Principal
Tératome

Diagnostic du cancer de l'ovaire

Si, lors de l'examen d'une femme, un gynécologue soupçonne une oncologie, un diagnostic complet est prescrit. Le médecin sait comment déterminer si le cancer de l'ovaire ou un autre problème a conduit à l'apparition de certains troubles. Par conséquent, il est nécessaire de suivre strictement ses recommandations, et de ne pas essayer de trouver une «méthode plus précise». Il faut également se rappeler que le diagnostic initial de cancer de l'ovaire suit un certain schéma, et il y a de bonnes raisons à cela. À cet égard, la séquence des procédures de diagnostic doit également être suivie..

Pour clarifier le diagnostic, nommez:

  • Ultrason. L'échographie peut être réalisée de trois manières: classique (à travers la peau de l'abdomen), transvaginale (à travers le vagin) et transrectale (à travers le rectum). L'utilisation la plus informative des trois méthodes avec une comparaison des résultats.
  • Un test sanguin pour déterminer le niveau d'une protéine spécifique (un marqueur tumoral du cancer de l'ovaire) CA 125. Son augmentation est plus typique pour les tumeurs malignes des gonades que pour le carcinome de l'endomètre (cancer de l'utérus), mais cette dernière option n'est pas non plus exclue. S'il est nécessaire de différencier un cancer par une tumeur non épithéliale, d'autres marqueurs sont déterminés: NSE, AFP, gonadotrophine bêta-chorionique. Il convient d'ajouter que les marqueurs tumoraux du cancer de l'utérus et des ovaires peuvent être élevés dans les lésions tumorales d'autres organes et dans les maladies inflammatoires aiguës..
  • TDM et / ou IRM des organes abdominaux et pelviens. La tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique sont prescrites selon les indications pour clarifier la taille, la forme et la structure du néoplasme, pour déterminer les métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes adjacents.
  • Biopsie. L'examen microscopique de fragments de tissus prélevés dans des zones suspectes est la méthode de diagnostic la plus informative qui vous permet de déterminer le type de cancer de l'ovaire et de le différencier des autres tumeurs malignes et des tumeurs bénignes. Le matériel à analyser est généralement obtenu lors d'une chirurgie mini-invasive (laparotomie).
  • Radiographie thoracique pour déterminer la présence / l'absence de métastases pulmonaires.
  • FGDS et coloscopie (si indiqué). Les examens endoscopiques permettent de différencier les tumeurs primaires et métastatiques.

Étant donné qu'à un stade précoce, les symptômes du cancer de l'ovaire sont le plus souvent absents, les femmes à risque se voient présenter des examens diagnostiques préventifs, qui comprennent une échographie des organes pelviens et un test sanguin pour un marqueur tumoral spécifique.

Si vous avez besoin d'un deuxième avis pour clarifier le diagnostic ou le plan de traitement, envoyez-nous une demande et des documents pour une consultation, ou inscrivez-vous à une consultation en personne par téléphone.

Test du cancer de l'ovaire

En oncologie, un diagnostic précoce est essentiel pour une guérison réussie. Mais la détection de la formation maligne des ovaires à un stade précoce est associée à certaines difficultés - asymptomatiques au stade initial, signes similaires aux manifestations d'autres maladies, etc. La progression se produit principalement en raison de la propagation du péritoine. Cela peut expliquer l'absence de symptômes au début de la maladie. Chez 70% des patients, la maladie est diagnostiquée au stade où il y a une lésion métastatique non seulement du péritoine, mais également d'autres organes du petit bassin, ainsi qu'une implication du foie, des poumons et des os dans le processus. De plus, 20% de toutes les tumeurs ovariennes bénignes contiennent des éléments de malignité. La difficulté du diagnostic réside dans le fait qu'il n'existe toujours pas de test spécifique permettant de détecter le cancer.

Diagnostique

À l'aide d'études cliniques générales, il est possible de déterminer des écarts dans la formule leucocytaire, une augmentation de l'ESR, mais ces tests ne sont pas spécifiques. L'un des plus efficaces en oncologie est la détermination des marqueurs tumoraux - des substances spécifiques formées à la suite de l'activité vitale des cellules tumorales. Ils peuvent être trouvés dans le sang ou l'urine d'une femme malade. De structure diversifiée, ils sont:

  • Très spécifiques, qui surviennent dans un certain type de tumeur
  • Non spécifique - surviennent avec diverses pathologies oncologiques

Les cellules d'une tumeur maligne produisent des substances dès leur apparition, grâce auxquelles il est devenu possible de diagnostiquer la maladie à un stade précoce, et les méthodes de diagnostic modernes permettent de révéler des changements dans le niveau des marqueurs tumoraux même avec une très petite tumeur.

Malgré l'apparente diversité des marqueurs, le plus fiable est l'étude utilisant la définition du CA-125. Une augmentation de son taux est observée chez 88% des patients atteints d'une tumeur primitive. Il convient de préciser que chez les patients au stade I de la maladie, la concentration ne diffère pratiquement pas du témoin, tandis qu'aux stades II-IV de la maladie, le niveau du marqueur peut déjà être utilisé pour surveiller et contrôler l'efficacité du traitement..

Une légère augmentation du taux de CA-125 est présente dans la membrane muqueuse de l'utérus, cependant, des barrières naturelles l'empêchent de pénétrer dans la circulation sanguine. En outre, une légère augmentation des indicateurs est observée chez les femmes pendant la menstruation, et une augmentation du niveau au 1er trimestre de la grossesse est également possible. Le CA-125 peut apparaître chez les patients atteints de maladies inflammatoires de la région génitale féminine, ainsi que de maladies d'autres organes (foie, reins, poumons) de nature non oncologique. Dans d'autres cas, un excès de marqueur tumoral est un symptôme non seulement du cancer de l'ovaire, mais également d'autres maladies oncologiques: sein, foie, rectum, poumons, etc..

Le marqueur tumoral CA-125 a une faible spécificité, en particulier chez les femmes qui ne sont pas entrées en période de ménopause. Cependant, une augmentation de la concentration d'antigène dans le contexte de la rémission peut servir de signal d'une éventuelle rechute de la maladie ou indiquer un traitement insuffisamment efficace. Dans ce cas, le test du cancer de l'ovaire est un indicateur fiable. Dans 76% des cas, une augmentation du CA-125 peut être observée 3 à 10 mois avant l'apparition des premiers symptômes ou jusqu'à ce qu'elle soit détectée à l'aide d'autres méthodes de diagnostic. En plus du CA-125, les marqueurs CA 19-9 et CA-174 sont utilisés dans les diagnostics. Toutes ces études permettent avec un certain degré de probabilité de suspecter une formation maligne..

Autres méthodes de recherche

Il existe d'autres méthodes de diagnostic tout aussi efficaces.

  • L'analyse histologique du cancer de l'ovaire est de loin la méthode la plus efficace.
  • Chez certains patients atteints d'ascite, l'examen cytologique du liquide d'ascite peut révéler la nature de la tumeur..
  • Dans certains cas, pour un diagnostic précis, une laparoscopie ou une laparotomie est nécessaire, à la suite de quoi un échantillon de tissu péritonéal sera prélevé pour un examen histologique.

    Seul un spécialiste peut prescrire un examen sur la base des résultats de l'examen. Grâce aux méthodes d'examen modernes, il est devenu possible de détecter la maladie à un stade précoce. Mais le diagnostic final ne peut être posé qu'après un examen complet..

    Diagnostic du cancer de l'ovaire - techniques d'imagerie, tests de laboratoire

    Il existe un certain nombre de tests de laboratoire et de méthodes de recherche instrumentales pour suspecter le diagnostic de cancer de l'ovaire. Un simple examen gynécologique est également inclus dans cette série d'examens, mais, malheureusement, dans la plupart des cas, il ne permet pas de détecter le cancer. L'échographie transvaginale, la tomodensitométrie, l'IRM ou la TEP sont bien plus informatives qu'elle. Pour poser un diagnostic définitif, une biopsie est généralement nécessaire pour confirmer que la tumeur détectée dans le bassin est maligne et pour déterminer le type de lésion est un cancer primaire ou métastatique. Le diagnostic du cancer de l'ovaire prévoit également l'identification du stade de la maladie, ce qui aide à déterminer les tactiques de traitement.

    Environ 70% de tous les cancers de l'ovaire sont des carcinomes ovariens, moins souvent des cellules germinales malignes ou des tumeurs stromales. Le plus souvent, le cancer du sein, de l'estomac, du côlon, du col de l'utérus et de l'endomètre métastase vers l'ovaire.

    Le cancer de l'ovaire est la croissance incontrôlée de cellules dans les glandes reproductrices, qui sont situées de chaque côté de l'utérus dans le bas de l'abdomen. Ils remplissent deux fonctions principales: ils produisent des œstrogènes et de la progestérone, des hormones responsables du développement des caractères sexuels secondaires et de la régulation du cycle reproducteur; un œuf y mûrit, après quoi il est libéré dans la trompe de Fallope une fois par mois.

    Les tumeurs ovariennes peuvent être bénignes ou malignes. Il est généralement impossible de déterminer avant l'examen morphologique si la tumeur est maligne ou non. Cela nécessite une biopsie (prélèvement d'une petite zone de tissu ovarien) ou l'ablation complète d'un organe dans lequel trois types de tumeurs se trouvent:

    • Tumeurs épithéliales (le plus souvent détectées) - formées à partir de cellules épithéliales tapissant la surface des ovaires.
    • Tumeurs des cellules germinales (ou tumeurs des cellules germinales, moins de 2% de tous les néoplasmes ovariens) - se développent à partir de cellules germinales primaires pluripotentes et sont plus fréquentes chez les jeunes femmes.
    • Tumeurs stromales (environ 1% de tous les néoplasmes ovariens) - proviennent du tissu conjonctif de l'ovaire, dans lequel les œstrogènes et la progestérone sont synthétisés.

    Les tumeurs bénignes n'ont pas le potentiel de métastaser, à leur tour, les tumeurs ovariennes malignes à un moment donné peuvent donner un pool de cellules qui se propageront à d'autres organes et tissus. Par conséquent, si la tumeur n'est pas détectée et retirée en temps opportun, les cellules cancéreuses peuvent d'abord se propager à tout l'ovaire, puis à l'utérus, la vessie, le rectum et le péritoine (la membrane séreuse tapissant les parois internes de la cavité abdominale et la surface de ses organes). Au fil du temps, les cellules cancéreuses peuvent pénétrer dans les ganglions lymphatiques, après quoi elles métastasent avec le flux lymphatique dans tout le corps..

    Chaque année, plus de 225 000 femmes reçoivent un diagnostic de cancer de l'ovaire et 140 000 décès dus à cette maladie sont enregistrés. Environ 80% des cancers de l'ovaire sont diagnostiqués à des stades avancés. Seulement 35% des femmes diagnostiquées avec un cancer de l'ovaire vivent plus de 10 ans, ce faible taux de survie est principalement dû à un diagnostic tardif.

    Facteurs de risque

    Les causes exactes des tumeurs ovariennes malignes sont inconnues. Le principal facteur de risque est la présence d'antécédents familiaux. Les femmes sont plus susceptibles de développer un cancer de l'ovaire s'il existe des antécédents familiaux de cancer de la mère et du père. Selon l'American Cancer Society, environ 5 à 10% des cancers de l'ovaire sont héréditaires..

    Les mutations des gènes BRCA1 et BRCA2 augmentent considérablement le risque de cancer de l'ovaire. Pour les femmes avec BRCA1, le risque est estimé à 35–70%, et pour BRCA2, 10–30%. En l'absence de ces mutations, le risque individuel à vie ne dépasse pas 2%.

    L'incidence chez les femmes de moins de 40 ans est faible, la moitié de tous les cas de cancer de l'ovaire étant diagnostiqués entre 60 et 69 ans. La plupart des cancers se développent après la ménopause.

    Le risque de développer un cancer de l'ovaire est doublé chez les femmes atteintes d'un cancer du sein traité et légèrement augmenté en cas d'infertilité, de médicaments contre l'infertilité, d'obésité et peut-être aussi chez celles recevant un traitement hormonal substitutif. Un certain nombre de facteurs qui réduisent le risque ont été identifiés, notamment: la ligature des trompes, l'utilisation de contraceptifs oraux, la grossesse, l'allaitement, un régime pauvre en graisses.

    Les données actuelles suggèrent que le risque de cancer de l'ovaire peut être réduit en maintenant un mode de vie sain, en particulier une variété de régimes alimentaires et de programmes nutritionnels comprenant des aliments frais non transformés, de l'exercice régulier, l'arrêt du tabac et un traitement hormonal substitutif prolongé. perdre du poids avec des kilos en trop. En plus des femmes présentant des mutations BRCA1 et BRCA2, une fois la fonction de reproduction terminée, il est recommandé d'envisager d'effectuer une salpingo-ovariectomie prophylactique.

    Signes et symptômes

    Les principales raisons pour lesquelles le cancer de l'ovaire est généralement détecté à un stade tardif sont le manque de test de dépistage fiable, ainsi que la non-spécificité des manifestations cliniques de cette maladie. Dans le cancer de l'ovaire, les symptômes suivants sont les plus courants:

    • Inconfort abdominal, ballonnements, ballonnements, hypertrophie.
    • Envie fréquente d'uriner et / ou problèmes intestinaux.
    • Douleur ou gêne abdominale basse.
    • Perte d'appétit, maux d'estomac, nausées.

    Analyses et méthodes de diagnostic radiologique

    À ce jour, il n'existe pas de test de dépistage spécifique du cancer de l'ovaire. En 2012, le United States Preventive Services Task Force (USPSTF) a réaffirmé sa recommandation de 2008 de s'opposer au dépistage du cancer de l'ovaire. Cette recommandation ne s'applique pas aux femmes à haut risque de cancer de l'ovaire qui ont été identifiées comme ayant des mutations génétiques (par exemple, une mutation BRCA).

    Le besoin d'une méthode fiable pour la détection précoce du cancer de l'ovaire continue de stimuler la recherche. Des tests moléculaires (géniques) et des approches multimarqueurs sont à l'étude, qui devraient améliorer considérablement la détection précoce du cancer de l'ovaire. Le test sanguin OVA-1 est considéré comme prometteur à cet égard..

    • CA-125 (antigène cancéreux 125) est le principal test utilisé pour détecter et surveiller cette maladie, même si ce marqueur tumoral n'est pas recommandé pour le dépistage.
    • HE4 (protéine sécrétoire 4 de l'épididyme humain) est un marqueur tumoral relativement nouveau qui a fait ses preuves; il est utilisé pour surveiller les femmes qui ont reçu un traitement.
    • BRCA-1 et BRCA-2 sont des tests génétiques pour déterminer si une femme a un risque élevé de développer un cancer de l'ovaire, ils ne sont pas utilisés pour diagnostiquer ou surveiller l'évolution de la maladie.

    Le médecin peut également commander les tests de laboratoire suivants pour identifier et surveiller différents types de tumeurs ovariennes:

    • Tumeurs épithéliales:
      • Antigène embryonnaire cancéreux (CEA) - moins spécifique et sensible que le CA-125; non recommandé pour une utilisation de routine.
    • Tumeurs des cellules germinales (tumeurs des cellules germinales):
      • Alpha-foetoprotéine (AFP).
      • Gonadotrophine chorionique humaine (hCG).
      • Lactate déshydrogénase (LD).
    • Tumeurs stromales:
      • Inhibine.

    Méthodes radiologiques

    Habituellement, les méthodes d'imagerie médicale suivantes sont prescrites pour déterminer la prévalence du cancer dans le cancer de l'ovaire:

    • Examen échographique (échographie transabdominale et / ou transvaginale des organes pelviens) - utilise des ondes sonores pour créer une image de l'utérus et des ovaires; peut aider à déterminer si la croissance tumorale est une lésion cancéreuse ou kystique.
    • CT (tomodensitométrie).
    • Radiographie du tractus gastro-intestinal.
    • IRM (imagerie par résonance magnétique).

    Il est important de consulter régulièrement un gynécologue, de subir un examen gynécologique. Les symptômes du cancer de l'ovaire ne sont pas spécifiques, il existe de nombreuses affections bénignes similaires à ce cancer.

    Traitement

    Une biopsie est nécessaire pour confirmer le diagnostic si un cancer de l'ovaire est suspecté. Si un cancer est détecté, une intervention chirurgicale est effectuée pour retirer le tissu cancéreux (ovariectomie). En fonction du stade de la maladie, une élimination supplémentaire des tissus affectés par le processus malin est effectuée. En fonction de la propagation de la tumeur, le cancer de l'ovaire est divisé en 4 stades:

    • Stade 1 - Le cancer est limité à un ou aux deux ovaires (seulement environ 20% des cancers de l'ovaire sont diagnostiqués à ce stade);
    • Stade 2 - Le cancer s'est propagé à l'utérus et / ou aux trompes de Fallope
    • Stade 3 - Le cancer s'est propagé au péritoine ou aux ganglions lymphatiques voisins (stade le plus courant)
    • Stade 4 - le cancer s'est propagé à d'autres organes en dehors de la cavité abdominale, ou dans des métastases hépatiques parenchymateuses (ganglions de la lésion à l'intérieur d'un organe, pas sur une capsule).

    Dans la plupart des cas, la chirurgie est complétée par une chimiothérapie, une hormonothérapie ou une thérapie ciblée, et parfois la radiothérapie peut être utilisée. Des tests sanguins réguliers pour le CA-125, l'alpha-foetoprotéine ou l'hCG sont recommandés pour surveiller le traitement et la détection précoce de la rechute..

    La science ne reste pas immobile, de nouvelles approches dans le traitement du cancer de l'ovaire émergent constamment. De nouveaux médicaments, l'immunothérapie, la thérapie génique et les greffes de moelle osseuse sont à l'étude pour leur efficacité. Une des opportunités d'obtenir un nouveau traitement est de participer à des essais cliniques.

    Marqueurs tumoraux du cancer de l'ovaire - transcription des tests à Oncoforum

    Quels marqueurs tumoraux doivent être vérifiés chez une femme atteinte d'un cancer de l'ovaire

    L'oncologie ne s'arrête pas. Les méthodes modernes de diagnostic des maladies oncologiques, en particulier les marqueurs de tumeur ovarienne, sont de plus en plus introduites dans le programme de diagnostic du cancer de l'ovaire. Les marqueurs tumoraux sont des substances spécifiques qui sont libérées dans le corps en réponse à une agression cancéreuse. Ce sont d'énormes macromolécules, au centre desquelles se trouve une protéine à laquelle est attaché un lipide ou un glucide.

    Les marqueurs de cellules tumorales commencent à être synthétisés par les cellules cancéreuses après la métaplasie cellulaire. Certains d'entre eux pénètrent dans le sang ou dans un autre liquide biologique, où ils peuvent être détectés à l'aide de méthodes non invasives..

    Dans les organes du corps humain, des substances biologiquement actives sont constamment synthétisées: enzymes et hormones. Ainsi, dans les ovaires, l'hormone estradiol est constamment synthétisée. Sa concentration augmente fortement dans le cancer de l'ovaire.

    Habituellement, pour le diagnostic du cancer, plusieurs marqueurs tumoraux sont examinés: principaux, secondaires et supplémentaires. Dans le cancer de l'ovaire, le principal marqueur tumoral est le CA 125, le secondaire est HE 4 et les autres sont l'AFP et le CEA. Un rôle important dans le diagnostic du cancer de l'ovaire est joué par la détermination du niveau de gonadotrophine bêta-chorionique humaine β hCG. Une femme doit subir un dépistage des marqueurs tumoraux suivants pour le cancer de l'ovaire:

    l'antigène cancéreux CA 125;

    marqueur de cancer NOT 4;

    bêta gonadotrophine chorionique humaine β hCG;

    antigène embryonnaire AFP;

    L'antigène tumoral CA-125 est une glycoprotéine présente dans les membranes séreuses et les tissus. L'endomètre est la source du marqueur de cancer CA-125 chez les femmes en âge de procréer. Ceci est associé à un changement cyclique de la concentration du marqueur tumoral CA-125 dans le sang à différentes phases du cycle menstruel. Pendant le cycle menstruel, le marqueur tumoral CA-125 est synthétisé en quantité accrue. Pendant la grossesse, le marqueur tumoral CA-125 est détecté dans l'extrait de placenta, le liquide amniotique (de la seizième à la vingtième semaine) et dans le sérum de la femme enceinte (au premier trimestre).

    Le marqueur tumoral HE 4 est synthétisé par les cellules cancéreuses de l'ovaire, l'épithélium des organes reproducteurs et des voies respiratoires supérieures. Sa concentration augmente dans le cancer de l'ovaire. L'utilisation du marqueur de cancer HE 4 pour la détection du cancer de l'ovaire est absolument justifiée. Une augmentation du niveau de HE4 au-dessus de la norme limite indique un cancer de l'ovaire.

    La gonadotrophine chorionique Β-humaine est une hormone de grossesse qui est normalement produite par le placenta d'une femme enceinte. Si le taux de gonadotrophine β-chorionique augmente dans le sang d'une femme non enceinte, cela indique la présence d'un cancer de l'ovaire.

    Le marqueur tumoral AFP (α-foetoprotéine) est normalement synthétisé par le foie chez l'adulte et l'enfant. Ce n'est pas un marqueur spécifique. Si l'analyse a montré une augmentation du niveau du marqueur oncologique de l'ECA, cela peut indiquer la présence d'un cancer de l'ovaire. Ce type de marqueur tumoral est également utilisé pour évaluer l'efficacité du traitement du cancer de l'ovaire..

    L'antigène du cancer embryonnaire (CEA) est l'un des marqueurs tumoraux les plus largement utilisés. Il appartient au groupe des antigènes oncofœtaux. Le CEA au cours du développement intra-utérin du fœtus est produit par des cellules embryonnaires, et après la naissance, sa synthèse s'arrête et seules des traces de ce marqueur peuvent être trouvées dans le sang d'un adulte en bonne santé. Le marqueur tumoral CEA comprend un groupe de composés protéiques hétérogènes, qui est détecté par la méthode immunométrique.

    L'estradiol, en revanche, est une hormone œstrogénique qui se trouve toujours dans le sang des femmes et des hommes. L'activité normale de nombreux organes et systèmes du corps de la femme dépend de son niveau. Sa concentration dans le sang augmente pendant la grossesse et de nombreuses maladies féminines. C'est normal. Cependant, une forte augmentation de la quantité d'estradiol peut également indiquer un cancer de l'ovaire..

    Marqueurs de tumeur ovarienne. Indications d'examen

    L'état du système reproducteur féminin dépend du fait que des recherches soient menées sur les marqueurs du cancer. L'examen d'une femme avec des marqueurs tumoraux ovariens est indiqué dans de tels cas:

    pour le diagnostic du cancer de l'ovaire;

    afin de dépister l'exhaustivité de l'élimination du cancer de l'ovaire pendant la chirurgie;

    surveiller l'efficacité du traitement du cancer de l'ovaire avec des médicaments anticancéreux;

    afin de prédire l'évolution du cancer de l'ovaire et la probabilité de récidive tumorale.

    Décrypter les résultats de l'étude sur les marqueurs tumoraux ovariens et le taux de marqueurs tumoraux

    L'interprétation des résultats de la détermination du niveau de marqueurs tumoraux ovariens doit être effectuée dans le laboratoire où l'étude a été réalisée. L'oncologue voudra savoir par quelle méthode tel ou tel marqueur tumoral a été déterminé. Le taux d'indicateurs marqueurs dépend de la méthode d'analyse. Nous proposons les indicateurs les plus acceptés de la norme de concentration de marqueurs tumoraux.

    Valeurs de référence du marqueur des néoplasmes malins CA-125 chez la femme dans le sérum sanguin jusqu'à 35 UI / ml. Pendant la grossesse, sa concentration peut augmenter jusqu'à 100 UI / ml..

    La limite supérieure des valeurs de référence du marqueur oncomarqueur HE 4 pour les femmes préménopausées est de 70 Pmol / L et pour celles en ménopause - 140 Pmol / L.

    Le niveau normal d'hCG chez les femmes non enceintes est de 6,15 mU / L. Pour les femmes non enceintes, la sous-unité β libre de l'hCG se trouve dans le sang veineux à une concentration ne dépassant pas 0,013 mUI / ml.

    La norme du marqueur tumoral ACE est comprise entre 5 et 10 UI / ml.

    Chez les personnes sans cancer, les taux de CEA dépassent rarement 3 ng / ml. Parfois, sa concentration peut atteindre 5-10 ng / ml (dans le cas de maladies ovariennes bénignes), 7-10 ng / ml chez les patients souffrant d'alcoolisme et jusqu'à 10-20 ng / ml chez les personnes qui fument. Chez les patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire, la concentration de CEA augmente dans vingt-cinq pour cent des cas. Si les femmes ont des métastases de cancer de l'ovaire, alors le niveau de marqueur tumoral CEA sera augmenté dans 60% des cas..

    Des concentrations initiales extrêmement élevées de CEA à la veille du traitement chirurgical peuvent indiquer des métastases de cancer de l'ovaire aux ganglions lymphatiques. Une augmentation persistante du marqueur tumoral CEA chez les patientes sous traitement adjuvant pour le cancer de l'ovaire indique qu'il n'y a pas de réponse adéquate au traitement. L'augmentation du niveau du marqueur tumoral CEA indique la probabilité de récidive du néoplasme plusieurs mois avant l'apparition des premiers signes cliniques..

    Normalement, le taux d'estradiol chez une femme non enceinte est compris entre 40 et 161 pmol / l. Son niveau dépend de la phase du cycle menstruel:

    dans la phase folliculaire du cycle, elle est comprise entre 68 et 1269 pmol / l;

    le pic ovulatoire est compris entre 131 et 1655 pmol / l;

    dans la phase lutéale du cycle, la concentration varie de 91 à 861 pmol / l.

    Chez les femmes ménopausées, les taux d'estradiol ne doivent pas dépasser 73 pmol / L. Si cette hormone est déterminée à des concentrations significativement plus élevées que les valeurs d'interférence, alors vous devriez penser au cancer de l'ovaire.

    Où puis-je me faire tester pour les marqueurs tumoraux du cancer de l'ovaire et comment s'y préparer

    Les tests pour les marqueurs tumoraux ovariens peuvent être passés à un laboratoire privé ou public qui possède la technique de cette étude. Une femme ne doit pas avoir de relations sexuelles avant de faire un test sanguin. À la veille du test, elle doit se reposer, arrêter de prendre des médicaments et ne pas fumer. Boire de l'alcool est également contre-indiqué. La nourriture peut être prise jusqu'à huit heures avant le don de sang pour la recherche.

    Concept de cancer de l'ovaire

    Le cancer de l'ovaire est un cancer chez la femme qui culmine pendant la ménopause. Il se développe dans le contexte de maladies précancéreuses et de troubles hormonaux. C'est primaire et secondaire..

    Le cancer primaire se développe à partir du tissu ovarien. Les tumeurs secondaires sont des métastases. Il est diagnostiqué assez tard, car il n'y a pas de signes précoces de cancer de l'ovaire. La détermination du niveau de marqueurs tumoraux aide au diagnostic.

    Si vous soupçonnez un cancer de l'ovaire, consultez un spécialiste. L'oncologue ordonnera une étude du niveau de marqueurs tumoraux. Avec une augmentation de sa concentration, il sera nécessaire de réaliser une autre étude..

    Diagnostic du cancer de l'ovaire: dépistage et imagerie

    Il est extrêmement difficile de détecter une tumeur dans les appendices utérins aux premiers stades. Le diagnostic préliminaire du cancer de l'ovaire comprend toutes les méthodes d'imagerie, mais un diagnostic précis ne peut être posé que pendant la chirurgie et sur la base des résultats de l'histologie.

    Le symbole de la lutte contre le cancer de l'ovaire

    Dépistage

    Malheureusement, seulement dans 30% des cas, un néoplasme malin dans la zone des appendices utérins est détecté dans les premiers stades. Le diagnostic du cancer de l'ovaire est difficile en raison de la complexité technique et du manque de dépistage efficace. Il n'y a pas une seule technique qui puisse garantir la détection précoce de la croissance tumorale. Parmi les méthodes inefficaces, les suivantes sont le plus souvent utilisées:

    • Échographie échographique;
    • Analyse du marqueur tumoral CA-125.

    Vous pouvez suspecter une maladie dangereuse avec l'échographie - la présence d'un néoplasme kystique de toute taille avec des excroissances papillaires dans la cavité est une bonne raison pour un examen complet. Surtout si le résultat du marqueur tumoral est considérablement augmenté.

    Diagnostic du cancer de l'ovaire

    La détection d'une tumeur kystique lors d'une échographie au niveau des appendices utérins n'est pas du tout un signe obligatoire d'un néoplasme malin. Mais même un kyste apparemment commun n'est pas une raison pour refuser d'être sur le qui-vive. En plus de l'échographie et de l'analyse des marqueurs tumoraux, les études suivantes doivent être effectuées:

    • Tomographie améliorée par contraste (CT, IRM);
    • Rayons X des poumons (pour exclure les métastases);
    • Fibrogastroscopie (FGS) pour exclure le cancer gastrique primaire, métastase à partir de laquelle peut provoquer un kyste dans l'ovaire;
    • Irrigoscopie (évaluation de l'état de l'intestin et détection de la compression de l'organe creux par cystome);
    • Laparoscopie avec biopsie.

    Seul un histologue du laboratoire peut diagnostiquer clairement le carcinome. Jusqu'à ce moment, on pense que tout cystome ovarien est un cancer potentiel. L'intervention chirurgicale résout 2 tâches: elle permet de poser un diagnostic précis et devient une mesure thérapeutique. S'il y a un processus bénin, le kyste enlevé chirurgicalement deviendra le volume optimal de l'opération. Si une transformation maligne est détectée, le médecin proposera une intervention oncochirurgicale prolongée. En cas de suspicion raisonnable de carcinome, la chirurgie endoscopique (laparoscopie) ne doit pas être pratiquée. Seulement une laparotomie à part entière avec contrôle obligatoire de tous les organes internes, évaluation des ganglions lymphatiques et ablation chirurgicale du foyer principal.

    L'évolution asymptomatique et secrète de la maladie sont les principaux facteurs de détection tardive du carcinome ovarien. Le dépistage et le diagnostic du cancer de l'ovaire doivent être effectués pour toutes les femmes présentant une prédisposition héréditaire, des facteurs de risque de cancer et un cystome récurrent dans les appendices utérins, même s'il n'y a aucun signe de cancer de l'ovaire.

    L'article a été publié sur la chaîne Yandex.Zen Onkos

    Marqueurs de laboratoire pour le cancer de l'ovaire

    La détermination des antigènes spécifiques CA 125 et CA 72-4 permet de détecter les néoplasmes malins des ovaires, la récidive préclinique de la maladie, ainsi que d'évaluer l'efficacité du traitement chimiothérapeutique ou de la chirurgie.

    Quel biomatériau peut être utilisé pour la recherche?

    Comment bien se préparer à l'étude?

    • Ne pas fumer dans les 30 minutes précédant l'examen.

    Informations générales sur l'étude

    Les tumeurs malignes du système reproducteur sont les plus fréquentes dans la structure de la morbidité oncologique chez la femme, leur part totale dépasse 35%. Le cancer de l'ovaire représente 4 à 6% des tumeurs malignes chez la femme et se classe au septième rang mondial en termes de fréquence. Les facteurs de risque de cancer de l'ovaire comprennent l'absence de grossesse et d'accouchement, l'utilisation inappropriée d'un traitement hormonal substitutif, les médicaments hormonaux pour l'infertilité, les facteurs héréditaires (la présence d'un cancer de l'ovaire dans la famille).

    Le cancer de l'ovaire aux premiers stades de la maladie ne présente aucun symptôme clinique prononcé. La douleur survient, en règle générale, lorsque la tumeur est assez grande, et même en présence de dissémination de métastases dans la cavité abdominale, la clinique de la maladie a un caractère «effacé», exprimé par une gêne du tractus gastro-intestinal, une augmentation du volume abdominal, etc..

    L'une des méthodes les plus efficaces pour diagnostiquer le cancer de l'ovaire, ainsi que les méthodes d'examen clinique et d'examen instrumental, est la détermination des marqueurs tumoraux dans le sérum sanguin..

    Les tumeurs sont capables de produire des antigènes spécifiques. Pour détecter le cancer de l'ovaire, la détermination du taux de l'antigène tumoral spécifique CA 125 est très sensible. Il s'agit d'une glycoprotéine de haut poids moléculaire qui se trouve sur les cellules tumorales de l'épithélium ovarien, ainsi que dans les cellules de l'endomètre, du péritoine, de la plèvre, du péricarde et des testicules. La présence de cette glycoprotéine dans le sang à des concentrations très élevées indique souvent une transformation oncologique des ovaires et, moins souvent, de certains autres organes et tissus (endomètre, gros intestin, poumon, mammaire, pancréas).

    L'expression de cet antigène est également observée chez les femmes en bonne santé, mais l'excès du taux de cet antigène dans le sang est un argument fort en faveur d'une tumeur maligne des ovaires. Dans le cancer de l'ovaire, les taux de CA 125 peuvent varier en fonction du stade de la maladie et de la structure histologique de la tumeur..

    Une augmentation du niveau du marqueur dans la période postménopausique est plus probablement associée à des tumeurs épithéliales malignes des ovaires. Chez ces femmes, le cancer est confirmé dans 90% des cas. Les modifications du taux de CA 125 chez les femmes en âge de procréer ne sont pas toujours pathognomoniques (caractéristique de cette pathologie) dans le cancer de l'ovaire. À cet égard, il est souvent nécessaire de mener des recherches supplémentaires..

    Un autre marqueur du cancer de l'ovaire est l'antigène CA 72-4. C'est une glycoprotéine de type mucine de haut poids moléculaire qui est produite dans de nombreux tissus du fœtus et qui est normalement pratiquement indétectable chez un adulte. La production de CA 72-4 augmente chez presque tous les patients atteints de tumeurs malignes d'origine glandulaire, en particulier dans le cancer gastrique, le cancer ovarien mucineux.

    Pour augmenter la sensibilité de l'étude, il est recommandé de déterminer simultanément plusieurs marqueurs tumoraux spécifiques de cette maladie. Des niveaux accrus de deux marqueurs tumoraux ou plus sont plus susceptibles d'indiquer la présence de la maladie.

    La détermination simultanée des antigènes CA 125 et CA 72-4 permet d'augmenter la sensibilité diagnostique de la méthode jusqu'à 73%.

    À quoi sert la recherche?

    • Pour le diagnostic du cancer de l'ovaire et pour le suivi de l'évolution de la maladie;
    • pour évaluer l'efficacité du traitement de la tumeur ovarienne;
    • pour détecter la récidive du cancer de l'ovaire.

    Quand l'étude est prévue?

    • Diagnostic primaire si une tumeur est suspectée;
    • diagnostic différentiel des néoplasmes bénins et malins des ovaires;
    • évaluer l'efficacité de la chirurgie;
    • si vous soupçonnez la survenue de métastases;
    • avec des résultats positifs d'un test de détection du virus du papillome humain (HPV) à haut risque oncogénique, obtenus lors d'une étude PCR.

    Que signifient les résultats?

    Pour chaque indicateur inclus dans le complexe:

    Le diagnostic d'une maladie tumorale ne peut être établi que de manière exhaustive - en tenant compte de toutes les plaintes, signes, résultats des études de laboratoire et instrumentales. Une biopsie et un examen histologique d'un échantillon de l'organe affecté sont obligatoires pour le diagnostic..

    Un résultat de test supérieur à la valeur normale ne signifie pas la présence d'une tumeur, mais sert de raison pour demander un avis médical. Les maladies chroniques des organes entraînent souvent une augmentation des taux de marqueurs tumoraux. La présence de maladies concomitantes, d'affections, d'effets toxiques, de prise de médicaments peut affecter le résultat de l'étude.

    Antigène spécifique CA 125

    • Chez 95% des femmes en bonne santé, le taux de CA 125 ne dépasse pas 35 U / ml (en moyenne, il est de 10-13 U / ml);
    • une augmentation de la concentration d'antigène est observée dans 80% des cas de cancer de l'ovaire;
    • la sensibilité diagnostique du test varie de 42% à 99% selon le stade (aux stades III-IV elle est proche de 100%);
    • si après l'opération la concentration de CA 125 ne dépasse pas 10 U / ml - le pronostic est favorable;
    • le niveau de CA 125 peut augmenter dans les tumeurs bénignes des ovaires et de l'utérus, l'endométriose; une légère augmentation de la concentration est possible avec péritonite, pleurésie, hépatite chronique, cirrhose hépatique, pancréatite chronique.

    Antigène spécifique CA 72-4

    • Une concentration accrue d'antigène est observée dans 24% des cas de cancer de l'ovaire;
    • la sensibilité diagnostique du test varie de 47% à 80%;
    • Le niveau de CA 72-4 peut augmenter avec la pancréatite, la cirrhose du foie, les maladies pulmonaires, la maladie ovarienne bénigne, les kystes ovariens, les maladies rhumatismales.
    • Lors du suivi de la maladie, il est recommandé de subir un examen dans le même laboratoire pour obtenir des données fiables. L'utilisation de différents systèmes de test peut entraîner une interprétation erronée des résultats obtenus..

    Qui commande l'étude?

    Obstétricien-gynécologue, oncologue, chirurgien, médecin généraliste.

    40-524 Risque de cancer de l'ovaire (ROMA)

    42-012 Risque de développement précoce du cancer du sein et de l'ovaire

    08-020 La sous-unité bêta de la gonadotrophine chorionique humaine (bêta-hCG)

    06-025 Total de la lactate déshydrogénase (LDH)

    Littérature

    1. V.P. Kozachenko Traitement des patients atteints d'un cancer de l'ovaire // BC. 2003. N ° 26. S. 1458.
    2. Urmancheeva A.F., Meshkova I.E. Questions d'épidémiologie et de diagnostic du cancer de l'ovaire // Académie médicale de l'enseignement supérieur, Ministère de la santé de la Fédération de Russie, Institut de recherche en oncologie. prof. N.N. Petrova Ministère de la Santé de la Fédération de Russie, Saint-Pétersbourg.
    3. Incidence du cancer dans cinq continents. // IARC Sci Publ. Lyon. - 1997. - Vol. 7.– P. 143.

    Ce que les tests sanguins montrent pour le cancer de l'ovaire

    Des questions

    Question: Quels tests doivent être effectués pour le cancer de l'ovaire?

    Le site fournit des informations de base à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Une consultation spécialisée est requise!

    Quels tests doivent être effectués pour le cancer de l'ovaire?

    Divers tests de laboratoire ne révèlent pas toujours le cancer de l'ovaire et ne peuvent donc pas être utilisés comme seules méthodes de diagnostic de base. Cependant, un test sanguin peut aider à suspecter un cancer de l'ovaire lorsqu'il est asymptomatique. Sur la base de ces tests, le médecin prescrira des examens supplémentaires afin de détecter avec précision le cancer de l'ovaire.

    Pour le diagnostic du cancer de l'ovaire, des tests sanguins généraux et biochimiques, une étude de coagulation et la détermination des marqueurs tumoraux sont utilisés. Le plus informatif pour déterminer le cancer de l'ovaire est la détermination de la concentration des marqueurs tumoraux suivants:

    • HE4;
    • CA 125.

    Une augmentation de la concentration de CA 125 supérieure à 35,0 U / ml ou HE4 supérieure à 140 pmol / ml indique que la femme a un cancer de l'ovaire. Selon le type de tumeur, la concentration de HE4 ou de CA 125, ou des deux marqueurs tumoraux simultanément, peut être augmentée. Une augmentation de la concentration de tout marqueur tumoral indiqué (HE4 ou CA 125) indique la présence d'un cancer de l'ovaire. La sensibilité de la détection du cancer aux stades précoces lors de la détermination de la concentration des deux marqueurs tumoraux simultanément est de 80%. La valeur diagnostique des marqueurs tumoraux réside dans la capacité à détecter le cancer à un stade précoce, lorsque le traitement est le plus efficace.

    De plus, chez les femmes de plus de 40 ans, dans le contexte des cancers de l'ovaire à cellules germinales, il peut y avoir une augmentation de la concentration de gonadotrophine chorionique (hCG) et d'alpha-foetoprotéine (AFP). Ainsi, chaque femme de plus de 40 ans doit être testée pour les marqueurs tumoraux - CA 125, HE4, hCG et AFP une fois par an afin de détecter un cancer de l'ovaire précoce. Des tests pour ces marqueurs avec un cancer de l'ovaire déjà détecté ne doivent pas être effectués, car cela n'a pas de sens. Mais après un traitement, vous pouvez contrôler la rémission de la tumeur en effectuant des tests pour ces marqueurs tumoraux..

    En plus des marqueurs tumoraux, en cas de cancer de l'ovaire, un test sanguin général et biochimique doit être effectué, et des indicateurs de coagulation sont également déterminés.

    Un test sanguin général pour le cancer est caractérisé par les valeurs suivantes des indicateurs déterminés:

    • Augmentation de l'ESR jusqu'à 27 - 40 mm / h;
    • Faible concentration d'hémoglobine - moins de 90 g / l (anémie);
    • Diminution du nombre de globules rouges de 2,4 G / L à 3 G / L;
    • Augmentation du nombre total de leucocytes (jusqu'à 10 9 / l);
    • Formule leucocytaire normale (pourcentage de formes leucocytaires, telles que segmentés, neutrophiles coupants, basophiles, éosinophiles, lymphocytes et monocytes);
    • Une augmentation significative du nombre de leucocytes avec métastases du cancer de l'ovaire à la moelle osseuse.

    Comme vous pouvez le voir, les modifications du test sanguin général ne sont pas spécifiques, mais en combinaison avec le tableau clinique (détérioration déraisonnable de la santé et irrégularités menstruelles) peuvent devenir des facteurs alarmants, dont la présence justifie un examen détaillé de l'état des organes génitaux..

    En cas de cancer de l'ovaire, il est nécessaire de passer un test sanguin biochimique avec la détermination d'indicateurs de la fonction hépatique (AST, ALT, ALP, albumine, globulines, protéines totales) et rénale (urée, créatinine). Dans un test sanguin biochimique pour le cancer de l'ovaire, les changements suivants sont révélés:

    • Faible concentration totale de protéines (inférieure à 55 g / l);
    • Faible concentration d'albumine (inférieure à 30 g / l);
    • Concentration élevée de globulines (supérieure à 20 g / l);
    • Augmentation de l'activité de la phosphatase alcaline (ALP);
    • Augmentation de l'activité des aminotransférases (AST, ALT);
    • Augmentation de la concentration d'urée (supérieure à 8,2 mmol / l);
    • Augmentation de la concentration de créatinine (supérieure à 120 mmol / L).

    Ces changements ne sont pas non plus spécifiques, mais leur apparition dans le contexte d'un foie et de reins sains vous permet d'être vigilant et de subir des examens supplémentaires pour détecter le cancer de l'ovaire.

    Le système de coagulation sanguine dans le cancer a toujours une tendance à l'hypercoagulabilité. Cela signifie que la coagulation sanguine est augmentée, entraînant de nombreux caillots sanguins. Pour compenser la formation accrue de thrombus, le système de fibrinolyse est mis en marche, ce qui dissout les thrombus formés. À la suite de tels changements dans l'analyse du système de coagulation, les violations suivantes sont enregistrées:

    • Augmentation du PTI (plus de 1,05 ou plus de 112%);
    • Accélération de l'APTT (moins de 25 sec);
    • Accélération TV (moins de 11 s);
    • Augmentation de la concentration de fibrinogène (plus de 5 g / l);
    • Une augmentation de la concentration d'antithromboplastine;
    • Augmentation de la concentration d'antithrombine.

    Tous les tests donnés, à l'exception de la détermination de la concentration de marqueurs tumoraux, ne sont pas spécifiques, mais ils doivent néanmoins être pris pour le cancer de l'ovaire, car ils vous permettent de surveiller l'état général d'une femme et d'évaluer le déroulement du processus tumoral. La correction en temps opportun des violations révélées par les résultats des tests sanguins biochimiques et généraux, ainsi que la détermination du système de coagulation, vous permet de prévenir diverses complications associées à l'évolution du cancer.

    Indicateurs de test sanguin pour le cancer de l'ovaire

    Plus de huit millions de personnes meurent du cancer dans le monde chaque année. Cela représente 13% du nombre total de décès sur la planète. Les oncologues disent que le plus grand danger de cancer ne réside même pas en eux-mêmes, mais dans un diagnostic tardif.

    Souvent, les processus oncologiques dans le corps se déroulent secrètement, sans manifestations externes et le patient ne soupçonne rien jusqu'au moment où la maladie progresse à un stade avancé. A ce stade, le traitement est déjà inefficace, ce qui explique le taux de mortalité élevé de ce groupe de pathologies..

    Le diagnostic précoce du cancer est la tâche principale de la médecine moderne. Mais il n'y a pas de tests rapides disponibles et précis. Par conséquent, il est très important d'être attentif aux signes indirects pouvant indiquer le développement de l'oncologie..

    Deux tests sanguins sont assez courants en médecine: générale ou clinique et biochimique.
    Ils sont considérés comme basiques.

    Les indicateurs de ces analyses ne sont pas spécifiques. Les écarts par rapport à la norme n'indiquent pas une maladie spécifique. Ils montrent que des changements pathologiques se produisent dans le corps qui nécessitent un examen supplémentaire pour établir un diagnostic..

    Il en va de même pour les maladies oncologiques. Les analyses sanguines générales et biochimiques ne peuvent pas indiquer le développement d'une pathologie cancéreuse. Mais ils peuvent donner lieu à une étude plus approfondie pour déterminer la définition des marqueurs du cancer.

    Un test sanguin clinique vous permet de mener une étude sur six indicateurs. Chacun d'eux, en cas d'écart par rapport à la norme, indique certains échecs dans le travail des systèmes de vie.

    Examinez plus en détail les indicateurs d'un test sanguin général, qui peut aller au-delà des normes du cancer.

    L'hémoglobine est une protéine complexe qui se lie à l'oxygène et la transporte vers les tissus. Dans le sang, l'hémoglobine fait partie des érythrocytes.
    Le taux d'hémoglobine normal chez les adultes ressemble à ceci:

    Avec les pathologies oncologiques, le taux d'hémoglobine dans le sang diminue.
    Une anémie ou de faibles taux d'hémoglobine sont observés dans les tumeurs des organes internes avec des lésions concomitantes du système hématopoïétique. Il existe quatre causes principales d'anémie en oncologie:

    • problèmes d'absorption du fer;
    • métastases de la moelle osseuse qui bloquent la production d'hémoglobine;
    • intoxication du corps;
    • malnutrition sans fer adéquat.

    Les leucocytes sont des globules blancs, qui sont normalement présents dans le sang à une concentration de 4-9 * 109 / l. Ces particules remplissent une fonction protectrice du corps contre les antigènes étrangers..
    Avec le cancer, le taux de leucocytes peut augmenter ou diminuer.

    Des leucocytes élevés sont observés dans la leucémie et le cancer de toute localisation. Mais la leucocytose est un indicateur non spécifique. Il existe de nombreux facteurs pour son développement et l'oncologie n'est que l'un d'entre eux..

    La raison de la diminution du taux de leucocytes (leucopénie) parmi les cancers peut être:

    • Leucémie aiguë,
    • métastases de néoplasmes dans la moelle osseuse,
    • myélofibrose,
    • plasmocytome.

    On pense que c'est le nombre de leucocytes qui est le principal marqueur tumoral dans le test sanguin général. En cas d'écarts importants par rapport à la norme, un examen plus approfondi est nécessaire.

    ESR est un indicateur qui montre le taux de sédimentation érythrocytaire sous l'influence de la gravité. Normalement, l'indicateur ESR est:

    Catégorie de personnesTaux ESR
    Nouveau née0 à 2 mm / h
    Enfants de moins de six ans12 à 17 mm / h
    Hommes de moins de 60 anspas plus de huit mm / h
    Femmes de moins de 60 anspas plus de 12 mm / h
    Hommes de plus de 60 anspas plus de 15 mm / h
    Femmes de plus de 60 anspas plus de 20 mm / h

    La cause de préoccupation est le dépassement de la norme ESR de trois à cinq fois. Du côté des problèmes oncologiques, cela peut indiquer des tumeurs malignes avec localisation dans n'importe quel organe, ainsi qu'une oncologie du sang.

    Les plaquettes sont des éléments sanguins non nucléaires responsables de deux fonctions importantes:

    • fermeture du site de lésion vasculaire en formant un bouchon primaire (coagulation sanguine);
    • accélération des réactions de coagulation plasmatique.

    Les taux de plaquettes dépendent de l'âge et du sexe d'une personne:

    Catégorie de personnesTaux de plaquettes
    Nouveau née100 000 à 420 000 U / μL
    Enfants de moins d'un an150 000 à 350 000 U / μL
    Enfants de un à cinq ans180 000 à 380 000 U / μL
    Enfants de cinq à sept ans180 000 à 450 000 U / μL
    Hommes200 000 à 400 000 U / μL
    Femmes180 000 à 320 000 U / μL

    Les anomalies des plaquettes sont dangereuses à la fois dans le sens de la diminution et dans le sens de l'augmentation.
    La thrombopénie (une diminution du nombre de plaquettes en dessous de 100 000 U / μL) est caractéristique de la leucémie, et la thrombocytose (une augmentation du taux chez l'adulte au-dessus de 400 000 U / L) est caractéristique des pathologies cancéreuses de toute localisation.

    Les signaux pour un examen approfondi pour l'oncologie dans un test sanguin biochimique vont au-delà de la norme de tels indicateurs:

    • protéines totales,
    • urée,
    • niveau de sucre,
    • bilirubine,
    • ALAT,
    • phosphatase alcaline.

    Ce qui peut être mis en évidence en dépassant la norme de chaque indicateur, nous considérerons dans le tableau:

    Indicateur de test sanguin biochimiqueNormeExcès ou déclinCause probable
    Protéines totales64 à 83 g / lDéclinCancer du foie, tumeurs de n'importe quel endroit.
    Urée2,5 à 8,3 mmol / LRenforcementIntoxication tumorale, dégradation du tissu tumoral.
    Glycémie3,33 à 5,55 mmol / LRenforcementCancer des poumons, du foie, du sein, de l'utérus, du système reproducteur. Sarcomes.
    Bilirubine3,4 à 17,1 μmol / lRenforcementCancer du foie.
    ALAT (Alanine aminotransférase)31 U / L pour les femmes, 41 U / L pour les hommesRenforcementCancer du foie.
    Phosphatase alcaline32-105 U / L pour les femmes, 40-130 U / L pour les hommesRenforcementCancer des os, cancer du foie, cancer de la vésicule biliaire.

    Au-delà de la norme, aucun de ces indicateurs ne permet de diagnostiquer le cancer. Cela peut être le signe de nombreux problèmes non cancéreux. Mais c'est une raison de faire des recherches approfondies pour trouver la cause d'un mauvais test sanguin biochimique..

    Les tests sanguins cliniques et biochimiques ne sont pas importants dans le diagnostic du cancer. Ils peuvent montrer des problèmes dans le corps, mais n'indiquent pas spécifiquement un cancer..

    Tous les indicateurs de ces tests peuvent-ils être normaux en oncologie? Rarement, mais ils le peuvent. Leucocytose, ESR accrue et anémie, des problèmes oncologiques se manifestent presque toujours. Mais le cancer nécessite un diagnostic plus approfondi. Pas un seul médecin ne peut diagnostiquer ou affirmer l'absence de problèmes de cette orientation uniquement sur une prise de sang générale..

    Les problèmes de cancer nécessitent une évaluation complète de tous les symptômes et manifestations par un médecin spécialisé dans le cancer..

    Une analyse qui vous permet de former une image objective de la présence de problèmes de cancer est un test sanguin pour les marqueurs tumoraux. Ce terme fait référence aux antigènes produits par les cellules cancéreuses. Ils sont présents dans le corps de chaque personne, mais dans le cancer, leur concentration augmente plusieurs fois..

    L'analyse est prise plusieurs fois pour voir la dynamique. Mais même la présence de marqueurs tumoraux sanguins à haute concentration n'est pas une raison de poser un diagnostic par vous-même. Plusieurs facteurs tiers peuvent provoquer une augmentation de leur nombre:

    • rhumes,
    • grossesse,
    • certaines maladies non cancéreuses.

    L'oncologue doit déchiffrer le test sanguin pour les marqueurs tumoraux, qui peut dresser avec compétence une image des tests et de l'anamnèse du patient et poser le bon diagnostic ou prescrire des examens supplémentaires.

    Les maladies oncologiques sont le fléau de l'humanité. Aujourd'hui, dans la liste des causes de décès de la population, l'oncologie occupe la deuxième place après les maladies cardiovasculaires. La situation est compliquée par le fait qu’une méthode de traitement des néoplasmes malins n’a pas encore été mise au point, bien que la communauté scientifique mondiale s’efforce de résoudre ce problème..

    Et si un diagnostic de cancer ressemble à une condamnation à mort, dans certains cas, il peut être traité avec succès, surtout si la tumeur est détectée tôt. Mais là aussi, il y a une pierre d'achoppement: il n'est souvent pas possible de déterminer l'apparition de la maladie, car elle peut être complètement asymptomatique.

    Symptômes indiquant la présence d'oncologie:

    Les symptômes dépendent en grande partie de l'emplacement, de la taille et du type de tumeur et, comme mentionné ci-dessus, peuvent ne pas apparaître du tout aux premiers stades. Par conséquent, le point clé du diagnostic du cancer réside dans les examens préventifs effectués en temps opportun par un spécialiste..

    Les symptômes courants suivants aideront à suspecter la présence d'une tumeur:

    • Toux fréquente;
    • Saignement;
    • Changements de couleur et dimensionnels des grains de beauté;
    • Troubles du système excréteur;
    • Bosses et gonflement sur le corps;
    • Perte de poids inexpliquée;
    • Augmentation de la fatigue.

    Les méthodes modernes de diagnostic des maladies oncologiques comprennent:

    • Méthode de recherche par ultrasons;
    • Méthode d'examen endoscopique;
    • Imagerie par résonance magnétique;
    • Examen aux rayons X;
    • Recherche en laboratoire;
    • Cyto - méthodes histologiques (biopsie).

    Tout d'abord, il convient de noter qu'il n'est pas possible de déterminer la présence d'un néoplasme malin par des tests sanguins ou urinaires, car une telle étude n'est pas spécifique en ce qui concerne les néoplasmes. Mais dans tous les cas, les écarts par rapport à la norme indiquent le déroulement d'un processus pathologique dans le corps, ce qui donne une raison sérieuse à un examen médical plus approfondi.

    L'analyse générale comprend l'étude de tous les types de cellules sanguines: érythrocytes, leucocytes, plaquettes, leur composition quantitative et qualitative, détermination de la formule leucocytaire (pourcentage de différents types de leucocytes) et de l'hématocrite (volume de globules rouges), mesure des taux d'hémoglobine.

    Le prélèvement sanguin pour analyse est effectué le matin strictement à jeun. La veille de l'analyse, il est recommandé de refuser de prendre des aliments gras et lourds, sinon cela peut conduire à des indicateurs incorrects. Pour la recherche, le sang capillaire est prélevé, généralement à partir de l'annulaire, à l'aide d'une aiguille stérile jetable. Dans certains cas, le sang peut être prélevé dans une veine. Un test sanguin général est l'analyse la plus courante et la plus souvent prescrite, il n'est donc pas difficile de le faire - il suffit de contacter la clinique la plus proche.

    Lors du décodage d'un test sanguin général, le médecin prête tout d'abord attention à des indicateurs tels que:

    • Vitesse de sédimentation des érythrocytes (ESR);
    • Hémoglobine;
    • Les leucocytes.

    Le taux ESR pour les hommes est de 1 à 10 mm / heure, pour les femmes - de 2 à 15 mm / heure. Un écart par rapport à ces indicateurs indique un processus inflammatoire et une intoxication générale du corps. Un dépassement de cet indicateur à plus de 60 mm / heure indique la dégradation des tissus dans le corps et, par conséquent, la présence d'un néoplasme malin. Il convient de garder à l'esprit que le niveau d'ESR dépend de nombreux facteurs physiologiques et pathologiques et ne constitue pas une confirmation directe de la présence d'une tumeur cancéreuse..

    L'hémoglobine est un composé chimique complexe de protéines et de fer. C'est la présence d'atomes de fer dans le sang qui détermine sa couleur rouge. La fonction principale est de transférer l'oxygène du système respiratoire vers les tissus. Normalement, le niveau d'hémoglobine est: chez la femme - 120-150 g / l (pendant la grossesse - 110-155 g / l), chez l'homme - 130-160 g / l. Une forte diminution de l'hémoglobine à 70-80 g / l, ainsi qu'une forte augmentation, peuvent survenir dans diverses maladies oncologiques.

    Les leucocytes, ou globules blancs, ont une fonction protectrice dans le corps. Ils nettoient le sang des cellules mortes, combattent les virus et les infections. En moyenne, le nombre de leucocytes dans le sang d'une personne en bonne santé ne dépasse pas 4 à 9 x 109 / l. Le contenu des leucocytes dans le sang n'est pas constant et peut fluctuer tout au long de la journée. Par exemple, cet indicateur augmente légèrement après les repas, ainsi qu'après un stress physique et émotionnel. Une forte diminution ou vice versa - une augmentation des leucocytes, comme dans le cas de l'hémoglobine, peut indiquer le développement de l'oncologie, en particulier de diverses formes de leucémie.

    L'analyse biochimique vous permet d'analyser le travail des organes internes et d'obtenir des informations sur le métabolisme. L'analyse est effectuée strictement à jeun.Par conséquent, avant de visiter le laboratoire, il est recommandé de refuser la nourriture pendant 8 à 12 heures et d'exclure complètement l'utilisation de boissons alcoolisées dans les deux semaines. Du sang pour analyse d'un volume d'environ 5 ml est prélevé dans la veine cubitale du patient.

    Décodage des indicateurs de l'analyse biochimique:

    La protéine C-réactive (CRP) - comme l'ESR, indique un processus inflammatoire dans le corps. La norme est de 0 à 5 mg / l. Un écart par rapport à la norme se produit dans les maladies auto-immunes, les infections fongiques, bactériennes ou virales, la tuberculose, la méningite, la pancréatite aiguë, les néoplasmes malins avec métastases.

    Le glucose est le niveau de «sucre dans le sang». La norme est de 3,33-5,55 mmol / l. Les valeurs dépassant la norme indiquent le développement du diabète sucré, des néoplasmes malins du pancréas.

    L'urée est le produit final du métabolisme des protéines dans l'organisme et est excrétée par les reins. La norme est de 2,5 à 8,3 mmol / l. Une augmentation de l'indicateur indique des écarts dans le travail des organes excréteurs.

    La créatinine - comme l'urée, est un indicateur de la fonction rénale. Norme 44-106 mmol / l.

    La phosphatase alcaline est une enzyme présente dans presque tous les tissus corporels. La norme est de 30 à 120 U / l. Une augmentation de la concentration peut indiquer des tumeurs dans le tissu osseux..

    Enzymes AST (la norme est de 0 à 31 U / L chez la femme, de 0 à 41 U / L chez l'homme) et ALT (7 à 41 UI / L). Une augmentation de ces indicateurs est la preuve d'un dysfonctionnement hépatique..

    Protéines (albumine et globuline) - jouent un rôle important dans les processus métaboliques. Normes: albumine - 35 à 50 g / l, globuline - 2,6-4,6 g / décilitre. La déviation du noma vers un côté plus ou moins important indique des processus pathologiques dans le corps.

    Les marqueurs tumoraux sont des protéines spécifiques produites par des cellules de néoplasmes malins. Normalement, chez l'homme, ces protéines sont absentes ou contenues en petites quantités. Chaque organe a son propre marqueur tumoral, considérez les plus fréquemment identifiés:

    Marqueur tumoral CA 12, norme -

    Les premiers signes d'une tumeur dans les ovaires ne peuvent être vus qu'après un test sanguin pour l'isolement d'un marqueur spécial CA 125. Mais même ici, on ne peut pas être sûr à cent pour cent, car tous les types de cancer de cet organe ne produisent pas ce type de protéine. Le site de l'infection peut être remarqué (mais pas toujours avec succès) après une échographie transvaginale, une laparoscopie ou une tomographie. Malgré cela, le diagnostic précoce du cancer de l'ovaire est très important, car 95% des femmes chez lesquelles un cancer a été remarqué au premier stade ont pu vaincre la maladie en cinq ans..

    Bien sûr, divers tests effectués dans les laboratoires médicaux aident à diagnostiquer le cancer de l'ovaire, mais il ne faut pas se fier uniquement à leurs résultats. Parmi eux, un test sanguin est d'une importance particulière, ce qui aide à voir les premiers signes d'une évolution même asymptomatique de la maladie. Une fois que les données de test sanguin sont prêtes, le médecin peut déterminer quelles autres méthodes de diagnostic peuvent être nécessaires. Habituellement, si un cancer de l'ovaire est suspecté, un test sanguin général et biochimique est effectué. Les marqueurs tumoraux et la coagulation sont également étudiés. En règle générale, les marqueurs tumoraux suivants sont utilisés: CA 125 et HE 4.

    Les marqueurs tumoraux les plus courants du cancer de l'ovaire sont considérés comme CA 125 et NON 4. Dans le même temps, si la concentration du premier dans le corps atteint 35 unités par ml de sang et de la seconde - 140 pmol par ml de sang, cela prouve qu'une tumeur maligne se développe dans les ovaires. Il vaut également la peine de considérer le type de cancer. Avec certains d'entre eux, la concentration des deux ou d'un seul des marqueurs tumoraux peut augmenter. On pense que le diagnostic du cancer de l'ovaire au moyen de marqueurs tumoraux est possible dans 80% des cas. De plus, ils vous permettent d'identifier la maladie à un stade précoce, lorsque le traitement le plus efficace peut encore être effectué.

    Dans le corps d'une femme après quarante ans, dans le contexte du développement du cancer de l'ovaire, la concentration d'alpha-foetoprotéine et de gonadotrophine chorionique peut également augmenter. Par conséquent, il est recommandé que toutes les femmes de cet âge subissent de temps à autre des tests pour ces marqueurs tumoraux. En outre, de tels tests aident à contrôler la rémission une fois que la tumeur a déjà été retirée..

    Grâce à un test sanguin général pour le cancer de l'ovaire, le médecin constate que la formule leucocytaire s'est déplacée vers la gauche. Dans ce cas, le nombre de leucocytes peut être normal. De plus, même à un stade précoce de la tumeur, le niveau de VS augmente. La numération globulaire complète aide à diagnostiquer le cancer de l'ovaire et à suggérer le bon traitement.

    Le CA 125 est l'un des principaux marqueurs tumoraux se manifestant dans le cancer de l'ovaire. Il faut comprendre que le CA 125 doit être présent dans le tissu épithélial de l'utérus, notamment son liquide mucineux. Normalement, il ne peut pas être détecté dans la circulation sanguine, à moins, bien sûr, qu'il y ait eu des ruptures tissulaires. Les jours de menstruation, le niveau de CA 125 double parfois. En outre, une augmentation se produit au cours du premier trimestre de la grossesse. CA 125 aide à diagnostiquer le cancer de l'ovaire dans 80% des cas.

    La HCG ou gonadotrophine chorionique humaine est un marqueur qui joue également un rôle très important dans le diagnostic du cancer de l'ovaire. Habituellement, son niveau augmente si la patiente est plus cancéreuse de l'ovaire ou a une tumeur embryonnaire. Veuillez noter que l'hCG augmente également chez les femmes enceintes, après avoir consommé de la marijuana, si une personne souffre d'une cirrhose du foie ou d'une inflammation intestinale.

    Parmi les principales méthodes instrumentales de diagnostic du cancer de l'ovaire, on distingue l'échographie, ce qui permet de voir rapidement la tumeur dans cet organe. De plus, l'échographie permet de déterminer dans quelle mesure les métastases cancéreuses se sont propagées. Aussi, pour voir comment le processus s'est propagé, ils utilisent parfois la radiographie, l'imagerie par résonance magnétique, la tomodensitométrie.

    L'examen échographique des patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire aide le médecin à trouver des réponses à des questions très importantes:

    • Dans quelle mesure la tumeur a-t-elle augmenté, a-t-elle déjà affecté les deux ovaires.
    • Une infiltration d'organe s'est-elle déjà manifestée dans la cavité abdominale?.
    • Le patient a-t-il une ascite.
    • Si les métastases sont allées au foie ou aux ganglions lymphatiques.
    • Y a-t-il du liquide dans l'espace pleural?.

    L'IRM ou l'imagerie par résonance magnétique est une méthode rare de diagnostic du cancer de l'ovaire. Mais encore, dans certains cas, il est utilisé. Grâce à un aimant assez puissant, l'appareil crée des ondes radio spéciales qui remplacent les rayons X. L'énergie de ces ondes radio est absorbée par les tissus puis libérée de différentes manières (selon le type de tissu). Les ondes radio émises par les ondes radio sont affichées sur l'écran de l'ordinateur sous forme d'image.

    La procédure de laparoscopie est basée sur l'introduction d'un tube très fin avec une lampe à l'extrémité, grâce à laquelle les deux ovaires peuvent être visualisés en détail sans aucun problème. Afin d'insérer ce tube, une petite incision doit être pratiquée dans le bas de l'abdomen. Une image de l'organe en cours de vérification est affichée sur l'écran de l'ordinateur. Avec la laparoscopie pour le cancer de l'ovaire, le médecin peut déterminer dans quelle mesure la tumeur s'est propagée. En outre, cette méthode vous permet de réfléchir à l'opération dans les moindres détails. Vous pouvez également prélever un petit morceau de tissu par une incision dans le péritoine pour une biopsie.

    Le site fournit des informations de base à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Une consultation spécialisée est requise!

    Quels tests doivent être effectués pour le cancer de l'ovaire?

    Divers tests de laboratoire ne révèlent pas toujours le cancer de l'ovaire et ne peuvent donc pas être utilisés comme seules méthodes de diagnostic de base. Cependant, un test sanguin peut aider à suspecter un cancer de l'ovaire lorsqu'il est asymptomatique. Sur la base de ces tests, le médecin prescrira des examens supplémentaires afin de détecter avec précision le cancer de l'ovaire.

    Pour le diagnostic du cancer de l'ovaire, des tests sanguins généraux et biochimiques, une étude de coagulation et la détermination des marqueurs tumoraux sont utilisés. Le plus informatif pour déterminer le cancer de l'ovaire est la détermination de la concentration des marqueurs tumoraux suivants:

    Une augmentation de la concentration de CA 125 supérieure à 35,0 U / ml ou HE4 supérieure à 140 pmol / ml indique que la femme a un cancer de l'ovaire. Selon le type de tumeur, la concentration de HE4 ou de CA 125, ou des deux marqueurs tumoraux simultanément, peut être augmentée. Une augmentation de la concentration de tout marqueur tumoral indiqué (HE4 ou CA 125) indique la présence d'un cancer de l'ovaire. La sensibilité de la détection du cancer aux stades précoces lors de la détermination de la concentration des deux marqueurs tumoraux simultanément est de 80%. La valeur diagnostique des marqueurs tumoraux réside dans la capacité à détecter le cancer à un stade précoce, lorsque le traitement est le plus efficace.

    De plus, chez les femmes de plus de 40 ans, dans le contexte des cancers de l'ovaire à cellules germinales, il peut y avoir une augmentation de la concentration de gonadotrophine chorionique (hCG) et d'alpha-foetoprotéine (AFP). Ainsi, chaque femme de plus de 40 ans doit être testée pour les marqueurs tumoraux - CA 125, HE4, hCG et AFP une fois par an afin de détecter un cancer de l'ovaire précoce. Des tests pour ces marqueurs avec un cancer de l'ovaire déjà détecté ne doivent pas être effectués, car cela n'a pas de sens. Mais après un traitement, vous pouvez contrôler la rémission de la tumeur en effectuant des tests pour ces marqueurs tumoraux..

    En plus des marqueurs tumoraux, en cas de cancer de l'ovaire, un test sanguin général et biochimique doit être effectué, et des indicateurs de coagulation sont également déterminés.

    Un test sanguin général pour le cancer est caractérisé par les valeurs suivantes des indicateurs déterminés:

    • Augmentation de l'ESR jusqu'à 27 - 40 mm / h;
    • Faible concentration d'hémoglobine - moins de 90 g / l (anémie);
    • Diminution du nombre de globules rouges de 2,4 G / L à 3 G / L;
    • Augmentation du nombre total de leucocytes (jusqu'à 10 9 / l);
    • Formule leucocytaire normale (pourcentage de formes leucocytaires, telles que segmentés, neutrophiles coupants, basophiles, éosinophiles, lymphocytes et monocytes);
    • Une augmentation significative du nombre de leucocytes avec métastases du cancer de l'ovaire à la moelle osseuse.

    Comme vous pouvez le voir, les modifications du test sanguin général ne sont pas spécifiques, mais en combinaison avec le tableau clinique (détérioration déraisonnable de la santé et irrégularités menstruelles) peuvent devenir des facteurs alarmants, dont la présence justifie un examen détaillé de l'état des organes génitaux..

    En cas de cancer de l'ovaire, il est nécessaire de passer un test sanguin biochimique avec la détermination d'indicateurs de la fonction hépatique (AST, ALT, ALP, albumine, globulines, protéines totales) et rénale (urée, créatinine). Dans un test sanguin biochimique pour le cancer de l'ovaire, les changements suivants sont révélés:

    • Faible concentration totale de protéines (inférieure à 55 g / l);
    • Faible concentration d'albumine (inférieure à 30 g / l);
    • Concentration élevée de globulines (supérieure à 20 g / l);
    • Augmentation de l'activité de la phosphatase alcaline (ALP);
    • Augmentation de l'activité des aminotransférases (AST, ALT);
    • Augmentation de la concentration d'urée (supérieure à 8,2 mmol / l);
    • Augmentation de la concentration de créatinine (supérieure à 120 mmol / L).

    Ces changements ne sont pas non plus spécifiques, mais leur apparition dans le contexte d'un foie et de reins sains vous permet d'être vigilant et de subir des examens supplémentaires pour détecter le cancer de l'ovaire.

    Le système de coagulation sanguine dans le cancer a toujours une tendance à l'hypercoagulabilité. Cela signifie que la coagulation sanguine est augmentée, entraînant de nombreux caillots sanguins. Pour compenser la formation accrue de thrombus, le système de fibrinolyse est mis en marche, ce qui dissout les thrombus formés. À la suite de tels changements dans l'analyse du système de coagulation, les violations suivantes sont enregistrées:

    • Augmentation du PTI (plus de 1,05 ou plus de 112%);
    • Accélération de l'APTT (moins de 25 sec);
    • Accélération TV (moins de 11 s);
    • Augmentation de la concentration de fibrinogène (plus de 5 g / l);
    • Une augmentation de la concentration d'antithromboplastine;
    • Augmentation de la concentration d'antithrombine.

    Tous les tests donnés, à l'exception de la détermination de la concentration de marqueurs tumoraux, ne sont pas spécifiques, mais ils doivent néanmoins être pris pour le cancer de l'ovaire, car ils vous permettent de surveiller l'état général d'une femme et d'évaluer le déroulement du processus tumoral. La correction en temps opportun des violations révélées par les résultats des tests sanguins biochimiques et généraux, ainsi que la détermination du système de coagulation, vous permet de prévenir diverses complications associées à l'évolution du cancer.

    À l'hôpital Yusupov, les patients peuvent subir un examen spécialisé en oncopathologie. Dans notre laboratoire de diagnostic clinique, vous pouvez effectuer un test sanguin préventif détaillé, un test sanguin pour les marqueurs tumoraux, un test sanguin génétique pour une prédisposition au cancer, un test sanguin biochimique. Haute qualification des spécialistes de l'oncologie hospitalière de Yusupov, le dernier équipement de diagnostic qui répond aux normes internationales, l'utilisation de technologies innovantes sont le garant de la fiabilité des résultats de la recherche, sur la base desquels un diagnostic précis est établi. Lors de la détection d'une formation tumorale, les patients se verront proposer l'aide de médecins de la clinique d'oncologie, qui ont une vaste expérience dans le traitement des pathologies malignes. L'hôpital Yusupov propose à ses patients un traitement hospitalier dans des salles confortables. Un personnel attentif et amical vous entourera de soins pendant toute la durée du séjour à la clinique, et des spécialistes vous fourniront des soins médicaux qualifiés visant à maximiser l'état physique et psychologique du patient atteint de cancer..

    Avec un long traitement inefficace des processus inflammatoires, le médecin procède à un examen, dont l'une des méthodes est un test sanguin.

    Cette analyse est considérée comme la méthode la plus simple pour connaître l'état du patient, s'il présente certains troubles, dont l'oncologie, dont la phase initiale se déroule sans symptômes prononcés, et c'est cette étape qui se prête le plus souvent à un traitement complet. Idéalement, un test sanguin pour le cancer devrait être effectué au moins une fois par an..

    La fréquence des recherches augmente:

    • après qu'une personne atteint 40 ans;
    • en présence d'une prédisposition héréditaire;
    • en vivant dans des endroits avec une situation environnementale défavorable;
    • avec un stress constant;
    • pendant les activités de travail associées au contact avec des substances nocives.

    Selon les experts médicaux, les patients oncologiques russes demandent de l'aide assez souvent déjà avec une extrême négligence de la maladie et, par conséquent, avec des chances de guérison extrêmement faibles. Gronder la médecine, les gens eux-mêmes traitent souvent leur santé avec assez de négligence, ignorant les examens préventifs et les examens, et parfois, même aux premiers symptômes de la maladie, préfèrent l'automédication et les conseils d'amis, ce qui fait perdre un temps précieux. De plus, peu d'entre eux sont informés du test sanguin qui révèle une oncologie et si le test sanguin change en oncologie..

    N'importe quel oncologue peut vous dire que le cancer est souvent précédé d'un stade précancéreux. Les tumeurs, en plus du cancer de la peau, affectent les organes internes, elles sont donc invisibles à l'œil et dans les stades initiaux peuvent ne pas se manifester de quelque manière que ce soit. Par conséquent, plus tôt vous commencez à contrôler les changements dans le corps et directement dans le sang, plus tôt vous pouvez diagnostiquer l'apparition d'une pathologie grave, augmentant ainsi les chances de guérison et de vie..

    Les oncologues de l'hôpital Yusupov recommandent des diagnostics de laboratoire en temps opportun si des tumeurs sont suspectées. La vérification précoce du diagnostic augmente considérablement les chances de guérison.

    Toute perturbation dans le travail du corps se reflète dans la composition du sang. Afin de ne pas manquer l'apparition de processus malins, souvent asymptomatiques, une analyse en oncologie doit être effectuée pour les violations suivantes:

    • processus inflammatoires qui ne se prêtent pas au traitement, maladies chroniques persistantes;
    • l'absence de réponse pathologique à l'action de médicaments ayant précédemment contribué à la guérison;
    • une diminution notable de l'immunité;
    • augmentation fréquente de la température corporelle sans raisons objectives;
    • une forte diminution du poids corporel;
    • réaction inadéquate aux odeurs;
    • diminution de l'appétit;
    • douleur inexpliquée;
    • faiblesse générale et malaise;
    • à des fins préventives (au moins une fois par an).

    Pour obtenir des résultats de test fiables avant de prendre du sang, les patients doivent adhérer à certaines recommandations:

    • 2 semaines avant l'analyse, arrêtez de prendre des médicaments par voie systémique;
    • 2-3 jours avant l'analyse, excluez les aliments gras et frits, les boissons alcoolisées de l'alimentation;
    • arrêtez de fumer 2 heures avant le prélèvement sanguin;
    • 30 minutes avant la procédure, ramenez l'état émotionnel à la normale, évitez le stress mental et physique;
    • afin d'éviter d'obtenir des résultats déformés, ne pas effectuer l'analyse immédiatement après avoir effectué d'autres types d'examens (de laboratoire ou instrumentaux).

    Vous pouvez manger de la nourriture avant le test sanguin général, mais il vaut mieux ne pas manger huit heures avant l'étude..

    Pour obtenir un résultat correct et non faussé d'un test sanguin biochimique, la faim est recommandée avant l'étude (8 à 12 heures à l'avance). L'utilisation de liquide sous forme d'eau plate purifiée est autorisée.

    Un test sanguin peut signaler un déséquilibre dans le corps et la nécessité de recherches supplémentaires pour identifier la cause exacte des changements qui se produisent. Les indicateurs peuvent changer en raison d'une maladie antérieure, de l'abus d'alcool, du tabagisme, de la grossesse et de nombreuses autres conditions.

    Tous les marqueurs tumoraux ne sont pas spécifiques. Les oncologues de la clinique Yusupov recommandent fortement aux patients de ne pas se précipiter pour tirer des conclusions, car seul un oncologue peut interpréter correctement tous les résultats des tests en cas de suspicion de cancer..

    La question de savoir si un test sanguin général révélera l'oncologie est une question à laquelle il est impossible de répondre sans équivoque. L'analyse clinique est une étude de base, selon les résultats de laquelle on peut juger de certains troubles nécessitant un examen plus détaillé. Il est impossible de déterminer avec précision la présence de tumeurs malignes par eux. En cas de modifications défavorables de la composition sanguine, un thérapeute expérimenté prescrit un test sanguin pour les marqueurs du cancer, qui confirmera ou exclura finalement les écarts dans le test sanguin général pour l'oncologie.

    Conformément à la localisation et à la taille de la formation tumorale, un test sanguin clinique montre un cancer dans les cas où le taux de leucocytes est augmenté, le nombre de plaquettes et d'hémoglobine est réduit et des lymphoblastes et des myéloblastes sont trouvés. Un signe particulièrement alarmant est l'augmentation du nombre de formes jeunes (immatures) de leucocytes..

    Les résultats d'un test sanguin général pour l'oncologie montrent une augmentation de la VS (vitesse de sédimentation des érythrocytes). Cependant, une augmentation de cet indicateur est observée dans d'autres pathologies, pour le traitement desquelles un traitement anti-inflammatoire et antibiotique est prescrit. En l'absence d'efficacité d'un tel traitement et d'une ESR encore élevée (qui dans le test sanguin indique une oncologie), on peut suspecter la présence d'une tumeur maligne chez le patient. Chaque patient doit savoir que ces indicateurs ne sont pas une confirmation absolue de la présence d'un cancer. Pour une étude plus détaillée, un test sanguin biochimique est prescrit, avec cancer - un contrôle des marqueurs tumoraux.

    Modifications du test sanguin pour l'oncologie:

    • présence quantitative accrue ou diminuée de leucocytes;
    • des cellules immatures sont présentes;
    • L'indicateur ESR dépasse largement la norme;
    • des leucocytes granuleux sont présents;
    • le niveau d'hémoglobine diminue.

    Cependant, certaines modifications de la composition sanguine ne signalent pas toujours la présence de tumeurs malignes. La recherche la plus simple et la plus informative pour un cancer suspecté est un test sanguin biochimique.

    Cette étude est assignée aux fins suivantes:

    • confirmer la présence d'une tumeur maligne;
    • identifier les métastases suspectées du processus de cancer;
    • surveiller l'efficacité du traitement;
    • clarifier la nature de la tumeur (bénigne / maligne);
    • pour évaluer l'efficacité du traitement du cancer.

    Un test sanguin de biochimie en cas de suspicion de cancer consiste avant tout à identifier les marqueurs tumoraux. Les marqueurs tumoraux sont des antigènes et des protéines produits par les cellules tumorales. En cas de détection de marqueurs tumoraux pour confirmer le diagnostic, des méthodes supplémentaires d'examen pour l'oncologie sont prescrites, y compris l'échographie, la biopsie, etc..

    Avec cette analyse, le niveau de protéines et d'antigènes est déterminé. Cependant, étant donné que chaque personne a ses propres indicateurs normaux, la dynamique est tout d'abord importante - un changement de leur nombre dans une certaine période de temps. Par conséquent, un prélèvement sanguin pour l'analyse biochimique doit être effectué à plusieurs reprises.

    Sur la base des résultats d'un test sanguin biochimique, on peut juger de la localisation de la formation de la tumeur, du stade de développement de son développement, de la taille de la tumeur et des réactions possibles du corps..

    Étant donné que le processus de croissance tumorale s'accompagne de la libération d'antigènes spécifiques, en fonction de l'organe qu'il affecte, le taux d'augmentation de la quantité de ces antigènes dans le sang suggère la rapidité avec laquelle l'oncopathologie se développe et pour déterminer le pronostic. Souvent, en raison de l'identification des marqueurs tumoraux, la pathologie peut être diagnostiquée avant l'apparition des symptômes cliniques, c'est-à-dire aux premiers stades de la maladie, ce qui, avec un traitement adéquat, augmente considérablement les chances de guérison.

    Le CA 125 est un marqueur tumoral trouvé dans le cancer de l'endomètre de l'utérus ou des ovaires. Le taux de cette protéine est significativement augmenté chez 80% des femmes souffrant de cette oncopathologie. La clarification du diagnostic est réalisée par échographie et examen vaginal.

    CA 72-4, CA 19-9 - l'identification de ces marqueurs tumoraux signale la présence d'une formation maligne dans le tractus gastro-intestinal. Un diagnostic précis est établi après des recherches supplémentaires.

    CA 15-3 - ce marqueur tumoral est détecté chez les femmes atteintes d'un cancer du sein.

    PSA - la production de cette enzyme par la prostate augmente normalement progressivement avec l'âge chez les hommes, mais un indice PSA de plus de 30 unités devrait être préoccupant. Dans ce cas, le développement d'un cancer de la prostate peut être suspecté. Il est important de vérifier plusieurs fois le sang pour le marqueur tumoral PSA afin de comparer les résultats et de voir la dynamique. Les indicateurs inférieurs à 30 unités nécessitent d'autres méthodes de diagnostic.

    La détection des oncomarqueurs CEA, NSE, CYFRA 21-1 peut signaler la localisation d'un néoplasme malin dans les poumons, ainsi que dans d'autres organes.

    La glycoprotéine embryonnaire AFP, normalement produite par les cellules du sac vitellin et du foie du fœtus, remplit principalement des fonctions de transport.

    Le cancer du foie précoce se manifeste par des nausées, des vomissements, de l'inconfort (ballonnements), de la diarrhée et de la constipation, un manque d'appétit, une fatigue et un malaise constants, une perte de poids, des frissons et de la fièvre. Dans les derniers stades de la maladie, une jaunisse obstructive, une anémie, des saignements, une accumulation de liquide dans la cavité abdominale, des signes d'intoxication corporelle avec des produits de décomposition de l'acide biliaire apparaissent.

    La présence d'un cancer du foie dans l'organisme (en plus: cancer des poumons, du côlon, du sein, de la prostate, de la vessie et du col de l'utérus) peut être indiquée par la détection d'antigène embryonnaire cancéreux (CEA) dans le sang. Cependant, une augmentation du CEA est également notée chez les alcooliques, les gros fumeurs, donc l'IRM est nécessaire pour diagnostiquer le cancer.

    Il existe de nombreux autres marqueurs tumoraux, de nouveaux sont constamment créés, avec l'aide desquels les médecins de l'hôpital Yusupov ont la possibilité d'identifier d'autres formes de pathologies malignes.

    Inscrivez-vous à une consultation, découvrez combien coûte une prise de sang pour la détection de l'oncologie et posez toutes vos questions par téléphone.

    Le diagnostic des tumeurs cancéreuses est un examen complet utilisant des méthodes instrumentales et de laboratoire spécifiques. Il est effectué selon des indications, parmi lesquelles il existe des violations identifiées par un test sanguin clinique standard.

    Les néoplasmes malins se développent de manière très intensive, tandis que la consommation de vitamines et de minéraux, ainsi que la libération de leurs déchets dans le sang, entraînent une intoxication importante du corps. Les nutriments sont prélevés dans le sang, les produits de leur transformation y vont, ce qui affecte sa composition. C'est donc souvent lors d'examens de routine et de tests de laboratoire que l'on découvre les signes d'une maladie dangereuse..

    Le cancer peut être suspecté sur la base des résultats d'études standard et spéciales. Dans les processus pathologiques du corps, les modifications de la composition et des propriétés du sang se reflètent dans:

    • test sanguin général;
    • recherche biochimique;
    • analyse des marqueurs tumoraux.

    Cependant, il est impossible de déterminer de manière fiable le cancer à partir d'un test sanguin. Les écarts de tout indicateur peuvent être causés par des maladies qui n'ont rien à voir avec l'oncologie. Même l'analyse spécifique et la plus informative des marqueurs tumoraux ne garantit pas à 100% la présence ou l'absence de la maladie et doit être confirmée.

    Ce type d'étude en laboratoire donne une idée du nombre d'éléments formés de base responsables des fonctions du sang. Une diminution ou une augmentation de tout indicateur est un signal de problème, y compris la présence de néoplasmes. Un échantillon est prélevé d'un doigt (parfois d'une veine) le matin, à jeun. Le tableau ci-dessous présente les principales catégories d'un test sanguin général ou clinique et leurs valeurs normales.

    Lors de l'interprétation des analyses, il convient de garder à l'esprit que, selon le sexe et l'âge, les indicateurs peuvent différer, il existe également des raisons physiologiques à l'augmentation ou à la diminution des valeurs..

    Nom, unité de mesureLa descriptionmontant
    Hémoglobine (HGB), g / lComposant des érythrocytes, transporte l'oxygène120-140
    Érythrocytes (RBC), cellules / lNombre de corps rouges4-5x10 12
    Index de couleurA une valeur diagnostique dans l'anémie0,85-1,05
    Réticulocytes (RTC). %Jeunes érythrocytes0,2 à 1,2%
    Plaquettes (PLT), cellules / lFournir une hémostase180-320x10 9
    ESR (ESR), mm / hVitesse de sédimentation du plasma érythrocytaire2-15
    Leucocytes (WBC), cellules / lIls remplissent des fonctions de protection: maintien de l'immunité, lutte contre les agents étrangers et élimination des cellules mortes4-9x10 9
    Lymphocytes (LYM),%Ces éléments sont les composants du concept de «leucocytes». Leur nombre et leur rapport s'appellent la formule leucocytaire, qui est d'une grande valeur diagnostique dans de nombreuses maladies.25-40
    Éosinophiles,%0,5-5
    Basophiles,%0-1
    Monocytes,%3-9
    Neutrophiles: poignarder1-6
    segmenté47-72
    myélocytes
    métamyélocytes

    Presque tous ces indicateurs sanguins en oncologie changent dans le sens d'une diminution ou d'une augmentation. À quoi exactement le médecin prête-t-il attention lors de l'étude des résultats de l'analyse:

    • ESR. La vitesse de sédimentation du plasma érythrocytaire est supérieure à la normale. Physiologiquement, cela peut s'expliquer par la menstruation chez la femme, l'augmentation de l'activité physique, le stress, etc. Cependant, si l'excès est important et accompagné de symptômes de faiblesse générale et de fièvre légère, un cancer peut être suspecté.
    • Neutrophiles. Leur nombre a augmenté. L'émergence de nouvelles cellules immatures (myélocytes et métamyélocytes) dans le sang périphérique, caractéristique des neuroblastomes et autres maladies oncologiques, est particulièrement dangereuse..
    • Lymphocytes. Ces indicateurs KLA en oncologie sont plus élevés que la normale, puisque c'est cet élément sanguin qui est responsable de l'immunité et combat les cellules cancéreuses..
    • Hémoglobine. Diminue s'il y a des processus tumoraux dans les organes internes. Cela s'explique par le fait que les déchets de cellules tumorales endommagent les érythrocytes, réduisant leur nombre.
    • Leucocytes. Le nombre de globules blancs, comme le montrent les analyses en oncologie, diminue toujours si la moelle osseuse est affectée par des métastases. La formule leucocytaire est décalée vers la gauche. Les néoplasmes d'une autre localisation entraînent une augmentation.

    Il convient de garder à l'esprit qu'une diminution de l'hémoglobine et du nombre de globules rouges est caractéristique de l'anémie courante causée par une carence en fer. Une augmentation de l'ESR est observée dans les processus inflammatoires. Par conséquent, de tels signes d'oncologie par analyse sanguine sont considérés comme indirects et doivent être confirmés..

    Le but de cette analyse, réalisée annuellement, est d'obtenir des informations sur le métabolisme, le travail des différents organes internes, l'équilibre des vitamines et des oligo-éléments. Un test sanguin biochimique en oncologie est également informatif, car une modification de certaines valeurs permet de tirer des conclusions sur la présence de tumeurs cancéreuses. À partir du tableau, vous pouvez découvrir quels indicateurs devraient être normaux.

    Il est possible de suspecter un cancer avec un test sanguin biochimique si les valeurs suivantes ne correspondent pas à la norme:

    • Albumine et protéines totales. Ils caractérisent la quantité totale de protéines dans le sérum sanguin et la teneur en protéine principale. Un néoplasme en développement consomme activement des protéines, par conséquent, cet indicateur est considérablement réduit. Si le foie est affecté, même avec une nutrition adéquate, il y a une carence.
    • Glucose. Le cancer du système reproducteur (en particulier féminin), du foie et des poumons affecte la synthèse de l'insuline et l'inhibe. En conséquence, des symptômes de diabète apparaissent, ce qui se traduit par un test sanguin biochimique pour le cancer (les niveaux de sucre augmentent).
    • Phosphatase alcaline. Il augmente, tout d'abord, avec des tumeurs osseuses ou des métastases. Peut également indiquer une oncologie de la vésicule biliaire, du foie.
    • Urée. Ce critère vous permet d'évaluer le travail des reins, et s'il est élevé, il y a une pathologie d'organe ou une dégradation intense des protéines dans le corps. Ce dernier phénomène est caractéristique de l'intoxication tumorale..
    • Bilirubine et alanine aminotransférase (ALT). Une augmentation de la quantité de ces composés informe sur les dommages au foie, y compris le cancer..

    Si un cancer est suspecté, un test sanguin biochimique ne peut être utilisé pour confirmer le diagnostic. Même s'il y a des coïncidences sur tous les points, des tests de laboratoire supplémentaires devront être effectués. Quant au don direct de sang, il est prélevé dans une veine le matin, et il est impossible de manger et de boire (il est permis d'utiliser de l'eau bouillie) de la veille au soir..

    Si le test sanguin biochimique et général pour l'oncologie ne donne qu'une idée générale de la présence d'un processus pathologique, une étude des marqueurs tumoraux vous permet même de déterminer l'emplacement d'un néoplasme malin. C'est le nom d'un test sanguin pour le cancer, dans lequel des composés spécifiques produits par la tumeur elle-même ou le corps en réponse à sa présence sont identifiés.

    Au total, environ 200 marqueurs tumoraux sont connus, mais un peu plus de vingt sont utilisés pour le diagnostic. Certains d'entre eux sont spécifiques, c'est-à-dire qu'ils indiquent des dommages à un organe spécifique, tandis que d'autres peuvent être détectés dans différents types de cancer. Par exemple, l'alpha-foetoprotéine est un marqueur tumoral courant en oncologie; on la retrouve chez près de 70% des patients. Il en va de même pour le CEA (antigène embryonnaire cancéreux). Par conséquent, pour déterminer le type de tumeur, le sang est examiné pour une combinaison de marqueurs tumoraux généraux et spécifiques:

    • Protéine S-100, NSE - cerveau;
    • CA-15-3, CA-72-4, CEA - la glande mammaire est affectée;
    • SCC, alpha-foetoprotéine - col de l'utérus;
    • AFP, CA-125, hCG - ovaires;
    • CYFRA 21-1, CEA, NSE, SCC - poumons;
    • AFP, CA 19-9, CA-125 - foie;
    • CA 19-9, CEA, CA 242 - estomac et pancréas;
    • CA-72-4, CEA - intestin;
    • PSA - glande prostatique;
    • HCG, AFP - testicules;
    • Protéine S-100 - Peau.

    Mais avec toute l'exactitude et le contenu de l'information, le diagnostic de l'oncologie par analyse sanguine pour les marqueurs tumoraux est préliminaire. La présence d'antigènes peut être un signe d'inflammation et d'autres maladies, et l'ACE est toujours élevée chez les fumeurs. Par conséquent, sans confirmation par des études instrumentales, le diagnostic n'est pas posé.

    Cette question est naturelle. Si de mauvais résultats ne sont pas une confirmation de l'oncologie, cela pourrait-il être l'inverse? Oui c'est possible. Le résultat du test peut être influencé par la petite taille de la tumeur ou la prise de médicaments (étant donné que pour chaque marqueur tumoral, il existe une liste spécifique de médicaments pouvant conduire à des résultats faussement positifs ou faux négatifs, le médecin traitant et le personnel du laboratoire doivent être informés des médicaments pris par le patient).

    Même si les tests sanguins sont bons et que les diagnostics instrumentaux n'ont pas donné de résultat, mais qu'il y a des plaintes subjectives de douleur, on peut parler d'une tumeur extraorganique. Par exemple, sa variété rétropéritonéale est déjà détectée à 4 stades, avant cela, ne laissant pratiquement personne se connaître. Le facteur âge est également important, car le métabolisme ralentit au fil des ans et les antigènes pénètrent trop lentement dans le sang..

    Le risque de développer un cancer est à peu près le même pour les deux sexes, mais la bonne moitié de l'humanité a une vulnérabilité supplémentaire. Le système reproducteur féminin est à haut risque de cancer, en particulier les glandes mammaires, ce qui fait du cancer du sein le deuxième cancer le plus courant parmi tous les néoplasmes malins. L'épithélium du col de l'utérus est également sujet à la dégénérescence maligne, les femmes doivent donc être responsables des examens et faire attention aux résultats des tests suivants:

    • L'ALK en oncologie montre une diminution du taux d'érythrocytes et d'hémoglobine, ainsi qu'une augmentation de l'ESR.
    • Analyse biochimique - Une augmentation du glucose est ici une source de préoccupation. Ces symptômes du diabète sucré sont particulièrement dangereux pour les femmes, car ils deviennent souvent des signes avant-coureurs du cancer du sein et de l'utérus..
    • Lors des tests de marqueurs tumoraux, la présence simultanée d'antigènes SCC et d'alpha-foetoprotéine indique le risque de lésions cervicales. Glycoprotéine CA 125 - la menace de cancer de l'endomètre, AFP, CA-125, hCG - ovarien, et la combinaison de CA-15-3, CA-72-4, CEA suggère que la tumeur peut être localisée dans les glandes mammaires.

    Si quelque chose est alarmant dans les analyses et qu'il y a des signes caractéristiques d'oncologie au stade initial, la visite chez le médecin ne peut pas être reportée. En outre, le gynécologue doit être visité au moins une fois par an et le sein doit être régulièrement examiné indépendamment. Ces mesures préventives simples aident souvent à détecter le cancer à un stade précoce.

    Un examen doit être effectué avec une détérioration prolongée du bien-être sous forme de faiblesse, de basse température constante, de fatigue, de perte de poids, d'anémie d'origine inconnue, de ganglions lymphatiques hypertrophiés, d'apparition de phoques dans les glandes mammaires, de modifications de la couleur et de la taille des grains de beauté, de troubles du tractus gastro-intestinal, accompagnés du passage du sang après une selle, toux obsessionnelle sans signes d'infection, etc..

    Les raisons supplémentaires sont:

    • plus de 40 ans;
    • antécédents familiaux d'oncologie;
    • aller au-delà de la gamme normale d'indicateurs de l'analyse biochimique et du CBC;
    • douleur ou dysfonctionnement prolongé de tout organe ou système, même dans une faible mesure.

    L'analyse ne prend pas beaucoup de temps, tout en aidant à identifier en temps opportun une maladie potentiellement mortelle et à la guérir de la manière la moins traumatisante. De plus, ces examens devraient devenir réguliers (au moins une fois par an) pour ceux qui ont des parents atteints de cancer ou qui ont dépassé la limite d’âge de quarante ans..

    Le sang pour le test antigénique est prélevé dans une veine le matin. Les résultats sont publiés sous 1 à 3 jours et pour être fiables, certaines recommandations doivent être suivies:

    • ne prenez pas de petit-déjeuner;
    • ne prenez pas de médicaments ni de vitamines la veille;
    • trois jours avant de faire un diagnostic de cancer par test sanguin, exclure l'alcool;
    • ne prenez pas d'aliments gras et frits la veille;
    • exclure l'activité physique intense la veille de l'étude;
    • le jour de l'accouchement, ne pas fumer le matin (fumer augmente l'ACE);
    • pour que les facteurs tiers ne faussent pas les indicateurs, guérissez d'abord toutes les infections.

    Après avoir reçu les résultats en main, il ne faut pas tirer de conclusions indépendantes et faire des diagnostics. Ce test sanguin pour le cancer n'a pas une fiabilité à cent pour cent et nécessite une confirmation instrumentale.

    Le diagnostic précoce du cancer de l'ovaire est l'une des principales tâches des examens oncologiques prophylactiques. Les tumeurs des glandes génitales féminines sont le deuxième cancer le plus fréquemment diagnostiqué dans le domaine de la gynécologie. Une détection rapide vous permet d'appliquer un traitement aux stades initiaux de la maladie et d'augmenter les chances de succès du traitement et de rémission à long terme de 2 à 3 fois.

    Les premiers stades du carcinome ovarien sont pratiquement dépourvus de certaines caractéristiques. Il est possible de diagnostiquer un petit néoplasme uniquement avec l'utilisation de marqueurs tumoraux, avec des examens réguliers, en tenant compte de l'appartenance du patient à un groupe à risque, ou avec un examen transvaginal accidentel.

    À mesure que le carcinome se développe, les symptômes de la présence d'une tumeur dans les organes pelviens apparaissent progressivement et, le plus souvent, ils ne diffèrent pas extérieurement des signes de la présence de kystes et de néoplasmes bénins.

    Avec le développement d'une tumeur maligne des ovaires, une femme présente des signes et des troubles tels que:

    • douleur constante dans le bas-ventre, inconfort dans le vagin pendant les rapports sexuels;
    • fatigue chronique, faiblesse;
    • épuisement physique et mental, perte d'appétit, dépression;
    • indigestion (avec propagation du processus pathologique au tissu intestinal);
    • problèmes d'uriner;
    • brûlures d'estomac, nausées;
    • sensation de pression dans l'abdomen;
    • gonflement de l'abdomen dû à l'accumulation de liquide dans la cavité abdominale;
    • violation possible du cycle menstruel (avec des tumeurs de type stromal ou aux stades avancés du processus cancéreux) et l'apparition d'un écoulement sanglant entre les menstruations.

    En plus des symptômes ci-dessus, le patient peut présenter une augmentation déraisonnable de la température, en particulier le soir et la nuit, une augmentation de la fréquence cardiaque et un gonflement des jambes, associés à une compression mécanique des veines pelviennes par un néoplasme croissant.

    Dans ces cas, le médecin n'a pas le droit de supposer uniquement une tumeur ovarienne, car les symptômes sont caractéristiques d'un certain nombre de pathologies du tractus gastro-intestinal et du système urinaire, mais doivent envoyer le patient pour un examen complet.

    Si vous soupçonnez un cancer des glandes génitales, un examen complet des organes pelviens et de tout le corps est nécessaire pour établir un diagnostic précis. Ainsi, non seulement la présence, mais également le stade de développement de la maladie, la nature du flux sanguin dans le néoplasme et la présence de métastases dans les tissus entourant les ovaires sont déterminées..

    Les diagnostics du cancer de l'ovaire comprennent:

    • examen et palpation (palpation) de l'abdomen;
    • examen approfondi à l'aide de techniques instrumentales;
    • recherche du domaine de la localisation des tumeurs par des méthodes matérielles.

    Le cancer de l'ovaire peut être déterminé par des formations denses avec une surface bosselée, qui se trouvent lors d'un examen bimanuel à travers le vagin ou le rectum sur un ou les deux ovaires. Dans les derniers stades, les néoplasmes peuvent se développer dans les tissus péri-utérins et les parois intestinales. Les petites tumeurs ne sont pas trouvées à l'examen.

    La laparoscopie - insertion d'un tube fin à travers une incision dans le péritoine - est utilisée pour un examen approfondi de la zone touchée. L'image est transmise au moniteur, ce qui permet aux médecins d'évaluer avec précision la propagation du processus tumoral et l'état des organes internes avec un traumatisme minimal pour le patient.

    La prise d'un biomatériau s'appelle une biopsie. Habituellement, une biopsie est effectuée lorsque la tumeur est retirée, cependant, s'il existe des contre-indications à la chirurgie, les chirurgiens évaluent au préalable le degré de malignité du néoplasme en examinant un morceau de tissu prélevé lors de la laparoscopie ou de la ponction.

    L'analyse histologique évalue le type et le degré de différenciation des cellules prélevées. Jusqu'à 90% des cancers de l'ovaire surviennent dans les néoplasmes épithéliaux.

    Les tumeurs épithéliales (carcinomes) sont divisées en groupes en fonction des particularités de la structure cellulaire. Il existe des types de néoplasmes séreux, muqueux, endométrioïdes, à cellules légères et indifférenciés. Le taux de croissance et le risque de métastases d'un carcinome indifférencié sont plusieurs fois plus élevés que pour les tumeurs d'autres types.

    Important! Le degré de différenciation est évalué à l'aide d'une échelle de Gleason spéciale.

    Les tumeurs ovariennes peuvent se développer ou métastaser dans les parois intestinales.Par conséquent, avec un cancer avancé, la coloscopie est également souvent prescrite - une étude interne du gros intestin. Comme pour la laparoscopie, un tube à fibre optique est inséré dans le corps et transmet les données à un moniteur..

    Parmi les méthodes de recherche matérielle qui ne nécessitent pas de préparation préalable et d'incisions dans le corps du patient, le diagnostic par ultrasons, l'imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie, ainsi que la radiographie sont largement utilisés..

    L'échographie en cas de suspicion de tumeurs ovariennes malignes est réalisée pour plusieurs organes à la fois: tous les organes du petit bassin, les glandes mammaires et la cavité abdominale. À la suite de l'étude, la présence d'ascite et la quantité de liquide accumulé, la présence ou l'absence de néoplasmes dans la poitrine du patient, ainsi que la taille et l'étendue de la propagation du processus cancéreux.

    Pour une évaluation précise, une étude transvaginale avec un Doppler est nécessaire: elle permettra non seulement d'évaluer le stade du processus et l'état des vaisseaux des tissus environnants, mais aussi de prédire le taux de croissance tumorale par la nature du flux sanguin dans le néoplasme et l'ovaire affecté.

    La tomographie est la méthode la plus précise pour obtenir des données sur:

    • la propagation du processus tumoral;
    • son emplacement;
    • configuration;
    • métastases aux tissus environnants et aux ganglions lymphatiques.

    Le résultat de l'IRM est des images tridimensionnelles de la zone touchée et d'autres organes du petit bassin, selon lesquelles le médecin planifie un traitement supplémentaire et évalue l'opérabilité du néoplasme.

    La tomodensitométrie peut être combinée avec des techniques de recherche sur les émissions de positons. Avant la procédure, le patient reçoit une injection intraveineuse d'une solution marquée radioactivement d'un certain monosaccharide, qui est activement consommée par les tissus tumoraux. Ainsi, les foyers du processus cancéreux sont clairement visibles sur les images..

    L'examen aux rayons X vise à trouver des foyers secondaires de tumeurs gonadiques dans les poumons et le péritoine, ainsi qu'à exclure le risque de cancer gastro-intestinal métastatique, qui forme des foyers secondaires dans les ovaires.

    Pour déterminer le cancer de l'ovaire, des tests de marqueurs tumoraux spécifiques sont également utilisés - des substances spécifiques produites par la tumeur. Habituellement, dans le diagnostic du néoplasme malin, plusieurs marqueurs sont utilisés - le principal, secondaire et plusieurs autres.

    L'antigène CA-125 appartient au groupe des glycoprotéines. Normalement, il est présent dans l'endomètre, ainsi que dans le liquide utérin, mais ne se trouve pas dans le sang. Un changement de concentration de zéro à 100 unités par millilitre (avec une valeur normale jusqu'à 35) peut être dû à l'endométriose, aux infections génitales et à certaines maladies systémiques.

    Cet antigène n'est pas très sensible et spécifique: la présence d'un cancer de l'ovaire est indiquée par une augmentation de la valeur normale de la concentration d'antigène au moins deux fois. Le CA-125 est également utilisé dans le diagnostic des tumeurs malignes du sein, du tractus gastro-intestinal, des poumons et d'autres organes..

    Le marqueur HE-4, appartenant également au groupe des glycoprotéines, est normalement produit par les cellules épithéliales des systèmes reproducteur et respiratoire, et dans le cas d'un processus oncologique dans les ovaires, par les cellules tumorales. La concentration normale de HE-4 ne dépasse pas 70 pmol / l, pendant la période postménopausique, la valeur peut doubler.

    Est-il possible de guérir le cancer de l'ovaire de stade 3 et de passer à autre chose??

    Cette protéine est plus précise et plus spécifique que CA-125, car.

    le niveau de sa concentration augmente principalement avec les tumeurs cancéreuses de l'endomètre et des ovaires, beaucoup moins souvent - avec des processus oncologiques dans la poitrine et les poumons.

    L'inconvénient de l'utilisation de HE-4 est que ce marqueur tumoral ne détecte pas les cellules germinales et les néoplasmes mucoïdes.

    Parmi les raisons non oncologiques d'une augmentation du taux d'une protéine marqueur tumorale, on trouve la fibrose kystique, l'inflammation du système reproducteur et urinaire, les kystes ovariens, les tumeurs utérines bénignes et l'insuffisance rénale..

    En plus des tests de marqueurs spécifiques à un organe, il est également nécessaire d'étudier le sang du patient pour la concentration de gonadotrophine bêta-chorionique et d'œstrogène. Des taux élevés d'hCG en dehors de la grossesse et une production excessive d'œstrogènes indiquent la présence d'un néoplasme..

    Pour déterminer un néoplasme du sein ou de l'utérus aux premiers stades, dans certains cas, un examen régulier par un spécialiste du profil approprié suffit. Cependant, comment déterminer le début d'un processus tumoral en l'absence de symptômes graves et la capacité de détecter un sceau lors d'un examen oncologique régulier?

    Pour détecter le cancer de l'ovaire, le diagnostic doit consister en une échographie transvaginale de la région pelvienne et une prise de sang pour les marqueurs tumoraux. Au cours d'un examen transvaginal, le médecin peut constater la présence d'une tumeur sans indiquer le degré de son oncogénicité..

    Lors d'études régulières, le principal marqueur tumoral des ovaires, le CA 125, est utilisé comme substance spécifique à un organe. Si les valeurs normales de la concentration d'antigène sont dépassées, une analyse répétée et un diagnostic différentiel du processus oncologique sont prescrits pour exclure un résultat faussement positif.

    Un examen complet régulier est généralement recommandé pour les femmes à risque de développer un cancer. Les conditions dans lesquelles l'attribution à un tel groupe est justifiée comprennent:

    1. plusieurs cas de cancer dans la famille ou de mutations dans les gènes BRCA1 et BRCA2;
    2. l'apparition de la ménopause avant l'âge de 50 ans;
    3. plus de 65 ans (les patientes de ce groupe d'âge représentent plus de 50% du nombre total de femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire);
    4. recevant un traitement substitutif par extradiol sans prise concomitante de progestérone;
    5. saignements dans la période postménopausique, non causés par des pathologies utérines;
    6. processus inflammatoires chroniques dans les organes pelviens, infertilité;
    7. la présence de néoplasmes bénins dans l'utérus et les gonades;
    8. interventions chirurgicales pour les tumeurs bénignes en préménopause et après avec la préservation d'au moins un des ovaires;
    9. obésité et diabète.

    Les patientes atteintes d'un cancer du sein en traitement ou en rémission sont également souvent à risque. Des études montrent que la présence de mauvaises habitudes (fumer, boire de l'alcool) et l'exposition aux rayons UV n'augmentent pas le risque de la plupart des types de néoplasmes malins dans les ovaires.

    Le diagnostic précoce des processus tumoraux et leur traitement rapide peuvent augmenter les chances d'un taux de survie à 5 ans jusqu'à 94%, et la prévention - tout d'abord, une alimentation pauvre en graisses animales et une proportion importante de fibres - réduit le risque de maladie elle-même..

    En cas de risque héréditaire et hormonal élevé, des mesures de traitement préventif sont justifiées (y compris l'ablation de l'utérus et des ovaires).

    Souvent, le médecin qui prescrit l'étude ne considère pas qu'il est de son devoir d'expliquer au patient pourquoi le oncomarqueur des ovaires CA 125 est nécessaire, le décodage de ses indicateurs de la norme et des écarts.

    Mais c'est pour cette raison que de nombreux patients qui nécessitent des soins médicaux immédiats ignorent la prescription du médecin et reportent l'étude à une date ultérieure. Mais ce comportement des patients est irresponsable en termes de santé. Après tout, si averti, puis armé à l'avance.

    La détection rapide des maladies offre à une personne la possibilité d'un traitement réussi. Cette affirmation est particulièrement significative en ce qui concerne le dépistage des principaux marqueurs tumoraux..

    Le cancer de l'ovaire est une maladie gynécologique courante. Le CA-125 n'est que la méthode la plus indicative pour le diagnostic précoce d'une tumeur maligne des ovaires. Il est également appelé marqueur de la tumeur ovarienne. Quiconque ne sait pas ce que c'est, alors il y a une opportunité de le découvrir dans tous les détails..

    Les méthodes de recherche en laboratoire sont souvent utilisées en médecine moderne pour la détection précoce des maladies oncologiques..

    Une large gamme de services disponibles dans les laboratoires de diagnostic clinique permet aux patients de subir des tests, y compris ceux des marqueurs tumoraux. L'essence de cette méthode de recherche est la suivante.

    Tout «parasite», qu'il s'agisse d'un néoplasme bénin ou malin, une fois installé dans le corps humain, commence par la suite à y fonctionner activement, c'est-à-dire à se développer. À cet égard, des «traces» de l'activité vitale d'un tel «habitant» commencent à apparaître dans le corps, qui sont détectées dans l'urine ou le sang du patient.

    De plus, les cellules normales du corps produisent une sorte de réponse au «voisinage» sous forme de substances particulières (antigènes). Ils indiquent alors l'existence d'un néoplasme..

    Chaque année dans le monde, il y a environ 220 000 situations dans lesquelles les médecins diagnostiquent une maladie dangereuse chez la femme - le cancer de l'ovaire. Cette pathologie n'est pas un «invité» rare, tant chez les patientes ayant une fonction reproductrice que chez les femmes ménopausées.

    Aucune femme n'est protégée face à un ennemi aussi insidieux. Et jusqu'à présent, le facteur à l'origine du développement de néoplasmes cancéreux dans les ovaires reste un sujet de discussion scientifique. On sait avec certitude que la détection précoce d'un processus pathologique malin laisse espérer un pronostic médical prometteur..

    Le danger réside dans l'évolution asymptomatique des premiers stades de la maladie ou dans la manifestation de signes inhabituels de pathologie, auxquels les patients ne portent pas une attention particulière. Quelle est l'erreur dans l'avenir d'une vie.

    Environ 50% des patients viennent chez le médecin pendant la période où des mécanismes négatifs irréversibles sont activés par le corps (processus de métastases).

    Afin de ne pas devenir victime de sa propre erreur et d'éviter le développement d'une situation aussi triste, une femme devrait au moins une fois se rendre au bureau d'un obstétricien-gynécologue afin de procéder à un examen préventif en gynécologie.

    Et si la norme des indicateurs individuels s'écarte même légèrement, il est important de subir un examen pour la présence d'une oncopathologie.

    De plus, un test sanguin pour le marqueur tumoral CA-125 est effectué pour évaluer l'efficacité du traitement des patients atteints de cancer, pour prévenir le développement d'une rechute de la maladie, ainsi que dans la période de traitement postopératoire..

    Oncomarker CA-125 fait référence aux antigènes du cancer de l'ovaire. Son étude est indiquée pour le diagnostic précoce du néoplasme..

    L'évaluation du CA-125 permet de découvrir la présence d'une tumeur plus tôt que les techniques d'imagerie diagnostique (échographie, tomodensitométrie, IRM, etc.).

    Par exemple, un spécialiste ne peut pas toujours observer une petite formation sur une échographie. Alors que le marqueur tumoral CA 125 suivra même la plus petite taille et la "jeune" éducation.

    Norme CA 125 - la présence d'un marqueur dans les cellules épithéliales de l'utérus (alors qu'il ne pénètre pas dans la circulation sanguine).

    Une valeur supérieure à la normale du marqueur ovarien est causée par diverses maladies de nature inflammatoire dans le système urogénital du corps féminin.

    Une faible augmentation de la quantité d'antigène dans le sang est notée chez les femmes pendant la menstruation, lors du port d'un enfant dans l'utérus.

    Pendant ces périodes, il n'est pas recommandé de subir un test de marqueur ovarien, car son résultat peut s'avérer faux positif.

    Un certain nombre d'antigènes de type CA 125 sont également présents dans les analyses d'une personne saine en oncologie. Un indicateur de marqueur de 35 unités est considéré comme normal. dans mon sang prélevé dans une veine.

    Tout excès de ce paramètre constitue une bonne raison de suspicion de tout type de pathologie..

    Lorsque le décryptage montre un léger excès de la norme, cela peut ne pas être le résultat d'une oncologie, mais une conséquence de maladies d'une personne telles que:

    • l'endométriose;
    • inflammation de l'utérus avec appendices;
    • kyste ovarien (polykystique);
    • pleurésie;
    • péritonite;
    • stade chronique de l'hépatite;
    • cirrhose du foie;
    • pathologies auto-immunes sélectionnées.

    Pour cette raison, le résultat du test CA 125 ne s'applique pas à des marqueurs spécifiques. Et seule cette analyse ne se limite pas à l'examen du cancer de l'ovaire. Le patient se voit proposer un certain nombre de techniques d'examen complémentaires (par exemple, échographie, gastroscopie, IRM, prise de sang pour la composition biochimique, etc.).

    Des informations plus complètes sur la formation maligne dans l'ovaire peuvent être obtenues en donnant simultanément du sang pour le marqueur CA 125 et pour d'autres types d'antigènes: CA 153, CA 19 9, etc. Avec cette approche différentielle, il est possible d'établir le diagnostic le plus précis.

    Toutes les tumeurs avec une localisation différente peuvent être identifiées par des marqueurs tumoraux appropriés. Pourquoi y a-t-il une classification de ce dernier.

    Classification des marqueurs en fonction de la concentration d'une tumeur maligne:

    • CEA, CA 153 - dans les glandes mammaires;
    • CA 125, CEA, CA 19 9 - dans l'utérus;
    • CA 125, CEA, CA 19 9 - dans les ovaires;
    • CA 72 4, CEA, CA 19 9 - dans le pancréas;
    • CA 72 4, CA 19 9 - dans l'estomac;
    • CA 125, CA 19 9 - dans l'intestin;
    • CA 19 9, CA 125 - dans les poumons.

    Seuls 3 des marqueurs tumoraux susmentionnés ont un degré élevé de spécificité d'organe, c'est-à-dire qu'ils indiquent la présence d'un néoplasme dans un organe particulier:

    • cancer de l'ovaire - CA 125 (moins de 35 unités par ml - la norme);
    • cancer du sein - CA 153 (moins de 25 unités par ml - la norme);
    • cancer du pancréas - CA 19 99 (moins de 37 unités par ml - la norme).

    Seuls des spécialistes spécialisés pourront déchiffrer les résultats de l'analyse du CA 125. Et la littératie d'un tel décodage déterminera en grande partie la santé du patient à l'avenir..

    Il est strictement interdit d'interpréter les résultats d'analyse indépendamment. Cette condition est importante à prendre en compte lors de la recherche d'un centre de diagnostic. La livraison d'une telle analyse est généralement prescrite par le médecin traitant. Par conséquent, il a besoin d'obtenir des informations complètes sur le passage de cette étude..

    Le matériel de test utilisé pour le diagnostic est le sang veineux. La date du don de sang est prévue pour les heures du matin (généralement de 7 à 11) à jeun.

    3 jours avant la date d'analyse prévue, il est recommandé de s'abstenir de boire des boissons alcoolisées, de fumer, d'aliments «nocifs» dans tous les sens pour la digestion (gras, fumé, salé, frit, épicé, etc.), ainsi que pour l'effort physique irrépressible.

    En même temps que vous prenez d'autres médicaments ou effectuez des procédures de diagnostic (IRM, radiographie, tomodensitométrie, échographie, etc.), vous devez en informer le gynécologue traitant. Le décodage du CA 125 dans une telle situation peut être fortement déformé..

    Ne laissez pas le cancer vous surprendre!

    1, moyenne: 5,00 sur 5
    Chargement…

    Le cancer de l'ovaire est considéré comme l'une des maladies gynécologiques malignes les plus courantes..

    Cette affection occupe la deuxième place après les cancers de l'utérus. Malgré cela, les patientes meurent d'un cancer de l'ovaire, les statistiques le montrent.

    Malheureusement, mais à ce jour, il n'y a pas de raisons clairement identifiées pour lesquelles cette maladie peut apparaître. De plus, les raisons de l'apparition du cancer n'ont pas été établies..

    Il existe des hypothèses selon lesquelles des facteurs affectent l'apparition de la maladie:

    • Prédisposition génétique défavorable.
    • Exposition du corps à des substances nocives.
    • Maladies virales et infectieuses.
    • Une femme âgée.

    Une telle maladie des ovaires chez la femme est primaire, c'est-à-dire que la maladie se développe immédiatement, comme l'oncologie. Il y a un cancer secondaire, lorsqu'une formation bénigne se transforme en une formation maligne. Divers néoplasmes des ovaires qui se transforment en cancéreux.

    L'apparition de métastases dans cet organe se produit par la pénétration de cellules cancéreuses à travers le système circulatoire ou lymphatique. Le cancer métastatique peut être diagnostiqué.

    Les métastases apparaissent souvent en raison d'un cancer de l'estomac. Cette maladie s'appelle le cancer de Krukenberg, le cancer du sein peut déclencher des métastases.

    Si nous considérons la classification, le cancer peut être divisé en étapes:

    • Première étape. À ce stade, un ovaire est affecté..
    • Deuxième étape. La maladie affecte les deux ovaires.
    • Troisième étape. La maladie commence à affecter le tissu conjonctif de l'abdomen, à l'extérieur, elle ressemble à un tablier.
    • Quatrième étape. Dommages aux organes adjacents et présence de métastases dans les organes.

    De plus, il existe un système de classification généralement accepté - TNM.

    Ils l'ont inventé pour que les médecins du monde entier puissent reconnaître le stade de la maladie et choisir le bon traitement..

    1. Stade TO (tumeur). Le diagnostic indique que la femme n'a pas de tumeur primitive.
    2. Stage TX. Indique que la situation est plutôt difficile et peu claire. Un tel diagnostic dit que quelque chose a été découvert, qu'il s'agisse d'une tumeur ou non, ce n'est pas clair. Tout comme on ne sait pas quel caractère elle a.
    3. Étape T1. La lésion cancéreuse ne couvrait que l'ovaire et n'affectait pas les autres organes porteurs de métastases. Il existe également des sous-groupes à ce stade:
    • Le stade 1a suggère que les cellules cancéreuses ne se trouvent que dans l'organe lui-même et ne vont pas au-delà. Ne s'est pas propagé aux organes voisins.
    • Stade 1b, indique deux atteintes ovariennes.
    • Stade 1c, les cellules cancéreuses se propagent à la capsule d'organe et au liquide abdominal.

    Étape T2. La pathologie couvre les organes les plus proches, des sous-groupes sont également distingués:

    • Étape 2a. L'utérus et les trompes sont endommagés, car il s'agit d'un organe étroitement localisé. Si vous prenez du liquide abdominal pour examen, cela montrera des cellules malignes.
    • Étape 2b. À ce stade, les organes du bassin peuvent être affectés. Aucun cancer n'est trouvé dans le liquide.
    • Étape 2c. Les organes pelviens sont touchés.

    Étape T3. Un stade de développement dangereux, cette condition dit que la maladie est négligée. Elle est caractérisée par des métastases situées à l'extérieur du bassin. Il y a des sous-groupes ici:

    • Étape 3a. Taille microscopique des métastases courantes.
    • Étape 3b. Des métastases peuvent être vues, bien qu'elles ne mesurent pas plus de deux centimètres.
    • Étape 3c. La taille des métastases est supérieure à deux centimètres.

    Les premiers symptômes surviennent lorsque le néoplasme devient de taille impressionnante. Au moment de la dégénérescence d'une tumeur bénigne en une tumeur maligne, elle ne peut pas non plus être déterminée, car il n'y a aucun signe de la maladie.

    L'oncologie est diagnostiquée par hasard, lorsqu'un examen histologique est effectué après l'ablation d'un néoplasme bénin. Mais il faut dire que même un microscope ne peut pas toujours établir la présence de cellules cancéreuses, surtout si la maladie est à un stade précoce de développement..

    Les signes de cancer avancé sont similaires aux affections malignes chez les femmes:

    • Une douleur sourde dans l'abdomen est constamment ressentie, de par la nature de la manifestation, elle n'est pas forte, mais en raison du fait que cela se produit régulièrement, la femme est très inquiète.
    • Au fil du temps, une femme commence à perdre du poids considérablement et elle développe une faiblesse dans tout le corps. Il y a le premier signe de cancer.
    • Le refus de manger se produit, un état dépressif apparaît, la vie devient inintéressante.
    • Les fonctions du système urinaire sont altérées.
    • En raison de la propagation de métastases dans les intestins, un dysfonctionnement du système digestif se produit.
    • Il y a un échec du cycle menstruel, la décharge devient rare et moins abondante.
    • L'abdomen augmente considérablement en taille. Et cela se produit parce que le liquide commence à s'accumuler dans l'abdomen, une ascite apparaît. Cette maladie apparaît presque toujours en parallèle avec le cancer de l'ovaire..

    L'oncologie de ce type est caractérisée par une augmentation de la température corporelle le soir jusqu'à 37 ans. Après un don de sang, les médecins peuvent détecter un processus inflammatoire.

    Le cancer de l'ovaire est diagnostiqué comme suit. Lors d'un examen de routine, un gynécologue peut suggérer la présence d'un cancer pour les symptômes suivants:

    • Croissance anormalement rapide d'un néoplasme, car une tumeur bénigne se développe très lentement.
    • Développement parallèle de deux pathologies, l'apparition de néoplasmes et d'ascites.
    • Développement simultané d'une tumeur dans deux ovaires, avec un néoplasme commun, la tumeur est diagnostiquée d'un côté.
    • Dans certains cas, un tel cancer peut être détecté complètement par accident, lors d'un examen histologique. Et cela se produit si une tumeur bénigne a été excisée.

    La première chose à laquelle un médecin doit prêter attention est la présence d'ascite. Vous pouvez le définir visuellement par de tels signes. Debout, le ventre de la femme dépasse trop en avant et le nombril se gonfle. Si une femme ment, alors le ventre, au contraire, tombe ou s'aplatit.

    Si l'examen révèle un cancer à un stade tardif, il peut être examiné, ressenti à travers la paroi abdominale antérieure. Dans ce cas, le ventre est gros et ne change pas de forme lorsque la femme est debout ou allongée..

    Il existe un autre signe par lequel il est possible de déterminer le cancer de l'ovaire sans recourir à un examen supplémentaire, il s'agit d'une métastase qui a pénétré dans le nombril. S'il est présent, un ulcère apparaît dans le nombril, et lui-même est rouge-bleu. Pour déterminer le diagnostic correct, il est nécessaire de procéder à des examens non seulement par le vagin, mais également par le rectum.

    Dans de nombreux cas, le diagnostic de pathologie maligne de l'ovaire est effectué à l'aide d'une échographie du bassin ou de la cavité abdominale.

    Trois méthodes peuvent être utilisées:

    1. Classique. Lorsqu'une sonde est effectuée à travers la paroi abdominale.
    2. Transrectal. Insertion d'une sonde dédiée dans le rectum.
    3. Transvaginal. Insertion de la sonde dans le vagin.

    Il faut dire que pour détecter le cancer de l'ovaire, d'autres diagnostics sont également utilisés, car l'échographie ne montre pas de néoplasmes trop petits. En outre, l'étude peut interférer avec le liquide dans l'abdomen, qui ne manquera pas le signal. Dans ce cas, une autre procédure est effectuée, il s'agit de la paracentèse.

    • Lors de l'examen, le gynécologue fait une anesthésie locale et perce la paroi arrière du vagin avec une aiguille.
    • Ainsi, l'aiguille a pénétré dans la cavité abdominale. Le médecin prend le liquide accumulé là-bas pour examen.
    • Après l'étude, vous pouvez dire avec certitude s'il existe une oncologie. De plus, le type de cancer est déterminé de cette manière..
    • Au cours du traitement, vous pouvez prendre ce liquide à des fins de recherche plusieurs fois pour déterminer comment le traitement affecte la maladie..

    Étant donné que les néoplasmes malins couvrent souvent les organes et les systèmes voisins, le médecin prescrit des examens supplémentaires au patient..

    Les métastases se trouvent souvent dans les ganglions lymphatiques situés dans la cavité pelvienne et près de l'aorte.

    Pour déterminer la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques, il est nécessaire de mener les études suivantes:

    Il est possible de diagnostiquer cette maladie en utilisant d'autres méthodes de recherche, par exemple: l'IRM et la tomodensitométrie. Avec leur aide, il est possible non seulement de déterminer la nature et la présence de la pathologie, mais également d'établir la taille, l'emplacement et la cohérence du néoplasme.

    Si le cas de la maladie n'est pas entièrement clair, une laparoscopie est effectuée. Pour ce faire, vous devez percer l'abdomen et y introduire une caméra miniature, qui affichera une image de tous les organes internes sur le moniteur. De plus, il sera possible d'examiner la tumeur plus en détail et de déterminer la présence de métastases importantes..

    En parallèle avec la caméra, si nécessaire, des outils spéciaux sont introduits, à l'aide desquels il sera possible de prendre du matériel pour la recherche.

    Vous pouvez également établir le diagnostic correct à l'aide de marqueurs tumoraux. De nombreux oncologues considèrent ce type de diagnostic comme le plus précis. De plus, il peut être utilisé pour identifier les premiers stades de la maladie.

    Il convient de noter que dans les cellules cancéreuses, le métabolisme se produit plus intensément que dans les cellules ordinaires. Ils jettent également régulièrement diverses substances dans le sang, c'est par leur présence ou leur absence que l'on peut déterminer l'oncologie. En outre, avec leur aide, vous pouvez établir le type de formation de cancer. Ce sont ces substances qui sont des marqueurs tumoraux. Ils sont différents pour chaque type d'oncologie..

    Le cancer de l'ovaire est déterminé par un tel marqueur tumoral CA-125. Pour l'identifier, il vous suffit de donner du sang veineux. Seule une grande clinique ou une clinique spécialisée peut effectuer cette analyse..

    • Si, lors d'une étude échographique, une tumeur a été détectée, un marqueur tumoral peut indiquer avec précision de quel caractère il s'agit, bénin ou malin.
    • De plus, avec son aide, il est possible de détecter l'oncologie lorsqu'il n'y a toujours aucun signe de sa présence, c'est-à-dire aux premiers stades de son développement. Dans ce cas, même l'échographie ne peut pas le déterminer. La recherche sur les marqueurs tumoraux est prescrite à toutes les femmes qui ont des parents avec un tel diagnostic dans leur famille..

    La thérapie du cancer de l'ovaire consiste en des méthodes de traitement classiques, c'est-à-dire une chirurgie, puis des procédures de chimiothérapie. Dans ce cas, la chirurgie est le traitement principal..

    Après une définition claire du diagnostic, le médecin sélectionne le traitement le plus approprié pour la femme.

    • Ablation chirurgicale du néoplasme, après des procédures de chimiothérapie.
    • Si le cancer est au quatrième stade de développement, une chimiothérapie est d'abord effectuée pour réduire au moins un peu la taille de la tumeur, puis elle est supprimée..
    • Dans de rares cas, une forme de cancer est diagnostiquée et ne peut être guérie que par chimiothérapie et non par chirurgie. Ou l'opération peut être généralement contre-indiquée en raison de certaines caractéristiques de la pathologie.
    • L'irradiation n'est pratiquement pas utilisée, bien qu'elle puisse parfois être prescrite s'il est nécessaire d'éliminer les métastases lancées.

    Les oncologues sont fermement convaincus qu'une femme diagnostiquée d'un cancer doit être opérée. Et tout cela parce que lors de la détection d'un néoplasme, il peut y avoir des erreurs. Ils seront associés non seulement à la nature de la tumeur, mais également à sa propagation..

    Tous les patients qui ont subi une ablation des ovaires se voient prescrire des procédures de chimiothérapie.

    • Après la chirurgie, la chimiothérapie aidera à arrêter le développement des métastases et à prévenir la récidive de la maladie..
    • Avec l'élimination partielle de la pathologie, la chimiothérapie aidera à ralentir sa croissance ou à détruire les restes du néoplasme.
    • S'il est impossible d'enlever complètement la tumeur, la vie du patient peut être légèrement plus facile avec l'aide de la chirurgie. La chimiothérapie peut augmenter considérablement le taux de survie d'une femme.
    • La chimiothérapie est également utilisée juste avant la chirurgie pour réduire la tumeur..

    Après l'opération, environ quatre cours de chimiothérapie sont prescrits. Le premier est effectué immédiatement après l'ablation du néoplasme, le second après deux mois, le troisième après quatre mois, le quatrième tous les six mois.

    En outre, un certain type de médicaments hormonaux est utilisé pour le traitement, bien que dans la plupart des cas, ils soient utilisés en parallèle avec une procédure de chimiothérapie. Pour cela, les médicaments suivants sont utilisés: testostérone, méthyltestostérone, sustanon.

    L'irradiation avec un tel cancer ne donne pas de résultats positifs, elle n'est donc pas utilisée.

    Dans la prévention de l'oncologie ovarienne est assez simple.

    1. Abandonnez les mauvaises habitudes (alcool, tabac, drogues).
    2. Traiter les maladies infectieuses des organes génitaux.
    3. Régime équilibré.
    4. Évitez l'exposition à des substances nocives.
    5. Dans les cas de cancer de l'ovaire, une femme doit subir un examen préventif et être testée tous les six mois.

    Les marqueurs tumoraux sont des substances d'origine protéique qui augmentent dans le sang d'une personne atteinte de cancer ou d'autres conditions. Quand même un petit nombre de cellules tumorales apparaît dans le corps, des marqueurs de croissance tumorale commencent à être synthétisés et libérés dans le sang, où ils peuvent être détectés. Les marqueurs tumoraux cancéreux peuvent également augmenter avec l'inflammation ou les tumeurs bénignes.

    Le niveau de marqueurs permet de juger de la présence ou de l'absence de tumeur, de l'efficacité du traitement du cancer. Lors de l'examen d'un patient, on ne peut pas se fier uniquement à ce signe de tumeur, il est nécessaire d'évaluer tous les critères de la maladie afin d'éviter une erreur dans le diagnostic. L'un de ces marqueurs est le marqueur de la tumeur ovarienne. Un marqueur tumoral des tumeurs ovariennes est appelé CA 125.

    Il existe de nombreux marqueurs, dont chacun est responsable de la tumeur de son propre organe. Une tumeur ovarienne est caractérisée par une augmentation du marqueur sanguin CA-125.

    On le trouve non seulement dans les cellules ovariennes, mais aussi dans les membranes séreuses (plèvre, péritoine, péricarde), dans les cellules du système digestif, les poumons, les reins, les testicules chez l'homme.

    Par conséquent, avec une augmentation du CA-125, seulement dans 80% des cas, il est possible de supposer la présence d'une tumeur des testicules chez l'homme et des ovaires chez la femme, et dans 20% des cas, la présence d'une tumeur d'autres organes est probable..

    Le marqueur augmente avec les maladies inflammatoires dans ces organes, les formations bénignes, pendant la grossesse ou avec les maladies auto-immunes, par conséquent, son augmentation n'indique pas nécessairement un processus tumoral. Si le marqueur tumoral de la tumeur ovarienne CA-125 est élevé, le décodage ne peut être effectué que par un médecin.

    Il est nécessaire de donner du sang strictement à jeun pour éviter de faux résultats. Vous ne pouvez boire aucune boisson avant de donner du sang, à l'exception de l'eau. L'analyse peut être effectuée pendant la journée, si plus de 8 heures se sont écoulées après avoir mangé. Ne pas fumer une heure avant le test.

    Il existe des normes de laboratoire généralement acceptées pour cet indicateur: pour les femmes, son niveau ne doit pas dépasser 15 U / ml, de 15 U / ml à 35 U / ml est considéré comme un résultat douteux, un indicateur supérieur à 35 U / ml est considéré comme élevé. Le CA-125 dans le cancer est généralement augmenté plusieurs fois. Parfois, dans les premiers stades des tumeurs, le marqueur est normal. Le marqueur tumoral d'un cancer de l'ovaire probable peut être maintenu à un niveau normal.

    De faux résultats positifs sont observés dans les tumeurs bénignes, dans d'autres maladies inflammatoires et immunitaires. Avec une augmentation du taux de CA-125 ou son résultat douteux, un test sanguin supplémentaire est effectué pour le marqueur HE-4, qui est plus spécifique du cancer de l'ovaire et est sensible.

    Dans le contexte du traitement antitumoral, le niveau de diminution de ce marqueur est souvent évalué. S'il reste élevé malgré le traitement, cela signifie que le traitement en cours est inefficace, la tactique doit être modifiée. Une diminution du marqueur de deux fois ou plus indique l'efficacité du traitement et un bon pronostic.

    Indications d'examen sur CA-125:

    1. Kyste de l'ovaire. Le marqueur Ca-125 avec un kyste peut être augmenté à deux taux. Cela n'indique pas nécessairement sa malignité, mais nécessite un examen supplémentaire. Le kyste lui-même est une maladie précancéreuse, en particulier le risque de cancer augmente pendant la ménopause. Par conséquent, si un kyste est détecté et que le niveau de marqueur tumoral augmente, le médecin peut prescrire une opération.
    2. L'endométriose Avec cette maladie, les cellules de l'endomètre se développent et se propagent à l'extérieur de l'utérus. Cette maladie peut également être un précurseur du cancer. Le CA-125 avec l'endométriose peut être augmenté plusieurs fois. Le traitement commence par l'utilisation d'hormones et, dans les cas graves, une opération est prescrite..
    3. Myome de l'utérus. Il s'agit d'une tumeur bénigne dans laquelle le marqueur peut être multiplié par deux ou trois. Pour clarifier la nature du processus, l'échographie, l'IRM est forcément prescrite. Mais souvent, même avec confirmation de la qualité bénigne du processus, une opération est prescrite, car le risque de dégénérescence oncologique est assez élevé.
    4. Grossesse. Les modifications des taux d'hormones peuvent entraîner une augmentation du marqueur dans le sang. De plus, le fœtus de l'enfant lui-même devient la source de la formation du marqueur et de sa libération dans le sang. Pour clarifier le diagnostic, il est nécessaire de faire une étude en dynamique, ainsi que de faire un don de sang pour des marqueurs tumoraux supplémentaires.
    5. Ménopause. Pendant cette période, une augmentation du marqueur tumoral CA 125 est la plus dangereuse, car le risque de formation de tumeurs malignes dans le corps augmente avec l'âge. Chez les patientes ménopausées, il est nécessaire de procéder à un examen approfondi pour exclure l'oncologie (IRM, échographie, scanner, marqueurs tumoraux supplémentaires).

    Faites un examen échographique de la cavité abdominale et des reins, effectuez une fibrogastroduodénoscopie, une coloscopie ou une irrigoscopie de l'estomac et des intestins. Pour exclure les tumeurs des poumons et de la plèvre, une radiographie ou un examen tomographique doit être effectué. Les tumeurs péricardiques peuvent être détectées par échocardiographie Doppler et tomographie thoracique.

    Il faut se rappeler que le niveau de marqueurs tumoraux ne peut pas être le critère principal de la maladie. Seul un médecin peut évaluer l'état du patient et poser un diagnostic après un examen complet. Lors de la détection d'un taux accru de marqueurs tumoraux dans le sang, ne désespérez pas, cela peut être causé par d'autres maladies.

    Oncomarker CA 125 est une protéine hautement spécifique située sur la membrane des cellules épithéliales des ovaires affectés par l'oncologie. Normalement, il peut être détecté à de faibles niveaux dans les tissus de l'endomètre et des membranes séreuses, mais il ne devrait y avoir pratiquement aucune protéine dans le sang..

    L'apparition de protéines dans le sang dans des conditions normales ne peut être associée qu'au cycle menstruel, ainsi qu'à la grossesse, et ensuite, uniquement au premier trimestre.

    Des niveaux accrus de Ca125 dans le sang indiquent une dégénérescence maligne du tissu ovarien. Moins souvent, les valeurs du marqueur tumoral CA 125 augmentent avec le développement de néoplasmes oncologiques dans d'autres organes (endomètre, foie, estomac, etc.). En fait, CA 125 est une glycoprotéine qui est activement sécrétée par les cellules tumorales..

    Bien que, bien sûr, l'étude du niveau de CA 125 soit effectuée le plus souvent à des fins de détection précoce de l'oncologie ovarienne, ainsi que pour surveiller la dynamique de l'activité de la maladie établie, la propagation du processus métastatique, la qualité et l'efficacité du traitement, ainsi que pour le diagnostic des rechutes.

    En général, l'analyse des taux de marqueurs tumoraux est réalisée afin de:

    • détection précoce des néoplasmes malins et de leur récidive après chimiothérapie, radiothérapie ou ablation chirurgicale;
    • contrôle de la croissance tumorale et des métastases;
    • surveiller la qualité du traitement;
    • dépistage des pathologies oncologiques chez les groupes à haut risque, en fonction de leur évolution (fumeurs, personnes exerçant des travaux dangereux, patients aux antécédents familiaux chargés, etc.).

    Cependant, il est important de comprendre qu'il n'y a pas de marqueurs tumoraux absolument spécifiques qui n'augmentent que dans un certain type de cancer. Ils peuvent également augmenter légèrement dans les maladies inflammatoires et auto-immunes sévères, le tabagisme, l'abus d'alcool, etc..

    Attention. Seul un oncologue peut répondre à la question: ce que montre le marqueur tumoral. Il est inacceptable d'attribuer cette analyse dans des laboratoires privés et de l'interpréter à l'aide d'ouvrages de référence, de collègues et d'Internet. Surtout lors du diagnostic d'une maladie comme le cancer, où toute erreur peut conduire à un désastre psychologique.

    Il est également important de se rappeler que l'étude des indicateurs des marqueurs tumoraux n'est pas incluse dans la liste des tests obligatoires lors de la réalisation d'un examen préventif chez des patients qui ne sont pas à risque de développer des néoplasmes malins et ne présentent pas de symptômes de cancer..

    Toutes les études de marqueurs tumoraux doivent être menées strictement selon les indications et interprétées en conjonction avec d'autres analyses. Seulement sur la base d'un marqueur tumoral augmenté, le diagnostic n'est pas posé.

    Un test sanguin pour CA 125 est efficacement utilisé dans la surveillance primaire des processus oncologiques dans les ovaires, dans le diagnostic d'un processus oncologique récurrent après le traitement, ainsi que pour contrôler la propagation des métastases.

    L'antigène cancéreux 125 peut également augmenter si le processus oncologique (ou les métastases) affecte:

    • la muqueuse de l'utérus,
    • membranes séreuses,
    • Tissu pulmonaire,
    • glande mammaire,
    • pancréas.

    Le CA 125 augmentera également de manière significative avec la propagation des foyers métastatiques des organes ci-dessus vers le foie.

    Attention. La précision (sinon la spécificité) du test CA-125 n'est pas très élevée. Seuls les cas d'au moins un double d'augmentation du taux du marqueur CA125 dans le sang (en particulier pour les femmes âgées de 55 ans et plus) doivent être pris en compte pour affirmer la possibilité d'un cancer de l'ovaire..

    De plus, avec le niveau d'ANP (peptide natriurétique auriculaire), le marqueur tumoral CA 125 peut être utilisé en complément des études de base pour évaluer la gravité de l'insuffisance cardiaque (insuffisance cardiaque).

    De plus, le ca125 est examiné pour le diagnostic des épanchements de la cavité séreuse (pleurésie, péritonite).

    En plus de diagnostiquer les processus oncologiques, le sang pour environ 125 est examiné pour l'endométriose, les kystes dans les ovaires et les tumeurs d'étiologie bénigne qui affectent le système reproducteur féminin.

    Le marqueur tumoral CA 125 est de la plus grande importance dans la détection des carcinomes épithéliaux de l'ovaire de type séreux, ainsi que des adénocarcinomes de l'endomètre et des trompes de Fallope..

    L'analyse du CA 125 aux fins du diagnostic primaire doit être effectuée lorsque des symptômes de cancer de l'ovaire apparaissent:

    • des perturbations régulières du cycle menstruel (ce symptôme n'est pas le principal, car certaines patientes peuvent avoir des règles régulières même avec un cancer ovarien bilatéral);
    • mictions fréquentes avec de faux désirs et une sensation de vidange incomplète de la vessie;
    • écoulement muqueux persistant strié de sang (une odeur désagréable d'écoulement est rare);
    • douleur constante dans le bas de l'abdomen et le bas du dos;
    • constipation, flatulences, lourdeur dans l'abdomen, sensation de plénitude dans l'abdomen, indigestion;
    • douleur pendant les rapports sexuels;
    • faiblesse, perte de poids, labilité émotionnelle, dépression;
    • augmentation de l'ESR lors d'un test sanguin général;
    • un abdomen élargi dû à une accumulation de liquide dans l'abdomen (ascite).

    Les principaux symptômes sont assez non spécifiques et sont souvent considérés par les femmes comme une manifestation de l'inflammation ovarienne. De nombreux patients consultent d'abord un médecin lorsque l'ascite apparaît. Autrement dit, lorsque la tumeur devient volumineuse et métastase.

    Important! Selon les statistiques, jusqu'à 70% des femmes vont chez le médecin pour la première fois aux derniers stades de la maladie. Il est à noter que 95% des cas de cancer de l'ovaire sont héréditaires.

    Deux types de néoplasmes malins ovariens donnent des symptômes spécifiques. Ce sont des tumeurs productrices d'hormones:

    1. cellule de la granulosa - provoque une féminisation (peut se manifester par une puberté précoce chez les filles, ainsi que par la reprise des saignements utérins chez les femmes pendant la ménopause);
    2. adénoblastome - conduit à la masculinisation (provoque la croissance d'une barbe, d'une moustache, une diminution de la taille des glandes mammaires, un grossissement de la voix, etc.).

    Le matériel est pris le matin à jeun. Au moins 3 jours avant l'analyse, les matières grasses, frites et épicées doivent être exclues de l'alimentation. Il est interdit de boire du thé fort (surtout avec du sucre), du café, des jus de fruits et des sodas. Il est également nécessaire d'exclure l'utilisation de boissons alcoolisées. Il est interdit de fumer le jour du test. La veille du prélèvement sanguin, le stress physique et émotionnel est exclu.

    Le médecin et le personnel du laboratoire doivent être informés des médicaments qu'ils prennent. Si possible, le médicament doit être arrêté une semaine avant l'étude..

    Important. Lors du don de sang pour CA 125, il est nécessaire de marquer le jour du cycle menstruel pour lequel l'analyse est effectuée.

    CA 125 la norme chez les femmes est inférieure à trente-cinq U / ml. Les valeurs optimales sont inférieures à quinze U / ml.

    CA 125 est la norme pour l'âge - l'analyse du marqueur tumoral ne présente pas de fluctuations d'âge, cependant, chez les femmes pendant la ménopause, une augmentation du CA 125 à des valeurs limites ou avec un léger excès des valeurs normales peut être détectée.

    Les principales raisons de l'augmentation de ce marqueur tumoral sont les néoplasmes malins. Le CA 125 est élevé lorsque la tumeur affecte:

    • organes de l'appareil reproducteur féminin (ca125 est le principal marqueur diagnostique du cancer de l'ovaire);
    • sein et pancréas;
    • Tractus gastro-intestinal (estomac et intestins (en particulier le rectum));
    • Tissu pulmonaire;
    • foie (y compris les lésions métastatiques).

    Parmi les raisons non oncologiques de l'augmentation du niveau de marqueur tumoral, il convient de noter:

    • tumeurs ovariennes et kystes d'origine bénigne,
    • tumeurs borderline (tumeurs de bas grade: séreuses, mucineuses, endométrioïdes, de type à cellules claires (mésonéphroïdes)),
    • tumeurs mixtes,
    • Tumeur de Brenner.

    En outre, une augmentation de CA 125 peut être causée par:

    • l'endométriose,
    • maladies infectieuses et inflammatoires graves des organes pelviens,
    • maladies accompagnées d'un épanchement séreux (péricardite, pleurésie, etc.),
    • Hépatite chronique,
    • pancréatite,
    • maladies auto-immunes.

    CA 125 est la norme chez les femmes atteintes de kystes ovariens - des valeurs limites peuvent être observées, plus proches de 35 U / ml ou avec une légère augmentation.

    Considérant que chez les patients présentant des néoplasmes malins affectant le col de l'utérus, l'endomètre, l'estomac, ainsi que des tumeurs ovariennes d'étiologie bénigne, le marqueur tumoral CA 125 augmente également.

    Le décodage des résultats de diagnostic, à cet égard, doit être basé sur les données d'autres études.

    Seule une interprétation complète des analyses aidera à réaliser le diagnostic différentiel correct et à poser le bon diagnostic.

    Attention! Il est important de noter que l'absence d'un CA 125 élevé dans un test sanguin ne permet pas d'exclure le diagnostic de cancer avec une probabilité de 100%. Chez certains patients, aux stades précoces, le marqueur tumoral CA 125 n'augmente pas. À la troisième - quatrième étape, l'indicateur est augmenté chez tous les patients.

    Le test CA125 peut être utilisé pour contrôler la qualité du traitement. Une diminution de ses indicateurs dans le contexte de la chimiothérapie ou de la radiothérapie indique l'efficacité du traitement.

    Chez les femmes portant un enfant, on peut diagnostiquer une augmentation des valeurs de CA 125. En règle générale, les écarts dans les analyses sont insignifiants. L'augmentation maximale du CA125 est observée au 1er trimestre, qui peut atteindre 1250 U / ml. Cependant, pendant une grossesse sans complication, le niveau du marqueur reste souvent normal..

    Des valeurs limites (plus proches de 35 U / ml) sont détectées chez les femmes qui allaitent. Ce n'est pas une pathologie et ne nécessite aucun traitement.

    Une augmentation du taux de marqueur tumoral Ca 125 pendant la grossesse nécessite une surveillance constante, en particulier pour les femmes qui ont déjà reçu un diagnostic de cancer de l'ovaire ou qui ont été diagnostiquées avec une pathologie des appendices utérins lors de l'examen..

    Pour référence. Dans certains cas, pendant la grossesse, les taux de marqueurs CA 125, CA 15-3, ainsi que CA 19-9 et CEA sont surveillés. Les tests sont effectués à la fois dans le sang de la mère et dans le sang du cordon ombilical. Dans une étude, avec des taux élevés de ces marqueurs, les grossesses de tous les sujets (53 femmes enceintes) se sont terminées par une césarienne.

    Article Précédent

    Bosse derrière l'oreille