de transformation est la plus vulnérable à tous les facteurs défavorables. C'est avec elle que commencent le plus souvent tous les changements précancéreux et cancéreux..

Erosion cervicale et cancer

Très souvent, vous pouvez entendre le diagnostic d '«érosion cervicale». C'est un terme imprécis. Le plus souvent, cela signifie une ectopie, une condition qui est la norme pour 25% des jeunes femmes. Avec cette caractéristique, l'épithélium cylindrique tapissant le canal cervical vient à la place de celui multicouche. En conséquence, la zone de transformation est décalée vers l'extérieur. Dans la plupart des cas, l'ectopie ne nécessite aucun traitement, ne présente aucun symptôme et n'est certainement pas une affection précancéreuse. La seule recommandation: une observation régulière par un gynécologue.

Facteurs de risque du cancer du col de l'utérus

  • Début précoce de l'activité sexuelle
  • Changement fréquent de partenaires sexuels
  • Utilisation de contraceptifs oraux (sans utiliser de préservatifs)
  • Grossesses et accouchements multiples
  • Infection au VPH à haut degré d'oncogénicité, en particulier associée à une autre infection génitale (herpès génital, chlamydia)
  • Infection par le VIH

Cancer et portage du VPH

Le cancer du col de l'utérus est l'une des maladies plus faciles à prévenir qu'à guérir. Une grande réussite scientifique a été la découverte de la nature virale de ce processus oncologique. On pense que c'est une infection par le papillomavirus humain qui provoque des changements précancéreux, conduisant finalement à une tumeur maligne..

Actuellement, plus de 100 espèces de VPH ont été identifiées qui peuvent vivre dans le corps humain. Mais tous ne sont pas un facteur de risque de développement d'un cancer du col de l'utérus. Tous les virus sont classiquement divisés en groupes de potentiel oncogène élevé, moyen et faible:

  • Faible risque: HPV de types 6, 11, 42, 43, 44 (provoque des verrues génitales, n'augmente pas le cancer)
  • Risque intermédiaire: types 31, 33, 35, 51 et 52 (provoquent souvent une dysplasie, beaucoup moins souvent un cancer)
  • Risque élevé: 16, 18, 39, 45, 50, 53, 55, 56, 58, 59, 64, 68 types (trouvés dans 99% des cas de cancer du col de l'utérus)

Dans la plupart des cas, le VPH disparaît de lui-même en 1 à 2 ans, sans entraîner de changements significatifs. Et ce n'est qu'occasionnellement qu'il provoque une infection chronique à long terme qui entraîne une dysplasie et est la cause du cancer du col de l'utérus. On pense que plus la femme est jeune, plus l'auto-guérison est rapide. Par conséquent, chez les filles, la détermination du virus par PCR a été reconnue comme inappropriée. Habituellement, une analyse pour la détermination du VPH est effectuée avec des changements (leucoplasie, dysplasie) détectés par frottis et colposcopie, ainsi que des symptômes de cancer du col de l'utérus.

Faits sur le VPH

  • L'infection par le papillomavirus humain, qui cause le cancer, se produit par contact sexuel, plus souvent chez les jeunes hommes et femmes.
  • On pense que 50% de toutes les personnes sexuellement actives ont subi cette infection au moins une fois dans leur vie..
  • Dans la plupart des cas, le virus, y compris le groupe oncogène, quitte le corps de lui-même en 1 à 2 ans.
  • Il n'y a pas de médicaments qui aident efficacement à se débarrasser du virus..
  • La vaccination est la seule façon de se protéger du VPH oncogène élevé et du cancer du col de l'utérus..
  • L'examen des femmes de moins de 30 ans pour le VPH n'est pas pratique (car la maladie disparaît d'elle-même).

Symptômes

Premiers symptômes du cancer du col utérin:

Ils ont généralement un caractère aqueux, ont la couleur de "slops de viande", ont une odeur spécifique. Une telle décharge se produit si la tumeur atteint une grande taille et se désintègre progressivement..

Symptômes tardifs

  • Douleurs rongeantes et tiraillantes survenant dans le bas de l'abdomen, dans le bas du dos et le sacrum, dans le rectum.
  • Urination fréquente

Cas négligés

  • Signes d'intoxication tumorale: perte de poids soudaine, perte d'appétit, fièvre constante, perte d'énergie, anémie
  • Violation de la miction et de la défécation: sang dans les urines, sang dans les selles, constipation.
  • Fuite d'urine ou de matières fécales du vagin (lorsqu'une tumeur se développe dans la paroi de la vessie et de l'intestin avec formation de fistule)
  • Gonflement des jambes, essoufflement

Types de cancer

Les tumeurs du col de l'utérus peuvent être constituées de différents tissus, se former dans différentes parties de l'organe et avoir une malignité différente.

  • Cancer préinvasif
  • Carcinome squameux
  • Cancer glandulaire (adénocarcinome)
  • Autres types de cancer (y compris indifférenciés)

Cancer préinvasif (in situ, dysplasie de grade 3, CIN 3)

Cancer in situ, ou cancer in situ, sont des noms différents pour la même pathologie. Dans ce cas, les cellules recouvrant le cou présentent des signes de malignité. Mais ils ne poussent pas profondément dans le stroma. En conséquence, il n'y a pas de métastases. Puisqu'il n'y a aucun symptôme de cancer du col de l'utérus à ce stade, il ne peut être détecté qu'avec un examen régulier par un médecin. Au fil du temps, le cancer «en place» se transforme en cancer micro-invasif, puis métastatique.

Cancer microinvasif

Souvent, les experts identifient une forme particulière de tumeurs cervicales - un cancer micro-invasif correspondant au stade Ia. Ce n'est plus un cancer in situ, car les cellules tumorales ont envahi le stroma. Mais cette invasion ne dépasse pas 5 mm et la taille de la tumeur elle-même est de 1 cm ou moins. Dans ce cas, le cancer est généralement peu agressif, ne métastase pas et est assez bien traité..

Cancer du col de l'utérus invasif

Si la tumeur pénètre profondément dans les tissus, elle est appelée invasive. C'est avec elle que les premiers symptômes du cancer du col de l'utérus apparaissent. Un tel cancer est plus facile à remarquer lorsqu'il est examiné par un gynécologue, en outre, il présente les caractéristiques de frottis et de colposcopie. En cas de processus oncologique avancé, des signes clairs peuvent apparaître.

De par leur forme, les tumeurs cervicales sont divisées en trois groupes:

Un tel cancer se développe à l'intérieur du canal cervical, comme dans la lumière du col de l'utérus. On peut le trouver vu sur une chaise gynécologique: il pend souvent du cou vers l'extérieur sous la forme d'un polype en forme de chou-fleur. Ces tumeurs sont considérées comme moins agressives, se métastasent plus tard et ont un meilleur pronostic..

Ces tumeurs se développent profondément dans le cou. À l'extérieur, ils ont l'air petits, mais dans l'épaisseur des tissus, ils forment des ulcérations et des caries. Dans de tels cas, la maladie progresse de manière plus agressive, le pronostic est moins favorable.

Stades du cancer du col de l'utérus

Les statistiques d'incidence n'incluent pas le cancer pré-invasif (in situ). Ce stade du cancer du col de l'utérus est souvent associé à une dysplasie de grade 3, car le traitement est absolument identique. Pour les tumeurs qui ont pénétré plus profondément, une classification spéciale a été créée. Il vous permet de déterminer le pronostic et le traitement de la maladie..

Stade I: la tumeur ne dépasse pas l'utérus.

  • IA - une tumeur qui a pénétré à moins de 5 mm
  • IB - une tumeur qui a pénétré plus profondément que 5 mm

Stade II - Une tumeur qui s'est propagée à l'extérieur de l'utérus (mais qui n'a pas affecté les parois pelviennes et le tiers inférieur du vagin)
Stade III - Une tumeur qui s'est propagée aux parois du bassin ou au tiers inférieur du vagin
Stade IV - Tumeur qui a envahi le bassin ou envahi la vessie, le rectum.

Diagnostic du cancer du col de l'utérus

  • Examen cytologique (frottis pour oncocytologie)

Le test Pap est la norme mondiale pour le dépistage du cancer du col de l'utérus. À l'aide d'une spatule de forme spéciale, les cellules sont prélevées à la surface du cou. Après avoir étudié au microscope, une conclusion est faite sur leur structure. Dans un frottis, des changements inflammatoires, diverses atypies (y compris une dysplasie sévère) et des éléments cancéreux peuvent être détectés. Si les résultats sont suspects pour le précancer et le cancer, des méthodes de recherche supplémentaires sont prescrites.

Le colposcope est un appareil spécial qui vous permet d'agrandir l'image du cou et d'étudier la structure de ses cellules et vaisseaux sanguins. L'examen du col de l'utérus avec un colposcope est particulièrement important dans les premiers stades du cancer, lorsque la tumeur n'est pas visible lors d'un examen de routine. Les stades tardifs du cancer du col de l'utérus sont faciles à repérer sans outils supplémentaires.

Si des zones suspectes sont détectées, leur biopsie est réalisée, suivie d'un examen des tissus au microscope.

  • Curetage du canal cervical

Si les résultats d'une étude cytologique ont montré des changements précancéreux ou cancéreux et que la colposcopie est une image normale, il est alors nécessaire de subir un curetage du canal cervical. Il est fort probable que des cellules atypiques soient situées à l'intérieur, par conséquent, elles ne sont pas disponibles pour le contrôle visuel. Cette procédure n'est pas prescrite à tout le monde, généralement la cytologie et la colposcopie avec biopsie suffisent.

Le diagnostic par ultrasons est une méthode d'examen simple, indolore et peu coûteuse. L'échographie avec une sonde transvaginale est particulièrement efficace. Les difficultés ne surviennent qu'avec des processus très courants, ainsi qu'en présence d'adhérences dans la cavité abdominale. Pour un diagnostic plus efficace, une image en trois dimensions est utilisée, ce qui vous permet de visualiser la tumeur de tous les côtés. S'il est complété par une dopplerographie par ultrasons (étude du flux sanguin), vous pouvez détecter de petites tumeurs par une prolifération excessive des vaisseaux sanguins.

Des méthodes de recherche avancées supplémentaires permettent d'évaluer la propagation du processus oncologique, l'état des organes voisins et de choisir une stratégie de traitement. L'IRM est mieux adaptée à cet effet. La tomodensitométrie présente un inconvénient important: la densité des organes pelviens pendant celle-ci est à peu près la même. Par conséquent, même les cancers étendus peuvent ne pas être distingués en raison de la similitude avec le tissu adipeux..

  • Méthodes de détermination des métastases à distance

La radiographie thoracique, la tomodensitométrie abdominale, la scintigraphie squelettique peuvent détecter les métastases du cancer du col de l'utérus et choisir des tactiques de traitement. Ces méthodes sont utilisées après le diagnostic initial de cancer invasif, ainsi que pour surveiller le traitement des métastases et lorsque les symptômes du cancer du col de l'utérus apparaissent après la chirurgie..

Diagnostic du cancer du col utérin par le sang

Le scientifique a isolé un antigène spécial du carcinome épidermoïde - SCC, qui peut être considéré comme un marqueur du cancer du col de l'utérus. Le niveau de cet antigène dépend du stade de la maladie, de l'implication des ganglions lymphatiques et de la masse totale de la tumeur. Le CCS est utilisé pour surveiller l'efficacité du traitement et le diagnostic précoce de la récidive de la maladie. Environ 4 à 8 semaines après la thérapie, le niveau d'antigène diminue. Si après cela, il y avait une augmentation du marqueur, vous pouvez suspecter une rechute.

L'utilisation du niveau d'antigène SCC comme méthode de diagnostic primaire des tumeurs cervicales est inacceptable. Il existe une forte probabilité de résultats faux positifs et faux négatifs. Ainsi, le marqueur augmente en cas de maladies de la peau (psoriasis, eczéma), des maladies du foie et des reins, des cancers de l'endomètre et du vagin. De plus, tous les types de cancer du col utérin ne produisent pas des niveaux élevés de cet antigène. Ainsi, il n'existe pas de test absolument fiable pour le cancer du col de l'utérus..

Dépistage du cancer du col de l'utérus

Contrairement à de nombreux autres cancers, les tumeurs cervicales mettent beaucoup de temps à se développer. Cela permet d'identifier les femmes des groupes à risque et aux stades initiaux de la maladie. Pour le dépistage, il existe une méthode merveilleuse - le test cytologique de Papanicolaou. La sensibilité de cette méthode est d'environ 90%. Autrement dit, chez 9 femmes atteintes de cancer sur 10, un frottis régulier «pour la cytologie» permet d'identifier la maladie.

Toutes les femmes âgées de 25 à 49 ans devraient subir un dépistage tous les trois ans. Après 50 ans, il suffit de faire un frottis cytologique une fois tous les 5 ans.

Métastases du cancer du col utérin

Le cancer du col de l'utérus est considéré comme une tumeur très agressive. Il métastase précocement en se propageant dans la lymphe, le sang ou en envahissant les organes. Ainsi, environ 30% des patients au stade II ont déjà des cellules tumorales dans les ganglions lymphatiques les plus proches. Parmi les organes éloignés, les poumons, le foie et les os sont plus souvent touchés..

Traitement des tumeurs cervicales

Le cancer du col de l'utérus n'est pas une phrase. Les méthodes modernes de traitement peuvent guérir complètement cette maladie. Dans les premiers stades, il est possible de préserver l'organe et la fertilité. Dans les étapes ultérieures, une approche intégrée est utilisée. En conséquence, une femme perd la possibilité d'avoir des enfants, mais la qualité et la durée de sa vie restent élevées. Avant de déterminer la tactique de traitement, le médecin doit étudier l'examen histologique de la tumeur et déterminer son stade.

  • Conisation du col de l'utérus (pour le cancer non invasif)

L'ablation d'une partie du cou sous forme de cône est l'opération la plus courante pour la dysplasie sévère et le cancer in situ. L'intervention est réalisée sous anesthésie (anesthésie générale ou anesthésie péridurale). Si une dysplasie légère à modérée est suspectée, les médecins essaient d'éviter cette chirurgie..

Il y a un certain risque pour les femmes nullipares: la lumière du canal cervical peut se rétrécir et envahir, ce qui entraînera des difficultés de conception et de gestation. Cependant, les avantages de l'élimination in situ complète du cancer non invasif l'emportent de loin sur les risques potentiels. Le fragment retiré est envoyé pour histologie afin de poser un diagnostic précis.

  • Extirpation prolongée de l'utérus

Le plus souvent, une chirurgie extensive est utilisée pour le traitement pour enlever l'utérus, les tissus environnants et des parties du vagin. De tels volumes d'intervention sont associés au fait que la plupart des cas de cancer sont négligés. Dans de rares cas de cancer micro-invasif, les femmes ne subissent qu'une ablation du cou (si une grossesse est prévue). Peut-être un tel traitement pour le cancer du col utérin stade 1.

La radiothérapie est le principal traitement du cancer du col de l'utérus. Il est utilisé comme complément à l'opération aux étapes initiales ou comme seule méthode pour les processus de grande envergure. La radiothérapie est souvent utilisée pour soulager la souffrance du patient dans les cas avancés. Après un traitement par rayons, des complications sont possibles sous la forme de lésions de la peau, des organes internes, qui sont le plus souvent inoffensifs.

Les agents chimiothérapeutiques (cisplatine) sont rarement utilisés pour le traitement et uniquement en complément de la chirurgie et de la radiothérapie.

Score du test PapTraitement du cancer invasif

Suivi après traitement

Toute sa vie après un cancer, une femme doit être observée par un oncologue gynécologique. Les 2 premières années, l'examen est effectué tous les trois mois, puis jusqu'à 5 ans, vous devez subir un examen tous les six mois. Par la suite, il suffit d'être examiné chaque année.

Cancer et grossesse

La détection d'une tumeur cervicale pendant la grossesse est assez rare. En raison de changements dans l'immunité, le cancer chez les femmes en position se développe plus rapidement et s'écoule de manière plus agressive. Malheureusement, au premier trimestre, la seule façon de sauver la vie de la patiente est d'interrompre la grossesse, suivie d'une radiothérapie et d'une intervention chirurgicale. Ce n'est qu'au troisième trimestre qu'il est possible de reporter le traitement jusqu'à la maturation des poumons du fœtus et une césarienne. Habituellement, ils attendent jusqu'à 32 semaines de grossesse. Simultanément à la césarienne, une opération de retrait du cancer du col de l'utérus est également réalisée.

Pronostic des tumeurs cervicales

  • Le taux de survie à cinq ans pour le cancer de stade 1 est de 95 à 98%
  • Au stade 2, ce chiffre est légèrement inférieur, de l'ordre de 65 à 75%
  • Le taux de survie à 3 stades diminue fortement (jusqu'à 30%)
  • Alors que dans les cas avancés, le stade 4 est vécu par seulement 10% des patients.

Tous les chiffres ci-dessus ne sont fiables qu'avec un traitement complet de la maladie.

Prévention du cancer du col de l'utérus

  • Vaccination

La vaccination est considérée comme le principal moyen de prévenir le cancer du col de l'utérus. Le vaccin Gardasil a été développé contre 4 types de virus. Deux d'entre eux (types 16 et 18) sont à l'origine d'environ 70% des cancers et les types 6 et 11 sont associés à la plupart des cas de verrues génitales. Le vaccin a fait l'objet d'essais cliniques à grande échelle pendant 15 ans, démontrant une efficacité et une sécurité élevées.

Il est recommandé de vacciner les filles âgées de 11 à 13 ans. La vaccination est également possible pour les filles de moins de 26 ans, en particulier si elles n'ont pas commencé une activité sexuelle et n'ont pas été infectées par les types de virus ci-dessus. Une protection complète nécessite trois administrations du médicament dans les 6 mois. La durée du vaccin n'est pas définitivement déterminée, le minimum est de 5 à 8 ans.

Le vaccin Gardasil est garanti pour protéger une femme contre le cancer causé par 2 types de virus. Mais 30% des cancers sont causés par des types de HPV plus rares ou sont d'origine non virale. Par conséquent, toutes les femmes qui ont reçu le vaccin ont toujours besoin d'un examen régulier par un gynécologue avec un frottis cytologique.

  • Traitement des maladies précancéreuses

Tous les changements dans les cellules du col de l'utérus qui peuvent se transformer en oncologie sont appelés conditions précancéreuses. Celles-ci comprennent les dysplasies, les leucoplasies étendues et d'autres pathologies. En moyenne, il faut 10 à 15 ans pour développer un cancer à partir d'un précancer. Par conséquent, une dysplasie remarquée et guérie en temps opportun est un bon moyen d'éviter un processus malin. Ainsi, il est important de subir des examens réguliers et de consulter un médecin dès les premiers symptômes de la maladie cervicale..

Les méthodes de contraception de barrière réduisent considérablement le risque de transmission du VPH, bien qu'elles ne le protègent pas complètement.

FAQ

Si l'apparition de verrues génitales est un facteur de risque ou un symptôme du cancer du col de l'utérus?

Les verrues génitales (verrues génitales) sont causées par des types non oncogènes du virus. Bien qu'ils puissent causer de l'inconfort et des inconvénients esthétiques, cela n'a rien à voir avec le cancer du col de l'utérus.

Le frottis d'oncocytologie a révélé une légère dysplasie CIN1 et une inflammation. Dois-je faire une conisation du cou?

Dans la plupart des cas, une dysplasie légère disparaît d'elle-même et ne nécessite qu'une observation deux fois par an. De plus, une inflammation (cervicite) peut avoir affecté l'évaluation des résultats du frottis. Par conséquent, vous devez d'abord rechercher la cause de l'inflammation, la traiter, puis répéter l'étude cytologique..

Combien vivent au stade 2 du cancer du col utérin?

La deuxième étape est caractérisée par une propagation locale de la tumeur. Lors de la réalisation d'une chirurgie radicale, suivie d'une radiothérapie et d'un suivi régulier, 75% des femmes survivent à la barre des cinq ans. En oncologie, les patients qui ont vécu pendant 5 ans sans rechute sont classiquement considérés comme guéris.

Quel traitement de la phase initiale peut être effectué si à l'avenir il y a un désir d'avoir des enfants?

La question de la méthode de traitement est tranchée principalement par le médecin traitant: un oncologue gynécologique. En plus du stade, le type de tumeur, l'âge de la femme et les maladies associées jouent un rôle. Dans des circonstances favorables, une chirurgie de préservation des organes peut être pratiquée: ablation uniquement du col de l'utérus. Une grossesse après cette intervention est possible.

Trois ans se sont écoulés depuis l'opération d'ablation de la tumeur cervicale. Comment suspecter les métastases cancéreuses? Suffit-il d'avoir un examen gynécologue deux fois par an?

Les métastases vers des organes distants se font assez souvent sentir. La jaunisse soudaine, les douleurs osseuses, les fractures pathologiques, les maux de tête et la perte de conscience sont alarmants. Si des métastases se produisent dans les ganglions lymphatiques voisins, il se peut qu'il n'y ait aucun symptôme. Tous les examens complémentaires sont prescrits par le médecin, en tenant compte des plaintes et des résultats de l'opération précédente. Habituellement, un examen standard deux fois par an suffit.

Méthodes de diagnostic et analyses du cancer du col de l'utérus

Le deuxième cancer le plus fréquent chez les femmes est le cancer du col de l'utérus. De nombreuses femmes dans le monde ont déjà eu à rencontrer cette pathologie. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée chez les femmes qui ont franchi la ligne des 40 ans, les filles de moins de 25 ans ne sont pas si souvent confrontées à la maladie. Un diagnostic rapide du cancer du col de l'utérus à un stade précoce permet un traitement efficace qui peut donner un résultat positif.

Identifier le cancer par ses symptômes

Il est presque impossible de détecter le cancer du col de l'utérus aux premiers stades. Le danger de la pathologie est qu'elle est asymptomatique pendant une longue période. Lorsque les premiers signes d'une maladie apparaissent, on peut déjà dire que la maladie est passée à un stade actif. Le traitement du cancer du col utérin est positif si une tumeur cervicale est diagnostiquée aux premiers stades.

Il existe des signes courants de cancer du col de l'utérus qui peuvent être diagnostiqués à un stade précoce..

  1. La faiblesse, le développement d'une anémie, une fatigue accrue et constante sont les premiers signes d'une maladie qui se développe dans le corps. Ces symptômes peuvent s'accompagner d'une augmentation déraisonnable de la température corporelle. Il monte à 37-38 degrés et reste à ce niveau. La combinaison de ces symptômes devrait être la raison d'aller chez le médecin..
  2. Écoulement vaginal entre les règles. Ils peuvent être blancs, sanglants, verts ou jaunes. Ils peuvent ou non avoir une odeur désagréable. L'abondance des rejets est différente dans chaque cas. La décharge peut apparaître après l'intimité, l'effort physique, les selles. Aux derniers stades du développement de la maladie, l'écoulement développe une odeur désagréable et piquante. Cela est dû à la dégradation du tissu tumoral.
  3. Avec le développement de la maladie, des douleurs apparaissent, localisées dans le bassin, le sacrum et le rectum. En outre, l'inconfort peut être dans l'abdomen, la région lombaire. Certaines femmes notent que la douleur survient dans la région de la cuisse gauche. Les experts font attention au fait que les crises de douleur constantes et insolubles sont l'un des principaux signes de la maladie.

Une femme peut remarquer tous ces signes d'elle-même si elle est attentive à sa santé. Ignorer les symptômes alarmants aggravera la situation. Une tumeur en expansion provoque une perturbation de l'intestin, de la vessie.

Qu'est-ce qui cause le cancer

Le cancer du col de l'utérus est un cancer très courant. Mais, malgré cela, la maladie n'est toujours pas entièrement comprise. Les experts ne peuvent pas répondre sans équivoque à ce qui contribue à l'apparition d'un néoplasme malin. Pour cette raison, des difficultés surviennent dans le travail de prévention et dans l'identification précoce d'une maladie..

Les experts disent que la présence du papillomavirus humain dans le corps d'une femme augmente considérablement le risque de développer la maladie. Après les études, le virus a été détecté chez 57% des femmes confrontées à cette pathologie..

Il existe un certain nombre d'autres facteurs qui augmentent le risque de développer la maladie:

  1. vie sexuelle promiscuité;
  2. faible niveau de vie social et économique des femmes;
  3. grossesse précoce;
  4. premier accouchement avant l’âge de 16 ans;
  5. blessure cervicale;
  6. herpès des organes génitaux externes;
  7. utilisation à long terme de contraceptifs hormonaux;
  8. fumeur.

L'épithélium stratifié tapisse le col de l'utérus de l'intérieur, lorsqu'un virus pénètre dans le corps d'une femme, il provoque un changement dans la structure des cellules de la couche utérine interne. Les cellules épithéliales passent progressivement par un stade de malignité - devenant malignes.

Un spécialiste peut parler d'un diagnostic précis après qu'une femme ait subi un examen complet, en passant les tests nécessaires. Si le rshm est détecté au stade initial, il y a de fortes chances d'arrêter le développement de la maladie, pour parvenir à la guérison du patient.

Le traitement du cancer du col de l'utérus est possible aujourd'hui. Les spécialistes utilisent des méthodes médicales modernes et efficaces pour éliminer la maladie.

Comment identifier le cancer de l'utérus

Le diagnostic précoce du cancer du col de l'utérus est compliqué par le fait que la maladie peut être latente, sans donner de symptômes alarmants. Un spécialiste peut parler du développement de la maladie lors de l'examen et après l'examen cytologique. Il est possible de détecter l'oncologie, car le processus de dégénérescence du tissu épithélial vers un état précancéreux peut prendre jusqu'à 2 à 10 ans. Pendant cette période, la femme rend visite au gynécologue, subissant des examens préventifs annuels.

Le spécialiste doit prescrire des examens du cancer de l'utérus, qui confirmeront ou infirmeront le diagnostic. Ils sont effectués de manière globale, selon les tests que la femme a passés, le spécialiste peut détecter des changements précancéreux.

Un complexe de mesures diagnostiques est nécessaire pour que le médecin puisse connaître exactement le stade de développement de la maladie, pour développer un plan de traitement individuel pour une femme.

Inspection visuelle

Lors d'un examen gynécologique, le spécialiste utilise un miroir gynécologique. Visuellement, il peut voir que la couleur de la muqueuse a changé, voir la présence de manifestations, de croissances.

Le gynécologue peut détecter la pathologie au stade initial du développement, cela augmente l'efficacité du traitement prescrit.

Un cancer du col de l'utérus invasif peut être diagnostiqué lors d'un examen pelvien. Les spécialistes identifient également le cancer endophyte du col de l'utérus lors d'un examen au spéculum. Dans ce cas, il y a un compactage, une augmentation du cou, il y a des manifestations du pharynx cervical externe.

Au cours de l'examen, le médecin peut voir des zones nécrotiques grises avec des néoplasmes grumeleux rouges sur le col de l'utérus - cela indique une forme exophytique du développement de la maladie.

L'examen gynécologique est la principale méthode de diagnostic du cancer à un stade précoce, vous permettant d'arrêter et d'éliminer la maladie..

Dépistage

Le dépistage est une analyse effectuée lors d'un examen pelvien. Le spécialiste prélève un frottis, l'envoie au laboratoire pour examen du matériel au microscope.

Un frottis pour l'oncologie permet de déterminer la présence ou l'absence de cellules anormales dans le matériel obtenu. En outre, au cours de l'étude, vous pouvez déterminer l'apparence des structures cellulaires. Le plus souvent, le dépistage est effectué au milieu du cycle mensuel - c'est le moment le plus propice pour l'étude. Un jour avant de passer des tests, une femme ne doit pas utiliser de contraceptifs spermicides lubrifiés ni de suppositoires vaginaux. Ils compliqueront considérablement l'étude du biomatériau résultant..

Colposcopie

Le diagnostic du cancer de l'utérus peut être effectué à l'aide d'un colposcope, un appareil spécialisé. Cette méthode de diagnostic fournit des informations précises, elle est totalement sans danger pour une femme. Une colposcopie est réalisée pour clarifier le diagnostic en cas de suspicion de cancer du col de l'utérus. Elle est réalisée après la fin des règles jusqu'au début de l'ovulation.

La colposcopie n'a pas de conséquences désagréables. Il peut être annulé dans de tels cas:

  • dans les 2 mois après l'accouchement;
  • dans un délai d'un mois après l'interruption artificielle de grossesse;
  • dans les 2-3 mois après la chirurgie pratiquée sur les tissus du col de l'utérus;
  • pendant la menstruation, des saignements de nature différente;
  • s'il y a une inflammation étendue accompagnée d'un écoulement purulent.

Si ces contre-indications ne sont pas présentes, le spécialiste effectue une colposcopie.

Hystéroscopie

Pour examiner le canal cervical, un spécialiste peut prescrire une hystéroscopie. La procédure est effectuée dans une clinique externe, sous anesthésie. L'hystéroscope, qui est une sonde à fibre optique, est inséré dans le col de l'utérus, et le spécialiste a la possibilité de l'examiner, d'effectuer toutes les manipulations.

Biopsie et ses types

Une biopsie vous permet de mener une étude détaillée d'un morceau de tissu prélevé sur une femme pour analyse.

Le biomatériau peut être pris de plusieurs manières.

  1. Biopsie colposcopique - elle est réalisée lors d'un examen de routine par un gynécologue. Un colposcope est inséré dans le col de l'utérus et, à l'aide d'un manipulateur, un spécialiste sépare un fragment de tissu qui sera examiné. La procédure est indolore. Dure environ 30 secondes.
  2. Biopsie en coin - la procédure peut différer selon la technique utilisée:
  • Une biopsie en boucle est une technique traumatique qui peut provoquer des cicatrices sur les parois du col de l'utérus. Dans le processus de prélèvement d'un biomatériau, le médecin introduit un manipulateur qui a une forme en forme de boucle, faisant passer une décharge de courant à travers lui. Cela vous permet de décoller un fragment de tissu pathologique;
  • cryoconisation - la méthode est similaire à une biopsie en boucle, mais le spécialiste utilise de l'azote liquide au lieu du courant. Cela vous permet de geler et de séparer un morceau de tissu du col de l'utérus;
  • biopsie par ondes radio - un spécialiste utilise un couteau à ondes radio pour séparer un morceau de tissu.
  1. La biopsie par curetage consiste à gratter un petit morceau de tissu du col de l'utérus avec une curette (instrument gynécologique).

Les résultats de la biopsie peuvent confirmer ou infirmer la présence d'un cancer.

Une échographie, réalisée en cas de suspicion de cancer du col de l'utérus, permet au spécialiste de voir sur le moniteur que l'utérus a pris une forme en forme de tonneau, on peut voir que les ganglions lymphatiques régionaux sont hypertrophiés. L'échographie montre également un contour irrégulier du col de l'utérus.

Par échographie, le médecin examine l'état du col de l'utérus, la perméabilité du canal cervical, compare les résultats obtenus avec les indicateurs disponibles de la norme. Une étude diagnostique peut être réalisée de 3 manières:

  1. à travers le rectum (transrectal) - un lavement nettoyant est effectué 6 heures à l'avance;
  2. à travers la paroi abdominale (transabdominale) - le patient boit 1 litre d'eau 1 heure avant l'étude, un régime sans laitier est également suivi pendant une journée;
  3. à travers le vagin (transvaginal) - l'étude ne nécessite pas de préparation particulière.

Si au cours de l'étude un écart par rapport à la norme est constaté, le spécialiste peut prescrire des méthodes de diagnostic supplémentaires..

Cystoscopie et rectoscopie

Un néoplasme malin qui ne se prête pas à la chirurgie nécessite des recherches supplémentaires. Le spécialiste effectue une cystocospie pour voir dans quelle mesure la tumeur s'est propagée et s'il y a une invasion dans la vessie.

La méthode de diagnostic permet au spécialiste de choisir la méthode de traitement. La cystoscopie est obligatoire après une radiothérapie préopératoire. Une rectoscopie est effectuée pour voir dans quelle mesure la tumeur a grossi et dans quelle mesure elle a affecté le rectum.

Quel est le nom du test du cancer du col de l'utérus

Aujourd'hui, le test Pap est un test mondialement reconnu pour diagnostiquer le cancer du col de l'utérus à un stade précoce. Lors de l'examen, un spécialiste prélève un biomatériau de la membrane muqueuse du col de l'utérus. Pour ce faire, utilisez un pinceau Wallach ou une spatule spéciale. Le biomatériau obtenu est transporté au laboratoire pour des recherches complémentaires. Pour ce faire, il est placé dans un conteneur spécial..

En laboratoire, le biomatériau obtenu est examiné au microscope après avoir été coloré avec des colorants spéciaux. Au cours du processus de recherche, le spécialiste détermine s'il y a ou non des cellules anormales dans le matériel biologique reçu et indiquera également avec précision la présence d'une maladie. Ce test diagnostique le cancer du col de l'utérus tôt lorsqu'il est traitable..

Les experts recommandent de faire régulièrement un tel test pour les femmes qui ont atteint l'âge de 21 ans.

Pour que le résultat soit fiable, une femme doit se préparer, assurez-vous de l'informer des médicaments hormonaux pris, des COC, le cas échéant. Un certain nombre d'autres recommandations doivent être suivies:

  • 48 heures avant l'étude, les relations sexuelles vaginales sont interdites;
  • pendant cette période, vous ne pouvez pas mettre de suppositoires vaginaux, douche, utiliser des tampons, vos médicaments préférés qui doivent être injectés dans le vagin ne peuvent pas être utilisés;
  • si une femme a une cervite, elle doit être guérie avant de procéder à une analyse.

Si, selon les résultats de l'étude, des cellules anormales ont été trouvées, la femme se voit également attribuer une colposcopie.

Le diagnostic rapide d'une condition précancéreuse vous permet d'arrêter le développement de la maladie à temps, en l'éliminant complètement avec des méthodes de traitement conservatrices.

CT et IRM

La détermination du cancer du col de l'utérus est possible à l'aide de méthodes de recherche supplémentaires. Les spécialistes prescrivent plus souvent l'IRM, les résultats de cette étude montrent clairement à quel point le processus oncologique est commun. L'état des organes voisins est également évalué. Grâce à cela, le médecin prescrit le traitement nécessaire..

La tomodensitométrie a un inconvénient - elle montre à peu près la même densité des organes pelviens. Cela peut être la raison pour laquelle la croissance cancéreuse peut être appelée tissu adipeux. Si cela se produit, le spécialiste et le patient perdent le temps nécessaire pour traiter la pathologie..

Tests de marqueurs tumoraux

Un marqueur tumoral est une substance spéciale dans le sang d'une femme qui peut indiquer la présence d'un cancer en développement. Dans le cancer du col utérin, le marqueur tumoral SCCA - antigène du carcinome épidermoïde - est élevé. Son niveau élevé indique un stade avancé de la pathologie. Dans ce cas, la maladie sera difficile à répondre au traitement. Au cours du traitement, le spécialiste doit constamment surveiller les indicateurs du marqueur. S'il y a une augmentation après le premier traitement, nous pouvons conclure que la pathologie se reproduit.

La livraison d'un onokmarker ne nécessite pas de préparation particulière. La seule chose qu'une femme doit savoir, c'est que l'analyse doit être effectuée à jeun. Le dernier repas doit avoir lieu 8 heures avant la livraison du marqueur tumoral. Une femme doit avertir son médecin des médicaments qu'elle prend. Si possible, il est nécessaire de refuser de prendre des médicaments dans une semaine pour la délivrance du marqueur tumoral. L'analyse n'est pas donnée si le patient souffre d'un certain nombre de maladies cutanées. Vous devez d'abord éliminer ces maladies, puis vous faire tester pour un marqueur tumoral.

De plus, une femme doit passer un certain nombre de tests pour d'autres marqueurs tumoraux:

  1. antigène embryonnaire du cancer (REF);
  2. polypeptide spécifique au tissu.

La combinaison des résultats d'analyse permet au spécialiste d'évaluer l'état du patient et de choisir la bonne thérapie qui donnera un résultat positif.

Le cancer du col de l'utérus est une pathologie grave courante qui peut détruire la vie et la santé d'une femme. Seules une attitude prudente envers vous-même, des examens réguliers et la réussite des méthodes de diagnostic nécessaires peuvent vous aider à vous protéger de la pathologie ou à l'arrêter au tout début.

Marqueurs tumoraux du col de l'utérus

Le cancer du col de l'utérus est le troisième cancer le plus fréquent chez les femmes. La détection précoce d'un processus malin est inestimable non seulement pour le début rapide du traitement, mais également pour la vie du patient. L'une des méthodes de recherche importantes est le marqueur tumoral cervical.

Quels sont les marqueurs tumoraux?

Ce sont des substances spécifiques - des antigènes synthétisés par des cellules tumorales atypiques: des protéines, des hormones ou des enzymes. Une augmentation de leur concentration dans le sang indique la présence de phénomènes pathologiques dans l'organisme, en particulier un adénocarcinome ou un cancer. Les marqueurs tumoraux sont très sensibles aux changements de la santé humaine et sont déterminés en petites quantités dans le cas d'un rhume et d'autres pathologies somatiques. De plus, leurs petites valeurs se retrouvent normalement dans le sang de chaque personne..

Les tests d'antigène sont effectués pour les indications suivantes:

  • diagnostic de l'oncologie;
  • choix des tactiques de traitement;
  • évaluation de l'efficacité du cours thérapeutique actuel;
  • contrôle de la survenue de rechutes.

La recherche sur les marqueurs tumoraux ne confirme pas la présence d'un cancer ou d'un sarcome à 100%. Le diagnostic des processus oncologiques doit être complet, en tenant compte de toutes les spécificités de la maladie.

Indications de livraison

L'analyse des marqueurs tumoraux du cancer du col de l'utérus est prescrite dans les cas suivants:

  • tumeurs bénignes et érosion en tant que conditions précancéreuses du système reproducteur féminin;
  • suspicion de carcinome du corps de l'utérus;
  • dépistage postopératoire et suivi de la qualité du traitement;
  • prédire l'évolution de la maladie;
  • diagnostic de récidive du processus oncologique.

Marqueurs tumoraux du col de l'utérus

Il existe plusieurs types d'antigènes qui sont étudiés lorsqu'un processus malin est suspecté dans le système reproducteur d'une femme. Listons-les.

  • SCC. Un marqueur tumoral spécifique qui indique le développement d'un carcinome épidermoïde dans le col de l'utérus. Malheureusement, son contenu d'information dans les premiers stades de l'oncologie est faible - la fiabilité n'est que de 10%, mais à partir du 3ème stade de la maladie, il monte à 80%. Cela ne permet pas d'utiliser l'antigène SCC comme seule méthode de diagnostic. Avec un traitement réussi, les valeurs d'antigène reviennent à la normale en quelques jours.
  • CEA. Marqueur tumoral de type non spécifique. Le nom complet est antigène embryonnaire du cancer. Indique des processus oncologiques dans le corps et le col de l'utérus et des intestins, ainsi que des métastases dans les poumons, le tractus gastro-intestinal et le tissu osseux.
  • CA 15-3. Marqueur tumoral non spécifique. Aide à déterminer le processus malin dans le système reproducteur de la femme et la glande mammaire. Associé au CEA, il permet d'évaluer l'état des organes reproducteurs du patient. CA 15-3 augmente également avec l'hyperplasie de l'endomètre.
  • CA 125. Marqueur spécifique de la tumeur ovarienne. Indique la présence d'une tumeur dans les appendices d'une femme, à la fois bénigne et maligne. L'oncopathologie est généralement indiquée par une augmentation du CA 125 à partir de 40 U / ml. La combinaison dans le sang de paramètres accrus de HE 4 et CA 125 confirme le cancer des organes reproducteurs, y compris le col de l'utérus (CC).
  • NON 4. Protéine épididymaire humaine spécifique du tissu épithélial des voies génitales, des voies respiratoires et du pancréas. Ses valeurs accrues sont caractéristiques des tumeurs malignes des ovaires, du corps et du col de l'utérus. NOT 4 défini uniquement en combinaison avec CA 125.
  • HCG. Gonadotrophine chorionique humaine. Il est normalement augmenté chez les femmes enceintes. S'il n'est pas question de porter un enfant, alors une augmentation de la concentration d'hCG dans le sang indique un possible processus oncologique dans le système reproducteur du patient.
  • CA 27-29. Marqueur tumoral spécifique du sein. En outre, sa croissance est notée dans les lésions malignes de l'utérus et l'endométriose ovarienne..

Le plus souvent, pour déterminer le cancer du col de l'utérus, il est recommandé de passer plusieurs marqueurs tumoraux de la liste répertoriée. Grâce à l'analyse combinée, il est possible non seulement de détecter des processus oncologiques dans le corps, mais également d'évaluer son état général dans son ensemble et d'exclure les métastases.

Norme

Considérez dans le tableau suivant les critères de référence pour les marqueurs tumoraux cervicaux.

TypesNorme
SCC0 à 1,5 ng / ml
CEANon-fumeurs: 0-2,5 ng / ml;

pour les fumeurs: 0-5 ng / ml

CA 15-30-20 unités / ml
CA 125jusqu'à 13 unités / ml
PAS-4Femmes de moins de 40 ans: pas plus de 60 pmol / l;

préménopause - jusqu'à 70 pmol / l;

postménopause - jusqu'à 140 pmol / l.

HCGjusqu'à 5 unités / ml
CA 27-290-40 unités / ml

Si certains des marqueurs tumoraux listés se situent à la limite des critères normaux, il s'agit plutôt de néoplasmes bénins. Dans ce cas, il est recommandé d'effectuer des procédures d'examen supplémentaires et, si nécessaire, de subir un traitement approprié..

Décodage

L'analyse est déchiffrée par des spécialistes. En moyenne, il faut 1 à 3 jours pour étudier les marqueurs tumoraux cervicaux.

Le fond normal des antigènes étudiés montre qu'il n'y a pas de pathologie dans le corps, ou que le traitement a été effectué avec succès et que tous les tissus atypiques ont été retirés par chirurgie et autres méthodes thérapeutiques. Une augmentation des marqueurs tumoraux plaide en faveur d'un processus bénin ou malin ou de l'échec du traitement du cancer du col de l'utérus et des métastases.

Schéma d'étude des marqueurs tumoraux

Les analyses d'antigènes cervicaux sont examinées avant le début du traitement complexe afin d'évaluer l'évolution de la maladie et le déroulement du traitement, en l'ajustant si nécessaire.

Si une opération a été effectuée pour enlever le cancer du col de l'utérus, des tests sont effectués aux fins suivantes:

  • confirmation de la résection complète des tissus affectés;
  • prévention de la récidive du processus malin (la croissance des antigènes commence bien avant les premières manifestations de l'oncologie);
  • évaluation de l'efficacité de la thérapie et sélection des médicaments.

Selon le schéma généralement accepté, le premier test d'antigènes est effectué 4 jours après la chirurgie - généralement une paire de SCC et de CA 125. Si l'opération réussit, ils seront réduits à des valeurs normales. Des recherches supplémentaires sont effectuées après 8 semaines. Ensuite, la femme doit régulièrement donner du sang pour les marqueurs tumoraux cervicaux tous les six mois..

Préparation aux tests

Le test est effectué strictement à jeun. Il n'est pas recommandé de prendre de la nourriture pendant au moins 8 heures avant de prélever le biomatériau. Un jour avant de visiter le laboratoire, vous devez abandonner les boissons alcoolisées, le tabagisme et le stress physique et psychologique. Si le patient prend des médicaments de manière continue, il est important d'en informer le médecin à l'avance et de recevoir des recommandations individuelles pour les prendre le jour de l'analyse..

Pour préparer votre recherche, il est important de prêter attention aux points suivants:

  • Un CSC ou un test sérologique sera peu informatif si une femme a un rhume ou une pneumonie, ou si elle a une rechute de psoriasis ou d'une autre maladie cutanée chronique: dans ce cas, vous devez attendre au moins 2 semaines avec l'analyse et suivre un traitement approprié
  • tous les marqueurs tumoraux peuvent être augmentés pendant la grossesse, de sorte que leur étude sera également non informative;
  • la valeur de certains antigènes, par exemple le CA 125 et l'hCG, augmente à différents jours du cycle menstruel, en particulier pendant les règles, il est donc préférable à ce moment de refuser de passer des tests.

Avant le diagnostic, il est recommandé d'exclure toute activité sexuelle pendant au moins 24 heures.

Comment les tests sont-ils effectués??

La collecte et l'interprétation des résultats des tests doivent être effectuées dans le même laboratoire, car la méthodologie de l'étude et les critères de référence peuvent différer selon les établissements médicaux..

Le sang est donné entre 7 et 11 heures du matin à partir d'une veine dans un volume de 3 à 5 ml. Les résultats de l'étude seront prêts dans un délai de 1 à 3 jours.

Combien de temps attendre le résultat?

Dans la plupart des cas, l'analyse des marqueurs tumoraux est effectuée dans un délai de 1 à 3 jours ouvrables. La période indiquée peut ne pas inclure le jour de la collecte du biomatériau.

La détermination des marqueurs tumoraux dans le sang est une procédure spécifique qui peut être confiée exclusivement à des professionnels.

La fiabilité des données, s'il est nécessaire de reprendre des tests pour confirmation

En cas d'augmentation des taux de marqueurs tumoraux, il est recommandé de refaire le test après 3-4 semaines, car un résultat faussement positif ne peut être exclu en raison d'une erreur technique de l'assistant de laboratoire et d'une mauvaise préparation de l'étude par le patient lui-même..

Si une analyse répétée montre à nouveau la croissance d'antigènes dans le sang, cela indique la présence d'un processus pathologique dans le corps qui nécessite un examen supplémentaire détaillé afin de clarifier le diagnostic exact et la localisation de la tumeur..

Conditions spéciales affectant le niveau de marqueurs dans le sang

Les indicateurs SCC et CA 125 dépendent de la progression de la maladie, de la surface de la tumeur et du fait de la métastase. Les données obtenues permettent de déterminer le stade de la lésion du col de l'utérus..

Certaines méthodes de diagnostic peuvent également affecter le niveau des marqueurs tumoraux. Si une semaine avant le don de sang, une femme a subi une radiographie, une échographie ou une tomodensitométrie, le médecin doit en être averti.

Où puis-je me faire tester

Vous pouvez donner du sang pour les marqueurs tumoraux dans n'importe quel centre médical ou laboratoire moderne. Lors de la prise de contact avec un spécialiste, il est nécessaire de clarifier les critères qui seront étudiés dans le diagnostic.

À Moscou, des tests peuvent être effectués dans les laboratoires suivants:

Centre médical "CM Clinic", st. Yaroslavskaya, 4 ans.

  • REA - 760 roubles;
  • CA 125-970 roubles;
  • SCC - 660 roubles.

Clinique "Hôpital clinique de l'administration présidentielle de la Fédération de Russie", st. Losinoostrovskaya, 45 ans.

  • REA - 890 roubles;
  • CA 125 - 680 roubles;
  • SCC - 900 roubles.

À Saint-Pétersbourg, une étude sur les marqueurs tumoraux du cancer du col de l'utérus peut être réalisée dans les cliniques suivantes:

Centre médical "Allergomed", perspective Moskovsky, 109.

  • REA - 600 roubles;
  • CA 125 - 400 roubles;
  • SCC - 700 roubles.

Clinique Euromed Clinic, Suvorovsky prospect, 60 ans.

  • REA - 1485 roubles;
  • CA 125 - 990 roubles;
  • SCC - 1200 roubles.

Dans les villes russes, des tests sanguins pour les marqueurs tumoraux peuvent être effectués dans les cliniques du réseau Invitro. Les prix des tests peuvent varier selon la région. Par exemple, à Nizhny Novgorod, un test d'antigène CA 125 coûtera 720 roubles à un patient: 620 pour une étude et 100 pour un échantillon de sang. Dans le même temps, il est possible de faire une analyse à Astrakhan moins chère - 580 roubles: 460 pour la recherche et 120 pour la prise d'un biomatériau. Le coût des services peut être spécifié sur le site Web Invitro de votre région.

Merci d'avoir pris le temps de répondre au sondage. L'opinion de chacun est importante pour nous.

Test du cancer du col utérin

Mon blog

Pensée clinique

À propos des avantages de l'inspection technique

Intéressant

Orgasme féminin

Orgasme féminin - Opinion du gynécologue

Orgasme féminin. Partie 4

Dans les parties précédentes, j'ai décrit comment se forme l'orgasme féminin et souligné les raisons pour lesquelles l'orgasme peut être inaccessible.

Évaluation de l'état du col de l'utérus. Possibilités de cytologie liquide.

Très souvent, il faut faire face à des situations où un patient reçoit un diagnostic de virus du papillome humain (VPH) à haut risque oncogène et immédiatement signalé qu'il existe un risque de développer un cancer du col de l'utérus.

Un traitement assez agressif est souvent prescrit, une biopsie est effectuée et, en général, il n'est pas clairement expliqué ce qui se passe réellement et quel est le pronostic futur. L'essentiel est que le médecin ne suive pas un algorithme clair qui existe dans le monde depuis longtemps..

Ainsi, si vous avez un risque oncogène élevé détecté par la méthode PCR, la présence du virus du papillome humain (HPV) n'a pas à paniquer. Il n'y a rien de sérieux dans cette découverte, c'est juste une excuse pour subir un examen approprié..

  • Avoir un VPH à haut risque oncogénique ne signifie pas que vous développerez définitivement un cancer du col de l'utérus - il y a une chance, mais c'est très petit, et si vous consultez régulièrement un gynécologue, la maladie peut être détectée aux premiers stades (précancéreux) et elle peut être complètement guérie.
  • Le papillomavirus humain pénètre dans les cellules du col de l'utérus et peut ne pas les modifier pendant une longue période. Ce virus peut être supprimé par le système immunitaire et est par la suite indétectable dans l'analyse. Le plus souvent, cela se produit entre 30 et 35 ans. La présence du virus dans le corps après cet âge nous incite à accorder plus d'attention à l'évaluation des conditions du col de l'utérus..
  • La quantité de virus dans le corps est d'une grande importance. L'analyse OCP conventionnelle indique uniquement la présence du virus du papillome humain dans le corps, mais ne reflète pas sa quantité. Il existe un test spécial qui peut détecter la quantité de virus HPV.
  • Il n'y a pas un seul médicament efficace dans le monde pour le traitement du papillomavirus humain, et les immunomodulateurs et autres médicaments ne sont pas utilisés. Le papillomavirus humain ne peut pas être guéri. Le système immunitaire peut supprimer sa réplication, mais aucun médicament (peu importe comment les fabricants le prétendent) ne peut aider le système immunitaire à supprimer ce virus. Tous les schémas thérapeutiques prescrits dans notre pays, y compris (allokine-alpha, polyoxidonium, panavir, cycloféron, isoprénosine, etc.), n'ont pas d'efficacité prouvée. Il n'y a pas d'analogues de ces médicaments dans le monde..

Que faire?

  • Une fois par an, il est obligatoire de subir un examen par un gynécologue avec un examen obligatoire du col de l'utérus.
  • Un simple examen du col de l'utérus ne suffit pas - il est impératif de faire des tests, c'est-à-dire de répondre à deux questions - avez-vous le papillomavirus humain et y a-t-il des changements dans les cellules du col de l'utérus qui peuvent potentiellement conduire au développement d'un cancer du col de l'utérus.

Le plus souvent, les cliniques effectuent un frottis cytologique régulier et un frottis par la méthode PCR pour déterminer le virus (c'est-à-dire une analyse qui répond simplement à la question - existe-t-il ce virus ou non).

Ces analyses présentent plusieurs inconvénients importants qui peuvent affecter leur précision..

Inconvénients de la cytologie conventionnelle et du frottis PCR:

  • Un frottis du col de l'utérus est prélevé avec une brosse plate et le matériau est «enduit» sur le verre -
    • le médecin ne peut pas prélever de cellules sur toute la surface du col de l'utérus;
    • lorsqu'il est appliqué sur du verre, un frottis est obtenu avec un matériau appliqué de manière inégale (quelque part plus épais, quelque part enduit), ce qui ne permet pas à un cytologiste de l'examiner complètement et d'évaluer toutes les cellules obtenues;
    • le verre avec le frottis appliqué peut devenir «bouché», ce qui affecte également la disponibilité de l'évaluation des cellules obtenues.
  • En conséquence, un frottis PCR montrera s'il existe ou non un papillomavirus humain - et c'est tout. Autrement dit, il ne peut pas être utilisé pour juger de la quantité de ce virus, et cela compte.

Possibilités modernes pour évaluer l'état du col de l'utérus

Cytologie liquide

L'essence de la méthode est que le matériau est prélevé du col de l'utérus à l'aide d'une brosse spéciale qui, en raison de sa conception, vous permet de capturer des cellules de toute la surface et du canal du col de l'utérus..

Ensuite, la brosse est immergée dans un récipient spécial avec une solution. Ce conteneur est envoyé au laboratoire. Toutes les cellules de cette brosse se retrouvent dans une solution qui est chargée dans l'appareil. Dans celui-ci, le matériau est traité, et après que les cellules sont appliquées en une couche mince et uniforme sur du verre, qui, après coloration, est évaluée par un cytologue.

Cette approche vous permet de considérer toutes les cellules obtenues lors de la collecte de matériel et de les évaluer pleinement. Cela augmente considérablement la probabilité d'un diagnostic précis de l'état des cellules cervicales et ne manque pas leur transformation maligne..

Cette méthode présente deux autres avantages majeurs:

  • Rappelez-vous que les cellules après la collecte sont dans une solution spéciale, où elles peuvent être conservées jusqu'à six mois. En utilisant cette solution, vous pouvez également effectuer une analyse de la présence du papillomavirus humain par une méthode quantitative (Digene-test) - c'est-à-dire pour détecter non seulement la présence de ce virus, mais aussi pour connaître sa quantité, ce qui est important lors de l'interprétation des résultats de l'analyse cytologique et affecte d'autres tactiques.
  • Une autre analyse importante peut être faite à partir de la solution résultante avec des cellules - la détermination d'une protéine spéciale P16ink4a. La détermination de cette protéine permet de clarifier la situation lors de l'identification des cellules altérées du col de l'utérus. La détection de cette protéine indique que la cellule est gravement endommagée et qu'il y a une forte probabilité de sa transformation maligne. L'absence de cette protéine indique que le défaut dans les cellules n'est pas dangereux et que la probabilité de transformation maligne est minime..

Ainsi, trois analyses peuvent être effectuées à partir d'un échantillon de matériel et pour cela, vous n'avez pas besoin de vous rendre à la clinique plusieurs fois et de faire une clôture supplémentaire. Autrement dit, s'ils prélèvent une analyse de votre part uniquement pour la cytologie liquide et identifient les «mauvaises» cellules - des études supplémentaires (détermination de la quantité de virus du papillome humain et analyse d'une protéine spécifique) peuvent être effectuées à partir du matériel déjà reçu, simplement en commandant ces tests en plus dans le laboratoire.

Un tel triple test vous permet d'analyser les cellules du col de l'utérus avec la plus grande précision possible et de décider quoi faire ensuite..

Un tel test doit être effectué non seulement pour les femmes qui ont déjà eu des modifications du col de l'utérus ou qui ont diagnostiqué la présence de types oncogènes du papillomavirus humain. Ce test doit être effectué à titre prophylactique une fois par an, auquel cas vous pouvez être sûr de ne pas manquer d'éventuels changements dans le col de l'utérus..

Dans notre clinique, une telle analyse des cellules cervicales sera effectuée.

  • Cytologie liquide - 2500 roubles
  • Test Digene (détermination quantitative du VPH) - 2500 roubles
  • Analyse de la présence de la protéine Р16ink4a - 2000 roubles

Téléphone pour prendre rendez-vous pour une consultation et une analyse
+7 (495) 995-15-30